Navigation – Plan du site
2009

Un théâtre au château de Versailles : la comédie de la cour des Princes

Entertainment at the Château de Versailles: a theatre in the Cour des Princes
Vincent Pruchnicki

Résumés

Entre 1682 et 1810, il y eut à Versailles une salle de comédie étroitement installée entre la cour des Princes et le parterre du Midi, à l’extrémité de l’aile du Midi. C’est à cet emplacement que furent donnés la plupart des divertissements destinés à la famille royale et à la cour pendant l’Ancien Régime. C’est encore là qu’une Société dramatique, pendant la Révolution, organisa des représentations pour ses concitoyens. Pourtant, dès sa création, ce petit théâtre ne devait être que provisoire.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article est issu d’un travail mené sous la direction de Raphaël Masson dans le cadre du groupe de recherche « Versailles » de l’École du Louvre en partenariat avec le Centre de recherche du château de Versailles (session 2007-2008).

Traduction du résumé : Alexandra Keens

Texte intégral

  • 1 Jean-Claude Le Guillou, « Le château neuf de Versailles : conception et évolution du projet (automn (...)
  • 2 Le 6 mai 1682.
  • 3 AN, O1 1762A2.
  • 4 L’ordinaire désigne les spectacles donnés environ trois fois par semaine à la cour, « comédie », op (...)
  • 5 Entendre comédie et tragédie.

1Aucun théâtre fixe ne fut construit au château de Versailles avant 1682, bien que dès 1668-1670, Louis XIV l’eût envisagé1. Peu avant l’installation de la cour à Versailles2, la « petite gallerie » joignant l’aile du Midi et le Corps central3, située entre la cour des Princes et le parterre du Midi, fut transformée en salle de comédie pour l’« ordinaire » des spectacles4. À Versailles, l’ordinaire débutait à la mi-novembre et s’achevait début avril. Il y avait en moyenne trois divertissements par semaine : « comédie5 », opéra et ballet.

2Le manque d’espace et de moyens força longtemps à se contenter de ce lieu très étroit, puisque la « salle des comédies » de la cour des Princes, provisoire à sa création, ne disparut qu’en 1810, après avoir été tour à tour le théâtre de la cour, puis le théâtre du peuple. Les architectes tentèrent régulièrement d’en améliorer la fonctionnalité et la capacité, et ce malgré les contraintes immuables auxquelles elle était soumise, avant de finalement la démolir. Versailles dut donc se satisfaire d’un théâtre trop petit pendant plus de cent ans.

Un théâtre pour l’ordinaire sous Louis XIV

Architecture et décor

  • 6 Communication de M. Raphaël Masson, conservateur au Centre de recherche du château de Versailles. V (...)
  • 7 Comptes des Bâtiments du roi sous le règne de Louis XIV, publiés par J. Guiffrey, Paris, Imprimerie (...)
  • 8 AN, O1 1762A.

3Le 10 avril 1682, Colbert pressait son fils d’Ormoy d’achever la construction de la nouvelle comédie6 dessinée par Jules Hardouin-Mansart. Elle ne fut probablement achevée qu’à la fin de l’été ou à l’automne 1682. Seuls quelques éléments tirés des Comptes des Bâtiments du roi témoignent de la construction de la salle, tel le règlement des serruriers Coeurot, Hasté et Dubois, qui livrèrent six grilles pour fermer les arcades de la comédie en juillet 16827, ou le « toisé des ouvrages de maçonnerie de la grande aisle » de janvier 16838.

Fig. 1 : « Profil du degré des Princes » avec le passage de la loge de la reine, 1748, mine de plomb : 37 × 49 cm. Paris, Archives nationales, O1781, no 24.

Fig. 1 : « Profil du degré des Princes » avec le passage de la loge de la reine, 1748, mine de plomb : 37 × 49 cm. Paris, Archives nationales, O1 1781, no 24.

© Archives nationales/cliché de l’auteur

On distingue encore sur ce dessin la cloison de l’ancien escalier qui descendait de la salle des Marchands à la tribune royale.

  • 9 Germain Bapst, Essai sur l’histoire du théâtre : la mise en scène, le décor, le costume, l’architec (...)
  • 10 Éliane Michel, Description et histoire de la salle de Comédie de l’aile Gabriel au château de Versa (...)
  • 11 Barbara Coeyman, « Lieux intérieurs consacrés à la musique et au théâtre à Versailles, 1682‑1733 », (...)

4La comédie s’étendait sur quatre travées d’est en ouest et sur deux travées du nord au sud, donnant sur l’escalier des Princes par une porte aujourd’hui disparue. Elle était construite selon une disposition commune aux salles de spectacles françaises du xviie siècle : « un rectangle arrondi à une de ses extrémités9 », la scène au nord, et l’amphithéâtre adossé à l’aile du Midi. Cette salle de spectacle basse et réduite ne pouvait contenir que trois cent soixante-quatre spectateurs10. Une sélection drastique des courtisans s’opérant, le spectacle véhiculait alors des « considérations d’ordre social et politique11 ». Son exiguïté et le manque de dessous obligeaient à créer des théâtres provisoires pour les divertissements exigeant plus de machinerie. Malgré cet inconvénient, on parvint à y jouer des œuvres importantes, tel le Thésée de Lully en 1688.

Fig. 2 : Jean-Baptiste Métoyen, « Plan de l’orchestre du petit théâtre de Versailles », 1773, plume, encre, aquarelle : 15 × 31,5 cm. Versailles, bibliothèque municipale, Ms. 87, fo 8‑2.

Fig. 2 : Jean-Baptiste Métoyen, « Plan de l’orchestre du petit théâtre de Versailles », 1773, plume, encre, aquarelle : 15 × 31,5 cm. Versailles, bibliothèque municipale, Ms. 87, fo 8‑2.

© Bibliothèque municipale de Versailles

  • 12 Les Slodtz, « Plan du petit théâtre de Versailles », vers 1762, BNF, ESQ 18‑1, pl. 28.
  • 13 Jean-Baptiste Métoyen, « Plan de l’orchestre du théâtre de Fontainebleau », 1773, Versailles, bibli (...)

5La salle ne mesurait que 19,60 m de longueur sur 8,20 m de large, avec une scène de 6,50 m de profondeur12 et environ 6 m de hauteur (fig. 1), et possédait une petite fosse d’« horqueste » dont la surface était diminuée par deux loges disposées à ses extrémités (fig. 2). Bien qu’exigu, le théâtre comportait un orchestre qui pouvait accueillir jusqu’à vingt-cinq symphonistes. Toutefois, ce chiffre restait bien inférieur aux trente-neuf musiciens du théâtre de Fontainebleau13.

  • 14 Philippe de Courcillon de Dangeau, Journal du marquis de Dangeau, publié par E. Soulié, L. Dussieux (...)

6La cour accédait au parterre par un couloir percé depuis la cloison du vestibule de l’escalier des Princes. Plusieurs rangs de gradins en hémicycle, quelques bancs et deux loges entresolées au-dessus des gradins dans les ébrasements des baies l’y accueillaient (fig. 3). Ces loges (fig. 4) étaient si peu élevées qu’un soir Mme de Mailly « se blessa considérablement à la tête en sortant » de la sienne14. Ainsi placés dans les ébrasements des arcades de la salle, les spectateurs ne devaient avoir qu’une vue relativement limitée du spectacle.

Fig. 3 : Agence de Jules Hardouin-Mansart, Plan en masse de la comédie, v. 1710, plume, encre, graphite : 32,1 × 20,5 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, Va 78e t. 6 ; R. de C. 1637.

Fig. 3 : Agence de Jules Hardouin-Mansart, Plan en masse de la comédie, v. 1710, plume, encre, graphite : 32,1 × 20,5 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, Va 78e t. 6 ; R. de C. 1637.

© Bibliothèque nationale de France

  • 15 Cité par Olivier Baumont, La musique à Versailles, Arles / Versailles, Actes Sud / château de Versa (...)

7La tribune royale, occupant un quart de la salle, était suspendue au-dessus des gradins. On y accédait par un escalier en bois très raide, descendant de la salle des Marchands située au-dessus de la comédie (fig. 3). « Quand il y a comédie, je n’ai que quelques marches à descendre et je suis dans la salle », note Madame Palatine15. Au centre de la tribune se détachait la loge à pans coupés du roi, dont l’appui avait reçu un décor sculpté et peint qui courait sur toute la tribune et sur les loges latérales. Elle était soutenue par des consoles d’où festonnaient des guirlandes de fleurs, encadrée par deux balustres, et ornée en son centre d’un cartouche ailé aux armes de France. Deux montants en colonnettes rejoignaient la corniche, avec des motifs de treillages et de coquilles que l’on retrouvait dans le fond de la loge capitonnée (fig. 4).

Fig. 4 : Agence de Jules Hardouin-Mansart, Profil de la tribune du roi, v. 1710, plume, encre, aquarelle, graphite, 31,2 × 39,3 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, Va 78e t. 4 ; R. de C. 1638.

Fig. 4 : Agence de Jules Hardouin-Mansart, Profil de la tribune du roi, v. 1710, plume, encre, aquarelle, graphite, 31,2 × 39,3 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, Va 78e t. 4 ; R. de C. 1638.

© Bibliothèque nationale de France

  • 16 Alfred et Jeanne Marie, Versailles, son histoire, t. II : Mansart à Versailles, Paris, V. Fréal, 19 (...)
  • 17 AN, O1 2998.

8La scène, qui se situait à l’emplacement de l’actuelle librairie de l’Ancienne Comédie, se resserrait vers le lointain. Elle était partiellement occupée par deux loges aménagées pour le premier gentilhomme de la chambre en quartier et ses convives16, et éclairée par une rampe de bougies. De leur côté, les comédiens, jusqu’en 1786, se changeaient dans la salle du Grand Maître et dans quelques salles de la Vieille Aile, cachés derrière des paravents fournis par le Garde-Meuble17.

La comédie de la cour des Princes sous Louis XV

Le renouveau de la comédie

  • 18 « Coupe longitudinale de la salle de spectacle de Fontainebleau », agence Robert de Cotte, 1724 ou (...)

9En 1723, peu après le retour de la cour à Versailles, Louis XV fit réaliser d’importants travaux destinés au rétablissement de l’ordinaire à la petite comédie. La salle fut remise en état. La loge du roi fit l’objet de toutes les attentions. La tribune suspendue disparut au profit d’une véritable « corbeille » surmontant des espaces de loges (fig. 5). Deux nouvelles loges pour la cour furent installées dans les ébrasements des croisées, avec chacune deux bancs et un escalier donnant sur le parterre du Midi ou sur la cour des Princes. L’hémicycle fit place à des loges ménagées sur trois niveaux au-dessous de la loge royale, ouvertes sur la salle grâce à des colonnettes sans doute similaires à celles du théâtre de Fontainebleau, dont la salle fut réaménagée en 172518, et de trois rangs de banquettes disposées en gradins.

Fig. 5 : Plan de l’ancienne comédie, v. 1732, plume, encre : 49 × 81 mm. Paris, Archives nationales, VA 63, no 20.

Fig. 5 : Plan de l’ancienne comédie, v. 1732, plume, encre : 49 × 81 mm. Paris, Archives nationales, VA 63, no 20.

© Archives nationales/cliché de l’auteur

  • 19 AN, O1 2854, fo 238.

10Le menuisier Girault fabriqua les nouveaux décors de la salle19 qu’il installa de fin juillet à fin décembre 1723. Les sculpteurs Sébastien-Antoine et Paul-Ambroise Slodtz participèrent aux ouvrages de la loge du roi, de la salle et du « théâtre », aidés de deux autres confrères chargés des figures et des fleurs.

11Le peintre Perrot réalisa « toute la décoration du théâtre à la réserve de la corniche » dans le goût rocaille, à dominante de faux marbres. Il fit « le marbre du plafond […] des ornements autour des 2 culs de lampe où pendaient les lustres », traça « dans le balcon du théâtre […] un cartouche et 2 festons de fleurs » jaunes pareils à ceux des croisés de la salle et à ceux « dans l’embrasement de la fausse croisée ».

  • 20 AN, O1 2854, p. 162.

12Dans la salle, Perrot avait notamment peint aux trumeaux « 4 bas-reliefs dans un grand cartouche avec plusieurs ornements et palmes, une agrafe au-dessous de chacun d’où tombent des festons de fleurs qui se joignent aux douze plaques de bronze » livrées par Ambroux, et « sous les 4 embrasements des croisées, une grande rose d’ornements au milieu de chacun » et des agrafes, ainsi que les appuis des « 4 loges qui sont dans les croisées20 ».

13La loge du roi était garnie de velours de Gênes cramoisi avec petit galon d’or double et tendue de toile cramoisie à galons d’or faux, tout comme le théâtre. Le roi pouvait dissimuler sa présence derrière une jalousie de bronze. Une garde-robe contenant un coffre en forme de banquette, ainsi qu’« une chaise percée brisée » livrée par le menuisier Bazin, furent installées pour plus de confort. Un décor « d’ornements et de fleurs » harmonisait toute la loge royale. Le plafond de la loge du roi se distinguait par « 8 figures pantomimes », que l’on retrouvait aussi sur la porte et sur les volets. Le chantourné du devant de loge avait le revers orné de festons de sculpture peints de fleurs et rehaussés d’or. Les cintres des croisées de la loge étaient agrémentés d’un « cartouche avec une tête au milieu et deux grands festons de fleurs […] rehaussés d’or » et, au-dehors, deux « panneaux de mosaïque rehaussés d’or » prenaient place.

14Les travaux exécutés par Perrot en 1723 paraissent très proches de la coupe de la salle actuellement datée de 1748 (fig. 6). Il est plus que probable que partie du décor décrit par ce dessin de 1748 date en réalité de 1723. Ainsi cette élévation témoignerait du remploi du décor archaïque de 1723 et de son élargissement à l’ensemble de la salle vers 1748, ce qui est une pratique courante des Bâtiments du roi.

Fig. 6 : Coupe de l’ancienne comédie du côté loge de la loge de la reine, 1743 ou 1748, plume, encre, dessin au pinceau : 41 × 47 cm. Paris, Archives nationales, O17882, no 36.

Fig. 6 : Coupe de l’ancienne comédie du côté loge de la loge de la reine, 1743 ou 1748, plume, encre, dessin au pinceau : 41 × 47 cm. Paris, Archives nationales, O1 17882, no 36.

© Archives nationales/cliché de l’auteur

La datation de ce document oscille entre 1743 et 1748. Seule l’identification de nouveaux documents concernant les loges à jalousies sous la loge de la reine permettrait de le dater exactement.

  • 21 AN, O2854, p. 168.
  • 22 Madame Élisabeth (1727-1759), fille de Louis XV, duchesse de Parme, dite Madame Infante.
  • 23 AN, O1 2854, p. 224.

15Le menuisier Bazin fournit le mobilier des loges. Il était composé d’« une table brisée de bois de chêne21 », d’« un fauteuil à 8 pans rempli d’ornements de sculpture sur les 4 faces des pieds et traverses » accompagné de six ployants et huit tabourets traités de même, de « 2 sofas à 8 pans avec un marchepied […] pour poser les pieds de l’Infante22 » et de « 9 ployants à 8 pans pour les loges des princesses ». Perrot laqua les bois de trente-six tabourets couverts de tripe rouge, peignit bancs, banquettes et dossiers pour les princesses et pour les premiers gentilshommes de la Chambre et Chambellan. Gabriel usait d’« un abattant servant de siège » dans sa loge située sous celle du roi. De « grandes chaises de paille avec des marchepieds » servirent à l’orchestre. Les musiciens éclairaient leurs partitions grâce à « 35 bobèches à queues ». Le ferblantier Blanchard livra les plaques de fer-blanc à bobèches, posées partout pour éclairer la scène, et fabriqua « une serre où sont les placets et carreaux pour les dames de la cour ». Lévêque, inspecteur des ouvrages des Menus, fit venir des Tuileries des tonneaux, des treuils et autres ustensiles servant au théâtre. Les tonneaux furent placés sous les gradins, et remplis d’eau en cas d’incendie23.

16L’ameublement de la salle avait peu changé en 1740. Le mobilier, très simple, avec ses bois tournés et peints en rouge, évolua peu jusqu’à la fin du xviiie siècle. Un meuble de velours cramoisi, accompagné de textile rouge ou vert recouvrant la plupart des meubles et le parterre, s’harmonisait avec le décor de la salle, vert campan et sarancolin. Dans la loge du roi, en haut de la tribune, se trouvaient un fauteuil garni « de velours cramoisy garny de passepoil d’or », plus riche, et quatre autres fauteuils « servant aux héros de théâtre ».

17La salle semble avoir été meublée à l’économie. Cette situation perdura jusqu’à sa démolition. Quatre-vingt-cinq tabourets de provenances diverses, dont trente-six en place depuis 1723, rassemblés et globalement unifiés par la couleur rouge des bois et des textiles, constituaient le mobilier destiné à la cour. « Un tapis de la Savonnerie » relevant du Garde-Meuble, destiné sans doute à l’usage de la famille royale mais qui n’est pas décrit, fut ôté.

Les loges royales

  • 24 Charles-Philippe d’Albert de Luynes, Mémoires du duc de Luynes sur la cour de Louis XV, publiés par (...)
  • 25 AN, O17952, fo 73.

18Pendant le voyage de Fontainebleau de 1743, le roi se fit aménager « au-dessous de la loge de la reine une loge dont les deux côtés sont grillés ; c’est là la place que le roi prend pour voir et entendre sans être vu24 ». La reine occupa alors la grande loge du haut sans son époux. Seule une lettre du 10 novembre 1743, rédigée par l’architecte Lécuyer, indique que les Bâtiments, sur ordre de Louis XV, ont travaillé « aux loges de la commédie25 ». Malheureusement, aucune autre source ne confirme qu’il s’agit là de l’installation des loges à jalousies sous l’ancienne loge du roi. Si ces loges grillées ont bel et bien été installées en 1743, la date de la coupe de la comédie aujourd’hui estimée à 1748-1749 (fig. 6) pourrait être ramenée à 1743. Le décor rocaille de 1723 fut donc étendu à la salle et harmonisé soit en 1743, soit en 1748.

  • 26 AN, O17953, fo 96, vers 1746-1747.
  • 27 AN, O1 17954, fo 134.

19En 1748, la petite comédie, qui pourtant « doit être un jour démolie26 », subit d’autres modifications. Lécuyer réalisa les changements avec diligence à la fin du séjour à Fontainebleau27. « L’on a fait une nouvelle entrée pour la loge de la reine ; on a ouvert une porte dans le palier qui est au milieu de l’escalier [des Princes] » (fig. 1). « Cette nouvelle entrée conduit de plain-pied à la loge de la reine » qui a été agrandie. L’escalier descendant à la tribune royale depuis la salle des Marchands, désormais inutile, fut donc détruit.

  • 28 C.-P. d’Albert de Luynes, op. cit., t. IX, vendredi 29 novembre 1748, p. 131-132.
  • 29 Ibid., t. I, 21 novembre 1736, p. 132.
  • 30 Communication de Mlle Clotilde Jobert, tiré de AN, O1 3314, fo 118.

20« Sur le devant de la loge, il y a au moins neuf ou dix places, fort commodes pour […] la famille royale [et] derrière, un espace suffisant pour le service », avec un « banc fort long dans lequel on met des pliants pour dix ou douze dames de la suite de la reine, de Mme la Dauphine et de Mesdames. Derrière le banc des dames, un autre banc plus étroit pour les officiers des gardes et les écuyers. Dans le nouveau passage, on a pris la largeur d’une des fenêtres pour faire une garde-robe de commodité28 », pièce rendue nécessaire par la chaleur étouffante qui régnait dans la salle à cause des poêles. « On relève à tous les actes les gardes qui sont sur le théâtre ; et malgré cela souvent il y en a qui s’y trouvent mal », notait Luynes29. Pour rajouter au confort de la reine, « 1 tapis de peaux d’ours […] doublé de toile rouge »30 lui fut livré.

  • 31 C.-P. d’Albert de Luynes, op. cit., t. VI, samedi 3 avril 1745, p. 382.

21Lorsqu’on voulait représenter un grand opéra, nécessitant une nombreuse figuration et une machinerie compliquée, les Menus Plaisirs construisaient, comme sous Louis XIV, une salle provisoire démolie une fois le spectacle achevé. Ce fut le cas lors des fêtes du mariage du Dauphin en 1747 à la Grande Écurie. Néanmoins, cette salle créée par les Slodtz servit jusqu’à son incendie en 1751, empiétant sur la fonction du petit théâtre. Cependant, l’« ancienne salle » servit toujours31, pour « la comédie », et pour des divertissements particuliers, fréquents à la cour. Ainsi, le 31 décembre 1745 :

  • 32 Ibid., t. VII, vendredi 31 décembre 1745, p. 157-158.

On avoit fait placer sur le théâtre de la comédie un piédestal sur lequel sont deux automates qui jouent de la flûte en parties ; c’est un berger et une bergère. Ces figures sont faites dans le goût d’une que l’on vit il y a quelques années à l’hôtel de Longueville, composée par le Sr Vaucanson, et que M. Bernard de Rieux a depuis achetée. […] La Reine, M. le Dauphin, Mme la Dauphine, Mesdames allèrent voir ces automates […]32.

22En 1751, plutôt que de reconstruire la salle des Slodtz, plus commode mais à laquelle l’étiquette imposait de se rendre en carrosse, l’ordinaire fut rétabli dans la petite salle, plus proche des Grands Appartements. Elle recouvra alors toute son importance dans la vie de cour et subit plus tard de nouvelles transformations.

  • 33 Pierre Verlet, Le château de Versailles, Paris, A. Fayard, 1961, p. 361-362.

23La salle de comédie occupait le passage entre la cour des Princes et les jardins. Pour aller de la cour Royale au parterre du Midi, les courtisans devaient donc passer obligatoirement par l’antichambre de la Dauphine. Dès 1754, Marie-Josèphe de Saxe s’en plaignit ouvertement car son antichambre était devenue le repaire des mendiants33. Elle ne fut cependant pas entendue, et Louis XV ne songea à rétablir le passage entre la cour des Princes et le parterre du Midi qu’en 1770.

  • 34 Le plan de « La comédie de la cour des Princes » (AN, O17885, no 90), que Mme Gallet-Guerne et M. (...)
  • 35 AN, O1 2995.
  • 36 AN, O1 2998.
  • 37 Ibid.

24Entre-temps, les frères Slodtz34 réalisèrent pour les Menus Plaisirs des travaux d’entretien durant l’hiver 1754-175535. Des poêles et des « braisiers » furent installés dans la loge de la reine et dans la salle, et un premier dessous créé par les maçons, ce qui permit d’installer « les mouvements des nouvelles machines » sous la scène36, avec les poulies pour mouvoir les décors37.

25L’ameublement n’évolua que peu. Des carreaux étaient mis à disposition de la cour, ce qui améliorait le confort des quelques courtisans placés sur les gradins. Les quatre loges de cour sous la loge de la reine possédaient un mobilier semblable constitué de carreaux, d’« un tapis de moquette » et d’une portière. L’abondance des tissus était destinée à maintenir la chaleur des poêles dans la salle. Les ouvertures vitrées étaient par ailleurs calfeutrées pour éviter les courants d’air. La garde-robe de Marie Leszczynska abritait « 2 fauteuils de commodité ». Aucun fauteuil à destination du roi n’est inventorié dans la loge de la reine puisqu’il ne s’y rendait jamais. La « porte battante […] couverte de draps de Sedan, vert » du passage édifié en 1748 entre l’escalier des Princes et la loge de la reine était dissimulée par « une portierre de tapisserie de la Renommée », toujours en place en 1776 (fig. 7).

Fig. 7 : Charles Le Brun (d’après), Portière « des Renommées », xviiie siècle, laine et soie. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et Trianon, inv V4641.

Fig. 7 : Charles Le Brun (d’après), Portière « des Renommées », xviiie siècle, laine et soie. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et Trianon, inv V4641.

© RMN/Daniel Arnaudet

La comédie agrandie ?

  • 38 AN, O1 1243, p. 58-59.
  • 39 AN, O1 17885, no 91.

26Une plus grande transformation eut lieu en 1762 pendant le voyage de Fontainebleau, sur ordre du Dauphin, fils de Louis XV38. Il fallait modifier la scène pour la faire correspondre à celles de Choisy et de Fontainebleau, afin d’en réutiliser les décors, comme le souhaitait Papillon de La Ferté dans un souci d’économie. Toutefois, l’ambitieux projet d’approfondissement de la scène dans la Vieille Aile39 fut abandonné au profit d’un projet moins dispendieux.

  • 40 Denis Pierre Jean Papillon de La Ferté, Journal de Papillon de La Ferté, intendant et contrôleur de (...)
  • 41 AN, O1 2262.
  • 42 AN, O1 1797, fos 5 et 276.
  • 43 AN, O1 1797, fo 289.

27Papillon de La Ferté engagea « le sieur Girault, menuisier, à entreprendre cet ouvrage ». Madame de Pompadour, à qui l’on remit le 4 novembre le mémoire et le plan du projet exécuté (fig. 8), lui assura 24 000 livres40, dont deux tiers versés dès le début des travaux41. Néanmoins, ceux-ci prirent du retard bien que les entrepreneurs y travaillassent « jour et nuit sans interruption ». Lécuyer, architecte en charge de Versailles, eut donc jusqu’au 14 décembre pour achever les nouvelles loges, les dessous et l’escalier du roi qui posaient problèmes42. Il bénéficia du soutien financier du marquis de Marigny43 pour payer les artisans. Des nombreuses interventions, on retiendra surtout l’aménagement de la scène, de la loge royale, des loges latérales et de l’escalier en vis du roi.

Fig. 8 : Plan de l’ancienne comédie « remis à Madame de Pompadour le 4 9bre, qui a été approuvé par le roy », 1762, plume, encre, surcharges et cotes à la mine de plomb : 59 × 36 cm. Paris, Archives nationales, O1 17885, no 87.

Fig. 8 : Plan de l’ancienne comédie « remis à Madame de Pompadour le 4 9bre, qui a été approuvé par le roy », 1762, plume, encre, surcharges et cotes à la mine de plomb : 59 × 36 cm. Paris, Archives nationales, O1 17885, no 87.

La légende de ce plan se trouve dans le « Mémoire remis à Madame de Pompadour le 4 9bre, qui a été approuvé par le roy. 1762. », conservé aux Archives nationales en O1785, fo 4.

© Archives nationales/cliché de l’auteur

Fig. 9 : « Plan de la salle des comédies du château de Versailles », 1778-1785, plume, encre, lavis : 42,6 × 33 cm. Besançon, bibliothèque municipale, fonds Pierre-Adrien Pâris, R, I, 41.

Fig. 9 : « Plan de la salle des comédies du château de Versailles », 1778-1785, plume, encre, lavis : 42,6 × 33 cm. Besançon, bibliothèque municipale, fonds Pierre-Adrien Pâris, R, I, 41.
  • 44 AN, O18004, fo 637.

Ce plan pourrait correspondre à celui remis aux Bâtiments du roi le 16 novembre 1780 par le duc de Fleury, premier gentilhomme de la chambre du roi, et par conséquent membre de l’administration des Menus Plaisirs, pour procurer « un peu plus d’aisance les jours de tragédies », jugeant toujours le lieu « petit et incommode »44.

© Bibliothèque municipale de Besançon/cliché de l’auteur

  • 45 Vincent Droguet et Marc-Henri Jordan (dir.), Théâtre de cour : les spectacles à Fontainebleau au xv (...)
  • 46 AN, O1 30081, fo 57bis.
  • 47 AN, O1785, fo 4.
  • 48 Philippe Beaussant et Patricia Bouchenot-Déchin, Les plaisirs de Versailles : théâtre et musique, P (...)
  • 49 AN, O3006, fo 217.
  • 50 Soient un peu moins de 6 m.
  • 51 AN, O3054.

28La scène fut considérablement modifiée, débarrassée des loges à jalousies qui l’encombraient, et enrichie de trois plans pour placer les châssis de décors (fig. 9). Elle demeurait basse de plafond, ce qui ne permettait pas toutes les extravagances de mise en scène et obligeait à lever le rideau de scène à la vénitienne45. Côté cour des Princes, le trumeau de pierre de la baie donnant sur la scène fut détruit pour faire passer les « décorations46 ». Trois portes encore conservées de nos jours dans la librairie de l’Ancienne Comédie, furent ménagées dans le nouveau mur de fond de scène47 (fig. 10). Côté jardins, l’ébrasement de la baie donnant sur la scène fut occupé par un nouvel escalier. Celui-ci permettait d’accéder aux dessous, amplifiés pour améliorer l’acoustique48 de la salle et pour y placer des machines dont « un treuil de changement49 ». Les dessous mesuraient environ 17 pieds 11 pouces de profondeur50 (fig. 10‑11). On pouvait désormais donner des opéras d’envergure à la petite comédie. L’acoustique demeura néanmoins médiocre, et les chanteurs se plaignaient de devoir « donn[er] du cor pour l’écho51 ».

Fig. 10 : Coupe transversale de l’ancienne comédie, 1778-1785, plume, crayon : 61,1 × 48,7 cm. Besançon, bibliothèque municipale, fonds Pierre-Adrien Pâris, R, I, 14.

Fig. 10 : Coupe transversale de l’ancienne comédie, 1778-1785, plume, crayon : 61,1 × 48,7 cm. Besançon, bibliothèque municipale, fonds Pierre-Adrien Pâris, R, I, 14.

Les dimensions des trois portes du mur de scène ont permis l’identification de cette coupe. Celle du décor de scène permettrait de la dater plus précisément.

© Bibliothèque municipale de Besançon/cliché de l’auteur

Fig. 11 : Coupe sur la longueur de l’ancienne comédie, 1778-1785, plume, sépia, crayon : 49,2 × 61,4 cm. Besançon, bibliothèque municipale, fonds Pierre-Adrien Pâris, R, I, 48.

Fig. 11 : Coupe sur la longueur de l’ancienne comédie, 1778-1785, plume, sépia, crayon : 49,2 × 61,4 cm. Besançon, bibliothèque municipale, fonds Pierre-Adrien Pâris, R, I, 48.

© Bibliothèque municipale de Besançon/cliché de l’auteur

29Des gradins furent posés chez la reine, de telle sorte que le fond de sa tribune constituait un troisième niveau de loge occupé par deux bancs pour les suites de la famille royale qui, elle, pouvait s’asseoir en contrebas sur l’avant de la corbeille.

  • 52 AN, O1785, fo 4.
  • 53 AN, O3264.
  • 54 AN, O3006, fo 217.

30Les loges supprimées, notamment sur scène, furent remplacées par « 4 nouvelles […] en entresolle dans les arcades », au plus proche de la loge royale, et par un banc près de l’orchestre, au service des intendants des Menus Plaisirs52. Ces quatre petits espaces pouvaient accueillir jusqu’à douze spectateurs53, ce qui restait insuffisant. Un nouveau couloir logé dans la cour des Princes permettait aux premiers gentilshommes d’accéder aux leurs54.

  • 55 AN, O1797, fo 272.
  • 56 AN, O1785, fos 7-12.
  • 57 AN, O2262, fo 22.
  • 58 AN, O2262, fo 28.
  • 59 AN, O1797, fo 341, et AN, O2262, fo 27.

31Enfin, Louis XV bénéficia de la création d’un petit degré en vis dans la cour des Princes pour communiquer de la salle des Cent-Suisses à la grande loge de la reine et à sa petite loge d’en bas55. Un poêle y fut placé56, ainsi qu’une lanterne de cristal livrée par le faïencier Prieur. Guesnon et Clicot participèrent aux travaux de menuiserie57, Rousseau et Verbeckt, aux ouvrages de sculptures58, tandis que Médard Brancourt exécuta les ouvrages de peinture et de dorure59.

  • 60 François Souchal, Les Slodtz : sculpteurs et décorateurs du Roi (1685-1764), Paris, De Boccard, 196 (...)

32L’élévation intérieure de ce petit théâtre peut être observée avec prudence dans l’estampe intitulée le Bal du may (fig. 12). L’on aperçoit notamment les devants des loges, ornés de guirlandes de feuilles de laurier dans le goût grec. On remarquera que les décors de ces loges, jugés encore à la mode après 1778, furent conservés par Pierre-Adrien Pâris (fig. 11). Entre les loges, les trumeaux rocailles à tiges de palmiers frappent par leur archaïsme. François Souchal y voit de possibles reliques du décor précédent, sans doute dus à Michel-Ange Slodtz, et donne au même artiste, côté « théâtre », les trumeaux à la grecque, plus modernes, avec leurs portraits en médaillons encadrés de feuilles de laurier, et le cartouche ailé aux armes de France au centre60.

Fig. 12 : François-Nicolas Martinet d’après René-Michel, dit Michel-Ange Slodtz, Bal du May donné à l’ancienne comédie, 1763, estampe : 28,6 × 40 cm.

Fig. 12 : François-Nicolas Martinet d’après René-Michel, dit Michel-Ange Slodtz, Bal du May donné à l’ancienne comédie, 1763, estampe : 28,6 × 40 cm.

© RMN/Gérard Blot

L’aquarelle originale de Slodtz est passée à la vente Jossé le 28 mai 1894 à Paris.

  • 61 Mercure de France, janvier 1763, p. 160.
  • 62 Ibid., p. 138-139.

33Le 16 novembre 1762, les travaux presque achevés, le montant des dépenses s’élevait à près de 50 000 livres. La salle ne servit à nouveau aux spectacles qu’à partir du mercredi 21 décembre 1762. Elle fut inaugurée par les comédiens Italiens61. Les aménagements furent aussitôt salués par le Mercure62 :

Jusqu’à présent le lieu où représentoient les acteurs [à Versailles] n’y avoit été que comme une estrade, dressée dans une chambre pour y jouer familièrement la comédie. On vient en dernier lieu, d’y établir un théâtre avec des châssis de côté, & tout ce qui peut admettre des décorations.

  • 63 Mercure de France, février 1763, p. 155.

34Pour les bals parés, « le parquet étoit monté au niveau du théâtre63 » (fig. 12). On devait probablement se contenter de disposer un plancher surélevé.

  • 64 AN, O1 1797, fo 494. 

35Lécuyer rapporte une anecdote intéressante à propos de l’ameublement. Le 10 octobre 1764, il note que « l’on a trouvé […] dans des fosses de lieux du château, les bois de quatre ployants de l’appartement de Madame Victoire qu’on avait déposés dans la salle de la comédie comme meubles d’hiver », avant d’ajouter à son grand dam : « les galons et franges d’or ont été décousus, il y a apparence que ce vol s’est fait pendant le voyage dernier de Compiègne64 ».

La comédie abandonnée ?

  • 65 AN, O1 17887, no 103.
  • 66 AN, O1 1063, 1770, fo 1.
  • 67 Il s’agit de l’opéra de Gabriel achevé en 1770.
  • 68 AN, O1 1071, fo 256.
  • 69 Félix de France d’Hézecques, Souvenirs d’un page de la cour de Louis XVI, publiés par C.-R.-M.-G. d (...)

36À la fin des années 1760, Gabriel proposa trois alternatives au roi : rétablir « un passage au jardin », y établir le Conseil des Parties ou « y mettre la salle des Ambassadeurs », reprenant un projet de 174165. De son côté, le comte de Noailles souhaita en faire un appartement pour la duchesse de Brancas, mais le 20 mars 1769, le roi pencha pour le rétablissement du passage. Malgré tout, le 1er mai 1770, Louis XV changea d’avis devant les arguments de M. de Noailles et choisit d’y faire une salle pour les Ambassadeurs66, à la condition « d’attendre l’usage de la nouvelle salle67 pour les petits spectacles de la cour avant de détruire celle cy »68. Cependant, les frais de fonctionnement de l’opéra empêchèrent son utilisation pour l’ordinaire69.

  • 70 « Versailles, projet pour la salle de comédie, janvier 1773 », AN, O1 17885, no 89.
  • 71 AN, O1 3457, p. 320-331.

37La salle subit encore quelques menues transformations, en 177370 et en 1774 (fig. 13), touchant au cloisonnement des loges71, pour permettre d’affecter plus de loges à la cour. En effet, chaque loge était attribuée à une famille ou à une fonction. Aussi, pour gagner quelques places, l’escalier des loges de l’arcade la plus proche de la scène côté Midi fut déplacé sur le parterre hors de l’ébrasement en 1773 (fig. 13). La transformation des autres arcades resta à l’état de projet.

Fig. 13 : « État actuel des lieux en 1774 », premières loges de l’Ancienne comédie, plume, encre, lavis : 45 × 74 cm. Paris, Archives nationales, VA 27, no 83.

Fig. 13 : « État actuel des lieux en 1774 », premières loges de l’Ancienne comédie, plume, encre, lavis : 45 × 74 cm. Paris, Archives nationales, VA 27, no 83.

© Archives nationales/cliché de l’auteur

Marie-Antoinette et la petite comédie

  • 72 Emmanuel de Croÿ-Solre, Journal inédit du duc de Croÿ (1718-1784), publié par E.-H. de Grouchy et P (...)
  • 73 D. P. J. Papillon de La Ferté, op. cit., samedi 15 février 1777, p. 404.
  • 74 AN, O1 18002. Ainsi en 1778, les spectacles prévus à Fontainebleau furent joués au théâtre Montansi (...)

38Le goût du théâtre atteignit son apogée sous Louis XVI. Marie-Antoinette, qui « ne faisait que courir, à Paris, les spectacles, le bal de l’Opéra72 », en était passionnée. Nonobstant ces spectacles parisiens, il y avait toujours des « spectacles à l’ordinaire à la cour73 », bien que les dimensions de la petite salle en limitassent l’utilisation74. Des pièces interdites, comme Le Barbier de Séville de Beaumarchais, y furent même jouées à plusieurs reprises.

Pierre-Adrien Pâris

  • 75 En décembre 1777, quelques maigres réparations furent effectuées. Quatre devants de loges furent re (...)
  • 76 AN, O1 2812A2.
  • 77 AN, O1 3457, p. 320 à 331.

39Entre 1774 et 1785, il n’y eut que de rares réparations à la comédie75. En effet, le Détail des principaux ouvrages de constructions pour théâtres et magasins n’indique aucun grand chantier durant cette période76. Toutefois, les documents représentant le petit théâtre abondent. Ils sont principalement l’œuvre de Pierre-Adrien Pâris, architecte des Menus Plaisirs nommé en 1778. Une de ses coupes longitudinales (fig. 11) offre l’intérêt de figurer les devants de loges avec leurs guirlandes de laurier déjà présentes en 1763, ou le banc et les séparations placées dans la loge de la reine77. L’on constate que le devant de la loge royale s’est ouvert sur la salle, sans doute pendant les travaux de 1762. Pâris proposait aussi de moderniser le décor grâce à une décoration textile abondante, dans le goût tapissier cher aux années 1780, et à des oculi d’un style purement néoclassique dans les écoinçons des arcades.

40Cette coupe est accompagnée d’un plan (fig. 9) qui n’indique aucune modification sensible depuis 1763. Il permet de constater que les spectateurs assis au parterre devaient être bien à l’étroit, serrés sur les bancs. Afin d’en accueillir encore plus, Pâris, pour agrandir le parterre, tenta de déplacer la loge du roi et les loges attenantes. Au crayon, il dessina donc ce qui semble être une loge royale constituée d’un balcon à balustrade soutenu par des consoles et surmonté d’un dais, dans une arcade au plus proche de la scène (fig. 11). Mais le projet fut gommé.

L’ameublement en 177678

  • 78 Ibid.

41Le « meuble » cramoisi choisi pour la salle n’avait pas changé depuis au moins 1740, toujours accompagné de meubles et de mobiliers disparates déjà présents lors des précédents inventaires. Le parterre était occupé par 33 banquettes accompagnées de 52 tabourets et de 30 carreaux destinés à la cour. Les gradins latéraux du parterre étaient composés de « bancs adossés aux premières loges », ceux « adossés aux loges du fond » séparés par des « consolles », avec « les dossiers […] couverts ». Tous gagnaient en confort grâce aux « carreaux de velours » posés dessus.

  • 79 AN, O1 3454, p. 493-498.
  • 80 Cité par É. Michel, op. cit., p. 38 et AN, O1 34764, fo 42.

42Comme à l’opéra de Gabriel, le roi pouvait se positionner en deux emplacements. Au parterre, sur « un grand fauteuil couvert dehors et dedans de velours d’Utrecht […], le bois peint en [rouge] », ou dans sa loge grillée. Une « siamoise […] fond bleu rayée jaune et blanc » couvrait les loges et passages du fond, meublés de chaises de paille à carreau, certaines déjà en place en 176179, de voyeuses et de banquettes au bois tourné, et de carreaux. La loge du roi présentait un meuble plus riche : « 1e tapisserie […] de damas cramoisi […] doublée de toile rouge », la portière de même « doublée de gros de Tours sur fleurs cramoisi ». Après 1776, ce meuble fut remplacé par un « un damas fond bleu et blanc à médaillons » qui resservit en 1786 à la salle de comédie de l’aile Neuve80. La « garderobe » du roi était ornée d’une « tapisserie de brocatelle verd et jaune » et meublée d’une modeste « table de nuit de noyer » sans doute semblable à celle de la garde-robe de la reine.

  • 81 Il s’agit peut-être d’un strapontin.

43Dans le passage de la reine subsistait la « portière de la Renommée », accompagnée de « 4 plaques de fer-blanc » pour tout éclairage. Dans sa loge, on trouvait « le mur faisant dossier » et, au fond, un banc associé à une petite banquette disposés de part et d’autre du passage provenant de l’escalier des Princes (fig. 9). Les deux niveaux de la loge étaient distincts par deux « séparation[s] faisant devant d’un côté et dossier de l’autre » (fig. 11). Une « banquette en trois parties arrondie par un bout », un « banc à charnière81 » ainsi qu’une autre banquette « pour mettre sous les pieds » complétaient le mobilier. La famille royale s’asseyait près du devant de loge de la reine, sur neuf fauteuils à la reine plus riches et peut-être plus anciens que le reste du mobilier simplement tourné et peint en rouge. La comtesse d’Artois se vit attribuer deux chaises à la reine. Les invités eurent droit à vingt ployants de richesse variable, dont un « avec un marchepied dessous ».

  • 82 AN, O1 3044, fo 62.
  • 83 AN, O1 2899.

44Les loges latérales présentaient de simples sièges, de richesse et de provenance diverses, harmonisés par une peinture rouge pour être réutilisés à la comédie. En plus des portières, les portes et les ouvertures du théâtre étaient calfeutrées avec des peaux de mouton. Il y faisait assez froid pour que le garçon tapissier ait garni un « marchepied en chancelière » pour une petite loge82, et que Chapui ait fourni des peaux d’ours83.

1785-1787 : la salle de bal de Marie-Antoinette

  • 84 AN, O1 1802, fo 137.
  • 85 Émilien Cazes, Le château de Versailles et ses dépendances : l’histoire et l’art, Versailles, L. Be (...)

45En 1785 demeurait l’idée de conserver deux salles permanentes : l’une pour l’ordinaire, l’autre pour l’extraordinaire. L’agrandissement de l’ancienne comédie s’étant révélé impossible malgré les nombreux projets étudiés dès 1685, la salle de l’ordinaire fut déplacée dans l’aile Neuve, ou aile Gabriel, et inaugurée le 4 janvier 1786. Versailles, la résidence royale où la saison dramatique était la plus longue, était la dernière à se doter d’un théâtre digne de la cour. Privée de sa fonction principale, l’ancienne comédie fut transformée en salle de bal, usage qu’elle avait déjà connu auparavant sous Louis XV (fig. 12) et pour les bals de la reine Marie-Antoinette. Le 27 novembre 1785, Heurtier, l’architecte du palais, démolit dans cet objectif « la grande loge, [et] celle de l’avant-scène84 ». De 1785 à 1787, la cour des Princes ne servit donc plus que de salle de bal ou d’annexe des maisons de bois érigées chaque hiver pour abriter les bals de la reine. Selon Émilien Cazes, elle servit aussi aux spectacles donnés aux Enfants de France sous Louis XVI85.

De la Société dramatique à Napoléon Ier

La comédie du peuple (an III-an X)86

  • 86 Les informations concernant la Société dramatique proviennent de : Versailles, archives municipales (...)
  • 87 2 novembre 1794.
  • 88 11 août 1796.

46En l’an III de la Révolution, la Société dramatique de Versailles, une « réunion de citoyens qui jouent pour leur délassement », décidait de donner des représentations deux fois par mois environ sur « le petit théâtre servant jadis aux plaisirs du tiran et de sa famille ». Son objectif principal, le bénéfice des « indigents », lui permit de signer le bail de location du théâtre de la cour des Princes le 12 brumaire an III87. L’inspecteur du « palais national », Leroy, en évalua le loyer annuel à 100 livres « à raison de la dépense qu’exige maintenant la démolition de la salle de bal […], ainsi que celle des réparations des planchers, plafonds, raccords de corniches et rétablissement du théâtre ». Boullet et Leroy furent chargés de ces travaux, alors même que subsistait le projet de « rétablir la communication de l’intérieur du palais […] avec le parc ». Damarin, le directeur de la Société, obtint le 24 thermidor an IV88 le rétablissement de « la grande loge » royale à ses frais.

  • 89 15 mars 1799.

47À sa requête, et ce jusqu’au 25 ventôse an VII89, la commune prêta les banquettes et les tabourets sortis des anciens magasins des Menus Plaisirs pour servir dans la salle. Après cette date, les sièges furent fixés à demeure dans le temple décadaire de Versailles et la Société dramatique dut s’en procurer d’autres.

  • 90 Décembre 1797.

48En contrepartie de la jouissance du petit théâtre, le onzième de la recette devait être versé au Bureau de Bienfaisance, et les bénéfices à la municipalité pour les pauvres. La Société représenta d’ailleurs au profit et avec le marquis de Sade son Oxtiern, alors qu’il était dans la gêne. Rapidement, les travaux réalisés malgré les difficultés financières90 firent chuter les bénéfices. La situation économique ne s’améliora jamais car les spectateurs se faisaient de plus en plus rares. Ils étaient « fort à leur aise », nota Damarin avec ironie.

  • 91 15 juin 1798.

49Fréquemment privée de son action « philanthropique », accusée de royalisme et confrontée à l’incendie du théâtre de l’Odéon à Paris en l’an VI, la Société dramatique vit sa présence au palais remise en cause. Ses concurrents et adversaires usèrent de ces faits sans succès pour la déloger de l’ancienne comédie. Les sociétés de théâtre, dont la société de l’acteur Caron, n’obtinrent que d’y jouer ponctuellement avec l’accord contraint de la Société dramatique. Le musée spécial de l’École française, établi au château en 1797, n’eut pas raison de Damarin, et Leroy apaisa ses craintes pour les collections de peinture en assurant la protection incendie de la salle « au moyen de quatre tonnes remplies d’eau et d’une pompe91 », et le problème fut réglé pour un temps.

  • 92 25 août 1802.

50Les représentations des sociétaires continuèrent donc dans l’adversité jusqu’au 7 fructidor an X environ92, ce que confirme Le Cicérone de Versailles de 1804, seul témoignage connu d’une utilisation du théâtre de la cour des Princes à cette dernière date : « cette salle, occupée il y a quelques années par une Société Dramatique d’amateurs, sert de temps à autre à des concerts ».

Le passage de l’empereur

  • 93 Béatrix Saule, « Les théâtres à Versailles », Connaissance de Paris et de la France, no 35, p. 44.
  • 94 AN, O2 330.

51Napoléon Ier projeta un temps d’installer sa cour à Versailles. Gondouin lui proposa donc en 1806 de réaménager un théâtre de cour, en déplaçant l’ancienne comédie dans l’aile gauche de la cour des Princes, conformément à tous les projets avortés des xviie et xviiie siècles. Les travaux ne commencèrent jamais et, finalement, la comédie de la cour des Princes fut détruite et le passage rouvert dès septembre 181093 par l’architecte Dufour94. Ce passage devait mener à la fois de la cour aux jardins, et du Corps central à l’aile du Midi que Napoléon prévoyait d’attribuer à ses futurs enfants.

  • 95 Almanach de Versailles, ou le Guide des étrangers, utile à quiconque veut, soit par amour des Arts, (...)

52La seule « petite salle de comédie » qui subsista alors au château de Versailles correspondait à celle installée dans l’aile Gabriel en 178695. L’« ancienne comédie », pourtant provisoire à sa construction, disparaissait après près de cent vingt ans d’existence.

Haut de page

Notes

1 Jean-Claude Le Guillou, « Le château neuf de Versailles : conception et évolution du projet (automne 1668 – été 1670) », Versalia, n8, 2005, p. 114-115.

2 Le 6 mai 1682.

3 AN, O1 1762A2.

4 L’ordinaire désigne les spectacles donnés environ trois fois par semaine à la cour, « comédie », opéra et ballet, pour son divertissement, en dehors de toute grande occasion, tels les mariages. La fréquence établie par Louis XIV fut à peu près respectée jusqu’à ce que la cour abandonne la comédie de la cour des Princes.

5 Entendre comédie et tragédie.

6 Communication de M. Raphaël Masson, conservateur au Centre de recherche du château de Versailles. Vms 108, autrefois publiée dans Jean Baptiste Colbert, Lettres, instructions et mémoires de Colbert, publiés par P. Clément, Paris, Imprimerie impériale, 1861-1873, lettre 26, p. CLXI.

7 Comptes des Bâtiments du roi sous le règne de Louis XIV, publiés par J. Guiffrey, Paris, Imprimerie nationale, 1881-1901, t. II, p. 175.

8 AN, O1 1762A.

9 Germain Bapst, Essai sur l’histoire du théâtre : la mise en scène, le décor, le costume, l’architecture, l’éclairage, l’hygiène, Paris, Hachette, 1893, p. 369.

10 Éliane Michel, Description et histoire de la salle de Comédie de l’aile Gabriel au château de Versailles (1786-1834), mémoire de recherche approfondie, sous la direction de G. Brière, P. Pradel et P. Verlet, Paris, École du Louvre, 1959, p. II.

11 Barbara Coeyman, « Lieux intérieurs consacrés à la musique et au théâtre à Versailles, 1682‑1733 », in Colloque Versailles du 29 septembre au 4 octobre 1985, non publié, p. 401.

12 Les Slodtz, « Plan du petit théâtre de Versailles », vers 1762, BNF, ESQ 18‑1, pl. 28.

13 Jean-Baptiste Métoyen, « Plan de l’orchestre du théâtre de Fontainebleau », 1773, Versailles, bibliothèque municipale, Ms. F 87, fo 8ro.

14 Philippe de Courcillon de Dangeau, Journal du marquis de Dangeau, publié par E. Soulié, L. Dussieux, C.‑P. de Chennevières-Pointel, P. Mantz et A. de Montaiglon, avec les additions inédites de L. de Rouvroy de Saint-Simon publiées par F.‑S. Feuillet de Conches, Paris, Firmin-Didot frères, 1854-1860, t. II, p. 108.

15 Cité par Olivier Baumont, La musique à Versailles, Arles / Versailles, Actes Sud / château de Versailles / Centre de musique baroque de Versailles, 2007, p. 80.

16 Alfred et Jeanne Marie, Versailles, son histoire, t. II : Mansart à Versailles, Paris, V. Fréal, 1972, vol. 1, p. 275.

17 AN, O1 2998.

18 « Coupe longitudinale de la salle de spectacle de Fontainebleau », agence Robert de Cotte, 1724 ou 1725, BNF, département des Estampes et de la photographie, Ve 26 p. (coll. Destailleurs, Départements, t. XI, fo 43, no 2340ro).

19 AN, O1 2854, fo 238.

20 AN, O1 2854, p. 162.

21 AN, O2854, p. 168.

22 Madame Élisabeth (1727-1759), fille de Louis XV, duchesse de Parme, dite Madame Infante.

23 AN, O1 2854, p. 224.

24 Charles-Philippe d’Albert de Luynes, Mémoires du duc de Luynes sur la cour de Louis XV, publiés par L. Dussieux et E. Soulié, Paris, Firmin-Didot frères, 1860-1865, t. V, vendredi 20 décembre 1743, p. 218.

25 AN, O17952, fo 73.

26 AN, O17953, fo 96, vers 1746-1747.

27 AN, O1 17954, fo 134.

28 C.-P. d’Albert de Luynes, op. cit., t. IX, vendredi 29 novembre 1748, p. 131-132.

29 Ibid., t. I, 21 novembre 1736, p. 132.

30 Communication de Mlle Clotilde Jobert, tiré de AN, O1 3314, fo 118.

31 C.-P. d’Albert de Luynes, op. cit., t. VI, samedi 3 avril 1745, p. 382.

32 Ibid., t. VII, vendredi 31 décembre 1745, p. 157-158.

33 Pierre Verlet, Le château de Versailles, Paris, A. Fayard, 1961, p. 361-362.

34 Le plan de « La comédie de la cour des Princes » (AN, O17885, no 90), que Mme Gallet-Guerne et M. Baulez datent d’avant 1773, est postérieur à 1743-1748 et antérieur aux travaux de 1762, comme en témoignent notamment les dispositions des loges sous la loge de la reine et l’archaïsme de la scène. Il doit être contemporain des travaux des Slodtz.

35 AN, O1 2995.

36 AN, O1 2998.

37 Ibid.

38 AN, O1 1243, p. 58-59.

39 AN, O1 17885, no 91.

40 Denis Pierre Jean Papillon de La Ferté, Journal de Papillon de La Ferté, intendant et contrôleur de l’argenterie, Menus-Plaisirs et affaires de la Chambre du roi (1756-1780), publié par E. Boysse, Paris, P. Ollendorff, 1887, p. 81-82.

41 AN, O1 2262.

42 AN, O1 1797, fos 5 et 276.

43 AN, O1 1797, fo 289.

44 AN, O18004, fo 637.

45 Vincent Droguet et Marc-Henri Jordan (dir.), Théâtre de cour : les spectacles à Fontainebleau au xviiie siècle, cat. exp. (musée national du château de Fontainebleau, 18 oct. 2005-23 janv. 2006), Fontainebleau / Paris, Musée et domaine nationaux du château de Fontainebleau / Réunion des musées nationaux, 2005, p. 94.

46 AN, O1 30081, fo 57bis.

47 AN, O1785, fo 4.

48 Philippe Beaussant et Patricia Bouchenot-Déchin, Les plaisirs de Versailles : théâtre et musique, Paris, Fayard, 1996, p. 430.

49 AN, O3006, fo 217.

50 Soient un peu moins de 6 m.

51 AN, O3054.

52 AN, O1785, fo 4.

53 AN, O3264.

54 AN, O3006, fo 217.

55 AN, O1797, fo 272.

56 AN, O1785, fos 7-12.

57 AN, O2262, fo 22.

58 AN, O2262, fo 28.

59 AN, O1797, fo 341, et AN, O2262, fo 27.

60 François Souchal, Les Slodtz : sculpteurs et décorateurs du Roi (1685-1764), Paris, De Boccard, 1967, p. 463-464.

61 Mercure de France, janvier 1763, p. 160.

62 Ibid., p. 138-139.

63 Mercure de France, février 1763, p. 155.

64 AN, O1 1797, fo 494. 

65 AN, O1 17887, no 103.

66 AN, O1 1063, 1770, fo 1.

67 Il s’agit de l’opéra de Gabriel achevé en 1770.

68 AN, O1 1071, fo 256.

69 Félix de France d’Hézecques, Souvenirs d’un page de la cour de Louis XVI, publiés par C.-R.-M.-G. de France d’Hézecques, Paris, Didier, 1873, p. 220.

70 « Versailles, projet pour la salle de comédie, janvier 1773 », AN, O1 17885, no 89.

71 AN, O1 3457, p. 320-331.

72 Emmanuel de Croÿ-Solre, Journal inédit du duc de Croÿ (1718-1784), publié par E.-H. de Grouchy et P. Cottin, Paris, E. Flammarion, 1906-1921, t. II, année 1777, p. 291-292.

73 D. P. J. Papillon de La Ferté, op. cit., samedi 15 février 1777, p. 404.

74 AN, O1 18002. Ainsi en 1778, les spectacles prévus à Fontainebleau furent joués au théâtre Montansier au lieu de l’être à l’ancienne comédie. Plus tard, une comédie fut aussi aménagée dans le foyer de l’opéra pour l’ordinaire.

75 En décembre 1777, quelques maigres réparations furent effectuées. Quatre devants de loges furent refaits pour 60 livres, et des « trous et lézardes » bouchés (AN, O1 3050).

76 AN, O1 2812A2.

77 AN, O1 3457, p. 320 à 331.

78 Ibid.

79 AN, O1 3454, p. 493-498.

80 Cité par É. Michel, op. cit., p. 38 et AN, O1 34764, fo 42.

81 Il s’agit peut-être d’un strapontin.

82 AN, O1 3044, fo 62.

83 AN, O1 2899.

84 AN, O1 1802, fo 137.

85 Émilien Cazes, Le château de Versailles et ses dépendances : l’histoire et l’art, Versailles, L. Bernard, 1910, p. 182.

86 Les informations concernant la Société dramatique proviennent de : Versailles, archives municipales, 2R 2170 ; Montigny-le-Bretonneux, archives départementales des Yvelines, IIQI.

87 2 novembre 1794.

88 11 août 1796.

89 15 mars 1799.

90 Décembre 1797.

91 15 juin 1798.

92 25 août 1802.

93 Béatrix Saule, « Les théâtres à Versailles », Connaissance de Paris et de la France, no 35, p. 44.

94 AN, O2 330.

95 Almanach de Versailles, ou le Guide des étrangers, utile à quiconque veut, soit par amour des Arts, soit par simple curiosité, connaître en détail les beautés de Versailles, des monuments […], Versailles / Paris, Blaizot / Moutardier, 1810, p. 5.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : « Profil du degré des Princes » avec le passage de la loge de la reine, 1748, mine de plomb : 37 × 49 cm. Paris, Archives nationales, O1781, no 24.
Crédits © Archives nationales/cliché de l’auteur
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/10909/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Fig. 2 : Jean-Baptiste Métoyen, « Plan de l’orchestre du petit théâtre de Versailles », 1773, plume, encre, aquarelle : 15 × 31,5 cm. Versailles, bibliothèque municipale, Ms. 87, fo 8‑2.
Crédits © Bibliothèque municipale de Versailles
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/10909/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Fig. 3 : Agence de Jules Hardouin-Mansart, Plan en masse de la comédie, v. 1710, plume, encre, graphite : 32,1 × 20,5 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, Va 78e t. 6 ; R. de C. 1637.
Crédits © Bibliothèque nationale de France
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/10909/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 4 : Agence de Jules Hardouin-Mansart, Profil de la tribune du roi, v. 1710, plume, encre, aquarelle, graphite, 31,2 × 39,3 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, Va 78e t. 4 ; R. de C. 1638.
Crédits © Bibliothèque nationale de France
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/10909/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 5 : Plan de l’ancienne comédie, v. 1732, plume, encre : 49 × 81 mm. Paris, Archives nationales, VA 63, no 20.
Crédits © Archives nationales/cliché de l’auteur
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/10909/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 6 : Coupe de l’ancienne comédie du côté loge de la loge de la reine, 1743 ou 1748, plume, encre, dessin au pinceau : 41 × 47 cm. Paris, Archives nationales, O17882, no 36.
Crédits © Archives nationales/cliché de l’auteur
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/10909/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Fig. 7 : Charles Le Brun (d’après), Portière « des Renommées », xviiie siècle, laine et soie. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et Trianon, inv V4641.
Crédits © RMN/Daniel Arnaudet
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/10909/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Fig. 8 : Plan de l’ancienne comédie « remis à Madame de Pompadour le 4 9bre, qui a été approuvé par le roy », 1762, plume, encre, surcharges et cotes à la mine de plomb : 59 × 36 cm. Paris, Archives nationales, O1 17885, no 87.
Légende La légende de ce plan se trouve dans le « Mémoire remis à Madame de Pompadour le 4 9bre, qui a été approuvé par le roy. 1762. », conservé aux Archives nationales en O1785, fo 4.
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/10909/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 9 : « Plan de la salle des comédies du château de Versailles », 1778-1785, plume, encre, lavis : 42,6 × 33 cm. Besançon, bibliothèque municipale, fonds Pierre-Adrien Pâris, R, I, 41.
Légende Ce plan pourrait correspondre à celui remis aux Bâtiments du roi le 16 novembre 1780 par le duc de Fleury, premier gentilhomme de la chambre du roi, et par conséquent membre de l’administration des Menus Plaisirs, pour procurer « un peu plus d’aisance les jours de tragédies », jugeant toujours le lieu « petit et incommode »44.
Crédits © Bibliothèque municipale de Besançon/cliché de l’auteur
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/10909/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 10 : Coupe transversale de l’ancienne comédie, 1778-1785, plume, crayon : 61,1 × 48,7 cm. Besançon, bibliothèque municipale, fonds Pierre-Adrien Pâris, R, I, 14.
Légende Les dimensions des trois portes du mur de scène ont permis l’identification de cette coupe. Celle du décor de scène permettrait de la dater plus précisément.
Crédits © Bibliothèque municipale de Besançon/cliché de l’auteur
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/10909/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Fig. 11 : Coupe sur la longueur de l’ancienne comédie, 1778-1785, plume, sépia, crayon : 49,2 × 61,4 cm. Besançon, bibliothèque municipale, fonds Pierre-Adrien Pâris, R, I, 48.
Crédits © Bibliothèque municipale de Besançon/cliché de l’auteur
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/10909/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 12 : François-Nicolas Martinet d’après René-Michel, dit Michel-Ange Slodtz, Bal du May donné à l’ancienne comédie, 1763, estampe : 28,6 × 40 cm.
Crédits © RMN/Gérard Blot
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/10909/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre Fig. 13 : « État actuel des lieux en 1774 », premières loges de l’Ancienne comédie, plume, encre, lavis : 45 × 74 cm. Paris, Archives nationales, VA 27, no 83.
Crédits © Archives nationales/cliché de l’auteur
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/10909/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Pruchnicki, « Un théâtre au château de Versailles : la comédie de la cour des Princes », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne], Articles et études, mis en ligne le 12 octobre 2009, consulté le 28 juin 2016. URL : http://crcv.revues.org/10909 ; DOI : 10.4000/crcv.10909

Haut de page

Auteur

Vincent Pruchnicki

Master II, dominante médiation, à l’École du Louvre. Mémoire d’étude sous la direction de Béatrix Saule et de Raphaël Masson : « La salle de comédie de la cour des Princes au château de Versailles : histoire et fonctionnement (1682-1810) ». vpruchnicki@live.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Vincent Pruchnicki / 2009 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org