Navigation – Plan du site

Signes du pouvoir militaire : de l’épée de connétable au bâton de maréchal

Military power, from the connétable’s sword to the marshal’s stick
François Lagrange

Résumés

Les collections du musée de l’Armée et, au-delà, l’hôtel des Invalides comportent un certain nombre d’objets et de représentations caractéristiques du pouvoir militaire dans sa dimension de commandement : parmi les plus prestigieux, on compte l’épée d’un connétable de France et plusieurs bâtons de maréchal de France de différentes époques. Sans prétendre à l’exhaustivité, une rapide mise en perspective de ces pièces – jalonnées dans le temps, de la Renaissance à la fin du xxe siècle – fait apparaître des évolutions significatives dans la manière dont le pouvoir militaire se définit, notamment par rapport au pouvoir politique, et élabore progressivement un langage qui lui est propre.

Haut de page

Texte intégral

« Rappelez-vous bien qu’il n’est aucun de vous qui n’ait dans sa giberne le bâton de maréchal… », Louis XVIII aux élèves de l’École royale spéciale militaire, 1819.

« Le bâton de maréchal n’est également qu’un tibia maquillé », Lucien Descaves, La Colonne, 1901.

1Dans le vaste domaine guerrier, qui prend pour l’essentiel en Europe, à partir des xviie et xviiie siècles, la forme du « militaire » au sens que nous lui donnons actuellement, le champ des recherches sur les objets représentant le pouvoir, ou le commandement, est à la fois ouvert, riche et disparate. Il apparaît pratiquement impossible à embrasser d’un seul regard. Les emblèmes, les décorations, les uniformes et, dans un autre registre, certaines armes constituent de vastes ensembles liés au pouvoir militaire soit par définition, soit par l’usage : il existe des décorations militaires spécifiques, mais aussi des usages spécifiquement militaires de telle ou telle décoration.

  • 1 Où ont été installés le musée d’Artillerie après 1870, le musée historique de l’Armée en 1896, les (...)
  • 2 Qui n’est pas sans lien avec les galeries historiques du château de Versailles où abondent connétab (...)
  • 3 Avec le regard de l’historien plus que du conservateur, mais en remerciant nos collègues de la cons (...)

2Le cadre nécessairement limité de cette étude impose un tri. Aussi avons-nous choisi de sélectionner un sous-ensemble restreint, mais hautement significatif, des collections du musée de l’Armée et, au-delà, du cadre monumental de l’hôtel des Invalides1. Il s’agit d’un groupe de quelques objets connus, épées de connétable et bâtons de maréchal, qui symbolisent le commandement suprême aux armées2. Nous nous proposons de donner un rapide aperçu de ces pièces3 et de leurs évolutions, de la Renaissance à la fin du xxe siècle. À leur manière, elles apportent un éclairage qui n’est pas négligeable sur les relations entre pouvoir militaire et pouvoir politique.

  • 4 Voir par exemple Michel Pastoureau, Les emblèmes de la France, Paris, Bonneton, 1998.

3Cette présentation n’a rien d’exhaustif. Il ne s’agit pas d’entreprendre une histoire des connétables ni de la connétablie, des maréchaux ni du maréchalat. Nous invitons le lecteur à une simple visite découverte, même si nous sommes convaincu qu’il y a, pour les chercheurs, matière à de fécondes perspectives, notamment dans l’esprit de certaines formes d’histoire culturelle illustrées par Michel Pastoureau4.

De l’épée au bâton

  • 5 Il conviendrait de réserver une place spécifique à la masse d’armes. Le musée de l’Armée en possède (...)

4Pour la période correspondant approximativement de la Renaissance à la fin de l’Ancien Régime, deux types d’objets peuvent prétendre symboliser le pouvoir militaire dans ses plus hautes expressions : l’épée de connétable et le bâton de maréchal5.

L’épée de connétable

  • 6 Nous suivons ici les descriptions de Jean-Pierre Reverseau, Les armes et la vie, Paris, Dargaud, 19 (...)
  • 7 Jean-Pierre Reverseau (dir.), Invalides/musée de l’Armée : 100 trésors des collections, Paris, Perr (...)

5L’épée de connétable de France6, d’une longueur totale de 1,20 m (la lame seule atteignant 0,91 m) et d’un poids de 3,7 kg avec son fourreau7, est celle que le roi de France remet rituellement au connétable, garde vers le bas, pour lui rappeler qu’il lui confie le commandement de l’armée (fig. 1 et 2).

Fig. 1 : Épée avec fourreau d’un connétable de France, vers 1475-1500, cuir doré partiellement, fer forgé, laiton, 1,2 × 0,25 m. Paris, musée de l’Armée, J 26.

Fig. 1 : Épée avec fourreau d’un connétable de France, vers 1475-1500, cuir doré partiellement, fer forgé, laiton, 1,2 × 0,25 m. Paris, musée de l’Armée, J 26.

© Paris - Musée de l’Armée, Dist. RMN/Pascal Segrette

Fig. 2 : Jean Fouquet, Charles V remettant à Bertrand Du Guesclin l’épée de connétable (détail), in Grandes chroniques de France, vers 1470, enluminure, 17 × 12 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, ms. français 6465, fo 434vo.

Fig. 2 : Jean Fouquet, Charles V remettant à Bertrand Du Guesclin l’épée de connétable (détail), in Grandes chroniques de France, vers 1470, enluminure, 17 × 12 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, ms. français 6465, fo 434vo.

© Bibliothèque nationale de France

  • 8 Révérend père Daniel, Histoire de la milice françoise et des changements qui s’y sont faits depuis (...)

Le Connêtable recevoit l’investiture de cette Charge par l’Épée Royale que le Roi lui mettoit en main. […] Cette cérémonie marquoit que le Roi mettoit son Épée en sa garde ; le Connêtable la recevoit toute nuë, & faisoit hommage-lige de sa dignité au Souverain : c’est par cette raison que les Connêtables portent aux côtez de l’Écu de leurs Armes deux épées nuës fleurdelisées la pointe en haut, l’une à droite, l’autre à gauche8.

  • 9 Les Grandes chroniques de France (vers 1470) de J. Fouquet comportent une représentation de Charles (...)
  • 10 Olivier Renaudeau, conservateur du Département ancien du musée de l’Armée, et Jean-Paul Sage-Frénay (...)
  • 11 La bouterolle terminale, c’est-à-dire la garniture métallique couvrant la partie inférieure du four (...)

6Des trois éléments de la garde de l’épée du connétable (fusée entourée d’un cordon de chanvre, pommeau et quillons dorés), deux (le pommeau et les quillons) sont recouverts de fleurs de lys tournées vers le haut, en rapport avec la vocation cérémonielle de cette arme9 (voir fig. 2). D’autres fleurs de lys réunies en semé sont gravées sur le talon de la lame10. Le fourreau, en cuir sombre, également parsemé de fleurs de lys en cuivre doré, est complété d’une chape en fer doré (fig. 3)11.

Fig. 3 : Épée avec fourreau d’un connétable de France, vers 1475-1500, cuir, doré partiellement, fer forgé, laiton, 1,2 × 0,25 m. Paris, musée de l’Armée, J 26.

Fig. 3 : Épée avec fourreau d’un connétable de France, vers 1475-1500, cuir, doré partiellement, fer forgé, laiton, 1,2 × 0,25 m. Paris, musée de l’Armée, J 26.

Détail du talon et de la garde d’une épée de connétable. Ce détail montre nettement le cartouche fleurdelisé surmonté d’un motif en accolade.

© Paris - Musée de l’Armée, Dist. RMN/Pascal Segrette

  • 12 Ibid., p. 16, et entretiens avec les conservateurs successifs du Département ancien du musée de l’A (...)

7Si la typologie apparente de l’arme la situe dans le dernier tiers du xve siècle, les conservateurs jugent que la légèreté et la flexibilité de la lame, d’une facture et d’une forge relativement médiocres, font penser à des armes d’apparat réalisées au cours du xvie siècle. Dans cette hypothèse, et comme il s’agit d’une arme qui a appartenu aux collections des princes de Condé à Chantilly, le rapprochement est naturel avec les Montmorency (Anne de Montmorency est nommé connétable de France par François Ier en 1538) dont le domaine passe à la maison de Condé en 1632, après l’exécution d’Henri II de Montmorency12. À cette pièce emblématique, on confrontera trois éléments complémentaires qui aident à mieux en comprendre l’originalité.

8En observant une des épées du connétable Anne de Montmorency offerte au roi Henri II, on constate qu’elle se caractérise notamment par une lame que partage une forte arête médiane. Sur sa face antérieure, au niveau du talon, sous la couronne ducale et entourées du collier de l’ordre de Saint-Michel sont gravées les armes des Montmorency (d’or à la croix de gueule cantonnée de seize alérions d’azur ordonnés deux et deux) (fig. 4 et 5).

Fig. 4 : Épée offerte par le connétable Anne de Montmorency au roi Henri II (détail), vers 1550-1555, damasquinée, fer, laiton : 1,16 × 0,17 m. Paris, musée de l’Armée, J 28991.

Fig. 4 : Épée offerte par le connétable Anne de Montmorency au roi Henri II (détail), vers 1550-1555, damasquinée, fer, laiton : 1,16 × 0,17 m. Paris, musée de l’Armée, J 28991.

© Paris - Musée de l’Armée, Dist. RMN/Pascal Segrette

Fig. 5 : Détail du talon avec les armes des Montmorency, la couronne ducale et le collier de Saint-Michel. Paris, musée de l’Armée, J 28991.

Fig. 5 : Détail du talon avec les armes des Montmorency, la couronne ducale et le collier de Saint-Michel. Paris, musée de l’Armée, J 28991.

© Paris - Musée de l’Armée, Dist. RMN/Pascal Segrette

  • 13 Phylactère : moyen graphique semblable à une petite banderole sur laquelle se déploient les paroles (...)
  • 14 Le dextrochère ou main droite portant l’épée en pal est un emblème des connétables. Il apparaît sur (...)
  • 15 Jean-Pierre Reverseau, Armes et armures des Montmorency : dossier-exposition (musée de l’Armée, Par (...)

9Dans un phylactère13 on peut lire : Anne de Memorency ma done au roy et remarquer un dextrochère tenant l’épée en pal, dans l’attitude du connétable recevant et présentant son arme au souverain14 (fig. 6). Il ne s’agit pas de l’épée de connétable, mais d’une des épées ayant appartenu au connétable15. On mesure la différence entre cette épée, qui est morphologiquement de son temps (xvie siècle), et l’épée du connétable proprement dite, à destination cérémonielle et aux formes archaïques.

Fig. 6 : Détail de la lame de l’épée offerte par le connétable Anne de Montmorency au roi Henri II. Paris, musée de l’Armée, J 28991.

Fig. 6 : Détail de la lame de l’épée offerte par le connétable Anne de Montmorency au roi Henri II. Paris, musée de l’Armée, J 28991.

© Paris - Musée de l’Armée, Dist. RMN/Pascal Segrette

10Ensuite, un portrait d’Henri Ier de Montmorency, fils d’Anne de Montmorency, réalisé vers 1593-1600, montre le duc portant harnois et tenant son épée la pointe dressée dans une attitude qui reprend clairement la posture symbolique du connétable. Il le devient effectivement en 1593 (fig. 7).

Fig. 7 : École française, Henri Ier, duc de Montmorency, vers 1593-1600, huile sur toile, 2,07 × 1,35 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 3299.

Fig. 7 : École française, Henri Ier, duc de Montmorency, vers 1593-1600, huile sur toile, 2,07 × 1,35 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 3299.

© RMN (château de Versailles)/Droits réservés

  • 16 Ibid., p. 27.

11Si la lame de l’épée est nue (ce qui la distingue de l’épée rituelle du connétable), le fourreau est en revanche fleurdelisé (fig. 8), tout comme le pommeau cubique qui porte les armes des Montmorency sommées d’une couronne ducale et est cantonné aux quatre angles de fleurs de lys16 (fig. 9). Il est donc raisonnable de penser que le duc est connétable au moment où il se fait représenter sur ce portrait.

Fig. 8 : Détail du fourreau. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 3299.

Fig. 8 : Détail du fourreau. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 3299.

© RMN (château de Versailles)/Droits réservés

Fig. 9 : Détail du pommeau avec, au centre, les armes des Montmorency et, placées aux quatre angles, les fleurs de lys. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 3299.

Fig. 9 : Détail du pommeau avec, au centre, les armes des Montmorency et, placées aux quatre angles, les fleurs de lys. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 3299.

© RMN (château de Versailles)/Droits réservés

  • 17 Ibid., p. 11.
  • 18 Olivier Renaudeau émet l’hypothèse qu’il pourrait s’agir de l’épée de connétable, mais mal dessinée

12Enfin, dans la somme de Jean-Baptiste-Louis Carré, Panoplie ou Réunion de tout ce qui a trait à la guerre... (Châlons-sur-Marne, 1795), il est fait mention, page 236 (planche IV E)17, d’une « Épée du connétable Anne de Montmorency, dont la garde est de cuivre doré, semée de fleurs de lis, comme la lame », encore différente de l’épée de connétable de France présentée en figure 1 mais entretenant néanmoins avec elle une certaine parenté18.

  • 19 François Bluche (dir.), Dictionnaire du Grand Siècle, Paris, Fayard, 1990, article « Connétable », (...)
  • 20 Parmi les grands dignitaires dont s’entoure Napoléon, empereur à partir de 1804, on compte un conné (...)

13L’épée de connétable constitue ainsi une sorte de référence dont le registre symbolique et rituel (fleur de lys, position pointe dressée…) influence notablement celui d’autres armes possédées par le(s) connétable(s). La suppression en janvier 1627, par un édit de Louis XIII, du grand office de connétable (rival potentiel trop dangereux pour le pouvoir royal19) laisse le champ libre à l’émergence du maréchalat et de sa symbolique : le bâton de maréchal remplace alors l’épée de connétable comme symbole du commandement suprême des armées20.

Bâtons de commandement, bâtons de maréchal

  • 21 Voir Jean Chevalier, Alain Gheerbrant, Dictionnaire des symboles, R. Laffont / Jupiter, coll. « Bou (...)

14Il manque, à notre connaissance, une étude systématique sur l’emploi du bâton en tant que signe distinctif de l’autorité et du commandement. Celui-ci est pourtant attesté comme tel, dans une grande variété de situations et d’époques, depuis la plus haute Antiquité21.

  • 22 Die Heldenrüstkammer (Armamentarium Heroicum), Erzherzog Ferdinands II. Auf Schloss Ambras bei Inns (...)
  • 23 Biron accède au maréchalat en 1577 sous Henri III.
  • 24 Voir Jeannine Baticle, Velázquez, peintre hidalgo, Paris, Gallimard, 1989, p. 72-74. Les trois port (...)
  • 25 Musée de l’Armée, 9386, Ea 0013 (Versailles : MV 6942). Nous remercions Anthony Petiteau, adjoint a (...)
  • 26 Musée de l’Armée, 996.1777, Ea, voir Frédéric Lacaille, « La SAMA offre un portrait de Louis XV au (...)

15À l’époque moderne, les exemples qui attestent que le bâton (insigne du pouvoir militaire suprême) n’appartient pas en propre aux maréchaux abondent. Ainsi l’Armamentarium Heroicum d’Ambras22, réalisé à l’origine pour l’archiduc Ferdinand de Tyrol (1529-1595), représente une proportion considérable de souverains et de grands de l’Europe du temps portant bâton de commandement (bâton dénué d’ornementation, sauf dans le cas du premier maréchal de Biron où il est vraisemblablement fleurdelisé23). Quand Vélasquez peint, dans le cadre de la réalisation du Buen Retiro au cours des années 1630-1635, les portraits équestres du roi Philippe IV, de son fils Baltasar Carlos ou du ministre et favori Olivares, il leur place à chacun un bâton de commandement (sans ornementation) en main24. Encore au xviiie siècle, le roi de France est portraituré avec un bâton de commandement, parfois fleurdelisé, comme pour Louis XV, roi de France et de Navarre25 (fig. 10 et 11), parfois sans ornementation apparente, comme pour Le roi Louis XV en campagne26.

Fig. 10 : Jean-Baptiste Van Loo, Louis XV, roi de France et de Navarre (détail), vers 1723, huile sur toile, 2,05 × 1,71 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 6942.

Fig. 10 : Jean-Baptiste Van Loo, Louis XV, roi de France et de Navarre (détail), vers 1723, huile sur toile, 2,05 × 1,71 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 6942.

© RMN (château de Versailles)/Gérard Blot

Fig. 11 : Jean-Baptiste Van Loo, Louis XV, roi de France et de Navarre (détail), vers 1723, huile sur toile, 2,05 × 1,71 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 6942.

Fig. 11 : Jean-Baptiste Van Loo, Louis XV, roi de France et de Navarre (détail), vers 1723, huile sur toile, 2,05 × 1,71 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 6942.

© RMN (château de Versailles)/Gérard Blot

  • 27 Musée de l’Armée, huile sur toile de Juste d’Egmont, 2007.31.1, acquisition 2007.
  • 28 Armand Dayot, Louis XIV, Paris, Flammarion, 1909, p. 23. Nous remercions Michèle Mézenge, bibliothé (...)
  • 29 « D’après la gravure de Boutelou [sic], exécuté [sic] d’après la statue de Dardel » voir Armand Day (...)
  • 30 Armand Dayot, op. cit., p. 23.

16De grands personnages, qui n’ont pas le titre de maréchal, portent un bâton de commandement. Le musée de l’Armée a acquis en 2007 un portrait de Louis II de Bourbon, duc d’Enghien, devant le champ de bataille de Rocroi27, qui montre celui-ci ayant en main un bâton de commandement (non fleurdelisé). Il a pu en résulter des confusions rétrospectives, ainsi qu’en témoigne ce commentaire28, au début du xxe siècle, d’une gravure29 d’époque xviiie rappelant les hauts faits du duc d’Enghien pendant la bataille de Fribourg (3-5 août 1644) : « Le grand Condé jettant [sic] son bâton dans les lignes de Fribourg »30. Le développement atteste l’erreur :

C’est au cours d’une de ces journées meurtrières [de la bataille de Fribourg] que Condé, pour entraîner ses soldats hésitants, aurait jeté son bâton de maréchal dans les retranchements, puis se serait précipité, suivi de ses soldats électrisés, pour le reprendre.

  • 31 Sans mentionner celle-ci, Fadi El Hage signale d’autres erreurs de ce type, voir Michèle Virol (dir (...)
  • 32 Saint-Simon, Écrits inédits, Faugère, cité dans Gabriel Le Barrois d’Orgeval, Le maréchalat de Fran (...)

17En l’occurrence le cousin du roi de France, prince du sang, est au-dessus du maréchalat et n’a jamais été maréchal de France31 (que l’on se souvienne du jugement de Saint-Simon, tout à ses prétentions ducales : « C’est avilir un duc que de luy faire la fonction d’un maréchal32 »). Le musée de l’Armée conserve par ailleurs le bâton de commandement de Jean-Baptiste de Cassagnet, marquis de Tilladet, capitaine-lieutenant des Cent-Suisses, tué en 1692 à la bataille de Steinkerque (fig. 12).

Fig. 12 : Bâton de commandement de Jean-Baptiste de Cassagnet, marquis de Tilladet, vers 1685, bois, velours, métal. L. : 35 cm × diamètre : 5 cm. Paris, musée de l’Armée, CC7.

Fig. 12 : Bâton de commandement de Jean-Baptiste de Cassagnet, marquis de Tilladet, vers 1685, bois, velours, métal. L. : 35 cm × diamètre : 5 cm. Paris, musée de l’Armée, CC7.

© Paris, musée de l’Armée, DRHAPMED

  • 33 Indications tirées de la notice de l’inventaire des collections du musée de l’Armée. Je remercie Sé (...)

18Sans le décrire intégralement, donnons quelques-unes de ses caractéristiques : il s’agit d’un « cylindre de bois recouvert de velours autrefois bleu profond, dont il ne subsiste que la trame », portant des « clous en argent partiellement doré, dont la tête affecte la forme d’une fleur de lys » et dont les embouts portent l’un les armes de France, l’autre celles de Tilladet33. Si les maréchaux sont loin d’avoir le monopole du bâton de commandement, leur association symbolique avec celui-ci n’en est pas moins ancienne. Dans sa somme sur le maréchalat, Gabriel Le Barrois d’Orgeval note, au cours de la genèse médiévale de la fonction, dans le contexte de la dynastie anglo-normande,

  • 34 Gabriel Le Barrois d’Orgeval, op. cit., t. I, p. 82-83.

[qu’à] partir de 1399, le comte maréchal reçut pour insigne, non plus le simple bâton de bois comme dans la période antérieure, mais un bâton d’or émaillé de noir à ses deux extrémités, portant en haut les armes royales, en bas celles du titulaire de la fonction34.

19Il s’agit en quelque sorte du prototype du bâton de maréchal.

20Le rôle du bâton se précise à l’époque moderne pour les maréchaux de France, même s’il n’est pas exclusif d’autres éléments :

  • 35 Révérend père Daniel, op. cit., t. II, livre IX, 1721, p. 18.

Les maréchaux portent pour marques de leur dignité deux bâtons d’azur semés de fleurs de lys d’or passés en sautoir derrière l’écu de leurs armes. Du temps de l’historien du Haillan, c’est-à-dire du temps de Henri III, les maréchaux coutumièrement mettaient aux côtés de leurs armoiries une hache d’armes, comme le connétable une épée nue35.

21On constate que cette référence à la hache n’a guère marqué la mémoire collective. Le bâton est également mentionné en conclusion de la formule traditionnelle du serment des maréchaux au roi de France :

  • 36 Révérend père Anselme, Histoire généalogique et chronologique de la maison royale de France […], Pa (...)

En signe de ce, & pour mieux exécuter ce que dessus, ledit seigneur roi vous fait mettre en la main le bâton de Marêchal, ainsi qu’il a accoûtumé faire à vos prédécesseurs36.

  • 37 Voir Michèle Virol, op. cit., notice de Fadi El Hage, « Vauban n’a jamais reçu le bâton de maréchal (...)
  • 38 Ibid., p. 61.
  • 39 Ibid.
  • 40 Ibid., p. 62.
  • 41 Ibid.

22Cependant, dans une recherche récente37 au titre évocateur : « Vauban n’a jamais reçu le bâton de maréchal », Fadi El Hage s’est interrogé sur la réalité matérielle de ce signe (sous sa forme de « bâton de velours bleu semé de fleurs de lys dorées38 ») si emblématique du pouvoir militaire. Il la met radicalement en doute : « [] les bâtons de ces grands officiers de la couronne n’existaient plus39 », n’y voyant qu’un motif iconographique d’origine héraldique. Les seuls véritables bâtons de maréchal de France n’apparaîtraient qu’à partir de 1758, lorsque le type en est défini sur l’initiative du maréchal de Belle-Isle, alors ministre de la Guerre de Louis XV. « Aussi est-ce pour cela que les seuls bâtons qui nous soient parvenus datent de la seconde moitié du xviiie siècle40. » Et Fadi El Hage cite Dangeau, qui a assisté à une prestation de serment groupée de cinq maréchaux, le 28 mars 1693, pendant laquelle la canne du roi Louis XIV tient (provisoirement et successivement) lieu de bâton pour chaque nouveau maréchal (Dangeau observant lui-même : « Autrefois, en pareille occasion, on leur donnait un bâton fleurdelisé : voilà pourquoi ils le portent encore à leurs armes41 »).

  • 42 Gabriel Le Barrois d’Orgeval, op. cit., t. I, p. 191.
  • 43 François Bluche (dir.), op. cit., article « Maréchaux de France », p. 966.

23Cette hypothèse est confortée par d’autres sources. Le 30 juillet 1602, quand le second maréchal et duc de Biron est condamné à mort, il est privé de tous ses « états, honneurs et dignités », et le chancelier Pomponne de Bellièvre lui demande son bâton de maréchal de France, à quoi Biron répond qu’il ne l’a jamais porté42 (cependant, objectera-t-on, si Bellièvre demande ledit bâton, n’est-ce pas qu’il pense son existence possible, voire vraisemblable ?). Près de quarante ans plus tard, quand Louis XIII élève Charles de La Meilleraye au maréchalat, en 1639, il lui déclare : « Je vous fais maréchal, voici le bâton », et le roi « de donner à ce capitaine sa propre canne »43.

24Il demeure cependant un certain flou qui incite à poursuivre les recherches en la matière. Les Commentaires de Monluc, à la fin du xvie siècle, donnent à penser que le nouveau maréchal reçoit effectivement, en 1574, un bâton des mains du roi :

  • 44 Commentaires et lettres de Blaise de Monluc, maréchal de France : édition revue sur les manuscrits (...)

Or sa Majesté [...] me voulut honorer de l’estat de mareschal de France, me faisant riche d’honneur puisqu’il ne le pouvoit faire de biens ; et m’ayant faict appeller et faict mettre à genoux devant luy, après avoir faict le serment, me mit le baston de mareschal de France en la main44.

  • 45 Collection des mémoires relatifs à l’histoire de France depuis l’avènement d’Henri IV jusqu’à la pa (...)

25Le texte n’apporte pas d’autre indication concrète. Les mémoires du maréchal de Bassompierre comportent une mention presque similaire pour son élévation au maréchalat, en 1622, presque cinquante ans après Monluc : « [] il [Louis XIII] me prit par la main, et, s’étant assis dans sa chaise, me fit mettre à genoux et prêter le serment, puis me mit le bâton à la main. Ensuite de quoi je lui en fis les très-humbles remercîemens dont je me pus aviser45 ». Il n’est guère possible de tirer un quelconque renseignement pratique de cette formulation.

  • 46 François Bluche (dir.), op. cit., article « Bellefonds », p. 184.

26Un dernier élément attestant l’existence des bâtons de maréchaux est lié à la présence, dans les collections du musée de l’Armée, du bâton de commandement de Bernardin Gigault, marquis de Bellefonds46 (1630-1694), devenu maréchal de France en 1668 (fig. 13).

Fig. 13 : Bâton du maréchal de Bellefonds, 2e partie du xviie siècle, ébène et argent doré, L. : 55 cm × diamètre : 4 cm. Paris, musée de l’Armée, Inv. 04495/cote Ib 1 MOK.

Fig. 13 : Bâton du maréchal de Bellefonds, 2e partie du xviie siècle, ébène et argent doré, L. : 55 cm × diamètre : 4 cm. Paris, musée de l’Armée, Inv. 04495/cote Ib 1 MOK.

© Paris - Musée de l’Armée, Dist. RMN/Pascal Segrette

  • 47 Notice de l’inventaire des collections du musée de l’Armée. Nous remercions de nouveau Séverine Cha (...)

27Sa typologie est très intéressante : chaque extrémité porte une fleur de lys « en quasi ronde-bosse47 » ; ensuite, en allant vers le centre, on trouve de chaque côté une « gaine métallique cylindrique ornée d’un sem[é] de fleur de lys », puis, après une partie intermédiaire sans métal laissant apparaître le bois d’ébène nu, de nouveau, au centre du bâton, une « gaine métallique » avec d’un côté le monogramme (fig. 14) et de l’autre les armes du marquis – ce qui le rapproche et le distingue à la fois des bâtons réglementaires du xviiie siècle auxquels il est fort antérieur.

Fig. 14 : Détail de la partie centrale présentant le monogramme du bâton du maréchal de Bellefonds. Paris, musée de l’Armée, Inv. 04495/cote Ib 1 MOK.

Fig. 14 : Détail de la partie centrale présentant le monogramme du bâton du maréchal de Bellefonds. Paris, musée de l’Armée, Inv. 04495/cote Ib 1 MOK.

© Paris - Musée de l’Armée, Dist. RMN/Pascal Segrette

  • 48 Colonel Willing, « Note sur les bâtons des maréchaux de France et d’Empire », Revue de la Société d (...)
  • 49 Nous remercions Béatrix Saule, conservateur général, directrice générale de l’Établissement public (...)
  • 50 Claude Banar, dessinateur de la Division de la recherche historique et de l’action pédagogique du m (...)

28Cet objet est susceptible de recevoir plusieurs interprétations. Se fondant sur les similitudes symboliques, le colonel Paul Willing, conservateur au musée de l’Armée en 1979, y voit la nette préfiguration du bâton de maréchal mis en usage à partir de 175848. Ce point de vue peut être nuancé, si l’on s’avère plus sensible aux singularités morphologiques de l’objet par rapport au modèle postérieur, voire si on le rapproche d’une charge exercée à la cour par le maréchal : celle de premier maître d’hôtel du roi (fig. 15)49. Il y a vraisemblablement ici matière à une étude spécifique plus poussée50.

Fig. 15 : Bâton de maître-hôtel de la Maison de la reine Marie-Thérèse, vers 1670, bois, cuivre doré, L. : 1,29 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, V 6204.

Fig. 15 : Bâton de maître-hôtel de la Maison de la reine Marie-Thérèse, vers 1670, bois, cuivre doré, L. : 1,29 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, V 6204.

© RMN (château de Versailles)/Gérard Blot

  • 51 Jean-Pierre Reverseau, Invalides/musée de l’Armée, op. cit., p. 63, et colonel Willing, « Note… », (...)

29C’est seulement à la fin de l’Ancien Régime, alors que le maréchal de Belle-Isle est ministre de la Guerre, en 1758, que le bâton de maréchal de France est effectivement défini. Le musée de l’Armée en conserve le projet dessiné, qui porte l’indication suivante : « Modèle du Baton de Commandement que M. le Mal. Duc de Belleisle Ministre et secretaire d’Etat de la Guerre Propose au Roy de Donner a l’avenir à Chaque Maréchal de France que sa Majesté Jugera a Propos de Nommer51 » (fig. 16).

Fig. 16 : Modèle de bâton de maréchal réglementaire d’Ancien Régime dit de Belle-Isle, 1758, aquarelle, 22 × 64,5 cm. Paris, musée de l’Armée, 10580 ; Fd 633.

Fig. 16 : Modèle de bâton de maréchal réglementaire d’Ancien Régime dit de Belle-Isle, 1758, aquarelle, 22 × 64,5 cm. Paris, musée de l’Armée, 10580 ; Fd 633.

© Paris - Musée de l’Armée, Dist. RMN/Pascal Segrette

30Dans les salles d’exposition permanente figurent le bâton de maréchal du marquis de Contades et son étui rouge fleurdelisé (fig. 17).

Fig. 17 : Bâton de maréchal de France du marquis de Contades et son étui, 1758, bois, broderie, carton, cuir, fil d’or et soie, L. : 52 cm × diamètre : 3,5 cm. Paris, musée de l’Armée, 22145 ; Cc.

Fig. 17 : Bâton de maréchal de France du marquis de Contades et son étui, 1758, bois, broderie, carton, cuir, fil d’or et soie, L. : 52 cm × diamètre : 3,5 cm. Paris, musée de l’Armée, 22145 ; Cc.

© Paris - Musée de l’Armée, Dist. RMN/Pascal Segrette

  • 52 Colonel Willing, « Note… », op. cit., p. 33-39.

31Le colonel Willing l’a décrit, en son temps, dans un article de synthèse sur les bâtons de maréchal52 :

  • 53 Ibid., p. 33-34.

[…] un cylindre de bois plein, recouvert de velours en soie bleu de France, semé de trente-six fleurs de lys brodées en fil d’or et se tournant le dos par rapport au milieu du bâton. Aux deux extrémités : calottes en or dont le fond évidé laisse apparaître un cercle en velours bleu orné d’une fleur de lys brodée en or. Sur la calotte supérieure, sont gravées : la devise « Terror belli decus pacis » (Terreur de la guerre, honneur de la paix), deux petites palmettes et une petite fleur de lys. L’autre calotte est celle de la dédicace, comprenant le nom du titulaire, de celui du roi de l’époque et la date de remise (exemple : « Louis Georges Érasme, Marquis de Contades, le 24 août 1758, le 43e du règne de Louis XV »)53.

  • 54 Jean-Pierre Reverseau, Invalides/musée de l’Armée…, op. cit., plus récent, indique une longueur de (...)

32Le colonel Willing précise que le bâton mesure 52 centimètres de longueur54, qu’il a un diamètre de 3,5 cm dans sa partie médiane et que la partie du bâton recouverte de velours compte pour 48 centimètres.

33La comparaison entre le dessin du projet et le bâton de Contades atteste la conformité morphologique du second par rapport au premier. On relèvera en outre la très grande proximité typologique entre ce bâton de maréchal et sa stylisation dans l’héraldique.

34On perçoit, rétrospectivement, le passage, très progressif et non sans traverses, d’un relatif foisonnement initial de symboles du pouvoir militaire à l’affirmation de ce bâton de commandement fort particulier qu’est le bâton de maréchal de France.

  • 55 Gabriel Le Barrois d’Orgeval, op. cit., t. II, p. 88.
  • 56 Geneviève Maze-Sencier (dir.), Dictionnaire des maréchaux de France, du Moyen Âge à nos jours, Pari (...)

35À la fin de l’Ancien Régime, sa situation est clairement établie et bénéficie vraisemblablement du prestige croissant du maréchalat dont il s’avère la seule marque visible unitaire : « Le bâton restait le seul signe visible de sa haute dignité55 » en l’absence notamment de tout uniforme spécifique de maréchal56.

Le règne du bâton, variations symboliques sur un motif militaire

  • 57 Idid. p. 28-29.
  • 58 Colonel Willing, « Note… », op. cit.

36Le maréchalat, malgré une brève période de suppression entre 1793 et 180457, est assurément la dignité militaire française la plus prestigieuse de la fin du xviiie siècle à la seconde moitié du xxsiècle. Le bâton en demeure l’insigne le plus reconnaissable. Il serait vain de recenser par le menu toutes les évolutions du bâton de maréchal entre 1789 et 1792, puis à partir de 1804, d’autant que le colonel Willing s’y est employé dans son étude de référence déjà mentionnée58. Il a paru plus approprié de mener une approche synthétique, à partir justement de la très riche documentation rassemblée par le colonel Willing.

  • 59 La longueur du bâton reste autour d’une cinquantaine de centimètres, avec de légères modulations. L (...)

37Dans cette perspective, il convient en premier lieu de souligner la stabilité globale de l’apparence du bâton de maréchal59.

Une constante capitale : le maintien du bleu

38Le maintien de la couleur bleue pour le revêtement en tissu, malgré la succession de régimes politiques fort différents, apparaît assurément comme une constante symbolique capitale. Cette persistance peut s’expliquer en vertu d’un principe d’inertie jusqu’à la suppression révolutionnaire. Tel n’est plus le cas ensuite. À deux reprises au moins, un autre choix était possible.

  • 60 Jean Tulard, Le Sacre de l’empereur Napoléon : histoire et légendes, Paris, Fayard/RMN, 2004.

39Quand Napoléon rétablit le maréchalat, sous sa forme impériale, en 1804, ne lui serait-il pas loisible, pour le bâton de maréchal, de passer au pourpre ? Cette couleur est en effet privilégiée dans les cérémonies du sacre60, et notamment pour le manteau du nouveau souverain, comme le rappelle le Sacre de l’empereur de Jacques-Louis David (fig. 18).

Fig. 18 : Jacques-Louis David, Sacre de l’empereur Napoléon et couronnement de l’impératrice Joséphine le 2 décembre 1804 (détail), huile sur toile, 6,1 × 9,31 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 7156.

Fig. 18 : Jacques-Louis David, Sacre de l’empereur Napoléon et couronnement de l’impératrice Joséphine le 2 décembre 1804 (détail), huile sur toile, 6,1 × 9,31 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 7156.

© RMN (château de Versailles)/Peter Willi

  • 61 Cependant Jean Brunon note : « Les bâtons du Premier Empire portaient de petites aigles brodées en (...)
  • 62 Michel Pastoureau, Les emblèmes…, op. cit., article « Bleu », p. 38.
  • 63 Ibid.
  • 64 Ibid., p. 39.

40Il s’avère d’autant plus significatif que le bleu61 soit retenu. Comme le relève Michel Pastoureau, cette couleur a la vertu d’être le « bleu du drapeau, né pendant la Révolution, […], plus représentatif de la Nation française62 » et simultanément « le bleu des armoiries royales63 ». Peut-être a-t-on voulu éviter une proximité gênante avec le « rouge anglais64 » du bâton de maréchal britannique (voir infra les bâtons du maréchal Foch).

  • 65 Michel Pastoureau, Les emblèmes…, op. cit., article « Drapeau blanc », p. 102-104.
  • 66 Voir le catalogue de l’exposition du bicentenaire de l’ESM au musée de l’Armée, Les saint-cyriens, (...)

41En 1814-1815, la Restauration maintient le bleu du bâton de maréchal alors qu’elle favorise, par une reconstruction délibérée de la tradition monarchique65, le blanc (fleurdelisé) comme emblème (que l’on pense ainsi au drapeau de l’École royale spéciale militaire66).

  • 67 Michel Pastoureau, Les emblèmes…, op. cit., article « Bleu », p. 38-39 et du même auteur, Dictionna (...)

42Après 1830, tous les régimes politiques des xixe et xxe siècles conservent ce bleu de synthèse consensuel67.

Des variations hautement significatives : lys, aigles, étoiles… et quelques autres

  • 68 Voir de nouveau colonel Willing, « Note… », op. cit., p. 33-38. Les nombres indiqués de symboles fi (...)

43Des variations à forte portée politique se produisent en effet au xixe siècle. Les seules franchement perceptibles affectent l’ornementation du velours recouvrant la quasi-totalité du bâton. Le tableau récapitulatif ci-après les résume68 (fig. 19) :

Fig. 19 : Fleur de lys, aigle et étoile. Typologie de trois bâtons de maréchal issus des collections du musée de l’Armée.

Fig. 19 : Fleur de lys, aigle et étoile. Typologie de trois bâtons de maréchal issus des collections du musée de l’Armée.

© Paris - Musée de l’Armée, DRHAPMED

  • 69 Michel Pastoureau, Les emblèmes…, op. cit., article « Fleur de lis », p. 134-135.
  • 70 Ibid., article « Aigle », p. 20, et p. 22-26.

44Laissons de côté le nombre, la disposition ou la coloration de ces symboles, d’un moindre intérêt. Ce qui fait sens est le recours aux fleurs de lys, aux aigles ou aux étoiles. Les changements de registre sont ouvertement politiques. Ils démontrent la forte association des fleurs de lys aux Bourbons69 (fig. 16 et 17) et des aigles70 aux Bonaparte (fig. 20 et 21).

Fig. 20 : Bâton du maréchal Bessières, xixe siècle, bois, broderie, métal, or, velours, L. : 48,6 cm × diamètre : 4,2 cm. Paris, musée de l’Armée, 4526 I, Cc 104.

Fig. 20 : Bâton du maréchal Bessières, xixe siècle, bois, broderie, métal, or, velours, L. : 48,6 cm × diamètre : 4,2 cm. Paris, musée de l’Armée, 4526 I, Cc 104.

© Paris - Musée de l’Armée, DRHAPMED

Fig. 21 : Bâton de maréchal de France Randon, maréchal en 1856, bois, broderie, métal, or, velours, L. : 50,2 cm × diamètre : 4,9 cm. Paris, musée de l’Armée, 16 3654.

Fig. 21 : Bâton de maréchal de France Randon, maréchal en 1856, bois, broderie, métal, or, velours, L. : 50,2 cm × diamètre : 4,9 cm. Paris, musée de l’Armée, 16 3654.

© Paris - Musée de l’Armée, DRHAPMED

  • 71 Voir le professeur Georges Dillemann, « Les étoiles. Insignes des grades et des fonctions des offic (...)
  • 72 Michel Pastoureau, Dictionnaire des couleurs…, op. cit., article « Drapeaux », p. 70-71, et article (...)

45Le motif des étoiles est moins clivant que les précédents, car il relève originellement d’un langage militaire autonome, sans référence politique71. Il constitue un excellent exemple de « choix symbolique soustractif72 », tel que le définit Michel Pastoureau : on recourt aux étoiles par élimination, en quelque sorte par soustraction, car la monarchie de Juillet ne veut ni des fleurs de lys ni des aigles trop connotées, trop identifiées à des courants dynastiques adverses. La moindre charge idéologique des étoiles, leur relative neutralité expliquent vraisemblablement leur réemploi ultérieur par quatre républiques (et également par Vichy) (fig. 22).

Fig. 22 : Bâton de maréchal de France de Sébastiani, nommé maréchal en 1840, bois, métal, velours, vermeil, L. : 49,9 cm × diamètre 4,9 cm. Paris, musée de l’Armée, 5434 Cc 288.

Fig. 22 : Bâton de maréchal de France de Sébastiani, nommé maréchal en 1840, bois, métal, velours, vermeil, L. : 49,9 cm × diamètre 4,9 cm. Paris, musée de l’Armée, 5434 Cc 288.

© Paris - Musée de l’Armée, DRHAPMED

  • 73 Colonel Willing, « Note… », op. cit., p. 35-36.
  • 74 Puisque les abeilles sont aussi un emblème impérial, voir Michel Pastoureau, Les emblèmes…, article (...)

46Parmi les variantes à signaler, il faut citer le bâton du maréchal de Marmont, conservé au musée de Châtillon-sur-Seine, semé alternativement d’aigles et d’abeilles (en nombre équivalent)73. Notons que cette fantaisie se situe à l’intérieur du registre emblématique impérial74.

  • 75 Michel Pastoureau, Les emblèmes…, op. cit., articles « Aigle », p. 24, et « Coq », p. 74-83.

47Ajoutons pour mémoire que les calottes supérieures et inférieures des bâtons de maréchal portent aussi des inscriptions et des symboles. Quoique ceux-ci ne soient guère discernables, ils subissent également des changements. Nous en signalerons deux particulièrement caractéristiques sur la calotte supérieure. Le premier est d’ordre politique. Pendant la période constitutionnelle du règne de Louis XVI, la devise : « La nation, la loi et le roi », remplace sur l’embout de la calotte la fleur de lys royale antérieure. Le second, d’ordre symbolique, intervient sous la monarchie de Juillet : le coq à ailes déployées remplace, sur le même embout supérieur, les armes de France présentes pendant la Restauration. C’est le seul moment où le coq, emblème traditionnellement associé à la France mais dédaigné par Napoléon75, apparaît, timidement, sur un bâton de maréchal (fig. 23).

Fig. 23 : Bâton de maréchal de France de Sébastiani, nommé maréchal en 1840, bois, carton, cuir, or, velours, L. : 49,9 cm × diamètre : 4,9 cm. Paris, musée de l’Armée, 5434 Cc 288.

Fig. 23 : Bâton de maréchal de France de Sébastiani, nommé maréchal en 1840, bois, carton, cuir, or, velours, L. : 49,9 cm × diamètre : 4,9 cm. Paris, musée de l’Armée, 5434 Cc 288.

© Paris - Musée de l’Armée, DRHAPMED

48Résultat concret, et prêtant à l’ironie, de ces changements : un même maréchal, s’il a joui d’une certaine longévité, a pu détenir successivement des types différents de bâton de maréchal (fig. 24 et 25).

Fig. 24 : Bâton de maréchal de France de Molitor, nommé maréchal en 1823, période de la Restauration, bois, métal et velours, L : 49,5 cm × diamètre : 4,5 cm. Paris, musée de l’Armée, K 1145 ; Cc 214/1.

Fig. 24 : Bâton de maréchal de France de Molitor, nommé maréchal en 1823, période de la Restauration, bois, métal et velours, L : 49,5 cm × diamètre : 4,5 cm. Paris, musée de l’Armée, K 1145 ; Cc 214/1.

© Paris - Musée de l’Armée, DRHAPMED

Fig. 25 : Bâton de maréchal de France de Molitor, nommé maréchal en 1823, période de la monarchie de Juillet, bois, métal et velours, L : 49,5 cm × diamètre : 7 cm. Paris, musée de l’Armée, 145 I ; Cc 214/2.

Fig. 25 : Bâton de maréchal de France de Molitor, nommé maréchal en 1823, période de la monarchie de Juillet, bois, métal et velours, L : 49,5 cm × diamètre : 7 cm. Paris, musée de l’Armée, 145 I ; Cc 214/2.

© Paris - Musée de l’Armée, DRHAPMED

  • 76 Geneviève Maze-Sencier, op. cit., p. 31.
  • 77 Gabriel Le Barrois d’Orgeval, op. cit., t. II, p. 121. Louis Chardigny, Les maréchaux de Napoléon, (...)

49Un régime s’en est soucié et a cherché à en tirer un effet politique : il s’agit de la Restauration, qui organise, le 15 juillet 1816 – jour de la Saint-Henri (Henri IV est le saint patron politique du régime) –, une prestation de serment (inspirée de l’Ancien Régime) des maréchaux (quinze ont été nommés par Napoléon contre seulement quatre alors par Louis XVIII76) au roi, accompagnée de la remise de nouveaux bâtons de maréchal fleurdelisés remplaçant ceux de l’Empire77.

Bâtons rêvés, proliférations de coalition, amplification politique

50La fascination pour le bâton de maréchal, symbole militaire suprême, a marqué les xixe et xxe siècles.

Rêves de bâton

51Le prestige du maréchalat (et du bâton qui le symbolise) est tel, après l’épisode napoléonien, qu’il excite aisément l’imagination des romanciers et des hommes politiques du xixe siècle, jusqu’à de singulières songeries.

  • 78 Alexandre Dumas père, Le Vicomte de Bragelonne, Paris, Robert Laffont, édité par Claude Schopp, 199 (...)
  • 79 Ibid., p. 849.
  • 80 François Bluche, op. cit., article « Artagnan (Charles de Batz, sieur d’) », p. 112-113. Un cousin (...)
  • 81 En revanche, un véritable maréchal de France, Turenne, d’ailleurs contemporain du d’Artagnan histor (...)

52À la fin du Vicomte de Bragelonne, en 1850, Dumas père campe d’Artagnan venant de recevoir, de Colbert, une lettre lui annonçant sa nomination de maréchal de France et un coffret contenant le bâton : c’est alors qu’« un boulet, parti de la ville, vint broyer le coffre entre les bras de l’officier [qui le tendait à d’Artagnan], frappa d’Artagnan en pleine poitrine, et le renversa sur un talus de terre, tandis que le bâton fleurdelisé, s’échappant des flancs mutilés de la boîte, venait en roulant se placer sous la main défaillante du maréchal78 ». Et d’Artagnan expirant prononce ses dernières paroles en « serrant de sa main crispée le bâton brodé de fleurs de lis d’or79 ». La fin du plus fameux des mousquetaires est ainsi véritablement placée sous le signe du bâton de maréchal. Bâton rêvé cependant, puisque le véritable d’Artagnan est tué en 1673 à Maastricht80 sans être devenu maréchal81.

53Dans une autre optique, Louis Blanc (1811-1882), homme politique, opposant d’extrême gauche à la monarchie de Juillet, écrivant l’histoire de cette dernière, affirme que les Bourbons ont récompensé Wellington d’avoir vaincu Napoléon à Waterloo en le nommant maréchal de France :

  • 82 Louis Blanc, Histoire de dix ans, 1830-1840, Paris, Pagnerre, 5e édition, t. I, 1846, p. 53 (« Intr (...)

Si Louis XVIII osa ramasser sa couronne sur le champ de bataille de Waterloo, cette terre ensanglantée ; s’il rentra dans Paris au milieu d’un état-major anglais, russe et prussien ; s’il ne rougit pas de reconnaître au prince régent [d’Angleterre] un droit de suzeraineté morale sur l’héritage de Louis XIV et de Napoléon ; si Wellington fut par lui maréchal de France […]82.

  • 83 Voir Philip Mansel, Louis XVIII, [1981], Paris, Perrin, 2004, p. 323.
  • 84 Même si la Restauration a effectivement nommé un maréchal de France étranger (naturalisé), en 1827, (...)

54C’est une invention, car si les Bourbons ont prodigué à Wellington bien des faveurs83, ils n’ont pas commis l’imprudence politique de le faire maréchal de France84. Mais elle a séduit, y compris Victor Hugo, qui écrit plus tard, dans ses Misérables :

  • 85 Victor Hugo, Les Misérables, Paris, Garnier frères, 1957 [1862], p. 423.

En somme, et incontestablement, ce qui triomphait à Waterloo, ce qui souriait derrière Wellington, ce qui lui apportait tous les bâtons de maréchal de l’Europe, y compris, dit-on, le bâton de maréchal de France […]85.

  • 86 Julius Bryant, Apsley House: The Wellington Collection, Londres, English Heritage Guidebooks, 2005, (...)
  • 87 Ibid., p. 27. Certains pays, faute de maréchalat, ont conféré à Wellington un titre ou une dignité (...)
  • 88 Mais les collections d’Apsley House comportent un très beau service de porcelaine de Sèvres offert (...)

55Hugo mêle artistement le faux et le vrai. Le faux, avec prudence, (« dit-on ») quant à Wellington maréchal de France, et le vrai : Wellington a reçu, en tant que commandant d’armées coalisées opposées à Napoléon, les bâtons de maréchal de nombreux pays d’Europe86, qui sont conservés à Apsley House, à Londres. Outre trois versions différentes du bâton de maréchal de Grande-Bretagne, on compte un bâton de maréchal du Portugal, un de maréchal de Hanovre, un de maréchal des Pays-Bas, un de maréchal d’Autriche et un de maréchal de Prusse87. On ne trouve, naturellement, aucun bâton de maréchal de France88...

Proliférations de coalition

56L’exemple de Wellington introduit une autre problématique : rendre compte de l’éminence du chef militaire d’une coalition (mission exceptionnelle et temporaire, qui ne dispose pas, dans le langage usuel des signes militaires, d’un registre déterminé) par une sorte de prolifération du motif du bâton.

  • 89 Voir Emmanuel Ranvoisy, « Ferdinand Foch, un maréchal d’exception », 14-18, Le magazine de la Grand (...)

57Le cas du maréchal Foch, coordonnant puis commandant les troupes alliées du front occidental en 1918 contre l’Allemagne, rappelle celui de Wellington, mais dans une configuration cette fois favorable à la France. L’accumulation (moindre) des maréchalats n’a pas tout à fait la même portée, d’autant qu’elle ne coïncide pas non plus avec celle des bâtons89.

  • 90 Ibid., p. 54-58.

58Foch est maréchal de France depuis le 6 août 1918 (il vient de briser la dernière grande offensive allemande à l’ouest et de lancer la contre-offensive victorieuse) et porte le bâton étoilé90 typique dont nous avons suivi l’émergence.

59Le roi George V remercie Foch d’avoir conduit la coalition à la victoire en le faisant maréchal de Grande-Bretagne le 30 juillet 1919 (fig. 26 et 27).

Fig. 26 : Bâton de maréchal de Grande-Bretagne de Foch. Bâton de maréchal remis à Foch à Buckingham Palace par le roi George V, le 30 juillet 1919, or, velours, L. : 55 cm × diamètre : 3 cm. Paris, musée de l’Armée, 4369 DEP.

Fig. 26 : Bâton de maréchal de Grande-Bretagne de Foch. Bâton de maréchal remis à Foch à Buckingham Palace par le roi George V, le 30 juillet 1919, or, velours, L. : 55 cm × diamètre : 3 cm. Paris, musée de l’Armée, 4369 DEP.

© Paris - Musée de l’Armée, Dist. RMN/Pascal Segrette

Fig. 27: Détail de la calotte supérieure du bâton de maréchal de Grande-Bretagne de Foch. Paris, musée de l’Armée, 4369 DEP.

Fig. 27: Détail de la calotte supérieure du bâton de maréchal de Grande-Bretagne de Foch. Paris, musée de l’Armée, 4369 DEP.

© Paris - Musée de l’Armée, Dist. RMN/Pascal Segrette

  • 91 Ibid., p. 59.

60On reconnaît, pour s’en tenir aux caractéristiques immédiatement visibles, le bâton britannique traditionnel recouvert de velours grenat semé de dix-huit lions d’Angleterre, et surmonté de saint Georges terrassant le dragon91.

61Plus originale est l’élévation au maréchalat de Pologne de Foch, le 13 avril 1923 (fig. 28). Il s’agit d’un geste politique, moins lié aux opérations de la Grande Guerre qu’à leurs résultats : la Pologne, en tant qu’État indépendant, a été rétablie par la victoire des Alliés en 1918 et confirmée, dans ses frontières, par le traité de Versailles en 1919 ; elle est en outre une alliée militaire de la France.

Fig. 28 : Bâton de maréchal de Pologne, remis à Foch à la frontière austro-polonaise par le général Sosnkowski, ministre de la Guerre, acier, agate, émaillage, vermeil, L. : 38 cm. Paris, musée de l’Armée, 4371 DEP.

Fig. 28 : Bâton de maréchal de Pologne, remis à Foch à la frontière austro-polonaise par le général Sosnkowski, ministre de la Guerre, acier, agate, émaillage, vermeil, L. : 38 cm. Paris, musée de l’Armée, 4371 DEP.

© Paris - Musée de l’Armée, Dist. RMN/Pascal Segrette

  • 92 Ibid., p. 59-61, notamment pour la description détaillée.

62Le bâton de maréchal de Pologne diffère nettement du bâton de maréchal typique en Europe, puisque, réalisé en acier bleui incrusté de vermeil, il imite une masse d’armes polonaise du xvie siècle, dont la silhouette en bulbe est fort identifiable. Il porte notamment, sur les côtés, à la base du bulbe, deux émaux translucides rouges, ornés l’un de l’aigle héraldique de Pologne et l’autre des initiales R P, pour Respublica Polonorum92.

  • 93 Ibid., p. 61. Les Américains auraient envisagé de donner à Foch un « grade honorifique suprême, ‘‘g (...)
  • 94 Ibid., p. 61.

63Le dernier bâton associé à Foch en tant que généralissime allié est d’origine encore plus inhabituelle, puisqu’il ne correspond à aucune dignité réelle. Une société philanthropique catholique américaine, les Chevaliers de Colomb, qui a porté secours aux soldats américains envoyés en Europe pendant la Grande Guerre, choisit, après la victoire alliée, de nommer Foch (connu pour sa foi catholique) membre d’honneur. Afin de matérialiser cette décision, un bâton de fantaisie, suivant une morphologie proche des bâtons de maréchal français, est commandé en 1919 à la maison de joaillerie Tiffany, pour la très respectable somme de 15 000 dollars de l’époque, et remis au maréchal en 1920 lors d’une cérémonie à Metz93 (fig. 29). Ce véritable objet précieux de par sa qualité et la facture de ses matériaux (or de Californie, lapis-lazuli d’Oregon, cuivre du Colorado, etc.), possède un trait symbolique dominant, le seul qui nous retienne ici : la prépondérance d’un décor d’étoiles dorées sur la partie médiane bleu nuit du bâton (ce revêtement émaillé est à base de lapis-lazuli) 94. Ces étoiles ont une tout autre valeur que les étoiles françaises et représentent les États et des territoires des États-Unis (parmi lesquels, outre les États des États-Unis, les Philippines, la « Canal zone », ou zone du canal de Panama), le Canada et Newfoundland (Terre-Neuve). L’embout de la calotte supérieure conclut ce parcours géographique avec une étoile en nickel dans laquelle s’inscrit le nom de Cuba, alors sous le contrôle des États-Unis. Les autres inscriptions et symboles prennent autant de libertés avec les codes usuels du bâton de maréchal, sauf pour la calotte inférieure où figure la devise traditionnelle (mais pas à sa place coutumière) « Terror Belli Decus Pacis ».

Fig. 29 : Bâton de maréchal (non réglementaire) offert au maréchal Foch en 1919 par l’American Legion. Commanditaire : société « Knights of Columbus » ; donateur : « American Legion », bois doré au mercure, émail cloisonné, or, platine, saphir, velours, L. : 41 cm × diamètre : 5 cm. Paris, musée de l’Armée, 4377 DEP.

Fig. 29 : Bâton de maréchal (non réglementaire) offert au maréchal Foch en 1919 par l’American Legion. Commanditaire : société « Knights of Columbus » ; donateur : « American Legion », bois doré au mercure, émail cloisonné, or, platine, saphir, velours, L. : 41 cm × diamètre : 5 cm. Paris, musée de l’Armée, 4377 DEP.

© Paris - Musée de l’Armée, Dist. RMN/Pascal Segrette

64Nous rejoignons ainsi la catégorie des bâtons rêvés paradoxaux : celui-ci (fig. 29) est d’origine américaine alors que l’armée des États-Unis ignore la dignité de maréchal ; il relève d’une initiative privée qui n’a aucune autorité étatique. Il souligne assurément l’exceptionnelle vigueur, dans l’imaginaire, à l’échelle internationale, du bâton de maréchal au début du xxe siècle.

  • 95 Le général de Gaulle fait ainsi du général Eisenhower, le 28 mai 1945, un compagnon de l’ordre de l (...)

65La Seconde Guerre mondiale n’a pas produit, côté occidental, de semblables accumulations, peut-être parce que les principaux dirigeants militaires des armées coalisées victorieuses sont américains, et donc a priori hors maréchalat. Les témoignages de reconnaissance de leur position éminente passent par d’autres canaux, notamment par les distinctions et ordres nationaux des différents pays de l’alliance95.

Amplification politique : le bâton de maréchal, emblème national

66La France de Vichy a réservé, pendant la Seconde Guerre mondiale, entre 1940 et 1944, une ultime (et compromettante) promotion au bâton de maréchal du type étoilé en l’élevant, de manière un peu biaisée, au rang d’emblème national.

  • 96 Michel Pastoureau, Les emblèmes…, article « Francisque », p. 144-147.
  • 97 Ibid., p. 145. On remarque le motif connexe des sept étoiles distinctives des maréchaux de France d (...)

67En effet, le régime du maréchal Pétain adopte la francisque96 pour emblème. Or celle-ci, dans l’iconographie, revêt l’apparence d’une hache à fer double tricolore, dont la hampe est fréquemment constituée par un bâton de maréchal semé d’étoiles, évidente référence à la dignité militaire détenue par le chef de l’État français97 (fig. 30).

Fig. 30 : Emblème du régime de Vichy.

Fig. 30 : Emblème du régime de Vichy.

© Paris - Musée de l’Armée, DRHAPMED

  • 98 Voir la note 32 de cet article.

68Il est curieux de retrouver l’association entre maréchalat et hache d’armes, mentionnée, dans un contexte fort différent, au xvie siècle98. L’échec et la chute du régime de Vichy sonnent le glas de cette nouveauté.

  • 99 Lettre citée par Jean Lacouture, De Gaulle, t. II, Le politique, Paris, Seuil, 1985, p. 258.
  • 100 On trouve, non référencée malheureusement, une information complémentaire dans Dominique Frémy, Qui (...)

69Le maréchalat est atteint par répercussion. Quand Edmond Michelet, ministre de la Guerre, dans une lettre du 8 avril 1946, interroge le général de Gaulle, qui vient de quitter le pouvoir, sur la façon de fixer sa « situation dans l’armée » que le « président Gouin désire naturellement la plus élevée »99 (allusion transparente au maréchalat100), il reçoit, le 12 avril, de l’ancien chef de la France libre le plus cinglant refus. De Gaulle, après avoir rappelé qu’il s’est engagé depuis le 18 juin 1940 « dans une voie assez exceptionnelle », ajoute :

  • 101 Lettre citée par Jean Lacouture, op. cit., p. 258-259.

Toute « solution administrative » qu’on tenterait d’y appliquer aujourd’hui prendrait donc un caractère étrange, et même ridicule. La seule mesure qui soit à l’échelle est de laisser les choses en état. La mort se chargera, un jour, d’aplanir la difficulté, si tant est qu’il y en ait une101.

70De Gaulle au pouvoir n’a au demeurant procédé à la nomination d’aucun maréchal de France.

Dissémination et syncrétisme : les bâtons de maréchal dans le décor sculpté de Saint-Louis des Invalides

  • 102 François Lagrange et Jean-Pierre Reverseau, Les Invalides : l’État, la guerre, la mémoire, Paris, D (...)

71Nous voudrions, en dernier lieu, présenter un autre aspect de la question, peut-être moins connu, en nous centrant sur l’hôtel des Invalides, véritable panthéon militaire de la France depuis que Napoléon l’a orienté dans cette voie 102.

72Le décor sculpté de l’église Saint-Louis des Invalides, fleuron de l’hôtel, comporte, pour ses parties réalisées aux xixe et xxe siècles, de nombreux bâtons de maréchal. Leur présence, ni négligeable ni écrasante, s’accompagne d’un intéressant phénomène de syncrétisme militaire. Les formes en sont modulées dans la partie église des Soldats et dans la partie église du Dôme.

Les plaques commémoratives de l’église des Soldats

  • 103 Voir René Baillargeat (dir.), Les Invalides, trois siècles d’histoire, Paris, musée de l’Armée, 197 (...)
  • 104 Ibid., p. 458.
  • 105 Ibid., p. 460.
  • 106 Ibid., p. 457.

73L’église des Soldats comporte de grandes plaques commémoratives, situées verticalement sur ses piliers, en l’honneur de gouverneurs des Invalides du xixe siècle. Lesdits gouverneurs ont été également maréchaux, parmi lesquels (sans exhaustivité) : Coigny (gouverneur de 1816 à 1821103), Jourdan (de 1830 à 1833104), Moncey (de 1833 à 1842105) ou d’Ornano (de 1853 à 1863106).

74Ces plaques commémoratives sont à ce jour peu documentées et peu étudiées. Mais elles illustrent partiellement le répertoire iconographique des bâtons de maréchal, puisque ceux-ci sont inclus sur un mode héraldique (deux bâtons croisés) dans les armes personnelles de chacun des gouverneurs évoqués. Un examen plus attentif montre les variations d’ornementation symbolique de ces bâtons selon le régime politique en place lors du décès du gouverneur.

75Les bâtons du duc de Coigny (mort sous la Restauration) sont fleurdelisés (fig. 31), les bâtons de Moncey, duc de Conegliano, sont étoilés (monarchie de Juillet) (fig. 32), les bâtons du comte d’Ornano sont semés d’aigles (Second Empire) (fig. 33).

Fig. 31 : Deux détails de la plaque commémorative de Coigny, Paris, église Saint-Louis des Invalides.

Fig. 31 : Deux détails de la plaque commémorative de Coigny, Paris, église Saint-Louis des Invalides.

© Paris - Musée de l’Armée, DRHAPMED

Fig. 32 : Deux détails de la plaque commémorative de Moncey. Paris, église Saint-Louis des Invalides.

Fig. 32 : Deux détails de la plaque commémorative de Moncey. Paris, église Saint-Louis des Invalides.

© Paris - Musée de l’Armée, DRHAPMED

Fig. 33 : Deux détails de la plaque commémorative du comte d’Ornano. Paris, église Saint-Louis des Invalides.

Fig. 33 : Deux détails de la plaque commémorative du comte d’Ornano. Paris, église Saint-Louis des Invalides.

© Paris - Musée de l’Armée, DRHAPMED

76Jusqu’ici, rien que de logique. Mais la plaque évoquant le comte Jourdan révèle une singularité : ses bâtons sont couverts d’abeilles, ce qui rappelle le Premier Empire pendant lequel Jourdan est devenu maréchal, sans être du type réglementaire impérial à aigles (fig. 34).

Fig. 34 : Deux détails de la plaque commémorative de Jourdan. Paris, église Saint-Louis des Invalides.

Fig. 34 : Deux détails de la plaque commémorative de Jourdan. Paris, église Saint-Louis des Invalides.

© Paris - Musée de l’Armée, DRHAPMED

77Peut-être ce flottement est-il dû au fait que Jourdan meurt au début de la monarchie de Juillet, en 1833, quand celle-ci n’a pas encore popularisé le nouveau symbolisme étoilé du bâton de maréchal.

78Au total sont réunis dans l’église des Soldats, quasiment côte à côte, les trois types majeurs historiques de revêtement symbolique (en plus d’un quatrième imaginaire) de bâton de maréchal de France. Cette contiguïté atténue, d’une certaine manière, leur coloration politique au profit du seul signe militaire.

  • 107 D’autres bâtons de maréchal figurent dans le décor de l’église des Soldats, sans plus apporter à no (...)

79Pour faire bonne mesure, notons la présence d’une plaque assez similaire, mais postérieure à la mort du maréchal Juin en 1967, honorant en celui-ci le vainqueur du Garigliano pendant la Seconde Guerre mondiale (fig. 35). On y retrouve les deux bâtons de maréchal étoilés associés au coq emblématique du corps expéditionnaire français en Italie (emblème qui fait écho au coq de l’embout des bâtons de maréchal de la monarchie de Juillet, fig. 23)107.

Fig. 35 : Détail de la plaque commémorative de Juin. Paris, église Saint-Louis des Invalides.

Fig. 35 : Détail de la plaque commémorative de Juin. Paris, église Saint-Louis des Invalides.

© Paris - Musée de l’Armée, DRHAPMED

Les tombeaux et monuments de l’église du Dôme

  • 108 Voir René Baillargeat, op. cit., p. 62-63 et p. 265.

80Les bâtons de maréchal sont également présents sous le dôme des Invalides. Comme pour l’église des Soldats, ils n’apparaissent qu’au xixe siècle. Nous n’avons pas trouvé trace de bâton de maréchal dans le décor d’époque Louis XIV ou d’Ancien Régime. Le tombeau de Turenne, qui date du xviie siècle mais n’a été placé sous le dôme, dans la chapelle de la Vierge, qu’en 1800108, rend hommage au maréchal sans recourir apparemment à la symbolique du bâton.

  • 109 Voir Louis Bergeron, L’épisode napoléonien : aspects intérieurs, Paris, Éd. du Seuil, 1972, p. 118.

81On observe aussi que l’imposant tombeau de Napoléon, riche en emblématique impériale, n’évoque pas le bâton de maréchal. Il est vrai que le général Bonaparte, devenu Premier consul puis Empereur des Français, a nommé des maréchaux, mais n’a jamais été lui-même maréchal (faut-il voir en outre dans cette absence un souvenir indirect du rôle de ces maréchaux109 dans la chute de Napoléon en 1814 ?).

82Mais quatre des six chapelles du dôme, après d’importantes transformations, comportent des représentations de bâton de maréchal.

  • 110 Voir René Baillargeat, op. cit., p. 63, 65 et 265-266.

83La chapelle Sainte-Thérèse abrite, depuis 1846-1847, un monument en l’honneur de Vauban (1633-1707), qui s’y trouve encore de nos jours, réalisé par Antoine Etex110. Les armes du grand ingénieur militaire y figurent avec, reconnaissables, deux bâtons de maréchal croisés… et fleurdelisés (fig. 36).

Fig. 36 : Détail du monument funéraire de Vauban. Paris, église Saint-Louis des Invalides.

Fig. 36 : Détail du monument funéraire de Vauban. Paris, église Saint-Louis des Invalides.

© Paris - Musée de l’Armée, DRHAPMED

  • 111 Ibid., p. 76, 270 et 459.

84La chapelle Saint-Jérôme est dotée, depuis 1862, du tombeau du roi Jérôme (1784-1860), le plus jeune frère de Napoléon Bonaparte (fig. 37, 38, 39 et 40). Ce monument, dû à Alfred-Nicolas Normand, comporte une statue de Jérôme, s’appuyant sur un bâton de maréchal semé d’aigles dorées, œuvre d’Eugène Guillaume. Par un étonnant détour de l’histoire, Jérôme est aussi le maréchal Bonaparte ; il le doit à son neveu le prince-président qui, après l’avoir nommé gouverneur des Invalides dès 1848, l’élève au maréchalat en 1850111.

Fig. 37 : Détail de la partie supérieure du tombeau de Jérôme. Les bâtons de maréchal portent l’étoile à cinq branches. Paris, église Saint-Louis des Invalides.

Fig. 37 : Détail de la partie supérieure du tombeau de Jérôme. Les bâtons de maréchal portent l’étoile à cinq branches. Paris, église Saint-Louis des Invalides.

© Paris - Musée de l’Armée, DRHAPMED

Fig. 38 : Détail du tombeau de Jérôme. Paris, église Saint-Louis des Invalides.

Fig. 38 : Détail du tombeau de Jérôme. Paris, église Saint-Louis des Invalides.

© Paris - Musée de l’Armée, DRHAPMED

Fig. 39 : Détail du tombeau de Jérôme. Le bâton de maréchal porte l’abeille et l’inscription « Terror belli, decus pacis » sur le bas du bâton. Paris, église Saint-Louis des Invalides.

Fig. 39 : Détail du tombeau de Jérôme. Le bâton de maréchal porte l’abeille et l’inscription « Terror belli, decus pacis » sur le bas du bâton. Paris, église Saint-Louis des Invalides.

© Paris - Musée de l’Armée, DRHAPMED

Fig. 40 : Détail de la partie arrière du tombeau de Lyautey. Le bâton de maréchal porte l’étoile à cinq branches. Paris, église Saint-Louis des Invalides.

Fig. 40 : Détail de la partie arrière du tombeau de Lyautey. Le bâton de maréchal porte l’étoile à cinq branches. Paris, église Saint-Louis des Invalides.

© Paris - Musée de l’Armée, DRHAPMED

  • 112 Ibid., p. 75.

85La chapelle Saint-Augustin accueille depuis 1963 le tombeau du maréchal Lyautey (1854-1934), exécuté par Albert Laprade112 : sur l’une de ses faces se discerne le bâton étoilé de maréchal de France.

  • 113 Ibid., p. 74 et 272.

86Enfin, dans la chapelle Saint-Ambroise se trouve, depuis 1937, l’impressionnant tombeau du maréchal Foch (1851-1929), œuvre de Paul Landowski113.

87Sur l’une de ses faces ont été sculptés non seulement le bâton étoilé de maréchal de France (à l’horizontale), mais aussi ceux de maréchal de Grande-Bretagne et de maréchal de Pologne (tous deux verticalement) (fig. 41). Cette conjonction des trois bâtons opère un rappel explicite du rôle de Foch en tant que généralissime allié en 1918 et s’apparie parfaitement aux valeurs universalistes de la IIIe République.

Fig. 41 : Détail de la partie arrière du tombeau de Foch. À gauche, le sommet du bâton de maréchal de Grande-Bretagne (le saint Georges a été enlevé) ; au centre, le bâton de maréchal de France décoré d’étoiles à cinq branches ; à droite, le sommet du bâton de maréchal de Pologne. Paris, église Saint-Louis des Invalides.

Fig. 41 : Détail de la partie arrière du tombeau de Foch. À gauche, le sommet du bâton de maréchal de Grande-Bretagne (le saint Georges a été enlevé) ; au centre, le bâton de maréchal de France décoré d’étoiles à cinq branches ; à droite, le sommet du bâton de maréchal de Pologne. Paris, église Saint-Louis des Invalides.

© Paris - Musée de l’Armée, DRHAPMED

88Il faut ajouter une reprise du sol de marbre polychrome de la chapelle, où, sur le modèle du chiffre de Louis XIV (deux L entrelacés) répandu dans le reste du dôme, deux F se correspondent par rapport à un axe de symétrie vertical que matérialise un bâton bleu étoilé de maréchal de France (fig. 42).

Fig. 42 : Détail du monogramme représenté sur le pavement devant le tombeau de Ferdinand Foch. Paris, église Saint-Louis des Invalides.

Fig. 42 : Détail du monogramme représenté sur le pavement devant le tombeau de Ferdinand Foch. Paris, église Saint-Louis des Invalides.

© Paris - Musée de l’Armée, DRHAPMED

89Le motif n’apparaît cependant qu’une fois sur le sol de la chapelle.

90On le constate : l’église du Dôme, comme l’église des Soldats, comprend les trois variantes historiques symboliques majeures du bâton de maréchal, à la fois distinctes et proches, réconciliées, nous semble-t-il, par la vocation de nécropole militaire de l’édifice.

91Au terme de ce parcours complexe, il paraît utile d’en résumer les étapes, en insistant sur le caractère partiel de bien des résultats et sur la nécessité de les vérifier par d’autres études.

92Après un aperçu, pour l’Ancien Régime, du foisonnement initial des possibilités symboliques dans le domaine militaire, notamment autour de l’épée de connétable de France, nous avons vu s’opérer une décantation progressive, avec l’émergence puis la fixation du type du bâton de maréchal de France.

93Nous avons ensuite suivi, aux xixe et xxe siècles, les variations symboliques réglementées les plus significatives (fleurs de lys, aigles, étoiles…), aux fortes implications politiques, du bâton de maréchal devenu symbole militaire suprême. Nous avons également observé que cette démarche normative n’exclut pas des effets d’écart très importants et intéressants : bâtons imaginaires polémiques ou de fantaisie, bâtons étrangers venant s’ajouter aux bâtons français, bâton étoilé érigé fugitivement au rang d’emblème national…

94Nous avons enfin repéré la dissémination discrète, concrète et réussie, parfois rétrospective, du bâton de maréchal dans le décor sculpté des composantes contemporaines (xixe et xxe siècles) de l’église Saint-Louis des Invalides, véritable panthéon militaire de la France.

95Au moment de refermer (provisoirement) ce dossier, on se permettra une question : quel destin pour le bâton de maréchal dans une Europe pacifique ? Continuera-t-il à nous parler ? Est-il voué à s’effacer ? Ou saura-t-il se maintenir, en jouant, par exemple, sur le bleu et les étoiles du drapeau européen ?

Haut de page

Notes

1 Où ont été installés le musée d’Artillerie après 1870, le musée historique de l’Armée en 1896, les deux établissements fusionnant pour donner naissance au musée de l’Armée en 1905.

2 Qui n’est pas sans lien avec les galeries historiques du château de Versailles où abondent connétables et maréchaux, voir Galeries historiques du palais de Versailles, t. VII : Portraits, Paris, Imprimerie royale, 1842, article « Connétables », p. 130-170, article « Maréchaux », p. 171, p. 574.

3 Avec le regard de l’historien plus que du conservateur, mais en remerciant nos collègues de la conservation du musée de l’Armée qui ont bien voulu nous faciliter les recherches et nous faire part de leurs suggestions, notamment Olivier Renaudeau, conservateur du Département ancien, et son prédécesseur, Jean-Pierre Reverseau.

4 Voir par exemple Michel Pastoureau, Les emblèmes de la France, Paris, Bonneton, 1998.

5 Il conviendrait de réserver une place spécifique à la masse d’armes. Le musée de l’Armée en possède une, superbement ornée (Inv. K 50), ayant appartenu au dauphin Henri d’Orléans, futur Henri II, voir Armes et armures de saint Louis à Louis XIII : trésors du Département ancien, Paris, Réunion des musées nationaux / musée de l’Armée, 2009, p. 18.

6 Nous suivons ici les descriptions de Jean-Pierre Reverseau, Les armes et la vie, Paris, Dargaud, 1982, p. 16.

7 Jean-Pierre Reverseau (dir.), Invalides/musée de l’Armée : 100 trésors des collections, Paris, Perrin / musée de l’Armée, 2000, p. 7.

8 Révérend père Daniel, Histoire de la milice françoise et des changements qui s’y sont faits depuis l’établissement de la monarchie dans les Gaules jusqu’à la fin du règne de Louis le Grand, Paris, Coignard, t. I, livre III, 1721, p. 183.

9 Les Grandes chroniques de France (vers 1470) de J. Fouquet comportent une représentation de Charles V remettant à Bertrand Du Guesclin l’épée de connétable, voir Jean-Pierre Reverseau, Les armes…, op. cit., p. 16.

10 Olivier Renaudeau, conservateur du Département ancien du musée de l’Armée, et Jean-Paul Sage-Frénay, conservateur adjoint du même département, observent que le cartouche fleurdelisé doré du talon de la lame est surmonté d’un motif en accolade plus renaissant que médiéval.

11 La bouterolle terminale, c’est-à-dire la garniture métallique couvrant la partie inférieure du fourreau, est une reconstitution de l’époque contemporaine, voir Jean-Pierre Reverseau, Les armes…, op. cit., p. 16.

12 Ibid., p. 16, et entretiens avec les conservateurs successifs du Département ancien du musée de l’Armée, Jean-Pierre Reverseau et Olivier Renaudeau.

13 Phylactère : moyen graphique semblable à une petite banderole sur laquelle se déploient les paroles prononcées par le personnage que l’on représente.

14 Le dextrochère ou main droite portant l’épée en pal est un emblème des connétables. Il apparaît sur leurs écus qui avaient pour ornements extérieurs, de chaque côté, une épée nue, la pointe vers le haut, tenue par un dextrochère, armée d’un gantelet et sortant d’une nuée.

15 Jean-Pierre Reverseau, Armes et armures des Montmorency : dossier-exposition (musée de l’Armée, Paris, 18 juin – 15 sept. 1993) Paris, Réunion des musées nationaux / musée de l’Armée, 1993, p. 10.

16 Ibid., p. 27.

17 Ibid., p. 11.

18 Olivier Renaudeau émet l’hypothèse qu’il pourrait s’agir de l’épée de connétable, mais mal dessinée.

19 François Bluche (dir.), Dictionnaire du Grand Siècle, Paris, Fayard, 1990, article « Connétable », p. 388.

20 Parmi les grands dignitaires dont s’entoure Napoléon, empereur à partir de 1804, on compte un connétable de l’Empire (secondé par un vice-connétable à partir de 1807). Cette fonction essentiellement honorifique n’a guère de lien avec l’ancien grand office royal, voir Jean Tulard (dir.) Dictionnaire Napoléon, Paris, Fayard, 1987, article « Noblesse d’Empire », p. 1243.

21 Voir Jean Chevalier, Alain Gheerbrant, Dictionnaire des symboles, R. Laffont / Jupiter, coll. « Bouquins », 17e réimpression, Paris, 1995, article « Bâton », p. 110-112, et plus particulièrement p. 112.

22 Die Heldenrüstkammer (Armamentarium Heroicum), Erzherzog Ferdinands II. Auf Schloss Ambras bei Innsbruck, Faksimiledruk der lateinischen und der deutschen Ausgabe des Kupferstich-Bildinventars von 1601 bzw. 1603, Herausgegeben, eingeleitet und erläutert von Bruno Thomas, Osnabrück, Biblio Verlag, 1981, « reprint » de l’édition de 1601, conservé à la bibliothèque du musée de l’Armée. Notice 126, « Armand de Gontaut, Herr von Biron, Maréchal de France en 1577 ».

23 Biron accède au maréchalat en 1577 sous Henri III.

24 Voir Jeannine Baticle, Velázquez, peintre hidalgo, Paris, Gallimard, 1989, p. 72-74. Les trois portraits sont conservés au musée du Prado, à Madrid.

25 Musée de l’Armée, 9386, Ea 0013 (Versailles : MV 6942). Nous remercions Anthony Petiteau, adjoint au conservateur du Département des peintures et sculptures, cabinet des estampes, des dessins et de la photographie, qui nous a communiqué ces renseignements. On notera que le bâton apparaît relativement long.

26 Musée de l’Armée, 996.1777, Ea, voir Frédéric Lacaille, « La SAMA offre un portrait de Louis XV au musée de l’Armée », Revue de la Société des amis du musée de l’Armée (SAMA), 1997, n114, p. 65-67. Le bâton représenté est assez court.

27 Musée de l’Armée, huile sur toile de Juste d’Egmont, 2007.31.1, acquisition 2007.

28 Armand Dayot, Louis XIV, Paris, Flammarion, 1909, p. 23. Nous remercions Michèle Mézenge, bibliothécaire du musée de l’Armée, qui nous a permis d’accéder aisément et rapidement à cet ouvrage.

29 « D’après la gravure de Boutelou [sic], exécuté [sic] d’après la statue de Dardel » voir Armand Dayot, op. cit., p. 23. La base Joconde, catalogue en ligne des collections des musées de France, consultée notamment les 13 et 19 octobre 2009, comporte une notice détaillée sur cette estampe conservée au musée Condé (Inv. PE 597) du château de Chantilly, sous l’intitulé Le Grand Condé jetant son bâton de commandement par Louis-Alexandre Bouteloup. On trouve une reproduction de cette gravure dans François Bluche Dictionnaire du Grand Siècle, op. cit., article « Condé », p. 381, avec l’indication « gravure de Le Boudelou [sic] ». On notera qu’il est fait mention sur la base Joconde d’une statuette en bronze postérieure de David d’Angers, réalisée entre 1817 et 1827, intitulée Le Grand Condé jetant son bâton de maréchal dans les lignes de Fribourg, conservée au Département des sculptures du Louvre (RF 1296).

30 Armand Dayot, op. cit., p. 23.

31 Sans mentionner celle-ci, Fadi El Hage signale d’autres erreurs de ce type, voir Michèle Virol (dir.), Les oisivetés de monsieur de Vauban, édition intégrale, Paris, Champ Vallon, 2007, notice de Fadi El Hage, « Vauban n’a jamais reçu le bâton de maréchal », p. 61, note 1.

32 Saint-Simon, Écrits inédits, Faugère, cité dans Gabriel Le Barrois d’Orgeval, Le maréchalat de France des origines à nos jours, Paris, Occitania, 1932, t. I, p. 135.

33 Indications tirées de la notice de l’inventaire des collections du musée de l’Armée. Je remercie Séverine Chabaud, du service de la régie des œuvres et de l’inventaire, qui m’en a grandement facilité la consultation. Olivier Renaudeau, conservateur du Département ancien du musée de l’Armée, note le renflement du bâton à ses deux extrémités et le rapproche de la morphologie des armes des massiers.

34 Gabriel Le Barrois d’Orgeval, op. cit., t. I, p. 82-83.

35 Révérend père Daniel, op. cit., t. II, livre IX, 1721, p. 18.

36 Révérend père Anselme, Histoire généalogique et chronologique de la maison royale de France […], Paris, 1730, t. VI, p. 616.

37 Voir Michèle Virol, op. cit., notice de Fadi El Hage, « Vauban n’a jamais reçu le bâton de maréchal », p. 61-62.

38 Ibid., p. 61.

39 Ibid.

40 Ibid., p. 62.

41 Ibid.

42 Gabriel Le Barrois d’Orgeval, op. cit., t. I, p. 191.

43 François Bluche (dir.), op. cit., article « Maréchaux de France », p. 966.

44 Commentaires et lettres de Blaise de Monluc, maréchal de France : édition revue sur les manuscrits et publiée avec les variantes pour la Société de l’histoire de France, t. III, par M. Alphonse de Ruble, Paris, Vve de J. Renouard, 1864-1872, p. 531-532, consultés sur Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k200387q/f550.

45 Collection des mémoires relatifs à l’histoire de France depuis l’avènement d’Henri IV jusqu’à la paix de Paris, t. XX-XXI : Mémoires de Bassompierre, Paris, Foucault, 1822-1823, p. 486, consultés sur Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k36296f/f489.

46 François Bluche (dir.), op. cit., article « Bellefonds », p. 184.

47 Notice de l’inventaire des collections du musée de l’Armée. Nous remercions de nouveau Séverine Chabaud, du service de la régie des œuvres et de l’inventaire, qui nous en a grandement facilité la consultation, ainsi que Dominique Prévot, chef de section (période 1643-1792) au Département moderne du musée de l’Armée.

48 Colonel Willing, « Note sur les bâtons des maréchaux de France et d’Empire », Revue de la Société des amis du musée de l’Armée, 1979, n83, p. 33.

49 Nous remercions Béatrix Saule, conservateur général, directrice générale de l’Établissement public du château de Versailles, qui nous a signalé cette piste. Voir aussi François Bluche (dir.), op. cit., article « Bellefonds », p. 184.

50 Claude Banar, dessinateur de la Division de la recherche historique et de l’action pédagogique du musée de l’Armée, a ainsi attiré notre attention sur une certaine proximité formelle entre ce bâton et l’emblématique de la charge de premier maître d’hôtel, voir Louvan Géliot, La vraye et parfaite science des armoiries […], Dijon / Paris, P. Palliot / J. Guignard, 1660, réimpression reproduite sur fac-similé et publiée par É. Rouveyre, 1895, t. I, p. 279-280, figure XXIV. Il est écrit, p. 279, que le premier maître d’Hôtel porte « pour marque de [son] authorité, le Baston garny d’argent vermeille doré, terminé par le haut de la Couronne Royale ». Deux de ces bâtons figurent en sautoir dans les armoiries du premier maître d’hôtel. Il y a relative affinité, sans recouvrement complet, entre ce type de bâton et celui du maréchal de Bellefonds présent dans les collections du musée de l’Armée. Il serait hasardeux, à ce stade, d’aller plus loin. Voir aussi Béatrix Saule, « Insignes du pouvoir et usages de cour à Versailles sous Louis XIV », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles, 2007, en ligne : http://crcv.revues.org/132, paragraphes 28-34 (consulté le 26 mai 2011).

51 Jean-Pierre Reverseau, Invalides/musée de l’Armée, op. cit., p. 63, et colonel Willing, « Note… », op. cit.

52 Colonel Willing, « Note… », op. cit., p. 33-39.

53 Ibid., p. 33-34.

54 Jean-Pierre Reverseau, Invalides/musée de l’Armée…, op. cit., plus récent, indique une longueur de 51 cm.

55 Gabriel Le Barrois d’Orgeval, op. cit., t. II, p. 88.

56 Geneviève Maze-Sencier (dir.), Dictionnaire des maréchaux de France, du Moyen Âge à nos jours, Paris, Perrin, 2000, p. 23.

57 Idid. p. 28-29.

58 Colonel Willing, « Note… », op. cit.

59 La longueur du bâton reste autour d’une cinquantaine de centimètres, avec de légères modulations. Le diamètre du bâton varie lui aussi. Ces variations semblent sans portée significative, d’autant qu’il existe peu de textes normatifs en cette matière, après le Premier Empire voir colonel Willing, « Note… », op. cit., p. 33-38, et du même « La couleur des bâtons des maréchaux d’Empire », Revue de la SAMA, supplément 1970, p. 15 (notamment note 3).

60 Jean Tulard, Le Sacre de l’empereur Napoléon : histoire et légendes, Paris, Fayard/RMN, 2004.

61 Cependant Jean Brunon note : « Les bâtons du Premier Empire portaient de petites aigles brodées en or sur fond de velours puce ; sous le Second Empire, le velours est bleu de France et les aigles sont de vermeil estompé » in Jean Brunon, Les maréchaux de France à travers neuf siècles d’histoire, édité par « Vert et Rouge », « Revue de la Légion étrangère », Marseille, sans date (vers 1960 d’après un libraire sur livre-rare-book.com consulté le 16 juin 2010), p. 31. Colonel Willing, « La couleur… », op. cit., p. 15-16, établit que la couleur puce, « plus ou moins brun verdâtre », correspond à une couleur initiale bleue qui a viré (d’accord en cela avec un autre texte de Jean Brunon, voir note 1) et qui se rapproche de la teinte présente des bâtons conservés de cette époque. La dégradation du bleu d’origine serait due à la mauvaise qualité de l’indigo utilisé, à la suite des difficultés d’approvisionnement françaises en indigo sous le Premier Empire.

62 Michel Pastoureau, Les emblèmes…, op. cit., article « Bleu », p. 38.

63 Ibid.

64 Ibid., p. 39.

65 Michel Pastoureau, Les emblèmes…, op. cit., article « Drapeau blanc », p. 102-104.

66 Voir le catalogue de l’exposition du bicentenaire de l’ESM au musée de l’Armée, Les saint-cyriens, vocations et destinées, Paris, musée de l’Armée, 2002, p. 74-75.

67 Michel Pastoureau, Les emblèmes…, op. cit., article « Bleu », p. 38-39 et du même auteur, Dictionnaire des couleurs de notre temps. Symbolique et société, Paris, Bonneton, 1992, article « Bleu », p. 32.

68 Voir de nouveau colonel Willing, « Note… », op. cit., p. 33-38. Les nombres indiqués de symboles figurant sur la partie médiane du bâton semblent parfois sujets à des variations. Nous remercions Hélène Klemenz, du service de la régie des œuvres et de l’inventaire, qui nous a grandement facilité la consultation de l’inventaire.

69 Michel Pastoureau, Les emblèmes…, op. cit., article « Fleur de lis », p. 134-135.

70 Ibid., article « Aigle », p. 20, et p. 22-26.

71 Voir le professeur Georges Dillemann, « Les étoiles. Insignes des grades et des fonctions des officiers généraux », Carnet de la Sabretache, no 32, 2e trimestre 1976, p. 43-49, qui retrace l’émergence, dès la fin de l’Ancien Régime, des étoiles comme insignes de grades des officiers généraux. Il indique plus spécifiquement, p. 47, l’association des étoiles, au nombre de sept, et du maréchalat, de manière officielle, sous la monarchie de Juillet (19 août 1836), même si Georges Dillemann formule l’hypothèse d’une tradition étoilée plus ancienne du maréchalat, remontant au Premier Empire. Voir aussi Georges Dillemann (article révisé), « Les étoiles. Insignes des grades et des fonctions des officiers généraux », Carnet de la Sabretache, no 57, 2e trimestre 1981, p. 51-53.

72 Michel Pastoureau, Dictionnaire des couleurs…, op. cit., article « Drapeaux », p. 70-71, et article « Olympiques (anneaux) », p. 138 notamment.

73 Colonel Willing, « Note… », op. cit., p. 35-36.

74 Puisque les abeilles sont aussi un emblème impérial, voir Michel Pastoureau, Les emblèmes…, article « Abeille », p. 15-19. Voir aussi Georges Dillemann, « Le bâton de maréchal de l’Empire de Marmont duc de Raguse », Revue de la Société des amis du musée de l’Armée, 1967, no 71, p. 35-36.

75 Michel Pastoureau, Les emblèmes…, op. cit., articles « Aigle », p. 24, et « Coq », p. 74-83.

76 Geneviève Maze-Sencier, op. cit., p. 31.

77 Gabriel Le Barrois d’Orgeval, op. cit., t. II, p. 121. Louis Chardigny, Les maréchaux de Napoléon, Paris, J’ai lu, 1984, p. 370, précise que neuf des quinze maréchaux « napoléoniens » survivants sont présents, les autres étant en disgrâce ou empêchés. Il indique en outre la date du 14 et non du 15 juillet.

78 Alexandre Dumas père, Le Vicomte de Bragelonne, Paris, Robert Laffont, édité par Claude Schopp, 1991, vol. 2, p. 849.

79 Ibid., p. 849.

80 François Bluche, op. cit., article « Artagnan (Charles de Batz, sieur d’) », p. 112-113. Un cousin de ce d’Artagnan, Pierre de Montesquiou, comte d’Artagnan, est devenu maréchal de France en 1709. Voir « Montesquiou (Pierre de Montesquiou d’Artagnan, appelé d’abord d’Artagnan, puis maréchal de) », ibid., p. 1058-1059.

81 En revanche, un véritable maréchal de France, Turenne, d’ailleurs contemporain du d’Artagnan historique, est mort renversé par un boulet de canon, en 1675 : on peut penser que sa fin a inspiré Dumas, voir Geneviève Maze-Sencier, op. cit., article « Turenne », p. 427. Le boulet fatal est conservé au musée de l’Armée.

82 Louis Blanc, Histoire de dix ans, 1830-1840, Paris, Pagnerre, 5e édition, t. I, 1846, p. 53 (« Introduction »).

83 Voir Philip Mansel, Louis XVIII, [1981], Paris, Perrin, 2004, p. 323.

84 Même si la Restauration a effectivement nommé un maréchal de France étranger (naturalisé), en 1827, le prince de Hohenlohe, voir Geneviève Maze-Sencier, op. cit., p. 32 et article « Hohenlohe », p. 220-221.

85 Victor Hugo, Les Misérables, Paris, Garnier frères, 1957 [1862], p. 423.

86 Julius Bryant, Apsley House: The Wellington Collection, Londres, English Heritage Guidebooks, 2005, p. 26-27.

87 Ibid., p. 27. Certains pays, faute de maréchalat, ont conféré à Wellington un titre ou une dignité militaire de prestige voisin : ainsi capitaine général en Espagne. Nous remercions notre adjointe Sylvie Picolet, de la DRHAPMED, qui nous a grandement aidé à réunir une documentation britannique de première main sur les bâtons de commandement de Wellington.

88 Mais les collections d’Apsley House comportent un très beau service de porcelaine de Sèvres offert à Wellington par Louis XVIII en 1823, ibid., p. 27.

89 Voir Emmanuel Ranvoisy, « Ferdinand Foch, un maréchal d’exception », 14-18, Le magazine de la Grande Guerre, n35, décembre-janvier 2007, p. 54-61. Nous remercions Emmanuel Ranvoisy, conservateur adjoint du Département des deux guerres mondiales du musée de l’Armée, de nous avoir facilité la consultation de son article. Les quatre bâtons dont il est question appartiennent aux collections du musée de l’Armée. Du côté des Empires centraux, Colmar von der Goltz, dit « Goltz pacha », est maréchal de Prusse et de l’Empire ottoman, voir Enzyklopädie Erster Weltkrieg, Gerhard Hirschfeld, Gerd Krumeich et Irina Renz (dir.), Schöningh, 2004, p. 530-531.

90 Ibid., p. 54-58.

91 Ibid., p. 59.

92 Ibid., p. 59-61, notamment pour la description détaillée.

93 Ibid., p. 61. Les Américains auraient envisagé de donner à Foch un « grade honorifique suprême, ‘‘general of the army’’, avec une dotation financière », dotation financière que le gouvernement français n’aurait pas jugée acceptable, d’où l’avortement du projet, voir Jacques Jourquin, Les maréchaux de la Grande Guerre, 14-18, 2008, p. 63.

94 Ibid., p. 61.

95 Le général de Gaulle fait ainsi du général Eisenhower, le 28 mai 1945, un compagnon de l’ordre de la Libération, comme le rappellent la liste complète des compagnons à l’entrée du musée de l’ordre de la Libération, dans l’hôtel des Invalides, et le site officiel du musée de l’ordre de la Libération : http://www.ordredelaliberation.fr/fr_doc/liste_biographie.html#E. Nous n’avons pas la possibilité d’aborder ici le domaine soviétique, qui compte notamment un cas de « maréchal des troupes de gendarmerie », en la personne de Béria, voir Adburahman Avtorkhanov, Staline assassiné : le complot de Béria, 1976, traduction française, Paris, Presses de la Renaissance, p. 54.

96 Michel Pastoureau, Les emblèmes…, article « Francisque », p. 144-147.

97 Ibid., p. 145. On remarque le motif connexe des sept étoiles distinctives des maréchaux de France depuis la monarchie de Juillet, voir note 15.

98 Voir la note 32 de cet article.

99 Lettre citée par Jean Lacouture, De Gaulle, t. II, Le politique, Paris, Seuil, 1985, p. 258.

100 On trouve, non référencée malheureusement, une information complémentaire dans Dominique Frémy, Quid des présidents de la République, Paris, Robert Laffont, 1981, p. 426 : « Quand de Gaulle démissionne, en 1945 [sic], le chef du gouvernement provisoire Félix Gouin lui propose de le faire maréchal ou s’il préfère de créer pour lui une dignité spéciale comme celle de Général de la Libération avec statut de maréchal de France, mais de Gaulle refusa. »

101 Lettre citée par Jean Lacouture, op. cit., p. 258-259.

102 François Lagrange et Jean-Pierre Reverseau, Les Invalides : l’État, la guerre, la mémoire, Paris, Découvertes Gallimard, 2007, p. 39-41.

103 Voir René Baillargeat (dir.), Les Invalides, trois siècles d’histoire, Paris, musée de l’Armée, 1975, p. 457.

104 Ibid., p. 458.

105 Ibid., p. 460.

106 Ibid., p. 457.

107 D’autres bâtons de maréchal figurent dans le décor de l’église des Soldats, sans plus apporter à notre propos.

108 Voir René Baillargeat, op. cit., p. 62-63 et p. 265.

109 Voir Louis Bergeron, L’épisode napoléonien : aspects intérieurs, Paris, Éd. du Seuil, 1972, p. 118.

110 Voir René Baillargeat, op. cit., p. 63, 65 et 265-266.

111 Ibid., p. 76, 270 et 459.

112 Ibid., p. 75.

113 Ibid., p. 74 et 272.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Épée avec fourreau d’un connétable de France, vers 1475-1500, cuir doré partiellement, fer forgé, laiton, 1,2 × 0,25 m. Paris, musée de l’Armée, J 26.
Crédits © Paris - Musée de l’Armée, Dist. RMN/Pascal Segrette
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11815/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Fig. 2 : Jean Fouquet, Charles V remettant à Bertrand Du Guesclin l’épée de connétable (détail), in Grandes chroniques de France, vers 1470, enluminure, 17 × 12 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, ms. français 6465, fo 434vo.
Crédits © Bibliothèque nationale de France
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11815/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Fig. 3 : Épée avec fourreau d’un connétable de France, vers 1475-1500, cuir, doré partiellement, fer forgé, laiton, 1,2 × 0,25 m. Paris, musée de l’Armée, J 26.
Légende Détail du talon et de la garde d’une épée de connétable. Ce détail montre nettement le cartouche fleurdelisé surmonté d’un motif en accolade.
Crédits © Paris - Musée de l’Armée, Dist. RMN/Pascal Segrette
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11815/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Fig. 4 : Épée offerte par le connétable Anne de Montmorency au roi Henri II (détail), vers 1550-1555, damasquinée, fer, laiton : 1,16 × 0,17 m. Paris, musée de l’Armée, J 28991.
Crédits © Paris - Musée de l’Armée, Dist. RMN/Pascal Segrette
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11815/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 5 : Détail du talon avec les armes des Montmorency, la couronne ducale et le collier de Saint-Michel. Paris, musée de l’Armée, J 28991.
Crédits © Paris - Musée de l’Armée, Dist. RMN/Pascal Segrette
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11815/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 6 : Détail de la lame de l’épée offerte par le connétable Anne de Montmorency au roi Henri II. Paris, musée de l’Armée, J 28991.
Crédits © Paris - Musée de l’Armée, Dist. RMN/Pascal Segrette
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11815/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 7 : École française, Henri Ier, duc de Montmorency, vers 1593-1600, huile sur toile, 2,07 × 1,35 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 3299.
Crédits © RMN (château de Versailles)/Droits réservés
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11815/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Fig. 8 : Détail du fourreau. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 3299.
Crédits © RMN (château de Versailles)/Droits réservés
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11815/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Fig. 9 : Détail du pommeau avec, au centre, les armes des Montmorency et, placées aux quatre angles, les fleurs de lys. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 3299.
Crédits © RMN (château de Versailles)/Droits réservés
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11815/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Fig. 10 : Jean-Baptiste Van Loo, Louis XV, roi de France et de Navarre (détail), vers 1723, huile sur toile, 2,05 × 1,71 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 6942.
Crédits © RMN (château de Versailles)/Gérard Blot
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11815/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Fig. 11 : Jean-Baptiste Van Loo, Louis XV, roi de France et de Navarre (détail), vers 1723, huile sur toile, 2,05 × 1,71 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 6942.
Crédits © RMN (château de Versailles)/Gérard Blot
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11815/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Fig. 12 : Bâton de commandement de Jean-Baptiste de Cassagnet, marquis de Tilladet, vers 1685, bois, velours, métal. L. : 35 cm × diamètre : 5 cm. Paris, musée de l’Armée, CC7.
Crédits © Paris, musée de l’Armée, DRHAPMED
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11815/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Fig. 13 : Bâton du maréchal de Bellefonds, 2e partie du xviie siècle, ébène et argent doré, L. : 55 cm × diamètre : 4 cm. Paris, musée de l’Armée, Inv. 04495/cote Ib 1 MOK.
Crédits © Paris - Musée de l’Armée, Dist. RMN/Pascal Segrette
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11815/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Fig. 14 : Détail de la partie centrale présentant le monogramme du bâton du maréchal de Bellefonds. Paris, musée de l’Armée, Inv. 04495/cote Ib 1 MOK.
Crédits © Paris - Musée de l’Armée, Dist. RMN/Pascal Segrette
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11815/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 15 : Bâton de maître-hôtel de la Maison de la reine Marie-Thérèse, vers 1670, bois, cuivre doré, L. : 1,29 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, V 6204.
Crédits © RMN (château de Versailles)/Gérard Blot
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11815/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Fig. 16 : Modèle de bâton de maréchal réglementaire d’Ancien Régime dit de Belle-Isle, 1758, aquarelle, 22 × 64,5 cm. Paris, musée de l’Armée, 10580 ; Fd 633.
Crédits © Paris - Musée de l’Armée, Dist. RMN/Pascal Segrette
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11815/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 17 : Bâton de maréchal de France du marquis de Contades et son étui, 1758, bois, broderie, carton, cuir, fil d’or et soie, L. : 52 cm × diamètre : 3,5 cm. Paris, musée de l’Armée, 22145 ; Cc.
Crédits © Paris - Musée de l’Armée, Dist. RMN/Pascal Segrette
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11815/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Fig. 18 : Jacques-Louis David, Sacre de l’empereur Napoléon et couronnement de l’impératrice Joséphine le 2 décembre 1804 (détail), huile sur toile, 6,1 × 9,31 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 7156.
Crédits © RMN (château de Versailles)/Peter Willi
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11815/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Fig. 19 : Fleur de lys, aigle et étoile. Typologie de trois bâtons de maréchal issus des collections du musée de l’Armée.
Crédits © Paris - Musée de l’Armée, DRHAPMED
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11815/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Fig. 20 : Bâton du maréchal Bessières, xixe siècle, bois, broderie, métal, or, velours, L. : 48,6 cm × diamètre : 4,2 cm. Paris, musée de l’Armée, 4526 I, Cc 104.
Crédits © Paris - Musée de l’Armée, DRHAPMED
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11815/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 21 : Bâton de maréchal de France Randon, maréchal en 1856, bois, broderie, métal, or, velours, L. : 50,2 cm × diamètre : 4,9 cm. Paris, musée de l’Armée, 16 3654.
Crédits © Paris - Musée de l’Armée, DRHAPMED
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11815/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Fig. 22 : Bâton de maréchal de France de Sébastiani, nommé maréchal en 1840, bois, métal, velours, vermeil, L. : 49,9 cm × diamètre 4,9 cm. Paris, musée de l’Armée, 5434 Cc 288.
Crédits © Paris - Musée de l’Armée, DRHAPMED
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11815/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 23 : Bâton de maréchal de France de Sébastiani, nommé maréchal en 1840, bois, carton, cuir, or, velours, L. : 49,9 cm × diamètre : 4,9 cm. Paris, musée de l’Armée, 5434 Cc 288.
Crédits © Paris - Musée de l’Armée, DRHAPMED
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11815/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 24 : Bâton de maréchal de France de Molitor, nommé maréchal en 1823, période de la Restauration, bois, métal et velours, L : 49,5 cm × diamètre : 4,5 cm. Paris, musée de l’Armée, K 1145 ; Cc 214/1.
Crédits © Paris - Musée de l’Armée, DRHAPMED
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11815/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 25 : Bâton de maréchal de France de Molitor, nommé maréchal en 1823, période de la monarchie de Juillet, bois, métal et velours, L : 49,5 cm × diamètre : 7 cm. Paris, musée de l’Armée, 145 I ; Cc 214/2.
Crédits © Paris - Musée de l’Armée, DRHAPMED
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11815/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 26 : Bâton de maréchal de Grande-Bretagne de Foch. Bâton de maréchal remis à Foch à Buckingham Palace par le roi George V, le 30 juillet 1919, or, velours, L. : 55 cm × diamètre : 3 cm. Paris, musée de l’Armée, 4369 DEP.
Crédits © Paris - Musée de l’Armée, Dist. RMN/Pascal Segrette
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11815/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 27: Détail de la calotte supérieure du bâton de maréchal de Grande-Bretagne de Foch. Paris, musée de l’Armée, 4369 DEP.
Crédits © Paris - Musée de l’Armée, Dist. RMN/Pascal Segrette
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11815/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Fig. 28 : Bâton de maréchal de Pologne, remis à Foch à la frontière austro-polonaise par le général Sosnkowski, ministre de la Guerre, acier, agate, émaillage, vermeil, L. : 38 cm. Paris, musée de l’Armée, 4371 DEP.
Crédits © Paris - Musée de l’Armée, Dist. RMN/Pascal Segrette
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11815/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 29 : Bâton de maréchal (non réglementaire) offert au maréchal Foch en 1919 par l’American Legion. Commanditaire : société « Knights of Columbus » ; donateur : « American Legion », bois doré au mercure, émail cloisonné, or, platine, saphir, velours, L. : 41 cm × diamètre : 5 cm. Paris, musée de l’Armée, 4377 DEP.
Crédits © Paris - Musée de l’Armée, Dist. RMN/Pascal Segrette
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11815/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 30 : Emblème du régime de Vichy.
Crédits © Paris - Musée de l’Armée, DRHAPMED
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11815/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 31 : Deux détails de la plaque commémorative de Coigny, Paris, église Saint-Louis des Invalides.
Crédits © Paris - Musée de l’Armée, DRHAPMED
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11815/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Titre Fig. 32 : Deux détails de la plaque commémorative de Moncey. Paris, église Saint-Louis des Invalides.
Crédits © Paris - Musée de l’Armée, DRHAPMED
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11815/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre Fig. 33 : Deux détails de la plaque commémorative du comte d’Ornano. Paris, église Saint-Louis des Invalides.
Crédits © Paris - Musée de l’Armée, DRHAPMED
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11815/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Fig. 34 : Deux détails de la plaque commémorative de Jourdan. Paris, église Saint-Louis des Invalides.
Crédits © Paris - Musée de l’Armée, DRHAPMED
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11815/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Titre Fig. 35 : Détail de la plaque commémorative de Juin. Paris, église Saint-Louis des Invalides.
Crédits © Paris - Musée de l’Armée, DRHAPMED
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11815/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 36 : Détail du monument funéraire de Vauban. Paris, église Saint-Louis des Invalides.
Crédits © Paris - Musée de l’Armée, DRHAPMED
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11815/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Fig. 37 : Détail de la partie supérieure du tombeau de Jérôme. Les bâtons de maréchal portent l’étoile à cinq branches. Paris, église Saint-Louis des Invalides.
Crédits © Paris - Musée de l’Armée, DRHAPMED
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11815/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Fig. 38 : Détail du tombeau de Jérôme. Paris, église Saint-Louis des Invalides.
Crédits © Paris - Musée de l’Armée, DRHAPMED
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11815/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 39 : Détail du tombeau de Jérôme. Le bâton de maréchal porte l’abeille et l’inscription « Terror belli, decus pacis » sur le bas du bâton. Paris, église Saint-Louis des Invalides.
Crédits © Paris - Musée de l’Armée, DRHAPMED
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11815/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 40 : Détail de la partie arrière du tombeau de Lyautey. Le bâton de maréchal porte l’étoile à cinq branches. Paris, église Saint-Louis des Invalides.
Crédits © Paris - Musée de l’Armée, DRHAPMED
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11815/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Fig. 41 : Détail de la partie arrière du tombeau de Foch. À gauche, le sommet du bâton de maréchal de Grande-Bretagne (le saint Georges a été enlevé) ; au centre, le bâton de maréchal de France décoré d’étoiles à cinq branches ; à droite, le sommet du bâton de maréchal de Pologne. Paris, église Saint-Louis des Invalides.
Crédits © Paris - Musée de l’Armée, DRHAPMED
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11815/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 42 : Détail du monogramme représenté sur le pavement devant le tombeau de Ferdinand Foch. Paris, église Saint-Louis des Invalides.
Crédits © Paris - Musée de l’Armée, DRHAPMED
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11815/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Lagrange, « Signes du pouvoir militaire : de l’épée de connétable au bâton de maréchal », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 24 janvier 2012, consulté le 30 juin 2016. URL : http://crcv.revues.org/11815 ; DOI : 10.4000/crcv.11815

Haut de page

Auteur

François Lagrange

Normalien, agrégé de l’université et docteur en histoire, François Lagrange dirige la Division de la recherche historique de l’action pédagogique et des médiations au musée de l’Armée (DRHAPMED). Il est également rédacteur en chef des Cahiers d’études et de recherches du musée de l’Armée (CERMA). Ses travaux portent sur la Grande Guerre et sur l’histoire de l’hôtel des Invalides. Il a dirigé l’Inventaire de la Grande Guerre aux éditions Universalis en 2005 et est l’un des deux auteurs de l’ouvrage Les Invalides : l’État, la guerre, la mémoire (Paris, Gallimard, coll. « Découvertes », 2007). Contact : cdivrhap-ma@invalides.org

Haut de page

Droits d’auteur

© François Lagrange / 2007 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org