Navigation – Plan du site
Bilan et perspectives

Le domaine de Marly aujourd’hui

The Domain of Marly today
Gabor Mester de Parajd

Résumés

Après un rappel de l’évolution historique du domaine de Marly – sa création, sa splendeur, puis son déclin irrémédiable jusqu’au sursaut du début du xxe siècle –, l’article précise le contexte actuel de ce domaine royal devenu domaine national. La complexité de sa situation juridique, domaniale et administrative explique le retard pris à Marly pour sa sauvegarde, sa restauration et sa mise en valeur, par rapport aux autres grands domaines de l’État, comme Versailles ou Fontainebleau.
De nouvelles perspectives s’ouvrent grâce au rattachement, depuis 2009, du domaine à l’établissement public de Versailles, avec comme seule ambition la valorisation et l’ouverture au public du domaine.
La mise en œuvre d’un schéma directeur d’orientation et de gestion, attendue depuis tant d’années, sera l’outil indispensable de cette politique nouvelle de mise en valeur patrimoniale.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

château de Marly
Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article fait partie des actes du colloque « Marly : architecture, usages et diffusion d’un modèle français » (château de Versailles, 31 mai, 1er et 2 juin 2012) publiés sur le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles.

Texte intégral

Gabor Mester de Parajd : Le domaine de Marly aujourd'hui

Enregistrement audio de la communication au colloque « Marly : architecture, usages et diffusion d’un modèle français », samedi 2 juin 2012, Galerie basse du château de Versailles.

Crédits : Gabor Mester de Parajd / 2012 / CRCV

Après son architecture, ses usages et la diffusion du modèle français qu’il représentait, dans la session de ce colloque intitulée « Bilan et perspectives », il s’agit d’aborder « le domaine de Marly, aujourd’hui ». Si le nom de « Marly » résonne encore de nos jours, comme à l’époque du Roi-Soleil, que connaît-on et que reste-t-il, aujourd’hui, de ce lieu ?

La grandeur

Fig. 1 : Pierre-Denis Martin, Le Château de Marly, 1724, huile sur toile, 3,005 × 2,265 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 762.

Fig. 1 : Pierre-Denis Martin, Le Château de Marly, 1724, huile sur toile, 3,005 × 2,265 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 762.

© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot

  • 1 Paris, Archives nationales, O1470A, 1470B, 1741 et 1472.

Le souvenir de cette grandeur, l’imaginaire de ce raffinement, guident les auteurs, les lecteurs et les rares visiteurs, autres que des promeneurs, dans leur quête du Marly disparu (fig. 1). Pour Louis XIV, Marly était son invention, son plaisir, son repos. Tout y était mis en œuvre pour le plaisir du roi, pour le surprendre, pour le distraire du fardeau du pouvoir. Marly était un laboratoire permanent de nouveautés, d’une année à l’autre, d’une visite du roi à la suivante, comme le confirment les différents documents d’archives et tout particulièrement les quatre recueils présentant les 148 vues aquarellées des pavillons et des jardins1 : tracés, bosquets, bassins, jeux d’eau, statues, treillages et tourelles étaient modifiés, transformés, déplacés, recomposés (fig. 2 et 3). Marly était un spectacle permanent de nouveautés et d’innovations.

Fig. 2 : Anonyme, La Rivière des jardins du château de Marly, 1704, 1706-1707 et après 1707, vues aquarellées. Paris, Archives nationales, O1470A, nos 7 et 8 et O1 1472, no 8.

Fig. 2 : Anonyme, La Rivière des jardins du château de Marly, 1704, 1706-1707 et après 1707, vues aquarellées. Paris, Archives nationales, O1 1470A, nos 7 et 8 et O1 1472, no 8.

© Archives nationales, Paris

Fig. 3 : Anonyme, Le Bosquet des Pareilles ou des Perlées, v. 1700, 1706, après 1707. Paris, Archives nationales, O1 1470B, nos 19, 20 et O1471, no 18.

Fig. 3 : Anonyme, Le Bosquet des Pareilles ou des Perlées, v. 1700, 1706, après 1707. Paris, Archives nationales, O1 1470B, nos 19, 20 et O1 1471, no 18.

© Archives nationales, Paris

Le déclin

  • 2 Cité par Benoist-Méchin 1998, p. 221.

Le déclin de Marly a commencé en 1715, avec la mort du Roi-Soleil. Dès 1720, seulement cinq ans après la mort du roi, Saint-Simon intervient auprès du régent Philippe d’Orléans pour faire effectuer des travaux afin d’éviter « qu’une pareille merveille fût livrée sans défense aux atteintes du temps2 ». Sa démarche aura été infructueuse, et l’engouement pour Marly s’estompera puis disparaîtra progressivement. Si le domaine reste une résidence royale, son démantèlement commence dès le règne de Louis XV avec le transfert des sculptures aux Tuileries et la suppression de la Rivière.

Fig. 4 : Anonymes, Façade nord et coupe transversale du château de Marly (en haut) et Coupe du château (en bas), estampes. Paris, Archives nationales, O1 1472, nos 4 et  5.

Fig. 4 : Anonymes, Façade nord et coupe transversale du château de Marly (en haut) et Coupe du château (en bas), estampes. Paris, Archives nationales, O1 1472, nos 4 et  5.

© Archives nationales, Paris

La conception même de Marly, comme un décor de théâtre, changeant et éphémère, explique une dégradation aussi rapide (fig. 4) : ce n’est pas une architecture noble, massive, en pierre de taille appareillée, mais des ouvrages de maçonnerie ordinaire de moellons enduits, où seul le décor peint « en trompe l’œil » (fig. 5) donne une illusion de majesté, de richesse et de monumentalité, avec une architecture feinte de pilastres et de grand ordre, de riches matériaux simulés par des faux marbres chatoyants…

Fig. 5 : Pierre-Denis Martin, Le Château de Marly et ses façades en trompe l’œil (détail), huile sur toile, 1,370 × 1,55 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 741.

Fig. 5 : Pierre-Denis Martin, Le Château de Marly et ses façades en trompe l’œil (détail), huile sur toile, 1,370 × 1,55 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 741.

© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot

Faute d’un entretien constant et d’un renouvellement régulier, de tels ouvrages partent en décrépitude et à la ruine très rapidement. À la Révolution, pour fondre des canons, les canalisations et réseaux en plomb sont arrachés, ramenant les jardins vers leur état d’origine de bois humides, détrempés par les nombreuses sources naturelles. Le domaine est démembré et vendu comme bien national en 1795 ; les douze pavillons, trop vétustes, sont démolis en 1808.

En 1810, le domaine rêve pourtant d’une renaissance lorsque l’empereur Napoléon Ier le rachète, mais, après la chute de l’Empire en 1815, le Pavillon royal est à son tour démoli, dès 1816. C’est la fin du château de Marly créé par Louis XIV, un siècle et demi auparavant.

En l’absence d’un réseau d’assainissement maîtrisé, sans contrôle de la végétation ni des arbres de hautes tiges des alignements, des bosquets et des zones boisées, sans entretien des terrasses et des murs de soutènement, le domaine se transforme lentement en une friche dans laquelle à peine quelques axes restent perceptibles (fig. 6). Alors qu’aux quatre coins de l’Europe, et même en Amérique, les « modèles à la Marly » rayonnent, l’original disparaît.

Fig. 6 : Anonyme, Place du château et Côte royale, 1905, carte postale. Paris, Bibliothèque nationale de France, Va 78a, t. 5.

Fig. 6 : Anonyme, Place du château et Côte royale, 1905, carte postale. Paris, Bibliothèque nationale de France, Va 78a, t. 5.

© Bibliothèque nationale de France, Paris

Le sursaut

Après cet abandon et la « traversée du désert » pendant plus d’un siècle, le sursaut arrive en 1923, lorsque quelques habitants de Marly et de Louveciennes décident, devant ce qui apparaissait irréversible, de sauver le domaine en créant la société des « Amis du Vieux Marly ». Les premiers travaux sont engagés, certes pas avec la rigueur scientifique que nous voudrions aujourd’hui, mais l’essentiel était d’agir :

  • les grands soutènements, qui structurent et organisent le paysage, sont confortés ou reconstruits, pas tout à fait avec les matériaux et les modénatures historiques (fig. 7), mais l’important était de bloquer les terres et de retrouver les grands axes, le fameux double axe créé par Jules Hardouin-Mansart, en « domptant la nature » ;

Fig. 7 : Restitution des murs de soutènement du Fer à cheval et de l’escalier du Belvédère, v. 1935, publié dans Maurice Perceval, Rêveries dans le Parc royal de Marly, Marly-le-Roi, Les amis du Vieux Marly, 1963.

Fig. 7 : Restitution des murs de soutènement du Fer à cheval et de l’escalier du Belvédère, v. 1935, publié dans Maurice Perceval, Rêveries dans le Parc royal de Marly, Marly-le-Roi, Les amis du Vieux Marly, 1963.

© Alfred et Jeanne Marie

  • les terrassements sont restitués : terrasse du Couchant, terrasse du Levant ;

  • la plate-forme du Pavillon royal est rétablie à la croisée de la double composition avec un marquage au sol du château (fig. 08) ;

Fig. 8 : Rétablissement de la plate-forme du Pavillon royal vers 1935 avec le marquage au sol du bâtiment à la croisée des deux grands axes de la composition, publié dans Alfred Marie et Jeanne Marie, Marly, Paris, Tel, 1947.

Fig. 8 : Rétablissement de la plate-forme du Pavillon royal vers 1935 avec le marquage au sol du bâtiment à la croisée des deux grands axes de la composition, publié dans Alfred Marie et Jeanne Marie, Marly, Paris, Tel, 1947.

© Marc Foucault

  • les anciens bassins, dont les marbres colorés et les faïences, les alimentations et les raccordements ont été arrachés, sont à peine évoqués (fig. 9) lorsqu’ils ne restent pas à l’état de marécage ;

Fig. 9 : Le bassin de la Rivière, état actuel.

Fig. 9 : Le bassin de la Rivière, état actuel.

© Gabor Mester de Parajd, 2006

  • le Grand Miroir, par contre, est remis en eau et, curieusement, un bassin rond avec un grand jet est créé, de toutes pièces, devant le bassin de la Rivière : qui pourrait critiquer, aujourd’hui, une telle envie d’aller de l’avant ?

  • l’Abreuvoir, enfin, pièce maîtresse de Marly, est progressivement dégagé et remis en eau (fig. 10-11) ;

Fig. 10 : Le bassin supérieur de l’Abreuvoir avant son déblaiement et sa remise en eau, publié dans Alfred Marie et Jeanne Marie, Marly, Paris, Tel, 1947.

Fig. 10 : Le bassin supérieur de l’Abreuvoir avant son déblaiement et sa remise en eau, publié dans Alfred Marie et Jeanne Marie, Marly, Paris, Tel, 1947.

© Marc Foucault

Fig. 11 : Le bassin inférieur vidé et le soutènement du bassin supérieur de l’Abreuvoir, juillet 1879. Charenton-le-Pont, médiathèque de l'Architecture et du patrimoine, cliché no 12345.

Fig. 11 : Le bassin inférieur vidé et le soutènement du bassin supérieur de l’Abreuvoir, juillet 1879. Charenton-le-Pont, médiathèque de l'Architecture et du patrimoine, cliché no 12345.

© Ministère de la culture - Médiathèque du Patrimoine, dist.RMN

  • quant à la machine de Marly, qui a fait l’admiration de son époque et la colère de ses riverains pour le bruit insupportable qu’elle provoquait, elle était progressivement démantelée et ses emprises insérées dans le développement urbain de cette proche banlieue de Paris – seuls l’Aqueduc débouchant au rond-point de la Grille royale et le Grand Réservoir sur la route de Versailles étant conservés.

Cette prise de conscience et la pression indéfectible des « Amis du Vieux Marly » ont permis d’enclencher le processus de ce renouveau.

Le contexte actuel

La situation de Marly, ancien domaine royal devenu domaine national, est complexe sur le plan juridique, domanial et administratif.

Le contexte juridique

Protection au titre des Monuments historiques

    • 3 3e liste dite de 1862 et annexe au Journal officiel du 10 janvier 1933, p. 78.

    Malgré la notoriété de Marly, seul l’Abreuvoir avait été classé au titre des Monuments historiques en 18623 ;

    • 4 Il s’agit des éléments suivants : Restes de l’ancien château : mur d’enceinte, de la Grille royale (...)

    certains éléments avaient été classés en 19284 ;

    • 5 Journal officiel, no 0084, 10 avril 2010, p. 6840.

    mais le classement en totalité du domaine de Marly n’est intervenu que le 28 juillet 20095, il y a seulement trois ans (fig. 12).

Fig. 12 : Périmètre du classement des parcelles au titre des Monuments historiques du 28 juillet 2009, document ministère de la Culture, direction générale des Patrimoines.

Fig. 12 : Périmètre du classement des parcelles au titre des Monuments historiques du 28 juillet 2009, document ministère de la Culture, direction générale des Patrimoines.

© Ministère de la Culture, direction générale des Patrimoines

Protection au titre des Sites :

    • 6 Journal officiel, 2 avril 1933, p. 3409-3412 (partie de la forêt dite « Petit Parc », à l’exception (...)

    Le classement du parc au titre des Sites date du 15 octobre 19326, complété par le classement de la plaine du Trou de l’Enfer le 6 décembre 1938.

Le contexte domanial

Marly fait l’objet, aujourd’hui encore, d’un découpage administratif particulier des 98 hectares de son parc historique (fig. 13) :

Fig. 13 : Plan des affectataires des parcelles du domaine national de Marly, avril 2009. Versailles, Établissement public du musée et du domaine national de Versailles, direction du patrimoine et des jardins, service des plans.

Fig. 13 : Plan des affectataires des parcelles du domaine national de Marly, avril 2009. Versailles, Établissement public du musée et du domaine national de Versailles, direction du patrimoine et des jardins, service des plans.

© Établissement public du musée et du domaine national de Versailles

  • le ministère de la Culture et de la Communication gère la partie du domaine et des jardins historiques liée à la résidence royale (53 ha), mais pas en totalité, puisque des axes majeurs de la composition originelle du xviie siècle en sont exclus, comme le bosquet de Diane, en symétrie du bosquet de Bacchus (fig. 14) ;

Fig. 14 : La Rivière avec les bosquets de Diane et de Bacchus, après 1707. Paris, Archives nationales, O1 1472, no 8.

Fig. 14 : La Rivière avec les bosquets de Diane et de Bacchus, après 1707. Paris, Archives nationales, O1 1472, no 8.

© Archives nationales, Paris / Gabor Mester de Parajd

  • l’Office national des forêts (ONF), qui relève du ministère de l’Agriculture, gère les parties forestières (45 ha), mais aussi des incursions dans les jardins historiques, comme certains axes, le secteur des glacières qui sont nécessairement parties intégrantes du monument, ou, dans le haut du parc, des ouvrages exceptionnels, classés Monuments historiques, comme le Pont tournant (fig. 15) qui franchissait le « saut de Loup », seul vestige conservé des trois franchissements historiques, et qui, à l’évidence, ne devrait pas relever des missions de gestion forestière, mais bien du Patrimoine.

Fig. 15 : Le Pont tournant, carte postale ancienne. Paris, Bibliothèque nationale de France, Va 78a, t. V.

Fig. 15 : Le Pont tournant, carte postale ancienne. Paris, Bibliothèque nationale de France, Va 78a, t. V.

© Bibliothèque nationale de France, Paris

Fig. 16 : Le Pont tournant, état actuel.

Fig. 16 : Le Pont tournant, état actuel.

© Gabor Mester de Parajd

Le contexte administratif

Une autre complexité s’est ajoutée à cette situation, avec l’affectation du domaine, à partir de 1879, à la présidence de la République, pour les besoins des chasses présidentielles, dans cette forêt giboyeuse qui avait déjà attiré Louis XIV à Marly.

Cette affectation, pour cet usage des chasses présidentielles, n’avait bien évidemment aucune vocation patrimoniale, et les enjeux habituels et légitimes d’entretien, de restauration et de mise en valeur pour l’accueil du public avaient donc été laissés au second plan, depuis plus d’un siècle (fig. 17).

Fig. 17 : Le Pavillon présidentiel, état actuel.

Fig. 17 : Le Pavillon présidentiel, état actuel.

© Gabor Mester de Parajd

Seule la pression des élus et des collectivités locales, des « Amis du Vieux Marly », des populations de Marly et de Louveciennes, les seuls véritables usagers du parc, a permis quelques réalisations et avancées pour faire connaître la splendeur passée du domaine :

  • avec les premiers travaux, dès 1934 ;

  • avec la création, en 1982, du Musée-Promenade, à l’entrée de la Grille royale, géré par le syndicat intercommunal (fig. 18) ;

Fig. 18 : Le Musée-Promenade de Marly-le-Roi / Louveciennes, état actuel.

Fig. 18 : Le Musée-Promenade de Marly-le-Roi / Louveciennes, état actuel.

Le musée est construit en 1982 par Guy Nicot, ACMH-BCPN.

© Gabor Mester de Parajd

  • avec un début de restitution, dès 1946, de la statuaire de Marly, par des copies en moulage, comme les célèbres Chevaux de Marly de Guillaume Coustou, en 1982, sur la terrasse de l’Abreuvoir, puis des programmes successifs (fig. 19), sur la base d’un schéma directeur de restitution de la statuaire, validé en 2009 (fig. 20) ;

Fig. 19 : Restitution de la statuaire du Fer à cheval par moulages, 4e tranche, le Fer à cheval, vue actuelle.

Fig. 19 : Restitution de la statuaire du Fer à cheval par moulages, 4e tranche, le Fer à cheval, vue actuelle.

© Gabor Mester de Parajd

Fig. 20 : Programme de restitution de la statuaire 4e tranche, décembre 2008. Agence Gabor Mester de Parajd, planche historique 1/2.

Fig. 20 : Programme de restitution de la statuaire 4e tranche, décembre 2008. Agence Gabor Mester de Parajd, planche historique 1/2.

© Gabor Mester de Parajd

    • 7 Voir Renaissance de l’abreuvoir du domaine national de Marly, 2006, et notamment Mester de Paradj 2 (...)

    avec la première phase, en 2006, de la restauration7 de l’Abreuvoir, qui avait atteint un niveau de dégradation extrême (fig. 21 et 22).

Fig. 21 : L’abreuvoir de Marly, élévation de la terrasse et mur de soutènement du bassin supérieur, état avant et pendant restauration, mars 2006. Agence Gabor Mester de Parajd, planches no 2 et 6.

Fig. 21 : L’abreuvoir de Marly, élévation de la terrasse et mur de soutènement du bassin supérieur, état avant et pendant restauration, mars 2006. Agence Gabor Mester de Parajd, planches no 2 et 6.

© Gabor Mester de Parajd

Fig. 22 : L’abreuvoir de Marly, état après restauration.

Fig. 22 : L’abreuvoir de Marly, état après restauration.

© Gabor Mester de Parajd

Mais, sans une stratégie patrimoniale globale, ces travaux, même lorsqu’ils étaient importants, restaient partiels, incomplets et inachevés. À l’Abreuvoir, si le bassin supérieur a pu être restauré, le bassin inférieur est toujours en ruine (fig. 23), les élévations latérales de la terrasse n’ont pas été consolidées et le projet hydraulique n’a pas été mis en œuvre pour restituer la lame d’eau et pour faire bouillonner les jets (fig. 24).

Fig. 23 : Le bassin inférieur de l’abreuvoir de Marly, 2007.

Fig. 23 : Le bassin inférieur de l’abreuvoir de Marly, 2007.

© Gabor Mester de Parajd

Fig. 24 : Essais de restitution de la lame d’eau à l’abreuvoir de Marly, 2006.

Fig. 24 : Essais de restitution de la lame d’eau à l’abreuvoir de Marly, 2006.

© Gabor Mester de Parajd

Dès son premier mandat, le président Jacques Chirac a supprimé les chasses présidentielles et, dans la même logique, le président Nicolas Sarkozy a abrogé en 2009, après exactement cent trente années, l’affectation du domaine national de Marly à la présidence de la République. Dès lors, Marly revenait, tout naturellement, dans le giron de Versailles. Le domaine national de Marly se trouve donc affecté aujourd’hui à l’établissement public de Versailles (EPV).

Les perspectives

Après un si long intérim, tout reste donc à faire à Marly.

Il est en effet étonnant qu’en ce début du xxie siècle, avec plus de cinquante ans de retard sur Versailles, on commence seulement à « aborder » un domaine royal aussi important que Marly. Mais, en même temps, c’est une véritable opportunité de n’aborder un tel domaine qu’aujourd’hui, avec encore toutes ses potentialités, notamment archéologiques, et l’objectif d’une démarche rigoureuse, scientifique et méthodologique, sous l’autorité du comité scientifique mis en place par l’établissement public de Versailles.

Les sujets à venir portent sur la totalité des composantes du domaine.

Le végétal

Depuis la tempête du 26 décembre 1999 qui a entraîné la perte de 1 158 arbres de haute tige dans la seule partie historique du domaine (fig. 25), aucun programme, ni d’inventaire ni de replantation, n’avait été engagé.

Fig. 25 : Vue de l’Allée royale après la tempête, 1999.

Fig. 25 : Vue de l’Allée royale après la tempête, 1999.

© Gabor Mester de Parajd

En 2012, l’établissement public de Versailles a engagé la première opération de replantation de nouveaux alignements, à l’occasion des travaux de réfection de l’Allée royale, précédés par la première campagne raisonnée d’abattage de sécurité sur les glacis dominant les soutènements (fig. 26).

Fig. 26 : L’Allée royale, états avant et pendant restauration.

Fig. 26 : L’Allée royale, états avant et pendant restauration.

© Gabor Mester de Parajd

L’hydraulique

Fig. 27 : Le bassin rond des Appartements verts du côté du Couchant et détail des margelles du bassin des Grands Jets, état actuel.

Fig. 27 : Le bassin rond des Appartements verts du côté du Couchant et détail des margelles du bassin des Grands Jets, état actuel.

© Gabor Mester de Parajd

L’étude générale et exhaustive des réseaux hydrauliques de Marly, si essentiels dans la création du site, pour son assainissement comme pour l’extrême raffinement de ses jeux d’eaux, n’a toujours pas été menée (fig. 27), même si l’établissement public de Versailles a engagé des travaux ponctuels, comme la réalimentation du jet du Grand Miroir ou la réfection de l’exutoire de la terrasse de l’Abreuvoir (fig. 28).

Fig. 28 : La terrasse de l’Abreuvoir : travaux de dégagement et de réfection de l’exutoire du Grand Miroir alimentant l’Abreuvoir, 2011.

Fig. 28 : La terrasse de l’Abreuvoir : travaux de dégagement et de réfection de l’exutoire du Grand Miroir alimentant l’Abreuvoir, 2011.

© Gabor Mester de Parajd

L’architecture

Cette architecture est double : c’est à la fois celle du site, adaptant et réorganisant le paysage par les terrassements et les soutènements, et celle du bâti, avec les vestiges plus ou moins perceptibles des seules constructions encore conservées en élévation des corps de garde et bâtiments de communs.

Fig. 29 : Superposition du plan topographique actuel et du plan général de Marly de 1714, septembre 2009. Agence Gabor Mester de Parajd, planche no 8.

Fig. 29 : Superposition du plan topographique actuel et du plan général de Marly de 1714, septembre 2009. Agence Gabor Mester de Parajd, planche no 8.

© Gabor Mester de Parajd

Fig. 30 : Vue aérienne de la voirie de desserte intérieure et de l’aire de stationnement, sur l’emprise du bosquet de Marly côté du Couchant et de l’Escarpolette, état avant 2009. Google Earth.

Fig. 30 : Vue aérienne de la voirie de desserte intérieure et de l’aire de stationnement, sur l’emprise du bosquet de Marly côté du Couchant et de l’Escarpolette, état avant 2009. Google Earth.

© Google Earth

La composition d’origine (fig. 29), si théâtrale dans ses plans, dans ses articulations, disparue en superstructures, n’a pas même été respectée dans ses emprises lors des aménagements « routiers » (fig. 30), comme l’a montré un affaissement de la chaussée, en 2000, sur les caves du bâtiment des Ministres, ni dans des projets plus récents, et en définitive abandonnés, d’extension du Musée-Promenade sur l’emprise des Grandes Écuries, de plan rayonnant, au rond-point de la Grille royale (fig. 31).

Fig. 31 : Anonyme, Plan général de Marly (détail), 1714. Paris, Archives nationales, O1 1471, no 1.

Fig. 31 : Anonyme, Plan général de Marly (détail), 1714. Paris, Archives nationales, O1 1471, no 1.

Détail : l’organisation de la place et des corps de garde d’en haut, à la Grille royale, avec la Grande et la Petite Écurie.

© Archives nationales, Paris

La prise en compte de ces tracés architecturaux, par une connaissance documentaire exhaustive, est un préalable aux travaux et aménagements futurs.

L’architecture des jardins, si dominante à Marly, en raison du relief naturel restructuré par Jules Hardouin-Mansart, avec les margelles et bassins, les emmarchements et degrés, les soutènements et parapets, doit être reconnue et maîtrisée, d’abord pour la conservation du site puis pour sa mise en valeur.

Enfin, des éléments singuliers comme les glacières sont encore conservés, même si leur couvrement a disparu. Dégagées des arbres il y a quelques années, elles nécessitent des travaux urgents de conservation.

Opportunités et ambitions

Comme le domaine national de Versailles et des Trianons après la première tempête de 1987, Marly, enfin géré dans un seul objectif patrimonial par l’établissement public de Versailles, doit disposer en urgence d’un schéma directeur d’orientation et de gestion.

Cette vision globale, interdisciplinaire et prospective, porte :

  • sur le végétal, l’hydraulique, l’architecture, la statuaire ;

  • sur la conservation, la restauration, la mise en valeur ;

  • mais aussi sur la signalétique, le mobilier, l’éclairage ;

  • sur les accès, le stationnement, le confort des visiteurs, avec des points d’accueil, un accueil spécifique des groupes et des scolaires, des toilettes publiques ;

  • sur l’accessibilité et la circulation des personnes handicapées, conformément aux exigences légales nationales et européennes, mais aussi aux politiques d’accueil des publics ;

  • sur le développement et le rayonnement futur du Musée-Promenade, trop à l’étroit dans ses 1 000 mètres carrés actuels.

Cette vision globale et prospective sera le préalable à la mise en place raisonnée des programmes pluriannuels de restauration, notamment avec la recherche de partenaires financiers fidélisés par une ambition et des objectifs clairs (fig. 32).

Fig. 32 : Gabor Mester de Parajd, Le Pavillon royal : photomontage d’un projet de structure éphémère restituant en situation la volumétrie du pavillon, septembre 2009. Agence Gabor Mester de Parajd, planche no 13.

Fig. 32 : Gabor Mester de Parajd, Le Pavillon royal : photomontage d’un projet de structure éphémère restituant en situation la volumétrie du pavillon, septembre 2009. Agence Gabor Mester de Parajd, planche no 13.

© Gabor Mester de Parajd

Le schéma directeur servira à tous, aux affectataires, aux administrations, aux tutelles, pour définir l’avenir de Marly, quelque part entre le rêve de Louis XIV, dans sa composition idéale, et la réalité d’aujourd’hui, celle d’un parc réduit à un « espace vert » : le grand débat, à la fois scientifique et économique, sur toutes ces potentialités du domaine de Marly est donc ouvert.

Si des arbitrages restent encore à arrêter sur le périmètre définitif du schéma directeur, entre les différents ministères, l’ambition doit être unique, puisqu’il s’agit d’un domaine unique, celui du Roi-Soleil, propriété de l’État français, dans sa totalité.

Haut de page

Bibliographie

Benoist-Méchin Jacques, 1998, L’homme et ses jardins, ou Les métamorphoses du paradis terrestre, Paris, Albin Michel.

Mester de Parajd Gabor, 2006, « La restauration de l’Abreuvoir. Sauvegarde d’un vestige magistral », Renaissance de l’abreuvoir du domaine national de Marly, Versailles / Paris, Service national des travaux / D. Carré, p. 14-25.

Haut de page

Notes

1 Paris, Archives nationales, O1470A, 1470B, 1741 et 1472.

2 Cité par Benoist-Méchin 1998, p. 221.

3 3e liste dite de 1862 et annexe au Journal officiel du 10 janvier 1933, p. 78.

4 Il s’agit des éléments suivants : Restes de l’ancien château : mur d’enceinte, de la Grille royale à la porte du Bourg ; ancienne Grille royale avec les deux pilastres et les vases de Jouvenet ; porte du Cœur volant ; porte du Roi ; porte du Bourg ; Allée royale et ses deux lunes avec les murs qui les encadrent ; substructions du château ; murs de soutènement entre le château et le Tapis vert ; allée du Tapis vert ; bosquet de la Comédie avec les murs qui l’encadrent ; pièces d’eau entre le château et l’Abreuvoir ; allée du Belvédère ; glacières.

5 Journal officiel, no 0084, 10 avril 2010, p. 6840.

6 Journal officiel, 2 avril 1933, p. 3409-3412 (partie de la forêt dite « Petit Parc », à l’exception des parties situées près de la batterie des réservoirs et des réservoirs du service des eaux, 15 octobre 1932).

7 Voir Renaissance de l’abreuvoir du domaine national de Marly, 2006, et notamment Mester de Paradj 2006.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Pierre-Denis Martin, Le Château de Marly, 1724, huile sur toile, 3,005 × 2,265 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 762.
Crédits © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11953/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 2 : Anonyme, La Rivière des jardins du château de Marly, 1704, 1706-1707 et après 1707, vues aquarellées. Paris, Archives nationales, O1470A, nos 7 et 8 et O1 1472, no 8.
Crédits © Archives nationales, Paris
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11953/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 3 : Anonyme, Le Bosquet des Pareilles ou des Perlées, v. 1700, 1706, après 1707. Paris, Archives nationales, O1 1470B, nos 19, 20 et O1471, no 18.
Crédits © Archives nationales, Paris
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11953/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 4 : Anonymes, Façade nord et coupe transversale du château de Marly (en haut) et Coupe du château (en bas), estampes. Paris, Archives nationales, O1 1472, nos 4 et  5.
Crédits © Archives nationales, Paris
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11953/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 796k
Titre Fig. 5 : Pierre-Denis Martin, Le Château de Marly et ses façades en trompe l’œil (détail), huile sur toile, 1,370 × 1,55 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 741.
Crédits © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11953/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Fig. 6 : Anonyme, Place du château et Côte royale, 1905, carte postale. Paris, Bibliothèque nationale de France, Va 78a, t. 5.
Crédits © Bibliothèque nationale de France, Paris
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11953/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 7 : Restitution des murs de soutènement du Fer à cheval et de l’escalier du Belvédère, v. 1935, publié dans Maurice Perceval, Rêveries dans le Parc royal de Marly, Marly-le-Roi, Les amis du Vieux Marly, 1963.
Crédits © Alfred et Jeanne Marie
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11953/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Fig. 8 : Rétablissement de la plate-forme du Pavillon royal vers 1935 avec le marquage au sol du bâtiment à la croisée des deux grands axes de la composition, publié dans Alfred Marie et Jeanne Marie, Marly, Paris, Tel, 1947.
Crédits © Marc Foucault
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11953/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 9 : Le bassin de la Rivière, état actuel.
Crédits © Gabor Mester de Parajd, 2006
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11953/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 10 : Le bassin supérieur de l’Abreuvoir avant son déblaiement et sa remise en eau, publié dans Alfred Marie et Jeanne Marie, Marly, Paris, Tel, 1947.
Crédits © Marc Foucault
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11953/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Titre Fig. 11 : Le bassin inférieur vidé et le soutènement du bassin supérieur de l’Abreuvoir, juillet 1879. Charenton-le-Pont, médiathèque de l'Architecture et du patrimoine, cliché no 12345.
Crédits © Ministère de la culture - Médiathèque du Patrimoine, dist.RMN
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11953/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Fig. 12 : Périmètre du classement des parcelles au titre des Monuments historiques du 28 juillet 2009, document ministère de la Culture, direction générale des Patrimoines.
Crédits © Ministère de la Culture, direction générale des Patrimoines
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11953/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 13 : Plan des affectataires des parcelles du domaine national de Marly, avril 2009. Versailles, Établissement public du musée et du domaine national de Versailles, direction du patrimoine et des jardins, service des plans.
Crédits © Établissement public du musée et du domaine national de Versailles
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11953/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 14 : La Rivière avec les bosquets de Diane et de Bacchus, après 1707. Paris, Archives nationales, O1 1472, no 8.
Crédits © Archives nationales, Paris / Gabor Mester de Parajd
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11953/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Fig. 15 : Le Pont tournant, carte postale ancienne. Paris, Bibliothèque nationale de France, Va 78a, t. V.
Crédits © Bibliothèque nationale de France, Paris
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11953/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Titre Fig. 16 : Le Pont tournant, état actuel.
Crédits © Gabor Mester de Parajd
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11953/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Titre Fig. 17 : Le Pavillon présidentiel, état actuel.
Crédits © Gabor Mester de Parajd
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11953/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Fig. 18 : Le Musée-Promenade de Marly-le-Roi / Louveciennes, état actuel.
Légende Le musée est construit en 1982 par Guy Nicot, ACMH-BCPN.
Crédits © Gabor Mester de Parajd
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11953/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Fig. 19 : Restitution de la statuaire du Fer à cheval par moulages, 4e tranche, le Fer à cheval, vue actuelle.
Crédits © Gabor Mester de Parajd
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11953/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Titre Fig. 20 : Programme de restitution de la statuaire 4e tranche, décembre 2008. Agence Gabor Mester de Parajd, planche historique 1/2.
Crédits © Gabor Mester de Parajd
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11953/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Fig. 21 : L’abreuvoir de Marly, élévation de la terrasse et mur de soutènement du bassin supérieur, état avant et pendant restauration, mars 2006. Agence Gabor Mester de Parajd, planches no 2 et 6.
Crédits © Gabor Mester de Parajd
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11953/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 22 : L’abreuvoir de Marly, état après restauration.
Crédits © Gabor Mester de Parajd
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11953/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Fig. 23 : Le bassin inférieur de l’abreuvoir de Marly, 2007.
Crédits © Gabor Mester de Parajd
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11953/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Fig. 24 : Essais de restitution de la lame d’eau à l’abreuvoir de Marly, 2006.
Crédits © Gabor Mester de Parajd
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11953/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Fig. 25 : Vue de l’Allée royale après la tempête, 1999.
Crédits © Gabor Mester de Parajd
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11953/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Fig. 26 : L’Allée royale, états avant et pendant restauration.
Crédits © Gabor Mester de Parajd
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11953/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 27 : Le bassin rond des Appartements verts du côté du Couchant et détail des margelles du bassin des Grands Jets, état actuel.
Crédits © Gabor Mester de Parajd
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11953/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Titre Fig. 28 : La terrasse de l’Abreuvoir : travaux de dégagement et de réfection de l’exutoire du Grand Miroir alimentant l’Abreuvoir, 2011.
Crédits © Gabor Mester de Parajd
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11953/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Titre Fig. 29 : Superposition du plan topographique actuel et du plan général de Marly de 1714, septembre 2009. Agence Gabor Mester de Parajd, planche no 8.
Crédits © Gabor Mester de Parajd
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11953/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Titre Fig. 30 : Vue aérienne de la voirie de desserte intérieure et de l’aire de stationnement, sur l’emprise du bosquet de Marly côté du Couchant et de l’Escarpolette, état avant 2009. Google Earth.
Crédits © Google Earth
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11953/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Titre Fig. 31 : Anonyme, Plan général de Marly (détail), 1714. Paris, Archives nationales, O1 1471, no 1.
Légende Détail : l’organisation de la place et des corps de garde d’en haut, à la Grille royale, avec la Grande et la Petite Écurie.
Crédits © Archives nationales, Paris
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11953/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Fig. 32 : Gabor Mester de Parajd, Le Pavillon royal : photomontage d’un projet de structure éphémère restituant en situation la volumétrie du pavillon, septembre 2009. Agence Gabor Mester de Parajd, planche no 13.
Crédits © Gabor Mester de Parajd
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11953/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gabor Mester de Parajd, « Le domaine de Marly aujourd’hui », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 18 décembre 2013, consulté le 26 mars 2017. URL : http://crcv.revues.org/11953 ; DOI : 10.4000/crcv.11953

Haut de page

Auteur

Gabor Mester de Parajd

Architecte en chef des Monuments historiques, Gabor Mester de Parajd est lauréat de l’American Institute of Architects, membre correspondant de l’Académie d’architecture, membre du conseil scientifique d’Europa Nostra. Il a la charge du château de Vincennes (depuis 2004), des domaines nationaux de Marly et de Rambouillet (depuis 1995), des résidences présidentielles (1995-2008), de l’abbaye royale de Fontevraud (depuis 1993), du département de Maine-et-Loire (Angers, Saumur, Montsoreau, Saint-Florent-le-Vieil) (depuis 1991). Quelques réalisations : le musée des Beaux-Arts d’Angers ; la nouvelle présentation de la tenture de l’Apocalypse au château d’Angers ; la restitution de la nef de la collégiale Saint-Martin à Angers ; la restauration des façades et toitures des grands magasins du Printemps à Paris ; la restauration de la laiterie de la Reine à Rambouillet avec la présentation des bas-reliefs de Pierre Julien. Contact : contact@gmdp.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Gabor Mester de Parajd / 2012 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org