Navigation – Plan du site
Usages et fonctionnement

La « mécanique » de Marly sous le règne de Louis XIV : les modalités techniques du logement et leurs conséquences sur l’ordre social

The “mechanics” of the Château de Marly during the reign of Louis XIV: the technicalities of lodgement and their impact on the social order
Dominique Adrian

Résumés

Voilà un peu plus de trois cents ans, Louis XIV décidait de faire bâtir un petit domaine de plaisance, idéalement situé entre Saint-Germain et Versailles, aux aménagements et à l’embellissement duquel il devait marquer un intérêt constant jusqu’à la fin de son règne. Deux siècles après sa destruction, le château de Marly suscite toujours  et peut-être plus que jamais, comme en témoigne ce colloque – la curiosité et l’admiration. Mais de quelle façon, concrètement, vivait-on à Marly ? Et dans quelle mesure les modalités du logement y confortaient-elles la règle sociale établie par l’étiquette ou, au contraire, avaient-elles pour effet de la modifier ?
Bien que cet ensemble ait aujourd’hui disparu, nous disposons, pour répondre à cela, d’un certain nombre de données autopsiques (vestiges in situ, issus de la fouille ou encore « exilés ») mais aussi et surtout de sources testimoniales riches et variées, qu’elles soient écrites ou iconographiques, qui nous permettent de reconstituer la manière dont étaient logés les occupants du château de Marly, qu’il s’agisse du roi, de sa famille, de ses invités ou encore des gardes et des serviteurs. Au-delà de l’inventaire des dispositifs en présence, l’enjeu est d’appréhender comment les uns et les autres évoluaient dans cet environnement technique, s’y installaient, l’utilisaient.
Analyser le logement à Marly et ses finalités à travers l’étude des dispositifs le constituant - qu’ils soient immobiliers et mobiliers, couverts ou à ciel ouvert, pérennes et éphémères - permet également de comprendre ce qu’il produisait comme manière d’être et comme identité des logés : en quoi il les assimilait ou les différenciait, les isolait ou les réunissait, quels liens ou séparations il établissait entre eux et, par là même, dans quels rôles il les instituait.
Cette communication se propose de présenter quelques exemples concrets de traits marquants du logement à Marly sous le règne de Louis XIV et leurs conséquences sur le plan social.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article fait partie des actes du colloque « Marly : architecture, usages et diffusion d’un modèle français » (château de Versailles, 31 mai, 1er et 2 juin 2012) publiés sur le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles.

Texte intégral

Dominique Adrian : La « mécanique » de Marly sous le règne de Louis XIV : les modalités techniques du logement et leurs conséquences sur l’ordre social

Enregistrement audio de la communication au colloque « Marly : architecture, usages et diffusion d’un modèle français », vendredi 1er juin 2012, Galerie basse du château de Versailles.

Crédits : Dominique Adrian / 2012 / CRCV

  • 1 Cette approche s’appuie sur le modèle général d’analyse développé par Philippe Bruneau et Pierre-Yv (...)

Parmi les nombreux angles d’approche pouvant permettre de mieux connaître le domaine de Marly, en voici un qui peut se résumer par cette double question : comment vivait-on, concrètement, à Marly sous le règne de Louis XIV et quels impacts le logement pouvait-il avoir sur l’ordre social1 ?

Bien que cet ensemble ait aujourd’hui disparu, les données dont nous disposons permettent de reconstituer la manière dont étaient logés les occupants du château de Marly, qu’il s’agisse du roi, de sa famille, de ses invités ou encore des gardes et des serviteurs. Au-delà de l’inventaire des équipements en présence – qu’ils soient immobiliers ou mobiliers, couverts ou à ciel ouvert, pérennes ou éphémères –, l’enjeu est d’appréhender comment les uns et les autres évoluaient dans cet environnement technique, s’y installaient et le manipulaient. Partant du principe que la technique est tout autant un moteur qu’un reflet de la société, on est par ailleurs amené à postuler que les modalités du logement pouvaient tour à tour conforter la règle sociale établie par l’étiquette ou, au contraire, avoir pour effet de la modifier.

  • 2 Paris, Archives nationales (AN), E 1983.

Les sources disponibles sont de différentes natures. On dispose pour Marly d’assez peu de vestiges matériels, qu’il s’agisse de ceux observables in situ, des éléments issus des fouilles, ou encore d’objets d’art pour ainsi dire « exilés » comme la statuaire réunie dans l’une des cours du Louvre. En revanche, les sources testimoniales sont riches et variées, qu’elles soient écrites ou iconographiques. Outre la bibliographie existante, un grand nombre de documents anciens sont consultables : plans, dessins, mémoires relatifs aux travaux, aux aménagements et à l’entretien du domaine, correspondances ou inventaires (bien sûr, l’Inventaire général des meubles de la Couronne et des maisons royales mais aussi, par exemple, le moins connu mais très précieux « État général du mobilier à vendre au château de Marly » établi fin 1715, après la disparition du roi2), et nous disposons des témoignages de contemporains, en particulier ceux des mémorialistes. Enfin, on peut établir des comparaisons avec d’autres demeures royales occupées simultanément comme Versailles, Saint-Germain, le Louvre, Trianon, Clagny ou Fontainebleau.

Fig. 1 : Pierre-Denis Martin, Vue générale du château et des jardins de Marly, v. 1724, huile sur toile, 3,005 × 2,260 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 762.

Fig. 1 : Pierre-Denis Martin, Vue générale du château et des jardins de Marly, v. 1724, huile sur toile, 3,005 × 2,260 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 762.

© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Droits réservés

  • 3 Cette disposition s’inspire en partie, mais en le développant à beaucoup plus grande échelle, du pl (...)

La caractéristique la plus marquante de Marly, de prime abord, est sans doute son plan (fig. 1) qui fait éclater dans l’espace du jardin les éléments architecturaux du château3 et, au-delà, les bâtiments annexes, dissociant physiquement le logement du roi et de la famille royale, les logements des invités et les communs, tout en les inscrivant dans un système de circulation extérieur permettant à l’ensemble de garder sa cohérence organisationnelle. L’architecte, Jules Hardouin-Mansart, doit ici concevoir une résidence qui, bien que de proportions réduites, soit en mesure de répondre à toutes les exigences d’une demeure royale. La configuration de Marly est en cela trompeuse et tend à faire paraître le château plus petit qu’il n’est. Mais en réalité, d’autres caractéristiques, tout aussi intéressantes et, de fait, complémentaires, apparaissent à l’analyse. Il ne s’agit pas dans cet article de faire une présentation exhaustive de ces questions, des dispositifs en présence et du type – ou des types – de logement qu’ils fabriquent, ni d’observer l’ensemble des conséquences sociales que cela peut avoir, mais d’illustrer cette approche par quelques exemples plus concrets.

Pour cela, commençons par examiner un cas particulier, à savoir les principaux traits marquants du logement de Louis XIV dans le Pavillon royal de Marly. Puis nous nous intéresserons, plus brièvement, à une source testimoniale spécifique, les Mémoires, en l’occurrence ceux du duc de Saint-Simon, afin de donner un aperçu de l’exploitation qui peut en être faite dans le cadre de ce type d’étude.

Les principaux traits marquants du logement de Louis XIV dans le Pavillon royal de Marly

Standardisation marquée de l’Appartement royal : un cas atypique

Dans l’ensemble du château et des pavillons, le parti pris originel est la standardisation marquée des appartements et de leur équipement technique, en fonction des groupes sociaux : le rez-de-chaussée du château, destiné au roi et à ses plus proches parents, l’étage, réservé initialement aux princesses de sang royal, et enfin les pavillons, destinés aux invités, présentaient au départ chacun un ensemble de logements similaires, en termes de surface, de distribution des pièces et de mobilier.

Fig. 2 : Anonyme, Plan du château et des pavillons de Marly (détail), v. 1690. Paris, Archives nationales, O1 1470a, no 1.

Fig. 2 : Anonyme, Plan du château et des pavillons de Marly (détail), v. 1690. Paris, Archives nationales, O1 1470a, no 1.

© Archives nationales de France, Paris

  • 4   On remarque cette répartition nord/sud des appartements du roi et de la reine à Versailles égalem (...)
  • 5   Concernant ces dimensions, ainsi que celles du Grand Salon citées plus bas, des mesures précises (...)

Le rez-de-chaussée du Pavillon royal (fig. 2) était composé de quatre grands appartements séparés par quatre vestibules placés dans l’axe des façades, toutes identiques, et ouvrant sur le Grand Salon central. L’appartement du Roi occupait l’angle nord-est du pavillon, celui situé du côté de l’Allée royale et donnant sur la Grande Perspective des jardins, alors que son pendant, au sud-est, était à l’origine destiné à la reine4. Cet appartement était constitué, comme les autres grands appartements, de trois pièces (d’environ 50 m² chacune)5 :

  • une chambre, sans balustre, donc les deux portes-fenêtres donnaient sur la Perspective principale des jardins ;

  • un cabinet d’angle, pièce très lumineuse, éclairée par quatre portes-fenêtres, qui fut également utilisée comme salle du Conseil ;

  • un second cabinet ou antichambre, où fut installée la chaise percée du roi.

  • 6   AN, O3331 à 3333.

L’Inventaire général des meubles de la Couronne et des maisons royales6 donne une description de l’ameublement du château vers 1684 qui permet de constater que les quatre grands appartements étaient, au départ, meublés de façon exactement identique : dans les quatre chambres, on retrouvait un ameublement de damas consistant en un lit complet sans balustre, deux fauteuils, douze sièges pliants, deux carreaux, quatre portières, une tapisserie, deux rideaux de damas blanc et une chaise à layette, dans les cabinets d’angle une tapisserie avec prise en compte de la cheminée, un lit de repos avec des housses de serge de Londres, quatre portières, douze sièges pliants et quatre rideaux de damas blanc, et enfin dans les seconds cabinets une tapisserie, quatre portières, quatre bancs garnis dits formes avec leur housse de serge et deux rideaux de damas blanc.

Seule la couleur choisie – en l’occurrence le rouge cramoisi – pour les tentures de damas et la garniture textile du mobilier différenciait l’appartement du souverain des trois autres, auxquels une couleur spécifique avait également été attribuée :

  • vert pour celui de la reine, au nord-ouest (celle-ci, morte en 1683, ne l’occupa jamais, il fut affecté au Grand Dauphin puis, à partir de 1694, à Mme de Maintenon) ;

  • aurore (orange clair, jaune doré) pour celui de Monsieur, frère du roi, au sud-ouest (il le quitta en 1696, importuné par le café installé dans son antichambre ; cet appartement, amputé d’une pièce par la création d’un grand escalier, fut ensuite occupé par le duc et à la duchesse de Bourgogne, puis par la duchesse de Berry après leur décès) ;

  • bleu pour celui de la Palatine, épouse de Monsieur, au sud-est.

L’Appartement royal ne se définissait donc pas techniquement comme tel. Quantitativement, il ne se démarquait des autres grands appartements ni par sa surface, ni par la disposition des pièces, ni par la composition du mobilier initialement commandé pour le garnir. Qualitativement, il en allait de même : le traitement de l’architecture, le type de meubles, les textiles et essences de bois utilisés étaient identiques.

  • 7   Comme Gérard Sabatier l’a d’ailleurs fait remarquer durant le colloque, on trouve d’autres exempl (...)

Cette standardisation, tant des espaces que du mobilier, est une grande originalité du lieu. Si on la retrouve régulièrement dans les domaines du logement militaire, religieux ou hospitalier, elle est en revanche inaccoutumée en matière de demeure royale, en tout cas de façon aussi marquée7.

Ce parti pris atypique ne peut qu’être l’effet de la volonté du monarque ou, pour le moins, avoir reçu son accord. On imagine mal Jules Hardouin-Mansart, architecte talentueux mais également homme de cour avisé, faire ce type de proposition au roi sans avoir l’assurance que ce dernier ne s’en offensera pas. Ce choix du roi – de prime abord assez surprenant – peut avoir des objectifs et des conséquences variés.

  • 8   Il lui est même arrivé de faire recadrer des tableaux à seule fin que ceux-ci s’accordent mieux a (...)

D’un point de vue esthétique, le principal effet de cette standardisation du bâti et du garni est de créer une harmonie visuelle basée sur la symétrie. Autre exemple à Marly, l’utilisation du trompe-l’œil sur la façade du bâtiment de la Perspective pour répondre à celle, bien réelle, qu’encadraient la chapelle et la salle des gardes. On retrouve chez le roi ce goût de la symétrie notamment à travers les choix qui présidèrent à l’accrochage des tableaux dans la petite galerie des peintures de son appartement privé de Versailles8 ou dans l’ordonnance des jardins à la française qu’il affectionnait tant. Il semble que, pour Louis XIV, la symétrie était un critère du « beau », la standardisation pouvant être dans ce cas un moyen parmi d’autres de la produire.

Si l’on aborde à présent la question du point de vue des dispositions pratiques du logement, cette standardisation produit tout autre chose. Sans connaître le contexte historique, en tout cas en se référant uniquement aux plans et aux listes de mobilier des inventaires, il serait impossible d’identifier l’appartement, tel qu’il se présentait en 1684, comme celui du souverain.

On peut avancer comme explication qu’il s’agissait d’une demeure de plaisance, où un protocole moins lourd permettait d’envisager des dispositions architecturales plus originales, mais cela soulève quand même d’autres remarques. Louis XIV n’y était pour ainsi dire pas logé en tant que roi, même pas en tant que maître des lieux, mais à l’égal des trois autres occupants des appartements du rez-de-chaussée, à savoir Monsieur, son épouse la princesse Palatine et, théoriquement, la reine. Plus encore que la famille proche, il me semble que c’est la lignée royale qui est ici logée. Dans un système monarchique obéissant à la loi salique, et mis en péril par la Fronde quelques décennies plus tôt, le symbole des quatre appartements de Marly est assez fort, qu’il soit conscient ou non. L’essence même de la politique dynastique de Louis XIV (que même l’édit de 1714 ne remet pas foncièrement en cause) était ici matérialisée par ces quatre grands appartements identiques qui déterminaient la structure du château, lequel dominait les logements des invités, représentants de la noblesse à présent « domestiquée » au sein de la cour, que le roi tenait sous sa coupe par l’octroi et la suppression de privilèges, dont celui, qu’il rendit à dessein particulièrement sélectif et donc prisé, d’être son invité dans le cadre des « Marlys »9.

Pour autant, quand on consulte les témoignages des contemporains, ces dispositions ne semblent pas avoir été perçues comme anormales. Au fond, on est ici face à un système social si fortement établi que le roi reste le roi où qu’il soit et quelle que soit la configuration de son logement (à Versailles, à Marly, ou sous une tente lors de campagnes militaires). La Cour, étroitement corsetée par l’étiquette, ne voyait pas l’anomalie statutaire de cet appartement. De même qu’elle ne voyait pas – ou ne souhaitait pas voir – le fait que, dans les logements des invités, pratiquement tous – noblesse d’épée ou noblesse de robe, ducs et parfois roturiers – étaient logés à la même enseigne et donc pour une part mis sur le même rang, unique, nivelé, d’invités du roi à Marly.

D’une standardisation marquée vers une personnalisation du logement

Le goût et les besoins des personnalités en présence, le changement d’attribution de certains des appartements ou les aménagements voulus par le roi allaient cependant se traduire par une personnalisation progressive de l’équipement (fig. 3).

Fig. 3 : Anonyme, Plan du château de Marly (détail), fin du règne de Louis XIV. Paris, Bibliothèque nationale de France, Va 78a t.3.

Fig. 3 : Anonyme, Plan du château de Marly (détail), fin du règne de Louis XIV. Paris, Bibliothèque nationale de France, Va 78a t.3.

© Bibliothèque nationale de France, Paris

Quittons un instant l’appartement du Roi : les adaptations de celui de Mme de Maintenon sont représentatives en la matière. Elle se vit attribuer en 1694 l’Appartement vert, primitivement destiné à la reine. Cela n’est pas anodin puisqu’elle était l’épouse morganatique du roi ; ce mariage ne fut d’ailleurs jamais officialisé, si ce n’est d’une certaine façon dans ce type de circonstances. D’un tempérament frileux et regrettant sans doute son ancien appartement à l’étage du même Pavillon royal, plus petit mais plus facile à chauffer, elle fit cloisonner et entresoler la chambre de l’Appartement vert ; cet entresol fut l’un des premiers de l’histoire des châteaux français et préfigure un goût pour l’intimité et le confort qui ira grandissant au cours du xviiie siècle, y compris à Versailles. On sait aussi qu’elle commanda une niche, sorte de canapé fermé sur trois côtés, tapissée de damas rouge et de glaces, comme celle qu’elle possédait à Versailles, et qui lui permettait de s’isoler des courants d’air.

  • 10 Maroteaux 2002, p. 99.

Dans l’Appartement royal, il s’agit plus de personnalisation du mobilier et du décor que d’amélioration du confort. Comme le souligne Vincent Maroteaux10, « certains meubles reflétaient directement les goûts ou les modes de vie du souverain ». En 1688, le damas cramoisi des murs fut remplacé par un damas bordé d’or et de soies de couleur et l’Inventaire général des meubles de la Couronne et des maisons royales mentionne diverses acquisitions, allant d’un simple écran de cheminée pour le cabinet, à une paire de commodes marquetées de la plus belle facture, commandées à Boulle en 1708 pour la Chambre royale. Les activités du souverain pouvaient également nécessiter des aménagements : en 1685, le Cabinet central, devenu cabinet du Conseil, fut pourvu vraisemblablement à cet effet de deux tables de bois sculpté à plateau de marbre.

Dans le reste des grands appartements et dans les autres logements, on peut constater le même phénomène de personnalisation progressive, même s’il reste généralement beaucoup moins accentué, le fonctionnement de Marly, tel que voulu par le roi, s’appuyant notamment, on l’a vu, sur le nivellement social de ses invités par le logement.

Limites de l’appartement du Roi : dénomination et réalité spatiale

Pour comprendre comment Louis XIV était logé dans le Pavillon royal – et cela en prenant en compte les diverses extensions de sa personne sociale : le roi, le chef de lignée, l’époux, le père, etc. –, il s’avère cependant nécessaire de ne pas se cantonner aux strictes limites de son appartement. Outre le fait qu’en tant que maître des lieux il était pour ainsi dire logé dans l’ensemble du domaine, son logement, au sein du château, ne correspondait pas uniquement à cet appartement.

Trois pièces, cela semble en effet bien peu pour héberger l’ensemble des activités se déroulant normalement dans l’appartement du souverain, même si Marly n’accueillait à chaque voyage qu’un nombre restreint de courtisans et qu’il ne s’agissait, en théorie, que d’un lieu de repos et de divertissement. Comme, dans les faits, le roi ne cessait jamais d’exercer ses devoirs – politiques, religieux ou relevant de l’étiquette – où qu’il séjournât, des solutions techniques palliaient nécessairement cette apparente exiguïté.

  • 11 Le café qui fut déplacé dans le bâtiment de la Perspective en 1699.
  • 12 À titre de comparaison, la galerie des Glaces de Versailles fait un peu plus de 750 mètres carrés.

D’où l’importance de la polyvalence du logement à Marly. Les quatre grands appartements étaient très régulièrement, pour tout ou partie, utilisés à des fins diverses : un cabinet du Roi faisait office de salon de musique, on servit un temps des repas dans celui du Dauphin qui comportait également un billard, celui de Monsieur était régulièrement occupé par des tables de jeu et son antichambre fut même un temps aménagée en café11. Enfin, il est à noter que l’espace central du château, le Grand Salon octogonal d’environ 200 mètres carrés12, lieu de rencontre par excellence, pouvait aussi bien accueillir des représentations théâtrales que des bals, le jeu ou des collations, entre autres. La polyvalence ne se limitait pas aux espaces et le rez-de-chaussée du Pavillon royal était très bien pourvu en mobilier volant que l’on déplaçait au gré des circonstances, des activités et qui pouvait être remisé au besoin : chaises, tabourets, bancs ou tables de jeu par exemple. À l’exception des lits, dont les emplacements sont d’ailleurs indiqués sur les plans du château, et des grandes consoles, le mobilier était de fait réellement mobile. Le roi utilisa, à partir du tout début des années 1700, le Vestibule nord comme antichambre et comme salle à manger où l’on dressait, au sens propre, temporairement la table au moment des repas. Il avait aussi pour habitude de travailler chez Mme de Maintenon, ainsi qu’il le faisait à Versailles. Ces deux derniers exemples illustrent aussi le fait que la synergie des espaces était également mise à profit et on répartissait dans plusieurs lieux certaines activités que l’appartement ne pouvait contenir à lui seul : ainsi le Grand Salon, les vestibules, éventuellement une partie de l’appartement de Mme de Maintenon et la chambre du Roi elle-même pouvaient faire office de lieux d’attente pour les courtisans désireux de rencontrer le souverain, qui recevait à Marly dans son Grand Cabinet. Si l’on va plus loin, par le biais de la polyvalence et de la synergie, tout le rez-de-chaussée du château accueillait des activités qui se retrouvaient réunies dans l’Appartement royal de Versailles, cela étant rendu possible par l’agencement, la division des espaces et le système de circulation tel qu’il était conçu.

Dans les faits, le logement du souverain englobait un certain nombre de dispositifs techniques, apparemment extérieurs à son appartement mais constitutifs du logement de la personne royale. Inversement, le logement de Mme de Maintenon, par exemple, était manifestement plus restreint que l’appartement qui était le sien et même, pour une part, autre puisqu’elle disposait d’une pièce dans le bâtiment de la chapelle, où elle aimait à se retirer quand le roi ne réclamait pas sa présence à ses côtés.

Exploitation des Mémoires de Saint-Simon dans le cadre d’une étude sur les conditions du logement

Saint-Simon, témoin et usager

  • 13 Cette question touchant Saint-Simon et Marly a été abordée sous un autre angle, plus historique, da (...)

Saint-Simon commence à travailler à ses futurs Mémoires en 1694 alors qu’il n’a que dix-neuf ans et c’est l’année suivante qu’il est pour la première fois admis à Marly13. Il découvre donc les lieux alors qu’il est un jeune homme et va être amené à les fréquenter très régulièrement au cours des deux décennies qui suivent. Il est particulièrement intéressant d’étudier la perception qu’un observateur aussi fin que lui peut avoir de l’univers technique qui l’entoure. Ses descriptions ont aussi comme intérêt de n’être pas des inventaires, mais de restituer les éléments techniques dans leur contexte spatial et social, et d’en préciser bien souvent les modalités de fréquentation, d’utilisation et de manipulation. Elles s’intègrent, pour la majorité, à des récits qui ne les concernent pas directement, mais peuvent aussi être le sujet principal de certains chapitres des Mémoires, avec ce que Saint-Simon appelle la « mécanique » des logements (par « mécanique », il entend « fonctionnement » de manière générale, que ce soient ou non des logements, comme l’indiquent les titres suivants : Mécanique de l’appartement de Mme de Maintenon, Mécanique de l’appartement du roi pendant sa dernière maladie, mais aussi Mécanique des après-soupers du roi ou Discussion de la mécanique et de la composition du Conseil de régence).

Il faut cependant garder à l’esprit que Saint-Simon n’est pas toujours le témoin direct de ce qu’il expose : il puise dans ce qu’on lui a rapporté et dans ce qu’il lit dans d’autres Mémoires, ceux de Dangeau et de Torcy en particulier. De ce fait, et aussi parce qu’il a mis au propre ses notes bien des années après les avoir écrites pour les plus anciennes, il existe des inexactitudes (par exemple, la cheminée du cabinet de Mme de Maintenon à Versailles n’était pas exactement là où il la situe). Cela étant, si ce n’est dans le détail, dans l’esprit Saint-Simon reste manifestement fidèle à la réalité.

Il convient également de prendre en compte la partialité et la sélectivité du texte : ce qu’il décrit est destiné à servir son propos. Au demeurant, cette sélectivité a aussi son intérêt : par exemple, Saint-Simon parle beaucoup plus, dans son œuvre, des fauteuils, tabourets et carreaux que des peintures de maîtres et autres décors prestigieux, car, en matière d’organisation sociale de la Cour, les modalités d’installation de chacune des personnes qui la composent à l’occasion d’une cérémonie, d’un repas ou d’une simple causerie, ont finalement plus d’importance.

Exemple illustrant l’institution de la personne par le logement : quand le fauteuil fait la reine

L’équipement technique peut servir à transgresser les rangs socialement établis et à les modifier. Saint-Simon, qui en est bien conscient, décrit fréquemment les privilèges légitimes de chacun et ne manque pas, comme nous allons le voir dans cet exemple, de dénoncer ce qu’il considère comme des abus.

En 1701, à l’occasion d’une convalescence de la duchesse de Bourgogne, se déroule dans la chambre de celle-ci à Marly une scène singulière qui ne peut que choquer le duc :

  • 14 Saint-Simon 1983, t. II, p. 42.

Le spectacle y était particulier pour un lieu de pleine cour, puisque toutes les dames y entraient et y étaient en grand nombre, et qu’il n’y avait que les hommes d’exclus. À une ruelle était le jeu et tout ce qu’il y avait de dames ; à l’autre, au chevet du lit, Mme de Maintenon dans un grand fauteuil. À la quenouille du pied du lit du même côté vis-à-vis de Mme de Maintenon, le Roi sur un ployant ; autour d’eux, les dames familières et privilégiées à les entretenir, assises ou debout selon leur rang, […]. Et tous les jours cet arrangement était pareil, qui ne laissa pas de surprendre et de scandaliser assez pour qu’on ne pût s’accoutumer à ce fauteuil public de Mme de Maintenon14.

Tout d’abord, le texte nous apporte des détails sur l’utilisation de l’appartement en ces circonstances, mais il a également un autre intérêt car, statutairement, on est en effet ici face à une aberration. À l’encontre de l’étiquette et de toutes les règles de préséance, ce fauteuil installe de facto, bien qu’éphémèrement, Mme de Maintenon dans son statut, réel mais officieux, d’épouse du roi, voire dans celui de reine. Il est à noter que ce fauteuil est manifestement plus choquant que le fait qu’elle occupe l’appartement initialement dévolu à la reine (il n’en allait d’ailleurs pas de même à Versailles, puisque c’était la duchesse de Bourgogne, justement, qui à cette époque était logée dans l’appartement de la défunte Marie-Thérèse, alors que Mme de Maintenon se contentait d’un petit appartement plus excentré). Le fauteuil est ici une sorte de stratagème technique par lequel le roi l’installe et l’impose sciemment, aux yeux de tous, en tant que reine alors qu’elle ne l’est pas.

Exemple illustrant certaines spécificités du logement à Marly : une dispute éclairante

  • 15 Saint-Simon 1983, t. II, p. 5-6.

Un second épisode – également daté de 1701 – non seulement met en lumière certaines spécificités marlychoises en termes de logement et d’usages, mais permet aussi de mieux appréhender le mode de fréquentation des lieux, le jeu de commandement des pièces et le système de circulation au sein l’Appartement royal15 (fig. 4) : « Le mercredi 8 juin, Monsieur vint de Saint-Cloud dîner avec le Roi à Marly, et, à son ordinaire, entra dans son cabinet lorsque le conseil d’État en sortit », nous explique Saint-Simon qui décrit ensuite la dispute qui éclate entre les deux frères à propos de l’infidélité du gendre du roi, M. de Chartres, futur duc d’Orléans, et poursuit sur les infidélités du roi envers la défunte reine :

[…] de sorte qu’ils se mirent tous deux à se parler à pleine tête. À Marly, les quatre grands appartements en bas étaient pareils, et seulement de trois pièces. La chambre du Roi tenait au petit salon [Vestibule nord], et était pleine de courtisans à ces heures-là pour voir passer le Roi s’allant mettre à table ; et, par de ces usages propres aux différents lieux sans qu’on en puisse dire la cause, la porte du cabinet, qui partout ailleurs était toujours fermée, demeurait en tout temps ouverte à Marly hors le temps du Conseil, et il n’y avait dessus qu’une portière tirée, que l’huissier ne faisait que lever pour y laisser entrer. À ce bruit il entra, et dit au Roi qu’on l’entendait distinctement de sa chambre, et Monsieur aussi, puis ressortit. L’autre cabinet du Roi, joignant le premier, ne se fermait ni de porte ni de portière ; il sortait dans l’autre petit salon [Vestibule est], et il était retranché dans sa largeur pour la chaise percée du Roi. Les valets intérieurs se tenaient toujours dans ce second cabinet, qui avaient entendu d’un bout à l’autre tout le dialogue que je viens de rapporter.

Fig. 4 : Anonyme, Plan du château et des pavillons de Marly (détail). Paris, Archives nationales, O1 1470a, no 1.

Fig. 4 : Anonyme, Plan du château et des pavillons de Marly (détail). Paris, Archives nationales, O1 1470a, no 1.

© Archives nationales de France, Paris

Ce passage atteste de l’usage de la Chambre royale de Marly comme espace d’attente pour les courtisans. Il laisse aussi à penser que le roi déjeunait dans le Vestibule nord avant que celui-ci soit parqueté, en 1702. On apprend que les portes du Grand Cabinet étaient ouvertes quand le Conseil ne s’y tenait pas – ce qui est logique puisqu’il pouvait être utilisé à d’autres fins – et qu’il était d’usage de les tenir toujours fermées dans les autres demeures royales quand il s’agissait de pièces spécifiquement dédiées à cette fonction. La fermeture de ces portes – pendant les Conseils et certains rendez-vous à caractère politique – avait de fait pour but d’isoler phoniquement la pièce, les portières suffisant à assurer une intimité visuelle. La manipulation de ces dernières par les huissiers y est également décrite.

On y apprend encore dans quelle partie de l’appartement se tenaient les valets intérieurs, en l’occurrence le second cabinet, mais aussi certaines dispositions liées à un usage spécifique : c’était dans ce cabinet que se trouvait le fauteuil de commodités du roi, et la description qu’en fait Saint-Simon laisse à penser qu’il était pourvu d’un dispositif, peut-être mobile, ne figurant pas à ma connaissance sur les plans, qui le séparait en deux parties. On sait par ailleurs que le roi avait pour habitude de recevoir sa famille après souper assis sur son fauteuil de commodités ; cela implique donc encore un autre usage de cette pièce.

Et, ainsi de suite, au fil d’un texte de quelques lignes, se dessinent, dans toute sa complexité et sa diversité, la réalité d’un logement et les habitudes de ses occupants.


Pour conclure, notons que si la singularité de l’ensemble s’impose d’emblée, il convient d’évaluer dans quelle mesure l’originalité du parti pris architectural et les conditions du logement à Marly correspondent simplement à des solutions techniques différentes pour un usage traditionnel et, a contrario, en quelles occasions elles relèvent vraiment d’une caractéristique du lieu et de la façon d’en loger les occupants.

  • 16 Bruneau 1995, p. 77-118.

Manifester les conditions du logement, les façons de vivre et l’établissement de la personne sociale, passe par l’analyse combinée des données architecturales, du meuble – qui ne relève pas ici des arts décoratifs mais s’avère constitutif de la mécanique d’ensemble – et des pratiques des usagers. C’est cette appréhension globale qui permet de comprendre l’« outil-pour-vivre » qu’est le logement, comme le désigne si justement Philippe Bruneau16.

Bien qu’aujourd’hui en majeure partie disparu, le domaine de Marly, de par ses spécificités et la richesse de la documentation disponible, est un cas particulièrement passionnant pour ce type d’étude (fig. 5).

Fig. 5 : Vue actuelle du site de Marly prise depuis le haut de l’allée de la Rivière, mars 2009.

Fig. 5 : Vue actuelle du site de Marly prise depuis le haut de l’allée de la Rivière, mars 2009.

© Dominique Adrian 2012

Haut de page

Bibliographie

Bruneau Philippe, 1995, « La maison délienne », Ramage, no 12, p. 77-118.

Bruneau Philippe et Balut Pierre-Yves, 1997 [1989], Mémoires d’archéologie générale, t. I-II : Artistique et archéologie, Paris, Presses universitaires de Paris-Sorbonne.

Mabille Gérard, 2005, « Saint-Simon à Marly », Cahiers Saint-Simon, no 33 : Palais et châteaux, p. 27-38.

Maroteaux Vincent, 2002, Marly, l’autre palais du Soleil, Genève, Vögele.

Milovanovic Nicolas, 2009, « Louis XIV et la peinture », dans N. Milovanovic et A. Maral (dir.), Louis XIV, l’homme et le roi, Paris, Skira / Flammarion.

Saint-Simon, Louis de Rouvroy, duc de, 1982-1988, Mémoires, éd. Y. Coirault, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 8 vol.

Haut de page

Notes

1 Cette approche s’appuie sur le modèle général d’analyse développé par Philippe Bruneau et Pierre-Yves Balut et qui découle des travaux menés par Jean Gagnepain à l’université de Haute-Bretagne dans le cadre de l’élaboration de la théorie de la médiation. Voir Bruneau et Balut 1997.

2 Paris, Archives nationales (AN), E 1983.

3 Cette disposition s’inspire en partie, mais en le développant à beaucoup plus grande échelle, du plan adopté par Le Vau dès 1670 pour le Trianon de porcelaine, où l’on a un pavillon – sans étage – précédé par quatre pavillons plus petits (cet ensemble sera détruit en 1687 et a donc coexisté avec Marly).

4   On remarque cette répartition nord/sud des appartements du roi et de la reine à Versailles également, avant que le roi ne s’installe au centre du château (le nord symbolisant la guerre et le sud la paix et la fertilité, cf. décors des intérieurs et des jardins à Versailles).

5   Concernant ces dimensions, ainsi que celles du Grand Salon citées plus bas, des mesures précises ont été réalisées par Franck Devedjian et sont présentées sur l’un des sites qu’il consacre aux châteaux disparus : http://chateaumarly.wifeo.com.

6   AN, O3331 à 3333.

7   Comme Gérard Sabatier l’a d’ailleurs fait remarquer durant le colloque, on trouve d’autres exemples de standardisation du logement royal, notamment à Chambord ou au château de Madrid ; c’est en fait la systématisation de cette standardisation tant immeuble que meuble qui frappe à Marly.

8   Il lui est même arrivé de faire recadrer des tableaux à seule fin que ceux-ci s’accordent mieux avec le pendant qu’il leur avait choisi. Ainsi, voulant faire accrocher dans le salon de Mars une toile de Véronèse et une de Le Brun, le « roi n’hésita pas à modifié, en 1682, les formats des deux toiles afin que la comparaison fût plus explicite » comme l’écrite Nicolas Milovanovic (2009, p. 95).

9 Voir la communication de Benjamin Ringot et Thierry Sarmant sur le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles.

10 Maroteaux 2002, p. 99.

11 Le café qui fut déplacé dans le bâtiment de la Perspective en 1699.

12 À titre de comparaison, la galerie des Glaces de Versailles fait un peu plus de 750 mètres carrés.

13 Cette question touchant Saint-Simon et Marly a été abordée sous un autre angle, plus historique, dans Mabille 2005, p. 27 à 38.

14 Saint-Simon 1983, t. II, p. 42.

15 Saint-Simon 1983, t. II, p. 5-6.

16 Bruneau 1995, p. 77-118.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Pierre-Denis Martin, Vue générale du château et des jardins de Marly, v. 1724, huile sur toile, 3,005 × 2,260 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 762.
Crédits © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Droits réservés
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11923/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 2 : Anonyme, Plan du château et des pavillons de Marly (détail), v. 1690. Paris, Archives nationales, O1 1470a, no 1.
Crédits © Archives nationales de France, Paris
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11923/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Titre Fig. 3 : Anonyme, Plan du château de Marly (détail), fin du règne de Louis XIV. Paris, Bibliothèque nationale de France, Va 78a t.3.
Crédits © Bibliothèque nationale de France, Paris
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11923/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Fig. 4 : Anonyme, Plan du château et des pavillons de Marly (détail). Paris, Archives nationales, O1 1470a, no 1.
Crédits © Archives nationales de France, Paris
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11923/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Fig. 5 : Vue actuelle du site de Marly prise depuis le haut de l’allée de la Rivière, mars 2009.
Crédits © Dominique Adrian 2012
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11923/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 542k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Adrian, « La « mécanique » de Marly sous le règne de Louis XIV : les modalités techniques du logement et leurs conséquences sur l’ordre social », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 18 décembre 2013, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://crcv.revues.org/11923 ; DOI : 10.4000/crcv.11923

Haut de page

Auteur

Dominique Adrian

Dominique Adrian prépare actuellement une thèse en archéologie moderne et contemporaine, sous la direction de Pierre-Yves Balut (université Paris-Sorbonne), sur les modalités du logement et la constitution de la personne sociale à travers l’exemple du château de Marly sous le règne de Louis XIV. Contact : dominique.adrian@centrenationaldulivre.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Dominique Adrian / 2012 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org