Navigation – Plan du site
2011

Fouilles archéologiques de la Grille royale du château de Versailles (2006)

Les restes fauniques du fossé nord de Le Vau. Étude archéozoologique préliminaire
Archaeological excavations at the royal gate of the château de Versailles. The faunal remains of the north ditch of Le Vau. Preliminary archaeozoological study
Annick Heitzmann, Justine Vorenger et Julien Treuillot

Résumés

En amont de la restitution de la Grille royale du château de Versailles, réalisée en 2006, un chantier archéologique a été entrepris afin de mettre au jour les fondations de la grille de Jules Hardouin-Mansart, qui devaient servir d’assise à la nouvelle grille. Au cours de ce chantier ont aussi été découvertes les substructures de l’aménagement antérieur de la clôture de la cour du château, œuvre de Louis Le Vau, et notamment l’un des fossés encadrant la grille centrale. Le fond de ce fossé s’est révélé très riche en mobilier archéologique daté des années 1664 à 1679, dans lequel se trouvaient des restes fauniques, composés de 48 % de mammifères, 30 % de poissons, 9 % d’oiseaux, 8 % de batraciens et 5 % de petits mammifères. Les mammifères étaient surtout représentés par le porc, le mouton et le bœuf, mais il a été aussi trouvé les restes d’un chien, d’un chat (animaux morts jetés dans le fossé) et d’un renard (peut-être attiré, comme les rongeurs, par les charognes de la fosse). Sur les os des gros mammifères ont été observées des traces de découpe, qui montrent que les carcasses arrivaient sur le site entières ou en quartiers, et étaient débitées sur place. Les poissons sont des poissons d’eau douce, péchés à proximité, ou des poissons marins. La présence des batraciens s’explique par leur consommation ou par l’humidité de la fosse. Aucun os d’animal sauvage n’est attesté : rien ne prouve donc la consommation de gibier. La faune représentée dans le fossé nord de Le Vau est donc essentiellement d’origine alimentaire et relève d’une alimentation ordinaire, en grande majorité carnée. Cette nourriture a probablement été consommée par les gardes, basés à proximité, et il faut bien admettre que les fossés ont servi de dépotoir, malgré leur position centrale.

Haut de page

Notes de la rédaction

Mise à jour du 21 septembre 2012 : en complément de cet article publié le 7 mars 2011, a été ajouté en annexe au format PDF l’étude malacofaunique de Catherine Dupont (chargée de recherche CNRS, UMR 6566 CReAAH « Centre de Recherche en Archéologie, Archéosciences, Histoire » à l’université de Rennes 1) et Océane Lierville (étudiante à l’université de Rennes 1), intitulée « Les coquillages de la Grille royale : témoins de repas au château de Versailles ».

Texte intégral

1En amont de la restitution de la Grille royale de Versailles a été entrepris, en 2006, un chantier archéologique de trois mois, faisant suite à une série de sondages réalisés en 2001. Ce chantier avait pour but premier de mettre à jour les fondations de la grille de Jules Hardouin-Mansart, afin qu’elles servent d’assises à la nouvelle grille. Mais l’occasion a permis de retrouver aussi les substructures de l’aménagement antérieur, œuvre de Louis Le Vau, et notamment de l’un des deux fossés encadrant la grille centrale. Le fond de ce fossé s’est révélé très riche en mobilier archéologique. Comme il n’a été ouvert que pendant une quinzaine d’années, de 1664 à 1679, les objets découverts dans ces riches couches archéologiques peuvent être très précisément datés.

Les différents aménagements de l’entrée du château1

Les aménagements de Le Vau

2L’entrée du château fut aménagée par Louis Le Vau entre 1662 et 1664 (fig. 1 et 2).

Fig. 1 : Pierre Patel, Vue du château de Versailles en 1668, huile sur toile, 115 × 161 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 765.

Fig. 1 : Pierre Patel, Vue du château de Versailles en 1668, huile sur toile, 115 × 161 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 765.

© Château de Versailles / Jean-Marc Manaï

Fig. 2 : François d’Orbay, Plan général du château et petit parc de Versailles comme il estait enciennment avant que le Roy y eut fait travailler (détail), xviie siècle, aquarelle, plume, 116 × 74 cm, in Recueil de dessins, plans et vues des villes de France. Paris, bibliothèque de l’Institut, Ms 1307 Réserve / Numéro 68.

Fig. 2 : François d’Orbay, Plan général du château et petit parc de Versailles comme il estait enciennment avant que le Roy y eut fait travailler (détail), xviie siècle, aquarelle, plume, 116 × 74 cm, in Recueil de dessins, plans et vues des villes de France. Paris, bibliothèque de l’Institut, Ms 1307 Réserve / Numéro 68.

© Bibliothèque de l’Institut

3Cette entrée était composée d’une grille droite encadrée de deux pavillons surmontés d’une toiture en dôme et servant de corps de garde. La grille était précédée de deux petits fossés à sec, rémanence des ouvrages défensifs de l’époque médiévale (fig. 3).

Fig. 3 : Pierre Patel, Vue du château de Versailles en 1668 (détail), 1668, huile sur toile, 115 × 161 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 765.

Fig. 3 : Pierre Patel, Vue du château de Versailles en 1668 (détail), 1668, huile sur toile, 115 × 161 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 765.

© Château de Versailles / Jean-Marc Manaï

4De chacun des corps de garde partaient deux balustrades incurvées, en surplomb sur un mur de terrasse en brique et pierre. Les deux balustrades se dirigeaient vers les ailes encadrant l’avant-cour du château ; les deux balustrades est délimitaient un plan incliné circulaire dont la pente rattrapait la différence de niveau entre l’allée d’accès sur l’esplanade circulaire et l’avant-cour (fig. 4).

Fig. 4 : Pierre Patel, Vue du château de Versailles en 1668 (détail), huile sur toile, 115 × 161 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 765.

Fig. 4 : Pierre Patel, Vue du château de Versailles en 1668 (détail), huile sur toile, 115 × 161 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 765.

© Château de Versailles / Jean-Marc Manaï

5En 1670-1671, à la suite de la construction de l’« enveloppe de Le Vau » enserrant le premier château du côté du parc, la disposition des cours fut de nouveau modifiée sur les plans de l’architecte, malgré sa disparition en 1670. L’esplanade circulaire devant la grille d’entrée fut agrandie pour former une vaste avant-cour quadrangulaire dont chaque angle était marqué par un grand pavillon destiné à un secrétaire d’État. Ces pavillons étaient reliés deux à deux par une balustrade. La nouvelle avant-cour était close à l’est par une grille d’entrée reliée aux pavillons est par une balustrade arrondie en bordure de terrasse.

Les aménagements d’Hardouin-Mansart

6Jules Hardouin-Mansart prit la relève en 1679 et acheva l’aménagement des cours en 1682. Les quatre pavillons de l’avant-cour furent rehaussés et reliés par des arrière-corps. Les dispositifs de l’ancienne entrée (corps de garde, grille, balustrade), devenue clôture secondaire, étaient destinés à être détruits. En sursis jusqu’à l’arrivée de Mansart, ils furent ensuite arasés, les fossés comblés et leur emplacement masqué par le pavage des nouvelles cours (fig. 5).

  • 2 Pour un historique de la construction du château voir Jean-Claude Le Guillou, Versailles, le châtea (...)

Fig. 5 : Jean-Claude Le Guillou, Vue à vol d'oiseau du château de Versailles côté cour vers 1680, Versailles, 20102.

Fig. 5 : Jean-Claude Le Guillou, Vue à vol d'oiseau du château de Versailles côté cour vers 1680, Versailles, 20102.

© Jean-Claude Le Guillou

7Deux nouvelles grilles furent exécutées à cette époque. La première ouvrait sur l’avant-cour, aujourd’hui appelée « cour d’Honneur » ; la seconde, construite à l’emplacement des anciens dispositifs de Le Vau, séparait cette avant-cour de celle qui porte actuellement le nom de « Cour royale ». Cette dernière reprenait le tracé en hémicycle de la première balustrade de Le Vau. Sa partie centrale, rectiligne, était encadrée de deux guérites servant à la fois de corps de garde pour les sentinelles et de socles à deux groupes sculptés : La Paix, œuvre de Jean-Baptiste Tuby, et L’Abondance, œuvre d’Antoine Coysevox (fig. 6).

Fig. 6 : Pierre-Denis Martin, Vue du château de Versailles prise depuis la place d'Armes en 1722, 1722, détail, huile sur toile, 139 × 150 cm. Versailles, musée des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 726.

Fig. 6 : Pierre-Denis Martin, Vue du château de Versailles prise depuis la place d'Armes en 1722, 1722, détail, huile sur toile, 139 × 150 cm. Versailles, musée des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 726.

© Château de Versailles / Jean-Marc Manaï

Début de démolition de la seconde grille par Gabriel

8En 1771, l’aile du Gouvernement tombait en ruine et, après de nombreux atermoiements, il fut décidé de la remplacer par une nouvelle aile, construite par le premier architecte Jacques-Ange Gabriel conformément à son « grand projet » de réfection, dans le « grand style » classique, des bâtiments de style Louis XIII entourant les cours. Cette aile, qui portera plus tard le nom de l’architecte, est alors simplement appelée « aile neuve ». Dans les devis élaborés cette année-là fut programmée la démolition de l’arrondi de la grille contiguë au pavillon de cette aile et de la partie clôturant la cour de la chapelle. Les grilles furent remplacées par des palissades de bois. Il était prévu de les reposer par la suite et de rénover les parties de grille laissées en place au sud, qui étaient très dégradées, mais cela ne fut jamais réalisé (fig. 7).

Fig. 7 : Pierre-Denis Martin, Vue du château de Versailles prise depuis la place d'Armes en 1722, 1722 (détail), huile sur toile, 139 × 150 cm. Versailles, musée des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 726.

Fig. 7 : Pierre-Denis Martin, Vue du château de Versailles prise depuis la place d'Armes en 1722, 1722 (détail), huile sur toile, 139 × 150 cm. Versailles, musée des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 726.

Détail de la grille délimitant l’avant-cour et la Cour royale.

© Château de Versailles / Jean-Marc Manaï

Destruction révolutionnaire

  • 3 Lettre du ministre de l’Intérieur au département de Seine-et-Oise, 30 avril 1793 (Montigny-le-Breto (...)
  • 4 Registre des plomb, soudure, cuivre, potin et menuiserie, 1er août 1789 – 1er vendémiaire an X (Ver (...)

9Après les événements d’octobre 1789, quelques modiques restaurations furent entreprises sur les grilles sud encore en place. Puis, à la fin de 1792, des barreaux furent ajoutés dans les pilastres de la grille, probablement pour combler les vides laissés par l’enlèvement des soleils rhodiens qui ornaient les pilastres avant la Révolution, supprimés en même temps que les autres insignes royaux. Le reste de la décoration fut déposé l’année suivante. En avril 1793, le ministre de la Guerre demanda en effet que « toutes les matières métalliques propres aux usages militaires soient mises à sa disposition3 ». Il est notamment question des plombs et des cuivres, aussi est-ce probablement pour satisfaire cette demande que, le 31 août 1793, furent déposés de « vieux cuivres d’ornement provenant des grilles du château et d’autres lieux4 ».

  • 5 « Avoir démoli le corps de garde des ci-devant gardes du corps et garde de la porte, un appentis ad (...)

10Enfin, le 14 thermidor an II (1er août 1794), le représentant du peuple Joseph-Augustin Crassous arrêta « que le citoyen Le Roy, inspecteur des bâtiments nationaux fera abattre les grilles et murs d’appui de la ci-devant cour royale et celle dite des princes […] ». Le charpentier Lambrin procéda le 16 thermidor (3 août) à l’abattage des appentis et des barrières5. Il s’agissait des dispositifs installés en 1771 pour la construction de l’aile Gabriel : ils auront duré plus de vingt ans. Parallèlement, les grilles furent démontées et transportées au magasin du district.

Transformation des cours par Louis-Philippe

11Entre 1835 et 1837, Louis-Philippe fit réaménager les cours : le niveau des trois cours (cour de Marbre, Cour royale et cour d’Honneur) fut abaissé, des « statues colossales » furent placées sur le pourtour de la cour d’Honneur et, à l’emplacement des grilles de Le Vau et Mansart, entre la cour d’Honneur et la cour de Marbre, fut installée la statue équestre de Louis XIV, achevée à la mi-juin 1836. La Cour royale fut décaissée de 51 centimètres en moyenne du côté de la cour de Marbre et de 42 centimètres du côté de la cour d’Honneur.

12Le projet de restituer les anciens niveaux existe depuis 1957, mais il ne reçut un début d’exécution que vingt ans plus tard, sur les fonds de la loi-programme votée en 1978. La cour de Marbre fut rehaussée et redallée de marbre en 1981. En 1983, la moitié de la Cour royale fut rehaussée dans la continuité, jusqu’aux passages vers le parc. Il fallut ensuite attendre 2006 pour que l’opération soit reprise et achevée.

L’intervention archéologique de 2006

  • 6 Annick Heitzmann, « Fouilles archéologiques de la Grille royale », Versalia, no 10, 2007, p. 44-45.

13La volonté de restituer la Grille royale rendait nécessaire le dégagement des fondations de la grille de Mansart, pour compléter les renseignements obtenus par les recherches en archives quant à l’emplacement exact des maçonneries6. Il fallait, plus concrètement, mettre à nu les fondations anciennes pour que les murs bahuts de la nouvelle grille puissent s’y appuyer, après qu’elles eurent été rehaussées au niveau qu’elles avaient avant l’abaissement des cours par Louis-Philippe. C’était aussi une occasion unique de rechercher les vestiges des aménagements de Le Vau. Malheureusement, les délais impartis pour l’investigation archéologique étaient très serrés et n’ont pas permis d’étudier ces substructures de manière aussi détaillée qu’il eût été souhaitable. Aussi l’accent a-t-il été mis sur le mur de terrasse sud, le corps de garde et le fossé nord, leurs symétriques ayant été effleurés par les sondages de 2001 (fig. 8 et 9).

Fig. 8 : Relevé des substructures découvertes en 2006.

Fig. 8 : Relevé des substructures découvertes en 2006.

Fig. 9 : Datation des substructures de la Grille royale.

Fig. 9 : Datation des substructures de la Grille royale.

© Patrice Mulot

14Comme ces sondages l’avaient déjà montré, Mansart a largement réutilisé les fondations des aménagements de son prédécesseur, arasés depuis peu. Du côté des pavillons, la grille s’appuyait pendant plusieurs mètres sur les anciens murs de soutènement. Elle s’en écartait ensuite vers l’est, puis ses fondations venaient buter contre celles des corps de garde, dont les guérites de la seconde grille chevauchaient les murs est. La partie centrale, rectiligne, de la grille de Mansart s’appuyait, de l’autre côté des guérites, sur la suite de ces murs, qui ont été prolongés par Mansart au travers des fossés de Le Vau (fig. 9).

15Les fouilles archéologiques ont aussi révélé le souvenir d’une troisième époque : celle de Gabriel. En 1771, lors des aménagements de chantier qui précédèrent la destruction de l’aile du Gouvernement, des baraquements en moellons furent construits pour abriter les gardes et les bureaux délogés. Les fondations de celui situé près de la guérite nord, destiné aux gardes suisses et aux gardes de la porte, ont été retrouvées, imbriquées dans les fondations du corps de garde de Le Vau.

16Le remblai qui comblait le fossé nord a été fouillé aussi méticuleusement que possible, mais le temps a manqué pour une fouille intégrale de ces riches couches et seules deux zones du fond du fossé nord ont pu être prélevées (fig. 10).

Fig. 10 : Schéma du fossé et du corps de garde nord, sur lequel sont figurées en rouge les zones du fossé qui ont été fouillées.

Fig. 10 : Schéma du fossé et du corps de garde nord, sur lequel sont figurées en rouge les zones du fossé qui ont été fouillées.

© Patrice Mulot

17Dans ces deux zones, les gros objets ont été extraits directement et les sédiments interstitiels ont été stockés pour un tamisage ultérieur. La cohérence des zones qui n’ont pu être fouillées avait d’ailleurs été bouleversée par la construction des fondations de Mansart et le passage d’une canalisation au centre du fossé. Une conduite en polychlorure de vinyle posée en 2006, avant l’intervention archéologique, avait en effet remplacé une conduite en fonte plus ancienne (fig. 11 et 12).

Fig. 11 et 12 : Vues du corps de garde et du fossé nord prises des combles du pavillon Gabriel.

Fig. 11 et 12 : Vues du corps de garde et du fossé nord prises des combles du pavillon Gabriel.

© Annick Heitzmann

18Les strates les plus profondes du remblai du fossé se sont révélées très riches en objets déposés au cours de la quinzaine d’années pendant laquelle le fossé était resté ouvert. Y ont été trouvés de nombreux ossements, coquilles d’huîtres, tessons de céramique et de verre, morceaux de pipes en terre, pieds de verres, épingles, perles, ainsi que quelques dés à jouer en os et autres petits objets.

Présentation du spectre faunique, d’après l’étude de Justine Vorenger, complétée par Julien Treuillot

19La fouille du fossé nord (fig. 13 et 14) de Le Vau a permis de récolter 6 452 restes fauniques (fig. 15).

Fig. 13 et 14 : Fouille du fossé nord de Le Vau (juin-juillet 2006).

Fig. 13 et 14 : Fouille du fossé nord de Le Vau (juin-juillet 2006).

© Château de Versailles / Annick Heitzmann

Fig. 15 : Nombre d’individus par espèces.

Fig. 15 : Nombre d’individus par espèces.

© Julien Treuillot

  • 7 US : unité stratigraphique (en l’occurrence : couche de sédiments comblant le fossé).

20Ces ossements étaient en bon état de conservation, souvent entiers et sans trace de décomposition, ce qui a permis d’observer les marques de découpe. Ils ont été trouvés dans l’US7 4, la plus riche en mobilier et caractérisée par une terre noirâtre, argileuse et très charbonneuse, mais aussi dans les deux US sous-jacentes, 7 et 8 (fig. 16). Les restes étudiés ne comportaient que peu ou pas de traces de brûlure et ceux qui avaient été brûlés ont été retrouvés à côté de charbon. Ils étaient donc probablement déjà recouverts lors de la mise à feu de cette strate qui aurait brûlé après son dépôt au sein du fossé.

Fig. 16 : Stratigraphie de l’intérieur du fossé.

Fig. 16 : Stratigraphie de l’intérieur du fossé.

Les US 4, 7, 8 et 9 sont les couches d’« occupation » du fossé, qui se sont déposées alors que celui-ci était ouvert. L’US 11 en constitue le sol, le fond « occupé » du fossé, déposé juste après sa construction. L’US 10 est très probablement le remplissage de la tranchée de fondation du mur M 6, construit postérieurement par Mansart. Son creusement, qui porte le n12, est une US négative ; elle n'apparaît donc pas en coupe. Les US 5 et 6 creusent les couches 3, 4, 7, 8 et 9. Elles sont donc postérieures et participent sans doute au remplissage du creusement de la tranchée de fondation de M 6. L’US 3 est antérieure à l’intervention de Mansart, mais postérieure à l’« occupation » du fossé. C'est peut-être un premier remblai datant des années 1670, alors que les aménagements de Le Vau étaient en sursis avant la pose de la grille. Les US 1 et 2 recouvrent les couches d’occupation. Elles sont contemporaines de M 6 et constituent le remblai de comblement du fossé, après la construction du mur de fondation de la grille.

© Château de Versailles

21On a pu identifier la famille à laquelle appartenait la plupart des os, mais l’absence de collection de référence a empêché d’aller plus avant. Il a malgré tout été possible d’établir la proportion de chaque taxon au sein du dépôt et d’obtenir ainsi un spectre de faune (fig. 17). Les os de mammifères sont majoritaires, avec 48 % des restes étudiés. Viennent ensuite les poissons, avec 30 %, puis, en quantité moindre, les oiseaux (9 %), les batraciens (8 %) et les petits mammifères (5 %). Ces données ne prennent pas en compte le nombre d’individus mais le nombre de restes. Pour un décompte plus détaillé, voir tableau en annexe.

Fig. 17 : Spectre de faune.

Fig. 17 : Spectre de faune.

© Justine Vorenger / Julien Treuillot

Les herbivores et omnivores

22Les mammifères sont représentés principalement par quatre espèces, le porc (Sus sp.), le mouton-chèvre (Ovis aries et Capra hircus) et le bœuf (Bos taurus) (fig. 18). Des vertèbres de ces quatre animaux (et surtout le bœuf) ont été trouvées coupées en deux sur un axe médian, les différentes moitiés ne se remontant pas entre elles (fig. 19). Cela signifie que certains animaux ont été apportés sur le site de Versailles déjà préparés.

Fig. 18 : Spectre des mammifères.

Fig. 18 : Spectre des mammifères.

© Justine Vorenger / Julien Treuillot

Fig. 19 : Vertèbre de boviné découpée.

Fig. 19 : Vertèbre de boviné découpée.

© Patrice Mulot

23Cependant, des mâchoires de porc et de mouton furent retrouvées (fig. 20), ce qui indique que certains de ces animaux arrivaient entiers, contrairement au boviné pour lequel aucun élément crânien n’a été identifié (mais cette absence peut être causée par l’exploitation partielle du fossé par les fouilles).

Fig. 20 : Mandibule de mouton.

Fig. 20 : Mandibule de mouton.

© Patrice Mulot

24Les ovis-caprinés présentent les restes numériquement les plus importants (56 %). Il semble qu’il s’agisse majoritairement de moutons, mais une vertèbre numéro 5, de par la forme de son arête, appartiendrait plutôt à une chèvre.

25Les bovinés sont présents en moindre proportion (28 %), mais ils représentent la part la plus importante de l’apport nutritionnel en quantité de viandes. Tout comme les ovis-caprinés, ils sont présents en intégralité à l’exception de quelques zones pauvres en viande. Les os de bovinés portent des traces de découpe qui donnent, à l’inverse des ovis-caprinés, l’impression d’une viande arrivée en gros quartiers et débitée sur place, ce qui expliquerait la présence de tous les os, les petits éléments étant retirés dans le cas d’une découpe précédant le temps d’arrivée au lieu de consommation.

26Pour le porc, seules les parties riches en viande furent emmenées au château pour être consommées : pattes et côtes. Sur les os des pattes, on observe des traces de découpe à plusieurs endroits, ce qui dénote la volonté de récupérer la viande au maximum (fig. 21).

Fig. 21 : Traces de découpe sur un fémur de porc.

Fig. 21 : Traces de découpe sur un fémur de porc.

© Patrice Mulot

27La présence d’animaux sauvages n’est pas attestée. Cependant, un doute persiste sur des fragments de cheville osseuse qui pourraient être attribués à un cervidé ou sur un sésamoïde qui pourrait aussi bien provenir d’un sanglier que d’un porc. En revanche, les dents de suidés trouvées semblent provenir d’animaux d’élevage. Rien ne prouve donc la consommation de gibier.

Les carnivores

28Il a été retrouvé des restes d’un chien (os du crâne et pattes) (fig. 22), d’un chat et d’un renard. Les dents de carnivore trouvées proviennent peut-être du chien. Le chien (canidé) et le chat (félidé) sont sans doute des animaux morts jetés dans le fossé, tandis que le renard (canidé) a peut-être été attiré par les charognes présentes parmi les déchets de la fosse. L’absence d’une représentation intégrale du squelette de ces animaux s’explique sans doute par l’exploitation partielle du fossé.

Fig. 22 : Maxillaire de canidé.

Fig. 22 : Maxillaire de canidé.

© Patrice Mulot

Les rongeurs

29Quatre cent vingt-huit restes de micro mammifères ont été déterminés. Ils correspondent à des rongeurs de différentes tailles (fig. 23).

Fig. 23 : Mandibule de rongeur.

Fig. 23 : Mandibule de rongeur.

© Patrice Mulot

30On soupçonne la présence de lapins, en raison de quelques éléments de denture, mais la plupart des os appartiennent à de petites espèces (musaraignes, rats) représentées par des os du crâne (souvent mâchoires) et quelques os des membres longs. Ces petits rongeurs semblent plutôt être des espèces commensales, c'est-à-dire descendues dans le fossé pour y récupérer les restes des repas humains.

Les oiseaux

31Les oiseaux sont représentés par 429 restes. Tous les éléments du squelette sont présents, du bec jusqu’aux dernières phalanges. L’état actuel de l’étude ne permet pas une détermination spécifique des différentes espèces trouvées dans le fossé. Cependant, quatre d’entre elles sont discernables. Aucune trace de découpe ou de brûlure n’a été observée, ce qui n’exclut pas une consommation de ces volatiles.

Les poissons

32Les poissons sont représentés par 1 497 restes, dont une grande quantité a pu être récupérée grâce au tamisage des sédiments. Ces restes appartiennent à la fois à des poissons marins et à des poissons d’eau douce. Une grande variété à la fois spécifique et anatomique a pu être mise en évidence. Le poisson était ramené entier à Versailles, puisque des os crâniens et des éléments de queues ont été retrouvés pour les différentes espèces. L’écaillage a probablement été réalisé sur le site, bien que seulement 333 écailles ont pu être comptabilisées : cette faible quantité s’explique par une mauvaise conservation.

33La présence de poissons marins suggère des échanges commerciaux avec les ports maritimes (fig. 24). Le commerce de poissons était peut-être effectué en même temps que celui des huîtres, qui ont été retrouvées en très grande quantité sur le site.

Fig. 24 : Vertèbre de gros poisson marin.

Fig. 24 : Vertèbre de gros poisson marin.

© Patrice Mulot

34Le transport de denrées marines jusqu’à l’intérieur des terres était pratiqué par des chasse-marée (véhicules se déplaçant sur terre ou par voie fluviale) ou autre véhicule permettant, depuis le Moyen Âge, un approvisionnement en denrées marines gardées fraîches pendant plusieurs jours. Les poissons dulcicoles – le brochet (esox lucius) (fig. 25), l’anguille (anguilla anguilla), les cyprins (famille de la carpe) – provenaient probablement d’un bras de Seine, d’un étang ou d’une rivière proches. Les poissons ne semblent pas avoir fait l’objet d’une préparation spécifique (aucune trace de découpe ou de brûlure).

Fig. 25 : Dentaire de brochet.

Fig. 25 : Dentaire de brochet.

© Patrice Mulot

Les batraciens

35Les batraciens sont représentés par 540 restes. La différence entre grenouille et crapaud n’a pas été établie (fig. 26). Aucun élément crânien ne fut retrouvé pour ces animaux, pour lesquels on dispose essentiellement des os des pattes. Un squelette entier a cependant été découvert, mais sans tête. Il paraît donc légitime de se poser la question de la consommation de ces animaux. L’absence de tête et la grande quantité d’os de pattes semblent plaider en faveur de cette consommation. Or, l’absence de trace de découpe ou de cuisson au feu ne va pas dans ce sens, même si elle n’est pas significative dans le cas de si petits éléments. Il pourrait y avoir des traces de dents sur ces petits os, mais seule leur étude au microscope pourrait le confirmer. Par ailleurs, la présence de ces animaux pourrait simplement s’expliquer par l’humidité du fossé, car, même s’il n’était pas en eau, son fond était probablement souvent recouvert d’une eau stagnante.

Fig. 26 : Os de batraciens.

Fig. 26 : Os de batraciens.

© Patrice Mulot

Analyse des données

36La faune présente dans le fossé nord de Le Vau était donc en grande majorité d’origine alimentaire. Seules les dépouilles de quelques animaux de compagnie ont été jetées là après leur mort naturelle, auxquelles s’ajoutent quelques éléments de microfaune, animaux commensaux attirés par les déchets consommables (viande encore attachée aux os ou autres résidus dont il ne reste plus trace), et piégés par les murs abrupts de la fosse. Le renard a pu lui aussi être attiré par les restes de viande ou bien abattu par les gardes alors qu’il passait à proximité. Une balle de plomb a d’ailleurs été trouvée dans le fossé, mais rien n’indique qu’elle doive être mise en relation avec le renard. Reste la question des batraciens, grenouilles ou crapauds : ont-ils été consommés ou ont-ils été attirés par l’humidité du fossé ? Les os retrouvés dénotent une alimentation ordinaire, en grande majorité carnée, avec le complément d’un tiers de poisson. La viande provient d’animaux domestiques : ovis-caprinés, bovinés et suidés, avec l’appoint de volailles et de quelques lapins. Les poissons sont des poissons courants, pêchés dans les eaux environnantes, ou des poissons marins apportés par voie commerciale. Aucun reste de gibier ou de poissons prestigieux comme le saumon ou l’esturgeon n’a été identifié avec certitude, ce qui aurait fait penser à des reliefs d’une table royale ou aristocratique. Cependant, l’absence des os de ces poissons peut s’expliquer aussi par un problème de conservation, car, étant très gras, ils se conservent difficilement.

  • 8 William Ritchey Newton, Derrière la façade : vivre au château de Versailles au xviiie siècle, Paris (...)
  • 9 Ibid.

37Qui donc a consommé la nourriture dont les reliefs ont atterri dans le fossé nord de l’entrée du château ? Probablement les gardes basés à proximité et qui, apparemment, ne bénéficiaient pas de la redistribution des restes des tables princières, pratique pourtant courante à l’époque8. D’ailleurs, le fait qu’une part importante du squelette de certains animaux ait été retrouvée dans la fosse va aussi à l’encontre de l’hypothèse de restes redistribués. Reste à savoir sous quelle forme cette nourriture parvenait jusqu’aux gardes. L’absence de traces de brûlure n’implique pas l’absence de cuisson et certains os sont d’ailleurs recouverts d’un léger « caramel alimentaire » d’origine culinaire. Les carcasses de bétail étaient apportées à Versailles entières ou en gros quartiers et débitées sur place. Deux hypothèses sont envisageables. La première serait que ces carcasses étaient apportées au Grand Commun où elles étaient débitées et apprêtées. Les plats étaient alors apportés tout cuisinés aux gardes qui prenaient leurs repas sur place. Les déchets n’en étaient pas rapatriés au Grand Commun mais jetés à proximité, dans le fossé voisin. C’est la version qui correspondrait le mieux à ce que l’on connaît des mœurs du château. La seconde, que les carcasses arrivaient directement chez les gardes, où elles étaient débitées et cuisinées. Il faut alors imaginer que les corps de garde aient été équipés de cuisines conséquentes, ce que montre le plan de l’Institut (fig. 2). Cette hypothèse expliquerait la présence de gros os entiers portant des traces de découpe, car il n’est pas vraisemblable que les poubelles du Grand Commun aient abouti dans les fossés. Quel que soit le trajet parcouru par la nourriture, son point d’aboutissement ne laisse pas de doute : les fossés de la grille. Il faut donc admettre qu’ils ont servi de dépotoir, malgré leur situation centrale. Il nous paraît inconcevable que de tels dépotoirs aient encadré l’unique accès au château, par lequel tout le monde passait, mais les mauvaises odeurs étaient monnaie courante dans le Versailles du xviie siècle9. Non qu’on ne s’en souciât pas ! D’ailleurs les traces de combustion que dénote l’US 4 sont peut-être la conséquence d’une tentative de remédier par le feu à la puanteur que dégageaient les fossés…

Perspectives de recherche

38Cette étude n’est qu’une étude préliminaire. En effet, 1 189 ossements restent à déterminer. Parmi les os attribués à une famille animale, 2 705 n’ont pas été rattachés à une espèce, de sorte que plus de la moitié de la collection reste à identifier. Cette identification complémentaire ne pourra se faire que par comparaison avec une collection de référence, qui seule permettra de connaître exactement la part de chaque taxon au sein de l’alimentation des gardes. Cette étude pourra aussi être approfondie par un examen au microscope, qui permettra peut-être de déceler d’autres traces de découpe et de morsure, et par une recherche en archive ou dans la littérature historique, qui apportera des renseignements supplémentaires sur les habitudes alimentaires et commerciales.

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Notes

1 Annick Heitzmann et Frédéric Didier, « La Grille et la Cour royales », Versalia, n10, 2007, p. 26-43.

2 Pour un historique de la construction du château voir Jean-Claude Le Guillou, Versailles, le château en construction, Versailles, Artlys, 2006.

3 Lettre du ministre de l’Intérieur au département de Seine-et-Oise, 30 avril 1793 (Montigny-le-Bretonneux, archives départementale des Yvelines, 2Q66).

4 Registre des plomb, soudure, cuivre, potin et menuiserie, 1er août 1789 – 1er vendémiaire an X (Versailles, service des archives du château de Versailles).

5 « Avoir démoli le corps de garde des ci-devant gardes du corps et garde de la porte, un appentis adossé audit corps de garde, cinq autres petits magasins et une barrière traversant la cour du palais, une autre barrière côté de la ci-devant Chapelle, adossée à l’Aile neuve. » Mémoire des journées de charpente au palais national par le citoyen Lambrin, 16 thermidor an II (archives départementale des Yvelines, 2Q2).

6 Annick Heitzmann, « Fouilles archéologiques de la Grille royale », Versalia, no 10, 2007, p. 44-45.

7 US : unité stratigraphique (en l’occurrence : couche de sédiments comblant le fossé).

8 William Ritchey Newton, Derrière la façade : vivre au château de Versailles au xviiie siècle, Paris, Perrin, 2008, p. 268.

9 Ibid.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Pierre Patel, Vue du château de Versailles en 1668, huile sur toile, 115 × 161 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 765.
Crédits © Château de Versailles / Jean-Marc Manaï
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/10941/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 2 : François d’Orbay, Plan général du château et petit parc de Versailles comme il estait enciennment avant que le Roy y eut fait travailler (détail), xviie siècle, aquarelle, plume, 116 × 74 cm, in Recueil de dessins, plans et vues des villes de France. Paris, bibliothèque de l’Institut, Ms 1307 Réserve / Numéro 68.
Crédits © Bibliothèque de l’Institut
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/10941/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 3 : Pierre Patel, Vue du château de Versailles en 1668 (détail), 1668, huile sur toile, 115 × 161 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 765.
Crédits © Château de Versailles / Jean-Marc Manaï
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/10941/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 4 : Pierre Patel, Vue du château de Versailles en 1668 (détail), huile sur toile, 115 × 161 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 765.
Crédits © Château de Versailles / Jean-Marc Manaï
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/10941/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Fig. 5 : Jean-Claude Le Guillou, Vue à vol d'oiseau du château de Versailles côté cour vers 1680, Versailles, 20102.
Crédits © Jean-Claude Le Guillou
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/10941/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 840k
Titre Fig. 6 : Pierre-Denis Martin, Vue du château de Versailles prise depuis la place d'Armes en 1722, 1722, détail, huile sur toile, 139 × 150 cm. Versailles, musée des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 726.
Crédits © Château de Versailles / Jean-Marc Manaï
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/10941/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 7 : Pierre-Denis Martin, Vue du château de Versailles prise depuis la place d'Armes en 1722, 1722 (détail), huile sur toile, 139 × 150 cm. Versailles, musée des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 726.
Légende Détail de la grille délimitant l’avant-cour et la Cour royale.
Crédits © Château de Versailles / Jean-Marc Manaï
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/10941/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Fig. 8 : Relevé des substructures découvertes en 2006.
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/10941/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 9 : Datation des substructures de la Grille royale.
Crédits © Patrice Mulot
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/10941/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1020k
Titre Fig. 10 : Schéma du fossé et du corps de garde nord, sur lequel sont figurées en rouge les zones du fossé qui ont été fouillées.
Crédits © Patrice Mulot
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/10941/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 11 et 12 : Vues du corps de garde et du fossé nord prises des combles du pavillon Gabriel.
Crédits © Annick Heitzmann
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/10941/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 720k
Titre Fig. 13 et 14 : Fouille du fossé nord de Le Vau (juin-juillet 2006).
Crédits © Château de Versailles / Annick Heitzmann
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/10941/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre Fig. 15 : Nombre d’individus par espèces.
Crédits © Julien Treuillot
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/10941/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 16 : Stratigraphie de l’intérieur du fossé.
Légende Les US 4, 7, 8 et 9 sont les couches d’« occupation » du fossé, qui se sont déposées alors que celui-ci était ouvert. L’US 11 en constitue le sol, le fond « occupé » du fossé, déposé juste après sa construction. L’US 10 est très probablement le remplissage de la tranchée de fondation du mur M 6, construit postérieurement par Mansart. Son creusement, qui porte le n12, est une US négative ; elle n'apparaît donc pas en coupe. Les US 5 et 6 creusent les couches 3, 4, 7, 8 et 9. Elles sont donc postérieures et participent sans doute au remplissage du creusement de la tranchée de fondation de M 6. L’US 3 est antérieure à l’intervention de Mansart, mais postérieure à l’« occupation » du fossé. C'est peut-être un premier remblai datant des années 1670, alors que les aménagements de Le Vau étaient en sursis avant la pose de la grille. Les US 1 et 2 recouvrent les couches d’occupation. Elles sont contemporaines de M 6 et constituent le remblai de comblement du fossé, après la construction du mur de fondation de la grille.
Crédits © Château de Versailles
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/10941/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre Fig. 17 : Spectre de faune.
Crédits © Justine Vorenger / Julien Treuillot
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/10941/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 18 : Spectre des mammifères.
Crédits © Justine Vorenger / Julien Treuillot
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/10941/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 19 : Vertèbre de boviné découpée.
Crédits © Patrice Mulot
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/10941/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 20 : Mandibule de mouton.
Crédits © Patrice Mulot
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/10941/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 21 : Traces de découpe sur un fémur de porc.
Crédits © Patrice Mulot
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/10941/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 22 : Maxillaire de canidé.
Crédits © Patrice Mulot
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/10941/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 23 : Mandibule de rongeur.
Crédits © Patrice Mulot
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/10941/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 24 : Vertèbre de gros poisson marin.
Crédits © Patrice Mulot
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/10941/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 25 : Dentaire de brochet.
Crédits © Patrice Mulot
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/10941/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 26 : Os de batraciens.
Crédits © Patrice Mulot
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/10941/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annick Heitzmann, Justine Vorenger et Julien Treuillot, « Fouilles archéologiques de la Grille royale du château de Versailles (2006) », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne], Articles et études, mis en ligne le 07 mars 2011, consulté le 25 juin 2016. URL : http://crcv.revues.org/10941 ; DOI : 10.4000/crcv.10941

Haut de page

Auteurs

Annick Heitzmann

Chargée de recherche pour les fouilles archéologiques, Établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles. Contact : annick.heitzmann@chateauversailles.fr

Articles du même auteur

Justine Vorenger

Formée en archéologie préhistorique à l’université Paris I-Sorbonne, elle se spécialise dans l’archéozoologie, en particulier l’archéo-ichtyologie. Après une expérience au Muséum national d’histoire naturelle à Paris, elle termine actuellement son doctorat en archéo-ichtyologie tout proposant ses services pour une société d'archéologie préventive.

Julien Treuillot

Étudiant à l’université Paris I-Sorbonne. Spécialisé dans les industries en matières dures animales du Magdalénien, Julien Treuillot a étudié, dans le cadre de ses recherches de master 1, les vestiges en os d’Isturitz (Pyrénées-Atlantiques) avant de conduire une étude sur les vestiges osseux de La Madeleine (Dordogne) lors d’un master 2 (en cours).

Haut de page

Droits d’auteur

© Annick Heitzmann Justine Vorenger et Julien Treuillot / 2011 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org