Navigation – Plan du site
Les jardins et les eaux

Les Vitry : une dynastie de fontainiers du roi au service des grandes eaux de Marly (1685-1793)

The Vitry family: a dynasty of royal fountain workers serving the Grandes Eaux of Marly (1685-1793)
Éric Soullard

Résumés

De 1685 jusqu’à la Révolution française, une seule famille règne à la tête des fontaines et Grandes eaux de Marly et se transmet le poste sur quatre générations : les Vitry. Ces fidèles serviteurs de la monarchie créent, entretiennent, réparent les fontaines des jardins et font jouer les Grandes eaux devant le roi et la cour. Leur savoir-faire exceptionnel fait que cette famille sert trois rois de France successifs, durant plus d’un siècle.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Marly, fontainier, grandes eaux
Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article fait partie des actes du colloque « Marly : architecture, usages et diffusion d’un modèle français » (31 mai, 1er et 2 juin 2012, château de Versailles) publiés sur le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles.

Texte intégral

Éric Soullard : Les Vitry : une dynastie de fontainiers du roi au service des Grandes Eaux de Marly (1685-1793)

Enregistrement audio de la communication au colloque « Marly : architecture, usages et diffusion d’un modèle français », jeudi 31 mai 2012, Galerie basse du château de Versailles.

Crédits : Éric Soullard / 2012 / CRCV

  • 1 Pour l’histoire des dynasties de fontainiers de Versailles, Marly, des « eaux bonnes à boire », voi (...)

Durant plus d’un siècle, trois dynasties de fontainiers règnent seules sur les eaux royales de Versailles et de Marly. À Versailles, les Denis s’occupent des grandes eaux de Versailles, ensuite les Lucas sont responsables dans un premier temps des fontaines publiques de la ville de Versailles puis des grandes eaux et finalement de la machine de Marly sous Louis XVI1. Quant à Marly, de 1685 jusqu’à la Révolution, une seule famille règne à la tête des fontaines et grandes eaux (fig. 1) et se transmet le poste sur quatre générations : les Vitry (annexe 1).

Fig. 1 : Le Grand Jet de Marly : le plus haut jet d’eau de France.

Fig. 1 : Le Grand Jet de Marly : le plus haut jet d’eau de France.

© Éric Soullard

Une dynastie de fontainiers royaux

  • 2 Comptes des Bâtiments du roi (désormais CBR) 1881-1901, t. II (1887), col. 526-527, 820, 826.
  • 3 Ibid., col. 822, 824. Voir Bentz 2010, p. 21.
  • 4 CBR 1881-1901, t. II (1887), col. 806, 1036, 1233.

À l’origine, le tout premier fontainier à avoir l’« entretenement des fontaines de Marly » est Louis Isabelle, nommé en avril 16832. Cependant, en avril 1685, lorsque l’eau de la machine de Marly peut approvisionner massivement Marly et que Louis XIV se met à y faire construire quantité de fontaines, le roi nomme Thomas Vitry en remplacement d’Isabelle3 qui, travaillant aussi à Saint-Germain-en-Laye, retourne s’occuper des couvertures de plomb de ce château4.

  • 5 Dans tous les actes de baptême ou de mariage le concernant à cette époque, Thomas Vitry est toujour (...)
  • 6 Lettre de Colbert à Louis XIV, 4 mai 1672, publiée dans Colbert 1861-1867, t. V, p. 325 ; CBR 1881- (...)
  • 7 CBR 1881-1901, t. I (1881), col. 863, 1002, 1098, 1217, 1354.
  • 8 Archives départementales des Yvelines (désormais ADY), état civil, Versailles, Saint-Julien, no 108 (...)

Thomas Vitry est fils de Pierre Vitry, laboureur à Montreuil, proche Vincennes. Depuis 1672, avec son frère Philippe, il est l’un des compagnons plombiers5 de Claude Denis, travaillant au château de Versailles6. À partir de 1675, il est porté chaque année sur la liste des « officiers qui ont gages pour servir générallement dans toutes les maisons et bastimens de Sa Majesté7 ». Quand il se marie en 1682, à l’âge de vingt-sept ans, dans la vieille église paroissiale Saint-Julien de Versailles avec Marguerite Montandon, Claude Denis est témoin au mariage, du côté de la mariée, ainsi que le beau-frère de l’épouse, Antoine Masson, aussi garçon fontainier. La jeune épouse, Marguerite Montandon, est fille de David, garde-suisse d’une des portes de Versailles ; elle s’était mariée avec David Raisin, garde-suisse de la porte du Grand Parc qui mène à la Ménagerie, originaire du canton de Berne8. Devenue veuve en 1681, elle se remarie moins de deux ans plus tard avec Thomas Vitry. Le jour même de son mariage avec Vitry, sa sœur, Jeanne Montandon, se marie elle aussi mais avec un garde-suisse du parc de Versailles à la porte de la Ménagerie, Jean-Georges Bailly dit « la Tour ». Le commandant des suisses du château et parc de Versailles, Jacques-Louis de Saconnay, est présent à toutes ces cérémonies, que ce soit la sépulture de David Raisin ou bien le mariage des deux filles Montandon. À travers toutes ces unions, on reste donc en plein dans le milieu des serviteurs du roi pour les parcs et jardins de Versailles.

  • 9 Voir par exemple : Archives nationales de France (désormais AN), O1 1762B1, Mémoire de ce que Jacqu (...)
  • 10 Le contrat de mariage de Claude Denis et Geneviève Berthon, en 1688, est signé, par : Louis XIV, le (...)

Car la famille Vitry offre justement le plus bel exemple de sociabilité intraprofessionnelle qui soit, au sein des Bâtiments du roi, en ce qui concerne le parrainage des nouveau-nés (annexe 2). On voit défiler devant les fonts baptismaux les familles de tous les maîtres artisans des Bâtiments du roi qui ont construit les fontaines de Versailles, à savoir le fontainier Denis responsable du jeu des grandes eaux de Versailles, le fondeur Lemoine qui a l’entretien de tous les ouvrages de cuivre des fontaines de Versailles, le rocailleur Drouard responsable de l’entretien des rocailles des fontaines de Versailles et le créateur des grands décors de rocaille de Marly, Jacques Lucas, le plus important entrepreneur et maître plombier des Bâtiments du roi sous Louis XIV, que l’on voit intervenir chaque année aux Tuileries, au Louvre, à la Samaritaine, à Vincennes, au Jardin du roi… autant de maisons royales dont il a l’entretien9, et qui avait aussi participé à la construction de la machine de Marly… De même que l’on voit la famille royale signer les contrats de mariage chez les Denis10, la famille Vitry se voit honorée du parrainage d’un prince du sang. En effet, le 10 décembre 1699, le duc de Bourgogne, petit-fils de Louis XIV et futur dauphin, est parrain avec son épouse, Marie-Adélaïde de Savoie, et donne son prénom au petit Louis Vitry (fig. 2).

Fig. 2 : Acte de baptême de Louis Vitry, 10 décembre 1699. Montigny-le-Bretonneux, archives départementales des Yvelines, état civil, registre paroissial, Marly-le-Roi, Saint-Vigor, 1 Mi EC 20, 1699.

Fig. 2 : Acte de baptême de Louis Vitry, 10 décembre 1699. Montigny-le-Bretonneux, archives départementales des Yvelines, état civil, registre paroissial, Marly-le-Roi, Saint-Vigor, 1 Mi EC 20, 1699.

Signature du duc et de la duchesse de Bourgogne en bas de l’acte de baptême de Louis Vitry : « Le parrain très haut et très puissant Louis de Bourbon duc de Bourgogne ».

© Archives départementales des Yvelines, Montigny-le-Bretonneux

  • 11 Thomas Vitry est mentionné comme officier de fourrière de la Dauphine la duchesse de Bourgogne dans (...)
  • 12 ADY, état civil, Marly-le-Roi, Saint-Vigor, 1 Mi EC 21, 20 décembre 1712, acte de mariage de Cather (...)

Ce parrainage princier s’explique parce que Thomas Vitry († 1724), en plus de ses fonctions de chef fontainier à Marly, a acheté une charge d’officier de fourrière de la duchesse de Bourgogne11. Son fils, Jean-Thomas Vitry († 1753), qui lui succède aux fontaines de Marly, achète quant à lui une charge de procureur du roi au grenier à sel de Pontoise. La famille entre dans le monde de la finance, d’autant plus que sa sœur, Catherine Vitry, épouse Pierre Le Clerc, officier de la Garde-Robe du roi et contrôleur des salines, lequel finit sa carrière de traitant comme contrôleur général des cinq grosses fermes12.

  • 13 ADY, état civil, Marly-le-Roi, Saint-Vigor, 1 Mi EC 21, 21 décembre 1723, acte de baptême de Jules- (...)
  • 14 Faucompret 2007, p. 1358. Almanach royal, 1724, p. 93.
  • 15 ADY, état civil, Marly-le-Roi, Saint-Vigor, 1 Mi EC 20, 20 juin 1758, acte de mariage de Jules-Gabr (...)
  • 16 Jacques-Joseph Laillet est présent et signe au mariage de Jules-Gabriel Vitry qui, à son tour, est (...)

Au baptême de Jules-Gabriel Vitry13, l’un des fils de Jean-Thomas, en 1723, le parrain est Jules-Michel Hardouin, contrôleur des Bâtiments du roi, neveu d’Hardouin-Mansart, et la marraine est Marie-Gabrielle d’Épinay, épouse de Pierre-César Landais comte de Soisel, grand banquier et armateur malouin, directeur du commerce de la Chine, conseiller secrétaire du roi, chevalier de Saint-Michel et de Saint-Louis14. Jules-Gabriel Vitry est compagnon fontainier, sous la direction de son frère Thomas-François, chef des fontainiers ; il épouse en 1758 Jeanne-Françoise Dennebecq15, dont la cousine a épousé Jacques-Joseph Laillet, garde des eaux de la machine de Marly au regard du Jongleur. Par cette union, les Vitry se retrouvent donc parents avec la grande famille des ouvriers de la machine de Marly16. À la fin du xviiie siècle, les enfants de Thomas-François reprennent eux aussi le métier paternel, l’aîné Thomas est fontainier, et son cadet, Charles-Armand, est chef des fontainiers de Marly jusqu’à la Révolution française.

Le métier de fontainier du roi

  • 17 Dangeau 1855, p. 306-307.

Le travail du chef des fontainiers de Marly consistait bien évidemment, comme dans tous les châteaux, à créer les effets d’eau, faire jouer les grandes eaux et entretenir le réseau. Thomas Vitry, présent à Marly dès 1685, est amené à être en contact régulier avec Louis XIV qui ne cesse de créer à Marly de nouvelles fontaines ou de modifier les anciennes : « Le roi ce matin s’est promené, écrit Dangeau le 11 novembre 1695, et a donné les ordres pour plusieurs petites choses qu’il a fait faire ici à sa cascade et à ses fontaines, et à quoi il veut qu’on travaille demain », puis, le jour d’après : « Le roi fit travailler tout le matin et l’après-midi à ses fontaines, à Marly17. »

  • 18 Ibid., p. 315-316.
  • 19 Saint-Simon 1916, p. 173-174.

Car le roi s’amuse, pour reprendre le mot de Dangeau, à aménager ses jardins et fontaines ; le 1er décembre 1695 : « Le roi se promena tout le matin et toute l’après-dînée dans ses jardins, où il s’amusa à faire planter », puis le lendemain : « Le roi s’amusa le matin et l’après-dînée à faire planter dans ses jardins de gros marronniers au-dessus d’une cascade nouvelle où il va faire travailler18. » Car, pour reprendre Saint-Simon, Marly est un château « en bassins changés cent fois, en cascades de même à figures successives toutes différentes, en séjours de carpes ornés de dorures et de peintures les plus exquises, à peine achevées, rechangées et rétablies autrement par les mêmes maîtres19 ».

  • 20 Archives nationales, O1 1474, fo 107 : Règlement pour diminuer tous les ajustages des fontaines de (...)

Vitry est aussi aux ordres directs du monarque lorsqu’il faut régler les ajutages et effets d’eau des fontaines selon ses désirs. Par exemple, en 1700, Louis XIV édicte un Règlement pour diminuer tous les ajustages des fontaines de Marly afin de les faire aller tout le long du jour qui prévoit une moindre ouverture des robinets et la suppression de quatre ou cinq jets du Miroir, des bouillons des Nappes ainsi que de la fontaine de la Gerbe20, et c’est donc Vitry qui se retrouve à mettre en œuvre ces nouveaux réglages des fontaines.

En ce qui concerne l’entretien du réseau, Thomas-François Vitry décrit en détail cette partie de son travail en 1773 :

  • 21 Archives nationales, O1 1464, no 28, publié par Bentz 1990, p. 28.

Le fontainier en chef est chargé de veiller sans cesse au bon état des eaux, robinets, soupapes, conduites, regards et de faire réparer par les compagnons et garçons toutes les fautes qui surviennent sur les conduites et raccordements en plomb multipliés à l’infini, de veiller à toutes les couvertures en plomb et les rétablir tant qu’il en est besoin, faire avec les compagnons toutes les fontes et soudures nécessaires, veiller au feu, y porter secours, tenir les pompes à feu en bon état, balayer les combles [des bâtiments] surtout dans les tems de neige, les bassins à la chute des feuilles, dégorger tous les jets de marons et autres choses, tenir état de la quantité d’eau qui arrive journellement dans les réservoirs et de celle qui se dépense et en produire journellement un bordereau au controlleur ou en son absence à un inspecteur21.

  • 22 Statuts des plombiers en 40 articles et lettres patentes de Louis XIV confirmatives, juin 1648 et 1(...)
  • 23 L’État de la France, 1736, Paris, G.-D. David, t. I, p. 421.

On notera la particularité du travail de Vitry à Marly, qui est de s’occuper des fontaines mais aussi des combles et lucarnes en plomb du château et des pavillons ; à la différence des autres plombiers-fontainiers royaux, comme les Denis à Versailles qui ne gèrent que les grandes eaux. Cela s’explique pour deux raisons, l’une réglementaire et l’autre pragmatique. D’abord le métier des plombiers possède le monopole de la mise en œuvre du plomb dans la construction. Les Statuts des plombiers de la ville de Paris de 1660 et lettres patentes confirmatives interdisent « aux dits maçons, charpentiers, couvreurs et autres, de telle qualité et condition que ce soit, d’entreprendre doresnavant sur le fait dudit mestier [de plombier] en quelque manière que ce soit, à peine de trois cent livres d’amende22 ». Seul un plombier peut donc manier le plomb, et comme Marly n’est pas un château avec d’immenses couvertures, à la différence de Versailles, du Louvre ou de Fontainebleau, Vitry peut bien se charger sur place des réparations des toitures sans que l’on ait besoin de nommer un entrepreneur spécifique. Pour ce faire, Vitry a sous ses ordres trois compagnons fontainiers et trois garçons23, et il est logé sur place, dans le parc de Marly, dans le pavillon des Bâtiments du roi (fig. 3).

Fig. 3 : Plan du logement du fontainier dans le pavillon des Bâtiments du roi, parc de Marly. Paris, Archives nationales, O1 1470A, no 3.

Fig. 3 : Plan du logement du fontainier dans le pavillon des Bâtiments du roi, parc de Marly. Paris, Archives nationales, O1 1470A, no 3.

En bleu : le logement de Vitry dans le pavillon des Bâtiments du roi.

© Éric Soullard

Il faut noter que les Vitry ne sont pas que des « gens mechaniques » ; par exemple, Charles-Armand Vitry, comme bien des inspecteurs des Bâtiments qui ont tous reçu une formation d’architecte, dessine et aquarelle à merveille comme on peut le voir dans le plan de Marly qu’il réalise en 1784, le seul plan d’ensemble du parc de Marly exécuté sous Louis XVI qui nous soit parvenu (fig. 4 et 5).

Fig. 4 : Charles-Armand Vitry, Cartouche du plan de Marly (détail), 1784, estampe aquarellée. Versailles, bibliothèque municipale, ancienne Réserve Estampes 63.

Fig. 4 : Charles-Armand Vitry, Cartouche du plan de Marly (détail), 1784, estampe aquarellée. Versailles, bibliothèque municipale, ancienne Réserve Estampes 63.

© Éric Soullard

Fig. 5 : Charles-Armand Vitry, Plan de Marly, 1784, estampe aquarellée, 39 × 36 cm. Versailles, bibliothèque municipale, ancienne Réserve Estampes 63.

Fig. 5 : Charles-Armand Vitry, Plan de Marly, 1784, estampe aquarellée, 39 × 36 cm. Versailles, bibliothèque municipale, ancienne Réserve Estampes 63.

© Éric Soullard

La fin des grandes eaux de Marly

  • 24 Bibliothèque municipale de Versailles, manuscrit G 152, Narbonne, Traité d’histoire…, t. III (Journ (...)

Seulement, après la mort de Louis XIV, la Cour ne vient plus très souvent à Marly, tout au plus une vingtaine de jours par an ; il existe même des années comme en 1742 où la Cour ne passe pas une seule journée à Marly24 ; le travail et le prestige des Vitry se trouvent donc réduits d’autant.

  • 25 Archives nationales, O1 1465, no 292 et 293, cité par Maroteaux 2002, p. 216.
  • 26 Maroteaux 2002, p. 221.
  • 27 ADY, 2Q73, État des tuyaux de fonte qui ont été extraits de Marly, 4 thermidor an II (22 juillet 17 (...)

Finalement, l’histoire de la famille Vitry à la direction des grandes eaux de Marly s’achève avec la destruction du château et des jardins de Marly sous la Révolution. En mai 1792, l’inspecteur Desmarais informe l’intendant de la liste civile, Laporte, le successeur de d’Angiviller, que les grandes eaux de Marly sont prêtes à jouer pour le public, comme chaque année, pour le lundi de Pentecôte mais ce devait être la dernière année25. Après la chute de la monarchie, la Convention décide la vente des meubles puis, afin d’alimenter l’industrie de guerre, la récupération des métaux, à commencer par les conduites des jardins. En janvier 1794, Vincent Maroteaux précise qu’il partait quotidiennement 54 000 livres de plomb (soit près de 26,4 tonnes)26. Un État des tuyaux de fonte qui ont été extraits de Marly, datant de juillet 1794, mentionne 3 292 tuyaux de relevés, d’un diamètre de 4 à 18 pouces, et qui, avec leur longueur standardisée d’une demi-toise chacun, représentent plus de 3 300 mètres de conduites27. Précisons que ce relevage des tuyaux de fonte n’est pas du tout rentable économiquement car, à l’époque, on ne peut pas les refondre pour couler des boulets ou des canons de marine vu que l’on ne maîtrise pas encore la technique de la fonte de seconde fusion au cubilot. En tout cas, Vitry est alors obligé de collaborer avec les nouvelles autorités pour faciliter le relevage de ces conduites avant de se retrouver, de fait, au chômage technique.

  • 28 ADY, état civil, Versailles, no 1112521, 7 décembre 1818, acte de décès de Pierre-Anne-Gabriel Vitr (...)

Mais la saga familiale des Vitry ne s’interrompt pas avec la Révolution ; au contraire même car soit ils restent à leur poste, soit leur carrière rebondit de plus belle. Par exemple, Pierre-Anne Vitry (1761-1818) commence sa carrière comme fontainier du roi, sous Louis XVI, à Versailles. En 1795, il est toujours fontainier ou, plus exactement, « employé aux eaux du palais national » de Versailles, mais, avec la chute de la monarchie, il quitte les jardins royaux pour s’occuper des fontaines publiques de la ville de Versailles. Sous le Premier Empire, lorsque Napoléon rétablit les grandes eaux, on le trouve de nouveau fontainier au parc de Versailles et, à sa mort, en 1818, il a récupéré son titre de « fontainier du roi28 », simple retour à la case départ ! D’ailleurs, sous l’Empire, il est sous les ordres du chef des fontainiers Étienne Gondouin, dernier descendant de la dynastie des Lucas, fontainiers de la ville de Versailles depuis Louis XIV, et neveu d’Antoine Lucas, directeur de la machine de Marly sous Louis XVI, et qui avant la Révolution avait installé les conduites du hameau de la reine Marie-Antoinette !

Quant à Charles-Armand Vitry, le dernier chef des fontainiers de Marly, la Révolution et l’Empire lui ouvrent les portes d’une nouvelle carrière. En effet, comme dans de nombreuses familles de gardes-suisses de Versailles, de Meudon ou de Marly, Charles-Armand s’engage dans les armées de la République et, grâce à l’abolition des privilèges, il peut accéder à des postes d’officier. En effet, engagé dans la garde nationale de Marly où il est promu au poste de lieutenant des grenadiers, il est engagé volontaire en mars 1793. Grâce à ses talents, il est aussitôt employé comme secrétaire d’état-major auprès du général Clarke, commandant de l’armée du Rhin, qui le nomme en septembre 1793 lieutenant quartier-maître du 4e bataillon de pionniers, unité avec laquelle il participe au siège de Kehl, au blocus de Mayence en l’an II et à la prise de Mannheim. Il passe capitaine en janvier 1797 puis, en 1802, lors de la réorganisation du génie par Bonaparte, il est affecté au 5e bataillon de sapeurs du génie au moment de la formation de cette unité, à Bruxelles, et sert dans ce régiment jusqu’en 1815.

  • 29 Le Code civil napoléonien de 1804 prévoit à l’article 89 que « le quartier-maître dans chaque corps (...)
  • 30 Voir les uniformes d’officiers des sapeurs du génie de la Grande Armée (musée de l’Armée, Manuscrit (...)

Ce poste de capitaine quartier-maître trésorier signifie qu’il est responsable du logement, du campement, des subsistances, des distributions, de la caisse, de la comptabilité, de l’état civil29 du corps de troupe et qu’il fait partie des quatre officiers d’état-major de l’unité avec le chef de bataillon, l’adjudant-major et le chirurgien-major30.

Fig. 6 : « Corps impérial du Génie : soldat du train ; sapeurs ; officier de mineurs ; officier de l’État Major ; ingenieur géographe, dans A. de Marbot, Costumes militaires français depuis l’organisation des premières troupes régulières en 1439 jusqu'en 1789[-1814], s.d., Paris, Clément, t. 3.

Fig. 6 : « Corps impérial du Génie : soldat du train ; sapeurs ; officier de mineurs ; officier de l’État Major ; ingenieur géographe, dans A. de Marbot, Costumes militaires français depuis l’organisation des premières troupes régulières en 1439 jusqu'en 1789[-1814], s.d., Paris, Clément, t. 3.

Au centre : un officier du sapeur du Génie de la Grande Armée en tenue de travail (uniforme de 1812). [voir la notice Europeana]

Domaine Public

  • 31 Registre d’état civil de Bruxelles, mariage de Charles-Armand Vitry avec Marie-Henriette Bernard le (...)
  • 32 Service historique de la défense, série 2ye, carton 4142, dossier de carrière de Vitry Charles-Arma (...)
  • 33 Service historique de la défense, série 2yf, dossier de pension no 158599, Vitry Charles-Armand, 22 (...)

Quinze jours après la création du 4e sapeurs et sa prise d’armes sur la grand-place de Bruxelles devant l’inspecteur général Léry, Charles-Armand Vitry s’y marie avec Marie-Henriette Bernard, fille d’un ancien militaire, originaire de Strasbourg31. Le premier témoin à son mariage est Jean-Baptiste Charnotet, chef de la 8e demi-brigade, futur général de brigade après Wagram et baron d’Empire. Tous les autres témoins sont aussi militaires, dont deux quartiers-maîtres régimentaires (13e dragons et 8e demi-brigade). Comme on le voit, Charles-Armand Vitry a donc définitivement tourné la page des fontaines de Marly et, après avoir été affecté à des postes paisibles dans l’armée des côtes de l’Océan (1805-1806) et la réserve de l’armée de Mayence (1807-1808)32, il est mis à la retraite par Louis XVIII, en septembre 1816, à Metz, lieu de garnison de son unité, après vingt-deux ans de service et avec une pension de 1 800 francs-or33.

  • 34 ADY, état civil, Bougival, 5 Mi 865, 16 juin 1848, acte de décès de Jean-Baptiste Chacou.

Certes, la dynastie Vitry ne va pas aussi loin dans le temps que celle des Chacou, charpentiers de la Machine depuis le début du règne de Louis XV et dont le dernier descendant après quatre générations, Jean-Baptiste Chacou, est conducteur de la machine à vapeur de Marly en 1848, sous le prince-président Louis-Napoléon Bonaparte34, mais force est de constater que les Vitry, grâce à l’excellence de leur savoir-faire technique – et comme bon nombre de leurs collègues –, trouvent toujours à s’employer même en plein cœur des tourments de l’histoire.



Les Vitry sont donc très représentatifs de la cour de France sous l’Ancien Régime et il convient d’insister sur deux points. D’abord, comme dans tous les autres services royaux– jardiniers, marbres, pépinières, chasses, Grand Commun, fournisseurs de la Bouche… –, le roi confie le travail, s’en remet totalement à des dynasties qui se succèdent sur quatre ou cinq générations. Ensuite, les Vitry, de même que les ouvriers très spécialisés de la machine de Marly ou bien les gardes-suisses de Versailles, Marly et Meudon, passent la Révolution sans danger extrême et trouvent l’occasion de rebondir en faisant carrière dans les armées de la République et de l’Empire. On retrouve même certains d’entre eux en poste aux grandes eaux de Versailles ou à la machine de Marly sous Louis XVIII et même au-delà.

Haut de page

Bibliographie

Bentz Bruno, 1990, « Marly, jardin des eaux », Histoire de l’art, no 12, p. 27-36.

– 2010, « Les grandes eaux de Marly sous Louis XIV », Marly, art et patrimoine, no 4, p. 19-28.

Colbert Jean-Baptiste, 1861-1867, Lettres, instructions et mémoires de Colbert, éd. par P. Clément, Paris, Imprimerie impériale, 6 vol.

Comptes des Bâtiments du roi sous le règne de Louis XIV (1664-1715), 1881-1901, éd. par J. Guiffrey, Paris, Imprimerie nationale, 5 vol.

Dangeau Philippe de Courcillon marquis de, 1855, Journal du marquis de Dangeau, éd. par Soulié, Dussieux et al., Paris, Firmin Didot frères, t. V (1694-1696).

Faucompret Benoît de, 2007, Les Chevaliers de Saint-Michel, 1665-1790 : le premier ordre de mérite civil, Paris, P. du Puy.

Lespinasse René de, 1892, Les Métiers et corporations de la ville de Paris, t. II : 14e-18e siècle : orfèvrerie, sculpture, mercerie, ouvriers en métaux, bâtiment et ameublement, Paris, Imprimerie nationale.

Maroteaux Vincent, 2002, Marly, l’autre palais du Soleil, Genève, Vögele.

Narbonne Pierre, 1866, Journal des règnes de Louis XIV et Louis XV, de l’année 1701 à l’année 1744, éd. par J.-A. Le Roi, Paris, Bernard.

Saint-Simon Louis de Rouvroy duc de, 1916, Mémoires de Saint-Simon, éd. par A. de Boislisle, Paris, Librairie Hachette et Cie, t. XXVIII (1715).

Soullard Éric, 2011, Les Eaux de Versailles, xviie-xviiie siècle, thèse de doctorat d’histoire, Grenoble II, sous la dir. de G. Sabatier.

— 2010, « Eaux, fontaines et salles de bains », dans J. Cornette (dir.), Versailles, Paris, Fayard, p. 238-251.

Thiriet Colette, 1993, « Les Denis, fontainiers du roi », Généalogie en Yvelines. Revue du Cercle généalogique de Versailles et des Yvelines, no 24, p. 60-75.

Weber Gerold, 1975, « Der Garten von Marly (1679-1715) », Wiener Jahrbuch für Kunstgeschichte, t. XXVIII, p. 55-105.

Haut de page

Notes

1 Pour l’histoire des dynasties de fontainiers de Versailles, Marly, des « eaux bonnes à boire », voir Soullard 2011.

2 Comptes des Bâtiments du roi (désormais CBR) 1881-1901, t. II (1887), col. 526-527, 820, 826.

3 Ibid., col. 822, 824. Voir Bentz 2010, p. 21.

4 CBR 1881-1901, t. II (1887), col. 806, 1036, 1233.

5 Dans tous les actes de baptême ou de mariage le concernant à cette époque, Thomas Vitry est toujours cité comme « compagnon plombier » et donc comme travaillant sous les ordres ou dans l’atelier d’un maître plombier.

6 Lettre de Colbert à Louis XIV, 4 mai 1672, publiée dans Colbert 1861-1867, t. V, p. 325 ; CBR 1881-1901, t. I (1881), col. 743, 764, 853.

7 CBR 1881-1901, t. I (1881), col. 863, 1002, 1098, 1217, 1354.

8 Archives départementales des Yvelines (désormais ADY), état civil, Versailles, Saint-Julien, no 1080396, 5 juillet 1681, acte de sépulture de David Raisin.

9 Voir par exemple : Archives nationales de France (désormais AN), O1 1762B1, Mémoire de ce que Jacques Lucas, plombier du roy, a fourny de plomb et soudur pendant l’année 1701 […] 1702 […] 1703, ainsi que les CBR.

10 Le contrat de mariage de Claude Denis et Geneviève Berthon, en 1688, est signé, par : Louis XIV, le Grand Dauphin, le duc de Noailles, Louvois, Colbert de Villacerf, Alexandre Bontemps (AN, Minutier central, XI 313, 9 mai 1688, document publié par Thiriet 1993, p. 67).

11 Thomas Vitry est mentionné comme officier de fourrière de la Dauphine la duchesse de Bourgogne dans l’acte de sépulture de sa fille, le 23 août 1701, à Marly (ADY, état civil, Marly-le-Roi, Saint-Vigor, 1 Mi EC 20).

12 ADY, état civil, Marly-le-Roi, Saint-Vigor, 1 Mi EC 21, 20 décembre 1712, acte de mariage de Catherine Vitry avec Pierre Le Clerc.

13 ADY, état civil, Marly-le-Roi, Saint-Vigor, 1 Mi EC 21, 21 décembre 1723, acte de baptême de Jules-Gabriel Vitry.

14 Faucompret 2007, p. 1358. Almanach royal, 1724, p. 93.

15 ADY, état civil, Marly-le-Roi, Saint-Vigor, 1 Mi EC 20, 20 juin 1758, acte de mariage de Jules-Gabriel Vitry avec Jeanne-Françoise Dennebecq.

16 Jacques-Joseph Laillet est présent et signe au mariage de Jules-Gabriel Vitry qui, à son tour, est présent au mariage de sa fille Marie-Magdeleine Laillet, le 24 avril 1765, à Louveciennes (ADY, état civil, Louveciennes, Saint-Martin-Saint-Blaise, no 1135617).

17 Dangeau 1855, p. 306-307.

18 Ibid., p. 315-316.

19 Saint-Simon 1916, p. 173-174.

20 Archives nationales, O1 1474, fo 107 : Règlement pour diminuer tous les ajustages des fontaines de Marly afin de les faire aller tout le long du jour, 28 août 1700 ; cité par Weber 1975, p. 87.

21 Archives nationales, O1 1464, no 28, publié par Bentz 1990, p. 28.

22 Statuts des plombiers en 40 articles et lettres patentes de Louis XIV confirmatives, juin 1648 et 1er mars 1660, article 38, publié par Lespinasse 1892, p 550.

23 L’État de la France, 1736, Paris, G.-D. David, t. I, p. 421.

24 Bibliothèque municipale de Versailles, manuscrit G 152, Narbonne, Traité d’histoire…, t. III (Journal de Narbonne, t. XIV), fos 64ro-77vo, publié dans Narbonne 1866, p. 512-521.

25 Archives nationales, O1 1465, no 292 et 293, cité par Maroteaux 2002, p. 216.

26 Maroteaux 2002, p. 221.

27 ADY, 2Q73, État des tuyaux de fonte qui ont été extraits de Marly, 4 thermidor an II (22 juillet 1794), nous remercions Bruno Bentz pour ce précieux renseignement.

28 ADY, état civil, Versailles, no 1112521, 7 décembre 1818, acte de décès de Pierre-Anne-Gabriel Vitry.

29 Le Code civil napoléonien de 1804 prévoit à l’article 89 que « le quartier-maître dans chaque corps d’un ou plusieurs bataillons ou escadrons, et le capitaine commandant dans les autres corps, rempliront les fonctions d’officiers de l’état civil ».

30 Voir les uniformes d’officiers des sapeurs du génie de la Grande Armée (musée de l’Armée, Manuscrits et imprimés, 10873 BIB, A1. J25 : Carle Vernet, Règlement sur l’habillement, la coiffure, les marques distinctives, le grand et le petit équipement et l’armement des troupes de terre de l’armée française, t. IV, 1812).

31 Registre d’état civil de Bruxelles, mariage de Charles-Armand Vitry avec Marie-Henriette Bernard le 25 prairial an X (14 juin 1802).

32 Service historique de la défense, série 2ye, carton 4142, dossier de carrière de Vitry Charles-Armand.

33 Service historique de la défense, série 2yf, dossier de pension no 158599, Vitry Charles-Armand, 22 ans 5 mois 6 jours de service, pension militaire aux motifs de chef de bataillon et blessures, 1 800 francs.

34 ADY, état civil, Bougival, 5 Mi 865, 16 juin 1848, acte de décès de Jean-Baptiste Chacou.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Le Grand Jet de Marly : le plus haut jet d’eau de France.
Crédits © Éric Soullard
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11912/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Titre Fig. 2 : Acte de baptême de Louis Vitry, 10 décembre 1699. Montigny-le-Bretonneux, archives départementales des Yvelines, état civil, registre paroissial, Marly-le-Roi, Saint-Vigor, 1 Mi EC 20, 1699.
Légende Signature du duc et de la duchesse de Bourgogne en bas de l’acte de baptême de Louis Vitry : « Le parrain très haut et très puissant Louis de Bourbon duc de Bourgogne ».
Crédits © Archives départementales des Yvelines, Montigny-le-Bretonneux
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11912/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Fig. 3 : Plan du logement du fontainier dans le pavillon des Bâtiments du roi, parc de Marly. Paris, Archives nationales, O1 1470A, no 3.
Légende En bleu : le logement de Vitry dans le pavillon des Bâtiments du roi.
Crédits © Éric Soullard
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11912/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 4 : Charles-Armand Vitry, Cartouche du plan de Marly (détail), 1784, estampe aquarellée. Versailles, bibliothèque municipale, ancienne Réserve Estampes 63.
Crédits © Éric Soullard
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11912/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 832k
Titre Fig. 5 : Charles-Armand Vitry, Plan de Marly, 1784, estampe aquarellée, 39 × 36 cm. Versailles, bibliothèque municipale, ancienne Réserve Estampes 63.
Crédits © Éric Soullard
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11912/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1008k
Titre Fig. 6 : « Corps impérial du Génie : soldat du train ; sapeurs ; officier de mineurs ; officier de l’État Major ; ingenieur géographe, dans A. de Marbot, Costumes militaires français depuis l’organisation des premières troupes régulières en 1439 jusqu'en 1789[-1814], s.d., Paris, Clément, t. 3.
Légende Au centre : un officier du sapeur du Génie de la Grande Armée en tenue de travail (uniforme de 1812). [voir la notice Europeana]
Crédits Domaine Public
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11912/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 550k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric Soullard, « Les Vitry : une dynastie de fontainiers du roi au service des grandes eaux de Marly (1685-1793) », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 20 décembre 2013, consulté le 23 juin 2017. URL : http://crcv.revues.org/11912 ; DOI : 10.4000/crcv.11912

Haut de page

Auteur

Éric Soullard

Docteur en histoire de l’université de Grenoble

Haut de page

Droits d’auteur

© Éric Soullard / 2012 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org