Navigation – Plan du site
Les échanges et la diffusion de la science à la cour

Versailles et Philadelphie : Benjamin Franklin et André Michaux

Versailles and Philadelphia: Benjamin Franklin and André Michaux
James E. McClellan III

Résumés

On ne peut véritablement parler de « politique scientifique », ni pour les colonies anglaises de l’Amérique, ni pour la nouvelle nation américaine indépendante de la fin du xviiie siècle. Néanmoins, pour la cour de Versailles et pour la politique scientifique française de l’époque – la plus développée du moment – cette région fut d’une grande importance.
Dans cette intervention, l’exemple bien connu de Benjamin Franklin ne sera que brièvement évoqué, en tant que scientifique et homme politique, pour les liens qu’il sut tisser entre Versailles et Philadelphie. Le cas moins bien connu, mais plus révélateur, d’André Michaux (1746-1802), botaniste du roi envoyé aux États-Unis en 1785 et chargé de renvoyer en France les semis d’arbres américains, retiendra en revanche davantage notre attention.
Pour comprendre la mission d’André Michaux pendant son séjour sur le sol américain jusqu’en 1796, il faut le situer dans le contexte de ce que François Regourd et moi-même avons nommé la machine coloniale, cette nébuleuse institutionnelle scientifique, technique et administrative, dévouée à l’expansion coloniale française. Cette machine intégrait toute une gamme d’institutions à son fonctionnement, y compris, dans le cas d’André Michaux, la Maison et les Bâtiments du roi à Versailles, les jardins du Trianon, le Jardin du roi à Paris, et le Jardin royal d’acclimatation à Rambouillet. Les deux jardins fondés par Michaux dans le New Jersey et en Caroline du Sud firent également partie, à leur manière, de cette machine coloniale et de la politique scientifique de la monarchie française.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cette communication a été publiée en version papier : James E. McClellan III, « Versailles et Philadelphie : Benjamin Franklin et André Michaux », Archives internationales d’histoire des sciences/International Archive of the History of Science, vol. 62, fasc. 169, décembre 2012 (numéro thématique : Les sciences à la cour de Versailles et la naissance des politiques scientifiques en Europe), p. 517-533.

Texte intégral

James E. McClellan III

James E. McClellan III : Versailles et Philadelphie : Benjamin Franklin et André Michaux

Enregistrement audio de la communication au colloque « La cour et les sciences : naissance des politiques scientifiques dans les cours européennes aux XVIIe et XVIIIe siècles », vendredi 4 février 2011, Galerie basse du château de Versailles.

Crédits : © James E. McClellan III / 2011 / CRCV

Haut de page

Table des illustrations

Légende James E. McClellan III
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11567/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

James E. McClellan III, « Versailles et Philadelphie : Benjamin Franklin et André Michaux », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 30 août 2011, consulté le 25 mars 2017. URL : http://crcv.revues.org/11567 ; DOI : 10.4000/crcv.11567

Haut de page

Auteur

James E. McClellan III

Né au Texas, James E. McClellan III est Professeur d’histoire des sciences au Stevens Institute of Technology, à Hoboken, dans le New Jersey (USA). Diplômé de l’université de Columbia en 1968 et de l’université de Princeton, où il a étudié aux côtés de Charles Gillispie, Thomas Kuhn et Robert Darnton, il a consacré ses recherches aux institutions scientifiques, surtout françaises, de l’Ancien Régime, aux publications scientifiques, et au rôle des sciences dans l’expansion coloniale européenne. Il est l’auteur, entre autres, de Science Reorganized: Scientific Societies in the Eighteenth Century (Columbia University Press, 1985), Colonialism and Science: Saint Domingue in the Old Regime (Johns Hopkins University Press, 1992 ; réédition University of Chicago Press, 2010) et de Specialist Control: The Publications Committee of the Académie Royale des Sciences (Paris), 1700-1793 (American Philosophical Society, 2003). Il publie en 2011, avec François Regourd, The Colonial Machine: French Science and Overseas Expansion in the Old Regime (Brepols - sous l’égide de l’Académie internationale d’histoire des sciences). Il travaille également sur la numismatique française et a entrepris l’écriture des Mémoires d’un Babyboomer.

Haut de page

Droits d’auteur

© James E. McClellan III / 2011 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org