Navigation – Plan du site
2011

De la cour à la ville : la chapelle curiale Sainte-Barbe (xvie-xviiie siècle)

From court to town: the royal chapel of Sainte-Barbe (16th–18th centuries)
Éléonore Alquier

Résumés

Itinérante par tradition historique, la cour de France, sous l’Ancien Régime, est dominée par une tension opposant d’une part des corps institutionnels, justifiant leur autorité par leur attachement à la figure du roi, et, d’autre part, des structures géographiquement stables, inscrites dans l’espace des résidences royales. La chapelle curiale Sainte-Barbe, dont les origines remonteraient au règne de saint Louis offre, par sa rivalité avec la Chapelle royale, une illustration de cette dialectique institutionnelle et géographique. Structure créée pour célébrer le culte à la suite de la Cour, elle perd sa raison d’être à partir du moment où celle-ci, dès le milieu du xviie siècle, se stabilise géographiquement. Contrainte de se fixer à son tour dans une église de la capitale, la chapelle Sainte-Barbe, curiale par ses origines, devenue chapelle de confrérie par nécessité, perd inexorablement les attaches qui la liaient à la Cour. Au xviiie siècle, son assimilation progressive à la prévôté de l’Hôtel sanctionne définitivement son évolution, faisant d’une structure prestigieuse de création royale un corps domestique dont les liens avec la Cour ne sont plus qu’administratifs.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Parmi les plus éminents historiens de la chapelle, peuvent être cités Guillaume Du Peyrat (1645), l (...)

1Objet de toutes les attentions parce que placée au cœur du cérémonial de cour, la chapelle royale n’a cessé, de l’Ancien Régime à l’historiographie la plus récente, d’inspirer commentaires et analyses historiques1. Institution en charge du culte auprès du souverain, cette structure détient, depuis l’institution d’un grand aumônier et d’un confesseur du roi à la fin du Moyen Âge, le monopole des dévotions royales, dans toutes les dimensions que ces pratiques peuvent revêtir. À la cour, il s’agit d’assister et de guider les prières quotidiennes du monarque, du lever à la bénédiction des repas ; lors des grandes cérémonies monarchiques et familiales, les aumôniers et les chapelains du roi président aux célébrations ; ce sont eux également qui l’assistent et l’accompagnent auprès des malades durant les séances de toucher des écrouelles. Ces ecclésiastiques, sans prétendre au pouvoir que confèrent les plus hautes charges de la Couronne, n’en bénéficient pas moins d’un prestige certain, lié à la présence permanente auprès de la Cour qu’implique l’accomplissement quotidien des rites, quel que soit le lieu de séjour de celle-ci.

2Avant que Louis XIV ne s’installe officiellement à Versailles en 1682, le mode de fonctionnement de la Cour a en effet pour caractéristique essentielle sa dimension itinérante : de Paris à Saint-Germain-en-Laye, de Compiègne à Fontainebleau, les séjours dans les résidences royales se succèdent en fonction des saisons et de l’activité militaire du monarque. Afin d’assurer, malgré ces mouvements, la régularité du service liturgique, les aumôniers et chapelains royaux doivent donc suivre la Cour, ce qui fonde la théorie de la « paroisse itinérante » dont le grand aumônier a la charge. Ce système, qui se justifie avant tout par le maintien de la tradition itinérante, peut occasionner des tensions opposant les officiers de la chapelle royale à l’ordinaire ecclésiastique des lieux où séjourne la Cour. Cette remise en cause devient plus systématique à partir du moment où le roi établit dans ses résidences des ordres ecclésiastiques chargés d’assurer le service quotidien au sein de ses chapelles.

  • 2 On pourrait encore ajouter ici la catégorie de l’ordinaire ecclésiastique attaché au service des pa (...)

3Le personnel religieux gravitant autour du souverain se présente ainsi de manière bipolaire si l’on distingue, d’une part, les membres de la Chapelle royale suivant le roi dans ses déplacements, d’autre part, les ecclésiastiques attachés aux chapelles des résidences royales2. L’existence et le fonctionnement de ces deux corps ecclésiastiques liés à la Cour sont officiellement exprimés dans les archives de l’administration royale, en particulier par la tenue régulière de registres comptables mentionnant leur rémunération – et donc leur justification – au sein de la Maison du roi, au même titre que celle des officiers de la Chambre notamment.

4Un troisième acteur de l’activité religieuse de la Cour, sur lequel les sources, sans être totalement muettes, se font bien plus discrètes, et dont le statut semble de ce fait plus complexe à définir, doit cependant être pris en compte dans cette répartition des rôles. Cette « chapelle curiale de Sainte-Barbe fondée à la suite de la Cour », dont l’existence n’a pu être identifiée et confirmée qu’au hasard de sources pour la plupart indirectes, aura existé durant tout l’Ancien Régime. Fondant leurs privilèges sur un attachement étroit à la Cour et à son cérémonial, bien que n’apparaissant pas dans les registres de la cour des aides aux côtés des officiers de la Maison du roi, les titulaires de cette chapelle se réclament, eux aussi, de la célébration des dévotions royales.

5Située en marge des structures ecclésiastiques les plus étroitement intégrées au fonctionnement de la Cour, la chapelle curiale Sainte-Barbe offre un exemple des institutions gravitant, avec plus ou moins de proximité et à des degrés variables, autour de la Cour. Au-delà des structures relevant du domaine strictement ecclésiastique, le fonctionnement de la chapelle Sainte-Barbe s’inscrit en effet dans l’histoire plus large des institutions curiales à l’époque moderne. Son évolution illustre ainsi, de manière évocatrice sinon totalement représentative, la complexité institutionnelle de la cour des rois Bourbons.

Les origines médiévales

  • 3 Paris, Bibliothèque nationale de France (BNF), F-23694 (109) : Sentence du grand aumônier de France (...)

6La chapelle curiale Sainte-Barbe, dont l’existence n’est attestée par aucune source médiévale, aurait cependant été créée dès le xiiie siècle, sous le règne de saint Louis, ainsi que l’établit un acte du xvie siècle, ensuite largement repris par des factums et pièces imprimées des xviie et xviiisiècles3. Le monarque, lors d’un séjour à Dreux, aurait en effet procédé à une double fondation, celle des chapelles Saint-Sébastien et Sainte-Barbe ; cette marque de dévotion s’inscrit alors dans un contexte de violente épidémie de peste, et vise à éloigner ce fléau du royaume. La chapelle Saint-Sébastien, dirigée par un secrétaire chapelain, a ainsi pour charge de célébrer dans la Chapelle royale une messe quotidienne en l’honneur de saint Sébastien, afin d’immuniser la Cour contre les épidémies. Le choix de ce saint protecteur contre la peste comme patron de cette fondation s’explique donc par le contexte de cette création. Doté d’une véritable vocation « curative », le chapelain de Saint-Sébastien a plus particulièrement autorité pour conférer les sacrements à toutes les personnes « à la suite de la Cour » atteintes de maladies contagieuses.

7La chapelle Sainte-Barbe est quant à elle également placée entre les mains d’un « secrétaire chapelain », mais ses tâches se distinguent de celles du chapelain de Saint-Sébastien, puisqu’il s’agit de célébrer la messe en l’honneur de sainte Barbe les dimanches et les jours de fêtes liturgiques uniquement, et d’administrer les derniers sacrements aux membres de la Maison du roi ; rien, dans ces attributions, ne semble justifier le choix du patronage de sainte Barbe. Une distinction s’opère également sur le plan des jours et du public concernés : la chapelle Saint-Sébastien est consacrée aux jours « communs » et à l’entourage de la Cour, c’est-à-dire au personnel domestique, tandis que la chapelle Sainte-Barbe est réservée aux solennités et au cadre plus restreint de la Maison du roi.

  • 4 Ibid., loc. cit.

8Officier gravitant autour de la Cour, le chapelain de Sainte-Barbe occupe en effet une charge au statut original, celui de « chapelle curiale fondée pour la Cour à la suite du roi4 ». La chapelle Sainte-Barbe se définit ainsi comme une paroisse « ambulante » qui assure la régularité des offices divins à la cour, ce qui peut représenter une atteinte aux prérogatives de la Chapelle royale.

9L’absence de sources confirmant l’existence de cette fondation avant le xvie siècle invite cependant à envisager une éventuelle construction historiographique autour de cette institution. Sur le plan « politique », le recours à la figure du roi saint Louis comme personnage tutélaire de la chapelle peut aisément s’expliquer par la volonté de donner un fondement légitime à l’existence de ces deux chapelles, qui se voient ainsi justifiées par l’autorité du saint patron de la monarchie. Sans élément de concordance complémentaire, cette « paternité » à la fois sainte et royale peut ainsi relever d’un discours établi a posteriori, destiné à affermir l’existence d’une institution en proie aux contestations à l’époque moderne.

Premières contestations

10À partir de leur supposée fondation au xiiie siècle, les chapellenies de Sainte-Barbe et Saint-Sébastien se seraient maintenues durant trois siècles sans connaître de remise en cause de leur existence, jusqu’à ce que le statut particulier de la chapelle Sainte-Barbe fasse l’objet d’une première contestation au xvie siècle. En 1549, le titulaire de la chapelle Saint-Sébastien réclame ainsi le partage des revenus que le chapelain de Sainte-Barbe reçoit des officiers de cour pour accomplissement de son service, en utilisant comme argument la relative similarité de leurs attributions à la cour :

  • 5 Ibid. : 2.

Et parce que ledit Jacques Davy pretend qu’il est aussi bien Chapelain Curial pour la Cour, en qualité de Chapelain de S. Sebastien, comme ledit Henry Daubusson ; et ainsi qu’il doit partager par moitié tous les droits Curiaux qu’ont accoûtumez de payer tous les Officiers de la Cour, au Chapelain de ladite Chapelle Curiale de sainte Barbe5.

11Cette requête, soumise à l’arbitrage du grand aumônier, est finalement rejetée et la chapelle Sainte-Barbe garde l’exclusivité de ses droits curiaux :

  • 6 Ibid. : 2-3.

[…] les droits Curiaux accoûtumez d’estre payez pour ladite Chapelle Curiale, fondée pour la Cour à la suite du Roy, ne le seront à l’avenir qu’au profit et utilité dudit Henry Daubusson et de ses successeurs6.

12Cette confirmation des droits financiers du chapelain de Sainte-Barbe est également l’occasion de rappeler la teneur de ses obligations. L’actuel titulaire de la chapellenie et ses successeurs seront ainsi

  • 7 Ibid., loc. cit.

tenus et indispensablement obligez de suivre la Cour en personne ou autre, ayant les qualitez requises : et diront depuis le jour de Toussaints jusques à celuy de Pasques, les jours de Dimanches et Festes solemnelles, la sainte Messe à neuf heures du matin, et depuis la feste de Pasques jusqu’à la Toussaint à huit : et ausquelles saintes Messes les jours de Dimanches seulement, ledit Chapelain sera tenu faire l’eau-beniste, benir le pain qui luy sera presenté pour estre ensuite distribué aux Assistans : et annoncera avant que de dire, Orate fratres, les jours de Festes et de jeunes qui seront dans la Semaine, et administrera à tous ceux qui se presenteront à luy en bon et suffisant estat, les saints Sacremens de l’Eglise, dont ils le requeront, ayant ledit Chapelain la mesme obligation de le faire que les Curez des paroisses à tous ceux qui leur sont commis en cette qualité, et pour ces raisons telle est la volonté de Sa Majesté, et que ledit Chapelain pour ce sujet, et pour autres considerations particulieres, jouisse de tous les mémes droits, privileges, immunitez que les Chapelains principaux de la Cour, méme les precede dans toutes les Assemblées7.

  • 8 Armengol de Laverny 1997 : 536.

13Le recours au jugement du grand aumônier révèle les liens que ces chapelles curiales souhaitent, ou doivent, maintenir avec la Chapelle royale, dont l’autorité supérieure est établie. En dehors de cette autorité et de la reconnaissance du pouvoir « juridictionnel » du grand aumônier, les sources restent muettes quant aux relations qu’entretiennent ces deux corps ecclésiastiques. Mais le jugement du grand aumônier met en valeur la similarité de privilèges dont bénéficient le chapelain de Sainte-Barbe et les ecclésiastiques directement attachés à la Chapelle royale. Le rappel de cette parenté institutionnelle est d’autant plus surprenant qu’il survient moins de cinq ans après la création des aumôniers de Saint-Roch, institués par François Ier en 1545, précisément dans un contexte d’épidémie de peste8. Également intitulés « aumôniers du commun », ces ecclésiastiques, s’ils relèvent bien du personnel de la Chapelle royale, ont pour charge principale la célébration liturgique devant les domestiques des maisons royales. Cette affectation rejoint pour une part certaine les missions précédemment attribuées aux chapelains de Saint-Sébastien et Sainte-Barbe, chapelains curiaux plutôt que royaux, chargés de la célébration du rite devant la suite de la Cour, c’est-à-dire devant la domesticité du roi. Malgré cette parenté d’attributions, les titulaires de Saint-Roch ne semblent pas être entrés en conflit avec ceux de Sainte-Barbe. Cette entente pacifique repose notamment sur l’évolution des attributions du chapelain de Sainte-Barbe au xviie siècle.

Nouvelles missions, nouveau lieu d’exercice et nouvelle juridiction

14Au xviie siècle, la chapelle Saint-Sébastien disparaît : les épidémies de peste étant de moins en moins fréquentes et de moins en moins virulentes, une chapelle consacrée au salut des pestiférés de la Cour ne semble plus nécessaire. Les revenus de la chapelle Saint-Sébastien sont néanmoins maintenus, et transférés au profit de la chapelle Sainte-Barbe. Cette dernière se maintient en effet, bien que son fonctionnement connaisse quelques modifications.

  • 9 BNF, ms. fr. 4222, fo 434 : Despeches pour faire qu’un religieux jacobin assiste un autre religieux (...)
  • 10 Ibid.
  • 11 Une sentence de la prévôté de l’Hôtel qualifie pourtant le chapelain de Sainte-Barbe Anselme de Mor (...)

15Les desservants de la chapelle Sainte-Barbe constituent un corps numériquement faible, par comparaison avec les autres institutions ecclésiastiques de la Cour : au début du règne de Louis XIV, la chapelle Sainte-Barbe se compose en tout et pour tout d’un seul chapelain. Mais la charge semble trop lourde à assumer pour un titulaire unique : à la fin des années 1650, un assistant est nommé afin de soulager Anselme de Mornay dans l’accomplissement des tâches de « prédicateur, aumônier et chapelain de [la] chapelle curiale fondée pour [la] cour et suite9 » ; le chapelain et son assistant, le père Thomas Fournier, sont des jacobins. Cette création de charge s’accompagne de la volonté de mettre un terme à l’état d’abandon dans lequel se trouve alors la chapelle Sainte-Barbe ; Louis XIV ordonne en effet « le restablissement du fonds destiné pour le service qui est rendu en ladite chapelle10 ». La chapelle se trouve ainsi à un point charnière de son existence, sortant d’une période difficile pour rentrer en pleine possession de ses revenus, grâce au soutien royal. Mais, malgré l’intervention de la royauté en sa faveur, la chapelle curiale Sainte-Barbe reste une structure nettement distincte de la Chapelle royale, aussi bien sur le plan de l’institution que des effectifs ; aucun des religieux ayant détenu au xviie siècle la chapellenie de Sainte-Barbe n’est mentionné dans les états de personnel de la Maison du roi11.

  • 12 Ibid. : 1. Propriété des ducs de Bourbon jusqu’à la disgrâce du connétable en 1527, l’hôtel du Peti (...)

16La principale évolution de la chapelle réside dans la tâche nouvelle qui lui incombe à partir du début du xviie siècle, et qui semble s’inscrire dans un processus d’éloignement du cadre de la Cour proprement dit. En remplacement de sa première mission de célébration de la messe devant les officiers de la Cour, tâche désormais totalement assumée par les effectifs de la Chapelle royale et par les aumôniers de Saint-Roch, le chapelain de Sainte-Barbe se voit en effet chargé de la célébration du rite devant la confrérie des marchands et artisans privilégiés travaillant à la suite de la Cour, qui constituent une corporation distincte des autres marchands du royaume. Cette évolution des missions de la chapelle s’accompagne d’un nouvel élément de première importance sur le plan géographique : la chapellenie de Sainte-Barbe cesse de fonctionner comme une institution itinérante à la suite de la Cour, à l’image des structures de la Maison du roi, et se trouve dès lors établie dans la chapelle de l’hôtel du Petit-Bourbon (fig. 1 et 2), soit en face du Louvre, dans le lieu qui sert également fonction de chapelle de la Cour, le Louvre n’en étant alors pas pourvu12.

Fig. 1 : Jacques Gomboust, Abraham Brosse (gravé par), Plan de Paris (détail), Paris, impr. de S. Krakow, 1905 [1652]. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Cartes et plans, 1GE A-266.

Fig. 1 : Jacques Gomboust, Abraham Brosse (gravé par), Plan de Paris (détail), Paris, impr. de S. Krakow, 1905 [1652]. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Cartes et plans, 1GE A-266.

Photo : Domaine public

Fig. 2 : Matthäus Merian, Plan de Paris, Paris, A. Taride, 1908 [1615]. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Cartes et plans, GE B-794.

Fig. 2 : Matthäus Merian, Plan de Paris, Paris, A. Taride, 1908 [1615]. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Cartes et plans, GE B-794.

Photo : Domaine public

  • 13 Ordonnance de la Prévoté de l’Hotel […], op. cit.
  • 14 Poitrineau 1992 : 41-42.

17L’installation de la chapelle Sainte-Barbe en un lieu de culte strictement identifié est étroitement liée à ce rattachement à un corps de métier, privilégié par les relations qu’il entretient avec le monde courtisan. Désormais affecté à un lieu défini, le chapelain doit assumer de nouvelles responsabilités quant à l’entretien du mobilier liturgique nécessaire au culte. En conséquence, il apparaît nécessaire de lui attribuer de nouvelles sources de revenus, à la hauteur de sa nouvelle charge, tandis que la Cour conserve son caractère itinérant. Cette évolution distincte entraîne également des changements dans le rattachement institutionnel de la chapelle Sainte-Barbe. En remplacement des droits curiaux qu’il recevait précédemment des officiers de la Cour, le chapelain de Sainte-Barbe voit ainsi l’entretien des ornements et le paiement de sa propre charge de la chapelle placés sous la responsabilité des marchands suivant la Cour. Les revenus du chapelain sont dès lors issus de taxes établies sur les rôtisseurs, boulangers, fruitiers, tapissiers, tailleurs... qui ont obtenu le droit de servir à la cour13. En outre, le chapelain de Sainte-Barbe est désormais étroitement associé à la confrérie des marchands et artisans suivant la Cour, expression de la personnalité juridique de ce corps privilégié. Au cours des réunions de la confrérie sont ainsi élus les quatre syndics annuels chargés de l’entretien et du service de la chapelle, subventionnés par une bourse commune. Cette caisse partagée se nourrit essentiellement des droits divers dont doivent s’acquitter les membres de la confrérie14. Ces droits comprennent ainsi un droit de chapelle de 20 sols que chacun des marchands et artisans doit verser annuellement au chapelain de Sainte-Barbe, par l’intermédiaire des syndics ; les mutations donnent également lieu au paiement d’une taxe, un droit de réception de 30 sols dont le nouveau « privilégié » doit s’acquitter après avoir prêté serment entre les mains de son syndic.

  • 15 Thillay 2002 : 109-111.
  • 16 AN, AD+ 331 et BNF, F-23726 (10) : Ordonnance de la Prévoté de l’Hotel […], op. cit. : 6.

18De chapelle consacrée à la protection de la Cour contre les épidémies de peste, la chapelle Sainte-Barbe devient donc au xviie siècle une structure d’encadrement religieux des artisans suivant la Cour. Parmi ses principales fonctions, le chapelain est désormais chargé de célébrer les cérémonies de la confrérie15. Mais il reste partiellement soumis à la tutelle royale, du fait notamment de l’allocation d’une pension de 300 livres16.

  • 17 Sentence du grand aumônier de France en faveur de Henri Daubusson […], op. cit. : 1.
  • 18 Voir Maral 2000.
  • 19 Ordonnance de la Prévoté de l’Hotel […], op. cit. : 2.

19Dernière conséquence de cette évolution, la chapelle Sainte-Barbe dépend, à partir du xviie siècle, d’une nouvelle juridiction de tutelle. Au xvie siècle, l’autorité de référence à laquelle elle est attachée est le grand aumônier, qui rend les sentences des procédures dans lesquelles elle est engagée17. Mais au xviie siècle, alors que le grand aumônier commence précisément à perdre une part de ses prérogatives18, la chapelle Sainte-Barbe passe sous la juridiction du grand prévôt de l’Hôtel, du fait de ses nouvelles missions auprès des marchands suivant la Cour. Ceux-ci relèvent en effet, ainsi que les artisans de la Cour, de la compétence exclusive du prévôt de l’Hôtel. Le Grand Conseil peut également être appelé comme juge dans les conflits impliquant la chapelle Sainte-Barbe19, toujours en raison du lien qui unit la chapelle aux marchands de la Cour. S’éloignant de la Chapelle royale au profit d’un nouveau « public » de marchands et artisans, la chapelle passe ainsi d’une juridiction ecclésiastique à une autorité laïque, selon un processus qui tend à le dissocier des structures strictement curiales.

Dernier transfert et éloignement de la Cour

  • 20 La construction d’une chapelle royale à l’intérieur du palais du Louvre (dans le pavillon de l’Horl (...)

20La seconde moitié du xviie siècle confirme ce mouvement d’éloignement de la chapelle par rapport à la Cour. L’installation dans la chapelle du Petit-Bourbon, fréquentée quotidiennement par le roi lorsque celui-ci séjourne à Paris, ne suffit pas à renouer les liens anciens de la monarchie et de la chapelle Sainte-Barbe. Le processus dans lequel s’engage la monarchie à partir du règne personnel de Louis XIV, qui tend déserter la capitale au profit des résidences de Saint-Germain-en-Laye puis Versailles, est un premier facteur de distanciation du chapelain de Sainte-Barbe. Mais plus encore, la destruction partielle de l’hôtel du Petit-Bourbon dans les années 1660 entraîne la disparition de l’espace sacré dans lequel s’inscrivait la chapellenie de Sainte-Barbe20.

Fig. 3 : Bernard-Jean-Hyacinthe Jaillot, J.-B. Scotin le Jeune (gravé par), Nouveau plan de la ville et fauxbourgs de Paris (détail), 1713. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Cartes et plans, GE CC-1323 (13).

Fig. 3 : Bernard-Jean-Hyacinthe Jaillot, J.-B. Scotin le Jeune (gravé par), Nouveau plan de la ville et fauxbourgs de Paris (détail), 1713. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Cartes et plans, GE CC-1323 (13).

Photo : Domaine public

Le nouvel emplacement de la chapelle Sainte-Barbe, au nord-ouest du Louvre, à partir de 1652.

  • 21 AN, LL 1684, fo 19 : Annales du monastere royal des Filles penitentes de l’ordre de Saint-Augustin (...)
  • 22 AN, V6 814, minutes d’arrêts du Conseil privé, décembre 1708-mars 1709 : Arrêt du Conseil d’État pr (...)
  • 23 AN, LL 1684, fo 25. Les marchands privilégiés suivant la Cour font également chanter un Te Deum à S (...)
  • 24 Ibid., fo 26. Outre ces événements de caractère exceptionnel, on ne connaît qu’une seule mention d’ (...)

21En prémices à la destruction de l’hôtel du Petit-Bourbon, la confrérie des marchands suivant la Cour est transférée dès 1652 dans l’église des Filles pénitentes de la rue Saint-Denis, dites de Saint-Magloire (ordre des Augustines) (fig. 3 et 4), à l’occasion des fêtes de l’Assomption, durant lesquelles la confrérie célèbre également sa sainte patronne21. Le chapelain de Sainte-Barbe suit le mouvement de ce transfert et célèbre désormais les messes relevant de sa fonction dans l’église des Filles pénitentes de Paris22. Le siège de la confrérie se maintient par la suite dans cette même église, où les marchands suivant la Cour font régulièrement chanter, tout au long du xviiie siècle, des Te Deum célébrant de grands événements d’ordre dynastique, telle la naissance du duc de Bourgogne, le 23 août 168223. Lorsque, en juillet 1683, la confrérie fait célébrer au même endroit un service funèbre pour la reine Marie-Thérèse, la célébration de l’office est assurée par l’évêque de Marseille, et non par le chapelain de la confrérie24.

Fig. 4 : Louis Bretez, Claude Lucas (gravé par), Plan de Paris (détail), 1739. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Cartes et plans, GE A-503.

Fig. 4 : Louis Bretez, Claude Lucas (gravé par), Plan de Paris (détail), 1739. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Cartes et plans, GE A-503.

Photo : Domaine public

Église des Filles pénitentes de la rue Saint-Denis, dites de Saint-Magloire.

  • 25 AN, LL 1684, fos 17vo-18 : réception des reliques de saint Victor et de sainte Constance en l’églis (...)
  • 26 Ibid., fos 21vo et 37.

22Le choix de l’église de la rue Saint-Denis comme lieu d’accueil de la confrérie ne semble pas devoir s’expliquer par l’existence d’un culte particulier à sainte Barbe, mais plutôt par un concours de circonstances. Au moment où la confrérie des marchands est confrontée à la disparition de la chapelle du Petit-Bourbon, l’église de la rue Saint-Denis bénéficie de la réception de nouvelles reliques participant au prestige à la fois de l’ordre et du lieu25. Le choix de cette affectation pour la chapelle Sainte-Barbe s’expliquerait ainsi par la disponibilité qu’offrait en un moment crucial l’église de la rue Saint-Denis, jointe à son prestige croissant. La confrérie des marchands privilégiés est d’ailleurs imitée dans sa démarche par d’autres structures similaires : en 1673, la confrérie des peintres et sculpteurs de Paris demande à la congrégation des Augustines l’autorisation d’établir sa chapelle dans leur église ; en 1735, après que les peintres et sculpteurs ont abandonné cette chapelle, les marchands d’éventails de Paris demandent à leur tour à s’y installer26.

  • 27 Ibid., fo 20. Jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, ni les registres capitulaires des Filles pénitente (...)

23La présence de la confrérie Sainte-Barbe en l’église de la rue Saint-Denis ne semble cependant pas avoir favorisé le développement de liens privilégiés entre les marchands et la congrégation. À l’exception des fêtes d’ordre dynastique, la confrérie limite sa présence en cette église aux célébrations strictement liées à la figure de sainte Barbe. La participation des marchands à une célébration de l’ordre n’est mentionnée qu’une seule fois dans les registres de la congrégation, en 1670, à l’occasion d’une grand messe célébrée en l’église par l’archevêque de Paris chez les religieuses pour la fête de saint Augustin, accompagnée d’une procession organisée par les marchands dans les rues de la ville. Encore cette participation exceptionnelle peut-elle s’expliquer par la présence de la figure éminente de l’archevêque de Paris27.

Prédominance croissante du prévôt de l’Hôtel et derniers contentieux

  • 28 Les édits royaux confirmant aux xvie et xviie siècles les statuts de la confrérie des marchands sui (...)
  • 29 AN, O1 3700, Arrest du grand conseil du Roy servant de reglement pour le corps des marchands et art (...)

24La charge de chapelain de Sainte-Barbe est ainsi liée, à partir de la seconde moitié du xviie siècle, aux orientations que lui donne l’action de la confrérie des marchands suivant la Cour. Cependant, l’autorité officielle en matière de nomination et de règlement des conflits liés à ses missions reste le prévôt de l’Hôtel, en raison du contrôle que ce dernier exerce sur la confrérie des marchands et artisans privilégiés28. Les célébrations organisées par la confrérie en l’honneur des grands événements dynastiques doivent ainsi autant à l’allégeance spontanée des marchands à la famille royale qu’à l’autorité qu’exerce sur eux le prévôt de l’Hôtel, et aux « commandes » qu’il leur passe en de telles occasions29.

25Peut-être rendu nécessaire par d’éventuels conflits de prérogatives survenus entre la confrérie et le prévôt de l’Hôtel, un arrêt du roi de 1731 établit le règlement de la confrérie des marchands suivant la Cour, notamment en ce qui concerne la charge de chapelain de Sainte-Barbe :

Ordonne que le clerc tonsuré qui a accoutumé de desservir ladite chapelle, sera choisi quand vacation arrivera, à la pluralité des voix, dans une assemblée des syndics generaux en charge, et des syndics particuliers ; lequel clerc tonsuré ne pourra être revoqué que dans une pareille assemblée, à la pluralité des voix ; aux honoraires duquel clerc sera pourvu par notre lieutenant general en ladite prevôté de notre Hôtel, comme il sera dit ci après.

  • 30 Ibid. : 45-46.

Comme aussi ordonne que vacation avenant de la place de clerc de toutes les communautez desdits privilégiez, il y sera pourvu dans une assemblée generale desdits syndics generaux en charge, et syndics particuliers, à la pluralité des voix, en la presence du substitut de notre procureur general en la prevôté de notre Hôtel ; lequel clerc prendra lettres du prevôt de notre Hôtel et grand prevôt, qui seront enregistrées au greffe de la prevôté de notre Hôtel, et sera revocable aussi à la pluralité des voix, dans une assemblée desdits syndics generaux en charge et particuliers, tenue pareillement en la presence du substitut de notre procureur general en la prevôté de notre Hôtel30.

  • 31 AN, V3 189 (registre de la prévôté de l’Hôtel) : Brevet de retenue de clerc de la chapelle Sainte-B (...)
  • 32 AN, V5 445 : minutes d’arrêts du Grand Conseil, mars-avril 1650 : Arrêt du 11 avril 1650 réglant le (...)
  • 33 AN, V6 814, minutes d’arrêts du Conseil privé, décembre 1708-mars 1709 : Arrêt du Conseil d’État pr (...)

26Les titulaires de la chapelle Sainte-Barbe sont choisis par les syndics de la confrérie ; mais il revient aux registres de la prévôté de rendre compte officiellement des nominations de chapelains et de clercs au sein de la chapelle, dont les appointements sont versés par le trésorier de la prévôté sur la base de leur inscription dans l’état de la prévôté de l’Hôtel31. Le prévôt de l’Hôtel intervient désormais de manière systématique dans les conflits mettant en cause les membres de la chapelle Sainte-Barbe, et qui entraînent le plus souvent réparation sous forme financière32. Une déclaration de mars 1666 tendait à rattacher à l’autorité royale les causes impliquant la chapelle Sainte-Barbe, les contestations liées à ses droits et privilèges devant être portées à la connaissance du Grand Conseil au même titre que celles ayant trait à l’ensemble des officiers des maisons royales33. En confirmant l’autorité du prévôt de l’Hôtel sur les marchands et artisans suivant la Cour, l’arrêt de 1731 place de manière irrévocable le chapelain de Sainte-Barbe dans la juridiction de la prévôté.

  • 34 BNF, F-21230 (48) : Arrêt du Conseil d’Estat privé du Roy du vingt-huit janvier 1709, rendu en fave (...)

27Les contentieux impliquant les titulaires de la chapelle Sainte-Barbe à partir des années 1650 se fondent essentiellement sur la pratique de cumul des bénéfices par les ecclésiastiques. François de Beaucousin, chapelain de Sainte-Barbe des années 1670 à 1710, détient en parallèle un bénéfice de chanoine de la cathédrale de Noyon. Le conflit, engagé par les chanoines de Noyon, repose sur le non-respect, par le chapelain, de la règle de résidence au chapitre cathédral. L’arrêt rendu par le Conseil privé en 1709 se prononce en faveur de l’accusé, et le dispense de son obligation de résidence au chapitre tant qu’il exerce son office de chapelain de la chapelle curiale Sainte-Barbe. Malgré ces absences récurrentes, le Conseil privé ordonne également que les droits liés à son canonicat lui soient régulièrement versés34, reconnaissant la prépondérance d’une structure d’origine royale sur les devoirs de l’ordinaire ecclésiastique.

  • 35 AN, O1 3700, op. cit. : 46-49.

28Autre source de débat, plus étroitement liée aux dernières évolutions de ses missions, les dépenses et frais liés à la célébration de cérémonies par le chapelain de Sainte-Barbe sont à l’origine de contestations récurrentes de la part de la confrérie, qu’il s’agisse de conflits opposant celle-ci au chapelain, ou les membres de la confrérie entre eux. Le règlement des Te Deum célébrés sur ordre de la prévôté de l’Hôtel fait ainsi l’objet, au xviiie siècle, de plusieurs contentieux entre les syndics généraux de la confrérie et les syndics propres à chaque corps de marchands35.

  • 36 AN, V3 192, fo 43vo (registre de la prévôté de l’Hôtel) : Provisions de chapelain de Sainte-Barbe e (...)
  • 37 Ibid. : fo 162vo (registre de la prévôté de l’Hôtel) : Provisions de chapelain de Sainte-Barbe en f (...)
  • 38 AN,V3 193, fo 87vo (registre de la prévôté de l’Hôtel) : Provisions en faveur de Pierre Paris, chan (...)

29Une dernière évolution institutionnelle vient enfin marquer l’histoire de la chapelle Sainte-Barbe. Si les mentions épisodiques de célébrations organisées par les marchands suivant la Cour en l’église Saint-Denis attestent le lien persistant entre le chapelain et la confrérie des marchands, les titres utilisés dans les lettres de provisions de ce qui constitue désormais une véritable charge, rattachée à l’autorité royale via la prévôté de l’Hôtel, témoignent d’une autre réalité administrative. Jusqu’au premier tiers du xviiie siècle, les registres de la prévôté de l’Hôtel évoquent les lettres de provision « d’aumônier du roy, chapelain de la chapelenie curiale de Sainte-Barbe fondée la suite de la Cour », sans mention de la confrérie des marchands suivant la Cour36. À partir des années 1730 apparaît une nouvelle titulature, celle d’« aumônier de la prevosté de l’Hostel du roy et grande prevosté de France, chapelain de la chapelle curiale Sainte-Barbe fondée à la suitte de la Cour37 ». Les états de la prévôté de l’Hôtel offrent le meilleur témoignage de l’intégration progressive du chapelain de Sainte-Barbe dans les rangs des officiers de la prévôté. Jusqu’aux années 1760-1770, le chapelain n’est mentionné dans ces « rolles et etats » qu’au titre des officiers bénéficiant des mêmes privilèges que ceux du commun et de la Maison du roi. Mais, à partir des années 1780, et jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, le chapelain de Sainte-Barbe est inscrit, sur ces mêmes listes, au rang des officiers de l’état-major de la compagnie des gardes de la prévôté de l’Hôtel. Un glissement de fonction peut ainsi être observé si l’on suit le parcours de l’abbé Pierre Paris : nommé en 1770 chapelain de Sainte-Barbe, il termine sa carrière comme aumônier des gardes de la prévôté, passant ainsi de la charge de chapelain rattaché à une confrérie placée sous l’autorité du prévôt de l’Hôtel à celle de membre à part entière de la compagnie de la prévôté38.

La chapelle Sainte-Barbe constitue ainsi l’exemple original d’une structure religieuse créée à la cour en temps de crise, afin d’assurer le salut des courtisans et des officiers royaux, et qui, en fonction du contexte, voit ses missions et ses liens institutionnels évoluer entre différentes autorités. La conjoncture du xviie siècle ne justifiant plus l’existence d’une telle institution, la chapelle Sainte-Barbe devient une structure d’encadrement d’un groupe social bien défini, proche du fonctionnement de la Cour sans y appartenir tout à fait. Les évolutions structurelles et juridictionnelles consécutives à ce changement d’affectation sont telles, que le caractère même de continuité entre ces deux chapelles peut être questionné. En dehors de l’unité du vocable de sainte Barbe, qu’ont en commun ces deux chapelles, du service de la Maison du roi aux offices de la confrérie des marchands et artisans suivant la Cour ? Malgré ce lien ténu, la dénomination caractéristique de cette « chapelle fondée à la suite de la Cour », qui se maintient du xvie au xviiie siècle, atteste qu’il s’agit bien d’une seule et même chapelle. Mais, la présence de cette institution auprès de la Cour ne se justifiant plus, il s’ensuit son éloignement rapide de l’entourage direct du roi. Détachée de la juridiction du grand aumônier, elle s’écarte progressivement de la suite royale au milieu du xviie siècle.

30Si l’on a pu retracer de manière continue le parcours et les évolutions de cette chapelle tout au long de l’époque moderne, certaines interrogations restent ouvertes. Outre le fait que la chapelle ait perdu sa raison d’être au sein de la Cour, des enjeux financiers ont pu justifier son rattachement à la confrérie des marchands suivant la Cour, les frais d’entretiens sortant ainsi de la liste des dépenses royales ; aucune source propre au fonctionnement de la Cour ou de la confrérie des marchands ne peut cependant étayer cette hypothèse.

  • 39 Les paroisses installées à proximité des lieux de résidence de la Cour connaissent ainsi une évolut (...)

31La chapelle de fondation royale perd ainsi dès le xviie siècle tout lien avec l’entourage direct et la domesticité du roi ; si le chapelain continue à célébrer dans la chapelle de la rue Saint-Denis quelques offices en l’honneur de la famille royale, ce n’est qu’à titre exceptionnel, lors des naissances ou des décès royaux, et toujours sur ordre de la confrérie des marchands. À l’heure où les institutions auliques visent à la stabilité, la chapelle Sainte-Barbe, dont la présence à la cour, passé le temps des grandes épidémies, n’a plus de légitimité, se voit contrainte de s’effacer devant la Chapelle royale et les aumôniers de Saint-Roch, structures dont l’existence est plus solidement établie au sein de la Cour, et qui bénéficient du soutien total, et pérenne, de la royauté39.

32La succession des autorités auxquelles se rattache la chapelle fournit également une illustration des luttes de pouvoir qui peuvent se jouer dans l’entourage plus ou moins direct du monarque, le corps laïc l’emportant peu à peu sur l’autorité ecclésiastique. La chapelle Sainte-Barbe sort ainsi très rapidement de la juridiction du grand aumônier. Malgré son rattachement à une structure confraternelle puissante, celle des marchands et artisans privilégiés suivant la Cour, c’est au bénéfice du prévôt de l’Hôtel que se poursuit le parcours de la chapelle. On assiste ainsi à un glissement institutionnel qui voit la chapelle passer presque imperceptiblement du service de la confrérie des marchands à celui des officiers de la prévôté.

33Ne représentant aucun enjeu financier majeur, la chapelle Sainte-Barbe perd peu à peu, tout au long de l’époque moderne, la dimension symbolique que lui avaient conférée sa supposée fondation royale et ses premières missions auprès de la Cour. Son rattachement aux marchands et artisans suivant la Cour ne lui permet pas de profiter de la puissance économique de ce corps, ses missions se réduisant dès lors à des célébrations ponctuelles sans fort enjeu de représentation. Probablement la charge de chapelain de Sainte-Barbe a-t-elle également souffert de l’implantation géographique de ses titulaires : pour la plupart chanoines attachés à des diocèses éloignés de la capitale, les chapelains et aumôniers successifs de Sainte-Barbe n’ont dû envisager ce titre que comme une possibilité de revenu supplémentaire, et non comme une charge prestigieuse.

34Par son intégration finale aux listes d’officiers de la prévôté de l’Hôtel, le chapelain de Sainte-Barbe se voit intégré à un milieu qu’il n’avait jusqu’alors qu’approché : il devient un officier à part entière, sinon de la Maison du roi, du moins de l’entourage direct de la Cour. Cette dernière évolution donne à la chapelle Sainte-Barbe une dimension strictement domestique. Éloignée du prestige auquel elle aurait encore pu prétendre au xviie siècle, en raison de sa fondation supposée de nature royale, la chapelle Sainte-Barbe, institution au parcours chaotique, s’efface désormais devant la prédominance d’une logique rigoureusement administrative.

Haut de page

Bibliographie

Armengol de Laverny Sophie, 1997, Les domestiques commensaux du roi au xviie siècle, thèse de doctorat sous la direction d’Yves Durand, Paris IV-Sorbonne, 2 vol.

Code des commensaux ou recueil général des édits […] et confirmation des privilèges […] des officiers-domestiques […] et de leur veuves, 1720, Paris, Vve Saugrain / P. Prault.

Du Peyrat Guillaume, 1645, L’histoire ecclésiastique de la Cour, ou Les antiquitez et recherches de la chapelle et oratoire du roy de France depuis Clovis Ier jusques à nostre temps, Paris, H. Sara.

Hillairet Jacques, 1963, Dictionnaire historique des rues de Paris, Paris, Éd. de Minuit, 2e édition, 2 vol.

Maral Alexandre, 2000, « Le grand aumônier de France et le diocèse de la Chapelle royale sous Louis XIV », Bibliothèque de l’École des chartes, t. CLVIII : 475-506.

— 2010 [2002], La Chapelle royale de Versailles sous Louis XIV : cérémonial, liturgie et musique, Sprimont, Mardaga.

Oroux abbé Étienne, 1776-1777, Histoire ecclésiastique de la cour de France, où l’on trouve tout ce qui concerne l’histoire de la Chapelle & des principaux officiers ecclésiastiques de nos rois, Paris, Imprimerie royale, 2 vol.

Poitrineau Abel, 1992, Ils travaillaient la France : métiers et mentalités du xvie au xixe siècle, Paris, A. Colin.

Sauval Henri, 1724, Histoire et recherches des antiquités de la ville de Paris, Paris, C. Moette.

Thillay Alain, 2002, Le faubourg Saint-Antoine et ses « faux ouvriers » : la liberté du travail à Paris aux xviie et xviiie siècles, Seyssel, Champ Vallon.

Haut de page

Notes

1 Parmi les plus éminents historiens de la chapelle, peuvent être cités Guillaume Du Peyrat (1645), l’abbé Jérôme Chuperelle (Cérémonial historique [1692-1731], 4 vol. [Rouen, archives départementales de Seine-Maritime, 28 F 45-48]) et l’abbé Oroux (1776-1777). Les travaux d’Alexandre Maral occupent une large place dans l’historiographie plus récente (Maral 2010).

2 On pourrait encore ajouter ici la catégorie de l’ordinaire ecclésiastique attaché au service des paroisses qui, au hasard des déplacements de la Cour, peuvent devenir pour un temps le cadre des dévotions royales. L’origine des conflits de préséance nés de la confrontation entre les aumôniers de la Chapelle royale et l’ordinaire ecclésiastique a été étudiée par Alexandre Maral (2000).

3 Paris, Bibliothèque nationale de France (BNF), F-23694 (109) : Sentence du grand aumônier de France en faveur de Henri Daubusson, secrétaire chapelain de la chapelle curiale de Ste-Barbe à la suite de la cour…, s. l. n. d. [1549] : 1 (bien qu’intégrée à un registre d’actes de la période 1648-1650, cette sentence date en réalité de la moitie du xvie siècle, son auteur étant Pierre Du Châtel, évêque de Mâcon de 1544 à 1551).

4 Ibid., loc. cit.

5 Ibid. : 2.

6 Ibid. : 2-3.

7 Ibid., loc. cit.

8 Armengol de Laverny 1997 : 536.

9 BNF, ms. fr. 4222, fo 434 : Despeches pour faire qu’un religieux jacobin assiste un autre religieux de son ordre aux fonctions de chappelain de la chapelle curialle fondée à la Cour et suitte du roy, s. d.

10 Ibid.

11 Une sentence de la prévôté de l’Hôtel qualifie pourtant le chapelain de Sainte-Barbe Anselme de Mornay de « prédicateur ordinaire du roi et de la reine », mais ce titre n’est attesté par aucune des sources comptables de la Maison du roi (Paris Archives nationales [AN], AD+ 331 et BNF, F-23726 (10) : Ordonnance de la Prévoté de l’Hotel concernant les droits que percevra la chapelle curiale de Sainte-Barbe fondée dans la chapelle du Petit-Bourbon et à la suite de la Cour, sur les marchands et artisans privilégiés suivant la Cour, rendue le 28 septembre 1657, 7 p.).

12 Ibid. : 1. Propriété des ducs de Bourbon jusqu’à la disgrâce du connétable en 1527, l’hôtel du Petit-Bourbon, situé en bordure du Louvre, passe alors entre les mains de la couronne, qui le fait démolir en partie. Seules subsistent au xviie siècle sa chapelle, temporairement utilisée comme chapelle royale, et une grande salle abritant à la fois les représentations théâtrales et les bals de la Cour, ainsi que quelques événements politiques (les états généraux y siègent en 1614). Les travaux d’agrandissement du Louvre absorbent l’hôtel en 1660, et la chapelle est abattue en 1664. Les derniers vestiges de l’hôtel sont ensuite utilisés comme écuries de la Reine et garde-meuble de la Couronne, avant d’être à leur tour abattus en 1758 (Hillairet 1963, t. II : 63 ; Sauval 1724, t. III : 25).

13 Ordonnance de la Prévoté de l’Hotel […], op. cit.

Créés en 1485 et placés sous la juridiction de la prévôté de l’Hôtel, les artisans privilégiés suivant la Cour ont le droit de pratiquer en tout lieu de séjour de celle-ci. Ils s’élèvent en 1660 à 594 titulaires, organisés en 101 métiers (Thillay 2002, p. 109-111).

14 Poitrineau 1992 : 41-42.

15 Thillay 2002 : 109-111.

16 AN, AD+ 331 et BNF, F-23726 (10) : Ordonnance de la Prévoté de l’Hotel […], op. cit. : 6.

17 Sentence du grand aumônier de France en faveur de Henri Daubusson […], op. cit. : 1.

18 Voir Maral 2000.

19 Ordonnance de la Prévoté de l’Hotel […], op. cit. : 2.

20 La construction d’une chapelle royale à l’intérieur du palais du Louvre (dans le pavillon de l’Horloge de la Cour carrée) rend en effet inutile le maintien d’une chapelle dans l’hôtel du Petit-Bourbon.

21 AN, LL 1684, fo 19 : Annales du monastere royal des Filles penitentes de l’ordre de Saint-Augustin de la rue de Saint-Denis à Paris.

22 AN, V6 814, minutes d’arrêts du Conseil privé, décembre 1708-mars 1709 : Arrêt du Conseil d’État privé en faveur de François de Beaucousin, aumônier du roi, chapelain de la chapelle curiale de Sainte-Barbe, et chanoine de Noyon, rendu à Versailles le 28 janvier 1709.

23 AN, LL 1684, fo 25. Les marchands privilégiés suivant la Cour font également chanter un Te Deum à Saint-Denis en action de grâces de la guérison de Louis XV en 1724, puis en 1725, pour célébrer son mariage avec Marie Leszczyńska. Cette tradition est également attestée le 28 septembre 1751, à l’occasion de la naissance du duc de Bourgogne (Ibid., fos 35 et 42).

24 Ibid., fo 26. Outre ces événements de caractère exceptionnel, on ne connaît qu’une seule mention d’une célébration, par la confrérie des marchands privilégiés, d’une fête monarchique récurrente, à savoir celle de la Saint-Louis de l’année 1682, évoquée par la Gazette : « [Le 25 août], les Syndics Généraux des Marchands privilégiez de la Maison du Roy, firent célébrer une grande Messe et chanter le Te Deum avec une excellente musique, dans l’Église des Filles Pénitentes » (Gazette de France, 1682, no 78 : 514). Cette célébration est cependant très probablement à rapprocher de la naissance du duc de Bourgogne, survenue le 6 du même mois.

25 AN, LL 1684, fos 17vo-18 : réception des reliques de saint Victor et de sainte Constance en l’église de la rue Saint-Denis, 1659-1660.

26 Ibid., fos 21vo et 37.

27 Ibid., fo 20. Jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, ni les registres capitulaires des Filles pénitentes, ni les inventaires des biens présents dans l’église ne laissent apparaître la présence de la confrérie Sainte-Barbe en ces lieux (AN, LL 1686 et LL 1687).

28 Les édits royaux confirmant aux xvie et xviie siècles les statuts de la confrérie des marchands suivant la Cour n’ont de cesse de rappeler l’autorité qu’exerce le prévôt de l’Hôtel sur ses membres, qu’il a le pouvoir de choisir et auxquels il délivre les lettres de nomination (AN, O1 3700, édits des 19 mars 1543, 18 janvier 1607 et janvier 1613, « portant creation et confirmation des marchands et artisans privilégiez »).

29 AN, O1 3700, Arrest du grand conseil du Roy servant de reglement pour le corps des marchands et artisans privilegiez suivant la Cour et conseil de Sa Majesté, du 6 septembre 1731 : 38, mention d’un « Ordre du grand prevost de notre Hostel aux syndics generaux des privilegiez suivant la Cour pour faire chanter un Te Deum en musique en action de graces pour la naissance de Monseigneur le Dauphin, avec Exaudiat en l’eglise des Filles penitentes de la rue saint Denis, et decorer et illuminer le devant et le dedans de ladite eglise, du 7 septembre 1729 ».

30 Ibid. : 45-46.

31 AN, V3 189 (registre de la prévôté de l’Hôtel) : Brevet de retenue de clerc de la chapelle Sainte-Barbe erigée aux Filles penitentes pour les privilegiez pour Charles Barbier, registré suivant la sentence du 24 octobre 1679 : « Nous, Louis François de Bauchet [sic], marquis de Sourches, prevost de l’Hostel et grand prevost de France, sur le rapport qui nous a esté faict de la personne de Charles Barbier, l’avons retenu pour estre clerc de tous les privilegiez suivans la Cour qui sont soubs nostre charge, jusqu’à la mort de Nicolas Dobet, luy permettans cependant en cas d’absence ou maladie dudit Dobet, de faire les fonctions ausquelles est accoustumé et ce tant qu’il nous plaira. En foy de quoy avons signé ces presentes, faict icelles sceller du cachet de nos armes et contresigner par nostre secretaire, à Paris, le huictiesme mars mil six cens soixante dix neuf, signé de Sourches et plus bas par Monseigneur prévost avec paraphe et scellement. » Le Code des commensaux (1720 : 431) fait également mention des certificats de paiement délivrés par le trésorier de la prévôté aux titulaires de la chapelle Sainte-Barbe : « Certificat du trésorier de la prevôté de l’Hôtel du 18 décembre 1673, comme il a payé aux sieurs Pinard, Aubert et Duplessis, Chapelains du [sic] Sainte Barbe, pour leurs appointemens à chacun, la somme de trois cens livres, pour laquelle ils sont employez dans l’etat de la prevôté de l’Hôtel, et qu’il leur a vu célébrer les offices divins, attachez aux fonctions de cette chapelle, dans la chapelle du petit Bourbon du Louvre avant sa démolition, et depuis aux Filles pénitentes à Paris, au bas duquel est un pareil certificat des anciens lieutenans et exempts de la prevôté. »
AN, V3 191, fo 29 (registre de la prévôté de l’Hôtel) : Provisions d’aumonier de la chapelle Sainte-Barbe des privilegiez pour Mre François de Beaucousin, enregistrées le 26 septembre 1705.
AN, V6 814, minutes d’arrêts du Conseil privé, décembre 1708-mars 1709 : Arrêt du Conseil d’État privé en faveur de François de Beaucousin, aumônier du roi, chapelain de la chapelle curiale de Sainte-Barbe, et chanoine de Noyon, rendu à Versailles le 28 janvier 1709.

32 AN, V5 445 : minutes d’arrêts du Grand Conseil, mars-avril 1650 : Arrêt du 11 avril 1650 réglant le différend opposant Pierre Carpentier, prêtre chapelain de la chapelle curiale fondée à la suite de la Cour, et Adrien le Hersent, marchand quincailler, et Joseph Boutiffard, fourbisseur, marchands privilégiés suivant la cour, au sujet du paiement des droits de chapelle au chapelain de Sainte-Barbe pour l’année 1649.

33 AN, V6 814, minutes d’arrêts du Conseil privé, décembre 1708-mars 1709 : Arrêt du Conseil d’État privé en faveur de François de Beaucousin, op. cit.

34 BNF, F-21230 (48) : Arrêt du Conseil d’Estat privé du Roy du vingt-huit janvier 1709, rendu en faveur de Messire François de Beaucousin, Prestre Aumônier de Sa Majesté, Chapelain de la Chapelle Curialle de Sainte Barbe, fondée à la suite de la Cour et Chanoine de l’Église Cathedralle de Nostre-Dame de Noyon. Le dispense de faire aucune résidence audit Chapitre, tant qu’il exercera l’Office d’Aumônier de Sa Majesté, Chapelain de la Chapelle Curialle de Sainte Barbe, dont il est pourvû. Et ordonne que les Fruits et autres Droits, appartenans à son dit Canonicat luy seront payez, à compter du jour qu’il a esté mis en possession. Contre les Doyen, Chanoines et Chapitre de ladite Église.

35 AN, O1 3700, op. cit. : 46-49.

36 AN, V3 192, fo 43vo (registre de la prévôté de l’Hôtel) : Provisions de chapelain de Sainte-Barbe en faveur de l’abbé Vincent Baillif, prêtre docteur de Sorbonne, chanoine de la cathédrale de Tarbes, suite à la démission de Nicolas Hurache, prêtre chanoine de l’église d’Amiens, 14 octobre 1727.

37 Ibid. : fo 162vo (registre de la prévôté de l’Hôtel) : Provisions de chapelain de Sainte-Barbe en faveur de Pierre Antoine Charles Prevost, prêtre docteur de Sorbonne, 26-28 mars 1736 ; fo 181vo : Provisions de chapelain de Sainte-Barbe en faveur d’André Martin, chanoine de la cathédrale de Marseille, suite au décès de Pierre-Antoine-Charles Prevost, 1er-13 novembre 1745. AN, V3 193 : Registre de la prévôté de l’Hôtel, fo 81vo : Provisions de chapelain de Sainte-Barbe en faveur d’Ange-François d’Eymard, chanoine de la cathédrale de Marseille, suite à la démission de André Martin, 4-12 janvier 1770.

38 AN,V3 193, fo 87vo (registre de la prévôté de l’Hôtel) : Provisions en faveur de Pierre Paris, chanoine de la cathédrale de Strasbourg, suite à la démission de Ange-François d’Eymard, 21-23 novembre 1770 ; AN, O1 3702 : Rolles et etats des officiers et gardes de la prevoste de l’Hostel du roy et grande prévoste de France […], années 1763 à 1776 ; Revue de la compagnie des gardes de la prevosté de l’Hostel, années 1781 à 1785 ; États des sommes à verser pour le solde de la compagnie de la prevosté de l’Hostel et grande prevosté de France, années 1781 à 1791.

39 Les paroisses installées à proximité des lieux de résidence de la Cour connaissent ainsi une évolution similaire à l’époque moderne où, à l’instar de la chapelle Sainte-Barbe, des privilèges issus de la tradition sont remis en question. C’est le cas de la paroisse Saint-Wandrille du Pecq, sous la dépendance de laquelle était originellement placé le château de Saint-Germain-en-Laye. Jusqu’au xvie siècle, les trésoriers des offrandes royales avaient coutume de verser au curé du lieu des dédommagements à l’occasion des séjours du roi. Lorsque cette pratique se voit discutée du fait de la stabilisation progressive de la Cour au sein du bassin francilien, le curé de Saint-Wandrille demande au prévôt de l’Hôtel le rétablissement de son privilège, et obtient du Conseil royal le maintien du versement de ces « aumônes », malgré l’évolution des modes de vie de la Cour (Montigny-le-Bretonneux, archives départementales des Yvelines, J 2839 : Requête du curé du Pecq et ordonnance de paiement au trésorier des offrandes, 12 mai 1599).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Jacques Gomboust, Abraham Brosse (gravé par), Plan de Paris (détail), Paris, impr. de S. Krakow, 1905 [1652]. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Cartes et plans, 1GE A-266.
Crédits Photo : Domaine public
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11544/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Fig. 2 : Matthäus Merian, Plan de Paris, Paris, A. Taride, 1908 [1615]. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Cartes et plans, GE B-794.
Crédits Photo : Domaine public
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11544/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Fig. 3 : Bernard-Jean-Hyacinthe Jaillot, J.-B. Scotin le Jeune (gravé par), Nouveau plan de la ville et fauxbourgs de Paris (détail), 1713. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Cartes et plans, GE CC-1323 (13).
Crédits Photo : Domaine public
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11544/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 824k
Titre Fig. 4 : Louis Bretez, Claude Lucas (gravé par), Plan de Paris (détail), 1739. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Cartes et plans, GE A-503.
Crédits Photo : Domaine public
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11544/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éléonore Alquier, « De la cour à la ville : la chapelle curiale Sainte-Barbe (xvie-xviiie siècle) », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne], Articles et études, mis en ligne le 03 novembre 2011, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://crcv.revues.org/11544 ; DOI : 10.4000/crcv.11544

Haut de page

Auteur

Éléonore Alquier

Conservateur du patrimoine, Archives nationales (Fontainebleau). Contact : eleonore.alquier@culture.gouv.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Éléonore Alquier / 2011 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org