Navigation – Plan du site
Les souverains scientifiques

Politiques et pratiques de la science en cour de Rome au temps des Lumières. Le renouveau méconnu des pontificats pio-clémentins (1769-1799)

Science policies and practices in the court of Rome during the Enlightenment. The little-known revival of the Pius-Clementine pontificates (1769–99)
Gilles Montègre

Résumés

Souvent réduite à la figure de Benoît XIV, la politique de la cour de Rome en matière de science à l’époque des Lumières a connu d’importants développements dans la seconde moitié du siècle, au cours des pontificats de Clément XIV (1769-1774) et de Pie VI (1775-1799). La suppression de l’ordre des jésuites, imposée au Saint-Siège par les monarchies catholiques en 1773, engendra en effet une véritable recomposition de la politique pontificale en matière de science et de savoirs. Ce renouveau, confié à des prélats appelés à jouer un rôle croissant au sein de la Curie, impliqua des savants romains appartenant à divers ordres religieux, et bénéficia aux nombreux hommes de science étrangers de passage à Rome dans le cadre du Grand Tour.
Dans le domaine des sciences mécaniques et astronomiques, le futur secrétaire d’état de Pie VI, François-Xavier Zelada, œuvra à la constitution d’un observatoire et d’un cabinet de physique expérimentale au Vatican, délibérément ouverts aux savants étrangers. Il permit ainsi à la ville de Rome de s’associer à la construction épistolaire du nouvel espace européen de relevés astronomiques engendré par la découverte de la planète Uranus. Zelada reprit également en main le Collegio Romano des anciens jésuites, appelant à y enseigner à des savants tels que le père minime François Jacquier, célèbre pour son commentaire latin des Principia de Newton. Dans le domaine médical, Pie VI créa à la Sapienza une nouvelle chaire d’obstétrique et de chirurgie, ce qui entraîna un accroissement du nombre des étudiants en médecine au sein de la célèbre université romaine. Le médecin du pape, Giuseppe Flajani, augmenta en outre les collections de cires anatomiques et multiplia les séances de dissection au sein l’hôpital Santo Spirito in Sassia, en les ouvrant au public des savants étrangers. Enfin, dans le domaine en voie de constitution des sciences de l’homme, Stefano Borgia mis à profit le réseau missionnaire pour former au sein du Collegio di Propaganda Fide et dans la ville de Velletri des collections anthropologiques touchant aux diverses civilisations du monde. Relevant davantage de l’encyclopédisme des Lumières que de l’éclectisme des cabinets de curiosités, ces collections attirèrent en nombre les savants issus des diverses académies des sciences européennes.
Trouvant son pendant dans le domaine artistique avec la création du musée Pio-Clementino, cette politique de la science participe d’une vaste ambition de reconquête culturelle catholique. Tout en rejetant violemment les expressions les plus radicales de la culture des Lumières, comme le matérialisme et l’athéisme, la papauté cherche alors à s’en approprier les aspects les plus mesurés, en particulier dans le champ scientifique. Fondée sur l’exploitation des sources vaticanes, des archives des ordres religieux et des récits inédits de savants voyageurs, la communication se propose d’analyser la portée et les limites de ce consensus original entre culture catholique et culture scientifique.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cette communication a été publiée en version papier : Gilles Montègre, « Politiques et pratiques de la science en cour de Rome au temps des Lumières : le renouveau méconnu des pontificats pio-clémentins (1769-1799) », Archives internationales d’histoire des sciences/International Archive of the History of Science, vol. 62, fasc. 169, décembre 2012 (numéro thématique : Les sciences à la cour de Versailles et la naissance des politiques scientifiques en Europe), p. 609-631.

Texte intégral

Gilles Montègre : Politiques et pratiques de la science en cour de Rome au temps des Lumières. Le renouveau méconnu des pontificats pio-clémentins (1769-1799)

Enregistrement audio de la communication au colloque « La cour et les sciences : naissance des politiques scientifiques dans les cours européennes aux XVIIe et XVIIIe siècles », vendredi 4 février 2011, Galerie basse du château de Versailles.

Crédits : © Gilles Montègre / 2011 / CRCV

Lieux de la science dans la Rome du xviiie siècle.

Lieux de la science dans la Rome du xviiie siècle.

Carte réalisée dans le cadre de l’ANR « Sciences et capitales européennes »

© Droits réservés

Haut de page

Table des illustrations

Légende Gilles Montègre
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11553/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Lieux de la science dans la Rome du xviiie siècle.
Légende Carte réalisée dans le cadre de l’ANR « Sciences et capitales européennes »
Crédits © Droits réservés
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11553/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 755k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Montègre, « Politiques et pratiques de la science en cour de Rome au temps des Lumières. Le renouveau méconnu des pontificats pio-clémentins (1769-1799) », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 14 septembre 2011, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://crcv.revues.org/11553 ; DOI : 10.4000/crcv.11553

Haut de page

Auteur

Gilles Montègre

Gilles Montègre, agrégé d’histoire et docteur en histoire moderne, est maître de conférences à l’université Grenoble II-Pierre Mendès-France. Il consacre ses recherches à l’histoire des sciences, des savoirs et des circulations savantes entre la France et l’Italie au siècle des Lumières. Outre divers articles, il est l’auteur de l’ouvrage La Rome des Français au temps des Lumières. Capitale de l’antique et carrefour de l’Europe, 1769-1791 (Rome, École française de Rome, 2011).

Haut de page

Droits d’auteur

© Gilles Montègre / 2011 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org