Navigation – Plan du site
Les jardins et les eaux

La machine de Marly : un spectacle technologique

The Machine of Marly: fates of a technological spectacle
Die Maschine von Marly: eine technologische Spektakel
Thomas Brandstetter
Traduction de Jean-Léon Muller

Résumés

La machine de Marly fonctionna durant plus de deux siècles. Pendant cette période, sa réception changea considérablement. L’histoire de cette évolution fait apparaître deux périodes distinctes. L’auteur nous montre d’abord comment la machine de Marly fut célébrée, à l’époque de sa construction, tel un monument du Roi-Soleil. Au xviie siècle, elle était en définitive davantage considérée comme une démonstration du pouvoir royal que comme une structure architecturale. Sa mise en scène à travers des odes, des guides d’architecture ou des récits de voyage ne visait pas sa fonction pratique mais bien sa valeur symbolique. On suit ensuite les modifications de sa réception au fil du xviiie siècle. Dans les écrits des physiocrates, la machine de Marly était désormais considérée comme un simple outil, susceptible d’être utilisé à d’autres fins. La critique qu’on lui adressait était celle de son usage : on la dénonçait comme servant uniquement le bon plaisir du roi et non le bien commun. L’auteur se propose ici de contribuer à l’écriture d’une histoire culturelle de cette machine, où les significations changeantes qui lui furent attribuées se retrouvent au centre de la réflexion.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article fait partie des actes du colloque « Marly : architecture, usages et diffusion d’un modèle français » (château de Versailles, 31 mai, 1er et 2 juin 2012) publiés sur le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles.

Texte intégral

Thomas Brandstetter : The Machine of Marly: Fates of a Technological Spectacle

Enregistrement audio de la communication au colloque « Marly : architecture, usages et diffusion d’un modèle français », jeudi 31 mai 2012, Galerie basse du château de Versailles.

Communication en anglais.

Crédits : Thomas Brandstetter / 2012 / CRCV

La machine de Marly fut le plus grand dispositif mécanique de son temps : 14 roues à aubes de 11 mètres de diamètre chacune y actionnaient pas moins de 260 pompes acheminant l’eau de la Seine jusqu’à une altitude de 160 mètres. À l’origine, son seul objet était de fournir l’eau nécessaire aux fontaines des châteaux de Versailles et de Marly ; par la suite, elle alimenta aussi en eau potable les villages avoisinants.

  • 1 L’ouvrage de référence reste celui de Barbet publié en 1907. Pour des résultats plus récents, on se (...)

Sa longévité – elle fonctionna de la fin du xviie siècle au premier tiers du xixe – en fait un objet privilégié pour étudier l’évolution de la perception des techniques. C’est la raison pour laquelle cette contribution abordera fort peu sa construction, laquelle a déjà fait l’objet de plusieurs recherches1, et se concentrera plutôt sur sa réception. La machine de Marly – telle est la thèse développée ici – ne fut pas seulement le théâtre d’expérimentation de techniques nouvelles et anciennes, mais aussi un lieu auquel furent attribuées des significations qui contribuèrent à définir le statut, la valeur et la fonction de tels dispositifs techniques. On verra qu’elle ne saurait être comprise comme l’objet d’une évolution technologique autonome mais bien davantage comme une partie intégrante de l’imaginaire politique, social et culturel de son époque.

  • 2 On trouvera un exposé détaillé de l’histoire mouvementée de cette machine dans la monographie de l’ (...)

Nous considérerons ici deux temps dans l’histoire de sa perception2. Le premier se rapporte à la mise en scène de la Machine au xviie siècle. Nous soutiendrons l’idée qu’il convient moins d’y voir un dispositif technique qu’une illustration de la puissance de Louis XIV. Sa mise en scène à travers les odes, les guides d’architecture et les récits de voyage visait non pas son utilité pratique mais sa valeur symbolique : elle apparaissait comme une représentation du pouvoir royal. Dans un second temps, nous nous pencherons sur la critique à laquelle elle fut de plus en plus soumise au fil du xviiie siècle. Ce faisant, sa perception même fut modifiée. C’est seulement à ce moment qu’elle fut considérée comme un simple outil susceptible d’être utilisé à d’autres fins. Dans les deux cas, on verra qu’à chaque époque la signification de la machine de Marly est seulement compréhensible si on la situe dans son contexte discursif. Ce furent bien les schémas de pensée, de perception et d’action sans cesse à l’œuvre qui firent d’elle un objet d’étonnement et de critique.

La technique comme apparat

  • 3 Piganiol de La Force 1715, vol. 2, p. 263.
  • 4 Le Rouge 1716, p. 367, voir aussi le Mercure galant, nov. 1686, 2e partie, p. 266 ; Du Perrier et T (...)

La machine de Marly n’a jamais été la simple solution technique d’un problème technique. Au xviie siècle, les dispositifs hydrauliques n’étaient en rien réductibles à des systèmes muets et invisibles. Ils étaient davantage considérés comme appartenant à l’art des jardins, au même titre que les statues, les fontaines et les haies taillées avec soin. Les machines faisaient partie du réseau de signes visibles assurant la représentation du pouvoir royal. Pour évaluer avec justesse la position de celle de Marly dans le contexte culturel de l’absolutisme, il est nécessaire de se référer aux descriptions qui ne se limitent pas aux seules informations techniques. Dans cette catégorie on trouve entre autres les poèmes panégyriques, les guides de jardins et les chorégraphies des fêtes royales. La Machine y est projetée avec emphase sur le devant de la scène et subit dans le même temps une métamorphose : comme objet de spectacle, elle n’est plus l’élément d’un ensemble de fonctions techniques mais un signe tangible du pouvoir royal. À plusieurs reprises, différents auteurs ont souligné qu’elle était « une grande idée de la magnificence du roi3 » et qu’elle n’avait pas son pareil sur Terre : « Cet incomparable ouvrage est appellé la Machine par excellence : en effet c’est la plus surprenante & la plus admirable qu’il y ait au monde4. » Le dispositif de Marly n’avait en fait rien d’un « artefact » technique au sens moderne du terme. Il était profondément enraciné dans les discours et les pratiques de l’absolutisme et on ne saurait comprendre son histoire sans considérer qu’il relevait des logiques épistémologiques, discursives et poétologiques l’ayant établi comme un média du pouvoir.

  • 5 Mercure galant, novembre 1686, 2e partie, p. 268. Choisy rapporte que, de toutes les choses remarqu (...)
  • 6 Ménestrier 1699, p. 81, médaille no 62.
  • 7 La formule monad of action and glory est due à Louis Marin, dont nous reprenons ici l’interprétatio (...)

Du vivant du Roi-Soleil, les visites officielles renforcèrent les liens entre le souverain et la Machine. Dans les années 1680, à l’occasion de la venue en France de l’ambassade du Siam, on conduisit ses membres à Marly afin de leur montrer la gigantesque installation hydraulique. Si l’on en croit le Mercure galant, les ambassadeurs demandèrent s’il s’agissait de l’œuvre d’un homme ou d’un démon, soulignant ainsi le caractère quasi surnaturel de l’appareil. Ce furent les ambassadeurs eux-mêmes qui donnèrent la réponse en déclarant : « Cét Ouvrage est dû à la grandeur du Roy5. » Le véritable instigateur de la Machine était donc le roi et non l’ouvrier « qui la croit toute de luy, parce qu’il y a travaillé ». Elle était entièrement redevable au souverain, à sa gloire qui attirait en France les artistes de tous pays, à sa généreuse promotion des arts et à l’honneur qu’il y avait à travailler pour lui. La construction de la machine de Marly était ainsi rangée au nombre des plus hauts faits du roi. On en voudra aussi pour preuve la confection d’une médaille commémorant sa construction avec pour inscription : « Victis hostibus vicit naturam » (Les ennemis vaincus, il vainquit la nature6). Pour la cour, les médailles constituaient un important média permettant de diffuser une conception bien précise de l’histoire. Grâce à ces pièces de métal, qui ne servaient pas de monnaie d’échange mais circulaient uniquement à titre de présents royaux, des événements étaient constitués en entités bien définies, en « monades de l’action et de la gloire ». Chacune d’elles renvoyait directement au souverain, ainsi établi comme leur seule condition de possibilité, leur unique agent et animateur7.

  • 8 À ce propos, voir Mayr 1989, p. 102-121.

Ainsi annexée à l’appareil de propagande du Roi-Soleil, la machine de Marly devint un objet de réflexion. Elle invitait le visiteur à méditer sur le pouvoir et la puissance du roi. La comparaison de l’État avec une machine était alors déjà habituelle. On faisait le plus souvent appel à l’image du mouvement d’horlogerie afin d’illustrer le premier principe de la théorie du pouvoir absolu : un ordre et un contrôle assurés par une seule et unique cause8. Les machines n’étaient donc pas seulement des technologies du pouvoir, mais aussi des modèles d’une certaine conception de l’autorité. Dans le contexte culturel marqué par l’absolutisme, elles étaient signifiantes à double titre : elles représentaient l’État tout en étant les instruments même de cette représentation. Autrement dit, l’infrastructure somptuaire de la représentation royale avait en elle-même un caractère représentatif : le seul fait que des appareils et des dispositifs aussi imposants aient pu être assemblés témoignait de la grandeur et du pouvoir du souverain.

  • 9 Marin 1988, p. 193.

Comme Louis Martin l’a montré, il existait deux manières de mettre ce pouvoir en scène. D’une part comme l’expression d’une sagesse infinie soumettant sa volonté absolue à la rationalité et donnant ainsi un sens et une direction à la toute-puissance du souverain, de l’autre comme la magie d’une imagination sans limites. La première conception correspondait au temps pris dans sa totalité, un temps où le corps politique du roi était le seul et unique sujet de l’histoire. La seconde obéissait à la logique d’un moment intense de splendeur et de gloire s’illustrant avant tout dans les fêtes de la cour9. Quant à la machine de Marly, elle jouait un rôle dans ces deux formes de mise en scène du pouvoir royal.

  • 10 À propos de la consommation liée au statut social, voir Elias 1983, p. 89 et 103 ; pour l’économie (...)
  • 11 Mercure galant, nov. 1686, 2e partie, p. 259 ; Du Perrier et Tricaud 1704, p. 101 ; Corneille 1708, (...)

Son caractère magique s’exprimait par l’intermédiaire d’une rhétorique antiéconomique. En soulignant à l’envi l’importance des sommes dépensées pour la Machine et pour les jeux d’eau, on suivait la logique de prodigalité caractéristique des spectacles de cour. Au xviie siècle, l’habitus de la noblesse se distinguait par une consommation d’affichage liée au statut social. Elle faisait si peu de cas de la rentabilité et de l’économie qu’à l’occasion des fêtes royales la dilapidation ostentatoire de richesses atteignait a fortiori des sommets. Au cours de ces séquences temporelles coupées du cycle habituel du travail et de la consommation par la surabondance des biens, la rapidité de leur utilisation et le caractère magique de leur renouvellement instantané, le roi apparaissait en initiateur et en dispensateur de la richesse. Il était le magicien qui, comme tel, n’avait pas à se préoccuper des proportions rationnelles et soutenables entre le but recherché et les moyens mobilisés pour l’atteindre10. Ainsi, on ne cessait de souligner les quantités colossales de matériaux utilisés pour la construction de l’appareil de Marly. On évoquait les « forêts entières » abattues pour l’occasion et l’on recensait avec précision les énormes masses de cuivre, de plomb et de fer qu’il avait fallu acheminer11. Au milieu du xviiie siècle, un visiteur constatait encore avec admiration :

  • 12 Sturm 1760, p. 109.

Celui qui calcule un tant soit peu les centaines de quintaux de métal nécessaires aux tuyaux des fontaines et aux robinets, les centaines de quintaux de cuivre, les milliers de quintaux de fer et les quantités de plomb qu’avait exigés la construction de cet ouvrage, de Marly à Versailles, ne peut qu’éprouver une profonde admiration pour la magnificence du roi12.

  • 13 Ozanam 1778, vol. 2, p. 112-113. Le coût élevé de ces eaux fut aussi souligné par Berkenmeyer 1729, (...)
  • 14 Lanzac de Laborie 1906, p. 42. Supprimée par la Révolution, cette pratique fut réintroduite de faço (...)
  • 15 Boutard, cité d’après Zrenner 1989, p. 24.
  • 16 À propos du roi figuré en alchimiste, voir aussi Marin 1988, p. 203.

Une anecdote illustre clairement la logique sur laquelle reposait cette antiéconomie. Lorsque le roi du Danemark visita la machine de Marly, il estima le coût de l’infrastructure et en arriva à la conclusion que l’eau jaillissant des fontaines et des cascades du parc royal revenait aussi cher que du vin13. L’image était empruntée aux traditions du carnaval. Tout comme les fêtes de la cour, ce dernier représentait un moment d’exception où, jusqu’au xviiie siècle, certaines villes françaises avaient coutume d’alimenter leurs fontaines en vin14. Tout comme pendant le carnaval, les spectacles de cour ne donnaient lieu à aucune production résultant d’un travail, mais uniquement à la distribution et à la consommation de biens. Cependant, à la différence des fêtes carnavalesques, le principe de la dilapidation servait ici à renforcer la hiérarchie, car il était attaché à la personne du roi. Dans notre anecdote, Louis XIV apparaissait, en tant qu’initiateur et dispensateur de la richesse, sous les traits d’un alchimiste procédant à la transmutation de l’eau en vin. On retrouve cette sémantique dans une ode qui évoque l’eau pompée par la Machine et se répandant dans les jardins tel « de l’argent liquide15 ». Le roi est ici figuré en alchimiste doté du pouvoir de créer de la richesse ex nihilo16. On ne cherche toutefois pas à dissimuler le caractère théâtral de l’exhibition. Les conditions nécessaires à cette mise en scène alchimique sont en effet révélées par l’exposé du coût attaché à la résolution de l’équation eau = vin. Seule l’importante somme d’argent dépensée pour la Machine rend donc cette transmutation imaginaire possible : le simulacre de la création de richesse n’est effectif qu’au prix de la mobilisation antérieure de cette même richesse. Ainsi, le spectacle illustre en substance la volonté du souverain de disposer à sa guise des ressources de l’État. Dans cette optique, la machine de Marly faisait figure de dispositif de représentation par excellence : elle avait pour seul but d’être aussi dispendieuse que possible, une tâche dont elle s’acquitta avec succès comme en témoignent les critiques de plus en plus appuyées dont elle fit l’objet au fil du xviiie siècle.

  • 17 Burke 1992, p. 22.

Mais la Machine avait aussi un rôle dans la mise en scène du caractère rationnel de la volonté royale. Cet aspect se retrouve en particulier dans les odes panégyriques dédiées à l’ouvrage, à la fin du xviie siècle. Ces poèmes faisaient partie de l’appareil de propagande mis en place par Colbert et servaient à façonner une image bien précise du monarque17. Ici aussi, la Machine faisait office d’outil de réflexion ayant pour objet de révéler la sagesse et le bon sens du roi.

  • 18 D’après une ode de Du Périer, traduite par Zrenner 1989, p. 22 (« Nur deinen Gesetzen will die Sein (...)
  • 19 Du Périer, cité d’après Zrenner 1989, p. 22 (« Nicht länger mehr ist sie dem Meergott zu eigen ; / (...)
  • 20 Bodin 1977 (1583).
  • 21 L’« Hercule de la France » est invoqué par Boutard 1698. Pour l’histoire de ce topos iconographique (...)
  • 22 Hautmont 1685, p. 9.
  • 23 Boutard 1698.
  • 24 Ibid.

Les odes célébraient d’abord la puissance du monarque qui lui permettait de dominer la nature elle-même. Charles du Périer glorifiait ainsi la sujétion de la Seine au roi : le fleuve cheminait désormais selon ses ordres et n’imprégnait la terre que là où ceux-ci la menaient18. La soumission de la nature à la volonté du souverain était un topos essentiel du langage formel de l’absolutisme. Elle constituait le principe directeur de l’aménagement des jardins, dont la régularité géométrique soulignait le contraste entre le désordre naturel dominant l’extérieur et l’ordre régnant à l’intérieur du domaine royal. Dans ces odes, la différence entre la course originelle du fleuve et son cours domestiqué par le roi était présentée comme une séquence temporelle. Ne relevant plus du Dieu de la mer et ayant pour toujours échappé à sa tyrannie, la rivière avait, selon Du Périer, trouvé un protecteur supérieur : elle s’inclinerait désormais devant le meilleur des princes19. Ici s’exprime une revendication de puissance : le pouvoir de décision de Louis XIV ne tolère aucune instance concurrente. Ce schéma répondait parfaitement à la théorie politique de l’absolutisme, telle qu’elle avait été clairement formulée par Jean Bodin, un siècle à peine auparavant. Conformément à cette théorie, le prince était le chef suprême de l’État. Lui seul avait le droit et l’autorité nécessaire pour édicter les lois. Auparavant, il jouait davantage le rôle du juge, lui-même soumis à des lois d’ordre religieux ou traditionnel. Désormais, il était le créateur doté d’une liberté de création quasi illimitée. Il n’avait donc plus à tenir compte du droit coutumier, car la légitimité de ce droit procédait uniquement de sa personne20. En conséquence, dans l’ode de François Boutard, le règne de Neptune sur les eaux était jugé illégitime et qualifié de « Tyrannis », tandis que la soumission de la Seine à l’autorité du monarque français était mise en scène comme un acte volontaire. Cette lecture fut encore renforcée par la dénomination d’« Hercule de France » attachée à la personne de Louis XIV. Ce qualificatif renvoyait non seulement aux travaux du héros antique qui, comme chacun sait, avait aussi détourné un fleuve, mais également à l’image de l’« Hercules Gallicus ». Ce dernier se distinguait moins par sa force physique que par l’habileté rhétorique qui, si l’on en croit la légende, lui avait permis de soumettre les tribus gauloises à son autorité21. La revendication de pouvoir de Louis XIV était ainsi figurée comme de nature discursive et ne reposant pas sur la force brutale. De plus, elle était aussi présentée comme fondée sur la raison. Le cours de la Seine, auparavant « errante & vagabonde22 », était désormais régulé et conforme à l’« ordre souverain23 ». Dans les odes, la Machine occupait la position de l’instrument rendant enfin possible la rationalisation du pouvoir : « par une énorme machine / Forcé de changer son cours24… »

Dans le même temps, par leur expression hyperbolique et leur recours à la prosopopée, les odes suggèrent un fonctionnement favorisant la fiction. De fait, le dispositif de Marly se révélait plus comme étant du domaine de la représentation, en l’occurrence la représentation de l’acte d’instauration d’un ordre rationnel. Elle se rapprochait en cela des autres machines faisant office de symboles au xviie siècle. C’est ainsi que l’horloge correspondait à l’ordre rationnel de l’État, tandis que l’automate illustrait le contrôle rationnel du corps et de ses affects. En tant qu’instruments, ils étaient en quelque sorte des « métasymboles » qui représentent non seulement quelque chose d’autre, mais aussi leur propre force de représentation. Leur devoir était de produire du sens et non des biens ou des valeurs matérielles. De ce point de vue, ils étaient comparables au souverain :

  • 25 Félibien, Description du château de Versailles (1696), cité d’après Apostolidès 1981, p. 134.

Une machine par ses mouvements surprend et charme les spectateurs, et surpasse les effets ordinaires de la nature. Ainsi Sa Majesté par ses vertus et ses actions héroïques étonne et ravit tous ceux qui en sont les témoins, et surpasse les forces naturelles et la portée ordinaire des hommes25.

  • 26 Pascal 1954, p. 1118.
  • 27 Voir Le Roy Ladurie 2001, p. 152 et suiv.

Les machines étaient bien ces « instruments qui frappent l’imagination » considérés par Pascal comme indispensables à l’acte de représentation26. Dans cette optique, ils étaient toutefois hautement ambivalents. Déjà chez Pascal, la description de la fonction des « instruments » – en l’occurrence les costumes et les insignes censés inspirer le respect et la considération envers les personnages officiels – servait une critique en règle de la représentation qui se révélait être l’outil d’une contrainte interne. Le système de pouvoir de Louis XIV pouvait aussi être considéré sous cet angle, celui d’un ensemble complexe de règlements et d’intrigues de cour qualifié de « machine » par Louis de Rouvroy duc de Saint-Simon27. Un terme associé à l’idée de la « machination », de la manipulation arbitraire et sans scrupules ayant pour seul but l’obtention d’un avantage personnel.

  • 28 Cassan, « L’arrivée de la Seine au château de Marly » (1699), repris par Le Roi 1860, p. 62-64 (ici (...)
  • 29 Cassan, cité d’après Le Roi 1860, p. 64.
  • 30 À l’époque circulaient déjà des libelles accusant Louis de tyrannie et condamnant son absence de sc (...)

Une ode dédiée à la machine de Marly illustre parfaitement cette ambivalence. L’auteur donne la parole à une nymphe qui observe la Machine avec crainte et cherche à y échapper. Mais l’appareil ne lui laisse aucune chance et les pompes la hissent jusqu’à l’aqueduc. L’opération est décrite comme des plus brutales : « […] cent pompes aspirantes / L’enlèvent de son lit à reprises fréquentes, / Et la livrent ensuite aux pistons refoulants, / Qui font pour l’enlever des efforts violents28. » La soumission volontaire au pouvoir rationnel du « meilleur des princes » cède ici la place à une violence à connotation sexuelle où le roi tient davantage du tyran que du souverain empreint de sagesse. Quand la nymphe se retrouve dans l’aqueduc, elle s’adresse indignée au constructeur de la Machine, Arnold de Ville : « Qui t’oblige, dit-elle, avec ton art maudit, / À venir malgré moi m’enlever de mon lit29 ? » La nymphe contrainte pose la question de la légitimité de l’exercice du pouvoir. En qualifiant d’« art maudit » la Machine, instrument de la soumission, l’auteur la relie à l’exercice cynique et sans scrupules du pouvoir, déjà associé au xviie siècle aux disciples de Machiavel et aux tenants de la raison d’État30.

Mais, dans le contexte de la représentation de l’absolutisme, qu’elle soit mise en scène tel l’organe d’un gouvernement rationnel ou comme l’instrument cruel du despotisme, la machine de Marly demeurait, par son image, un outil de pouvoir. De fait, c’était non pas par ce qu’elle faisait, mais bien par ce qu’elle donnait à voir et à comprendre, qu’elle demeurait un agent du pouvoir de l’État.

Une Machine critiquée

  • 31 Bélidor 1737-1770, t. II, p. 195.

Au cours du xviiie siècle, la perception de la machine de Marly changea. Au début du siècle, elle était déjà devenue un monument, une sorte de lieu de mémoire renvoyant à l’époque glorieuse du Roi-Soleil. Les descriptions topographiques des premières décennies du xviiie siècle contribuèrent autant à cette évolution que les innombrables voyageurs qui la visitèrent. Même les auteurs plus préoccupés de détails techniques trouvèrent dans cette interprétation des raisons de ne pas verser dans une critique trop radicale. C’est ainsi que la description de référence, publiée en 1739 par Bernard Forest de Bélidor, dans le deuxième tome de son Architecture hydraulique, souligne le caractère singulier de l’installation. D’après l’auteur, elle compte parmi les « ouvrages rares », produits de la « magnificence de Louis le Grand31 ». En situant l’histoire de sa construction dans la continuité du topos classique de la soumission héroïque de la nature par le souverain et en louant le génie mécanique de son constructeur, Bélidor la situe en dehors des catégories habituelles auxquelles appartiennent les dispositifs décrits dans son ouvrage. Il souligne aussi qu’en raison de l’énormité de son coût, la machine de Marly ne saurait servir de modèle pour d’autres systèmes hydrauliques. Il considère néanmoins que sa description se justifie. Celle-ci permet, d’une part, de mieux lui rendre justice qu’auparavant et, d’autre part, de distinguer plusieurs éléments qui pourront être ailleurs d’une grande utilité.

  • 32 Holbach 1994, p. 473. Sur cette thématique en général, voir Johnson 1978, p. 298-304.
  • 33 Ainsi Paul-Henri Thiry d’Holbach déplora-t-il la mobilisation de 30 000 hommes pour la construction (...)

Le caractère monumental, qui renvoyait directement au souvenir de Louis XIV, resta attaché à la Machine tout au long du xviiie siècle. Mais cette relation pouvait aussi devenir préjudiciable. Peu de temps avant la mort du souverain, la situation catastrophique des finances du royaume avait déjà conduit à une critique de son mode de gouvernement. Les immenses dépenses occasionnées par ses campagnes militaires et ses programmes de construction furent considérées comme la preuve de sa propension à faire passer sa gloire et son orgueil avant le bonheur de ses sujets. Jusqu’à la Révolution, le thème de la gloire d’un petit nombre acquise au prix des efforts de tous ne cessa d’être associé aux fastueuses constructions du souverain. Cette argumentation s’appuyait sur la conception traditionnelle du roi, considéré comme un père dont le devoir moral était de veiller au bien-être de ses sujets : « Il est bien plus important que tout un peuple ait du pain, qu’il n’est essentiel qu’un Monarque ait des Palais, des tableaux, des statues32. » Les édifices à fonction exclusivement représentative tout comme l’alimentation en eau du parc de Versailles devinrent dès lors des exemples du comportement inadéquat et immoral du souverain. Les techniques et les arts mis au service du luxe devenaient en soit moralement condamnables et n’avaient en aucun cas leur place dans un État vertueux33.

  • 34 Éphémérides du citoyen, 8 (1769), p. 229.

Ce discours connut cependant une inflexion dans les écrits des physiocrates. Certes, les techniques somptuaires mises en œuvre par Louis XIV pour distribuer l’eau y faisaient toujours figure d’exemple négatif. La machine de Marly était considérée comme le symptôme d’une politique rejetée avec véhémence, car fondée sur des principes absurdes. Comme d’autres dispositions du règne du Roi-Soleil, elle résultait d’un pouvoir arbitraire dont les actes étaient en contradiction avec les lois naturelles de l’ordre économique. Habitée par l’« esprit de cette magnificence qui ne calcule point », la Machine servait exclusivement la représentation du souverain et contrevenait tout autant au bien commun que le château de Versailles ou la Compagnie des Indes fondée par Colbert34. Le discours des physiocrates ne se cantonnait toutefois pas à cette argumentation morale. Au lieu de voir la Machine seulement comme un symptôme, on commença à considérer sa réalité factuelle d’objet technique et politique. En conséquence, on ne la jugea plus condamnable en soi et l’on rejeta uniquement son utilisation inappropriée :

  • 35 Mirabeau 1759, p. 260.

Quelle différence cependant de l’honneur qu’eût fait au Prince & à la Nation la prodigieuse dépense faite à la machine de Marly, si les eaux, qu’éleve cette machine, au lieu d’aller se perdre dans les vastes déserts de Versailles, étoient destinées à descendre en fleuve dans les rues de Paris, & y former des fontaines35 [...] ! »

Cette brève réflexion de Victor Riqueti de Mirabeau mérite un examen plus attentif. Elle illustre en effet le glissement du discours par lequel, désormais, l’artefact technique de la machine de Marly s’appréciait avant tout comme objet et outil d’une action politique. En opposant deux options qui s’excluaient mutuellement – l’alimentation des jeux d’eau royaux et l’approvisionnement en eau potable de la ville de Paris –, Mirabeau partait du principe que la Machine était un élément neutre, susceptible d’être utilisé à différentes fins. On retrouve une argumentation comparable chez Nicolas Badeau quand il évoque les hautes terres chinoises irriguées par des dispositifs semblables à celui de Marly :

  • 36 Baudeau 1910, p. 29 (la 1re édition parut en 1767).

[…] le simple Laboureur a pour féconder son champ, des machines telles qu’on a regardé comme un très grand luxe dans un des plus puissants et des plus fastueux Souverains de ce siècle, d’en avoir fait construire une seule à-peu-près de ce genre pour le service & et la décoration d’un des plus beaux palais de l’Europe36.

  • 37 Mercier 1772, p. 249.

Conformément à cette logique, il n’était plus du devoir de la politique d’interdire des arts considérés comme peu vertueux. Il convenait au contraire de promouvoir la productivité naturelle des sciences et de l’artisanat afin que ceux-ci contribuent au bien de l’État et de sa population. Ce fut aussi de ce point de vue que Louis-Sébastien Mercier critiqua la Machine, considérant qu’elle ne méritait pas notre admiration pour la seule raison qu’elle avait été construite « pour un faste inutile ». Toutefois, si on l’utilisait tel un simple moulin afin de faire « tourner un petit ruisseau pour moudre le pain de plusieurs villages », elle pourrait prétendre à une vraie grandeur37.

  • 38 À ce sujet, voir entre autres Ives 2003 ; Miller 2000. Pour un exposé détaillé du mouvement physioc (...)
  • 39 La formulation est empruntée à Michel Foucault (2004, p. 57-81). Dans ses cours au Collège de Franc (...)
  • 40 À propos de la division physiocratique de la société en classe productive, classe des propriétaires (...)

On voit ici comment l’application d’une logique instrumentale à un artefact culturel ne fut possible qu’à partir du moment où l’on commença à s’affranchir de la théorie classique de la représentation. Dès lors, la machine de Marly n’était plus un emblème de la souveraineté. Elle dépendait d’un ensemble d’éléments hétérogènes mais appartenant tous à une même communauté définie par l’État. Elle participait ainsi d’un nouveau champ du savoir qui, sous le nom d’« économie politique », commençait à gagner en cohérence discursive au milieu du xviiie siècle38. Ce savoir se voulait politique, autrement dit prétendait faire valoir des règles et des techniques auxquelles il fallait se conformer pour gouverner. La machine de Marly n’était donc plus un modèle d’organisation de l’État mais un instrument de gouvernement qui, bien utilisé, pouvait contribuer à accroître les rendements agricoles ou la production artisanale. Elle passait ainsi du domaine du discours juridique et moral à celui de la régulation. Alors que le premier se caractérisait par l’élaboration de modèles optimaux à adopter par les hommes et les choses, le second avait pour norme la réalité elle-même39. Hommes et choses étaient à présent l’objet d’un gouvernement dont l’action ne visait pas à imposer interdits et directives, mais s’efforçait de laisser libre cours aux lois de la nature. Ainsi la Machine n’avait-elle plus pour objectif sa perfection immanente. Il lui fallait plutôt remplir une fonction au sein d’un ordre social où les ordres hiérarchisés avaient cédé la place à un système fonctionnel de classes se définissant par leur position dans le cycle de production des richesses40. Puisque la machine de Marly faisait désormais partie d’un vaste ensemble d’instances de production et de distribution, c’est seulement dans ce nouveau contexte qu’il devenait possible d’évaluer de façon adéquate ses avantages et ses inconvénients.

  • 41 À propos du concept de « réforme absolue », voir Hilaire-Pérez 1994, vol. 1, p. 111-112.
  • 42 Dans Marivetz 1786.

Dans le cadre d’un tel réseau de relations fonctionnelles, la modification d’un élément ne pouvait rester sans conséquences sur les autres, si bien que les propositions pour l’amélioration ou le remplacement de la Machine eurent souvent tendance à prendre la forme de « réformes absolues41 ». Celles-ci ne se limitaient pas à modifier les procédés techniques du dispositif mais visaient à transformer jusqu’à son contexte pour permettre à la Machine de contribuer, par ses effets, au bien de tous. Le projet d’Étienne-Claude de Marivetz en était l’évidente illustration. Publié en 1786, son Mémoire sur le programme proposé relativement à la machine de Marly ne se distinguait guère par sa condamnation du dispositif et sa demande corollaire de démontage42. L’auteur y suivait le schéma critique habituel en relevant les frottements excessifs et en déplorant les dommages occasionnés par des réparations inadaptées ou de prétendus travaux d’amélioration. Il se révélait en revanche plus novateur avec sa proposition alternative qui analysait de façon implicite la machine de Marly comme un lieu ou un site fonctionnel au sein d’un système de techniques de gouvernement. Marivetz partait du principe que la Machine était constituée de deux éléments : d’une part une nécessité, servir Versailles et Marly, autrement dit alimenter en eau les deux châteaux, d’autre part une potentialité, à savoir la force développée par le fleuve.

  • 43 Voir Brandstetter 2008, p. 108-117.

La nouveauté de sa démarche tenait dans la stricte séparation des deux éléments suivie de leur inclusion dans deux séquences d’événements distincts et totalement indépendants. Les analyses de la mécanique théorique avaient certes déjà établi la correspondance entre la force motrice du fleuve et le rendement attendu d’un appareil donné. Mais la Machine y était toujours considérée comme une structure fermée et autocentrée n’ayant aucun objectif extérieur à atteindre. On partait ainsi du principe que la force mise à disposition par le fleuve devait servir à pomper l’eau. Marivetz s’affranchit de cette image immanente de la machine de Marly, où l’unité entre la force motrice et ses effets était prescrite par l’architecture du dispositif, et sépara ces deux éléments formels de l’analyse mécanique pour les insérer dans deux récits autonomes. Le premier peut être qualifié de « récit de l’alimentation en eau ». Marivetz proposait en effet de construire une machine à vapeur Périer afin d’assurer l’acheminement de l’eau nécessaire aux châteaux de Versailles et de Marly. Ce faisant, il intervenait dans le débat d’actualité sur les avantages et les inconvénients de la vapeur, alors lié à la question de l’approvisionnement en eau de Paris. Parmi les éléments de cette séquence discursive, on retrouvait les questions d’hygiène et de coût du combustible, mais aussi celle de la copie illicite de l’invention de James Watt par les frères Périer43. Le second récit pourrait porter le nom d’« histoire du grain ». Marivetz projetait en effet d’utiliser la force du fleuve, libérée par le démontage de l’ancienne Machine, pour actionner des moulins à grain. Le blé nécessaire à la capitale pouvait aisément être acheminé sur le fleuve et transformé en farine à Marly. Les nouveaux moulins viendraient ainsi s’ajouter à un ensemble d’instances et de dispositifs techniques ayant pour objectif d’assurer le ravitaillement de la population.

  • 44 Foucault 2004, p. 37-42 ; on retrouve le concept d’« histoire du grain » p. 38. À propos de l’intér (...)

Cette proposition était dans la droite ligne de la pensée des physiocrates qui s’opposaient à la politique traditionnelle visant, par des interdits et des barrières, à maintenir le prix du blé artificiellement bas. Pour eux, la question de la subsistance ne pouvait être résolue sur le terrain du marché, qu’ils souhaitaient libéraliser, mais sur celui, bien plus complexe, des processus auxquels était soumis le grain, de sa culture à sa consommation. Parmi ceux-ci se trouvaient la production agricole mais aussi la distribution rapide du grain, son introduction sur le marché et le comportement des consommateurs. Dans cette logique, le processus de transformation était un élément des plus importants, raison pour laquelle les physiocrates accordaient une attention particulière aux techniques de minoterie44.

Les 28 nouveaux moulins que Marivetz voulait construire à Marly s’inscrivaient donc dans la continuité du discours des physiocrates. Le dispositif avait pour objectif sinon de résoudre, du moins d’atténuer considérablement le problème particulièrement épineux de l’approvisionnement de Paris en pain. Ainsi, l’architecture monumentale de la machine de Marly devait disparaître et il deviendrait plus judicieux de parler des machines de Marly, éléments d’un cycle de production impliquant toute la société. Intégrées à un réseau de techniques de gouvernement, ces machines pouvaient légitimement prétendre au statut de dispositifs d’utilité publique au profit d’une communauté éclairée. Et si elles le pouvaient, c’était bien parce qu’elles fonctionnaient pour le bien du plus grand nombre et non parce qu’elles représentaient la gloire d’un seul homme.

  • 45 Brandstetter 2008, p. 119-146.

Si le plan de Marivetz ne vit jamais le jour, sa stratégie discursive ouvrit la voie à une réévaluation de la machine de Marly qui, à la faveur d’un concours de l’Académie des sciences, aboutit en 1784 et 1786 à une multitude de projets45. La critique de la Machine, telle que pratiquée dans les traités des physiocrates, inaugura donc la dernière phase de son histoire, une phase où sa signification changea progressivement : du monument à la gloire du Roi-Soleil à celle d’un appareil dispendieux et finalement inefficace.

Les deux temps de la perception de la machine de Marly montrent à quel point elle fut surdéterminée. Non seulement sa représentation était conditionnée par des savoirs, des mises en scène et des pratiques hétérogènes, mais elle faisait aussi sens en elle-même et servait de métaphore ou d’exemple dans les discours les plus divers. Au fil de son histoire, elle remplit des fonctions changeantes et joua différents rôles. Elle fut le théâtre de démonstrations de la puissance politique, servit d’illustration à la supériorité du souverain mais aussi à sa prodigalité. Elle se retrouva dans des écrits critiquant le gouvernement royal, fit l’objet de tentatives d’amélioration et servit de banc d’essai pour des procédés et des mécanismes nouveaux. Ce serait un euphémisme de dire que toutes ces interventions la
changèrent. Les discours et les pratiques dans lesquels elle baignait la constituèrent à proprement parler tel un objet aux dimensions multiples, la technique n’étant que l’une d’entre elles. Il reviendra à une histoire culturelle des techniques de relever le défi de son étude en accordant autant d’attention aux processus signifiants qu’aux plans et aux sources archéologiques. C’est seulement à ce prix qu’on pourra rendre justice à la complexité de cette si étonnante construction.

Haut de page

Bibliographie

Apostolidès Jean-Marie, 1981, Le Roi-Machine : spectacle et politique au temps de Louis XIV, Paris, Éd. de Minuit.

Barbet Louis-Alexandre, 1907, Les Grandes Eaux de Versailles : installations mécaniques et étangs artificiels, description des fontaines et de leurs origines, Paris, H. Dunod et E. Pinat.

Baudeau Nicolas, 1910, Première introduction à la philosophie économique, ou Analyse des États policés, Paris, P. Geuthner.

Bélidor Bernard Forest de, 1737-1770, Architecture hydraulique, ou l’Art de conduire, d’élever et de ménager les eaux pour les différens besoins de la vie, Paris, Ch.-A. Jombert, 4 vol.

Berkenmeyer Paul Ludolph, 1729, Le curieux antiquaire, ou Recueil géographique et historique des choses les plus remarquables qu’on trouve dans les quatre parties de l’univers, Leyde, Pieter Van der Aa, t. I.

Bodin Jean, 1977 (1583), Les six livres de la République, Aalen, Scientia.

Boutard François, 1697, Ode latine sur Marly, traduite en françois, Paris, T. Muguet.

— 1698, Ode latine et françoise, sur la riviere de Marly, Paris, T. Muguet.

Brandstetter Thomas, 2008, Kräfte messen: die Maschine von Marly und die Kultur der Technik, Berlin, Kadmos.

Burke Peter, 1992, The Fabrication of Louis XIV, New Haven / Londres, Yale University Press.

Choisy François-Timoléon de, 1747, Mémoires pour servir à l’histoire de Louis XIV, Utrecht, Van de Water.

Corneille Thomas, 1708, Dictionnaire universel, géographique et historique, Paris, J.-B. Coignard, t. II.

Du Perrier Jérôme et Tricaud abbé Anthelme, 1704, Pièces fugitives d’histoire et de littérature anciennes et modernes, Paris, J. Cot.

Elias Norbert, 1983, Die höfische Gesellschaft, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp.

Fer Nicolas de, 1705, L’atlas curieux, ou Le monde représenté dans des cartes générales et particulières du ciel et de la terre, Paris, N. de Fer.

Foucault Michel, 2004, Sécurité, territoire, population : cours au Collège de France (1977-1978), Paris, Gallimard.

Hautmont Bernard-Paul de, 1685, Poëme heroïque, Paris, Jouvenel.

Hilaire-Pérez Liliane, 1994, Inventions et inventeurs en France et en Angleterre au xviiie siècle, thèse de doctorat, université Paris I-Sorbonne.

Holbach, Paul-Henri Thiry, baron d’, 1994, Système social, ou Principes naturels de la morale et de la politique, Paris, Fayard.

Ives Robin J., 2003, « Political Publicity and Political Economy in Eighteenth-Century France », French History, no 17, p. 1-18.

Johnson N. R., 1978, Louis XIV and the Age of Enlightenment: The Myth of the Sun King from 1715 to 1789, Oxford, The Voltaire Foundation.

Kaplan Steven L., 1984, Provisioning Paris. Merchants and Millers in the Grain and Flour Trade during the Eighteenth-Century, Ithaca / Londres, Cornell University Press.

La Jonchère Étienne de, 1718, Nouvelle methode de fortifier les plus grandes villes, et avec peu de dépense les rendre incomparablement plus fortes que par aucune des methodes pratiquées jusqu’à présent : suivie de dissertations sur la machine de Marly, sur les pompes du pont Nôtre-Dame & de la Samaritaine, avec des remarques très curieuses sur l’hydraulique, la mechanique, & la fortification, Paris, F. Delaulne.

Lanzac de Laborie Léon de, 1906, Paris sous Napoléon, t. III : La cour et la ville, la ville et la mort, Paris, Plon.

Le Roi Joseph-Adrien, 1860, Ancienne machine de Marly, ou de Ville et Rennequin, Versailles, A. Montalayt.

Le Rouge Georges-Louis, 1716, Les curiositez de Paris, de Versailles, de Marly, de Vincennes, de S. Cloud, et des environs, Paris, Saugrain.

Le Roy Ladurie Emmanuel, 2001, Saint-Simon and the Court of Louis XIV, Chicago / Londres, University of Chicago Press.

Le Sage Alain-René, 1798, Gil Blas corrigé, ou Histoire de Gil Blas de Santillane, par M. Le Sage, dont on a retranché les expressions & passages contraires à la décence, à la religion, & aux mœurs, & à laquelle on a ajouté un Recueil de traits brillans des plus célèbres poëtes françois, par J. N. Osmond, Londres, Lackington, Allen & Comp, t. IV.

Malmedie Jean-Baptiste, 1735, Disquisitio physico-medica de natura aquae, et quaenam sit saluberrima, [Liège], J. P. Gramme.

Marin Louis, 1988, Portrait of the King, Minneapolis, University of Minnesota Press.

Marivetz Étienne-Claude de, 1786, Observation sur quelques objets d’utilité publique, pour servir de prospectus à la seconde partie de la Physique du monde, ou à la Carte hydrographique de la France, & au Traité général de la navigation intérieure de ce royaume, Paris, Visse.

Mayr Otto, 1989, Authority, Liberty & Automatic Machinery in Early Modern Europe, Baltimore / Londres, Johns Hopkins University Press.

Ménestrier Claude-François, 1699, Histoire du regne de Louis le Grand par les medailles, emblemes, devises, jettons, inscriptions, armoiries, & autres monumens publics, Paris, R. Pepie et J.-B. Nolin.

Mercier Louis-Sébastien, 1772, L’an deux mille quatre cent quarante : rêve s’il en fût jamais, Londres, s. n.

Miller Judith A., 2000, « Economic Ideologies, 1750–1800: The Creation of the Modern Political Economy ? », French Historical Studies, no 23, p. 497-511.

Mirabeau, Victor Riqueti, marquis de, 1759, L’ami des hommes, ou Traité de la population, 1re partie, [s. l.].

Ozanam Jacques, 1778, Récréations mathématiques et physiques, qui contiennent les problèmes & les questions les plus remarquables, & les plus propres à piquer la curiosité, tant des mathématiques que de la physique, Paris, C. A. Jombert.

Pascal Blaise, 1954, Œuvres complètes, Paris, Gallimard.

Piganiol de La Force Jean-Aymar, 1715, Description des chasteaux et parcs de Versailles, de Trianon et de Marly, Amsterdam, D. Mortier.

Quesnay François, 1991, Physiocratie : droit naturel, tableau économique et autres textes, Paris, Flammarion.

Sturm Leonhard Christoph, 1760, Vollständige Anweisung, grosser Herren Palläste starck, bequem, nach den Reguln der antiquen Architectur untadelich, und nach dem heutigen Gusto schön und prächtig anzugeben, Augsbourg, J. Wolff.

Switzer Stephen, 1729, An Introduction to a General System of Hydrostaticks and Hydraulicks, Philosophical and Practical, Londres, T. Astlery, S. Austen & L. Gilliver.

Vivanti Corrado, 1967, « Henry IV, the Gallic Hercules », Journal of the Warburg and Coutauld Institutes, no 30, p. 176-197.

Weidler Johann Friedrich, 1733, Tractatus de machinis hydraulicis toto terrarum orbe maximis Marlyensi et Londinensi et aliis rarioribus similibus in quo mensurae prope ipsas machinas notatae describuntur, et de viribus earum luculenter disseritur, Wittemberg, C. S. Henning.

Weulersse Georges, 1910, Le Mouvement physiocratique en France de 1756 à 1770, Paris, Alcan.

Zedler Johann Heinrich, 1732-1754, Grosses vollständiges Universal-Lexicon aller Wissenschafften und Künste, Halle/Leipzig, J. H. Zedler.

Zrenner Walter, 1989, La Machine de Marly : Aspekte des Zeitgeistwandels, Vienne, Turia & Kant.

Haut de page

Notes

1 L’ouvrage de référence reste celui de Barbet publié en 1907. Pour des résultats plus récents, on se reportera à l’édition 2007 de la Revue du Vieux Marly.

2 On trouvera un exposé détaillé de l’histoire mouvementée de cette machine dans la monographie de l’auteur qui s’appuie sur d’importantes recherches en archives : Brandstetter 2008.

3 Piganiol de La Force 1715, vol. 2, p. 263.

4 Le Rouge 1716, p. 367, voir aussi le Mercure galant, nov. 1686, 2e partie, p. 266 ; Du Perrier et Tricaud 1704, p. 101 ; Fer 1705, planches 25 et 26 ; Corneille 1708, p. 608-609.

5 Mercure galant, novembre 1686, 2e partie, p. 268. Choisy rapporte que, de toutes les choses remarquables qu’on leur présenta, les ambassadeurs préférèrent les troupes royales et la machine de Marly (Choisy 1747, p. 265).

6 Ménestrier 1699, p. 81, médaille no 62.

7 La formule monad of action and glory est due à Louis Marin, dont nous reprenons ici l’interprétation des médailles (Marin 1988, p. 134).

8 À ce propos, voir Mayr 1989, p. 102-121.

9 Marin 1988, p. 193.

10 À propos de la consommation liée au statut social, voir Elias 1983, p. 89 et 103 ; pour l’économie des fêtes royales, se reporter à Apostolidès 1981, p. 105.

11 Mercure galant, nov. 1686, 2e partie, p. 259 ; Du Perrier et Tricaud 1704, p. 101 ; Corneille 1708, p. 608 ; Le Rouge 1716, p. 367. On retrouve des données chiffrées sur les quantités de cuivre, de plomb et de fer utilisées, entre autres chez La Jonchère 1718, p. 165-166 ; Weidler 1733, p. 21 ; Malmedie 1735, p. 20.

12 Sturm 1760, p. 109.

13 Ozanam 1778, vol. 2, p. 112-113. Le coût élevé de ces eaux fut aussi souligné par Berkenmeyer 1729, p. 71 ; Switzer 1729, vol. 1, p. 110 ; ainsi que dans l’article « Wassermaschine zu Marly », dans Zedler 1732-1754, vol. 53, p. 643.

14 Lanzac de Laborie 1906, p. 42. Supprimée par la Révolution, cette pratique fut réintroduite de façon transitoire par Napoléon en 1809.

15 Boutard, cité d’après Zrenner 1989, p. 24.

16 À propos du roi figuré en alchimiste, voir aussi Marin 1988, p. 203.

17 Burke 1992, p. 22.

18 D’après une ode de Du Périer, traduite par Zrenner 1989, p. 22 (« Nur deinen Gesetzen will die Seine sich beugen ; / wo deine Befehle den Lauf nunmehr lenken, / nur dort wird fortan sie die Erde durchtränken »). On retrouve des formulations analogues chez Hautmont 1685, p. 9 ; Boutard 1697, p. 3 ; Boutard 1698 ; ainsi que chez Du Cerceau, dont le poème fut repris par Le Sage 1798, p. 28.

19 Du Périer, cité d’après Zrenner 1989, p. 22 (« Nicht länger mehr ist sie dem Meergott zu eigen ; / und dessen Tyrannis auf immer entronnen / hat sie eines Beßren Obhut nun gewonnen : / Dem besten der Fürsten will sie sich nun neigen »).

20 Bodin 1977 (1583).

21 L’« Hercule de la France » est invoqué par Boutard 1698. Pour l’histoire de ce topos iconographique, voir Vivanti 1967.

22 Hautmont 1685, p. 9.

23 Boutard 1698.

24 Ibid.

25 Félibien, Description du château de Versailles (1696), cité d’après Apostolidès 1981, p. 134.

26 Pascal 1954, p. 1118.

27 Voir Le Roy Ladurie 2001, p. 152 et suiv.

28 Cassan, « L’arrivée de la Seine au château de Marly » (1699), repris par Le Roi 1860, p. 62-64 (ici p. 63).

29 Cassan, cité d’après Le Roi 1860, p. 64.

30 À l’époque circulaient déjà des libelles accusant Louis de tyrannie et condamnant son absence de scrupules et son machiavélisme (Burke 1992, p. 137-138.).

31 Bélidor 1737-1770, t. II, p. 195.

32 Holbach 1994, p. 473. Sur cette thématique en général, voir Johnson 1978, p. 298-304.

33 Ainsi Paul-Henri Thiry d’Holbach déplora-t-il la mobilisation de 30 000 hommes pour la construction de Versailles. Holbach 1994, p. 472.

34 Éphémérides du citoyen, 8 (1769), p. 229.

35 Mirabeau 1759, p. 260.

36 Baudeau 1910, p. 29 (la 1re édition parut en 1767).

37 Mercier 1772, p. 249.

38 À ce sujet, voir entre autres Ives 2003 ; Miller 2000. Pour un exposé détaillé du mouvement physiocrate, se reporter à Weulersse 1910.

39 La formulation est empruntée à Michel Foucault (2004, p. 57-81). Dans ses cours au Collège de France, Foucault parle encore de dispositif de sécurité. Ce n’est que plus tard qu’il utilisera le concept de régulation.

40 À propos de la division physiocratique de la société en classe productive, classe des propriétaires et classe stérile, voir entre autres Quesnay 1991, p. 209-210.

41 À propos du concept de « réforme absolue », voir Hilaire-Pérez 1994, vol. 1, p. 111-112.

42 Dans Marivetz 1786.

43 Voir Brandstetter 2008, p. 108-117.

44 Foucault 2004, p. 37-42 ; on retrouve le concept d’« histoire du grain » p. 38. À propos de l’intérêt des physiocrates pour les techniques de minoterie, voir Kaplan 1984, p. 393-423.

45 Brandstetter 2008, p. 119-146.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Brandstetter, « La machine de Marly : un spectacle technologique », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 18 décembre 2013, consulté le 25 mars 2017. URL : http://crcv.revues.org/11907 ; DOI : 10.4000/crcv.11907

Haut de page

Auteur

Thomas Brandstetter

Thomas Brandstetter a étudié la philosophie à l’université de Vienne avant de soutenir une thèse en sciences des médias et de la culture à la Bauhaus Universität de Weimar. De 2006 à 2009, il a été collaborateur scientifique de l’Institut für Philosophie der Universität Wien (Institut de philosophie de l’université de Vienne). Depuis octobre 2009, il est postdoctorant dans le cadre du programme Eikones NFS Bildkritik. Macht und Bedeutung der Bilder (Iconic Criticism. The Power and Meaning of Images) à Bâle. Ses principaux axes de recherche se rapportent à l’histoire culturelle des sciences et des techniques. En 2008, il a publié à Berlin une histoire de la machine de Marly sous le titre Kräfte messen. Die Maschine von Marly und die Kultur der Technik.

Haut de page

Droits d’auteur

© Thomas Brandstetter / 2012 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org