Navigation – Plan du site
2010

Le jardin d’Éden : le paradis terrestre renouvellé dans le jardin de la Reine à Trianon de Pierre-Joseph Buc’hoz

Le jardin d’Éden : le paradis terrestre renouvellé dans le jardin de la Reine à Trianon by Pierre-Joseph Buc’hoz
Gabriela Lamy

Résumés

Pierre-Joseph Buc’hoz (Metz, 1731 – Paris, 1807), médecin botaniste attaché à la maison de Monsieur, frère de Louis XVI, publia de 1783 à 1785 deux cent soixante gravures de plantes (dont soixante jacinthes et tulipes) acclimatées et cultivées dans les jardins de la reine à Trianon. Du cap de Bonne-Espérance à la Guyane, de la Chine au Canada, de l’Afrique à la Sibérie, des voyageurs rapportaient alors graines et plantes que les jardiniers Richard père et fils acclimataient dans les serres chaudes de Trianon situées à l’emplacement du jardin anglais actuel dans le domaine de Versailles. Buc’hoz, déjà vivement critiqué de son vivant et qualifié au xixe siècle de « miserabilimus compilator », a publié un très grand nombre d’ouvrages d’histoire naturelle dont plusieurs in-folio. Très proche de la cour, il fut un véritable chroniqueur des faits scientifiques et botaniques des princes qu’il avait le privilège de côtoyer. Ainsi Le jardin d’Éden : le paradis terrestre renouvellé dans le jardin de la Reine à Trianon met en scène les voyageurs, botanistes, médecins, princes et mécènes qui ont permis de constituer dans les jardins de Trianon une collection botanique méconnue et oubliée.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article est issu d’une communication aux journées d’études « La botanique appliquée aux jardins historiques. État des connaissances » organisées par le Centre de recherche du château de Versailles à la fondation Gulbenkian à Paris les 3 et 4 décembre 2007, dans le cadre du programme de recherche « Le végétal dans les grands jardins européens à l’époque moderne » (2007-2010).

Texte intégral

Merci à Sandra Pascalis, doctorante à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, pour ses précieux conseils et ses recommandations de rédaction.

  • 1 Ces jardins en 1792 sont ceux de Monsieur à Versailles, de Mesdames à Bellevue, de Madame à Montreu (...)
  • 2 Yvonne Letouzey, Le jardin des plantes à la croisée des chemins avec André Thouin (1747-1824), Pari (...)
  • 3 Correspondance de Jean-Marie Roland et André Thouin, AN, F17 1227, fos 46 et 47 et « Commission de (...)

1À la fin du mois d’octobre 1792, des voitures remplies de plantes étrangères rares, en pots, en caisses et de pleine terre, quittent l’orangerie et les serres chaudes du Petit Trianon pour venir compléter les collections du nouveau Jardin national des Plantes de Paris. Quelques jours plus tard, une fois l’orangerie du Petit Trianon vidée, le transfert des plantes rares des jardins des émigrés ou de la liste civile du département de Seine-et-Oise1 peut s’y effectuer. Ces plantes seront ensuite distribuées dans les futures écoles de botanique des quatre-vingt-deux départements français, créés en 1790. Cette opération de centralisation puis de redistribution des plantes exotiques à des fins pédagogiques et utilitaires est ordonnée par le ministre de l’Intérieur Jean-Marie Roland, sur les conseils et sous la direction d’André Thouin2, jardinier en chef du nouveau Muséum d’histoire naturelle, nommé à l’occasion « commissaire à la recherche des arbres et plantes étrangères3 ».

  • 4 Ces serres correspondent aujourd’hui au bâtiment appelé orangerie de Jussieu.
  • 5 Contrairement à une légende tenace, les Richard ne descendent pas d’une famille d’origine irlandais (...)
  • 6 Bernard de Jussieu (1699-1777), médecin et botaniste, est démonstrateur de botanique au Jardin du r (...)
  • 7 Antoine-Laurent de Jussieu, Genera Plantarum, Paris, Veuve Hérissant, 1789, p. lxiij.

2La collection de plantes rares et étrangères des serres4 du Petit Trianon est ainsi définitivement abandonnée après avoir été reconnue comme l’une des plus belles d’Europe. Elle avait été constituée à partir de 1750 à l’initiative de Louis XV. Neuf ans plus tard, la collection de plantes confiée au jardinier saint-germanois Claude Richard5 était disposée sous la forme d’un jardin botanique selon la nouvelle classification « naturelle » de Bernard de Jussieu6. Cette collection présentait des plantes de tous les climats et faisait se côtoyer, lorsque la saison le permettait, la canne à sucre et le faux-roseau, le baobab et l’hibiscus, le seringat et le blackea de la Jamaïque, l’érable et l’anacardier7.

  • 8 Mary Gunn et Leslie E. Codd, Botanial Exploration of Southern Africa, Le Cap, Botanical Research In (...)
  • 9 « Entretien du jardin français et anglais du Petit Trianon à la charge du sieur Richard à commencer (...)

3Le jardin fut sans cesse enrichi par l’envoi de plantes exotiques adressées à Louis XV puis à Marie-Antoinette8 et, malgré la destruction du jardin botanique – aux allures trop scientifiques et rigoureuses –, ordonnée par cette dernière en 1774, les activités d’acclimatation et de multiplication de plantes nouvelles furent maintenues. Antoine Richard, jardinier de la reine et successeur de son père Claude en 1784, indique dans un mémoire daté du 1er janvier 1785 que « 72 caisses d’arbustes étrangers d’orangerie, environ 3 000 pots et petites caisses de serre chaude en plantes et arbustes étrangers sont sortis et rentrés chaque année de la nouvelle serre chaude et orangerie du Petit Trianon9 », ce bâtiment à double fonction livré aux jardiniers en 1778.

  • 10 Ces jardins entretenus par les Richard père et fils étaient composés du Jardin français, du Jardin (...)
  • 11 Gabriela Lamy, « Les jardins de Trianon à travers la presse. Les progrès de la botanique et de l’ho (...)
  • 12 Des exemplaires numérisés sont consultables sur http://bibliotheque-numerique.inha.fr.

4Si les jardins de Marie-Antoinette10 sont aujourd’hui connus pour la variété de leurs fabriques, leur riche palette végétale et les fêtes données à l’occasion de visites princières, les travaux botaniques qui y étaient réalisés étaient déjà mentionnés à l’époque – discrètement certes – par la presse. De récentes recherches11 sur la réception de ces nouvelles horticoles versaillaises, s’appuyant sur la lecture du Journal de Paris et du Journal des sçavans, ont permis de retrouver la publicité faite auprès du public sur ces activités. On peut citer par exemple la description d’une plante carnivore cultivée à Trianon, l’annonce de la publication des « Cahiers Le Rouge12 » présentant les plans de ces jardins (fig. 1), la floraison du sophora de Chine plus de vingt-cinq ans après sa plantation, les descriptions de plantes nouvellement découvertes et cultivées à Trianon, la recherche des eaux souterraines à Trianon par le sourcier Barthélemy Bléton, ou encore le fleurissement du Breteuillia trianensis, plante du cap de Bonne-Espérance.

Fig. 1 : « Jardins de la Reine à Trianon en 1783 », in Georges Louis Le Rouge, Jardins anglo-chinois : Xe cahier, Paris, Le Rouge, 1783.

Fig. 1 : « Jardins de la Reine à Trianon en 1783 », in Georges Louis Le Rouge, Jardins anglo-chinois : Xe cahier, Paris, Le Rouge, 1783.

L’orangerie et les serres figurent en haut au milieu. Ce plan et Le jardin d’Éden de Buc’hoz sont tous deux publiés en 1783.

© Institut national d’histoire de l’art. Collections Doucet

  • 13 A contrario, on peut remarquer que le Jardin d’Éden n’a fait l’objet d’aucune publicité dans le Jou (...)

5Parmi les documents à la disposition du public, se trouvent les ouvrages publiés par Pierre-Joseph Buc’hoz, chroniqueur des activités botaniques de Trianon. Ce médecin d’origine lorraine, qui devint en 1772 médecin botaniste du comte de Provence, publiait en effet de très nombreux articles botaniques et médicaux depuis 1767, parmi lesquels Le jardin d’Éden : le paradis terrestre renouvellé dans le jardin de la Reine à Trianon (fig. 2) mérite de retenir plus particulièrement l’attention13. Cet ouvrage, édité de 1783 à 1785, illustre l’activité d’acclimatation des plantes rares cultivées à Trianon et nécessitant, pour la plupart, des serres chaudes.

Fig. 2 : Pierre-Joseph Buc’hoz, Le jardin d’Éden, page de titre. Paris, Bibliothèque nationale de France, Réserve des livres rares, S 1407.

Fig. 2 : Pierre-Joseph Buc’hoz, Le jardin d’Éden, page de titre. Paris, Bibliothèque nationale de France, Réserve des livres rares, S 1407.

© Bibliothèque nationale de France

6La consultation des deux cent soixante gravures de plantes – de facture très différentes – de cette publication offre un agréable moment de lecture. Néanmoins, l’analyse de cette œuvre picturale dépourvue de description demeure complexe : quelle était la méthodologie employée par Buc’hoz pour la constitution de cette collection ? Quelles étaient ses sources iconographiques ? D’où venaient ces plantes et comment étaient-elles parvenues à Trianon ? Quels étaient leurs usages ? Enfin, quelle était la finalité de l’œuvre ? Pouvait-elle être d’un usage pédagogique ? Pour mieux appréhender cet ouvrage, il conviendra dans un premier temps de présenter cet auteur, exceptionnellement autorisé à parcourir et à étudier les plantes des jardins de Trianon, puis de situer les activités botaniques du jardin de Trianon dans le contexte scientifique de l’époque. Enfin, en retrouvant les sources des illustrations utilisées par Buc’hoz, une première analyse du recueil pourra être proposée à travers la sélection de quelques planches.

Un auteur malmené par ses contemporains, mais protégé par les princes : Pierre-Joseph Buc’hoz

  • 14 Pierre-Joseph Buc’hoz, Dissertation sur les travaux immenses de M. Buc’hoz, docteur en médecine, su (...)
  • 15 Charles-Édouard Wagner, « Pierre-Joseph Buc’hoz ou l’infortuné botaniste », in De feuilles en fleur (...)
  • 16 Cette création s’inscrit dans les grands travaux menés par Stanislas Leszczyński, roi détrôné de Po (...)
  • 17 Buc’hoz nous apprend qu’elle avait été l’élève de Madeleine-Françoise Basseporte (1701-1780), minia (...)
  • 18 C.-É. Wagner, op. cit., p. 12.

7Buc’hoz publie sa propre biographie14 en l’insérant dans plusieurs de ses publications. Ainsi nous apprend-il qu’il est originaire de Metz où il est né le 7 janvier 1731. Son père est receveur de la commanderie de Malte de cette même ville. Lui-même exerce d’abord la profession d’avocat, puis s’intéresse à l’histoire naturelle et entreprend des études de médecine. Il est reçu docteur à Nancy en 1763. Utilisant les travaux scientifiques de son beau-père, le docteur Marquet, lorrain lui aussi, il commence à publier un Traité historique des plantes qui croissent dans la Lorraine et les trois Évêchés15. Il participe sous le règne du roi Stanislas à la formation du jardin botanique royal de Nancy16 et, pendant que Charles Bagard, premier médecin ordinaire du roi de Pologne, dresse les plans de ce nouveau jardin affecté depuis 1758 au Collège royal de médecine de Nancy, Buc’hoz parcourt la Lorraine pour rassembler des plantes destinées à le garnir. En juillet 1764, il se rend au jardin de Trianon, à pied précise-t-il, pour y chercher des plantes exotiques, puis au jardin botanique de Rouen où Amable Pinard, médecin et démonstrateur royal de botanique, lui offre des plantes. Madame Pinard17, quant à elle, dessine et grave certaines planches du Traité historique parmi lesquelles cinq seront reprises dans Le jardin d’Éden (fig. 3). Buc’hoz a recours dans cet ouvrage à une forme de mécénat botanique, en faisant apparaître, en bas au milieu des gravures, le nom des cent quatre généreux donateurs et le blason à leurs armes18. De retour à Nancy, Buc’hoz devient pendant quatre ans « démonstrateur royal en botanique » du nouveau jardin (fig. 4 et 5) disposé d’après le système de Linné.

  • 19 Sous ce titre, la bibliothèque municipale de Versailles possède un recueil rassemblant les gravures (...)

Fig. 3 : « Euphrasia Officinarum » (euphraise des boutiques), in P.-J. Buc’hoz, Plantes de Nancy19.

Fig. 3 : « Euphrasia Officinarum » (euphraise des boutiques), in P.-J. Buc’hoz, Plantes de Nancy19.

Buc’hoz indique dans l’Histoire universelle du règne végétal l’usage médicinal de l’euphraise : « Plante ophtalmique et céphalique : tous les jours des vieillards septuagénaires qui ont presque entièrement perdu la vue par des veilles et de longues études la recouvrent par l’usage du suc exprimé de cette plante infligée dans les coins de l’œil ou pris intérieurement avec de la poudre de cloporte à l’entrée du sommeil ». La gravure sera reprise dans la planche 164 de la seconde édition du Jardin d’Éden.

© Bibliothèque municipale de Versailles / Jean-Marc Manaï

Fig. 4 : Plan du jardin royal des plantes de Nancy, in P.-J. Buc’hoz, Plantes de Nancy.

Fig. 4 : Plan du jardin royal des plantes de Nancy, in P.-J. Buc’hoz, Plantes de Nancy.

© Bibliothèque municipale de Versailles / Jean-Marc Manaï

Fig. 5 : « Le Nerprun », in P.-J. Buc’hoz, Plantes de Nancy.

Fig. 5 : « Le Nerprun », in P.-J. Buc’hoz, Plantes de Nancy.

L’architecte Richard Mique achève la construction de la caserne Sainte-Catherine, ordonnée par le roi Stanislas en face du nouveau jardin botanique. Mique participe à la publication du Traité historique de Buc’hoz qui le remercie en le citant sous le dessin de ce Nerprun. Les deux hommes se retrouveront quelques années plus tard à Versailles dans les jardins du Petit Trianon.

© Bibliothèque municipale de Versailles / Jean-Marc Manaï

  • 20 Ibid., p. 16 : « L’entreprenant jeune homme qu’il était à ses débuts, semble avoir trop souvent suc (...)
  • 21 Le comte de Provence s’entourait de savants et sa bibliothèque, dont l’inventaire dressé en 1777 es (...)
  • 22 L’ouvrage conservé au département des livres rares de la Bibliothèque nationale de France est relié (...)
  • 23 Félix Feuillet de Conches, Louis XVI, Marie-Antoinette et Madame Élisabeth : lettres et documents i (...)

8Deux ans après la mort du roi Stanislas (1766) et après une campagne de calomnies et de critiques dont il faisait l’objet en Lorraine20, il se rend à Paris où il commence la rédaction d’un journal hebdomadaire, les Lettres périodiques sur les végétaux, les animaux et les minéraux ; il y rapporte différentes découvertes sur l’agriculture, le jardinage, l’économie champêtre et l’histoire naturelle. Le 17 mai 1772, le comte de Provence21, frère du futur Louis XVI et petit-fils de son ancien protecteur, le roi Stanislas, l’honore d’un brevet de médecin botaniste et le nomme médecin surnuméraire de quartier de sa Maison. Bénéficiant de cet appui, Buc’hoz commence à partir de 1772 la publication d’une Histoire universelle du règne végétal22 en treize tomes de discours et douze tomes de planches en neuf volumes in-folio : le titre, très long, mentionne en particulier que l’ouvrage est orné de mille deux cent planches gravées dont certaines concernent les plantes les plus rares du Jardin du roi et de celui de Trianon23 (fig. 6).

  • 24 Cinq portefeuilles de dessins (mss. 267 à 271) composent ce recueil. Ces dessins ont tous été emplo (...)

Fig. 6 : À gauche : « Malus hybrida. Hort. Reg. Trianensis. Pomme poire. B. Michel femme Fessard Pinx. Fessard scu. », in P.-J. Buc’hoz, Histoire universelle du règne végétal, pl. 3, decad. 10, cent. 6. À droite : pl. 32 du Recueil de dessins enluminés24. Paris, bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, ms. 269.

Fig. 6 : À gauche : « Malus hybrida. Hort. Reg. Trianensis. Pomme poire. B. Michel femme Fessard Pinx. Fessard scu. », in P.-J. Buc’hoz, Histoire universelle du règne végétal, pl. 3, decad. 10, cent. 6. À droite : pl. 32 du Recueil de dessins enluminés24. Paris, bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, ms. 269.

Au centre : Louis de Torhout, artiste plasticien formé au département de la Phanérogamie du MNHN, a réalisé d’après le dessin de Buc’hoz ces pommes-poires en cire, l’une entière et l’autre en coupe avec ses pépins (http://atelier-torhout.com).

© À gauche et à droite : Bibliothèque centrale du MNHN – Au centre : Louis de Torhout

9Dans la préface de cet ouvrage – qui est en réalité un dictionnaire de plantes –, Buc’hoz expose les deux raisons qui l’ont incité à l’écrire : il s’agit pour lui de « louer le Créateur dans ses œuvres et se rendre utile à ses semblables ». Plus loin, il note la méthodologie employée :

  • 25 Dans un « Placet second, adressé à Napoléon Bonaparte, général, premier consul de la république fra (...)

[…] nous avons grand soin de ne parler d’agriculture et de jardinage qu’après avoir consulté de vive voix les gens de l’art préférablement à plusieurs auteurs modernes qui nous donnent journellement la plus belle théorie25, et qui n’ont pas même la moindre teinture de la pratique ; on n’est laboureur qu’en maniant le soc de la charrue, et jardinier qu’en cultivant les arbres et les plantes ; M. Richard, fameux Jardinier-Botaniste du Roi pour ses jardins de Trianon, fort versé dans la culture des végétaux, tant exotiques qu’indigènes, s’est prêté de la façon la plus honnête pour nous faire part de ses lumières.

  • 26 Plante originaire de la Nouvelle-Zélande.
  • 27 Herbier, ou Collection des plantes médicinales de la Chine, 1781 (une analyse de l’ouvrage par Geor (...)
  • 28 Paul Dorveaux, « Buc’hoz et l’Académie des Sciences », Bulletin de la Société d’histoire naturelle (...)

10Ce dictionnaire – qui peut servir de support à la consultation du Jardin d’Éden – s’arrête à la fin du treizième volume, à la Penantia26 : Buc’hoz est en effet obligé de suspendre la publication de son Histoire universelle du règne végétal en 1778, après avoir subi les faillites de deux de ses libraires qu’il qualifie de « Fripiers de la Librairie ». À la suite de ces déboires, il se lance dans un nouveau projet avec la publication de cinq ouvrages27 ou collections de « planches » enluminées in-folio, dont Le jardin d’Éden est le quatrième titre. Il est alors seul auteur et éditeur. À la même période, en 1779, il fait acte de candidature à une place d’adjoint botaniste à l’Académie des sciences. Se référant trop souvent à ses nombreux procès qui en ont fait un « martyr de la botanique », il n’y sera pas admis28. En octobre 1800, il essaie à nouveau de s’y présenter, mais son nom n’est même pas retenu parmi les candidats.

  • 29 Pierre-Joseph Buc’hoz, « Placet second, adressé à Napoléon Bonaparte, général, premier consul de la (...)

11La Révolution fait perdre à Buc’hoz son statut d’éditeur et d’auteur protégé. Il espère le retrouver avec l’arrivée au pouvoir de Napoléon Bonaparte. Dans un placet qu’il lui envoie, il écrit : « Vous aimez les plantes, protégez-les en protégeant ses ouvrages et si le jardin botanique de Trianon se trouve détruit, faites en du moins revivre la mémoire par les planches qu’il a publiées. » Mais à Malmaison, une autre équipe de savants est en place et ne veut pas entendre parler de ce vestige de Trianon, ce que Buc’hoz pressent d’ailleurs : « Il ne doit rien rester de l’ancien régime ; il suffit qu’il [son travail] représente en partie le jardin royal de Trianon, pour qu’il périsse avec lui et avec tout ce qui lui servait d’ornement29. » Il décède à Paris le 31 janvier 1807 ; une ère nouvelle commence dans le domaine des sciences en France et la page botanique de l’Ancien Régime doit être définitivement tournée.

  • 30 Il s’agissait du Serissa fœtida.
  • 31 Jean-Baptiste Montfalcon, Précis de bibliographie médicale, contenant l’indication et la classifica (...)
  • 32 Georg August Pritzel (1815-1874) est archiviste à l’Académie des sciences de la Bibliothèque royale (...)
  • 33 Frans A. Stafleu et Richard S. Cowan, Taxonomic Literature: A Selective Guide to Botanical Publicat (...)

12De son vivant, Pierre-Joseph Buc’hoz était déjà un personnage critiqué par le monde des savants. Ainsi L’Héritier de Brutelle donne son nom à une plante à l’odeur fétide, Buchozia coprosmoïdes ; heureusement cette appellation ne sera pas validée30. Au xixe siècle, la critique n’est pas moins vive ; le docteur Montfalcon décourage toute personne s’intéressant à son immense production : « Ceux qui ont eu le courage de lire les ouvrages de Buc’hoz me pardonneront de ne pas en avoir fait l’analyse ; il n’en est aucun qui ne soit au-dessous du médiocre31 ». Georg August Pritzel32, botaniste allemand, le traite quant à lui de « misérable compilateur ». Le professeur Frédéric Kirschleger (1804-1869), exerçant à Strasbourg, n’est pas plus complaisant : « […] les publications de Buc’hoz n’ont qu’une valeur trop médiocre. On y trouve une foule de fausses déterminations33. » Enfin, en 1867, le Grand dictionnaire universel du xixe siècle de Pierre Larousse indique :

  • 34 Nicolas-Charles-Joseph Trublet (1697-1770), moraliste, s’était permis de critiquer les vers de La H (...)

Buc’hoz a publié un grand nombre d’ouvrages sur les plantes étrangères et indigènes. C’est le Trublet34 des naturalistes :
Il compilait, compilait, compilait.
On a dit méchamment de ce bienheureux docteur, à la plume si fertile, qu’il a écrit sur toutes les parties de l’histoire naturelle, sans y rien comprendre, et par une espèce de phénomène dont nous ne connaissons pas d’autre exemple, qu’il a trouvé le secret de publier plusieurs centaines de volumes, et de demeurer inconnu.

  • 35 Voir note 14, catalogue de l’exposition présentée à la médiathèque de Pontiffroy. Merci à monsieur (...)
  • 36 Le dossier de l’exposition est consultable sur http://shnm.free.fr/dossier/BUC'HOZ.pdf. Merci à mon (...)
  • 37 Louis de Jullian, Galerie historique des contemporains, ou Nouvelle biographie, dans laquelle se tr (...)

13Ce botaniste fait cependant l’objet, depuis quelques années, de nouvelles recherches en Lorraine, qui témoignent de l’importance de son travail à l’époque : ainsi une exposition « Feuilles en fleurs », qui s’est tenue à la médiathèque du Pontiffroy à Metz en 1997, a permis de faire découvrir « l’infortuné botaniste35 » et son œuvre. En juin 2005, une autre exposition, à Nancy, « Buc’hoz, médecin botaniste de Stanislas roi de Pologne et duc de Lorraine », présentait ce botaniste lorrain à la plume infatigable36. Il serait intéressant de poursuivre les recherches concernant le travail de Buc’hoz en le suivant dans les milieux scientifiques parisiens et versaillais où il faisait « dessiner et graver beaucoup de plantes nouvelles que Louis XV faisait cultiver à Trianon37 ».

Le Jardin d’Éden et le contexte de sa publication

14Cet ensemble de deux cents gravures est publié une première fois en 1783 puis une seconde fois, l’année suivante, avec des modifications : les soixante dernières planches de jacinthes et de tulipes sont remplacées par des plantes botaniques. Ces deux éditions sont conservées à la Bibliothèque nationale de France. Chacune d’elles est composée de deux recueils de planches gravées coloriées, dont le premier comprend une page de titre puis cent gravures portant un numéro de planche, un nom binomial en latin, l’auteur de référence et un nom vernaculaire. Le second recueil comprend également une page de titre, cent gravures et deux pages imprimées d’une liste des planches.

  • 38 Elle avait été commencée en 1777, mais ne sera jamais terminée, faute de moyens. En 1783, Buc’hoz p (...)
  • 39 Ibid., p. 84.
  • 40 Le premier volume a été exécuté d’après les dessins d’un frère jésuite qui séjournait en Chine. Ces (...)
  • 41 Cet ouvrage, de deux volumes in-folio, est composé de deux cents gravures de plantes livrées sous f (...)

15La page de titre est à elle seule une réclame publicitaire des ouvrages de Buc’hoz à paraître ou déjà parus ; une Histoire générale et économique des trois règnes y est annoncée38 : cet ouvrage devait correspondre à la partie des « discours » des plantes coloriées. Sa finalité était avant tout économique : les usages d’ordre médicinal, alimentaire, utilitaire ou décoratif des plantes devaient y être décrits. Les deux dernières propriétés auraient dû être plus particulièrement étudiées suivant les idées de Carl von Linné et de Jean-Jacques Rousseau, qui souhaitaient « tirer la botanique de la pharmacie », considérée par beaucoup comme un « magasin de médicaments39 ». Le titre nous apprend également que ce recueil est la suite de deux autres ouvrages déjà publiés par Buc’hoz en 1781 et 1783 : Collection précieuse et coloriée des Fleurs qui se cultivent tant dans les Jardins de la Chine que dans ceux de l’Europe40 (fig. 7a et 7b) et Les dons merveilleux et diversement coloriés de la nature dans le règne végétal41 (fig. 8). Ces deux volumes, comme le Jardin d’Éden, sont des collections de « planches » sans « discours ».

Fig. 7a (à gauche) : « La reine des femmes », in P.-J. Buc’hoz, Collection précieuse et enluminée des fleurs… qui se cultivent tant dans les jardins de la Chine que dans ceux de l’Europe, vol. 2, pl. 4. Fig. 7b (à droite) : pl. 72 du Recueil de dessins enluminés. Paris, bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, ms. 271.

Fig. 7a (à gauche) : « La reine des femmes », in P.-J. Buc’hoz, Collection précieuse et enluminée des fleurs… qui se cultivent tant dans les jardins de la Chine que dans ceux de l’Europe, vol. 2, pl. 4. Fig. 7b (à droite) : pl. 72 du Recueil de dessins enluminés. Paris, bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, ms. 271.

Fig. 7b (à droite) : Ce dessin sera repris, sans le cadre jaune, le papillon et la chenille, pour illustrer la planche 147 « jacinthe La reine des femmes » de la première édition du Jardin d’Éden.

© Fig. 7a (à gauche) :  Service des jardins de Trianon – château de Versailles – Fig. 7b (à droite) : © Bibliothèque centrale du MNHN

Fig. 8 : « Mimosa linlibrizin H.R.T. l’Acacia de Constantinople », in P.-J. Buc’hoz, Les dons merveilleux, vol. 1, pl. 12. Paris, Bibliothèque nationale de France, Réserve des livres rares, S 1412.

Fig. 8 : « Mimosa linlibrizin H.R.T. l’Acacia de Constantinople », in P.-J. Buc’hoz, Les dons merveilleux, vol. 1, pl. 12. Paris, Bibliothèque nationale de France, Réserve des livres rares, S 1412.
  • 42 État des graines d’arbres, arbrisseaux, plantes, oignons à fleurs qu’il serait nécessaire de faire (...)

Buc’hoz cite sur la gravure l’origine versaillaise de l’arbre représenté : « H.R.T. » signifie Hortus Regalis Trianensis. Appelé arbre de soie en France et Giul-y-brissim en Orient, il était apprécié pour l’odeur de ses fleurs et l’élégance des étamines qui imitent des fils de soie violette42.

© Bibliothèque nationale de France

  • 43 Claude Hartmann, « L’herbier de Pierre Bulliard : une “première” dans l’édition scientifique », en (...)
  • 44 Charles Louis L’Héritier de Brutelle (1746-1800) est procureur du roi à la maîtrise des eaux et for (...)
  • 45 Charles-Louis L’Héritier de Brutelle, Stirpes novæ, aut minus cognitæ, quas descriptionibus et icon (...)
  • 46 Antonio Joseph Cavanilles (1745-1804), philosophe et théologien espagnol, vit depuis 1777 en France (...)

16Buc’hoz est relativement novateur en France dans la démarche consistant à associer une collection de plantes à un jardin spécifique, celui de la reine à Trianon. Témoignant d’une importante émulation scientifique, différents ouvrages de botanique sont à la disposition du public à l’époque de l’édition du Jardin d’Éden. Ainsi, Nicolas-François Régnault (1746-1810) publie à partir de 1774, en quatre volumes, La botanique mise à la portée de tout le monde, dont les trois cent soixante planches sont réalisées par son épouse, Geneviève de Nangis-Régnault (1746-1802). De son côté, Jean-François Bulliard dessine, grave et décrit les plantes de la Flora parisiensis entre 1776 et 1783. Considérées comme des « chefs d’œuvres de finesse, de délicatesse et de minutie » offrant « une rigueur scientifique sans défaut »43, ces planches sont accompagnées d’un texte décrivant la plante, ses qualités et ses propriétés ainsi que sa situation dans la classification. L’Héritier de Brutelle44 publie en latin, à partir de 1784, Stirpes novæ45, où il décrit et fait dessiner des plantes nouvelles envoyées par des botanistes (Antoine Richard et son neveu Louis-Claude, Joseph Dombey, André Michaux, entre autres, sont cités) et acclimatées dans divers jardins parisiens (jardin de Trianon, Jardin du roi à Paris, jardin de Monceau, jardin du docteur Le Monnier à Montreuil). L’abbé Cavanilles46 publie de 1785 à 1790, en latin également, dix cahiers de dissertations décrivant des plantes monadelphes accompagnés de deux cent quatre-vingt-dix-sept gravures : il observe principalement ces plantes à Paris, au Jardin du roi, et quelquefois à Trianon. Enfin, Pierre-Philippe Alyon (1758-1816), professeur d’histoire naturelle des enfants du duc d’Orléans, publie en 1787 un Cours de botanique, pour servir à l’éducation des enfans de S. A. sérénissime Monseigneur le duc d’Orléans, où l’on a rassemblé les plantes indigènes et exotiques employées dans les arts et dans la médecine (in-fo).

  • 47 Linné écrivait : « Je tiens pour un pieux devoir de conserver les noms de genre créés pour perpétue (...)

17En comparaison de ces travaux, l’œuvre de Buc’hoz s’inscrit dans une approche sociologique et botanique fort instructive : les ouvrages qu’il publie mettent en scène princes et princesses, médecins, amateurs et savants s’intéressant à la botanique, qu’il veut honorer et remercier pour leur soutien financier. Cette façon d’appréhender la science botanique lui attire les foudres des hommes de sciences reconnus des sociétés savantes. Pourtant, elle nous fait découvrir aujourd’hui la part prise par certaines élites au rayonnement d’une science considérée comme sévère. Buc’hoz attribue ainsi à certaines plantes nouvelles les noms de personnalités qui l’ont aidé dans ce projet de publication, tout comme Linné l’avait fait avant lui47.

  • 48 Jean-Baptiste-François Gigot d’Orcy (1733 – guillotiné en 1793) est receveur général des Finances d (...)
  • 49 Louis Guillaume Le Monnier (1717-1799), médecin en 1738 à l’infirmerie royale de Saint-Germain-en-L (...)
  • 50 Anne-Charles Lorry (1726-1783), médecin et ami du docteur Le Monnier, assistait Louis XV pendant se (...)
  • 51 Michel-Philippe Bouvart (1717-1787), médecin et professeur de médecine à Paris. Il avait soigné le (...)
  • 52 Joseph-Marie-François de Lassonne (1717-1788), premier médecin du roi et de la reine en 1775. Il es (...)
  • 53 Yolande-Martine-Gabrielle de Polastron, duchesse de Polignac (1749-1793), amie de la reine Marie-An (...)
  • 54 Alexandre-François-Frédéric de La Rochefoucauld-Liancourt (1747-1827), grand humaniste, avait insta (...)
  • 55 Charles Gravier comte de Vergennes (1719-1787), ambassadeur de France en Suède de 1771 à 1774, est (...)
  • 56 Anders Sparman (1748-1820), médecin et naturaliste suédois, en mission d’herborisation en Afrique d (...)

18Gigot d’Orcy48 est le premier à être honoré, dès la deuxième planche du Jardin d’Éden. Puis les docteurs Desmoueux (pl. 6), démonstrateur du jardin botanique de Caen, Le Monnier49 (pl. 22), médecin du roi, Lorry50 (pl. 23), Bouvart51 (pl. 24), Lassonne52 et Thierry donnent leur nom à des plantes d’Amérique et de Chine. La princesse de Polignac53 (pl. 29), gouvernante des Enfants de France, le duc de Liancourt54 (pl. 30) et le duc de Vergennes55 (pl. 63) voient leur nom associé à une plante nouvelle de Guyane. L’unique étranger honoré dans le Jardin d’Éden est un « disciple » de Linné, le docteur Sparman56, à qui Buc’hoz dédie une plante de Chine (pl. 139).

Le Jardin d’Éden : de l’image au « révélateur » d’intentions

19À défaut d’avoir découvert à ce jour l’intention de Buc’hoz quant à l’organisation de son recueil, il est possible d’en faire une première analyse selon trois axes. D’une part en observant les régions d’origine des végétaux : 44 plantes représentées viennent de la Guyane et des Antilles, 23 d’Afrique et plus particulièrement du cap de Bonne-Espérance, 22 des Indes, 16 du bassin méditerranéen, 5 de la Chine et du Japon, 4 du Pérou, 1 d’Australie, 26 d’Amérique du Nord et 27 d’Europe et de Sibérie. D’autre part, les « emprunts » qu’effectuait Buc’hoz auprès de divers auteurs étrangers attestent de la dynamique de la circulation des images qui existait alors en Europe. Enfin l’évocation de certaines plantes met en lumière certains botanistes et voyageurs qui œuvraient dans le cadre de la politique menée par le pouvoir royal, pour assurer le développement économique des colonies françaises.

  • 57 Nicolaas Meerburgh, Afbeeldingen van zeldzaame gewassen, Leyde, J. Le Mair, 1775. Meerburgh (1734-1 (...)
  • 58 Lettre adressée de Trianon par Antoine Richard à Thouin le 14 novembre 1786, « Collection d’autogra (...)

20Dès les premières planches, Buc’hoz donne le ton en invitant le lecteur à parcourir les deux hémisphères. Ainsi, dans la première gravure, Buc’hoz nous emmène au bout de l’Afrique, au cap de Bonne-Espérance, avec un Senecio chrysocome. L’origine de cette planche témoigne de la méthode de travail de Buc’hoz : comme un grand nombre de gravures du Jardin d’Éden, elle est en effet « empruntée » à un ouvrage existant. Dans ce cas, il s’agit de celui de Nicolaas Meerburgh57, publié en 1775 : vingt-sept de ses cinquante gravures sont reprises par Buc’hoz pour le Jardin d’Éden, sans le dessin des papillons que Meerburgh associait à la plante ni la courte description du végétal et de l’insecte représentés. Le cap de Bonne-Espérance, véritable paradis pour les botanistes du xviiie siècle, compte 8 500 espèces de plantes à fleurs, soit le double de la flore française. Les plantes à bulbes intéressent plus particulièrement les voyageurs, telles la jacinthe du Cap (pl. 39) ou l’amaryllis ondulée (pl. 106) qui seront ensuite revendues aux fleuristes de Harlem. Antoine Richard écrit ainsi à André Thouin, lui annonçant qu’il vient de recevoir des caisses provenant du Cap et lui proposant d’en faire le partage58.

  • 59 « Pl. 2 La Gigot d’Orcy » : les commissaires envoyés par la Commission temporaire des arts venus fa (...)

21Le lecteur s’envole à la deuxième planche en Amérique du Sud avec une plante originaire de la Guyane que Buc’hoz dédie à Gigot d’Orcy. Un dessin de cette plante, conservé au département des Estampes et de la photographie de la Bibliothèque nationale de France dans un portefeuille éponyme en contenant cent, servira de modèle pour cette seconde planche du Jardin d’Éden, tout comme trente-deux autres59.

  • 60 P.-J. Buc’hoz, Histoire universelle du règne végétal, ou Nouveau dictionnaire physique et œconom (...)
  • 61 Ibid.

22La troisième planche, qui est un autre « emprunt » à Meerburgh, nous transporte en Sibérie avec une jusquiame physaloïde. Cette plante aurait des propriétés magiques : « L’on prétend que si on donne à boire à un voleur de l’infusion de cette plante, on lui fait avouer tout ce qu’il a fait60. » Prudent, Buc’hoz rajoute : « Des pareils faits méritent confirmation61. »

  • 62 P.-J. Buc’hoz, Catalogue latin et françois des plantes vivaces qu’on peut cultiver en pleine terre, (...)
  • 63 Christoph Jakob Trew, Plantæ selectæ […], Nuremberg, s. n., 1750-1773. Buc’hoz lui « emprunte » pou (...)
  • 64 Georg Dionysius Ehret (1710-1770), célèbre dessinateur de botanique allemand, avait entre autres il (...)

23Le Canada, ancienne possession française perdue en 1763, est de nombreuses fois évoqué à travers une série de plantes : le pin du Canada (pl. 124) a été décrit par Henri Louis Duhamel du Monceau, inspecteur général de la Marine, dans son Traité des arbres et arbustes paru en 1755 ; c’est avec ce pin qu’on a construit la mâture du vaisseau du roi de soixante canons, le Saint Laurent, à Québec. La France du xviiie siècle, manquant cruellement du bois nécessaire à la construction navale, se tournait vers ses colonies pour remédier à cette pénurie. Le bois de mâture, qui provenait de régions au climat rude, où il était plus lent à croître, possédait une densité plus grande qui le rendait plus résistant. Duhamel, qui connaissait bien les collections végétales de Trianon, insiste sur le fait que la Marine consomme une grande quantité de goudron, de résine et de mâts issus des pins et qu’il serait plus avantageux pour les Français de s’approvisionner en pins dans les colonies françaises que dans les régions du Nord où ce commerce brassait « des sommes considérables ». D’autres plantes canadiennes figurent dans le Jardin d’Éden, telle la cristophoriane de Virginie (pl. 116) dont la racine est employée au Canada, comme celle de la salsepareille, pour le traitement des maladies vénériennes. Quant au martagon du Canada (pl. 34), il sert à la décoration des parterres et des jardins à l’anglaise62. Buc’hoz, dans l’euphorie de son admiration pour Linné, n’hésite pas à puiser dans les références iconographiques de ce dernier pour illustrer ses ouvrages : le modèle de ce martagon a été pris dans le Plantæ selectæ63 illustré par Georg Ehret64, dont certaines gravures ornaient la chambre du botaniste suédois à Uppsala, en Suède.

  • 65 Ce portefeuille a été acheté à sa veuve, madame Dorcy, à la Révolution.

24La Guyane et les Antilles sont particulièrement bien représentées dans le Jardin d’Éden, comme en témoignent les nombreuses planches issues des dessins du portefeuille de Gigot d’Orcy65 : le palmier aovara (pl. 4), le palmier marina (pl. 21), le boulet de canon (pl. 26) ou un curieux « Bois puant ou Bois de merde » (pl. 25) (fig. 9 et 10).

Fig. 9 (à gauche) : « Pongara tetrapetala. Aublet. Le Bois puant, ou Bois de merde », in Pierre-Joseph Buc’hoz, Le Jardin d’Éden, pl. 25, Bibliothèque nationale de France, Réserve des livres rares, S 1404. Fig. 10 (à droite) : « Bois puant ou Bois de merde, Pirigara tetrapetala D. Aublet h.G.f. », in Recueil de monsieur Gigot d’Orcy, pl. 71. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, JC 24.

Fig. 9 (à gauche) : « Pongara tetrapetala. Aublet. Le Bois puant, ou Bois de merde », in Pierre-Joseph Buc’hoz, Le Jardin d’Éden, pl. 25, Bibliothèque nationale de France, Réserve des livres rares, S 1404. Fig. 10 (à droite) : « Bois puant ou Bois de merde, Pirigara tetrapetala D. Aublet h.G.f. », in Recueil de monsieur Gigot d’Orcy, pl. 71. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, JC 24.

Fig. 9 et 10 : © Bibliothèque nationale de France

  • 66 Maria Sybilla Merian (1647-1717), fille du célèbre graveur allemand Mattäus Merian (1593-1650), app (...)

25L’autre source d’inspiration de Buc’hoz pour ses illustrations de plantes guyanaises est Maria Sybilla Merian66. Il « emprunte » dix gravures de l’ouvrage qu’elle avait illustré et publié en 1705, Metamorphosis insectorum Surinamensis. Buc’hoz reprend quasiment à l’identique ses dessins pour le Jardin d’Éden, sans insecte ni larve mais… avec les trous dans les feuilles. Citons quelques exemples : « la Vergennes ou Gladiolus Vergenia » (pl. 63) (fig. 11), énigmatique, dédiée au comte de Vergennes, ancien ambassadeur de France à Stockholm.

Fig. 11 : « Gladiolus Vergenia. Nobis. La Vergennes », in P.-J. Buc’hoz, Le jardin d’Éden, pl. 63. Paris, Bibliothèque nationale de France réserve des livres rares, S 1405.

Fig. 11 : « Gladiolus Vergenia. Nobis. La Vergennes », in P.-J. Buc’hoz, Le jardin d’Éden, pl. 63. Paris, Bibliothèque nationale de France réserve des livres rares, S 1405.

Le terme latin Nobis (« nous ») indique que c’est Buc’hoz qui nomme la plante.

© Bibliothèque nationale de France

26On pourrait croire qu’il s’agit d’une plante de pleine terre. Or Merian, après l’avoir observée sur place en Guyane, l’avait représentée dans un milieu aquatique67 avec têtards et scorpions d’eau à ses pieds ; prudente, elle ne lui donna pas de nom68, se contentant de la décrire ainsi que les animaux. Buc’hoz ne s’embarrasse guère et nous livre une représentation partielle de la plante en omettant l’élément aquatique, son intention étant avant tout d’honorer l’ancien ambassadeur.

  • 69 Les descriptions en latin de cet échantillon sont celles de Joseph Pitton de Tournefort (Institutio (...)
  • 70 Denis Lamy, « Le dessin botanique dans la transmission des connaissances », in Yves-Marie Allain et (...)

27Autre exemple : Sybilla Merian, pour sa description de la pomme de Sodome ou Solanum mammosum (pl. 61 du Jardin d’Éden), observa sur place les chenilles, insensibles aux épines acérées mais gourmandes des feuilles si douces au toucher. Cette plante suscitait à l’époque l’intérêt des Curieux, comme en témoigne l’herbier de Jussieu, conservé au département de la Phanérogamie au Muséum national d’histoire naturelle, qui en contient un échantillon récolté à Trianon69 en 1764 (fig. 12). Cet exemple met en évidence « le lien complémentaire de la plante en herbier, et de sa représentation en mots ou en images70 ».

Fig. 12 : « Solanum mammosum, L. ex h. r. trianon. 1764 », in Herbier de Jussieu. Paris, Muséum national d’histoire naturelle, laboratoire de Phanérogamie, P-JU 1224-6362.

Fig. 12 : « Solanum mammosum, L. ex h. r. trianon. 1764 », in Herbier de Jussieu. Paris, Muséum national d’histoire naturelle, laboratoire de Phanérogamie, P-JU 1224-6362.

© Gabriela Lamy

  • 71 Stéphanie Jandin, L’itinéraire d’un naturaliste, Louis-Claude Richard (1754-1821), mémoire de maîtr (...)
  • 72 Georges-Frédéric Straas ou Strass, fils du joaillier strasbourgeois Georges-Frédéric Straas (1701-1 (...)

28Le fait qu’une majorité de plantes de Guyane et des Antilles soit représentée ici pourrait s’expliquer par l’envoi du neveu du jardinier de la reine, Louis-Claude Richard71, jeune botaniste plein de talents, dans ces colonies françaises. Ce dernier avait grandi au jardin d’Auteuil, que Louis XV avait créé en 1761 et que son père, Claude Richard fils, dirigeait. En 1774, Louis XVI vendait les biens considérés comme inutiles à la Couronne, parmi eux le « Fleuriste d’Auteuil72 ». Quittant ce lieu où il avait tant appris, Louis-Claude suivit les cours de botanique au Jardin du roi à Paris et présenta plusieurs mémoires sur des plantes nouvelles à l’Académie des sciences, avec dessins à l’appui. Il réalisa de très beaux dessins (fig. 13), dont un portefeuille est conservé par la Société d’horticulture des Yvelines.

Fig. 13 : Louis-Claude Richard, Cycas circinalis, dessin. Versailles, Société d’horticulture des Yvelines.

Fig. 13 : Louis-Claude Richard, Cycas circinalis, dessin. Versailles, Société d’horticulture des Yvelines.

© Société d’horticulture des Yvelines / Jean-Marc Manaï

  • 73 Jean-Baptiste-Christophe Fusée-Aublet (1720-1778) était apothicaire-compositeur ; il est envoyé en (...)
  • 74 Ces dessins provenant du portefeuille de monsieur d’Orcy n’ont pas encore pu être identifiés mais n (...)

29En 1781, il accepte sans hésitation la proposition du marquis de Castries, ministre de la Marine, de partir en Guyane sur les traces de Jean-Baptiste Fusée-Aublet73 ; il devait y propager les productions des Indes et faire connaître celles du pays dont on pourrait tirer un parti utile (quinquina, gomme caoutchouc, etc.). Louis-Claude envoie au début de son séjour des graines en France : celles-ci pourraient correspondre aux plantes issues de ces semis qui figurent en si grand nombre dans le Jardin d’Éden, tels la palicourt de la Guiane (pl. 55), le mêlier de Cayenne (pl. 27), le thoa piquant de Cayenne (pl. 83) ou le quienbiendent des Indiens (pl. 84)74.

  • 75 Buc’hoz annonce dans le Journal de Paris du 6 mars 1780 la description de ces deux nouvelles espèce (...)

30Buc’hoz évoque également la Chine dans le Jardin d’Éden, avec deux magnolias qu’il dispose sur une même planche (pl. 133) : le magnolia de Yulan et le magnolia à fleur de lis (fig. 14). Les plantes sont dédiées au premier médecin de la reine, François de Lassonne, « recommandable par son amour pour le bien de l’humanité et par son urbanité75 ». Curieusement, Buc’hoz, en réunissant sur cette gravure ces deux magnolias, associe les deux « parents », Magnolia denudata et Magnolia liliflora, de l’hybridation Magnolia x soulangeana que l’horticulteur français Étienne Soulange-Bodin (1774-1846) réalisera en 1820 dans sa propriété de Fromont à Ris-Orangis.

Fig. 14 : « Lassonia Heptapeta. Nobis - Lassonia Quinquepeta. Nobis », in P.-J. Buc’hoz, Le jardin d’Éden, pl. 133. Paris, Bibliothèque nationale de France, Réserve des livres rares, S 1405.

Fig. 14 : « Lassonia Heptapeta. Nobis - Lassonia Quinquepeta. Nobis », in P.-J. Buc’hoz, Le jardin d’Éden, pl. 133. Paris, Bibliothèque nationale de France, Réserve des livres rares, S 1405.

© Bibliothèque nationale de France

  • 76 Camellia ou camélia ? « C’est à Alexandre Dumas fils que nous devons la transformation de l’orthogr (...)
  • 77 Engelbert Kaempfer, Amoenitatum exoticarum politico-physico-medicarum fasciculi V, quibus continent (...)
  • 78 George Edwards, A Natural History of Uncommon Birds, Londres, College of Physicians, 1743-1751, vol (...)
  • 79 Brent Elliott, Flora : une histoire illustrée des fleurs de jardin, trad. O. Koenig, Lausanne / Par (...)

31Le Japon, quant à lui, est représenté quatre planches plus loin par le Camellia japonica76. Buc’hoz décrit la plante dans son Histoire universelle où il reprend les descriptions latines de Kaempfer77 et anglaises d’Edwards78 ; concernant son mode de culture, il cite les expériences de lord Petre : « Cette plante à fleurs si magnifiques a été élevée par les soins du curieux et célèbre Milord Patra79 dans ses étuves à Thorndon-Hall en Essex. » On sait aujourd’hui que le camélia du Japon n’a pas besoin de la serre chaude et qu’il se cultive en pleine terre dans un sol bien drainé, à l’abri des grands vents et d’une exposition au soleil trop forte.

  • 80 George Voorhelm, Traité sur la jacinte, contenant la manière de la cultiver suivant l’expérience qu (...)
  • 81 Ibid., chap. vii.
  • 82 AN, O1878, « Compte de Sa Majesté, aux ordres du Sr Richard, jardinier de la reine à Trianon envo (...)

32Plus proche de nous, l’Orient est représenté par vingt planches de jacinthes et quarante planches de tulipes insérées à la fin du second volume de la première édition. Les jacinthes, odorantes, étaient particulièrement appréciées par Marie-Antoinette. Buc’hoz avait publié en 1781 un premier cahier d’une collection de jacinthes, agréé par la reine, qu’il reprend intégralement pour le Jardin d’Éden : « Marie-Antoinette Reine de France » (pl. 141) a fleuri pour la première fois à Harlem en 1780 ; l’oignon de la « Cramoisie royale » (pl. 149) a été vendu en 1779 mille florins de Hollande ; l’« Admirable » (pl. 150) (fig. 16) est également une jacinthe nouvelle. Toutes ces jacinthes sont celles qui approchent le plus de la perfection80. Leurs noms, comme ceux des tulipes, sont donnés par les fleuristes hollandais : « Ils y font entrer les noms de Princes, de Princesses, de Héros, de Gens de réputation de ce siècle ou des passés, mêmes de noms de Joyaux, de Raretés, d’Ornements, de Bâtiments, de Particularités de la Nature81. » Cette pratique explique la permanence des noms de souverains attachés à ces bulbes, toujours proposés à la vente à Harlem en pleine Révolution française… L’établissement Voorhelm et Schneevoogt, installé dans cette ville depuis l’époque de la Tulipomania (1636-1637), fournit en bulbes de jacinthes les jardins du Petit Trianon82.

Fig. 15 : Planche 74 du Recueil de dessins enluminés. Paris, bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, ms. 271.

Fig. 15 : Planche 74 du Recueil de dessins enluminés. Paris, bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, ms. 271.

Cette jacinthe sera reprise par Buc’hoz pour illustrer, sans le cadre jaune, les papillons et le vase, la planche 150, l’« Admirable », du Jardin d’Éden.

© Bibliothèque centrale du MNHN

  • 83 Aline Hamonou-Mahieu, Claude Aubriet (vers 1665-1742), peintre d’histoire naturelle, thèse d’histoi (...)
  • 84 P.-J. Buc’hoz, Histoire universelle du règne végétal, op. cit., t. I.
  • 85 Le dessin de la benoîte jaune des Alpes (pl. 131) conservé dans le Recueil de dessins enluminés de (...)

33Autre source d’inspiration de Buc’hoz pour le continent africain : les Vélins du roi. Il avait annoncé dans le titre de son Histoire universelle du règne végétal en 1774 que ses illustrations étaient ornées « d’après la magnifique collection de plantes déposée dans le cabinet des estampes à la bibliothèque du Roi » : ainsi fait-il reproduire pour le Jardin d’Éden trois vélins d’aloë de Claude Aubriet83 : l’aloë à verrues (pl. 66), l’aloë en arbre des montagnes (pl. 68), et l’aloë de la Guinée (pl. 96) (fig. 16). Ces plantes d’Afrique nécessitent l’orangerie ou la serre chaude de Trianon. Elles ont des propriétés médicinales (purgatives), économiques (on peut utiliser le suc d’aloë en poudre pour la bonne conservation des animaux desséchés dans les cabinets ou bien s’en servir comme colle pour faire fuir les insectes nuisibles ou attacher les plantes dans les herbiers) ou ornementales. Sur ce dernier point, Buc’hoz insiste sur le fait que la culture des aloës est réservée aux « cultivateurs botanistes et aux grands seigneurs84 ». En recopiant les vélins de Claude Aubriet et de Jean Joubert85, Buc’hoz inscrit la légitimité de son travail dans le continuum scientifique royal mis en œuvre par Louis XIV.

Fig. 16 : Aloë guinenis, pl. 51 du Recueil de dessins enluminés. Paris, bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, ms. 268.

Fig. 16 : Aloë guinenis, pl. 51 du Recueil de dessins enluminés. Paris, bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, ms. 268.

© Bibliothèque centrale du MNHN

  • 86 Le dessin est conservé dans l’un des cinq portefeuilles de Buc’hoz à la bibliothèque centrale du MN (...)
  • 87 Lettre de Louis de Breteuil (Stockholm) à Carl von Linné (Uppsala), 17 novembre 1766, consultable e (...)

34Enfin, une plante de Sibérie, envoyée de Suède par Linné, peut illustrer la correspondance établie en latin entre Claude Richard et le savant suédois. La saxifrage de Sibérie86 (pl. 32) était convoitée depuis 1764 par le jardinier français de Trianon : Linné lui chante les louanges de cette plante qu’il dit voir pousser « heureusement » chez lui. Elle « est certainement la plus belle des plantes, mais jamais elle ne donne des graines mûres ; je désirerais vivement vous en envoyer un pied vivant, mais je ne sais par quel moyen ». Impatient, Richard lui écrit le 24 mars 1765 que « la Saxifraga crassifolia peut [lui] être envoyée avec des mousses sèches par le courrier ». Linné, six mois plus tard, lui répond : « J’ai attendu pour y répondre jusqu’à ce que je pusse vous envoyer en même temps une Saxifraga crassifolia, laquelle fleurit depuis le commencement du printemps jusqu’au milieu de l’été ; or je ne pouvais vous en envoyer aisément avant la complète fructification. » Buc’hoz, en insérant la planche de cette fleur (fig. 17) dans le Jardin d’Éden, confirme l’existence de celle-ci à Trianon. Le voyage de plantes entre les deux pays était organisé par l’ambassadeur de France en Suède lui-même, Louis Le Tonnelier de Breteuil87.

Fig. 17 : Planche 72 du Recueil de dessins enluminés. Paris, bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, ms. 271.

Fig. 17 : Planche 72 du Recueil de dessins enluminés. Paris, bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, ms. 271.

Ce dessin sera repris par Buc’hoz pour illustrer la planche 32 du Jardin d’Éden, « Saxifraga crassifolia. Linn. La Saxifrage de Sibérie », sans la bordure jaune et le papillon.

© Bibliothèque centrale du MNHN

  • 88 Ce brevet est conservé depuis 1987 à la bibliothèque municipale de Cherbourg-Octeville : « Peintre (...)

35En 1785, la fin de la publication de la seconde édition du Jardin d’Éden coïncide avec l’octroi, le 1er juin, d’un brevet accordé à Louis-Barthélemy Fréret (1757-1831), originaire de Cherbourg, comme « peintre des fleurs étrangères de la Reine88 ». Buc’hoz publiera plus tard les dessins de Fréret en faisant apparaître son nom (fig. 18).

Fig. 18 : « Soleil vivace, Bec de gruë à feuille d’Aconit, safran printanier, Astere à grandes fleurs, Fréret, Peintre de la Reine pour les Fleurs Etrangères », in P.-J. Buc’hoz, Bouquet de Flore ou Recueil de bouquets et d’autres objets d’histoire naturelle, pl. 14. Paris, Bibliothèque nationale de France, réserve des livres rares, S 682.

Fig. 18 : « Soleil vivace, Bec de gruë à feuille d’Aconit, safran printanier, Astere à grandes fleurs, Fréret, Peintre de la Reine pour les Fleurs Etrangères », in P.-J. Buc’hoz, Bouquet de Flore ou Recueil de bouquets et d’autres objets d’histoire naturelle, pl. 14. Paris, Bibliothèque nationale de France, réserve des livres rares, S 682.

Cette gravure est la seule publiée par Buc’hoz mentionnant le nom de Fréret et son titre associé.

© Bibliothèque nationale de France

  • 89 Étienne-Pierre Ventenat, Jardin de la Malmaison, Paris, impr. du Crapelet, 1803, 2 vol., et Aimé Bo (...)
  • 90 Godefroy-Charles-Henri de La Tour-d’Auvergne, duc de Bouillon (1728-1792), propriétaire du château (...)

36Reprenant l’idée de rassembler dans une collection précieuse les végétaux étrangers naturalisés dans un jardin89, l’Impératrice Joséphine fera dessiner par Pierre-Joseph Redouté (1759-1840) les plantes de Malmaison et de Navarre90 en associant à l’image la description, les observations, le mode de culture de la plante ainsi que les remarques sur la composition. Ces très belles réalisations sont la synthèse des expériences des publications antérieures menées par Régnault, Bulliard, Buc’hoz, Cavanilles ou L’Héritier.

37En inscrivant son ouvrage dans l’espace et dans le temps des grandes découvertes du xviiie siècle, Buc’hoz illustrait en images les vers que l’abbé Delille venait d’écrire sur les jardins :

  • 91 Jacques Delille, Les jardins, ou L’art d’embellir les paysages : poème, Paris / Reims, Valade / Caz (...)

Là, des plants rassemblés des bouts de l’univers,
De la cime des monts, de la rive des mers,
Des portes du couchant, de celles de l’aurore,
Ceux que l’ardent midi, que le nord voit éclore,
Les enfans du soleil, les enfans des frimats,
Me font, en un lieu seul, parcourir cent climats91.

Haut de page

Bibliographie

Sources manuscrites

Paris, Muséum national d’histoire naturelle, bibliothèque centrale :

– Ms. 306, Commission de la recherche des plantes dans les jardins de la liste civile et dans ceux des émigrés ;
– Mss. 267 à 271, Recueils de dessins enluminés ;
– Ms. 92, Recueil de dessins de plantes, par Aubriet, Madeleine de Basseporte, N.-S. Blot, etc. ;
– VEL Plantes 8,17 (Aubriet) ;
– VEL Plantes 8,38 (Aubriet) ;
– VEL Plantes 8,57 (Aubriet) ;
– VEL Plantes 8,59 (Aubriet) ;
– VEL Plantes 53, 24 (Joubert) ;
– VEL Plantes 55,26 (Aubriet) ;
– VEL Plantes 61,30 (Aubriet).

Paris, Muséum national d’histoire naturelle, département de la Phanérogamie :

– Herbier de Jussieu.

Paris, Archives nationales :

– F17 1225, Rapport sur les végétaux déposés à Évreux ;
– F17 1227, fos 46 et 47, correspondance entre Roland et Thouin ;
– O1 1878, « Entretien du jardin français et anglais du Petit Trianon à la charge du sieur Richard à commencer du 1er janvier 1785 » et « Compte de Sa Majesté, aux ordres du Sr Richard, jardinier de la reine à Trianon envoyé par Voorhelm et Schneevoogt, une caisse contenant les ognons de jacinthes et autres pour le besoin du jardin de Sa Majesté [1784] ».

Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie :

– JC 24, Recueil de monsieur Gigot d’Orcy.

Sources imprimées

Buchoz Pierre-Joseph, Bouquets de flore ou Recueil de bouquets et d’autres objets d’histoire naturelle, Paris, l’auteur, s. d.

— Collection précieuse et enluminée des fleurs les plus belles et les plus curieuses qui se cultivent tant dans les jardins de la Chine que dans ceux de l’Europe, Paris, Lacombe, s. d., 2 vol. in-fo., titre gravé, pl. gravées et coloriées.

— Les dons merveilleux et diversement coloriés de la nature dans le règne végétal, ou Collection de plantes précieusement coloriées […] formant suite à la « Collection des fleurs curieuses et enluminées qu’on cultive tant dans les jardins de la Chine que dans ceux de l’Europe », Paris, l’auteur, s. d., 2 vol.

— Traité historique des plantes qui croissent dans la Lorraine et les Trois Évêchés, Nancy, F. Messin, 1762-1770, 10 tomes en 11 vol. Voir t. II pl. 4, 6, 17 et 21, t. IV pl. 5, t X pl. 6, t. XII pl. 3, t. XVI pl. 26, t. XVII pl. 15 et 18, t. XVIII pl. 10.

— Histoire universelle du règne végétal, ou Nouveau dictionnaire physique et œconomique de toutes les plantes qui croissent sur la surface du globe, Paris, Brunet, 1775-1780, 13 tomes de texte et 12 tomes de pl. en 9 vol. in-fo. En partie disponible sur http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/16402.

— Plantes nouvellement découvertes récemment dénommées et classées, représentées en gravures, avec leurs descriptions, pour servir d’intelligence à l’histoire générale et économique des trois règnes, Paris, l’auteur, 1779.

— Herbier ou collection des plantes médicinales de la Chine d’après un manuscrit peint et unique qui se trouve dans la bibliothèque de l’empereur de la Chine, pour servir de suite aux planches enluminées et non enluminées d’histoire naturelle et à la collection des fleurs qui se cultivent dans les jardins de la Chine et de l’Europe, Paris, l’auteur, 1781, 1 vol., 100 pl. coloriées.

— Histoire générale et économique des trois règnes de la nature : partie seconde, destinée au règne végétal, Paris, chez l’auteur, 1783.

— Le jardin d’Éden : le paradis terrestre renouvellé dans le jardin de la Reine, à Trianon, ou Collection des plantes les plus rares qui se trouvent dans les deux hémisphères pour servir à l’intelligence de l’histoire générale et œconomique des trois règnes, Paris, l’auteur, 1783, 2 vol.

 Le Grand Jardin de l’univers, où se trouvent coloriées les plantes les plus belles, les plus curieuses et les plus rares des quatre parties de la terre, Paris, l’auteur, 1785, 2 vol.

— Catalogue latin et françois des plantes vivaces qu’on peut cultiver en pleine terre, pour la décoration des jardins à l’angloise et des parterres […], Londres, s. n., 1786.

Edwards George, A Natural History of Uncommon Birds, Londres, College of Physicians, 1743-1751, 4 vol.

Fusée-Aublet Jean-Baptiste Christian, Histoire des plantes de la Guiane françoise, rangées suivant la méthode sexuelle, avec plusieurs mémoires sur différens objets intéressans, relatifs à la culture & au commerce de la Guiane françoise, & une notice des plantes de l’Isle-de-France, Paris, P.-F. Didot jeune, 1775, 4 vol. Exemplaire numérisé disponible sur http://num-scd-ulp.u-strasbg.fr:8080/46/.

Linné Carl von, Hortus Cliffortianus Plantas exhibens Quas in Hortistam Vivis quam Siccis, Hartecampi in Hollandia […], Amsterdam, s. n., 1737, pl. 18. Exemplaire numérisé consultable sur http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/690.

Meerburgh Nicolaas, Afbeeldingen van zeldzaame gewassen, Leyde, J. Le Mair, 1775, pl. 1, 2, 3, 4, 5, 7, 8, 9, 11, 13, 14, 15, 16, 18, 20, 21 23, 24, 26, 27, 28, 31, 34, 26, 37, 39, 40.

Plumier Charles, Description des plantes de l’Amérique avec leurs figures, Paris, Imprimerie royale, 1693, pl. 36. Exemplaire numérisé disponible sur http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/911.

Merian Maria Sybilla, Metamorphosis insectorum surinamensium […], Amsterdam, Valk, 1705, pl. 13, 16, 24, 27, 35, 36, 37, 38, 56, 63.

Trew Christoph Jacob, Plantæ selectæ […], Nuremberg, s. n., 1750-1773, illustrations de Georg Dionysius Ehret, pl. 3, 4, 11, 16, 25, 34, 45, 50, 53 et 58.

Voorhelm George, Traité sur la jacinte, contenant la manière de la cultiver suivant l’expérience qui en a été faite par Georg Voorhelm, Harlem, Bohn, 1762.

Études

Allain Yves-Marie et al., Passions botaniques : naturalistes voyageurs au temps des grandes découvertes, Rennes, Ouest-France, 2008.

Blaikie Thomas, Sur les terres d’un jardinier : journal de voyages, 1775-1792, éd. J. Barrier et M. Mosser, Besançon, Les éditions de l’imprimeur, 1997.

Charles-Gaffiot Jacques (dir.), Lunéville : fastes du Versailles lorrain, Paris, Carpentier, 2003.

Desjardins Gustave-Adolphe, Le Petit Trianon : histoire et description, Versailles, L. Bernard, 1885.

Dorveaux Paul, « Buc’hoz et l’Académie des sciences », Bulletin de la Société d’histoire naturelle de la Moselle, 1932, 33e cahier, p. 103-123.

Elliott Brent, Flora : une histoire illustrée des fleurs de jardin, trad. O. Koenig, Lausanne / Paris, Delachaux / Niestlé, 2001.

Heurtel Pascale, Plantes et fleurs du voyage : dessins naturalistes xviie-xixe siècles, Arles, Actes Sud / Motta, 2001.

Kaempfer Engelbert, Amoenitatum exoticarum politico-physico-medicarum fasciculi V, quibus continentur variæ relationes, observationes et descriptiones rerum Persicarum et ulterioris Asiæ, Lemgo, H. W. Meyer, 1712. Exemplaire numérisé consultable sur : http://shinku.nichibun.ac.jp/kichosho/new/books/24/suema0000000023j.html.

Linné Carl von ; Richard Antoine, Correspondance inédite de Linné avec Claude et Antoine Richard (1764-1774), trad. A. Landrin, Versailles, impr. A. Montalant, 1863.

Hagberg Knut, Carl Linné, « le roi des fleurs », trad. T. Hammar et M. Metzger, Paris, Éd. Je sers, 1944.

Lever Évelyne, Louis XVIII, Paris, Fayard, 1988.

Mosser Monique, « Les nouveaux champs disciplinaires liés à la connaissance et à la restauration des jardins », in Élisabeth Motte-Florac, François Michaud et Françoise Olivier (dir.), Histoire de la botanique et restauration des jardins : premières rencontres scientifiques européennes autour du Jardin des Plantes de Montpellier (Montpellier, 19-20 mai 2006), Montpellier, Sauramps médical, 2007, p. 125-138.

Uddenberg Nils, Linné : le rêve de l’ordre dans la nature, Paris, Belin, 2007.

Pinault-Sørensen Madeleine, Le peintre et l’histoire naturelle, Paris, Flammarion, 1990.

Haut de page

Notes

1 Ces jardins en 1792 sont ceux de Monsieur à Versailles, de Mesdames à Bellevue, de Madame à Montreuil, du comte d’Artois à Bagatelle et de madame de Tessé à Chaville.

2 Yvonne Letouzey, Le jardin des plantes à la croisée des chemins avec André Thouin (1747-1824), Paris, Éd. du Muséum, coll. « Les Grands naturalistes français », 1989.

3 Correspondance de Jean-Marie Roland et André Thouin, AN, F17 1227, fos 46 et 47 et « Commission de la recherche des plantes dans les jardins de la liste civile et dans ceux des émigrés », bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle (MNHN), ms. 306.

4 Ces serres correspondent aujourd’hui au bâtiment appelé orangerie de Jussieu.

5 Contrairement à une légende tenace, les Richard ne descendent pas d’une famille d’origine irlandaise émigrée avec Jacques II Stuart (1633-1701) à Saint-Germain-en-Laye : Pierre-Émile Renard a retrouvé les origines toutes saint-germanoises de cette famille de jardiniers-fleuristes dont la présence est attestée bien avant l’arrivée des Stuart en 1690 en Île-de-France (voir « Les Richard, jardiniers-fleuristes et botanistes du roi, ou la généalogie au service d’une histoire non légendaire », STEMMA, cahier no 105, 1er trimestre 2005). Le duc de Mar, qui faisait partie de la suite de Jacques III (1688-1766) et qui se disait « infected with the disease of building and gardening », s’installe à Saint-Germain-en-Laye en 1725 et est obligé de quitter la France précipitamment en 1729 pour échapper à ses créanciers. Il cède avant de partir ses fameuses serres chaudes à Claude Richard. Merci à Edward Corp pour cette récente découverte : « Les Jacobites au Château-vieux et la vie artistique et littéraire à Saint-Germain, 1718-1766 », Bulletin des amis du vieux Saint-Germain : la vie culturelle et artistique à Saint-Germain-en-Laye au xviiie siècle (actes du colloque du 10 mars 2007), no 44, 2007, p. 17-25, ici p. 18.

6 Bernard de Jussieu (1699-1777), médecin et botaniste, est démonstrateur de botanique au Jardin du roi à Paris depuis 1722. Il est admis à l’Académie des sciences en 1725.

7 Antoine-Laurent de Jussieu, Genera Plantarum, Paris, Veuve Hérissant, 1789, p. lxiij.

8 Mary Gunn et Leslie E. Codd, Botanial Exploration of Southern Africa, Le Cap, Botanical Research Institute-Balkema, 1981. Ces auteurs nous apprennent, par exemple, que Nicolas-Antoine Labrousse, botaniste et officier du régiment du Luxembourg de passage à la ville du Cap en Afrique du Sud, y est signalé en 1782 comme « picking, pressing and preserving flowers to take to the queen » (voir l’entrée « Labrousse »). À son retour en Europe, il vend à Harlem de nombreux bulbes, dont un Amaryllis gigantea qui ne fleurira qu’en 1805. L’impératrice Joséphine l’achètera pour Malmaison et Pierre-Joseph Redouté la peindra en la nommant Amaryllis josephinæ. Accusé en 1793 par le tribunal révolutionnaire, Labrousse est guillotiné l’année suivante. Parcours sanglant d’un bulbe initialement récolté pour une reine éprise de fleurs…

9 « Entretien du jardin français et anglais du Petit Trianon à la charge du sieur Richard à commencer du 1er janvier 1785 », AN, O1 1878.

10 Ces jardins entretenus par les Richard père et fils étaient composés du Jardin français, du Jardin anglais, d’un potager, d’une pépinière (bulbes, fleurs, arbres et arbustes), d’une orangerie et d’une serre chaude.

11 Gabriela Lamy, « Les jardins de Trianon à travers la presse. Les progrès de la botanique et de l’horticulture vus par LAvant-Coureur et le Journal de Paris (1760-1792) », in Christophe Henry et Daniel Rabreau (dir.), Le public et la politique des arts au siècle des Lumières, actes du colloque (Paris, Institut national d’histoire de l’art, 17-19 décembre 2009), Paris / Bordeaux, Centre Ledoux, université Paris I Panthéon-Sorbonne / William Blake & Co, 2011, p. 413-426.

12 Des exemplaires numérisés sont consultables sur http://bibliotheque-numerique.inha.fr.

13 A contrario, on peut remarquer que le Jardin d’Éden n’a fait l’objet d’aucune publicité dans le Journal de Paris, qui pourtant annonce régulièrement les publications de ce botaniste.

14 Pierre-Joseph Buc’hoz, Dissertation sur les travaux immenses de M. Buc’hoz, docteur en médecine, sur le peu de récompenses qu’il en a reçues et sur les avantages qui en ont résulté à ses ennemis, Paris, P.-J. Buc’hoz, s. d.

15 Charles-Édouard Wagner, « Pierre-Joseph Buc’hoz ou l’infortuné botaniste », in De feuilles en fleurs : livres de botanique illustrés xvie-xixe siècles : parcs et jardins en Moselle xviiie-xxe siècles, cat. exp. (Metz, médiathèque du Pontiffroy, 29 novembre 1997 – 31 janvier 1998), Metz, bibliothèque de la ville de Metz, 1997, p. 7-22. Le Traité historique des plantes qui croissent dans la Lorraine et les trois Évêchés est annoncé comme un inventaire de la flore lorraine : l’ouvrage fait l’objet de critiques dès la parution du second tome (vingt volumes sont prévus) en 1763 ; seules les gravures en sont exemptes.

16 Cette création s’inscrit dans les grands travaux menés par Stanislas Leszczyński, roi détrôné de Pologne et beau-père de Louis XV, qui reçut en 1737 un pouvoir nominal sur la Lorraine, à charge pour lui d’en conduire en douceur le rattachement à la France. S’il réside à Lunéville, il entreprend de nouveaux aménagements dans sa capitale, recevant l’essentiel de ses subsides de son gendre par l’intermédiaire d’Antoine Chaumont de La Galaizière, chancelier du roi Stanislas et intendant du roi de France en Lorraine. Il met alors en œuvre le programme urbain entrepris par le duc Léopold, dominé par l’établissement d’une place royale désirée dès 1751. La rue qui borde ce nouveau jardin des plantes aboutit à cette place.

17 Buc’hoz nous apprend qu’elle avait été l’élève de Madeleine-Françoise Basseporte (1701-1780), miniaturiste du roi, et que son travail valait celui de Maria Sybilla Merian (1647-1717), connue pour ses remarquables dessins de plantes et d’insectes.

18 C.-É. Wagner, op. cit., p. 12.

19 Sous ce titre, la bibliothèque municipale de Versailles possède un recueil rassemblant les gravures servant à illustrer le Traité historique des plantes qui croissent dans la Lorraine et les Trois Évêchés de Buc’hoz.

20 Ibid., p. 16 : « L’entreprenant jeune homme qu’il était à ses débuts, semble avoir trop souvent succombé à un tempérament pour le moins imprudent qui lui faisait ignorer les précautions et les usages, de mise dans un monde feutré des élites intellectuelles, que l’on sait être par nature, susceptibles et jalouses. »

21 Le comte de Provence s’entourait de savants et sa bibliothèque, dont l’inventaire dressé en 1777 est conservé à la bibliothèque municipale de Versailles, témoigne d’un goût marqué pour les sciences, et particulièrement pour la botanique.

22 L’ouvrage conservé au département des livres rares de la Bibliothèque nationale de France est relié aux armes de Marie-Antoinette (Paris, Brunet, 1775-1780).

23 Félix Feuillet de Conches, Louis XVI, Marie-Antoinette et Madame Élisabeth : lettres et documents inédits, Paris, Plon, 1864, t. I, p. 90 : Louis XVI à Amelot, « Versailles, le 10 janvier 1777 […] Je suis bien aise de ce que vous me dites du médecin botaniste Buc’hoz, qui désire me présenter la suite de son Histoire universelle du règne végétal. Je l’ai déjà reçu nombre de fois. Je savois que c’est un fort bon homme. La Reine l’a vu à son jardin de Trianon, où il dessinoit des plantes. Où trouve-t-il donc le temps de tant écrire ? »

24 Cinq portefeuilles de dessins (mss. 267 à 271) composent ce recueil. Ces dessins ont tous été employés par Buc’hoz pour ses publications.

25 Dans un « Placet second, adressé à Napoléon Bonaparte, général, premier consul de la république française », s. d., il écrit : « […] ce jeune botaniste [Lamarck] prétendait, sans avoir jamais vu mon Histoire, qu’elle ne devait absolument rien valoir, parce que j’en étais l’auteur, parce que je n’étais point un élève du jardin des plantes, et probablement, parce que je n’avais pas encensé l’idole, ce que je ne ferai jamais ». Qui serait « l’idole » qu’évoque Buc’hoz ?

26 Plante originaire de la Nouvelle-Zélande.

27 Herbier, ou Collection des plantes médicinales de la Chine, 1781 (une analyse de l’ouvrage par Georges Métailié est consultable sur : http://www.bium.univ-paris5.fr/histmed/medica/flore.htm) ; Collection précieuse et enluminée des fleurs les plus belles et les plus curieuses qui se cultivent tant dans les jardins de la Chine que dans ceux de l’Europe, 1776-1780 ; Les dons merveilleux et diversement coloriés de la nature dans le règne végétal, 1779-1783 ; Le jardin d’Éden : le paradis terrestre renouvellé dans le jardin de la Reine à Trianon, 1783 ; Le Grand Jardin de l’univers, 1785.

28 Paul Dorveaux, « Buc’hoz et l’Académie des Sciences », Bulletin de la Société d’histoire naturelle de la Moselle, 33e cahier, 1932. Paul Dorveaux (1851-1938), lorrain, était médecin, membre de l’Académie des sciences et historien des sciences.

29 Pierre-Joseph Buc’hoz, « Placet second, adressé à Napoléon Bonaparte, général, premier consul de la république française » in Dissertation apologétique huitième et dernière servant de résumé aux dissertations précédentes en faveur de Joseph-Pierre Buc’hoz, vieillard infortuné, s.l.n.d.

30 Il s’agissait du Serissa fœtida.

31 Jean-Baptiste Montfalcon, Précis de bibliographie médicale, contenant l’indication et la classification des ouvrages les meilleurs, les plus utiles etc., Paris, Baillère, 1827.

32 Georg August Pritzel (1815-1874) est archiviste à l’Académie des sciences de la Bibliothèque royale de Berlin. Il publie en 1872 Thesaurus literaturæ botanicæ, répertoriant toute la littérature botanique connue de l’époque, soit quinze mille ouvrages.

33 Frans A. Stafleu et Richard S. Cowan, Taxonomic Literature: A Selective Guide to Botanical Publications and Collections with Dates, Commentaries and Types, Utrecht, Bohn, Scheltema & Holkema, 1976.

34 Nicolas-Charles-Joseph Trublet (1697-1770), moraliste, s’était permis de critiquer les vers de La Henriade de Voltaire. Ce dernier répliquait en écrivant : « L’abbé Trublet avait alors la rage / D’être à Paris un petit personnage ; / Au peu d’esprit que le bonhomme avait / L’esprit d’autrui par supplément servait / Il entassait adage sur adage ; / Il compilait, compilait, compilait… »

35 Voir note 14, catalogue de l’exposition présentée à la médiathèque de Pontiffroy. Merci à monsieur Wagner pour la communication de ce catalogue.

36 Le dossier de l’exposition est consultable sur http://shnm.free.fr/dossier/BUC'HOZ.pdf. Merci à monsieur Vernier pour la communication de son intervention.

37 Louis de Jullian, Galerie historique des contemporains, ou Nouvelle biographie, dans laquelle se trouvent réunis les hommes […] de toutes les nations qui se sont fait remarquer à la fin du xviiie siècle et au commencement du xixe […], Bruxelles, A. Wahlen et Cie, 1822, seconde édition, t. III, p. 37.

38 Elle avait été commencée en 1777, mais ne sera jamais terminée, faute de moyens. En 1783, Buc’hoz publie Histoire générale et économique des trois règnes de la nature : partie seconde, destinée au règne végétal (Paris, l’auteur).

39 Ibid., p. 84.

40 Le premier volume a été exécuté d’après les dessins d’un frère jésuite qui séjournait en Chine. Ces dessins ont été envoyés à la comtesse de Marsan, alors gouvernante des Enfants de France. Elle les communique à Buc’hoz par l’intermédiaire du docteur Le Monnier, premier médecin du roi et botaniste. Les dessins du second volume ont été réalisés par madame Fessard, descendante des Adam, sculpteurs de Lorraine. Parus sous forme de cahiers de dix planches, ces deux volumes sont publiés de 1776 à décembre 1780. Plusieurs dessins du second volume sont conservés à la bibliothèque centrale du MNHN.

41 Cet ouvrage, de deux volumes in-folio, est composé de deux cents gravures de plantes livrées sous forme de cahier de dix planches au prix de 24 livres l’un. La première livraison est proposée au début du mois de novembre 1779, et la dernière en 1783.

42 État des graines d’arbres, arbrisseaux, plantes, oignons à fleurs qu’il serait nécessaire de faire venir du Levant pour les jardins botaniques et d’agrémens de Sa Majesté, Paris, Veuve Hérissant, 1779, p. 2 (AN, O1 1211).

43 Claude Hartmann, « L’herbier de Pierre Bulliard : une “première” dans l’édition scientifique », en ligne : http://www.bium.univ-paris5.fr/histmed/medica/flore.htm (consulté le 23 octobre 2008).

44 Charles Louis L’Héritier de Brutelle (1746-1800) est procureur du roi à la maîtrise des eaux et forêts de Paris et botaniste agronome au Jardin du roi à Paris. Il sauve des mains des Espagnols les documents du botaniste voyageur Joseph Dombey revenu du Pérou en envoyant en 1786 ces documents en Angleterre, où Joseph Banks lui permet d’étudier ces herbiers. De ces recherches il publiera Sertum anglicum : seu Plantæ rariores quæ in hortis juxta Londinium, imprimis in horto regio Kewensi excoluntur, ab anno 1786 ad annum 1787 observatæ, en 1788, illustré par Redouté.

45 Charles-Louis L’Héritier de Brutelle, Stirpes novæ, aut minus cognitæ, quas descriptionibus et iconibus, Paris, P.-D. Pierres, 1784-1785.

46 Antonio Joseph Cavanilles (1745-1804), philosophe et théologien espagnol, vit depuis 1777 en France, où il est précepteur des enfants de l’ambassadeur d’Espagne en France. À partir de 1785, il s’intéresse à la botanique et décrit des plantes nouvelles voire s’attache à créer de nouveaux genres. Il quitte la France à la veille de la Révolution et deviendra directeur du Real Jardin Botánico de Madrid de 1801 jusqu’à sa mort.

47 Linné écrivait : « Je tiens pour un pieux devoir de conserver les noms de genre créés pour perpétuer la mémoire d’un botaniste qui a bien mérité de la science. » Ces appellations sont souvent teintées de courtoisie et de malice, d’humour et d’ironie, de subtilité et d’amabilité. Ainsi pour les genres Commelina et Hernandia –représentés dans les planches 80, 97 et 168 du Jardin d’Éden : « Commelina a des fleurs à trois pétales, dont deux très nets, mais le troisième peu apparent ; d’après les deux botanistes nommés Commelin, car le troisième décéda avant d’avoir rien produit en botanique » et « Hernandia est un arbre américain avec des feuilles plus belles qu’aucun autre arbre, mais avec des fleurs presque négligeables. D’après un botaniste [Francisco Hernández (1514-1578)] qui avait une chance extraordinaire et qui fut richement rémunéré pour faire des recherches dans l’histoire naturelle d’Amérique ; si seulement les fruits de son travail avaient compensé les dépenses ! ».

48 Jean-Baptiste-François Gigot d’Orcy (1733 – guillotiné en 1793) est receveur général des Finances de Champagne. Naturaliste, il s’intéresse particulièrement aux papillons et publie à partir de 1779 les dessins de sa collection d’insectes : Papillons d’Europe, peints d’après nature par M. Ernst […] décrits par le R. P. Engramelle [et par A. Carangeot], Paris, P. M. Delaguette, Basan et Poignant, 1779-1792.

49 Louis Guillaume Le Monnier (1717-1799), médecin en 1738 à l’infirmerie royale de Saint-Germain-en-Laye, professeur de botanique au Jardin du roi en 1758, est membre de l’Académie des sciences depuis 1743. Ami de madame de Marsan, gouvernante des Enfants de France de 1754 à 1776, il devient médecin des princes qui lui sont confiés. Il achète à madame de Marsan en 1776 la maison dite des Italiens, à Montreuil, où il acclimate de nombreuses plantes étrangères. Il ne deviendra premier médecin du roi qu’en 1788 en remplacement de Lassonne.

50 Anne-Charles Lorry (1726-1783), médecin et ami du docteur Le Monnier, assistait Louis XV pendant ses derniers jours. Il possédait un jardin près de Paris où il cultivait des plantes utiles aux arts et à la médecine.

51 Michel-Philippe Bouvart (1717-1787), médecin et professeur de médecine à Paris. Il avait soigné le duc de Bourgogne, petit-fils de Louis XV.

52 Joseph-Marie-François de Lassonne (1717-1788), premier médecin du roi et de la reine en 1775. Il est à l’origine de la Société royale de médecine de Paris.

53 Yolande-Martine-Gabrielle de Polastron, duchesse de Polignac (1749-1793), amie de la reine Marie-Antoinette, obtient la charge de gouvernante des enfants royaux en 1782 et remplace la princesse de Guéméné, obligée d’abandonner sa charge après la banqueroute de son mari.

54 Alexandre-François-Frédéric de La Rochefoucauld-Liancourt (1747-1827), grand humaniste, avait installé dans une ferme de son domaine de Liancourt, dans l’Oise, une école destinée à donner aux enfants orphelins et fils de soldats de son régiment un enseignement professionnel liant pratique et théorie. Il est le parrain du premier enfant d’Antoine Richard – jardinier de la reine –, Marie-Antoinette, née le 10 janvier 1783.

55 Charles Gravier comte de Vergennes (1719-1787), ambassadeur de France en Suède de 1771 à 1774, est rappelé en France pour devenir secrétaire d’État aux Affaires étrangères. À ce titre, il fournit plusieurs lettres de circulation à Buc’hoz pour que ce dernier puisse se déplacer sans problème en Angleterre, Hollande et Allemagne.

56 Anders Sparman (1748-1820), médecin et naturaliste suédois, en mission d’herborisation en Afrique du Sud, rejoint au cap de Bonne-Espérance à bord de la Resolution l’expédition du capitaine Cook. Elle était partie en 1772 effectuer son second voyage autour du monde.

57 Nicolaas Meerburgh, Afbeeldingen van zeldzaame gewassen, Leyde, J. Le Mair, 1775. Meerburgh (1734-1814) était un botaniste allemand responsable du jardin botanique de Leyde.

58 Lettre adressée de Trianon par Antoine Richard à Thouin le 14 novembre 1786, « Collection d’autographes non classés », manuscrits de la bibliothèque centrale du MNHN.

59 « Pl. 2 La Gigot d’Orcy » : les commissaires envoyés par la Commission temporaire des arts venus faire l’inventaire en décembre 1793 de la bibliothèque et du cabinet d’histoire naturelle du citoyen défunt indiquent dans une liste insérée au début de ce portefeuille les légendes de chacun des dessins. Celle de la planche 2 nous apprend que c’est un « Rocou à fruits rouges ou Bixa aurellana ». Voir note 46.

60 P.-J. Buc’hoz, Histoire universelle du règne végétal, ou Nouveau dictionnaire physique et œconomique, de toutes les plantes qui croissent sur la surface du globe, Paris, Brunet, 1775-1780, vol. 4 (voir l’entrée « Hyosciamus physalodes »).

61 Ibid.

62 P.-J. Buc’hoz, Catalogue latin et françois des plantes vivaces qu’on peut cultiver en pleine terre, pour la décoration des jardins à l’angloise et des parterres […], Londres, s. n., 1786.

63 Christoph Jakob Trew, Plantæ selectæ […], Nuremberg, s. n., 1750-1773. Buc’hoz lui « emprunte » pour le Jardin d’Éden l’Heliocarpus (pl. 33), le Lilium superbum (pl. 34), le Verbascum blattaria (pl. 37), le Bocconia frutescens (pl. 46), le Ficus bengalensis (pl. 48), l’Indigofera disperma (pl. 62), l’Erytrina herbacea (pl. 64), le Cereus flagelliformis (pl. 91), le Bromella ananas (pl. 92) et le Theobroma guazuma (pl. 130).

64 Georg Dionysius Ehret (1710-1770), célèbre dessinateur de botanique allemand, avait entre autres illustré les ouvrages de Linné.

65 Ce portefeuille a été acheté à sa veuve, madame Dorcy, à la Révolution.

66 Maria Sybilla Merian (1647-1717), fille du célèbre graveur allemand Mattäus Merian (1593-1650), apprend très tôt à dessiner et s’attache particulièrement à étudier le cycle de vie des chenilles et des papillons. Elle part deux ans au Surinam (partie hollandaise) en 1699 avec sa plus jeune fille âgée de vingt ans et publie quatre ans après son retour en Europe le merveilleux ouvrage Metamorphosis insectorum surinamensium.

67 Voir la reproduction sur http://home.wtal.de/hh/merian/suribuch/su56.htm.

68 Sybilla Merian la nomme « jacinthe d’eau ». Il pourrait s’agir de l’Eichornia crassipes, plante aujourd’hui considérée comme invasive dans certains pays, notamment au Kenya, où, introduite de manière inconsidérée, elle est devenue écologiquement dangereuse.

69 Les descriptions en latin de cet échantillon sont celles de Joseph Pitton de Tournefort (Institutiones rei herbariæ, Paris, Imprimerie royale, 1700, t. I, p. 149) et de Hans Sloane (Catalogus plantarum quæ in insula Jamaica sponte proveniunt, Londres, 1696). Merci au professeur Aymonin et à Cécile Aupic, du département de la Phanérogamie du MNHN, pour leurs précieux avis et renseignements.

70 Denis Lamy, « Le dessin botanique dans la transmission des connaissances », in Yves-Marie Allain et al., Passions botaniques : naturalistes voyageurs au temps des grandes découvertes, cat. exp. (La Roche-Jagu, 7 juin – 5 novembre 2008), Rennes, Ouest-France, 2008, p. 139-155.

71 Stéphanie Jandin, L’itinéraire d’un naturaliste, Louis-Claude Richard (1754-1821), mémoire de maîtrise d’histoire, sous la direction de Marie-Noëlle Bourguet, université Paris VII Denis Diderot, 1995.

72 Georges-Frédéric Straas ou Strass, fils du joaillier strasbourgeois Georges-Frédéric Straas (1701-1773) qui avait inventé les bijoux du même nom, achète ce jardin en 1774.

73 Jean-Baptiste-Christophe Fusée-Aublet (1720-1778) était apothicaire-compositeur ; il est envoyé en 1752 à l’île de France (appelée aujourd’hui Île Maurice) afin d’y établir une pharmacie et un jardin botanique. Il y reste neuf ans : il envoie régulièrement en métropole et en particulier à Trianon des caisses de végétaux de l’île. À peine rentré en France en 1761, il reçoit l’ordre du ministre de la Marine – qui gère les colonies françaises – d’embarquer pour la Guyane où on lui demande « [de] tout voir et [de] tout examiner ce qui peut être relatif à [ses] connaissances, sur les productions de cette nouvelle terre » (Histoire des plantes de la Guiane françoise, t. I, préface, p. xiij). Il n’y reste que trois ans et se consacre en rentrant à la rédaction de l’Histoire des plantes de la Guiane françoise publié en 1775 : c’est le premier ouvrage d’ethnobotanique moderne sur l’Amérique du Sud et la première pharmacopée amazonienne. Il nomme des plantes nouvelles en respectant l’appellation donnée par les Indiens caraïbes. Claude Richard père possédait cet ouvrage dans sa bibliothèque. Buc’hoz reprendra intégralement les descriptions de certaines plantes de Fusée-Aublet pour son Histoire universelle du règne végétal.

74 Ces dessins provenant du portefeuille de monsieur d’Orcy n’ont pas encore pu être identifiés mais ne semblent pas être de la main de Louis-Claude Richard.

75 Buc’hoz annonce dans le Journal de Paris du 6 mars 1780 la description de ces deux nouvelles espèces de magnolia dans le deuxième cahier (pl. 19) des Plantes nouvellement découvertes, récemment dénommées et classées… qu’il avait commencé à publier l’année précédente. L’illustration de ces nouveaux magnolias a été reprise des planches 3 et 9 de la Collection précieuse et enluminée des fleurs les plus belles et les plus curieuses qui se cultivent tant dans les jardins de la Chine, que dans ceux de l’Europe publiée à partir de 1776.

76 Camellia ou camélia ? « C’est à Alexandre Dumas fils que nous devons la transformation de l’orthographe du camellia, lorsqu’en 1848 il publia La Dame aux camélias… », Anne Le Moal et Fañch Le Moal, « Précieux camellia… », in Yves-Marie Allain et al., op. cit., p. 175-179. En 1737, Linné donnait à cet arbuste le nom de Camellia, le dédiant au père jésuite Georges-Joseph Kamel (1661-1706), missionnaire aux Philippines.

77 Engelbert Kaempfer, Amoenitatum exoticarum politico-physico-medicarum fasciculi V, quibus continentur variæ relationes, observationes et descriptiones rerum Persicarum et ulterioris Asiæ, Lemgo, H. W. Meyer, 1712, pl. 851, p. 852.

78 George Edwards, A Natural History of Uncommon Birds, Londres, College of Physicians, 1743-1751, vol. 2, p. 67.

79 Brent Elliott, Flora : une histoire illustrée des fleurs de jardin, trad. O. Koenig, Lausanne / Paris, Delachaux et Niestlé, 2001, p. 281.

80 George Voorhelm, Traité sur la jacinte, contenant la manière de la cultiver suivant l’expérience qui en a été faite par Georg Voorhelm, Harlem, Bohn, 1762 : l’auteur dans le chapitre second démontre la supériorité et l’excellence de la jacinthe sur les autres fleurs de Curieux (jacinthe, tulipe, auricule, œillet, renoncule et enfin anémone).

81 Ibid., chap. vii.

82 AN, O1878, « Compte de Sa Majesté, aux ordres du Sr Richard, jardinier de la reine à Trianon envoyé par Vorhelm et Schneevogt, une caisse contenant les ognons de jacinthes et autres pour le besoin du jardin de Sa Majesté [1784] ».

83 Aline Hamonou-Mahieu, Claude Aubriet (vers 1665-1742), peintre d’histoire naturelle, thèse d’histoire de l’art, université de Haute-Bretagne Rennes II, sous la direction de Mariane Grivel, 2006. Merci à l’auteur pour les renseignements fournis à l’occasion de nos recherches. Claude Aubriet succède à Jean Joubert en 1705 en tant que peintre en miniature du cabinet du roi.

84 P.-J. Buc’hoz, Histoire universelle du règne végétal, op. cit., t. I.

85 Le dessin de la benoîte jaune des Alpes (pl. 131) conservé dans le Recueil de dessins enluminés de Buc’hoz (ms. 271, pl. 17) est une copie du vélin de Jean Joubert, bibliothèque centrale du MNHN, VEL Plantes, 53,24. Jean Joubert (1643-1707), peintre ordinaire du roi pour la miniature au Jardin du roi, succède en 1685 à Nicolas Robert (1614-1684), nommé en 1666 premier « peintre ordinaire de Sa Majesté pour la miniature ».

86 Le dessin est conservé dans l’un des cinq portefeuilles de Buc’hoz à la bibliothèque centrale du MNHN. Merci à Pascale Heurtel, conservatrice des Manuscrits, de nous avoir permis de découvrir ces cahiers où quinze dessins du Jardin d’Éden ont pu être identifiés.

87 Lettre de Louis de Breteuil (Stockholm) à Carl von Linné (Uppsala), 17 novembre 1766, consultable en ligne : http://linnaeus.c18.net/eds/bs/02/01/t-0321.pdf. La correspondance de Linné vient d’être mise en ligne par la Société linnéenne de Suède avec le concours du Centre international d’étude du xviiie siècle de Ferney-Voltaire : http://linnaeus.c18.net/.

88 Ce brevet est conservé depuis 1987 à la bibliothèque municipale de Cherbourg-Octeville : « Peintre des fleurs étrangères, Fréret. Aujourd’hui premier jour de juin mil sept cent quatre-vingt-cinq, la reine étant à Versailles, voulant favorablement traiter le Sr Louis Barthélémi Fréret sur le rapport qui lui a été fait de sa personne et de ses talents, Sa Majesté lui a accordé et lui accorde par le présent brevet le titre de son peintre de fleurs étrangères, voulant qu’il puisse s’en qualifier dans tous actes publics et particuliers, et qu’il jouisse du dit titre aux honneurs, prérogatives et autres avantages qui peuvent y être attachés. Et pour assurance de sa volonté Sa Majesté m’a commandé d’expédier au Sr Fréret le présent brevet qu’elle a signé de sa main et fait contresigner par moi conseiller d’État, conseiller-secrétaire des commandements de la reine et de ses maisons et finances. Marie-Antoinette Beaugeard ». Merci à madame Perrier-Robbe, directrice des musées de Cherbourg-Octeville, et Brigitte Coëpel pour la communication de ce document.

89 Étienne-Pierre Ventenat, Jardin de la Malmaison, Paris, impr. du Crapelet, 1803, 2 vol., et Aimé Bonpland, Description des plantes rares cultivées à Malmaison et à Navarre, Paris, P. Didot l’aîné, 1813, 2 vol.

90 Godefroy-Charles-Henri de La Tour-d’Auvergne, duc de Bouillon (1728-1792), propriétaire du château de Navarre situé près d’Évreux, y avait réalisé un jardin anglais à partir de 1777. Une pépinière d’arbres étrangers y était aménagée et John Williams, jardinier irlandais, en prit la direction. Des arbres de cette pépinière ont été livrés au Jardin de la reine à Trianon en mars 1782. À la Révolution, son fils, Jacques-Léopold de La Tour-d’Auvergne (1746-1802), offrit à la Commission temporaire des arts la collection de végétaux étrangers acquise à grands frais par son père en Hollande et en Angleterre. Un inventaire de cette collection fut dressé, et cette dernière confiée au citoyen Racine, ancien jardinier du feu duc de Bouillon (AN, F17 1225).

91 Jacques Delille, Les jardins, ou L’art d’embellir les paysages : poème, Paris / Reims, Valade / Cazin, 1782. Exemplaire numérisé consultable en ligne : http://books.google.fr/books?id=lVsGAAAAQAAJ&printsec=frontcover.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : « Jardins de la Reine à Trianon en 1783 », in Georges Louis Le Rouge, Jardins anglo-chinois : Xe cahier, Paris, Le Rouge, 1783.
Légende L’orangerie et les serres figurent en haut au milieu. Ce plan et Le jardin d’Éden de Buc’hoz sont tous deux publiés en 1783.
Crédits © Institut national d’histoire de l’art. Collections Doucet
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/10300/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Titre Fig. 2 : Pierre-Joseph Buc’hoz, Le jardin d’Éden, page de titre. Paris, Bibliothèque nationale de France, Réserve des livres rares, S 1407.
Crédits © Bibliothèque nationale de France
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/10300/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 3 : « Euphrasia Officinarum » (euphraise des boutiques), in P.-J. Buc’hoz, Plantes de Nancy19.
Légende Buc’hoz indique dans l’Histoire universelle du règne végétal l’usage médicinal de l’euphraise : « Plante ophtalmique et céphalique : tous les jours des vieillards septuagénaires qui ont presque entièrement perdu la vue par des veilles et de longues études la recouvrent par l’usage du suc exprimé de cette plante infligée dans les coins de l’œil ou pris intérieurement avec de la poudre de cloporte à l’entrée du sommeil ». La gravure sera reprise dans la planche 164 de la seconde édition du Jardin d’Éden.
Crédits © Bibliothèque municipale de Versailles / Jean-Marc Manaï
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/10300/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Fig. 4 : Plan du jardin royal des plantes de Nancy, in P.-J. Buc’hoz, Plantes de Nancy.
Crédits © Bibliothèque municipale de Versailles / Jean-Marc Manaï
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/10300/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Titre Fig. 5 : « Le Nerprun », in P.-J. Buc’hoz, Plantes de Nancy.
Légende L’architecte Richard Mique achève la construction de la caserne Sainte-Catherine, ordonnée par le roi Stanislas en face du nouveau jardin botanique. Mique participe à la publication du Traité historique de Buc’hoz qui le remercie en le citant sous le dessin de ce Nerprun. Les deux hommes se retrouveront quelques années plus tard à Versailles dans les jardins du Petit Trianon.
Crédits © Bibliothèque municipale de Versailles / Jean-Marc Manaï
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/10300/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 6 : À gauche : « Malus hybrida. Hort. Reg. Trianensis. Pomme poire. B. Michel femme Fessard Pinx. Fessard scu. », in P.-J. Buc’hoz, Histoire universelle du règne végétal, pl. 3, decad. 10, cent. 6. À droite : pl. 32 du Recueil de dessins enluminés24. Paris, bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, ms. 269.
Légende Au centre : Louis de Torhout, artiste plasticien formé au département de la Phanérogamie du MNHN, a réalisé d’après le dessin de Buc’hoz ces pommes-poires en cire, l’une entière et l’autre en coupe avec ses pépins (http://atelier-torhout.com).
Crédits © À gauche et à droite : Bibliothèque centrale du MNHN – Au centre : Louis de Torhout
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/10300/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Fig. 7a (à gauche) : « La reine des femmes », in P.-J. Buc’hoz, Collection précieuse et enluminée des fleurs… qui se cultivent tant dans les jardins de la Chine que dans ceux de l’Europe, vol. 2, pl. 4. Fig. 7b (à droite) : pl. 72 du Recueil de dessins enluminés. Paris, bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, ms. 271.
Légende Fig. 7b (à droite) : Ce dessin sera repris, sans le cadre jaune, le papillon et la chenille, pour illustrer la planche 147 « jacinthe La reine des femmes » de la première édition du Jardin d’Éden.
Crédits © Fig. 7a (à gauche) :  Service des jardins de Trianon – château de Versailles – Fig. 7b (à droite) : © Bibliothèque centrale du MNHN
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/10300/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 680k
Titre Fig. 8 : « Mimosa linlibrizin H.R.T. l’Acacia de Constantinople », in P.-J. Buc’hoz, Les dons merveilleux, vol. 1, pl. 12. Paris, Bibliothèque nationale de France, Réserve des livres rares, S 1412.
Légende Buc’hoz cite sur la gravure l’origine versaillaise de l’arbre représenté : « H.R.T. » signifie Hortus Regalis Trianensis. Appelé arbre de soie en France et Giul-y-brissim en Orient, il était apprécié pour l’odeur de ses fleurs et l’élégance des étamines qui imitent des fils de soie violette42.
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/10300/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Fig. 9 (à gauche) : « Pongara tetrapetala. Aublet. Le Bois puant, ou Bois de merde », in Pierre-Joseph Buc’hoz, Le Jardin d’Éden, pl. 25, Bibliothèque nationale de France, Réserve des livres rares, S 1404. Fig. 10 (à droite) : « Bois puant ou Bois de merde, Pirigara tetrapetala D. Aublet h.G.f. », in Recueil de monsieur Gigot d’Orcy, pl. 71. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, JC 24.
Crédits Fig. 9 et 10 : © Bibliothèque nationale de France
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/10300/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre Fig. 11 : « Gladiolus Vergenia. Nobis. La Vergennes », in P.-J. Buc’hoz, Le jardin d’Éden, pl. 63. Paris, Bibliothèque nationale de France réserve des livres rares, S 1405.
Légende Le terme latin Nobis (« nous ») indique que c’est Buc’hoz qui nomme la plante.
Crédits © Bibliothèque nationale de France
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/10300/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Fig. 12 : « Solanum mammosum, L. ex h. r. trianon. 1764 », in Herbier de Jussieu. Paris, Muséum national d’histoire naturelle, laboratoire de Phanérogamie, P-JU 1224-6362.
Crédits © Gabriela Lamy
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/10300/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 13 : Louis-Claude Richard, Cycas circinalis, dessin. Versailles, Société d’horticulture des Yvelines.
Crédits © Société d’horticulture des Yvelines / Jean-Marc Manaï
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/10300/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Fig. 14 : « Lassonia Heptapeta. Nobis - Lassonia Quinquepeta. Nobis », in P.-J. Buc’hoz, Le jardin d’Éden, pl. 133. Paris, Bibliothèque nationale de France, Réserve des livres rares, S 1405.
Crédits © Bibliothèque nationale de France
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/10300/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Fig. 15 : Planche 74 du Recueil de dessins enluminés. Paris, bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, ms. 271.
Légende Cette jacinthe sera reprise par Buc’hoz pour illustrer, sans le cadre jaune, les papillons et le vase, la planche 150, l’« Admirable », du Jardin d’Éden.
Crédits © Bibliothèque centrale du MNHN
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/10300/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Fig. 16 : Aloë guinenis, pl. 51 du Recueil de dessins enluminés. Paris, bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, ms. 268.
Crédits © Bibliothèque centrale du MNHN
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/10300/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Fig. 17 : Planche 72 du Recueil de dessins enluminés. Paris, bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, ms. 271.
Légende Ce dessin sera repris par Buc’hoz pour illustrer la planche 32 du Jardin d’Éden, « Saxifraga crassifolia. Linn. La Saxifrage de Sibérie », sans la bordure jaune et le papillon.
Crédits © Bibliothèque centrale du MNHN
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/10300/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Fig. 18 : « Soleil vivace, Bec de gruë à feuille d’Aconit, safran printanier, Astere à grandes fleurs, Fréret, Peintre de la Reine pour les Fleurs Etrangères », in P.-J. Buc’hoz, Bouquet de Flore ou Recueil de bouquets et d’autres objets d’histoire naturelle, pl. 14. Paris, Bibliothèque nationale de France, réserve des livres rares, S 682.
Légende Cette gravure est la seule publiée par Buc’hoz mentionnant le nom de Fréret et son titre associé.
Crédits © Bibliothèque nationale de France
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/10300/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gabriela Lamy, « Le jardin d’Éden : le paradis terrestre renouvellé dans le jardin de la Reine à Trianon de Pierre-Joseph Buc’hoz », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne], Articles et études, mis en ligne le 20 septembre 2010, consulté le 26 juin 2016. URL : http://crcv.revues.org/10300 ; DOI : 10.4000/crcv.10300

Haut de page

Auteur

Gabriela Lamy

Gabriela Lamy officie en tant que jardinière à Trianon dans le domaine de Versailles depuis 2001. Elle est également doctorante en histoire de l’art sous la direction de Daniel Rabreau à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et participe au programme de recherche « Le végétal dans les grands jardins européens à l’époque moderne » au Centre de recherche du château de Versailles. Contact : gabriela.lamy@chateauversailles.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Gabriela Lamy / 2010 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org