Navigation – Plan du site
Les souverains scientifiques

Le roi, l’armée et la science sous le règne de Carlos III

The king, the army and science during the reign of Charles III
Jean-Paul Le Flem

Résumés

La deuxième moitié du xviiie siècle en Espagne, symbolisée par l’accession au trône de Carlos III en 1759, est marquée par un regain de l’esprit de modernité, le développement des techniques et de la recherche scientifique.
Deux faits majeurs illustrent cet esprit nouveau. La réalisation du cadastre de la Ensenada, chef d’œuvre de la statistique dans la tradition retrouvée des grandes enquêtes de Philippe II, permet d’avoir une vision démographique mais aussi économique voire économétrique de la péninsule ibérique. D’autre part, à partir des années 1760, la fondation des cercles de la Société des Amis du Pays permet d’intéresser les élites locales au développement scientifique, à la recherche agronomique, aux techniques nouvelles dans tous les domaines voire à l’économétrie. De nombreux militaires proches du pouvoir participent à ces deux expériences. Au cœur même de l’institution militaire, surtout dans les armes dites « savantes » comme le génie, l’artillerie et particulièrement la marine, le goût pour la recherche et les nouvelles techniques se développe. Le roi, que la « novelleté » ne rebute pas, bien au contraire, surveille les institutions scientifiques, en crée de nouvelles et ne dédaigne pas de suivre de près certaines expériences comme la mesure du méridien terrestre en Équateur.
Pour illustrer ce phénomène, nous avons choisi trois milieux militaires à la pointe de la recherche :
- Les ingénieurs militaires. Issus pour la plupart de l’École de Bruxelles, ils ont les mêmes profils que ceux de leurs collègues français si bien analysés par Anne Blanchard. Ce ne sont pas seulement des techniciens de la fortification ou de la poliorcétique ; ils s’intéressent aussi aux techniques civiles : urbanisme, canaux de navigation et d’irrigation, botanique sans oublier la chimie et la métallurgie. Quelques-uns sont membres actifs des Sociétés des Amis du Pays. Pour illustrer ce milieu, nous avons choisi quelques figures emblématiques comme Verboom ou Sabbatini.
- La Marine. Comme la marine de Louis XVI en France, elle est à la pointe des découvertes géographiques, astronomiques, technologiques pour la construction des navires. Deux noms symbolisent cette élite : Jorge Juan et Alfonso de Ulloa, qui ont contribué avec La Condamine à la mesure du méridien terrestre. Il ne faut pas oublier les médecins de la marine qui améliorent les connaissances anatomiques, la chirurgie lourde et la pharmacopée.
- Les académies militaires. Comme ses collègues de l’Illustration, Carlos III s’est particulièrement intéressé à leur création afin de former des élites militaires. L’école des ingénieurs militaires avait montré la voie sous Philippe V. Son fils complétera le dispositif. La création de l’Académie d’artillerie à Ségovie est un événement majeur de l’histoire militaire espagnole. Cette académie fut un centre de recherche en matière de chimie pour l’amélioration des poudres. Un élève de Lavoisier, Proust, vint installer et développer son laboratoire qui existe toujours à l’ombre de l’Alcazar. Nous avons conservé le manuel d’enseignement de Tomàs Morla qui est un résumé significatif des connaissances scientifiques et technologiques, notamment en matière de fonderie au xviiie siècle.
L’armée espagnole est un reflet de l’esprit de modernité qui anime les élites espagnoles dans la seconde moitié du xviiie siècle. À la cour comme au pied des Andes, les savants, marins, artilleurs et ingénieurs sont très présents. En outre, ce qui est très précieux, ils ont laissé de nombreux écrits relatant leurs expériences. Le grand historien Juliàn Marias a appelé cette période « L’Espagne possible de Carlos III ».

Haut de page

Texte intégral

Jean-Paul Le Flem

Jean-Paul Le Flem : Le roi, l’armée et la science sous le règne de Carlos III

Enregistrement audio de la communication au colloque « La cour et les sciences : naissance des politiques scientifiques dans les cours européennes aux XVIIe et XVIIIe siècles », vendredi 4 février 2011, Galerie basse du château de Versailles.

Crédits : © Jean-Paul Le Flem / 2011 / CRCV

Haut de page

Table des illustrations

Légende Jean-Paul Le Flem
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11535/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Paul Le Flem, « Le roi, l’armée et la science sous le règne de Carlos III », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 30 août 2011, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://crcv.revues.org/11535 ; DOI : 10.4000/crcv.11535

Haut de page

Auteur

Jean-Paul Le Flem

Ancien élève de l’École des hautes études hispaniques et ibériques de la Casa de Velázquez, Jean-Paul Le Flem est maître de conférences honoraire en histoire moderne à l’université Paris IV-Sorbonne.

Haut de page

Droits d’auteur

© Jean-Paul Le Flem / 2011 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org