Navigation – Plan du site
Les souverains scientifiques

Les illusions perdues. Süssmilch, l’Académie de Berlin et Frédéric II : échec d’une politique de population

Lost illusions. Süssmilch, the Berlin Academy and Frederick II: failure of a population policy
Jean-Marc Rohrbasser

Résumés

Le pasteur Süssmilch, après avoir publié en 1741 la première version de son ouvrage majeur, L’ordre divin dans les changements de l’espèce humaine, est agrégé à l’Académie des sciences de Prusse. L’ouvrage expose une application particulière d’une doctrine alors très en vogue : la théologie physique. En effet, selon Süssmilch, les phénomènes démographiques tels que la natalité, la nuptialité et la mortalité sont régis par la volonté divine et sa providence. À l’Académie, Süssmilch lit de nombreuses communications portant sur l’histoire de la Prusse, l’origine des langues et sur son objet de prédilection : l’explication des phénomènes démographiques par une régularité statistique elle-même ouvrage de Dieu.
L’objet de la présente communication est de tenter d’expliquer pourquoi Süssmilch, pasteur luthérien, ne devient pas le conseiller du prince qu’il pense pouvoir être et aspire à être. Le pasteur déclare ouvertement avoir des visées pratiques, voire politiques. Sa position sociale et ses recherches sur la population en font un membre possible du gouvernement de l’état frédéricien. Il demeure cependant un haut fonctionnaire de la hiérarchie ecclésiastique luthérienne. Comment cela s’explique-t-il ?
Après avoir sommairement décrit l’activité savante de Süssmilch à l’Académie et comment est accueilli et se diffuse le savoir qu’il tente d’y introduire, je montrerai qu’une conjoncture favorable à ses desseins politiques paraissait présider à sa carrière. Süssmilch arrive en effet au bon moment : il n’a que cinq ans de plus que Frédéric II, et l’accession au trône de ce dernier coïncide avec le début de la carrière du pasteur. Les circonstances sont favorables, et Süssmilch, indiquant l’utilité de ses recherches, insiste sur leur portée politique.
J’exposerai ensuite en quoi le roi et le pasteur tombent d’accord. Les vues de Süssmilch et de Frédéric II paraissent en effet converger sur plusieurs points, et non des moins importants : d’abord en ceci que la politique est une affaire de proportion ; ensuite sur la question de la liberté politique ; enfin sur cette thèse que les aléas de la réalité politique ne remettent pas en cause le nécessitarisme métaphysique. Süssmilch, disciple du philosophe Christian Wolff, lui-même apprécié du souverain, prône une politique probabiliste qui n’a rien pour déplaire au roi. En outre, le bonheur des peuples passe par une bonne population, ce que reconnaissent et le pasteur et Frédéric.
J’exposerai pour finir ce qui justifie le titre d’« illusions perdues » que j’ai donné à cette communication, en détaillant les points de désaccord existant entre le savant et le prince. La religion constitue le domaine fondamental : la méfiance de Frédéric II à l’égard des théologiens n’épargne certes pas Süssmilch. Dès lors, lorsque le pasteur se mêle de tenter de conseiller le prince, celui-ci lui rappelle qui exerce réellement le pouvoir : une étude de cas le montrera concrètement. On indiquera par là ce qu’il faut, dans ce cas, entendre par « despote éclairé », ce curieux concept de l’époque des Lumières.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cette communication a été publiée en version papier : Jean-Marc Rohrbasser, « Les illusions perdues. Süssmilch, l’Académie de Berlin et Frédéric II : échec d’une politique de population », Archives internationales d’histoire des sciences/International Archive of the History of Science, vol. 62, fasc. 169, décembre 2012 (numéro thématique : Les sciences à la cour de Versailles et la naissance des politiques scientifiques en Europe), p. 647-658.

Texte intégral

Jean-Marc Rohrbasser

Jean-Marc Rohrbasser : Les illusions perdues. Süssmilch, l’Académie de Berlin et Frédéric II : échec d’une politique de population

Enregistrement audio de la communication au colloque « La cour et les sciences : naissance des politiques scientifiques dans les cours européennes aux XVIIe et XVIIIe siècles », vendredi 4 février 2011, Galerie basse du château de Versailles.

Crédits : © Jean-Marc Rohrbasser / 2011 / CRCV

Haut de page

Bibliographie

Sources imprimées

Frédéric II 1985 [1740], Anti-Machiavel, ou Essai de critique sur « Le Prince » de Machiavel, dans Œuvres philosophiques, éd. J.-R. Armogathe et D. Bourel, Paris, Fayard.

Süssmilch Johann Peter, 1747, Die Unvernunft und Bosheit des berüchtigten Edelmanns durch seine schändliche Vorstellung des Obrigkeitlichen Amts aus seinem Moses dargethan und zu aller Menschen Warnung vor Augen gelegt von Johann Peter Süßmilch, Königl. Preußl. Consistorial-Rath und Probst zu Cölln an der Spree [« La déraison et la méchanceté d’Edelmann, cet homme décrié par la représentation honteuse qu’il fait de l’autorité, montrées dans son Moïse et mises comme avertissement sous les yeux de tout le monde par J. P. Süssmilch, conseiller du Consistoire royal de Prusse et prévôt à Cölln sur la Sprée »], Berlin, Haude und Spener.

— 1761-1762, Die göttliche Ordnung in den Veränderungen des menschlichen Geschlechts, aus der Geburt, dem Tode und der Fortpflanzung desselben erwiesen […], Berlin, Buchhandlung der Realschule, 2 vol. [traduction française de J.-M. Rohbrasser : L’ordre divin dans les changements de l’espèce humaine, démontré par la naissance, la mort et la propagation de celle-ci, Paris, Ined, 1998].

Voltaire 1977, Correspondance, éd. T. Besterman, vol. 1 : Décembre 1704 - décembre 1738, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade ».

Wilke Jürgen (dir.), 1994, Johann Peter Süßmilch : Die königliche Residenz Berlin und die Mark Brandenburg im 18. Jahrhundert, Schriften und Briefe [La résidence royale de Berlin et la Marche de Brandebourg au xviiie siècle, écrits et lettres], Berlin, Akademie-Verlag.

Wolff Christian, 1985 [1710], I. Le Philosophe-Roi, et Le Roi-Philosophe. II. La Théorie des Affaires-publiques. Pièces tirées des Œuvres de Monsieur Chr. Wolff. Cons. de la Reg. de S. M. S. & Prof. en Ph. à Marb., trad.  du latin par J. Deschamps, Paris, Vrin.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Jean-Marc Rohrbasser
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11525/img-1.png
Fichier image/png, 6,2k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marc Rohrbasser, « Les illusions perdues. Süssmilch, l’Académie de Berlin et Frédéric II : échec d’une politique de population », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 30 août 2011, consulté le 23 juin 2017. URL : http://crcv.revues.org/11525 ; DOI : 10.4000/crcv.11525

Haut de page

Auteur

Jean-Marc Rohrbasser

Jean-Marc Rohrbasser, agrégé de philosophie, docteur en histoire des sciences, est chercheur à l’Institut national d’études démographiques (Ined). Ses recherches portent sur les origines théologiques et philosophiques de la démographie, l’histoire de la pensée et du calcul statistiques, l’émergence de la notion de risque et de son estimation à l’âge classique dans le domaine des probabilités de la durée de la vie, des rentes et des assurances.

Haut de page

Droits d’auteur

© Jean-Marc Rohrbasser / 2011 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org