Navigation – Plan du site
2012

Les cours aristocratiques et leur rôle dans le système curial princier

L’exemple de la Prusse sous Frédéric-Guillaume Ier (1713-1740)
Aristocratic courts and their role in the princely curial system: The example of Prussia under Frederick William I (1713-1740)
Sébastien Schick

Résumés

Cet article analyse la fonction politique des palais aristocratiques berlinois dans le système curial prussien sous Frédéric-Guillaume Ier (1713-1740). La cour de ce roi est en effet présentée par l’historiographie comme inexistante ou sans aucune importance politique : un constat que la prise en compte des palais aristocratiques permet largement de nuancer. Il apparaît en effet que le roi ne sacrifie pas sa cour au profit d’une armée gigantesque, mais qu’il transfère en partie aux grands la fonction de représentation de son pouvoir, dans le cadre plus général de sa ville de résidence. Dès lors, on assiste à un partage des tâches au sommet de l’État, la vie de cour berlinoise se réorganisant pour une large part autour de ces palais. En 1728, lorsque le roi de Pologne, Auguste le Fort, est en visite à Berlin, les palais aristocratiques contribuent largement à l’apparat des festivités données en son honneur et ainsi au prestige de son hôte. Ces principaux ministres, grands absents de l’historiographie prussienne du xviiie siècle, retrouvent ainsi un rôle politique, leurs palais devenant l’espace politique de leur action informelle, en matière de diplomatie surtout. Au-delà de cet enjeu prussien, les conclusions de cette analyse invitent donc à prendre en considération les palais aristocratiques dans le cadre des systèmes curiaux princiers en général.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pöllnitz, 1738 [1734].

1Le 6 juin 1729, un auteur et aventurier prussien, le baron Karl Ludwig von Pöllnitz, arrive à Berlin, première étape d’un voyage à la découverte des principales cours d’Europe, dont il publie la relation sous forme de lettres en 17341. Entré par la Königstor (« porte Royale »), il pénêtre dans la ville en empruntant la Königstraße :

  • 2 Ibid., t. I : 6.

On y trouve de très belles maisons, parmi lesquelles on remarque particulèrement l’Hôtel de Catsch, Ministre d’Etat ; celui de Grumkau, & celui des Postes Royales. Ce dernier bâtiment a été commencé par ordre du feu Roi, pour son Favori le Comte de Wartemberg […]2.

2Nous découvrons ensuite avec lui chacune des rues croisant l’artère principale : la Klosterstraße, avec les splendides demeures de MM. Creutz et Duvaine, respectivement ministre d’État et lieutenant général de l’armée, puis la Jüdenstraße, avec le magnifique hôtel de M. Schwerin. Sur la Spandauer-Straße et la Heilige-Geist-Straße, c’est la résidence du baron de Vernezobre qui retient tout particulièrement l’attention du jeune baron. Il aperçoit enfin, au milieu de la Spree, le château des Hohenzollern, qui semble faire le lien entre la ville de Berlin et sa sœur jumelle, Cölln. S’il loue la beauté et la grandeur du bâtiment, ainsi que la magnificence de ses intérieurs, il ne s’y attarde pas. Il poursuit rapidement la visite de la ville de résidence princière (Residenz) à Cölln, avec ses églises luthériennes et ses magnifiques palais : celui de Danckelmann, favori du roi Frédéric Ier, tout d’abord, puis celui de Wartensleben, gouverneur de la ville.

  • 3 Sur cette présentation traditionnelle de la cour prussienne et de la ville de Berlin, et à titre d’ (...)
  • 4 Sur la cour de Frédéric Ier : Vehse, 1913 ; Preußen 1701, 2001 ; Frey, 1975.
  • 5 « Systemwechsel des Absolutismus », Baumgart, 1979 : 294.
  • 6 Selon Wolfgang Reinhard, cité dans Neugebauer, 2000 : 144.

3Cette succession de palais aristocratiques dont la beauté frappe Pöllnitz a de quoi surprendre. En effet, l’idée d’une cour berlinoise sans éclat et ne jouant aucun rôle de représentation au xviiie siècle reste très ancrée3. Si Frédéric Ier (1688-1713) – souvent décrit comme un grand admirateur de Louis XIV – disposait en son temps d’une cour somptueuse qu’il considérait comme le fondement de son pouvoir4, son fils Frédéric-Guillaume Ier, en revanche, est réputé être l’instigateur d’un « changement systémique de l’absolutisme5 ». Le jour même de son accession au trône, le 25 février 1713, il réorganise son armée, dont il souhaite faire sa priorité. Le lendemain, il remet de l’ordre dans les finances et réduit considérablement le budget alloué à la cour : de 412 000 thalers en moyenne par an sous son père, il passe à 52 000 thalers pour l’année 17136. C’est même cette baisse drastique qui aurait permis de mettre en place une bureaucratie et une armée efficace, elles qui seront les clés de la grandeur prussienne tout au long du xviiie siècle. Réorganisation budgétaire de l’État, mise en place de la bureaucratie prussienne, construction d’une armée gigantesque : ce qui fait le pouvoir de ce roi irait donc de pair avec la destruction de la cour.

  • 7 « Abschaffung des Hofes », Hinrichs, 1964 : 108.
  • 8 « Machtinstrument », Kunisch, 1993 : 176.
  • 9 « Abschaffung der Hofhaltung », Baumgart, 1979 : 294.

4S’est alors imposée dans l’historiographie l’idée que la cour serait inexistante en Prusse. Carl Hinrichs, biographe du Roi-Sergent, parle en effet de « suppression de la cour7 », un constat maintes fois repris dans l’historiographie. Après 1713, la cour ne serait plus un « instrument de souveraineté8 », tant sa fonction de représentation serait réduite à néant après la « suppression de la Hofhaltung9 ».

  • 10 Comme Barbara Stollberg-Rillinger, Peter-Michael Hahn ou Wolfgang Neugebauer.
  • 11 Hahn, 2003 : 77.
  • 12 Stollberg-Rilinger, 1997.
  • 13 On doit cette inflexion historiographique à Wolfgang Neugebauer (1999, 2000, 2001) et Peter-Michael (...)
  • 14 « fallweisender Prunk », Neugebauer, 2001 : 113.
  • 15 Neugebauer, 1997.

5Pourtant, depuis une quinzaine d’années, certains historiens10 se sont portés en faux contre l’idée d’une suppression pure et simple de la cour du roi. Dans le sillage de l’histoire culturelle du politique en Allemagne, certains auteurs ont montré qu’un monarque ne peut se passer d’un espace dans lequel il se montre et représente son pouvoir à ses sujets11, ainsi qu’aux autres souverains12. Ne serait-ce que pour recevoir les ambassadeurs étrangers, il ne saurait faire fi de la force symbolique d’une cour qui le fait apparaître dans tout l’éclat de sa souveraineté13. Cette dernière ne recouvrerait que très rarement son rôle politique, dans le cadre d’un « luxe ostentatoire occasionnel14 » mais, hormis ces moments exceptionnels, Berlin ne serait plus qu’un « centre administratif », sans aucune fonction politique15.

  • 16 C’est le cas de la France de Louis XIV, si l’on pense à Fouquet notamment. Mais on retrouve aussi p (...)
  • 17 Elias, 1969. Une présentation critique dans Duindam, 1995.
  • 18 Krüdener, 1972.
  • 19 Duindam, 1995 ; Winterling, 1986.

6Le récit de voyage de Pöllnitz est presque déjà une objection à ce tableau général. Si le château du roi ne semble certes pas retenir véritablement son attention, c’est en fait surtout parce que son regard s’attarde sur la succession des palais aristocratiques. Or, ceux-ci n’ont jamais été pris en compte par les historiens de la cour de Prusse. Les principaux serviteurs du prince sont d’une manière générale les victimes d’une histoire politique de la Prusse qui s’est très largement intéressée – selon un modèle absolutiste et wébérien – au prince et aux racines de l’« État bureaucratique ». Plus généralement, ces palais n’ont que peu suscité l’intérêt des historiens, qui se sont davantage concentrés sur les résidences du roi, souvent considérées comme les lieux uniques de la cour. Lorsqu’ils ont été étudiés, c’est indépendamment de la cour royale, et plus souvent encore en suivant l’idée d’une opposition ou d’une concurrence avec les palais du souverain, et non pas d’un prolongement éventuel en d’autres lieux d’une même cour16. Cela s’explique sans doute par le rôle capital qu’ont pu jouer, pour les historiens de la cour absolutiste, les travaux de Norbert Elias. À sa suite, en effet, la cour fut longtemps considérée comme une configuration sociale, où s’affrontaient des groupes antagonistes – noblesse, bourgeoisie – sous l’œil du prince, qui parvenait ainsi à les « domestiquer »17. Cette thèse, élaborée dans le cadre de l’absolutisme versaillais, fut appliquée à l’espace allemand18 et, bien que largement critiquée depuis19, a longtemps joué un rôle majeur dans l’historiographie. Le palais aristocratique, en tant qu’objet d’histoire, ne pouvait trouver sa place dans une telle problématique.

7Dès lors, si la cour de Prusse apparaît inexistante ou sans aucune fonction politique, c’est peut-être aussi parce que ces demeures aristocratiques n’ont pas été prises en compte. Il s’agira donc ici d’évaluer le rôle politique et l’importance dans le paysage curial prussien de ces palais, et de réexaminer à cette lumière le fonctionnement politique de la cour de Prusse. Quelles étaient les fonctions de ces palais dans le système curial, pour les aristocrates et pour le roi ? Ont-ils en partie pris en charge la représentation du pouvoir du prince, l’une des fonctions habituellement attribuées à la cour ?

  • 20 Brice, 2009 : 87.
  • 21 Selon le titre de l’ouvrage de Pablo Vázquez Gestal (2005).
  • 22 Sur cette proposition, voir Trétout, 2009 : 24.

8Au-delà de l’enjeu proprement « prussien », accorder une véritable importance à ces résidences aristocratiques invite à réexaminer la définition même de la cour et de sa nature politique à l’époque moderne. En effet, la cour se définit à la fois comme un espace – là où se tient le prince, selon l’Universal-Lexikon publié par Zedler à partir de 1732 – et un groupe – composé de la « nébuleuse » qui entoure le prince20. Or, la présence de palais aristocratiques modifie la nature de cet espace tel qu’il est habituellement considéré, ainsi que le rôle attribué à ce groupe dans la représentation du pouvoir princier. Ce faisant, elle modifie alors sans doute aussi les rapports existant entre la cour comme institution et le pouvoir : la cour a récemment été considérée comme un « espace de pouvoir21 », c’est-à-dire comme une institution dont les liens avec les structures de pouvoir sont si étroits que son analyse permet de comprendre le fonctionnement politique de la monarchie tout entière, et le mode d’exercice de la souveraineté en son sein22. En quoi alors la présence de palais aristocratiques dans le cadre d’un système curial redistribue-t-elle les pouvoirs des différents groupes à l’intérieur de la monarchie, et modifie-t-elle ainsi la nature et la fonction politique de la cour ? Par l’analyse du rôle politique des palais aristocratiques, c’est donc un autre modèle de la cour « absolutiste » et du pouvoir monarchique, fondé moins sur la concurrence ou la hiérarchie que sur la complémentarité à la tête de l’État entre différents acteurs – le roi et les grands – qui semble se dessiner.

Fig. 1 : Die Königlich Preußische Residenz Berlin nach ihrem accuraten Grundriss und zweien Prospecten, auch Abbildung der sämtlichen Kirchen und vornehmsten Königlichen Gebäuden derselben, Berlin, Schleuen, vers 1740. Berlin, Zentral- und Landesbibliothek.

Fig. 1 : Die Königlich Preußische Residenz Berlin nach ihrem accuraten Grundriss und zweien Prospecten, auch Abbildung der sämtlichen Kirchen und vornehmsten Königlichen Gebäuden derselben, Berlin, Schleuen, vers 1740. Berlin, Zentral- und Landesbibliothek.

© Photo : domaine public.

La construction des palais aristocratiques ou la mise en place d’un nouveau centre de pouvoir dans le paysage curial prussien

  • 23 Kemper, 2005.
  • 24 Certains de ces lieux peuvent être localisés sur la figure 1 : le Château se trouve au centre de l’ (...)

9Berlin, ancien centre du pouvoir, de l’administration et de la cour de Frédéric Ier, est délaissée par son fils, Frédéric-Guillaume Ier, au profit du palais de chasse de Wusterhausen – à une quarantaine de kilomètres au nord-ouest de Berlin – et de la ville de garnison royale, Potsdam, à une vingtaine de kilomètres au sud-ouest. L’ancien palais d’été, Charlottenburg, ne joue plus aucun rôle, si ce n’est pour des occasions exceptionnelles, et le palais de la reine, Monbijou23, est marginalisé, à l’image de l’occupante des lieux. Ainsi, malgré la présence de l’administration dans le palais royal, Berlin semble laissée aux mains des principaux ministres et serviteurs du roi qui y résident24.

  • 25 Voir surtout, aux côtés des travaux de Wolfgang Neugebauer et Peter-Michael Hahn cités précédemment (...)

10Pourtant, un petit détour par l’histoire urbaine permet de voir que Frédéric-Guillaume Ier n’a pas pour autant été indifférent à la grandeur de sa ville25. Le spectacle qui semble si splendide à Pöllnitz est en fait le résultat d’une politique active menée par Frédéric-Guillaume pour embellir et agrandir sa Residenz : nous allons montrer qu’il existe une véritable volonté de la part du roi de ne pas abandonner la fonction de représentation de Berlin, mais d’impliquer davantage les grands dans cette mission.

  • 26 Demps, 1994 : 12 sqq.
  • 27 Voir la fig. 1 : elle est marquée de la lettre E au sud-ouest. Schinz, 1974 : 97.

11Dès la fin du xviie siècle, en effet, une politique urbaine d’agrandissement de la ville vers l’ouest se met en place : c’est la construction du quartier de Friedrichstadt au nord d’Unter den Linden, l’allée reliant la porte de Brandebourg au Château26. Lorsque Frédéric-Guillaume Ier hérite le projet, il semble d’abord réticent à le poursuivre, avant de le reprendre dès les années 1720, et de le rendre in fine encore plus ambitieux en 1732, lorsqu’il ordonne le prolongement des axes majeurs de Friedrichstadt vers le Rondell (l’actuelle Mehringplatz)27. Si les archives sont rares, les quelques exemples connus permettent toutefois de reconstruire la façon dont le roi a incité ses principaux serviteurs à prendre en charge une partie de ces constructions, pour donner un aspect somptueux à la ville.

  • 28 La « commission des constructions », composée du maire, de deux officiers et de l’architecte de la (...)
  • 29 Demps, 1994 : 14.
  • 30 Ibid.
  • 31 Hahn, 2003 : 82-83.
  • 32 Demps, 1994 : 45.
  • 33 Geiger, 1988 (1871-1890), vol. 2 : 67. On ne sait malheureusement pas quelles sont ces prescription (...)

12Tout d’abord, le roi semble encourager la mise en place d’un nouveau quartier d’exception, particulièrement splendide, réservé à ces grands. Dès les années 1720, la Baukommission28, chargée de coordonner les principales constructions à Berlin, s’attela à la planification urbanistique du projet29. Son attention ne se porte pas sur des bâtiments pris individuellement, mais sur la cohérence et la prestance de l’ensemble. L’une de ses tâches est de dessiner de nouvelles parcelles gagnées sur la campagne environnante. À la demande de Frédéric-Guillaume Ier, certaines d’entre elles, situées au nord-ouest de Friedrichstadt, doivent être particulièrement vastes30. Elles sont distribuées gratuitement aux grands serviteurs de l’État qui, en contrepartie, doivent y construire magnifiquement31. Hans Christoph von Görne par exemple, qui joua un rôle capital dans la politique financière du nouveau roi, reçoit en cadeau une grande parcelle de la Wilhelmstraße – au no 72 de la rue –, avec l’obligation d’y bâtir un palais de prestige, achevé en 173732. Meyer Riess, qui recrute de très nombreux soldats pour le roi dans l’Europe entière, obtient également en récompense une parcelle – au no 4 du Pariser Platz –, et il est explicitement contraint d’y construire selon les prescriptions de la Baukommission33.

  • 34 Demps, 1994 : 24.
  • 35 Elle relie la place du Rondell à la porte de Brandebourg, à la limite ouest de la ville.
  • 36 Ibid. : 36.

13Dans les années 1720 et surtout 1730, les palais se multiplient dans cette petite zone. On y retrouve des généraux (Schulenburg, Pennavaire…), ainsi que certains des principaux ministres et conseillers privés du roi (Wartensleben, Grumbkow, Schwerin…)34. La concentration géographique de demeures somptueuses, habitées par des grands, semble voulue et exceptionnelle. Elle l’est par exemple pour la Wilhelmstraße35, dont nous connaissons les nouveaux constructeurs entre 1734 et 1740 ; deviennent ainsi voisins, en l’espace de quelques années : Schwerin (conseiller privé du roi), qui réside au no 2 de la rue, Görne (conseiller privé et financier), au no 3, et Schulenburg, au no 4. Kellner, conseiller au Conseil de guerre, réside quant à lui au no 7, juste en face de Marschall, vice-président du Direktorium, le principal organe administratif prussien (au no 8)36. Si les sources trop fragmentaires ne permettent pas une analyse d’ensemble, cette accumulation d’exemples tend à prouver que le projet urbanistique est réel.

  • 37 Kunisch, 1981 : 735.
  • 38 Il s’agit d’un acte législatif, par lequel le roi rend public un droit ou un privilège.
  • 39 Berlin, Geheime Staatsarchiv Preußischer Kulturbesitz (désormais GSPK), rep. 9, no CC2.
  • 40 GSPK, rep. 9, no CC2, fasc. 2, «  Patent zur Sicherheit der Neu-Anbauenden auf der Friedrichs- und (...)

14Le roi ne cherche donc pas à « domestiquer » une noblesse qu’il attirerait à Berlin, comme le voudrait une application de la vision éliassienne de la cour de Versailles ; la noblesse prussienne reste en grande majorité sur ses terres, et c’est l’armée qui se charge d’assurer son allégeance37. Ce sont en fait les principaux serviteurs, ministres, et proches de Frédéric-Guillaume Ier qui sont concernés par ces dons. Ainsi, le souverain semble faire d’une pierre deux coups : ces « cadeaux » permettent à la fois de récompenser des serviteurs méritants et de s’attacher leur fidélité, tout en s’assurant de l’agrandissement et de l’embellissement de la Residenz, sans trop puiser dans le budget de l’État. Pour que le résultat soit à la hauteur de ses attentes, le roi participe néanmoins aux frais de construction – le don du terrain ne lui coûtant rien, si ce n’est un manque à gagner. La patente38 de 1725 prévoit de la sorte le remboursement de la moitié du matériel utilisé par les nouveaux constructeurs sur l’ensemble des parcelles distribuées39. Celle de 1734 rappelle le succès énorme de l’opération et annonce, dans le cadre de l’agrandissement de Friedrichstadt, la distribution à la fois de sommes d’argent et de matériel de construction40.

  • 41 La liste des matériaux distribués est encore longue. ZAG, Grundakten Friedrichstadt, vol. 17, no 4.

15L’ensemble des coûts ainsi pris en charge ne nous est pas connu, mais nous disposons de quelques contrats, et les dépenses semblent loin d’être négligeables. Si l’on prend uniquement en compte les sommes distribuées dans le cadre du remboursement des matériaux de construction, 8 300 thalers sont alloués au conseiller privé Wartensleben, 15 000 à Schulenburg et 19 000 à Marschall, secrétaire particulier du roi. Afin d’aider Hans Christoph von Görne à la construction de son palais, le roi décide de lui fournir, par décision du 31 janvier 1735, 969 000 briques « de bonne qualité », 91 000 pierres pour le toit, 3 800 dalles de carrelage pour les couloirs, etc.41

  • 42 La publication des livres de propriété de la ville de Berlin est d’une grande utilité pour l’ensemb (...)
  • 43  Herz, 1928 : 42.
  • 44 Là encore, malheureusement, la plupart des architectes des palais ne nous sont pas connus, et nous (...)
  • 45 Herz, 1928 : 21-22.
  • 46 Martin, 1989 : 169.
  • 47 C’est ce que suppose Rudolph Herz. Selon lui, les prescriptions de Leonhard Christoph Sturm auraien (...)

16Par ailleurs, sans doute « encouragés » par le souverain, certains ministres sont amenés à réaliser des travaux de grande ampleur, alors même qu’ils disposent parfois déjà d’un palais. C’est le cas de Friedrich Wilhelm von Grumbkow, principal ministre du roi, qui fait l’acquisition en 1724 d’un palais déjà existant sur la Königsstraße pour la somme de 10 000 thalers42, et qui engage dès cette date des travaux d’embellissement. Le palais devient une nécessité politique pour celui qui souhaite garder la faveur du roi, et on imagine la concurrence que devaient se livrer les principaux serviteurs : ainsi, les ministres s’en vont trouver Frédéric-Guillaume Ier avec les plans de leur futur palais, ou des esquisses de la façade43. Le choix des architectes semble là aussi révélateur44 : Friedrich Wilhelm Dieterichs, architecte particulièrement apprécié du roi, prend en charge la construction des palais de Görne45. Lorsque Grumbkow réalise les travaux mentionnés, c’est à Martin Heinrich Böhme, architecte officiel de la cour, et à ce titre figure majeure de la Baukommission au moment de la mise en chantier, qu’il s’adresse46. On peut dès lors faire l’hypothèse d’une cohérence stylistique de ces différents palais – décidée par le roi ou par des aristocrates attentifs à ses goûts –, dans la mesure où les mêmes architectes en ont parfois la charge47.

17Loin de vouloir faire de Berlin un centre administratif, le monarque a tout de même la volonté d’en maintenir la fonction de représentation, et d’impliquer bien davantage les grands dans cette mission, en transférant en partie les coûts d’embellissement sur le budget privé de ses serviteurs. La diminution drastique du budget de la cour par Frédéric-Guillaume s’accompagne donc en fait d’un véritable programme urbanistique, en partie – mais en partie, seulement – financé par le souverain.

18Ainsi, le décor est planté : l’histoire urbaine a prouvé cette concentration de palais aristocratiques, à quelques mètres du Château royal. Mais en quoi deviennent-ils un véritable centre du système curial brandebourgeois en prenant en charge une partie de la vie de cour ?

La vie de cour dans les palais aristocratiques berlinois

19Il s’agit donc de voir à présent en quoi la mise en place de ce programme urbanistique est plus largement une invitation, pour les serviteurs du roi, à prendre en charge le rôle de représentation du pouvoir, que Frédéric-Guillaume Ier ne perd pas de vue. L’ensemble de ces palais semblent en effet devenir les lieux d’une vie de cour dans laquelle s’inscrivent non seulement les principaux personnages de la société berlinoise, mais surtout le roi, dès qu’il est présent à Berlin. Les palais royaux ne seraient plus les centres de la cour, tout du moins assisterait-on à une dissolution de ce centre dans une multitude de lieux qui, ensemble, devraient alors être considérés comme l’espace de la cour.

20Les archives privées de ces grandes figures de l’État étant quasi inexistantes, on ne sait rien de leur fortune ni de leur vie quotidienne dans ces palais. Seules les festivités suffisament importantes pour être relatées dans les journaux et les nouvelles à la main sont connues : c’est le cas de celles où le monarque est présent. Ainsi, dès décembre 1714, le roi utilise déjà les demeures de ses ministres pour tenir sa cour, comme nous l’apprennent deux agents du prince Georges-Albert de Frise orientale, présents à Berlin :

  • 48 « Der König ist bey seiner 12tägigen Anwesenheit bey vielen Ministern und Groβen des Hofes öffters (...)

Lors de son séjour de 12 jours, le roi est allé bien souvent prendre ses repas chez de nombreux ministres et grands de la cour, le 14 chez le maître de chasse Herteveld, le 15 chez l’ancien grand maître de la Garde-Robe et actuel brigadier Kameke, le 16 chez le conseiller secret et maréchal Printzen, le 17 chez le conseiller privé Grumbkow, le 18 chez le commissaire général Freyherr de Blaspiel et, en plus de cela, Son Altesse a consciencieusement rendu visite aux assemblées habituelles48.

  • 49 Frédérique Sophie Wilhelmine, 1967 (1706-1742) : 46.
  • 50 GSPK, VI HA N1, Grumbkow, no 15, lettre du 7 novembre 1736.

21Alors que le budget de la cour est au plus bas, la vie de cour continue, mais dans les demeures des grands serviteurs du prince – on retrouve bien les principaux membres de l’administration et du conseil –, qui prennent donc à leur compte les frais de bouche et les festivités. Lorsque, l’hiver, le roi passe le plus clair de son temps à Berlin, la vie de cour ne semble donc pas se dérouler autour du Château, lieu de l’administration et des principaux conseils : la princesse Frédérique Sophie Wilhelmine, la future margravine de Bayreuth, note dans ses mémoires que son père passe en effet « son temps à aller tous les soirs aux assemblées qui se [donnent] en ville49 ». Lors de certaines occasions, comme la fête de la Saint-Hubert, Frédéric-Guillaume ordonne parfois à l’un de ses ministres de prendre en charge les festivités dans son palais, et c’est le souverain qui fixe alors le nombre de couverts et la liste des invités50. Si le Roi-Sergent ne goûte certes pas les fastes de la vie de son père, sans doute souhaite-t-il surtout en éviter les coûts.

  • 51 GSPK, VI HA N1, A. B. König.
  • 52 Cité par Grumbkow, 1939 : 115.
  • 53 Frédérique Sophie Wilhelmine, 1967 (1706-1742) : 71-72.

22Toutes ces réjouissances n’ont pourtant pas pour origine la seule volonté du monarque : les ministres prennent aussi à cœur cette tâche nouvelle et multiplient les initiatives pour faire vivre la cour de Berlin. Leurs palais deviennent la source de leur influence, tel celui de Friedrich Wilhelm von Grumbkow, qui semble alors s’imposer comme un lieu incontournable de la société de cour berlinoise. Il s’agirait même de la meilleure table de la ville51, où le roi est souvent présent. Selon ses propres mots : « Lorsque je souhaite bien manger, je me rends chez Grumbkow52. » La fille du roi, qui se montre pourtant nostalgique de la vie brillante du Berlin de son grand-père, reconnaît que le conseiller privé « fait donner des festins magnifiques53 ». Si la cuisine du monarque est simple, c’est donc peut-être aussi parce que d’autres prennent en charge les festins de qualité. Il peut d’autant plus s’occuper de son armée à Potsdam et s’adonner à son goût pour la chose militaire qu’il sait que la magnificence de sa cour est garantie par les réceptions chez ses ministres.

  • 54 Stratemann, 1914 (1728-1733) : 110.
  • 55 Friedländer, 1902 (1713-1735) : 675.

23Parfois, pour certains événements, tous les grands personnages de la cour sont invités chez le ministre : le 11 mars 1730, par exemple, l’ambassadeur du Brunswick, Wilhelm Stratemann, rapporte la grande fête donnée par Grumbkow à l’occasion du mariage de sa fille. Outre le roi et sa famille, les ambassadeurs, ainsi qu’une soixantaine d’officiers, sont conviés. Le palais est entièrement illuminé pour l’occasion54. Ce ministre semble s’être fait une spécialité de l’organisation de réceptions somptueuses, et principalement de bals : c’est ce que semblent suggérer les agents de Georges-Albert de Frise orientale, qui évoquent longuement celui du 15 janvier 1735, particulièrement magnifique55.

24Ainsi, ces palais aristocratiques semblent bien devenir de nouveaux centres de la vie curiale, le roi confiant en partie cette mission à ses ministres, qui prennent ensuite souvent l’initiative dans cette fonction politique. C’est bien la cour comme groupe – le roi, sa famille, les grands, les ambassadeurs – qui se réunit chez des ministres, et ce à la demande même du prince qui, loin de souffrir de cette concurrence, semble profiter de ce décor. On imagine avec quel zèle ces hommes doivent prendre en charge ces festivités qui leur valent parfois l’honneur de la présence royale : c’est par la fête, le repas, le bal qu’il s’agit de plaire au roi et de le servir.

25Un tel constat invite à reconsidérer la vision traditionnelle du fonctionnement de la politique à la cour de Prusse au xviiie siècle. Au modèle strictement pyramidal habituellement mis en avant dans le cadre de la « bureaucratie » prussienne, dans lequel le souverain gouverne de son cabinet et décide de tout, s’opposerait ici la vision d’une répartition des tâches, où les serviteurs prennent la haute main sur un pan de l’expression du pouvoir du roi, laissant à ce dernier le soin de développer son armée, tout en faisant des économies.

26Pour confirmer cette idée, il faut cependant examiner la façon dont les palais aristocratiques sont utilisés lors des grands événements à la cour. En effet, en quoi ces demeures aristocratiques sont-elles utilisées par le roi comme symbole et représentation de son propre pouvoir ? La visite d’un prince étranger, événement particulièrement important dans l’ostension du pouvoir royal, semble être un moment privilégié pour une telle observation.

La visite d’Auguste le Fort en 1728 : l’ensemble des palais et châteaux comme « système curial »

  • 56 Hahn, 2003 : 82.

27En mai 1728, Auguste le Fort, accompagné de sa suite composée d’aristocrates, ainsi que de ministres polonais et saxons, rend visite à son homologue prussien. Il s’agit alors pour Frédéric-Guillaume Ier de montrer toute sa puissance à ce prince ami mais rival – protestant, prince-électeur et roi, comme lui56.

28Si l’on analyse la préparation et le déroulement de la visite, on constate que les palais aristocratiques sont largement intégrés dans le programme. Dès février, Frédéric-Guillaume fait connaître ses volontés à ses proches serviteurs : l’ensemble des ministres et des grands seront largement mis à contribution dans le cadre de la réception de la suite royale. Le 23 février 1728, il ordonne :

  • 57 Ibid., fo 12. « Nachdem S.K.M in Preussen […], in Gnaden wollen, dass Dero […] geheimte Etats Minis (...)

S. M. en Prusse […] a décidé que les […] « ministres d’État secrets », à l’exception de Ilgen, tiendraient durant tout le séjour de S. M. de Pologne ici à Berlin, une table de 12 couverts tous les midis et tous les soirs […], les conseillers secrets tiendront pour leur part une table de 8 couverts le midi uniquement […]57.

  • 58 Stratemann, 1914 (1728-1733) : 2.

29Les ministres sont chargés de tenir table ouverte durant tout le séjour, afin de répartir la suite royale entre ces différents espaces curiaux que sont désormais les palais aristocratiques. L’ordre semble surprendre les observateurs, notamment Stratemann, l’ambassadeur du Brunswick58 ; la pratique ne semble donc pas fréquente à ceux qui connaissent les cours européennes de l’époque.

30Le rôle des principaux ministres et aristocrates prussiens ne s’arrête pas à cette prise en charge partielle des repas : quelques jours plus tard, le roi annonce que la suite sera également logée dans les différents palais ; seuls Auguste le Fort et sa famille résideront à Charlottenburg. Une liste précise est alors établie :

  • 59 GSPK, I HA, rep. 36, no 2950/1, fo 23.

Designation dererjenigen Hauser in Berlin welche von S. K. M. mit der Suite von des Königs in Pohlen Majestät Beleget seyn:
Sulkowsky und Mosinsky in das Etats Ministre von Creutzen Haus
Fürst Cabominsky in das Etats Ministre von Katschen Haus
Secretair Gottje in das Geheimen Rath Pipers Haus
Beyde Seyffertitz in das Gen. Lieut. v. Loeben Haus
Der Graff Lagnasco und der von Rackenitz in das Gen. Lieut. und Etats Ministre von Grumkau
Der von Haubitz in das Etats Ministre von Plathow Haus
59

31Une vingtaine de noms suivent encore. La suite ne réside donc pas dans le vaste Château, abandonné au profit des somptueux palais aristocratiques. Les palais du roi, en particulier celui de Charlottenburg, ne sont plus qu’un lieu parmi d’autres de la société de cour.

  • 60 Mercure de France, juin 1728, vol. 1, p. 1469-1470.
  • 61 Frédérique Sophie Wilhelmine, 1967 (1706-1742) : 83. La reine reçoit donc la cour dans ses « Grands (...)

32Le déroulement de la visite du roi confirme que les palais aristocratiques sont effectivement intégrés dans le programme des festivités, et prouve que le roi et les ministres se répartissent les rôles – et les coûts – de cette réception. Le jour de son arrivée, le 26 mai, le roi de Pologne est reçu par son homologue et un repas fastueux de 30 couverts est servi au Château60. La visite semble se poursuivre de façon « traditionnelle » : le lendemain, Auguste assiste à la revue des troupes et, le 29, c’est la reine qui reçoit la cour à Monbijou, où elle tient « grand appartement61 ».

33Mais, dès le 1er juin, les relations de la visite dont on dispose décrivent l’entrée en scène des grands :

  • 62 Mercure de France, juin 1728, vol. 1, p. 1471-1472.

Le 1. de ce mois, le Roy de Pologne & le Pr. Electoral de Saxe allerent à Berlin pour y voir ce qu’il y a de plus remarquable ; ensuite S. M. alla dîner avec le Roy de Prusse, chez le Comte de Grumkaw, Ministre d’Etat ; les deux Princes dînerent chez M de Creutz, autre Ministre62 […]

  • 63 Ibid., p. 1472-1474.

34Le lendemain, après la revue, les deux monarques dînent chez Natzmar. Le 6, ils se rendent à nouveau chez Creutz et le 7 chez Keppel, et le prince royal chez Knyphausen. Le 8, enfin, les deux rois et le prince royal soupent chez Ilgen, avant de rejoindre Charlottenburg pour un bal donné « dans la plus grande magnificence », accompagné d’un feu d’artifice « dont tous les Spectateurs [sont] frappez d’admiration. »63

  • 64 Hahn, 2003 : 86.

35Ainsi, chaque acteur prend en charge une partie des fastes de la visite et, visiblement, selon ce qu’il sait faire. Si certains grands repas sont donnés au Château par le roi, ce dernier impressionne surtout par son armée, à Potsdam64. La reine, pour sa part, reçoit pour les bals et tient appartement dans la tradition hanovrienne. C’est aux ministres et aux grands, enfin, que reviennent les réceptions et les repas, c’est-à-dire la part de la vie de cour que Frédéric-Guillaume Ier lui-même semble leur avoir cédée au quotidien. Dans cette complémentarité se dessine donc un système curial bien rodé, où chaque lieu donne à voir une facette différente du pouvoir prussien.

  • 65 Stollberg-Rilinger, 1997 : 148.
  • 66 On retrouve ici les propositions de Duindam (1995 : 194).
  • 67 Christout, 1987 : 8. Alewyn, 1959 : 31.
  • 68 Aymard, Romani, 1998 : 5.
  • 69 Blanning, 2007 : 449. Pečar, 2003 : 270 sqq.

36Par conséquent, c’est bien l’ensemble des châteaux et des palais berlinois qui sont utilisés lors de cette visite, le monarque et ses ministres collaborant pour donner l’image la plus magnifique possible au roi de Pologne. La cour serait donc pour le souverain un moyen de montrer son pouvoir aux monarques étrangers65 – sans doute bien plus qu’à ses propres sujets – et de se mesurer à un prince qui est alors l’un de ses principaux concurrents dans l’Allemagne protestante. Les ministres participent pleinement à cette « monstration » du pouvoir princier, ils n’en sont pas les destinataires, ni les victimes : la splendeur de la cour apparaît non pas comme une victoire du roi sur la noblesse, mais comme la marque d’un compromis entre le monarque et une certaine élite66. On est loin des fêtes versaillaises de l’époque baroque qui se déroulent exclusivement au palais, et glorifient le seul prince67. Mais cette cour berlinoise ne correspond pas non plus au modèle paradigmatique de la cour du xviiie siècle, « bureaucratique et rituelle68 », et qui se caractériserait par une séparation nette entre les officiers qui administrent l’État et les courtisans : ce sont les mêmes personnages qui ont la charge des principales administrations et de la représentation du pouvoir monarchique devant un public étranger, laissant apparaître ici un exemple singulier que confirme l’étonnement des contemporains. Ce qui semble particulier, ce n’est donc pas tant la multiplication des palais aristocratiques dans la Residenz – 300 palais voient le jour à Vienne et dans ses alentours autour de 1700, par exemple69 – mais leur utilisation officielle par le prince lui-même, pour représenter son propre pouvoir. L’espace de la cour comme lieu où le pouvoir se montre n’est alors pas seulement constitué par le château de Berlin, ni même par toutes les demeures royales, mais par l’ensemble des palais, dans lesquels les aristocrates jouent un rôle majeur, au service du monarque.

La cour comme espace du politique

  • 70 Nous nous inscrivons ici dans la suite des travaux de la Patronageforschung, et de ses acquis en hi (...)
  • 71 Ibid. : 7.

37La prise en compte de ces palais aristocratiques, dont nous avons montré ici l’importance dans la vie curiale et dans la représentation du pouvoir royal, amène alors à remettre en cause deux idées largement admises : celles d’une insignifiance politique de Berlin et des principaux serviteurs de la Couronne qui habitent cette ville. En effet, ces demeures semblent bien être des lieux à proprement parler politiques, par la vie de cour qui s’y déploie, mais aussi parce qu’ils sont des espaces dans lesquels la société politique berlinoise vit et se croise, permettant alors aux ministres d’agir de façon informelle70. Car si la cour est bien le lieu qui réunit le roi et des groupes de pression aristocratiques, le « point de contact entre les souverains et les groupes sociaux dominants71 », la présence des palais aristocratiques ne peut rester sans conséquence sur l’organisation politique de la cour, de la monarchie, et sur la répartition des pouvoirs à sa tête.

38Les palais aristocratiques sont donc aussi, comme nous allons le montrer, le lieu d’une intervention informelle des grands sur le terrain des négociations diplomatiques. C’est dans cet espace que se concrétise l’influence des principaux serviteurs de la Couronne, qui ne sont pas les simples exécutants des ordres du roi, mais qui disposent d’un poids politique réel.

  • 72 L’« auswärtiges Amt ». Baumgart, 1958.
  • 73 Sur ces partis : Ulbert, 2004.

39Au cours des années 1720-1730 se pose en effet la question du choix politique de l’alliance qu’il serait bon de faire signer à Frédéric-Guillaume Ier : l’Angleterre et l’empereur Charles VI, principalement, sont sur les rangs, et le mariage des enfants du prince Frédéric et de la princesse Frédérique Sophie Wilhelmine devient un enjeu central. Les négociations s’engagent donc. Or, les correspondances privées des principaux ministres nous montrent que l’administration en charge de la question72 n’est pas seule à agir : les ministres jouent bien un rôle de négociation et de préparation des différents accords dans le cadre de « partis aristocratiques » spécifiques. Il s’agit de partis « étrangers » – anglais, impérial –, que les différents acteurs nomment eux-mêmes ainsi, et qui semblent constituer le mode de division politique à la cour de Berlin entre ministres : c’est par les rencontres fréquentes entre ambassadeurs et ministres dans le cadre de ces partis que l’alliance se prépare73.

  • 74 Grumbkow, 1879 : 23.
  • 75 GSPK, VI HA N1, Grumbkow, nos 14 et 16.
  • 76 Ibid., no 1.
  • 77 Ibid., lettre du 17 novembre 1729.
  • 78 Ibid., loc. cit.
  • 79 Rendez-vous est pris dans la lettre du 18 novembre 1729 le soir dans le palais de Grumbkow, car Thu (...)

40Les palais berlinois sont le théâtre de ce jeu diplomatique, dans lequel le secret et l’espionnage jouent un rôle majeur. Les traces en sont multiples dans la correspondance privée des ministres, notamment dans celle de Grumbkow, figure majeure du « parti impérial », puis du « parti français » à partir de 173574. Il négocie secrètement avec Seckendorff75, l’ambassadeur impérial, aidé en cela par ses « créatures », et surtout par son fidèle Thulemeyer76, alors premier secrétaire au auswärtiges Amt. La plupart des lettres qu’ils échangent sont détruites par discrétion77. Mais, quand cela est possible, mieux vaut encore se rencontrer directement, négocier ou échanger les informations « de bouche78 », pour ne laisser aucune trace. Quel meilleur endroit, dès lors, que le palais aristocratique, situé un peu à l’écart du château, et même – qualité encore plus appréciable – « aux limites de la ville79 » ?

  • 80 Voir par exemple GSPK, I, HA, rep. 96, Grumbkow, G, lettre du 17 février 1738.
  • 81 Paris, Archives du ministère des Affaires étrangères, Mémoires et Documents, Prusse, no 1, fos 276- (...)

41Lorsqu’il s’agit de reprendre contact ou de négocier avec une puissance étrangère sans que les autres ambassadeurs – ou d’autres ministres – ne s’en aperçoivent, la demeure aristocratique semble encore le lieu idéal : le marquis de La Chétardie, ministre plénipotentiaire du roi de France auprès du roi de Prusse dans les années 1730, est reçu à plusieurs reprises et dans le plus grand secret chez Grumbkow, une fois le soir tombé80. Du point de vue de l’ambassadeur aussi, le palais aristocratique devient ainsi le lieu où l’on peut tenter d’approcher discrètement les favoris du roi. Le successeur de La Chétardie, le comte de Rottembourg, souligne qu’il compte profiter du départ de Frédéric-Guillaume Ier pour Potsdam, afin d’aller rendre visite aux ministres et négocier tranquillement avec eux81.

  • 82 Pour l’ensemble de ces réflexions : Thiessen, Windler, 2005.

42Parce que la diplomatie procède souvent de façon informelle, les palais aristocratiques deviennent donc des centres privilégiés de la négociation82. Elle y est d’autant plus aisée qu’aucun cérémoniel particulier n’est respecté lors de ces visites privées. La cour de Berlin, à travers les résidences des grandes figures du royaume, remplit alors bien une fonction « politique », du fait de son importance dans les tractations diplomatiques informelles, avant que la décision en tant que telle ne soit prise.

  • 83 Frédérique Sophie Wilhelmine, 1967 (1706-1742) : 71-72.
  • 84 Frédérique Sophie Wilhelmine parle de « fréquentes débauches » du roi avec Seckendorff et Grumbkow, (...)

43En effet, ce n’est que dans un second temps que le roi est informé des avancées réalisées dans le cadre de ces négociations, et que l’on tente de le convaincre de signer l’alliance ainsi préparée par ses soins. Mais là encore, le palais aristocratique représente un lieu privilégié du contact informel, cette fois-ci entre le ministre et son roi, où l’on peut approcher et tenter d’influencer le monarque. Frédérique Sophie Wilhelmine avait déjà compris que ces soirées fréquentes chez Grumbkow étaient aussi l’occasion d’influencer son père de façon discrète. Elle nous apprend qu’au cours de ces festins magnifiques « on ne manquait jamais de tourner la conversation sur les conjonctures présentes de l’Europe et de plaider d’une façon artificieuse la cause de l’Empereur83 ». Les invités sont bien sûr triés sur le volet par le ministre : au-delà de ceux que le prince lui-même a fait venir, sont présents les aristocrates acquis à la cause de l’empereur et l’ambassadeur autrichien qui obtient par là un avantage remarquable sur ses concurrents84. Être considéré comme la meilleure table de Berlin par Frédéric-Guillaume est donc bien une nécessité politique pour Grumbkow.

  • 85 GSPK, VI HA N1, Grumbkow, no 15, lettre du 7 novembre 1736.

44Parfois, au détour d’une confidence, il évoque lui-même les conversations politiques qu’il entretient avec le roi dans le cadre des repas donnés dans son palais. Dans une lettre adressée au futur Frédéric II, il souligne l’honneur que ce fut de recevoir le souverain pour la fête de la Saint-Hubert. Grumbkow explique comment, après avoir bu, mangé et dansé, il a pu lui parler de façon plus discrète : « Ayant eu l’occasion d’entretenir S. M. sur les affaires du temps, sur ce qui regarde ses véritables intérêts, je crois n’avoir rien oublié de ce qu’un fidèle serviteur doit alléguer, pour aussi loin que ses vues peuvent aller85. » Quelle occasion de parler, d’informer ou d’influencer un monarque qui ne vit pas au milieu de ses sujets, et qui se retire le plus souvent de leur vue.

45On comprend alors mieux en quoi chaque ministre a intérêt à redoubler de magnificence dans l’organisation d’événements curiaux lors desquels il peut réunir son parti, inviter d’autres grands et peut-être même le roi, qui se fait rare à Berlin. À cet égard, le palais du ministre est bien l’une des sources de son pouvoir : il lui permet, au moins en partie, de décider de la composition du groupe qui entoure le prince, et de contrôler ainsi pour une soirée l’accès au souverain. Il est difficile de mesurer l’impact du ministre sur le choix diplomatique final du roi. Néanmoins, c’est bien Grumbkow et son parti qui parviennent à convaincre Frédéric-Guillaume Ier de choisir l’alliance impériale : son fils aîné, Frédéric, épouse en 1732 Élisabeth-Christine de Brunswick-Bevern.

  • 86 Voir notamment les relations de l’ambassadeur d’Angleterre : il apparaît clairement que le roi est (...)
  • 87 Butz, Dannenberg, 2004 : 33.

46Le roi, tout à fait conscient de l’existence de ces partis86, en profite également : par l’éclatement géographique de l’espace curial, la cour gagne en efficacité dans sa fonction de « centre de la communication transrégionale87 », et les négociations secrètes, si importantes pour la diplomatie, sont ainsi facilitées. Le rôle politique de la cour sous Frédéric-Guillaume Ier est en cela tout à fait indéniable.

47Prendre en compte les palais aristocratiques permet finalement un triple déplacement historiographique. Dans le contexte prussien, il apparaît que le Roi-Sergent n’a pas du tout sacrifié sa cour sur l’autel de l’armée, mais qu’il a en partie transféré une fonction de représentation, dont il ne peut se passer, à ses grands. Ce qui semble disparaître en 1713, ce n’est pas la cour en soi, mais une de ses formes historiquement contingentes : celle de l’absolutisme louis-quatorzien, où le roi, en ses palais, représente son pouvoir aux yeux des grands et de la société européenne.

48Au-delà de leur utilisation dans la représentation du pouvoir royal, les palais aristocratiques berlinois deviennent aussi l’espace politique de la négociation et de la rencontre informelle. Potsdam devient le lieu de la décision, mais pas celui de la politique en général : la cour, et surtout les palais aristocratiques, reste le théâtre du jeu informel entre les serviteurs des princes et remplit en cela une fonction politique et diplomatique de première importance.

49Enfin, ce tableau invite à proposer un modèle alternatif de la « cour absolutiste », dans lequel les grands ne sont pas des acteurs d’une pièce que le roi seul aurait écrite. Le système curial prussien semble bien plus caractérisé par un partage des rôles, dans lequel l’action du roi et celle de ses principaux ministres et conseillers – qui sont aussi des courtisans – se complètent. Ce qui semble singulier, c’est que les principaux ministres régissent en partie la vie de cour, et que l’espace de celle-ci ne se résume alors pas aux palais princiers. En cela, la cour de Frédéric-Guillaume Ier semble se distinguer de celle de son prédécesseur, ainsi que de celles de ses contemporains.

  • 88 Trétout, 2009 : 25.

50Si la cour est bien le lieu d’une concurrence entre ministres – et non entre noblesse ou bourgeoisie, ni même entre différents types de nobles – dans le cadre de « partis aristocratiques », les palais aristocratiques sont aussi une condition de leur pouvoir diplomatique, non pas au détriment du prince mais à son service. La cour n’est donc pas seulement l’institution qui permet le contrôle de l’aristocratie par le roi, ou inversement ; elle apparaît bien comme une institution « douée de pouvoir88 ». C’est l’organisation même de l’espace curial qui crée sa fonction politique et diplomatique, et l’apparition des palais aristocratiques modifie le rôle de la cour – et des conseillers qui la font vivre – au sein de la monarchie prussienne. L’image générale de la pyramide, qui caractérise souvent le modèle de la cour absolutiste – et l’absolutisme dans son ensemble –, paraît alors moins pertinente que celle de la répartition des tâches à la tête de l’État.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie :

Alewyn, Richard, 1989 [1959], Das grosse Welttheater. Die Epoche der höfischen Feste, Munich, Beck.

Aymard, Maurice ; Romani, Marzio A., 1998, « La cour comme institution économique », in La cour comme institution économique, actes du douzième congrès international d’histoire économique (Séville/Madrid, 24-28 août 1998), Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, p. 1-14.

Baumgart, Peter, 1958, « Zur Gründungsgeschichte des auswärtigen Amtes in Preussen (1713-1728) », Jahrbuch für die Geschichte Mittel- und Ostdeutschlands, vol. 7, p. 229-248.

– 1979, « Epochen der preußischen Monarchie im 18. Jahrhundert », Zeitschrift für historische Forschung, vol. 6, p. 287-316.

Blanning, Tim, 2007, The Pursuit of Glory, Londres, Allen Lane.

Brice, Catherine, 2009, « La cour, les cours, quelques propositions », Hypothèses, 2008, p. 87-96.

Butz, Reinhardt ; Dannenberg, Lars-Arne, 2004, « Überlegungen zu Theoriebildungen des Hofes », in R. Butz, J. Hirschbiegel et D. Willoweit (dir.), Hof und Theorie. Annäherungen an ein historisches Phänomen, Cologne, Böhlau, p. 1-42.

Christout, Marie-Françoise, 1987, Le ballet de cour au xviie siècle, Genève, Minkoff.

Demps, Laurenz, 1994, Berlin-Wilhelmstraße. Eine Topographie preußisch-deutscher Macht, Berlin, Ch. Links.

Duindam, Jeroen, 1995, Myths of Power, Amsterdam, Amsterdam University Press.

Elias, Norbert, 1969, Die höfische Gesellschaft, Berlin, Luchterhand.

Emich, Birgit ; Reinhardt, Nicole ; Thiessen, Hillard von ; Wieland, Christian, 2005, « Stand und Perspektiven der Patronageforschung. Zugleich eine Antwort auf Heiko Droste », Zeitschrift für historische Forschung, 2, p. 233-255.

Fidicin, Ernst, 1843, Berlin, historisch und topographisch dargestellt, Berlin, Jonas.

Frédérique Sophie Wilhelmine, 1967 (1706-1742), Mémoires de Frédérique Sophie Wilhelmine, margrave de Bayreuth, sœur de Frédéric le Grand depuis 1706 jusqu’à 1742, écrits de sa main, Paris, Mercure de France.

Frey, Linda, 1975, « Frederick I and his Court: A Fatal Indecision? », Revue de l’université d’Ottawa, vol. 45, p. 478-490.

Friedländer, Ernst, 1902 (1713-1735), Berliner geschriebene Zeitungen aus den Jahren 1713 bis 1717 und 1735, Berlin, der Verein.

Geiger, Ludwig, 1988 (1871-1890), Geschichte der Juden in Berlin. Festschrift zur zweiten Säkular-Feier. Anmerkungen, Ausführungen, urkundliche Beilagen und zwei Nachträge (1871-1890), Berlin, arani, 2 vol.

Grumbkow, Elsbeth von, 1939, « Generalfeldmarschall Friedrich Wilhelm von Grumbkow. Sein Leben und Wirken », Zeitschrift des Vereins für die Geschichte Berlins, vol. 56, no 3, p. 113-117.

Geschichte der Berliner Stadtgrundstücke seit der Einführung der Grundbücher Ende des 17. Jahrhunderts. Nach den Hypotheken- und Grundbücher, 1933, éd. par R. Lüdicke, Berlin, Gsellius, vol. 1.

Hahn, Peter-Michael, 1996, Studien zur barocken Baukultur in Berlin-Brandenburg, Potsdam, Verlag für Berlin-Brandenburg.

– 2001a, « Dynastische Selbstdarstellung und Militärmacht. Kriegerische Symbolik als höfische Zeichensprache in Brandenburg-Preußen im 17. Jahrhundert », in K. Garber (dir.), Der Frieden – Rekonstruktion einer europäischen Vision, vol. 2 : -R. G. Ash ; W. Eckart Voß ; M. Wrede (dir.), Frieden und Krieg in der Frühen Neuzeit. Die europäische Staatenordnung une die außereuropäische Welt, Munich, W. Fink, p. 115-138.

– 2001b, « Die Hofhaltung der Hohenzollern. Der Kampf um Anerkennung », in P. Bahners et G. Roellecke (dir.), Preußische Stile. Ein Staat als Kunststück, Stuttgart, p. 73-89.

– 2003, « Pracht und Selbstinszenierung. Die Hofhaltung Friedrich Wilhelms I. von Preußen » in F. Beck et J. H. Schoeps (dir.), Der Soldatenkönig. Friedrich Wilhelm I. in seiner Zeit, Potsdam, Verlag für Berlin-Brandenburg, p. 69-98.

Herz, Rudolf, 1928, Berliner Barock. Bauten und Baumeister aus der ersten Hälfte des 18. Jahrhunderts, Berlin, Deutshe Verlagsgesellscaft für Politik und Geschichte.

Hinrichs, Carl, 1964, « Der Regierungsantritt Friedrich Wilhelms I. », Preußen als historisches Problem, Berlin, De Gruyter.

Kemper, Thomas, 2005, Schloss Monbijou. Von der königlichen Residenz zum Hohenzollern-Museum, Berlin, Nicolai.

Krauske, Otto, 1901, « Vom Hofe Friedrich Wilhelms I. », Hohenzollern-Jahrbuch, no 5.

Krüdener, Jürgen Freiherr von, 1973, Die Rolle des Hofes im Absolutismus, Stuttgart, G. Fischer.

Kunish, Johannes, 1981, « Hofkultur und höfische Gesellschaft in Brandenburg-Preußen im Zeitalter des Absolutismus », in A. Buck, G. Kauffmann, B. L. Spahr, C. Wiedemann (dir.), Europäische Hofkultur im 16. und 17. Jahrhundert, Hambourg, E. Hauswedell, vol. 3, p. 735-744.

– 1993, « Funktion und Ausbau der kurfürstlich-königlichen Residenzen in Brandenburg-Preußen im Zeitalter des Absolutismus », Forschungen zur brandenburgischen und preußischen Geschichte, nouvelle série, vol. 3, no 2, p. 167-192.

Martin, Werner, 1989, Manufakturbauten im Berliner Raum seit dem ausgehenden 17. Jahrhundert, Berlin, Gebr. Mann.

Meyer, Jean, 2001, « Introduction », in K. Malettke et C. Grell (dir.), Hofgesellschaft und Höflinge an europäischen Fürstenhöfen in der Frühen Neuzeit (15.-18. Jh.) / Société de cour et courtisans dans l’Europe de l’époque moderne (xve-xviiie siècle), actes du colloque (Marbourg, 28 au 30 septembre 2000), Münster/Londres, LIT, p. 3-16.

Neugebauer, Wolfgang, 1997, « Staatsverwaltung, Manufaktur und Garnison. Die polyfunktionale Residenzlandschaft von Berlin-Potsdam-Wusterhausen zur Zeit Friedrich Wilhelms I. », Forschungen zur brandenburgischen und preußischen Geschichte, nouvelle série; vol. 7, no 2, p. 233-258.

– 1999, Residenz – Verwaltung – Repräsentation. Das Berliner Schloß und seine historischen Funktionen vom 15. bis 20. Jahrhundert, Potsdam, Verlag für Berlin-Brandenburg.

– 2000, « Hof und politisches System in Brandenburg-Preußen: Das 18. Jahrhundert », Jahrbuch für die Geschichte Mittel- und Ostdeutschlands, vol. 46, p. 139-169.

– 2001, « Vom höfischen Absolutismus zum fallweisen Prunk. Kontinuitäten und Quantitäten in der Geschichte des preußischen Hofes im 18. Jahrhundert », in K. Malettke et C. Grell (dir.), Hofgesellschaft und Höflinge an europäischen Fürstenhöfen in der Frühen Neuzeit (15.-18. Jh.) / Société de cour et courtisans dans lEurope de lépoque moderne (xve-xviiie siècle), actes du colloque (Marbourg, 28 au 30 septembre 2000), Münster/Londres, LIT, p. 113-124.

Pečar, Andreas, 2003, Die Ökonomie der Ehre. Der höfische Adel am Kaiserhof Karls VI. (1711-1740), Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft.

Pöllnitz, Karl Ludwig von, 1738 [1734], Lettres et mémoires du baron de Pöllnitz, contenant les observations qu’il a faites dans ses voyages, et le caractère des personnes qui somposent les principales cours de l’Europe, Francfort, Aux dépens de la Compagnie, 1738, 5 vol.

Preußen 1701. Eine europäische Geschichte, cat. expo. (Grande Orangerie du château de Charlottenburg, Berlin, 6 mai au 5 août 2001), Berlin, Henschel, 2001, 2 vol.

Schinz, Alfred, 1974, Berlin, Stadtschicksal und Städtebau, Brunswick, Westermann.

« Sir Charles Hotham und Friedrich Wilhelm I. im Jahre 1730. Urkundliche Ausschlüsse aus den Archiven zu London und Wien », 1894-1896, éd. par W. Oncken, Forschungen zur brandenburgischen und preussischen Geschichte, vol. 7, p. 377-407 ; vol. 8, p. 487-522 et vol. 9, p. 23-53.

Stollberg-Rilinger, Barbara, 1997, « Höfische Öffentlichkeit. Zur zeremoniellen Selbstdarstellung des brandenburgischen Hofes vor dem europäischen Publikum », Forschungen zur Brandenburgischen und Preußischen Geschichte, nouvelle série, vol. 7, no 2, p. 145-176.

Stratemann, Wilhelm, 1914 (1728-1733), Vom Berliner Hofe zur Zeit Friedrich Wilhelms I. Berichte des Braunschweiger Gesandten in Berlin, 1728-1733, éd. par R. Wolff, Berlin, E. S. Mittler und Sohn.

Thiessen, Hillard von ; Windler, Christian (dir.), 2005, Nähe in der Ferne. personale Verflechtung in den Außenbeziehungen der Frühen Neuzeit, Berlin, Duncker & Humblot.

Trétout, Thibaut, 2009, « La cour, objet d’histoires », Hypothèses, 2008, p. 19-26.

Ulbert, Jörg, 2004, Frankreichs Deutschlandpolitik im zweiten und dritten Jahrzehnt des 18. Jahrhunderts. Zur Reichsperzeption französischer Diplomaten während der Regentschaft Philipps von Orléans (1715 – 1723), Berlin, Duncker & Humblot.

Vásquez Gestal, Pablo, 2005, El espacio del poder. La corte en la historiografía modernista española y europea, Valladolid, Secretariado de publicaciones y intercambio editorial, Universidad de Valladolid.

Vehse, Carl Eduard, 1913, Vehses Hofgeschichten, partie 1 : Preussische Hofgeschichten, vol. 1 : Die fünf ersten protestierenden Kurfürsten, 1535–1640. Der große Kurfürst, 1640-1688. Friedrich I., der erste König in Preußen, Munich, G. Müller.

Winterling, Aloys, 1986, Der Hof der Kurfürsten von Köln, 1688 – 1794. Eine Fallstudie zur Bedeutung „absolutistischer“ Hofhaltung, Bonn, L. Röhrscheid.

Haut de page

Notes

1 Pöllnitz, 1738 [1734].

2 Ibid., t. I : 6.

3 Sur cette présentation traditionnelle de la cour prussienne et de la ville de Berlin, et à titre d’exemple : Krauske, 1901 ; Kunisch, 1981, 1993 ; Baumgart, 1979 et Neugebauer, 1999.

4 Sur la cour de Frédéric Ier : Vehse, 1913 ; Preußen 1701, 2001 ; Frey, 1975.

5 « Systemwechsel des Absolutismus », Baumgart, 1979 : 294.

6 Selon Wolfgang Reinhard, cité dans Neugebauer, 2000 : 144.

7 « Abschaffung des Hofes », Hinrichs, 1964 : 108.

8 « Machtinstrument », Kunisch, 1993 : 176.

9 « Abschaffung der Hofhaltung », Baumgart, 1979 : 294.

10 Comme Barbara Stollberg-Rillinger, Peter-Michael Hahn ou Wolfgang Neugebauer.

11 Hahn, 2003 : 77.

12 Stollberg-Rilinger, 1997.

13 On doit cette inflexion historiographique à Wolfgang Neugebauer (1999, 2000, 2001) et Peter-Michael Hahn (1996, 2001a, 2001b), principalement.

14 « fallweisender Prunk », Neugebauer, 2001 : 113.

15 Neugebauer, 1997.

16 C’est le cas de la France de Louis XIV, si l’on pense à Fouquet notamment. Mais on retrouve aussi parfois une telle opposition entre magnificences du prince et de l’aristocratie dans la littérature consacrée à Vienne, par exemple Meyer, 2001 : 11.

17 Elias, 1969. Une présentation critique dans Duindam, 1995.

18 Krüdener, 1972.

19 Duindam, 1995 ; Winterling, 1986.

20 Brice, 2009 : 87.

21 Selon le titre de l’ouvrage de Pablo Vázquez Gestal (2005).

22 Sur cette proposition, voir Trétout, 2009 : 24.

23 Kemper, 2005.

24 Certains de ces lieux peuvent être localisés sur la figure 1 : le Château se trouve au centre de l’île ; Monbijou donne sur la rive droite de la Spree, juste au nord de l’île (soit en bas sur la carte) ; Charlottenburg est situé en dehors de la carte (à environ 2 km au nord-ouest).

25 Voir surtout, aux côtés des travaux de Wolfgang Neugebauer et Peter-Michael Hahn cités précédemment : Demps, 1994 ; Fidicin, 1843.

26 Demps, 1994 : 12 sqq.

27 Voir la fig. 1 : elle est marquée de la lettre E au sud-ouest. Schinz, 1974 : 97.

28 La « commission des constructions », composée du maire, de deux officiers et de l’architecte de la cour du roi.

29 Demps, 1994 : 14.

30 Ibid.

31 Hahn, 2003 : 82-83.

32 Demps, 1994 : 45.

33 Geiger, 1988 (1871-1890), vol. 2 : 67. On ne sait malheureusement pas quelles sont ces prescriptions, la majorité des sources ayant été détruites au xixe siècle.

34 Demps, 1994 : 24.

35 Elle relie la place du Rondell à la porte de Brandebourg, à la limite ouest de la ville.

36 Ibid. : 36.

37 Kunisch, 1981 : 735.

38 Il s’agit d’un acte législatif, par lequel le roi rend public un droit ou un privilège.

39 Berlin, Geheime Staatsarchiv Preußischer Kulturbesitz (désormais GSPK), rep. 9, no CC2.

40 GSPK, rep. 9, no CC2, fasc. 2, «  Patent zur Sicherheit der Neu-Anbauenden auf der Friedrichs- und Dorotheen-Stadt wegen der Ihnen geschenckten Stellen/Bau Materialien und Geld Portionen ».

41 La liste des matériaux distribués est encore longue. ZAG, Grundakten Friedrichstadt, vol. 17, no 4.

42 La publication des livres de propriété de la ville de Berlin est d’une grande utilité pour l’ensemble de ces informations : Geschichte der Berliner Stadtgrundstücke…, 1933.

43  Herz, 1928 : 42.

44 Là encore, malheureusement, la plupart des architectes des palais ne nous sont pas connus, et nous ne savons pas qui les choisit.

45 Herz, 1928 : 21-22.

46 Martin, 1989 : 169.

47 C’est ce que suppose Rudolph Herz. Selon lui, les prescriptions de Leonhard Christoph Sturm auraient alors largement été suivies par ces architectes. Herz, 1928 : 97.

48 « Der König ist bey seiner 12tägigen Anwesenheit bey vielen Ministern und Groβen des Hofes öffters zum Eβen gewesen, alβ den 14. bey dem Ober-Jägermeister von Herteveld, den 15ten beym ehemahligen Grand Maitre de la garderobe nunmehro Brigadier von Kameken, den 16ten beym Obermarschall und Geh. Raht von Printzen, den 17ten beym Geh. Raht von Grumbkow, den 18ten beym General-Commissario Freyherrn von Blaspiel, und überdehm haben S. K. M fleiβig die gewöhnliche Assembles besuchet », 22 décembre 1714, Friedländer, 1902 (1713-1735) : 242-243.

49 Frédérique Sophie Wilhelmine, 1967 (1706-1742) : 46.

50 GSPK, VI HA N1, Grumbkow, no 15, lettre du 7 novembre 1736.

51 GSPK, VI HA N1, A. B. König.

52 Cité par Grumbkow, 1939 : 115.

53 Frédérique Sophie Wilhelmine, 1967 (1706-1742) : 71-72.

54 Stratemann, 1914 (1728-1733) : 110.

55 Friedländer, 1902 (1713-1735) : 675.

56 Hahn, 2003 : 82.

57 Ibid., fo 12. « Nachdem S.K.M in Preussen […], in Gnaden wollen, dass Dero […] geheimte Etats Ministres ausser dem von Ilgen, die Zeit über S.K.M von Pohlen hier in Berlin seyn werden tägl. mittags und abends eine Taffel von 12 Couverts halten […], die geheimte Räthe aber jeder eine Taffel nur des Mittags von 8 Couverts halten […] »

58 Stratemann, 1914 (1728-1733) : 2.

59 GSPK, I HA, rep. 36, no 2950/1, fo 23.

60 Mercure de France, juin 1728, vol. 1, p. 1469-1470.

61 Frédérique Sophie Wilhelmine, 1967 (1706-1742) : 83. La reine reçoit donc la cour dans ses « Grands Appartements », c’est-à-dire dans le cadre le plus prestigieux qui soit.

62 Mercure de France, juin 1728, vol. 1, p. 1471-1472.

63 Ibid., p. 1472-1474.

64 Hahn, 2003 : 86.

65 Stollberg-Rilinger, 1997 : 148.

66 On retrouve ici les propositions de Duindam (1995 : 194).

67 Christout, 1987 : 8. Alewyn, 1959 : 31.

68 Aymard, Romani, 1998 : 5.

69 Blanning, 2007 : 449. Pečar, 2003 : 270 sqq.

70 Nous nous inscrivons ici dans la suite des travaux de la Patronageforschung, et de ses acquis en histoire diplomatique. Emich, Reinhardt, Thiessen, Wieland, 2005.

71 Ibid. : 7.

72 L’« auswärtiges Amt ». Baumgart, 1958.

73 Sur ces partis : Ulbert, 2004.

74 Grumbkow, 1879 : 23.

75 GSPK, VI HA N1, Grumbkow, nos 14 et 16.

76 Ibid., no 1.

77 Ibid., lettre du 17 novembre 1729.

78 Ibid., loc. cit.

79 Rendez-vous est pris dans la lettre du 18 novembre 1729 le soir dans le palais de Grumbkow, car Thulemeyer doit lui annoncer d’importantes nouvelles. GSPK, VI HA N1, Grumbkow, no 1.

80 Voir par exemple GSPK, I, HA, rep. 96, Grumbkow, G, lettre du 17 février 1738.

81 Paris, Archives du ministère des Affaires étrangères, Mémoires et Documents, Prusse, no 1, fos 276-279 et Correspondances politiques, Prusse, no 50, fo 42.

82 Pour l’ensemble de ces réflexions : Thiessen, Windler, 2005.

83 Frédérique Sophie Wilhelmine, 1967 (1706-1742) : 71-72.

84 Frédérique Sophie Wilhelmine parle de « fréquentes débauches » du roi avec Seckendorff et Grumbkow, ibid. : 89.

85 GSPK, VI HA N1, Grumbkow, no 15, lettre du 7 novembre 1736.

86 Voir notamment les relations de l’ambassadeur d’Angleterre : il apparaît clairement que le roi est tout à fait au courant des liens d’amitié et de fidélité qui unissent ses ministres avec les ambassadeurs étrangers. « Sir Charles Hotham und Friedrich Wilhelm I. im Jahre 1730 […] », 1894-1896.

87 Butz, Dannenberg, 2004 : 33.

88 Trétout, 2009 : 25.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Die Königlich Preußische Residenz Berlin nach ihrem accuraten Grundriss und zweien Prospecten, auch Abbildung der sämtlichen Kirchen und vornehmsten Königlichen Gebäuden derselben, Berlin, Schleuen, vers 1740. Berlin, Zentral- und Landesbibliothek.
Crédits © Photo : domaine public.
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11862/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 4,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Schick, « Les cours aristocratiques et leur rôle dans le système curial princier », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne], Articles et études, mis en ligne le 20 mars 2012, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://crcv.revues.org/11862 ; DOI : 10.4000/crcv.11862

Haut de page

Auteur

Sébastien Schick

Doctorant contractuel à l’université Paris-I Panthéon-Sorbonne, rattaché au CRHM (Centre de recherches d’histoire moderne), il prépare sous la direction de Mme C. Lebeau (professeur à l’université Paris-I Panthéon-Sorbonne) une thèse consacrée à la fonction politique des « principaux ministres » dans le Saint Empire au xviiie siècle. Contact : sebastien.schick@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Sébastien Schick / 2012 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org