Navigation – Plan du site

Marly, un bilan historiographique

Marly, historiographical appraisal
Vincent Maroteaux

Résumés

Sans doute en raison de sa destruction, l’histoire du château de Marly a été longtemps négligée ; les rares auteurs qui s’y sont intéressés l’ont trop souvent relue à travers le prisme déformant des Mémoires du duc de Saint-Simon. La période de l’entre-deux-guerres, sous l’impulsion notamment de la Société du Vieux Marly, a marqué un regain d’intérêt, mais qui s’est manifesté surtout sur le terrain. Il faut attendre les quarante dernières années pour que des historiens de l’art et de l’architecture consacrent au domaine des études approfondies, analysant notamment ses formes et ses sources ; sa place dans le système versaillais, son rôle de résidence royale et son devenir après la Révolution ont été également envisagés, sans épuiser un sujet où les questions restent nombreuses.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article fait partie des actes du colloque « Marly : architecture, usages et diffusion d’un modèle français » (31 mai, 1er et 2 juin 2012, château de Versailles) publiés sur le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles.

Texte intégral

Vincent Maroteaux : Introduction générale : Marly, un bilan historiographique

Enregistrement audio de la communication au colloque « Marly : architecture, usages et diffusion d’un modèle français », jeudi 31 mai 2012, Galerie basse du château de Versailles.

Crédits : © Vincent Maroteaux / 2012 / CRCV

On ne peut que se réjouir de voir aujourd’hui renoué le lien entre Versailles et Marly, et le fait que ce colloque se tienne ici, dans la galerie basse du château de Versailles, est évidemment un signe fort de cette réappropriation. Car, pendant longtemps, Marly a été un peu le parent pauvre des politiques publiques, mais aussi dans une large mesure de l’historiographie. Les choses évoluent heureusement et les dernières décennies témoignent d’un vrai regain d’intérêt pour la création disparue du Roi-Soleil.

Vers une redécouverte

  • 1 Guillaumot 1865.
  • 2 Jouin 1889.
  • 3 Dussieux 1885, t. II, p. 372-412.
  • 4 Soulié et al. [1885].
  • 5 Ibid., p. 45.

Le xixe siècle, qui débuta avec la destruction totale des bâtiments, fut sur ce point une période assez sombre. Si Auguste-Alexandre Guillaumot, sous le Second Empire, tenta de faire revivre par la gravure la résidence disparue1, si Henry Jouin intégra les projets dessinés par Le Brun pour les pavillons latéraux dans le volume qu’il consacra à ce peintre en 18892, les rares auteurs qui écrivirent sur Marly se bornèrent à paraphraser les mémorialistes et à reprendre les descriptions anciennes : ce fut le cas pour Louis Dussieux, qui y réserva un chapitre dans son livre sur le château de Versailles3, ou encore pour Eudore Soulié, dans le petit opuscule qu’il publia avec son gendre, Victorien Sardou, qui par ailleurs allait devenir le premier président des « Amis de Versailles4 ». La place donnée aux mémorialistes n’est du reste pas surprenante lorsque l’on se souvient que Soulié et Dussieux ont collaboré à l’édition de deux sources fleuves : le Journal de Dangeau et les Mémoires du duc de Luynes. Ces publications de sources auront d’ailleurs été la grande contribution du siècle. On remarque chez Soulié, sous l’influence de Saint-Simon et peut-être aussi de Michelet, le regard assez ambivalent porté sur Louis XIV et, à travers lui, sur la résidence disparue : « À Versailles, écrivait-il, on voyait le roi ; à Marly, l’homme se laissait voir, et il s’en fallait que, de l’avis même des contemporains, l’homme fût aussi grand que le roi5. »

  • 6 Nolhac 1901, p. 577-581.

Après Soulié, l’un de ses successeurs à Versailles, Pierre de Nolhac, s’intéressa au château de Marly, auquel il consacra en 1901 un petit article dans la Revue bleue. Pour la première fois, une chronologie du chantier fut ébauchée, appuyée sur la publication des comptes des Bâtiments du roi qui s’achevait alors. Mais les travaux ultérieurs de Nolhac, s’ils ont profondément renouvelé l’histoire de Versailles, ne lui ont pas fourni l’occasion d’approfondir cette approche6.

  • 7 Piton 1904.
  • 8 Verlet 1985, p. 42.
  • 9 Piton 1904, p. 74.

Le souvenir de Marly a aussi suscité l’intérêt d’historiens ou d’érudits locaux, mais l’histoire du château n’est chez eux qu’une composante parmi d’autres de l’histoire de la commune. Le premier exemple en est l’Histoire de Marly-le-Roi publiée en 1904 par Camille Piton7. Ce Marlychois d’origine, peintre de son état, a produit un ouvrage assez décousu, dans lequel l’architecture et les décors sont quasi absents ; il apporta néanmoins un certain nombre d’éléments sur l’histoire des lieux. Dans son livre sur Versailles, Pierre Verlet évoquera plus tard la « peine des hommes » qui avaient œuvré à sa construction8, c’est un aspect que Camille Piton faisait déjà ressortir pour Marly à partir des registres de la paroisse ; d’après ses comptes, vingt-deux décès seraient directement liés au chantier durant le deuxième semestre de 1679, ce qui témoigne de façon éloquente de l’extrême difficulté d’une entreprise comme celle-ci, avec les moyens dont on disposait alors9.

L’entre-deux-guerres marqua un tournant dans la perception du lieu, et Marly commençait alors à sortir de l’oubli. On le doit notamment à l’action d’une association locale, « Les Amis du Vieux Marly », créée en 1924 et devenue « Le Vieux Marly » en 1931, qui existe toujours. Depuis son rachat par Napoléon, l’emprise du château n’était plus considérée que comme une simple annexe de la forêt voisine, ce qui explique son rattachement à l’administration des Eaux et Forêts après 1871. Témoignant de ce changement de regard, l’étendue du petit parc est partiellement classée en 1928 et, quasi totalement, au titre des sites, en 1932 ; deux années plus tard, elle est affectée aux Beaux-Arts, et un programme de rénovation des jardins est engagé sous la direction de l’architecte Robert Danis, un chantier qui sera repris après guerre mais qui restera inachevé.

Au-delà des interventions sur le terrain, cette nouvelle impulsion s’est traduite par des publications plus nombreuses. En 1927, la Gazette illustrée des amateurs de jardins a consacré à Marly l’une de ses livraisons, sous la plume de Charles Mauricheau-Beaupré. Celui-ci y posait une question essentielle, celle des sources de Marly, tant le projet tranche profondément, et en de nombreux points, sur toutes les autres créations de la période. Original, il l’est d’abord par le plan centré adopté pour le château, un plan prisé par les théoriciens de la Renaissance mais très rarement utilisé en France ; original, il l’est ensuite par son insertion dans l’espace même des jardins et par les alignements de pavillons qui encadrent la composition ; original, il l’est enfin par le choix de la peinture à fresque pour le décor des façades, là encore un choix à peu près unique dans l’architecture française. Mais, sans entrer dans le détail, le futur conservateur de Versailles se bornait à suggérer quelques pistes possibles d’inspiration, celle des villas suburbaines d’Italie, celle aussi de l’Antiquité :

  • 10 Mauricheau-Beaupré 1927, p. 10.

Par le nombre et la qualité de ses marbres, ses jardins font penser aux villas des Césars, par sa situation et ses jeux d’eau à celles des princes italiens du xvie siècle. La maison est à l’italienne placée à flanc de coteau, de manière à varier les vues, d’un côté par la lente descente des terrasses et des parterres, de l’autre par une brusque remontée fort propre à recevoir l’un de ces théâtres d’eau qui outre-mont semblait indispensable à l’ornement des jardins10.

  • 11 Mabille, Benech et Castelluccio 1998.

Sur ce point toutefois, il est bon de se souvenir que le développement de chutes d’eau est totalement absent du premier projet d’aménagement. Pour la première fois, la revue proposait des reproductions d’un certain nombre de planches tirées des albums aquarellés conservés par les Archives nationales, qui constituent une de nos principales sources iconographiques sur Marly ; mais on dispose maintenant d’une publication beaucoup plus étoffée avec l’ouvrage paru en 1998 sous le titre Vues des jardins de Marly, un beau volume qui a été récemment réédité11.

  • 12 Josephson 1928, p. 27.
  • 13 Boyer 1935 et 1936.

La période qui suit voit sortir sur le sujet un nombre croissant d’articles, soit dans le cadre de la Revue de l’histoire de Versailles et de la Seine-et-Oise, soit après 1931 via le bulletin du Vieux Marly. Un article particulièrement important fut celui, en 1928, que Ragnar Josephson consacra au plan primitif de Marly : l’historien de l’art suédois y publiait un document qui renouvela profondément notre connaissance du projet d’origine, puisqu’on y découvrait que le roi avait prévu à l’origine non pas douze mais vingt-quatre pavillons semblables autour du château. Plus largement, il fit valoir l’intérêt des collections du Nationalmuseum de Stockholm pour l’histoire de cette résidence, comme d’ailleurs des autres chantiers de Louis XIV. Dans cet article, Josephson observait que Marly fut « le seul grand château [entièrement] projeté et réalisé pendant le règne du roi12 » ; ce n’est exact que si l’on exclut Clagny ou le Grand Trianon, mais il est vrai que c’est sans doute le seul cas où le Roi-Soleil soit parti d’un terrain totalement vierge, puisque partout ailleurs il s’est appuyé sur des éléments préexistants qui ont déterminé au moins l’implantation et les axes des nouvelles constructions. Toujours dans la Revue de l’histoire de Versailles, on peut encore citer deux articles de Ferdinand Boyer, publiés en 1935 et 1936, sur la dispersion du décor sculpté après la Révolution, ouvrant la voie à d’autres travaux qui viendraient retracer le devenir de cet exceptionnel patrimoine13.

  • 14 Magne 1934, p. 107, 161.
  • 15 Marie 1947.

La période a vu sortir aussi quelques ouvrages, le principal étant celui publié en 1934 par Émile Magne. Ce dernier était un historien de l’art et pourtant son livre, malgré un état des sources très fouillé, apparaît essentiellement comme une évocation assez anecdotique de l’installation royale à Marly. L’architecture et les décors n’y sont évoqués qu’incidemment et l’absence d’illustrations n’aide évidemment pas à leur compréhension. Un trait frappant de l’ouvrage est le jugement extrêmement négatif que son auteur porte sur Mansart, qui aurait pris l’ascendant sur Louis XIV « par une habileté sournoise, une soumission continue, une flatterie persévérante » et qui « excellait à s’attribuer le mérite de ses subalternes »14 ; c’était reprendre encore, sans apporter plus de preuves, des allégations formulées deux siècles plus tôt par Saint-Simon. D’un genre très différent, la publication de Jeanne et Alfred Marie, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, livrait une iconographie importante et souvent inédite ; le texte d’accompagnement, en revanche, se bornait à une introduction trop rapide et, pour cette raison sans doute, parfois approximative15.

Le développement des approches scientifiques

  • 16 Poisson 1963-1964.
  • 17 Weber 1975, p. 55-105.
  • 18 Rosasco 1986.
  • 19 Hartmann 1995.

En réalité, sans méconnaître l’intérêt d’autres publications intermédiaires, comme les articles publiés par Georges Poisson en 1963-1964 dans la revue suisse Versailles16, il faut attendre les années 1970 pour que les historiens d’art commencent vraiment à approfondir le sujet par une étude sérieuse de la documentation disponible, et force est de constater qu’il s’agit souvent de chercheurs étrangers : Gerold Weber, spécialiste des jardins, a publié en 1975 un article fondateur dans le Wiener Jahrbuch für Kunstgeschichte17, Betsy Rosasco a consacré sa thèse au décor sculpté de Marly sous Louis XIV et en a dressé un premier catalogue18, et Claudia Hartmann s’est livrée à une analyse approfondie de l’étonnante architecture de ce château éclaté19.

  • 20 Dennerlein 1981 ; Woodbridge 1986.

Ces travaux ont profondément renouvelé la connaissance et la perception que l’on pouvait avoir de Marly, en tant que réalisation architecturale. Ils ont tout d’abord permis d’asseoir sur des bases solides la complexe chronologie du projet, notamment pour les premières années, car rien ne serait plus faux, là comme pour les autres chantiers de Louis XIV, d’imaginer que le roi était parti avec une idée définitivement arrêtée de ce qu’il voulait faire et même de l’usage exact qu’il aurait de cette nouvelle résidence. Ils ont ensuite permis d’avancer sur la question des sources de Marly. Au-delà des références à l’Italie ou des réminiscences de l’Antiquité, Claudia Hartmann a proposé une piste nouvelle, celle des ermitages, qui a inspiré le sous-titre de son livre, « une chartreuse mythologique ». Une idée particulièrement intéressante a été de rechercher dans l’expérience propre de Louis XIV à Versailles la clé des solutions adoptées pour Marly. Weber avait noté que le motif de pavillons régulièrement répartis le long d’axes plantés avait été mis en œuvre à Versailles pour la création de la ville neuve, et il est en effet possible que l’expérience ait pu inspirer l’idée de ces alignements de pavillons que l’on retrouve à Marly, mais cette fois totalement intégrés à un environnement de verdure. Le choix de façades peintes a par ailleurs amené Claudia Hartmann à faire le rapprochement avec les architectures éphémères qui ont meublé la perspective du Grand Canal pour les fêtes données à Versailles en 1674 et 1676, un rapprochement particulièrement pertinent, puisque le premier essai de mise en peinture des pavillons de Marly, fin 1679, a été fait précisément par des artistes qui avaient participé à ces décors. Par ailleurs, grâce aux travaux de Gerold Weber et de Betsy Rosasco, ainsi qu’à ceux d’Ingrid Dennerlein ou de Kenneth Woodbridge sur le jardin français, on a pu mieux mesurer le rôle que Marly a joué dans l’évolution tant de l’art des jardins que de la sculpture de plein air20.

  • 21 Souchal 1977-1993 ; Souchal 1980 (sur Marly, p. 185-232).

Il serait cependant injuste de dire que les Français n’ont pas pris leur part dans cette redécouverte de Marly. Sur la sculpture, il convient de faire une place particulière aux travaux de François Souchal, en particulier à son catalogue des sculpteurs français et à son livre sur les frères Coustou, paru en 1980, dans lequel il soulignait déjà l’importance majeure des décors de Marly21. Il ne faut pas non plus oublier, bien sûr, le très important travail mené par Geneviève Bresc-Bautier dans le cadre de ses activités au département des Sculptures du Louvre, qui a consisté d’abord dans le recensement des œuvres subsistantes, puis dans leur regroupement, et l’occasion en a été fournie par l’aménagement de la cour Marly, dans le cadre du Grand Louvre. On peut évidemment regretter que ces œuvres ne soient pas revenues plutôt sur le lieu même de leur création – comme cela avait été envisagé avant guerre et même réalisé pour les deux chasseurs de Coustou. Cela étant, une mise à l’abri de ces sculptures, dont beaucoup étaient très abîmées, était incontournable et, sur ce point, il faut se réjouir de la politique engagée pour rapporter les œuvres principales sous forme de copies, même s’il reste sans doute beaucoup à faire pour améliorer leur mise en contexte.

  • 22 Castelluccio 1996.
  • 23 Thuillier et Montaigu 1963.
  • 24 Walton 1985.
  • 25 Châteaux de faïence 1993 ; De chasse et d’épée 1999.
  • 26 Voir notamment Bentz 1988.

Les travaux ne se sont pas limités aux sculptures. Le mobilier du château au xviiie siècle a donné lieu à une étude très précieuse et documentée de Stéphane Castelluccio, publiée en 199622. On peut y suivre, espace par espace, l’évolution des décors et de l’ameublement du Pavillon royal sur une période qui va bien au-delà du règne de Louis XVI, sur lequel il est centré. Aux travaux des chercheurs, il faut ajouter l’apport des expositions organisées par les musées ou les institutions culturelles : la grande exposition Le Brun de 1963 avait ainsi permis d’identifier les projets du peintre pour le Pavillon royal23 ; celle organisée en 1985 à l’Institut culturel suédois sur « Versailles à Stockholm » fut l’occasion de présenter un certain nombre de documents tirés des collections suédoises24. Le Musée-Promenade de Marly-le-Roi/Louveciennes, créé au début des années 1970, a de son côté contribué à une meilleure connaissance de Marly, grâce à des expositions souvent bien documentées, parmi lesquelles celle de 1993 sur les châteaux de faïence ou celle de 1999 sur le décor de l’appartement du Roi25. Pour la première, il a bénéficié du concours des archéologues ; reprenant des expérimentations lancées dès les années 1930, plusieurs campagnes de fouilles ont été menées par Bruno Bentz à partir de 1984, permettant de mettre au jour des restes plus importants qu’on ne pouvait l’imaginer des décors de faïence des bassins des Carpes, pourtant disparus tôt, ou de celui du pavillon des Bains26.

  • 27 Maroteaux 2000.
  • 28 Maroteaux 2002.
  • 29 Sur la destruction du château, on peut cependant citer Cuche 1934.

En ce qui me concerne, c’est par un biais différent que j’ai été amené à m’intéresser à Marly : celui du lien avec Versailles et avec le territoire. En effet, il n’y a pas seulement une communauté d’origine entre les deux chantiers, et ces châteaux sont bien, jusqu’à la Révolution, les deux têtes d’un seul et même ensemble, avec d’un côté ce qui était devenu la résidence officielle de la monarchie et de l’autre la résidence privée où n’était admise qu’une poignée de privilégiés. Le lien est d’abord institutionnel : dès l’acquisition de la terre de Marly en 1676, c’est l’intendant de Versailles, Bontemps, qui en assure la gestion et, quand le château est construit, c’est lui qui est chargé d’organiser les voyages de la Cour et de distribuer les logements. Pendant tout le xviiie siècle, les gouverneurs gardent le double titre de gouverneur et de capitaine des chasses de Versailles et Marly. Mais le lien est aussi physique, puisque les deux châteaux sont reliés après 1683 par un même parc, et la création après 1700 d’un nouveau parc de chasse autour de Marly, qui allait bientôt englober toute la forêt, ne fait pas disparaître ce lien consubstantiel. De ce fait, l’ermitage de Louis XIV occupait déjà une place importante dans ma thèse sur le domaine, qui a fait l’objet d’une édition en l’an 200027, avant la publication deux ans plus tard d’une monographie qui lui était spécialement consacrée28. Je me suis efforcé d’y intégrer l’acquis des recherches antérieures, mais aussi d’évoquer des aspects jusque-là assez négligés de l’histoire du domaine, en premier lieu sa place comme résidence de la Cour, jusqu’à la Révolution, son devenir ensuite dans la période qui a suivi la chute de la royauté29. L’ouvrage a eu la chance, et il faut en remercier l’éditeur, de pouvoir bénéficier d’une illustration abondante et de belle qualité.

Depuis lors, « Les Amis du musée de Marly » ont pris une initiative heureuse en créant en 2007 une revue baptisée Marly, art et patrimoine, dirigée par Bruno Bentz, qui s’est révélée un moyen utile pour relayer les travaux et les informations et dynamiser la recherche autour du domaine.

Des questions qui demeurent

Ainsi la connaissance de Marly a-t-elle bien progressé depuis cinquante ans, ce qui n’empêche qu’il reste un certain nombre de points d’ombre ou de discussion. C’est le cas notamment pour ce qui était l’une des grandes originalités de Marly : le décor peint des façades. De fait, aucun document ancien ne nous restitue de façon précise l’élévation avec les couleurs employées. C’est le cas même pour l’élévation de la façade nord du château qui figure dans les albums aquarellés des Archives nationales, où elle est représentée en grisaille, mais cela relève peut-être d’un choix volontaire, à une époque – à la fin du règne – où cette polychromie devait apparaître un peu dépassée. Il y a beaucoup d’inconnues aussi sur l’iconographie, puisqu’on est loin de disposer de relevés précis pour l’ensemble des façades.

  • 30 Zega et Dams 2002, p. 161-181.
  • 31 Hautecœur 1948, p. 566, 574.

Sur la polychromie de ces décors, Bernd Dams et Andrew Zega ont proposé en 2002 quelques restitutions dans leur ouvrage sur les palais du Roi-Soleil30 mais, curieusement, pour les pavillons latéraux, ils se sont appuyés sur les projets de Le Brun et non sur les élévations réalisées. Quant au Pavillon royal, la restitution est loin de lever toutes les incertitudes, le travail en cours au Musée-Promenade pour la réalisation d’une maquette virtuelle le montre bien. La publication s’inscrit par ailleurs dans un autre débat qui est celui des auteurs de Marly ; la place occupée par les décors peints les a en effet conduits à attribuer à Le Brun un rôle majeur dans la conception du projet. C’est à vrai dire une position un peu isolée, et il y a aujourd’hui, je crois, un relatif consensus pour reconnaître en Jules Hardouin-Mansart l’acteur principal du projet, sinon comme concepteur, au moins comme maître d’œuvre des pensées royales. Louis Hautecœur, dans son Histoire de l’architecture classique en France parue en 1948, avait sans doute tranché la question de façon trop lapidaire, en déclarant : « Le détail est l’œuvre de Le Brun ; l’ordonnance générale appartient à Mansart ». Un troisième nom est évoqué, celui de Le Nôtre, mais la part exacte que ce dernier a pu prendre dans le chantier reste discutée31.

  • 32 Gady 2010 (sur Marly, notice p. 261-268).
  • 33 Jestaz 2008, t. I, p. 182.
  • 34 Lire la communication de Claudia Hartmann sur le Bulletin du Centre de recherche du château de Vers (...)

En ce qui concerne Hardouin-Mansart, le tricentenaire de sa mort en 2008 a permis de mieux mesurer l’importance de son rôle : il faut citer la belle exposition présentée au musée Carnavalet sous la direction d’Alexandre Gady et le volume collectif édité dans son prolongement32. Il faut aussi citer l’ouvrage paru chez Picard, dans lequel Bertrand Jestaz fait la synthèse de ses travaux sur l’architecte. Cette publication attendue a enrichi le dossier tout en soulevant certaines questions. Sur le démarrage du chantier, l’auteur fait état de correspondances retrouvées à Chantilly qui laisseraient penser qu’en juin 1679 la localisation exacte du château faisait encore débat33. Dans la mesure où les travaux commençaient alors, je serais enclin à penser que la succession d’informations contradictoires reflète plutôt le secret qui a dû entourer le lancement. Bertrand Jestaz pose par ailleurs une question importante qui est celle du moment où intervient le choix des façades peintes. Le matériau adopté pour le revêtement des murs – la brique, la pierre étant réservée pour les éléments de structure et les parties ornementales – ne lui semble pas en effet un revêtement adapté pour y rapporter un décor à fresque, et il est vrai que cet appareillage disparaît pour les nouveaux pavillons élevés après 1684 au profit du moellon enduit. La polychromie pourrait-elle donc n’être qu’un enrichissement apporté en cours de travaux ? Cela semble un peu difficile à concilier avec ce que l’on sait de la chronologie du chantier, de même qu’il semble difficile d’imaginer que le roi ait pu songer à laisser des façades aussi dépourvues de tout décor. Mais je renvoie sur cette question de la genèse du château et des évolutions du projet d’origine à l’intervention de Claudia Hartmann34.

  • 35 Nickler 1963.
  • 36 Lire la communication de María Herrero Sanz sur le Bulletin du Centre de recherche du château de Ve (...)
  • 37 Lire la communication de Matthew Hirst sur le Bulletin du Centre de recherche du château de Versail (...)

Un autre point à approfondir est celui de l’influence de Marly, même si le sujet a déjà été approché, notamment par Pierre Nickler dans un article du Vieux Marly paru en 196335. À cet égard, je pense que l’après-midi de demain, avec des exposés sur plusieurs sites comme la Granja36, où sont intervenus de nombreux artistes français, ou Chatsworth37, pourra apporter d’utiles éclairages. Mais ces journées devraient être, plus largement, l’occasion de faire un état de la recherche sur Marly et d’ouvrir des perspectives pour les années à venir.

Haut de page

Bibliographie

Bentz Bruno, 1988, Le Pavillon des Bains du château de Marly, cat. exp. (Marly-le-Roi, Musée-Promenade de Marly-le-Roi/Louveciennes, du 15 oct. au 12 déc. 1988), Louveciennes, Musée-Promenade.

Boyer Ferdinand, 1935, « Le transfert des œuvres d’art de Marly et Versailles aux Tuileries et au Palais-Bourbon, 1796-1798 », Revue de l’histoire de Versailles, t. XXXVII, p. 250-259.

— 1936, « Les statues de Marly au Palais-Bourbon sous le Premier Empire », Revue de l’histoire de Versailles, t. XXXVIII, p. 165-168.

Castelluccio Stéphane, 1996, Le Château de Marly sous le règne de Louis XVI : étude du décor et de l’ameublement des appartements du Pavillon royal sous le règne de Louis XVI, Paris, Réunion des musées nationaux.

Châteaux de faïence : xive-xviiie siècle, 1993, cat. exp. (Marly-le-Roi, Musée-Promenade de Marly-le-Roi/Louveciennes, 9 oct.-12 déc. 1993), Marly-le-Roi, Musée-Promenade.

Cuche Roger, 1934, L’Agonie du château de Marly-le-Roi, Mostaganem, s. n.

De chasse et d’épée : le décor de l’appartement du Roi à Marly, 1683-1750, 1999, cat. exp. (Musée-Promenade de Marly-le-Roi/Louveciennes, 10 avr.-11 juil. 1999), Paris/Marly-le-Roi, L’Inventaire/Musée-Promenade.

Dennerlein Ingrid, 1981, Die Gartenkunst der Régence und des Rokoko in Frankreich, Worms, Wernersche Verlagsgesellschaft.

Dussieux Louis, 1885 [1881], Le Château de Versailles : histoire et description, Paris, L. Bernard.

Gady Alexandre (dir.), 2010, Jules Hardouin-Mansart, 1646-1708, Paris, Éd. de la Maison des sciences de l’homme.

Guillaumot Auguste-Alexandre, 1865, Château de Marly-le-Roi : construit en 1676, détruit en 1798, dessiné et gravé d’après les documents puisés à la Bibliothèque impériale et aux archives, Paris, A. Morel.

Hartmann Claudia, 1995, Das Schloss Marly : Eine mythologische Kartause. Form und Funktion der Retraite Ludwigs XIV., Worms, Wernersche Verlagsgesellschaft.

Hautecœur Louis, 1948, Histoire de l’architecture classique en France, t. II : Le Règne de Louis XIV, Paris, A. et J. Picard, vol. 2.

Jestaz Bertrand, 2008, Jules Hardouin-Mansart : vie et œuvre, Paris, Picard, 2 vol.

Josephson Ragnar, 1928, « Le plan primitif de Marly », Revue de l’histoire de Versailles, t. XXX, p. 27-46.

Jouin Henry, 1889, Charles Le Brun et les arts sous Louis XIV. Le Premier peintre : sa vie, son œuvre, ses écrits, ses contemporains, son influence, d’après le manuscrit de Nivelon et de nombreuses pièces historiques, Paris, H. Laurens.

Mabille Gérard, Benech Louis et Castelluccio Stéphane, 1998, Vues des jardins de Marly, Paris, A. de Gourcuff.

Magne Émile, 1934, Le Château de Marly d’après des documents inédits, Paris, Calmann-Lévy.

Marie Alfred et Marie Jeanne, 1947, Marly, [Paris], Éditions Tel.

Maroteaux Vincent, 2000, Versailles, le roi et son domaine, Paris, Picard.

— 2002, Marly, l’autre palais du Soleil, Genève, Vögele.

Mauricheau-Beaupré Charles, 1927, « Le château de Marly », Gazette illustrée des amateurs de jardins, 1926-1927.

Nickler Pierre, 1963, « Quand l’univers rêvait de Marly », Le Vieux Marly, t. II, no 6-7, p. 14-28.

Nolhac Pierre de, 1901, « La création de Marly », Revue bleue, no 19, 4e série, t. XV, p. 577-581.

Piton Camille, 1904, Histoire de Marly-le-Roi, Paris, L. Cerf.

Poisson Georges, 1963-1964, « Les satellites de Versailles : Marly », Versailles, 1963, no 18, p. 41-48 et 1964, nos 19-21.

Rosasco Betsy, 1986, The Sculptures of the Château of Marly during the Reign of Louis XIV, New York, Garland.

Souchal François, 1977-1993, French Sculptors of the 17th and 18th Centuries : The Reign of Louis XIV, Oxford/Londres, Cassirer/Faber and Faber, 4 vol.

— 1980, Les Frères Coustou : Nicolas (1658-1733), Guillaume (1677-1746) et l’évolution de la sculpture française, du dôme des Invalides aux chevaux de Marly, Paris, Éd. de Boccard.

Soulié Eudore et al., s. d. [1885], Le Château de Marly-le-Roy : plan d’ensemble et vue générale d’après Piganiol de La Force, l’abbé Choisy, Eudore Soulié, Fortoul et Victorien Sardou, Paris, Ducher.

Thuillier Jacques et Montaigu Jennifer, 1963, Charles Le Brun, 1619-1690, peintre et dessinateur, cat. exp. (Versailles, château de Versailles, juil.-oct. 1963), Paris, ministère d’État aux Affaires culturelles.

Verlet Pierre, 1985 [1961], Le Château de Versailles, Paris, Fayard.

Walton Guy, 1985, Versailles à Stockholm. Dessins du Nationalmuseum : peintures, meubles et arts décoratifs des collections suédoises et danoises, cat. exp. (Paris, Institut culturel suédois, sept.-oct. 1985), Stockholm, Nationalmuseum.

Weber Gerold, 1975, « Der Garten von Marly (1679-1715) », Wiener Jahrbuch für Kunstgeschichte, t. XXVIII, p. 55-105.

Woodbridge Kenneth, 1986, Princely Gardens : The Origins and Development of the French Formal Style, Londres, Thames and Hudson.

Zega Andrew et Dams Bernd H., 2002, Palaces of the Sun King. Versailles, Trianon, Marly : The Châteaux of Louis XIV, Londres, Laurence King.

Haut de page

Notes

1 Guillaumot 1865.

2 Jouin 1889.

3 Dussieux 1885, t. II, p. 372-412.

4 Soulié et al. [1885].

5 Ibid., p. 45.

6 Nolhac 1901, p. 577-581.

7 Piton 1904.

8 Verlet 1985, p. 42.

9 Piton 1904, p. 74.

10 Mauricheau-Beaupré 1927, p. 10.

11 Mabille, Benech et Castelluccio 1998.

12 Josephson 1928, p. 27.

13 Boyer 1935 et 1936.

14 Magne 1934, p. 107, 161.

15 Marie 1947.

16 Poisson 1963-1964.

17 Weber 1975, p. 55-105.

18 Rosasco 1986.

19 Hartmann 1995.

20 Dennerlein 1981 ; Woodbridge 1986.

21 Souchal 1977-1993 ; Souchal 1980 (sur Marly, p. 185-232).

22 Castelluccio 1996.

23 Thuillier et Montaigu 1963.

24 Walton 1985.

25 Châteaux de faïence 1993 ; De chasse et d’épée 1999.

26 Voir notamment Bentz 1988.

27 Maroteaux 2000.

28 Maroteaux 2002.

29 Sur la destruction du château, on peut cependant citer Cuche 1934.

30 Zega et Dams 2002, p. 161-181.

31 Hautecœur 1948, p. 566, 574.

32 Gady 2010 (sur Marly, notice p. 261-268).

33 Jestaz 2008, t. I, p. 182.

34 Lire la communication de Claudia Hartmann sur le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles, http://crcv.revues.org/12220.

35 Nickler 1963.

36 Lire la communication de María Herrero Sanz sur le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles, http://crcv.revues.org/11940.

37 Lire la communication de Matthew Hirst sur le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles, http://crcv.revues.org/11943.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Maroteaux, « Marly, un bilan historiographique », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 18 décembre 2013, consulté le 26 mars 2017. URL : http://crcv.revues.org/11897 ; DOI : 10.4000/crcv.11897

Haut de page

Auteur

Vincent Maroteaux

Conservateur général du patrimoine, directeur des archives départementales de Seine-Maritime. Archiviste-paléographe, il s’est particulièrement intéressé aux domaines et parcs de l’Ouest parisien à l’époque moderne ; sa thèse soutenue en 1984 a porté sur le domaine de Versailles. Outre une monographie éditée en 2002, il a publié différents articles sur Marly, dans la Revue de l’histoire de Versailles (« La Révolution au château de Marly », 1987), Versalia (« De Versailles à Marly, le plomb dans le décor des jardins », 2009), Marly, art et patrimoine (« De la forêt de Cruye au parc de Marly », 2007 ; « Le développement des jardins de Marly de 1679 à 1700 et le décor du jardin haut », 2010 ; « Il y a deux siècles, le rachat du domaine de Marly par Napoléon », 2011).

Haut de page

Droits d’auteur

© Vincent Maroteaux / 2012 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org