Navigation – Plan du site
Bilan et perspectives

La vie de château : un programme de recherche pour Marly

The life of the Château: a research programme for Marly
Bruno Bentz

Résumés

De nombreuses études ont renouvelé ces dernières années notre connaissance générale de l’architecture, des jardins, des sculptures, des peintures de Marly, etc. Elles ont permis des analyses plus précises sur la chronologie des travaux, le rôle des artistes et décorateurs, le déroulement des séjours et la signification du domaine. Toutefois, une approche approfondie sur des aspects spécifiques apporte régulièrement une compréhension inédite. En effet, plusieurs thèmes n’ont pas encore été explorés. Des recherches en cours ou de nouveaux travaux permettront de stimuler ces nouvelles approches dans les domaines les plus variés : les terrassements, les méthodes et les matériaux de construction ; les décorations intérieures, les agencements et les distributions ; les personnels et les ouvriers, pour une histoire sociale et administrative ; la vie de cour à Marly et ses développements sous les règnes de Louis XV et Louis XVI. À cette fin, outre les vestiges conservés qu’il reste à découvrir, de nombreux fonds d’archives demeurent disponibles. Même les sources les plus connues réservent encore de nombreuses possibilités, tels les comptes des Bâtiments du roi ou les albums aquarellés de la fin du règne de Louis XIV. En outre, les archives administratives sont bien conservées sur plus d’un siècle. Il convient donc d’aborder les nouvelles perspectives de la recherche sur Marly en considérant les possibilités de mettre en lumière de très nombreux aspects méconnus de la vie d’un château qui, ailleurs, n’ont pas laissé autant de traces et de témoignages.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article fait partie des actes du colloque « Marly : architecture, usages et diffusion d’un modèle français » (château de Versailles, 31 mai, 1er et 2 juin 2012) publiés sur le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles.

Texte intégral

Bruno Bentz : La vie de château : un programme de recherche pour Marly

Enregistrement audio de la communication au colloque « Marly : architecture, usages et diffusion d’un modèle français », vendredi 2 juin  2012, Galerie basse du château de Versailles.

Crédits : Bruno Bentz / 2012 / CRCV

  • 1 Bruneau et Balut 1982, p. 3-33.

De nombreux aspects du château de Marly ont été étudiés en détail et certaines études récentes ou en cours illustrent l’intérêt suscité par ce sujet – ce colloque en est le parfait témoignage. Quelles sont les nouvelles perspectives de recherche, dans quels domaines et pour quelles disciplines ? Par expérience, je me défie des programmations qui, dans ce domaine, ont tôt fait de contraindre nos questionnements. En effet, il n’y a pas si longtemps que l’archéologie est admise sur ce terrain et l’approche pluridisciplinaire est encore trop rarement mise en pratique. Il me semble nécessaire de développer de nouvelles approches : ce qui importe n’est pas tant la façon dont on scrute notre sujet, même si cela délimite parfois des métiers distincts, de l’archiviste au fouilleur, du restaurateur à l’architecte, mais c’est la manière dont le sujet lui-même est organisé, et qui n’a que faire de nos disciplines et de nos spécialités1. Car la documentation est foisonnante et le sujet est prestigieux, on ne se lasse donc pas d’en découvrir les détails ou les aspects les plus spectaculaires.

Un horizon bien dégagé

  • 2 Il devient ainsi illusoire de s’offusquer de telle « restauration » de pure invention ou d’une erre (...)

Précisons d’emblée que l’étude de l’ancien château de Marly ne doit pas être confondue avec les modalités de sa gestion. Le site et ses anciennes constructions, le château et ses jardins, ses bâtiments, ses décors, son mobilier, ont une existence scientifique indépendante des aléas de leur conservation, de leur transformation ou de leur disparition. Remarquons ici que, sur certains aspects, Marly est d’ailleurs mieux conservé que Versailles – dont l’état actuel concerne davantage la gestion patrimoniale que l’investigation ou l’enquête historique ! Pour autant, bien entendu, il convient de relever tous les indices et tous les vestiges chaque fois que cela est possible, mais il importe de souligner que les opérations d’entretien, d’aménagement ou de restauration doivent être menées indépendamment de l’analyse historique2.

  • 3 Bentz et Ringot 2009, p. 22-34.
  • 4 Bentz [à paraître].
  • 5 Bentz 2012a, p. 238-247.
  • 6 Finet 2008, p. 15-30.

L’horizon des recherches sur Marly est encore bien dégagé. Il est frappant que chaque fois qu’un sujet est étudié de manière approfondie, il en ressort de nouvelles découvertes, y compris pour les thèmes apparemment les mieux connus – et c’est tant mieux si ces résultats contredisent les meilleurs spécialistes ! Ce n’est d’ailleurs pas spécifique à Marly, les études récentes sur Versailles et sa Grande Galerie ont renouvelé les connaissances sur l’un des endroits les plus contemplés. Je pense aussi au cas de la machine de Marly avec les recherches d’Éric Soullard qui enrichissent considérablement les connaissances sur un ouvrage emblématique de notre région au temps de Louis XIV. Pour ne citer que des exemples récents, lorsque l’actualité me conduit à m’intéresser à Jacques Rigaud (parce que des dessins passent en vente)3, à l’abreuvoir de Marly (à l’occasion d’une nouvelle restauration), à un étonnant pied de table (qu’on aimerait attribuer à Marly)4, aux globes de Coronelli (qui sortent de leurs caisses)5, aux tableaux du Grand Salon (à l’occasion de leur restauration)6… chacun de ces thèmes est aussitôt enrichi dès lors qu’on prend le temps et la peine de les étudier sérieusement.

  • 7 Il faut remarquer que la réalisation des maquettes (matérielle et virtuelle) du château de Marly pa (...)
  • 8 J’ai abordé la question de l’accrochage de ces tableaux dans Bentz 2012b.

Une remarque particulière me semble nécessaire à propos des reconstitutions en 3D, dites virtuelles ou numériques. Diverses réalisations ont été faites ici et là, dans des publications, des cédéroms, sur Internet, etc. Ce nouvel outil vient supplanter le dessin de reconstitution. L’évolution technologique est sans doute remarquable, cependant voilà un champ où la technique est très en avance sur la recherche. Les dessinateurs sont probablement d’habiles techniciens mais ils achoppent sur deux difficultés qu’il faudra surmonter pour obtenir un résultat satisfaisant : d’une part acquérir une bonne connaissance de Marly, de ses états successifs, en évitant les erreurs les plus grossières, d’autre part apprendre à traiter distinctement le connu et l’inconnu, autrement dit la restitution et la reconstitution7. J’ajoute qu’on pourrait aussi s’interroger sur le point de vue à adopter pour ces images. Quel est l’intérêt de placer le spectateur d’aujourd’hui dans les airs pour observer l’intérieur des bâtiments ou de survoler les jardins ? Je préférerais qu’on essaie d’approcher le regard de l’usager des lieux. Par exemple, il serait vraiment intéressant de restituer la vision d’autrefois du Grand Salon de Marly avec ses grands tableaux accrochés à 12 mètres de hauteur, puisqu’on ne peut les voir actuellement que face à nous, ce qui est faire injure aux peintres et à l’architecte qui les ont conçus pour être placés en hauteur – et nous empêche de bien les regarder8 !

De nouveaux thèmes d’étude

  • 9 Bentz 2002, p. 319-332.

Quels sont les thèmes d’étude du château de Marly qui restent à explorer ? Du côté de l’architecture, à la suite principalement des travaux de Claudia Hartmann, des interrogations subsistent sur la construction, les matériaux, les fondations, et plus généralement tout ce qui relève de la technique architecturale. En outre, les bâtiments secondaires sont encore très peu connus, par exemple l’agrandissement progressif des communs. Une question assez générale n’a pas encore été abordée, c’est celle des terrassements. Il s’agit pourtant de travaux considérables dont de nombreux paiements témoignent et que nous pouvons encore constater avec ces étagements réguliers de part et d’autre du jardin central. J’avais souligné, il y a quelque temps, que le premier plan des jardins conservé aux archives départementales des Yvelines est d’abord un plan d’exécution des terrassements, avec des cubages impressionnants (1 004 millions) notés au verso9. La nature exacte et l’ampleur des déblais et remblais réalisés seraient intéressantes à connaître, comme il serait utile de restituer (virtuellement bien entendu) la perspective vers le château de Saint-Germain.

En ce qui concerne la décoration intérieure, il y aurait beaucoup à faire, tant pour le mobilier que la sculpture, voire les peintures et les tentures. Jusqu’à présent, l’intérêt s’est essentiellement porté sur les objets et ouvrages conservés, ce qui laisse le champ libre à tout ce qui a disparu. Le mobilier et la décoration sont généralement étudiés par type d’ouvrage (les peintures, les tentures, les sculptures…), il serait intéressant de croiser ces recherches avec celles par emplacement et par type de pièces. Cette question se pose d’abord pour le Pavillon royal mais aussi pour les autres bâtiments, afin de prendre en considération les aménagements intérieurs – notamment les entresols, les escaliers et autres adjonctions – ainsi que la distribution et l’affectation des pièces. Les recherches en cours de Dominique Adrian devraient très heureusement y contribuer. Quant aux jardins, de nombreux aménagements secondaires demeurent méconnus, de même que les décors de rocaille (et de coquillages) ou les dispositifs hydrauliques des jeux d’eau… je ne doute pas que ces thèmes seront convoités !

Il est encore tout un pan de l’histoire du château de Marly qui a été peu étudié, ce sont les aménagements réalisés au cours des règnes de Louis XV et de Louis XVI, contrairement à la période révolutionnaire qui a été plusieurs fois étudiée. Pourtant, la vie continue – ou reprend – après la Régence sous des aspects qui rappellent le règne de Louis XIV mais avec des évolutions, des changements, qui mériteraient un examen plus attentif. Cette longue période est riche, à n’en pas douter. Quelques grandes réalisations bien connues – les chevaux de Coustou, les peintures de Boucher, les meubles de Riesener – rappellent que le site ne fut pas délaissé malgré les nombreuses démolitions opérées sous la Régence et la dégradation progressive des jardins et des bâtiments. Ainsi, nous ne savons à peu près rien des séjours à Marly et de l’organisation du domaine à cette époque.

Enfin, sur une durée d’à peine plus d’un siècle d’occupation royale, l’étude administrative du fonctionnement du domaine de Marly sous l’autorité des Bâtiments du roi et de la Maison du roi reste à faire dans le sillage des recherches engagées par Benjamin Ringot. Que savons-nous des personnels employés pour les chantiers ou pour l’entretien du château et des jardins ? Qui et combien étaient-ils, que faisaient-ils, d’où venaient-ils, où logeaient-ils ? Les centaines de lits décrits dans les inventaires et les centaines de chambres représentées sur les plans méritent que l’on s’y intéresse amplement. Cette approche est l’une des plus fécondes car l’histoire du château de Marly entrelace une étonnante continuité de certains usages et de certaines fonctions à l’image de la Chambre du roi ou de la transmission de la charge de fontainier, et parallèlement une réelle diversité des aménagements que Louis XIV et ses successeurs ont adaptés aux évolutions de la Cour, des goûts et des usages.

Des fonds à explorer

Les recherches sur Marly sont grandement favorisées par l’existence de fonds d’archives à la fois nombreux et d’une incroyable richesse. Les archives du château de Marly sont probablement, avec celles de Versailles, les plus abondantes pour une ancienne résidence royale, sans oublier toutes les sources générales qui n’ont pas été totalement exploitées. Le fonds Colbert mériterait à lui seul un examen attentif, la correspondance de Louvois est aussi très utile, ainsi que les comptes des Bâtiments du roi sous Louis XIV – dont on ne dira jamais assez que la publication de Guiffrey est indispensable mais très imparfaite –, sans oublier les comptes des règnes de Louis XV et Louis XVI que pratiquement personne n’a encore utilisés. Les cartons des Bâtiments du roi sont riches de tous les détails d’une administration au plus près des travaux et des personnes, de même les registres du Garde-Meuble sont eux aussi très riches. L’essentiel de ces archives (que ce soient les manuscrits ou les documents graphiques, tout aussi nombreux) est bien connu des chercheurs et ne demande qu’à être davantage exploité. Il reste bien sûr toujours quelques documents égarés ou qui se trouvent dans des collections particulières et qui parfois réapparaissent et enrichissent la recherche, mais on peut encore faire des observations intéressantes sur les documents les plus connus, à condition de les observer en détail. Cela nécessiterait qu’ils soient numérisés, comme les grands et magnifiques albums des Archives nationales dont on ne cesse de découvrir des détails inédits sur la coupe du Pavillon royal pourtant maintes fois reproduite.

Bien entendu, l’étude du château de Marly passe aussi par celle des objets d’art et des collections, qui s’enrichissent régulièrement mais de manière imprévisible. De nombreux musées et diverses collections particulières conservent une part du patrimoine de Marly. Il y a aussi les vestiges à découvrir, comme en témoigne la reprise des recherches archéologiques par Annick Heitzmann. C’est donc l’ensemble des sources qu’il convient de prendre en considération pour engager un programme de recherche sur Marly. Quel est donc ce programme que j’ai intitulé « La vie de château » ? Il s’agit de comprendre l’organisation, l’équipement et les usages du château de Marly. L’organisation du château, c’est la petite société qui se croise dans les bâtiments, les cours, les allées et les annexes, les hommes et les femmes qui vivent, qui travaillent, qui habitent au château, le roi, la Cour, les personnels, etc. L’équipement du château, c’est l’inventaire et l’étude des logements et des pièces de service du château et de tous les bâtiments secondaires, avec leur décoration, leur agencement, leur mobilier, les objets domestiques et les ustensiles, le matériel d’entretien, etc. Enfin, les usages du château de Marly, c’est le travail quotidien des employés, les tâches occasionnelles, la préparation et le déroulement des séjours royaux.



Marly est un domaine exemplaire pour découvrir cette intimité de la vie de la Cour, dans la réalité et la matérialité de la vie d’un château royal aux xviie et xviiie siècles. Marly est exemplaire par les sources qui permettent d’accéder aux réalités de l’histoire, exemplaire par le caractère exceptionnel des séjours de Marly, exemplaire aussi parce cette face commune, cette face ordinaire, usuelle, banale et même vulgaire, est la face cachée méconnue d’une demeure exemplaire aussi par sa richesse et son originalité. Je souhaite que le Centre de recherche du château de Versailles soit porteur de cet ambitieux projet.

Haut de page

Bibliographie

Bentz Bruno, 2002, « Le premier jardin de Marly », Gazette des Beaux-Arts, no 1607, p. 319-332.

— 2012a, « Les globes à Marly : un cabinet de géographie », dans C. Hofmann et H. Richard (dir.), Les globes de Louis XIV : étude artistique, historique et matérielle, actes du colloque (Paris, 22-23 mars 2007), Paris, Bibliothèque nationale de France, p. 238-247.

— 2012b, « Les quatre tableaux du Grand Salon de Marly réunis pour la première fois depuis plus de deux siècles », La tribune de l’art, en ligne : http://www.latribunedelart.com/les-quatre-tableaux-du-grand-salon-de-marly-reunis-pour-la-premiere-fois-depuis-plus-de-deux (consulté le 29 mai 2013).

— [à paraître], « Les grands “pieds de table” pour Versailles et Marly et la question de leur identification », Bulletin de la Société de l’histoire de l’art français.

Bentz Bruno et Ringot Benjamin, 2009, « Jacques Rigaud et les recueils des Maisons royales de France », Nouvelles de l’estampe, no 224, p. 22-34.

Bruneau Philippe et Balut Pierre-Yves, 1982, « Positions », Revue d’archéologie moderne et d’archéologie générale, no 1, p. 3-33.

Finet Annick, 2008, « Les peintures du Grand Salon de Marly », Marly, art et patrimoine, no 2, p. 15-30.

Haut de page

Notes

1 Bruneau et Balut 1982, p. 3-33.

2 Il devient ainsi illusoire de s’offusquer de telle « restauration » de pure invention ou d’une erreur d’attribution ou d’affectation !

3 Bentz et Ringot 2009, p. 22-34.

4 Bentz [à paraître].

5 Bentz 2012a, p. 238-247.

6 Finet 2008, p. 15-30.

7 Il faut remarquer que la réalisation des maquettes (matérielle et virtuelle) du château de Marly par Hubert Naudeix pour le Musée-Promenade de Marly-le-Roi/Louveciennes – achevées à l’automne 2012 – s’est appuyée sur les avis d’un comité scientifique.

8 J’ai abordé la question de l’accrochage de ces tableaux dans Bentz 2012b.

9 Bentz 2002, p. 319-332.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Bentz, « La vie de château : un programme de recherche pour Marly », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 18 décembre 2013, consulté le 25 mars 2017. URL : http://crcv.revues.org/11950 ; DOI : 10.4000/crcv.11950

Haut de page

Auteur

Bruno Bentz

Bruno Bentz est docteur en archéologie. Il a dirigé des fouilles à Marly de 1985 à 1992 puis soutenu une thèse sur l’archéologie du domaine de Marly. Il a ensuite publié diverses études sur les jardins, les décors de faïence, le réseau hydraulique, les globes de Coronelli. Il est membre du Centre d’archéologie générale de l’université Paris IV-Sorbonne et dirige la revue Marly, art et patrimoine qu’il a créée en 2007. Contact : brunobentz@free.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Matthew Hirst / 2012 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org