Navigation – Plan du site
2012

Les regarnis de Versailles et de Trianon à travers vingt commandes aux Pépinières du roi (1753-1772)

Felice Olivesi

Résumé

Un ensemble de documents conservés aux Archives nationales, dans les papiers des Bâtiments du roi, concerne les replantations d’entretien des jardins de Versailles et de Trianon, appelées « regarnis ». Il s’agit de vingt commandes de plantes adressées aux Pépinières du roi entre 1753 et 1772, rédigées sur le même modèle et contenant les mêmes renseignements : quantité, nom et lieu de destination de chaque plante. L’étude de cette série ininterrompue permet de dégager des liens entre les espèces végétales et leur rôle paysager, ainsi qu’une hiérarchie parmi les plantes et les composantes paysagères. Ces commandes de regarnis témoignent en outre de la volonté – mais aussi de la difficulté – de maintenir les jardins dans leur état d’origine et apportent un éclairage nouveau sur les choix de gestion des différents jardins sous le règne de Louis XV.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir la bibliographie en fin d’article.

1L’histoire d’un jardin semble a priori davantage se révéler dans la succession d’événements que sont sa création puis ses différentes transformations que dans l’entretien de ses plantations. Pourtant, les services qui leur sont attachés consacrent la majeure partie de leur énergie à maintenir les jardins dans leur état originel. Les chercheurs s’intéressent de plus en plus aux « coulisses » des jardins : Chantal Dauchez, Dominique Garrigues, Aurélia Rostaing ou Patricia Bouchenot-Deschin, entre autres1, se sont penchés sur leur gestion administrative, sur les systèmes d’approvisionnement en plantes et les pépinières royales, ou encore sur les dynasties et les réseaux de jardiniers. Toutefois, ces recherches concernent essentiellement le xviie siècle et le règne de Louis XIV. Les documents que nous avons choisi de présenter ici sont plus tardifs et apportent des éléments nouveaux – de par leur nature même mais aussi par la période qu’ils couvrent – sur l’entretien des jardins royaux dans le troisième quart du xviiie siècle, sous le règne de Louis XV.

2Conservé aux Archives nationales, dans les papiers des Bâtiments du roi, le dossier « Pépinières » contient vingt commandes de plantes effectuées de 1753 à 1772. Elles sont adressées au responsable des Pépinières du roi, chargées de fournir les végétaux nécessaires aux « regarnis » des jardins, c’est-à-dire au remplacement des sujets manquants ou défectueux dans les plantations de Versailles et de Trianon. En effet, chaque année, ces regarnis ont pour rôle de maintenir intact le tracé végétal des jardins : ils doivent créer l’illusion de la durabilité en dissimulant la nature mortelle des plantes.

3Comment cette opération parvient-elle à concilier l’apparente contradiction qui consiste à vouloir maintenir un dessin – des traits sur un plan, définitifs – avec de la matière végétale, changeante et périssable, choisie pour incarner ce dessin ? Nous nous intéresserons tout d’abord à la forme et au contenu des vingt commandes, exceptionnelles par leur regroupement. Après avoir approfondi la définition des regarnis et leur place dans la gestion globale des jardins, nous aborderons le thème principal des sources, à savoir les espèces végétales elles-mêmes et leur utilisation paysagère dans le jardin. Enfin, nous verrons comment l’opération des regarnis doit faire face à un contexte de plus en plus difficile (baisse des finances, manque de main-d’œuvre…).

Fig. 1 : Première page de la commande de regarnis de 1753. Paris, Archives nationales, O1 21031, no 68.

Fig. 1 : Première page de la commande de regarnis de 1753. Paris, Archives nationales, O1 21031, no 68.

© Felice Olivesi

Forme et contenu des commandes

4L’ensemble constitué par ces vingt commandes de regarnis est d’une grande homogénéité dans la forme. Chaque année, en effet, elles sont rédigées sur le même modèle. Les lieux de destination des plantes apparaissent toujours dans le même ordre : d’abord les jardins de Versailles, ensuite Trianon – le Grand, le Petit – puis, si la situation l’exige, la Ménagerie (fig. 1). Ensuite, elles fournissent toujours les indications suivantes : la quantité et le nom de l’espèce commandée, puis l’emplacement destiné à être regarni. Souvent, d’autres précisions sont apportées : dimensions des plants, conditionnement ou préparation préalable des sujets. Enfin, mais cela est plus rare, des commentaires intéressants sur le contexte de l’opération apparaissent parfois ; en général, il s’agit alors de justifier une commande sortant de l’ordinaire.

5La fin des documents est réservée aux échanges administratifs et nous donne l’occasion de rencontrer les principaux acteurs de l’opération. Charles Lécuyer, contrôleur du château de Versailles, signe la liste. Le marquis de Marigny, directeur général des Bâtiments du roi, donne l’ordre de délivrance des plantes. Enfin, Charles-Nicolas de Morlet puis l’abbé Nolin, qui se succèdent au poste de contrôleur des Pépinières du roi, supervisent l’arrachage et la bonne livraison des sujets demandés. Les textes sont rédigés à l’automne, et les ordres d’exécution sont émis de quelques jours à quelques semaines plus tard. On reconnaît en cela le respect du calendrier de culture qui, hier comme aujourd’hui, désigne la saison froide comme la plus propice à la transplantation des arbres et des arbustes.

6Pour terminer ce premier survol des documents, et avant d’explorer plus avant la série des regarnis, commençons par en reconnaître les limites en nous appuyant sur un exemple représentatif de la série, intitulé « État des plants d’arbres, charmille, arbustes, buis nain et de bois, et arbres fruitiers pour regarnir les jardins de Versailles et de Trianon, cette autonne 1754 ».

7Tous les végétaux cités dans ce titre appartiennent à une seule et même catégorie : les ligneux, c’est-à-dire les plantes formant bois. Mieux vaut donc renoncer dès à présent à d’éventuelles découvertes sur les espèces vivaces, les annuelles, les bulbes à fleurs ou les gazons, que nous ne trouverons pas ici. Ensuite, les plantes restantes servent à « regarnir », ce qui exclut les créations de jardins ou de parties de jardins, pourtant nombreuses à cette époque, du moins à Trianon. Nous savons déjà que les regarnis remplacent les végétaux défectueux ; nous ne saurons donc rien sur les sujets en bon état, ni même s’il existait, parmi la palette végétale utilisée, des espèces n’ayant jamais eu besoin de remplacements en vingt ans…

8En outre, l’absence de mention d’une plante ne signifie pas qu’elle ne se trouvait pas dans le jardin, ni qu’elle était épargnée par les avaries. Les collections de Trianon étaient constituées par d’autres moyens : échanges entre botanistes, achats extérieurs aux services royaux, etc. Leur gestion, avec remplacement éventuel des sujets, répondait à d’autres principes que ceux qui régissaient les plantes des listes. L’opération des regarnis est donc loin d’impliquer la totalité des plantations de Versailles et de Trianon, même si on se limite aux ligneux.

  • 2 Par exemple, dans la liste de 1754, on peut lire : « Deux cens arbustes […] de telles especes que l (...)

9Enfin, tous les documents ne sont pas d’une même précision dans la formulation des commandes. Certains emplacements de destination sont très clairement situés, tandis que d’autres ne peuvent être définis au-delà de la distinction entre Versailles et Trianon. Certaines plantes de la liste sont difficiles à comptabiliser lorsqu’elles sont conditionnées d’une certaine façon ; ainsi, les « bottes » de buis se définissent non par la quantité de sujets qu’elles contiennent, mais par la circonférence du fagot. On trouve aussi des commandes groupées pour un nombre précis de sujets qui peuvent être choisis parmi plusieurs espèces, et dont la proportion de chacune est laissée libre. Il y a même quelques commandes « en négatif », dans lesquelles ne sont indiquées que les plantes dont on ne veut pas2… En gardant en mémoire ces quelques repères, voyons à présent plus en détail ce que signifie « regarnir ».

L’opération des regarnis

  • 3 D’après la définition du Trésor de la langue française.
  • 4 Furetière 1708.
  • 5 « Inventaire des pépinières royales de 1770 », O1 2109, liasse 4, fo 190.
  • 6 « Regarnis de 1755 », O1 2103, liasse 4, no 26.
  • 7 Par exemple, dans les regarnis de 1754 : « […] pour le regarny des pleins bois […] », O1 2103, lias (...)
  • 8 Le premier exemple cité (voir n. 6) est en fait une lettre accompagnant une liste de regarnis. La l (...)

10De nos jours, le terme « regarnis », substantif pluriel, n’a d’usage que dans le vocabulaire de la sylviculture, où il désigne le « remplacement des manquants dans une plantation ou d’un semis naturel incomplet3 ». On peut encore l’entendre dans la bouche de quelques rares jardiniers. À l’époque qui nous intéresse, le mot semble appartenir comme aujourd’hui au domaine des plantations non ornementales. En 1708, Furetière définit le verbe ainsi : « Garnir une seconde fois […]. On le dit aussi d’un plant d’arbres, de vignes. Ce bois est dégarni, il le faut regarnir, y replanter de nouveau plant4. » Mais il semble également avoir été d’usage courant dans le monde des jardins, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui. Les sources emploient différents termes pour décrire l’opération. Le substantif « regarnis », au pluriel, est le plus utilisé, avec le verbe « regarnir » correspondant. On trouve ainsi, par exemple : « […] l’état des plants que les Pépinières du roy peuvent fournir pour les regarnis des maisons royalles […]5 », ou bien : « État des plants d’arbres […] pour regarnir les jardins de Versailles […]6 ». La forme singulière est plus rare, mais pas inhabituelle7. Mais les mêmes auteurs utilisent aussi parfois, dans le même sens, « replantations » ou « remplacements », faisant de « regarnis » un synonyme de ces termes8.

  • 9 O1 2103, liasse 1, no 68.

11À l’inverse, cette définition s’oppose à une autre opération assez proche, rencontrée dans les commandes : la « replantation à neuf ». En 1753, par exemple, on demande « cent bottes de buis de bois pour les allées à replanter à neuf et pour regarnir les autres9 ». L’utilisation juxtaposée des deux expressions souligne la différence entre les deux opérations ; elles ont un sens bien distinct. Elles esquissent un début de hiérarchie dans les techniques d’entretien des plantations ligneuses, dont nous allons tenter de poursuivre le tableau.

12La façon la plus radicale de maintenir le dessin original est donc de remplacer l’intégralité des végétaux, de « replanter à neuf ». Même si quelques individus sont encore compatibles avec le rôle paysager qui leur avait été attribué, le terrain est débarrassé puis replanté. Ce type de réaménagement privilégie l’homogénéité de l’ensemble plutôt que la maturité des plants encore en bon état, et simplifie à la fois les procédures – un labour d’une seule traite plutôt que des tours et des détours entre des arbres à préserver – et les processus biologiques – les plants arrivés ensemble se partageront équitablement sol et lumière, formant ainsi plus aisément le volume harmonieux ou la ligne régulière qu’ils doivent présenter à l’œil du promeneur.

13Une autre solution, bien moins radicale, consiste en plusieurs opérations appliquées à chaque plante : l’« ébourgeonnage » (suppression des bourgeons mal placés), la « tonte » (taille régulière des jeunes rameaux) et l’« élagage » (suppression de branches). Ici, chaque sujet est jugé satisfaisant, il s’agit simplement de contenir son naturel entre certaines limites.

14La méthode des regarnis se situe entre ces deux extrêmes. La portion de jardin à regarnir – bosquet, allée, massif d’arbustes, etc. – est majoritairement en bon état, mais certains sujets défectueux gâchent l’impression générale. Il s’agit alors de combler les manques et de remplacer les sujets abîmés par de nouveaux plants offrant des caractéristiques esthétiques et une maturité les plus proches possible de ceux qui vont les entourer. La tâche n’est pas aisée car ces derniers ont sur les regarnis une avance qui leur a permis de s’adapter au terrain, sans oublier la concurrence de leurs frondaisons et de leurs racines pour l’accès à la lumière et aux nutriments du sol, deux éléments essentiels à la bonne reprise de jeunes plants.

15Ainsi, les regarnis tiennent une place intermédiaire mais complexe au sein des travaux d’entretien des plantations ligneuses. Dans les jardins réguliers de Versailles et de Trianon, où l’être végétal est souvent fondu dans un rôle paysager assumé à plusieurs formant masse, les regarnis doivent travailler à l’échelle de l’individu-plante, par petites touches correctrices, en gardant en ligne de mire l’objectif d’harmonie de l’ensemble. L’effet visuel prime sur tout le reste, et les fantaisies de la nature n’ont pas leur place. On peut se demander où se situe la frontière entre la nécessité de regarnir et celle de replanter à neuf, et sur quels critères est adoptée l’une ou l’autre solution. Les listes de regarnis sont malheureusement muettes à ce sujet, même si certains détails peuvent nous donner quelques indications que nous verrons dans la suite de notre étude.

  • 10 C’est un document que Marigny tient à avoir. En 1765, il rappelle à l’abbé Nolin, alors fraîchement (...)
  • 11 C’est en tout cas ce que raconte l’un des successeurs de Nolin à la direction de la pépinière du Ro (...)
  • 12 « Les Sieurs abbés Nolin et Blaves offrent pour les Jardins de Votre Majesté la collection des diff (...)
  • 13 Nolin et Blavet 1755.

16À présent que les termes et leur contenu sémantique sont mieux définis, voyons comment l’action de regarnir se déroule. L’opération est prise en charge par de nombreuses personnes. Charles Lécuyer, contrôleur du château de Versailles, assume également un rôle d’inspecteur pour l’administration du Domaine, en vertu duquel il est chargé d’établir les états des réparations et des replantations nécessaires à Versailles et à Trianon. Les listes de regarnis font partie de ses attributions. Elles sont transmises chaque année au directeur général des Bâtiments du roi, Abel-François Poisson de Vandières, marquis de Marigny. Ce dernier contrôle le document et vérifie que les Pépinières du roi, placées sous son autorité, possèdent en suffisance les plants demandés. Pour l’aider dans sa tâche, Marigny a pris l’habitude de faire faire, annuellement, un inventaire des plantes disponibles dans les pépinières. Réalisé par le contrôleur des pépinières, celui-ci est demandé pour octobre, afin que l’on puisse le comparer à la liste de Lécuyer qui arrive à la même époque de l’année10. Cela fait, Marigny ajoute en bas de la liste son ordre de délivrance, à l’attention du contrôleur des Pépinières du roi. Cette charge est détenue par Charles-Nicolas Beaudet de Morlet jusqu’en 1764, puis par l’abbé Pierre-Charles de Nolin jusqu’à la fin de la série en 1772 et au-delà. En 1753, l’année de la première liste, Morlet est contrôleur de toutes les pépinières royales, qui comprennent plusieurs terrains autour de Versailles ainsi que la pépinière du Roule à Paris. Il est le fils de Noël Beaudet de Morlet, qui avait été chargé par Louis XIV d’organiser et d’agrandir les pépinières royales en 1693 et en avait été le premier directeur. Charles-Nicolas avait appris le métier auprès de lui dès 1708 et ne quitta jamais le service des pépinières. Lorsqu’il prend sa retraite en 1765, il est remplacé par l’abbé Nolin, dont le profil est singulièrement différent. Chanoine de Saint-Marcel, l’abbé Nolin est déjà connu comme amateur éclairé de sciences naturelles, et en particulier de botanique. Louis XV l’a peut-être connu par l’entremise de madame de Pompadour qui, selon certains récits, aurait visité et particulièrement apprécié les collections végétales de Nolin11. Un document nous apprend que l’abbé Nolin et un de ses condisciples avaient offert au roi amateur de botanique une « collection de différents plants étrangers12 ». Nolin avait encore publié, en 1755, un Essai sur l’agriculture moderne13 sous forme de catalogue commenté des plantes de sa collection, en indiquant les usages que l’on pouvait en faire dans les jardins. Le contraste est frappant entre le contrôleur de la vieille école, formé sur le terrain avec son père, et le jeune savant apprécié de la cour, apportant au roi modernité et curiosités végétales. Cependant, l’influence de l’abbé Nolin sur les jardins ne transparaît pas, ou très peu, dans les commandes de regarnis, ce qui était prévisible, étant donné la nature conservatrice de l’opération.

17Le contrôleur des pépinières supervise l’arrachage et la livraison des plants de la liste, mais la mise en œuvre concrète est à la charge d’un entrepreneur privé et de ses ouvriers. Il existe alors deux entrepreneurs des pépinières royales, l’un pour Versailles, l’autre pour la pépinière du Roule à Paris. Ils sont engagés par un marché passé devant notaire et renouvelable tous les six ans. Leur rôle est d’assurer l’entretien quotidien des pépinières et leur approvisionnement en semences et jeunes plants, selon un cahier des charges très détaillé élaboré par le contrôleur des pépinières. Après avoir été arrachés et transportés jusqu’au lieu de leur replantation, les végétaux sont pris en charge par les jardiniers et leurs ouvriers, et les regarnis sont enfin réalisés.

18Deux institutions sont donc impliquées dans les regarnis : les Bâtiments du roi (le département des Pépinières du roi, ainsi que plusieurs jardiniers ayant chacun leur compétence territoriale) et le Domaine, sans compter les entrepreneurs privés. Étant donné les changements fréquents dans la gestion des jardins et la limite souvent floue – et source de conflits – entre les Bâtiments et le Domaine au sujet des végétaux, nous considérerons que ce schéma n’est valable que pour la vingtaine d’années qui nous concerne. Malgré cette complexité administrative, les regarnis ont une place définie dans le calendrier à Versailles et à Trianon ; les listes sont envoyées systématiquement chaque année à la saison froide.

19La série des commandes de plantes (1753-1772) coïncide presque avec la présence du marquis de Marigny à la tête des Bâtiments du roi (1751-1773). Même s’il est peu probable que l’institution des regarnis comme opération annuelle, intégrée au calendrier de jardinage, soit à mettre au crédit de ce directeur général – il existait des listes de regarnis avant et l’on en trouve encore après lui –, on peut toutefois remarquer que la formulation, claire, propre à la série 1753-1772, ainsi que la publication annuelle de ces listes ne se retrouvent que du temps de sa gestion.

Fig. 2 : Jacques-André Portail, Louis XV en vue des jardins de Trianon, vers 1750, dessin, gouache : 23 × 16,5 cm. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, MV6162.

Fig. 2 : Jacques-André Portail, Louis XV en vue des jardins de Trianon, vers 1750, dessin, gouache : 23 × 16,5 cm. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, MV6162.

© Château de Versailles

Les plantes dans les jardins

20Abordons à présent le sujet central de ces listes : les espèces végétales et les lieux pour lesquels elles sont commandées. En vingt ans sont plantés environ quatre-vingt-cinq mille arbres et arbustes représentant plus ou moins cent cinquante espèces et variétés. Dans ce compte nous omettons les buis, traités non pas à l’unité mais à la « botte ». En vingt ans, plus de cinq mille bottes ont été commandées, chacune d’entre elles mesurant « 3 pieds de tour », soit environ un mètre de circonférence. Il est impossible de connaître le nombre exact de plants contenus dans une seule botte, et celui-ci variait selon que le buis bottelé était nain ou « de bois », mais on peut estimer que le total devait approcher le million de plants. Cette espèce, déclinée en deux variétés – le « buis de bois » (Buxus sempervirens L.) de grande taille et le « buis nain » (Buxus sempervirens L. ‘Suffruticosa’) servant aux bordures de parterres bas et aux broderies – était traitée, encore plus que d’autres, comme une matière fluide marquant le sol. On l’envisage davantage comme un volume de verdure que comme un ensemble de sujets distincts.

21Loin derrière le buis, la deuxième place revient à l’épine, avec un peu plus de cinquante mille sujets commandés sur la période pour les deux jardins. Cette « épine » regroupait en réalité plusieurs espèces réunies en une seule catégorie en vertu de leur utilisation similaire. L’abbé Nolin, dans son ouvrage déjà évoqué, nous l’explique ainsi :

  • 14 Ibid., p. 31, « Épine ».

Épine. J’ai mis la plus grande partie des especes de ce genre sous le nom qu’elles portent vulgairement. Celles qui n’ont pas de nom particulier, & qui méritent d’être employées dans les massifs, sont l’Épine à fleur double ; celle à feuille d’érable, & celle à feuille d’arbousier14.

22On peut reconnaître le prunellier (Prunus spinosa L.) dans « celle à feuille d’arbousier » et les aubépines dans « celle à feuille d’érable » et « l’épine à fleur double » (Crataegus monogyna Jacq. et Crataegus laevigata DC.). Ici, l’usage que l’on fait de la plante prend le pas sur son identité botanique. Ensuite, sont encore très représentés : la charmille, avec environ trente-sept mille plants, l’ormille et ses vingt-huit mille sujets environ, le marronnier avec quelque onze mille plants, et l’érable qui en compte approximativement dix mille six cents.

23Ces quantités ne font pas que nous donner un ordre de grandeur ; elles montrent aussi quelles espèces végétales étaient indispensables à l’identité formelle des jardins. En effet, dans un jardin, toutes les plantes n’ont pas le même statut. Certaines ont un rôle purement décoratif – on apprécie leur floraison, leur couleur, etc. –, tandis que d’autres ont pour fonction de donner corps aux traits dessinés par le créateur du jardin. Ces dernières doivent cadrer une vue, dissimuler un espace, équilibrer des proportions, donner une harmonie à l’ensemble et rythmer la promenade. En ce sens, elles assument une fonction proche de celle des palissades ou murs de clôture, des allées ou des mouvements de terrain. Elles font partie d’un cadre fixe qui mélange éléments inertes et vivants, et forment le thème du jardin, sur lequel des plantes plus éphémères et plus évolutives viennent jouer d’infinies variations. Les plantes présentes dans les regarnis font toutes partie de cette ossature du jardin, mais à des degrés divers, et la proportion de caractère décoratif et structurel en chacune varie selon les espèces. Ici, la structure de base se reconnaît par deux indices : les très grandes quantités signalent les espèces utilisées abondamment, sur de grands linéaires ou de vastes surfaces, et les fréquences élevées de replantation montrent combien ces plantes sont nécessaires pour maintenir le dessin du jardin.

  • 15 La « piramide », ou cône, est en effet la forme de laquelle on peut tirer d’autres formes plus comp (...)

24Voyons quelques composantes paysagères et les espèces végétales qui y sont liées. Les exemples suivants ont été choisis dans les jardins de Versailles, dont la grande stabilité formelle sur vingt ans est plus significative qu’à Trianon, qui a connu de nombreuses transformations au cours de la même période. Les grandes palissades qui entourent les bosquets sont garnies de charmille (Carpinus betulus L.) de 10 à 12 pieds de hauteur, à laquelle on ajoute de jeunes ormes (Ulmus minor Mill.), « cicomores » (Acer pseudoplatanus L.) ou tilleuls (Tilia cordata L.). Les bosquets, traités dans les listes comme un ensemble, sont regarnis, en ce qui concerne leurs volumes boisés ou « massifs », en tilleuls, érables sycomores, « bois blancs » (Populus alba L.), frênes (Fraxinus excelsior L.) et marronniers (Aesculus hippocastanum L.) « avec leurs têtes », c’est-à-dire destinés à poursuivre leur croissance naturelle. Les palissades à l’intérieur des bosquets sont plantées en ifs surmontés de grands marronniers, ou bien en buis. Les contre-allées sont regarnies jusqu’en 1765 en « moyenne charmille de 5 à 6 pieds » et les allées couvertes en épines. Par la suite, sans doute sous l’influence du nouveau contrôleur des pépinières, l’abbé Nolin, ces deux composantes sont replantées en ormille (Ulmus minor Mill.), en érables (Acer spp.) et en épines. Les alignements de l’Allée royale, axe principal des jardins, sont regarnis en ormes de belle taille, de douze à quinze pieds de hauteur. Le tour du Grand Canal est regarni de « bois blanc », tandis que celui de la pièce d’eau des Suisses est replanté de tilleuls, de « bois blancs » et de « picéas » (Picea abies H.Karst.) mesurant de neuf à dix pieds de hauteur. Les épicéas sont également commandés chaque année pour regarnir « les rampes de Latone » et « la tête de l’Île royale », actuel bassin du Miroir. Les broderies et les parterres sont constitués de buis nain, tandis que le « buis de bois » ne sert, à Versailles, que dans les bordures des bosquets de l’Étoile et du Théâtre d’eau. Les parterres sont regarnis chaque année en ifs formés « en piramide », base de nombreuses sophistications topiaires15.

Fig. 3 : Jacques Rigaud, La salle des Marronniers dans les jardins de Versailles, après 1730, gravure. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, invgravures_grosseuvre_150_pl 38.

Fig. 3 : Jacques Rigaud, La salle des Marronniers dans les jardins de Versailles, après 1730, gravure. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, invgravures_grosseuvre_150_pl 38.

© Château de Versailles

Fig. 4 : École française, Les arbrisseaux ou ifs taillés de différents figures posés dans le parterre de la grande allée royale […], xviiie siècle, dessin, crayon noir et sanguine. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, Vms 71.

Fig. 4 : École française, Les arbrisseaux ou ifs taillés de différents figures posés dans le parterre de la grande allée royale […], xviiie siècle, dessin, crayon noir et sanguine. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, Vms 71.

© Château de Versailles

25Les végétaux, choisis en fonction de leur forme et de leurs dimensions, doivent se fondre dans l’ensemble de la plantation existante, ce qui implique un important travail préparatoire dans les pépinières : il faut former chaque sujet, le tailler et l’« élever » pendant plusieurs années afin qu’il soit capable de tenir son rôle parfaitement dès son premier jour au sein du jardin. Ce principe est également valable pour les autres catégories végétales concernées par les regarnis : les arbustes à fleurs et les arbres fruitiers.

  • 16 Nolin et Blavet 1755, p. 67-68, « Sécuridaca ».
  • 17 Ibid., p. 80, « Bosquets de May ».

26On ne commande les arbustes à fleurs que pour Trianon. Les sujets de la vingtaine d’espèces représentées sont tous formés « en boule » en pépinière, et sont destinés aux parterres et aux boulingrins. Les plantes regarnies en plus grande quantité sont les rosiers, en particulier le « rosier à cent feuilles » (Rosa x centifolia L.). Vient ensuite ce que les listes appellent « Situridaca », arbuste décrit par l’abbé Nolin comme un « très-joli arbrisseau à fleur légumineuse jaune & rouge16 » et qu’il nomme, de façon plus courante à l’époque, « Emerus ou Sécuridaca des Jardiniers17 ». On l’identifie aujourd’hui comme un Hippocrepis emerus (L.) Lassen. On trouve encore de nombreux « sitijus » (Laburnum anagyroides Medik.), des alaternes (Rhamnus alaternus L.), différents chèvrefeuilles (Lonicera L.), des lilas de Perse (Syringa x persica L.), des buissons ardents (Pyracantha M. Roem.), des althéas (Hibiscus syriacus L.) ou encore des « trefolium » (Cytisophyllum sessilifolium (L.) O. Lang) et des « miserium » (Daphne mezereum L.). Cette combinaison d’espèces dans les parterres donnait une brillante palette de couleurs dominée par les roses et les jaunes, soutenus par des violets et des blancs. À cela s’ajoutaient les couleurs de toutes les plantes herbacées qui n’apparaissent pas dans les regarnis, et les bordures vert sombre des buis encadraient le tout.

Fig. 5 : Anonyme, Nouveau Trianon planté par Louis XV, vers 1774, estampe : 43,2 × 30,3 cm. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, INV.GRAV 640.

Fig. 5 : Anonyme, Nouveau Trianon planté par Louis XV, vers 1774, estampe : 43,2 × 30,3 cm. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, INV.GRAV 640.

© Château de Versailles

27À Trianon, trois végétaux classés parmi les arbustes sont un peu particuliers. Il s’agit tout d’abord du jasmin (Jasminum officinale L.), plante volubile commandée en baliveau et non en boule comme les plantes de parterre, car elle est destinée à grimper sur des treillages ; ensuite, des six cents « oculus christy » (Inula oculus-christi L.) commandés une seule fois, en 1754, dont l’espèce est herbacée et non ligneuse ; et enfin du troène, arbuste à la floraison discrète mais parfumée, qui n’est pas utilisé en parterre mais regarnit certaines palissades, pour lesquelles il est formé dès la pépinière.

  • 18 Poiriers : Pyrus communis L. ‘d’Angleterre’, ‘Bergamotte d’été’, ‘Besi de la Motte ‘, ‘Beurré’, ‘Be (...)
  • 19 Pêchers : Prunus persica Batsch ‘Admirable’, ‘Avant-Pêche rouge’, ‘Bellegarde’, ‘Bourdine’, ‘Chance (...)
  • 20 Pommiers : Malus domestica Borkh. ‘Api’, ‘Calville blanc’, ‘Calville rouge’, ‘Calville rouge d’été’ (...)
  • 21 Cerisiers : Prunus avium (L.) L. ‘Royale’, Prunus padus L.
  • 22 Pruniers : Prunus domestica L. ‘Damas violet’, ‘Diaprée’, ‘Jeanne hâtive’, ‘Monsieur’, ‘Sainte-Cath (...)
  • 23 Abricotiers : Prunus armeniaca L. et variétés ‘Esperen’, ‘Angoumois’, ‘Gros rouge’, ‘De Nancy’, ‘De (...)

28Les arbres fruitiers se déclinent en nombreuses variétés. On en regarnit les différentes ménageries – « l’ancienne », située au sud du Grand Canal, et la « nouvelle » ou « petite » à Trianon –, le jardin du Roi à Trianon, ainsi que les potagers et pépinières du même lieu. Les commandes de regarnis présentent une trentaine de variétés de poiriers18, une vingtaine de pêchers et brugnons19, une douzaine de pommiers différents20, quelques variétés de cerisiers21, de pruniers et mirabelles22 et d’abricotiers23, ainsi que des commandes exceptionnelles de figuiers, noyers, mûriers et amandier (un seul). Les fruitiers sont greffés et formés en pépinière. On greffe les poiriers sur cognassier ou sur franc (poirier sauvage), les pêchers sur prunier ou amandier, et les cerisiers sur prunier. On donne aux arbres des troncs plus ou moins longs, et les arbres « nains » et « tige » ou « haute tige » se mêlent dans les différents jardins-vergers.

29Les listes de regarnis dessinent un semblant de portrait des jardins, du moins dans leur substance ligneuse, mais elles témoignent également des pertes considérables en végétaux, qui entraîne un coût proportionnel au travail réalisé, tant en pépinière que dans les jardins, pour combler ces défauts de plantes. Or, une plante ligneuse, une fois plantée, est appelée à vivre de nombreuses années, décennies ou même siècles pour les plus grands arbres, du moins lorsque les conditions sont favorables… Cette opération des regarnis, intégrée au calendrier des travaux saisonniers de la même façon que les tailles, les arrosages et toutes les tâches motivées par les besoins et le fonctionnement biologique des plantes, est-elle aussi naturelle et normale que les documents tendent à le faire croire ?

Maintenir les jardins à l’identique, une tâche de plus en plus difficile

  • 24 O1 2104, liasse 2, no 117.

30La mortalité est inévitable dans un jardin d’une telle échelle, où le nombre gigantesque de plantes empêche d’apporter à chacune tous les soins dont elle aurait besoin. Un petit pourcentage de plants ne reprennent pas et l’on doit les remplacer l’année suivante, une fois l’échec constaté. Il faut aussi prendre en compte la pression exercée sur les plantations par la fréquentation, pas toujours respectueuse, du public. La période 1753-1772 a également eu son lot d’accidents météorologiques : en 1757, par exemple, la commande de regarnis mentionne une liste d’arbres « à fournir par extraordinaire pour remplacer les bois tombés et abattus par les grands vents du mois d’avril dans différents bosquets24». Cependant, ces mentions servent de justification pour une commande plus importante que d’ordinaire, et n’expliquent pas le grand nombre de sujets commandés habituellement. En revanche, les documents d’archives concernant les pépinières peuvent nous apporter quelques éclaircissements sur le contexte dans lequel s’exerce l’entretien des plantations ligneuses, ainsi que sur ses éventuels dysfonctionnements.

Fig. 6 : La pépinière du Roule à Paris. Paris, Archives nationales, O1 2113B.

Fig. 6 : La pépinière du Roule à Paris. Paris, Archives nationales, O1 2113B.

© Felice Olivesi

31Les plantes ligneuses servant à la création et à l’entretien des jardins royaux proviennent principalement de deux endroits : de la pépinière du Roule à Paris (fig. 6), créée vers 1668, où l’on cultive les plantes ornementales qui demandent des soins fréquents et un savoir-faire important (arbustes à fleurs formés en boule, ifs topiaires, plantes d’orangerie, plantes vivaces et bulbes) et du groupe de pépinières situées à Versailles et aux alentours.

32Jusqu’à la fin du xviie siècle, il n’existait à Versailles qu’une seule pépinière, située à la porte Saint-Antoine (fig. 7), et l’approvisionnement des jardins était complété par différents moyens : certains plants étaient « mis en pépinière » le long des murs du jardin, d’autres étaient prélevés en forêt et plantés directement dans les massifs et les bosquets, et le reste était acheté à des marchands privés.

Fig. 7 : Les premières pépinières de Versailles à la porte Saint-Antoine. Paris, Archives nationales, O1 2113B.

Fig. 7 : Les premières pépinières de Versailles à la porte Saint-Antoine. Paris, Archives nationales, O1 2113B.

© Felice Olivesi

  • 25 Entre autres, en 1695, on commande les graines de « pisséas » qui garniront les rampes du bassin de (...)

33En 1693 sont créées les grandes pépinières royales de Versailles (fig. 8). À cette occasion, Louis XIV nomme Noël Baudet de Morlet directeur des Pépinières du roi. On réunit plusieurs parcelles de terrain aux alentours, tandis que des graines et de jeunes plants affluent vers Versailles depuis la France entière, par l’intermédiaire des officiers provinciaux25. Ces pépinières ont un profil bien différent de celle du Roule : elles sont réparties sur plusieurs lieux très vastes loin de la ville, et on y élève des espèces dont le rôle paysager est plus architectural que décoratif, ainsi que des arbres fruitiers.

Fig. 8 : Les pépinières de Versailles en 1744. Paris, Archives nationales, O1 2113B.

Fig. 8 : Les pépinières de Versailles en 1744. Paris, Archives nationales, O1 2113B.

© Felice Olivesi

  • 26 O1 2103, liasse 5, marché de l’entrepreneur des pépinières de Versailles en 1755.
  • 27 O1 2102, liasse 6, no 64.
  • 28 O1 2103, liasse 5, billet de la main de Morlet.
  • 29 O1 2104, liasse 1, no 2.

34La culture des pépinières de Versailles et du Roule est confiée à deux entrepreneurs choisis sur appel d’offres. Le contrat implique le respect d’un cahier des charges très détaillé. En 1755, celui-ci est rédigé par Morlet, le contrôleur des pépinières. Il stipule notamment que les pépinières versaillaises fournissent chaque année, pour les besoins des jardins royaux, « trente mil arbres de toute espèce et grosseur, dix mil fruitiers, trois cent milliers de charmille, cent milliers de chêne ou de châtaignier, cinq cent milliers de plan d’épine, ormille, érable et autres en rayons et cinq cent bottes de buis26 ». Les entrepreneurs choisis cette année-là sont François Robiche pour la pépinière du Roule et Toussaint Tuilleaux pour celles de Versailles. Robiche est décrit comme un « bon sujet27 », apte à soigner les plantes de valeur cultivées au Roule. Son contrat est renouvelé sans interruption de 1741 à sa mort en 1762, avec en 1755 les compliments du contrôleur des pépinières, qui précise que « la pépinière de Paris […] ne peut être entretenue par aucun jardinier plus intelligent, plus exact, et plus attaché à son devoir. Ainsy il ne s’agit que de continuer son marché28 ». En revanche, Toussaint Tuilleaux ne suscite pas la même satisfaction. Lui et sa famille, qui travaille avec lui, sont critiqués par Morlet pour « leur peu de soin et d’intelligence, leur désobéissance réitérée […] et la défectuosité de leurs ouvrages29 ». Cependant, Toussaint Tuilleaux meurt en 1756, peu après son arrivée, et sa famille n’est pas autorisée à prendre sa suite.

35Néanmoins, bien que fâcheuse, cette courte mésaventure est sans aucune mesure avec les graves problèmes qui pèsent lourdement sur la gestion des pépinières pendant toute la période. Entre le manque de moyens chronique et le relatif désintérêt de Louis XV, dont les choix ne sont pas toujours favorables au bon entretien des jardins, l’opération des regarnis devient de plus en plus difficile et tend à devenir, au fil du temps, un emplâtre sur une jambe de bois. Les témoignages successifs sont éloquents.

36En 1751, faute d’une clôture correcte, Morlet explique que

  • 30 O1 2102, liasse 17, no 59.

les Pépinières du Roy, sçises pour la plupart le long des murs des parcs de Versailles et de Marly, sont exposées aux incursions des bêtes fauves qui y font un grand degast […]. Outre cela, il a fallu y ménager des portes pour les chasseurs et les passans qui traversent lesdites pépinières nuit et jour, et laissent lesdites portes ouvertes, ce qui facilite aux bêtes d’y entrer, et d’y passer les nuits, en sorte que les matins on voit des quarrés entiers de jeune plan cassé et rongé30.

37En 1758, les « cerfs, biches et daims » poursuivent leurs ravages et le contrôleur des pépinières prévient que

  • 31 O1 2104, liasse 3, fo 12.

bientost, lesdites pépinières seront hors d’état de fournir aucuns arbres tiges de ceux que ces bêtes attaquent le plus, qui sont les ormes, tilleuls, bois blancs et châtaigniers, car à mesure qu’ils croissent, le bourgeon est mangé, ce qui les rend tortus par force, et quand ils sont venus à hauteur, ils sont pelés du haut en bas31.

38Dix ans plus tard, en 1768, la situation devient si problématique que les plantes demandées pour les jardins de Marly ne peuvent être fournies. De plus, la mortalité des plants est anormalement élevée. Afin de tenter de trouver une solution, l’abbé Nolin est envoyé sur place. Il constate :

Sa Majesté et toute la Cour fesant des voyages à Marly dans la belle saison, je vois qu’on ne peut se dispenser de sacrifier toutes les années 30 à 35 milliers de plants pour regarnir les bosquets. Ces plants marquent les allées ; ils poussent quelques feuilles et meurent chaque année parce que les grands arbres étant très touffus, les privent de l’air nécessaire à leur reprise, d’ailleurs le terrain est usé.

  • 32 O1 2108, liasse 1, notamment les documents 53 et 54.

39La solution proposée par Nolin et validée par le marquis de Marigny est de réserver les jeunes plants épargnés par les cervidés aux « bordures » des bosquets, là où ils sont le plus visibles, et de mélanger à la charmille des épines et des troènes, plus résistants aux rudes conditions qu’on leur impose32.

40Cette recherche d’expédients, rendue obligatoire par le mauvais état des pépinières, est motivée également par le manque cruel d’argent qui se répercute sur la main-d’œuvre pendant toute la période. Dès 1760, deux lettres des jardiniers au directeur général expriment leurs difficultés à s’acquitter de leurs tâches alors qu’ils n’ont pas de quoi se nourrir (fig. 9). Mais c’est surtout à la fin de la décennie et au début de la suivante que la crise se fait plus aiguë.

Fig. 9 : Première lettre des jardiniers au directeur général des Bâtiments du roi, 1760. Paris, Archives nationales, O1 21054.

Fig. 9 : Première lettre des jardiniers au directeur général des Bâtiments du roi, 1760. Paris, Archives nationales, O1 21054.

© Felice Olivesi

  • 33 O1 2108, liasse 1, fo 99.
  • 34 O1 2108, liasse 3.
  • 35 O1 2109, liasse 1.

41En 1769, Nolin évoque « les temps fâcheux [qu’ils] éprouv[ent] » et réclame certaines mesures au directeur général des Bâtiments, qui répond avec regret que « le malheureux état des caisses des Bâtiments33 » ne lui permet pas d’intervenir. Le personnel commence à manquer et le résultat ne se fait pas attendre : la liste de regarnis de 1770 mentionne que « les plants demandés l’année [précédente] n’ont pas été fournis, faute par les jardiniers d’avoir des ouvriers pour les planter34 ». En 1771, « les jardiniers se plaignent que le plant qu’on leur envoie n’étant pas levé avec assez d’attention, est la cause qu’une très grande partie des ifs […] ainsi que les piceas meurent pendant l’année35 ». Cette même année, l’abbé Nolin écrit de nouveau au marquis de Marigny pour lui dépeindre la misère des personnes travaillant sous ses ordres :

Je ne vous importune pas souvent de détails sur l’état fâcheux de mon département. Je n’ignore pas toutes les démarches que vous avés fait depuis bien des années pour procurer des secours à tout ce qui est sous vos ordres, mais trouvés bon que je vous en écrive encore une fois.

L’entrepreneur des pépinières à qui est dû près de 60 mille livres n’ayant pas de quoi se nourrir et sa famille, a été dans la necessité de renvoyer presque tous ses ouvriers. Je l’ay obligé de garder les deux grefeurs et le premier garçon qu’il paye fort mal et qui veulent quitter. Les jeunes plants ne sont pas labourés, encore moins les anciens. Ce n’est pas le moyen d’avoir de beaux et bons arbres, tant fruitiers que d’ornement.

L’entrepreneur des fumiers a été saisi pour 4 à 5 mille livres qu’il doit. Sa majesté luy est redevable environ de 18 mille livres. J’ay demandé un arrêt de surceance pour le tirer d’embarras. Cet arrêt luy a otté tout crédit. Il vouloit vendre ses chevaux qu’il ne peut plus nourrir, je l’ay engagé à faire des efforts pour tenir encore quelques mois, dans l’espérance de quelques secours.

  • 36 O1 2109, liasse 1, fo 151.

Les piqueurs meurent de faim, et pour comble de disgrâce, l’entrepreneur des pépinières, celuy des fumiers et les dits piqueurs sont commandés pour les corvées […]36

42En outre, toujours en 1771, les terrains dévolus aux pépinières sont de plus en plus sacrifiés au gibier. L’abbé Nolin se démène malgré tout :

Je me donne tous les mouvements possibles pour préserver ce qui reste des pépinières d’une dégradation totale. Les cerfs qu’on a fait sortir du parc de Marly pour les chasses de notre auguste maître, cherchent continuellement à y entrer […]. J’ay la douleur de voir que le manque de fonds depuis cinq ans mettent les entrepreneurs dans l’impossibilité de faire les replantations annuelles. Objet irréparable. Et les cerfs achèvent de détruire ce qui reste […].

  • 37 O1 2109, liasse 1, fos 214 et 215.

43À quoi on lui répond « de redoubler de soins pour empêcher le dégât, mais sans rien tenter au surplus de ce qui pourroit tendre à gêner les arrangements qui paraissent plaire au Roy pour la commodité de ses chasses37 ».

44Des pépinières dévastées, un manque de main-d’œuvre croissant, voilà qui donne un autre éclairage sur les regarnis, ainsi que sur l’état des jardins à la fin du règne de Louis XV. Si, en théorie, l’opération des regarnis est conçue comme un outil de perpétuation des jardins, aux dimensions fidèles au dessin original, de respect de l’époque qui les a vus naître et d’hommage au maître pour qui ils ont été créés, on observe en pratique tout autre chose. Il semble s’agir en fait de la démonstration répétée d’un tour de force, la volonté du maître jouant à contraindre les plantes à des règles contraires à la nature. Plus cette contradiction est grande, plus le spectacle est admirable. Cependant, l’équilibre entre ces deux forces contraires ne peut être obtenu qu’au prix d’une organisation sans faille et de dépenses considérables. Lorsque les fonds manquent, on assouplit le cadre en choisissant des espèces plus adaptées aux conditions du terrain ; ainsi les érables ou les troènes remplacent les charmilles là où ces dernières nécessitent de trop dispendieux regarnis. Cet assouplissement va de pair avec une nouvelle politique en matière de jardins de la part du souverain. En effet, puisque le bras de fer avec les dynamiques végétales dépend du vouloir du roi, passant par la mobilisation de moyens, notamment financiers, la baisse de l’entretien peut se lire comme le manifeste d’un changement de regard et de sentiment du maître vis-à-vis de la nature. Il ne s’agit pas d’un désintérêt pour la chose végétale, mais bien d’une évolution, comme l’illustre la différence de traitement entre Versailles et Trianon à cette époque. Alors que Versailles est de plus en plus négligé, Trianon bénéficie de soins suivis en même temps que de la préférence royale. En 1749 avait été créé à Trianon un jardin botanique, confié au jardinier-botaniste Claude Richard, qui est rapidement devenu l’un des plus illustres d’Europe. Peu après s’y étaient ajoutés la Petite Ménagerie, réservée aux animaux de basse-cour, le Pavillon français et le Salon frais (ou Pavillon frais), tous agrémentés de nouvelles plantations. L’argent n’a jamais semblé faire défaut pour ces créations. Le fait que l’abbé Nolin, botaniste réputé, ait succédé au sieur Morlet, formé à l’ancienne sur le terrain, est sans doute lié à la même évolution de regard sur les jardins.

Fig. 10 : Hubert Robert, Le Tapis vert au moment de l'abattage des arbres à l’hiver 1774-1775 dans les jardins de Versailles, huile sur toile : 1,24 m × 1,91 m. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, MV774.

Fig. 10 : Hubert Robert, Le Tapis vert au moment de l'abattage des arbres à l’hiver 1774-1775 dans les jardins de Versailles, huile sur toile : 1,24 m × 1,91 m. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, MV774.

© RMN (château de Versailles) / Daniel Arnaudet / Gérard Blot

  • 38 O1 21101, fo 165.

45Après 1772, on trouve encore quelques commandes de regarnis, mais très réduites. En 1774, on commande des arbres « à planter en regarnis dans les avenuës par lesquelles Sa Majesté passe le plus souvent et qui servent de décoration au château de Versailles38 ». Les palissades, massifs et bosquets sont passés sous silence. Du spectacle donné par les jardins de Louis XIV ne reste plus qu’un mince décor de façade, cachant une substance en voie de décomposition, inutile et passée de mode. Cette même année, qui voit la fin du règne de Louis XV et le début de celui de Louis XVI, est aussi celle des grands abattages dans les jardins de Versailles. Cette opération d’envergure, souvent vue comme l’expression d’un renouveau affirmé par le nouveau roi est peut-être aussi, paradoxalement, un tribut rendu à la mémoire de Louis XIV et des jardins de Le Nôtre, le remède ultime à la déchéance des jardins. Elle est quoi qu’il en soit rendue indispensable par l’état pitoyable des plantations et l’impuissance des services des Bâtiments à y remédier par de simples regarnis. La situation exige désormais une autre méthode : la « replantation à neuf ». Celle-ci prend l’aspect d’une grande réhabilitation, qui réussit à concilier la réfection respectueuse des vieux jardins réguliers et les économies nécessaires dans leur gestion, laissant la priorité des dépenses aux créations selon le nouveau goût de l’époque.

Haut de page

Bibliographie

Aubert Du Petit Thouars Louis-Marie, 1817, Le verger français, ou Traité général de la culture des arbres fruitiers qui croissent en pleine terre dans les environs de Paris, Paris, Treuttel et Wurtz - Arthus-Bertrand.

Bénetière Marie-Hélène, 2000, Le jardin, vocabulaire typologique et technique, Paris, Éditions du Patrimoine.

Bouchenot-Deschin Patricia, 2001, Henry Dupuis, jardinier de Louis XIV, Paris-Versailles, Perrin-Établissement public du musée et du domaine national de Versailles.

Brosse Jacques, 1979, Arbustes d’Europe occidentale, Paris, Bordas.

Dauchez Chantal, 1993, L’administration des jardins au Grand Siècle (1664-1715), Paris, université Paris-II Panthéon-Assas.

Dézallier d’Argenville Antoine-Joseph, 1709, La théorie et la pratique du jardinage, Paris, Mariette.

Duchesne Antoine-Nicolas, 1764, Manuel de botanique, contenant les propriétés des plantes utiles pour la nourriture, d’usage en médecine, employées dans les arts, d’ornement pour les jardins, et que l’on trouve à la campagne aux environs de Paris, Paris, Didot.

Duhamel Du Monceau Henri-Louis, 1755, Traité des arbres et arbustes qui se cultivent en France en pleine terre, Paris, H.-L. Guérin et L.-F. Delatour, 2 vol.

— 1758, La physique des arbres, Paris, H.-L. Guérin et L.-F. Delatour, 2 vol.

Furetière Antoine, 1708, Dictionnaire universel, contenant generalement tous les mots françois, tant vieux que modernes, & les termes de toutes les sciences et des arts […], édité par H. Basnage de Beauval, Rotterdam, R. Leers, 3 vol.

Garrigues Dominique, 2001, Jardins et jardiniers de Versailles au Grand Siècle, Seyssel, Champ Vallon.

Maroteaux Vincent, 2000, Versailles, le roi et son domaine, Paris-Versailles, Picard-Établissement public du musée et du domaine national de Versailles.

Miller Philip, 1785, Dictionnaire des jardiniers, trad. de l’anglais par M. de Chazelles, Paris, Guillot, 8 vol.

Newton William Ritchey, 2011, Versailles, côté jardins, Paris, Tallandier.

Nolin Pierre-Charles et Blavet Jean-Louis, 1755, Essai sur l’agriculture moderne, dans lequel il est traité des arbres, arbrisseaux, & sous-arbrisseaux de pleine-terre, dont on peut former des allées, bosquets, massifs, palissades & bordures dans un goût moderne. Ensemble des oignons de fleurs & autres plantes, tant vivaces qu’annuelles. Des arbres fruitiers, sur-tout ceux qui méritent la préférence dans les plans des potagers, Paris, impr. Prault.

Pecquet Antoine, 1753, Loix forestières de France, commentaire historique et raisonné sur l’ordonnance de 1669, les réglemens antérieurs, & ceux qui l’ont suivie, Paris, Prault père, 2 vol.

Rostaing Aurélia, 1994, André Le Nôtre et les jardins français du xviie siècle, mémoire de DEA pour l’obtention du diplôme d’archiviste-paléographe.

Santini Chiara, 2007, Il giardino di Versailles: natura, artificio, modello, Florence, Olschki.

Haut de page

Annexe

Sources manuscrites conservées aux Archives nationales :

Le dossier « Pépinières », cotes O2102 à O1 *2123 et, en particulier, les vingt commandes de regarnis :

1753 : O2103, liasse 1, no 68
1754 : O1 2103, liasse 1, no 119
1755 : O1 2103, liasse 4, no 26
1756 : O2104, liasse 1, no 68
1757 : O2104, liasse 2, no 117
1758 : O2104, liasse 3, fo 21
1759 : O2104, liasse 4, fo 58
1760 : O2105, liasse 1, fo 107
1761 : O2105, liasse 3, fo 19
1762 : O2105, liasse 4, fo 79
1763 : O2105, liasse 5, fo 118
1764 : O2106, liasse 1, fo 20
1765 : O2106, liasse 2, fo 92
1766 : O2106, liasse 3, fo 178
1767 : O2107, liasse 2, fo 173
1768 : O2107, liasse 5, fo 5
1769 : O2108, liasse 2, fo 85
1770 : O2108, liasse 3, fo 171
1771 : O2109, liasse 1, fo 248
1772 : O2109, liasse 6, fo 224

Haut de page

Notes

1 Voir la bibliographie en fin d’article.

2 Par exemple, dans la liste de 1754, on peut lire : « Deux cens arbustes […] de telles especes que l’on voudra, excepté le troisne, l’atheas et le jasmin jaune […] » (O1 2103, liasse 1, no 119).

3 D’après la définition du Trésor de la langue française.

4 Furetière 1708.

5 « Inventaire des pépinières royales de 1770 », O1 2109, liasse 4, fo 190.

6 « Regarnis de 1755 », O1 2103, liasse 4, no 26.

7 Par exemple, dans les regarnis de 1754 : « […] pour le regarny des pleins bois […] », O1 2103, liasse 1, no 119.

8 Le premier exemple cité (voir n. 6) est en fait une lettre accompagnant une liste de regarnis. La lettre annonce « l’état des plants que les pépinières du roy peuvent fournir pour les regarnis […] », et la liste correspondante est intitulée : « État des arbres […] pour les replantations des maisons royalles ». Dans le document coté O1 2104, liasse 1, no 47, le rédacteur précise que l’opération, qui concerne des arbres fruitiers, vise « les remplacemens des vieux et de ceux qui sont morts ».

9 O1 2103, liasse 1, no 68.

10 C’est un document que Marigny tient à avoir. En 1765, il rappelle à l’abbé Nolin, alors fraîchement arrivé au poste de contrôleur des Pépinières du roi, « l’usage constant » des pépinières d’envoyer chaque année, en octobre, un état des plants (O1 2106, liasse 2, fo 89). On trouve encore quelques-uns de ces documents dans le dossier « Pépinières » conservé aux Archives nationales.

11 C’est en tout cas ce que raconte l’un des successeurs de Nolin à la direction de la pépinière du Roule, le chevalier Louis-Marie Aubert Du Petit Thouars (1817, p. 106-107). À propos de la culture des « arbres précieux », il dit : « Le Roi se seroit peut-être borné à tirer un simple amusement de cette occupation, s’il n’eut été excité à répandre au loin les avantages qui pouvoient en résulter. Ce fut surtout par l’Abbé Nolin qu’il prit cette généreuse détermination. Cet Ecclésiastique, simple Chanoine à Saint-Marcel, cultivoit avec tant de soin un petit terrain, qu’il excita la curiosité de Madame de Pompadour : elle vint le visiter. M. Nolin s’empressa de lui offrir les productions les plus curieuses de son Jardin. Il est facile de juger qu’elle s’en fit honneur près de Sa Majesté ; par ce moyen l’Abbé Nolin fut connu du Monarque, et jouit près de lui d’une sorte de faveur ; il n’en profita que pour diriger le goût favori de son maître vers l’utilité publique. »

12 « Les Sieurs abbés Nolin et Blaves offrent pour les Jardins de Votre Majesté la collection des différents plants étrangers qu’ils ont cultivés dans la Pépinière de la Santé […] », O1 2102, liasse 4.

13 Nolin et Blavet 1755.

14 Ibid., p. 31, « Épine ».

15 La « piramide », ou cône, est en effet la forme de laquelle on peut tirer d’autres formes plus complexes, en dénudant certaines parties du tronc et en en laissant pousser d’autres, puis en les sculptant par la taille. Les topiaires montrant plusieurs plateaux superposés, par exemple, sont sans doute taillés d’après une forme de base pyramidale.

16 Nolin et Blavet 1755, p. 67-68, « Sécuridaca ».

17 Ibid., p. 80, « Bosquets de May ».

18 Poiriers : Pyrus communis L. ‘d’Angleterre’, ‘Bergamotte d’été’, ‘Besi de la Motte ‘, ‘Beurré’, ‘Beurré blanc’, ‘Beurré gris’, ‘Bési de Chaumontel’, ‘Bon chrétien d’été’, ‘Bon chrétien d’hiver’, ‘Colmar’, ‘Doyenné’, ‘Échassery’, ‘Épargne’, ‘Épine’, ‘Franc-Réal’, ‘Gros-Blanquet long’, ‘Gros-Rousselet’, ‘Martin sec’, ‘Messire Jean’, ‘Orange d’été’, ‘Orange musquée’, ‘Orotte’, ‘Rousselet de Reims’, ‘Royale d’hiver’, ‘Saint-Germain’, ‘Talillac’, ‘Verte longue’, ‘Virgouleuse’.

19 Pêchers : Prunus persica Batsch ‘Admirable’, ‘Avant-Pêche rouge’, ‘Bellegarde’, ‘Bourdine’, ‘Chancelier’, ‘Chevreuse’, ‘Galande’, ‘Grosse mignonne’, ‘Grosse violette’, ‘Jaune lisse’, ‘Madeleine’, ‘Mignonne’, ‘Pavie de Pomponne’, ‘Petite mignonne’, ‘Pourprée’, ‘Royale’, ‘Têton de Vénus’, ’Violette’, ‘Violette marbrée’. Brugnons : Prunus persica var. nucipersica C.K.Schneid. ‘Violet’.

20 Pommiers : Malus domestica Borkh. ‘Api’, ‘Calville blanc’, ‘Calville rouge’, ‘Calville rouge d’été’, ‘Chantine’, ‘Fenouillet gris’, ‘Poire-Pomme’, ‘Rambour d’été’, ‘Reinette d’Angleterre’, ‘Reinette franche’, ‘Reinette grise’, ‘Reinette rouge’.

21 Cerisiers : Prunus avium (L.) L. ‘Royale’, Prunus padus L.

22 Pruniers : Prunus domestica L. ‘Damas violet’, ‘Diaprée’, ‘Jeanne hâtive’, ‘Monsieur’, ‘Sainte-Catherine’, Prunus domestica L. n-subsp. italica (Borkh.) Hegi ‘Reine-Claude’. Mirabelle : Prunus x cerea (L.) Ehrh.

23 Abricotiers : Prunus armeniaca L. et variétés ‘Esperen’, ‘Angoumois’, ‘Gros rouge’, ‘De Nancy’, ‘De Hollande’, ‘De Provence’.

24 O1 2104, liasse 2, no 117.

25 Entre autres, en 1695, on commande les graines de « pisséas » qui garniront les rampes du bassin de Latone, le tour de l’Île royale et les bords de la pièce d’eau des Suisses auprès du conseiller d’État Boucher, intendant de la province de Dauphiné (O1 2102, liasse 1, cote 3, no 31).

26 O1 2103, liasse 5, marché de l’entrepreneur des pépinières de Versailles en 1755.

27 O1 2102, liasse 6, no 64.

28 O1 2103, liasse 5, billet de la main de Morlet.

29 O1 2104, liasse 1, no 2.

30 O1 2102, liasse 17, no 59.

31 O1 2104, liasse 3, fo 12.

32 O1 2108, liasse 1, notamment les documents 53 et 54.

33 O1 2108, liasse 1, fo 99.

34 O1 2108, liasse 3.

35 O1 2109, liasse 1.

36 O1 2109, liasse 1, fo 151.

37 O1 2109, liasse 1, fos 214 et 215.

38 O1 21101, fo 165.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Première page de la commande de regarnis de 1753. Paris, Archives nationales, O1 21031, no 68.
Crédits © Felice Olivesi
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11876/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Fig. 2 : Jacques-André Portail, Louis XV en vue des jardins de Trianon, vers 1750, dessin, gouache : 23 × 16,5 cm. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, MV6162.
Crédits © Château de Versailles
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11876/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 3 : Jacques Rigaud, La salle des Marronniers dans les jardins de Versailles, après 1730, gravure. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, invgravures_grosseuvre_150_pl 38.
Crédits © Château de Versailles
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11876/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Fig. 4 : École française, Les arbrisseaux ou ifs taillés de différents figures posés dans le parterre de la grande allée royale […], xviiie siècle, dessin, crayon noir et sanguine. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, Vms 71.
Crédits © Château de Versailles
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11876/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Fig. 5 : Anonyme, Nouveau Trianon planté par Louis XV, vers 1774, estampe : 43,2 × 30,3 cm. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, INV.GRAV 640.
Crédits © Château de Versailles
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11876/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 6 : La pépinière du Roule à Paris. Paris, Archives nationales, O1 2113B.
Crédits © Felice Olivesi
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11876/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Fig. 7 : Les premières pépinières de Versailles à la porte Saint-Antoine. Paris, Archives nationales, O1 2113B.
Crédits © Felice Olivesi
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11876/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Titre Fig. 8 : Les pépinières de Versailles en 1744. Paris, Archives nationales, O1 2113B.
Crédits © Felice Olivesi
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11876/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 680k
Titre Fig. 9 : Première lettre des jardiniers au directeur général des Bâtiments du roi, 1760. Paris, Archives nationales, O1 21054.
Crédits © Felice Olivesi
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11876/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Fig. 10 : Hubert Robert, Le Tapis vert au moment de l'abattage des arbres à l’hiver 1774-1775 dans les jardins de Versailles, huile sur toile : 1,24 m × 1,91 m. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, MV774.
Crédits © RMN (château de Versailles) / Daniel Arnaudet / Gérard Blot
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11876/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Felice Olivesi, « Les regarnis de Versailles et de Trianon à travers vingt commandes aux Pépinières du roi (1753-1772) », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne], Articles et études, mis en ligne le 19 novembre 2012, consulté le 22 juillet 2014. URL : http://crcv.revues.org/11876 ; DOI : 10.4000/crcv.11876

Haut de page

Auteur

Felice Olivesi

Felice Olivesi est attachée de recherche au Centre de recherche du château de Versailles et paysagiste dplg. Elle a participé au programme de recherche « Le végétal dans les grands jardins européens à l’époque moderne » et à l’élaboration de la base de données HORTUS.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org