Navigation – Plan du site
Marly un modèle ?

L’architecture au début de l’absolutisme danois (1675-1725) : Fredensborg et Marly

Architecture at the beginning of Danish absolutism (1675–1725): Fredensborg and Marly
Ulla Kjær

Résumés

Le château de Fredensborg, à trente-cinq kilomètres au nord de Copenhague, est la résidence secondaire de l’actuelle reine du Danemark. Commandé par Frédéric IV en 1720-1723 et réalisé d’après les dessins de son architecte, Johan Cornelius Krieger, il fut agrandi à plusieurs reprises. En 1727, l’ambassadeur de France au Danemark relatait un entretien avec le souverain danois qui comparait l’environnement de Fredensborg à celui du château de Marly qu’il avait visité en 1693. Mais le château originel ne ressemble pas à la résidence française. Frédéric IV effectua plusieurs voyages en France mais aussi en Angleterre et en Italie, où il visita entre autres des villas d’Andrea Palladio. Krieger connaissait bien le palladianisme de l’Europe du Nord, dont le centre principal était les Pays-Bas. Les historiens de l’art se sont interrogés sur les origines et les sources d’inspiration du château de Fredensborg – France, Italie, Hollande –, qui figure parmi les bâtiments les plus appréciés des danois et qui ne ressemble à aucun autre au Danemark. Durant la construction du château de Fredensborg, il ne s’est pas développpé un style architectural spécifiquement danois. L’absolutisme s’est stabilisé au Danemark à cette période, mais il n’a pas trouvé une expression architecturale qui lui soit propre. Cette communication examine en quoi l’importance que Frédéric IV a accordée à Marly dépasse la notion de style architectural et révèle l’idéologie et la symbolique qui sous-tendent le château danois. En y regardant de plus près, on découvre d’intéressantes ressemblances entre Fredensborg et Marly.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article fait partie des actes du colloque « Marly : architecture, usages et diffusion d’un modèle français » (château de Versailles, 31 mai, 1er et 2 juin 2012) publiés sur le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles.

Texte intégral

Je remercie Mme France de Krassilnikoff, Copenhague, qui a lu et corrigé la version française de l’article.

Ulla Kjaer : Fredensborg, l’architecture de l’absolutisme danois (1675-1725) et Marly

Enregistrement audio de la communication au colloque « Marly : architecture, usages et diffusion d’un modèle français », vendredi 1er juin 2012, Galerie basse du château de Versailles.

Crédits : Ulla Kjaer / 2012 / CRCV

Le château danois de Fredensborg (fig. 1) fait partie de ces édifices que l’on considère avoir été inspirés de Marly. Le roi Frédéric IV le fit bâtir entre 1720 et 1723. L’absolutisme danois se stabilisa pendant ces années mais ne trouva pas d’expression architecturale satisfaisante. Au premier abord, le château ne ressemble pas à celui de Marly, mais, en y regardant de plus près, on note des ressemblances intéressantes entre les deux.

Fredensborg : le château de la paix

Fig. 1 : Le château de Fredensborg, construit en 1720-1723, vue de l’entrée.

Fig. 1 : Le château de Fredensborg, construit en 1720-1723, vue de l’entrée.

© Roberto Fortuna 2007. Nationalmuseet, Copenhague. Antikvarisk-Topografisk arkiv.

  • 1 Pour l’histoire du bâtiment du château de Fredensborg en général, voir Steenberg 1969.

La paix conclue en 1720 avec la Suède après onze ans de guerre a permis au Danemark de consolider sa frontière au sud. Le roi Frédéric IV (1671-1730, régnant à partir de 1699) célébra cet événement en faisant construire un nouveau château à trente-cinq kilomètres au nord de Copenhague, baptisé le « château de la paix » (Fredensborg1 en danois). Tous les Danois connaissent ce château, résidence secondaire de l’actuelle reine. Les fêtes royales dans la salle centrale de Fredensborg – la salle du Dôme – sont retransmises à la télévision et le parc du château est en grande partie ouvert au public. Mais dès l’origine Fredensborg fut conçu comme un bâtiment à caractère privé. Frédéric IV confia sa réalisation à l’architecte danois Johan Cornelius Krieger (1683-1755) qui travaillait à l’époque comme jardinier-paysagiste dans les jardins royaux. Fredensborg fut sa première œuvre architecturale. Krieger construisit le château avec un corps de logis presque carré surmonté d’un dôme et une aile octogonale pour les domestiques, disposée autour d’une cour (fig. 2). Le corps de logis de Fredensborg est aujourd’hui rehaussé et doté de quatre hautes cheminées, appelées « les oreilles » ; le château fut agrandi à plusieurs reprises entre 1723 et 1777 avec l’ajout d’ailes à l’est et à l’ouest, ainsi que d’un bâtiment transversal nord-sud. L’aile octogonale fut rehaussée et des pavillons d’entrée furent ajoutés. Nous ne connaissons malheureusement pas dans les détails la disposition originelle.

Fig. 2 : Fredensborg en 1728, aquarelle d’après une peinture de Hans Christoffer Lønborg à Fredensborg. Copenhague, Nationalmuseet, Antikvarisk-Topografisk arkiv.

Fig. 2 : Fredensborg en 1728, aquarelle d’après une peinture de Hans Christoffer Lønborg à Fredensborg. Copenhague, Nationalmuseet, Antikvarisk-Topografisk arkiv.

© Nationalmuseet, Copenhague. Antikvarisk-Topografisk arkiv

Fig. 3 : Le château de Fredensborg vu du jardin.

Fig. 3 : Le château de Fredensborg vu du jardin.

© Roberto Fortuna 2010. Nationalmuseet, Copenhague. Antikvarisk-Topografisk arkiv.

Les expériences architecturales du bâtisseur et de l’architecte du château

  • 2 Hojer 1829, vol. 2, p. 108.
  • 3 Weilbach 1933, p. 78-79.

Fredensborg est un cas isolé dans l’architecture danoise. Le château originel ne ressemble à aucune autre réalisation de Krieger. En outre, il se distingue par un corps de logis à plan centré lui-même placé au centre d’une demi-étoile de chasse (voir fig. 11). Ajoutons à cela qu’il possède cette aile octogonale et qu’il est en harmonie avec la nature environnante. En 1730, à la mort de Frédéric IV, l’historien danois Andreas Hojer écrit dans sa biographie que Fredensborg fut dessiné par le roi lui-même2. Le roi aimait évidemment ce lieu. Il désirait une maison de plaisance et il donna probablement des directives assez précises pour sa conception. Mais d’où tenait-il son inspiration ? Comme Fredensborg ne ressemble à aucun autre château au Danemark, plusieurs historiens de l’art danois ont essayé de trouver à l’étranger des bâtiments qui auraient pu servir de modèles. Les sources à ce sujet sont malheureusement peu nombreuses. Le roi voyageait assez souvent. En tant que prince héritier, il se rendit en 1692-1693 en Allemagne, en Italie, en France et aux Pays-Bas ; l’un des points culminants de ce voyage fut un séjour à Paris en janvier-février 1693. Le jeune prince de vingt et un ans visita Versailles et Trianon le 30 janvier et le jour suivant Marly, où il vit la machine hydraulique3. Seize ans plus tard, il partit de nouveau en Italie du Nord. Krieger, quant à lui, voyagea en Angleterre et aux Pays-Bas ; il connaissait en particulier l’œuvre de l’architecte Andrea Palladio et plus généralement l’architecture de l’Italie du Nord qui a influencé celle de l’Europe du Nord aux xviie et xviiie siècles.

Les anciennes théories au sujet de l’inspiration du château

  • 4 Elling 1958, p. 14-15.
  • 5 Steenberg 1969, p. 10-14.
  • 6 Langberg 1955, p. 254, et Lund 1963.

En 1958, l’historien d’art danois Christian Elling citait l’ambassadeur de France au Danemark, Pierre Blouet de Camilly, à qui Frédéric IV avait dit en 1727 que l’environnement à Fredensborg permettait de reproduire Marly. Pour Camilly, Fredensborg et Marly n’avaient en commun que la beauté de la nature. Mais Elling considérait, en s’appuyant sur cette citation, que Marly était le modèle originel du roi et il ajoutait que Frédéric IV avait vu en Italie un grand nombre de villas exceptionnelles qui avaient pu aussi lui servir d’inspiration. Parmi celles-ci, la villa Albergati près de Bologne était particulièrement remarquable par sa haute salle surmontée d’une coupole4. Le conservateur en chef de Fredensborg de l’époque, Jan Steenberg, était d’avis, en 1969, que les demeures italiennes comme la villa Albergati étaient la principale source d’inspiration, Marly n’étant qu’une source d’inspiration secondaire5. Deux autres historiens de l’art danois, Harald Langberg et Hakon Lund, ne trouvèrent, en 1955 et 1963, qu’une modeste ressemblance entre Fredensborg et Marly – et entre Fredensborg et les villas italiennes6. Lund mentionna en revanche le château de Navarre près d’Évreux, bâti en 1702 par Jules Hardouin-Mansart, comme un modèle initial pour Fredensborg et il ajouta qu’il y avait en France plusieurs salles à coupoles similaires à celle de Fredensborg.

Pour comprendre l’importance que Frédéric IV attacha à Marly, il faut dépasser les caractéristiques visibles de l’architecture pour s’intéresser à l’idéologie qui sous-tend la conception du palais danois : ainsi, en y regardant de plus près, on s’aperçoit qu’il y a des ressemblances tout à fait intéressantes entre Fredensborg et Marly.

L’évolution politique et architecturale au Danemark avant le bâtiment de Fredensborg

  • 7 Rigsarkivet, Copenhague. Kongehuset 202,2. 1655-99. Diverse sager.
  • 8 Voss 1966, p. 25-30.
  • 9 Hvidt, Ellehøj et Norn 1975, vol. 1, p. 167-178 et 140-166.

Pour savoir si le château de Fredensborg s’est inspiré de modèles français, italiens ou hollandais, il faut avant tout déterminer si l’on parle simplement du style architectural du bâtiment ou bien de la symbolique « idéaliste » qui sous-tend sa conception. Il faut prendre en compte pour cela les relations entre la France et le Danemark et essayer de comprendre les intentions de Frédéric IV. L’absolutisme, institué au Danemark en 1660 avec une royauté héréditaire, était stabilisé mais n’avait pas trouvé une expression architecturale qui lui convenait. Le père de Frédéric IV, Christian V (1646-1699, régnant à partir de 1670), fut envoyé en 1662, à l’âge de seize ans, en voyage de formation à Londres, en passant d’abord par la Hollande et la Belgique, puis par Paris, où il arriva le 4 décembre 1662 et où il resta tout l’hiver7. Le prince put découvrir à cette occasion différentes formes de gouvernance politique. Il apprit aussi qu’un monarque absolu devait s’entourer d’un cérémonial fastueux ainsi que d’œuvres d’art splendides. Couronné en 1670, Christian V engagea aussitôt le Norvégien Lambert van Haven pour occuper un poste équivalent au « directeur et ordonnateur général des Bâtiments, Jardins, Arts, Académies et Manufactures royales » en France8. La résidence royale danoise était en ce temps-là une agrégation de forme presque circulaire de bâtiments s’échelonnant du Moyen Âge au milieu du xviie siècle. Un touriste anglais la décrit comme un monstre infâme au centre d’une tombe malodorante qui, en fait, était le fossé. Lambert van Haven dessina un nouveau château, mais Christian V préféra un projet de l’architecte suédois Nicodème Tessin (1654-1728) (fig. 4) ; finalement, ni l’un ni l’autre ne furent réalisés. En 1698, un an avant sa mort, Christian V donna des instructions testamentaires selon lesquelles ses descendants seraient obligés de faire bâtir une nouvelle résidence pour la réputation et l’honneur du gouvernement royal. Seules une guerre ou des conditions économiques particulières pouvaient retarder les travaux. Sous le règne de Frédéric IV, le château existant fut reconstruit de manière à aligner les murs, placer les fenêtres à la même hauteur9, etc.

Fig. 4 : Nicodème Tessin, Projet pour une nouvelle résidence à Copenhague, 1694 (gravure de Willem Swidde). Copenhague, Nationalmuseet, Antikvarisk-Topografisk arkiv, 1233.

Fig. 4 : Nicodème Tessin, Projet pour une nouvelle résidence à Copenhague, 1694 (gravure de Willem Swidde). Copenhague, Nationalmuseet, Antikvarisk-Topografisk arkiv, 1233.

© Nationalmuseet, Copenhague. Antikvarisk-Topografisk arkiv.

Le palladianisme hollandais

  • 10 Kaspersen 1988, p. 9-57.

Autant Lambert van Haven que Nicodème Tessin s’inspirèrent de l’architecture italienne. Mais les bâtiments danois au xviie siècle étaient en général marqués de l’empreinte hollandaise. Dans la première moitié de ce siècle, où le Danemark entretenait des relations commerciales étroites avec la Hollande, le style Renaissance hollandais fut adopté et, après l’établissement de l’absolutisme, la tendance changea en faveur du palladianisme hollandais. Les exemples les plus éloquents de ce style sont Charlottenborg à Copenhague, qui fut édifié (1672-1683) par le demi-frère du roi, Ulrik Frederik Gyldenløve, et le palais de l’amiral Niels Juel, héros naval, également à Copenhague (1683-1686) (fig. 5 et 6), qui abrite aujourd’hui l’ambassade de France au Danemark. Un troisième exemple est le château jutlandais de Clausholm qui fut construit en 1693-1699 pour le grand chancelier du Danemark. Le palladianisme hollandais est un style modeste qui exprime la raison, la maîtrise de soi et la modération ; on dit que c’est un style typique du protestantisme10. La sagesse et la retenue étaient aussi les caractéristiques de la nouvelle classe dominante au Danemark, la bourgeoisie. La noblesse danoise était jusqu’en 1658 la seule catégorie sociale qui pouvait posséder des terres. Deux ans plus tard, la bourgeoisie et l’Église aidèrent le roi à établir l’absolutisme, et cela contre le désir de la noblesse. Les nouveaux propriétaires roturiers firent construire leurs résidences principales dans le style du palladianisme hollandais, et peut-être que le roi, qui avait obtenu sa position grâce à ces hommes-là pendant les premières années de l’absolutisme, souhaitait ne pas étaler sa richesse afin de signaler ses liens avec eux.

Fig. 5 : Façade du château de Charlottenborg à Copenhague, dans Laurids de Thurah, Den danske Vitruvius, I-(III), 1746-(1967), t. I, pl. XL. Copenhague, Nationalmuseet, Antikvarisk-Topografisk arkiv.

Fig. 5 : Façade du château de Charlottenborg à Copenhague, dans Laurids de Thurah, Den danske Vitruvius, I-(III), 1746-(1967), t. I, pl. XL. Copenhague, Nationalmuseet, Antikvarisk-Topografisk arkiv.

© Nationalmuseet, Copenhague. Antikvarisk-Topografisk arkiv.

Fig. 6 : Johannes Rach et Hans Heinrich Eegberg, Le palais de Niels Juel, huile sur toile, 1749. Copenhague, Nationalmuseet, 304/1946.

Fig. 6 : Johannes Rach et Hans Heinrich Eegberg, Le palais de Niels Juel, huile sur toile, 1749. Copenhague, Nationalmuseet, 304/1946.

© Nationalmuseet, Copenhague. Antikvarisk-Topografisk arkiv

L’emploi des arts par le roi

  • 11 Hein 2006.
  • 12 Linvald 1958, p. 8-10.

Mais le pouvoir royal renforça peu à peu sa nouvelle position. Le souverain fit secrètement construire un trône, une couronne et trois grands lions en argent, des versions monumentales de ceux figurant sur les armoiries royales danoises. En fait, il s’inspira de la description du trône du roi Salomon dans l’Ancien Testament11. Par ailleurs, une loi, selon laquelle le roi était placé au-dessus du droit commun, fut promulguée au même moment. Le monarque régnait sur un assez grand royaume (comprenant le Groenland, les Îles Féroé et l’Islande, les duchés de Schleswig, Holstein et Lauenburg, les comtés d’Oldenbourg et Delmenhorst ; les colonies de Tranquebar, Serampore, la côte de Guinée et trois des Indes occidentales). La majeure partie du territoire de ce pays était caractérisée par une faible densité de population. Pourtant, le royaume était une puissance maritime reconnue, et le roi était obligé d’afficher son pouvoir. La ville de résidence fut agrandie et on créa une place nommée Kongens Nytorv (la nouvelle place Royale). La reine mère fit construire à la campagne, dans les années 1667-1673, un château nommé Sophie Amalienborg pour lequel elle fit venir un grand nombre d’artisans d’Allemagne, de Hollande, de France et d’Italie. La construction fut une curieuse combinaison de styles hollandais et italien, tandis que son jardin imitait celui du château de Chantilly dessiné par André Le Nôtre. Le château brûla malheureusement en 168912.

  • 13 Krohn 1922, vol. 1, p. 6-8.

Le roi employa aussi des artistes étrangers, dont un certain nombre de Français. Trois des plus connus sont le peintre Jacques d’Agar (1640-1716), qui vécut au Danemark à partir de 1682 environ et y fit fortune : il peignit entre autres un portrait de Christian V ; le sculpteur Abraham-César Lamoureux (1635-1692), qui, en 1685-1688, réalisa une statue équestre du monarque sur la nouvelle place Royale ; et le peintre Benoît Le Coffre (1671-1722), qui, en 1700, fut nommé peintre de la cour. Le roi du Danemark avait besoin de ces hommes, mais il ne semble pas qu’il ait délibérément appelé des artistes d’une nationalité ou d’une autre. Les artistes français arrivèrent un peu par hasard. Agar était huguenot et donc indésirable en France en ce temps-là ; Lamoureux était l’apprenti d’un sculpteur qui voyageait en Suède, et Le Coffre était le fils d’un stucateur français qui travailla au château de Sophie Amalienborg13.

Telle était la situation quand Frédéric IV devint roi en 1699. Il aimait l’architecture et, depuis ses voyages en 1692-1693 et 1708-1709, il connaissait l’art italien et français. Dès 1700 il fit bâtir un château de plaisance, le château de Frederiksberg (fig. 7), à l’extérieur de sa ville de résidence, Copenhague. Ce nouveau bâtiment remplaçait en fait une petite maison de campagne à colombages, que le roi avait reçue comme présent à l’âge de dix ans. À partir de 1707, le château, devenu trop petit, fut agrandi et finit par ressembler à une grande villa italienne, mais avec un jardin à la française.

Fig. 7 : Le château de Frederiksberg vu du parc (gravure de Johan Jacob Bruun), 1756. Non signé. Københavns Stadsarkiv.

Fig. 7 : Le château de Frederiksberg vu du parc (gravure de Johan Jacob Bruun), 1756. Non signé. Københavns Stadsarkiv.

© Københavns Stadsarkiv

Fredensborg : le bâtiment

  • 14 Pontoppidan 1763-1781, t. II (1764), p. 262-263.

Frédéric IV décida quelques années plus tard de faire construire une maison de plaisance à Hillerød au Nord de Seeland, à une dizaine de kilomètres au nord-est de sa résidence secondaire préférée, le château de Frederiksborg. Ce dernier avait été érigé par son arrière-grand-père Christian IV au début du xviie siècle. Il y avait sur les terres de Frederiksborg un autre petit château construit en même temps nommé « Le Pécule » (Sparepenge en danois), qui fut démoli et dont les matériaux furent réutilisés dans la forêt bordant le grand lac d’Esrom. Un haras royal nommé Österup se trouvait à cet emplacement, mais Frédéric IV vit peut-être les possibilités d’aménagement que l’endroit représentait. Ce lieu était parfait pour un château, offrant une interaction fructueuse entre la forêt et un jardin aménagé. L’évêque Erik Pontoppidan (1698-1764) mentionna dans sa grande œuvre topographique du Danemark des années 1760 que Frédéric IV, pendant la dernière partie de la grande guerre du Nord, recherchait un endroit où jouir d’un peu de tranquillité et de solitude, ce qui était impossible à Frederiksborg. C’est pourquoi il se rendait à Österup, qu’il utilisait comme un ermitage14. Heureux en ce lieu, il avait décidé de l’utiliser pour y construire une nouvelle résidence, le futur château de Fredensborg.

Le lieu et la disposition du château

  • 15 Rigsarkivet, Copenhague. Kongehuset. 202, 1, 1698-1730. Frederik IV. 1. 1698-1730. Egenhændige opte (...)
  • 16 Rigsarkivet, Copenhague. Partikulærkammeret. 2243-158, 1710-1720. Overslag over rytterbarakker på B (...)
  • 17 Steenberg 1969, p. 20.

Toutefois, on ne sait pas si Frédéric IV utilisa effectivement Österup comme lieu de retraite. Les notes personnelles du monarque ne semblent pas contenir d’informations supplémentaires concernant la transformation d’Österup en Fredensborg15. L’étude des comptes des travaux menés de 1715 à 1720 environ ne donne pas plus de précisions16. Les dessins dont on dispose furent tous exécutés après 1720. Un premier projet montre la nouvelle résidence avec un dôme moins élevé que dans le bâtiment actuel avec à son sommet non pas une lanterne mais une grande statue de la paix (fig. 8). Les fenêtres sont aussi plus décorées et il y a un fronton avec un monogramme inversé du roi. Mais l’organisation du château est la même qu’aujourd’hui. Le corps de logis a un plan presque carré avec une grande salle au milieu, un vestibule, quatre appartements et une salle donnant sur le jardin (fig. 9 et 10). On avait aussi dessiné une cour d’honneur octogonale encerclée de bâtiments abritant les étables et les chambres des domestiques. Cette forme de cour octogonale est unique. Le conservateur en chef de Fredensborg, Jan Steenberg, écrivit qu’il était impossible de trouver un autre exemple semblable17.

Fig. 8 : Le plus ancien dessin connu du château de Fredensborg. Non signé. Københavns Stadsarkiv, VI L Fr. 1720 ca./1.

Fig. 8 : Le plus ancien dessin connu du château de Fredensborg. Non signé. Københavns Stadsarkiv, VI L Fr. 1720 ca./1.

© Københavns Stadsarkiv

Fig. 9 : Johan Cornelius Krieger, Façade du château de Fredensborg. Copenhague, Det kongelige Bibliotek, Frederik V.s Atlas, t. XXXVII, pl. 20.

Fig. 9 : Johan Cornelius Krieger, Façade du château de Fredensborg. Copenhague, Det kongelige Bibliotek, Frederik V.s Atlas, t. XXXVII, pl. 20.

© Kongelige Bibliotek, Copenhague

Fig. 10 : Johan Cornelius Krieger, Plan du château de Fredensborg. Copenhague, Danmarks Kunstbibliotek, Samlingen af Arkitekturtegninger, 498 mappe Td. 140, 25.

Fig. 10 : Johan Cornelius Krieger, Plan du château de Fredensborg. Copenhague, Danmarks Kunstbibliotek, Samlingen af Arkitekturtegninger, 498 mappe Td. 140, 25.

© Danmarks Kunstbibliotek. Samlingen af Arkitekturtegninger, Copenhague

  • 18 Richter-Friis 2012, p. 527-535.

Le plus ancien plan de situation connu montre que, dès le début, l’accès au château se faisait par un chemin large – mais court – bordé d’écuries et d’auberges pour les voyageurs, placées symétriquement de chaque côté (fig. 11). Pour aplanir le terrain il fallut faire d’importants travaux de creusement. La parcelle est divisée en huit parties séparées par des allées. Une de ces allées est orientée est-ouest parallèlement au château, alors que les autres sont disposées selon le système des étoiles de chasse qui, en ce temps-là, organisaient le tracé des sentiers dans plusieurs forêts royales. Le but d’une étoile de chasse était de rendre possible la surveillance des animaux que l’on chassait. Un homme se tenait debout au point d’intersection des rayons de l’étoile ; de cet endroit il pouvait embrasser toutes les directions et observer si le cerf poursuivi traversait une de ces allées. Il y avait des étoiles de chasse dans les forêts près du lac d’Esrom, mais, d’après une carte des terrains de chasse royaux dessinée entre 1685 et 1697 (fig. 12), il n’y en avait apparemment pas au haras royal d’Österup où l’on n’en avait pas besoin. Une autre carte du même endroit, dont on n’a qu’une copie faite en 1794 par le géomètre expert Diedrich Adolph von der Recke mais qui avait été dressée vers 1700, n’indique pas non plus d’étoiles de chasse à Österup ; en revanche, elle montre la présence intéressante d’étables formant un octogone18 (fig. 13).

Fig. 11 : Le château de Fredensborg et son parc, dessin, 1728. Copenhague, Hendes Majestæt Dronningens Håndbibliotek, GK 7-28a.

Fig. 11 : Le château de Fredensborg et son parc, dessin, 1728. Copenhague, Hendes Majestæt Dronningens Håndbibliotek, GK 7-28a.

© HM the Queen’s Reference Library, Copenhagen

Fig. 12 : Carte du Nord de Seeland réalisée entre 1685 et 1697, avec les sentiers en forme d’étoile utilisés pour la chasse (détail). Copenhague, Kort- og tegningsamlingen, Forsvarets Bygningstjeneste, Rigsarkivet.

Fig. 12 : Carte du Nord de Seeland réalisée entre 1685 et 1697, avec les sentiers en forme d’étoile utilisés pour la chasse (détail). Copenhague, Kort- og tegningsamlingen, Forsvarets Bygningstjeneste, Rigsarkivet.

© Rigsarkivet, Copenhague

Fig. 13 : Carte du haras d’Österup, réalisée vers 1700, copiée par Diedrich Adolph von der Recke en 1794 (détail). Copenhague, Rigsarkivet.

Fig. 13 : Carte du haras d’Österup, réalisée vers 1700, copiée par Diedrich Adolph von der Recke en 1794 (détail). Copenhague, Rigsarkivet.

© Rigsarkivet, Copenhague

  • 19 Det kongelige Bibliotek, Copenhague, Frederik V.s Atlas, tm. 37, tvl. 11.
  • 20 Rigsarkivet, Copenhague. Partikulærkammeret. 87-18. 1722-23 : Bilag til bygningsregnskaberne, juni (...)

Frédéric V, petit-fils de Frédéric IV, collectionnait les cartes géographiques et, à la Bibliothèque nationale du Danemark, il existe une œuvre intitulée L’Atlas de Frédéric V composée de 55 grands volumes contenant des dessins réels ou fantaisistes de cartes géographiques du monde entier, des plans de fortifications et aussi quelques vues en perspective. Quatre de ces volumes traitent de la France, mais on ne trouve pas de dessins concernant Marly. Une des cartes du Danemark montre le Nord de Seeland avec le haras royal d’Österup (fig. 14 et 15)19. Comme beaucoup de cartes, elle n’est pas datée et elle fut peut-être réalisée avant la mort de Frédéric V en 1766 ou quelques années plus tôt. D’après cette carte, Österup était composé d’un bâtiment doté d’une tour de trois étages et se trouvait à la croisée de chemins disposés en étoile de chasse. Mais ce bâtiment ne fut sûrement jamais construit, car autrement nous en aurions des traces dans les archives. On sait par exemple que les arbres des allées qui forment l’étoile de Fredensborg ne furent acquis qu’en 172220. Le dessin non daté (voir fig. 15) du petit château pouvait néanmoins montrer un projet réel, qui étayait éventuellement les propos de Pontoppidan et indiquait que Frédéric IV avait des plans d’aménagement pour le site du haras avant la construction de Fredensborg et qu’il imagina d’abord un refuge relativement petit. Si l’on retient cette hypothèse, Frédéric IV aurait évidemment trouvé important de s’établir au centre d’une étoile de chasse et de profiter d’une telle disposition. On peut voir dans l’étoile formée par les sentiers de Fredensborg la passion du roi pour la chasse, mais aussi son désir, en tant que nouveau propriétaire de ce vieux haras, de rester le point de mire de tous.

Fig. 14 : Le Nord du Seeland, vers 1720. Copenhague, Det kongelige Bibliotek, Frederik V.s Atlas, t. XXXVII, pl. 11.

Fig. 14 : Le Nord du Seeland, vers 1720. Copenhague, Det kongelige Bibliotek, Frederik V.s Atlas, t. XXXVII, pl. 11.

© Kongelige Bibliotek, Copenhague

Fig. 15 : Le Nord de Seeland vers 1720 (détail de la fig. 14). Copenhague, Det Kongelige Bibliotek, Frederik V.s Atlas, t. XXXVII, pl. 11.

Fig. 15 : Le Nord de Seeland vers 1720 (détail de la fig. 14). Copenhague, Det Kongelige Bibliotek, Frederik V.s Atlas, t. XXXVII, pl. 11.

© Kongelige Bibliotek, Copenhague

  • 21 Mabille et Pieragnoli 2010. Pour d’autres exemples, voir Jellicoe, Goode et Lancaster 1986.
  • 22 Hartmann 1995, p. 191.
  • 23 Steenberg 1969, p. 67-69.

En tout cas, le nouveau jardin de Fredensborg fut aménagé avec sept sentiers rayonnant à partir du bâtiment principal placé au milieu. Plusieurs jardins comportent des sentiers formant une tripartition, une « patte-d’oie », comme le parc du château de Hampton Court en Angleterre au début du xviiie siècle ou bien sûr les jardins du château de Versailles. À la fin du xviie siècle, au château d’Enghien, en Belgique, une partie du jardin comportait un rond-point d’où rayonnaient les allées pour former une étoile. À Versailles, la ménagerie était un petit paradis organisé autour d’un bâtiment octogonal et encerclé de clôtures21. Fredensborg disposait également d’une ménagerie qui ressemblait à celle de Versailles. Mais placer le corps de logis au centre d’une demi-étoile de chasse semble être plus exceptionnel. En tout cas, c’est le seul exemple au Danemark. On retrouve ce système à Marly, avec cinq rayons au lieu de sept partant du bâtiment principal (fig. 16)22. En 1726, la route d’accès à Fredensborg située de l’autre côté des sentiers en étoile était de surcroît flanquée d’une série de pavillons assortis deux à deux comme à Marly. Et comme à Marly ils étaient destinés à loger les domestiques et les invités23. Le roi avançait symboliquement sur la route vers le château avec sa couronne comme soutenu de chaque côté par ses sujets.

Fig. 16 : Le château de Marly-le-Roi : « Plan general de Marly le dixième May 1685 ». Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes, Va 448d.

Fig. 16 : Le château de Marly-le-Roi : « Plan general de Marly le dixième May 1685 ». Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes, Va 448d.

© Bibliothèque nationale de France, Paris

Fig. 17 : Le château de Fredensborg, vu de l’entrée, 1756 (gravure de Johan Jacob Bruun). Copenhague, Nationalmuseet, Antikvarisk-Topografisk arkiv.

Fig. 17 : Le château de Fredensborg, vu de l’entrée, 1756 (gravure de Johan Jacob Bruun). Copenhague, Nationalmuseet, Antikvarisk-Topografisk arkiv.

© Nationalmuseet, Copenhague. Antikvarisk-Topografisk arkiv

L’aménagement du château et sa symbolique

  • 24 Hvidt 2004, p. 184-189 et 252.

Fredensborg ressemble aussi à Marly par son bâtiment principal conçu sur le modèle que Palladio avait rendu célèbre : le plan presque carré avec une grande salle de représentation au centre. Dans le premier château de plaisance de Frédéric IV, celui de Frederiksberg, il y avait pour la première fois au Danemark une salle ayant une porte donnant directement sur le jardin. Il était naturel que Frédéric IV ait une salle de ce genre dans son nouveau château au bord du lac d’Esrom, celui qu’il fit construire en souvenir d’une paix attendue avec plein d’espoir, mais aussi pour disposer d’un endroit où se retrouver seul en compagnie de sa bien-aimée Anne-Sophie. Elle était la fille du grand chancelier, le comte Conrad von Reventlow, qui habitait Clausholm, et Frédéric IV la rencontra là à un bal masqué en 1711, l’enleva et en fit sa femme morganatique. Après la mort de la reine Louise en 1721, Anne-Sophie devint reine à son tour, au grand dam du prince héritier et de bien d’autres aristocrates parce que, bien que noble, elle n’était pas issue de la lignée royale24. Anne-Sophie est aujourd’hui encore la seule reine du Danemark non princière.

  • 25 Rigsarkivet, Copenhague. Kongehuset, 202, 1, 1698-1730. Frederik IV. Egenhændige optegnelser mm.
  • 26 Steenberg 1969, p. 44-48.
  • 27 Rigsarkivet, Copenhague. Kongehuset, 202, 1, 1698-1730. Frederik IV. Egenhændige optegnelser mm. Pr (...)

Le « château de la paix » était un refuge où le roi pouvait vivre au calme, simplement et en harmonie avec la nature environnante. Durant son voyage en Europe de 1708-1709, il avait admiré le château de Charlottenburg à Berlin, dont la plupart des fenêtres avaient une vue sur le jardin, et cela semble avoir été imité à Fredensborg25. Ici, c’est la salle donnant sur le jardin qui est au centre de l’étoile. La relation avec la nature était par conséquent de la plus haute importance. La salle donnant sur le jardin est large mais pas très haute. En tant que protecteurs de ce lieu, les dieux de l’Olympe contemplent du plafond cette salle qui, à l’époque, était ornée de lambris verts et rouges et de cuir doré représentant des oiseaux. Le roi plaça son cabinet de travail et sa salle d’audience juste à l’ouest de cette salle. L’ornementation de la salle d’audience se composa d’abord de quatorze peintures de batailles navales, décrivant probablement la grande guerre du Nord, mais après quelques années douze d’entre elles furent retirées pour laisser la place à dix cartes géographiques, vraisemblablement des lieux que Frédéric IV aimait particulièrement. Une grande peinture en pied d’Anne-Sophie fut accrochée dans cette salle le lendemain de l’inauguration du château. Dans la chambre à coucher richement décorée de la reine se trouvait un portrait du roi26. Frédéric IV et Anne-Sophie furent très attachés à Fredensborg et, à la fin de sa vie, le roi souhaita qu’ils pussent y demeurer tout le temps avec seulement un petit nombre de serviteurs27.

  • 28 Voir Johannsen 2006, p. 95-109.
  • 29 Smed 1990.

Mais Frédéric IV était aussi conscient d’être un roi élevé au-dessus du droit commun. Il choisit pour son nouveau château le plan central qui mettait en valeur son principal occupant. C’est la première fois que ce plan carré, que l’on rattache en première ligne à l’architecte italien Andrea Palladio, fut employé au Danemark – si l’on fait abstraction de la maison singulière que l’astronome Tycho Brahe (1546-1601) fit bâtir sur l’île de Hven dans le détroit du Sund juste après 157628. Dans cette maison, le centre n’était pas occupé par une salle, mais par une fontaine avec une statue rotative et les symboles des quatre vents. Tycho Brahe avait ses propres idées et son bâtiment est un cas isolé dans l’architecture danoise. Fredensborg reste malgré tout unique. À part la maison de Tycho Brahe, Fredensborg et un petit nombre d’autres bâtiments – essentiellement des pavillons de jardin –, on n’utilisa ce plan central au Danemark avant l’époque de Frédéric IV que pour des églises. L’une d’entre elles est l’église de Notre-Sauveur à Copenhague. Elle fut édifiée par le père de Frédéric IV, Christian V, en 1682-1696. Elle avait un plan formé d’un carré associé à une croix grecque, et elle était dotée d’une voûte centrale décorée du monogramme du roi, des armoiries royales et des symboles des deux ordres royaux, l’ordre du Danebrog et l’ordre de l’Éléphant29. Le roi est représenté de façon symbolique au milieu ; il est le centre autour duquel l’État se meut et incarne un pouvoir immortel et impersonnel qui, comme Louis XIV, pouvait être comparé au soleil lui-même. Premier roi absolu dès son avènement, Christian V fut sacré comme s’il avait été élu par Dieu. La loi royale de 1665 dit que

  • 30 Pour la loi royale de 1665, voir Fabricius 1971.

le souverain absolu héréditaire du Danemark et de Norvège doit être considéré et respecté comme l’intelligence première et suprême ici-bas, placé au-dessus de toutes les lois humaines. Il ne connaît personne ni d’autres juges en affaires cléricales ou profanes sauf Dieu, et ne peut être obligé ni par ses sujets ni par quelque serment ou devoir prescrit30.

Le roi absolu était le représentant de la religion et sa garantie.

L’église de Notre-Sauveur à Copenhague est un exemple parmi d’autres du lien entre le roi et la religion. Elle revêt un caractère symbolique exceptionnel, mais caractéristique de l’époque. Comme son père, Frédéric IV était conscient de son pouvoir. Il aimait l’Italie et l’art italien et, à ce qu’il semble, il utilisa les modèles italiens comme des signes chargés de sens de la même façon que le roi de France l’avait fait. Fredensborg était un souvenir de la clarté et de la chaleur du Sud, mais aussi l’image d’une royauté qui tirait figurativement son origine de l’Empire romain. Le corps de logis de cet endroit consacré à la contemplation royale était un bâtiment central lié au jardin. Fredensborg est la métaphore d’une société dont le centre était le roi, d’où tout émanait et où tout convergeait.

Les traits italiens de Fredensborg…

  • 31 Extraordinaire Relationer, octobre 1722, p. 267-268.
  • 32 Det kongelige Bibliotek, Copenhague, NyKglSaml. 1084, kvart, Hojer 1829, vol. 1, p. 386.
  • 33 Det kongelige Bibliotek, Copenhague, NyKglSaml. 1087, kvart, Samling af Rapporter, Breve og andet t (...)
  • 34 Brock 1876-1877, 2, V, p. 24-55, et Engelbreth 1823, IV, p. 85-103.

Frédéric IV ne pouvait pas attendre l’achèvement de sa nouvelle résidence secondaire et le château inachevé fut inauguré le jour de son anniversaire, le 10 octobre 1722. Il y eut un feu d’artifice spectaculaire avec des tableaux accompagnés de couplets concernant le roi et l’endroit où il avait fait construire ce refuge champêtre, symbole de la paix perpétuelle ; l’ancien haras d’Österup devint ainsi le château de Fredensborg. La fête qui célébrait cette occasion fut décrite dans deux journaux danois. L’un d’eux écrivait que le nouveau château était bâti « d’après le modèle du grand château de Modène », et l’autre disait avec plus de précision qu’il y avait eu un service divin dans l’une des pièces du château, après quoi les convives avait mangé dans la très haute salle à coupole faite sur le modèle du grand château de Modène (fig. 18)31. Ce château, mentionné à diverses reprises, était le Palais ducal, qui à cette époque appartenait aux ducs d’Este de Modène. Frédéric IV passa à Modène lors de sa seconde visite en Italie. Il vit sûrement ce château et il est probable qu’il a été impressionné par la hauteur de cette salle32. Mais Modène n’est que nommée, avec Mantoue, Vérone et Vicence, comme l’une des étapes d’une dernière excursion avant que le roi ne quitte l’Italie et retourne au Danemark33. On sait par contre que Frédéric IV s’intéressa à une autre villa italienne ayant une salle centrale élevée, la villa Albergati près de Bologne. Il visita cette maison de plaisance en 1692 quand il était prince héritier. Il en admira les escaliers et prit bonne note de cet endroit comme convenant à une cour royale. Devenu roi, il y retourna en 1709, examina le bâtiment dans les détails, surtout la grande salle, et s’enquit de la possibilité d’en obtenir des dessins34.

Fig. 18 : Le château de Fredensborg en 1728. La salle à coupole, coupe en perspective. Copenhague, Nationalmuseet, Antikvarisk-Topografisk arkiv.

Fig. 18 : Le château de Fredensborg en 1728. La salle à coupole, coupe en perspective. Copenhague, Nationalmuseet, Antikvarisk-Topografisk arkiv.

© Nationalmuseet, Copenhague. Antikvarisk-Topografisk arkiv

  • 35 Steenberg (1969, p. 53) pense que les deux escaliers furent achevés, mais que l’escalier ouest fut (...)
  • 36 Cette maison est mentionnée par Claudia Hartmann comme une source d’inspiration type pour Marly, vo (...)
  • 37 Steenberg 1969, p. 43-44.

On construisit à Fredensborg un grand escalier droit appelé « l’italien ». On en avait projeté deux, un de chaque côté du vestibule, peut-être en souvenir de la villa Albergati, mais aucun n’était réalisé au moment de l’inauguration du château35. Il y a aussi une certaine ressemblance entre les salles des deux bâtiments italiens, le Palais ducal et la villa Albergati, et la salle à coupole de Fredensborg. Mais si ces salles italiennes servirent effectivement de modèles, c’est davantage dans l’impression générale que dans les détails. En fait, la salle à coupole de Fredensborg pouvait aussi bien être inspirée de plusieurs autres salles, tant réelles que représentées dans l’un des traités architecturaux de l’époque, comme la salle centrale dans la « Maison de plaisance […] basti comme une retraite », dessinée par Antoine Le Pautre en 165236. Alors que la salle donnant sur le jardin est basse, ce qui lui donne un caractère intime adapté à la vie privée, la salle à coupole est d’une hauteur frappante, parfaite pour organiser des fêtes et des banquets officiels. Cette salle, au centre du bâtiment, monte vers le ciel comme un symbole de la puissance du roi. Frédéric IV commanda un décor somptueux (cheminées et chambranles de portes en marbre, stucages avec des putti et des femmes nues), mais malheureusement celui-ci ne fut achevé que cinquante ans plus tard. Les peintures que l’on peut voir aujourd’hui sont postérieures et on ne possède aucune documentation sur les tableaux originaux prévus par Frédéric IV37.

… et ceux de Marly ?

  • 38 Bach-Nielsen 1990, p. 217-236.
  • 39 Rigsarkivet, Copenhague. Partikulærkammeret 85-2. 1725-26. Kgl. resolutioner vedr. bygningsvæsenet.
  • 40 Hartmann et Rasmussen 1994.

Nous connaissons les grandes lignes du château de Fredensborg au temps de Frédéric IV, mais pas les détails ; c’est pourquoi l’impression générale est un peu vague. Beaucoup de renseignements sont perdus, et il n’est pas sûr que Frédéric IV soit allé jusqu’au bout de ses projets. La famille royale ne put s’installer à Fredensborg qu’en 1724, soit presque deux ans après l’inauguration du château. Le corps de logis renfermait en ce temps-là quatre appartements à l’est et à l’ouest, décorés, comme la salle donnant sur le jardin, avec les dieux de l’Olympe au plafond. Les pièces des deux appartements à l’est furent réservées au prince héritier et son épouse, mais, sous le règne de Frédéric IV, elles furent utilisées comme chambres d’amis. Le jardin fut aménagé et la ménagerie construite et dotée d’animaux. Mais c’est seulement au cours des années qui suivirent qu’on fit édifier une église relativement modeste avec une peinture du Jugement dernier sur l’autel et une chaire à prêcher illustrant le difficile chemin du chrétien vers le Ciel38. On construisit un bassin au milieu de la cour octogonale avec une statue symbolisant la paix, entourée de quatre jets d’eau alimentés par une source située à environ un kilomètre de Fredensborg39. On sait que le jardin comportait des statues en grès et en plomb des saisons, de dieux antiques et de putti. Frédéric IV fit bâtir sur la rive du lac d’Esrom un ermitage octogonal et, un peu plus loin, un port avec un bâtiment suffisamment haut pour que le vaisseau royal puisse y entrer. Ce bâtiment existe toujours40.

Frédéric IV eut d’autres projets pour Fredensborg, mais il mourut en 1730, au lendemain de son cinquante-neuvième anniversaire. Anne-Sophie retourna à Clausholm et Fredensborg changea de caractère. Le nouveau roi, Christian VI, n’était pas intéressé par ce souvenir de son père et de sa fausse reine.

La mort de Frédéric IV seulement dix ans après la pose de la première pierre du château de Fredensborg rendit difficile la possibilité de connaître les projets originels.

  • 41 Maroteaux 2002, p. 185.

Marly fut conçu comme une folie personnelle de Louis XIV et les générations suivantes débattirent de la question de savoir s’il était convenable de toucher au château, si parfaitement achevé41. Fredensborg ne fut jamais la possession unique d’un homme, mais un lieu où chaque nouveau monarque eut la possibilité d’ajouter quelque chose et d’atteindre la même paix personnelle qu’au temps de Frédéric IV (fig. 19 et 20). Rétrospectivement, il est possible que Frédéric IV, la troisième génération de rois absolus au Danemark, se sentît si assuré de son statut qu’il voulût marcher sur les pas de Louis XIV. Il avait connu Marly dans sa jeunesse et, aux alentours de 1720, il se retrouva dans une situation presque semblable à celle de Louis XIV en 1678 : il disposait de deux châteaux de plaisance près de Copenhague, Frederiksberg et Frederiksborg ; il avait sa reine, mais aussi une maîtresse plus aimée, et la fin de la grande guerre du Nord s’annonçait avantageuse pour le Danemark et digne d’être commémorée.

Fig. 19 : Plan du corps de logis du château de Fredensborg aujourd’hui. Copenhague, Nationalmuseet, Antikvarisk-Topografisk arkiv, 1939:304f.

Fig. 19 : Plan du corps de logis du château de Fredensborg aujourd’hui. Copenhague, Nationalmuseet, Antikvarisk-Topografisk arkiv, 1939:304f.

© Nationalmuseet, Copenhague. Antikvarisk-Topografisk arkiv

Fig. 20 : Le château de Fredensborg vu depuis l’emplacement de la ménagerie (aujourd’hui disparue).

Fig. 20 : Le château de Fredensborg vu depuis l’emplacement de la ménagerie (aujourd’hui disparue).

© Ulla Kjær/2009

  • 42 Kjær 2010, vol. 1, p. 605-682.

Par sa proximité avec la nature et son intimité, Fredensborg marque le début du style rococo danois. Ce château a également marqué le début d’une ère de plus de cinquante années d’influence française au Danemark. Frédéric IV réussit à voir achever sa résidence à Copenhague mais le résultat était toujours décevant et, après sa mort, son fils Christian VI la fit immédiatement démolir et ordonna la construction d’un nouveau château : le château de Christiansborg. Pendant les années 1730 et 1740, on appela un grand nombre d’artisans français pour réaliser son décor, et l’on acheta aussi un grand nombre de peintures françaises. Le magnifique bâtiment brûla en 1794 – parce qu’on avait voulu faire des économies sur les dépenses de ramonage – et la plupart des tableaux et des œuvres qui représentaient l’art français disparurent. Mais, à l’époque, ce nouveau château et son ornementation montraient déjà les caractéristiques du nouvel art danois. Et, en 1754, on fonda une Académie des beaux-arts et de l’architecture à Copenhague d’après le modèle français ; on fit venir l’architecte français Nicolas-Henri Jardin en tant que premier professeur d’architecture et on nomma le sculpteur français Jacques-François-Joseph Saly à la direction de l’Académie. Nicolas-Henri Jardin modernisa le parc de Fredensborg (fig. 21 et 22). Ce fut sous le règne de Frédéric IV que Fredensborg prit la place de Frederiksborg comme résidence royale secondaire préférée du monarque42. La situation du château était si idyllique et si paisible qu’il était très populaire – et il fallut l’agrandir. Mais Fredensborg fut dès le début, comme Marly, la combinaison d’un refuge, d’une habitation intime, où seuls des invités privilégiés étaient admis, et d’un séjour des dieux terrestres. Une demeure pour le roi absolu conçue selon des modèles venus d’Italie, mais surtout d’après le modèle représenté par le roi français Louis XIV, et ouvrant une nouvelle époque de l’histoire de l’art danois.

Fig. 21 : Projet de Nicolas-Henri Jardin pour le parc de Fredensborg après l’agrandissement du château. Copenhague, Det Kongelige Bibliotek, Frederik V.s Atlas, t. XXXVII, pl. 24.

Fig. 21 : Projet de Nicolas-Henri Jardin pour le parc de Fredensborg après l’agrandissement du château. Copenhague, Det Kongelige Bibliotek, Frederik V.s Atlas, t. XXXVII, pl. 24.

© Kongelige Bibliotek, Copenhague

Fig. 22 : Le parc de Fredensborg, vu du château, avec la grande allée dessinée par Nicolas-Henri Jardin.

Fig. 22 : Le parc de Fredensborg, vu du château, avec la grande allée dessinée par Nicolas-Henri Jardin.

© Roberto Fortuna 2007. Nationalmuseet, Copenhague. Antikvarisk-Topografisk arkiv.

Haut de page

Bibliographie

Bach-Nielsen Carsten, 1990, « En vej der fører til himlen », dans H. Johannsen (dir.), Synligt og usynligt, Copenhague, P. Kristensen, p. 217-236.

Beltramini Guido et al. (dir.), 1999, Palladio and Northern Europe : Books, Travellers, Architects, Milan, Skira.

Brock Peter, 1876-1877, « Dagbog over Kronprinds Frederiks Rejse til og i Italien i 1692 », Danske Samlinger, 2, V, p. 24-55.

Elling Christian, 1958, « Veje til Fredensborg Slot », dans C. Elling (dir.), Paraden. Kunst i Enevældens Danmark, Copenhague, [s. n.], p. 11-26.

Engelbreth Wolf Frederik., 1823, « Kong Frederik den 4des Ophold i Bologna i Aaret 1709 », Nye danske Magazin, IV, p. 85-103.

Fabricius Knud, 1971 [1920], Kongeloven. Dens Tilblivelse og Plads i Samtidens natur- og arveretlige Udvikling, Copenhague, Selskabet for udgivelse af kilder til dansk historie.

Hartmann Claudia, 1995, Das Schloss Marly : Eine mythologische Kartause. Form und Funktion der Retraite Ludwigs XIV., Worms, Wernersche Verlagsgesellschaft.

Hartmann Gotfred et Rasmussen Jørgen B., 1994, Skipperhuset, Fredensborg, Bevaringsforeningen Fredensborg.

Hein Jørgen, 2006, « Kongernes Rosenborg – fra lysthus til skatkammer », dans P. Kristiansen (dir.), Kongernes Rosenborg, Copenhague, De Danske Kongers Kronologiske Samling, p. 9-53.

Hojer Andreas, 1829, König Friederich des Vierten Glorwürdigsten Leben, Tønder, Wittwe Forchhammer, 2 vol.

Hvidt Kristian, Ellehøj Svend et Norn Otto, 1975, Christiansborg Slot I-II, Copenhague, Nyt Nordisk Forlag A. Busck, 2 vol.

Hvidt Marie, 2004, Frederik IV. En letsindig alvorsmand, Copenhague, Gad.

Jellicoe Geoffrey, Jellicoe Susan, Goode Patrick et Lancaster Michael, 1986, The Oxford Companion to Gardens, Oxford, Oxford University Press.

Johannsen Hugo, 2006, « Arkitektur på papir – og Tychos huse », dans P. Grinder-Hansen (dir.), Tycho Brahes verden. Danmark i Europa, 1550-1600, Copenhague, Nationalmuseet, p. 95-109.

Kaspersen Søren, 1988, « Købmand Michelbeckers palæ og den københavnske palladianisme », dans Kjeld de Fine Licht (dir.), Forblommet antik : Klassicismer i dansk arkitektur og havekunst. Studier tilegnet Hakon Lund 18. oktober 1988, Copenhague, Arkitektens Forlag, p. 9-57.

Kjær Ulla, 2010, Nicolas-Henri Jardin : en ideologisk nyklassicist (Nicolas-Henri Jardin : un idéologue néoclassique), Copenhague, Nationalmuseet, 2 vol.

Kjær Ulla, Scavenius Bente et Waage Rasmussen Christine, Fredensborg. Slot og Slotshave, Copenhague, Gads Forlag, 2013.

Krohn Mario, 1922, 19 kunstneriske Forbindelse i det 18. Aarhundrede I-II, Copenhague, H. Koppel, 2 vol.

Langberg Harald, 1955, Danmarks bygningskunst I, Copenhague, Gyldendal.

Linvald Steffen, 1958, Sophie Amalienborg og Dronningens Have, Copenhague, Uffe Petersen Schmidt.

Lund Hakon, 1963, « Barokken », dans H. Lund et K. Millech (dir.), Danmarks Bygningskunst fra oldtid til nutid, Copenhague, H. Hirschsprung, p. 225-260.

Mabille Gérard et Pieragnoli Joan, 2010, La Ménagerie de Versailles, Paris, H. Clair.

Maroteaux Vincent, 2002, Marly, l’autre palais du Soleil, Genève, Vögele.

Piganiol de La Force Jean-Aymar, 1717, Nouvelle description des chasteaux et parcs de Versailles et de Marly […], Paris, F. Delaulne.

Pontoppidan Erik, 1763-1781, Den Danske Atlas eller Konge-Riget Dannemark […], Copenhague, trykt hos A. H. Godiche, 7 vol.

Richter-Friis Niels, 2012, Esrum Sø : til vands og til lands, Fredensborg, Forlaget Esrum Sø.

Smed Mette, 1990, « Vor Frelsers Kirke på Christianshavn : Til ære for Gud og Christian den femte », dans H. Johannsen (dir.), Synligt og usynligt, Copenhague, P. Kristensen, p. 201-215.

Steenberg Jan, 1969, Fredensborg slot. Monumenter og Minder. Tiden 1720-1796, Copenhague, G.E.C. Gads Forlag.

Voss Knud, 1966, Bygningsadministrationen i Danmark under Enevælden, Copenhague, Gad.

Weilbach Frederik, 1925-1926, « Overlandbygmester Johan Cornelius Kriegers travle aar », Historiske Meddelelser om København, 2, II, p. 467-510.

— 1933, Frederik IV.s Italiensrejser, Copenhague, Levin & Munksgaard.

Haut de page

Notes

1 Pour l’histoire du bâtiment du château de Fredensborg en général, voir Steenberg 1969.

2 Hojer 1829, vol. 2, p. 108.

3 Weilbach 1933, p. 78-79.

4 Elling 1958, p. 14-15.

5 Steenberg 1969, p. 10-14.

6 Langberg 1955, p. 254, et Lund 1963.

7 Rigsarkivet, Copenhague. Kongehuset 202,2. 1655-99. Diverse sager.

8 Voss 1966, p. 25-30.

9 Hvidt, Ellehøj et Norn 1975, vol. 1, p. 167-178 et 140-166.

10 Kaspersen 1988, p. 9-57.

11 Hein 2006.

12 Linvald 1958, p. 8-10.

13 Krohn 1922, vol. 1, p. 6-8.

14 Pontoppidan 1763-1781, t. II (1764), p. 262-263.

15 Rigsarkivet, Copenhague. Kongehuset. 202, 1, 1698-1730. Frederik IV. 1. 1698-1730. Egenhændige optegnelser mm. – 3, 1708-1728. Rejser mm. – 60-61, 1713-18, 1718-20. Koncepter til relationer til Frederik IV under dennes fravær.

16 Rigsarkivet, Copenhague. Partikulærkammeret. 2243-158, 1710-1720. Overslag over rytterbarakker på Bregentved mm.

17 Steenberg 1969, p. 20.

18 Richter-Friis 2012, p. 527-535.

19 Det kongelige Bibliotek, Copenhague, Frederik V.s Atlas, tm. 37, tvl. 11.

20 Rigsarkivet, Copenhague. Partikulærkammeret. 87-18. 1722-23 : Bilag til bygningsregnskaberne, juni 1722.

21 Mabille et Pieragnoli 2010. Pour d’autres exemples, voir Jellicoe, Goode et Lancaster 1986.

22 Hartmann 1995, p. 191.

23 Steenberg 1969, p. 67-69.

24 Hvidt 2004, p. 184-189 et 252.

25 Rigsarkivet, Copenhague. Kongehuset, 202, 1, 1698-1730. Frederik IV. Egenhændige optegnelser mm.

26 Steenberg 1969, p. 44-48.

27 Rigsarkivet, Copenhague. Kongehuset, 202, 1, 1698-1730. Frederik IV. Egenhændige optegnelser mm. Projet de retraite (« retretement ») de Frédéric IV datant de 1730.

28 Voir Johannsen 2006, p. 95-109.

29 Smed 1990.

30 Pour la loi royale de 1665, voir Fabricius 1971.

31 Extraordinaire Relationer, octobre 1722, p. 267-268.

32 Det kongelige Bibliotek, Copenhague, NyKglSaml. 1084, kvart, Hojer 1829, vol. 1, p. 386.

33 Det kongelige Bibliotek, Copenhague, NyKglSaml. 1087, kvart, Samling af Rapporter, Breve og andet til Friedrich IV.s Historie.

34 Brock 1876-1877, 2, V, p. 24-55, et Engelbreth 1823, IV, p. 85-103.

35 Steenberg (1969, p. 53) pense que les deux escaliers furent achevés, mais que l’escalier ouest fut démoli après seulement deux ans en raison de l’aménagement d’un plus grand salon dans l’appartement de la reine Anne-Sophie. Je ne suis pas de cet avis, notamment parce qu’on ne toucha pas à la cage d’escalier originelle pour installer ce nouveau salon.

36 Cette maison est mentionnée par Claudia Hartmann comme une source d’inspiration type pour Marly, voir Hartmann 1995, p. 167-168.

37 Steenberg 1969, p. 43-44.

38 Bach-Nielsen 1990, p. 217-236.

39 Rigsarkivet, Copenhague. Partikulærkammeret 85-2. 1725-26. Kgl. resolutioner vedr. bygningsvæsenet.

40 Hartmann et Rasmussen 1994.

41 Maroteaux 2002, p. 185.

42 Kjær 2010, vol. 1, p. 605-682.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Le château de Fredensborg, construit en 1720-1723, vue de l’entrée.
Crédits © Roberto Fortuna 2007. Nationalmuseet, Copenhague. Antikvarisk-Topografisk arkiv.
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11933/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 2 : Fredensborg en 1728, aquarelle d’après une peinture de Hans Christoffer Lønborg à Fredensborg. Copenhague, Nationalmuseet, Antikvarisk-Topografisk arkiv.
Crédits © Nationalmuseet, Copenhague. Antikvarisk-Topografisk arkiv
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11933/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Fig. 3 : Le château de Fredensborg vu du jardin.
Crédits © Roberto Fortuna 2010. Nationalmuseet, Copenhague. Antikvarisk-Topografisk arkiv.
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11933/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 3,3M
Titre Fig. 4 : Nicodème Tessin, Projet pour une nouvelle résidence à Copenhague, 1694 (gravure de Willem Swidde). Copenhague, Nationalmuseet, Antikvarisk-Topografisk arkiv, 1233.
Crédits © Nationalmuseet, Copenhague. Antikvarisk-Topografisk arkiv.
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11933/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Fig. 5 : Façade du château de Charlottenborg à Copenhague, dans Laurids de Thurah, Den danske Vitruvius, I-(III), 1746-(1967), t. I, pl. XL. Copenhague, Nationalmuseet, Antikvarisk-Topografisk arkiv.
Crédits © Nationalmuseet, Copenhague. Antikvarisk-Topografisk arkiv.
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11933/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Titre Fig. 6 : Johannes Rach et Hans Heinrich Eegberg, Le palais de Niels Juel, huile sur toile, 1749. Copenhague, Nationalmuseet, 304/1946.
Crédits © Nationalmuseet, Copenhague. Antikvarisk-Topografisk arkiv
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11933/img-6.png
Fichier image/png, 257k
Titre Fig. 7 : Le château de Frederiksberg vu du parc (gravure de Johan Jacob Bruun), 1756. Non signé. Københavns Stadsarkiv.
Crédits © Københavns Stadsarkiv
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11933/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 888k
Titre Fig. 8 : Le plus ancien dessin connu du château de Fredensborg. Non signé. Københavns Stadsarkiv, VI L Fr. 1720 ca./1.
Crédits © Københavns Stadsarkiv
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11933/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig. 9 : Johan Cornelius Krieger, Façade du château de Fredensborg. Copenhague, Det kongelige Bibliotek, Frederik V.s Atlas, t. XXXVII, pl. 20.
Crédits © Kongelige Bibliotek, Copenhague
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11933/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Fig. 10 : Johan Cornelius Krieger, Plan du château de Fredensborg. Copenhague, Danmarks Kunstbibliotek, Samlingen af Arkitekturtegninger, 498 mappe Td. 140, 25.
Crédits © Danmarks Kunstbibliotek. Samlingen af Arkitekturtegninger, Copenhague
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11933/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Fig. 11 : Le château de Fredensborg et son parc, dessin, 1728. Copenhague, Hendes Majestæt Dronningens Håndbibliotek, GK 7-28a.
Crédits © HM the Queen’s Reference Library, Copenhagen
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11933/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Fig. 12 : Carte du Nord de Seeland réalisée entre 1685 et 1697, avec les sentiers en forme d’étoile utilisés pour la chasse (détail). Copenhague, Kort- og tegningsamlingen, Forsvarets Bygningstjeneste, Rigsarkivet.
Crédits © Rigsarkivet, Copenhague
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11933/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Fig. 13 : Carte du haras d’Österup, réalisée vers 1700, copiée par Diedrich Adolph von der Recke en 1794 (détail). Copenhague, Rigsarkivet.
Crédits © Rigsarkivet, Copenhague
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11933/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 14 : Le Nord du Seeland, vers 1720. Copenhague, Det kongelige Bibliotek, Frederik V.s Atlas, t. XXXVII, pl. 11.
Crédits © Kongelige Bibliotek, Copenhague
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11933/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 3,3M
Titre Fig. 15 : Le Nord de Seeland vers 1720 (détail de la fig. 14). Copenhague, Det Kongelige Bibliotek, Frederik V.s Atlas, t. XXXVII, pl. 11.
Crédits © Kongelige Bibliotek, Copenhague
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11933/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 16 : Le château de Marly-le-Roi : « Plan general de Marly le dixième May 1685 ». Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes, Va 448d.
Crédits © Bibliothèque nationale de France, Paris
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11933/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre Fig. 17 : Le château de Fredensborg, vu de l’entrée, 1756 (gravure de Johan Jacob Bruun). Copenhague, Nationalmuseet, Antikvarisk-Topografisk arkiv.
Crédits © Nationalmuseet, Copenhague. Antikvarisk-Topografisk arkiv
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11933/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 788k
Titre Fig. 18 : Le château de Fredensborg en 1728. La salle à coupole, coupe en perspective. Copenhague, Nationalmuseet, Antikvarisk-Topografisk arkiv.
Crédits © Nationalmuseet, Copenhague. Antikvarisk-Topografisk arkiv
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11933/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Fig. 19 : Plan du corps de logis du château de Fredensborg aujourd’hui. Copenhague, Nationalmuseet, Antikvarisk-Topografisk arkiv, 1939:304f.
Crédits © Nationalmuseet, Copenhague. Antikvarisk-Topografisk arkiv
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11933/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Fig. 20 : Le château de Fredensborg vu depuis l’emplacement de la ménagerie (aujourd’hui disparue).
Crédits © Ulla Kjær/2009
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11933/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 3,1M
Titre Fig. 21 : Projet de Nicolas-Henri Jardin pour le parc de Fredensborg après l’agrandissement du château. Copenhague, Det Kongelige Bibliotek, Frederik V.s Atlas, t. XXXVII, pl. 24.
Crédits © Kongelige Bibliotek, Copenhague
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11933/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Titre Fig. 22 : Le parc de Fredensborg, vu du château, avec la grande allée dessinée par Nicolas-Henri Jardin.
Crédits © Roberto Fortuna 2007. Nationalmuseet, Copenhague. Antikvarisk-Topografisk arkiv.
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11933/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ulla Kjær, « L’architecture au début de l’absolutisme danois (1675-1725) : Fredensborg et Marly », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 19 décembre 2013, consulté le 30 avril 2017. URL : http://crcv.revues.org/11933 ; DOI : 10.4000/crcv.11933

Haut de page

Auteur

Ulla Kjær

Conservateur, Danmarks Nationalmuseum.

Haut de page

Droits d’auteur

© Ulla Kjær / 2012 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org