Navigation – Plan du site
2010

Les projets de Jacques Gondoin : première réponse aux rêves versaillais de Napoléon

The drafts of Jacques Gondoin: the first proposal to Napoleon’s dreams for Versailles
Émilie Biraud

Résumés

Résultats de la première commande faite par Napoléon Ier pour le château de Versailles, les projets réalisés par l’architecte Jacques Gondoin furent les plus complets parmi tous ceux proposés à l’Empereur entre 1806 et 1811, puisqu’ils englobaient l’ensemble du domaine versaillais. Étudié précédemment aux côtés des propositions de Pierre-François-Léonard Fontaine et d’Alexandre Dufour, dans des publications consacrées au projet de Napoléon de faire du palais des rois de France sa propre résidence, le travail de Gondoin est ici l’objet d’un nouvel intérêt, suscité par la récente authentification des devis de l’architecte, au sein du service des archives du château de Versailles. L’examen de cette nouvelle source permet de compléter les informations fournies par les autres documents, notamment les plans conservés à Versailles et aux Archives nationales, et les élévations appartenant à une collection privée. À travers l’analyse des projets conçus pour les appartements de l’Empereur, sont ainsi révélées les données inédites que recèlent les devis. L’attention est principalement portée sur l’appartement habituel de l’Empereur, qui devait prendre place au rez-de-chaussée et présenter un décor complètement renouvelé – au détriment de chefs-d’œuvre de l’art décoratif du xviiie siècle. Outre le détail des interventions prévues dans chacune des pièces, le douzième des cinquante-trois volumes de devis, consacré à cet appartement impérial, renferme deux dessins de plafonds projetant de manière relativement précise tant leur décor architectural, que la composition des tableaux qui devaient les orner. Non réalisés, les projets de Gondoin servirent toutefois de référence à ses confrères Fontaine et Dufour, lorsqu’ils durent à leur tour imaginer la conversion du château de Versailles en résidence napoléonienne, jamais concrétisée.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article est issu d’un travail mené sous la direction de Karine McGrath dans le cadre du groupe de recherche « Versailles » de l’École du Louvre en partenariat avec le Centre de recherche du château de Versailles (session 2006-2007).

Texte intégral

1Sous le Premier Empire, plusieurs architectes furent sollicités pour projeter la transformation du château de Versailles en résidence napoléonienne. Le premier auquel Napoléon s’adressa fut Jacques Gondoin (1737-1818), qui réalisa deux grands projets, dont l’un donna lieu à l’établissement de nombreux plans et de devis. La récente découverte de ces derniers donne l’occasion de poser un nouveau regard sur les propositions de l’architecte, en les définissant de manière plus précise, et en s’intéressant aux données inédites apportées par cette nouvelle source d’archives. L’analyse porte sur les appartements de l’Empereur, et plus particulièrement sur l’appartement habituel qui devait prendre place au rez-de-chaussée, où les transformations devaient être majeures, comme en témoignent les devis et deux dessins de plafonds qui leur sont annexés. Comme tous les projets réalisés pour Versailles sous l’Empire, ceux de Gondoin restèrent sur le papier, mais ils furent examinés à plusieurs reprises et consultés par les autres architectes qui imaginèrent de nouveaux plans pour le palais, en particulier Pierre-François-Léonard Fontaine (1762-1853).

Une commande impériale : Jacques Gondoin au service de Napoléon

  • 1 Napoléon ne faisait là que reprendre à son compte un projet de Louis XV, poursuivi par Louis XVI qu (...)
  • 2 Pierre-François-Léonard Fontaine, Journal 1799-1853, Paris, École nationale supérieure des beaux-ar (...)

2Au début de l’année 1806, l’empereur Napoléon décida d’engager de vastes projets pour le château de Versailles, envisageant alors d’en faire l’une de ses résidences. Il souhaitait pouvoir loger la cour aux côtés du couple impérial dans des appartements réaménagés au goût du jour, à l’intérieur d’un palais versaillais doté d’une nouvelle façade côté ville, qui serait construite en harmonie avec l’enveloppe de Le Vau donnant sur les jardins1. L’ampleur des travaux espérés était accompagnée d’un souci contradictoire du maître d’ouvrage : celui du moindre coût. Car Napoléon n’entendait pas impliquer de fortes dépenses dans les édifices, estimant que l’architecture avait toujours « ruiné les souverains2 ».

  • 3 À propos de Jacques Gondoin et de ses ouvrages, voir Géraldine Defives, Recherches sur l’architecte (...)
  • 4 Christian Baulez, « Le projet d’installation de Napoléon à Versailles. De Gondoin à Fontaine », Ver (...)
  • 5 Pierre Pradel, « Versailles sous le Premier Empire », Revue de l’Histoire de Versailles et de Seine (...)
  • 6 Jean-Jacques Gautier, « Jacques Gondouin, architecte et dessinateur du Garde-meuble de la Couronne  (...)
  • 7 Pradel, op. cit., p. 78.

3N’étant pas convaincu par l’idée que lui proposa Pierre Daru (1767-1829), intendant général de la Maison de l’Empereur, de constituer une commission de plusieurs architectes pour réfléchir à ces projets, l’Empereur confia ce travail à Jacques Gondoin. Cet architecte âgé, qui débuta sa carrière sous Louis XV, jouissait encore d’une autorité professionnelle certaine, qui reposait essentiellement sur la réalisation d’un chef-d’œuvre : l’École de chirurgie, édifiée à Paris de 1769 à 17743. Admirateur des édifices antiques et des constructions palladiennes, Gondoin imposa avec cette œuvre une nouvelle architecture française4. Nommé architecte et dessinateur du Garde-Meuble de la Couronne de 1769 à 1784, ce « précurseur de goûts5 » introduisit le mobilier de style néoclassique à la cour6. Selon Pierre Pradel, « sa connaissance des modes architecturales antérieures, contre lesquelles il avait lutté, le désignait pour faire raisonnablement de Versailles un bâtiment impérial7 ». En effet, le rôle qu’il joua dans l’évolution du goût, qui conduisit vers un style néoclassique si en vogue sous l’Empire, peut en partie expliquer que Napoléon le désigna comme l’architecte de ses projets versaillais.

Les deux projets de Gondoin

  • 8 Napoléon lui avait officieusement fait part de sa décision dès le 1er mars 1806, ce qui permit à l’ (...)
  • 9 Paris, Archives nationales (désormais AN), O2 330.
  • 10 En 1814, afin de redonner une certaine unité aux façades du château côté ville, l’architecte Dufour (...)
  • 11 AN, O2 330, rapport général, p. 11. La « Cour des Princes » mentionnée ici correspond à la Cour roy (...)

4Cet important travail fut officiellement confié le 11 mars 1806 à Jacques Gondoin, qui présenta dès le lendemain deux vastes projets à l’Empereur8. Vraisemblablement satisfait par ce que lui avait soumis l’architecte, Napoléon lui demanda le 19 mars suivant d’approfondir ces premières études. Expliqués par Gondoin dans un rapport général adressé à Daru le 10 octobre 18079, les projets comprenaient tous deux la conservation de l’« aile neuve » édifiée à partir de 1771 par Ange-Jacques Gabriel (1698-1782), ce qui induisait – par souci d’harmonie – la construction d’une aile symétrique semblable au sud de la Cour royale, à l’emplacement de la « vieille aile » bâtie par Le Vau en 166210 (annexe 1 et annexe 2). Autour de la cour de Marbre agrandie, rebaptisée « Cour impériale », devaient d’autre part s’élever de nouvelles façades, composées suivant le modèle néoclassique de l’aile Gabriel : « Les deux projets ont été disposés pour donner beaucoup plus d’étendue à la Cour impériale qu’elle n’en a présentement, on a décoré sa façade plus richement que celle de la Cour des Princes en conservant toujours la même ordonnance11. » Outre ces importantes constructions, Gondoin prévoyait une distribution répondant aux exigences impériales, de nouveaux décors, mais aussi de nombreuses réparations dans tous les bâtiments du domaine, ainsi que dans les jardins.

  • 12 Ibid., p. 1-2.
  • 13 AN, O2 330, rapport général, p. 2.
  • 14 Ibid., p. 11-12.
  • 15 À partir de 1769, ce vestibule fut intégré – comme la galerie basse –, à l’appartement de Madame So (...)

5Les deux projets se distinguaient l’un de l’autre par les nouveaux aménagements qu’ils proposaient autour de la Cour impériale, plus spacieuse et montrant davantage de splendeur dans la première idée de l’architecte. Au rez-de-chaussée, au centre du corps central, Gondoin envisageait ainsi de ménager de vastes vestibules introduisant majestueusement aux appartements de l’Empereur, situés au sud, et à ceux de l’Impératrice les surmontant au premier étage, accessibles par un grand escalier12. Mais la magnificence de ce premier projet n’était envisageable qu’au détriment des espaces habitables, plus réduits que dans la seconde étude. Celle-ci comportait en effet trois grands appartements supplémentaires et plaçait au plus près de Napoléon, et dans un plus grand nombre, tout ce qui relevait du service13 – entre autres un logement pour le valet de chambre, une pièce pour le secrétaire particulier de l’Empereur et des espaces de dépôt (annexe 3). Autour de la Cour impériale, qui devait être abaissée14, l’architecte prévoyait de précéder les nouvelles façades par des perrons, menant au fond de la cour à un avant-corps central comportant six colonnes. Ce dernier devait ouvrir sur un vestibule reconstitué – dit de Louis XIII – qui avait été transformé en appartements au xviiie siècle15 (annexe 1).

  • 16 AN, O2 330, rapport général, p. 2.
  • 17 AN, O2 330, « Rapport à M. l’Intendant Général », non signé, ni daté. D’après ce rapport, Gondoin s (...)
  • 18 AN, O2 330, lettre de Gondoin à Daru, 1er novembre 1807.

6Ainsi que le rapporta Gondoin, seul ce second projet donna lieu à l’exécution de nombreux plans et de devis, car il était le plus coûteux, s’élevant à la somme de vingt-six millions de francs – « la différence étant de plus d’un million16 ». Gondoin consacra près de deux ans à cet ouvrage considérable, qu’il n’acheva qu’en octobre 180717. Aussi, dans une lettre datée du 1er novembre suivant, l’architecte parlait d’un « travail long et penible, puisqu’il [l’avait] tellement fatigué et vieilli, qu’[il aurait été] incapable de le recommencer18 ».

Les sources et la récente découverte des devis

  • 19 AN, O2 330, rapport général, p. 62.
  • 20 AN, département des Cartes et plans, VA, boîte XXIX, nos 21-22 et no 27.
  • 21 AN, O2 330, rapport général, p. 64.
  • 22 Ces aquarelles font partie d’une collection privée.
  • 23 Baulez, op. cit., p. 14-22.

7De l’élaboration de ces projets résultèrent quarante-sept dessins, accompagnés de cinquante-trois volumes de devis, dus à la collaboration de vingt-deux personnes19. Malheureusement, de tous les dessins figurant dans l’« État de tous les plans, coupes et élévations » dressé à la fin du rapport général, peu sont aujourd’hui connus. Issus du second projet de Gondoin, trois sont conservés aux Archives nationales20, notamment le plan général du rez-de-chaussée du palais de Versailles (fig. 1). Aucun dessin de la première étude n’est en revanche conservé, bien que les plans des trois étages fussent exécutés21. Récemment, onze aquarelles figurant des élévations en coupe de pièces situées dans le corps central du palais de Versailles ont été identifiées comme faisant partie de ces projets de 1806-180722. Étant signées « Percier et Fontaine Del. 1810 », leur attribution à ces deux architectes n’avait jamais été remise en cause ; or, M. Christian Baulez a démontré que ces aquarelles devaient être rendues à Jacques Gondoin et les a rapprochées des coupes cotées I, K et L mentionnées dans le rapport général23. Si l’on ne peut toutefois nier la signature présente sur celles-ci, il est certain qu’elles se rattachent au second projet de l’architecte.

Fig. 1 : Jacques Gondoin, plan général du rez-de-chaussée du palais de Versailles (second projet), [1806-1807]. Paris, Archives nationales, département des Cartes et plans, VA, boîte XXIX, no 27.

Fig. 1 : Jacques Gondoin, plan général du rez-de-chaussée du palais de Versailles (second projet), [1806-1807]. Paris, Archives nationales, département des Cartes et plans, VA, boîte XXIX, no 27.

© Émilie Biraud

  • 24 Versailles, service des archives du château (désormais SACV), B 22.

8Outre les dessins présentés par Gondoin à l’Empereur, il faut mentionner l’un de ceux figurant dans le recueil réalisé par Alexandre Dufour (1760-1835), architecte du château de 1809 à 1823, qui regroupe des reproductions des nombreux projets élaborés pour Versailles entre le dernier tiers du xviiie siècle et la fin de l’Empire24. Correspondant à la seconde proposition faite par Gondoin, il représente les plans du rez-de-chaussée et du premier étage du palais (annexe 1 et annexe 4). En plus de ces documents figurés, de nombreuses lettres, ainsi que des rapports conservés aux Archives nationales, constituent les principales sources ayant permis jusqu’à présent d’étudier et de connaître les projets versaillais de cet architecte.

  • 25 SACV, 03 002/sans cote.
  • 26 AN, O2 330, rapport général, p. 67 : « Les 3 dessins marqués Y sont les Esquisses des plafonds pour (...)
  • 27 Celle visible sur ces deux dessins, dans laquelle se devine le chiffre de l’architecte, se retrouve (...)

9À tous ces précieux documents vient désormais s’ajouter une nouvelle source d’archives : les cinquante-trois volumes de devis réalisés par Jacques Gondoin et ses collaborateurs25, récemment authentifiés grâce au rapport général évoqué précédemment, à la fin duquel un récapitulatif des différents éléments du projet donne le coût de chacun d’entre eux. La parfaite concordance entre ce résumé et les diverses parties traitées dans les devis versaillais atteste que ces derniers sont bien ceux appartenant au travail de Jacques Gondoin. Au douzième volume, consacré à l’appartement de l’Empereur au rez-de-chaussée, sont annexés deux dessins inédits projetant des décors de plafonds, qui font partie du groupe des trois esquisses mentionnées dans le rapport général sous la cote Y26 et qui portent chacun la signature de Jacques Gondoin27.

Les projets pour les appartements de l’Empereur à travers les devis

  • 28 Étiquette du Palais impérial, Paris, Impr. impériale, 1806, p. 84.

10L’étude des seuls devis étant relativement laborieuse, il est intéressant de confronter leurs données avec les élévations en coupe conservées, ce qui peut notamment avoir lieu dans le cadre d’une étude des projets pour les appartements de l’Empereur. Suivant l’Étiquette du Palais impérial28, ces derniers devaient se distinguer entre Grand Appartement de représentation – destiné aux réceptions officielles de l’Empereur et de l’Impératrice –, et appartement ordinaire de l’Empereur, lui-même divisé en appartement d’honneur et appartement intérieur, désigné par Gondoin comme « appartement habituel ».

Le Grand Appartement de représentation

  • 29 SACV, 03 002/sans cote, devis de J. Gondoin, 14vol., [p. 1] : « Les réparations à faire dans cet (...)
  • 30 Comme l’a déjà souligné Alfred Marie, toutes les vues sont inversées par rapport à la réalité topog (...)

11Dans le second projet de Jacques Gondoin, la succession de salons composant le Grand Appartement du roi, aux riches décors évoquant la gloire du Roi-Soleil, était destinée à devenir le Grand Appartement de représentation du couple impérial. Il devait se composer d’une salle de concert, d’un premier et d’un second salon, d’une salle du trône et du salon de l’Empereur (annexe 4 et annexe 7). Comme ce fut le cas sous Louis XV et Louis XVI, le Grand Appartement du roi inspira de l’admiration et du respect au souverain et à son architecte, et devait à ce titre être conservé ; seuls des travaux de réparation étaient envisagés29. L’intérêt des devis est donc avant tout ici de fournir des renseignements relativement précis sur l’état dans lequel se trouvait le château en 1806. L’appropriation napoléonienne de cet appartement devait quant à elle se manifester essentiellement à travers les tableaux exposés et le mobilier de style Empire, ainsi que le révèlent les aquarelles30 (fig. 2 et 3). Ces éléments nouveaux devaient être davantage présents dans les salons de Mars, de Mercure et d’Apollon, dont les murs avaient été dépouillés de leurs tentures à la Révolution – les salons de Vénus et de Diane, introduisant au Grand Appartement, ayant quant à eux conservé leur décor architectural de marbre.

Fig. 2 : Élévation en coupe sur le deuxième et le premier salon du Grand Appartement de représentation de l’Empereur au premier étage (salons de Mars et de Diane), au-dessus de la salle à manger et de la salle des Ambassadeurs, aquarelle, album signé « Percier et Fontaine Del. 1810 ». Collection privée.

Fig. 2 : Élévation en coupe sur le deuxième et le premier salon du Grand Appartement de représentation de l’Empereur au premier étage (salons de Mars et de Diane), au-dessus de la salle à manger et de la salle des Ambassadeurs, aquarelle, album signé « Percier et Fontaine Del. 1810 ». Collection privée.

© Jean-Marc Manaï

Fig. 3 : Élévation en coupe sur le salon de l’Empereur et la salle du trône au premier étage (salons d’Apollon et de Mercure), aquarelle, album signé « Percier et Fontaine Del. 1810 ». Collection privée.

Fig. 3 : Élévation en coupe sur le salon de l’Empereur et la salle du trône au premier étage (salons d’Apollon et de Mercure), aquarelle, album signé « Percier et Fontaine Del. 1810 ». Collection privée.

© Jean-Marc Manaï

12Jacques Gondoin consacra davantage d’attention aux projets concernant l’appartement ordinaire de l’Empereur, car ils devaient entraîner d’importantes transformations architecturales. Divisé en deux, celui-ci devait comprendre un appartement d’honneur, prenant place au premier étage dans les trois pièces centrales attenantes à la Grande Galerie, et un « appartement habituel », que Gondoin envisagea de disposer au rez-de-chaussée, au sud du corps central, à l’emplacement des appartements du Dauphin et de la Dauphine.

L’appartement d’honneur

  • 31 AN, O2 330, rapport général, p. 13.
  • 32 SACV, 03 002/sans cote, devis de J. Gondoin, 3vol., non paginé.
  • 33 Ibid., menuiserie.

13Le premier devait se composer d’un grand salon, d’une chambre de parade pour les levers et d’un grand cabinet pour les audiences d’apparat (annexe 4). D’importants travaux devaient y être occasionnés par la construction de la nouvelle façade sur la Cour impériale ; ils concernaient surtout la chambre de parade, située à l’arrière du futur avant-corps. Aussi, le plafond de l’ancienne chambre à coucher de Louis XIV devait être surélevé : « La chambre de parade seroit conservée dans son état actuel, à l’exception du plafond qu’il faudra relever pour raccorder les jours avec les constructions nouvelles31. » Cette modification nécessitait la création d’un nouveau décor au-dessus des tableaux d’attique : d’après les devis de maçonnerie32 et ce que montre l’élévation en coupe de la pièce (fig. 4), sur chaque face, l’attique devait être surmonté de trois fenêtres en demi-lune, aux archivoltes ornées d’un mascaron, et dont les écoinçons devaient s’agrémenter d’une figure de Renommée (fig. 4b). Une seconde intervention due à la nouvelle façade concernait les trois croisées qui devaient être agrandies33.

Fig. 4a : Élévation en coupe sur la Grande Galerie et la chambre de parade, au-dessus du vestibule, aquarelle, album signé « Percier et Fontaine Del. 1810 ». Collection privée.

Fig. 4a : Élévation en coupe sur la Grande Galerie et la chambre de parade, au-dessus du vestibule, aquarelle, album signé « Percier et Fontaine Del. 1810 ». Collection privée.

© Jean-Marc Manaï

Fig. 4b : Élévation en coupe sur la Grande Galerie et la chambre de parade, au-dessus du vestibule (détail), aquarelle, album signé « Percier et Fontaine Del. 1810 ». Collection privée.

Fig. 4b : Élévation en coupe sur la Grande Galerie et la chambre de parade, au-dessus du vestibule (détail), aquarelle, album signé « Percier et Fontaine Del. 1810 ». Collection privée.

© Jean-Marc Manaï

  • 34 AN, O2 330, rapport général, p. 13.
  • 35 SACV, 03 002/sans cote, devis de J. Gondoin, 3vol., peinture.
  • 36 Ibid.

14À propos des deux pièces latérales, le Grand Salon et le Grand Cabinet des audiences d’apparat – qui correspondent respectivement au salon de l’Œil-de-bœuf et au cabinet du Conseil –, Gondoin rapporta que leurs décorations étaient « à refaire à neuf34 ». S’il n’est pas possible de se référer à une élévation en coupe pour connaître les projets concernant ces deux pièces, il est ici instructif de consulter les devis. Ces derniers révèlent que le plafond du Grand Salon devait être peint « en ton bleu de ciel à l’huile. Sur le dit feint un ciel avec maye a l’effet avec enfants et guirlandes maintenant les lustres35 » ; tandis qu’au plafond du grand cabinet des audiences d’apparat devait être peint un sujet d’histoire ou allégorique, accompagné de quatre nouveaux tableaux formant dessus-de-portes36. Hormis ces quelques nouveaux ouvrages, il apparaît que les trois pièces de l’appartement d’honneur devaient conserver leur ancien décor.

L’appartement habituel de l’Empereur

  • 37 Émilien Cazes, « Napoléon à Versailles et à Trianon », Revue des études napoléoniennes, 1913, t. IV (...)
  • 38 AN, O2 330, rapport général, p. 19.

15Il faut se tourner vers l’appartement habituel de l’Empereur pour découvrir des projets cherchant à donner un nouveau visage aux pièces versaillaises. Gondoin accorda une grande ampleur à cet appartement privé, car il importait à Napoléon que soit établi dans chacune de ses résidences un appartement présentant « toutes les convenances d’un homme privé qui veut des aises et de la liberté37 ». Ce vaste logement devait ainsi se composer d’une salle des Gardes, d’un premier et d’un second salon, du salon de l’Empereur, de sa chambre à coucher, d’un cabinet de travail, d’un arrière-cabinet, d’un bureau topographique et d’une salle du Conseil (annexe 3). À côté de ces pièces majeures donnant sur les jardins, cet appartement devait comprendre de nombreuses pièces secondaires – salle de bains, garde-robe, et espaces relevant du service –, éclairées grâce aux cours intérieures que l’on proposait de couvrir par des verrières38.

  • 39 Ibid., p. 18.
  • 40 SACV, 03 002/sans cote, devis de J. Gondoin, 15vol., non paginé, 2e partie.

16Gondoin envisageait la « reconstruction à neuf de tous les lambris, parquets, croisées, glaces, dorure, et tout ce qui se trouv[ait] dans cet appartement39 ». Pour les pièces donnant sur les jardins, les devis mentionnent la fourniture de nouveaux chambranles de cheminées en marbre. Hormis pour la salle des Gardes, les devis de menuiserie prévoyaient en outre que le plafond de chacune de ces pièces serait démoli, afin d’être remplacé par un ouvrage à compartiments, au centre duquel se trouverait un tableau40. Comme le montrent les deux dessins aujourd’hui conservés (fig. 5 et 6), ces riches plafonds qui étaient projetés devaient immanquablement évoquer ceux des Grands Appartements, au premier étage.

Fig. 5 : Jacques Gondoin, dessin projetant le plafond du deuxième salon de l’Empereur, annexé au douzième volume des devis, [1806-1807]. Versailles, service des archives du château, 03 002/sans cote.

Fig. 5 : Jacques Gondoin, dessin projetant le plafond du deuxième salon de l’Empereur, annexé au douzième volume des devis, [1806-1807]. Versailles, service des archives du château, 03 002/sans cote.

© Émilie Biraud

Fig. 6 : Jacques Gondoin, dessin projetant le plafond du cabinet de travail de l’Empereur, annexé au douzième volume des devis, [1806-1807]. Versailles, service des archives du château, 03 002/sans cote.

Fig. 6 : Jacques Gondoin, dessin projetant le plafond du cabinet de travail de l’Empereur, annexé au douzième volume des devis, [1806-1807]. Versailles, service des archives du château, 03 002/sans cote.

© Émilie Biraud

Deux dessins de plafonds : étude iconographique

  • 41 En tant que symbole héraldique, le nom « aigle » est toujours féminin.

17Le premier de ces dessins représente le décor de plafond prévu pour le deuxième salon (fig. 5). Au centre devait se trouver un tableau de format elliptique, dont la composition devait être principalement constituée de quatre aigles41. Celle figurée dans la partie haute du tableau, au centre, porte un guerrier, derrière lequel est représentée l’allégorie de la Victoire. L’aigle bicéphale, située en dessous, évoque le Saint Empire romain germanique, dissous en 1806 à la suite des conquêtes napoléoniennes. À ses côtés, un tigre figure l’un des symboles de l’Asie. Tous ces éléments se détachent sur un arrière-plan composé de deux faces du globe terrestre, agrémentées chacune d’une sorte de barre héraldique, ornée de motifs inidentifiables – peut-être s’agit-il d’abeilles, emblème de la famille Bonaparte. Cette composition pourrait donc évoquer l’Empereur porté par la Victoire, partant conquérir le monde afin de créer un vaste empire, symbolisé par les aigles. Si l’aigle bicéphale rappelle ici directement les campagnes de Napoléon, le tigre peut de son côté suggérer l’étendue de ses ambitions, rivalisant avec celles de l’illustre Alexandre le Grand, qui conquit l’Asie de 334 à 327 av. J.-C.

  • 42 François Loyer, Histoire de l’architecture française, vol. 3 : De la Révolution à nos jours, Paris, (...)

18Autour de ce tableau central étaient prévus des panneaux sculptés d’un décor végétal, tandis que chacun de ceux situés dans les quatre angles devait montrer un écu orné d’armoiries, surmonté d’une aigle et richement encadré par divers ornements symboliques – manteau, lances, épées, etc. En bordure du plafond se remarque la présence de mufles de lion, animal symbole de pouvoir. Ce plafond à compartiments, composé de multiples panneaux sculptés, s’inspirait de ceux réalisés sous Henri II à Fontainebleau et au Louvre, auxquels s’étaient déjà référés Charles Percier (1764-1838) et Pierre-François-Léonard Fontaine au palais des Tuileries, à partir de 180142 ; mais la présence d’un tableau central évoquait par ailleurs les décors plafonnants du Grand Siècle.

  • 43 SACV, 03 002/sans cote, devis de J. Gondoin, 15e vol., 2e partie.

19Le second dessin, qui projette le plafond du cabinet de travail de l’Empereur (fig. 6), présente une composition se référant pleinement aux décors versaillais du règne de Louis XIV. Divisé en neuf compartiments, ce plafond devait être orné en son centre d’un tableau circulaire, et ses quatre côtés devaient exposer des œuvres de format rectangulaire, qualifiées dans les devis comme étant « quatre bas reliefs en rehaussé haché43 », autrement dit des reliefs peints en trompe l’œil, probablement en camaïeu. Autour de ces compositions, le décor devait être végétal, avec des roses et des feuillages.

  • 44 Notice des peintures et sculptures placées dans les cours et les appartements du palais de Fontaine (...)

20Le tableau central devait représenter la déesse Minerve. Portant seulement deux attributs guerriers, le casque et la lance, qui permettent de l’identifier, Minerve est ici figurée comme la déesse de la Sagesse, présidant aux activités intellectuelles. Elle domine un génie ailé, assis dans une posture de travail, mais tournant son visage vers elle. Cette composition, qui aurait été parfaitement adaptée à la destination de la pièce, lieu de travail de l’Empereur, figure peut-être « Minerve protectrice du génie des arts et des sciences », thème fréquent dans les palais, parfois au plafond, comme ce fut le cas au château de Fontainebleau44.

21Difficiles à identifier de manière précise, les quatre compositions prévues pour les parties latérales de ce plafond semblent s’inspirer de sujets antiques. Celle figurée au-dessus du tableau central (fig. 6a) présente, dans sa partie gauche, un homme assis tenant une lance – disposant assurément d’un pouvoir de décision –, à l’arrière duquel se trouve un personnage casqué, revêtu d’une armure, et portant lance et bouclier, qui pourrait représenter Mars, dieu de la Guerre. À l’avant de ces deux hommes, trois ou quatre soldats alignés, avançant chacun une jambe et un bras, rappellent le tableau de Jacques-Louis David, Le Serment des Horaces (1784, musée du Louvre). Face à eux, deux personnes agenouillées les supplient, tandis qu’à leurs côtés se tiennent trois personnages, dont l’un paraît tenir un parchemin et lire ce qui y est inscrit. Se déroulant au-devant d’un temple, cette scène, probablement issue de l’histoire antique, évoque Brutus condamnant ses fils à mort, en dépit des supplications générales et de sa propre douleur – sujet illustrant de manière significative l’exemplum virtutis. Mais la composition rappelle également le thème du général Coriolan faisant face à sa mère et à sa femme le suppliant de ne pas attaquer sa patrie, Rome.

Fig. 6a : Détail de la fig. 6.

Fig. 6a : Détail de la fig. 6.

© Émilie Biraud

  • 45 Ce tableau est reproduit dans l’ouvrage publié par Irène Aghion, Claire Barbillon et François Lissa (...)

22Sur le relief projeté à gauche du tableau central (fig. 6b), une foule d’individus vient à la rencontre d’un souverain ou d’un chef militaire, assis sur un trône surmontant une estrade, et entouré de soldats. Là encore, ces figures évoquent certaines représentations de Coriolan, faisant face au groupe de femmes romaines conduit par sa mère et son épouse ; mais il pourrait également s’agir du consul romain Curius Dentatus refusant les présents des Samnites, faisant ainsi preuve d’intégrité et de vertu. Par ailleurs, la composition de cette esquisse peut être rapprochée d’un tableau de Paul Duqueylar, représentant Trajan sous les traits de Napoléon distribuant les sceptres de l’Asie, peint vers 1812 pour le palais du Quirinal, à Rome45.

Fig. 6b : Détail de la fig. 6.

Fig. 6b : Détail de la fig. 6.

© Émilie Biraud

23Une troisième scène devait montrer deux groupes de personnages de part et d’autre de ce qui paraît être un tombeau (fig. 6c). Un homme figuré dans la partie gauche, le bras droit levé, semble parler, tandis qu’il tend sa main gauche vers le tombeau. Bien qu’aucun élément de cette esquisse ne révèle l’appartenance de son thème à l’histoire antique, il est fort probable que son sujet s’y rattache, comme les deux précédentes compositions. Il pourrait ainsi s’agir d’une représentation d’Alexandre le Grand, vainqueur des Perses, faisant déposer une couronne d’or sur le tombeau de Cyrus ; ou peut-être de l’empereur romain Auguste qui, en hommage à Alexandre, déposa sa propre couronne sur le tombeau de ce dernier.

Fig. 6c : Détail de la fig. 6.

Fig. 6c : Détail de la fig. 6.

© Émilie Biraud

24Le dernier relief peint devait présenter une composition axée autour d’un homme assis sur un trône, encadré par des gens venant à lui (fig. 6d). À droite, un homme revêtu d’une cape paraît conduire une personne auprès de la figure centrale. L’auteur de cette esquisse a peut-être voulu évoquer le thème de la continence de Scipion : en ayant refusé une belle jeune fille de Carthagène qui lui était offerte comme esclave, ainsi rendue à son fiancé, ce général romain fit preuve de générosité et de magnanimité.

Fig. 6d : Détail de la fig. 6.

Fig. 6d : Détail de la fig. 6.

© Émilie Biraud

  • 46 Jérémie Benoît (dir.), Napoléon et Versailles, Paris, Éditions de la Réunion des musées nationaux, (...)

25Outre leur qualité d’esquisse, la difficulté d’identifier les sujets représentés dans ces quatre compositions s’explique par le fait qu’il s’agit vraisemblablement de simples évocations de décors possibles, comme M. Jérémie Benoît l’a de même suggéré à propos de certaines peintures figurées sur les aquarelles46. Quoi qu’il en soit, d’après ce qu’évoquent ces croquis, il est à peu près certain que l’on prévoyait de représenter des héros antiques – souverains ou chefs militaires – qui, au moins une fois dans leur vie, firent preuve d’exemplarité vertueuse. Ces scènes devaient donc rappeler à l’Empereur ses illustres « prédécesseurs » avec lesquels il entendait rivaliser.

Le décor des pièces à la lumière des devis

26Il convient de quitter ces décors plafonnants pour se pencher à présent sur les transformations prévues par Gondoin dans chacune des pièces de cet appartement de l’Empereur. Dans la salle des Gardes – qui correspond à la première antichambre de la Dauphine (annexe 6) –, l’architecte prévoyait de boucher l’une des portes se trouvant sur la face opposée aux croisées, dans l’angle nord-est, tandis qu’une seconde baie devait être réduite afin de disposer une porte au centre du mur (annexe 3). Les devis évoquent très peu le décor de cette pièce qui, d’après l’élévation en coupe (fig. 7), devait montrer une panoplie d’armes au-dessus d’un lambris d’appui.

Fig. 7 : Élévation en coupe sur la salle des Gardes (appartement habituel de l’Empereur, au rez-de-chaussée), aquarelle, album signé « Percier et Fontaine Del. 1810 ». Collection privée.

Fig. 7 : Élévation en coupe sur la salle des Gardes (appartement habituel de l’Empereur, au rez-de-chaussée), aquarelle, album signé « Percier et Fontaine Del. 1810 ». Collection privée.

© Jean-Marc Manaï

  • 47 SACV, 03 002/sans cote, devis de J. Gondoin, 12e vol., non paginé, premier salon, menuiserie.
  • 48 Ibid., vitrerie.

27À l’emplacement de la seconde antichambre de la Dauphine (annexe 6), le premier salon devait conserver quatre baies pour lesquelles était prévue la confection de nouvelles portes à deux vantaux et de leurs dessus-de-portes (annexe 3 et fig. 8). Gondoin envisageait de rythmer les murs par des pilastres corinthiens cannelés reposant sur de hauts stylobates – huit pour la face opposée aux croisées, six pour les trois autres47. Sur chacune des faces latérales, les pilastres devaient encadrer un miroir – l’un surmontant la cheminée. Selon les devis, une glace « en deux volumes » devait également être disposée « vis-à-vis les croisées »48. Cependant, sur l’élévation en coupe du premier salon (fig. 9), où figurent bien huit pilastres, la partie centrale du mur opposé aux croisées n’est pas occupée par une glace, mais par un tableau. Ceci témoigne des quelques discordances notables entre les devis et les aquarelles.

Fig. 8 : Jacques Gondoin, plan projeté pour le premier salon (appartement habituel de l’Empereur, au rez-de-chaussée), douzième volume des devis, [1806-1807]. Versailles, service des archives du château, 03 002/sans cote.

Fig. 8 : Jacques Gondoin, plan projeté pour le premier salon (appartement habituel de l’Empereur, au rez-de-chaussée), douzième volume des devis, [1806-1807]. Versailles, service des archives du château, 03 002/sans cote.

© Émilie Biraud

Fig. 9 : Élévation en coupe sur le premier salon (appartement habituel de l’Empereur, au rez-de-chaussée), aquarelle, album signé « Percier et Fontaine Del. 1810 ». Collection privée.

Fig. 9 : Élévation en coupe sur le premier salon (appartement habituel de l’Empereur, au rez-de-chaussée), aquarelle, album signé « Percier et Fontaine Del. 1810 ». Collection privée.

© Jean-Marc Manaï

  • 49 SACV, 03 002/sans cote, devis de J. Gondoin, 12e vol., deuxième salon, sculpture.
  • 50 Ibid.

28Le deuxième salon, également dit salon d’honneur, correspond au grand cabinet de la Dauphine. Gondoin prévoyait d’y boucher les deux portes situées aux extrémités du mur faisant face aux croisées, et d’ouvrir, là encore, une unique porte centrale (annexe 3). Encadrée par deux grands tableaux, cette porte « à deux vantaux à compartiment cimétrique de trois paneaux quarrés et de quatre frises sur la hauteur » devait être surmontée d’une « corniche d’attique » ornée d’une aigle49 (fig. 10). Chacune des deux portes d’enfilade devait également être surmontée d’une aigle sculptée – créant ainsi un décor faisant écho au tableau de plafond envisagé. Sur les faces latérales, il était prévu de placer un tableau entre le fond de la pièce et chacune des cheminées, surmontée d’une glace ; de même qu’une peinture devait agrémenter les deux trumeaux entre les croisées50.

Fig. 10 : Élévation en coupe sur le salon de l’Empereur et le deuxième salon (appartement habituel de l’Empereur, au rez-de-chaussée), aquarelle, album signé « Percier et Fontaine Del. 1810 ». Collection privée.

Fig. 10 : Élévation en coupe sur le salon de l’Empereur et le deuxième salon (appartement habituel de l’Empereur, au rez-de-chaussée), aquarelle, album signé « Percier et Fontaine Del. 1810 ». Collection privée.

© Jean-Marc Manaï

  • 51 SACV, 03 002/sans cote, devis de J. Gondoin, 12e vol., salon de l’Empereur, menuiserie.

29Disposé dans la chambre à coucher de la Dauphine, le salon de l’Empereur devait montrer, sur sa face opposée aux croisées, une glace cintrée encadrée par deux pilastres ioniques, de part et d’autre de laquelle devaient être placés deux tableaux. Ce décor, décrit de manière très détaillée dans les devis, est en parfaite adéquation avec ce que montre l’aquarelle (fig. 10), ce qui atteste que le projet était bien arrêté. Selon les devis, les deux faces latérales devaient chacune être ornées en leur centre d’une glace – l’une surmontant la cheminée –, auprès de laquelle devait être disposé un pilastre du côté de la porte, et un tableau du côté du mur du fond. Il était également prévu de placer une peinture sur le trumeau situé entre les deux croisées51.

  • 52 Ibid., chambre à coucher de l’Empereur, maçonnerie.
  • 53 SACV, 03 002/sans cote, devis de J. Gondoin, 12e vol., marbrerie.
  • 54 Ibid., menuiserie.
  • 55 SACV, 03 002/sans cote, devis de J. Gondoin, 12e vol., menuiserie.

30La chambre de l’Empereur devait être créée par la réunion de la bibliothèque du Dauphin et du cabinet intérieur de la Dauphine (annexe 6, annexe 5 et annexe 8). Ce projet entraînait la « démolition des cloisons en carreaux de platre d’une alcove […] Le bouchement de la cheminée. La reconstruction d’une nouvelle cheminée en face52 ». D’après les devis et le plan de la pièce qu’ils présentent (fig. 11), il était en effet prévu de supprimer la cheminée en marbre griotte de la bibliothèque du Dauphin, tandis que celle du cabinet intérieur de la Dauphine, en marbre vert campan, devait être déposée et remplacée par une nouvelle cheminée53. En ce qui concerne le mur faisant face aux croisées, le décor prévu par les devis comprenait un lambris d’appui à compartiments, surmonté d’une glace encadrée de tentures54 – seul le miroir n’est pas représenté sur l’élévation en coupe (fig. 12). Quant aux deux faces latérales, l’architecte projetait qu’elles comportent chacune « un parquet de glace, un lambris d’appuis [sic], un encadrement de tentures plus deux pilastres d’angle attenant les portes55 ».

Fig. 11 : Jacques Gondoin, plan projeté pour la chambre de l’Empereur (appartement habituel de l’Empereur, au rez-de-chaussée), douzième volume des devis, [1806-1807]. Versailles, service des archives du château, 03 002/sans cote.

Fig. 11 : Jacques Gondoin, plan projeté pour la chambre de l’Empereur (appartement habituel de l’Empereur, au rez-de-chaussée), douzième volume des devis, [1806-1807]. Versailles, service des archives du château, 03 002/sans cote.

© Émilie Biraud

Fig. 12 : Élévation en coupe sur le cabinet de travail et la chambre de l’Empereur (appartement habituel de l’Empereur, au rez-de-chaussée), aquarelle, album signé « Percier et Fontaine Del. 1810 ». Collection privée.

Fig. 12 : Élévation en coupe sur le cabinet de travail et la chambre de l’Empereur (appartement habituel de l’Empereur, au rez-de-chaussée), aquarelle, album signé « Percier et Fontaine Del. 1810 ». Collection privée.

© Jean-Marc Manaï

  • 56 Ibid., grand cabinet de l’Empereur, menuiserie.
  • 57 SACV, 03 002/sans cote, devis de J. Gondoin, 12e vol., menuiserie.
  • 58 Ibid., marbrerie.

31Le grand cabinet de l’Empereur, également dit cabinet de travail, devait prendre place dans une pièce ayant déjà eu le même usage auparavant, puisqu’il s’agissait du grand cabinet du Dauphin, situé sous le salon de la Paix. D’après les devis, Gondoin prévoyait de disposer une glace sur chacun des trumeaux situés entre les six croisées56. Le décor des deux faces opposées aux croisées devait se composer d’une grande glace encadrée par deux portes nouvellement confectionnées – surmontées chacune d’un dessus-de-porte –, et de quatre « pilastres »57, comme cela est figuré sur l’élévation de la face nord (fig. 12). Ce fut donc un décor néoclassique de glaces et de pilastres qui devait se substituer aux riches boiseries exécutées par Jacques Verberckt en 1747. Comme pour la pièce précédente, il était envisagé de remplacer la cheminée existante58.

  • 59 SACV, 03 002/sans cote, devis de J. Gondoin, 12e vol., arrière-cabinet de l’Empereur, maçonnerie.
  • 60 Ibid., marbrerie.

32À la suite du cabinet de travail devait se trouver l’arrière-cabinet de l’Empereur, à l’emplacement de la chambre à coucher du Dauphin. Parmi les élévations en coupe conservées, aucune ne montre les études pour cette pièce et les deux suivantes, le bureau topographique et la salle du Conseil, donnant sur le parterre d’Eau. D’après les plans issus des projets de Gondoin, cette pièce devait être diminuée en profondeur, afin de créer un corridor permettant à l’Empereur d’aller directement de son cabinet de travail à la salle du Conseil (annexe 3), entraînant ainsi la construction d’un nouveau pan de bois de refend et la réfection du plafond59. Outre ces transformations de gros-œuvre, il était envisagé de déposer la belle cheminée de marbre griotte ornée de bronzes ciselés par Jacques Caffiéri : « La dépose du chambranle de marbre griote Ditalie ainsi que les foyers, cariatide en cuivre et ornement en bronze. Ensuite la fourniture d’un autre chambranle en beau marbre Ditalie et riche dornemens et bronze60. »

  • 61 SACV, 03 002/sans cote, devis de J. Gondoin, 12e vol., cabinet topographique, maçonnerie. Absente s (...)
  • 62 Ibid., maçonnerie et menuiserie. De même, cette modification proposée dans les devis n’apparaît pas (...)
  • 63 SACV, 03 002/sans cote, devis de J. Gondoin, 15e vol., 2e partie.

33Le bureau ou cabinet topographique, prenant place dans la seconde antichambre du Dauphin, devait également être réduit en profondeur pour la création du corridor. L’ancienne cheminée, placée sur la face opposée aux croisées, devait être remplacée par une nouvelle, construite « sur le mur de refend avec larrière cabinet61 » (annexe 5 et annexe 8). L’architecte ne prévoyait pour cette pièce qu’une seule porte ouvrante, communiquant avec l’arrière-cabinet, car la porte située en vis-à-vis serait désormais feinte62. D’après les devis, ces deux portes devaient être surmontées de dessus-de-portes en lambris et encadrées de pilastres. Au-dessous d’un plafond orné d’un « tableau en rehaussé d’or63 », les murs de ce cabinet topographique devaient être décorés d’un lambris, de tentures et de quatre glaces.

  • 64 Ibid., 12e vol., salle du Conseil, maçonnerie. 
  • 65 SACV, 03 002/sans cote, devis de J. Gondoin, 12e vol., maçonnerie.
  • 66 Ibid., menuiserie.
  • 67 SACV, 03 002/sans cote, devis de J. Gondoin, 12e vol., menuiserie.
  • 68 Ibid., marbrerie.

34Cette enfilade de pièces donnant sur les jardins devait s’achever avec la salle du Conseil. L’agrandissement de cette pièce, qui appartenait auparavant à l’appartement de Madame Sophie, devait entraîner la démolition des cloisons orientées au nord et à l’est64, ainsi que la présence nouvelle d’une troisième croisée (annexe 5 et annexe 8). Les devis révèlent qu’il était de plus prévu de démolir le « plafond et plancher d’entresol65 » afin de donner davantage de hauteur à la pièce. Gondoin envisageait d’ouvrir cette salle par deux portes de communication, dont l’une, face aux croisées, serait à deux vantaux et ornée de glaces66. D’après les devis, les deux trumeaux entre les croisées devaient chacun recevoir une glace ; les trois autres faces devaient comporter un lambris d’appui surmonté de tentures, les deux situées latéralement devant être décorées d’une glace en leur centre67. La cheminée, sur la même face qu’auparavant, devait recevoir un nouveau chambranle « en beau marbre Ditalie riche d’ornemens, et bronze68 ».

35Les devis se révèlent donc particulièrement intéressants lorsqu’il est question de pièces ou de murs non représentés sur les aquarelles, même si les informations qu’ils apportent sur le décor restent généralement assez sommaires. Ainsi, seul l’emploi fréquent de pilastres ioniques et corinthiens suggère dans les devis une conception classique du décor projeté – les glaces, lambris, tableaux et tentures étant partie constituante de tout décor palatial. Le choix fait pour plusieurs pièces de placer une unique porte au centre du mur rompait, quant à lui, avec l’esprit de Versailles, où avait toujours régné le goût de la symétrie, se manifestant par la disposition de deux portes aux extrémités du mur – dont l’une était bien souvent feinte. Les devis montrent par ailleurs que Gondoin prévoyait de remodeler complètement le décor de l’appartement du rez-de-chaussée, puisque aucun élément existant ne devait être conservé. Un des intérêts majeurs de cette nouvelle source est constitué par les deux dessins de plafonds, qui montrent une référence fidèle aux précédents de l’art français, en particulier versaillais, en même temps qu’une iconographie nouvelle, intimement liée à la personnalité de Napoléon, s’illustre dans le projet conçu pour le plafond du deuxième salon.

Des projets non réalisés, mais non oubliés

  • 69 Fontaine, op. cit., t. I, p. 175. À la date du 22 octobre 1807, Fontaine écrivait que les projets d (...)
  • 70 AN, O2 330, « Rapport à M. l’Intendant Général », non signé, ni daté.
  • 71 Fontaine, op. cit., t. I, p. 175.
  • 72 Ibid., p. 201-202.

36Gondoin présenta ses projets à l’Empereur à Fontainebleau le 21 octobre 1807, en présence de l’architecte Fontaine69. Selon un rapport anonyme adressé à Daru, « SM. a lu le rapport gl, et examiné les projets. Elle en a paru satisfaite. Elle a même annoncé qu’elle voulait en faire commencer l’exécution70 ». Napoléon demanda néanmoins conseil auprès de Fontaine, qui critiqua avant tout le caractère archaïque de chacune des distributions proposées et suggéra d’y apporter quelques améliorations71. Dans une note écrite sous sa dictée le 22 octobre 1807, l’Empereur fit lui-même part d’un certain nombre de remarques sur le travail de Gondoin, laissant entendre sa volonté de réduire les coûts72. Il demanda alors à Fontaine de lui exposer à son tour un projet, qui s’appuierait sur ceux de Gondoin mais dont la dépense ne devait pas excéder six millions de francs.

  • 73 Ceci caractérise ainsi les projets de Gabriel, Heurtier, Potain et Pâris (SACV, B 22).
  • 74 Fontaine, op. cit., t. I, p. 201-205.
  • 75 Louis-François-Joseph de Bausset, Mémoires anecdotiques sur l’intérieur du palais de Napoléon, sur (...)

37Loin de réaliser un travail aussi exhaustif que celui de son confrère, Fontaine composa une étude n’embrassant que le corps central du château de Versailles. Du double projet de Gondoin, Fontaine retint dans sa propre composition la conservation de l’aile Gabriel et la construction d’une aile symétrique, mais aussi l’agrandissement de la cour de Marbre – et ce, contrairement à l’ensemble des plans proposés au xviiie siècle73 (annexe 9 et annexe 10). S’étant principalement référé au premier projet de Jacques Gondoin, Fontaine conserva de ce dernier la disposition de grands vestibules au fond de la cour de Marbre. Présenté en mars 180874, ce projet ne reçut pas l’approbation du commanditaire, qui estima qu’il ne permettait pas de loger de nombreux princes et officiers75.

  • 76 Fontaine, op. cit., t. I, p. 266.
  • 77 Pradel, op. cit., p. 89.
  • 78 Fontaine, op. cit., t. I, p. 298.

38Cherchant vainement un projet répondant parfaitement à ses attentes, l’Empereur examina de nouveau le travail de Gondoin en juillet 1810, ainsi que le notait Fontaine dans son Journal : « Examen des projets faits jusqu’ici et surtout celui de Monsieur Gondoin76 ». En septembre suivant, celui-ci fut appelé à donner son avis sur les plans exposés par Dufour, à l’initiative de Louis Costaz, intendant général des Bâtiments de la Couronne77. Insatisfait des dernières propositions faites par Fontaine et Dufour, Napoléon revint en 1811 à l’idée de constituer une commission, telle que Daru lui avait suggérée en 1806. Gondoin fit naturellement partie de ce conseil, réuni le 14 juillet 1811, aux côtés des architectes Fontaine et Dufour, de Costaz et de Duroc78. Toutefois, les réflexions qui se tinrent au sein de cette commission ne connurent pas plus d’aboutissement que celles qui avaient été menées individuellement jusqu’alors.

39Des divers projets soumis à l’Empereur en vue de la transformation du château de Versailles, aucun ne fut donc mis à exécution. Considérés comme étant les plus aboutis, ceux de Gondoin servirent de référence aux architectes qui, à la suite de ce dernier, eurent à imaginer la conversion du palais des rois de France en résidence napoléonienne. Faisant à la fois part d’un souci d’économie et d’un véritable désir de magnificence, Napoléon manifestait des attentes contradictoires, auxquelles nul projet ne pouvait répondre pleinement. Il est d’ailleurs certain que la somme exigée pour la mise en œuvre des idées de Gondoin joua un rôle déterminant dans la décision finalement prise de ne pas entreprendre les travaux. Les archives conservées, désormais complétées par les devis, permettent heureusement d’étudier et de connaître ce que projetait l’immense travail prévu par Gondoin.

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Notes

1 Napoléon ne faisait là que reprendre à son compte un projet de Louis XV, poursuivi par Louis XVI qui, en 1780, ouvrit un concours auquel participèrent les architectes les plus renommés de l’époque.

2 Pierre-François-Léonard Fontaine, Journal 1799-1853, Paris, École nationale supérieure des beaux-arts, 1987, t. I, p. 120. Propos rapporté à Fontaine par Daru, le 7 février 1806.

3 À propos de Jacques Gondoin et de ses ouvrages, voir Géraldine Defives, Recherches sur l’architecte Jacques Gondoin (1737-1818), maîtrise d’histoire de l’art, université Paris X-Nanterre, 1996, 2 vol.

4 Christian Baulez, « Le projet d’installation de Napoléon à Versailles. De Gondoin à Fontaine », Versalia, no 9, mars 2006, p. 16.

5 Pierre Pradel, « Versailles sous le Premier Empire », Revue de l’Histoire de Versailles et de Seine et Oise, avril-juin 1937, p. 78.

6 Jean-Jacques Gautier, « Jacques Gondouin, architecte et dessinateur du Garde-meuble de la Couronne », L’estampille - l’objet d’art, no 263, novembre 1992, p. 60.

7 Pradel, op. cit., p. 78.

8 Napoléon lui avait officieusement fait part de sa décision dès le 1er mars 1806, ce qui permit à l’architecte de proposer si rapidement ses projets (Pradel, op. cit., p. 78-79).

9 Paris, Archives nationales (désormais AN), O2 330.

10 En 1814, afin de redonner une certaine unité aux façades du château côté ville, l’architecte Dufour reconstruira le pavillon de tête de cette aile à l’identique de celui édifié par Gabriel.

11 AN, O2 330, rapport général, p. 11. La « Cour des Princes » mentionnée ici correspond à la Cour royale, et non à celle située entre l’aile du Midi et la vieille aile. (Les transcriptions d’archives présentes dans cet article respectent l’orthographe des documents cités.)

12 Ibid., p. 1-2.

13 AN, O2 330, rapport général, p. 2.

14 Ibid., p. 11-12.

15 À partir de 1769, ce vestibule fut intégré – comme la galerie basse –, à l’appartement de Madame Sophie, puis fit partie, après la mort de cette dernière en 1782, des pièces que Marie-Antoinette se réappropria pour former son appartement du rez-de-chaussée. Voir Pierre Verlet, Le château de Versailles, Paris, Fayard, [1961] 1985, p. 430-431 et p. 602-603.

16 AN, O2 330, rapport général, p. 2.

17 AN, O2 330, « Rapport à M. l’Intendant Général », non signé, ni daté. D’après ce rapport, Gondoin s’attela à ces projets à compter du 1er mars 1806 jusqu’au 2 octobre 1807.

18 AN, O2 330, lettre de Gondoin à Daru, 1er novembre 1807.

19 AN, O2 330, rapport général, p. 62.

20 AN, département des Cartes et plans, VA, boîte XXIX, nos 21-22 et no 27.

21 AN, O2 330, rapport général, p. 64.

22 Ces aquarelles font partie d’une collection privée.

23 Baulez, op. cit., p. 14-22.

24 Versailles, service des archives du château (désormais SACV), B 22.

25 SACV, 03 002/sans cote.

26 AN, O2 330, rapport général, p. 67 : « Les 3 dessins marqués Y sont les Esquisses des plafonds pour les appartemens de l’Empereur au Rez de chaussée, avec celui des peintures par Mr. Perrin peintre d’histoire ; lesquelles ont servi à établir les devis des plafonds qui composent tous les appartemens du Rez de chaussée (deux de ces dessins sont annexés au 12e Vol.e des devis). »

27 Celle visible sur ces deux dessins, dans laquelle se devine le chiffre de l’architecte, se retrouve à la fin du rapport général déjà cité, p. 67.

28 Étiquette du Palais impérial, Paris, Impr. impériale, 1806, p. 84.

29 SACV, 03 002/sans cote, devis de J. Gondoin, 14vol., [p. 1] : « Les réparations à faire dans cet appartement qui est très grand et très richement orné consistent : dans le rétablissement des dorures de toutes espèces tant sur bois que sur plâtre et sur métaux, peinture de décor et d’impression, sculpture, repolissage et réparation de tous les marbres, quantité de croisées à refaire lesquelles seront vitrées de glaces ainsi que les portes de répétition. Beaucoup de parquets en frises, portes et serrures en cuivre dorées d’or moulu. »

30 Comme l’a déjà souligné Alfred Marie, toutes les vues sont inversées par rapport à la réalité topographique, comme si elles avaient dû être gravées (A. Marie, « Un Versailles inconnu. Si Napoléon l’avait habité », Connaissance des Arts, no 206, 1969, p. 78-85 et p. 150-151).

31 AN, O2 330, rapport général, p. 13.

32 SACV, 03 002/sans cote, devis de J. Gondoin, 3vol., non paginé.

33 Ibid., menuiserie.

34 AN, O2 330, rapport général, p. 13.

35 SACV, 03 002/sans cote, devis de J. Gondoin, 3vol., peinture.

36 Ibid.

37 Émilien Cazes, « Napoléon à Versailles et à Trianon », Revue des études napoléoniennes, 1913, t. IV, p. 170.

38 AN, O2 330, rapport général, p. 19.

39 Ibid., p. 18.

40 SACV, 03 002/sans cote, devis de J. Gondoin, 15vol., non paginé, 2e partie.

41 En tant que symbole héraldique, le nom « aigle » est toujours féminin.

42 François Loyer, Histoire de l’architecture française, vol. 3 : De la Révolution à nos jours, Paris, Mengès-Éd. du Patrimoine, 1999, p. 43-44.

43 SACV, 03 002/sans cote, devis de J. Gondoin, 15e vol., 2e partie.

44 Notice des peintures et sculptures placées dans les cours et les appartements du palais de Fontainebleau, Paris, Vinchon, 1839, p. 10 : « Salon. Plafond par Vincent. Minerve protectrice des arts et des sciences. »

45 Ce tableau est reproduit dans l’ouvrage publié par Irène Aghion, Claire Barbillon et François Lissarrague, Héros et dieux de l’Antiquité : guide iconographique, Paris, Flammarion, 1994, p. 289.

46 Jérémie Benoît (dir.), Napoléon et Versailles, Paris, Éditions de la Réunion des musées nationaux, 2005, p. 56.

47 SACV, 03 002/sans cote, devis de J. Gondoin, 12e vol., non paginé, premier salon, menuiserie.

48 Ibid., vitrerie.

49 SACV, 03 002/sans cote, devis de J. Gondoin, 12e vol., deuxième salon, sculpture.

50 Ibid.

51 SACV, 03 002/sans cote, devis de J. Gondoin, 12e vol., salon de l’Empereur, menuiserie.

52 Ibid., chambre à coucher de l’Empereur, maçonnerie.

53 SACV, 03 002/sans cote, devis de J. Gondoin, 12e vol., marbrerie.

54 Ibid., menuiserie.

55 SACV, 03 002/sans cote, devis de J. Gondoin, 12e vol., menuiserie.

56 Ibid., grand cabinet de l’Empereur, menuiserie.

57 SACV, 03 002/sans cote, devis de J. Gondoin, 12e vol., menuiserie.

58 Ibid., marbrerie.

59 SACV, 03 002/sans cote, devis de J. Gondoin, 12e vol., arrière-cabinet de l’Empereur, maçonnerie.

60 Ibid., marbrerie.

61 SACV, 03 002/sans cote, devis de J. Gondoin, 12e vol., cabinet topographique, maçonnerie. Absente sur le projet de Gondoin présenté dans le recueil de Dufour, cette cheminée projetée est en revanche bien figurée sur le plan général conservé aux Archives nationales.

62 Ibid., maçonnerie et menuiserie. De même, cette modification proposée dans les devis n’apparaît pas sur le plan du recueil constitué par Dufour.

63 SACV, 03 002/sans cote, devis de J. Gondoin, 15e vol., 2e partie.

64 Ibid., 12e vol., salle du Conseil, maçonnerie. 

65 SACV, 03 002/sans cote, devis de J. Gondoin, 12e vol., maçonnerie.

66 Ibid., menuiserie.

67 SACV, 03 002/sans cote, devis de J. Gondoin, 12e vol., menuiserie.

68 Ibid., marbrerie.

69 Fontaine, op. cit., t. I, p. 175. À la date du 22 octobre 1807, Fontaine écrivait que les projets de son confrère avaient été « soumis hier à l’Empereur », et qu’il avait « été appelé à la présentation de ce volumineux travail ».

70 AN, O2 330, « Rapport à M. l’Intendant Général », non signé, ni daté.

71 Fontaine, op. cit., t. I, p. 175.

72 Ibid., p. 201-202.

73 Ceci caractérise ainsi les projets de Gabriel, Heurtier, Potain et Pâris (SACV, B 22).

74 Fontaine, op. cit., t. I, p. 201-205.

75 Louis-François-Joseph de Bausset, Mémoires anecdotiques sur l’intérieur du palais de Napoléon, sur celui de Marie-Louise et sur quelques événemens de l’Empire, depuis 1805 jusqu’en 1816, Paris, A. Levasseur, 1829, t. IV, p. 181.

76 Fontaine, op. cit., t. I, p. 266.

77 Pradel, op. cit., p. 89.

78 Fontaine, op. cit., t. I, p. 298.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Jacques Gondoin, plan général du rez-de-chaussée du palais de Versailles (second projet), [1806-1807]. Paris, Archives nationales, département des Cartes et plans, VA, boîte XXIX, no 27.
Crédits © Émilie Biraud
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/10336/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 2 : Élévation en coupe sur le deuxième et le premier salon du Grand Appartement de représentation de l’Empereur au premier étage (salons de Mars et de Diane), au-dessus de la salle à manger et de la salle des Ambassadeurs, aquarelle, album signé « Percier et Fontaine Del. 1810 ». Collection privée.
Crédits © Jean-Marc Manaï
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/10336/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre Fig. 3 : Élévation en coupe sur le salon de l’Empereur et la salle du trône au premier étage (salons d’Apollon et de Mercure), aquarelle, album signé « Percier et Fontaine Del. 1810 ». Collection privée.
Crédits © Jean-Marc Manaï
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/10336/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Fig. 4a : Élévation en coupe sur la Grande Galerie et la chambre de parade, au-dessus du vestibule, aquarelle, album signé « Percier et Fontaine Del. 1810 ». Collection privée.
Crédits © Jean-Marc Manaï
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/10336/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Fig. 4b : Élévation en coupe sur la Grande Galerie et la chambre de parade, au-dessus du vestibule (détail), aquarelle, album signé « Percier et Fontaine Del. 1810 ». Collection privée.
Crédits © Jean-Marc Manaï
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/10336/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 916k
Titre Fig. 5 : Jacques Gondoin, dessin projetant le plafond du deuxième salon de l’Empereur, annexé au douzième volume des devis, [1806-1807]. Versailles, service des archives du château, 03 002/sans cote.
Crédits © Émilie Biraud
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/10336/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Fig. 6 : Jacques Gondoin, dessin projetant le plafond du cabinet de travail de l’Empereur, annexé au douzième volume des devis, [1806-1807]. Versailles, service des archives du château, 03 002/sans cote.
Crédits © Émilie Biraud
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/10336/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Fig. 6a : Détail de la fig. 6.
Crédits © Émilie Biraud
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/10336/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig. 6b : Détail de la fig. 6.
Crédits © Émilie Biraud
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/10336/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 6c : Détail de la fig. 6.
Crédits © Émilie Biraud
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/10336/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Fig. 6d : Détail de la fig. 6.
Crédits © Émilie Biraud
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/10336/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig. 7 : Élévation en coupe sur la salle des Gardes (appartement habituel de l’Empereur, au rez-de-chaussée), aquarelle, album signé « Percier et Fontaine Del. 1810 ». Collection privée.
Crédits © Jean-Marc Manaï
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/10336/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Fig. 8 : Jacques Gondoin, plan projeté pour le premier salon (appartement habituel de l’Empereur, au rez-de-chaussée), douzième volume des devis, [1806-1807]. Versailles, service des archives du château, 03 002/sans cote.
Crédits © Émilie Biraud
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/10336/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 9 : Élévation en coupe sur le premier salon (appartement habituel de l’Empereur, au rez-de-chaussée), aquarelle, album signé « Percier et Fontaine Del. 1810 ». Collection privée.
Crédits © Jean-Marc Manaï
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/10336/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Fig. 10 : Élévation en coupe sur le salon de l’Empereur et le deuxième salon (appartement habituel de l’Empereur, au rez-de-chaussée), aquarelle, album signé « Percier et Fontaine Del. 1810 ». Collection privée.
Crédits © Jean-Marc Manaï
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/10336/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Fig. 11 : Jacques Gondoin, plan projeté pour la chambre de l’Empereur (appartement habituel de l’Empereur, au rez-de-chaussée), douzième volume des devis, [1806-1807]. Versailles, service des archives du château, 03 002/sans cote.
Crédits © Émilie Biraud
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/10336/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 12 : Élévation en coupe sur le cabinet de travail et la chambre de l’Empereur (appartement habituel de l’Empereur, au rez-de-chaussée), aquarelle, album signé « Percier et Fontaine Del. 1810 ». Collection privée.
Crédits © Jean-Marc Manaï
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/10336/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Émilie Biraud, « Les projets de Jacques Gondoin : première réponse aux rêves versaillais de Napoléon », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne], Articles et études, mis en ligne le 16 septembre 2010, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://crcv.revues.org/10336 ; DOI : 10.4000/crcv.10336

Haut de page

Auteur

Émilie Biraud

Diplômée du deuxième cycle de l’École du Louvre (2008), elle a réalisé sous la direction de Béatrix Saule, directeur du Centre de recherche du château de Versailles, et Karine McGrath, responsable du service des archives du château de Versailles, un mémoire de quatrième année intitulé « Jacques Gondoin, architecte de l’Empereur à Versailles », dont cet article est issu. Émilie Biraud a ensuite soutenu en 2008 un mémoire de recherche sur l’architecte Frédéric Nepveu (1777-1862) et ses réalisations dans le corps central du château de Versailles entre 1833 et 1848, devant un jury composé de Valérie Bajou, conservateur du patrimoine, Karine McGrath, et Jean-Michel Leniaud, historien de l’art et directeur d’études à l’École pratique des hautes études. Elle a récemment été chargée par la Conservation du château de Versailles de l’étude scientifique des plans de Frédéric Nepveu, dans le cadre du projet de leur numérisation, et vient de publier un article sur cet architecte dans les Livraisons d’histoire de l’architecture (no 18, 2e semestre 2009). Contact : emilie.biraud@voila.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Émilie Biraud / 2010 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org