Navigation – Plan du site
2011

L’appartement de Louis-Philippe Ier au Grand Trianon

King Louis-Philippe’s Apartment at the Grand Trianon
Lucile Pierret

Résumés

Le palais du Grand Trianon renferme de nombreux trésors, qu’il s’agisse du mobilier, des décors ou des objets d’art, autant de témoins artistiques et historiques du passage des différents souverains qui y ont vécu. Parmi ceux-ci, Louis-Philippe fut le dernier à s’être investi dans les travaux d’aménagement et d’ameublement du palais, afin d’y installer convenablement sa nombreuse famille : son épouse la reine Marie-Amélie, sa sœur Madame Adélaïde, les princes et les princesses. Au milieu du xixe siècle, la monarchie de Juillet fut le témoin de la mutation d’une société dont les modes de vie et les goûts – influencés par une industrialisation croissante – aspiraient à plus de confort, d’intimité et de fonctionnalité. Les aménagements de Louis-Philippe au Grand Trianon répondaient à ces exigences et, en particulier, ceux de son appartement privé. Par la nature même et la fonction des pièces qui le composaient, on peut en effet espérer y déceler une personnalité, des prédilections et des exigences dans l’ameublement, la distribution et le lien établi volontairement entre les pièces. Mais l’étude de cet appartement révèle bien des contradictions et des dilemmes constants entre la rupture dans le mode de vie d’un roi – le seul à abandonner les appartements officiels de l’aile droite pour s’installer dans l’ancienne aile des offices – et la continuité historique dans le choix du mobilier.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Diderot et d’Alembert 1751-1765, article « Trianon ».
  • 2 Blondel 1737-1738.

1Si le mot Trianon devient dès le xviie siècle un terme générique désignant « un pavillon isolé construit dans un parc et détaché d’un château1 », fait « pour s’y délasser du concours qui abonde ordinairement dans les palais des souverains2 », c’est bien parce que la réputation du Grand Trianon en tant que maison d’agrément et de campagne a survécu bien au-delà du petit palais que désira Louis XIV pour échapper aux servitudes du château de Versailles.

2Louis-Philippe (1773-1850) n’échappe pas à cette tradition et en fait dès 1835 sa résidence familiale en même temps que sa demeure occasionnelle et celle de l’intimité royale. En s’installant au Grand Trianon avec sa nombreuse famille, il est amené à conduire des travaux d’envergure et des modifications notables avec l’aide de son architecte Frédéric Nepveu (1777-1862), ce qui lui vaut d’endosser parfois une réputation de destructeur et d’être à l’origine de la perte de décors historiques. Or, sa contribution s’inscrit dans le cadre d’une époque, dont les goûts et le style de vie sont des témoins historiques tout aussi importants aujourd’hui. C’est dans son appartement privé – installé dans l’aile gauche en retour sur le Grand Canal – et à travers ses choix de distribution et d’ameublement que l’on peut appréhender son mode de vie, certes ancré dans la rupture avec celui de ses prédécesseurs, mais aussi soucieux de continuité et désireux d’intimité avec ses proches. On peut également y déceler l’ampleur de son investissement personnel et voir s’esquisser les rapports spécifiques qu’il entretient avec Trianon, et ce par rapport aux souverains précédents, mais aussi à ses autres résidences.

L’installation du roi au Grand Trianon

  • 3 Fontaine 1987, p. 1021.

3Alors que les rois de France, véritables rois bâtisseurs, ont donné au royaume ses plus beaux palais en même temps que ses plus beaux fleurons, Louis-Philippe s’efforce de transmettre ces témoins du patrimoine français en se plaçant en continuateur de l’Histoire. Mais il est aussi un roi qui s’investit beaucoup dans les travaux de ses nombreuses résidences, comme le rapporte l’architecte Pierre-François-Léonard Fontaine (1762-1853) dans son journal : « Fontainebleau, Versailles, Trianon, Saint-Cloud devinrent bientôt les objets de son attention et je pourrais dire le but particulier de cette passion, de cet amour du mieux qui caractérisent sa personne et qu’il sait si bien apporter à tout3. » Fontaine a bien compris le caractère particulier que chaque résidence revêt aux yeux du roi :

  • 4 Ibid.

C’est maintenant à Fontainebleau qu’il veut restaurer, à Versailles et à Trianon, à Compiègne qu’il veut embellir, c’est à Dreux, sa demeure dernière dont il a fait la sépulture des membres de sa famille que la mort lui a ravis, c’est enfin à Bizy, à Eu, à La Ferté-Vidame, qui composent son domaine privé, qu’il a résolu de porter, maintenant ses ressources et les soins habituels de ces loisirs4.

Le Grand Trianon, une maison d’agrément

  • 5 Ibid.

4Parmi ces nombreuses résidences, le Grand Trianon apparaît vite pour le roi comme un palais de nature assez singulière pour qu’il décide d’y effectuer des travaux aussi importants que nécessaires, alors qu’il a toujours été considéré comme une villégiature secondaire. Certes, Louis-Philippe n’a pas toujours été enclin à réoccuper ce palais car il n’est pas le plus commode de ceux dont il dispose. Il préfére le château d’Eu dans les années 1840, le château de Neuilly ou encore le Palais-Royal qui, selon Fontaine, réunit aux yeux du roi toutes les exigences du confort, à tel point qu’il vante – aux dépens du palais des Tuileries – « les agréments particuliers et les petites commodités intérieures de la maison d’Orléans5 ».

  • 6 Benoît 2009, p. 27
  • 7 Masson 1914, p. 153

5Mais le Grand Trianon a l’avantage d’avoir été considéré par ses occupants successifs comme une maison des plaisirs pendant les beaux jours du printemps et de l’été. Louis XIV le premier édicta les principes de repos et d’intimité qui allaient présider à son édification. Il voulait une résidence « commode pour passer quelques heures du jour pendant le chaud de l’été6 », qui abriterait également ses amours et où il pourrait faire des promenades et prendre des collations. Ce lieu conçu pour de simples fêtes devint bientôt la résidence préférée de Louis XV, qui la transforma avec Mme de Pompadour en une véritable maison de campagne agrémentée d’une basse-cour, d’un jardin botanique, du pavillon Français et même du Petit Trianon. Napoléon Ier, quant à lui, fut le premier à effectuer la réfection complète du palais, désireux d’en faire « sa seule maison de printemps7 ». Louis-Philippe, à son tour, devait bientôt l’aménager comme une véritable demeure familiale.

Trianon, un palais à deux pas du chantier de Versailles

  • 8 Vatout 1837, p. 22.

6Si initialement Louis-Philippe décide de restaurer Trianon pour y loger, c’est dans le but de se rapprocher du chantier de Versailles, où il œuvre politiquement, financièrement (24 millions pris sur sa liste civile) et artistiquement pour livrer aux Français un musée dédié à toutes les gloires de la France dès 1833. Le rapport qu’il entretient avec le château de Versailles est très différent de celui qui le lie à Trianon, mais également de la conception que s’en faisaient les souverains précédents. Si le roi sauve le château en y créant le musée historique, c’est parce qu’il ne peut plus installer sa demeure dans un lieu qui symbolise la monarchie de Louis XIV. Selon Jean Vatout (1791-1848), bibliothécaire du roi, il évite ainsi de « circonscrire la majesté de ce monument dans les limites d’un seul règne [mais l’étend] à toutes les époques de notre histoire8 ». Il reporte donc son besoin de résidence sur le palais du Grand Trianon, qui a l’avantage d’être proche du château, et y entame des travaux de restauration. Par cette double entreprise, il apparaît comme un sauveur – ou un dévastateur, pour certains – car il sort ces deux palais de leur léthargie après la chute de Napoléon Ier. Il profite de ses visites au chantier de Versailles avec son architecte Nepveu – lequel en rapporte 398 dans son journal – pour suivre les travaux de Trianon. Mais alors qu’il transforme le premier en témoin artistique et politique, Louis-Philippe fait du second un séjour commode et convenable.

  • 9 Samoyault 2009, p. 307.

7Cette dualité est encore renforcée par celle qui existe entre ses appartements de Versailles et ceux de Trianon. En effet, il fait restaurer les appartements intérieurs du roi et de la reine à Versailles, afin de disposer d’appartements de jour pour lui et Marie-Amélie (1782-1866), où ils pourront se reposer, recevoir et travailler. Mais, encore une fois, leur aménagement est conçu comme une vitrine artistique, car leur ameublement – visant à restituer l’atmosphère qui était la leur sous Marie-Antoinette – doit « se plier à l’histoire9 », tandis que les appartements des souverains à Trianon sont plus personnels et intimes.

Trianon, résidence familiale de Louis-Philippe

8Cependant, les séjours de Louis-Philippe au Grand Trianon ne sont qu’occasionnels et éphémères ; après tout, c’est une résidence de campagne. Il y séjourne en 1837 (le 10 juin, pour l’inauguration du musée de l’Histoire de France à Versailles), en 1838 et en 1845, ce qui est relativement peu en dix-sept ans de règne. Il y organise en revanche beaucoup de réceptions à l’occasion de mariages (comme celui de sa fille Marie d’Orléans en octobre 1837) ou de la venue d’un personnage important.

9Néanmoins, il fait preuve d’un investissement plus profond que bien d’autres souverains précédents et y consacre une grande énergie. En effet, contrairement à Napoléon Ier qui se contenta de meubler le palais d’après ses goûts, Louis-Philippe fait en sorte que les aménagements soient adaptés à chaque membre de sa famille et individualisés selon les goûts contemporains. Il actualise le palais aux exigences modernes et bourgeoises de confort à travers l’installation de calorifères, de cuisines souterraines et de salles de bains, pour transformer ce lieu emblématique du pouvoir monarchique en une maison d’habitation, même si cela rompt avec la tradition royale.

10Cette entreprise ne va pas sans mauvaises surprises, et des difficultés liées aux travaux ambitieux souhaités par Louis-Philippe apparaissent, comme le souligne Fontaine dans les notices de la nomenclature générale des palais du domaine de la couronne :

  • 10 Fontaine 1837, p. 3.

Les galeries, les salles et les appartements de l’immense château de Versailles désormais consacré à toutes les gloires françaises, ayant cessé d’être une demeure royale, le Grand et le Petit Trianon, maisons d’agrément à l’extrémité nord-ouest du parc de ce vaste palais, sont aujourd’hui la résidence que le roi Louis-Philippe après de grandes difficultés vaincues a su disposer de manière à recevoir convenablement sa personne, sa famille et sa cour10.

11Certaines constructions sont plus dispendieuses et difficiles que d’autres, comme celle du corridor souterrain creusé depuis les cuisines jusque Trianon-sous-Bois, pour permettre la circulation du service des bouches d’un bout à l’autre du palais tout en assainissant les appartements et en les chauffant. Louis-Philippe change également la distribution des Grands Appartements, améliorant les appartements du roi et de la reine dans l’aile gauche et installe sa sœur Madame Adélaïde, à la place des logements de suite des gouverneurs dans l’aile gauche, sur la cour d’honneur. Il loge confortablement ses fils le prince de Joinville et les ducs d’Aumale et de Montpensier à Trianon-sous-Bois et ses filles les princesses Clémentine et Marie dans les petits appartements de l’Empereur, tandis que le duc et la duchesse d’Orléans logent au Petit Trianon. Il crée le vaste salon de Famille dans l’aile droite, en fusionnant l’ancien salon des Grands Officiers et le salon des Princes de l’Empereur – emplacement de la première chambre à coucher de Louis XIV. Il installe à côté le salon des Malachites, dans l’ancien Grand Salon de Napoléon Ier, pour les besoins de la famille royale. Il fait construire une nouvelle chapelle à la place de l’ancien salon de billard à l’entrée de Trianon-sous-Bois. Enfin, il aménage en 1845 un nouvel appartement royal pour sa fille Louise, épouse du roi des Belges, Léopold Ier, dans l’aile droite en retour sur la cour d’honneur – emplacement de la dernière chambre à coucher de Louis XIV. Tous ces travaux témoignent du souci de Louis-Philippe de voir les membres de sa famille bien installés et d’un investissement plus profond pour sa famille que pour lui-même. Parmi les réaménagements que le roi des Français ordonne, l’aile gauche constitue un chantier non moins important puisque c’est là que lui et Marie-Amélie disposent de leurs appartements respectifs.

Fig. 1 : Détail du plan original du Trianon correspondant à des notices datées du 31 mai et du 2 juin 1691. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, Va 370.

Fig. 1 : Détail du plan original du Trianon correspondant à des notices datées du 31 mai et du 2 juin 1691. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, Va 370.

1) Cabinet des Glaces ; 2) Chapelle ; 3) Salon des Seigneurs ; 4) Salle de desserte ; O) Pour dresser le fruit (après 1691, chambre du Roi) ; P) Pour serrer le fruit (après 1691, antichambre du Roi) ; E) à N) et Q) à X) Offices.

© 2011 / Lucile Pierret

L’installation du roi dans l’aile gauche

12Louis-Philippe est le premier roi depuis la construction du Grand Trianon à s’installer dans l’avant-corps de l’aile gauche, qui donne sur le Grand Canal. Sous Louis XIV, cette partie du palais était affectée aux offices et organisée en fonction des services de la bouche. À l’emplacement du futur appartement de Louis-Philippe se trouvaient trois pièces (fig. 1), probablement occupées par des cuisines, dont les odeurs et la chaleur incommodantes étaient tenues à l’écart grâce à l’isolement total de ces pièces les unes par rapport aux autres et à une rupture de communication avec l’aile gauche du péristyle, où Louis XIV réunissait son Conseil dans le cabinet des Glaces. Les plats étaient alors transportés depuis ces trois pièces jusqu’à une salle de desserte et à d’autres petites pièces servant à entreposer les mets, situées en face, dans le corps de bâtiment côté cour d’honneur, et par lesquelles on pouvait accéder aux salles de réception de l’aile droite où le roi prenait ses repas. Puis lorsque Louis XIV décida d’installer sa chambre à coucher et son antichambre dans l’aile à gauche du péristyle, les quelques pièces servant à « dresser » et à « serrer » le fruit qui s’y trouvaient furent alors transférées ailleurs et apparut le projet de créer une aile souterraine réservée aux offices pour remédier au manque de place (fig. 2). Sous Louis XV, vers 1750, fut créée une nouvelle aile de service, appelée « aile des Médecins », qui vint couper la cour des Bouches en deux parties et s’accoler perpendiculairement à l’avant-corps donnant sur le canal. Après la Révolution, la distribution changea de manière plus radicale sous Napoléon Ier (fig. 3), qui installa Madame Mère puis Marie-Louise dans l’aile gauche. Une amélioration fut apportée à la circulation entre les pièces des offices de l’avant-corps, grâce au percement des murs qui les séparaient, mais aussi à la multiplication des espaces de service moyennant l’ajout de cloisons internes pour bien distinguer l’usage des pièces. Cependant, l’aile des offices restait encore isolée des appartements de l’aile gauche, comme le montre l’épais mur qui cloisonnait le boudoir de l’Impératrice.

Fig. 2 : Plan du Trianon de marbre en 1692. Paris, Archives nationales.

Fig. 2 : Plan du Trianon de marbre en 1692. Paris, Archives nationales.

© 2011 / Lucile Pierret

Fig. 3 : Détail du plan impérial du palais de Trianon avec projet de dédoublement. Paris, Archives nationales, série Va, boîte XXVI, Grand Trianon, 1.

Fig. 3 : Détail du plan impérial du palais de Trianon avec projet de dédoublement. Paris, Archives nationales, série Va, boîte XXVI, Grand Trianon, 1.

© 2011 / Lucile Pierret

  • 11 Josephson 1927, p. 18.

13C’est ainsi que Louis-Philippe installe son appartement dans un lieu inapproprié, autrefois affecté aux cuisines, mais qui lui permet une liberté totale dans l’aménagement. Ce choix répond à une préoccupation d’ordre esthétique et à une nouvelle relation avec l’extérieur. Privilégiant la vue sur le Grand Canal et sur la pelouse qui le précède, autrefois plantée d’orangers, il ne perpétue pas la tradition des souverains précédents qui affectionnaient la vue sur les jardins, véritable fierté de Louis XIV et de Le Nôtre au xviie siècle. En effet, les principes qui avaient présidé à la construction du Grand Trianon étaient principalement articulés autour de la relation entre architecture et jardins, non seulement à travers le péristyle, véritable porte triomphale sur les jardins, mais aussi par le biais des pièces donnant de plain-pied sur une perspective particulière d’un parterre ou d’une fontaine. Bien plus qu’une relation du palais dans son ensemble avec le paysage, c’est chaque pièce qui était individualisée par les perspectives sur les jardins et les allées11. Frédéric Nepveu, dans ses comptes rendus de visites de chantier du roi, rapporte l’épisode où Louis-Philippe choisit l’emplacement de son appartement :

  • 12 Frédéric Nepveu, « Restauration du palais de Versailles, rapports des visites du roi Louis-Philippe (...)

Le roi entre d’abord dans les appartements de la reine : la vue du grand canal, de la route et du parterre dont on jouit de toutes les fenêtres du grand salon de famille qui est tout en glaces semble décider le roi à préférer l’habitation de ces appartements à ceux destinés et établis pour le roi à droite du grand péristyle12.

14En effet, la tradition veut que le roi s’installe dans l’aile à droite du péristyle et la reine dans l’aile située à sa gauche. Louis-Philippe rompt avec cette tradition en choisissant d’installer son appartement dans l’aile gauche en retour donnant sur le Grand Canal. Peut-être préfère-t-il la vue reposante du canal, plus propice à l’atmosphère intime de son appartement privé, plutôt que la vue distrayante sur les jardins de Le Nôtre, très prisées des promeneurs. Le roi des Français innove précisément en choisissant la vue sur le Grand Canal, agrandi et creusé sous Louis XIV pour se rendre au palais lors de promenades en bateau.

L’aménagement de l’appartement

Le chantier de la cour des Bouches

Les visites du roi

  • 13 Ibid., lettre du 31 mars 1836.

15C’est lors de la visite du 11 avril 1835 que s’esquisse l’idée d’aménager un nouvel appartement pour Louis-Philippe dans l’aile gauche, le roi ayant été séduit par la vue du Grand Canal depuis le salon des Glaces. Dans le cadre de changements de distribution dans l’appartement de la Reine, le souverain commence par exiger l’aménagement d’une garde-robe, d’un cabinet de toilette et d’une chambre de bains à son usage personnel derrière les appartements de son épouse près de l’escalier des Bouches. Cet ordre marque les prémices du désir d’occuper un appartement proche de celui de Marie-Amélie, qui lui serait exclusivement destiné, et traduit déjà un souci de communication. En effet, il prévoit d’affecter un crédit de 35 000 francs à ces changements de distribution derrière les appartements de la reine, que doivent compléter cette garde-robe, cette salle de bains et ce cabinet de toilette desservis par un grand couloir. Nepveu lui-même note que ces projets – conjoints – sont faits pour « approfondir au service du roi l’appartement de la reine13 ».

  • 14 Ibid., lettre du 18 mars 1836.

16Cependant, Louis-Philippe reporte l’exécution de ces modifications à l’année suivante, le 20 février 1836, afin de privilégier l’achèvement des travaux de peinture des persiennes. La véritable naissance de son appartement n’a lieu que le 18 mars 1836, lors d’une visite au cours de laquelle il annonce son désir d’autres arrangements que ceux qu’il avait jusque-là souhaités. Nepveu rapporte cette visite en ces termes : « [Sa Majesté] m’explique sur place ses nouvelles intentions dont les principales dispositions sont d’obtenir une chambre à coucher convenable au lieu de la salle de bains et du cabinet de toilette commencés14. » On en voit la concrétisation dans les plans de Nepveu, où l’on passe du projet non finalisé de la salle de bains et du cabinet de toilette (fig. 4) à la véritable chambre à coucher définitive (fig. 5). Ce revirement a pour but de :

  • 15 Ibid., lettre du 31 mars 1836.

Rendre plus complètes les adjonctions de l’appartement du roi par une chambre à coucher […] dont il faudra relever le plancher et abaisser les nouvelles bayes de croisées, établir deux salles pour la secrétarerie [sic] et M. le secrétaire du cabinet prises à la suite sur le service des bouches, augmenter le nombre des garde-robes et des calorifères […]. J’estime que l’exécution de toutes ces additions exigera seulement une dépense de 9 000 à 10 000 francs en sus du crédit de 35 000 francs15.

  • 16 Ibid., lettre du 8 avril 1836.

17Le roi est impatient de voir les travaux achevés, mais cette impatience risque, selon l’architecte, de nuire au bon déroulement des travaux, et notamment à l’exigence d’économie du roi : « Il m’était impossible de conduire les travaux qui me sont confiés avec plus de rapidité à moins de renoncer à toute idée d’ordre et d’économie et surtout à une bonne et honorable exécution16. »

Fig. 4 : Plan des appartements de l’aile du Midi du Grand Trianon, Cabinet du roi, 1836, « fait dans les bureaux de monsieur Nepveu architecte du roi, avril 1836 ». Versailles, service des archives du château de Versailles, liasse 72, no 37a.

Fig. 4 : Plan des appartements de l’aile du Midi du Grand Trianon, Cabinet du roi, 1836, « fait dans les bureaux de monsieur Nepveu architecte du roi, avril 1836 ». Versailles, service des archives du château de Versailles, liasse 72, no 37a.

Ce plan correspond au premier projet de Nepveu. 1) Cabinet du roi ; 2) Garde-robe ; 3) Cabinet de toilette ; 4) Salle de bains.

© 2011 / Lucile Pierret

Fig. 5 : Plan des appartements de l’aile du Midi du Grand Trianon, cabinet du Roi, 1836, « fait dans les bureaux de monsieur Nepveu architecte du roi, 15 avril 1836 ». Versailles, service des archives du château de Versailles, liasse 72, no 37b.

Fig. 5 : Plan des appartements de l’aile du Midi du Grand Trianon, cabinet du Roi, 1836, « fait dans les bureaux de monsieur Nepveu architecte du roi, 15 avril 1836 ». Versailles, service des archives du château de Versailles, liasse 72, no 37b.

Ce plan correspond au deuxième projet de Nepveu. 1) Cabinet du Roi ; 2) Garde-robe ; 3) Chambre à coucher du roi ; 4) Salle de bains.

© 2011 / Lucile Pierret

  • 17 Ibid., lettre du 18 juillet 1836.
  • 18 Ibid., lettre du 30 octobre 1836.
  • 19 Ibid., lettre du 18 mars 1837.

18Le 18 juillet 1836, le roi porte également son attention sur les pièces destinées à son secrétaire, le baron Fain, et ordonne « d’établir des cloisons dans la pièce de la secrétairie [sic] et la chambre à coucher de M. le secrétaire17. » Le 30 octobre 1836, Nepveu peut enfin annoncer que les travaux touchent à leur fin : « Le roi a trouvé en bon état d’achèvement tous les appartements et logements autour de la cour des bouches, on exécute les derniers travaux de menuiserie et serrurerie et les peintures sont dans presque toutes les pièces18. » Cependant, le 4 mars 1837, les appartements de la reine et de Madame Adélaïde ne sont toujours pas terminés, ce dont le roi se plaint. Il faut dire que l’avancement des travaux n’est pas facilité par les changements d’avis constants du souverain : c’est ainsi que le 18 mars 1837, alors que l’on meuble les appartements de l’aile droite, ceux de l’aile gauche sont une nouvelle fois soumis par le roi à « des changements de distribution et quelques travaux nouveaux particulièrement de faire redorer les cadres des tableaux et dorures des glaces19 ». Ce n’est que le 24 avril 1837 que les membres de la famille royale visitant Trianon peuvent s’estimer satisfaits de voir « tous les appartements terminés et meublés ». Tout est prêt pour le séjour de la famille royale et son installation dans les divers appartements le 9 juin 1837. Finalement, en septembre 1837, tous les appartements sont parfaitement à même d’être habités en cas de séjour, comme celui qu’effectue la famille royale au Grand Trianon le 29 octobre 1837 et qui dure dix-huit jours, tandis que le duc d’Orléans, fils aîné du roi, et son épouse résident au Petit Trianon.

Le premier projet

19Nepveu réalise en 1836 un plan rétrospectif de cette partie du palais où Louis-Philippe a décidé d’installer son appartement, en se fondant sur un plan ancien afin d’en faire un état des lieux (fig. 4). On y voit les dispositions préexistant aux travaux, mais aussi des zones en rouge correspondant aux parties à modifier. Les légendes de Nepveu inscrites sur le plan indiquent à l’usage qu’il est prévu de faire de ces pièces : un petit « cabinet du Roi » (ancien boudoir de l’Impératrice), accompagné d’une garde-robe, puis un cabinet de toilette et une salle de bains. L’emplacement des cloisons et des ouvertures date d’après l’Empire : l’escalier reste où il était, on se sert de la petite pièce qui le jouxte comme d’une garde-robe et on conserve la division spatiale des deux pièces qui suivent, destinées à devenir le cabinet de toilette et la salle de bains. Cependant, il ne s’agissait pas seulement de dresser passivement un état des lieux, mais bien de montrer les zones qui subiraient des modifications. La principale transformation consistait en la création d’un couloir de circulation le long du cabinet de toilette et de la salle de bains afin de desservir ces deux pièces en évitant l’enfilade. Cette création de ce couloir devait avoir deux conséquences. La première était d’empiéter sur l’espace du cabinet de toilette et de la salle de bains. Pour y remédier, Nepveu prévoit d’agrandir le cabinet de toilette au détriment de la salle de bains, en décalant légèrement la cloison qui les séparait sous l’Empire. Le cabinet de toilette gagne ainsi en luminosité par le percement d’une fenêtre supplémentaire. La deuxième conséquence était de réduire le déploiement spatial de l’escalier. À cause du couloir, il ne pouvait plus s’agir d’un escalier droit mais d’un escalier tournant.

Le second projet

20Cependant, toutes ces modifications semblent être restées à l’état de projet, car l’état que Louis-Philippe a connu est plutôt celui qui apparaît sur un autre plan de Nepveu en 1836 (fig. 5). C’est ce second projet qui sera réalisé. D’une part, le Petit Cabinet du roi (ancien boudoir de l’Impératice) s’agrandit et les parois sont repoussées vers la droite. Cela entraîne un transfert de la cheminée de l’angle nord vers l’angle sud. Ensuite, Nepveu décloisonne la pièce de passage qui suit pour créer une véritable antichambre. S’ensuit la suppression de la garde-robe prévue à cet emplacement dans le premier projet. L’idée de l’escalier tournant est abandonnée pour un escalier droit plus apte à être placé le long du mur et à libérer ainsi de l’espace pour la garde-robe (fig. 6). D’autre part, le cabinet de toilette prévu dans un premier temps devient une véritable chambre à coucher à l’usage du roi, d’un volume beaucoup plus important, comparable à la chambre de la Reine, grâce à la suppression des cloisons, ce qui lui permet de récupérer les trois fenêtres et la cheminée. À la place du petit couloir de circulation prévu dans le premier projet, Nepveu crée un grand couloir empiétant sur l’aile des médecins. Enfin, dans un dernier temps, on transfère la salle de bains dans la pièce suivante, et Nepveu crée une cheminée en pendant de celle de la chambre au centre de la paroi, ce qui décale le seuil de la porte vers la gauche. Il divise la salle de bains en deux dans le sens de la longueur pour créer un vestibule attenant. À travers les nombreux agrandissements et les partis pris du deuxième projet par rapport au premier, Nepveu finit par privilégier la superficie des espaces de vie par rapport aux espaces de circulation et de communication.

Fig. 6 : Plan des appartements de l’aile du Midi du Grand Trianon, cabinet du Roi, 1836, « fait dans les bureaux de monsieur Nepveu architecte du roi, fin avril 1836 ». Versailles, service des archives du château de Versailles, liasse 72, no 37c.

Fig. 6 : Plan des appartements de l’aile du Midi du Grand Trianon, cabinet du Roi, 1836, « fait dans les bureaux de monsieur Nepveu architecte du roi, fin avril 1836 ». Versailles, service des archives du château de Versailles, liasse 72, no 37c.

© 2011 / Lucile Pierret

21L’état définitif de l’appartement de Louis-Philippe respecte parfaitement ce deuxième projet, comme il ressort d’un plan de Nepveu datant de 1841 (fig. 7). Seule une petite cloison de séparation est ajoutée dans le vestibule de la salle de bains. Ce plan montre également le prolongement du grand couloir qui vient dédoubler l’appartement sur toute sa longueur en lui procurant une distribution indépendante. Les trois dernières pièces de l’appartement – la bibliothèque, le secrétariat et l’appartement du secrétaire, le baron Fain – occupent l’extrémité de l’aile gauche en retour sur le canal. Une cloison a été rajoutée après l’Empire, afin de bien séparer les trois pièces. Ces pièces sont de surcroît desservies par un corridor étroit, afin d’en assurer l’indépendance d’accès et de remplacer l’enfilade, assez contraignante. Ici Nepveu privilégie la multiplication des espaces afin d’en individualiser l’usage. Finalement, il associe une communication intime et privée entre les pièces grâce à ces petits corridors intérieurs et une communication plus ouverte grâce au grand couloir.

Fig. 7 : Plan du rez-de-chaussée du Grand Trianon, 1841 (Les palais des deux Trianons, domaine de la Couronne, 1837, p. 28)

Fig. 7 : Plan du rez-de-chaussée du Grand Trianon, 1841 (Les palais des deux Trianons, domaine de la Couronne, 1837, p. 28)

1) Petit cabinet ; 2) Petite pièce servant de passage ; 3) Garde-robe ; 4) Chambre-cabinet du roi ; 5) Garde-robe ; 6) Salle de bains ; 7) Garde-robe ; 8) Petite bibliothèque ; 9) Cabinet ; 10) Secrétariat ; 11) Cabinet ; 12) Chambre à coucher du baron Fain ; 13) Garde-robe ; 14) Cabinet

© Domaine public

Le décor et l’ameublement

Le petit cabinet

  • 20 « Inventaire du mobilier des palais de Trianon en 1839 », Paris, Archives nationales (désormais AN) (...)

22Succédant immédiatement au salon des Glaces devenu salon du Conseil sous Louis-Philippe, le Petit Cabinet du roi occupe l’emplacement de l’ancien boudoir de l’Impératrice (fig. 7). Il constitue la première pièce de l’appartement du Roi et fait la transition avec les appartements de la reine. Il est agrémenté d’une cheminée, placée dans l’angle sud-ouest entre la fenêtre et la troisième porte. La fenêtre est habillée d’une paire de rideaux, en « toile perse20 » blanche sur laquelle se détachent des bouquets, encadrée d’une bordure assortie et soulignée en bas par une frange.

23En raison des dimensions relativement modestes de la pièce, l’ameublement est fortement réduit et assez sommaire sous Louis-Philippe. En effet, seules trois tables y figurent. Une console (GT. 191) (notice no 1) en acajou à plateau de granit est ornée en ceinture d’une palmette centrale encadrée par les deux rosaces en bronze doré qui surmontent les pieds reliés par un socle plein. Ces derniers sont en forme de pilastre, décorés de palmettes en leur centre – en écho à la ceinture – les embases et les chapiteaux étant de bronze doré. Elle est accompagnée au centre de la pièce par un guéridon en acajou (GT. 193) aux montants à colonne garnis de pieds à patins. Enfin, une table à écrire en noyer (GT. 192) munie d’un tiroir et portée par des pieds tournés complète l’ameublement de cette petite pièce qui doit plutôt servir d’antichambre que de véritable cabinet de travail. En effet, le nombre important de chaises (GT. 190) à la disposition des personnes en attente d’être reçues par le roi trahit cette dimension d’antichambre : au nombre de huit, elles sont garnies de perse blanche à bouquets, assorties à celle des rideaux. En bois peint, elles se signalent par la forme simple de leur dossier carré, dont la rigidité est compensée par des pieds à balustre.

24Parmi les objets de la garniture de cheminée figure un feu en forme de galerie ajourée de cercles entrelacés (GT. 197) (notice no 3), ainsi qu’une paire de vases en porcelaine de Sèvres de forme étrusque (GT. 201), dont le décor de quadrillage or et platine sur fond bleu rappelle celui de la paire de la chambre-cabinet. Une pendule (GT. 194) assez remarquable en parachève la décoration : représentant l’Amour tirant à l’arc, elle repose sur un socle vert et noir orné de bronze doré.

  • 21 « Inventaire du mobilier des palais de Trianon en 1833 : volume 3, exercice de 1838 du Grand Triano (...)

25Parmi les objets d’éclairage, une paire de candélabres a pu être identifiée (GT. 195) (notice no 2). Les cinq branches de lumière prennent naissance au sommet de la tête d’une figure féminine posée sur un globe et sur un socle en marbre vert de mer orné d’un caducée et tenant des couronnes dans les mains. Cette tendance anthropomorphe des candélabres est très répandue dans le répertoire décoratif depuis l’Empire, surtout à travers des figures féminines antiquisantes au drapé mouillé, d’où naissent les branches de lumière. À cela s’ajoute une paire de flambeaux (GT.196) à pieds ronds, décorés de feuilles ornementales, et à tige cannelée qui en réalité fait partie en 1838 d’une série de huit flambeaux21 conservée à Trianon-sous-Bois, dont quatre sont transférés en 1839 dans le cabinet de toilette d’Adélaïde (GT. 666) et deux dans la Petite Bibliothèque du roi (GT. 310). De même que le thermomètre (GT. 202), identique à celui de la salle de bains, appartient à une série de six, dispersée en 1839 dans divers appartements : deux chez la reine (GT. 33 et 77) et un dans le salon des Glaces (GT. 185).

La pièce servant de passage

  • 22 Elle est transférée dans le Petit Cabinet en 1855.

26Lieu de passage secondaire reliant le Petit Cabinet à la chambre-cabinet, cette pièce ne manifeste aucune recherche particulière en matière d’ameublement : seule une table de jeu et quatre chaises s’y trouvent. La table d’écarté22 (GT. 207) (notice no 4) de format carré est recouverte d’un drap vert et posée sur des roulettes en cuivre, afin de respecter sa vocation de mobilité. Le maroquin vert des quatre chaises en acajou (GT. 206) s’harmonise avec la couleur de la table, mais leur dossier découpé d’un caducée les rend plus originales. En 1837, elles se trouvent cependant dans le secrétariat, jusqu’à ce qu’elles soient transférées dans la présente pièce en 1839.

La garde-robe

27Releguée dans un coin contigu à l’escalier et ne possédant aucune fenêtre, la garde-robe attachée au Petit Cabinet est la première à laquelle on accède parmi les quatre garde-robes qui agrémentent les appartements. Elle est meublée par le somno (GT. 209) (notice no 5) que Jacob Desmalter livre pour la salle de bains de l’Empereur en 1810 : coiffée d’un marbre bleu turquin, cette table de nuit Empire est ornée en façade d’un vase antique en bronze doré. Aux ustensiles indispensables à la toilette (broc, plateau, carafe, verre d’eau) s’ajoute un bidet en maroquin vert (GT.210) et un petit tapis de la Savonnerie (GT. 215) à fond rouge, sur lequel se détachent des guirlandes et rosaces sur fond bleu.

Fig. 8 : Dessin de la salle de bains et de la chambre du Roi en 1836 au Grand Trianon « fait dans les bureaux de monsieur Nepveu architecte du roi, juin 1836 ». Versailles, service des archives du château de Versailles, liasse 72, no 38.

Fig. 8 : Dessin de la salle de bains et de la chambre du Roi en 1836 au Grand Trianon « fait dans les bureaux de monsieur Nepveu architecte du roi, juin 1836 ». Versailles, service des archives du château de Versailles, liasse 72, no 38.

© 2011 / Lucile Pierret

La chambre-cabinet

  • 23 « Mémoires de travaux pour la mise en état des appartements du roi, exercice de 1841, dépenses arri (...)

28Le nombre d’ouvertures de la chambre-cabinet trahit des dimensions plus imposantes que dans les autres pièces de l’appartement. En effet, elle ouvre sur le canal par trois fenêtres et sur les pièces voisines par quatre portes, et mesure environ 8,50 m de longueur. Les fenêtres sont garnies de six rideaux de croisée en perse blanche à bouquets qui, par leur récurrence, créent l’harmonie avec les autres pièces, mais aussi avec un mobilier épuré. Aux murs, une tenture en quatre parties, faite du même tissu, est soulignée par un encadrement de bordure en soie vert et cerise qui introduit des touches de couleur vive dans la pièce. La porte opposée aux fenêtres communique avec le couloir de distribution. Dans un dessin (fig. 8) montrant l’élévation des murs de la chambre, on constate qu’en 1836 deux portes (2,20 m de hauteur × 0,90 m de largeur) étaient prévues, bien qu’une seule ait été finalement percée. Situées aux extrémités du mur, elles s’intégraient dans des panneaux de lambris bas (90 cm de hauteur) en bois peint en blanc, alternant un panneau étroit et un panneau large simplement moulurés. Sur le mur latéral contigu à la pièce de passage, la double porte (1,30 m de largeur) (fig. 8) est plus imposante et constitue l’entrée principale de la chambre lorsqu’on vient du Petit Cabinet. Enfin, sur le mur latéral contigu à la salle de bains, deux portes flanquent une cheminée en brèche violette (1,06 m de hauteur × 1,60 m de largeur) (fig. 8) encadrée de manière symétrique par deux larges panneaux de lambris bas. Une large corniche moulurée souligne le plafond (haut de 4,16 m), occupé en son centre par un lustre (GT. 236) comprenant pas moins de douze lumières richement décorées. De style rocaille et en bronze « couleur or », il est orné de six têtes de bélier, de six aigrettes donnant naissance aux branches et de motifs ornementaux antiques et végétaux (bandeaux à godrons, rinceaux, culots à oves, et palmes). Unique lustre de tout l’appartement de Louis-Philippe, il marque un souci de distinction et de hiérarchisation par rapport aux autres pièces, plus secondaires. Enfin, le parquet en point de Hongrie23 est recouvert de trois grands tapis de foyer (1,75 m) « genre savonnerie » décorés d’un dessin cachemire et encadrés d’effilés.

  • 24 Dumonthier [1912], p. 14.
  • 25 Ledoux-Lebard 2000, p. 269.

29Relativement modeste, l’ameublement répond aux deux fonctions de repos et de travail assignées à cette chambre, sans pour autant encombrer la pièce, régie par le souci de gain d’espace. Le lit de repos du roi témoigne d’une tendance à la mécanisation des meubles au xixe siècle, puisqu’il est décrit comme étant « à coffre se déployant » et sur roulettes en cuivre, pouvant donc se déplacer et se déployer à volonté. Ce lit en acajou peu orné, car dépourvu de bronzes dorés, est doté de pieds à socle, de dossiers renversés et couvert en toile de lin et galon de soie jaune. Le lit de repos, à la mode sous le Consulat, est par nature un meuble traité très sobrement, en bois d’acajou, avec des dossiers légèrement renversés, alors que sous l’Empire, le lit, devenu un meuble d’ébénisterie depuis 1785 déjà, s’enrichit d’une garniture de bronze doré24. On connaît d’ailleurs un autre lit de repos plus luxueux, que Louis-Philippe utilisait au château de Neuilly, ayant appartenu à Pauline Borghèse et livré par les frères Jacob en 1800-180325. Dans des chambres plus intimes et modestes, les anciens lits d’apparat des chambres royales de parade tendent à disparaître – en même temps que les estrades, balustrades, alcôves spacieuses et les riches étoffes cachant les bois constitutifs du lit – au profit de lits au bois apparent. Le présent lit fournit au roi un repos occasionnel, car il doit dormir plus souvent avec la reine dans la chambre à coucher de Marie-Amélie.

  • 26 « Inventaire du mobilier des palais de Trianon en 1833 : volume 2, exercice 1837 du Grand Trianon » (...)
  • 27 En 1837, il se trouvait dans le secrétariat du roi.

30La chambre de Louis-Philippe, également utilisée comme cabinet, comprend un bureau plat en acajou (GT. 232) (notice no 7) porté par des pieds en console à griffes de lion et recouvert d’un maroquin vert à vignettes dorées. Le roi a choisi ce bureau parmi l’ameublement déjà en place au Grand Trianon, puisqu’il appartenait auparavant à Napoléon Ier dans son cabinet topographique. Il dispose cependant d’un second bureau en acajou (GT. 233), de moindres dimensions, à coins arrondis et pieds tournés, lui aussi coiffé d’un maroquin vert. Ce dernier fait partie d’une série de trois bureaux, dont un est placé en 1839 dans le salon des Aides de camp (GT. 776) et un dans le cabinet de travail de la reine des Belges26 (GT. 2103). Dotés de trois tiroirs, ces bureaux procurent un gain de place potentiel grâce aux tablettes à coulisses se trouvant à leurs extrémités, qui permettent d’allonger le plan de travail selon les besoins du roi. Cette astuce confirme la tendance à la mécanisation des meubles et le souci de réduire l’encombrement dans des pièces de plus en plus petites. Le grand bureau est accompagné d’un fauteuil de bureau27 (GT. 228), remarquable par son décor sculpté à têtes de chimères et ses pieds antérieurs à griffes, ornement très répandu sous l’Empire. Son dossier « à planche et à grille » et son maroquin vert sont similaires à ceux du bureau de la Petite Bibliothèque (GT. 303).

31La présence d’un bas de bibliothèque (GT. 230) (notice no 6) confirme ce compromis entre le travail et le repos que doit respecter l’ameublement, car sa taille relativement modeste montre qu’il suffit au roi pour l’usage qu’il en fait dans sa chambre-cabinet, dont il ne faut pas oublier qu’elle n’est pas une bibliothèque ou un cabinet de travail à part entière, contrairement au cabinet topographique de l’Empereur. Tripartite, le bas de bibliothèque est coiffé d’un marbre griotte d’Italie, ses six vanteaux étant habillés de rideaux en taffetas vert derrière les grillages en fil de laiton, dans le ton du maroquin des bureaux et de leurs fauteuils. Simplement décoré d’un filet de perles en bronze doré soulignant chaque compartiment, d’une frise d’oves dans la partie supérieure et de feuilles d’acanthe dans la partie inférieure pour en accentuer l’horizontalité, le meuble voit sa monotonie rompue par l’arrondi des angles qui évoquent des colonnes en retrait.

32On retrouve le marbre griotte d’Italie sur les deux consoles (GT. 231) (notice no 8) et le guéridon (GT. 234) qui complètent l’ameublement. Le bronze doré utilisé pour les embases et les chapiteaux qui rehaussent les montants à colonnes de ces meubles, complète l’harmonie colorée de la pièce, fondée sur les tons de rouge du marbre griotte et de vert des tissus et des cuirs d’ameublement.

33Les six fauteuils (GT. 225) (notice no 9) et les deux chaises (GT. 226) (notice no 10) assorties forment un ensemble homogène. En effet, ils sont garnis de la même perse à fond blanc, décorée de bouquets de fleurs, et leurs pieds à jarret et à griffes de style Empire s’accordent avec ceux du fauteuil de bureau. Les accotoirs terminés par une tête de lion se raccordent au dossier par une doucine à rouleau. Leurs dossiers, dits à crosse et à grille, témoignent d’une typologie de sièges déjà utilisée sous Napoléon Ier, où le dossier se dématérialise pour gagner en légèreté. En effet, le dossier, complètement ajouré, se présente comme une grille dont les barreaux se croisent en diagonale pour former cinq losanges que des macarons ponctuent aux intersections.

  • 28 « Inventaire du mobilier des palais de Trianon en 1839 », AN, AJ19 429-432.

34Quant à la paire de fauteuils (GT. 227), dits commodes en référence au confort procuré par la courbure de leur dossier épousant le dos, ils sont garnis d’un maroquin vert « piqué à boutons28 ». Ils combinent la commodité propre à une chambre et le code esthétique des cabinets de travail, où le maroquin vert, en écho aux reliures des livres, domine.

  • 29 Ibid.

35L’association de la perse blanche à bouquets des rideaux, de la tenture et des sièges avec les maroquins et tissus verts des fauteuils, bureaux et bas de bibliothèque crée un ensemble cohérent. Ce vert et le rouge du marbre griotte sont rappelés dans les bordures de soie « verte et cerise29 » des perses.

36Peu d’objets d’art agrémentent la chambre-cabinet, à en croire les inventaires. Une pendule (GT. 235) en bronze doré garnie d’une figure d’Orphée à patine vert antique repose sur des pieds à griffes et un socle carré surmonté d’une couronne. Transférée en 1855, elle est remplacée par deux autres pendules. L’une représente Achille sur un socle en bronze vert antique soutenu par quatre griffes en bronze doré et orné de bas-reliefs relatant les exploits du héros grec. L’autre pendule adopte la forme d’une colonne sur piédestal, avec deux marches et un globe fleurdelisé et porte une inscription relative au débarquement de Louis XVIII à Calais le 24 avril 1814.

37Alors que le style Empire domine dans les meubles, quelques rares objets d’art relèvent du style rocaille, ce qui confère à la pièce une touche d’éclectisme. En effet, le socle rocaille en bronze doré d’un feu surmonté de lions en bronze florentin (GT. 246) (notice no 13) rappelle la facture du lustre tout en s’accordant parfaitement avec la cheminée.

  • 30 « Inventaire du mobilier des palais de Trianon en 1839 : registre d’entrées, exercice 1839-1848 », (...)

38Cependant, des objets d’art plus sobres les côtoient, comme les deux paires de vases en porcelaine de Sèvres, « de forme jasmin à anses » de « fond bleu » et « décor or et platine », mentionnées dans le registre d’entrées des meubles30 en 1839.

  • 31 « Inventaire du mobilier des palais de Trianon en 1855 », AN, AJ19 1178.
  • 32 Samoyault 2009, notice 95.

39Parmi les bronzes d’ameublement, les bronzes d’éclairage tels que candélabres, flambeaux et bougeoirs sont représentés en grand nombre. Avec le lustre, la paire de candélabres (GT. 237) en constitue le fleuron, bien qu’ils soient d’un style très différent. Loin du rocaille proliférant du lustre, ils puisent leur inspiration dans le motif antiquisant de figures féminines à patine verte portant cinq branches de lumière et montées sur un socle carré en marbre vert de mer. Ils sont remplacés en 1855 par deux candélabres à deux branches, « à dragons ailés » et têtes de femmes égyptiennes, qui prennent la forme d’un vase allongé avec des anses « à femmes et à queues de poisson31 ». Il s’agit peut-être des candélabres des appartements de l’impératrice à Saint-Cloud, datant de 1800-1803, placés dans le cabinet de toilette de la duchesse d’Orléans au Petit Trianon en 1837, puis dans le « cabinet de travail » de l’aile gauche32 en 1852 (fig. 9).

  • 33 « Inventaire du mobilier des palais de Trianon en 1833 : volume 2, exercice de 1837 du Grand Triano (...)

40Parmi les onze « flambeaux » qui complètent le mobilier, quatre à pied rond sont ornés de griffons et de lyres et d’une tige cannelée rehaussée de feuilles d’acanthes à son extrémité (GT. 242) (notice no 12). L’autre paire est portée par une tige cannelée plus élancée, rythmée par une base décorée de feuilles d’eau et soulignée par une bague (GT. 240) (notice no 11). Son chapiteau à feuilles d’acanthe est également d’un style moins figé. En 1839, deux autres candélabres à trois branches dits à col de cygne qui figuraient dans le « cabinet » des appartements du roi en 1837, sont transférés dans les cabinets de travail de Madame Adélaïde33 (GT. 641) et de la reine (GT. 71).

Fig. 9 : Candélabre à trois lumières provenant des appartements de l’impératrice à Saint-Cloud, 1800-1803, bronze doré, marbre vert de mer, 83,7 × 25,7 × 13,6 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, inv. T 335.

Fig. 9 : Candélabre à trois lumières provenant des appartements de l’impératrice à Saint-Cloud, 1800-1803, bronze doré, marbre vert de mer, 83,7 × 25,7 × 13,6 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, inv. T 335.

© RMN – Droits réservés

La garde-robe

  • 34 « Inventaire du mobilier des palais de Trianon en 1855 », AN, AJ19 1178.
  • 35 « Mémoires de travaux pour la mise en état des appartements du roi, exercice de 1841, dépenses arri (...)

41La garde-robe attachée à la chambre-cabinet est accessible par la porte qui donne sur le couloir mais dispose aussi d’un accès indépendant, de ce dernier. En plus du bidet (GT. 254) et de la table de nuit (GT. 253) à pieds tournés, on remarque la présence d’une chaise d’affaires, installée dans la pièce assez tardivement34, probablement en raison de sa proximité avec la chambre-cabinet. En 1837, dans le cadre des travaux de plomberie et l’établissement d’appareils de garde-robe au Trianon35, un certain Sheperd livre un siège en acajou massif semblable à celui de la reine. Il est composé d’un abattant et d’une lunette et placé dans une niche.

La salle de bains

  • 36 « Inventaire du mobilier des palais de Trianon en 1833 : volume 3, exercice 1838 du Grand Trianon», (...)

42De bien plus petites dimensions (3,06 m de hauteur), la salle de bains est percée d’une seule fenêtre, revêtue de deux rideaux de croisée en perse fond blanc à bouquet. Contugüe à la chambre-cabinet, elle était accessible par trois portes. Celle qui fait face à la fenêtre donne sur une petite garde-robe et est flanquée de panneaux de lambris en bois peint en blanc (fig. 10). Sur le mur latéral contigu à la chambre-cabinet, une porte est située à gauche de la cheminée, flanquée de deux grands panneaux de lambris et visiblement surmontée d’un trumeau de glace. Enfin, sur le mur latéral opposé, se trouve une porte identique jouxtant la baignoire, encadrée de deux panneaux de lambris. Le parquet en point de Hongrie est recouvert de deux tapis de foyer en laine (1,55 m de côté) (GT. 270) extraits d’une série de huit exemplaires répartis dans divers appartements36. Son ameublement est suffisant pour garantir un certain confort. Le roi dispose pour sa toilette d’un lavabo (GT. 273) en acajou et d’une baignoire accompagnée d’un divan (GT. 266), servant de dessus de baignoire couvert en perse fond blanc, à bouquets ponctuée de pompons en soie vert et cerise. Chose inattendue, une commode et un bureau occupent aussi la petite pièce. La commode (GT. 271), décorée de bronzes dorés et coiffée de granit, s’ouvre par trois tiroirs dits à l’anglaise. Le bureau (GT. 272), quant à lui, possède comme toujours trois tiroirs et deux tablettes à coulisse, mais se distingue par son maroquin noir à vignettes dorées.

  • 37 « Inventaire du mobilier des palais de Trianon en 1833 : volume 3, exercice 1837 du Grand Trianon » (...)
  • 38 « Inventaire du mobilier des palais de Trianon en 1839 : registre d’entrées, exercice 1839-1848 », (...)
  • 39 Deux autres exemplaires furent envoyés dans le salon des Malachites en 1839 (GT. 1854).
  • 40 « Inventaire du mobilier de Trianon en 1833 : volume 3, exercice 1838 du Grand Trianon », AN, AJ19  (...)

43Les quatre chaises (GT. 268), de forme ronde, sont toutes foncées en canne, alors que le fauteuil gondole (GT. 267), aux accotoirs à volute, est tendu de toile perse, comme le divan. Une chaise longue munie d’une housse en perse blanche à bouquets meuble pendant quelque temps37 la salle de bains en 1837, avant d’être reléguée au magasin de lustrerie en 1839 (GT. 7247). Sur la cheminée, une pendule (GT. 274) en forme de piédestal tout en marbre griotte d’Italie est ornée de chimères et de lyres en bronze doré. À cela s’ajoute une paire de vases de porcelaine de Sèvres38, mentionnée dans le registre d’entrées de 1839, dont la forme étrusque et le décor en or se détachant sur un fond bleu sont très courants. Enfin, la présence d’une paire de feux (GT. 278) (notice no 15) décorés d’une lionne montre comment le motif récurrent des lions peut être traité de diverses manières dans l’appartement du roi. Ce dernier est d’un style Directoire tout à fait différent du modèle à socle rocaille et à lions en bronze florentin de la chambre-cabinet du roi (GT. 246). En effet, le socle n’est plus animé de motifs végétaux asymétriques, mais se révèle au contraire très symétrique avec son médaillon central débordant à tête de Mercure et les deux petites couronnes qui se répondent au-dessus de chaque pied fuselé. Il ne s’agit plus de lions rugissant en mouvement posant la patte sur un globe et dont la crinière se prête bien à un traitement en courbes et contre-courbes, mais de lionnes majestueusement allongées, hiératiques et figées. De part et d’autre de la cheminée figurent deux bras de lumière à trois branches (GT. 275), décorées de raisins et de rinceaux de feuilles de vigne, dont deux autres exemplaires ornent une chambre de prince au rez-de-chaussée de Trianon-sous-Bois. Parmi les objets d’éclairage, une paire de flambeaux (GT. 242) a été identifiée39 (notice no 14) : les pieds ronds sont d’une facture assez fine du fait de la guirlande de roses, de fleurs et de marguerites, mais aussi grâce à la tige cannelée, dont la base est recouverte de feuilles d’eau. Quant au bougeoir (GT. 277), il fait partie d’une série de douze, conservés au service général des appartements en 1838 et répartis dans plusieurs appartements40.

Fig. 10 : Dessin de la salle de bains du Roi, aile du Midi, Grand Trianon. Versailles, service des archives du château de Versailles, liasse 72, no 39.

Fig. 10 : Dessin de la salle de bains du Roi, aile du Midi, Grand Trianon. Versailles, service des archives du château de Versailles, liasse 72, no 39.

© 2011 / Lucile Pierret

La garde-robe

  • 41 Elle est appelée deuxième garde-robe dans l’inventaire de 1855.

44La garde-robe attachée à la salle de bains41 est l’une des plus meublées parmi les quatre que compte cet appartement : outre une autre chaise d’affaire, garnie de maroquin vert, et un bidet entré en 1855, on y trouve un porte-bottes, un séchoir, une chaise en paille, ainsi qu’un somno (GT. 291) (notice no 16) et deux tables à écrire en noyer (GT. 289-290). Elle est la troisième mais aussi la quatrième uniquement dévolue au roi (la dernière étant celle du baron Fain). Leur grand nombre s’explique par la nécessité d’agrémenter chaque pièce principale d’une garde-robe pour permettre leur indépendance les unes par rapport aux autres et procurer hygiène et confort, notions indispensables à partir du xixe siècle.

La Petite Bibliothèque

  • 42 En 1837, il se trouvait dans le secrétariat.
  • 43 Ledoux-Lebard 2000, p. 270.
  • 44 Samoyault et Arizzoli-Clémentel 2009, notice 75. Le tableau est conservé au musée des beaux-arts de (...)

45Succédant immédiatement à la salle de bains, la Petite Bibliothèque constitue la dernière pièce exclusivement réservée au roi et ouvre sur des pièces plus impersonnelles comme le secrétariat, le cabinet et l’appartement du baron Fain. À partir de cette pièce, la perse à fond blanc et à bouquets utilisée jusque-là pour les rideaux, est remplacée par un simple taffetas blanc et bordé de soie vert et blanc, afin d’accentuer une certaine individualisation dans l’usage des pièces. Avant tout espace de lecture, cette pièce comprend un mobilier adéquat. Il y a un bureau (GT. 308), presque identique aux autres bureaux couverts de maroquin vert, décoré de filets dorés, avec deux tiroirs et des pieds tournés à double balustre. Le fauteuil42 (GT. 303) qui l’accompagne (notice no 17) donne une idée de celui que le roi utilise dans sa chambre-cabinet: en acajou, il repose sur des pieds à jarret et à griffes et présente un dossier ajouré dit à grille et à planche. Recouvert de maroquin vert, il se signale par un décor très original, ses pieds antérieurs étant terminés par des bustes de chimère. Charles Percier en avait réalisé un modèle pour Jacob-Desmalter43. Ce type de fauteuil est également représenté dans un portrait du compositeur François-Adrien Boieldieu par le peintre Louis-Léopold Boilly44. Le bureau et son fauteuil sont posés sur un petit tapis de la Savonnerie (GT. 307), sur lequel des bouquets de fleurs sur fond brun se détachent d’un fond bleu. Un tabouret (GT. 306) servant de marchepieds (notice no 18) – doublement fonctionnel, donc – recouvert en maroquin vert, peut se déployer par le dessus en six marches grâce à des charnières et à une mécanisation de la structure, ce qui permet d’atteindre les rayonnages supérieurs de la bibliothèque.

  • 45 Base de données du Mobilier national. Ils ont été recouverts d’un cuir vert le 13 décembre 1996. GM (...)
  • 46 « Inventaire du mobilier des palais de Trianon en 1833 : exercice de 1837 du Grand Trianon », AN, A (...)

46Enfin, le nombre restreint de sièges trahit la destination privée de la pièce, où peu de visiteurs sont admis. La paire de fauteuils (GT. 304) à dossier lyre ajouré, s’harmonise bien avec la paire de chaises (GT. 305) à dossier carré, grâce à leur maroquin vert, leur dossier ajouré et leurs pieds tournés. C’est Georges Jacob qui les créa en 1785, dans un style Directoire45. Ces sièges sont identiques à ceux du secrétariat, car ils font tous partie d’un ensemble réparti entre ces deux pièces en 1839 : les fauteuils sont issus d’une série de six (provenant du secrétariat en 1837) et les chaises d’une série de quatre46 (provenant du Petit Cabinet en 1837). Dans cette pièce épurée et dépourvue de toute ostentation, les objets d’art témoignent de la même sobriété : une pendule (GT. 309) au socle en marbre vert de mer et cadran argenté et deux vases en albâtre en forme d’urne (GT. 316).

Le Cabinet

47Attenant à la Petite Bibliothèque, un cabinet la précède et lui sert d’accès depuis le couloir de distribution. Du fait de ses dimensions restreintes, la pièce est simplement meublée d’un bureau plat en bois noirci (GT. 320) – à la mode à cette époque – couvert d’un maroquin noir décoré de vignettes dorées et muni d’un tiroir sur les côtés, ainsi que d’une table à écrire en noyer (GT. 319).

Le secrétariat

48La double destination de l’appartement du Roi, à la fois lieu de détente et de travail, est manifeste dans cette partie. Succédant aux pièces de repos dévolues à Louis-Philippe précédemment décrites, un secrétariat et un cabinet attenant fournissent un espace de travail neutre où le roi peut s’entretenir de questions de gestion avec son secrétaire, le baron Fain. Cet espace neutre fait office de transition entre l’appartement du Roi et celui du baron. Cette articulation spatiale se traduit également dans le décor de la pièce : à l’instar de celui de la Petite Bibliothèque, il rompt avec la récurrence de la perse blanche à bouquets de l’appartement du Roi en privilégiant un simple calicot blanc pour les rideaux de croisée bordés de soie vert et blanc.

  • 47 « Inventaire du mobilier des palais de Trianon en 1833 : volume 2, exercice de 1837 du Grand Triano (...)
  • 48 « Inventaire du mobilier des palais de Trianon en 1855 », AN, AJ19 1178.

49La pièce est meublée d’un bureau en acajou à dessus de basane noire provenant du cabinet de Fain47 en 1837, pourvu de pieds tournés, de trois tiroirs et tirettes aux extrémités (GT. 326). Ce bureau n’est complété par un fauteuil48 qu’entre 1839 et 1855. Il s’agit du fauteuil de bureau de la Petite Bibliothèque (GT. 303) (notice n°17 ; fig. 27), similaire à celui de la chambre-cabinet (GT. 228) : garni de maroquin vert, il est décoré de têtes de chimères ailées, de pieds à jarrets et à griffes et d’un dossier à planche et à grille. L’ensemble repose sur une savonnerie bleue (GT. 325) décorée de bouquets sur fond brun, tapis identique à ceux de la chambre-cabinet et de la Petite Bibliothèque. Complètent l’ameublement un guéridon en acajou dont les montants en balustre supportent un dessus dit « creusé » (GT. 327), ainsi que deux tables pliantes portées par six pieds en balustres et montants tournés (GT. 328).

50Les quatre fauteuils (GT. 323) et les deux chaises (GT. 324) sont identiques à ceux de la Petite Bibliothèque (GT. 304-305), formant un même ensemble créé par Georges Jacob en 1785, tendu de maroquin vert, aux pieds tournés et aux dossiers carrés sculptés d’une lyre.

51Le secrétariat ne comprend pratiquement pas d’objets d’art en l’absence même de cheminée, support privilégié de vases, pendules et feux en bronze doré. L’unique flambeau à tige en colonne cannelée (GT. 329) est extrait d’une série de trois dispersée en 1839 entre l’antichambre des valets de chambre (GT. 551) et le magasin de lustrerie (GT. 7022). Finalement, l’ameublement de cette pièce est un réaménagement de meubles provenant des pièces voisines et ne comprend aucun élément neuf. Le cabinet attenant au secrétariat est encore moins richement meublé, où l’on ne trouve qu’une fontaine filtrante et des rideaux de vitrage en mousseline, qui trahissent la fonction de la pièce, où les visiteurs attendent d’être reçus et par laquelle il faut passer pour entrer dans le secrétariat.

L’appartement du baron Fain

  • 49 Fontaine 1987, p. 1245.

52L’appartement du baron Fain succède à l’appartement du Roi et au secrétariat, pour en achever l’enfilade à cette extrémité de l’aile gauche en retour. Camille Fain (1799-1851) est le premier secrétaire du Cabinet du roi, chargé notamment d’administrer la succession des biens des princes héritiers du roi49. Il succède dans cette charge à son père, Agathon Fain (1778-1837), lui-même premier secrétaire du Cabinet du roi de 1830 jusqu’à sa mort, et amené à administrer la liste civile, après avoir été le secrétaire archiviste du cabinet particulier de Napoléon Ier, qu’il accompagne dans toutes ses campagnes. Ainsi, grâce à cette fonction, Camille Fain possède une place privilégiée dans l’entourage professionnel et privé de Louis-Philippe. La proximité entre son appartement et celui du roi confirme la volonté de ce dernier de faire de cette partie du palais un lieu de retraite, où il peut consacrer du temps à ses travaux intellectuels, disposant de son secrétaire à quelques pièces de là. Toutefois, ce souci de communication n’empêche pas que soient réservés des espaces d’intimité propres à chacun.

  • 50 Samoyault et Arizzoli-Clémentel 2009, p. 162, notice no 46.

53L’appartement de Fain satisfait aux diverses fonctions indispensables à son autonomie, la chambre étant destinée au repos, le cabinet au travail et la garde-robe à la toilette, puisque le baron ne dispose pas d’une salle de bains comme le roi. À l’intérieur de la chambre, ces fonctions se combinent. Le mobilier consacré au repos converge autour de la couchette en acajou à dossiers carrés et à pans droits (GT. 337). Ses pieds à griffes sont pourvus de roulettes comme le lit de repos du roi. Cependant, son décor est plus recherché : elle est ornée de figures féminines en bronze vert antique, de palmettes et de rosaces en bronze doré sur les montants antérieurs à gaine, de vases en acajou sur les montants postérieurs à pilastre et de médaillons à têtes de lion sur le devant. Elle est de surcroît couronnée d’un ciel de lit dont les draperies et les rideaux de croisée chamois lui donnent une certaine emphase. Alors que le roi peut se contenter d’un lit de repos simple et occasionnel, car il dort officiellement dans la chambre matrimoniale des appartements de Marie-Amélie, le baron peut prétendre à une couchette au décor plus recherché, dans une chambre où il est amené à dormir exclusivement lors des séjours du roi. Cette couchette est accompagnée d’un somno carré coiffé d’un marbre bleu turquin (GT. 355) (notice no 22) et décoré de l’inscription « somno » encadrée de deux étoiles, ainsi que d’un trépied en bronze doré livré pour la chambre de l’Empereur aux Tuileries50 en 1807.

  • 51 « Inventaire du mobilier des palais de Trianon en 1833 : volume 2, exercice de 1837 du Grand Triano (...)

54Quant au mobilier dévolu au travail, il se concentre autour du bureau plat recouvert de maroquin noir (GT. 353), semblable à celui du secrétariat, muni de trois tiroirs, de tablettes coulissantes et de pieds tournés à double balustre. Le fauteuil de bureau (GT. 347) (notice no 19) est quant à lui plus original, car d’un modèle peu courant. Son dossier est composé d’une imbrication de formes, avec au sommet une planche incurvée soutenue par des volutes, et au centre un bouquet de fleurs à rinceaux ajourés. Les pieds tournés assurent la jonction avec les accotoirs par un décor zoomorphe de têtes de lion. Ce fauteuil fait partie d’une paire placée dans la chambre-cabinet du Roi en 1837 : l’autre exemplaire (GT. 772) est transféré dans le salon des Aides de camp51 en 1839. Cet ensemble repose sur un tapis de la Savonnerie (GT. 349) identique à ceux de la Petite Bibliothèque de Louis-Philippe et du secrétariat, dont la couleur brune du fond s’accorde avec les rideaux. Enfin, figurent une commode (GT. 351) (notice no 20) et un secrétaire en armoire (GT. 352) (notice no 21), dont plusieurs exemplaires sont livrés en 1810 par Jacob-Desmalter pour meubler six appartements de princes et grands dignitaires. Coiffée d’un plateau en granit, la commode en acajou comprend trois rangs de tiroirs munis d’entrées de serrure octogonales ornées de feuilles et flanquées de deux anneaux de tirage pris dans des gueules de lion, en écho aux pieds à griffes. Les embases et les chapiteaux à feuilles en bronze doré sont identiques à ceux du secrétaire. Ce dernier possède un tiroir, un abattant et deux vantaux aux entrées de serrure différentes : sur l’abattant, deux branches de laurier sortent de deux cornes d’abondance, alors que sur le tiroir et les vantaux deux aigles sont adossés.

55Le mobilier consacré à l’hygiène, enfin, est représenté par la toilette à l’anglaise (GT. 354), dont l’utilité est primordiale en l’absence de toute salle de bains. Portée par des pieds carrés reliés par une tablette d’entrejambe, la toilette inclut un tiroir et un miroir rond à bascule. Relativement simple, elle ne présente qu’une garniture en porcelaine et un dessus en marbre Sainte-Anne.

  • 52 Base de données du Mobilier national. Elles furent recouvertes d’un velours gris le 13 février 1935 (...)

56Malgré une certaine hiérarchisation des espaces perceptible dans les dimensions de la chambre du baron, plus petite que celle du roi, on constate un effort d’individualisation de la chambre par le biais des tissus des sièges et des rideaux. La paire de bergères gondoles (GT. 345) aux pieds ronds et les quatre chaises (GT. 346) aux pieds à balustre sont garnis d’une toile de Jouy tigrée qui manifeste cette personnalisation. Les chaises sont par ailleurs des créations de Jacob-Desmalter52. De même, l’unique fenêtre de la pièce est revêtue non plus de perse blanche à bouquets, mais de rideaux de croisée chamois dans les tons brun-grège, ornés d’une bordure imprimée assortie.

  • 53 Dupuy-Baylet 2006, p. 136.
  • 54 « Inventaire du mobilier des palais de Trianon en 1839 : registre d’entrées, exercice 1839-1848 », (...)

57Sur la cheminée, une très belle pendule livrée pour Napoléon Ier (GT. 356) (notice no 23) est remarquable tant par la qualité de son décor que par la subtilité de son sujet53. En marbre noir, elle est rehaussée d’ornements en bronze doré : sur le socle, deux lions affrontés posent la patte sur un vase en signe de vigilance et, au centre, deux zéphirs ailés surmontés d’un papillon s’appuient sur une rosace qui remplace le monogramme de l’Empereur. Le chiffre sept qu’ils forment de leurs mains fait écho aux sept signes du zodiaque du cadran qui représentent les saisons. Deux torches enflammées, reliées par une guirlande de fleurs, encadrent la pendule en forme de borne comme pour éclairer symboliquement un chemin. La cheminée s’orne également d’une paire de vases en porcelaine de Sèvres54 de forme étrusque et à fond blanc entrée en 1839, d’un feu (GT. 361) à pieds cannelés décoré de sphinx à patine vert antique et d’un tapis de foyer (GT. 348) en moquette agrémenté d’un dessin turc et d’une rosace centrale sur fond blanc. Elle est encadrée par deux bras de lumière (GT. 357) (notice no 24) à tige centrale en forme de torche et à quatre branches à têtes d’aigle.

58Enfin, on accède au cabinet du baron, attenant à la chambre à coucher, par le couloir. Il n’est meublé que d’une commode (GT. 370) en noyer munie de trois tiroirs aux anneaux de tirage en cuivre, et d’un bureau (GT. 371) aux pieds tournés recouvert d’un maroquin noir. La garde-robe – dite « troisième garde-robe », la dernière des appartements – comprend une chaise d’affaires (GT. 372) (notice no 25) en acajou avec un vase en faïence, très sommaire, mais aussi un bidet et un séchoir.

Le goût du roi

Continuité

La réutilisation des meubles d’époque Empire

  • 55 Masson 1914, p. 148.
  • 56 Samoyault et Arizzoli-Clémentel 2009, p. 50.
  • 57 Samoyault 2009, p. 13.

59Dans un souci de continuité avec l’état existant, les choix de Louis-Philippe relatifs à l’ameublement de son appartement témoignent d’une réutilisation massive de meubles datant des années 1800-1810. Une certaine harmonie avec la décoration de Napoléon est possible, car le roi a en commun avec l’Empereur les architectes Charles Percier et Pierre-François-Léonard Fontaine, qui continuent à perpétuer une certaine tradition avec des motifs de style Empire55. Louis-Philippe n’a donc pas de scrupules à réemployer des meubles qui ne sont pas encore démodés en 1836. Il va même en faire entrer certains provenant d’autres résidences, ainsi que des meubles jamais utilisés d’époque Empire56 en dépôt au Garde-Meuble, qui ne faisaient pas partie du remeublement prévu par Napoléon Ier. Il n’est donc pas étonnant de voir dans l’Appartement du roi des motifs et des ornements caractéristiques du style Empire ou même dans des meubles légèrement antérieurs qui l’annoncent, comme le fauteuil de bureau de la Petite Bibliothèque, de 1795 (GT. 303), ou les sièges ajourés d’une grille formant des losanges ponctués de macarons de la chambre-cabinet, qui datent de 1800 (GT. 225), typiques du goût « étrusque » introduit par les prototypes qu’Hubert Robert a imaginé pour la laiterie de Marie-Antoinetet à Rambouillet (fig. 11) et dont Jacob puis ses fils s’inspireront. Les nombreux sièges à dossier ajouré de l’appartement ont également pour source la mode de l’anglomanie apparue vers 1780. Georges Jacob l’adapte au goût français à travers le motif de la lyre, dont il orne le dossier des sièges qu’il réalise pour la salle à manger de la maison de la Reine au hameau du Petit Trianon vers 1784, et que l’on retrouve sur ceux de la Petite Bibliothèque (GT. 304-305) et du secrétariat (GT. 323-324). Quant aux nombreux sièges à dossier à grille, ils puisent leur source chez Jean-Baptiste-Claude Séné, qui le premier en réalise pour le salon de la princesse de Lamballe à Versailles en 1787. Enfin, les sièges à dossier à planche et aux pieds étrusques concaves qui garnissent également l’appartement de Louis-Philippe sont très à la mode sous l’Empire, car ils évoquent le siège antique par excellence, alors que les dossiers à crosse procèdent du goût turc57, né vers 1770. Les motifs orientaux antiquisants se répandent sur tous les meubles et objets d’art : les bustes ou protomés de sphinges égyptiennes sont développés à l’envi dans le siège Consulat, bien qu’ils n’aient pas attendu l’expédition de Bonaparte en Égypte pour apparaître puisqu’ils étaient déjà en vogue sous Marie-Antoinette; les figures égyptiennes monopodes dites chimères sur les supports d’accotoirs des sièges ; les sphinx couchés sur les bronzes de cheminée et les feux. Quant aux figures féminines de renommée en bronze vert antique qui ornent les candélabres de Thomire, Chaumont et Galle et aux motifs de fleurons, palmettes, culots et oves, ou encore de pieds à griffes et têtes de lion, ils puisent leur inspiration dans la redécouverte de l’Antiquité consécutive aux fouilles d’Herculanum et à la publication à partir de 1748 des trouvailles archéologiques. Le roi n’a donc jamais rejeté le mobilier existant au palais du Grand Trianon.

Fig. 11 : Georges Jacob sur des dessins d’Hubert Robert, chaise d'une série de dix livrée en 1787 pour la laiterie de la Reine au château de Rambouillet, Versailles, Petit Trianon.

Fig. 11 : Georges Jacob sur des dessins d’Hubert Robert, chaise d'une série de dix livrée en 1787 pour la laiterie de la Reine au château de Rambouillet, Versailles, Petit Trianon.

© RMN – Droits réservés

Un souci d’économie

  • 58 Masson 1914, p. 148.
  • 59 Fontaine 1987, p. 859.

60Des considérations d’ordre financier expliquent également cette réutilisation massive : il n’est pas étonnant, en effet, que l’ameublement de Louis-Philippe ne soit pas systématiquement choisi parmi le mobilier contemporain, car il aurait fallu tout remplacer, ce qui eût été trop coûteux. Il ne faut pas oublier que Trianon n’est qu’une villégiature, où le roi effectua des séjours occasionnels sans y vivre continuellement. Déjà Napoléon – qui considérait Trianon comme une maison de campagne – cherchait l’économie dans l’ameublement des palais, en faisant recouvrir des sièges avec des tissus en dépôt au Garde-Meuble, en minimisant l’apparat à travers des consoles en bois peint, sans trop de dorures ni de bronzes, ce qu’il déclarait lui-même : « pour le Grand Trianon je demande qu’on le meuble sans qu’il m’en coûte rien58 », jusqu’à ce que l’arrivée de Marie-Louise le poussât à autoriser une richesse de plus en plus marquée à partir de 1810. Mais Louis-Philippe va jusqu’au bout de cette logique, car même dans le choix des meubles d’époque Empire à réutiliser pour son appartement, il privilégie ce qu’il y a de plus simple, fonctionnel et usuel, et refuse des meubles imposants dont le style rappelle trop la sévérité de l’Empire. Fontaine le confirme dans son journal : « Il faut donner au roi Louis-Philippe, appelé par la volonté nationale au trône de France, la forme et les alentours de la royauté sans les bizarreries de l’étiquette et l’injuste avantage des privilèges59. » Le prestige semble mieux lui convenir pour les membres de sa famille, qu’il dote de meubles somptueux, que pour lui-même. En effet, dans les Grands Appartements de l’aile gauche et de l’aile droite, et dans celui du roi et de la reine des Belges, il commande des meubles de style Restauration, encore d’actualité au tout début de son règne, des meubles nouveaux comme dans le salon de Famille (tables de famille) et réutilise des meubles devenus des fleurons du mobilier car témoignant du savoir-faire dont les ébénistes du Premier Empire ont hérité. Son appartement rompt avec la véritable splendeur du mobilier qui est resté en place dans les appartements de Marie-Amélie, notamment la table de toilette de l’impératrice, la psyché ou le lit de Napoléon aux Tuileries de Jacob-Desmalter, et dans l’appartement de Madame Adélaïde, où on a placé le lit en loupe d’orme plaqué de bronzes dorés de Jean-Jacques Werner.

  • 60 « Mémoires de fournitures pour le Grand Trianon par monsieur Laflèche en 1836 », AN, O4 1642, manda (...)
  • 61 « Mémoires de fournitures pour le Grand Trianon par monsieur Lemarchand en 1838 », AN, O4 1769, man (...)
  • 62 « Mémoires de fournitures pour le Grand Trianon par madame Chize en 1839 », AN, O4 1828.

61Mais, en règle générale, les dépenses du roi relatives aux meubles ne concernent pas de nouvelles livraisons mais se réduisent à de simples travaux d’entretien ou de restauration. Par exemple, en 1836, Laflèche, tapissier, se contente de dégarnir les sièges, d’en réparer les bois et de les polir, avant de les regarnir à neuf60. Il intervient parfois, mais rarement, sur l’état esthétique des ornements des sièges, comme pour le fauteuil de bureau du secrétariat, où il « refait les chimères des accotoirs » (GT. 303) (notice no 17). Un certain Lemarchand, quant à lui, se limite au repolissage des marbres dans le cabinet du Roi : pour 291,10 francs, il « repoli[t] et mastiqu[e] à neuf un dessus de bibliothèque en marbre griotte d’Italie » (GT. 230) (notice no 6) et « un dessus de console » (GT. 231) (notice no°8) du même marbre61. Pour la chambre à coucher du baron Fain, cette opération se cantonne au « marbre granit » d’un plateau de commode (GT. 351) (notice no 20). Mme Chize, quincaillère, participe aussi à l’embellissement de plusieurs bureaux de l’appartement du Roi, en gaufrant le cuir de vignettes dorées62.

Un souci historiciste

  • 63 Meyer 1980, p. 240.

62En rassemblant des chefs-d’œuvres créés pour ses prédécesseurs, Louis-Philippe prend un certain recul historique face à cet ameublement. Même à Versailles, il s’occupe de remeubler la chambre de Louis XIV dans cette optique. Contrairement à ses devanciers – Napoléon avait le projet d’en faire sa chambre de parade –, le roi des Français entend faire de cette pièce un symbole de l’ancienne monarchie à travers un ameublement historique63. Par souci de conformité avec les lieux, il fait également remeubler les appartements intérieurs de la reine dans un esprit xviiisiècle, en accord avec le décor qu’avait connu Marie-Antoinette. On pourrait multiplier ici les exemples de sa démarche historiciste. Toutefois, le roi ne se contente pas de se placer en position de témoin passif de l’histoire, il sait aussi réactualiser.

Un résultat éclectique

  • 64 « Mémoires de fournitures pour le Grand Trianon par monsieur Laflèche en 1836 », AN, O4 1642, manda (...)

63En effet, dans des pièces privées, comme le cabinet de travail ou la chambre à coucher, Louis-Philippe en profite pour favoriser le renouveau des arts décoratifs à travers le choix de certains objets et meubles. Par exemple, le feu (GT. 246) et le lustre rocaille (GT. 236) de la chambre-cabinet, ou encore le bas de bibliothèque néo-Louis XVI (GT. 230), reflètent l’éclectisme stylistique caractéristique de la monarchie de Juillet. La part la plus personnelle de ces choix concerne surtout les fournitures de tissus pour les sièges, les rideaux et les garnitures du lit, car l’usure des tissus anciens empêche leur réutilisation et nécessite du neuf. Ainsi Laflèche fournit-il en 1836 la garniture de lit du baron Fain en croisé chamois, composée de deux rideaux encadrés d’une bordure, et d’un ciel de lit agrémenté de franges. Il livre également la housse en toile perse qui sert à couvrir le lit de repos ou « un canapé lit à coulisses » du roi. Il confectionne en outre des coussins en perse piqués à boutons pour les chaises cannées de la salle de bains de Louis-Philippe64. De même, les garnitures de croisée sont livrées dans un état neuf par Laflèche : en taffetas blanc pour le secrétariat du Roi, en croisé chamois pour la chambre du baron et, enfin, en perse fond blanc pour la chambre-cabinet, le Petit Cabinet et de la salle de bains.

64Finalement, les apports personnels de Louis-Philippe sont certes peu nombreux et souvent qualifiés d’éclectiques en raison de la juxtaposition des styles, mais ils amènent la diversité et témoignent d’un souci d’adaptation aux nouvelles exigences de confort et de la mode qui est de retourner aux styles du passé dans les années 1830-1840. Les grands mouvements de meubles ou la dispersion de séries ou d’ensembles en place créent une confusion mais remodèlent l’ameublement dans une logique inédite propre à Louis-Philippe. L’aspect hétéroclite de certaines pièces fait partie d’une nouvelle esthétique, aussi critiquable que légitime, comme dans le salon de Famille où se mêlent – à côté des tables de famille de style Louis-Philippe – un mobilier solennel du Premier Empire par Brion, mais aussi cinq consoles genre Boulle ou des feux néo-rocaille.

Intimité

La personnalité du roi

65La personnalité de Louis-Philippe a probablement joué un rôle très important dans l’aménagement d’un appartement qu’il destinait à son usage privé et personnel, dénué de tout enjeu de représentation du pouvoir royal. Selon ses contemporains, le roi se signalait par sa modestie, voire son humilité, comme le dit Fontaine dans son journal en 1830, au tout début du règne :

  • 65 Fontaine, op. cit., 1987 : 857-858.

Le Duc d’Orléans, élu Roi par la volonté des Français, qui l’ont mis à leur tête, ne regarde pas la royauté dont il est revêtu, ainsi que l’ont fait ses prédécesseurs, comme une prérogative, un privilège, un droit surhumain, la royauté pour lui est une fonction, la première sans doute, dont les lois déterminent les pouvoirs et l’étendue […]. Il compte laisser toutes les fois que cela lui sera possible la pompe et les vanités d’usage sur les marches du trône, pour aller, sans distinctions et sans suite, se mêler parmi les autres citoyens et prendre part aux jouissances de tout le monde65.

66Louis-Philippe se caractérise aussi comme le chef d’une famille nombreuse, ce qui le pousse à créer un véritable contexte familial et intime autour de la cour des Bouches, en installant son appartement à côté de ceux de son épouse, Marie-Amélie, et de sa sœur, Madame Adélaïde. L’appartement de la Reine se situe dans les anciens appartements de l’impératrice Marie-Louise, dans l’aile réservée aux Grands Appartements, à gauche du péristyle, et auxquels vient s’accoler perpendiculairement l’appartement du Roi. Disposant de nombreux salons, dont l’ancien usage a été conservé, la reine décide d’installer sa chambre et son cabinet à l’emplacement de la chambre de Louis XIV, contiguë au salon des Glaces. Finalement, très peu de pièces séparent les chambres respectives du roi et de la reine, si ce n’est le salon des Glaces qui fait la transition entre les deux, et l’ancien boudoir de l’Impératrice, que le roi a annexé pour son usage personnel. La distribution de son appartement témoigne de sa volonté de se rapprocher de Marie-Amélie.

  • 66 Comtesse de Boigne, née d’Osmond (1820-1848), cité dans Samoyault et Arizzoli-Clémentel 2009, p. 31 (...)

67Quant à l’appartement de Madame Adélaïde, il se situe juste en face de l’appartement du Roi de l’autre côté de la cour des Bouches, dans l’avant-corps gauche donnant sur la cour d’honneur. Le roi n’a qu’un court chemin à effectuer pour rejoindre sa sœur, dont il est très proche, et qui joue un rôle de confidente et de conseillère de tous les instants, comme le rappelle Mme de Boigne dans ses Mémoires. En effet, le princesse a consacré sa vie entière à son frère, « qu’elle suivait partout, toujours, en tous lieux », poussée par « l’affection la plus intime de sa vie et l’habitude de tous les jours66 ».

Le confort

  • 67 Benoît 2009, p. 218.

68L’esprit qui préside à l’ameublement de l’appartement du Roi est particulièrement représentatif du goût de l’époque pour des pièces plus petites à échelle humaine, mais reflète également le mode de vie du souverain. À une époque où la bourgeoisie se développe et où Louis-Philippe est surnommé le roi bourgeois, l’étiquette et les exigences du cérémonial royal s’estompent sensiblement par rapport au Grand Siècle. L’appartement du Roi répond à des exigences particulières de confort, puisque Louis-Philippe décide de rompre avec la tradition et le protocole royal en refusant d’occuper les Grands Appartements de l’aile droite réservés aux souverains, pour choisir l’ancien emplacement des cuisines et des offices, d’où un cadre plus intime67. Mais, surtout, Louis-Philippe doit adapter un palais qui, déjà sous Louis XIV, « remplissait très imparfaitement le but de [sa] destination », car :

  • 68 Fontaine 1837, p. 3-4.

Les souverains qui voulurent, en différents temps, faire quelque séjour dans les châteaux de Trianon, ont tous été forcés de reconnaître que ces deux habitations, insuffisantes et mal distribuées, étaient en tout fort incommodes, peu dignes et presque inhabitables. […] l’une et l’autre [portaient], soit dans leur ensemble général, soit dans la division particulière des appartements, l’empreinte de l’inconstance, de l’incertitude et du malaise qui leur avaient donné naissance. Tout y paraissait, au-dehors comme au-dedans, décousu et hors de proportions68.

  • 69 Masson 1914, p. 153.

69Napoléon Ier, quant à lui, se plaint du palais en ces termes : « Trianon ne me convient pas : c’est un lieu fort joli, sans doute, mais il n’y faut rester que quelques jours69. » On comprend donc très bien le désir qu’éprouve le roi des Français de remédier à cette incommodité en établissant son appartement dans une aile restée intouchée par les souverains précédents. Opter pour cette aile, c’était opter pour une certaine facilité d’aménagement et une liberté dans le choix d’une distribution et d’une configuration propices au confort, sans pour autant risquer de dénaturer ou de détruire l’architecture intérieure et le décor d’un état ancien.

70Les pièces maîtresses de l’appartement de Louis-Philippe sont systématiquement accompagnées d’une garde-robe pour répondre aux exigences d’hygiène et de confort. Toutes ces petites pièces attenantes reflètent l’esprit d’une époque soucieuse de fonctionnalité et de commodité, à l’opposé des grandes pièces luxueuses et d’apparat qui avaient la préférence de Louis XIV. D’ailleurs, l’adjectif « petit », employé de manière récurrente dans l’inventaire, souligne les modestes dimensions de ces pièces – « Petit Cabinet », « Petite Bibliothèque » –, à la fois pour les distinguer du Grand Appartement du roi dans l’aile droite et pour refléter une constance dans le souci d’intimité. Frédéric Nepveu a pleinement conscience de cette situation lorsqu’il s’exprime dans ses comptes rendus :

  • 70 Nepveu, op. cit., cité dans Benoît 2009, p. 222.

Partout dans la partie affectée à l’habitation ainsi que dans celle qui sert à la représentation on est parvenu à trouver non sans de grands obstacles toutes les petites pièces de service dont aujourd’hui on ne peut se passer et qui, très négligées au temps de Louis XIV, semblaient être un sujet presque inconnu70.

Fonctionnalité

La circulation

  • 71 Masson 1914, p. 153.
  • 72 Ledoux-Lebard 1967, p. 49-56.

71La question de la circulation est une problématique essentielle et inhérente aux principes de construction mêmes qui ont prévalu pour le Grand Trianon et qui ont souvent importuné ses occupants successifs, notamment Napoléon Ier, qui se plaignait de ne pouvoir « aller librement, sans déranger personne » dans une demeure « aussi divisée71 ». Cela l’empêchant de se délasser des fatigues de ses travaux ordinaires, il remédia au problème en fermant le péristyle par des glaces afin de relier les Grands Appartements de l’aile droite à ceux de l’aile gauche72.

72À son tour, Louis-Philippe tente d’améliorer cette lacune en réclamant à son architecte la création pour chaque appartement d’un couloir de distribution indépendant qui permette d’éviter l’enfilade et qui, surtout, soit ininterrompu depuis l’appartement du Roi jusqu’à celui de Madame Adélaïde, en passant par celui de la reine. En effet, lorsqu’il va visiter l’aile gauche le 12 avril 1835, il demande à Nepveu d’insister particulièrement sur ce point dans les appartements de la partie gauche du palais. Il exige que soit créé un corridor de communication entre l’appartement de Madame Adélaïde et celui de la reine, mais aussi que l’on améliore les moyens de communication entre celui de la reine et le sien. Ces trois appartements sont donc intrinsèquement liés, comme le rapporte Nepveu :

  • 73 Nepveu, op. cit., lettre du 12 avril 1835.

S. M. examine attentivement et en détail avec M. l’Intendant Général, M. Fontaine et moi les distributions existantes et me donne les ordres suivants : 1° De préparer l’appartement du rez-de-chaussée sous celui du concierge pour S.A.R. Madame Adélaïde. Cet appartement occupé par les gouverneurs est en état et n’exige aucune dépense notable. 2° D’établir un corridor de communication entre cet appartement et celui de la reine à travers les deux pièces à cheminée qui donnent sur la cour. L’exécution de ce corridor exigera une dépense de 4 à 5 000 francs. 3° De compléter les moyens de communication existant déjà derrière les appartements de la reine et les dépendances de cet appartement en ouvrant une communication au-dessus de l’escalier des bouches pour y établir une garde-robe, un cabinet de toilette et une chambre de bains à l’usage du roi73.

L’individualisation des espaces

73Pour compenser la proximité entre l’appartement du Roi et les appartements voisins encouragée par ce souci de circulation, Louis-Philippe s’attache tout particulièrement à individualiser son appartement par rapport aux autres, sans que l’on puisse parler de véritable hiérarchisation, ne serait-ce qu’en raison du choix du roi de meubler sa chambre d’un lit de repos au décor plus sobre que celui du baron Fain. Il ne faut pas oublier que le souverain dispose ici d’un appartement qui n’a pas vocation de représentation du pouvoir royal, mais est simplement fonctionnel, où l’usage des pièces recouvre tous les champs de ses activités, à la fois travail avec sa Petite Bibliothèque et son Petit Cabinet, confort avec sa salle de bains et ses garde-robes et, enfin, repos avec sa chambre-cabinet. On n’y trouve en revanche aucun salon, aucune galerie ni aucune autre pièce ayant vocation à la réception ou à la parade. Cette primauté de la fonctionnalité sur l’apparat royal est confirmée par le choix des mots employés à l’époque pour désigner cet appartement. En effet, dans l’inventaire de 1839, à l’intérieur du chapitre « Grands Appartements d’habitation », figurent les pièces composant l’appartement de la reine mais aussi celles réservées au roi, directement à la suite, et non sous une rubrique à part. Les appartements respectifs du roi et de la reine forment donc les Grands Appartements d’habitation, en opposition aux Grands Appartements de réception de l’aile droite, alors que quelques années plus tard, en 1855, on fait clairement la différence entre « les Grands Appartements côté gauche » (anciennement ceux de Marie-Amélie) et les « Petits Appartements » (ceux de Louis-Philippe).

74Il ne faut pas oublier non plus que la chambre-cabinet de Louis-Philippe ne prétend pas rivaliser avec la chambre à coucher du roi et de la reine dans l’appartement de Marie-Amélie, où le roi dort le plus souvent avec son épouse. Louis-Philippe considère sa chambre-cabinet comme une pièce de travail où il dispose d’un simple lit de repos, et non comme sa chambre à coucher officielle, dans laquelle le roi et la reine sont d’ailleurs le premier couple royal à dormir dans le même lit. Ainsi, quand Nepveu parle de la « chambre à coucher » du roi, il ne désigne pas la chambre-cabinet de Louis-Philippe, mais bien la chambre à coucher des souverains. L’appartement de Louis-Philippe est donc consacré à un usage fonctionnel, sans prétention de « représenter » le roi.

Fig. 12 : Frédéric Nepveu, plan de l’entresol inférieur du Grand Trianon, 1839. Versailles, service des archives du château de Versailles, PN 56.

Fig. 12 : Frédéric Nepveu, plan de l’entresol inférieur du Grand Trianon, 1839. Versailles, service des archives du château de Versailles, PN 56.

© 2011 / Lucile Pierret

75Cette réalité explique aussi pourquoi la hiérarchisation des espaces est si peu respectée et que le roi favorise si facilement la proximité des autres appartements, comme le montre l’aménagement des logements de son personnel de service juste à côté de son appartement. En effet, dans l’entresol inférieur situé au-dessous de l’appartement de Louis-Philippe (fig. 12), logent ses deux garçons de toilette, White et Prévost, ainsi que Thuret, son valet de chambre, qui ne disposent chacun que d’une chambre à coucher sommaire. Ces trois pièces jouxtent une pièce spécialement réservée à la garde-robe « aux habits » du roi. L’occupation de chaque espace est pensée en fonction de ses occupants et de leur relation avec la famille royale. En effet, alors que les logements situés au-dessous de chez le roi sont occupés par ses garçons de toilette, de même l’entresol supérieur de l’aile des Médecins a été choisi pour héberger les femmes de chambre de Marie-Amélie et ses dames d’honneur, du fait de sa proximité avec l’appartement de la Reine. La marquise de Dolemieu, par exemple, première dame d’honneur de la reine, y dispose de sa chambre, d’une garde-robe et d’un salon, que jouxte une chambre de suite. Le souci de gain d’espace que l’on décèle dans l’occupation des entresols des appartements de la reine et du roi est exacerbé au maximum dans l’entresol au-dessus de l’appartement de Madame Adélaïde. En effet, une dizaine de logements y sont ménagés à l’intention, notamment, de Marc, le médecin du roi, de Stolzemberg, le valet de chambre du roi, et de Mlles Bertheuil et White, ses femmes de chambre. L’autre partie de l’entresol au-dessus de l’aile gauche sur la cour d’honneur est occupée par l’intendant général de la liste civile et le baron Atthalin, dont le logement est plus important que les autres : en plus d’une chambre à coucher et de la garde-robe, il jouit d’un cabinet de travail avec garde-robe et d’une chambre de suite. Enfin, le logement de Mlle Savary, la première femme de chambre de Madame Adélaïde, complétèrent cet entresol supérieur. Le reste des logements disponibles sont généralement prévus pour les domestiques qui travaillent dans les cuisines du sous-sol : aussi bien dans la nouvelle cuisine souterraine au-dessous de l’aile du médecin, que la grande cuisine au-dessous de l’arrière-cour, ou encore la pâtisserie, sous l’appartement du baron Fain (fig. 13).

Fig. 13 : Frédéric Nepveu, plan du sous-sol du Grand Trianon. Versailles, service des archives du château de Versailles, PN 54.

Fig. 13 : Frédéric Nepveu, plan du sous-sol du Grand Trianon. Versailles, service des archives du château de Versailles, PN 54.

© 2011 / Lucile Pierret

Fig. 14 : Frédéric Nepveu, détail d’une coupe sur le salon des Glaces et l’aile sud des offices du Grand Trianon, 1836-1837. Versailles, service des archives du château de Versailles, PN 58.

Fig. 14 : Frédéric Nepveu, détail d’une coupe sur le salon des Glaces et l’aile sud des offices du Grand Trianon, 1836-1837. Versailles, service des archives du château de Versailles, PN 58.

1) Salon des Glaces ; 2) Petit Cabinet du roi ; 3) Passage ; 4) Chambre-cabinet du Roi ; 5) Salle de bains ; 6) Petite Bibliothèque du roi ; 7) Cabinet du baron Fain ; 8) Chambre à coucher du baron Fain

© RMN / J.-M. Manaï

76On ne peut donc pas parler de véritable hiérarchisation, mais plutôt d’une individualisation des espaces et d’une personnalisation des pièces en fonction de leurs occupants et du statut de ceux-ci. La taille et la hauteur sous plafond des pièces, par exemple, sont clairement articulées en fonction de leur importance : alors que la chambre-cabinet de Louis-Philippe est la plus haute et la plus longue des pièces (4,16 m de hauteur pour 8,50 m de longueur), toutes les autres ont une hauteur sous plafond moitié moindre que le salon des Glaces (3,06 m de hauteur pour la salle de bains) (fig. 14), alors que les dimensions de l’appartement de Fain sont beaucoup plus modestes. Cette personnalisation passe aussi par les différences des décors entre les appartements, ne serait-ce que dans la présence d’un lustre dans la chambre-cabinet de Louis-Philippe ou dans le choix des tissus, où la perse à bouquet sur fond blanc domine chez le roi, tandis que les toiles de Jouy caractérisent l’appartement du baron Fain.

Fig. 15 : Photographie actuelle de l’ancienne chambre-cabinet de Louis-Philippe, meublée dans les styles Empire et Restauration par le Mobilier national dans les années 1960 pour les hôtes étrangers de la France.

Fig. 15 : Photographie actuelle de l’ancienne chambre-cabinet de Louis-Philippe, meublée dans les styles Empire et Restauration par le Mobilier national dans les années 1960 pour les hôtes étrangers de la France.

© 2011 / CRCV

Fig. 16 : Détail du plan du Grand Trianon, aile sud, résidence des chefs d’État, rez-de-chaussée, 1963. Versailles, service des archives du château de Versailles, no 1295.

Fig. 16 : Détail du plan du Grand Trianon, aile sud, résidence des chefs d’État, rez-de-chaussée, 1963. Versailles, service des archives du château de Versailles, no 1295.

© 2011 / Lucile Pierret

Fig. 17 : Photographie actuelle de l’ancienne salle de bains de Louis-Philippe, devenue pièce d’habillage pour les hôtes étrangers de la France dans les années 1960.

Fig. 17 : Photographie actuelle de l’ancienne salle de bains de Louis-Philippe, devenue pièce d’habillage pour les hôtes étrangers de la France dans les années 1960.

© 2011 / Samuel Halopau

Fig. 18 : Photographie actuelle de l’ancienne petite bibliothèque du roi, devenue salle de bains de l’épouse du chef d’État étranger dans les années 1960.

Fig. 18 : Photographie actuelle de l’ancienne petite bibliothèque du roi, devenue salle de bains de l’épouse du chef d’État étranger dans les années 1960.

© 2011 / Samuel Halopau

Fig. 19 : Grand Trianon, salle de bains de l’épouse du chef d’État étranger, Saltet et Humbaire, 1964. Versailles, service des archives du château de Versailles, no 1407.

Fig. 19 : Grand Trianon, salle de bains de l’épouse du chef d’État étranger, Saltet et Humbaire, 1964. Versailles, service des archives du château de Versailles, no 1407.

© 2011 / Lucile Pierret

Fig. 20 : Photographie actuelle de l’ancien secrétariat du Roi, devenu salle de bains de la dame de compagnie de l’épouse du chef d’État étranger.

Fig. 20 : Photographie actuelle de l’ancien secrétariat du Roi, devenu salle de bains de la dame de compagnie de l’épouse du chef d’État étranger.

© 2011 / Samuel Halopau

Fig. 21 : Grand Trianon, salle de bains de la dame de compagnie, Saltet et Humbaire, 1964. Versailles, service des archives du château de Versailles, no 1406.

Fig. 21 : Grand Trianon, salle de bains de la dame de compagnie, Saltet et Humbaire, 1964. Versailles, service des archives du château de Versailles, no 1406.

© 2011 / Lucile Pierret

Fig. 22 : Photographie actuelle de l’ancienne chambre à coucher du baron Fain, meublée par le Mobilier national pour en faire la chambre de la dame de compagnie de l’épouse du chef d’État étranger.

Fig. 22 : Photographie actuelle de l’ancienne chambre à coucher du baron Fain, meublée par le Mobilier national pour en faire la chambre de la dame de compagnie de l’épouse du chef d’État étranger.

© 2011 / Lucile Pierret

77Aujourd’hui, l’appartement du roi Louis-Philippe n’est plus visible dans son état d’origine car il a subi des modifications dans les années 1960. Alors que le Second Empire se désintéressa de cette partie du palais et que le passage des deux guerres mondiales plongea Trianon dans l’abandon et une léthargie totale, ce fut sous la présidence du général de Gaulle, dans les années 1960, que les appartements subirent de nouveau des transformations. Après que le Général eut décidé de choisir Trianon comme résidence officielle en 1959, André Malraux s’empressa d’engager un projet d’aménagement et de réhabilitation du palais pour les hôtes officiels de la France – projet mené à bien de 1963 à 1965 par Marc Saltet, architecte en chef des Monuments historiques, assisté par Jean-Louis Humbaire, architecte en chef des Bâtiments civils et Palais nationaux. Alors que Trianon-sous-Bois fut dévolu à la présidence de la République, l’aile gauche fut réservée aux hôtes étrangers en visite officielle. La chambre de l’impératrice devait servir aux chefs d’État étrangers alors que l’ancien appartement de Louis-Philippe était affecté à leur épouse et à sa dame de compagnie. La chambre-cabinet de Louis-Philippe fut spécialement remeublée par le Mobilier national dans les styles Empire et Restauration (fig. 15). Sur un plan de 1963 (fig. 16), Marc Saltet précise la nouvelle destination des pièces de l’appartement : l’ancien Petit Cabinet du roi devient une petite salle à manger pour le chef d’État étranger et son épouse et la chambre-cabinet une véritable chambre à coucher pour l’épouse du chef d’État. La salle de bains du roi est réorganisée en pièce pour l’habillage (fig. 17), sorte de vestibule à la nouvelle salle de bains installée dans l’ancienne Petite Bibliothèque du roi (fig. 18). Sur une coupe de la salle de bains de 1964 (fig. 19), on voit la décoration architecturale mise en place dans cette pièce, notamment l’encastrement de la baignoire dans une alcôve garnie de rideaux. Un certain respect de l’état Louis-Philippe transparaît à travers le choix de conserver l’emplacement des cloisons et des accès. Seules les pièces suivantes voient leur superficie et leur disposition spatiale changer. En effet, le secrétariat de Louis-Philippe est transformé en petite salle de bains (fig. 20 et 21), tandis que l’ancienne chambre du baron Fain devient la chambre de la dame de compagnie de l’épouse du chef d’État étranger (fig. 22). Cette dernière pièce annexe désormais la portion de couloir qui la jouxtait et augmente ainsi sensiblement en surface. Finalement, les modifications subies par l’appartement de Louis-Philippe, dans les années 1960 furent les seules transformations significatives effectuées après le règne du souverain et la longue période de léthargie qui suivit. Ces transformations ne doivent pas faire oublier toute la genèse de l’aménagement décidé par Louis-Philippe à travers laquelle on perçoit les motivations, la personnalité et le goût d’un roi soucieux de créer un équilibre, non seulement entre l’espace du palais et les différentes strates mémorielles qui s’y étaient accumulées, entre l’intimité de son appartement et la proximité avec sa famille, mais aussi entre la rupture avec la tradition royale et la continuité avec ses prédécesseurs.

Haut de page

Bibliographie

Benoît Jérémie, 2009, Le Grand Trianon, un palais privé à l’ombre de Versailles : de Louis XIV à Napoléon et de Louis-Philippe au Général de Gaulle, Lathuile, Éd. du Gui.

Bérenguier Raoul, s. d., Versailles : le Grand Trianon, Paris, A. Morancé.

Blondel Jean-François, 1737-1738, De la distribution des maisons de plaisance et de la décoration des édifices en général, Paris, C.-A. Jombert.

Boscq Paul, 1887, Versailles et les Trianons, Paris, H. Laurens.

Champigneulle, Bernard, [1948], Les Trianons, Paris, Vincent, Fréal et Cie.

Clouzot Henri, 1939, Le style Louis-Philippe - Napoléon III, Paris, Larousse.

Deshairs Léon, s. d., Le Grand Trianon : architecture, décoration, ameublement, Paris, A. Calavas.

Diderot Denis ; d’Alembert, 1751-1765, Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences des arts et des métiers, Paris, Briasson.

Dumonthier Ernest, [1911], Les bronzes du Mobilier national, t. I : Pendules et cartels ; t. II : Bronzes d’éclairage et de chauffage, Paris, Ch. Massin.

— [1912], Les plus beaux meubles des ministères et administrations publiques. Lits et lits de repos, Paris, A. Morancé.

— 1913, Mobilier national : bois de sièges, Paris, Ch. Massin.

— 1924, Les tables : tables à la grecque, tables-consoles, tables à ouvrage, tables à dessin, guéridons, Paris, A. Morancé.

Dupuy-Baylet Marie-France, 2006, Pendules du Mobilier national, 1800-1870, Dijon, Faton.

Fontaine Pierre-François-Léonard, 1837, Les palais des deux Trianon : domaine de la Couronne, Paris, impr. L.-B. Thomassin.

— 1987, Journal, 1799-1853, t. II : 1824-1853, Paris, école nationale supérieure des Beaux-Arts.

Josephson Ragnar, 1927, « Le Grand Trianon sous Louis XIV d’après des documents inédits », Revue de l’histoire de Versailles, 1927, p. 5-24.

Ledoux-Lebard Denise, 1967, « Le palais du Grand Trianon sous l’Empire », Revue de l’Institut Napoléon, no 103, p. 49-56.

— 1975, Inventaire général du Musée national de Versailles et des Trianons, t. I : Le Grand Trianon : meubles et objets d’art, Paris, F. de Nobele / Éd. des musées nationaux.

— 1984, Les ébénistes du xixe siècle, 1795-1889 : leurs œuvres et leurs marques, Paris, Éd. de l’amateur.

— 2000, Le mobilier français du xixe siècle, 1795-1889 : dictionnaire des ébénistes et menuisiers, Paris, Éd. de l’amateur.

Lehmann Colette 1979, Mobilier Louis-Philippe, Napoléon III, Paris, Ch. Massin.

Lefuel Hector-Martin, 1925, François-Honoré-Georges Jacob-Desmalter : ébéniste de Napoléon Ier et Louis XVIII, Paris, A. Morancé.

Lemoine Pierre, 2002, Guide du musée et domaine national de Versailles et Trianon, Paris, Réunion des musées nationaux.

Masson Frédéric, 1914, Pour l’Empereur : pages d’histoire nationale, 1796-1821, Paris, P. Ollendorff.

Mauricheau-Beaupré Charles, 1927, « Le mobilier de Trianon, à propos d’une réorganisation récente », Revue de l’art ancien et moderne, 1927, vol. 1, p. 81-94.

— 1949, Versailles : l’histoire et l’art, guide officiel : le château, les jardins, le parc, les Trianons, le musée des Voitures, le Jeu de Paume, Paris, Éd. des musées nationaux.

Meyer Daniel, 1980, « La restitution de la chambre de Louis XIV à Versailles », Revue du Louvre et des musées de France, no 4, p. 240-248.

— 1987, « L’ameublement des petits appartements de la reine à Versailles sous Louis-Philippe », Antologia di Belle Arti, no 31-32, p. 28-49.

Nolhac Pierre de, 1927, Versailles et la cour de France. Trianon, Paris, L. Conard.

Pératé André, 1904, Versailles : le château, les jardins, les Trianons, le musée, la ville, Paris, H. Laurens.

Praz Mario, 1964, L’ameublement : psychologie et évolution de la décoration intérieure, trad. M.-P. Boulay, C. Boulay et A. R. Salem, Paris, Tisné.

Samoyault Jean-Pierre, 2009, Mobilier français Consulat et Empire, Paris, Gourcuff Gradenigo.

Samoyault Jean-Pierre ; Arizzoli-Clémentel Pierre, 2009, Le mobilier de Versailles : chefs-d’œuvres du xixe siècle, Dijon, Faton.

Van der Kemp Gérald, 1967, Versailles : le Grand Trianon, Versailles, Artlys.

— 1975, Versailles et Trianon : description générale et guide officiel, Versailles, Artlys.

Vatout Jean, 1837, Souvenirs historiques des résidences royales de France : palais de Versailles, Paris, F. Didot frères et Cie.

Haut de page

Notes

1 Diderot et d’Alembert 1751-1765, article « Trianon ».

2 Blondel 1737-1738.

3 Fontaine 1987, p. 1021.

4 Ibid.

5 Ibid.

6 Benoît 2009, p. 27

7 Masson 1914, p. 153

8 Vatout 1837, p. 22.

9 Samoyault 2009, p. 307.

10 Fontaine 1837, p. 3.

11 Josephson 1927, p. 18.

12 Frédéric Nepveu, « Restauration du palais de Versailles, rapports des visites du roi Louis-Philippe par Frédéric Nepveu au directeur des Bâtiments, monsieur Dubuc, 1835-1848 », Versailles, service des archives du château de Versailles, B 27, lettre du 12 avril 1835.

13 Ibid., lettre du 31 mars 1836.

14 Ibid., lettre du 18 mars 1836.

15 Ibid., lettre du 31 mars 1836.

16 Ibid., lettre du 8 avril 1836.

17 Ibid., lettre du 18 juillet 1836.

18 Ibid., lettre du 30 octobre 1836.

19 Ibid., lettre du 18 mars 1837.

20 « Inventaire du mobilier des palais de Trianon en 1839 », Paris, Archives nationales (désormais AN), AJ19 429-432.

21 « Inventaire du mobilier des palais de Trianon en 1833 : volume 3, exercice de 1838 du Grand Trianon », AN, AJ19 428.

22 Elle est transférée dans le Petit Cabinet en 1855.

23 « Mémoires de travaux pour la mise en état des appartements du roi, exercice de 1841, dépenses arriérées de 1837 », AN, O4 1950 B, mandat no 3163.

24 Dumonthier [1912], p. 14.

25 Ledoux-Lebard 2000, p. 269.

26 « Inventaire du mobilier des palais de Trianon en 1833 : volume 2, exercice 1837 du Grand Trianon », AN, AJ19 426.

27 En 1837, il se trouvait dans le secrétariat du roi.

28 « Inventaire du mobilier des palais de Trianon en 1839 », AN, AJ19 429-432.

29 Ibid.

30 « Inventaire du mobilier des palais de Trianon en 1839 : registre d’entrées, exercice 1839-1848 », AN, AJ19 433.

31 « Inventaire du mobilier des palais de Trianon en 1855 », AN, AJ19 1178.

32 Samoyault 2009, notice 95.

33 « Inventaire du mobilier des palais de Trianon en 1833 : volume 2, exercice de 1837 du Grand Trianon », AN, AJ19 426.

34 « Inventaire du mobilier des palais de Trianon en 1855 », AN, AJ19 1178.

35 « Mémoires de travaux pour la mise en état des appartements du roi, exercice de 1841, dépenses arriérées de 1837 », AN, O4 1950 B, mandat no 962.

36 « Inventaire du mobilier des palais de Trianon en 1833 : volume 3, exercice 1838 du Grand Trianon», AN, AJ19 428. Il y en avait trois dans le cabinet de travail de la reine (GT. 60), un dans le salon des Malachites (GT. 1844), et un dans la salle de bains de Clémentine (GT. 2029).

37 « Inventaire du mobilier des palais de Trianon en 1833 : volume 3, exercice 1837 du Grand Trianon », AN, AJ19 428.

38 « Inventaire du mobilier des palais de Trianon en 1839 : registre d’entrées, exercice 1839-1848 », AN, AJ19 433, fo 7, n°7506.

39 Deux autres exemplaires furent envoyés dans le salon des Malachites en 1839 (GT. 1854).

40 « Inventaire du mobilier de Trianon en 1833 : volume 3, exercice 1838 du Grand Trianon », AN, AJ19 428. L’un fut placé dans la chambre de Fain (GT. 360) et deux dans le salon des Glaces (GT. 177).

41 Elle est appelée deuxième garde-robe dans l’inventaire de 1855.

42 En 1837, il se trouvait dans le secrétariat.

43 Ledoux-Lebard 2000, p. 270.

44 Samoyault et Arizzoli-Clémentel 2009, notice 75. Le tableau est conservé au musée des beaux-arts de Rouen.

45 Base de données du Mobilier national. Ils ont été recouverts d’un cuir vert le 13 décembre 1996. GMT 3662/002.

46 « Inventaire du mobilier des palais de Trianon en 1833 : exercice de 1837 du Grand Trianon », AN, AJ19 426-428.

47 « Inventaire du mobilier des palais de Trianon en 1833 : volume 2, exercice de 1837 du Grand Trianon », AN, AJ19 426.

48 « Inventaire du mobilier des palais de Trianon en 1855 », AN, AJ19 1178.

49 Fontaine 1987, p. 1245.

50 Samoyault et Arizzoli-Clémentel 2009, p. 162, notice no 46.

51 « Inventaire du mobilier des palais de Trianon en 1833 : volume 2, exercice de 1837 du Grand Trianon », AN, AJ19 426.

52 Base de données du Mobilier national. Elles furent recouvertes d’un velours gris le 13 février 1935. GMT 11469/003.

53 Dupuy-Baylet 2006, p. 136.

54 « Inventaire du mobilier des palais de Trianon en 1839 : registre d’entrées, exercice 1839-1848 », AN, AJ19 433, fo 7, no 7507.

55 Masson 1914, p. 148.

56 Samoyault et Arizzoli-Clémentel 2009, p. 50.

57 Samoyault 2009, p. 13.

58 Masson 1914, p. 148.

59 Fontaine 1987, p. 859.

60 « Mémoires de fournitures pour le Grand Trianon par monsieur Laflèche en 1836 », AN, O4 1642, mandat no 9609.

61 « Mémoires de fournitures pour le Grand Trianon par monsieur Lemarchand en 1838 », AN, O4 1769, mandat no 10221.

62 « Mémoires de fournitures pour le Grand Trianon par madame Chize en 1839 », AN, O4 1828.

63 Meyer 1980, p. 240.

64 « Mémoires de fournitures pour le Grand Trianon par monsieur Laflèche en 1836 », AN, O4 1642, mandat no 9609.

65 Fontaine, op. cit., 1987 : 857-858.

66 Comtesse de Boigne, née d’Osmond (1820-1848), cité dans Samoyault et Arizzoli-Clémentel 2009, p. 313.

67 Benoît 2009, p. 218.

68 Fontaine 1837, p. 3-4.

69 Masson 1914, p. 153.

70 Nepveu, op. cit., cité dans Benoît 2009, p. 222.

71 Masson 1914, p. 153.

72 Ledoux-Lebard 1967, p. 49-56.

73 Nepveu, op. cit., lettre du 12 avril 1835.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Détail du plan original du Trianon correspondant à des notices datées du 31 mai et du 2 juin 1691. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, Va 370.
Légende 1) Cabinet des Glaces ; 2) Chapelle ; 3) Salon des Seigneurs ; 4) Salle de desserte ; O) Pour dresser le fruit (après 1691, chambre du Roi) ; P) Pour serrer le fruit (après 1691, antichambre du Roi) ; E) à N) et Q) à X) Offices.
Crédits © 2011 / Lucile Pierret
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11757/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Fig. 2 : Plan du Trianon de marbre en 1692. Paris, Archives nationales.
Crédits © 2011 / Lucile Pierret
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11757/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1016k
Titre Fig. 3 : Détail du plan impérial du palais de Trianon avec projet de dédoublement. Paris, Archives nationales, série Va, boîte XXVI, Grand Trianon, 1.
Crédits © 2011 / Lucile Pierret
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11757/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 4 : Plan des appartements de l’aile du Midi du Grand Trianon, Cabinet du roi, 1836, « fait dans les bureaux de monsieur Nepveu architecte du roi, avril 1836 ». Versailles, service des archives du château de Versailles, liasse 72, no 37a.
Légende Ce plan correspond au premier projet de Nepveu. 1) Cabinet du roi ; 2) Garde-robe ; 3) Cabinet de toilette ; 4) Salle de bains.
Crédits © 2011 / Lucile Pierret
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11757/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Titre Fig. 5 : Plan des appartements de l’aile du Midi du Grand Trianon, cabinet du Roi, 1836, « fait dans les bureaux de monsieur Nepveu architecte du roi, 15 avril 1836 ». Versailles, service des archives du château de Versailles, liasse 72, no 37b.
Légende Ce plan correspond au deuxième projet de Nepveu. 1) Cabinet du Roi ; 2) Garde-robe ; 3) Chambre à coucher du roi ; 4) Salle de bains.
Crédits © 2011 / Lucile Pierret
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11757/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Fig. 6 : Plan des appartements de l’aile du Midi du Grand Trianon, cabinet du Roi, 1836, « fait dans les bureaux de monsieur Nepveu architecte du roi, fin avril 1836 ». Versailles, service des archives du château de Versailles, liasse 72, no 37c.
Crédits © 2011 / Lucile Pierret
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11757/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 7 : Plan du rez-de-chaussée du Grand Trianon, 1841 (Les palais des deux Trianons, domaine de la Couronne, 1837, p. 28)
Légende 1) Petit cabinet ; 2) Petite pièce servant de passage ; 3) Garde-robe ; 4) Chambre-cabinet du roi ; 5) Garde-robe ; 6) Salle de bains ; 7) Garde-robe ; 8) Petite bibliothèque ; 9) Cabinet ; 10) Secrétariat ; 11) Cabinet ; 12) Chambre à coucher du baron Fain ; 13) Garde-robe ; 14) Cabinet
Crédits © Domaine public
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11757/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Fig. 8 : Dessin de la salle de bains et de la chambre du Roi en 1836 au Grand Trianon « fait dans les bureaux de monsieur Nepveu architecte du roi, juin 1836 ». Versailles, service des archives du château de Versailles, liasse 72, no 38.
Crédits © 2011 / Lucile Pierret
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11757/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Fig. 9 : Candélabre à trois lumières provenant des appartements de l’impératrice à Saint-Cloud, 1800-1803, bronze doré, marbre vert de mer, 83,7 × 25,7 × 13,6 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, inv. T 335.
Crédits © RMN – Droits réservés
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11757/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 10 : Dessin de la salle de bains du Roi, aile du Midi, Grand Trianon. Versailles, service des archives du château de Versailles, liasse 72, no 39.
Crédits © 2011 / Lucile Pierret
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11757/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Fig. 11 : Georges Jacob sur des dessins d’Hubert Robert, chaise d'une série de dix livrée en 1787 pour la laiterie de la Reine au château de Rambouillet, Versailles, Petit Trianon.
Crédits © RMN – Droits réservés
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11757/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 12 : Frédéric Nepveu, plan de l’entresol inférieur du Grand Trianon, 1839. Versailles, service des archives du château de Versailles, PN 56.
Crédits © 2011 / Lucile Pierret
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11757/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Fig. 13 : Frédéric Nepveu, plan du sous-sol du Grand Trianon. Versailles, service des archives du château de Versailles, PN 54.
Crédits © 2011 / Lucile Pierret
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11757/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Fig. 14 : Frédéric Nepveu, détail d’une coupe sur le salon des Glaces et l’aile sud des offices du Grand Trianon, 1836-1837. Versailles, service des archives du château de Versailles, PN 58.
Légende 1) Salon des Glaces ; 2) Petit Cabinet du roi ; 3) Passage ; 4) Chambre-cabinet du Roi ; 5) Salle de bains ; 6) Petite Bibliothèque du roi ; 7) Cabinet du baron Fain ; 8) Chambre à coucher du baron Fain
Crédits © RMN / J.-M. Manaï
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11757/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 15 : Photographie actuelle de l’ancienne chambre-cabinet de Louis-Philippe, meublée dans les styles Empire et Restauration par le Mobilier national dans les années 1960 pour les hôtes étrangers de la France.
Crédits © 2011 / CRCV
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11757/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 16 : Détail du plan du Grand Trianon, aile sud, résidence des chefs d’État, rez-de-chaussée, 1963. Versailles, service des archives du château de Versailles, no 1295.
Crédits © 2011 / Lucile Pierret
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11757/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Titre Fig. 17 : Photographie actuelle de l’ancienne salle de bains de Louis-Philippe, devenue pièce d’habillage pour les hôtes étrangers de la France dans les années 1960.
Crédits © 2011 / Samuel Halopau
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11757/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 18 : Photographie actuelle de l’ancienne petite bibliothèque du roi, devenue salle de bains de l’épouse du chef d’État étranger dans les années 1960.
Crédits © 2011 / Samuel Halopau
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11757/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 19 : Grand Trianon, salle de bains de l’épouse du chef d’État étranger, Saltet et Humbaire, 1964. Versailles, service des archives du château de Versailles, no 1407.
Crédits © 2011 / Lucile Pierret
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11757/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 20 : Photographie actuelle de l’ancien secrétariat du Roi, devenu salle de bains de la dame de compagnie de l’épouse du chef d’État étranger.
Crédits © 2011 / Samuel Halopau
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11757/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 21 : Grand Trianon, salle de bains de la dame de compagnie, Saltet et Humbaire, 1964. Versailles, service des archives du château de Versailles, no 1406.
Crédits © 2011 / Lucile Pierret
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11757/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 22 : Photographie actuelle de l’ancienne chambre à coucher du baron Fain, meublée par le Mobilier national pour en faire la chambre de la dame de compagnie de l’épouse du chef d’État étranger.
Crédits © 2011 / Lucile Pierret
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11757/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 177k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucile Pierret, « L’appartement de Louis-Philippe Ier au Grand Trianon », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne], Articles et études, mis en ligne le 22 décembre 2011, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://crcv.revues.org/11757 ; DOI : 10.4000/crcv.11757

Haut de page

Auteur

Lucile Pierret

Diplômée du deuxième cycle de l’École du Louvre en 2011, elle a récemment soutenu un mémoire sur les fonds d’archives et les fonds documentaires anciens du musée d’Orsay sous la direction d’Isabelle Gaëtan, responsable du service de la documentation du musée. C’est en 2009 qu’elle intègre le groupe de recherche de Versailles et mène une étude sur l’appartement du roi Louis-Philippe Ier au Grand Trianon, dont cet article est issu, sous la direction de Béatrix Saule, directrice du Centre de recherche du château de Versailles, et de Jérémie Benoît, conservateur en chef des palais de Trianon. Contact : pierret.lucile@laposte.net

Haut de page

Droits d’auteur

© Lucile Pierret / 2011 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org