Navigation – Plan du site
2011

L’étonnante destinée d’un édifice provisoire : la chapelle royale de Versailles entre 1682 et 1710

The remarkable destiny of a temporary building: the royal chapel of Versailles between 1682 and 1710
Alexandre Maral

Résumés

Aménagée dans l’espace libre laissé entre le château et la grotte de Téthys, la chapelle royale de 1682 fut d’emblée conçue comme provisoire : elle préparait le grand édifice définitif, digne du Versailles devenu résidence de la cour et du gouvernement, qui fut mis en chantier à partir de 1684. Néanmoins, du fait de l’évolution des projets, des difficultés financières et de l’ampleur de la réalisation définitive, la chapelle de 1682 devait être utilisée jusqu’en 1710. Pour la première fois dans l’histoire des chapelles royales de Versailles, l’édifice se signalait à l’extérieur par une grande croix, placée au sommet de sa toiture. Toutefois, il fut assez tôt intégré dans la masse des bâtiments de l’aile du Nord. À l’intérieur, l’étage royal présentait une ordonnance de curieux piliers angéliques supportant une architrave, tandis que l’édifice accueillait de remarquables éléments de décor et de mobilier : le maître-autel et son retable, la chaire à prêcher, les autels secondaires, l’orgue, etc. C’est également pour cette chapelle que furent livrés de somptueux ensembles d’ornements liturgiques, d’orfèvrerie sacrée et de manuscrits enluminés. Après 1710, l’emplacement de la chapelle fut occupé, au premier étage, par le futur salon d’Hercule, tandis que plusieurs éléments de son mobilier étaient réutilisés, à Marly notamment.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article a été publié pour la première fois en 2001 dans la revue électronique In situ, revue des patrimoines [en ligne], 2001, n1. URL : http://www.insitu.culture.fr/article.xsp?numero=1&id_article=am001-833. La présente version mise en ligne le 11 juillet 2011 constitue une mise à jour complète, élaborée à partir de juin 2010 à l’occasion du tricentenaire de l’achèvement de la chapelle définitive du château de Versailles.
Une nouvelle mise à jour a été effectuée le 13 octobre 2014.

Texte intégral

1N’en déplaise aux amateurs de Versailles avant tout sensibles à l’harmonie et à la grandeur d’un palais qui leur semble issu d’un bloc de la royale pensée d’un génie architecte et ordonnateur de sa propre gloire, Louis XIV n’a connu que les cinq dernières années de son règne, les plus terribles sur le plan politique et diplomatique, mais aussi dans le domaine de la vie de cour, la grande chapelle royale qui proclame de haut la grandeur et la gloire de Dieu. Non, ce n’est pas dans ce sanctuaire si bien conçu que se sont déroulées les plus grandes cérémonies religieuses du règne, mariages ou baptêmes, ce n’est pas sous ses voûtes peintes que se sont fait entendre les prédicateurs les plus renommés d’alors ni les plus grands musiciens, compositeurs de motets ou organistes. Un Bourdaloue, un Massillon, un Nivers, un Lully ont excellé dans un autre édifice, bien méconnu, dont le paradoxe est qu’il fut conçu comme provisoire, mais qu’il servit effectivement pendant plus de vingt-huit années. Représentée par la peinture ou la gravure, objet de quelques descriptions, la chapelle de 1682 réserve encore bien des mystères à celui qui veut en reconstituer l’histoire et, témoignages matériels des grandes heures de Versailles, la construction et l’aménagement intérieur.

Un sort inattendu

  • 1 Sur les quatre premières chapelles du palais, voir Alexandre Maral, « Les premières chapelles du ch (...)

2Placée sous le vocable de saint Louis, la chapelle royale du château de Versailles qui fut inaugurée en 1682, la quatrième depuis le début du règne personnel de Louis XIV, prenait la suite d’un édifice conçu comme définitif mais vite détruit pour des raisons de commodité liées à l’installation de la cour à Versailles et à un important agrandissement du palais1. De tous les sanctuaires anonymes, comme privés de vocable, qui se sont succédé au sein du château, c’est le seul dont la titulature, royale, est attestée. Le récit de la consécration, suffisamment précis, est fourni par la Gazette de France de 1682 :

  • 2 François Harlay de Champvallon, archevêque de Paris de 1671 à 1695.
  • 3 Gazette de France, 1682, « De Paris, le 2 may », p. 261-262.

Le 30 [avril], nostre archevesque2 fit la bénédiction de la chapelle de Versailles, dédiée sous le titre de saint Louis. Ensuite il célébra la messe, à la fin de laquelle il donna la bénédiction du Saint-Sacrement. Leurs Majestez assistèrent à la cérémonie, accompagnées d’un grand nombre de seigneurs et de dames3.

  • 4 Ibid., « De Versailles, le 22 may », p. 295-296.
  • 5 Ibid., « De Versailles, le 29 may », p. 310.

3Cette chapelle, dont l’affectation au culte coïncidait avec l’arrivée de la cour et du gouvernement à Versailles pour une installation définitive, connut d’emblée une activité incessante : vêpres, messe et sermon pour la fête de Pentecôte les 16-17 mai4, vêpres et salut pour la Fête-Dieu le 29 mai5, etc., sans compter toutes les messes et offices quotidiens non répertoriés.

  • 6 Jean-Aymar Piganiol de La Force, Nouvelle Description des chasteaux et parcs de Versailles et de Ma (...)
  • 7 Jean-François Félibien, dit Félibien des Avaux, Description sommaire de Versailles ancienne et nouv (...)
  • 8 Ibid., p. 106.

4À l’exception de la Description sommaire du chasteau de Versailles de Félibien, dont l’édition de 1689 (intégrée dans son Recueil de descriptions de peintures et d’autres ouvrages faits pour le roy) n’est que la reprise sans changement de celle de 1674, et l’Explication historique de ce qu’il y a de plus remarquable dans la maison royale de Versailles et en celle de Monsieur à Saint-Cloud de Morellet, parue il est vrai un an avant la consécration, les guides officiels du château prennent tout de même en compte l’existence de cette chapelle, qu’à la différence des précédentes ils citent au détour d’une de leurs évocations des appartements du palais, même s’ils ne livrent malheureusement pas de description de l’intérieur. Ainsi, dans la Nouvelle description des chasteaux et parcs de Versailles et de Marly de Piganiol de La Force, parue en 1701, l’auteur mentionne, à côté du salon de l’Abondance, l’« ancienne chapelle », ancienne par rapport à celle qui fut commencée en 1687 et dont il fait état tout aussi brièvement6. Dans sa Description sommaire de Versailles ancienne et nouvelle, ouvrage datant de 1703 et intégrant la description faite par son père André Félibien trente années auparavant, Félibien des Avaux situe l’entrée de l’appartement des Bains « vis-à-vis d’une des portes de la chapelle, sous un grand passage qui donne entrée dans les jardins7. » De même, après avoir décrit le Grand Degré, il mentionne le vestibule du cabinet des médailles, qui « donne aussi entrée aux tribunes de la chapelle, par lesquelles, à travers un passage où doit être le vestibule des tribunes de la nouvelle chapelle que l’on bâtit, on peut aller voir les appartemens contenus dans l’aile neuve8 ».

  • 9 L’emplacement choisi pour la chapelle provisoire était auparavant destiné à remplir une fonction de (...)

5Annoncée par les guides officiels eux-mêmes, la précarité de cette chapelle frappe d’entrée de jeu. La chapelle de 1672, même après un remaniement d’envergure en 1675, fut subitement abandonnée pour une construction improvisée en un endroit du château où l’on ne prévoyait, du fait de l’existence de la grotte de Téthys, aucune construction de l’ampleur de celle entreprise au midi9. Le Mercure galant de mai 1682 fait état de la précipitation du transfert en même temps que du caractère provisoire de la construction entreprise :

  • 10 Mercure galant, mai 1682, p. 2-3.

Le dessein de ce monarque a toujours esté que la chapelle de Versailles fust le lieu le plus magnifique de ce somptueux et brillant palais. Et comme un ouvrage d’une parfaite beauté ne peut s’achever en peu d’années et qu’il a toujours fait voir que rien ne luy couste lorsqu’il s’agit de faire éclater sa piété, il a bien voulu en faire construire une autre qui passera toujours pour très belle et qui cependant ne sera que la nef de celle à laquelle il a ordonné qu’on travaillast10.

  • 11 Ibid., novembre 1686, p. 321.

6En novembre 1686, à propos du voyage des ambassadeurs de Siam en France, le Mercure galant tient un discours légèrement différent, où il apparaît que la chapelle de 1682 était condamnée à disparaître : « […] Lorsqu’ils eurent commencé à examiner la chapelle, on leur dit qu’elle ne servoit à Sa Majesté qu’en attendant qu’on eust achevé d’en bastir une plus belle à laquelle elle faisoit travailler11 ».

  • 12 Marie-Jeanne d’Aumale, Souvenirs sur Madame de Maintenon publiés par le comte d’Haussonville et G.  (...)

7On pourrait s’interroger à juste titre sur la contradiction apparente entre ce qui semblait évident quatre ans à peine après l’inauguration de la chapelle et une durée de vingt-huit ans de bons et loyaux offices. Il semble que le manque d’argent dû aux guerres ait été la principale cause du prolongement inattendu de cette situation, mais il ne faudrait pas négliger l’influence de Madame de Maintenon, qui, d’après les Souvenirs de Mademoiselle d’Aumale, « a fait tout ce qu’elle a pu pour empêcher le roi de faire tant de dépenses pour la chapelle de Versailles », qu’elle considérait « d’autant plus inutile qu’elle étoit persuadée que ce lieu ne seroit pas toujours la résidence de nos rois12 ».

Du dessin d’architecte à la réalité

8Énigmatique, au destin inattendu, peu connue en dépit de sa durée de vie, cette chapelle a pourtant fait l’objet de nombreuses représentations. Les sources essentielles émanent de l’agence d’architecture des Bâtiments du roi et sont donc principalement conservées aux Archives nationales et à la Bibliothèque nationale de France.

  • 13 Sur les étapes de la construction de l’aile du Nord, voir Alfred Marie et Jeanne Marie, Versailles  (...)

9Blottie contre le corps central du château, située au départ de l’aile du Nord, qui fut bâtie à partir de 1684, la chapelle de 1682 figure sur de nombreux plans du palais antérieurs à 171013.

Fig. 1 : Plan du rez-de-chaussée du château, vers 1700, détail. Paris, Bibliothèque nationale de France, Estampes et photographie, Va 448b, gr. Fol.

Fig. 1 : Plan du rez-de-chaussée du château, vers 1700, détail. Paris, Bibliothèque nationale de France, Estampes et photographie, Va 448b, gr. Fol.

© Bibliothèque nationale de France

  • 14 Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie (désormais (...)
  • 15 Si le plan du premier étage appartenant à la série Va 78e, fol., t. I (microfilm B 8918) indique un (...)

10Deux plans, l’un du rez-de-chaussée (fig. 1) et l’autre du premier étage du corps central, permettent de situer plus précisément la chapelle de 168214 : adossée à l’aile du Gouvernement, dont elle venait aveugler une partie de la façade nord, son accès se fait au rez-de-chaussée à partir du passage menant de l’avant-cour au parterre du Nord ou bien à partir de l’avant-cour directement. On pénètre dans un vestibule oblong d’une longueur de cinq toises et demie sur une largeur d’une toise et demie environ (qui, parce que l’aile du Gouvernement est relativement de peu d’épaisseur, se situe dans le prolongement de la façade de l’enveloppe de Le Vau), dont l’extrémité ouest se termine en exèdre, ouvert sur la chapelle proprement dite par un large passage d’au moins trois toises dans lequel est installée une grille. La nef ouvre sur le parterre du Nord par deux baies ménagées dans le mur ouest, tandis qu’à la troisième, bouchée par la présence de stalles, correspond le sanctuaire, surélevé d’une marche, qui mesure deux toises sur quatre : l’autel y est placé au centre, au sommet d’un triple emmarchement et encadré de deux colonnes ; côté est, en partant de l’espace prolongeant le vestibule et ouvert sur la cour de la chapelle, se trouvent deux petites chapelles latérales et une petite pièce de dimensions semblables, séparée du sanctuaire par des stalles, ouvrant aussi sur la cour de la chapelle, ainsi que sur l’aile du Nord, mais traversée par une cloison oblique. Ces quatre espaces sont individualisés par leur voûtement d’arêtes. Au premier étage, ouvrant sur l’actuel salon de l’Abondance à l’ouest et sur une petite pièce mitoyenne de celui-ci au sud, la tribune de cette chapelle palatine dessine un L dont la barre verticale, qui compte une toise et demie de large, est dans l’exact prolongement de l’enfilade du Grand Appartement de l’enveloppe de Le Vau. Face à l’entrée, une fenêtre donne sur la cour. Cette chapelle est éclairée par sept fenêtres, trois donnant sur le parterre du Nord à l’ouest, les quatre autres sur la cour de la chapelle à l’est. On ne sait si la dernière de ces quatre fenêtres est aveugle, du fait de la présence d’un autel15. Les trumeaux entre les fenêtres n’ont pas tous la même largeur, ce qui se retrouve d’ailleurs dans l’actuel salon d’Hercule. Face à la barre horizontale du L correspondant à la tribune est, qui mesure deux toises de large, un simple passage, beaucoup moins large et ne donnant pas accès à l’aile du Nord, est gardé par une balustrade de même configuration que celle de la tribune. Une des deux logettes en encorbellement situées au sud, aux deux extrémités de la tribune royale, sert de passage.

Fig. 2 : « Plan du premier estage du chasteau de Versailles », vers 1695. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, Va 78e, fol., t. I.

Fig. 2 : « Plan du premier estage du chasteau de Versailles », vers 1695. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, Va 78e, fol., t. I.

© Bibliothèque nationale de France

  • 16 BNF, Est., Va 448b, gr. fol. (microfilms H 188302 et H 188300) ; ils sont antérieurs à 1699, date d (...)
  • 17 AN, V.A. LXIII, no 8, vers 1688.

11Deux plans faisant aussi partie d’un même ensemble16 montrant le rez-de-chaussée et le premier étage (fig. 2) d’un château où coexistent projets et réalité, parmi lesquelles la chapelle de 1682, ainsi qu’un plan du rez-de-chaussée seul17, indiquent dans l’ensemble les mêmes dispositions, avec cependant quelques précisions. Ainsi, nombre de cloisons n’apparaissent plus à l’intérieur de l’aile du Gouvernement, permettant un accès direct à la chapelle par une pièce ouvrant sur la cour royale au rez-de-chaussée et, au premier étage, par un escalier longeant le cabinet des Médailles. Aux deux niveaux, une large porte s’ouvre sur le futur vestibule de la chapelle dite de 1710. Les piliers est du rez-de-chaussée semblent beaucoup plus épais que sur le premier plan, mais peut-être ne s’agit-il que de l’encadrement des autels des chapelles latérales. Dernière précision que le plan de la Bibliothèque nationale de France permet d’apporter, le sanctuaire est doté de deux rangées de stalles.

Fig. 3 : Plan du rez-de-chaussée de la chapelle de 1710, avec retombe montrant le sanctuaire et la sacristie de la chapelle de 1682, vers 1710. Paris, Archives nationales, O1 17831, no 20.

Fig. 3 : Plan du rez-de-chaussée de la chapelle de 1710, avec retombe montrant le sanctuaire et la sacristie de la chapelle de 1682, vers 1710. Paris, Archives nationales, O1 17831, no 20.

© A. Maral

  • 18 AN, O1 17831, no 19 (plan annoté au verso : « Plan des fondations de la chapelle. À rendre au sieur (...)
  • 19 Cette pièce est peut-être le « petit appentis pour les Pères de la Mission » dont le marquis d’Ormo (...)

12À l’échelle de la seule chapelle, les principales indications sont fournies par deux plans (fig. 3) dressés pour l’aménagement du vestibule de la chapelle dite de 171018. Ils sont pourvus chacun d’une retombe montrant la partie nord de la chapelle, destinée à disparaître. Y figurent notamment un autel adossé au mur est du bas-côté et, dans un sanctuaire de plan rectangulaire, fermé sur les petits côtés par une rangée de stalles précédées d’un banc et d’un double emmarchement sur le côté, le maître-autel contre le mur nord, encadré de deux doubles colonnes et surhaussé de quatre marches. À l’est du sanctuaire, la sacristie (mesurant deux toises sur deux toises et demie) occupe un espace correspondant à l’intersection de la travée du sanctuaire et de celle du bas-côté sous la tribune. Dans le renfoncement nord de cette petite pièce, face aux angles arrondis de la paroi sud, le premier plan montre un chapier. Tandis que les plans cités plus haut (fig. 1) faisaient état, pour cette même pièce, d’une cloison interne et d’une porte donnant accès à l’aile du Nord, ces dernières ont désormais disparu, le problème ayant été résolu par la construction d’une petite pièce, d’une toise et demie sur deux et demie, prise sur la cour de la chapelle, dans laquelle sont dessinés un lit de repos et un placard. L’accès à cette pièce est indiqué par un étroit passage encadré de deux placards. Cette pièce était du reste menacée, sinon de disparaître, du moins de perdre les quelques marches et le perron ouvrant sur la partie de l’aile qu’allait remplacer la chapelle dite de 171019.

  • 20 Paris, bibliothèque Mazarine, ms 2743, fo 23 (plan reproduit par A. Marie et J. Marie, Mansart à Ve (...)

13D’une précision digne d’un architecte, le plan pour le mariage du duc de Chartres, le futur Régent, en 1692, soigneusement dessiné dans un des registres des relations des cérémonies de la cour de France par Desgranges, présente l’état du sanctuaire lui-même20. L’autel est placé au sommet de cinq marches et s’appuie sur un mur encadré de deux pilastres précédés de colonnes. Ces dernières servent à leur tour à encadrer, avec une autre colonne qui leur est symétrique et qui s’apppuie aussi sur un pilastre, une niche cylindrique, destinée sans doute à recevoir quelque statue.

14Conservé aux Archives nationales, un ensemble de coupes et élévations donnent d’utiles compléments d’information sur la disposition interne de la chapelle et font état d’un changement de parti lors de sa construction.

Fig. 4 : « Fassade de grotte de Versailles sur le jardin » et « Fassade du bastiment de la chapelle que l’on doit faire pour le roy à Versailles, ce 22e juin 1681 ». Paris, Archives nationales, O1 1768A2, no 51.

Fig. 4 : « Fassade de grotte de Versailles sur le jardin » et « Fassade du bastiment de la chapelle que l’on doit faire pour le roy à Versailles, ce 22e juin 1681 ». Paris, Archives nationales, O1 1768A2, no 51.

© Archives nationales

  • 21 AN, O1 1768A2, no 51 (élévation reproduite dans A. Marie et J. Marie, Mansart à Versailles, vol. 2, (...)

15Première en date, l’élévation extérieure (fig. 4) de la façade de la grotte de Téthys et d’un projet de chapelle jouxtant la grotte indique un premier étage assez bas, qui ne dépasse pas la hauteur de la grotte, et un comble atteignant à peine l’entablement de l’étage noble de l’enveloppe de Le Vau, à une hauteur totale de sept toises environ21. L’effet d’écrasement de l’ensemble est renforcé par le fait que la corniche couronnant les trois arcades du rez-de-chaussée y règne avec celle du même étage du château. Ce projet est annoté : « Fassade du bastiment de la chapelle que l’on doit faire pour le roy, à Versailles, ce 22e juin 1681 ».

  • 22 Cette retombe est aussi reproduite dans A. Marie et J. Marie, Mansart à Versailles, vol. 2, p. 507.
  • 23 Entrepreneur.

16Une retombe (fig. 5) propose un premier étage plus élevé, qui dépasse nettement la hauteur de la grotte et permet à la toiture d’atteindre le milieu de l’attique du palais, à une hauteur totale de presque huit toises22. C’est ce projet de surélévation, où la corniche située au-dessus des trois fenêtres à arc segmentaire règne avec la moulure des sommiers des arcades du château, qui semble avoir été retenu, à en juger par l’annotation qui figure au verso de la retombe : « Paraphé par Mgr Colbert et Jacques Mézière23, en conséquence du marché passé devant Lamy, notaire, ce jourd’huy … juillet MVIc quatre-vingtz-un ».

Fig. 5 : « Fassade de grotte de Versailles sur le jardin » et « Fassade du bastiment de la chapelle que l’on doit faire pour le roy à Versailles, ce 22e juin 1681 », avec retombe montrant un premier étage plus élevé. Paris, Archives nationales, O1 1768A2, no 51.

Fig. 5 : « Fassade de grotte de Versailles sur le jardin » et « Fassade du bastiment de la chapelle que l’on doit faire pour le roy à Versailles, ce 22e juin 1681 », avec retombe montrant un premier étage plus élevé. Paris, Archives nationales, O1 1768A2, no 51.

© Archives nationales

  • 24 AN, O1 17831, no 5 et no 6 (coupes reproduites dans Fiske Kimball, « The Chapels of the Château of (...)

17Correspondant à ce double projet, deux coupes (fig. 6 et 7) de l’intérieur de la chapelle montrent deux résultats différents en fonction de la hauteur du premier étage24. La seconde est annotée et signée au verso : « Paraphé par Monseigneur Colbert et Jacques Mazière en conséquance du marché passé devant Lamy, notaire, ce jourd’huy 26e juillet MVIc quatre-vingtz-un. Colbert. J. Mazière ».

Fig. 6 : « Profile du dedans de la chapelle que l’on doit bastir pour le roy à Verssailles, faict ce 22e juin 1681 ». Paris, Archives nationales, O1 17831, no 5.

Fig. 6 : « Profile du dedans de la chapelle que l’on doit bastir pour le roy à Verssailles, faict ce 22e juin 1681 ». Paris, Archives nationales, O1 17831, no 5.

© A. Maral

Fig. 7 : Coupe d’un projet pour la chapelle de 1682, 1681. Paris, Archives nationales, O1 17831, no 6.

Fig. 7 : Coupe d’un projet pour la chapelle de 1682, 1681. Paris, Archives nationales, O1 17831, no 6.

© Archives nationales

  • 25 Ce détail se remarque aussi sur les plans du premier étage du château, où seule la pièce jouxtant l (...)
  • 26 Ce projet relatif au salon du Grand Degré est connu par une coupe conservée à la Bibl. de l’Institu (...)

18Ces deux coupes, qui font voir la face interne du mur donnant sur la cour de la chapelle, à l’est, présentent une ordonnance de trois arcades en plein cintre atteignant la hauteur d’un peu plus de deux toises et demie au rez-de-chaussée, sans autre décor sculpté qu’une double mouluration à la base des arcades. Au sud, le dessous de la tribune, séparé de la chapelle dont il constitue une sorte de vestibule par un pilier supportant le départ d’un arc surbaissé (dont la coupe montre un soffite), présente une ouverture rectangulaire légèrement décentrée donnant sur la cour de la chapelle par l’intermédiaire de la pièce carrée visible sur les plans. Les arcades sont garnies différemment selon les coupes : la première montre, dans les deux arcades de la nef, une clôture en bois tourné, surmontée d’une imposte fixe composée d’un motif rayonnant aussi en bois tourné, tandis que l’arcade du sanctuaire est garnie, sous la même imposte que dans les autres, de deux vantaux en bois mouluré évoquant les battants d’une porte ; sur la seconde coupe, l’arcade correspondant à la sacristie est la même, mais les deux autres de la nef n’ont qu’une petite clôture basse de menuiserie à panneaux avec porte centrale ouvrante. Sur chacune des deux coupes, le maître-autel, assez simple, est précédé de cinq marches. Au premier étage, qui repose dans les deux cas sur un plancher en contrebas de cinq pieds de celui de l’aile du Gouvernement25, les deux coupes diffèrent non seulement par la hauteur qu’elles accordent aux fenêtres, mais aussi par l’agencement du décor : à gauche de la tribune, qui ouvre sur la cour de la chapelle par une baie rectangulaire simplement moulurée, tout aussi désaxée que la porte du rez-de-chaussée et qui est dotée d’un balustrade dont les deux coupes reproduisent un premier balustre, les trois arcs segmentaires placés en face des fenêtres à l’aplomb des arcades du rez-de-chaussée n’ont d’autre décor, sur la première coupe, qu’une balustrade ajourée interrompue par la paroi ; sur la seconde coupe, où les fenêtres sont beaucoup plus élevées (elles atteignent la hauteur de deux toises contre seulement dix pieds sur la première coupe) et sont ornées d’un chambranle, les trumeaux sont précédés d’un ange-atlante qui repose sur le dé d’une balustrade continue, à l’aplomb des grandes arcades du rez-de-chaussée. Beaucoup plus élégant, le second projet donne une impression de dilatation de l’espace à l’étage royal, du fait de la disparition de la cloison intermédiaire qui rétrécit le volume de la chapelle au rez-de-chaussée, en raison aussi de la beauté de ces anges rappelant les termes-atlantes d’un « sallon » prévu au débouché du Grand Degré26. Deux toitures coiffent nef et tribune, celle de cette dernière étant plus pentue sur la seconde coupe en raison de la voûte qu’elle recouvre.

Fig. 8 : Coupe de la chapelle de 1682, vers 1684. Paris, Archives nationales, O1 17831, no 4.

Fig. 8 : Coupe de la chapelle de 1682, vers 1684. Paris, Archives nationales, O1 17831, no 4.

© Archives nationales

  • 27 AN, O1 17831, no 4 (coupe reproduite par F. Kimball, qui y voyait le projet définitif, « The Chapel (...)
  • 28 Paris, bibliothèque de l’Institut, ms 1307, no 35.
  • 29 Environ 2,80 m.
  • 30 Il s’agit de l’inspecteur des Bâtiments du roi chargé de Versailles, et son nom revient fréquemment (...)
  • 31 La grotte fut détruite durant l’automne 1684 (Vincennes, archives du Service historique de la défen (...)

19La coupe (fig. 8) que les Marie considéraient comme un projet, et qui est en fait un relevé, présente, comme le confirment les gravures du temps, la chapelle telle qu’elle fut réalisée, le maître-autel disposé au nord27. Encadré de deux colonnes sur pilastres, cet autel est surmonté d’un important entablement et d’un fronton, la croix du sommet culminant ainsi à presque sept toises. Trois arcades moulurées en anse de panier, d’une hauteur de deux toises environ, avec têtes d’angelots à la clef, séparées par des pilastres doriques, occupent le rez-de-chaussée. Au premier étage, qui représente une hauteur presque égale à celle du rez-de-chaussée (environ vingt pieds), les dés de la balustrade servent de soubassement à des termes en chérubins qui soutiennent la corniche. Ces derniers ne sont pas sans évoquer ceux du projet d’un « grand pallier du grand escailler », tels que les représente une coupe de l’enveloppe de Le Vau conservée à la bibliothèque de l’Institut28. Des fenêtres rectangulaires moulurées occupent toute la hauteur de l’étage. Au-dessus enfin, une voûte assez importante de plus de deux toises prend place sous la charpente et la toiture, cette dernière sommée d’une grande croix haute de neuf pieds un quart29. Au verso figure une annotation : « À Lambert pour m’en parler »30. Cette coupe, centrée sur le mur qui sépare la chapelle de la grotte31, ne prend pas en compte le côté de la tribune au sud, mais celui où se pose le problème du raccord entre la chapelle et l’aile du Nord en construction. Une nette différence de hauteur s’observe au niveau des toitures, et les hachures à la sanguine indiquent probablement des étais provisoires, placés afin de permettre le remplacement du mur nord par une cloison plus légère.

Fig. 9 : Coupe de l’aile du Nord montrant des cloisons de charpente, vers 1684. Paris, Archives nationales, O1 17791, no 11.

Fig. 9 : Coupe de l’aile du Nord montrant des cloisons de charpente, vers 1684. Paris, Archives nationales, O1 17791, no 11.

© Archives nationales

  • 32 AN, O1 17791, no 11 (coupe reproduite dans A. Marie et J. Marie, Mansart à Versailles, vol. 2, p. 5 (...)
  • 33 La largeur moindre de la toiture de l’aile du Nord posait une difficulté supplémentaire au raccord  (...)

20Cette différence de hauteur se retrouve sur la coupe est-ouest (fig. 9) du même endroit également annotée : « À Lambert pour m’en parler »32. Liée au projet d’intégration de la chapelle au sein de l’aile du Nord, elle montre clairement la cloison de bois à substituer au mur de la grotte devenu superflu. Conçue en fait pour occuper l’espace sis entre le château et la grotte, la chapelle fut englobée dans l’aile du Nord, au point que cette dernière, avec sa toiture nettement plus haute, vint masquer celle de la chapelle, dont le faîte n’atteignait qu’à peine la ferme de la toiture de l’aile du Nord33. La période où l’édifice consacré au culte était signalé à l’extérieur par une croix fut donc extrêmement courte. Sur cette coupe figure encore le passage en coursière à l’intérieur des piliers entre les fenêtres de la façade ouest et, à l’est, une large tribune, pourvue même d’une charpente indépendante couvrant une voûte en plein cintre, comme sur la partie royale.

  • 34 AN, O1 17886, no 92 (coupe reproduite dans A. Marie et J. Marie, Mansart à Versailles, vol. 2, p. 5 (...)
  • 35 Cet étroit passage, comme pratiqué à l’intérieur du mur, est encore attesté en 1712 par l’« Adjudic (...)

21Cette coupe est heureusement complétée par un profil coté de la chapelle (fig. 10), faussement annoté « Salle de comédie »34. Probablement à la hauteur du sanctuaire, à en juger par la différence de niveau entre le sol à l’intérieur de la chapelle et dans les jardins, la paroi de la chapelle donnant sur le jardin à l’ouest est visible en coupe, doublée et surélevée par la façade de l’aile du Nord. Les cotes précisent trois toises un pied un pouce et demie pour le rez-de-chaussée, trois pieds pour la balustrade du premier étage, une toise quatre pieds quatre pouces trois quarts pour la fenêtre du premier étage, de même hauteur que le terme, un pied cinq pouces pour l’entablement au-dessus. La coursière, qui mesure six pieds trois quarts sur vingt et un pouces, est encadrée cette fois d’un balustre côté ouest et d’un terme placé sur un dé à l’intérieur de la paroi vue de profil35. La hauteur de la chapelle, jusqu’au départ de la voussure, atteint donc cinq toises quatre pouces onze pieds un quart, pour une hauteur de l’aile de dix toises trois pieds un pouce. Le départ de la toiture, qui fait saillie à l’extérieur, se situe au niveau de l’imposte des arcades du premier étage de la façade de l’aile sur jardin, c’est-à-dire légèrement plus bas que sur la coupe précédente.

Fig. 10 : Coupe de la paroi ouest de la chapelle de 1682, vers 1684. Paris, Archives nationales, O1 17886, no 92.

Fig. 10 : Coupe de la paroi ouest de la chapelle de 1682, vers 1684. Paris, Archives nationales, O1 17886, no 92.

© Archives nationales

  • 36 AN, O1 1768A2, no 53 (coupe reproduite dans A. Marie et J. Marie, Mansart à Versailles, vol. 2, p.  (...)
  • 37 Cette élévation semble en effet se rattacher au projet de 1684 pour une chapelle de plan centré au (...)
  • 38 Dessin publié par A. Marie et J. Marie, Mansart à Versailles, vol. 2, p. 530.

22Un dernier dessin (fig. 11)36 montre une coupe de l’aile du Gouvernement et une élévation d’un projet de façade de la chapelle sur la cour37, ainsi que, de nouveau en coupe, l’escalier au départ de l’aile située à l’emplacement de la chapelle actuelle, en face de l’aile du Gouvernement, et fermant la cour de la chapelle au nord38. La différence de niveau à la hauteur du premier étage entre l’aile du Gouvernement et la tribune de la chapelle y est confirmée. Par ailleurs, le problème posé par la rencontre de l’attique de l’aile du Nord et de la toiture de la chapelle semble résolu, puisque aucune ombre portée ne vient en souligner un éventuel retrait. En probable correspondance avec celles de l’intérieur, des arcades en anse de panier d’une hauteur d’environ deux toises forment le rez-de-chaussée.

Fig. 11 : Élévation est de la chapelle de 1682 et d’une partie de l’aile du Nord avec coupes de l’aile du Gouvernement et de l’escalier remplacé par la chapelle de 1710. Paris, Archives nationales, O1 1768A2, no 53.

Fig. 11 : Élévation est de la chapelle de 1682 et d’une partie de l’aile du Nord avec coupes de l’aile du Gouvernement et de l’escalier remplacé par la chapelle de 1710. Paris, Archives nationales, O1 1768A2, no 53.

© A. Maral

  • 39 Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, inv. grav. 755. Elle ne figure (...)
  • 40 La belle gravure d’Israël Silvestre citée plus haut (Chasteau de Versailles veu de la grande place, (...)

23Œuvre certes de Nicolas de Poilly, la gravure (fig. 12) représentant la « Fermeture de la chapelle de Versailles qui est de fer sizelé »39 est à rattacher davantage aux dessins d’architecture qu’aux œuvres d’art, du fait de la présentation de ce segment de grille et d’un battant de porte surmonté d’une croix. Le travail de ferronnerie est fort intéressant : on discerne les motifs du chiffre de Louis XIV, de la fleur de lys, de la tête solaire (soleil rhodien). Il s’agit probablement d’un projet pour la grille destinée à fermer la cour de la chapelle, à l’extérieur, et non pour celle du vestibule40.

Fig. 12 : « Fermeture de la chapelle de Versailles qui est de fer sizelé », gravure de Nicolas de Poilly. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, inv. grav. 755.

Fig. 12 : « Fermeture de la chapelle de Versailles qui est de fer sizelé », gravure de Nicolas de Poilly. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, inv. grav. 755.

© Château de Versailles

La chapelle vue par les artistes

24Pour précis et fiables qu’ils puissent être, les dessins d’architecture, documents de travail avant tout, ne renseignent que sur la structure de l’édifice, l’agencement de ses volumes et de ses formes, ou bien ne traitent que d’un détail, en fonction du projet à concevoir et à soumettre à approbation ou du problème à résoudre. C’est aux artistes qu’il appartient de montrer la réalité complexe du lieu : leur vision de l’ensemble, si elle n’est pas trop fantaisiste, embrasse les moindres détails et vient conforter et préciser l’image de l’édifice dont le document de l’architecte a donné les lignes générales. De qualité inégale mais chronologiquement recensées, les œuvres dont il est question à présent sont pour certaines d’entre elles inédites et forment, avec les dessins d’architecture précédemment évoqués, un corpus exhaustif sur la chapelle de 1682.

Fig. 13 : « Le mariage de Monsr le duc de Bourbon et Mle de Nantes dans la chapelle royale de Versailles le 24 juillet 1685 », gravure anonyme publiée chez Jean Moncornet pour un almanach de 1686. Paris, Bibliothèque nationale de France, Estampes et photographie, collection Hennin, no 5604.

Fig. 13 : « Le mariage de Monsr le duc de Bourbon et Mle de Nantes dans la chapelle royale de Versailles le 24 juillet 1685 », gravure anonyme publiée chez Jean Moncornet pour un almanach de 1686. Paris, Bibliothèque nationale de France, Estampes et photographie, collection Hennin, no 5604.

© Bibliothèque nationale de France

  • 41 BNF, Est., collection Hennin, no 5604 (microfilm G 156494).
  • 42 Publiée aussi sur un almanach pour 1686, une autre gravure est consacrée à l’événement, mais elle e (...)

25Première grande cérémonie religieuse ponctuant la vie de la cour installée à Versailles, le mariage du duc de Bourbon avec Mademoiselle de Nantes fut célébré le 24 juillet 1685 dans la chapelle du château. L’Almanach pour l’année MCLXXXVI en publia une représentation. De grand format, gravée « chez Jean Moncornet », cette estampe (fig. 13) montre le moment où, les époux étant sous le poêle, l’évêque prononce la bénédiction nuptiale41. Une partie du sanctuaire, avec le retable au fond, est donc visible. Les époux sont à genoux sur une marche arrondie aux angles, donnant accès à un repos avant la marche d’autel proprement dite. L’autel comporte trois gradins, dont le dernier supporte un crucifix encadré par quatre chandeliers. Le tableau du maître-autel représente une Déploration du Christ : la Vierge, sur la gauche, montre des deux bras son Fils mort, étendu sur un linceul, tandis que du regard elle implore le Ciel ; sainte Marie-Madeleine, éplorée et les mains jointes, se tient en face, au milieu du tableau, sur fond de paysage désertique. De part et d’autre du grand cadre en bois sculpté et probablement doré, deux paires de colonnes semblent correspondre à celles qui figurent sur les plans cités plus haut, mais elles ne se détachent devant aucun pilastre. Le pavement est composé de cercles de couleur claire inscrits dans des carrés plus foncés et séparés les uns des autres par un quadrillage à nouveau de couleur claire42.

  • 43 BNF, Est., Va 78e fol., t. VII (microfilm B 9986).

26« La création des chevaliers du Saint-Esprit faite par le roy dans la chapelle de Versailles le 2 juin » 1686 est le titre d’une gravure anonyme qui figure en vignette d’un almanach pour 168743 : elle représente le moment où le roi reçoit le serment des nouveaux chevaliers à genoux devant lui et montre encore le sanctuaire, mais avec moins d’exactitude que la précédente gravure. Là, isolé par une table de communion constituée d’une balustrade, l’autel est surmonté d’un tabernacle et de quatre chandeliers disposés sur différents gradins. Le retable se compose d’un tableau d’autel dont le sujet n’est malheureusement pas lisible, encadré par deux colonnes à côté desquelles s’enroulent des volutes retombant probablement d’un fronton, écho agrandi de l’ordonnance du tabernacle. Aux extrémités, deux niches abritant une statue mettent en valeur l’élément central du retable.

Fig. 14 : Cérémonies de l’ordre du Saint-Esprit les 1er janvier et 2 février 1689, gravure anonyme, s.n. [chez N. Langlois ?]. Paris, Bibliothèque nationale de France, Musique, fonds Albert Pomme de Mirimonde, collection de documents iconographiques, boîte 14, concerts France II, du Moyen Âge au xviie siècle, VM PHOT MIRI- 14 (199).

Fig. 14 : Cérémonies de l’ordre du Saint-Esprit les 1er janvier et 2 février 1689, gravure anonyme, s.n. [chez N. Langlois ?]. Paris, Bibliothèque nationale de France, Musique, fonds Albert Pomme de Mirimonde, collection de documents iconographiques, boîte 14, concerts France II, du Moyen Âge au xviie siècle, VM PHOT MIRI- 14 (199).

© Bibliothèque nationale de France

  • 44 BNF, Est., coll. Hennin, no 5766 (microfilm G 156656). La gravure a aussi été imprimée à part : BNF (...)
  • 45 BNF, Est., coll. Destailleurs, no 474 (microfilm A 30610). Les deux documents sont reproduits et do (...)

27D’une manière beaucoup plus sûre, les cérémonies du 1er janvier et du 2 février 1689 furent représentées en une seule gravure (fig. 14) éditée « chez N. Langlois », partie de l’Almanach pour l’an de grâce MDCLXXXX44. Avec son dessin préparatoire dû à Sébastien Leclerc45, il s’agit d’un document exceptionnel qui offre une vision élargie de la chapelle. L’instant représenté est celui où le roi, assis sous un dais provisoire, remet le cordon de l’ordre du Saint-Esprit aux chevaliers agenouillés devant lui. Le sanctuaire, toute la paroi ouest et une partie de la tribune royale surplombant le vestibule de la chapelle au sud sont précisément représentés. Le pavage est fait d’un damier de carreaux noirs et blancs. L’autel, surélevé de deux marches, supporte deux gradins et un tabernacle figurant un édifice religieux en miniature : deux étages reliés par des volutes et sommés d’une coupole et d’une croix. Le tableau d’autel représente une Nativité : devant un portique à l’antique, la Vierge adore le Nouveau-Né, tandis que dans les airs un ange déploie un phylactère où pourraient bien être inscrits les premiers mots du Gloria in excelsis. Si l’autel a à peu près l’apparence de celui que représente la gravure de 1686-1687, le cadre du tableau est identique à celui qui est figuré pour le mariage du duc de Bourbon. Mais les anges adorateurs sont nouveaux, pleins de grâce et de légèreté, placés de part et d’autre du retable. Celui-ci est formé de deux colonnes cannelées d’ordre corinthien devant pilastres soutenant un entablement et un fronton triangulaire. Ce somptueux ensemble étonne pour un édifice en principe provisoire, et l’étonnement redouble lorsqu’on considère le reste de l’intérieur : les quatre piliers scandant le mur ouest sont dotés de pilastres moulurés d’ordre dorique, qui interrompent l’imposte des grandes arcades ; une guirlande de fleurs vient orner leurs écoinçons, dont les clefs sont constituées de têtes de chérubins, tandis qu’au premier étage de curieux anges-termes soutiennent l’architrave. Tout ce décor rappelle celui qui est dessiné sur l’élévation de 1684, mais les arcades en plein cintre au rez-de-chaussée et les fenêtres assez basses à l’étage en diffèrent notablement et sont plutôt à rapprocher de la première élévation de 1681. Des trois arcades du rez-de-chaussée, celle qui est la plus proche du sanctuaire est aveugle du fait de la présence non seulement de stalles richement sculptées, mais aussi d’une cloison ornée d’un motif de palmette d’assez grande dimension. Le premier étage est parcouru par une balustrade qui borde un passage en coursière donnant sur trois fenêtres rectangulaires. À gauche, du côté de l’entrée, la tribune royale est supportée par un arc surbaissé, qui n’était évoqué que par les projets de 1681. Son angle nord-ouest est occupé par une logette sur trompe.

Fig. 15 : « Madame de Maintenon à l’église », gravure publiée chez Claude-Auguste Berey, sans date. Versailles, Bibliothèque municipale, Rés fol A 32 m_fol 98.

Fig. 15 : « Madame de Maintenon à l’église », gravure publiée chez Claude-Auguste Berey, sans date. Versailles, Bibliothèque municipale, Rés fol A 32 m_fol 98.

© Bibliothèque municipale de Versailles

  • 46 BNF, Est., Oa 73, pet. fol. (microfilm C 4761) ; gravure citée par Hélène Himelfarb, qui l’attribue (...)

28Quoique non datée, la gravure représentant Madame de Maintenon à la chapelle (fig. 15), publiée chez Claude-Auguste Berey, sorte de « portrait de mode », peut être mise en rapport avec le document précédent46. En effet, derrière la marquise qui se tient debout devant un carreau posé à terre, un livre de prières à la main, on reconnaît la même arcade centrale de la nef sur le côté ouest, pourvue d’une fenêtre en ferronnerie dont l’imposte est à motifs rayonnants, et surtout, à droite, une partie de la chaire, fixée au pilier. Celle-ci présente une cuve assez ample, godronnée et ornée des lys de France.

Fig. 16 : Messe du roi dans la chapelle de 1682, gravure anonyme extraite de l’Imitation de Jésus-Christ, édition de l’abbé de Choisy parue en 1692 chez Antoine Dezallier à Paris. Paris, Bibliothèque nationale de France, Estampes et photographie, Va 78e, fol., t. VII.

Fig. 16 : Messe du roi dans la chapelle de 1682, gravure anonyme extraite de l’Imitation de Jésus-Christ, édition de l’abbé de Choisy parue en 1692 chez Antoine Dezallier à Paris. Paris, Bibliothèque nationale de France, Estampes et photographie, Va 78e, fol., t. VII.

© Bibliothèque nationale de France

  • 47 BNF, Est., Va 78e, fol., t. VII (microfilm B 9985). Cette vignette est signalée par Léon Dussieux, (...)

29Gravée en tête de l’épître dédicatoire au roi qui précède la traduction faite par l’abbé de Choisy de l’Imitation de Jésus-Christ, parue à Paris chez Antoine Dezallier en 1692, une vignette (fig. 16) montre le roi assistant à la messe en sa chapelle, ses aumôniers placés entre lui et l’autel et les enfants de France derrière lui, sur le tapis de pied47. D’un dessin beaucoup moins précis, ce témoignage confirme cependant les renseignements fournis par la gravure d’après le dessin de Sébastien Leclerc, dont l’imposante lampe suspendue devant l’autel, destinée à signaler la présence du Saint-Sacrement.

Fig. 17 : Louis XIV en prière, enluminure du second volume des Heures de Louis le Grand, 1693. Paris, Bibliothèque nationale de France, Manuscrits, lat. 9477, fol. Bv°.

Fig. 17 : Louis XIV en prière, enluminure du second volume des Heures de Louis le Grand, 1693. Paris, Bibliothèque nationale de France, Manuscrits, lat. 9477, fol. Bv°.

© Bibliothèque nationale de France

  • 48 Intitulé à tort Heures de Louis le Grand, ce recueil est conservé à la BNF, lat. 9477, et a fait l’ (...)

30Parmi les somptueux manuscrits enluminés fournis à Louis XIV par l’atelier d’enluminure des Invalides, le vespéral achevé en 1693 contient une superbe miniature (fig. 17) représentant Louis XIV en prière, agenouillé devant le maître-autel de sa chapelle48. D’un dessin précis et très détaillé, ce document exceptionnel offre une description colorée du sanctuaire et d’une partie de la nef. Surélevé d’une marche par rapport au sol, un pavement uni et fait de dalles irrégulières, l’autel est habillé d’un antependium en étoffe et supporte un tabernacle doré à deux niveaux que surmontent une coupole et un crucifix, le tout encadré de quatre chandeliers. Dans une bordure dorée, le tableau d’autel représente une Nativité conforme à celle qui figure sur la gravure d’après le dessin de Leclerc. Saint Joseph figure en bas à droite de la composition. Le retable correspond aux données fournies par les témoignages antérieurs, mais les anges adorateurs et les chapiteaux sont ici dorés. Le fond de la composition montre la paroi ouest de la chapelle : l’arcade du rez-de-chaussée donnant sur le parterre nord, séparée par un pilastre d’une arcade pleine précédée des stalles, un décor de guirlandes, palmettes et têtes d’anges dorées ; et au premier étage, une balustrade non ajourée, les anges engainés placés directement sur les piliers, une architrave décorée d’un tore de laurier au-dessus de la coursière. Cet ensemble très coloré se rapproche, par sa splendeur et son éclat, de l’esprit du Grand Appartement, tout juste achevé au moment de l’inauguration de la chapelle de 1682. La forme cintrée des arcades et la taille restreinte des fenêtres rapprochent ce dessin du premier projet de 1681 pour la chapelle et de la gravure d’après dessin de Leclerc.

Fig. 18 : Antoine Pezey, Serment du marquis de Dangeau comme grand maître des ordres de Notre-Dame du Mont-Carmel et de Saint-Lazare de Jérusalem le 18 décembre 1695, huile sur toile : 1,13 × 1,72 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 164.

Fig. 18 : Antoine Pezey, Serment du marquis de Dangeau comme grand maître des ordres de Notre-Dame du Mont-Carmel et de Saint-Lazare de Jérusalem le 18 décembre 1695, huile sur toile : 1,13 × 1,72 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 164.

© RMN (château de Versailles) / Gérard Blot

  • 49 Musée de Versailles, MV 164 (tableau reproduit dans F. Kimball, « The Chapels… », p. 323, dans Thie (...)
  • 50 BNF, Est., coll. Hennin, no 6160 (microfilm G 157055) ; gravure reproduite dans A. Marie et J. Mari (...)

31Document en couleur lui aussi, même si le style est plus sobre, le tableau d’Antoine Pezey (fig. 18) représentant le serment du marquis de Dangeau comme grand maître des ordres réunis de Notre-Dame du Mont-Carmel et de Saint-Lazare de Jérusalem, le 18 décembre 1695, offre une vision presque contemporaine de la miniature, mais avec un point de vue plus large49. Avec la gravure qui en a été faite50, on a là, assurément, un document de première importance pour connaître l’intérieur de la chapelle. Presque tous les détails observés sur la gravure d’après le dessin de Leclerc s’y retrouvent, mais si le point de vue est semblable, centré sur la paroi ouest, le recul est plus important, ce qui permet de considérer aussi les parois nord et sud dans leur entier, ainsi qu’une partie de la voûte. De la sorte, il est possible d’envisager le retable dans son ensemble, fort bien proportionné et présentant de remarquables qualités de sculpture. C’est devant un pilastre soutenant le retour de l’entablement du retable que les anges adorateurs du maître-autel sont placés. Au sommet du retable, le fronton triangulaire apparaît surmonté de deux anges couchés adorant la Croix. De part et d’autre du retable, un panneau en bois ou en stuc mouluré, orné de motifs de branchages et d’une cassolette fumante, se raccorde au reste du retable par un aileron à volutes, orné d’une guirlande de fleurs. Au sud de la chapelle, la tribune royale est vue pratiquement dans son ensemble : on en distingue la voûte et les portes donnant sur le salon de l’Abondance et sur l’escalier menant à l’avant-cour. Au rez-de-chaussée, une large grille sépare le vestibule de la chapelle, et on perçoit le rayon de lumière provenant de l’arcade ouvrant sur la cour de la chapelle à l’est. La nef est couverte d’une grande voûte, comme dans les salons du Grand Appartement, mais à un niveau plus bas. De nombreux détails sont plus clairement exprimés, voire corrigés par rapport à la gravure des cérémonies de l’ordre du Saint-Esprit en 1689 : l’autel est au sommet de quatre marches précédées d’un repos lui-même surélevé de deux marches pour constituer un sanctuaire par rapport à la nef ; les stalles et la cloison de l’arcade nord-ouest ont perdu de leur exubérance décorative, tout comme la chaire ; la logette de l’angle sud-ouest présente toujours trois baies vitrées, mais beaucoup plus simples et plus larges, sans oculus au-dessus ; les moulurations ont disparu du sommier des grandes arcades, qui gagnent en revanche un épais rouleau ; enfin et surtout, ces dernières sont en anse de panier, et les fenêtres du premier étage sont plus hautes. On est là en parfaite conformité avec l’élévation de 1684.

  • 51 La vignette figurant sur un almanach pour 1698, gravée « chez F. Landry » (BNF, Est., Qb 5 ; microf (...)

32De nombreuses gravures, ainsi qu’un tableau, illustrent le mariage du duc de Bourgogne, le 7 décembre 1697. De médiocre qualité au regard des œuvres de Sébastien Leclerc ou d’après lui, ces documents doivent être retenus pour les renseignements ponctuels qu’ils apportent51.

  • 52 BNF, Est., coll. Hennin, no 6376 (microfilm G 157276). Citée pour mémoire, la vignette d’un almanac (...)

33Tirée d’un almanach pour 1698, une gravure de Robert Bonnart ne montre que les anges adorateurs, les deux colonnes cannelées et un cadre vide au-dessus du tabernacle52.

Fig. 19 : « La cérémonie du mariage de Monseigneur le duc de Bourgogne avec Madame la princesse de Savoie dans la chapelle de Versailles le … décembre 1697 », gravure anonyme publiée chez Nicolas Langlois et Antoine Trouvain pour un almanach de 1698. Paris, Bibliothèque nationale de France, Estampes et photographie, collection Hennin, no 6391.

Fig. 19 : « La cérémonie du mariage de Monseigneur le duc de Bourgogne avec Madame la princesse de Savoie dans la chapelle de Versailles le … décembre 1697 », gravure anonyme publiée chez Nicolas Langlois et Antoine Trouvain pour un almanach de 1698. Paris, Bibliothèque nationale de France, Estampes et photographie, collection Hennin, no 6391.

© Bibliothèque nationale de France

  • 53 Ibid., coll. Hennin, no 6391 (microfilm G 157291).

34Avec un cadre de vision encore plus restreint, la gravure extraite de l’Almanach pour l’an de grâce MDCXVIII, faite « chez N. Langlois et Ant. Trouvain » (fig. 19) laisse voir les deux colonnes cannelées qui encadrent l’autel, placées chacune devant un pilastre aussi cannelé53. À deux niveaux, le tabernacle semble assez conforme à celui représenté par Sébastien Leclerc, avec ses colonnettes et ses ailerons qui en font une véritable façade d’église en miniature.

  • 54 Ibid., coll. Hennin, no 6377 (microfilm G 157277).

35Moins précise, une gravure allemande anonyme offre le même angle de vision. On y discerne toutefois le second niveau du tabernacle, encadré de deux beaux ailerons54.

Fig. 20 : « La cérémonie du mariage de Monseigr le duc de Bourgogne avec Me la princesse de Savoye dans la chapelle de Versailles le 7 décembre 1697 », gravure anonyme publiée chez Nicolas Arnoult. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, collection Hennin, no 6378.

Fig. 20 : « La cérémonie du mariage de Monseigr le duc de Bourgogne avec Me la princesse de Savoye dans la chapelle de Versailles le 7 décembre 1697 », gravure anonyme publiée chez Nicolas Arnoult. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, collection Hennin, no 6378.

© Bibliothèque nationale de France

  • 55 Ibid., coll. Hennin, no 6378 (microfilm G 157278).

36Un angle de vue inédit est donné par la gravure (fig. 20) publiée « chez N. Arnoult »55 : le regard en effet se porte de l’ouest vers l’est, laissant le retable sur la gauche. On distingue l’un des deux anges adorateurs qui encadrent le maître-autel et, au fond, au-dessus des stalles placées entre la sacristie et le sanctuaire, une cloison ornée non d’une palmette, mais de deux cornes d’abondance.

Fig. 21 : « La cérémonie du mariage de Monseigneur le duc de Bourgogne dans la chapelle du château de Versailles le 7 décem. 1697 », gravure anonyme. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, Va 78e, fol., t. VII.

Fig. 21 : « La cérémonie du mariage de Monseigneur le duc de Bourgogne dans la chapelle du château de Versailles le 7 décem. 1697 », gravure anonyme. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, Va 78e, fol., t. VII.

© Bibliothèque nationale de France

  • 56 Ibid., Topographie de la France, Va 78e, fol., t. VII (microfilm B 9931).

37Tout aussi inédit est le point de vue d’après lequel a été réalisée une gravure anonyme (fig. 21), qui montre les deux tribunes se faisant face, au-dessus du sanctuaire56. À l’instar de la miniature du vespéral de Louis XIV (fig. 17), cette gravure laisse voir un ange engainé à l’extrémité nord de la tribune.

Fig. 22 : « Mariage de Monseigr le duc de Bourgogne avec Marie-Adélaïde, princesse de Savoye, dans la chapelle de Versailles, le septième de décembre 1697 », gravure anonyme publiée chez Gérard Jollain pour un almanach de 1698. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, collection Hennin, no 639.

Fig. 22 : « Mariage de Monseigr le duc de Bourgogne avec Marie-Adélaïde, princesse de Savoye, dans la chapelle de Versailles, le septième de décembre 1697 », gravure anonyme publiée chez Gérard Jollain pour un almanach de 1698. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, collection Hennin, no 639.

© Bibliothèque nationale de France

  • 57 Ibid., coll. Hennin, no 6392 (microfilm G 157292). En rapport avec cette gravure, mais trop inexact (...)

38Le « Mariage de Monseigneur le duc de Bourgogne avec Marie-Adélaïde princesse de Savoye », estampe gravée « chez Gérard Jollain » (fig. 22) et extraite d’un autre Almanach pour l’an de grâce MDCXVIII, présente aussi les deux tribunes se faisant face au-dessus du sanctuaire57. Les deux anges adorateurs sont surplombés par deux médaillons fixés au mur. Le tableau d’autel représente une Nativité : la mangeoire où l’Enfant est couché est au centre, des personnages en position d’adoration sont au premier plan, tandis que des anges s’agitent dans les nuées. Sur les cloisons situées au-dessus des stalles, on retrouve, placé comme dans un enfeu, le motif de la palmette surmontant une guirlande.

Fig. 23 : Antoine Dieu, Mariage du duc de Bourgogne le 7 décembre 1697, huile sur toile, vers 1697. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 2095.

Fig. 23 : Antoine Dieu, Mariage du duc de Bourgogne le 7 décembre 1697, huile sur toile, vers 1697. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 2095.

© RMN (château de Versailles) / Daniel Arnaudet / Gérard Blot

  • 58 Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 2095. Ce carton de tapisser (...)

39La peinture d’Antoine Dieu (fig. 23) reprend un angle de vision devenu classique depuis Sébastien Leclerc, mais le cadrage est ici limité aux trois arcades et au sanctuaire, ne laissant rien voir de l’étage ou du vestibule58. Elle diffère peu de la vision qu’offre la peinture ou la gravure du serment de Dangeau, si ce n’est que les stalles semblent avoir disparu de l’arcade aveugle, remplacées par un cadre en menuiserie surmonté d’un motif de palmette, peut-être une fausse porte.

  • 59 Guillaume Marchant, « Le Baptême de Louis Pisani le 6 septembre 1701 », huile sur toile, 130 cm × 1 (...)

40Le 6 septembre 1701, le fils de l’ambassadeur de Venise Pisani était baptisé à la chapelle du château de Versailles. L’événement fut immortalisé par une peinture récemment identifiée59 : le tableau de Marchant représente le moment des onctions du baptême, l’enfant étant tenu par sa nourrice, le grand aumônier officiant par l’arrière. Le roi et la duchesse de Bourgogne sont placés de part et d’autre de l’enfant et sont eux-mêmes encadrés par l’ambassadeur et son épouse. Outre la précision des détails de la cérémonie et des assistants, le tableau de Marchant offre incontestablement la vision la plus complète de la chapelle royale. Il s’inspire formellement de l’œuvre de Pezey (fig. 18) évoquée plus haut, avec toutefois un recul encore plus important et un angle de vue qui permet de mieux envisager la paroi nord de l’édifice. Ainsi, le tableau du maître-autel, qui représente l’épisode de la Nativité, est nettement visible, en même temps que deux autres compositions colorées placées de part et d’autre du retable.

Fig. 24 : « Cérémonie faitte dans la chapelle de Versaille le IV d’aoust MDCCVI où le roy a donné le bonet de cardinal à Mr Gualterio, nonce du pape en France, apporté de Rome par Monsieur l’abbé Passionei », gravure anonyme publiée chez Antoine Trouvain pour un almanach de 1707. Paris, musée du Louvre, collection Rothschild, LR 27207.

Fig. 24 : « Cérémonie faitte dans la chapelle de Versaille le IV d’aoust MDCCVI où le roy a donné le bonet de cardinal à Mr Gualterio, nonce du pape en France, apporté de Rome par Monsieur l’abbé Passionei », gravure anonyme publiée chez Antoine Trouvain pour un almanach de 1707. Paris, musée du Louvre, collection Rothschild, LR 27207.

© RMN / Thierry Le Mage

  • 60 Paris, musée du Louvre, collection Rothschild, LR 27207.

41Une dernière œuvre a également pu être identifiée, grâce à l’aide de Maxime Préaud. Il s’agit d’une gravure (fig. 24) représentant la cérémonie de la remise de la barrette au cardinal Gualterio, le 4 août 170660. Beaucoup plus fantaisiste, ce document figuré constitue l’ultime représentation de la chapelle de 1682, quelques années avant sa destruction.

Naissance et édification de la chapelle royale de 1682

  • 61 Un document figuré reste introuvable : il s’agit de l’esquisse de François de Troy sur le mariage d (...)

42Pour fastidieux qu’il paraisse, l’établissement d’un corpus aussi exhaustif que possible des représentations de la chapelle de 1682 est une étape indispensable à sa compréhension61. Même si tous les documents recensés ne sont pas d’égale qualité, chacun est riche de renseignements nouveaux, que la confrontation avec les témoignages écrits permet de confirmer et de préciser.

  • 62 Contrairement à ce que laisse entendre A. Laprade, François D’Orbay…, p. 220-221, l’architecte de l (...)
  • 63 BNF, nouv. acq. fr. 22936, fo 81, de Fontainebleau (lettre d’ailleurs éditée par A. Laprade, Franço (...)

43Née dans l’urgence, cette chapelle a néanmoins fait l’objet d’une conception élaborée, précise jusque dans les moindres détails, comme en témoigne la lettre de Colbert à Hardouin-Mansart du 10 septembre 1681, qui fait connaître par la même occasion le nom de l’architecte62 : « […] Sa Majesté a approuvé vos pensées pour la tribune de la nouvelle chapelle de Versailles avec la balustrade, les culs-de-lampe et le percement des murs pour communiquer la tribune du costé du jardin63 ».

  • 64 Lettres, instructions et mémoires de Colbert…, t. VII, p. CLII.

44La veille, 9 septembre 1681, depuis Fontainebleau, Colbert adressait à son neveu le marquis d’Ormoy, surintendant en survivance des Bâtiments, un mémoire dans lequel il lui demandait les noms des menuisiers travaillant à Versailles : « Marquer les meilleurs et ceux qui ont le moins de travail, afin que je puisse leur donner les ouvrages de la chapelle de Versailles64 ».

  • 65 Le marché dont il est question ne se trouve ni dans les liasses de l’étude de Lamy conservées aux A (...)
  • 66 Aucun marché concernant la chapelle du château entre 1661 et 1683 n’a été recensé dans le répertoir (...)

45Commentées plus haut, une élévation extérieure (fig. 4) et une coupe intérieure (fig. 6) témoignent d’un premier projet pour la chapelle, achevé le 22 juin 1681. La retombe placée sur l’élévation extérieure (fig. 5), ainsi qu’une autre coupe intérieure (fig. 7), seul document à porter les signatures authentiques de Colbert et de l’entrepreneur Jacques Mazière, proposent un second projet, agréé dès le mois de juillet, puisque l’annotation figurant au verso de la coupe indique que celle-ci a été jointe au « marché passé devant Lamy, notaire, ce jour d’huy 26e juillet MVIc quatre-vingtz-un » entre Colbert et Mazière65. D’après l’élévation de 1684 (fig. 8) et le tableau de Pezey en 1695 (fig. 18), on sait que ce deuxième projet ne fut pas réalisé : il y eut donc un changement de parti, qu’il faut situer avant septembre 1681, et dont il ne reste aucun projet connu66.

46Le marché de maçonnerie signé, l’entrepreneur put commencer les travaux, ce dont les comptes des Bâtiments pour l’année 1681 se font l’écho :

  • 67 Comptes des Bâtiments…, t. II (1887), col. 15.
  • 68 Cinq en août, sept en septembre, trois en novembre, un en décembre (AN, O1 2151, fo 193).
  • 69 Comptes des Bâtiments…, t. II, col. 15.

– Table des chapitres augmentez […]. Pour le bastiment à faire près du grand escalier de Versailles jusqu’à la grotte pour servir de chapelle, 30 000 livres67.
– (3 août – 6 décembre : ) À Mazière, à compte dud. bastiment (seize paiements68 ; 29 000 livres)69.

  • 70 Ibid., t. II, col. 163.

47On ignore la nature exacte des « pensées » de Mansart auxquelles la lettre de Colbert fait allusion en septembre 1681, mais il faut croire que le rez-de-chaussée était construit à cette date, puisqu’il n’est question que de la tribune, des culs-de-lampe soutenant les logettes et des fenêtres hautes donnant sur le parterre du Nord. En 1682, les comptes des Bâtiments ne livrent qu’une mention relative à des travaux de maçonnerie, faisant explicitement référence à l’année 1681, au terme de laquelle tout le gros œuvre était vraisemblablement achevé : « 9 mars : à Mazière, parfait payement de 34 648 livres 10 sols pour les ouvrages de maçonnerie de la nouvelle chapelle de Versailles en 1681, 5 648 livres 10 sols70 ».

48Dès octobre 1681, les comptes des Bâtiments font état de travaux de charpenterie et de couverture :

  • 71 Ibid., t. II, col. 16.
  • 72 Ibid., t. II, col. 17.
  • 73 Ibid., t. II, col. 60.
  • 74 Ibid., t. II, col. 61.

– (26 octobre – 14 décembre) : à Mallet, sur la charpenterie de la chapelle (quatre paiements, 6 000 livres)71.
– 30 novembre : à luy [Yvon, couvreur], sur la nouvelle chapelle, 800 livres72.
– 13 avril 1682 : à Renard, sur la couverture de la nouvelle chapelle, 1 000 livres73.
– (20 avril – 11 mai) : à Croissant, sur la menuiserie des combles de la chapelle et de la Petite Escurie (deux paiements, 2 000 livres)74.

  • 75 AN, O1 2065, no 5.
  • 76 AN, O1 2065.
  • 77 Plusieurs noms de marbriers inconnus des comptes des Bâtiments, tels ceux de François Pasquier, Nic (...)

49Un marché inédit, assez précis quoique non daté, passé avec l’entrepreneur Pierre Lisqui, concerne le sol de marbre75: le pavage devait être noir et blanc, avec une bande rouge le long du mur. Un autre marché fut passé le 8 novembre 1681 avec les marbriers Hubert Misson et Jérôme Derbais : il s’agissait de fournir et de mettre en place « tous les carreaux de marbre blanc de Gennes et noir de Dinan qu’il conviendra pour paver la chapelle du roy au château de Versailles, lesquels carreaux auront chacun un pied en carré et un pouce et demy d’époisseur au moins »76. Les comptes des Bâtiments mentionnent aussi à plusieurs reprises les travaux de marbrerie effectués dans la chapelle, mais sans faire allusion une seule fois à Lisqui77 :

  • 78 Comptes des Bâtiments…, t. II, col. 21.
  • 79 Ibid., II, 212.
  • 80 Ibid., II, 175.

– (21 décembre 1681 – 4 janvier 1682) : à eux [Misson et Derbais, marbriers], sur le pavé de marbre de la chapelle (deux paiements, 1 400 livres)78.
– (25 janvier – 27 avril) : à Misson et Derbais, marbriers, sur leurs ouvrages (cinq paiements, 3 900 livres)79.
– 25 juillet : à Misson et Derbais, parfait payement de 7 706 livres 3 sols 4 deniers pour ouvrages de pavé de marbre faits à la chapelle du chasteau, 2 706 livres 3 sols 4 deniers80.

  • 81 Lettres, instructions et mémoires de Colbert…, t. VII, p. CLVII ; mémoire cité par P. de Nolhac, Ve (...)

50D’après un mémoire adressé par Colbert au marquis d’Ormoy, on sait que la pavage de la chapelle était d’une épaisseur d’« un pouce et demy », à la différence des « pavés de marbre ordinaire » en usage dans les autres parties du château81.

51Dès le début de l’année 1682, la chapelle était préservée des intempéries. À cette période, en effet, les comptes des Bâtiments attestent la mise en place des portes et des croisées correspondant aux arcades et fenêtres hautes de la chapelle :

  • 82 Comptes des Bâtiments…, t. II, col. 18-19. Il s’agit d’une porte située en face de celle de l’antic (...)
  • 83 Ibid., t. II, col. 212.
  • 84 Ibid., t. II, col. 212. Cité par Paul Bonnefon, qui n’indique pas la source, un « mémoire de serrur (...)
  • 85 Comptes des Bâtiments…, t. II, col. 64.
  • 86 Ibid., t. II, col. 174.
  • 87 Ibid., t. II, col. 176.

– 4 janvier 1682 : à Luchet le fils, sur la porte de fer qu’il fait pour l’entrée de la chapelle vis-à-vis de l’appartement des Bains, 400 livres82.
– (25 janvier – 27 avril : ) à Luchet, serrurier, sur la porte de fer qu’il fait (cinq paiements, 2 400 livres)83.
– 15 février : à Boudet, sur la porte de fer qu’il fait pour mettre une des croisées de la chapelle, 400 livres84.
– 17 juin : à Vizié, espinglier, pour garniture de fil de Richart aux croisées de la chapelle et autres endroits, 57 livres 18 sols85.
– 14 juillet : à luy [Delobel] et Luchet, serruriers, parfait payement de 101 403 livres 5 sols pour les grilles de fer des clostures de la cour, des deux petites cours et des deux dessentes du chasteau, de la Grande et de la Petite Escurie, et de la porte de la chapelle dud. chasteau, 11 103 livres 5 sols86.
– 5 août : à Luchet, pour deux portes de fer pour les deux arcades de la nouvelle chapelle, 2 000 livres87.

  • 88 AN Minutier central, étude LXXXIX, liasse 54, marché du 3 février 1682.

52Le 3 février 1682, un marché fut conclu entre Pierre du Castel, maître serrurier à Paris, et Claude Gueslard, veuve de Jean Luchet, serrurier ordinaire des Bâtiments du roi, pour la réalisation d’« une porte de fer pour une des arcades de la chapelle de Versailles qui sera semblable et de mesme dessein que celle qui est dans une arcade servant de passage pour entrer dans la cour du château de Versailles, laquelle a été faite par le nommé Haté88 ».

  • 89 AN, O1 1473, fo 162.

53Un « Mémoire des ouvrages à faire au chasteau de Versailles […] pendant le voyage de Fontainebleau et le restant de la présente année 1699 » mentionne l’existence de doubles châssis pour l’hiver89.

54À la date du 13 mars 1682, un mémoire adressé par Colbert au marquis d’Ormoy fait connaître assez précisément l’état d’avancement des travaux :

  • 90 Il s’agit de la grille fermant la grande arcade sous la tribune royale.
  • 91 Lettres, instructions et mémoires de Colbert…, t. VII, p. CLVII.

Pour Versailles. Faire achever la chapelle, poser la grille de séparation90, presser les grilles des arcades, la menuiserie de la chapelle haute, les cariatides, les confessionnaux, les portes, et faire en sorte que tous les ouvriers soyent dehors mercredy au soir, et que les doreurs puissent travailler jeudy91.

55Le même jour, D’Ormoy écrivait à Colbert, peut-être pour lui répondre, de Versailles :

  • 92 Ibid., p. CLVIII.

Chapelle. L’échafaud est osté. J’ay envoyé ce matin à Paris pour avoir la grille de séparation. Elle doit estre icy ce soir. On commencera à la poser demain matin. Les bases des cariatides seront posées ce soir. Tout le reste de la menuiserie arrivera demain. On la posera en mesme temps92.

  • 93 AN, O1 17791, no 11, et O1 17831, no 4.
  • 94 AN, O1 17831, no 4, O1 17791, no 11, et O1 17886, no 92.
  • 95 Arch. comm. de Versailles, série E, reg. 12, fos 24, 67 et 68vo.

56En tant que contrôleur des Bâtiments du roi, Lambert, dont le nom est écrit sur plusieurs dessins d’architecture93, était chargé de veiller aux travaux de transformation imposés par la construction de l’aile du Nord à partir de 1684. Ceux-ci, dont les comptes des Bâtiments ne font pas mention explicite, les rapportant sans doute à ceux de l’aile du Nord, sont attestés par les trois dessins d’architecture commentés plus haut94. Ils ont pu être réalisés durant un séjour de la cour à Fontainebleau en 1684, au moment de la destruction de la grotte de Téthys, ou en 1685, ou bien encore entre le 11 mars 1685, date du dernier baptême célébré à la chapelle du château avant celui du 25 juillet 1685, et le 24 juillet 1685, date du mariage du duc de Bourbon95.

Travaux annexes

  • 96 Sur les lazaristes, voir Alexandre Maral, « Clergé de cour et sainteté : la desserte de la chapelle (...)

57Construit en hâte, blotti entre le corps central du château et la grotte de Téthys, l’édifice provisoire de 1682 imposa peu à peu sa présence au sein d’un palais en plein développement. Chapelle palatine, desservie par une communauté de lazaristes installés par Louis XIV dès 1682, le nouveau sanctuaire devait en outre répondre aux nécessités du cérémonial royal et notamment permettre au roi et à sa famille d’assister quotidiennement à la messe depuis la tribune, au terme d’un parcours empruntant l’enfilade du Grand Appartement 96.

  • 97 Comptes des Bâtiments…, t. II, col. 175.
  • 98 Ibid., t. II, col. 196.
  • 99 Parfait paiement du 28 novembre 1683 : « À Houasse, peintre, parfait payement de 3 300 livres pour (...)

58Ainsi, le salon de l’Abondance, qui servait en principe d’antichambre au cabinet des médailles, fut appelé à donner accès à la tribune royale de la chapelle par une porte qui se situait dans l’alignement exact de toutes celles du Grand Appartement. C’est en 1682 que les comptes des Bâtiments mentionnent des paiements faits à Hubert Misson et Jérôme Derbais « pour pavé de marbre du salon à costé de lad. chapelle97 » et à Pierre Mazeline et Noël Jouvenet « sur leurs ouvrages de sculpture à la corniche de stuc du sallon vers la grotte98 ». La même année, René-Antoine Houasse exécuta les « ouvrages de peintures faits au platfonds de la pièce qui précède le cabinet des curiositez », pour lesquels il fut rémunéré en 168399. Le secteur nord-est du corps central, loin d’être gêné, en quelque sorte, par la chapelle, se développa en harmonie avec elle.

59Les salles donnant accès au vestibule du rez-de-chaussée et, depuis le nord, à la tribune du premier étage ne sont documentées que par les plans dont il a été question plus haut : comprises dans l’angle nord-ouest de l’aile du Gouvernement, celle du rez-de-chaussée donnait sur l’avant-cour au sud et, par un couloir est-ouest qui occupait la largeur d’une cage d’escalier, sur le passage public menant de l’avant-cour aux jardins à l’ouest, tandis que celle du premier étage, beaucoup plus petite, ouvrait à la fois sur le salon de l’Abondance, avec lequel elle était de plain-pied, et, par quelques marches à monter, sur l’escalier venant de l’avant-cour, lequel recevait aussi l’arrivée d’un couloir distribuant toutes les pièces de l’aile du Gouvernement, celles du pavillon exceptées. Ancienne aile des offices, cette partie du château datait de 1662 mais elle avait dû être profondément remaniée lors de l’implantation de la chapelle, qui s’appuyait directement sur la façade de Le Vau.

  • 100 Voir A. Marie et J. Marie, Mansart à Versailles, vol. 2, p. 525 et 539. La destruction de la grotte (...)
  • 101 Cette fonction de passage est confirmée par Saint-Simon, qui, dans ses additions au Journal de Dang (...)
  • 102 A. Marie et J. Marie, Mansart à Versailles, vol. 2, p. 539.
  • 103 Sur la chapelle de plan centré au milieu de l’aile du Nord, voir A. Marie et J. Marie, Mansart à Ve (...)
  • 104 AN, O1 1762A1.
  • 105 Les chapiteaux et les colonnes sont mentionnés par les comptes des Bâtiments de septembre à novembr (...)
  • 106 Galerie haute de l’aile du Nord.
  • 107 Mémoires du duc de Saint-Simon, vol. 2 (1879), p. 12
  • 108 Les comptes des Bâtiments mentionnent à deux reprises, en 1689 et en 1692, les huit colonnes de mar (...)
  • 109 J.-F. Félibien, dit Félibien des Avaux, Description sommaire…, p. 106.

60En revanche, la partie située au nord de la chapelle est mieux connue. Entreprise en 1684, l’aile du Nord condamnait la grotte de Téthys, qui, largement passée de mode, ne pouvait être incluse dans le nouveau bâtiment100. Pour assurer le passage du corps central à la nouvelle aile, il semble que la tribune de la chapelle ait été mise à contribution, faute de mieux101. Moins haute que l’aile du Nord, la chapelle laissait voir, à travers les fenêtres du premier étage de la façade construite en 1684-1685, la corniche et le chéneau de son toit, de deux ans antérieurs, la saillie de la corniche empêchant la pose de châssis dans les ouvertures des fenêtres de l’aile102. Après l’échec du projet de chapelle de plan centré au milieu de l’aile en 1684-85, on envisagea, dès 1687, la construction de la chapelle dite de 1710, qui devait mettre fin à une situation encombrante, sinon absurde, et offrir l’image d’un lieu de culte royal à l’échelle du palais103. Les travaux commencèrent par le massif ouest, celui des deux vestibules de plan carré superposés. Un « Estat des ouvrages à faire pour le roy dans ses bastiments de Versailles pendant l’année prochaine 1688, du département du sieur Lambert » mentionne le « sallon de la chapelle », à l’un des murs duquel « est adossé l’hautel d’à présent104 » : il s’agit du vestibule bas, qu’il est prévu de doter de vingt colonnes, d’un plancher, d’une corniche105. En 1693, à propos du vestibule haut, Saint-Simon, dans ses Mémoires, parle d’un « passage obscur, entre la tribune et la galerie de l’aile neuve106 […], et ce passage étoit destiné à un grand salon pour la chapelle neuve que le roi vouloit bâtir107 ». En 1689, en effet, les travaux furent interrompus du fait de la guerre et, par la suite, le décor en marbre polychrome fut remis en question108. Dix ans plus tard, dans sa Description sommaire de Versailles ancienne et nouvelle, Félibien des Avaux cite le salon de l’Abondance en précisant qu’il « donne aussi entrée aux tribunes de la chapelle, par lesquelles, à travers un passage où doit estre le vestibule des tribunes de la nouvelle chapelle que l’on bâtit, on peut aller voir les apartemens contenus dans l’aile neuve109 ».

61Les travaux de la nouvelle chapelle, même s’ils n’aboutirent pas dans l’immédiat, ne furent pas sans conséquences pour la petite pièce formant appendice dans la cour de la chapelle, sacrifiée à la pose des fondations de la nouvelle chapelle et à un remaniement de la cour :

  • 110 Comptes des Bâtiments…, t. III, col. 237.
  • 111 Ibid., t. III, col. 237.
  • 112 Ibid., t. III, col. 261.
  • 113 Ibid., t. III, col. 404.

– Recepte, […] 10 juillet 1689, […] de Jean Mallet, charpentier, pour le prix, tant de 700 pièces de bois, dont 450 de chesne et 250 de chasteignier, provenans des démolitions du village de Chèvreloup, et de 66 autres pièces de bois de chesne provenant de la démolition de la petite sacristie de la chapelle du chasteau de Versailles et de l’appartement du sieur Bastide sous le mouvement de l’horloge, à raison de 250 livres le cent de pièces, 1 915 livres110.
– Recepte, […] du 10 juillet 1689, […] d’Estienne Yvon, couvreur, pour le prix de 3 toises 1/2 d’ardoise provenant de la démolition de la couverture de l’ancienne sacristie de la chapelle du chasteau de Versailles, à raison de 3 livres le cent, 10 livres 10 sols111.
– 18 septembre 1689 : à luy [Louis Renouf, paveur], sur ses ouvrages de pavé dans la cour de la chapelle du chasteau, 300 livres112.
– 3 décembre 1690 : à luy [Roger, serrurier], pour la grille de fer qu’il a fait par augmentation à la closture de la petite cour proche la chapelle du chasteau de Versailles, 87 livres113.

  • 114 AN, O1 17831, no 19, et O1 17831, no 20.

62D’après les deux plans du sanctuaire conservés aux Archives nationales, déjà cités et reproduits plus haut, il semble que la « petite sacristie » fut reconstruite après l’interruption des travaux de la chapelle114.

  • 115 « Le roy entretient douze missionnaires dans cette chapelle, avec six enfans de chœur. Il leur a do (...)
  • 116 Lettres, instructions et mémoires de Colbert…, t. VII, p. CLV.
  • 117 AN, O1 1762A2.
  • 118 J.-F. Félibien, dit Félibien des Avaux, Description sommaire…, p. 106. On peut se demander si ces p (...)

63Chargés officiellement de la desserte de la chapelle en 1682, les lazaristes pouvaient disposer de logements et de pièces servant à l’instruction des six enfants de chœur dont le Mercure galant de mai 1682 signale l’existence au service de la chapelle115. Dès le 12 février 1682, en effet, une lettre du marquis d’Ormoy à Colbert fait état de la décision royale d’octroyer « deux chambres au-dessus des pompes pour les Pères de la Mission116 » . Un « Mémoire du nombre des appartements à faire dans la grande aisle à bastir » fait allusion, sans les situer vraiment, à « trois pièces pour les Pères de la Mission » au rez-de-chaussée, sans compter le « logement des Pères de la Mission » donnant sur la rue, à « quatre pièces aux Pères de la Mission » dans l’aile séparant les deux futures cours au premier étage (futur Pavillon de Noailles), et à « deux estages encore pour les Pères de la Mission » à l’étage de l’attique, toujours dans la même aile117. De même, Félibien des Avaux, dans sa Description sommaire de Versailles ancienne et nouvelle, explique que les appartements des cours de l’aile neuve étaient occupés en partie par les ecclésiastiques qui desservaient la chapelle118.

Un décor nouveau

  • 119 P. de Nolhac, La création de Versailles d’après les sources inédites : étude sur les origines et le (...)

64Si, au moment de sa bénédiction, l’édifice était en mesure de servir au culte, le décor intérieur n’était pas encore achevé. Contrairement à une opinion de Pierre de Nolhac, Fiske Kimball a montré que les morceaux d’ornementation qui avaient été réalisés pour la chapelle de 1672 ne furent pas remployés dans celle de 1682, pour laquelle on créa un décor principalement en bois, du fait de son caractère provisoire mais aussi de l’évolution du goût119.

  • 120 Douai, bibliothèque municipale, ms 1374, p. 379-665, à la p. 432, 21 août 1703 (passage cité par Be (...)

65D’après une source peu connue et restée inédite, le Journal privé de mon 3e voyage de Paris fait en l’an 1703 de Louis Monnier de Richardin, « le maistre-autel est orné d’une assez belle menuiserie dorrée, de deux colomnes et de quatre pilastres d’ordre corinthien120 ». Les comptes des Bâtiments font du reste une place importante à la menuiserie. Les premiers paiements, dès septembre 1681, sont strictement contemporains du projet de porte pour la sacristie dont il a été question plus haut :

  • 121 Un en septembre, trois en octobre, cinq en novembre, trois en décembre, deux en janvier (AN, O1 215 (...)
  • 122 Comptes des Bâtiments…, t. II, col. 17.
  • 123 Ibid., t. II, col. 193.
  • 124 Ibid., t. II, col. 212.
  • 125 Ibid., t. II, col. 62.
  • 126 Ibid., t. II, col. 179.
  • 127 Ibid., t. II, col. 245. À la date du 27 janvier 1683, le registre original des comptes des Bâtiment (...)

– (28 septembre 1681 – 11 janvier 1682 : ) à Rivet et Muidebled, sur leurs ouvrages de menuiserie de la nouvelle chapelle (quatorze paiements121 ; 13 000 livres)122.
– 18 janvier : à Rivet et Muidebled, sur la menuiserie de la chapelle du chasteau, 400 livres123.
– (25 janvier – 8 mars) : à Rivet et Muidebled, menuisiers, sur leurs ouvrages (sept paiements, 5 900 livres124.
– (27 avril – 19 juin) : à Desrivier, sculpteur, sur les ornemens en bois qu’il fait à la menuiserie de la chapelle (trois paiements, 450 livres)125.
– 30 aoust : à Rivet, menuisier, et Muidebled, son associé, parfait payement de 26 816 livres 19 sols 6 deniers pour ouvrages et réparations de menuiserie à la chapelle et au chasteau de Versailles en 1681 et 1682, 616 livres 19 sols 6 deniers126.
– 1er septembre : à Rivet, menuisier, par gratification, en considération de la dilligence et soins extraordinaires qu’il a donnez à faire les ouvrages de menuiserie de la nouvelle chapelle, 500 livres127.

  • 128 Mémoire pour D’Ormoy, 13 mars 1682, dans Lettres, instructions et mémoires de Colbert…, t. VII, p.  (...)
  • 129 AN, O1 2007, p. 3. L’église de Vigny est située dans l’actuel département du Val-d’Oise : elle a ét (...)

66Sous ce terme un peu vague de menuiserie, distinct cependant de la sculpture, doivent être compris les différents autels, les stalles et les cloisons qui les surmontent, les tables de communion placées devant les deux autels latéraux, ainsi que des confessionnaux, qu’il est impossible de localiser mais que mentionne un mémoire de Colbert128. Non moins de sept confessionnaux sont énumérés en juin 1710 par la liste des « Démolitions de l’ancienne chapelle du château de Versailles données par le roy au mois de juin 1710 », au moment de leur dispersion : le confessionnal de la tribune fut alors envoyé à la paroisse de Montreuil, « deux grands confessionnaux sculptez » à Louveciennes, un quatrième similaire à la chapelle du Grand Commun, « deux confessionnaux de sapin » furent cédés « au sieur Juvénal pour Le Camp près de Marly » et un dernier, semblable, à l’église de Vigny129 ». Aucun d’entre eux n’est aujourd’hui identifié.

  • 130 Ibid., p. 5-6. Cette armoire de chêne mesurait 6 pieds de haut sur 4 pieds et demi de large. La cha (...)
  • 131 AN, Minutier central, étude XXVI, liasse 320.

67L’« État des démolitions de l’ancienne chapelle du château de Versailles qui ont été données par ordre de Monseigneur le marquis d’Antin en juin 1710 » mentionne également « quatre travées de balustrades de bois sculptées des arcades d’en bas » et, dans la sacristie, « un retable garni de tiroirs pour serrer les ornemens et des armoires au-dessus pour les calices et une autre grande armoire pour serrer les chapes » : le tout fut alors donné au sieur des Perriers et transféré à la chapelle royale de Montlhéry, tandis qu’une autre armoire, provenant de la tribune, était envoyée à la paroisse de Montreuil130. En revanche, on le sait par l’« Adjudication de maçonnerie pour la construction d’un bâtiment dans le chasteau de Versailles à Guillaume Le Duc », les balustrades des tribunes de l’étage étaient composées de balustres en pierre de Tonnerre131.

68Hormis les ouvrages destinés à protéger la chapelle des intempéries, deux paiements correspondent aux grilles extérieures et intérieures : la première, dans la cour de la chapelle, selon un axe nord-sud ; la seconde, selon un axe est-ouest, sous la tribune royale, de façon à fermer le vestibule.

  • 132 Comptes des Bâtiments…, t. II, col. 212.

– (15 février – 8 mars 1682) : à Marie, serrurier, sur la grille et porte de fer qui doit fermer la cour de la chapelle (deux paiements, 800 livres)132 ».

  • 133 Ibid., t. II, col. 212.

– 8 avril 1682 : à Blin, serrurier, sur la grille de la chapelle, 600 livres133 ».

  • 134 Ibid., t. II, col. 177.

– 13 août 1682 : à Marie et Belain, serruriers, parfait payement de 2 270 livres 8 sols pour la grille de fer servant à clore la chapelle du chasteau, 1270 livres 8 sols134.

69Des travaux de dorure et de peinture décorative, sur lesquels les comptes des Bâtiments ne fournissent que peu de précision, complètent un décor qui était achevé dans ses grandes lignes à la fin de l’été 1682 :

  • 135 Ibid., t. II, col. 212.
  • 136 Ibid., t. II, col. 212.
  • 137 Il s’agit de la tribune.
  • 138 Comptes des Bâtiments…, t. II, col. 212.
  • 139 Ibid., t. II, col. 176.

– 15 mars 1682 : à Deszoziers, doreur, sur les peintures qu’il fait, 300 livres135 ».
– (22 mars – 10 mai 1682 : ) à luy [Desauziers], sur ses ouvrages à la nouvelle chapelle du château de Versailles (huit paiements, 5 000 livres)136 ».
– 22 mars 1682 : à Richard et Francart, peintres, sur la décoration qu’ils font à la gallerie137 de la chapelle, 300 livres138 ».
– 5 août 1682 : à Dezauziers, peintre, parfait payement de 6 340 livres 17 sols 3 deniers pour ouvrages de dorure à la nouvelle chapelle du chasteau, 1 040 livres 17 sols 3 deniers139.

  • 140 Lettres, instructions et mémoires de Colbert…, t. VII, p. CLXIV.

70Adressé par le marquis d’Ormoy à Colbert le 14 avril 1682, un « Mémoire pour mon père » fait savoir que « Desoziers promet que la partie du tabernacle qui est icy sera dorée à la fin de la semaine prochaine, ainsy qu’il l’a promis140 ».

Mobilier

71À l’instar de la chapelle qui l’avait précédée dans le palais, celle de 1682 était affirmée au dehors comme lieu de culte. Le signalement de cette fonction sacrée était autant sonore que visuel : la croix qui sommait l’édifice, ôtée, comme on l’a vu, dès 1684, était secondée par une cloche, mentionnée sans indication d’emplacement par les comptes des Bâtiments :

  • 141 Comptes des Bâtiments…, t. II, col. 212.
  • 142 Ibid., t. II, col. 184.
  • 143 Ibid., t. III, col. 432.
  • 144 Ibid., t. III, col. 1104.

– « 1er octobre 1682 : à luy [Blin, serrurier], sur la croix qu’il fait pour mettre sur la chapelle, 300 livres141.
– 27 janvier 1683 : à Belin, serrurier, parfait payement de 4 000 livres pour la croix de fer de la chapelle, 3 700 livres142.
– 4 juin 1690 : à Nicolas Nainville, fondeur, pour une cloche qu’il a fondue pour la chapelle du chasteau de Versailles, 111 livres 4 sols143.
– 20 novembre 1695 : à luy [Gilles Le Moyne, fondeur], pour, avec 218 livres qui luy sont déduits pour le prix de 350 livres que pèse la vieille cloche de la chapelle qui lui a esté donnée à compte à raison de 12 sols la livre, faire le parfait payement de 329 livres 15 sols 3 deniers, à quoy monte la nouvelle cloche qu’il a fondue pour la chapelle du chasteau pesant 356 livres 1/2 à raison de 18 sols 6 deniers la livre, 119 livres 15 sols 3 deniers144.

  • 145 Norbert Dufourcq, Nicolas Lebègue (1631-1702) : étude biographique suivie de nouveaux documents iné (...)
  • 146 Abbé Guilbert, Description historique des château, bourg et forest de Fontainebleau, Paris, A. Cail (...)
  • 147 « Mémoire des ouvrages que j’ay faittes et fournie pour l’orgue de la chapelle du roy de Fontainebl (...)

72Absent de toutes les sources figurées connues, l’orgue était probablement placé sur la tribune à l’est, la seule partie de la chapelle dont aucune représentation n’est connue. L’instrument commandé en 1679 pour la chapelle précédente, dans le cadre d’un ambitieux réaménagement, ne fut placé à Versailles, après avoir été modifié et complété, que dans la chapelle définitive de 1710145. Celui de la chapelle de 1682, sur lequel jouèrent d’illustres organistes du roi, devait n’être qu’un simple positif à un clavier, ou au mieux un cabinet d’orgue plus important, à deux claviers manuels et un pédalier. En 1731, dans sa Description historique des château, bourg et forest de Fontainebleau, l’abbé Guilbert signale, à propos de la chapelle de la Trinité du château de Fontainebleau, que « les deux balcons ou tribunes qui sont près de l’autel au-dessus du lambris servent à placer la Musique ; dans celui à gauche est un buffet d’orgues estimé des curieux qui étoit à l’ancienne chapelle de Versailles », très probablement celle de 1682146. En 1765, cet orgue fut entièrement relevé mais maintenu dans son « petit cabinet » d’origine147. Il comptait alors seulement deux claviers, avec au premier les jeux de bourdon, prestant, nasard, doublette, tierce, cromorne et plein-jeu. Lors du réaménagement de la tribune de la Musique, en 1772, il fut remplacé par un nouveau buffet de Boullet le Jeune, encore en place aujourd’hui.

Fig. 25 : « Coupe de l’ancienne tribune » de la chapelle royale du château de Fontainebleau, dessin extrait du recueil des Plans des tribunes et orchestres de la Musique du roy avec les noms des sujets qui en occupent les places par Jean-Baptiste Métoyen, 1773. Versailles, Bibliothèque municipale, ms F 87, planche 4.

Fig. 25 : « Coupe de l’ancienne tribune » de la chapelle royale du château de Fontainebleau, dessin extrait du recueil des Plans des tribunes et orchestres de la Musique du roy avec les noms des sujets qui en occupent les places par Jean-Baptiste Métoyen, 1773. Versailles, Bibliothèque municipale, ms F 87, planche 4.

© Bibliothèque municipale de Versailles

  • 148 Plans des tribunes et orchestres de la Musique du roy avec les noms des sujets qui en occupent les (...)

73Une « Coupe de l’ancienne tribune » (fig. 25) faisant partie du recueil de Jean-Baptiste Métoyen réalisé en 1773 reste la seule source pour connaître au moins l’apparence de l’orgue de « l’ancienne chapelle de Versailles», qui y figure représenté de face148.

  • 149 Ce dais est encore visible sur les deux médailles frappées à l’occasion de la promotion de 1689, po (...)

74En l’absence d’inventaire précis, seuls les documents figurés sont en mesure de donner une idée du mobilier de la chapelle. La vignette (fig. 16) de l’Imitation de Jésus-Christ et le tableau de Pezey (fig. 18) montrent le prie-Dieu du roi, couvert d’un tapis de pied sur lequel prenaient place les enfants de France. Le trône et le dais provisoires qui étaient installés pour les cérémonies de l’ordre du Saint-Esprit sont représentés sur la gravure d’après Leclerc (fig. 14), appliqués contre le premier pilier au nord-ouest de la nef et débordant sur les arcades149. Chaque année, les cérémonies de l’ordre nécessitaient l’installation provisoire d’un mobilier conséquent, comme en témoigne ce paiement de 1698 ordonné au grand trésorier de l’ordre du Saint-Esprit :

  • 150 La Courneuve, Archives du ministère des Affaires étrangères, M. D. France 1045, fo 218vo. Les dépen (...)

Fait aussy dépense le sieur marquis de Torcy de la somme de trois cent quatre-vingt quatre livres, payée au sieur Boulard pour son remboursement de pareille somme par luy avancée aux tapissiers qui ont fourny et fait porter le nombre de formes et sièges nécessaires pour asseoir les princes, prélats, chevaliers, commandeurs et officiers desdits ordres qui se sont trouvez aux assemblées que Sa Majesté a faittes le 1er janvier, 2e février et feste de la Pentecoste de ladite année 1697 en la chapelle du château de Versailles ; ladite somme payée audit sieur Boulard en vertu de l’ordonnance de Sa Majesté du 23e janvier 1698, cy 3 480 livres150.

  • 151 AN, O1 2985.

75Il faut supposer aussi de nombreux tapis, qui servaient pour les grandes cérémonies, les carreaux des ducs et des duchesses, posés à même le sol, et, à la tribune, le prie-Dieu du roi et son tapis de pied que l’on faisait retomber par-dessus la balustrade lorsque le roi entrait dans la chapelle par en haut. Le 13 juillet 1698, une somme de 5 372 livres 14 sols et 7 deniers était versée aux marchands Marsollier et Levasseur et au tapissier Doublet pour la fourniture d’un tapis et de deux carreaux de velours cramoisi de Gênes brodés d’or151.

  • 152 Inventaire général du mobilier de la Couronne sous Louis XIV (1663-1715), édité par J. Guiffrey, Pa (...)
  • 153 AN, O1 3308, fo 23vo. Peut-être s’agit-il des bancs auxquels Saint-Simon fait allusion dans ses Bro (...)
  • 154 Versailles, archives de l’Établissement public du château, du musée et du domaine national de Versa (...)

76Dans le sanctuaire, on imagine, outre les stalles, une banquette pour le célébrant et des bancs pour les clercs. Au fil de l’inventaire général du mobilier de la Couronne, seul un Nota figurant au bas du no 1846 de l’« inventaire des lits et emmeublemens » pour l’année 1699 signale que des sièges meublant le cabinet des petits appartements de la Ménagerie « il y a quatre fauteuils et quatre sièges plians qui servent à Versailles à la chapelle » : comme les autres pièces de la série d’où ils étaient extraits, ils étaient de bois peint, à fond blanc, ornés de fleurs de plusieurs couleurs, couverts d’un brocard à fond d’argent présentant un motif de rinceaux d’or et de fleurs de soie au naturel, et garnis de frange or et argent152. On ignore où ce mobilier pouvait prendre place, et s’il servait en permanence : peut-être n’avait-il été emprunté que pour le mariage du duc de Bourgogne, et pas encore restitué au moment de la rédaction de l’inventaire. Le journal du Garde-Meuble fait référence, à la date du 16 avril 1706, à des « formes servans à la chapelle et à la comédie de Versailles » lorsqu’il fut question de les « rétablir » au moyen de « quatre pièces de moquette rouge à fleurs de 10 aunes 3/4 chacune » livrées par la veuve Le Brun153. Mention est faite d’« un chandelier pasquale de l’ancienne chapelle », placé dans le sanctuaire entre Pâques et l’Ascension et, le reste de l’année, peut-être près de l’éventuel baptistère dont on peut supposer l’existence à droite en entrant, ou du moins dans la sacristie, et d’« une armoire de 8 pieds de hault sur 4 pieds de large » provenant sans doute de la sacristie dans un registre des démolitions pour la période 1706-1715, à la date du 18 juillet 1710154.

77Pour cette dernière pièce, qui abritait aussi des meubles pouvant servir dans le sanctuaire, on dispose d’un inventaire plus précis, daté de juillet 1708 :

  • 155 AN, O1 3445 (« Inventaire des meubles du chasteau de Versailles vériffiez en juillet 1708 »), fos 1 (...)

Dans la sacristie et chapelle : 4 tabourets de moquette rouge à fleurs, les bous de noyer, unis ; 2 longues formes de même moquette ; cinq autres formes de même moquette, moins longues ; un rideau de fenêtre de 3 lez de bazin sur douze pieds de haut ; un banc à lit de bois de chêne à un battant qui s’abat par devant, long de 5 pieds 9 pouces sur 21 pouces de large, garny d’un matelas de laine, un matelas de laine et toille rayée, un traversin de plume et coutil, 2 couvertures de laine blanche, et un pavillon d’étoffe, fil et laine aurore et verd ; un bous de lit de sangle de deux pieds 1/2 de large ; deux tapis de drap verd, cloués l’un sur une table à traiteaux, l’autre sur la table des ornemens de la sacristie155.

  • 156 Cette désignation se trouve dans le Journal du marquis de Dangeau, publié par E. Soulié, L. Dussieu (...)

78À la différence des autres ouvrages de menuiserie, les paiements des comptes des Bâtiments désignent explicitement leur objet lorsqu’il s’agit de la chaire et des deux petites logettes ou « cabinets de la tribune156 » :

  • 157 Comptes des Bâtiments…, t. II, col. 212.
  • 158 Ibid., t. II, col. 212.
  • 159 Ibid., t. II, col. 193.
  • 160 Ibid., t. II, col. 239.
  • 161 Ibid., t. II, col. 331. Les paiements sont datés des 17 janvier (300 livres), 31 janvier (300 livre (...)
  • 162 Comptes des Bâtiments…, t. II, col. 475.

– (15 mars 1682 – 13 septembre : ) à Rivet, menuisier, sur la chaise à prescher et autres ouvrages (sept paiements, 6 400 livres)157.
– 1er novembre : à luy [Rivet], sur les deux oratoires de menuiserie faits pour la reyne dans la tribune de la chapelle, 1 200 livres158.
– 15 novembre : à Rivet, sur ses ouvrages des oratoires de la reyne, 800 livres159.
– 21 novembre : à Rivet, menuisier, pour distribuer à ses compagnons à cause de leur vigilance aux ouvrages de menuiserie qu’il a faits aux oratoires de la reyne à Versailles, 44 livres160.
– (17 janvier 1683 – 28 février : ) à Rivet, menuisier, sur la troisième chaire à prescher de la chapelle (quatre paiements, 1 700 livres)161.
– 23 janvier 1684 […] : à Rivet, menuisier, parfait payement de 7 337 livres 13 sols 11 deniers pour ouvrages de menuiserie par luy faits tant pour la troisième chaire à prescher de la chapelle appartenant à Madame de Maintenon qu’à la Surintendance et autres endroits du chasteau de Versailles en 1683, 3 837 livres 12 sols 11 deniers162 ».

79Des paiements relatifs à la peinture et à la dorure complètent ceux de menuiserie :

  • 163 Ibid., t. II, col. 196.
  • 164 Ibid., t. II, col. 184. La date est indiquée par le registre AN, O1 2152, fo 111vo.
  • 165 Comptes des Bâtiments…, t. II, col. 334. Si on se reporte au fo 182 du registre AN, O1 2153, on tro (...)
  • 166 Comptes des Bâtiments…, t. II, col. 478.

– 22 novembre 1682 : à La Baronnière le père, doreur, sur les oratoires de la reyne et autres endroits, 800 livres163.
– (27 janvier 1683) : à Dufaux et Micheux, doreurs, pour payement de la dorure et peinture en blanc qu’ils ont faites à la chaire du prédicateur, 435 livres 17 sols 9 deniers164.
– « (13-27 juin 1683 : ) aux Dufaux frères, doreurs, sur la dorure de la chaire du prédicateur (deux paiements), 500 livres165.
– « 5 mars 1684 : aux Dufaux frères, doreurs, parfait payement de 827 livres 3 sols 3 deniers pour ouvrages de dorure et peinture en blanc qu’ils ont fait à la chaire du prédicateur de la chapelle du chasteau, 327 livres 3 sols 3 deniers166.

  • 167 Une des deux premières chaires pourrait orner aujourd’hui la nef de l’église paroissiale de Saint-G (...)

80Mentionnée dès mars 1682, un mois avant la bénédiction de la chapelle, la chaire de la chapelle devenait donc, en février 1683, la mystérieuse « troisième chaire, appartenant à Madame de Maintenon », que Micheux et les frères Dufaux furent chargés de peindre en blanc et de dorer au mois de juin de la même année167. Probablement d’après les indications de Le Hongre, le sculpteur Le Comte fut requis pour dégrossir et orner un corps de menuiserie qui venait d’être réalisé et attendait d’être peint et doré :

  • 168 Comptes des Bâtiments…, t. II, col. 335.
  • 169 Ibid., t. II, col. 439.

– (28 février 1683 – 9 mai 1683 : ) à Le Comte, sur la sculpture de la chaire du prédicateur (trois paiements, 1 800 livres)168.
– 9 octobre 1683 : à luy [Le Hongre, sculpteur], pour les modelles de centaures et de la chaire à prescher pour la chapelle du chasteau, 1 060 livres169.

  • 170 AN, O1 2629, Journal de paiements de mémoires d’ouvriers, fos 17 et 17vo. En revanche, la correspon (...)

81Ces données sont confortées par deux mémoires apportés au « Bureau des Bastiments », le 7 février 1684, par l’inspecteur des travaux Lefebvre : le premier est du sculpteur Le Comte « pour ouvrages faits pour la chaise [sic] de la chapelle du chasteau de Versailles contenant six articles revenant à la somme de quatre mil cinq cens livres » ; le second de « Dufaux, doreur, pour dorures faites à la chaire de la chapelle de Versailles contenant vingt-trois articles revenant à la somme de quinze cens cinquante huit livres unze sols deux deniers170 ». La chaire représentée en 1689-1690 ressemble à celle qui orne le fond du portrait de Madame de Maintenon publié chez Claude-Auguste Berey.

Sculptures et peintures

  • 171 AN, O1 2007, p. 3, « Démolitions de l’ancienne chapelle du château de Versailles données par le roy (...)

82Les travaux confiés à des sculpteurs de renom travaillant à Versailles et affectés à la chapelle pour l’embellir sont assurément mieux documentés. Même si, comme on l’a vu, le cadre décoratif, tout provisoire qu’il fût, constituait un ensemble de qualité, les sculptures furent réalisées en bois, prévues peut-être pour être réutilisées par la suite. Après 1710, en effet, les deux anges adorateurs et le maître-autel qu’ils encadraient furent envoyés par Louis XIV à la paroisse de Marly, dont ils ornent encore aujourd’hui le sanctuaire (fig. 26)171.

Fig. 26 : Maître-autel de l’église Saint-Vigor-et-Saint-Étienne de Marly-le-Roi.

Fig. 26 : Maître-autel de l’église Saint-Vigor-et-Saint-Étienne de Marly-le-Roi.

© E. Duron-Moreels

  • 172 AN, O1 2007, p. 5, « État des démolitions de l’ancienne chapelle du château de Versailles qui ont é (...)

83Les deux vases et les deux anges couronnant le retable, que l’on discerne bien sur le tableau représentant le baptême du fils de l’ambassadeur Pisani, furent en revanche donnés à Saint-Cyr, probablement parce que le sanctuaire de Marly n’était pas assez élevé pour les accueillir : ils ne sont malheureusement plus localisés aujourd’hui172. Sans préciser la nature des œuvres réalisées, les comptes des Bâtiments indiquent quatre artistes pour l’ensemble du décor sculpté :

  • 173 Comptes des Bâtiments…, t. II, col. 20.
  • 174 Ibid., t. II, col. 196.
  • 175 Ibid., t. II, col. 212.
  • 176 Ibid., t. II, col. 197.
  • 177 Ibid., t. II, col. 212 ; un examen de l’original manuscrit des comptes des Bâtiments (AN, O1 2152, (...)
  • 178 Ibid., t. II, col. 197.
  • 179 Ibid., t. II, col. 309.
  • 180 Ibid., t. II, col. 473.

– (2 novembre 1681 – 11 janvier 1682 : ) à Mazeline et Jouvenet, sur la sculpture de la nouvelle chapelle (six paiements, 4 100 livres)173.
– 18 janvier 1682 : à Mazeline et Jouvenet, sculpteurs, sur la nouvelle chapelle du chasteau, 300 livres174.
– (25 janvier 1682 – 19 avril 1682 : ) à Mazeline et Jouvenet, sculpteurs, sur leurs ouvrages (treize paiements, 8 400 livres)175.
– 23 août 1682 : à eux [Mazeline et Jouvenet], sur les quatre figures et vazes de bois qu’ils font pour la chapelle, 600 livres176.
– (4 – 11 octobre 1682 : ) à Mazeline et Jouvenet, sculpteurs, sur leur sculpture (deux paiements, 900 livres)177.
– « 1er novembre 1682 : à Le Hongre, sculpteur, sur les deux bas-reliefs du dessus des portes du passage de la tribune, 500 livres178.
– 30 avril 1683 : à Mazeline et Jouvenet, sculpteurs, parfait payement de 3288 livres 16 sols pour leurs ouvrages aux deux oratoires de la reyne, 1 988 livres 16 sols179.
– À luy [Clérion, sculpteur], pour ouvrages de sculpture en pierre qu’il a faits au balcon de la cour du chasteau, au-dessus du passage du costé du parterre de l’Amour, et deux masques aux claveaux des portes et croisées de la chapelle, du costé du petit parc, en 1682, 510 livres180.

  • 181 François Souchal, French Sculptors of the 17th and 18th Centuries: The Reign of Louis XIV, Oxford, (...)

84En dehors d’Étienne Le Hongre, auteur de deux bas-reliefs dont seuls les comptes des Bâtiments font état, et de Jean-Jacques Clérion, mentionné pour des travaux extérieurs, l’ensemble des sculptures fut réalisé par Noël Jouvenet et Pierre Mazeline : outre les deux anges, les paires de têtes de chérubins avec leurs guirlandes au-dessus des arcades du rez-de-chaussée, les grands anges en forme de télamon supportant la corniche, au premier étage, les parties sculptées des deux oratoires de la tribune royale, les deux angelots couchés de part et d’autre de la croix au sommet du maître-autel et les deux panneaux muraux surmontés d’une cassolette, de chaque côté du maître-autel, sont visibles sur les documents figurés, le tableau de Pezey notamment181.

85En ce qui concerne l’éventuelle peinture de la voûte, le commentaire de Nivelon apporte quelques précisions utiles :

  • 182 Il s’agit de la Chute des anges rebelles, commencée à la voûte de la chapelle de 1672.
  • 183 Florence, bibliothèque Laurenziana, ms Ashburnham 1723, fos 210vo-211, et BNF, fr. 12987, fos 300vo(...)

[…] Mais, comme les choses changent par la disposition et le changement des lieux où se devoit exécuter ce grand sujet182, il fut destiné pour celle que l’on devoit construire de nouveau. […] Le temps fournissant sans intermission de nouveaux sujets à Monsieur Le Brun pour la gloire du prince, dans celuy que l’on construisoit une nouvelle chapelle dans ce palais, il s’est passé par la prudence de Louis le Grand ce chef-d’œuvre de la grâce et si éclatant pour la grandeur de cette couronne : l’anéantissement de l’hérésie, qui obligea Monsieur Le Brun de faire un nouveau projet affin afin d’en laisser la mémoire à la postérité, auquel sujet il a donné le titre du Triomphe de la croix. Ce grand signe du salut du monde et de l’Église militante comme le plus glorieux de la triomphante, estant la base et le fondement des deux en général, est placé dans une gloire environnée des ordres angéliques, soutenu des quatre évangélistes comme estans les fondements généraux sous lesquels les élus, tant de l’Église militante que triomphante, se voient soubmis, tels que furent autrefois les anciens Hébreux sortans d’Égypte. Soubs les enseignes des quatre figures hiéroglifiques des évangélistes, les douze apostres, comme les fondements posez et laissez du Verbe en terre, sont disposez dans un ordre plus bas pour dépeindre que ce sont ceux qui ont simentez, à l’imitation du Verbe, par l’effusion de leur sang, ces fondements précieux. Tous les saints qui ont souffert la mort dans la primitive Église y sont pareillement représentez suivant ces grands chefs, et convenablement au rang de leur martyre. Les vierges, dont la palme, jointe au lys de la pureté, semble donner un plus haut degré de gloire, et les confesseurs ou grands chefs d’ordre y ont aussi leur rang. Toutes ces choses sont disposées de manière qu’elles forment un spectacle de gloire digne d’être exposé aux yeux chrétiens en leur dépeignant ces degrez, et que c’est par ce signe du salut, dont le grand saint Paul tiroit toute sa gloire dans ses souffrances, que l’homme y peut monter. Je n’ay pu donner une idée que très informe de ce sujet, ne l’ayant pu voir que sur le récit qui m’en a esté faict assez confusément183.

  • 184 C’est en 1685 que Le Brun proposa sans succès à Louvois de faire peindre par Houasse, époux de sa c (...)
  • 185 Mémoires inédits sur la vie et les ouvrages des membres de l’Académie royale de peinture et de scul (...)
  • 186 Conservés au département des Arts graphiques du Louvre, deux dessins calqués, dus à Le Brun et à so (...)

86La Chute des anges rebelles, inachevée en 1680 à la veille de la destruction de la troisième chapelle du château, fut donc remplacée, à une date sans doute postérieure à la révocation de l’édit de Nantes, par un Triomphe de la croix184 . Entre 1682 et 1685, Le Brun semble avoir vraiment envisagé de reprendre l’œuvre interrompue à la voûte de la chapelle de 1672, comme le laissent entendre deux mémoires anonymes mentionnant un tableau de cabinet peint par l’artiste à partir des dessins de la Chute des anges rebelles au moment de la destruction de la chapelle de 1672 afin de garder l’idée de la composition générale185. Nulle part mentionnées, les raisons de l’abandon du second projet, celui du Triomphe de la croix, furent probablement le caractère provisoire de la chapelle, qui ne permettait pas d’engager une forte dépense pour une œuvre tributaire de son support, mais surtout la semi-disgrâce où entra Le Brun après la mort de Colbert, un an à peine après l’achèvement de la chapelle186. Couverte d’une voûte laissée vierge, la chapelle de 1682 perpétua pendant vingt-huit ans une formule qui devait être généralement adoptée avec le remaniement de l’appartement du roi en 1701.

  • 187 En fait, le geste de Louvois trouve son symétrique dans celui de Seignelay, fils de Colbert, qui, e (...)

87Mû par une sincère admiration ou par le souci de plaire au roi, ou encore par le désir malin de montrer au roi que le premier peintre, au lieu de se consacrer entièrement à sa gloire et à l’ornementation de ses palais, peignait des chefs-d’œuvre pour des particuliers, Louvois fit retenir en 1684 pour le roi un tableau de Le Brun représentant une Descente de croix qui avait été commandé par le maréchal de Villeroy pour les carmélites de Lyon, ce qui obligea Le Brun à en faire un second pour honorer sa commande187. D’après Nivelon, ce tableau était destiné à orner l’autel de la chapelle de Versailles :

  • 188 Florence, bibliothèque Laurenziana, ms Ashburnham 1723, fos 211vo-212, et BNF, fr. 12987, fos 302vo(...)

L’autel devoit estre remply d’un tableau, hault de dix-sept pieds et large de neuf, que Monsieur Le Brun avoit fait pour Monsieur le maréchal de Villeroy et que Monsieur de Louvois, à son avènement au ministère de la Surintendance, a faict rester à Paris pour sa beauté et destiné pour l’autel de cette chapelle, ce qui obligea Monsieur Le Brun d’en faire une copie qu’il a repeinte et qui est à Lyon dans celle où repose le corps de ce gouverneur de Louis le Grand. Ce sujet est d’une grande manière, noblement traité dans sa représentation, composé de plusieurs figures, dont quatre sont occupées à la descente du Christ dessus un grand linceuil ; saint Jean, plus bas, y est représenté en action de Le recevoir entre ses bras. De l’autre côté, l’une de ces quatre figures est représentée par un caractère d’âge vénérable et riche dans son habillement, pour figurer cet homme noble, Joseph d’Arymathie, aidant à ce triste ministère en soutenant les bras du Christ. La Magdeleine est au bas de la croix, un genou en terre, les bras levés pour recevoir Celui qui lui avait concédé la grâce, et de part et d’autre se voient ces deux Maries dans des différentes douleurs à ce spectacle. Mais le plus touchant et ce qui attire plus les yeux après la vue du Christ est la Mère désolée qui est debout, comme s’approchant à pas tremblants de cet objet sur lequel elle a la vue fixée, exprimans le resserrement de son cœur et de son âme, pénétrée l’un et l’autre du glaive de la douleur la plus aiguë ; dans ce triste état elle est soutenue d’une des saintes femmes qui l’accompagnoient à ce dernier acte d’amour. Au bas se voient les choses nécessaires pour le dernier office qui fut rendu au corps de Jésus-Christ pour être posé dans le sépulcre. Ce tableau a causé du murmure entre les personnes de l’art, en conséquence qu’il s’en voit un de Rubens sur lequel on a prétendu que Monsieur Le Brun avoit formé sa composition. Cependant, à considérer bien les choses, on tombera d’accord qu’il est très difficile, représentant dans une telle hauteur un sujet pareil, de ne pas se rencontrer dans quelque ressemblance générale, étant un même moment. Mais lorsqu’on examinera ces deux sujets, on verra bien de la différence dans les goûts du dessein, la noblesse du choix des sujets, qui seulement feront tomber d’accord qu’ils étoient tous deux de grands auteurs dans leurs manières188.

88En fait, selon le Mercure galant de mars 1690, c’était la chapelle définitive, celle qui fut inaugurée en 1710, que Louvois désirait orner de la Descente de croix :

  • 189 Camille de Neufville de Villeroy, archevêque de 1654 à 1693, apparenté au maréchal de Villeroy, d’o (...)
  • 190 Mercure galant, mars 1690, p. 207-208. À la lumière d’un projet daté de janvier 1707 et concernant (...)

Il [Le Brun] fit il y a quelques années une Descente de croix pour Monsieur l’archevesque de Lyon189. […] Monsieur de Louvois, ayant esté aux Gobelins pour en visiter les ouvrages, vit chez Monsieur Le Brun cette Descente de croix et l’ouvrage luy parut si beau que ce ministre le retint pour le grand autel de la chapelle neuve que le roy fait bastir à Versailles et dont la guerre n’a point fait discontinuer le travail190.

  • 191 L’estampe, assez grossière et imprécise, peut du reste fort bien se contenter d’interpréter une des (...)
  • 192 Mercure galant, septembre 1686, 2de partie, p. 364-365, à propos de la visite des ambassadeurs de S (...)
  • 193 Au sujet de sa visite aux Gobelins, Nicodème Tessin écrit : « Dans une longue galerie toute proche (...)
  • 194 AN, O1 19644 (texte partiellement édité par H. Jouin, Charles Le Brun…, p. 733-739) : « Ateliers de (...)
  • 195 En effet, si l’« Inventaire des tableaux à la garde de Houasse » (AN, O1 19646), rédigé en 1691, co (...)
  • 196 AN, O1 1970, « Inventaire général des tableaux originaux qui appartiennent au roy », rédigé par Bai (...)
  • 197 AN, O1 1975, « Inventaire général des tableaux du roy fait avec soin en 1709 et 1710 par le sieur B (...)

89Du reste, de l’ensemble des documents figurés montrant le tableau du maître-autel de la chapelle provisoire de 1682, seule la gravure représentant le mariage du duc de Bourbon en 1685 se rapproche, avec sa Déploration du Christ, du thème traité par Le Brun, mais sans que l’on puisse prolonger la comparaison avec la Descente de croix du musée de Rennes191. Après avoir été signalé aux Gobelins en 1686192 et en 1687193, l’original de la Descente de croix y était encore le 10 mars 1690, lors de la levée des scellés apposés à la mort de Le Brun. À cette date, le tableau fut envoyé sur ordre de Louvois au Louvre pour rejoindre la collection royale, comme le précise l’« Inventaire des tableaux et desseins qui se sont trouvez sous le scellé aposé chez Monsieur Le Brun aux Gobelins le 10 mars 1690194 ». En dépit d’un hypothétique transfert du tableau à Versailles après 1696195, sa présence était encore attestée au « Cabinet des tableaux » du Louvre par les inventaires de 1706196 et de 1709-1710197.

  • 198 Lettres, instructions et mémoires de Colbert…, t. V (1868) : Fortifications. Sciences. Lettres. Bea (...)
  • 199 Bibl. mun. de Douai, ms 1374, p. 432 ; passage cité par B. Perrin, « Un professeur… », p. 201.
  • 200 AN, O1 19663, fo 70. La Nativité la plus célèbre de Corrège, dite La Nuit, est conservée à la Gemäl (...)
  • 201 Comptes des Bâtiments…, t. I (1881), col. 1230. Seule la première de ces copies, mesurant dix pieds (...)
  • 202 AN, O1 19656, no 1, au no 201. En juin 1710, le tableau du maître-autel fut porté au Cabinet des ta (...)
  • 203 Comptes des Bâtiments…, t. V, col. 546. Destiné au maître-autel, ce tableau a ensuite été remplacé, (...)

90Le 28 août 1682, Colbert écrivait à Le Brun pour lui demander de faire enlever le brocart provisoire installé dans le cadre du tableau du maître-autel et de le remplacer par une copie d’une Vierge du Corrège dont Le Brun lui-même avait suggéré l’installation en cet endroit198. À la date du 21 août 1703, Monnier de Richardin indique, à la suite du passage déjà cité de son Journal, que le tableau de l’autel représente une Nativité199. Et c’est bien une Nativité qui figure au maître-autel sur la gravure des cérémonies de l’ordre du Saint-Esprit de 1689. Confirmant les dires du témoin oculaire, l’original de l’inventaire des tableaux du roi signé par Paillet le 9 décembre 1695 mentionne, de Boullogne l’aîné, « une copie de la Nativité de Jésus-Christ d’après le Corrège » dans la chapelle du château de Versailles200. Sans doute s’agit-il d’une des deux grandes copies, payées 1 600 livres en 1679 à Boullogne l’aîné qui les avait réalisées en Lombardie, d’après le Saint Roch distribuant les aumônes d’Annibal Carrache et la Nativité de Corrège201. Il est fort probable aussi que cette copie ait été ensuite placée à l’autel de la chapelle des Tuileries : une copie de la Nativité du Corrège par Boullogne l’aîné est en effet mentionnée en cet endroit par l’« Inventaire général de tous les tableaux qui ont été faits pour le service du roy, qu’il faut adjouter depuis à l’inventaire général fait en 1709 jusques en 1737 », rédigé par Bailly202. Il est certain en tout cas que le tableau ne fut pas envoyé à la paroisse de Marly en même temps que le retable, puisque un paiement de 450 livres est attesté par les comptes des Bâtiments, le 12 mai 1711, « à Stiémart, peintre, pour la copie qu’il a faite d’après le Corrège d’un tableau représentant la Nativité de Notre-Seigneur, dont le roy a fait don à l’église de la paroisse de Marly en 1710203 ».

  • 204 AN, O1 1975 (exemplaire de luxe) et O1 1973 (copie réalisée en 1722 pour le duc d’Antin).
  • 205 AN, O1 19648 (ancien O1 1965), disparu depuis 1983 ; inventaire édité par Arnauld Brejon de Lavergn (...)
  • 206 AN, O1 19663 et BNF, fr. 9447, fos 73-79 et 102-165 (copie partielle).
  • 207 AN, O1 1970 (« Inventaire général des tableaux originaux qui appartiennent au roy »), à compléter p (...)
  • 208 AN, O1 1975, p. 26, et O1 1973, p. 16.

91La chapelle était ornée d’autres tableaux que celui du maître-autel, et il est possible d’en connaître quelques-uns grâce à l’Inventaire général des tableaux du roy, rédigé en 1709-1710 par Nicolas Bailly, garde des tableaux de Versailles204. Ce document a été partiellement édité en 1899 par Fernand Engerand, qui se référait aussi aux autres inventaires, ceux de Le Brun205 (1683), de Paillet206 (1695) et de Bailly207 (1706). Ces inventaires commençant par énumérer les peintures de l’école italienne, c’est en premier lieu un tableau d’un grand maître italien qui est mentionné : « Pierre de Cortone. Un tableau représentant la sainte Vierge, l’Enfant Jésus et sainte Martine ; figures de petite nature ; ayant de hauteur quatre pieds un pouce sur quatre pieds huit pouces de large, rehaussé de trois pouces, baissé par les coins pour suivre le ceintre de la bordure208 ».

Fig. 27 : Pierre de Cortone, La Vierge, l’Enfant Jésus et sainte Martine, huile sur toile, vers 1643-44. Paris, musée du Louvre, inv. 108.

Fig. 27 : Pierre de Cortone, La Vierge, l’Enfant Jésus et sainte Martine, huile sur toile, vers 1643-44. Paris, musée du Louvre, inv. 108.

© RMN / Gérard Blot

  • 209 AN, O1 19663, fo 34, et BNF, fr. 9447, fo 129.
  • 210 AN, O1 1970, p. 163.
  • 211 A. Brejon de Lavergnée, L’inventaire Le Brun…, p. 232-233. le tableau, qui mesurait 1,31 m de haute (...)
  • 212 Peint vers 1643-1644, ce tableau représente un sujet cher à Pierre de Cortone, d’une grande dévotio (...)
  • 213 AN, O1 2007, p. 5. Les menuiseries de l’autel étaient en revanche cédées au Père de La Rue (ibid., (...)
  • 214 La Vierge, l’Enfant-Jésus et sainte Martine, inv. 108 (MR 412). Voir Stéphane Loire, Musée du Louvr (...)

92Ce tableau, que Bailly situait dans le cabinet de la Surintendance en 1709-1710, avait été attesté par Paillet en 1695209 et par Bailly en 1706210 dans la chapelle du château. Il correspond au no 181 de l’inventaire de Le Brun en 1683211. Son sujet n’explique pas sa présence dans la chapelle pour une si longue durée. Il est probable que son format, mais surtout son prestigieux auteur aient contribué à en légitimer l’installation212. D’après l’« État des démolitions de l’ancienne chapelle du château de Versailles […] en juin 1710 », il garnissait l’autel de la Vierge au rez-de-chaussée et fut alors remis au cabinet de la Surintendance213. Il est aujourd’hui conservé au musée du Louvre (fig. 27)214. Appartenant à l’école française, les deux tableaux suivants, qui dépeignent les saints patrons du couple royal, sont d’une iconographie classique pour une chapelle palatine :

  • 215 AN, O1 1975, p. 454, et O1 1973, p. 315, édité par F. Engerand, Inventaire…, p. 443. Le tableau est (...)
  • 216 AN, O1 1975, p. 459, et O1 1973, p. 319, édité par F. Engerand, Inventaire…, p. 451. De même, ce ta (...)

– Bon Boulogne. Un tableau représentant un saint Louis à genoux devant un autel, offrant une couronne d’espines ; figure de demi-nature ; ayant de hauteur quatre pieds neuf pouces sur quatre pieds de large ; dans sa bordure dorée ; ceintré à oreille par le haut. Donné par le roy au R.P. de La Rue, le 14 juin 1710215.
– Louis de Boulogne le Jeune. Un tableau représentant sainte Thérèse et un ange qui tient une flèche ardente ; figures de demi-nature ; ayant de hauteur quatre pieds neuf pouces sur quatre pieds de large ; dans sa bordure dorée. Le roy l’a donné à la paroisse du village de Montreuil, le 23e aoust 1710216.

  • 217 AN, O1 2007, p. 5, « État des démolitions de l’ancienne chapelle du château de Versailles qui ont é (...)
  • 218 D’après A. Schnapper, ces deux tableaux sont aujourd’hui perdus (Jean Jouvenet (1644-1717) et la pe (...)
  • 219 Beaucoup plus grands, les deux nouveaux tableaux furent commandés en 1708 à Jean Jouvenet (Saint Lo (...)
  • 220 Comptes des Bâtiments…, t. II, col. 209.

93Ayant exactement les mêmes dimensions (1,60 m × 1,30 m), ces deux derniers tableaux formaient une paire mais étaient placés à deux niveaux différents : celui de l’autel saint Louis était au rez-de-chaussée, celui de l’autel de sainte Thérèse à l’étage de la tribune217. Ils furent tous deux donnés par le roi en 1710218, alors que deux autels consacrés aux mêmes saints avaient été prévus dans la chapelle suivante219 . C’est sans doute à ces deux tableaux que les comptes des Bâtiments se réfèrent dans le chapitre des dépenses pour 1682 : « 9 août : aux Boulognes, pour deux tableaux pour la chapelle du chasteau, 600 livres220 ».

94Ces deux tableaux ont malheureusement disparu.

95Pour l’année 1683, les comptes des Bâtiments mentionnent René-Antoine Houasse, l’auteur du plafond du salon de l’Abondance, mais sans donner aucune précision sur ses travaux pour la chapelle de 1682 :

  • 221 Ibid., t. II, col. 306. Deux tableaux de sujet religieux pouvant éventuellement prendre place dans (...)

– Parfaits payemens des dépenses faites les années précédentes. […] 7 mars 1683. […] À Houasse, pour ouvrages de peinture par luy faits, tant pour la chapelle de la Reyne à la paroisse que pour celle de la Grande Escurie et du chasteau de Versailles, 1 100 livres221.

96De même, l’année 1696 des comptes des Bâtiments renferme deux mentions relatives à des œuvres exécutées en 1687-1688, dont on ne connaît pas plus le sujet ni l’emplacement :

  • 222 Comptes des Bâtiments…, t. IV (1896), col. 4.
  • 223 Ibid., t. IV, col. 60. Deux tableaux à sujets religieux de Louis de Boullogne et datés de 1688 sont (...)

– 21 avril : de luy [Jean-Baptiste Brunet, garde du Trésor royal], 1 750 livres pour délivrer aux sieurs Boulogne frères, peintres, pour, avec 2 200 livres qu’ils ont cy-devant receus, faire le parfait payement de 3 950 livres, à quoy montent treize tableaux qu’ils ont faits pour le service du roy et qui ont esté posez tant à la chapelle du château de Versailles et à Trianon qu’à l’église de Saint-Cyr en 1688, et 14 livres 11 sols 8 deniers pour les taxations, 1 764 livres 11 sols 8 deniers222.
– 22 avril : aux sieurs Boulogne, frères, peintres, pour parfait payement de 3 950 livres pour treize tableaux qu’ils ont faits pour le service du roy et posez tant à la chapelle du châsteau de Versailles et à Trianon qu’à l’église de Saint-Cyr, en 1687 et 1688, 1 750 livres223.

Ornements et linge d’église

  • 224 AN, O1 3333 ; chapitre inédit intitulé « Ornemens et linge de chapelle », dont la partie postérieur (...)
  • 225 AN, O1 3305 à 3308.
  • 226 AN, O1 3450. Le deuxième chapitre, intitulé « Ornemens et linge de chappelle », s’arrête en 1684 ; (...)
  • 227 AN, O1 2984.

97Le chapitre des ornements liturgiques et linge de chapelle est particulièrement bien documenté, grâce à l’inventaire général du mobilier de la Couronne224 et au journal du Garde-Meuble225. Il faut compléter ces sources par l’inventaire de Corset et Lebel226 et par les minutes comptables relatives au département de l’Argenterie, Menus Plaisirs et Affaires de la Chambre227.

98Conséquence du changement de lieu de culte au sein du palais et de l’installation à Versailles des lazaristes et, de manière permanente, des officiers ecclésiastiques de la Maison du roi, les années 1682 et 1683 virent un renouvellement et un accroissement du nombre des ornements liturgiques par rapport au fonds provenant de la chapelle de 1672. À trois reprises au cours de l’année 1682, le journal du Garde-Meuble enregistre l’arrivée de somptueux ensembles, ce qui donne indirectement des renseignements sur le nombre des autels, leur emplacement et leurs dimensions. Le temps de la Passion 1683, le premier à se dérouler en cette chapelle, entraîna la commande d’étoffes de couleur violette pour couvrir au moins sept tableaux et cinq croix, celles des quatre autels et celle du fronton du grand retable :

  • 228 AN, O1 3305, fo 98. On trouve à la fin de l’article le nom des chasubliers : il s’agit de Léger et (...)
  • 229 Ibid., fo 103.
  • 230 Ibid., fos 106vo-107.
  • 231 Ibid., fos 110-112.
  • 232 Ibid., fos 122vo.

– Du 25 may 1682. Estat de quatre ornemens d’église faitz de riches brocatz d’or et d’argent pour la chapelle du chasteau de Versailles, sçavoir :
– le blanc, composé de riche brocat d’argent, les orfrois d’un riche brocat or argent assemblez par un passement d’or à jour, consistans en ce quy suit : une chasuble, une estolle, un manipule, deux thuniques, une estolle, deux manipules, un corporalier, trois chapes, un devant d’autel, plus le voile de calice de satin blanc, une palle de linge ;
– le viollet, composé tout d’un riche brocat or argent et viollet garny d’un fort passement d’or et d’argent avec un velouté rouge consistant en ce qui suit : trois chapes, deux thuniques, une chasuble, deux estolles, une autre estole de parade, trois manipules, trois devans d’autel – un grand et deux petitz –, deux aurillers, une bourse, une escharpe, plus le voile de calice ;
– l’ornement rouge, composé d’un brocat or argent fond rouge, les orfrois d’un autre riche brocat or et argent assemblez d’un riche gallon or argent avec un velouté vert consistant en ce quy suit : une chasuble, étolle et fanon, une thunique, étole et fanon, une autre thunique et fanon, trois chapes, une estole de parade, un grémielle, une bource, une escharpe, deux aurillers, plus le voile de broderie, trois devantz d’autel – un grand, deux petitz dud. Brocat –, deux palles de toille ;
– l’ornement vert, composé d’un brocat or argent fond vert, les orfrois d’un riche brocat or argent et couleur de Ponceaux avec un passement tout or, consistant en ce quy suit : trois chappes, une chasuble, deux tuniques, deux étolles, trois manipules, un devant d’autel, un corporalier, plus le voile de satin, une palle de linge, le tout avec les armes du roy brodées, deux dessus de cyboire de brocat, plus une escharpe rayée blanc et vert228.
– Du 4 juillet 1682. […] Estat de quatre petitz ornemens d’église envoyez à Versailles pour la chapelle du chasteau, sçavoir :
– 2 chasubles, estole et fanon de damas rouge avec gallon or et argent, une bource dud. damas, deux petitz devantz d’autel dud. damas, un voile de calice de satin, une palle de linge ;
– deux chasubles de damas blanc avec dentelle d’or, et pareille suite d’ornemens ;
– deux chasubles de damas vert avec dentelle or argent, et pareille suitte ;
– deux chasubles de damas viollet avec dentelle d’or et d’argent, et pareille suite229.
– Du 15 novembre 1682. […] Aporté par le sieur Delaistre, brodeur :
– un ornement d’église de velours noir avec passement, frange et mollet d’argent, les orfrois de toille d’argent traict, pour servir à la chapelle du chasteau de Versailles, consistant en ce quy suit : trois chappes, deux thuniques, une chasuble, deux estolles et trois manipules, un corporalier, un devant d’autel, plus un voille de satin noir brodé et une palle de linge fin ;
– plus, pour les deux petites chapelles et pour la tribune : trois chasubles, trois étoles, trois manipulles, trois corporaliers dud. velours, garnis de frange et passement d’argent, trois voiles de calice de satin noir sans broderie, trois petitz devantz d’autelz, trois palles de linge ;
– plus, pour augmenter aux autres ornemens de couleurs : deux devant pour lad. chapelle, deux chappes de brocat d’argent et de brocat or argent pour l’ornement blanc, et 2 autres chappes pour l’ornement or argent et rouge. Envoyé les ornemens cy-dessus à Versailles230.
– Du 20 décembre 1682. Estat de plusieurs meubles de brocat de velours et or damas faitz exprès et envoyez à Versailles depuis le 18 avril 1682, sçavoir : […] huict rideaux de damas blanc de 6 lez sur 3 aunes 3/4, moletez d’or, pour la chapelle ; […] un dais de velours rouge avec les armes du roy à grande frange d’or pour porter sur le Saint-Sacrement231.
– Du 9 avril 1683. Estat de ce quy a esté envoyé à Versailles pour couvrir les images pendant la sepmaine sainte dans la chapelle dud. chasteau : sept rideaux de taffetas violet garnis de frange et mollet de soye violet et blanc ; un grand pavillon de damas violet garny de frange et mollet or argent ; cinq petitz voiles de mohaire de soye violette garny d’une petite dentelle d’or et d’argent pour couvrir les croix ; un grand voille de taffetas garny d’une dentelle d’or et d’argent ; trois étolles de mohaire viollette garnies de dentelle et frange d’or et d’argent ; un grand tapis de pied et 3 careaux de drap viollet232.

  • 233 AN, O1 2984, no 6 (paiement d’une somme de 7 055 livres 9 sols 7 deniers).

99Une indication supplémentaire est apportée par la minute d’un paiement ordonné le 21 mai 1683 par le roi en faveur du trésorier général de l’Argenterie233. Celui-ci devait rétribuer Duc et Marsollier, marchands de soie, Charron, marchand drapier, Leleu et Le Vasseur, marchands passementiers, et Delaître, brodeur, qui avaient tous contribué à la fabrication de deux ornements pour la chapelle, l’un « de velours fonds d’argent nué de couleurs et l’autre de brocart fonds viollet broché d’argent », ainsi que de « trois rideaux pour couvrir le tableau du grand autel de lad. chapelle ».

  • 234 Article qui correspond au no 76 de l’inventaire général du mobilier de la Couronne.
  • 235 C’est le no 77 de l’inventaire général du mobilier de la Couronne.
  • 236 Il s’agit des nos 80 et 81 de l’inventaire général du mobilier de la Couronne.
  • 237 On le retrouve à travers les nos 70 et 71 de l’inventaire de Corset et Lebel (nos 82 et 83 de l’inv (...)
  • 238 Il s’agit des nos 85 à 90 de l’inventaire général du mobilier de la Couronne.
  • 239 On les trouve au no 72 de l’inventaire de Corset et Lebel (no 84 de l’inventaire général du mobilie (...)
  • 240 AN, O1 3305, fo 95vo : « Du 4 avril 1682. Aporté par le sieur Gilbert et par damoiselle Gaucherot 3 (...)

100L’ensemble renouvelé des ornements et linges liturgiques de la chapelle fait l’objet d’une récapitulation, avec des précisions supplémentaires, dans les inventaires du mobilier de la Couronne et de Corset et Lebel, le second, interrompu après 1684, étant vraisemblablement la source du premier. Ainsi, le no 64 de l’inventaire de Corset et Lebel indique que les deux petits devants d’autel faisant partie de l’ornement violet dont le journal du Garde-Meuble faisait mention le 25 mai 1682 étaient prévus « pour servir aux deux petits autels des chapelles qui sont au costé droit en entrant234 ». La même précision est apportée pour le n° 65, l’ornement rouge faisant partie du même envoi235. Correspondant à l’envoi des quatre petits ornements du 4 juillet 1682, les numéros 68 et 69 de cet inventaire précisent aussi qu’ils étaient destinés aux deux autels latéraux du rez-de-chaussée, curieusement placés « à gauche de la chapelle de Versailles en entrant236 ». Si l’envoi du 15 novembre ne donna lieu à aucune précision supplémentaire dans les inventaires237, les nos 73 à 78 de l’inventaire de Corset et Lebel complétèrent bien en revanche celui du 9 avril 1683238 : on y apprend en effet que le « grand pavillon de damas violet » servait à couvrir « le principal autel de la chapelle de Versailles pendant le caresme », que les « sept rideaux de taffetas violet » étaient pour les « figures de lad. chapelle », enfin que les « grand tapis de pied et trois carreaux de drap violet » ne servaient que pendant la semaine sainte. On doit mentionner aussi les « trente-six surplis de toille unie239 », que le journal du Garde-Meuble évoque sans préciser qu’ils étaient destinés à la chapelle240 : ils permettent d’imaginer le nombre de clercs susceptibles de prendre part aux cérémonies.

101Après les grandes commandes des années 1682-1683, le fonds était non seulement entretenu, mais continuait à s’accroître, certes dans des proportions moindres, surtout lorsqu’il s’agissait de constituer des « chapelles » pour les ducs de Bourgogne, de Berry et de Bretagne :

  • 241 AN, O1 3306, fo 3vo.
  • 242 Joachim Doublet.
  • 243 AN, O1 3306, fos 137-138vo.
  • 244 Un des grands fournisseurs royaux de soieries.
  • 245 AN, O1 3306, fos 138vo-139. L’abbé Louis Archon était sacristain de la chapelle.
  • 246 Ibid., fo 139.
  • 247 Ibid., fos 162-163.
  • 248 Ibid., fo 171. Une note en marge renvoie au chapitre des meubles dans l’inventaire général du mobil (...)
  • 249 La suite manque, mais il est signalé en marge qu’il faut se reporter aux nos 130 à 139 de l’inventa (...)
  • 250 AN, O1 3306, fo 178vo (le fo 179 est manquant).
  • 251 Ibid., fos 223-224.
  • 252 AN, O1 3307, fo 290. Gédéon Berbier Du Metz était intendant et contrôleur général des meubles de la (...)
  • 253 Lallier fut le grand tapissier royal de la fin du règne et de la Régence.
  • 254 Gouvernante du petit prince.
  • 255 AN, O1 3307, fos 478vo-479. Pour cette dernière livraison, voir aussi AN, O1 3298/1, fos 7vo-8.
  • 256 AN, O1 3308, fo 3.

– Du 11e octobre 1685.[…] Envoyé à M. Tourolle à Versailles les susd. 65 aunes 3/4 de pluche [rouge cramoisi] pour garnir les fausses portes de la chapelle dud. château et pour des niches à chiens241.
– Du 3 septembre 1689. Estat des meubles faits par le sieur Doublet242, tapissier, pour servir à Monseigneur le duc de Bourgogne et à ses principaux officiers. […] Pour la chapelle : un tapis de pied de 4 lez de velours rouge cramoisi sur 4 aunes doublé de toille et garny de frange or et argent autour ; un carreau dud. velours avec galon et glands or et argent et housse de serge243.
– Dud. jour 3e septembre [1689]. Apporté par le sieur Delaître, brodeur, un ornement de damas rouge cramoisi qu’il a fait de nœuf pour servir à la chapelle de Monseigneur le duc de Bourgogne, consistant en 2 devants d’autel, 2 coussins, une chasuble, étolle, manipulle, bource, palle, le tout de damas rouge cramoisyi à petit patron, garny de galons, frange et molet or et argent, enrichy des armes de mondit seigneur ; un voille de satin cramoisi doublé de taffetas garny de dantelle or et argent ; le surplus des étoffes nécessaires pour achever led. ornemens a esté fourny par le sieur Marsollier244, et la garniture or et argent par le sieur Le Vasseur, dont j’ay donné certifficat. Envoyé led. ornement à Versailles, dont Monsieur l’abbé Archon a donné receu245.
– Dud. jour 3 septembre [1689]. Apporté par le sieur Boullé, marchand, le linge d’églize, cy-après mentionné pour servir à la chapelle de Monseigneur le duc de Bourgogne, sçavoir : 2 aubes de toille d’Hollande garnies de dantelle, 2 surplis de toille d’Hollande garnis de dantelle, 4 amicts unis, 2 corporaux à dentelles, 6 purificatoires à dentelles, 6 Lavabo unis, 2 coeffes de calice, 2 nappes fines garnies de dantelle, 4 autres nappes de toille blanche unies, 2 ceintures d’aubes, dont je luy ay donné certifficat. Envoyé à Versailles le susd. linge, dont Monsieur l’abbé Archon a donné receu246.
– Du 25e septembre [1690]. État des meubles nœufs fait par le sieur Doublet, tapissier, pour le service de Monseigneur le duc d’Anjou que le roy a mis entre les mains de Mr le duc de Beauvilliers son gouverneur. Pour la chapelle : un tapis de 4 lez de velours rouge sur 4 aunes, doublé de toille et garny de frange or et argent autour ; un carreau dud. velours avec galon autour et glands or et argent aux coins, et housse de serge ; un autre tapis de pied et 1 carreau de drap noir247.
– Du 8e novembre 1690. Faut faire recepte d’entrée de 4 carreaux de velours rouge cramoisi, garnis autour de frangeon doublé d’or, faits de nœuf par le sieur Doublet, tapissier, pour servir à la chapelle de Versailles, dont je luy ay donné certifficat. Envoyé lesd. 4 carreaux de velours à Monsieur Tourolle à Versailles248.
– Du 4e avril [1691]. Apporté par le sieur Gillet, marchand, le linge d’église cy-après mentionné, fait de nœuf pour la chapelle royalle du château de Versailles, sçavoir : 18 grandes aubes unies de toille blanche ; 8 aubes de lad. toille, garnies de dantelle ; dix-huit aubes de toille de Rouen fines, garnies de dantelle ; 48 grands surplis unis de toille demy Hollande ; 24 surplis unis de toille blanche pour les enfans de cœur ; 10 nappes d’autel unies de toille blanche249 ; trois petittes nappes de communion unies de mesme toille ; six douzaines de tours d’estolle de toille blanche à dentelle ; six douzaines d’essuy-mains unis pour les autels ; vingt-quatre palles à dentelle avec leurs cartes250.
– Octobre 1693. État des meubles nœufs faits par le sieur Doublet, tapissier, pour le service de Monseigneur le duc de Berry, que le roy a mis entre les mains de Monsieur le duc de Beauvilliers son gouverneur. […] Pour la chapelle : un tapis de 4 lez de velours rouge sur 4 aunes, doublé de toille et garny de frange or et argent autour ; 1 carreau dud. velours avec galon autour et glands or et argent aux coins, et housses de serge251.
– Dud. 31e [mars 1696]. Délivré à Monsieur Delaître, brodeur chasublier, pour racommoder et rétablir les ornemens de la chapelle du chasteau de Versailles, sçavoir : 1 aune 7/12 de damas blanc du Garde-Meuble, de celuy no 39 qu’il a employé à racommoder les petits ornemens de lad. chapelle ; plus 9 petits morceaux de vieux brocat d’argent, que ledit sieur Delaître avoit raporté au Garde-Meuble le 20 avril 1691, restant d’une chappe du riche ornement blanc de lad. chapelle, inventoriée au no 74, le surplus de lad. chappe ayant esté employé par led. sieur Delaître audit mois d’avril 1691 à racommoder, refaire et remonter tout le sud. ornement complet no 74, lesquels 9 petits morceaux de brocat ont aussy servy à racommoder led. ornement no 74, et laquelle chappe il faudra faire décharger sur l’inventaire par Monsieur Du Metz252.
– Juillet 1704. […] État des meubles nœufs faits par le sieur Lallier253, tapissier, pour servir à la naissance de Monseigneur le duc de Bretagne, né à Versailles le mercredi 25 juin 1704 à 5 heures après-midy. […] Livré par Monsieur Delaître, brodeur chasublier, pour servir à ladite chapelle : un ornement de gros de Tours, fond blanc à fleurs nuées de plusieurs couleurs, composé d’un devant d’autel, une chasuble avec son étolle, manipule, bource, palle et voille, le tout doublé de taffetas verd et garny de frange, galon et dantelle d’or aux endroits nécessaires, avec les armes de Monseigneur le duc de Bretagne au devant d’autel et à la chasuble. Plus une pierre de marbre bénite, un missel in-folio relié en maroquin rouge avec lesd. armes, un pupitre façon de la Chine, le canon de la messe avec l’évangile et 1 Lavabo. Linges d’église : 2 aubes de toille blanche à dantelles, 2 surplis de baptiste à dantelle avec leurs ceintures, 6 amits unis, 2 corporaux à dantelles, 4 purificatoires, 4 essuy-mains, 4 tours d’étolle, 2 nappes fines à dantelles, 2 nappes d’autel de dessous de toille demy blanc uny, 2 palles garnies de dantelle, le tout mis dans un coffre à compartimens garny de serge verte, dont Madame la maréchale de La Motte254 a donné certifficat255.
– Du 28 février 1705. J’ay délivré à Monsieur Lebègue 4 aunes de damas bleu provenans du mémoire de diverses choses et 2 aunes 1/12 de damas blanc restant du no 39 de l’inventaire général pour raccommoder les ornemens de la chapelle du château de Versailles256.

  • 257 Dès le 12 juin 1698, les commandes pour la nouvelle chapelle sont libellées sans équivoque possible (...)

102En dehors de ces deux dernières livraisons, il n’y en eut plus pour la chapelle après 1696. Alors que la reprise des travaux de construction de la chapelle définitive, inaugurée en 1710, pouvait légitimement mettre un terme à une série d’acquisitions désormais sans objet, une seconde campagne de grandes commandes, attestée en 1698 par le journal du Garde-Meuble, semble concerner la chapelle de 1682257 :

  • 258 AN, O1 3307, fo 354. Cette livraison est rigoureusement reprise dans l’inventaire général du mobili (...)
  • 259 AN, O1 3307, fo 354vo-355. On retrouve ces deux articles dans l’inventaire général du mobilier de l (...)
  • 260 AN, O1 3307, fo 357. Une note dans la marge renvoie à une partie perdue de l’inventaire général du (...)
  • 261 AN, O1 3307, fo 361. Une note marginale indique le no 199 de l’inventaire général du mobilier de la (...)

– Le 18e dudit [mars 1698]. Led. jour, livré par le sieur Brion, marchand, le linge d’église cy-après mentionné pour servir à la chapelle royalle du chasteau de Versailles, sçavoir : 2 nappes de toille demy-Hollande pour le grand autel, 2 nappes de toille fine pour led. autel les grandes festes, 1 nappe de dessous de toille demy-blanche, 8 nappes de toille demy-Hollande pour les petits autels, 4 nappes de dessous de toille demy-blanche pour lesd. autels, 12 aubes de toille blanche de différentes grandeurs garnies de dantelle pour les grandes messes, 3 aubes de toille demy-Hollande garnies de dantelle pour les grandes festes, 12 aubes de toille blanche de différentes grandeurs garnies de dantelle pour les messes basses, 12 autres aubes de pareille toille et grandeurs unies, 48 surplis de toille blanche unis de différantes grandeurs, 3 surplis de toille de baptiste pour les prédicateurs, 24 surplis de toille demy-Hollande unis pour les enfans de cœur, 8 nappes de communion de toille demy-Hollande garnis de dantelle dont 4 grandes et 4 petites, 4 autres nappes de communion plus fines aussy à dantelle, 2 nappes de crédence garnies de dantelle, 6 tours d’autel dont 4 à dantelles et 2 unis, 6 douzaines d’amits, 4 douzaines de mouchoirs, 7 douzaines de tours d’étolle dont 5 douzaines à dantelle et 2 douzaines unis, 6 douzaines de purificatoires de toille demy-Hollande, 6 douzaines de rouleaux de toille blanche, une douzaine d’essuye-mains garnis de dantelle, 2 douzaines d’essuye-mains unis, 24 corporaux dont 12 à dantelle et 12 unis, 12 palles garnies de dantelles, 4 corporaux ronds garnis de dantelle pour le salut, 18 ceintures. Envoyé le tout à Versailles led. jour 18 mars 1698, dont Monsieur Lebel a donné receu258.
– Le 28 dud. [mars 1698]. Livré par le sieur Delaistre, brodeur chasublier, pour la chapelle du chasteau de Versailles : 3 chasubles de damas blanc garnies de galon d’or, avec les armes du roy en broderie au bas, doublées de taffetas rouge, avec chacune leurs étolles, manipulles, bources et voiles dud. damas, doublés de taffetas et garnis de galon d’or sans armes ; deux devants d’autel de même damas blanc, garnis d’une croix de chevalier de galon d’or au milieu, avec les armes du roy en broderie par les cotez, et doublez de toille blanche259.
– Le 27 dud. [may 1698]. Livré par le sieur Delaître, brodeur chasublier, pour servir à la chapelle royalle du chasteau de Versailles, un ornement de brocat or et argent dont les orfrois sont de brocat tout or, assemblés par un large galon d’or bordé d’un velouté rouge cramoisy, doublé de taffetas rouge et garny de frange, molet et dantelle d’or aux endroits nécessaires, avec les armes du roy en broderie aux principales pièces, consistant en : 5 chappes, 2 tuniques, une chasuble, 3 étolles, 3 manipulles, un corporalier, un voile et un devant d’autel, 3 dessus de ciboires dud. brocat or et argent ; 1e écharpe dud. brocat or et argent, doublée de brocat vert à fleurs d’or et rouge ; 2 autres devants d’autels desd. brocats pour les petits autels des chapelles ; le tout envelopé de serge d’Aumale verte. […] Plus délivré par le sieur Delaistre pour l’autel de la tribune de lad. chapelle : 2 chasubles de gros de Tours fond blanc à fleurs de soye, nuées de plusieurs couleurs, garnies de galon d’or avec les armes du roy en broderie au bas, doublées de taffetas rouge, avec chacune leurs étolles, manipulles, bources et voilles de lad. étoffe, doublées de taffetas et garnies de galon et dantelles d’or sans armes ; un devant d’autel de pareille étoffe, garny d’une croix de galon d’or au milieu, avec les armes du roy en broderie par les cotez, et doublé de toille260.
– Led. jour [21 juin 1698]. Livré par led. sieur Doublet pour servir au roy à la chapelle du chasteau de Versailles : un tapis de pied de 7 lez de velours rouge cramoisy sur quatre aunes de long, garny autour d’un large et riche passement et frange d’or et doublé de toille ; 2 carreaux dud. velours, garny des 2 côtez dud. passement d’or et sur le tour d’un autre galon plus estroit avec glands de bouqueterie aux coins, attachées avec des tenons de fer et bouts de chaisnes au-dedans des carreaux à la longueur de 6 pouces, et un morceau de cuivre qui passe au travers du gland, rivé par le bout avec fausses housses de serge de Londres rouge261.

Orfèvrerie

  • 262 AN, O1 3305 à 3307.
  • 263 Inventaire général…, vol. 1, p. 19-21 : chapitre de l’« Argenterie-chapelle », rédigé en 1684 et au (...)

103À l’instar des ornements liturgiques, les mêmes sources, journal du Garde-Meuble262 et inventaire général du mobilier de la Couronne263, font état d’abondantes livraisons autour des années 1682-1683. En un domaine néanmoins où il n’est pas nécessaire de renouveler les pièces aussi fréquemment, celles qui étaient héritées de la chapelle de 1672 furent conservées dans leur usage, si bien que les nouvelles commandes furent de moindre importance :

  • 264 Nicolas de Launay.
  • 265 AN, O1 3305, fo 95. Il s’agit de Michel Lebel, concierge du château.
  • 266 Ibid., fo 95vo.
  • 267 Ibid., fo 100.
  • 268 Ibid., fo 122.
  • 269 AN, O1 3306, fo 10 ; une note marginale renvoie au no 108 de l’inventaire général du mobilier de la (...)
  • 270 Ibid., fo 139vo. L’abbé Louis Archon était sacristain de la Chapelle royale.
  • 271 AN, O1 3307, fos 474-478vo. On retrouve cet état dans O1 32981, fo 7vo.
  • 272 AN, O1 3308, fo 5 ; une note marginale renvoie au no 139 du chapitre de l’Argenterie-chapelle de l’ (...)

– Du 28 mars 1682. Aporté par le sieur Merlin, orfèvre : deux encenseoirs d’argent cizelé pour joindre à la grande chapelle d’argent, pezans les deux dix-neuf marcs quatre onces, cy 19 marcs 4 onces ; deux petites nefz à mettre de l’encens, pezans les deux cinq marcs cinq onces, cy 5 marcs 5 onces ; dont je luy ay donné certifficat. Aporté par le sieur de Launay264, orphèvre, pour servir à la parroisse de Versailles ou à la chapelle : 3 croix d’argent à pied carré, pezant 46 marcs 4 onces 6 gros ; 6 chandeliers d’argent à pied triangle, 43 marcs 2 onces 6 gros ; 1 cyboire, 8 marcs ; 1 croix à processions, 25 marcs ; 3 bassins unis, 9 marcs 6 gros ; 6 burettes, 3 marcs 7 onces 6 gros ; 2 chandeliers à processions, 26 marcs 5 onces 4 gros ; 1 soleil, 6 marcs ; 1 boitte aux saintes huilles, 8 marcs 4 onces 2 gros ; 1 cyboire vermeil, 3 marcs 3 onces ; délivré les susdittes argenteries à Versailles par led. sieur de Launay et par le sieur Merlin, dont le sieur Lebelle a donné receu265.
– Du 4 avril 1682. […] Envoyé à Versailles, outre toutes les pièces de la grande chapelle quy y ont esté envoyées cy-devant : les 2 encensoirs d’argent portez en l’autre part, faitz de neuf par le sieur Merlin, pezant 19 marcs 4 onces ; 2 petites nefz d’argent pezans 5 marcs 5 onces ; dont le sieur Lebelle a donné receu et non de tout le reste de lad. chapelle266.
– Du 13 juin 1682. Aporté par le sieur de Launay, orfèvre, les petites argenteries cy-aprez pour joindre à celles pour la chapelle de Versailles enregistrées le 28 mars devant, sçavoir : une sonnette, 3 marcs 5 onces 5 gros 1/2 ; une boitte aux saintes huilles, 6 onces 5 gros ; une boitte pour les baptesmes, 1 marc 1 once 2 gros ; une boitte à lavers les mains, 7 onces 4 gros ; dont j’ay donné certifficat. Envoyé à Versailles ce que dessus, dont le sieur Lebelle a donné certifficat267.
– Du 9 avril 1683. Aporté par Monsieur Marcadé, orfèvre, un cyboire d’argent quy se démonte, hault de cinq pouces, pezant 2 marcs 2 onces, dont je luy ay donné certifficat ; envoyé led. cyboire d’argent à Versailles268.
– Du 18e dud. [décembre 1685]. Apporté par le sieur Coussinet, orfeuvre, un calice avec sa patenne d’argent, pezant ensemble 3 marcs 7 gros 1/2, dont je luy ay donné certifficat ; envoyé le susd. calice avec sa patenne à M. Lebel pour servir à la chapelle du château de Versailles, dont il a donné receu269.
– Dud. 4 septembre [1689]. Apporté par le sieur de Launay, orfèvre, une chapelle d’argent vermeil doré pour le service de Monseigneur le duc de Bourgogne consistant en : une croix avec son crucifix, pezant 7 marcs 1 once 5 gros ; 2 chandeliers, pezans ensemble 8 marcs 1 once 5 gros ; 1 calice et sa patène, pezants 4 marcs 6 onces 5 gros ; 1 bassin et les 2 burettes, pezans ens. 4 marcs 7 onces 4 gros ; 1 benetier et son goupillon, pezants 5 marcs 2 onces ; 1e sonnette, pezant 1 marc 1 gros ; le tout gravé des armes de Monseigneur le duc de Bourgogne, pezant ens. 31 marcs 3 onces 1 gros ; dont je luy ay donné certifficat ; envoyé à Versailles lad. argenterie, dont Monsieur l’abbé Archon a donné receu270.
– Juillet 1704. […] État des meubles nœufs faits par le sieur Lallier, tapissier, pour servir à la naissance de Monseigneur le duc de Bretagne, né à Versailles le mercredi 25 juin 1704 à 5 heures après-midy. […] Autre argenterie, pour la chapelle : une croix avec son Christ, pesant 7 marcs 3 onces 5 gros ; 2 chandeliers, 7 marcs 7 onces 7 gros 1/2 ; 1 calice et sa patène, 4 marcs 2 onces 6 gros ; 1e cuvette, 2 marcs 0 once 4 gros ; 2 burettes, 1 marc 7 onces ; 1e sonnette, 1 marc 2 onces 6 gros ; 1 bénitier et son goupillon, 4 marcs 7 onces 0 gros ; le tout d’argent vermeil doré, ciselé d’ornemens et gravé des armes de Monseigneur le duc de Bretagne271.
– Du 6 avril 1705. Livré par le sieur de Launay un bassin ovale, vermeil doré, chantourné et godronné au bord, gravé des armes de France et de Navarre et dessous des trois couronnes, pezant six marcs deux onces trois gros ; envoié le même jour au sieur Lebel à Versailles, qui en a donné receu272.

  • 273 Il s’agit de Gédéon Berbier Du Metz, dont les provisions comme « intendant et controlleur général d (...)
  • 274 L’abbé Jérôme Chuperelle.

104Si les envois du 28 mars 1682, 13 juin 1682, 9 avril 1683 et 18 décembre 1685 sont consignés aussi dans l’inventaire général du mobilier de la Couronne (respectivement aux numéros 90-99 et 104, 100-103, 105, et enfin 108), cette dernière source donne quelques précisions supplémentaires. Ainsi, pour les numéros 90 et 91 par exemple, les deux encensoirs et les deux navettes sont décrits « ciselez de petits fleurons et autres ornemens », et il est dit dans un Nota en marge, signé « D.M.273 », « qu’il manque une cuillère et la chaisne d’une navette qui ont esté vollées sur l’affirmation du sieur Lebel ». Concernant l’ostensoir du no 98, l’inventaire général ajoute qu’il était doté d’un « pied carré, cizelé au milieu d’une Cène ». La « boeste » du no 100 fait l’objet d’une annotation marginale encore signée « D.M. » : « veu les certifficatz du sieur Chupperel274, sacristain de la chapelle de Versailles, et du sieur Lebel, concierge, du vol fait de cette boeste, deschargé ».

Livres liturgiques

  • 275 Ce passage est cité par Jacques Vanuxem, « Un exemple de trésor perdu pour les Invalides : les manu (...)

105À l’usage du roi ou des clercs chargés de la desserte de la chapelle royale, de prestigieux recueils de prières et livres liturgiques, véritables éléments du décor, furent créés pour servir dans la chapelle de 1682. La Description générale de l’Hôtel royal des Invalides établi par Louis le Grand dans la plaine de Grenelle près Paris, ouvrage de Le Jeune de Boulencourt paru en 1683, signale au chapitre V que « la dernière fois qu’elle [Sa Majesté] y est venue, on luy fit voir des livres d’Église travaillez par des Invalides manchots. Elle les trouva si beaux qu’elle voulut qu’ils en fissent de semblables pour sa chapelle de Versailles275 ».

106Les comptes des Bâtiments du roi contiennent un certain nombre de paiements relatifs à ces ouvrages :

  • 276 Comptes des Bâtiments…, t. II, col. 329. Les missionnaires étaient les pères de la Mission, ou laza (...)
  • 277 Ibid., t. II, col. 893.
  • 278 Ibid., t. II, col. 1200.
  • 279 Ibid., t. III, col. 121.
  • 280 Ibid., t III, col. 121.
  • 281 Ibid., t III, col. 232.
  • 282 Ibid., t. III, col. 272-273.
  • 283 Ibid., t. III, col. 710.
  • 284 Ibid., t. III, col. 662.

– « Pour les ouvrages et dépenses extraordinaires. […] 2 janvier 1684 : au procureur des missionnaires des Invalides, sur la dépense des livres de plain-chant qu’il fait faire pour la chapelle de Versailles : 700 livres276.
– « Dépenses extraordinaires. […] 28 avril 1686 : au procureur des missionnaires des Invalides, parfait payement de 1 368 livres 6 sols, à quoy monte la dépense des livres de plain-chant qu’il a fait faire pour la chapelle de Versailles, 668 livres 5 sols277.
– Bibliothèque. […] 21 septembre 1687 : au sieur Miroir, procureur des Invalides, à compte de la dépense qu’il fait pour les Heures du roy, 1 200 livres278.
– Bibliothèque. […] 18 janvier 1688 : au sieur Miroir, procureur des Invalides, parfait payement de 2 135 livres, à quoy monte la dépense qu’il a faite pour les Heures du roy, 935 livres279.
– 3 octobre 1688 : à luy [sieur Miroir], à compte de la dépense qu’il a faite pour le livre de Sa Majesté, 1 000 livres280.
– Recepte. […] 16 novembre 1689 : dud. sieur de Frémont, 2 301 livres 1 sol, pour, avec 1 000 livres ordonnez le 3 octobre 1688, faire 3301 livres 1 sol, à quoy monte le parfait payement de la dépense que Sa Majesté a ordonné estre faite tant pour la seconde partie de ses Heures que pour deux grands livres de chant pour la chapelle du chasteau de Versailles, et d’un moyen pour l’Hostel des Invalides, et 19 livres 3 sols 6 deniers pour les taxations, 2 320 livres 4 sols 6 deniers281.
– Fonds libellez. […] 27 novembre 1689 : au sieur de Mauroy, procureur des Invalides, parfait payement de 3 301 livres 1 sol, à quoy monte la dépense faite tant pour la deuxième partie des Heures de Sa Majesté que pour deux grands livres de chant de la chapelle du chasteau de Versailles et d’un moyen pour l’Hostel des Invalides, y compris 128 livres 15 sols pour le soldat invalide qui a escrit les Heures du roy et 112 livres 10 sols pour ceux qui ont travaillé aux grands livres de chant, 2 301 livres 1 sol282.
– Fonds libellez. […] 18 septembre 1692 : au procureur des missionnaires des Invalides, pour l’entier et parfait payement de deux grands derniers antiphonaires que Sa Majesté a ordonné estre faits pour la chapelle de son château de Versailles, 434 livres 16 sols283.
– Recette. […] 24 septembre 1692 : de luy [Jean-Baptiste Brunet, garde du Trésor royal], 434 livres 16 sols pour délivrer au procureur des missionnaires des Invalides, pour l’entier et parfait payement des deux grands derniers antiphonaires que Sa Majesté a ordonné estre faits pour la chapelle de son château de Versailles, et 3 livres 12 sols 6 deniers pour les taxations, 438 livres 8 sols 6 deniers284.

  • 285 Commandes auxquelles on peut ajouter, sans que l’on sache vraiment si Versailles était concerné – c (...)
  • 286 BNF, lat. 8828. Voir le Catalogue général des manuscrits latins, nos 8823 à 8921, Marie-Pierre Laff (...)
  • 287 BNF, lat. 9476 et 9477.
  • 288 Abbé V. Leroquais, Les livres d’Heures…, p. 307-308. Il existe en outre quatre feuillets d’épreuves (...)
  • 289 Voir la communication de Cécile Davy-Rigaux au colloque tenu à Royaumont et Versailles les 24-26 oc (...)
  • 290 « Les manuscrits peints à l’Hôtel des Invalides à la fin du xviie siècle », Bulletin de la Société (...)

107De ces trois séries de commandes285 – une en 1684-1686 pour des livres de plain-chant, une en 1689 pour un livre d’heures et pour deux livres de plain-chant, la dernière en 1692 pour deux antiphonaires –, il ne subsiste, à la Bibliothèque nationale, que des vestiges des deux premières : un Graduale et antiphonale ad usum S.-Ludovici Domus Regiae Versaliensis pro solemnioribus totius anni festivitatibus, A.D. MDCLXXXVI286, et les Heures de Louis le Grand, faites dans l’Hostel royal des Invalides, deux volumes datés de 1688 et 1693287, en fait un missel privé pour le premier volume et un vespéral pour le second288. En dépit de l’existence d’une chapelle dédiée à saint Louis à Saint-Cyr289, les deux ouvrages qui subsistent semblent bien avoir été réalisés pour la chapelle, où le premier pouvait servir à la fois aux Pères de la Mission et aux officiers ecclésiastiques de la Maison du roi, le second au roi seulement. Jacques Vanuxem, dans ses deux principaux articles sur ces manuscrits290, a mis en valeur leur intérêt artistique : outre les vignettes, lettres et culs-de-lampe habituels aux ouvrages liturgiques de ce temps, on trouve dans l’antiphonaire treize grands vases de fleurs occupant toute la page, six en camaïeu et sept au naturel, ainsi qu’une « couronne impériale » dans la seconde partie des Heures du roi. Tout cela rappelle à la fois l’art d’un Jean Lepautre, les peintres de fleurs et les enlumineurs spécialisés ornant les vélins du roi, conservés à la bibliothèque du Muséum d’histoire naturelle. Certaines bordures, semées de petits paysages à la Paul Bril, évoquent les bordures des tapis de la Savonnerie, tandis que les scènes à personnages, la plupart en camaïeu, font penser aux vignettes exécutées pour des livres imprimés.

  • 291 BNF, nouv. acq. lat. 2512 à 2516. Voir Léopold Delisle, Mélanges de paléographie et de bibliographi (...)
  • 292 C. Davy-Rigaux, « Plain-chant… », p. 218-220 et 231-234.
  • 293 Une série de cinq volumes conservés à la bibliothèque municipale de Versailles (acquis en 1978 ; ms (...)

108Hormis ces épaves, qui constituent sans doute les fleurons d’un ensemble beaucoup plus vaste mais inconnu – incluant les missels et canons d’autel, les autres antiphonaires et les livres des lazaristes –, la Bibliothèque nationale de France conserve un Officium quod in Sacello Regio festis solemnibus cantatur, jussu Ludovici Magni editum, cura Andreae Philidor, librorum regiae musices custodis, labore Philippi Guilberti Le Roy, regiorum musicorum291. Ces immenses volumes, qui à eux cinq contiennent les vêpres et messes de toutes les grandes fêtes de l’année liturgique – sauf les ténèbres et vêpres de la semaine sainte et le samedi saint – ainsi que les matines et laudes de Noël, furent réalisés entre 1701 et 1703, sans qu’il en soit fait mention dans les comptes des Bâtiments et sans qu’il soit possible d’en connaître les auteurs. À en juger par les particularités musicales qu’ils présentent par rapport aux ouvrages venus des Invalides292, il s’agit de livres liturgiques destinés exclusivement aux chantres de la Musique de la Chapelle du roi – et non aux lazaristes293. Leur décoration est aussi plus réduite (sauf en ce qui concerne les superbes reliures en maroquin rouge aux armes, qui conviennent bien à des livres placés sur un lutrin) du fait de l’évolution du goût en matière d’enluminure, probablement aussi à cause du souci d’économie dont la période fut marquée.

Une fin discrète

  • 294 Michael Petzet, « Quelques projets inédits pour la chapelle de Versailles, 1688-1689 », Art de Fran (...)
  • 295 Journal de Dangeau, t. XIII (1858), p. 178. Sourches, à la même date du 8 juin 1710, précise que la (...)
  • 296 Journal de Dangeau, t. XIII, p. 369.

109Après l’éphémère projet d’une chapelle de plan centré au milieu de l’aile du Nord, l’édifice destiné à devenir la cinquième et dernière chapelle du palais fut entrepris en 1687. Dès lors, la chapelle de 1682, qui du reste faisait obstacle pour passer du corps central du château à l’aile du Nord depuis 1684, était condamnée à plus ou moins brève échéance. Interrompu en 1689, repris en 1699 pour ne s’achever qu’en 1710, le chantier de la cinquième chapelle lui laissa néanmoins un important répit294. « La vieille chapelle est présentement renversée ; on n’y a laissé que la tribune, qui sert de passage pour aller à la nouvelle295 » : à la date du dimanche 8 juin 1710, Dangeau ne pouvait prévoir que la chapelle de 1682, si elle n’était plus dès lors lieu de culte, restait encore appelée à rendre des services de nature liturgique. Pour le dimanche des Rameaux du 29 mars 1711, il écrivait : « Le roi et toute la maison royale assistèrent à toutes les dévotions de la journée ; on avoit fait mettre un autel dans la vieille chapelle, où l’on fut adorer la croix296 ». Et Sourches, le 20 mars 1712 :

  • 297 Mémoires de Sourches…, t. XIII (1893), p. 332.

Le 20 au matin, il [le roi] alla à la procession des Rameaux, et adorer la croix, suivant sa coutume, dans l’ancienne chapelle, où on avoit dressé l’autel et préparé la croix pour cet effet. […] Ensuite, étant revenu en procession à sa chapelle, il y entendit la grand’messe, qui fut chantée par sa Musique297.

  • 298 AN, O1 1762B, no 2.

110Inéluctable malgré tout, la destruction fut entreprise en mars 1711, à en juger par le « Mémoire des ouvrages de charpenterie […] par Malet », qui mentionne la démolition du « vieux bafroy » abritant la cloche au-dessus du comble298. Pour l’année 1712, une destruction plus systématique est attestée par le registre des démolitions conservé aux archives de l’Établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles :

  • 299 Jacques Lucas, plombier.

– Recette des démolitions. […] Juin 1712. Du 16e, rentré deux croisées à panneaux, de chacun 7 pieds de haut sur 4 pieds 1/4 de large ; quatorze chassis à carreaux de verre, de chacun 4 pieds 3/4 de haut sur 3 pieds 1/2 de large ; seize chassis de mesme, de 9 pieds de haut sur 3 pieds 9 pouces ; quatre portes vitrées à hauteur d’appuis, de 10 pieds 1/2 de haut sur 3 pieds 9 pouces de large, garnies de leur volets, et deux cintres pour le dessus desd. portes ; et 19 balustres de bois de chesne ; le tout venu de la démolition de l’ancienne chapelle du chasteau.
– Recette et dépence du plomb. […] 1712. Recette. Juin. Du 13e, du comble de l’ancienne chapelle, 27 900 livres. 1712. Dépence. Aoust. Du 1er, 19e et 30e, donné au sieur Lucas299, pour le comble du salon neuf du chasteau, 40 794 livres.

  • 300 D’après un plan dessiné au fusain, conservé aux AN (O1 17867, no 9, verso), il y eut pour cet espac (...)
  • 301 Comptes des Bâtiments…, t. V, col. 586 et 594, ainsi que les paiements transcrits ici : « (1er mai (...)
  • 302 P. de Nolhac, Versailles et la cour de France…, p. 9 ; A. Marie et J. Marie, Versailles au temps de (...)
  • 303 AN, O1 1768B3, no 1 ; coupe reproduite dans A. Marie et J. Marie, Versailles au temps de Louis XV…, (...)
  • 304 « Adjudication de maçonnerie pour la construction d’un bâtiment dans le chasteau de Versailles à Gu (...)
  • 305 AN, O1 17867, no 9 (plan gravé de l’aile du Nord ; antérieur à 1685 en raison du projet de chapelle (...)
  • 306 Gilles Demortain, Les plans, profils et élévations des ville et château de Versailles, Paris, Demor (...)

111Doté d’un plancher, l’étage de la tribune fut donc assez rapidement occupé par une nouvelle pièce300. Dénommée « nouveau sallon » dans les comptes des Bâtiments du roi, celle-ci est mentionnée par des paiements s’échelonnant du 1er mai 1712 au 16 février 1716301 et correspondant, en 1712, à des travaux de maçonnerie et de charpenterie (surélévation de la voûte à la hauteur de l’aile du Nord, et probable reprise de la façade sur cour) et, ensuite, à ceux de menuiserie et de marbrerie302. De l’ancienne chapelle, il ne restait donc plus que les arcades du rez-de-chaussée – fermées par les grilles ouvragées d’un vestibule-passage tel qu’on le voit sur une coupe conservée aux Archives nationales303 –, les portes du premier niveau donnant sur le salon de l’Abondance, sur la cage d’un hypothétique « escalier des Grands Apartemens » – attesté néanmoins par une adjudication304 et plusieurs plans305, dont un faisant partie du recueil de Gilles Demortain306 – et sur le vestibule haut de la chapelle de 1710.

  • 307 Fiske Kimball, Le style Louis XV : origine et évolution du rococo, texte traduit par Mlle J. Marie, (...)

112Tandis qu’un ensemble beaucoup plus prestigieux s’établissait sur les ruines de notre petite chapelle de 1682, il convient certes d’insister sur son étonnante destinée, d’une longévité si imprévue, peu accordée à sa nature propre. Mais on ne saurait passer sous silence l’autre paradoxe de cette chapelle, qui, conçue pour ne pas durer, renfermait des chefs-d’œuvre en matière de décor intérieur, et qui, curieusement, peut être citée comme une phase importante de l’évolution des intérieurs français : pièce carrée, aux murs symétriques, avec portes et fausses portes se répondant, fenêtres du sol à la corniche, plafond encore traditionnellement voûté mais dénué de tout caractère italien : on est là en présence d’un type d’organisation de l’espace intérieur destiné à une grande fortune307. S’il est une loi dans l’invention de l’architecture et du décor versaillais, c’est bien celle de l’empirisme…

Haut de page

Notes

1 Sur les quatre premières chapelles du palais, voir Alexandre Maral, « Les premières chapelles du château de Versailles », Bulletin de la Société de l’histoire de Paris et de l’Île-de-France, 1995-1997 (1999), p. 169-200.

2 François Harlay de Champvallon, archevêque de Paris de 1671 à 1695.

3 Gazette de France, 1682, « De Paris, le 2 may », p. 261-262.

4 Ibid., « De Versailles, le 22 may », p. 295-296.

5 Ibid., « De Versailles, le 29 may », p. 310.

6 Jean-Aymar Piganiol de La Force, Nouvelle Description des chasteaux et parcs de Versailles et de Marly, Paris, F. et P. Delaulne, 1701, p. 26.

7 Jean-François Félibien, dit Félibien des Avaux, Description sommaire de Versailles ancienne et nouvelle, Paris, A. Chrétien, 1703, p. 51.

8 Ibid., p. 106.

9 L’emplacement choisi pour la chapelle provisoire était auparavant destiné à remplir une fonction de passage, non seulement entre le corps central du château et la grotte de Téthys, mais aussi, en prévision de la réalisation de l’aile du Nord, pour répondre symétriquement à la pièce de passage construite au midi, actuelle salle de 1792. C’est ce qu’atteste un « Devis des ouvrages de massonerie qu’il convient faire pour la construction d’une gallerye joignant l’aisle où loge Monsieur Bontenps jusques à la grode, semblable à celle que l’on bastis au bout de la grande aisle vers l’appartement de la reinne, que le roy désire faire commancer à bastir à Versailles dans l’année 1681 suivant les ordres de Monseigneur Colbert […] et conformément auxdits plans, élévations et profils qui en ont esté faict par le sieur Mansart » (Paris, Archive nationales [désormais AN], O1 1762A1).

10 Mercure galant, mai 1682, p. 2-3.

11 Ibid., novembre 1686, p. 321.

12 Marie-Jeanne d’Aumale, Souvenirs sur Madame de Maintenon publiés par le comte d’Haussonville et G. Hanotaux, Paris, Calmann-Lévy, 1902, p. 246. Voir aussi Pierre de Nolhac, Versailles et la cour de France, t. II, Versailles, résidence de Louis XIV, Paris, L. Conard, 1925, p. 355, et Albert Laprade, François D’Orbay, architecte de Louis XIV, Paris, Vincent, Fréal, 1960, p. 221.

13 Sur les étapes de la construction de l’aile du Nord, voir Alfred Marie et Jeanne Marie, Versailles – son histoire, t. II : Mansart à Versailles, Paris, J. Fréal, 1972, vol. 2, p. 525.

14 Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie (désormais BNF, Est.), Va 78e, fol., t. I (microfilms B 8917 et B 8918) ; le plan du premier étage est reproduit par A. Marie et J. Marie, Mansart à Versailles, vol. 2, p. 315. Ces deux plans, qui font partie d’un même ensemble, sont à dater des environs de 1700 : l’aile fermant au nord la cour de la chapelle fut certes détruite en 1687, mais le salon-ovale de l’appartement intérieur du roi ne fut réalisé qu’en 1692, et la division de la cour du roi en deux cours en 1699 seulement. Ils sont très proches, quant à la chapelle, de deux autres plans conservés aussi aux Estampes (Va 448b, gr. fol. ; microfilms H 188280 et H 188282).

15 Si le plan du premier étage appartenant à la série Va 78e, fol., t. I (microfilm B 8918) indique une fenêtre aveugle, celui de la série Va 448b, gr. fol. (microfilm H 188282) montre un autel adossé à l’aile du Nord et, par conséquent, une fenêtre libre.

16 BNF, Est., Va 448b, gr. fol. (microfilms H 188302 et H 188300) ; ils sont antérieurs à 1699, date de la division de la cour de Monseigneur. On peut les rapprocher de deux autres plans conservés aussi aux Estampes et qui montrent bien les passages pratiqués tant au rez-de-chaussée qu’au premier étage entre la chapelle de 1682 désaffectée et les vestibules de la nouvelle chapelle (Va 422, format 4 ; microfilms H 186480 et H 186478).

17 AN, V.A. LXIII, no 8, vers 1688.

18 AN, O1 17831, no 19 (plan annoté au verso : « Plan des fondations de la chapelle. À rendre au sieur Lambert [contrôleur des Bâtiments du roi] ») et no 20 (plan annoté au verso : « Projet pour la chapelle non exécuté et un papier qui retombe de l’ancienne chapelle »). Le second plan est reproduit par A. Marie et J. Marie, Mansart à Versailles, vol. 2, p. 511.

19 Cette pièce est peut-être le « petit appentis pour les Pères de la Mission » dont le marquis d’Ormoy mentionnait la construction en avril 1682 (Jean-Baptiste Colbert, Lettres, instructions et mémoires de Colbert, publiés par P. Clément, Paris, Imprimerie impériale puis nationale, 1861-1882, 10 vol., t. VII (1873) : Lettres privées. Supplément. Appendice, p. CLXIV, « Mémoire pour mon père », 14 avril 1682). C’est sans doute à cette pièce, pourvue vraisemblablement d’une latrine, qu’il est fait allusion dans l’« Estat des fosses d’aizances qu’il y a au château de Versailles, le 30e septembre 1710 » : « une vis-à-vis, sous le petit escallier de l’encienne chapelle, qui donne dans un puits servant enciennement pour la grotte » (AN, O1 1762B, no 1).

20 Paris, bibliothèque Mazarine, ms 2743, fo 23 (plan reproduit par A. Marie et J. Marie, Mansart à Versailles, vol. 2, p. 517). Une autre version de ce plan figure au ms 1183, p. 25, de la bibliothèque du musée Condé à Chantilly.

21 AN, O1 1768A2, no 51 (élévation reproduite dans A. Marie et J. Marie, Mansart à Versailles, vol. 2, p. 507).

22 Cette retombe est aussi reproduite dans A. Marie et J. Marie, Mansart à Versailles, vol. 2, p. 507.

23 Entrepreneur.

24 AN, O1 17831, no 5 et no 6 (coupes reproduites dans Fiske Kimball, « The Chapels of the Château of Versailles », Gazette des beaux-arts, 1944, II, p. 315-322, à la p. 318, et dans A. Marie et J. Marie, Mansart à Versailles, vol. 2, p. 508.

25 Ce détail se remarque aussi sur les plans du premier étage du château, où seule la pièce jouxtant le salon de l’Abondance est de plain-pied avec celui-ci, quelques marches étant nécessaires pour accéder au reste de l’aile du Gouvernement, y compris au palier de l’escalier montant de la cour royale.

26 Ce projet relatif au salon du Grand Degré est connu par une coupe conservée à la Bibl. de l’Institut, ms 1307, no 36 (coupe reproduite dans A. Marie, Naissance de Versailles : le château, les jardins, vol. 2, Paris, Vincent, Fréal et Cie, 1968, pl. CXXXIII). Sur la formule assez surprenante de la loggia architravée portée par des termes, voir Bertrand Jestaz, Jules Hardouin-Mansart, Paris, Picard, 2008, vol. 1, p. 192.

27 AN, O1 17831, no 4 (coupe reproduite par F. Kimball, qui y voyait le projet définitif, « The Chapels… », p. 320, et partiellement par A. Marie et J. Marie, Mansart à Versailles, vol. 2, p. 508).

28 Paris, bibliothèque de l’Institut, ms 1307, no 35.

29 Environ 2,80 m.

30 Il s’agit de l’inspecteur des Bâtiments du roi chargé de Versailles, et son nom revient fréquemment dans les comptes des Bâtiments du roi.

31 La grotte fut détruite durant l’automne 1684 (Vincennes, archives du Service historique de la défense, A1 718, fo 340).

32 AN, O1 17791, no 11 (coupe reproduite dans A. Marie et J. Marie, Mansart à Versailles, vol. 2, p. 511).

33 La largeur moindre de la toiture de l’aile du Nord posait une difficulté supplémentaire au raccord : à l’est, l’étage d’attique venait assez en retrait (d’une distance de cinq pieds) par rapport aux deux niveaux et au pan de toiture appartenant à la chapelle.

34 AN, O1 17886, no 92 (coupe reproduite dans A. Marie et J. Marie, Mansart à Versailles, vol. 2, p. 511).

35 Cet étroit passage, comme pratiqué à l’intérieur du mur, est encore attesté en 1712 par l’« Adjudication de maçonnerie pour la construction d’un bâtiment dans le chasteau de Versailles à Guillaume Le Duc » (AN, Minutier central, étude XXVI, liasse 320) : « seront bouchées les bayes qui servoient de passage aux tribunes de l’ancienne chapelle dans l’épaisseur des trumaux dud. mur de face du costé du jardin ».

36 AN, O1 1768A2, no 53 (coupe reproduite dans A. Marie et J. Marie, Mansart à Versailles, vol. 2, p. 530).

37 Cette élévation semble en effet se rattacher au projet de 1684 pour une chapelle de plan centré au milieu de l’aile du Nord. Voici quelques extraits du devis de maçonnerie imprimé dans le Recueil des devis des bastimens du roy de l’année 1684 (Bibl. Mazarine, Rés. 4806) : « […] Seront faits les murs de faces aux deux costez du grand escallier à faire, […] sçavoir celuy entre ledit grand escallier et la petite court de l’ancienne chapelle ; […] ledit mur [de l’ancienne chapelle côté cour] sera fait en arcades et traimeaux entre icelles des largeurs et façons marquées sur ledit plan et de ladite épaisseur de neuf pieds en leurs nuds, et de neuf pieds et demy au droit des dosserets, lesquels traimeaux et dosserets au bout de l’alignement d’iceux seront construicts par bas au rez-de-chaussée dudit vestibule en chacune de leurs faces et retours de leurs costières de deux cours l’un sur l’autre de paremens de carreaux et boutisses de pierre dure d’Arcueil, chacun de douze pouces de hauteur, se la deuxième desquelles il sera fait pareille et semblable retraite et à mesme hauteur et niveau de celle qui est aux traimeaux des arcades du mur de face de l’ancienne chapelle sur le jardin, lequel demeurera et fera face du susdit vestibule sur ledit jardin ». Éventuel reflet du projet de 1684, une façade du type de celle sur jardin est attestée par un certain nombre de documents : une gravure de Pérelle (avec cependant un rez-de-chaussée curieusement aveugle et une légende situant la chapelle au départ de l’aile du Gouvernement), publiée chez Nicolas Langlois (Le château de Versailles, BNF, Est., Va 78e, fol., t. II, microfilm B 8959 ; gravure reproduite dans Jean-Marie Pérouse de Montclos, Versailles, Paris, Mengès, 1991, p. 91), deux gravures d’Aveline (Veue et perspective en général de la ville, château, jardin et avenue de Versailles et Veue et perspective du château et jardin de Versailles, comme il est à présant, BNF, Est., Va 78e, fol., t. II, microfilms B 8957 et 8958), une belle gravure d’Israël Silvestre datée de 1684 (Chasteau de Versailles veu de la grande place, BNF, Est., Va 78e, fol., t. II, microfilm B 9016), ainsi qu’un dessin du même auteur, daté de 1690 environ (musée du Louvre, département des Arts graphiques, inv. 33093 ; dessin reproduit dans Alfred et Jeanne Marie, Versailles au temps de Louis XIV, t. III : Mansart et Robert de Cotte, Paris, Imprimerie impériale, 1976, p. 333). En revanche, cette façade fut dès l’origine construite dans le prolongement de la façade arrière de la grotte de Téthys, ce qui explique qu’elle n’est pas alignée sur celle des galeries de pierre de l’aile du Nord : cette différence permet d’expliquer pourquoi la fenêtre de l’escalier en vis sud de la chapelle de 1710 fut placée de biais, à la différence de celle de l’escalier en vis nord, qui ne devait pas tenir compte de la présence d’un mur (voir AN, O1 17831, no 12 et O1 17831, no 18, plans montrant les deux chapelles vers 1690). Le rhabillage et le retrait vers l’ouest de la façade de 1682 n’ont sans doute été réalisés qu’en 1712, à en juger par plusieurs paiements des comptes des Bâtiments du roi relatifs au salon d’Hercule (Comptes des Bâtiments du roi sous le règne de Louis XIV (1664-1715), édités par J. Guiffrey, Paris, Imprimerie nationale, 1881-1901, 5 vol., t. V (1901), col. 583 et 670) par l’« Adjudication de maçonnerie pour la construction d’un bâtiment dans le chasteau de Versailles à Guillaume Le Duc » (AN, Minutier central, étude XXVI, liasse 320) et par le plan d’un projet de grand escalier ouvrant sur le salon d’Hercule, où les deux façades sont figurées, la nouvelle à l’encre et l’ancienne à la mine de plomb (AN, V.A. XXVII, no 5).

38 Dessin publié par A. Marie et J. Marie, Mansart à Versailles, vol. 2, p. 530.

39 Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, inv. grav. 755. Elle ne figure cependant pas dans le catalogue général de José Lothe, Lœuvre gravé de François et Nicolas de Poilly d’Abbeville, graveurs parisiens du xviie siècle. Catalogue général, Paris, Paris-musées / Commission des travaux historiques de la ville de Paris, 1994.

40 La belle gravure d’Israël Silvestre citée plus haut (Chasteau de Versailles veu de la grande place, BNF, Est., Va 78e, fol., t. II, microfilm B 9016) montre bien cette grille à l’entrée de la cour de la chapelle. Mêlés au fonds concernant les chapelles de Versailles, deux dessins de compartiments d’un sol en marbre (AN, O1 17831, no 29, et O1 17831, no 30) ne peuvent s’appliquer à la chapelle de 1682, en raison des motifs extrêmement compliqués et des couleurs variées indiquées dessus, mais constituent plutôt des projets pour la chapelle de 1710 ou pour un salon du Grand Appartement. De même, le dessin du Nationalmuseum de Stockholm montrant deux chaires (collection Tessin-Hårleman, THC 2058 ; dessin reproduit dans A. Marie et J. Marie, Mansart à Versailles, vol. 2, p. 510, et dans le catalogue de l’exposition Versailles à Stockholm. Dessins du Nationalmuseum, cat. exp. (Paris, Institut culturel suédois, hôtel de Marle, septembre à octobre 1985), Stockholm, Nationalmuseum, 1985, p. 96), généralement mis en relation avec la chapelle de 1682, ne peut concerner cette dernière, notamment parce qu’il s’agit d’une chaire mobile, utilisée pour des prédications lors de missions extraordinaires. D’après communication orale de M. Jérôme de La Gorce, les contrats de Berain auxquels Guy Walton fait allusion dans sa notice du catalogue de l’exposition Versailles à Stockholm…, p. 96, n’existent pas ; concernant le dessin lui-même, les deux chaires sont du dessin de Charmeton, seuls les dessins à la mine de plomb et les annotations de droite étant de Berain. La longue annotation, qui ne mentionne pas la chapelle du château, indique entre autres qu’il s’agit d’un projet de Christophe Charmeton corrigé par Jean Berain lui-même. Voir aussi Jérôme de La Gorce, Berain, dessinateur du Roi-soleil, Paris, Herscher, 1986, p. 63. La fausse porte séparant la sacristie du sanctuaire est représentée sur une élévation datée du 1er septembre 1681 (AN, O1 17831, no 3 ; élévation reproduite dans F. Kimball, « The Chapels… », p. 321, et dans A. Marie et J. Marie, Mansart à Versailles, vol. 2, p. 510) : au regard des deux coupes de l’intérieur évoquées plus haut, le dessin est ici plus raffiné, intégrant un fronton orné de guirlandes de fleurs au-dessus de la porte, un chambranle mouluré tout autour, deux caissons supplémentaires dans la partie basse, enfin tout un « lambry» de part et d’autre des battants de la porte ; en tenant compte du fait que l’arcade réalisée était en anse de panier et non, comme ici, à une hauteur de presque trois toises, en plein cintre, mais surtout si on considère que l’emplacement situé devant cette porte était occupé par des stalles, il faut aussi reléguer cette élévation parmi les projets non réalisés. Rattachée à la chapelle de 1682 par F. Kimball (« The Chapels… », p. 321) et par A. Marie et J. Marie (Mansart à Versailles, vol. 2, p. 510), la logette qui fait l’objet d’une élévation, d’un plan et d’un détail agrandi du verrouillage de la fenêtre (AN, O1 17831, no 2) ne peut prendre place à un des angles de la tribune royale : de forme elliptique, de cinq pieds et demi sur quatre pieds et demi, et d’une hauteur de dix pieds et demi, comprenant à l’intérieur une banquette, un carreau et un prie-Dieu, elle est prévue pour s’insérer dans une niche pratiquée sur un mur plan ; avec ses trois petites baies cintrées sur sa face principale et son dôme aplati qui annoncent l’élégance du xviiie siècle, elle paraît plutôt constituer un projet pour une des niches des bas-côtés de la chapelle dite de 1710.

41 BNF, Est., collection Hennin, no 5604 (microfilm G 156494).

42 Publiée aussi sur un almanach pour 1686, une autre gravure est consacrée à l’événement, mais elle est beaucoup trop fantaisiste pour être reproduite ici (BNF, Est., Qb5 ; microfilm P 68630). Il s’agit d’une vignette gravée « chez la veuve Bertrand », qui montre le moment de la cérémonie où le prélat reçoit l’échange des consentements. On ne distingue pas bien les éléments du décor, mais tout semble différer de la précédente gravure, à commencer par l’autel, qui supporte un tabernacle et des reliquaires. Si le motif du pavement est vaguement apparenté à celui que montrait l’autre gravure, il n’en est pas de même pour le mur du fond, où on ne discerne aucune colonne, mais un panneau encadré. Quant au tableau du maître-autel, son sujet est illisible mais bien plus fouillé que celui de la Déploration du Christ.

43 BNF, Est., Va 78e fol., t. VII (microfilm B 9986).

44 BNF, Est., coll. Hennin, no 5766 (microfilm G 156656). La gravure a aussi été imprimée à part : BNF, Musique, fonds Albert Pomme de Mirimonde, coll. de documents iconographiques, boîte 14, concerts France II, du Moyen Âge au xviie siècle, VM PHOT MIRI- 14 (199).

45 BNF, Est., coll. Destailleurs, no 474 (microfilm A 30610). Les deux documents sont reproduits et donnés à Leclerc dans A. Marie et J. Marie, Mansart à Versailles, vol. 2, p. 513 et 515. D’après communication orale de Maxime Préaud, le dessin de la collection Destailleurs peut être attribué à Sébastien Leclerc, mais non l’eau-forte, anonyme, réalisée pour l’almanach publié chez Nicolas Langlois. De Sébastien Leclerc on peut signaler aussi un dessin préparatoire à l’une des médailles frappées pour commémorer cette promotion nombreuse de 1689. Trop fantaisistes pour renseigner de manière valable sur le décor de la chapelle, ces médailles montrent néanmoins le trône royal, posé sur une estrade de trois marches et surmonté du dais (qui devrait être orné de motifs de flammes, et non pas fleurdelysés), au moment de la prestation du serment entre les mains du roi (voir Josèphe Jacquiot, Médailles et jetons de Louis XIV d’après le manuscrit de Londres, vol. 3 : étude des médailles (suite et fin), étude des jetons, Paris, Imprimerie nationale / C. Klincksieck, 1968, pl. XCVII).

46 BNF, Est., Oa 73, pet. fol. (microfilm C 4761) ; gravure citée par Hélène Himelfarb, qui l’attribue à l’un des Bonnart, dans « Lieux éminents du grand motet : décor symbolique et occupation de l’espace dans les deux dernières chapelles royales de Versailles (1682 et 1710) », Actes du colloque international de musicologie sur le grand motet français, 1663-1792, actes du colloque (Centre d’études de la musique française aux xviiie et xixe siècles, la Sorbonne, 3 au 8 juillet 1984), textes réunis et présentés par J. Mongrédien et Y. Ferraton, Paris, Presses de l’université de Paris-Sorbonne, 1986, p. 27 note 13.

47 BNF, Est., Va 78e, fol., t. VII (microfilm B 9985). Cette vignette est signalée par Léon Dussieux, qui en voyait deux là où il n’y en a qu’une, dans Le château de Versailles : histoire et description, 2 vol., Paris, L. Bernard, 1885 [1881], vol. 2, p. 109.

48 Intitulé à tort Heures de Louis le Grand, ce recueil est conservé à la BNF, lat. 9477, et a fait l’objet d’une notice dans l’ouvrage de l’abbé Victor Leroquais, Les livres d’Heures manuscrits de la Bibliothèque nationale, t. I, Paris, s. n., 1927, p. 308.

49 Musée de Versailles, MV 164 (tableau reproduit dans F. Kimball, « The Chapels… », p. 323, dans Thierry Bajou, La peinture à Versailles. xviie siècle, Paris, Réunion des musées nationaux / Buchet-Chastel, 1998, p. 269, et dans J.-M. Pérouse de Montclos, Versailles, p. 63).

50 BNF, Est., coll. Hennin, no 6160 (microfilm G 157055) ; gravure reproduite dans A. Marie et J. Marie, Mansart à Versailles, vol. 2, p. 517, et commentée par Maxime Préaud, Bibliothèque nationale. Département des Estampes. Inventaire du fonds français. Graveurs du xviie siècle, t. VIII, Sébastien Leclerc, vol. 1, Paris, Bibliothèque nationale, 1980, p. 217, no 817.

51 La vignette figurant sur un almanach pour 1698, gravée « chez F. Landry » (BNF, Est., Qb 5 ; microfilm P 68749), est fantaisiste, allant jusqu’à figurer deux baies de part et d’autre de l’autel. Elle n’est citée ici que pour mémoire, dans un souci d’exhaustivité, de même que les deux gravures anonymes, faisant partie d’une série de quatre relatives au mariage du duc de Bourgogne (BNF, Est., coll. Hennin, no 6375 ; microfilm G 157275), qui montrent la chapelle, pour la bénédiction nuptiale et pour la signature des registres.

52 BNF, Est., coll. Hennin, no 6376 (microfilm G 157276). Citée pour mémoire, la vignette d’un almanach pour 1698 publié chez François Jollain reprend le même point de vue, mais elle est trop imprécise pour être concluante (ibid., coll. Hennin, no 6395 ; vignette reproduite par Maxime Préaud, Les effets du Soleil. Almanachs du règne de Louis XIV, cat. exp. (XVIIe exposition de la collection Edmond de Rothschild, musée du Louvre, 19 janvier au 17 avril 1995), Paris, Réunion des musées nationaux, 1995, p. 113).

53 Ibid., coll. Hennin, no 6391 (microfilm G 157291).

54 Ibid., coll. Hennin, no 6377 (microfilm G 157277).

55 Ibid., coll. Hennin, no 6378 (microfilm G 157278).

56 Ibid., Topographie de la France, Va 78e, fol., t. VII (microfilm B 9931).

57 Ibid., coll. Hennin, no 6392 (microfilm G 157292). En rapport avec cette gravure, mais trop inexacte pour être ici retenue, une vignette tirée d’un almanach pour 1698 et gravée « chez N. Bonnart » (BNF, Est., Qb 5 ; microfilm P 68741) présente un point de vue semblable, mais dont la perspective est trop exagérée, ce qui a pour effet de placer les anges adorateurs à l’endroit des stalles. Grossièrement tracé, le motif de palmette ornant la cloison située au-dessus des stalles y figure tout de même, lointain dérivé de la gravure d’après Sébastien Leclerc de 1689-1690.

58 Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 2095. Ce carton de tapisserie, peint en 1715, a été commandé dès 1710 pour les Gobelins afin de compléter la série de l’Histoire du roi. Il est reproduit dans A. Marie et J. Marie, Mansart à Versailles, vol. 2, p. 518, dans Daniel Meyer, L’Histoire du roy, Paris, Réunion des musées nationaux, 1980, p. 136, et, ainsi qu’une esquisse non localisée, dans Martin Eidelberg, « ‘‘Dieu invenit, Watteau pinxit’’. Un nouvel éclairage sur une ancienne relation », Revue de l’art, no 115, 1997-1, p. 25-29, à la p. 28.

59 Guillaume Marchant, « Le Baptême de Louis Pisani le 6 septembre 1701 », huile sur toile, 130 cm × 185 cm, vers 1701. Venise, collection particulière ; tableau publié par Susan Tipton dans un article en ligne intitulé : « Diplomatie und Zeremoniell in Botschafterbildern von Carlevarijs und Canaletto », RIHA journal, 2010. [http://www.riha-journal.org/articles/2010/tipton-diplomatie-und-zeremoniell ; consulté le 6 juin 2011], figure 8 [http://www.riha-journal.org/articles/2010/galleries-2010/gallery-tipton-riha-journal-0008/abb.-8/ ; consulté le 6 juin 2011].

60 Paris, musée du Louvre, collection Rothschild, LR 27207.

61 Un document figuré reste introuvable : il s’agit de l’esquisse de François de Troy sur le mariage du duc de Bourgogne, signalée par Arthur Michel de Boislisle dans son édition des Mémoires du duc de Saint-Simon (avec la collaboration de L. Lecestre (à partir du t. XV) et de J. Michel de Boislisle (à partir du t. XXI), Paris, Hachette, 1879-1930, 43 vol., vol. 4 (1884), p. 313). Introuvables aussi l’aquarelle montrant un orgue à deux buffets dont Philippe Beaussant fait mention dans François Couperin (Paris, Fayard, 1980, p. 77) et la tapisserie de l’Histoire du roi d’après un carton du peintre Christophe représentant le mariage du duc de Bourgogne, signalée dans Vous avez dit « baroque » ? (Arles, Actes Sud, 1988, p. 159) du même auteur. D’après Roland Bossard, documentaliste au château de Versailles – et en l’absence de réponse de Ph. Beaussant –, il y aurait, pour ces deux dernières œuvres, une confusion avec la peinture d’Antoine Pezey représentant le serment de Dangeau et avec le carton d’Antoine Dieu représentant le mariage du duc de Bourgogne.

62 Contrairement à ce que laisse entendre A. Laprade, François D’Orbay…, p. 220-221, l’architecte de la chapelle fut bien Hardouin-Mansart, et non François D’Orbay.

63 BNF, nouv. acq. fr. 22936, fo 81, de Fontainebleau (lettre d’ailleurs éditée par A. Laprade, François D’Orbay…, p. 221, note 1).

64 Lettres, instructions et mémoires de Colbert…, t. VII, p. CLII.

65 Le marché dont il est question ne se trouve ni dans les liasses de l’étude de Lamy conservées aux Archives départementales des Yvelines et dont le répertoire précise par ailleurs que tous les marchés concernant les Bâtiments du roi ont été soustraits de leurs liasses pour n’en former qu’une seule à part, ni dans la sous-série O1 des Archives nationales, à laquelle cette liasse de marchés royaux eût probablement été incorporée.

66 Aucun marché concernant la chapelle du château entre 1661 et 1683 n’a été recensé dans le répertoire de l’étude Michel et Delannoy à Saint-Germain-en-Laye.

67 Comptes des Bâtiments…, t. II (1887), col. 15.

68 Cinq en août, sept en septembre, trois en novembre, un en décembre (AN, O1 2151, fo 193).

69 Comptes des Bâtiments…, t. II, col. 15.

70 Ibid., t. II, col. 163.

71 Ibid., t. II, col. 16.

72 Ibid., t. II, col. 17.

73 Ibid., t. II, col. 60.

74 Ibid., t. II, col. 61.

75 AN, O1 2065, no 5.

76 AN, O1 2065.

77 Plusieurs noms de marbriers inconnus des comptes des Bâtiments, tels ceux de François Pasquier, Nicolas Dezègre, Hanuche, sont mentionnés par ailleurs dans les quelques « Devis pour l’entretenement des marbres du chasteau » à propos du « pavé de la chapelle » (AN, O1 2065).

78 Comptes des Bâtiments…, t. II, col. 21.

79 Ibid., II, 212.

80 Ibid., II, 175.

81 Lettres, instructions et mémoires de Colbert…, t. VII, p. CLVII ; mémoire cité par P. de Nolhac, Versailles…, p. 33.

82 Comptes des Bâtiments…, t. II, col. 18-19. Il s’agit d’une porte située en face de celle de l’antichambre de l’appartement des Bains, sous le passage faisant communiquer l’avant-cour avec le parterre du Nord, et qui ne donne accès qu’indirectement au vestibule de la chapelle.

83 Ibid., t. II, col. 212.

84 Ibid., t. II, col. 212. Cité par Paul Bonnefon, qui n’indique pas la source, un « mémoire de serrurerie pour les vitrailles de la chapelle du roi à Versailles » avait été établi par Charles Perrault le 20 avril 1681 (P. Bonnefon, « Charles Perrault commis de Colbert et l’administration des arts sous Louis XIV d’après des documents inédits (troisième et dernier article) », Gazette des beaux-arts, 1908-II, p. 426-433, à la p. 432.

85 Comptes des Bâtiments…, t. II, col. 64.

86 Ibid., t. II, col. 174.

87 Ibid., t. II, col. 176.

88 AN Minutier central, étude LXXXIX, liasse 54, marché du 3 février 1682.

89 AN, O1 1473, fo 162.

90 Il s’agit de la grille fermant la grande arcade sous la tribune royale.

91 Lettres, instructions et mémoires de Colbert…, t. VII, p. CLVII.

92 Ibid., p. CLVIII.

93 AN, O1 17791, no 11, et O1 17831, no 4.

94 AN, O1 17831, no 4, O1 17791, no 11, et O1 17886, no 92.

95 Arch. comm. de Versailles, série E, reg. 12, fos 24, 67 et 68vo.

96 Sur les lazaristes, voir Alexandre Maral, « Clergé de cour et sainteté : la desserte de la chapelle royale de Versailles sous Louis XIV », Pouvoirs, contestations et comportements dans l’Europe moderne. Mélanges en l’honneur du professeur Yves-Marie Bercé, sous la direction de Bernard Barbiche, J.-P. Poussou et A. Tallon, Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, 2005, p. 361-383.

97 Comptes des Bâtiments…, t. II, col. 175.

98 Ibid., t. II, col. 196.

99 Parfait paiement du 28 novembre 1683 : « À Houasse, peintre, parfait payement de 3 300 livres pour ouvrages de peinture faits au platfonds de la pièce qui précède le cabinet des curiositez, 1 200 livres » (Comptes des Bâtiments…, t. II, col. 317). Quoique non documentée, la date de 1682 reste vraisemblable : voir A. Marie et J. Marie, Mansart à Versailles, vol. 2, p. 609 et 622.

100 Voir A. Marie et J. Marie, Mansart à Versailles, vol. 2, p. 525 et 539. La destruction de la grotte est attestée par la correspondance de Louvois en octobre-novembre 1684 (Vincennes, archives du Service historique de la défense, A1 718, fo 184vo, et A1 719, fo 293), et par les comptes des Bâtiments du roi (Comptes des Bâtiments…, t. II, col. 439, 462 et 496).

101 Cette fonction de passage est confirmée par Saint-Simon, qui, dans ses additions au Journal de Dangeau, livre une anecdote piquante à propos de l’évêque de Noyon, François de Clermont-Tonnerre : « Une autre fois, la même envie lui prit à Versailles, comme il passoit dans la tribune qui, du temps de la vieille chapelle, servoit de passage de l’aile neuve au reste du château. Il ne s’en contraignit pas, et se mit à pisser par la balustrade. Le bruit de la chute de l’eau de haut en bas sur le marbre dont la chapelle étoit pavée, fit accourir le Suisse de la porte de l’Appartement, qui fut si indigné du spectacle, qu’il alla quérir Bontemps, premier valet de chambre de confiance et gouverneur de Versailles, qui accourut tout essoufflé et qui joignit Monsieur de Noyon, qui passoit l’appartement et ne demandoit pas son reste. Le bonhomme le querella, et Monsieur de Noyon, tout Noyon qu’il étoit, se trouva fort empêché de sa personne. Le roi en rit beaucoup, mais il eut la considération pour lui de ne lui en point parler » (Mémoires du duc de Saint-Simon, vol. 1 (1873), p. 378).

102 A. Marie et J. Marie, Mansart à Versailles, vol. 2, p. 539.

103 Sur la chapelle de plan centré au milieu de l’aile du Nord, voir A. Marie et J. Marie, Mansart à Versailles, vol. 2, p. 530. L’année 1687 est attestée par l’annotation d’un plan du pavillon de l’aile bordant la cour de la chapelle (AN, O1 17831, no 1) : « Plan du pavillion du costé de l’église, Mons. D’Orbay. En 1687 abbatu pour faire la chapelle ». Voir aussi les Comptes des Bâtiments…, t. III (1891), col. 19, 234, 236, ainsi que les Mémoires du marquis de Sourches sur le règne de Louis XIV édités par G.-J. de Cosnac et É. Pontal, Paris, Hachette, 1882-1912, 13 vol., t. III (1884), p. 5, 4 janvier 1689).

104 AN, O1 1762A1.

105 Les chapiteaux et les colonnes sont mentionnés par les comptes des Bâtiments de septembre à novembre 1688, et de nouveau en avril 1689 : « (26 septembre – 21 novembre :) à Barrois, sculpteur, sur la sculpture des chapiteaux du vestibule de la chapelle de Versailles (cinq paiements, 2 000 livres) » ; « 31 avril : à Barrois, sculpteur, parfait payement de 2 550 livres, à quoy montent ses ouvrages de sculpture pour les chapiteaux du vestibule de la chapelle du chasteau de Versailles, 550 livres » (Comptes des Bâtiments…, t. III, col. 55 et 260) ; voir aussi A. Marie et J. Marie, Mansart à Versailles, vol. 2, p. 542. Les comptes des Bâtiments ne mentionnent le vestibule haut que pour son plancher, en 1689 : « (21 août – 13 novembre :) à luy [Jean Mallet, charpentier], à compte de la charpenterie du grand plancher du salon de la tribune de la chapelle (cinq paiements, 4 000 livres) » (Comptes des Bâtiments…, t. III, col. 254).

106 Galerie haute de l’aile du Nord.

107 Mémoires du duc de Saint-Simon, vol. 2 (1879), p. 12

108 Les comptes des Bâtiments mentionnent à deux reprises, en 1689 et en 1692, les huit colonnes de marbre vert pour le vestibule haut, mais ajoutent qu’elles n’ont jamais été placées : « (21 août – 27 novembre :) à luy [François Deschamps, marbrier], à compte de huit colonnes de marbre vert de Campan dégrossies, qu’il a coupées de mesure et taillées en partie pour le salon au-dessus du vestibule attenant la chapelle de la nouvelle grande aile du chasteau de Versailles (trois paiements, 1 000 livres) » ; « 1er avril : de luy [Jean-Baptiste Brunet, garde du Trésor royal], 11 976 livres 6 sols 8 deniers pour délivrer au nommé Deschamps, marbrier, pour, avec 80 600 livres qu’il a cy-devant reçues, faire le parfait payement de 92 576 livres 6 sols 8 deniers, à quoy montent les ouvrages de marbrerie qu’il a faits pour le service de Sa Majesté tant à Trianon, aux sources, aux perrons et marches, tablettes et socles, pieds d’estaux et cordons de bassins du parterre du Midy et du jardin des Orangers du château de Versailles, aux pieds d’estaux de l’Allée royalle, du bosquet de la Colonnade, au Labirinthe, sous le groupe de la Victoire fait par Dominique Guidy, et sous la figure équestre du cavalier Bernin, qu’à huit colonnes de marbre vert de Campan destinées pour le sallon d’en haut de la grande aile, joignant la chapelle, et qui ont esté remises aux magasins de Sa Majesté, n’ayant point esté placées audit lieu ny achevées entièrement, à la réserve d’une qui a esté posée à Trianon, à la place d’une autre qui avoit esté cassée, et 99 livres 16 sols pour les taxations, 12 076 livres 2 sols 8 deniers » (Comptes des Bâtiments…, t. III, col. 292 et 660).

109 J.-F. Félibien, dit Félibien des Avaux, Description sommaire…, p. 106.

110 Comptes des Bâtiments…, t. III, col. 237.

111 Ibid., t. III, col. 237.

112 Ibid., t. III, col. 261.

113 Ibid., t. III, col. 404.

114 AN, O1 17831, no 19, et O1 17831, no 20.

115 « Le roy entretient douze missionnaires dans cette chapelle, avec six enfans de chœur. Il leur a donné des ornemens, de l’argenterie et généralement tout ce qui peut estre à leur usage, le tout d’une grande propreté et d’une richesse proportionnée. Ces lazaristes doivent faire tous les jours le divin service comme on le fait aux paroisses, c’est-à-dire que pendant tout le matin ils diront des messes et chanteront vespres l’après-dînée. Ce qu’ils feront davantage, c’est que, dans le temps qu’il n’y aura point d’office, deux d’entre eux seront toujours en prières devant l’autel. Outre la grand’messe qu’ils disent tous les dimanches et les autres jours de festes, il y a salut avec exposition ; et tous les soirs on fait une prière et ensuite l’examen, qu’un missionnaire lit » (Mercure galant, mai 1682, p. 4-5).

116 Lettres, instructions et mémoires de Colbert…, t. VII, p. CLV.

117 AN, O1 1762A2.

118 J.-F. Félibien, dit Félibien des Avaux, Description sommaire…, p. 106. On peut se demander si ces projets ne furent pas réduits dans la réalité par la pression du nombre de courtisans à loger. L’étage noble du gros pavillon paraît avoir été occupé dès la dernière décennie du siècle au moins par les Villars côté sud, le maréchal de Lorge puis, en 1702, son gendre Saint-Simon côté est, et le duc d’Antin et sa parente la duchesse Sforza côté nord sur la cour de l’actuel Opéra. En 1709, le duc de Lorge, fils du feu maréchal, chasse son beau-frère Saint-Simon du logement de cinq pièces sur la rue, parce qu’il a perdu le sien à l’aile du Midi. En 1710, Saint-Simon et sa femme reviennent au gros pavillon, mais dans les appartements du duc d’Antin et de la duchesse Sforza réunis en un seul pour eux, qu’ils conservent jusqu’à leur mort pour eux-mêmes puis leurs enfants. Les Villars ne bougent pas jusqu’à la mort du roi. Il semble donc que dès la décennie 1690 au moins il n’y ait pas eu de place au bel étage pour les lazaristes. Ces derniers ne sont pas non plus mentionnés au rez-de-chaussée, occupé surtout par des cuisines, ni à l’étage de l’attique. Sur tous ces logements voir les Mémoires du duc de Saint-Simon, vol. 11 (1895), p. 115-116, et vol. 27 (1916), p. 193 ; A. Marie et J. Marie, Versailles au temps de Louis XIV…, p. 512-513 ; Pierre Lemoine, « Les logements de Saint-Simon au château de Versailles », Cahiers Saint-Simon, 1984, no 12, p. 17-35 ; et William Ritchey Newton, L’espace du roi. La cour de France au château de Versailles, 1682-1789, Paris, Fayard, 2000, p. 334, 346-355, 368-369, 377, 381, 395-399, 404 et 408. Il est donc probable que, ayant prévu de loger les lazaristes dans le gros pavillon, on ait été amené, tant par égard pour des courtisans haut placés que pour des raisons de commodité liées à l’emplacement de la chapelle en construction, à les loger dans l’aile sur rue entre la chapelle de 1710 et le pavillon. Ce logement est attesté par l’« Inventaire des meubles du château de Versailles veriffiez en juillet 1708 » (AN, O1 3445, fo 157vo) : « Chez Messieurs les missionnaires. Deux couchettes de 3 pieds de large, garnies chacune d’une paillasse, un matelas de laine, futaine et toille, un traversin de plume et coutil, et deux couvertures de laine. Une table de bois de chêne, commune, longue de quatre pieds ½ sur 2 pieds 8 pouces de large. Un bas d’armoire de bois de chêne blanchy, à deux battans, de 3 pieds de long sur 2 pieds 2 pouces de large ».

119 P. de Nolhac, La création de Versailles d’après les sources inédites : étude sur les origines et les premières transformations du château et des jardins, Versailles, L. Bernard, 1901, p. 226, et Versailles et la cour de France, p. 21 et F. Kimball, « The Chapels… », p. 319.

120 Douai, bibliothèque municipale, ms 1374, p. 379-665, à la p. 432, 21 août 1703 (passage cité par Bernard Perrin, « Un professeur de droit solliciteur à la cour du grand roi », Revue de l’histoire de Versailles et de Seine-et-Oise, t. LV, 1963-1964, p. 151-206, à la p. 201).

121 Un en septembre, trois en octobre, cinq en novembre, trois en décembre, deux en janvier (AN, O1 2151, fo 202).

122 Comptes des Bâtiments…, t. II, col. 17.

123 Ibid., t. II, col. 193.

124 Ibid., t. II, col. 212.

125 Ibid., t. II, col. 62.

126 Ibid., t. II, col. 179.

127 Ibid., t. II, col. 245. À la date du 27 janvier 1683, le registre original des comptes des Bâtiments déclare l’ordonnance nulle en ce qui concerne « Cressant, menuisier, parfait paiement de 4 073 livres pour ouvrages faits à la chapelle et aux deux salles des pages de la Petite Escurie » (AN, O1 2152, fo 111vo).

128 Mémoire pour D’Ormoy, 13 mars 1682, dans Lettres, instructions et mémoires de Colbert…, t. VII, p. CLVII.

129 AN, O1 2007, p. 3. L’église de Vigny est située dans l’actuel département du Val-d’Oise : elle a été entièrement reconstruite à la fin du xixe siècle.

130 Ibid., p. 5-6. Cette armoire de chêne mesurait 6 pieds de haut sur 4 pieds et demi de large. La chapelle royale de Montlhéry, dans l’actuel département de l’Essone, avait été édifiée en 1708 par Jean-Baptiste Bodin, sieur des Perriers, qui y avait affecté une somme permettant d’y entretenir deux chapelains, l’un à la nomination du roi, chargé d’y célébrer la messe aux intentions du souverain et de sa famille, l’autre à la nomination de l’archevêque de Paris (Jean Lebeuf, Histoire du diocèse de Paris, Paris, Prault père, 1757, t. IV, p. 114-115]

131 AN, Minutier central, étude XXVI, liasse 320.

132 Comptes des Bâtiments…, t. II, col. 212.

133 Ibid., t. II, col. 212.

134 Ibid., t. II, col. 177.

135 Ibid., t. II, col. 212.

136 Ibid., t. II, col. 212.

137 Il s’agit de la tribune.

138 Comptes des Bâtiments…, t. II, col. 212.

139 Ibid., t. II, col. 176.

140 Lettres, instructions et mémoires de Colbert…, t. VII, p. CLXIV.

141 Comptes des Bâtiments…, t. II, col. 212.

142 Ibid., t. II, col. 184.

143 Ibid., t. III, col. 432.

144 Ibid., t. III, col. 1104.

145 Norbert Dufourcq, Nicolas Lebègue (1631-1702) : étude biographique suivie de nouveaux documents inédits relatifs à l’orgue français au xviie siècle, Paris, A. Picard et J. Picard, 1954, p. 202-207.

146 Abbé Guilbert, Description historique des château, bourg et forest de Fontainebleau, Paris, A. Cailleau, 1731, vol. 1, p. 60.

147 « Mémoire des ouvrages que j’ay faittes et fournie pour l’orgue de la chapelle du roy de Fontainebleau en l’année mil sept cent soixante-cinq par moy, [François Henri] Clicquot, facteur d’orgues du roy », AN, O1 3012, no 12.

148 Plans des tribunes et orchestres de la Musique du roy avec les noms des sujets qui en occupent les places, Versailles, bibliothèque municipale, ms F 87, planche 4, « Plan, coupe et élévation de la tribune de la chapelle de Fontainebleau réédifiée en 1772 sur les projets et desseins du sieur Métoyen, ordinaire de la Musique de Sa Majesté ».

149 Ce dais est encore visible sur les deux médailles frappées à l’occasion de la promotion de 1689, pour l’une desquelles il existe un dessin préparatoire de Leclerc (J. Jacquiot, Médailles…, pl. XCVII). Comme le signale Daniel Alcouffe, il est peu probable que les ornements conservés au musée du Louvre, dais, parements et tapis aient longtemps servi après la fondation de l’ordre du Saint-Esprit (« L’ordre du Saint-Esprit : la chapelle », Revue du Louvre, février 1994, p. 29-42, à la p. 38).

150 La Courneuve, Archives du ministère des Affaires étrangères, M. D. France 1045, fo 218vo. Les dépenses des ordres du Saint-Esprit et de Saint-Michel étaient alimentées par les recettes du marc d’or, elles-mêmes administrées par des trésoriers généraux.

151 AN, O1 2985.

152 Inventaire général du mobilier de la Couronne sous Louis XIV (1663-1715), édité par J. Guiffrey, Paris, J. Rouam, 1885, 2 vol., vol. 2, p. 442. L’année 1699 correspond à l’époque du réaménagement de la Ménagerie pour les promenades de la duchesse de Bourgogne (A. Marie et J. Marie, Versailles au temps de Louis XIV…, p. 196-235).

153 AN, O1 3308, fo 23vo. Peut-être s’agit-il des bancs auxquels Saint-Simon fait allusion dans ses Brouillons des projets sur lesquels il faudrait travailler petit à petit sans relâche et sans jamais tomber dans le piège de se laisser rebuter par rien (Traités politiques et autres écrits, édition établie par Y. Coirault, Paris, Gallimard, 1996, p. 3-41, à la p. 38) : l’un d’entre eux, qu’il voudrait voir attribué aux « dames sans titre ni charge » lorsqu’elles assistent aux prédications, est même « appuyé contre la balustrade de la chapelle de saint Louis par un bout, et l’autre au côté de la porte ».

154 Versailles, archives de l’Établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles.

155 AN, O1 3445 (« Inventaire des meubles du chasteau de Versailles vériffiez en juillet 1708 »), fos 157vo-158.

156 Cette désignation se trouve dans le Journal du marquis de Dangeau, publié par E. Soulié, L. Dussieux, P. de Chennevières, P. Mantz et A. de Montaiglon, Paris, Firmin Didot frères, 1854-1860, 19 vol., t. I (1854), p. 289, samedi 2 février 1686. Le mercredi 27 février 1704, Dangeau précise que « Madame la duchesse de Bourgogne, qui est assez enrhumée, entendit le sermon dans la petite loge de la tribune » (ibid., t. IX (1857), p. 443).

157 Comptes des Bâtiments…, t. II, col. 212.

158 Ibid., t. II, col. 212.

159 Ibid., t. II, col. 193.

160 Ibid., t. II, col. 239.

161 Ibid., t. II, col. 331. Les paiements sont datés des 17 janvier (300 livres), 31 janvier (300 livres), 7 février (500 livres) et 28 février (600 livres) : ils figurent au fo 175 du registre AN, O1 2153 (année 1683). Seul le dernier de ces quatre paiements mentionne la « 3e chaire ».

162 Comptes des Bâtiments…, t. II, col. 475.

163 Ibid., t. II, col. 196.

164 Ibid., t. II, col. 184. La date est indiquée par le registre AN, O1 2152, fo 111vo.

165 Comptes des Bâtiments…, t. II, col. 334. Si on se reporte au fo 182 du registre AN, O1 2153, on trouve les deux paiements des 13 et 27 juin aux frères Dufaux (respectivement 200 et 300 livres), ainsi que, au-dessous, la mention suivante, à la date du 4 juillet : « À Bourgault, sur id., 300 livres ».

166 Comptes des Bâtiments…, t. II, col. 478.

167 Une des deux premières chaires pourrait orner aujourd’hui la nef de l’église paroissiale de Saint-Germain-en-Laye. Ornée du chiffre royal, d’une fleur de lys et d’une couronne, d’une facture de grande qualité, la chaire de l’église Saint-Germain fut en effet demandée en 1681 par le duc de Noailles, gouverneur de Saint-Germain, à Louis XIV, à qui elle n’avait pas plu. Transportée par les marguilliers François Ferrand et Jean Antoine, elle fut installée dans l’église reconstruite sous la direction de Jules Hardouin-Mansart entre mars 1682 et avril 1683, où elle était appliquée contre le mur en bordure de l’actuelle rue de la Paroisse. Ses dernières vicissitudes ont été, outre la suppression, à une date inconnue, de l’escalier et des couleurs bleu et or d’origine, le remplacement, en 1830, de l’écusson portant les armes de France (trois fleurs de lys et deux coqs gaulois pour support) par une croix rayonnante surmontée d’une corbeille de fruits et de fleurs, ainsi que le récent incendie de 1998 qui a endommagé la cuve. Voir Montigny-le-Bretonneux, archives départementales des Yvelines, 2F 58 (Notice sur l’église de Saint-Germain-en-Laye par Mercier), Saint-Germain-en-Laye, archives communales, GG 9d (Objets d’art et historiques classés à Saint-Germain, « Chaire à prêcher destinée à la chapelle de Versailles, donnée par Louis XIV au duc Anne-Jules de Noailles pour l’église de Saint-Germain en 1681 »), ainsi qu’Alphonse Rolot et Sivry, Précis historique de Saint-Germain-en-Laye contenant l’abrégé chronologique des faits remarquables qui s’y sont passés depuis les premiers temps de la monarchie jusqu’à nos jours, Saint-Germain-en-Laye, imprimeur-éditeur Beau, 1848, p. 193, J. Dulon, L’église paroissiale de Saint-Germain-en-Laye, Saint-Germain-en-Laye, imprimerie G. Camproger, 1895, p. 35-37, G. Houdard, « L’église paroissiale de Saint-Germain-en-Laye. Notice historique », Bulletin paroissial, 1910, p. 7-18, à la p. 13, et abbé Pierre Torry, Une paroisse royale : Saint-Germain-en-Laye. Origine et histoire, Mayenne, Floch, 1927, p. 152. D’après la liste des « Démolitions de l’ancienne chapelle du château de Versailles données par le roy au mois de juin 1710 » (AN, O1 2007, p. 3), la chaire fut alors également envoyée à la paroisse de Saint-Germain.

168 Comptes des Bâtiments…, t. II, col. 335.

169 Ibid., t. II, col. 439.

170 AN, O1 2629, Journal de paiements de mémoires d’ouvriers, fos 17 et 17vo. En revanche, la correspondance de Louvois (Vincennes, archives du Service historique de la défense, A1 696-1033) reste silencieuse sur cette chaire entre septembre 1683 et juillet 1691.

171 AN, O1 2007, p. 3, « Démolitions de l’ancienne chapelle du château de Versailles données par le roy au mois de juin 1710 », et p. 5, « État des démolitions de l’ancienne chapelle du château de Versailles […] en juin 1710 ». Ces éléments décoratifs venaient remplacer un premier ensemble inauguré en 1689. Ils permirent au roi, qui suivait occasionnellement les offices de la paroisse de Marly, de conserver le souvenir de la chapelle de 1682 après sa disparition. Les anges, de près de deux mètres de haut, badigeonnés en blanc en 1875, avaient autrefois des ailes et des vêtements dorés. Les proportions ramassées du retable pourraient s’expliquer par la disparition de l’élément amortissant le fronton, due à la nécessité de placer le retable dans le cadre serré de l’abside. Le tabernacle actuel, orné de pilastres géminés corinthiens supportant un arc en plein cintre et d’une porte offrant le motif du Bon Pasteur, semble trop mal intégré pour provenir de la chapelle. Voir L. Dussieux, Le château de Versailles…, vol. 2, p. 108 ; chanoine A. Gallet, Église de Marly-le-Roi : Port-Marly, anciennement Marly-le-Port, Versailles, impr. de Cerf et fils, 1891, p. 7-9 ; Camille Piton, Marly-le-Roi. Son histoire, Paris, A. Joanin et Cie, 1904, p. 212-214 ; Émile Magne, Le château de Marly, Paris, Calmann-Lévy, 1934, p. 97-98 ; M. Hanotte, « Le maître-autel de l’église de Marly », Le Vieux Marly. Bulletin de la Société archéologique, historique et artistique de Marly-le-Roi, avril 1936, t. I, no 5, p. 151-154 ; Jacques Vidal, L’église royale de Marly, Marly-le-Roi, impr. de Marly-le-Roi, 1960 ; Lucien Reversat, Église Saint-Vigor-et-Saint-Étienne, 1689-1989, Marly-le-Roi, 1989, p. 35-37 ; Pierre Nickler, Histoire de Marly des origines à 1914, Marly-le-Roi, Champflour, 1996, p. 109-111. D’après communication orale de feu Bruno Pons, il ne faut tenir aucun compte de la tradition affirmant que des boiseries provenant d’une chapelle de Versailles orneraient aujourd’hui celle du château de Réveillon (Marne), réaménagé par Jules-Robert de Cotte, son propriétaire à partir de 1730.

172 AN, O1 2007, p. 5, « État des démolitions de l’ancienne chapelle du château de Versailles qui ont été données par ordre de Monseigneur le marquis d’Antin en juin 1710 ».

173 Comptes des Bâtiments…, t. II, col. 20.

174 Ibid., t. II, col. 196.

175 Ibid., t. II, col. 212.

176 Ibid., t. II, col. 197.

177 Ibid., t. II, col. 212 ; un examen de l’original manuscrit des comptes des Bâtiments (AN, O1 2152, fo 182) a permis de distinguer ces deux paiements des treize autres signalés plus haut.

178 Ibid., t. II, col. 197.

179 Ibid., t. II, col. 309.

180 Ibid., t. II, col. 473.

181 François Souchal, French Sculptors of the 17th and 18th Centuries: The Reign of Louis XIV, Oxford, Cassirer, 1977-1993, 4 vol., vol. 2 (1981), p. 179, et vol. 3 (1987), p. 100. Il faut mentionner aussi, sans que l’on sache précisément de quoi il s’agit, mais pour un montant relativement modeste de 394 livres, l’intervention du sculpteur ornemaniste Robert de Lalande, « pour ouvrages de sculpture faits à la chapelle » avant avril 1686 (AN, O1 2629, Journal de paiements de mémoires d’ouvriers, fo 78vo).

182 Il s’agit de la Chute des anges rebelles, commencée à la voûte de la chapelle de 1672.

183 Florence, bibliothèque Laurenziana, ms Ashburnham 1723, fos 210vo-211, et BNF, fr. 12987, fos 300vo-301 (Claude Nivelon, Vie de Charles Le Brun et description détaillée de ses ouvrages, édition critique et introduction par L. Pericolo. Genève, Droz, 2004. p. 478-479).

184 C’est en 1685 que Le Brun proposa sans succès à Louvois de faire peindre par Houasse, époux de sa cousine Marie Le Bé, la Chute des anges rebelles à la coupole du collège des Quatre-Nations (Roger-Armand Weigert, « Le testament de Charles Le Brun », dans Archives de l’art français, t. XXI, 1949, p. 13, note 2).

185 Mémoires inédits sur la vie et les ouvrages des membres de l’Académie royale de peinture et de sculpture, publiés par L. Dussieux, E. Soulié, P. de Chennevières, P. Mantz et A. de Montaiglon, Paris, J.-B. Dumoulin, 1854, 2 vol., vol. 1, p. 3-49, à la p. 29, et p. 49-72, à la p. 70. Seul le premier de ces mémoires est attribué à Guillet de Saint-Georges. D’après le second mémoire, anonyme, Le Brun se présentait encore au début de l’année 1687 devant Louvois dans le but de lui faire agréer son tableau de la Chute des anges rebelles, « qu’il avoit fait pour servir à l’exécution qu’il en croyoit faire en grand dans la chapelle de Versailles », et que, même comme tableau de chevalet, Louvois refusa (ibid., à la p. 70).

186 Conservés au département des Arts graphiques du Louvre, deux dessins calqués, dus à Le Brun et à son atelier, montrent le Triomphe de la Religion (inv. 27640) et le Triomphe de la Croix (inv. 27673). Leur forme cintrée invite à y voir l’ébauche d’un décor de lunettes, peut-être un projet, comme le suggère Lydia Beauvais, pour les deux extrémités de la voûte de la chapelle de 1682 (Inventaire général des dessins. École française. Charles Le Brun, 1619-1690, Paris, Réunion des musées nationaux, 2000, 2 vol., vol. 1, p. 104-105). C’est semble-t-il en raison d’une erreur de lecture des Comptes des Bâtiments du roi qu’il est d’usage de considérer à la suite des Marie (Mansart à Versailles, vol. 2, p. 524), que la voûte de la chapelle reçut une impression monochrome : le paiement des Comptes (t. II, col. 213) se rapporte à la voûte de la chapelle de la Grande Écurie.

187 En fait, le geste de Louvois trouve son symétrique dans celui de Seignelay, fils de Colbert, qui, en juin 1684, céda au roi un Portement de croix de Mignard. C’était là le moyen de se poser en protecteur de celui qui jusque là avait été soutenu par le rival de son père. Mignard était donc devenu pour le clan Colbert un enjeu susceptible d’assurer le maintien de son influence, rôle comparable à celui de Le Brun pour Louvois (Jean-Claude Boyer, Le peintre, le roi, le héros : l’Andromède de Pierre Mignard, Paris, 1989, p. 64-65).

188 Florence, bibliothèque Laurenziana, ms Ashburnham 1723, fos 211vo-212, et BNF, fr. 12987, fos 302vo-303 (C. Nivelon, Vie de Charles Le Brun et description…, p. 479-480). Le tableau retenu par Louvois est aujourd’hui au musée des Beaux-Arts de Rennes (inv. 811.1.1). De forme cintrée dans le haut, il mesure 5,45 m de hauteur sur 3,27 m de largeur. Le Brun exécuta d’autres répliques pour les Jacobins de la rue Saint-Honoré et pour le maréchal de Créqui. L’œuvre a été gravée par Benoît Ier Audran. Voir le catalogue de l’exposition Charles Le Brun (1616-1690), peintre et dessinateur, Versailles, octobre 1963, p. lxix-lxx et p. 120-121, le catalogue de l’exposition 30 peintres du xviie siècle français. Tableaux d’inspiration religieuse des musées de province, Paris, 1976, no 17bis, et François Bergot, « Nouvel aménagement : à propos de la Descente de croix de Le Brun », Bulletin des Amis du musée de Rennes, 1978, p. 56-62.

189 Camille de Neufville de Villeroy, archevêque de 1654 à 1693, apparenté au maréchal de Villeroy, d’où la confusion du Mercure galant.

190 Mercure galant, mars 1690, p. 207-208. À la lumière d’un projet daté de janvier 1707 et concernant le décor de la chapelle (AN, O1 1784), on peut supposer que l’idée de Louvois avait fait son chemin, puisqu’il était encore question de représenter le thème de la Crucifixion au maître-autel ; le changement de parti intervenu par la suite n’a pas remis en cause l’iconographie du rez-de-chaussée de la nef, tout entière tournée vers la Passion. Voir Alexandre Maral, « La chapelle royale de Versailles : programme iconographique », Revue de l’art, no 132, 2001-2, p. 29-42, à la p. 36.

191 L’estampe, assez grossière et imprécise, peut du reste fort bien se contenter d’interpréter une description ou un croquis faisant état d’une Déploration, sans que l’artiste anonyme ait vu de ses yeux celle de Le Brun (on peut à cet égard dresser un rapprochement avec la Déploration du Christ de Poussin connue par la gravure de Pietro del Po, publiée par Georges Wildenstein, Les graveurs de Poussin au xviie siècle, Gazette des beaux-arts, nos 1040-1043, septembre-décembre 1955, 1957, p. 117). Par ailleurs, il paraît difficile de concilier la taille du tableau de Le Brun avec celle du maître-autel, transféré en 1710 à Marly-le-Roi : même si l’autel proprement dit était en léger contrebas par rapport aux dés des colonnes, ces dernières ne mesurent guère plus de quatre mètres de haut. Sa largeur est en revanche adaptée. Il faut signaler que le château de Réveillon, déjà évoqué à propos des boiseries provenant éventuellement de la chapelle, abrite dans sa chapelle une Pietà d’après Le Brun.

192 Mercure galant, septembre 1686, 2de partie, p. 364-365, à propos de la visite des ambassadeurs de Siam aux Gobelins : « On examina ensuite un grand tableau d’autel de Monsieur Le Brun. C’est une Descente de croix. Il l’avoit faite pour Monsieur l’archevesque de Lyon, mais Monsieur de Louvois, ayant jugé qu’on n’en pouvoit avoir un plus beau pour la chapelle neuve qu’on doit bâtir à Versailles, l’a retenu pour le roy ».

193 Au sujet de sa visite aux Gobelins, Nicodème Tessin écrit : « Dans une longue galerie toute proche [de l’atelier de Le Brun], où ses gens travaillent, plusieurs de ses grandes œuvres sont copiées pour être gravées ensuite ; dans une petite pièce au bout de cette galerie, j’ai vu une très belle œuvre de lui, dont les figures étaient de grandeur naturelle : il s’agissait de la Descente de croix du Christ, et tous les sentiments y étaient si bien représentés que cette œuvre était incomparable. Il y travaille et il manque encore quelque chose. Cette œuvre doit être placée sur l’autel de la nouvelle grande chapelle à Versailles » (Roger-Armand Weigert, « Notes de Nicodème Tessin le jeune relatives à son séjour à Paris en 1687 », Bulletin de la Société de l’histoire de l’art français, 1932, p. 220-279, à la p. 253).

194 AN, O1 19644 (texte partiellement édité par H. Jouin, Charles Le Brun…, p. 733-739) : « Ateliers des Gobelins. […] Un grand tableau représentant la Descente de croix, peint par Monsieur Le Brun pour l’autel de la chapelle de Versailles ; envoyé sur le champ, selon l’ordre verbal de Monseigneur de Louvois, au Cabinet du Louvre par le sieur Yvar et remis entre les mains du sieur Houasse, garde des tableaux du Roy ». On lit en marge : « Bon à achever avec patience ». Le tableau mentionné ensuite est « une copie fort avancée pour Madame la maréchale de Créqui », envoyé lui aussi au Louvre pour y être achevé avant d’être rendu à la veuve de celui qui avait fait commande de l’original. L’inventaire achevé par Paillet le 11 août 1690 (BNF, fr. 9447, fos 232-286vo) situe cependant encore aux Gobelins la Descente de croix, à laquelle correspond désormais le no 496 (Antoine Schnapper, « Observations sur les inventaires des tableaux de Louis XIV, de Le Brun à Bailly », Bulletin de la Société de l’Histoire de l’art français, année 1990, 1991, p. 19-26, aux p. 25-26).

195 En effet, si l’« Inventaire des tableaux à la garde de Houasse » (AN, O1 19646), rédigé en 1691, contient encore, sous le no 496, la Descente de croix, si celle-ci n’apparaît pas dans l’original de l’inventaire des tableaux du roi conservés à Versailles que signe Paillet le 9 décembre 1695 (AN, O1 19663) mais bien dans l’« Inventaire général des tableaux du roy […] qui sont à la garde particulière de Houasse à Paris » (BNF, fr. 9447, fo 170, no 78) en 1695, en revanche un inventaire non daté mais antérieur à 1710 (puisque la chapelle de 1682 y est mentionnée) la signale, dotée d’une bordure dorée, dans le Cabinet des tableaux de la Surintendance de Versailles (AN, O1 19671, p. 64).

196 AN, O1 1970, « Inventaire général des tableaux originaux qui appartiennent au roy », rédigé par Bailly, p. 205 : « Un tableau représentant Jésus-Christ qu’on descend de la croix ; la Magdelaine aux pieds tend les bras pour Le recevoir, avec la sainte Vierge auprès, joignant les mains et vestue d’une draperie bleue ; figures plus grandes que nature, ayant de haut seize pieds et demi sur dix pieds de large, ceintré par en haut à oreille, dans sa bordure dorée ». Un inventaire non daté, que Fernand Engerand attribue à Houasse et date de 1704, situe la Descente de croix, munie d’une bordure dorée, dans la première salle du Cabinet des tableaux au Louvre (AN, O1 19665).

197 AN, O1 1975, « Inventaire général des tableaux du roy fait avec soin en 1709 et 1710 par le sieur Bailly, garde d’iceux, suivant les ordres qui lui en furent donnez », p. 279-280. Sur l’histoire du tableau de Rennes, on peut consulter avec profit le mémoire de maîtrise soutenu en 1998 à l’université de Rennes II par Nadia Barbotin (sous la direction de Mariane Grivel), L’étude préalable à la restauration de la Descente de croix de Charles Le Brun conservée au musée des beaux-arts de Rennes.

198 Lettres, instructions et mémoires de Colbert…, t. V (1868) : Fortifications. Sciences. Lettres. Beaux-Arts. Bâtiments, p. 432, lettre no 202 (lettre citée par P. de Nolhac, Versailles…, p. 21-22). Une Vierge d’après Corrège est citée dans l’inventaire après décès de Le Brun (Roger-Armand Weigert, « L’inventaire après décès de Charles Le Brun, premier peintre de Louis XIV (1690) », Gazette des beaux-arts, t. XLIV, décembre 1954, p. 348).

199 Bibl. mun. de Douai, ms 1374, p. 432 ; passage cité par B. Perrin, « Un professeur… », p. 201.

200 AN, O1 19663, fo 70. La Nativité la plus célèbre de Corrège, dite La Nuit, est conservée à la Gemäldgalerie de Dresde et mesure 2,56 m de hauteur sur 1,88 m de largeur.

201 Comptes des Bâtiments…, t. I (1881), col. 1230. Seule la première de ces copies, mesurant dix pieds de haut sur quatorze pieds de large, est mentionnée par l’inventaire de Bailly en 1709-1710. Voir Antoine Schnapper, « Plaidoyer pour un absent : Bon Boullogne (1649-1717) », Revue de l’art, no 40-41, 1978, p. 124, et A. Schnapper et Hélène Guicharnaud, Louis de Boullogne (1654-1733), introduction.

202 AN, O1 19656, no 1, au no 201. En juin 1710, le tableau du maître-autel fut porté au Cabinet des tableaux de la Surintendance à Versailles (AN, O1 2007, p. 5, « État des démolitions de l’ancienne chapelle du château de Versailles qui ont été données par ordre de Monseigneur le marquis d’Antin en juin 1710 »). C’est par la suite, à une date inconnue, antérieure à 1737, qu’une copie de la Nativité du Corrège est attestée à la chapelle des Tuileries : cette copie remplaçait une Chananéenne peinte par François Bonnemer d’après Annibal Carrache, encore mentionnée dans la chapelle des Tuileries en 1710 (Alain Roy, Les envois de l’État au musée de Dijon, 1803-1815, Paris, Ophrys, 1980, p. 42-43). Voir A. Schnapper, « Plaidoyer pour un absent… », p. 124. Sans citer ses sources (probablement l’Almanach parisien en faveur des étrangers et des personnes curieuses, Paris, veuve Duchesne, 1764, p. 125, et Paris, veuve Duchesne et fils, 1791, p. 395), H. Jouin attribue la copie placée au maître-autel de la chapelle de 1682 à Le Brun lui-même et signale que le tableau fut ensuite placé aux Tuileries (Charles Le Brun…, p. 326). « Une excellente copie de la belle Nativité du Corrège » est signalée au maître-autel de la chapelle des Tuileries par la Description historique de la ville de Paris et de ses environs de Piganiol de La Force (Paris, Libraires associés, 1765, 10 vol., t. II, p. 373-374), et par le Guide des amateurs et des étrangers voyageurs à Paris ou Description raisonnée de cette ville, de sa banlieue et de tout ce qu’elles contiennent de remarquable de Luc-Vincent Thiéry (Paris, Hardouin et Gattey, 1787, 2 vol., t. I, p. 382). Mentionné au-dessus du maître-autel en 1784, décrite alors comme ayant « un besoin urgent d’être réparé » (AN, O1 1682, no 270), le tableau de la chapelle des Tuileries a disparu sans laisser de traces. Le « Mémoire de restaurations de tableaux […] par le sieur Martin pendant les années 1789 et 1790 » (AN, O1 1922A ; partiellement édité par Nicolas Sainte-Fare-Garnot, Le décor des Tuileries sous le règne de Louis XIV, cat. exp. (musée du Louvre, Paris, 9 juin au 18 septembre 1988), Paris, Réunion des musées nationaux, 1988, p. 115) mentionne, pour le maître-autel de la chapelle des Tuileries, un tableau de Poussin « qu’il a fallu agrandir des quatre côtés » et, juste après, une Adoration des bergers d’après le Corrège, de onze pieds sur neuf, dont il a fallu réparer « plusieurs grands troux ». D’origine inconnue, une copie de la Nativité d’après Corrège, de 2 m sur 1,74 m, est signalée par P. Mantz dans la sacristie des mariages de l’église Saint-Thomas d’Aquin en 1876 (Inventaire général des richesses d’art de la France. Paris. Monuments religieux, Paris, E. Plon et Cie, 1876-1901, 3 vol., t. I [1876], p. 246). Amédée Boinet la considérait comme disparue en 1964 (Les églises parisiennes, Paris, éditions de minuit, 1958-1964, 3 vol., vol. 3 [1964] : xviie et xviiie siècles, p. 199). Enfin, signalée par Stéphane Loire, que je remercie vivement, une copie de la Nativité du Corrège, déposée par le Louvre en 1872 au musée des Beaux-Arts de Rennes (inv. D. 872.1.5), provient du « magasin des Bâtiments à Fontainebleau », où elle est attestée en 1846 (fiche préparatoire à l’inventaire Villot du Louvre). Sa hauteur de 1,67 m semble malheureusement trop réduite.

203 Comptes des Bâtiments…, t. V, col. 546. Destiné au maître-autel, ce tableau a ensuite été remplacé, à une date inconnue mais jusqu’en 1862, par une Vierge à l’Enfant aujourd’hui conservée au Musée-Promenade de Marly-le-Roi-Louveciennes (no 51.02) : la piètre qualité de l’œuvre, des dimensions inadaptées (1,15 m de hauteur sur 89 cm de largeur) empêchent d’y voir une commande royale (J. Vidal, L’église royale de Marly…).

204 AN, O1 1975 (exemplaire de luxe) et O1 1973 (copie réalisée en 1722 pour le duc d’Antin).

205 AN, O1 19648 (ancien O1 1965), disparu depuis 1983 ; inventaire édité par Arnauld Brejon de Lavergnée, L’inventaire Le Brun de 1683. La collection des tableaux de Louis XIV, Paris, Réunion des musées nationaux, 1987.

206 AN, O1 19663 et BNF, fr. 9447, fos 73-79 et 102-165 (copie partielle).

207 AN, O1 1970 (« Inventaire général des tableaux originaux qui appartiennent au roy »), à compléter par O1 1974 (« Inventaire des esquisses, tableaux inconus et copies de tableaux »).

208 AN, O1 1975, p. 26, et O1 1973, p. 16.

209 AN, O1 19663, fo 34, et BNF, fr. 9447, fo 129.

210 AN, O1 1970, p. 163.

211 A. Brejon de Lavergnée, L’inventaire Le Brun…, p. 232-233. le tableau, qui mesurait 1,31 m de hauteur sur 1,51 m de largeur, fut agrandi à 1,38 m de hauteur en 1709 ; sa taille actuelle est de 1,36 m de hauteur sur 1,57 m de largeur.

212 Peint vers 1643-1644, ce tableau représente un sujet cher à Pierre de Cortone, d’une grande dévotion pour sainte Martine, et ne semble pas avoir été peint pour un commanditaire français. Acquis probablement du cardinal Antonio Barberini (1608-1671), grand aumônier de France, entre 1665 et 1671, il a fait l’objet d’une gravure par François Spierre, antérieure à 1667 et assortie d’une dédicace au cardinal Francesco Barberini (1587-1679), frère d’Antonio, qui fut publiée en 1686 dans le recueil des Tableaux du roy gravés aux dépens de divers particuliers (BNF, Est., Aa 13, fo 67), assortie d’une dédicace au cardinal Francesco Barberini (1587-1679), frère d’Antonio (Giuliano Briganti, Pietro da Cortona o della Pittura barocca, Florence, Sansoni, 1982 [1962], p. 234-235, A. Brejon de Lavergnée, L’inventaire Le Brun…, p. 232-233, et Antoine Schnapper, Curieux du Grand Siècle. Collections et collectionneurs dans la France du xviie siècle, t. II : Œuvres d’art, Paris, Flammarion, 1994, p. 315-316).

213 AN, O1 2007, p. 5. Les menuiseries de l’autel étaient en revanche cédées au Père de La Rue (ibid., p. 3, « Démolitions de l’ancienne chapelle du château de Versailles données par le roy au mois de juin 1710 »).

214 La Vierge, l’Enfant-Jésus et sainte Martine, inv. 108 (MR 412). Voir Stéphane Loire, Musée du Louvre, Département des peintures, Peintures italiennes du xviie siècle du musée du Louvre : Florence, Gênes, Lombardie, Naples, Rome et Venise, Paris, musée du Louvre éd.-Gallimard, 2006, p. 114-117. Fernand Engerand, dans son édition de l’Inventaire des tableaux du roy rédigé en 1709 et 1710 par Nicolas Bailly, Paris, E. Leroux, 1899, p. 48-49, place à tort ce tableau au musée d’Aix-en-Provence.

215 AN, O1 1975, p. 454, et O1 1973, p. 315, édité par F. Engerand, Inventaire…, p. 443. Le tableau est déjà mentionné par Paillet en 1695 (AN, O1 19663, fo 70, et BNF, fr. 9447, fo 162vo) et Bailly en 1706 écrit qu’il est dans la chapelle du château (AN, O1 1970, p. 419). En 1710, le Père Charles de La Rue (1643-1725) était confesseur de la dauphine et du duc de Berry (AN, Z1A 514 et 523). D’après l’« État des démolitions de l’ancienne chapelle du château de Versailles qui ont été données par ordre de Monseigneur le marquis d’Antin en juin 1710 » (AN, O1 2007, p. 5), le don de Louis XIV était destiné au Père de La Rue « pour son église de Pontoise ».

216 AN, O1 1975, p. 459, et O1 1973, p. 319, édité par F. Engerand, Inventaire…, p. 451. De même, ce tableau est mentionné par Paillet en 1695 (AN, O1 19663, fo 67, et BNF, fr 9447, fo 159) et Bailly en 1706 (AN, O1 1970, p. 438), qui tous deux le situent dans la chapelle du château.

217 AN, O1 2007, p. 5, « État des démolitions de l’ancienne chapelle du château de Versailles qui ont été données par ordre de Monseigneur le marquis d’Antin en juin 1710 ». D’après le texte de Saint-Simon cité plus haut et relatif à l’emplacement des bancs dans la chapelle lors des prédications (Brouillons…, p. 38), l’autel dédié à saint Louis était le premier à droite en entrant. Dans son journal, l’abbé Le Dieu, secrétaire de Bossuet, désigne l’autel de la tribune comme « la chapelle d’en haut et particulière du roi » (François Le Dieu, Mémoires et journal sur la vie et les ouvrages de Bossuet, édition par M. l’abbé W. Guettée, Paris, Didier et Cie, 1856, t. II, p. 20).

218 D’après A. Schnapper, ces deux tableaux sont aujourd’hui perdus (Jean Jouvenet (1644-1717) et la peinture d’histoire à Paris, Paris, L. Laget, 1974, p. 120, note 4). À propos de Montreuil, dont l’actuelle église Saint-Symphorien ne date que de 1770, l’abbé Lebeuf parle d’une église « très petite », « enduite seulement de plâtre », « sans aucuns ornemens d’architecture ni de sculpture » (Jean Lebeuf, Histoire du diocèse de Paris, Paris, Prault père, 1754-1758, 15 vol., t. VIII (1757), p. 339-340). Si l’« Inventaire général des objets appartenant à l’église de Saint-Symphorien » signale encore le tableau de sainte Thérèse, « autour de l’église », en 1840, ce dernier est absent de l’« Inventaire des biens dépendant de la fabrique paroissiale de Saint-Symphorien à Versailles » en février 1906 (Arch. départ. des Yvelines, 69 J 12, p. 14, et 69 J 13).

219 Beaucoup plus grands, les deux nouveaux tableaux furent commandés en 1708 à Jean Jouvenet (Saint Louis visite les blessés après une bataille, toile marouflée, 2,79 m × 1, 56 m) et à Jean-Baptiste Santerre (Sainte Thérèse, toile, 2,67 m × 1,71 m).

220 Comptes des Bâtiments…, t. II, col. 209.

221 Ibid., t. II, col. 306. Deux tableaux de sujet religieux pouvant éventuellement prendre place dans la chapelle de 1682, mais qui ne figurent pas dans l’inventaire de Bailly, sont encore attestés par les Comptes des Bâtiments : « Payemens uniques. […] 21 novembre 1683 : au sieur Houasse, peintre, pour deux tableaux peints de coloris, l’un représentant une Charité romaine et l’autre un Saint Jean dans l’isle de Patmos, 176 livres » (Comptes des Bâtiments…, t. II, col. 349 ; paiement cité par A. Schnapper, Jean Jouvenet…, p. 120. Voir aussi AN, O1 2153, fo 200vo).

222 Comptes des Bâtiments…, t. IV (1896), col. 4.

223 Ibid., t. IV, col. 60. Deux tableaux à sujets religieux de Louis de Boullogne et datés de 1688 sont actuellement repérés : L’Adoration des bergers (3,15 m de hauteur sur 2,40 m de largeur) conservé depuis la fin du xixe siècle dans l’église Notre-Dame de Magny-en-Vexin (Œuvres d’art des églises du Val-d’Oise. La grande peinture religieuse, cat. exp. (Saint-Ouen-l’Aumône, abbaye de Maubuisson, 2 juillet au 31 décembre 1995), Cergy-Pontoise, Conseil général du Val-d'Oise-Service du Pré-inventaire, p. 72-73) ; une autre version de cette œuvre, incluant de nombreuses variantes, fut commandée au même peintre par le prince de Condé pour l’église Notre-Dame-de-l’Assomption à Chantilly en 1692 : voir A. Schnapper, « Louis de Boullogne à l’église de Chantilly », Revue de l’art, 1976, no 34, p. 57-60) ; La Présentation de l’Enfant Jésus au temple (3,12 m de hauteur sur 2,10 m de largeur), découvert en 2008 au Musée acadien de l’université de Moncton (Didier Rykner, La tribune de l’art, 17 octobre 2008 [article consultable en ligne : http://www.latribunedelart.com/un-louis-ii-de-boullogne-decouvert-au-canada-article001479.html ; page consultée le 2 juin 2011]). Le montant relativement faible de 3 950 livres consigné dans les Comptes des Bâtiments du roi semble exclure que les treize tableaux de 1687-1688 aient été d’un format aussi important. Néanmoins, il semble que Boullogne ait réalisé autour de 1688 plusieurs toiles consacrées à la Vierge et à l’Enfance du Christ, dont les dimensions sont proches des « six grands tableaux, peints par Boulogne, de 9 pieds 1/2 de hauteur sur 6 pieds 1/2 à 7 de largeur », mentionnés par la Commission des Monuments comme provenant du couvent des Ursulines de Saint-Denis et où figurent notamment une Nativité et une Présentation au temple (Procès-verbaux de la Commission des monuments, 1790-1794, publiés par A. Tuetey. Nouvelles archives de l’art français, XVII, 1901 (1902), p. 330). En raison de la concomitance des dates, il n’est pas interdit de supposer que certains des tableaux réalisés pour Versailles aient été des versions réduites de grandes toiles réalisées en partie pour les Ursulines de Saint-Denis.

224 AN, O1 3333 ; chapitre inédit intitulé « Ornemens et linge de chapelle », dont la partie postérieure à 1698 est manquante. La partie concernant Versailles entre 1684 et 1698 se trouve aux fos 163vo-164vo et 166-168vo.

225 AN, O1 3305 à 3308.

226 AN, O1 3450. Le deuxième chapitre, intitulé « Ornemens et linge de chappelle », s’arrête en 1684 ; la période 1682-1684 est aux fos 20-21vo.

227 AN, O1 2984.

228 AN, O1 3305, fo 98. On trouve à la fin de l’article le nom des chasubliers : il s’agit de Léger et de Delaistre.

229 Ibid., fo 103.

230 Ibid., fos 106vo-107.

231 Ibid., fos 110-112.

232 Ibid., fos 122vo.

233 AN, O1 2984, no 6 (paiement d’une somme de 7 055 livres 9 sols 7 deniers).

234 Article qui correspond au no 76 de l’inventaire général du mobilier de la Couronne.

235 C’est le no 77 de l’inventaire général du mobilier de la Couronne.

236 Il s’agit des nos 80 et 81 de l’inventaire général du mobilier de la Couronne.

237 On le retrouve à travers les nos 70 et 71 de l’inventaire de Corset et Lebel (nos 82 et 83 de l’inventaire général du mobilier de la Couronne).

238 Il s’agit des nos 85 à 90 de l’inventaire général du mobilier de la Couronne.

239 On les trouve au no 72 de l’inventaire de Corset et Lebel (no 84 de l’inventaire général du mobilier de la Couronne).

240 AN, O1 3305, fo 95vo : « Du 4 avril 1682. Aporté par le sieur Gilbert et par damoiselle Gaucherot 36 surplis de toille unye pour les Pères de la Mission à Versailles, dont je leur ay donné certifficat. Envoyé les susditz 36 surplis ».

241 AN, O1 3306, fo 3vo.

242 Joachim Doublet.

243 AN, O1 3306, fos 137-138vo.

244 Un des grands fournisseurs royaux de soieries.

245 AN, O1 3306, fos 138vo-139. L’abbé Louis Archon était sacristain de la chapelle.

246 Ibid., fo 139.

247 Ibid., fos 162-163.

248 Ibid., fo 171. Une note en marge renvoie au chapitre des meubles dans l’inventaire général du mobilier de la Couronne, no 1441 ; ce dernier article est compris dans l’année 1690 : « Pour Marly […]. Pour servir dans l’un desdits appartemens […]. Quatre carreaux de velours rouge cramoisy, garnis autour de frangeon d’or, pour servir à la chapelle du château de Versailles » (Inventaire général du mobilier de la Couronne sous Louis XIV (1663-1715), édité par J. Guiffrey, Paris, J. Rouam, 1885-1886, 2 vol., vol. 2, p. 397-399).

249 La suite manque, mais il est signalé en marge qu’il faut se reporter aux nos 130 à 139 de l’inventaire général du mobilier de la Couronne : les articles transcrits ici correspondent donc aux nos 136-139.

250 AN, O1 3306, fo 178vo (le fo 179 est manquant).

251 Ibid., fos 223-224.

252 AN, O1 3307, fo 290. Gédéon Berbier Du Metz était intendant et contrôleur général des meubles de la Couronne.

253 Lallier fut le grand tapissier royal de la fin du règne et de la Régence.

254 Gouvernante du petit prince.

255 AN, O1 3307, fos 478vo-479. Pour cette dernière livraison, voir aussi AN, O1 3298/1, fos 7vo-8.

256 AN, O1 3308, fo 3.

257 Dès le 12 juin 1698, les commandes pour la nouvelle chapelle sont libellées sans équivoque possible (AN, O1 3307, fo 360).

258 AN, O1 3307, fo 354. Cette livraison est rigoureusement reprise dans l’inventaire général du mobilier de la Couronne, nos 157 à 183. Voir aussi AN, O1 2985 (paiement de la somme de 5 063 livres 6 sols 4 deniers).

259 AN, O1 3307, fo 354vo-355. On retrouve ces deux articles dans l’inventaire général du mobilier de la Couronne aux nos 191 et 192, après lesquels la suite de cet inventaire est perdue. Voir aussi AN, O1 2985 (paiement de la somme de 816 livres 16 sols).

260 AN, O1 3307, fo 357. Une note dans la marge renvoie à une partie perdue de l’inventaire général du mobilier de la Couronne, nos 196 à 198. Voir aussi AN, O1 2985 (paiement de la somme de 3623 livres 23 sols 8 deniers).

261 AN, O1 3307, fo 361. Une note marginale indique le no 199 de l’inventaire général du mobilier de la Couronne.

262 AN, O1 3305 à 3307.

263 Inventaire général…, vol. 1, p. 19-21 : chapitre de l’« Argenterie-chapelle », rédigé en 1684 et augmenté jusqu’en 1697 par Gédéon Berbier Du Metz ; après cette date, les augmentations sont perdues.

264 Nicolas de Launay.

265 AN, O1 3305, fo 95. Il s’agit de Michel Lebel, concierge du château.

266 Ibid., fo 95vo.

267 Ibid., fo 100.

268 Ibid., fo 122.

269 AN, O1 3306, fo 10 ; une note marginale renvoie au no 108 de l’inventaire général du mobilier de la Couronne.

270 Ibid., fo 139vo. L’abbé Louis Archon était sacristain de la Chapelle royale.

271 AN, O1 3307, fos 474-478vo. On retrouve cet état dans O1 32981, fo 7vo.

272 AN, O1 3308, fo 5 ; une note marginale renvoie au no 139 du chapitre de l’Argenterie-chapelle de l’inventaire général du mobilier de la Couronne.

273 Il s’agit de Gédéon Berbier Du Metz, dont les provisions comme « intendant et controlleur général des meubles de la Couronne » sont transcrites en tête de l’inventaire.

274 L’abbé Jérôme Chuperelle.

275 Ce passage est cité par Jacques Vanuxem, « Un exemple de trésor perdu pour les Invalides : les manuscrits enluminés de la fin du xviie siècle », Les Invalides. Trois siècles d’histoire, sous la direction de R. Baillargeat, Paris, Musée de l’Armée, 1974, p. 105-112, à la p. 106.

276 Comptes des Bâtiments…, t. II, col. 329. Les missionnaires étaient les pères de la Mission, ou lazaristes.

277 Ibid., t. II, col. 893.

278 Ibid., t. II, col. 1200.

279 Ibid., t. III, col. 121.

280 Ibid., t III, col. 121.

281 Ibid., t III, col. 232.

282 Ibid., t. III, col. 272-273.

283 Ibid., t. III, col. 710.

284 Ibid., t. III, col. 662.

285 Commandes auxquelles on peut ajouter, sans que l’on sache vraiment si Versailles était concerné – car il peut s’agir de commandes de feu Louvois ou de Barbezieux pour le secrétariat d’État de la Guerre, ou pour tel régiment de prestige (casernes des mousquetaires par exemple) –, les « deux tomes d’un petit antiphonaire » attestés par des quittances de 1692 retrouvées aux archives du Service historique de la défense (J. Vanuxem, « Un exemple… », p. 107).

286 BNF, lat. 8828. Voir le Catalogue général des manuscrits latins, nos 8823 à 8921, Marie-Pierre Laffitte et de Jacqueline Sclafer (dir.), Paris, Bibliothèque nationale de France, 1997, p. 8-9 (notice de Matthieu Lescuyer).

287 BNF, lat. 9476 et 9477.

288 Abbé V. Leroquais, Les livres d’Heures…, p. 307-308. Il existe en outre quatre feuillets d’épreuves du second volume pour les heures de la fête de saint Louis, conservés à la bibliothèque du musée Condé à Chantilly (no 1574) : il s’agit d’une version abrégée, interrompue en cours de réalisation pour faire place à un ouvrage où les prières communes sont intégralement répétées à chaque office (J. Vanuxem, « Un exemple… », p. 111).

289 Voir la communication de Cécile Davy-Rigaux au colloque tenu à Royaumont et Versailles les 24-26 octobre 1992, publiée sous le titre « Plain-chant et liturgie à la Chapelle royale de Versailles (1682-1703) », Plain-chant et liturgie en France au xviie siècle, p. 217-236. En outre, le Graduale et Antiphonale ad usum S.-Ludovici Versaliensis, commandé dès 1682, semble trop prestigieux pour une maison d’éducation – si royale fût-elle, et on pourrait prendre à titre de comparaison, dans le domaine des ornements liturgiques, les commandes destinées à la chapelle du château et celles pour la chapelle de Saint-Cyr, les secondes étant moins abondantes et moins riches que les premières (Journal du Garde-Meuble, AN, O1 3306, fo 30vo, « Estat des ornemens d’Églize que le roy fait présent à la communauté de Saint-Cyr » daté du 20 juillet 1686) –, fondée par ailleurs seulement en 1686 (certes sur le territoire du domaine de Versailles, mais non sur celui de la paroisse – seul critère à retenir en présence d’un livre d’église). Du reste, le contenu liturgique de ces recueils évoque la chapelle royale par la simple présence des fêtes de l’ordre du Saint-Esprit.

290 « Les manuscrits peints à l’Hôtel des Invalides à la fin du xviie siècle », Bulletin de la Société de l’histoire de l’art français, 1951, p. 42-51, et, déjà cité, « Un exemple… ».

291 BNF, nouv. acq. lat. 2512 à 2516. Voir Léopold Delisle, Mélanges de paléographie et de bibliographie, Paris, Champion, 1880, p. 384-385. André Danican Philidor était depuis 1684 garde de la Bibliothèque royale de Musique (Marcelle Benoît, Versailles et les musiciens du Roi, 1661-1733 : étude institutionnelle et sociale, Paris, A. Picard et J. Picard, 1971, p. 208) ; Philippe Guilbert, dit « Le Roy », faisait partie depuis 1700 des basses chantantes parmi les chantres laïcs (État de la France de 1702, cité par C. Davy-Rigaux, « Plain-chant… », p. 226).

292 C. Davy-Rigaux, « Plain-chant… », p. 218-220 et 231-234.

293 Une série de cinq volumes conservés à la bibliothèque municipale de Versailles (acquis en 1978 ; ms musicaux 278 à 282), dont le premier est intitulé Liber primus festivitatum omnium quae in Sacello Regis Christianissimi celebrantur, constitue une sorte d’état préparatoire à l’élaboration des volumes de 1701-1703. « Recueilly par Philidor l’Aisné, ordinaire de la Musique du roy, l’an 1691 », cet ensemble présente en effet de nombreuses corrections sous forme de grattages, collages et ajouts offrant plusieurs graphies pour le plain-chant et le texte. Dotés cependant de reliures en maroquin vert foncé aux armes, ainsi que de pages de titre ornées de lettrines et de titres en couleur, ces volumes ont probablement servi à la chapelle avant la réalisation de la prestigieuse série de 1701-1703.

294 Michael Petzet, « Quelques projets inédits pour la chapelle de Versailles, 1688-1689 », Art de France, I, 1961, p. 315-319.

295 Journal de Dangeau, t. XIII (1858), p. 178. Sourches, à la même date du 8 juin 1710, précise que la procession du Saint-Esprit est passée par l’extérieur du château pour se rendre à la chapelle neuve, « parce qu’elle n’avoit pas encore de communication par le dedans » (Mémoires de Sourches…, t. XII (1892), p. 239). Le 6 juillet 1710, pour le mariage du duc de Berry, la procession n’eut plus besoin de sortir du château : « passant par dessous la voûte et au travers de l’ancienne chapelle où l’on avoit fait une porte tout exprès, on entra dans le vestibule d’en bas de la chapelle et de là dans la chapelle » (Mémoires de Sourches…, t. XII, p. 256-257). Deux plans différents du rez-de-chaussée du corps central du château montrent le passage en question, mais à deux emplacements différents : le premier (BNF, Est., Va 448b, gr. fol. ; microfilm H 188302) le situe dans le prolongement du bas-côté, le sanctuaire étant toujours occupé par l’autel ; le second (ibid., Va 422, format 4 ; microfilm H 186480), probablement plus exact, à l’ouest du sanctuaire, ouvrant sur la première travée du vestibule bas de la nouvelle chapelle. Un passage est aussi attesté au premier étage par les deux plans qui complètent les précédents (ibid., Va 448b, gr. fol., microfilm H 188300 ; et Va 422, format 4, microfilm H 186478) : il est situé dans le prolongement de la tribune, laquelle connaît, sur le second de ces plans seulement, un léger décrochement pour en rendre l’accès praticable. Voir aussi les Lettres de Madame de Maintenon, vol. 4, 1707-1710, édition par Marcel Loyau, Paris, 2011, p. 799 et 840 (lettres du 21 avril et du 6 juillet 1710).

296 Journal de Dangeau, t. XIII, p. 369.

297 Mémoires de Sourches…, t. XIII (1893), p. 332.

298 AN, O1 1762B, no 2.

299 Jacques Lucas, plombier.

300 D’après un plan dessiné au fusain, conservé aux AN (O1 17867, no 9, verso), il y eut pour cet espace un projet d’escalier à l’impériale, à une volée droite de trente-quatre marches entre deux balcons plans, ce qui avait le triple inconvénient d’empêcher tout passage solennel entre le salon de l’Abondance et le vestibule haut de la chapelle de 1710, d’amoindrir cette dernière pièce du fait du déplacement vers le nord de la paroi la séparant de l’escalier, de condamner enfin un passage possible entre la cour de la chapelle et le parterre du Nord (Alfred et Jeanne Marie, Versailles au temps de Louis XV, 1715-1745, Paris, Imprimerie nationale, 1984, p. 188-189). Un autre projet d’escalier au même emplacement, mais sur trois rampants et préservant l’emplacement de l’ancienne tribune côté est, ainsi qu’une travée au nord (c’est-à-dire permettant un passage aisé, quoique non solennel, entre la cour de la chapelle et les jardins selon un axe est-ouest, entre le vestibule ouvrant sur la cour royale et celui de la chapelle de 1710 selon un axe nord-sud) est attesté par un plan conservé à la BNF (Est., Va 448b, gr. fol. ; microfilm H 188277). Un dernier projet (AN, V.A. LXIII, no 23 ; voir aussi musée national du château de Versailles, inv. dessins 740), datable des environs de 1690, repousse l’escalier au sud mais l’espace intérieur de l’ancienne chapelle est encore divisé en deux parties.

301 Comptes des Bâtiments…, t. V, col. 586 et 594, ainsi que les paiements transcrits ici : « (1er mai 1712-15 février 1713 :) à luy [Guillaume Leduc, entrepreneur], pour les ouvrages de maçonnerie qu’il a faits au nouveau sallon de la chapelle dudit château de Versailles pendant ladite année 1712 (trois paiements, 62 000 livres) » (col. 583) ; « À luy [Jean Malet, charpentier], pour les ouvrages de charpenterie qu’il a faits au nouveau sallon de la chapelle (trois paiements, 16 500 livres) » (col. 585) ; « À Grettepin, autre, pour les ouvrages de sculpture en pierre qu’il a faits au nouveau sallon près de ladite chapelle, 358 livres » (col. 590) ; « (1er mai 1712-15 février 1713 :) à Julien Lochon, ébéniste et fondeur, pour les ouvrages de bronze doré qu’il a faits pour le nouveau sallon de la chapelle et sur ceux de marquetterie qu’il fait au cabinet de Monseigneur le comte de Toulouze audit château pendant 1712 (trois paiements, 3 030 livres) » (col. 591) ; « 4 may [1713] : à luy [Guillaume Leduc, entrepreneur], parfait payement de 75 520 livres 6 sols 5 deniers, à quoy montent les ouvrages de maçonnerie qu’il a faits au nouveau sallon du château de Versailles en 1712, 13 520 livres 6 sols 5 deniers » (col. 670) ; « 4 may [1713] : à luy [Jean Malet, charpentier], parfait payement de 23 510 livres 5 sols, déduction faite de 1 575 livres pour 700 pièces de bois de démolition qui luy ont esté données en compte, pour les ouvrages de charpenterie qu’il a faits au nouveau sallon du château de Versailles en 1712, 5 435 livres 5 sols » (col. 671) ; « 20 aoust [1713] : à Derbais, marbrier, sur les marbres qu’il doit fournir pour le revêtement du nouveau sallon du château de Versailles, 4 000 livres » (col. 675-676) ; « 15 février [1714] : au nommé Derbais, marbrier, sur les marbres de Rance qu’il fait venir pour le nouveau sallon du château de Versailles, 3 000 livres » (col. 789) ; « 16 février 1716 : à luy [Nicolas Desjardins, serrurier et fondeur], pour 12 bases de bronze qu’il a faites et fournies pour les pilastres du nouveau sallon près la chapelle du château de Versailles en 1715, 2 400 livres » (col. 875) ; « 16 février 1716 : à Derbais, autre, parfait payement de 15 000 livres pour 32 pilastres de marbre de Rance qu’il a faits et livrez au magasin du roy pour le nouveau sallon à côté de la chapelle du château de Versailles, 8 000 livres » (col. 875-876).

302 P. de Nolhac, Versailles et la cour de France…, p. 9 ; A. Marie et J. Marie, Versailles au temps de Louis XIV…, p. 504 ; Versailles au temps de Louis XV…, p. 188-189 et 196-198. Voir aussi AN, Minutier central, étude XXVI, liasse 320 (« Adjudication pour XXVIII pillastres pour le nouveau sallon de Versailles à Michel Derbais, 14e novembre 1712 »).

303 AN, O1 1768B3, no 1 ; coupe reproduite dans A. Marie et J. Marie, Versailles au temps de Louis XV…, p. 188, et, partiellement, dans le catalogue de l’exposition des Projets pour Versailles aux Archives nationales, (Paris, Archives nationales, 1985, p. 35). Ce vestibule est mentionné dans les comptes des Bâtiments du roi : « Aux nommez Frémin, Bertrand et Offement, autres, pour les ouvrages de sculpture en pierre qu’ils ont faits au nouveau vestibule près la chapelle du château, 588 livres » (Comptes des Bâtiments…, t. V, col. 590).

304 « Adjudication de maçonnerie pour la construction d’un bâtiment dans le chasteau de Versailles à Guillaume Le Duc », 24 janvier 1712 (AN, Minutier central, étude XXVI, liasse 320). Voir aussi AN, O1 1762B2, « Extrait de l’estat des ouvrages et réparations à faire au département du château de Versailles pendant l’année 1712 ».

305 AN, O1 17867, no 9 (plan gravé de l’aile du Nord ; antérieur à 1685 en raison du projet de chapelle à plan centré qui y figure au milieu de l’aile) ; VA XXVII, no 1 (plan du rez-de-chaussée du corps central) ; VA XXVII, no 5 (plan du premier étage de l’aile du Nord, déjà cité) ; VA XXVII, no 24 (plan du rez-de-chaussée de la partie nord du château allant du Grand Degré jusqu’à l’extrémité de l’aile du Gouvernement) ; VA XXVII, no 25 (plan du premier étage depuis le salon de Mars jusqu’au bout de l’aile du Gouvernement ; l’escalier projeté n’ouvre sur le futur salon d’Hercule que par une seule arcade) ; et VA LXIII, no 3 (« Pensée pour le château de Versailles » ; le futur salon d’Hercule est diminué d’une travée au sud). BNF, Est., Va 422, format 4 (microfilms H 186479, retombe pour le rez-de-chaussée du plan déjà cité H 186480, et H 186477, retombe pour le premier étage du plan déjà cité H 186478). Lors de la dépose, entre 1994 et 1997, du tableau de Véronèse Le Repas chez Simon, deux grandes arcades maçonnées furent rendues visibles sur le mur sud : peut-être correspondent-elles à ce projet d’escalier. Voir aussi les Lettres de Madame de Maintenon, vol. 5, 1711-1713, édition par Christine Mongenot, Paris, 2013, p. 415 (lettre du 16 avril 1712).

306 Gilles Demortain, Les plans, profils et élévations des ville et château de Versailles, Paris, Demortain, 1714-1715.

307 Fiske Kimball, Le style Louis XV : origine et évolution du rococo, texte traduit par Mlle J. Marie, Paris, A. Picard et J. Picard, 1949, p.60-61.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Plan du rez-de-chaussée du château, vers 1700, détail. Paris, Bibliothèque nationale de France, Estampes et photographie, Va 448b, gr. Fol.
Crédits © Bibliothèque nationale de France
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11452/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 720k
Titre Fig. 2 : « Plan du premier estage du chasteau de Versailles », vers 1695. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, Va 78e, fol., t. I.
Crédits © Bibliothèque nationale de France
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11452/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 3 : Plan du rez-de-chaussée de la chapelle de 1710, avec retombe montrant le sanctuaire et la sacristie de la chapelle de 1682, vers 1710. Paris, Archives nationales, O1 17831, no 20.
Crédits © A. Maral
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11452/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 4 : « Fassade de grotte de Versailles sur le jardin » et « Fassade du bastiment de la chapelle que l’on doit faire pour le roy à Versailles, ce 22e juin 1681 ». Paris, Archives nationales, O1 1768A2, no 51.
Crédits © Archives nationales
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11452/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre Fig. 5 : « Fassade de grotte de Versailles sur le jardin » et « Fassade du bastiment de la chapelle que l’on doit faire pour le roy à Versailles, ce 22e juin 1681 », avec retombe montrant un premier étage plus élevé. Paris, Archives nationales, O1 1768A2, no 51.
Crédits © Archives nationales
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11452/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Titre Fig. 6 : « Profile du dedans de la chapelle que l’on doit bastir pour le roy à Verssailles, faict ce 22e juin 1681 ». Paris, Archives nationales, O1 17831, no 5.
Crédits © A. Maral
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11452/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Fig. 7 : Coupe d’un projet pour la chapelle de 1682, 1681. Paris, Archives nationales, O1 17831, no 6.
Crédits © Archives nationales
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11452/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 8 : Coupe de la chapelle de 1682, vers 1684. Paris, Archives nationales, O1 17831, no 4.
Crédits © Archives nationales
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11452/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Titre Fig. 9 : Coupe de l’aile du Nord montrant des cloisons de charpente, vers 1684. Paris, Archives nationales, O1 17791, no 11.
Crédits © Archives nationales
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11452/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 660k
Titre Fig. 10 : Coupe de la paroi ouest de la chapelle de 1682, vers 1684. Paris, Archives nationales, O1 17886, no 92.
Crédits © Archives nationales
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11452/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 11 : Élévation est de la chapelle de 1682 et d’une partie de l’aile du Nord avec coupes de l’aile du Gouvernement et de l’escalier remplacé par la chapelle de 1710. Paris, Archives nationales, O1 1768A2, no 53.
Crédits © A. Maral
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11452/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 12 : « Fermeture de la chapelle de Versailles qui est de fer sizelé », gravure de Nicolas de Poilly. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, inv. grav. 755.
Légende © Château de Versailles
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11452/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Titre Fig. 13 : « Le mariage de Monsr le duc de Bourbon et Mle de Nantes dans la chapelle royale de Versailles le 24 juillet 1685 », gravure anonyme publiée chez Jean Moncornet pour un almanach de 1686. Paris, Bibliothèque nationale de France, Estampes et photographie, collection Hennin, no 5604.
Crédits © Bibliothèque nationale de France
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11452/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Fig. 14 : Cérémonies de l’ordre du Saint-Esprit les 1er janvier et 2 février 1689, gravure anonyme, s.n. [chez N. Langlois ?]. Paris, Bibliothèque nationale de France, Musique, fonds Albert Pomme de Mirimonde, collection de documents iconographiques, boîte 14, concerts France II, du Moyen Âge au xviie siècle, VM PHOT MIRI- 14 (199).
Crédits © Bibliothèque nationale de France
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11452/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 680k
Titre Fig. 15 : « Madame de Maintenon à l’église », gravure publiée chez Claude-Auguste Berey, sans date. Versailles, Bibliothèque municipale, Rés fol A 32 m_fol 98.
Crédits © Bibliothèque municipale de Versailles
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11452/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 16 : Messe du roi dans la chapelle de 1682, gravure anonyme extraite de l’Imitation de Jésus-Christ, édition de l’abbé de Choisy parue en 1692 chez Antoine Dezallier à Paris. Paris, Bibliothèque nationale de France, Estampes et photographie, Va 78e, fol., t. VII.
Crédits © Bibliothèque nationale de France
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11452/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 17 : Louis XIV en prière, enluminure du second volume des Heures de Louis le Grand, 1693. Paris, Bibliothèque nationale de France, Manuscrits, lat. 9477, fol. Bv°.
Crédits © Bibliothèque nationale de France
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11452/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 18 : Antoine Pezey, Serment du marquis de Dangeau comme grand maître des ordres de Notre-Dame du Mont-Carmel et de Saint-Lazare de Jérusalem le 18 décembre 1695, huile sur toile : 1,13 × 1,72 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 164.
Crédits © RMN (château de Versailles) / Gérard Blot
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11452/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 908k
Titre Fig. 19 : « La cérémonie du mariage de Monseigneur le duc de Bourgogne avec Madame la princesse de Savoie dans la chapelle de Versailles le … décembre 1697 », gravure anonyme publiée chez Nicolas Langlois et Antoine Trouvain pour un almanach de 1698. Paris, Bibliothèque nationale de France, Estampes et photographie, collection Hennin, no 6391.
Crédits © Bibliothèque nationale de France
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11452/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Fig. 20 : « La cérémonie du mariage de Monseigr le duc de Bourgogne avec Me la princesse de Savoye dans la chapelle de Versailles le 7 décembre 1697 », gravure anonyme publiée chez Nicolas Arnoult. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, collection Hennin, no 6378.
Crédits © Bibliothèque nationale de France
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11452/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 21 : « La cérémonie du mariage de Monseigneur le duc de Bourgogne dans la chapelle du château de Versailles le 7 décem. 1697 », gravure anonyme. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, Va 78e, fol., t. VII.
Crédits © Bibliothèque nationale de France
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11452/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 22 : « Mariage de Monseigr le duc de Bourgogne avec Marie-Adélaïde, princesse de Savoye, dans la chapelle de Versailles, le septième de décembre 1697 », gravure anonyme publiée chez Gérard Jollain pour un almanach de 1698. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, collection Hennin, no 639.
Crédits © Bibliothèque nationale de France
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11452/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 892k
Titre Fig. 23 : Antoine Dieu, Mariage du duc de Bourgogne le 7 décembre 1697, huile sur toile, vers 1697. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 2095.
Crédits © RMN (château de Versailles) / Daniel Arnaudet / Gérard Blot
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11452/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 692k
Titre Fig. 24 : « Cérémonie faitte dans la chapelle de Versaille le IV d’aoust MDCCVI où le roy a donné le bonet de cardinal à Mr Gualterio, nonce du pape en France, apporté de Rome par Monsieur l’abbé Passionei », gravure anonyme publiée chez Antoine Trouvain pour un almanach de 1707. Paris, musée du Louvre, collection Rothschild, LR 27207.
Crédits © RMN / Thierry Le Mage
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11452/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 25 : « Coupe de l’ancienne tribune » de la chapelle royale du château de Fontainebleau, dessin extrait du recueil des Plans des tribunes et orchestres de la Musique du roy avec les noms des sujets qui en occupent les places par Jean-Baptiste Métoyen, 1773. Versailles, Bibliothèque municipale, ms F 87, planche 4.
Crédits © Bibliothèque municipale de Versailles
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11452/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 26 : Maître-autel de l’église Saint-Vigor-et-Saint-Étienne de Marly-le-Roi.
Crédits © E. Duron-Moreels
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11452/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 27 : Pierre de Cortone, La Vierge, l’Enfant Jésus et sainte Martine, huile sur toile, vers 1643-44. Paris, musée du Louvre, inv. 108.
Crédits © RMN / Gérard Blot
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11452/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 353k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Maral, « L’étonnante destinée d’un édifice provisoire : la chapelle royale de Versailles entre 1682 et 1710 », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne], Articles et études, mis en ligne le 11 juillet 2011, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://crcv.revues.org/11452 ; DOI : 10.4000/crcv.11452

Haut de page

Auteur

Alexandre Maral

Conservateur au château de Versailles

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Alexandre Maral / 2011 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org