Navigation – Plan du site
Bilan et perspectives

Archéologie à Marly : bilan et perspectives

Archaeology at Marly: report and future possibilities
Annick Heitzmann

Résumés

L’archéologie à Marly commença dans les années 1860 et connut plusieurs campagnes jusqu’en 2003. Ces opérations ont montré les importantes potentialités du site. Château royal construit à la fin du xviie siècle sur un terrain vierge et détruit au début du xixe siècle, sans que son emplacement soit réoccupé, ses fondations et constructions souterraines ont été conservées, ensevelies sous des gravats de démolition riches en éléments décoratifs et en témoignages de la vie quotidienne. Le site est quasiment intact et les fouilles ne rencontrent qu’un seul niveau archéologique, ce qui est exceptionnel : Marly offre la possibilité d’une étude impossible dans les châteaux ayant maintenu leur activité jusqu’à nos jours. Autre particularité, partagée cette fois avec Versailles : la confrontation permanente de l’archéologie avec des archives très abondantes.
Depuis le 1er juin 2009, le domaine de Marly est rattaché à Versailles, ce qui lui ouvre peut-être de nouvelles perspectives : celles d’une politique systématique de recherches archéologiques avant travaux, poursuivant ce qui avait été inauguré avec le diagnostic de 2003. Cependant, une autre approche serait possible, prolongeant les recherches du xxe siècle : celle de fouilles programmées à seul but scientifique, pour profiter de la situation unique du site. Son exploitation serait, en effet, d’un grand apport, tant pour l’archéologie moderne que pour l’archéologie des jardins, deux sciences récentes en pleine expansion.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article fait partie des actes du colloque « Marly : architecture, usages et diffusion d'un modèle français » (château de Versailles, 31 mai, 1er et 2 juin 2012) publiés sur le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles.

Texte intégral

La conférence donnée le 2 mai 2012 dans le cadre du colloque « Marly » et le texte des actes ci-dessous ont été élaborés avec l’aide de Bruno Bentz et sont très largement inspirés de ses travaux en général et de sa thèse de doctorat en particulier. Qu’il soit ici chaleureusement remercié.

Annick Heitzmann : Archéologie a Marly : bilan et perspectives
Your browser does not support iframes

Enregistrement audio de la communication au colloque « Marly : architecture, usages et diffusion d’un modèle français », samedi 2 juin 2012, Galerie basse du château de Versailles.

Crédits : Annick Heitzmann / 2012 / CRCV

  • 1 Maroteaux 2002, p. 214-225.

Le château de Marly a été construit, et ses jardins aménagés, sur des terres de culture dans les années 1680, pour les divertissements de Louis XIV et d’une élite choisie par lui. Très célèbre et admiré pour l’originalité de son parti architectural, il ne connut qu’une existence relativement brève, à peine plus d’un siècle. En effet, son démantèlement commença dès 1793, avec le démontage de ses berceaux de treillage. Dépouillé par pans entiers à partir de cette date (sculptures dispersées en 1794 puis en 1796, végétaux coupés en 1795…), le domaine, exsangue, est finalement vendu, le 3 octobre 1799, après plusieurs années d’atermoiements et de rebondissements, à un certain Alexandre Sagniel, qui établit une filature dans les dépendances du château. Au début de 1805, étranglé financièrement, Sagniel propose à Fleurieu, intendant général de la Maison de l’empereur, de vendre le domaine à la Couronne. Mais Napoléon s’y refuse. Commence alors une campagne de démolition massive, que ne peuvent empêcher les habitants des communes voisines (fig. 1). L’empereur finit par racheter le domaine, complètement dépecé, en 1811 et le fait exploiter comme des terres de rapport1.

Marly n’est plus qu’un terrain nu.

Fig. 1 : Plan géométrique de la commune de Marly, terminé le 7 brumaire an 14 [1805], par C. C. Scoquart ingénieur géomètre en chef, et Charles ingénieur géomètre secondaire (détail), manuscrit couleur, 108 cm × 90 cm. Montigny-le-Bretonneux, archives départementales des Yvelines, 3P 2/29.

Fig. 1 : Plan géométrique de la commune de Marly, terminé le 7 brumaire an 14 [1805], par C. C. Scoquart ingénieur géomètre en chef, et Charles ingénieur géomètre secondaire (détail), manuscrit couleur, 108 cm × 90 cm. Montigny-le-Bretonneux, archives départementales des Yvelines, 3P 2/29.

© Archives départementales des Yvelines, Montigny-le-Bretonneux

Les premières expériences

Guillaumot et Sardou (1860-1870)

  • 2 Guillaumot 1865.
  • 3 Carrelage dans un bassin de Marly, dessin préparatoire d’A.-A. Guillaumot (Musée-Promenade de Marly (...)
  • 4 Sardou 1867.
  • 5 Bentz 1989.

Les premières interventions archéologiques sont signalées à Marly une cinquantaine d’années après la destruction du château. L’érudit Auguste-Alexandre Guillaumot, qui connaissait très bien l’ancien domaine pour en avoir étudié les archives, publie, en 1865, une étude architecturale sur le château de Marly2, dans laquelle figurent deux dessins de carreaux de faïence « trouvés lors des fouilles » (fig. 2). Guillaumot a dirigé plusieurs sondages au cours desquels il a trouvé neuf variétés de carreaux qui l’amenèrent à tenter une restitution du carrelage de l’un des bassins de faïence qui se trouvaient autour du Pavillon royal3. Il découvrit aussi des éléments d’un autre carrelage, celui du pavillon des Bains et des fragments de vaisselle. L’écrivain Victorien Sardou mentionna aussi ces travaux en 18674 et déclara même y avoir participé5.

Fig. 2 : Faïences des fontaines de Marly, gravures sur acier publiées dans Auguste-Alexandre Guillaumot, Château de Marly-le-Roi : construit en 1676, détruit en 1798, dessiné et gravé d’après les documents puisés à la Bibliothèque impériale et aux archives, Paris, A. Morel, 1865.

Fig. 2 : Faïences des fontaines de Marly, gravures sur acier publiées dans Auguste-Alexandre Guillaumot, Château de Marly-le-Roi : construit en 1676, détruit en 1798, dessiné et gravé d’après les documents puisés à la Bibliothèque impériale et aux archives, Paris, A. Morel, 1865.

© Droits réservés

Dupuis, Mellerio et Hanotte (1927-1941)

  • 6 Maroteaux 2002, p. 230. Classement partiel en 1928 et total en 1932.
  • 7 Bentz 1989.

Dans la dynamique insufflée, en 1923, par la fondation de l’association « Les Amis du Vieux Marly », dynamique qui aboutira au classement du domaine au titre des sites en 1928 puis 19326, les recherches systématiques reprirent, en 1927, avec encore pour fil conducteur les carreaux de faïence des bassins. Elles étaient alors menées par le garde Charles Dupuis et rapportées par André Mellerio, qui rédigea une notice des découvertes7.

Fig. 3 : Photographie d’archéologie aérienne prise à Marly, 1932.

Fig. 3 : Photographie d’archéologie aérienne prise à Marly, 1932.

© Droits réservés

  • 8 Outre le plan de 1805 (fig. 1) : Atlas Moléon, 1824 (archives départementales des Yvelines, 5Q385, (...)
  • 9 Mellerio 1933, cité dans Bentz 1989.
  • 10 Bentz 1989.

Cinq ans plus tard, dans le contexte des travaux de mise en valeur du domaine que le classement avait entraînés, plusieurs photographies aériennes ont été réalisées au-dessus du parc (fig. 3). L’une d’entre elles a été publiée dans la revue L’Illustration le 23 juillet 1932, accompagnée d’un texte qui explique clairement qu’elle a été prise à des fins archéologiques. Ces photographies montrent la fameuse « île », située au centre du grand bassin, constituée des matériaux de démolition du château. En effet, au début du xixe siècle, les démolisseurs avaient partiellement remblayé le bassin avec les gravats et cette île figure sur plusieurs plans du xixe siècle (fig. 1)8. Ce remblai fut fouillé en 1933 par Dupuis (fig. 4), dont Mellerio énumère les trouvailles : « des débris de murs extérieurs des pavillons, quelquefois avec revêtement peint, des morceaux de marbres de différentes espèces, des fragments de carrelage polychromes9 ». L’île du bassin sera supprimée en 194110.

Fig. 4 : Fouille du Grand Bassin, 1933.

Fig. 4 : Fouille du Grand Bassin, 1933.

© Droits réservés

  • 11 Maurice Hanotte, rapport daté du 12 avril 1934 (Archives du Vieux Marly). Partiellement publié dans (...)

Ces découvertes amenèrent le docteur Maurice Hanotte, vice-président du « Vieux Marly », à commanditer une série de sondages archéologiques dans divers endroits du parc, qui furent dirigés par Dupuis en 1934 (fig. 5). Furent sondés cette année-là : les six bassins de faïence, le bassin rond des appartements du Levant, la chapelle… Les vestiges trouvés alors ont pour partie disparu, mais il reste le rapport d’intervention11 et de belles planches en couleurs des carreaux découverts (fig. 6). La même année fut émise l’intention d’un sondage au pavillon des Bains, mais ce projet fut finalement abandonné. Enfin, en 1937, des fouilles ont permis de dégager les ruines du bassin inférieur de la Rivière et de le reconstituer.

Les travaux furent arrêtés par la Seconde Guerre mondiale.

Fig. 5 : Le garde Charles Dupuis et le docteur Maurice Hanotte, 1934.

Fig. 5 : Le garde Charles Dupuis et le docteur Maurice Hanotte, 1934.

© Droits réservés

Fig. 6 : Carreaux des bassins de faïence, Maurice Hanotte, 1934. Montigny-le-Bretonneux, archives départementales des Yvelines, 3F37.

Fig. 6 : Carreaux des bassins de faïence, Maurice Hanotte, 1934. Montigny-le-Bretonneux, archives départementales des Yvelines, 3F37.

© Archives départementales des Yvelines, Montigny-le-Bretonneux

Les campagnes de Bruno Bentz (1985-1994)

  • 12 Bentz 1994, vol. 1, p. 11.

Dans les années 1980, Bruno Bentz reprend ces investigations. Les travaux entrepris alors étaient précurseurs, puisque, dans les années 1980, l’archéologie s’intéressait peu aux périodes postérieures au Moyen Âge. C’est dans le domaine des jardins que les méthodes archéologiques ont commencé à être reconnues pour la période moderne, avec la charte de Florence adoptée en décembre 1982. Pour le patrimoine bâti, les sites de cette époque étant généralement bien documentés par les archives, la concurrence des sources écrites a entravé le recours à la prospection archéologique. La démarche archéologique entreprise alors à Marly a donc participé à l’essor des fouilles modernes et a innové en réunissant les deux sources d’information : la confrontation a été permanente entre les vestiges et les archives12.

Les chantiers

Fig. 7 : Localisation des principaux secteurs fouillés par Bruno Bentz.

Fig. 7 : Localisation des principaux secteurs fouillés par Bruno Bentz.

© Bruno Bentz

  • 13 Ibid.

Ces travaux se sont étalés sur cinq campagnes et ont exploré dix-sept secteurs (fig. 7). Ils ont dès l’origine été conçus en deux phases : d’abord l’approfondissement des sondages anciens, en y intégrant l’étude des archives, puis la découverte de nouveaux secteurs selon l’intérêt déterminé lors de la première phase ou la recherche en archives13.

  • 14 Voir la communication de Daniella Malnar sur le Bulletin du Centre de rechercher du château de Vers (...)

En 1985 sont organisés les premiers sondages, constituant la première des cinq campagnes de fouille qui vont s’étaler jusqu’en 1992. Les interventions ont revêtu plusieurs formes : prospections, sondages ou fouilles programmées. Leur implantation a été basée sur la superposition des plans anciens et actuels du parc. En 1994, la fin de l’inventaire marque l’achèvement de cette série de travaux. Cependant, l’exploration d’aqueducs se poursuit toujours, relancée depuis une dizaine d’années par le service des Fontaines14.

Tab. 1 : tableau des types d’interventions archéologique à Marly, en fonction des années et des secteurs.

Année

Secteur

Type d’intervention

1985

Bassins de faïence

Sondages

1988

Pavillon des Bains (1)

Sondage

1988

Chapelle

Prospection

1988

Ramasse (1)

Prospection

1988

Cascade champêtre (1)

Prospection

1989

Cascade champêtre (2)

Sondages

1989

Pont aval du ru

Sondages

1989

Ramasse (2)

Sondages

1989

5e pavillon du Levant

Sondages

1989

Aqueduc de Bacchus (1)

Sondages

1989

Aqueduc des Réservoirs

Exploration

1989

Aqueduc de la Rigole

Exploration

1989

Aqueduc de la Demi-Lune

Exploration

1990

Pavillon des Bains (2)

Fouilles programmées

1992

2e pavillon du Levant

Sondage

1992

Aqueduc de Bacchus (2)

Sondage

1992

Ancien aqueduc du Levant

Exploration

1992

Aqueduc des Bonnes Eaux

Exploration

© Bruno Bentz

Les intervenants

Les fouilles archéologiques de Marly constituaient une petite opération aux moyens financiers limités, mais riche en participation humaine et institutionnelle :

  • Le Musée-Promenade de Marly-le-Roi/Louveciennes a prêté ses locaux pour le travail de post-fouille et financé la restauration d’objets. Ceux-ci y sont encore conservés et, pour certains, exposés.

  • Le Centre d’archéologie moderne et contemporaine de Paris IV. Bruno Bentz a mené ces recherches dans le cadre d’une thèse de doctorat, sous la direction du professeur Philippe Bruneau.

  • La conservation régionale de l’archéologie a délivré les autorisations, assuré le suivi des travaux et soutenu financièrement la fouille programmée de 1990.

  • Le service archéologique départemental des Yvelines a prêté de l’outillage.

  • L’association OMAGE a encadré les bénévoles travaillant sur le site. À ces travaux, ont participé soixante-dix fouilleurs.

Résultats

L’architecture de jardin

Les bassins de faïence

La première des campagnes menées par Bruno Bentz avait le projet de reprendre les opérations abandonnées avant la guerre. Les premiers sondages ont donc été réalisés sur un secteur précédemment fouillé : celui des bassins de faïence. La reprise des travaux à cet endroit se justifiait par les lacunes des archives et l’imprécision des comptes rendus des interventions anciennes.

Ces bassins appartiennent à un aménagement tardif, puisqu’ils ont été construits, à la fin du règne de Louis XIV, entre 1712 et 1714, sur la grande terrasse du château. Ils eurent une existence éphémère et furent détruits en 1716. Ils forment un ensemble de six fontaines ayant chacune sa statue éponyme. Cet ensemble est constitué de deux sous-ensembles : il y avait quatre bassins des carpes, dont les statues représentaient quatre coureurs (Hippomène et Atalante, Apollon et Daphné), situés autour du château, et deux autres bassins avec une nymphe couchée (Amphitrite et Aréthuse), situés à l’écart, près des premiers pavillons.

Fig. 8 : Les emplacements des six bassins de faïence.

Fig. 8 : Les emplacements des six bassins de faïence.

© Bruno Bentz

  • 15 Maurice Hanotte, rapport daté du 12 avril 1934 (Archives du Vieux Marly), publié dans Bentz 1989.
  • 16 Magasin de Marly, entrées, février 1715, Archives nationales, O1 2011.
  • 17 Bentz 1994, vol. 1, p. 156-167.

Un sondage fut réalisé dans chacun des six bassins (fig. 8). La profondeur des bassins (75 cm) et leur mode de construction avaient déjà été déterminés en 1934 : une chape de moellons, liés au mortier de chaux et de sable, surmontée d’un lit de briques15. L’étanchéité était assurée par un carrelage, dont plusieurs éléments ont été retrouvés en fouille. Cependant, les bassins fouillés étaient dans leur état de démolition et aucun carreau n’a été retrouvé en place. Comme leur brève existence ne leur a pas laissé le temps d’être représentés, il fallut avoir recours à un document d’archive16 pour proposer des hypothèses de restitution. Ce document, issu du magasin de Marly, faisait l’inventaire des carreaux non utilisés lors de la construction des bassins. Outre la provenance des carreaux (Saint-Cloud et Lisieux), il fournit quelques indications fort utiles pour comprendre la position des carreaux dans les bassins17. Une évocation du bassin d’Atalante présentant les carreaux trouvés dans le sondage de ce bassin, disposés d’après ces indications, est exposée au Musée-Promenade en 1987 (fig. 9).

Fig. 9 : Restitution du carrelage du bassin d’Atalante présentée au Musée-Promenade de Marly/Louveciennes.

Fig. 9 : Restitution du carrelage du bassin d’Atalante présentée au Musée-Promenade de Marly/Louveciennes.

© Dessin : John Carter. Photographie : Bruno Bentz

  • 18 Ibid., p. 66-67.

Dans le bassin d’Hippomène a été trouvée la seule conduite en plomb de ces fouilles. Il est en effet exceptionnel de trouver du plomb, puisque ce métal était quasi systématiquement récupéré pour être refondu. Cette conduite est constituée de plomb soudé et mesure 101 centimètres de longueur et 10 centimètres de diamètre ; elle fut probablement abandonnée dans les remblais du bassin, lors de la démolition des bassins en 1716. Elle est estampillée de cinq fleurs de lys, symbole du domaine royal18.

La cascade champêtre

Le site de Marly est favorable à l’aménagement de cascades grâce à son abondance en eau et à ses pentes abruptes. Deux cascades composées de marches en marbre y furent aménagées : la Cascade champêtre et la Rivière. La première fut achevée en 1702, après une longue maturation du projet. Elle fut transformée en 1709. Nous disposons pour cette fontaine d’une documentation d’archives particulièrement abondante.

  • 19 Ibid., p. 50-52.

En 1989, trois sondages y furent effectués, portant notamment sur le bassin supérieur et sur l’un des degrés. Dans le bassin haut a été trouvé un socle monolithe qui constituait une partie du soubassement de la fontaine centrale. La margelle de ce bassin a aussi été dégagée en deux endroits. Le sondage réalisé à l’emplacement d’un degré a révélé des éléments nouveaux : si sa largeur était conforme aux plans (6,80 m), l’observation des vestiges, bien que partielle, a permis de comprendre la complexité du système hydraulique (fig. 10)19.

Fig. 10 : Relevé en plan du sondage en travers des degrés de la Cascade champêtre.

Fig. 10 : Relevé en plan du sondage en travers des degrés de la Cascade champêtre.

© Bruno Bentz

  • 20 Plan et profil de la cascade dans le bosquet d’Agrippine, vers 1710 (Archives nationales, O1 1471, (...)
  • 21 Bentz 1994, vol. 1, p. 230.

De très nombreux morceaux de marbre ont été découverts lors de ces sondages, présentant une grande variété, tant de moulurations que de couleurs. Les différences de traitement proviennent de la diversité des parements auxquels ils participaient : plaquage, corniches de margelles, de degrés ou de socles. Quant aux couleurs, une vue20 en présente trois : le blanc, le rouge et le vert. Ces trois variétés correspondent aux trois sortes de marbre récupérées lors des fouilles : le blanc de Barbazan, le rouge du Languedoc et le vert de Campan21.

La ramasse

  • 22 Raynal 1990.
  • 23 Place et cabinets de la Roulette (Archives nationales, O1 1471, no 7), publié dans Mabille, Benech (...)
  • 24 Bentz 1994, vol. 1, p. 39.

Résidence de loisirs, Marly était équipé de nombreux aménagements consacrés au divertissement. Parmi eux, la ramasse. C’est un jeu un peu similaire aux montagnes russes : un chariot appelé « roulette » descend entre deux glissières le long d’une pente. Le site de Marly se prête tout à fait à ce genre de jeu, puisqu’on y trouve des terrains très escarpés. Cette ramasse a été aménagée à Marly en 169122. Le départ se faisait au-dessus de la Rivière, dans une vaste salle de verdure qui avait été aménagée avec deux pavillons pour entreposer le chariot et pour abriter ses passagers23. Les restes archéologiques avaient été repérés par une prospection de surface : deux petits monticules en marquaient l’emplacement, dans lesquels se trouvaient des déblais de démolition. Ce sont eux qui ont déterminé l’emplacement des sondages. Il y a été trouvé les deux extrémités d’une voie pavée (fig. 11) et une partie des murs d’un pavillon, qui étaient conservés sur une vingtaine de centimètres24.

Fig. 11 : Sondage à la ramasse, 1989.

Fig. 11 : Sondage à la ramasse, 1989.

© Bruno Bentz

Les pavillons

Trois pavillons ont été explorés : deux par un sondage à l’emplacement de leur fosse d’aisances (les deuxième et cinquième pavillons du Levant) et un par sondage, puis, globalement, par une fouille programmée (le cinquième pavillon du Couchant ou pavillon des Bains).

Fondations et fosses d’aisances

  • 25 Ibid., p. 28-31.

Les douze pavillons ont été construits entre 1680 et 1683 sur un plan unique, disposé symétriquement par rapport à l’axe formé par le grand bassin. Ils étaient divisés en deux logements chacun : l’un au rez-de-chaussée et l’autre à l’étage. Tous étaient équipés d’un cabinet d’aisances. Les cabinets d’aisances n’étaient pas intégrés aux appartements princiers mais relégués dans les pièces de service. Il semble donc qu’ils étaient destinés non pas aux princes, mais aux domestiques, pour leur propre usage ou pour la vidange des pots de chambre qu’utilisaient leurs maîtres25.

Fig. 12 : Le cinquième pavillon du Levant, 1989.

Fig. 12 : Le cinquième pavillon du Levant, 1989.

© Bernard Laisné

Fig. 13 : Relevé en plan du cinquième pavillon du Levant.

Fig. 13 : Relevé en plan du cinquième pavillon du Levant.

© Bruno Bentz

  • 26 Archives départementales des Yvelines, 3/E/Versailles, étude Gayot : marché du 22 février 1680. Ben (...)

Il n’existe pas de plans des sous-sols des pavillons, mais les fosses d’aisances peuvent être repérées à partir des plans du rez-de-chaussée. L’exhumation des fondations des pavillons au cours des différentes campagnes de fouille a permis de préciser les emplacements des pavillons et de reconnaître qu’ils étaient construits sur un terre-plein duquel ils étaient séparés par un vide sanitaire de 50 centimètres. Il n’y avait pas de caves mais seulement des fosses d’aisances (fig. 12 et 13). La longueur de leurs côtés a pu être mesurée (11,8 m, soit 6 toises), ainsi que la profondeur des fondations. Celle-ci varie d’un pavillon à l’autre en fonction de la nature du terrain et des terrassements réalisés pour aplanir les terrasses. L’épaisseur des murs s’est révélée être de 0,9 mètre pour les murs extérieurs et 0,8 pour les murs de refend. Le mode de construction a aussi pu être appréhendé : les murs extérieurs sont en moellons calcaires jointoyés au mortier de chaux et sable, conformément au devis de construction des pavillons, daté de 168026. Dans les fondations du cinquième pavillon du Levant a été découvert le soubassement du mur d’échiffre à l’emplacement de l’escalier ovale qui, à la fin du xviie siècle, a remplacé l’escalier droit d’origine dans tous les pavillons, sauf celui des Bains.

  • 27 Aviler 1720, p. 612.
  • 28 Bentz 1994, vol. 1, p. 28.

Les fosses d’aisances fouillées dans les trois pavillons ne correspondent pas tout à fait à la définition qu’en donne d’Aviler27 : elles ne sont pas pavées de grès et sont imbriquées au réseau hydraulique. Le deuxième pavillon du Levant présente en effet un sous-sol traversé par un aqueduc alimentant un bassin en aval. Or cet aqueduc passe en limite de la fosse d’aisances sans que la pollution de ses eaux ne soit jamais signalée. Cela indique que l’étanchéité de ces deux constructions était parfaite28. Le relevé de ces fosses témoigne de l’uniformité de la construction : tous les volumes intérieurs sont de 5 mètres de long sur 1,50 mètre de large. Seule la profondeur varie, de 1,50 mètre à 3,50 mètres. Ces différences ne sont dues qu’à une adaptation au terrain et non à une différence d’usage.

Fig. 14 : Œufs de tænia (à gauche) et de trichuris (à droite) grossis 1 000 fois.

Fig. 14 : Œufs de tænia (à gauche) et de trichuris (à droite) grossis 1 000 fois.

© Françoise Bouchet

  • 29 Bouchet 1994 (cité dans Le Monde du 24 avril 1998) ; Bentz 1994, vol. 1, p. 33.

Une analyse de paléo-parasitologie a été menée sur un échantillon prélevé dans la fosse d’aisances du deuxième pavillon du Levant. Il y a été décelé des œufs de tænia, d’ascaris, de bothriocéphale et de trichocéphale en excellent état de préservation (fig. 14)29. Il a ainsi été repéré que l’état sanitaire de certains résidents des pavillons de Marly était déplorable, probablement à cause d’une hygiène précaire ou d’une cuisson insuffisante de la viande.

Le pavillon des Bains

  • 30 Bentz 1994, vol. 1, p. 79.

Contrairement aux autres pavillons, le pavillon des Bains était équipé de deux fosses d’aisances : celle correspondant au cinquième pavillon du Couchant et celle de l’époque du pavillon des Bains. Parmi les remblais de démolition qui les comblaient, à défaut du mobilier domestique conséquent trouvé dans les autres fosses fouillées, il a été découvert de nombreux carreaux hollandais de la fin du xviie siècle30.

  • 31 Paiement à Fremin pour la livraison de clous, 25 juillet 1688, Archives nationales, O1 1475, p. 135 (...)
  • 32 Heitzmann 1993 ; Bentz 1994, vol. 1, p. 76-155 ; Bentz et Van der Linden 1993.

Les appartements des pavillons n’étaient pas équipés de bains. Ce n’est que cinq ans après l’achèvement des travaux, de 1688 à 1691, que l’un d’entre eux – le cinquième du Couchant – fut transformé pour recevoir cet aménagement, devenant le pavillon des Bains. Ce pavillon avait été choisi en raison de sa position en contrebas d’un important réservoir. Les bains, installés dans l’appartement du rez-de-chaussée, étaient destinés au confort des courtisans et non à celui du roi. Lors de cette transformation, la première fosse d’aisances fut abandonnée et une seconde aménagée à l’arrière du pavillon. Lors des fouilles, la plupart des carreaux ont été trouvés à l’emplacement de la salle des baignoires. Leur examen associé aux sources d’archives a permis de comprendre la disposition du décor dans cette pièce. De nombreux morceaux de carreaux ont été mis au jour, dont certains ont pu être remontés, donnant de plus gros morceaux ou même des carreaux complets provenant d’un millier de carreaux différents (fig. 15). Cela représente près d’un tiers de la quantité nécessaire (3 500) pour la couverture intégrale, hors ouvertures, des murs de cette pièce, telle qu’elle peut être déduite des mensurations de la pièce, fournies par les plans et coupes, et des dimensions des carreaux découverts. Ils représentaient chacun une scène isolée, certains étant coupés en deux par une frise, ce qui suggère une disposition en panneaux. Les carreaux étaient disposés sur toute la hauteur des murs, où ils étaient fixés à l’aide de clous dorés31. Les menuiseries étaient peintes à l’imitation des carreaux de Hollande déployés dans la pièce, selon un procédé déjà utilisé en 1671 au Trianon de porcelaine32.

Fig. 15 : Carreaux hollandais de la fin du xviie siècle trouvés dans les remblais du pavillon des Bains.

Fig. 15 : Carreaux hollandais de la fin du xviie siècle trouvés dans les remblais du pavillon des Bains.

© Carlos Saldi

Le mobilier archéologique

Matériaux de construction

L’apport de l’archéologie à la connaissance de l’architecture de Marly concerne les plans des fondations, mais aussi les procédés architecturaux. Outre les substructures encore en place, ces procédés peuvent être connus par les nombreux éléments de construction trouvés dans les remblais de démolition comblant les fosses d’aisances et les vides sanitaires des pavillons (voir fig. 11). En effet, lors des démolitions, les débris impossibles à réutiliser étaient abandonnés sur place et ont contribué à aplanir le terrain.

Parmi ces matériaux, il faut noter :

    • 33 Bentz 1994, vol. 1, p. 225-226 ; Heitzmann 1989.

    Plusieurs pierres moulurées sur une seule face, sur lesquelles on peut encore y voir des traces d’enduit ou de peinture, dont certaines pourraient avoir imité le marbre (fig. 16). Elles proviennent probablement d’encadrements de portes ou de fenêtres33.

    • 34 Bentz 1994, vol. 1, p. 222-224.

    De nombreux morceaux de marbre, moulurés ou non, qui attestent de la variété des marbres utilisés34.

    • 35 Ibid., p. 24.

    Les briques sont d’un format récurent (20,7 × 9,5 × 5,4 cm, soit 8 × 4 × 2 pouces). Peut-être ont-elles été fabriquées par la briqueterie attestée à proximité. Certaines d’entre elles présentent un bossage sur une face. Pourtant, cet effet esthétique semble superflu, puisque les pavillons ne comportaient pas de parements de briques avérés35.

    • 36 D’Aviler, Quatremer de Quincy, Jombert, cf. Heitzmann 1989.
    • 37 Marché du 31 janvier 1699, Archives nationales, O1 1465, no 332.
    • 38 Bentz 1994, vol. 1, p. 35.

    Une cinquantaine de carreaux de sol hexagonaux (tommettes) entiers et un millier de morceaux ont permis d’établir des statistiques sur les mesures de ces éléments et de constater les distorsions avec les préceptes des théoriciens36. Ces carreaux étaient d’épaisseurs très variées, ce qui ne devait pas faciliter leur pose. Certains présentaient des marques au revers : des sortes de fleurs à trois, quatre ou six pétales, qui avaient sans doute pour fonction de favoriser leur scellement. Un document tardif (1699) désigne la fabrique d’Igny comme fournisseuse des tommettes livrées à Marly37. Peut-être était-ce déjà le cas au moment de la construction des pavillons38.

    • 39 Aviler 1691 ; Heitzmann 1989.
    • 40 Recueil des devis des Bastiments du Roy, de l’année 1684, bibliothèque municipale de Versailles, Ve (...)

    Les nombreux morceaux d’ardoises provenaient des toitures. Un seul était assez complet pour en donner les dimensions (20 × 30 cm et 4 mm d’épaisseur). Il s’agit du format « quarrée forte39 ». Les ardoises étaient maintenues sur les charpentes par deux clous. Elles étaient produites par les carrières d’Angers40.

Fig. 16 : Morceau de pierre moulurée et peinte.

Fig. 16 : Morceau de pierre moulurée et peinte.

© Carlos Saldi

  • 41 Ibid., p. 25.

Il n’a pas été retrouvé de morceaux du revêtement des façades, peints sur enduit de plâtre dans un décor réalisé d’après les dessins de Charles Le Brun. Cependant, de telles découvertes sont signalées en 1933 : plusieurs morceaux de stuc peints ont été trouvés dans la fameuse « île » du bassin, formée par les gravats de démolition des pavillons. Malheureusement, ces stucs ne sont pas parvenus jusqu’à nous41.

Fig. 17 : Deux vitres remontées.

Fig. 17 : Deux vitres remontées.

© Carlos Saldi

  • 42 Lettre de Desmarais, 16 juillet 1788, Archives nationales, O1 1465, no 170 ; voir Bentz 1994, vol.  (...)

Enfin, des morceaux de verre à vitre très dégradés ont été trouvés dans le dépôt latrinaire du cinquième pavillon du Levant (fig. 17). Il s’agit donc de vitres cassées pendant l’occupation du château, et remplacées. Deux vitres complètes, presque carrées, ont pu être remontées, livrant leur mode de fabrication, ce qui est exceptionnel, puisque ce matériau, très fragile, est rarement conservé. On a pu déterminer – grâce à la présence de stries concentriques – que les vitres du château étaient fabriquées à partir de la technique du plateau. Les plateaux dans lesquels elles étaient taillées devaient mesurer 80 centimètres de diamètre. Elles étaient mastiquées au plomb. Peut-être ont-elles été jetées dans la fosse après avoir été cassées lors de l’ouragan de 1788 ; on sait en effet que cet ouragan a brisé cinq mille vitres42.

Objets de la vie quotidienne

  • 43 Ibid., p. 26-32.

Outre les éléments d’architecture, il a été retrouvé un important mobilier domestique. Celui-ci provient essentiellement du dépôt latrinaire de deux fosses d’aisances : celles des deuxième et cinquième pavillons du Levant. On peut le classer en trois catégories : la table, l’hygiène et les objets personnels. Aucune pièce n’a été retrouvée intacte, c’est donc bien à cause de leur détérioration que ces objets ont été jetés dans les fosses. Celles-ci servaient en effet de dépotoir. Elles étaient régulièrement vidangées, mais on ignore le lieu d’évacuation définitive. Le mobilier découvert est très homogène dans sa datation : il a été jeté lors de la dernière occupation du château, après la dernière vidange des fosses43.

La table

Les objets d’usage alimentaire trouvés à Marly se rattachent à une production en série, simple et souvent peu décorée. Ils ont sans doute été utilisés par les habitants des pavillons dont ils proviennent.

  • 44 Ibid., p. 241-248.

On peut dénombrer une dizaine d’assiettes archéologiquement complètes, ainsi que des dizaines de tessons de bords d’assiettes, permettant d’établir une typologie. Ces assiettes sont d’une grande variété de production : culs noirs, assiettes à décor bleu, à décor polychrome ou sans décor. Il y avait une seule assiette en faïence fine. Plusieurs fonds d’assiettes portaient un décor à emblème royal : trois couronnes fermées disposées en cercle44.

Fig. 18 : Fiasque en verre avec son bouchon, trouvée dans la fosse d’aisances du deuxième pavillon du Levant.

Fig. 18 : Fiasque en verre avec son bouchon, trouvée dans la fosse d’aisances du deuxième pavillon du Levant.

© Carlos Saldi

  • 45 Ibid., p. 249-251.

Les récipients trouvés dans les fosses d’aisances étaient à peu près aussi nombreux. Ils ont servi à contenir des aliments, solides ou liquides, pour les conserver, les transporter ou les présenter. Aucun d’entre eux n’était décoré. On peut citer, en particulier, une série de bouteilles en verre foncé ayant sans doute servi au conditionnement du vin (fig. 18). Elles étaient accompagnées de quelques bouchons. Les pots, cruches et jattes étaient en terre cuite, en céramique glaçurée, en grès ou en faïence blanche. Un petit pot à bord ourlé, autour duquel se fixait un cordon, a peut-être contenu des confitures. Ces objets peuvent aussi bien être de production locale qu’importés45.

Parmi les contenants destinés à la boisson, il n’a été trouvé qu’une tasse, unique porcelaine de ces fouilles. Elle provient d’Extrême-Orient et est datable de la première moitié du xviiie siècle. Les autres objets de cette catégorie sont en verre, opaque ou translucide :

  • un gobelet en verre blanc ;

  • quatre verres à pied, à jambe creuse incisée en fuseau (fig. 19) ;

  • une série de quatre gobelets en verre opaque blanc faiblement translucide, de forme tronconique, à décor tacheté bleu ou bleu et rouge ;

    • 46 Ibid., p. 252-258.

    deux gobelets à décor émaillé en frise de palmettes et d’oiseaux sur du verre opaque bleuté avec des inscriptions. Malgré la disparition d’une partie du décor, il a été possible de le restituer grâce à la lumière rasante. Deux maximes sont apparues : « Vive le bon vin » et « L’amour me trompe » (fig. 20)46.

Fig. 19 : Verre à jambe.

Fig. 19 : Verre à jambe.

© Bruno Bentz

Fig. 20 : Gobelets en verre opaque, à décor émaillé avec inscription, trouvés dans la fosse d’aisances du cinquième pavillon du Levant.

Fig. 20 : Gobelets en verre opaque, à décor émaillé avec inscription, trouvés dans la fosse d’aisances du cinquième pavillon du Levant.

Inscription du gobelet de gauche, dessin du haut : Vive le bon vin. Inscription du gobelet de droite, dessin du bas : L’amour me trompe.

© Photographie : Bruno Bentz. Dessin : Annick Heitzmann

  • 47 Bentz 1993d.

Ces deux derniers types de production sont très courants à la fin du xviie siècle ; il n’est à citer comme exemples que la production de l’atelier de Bernard Perrot (1640-1709) à Orléans ou celle des verriers de Besançon47.

L’hygiène
  • 48 Bentz 1994, vol. 1, p. 259.

Le mobilier destiné à la toilette apparaît dans une documentation riche en inventaires, essentiellement des listes de livraison dressées entre 1781 et 1794 par les services du grand maître, ce qui correspond à l’époque du mobilier trouvé en fouille. Le mobilier sanitaire était en faïence48.

Fig. 21 : Pot à eau chaude trouvé dans la fosse d’aisances du deuxième pavillon du Levant.

Fig. 21 : Pot à eau chaude trouvé dans la fosse d’aisances du deuxième pavillon du Levant.

© Carlos Saldi

  • 49 Ibid., p. 266-272.

Il faut d’abord citer une cuvette et un pot à eau aux armes de Marly (fig. 21). Ces armes étaient composées du M désignant Marly, encadré de deux palmes nouées et surmonté d’une couronne royale fermée, pour marquer l’appartenance royale de la résidence. Le pot à eau était un pot à eau chaude, car il était surmonté d’un couvercle en cuivre. En effet, si l’appartement des Bains, situé dans le cinquième pavillon du Couchant, offrait aux courtisans un équipement occasionnel pour se laver et se détendre, la toilette ordinaire se faisait dans les appartements d’habitation où, si elle ne disposait pas d’une pièce particulière, elle avait un mobilier spécifique : le pot à eau et la cuvette, souvent associés dans les inventaires. Peut-être ces deux objets ont-ils été jetés en 1793, année où les pièces couronnées ont été détruites49.

Il faut ensuite mentionner :

    • 50 Ibid., p. 261-265.

    Un bourdalou sans décor et un autre à décor polychrome, qui pourrait avoir été fabriqué à Rouen pendant la seconde moitié du xviiie siècle. En effet, d’après les mémoires de livraison, suite à une commande pour le service du roi, plusieurs milliers de pièces fabriquées à Rouen ont été livrées à Marly50.

    • 51 Ibid.
    • 52 Heitzmann 2010, p. 81.
    • 53 Rosen 2011, p. 78.

    Plusieurs vases de nuit ou pots de chambre fabriqués à Nevers (fig. 22)51. Des pots de chambre semblables ont été découverts à Trianon, lors des fouilles archéologiques réalisées au Pavillon frais en 200952. Ceux de Trianon datent du xixe siècle et sont signés « Pitié Nevers53 ». Ceux de Marly sont antérieurs d’au moins cinquante ans, ce qui montre la continuité de cette production.

  • Un seau de chaise en faïence non décorée de 25 centimètres de diamètre et de 18 centimètres de hauteur.

    • 54 Bentz 1994, vol. 1, p. 260.

    Un morceau de bordure de cuvette de bidet, décoré d’une frise54.

Fig. 22 : Pot de chambre en faïence de Nevers.

Fig. 22 : Pot de chambre en faïence de Nevers.

© Musée-Promenade de Marly-le-Roi / Louveciennes

Les objets personnels

Fig. 23 : Sceau trouvé dans la fosse d’aisances du deuxième pavillon du Levant.

Fig. 23 : Sceau trouvé dans la fosse d’aisances du deuxième pavillon du Levant.

© Carlos Saldi

  • 55 Ibid., p. 278-280.

Dans cette catégorie, on peut ranger deux épingles dorées, quelques clés et de nombreux sceaux, jetés dans les latrines avec les missives, disparues, qu’ils cachetaient (fig. 23). Il a été reconnu le sceau de Charles de Rohan, prince de Soubise et d’Épinoy, mort en 1787, et un sceau de femme, ovale ; avec deux écus en cartouche accolés timbrés d’une couronne. Un lion lampassé à senestre et une écharpe dans l’écu, à dextre, permettent d’identifier que son époux était de famille autrichienne55.

  • 56 Ibid., p. 237 et 275.

Un grelot (fig. 24) et un liard de France ont été trouvés dans les ruines de la ramasse. Sans doute ont-ils été perdus par ses passagers56.

Fig. 24 : Grelot trouvé à la ramasse.

Fig. 24 : Grelot trouvé à la ramasse.

© Bruno Bentz

Ce mobilier domestique d’usage commun, par sa localisation à Marly et la datation qui y est attachée, peut servir de référence à du mobilier trouvé dans d’autres fouilles. Le remontage des objets céramiques a été assuré par les bénévoles de l’équipe archéologique de Marly et le collage et le comblement des manques par le Laboratoire de restauration des musées de France, en 1993, avec un financement du Musée-Promenade, dans lequel tous ces objets sont aujourd’hui exposés.

Le diagnostic de Jean-Yves Dufour (2003)

Fig. 25 : Implantation des tranchées de diagnostic dans les écuries, diagnostic archéologique, 2003.

Fig. 25 : Implantation des tranchées de diagnostic dans les écuries, diagnostic archéologique, 2003.

© E. Laroze et J.-Y. Dufour

  • 57 Dufour et McIntyre 2009, et Dufour 2003.

Le Musée-Promenade de Marly-le-Roi/Louveciennes souhaitait, en 2003, construire une extension de l’autre côté de la grille royale, là où se trouvaient jadis les écuries et les bâtiments des officiers. Ces bâtiments, édifiés de 1684 à 1692 sur les plans de Jules Hardouin-Mansart, furent, comme le reste du château, vendus en 1799 et dépecés à partir de 1806. En prévision de ces travaux, un diagnostic archéologique a été réalisé par Jean-Yves Dufour de l’Institut national de recherche en archéologie préventive (INRAP), à l’emplacement des écuries. Onze tranchées furent ouvertes, totalisant 4,8 % de la surface des bâtiments (fig. 25). Trois d’entre elles furent positionnées de manière à rencontrer les latrines et la forge figurées sur les plans du xviiie siècle. Les autres le furent aléatoirement, en fonction de la place disponible. Il n’a pas été trouvé de structure antérieure aux vestiges modernes, ce qui confirme que les écuries ont été installées dans un secteur vierge. Le seul aménagement ayant précédé leur édification est un remblai destiné sans doute à niveler le terrain. Il n’a pas été trouvé de sol en place, mais les fondations ont pu être observées : elles ont en moyenne 80 centimètres d’épaisseur pour une profondeur préservée de 70 à 100 centimètres. Elles sont composées de deux rangs en moellons de calcaire ou de meulière, noyés dans un mortier sableux jaune orangé. Les latrines destinées à la domesticité étaient comblées des déblais de démolition et elles n’ont livré, en mobilier archéologique, qu’une bouteille de verre intacte, tandis que celles du corps de logement des officiers de la garde se sont révélées stériles. Les murs découverts dans les sondages correspondaient pour la plupart aux plans des écuries, mais certains ont été détruits et ne sont décelables que par leurs tranchées de récupération. Un dépotoir, situé près du logement des officiers s’est révélé particulièrement riche en rejets mobiliers domestiques. Y ont notamment été trouvés un mortier de marbre, de la verrerie, une grande quantité de vaisselle de table et de cuisson en céramique commune et quelques pièces en faïence de qualité, comme un fragment d’encrier, et un pot de chambre en faïence de Nevers (fig. 26). Ces objets, datés du milieu du xviiie siècle, illustrent le mobilier quotidien de la garde d’une résidence royale. Ils sont homogènes chronologiquement et restent encore à étudier, mais cela nécessiterait la fouille totale de la fosse. Cependant, malgré les résultats positifs, il ne fut pas donné suite à ce diagnostic, le projet d’extension du musée ayant été suspendu57.

Fig. 26 : Objets trouvés dans un dépotoir aux écuries, 2003.

Fig. 26 : Objets trouvés dans un dépotoir aux écuries, 2003.

© Jean-Yves Dufour

Quelles perspectives pour l’archéologie à Marly ?

Les quelques interventions précédemment réalisées dans le parc de Marly ont donc révélé que de nombreux vestiges y sont encore enfouis. Au total, les fouilles ont concerné trois pavillons des seigneurs, les écuries, six bassins et une cascade. Dans la plupart des cas, les substructures n’ont été appréhendées que par des sondages et seul le pavillon des Bains a été fouillé intégralement. Le site lui-même est donc quasiment intact et l’ensemble des fondations et des constructions souterraines est conservé. Elles ont en outre révélé la présence d’un mobilier archéologique homogène composé d’objets de la vie quotidienne et de matériaux de démolition renseignant sur la construction du château.

Fig. 27 : Relevé lidar, 2011.

Fig. 27 : Relevé lidar, 2011.

© Art graphique et patrimoine

Le 1er juin 2009, Marly a été rattaché à Versailles, ce qui lie le sort des trois domaines fondés par Louis XIV : Versailles, Trianon et Marly. Ce rapprochement ouvre de nouvelles perspectives à la recherche archéologique sur le site de Marly. Il a été inauguré par une intervention réalisée en avril 2011 : un relevé lidar, commandité par le service des plans de l’établissement public de Versailles (fig. 27). Le lidar est une technologie de télédétection ou de mesure optique basée sur l’analyse des propriétés d’une lumière laser renvoyée vers son émetteur58. Ce relevé n’a pas été entrepris dans un but archéologique, mais il peut avoir une incidence sur les futures recherches, car il révèle, grâce à des courbes de niveau très resserrées, les microreliefs du terrain, dont certains sont dessinés par des vestiges archéologiques encore sous-jacents.

L’équipe archéologique constituée à Versailles va pouvoir dorénavant intervenir à Marly et revenir ainsi à ses sources, puisqu’elle tire son origine des chantiers de Bruno Bentz. Dès 2013, une intervention en fouille programmée va être organisée pour examiner les restes de la grande cascade ou Rivière, qu’on espère aussi conséquents que les sondages de 1988 et 1989 à la Cascade champêtre le font espérer, et des nappes, dans lesquelles ce sera la première intervention archéologique. Ce bassin situé en partie basse des jardins, juste en amont de l’abreuvoir, est encore marqué sur le terrain et apparaît clairement sur le relevé lidar. Si cette campagne est fructueuse, un programme de fouille pluriannuel sera peut-être mis en place. Il pourrait avoir pour point d’orgue une intervention au Pavillon royal pour le tricentenaire de Louis XIV en 2015.

Fig. 28 : Affleurement des murs du Pavillon royal, avant 1935.

Fig. 28 : Affleurement des murs du Pavillon royal, avant 1935.

© Droits réservés

  • 59 Fouilles archéologiques du château de Marly : projet de recherches, s. d. [v. 1995], p. 37-38.

Il n’existe aucun plan ancien représentant les sous-sols du Pavillon royal, mais la présence de caves est suggérée par les textes. Il y avait aussi sans doute des fosses d’aisances, dont la position peut être déterminée par les chausses d’aisances indiquées sur les plans du rez-de-chaussée. Il semblerait qu’il y en ait eu quatre. On sait enfin qu’il existe, imbriqué dans les sous-sols, un aqueduc antérieur au château (construit en 1670), mais il pourrait y en avoir un deuxième, car un plan de 1678 montre, à l’emplacement du futur pavillon, un ancien ruisseau qui a dû être canalisé lors de la construction du bâtiment. Les murs du Pavillon royal étaient encore visibles avant l’aménagement de la plate-forme actuelle, en 1935 : on les voit affleurer sur des photographies du début du xxe siècle (fig. 28). Les structures encaissées ont, comme celles des pavillons déjà fouillés, été épargnées lors de la démolition et subsistent sans doute sous des remblais de démolition. Une intervention archéologique à l’emplacement du Pavillon royal compléterait les archives sur l’état de ce château, sans parler de l’intérêt d’un ou plusieurs éventuels dépôts latrinaires. Cependant, cette opération sera délicate à cause de la terrasse aménagée en 1935, avec des murets évoquant le plan du château (fig. 29)59.

Fig. 29 : Vue de l’emplacement du Pavillon royal, 16 janvier 2010.

Fig. 29 : Vue de l’emplacement du Pavillon royal, 16 janvier 2010.

© Bruno Bentz

Pour que les données récoltées par les fouilles soient le plus profitables possible, une collaboration est sur le point de se mettre en place avec le service des Fontaines de Versailles, Marly et Saint-Cloud pour qu’elles puissent être intégrées sur le logiciel SIG développé par ce service.

Hormis la fouille, une collaboration est envisagée avec une université enseignant l’archéologie pour établir un programme de relevé des bâtiments encore existants en surface. En effet, certaines structures ont survécu aux destructions et sont actuellement menacées d’effondrement et d’envahissement par la végétation.

    • 60 Ibid., p. 51.

    La citerne, qui servait à alimenter les bassins des carpes (fig. 30)60.

    • 61 Ibid., p. 57.

    Les latrines des gardes du château, qui étaient situées dans la cour de la demi-lune et sont encore visibles, étayées, derrière l’ancien pavillon du Levant (fig. 31)61.

  • Les glacières situées au-delà du Pavillon présidentiel (fig. 32). Il y avait à l’origine trois glacières, mais l’une d’entre elles a été comblée pendant la Révolution ou l’Empire. Les deux autres sont encore visibles.

Fig. 30 : La citerne qui alimentait les bassins des carpes, 2 août 2012.

Fig. 30 : La citerne qui alimentait les bassins des carpes, 2 août 2012.

© Annick Heitzmann

Fig. 31 : Les latrines de la cour de la demi-lune, 28 juin 2012.

Fig. 31 : Les latrines de la cour de la demi-lune, 28 juin 2012.

© Annick Heitzmann

Fig. 32 : Les glacières du château de Marly, 30 juin 2010.

Fig. 32 : Les glacières du château de Marly, 30 juin 2010.

© Annick Heitzmann



Le potentiel archéologique de Marly est considérable, les expériences passées l’ont prouvé. Son exploitation est du plus grand intérêt car, si les documents se rapportant aux travaux et à l’entretien du domaine sont innombrables, ceux de la construction du château ont pratiquement tous disparu et les fouilles peuvent combler cette lacune par la connaissance des fondations et des matériaux utilisés en remblai. Elles concernent un autre aspect peu étudié du château : le mobilier d’usage quotidien, qui, lui aussi, est quasiment absent de la documentation d’archives. Château figé dans son histoire, Marly peut offrir l’observation d’ouvrages disparus dans des châteaux conservés, notamment Versailles, en particulier des décors sacrifiés à l’évolution du goût, comme les carrelages en faïence, les corniches ou les revêtements de marbre. De même pour les objets mobiliers : Marly offre la possibilité d’une étude impossible dans les châteaux ayant maintenu leur activité, où les fosses d’aisances ont été vidangées et ont disparu depuis longtemps. Enfin, situation rare, les fouilles de Marly ne rencontrent qu’un seul niveau archéologique, celui de l’ancien château dont l’édification fut réalisée sur des terrains de culture, qui ne connut que des aménagements mineurs du temps de son existence et qui, le site n’ayant pas été réoccupé après sa destruction, n’a été recouvert que par les remblais de démolition et par les terrassements des années 1930, destinés à délimiter les bâtiments ou à remettre en état les allées.

Le domaine étant depuis peu rattaché à celui de Versailles, les fouilles de Marly, après une intervention légère de carottage sur la butte nord de l’allée royale, sont sur le point de prendre un nouveau départ et les campagnes qui s’annoncent se doivent d’être exemplaires dès leurs prémices, pour ne pas gaspiller ce site unique. Elles doivent continuer à intégrer la recherche documentaire et précéder systématiquement les travaux destructeurs.

Marly n’est plus qu’un terrain nu… mais la richesse de son sous-sol en fait un site archéologique unique qu’il faut exploiter avec sagacité.

Haut de page

Bibliographie

Aviler Augustin-Charles d’, 1691, Cours d’architecture qui comprend les ordres de Vignole, Paris, N. Langlois.

1720, Cours d’architecture qui comprend les Ordres de Vignole […], t. II : Explication des termes d’architecture, Paris, J. Mariette.

Bentz Bruno, 1989, « Archéologie du domaine de Marly, 130 ans de découvertes », Le Vieux Marly, t. IV, n4, p. 75-87.

— 1993a, « Les châteaux de faïence », dans Châteaux de faïence : xive-xviiie siècle, cat. expo (Marly-le-Roi, Musée-Promenade de Marly-le-Roi/Louveciennes, du 9 oct. au 12 déc. 1993), Marly-le-Roi, Musée-Promenade, p. 13-15.

— 1993b, « Marly : de la faïence de jardin à la faïence de maison », ibid., p. 23-27.

1993c, « Les bassins de faïence », ibid, p. 95-98.

1993d, « Les gobelets en verre opaque et la verrerie trouvés dans les fouilles du château de Marly », Annales du 12e congrès de l’Association internationale pour l’histoire du verre (Vienne, 26-31 août 1991), p. 457-463.

1994, Archéologie du domaine de Marly : contribution des fouilles réalisées depuis 1985, thèse de doctorat, université de Paris IV, sous la dir. de Ph. Bruneau, 2 vol.

Bentz Bruno et Van der Linden Margaretha, 1993, « Marly : l’appartement des Bains », dans Châteaux de faïence : xive-xviiie siècle, cat. exp. (Marly-le-Roi, Musée-Promenade de Marly-le-Roi/Louveciennes, du 9 oct. au 12 déc. 1993), Marly-le-Roi, Musée-Promenade, p. 85-94.

Bernard Perrot, 1640-1709, secrets et chefs-d’œuvre des verreries royales d’Orléans, cat. expo. (musée des Beaux-Arts, Orléans, 13 mars-27 juin 2010), Orléans/Paris, musée des Beaux-Arts/Somogy.

Bouchet Françoise, avril 1998, « Enquête épidémiologique sur les helminthiases à la cour de Louis XIV », Médecine/Sciences, no 14, p. 463-466.

Dufour Jean-Yves, 2003, Marly-le-Roi : les écuries royales, rapport de diagnostic archéologique des 4-7 mars 2003.

Dufour Jean-Yves et McIntyre Peter, 2009, « Interventions archéologiques préventives sur les châteaux de Marly, Saint-Germain-en-Laye et Versailles », Marly, art et patrimoine, no 3, p. 64-65.

Fouilles archéologiques du château de Marly : projet de recherches, s. d. [v. 1995], Marly-le-Roi, Omage.

Guillaumot Auguste-Alexandre, 1865, Château de Marly-le-Roi construit en 1676, détruit en 1798, dessiné et gravé d’après les documents puisés à la Bibliothèque impériale et aux archives, Paris, A. Morel.

Heitzmann Annick, 1989, « Le 5e pavillon de Louveciennes : matériaux de construction et de décoration », Musée-Promenade de Marly-le-Roi/Louveciennes, dossier no 7.

— 1993, « Trianon : la place de la faïence dans le château de porcelaine », dans Châteaux de faïence : xive-xviiie siècle, cat. expo (Marly-le-Roi, Musée-Promenade de Marly-le-Roi/Louveciennes, du 9 oct. au 12 déc. 1993), p. 78-84.

— 2010, Domaine de Trianon : jardin du Pavillon frais, t. IV : Parcelle ouest, rapport de l’intervention archéologique d’oct. 2009.

Mabille Gérard, Benech Louis et Castelluccio Stéphane, 1998, Vues des jardins de Marly : le roi jardinier, Paris, Alain de Gourcuff.

Maroteaux Vincent, 2002, Marly, l’autre palais du Soleil, Genève, Vögele.

Mellerio André, 1933, « L’île du Grand bassin dans le Petit Parc de Marly », Les Échos de Rueil, 8-15-22 septembre 1933.

Raynal Marcel, 1990, Marly 1691 : l’escarpolette et la ramasse, Marly-le-Roi, Omage.

Rosen Jean, 2011, La Faïence de Nevers : 1585-1900, t. IV : Le xixe siècle : alliances, déclin et renouveau, Dijon, Éd. Faton.

Sardou Victorien, 1867, « Louveciennes, Marly », dans L. Ulbach (dir.), Paris guide, par les principaux écrivains et artistes de la France, Paris, Librairie internationale, 2 vol.

Haut de page

Notes

1 Maroteaux 2002, p. 214-225.

2 Guillaumot 1865.

3 Carrelage dans un bassin de Marly, dessin préparatoire d’A.-A. Guillaumot (Musée-Promenade de Marly-le-Roi/Louveciennes, inv. VM 432 CR).

4 Sardou 1867.

5 Bentz 1989.

6 Maroteaux 2002, p. 230. Classement partiel en 1928 et total en 1932.

7 Bentz 1989.

8 Outre le plan de 1805 (fig. 1) : Atlas Moléon, 1824 (archives départementales des Yvelines, 5Q385, 1825), Atlas matrice des domaines de la Couronne, 1825 (Archives nationales, N IV Seine 89, fo 50).

9 Mellerio 1933, cité dans Bentz 1989.

10 Bentz 1989.

11 Maurice Hanotte, rapport daté du 12 avril 1934 (Archives du Vieux Marly). Partiellement publié dans Bentz 1989.

12 Bentz 1994, vol. 1, p. 11.

13 Ibid.

14 Voir la communication de Daniella Malnar sur le Bulletin du Centre de rechercher du château de Versailles, http://crcv.revues.org/11915.

15 Maurice Hanotte, rapport daté du 12 avril 1934 (Archives du Vieux Marly), publié dans Bentz 1989.

16 Magasin de Marly, entrées, février 1715, Archives nationales, O1 2011.

17 Bentz 1994, vol. 1, p. 156-167.

18 Ibid., p. 66-67.

19 Ibid., p. 50-52.

20 Plan et profil de la cascade dans le bosquet d’Agrippine, vers 1710 (Archives nationales, O1 1471, no 26), publié dans Mabille, Benech et Castelluccio 1998, pl. 57.

21 Bentz 1994, vol. 1, p. 230.

22 Raynal 1990.

23 Place et cabinets de la Roulette (Archives nationales, O1 1471, no 7), publié dans Mabille, Benech et Castelluccio 1998.

24 Bentz 1994, vol. 1, p. 39.

25 Ibid., p. 28-31.

26 Archives départementales des Yvelines, 3/E/Versailles, étude Gayot : marché du 22 février 1680. Bentz 1994, vol. 1, p. 23-24.

27 Aviler 1720, p. 612.

28 Bentz 1994, vol. 1, p. 28.

29 Bouchet 1994 (cité dans Le Monde du 24 avril 1998) ; Bentz 1994, vol. 1, p. 33.

30 Bentz 1994, vol. 1, p. 79.

31 Paiement à Fremin pour la livraison de clous, 25 juillet 1688, Archives nationales, O1 1475, p. 135, O1 2167, fo 483vo.

32 Heitzmann 1993 ; Bentz 1994, vol. 1, p. 76-155 ; Bentz et Van der Linden 1993.

33 Bentz 1994, vol. 1, p. 225-226 ; Heitzmann 1989.

34 Bentz 1994, vol. 1, p. 222-224.

35 Ibid., p. 24.

36 D’Aviler, Quatremer de Quincy, Jombert, cf. Heitzmann 1989.

37 Marché du 31 janvier 1699, Archives nationales, O1 1465, no 332.

38 Bentz 1994, vol. 1, p. 35.

39 Aviler 1691 ; Heitzmann 1989.

40 Recueil des devis des Bastiments du Roy, de l’année 1684, bibliothèque municipale de Versailles, Versaillais/I/18 ; voir Bentz 1994, vol. 1, p. 24-25.

41 Ibid., p. 25.

42 Lettre de Desmarais, 16 juillet 1788, Archives nationales, O1 1465, no 170 ; voir Bentz 1994, vol. 1, p. 37.

43 Ibid., p. 26-32.

44 Ibid., p. 241-248.

45 Ibid., p. 249-251.

46 Ibid., p. 252-258.

47 Bentz 1993d.

48 Bentz 1994, vol. 1, p. 259.

49 Ibid., p. 266-272.

50 Ibid., p. 261-265.

51 Ibid.

52 Heitzmann 2010, p. 81.

53 Rosen 2011, p. 78.

54 Bentz 1994, vol. 1, p. 260.

55 Ibid., p. 278-280.

56 Ibid., p. 237 et 275.

57 Dufour et McIntyre 2009, et Dufour 2003.

58 Voir : http://fr.wikipedia.org/wiki/Lidar.

59 Fouilles archéologiques du château de Marly : projet de recherches, s. d. [v. 1995], p. 37-38.

60 Ibid., p. 51.

61 Ibid., p. 57.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Plan géométrique de la commune de Marly, terminé le 7 brumaire an 14 [1805], par C. C. Scoquart ingénieur géomètre en chef, et Charles ingénieur géomètre secondaire (détail), manuscrit couleur, 108 cm × 90 cm. Montigny-le-Bretonneux, archives départementales des Yvelines, 3P 2/29.
Crédits © Archives départementales des Yvelines, Montigny-le-Bretonneux
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11948/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 936k
Titre Fig. 2 : Faïences des fontaines de Marly, gravures sur acier publiées dans Auguste-Alexandre Guillaumot, Château de Marly-le-Roi : construit en 1676, détruit en 1798, dessiné et gravé d’après les documents puisés à la Bibliothèque impériale et aux archives, Paris, A. Morel, 1865.
Crédits © Droits réservés
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11948/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 3 : Photographie d’archéologie aérienne prise à Marly, 1932.
Crédits © Droits réservés
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11948/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Titre Fig. 4 : Fouille du Grand Bassin, 1933.
Crédits © Droits réservés
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11948/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre Fig. 5 : Le garde Charles Dupuis et le docteur Maurice Hanotte, 1934.
Crédits © Droits réservés
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11948/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Fig. 6 : Carreaux des bassins de faïence, Maurice Hanotte, 1934. Montigny-le-Bretonneux, archives départementales des Yvelines, 3F37.
Crédits © Archives départementales des Yvelines, Montigny-le-Bretonneux
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11948/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 7 : Localisation des principaux secteurs fouillés par Bruno Bentz.
Crédits © Bruno Bentz
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11948/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 8 : Les emplacements des six bassins de faïence.
Crédits © Bruno Bentz
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11948/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 9 : Restitution du carrelage du bassin d’Atalante présentée au Musée-Promenade de Marly/Louveciennes.
Crédits © Dessin : John Carter. Photographie : Bruno Bentz
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11948/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Titre Fig. 10 : Relevé en plan du sondage en travers des degrés de la Cascade champêtre.
Crédits © Bruno Bentz
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11948/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 11 : Sondage à la ramasse, 1989.
Crédits © Bruno Bentz
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11948/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Fig. 12 : Le cinquième pavillon du Levant, 1989.
Crédits © Bernard Laisné
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11948/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre Fig. 13 : Relevé en plan du cinquième pavillon du Levant.
Crédits © Bruno Bentz
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11948/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Fig. 14 : Œufs de tænia (à gauche) et de trichuris (à droite) grossis 1 000 fois.
Crédits © Françoise Bouchet
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11948/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Fig. 15 : Carreaux hollandais de la fin du xviie siècle trouvés dans les remblais du pavillon des Bains.
Crédits © Carlos Saldi
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11948/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 640k
Titre Fig. 16 : Morceau de pierre moulurée et peinte.
Crédits © Carlos Saldi
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11948/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 17 : Deux vitres remontées.
Crédits © Carlos Saldi
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11948/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Fig. 18 : Fiasque en verre avec son bouchon, trouvée dans la fosse d’aisances du deuxième pavillon du Levant.
Crédits © Carlos Saldi
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11948/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 19 : Verre à jambe.
Crédits © Bruno Bentz
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11948/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 20 : Gobelets en verre opaque, à décor émaillé avec inscription, trouvés dans la fosse d’aisances du cinquième pavillon du Levant.
Légende Inscription du gobelet de gauche, dessin du haut : Vive le bon vin. Inscription du gobelet de droite, dessin du bas : L’amour me trompe.
Crédits © Photographie : Bruno Bentz. Dessin : Annick Heitzmann
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11948/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Fig. 21 : Pot à eau chaude trouvé dans la fosse d’aisances du deuxième pavillon du Levant.
Crédits © Carlos Saldi
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11948/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Fig. 22 : Pot de chambre en faïence de Nevers.
Crédits © Musée-Promenade de Marly-le-Roi / Louveciennes
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11948/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Fig. 23 : Sceau trouvé dans la fosse d’aisances du deuxième pavillon du Levant.
Crédits © Carlos Saldi
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11948/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 24 : Grelot trouvé à la ramasse.
Crédits © Bruno Bentz
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11948/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 25 : Implantation des tranchées de diagnostic dans les écuries, diagnostic archéologique, 2003.
Crédits © E. Laroze et J.-Y. Dufour
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11948/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Fig. 26 : Objets trouvés dans un dépotoir aux écuries, 2003.
Crédits © Jean-Yves Dufour
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11948/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Titre Fig. 27 : Relevé lidar, 2011.
Crédits © Art graphique et patrimoine
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11948/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Titre Fig. 28 : Affleurement des murs du Pavillon royal, avant 1935.
Crédits © Droits réservés
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11948/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Fig. 29 : Vue de l’emplacement du Pavillon royal, 16 janvier 2010.
Crédits © Bruno Bentz
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11948/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 30 : La citerne qui alimentait les bassins des carpes, 2 août 2012.
Crédits © Annick Heitzmann
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11948/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Titre Fig. 31 : Les latrines de la cour de la demi-lune, 28 juin 2012.
Crédits © Annick Heitzmann
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11948/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Titre Fig. 32 : Les glacières du château de Marly, 30 juin 2010.
Crédits © Annick Heitzmann
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11948/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 720k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annick Heitzmann, « Archéologie à Marly : bilan et perspectives », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 18 décembre 2013, consulté le 23 juin 2017. URL : http://crcv.revues.org/11948 ; DOI : 10.4000/crcv.11948

Haut de page

Auteur

Annick Heitzmann

Annick Heitzmann est chargée de recherches archéologiques au château de Versailles. Annick Heitzmann is head of archaeological research at the Château of Versailles.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Annick Heitzmann / 2012 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org