Navigation – Plan du site
Usages et fonctionnement

Mobilier et étiquette à Marly pendant le règne de Louis XIV

Furnishings and court ceremonial at Marly during the reign of Louis XIV
Stéphane Castelluccio

Résumés

Louis XIV conçut Marly comme une résidence non officielle, destinée à abriter la famille royale et quelques courtisans invités pour de courts séjours. En respect des bienséances, la simplicité de son décor et de son ameublement témoignait de son statut de demeure de campagne qui ne participait pas à l’expression de la dignité de la Couronne. Progressivement, le roi mit en place des règles tacites concernant la richesse tant du décor que du mobilier, adoptées par ses successeurs tout au long du xviiie siècle dans les résidences de campagne, officielles ou non, de la Couronne.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article fait partie des actes du colloque « Marly : architecture, usages et diffusion d’un modèle français » (château de Versailles, 31 mai, 1er et 2 juin 2012) publiés sur le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles.

Texte intégral

Stéphane Castelluccio : Mobilier et étiquette à Marly pendant le règne de Louis XIV

Enregistrement audio de la communication au colloque « Marly : architecture, usages et diffusion d’un modèle français », vendredi 1er juin 2012, Galerie basse du château de Versailles.

Texte lu par Raphaël Masson, conservateur du patrimoine.

Crédits : Stéphane Castelluccio / 2012 / CRCV

  • 1 Furetière 1978, art. « Bienséance ».

Pour les hommes des xviie et xviiie siècles, la bienséance constituait un des fondements des relations sociales. Furetière la définissait comme « ce qui convient à une chose, qui luy donne de la grâce, de l’agrément […] Il faut en toutes choses observer les bienséances1 ». Outre la civilité, la bienséance imposait, par des règles souvent tacites, admises et partagées par toute la société, un degré de richesse qui témoignait du rang social de la personne, expression d’autant plus importante dans une société pour laquelle le paraître signifiait l’être.

Cet usage s’appliquait à tous les signes extérieurs visibles en société, le carrosse, les vêtements, tout comme la résidence et son ameublement. Ainsi, à partir du règne de Louis XIV, les demeures royales participèrent de manière encore plus spectaculaire à l’expression du prestige de la fonction monarchique. Cependant, toutes ne jouaient pas le même rôle dans la vie de la Cour, et leur décor et leur mobilier témoignaient de ces différences.

À Versailles, siège officiel de la monarchie, l’ampleur des bâtiments, des jardins et du domaine ainsi que la richesse des décors et du mobilier exprimaient la dignité du souverain de France, considéré par les régnicoles comme appartenant à la première dynastie d’Europe par son ancienneté, donc la plus prestigieuse. En revanche, Marly a été bâti et meublé dans un but précis et déterminé dès l’origine : une résidence de campagne dans laquelle le roi se retirait pendant trois jours avec quelques courtisans choisis et privilégiés, sans aucune recherche d’apparat et de représentation, cette maison n’étant pas destinée à jouer un rôle officiel dans l’expression du prestige du roi de France. Ainsi à Marly se mirent en place les usages qui influencèrent les décors et l’ameublement des résidences de campagne construites postérieurement par les rois de France, et cela jusqu’à la Révolution.

Parallèlement, la tradition médiévale du transport des meubles à chaque déplacement du souverain laissait peu à peu place à des ensembles désormais disposés à demeure dans chaque résidence. Cette stabilité nouvelle entraîna pour les différents types de meubles une adaptation de plus en plus grande au lieu pour lequel ils avaient été commandés et surtout un respect des bienséances pour l’expression du rang de la Couronne de France et de celui de la résidence dans la hiérarchie des demeures royales.

L’architecture

Marly avait été bâti rapidement et avec des matériaux simples, du moellon enduit et non de la pierre de taille. Les peintures à fresque des façades camouflaient cette simplicité et donnaient l’illusion d’un ensemble orné de marbre et de bronze doré, matières nobles.

À l’intérieur, seuls les espaces communs, soit les quatre vestibules et le Salon, reçurent un décor de stuc et de boiseries enrichi de sculptures (fig. 1). L’emplacement et le volume du Salon, situé au centre du Pavillon royal dont il occupait toute la hauteur, et son riche décor sculpté marquaient son importance tant sur le plan architectural que dans la vie de la Cour à Marly, au point de devenir rapidement le symbole de cette résidence.

Fig. 1 : Coupe du Pavillon royal du château de Marly dans l’axe est-ouest, 1711-1714. Paris, Archives nationales, O1 1472, no 5.

Fig. 1 : Coupe du Pavillon royal du château de Marly dans l’axe est-ouest, 1711-1714. Paris, Archives nationales, O1 1472, no 5.

© Archives nationales, Paris

L’attribution des logements témoignait du rang social de son occupant. Pendant le règne de Louis XIV, les souverains ainsi que le frère du roi et son épouse logeaient au rez-de-chaussée du Pavillon royal ; l’attique recevait les autres membres de la famille royale jusqu’au petit-fils de France et leur service ; les petits pavillons se voyaient réservés aux invités du roi ; enfin, les communs abritaient le personnel des différents services.

Fig. 2 : Plan du rez-de-chaussée et de l’attique du Pavillon royal du château de Marly, avant 1694. Paris, Archives nationales, O1 1470A, no 1.

Fig. 2 : Plan du rez-de-chaussée et de l’attique du Pavillon royal du château de Marly, avant 1694. Paris, Archives nationales, O1 1470A, no 1.

© Archives nationales, Paris

Les quatre appartements au rez-de-chaussée du Pavillon royal, situés dans chaque angle, présentaient une distribution réduite à l’enfilade minimale antichambre-chambre-cabinet, désormais classique au xviie siècle (fig. 2). L’appartement du Roi ne se distinguait pas des autres logements, ni par un emplacement privilégié, ni par une distribution plus développée, héritage direct des résidences de chasse du xvie siècle, telles celles de Chambord ou Madrid. Répondant au désir de simplicité de Louis XIV, le décor de ces appartements se limitait à un bas lambris de panneaux de menuiserie moulurée (fig. 3), surmonté d’une tenture de damas, l’étoffe de soie la moins coûteuse. Une cheminée de marbre à attique et des tableaux en dessus-de-porte constituaient les seuls décors de ces pièces.

Fig. 3 : Élévation du mur sud de la chambre du Roi dans le Pavillon royal du château de Marly, 1692 ?, dessin, 24,4 × 20,5 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la Photographie, VA-78 (A, 5)-FOL (Robert de Cotte no 1472).

Fig. 3 : Élévation du mur sud de la chambre du Roi dans le Pavillon royal du château de Marly, 1692 ?, dessin, 24,4 × 20,5 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la Photographie, VA-78 (A, 5)-FOL (Robert de Cotte no 1472).

© Bibliothèque nationale de France, Paris

À l’attique, dans un premier temps, les douze appartements ne comprenaient qu’une antichambre et une chambre, tandis qu’un salon prenait place au-dessus de chaque vestibule (fig. 2). Leur décor reprenait les principes de simplicité adoptés pour les appartements du rez-de-chaussée, avec un bas lambris composé de panneaux de menuiserie moulurée et surmonté d’une étoffe. En revanche, des cheminées de pierre avaient été estimées suffisantes dans ces appartements destinés aux membres plus éloignés de la famille royale ou à des personnes de leur service, respectant ainsi les différents niveaux de hiérarchie sociale.

Un premier ameublement : 1683-1688

  • 2 Paris, Archives nationales (désormais AN), 259 AP 54, fo 239-239vo, 244vo ; O1 29846 ; O1 3305, fo  (...)

Le premier mobilier disposé en 1683 marquait une volonté évidente d’uniformisation avec des ensembles d’une composition identique pour des espaces remplissant une même fonction. Ainsi, des banquettes et des tabourets, soit des sièges d’antichambre mais couverts de brocart, prirent place dans le Salon et les vestibules. Ces derniers reçurent de plus chacun deux tables aux pieds de bois richement sculptés et dorés et surmontés d’un plateau de marbre2 (fig. 4).

Fig. 4 : Une des huit tables livrées pour les vestibules du Pavillon royal du château de Marly. Paris, Mobilier national, en dépôt au musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, GME C 239.

Fig. 4 : Une des huit tables livrées pour les vestibules du Pavillon royal du château de Marly. Paris, Mobilier national, en dépôt au musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, GME C 239.

Voir la fig. 1, vestibule de gauche.

© Château de Versailles, Dist. RMN-Grand Palais / Jean-Marc Manaï

  • 3 AN, O1 29846 ; O1 3305, fo 106-109, 137vo, no 1063, 1064, 1065. Guiffrey 1885-1886, t. II, p. 339-3 (...)

De même, le mobilier des quatre appartements du rez-de-chaussée se distinguait seulement par sa couleur différente avec du damas rouge pour le roi, vert pour la reine, aurore pour Monsieur et bleu pour Madame, la princesse Palatine3. Chaque antichambre abritait quatre banquettes et chaque cabinet avait reçu un lit de repos et douze pliants. Dans chacune des chambres prit place l’ameublement standard de ce type de pièce avec un lit, deux fauteuils et douze pliants. Les bois des sièges avaient été peints de la même couleur que celle du damas qui les recouvrait et seules leurs moulures avaient été dorées. La passementerie surdorée distinguait le lit du roi de ceux des autres membres de la famille royale.

Dans les antichambres et les chambres des appartements de l’attique avaient été disposés des ensembles également de composition identique, avec un lit, deux fauteuils, douze pliants et tabourets et un fauteuil de commodités. Les couleurs des différents damas de Gènes employés, aurore, aurore et cramoisi, bleu, aurore et bleu, vert, cramoisi et blanc, cramoisi et aurore et vert, avec leur passementerie de soie aux couleurs assorties, distinguaient chaque appartement. Les bois des sièges étaient peints en cramoisi et jaune, cramoisi et aurore, vert et blanc ou bleu et jaune, en fonction des couleurs de l’étoffe. Des tentures de brocatelle, étoffe de coton et de soie ou de laine et de soie, aurore, rouge et blanc, couvraient les murs de toutes ces pièces d’attique. Chaque salon avait reçu seize tabourets couverts de cette même brocatelle et sans passementerie.

  • 4 AN, O1 29846 ; O1 3282B ; O1 3305, fo 138-140vo, no 1067-1083 ; 259 AP 54, fo 240vo-241vo ; 259 AP  (...)
  • 5 AN, O1 29846 ; 259 AP 54, fo 247vo. Guiffrey 1885-1886, t. I, p. 279, no 141-142.

L’attique se remarquait par la simplicité de ses ameublements, avec des étoffes moins riches, l’absence de métal précieux dans les passementeries et de dorure sur les sièges4. Aucun meuble d’ébénisterie n’avait été commandé pour aucun appartement, et seuls des tables encadrées d’une paire de guéridons et des miroirs complétaient le mobilier d’étoffe5.

Ainsi, le premier ameublement du Pavillon royal de Marly se composait d’ensembles simples, voire austères, classiques et interchangeables, essentiellement constitués de mobilier d’étoffe peu coûteux, comme il convenait à une résidence de campagne pour laquelle Louis XIV ne souhaitait pas faire de dépenses inconsidérées. La nature des étoffes marquait discrètement la place des occupants de l’appartement dans la hiérarchie sociale de la Cour : du damas de soie, c’est-à-dire une matière noble mais l’étoffe la plus simple, pour les souverains, Monsieur et Madame, l’appartement du Roi recevant le meuble cramoisi, couleur royale et unique distinction ; de la brocatelle pour les tentures des autres appartements d’invités, tandis que les écuries et autres espaces de services avaient reçu des meubles de coton.

Ces ameublements contrastaient avec la richesse des brocarts de soie, d’or et d’argent des sièges des vestibules et du Salon, étoffes a priori déplacées pour de telles pièces servant de passage et d’antichambres. Cependant, les vestibules et surtout le Salon étaient considérés à l’égal du Grand Appartement de Versailles, et accueillaient la vie sociale des invités à Marly. Leurs ameublements se devaient d’être dignes tant de l’hôte royal que des personnes qu’il recevait.

Le second ameublement : 1688

  • 6 AN, O1 3445, fo 8vo-10, 13-13vo, 14-15, 17vo-18.

Lassé par cette austère simplicité, en février 1688, Louis XIV fit intercaler, dans les quatre appartements du rez-de-chaussée, des lés de brocart en alternance avec ceux de damas déjà en place, mais conserva les couleurs propres à chaque logement. Une telle disposition, qualifiée de « mi-partie », remontait au Moyen Âge et se retrouvait parallèlement à Versailles dans l’Œil-de-Bœuf, la chambre du Roi, le cabinet des Tableaux, le deuxième salon de la Petite Galerie, le cabinet des Nobles et la chambre de la Reine6.

Cette alternance tempérait l’impression de splendeur qui eût paru excessive pour une résidence de campagne, contrairement à Versailles, où l’ameublement de la chambre du Roi associait deux brocarts différents.

Le décor et le mobilier des appartements du Pavillon royal ne subirent aucune modification majeure jusque vers 1695. À partir de cette année, l’uniformité des ameublements disparut progressivement en raison du changement de sensibilité de Louis XIV, de son goût de plus en plus prononcé pour Marly et des contraintes pratiques imposées par l’évolution de la famille royale. En effet, la génération des petits-enfants du roi avait désormais atteint l’âge de participer aux séjours de Marly, soit quatorze/seize ans, avec particulièrement le duc et la duchesse de Bourgogne. Puis, les disparitions successives de Monsieur en 1701, du Grand Dauphin en 1711, des Bourgogne l’année suivante puis du duc de Berry en 1714, entraînèrent des changements réguliers des attributions des logements et l’adaptation de la richesse de leur ameublement à leur nouvel occupant.

La guerre de la Ligue d’Augsbourg absorbait tous les crédits et les circonstances économiques difficiles n’autorisaient aucune entreprise de grande ampleur, aussi les modifications se limitèrent-elles à la décoration intérieure et au mobilier. Marly devint ainsi le laboratoire où apparut le nouveau style, avec plus de liberté que dans une résidence officielle. Lorsque Louis XIV appréciait les résultats, il reprenait ces nouveautés dans les autres résidences royales, et particulièrement à Versailles.

Fig. 5 : Le Salon, coupe du Pavillon royal du château de Marly dans l’axe est-ouest, 1711-1714 (détail). Paris, Archives nationales, O1 1472, no 5.

Fig. 5 : Le Salon, coupe du Pavillon royal du château de Marly dans l’axe est-ouest, 1711-1714 (détail). Paris, Archives nationales, O1 1472, no 5.

© Archives nationales, Paris

La création la plus spectaculaire fut la pose au cours de l’année 1699 des cheminées dites « à la royale », avec un chambranle de marbre assez bas surmonté d’un haut trumeau composé de trois grandes glaces. Les progrès techniques de coulage des miroirs avaient permis cette spectaculaire prouesse dont la réussite esthétique ne se démentit pas pendant deux siècles. Louis XIV fit tout d’abord modifier le Salon (fig. 5). Pour compenser la perte de luminosité entraînée par la condamnation de quatre fenêtres à l’attique en raison du passage des conduits de cheminée, le roi fit percer quatre œils-de-bœuf dans la voussure, dont l’un apparaît de face et deux autres en coupe sur la coupe du Salon.

Fig. 6 : Cheminée de l’antichambre du Roi dans le Pavillon royal du château de Marly. « Livre de cheminées exécutées à Marly sur les desseins de Monsr. Mansart Surintendant […] Dessinées et gravées par P. Le Pautre Graveur du Roy ». Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, inv. grav. 837.

Fig. 6 : Cheminée de l’antichambre du Roi dans le Pavillon royal du château de Marly. « Livre de cheminées exécutées à Marly sur les desseins de Monsr. Mansart Surintendant […] Dessinées et gravées par P. Le Pautre Graveur du Roy ». Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, inv. grav. 837.

© Château de Versailles

Louis XIV étendit ces modifications aux appartements bas. Les trumeaux des pièces de l’appartement du Roi, ainsi que ceux des cabinets d’angle, sont connus par des gravures de Pierre Le Pautre (fig. 6, 7, 8).

Fig. 7 : Cheminée du cabinet du Conseil dans le Pavillon royal du château de Marly. « Livre de cheminées exécutées à Marly sur les desseins de Monsr. Mansart Surintendant […] Dessinées et gravées par P. Le Pautre Graveur du Roy ». Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, inv. grav. 835.

Fig. 7 : Cheminée du cabinet du Conseil dans le Pavillon royal du château de Marly. « Livre de cheminées exécutées à Marly sur les desseins de Monsr. Mansart Surintendant […] Dessinées et gravées par P. Le Pautre Graveur du Roy ». Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, inv. grav. 835.

© Château de Versailles

Fig. 8 : Cheminée de la chambre du Roi dans le Pavillon royal du château de Marly. « Livre de cheminées exécutées à Marly sur les desseins de Monsr. Mansart Surintendant […] Dessinées et gravées par P. Le Pautre Graveur du Roy ». Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, inv. grav. 836.

Fig. 8 : Cheminée de la chambre du Roi dans le Pavillon royal du château de Marly. « Livre de cheminées exécutées à Marly sur les desseins de Monsr. Mansart Surintendant […] Dessinées et gravées par P. Le Pautre Graveur du Roy ». Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, inv. grav. 836.

© Château de Versailles

  • 7 AN, O1 1460.154 ; O1 1465.379, 388 ; O1 1473, p. 53, art. 19 ; O1 1474, fo 12vo, 13vo, 14, 20vo, 21 (...)

Enfin, les appartements de l’attique reçurent à leur tour de tels aménagements, tandis que les cheminées de pierre cédèrent la place à des chambranles de marbre, modifications visibles sur la coupe de 1714 (fig. 9). Toutefois, les marbres employés, principalement rouge Languedoc et vert Campan, étaient moins estimés que ceux choisis pour les appartements du rez-de-chaussée7.

Fig. 9 : Coupe du Pavillon royal du château de Marly dans l’axe est-ouest, 1711-1714, détail : l’attique. Paris, Archives nationales, O1472, no 5.

Fig. 9 : Coupe du Pavillon royal du château de Marly dans l’axe est-ouest, 1711-1714, détail : l’attique. Paris, Archives nationales, O1 1472, no 5.

À gauche : attique est. À droite : attique ouest.

© Archives nationales, Paris

Ces modifications enrichirent le décor des appartements du Pavillon royal avec l’emploi de matériaux nobles, marbres et miroirs, les cadres de glace restant peints en blanc, à l’exception de ceux du Salon qui reçurent une dorure. Satisfait par ces innovations, Louis XIV les reprit à Versailles, comme les œils-de-bœuf percés dans l’antichambre éponyme, tandis que les grands trumeaux de glace remplacèrent peu à peu les cheminées à attique ou les carreaux de miroirs assemblés.

  • 8 AN, O1 19645 ; O1 2040A.3 et 4 ; O1 1460.154 ; O1 1474, fo 112. Mercure galant, mai 1685, p. 14-24  (...)

À Marly, Louis XIV profita des travaux des années 1699-1700 pour achever le décor peint des appartements du rez-de-chaussée. Il commanda pour les dessus-de-porte la dernière série de tableaux de batailles à Van der Meulen et à son équipe, lesquels prirent place dans des cadres de bois doré8.

  • 9 AN, O1474, fo 151vo, 156, 156vo, 159 ; O1465, no 386 ; O1 1460.189. Guiffrey 1881-1901, t. IV, (...)

Ces modifications ne concernèrent pas les vestibules, à l’exception de ceux au nord et au sud intégrés, en mai 1702, à l’enfilade des appartements du Roi et de la Reine qu’ils desservaient pour leur servir d’antichambres. Ce changement de statut et d’usage entraîna le remplacement du dallage de marbre, habituel dans un vestibule, par un parquet, comme dans toute pièce d’un appartement. Ces deux vestibules devenus antichambres reçurent chacun deux cheminées pour assurer désormais leur chauffage mais sans trumeau de glace, ornement trop somptueux pour de telles pièces9.

Les changements survenus dans la composition de la famille royale, l’échange en 1694 entre Mme de Maintenon, logée à l’attique, et le Grand Dauphin qui occupait l’appartement de la Reine au rez-de-chaussée, entraînèrent la mise en place de meubles à la richesse adaptée au rang de l’occupant du logement et finalement l’abandon progressif des distinctions par couleur des appartements du rez-de-chaussée. Ces derniers reçurent une numérotation suivant le sens inverse des aiguilles d’une montre, laquelle subsista jusqu’à la fin de l’Ancien Régime : celui du roi portait le no 1, celui de la reine le no 2, celui au sud-ouest le no 3 et le dernier au sud-est le no 4.

Jusqu’à son décès, Louis XIV conserva le principe des meubles mi-partie de damas et de brocart pour son appartement et ceux de Mme de Maintenon, de Madame, de Monsieur, du Grand Dauphin et des duc et duchesse de Bourgogne, même lorsque certains d’entre eux s’installèrent à l’attique, comme le Grand Dauphin à partir de 1694 ou Monsieur entre 1695 et 1697. La présence de brocart marquait la proximité de la personne par rapport au roi, Mme de Maintenon représentant une exception notable, tout comme son logement dans l’appartement de la Reine, liberté que Louis XIV ne s’autorisa qu’à Marly en raison de son statut de résidence non officielle.

  • 10 AN, O1 3308, fo 165, no 2129 ; réutilisation des meubles no 74, 630, 920, 990, 1866 et du brocart « (...)

La quasi-totalité des meubles disposés à partir des années 1690, bien que somptueux, restaient toujours le résultat de la réutilisation d’ensembles anciens, provenant de Marly ou de Versailles, dont les damas et les brocarts étaient retaillés pour obtenir des tentures aux dimensions des pièces, et des couvertures de lits et de sièges10.

En revanche, dans ces mêmes années, l’apparition de nouveaux meubles d’ébénisterie, principalement des commodes et des bureaux, entraîna la commande d’ensembles neufs à la dernière mode pour les appartements du rez-de-chaussée uniquement.

  • 11 AN, O1 3307, fo 398vo, no 521. Guiffrey 1885-1886, t. II, p. 176, no 521.
  • 12 AN, O1 1474, fo 155 ; O1 1465, no 386. Guiffrey 1881-1901, t. IV, p. 995.
  • 13 AN, O1053, fo 19 ; O1 3343, fo 21, no 527. Guiffrey 1881-1901, t. IV, col. 241.

Ainsi, à la mi-octobre 1699, l’ébéniste Aubertin Gaudron livra pour les chambres du duc et de la duchesse de Bourgogne deux grandes commodes « de marqueterie de fleurs de bois de diverses couleurs fond d’ébenne représentant sur le dessus un vase de fleurs posé sur un bout de campanne avec festons de fleurs, oyseaux, papillons et deux crotesques d’hommes de la bouche desquels sort une branche de fleurs blanches11 ». En avril 1702, Louis XIV ordonna « de faire des tables de marbre avec deux pieds dorés de la grandeur des trémeaux du cabinet de Madame la duchesse de Bourgogne entre les chambranles des croisées12 ». Ces deux tables annonçaient les consoles, meubles de menuiserie devenus classiques au xviiie siècle et qui disputaient à la commode le trumeau d’entre-fenêtres et celui vis-à-vis de la cheminée. En 1709, Louis XIV, séduit par les nouvelles créations des ébénistes, commanda pour sa chambre à François Guillemard « deux belles commodes de marqueterie de cuivre et d’écaille dont le dessus est de marbre de griotte ayant chacune trois grands tiroirs fermant à clef dont les entrées des serrures et les anneaux sont de bronze doré13 ». Le souverain en commanda parallèlement à André-Charles Boulle pour son appartement au palais de Trianon.

Enfin, l’ultime livraison de meubles pour les vestibules et le Salon en 1712 respecta la bienséance pour les ameublements de ces pièces. Les vestibules reçurent des tabourets et des banquettes couverts de savonnerie, étoffe de laine solide, qui respectaient les convenances pour des sièges d’antichambre, tant par leur forme que par leur matière. Les tabourets du Salon étaient désormais garnis de damas encadré d’une bande de brocart. Ainsi, à la fin du règne de Louis XIV, contrairement au premier mobilier de 1683, la richesse des meubles allait croissant à partir des vestibules, puis dans le Salon pour culminer dans les appartements du rez-de-chaussée. En janvier 1715, Louis XIV fit renouveler totalement les meubles d’étoffe de sa chambre et de son cabinet, toujours mi-partie et réalisés à partir de brocarts « fond d’or à grands ramages or et argent lizerés de noir et fleurs de soie nuées de plusieurs couleurs » récupérés sur cinq meubles plus anciens. Seul le damas était neuf.

  • 14 AN, O1 3307, fo 303vo no 169-171, fo 369vo no 177. Guiffrey 1885-1886, t. I, p. 361-362 no 169-171, (...)
  • 15 AN, O1 1474, fo 112, 116vo ; O1 1460, no 155.
  • 16 AN, O1 3307, fo 436, no 114-119 ; O1 3308, fo 86, no 131. Guiffrey 1885-1886, t. I, p. 320-321, 325 (...)
  • 17 AN, O1 3308, fo 165, 169.

Louis XIV fit également enrichir le mobilier des appartements de l’attique, mais à un degré moindre, comme il se devait. En juin 1696, les tentures de brocatelle cédèrent la place à des tapisseries de Beauvais dans un premier temps, le souverain souhaitant sans doute soutenir cette manufacture en ces temps difficiles14. Le souverain apprécia ces tapisseries et projeta d’en placer au rez-de-chaussée en septembre 1700, puis leur préféra les créations plus prestigieuses des Gobelins15. Début novembre 1700, arrivèrent à Marly cinq tentures dont deux du Triomphe des dieux et une de La Galerie de Saint-Cloud d’après les peintures de Mignard. Une autre tenture des Triomphes des dieux fut délivrée en janvier 171016. Contrairement à ce qui avait été projeté, ces tapisseries ornèrent uniquement les appartements de l’attique, dont la richesse de l’ameublement augmenta considérablement17. Sur la coupe du Pavillon royal, deux tapisseries des Maisons royales apparaissent avec, à l’est, Fontainebleau et, à l’ouest, Les Tuileries, bien qu’aucun texte ne mentionne leur arrivée à Marly pendant le règne de Louis XIV (fig. 10 et 11).

Fig. 10 : Charles Le Brun, Le Mois de Juin avec le château de Fontainebleau, de la tenture des Maisons royales, no 101, manufacture des Gobelins, quatrième quart du xviie siècle. Paris, Mobilier national, GMTT 108/006 [notice Joconde].

Fig. 10 : Charles Le Brun, Le Mois de Juin avec le château de Fontainebleau, de la tenture des Maisons royales, no 101, manufacture des Gobelins, quatrième quart du xviie siècle. Paris, Mobilier national, GMTT 108/006 [notice Joconde].

Voir fig. 9, attique est.

© Mobilier national / Isabelle Bideau

Fig. 11 : Charles Le Brun, Le Mois d’Octobre avec le château des Tuileries, de la tenture des Maisons royales, no 84, manufacture des Gobelins, quatrième quart du xviie siècle. Pau, musée national du château de Pau, P 340 (inv. 1896) [notice Joconde].

Fig. 11 : Charles Le Brun, Le Mois d’Octobre avec le château des Tuileries, de la tenture des Maisons royales, no 84, manufacture des Gobelins, quatrième quart du xviie siècle. Pau, musée national du château de Pau, P 340 (inv. 1896) [notice Joconde].

Voir fig. 9, attique ouest.

© RMN-Grand Palais (Château de Pau) / Didier Sorbé

  • 18 AN, O1 3307, fo 405 no 1852, fo 410 no 1860. Guiffrey 1885-1886, t. II, p. 443 no 1852, p. 444 no 1 (...)

Dans les appartements de la princesse de Conti et de la duchesse de Chartres apparurent en 1699 des lits à la duchesse, dont l’impériale, fixée à la corniche ou au plafond, ne nécessitait pas de colonnes au pied du lit, ce qui présentait l’avantage de magnifier le lit. L’essai de ces formes nouvelles n’eut pas lieu dans un des appartements du rez-de-chaussée, mais plus discrètement à l’attique. Toutefois, elle ne séduisit pas Louis XIV qui conserva le lit à la française à quatre colonnes pour les ameublements de ses chambres commandés en 1715 pour Marly et Versailles18.

Les douze petits pavillons

  • 19 AN, 259 AP 58, fo 49, 61vo-63vo ; O1 3305, fo 168, 172. Guiffrey 1885-1886, t. II, p. 351, no 1144- (...)
  • 20 AN, 259 AP 58, fo 60vo, 65vo ; O1 2822, fo 149vo ; O1 29846 ; O1 3305, fo 171vo, 172. Guiffrey 1885 (...)

Comme dans le Pavillon royal, les appartements des invités dans les petits pavillons reçurent un mobilier de composition identique selon le double principe de simplicité et d’interchangeabilité. Au début de l’année 1685, Louis XIV commanda pour chaque appartement un lit, deux fauteuils, deux chaises, six tabourets, quatorze sièges pliants et une chaise percée. Leurs bois avaient été peints en rouge, en vert, en bleu, en jaune, en violet ou en aurore, de la couleur des damas et de la peluche qui les recouvraient. Ces six couleurs différentes laissent supposer que les pavillons symétriques étaient meublés d’une même couleur19. Des miroirs à bordure de bois de noyer prirent place au-dessus de tables encadrées de leurs deux guéridons, tous de noyer de Grenoble20.

  • 21 AN, O1 3307, fo 335vo no 361, fo 352 no 305, fo 353 no 1801-1802, fo 354 no 368, fo 356 no 508. Gui (...)
  • 22 AN, O1 3308, fo 123vo-127, no 2071-2092.

À la suite du réaménagement des petits pavillons en 1697-1698 pour permettre la création d’une chambre supplémentaire, onze lits, tous de damas cramoisi, furent livrés21. Apparut ainsi un début d’uniformisation, consommée en décembre 1712 lorsque tous les meubles des petits pavillons furent remplacés après respectivement trente et quinze années d’usage, par des ensembles identiques de damas cramoisi, confectionnés à partir de stocks du Garde-Meuble et d’une partie des ornements destinés au vaisseau Soleil Royal pour une visite de Louis XIV qui n’eut finalement pas lieu, les Anglais ayant incendié le navire lors de la bataille de La Hougue22.



C’est à Marly que Louis XIV expérimenta de nouveaux principes décoratifs qui connurent le succès à des degrés divers. Ainsi, le souverain reprit les œils-de-bœuf du Salon dans la seconde antichambre de son appartement à Versailles à laquelle ils donnèrent leur nom (fig. 12). En revanche, la disposition des cheminées à la royale surmontées d’un trumeau de glace demeura un grand classique dans le décor intérieur jusqu’au xixe siècle. Enfin, le lit à la duchesse devint le lit d’apparat par excellence durant tout le xviiie siècle.

Fig. 12 : Seconde antichambre de l’appartement du Roi à Versailles, vue actuelle.

Fig. 12 : Seconde antichambre de l’appartement du Roi à Versailles, vue actuelle.

© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Droits réservés

Parallèlement, Marly fut le lieu d’élaboration des règles tacites et des usages qui réglèrent plus ou moins directement jusqu’à la fin de l’Ancien Régime le choix du décor et du mobilier des résidences royales considérées comme de campagne. L’essentiel reposait sur un degré de richesse inférieur à celui du mobilier des résidences officielles, tel celui de Versailles ou de Fontainebleau, pour des raisons tant de bienséance qu’économiques. À cause de leur statut de résidences non officielles, elles échappaient à l’expression de la dignité de la Couronne. Un riche décor et un somptueux mobilier y étaient aussi inutiles que déplacés, d’une part faute d’être vus par le public et les étrangers et d’autre part en raison des dépenses considérées comme trop élevées pour un lieu où elles n’étaient pas nécessaires pour l’expression du prestige de la Couronne, et donc mal employées.

Fig. 13 : Ancienne chambre de Louis XIV au palais de Trianon, vue actuelle.

Fig. 13 : Ancienne chambre de Louis XIV au palais de Trianon, vue actuelle.

© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Droits réservés

Si, dans un premier temps, les appartements étaient dépourvus de décor, à partir de 1699 les cheminées surmontées de leur trumeau de glace les enrichirent considérablement. Néanmoins, la dorure se limitait aux dessus-de-porte et parfois au cadre de miroir du trumeau de la cheminée, contrairement à Versailles où toutes les sculptures des boiseries étaient dorées. Louis XIV appliqua ensuite ce principe au palais de Trianon (fig. 13), repris ensuite par Louis XV au château de Trianon (fig. 14), puis à Compiègne (fig. 15) peu avant la Révolution.

Fig. 14 : Salon de compagnie du château de Trianon, vue actuelle.

Fig. 14 : Salon de compagnie du château de Trianon, vue actuelle.

© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Droits réservés

Fig. 15 : Ancienne chambre du Roi au palais de Compiègne, vue actuelle, photographie.

Fig. 15 : Ancienne chambre du Roi au palais de Compiègne, vue actuelle, photographie.

© RMN-Grand Palais (domaine de Compiègne) / Thierry Ollivier

La distinction était plus subtile pour le mobilier. Le premier ameublement inversait la hiérarchie avec du brocart pour les vestibules et le Salon et du damas dans les appartements. Cet état marquait peut-être la priorité donnée par Louis XIV à la vie en société à Marly et sa volonté de privilégier les espaces de réception par rapport aux appartements, même ceux des souverains. À partir de 1686, la présence de lés de brocart dans les appartements rééquilibra les niveaux de richesse entre les espaces partagés par tous et les appartements des membres de la famille royale. Avec l’arrivée des sièges couverts de tapisseries dans les vestibules en 1712, la progression de la richesse des meubles dans les différentes pièces était enfin respectée.

  • 23 Castelluccio 1996, p. 80-107.

Cependant, le degré de richesse restait inférieur à celui des résidences officielles, d’une part en raison de la présence de lés de damas dans ces ensembles mi-partie, et surtout par la réutilisation systématique d’étoffes de meubles plus anciens, alors que le mobilier d’ébénisterie était neuf. Cet usage tacite perdura jusqu’à la fin du xviiie siècle, avec désormais un traitement différent entre les appartements des souverains et ceux des autres membres de la famille royale. Le brocart apparaissait généralement dans les appartements du Roi et de la Reine, mais restait de réemploi. En 1765, l’appartement du Roi reçut le mobilier jonquille et argent placé en 1739 dans le cabinet de la Pendule et la chambre dite de Louis XV à Versailles. Vingt ans plus tard, en 1785, le meuble vert et or de cette même chambre et du cabinet du Conseil lui succéda également, accompagné des commodes réalisées pour Louis XV à Fontainebleau. Ainsi, avant la Révolution, la chambre du Roi abritait un ameublement Louis XV23.

  • 24 Ibid., p. 127-149.

Dans la chambre de la Reine, Marie Leszczyńska vécut dans un ameublement comprenant des tapisseries et un mobilier de brocart datant du règne de Louis XIV. Marie-Antoinette refusa cette règle et choisit un mobilier neuf aux bois richement sculptés mais peints en blanc et couverts de basin peint. Le brocart exprimait le rang des souverains qui occupaient ces appartements, à un coût moindre, alors que le mobilier de Marie-Antoinette, sous une apparence de simplicité, coûta plus cher car neuf et richement sculpté24.

  • 25 Ibid., p. 160-251.

En revanche, au cours des règnes de Louis XIV et de Louis XV, les petits cabinets des souverains et les autres appartements du Pavillon royal reçurent un mobilier simple, généralement de damas et des meubles d’ébénisterie moins riches que ceux destinés à Versailles, mais à la dernière mode. Ces ensembles relativement peu coûteux restèrent en place jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, avec des compléments et des remplacements rendus nécessaires par l’évolution de la famille royale, mais toujours en respect de cette simplicité. À la veille de la Révolution, les appartements du Pavillon royal étaient meublés avec les ensembles accumulés depuis le règne de Louis XIV, particulièrement les meubles d’ébénisterie, dont la réutilisation et l’emplacement dépendaient directement du rang de la personne qui occupait l’appartement. Ainsi, les deux commodes Louis XIV de la chambre du Roi partirent pour la chambre de la comtesse de Provence pendant le règne de Louis XVI25.

En revanche, depuis le règne de Louis XIV jusqu’à la Révolution, les appartements des petits pavillons reçurent un ameublement de damas de différentes couleurs, puis uniquement cramoisi. Cet emploi du damas cramoisi dans les appartements d’invités perdura jusqu’à la chute de l’Ancien Régime dans les résidences royales.

Ces usages mis en place par Louis XIV à Marly laissaient suffisamment de marge de manœuvre pour respecter la hiérarchie des diverses résidences royales, l’évolution des modes et les goûts des membres de la famille royale. Ces règles tacites furent reprises tout au long du xviiie siècle dans les diverses et nouvelles résidences de campagne de la monarchie. Leur souplesse due à un usage non écrit permettait leur adaptation à la fonction de la maison royale concernée, non officielle comme le château de Trianon ou officielle tel Compiègne, de l’usage qui en était fait et du goût du souverain. En fixant par écrit ces règles, Marc-Antoine Thierry de Ville-d’Avray, nouveau directeur du Garde-Meuble de la Couronne en 1784, fit perdre à son administration sa capacité d’adaptation et aux membres de la famille royale une part de liberté.

Haut de page

Bibliographie

Castelluccio Stéphane, 1996, Le Château de Marly sous le règne de Louis XVI : étude du décor et de l’ameublement des appartements du Pavillon royal sous le règne de Louis XVI, Paris, Réunion des musées nationaux.

1998, « Les “ Conquestes du Roy ” du château de Marly », dans À la gloire du roi : Van der Meulen, peintre des conquêtes de Louis XIV, cat. exp. (Dijon, musée des Beaux-Arts, 9 juin-28 sept. 1998 ; Luxembourg, musée d’histoire de la ville de Luxembourg, 29 oct. 1998-17 janv. 1999), Dijon/Luxembourg, musée des Beaux-Arts/musée d’histoire de la ville de Luxembourg, p. 220-231.

[à paraître], « Sire, Marly ? » Le château de Marly de Louis XIV à Napoléon Ier, Paris, Gourcuff-Gradenigo.

Dangeau, Philippe de Courcillon, marquis de, 1854-1860, Journal du marquis de Dangeau, avec les additions du duc de Saint-Simon, éd. par E. Soulié et al., Paris, Firmin Didot, 19 vol.

Furetière Antoine, 1978 [1690], Dictionnaire universel, Paris, SNL/Le Robert, 3 vol. [fac-similé de l’édition de 1690, Rotterdam, Arnout et Reinier Leers].

Gautier Jean-Jacques, 2009, « Un pied de table réalisé pour le château de Marly en 1683 », L’Estampille/L’Objet d’art, no 450, octobre, p. 54-57.

Guiffrey Jules (éd. par), 1881-1901, Comptes des Bâtiments du roi sous le règne de Louis XIV (1664-1715), Paris, Imprimerie nationale, 5 vol.

(éd. par), 1885-1886, Inventaire général du mobilier de la Couronne sous Louis XIV (1663-1715), Paris, J. Rouam, 2 vol.

Lister Martin, 1873, Voyage de Lister à Paris en 1698, Paris, Société des bibliophiles.

[Tessin Nicodème], 1926, « Relation de la visite de Nicodème Tessin à Marly, Versailles, Clagny, Rueil et Saint-Cloud en 1687 » (préfacée et annotée par Pierre Francastel), Revue de l’histoire de Versailles et de Seine-et-Oise, t. XXVIII, p. 150-167 et p. 274-300.

Tessin Nicodème, 2002 [1717], Traictè de la decoration interieure, éd. par P. Waddy et al., Stockholm, Nationalmuseum/The Swedish Museum of Architecture.

Vittet Jean et Brejon de Lavergnée Arnauld, 2010, La Collection de tapisseries de Louis XIV, Dijon, Faton.

Haut de page

Notes

1 Furetière 1978, art. « Bienséance ».

2 Paris, Archives nationales (désormais AN), 259 AP 54, fo 239-239vo, 244vo ; O1 29846 ; O1 3305, fo 137vo, no 1066 ; O1 3336, fo 158, no 355. Guiffrey 1885-1886, t. II, p. 160, no 352-363 et p. 341, no 1066 ; Lister 1873, p. 186 ; Castelluccio 1996, p. 56 ; Gautier 2009, p. 54-57 ; Castelluccio [à paraître].

3 AN, O1 29846 ; O1 3305, fo 106-109, 137vo, no 1063, 1064, 1065. Guiffrey 1885-1886, t. II, p. 339-340, no 1062-1065 ; Tessin 2002, p. 237, 245.

4 AN, O1 29846 ; O1 3282B ; O1 3305, fo 138-140vo, no 1067-1083 ; 259 AP 54, fo 240vo-241vo ; 259 AP 56, fo 11-12. Guiffrey 1885-1886, t. II, p. 160, no 352-363 et p. 341-343, no 1067-1083.

5 AN, O1 29846 ; 259 AP 54, fo 247vo. Guiffrey 1885-1886, t. I, p. 279, no 141-142.

6 AN, O1 3445, fo 8vo-10, 13-13vo, 14-15, 17vo-18.

7 AN, O1 1460.154 ; O1 1465.379, 388 ; O1 1473, p. 53, art. 19 ; O1 1474, fo 12vo, 13vo, 14, 20vo, 21vo, 22vo, 24, 29, 30vo, 34vo, 75vo, 110, 110vo ; O1 2066. Guiffrey 1881-1901, t. IV, col. 513, 515, 516, 649, 1211.

8 AN, O1 19645 ; O1 2040A.3 et 4 ; O1 1460.154 ; O1 1474, fo 112. Mercure galant, mai 1685, p. 14-24 ; juin 1687, 2e partie, p. 231-232 ; juillet 1687, p. 267-270 ; Guiffrey 1881-1901, t. II, col. 522 ; t. III, col. 86, 90, 92-94, 571 ; t. IV, col. 477, 478, 651 ; Tessin 1926 ; Castelluccio 1998, p. 220-231.

9 AN, O1474, fo 151vo, 156, 156vo, 159 ; O1465, no 386 ; O1 1460.189. Guiffrey 1881-1901, t. IV, col. 883, 917, 966, 1212 ; Dangeau 1854-1860, t. VIII, p. 418.

10 AN, O1 3308, fo 165, no 2129 ; réutilisation des meubles no 74, 630, 920, 990, 1866 et du brocart « des restes du Garde-Meuble ». Cinq pièces de brocart « fond d’or filé avec des cocqs, oiseaux et fleurs de soie de diverses couleurs » provenaient du passage menant de la Garde-Robe du roi au Grand Appartement à Versailles (AN, O1 3445, fo 12vo). AN, O1 3306, fo 89, no 1338 ; O1 3307, fo 368vo, no 1813 et fo 375, no 1818 ; réutilisation des meubles no 1340 et 1342. AN, O1 3308, fo 165, no 2130 ; réutilisation des meubles no 74, 630, 920, 990, 1866. AN, O1 3307, fo 415 ; réutilisation des meubles no 1342 du cabinet de Madame, no 1341 de l’antichambre et du cabinet de l’appartement vert et no 1818 du cabinet du Roi. AN, O1 3308, fo 169, no 2131, 2132 ; réutilisation des meubles no 1340, 1341, 1815, 1818. AN, O1 3307, fo 400vo, no 1846 ; réutilisation des sièges des meubles no 727 et 839 (cabinet du Conseil à Versailles) et du lit de repos no 1095 (de la chambre particulière du Roi à Versailles). Guiffrey 1885-1886, t. II, p. 442, no 1846. AN, O1 3307, fo 403, no 1847 ; réutilisation du brocart des meubles no 1770 et 1823. Guiffrey 1885-1886, t. II, p. 442, no 1847. AN, O1 3307, fo 378, no 1823 ; réutilisation des meubles no 1813 du cabinet du Roi et no 1770 de la chambre de Monsieur. Guiffrey 1885-1886, t. II, p. 439, no 1823. AN, O1 3307, fo 458, no 1913 (réutilisation du brocart du meuble no 1866). Guiffrey 1885-1886, t. II, p. 452, no 1913. AN, O1 3307, fo 463, no 1912 (réutilisation du brocart des meubles no 732-734). Guiffrey 1885-1886, t. II, p. 452, no 1912.

11 AN, O1 3307, fo 398vo, no 521. Guiffrey 1885-1886, t. II, p. 176, no 521.

12 AN, O1 1474, fo 155 ; O1 1465, no 386. Guiffrey 1881-1901, t. IV, p. 995.

13 AN, O1053, fo 19 ; O1 3343, fo 21, no 527. Guiffrey 1881-1901, t. IV, col. 241.

14 AN, O1 3307, fo 303vo no 169-171, fo 369vo no 177. Guiffrey 1885-1886, t. I, p. 361-362 no 169-171, p. 363-364 no 177 ; Vittet et Brejon de Lavergnée 2010, p. 413-414 no 169-171, p. 416-417 no 177.

15 AN, O1 1474, fo 112, 116vo ; O1 1460, no 155.

16 AN, O1 3307, fo 436, no 114-119 ; O1 3308, fo 86, no 131. Guiffrey 1885-1886, t. I, p. 320-321, 325, no 114-119, 131 ; Vittet et Brejon de Lavergnée 2010, p. 238-245, 272, no 114-119, 131.

17 AN, O1 3308, fo 165, 169.

18 AN, O1 3307, fo 405 no 1852, fo 410 no 1860. Guiffrey 1885-1886, t. II, p. 443 no 1852, p. 444 no 1860.

19 AN, 259 AP 58, fo 49, 61vo-63vo ; O1 3305, fo 168, 172. Guiffrey 1885-1886, t. II, p. 351, no 1144-1145.

20 AN, 259 AP 58, fo 60vo, 65vo ; O1 2822, fo 149vo ; O1 29846 ; O1 3305, fo 171vo, 172. Guiffrey 1885-1886, t. I, p. 279, no 146 ; t. II, p. 162, no 375 et p. 351, no 1144-1145.

21 AN, O1 3307, fo 335vo no 361, fo 352 no 305, fo 353 no 1801-1802, fo 354 no 368, fo 356 no 508. Guiffrey 1885-1886, t. II, p. 437, no 1801-1802.

22 AN, O1 3308, fo 123vo-127, no 2071-2092.

23 Castelluccio 1996, p. 80-107.

24 Ibid., p. 127-149.

25 Ibid., p. 160-251.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Coupe du Pavillon royal du château de Marly dans l’axe est-ouest, 1711-1714. Paris, Archives nationales, O1 1472, no 5.
Crédits © Archives nationales, Paris
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11926/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Fig. 2 : Plan du rez-de-chaussée et de l’attique du Pavillon royal du château de Marly, avant 1694. Paris, Archives nationales, O1 1470A, no 1.
Crédits © Archives nationales, Paris
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11926/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 800k
Titre Fig. 3 : Élévation du mur sud de la chambre du Roi dans le Pavillon royal du château de Marly, 1692 ?, dessin, 24,4 × 20,5 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la Photographie, VA-78 (A, 5)-FOL (Robert de Cotte no 1472).
Crédits © Bibliothèque nationale de France, Paris
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11926/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Titre Fig. 4 : Une des huit tables livrées pour les vestibules du Pavillon royal du château de Marly. Paris, Mobilier national, en dépôt au musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, GME C 239.
Légende Voir la fig. 1, vestibule de gauche.
Crédits © Château de Versailles, Dist. RMN-Grand Palais / Jean-Marc Manaï
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11926/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 5 : Le Salon, coupe du Pavillon royal du château de Marly dans l’axe est-ouest, 1711-1714 (détail). Paris, Archives nationales, O1 1472, no 5.
Crédits © Archives nationales, Paris
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11926/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Fig. 6 : Cheminée de l’antichambre du Roi dans le Pavillon royal du château de Marly. « Livre de cheminées exécutées à Marly sur les desseins de Monsr. Mansart Surintendant […] Dessinées et gravées par P. Le Pautre Graveur du Roy ». Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, inv. grav. 837.
Crédits © Château de Versailles
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11926/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 7 : Cheminée du cabinet du Conseil dans le Pavillon royal du château de Marly. « Livre de cheminées exécutées à Marly sur les desseins de Monsr. Mansart Surintendant […] Dessinées et gravées par P. Le Pautre Graveur du Roy ». Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, inv. grav. 835.
Crédits © Château de Versailles
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11926/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 8 : Cheminée de la chambre du Roi dans le Pavillon royal du château de Marly. « Livre de cheminées exécutées à Marly sur les desseins de Monsr. Mansart Surintendant […] Dessinées et gravées par P. Le Pautre Graveur du Roy ». Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, inv. grav. 836.
Crédits © Château de Versailles
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11926/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 9 : Coupe du Pavillon royal du château de Marly dans l’axe est-ouest, 1711-1714, détail : l’attique. Paris, Archives nationales, O1472, no 5.
Légende À gauche : attique est. À droite : attique ouest.
Crédits © Archives nationales, Paris
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11926/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Titre Fig. 10 : Charles Le Brun, Le Mois de Juin avec le château de Fontainebleau, de la tenture des Maisons royales, no 101, manufacture des Gobelins, quatrième quart du xviie siècle. Paris, Mobilier national, GMTT 108/006 [notice Joconde].
Légende Voir fig. 9, attique est.
Crédits © Mobilier national / Isabelle Bideau
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11926/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0M
Titre Fig. 11 : Charles Le Brun, Le Mois d’Octobre avec le château des Tuileries, de la tenture des Maisons royales, no 84, manufacture des Gobelins, quatrième quart du xviie siècle. Pau, musée national du château de Pau, P 340 (inv. 1896) [notice Joconde].
Légende Voir fig. 9, attique ouest.
Crédits © RMN-Grand Palais (Château de Pau) / Didier Sorbé
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11926/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 772k
Titre Fig. 12 : Seconde antichambre de l’appartement du Roi à Versailles, vue actuelle.
Crédits © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Droits réservés
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11926/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Fig. 13 : Ancienne chambre de Louis XIV au palais de Trianon, vue actuelle.
Crédits © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Droits réservés
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11926/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Fig. 14 : Salon de compagnie du château de Trianon, vue actuelle.
Crédits © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Droits réservés
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11926/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Fig. 15 : Ancienne chambre du Roi au palais de Compiègne, vue actuelle, photographie.
Crédits © RMN-Grand Palais (domaine de Compiègne) / Thierry Ollivier
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11926/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Castelluccio, « Mobilier et étiquette à Marly pendant le règne de Louis XIV », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 19 décembre 2013, consulté le 30 avril 2017. URL : http://crcv.revues.org/11926 ; DOI : 10.4000/crcv.11926

Haut de page

Auteur

Stéphane Castelluccio

Stéphane Castelluccio est chargé de recherche au CNRS, habilité à diriger des recherches. Il est l’auteur de Le Château de Marly sous le règne de Louis XVI : étude du décor et de l’ameublement des appartements du Pavillon royal sous le règne de Louis XVI paru en 1996.

Haut de page

Droits d’auteur

© Stéphane Castelluccio / 2012 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org