Navigation – Plan du site

À côté de Versailles, Marly

Next to Versailles, Marly
Gérard Sabatier

Résumés

Le système de Marly est différent, voire antithétique, de celui de Versailles : conception d’ensemble définitive dès l’origine, structure pavillonnaire, imbrication nature/bâti, matériau léger, indifférenciation des appartements… S’il tire son origine d’un décor de fête – les pavillons éphémères du grand canal en 1674 –, la genèse de son dispositif est discutée : modèle cartusien ou modèle impérial romain ? Ne serait-ce que par ses façades peintes, cependant, Marly est un manifeste du retour à l’antique prôné par Jules Hardouin-Mansart. Traditionnellement considéré comme un lieu de retraite et de divertissement privé du roi, il se révèle au vu des études les plus récentes comme un lieu de pouvoir, différent de Versailles mais complémentaire, lieu non de sa rhétorique mais de la gouvernance réelle dans les dernières années du règne, apogée d’un absolutisme dont « la Machine » constitue la métaphore.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article fait partie des actes du colloque « Marly : architecture, usages et diffusion d’un modèle français » (31 mai, 1er et 2 juin 2012, château de Versailles) publiés sur le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles.

Texte intégral

Gérard Sabatier : conclusion du colloque

Enregistrement audio de la communication au colloque « Marly : architecture, usages et diffusion d’un modèle français », samedi 2 juin 2012, Galerie basse du château de Versailles.

Crédits : Gérard Sabatier / 2012 / CRCV

Marly n’existe pas. Entre 1793 et 1811, il a été non pas rayé de la carte, mais tout simplement, et radicalement, ôté du paysage. Jardins, pavillons, château, tout a été détruit, tout a disparu. N’est restée qu’une clairière, un espace vide au milieu des arbres, comme un lieu incertain où se serait posé un OVNI avant de repartir. Il n’existe pas davantage dans la mémoire historique. Auprès de Versailles, résidence officielle, lieu du pouvoir et de pouvoir, Marly est inconsistant : tout juste une maison de plaisance, voire un ermitage…

Ce colloque voudrait montrer que Marly a existé. La découverte en fut tardive, l’historiographie française restant obnubilée par Versailles et aveuglée par les dénigrements de Saint-Simon. Paradoxalement, c’est de l’absence que procéda la (re)connaissance : Marly renaît grâce à l’archéologie. Dans les années 1930, c’est la prise de conscience des habitants (1924, fondation des « Amis du Vieux Marly »), le classement du site et les premières fouilles, reprises cinquante ans plus tard d’une façon méthodique par Bruno Bentz. Auparavant, Marly fut un château de papier. Les premiers à s’intéresser à Marly furent les historiens de l’art, intrigués par un lieu étrange, presque antithétique à Versailles par son dispositif spatial, son architecture, son décor extérieur comme son aménagement intérieur, l’importance de ses jardins et de sa sculpture. Certes, cette dernière n’avait pas totalement disparu, retirée par étapes et conservée en partie au Louvre ; mais ce sont les archives qui ont fourni l’essentiel du matériau. Il est à noter que cette renaissance matérielle de Marly a été davantage le fait des « étrangers » que des Français. Par contre, la dernière en date des renaissances de Marly, politique celle-là, est bien une affaire française. L’examen méthodique du fonctionnement de la « maison de plaisance » amène à un rééquilibrage des rôles respectifs de Versailles et de son satellite. Si Versailles fut un lieu rhétorique, la vitrine de l’absolutisme, Marly n’aurait-il pas été le lieu de sa pratique réelle ? La complémentarité de ces deux pôles apporte une ouverture nouvelle sur ce que fut, au-delà des apparences, la gouvernance de Louis XIV.

C’est d’abord la conception et la construction de l’espace et des bâtiments, ce que l’on pourrait appeler, face à Versailles, le système de Marly, qui ont été présentées dans ce colloque, faisant état de travaux déjà anciens mais aussi de travaux plus novateurs.

  • 1 Voir la communication de Betsy Rosasco sur le Bulletin du Centre de recherche du château de Versail (...)
  • 2 Elias 1933.
  • 3 Voir la communication de Henrik Harpsoe sur le Bulletin du Centre de recherche du château de Versai (...)
  • 4 Sabatier 2006, particulièrement p. 215.

Avec « Der Garten von Marly, 1679-1715 » (1975), Gerold Weber établit rigoureusement l’originalité de Marly face à Versailles : la continuité entre l’architecture minérale et l’architecture végétale faisant de Marly une totalité, contrairement à la juxtaposition des composantes à Versailles, même si le château commande le dispositif par sa position centrale entre ville et jardin. L’espace versaillais est un espace hiérarchisé, l’espace de Marly est un espace intégré. Dans The Sculptures of the Château of Marly during the Reign of Louis XIV (1980) et dans sa communication ici même1, Betsy Rosasco aurait plutôt tendance à constater des parentés (ou continuités) entre la statuaire des deux domaines : la matrice antique et italienne, l’évolution de la commande suivant la chronologie des surintendants des Bâtiments, le passage d’une thématique apollinienne à la mise en scène du roi et finalement au rêve augustéen et au poème mythologique. Originalité cependant, avec le constat que certaines statues fonctionneraient comme des marqueurs spatiaux, ainsi les deux groupes équestres de la Renommée et de Mercure, qui orienteraient le regard au-delà, vers le nord et Saint-Germain. De telles considérations appellent à la prudence, car le dérapage « interprétationniste » n’est pas loin. Dans Territorial Ambitions and the Gardens of Versailles (1997), la sociologue Chandra Mukerji s’y livre sans retenue. Empruntant à Norbert Elias une interprétation de l’État louis-quatorzien2 (1933) qu’aucun historien ne soutient plus aujourd’hui, elle lit la structuration de l’espace versaillais (et celui du royaume dans son ensemble) comme une transcription mécaniste de l’absolutisme. C’est avec surprise qu’on voit Henrik Harpsoe, parfait connaisseur cependant des réalités factuelles de Marly, s’élancer vers la construction d’un chimérique « axe royal ». Reliant Saint-Germain (« assurant la continuité avec les dynasties précédentes ») à Versailles (conservant dans la cour de Marbre le souvenir du château de son père), il a pour pivot, « à mi-chemin entre les deux, Marly, premier château que le roi fait sortir de terre, où il assume son héritage »3. Cet « axe d’historicité du roi » ne laisse de surprendre, quand on sait la volonté de Louis XIV d’exclure toute représentation dynastique antérieure à sa personne4. Il ne s’agit pas ici de « dérive interprétationniste » mais d’une question de méthode : certaines propositions sont tout simplement impensables, compte tenu de l’univers mental de celui à qui elles se rapportent.

  • 5 Voir la communication de Claudia Hartmann sur le Bulletin du Centre de recherche du château de Vers (...)
  • 6 Réfutation et proposition présentées en octobre 2007 lors d’un colloque sur les villas baroques à W (...)
  • 7 Möseneder 1985 et 1992. Ignoré de Claudia Hartmann.
  • 8 Je ne partage pas cette opinion. Je m’en suis expliqué dans les textes cités ci-dessus, note 3.

L’histoire architecturale de Marly a été établie magistralement par Claudia Hartmann avec la publication en 1995 de sa thèse Das Schloss Marly : Eine mythologische Kartause. Form und Funktion der Retraite Ludwigs XIV., dont elle présente ici même trois points essentiels5. Elle résout, au terme d’une enquête archivistique exhaustive, la question de l’attribution, en déterminant les rôles respectifs de Le Brun et d’Hardouin-Mansart, sur un fond de rivalité de personnes, de patrons (Colbert contre Louvois) et, plus fondamentalement, d’esthétique (le « baroque » et la mythologie de Le Brun perdant la partie face à l’antique et au « classicisme » d’Hardouin-Mansart). Elle propose, d’une façon séduisante et convaincante, de voir l’origine même de l’architecture et du décor des pavillons dans les constructions installées auprès du Grand Canal lors de la fête du 31 août 1674. Marly serait alors la transposition et la pérennisation d’un éphémère décor de fête. Si jusqu’alors on ne peut qu’adhérer aux démonstrations impeccables de l’historienne de l’art, on sera plus réservé lorsqu’elle s’aventure dans le domaine des conjectures, voyant dans l’architecture religieuse la source d’inspiration d’Hardouin-Mansart pour le plan pavillonnaire. Celui-ci aurait adapté à Marly le modèle des chartreuses, en l’occurrence celle du mont Valérien, visitée en 1663 par les deux reines, mère et épouse. Je pense que cette hypothèse est irrecevable pour les mêmes raisons que celles évoquées plus haut à propos de l’axe royal d’Harpsoe et qu’il faut chercher ailleurs la source d’inspiration6. Louis XIV n’avait pas la forme de piété des Habsbourg, comme Anne d’Autriche faisant retraite au Val-de-Grâce. Le qualificatif d’« ermitage » a été attribué à Marly par les courtisans, et notamment Saint-Simon, pour railler le mode de vie qu’y menait le monarque, se comportant en particulier et non en roi. Ce n’était pas en référence à un quelconque modèle religieux, totalement étranger à l’univers mental de Louis XIV, a fortiori pour sa résidence. Aucune source d’archive n’appuie cette hypothèse, qui ne repose que sur une parenté formelle, et encore très imparfaite : dispositif en triangle et non en ellipse, plan incliné au lieu de l’horizontalité et des terrasses. Prenant en considération ces données spécifiques justement, Karl Möseneder avait présenté en 1985 une hypothèse plus satisfaisante7. La forme elliptique était celle de l’hippodrome antique, adoptée pour l’aménagement de certains jardins célèbres, comme celui de Pline dans sa villa Tusci, ou dans les jardins impériaux. En 1550, Pirro Ligorio élabora pour le jardin de la villa d’Este à Tivoli un projet de cirque comportant plusieurs bassins, inspiré par des ruines du stade-jardin de la proche villa d’Hadrien qu’il avait fouillée. Antonio del Re, décrivant en 1611 les antiquités de Tivoli, parle de pavillons situés de part et d’autre de l’axe principal, dressés sur la plus haute des terrasses, reliés les uns aux autres par des portiques et des berceaux de treillage. Jules Hardouin-Mansart ne pouvait ignorer ces exemples, qui faisaient partie de la culture obligatoire d’un Premier architecte du roi. Le dispositif architectonique de Marly procède manifestement du modèle de la villa impériale antique. Et cela concorde parfaitement avec les options décoratives retenues pour les pavillons, comme l’a établi Claudia Hartmann. Möseneder voyait dans le cirque antique une forme architecturale adaptée au culte solaire, raison pour laquelle elle aurait été reprise à Marly dont on aurait voulu faire un « palais du soleil »8. Je note que la problématique « solaire » de Marly, plus intéressante à mon sens que la problématique cartusienne, n’a pas été abordée dans ce colloque.

La connaissance de Marly progressant toujours, il faut mentionner, un an après la tenue du colloque, le mémoire d’étude de l’école du Louvre de Virginie Bergeret soutenu le 10 juin 2013 : Le Pavillon de la perspective à Marly : un bâtiment central aux fonctions multiples. Ce travail aborde l’architecture, les décors ainsi que l’organisation, l’ameublement et les usages, depuis la construction en 1684 jusqu’à la destruction après la Révolution. Décoré d’une perspective feinte, il était essentiel dans l’économie du domaine du fait de ses multiples fonctions, les offices, le garde-meuble, les logements des domestiques mais aussi l’accueil des seigneurs isolés grâce à ses salles à manger, son café et ses appartements.

  • 9 Voir les communications d’Ulla Kjær (http://crcv.revues.org/11933), Michelle Benoit et Richard Guy (...)
  • 10 Voir la communication d’Éric Soullard sur le Bulletin du Centre de recherche du château de Versaill (...)
  • 11 Voir la communication de Thomas Brandstetter sur le Bulletin du Centre de recherche du château de V (...)
  • 12 Voir Ringot et Sarmant 2013, Ringot 2013, Adrian 2013 et Castelluccio 2013.

Marly a-t-il été un modèle ? Quatre communications ont posé la question dans ce colloque, présentant les cas de Fredensborg au Danemark, de l’université de Virginie, de la Granja de San Ildefonso en Espagne et de Chatsworth en Angleterre9. Je reste dubitatif quant à ces rapprochements formels, même si indéniablement la structure pavillonnaire, l’association des jardins et des eaux sous des formes multiples, ou la vie de la cour de France à Marly, ont pu susciter diverses formes d’intérêt. De là à parler d’influences…

On ne peut évoquer Marly sans penser à ses eaux et à sa Machine. La littérature sur le sujet est immense, mais la question fut abordée au colloque d’une façon originale. L’excellent connaisseur de l’hydraulique versaillaise, de sa technologie et de ses créateurs qu’est Éric Soullard nous livre ici une fine étude sociale en présentant les Vitry, une dynastie de trois générations de fontainiers10. Il apporte un précieux éclairage sur le milieu humain qui faisait fonctionner Marly et sur les rapports entretenus avec les maîtres, c’est-à-dire la famille royale. Tout d’abord le recrutement, de proximité géographique, dans l’artisanat, un choix dicté par la compétence technique. Puis une politique lignagère et dynastique par mariages entre familles proches par le métier, ou simplement le voisinage, comme celles des gardes-suisses, en fait les portiers du domaine. But de l’opération : la transmission des fonctions et l’hérédité de la profession, à l’instar des autres « métiers de Versailles » comme les jardiniers, et d’une façon générale dans l’ensemble de la société d’Ancien Régime. Originalité ici, les rapports avec la famille royale, qui se manifestent au moment des mariages (les témoins) ou des naissances (les parrains/marraines). La monarchie, par ailleurs si distante, se montre ici proche, dans la tradition paternaliste de la société domaniale. Ce voisinage ne fait pas des Vitry des fidèles de la royauté. Ils traversent la Révolution française sans encombre, menant une carrière militaire dans les corps techniques grâce à leurs compétences. Quant à la « machine de Marly », Thomas Brandstetter en présente une analyse fascinante, non en tant que mécanique particulière, fût-elle la plus importante jamais construite, mais comme « la Machine » entendue absolument, « partie intégrante de l’imaginaire politique, social et culturel de son époque », support au fantasme de l’absolu de force qui, suivant Louis Marin, est la visée ultime du pouvoir11. Durant tout le règne de Louis XIV et pendant la première moitié du xviiie siècle encore, elle est vue, représentée ou décrite comme une métaphore de la puissance quasi surnaturelle du roi, entendu lui aussi absolument. Dans la seconde moitié du siècle, cette perception se modifie comme se modifie celle de la monarchie même. La machine de Marly n’est plus un emblème de la souveraineté ni un modèle d’organisation de l’État, mais un outil, faillible, améliorable, au service du bien public. Cette analyse de la technologie comme imaginaire peut sembler un peu hors de propos dans un colloque consacré à Marly comme lieu du roi. Elle y tient cependant une place centrale, comme sémiophore de la monarchie, corrigeant l’image ludique et anecdotique de l’« ermitage » : Marly n’aurait-il pas été aussi le lieu du politique ?

Si la genèse de Marly peut être considérée désormais comme bien connue – demeurent les questions d’interprétation –, l’originalité de ce colloque est de faire état des recherches qui depuis une quinzaine d’années ont complètement renouvelé notre regard sur sa fonction et sur sa place à côté de Versailles. L’excellente synthèse de Vincent Maroteaux en 2002 s’en tenait à l’image statique et anecdotique du lieu de plaisir. Tout a changé depuis, comme on a pu s’en rendre compte avec les communications de Thierry Sarmant, Benjamin Ringot, Dominique Adrian et Stéphane Castelluccio12. La nouveauté est dans l’analyse systématique et non plus dans le recollement d’anecdotes, dans la prise en considération du long terme louis-quatorzien, 1679-1715, et d’une histoire évolutive, dans le croisement de sources de nature différente comme les journaux des mémorialistes, les règlements administratifs, les inventaires du mobilier et du décor intérieur. Il en résulte que l’histoire à Marly connut plusieurs étapes et que la fonction du lieu évolua.

Dans un premier temps, Marly est bien la résidence de plaisir traditionnellement retenue. Si l’acquisition du domaine répond au désir d’accroître le parc de chasse de Versailles, la disposition des pavillons en symbiose avec la nature apporte un modèle nouveau de résidence à visée privée et hédonique en opposition avec l’existence officielle du monarque strictement régie par les usages de cour. La concomitance entre leur fixation définitive et les débuts de Marly n’est pas fortuite. Le 30 juillet 1683 la reine meurt, les espaces de Versailles sont répartis entre la sphère publique (Grands Appartements, galerie des Glaces) et la sphère privée (les appartements sur cour), en novembre a lieu le premier déplacement de la Cour à Marly. Le mode d’invitation est bien connu, le lieu est réservé à la famille et aux « amis », membres de l’ancienne noblesse d’épée, les officiels – ambassadeurs, ministres – étant exclus. Les séjours sont brefs. Quand ils se prolongent une nuit ou deux, les invités sont logés dans les pavillons au mobilier sommaire et identique pour tous ; il en va de même dans le Pavillon royal où seule la couleur des tentures différencie les quatre appartements du rez-de-chaussée. Ce mode de logement est dans la tradition des châteaux de chasse de la Renaissance où le monarque et ses compagnons ne faisaient que de brefs passages.

Marly, qui était à l’origine dans le département de Saint-Germain, s’autonomise en 1699 avec une administration propre, Saint-Germain étant déclassé et cédé à la Cour d’Angleterre en exil (ce qui infirme, si besoin était, l’« axe royal » d’Harpsoe). L’« ermitage » l’est alors de moins en moins. Les séjours passent à un ou deux par mois, durant une semaine ou plus, jusqu’à quatre mois par an après 1700. Généraux, intendants, administrateurs, financiers sont reçus. L’invitation prend la signification d’une promotion politique et administrative. Marly acquiert un caractère hybride, lieu de retraite mais aussi instrument de gouvernement. Si celui des petits pavillons est simplement renouvelé, le mobilier du Pavillon royal est diversifié et enrichi (meubles en marqueterie), apparaissent les cheminées à hauts trumeaux de miroirs, les tableaux des batailles ou des saisons, les tapisseries. La richesse des meubles est adaptée au rang de l’occupant du logement, allant croissant à partir des vestibules, puis dans le Salon, pour culminer dans les appartements du rez-de-chaussée. Marly, devenu centre nerveux du pouvoir, faisait à la fin du règne figure de résidence royale de plein exercice (Thierry Sarmant, Stéphane Castelluccio).

Il faut donc réévaluer la relation Versailles/Marly. En trente ans, de l’installation de 1682 à la mort de Louis XIV, elle s’est modifiée. Versailles reste la résidence officielle, où s’énonce l’essence de la monarchie (décors et mobilier les plus fastueux, rhétorique de la galerie des Glaces), où se déroulent les rituels d’État (grandes fêtes religieuses, audiences des ambassadeurs, lever et coucher, repas public, mort du roi). Marly reste un lieu privé, voué au divertissement mais aussi, de plus en plus, au gouvernement. Un lieu de « liberté », si l’on entend par là l’abandon d’un protocole « lourd » (vêtement, placement à table…), mais où il faut néanmoins respecter une étiquette subtile. Un lieu familial, où le roi côtoie à sa guise ses enfants et petits-enfants, où s’opère une promotion des légitimés et de Mme de Maintenon. Un lieu où s’instaure une gouvernance qui sera celle de Louis XV, personnelle, directe, loin des contraintes et pesanteurs du système versaillais. Marly aurait-il été, mieux que Versailles, le lieu du roi ?

Haut de page

Bibliographie

Adrian Dominique, 2013, « La « mécanique » de Marly sous le règne de Louis XIV : les modalités techniques du logement et leurs conséquences sur l’ordre social », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles, en ligne : http://crcv.revues.org/11923.

Castelluccio Stéphane, 2013, « Mobilier et étiquette à Marly pendant le règne de Louis XIV », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles, en ligne : http://crcv.revues.org/11926.

Elias Norbert, 1933, Die höfische Gesellschaft. Untersuchungen zur Soziologie des Adels, des Königstums und des Hofes, vor allem in Frankreich des XVIIten Jahrhunderts, thèse d’habilitation en sociologie, université de Francfort. 1re publ. Berlin, 1969. Trad. fr. 1974.

Hartmann Claudia, 1995, Das Schloss Marly : Eine mythologische Kartause. Form und Funktion der Retraite Ludwigs XIV., Worms, Wernersche Verlagsgesellschaft.

Möseneder Karl, 1985, « Sur l’origine de Marly », actes du colloque « Versailles » (Versailles, 29 sept.-4 oct. 1985), exemplaire dactylographié, p. 107-118.

— 1992, « Über Vorbilder der Schlossanlage von Marly », Münchner Jahrbuch der bildenden Kunst, no 43, p. 133-150.

Mukerji Chandra, 1997, Territorial Ambitions and the Gardens of Versailles, Cambridge, Cambridge University Press.

Ringot Benjamin, 2013, « Marly, département des Bâtiments du roi, création d’un microcosme institutionnel sous Louis XIV (1679-1715) », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles, en ligne : http://crcv.revues.org/11929.

Ringot Benjamin et Sarmant Thierry, 2013, « “Sire, Marly ?” : usages et étiquette de Marly et de Versailles sous le règne de Louis XIV », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles, en ligne : http://crcv.revues.org/11920.

Rosasco Betsy, 1980, The Sculptures of the Château of Marly during the Reign of Louis XIV, Philosophical Dissertation, New York University.

Sabatier Gérard, 2006, « Le portrait de César, c’est César. Lieux et mise en scène du portrait du roi dans la France de Louis XIV », dans T. W. Gaehtgens et N. Hochner, L’Image du roi, de François Ier à Louis XIV, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, p. 209-244. Repris dans Sabatier 2010a, p. 348-378.

— 2009, « The Illusions of Marly », dans B. Arciszewska et P. Jaskanis (dir.), The Baroque Villa : Suburban and Country Residences, c. 1600-1800, actes du colloque, Varsovie, Wilanów Palace Museum, p. 21-41.

— 2010a, Le Prince et les arts : stratégies figuratives de la monarchie française, de la Renaissance aux Lumières, Seyssel, Champ Vallon.

— 2010b, « Les faux-semblants de Marly », dans ibid., p. 260-277.

Weber Gerold, 1975, « Der Garten von Marly (1679-1715) », Wiener Jahrbuch für Kunstgeschichte, p. 55-105.

Haut de page

Notes

1 Voir la communication de Betsy Rosasco sur le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles, http://crcv.revues.org/11904.

2 Elias 1933.

3 Voir la communication de Henrik Harpsoe sur le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles, http://crcv.revues.org/11901.

4 Sabatier 2006, particulièrement p. 215.

5 Voir la communication de Claudia Hartmann sur le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles, http://crcv.revues.org/12220.

6 Réfutation et proposition présentées en octobre 2007 lors d’un colloque sur les villas baroques à Wilanów, Pologne. Voir Sabatier 2009 et 2010b (particulièrement p. 264-265).

7 Möseneder 1985 et 1992. Ignoré de Claudia Hartmann.

8 Je ne partage pas cette opinion. Je m’en suis expliqué dans les textes cités ci-dessus, note 3.

9 Voir les communications d’Ulla Kjær (http://crcv.revues.org/11933), Michelle Benoit et Richard Guy Wilson (http://crcv.revues.org/11936), María Jesús Herrero Sanz (http://crcv.revues.org/11940) et Matthew Hirst (http://crcv.revues.org/11943) sur le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles.

10 Voir la communication d’Éric Soullard sur le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles, http://crcv.revues.org/11912.

11 Voir la communication de Thomas Brandstetter sur le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles, http://crcv.revues.org/11907.

12 Voir Ringot et Sarmant 2013, Ringot 2013, Adrian 2013 et Castelluccio 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Sabatier, « À côté de Versailles, Marly », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 20 décembre 2013, consulté le 21 août 2017. URL : http://crcv.revues.org/11956 ; DOI : 10.4000/crcv.11956

Haut de page

Auteur

Gérard Sabatier

Professeur émérite d’histoire moderne à l’université Pierre-Mendès-France - Grenoble II, président du comité scientifique

Haut de page

Droits d’auteur

© Gérard Sabatier / 2012 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org