Navigation – Plan du site
Les politiques scientifiques nationales

La politique scientifique dans l’Empire ottoman

Science policy in the Ottoman Empire
Efthymios Nicolaïdis

Résumés

Dès qu’il conquit Constantinople en 1453, Mehmed le Conquérant appela des savants byzantins pour étudier la géographie, science qui sert à faire la guerre, et mena une politique d’éducation scientifique à l’image de la tradition arabe. Mais, très vite, l’Empire ottoman abandonna toute politique d’éducation scientifique et en même temps toute politique de développement des sciences. Le dernier vestige d’une telle velléité fut la fondation de l’Observatoire d’Istanbul à la fin du xvie siècle, suivie de sa destruction totale. Les sciences furent désormais délaissées au millet chrétien de l’Empire, c’est-à-dire les communautés chrétiennes orthodoxes placées sous la responsabilité du patriarche de Constantinople. Contrairement à l’Europe chrétienne, l’Empire ottoman ne fondera pas d’université ni d’Académie des sciences. Cette absence de politique envers les sciences, considérée par certains historiens comme une politique négative, fera sentir ses effets lors du développement scientifique et technologique de l’Europe au début du xviiie siècle. L’Empire ottoman, se voyant dépassé, appelle des experts occidentaux à la fin du xviiie siècle pour au moins fonder des écoles militaires. L’effort de modernisation entrepris au xixe siècle avec la politique des Tanzimat inaugure timidement une politique scientifique cohérente. La première université ottomane fut fondée à la fin du xixe siècle, mais entre temps une politique de bourses se mit en place pour envoyer des sujets ottomans faire des études scientifiques à l’étranger. Cet effort fut cependant trop tardif pour faire face au démantèlement de l’Empire, facilité par son retard scientifique et technologique.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cette communication a été publiée en version papier : Efthymios Nicolaïdis, « La politique scientifique dans l’Empire Ottoman », Archives internationales d’histoire des sciences/International Archive of the History of Science, vol. 62, fasc. 169, décembre 2012 (numéro thématique : Les sciences à la cour de Versailles et la naissance des politiques scientifiques en Europe), p. 679-689.

Texte intégral

Efthymios Nicolaïdis

Efthymios Nicolaïdis : La politique scientifique dans l’Empire ottoman

Enregistrement audio de la communication au colloque « La cour et les sciences : naissance des politiques scientifiques dans les cours européennes aux XVIIe et XVIIIe siècles », jeudi 3 février 2011, Galerie basse du château de Versailles.

Crédits : © Efthymios Nicolaïdis / 2011 / CRCV

Haut de page

Table des illustrations

Légende Efthymios Nicolaïdis
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11502/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Efthymios Nicolaïdis, « La politique scientifique dans l’Empire ottoman », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 30 août 2011, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://crcv.revues.org/11502 ; DOI : 10.4000/crcv.11502

Haut de page

Auteur

Efthymios Nicolaïdis

Efthymios Nicolaidis est né à Athènes en 1954. Il a obtenu son baccalauréat en France et a suivi des études de physique et d’histoire des sciences à Paris. Son directeur de thèse fut René Taton. Après avoir travaillé à l’Observatoire d’Athènes, il a obtenu en 1984 un poste de collaborateur scientifique à la Fondation nationale de la recherche scientifique où il a mené sa carrière et où il dirige aujourd’hui l’équipe d’histoire et de philosophie des sciences. Il est secrétaire général de l’Union internationale d’histoire et de philosophie des sciences (UIHPS) – Division d’histoire des sciences et des techniques (2005-2013). Ses principales publications portent sur l’histoire de l’astronomie, l’histoire des sciences à Byzance et dans l’Empire ottoman, la diffusion des idées scientifiques européennes, la modernisation scientifique de la Grèce, les rapports entre science et religion. Il a dirigé avec Michel Blay L’Europe des sciences. Constitution d’un espace scientifique (Paris, Éd. du Seuil, 2001).

Haut de page

Droits d’auteur

© Efthymios Nicolaïdis / 2011 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org