Navigation – Plan du site
Usages et fonctionnement

Marly, département des Bâtiments du roi, création d’un microcosme institutionnel sous Louis XIV (1679-1715)

Marly, department of the Bâtiments du Roi, creation of an institutional microcosm under Louis XIV (1679–1715)
Benjamin Ringot

Résumés

Marly, où architecture, jardins, fontaines et sculptures étaient le théâtre des divertissements du roi et de quelques invités privilégiés, ne peut être compris sans avoir à l’esprit le travail incessant des Bâtiments du roi et de ces hommes, contrôleurs, inspecteurs, piqueurs, invalides ou gardes qui, sous la direction du surintendant, s’assuraient de la perpétuelle magnificence de ce décor enchanteur, pour reprendre l’expression de Madame Palatine. L’histoire administrative de cette résidence royale reste en grande partie terra incognita, posant, notamment, la question de la création de l’entité administrative qui prend le nom de département de Marly.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article fait partie des actes du colloque « Marly : architecture, usages et diffusion d’un modèle français » (château de Versailles, 31 mai, 1er et 2 juin 2012) publiés sur le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles.

Texte intégral

Benjamin Ringot : Marly, département des Bâtiments du roi, microcosme institutionnel et social sous Louis XIV

Enregistrement audio de la communication au colloque « Marly : architecture, usages et diffusion d’un modèle français », vendredi 1er juin 2012, Galerie basse du château de Versailles.

Crédits : Benjamin Ringot / 2012 / CRCV

  • 1 Saint-Simon 1829-1830, t. XIII, p. 89.
  • 2 Sur cette institution, voir en dernier lieu Ringot et Sarmant 2010.

Lorsque Louis XIV décide de créer Marly, tout comme il avait décidé auparavant d’édifier Clagny, le Val, la ménagerie de Versailles ou le Trianon de porcelaine, c’est une institution tout entière, les Bâtiments du roi, qui se mobilise pour assurer la réalisation et la gestion du chantier. Comprendre comment Marly passe d’« un vallon étroit, profond, à bords escarpés, inaccessible par ses marécages, sans aucune vue, enfermé de collines1 », à cette résidence de plaisance si richement aménagée nécessite d’avoir à l’esprit le travail réalisé par les Bâtiments du roi, institution qui avait pour tâche essentielle de répondre aux envies d’un roi bâtisseur2.

Fig. 1 : Pierre-Denis Martin, Vue générale du château et des jardins de Marly, v. 1724, huile sur toile, 3,005 × 2,260 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et Trianon, MV 762.

Fig. 1 : Pierre-Denis Martin, Vue générale du château et des jardins de Marly, v. 1724, huile sur toile, 3,005 × 2,260 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et Trianon, MV 762.

© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Droits réservés

  • 3 Sarmant 2003.
  • 4 Id., Tiberghien 2002 et Ringot (thèse en cours).
  • 5 Maroteaux 2002.

La prise en compte de l’action administrative et non pas seulement artistique des Bâtiments du roi est récente chez les historiens, et ce notamment grâce aux travaux de Thierry Sarmant avec la publication en 2003 de son ouvrage, Les demeures du Soleil : Louis XIV, Louvois et la surintendance des Bâtiments du roi3. Cette étude, qui s’appuie sur des recherches publiées ou en cours4 sur Versailles et ses satellites, met en exergue certains aspects de la création de Marly qui n’avaient quasiment jamais été abordés jusque-là5. Pourtant, la création d’une « maison royalle », comme on dit à l’époque, entraîne automatiquement la mise en place d’une structure institutionnelle dont il convient d’étudier la création et l’évolution.

La création : Marly, rattaché à Saint-Germain-en-Laye (1679-1683)

Le démarrage des travaux au printemps de 1679 rend nécessaire la mise en place d’une organisation particulière permettant d’assurer la gestion quotidienne du chantier et de servir de relais avec les différents services de la surintendance des Bâtiments du roi, voire avec le surintendant lui-même. Présent déjà à cette époque à Paris, Versailles ou Saint-Germain, ce type de structure prend le nom de « contrôle des Bâtiments du roi » ou de « département des Bâtiments du roi ». En effet, chaque résidence royale peut être dotée d’un département ou dépendre d’une structure plus importante fonctionnant autour d’un contrôleur et de ses employés (fig. 2).

Fig. 2 : Hiérarchie administrative structurant le département des Bâtiments du roi de Marly.

Fig. 2 : Hiérarchie administrative structurant le département des Bâtiments du roi de Marly.

Encadré rouge : la surintendance des Bâtiments du roi versaillaise. Encadré vert : le département de Marly. Les lignes noires pleines signalent des liens hiérarchiques avérés, les lignes noires avec des tirets des relations de travail avérées et les lignes noires en pointillé des liens hiérarchiques supposés.

© Benjamin Ringot

Marly étant une création ex nihilo, aucune structure administrative ne lui est encore consacrée. Pour pallier ce manque, les Bâtiments du roi choisissent non pas de créer un nouveau « département » ou de rattacher Marly à Versailles, mais d’en confier le suivi au contrôleur de Saint-Germain-en-Laye (fig. 3). À cette époque, les résidences royales de Saint-Germain et de Versailles sont des départements distincts, auxquels sont reliées leurs dépendances respectives : à Versailles, la Ménagerie et le Trianon de porcelaine, à Saint-Germain, Le Val et Marly.

Fig. 3 : Départements de Versailles et de Saint-Germain en 1679.

Fig. 3 : Départements de Versailles et de Saint-Germain en 1679.

Les pointillés signalent les dépendances des départements centraux. Le schéma est centré sur Saint-Germain, résidence officielle de la cour.

© Benjamin Ringot

Le choix de rattacher Marly à Saint-Germain est parfaitement compréhensible. En 1679, la création de Marly intervient dans une sorte d’entre-deux : si, depuis 1677, Versailles se transforme petit à petit pour devenir la résidence de la Cour, Saint-Germain reste pour quelques années encore l’épicentre de la vie du roi et de sa suite. Historiquement, Saint-Germain est aussi le département auquel sont rattachés administrativement les nouvelles résidences royales ou les nouveaux grands chantiers royaux des environs : Versailles a longtemps été lui-même relié au département de Saint-Germain (fig. 4).

Fig. 4 : Département de Versailles comprenant Saint-Germain, avant 1672.

Fig. 4 : Département de Versailles comprenant Saint-Germain, avant 1672.

© Benjamin Ringot

  • 6 Colbert 1861-1882, t. V (1868), p. 324-325 (lettre à Louis XIV, Versailles, 4 mai 1672).
  • 7 Sarmant 2003, p. 122.

Ce n’est qu’en 1672 que Jean-Baptiste Colbert, alors surintendant des Bâtiments, nomme un contrôleur pour Versailles, Philippe Lefebvre, et crée ainsi un département autonome6 (fig. 5). Et lorsque le chantier de la machine de Marly est lancé, sa gestion en est assurée tout naturellement, les premiers temps, par le département de Saint-Germain7 (fig. 6).

Fig. 5 : Départements de Versailles et de Saint-Germain en 1672.

Fig. 5 : Départements de Versailles et de Saint-Germain en 1672.

© Benjamin Ringot

Fig. 6 : Départements de Versailles et de Saint-Germain en 1682.

Fig. 6 : Départements de Versailles et de Saint-Germain en 1682.

© Benjamin Ringot

  • 8 Comptes des Bâtiments du roi 1881-1901 (désormais CBR), t. I (1881), col. 1093 (1 200 lt. de gages (...)
  • 9 CBR 1881-1901, t. I (1881), col. 1349 (1600 lt. de gages et 800 lt. d’appointements extraordinaires (...)
  • 10 CBR 1881-1901, t. II (1887), col. 106 ; Sarmant 2003, p. 122.
  • 11 CBR 1881-1901, t. I (1881), col. 1194 (1679).

Témoin de l’accroissement du champ d’action du département de Saint-Germain et de son importance de la fin des années 1670 jusqu’au début des années 1680, Louis Petit, qui en est le contrôleur, voit sa rémunération passer de 2 100 livres tournois8 à 2 400 en 16809, puis à 3 600 livres en 168110, avec le démarrage des travaux à Marly puis de ceux de l’élévation des eaux de la Seine. À cette époque, avant 1682-1683, Marly n’est encore qu’un vaste chantier, une dépendance de Saint-Germain, dont on enregistre la première année les dépenses après celles de Saint-Germain dans les Comptes des Bâtiments du roi11. Cette situation évolue avec l’installation de la Cour à Versailles en 1682, la mort de Colbert en 1683 et l’accroissement de l’importance et du prestige de Marly les années suivantes (fig. 7).

Fig. 7 : Départements de Versailles et de Saint-Germain entre 1682 et 1683.

Fig. 7 : Départements de Versailles et de Saint-Germain entre 1682 et 1683.

Le schéma est dorénavant centré sur Versailles, résidence de la Cour.

© Benjamin Ringot

Vers l’autonomie (1683-1699)

  • 12 Sarmant 2003, p. 51, 119-124.
  • 13 Sur ce personnage : Ringot (thèse en cours) ; « Cochu (Joachim) », Base dictionnaire, Centre de rec (...)
  • 14 Ringot (thèse en cours).
  • 15 Funck-Brentano 1903, p. 75, no 980.
  • 16 Sur ce personnage : Ringot (thèse en cours) ; « Rusé (Louis Le Lièvre de) », Base de données en lig (...)

La mort de Jean-Baptiste Colbert, le 6 septembre 1683, et son remplacement comme surintendant des Bâtiments du roi par François-Michel Le Tellier, marquis de Louvois, fut un évènement déterminant pour l’avenir du département de Saint-Germain et pour celui de Marly. À son arrivée, Louvois réorganise un par un les départements des Bâtiments du roi12 et Saint-Germain n’y échappe pas. Première étape, un contrôleur, Joachim Cochu13, est nommé à la machine de Marly, créant de fait un nouveau département des Bâtiments du roi (fig. 8). Originaire de Crouy-en-Thelle dans l’Oise, Cochu est issu du monde des fortifications, autre département sous la coupe de Louvois. Il restera à la tête de la Machine jusqu’à sa mort en 1706 ; le département de la Machine conservera son indépendance jusqu’à la fin de l’Ancien Régime14. Dans un second temps, toujours en 1683, le contrôleur du département de Saint-Germain et de Marly, Louis Petit, est congédié pour son implication dans l’affaire Bréau, une affaire de malversations lors de la construction de la Grande Écurie de Versailles15. Petit n’aura finalement été que le contrôleur d’un Marly à peine sorti de terre. Il est remplacé par Louis Le Lièvre de Rusé, un ingénieur originaire du Poitou, également issu de l’administration des fortifications16.

Fig. 8 : Départements de Versailles, de la Machine et de Saint-Germain en 1683.

Fig. 8 : Départements de Versailles, de la Machine et de Saint-Germain en 1683.

© Benjamin Ringot

  • 17 Faut-il voir dans les paiements s’étalant du 10 mai au 4 décembre 1689 « à eux [Jean Bailly et Loui (...)
  • 18 Hartmann 1995, p. 272, note 1.131.
  • 19 Ibid., p. 18.

C’est à cette époque (vers 1688) que la surintendance des Bâtiments du roi fait construire à Marly un premier édifice pour accueillir son administration17. Aujourd’hui disparu, ce bâtiment se situait à côté de la porte ouest du domaine, côté village. Absente sur un plan du réseau hydraulique de Marly daté de mai 1685 (fig. 9), sa façade est visible sur une gravure de 168818 (fig. 10). Ce bâtiment semble avoir été par la suite agrandi sous le successeur de Louvois, le marquis de Villacerf, vers 1692-1693, pour prendre sa forme définitive19 ; on retrouve le « pavillon des Bâtiments », aussi appelé « surintendance de Marly », sur une gravure datant de 1699 dans sa forme définitive (fig. 11).

Fig. 9 : Plan du réseau hydraulique du parc de Marly, mai 1685. Paris, Bibliothèque nationale de France, Va 448d gr fol.

Fig. 9 : Plan du réseau hydraulique du parc de Marly, mai 1685. Paris, Bibliothèque nationale de France, Va 448d gr fol.

La flèche rouge signale l’emplacement du pavillon des Bâtiments du roi qui ne figure pas sur ce plan.

© Bibliothèque nationale de France, Paris

Fig. 10 : Vue perspective de Marly avec les bâtiments de la surintendance, gravure, 1688. Paris, Bibliothèque nationale de France, Estampe, Va 448d.

Fig. 10 : Vue perspective de Marly avec les bâtiments de la surintendance, gravure, 1688. Paris, Bibliothèque nationale de France, Estampe, Va 448d.

Signalée en rouge, la surintendance.

© Bibliothèque nationale de France, Paris

Les occupants du pavillon sont indiqués sur des plans de la fin du règne (fig. 11). Cet édifice accueillait ainsi le surintendant des Bâtiments, le contrôleur, l’inspecteur, mais aussi le jardinier et le fontainier.

Fig. 11 : Plan des rez-de-chaussée et premier étage du pavillon des Bâtiments du roi. Paris, Archives nationales, O1 1470A, pl. 3 et 4.

Fig. 11 : Plan des rez-de-chaussée et premier étage du pavillon des Bâtiments du roi. Paris, Archives nationales, O1 1470A, pl. 3 et 4.

À gauche : rez-de-chaussée (pl. 3). À droite : premier étage (pl. 4).

© Benjamin Ringot

  • 20 Ringot (thèse en cours).

Dans l’effervescence qui accompagne l’arrivée de Louvois, Marly gagne donc un nouveau contrôleur et des bâtiments, mais conserve son rattachement à Saint-Germain. Ce sont d’ailleurs les employés du département de Saint-Germain qui travaillent à Marly. Ainsi, Jean Créant, inspecteur à Saint-Germain, devient inspecteur de la menuiserie des nouveaux pavillons de Marly entre 1686 et 168820.

  • 21 Archives départementales des Yvelines, 3E43, no 814 (quittance du 29 mai 1699).

Mais peut-on dire que pendant les années 1680 et suivantes, Marly est une dépendance de Saint-Germain ? Certes, Louis de Rusé est dit dans des actes notariés « contrôleur des Bâtiments de sa Majesté de Saint-Germain-en-Laye et Marly21 », mais n’y a-t-il pas eu un basculement entre ces deux résidences royales dès 1682 et les années suivantes ?

Fig. 12 : Dépenses pour Saint-Germain et pour Marly, d’après les Comptes des Bâtiments du roi (1672-1699).

Fig. 12 : Dépenses pour Saint-Germain et pour Marly, d’après les Comptes des Bâtiments du roi (1672-1699).

En bleu : les dépenses pour Saint-Germain. En rouge : les dépenses pour Marly.

© Benjamin Ringot

  • 22 D’après CBR 1881-1901, t. I (1881), t. II (1887), t. III (1891) et t. IV (1896).
  • 23 Genet-Gouffiac 2011, p. 233 : « Le temps de Saint-Germain. 1691-1701 » et Sarmant 2003, p. 122-123.

En effet, l’installation de la Cour à Versailles en 1682 prive Saint-Germain de sa position prééminente et abaisse son prestige dans l’échelle de valeurs des départements des Bâtiments du roi. La comparaison des dépenses pour Saint-Germain et pour Marly atteste le changement radical qui s’opère au début des années 168022 (fig. 12). Il faudra attendre l’arrivée de la Cour de Jacques II d’Angleterre, quelques années plus tard, pour que Saint-Germain revive quelque peu23. Marly ne peut donc plus être considéré comme une dépendance de Saint-Germain. Bien que rattaché à une seule et unique entité administrative, Marly a irrémédiablement supplanté Saint-Germain dans le début des années 1680 (fig. 13).

Fig. 13 : Départements de Versailles, de la Machine et de Saint-Germain entre 1683 et 1699.

Fig. 13 : Départements de Versailles, de la Machine et de Saint-Germain entre 1683 et 1699.

© Benjamin Ringot

La séparation de Marly et de Saint-Germain (1699)

  • 24 Ringot 2005, p. 26.
  • 25 Ringot 2011, p. 101.
  • 26 CBR 1881-1901, t. IV (1896), col. 558, 628, 685, 742, 799 ; Ringot (thèse en cours).

L’arrivée de Jules Hardouin-Mansart à la tête des Bâtiments du roi en janvier 1699 sonne le glas du département unique de Saint-Germain–Marly24. Alors que Louvois avait réorganisé les départements des Bâtiments du roi selon une logique d’efficacité, Jules Hardouin-Mansart, lui, les réorganise selon une logique tournée vers ses intérêts. En octobre 1699, le surintendant sépare Marly de Saint-Germain (fig. 14) et prend ainsi le contrôle de ce lieu devenu, au tournant du Grand Siècle, la résidence préférée du roi. Sans que l’on puisse précisément dire si le nouveau surintendant souhaite évincer de Rusé ou s’il est juste désireux de placer un parent, il donne le département de Marly à l’un de ses neveux, Jacques Desjardins. Ce dernier n’était entré dans les Bâtiments du roi que dix mois plus tôt comme premier commis chargé, entre autres, de procéder au remboursement des terrains occupés par les travaux du roi25. À Marly, Jules Hardouin-Mansart favorise aussi des personnes issues de son réseau, tel Martin Litaud, qui devient inspecteur en 1699 et qui est originaire des terres du Veurdre que le surintendant possède dans l’Allier26.

Fig. 14 : Départements de Versailles, de la Machine, de Saint-Germain et de Marly entre 1699 et 1715.

Fig. 14 : Départements de Versailles, de la Machine, de Saint-Germain et de Marly entre 1699 et 1715.

© Benjamin Ringot

  • 27 Ibid., col. 1264.
  • 28 Ibid.
  • 29 Paris, Archives nationales, O1 2313, f°12 : « le roy a réglé l’article à 5000 lt. ».

Le département de Saint-Germain disparaît alors définitivement du premier plan des résidences royales. Une simple comparaison de l’activité de Rusé à Saint-Germain et de celle de Desjardins à Marly illustre parfaitement le fossé qui s’est creusé entre les deux résidences royales à partir du début du xviiie siècle. En effet, Rusé, cantonné à Saint-Germain, change radicalement de niveau d’activité : il se retrouve à gérer des dépenses variant entre 30 000 et 40 000 livres27, alors qu’à Marly, ces chiffres oscillent entre 400 000 et 600 000 livres28. Il ne s’occupe plus que d’entretien et de menus travaux pendant que Jacques Desjardins doit superviser la création d’une nouvelle cascade dite « champêtre », l’implantation des globes de Coronelli ou bien les travaux des bassins décorés de carreaux de faïence pour les carpes du roi… Si Desjardins voit ses appointements passer de 4 000 à 5 000 livres29, Rusé reste à 4 000 livres et ne voit plus ses gages augmenter. Plus déterminant encore, Rusé ne peut plus comme auparavant accéder facilement au roi lors des nombreuses promenades de celui-ci à Marly pour y suivre les travaux. Il ne concourt plus aux plaisirs de Louis XIV, mais seulement à l’entretien d’un château en sommeil.

  • 30 CBR 1881-1901, t. V (1901), col. 920-933.

En 1715, alors que le Roi-Soleil meurt, le département de Marly a atteint sa maturité institutionnelle : indépendant, il est alors doté d’infrastructures et d’un personnel constitué d’une quinzaine de personnes30.



L’étude fine des étapes de la création et de l’évolution du département de Marly de 1679 à 1715 permet de mettre en lumière la structuration progressive d’une petite administration d’Ancien Régime. La création d’un département des Bâtiments du roi implique la création de structures à la fois matérielles et humaines, le tout évoluant au gré de la variation des besoins générés par le nombre et l’importance des chantiers successifs. Ce microcosme institutionnel a aussi évolué proportionnellement à l’intérêt que Louis XIV portait à Marly et en fonction des desiderata des surintendants successifs, tantôt sujet de réformes, tantôt enjeu de pouvoir.

Haut de page

Bibliographie

Bentz Bruno, 1992, Les Bassins de faïence du château de Marly, Marly-le-Roi, Omage, coll. « Artkéo » (no 3).

Colbert Jean-Baptiste, 1861-1882, Lettres, instructions et mémoires de Colbert, éd. par P. Clément, Paris, Imprimerie nationale, 7 vol.

Comptes des Bâtiments du roi sous le règne de Louis XIV, 1881-1901, éd. J. Guiffrey, Paris, Imprimerie nationale, 5 vol.

Funck-Brentano Frantz, 1903, Les Lettres de cachet à Paris, Paris, Imprimerie nationale.

Genet-Gouffiac Nathalie, 2011, Jacques II d’Angleterre : le roi qui voulut être saint, Paris, Belin.

Hartmann Claudia, 1995, Das Schloss Marly: eine Mythologische Kartause. Form und Funktion der Retraite Ludwigs XIV, Worms, Wernersche Verlagsgesellschaft.

Maroteaux Vincent, 2002, Marly : l’autre palais du soleil, Paris, Vogele.

Ringot Benjamin et Sarmant Thierry, 2010, « La surintendance des Bâtiments du roi sous Jules Hardouin-Mansart », dans Alexandre Gady (dir.), Jules Hardouin-Mansart (-1646-1708), Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, p. 59-68.

Ringot Benjamin, (thèse en cours), Jules Hardouin-Mansart, surintendant des Bâtiments du roi (1699-1708). Histoire économique, sociale et politique d’une institution au temps de Louis XIV, thèse d’histoire moderne, sous la dir. de Jean Duma, université Paris Ouest Nanterre La Défense.

— 2005, « Jules Hardouin-Mansart et Marly : étude de l’administration des Bâtiments du roi (1699-1708) », mémoire de maîtrise d’histoire moderne, sous la dir. de Jean Duma, université Paris X-Nanterre.

— 2011, « Les commis de la surintendance des Bâtiments du roi sous Jules Hardouin-Mansart (1699-1708) », dans Jean Duma (dir.), Histoires de nobles et de bourgeois, Nanterre, Presses universitaires de Paris Ouest Nanterre La Défense, p. 97-11.

Saint-Simon Louis de Rouvroy, duc de, 1829-1830, Mémoires complets et authentiques du duc de Saint-Simon, éd. par H.-J.-V. de Rouvroy de Saint-Simon, Paris, A. Sautelet-A. Mesnier Cie, 21 vol.

Sarmant Thierry, 2003, Les demeures du Soleil : Louis XIV, Louvois et la surintendance des Bâtiments du roi, Seyssel, Champ Vallon.

Tiberghien Frédéric, 2002, Versailles : le chantier de Louis XIV, 1662-1715, Paris, Perrin.

Haut de page

Notes

1 Saint-Simon 1829-1830, t. XIII, p. 89.

2 Sur cette institution, voir en dernier lieu Ringot et Sarmant 2010.

3 Sarmant 2003.

4 Id., Tiberghien 2002 et Ringot (thèse en cours).

5 Maroteaux 2002.

6 Colbert 1861-1882, t. V (1868), p. 324-325 (lettre à Louis XIV, Versailles, 4 mai 1672).

7 Sarmant 2003, p. 122.

8 Comptes des Bâtiments du roi 1881-1901 (désormais CBR), t. I (1881), col. 1093 (1 200 lt. de gages et 900 lt. d’appointements extraordinaires).

9 CBR 1881-1901, t. I (1881), col. 1349 (1600 lt. de gages et 800 lt. d’appointements extraordinaires).

10 CBR 1881-1901, t. II (1887), col. 106 ; Sarmant 2003, p. 122.

11 CBR 1881-1901, t. I (1881), col. 1194 (1679).

12 Sarmant 2003, p. 51, 119-124.

13 Sur ce personnage : Ringot (thèse en cours) ; « Cochu (Joachim) », Base dictionnaire, Centre de recherche du château de Versailles, [ressource électronique], consultée le 23 octobre 2013. URL : http://www.chateauversailles-recherche-ressources.fr/jlbweb/jlbWeb?html=notdictionnaire&ref=7.

14 Ringot (thèse en cours).

15 Funck-Brentano 1903, p. 75, no 980.

16 Sur ce personnage : Ringot (thèse en cours) ; « Rusé (Louis Le Lièvre de) », Base de données en ligne Dictionnaire, Centre de recherche du château de Versailles, [ressource électronique], consultée le 23 octobre 2013, URL : http://www.chateauversailles-recherche-ressources.fr/jlbweb/jlbWeb?html=notdictionnaire&ref=14.

17 Faut-il voir dans les paiements s’étalant du 10 mai au 4 décembre 1689 « à eux [Jean Bailly et Louis Rocher], sur les ouvrages de maçonnerie qu’ils font pour la construction des nouveaux bastimens de Marly » (CBR 1881-1901, t. III (1891), col. 327), la mention de la construction du pavillon des Bâtiments du roi ?

18 Hartmann 1995, p. 272, note 1.131.

19 Ibid., p. 18.

20 Ringot (thèse en cours).

21 Archives départementales des Yvelines, 3E43, no 814 (quittance du 29 mai 1699).

22 D’après CBR 1881-1901, t. I (1881), t. II (1887), t. III (1891) et t. IV (1896).

23 Genet-Gouffiac 2011, p. 233 : « Le temps de Saint-Germain. 1691-1701 » et Sarmant 2003, p. 122-123.

24 Ringot 2005, p. 26.

25 Ringot 2011, p. 101.

26 CBR 1881-1901, t. IV (1896), col. 558, 628, 685, 742, 799 ; Ringot (thèse en cours).

27 Ibid., col. 1264.

28 Ibid.

29 Paris, Archives nationales, O1 2313, f°12 : « le roy a réglé l’article à 5000 lt. ».

30 CBR 1881-1901, t. V (1901), col. 920-933.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Pierre-Denis Martin, Vue générale du château et des jardins de Marly, v. 1724, huile sur toile, 3,005 × 2,260 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et Trianon, MV 762.
Crédits © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Droits réservés
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11929/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 2 : Hiérarchie administrative structurant le département des Bâtiments du roi de Marly.
Légende Encadré rouge : la surintendance des Bâtiments du roi versaillaise. Encadré vert : le département de Marly. Les lignes noires pleines signalent des liens hiérarchiques avérés, les lignes noires avec des tirets des relations de travail avérées et les lignes noires en pointillé des liens hiérarchiques supposés.
Crédits © Benjamin Ringot
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11929/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre Fig. 3 : Départements de Versailles et de Saint-Germain en 1679.
Légende Les pointillés signalent les dépendances des départements centraux. Le schéma est centré sur Saint-Germain, résidence officielle de la cour.
Crédits © Benjamin Ringot
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11929/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Fig. 4 : Département de Versailles comprenant Saint-Germain, avant 1672.
Crédits © Benjamin Ringot
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11929/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Fig. 5 : Départements de Versailles et de Saint-Germain en 1672.
Crédits © Benjamin Ringot
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11929/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Titre Fig. 6 : Départements de Versailles et de Saint-Germain en 1682.
Crédits © Benjamin Ringot
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11929/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 700k
Titre Fig. 7 : Départements de Versailles et de Saint-Germain entre 1682 et 1683.
Légende Le schéma est dorénavant centré sur Versailles, résidence de la Cour.
Crédits © Benjamin Ringot
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11929/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Titre Fig. 8 : Départements de Versailles, de la Machine et de Saint-Germain en 1683.
Crédits © Benjamin Ringot
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11929/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 9 : Plan du réseau hydraulique du parc de Marly, mai 1685. Paris, Bibliothèque nationale de France, Va 448d gr fol.
Légende La flèche rouge signale l’emplacement du pavillon des Bâtiments du roi qui ne figure pas sur ce plan.
Crédits © Bibliothèque nationale de France, Paris
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11929/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Fig. 10 : Vue perspective de Marly avec les bâtiments de la surintendance, gravure, 1688. Paris, Bibliothèque nationale de France, Estampe, Va 448d.
Légende Signalée en rouge, la surintendance.
Crédits © Bibliothèque nationale de France, Paris
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11929/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Fig. 11 : Plan des rez-de-chaussée et premier étage du pavillon des Bâtiments du roi. Paris, Archives nationales, O1 1470A, pl. 3 et 4.
Légende À gauche : rez-de-chaussée (pl. 3). À droite : premier étage (pl. 4).
Crédits © Benjamin Ringot
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11929/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 12 : Dépenses pour Saint-Germain et pour Marly, d’après les Comptes des Bâtiments du roi (1672-1699).
Légende En bleu : les dépenses pour Saint-Germain. En rouge : les dépenses pour Marly.
Crédits © Benjamin Ringot
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11929/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 13 : Départements de Versailles, de la Machine et de Saint-Germain entre 1683 et 1699.
Crédits © Benjamin Ringot
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11929/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 676k
Titre Fig. 14 : Départements de Versailles, de la Machine, de Saint-Germain et de Marly entre 1699 et 1715.
Crédits © Benjamin Ringot
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11929/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 690k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benjamin Ringot, « Marly, département des Bâtiments du roi, création d’un microcosme institutionnel sous Louis XIV (1679-1715) », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 18 décembre 2013, consulté le 21 août 2017. URL : http://crcv.revues.org/11929 ; DOI : 10.4000/crcv.11929

Haut de page

Auteur

Benjamin Ringot

Benjamin Ringot est chercheur au Centre de recherche du château de Versailles. Auteur d’un mémoire de maîtrise sur l’organisation du département de Marly sous Jules Hardouin-Mansart, il prépare actuellement une thèse d’histoire sur l’administration des Bâtiments du roi sous Jules Hardouin-Mansart à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense sous la direction du professeur Jean Duma. Contact : benjamin.ringot@chateaversailles.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Benjamin Ringot / 2012 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org