Navigation – Plan du site
2011

La collection de portraits gravés du roi Louis-Philippe au château de Versailles

King Louis-Philippe’s collection of portrait engravings at the Château de Versailles
Die Sammlung gestochener Porträts des Königs Louis-Philippe im Schloss von Versailles
Hélène Delalex

Résumés

Le château de Versailles a acquis en 1948 soixante-quinze albums de portraits qui avaient été patiemment constitués par le roi Louis-Philippe pendant plus de vingt-cinq ans, comprenant plus de seize mille gravures ordonnées par règnes et par États. D’après les contemporains, il s’agissait de « la plus belle collection de portraits gravés qui existât au monde ». Si la constitution de cet ensemble a souvent été attribuée à Jean Vatout, premier bibliothécaire du roi, il semble que c’est surtout à Louis-Philippe que l’on doit ce vaste projet qui a commencé en 1825 et qui fut interrompu par les troubles révolutionnaires de 1848. Entré dans les collections de Versailles un siècle plus tard, cet ensemble, l’un des rares encore conservés dans des albums, est comparable par sa qualité et son ampleur aux grandes collections aujourd’hui dispersées qui sont à l’origine de la série N2 du département des Estampes et de la photographie de la Bibliothèque nationale de France. La série couvre une vaste période, de Pharamond, premier roi légendaire de la dynastie mérovingienne, à Louis-Philippe. Dans ce véritable panthéon de l’histoire mondiale, les monarques figurent auprès des grands personnages de leur temps – ministres, magistrats, ecclésiastiques et savants, hommes de lettres et artistes. Cet ensemble remarquable dont l’ambition historique l’emporte sur les qualités artistiques, témoignant de la passion du roi pour l’histoire, doit, bien entendu, être rapproché du musée dédié à toutes les gloires de la France inauguré par le souverain au château de Versailles en 1837. La totalité des feuilles est désormais consultable sur la banque d’images du Centre de recherche du château de Versailles.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article a été publié dans la Revue des musées de France - Revue du Louvre, no 3, 2009 (p. 79-92), éditée par la Réunion des musées nationaux (ISSN 0035-2608).

Texte intégral

Je tiens à exprimer mes plus vifs remerciements à M. Nicolas Milovanovic pour avoir encouragé la parution de cet article ainsi que pour ses conseils avisés. Ma reconnaissance s’adresse également à Mme Béatrix Saule pour m’avoir confié ce projet, ainsi qu’à M. Maxime Préaud pour sa précieuse expertise.

  • 1 La vente était prévue le mercredi 12 mai 1948 à la galerie Léopold (cat. no 167). « L’ensemble, qui (...)

1Le cabinet des arts graphiques du château de Versailles conserve une série de grands albums reliés contenant des portraits gravés, provenant du cabinet de gravures constitué par Louis-Philippe, duc d’Orléans puis roi des Français (annexe). Ces albums étaient auparavant conservés au manoir d’Anjou, près de Bruxelles, dans la collection d’Henri d’Orléans, comte de Paris et chef de la maison de France depuis la mort du duc de Guise en 1940. Lorsqu’en 1948 le prince et sa famille quittèrent la Belgique pour se fixer au Portugal, les volumes furent mis en vente publique à Bruxelles. À la demande de Charles Mauricheau-Beaupré, conservateur en chef du château de Versailles, et de Georges Salles, directeur des musées de France, le comte de Paris accepta de retirer les volumes de la vente et les céda au château de Versailles1. Un siècle après la chute de la monarchie de Juillet, l’une des plus prestigieuses collections privées de portraits gravés entrait ainsi à Versailles et permettait d’enrichir le cabinet des estampes de près de dix-sept mille pièces.

  • 2 Paolo Giovio, érudit et collectionneur italien, rassembla dans sa villa de Borgovico, près de Côme, (...)
  • 3 La Galerie des illustres du château de Beauregard, dans la vallée de la Loire, fut constituée par P (...)

2Au xviie siècle, de nombreuses galeries de portraits peints, inspirées de celles qu’avaient créées Paolo Giovio (1483-1552) à Côme2, et Paul Ardier (1563-1638) au château de Beauregard3, commencèrent à prendre forme en Europe. Parallèlement, les portraits gravés d’uomini illustri firent leur apparition sous la forme de recueils, reprenant la nature sérielle de ces galeries. Dans cette tradition, notre collection de portraits gravés opère une vaste reconstitution chronologique depuis Pharamond, le légendaire premier roi de la dynastie mérovingienne, jusqu’à Louis-Philippe. Chaque album s’ordonne logiquement autour de la figure d’un roi, d’un prince ou d’un pape, les personnages éminents du temps paraissant à sa suite en un cortège à la hiérarchie rigoureusement réglée. En tête donc, les souverains et leur famille, flanqués de leurs serviteurs civils et militaires : ministres et magistrats, connétables, maréchaux, amiraux et grands capitaines. Défilent ensuite les ecclésiastiques, puis les esprits cultivés, mathématiciens et explorateurs, botanistes et hommes de lettres. Enfin, paraissent les artistes, peintres, sculpteurs ou graveurs, et quelques célébrités, musiciens ou acteurs de la commedia.

  • 4 René Simier fonda l’atelier du 152 rue Saint-Honoré, sans doute vers 1800. Il reçut le titre de rel (...)

3Les portraits sont réunis en soixante-quinze volumes in-plano, en demi-reliure à coins de maroquin bleu à gros grain du Levant. La reliure ne comporte pas d’autre décor que les inscriptions en lettres d’or au dos : en tête, le monogramme LP surmonté de la couronne royale, en pied, la signature Simier Rel.r du Roi4, et au centre, le numéro d’ordre dans la collection, suivi du nom du souverain évoquant le contenu du volume (fig. 1).

Fig. 1 : Recueils de portraits gravés du roi Louis-Philippe (avec détail du volume 17, Philippe III), volumes in-plano, demi-reliure à coins de maroquin bleu à gros grain du Levant, 70 × 54,5 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, cabinet des Arts graphiques, LP 1-115.

Fig. 1 : Recueils de portraits gravés du roi Louis-Philippe (avec détail du volume 17, Philippe III), volumes in-plano, demi-reliure à coins de maroquin bleu à gros grain du Levant, 70 × 54,5 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, cabinet des Arts graphiques, LP 1-115.

© Château de Versailles / Jean-Marc Manaï

  • 5 Voir annexe. Les albums rouges portent en pied la marque Chaulin, papetier du roi et de S.A.R. Mgr (...)

4Cinq autres albums, sans gravure, reliés de manière identique en maroquin rouge mais frappés aux armes du duc d’Orléans, viennent compléter la collection5. À l’intérieur, les gravures, dont la plupart sont découpées le long du trait carré, sont collées grossièrement (fig. 2 et 3).

Fig. 2 : Portraits de Gérardus Mercator et Jocodus Hondius, burin, 40,3 × 46,5 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, cabinet des Arts graphiques, INV.GRAV.LP 13.67.1.

Fig. 2 : Portraits de Gérardus Mercator et Jocodus Hondius, burin, 40,3 × 46,5 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, cabinet des Arts graphiques, INV.GRAV.LP 13.67.1.

© Château de Versailles / Jean-Marc Manaï

Fig. 3 : Série de ministres protestants, manière noire, 67 × 49 cm (le folio). Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, cabinet des Arts graphiques, INV.GRAV.LP 13.51.

Fig. 3 : Série de ministres protestants, manière noire, 67 × 49 cm (le folio). Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, cabinet des Arts graphiques, INV.GRAV.LP 13.51.

© Château de Versailles / Jean-Marc Manaï

5Les folios contiennent différentes strates d’observations manuscrites, qui se complètent, signalent les épreuves « douteuses » ou « très recherchées », et parfois corrigent la lettre. Si ces informations sont précieuses, puisqu’elles permettent d’identifier la majorité des portraits, il faut aussi être vigilant car elles introduisent des erreurs de datation, d’identification – la belle Tête d’apôtre de Sadeler d’après Dürer est identifiée comme Le Père de Dürer (fig. 4) – ou d’attribution – une gravure est ainsi abusivement donnée à « P. P. Rubens fecit », et signalée « très rare et très recherchée ».

Fig. 4 : Aegidius II Sadeler, d’après un dessin d’Albrecht Dürer, Tête d’apôtre avec une barbe et un bonnet, 1597, burin, 38,8 × 24,5 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, cabinet des Arts graphiques, INV.GRAV.LP 8.119.1.

Fig. 4 : Aegidius II Sadeler, d’après un dessin d’Albrecht Dürer, Tête d’apôtre avec une barbe et un bonnet, 1597, burin, 38,8 × 24,5 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, cabinet des Arts graphiques, INV.GRAV.LP 8.119.1.

© Château de Versailles

Un musée privé du portrait gravé en Europe

  • 6 Camille Bachasson, comte de Montalivet, Le Roi Louis-Philippe – Liste Civile, Paris, 1850, rééd. 18 (...)

6« La plus belle collection de portraits gravés qui existât au monde », assure le comte de Montalivet, intendant général de la Liste civile et ardent défenseur de la famille royale après 18486. En effet, si la collection est une mine féconde pour l’historien, elle l’est tout autant pour l’historien d’art, et son analyse, même sommaire, dévoile quelques pièces remarquables. Toutes les écoles y sont représentées et presque tous les procédés y figurent, comme le révèle un rapide survol de la collection. De beaux bois aux entourages encore maniéristes, comme le riche portrait de Léonhard Thurneysser (fig. 5), ou la somptuosité des costumes de la cour de France rendue par le burin fin et précieux de Thomas de Leu, illustrent la production de la fin de la Renaissance.

Fig. 5 : Léonard Thurneysser, chimiste et médecin de l’électeur de Brandebourg, 1572, gravure sur bois, 25,7 × 16,3 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, cabinet des Arts graphiques, INV.GRAV.LP 13.65.1.

Fig. 5 : Léonard Thurneysser, chimiste et médecin de l’électeur de Brandebourg, 1572, gravure sur bois, 25,7 × 16,3 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, cabinet des Arts graphiques, INV.GRAV.LP 13.65.1.

© Château de Versailles

7Le talent contenu d’un Michel Lasne, l’orthodoxe tracé d’un Claude Mellan, tel son Nicolas Peiresc gravé d’une seule taille, ou, à l’inverse, le burin brillant du Grand Bossuet, chef-d’œuvre des Drevet père et fils, offrent le panorama parfait de la gravure de portrait en France au xviie siècle. Il faut encore distinguer les graveurs qui ont su pousser loin la science de l’expression, des premières petites effigies pleines de vérité de Léonard Gaultier, aux portraits pénétrants de Robert Nanteuil.

8Du point de vue de la science chalcographique proprement dite, on trouve quelques pièces virtuoses attestant d’une « manufacture » tout à fait exceptionnelle, pour reprendre les mots de Nanteuil. Il s’agit du burin impétueux d’Antoine Masson et de ses tailles variées à l’infini, comme dans son portrait de Guillaume de Brisacier, mais aussi de Jean-Louis Roullet, à la renommée plus discrète, qui ne dédaigna pas de faire montre de son habileté à triompher de l’outil, et dont le portrait d’Édouard Colbert de Villarcerf (fig. 6) donne la meilleure idée de son talent.

Fig. 6 : Jean-Louis Roullet (1645-1699), d’après François Girardon, Édouard Colbert de Villarcerf, 1698, burin, 62 × 0,46 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, cabinet des Arts graphiques, INV.GRAV.LP 44.37.1.

Fig. 6 : Jean-Louis Roullet (1645-1699), d’après François Girardon, Édouard Colbert de Villarcerf, 1698, burin, 62 × 0,46 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, cabinet des Arts graphiques, INV.GRAV.LP 44.37.1.

© Château de Versailles

9La magistrale Tête d’apôtre d’Aegidius II Sadeler (fig. 4), gravée d’après un dessin de Dürer conservé dans les collections de Rodolphe II, réhabilite à elle seule toute la gravure d’interprétation. Les albums contiennent également une belle collection de portraits d’artistes et de graveurs, représentés comme des savants, tel le monumental Théodorus Cornhertius d’Hendrick Goltzius (fig. 7), et certaines épreuves rares, comme cet état sans la Mort en uniforme de dragon (fig. 8), du portrait de Johann Daniel von Menzel par Gabriel Bodenehr fils (fig. 9).

Fig. 7 : Hendrick Goltzius (1558-1616), Théodorus Cornhertius, burin et eau-forte, 52,6 × 40,9 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, cabinet des Arts graphiques, INV.GRAV.LP 13.102.1.

Fig. 7 : Hendrick Goltzius (1558-1616), Théodorus Cornhertius, burin et eau-forte, 52,6 × 40,9 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, cabinet des Arts graphiques, INV.GRAV.LP 13.102.1.

© Château de Versailles

Fig. 8 : Gabriel Bodenehr fils (1705-1779), Johann Daniel von Menzel (à gauche), manière noire, état antérieur sans la Mort, 41,9 × 28,4 cm, et Johann Daniel von Menzel (à droite), manière noire, 41,9 × 28,4 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, cabinet des Arts graphiques, INV.GRAV.LP 59.39.1 et INV.GRAV.LP 59.40.1.

Fig. 8 : Gabriel Bodenehr fils (1705-1779), Johann Daniel von Menzel (à gauche), manière noire, état antérieur sans la Mort, 41,9 × 28,4 cm, et Johann Daniel von Menzel (à droite), manière noire, 41,9 × 28,4 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, cabinet des Arts graphiques, INV.GRAV.LP 59.39.1 et INV.GRAV.LP 59.40.1.

© Château de Versailles

10Lorsque la gravure se « démocratisa » à la fin du xviiie siècle, un acte heureux suffisait souvent pour faire entrer dans ce panthéon des personnages à la gloire très éphémère, comme certaines femmes distinguées que désignait à l’attention leur piété, des héros de faits divers comme Le courageux Joseph Chrétien, âgé de dix-sept ans et « comblé d’Honneurs et des Bontés du Roi pour avoir sauvé trois Enfans près de Périr sous la Glace dans la Pièce des Suisses à Versailles », ou quelques individus « curieux par leur conformation », « géants anglais », « nains hollandais », « bouffons italiens », et autres « centenaires » enrichissant encore le long cortège de ces personnages, que l’on est heureux de rencontrer là pour la seule raison que nulle part ailleurs leur effigie n’a été conservée.

Une histoire mouvementée

  • 7 Jean Vatout, Souvenirs historiques des résidences royales de France – le Palais Royal, Paris, 1838, (...)
  • 8 La bibliothèque donnait sur la place du Palais-Royal et sur la partie en retour du côté de la galer (...)

11Jean Vatout (fig. 10), Premier bibliothécaire du roi, mentionne, dans ses Souvenirs historiques des résidences royales, l’existence d’un « Grand salon des Gravures, à côté de la bibliothèque où le roi a réuni sa magnifique collection de portraits gravés, qui s’élèvent au nombre de 25 000 »7. Domaine privé du roi, la collection était conservée au Palais-Royal, dans un cabinet jouxtant la bibliothèque qui se déployait dans six pièces du premier étage de l’aile dite de Chartres8.

Fig. 10 : François-Xavier Winterhalter (1806-1873), Jean Vatout, dessiné au château d’Eu le 31 août 1845, 1845, dessin, 22,6 × 15,3 cm. Eu, musée Louis-Philippe-château d’Eu, Inv. 2005.3.

Fig. 10 : François-Xavier Winterhalter (1806-1873), Jean Vatout, dessiné au château d’Eu le 31 août 1845, 1845, dessin, 22,6 × 15,3 cm. Eu, musée Louis-Philippe-château d’Eu, Inv. 2005.3.

© Château d’Eu / Jean-Louis Coquerel

  • 9 Les derniers volumes portent un titre mais sont restés vides. Lors de l’acquisition, les albums éta (...)
  • 10 Montalivet, cit. n. 6, p. 211 et p. 375-376. Voir aussi Louis Désiré Véron, Mémoires d’un bourgeois (...)

12Les troubles révolutionnaires de 1848 ont vraisemblablement interrompu la constitution des albums9. D’une part, nous savons que de nombreux volumes ont été détruits ou dérobés lors du sac du Palais-Royal dans la nuit du 24 au 25 février : au moins « quatorze volumes appartenant à la collection des portraits historiques qui formait cent vingt-deux volumes in-folio, ont disparu10 » cette nuit-là, selon le comte de Montalivet. Plusieurs en gardent d’ailleurs les stigmates bien visibles : on observe des traces de noir de fumée sur certains folios et des estampes gravement brûlées furent retirées des albums.

13Par ailleurs, une mention manuscrite à la première page du volume consacré à Pharamond indique : « Pris le 26 juin 1848, rue Janisson no 13 par le capitaine Pessignol commandant la 2e compagnie du bataillon des gardes-marines. » C’est donc certainement lors des émeutes de juin 1848 que les autres volumes disparurent définitivement.

14Des recherches d’archives inédites permettent d’appréhender de manière plus précise l’état des pertes. Sur les cent vingt-deux volumes dont parle Montalivet, nous sommes en mesure de ne confirmer l’existence que de cent quatorze11. Sur les soixante-quinze volumes déjà cités et aujourd’hui conservés à Versailles, soixante-cinq seulement contiennent des gravures. Quant au nombre de portraits, les volumes présents en contiennent près de seize mille cinq cents. Avec une moyenne de deux cent cinquante portraits par volume, nous pouvons estimer le nombre de gravures perdues à dix mille, et avancer le chiffre de vingt-cinq mille cinq cents portraits au total, ce qui corrobore le témoignage de Jean Vatout.

Fig. 11 : Brouillons et documents de travail des volumes 1 et 2. Paris, Archives nationales, Inv. AN, AP (300) I 111C.

Fig. 11 : Brouillons et documents de travail des volumes 1 et 2. Paris, Archives nationales, Inv. AN, AP (300) I 111C.

© Archives nationales / Hélène Delalex

  • 12 AN, AP 300 (I) 1111 C (1-49) & 1112 B (50-107). Ces documents nous renseignent sur les gravures qui (...)

15La question complémentaire de la destination des albums disparus est résolue grâce à la découverte des brouillons et documents de travail permettant de reconstituer le projet dans son entier (fig. 11)12. Sur les cent quatorze recueils identifiés, quarante-cinq étaient consacrés aux gouvernements de la France, treize illustraient le Saint Empire romain germanique de 1619 à 1840, et onze l’Angleterre, modèle et terre d’accueil de la famille d’Orléans depuis Philippe Égalité. Un seul volume évoquait l’Autriche de François Ier. L’importance de certains états et territoires aux xviie et xviiie siècles était soulignée, comme le Nord de l’Europe protestant, ou la Pologne, en raison des alliances avec la France. L’Italie des papes, de Sixte Quint à Pie VII, et le glorieux passé de l’Espagne, du Portugal et du royaume des Deux-Siciles, de l’avènement de Philippe III à la mort de Ferdinand VII, étaient également bien représentés. Sur les cinq recueils consacrés à la Russie, seul celui d’Élisabeth Ire est encore conservé, et il ne reste rien de ceux consacrés aux États-Unis et à Mahmud II « empereur des Turcs » et contemporain de Louis-Philippe (voir annexe). Si la France se taille la part du lion, cet itinéraire rendait hommage à la gloire des nations européennes, mais aussi d’outre-Atlantique, rappelant qu’avant de retrouver définitivement la France en 1815, Louis-Philippe, alors duc de Chartres, avait voyagé à travers le monde durant les vingt et un ans qu’avait duré son exil.

La formation de la collection

  • 13 AN, AP 300 (I) 1113-101.
  • 14 Pour la somme de 14 000 francs, AN, O429 (1832).
  • 15 Achats de gravures, 1827-1833 : AN, AP 300 (I) 1113 & O4 1328,
  • 16 Entre 1827 et 1833 : AN, AP 300 (I) 1113-114, AP 300 (I) 1113-179, O4 1429, O4 1476.
  • 17 AN, AP 300 (I) 1111 A.
  • 18 AN, O4 1903 (1840), Mandat no 6886 & AN, AP 300 (I) 1111 A.

16Louis-Philippe effectua dès 1825 d’importants achats en ventes publiques et privées, en France comme à l’étranger. En 1829, il possédait déjà une collection de près de neuf mille portraits, la plupart gravés, qui nous est connue par le Catalogue Général des portraits formant la collection de S. A. R. Mgr. le Duc d’Orléans. Dans un premier temps, il fit l’acquisition en bloc de plusieurs collections : à la vente après décès du peintre Girodet en 1825, il acheta près de trois mille « estampes et ouvrages en gravures », dont mille cinq cents portraits13, et le 24 décembre 1832, il acquit la collection de trente mille portraits gravés réunie par Paul-Henri Marron, pasteur de l’église réformée à Paris et amateur de beaux-arts14. On observe sur les gravures une autre marque de collection, celle d’Adam Vassilievitch Olsoufieff, homme de confiance et collaborateur intime de l’impératrice Catherine II, dont Louis-Philippe acquit la collection à Dresde le 23 juillet 1838. Il faut encore mentionner le legs de la collection Standish en 1840, qui comprenait, en plus des tableaux de maîtres espagnols, bon nombre d’estampes de qualité. Louis-Philippe acheta également des séries de portraits chez les marchands Deflorennes, Vignères, Soliman et Chaillou-Potrelle15, mais aussi en Angleterre par l’intermédiaire de M. White, son valet de chambre16. En 1840, il acquit huit cent vingt-six portraits, dont cent trois des rois et reines de France17, et le 6 mai de la même année, quatre-vingts portraits provenant des deux célèbres planches de Léonard Gaultier – encore attribuées à Thomas de Leu – désignées communément sous le nom de Chronologie collée18 (fig. 12). Puis le rythme des acquisitions s’accrut régulièrement : de 1843 à 1846, plus de mille huit cents portraits entrèrent encore dans la collection.

Fig. 12 : Léonard Gaultier (1561-1641), Pourtraictz de plusieurs Hommes illustres qui ont // flory en France depuis lan 1500 iusques a present, deux planches de 144 portraits connues sous le nom de Chronologie collée, vers 1600, burin, 36,5 cm × 24,3 cm (dim. d’une planche), 4,4 × 2,7 cm (dim. d’un portrait, avec inscription). Paris, Bibliothèque nationale de France, Réserve ED-12 (E-f°).

Fig. 12 : Léonard Gaultier (1561-1641), Pourtraictz de plusieurs Hommes illustres qui ont // flory en France depuis lan 1500 iusques a present, deux planches de 144 portraits connues sous le nom de Chronologie collée, vers 1600, burin, 36,5 cm × 24,3 cm (dim. d’une planche), 4,4 × 2,7 cm (dim. d’un portrait, avec inscription). Paris, Bibliothèque nationale de France, Réserve ED-12 (E-f°).

© Bibliothèque nationale de France / Hélène Delalex

  • 19 Enregistrement des souscriptions pour la bibliothèque du Palais-Royal, registres Chaulin, AN AP 300 (...)
  • 20 Ibid.

17Une autre partie des estampes provenait des « Grands ouvrages à Gravures » dont Louis-Philippe faisait l’acquisition chaque année pour ses nombreuses bibliothèques, les souscriptions s’élevant parfois à vingt ou trente exemplaires. Nombre de gravures y étaient découpées et intégrées aux recueils, ce que confirment plusieurs inscriptions sur les registres de la bibliothèque du Palais-Royal : « Cet ouvrage a été intercalé dans le grand recueil des portraits19 », « ces volumes n’existent plus, ils font partie de la grande collection20 ». Ainsi retrouve-t-on, dans les albums, certaines planches tirées de belles éditions des xviie et xviiie siècles, dont Les vrais pourtraits des roys de France depuis Pharamond jusqu’à Louis 14 à présent régnant de Balthazar Moncornet, une série identique publiée par Louis Boissevin, La vie des peintres flamands, allemands et hollandois de Jean-Baptiste Descamps, contenant « près de deux cents portraits, gravés par les meilleurs artistes de Paris », des vies d’hommes illustres – dont celle de Charles Perrault publiée entre 1696 et 1700 –, ou la Serie di ritratti di celebri pittori dipinti di propria mano publiée par Orazio Marrini à Florence à partir de 1765, et gravée par Antonio Pazzi d’après des autoportraits.

L’œuvre d’une vie

  • 21 Journal de Vatout, AN, AP 300 (III) 73.
  • 22 Mandats de paiement : AN, O4 1903 (1840) & AN, O4 2185 (1844).

18La constitution des albums s’est étendue pendant plus de vingt-cinq ans et l’on ne peut avoir qu’une juste admiration pour une œuvre d’aussi longue haleine. Dans son journal, Vatout témoigne que Louis-Philippe travaillait déjà à l’arrangement de sa collection en 182621. Par ailleurs, une petite note à l’encre sur papier bleu, retrouvée dans ses documents personnels et que nous datons autour de 1830, livre sans doute la première pensée du projet : Vatout dresse la liste de tous les rois de France depuis Pharamond jusqu’à Louis-Philippe, et calcule le nombre de souverains par dynastie, la durée de leur règne, etc. (fig. 13). D’autres pièces d’archives, dont les mandats de paiement des titres gravés et des tables22, indiquent que le projet était encore en cours en 1844 et qu’il se poursuivit au moins jusqu’en 1850.

Fig. 13 : Jean Vatout (1791-1848), Liste des souverains français, ro-vo. Paris, Archives nationales, Inv. AN, AP 300 (III) 76-449.

Fig. 13 : Jean Vatout (1791-1848), Liste des souverains français, ro-vo. Paris, Archives nationales, Inv. AN, AP 300 (III) 76-449.

© Archives nationales / Hélène Delalex

  • 23 Liste de trente-neuf volumes : AN, AP 300 (I) 1111 A. Tables et brouillons des trente-neuf volumes  (...)
  • 24 Par exemple, une inscription en lettres d’or au dos d’un des albums mentionne Grégoire XIII, présen (...)
  • 25 AN, O4 1902 (1840) et O4 1961 (1841).

19À l’origine, la collection ne devait comporter que trente-neuf volumes, de Charlemagne à Charles X23. Elle était certainement réunie dans les recueils de la série rouge frappée aux armes ducales ; les filigranes indiquent tous une date autour de 1825. Sur le dos et les plats de cette première série, une superposition d’anciennes étiquettes atteste que le programme n’a cessé d’évoluer24. C’est en 1839 que le projet prit sa véritable ampleur, lorsque Louis-Philippe commanda une nouvelle série de cent albums à son chiffre royal afin de redéployer sa collection. Deux mandats de paiement à Simier, datés de 1840 et 1841, mentionnent, pour 6 000 francs, la reliure des « cinquante premiers » exemplaires, puis, l’année suivante, « du tome cinquante au tome cent de la Collection des portraits historiques du Palais-Royal »25.

  • 26 Alexandre Dumas, Mes mémoires, Paris, 1852-56, chap. CXXV.
  • 27 Ibid. Voir aussi Benjamin Appert, Dix ans à la cour du roi Louis-Philippe, Paris, 1846, p. 270.

20Qui a conçu ces albums ? On pense naturellement à Jean Vatout (1791-1848) (fig. 10). D’abord sous-préfet de Semur, il fut attaché à la Maison du duc d’Orléans, le 1er janvier 1822, avec le titre de bibliothécaire. Très vite, le duc le prit en amitié pour son esprit et sa belle humeur. Ce fut à cette époque qu’il rencontra le poète Casimir Delavigne et le jeune Alexandre Dumas, tous deux employés un temps à la bibliothèque du Palais-Royal. Vatout était fasciné par Louis-Philippe, ce prince spirituel et affectueux, de seize ans son aîné, et l’une de ses grandes prétentions était de lui ressembler – Dumas rapporte que dans l’intimité il laissait même deviner les causes de cette ressemblance26… Son journal, tenu scrupuleusement, dévoile une personnalité attachante, à la fois ambitieuse et mélancolique, un homme souffrant de vanité et prenant, selon Dumas, « des airs de grand seigneur, sans parvenir à avoir jamais l’air d’un grand seigneur »27. Il fut toute sa vie dévoré du désir d’entrer à l’Académie française ; il se présenta souvent, essuya échec sur échec. Finalement élu le 6 janvier 1848, il accompagna Louis-Philippe dans son exil de Claremont, où il mourut avant d’avoir pu siéger une seule fois.

  • 28 « Rapport sur l’organisation de la bibliothèque de Monseigneur », daté du 3 août 1824, AN, AP 300 ( (...)
  • 29 Vatout, cit. n. 21, 1831, p. 2.
  • 30 Ibid, 1er janvier au 10 juillet 1826, p. 3.
  • 31 Ibid, 1831, p. 13.

21Si, à son arrivée au Palais-Royal, Vatout se préoccupa surtout d’aménager « un local plus convenable »28 pour la bibliothèque, on le vit rapidement s’en désintéresser, et il semblait même s’y ennuyer. L’activité de bibliothécaire ne répondait pas à ses espérances, et lorsque le roi lui demandait : « À quoi bon vous faire député ? », il répondait : « Sire, vous ne m’avez point fait d’existence et j’en ai cherché une »29. Après la démission d’Alexandre Dumas en 1830, il s’attacha les services d’un certain Detallencourt, qu’il nomma sous-bibliothécaire du Palais-Royal. Au reste, Vatout ne se montra guère plus concerné par la collection de portraits gravés. Seule une page de son journal y fait référence, alors qu’il s’étend largement sur ses diverses activités politiques et ses propres publications qui lui prennent « exclusivement tout son temps » : « Le Prince fait une collection aussi nombreuse que rare de tous les portraits gravés. Comme je n’étais pas du même avis que lui sur l’arrangement, il ne juge pas d’ailleurs nécessaire de m’associer à ce travail »30. De fait, c’est Detallencourt qui le remplaça un temps dans cette charge : « Le Roi l’avait pris en goût pour sa collection de portraits… Il est mort fou ! »31, ironise-t-il.

  • 32 AN, AP 300 (I) 175.
  • 33 Dupont, cit. n. 10, p. 347.
  • 34 Montalivet, cit. n. 6, p. 211.
  • 35 Dupont, cit. n. 10, p. 346.
  • 36 AN, AP 300 (I) 1113-99.
  • 37 Vatout, cit. n. 21, 1er janvier au 10 juillet 1826, p. 3.
  • 38 Inscription en marge du brouillon de l’album consacré à Philippe IV.
  • 39 Valérie Bajou, « Frédéric Nepveu et le rez-de-chaussée de l’aile du Midi », Gazette des beaux-arts, (...)

22En 1837, pour remplacer Detallencourt au poste de sous-bibliothécaire, Vatout nomma un jeune avocat du nom de Jean Brenot, employé à la bibliothèque du Palais-Royal et des Tuileries depuis 1833. Lorsque ce dernier prit ses fonctions, il ne manqua pas de faire remarquer l’état de grande négligence dans lequel se trouvaient la bibliothèque et les collections de gravures32. C’est lui qui assura désormais la direction du projet et lui donna une nouvelle dynamique. Les albums et les documents de travail abondent de remarques de sa main ; chaque acquisition, chaque décision est approuvée par lui et scrupuleusement paraphée. Mais il semble bien que Louis-Philippe soit resté le premier artisan de ce vaste projet. De nombreux témoignages et pièces d’archives permettent de considérer son degré d’investissement. Ses contemporains décrivent tous un souverain vouant une véritable passion à sa collection de portraits, déjà regardée en son temps comme « sans contredit la plus curieuse qui jamais ait été conçue33 ». « Cette collection était unique, […] fruit de trente années de soin, de recherches et de travail que le roi, alors duc d’Orléans, avait préparé lui-même34 » note Montalivet. Un autre relate que « jusqu’au 24 février 1848, ce prince s’occupait chaque jour, et pendant le peu de loisir que lui laissaient les affaires publiques, d’un ouvrage immense, sa collection de portraits gravés de tous les hommes marquants, à partir des temps les plus reculés »35. Enfin, Vatout dessine l’image d’un prince littéralement absorbé par sa collection, tenant « à disposer lui-même tous les élémens de ce grand et beau travail36 », et s’y consacrant presque chaque soir : « Sa collection de tous les portraits gravés lui dévore sa soirée, tant à Paris qu’à Neuilly37 ». Par ailleurs, de sa belle écriture claire et déliée, le roi annota, réorienta, corrigeant jusqu’à la typographie et revenant parfois sur l’organisation de certains volumes : « Modifier l’arrangement de ce volume, mettre tous les Espagnols ensemble et non les séparer par des étrangers et par les Hollandais qui doivent venir après. Observations du Roi, 25 décembre 183938 ». Loin d’être anecdotiques, ces exemples révèlent que Louis-Philippe descendait à des niveaux de détails insoupçonnés, comme le montrent aussi ses trois cent quatre-vingt-dix-huit visites sur le chantier de son nouveau musée à Versailles, relatées par son architecte Frédéric Nepveu (1777-1862)39.

Un miroir du musée dédié « à toutes les gloires de la France »

  • 40 Victor Hugo, Feuilles paginées III, dans Œuvres complètes, Paris, 1967-70, V, p. 1015-1016.

23En 1830, l’ancienne résidence royale de Versailles, condamnée par l’opinion publique comme symbole de la monarchie absolue, risquait d’être démolie. Louis-Philippe, en la transformant en un musée dédié « à toutes les gloires de la France », avec l’intention d’opérer l’union des partis par le sentiment national, sauva le château de la démolition ou d’une utilisation déshonorante. « Vous avez donné à ce livre magnifique qu’on appelle l’histoire de France, cette magnifique reliure qu’on appelle Versailles » lançait Victor Hugo au roi, lors de l’inauguration d’un grand pan du nouveau musée, le 10 juin 183740.

  • 41 Alexandre de Laborde, Versailles ancien et moderne, Paris, 1841, p. 445.
  • 42 Description par salles des tableaux du musée de Versailles, ou Guide du voyageur, Versailles / Pari (...)

24Un grand intérêt historique s’attache à la collection de gravures de Louis-Philippe. En effet, si la constitution des albums n’est pas directement liée à la création du nouveau musée, il faut la considérer comme un véritable galop d’essai, une pensée anticipée des galeries de Versailles, tout comme l’était sa collection de quatre mille médailles, de l’Antiquité à Napoléon. De nombreuses salles des nouvelles Galeries historiques du château de Versailles étaient consacrées exclusivement au portrait, selon un même itinéraire encyclopédique, c’est-à-dire sans lacunes et enchaînant inéluctablement les siècles. « Là se trouvent rassemblés les portraits de tous les personnages qui ont acquis dans leur vie quelque célébrité, n’importe leur pays ou leur profession. Cette foule illustre, rangée chronologiquement s’augmente tous les jours et formera par la suite la biographie vivante du monde entier »41 notait le comte Alexandre de Laborde en 1841. Dans le rez-de-chaussée du corps central étaient réunis, à l’emplacement des actuels appartements du Dauphin, de la Dauphine et de Mesdames, des portraits d’hommes de guerre illustres, et dans la salle de bain de Marie-Antoinette, une série de portraits des rois de France. Dans les attiques du Nord et du Midi était exposée la « collection universelle des personnages illustres de tous les pays et de tous les temps, […] de tout ce qui a brillé sur la terre, de tout ce qui a honoré l’humanité, de tout ce qui a fixé l’attention de l’histoire42 ». Au nord, dix salles présentaient près d’un millier de personnages, du xiie siècle jusqu’à la Révolution, tandis qu’à l’attique du midi, cinq grandes pièces contiguës renfermaient plus de sept cents portraits des personnages célèbres du xixe siècle. Tout un peuple de bustes et de statues complétait ces séries dans les galeries de pierre du rez-de-chaussée.

25Parallèlement, les gravures collées « à touche-touche » dans les albums – parfois jusqu’à dix sur un même folio et sans aucune distinction de format ni de qualité – rappelaient l’accrochage des portraits dans le musée d’Histoire de France, aussi serrés que possible et souvent sur quatre hauteurs (fig. 14).

Fig. 14 : Galerie de portraits dans la première salle de l’attique du Nord du château de Versailles, estampe, in Alexandre de Laborde, Versailles ancien et moderne, Paris, 1841, p. 445.

Fig. 14 : Galerie de portraits dans la première salle de l’attique du Nord du château de Versailles, estampe, in Alexandre de Laborde, Versailles ancien et moderne, Paris, 1841, p. 445.

© Tous droits réservés

  • 43 Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, cabinet des Arts graphiques, I (...)
  • 44 Ibid., INV.DESS. 1013 à 1033. Ces dessins, de même dimension que les gravures, font actuellement l’ (...)
  • 45 Ibid., INV.DESS. 1047 à 1057.

26Les chefs-d’œuvre de Le Brun et de Mignard y côtoyaient des copies fantaisistes du xixe siècle, comme ces rois à la barbe fleurie dignes des romans de Dumas, commandés par le roi pour combler les lacunes d’une iconographie qu’il voulait aussi complète que possible. De la même manière, dans les albums, une petite vignette découpée dans un ouvrage biographique pouvait figurer aux côtés d’un dessin original. En effet, avant qu’ils ne soient retirés en 1985, les albums contenaient soixante-quatorze dessins, dont une belle série de vingt-huit sanguines représentant des peintres italiens des xve et xvie siècles43, vingt-deux énigmatiques petites encres représentant en sens inverse les personnages de la Chronologie collée de Léonard Gaultier44 (fig. 15 et 16), ainsi qu’une série de crayons de belle qualité figurant des artistes à la manière de l’Iconographie de Van Dyck45 (fig. 17).

Fig. 15 et 16 : Jacques de Savoie, duc de Nemours (à gauche), plume et encre brune, 3,5 × 2,9 cm, et Anne de Joyeuse (à droite), plume et encre brune, 3,5 × 2,9 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, cabinet des Arts graphiques, INV.DESS 1024 et INV.DESS 1030.

Fig. 15 et 16 : Jacques de Savoie, duc de Nemours (à gauche), plume et encre brune, 3,5 × 2,9 cm, et Anne de Joyeuse (à droite), plume et encre brune, 3,5 × 2,9 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, cabinet des Arts graphiques, INV.DESS 1024 et INV.DESS 1030.

© Château de Versailles / Jean-Marc Manaï

Fig. 17 : Andreas Colyns De Nole, sculpteur flamand, dessiné « à la manière de l’Iconographie de Van Dyck », pierre noire et rehauts de blanc, 24 × 16,5 cm. Versailles, musée des châteaux de Versailles et de Trianon, cabinet des Arts graphiques, INV.DESS 1049.

Fig. 17 : Andreas Colyns De Nole, sculpteur flamand, dessiné « à la manière de l’Iconographie de Van Dyck », pierre noire et rehauts de blanc, 24 × 16,5 cm. Versailles, musée des châteaux de Versailles et de Trianon, cabinet des Arts graphiques, INV.DESS 1049.

© Château de Versailles / Jean-Marc Manaï

27Le souci de l’histoire, pour Louis-Philippe, primait sur celui de la qualité. Le roi n’était pas un amateur d’estampes recherchant les grands noms et les états rares, à l’image du Démocède de La Bruyère ou du duc Albert de Saxe-Teschen (1738-1822), qui fonda l’Albertina. Il rassemblait des portraits à la manière du collectionneur positiviste du xixe siècle, inquiet du manque dans sa collection et n’atteignant l’apaisement intellectuel que dans la certitude d’avoir réuni l’ensemble des indices historiques.

  • 46 En 1667, Michel de Marolles, abbé de Villeloin, vendit au roi sa collection de cent vingt mille est (...)
  • 47 À sa mort, Nicolas Clément légua à Louis XIV sa collection de portraits gravés qui s’élevait à dix- (...)

28De fait, l’estampe fut d’abord, et longtemps, collectionnée pour ses aspects iconographiques et documentaires. Ainsi en est-il des grandes collections françaises de portraits gravés, comme celles de l’abbé Michel de Marolles (1600-1681)46, de Nicolas Clément (1647-1712)47 chargé des estampes au sein de la Bibliothèque royale, ou de Roger de Gaignières (1642-1715). Ils achetaient toutes pièces sans égard à leur qualité, et les mutilaient pour les adapter à la taille de leurs portefeuilles, ne craignant pas de détacher des ouvrages du xvie siècle leurs frontispices gravés, présentant le plus souvent le portrait de leur auteur. Ce type de collectionneur était déjà vivement critiqué au xviiie siècle, si l’on en croit Dezallier d’Argenville :

  • 48 Dezallier d’Argenville, Lettre sur le choix et l’arrangement d’un cabinet curieux, lettre à M. de F (...)

Il faudrait en ces recueils éviter de faire ce que faisaient MM. De Garnières [lire Gaignières], Clément et Lottier, qui, plutôt en historiens qu’en vrai connaisseurs, mettaient parmi les plus belles estampes les morceaux les plus communs, jusqu’à des almanachs. On voyait dans leurs recueils de portraits, ceux de Larmessin et de Montcornet, mêlés avec les portraits de Nanteuil et d’Edelinck ; ils ne se donnaient même pas la peine de s’informer si la personne qu’avait gravée Larmessin ou Montcornet n’était pas gravée par une meilleure main ; il suffisait qu’ils l’eussent dans leurs recueils, sans s’embarrasser du choix. C’est ce que je leur ai souvent reproché48.

  • 49 Le fonds N 2 est constitué de deux mille soixante-huit volumes de 100 à 150 pages, qui furent monté (...)

29La collection de Louis-Philippe, l’une des rares encore conservées en albums, est d’une ambition comparable à ces grandes collections aujourd’hui démembrées, à l’origine de la série no 2 du département des Estampes et de la photographie de la Bibliothèque nationale de France, qui compte parmi les plus importantes collections de portraits gravés du monde49.

30Le Centre de recherche du château de Versailles, avec le soutien de la mission de la Recherche et de la Technologie, a mené à bien un important programme de numérisation de la collection : ces gravures sont aujourd’hui mises en ligne sur la banque d’images du Centre de recherche50. Conjointement, la conservation du château de Versailles a conduit une campagne d’inventaire de la collection, prenant la suite de l’important travail réalisé par Simone Hoog sur les albums des Bourbon en 198551, et a engagé un travail approfondi de recherches qui portera sur les dix-sept mille œuvres.

31Rendre à cet ensemble, encore mal connu, sa juste place au sein des collections de Versailles, telle est l’ambition de la présente étude. Cette invitation à la découverte d’une collection, dans laquelle se reflète si précisément le musée de Louis-Philippe, prend une résonance particulière à l’heure où se pose la question de la renaissance du musée de l’Histoire de France à Versailles.

Haut de page

Document annexe

  • Inventaire des albums Louis-Philippe indiquant le nombre de gravures et la cote de chacun.

    Conception graphique de l’article (version papier originale) : Pascale Ogée Maillot
Haut de page

Notes

1 La vente était prévue le mercredi 12 mai 1948 à la galerie Léopold (cat. no 167). « L’ensemble, qui aurait pu atteindre un prix très élevé, a été fixé pour Versailles, par le comte de Paris, à une somme forfaitaire de 1 200 000 francs ; le prix a paru très raisonnable aux experts parisiens consultés par M. Mauricheau-Beaupré », Paris, Archives des musées nationaux, série V6, Procès verbal du comité scientifique des conservateurs, séance du 23 décembre.

2 Paolo Giovio, érudit et collectionneur italien, rassembla dans sa villa de Borgovico, près de Côme, une vaste collection de portraits d’hommes célèbres, composée en grande partie de copies mais contenant quelques originaux de valeur. La collection, dispersée dès le début du xviie siècle, devint rapidement un modèle pour des collections analogues, comme celle des Offices à Florence.

3 La Galerie des illustres du château de Beauregard, dans la vallée de la Loire, fut constituée par Paul Ardier à partir de 1617. Dans cette galerie, trois cent vingt-sept portraits de personnages illustres, rassemblés par règnes, couvrent trois siècles d’histoire de l’Europe, de Philippe VI de Valois à Louis XIII. Les portraits sont pour la plupart des copies d’originaux. Louis-Philippe fit reproduire un certain nombre des portraits de Beauregard pour aménager les galeries du musée de l’Histoire de France à Versailles.

4 René Simier fonda l’atelier du 152 rue Saint-Honoré, sans doute vers 1800. Il reçut le titre de relieur de l’impératrice Marie-Louise, puis, à la Restauration, celui de « Relieur du roi et de la Cour ». Son fils Alphonse (1796-1859), prenant en 1823 la tête de l’atelier, perpétua le renom de la maison jusqu’en 1848. Almanach-bottin du commerce de Paris, Paris, 1848, p. 823.

5 Voir annexe. Les albums rouges portent en pied la marque Chaulin, papetier du roi et de S.A.R. Mgr le duc d’Orléans. Noël-Pierre Chaulin avait son atelier au 218 rue Saint Honoré. Il était surtout l’inventeur d’un nouvel encrier à niveau constant « conservant l’encre toujours pure et limpide », appelé encrier syphoïde. Almanach-Bottin…, cit. n. 4, p. 762.

6 Camille Bachasson, comte de Montalivet, Le Roi Louis-Philippe – Liste Civile, Paris, 1850, rééd. 1851, p. 211.

7 Jean Vatout, Souvenirs historiques des résidences royales de France – le Palais Royal, Paris, 1838, p. 337.

8 La bibliothèque donnait sur la place du Palais-Royal et sur la partie en retour du côté de la galerie de Nemours, Paris, Archives nationales (AN), AP 300 (I) 1113-99 & AP 300 (I) 175.

9 Les derniers volumes portent un titre mais sont restés vides. Lors de l’acquisition, les albums étaient accompagnés de plusieurs cartons renfermant près de six cents gravures volantes, encore non identifiées, retirées ou en attente d’être insérées dans les volumes.

10 Montalivet, cit. n. 6, p. 211 et p. 375-376. Voir aussi Louis Désiré Véron, Mémoires d’un bourgeois de Paris, Paris, 1857, IV, p. 412, Paul Dupont, Histoire de l’Imprimerie, Paris, 1854, p. 344-347, et Victor Champier et G. Roger Sandoz, Le Palais-Royal d’après des documents inédits (1629-1900), Paris, 1900, 2, p. 84-85.

11 Voir annexe.

12 AN, AP 300 (I) 1111 C (1-49) & 1112 B (50-107). Ces documents nous renseignent sur les gravures qui étaient conservées à l’intérieur.

13 AN, AP 300 (I) 1113-101.

14 Pour la somme de 14 000 francs, AN, O429 (1832).

15 Achats de gravures, 1827-1833 : AN, AP 300 (I) 1113 & O4 1328,

1374, 1428, 1429, 1476.

16 Entre 1827 et 1833 : AN, AP 300 (I) 1113-114, AP 300 (I) 1113-179, O4 1429, O4 1476.

17 AN, AP 300 (I) 1111 A.

18 AN, O4 1903 (1840), Mandat no 6886 & AN, AP 300 (I) 1111 A.

19 Enregistrement des souscriptions pour la bibliothèque du Palais-Royal, registres Chaulin, AN AP 300 (I) 1077. Voir aussi AN, AP 300 (I) 1063-1065-1067-1068-1069–1075-1079-1085.

20 Ibid.

21 Journal de Vatout, AN, AP 300 (III) 73.

22 Mandats de paiement : AN, O4 1903 (1840) & AN, O4 2185 (1844).

23 Liste de trente-neuf volumes : AN, AP 300 (I) 1111 A. Tables et brouillons des trente-neuf volumes : AN, AP 300 (I) 1112 A.

24 Par exemple, une inscription en lettres d’or au dos d’un des albums mentionne Grégoire XIII, présent dans la première série des trente-neuf volumes au no 4 bis ; une autre inscription sur une page de titre mentionne « 37, Louis XVIII », effectivement présent au no 37 de la liste des trente-neuf volumes.

25 AN, O4 1902 (1840) et O4 1961 (1841).

26 Alexandre Dumas, Mes mémoires, Paris, 1852-56, chap. CXXV.

27 Ibid. Voir aussi Benjamin Appert, Dix ans à la cour du roi Louis-Philippe, Paris, 1846, p. 270.

28 « Rapport sur l’organisation de la bibliothèque de Monseigneur », daté du 3 août 1824, AN, AP 300 (I) 1113-99.

29 Vatout, cit. n. 21, 1831, p. 2.

30 Ibid, 1er janvier au 10 juillet 1826, p. 3.

31 Ibid, 1831, p. 13.

32 AN, AP 300 (I) 175.

33 Dupont, cit. n. 10, p. 347.

34 Montalivet, cit. n. 6, p. 211.

35 Dupont, cit. n. 10, p. 346.

36 AN, AP 300 (I) 1113-99.

37 Vatout, cit. n. 21, 1er janvier au 10 juillet 1826, p. 3.

38 Inscription en marge du brouillon de l’album consacré à Philippe IV.

39 Valérie Bajou, « Frédéric Nepveu et le rez-de-chaussée de l’aile du Midi », Gazette des beaux-arts, 1999, 1, p. 239-270.

40 Victor Hugo, Feuilles paginées III, dans Œuvres complètes, Paris, 1967-70, V, p. 1015-1016.

41 Alexandre de Laborde, Versailles ancien et moderne, Paris, 1841, p. 445.

42 Description par salles des tableaux du musée de Versailles, ou Guide du voyageur, Versailles / Paris, 1837, p. 85 et 391.

43 Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, cabinet des Arts graphiques, INV.DESS. 985 à 1012.

44 Ibid., INV.DESS. 1013 à 1033. Ces dessins, de même dimension que les gravures, font actuellement l’objet d’une étude.

45 Ibid., INV.DESS. 1047 à 1057.

46 En 1667, Michel de Marolles, abbé de Villeloin, vendit au roi sa collection de cent vingt mille estampes, parmi lesquelles se trouvaient dix-sept mille portraits.

47 À sa mort, Nicolas Clément légua à Louis XIV sa collection de portraits gravés qui s’élevait à dix-huit mille pièces.

48 Dezallier d’Argenville, Lettre sur le choix et l’arrangement d’un cabinet curieux, lettre à M. de Fougeroux, Mercure de France, juin 1727, p. 1295.

49 Le fonds N 2 est constitué de deux mille soixante-huit volumes de 100 à 150 pages, qui furent montés et rangés alphabétiquement au xixe siècle, à partir de l’acquisition, en 1854, de la collection de soixante-cinq mille portraits du grand libraire Guillaume Debure (1734-1820). L’ensemble comprend quelque trente mille images, du xve au xxe siècle, concernant environ quinze mille personnages de tous domaines géographiques, de l’Antiquité au xxe siècle.

50 Adresse : http://www.banqueimages.crcv.fr.

51 Simone Hoog, Iconographie des Bourbon de Henri IV à Louis XVI d’après la collection de gravures de Louis-Philippe, Paris, 1985.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Recueils de portraits gravés du roi Louis-Philippe (avec détail du volume 17, Philippe III), volumes in-plano, demi-reliure à coins de maroquin bleu à gros grain du Levant, 70 × 54,5 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, cabinet des Arts graphiques, LP 1-115.
Crédits © Château de Versailles / Jean-Marc Manaï
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11331/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Fig. 2 : Portraits de Gérardus Mercator et Jocodus Hondius, burin, 40,3 × 46,5 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, cabinet des Arts graphiques, INV.GRAV.LP 13.67.1.
Crédits © Château de Versailles / Jean-Marc Manaï
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11331/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 3 : Série de ministres protestants, manière noire, 67 × 49 cm (le folio). Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, cabinet des Arts graphiques, INV.GRAV.LP 13.51.
Crédits © Château de Versailles / Jean-Marc Manaï
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11331/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Fig. 4 : Aegidius II Sadeler, d’après un dessin d’Albrecht Dürer, Tête d’apôtre avec une barbe et un bonnet, 1597, burin, 38,8 × 24,5 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, cabinet des Arts graphiques, INV.GRAV.LP 8.119.1.
Crédits © Château de Versailles
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11331/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Fig. 5 : Léonard Thurneysser, chimiste et médecin de l’électeur de Brandebourg, 1572, gravure sur bois, 25,7 × 16,3 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, cabinet des Arts graphiques, INV.GRAV.LP 13.65.1.
Crédits © Château de Versailles
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11331/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 728k
Titre Fig. 6 : Jean-Louis Roullet (1645-1699), d’après François Girardon, Édouard Colbert de Villarcerf, 1698, burin, 62 × 0,46 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, cabinet des Arts graphiques, INV.GRAV.LP 44.37.1.
Crédits © Château de Versailles
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11331/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre Fig. 7 : Hendrick Goltzius (1558-1616), Théodorus Cornhertius, burin et eau-forte, 52,6 × 40,9 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, cabinet des Arts graphiques, INV.GRAV.LP 13.102.1.
Crédits © Château de Versailles
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11331/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre Fig. 8 : Gabriel Bodenehr fils (1705-1779), Johann Daniel von Menzel (à gauche), manière noire, état antérieur sans la Mort, 41,9 × 28,4 cm, et Johann Daniel von Menzel (à droite), manière noire, 41,9 × 28,4 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, cabinet des Arts graphiques, INV.GRAV.LP 59.39.1 et INV.GRAV.LP 59.40.1.
Crédits © Château de Versailles
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11331/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Titre Fig. 10 : François-Xavier Winterhalter (1806-1873), Jean Vatout, dessiné au château d’Eu le 31 août 1845, 1845, dessin, 22,6 × 15,3 cm. Eu, musée Louis-Philippe-château d’Eu, Inv. 2005.3.
Crédits © Château d’Eu / Jean-Louis Coquerel
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11331/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Titre Fig. 11 : Brouillons et documents de travail des volumes 1 et 2. Paris, Archives nationales, Inv. AN, AP (300) I 111C.
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11331/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Crédits © Archives nationales / Hélène Delalex
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11331/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Fig. 12 : Léonard Gaultier (1561-1641), Pourtraictz de plusieurs Hommes illustres qui ont // flory en France depuis lan 1500 iusques a present, deux planches de 144 portraits connues sous le nom de Chronologie collée, vers 1600, burin, 36,5 cm × 24,3 cm (dim. d’une planche), 4,4 × 2,7 cm (dim. d’un portrait, avec inscription). Paris, Bibliothèque nationale de France, Réserve ED-12 (E-f°).
Crédits © Bibliothèque nationale de France / Hélène Delalex
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11331/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
Titre Fig. 13 : Jean Vatout (1791-1848), Liste des souverains français, ro-vo. Paris, Archives nationales, Inv. AN, AP 300 (III) 76-449.
Crédits © Archives nationales / Hélène Delalex
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11331/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 4,1M
Titre Fig. 14 : Galerie de portraits dans la première salle de l’attique du Nord du château de Versailles, estampe, in Alexandre de Laborde, Versailles ancien et moderne, Paris, 1841, p. 445.
Crédits © Tous droits réservés
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11331/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Titre Fig. 15 et 16 : Jacques de Savoie, duc de Nemours (à gauche), plume et encre brune, 3,5 × 2,9 cm, et Anne de Joyeuse (à droite), plume et encre brune, 3,5 × 2,9 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, cabinet des Arts graphiques, INV.DESS 1024 et INV.DESS 1030.
Crédits © Château de Versailles / Jean-Marc Manaï
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11331/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 816k
Titre Fig. 17 : Andreas Colyns De Nole, sculpteur flamand, dessiné « à la manière de l’Iconographie de Van Dyck », pierre noire et rehauts de blanc, 24 × 16,5 cm. Versailles, musée des châteaux de Versailles et de Trianon, cabinet des Arts graphiques, INV.DESS 1049.
Crédits © Château de Versailles / Jean-Marc Manaï
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11331/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 458k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Delalex, « La collection de portraits gravés du roi Louis-Philippe au château de Versailles », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne], Articles et études, mis en ligne le 13 juillet 2011, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://crcv.revues.org/11331 ; DOI : 10.4000/crcv.11331

Haut de page

Auteur

Hélène Delalex

Historienne de l’art et spécialiste du xviie siècle, est attachée de conservation du patrimoine au musée national des châteaux de Versailles et de Trianon depuis 2005. Elle a collaboré à de nombreuses expositions dont celle sur Louis XIV : l’homme et le roi au château de Versailles (2009-2010), et a été commissaire adjoint des expositions Sciences et curiosités à la cour de Versailles (2010-2011) et Roulez Carrosses ! au musée des beaux-arts d’Arras (2011-2012). Elle a publié divers articles sur les collections du château, et prépare actuellement la rédaction de plusieurs ouvrages, dont un sur Louis XIV (à paraître en novembre 2011). Elle enseigne depuis 2008 l’histoire de l’art et du patrimoine pour la préparation aux concours du Patrimoine. Contact : helene.delalex@chateauversailles.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Hélène Delalex / 2011 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org