Navigation – Plan du site
Les carrières

Les marbres de Flandres et du Hainaut à Versailles

Éric Groessens

Résumé

La Belgique et le Nord de la France sont depuis deux mille ans des régions d’exploitation de pierres de construction et de marbres renommés. Dès la période baroque, des centaines de variétés de marbres différentes étant disponibles, il n’est pas étonnant que les ingénieurs de Louis XIV se soient tournés vers la partie septentrionale du royaume pour leur approvisionnement pendant les intermèdes pacifiques. Il faut rappeler que tous ces marbres sont des calcaires durs, sédimentaires et de très faible porosité. La gamme chromatique est limitée au noir, au rouge et au gris. La plupart de ces exploitations ont disparu et les archives n’ont pas encore livré toutes les traces écrites. En revanche, un grand nombre d’informations fausses ou sans références, relatives à des utilisations à Versailles, circulent ; elles doivent inciter à la plus grande prudence.
La méthode utilisée dans cet exposé préliminaire est donc celle du géologue-touriste averti qui visite le château de Versailles et note au passage les marbres qui proviennent de sa région et qu’il croit reconnaître. Il trouve d’abord le marbre rouge de Rance, utilisé à profusion, tant en plaquage, comme dans la galerie des Glaces, que dans la construction des cheminées monumentales. Il peut aussi observer des revêtements muraux ou des dallages en marbre sainte-anne (belge), en marbre noir de Dinant, en genre grand antique de Barbençon, en brèche de Waulsort (ou de Dourlers), en petit-granit (anciennement appelé écaussinnes ou marbre de Ligny). Il y rencontre des marbres de l’Avesnois : quelques dalles en marbre de Cousolre, de Glageon, des marbres noirs français de la région de Bavay, etc. On peut raisonnablement penser qu’en ce qui concerne les quatre derniers, il s’agit de restaurations effectuées sous la monarchie de Juillet, ou même postérieurement.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 F. Tiberghien et al., « Sciences et techniques des bâtisseurs de Versailles », Les Cahiers de Scien (...)

1Versailles a été voulu comme la vitrine de la France. Vitrine politique et diplomatique d’abord : à Versailles, Louis XIV met en œuvre la monarchie centralisée et glorifie dans un même élan la majesté royale et la grandeur de la nation. Vitrine artistique et technologique ensuite : à Versailles, le roi affirme la prééminence de l’art français sur l’art italien et étale les prouesses technologiques et industrielles de la France. Vitrine des savoir-faire du Grand Siècle enfin : les meilleurs esprits du temps et les meilleurs professionnels du bâtiment sont mobilisés sur ce chantier qui, durant une cinquantaine d’années, s’étend sur tout l’Ouest parisien1.

2À côté des marbres « belges », on y rencontre donc les célèbres marbres des Pyrénées : le sarrancolin, le campan, le marbre d’Antin, le statuaire blanc de Saint-Béat, le petit antique d’Hèches, la brèche de Barbazan ; les rouges du Languedoc : rouge incarnat, griotte, le féline ; les marbres du Bourbonnais, les marbres jaune et rose de Provence, de Trets, sans oublier les carrare, portor et autres marbres vert d’Égypte. Cette profusion de marbres peut étonner, mais il ne faut pas oublier qu’à Versailles il y avait 67 escaliers, 1 400 fontaines et que le château était chauffé par 1 252 cheminées, dont il ne reste qu’un dixième.

3Les marbres des régions septentrionales sont des calcaires durs, sédimentaires et de très faible porosité. Ils sont tous d’âge Dévonien supérieur ou Carbonifère inférieur, c’est-à-dire qu’ils ont été déposés entre 380 et 330 millions d’années. La gamme chromatique est limitée au noir, rouge et gris. La plupart de ces exploitations ont disparu et les archives n’ont pas encore livré toutes les traces écrites. Par contre, de fausses informations relatives à des utilisations à Versailles circulent et doivent inciter à la plus grande prudence. On trouve d’abord à Versailles le marbre rouge de Rance, utilisé à profusion tant en plaquages qu’en pilastres dans la galerie des Glaces, ou pour la confection de colonnes et de cheminées monumentales. On observe également des revêtements muraux ou des dallages en sainte-anne (belge), en marbre noir de Dinant, en grand antique de Barbençon, en brèche de Waulsort (ou de Dourlers) en petit-granit (anciennement appelé écaussinnes ou marbre de Ligny), en marbres noirs de Golzinne et de Tournai. On y rencontre aussi des marbres de l’Avesnois : quelques dalles en marbres de Cousolre, de Glageon ou en marbres noirs français de la région de Bavay. On peut raisonnablement penser qu’en ce qui concerne les six derniers cités, il s’agit de matériaux ayant servi lors des restaurations effectuées sous la monarchie de Juillet ou postérieurement.

4La durée des travaux, la succession des architectes, les restaurations font que la décoration marbrière n’est pas homogène. Comme l’a fait remarquer François Gebelin, l’essentiel du décor des grands appartements, dont l’architecte est Le Vau, est constitué par « des revêtements de marbres qui couvrent les murs et sont combinés avec un souci d’oppositions de couleurs vigoureuses : rouges et verts foncés ou noir veiné jouant sur un fond blanc uni ». Alors que lorsque l’on pénètre dans la galerie des Glaces, due à l’architecte Mansart, avec, à ses deux extrémités les deux salons annexes de la Guerre et de la Paix,

  • 2 Fr. Gebelin, « Versailles », La France illustrée, Paris, Alpina, 1956.

l’œil est aussitôt caressé par une tonalité générale beaucoup plus douce. […] Mansart a choisi des marbres tirant sur le gris, d’un rouge éteint, d’un vert clair, et qui se détachent sur un fond non plus de blanc uni, mais de blanc veiné. De nombreux rehauts de bronze et de stucs dorés viennent ajouter à la richesse et à la gaieté de l’ensemble2.

5Dans un autre petit guide, Adhémar de Montgon a très justement écrit que

  • 3 A. de Montgon, Versailles, Paris, Nathan, 1970.

Versailles n’est pas seulement l’image d’un grand monarque ou la figure d’une nation à l’apogée de sa gloire. C’est l’histoire de trois siècles écrit en pierre, en marbre, en eau et en frondaisons. Éclatants, tristes ou joyeux, tous les évènements des deux continents ont eu ici leur écho3.

  • 4 É. Groessens, « La diffusion du marbre de Rance en France », 117e congrès national des sociétés sav (...)

6Dans un article sur la diffusion du marbre de Rance en France, je regrettais que lorsque l’on visite Versailles ou une autre belle demeure, aucun guide ne répond à la question de la provenance de tel ou tel marbre ; et pourtant la beauté de la galerie des Glaces est indissociable de la qualité des dorures, des glaces et du marbre4. Des hommes et femmes anonymes se cachent derrière ces magnifiques décors. Ce colloque doit être un hommage à ces milliers de maîtres, d’ouvriers marbriers, de maçons, sans oublier les nombreuses polisseuses à domicile qui ont œuvré pour que Versailles devienne et reste l’un des plus beaux monuments au monde.

Le marbre de Rance

7Lorsque l’on pénètre dans l’enceinte du château, le regard se porte d’abord naturellement vers la partie centrale, c’est à dire la façade qui est aussi la partie la plus ancienne construite sous Louis XIII. Louis XIV y a ajouté une colonnade en marbre de Rance, colonnes qui ont subi les outrages du temps mais sont semblables à celles qui ont gardé un poli profond et que l’on admire dans le Grand Vestibule.

8Nous possédons des renseignements précis à ce sujet : les Comptes des Bâtiments du roi, vol. 3, indiquent en date du 28 novembre 1688 :

à Hubert Misson, marbrier, pour son remboursement des frais qu’il a fait à tirer des magasins du Roy vingt colonnes de marbre de Rance, qu’il devoit employer au vestibule de la grande aile de Versailles, dont l’ordre a esté changé, et depuis lesd. colonnes remises au magasin. – 283 livres.

9Ces mêmes Comptes nous indiquent encore que le 3 août 1694, on donne l’ordre de payer 320 livres à Pierre Lisqui, marbrier, « pour 40 pieds cube de marbre de serancolin, campan, Languedoc, blanc, blanc veiné, de Dinant blanc et noir, et Rance, qui luy ont esté donnez du magasin de Versailles, en plusieurs morceaux à raison de 8 livres le pied cube ». Le 17 janvier 1697, nous lisons de Me Pierre Gruyn, trésorier royal, « 16 290 livres pour délivrer au nommé Derbais, marbrier, pour son payement de 3 figures de marbre blanc, 16 bustes en marbre blanc, 12 testes de marbre blanc, une figure de bronze représentant le gladiateur moulé sur l’Antique, et 40 scabellons de marbre de Rance et blanc et noir, qu’il a livrez pour le service du Roy en 1682, et 135 livres pour les taxations du trésorier. »

10Le 15 février 1716, on paye 3 000 livres « au nommé Derbais, marbrier, sur les marbres de Rance qu’il fait venir pour le nouveau salon du Château de Versailles », et le 17 février, « à Derbais, autre, parfait payement de 15 000 livres. Pour 32 pilastres de marbre de Rance qu’il a faits et livrez au magasin du Roy pour le nouveau salon à côté de la chapelle du Château de Versailles. »

11Comme le démontre la lecture des Comptes, le marbre de Rance est probablement celui qui a été le plus employé dans la décoration du château de Versailles et en particulier, le seul parmi ceux exploités dans cette localité qui soit reconnaissable sans ambiguïté, le « vieux rance ».

  • 5 Dévonien supérieur : il y a environ 365 millions d’années.
  • 6 F. Delhaye, « Les différences de facies des récifs à « Acervularia » de la bande de Fromellenne – T (...)

12Le « vieux rance » est un calcaire teinté de rouge-brun, griotte foncée, parsemé d’une myriade de tabulés (en grande majorité des Thamnopora micropora, appelés « queues de rats » par les marbriers) et veiné de gris, (essentiellement un autre tabulé lamellaire, nommé Alveolites suborbicularis) et des taches blanches plus ou moins lenticulaires, qui sont des rugueux massifs : Phillipsastrea hennahi ranciae et Frechastrea pentagona minima. Ce marbre, comme les autres marbres rouges de Belgique, provient de mud-mounts ou « récifs » en forme de dôme, d’âge Frasnien5. F. Delhaye a montré que la coloration rouge varie en sens inverse de la rapidité de développement du récif6. Considérée dans l’ensemble de la formation, l’intensité de la coloration rouge – due d’après F. Boulvain (1989) à la présence de bactéries ferro-oxydantes – est à l’inverse de la coloration gris-bleu, due aux matières charbonneuses des calcaires les plus riches en organismes. La tonalité de ces marbres varie donc du gris très clair au rose (le gris des Ardennes), au rouge (le rouge royal) et au rouge-brun (les griottes), avec parfois des nuances bleutées, des taches noires (le byzantin) et des veinages blancs ou gris. Il n’est pas étonnant dans ces conditions que les appellations commerciales se soient multipliées.

  • 7 G. Ducarme, « Le marbre de Rance, son histoire et celle de l’industrie marbrière dans la localité » (...)

13Au sein de la voûte anticlinale de Rance, constituée essentiellement de schistes, quatre récifs ont été exploités. Ils ont surtout livré du marbre « rouge royal », nettement plus clair que celui utilisé à Versailles, qui provient probablement de la carrière de la Margelle et de la carrière à Rocs, qui est aussi appelée « Trou de Versailles ». L’extraction dans ces dernières carrières a pris fin vers 1952 ou 1953. À l’époque de la construction de Versailles, c’était la carrière de la Margelle qui fournissait la majorité des marbres vendus. Celle du « bas du village » fut peu à peu abandonnée et son emplacement rétréci par des constructions de maisons. Le quatrième gisement, justement appelé « nouvelle carrière », ne semble avoir été exploité avant le xviiie siècle mais on ne possède aucun document qui rappelle son activité7. Vers le milieu du xviie siècle, la carrière de la Margelle n’arrivait plus à satisfaire tous les besoins, d’autant que l’on demandait des blocs de plus en plus grands pour les colonnes et l’on décida de l’ouverture du gisement du « trou à Rocs ».

14D’Aviler, dans son Cours d’architecture édité en 1691, écrit à son sujet :

  • 8 Ch.-A. D’Aviler, Cours d’architecture, qui comprend les Ordres de Vignole, avec des commentaires, P (...)

le Marbre de Rance en Hainaut est d’un rouge mêlé par veines et taches blanches et bleuâtres. Ce marbre est fort commun, il s’en trouve de différentes beautés. Les plus grandes colonnes que l’on voit à Paris, sont les six du grand autel de la Sorbonne. Il y en a quatre moyennes à celui de la Vierge, et huit plus petites aux quatre autels de la même église : toutes assez belles et d’ordre corinthien. Il s’en voit encore huit d’ordre composite aux autels Ste-Marguerite dans l’église de Saint-Germain-des-Prés, et huit ioniques à la clôture de Saint-Martin-des-Champs ; mais celles du plus beau Rance, sont les deux corinthiennes de la chapelle de Creguy aux Capucines. Les quatre colonnes et les pilastres d’ordre françois de la Grande Galerie du Roi, et les 24 doriques du Balcon et du vestibule du milieu du Château de Versailles, sont encore de ce marbre Rance8.

  • 9 R. Szmydki, « Netherlandic Stone-Masons Engaged by Sigmundus III (in the First Quarter of the 17th (...)

15Ce marbre était, d’après divers auteurs, déjà exploité par les Romains. À l’époque de la construction de Versailles, ce marbre jouissait déjà d’une réputation internationale. Grâce aux recherches de Ryszard Szmydki, nous savons que le roi Christian IV de Danemark avait demandé un passeport pour son hérault Joan de Marienbourg afin de lui permettre de ramener pour les sépultures royales de Roskilde, des marbres rouges de Ransst (Rance) et de Charlemont (Givet), du marbre noir de Dinatt (Dinant), de la pierre de Namur et quatre cents mille escaglies (ardoises)9. Georges Ducarme avait déjà trouvé dans le « besogné » de 1608 que

  • 10 G. Ducarme, 1957, op. cit., note 7.

Son excellence (le duc de Croy et d’Aerschot) a aussi audit Rance une quairrière gisant à la margelle en laquelle on tire quelfois des pierres de Rance pour le congé et permission d’icelle en payant 6 patars du pied plus ou moins selon son bon plaisir teanant à Jean Feuille et aux aises de Ville des autres cotez. S’y en est quelfois tirez et s’en peu encore tirez proche l’église dudit Rance, laquelle pierre est fort recherchée de toutes parts et par spéciale de la ville de Bruxelles et Anvers d’ou icelle passe plus outre tant le Roy de Dannemark que autres princes et seigneurs voisins10.

16Pour cette époque lointaine, à défaut d’archives, l’emploi judicieux et de bon goût du marbre de Rance, qui comme les autres marbres rouges était appelé « rouge des Flandres », peut être retrouvé au hasard des visites de monuments anciens.

17Au cours de la séance du 2 juillet 1907 de la Société archéologique de l’arrondissement d’Avesnes, M. Gravet, qui préside la réunion, rappelle que,

lors de l’exploitation des carrières de marbre rouge de Rance pour la construction des colonnes du château de Versailles (vers 1670), les ingénieurs de Louis XIV abattirent tout un quartier de forêt, souvent des troncs de chênes pour construire un chemin artificiel (de Renlies à Cousolre) qui permît de transporter plus facilement les énormes colonnes monolithes.

  • 11 A. Jennepin, Notice historique sur la commune de Cousolre, 1877 (réimpression de l’ouvrage en 2000 (...)
  • 12 J. Mossay, « Le marbre de Rance dans la construction du château de Versailles », Mémoires de la Soc (...)

18Les mêmes détails se trouvent déjà rapportés par Alfred Jennepin11 mais aucun auteur n’indique de références. Mossay a recherché, en vain, à Paris et à Versailles des documents d’archives à ce sujet12. J’ai eu plus de chance car, m’adressant à l’historien Jean Heuclin, actuel doyen de la Faculté libre des lettres et sciences humaines de Lille et grand connaisseur de l’histoire de la marbrerie à Cousolre, j’obtins la réponse à ma quête. Le père de celui-ci, Jean Heuclin, lui-même auteur de travaux sur l’histoire locale, avait dans le passé interrogé les « vieux » marbriers, qui lui avaient indiqué le tracé du fameux chemin. Ce chemin, qui va de la Haie-des-Saules (Renlies) à Cousolre, figure sur l’extrait de la carte des Pays-Bas de Joseph de Ferraris (1771-1778), que m’a aimablement communiquée M. Heuclin. De Cousolre, les voituriers rejoignaient Valenciennes et Paris. Ces auteurs laissent entrevoir les difficultés rencontrées pour le transport de ces marchandises pondéreuses mais ils ne nous apprennent rien concernant le travail du marbre sur place. Ces énormes colonnes, ces portiques grandioses, ces lambris, ces chapiteaux délicatement sculptés qu’on peut voir à Versailles étaient-ils expédiés de Rance œuvrés, polis et prêts à être placés ? Georges Ducarme le pense, car pendant longtemps ce fut une famille de marbriers rançois qui exploita la carrière à Rocs : les Wicq, qui furent les premiers marbriers établis à Rance.

19Dans l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, publiée entre 1751 et 1772, on trouve une planche devenue célèbre, sur laquelle figure le château du Louvre et à l’avant un atelier de marbrerie

parsemé çà et là de blocs de marbre de toute espèce, au fond duquel est une espèce de hangar où l’on travaille à couvert. Dans cet atelier sont plusieurs ouvriers occupés à différentes choses, l’un à scier des blocs, un autre à tailler un bloc de marbre pour servir de tombeau, et un autre appuyé contre le hangar qui se repose. Sur le devant sont quelques chambranles, carreaux et dalles de marbre.

20Ce que la légende de la figure n’indique pas, c’est que l’on y voit également des colonnes, des chapiteaux, des corniches, des balustres et des éléments de cheminées prêts à être assemblés. Rien ne nous indique que ces éléments sont confectionnés sur place. On peut raisonnablement penser que le transport depuis les carrières concernait aussi bien des éléments œuvrés que des blocs bruts destinés à être travaillés sur le chantier.

21Une anecdote, rapportée par Georges Ducarme, est révélatrice à cet égard. Elle est extraite d’un Guide complet du touriste sur le chemin de fer de Saint-Quentin à Maubeuge dû un historien, Z.-J. Piérard :

le château du Pont de Sains (dans l’Avesnois) n’a rien de particulier à visiter, qu’un temple agreste qui s’élève à coté sur une sorte de terrasse et dont le fronton est supporté par quatre colonnes en marbre rouge d’une seule pièce. Ces colonnes avaient été extraites et préparées dans le pays pour la chapelle du palais de Versailles au temps de sa construction sous Louis XIV. Mais elles n’y purent être transportées et les religieux de Liessies les firent servir à la décoration de leur église. C’est des débris de cet édifice que les tira le prince de Talleyrand à l’époque où il transforma l’ancien château de Pont de Sains en maison de campagne.

22Ducarme a appris que ces magnifiques colonnes ont été acquises après 1914 par des antiquaires. Cette histoire montre que les colonnes étaient façonnées avant expédition. L’auteur, qui a vu à Paris et ailleurs en France plus d’une centaine de colonnes en marbre de Rance, s’est laissé dire que certaines d’entre-elles étaient destinées à Versailles mais avaient été détournées de leur destination initiale pour des raisons budgétaires.

23Il en est de même des cheminées, dont la confection était une spécialité rançoise. La confection de cheminées monumentales était aussi, semble-t-il, une spécialité de nos provinces car, comme l’écrit Darras en 1912 :

  • 13 M. Darras, La Marbrerie : caractéristiques des marbres, pierres et granits, étude des gisements et (...)

le catalogue qui régit le commerce des cheminées en France, et principalement à Paris, émane d’un cerveau belge à qui les questions d’art sont plus indifférentes que celles des bénéfices commerciaux. Ces confrères ne voulant pas risquer les suites des efforts cérébraux que leur aurait causées la création d’un catalogue concurrent, se sont simplement contentés de changer les numéros, sans varier les modèles, et l’on ne conçoit plus de cheminées hors du catalogue type admis même par les auteurs de séries plus ou moins officielles13.

24Le palais de Marie de Hongrie, sœur de Charles-Quint, à Binche, malheureusement détruit par les troupes d’Henri II en 1554 peu après son achèvement, la maison de P.-P. Rubens à Anvers construite en 1610 et l’église Saint-Charles-Borromée (1615-1621), pour ne citer que quelques exemples, témoignent de la maîtrise qu’avaient les artisans dans l’usage et la mise en oeuvre des marbres et dans la confection de colonnes et de cheminées monumentales en Rance, marbre blanc d’Italie, albâtre et autres marbres noirs.

25Dans notre introduction, nous avons insisté sur les hommes qui ont œuvré pour qu’arrivent jusqu’à nous ces magnifiques témoignages en matériaux nobles. Georges Ducarme a recherché des noms dans les archives locales. Ces archives sont pauvres. Il n’a pas trouvé de nom de marbrier dans la table onomastique du besogné de 1608. Vers le milieu du xviie siècle apparaissent de nouveaux patronymes dans les registres paroissiaux dont plusieurs sont ceux de marbriers nouvellement venus. Il cite les Wicq. La croix funéraire, en Rance, de Jean Wicq, « marbry décédé en 1690 à l’age de 60 ans », est encastrée dans le mur extérieur de l’église. Il a eu une nombreuse descendance, parmi laquelle figurent de nombreux marbriers.

  • 14 F. Dumont, « Aux marbres de Flandre » : une entreprise industrielle et commerciale sous l’Empire (1 (...)

26Une autre pierre mentionne Jan Pottier, décédé en 1693, qui laisse aussi une descendance de maîtres-marbriers. Pendant la première moitié du xviiie siècle la famille Thomas dirigeait une entreprise marbrière florissante. Un de ses descendants dirigeait avec Dequesne et Polchet, une société marbrière à Paris au moment de la Révolution. Ils ont livré le marbre de Ligny pour le dallage du Panthéon, mais ils furent mis en difficulté lorsque l’Éléphant de la Bastille fut réalisé en bois par souci d’économie et lorsque, après les Cents-Jours, Rance fut rattaché au royaume des Pays-Bas. L’histoire de l’entreprise « Aux marbres de Flandres » est contée en détail par Francis Dumont14, qui nous indique que les maîtres-marbriers rançois avaient tous leur représentation à Paris. D’autres noms sont associés aux précédents par mariages : on peut citer pour la période allant jusqu’au xviiie siècle les Gobert, Ternant, Boucneau, Tenret, Pestiaux, Petit, Jouniaux, etc. Il faut préciser que cette liste ne concerne que des marbriers demeurant à Rance. Il ne serait pas étonnant que d’autres aient résidé à Beaumont, la ville la plus proche, à Barbençon, Renlies, Grandrieu ou Solre-Saint-Géry, ou dans d’autres villages de marbriers.

  • 15 La Belgique ne produit pas de marbre blanc.

27Il ne faut pas perdre de vue que dans les ateliers de Rance, on travaillait des marbres provenant de divers gisements de marbre rouge, des noirs des brèches de Waulsort et d’Alep, des grands et petits-antiques, des sainte-anne et toute une gamme de marbres italiens15. Une cheminée ou un autel sortant des ateliers rançois peut donc être confectionné dans une large palette de tonalités de marbres.

28L’inverse est vrai aussi. La société Henry Vienne de Cousolre (en France) a exploité pendant un temps la carrière à Rocs de Rance. Elle était en relation avec les établissements L. Benezech de Paris, qui indique sur son papier à lettres « Entretien des Marbres des Palais de Versailles et des Trianons ». M. Heuclin m’a communiqué un échange de correspondance entre Vienne et Benezech à propos de livraisons de fournitures en marbres pour la ville de Versailles. Ces courriers concernent de nombreux chantiers différents. Malheureusement ils ne citent qu’une seule variété de marbre qui, détail piquant pour la région, est le rouge du Languedoc.

29Un autre problème, lié à la réputation internationale du château de Versailles, est le flot de références fantaisistes relatives à des fournitures pour la décoration de ce prestigieux monument. Il y a évidemment les prospectus publicitaires des firmes marbrières : nous venons de citer Henry Vienne, qui a fourni du marbre pour l’hôtel de ville de Versailles et probablement certaines dalles pour les restaurations du château au xixe siècle. Il s’ensuit que le village de Cousolre figure dans le guide Michelin comme « cité du marbre, exploité jadis dans les carrières et scieries de Sainte-Anne. Le marbre de Cousolre, noir et blanc, a été abondamment utilisé au château de Versailles ». Un prospectus du Parc naturel régional de l’Avesnois précise que les marbres de Cousolre ont servi à édifier certaines des cheminées du château de Versailles. Il faut rappeler que le marbre de Cousolre n’est exploité que depuis le xixe siècle. Un autre exemple est donné par la célèbre carrière Beauchâteau de Senzeille, dont on peut supposer que l’extraction n’ait pas débuté bien longtemps avant la première citation officielle, qui date de 1862. P. Ducarme et al. écrivent à ce sujet : « ces livraisons mythiques à Versailles font partie de l’arsenal publicitaire habituel des exploitants de marbre rouge, qui l’utilisent de nos jours encore, et l’on ne peut guère y accorder de crédit ».

30Avant de terminer ce paragraphe sur les marbres rouges belges, signalons que des colonnes rappelant celles de la façade principale et faisant face à la Cour royale sont en marbre rouge griotte impérial, et que des restaurations récentes effectuées dans le Grand Vestibule y ont apporté des rouges griottes provenant probablement de la carrière de Maudoux-Mousty à Neuville.

31Des meubles sont également recouverts de plaques de marbre rouge royal ou de marbre de Beauchâteau (Senzeille), bien reconnaissable grâce aux fossiles.

Le marbre sainte-anne

32Dans le pavement des grands appartements, on peut voir de nombreux exemples d’applications de marbre sainte-anne. Précisons que nous parlons ici du marbre belge, et non de ces succédanés que sont les sainte-anne français (d’Hon-Hergies, de Trélon, de Rancennes, etc.), qui sont d’âge Givétien ; ni du marbre de Cousolre, également d’âge Frasnien, mais légèrement plus jeune que celui qui nous concerne. Nous ne parlerons pas des sainte-anne des Pyrénées (Arudy), d’âge Urgonien, ni de celui de Louverne (Viséen du bassin de Laval), et pas plus de celui d’Évenos (Crétacé supérieur du Var). À Chamesson (Côte-d’Or), on exploite un autre sainte-anne gris, jurassique, qui ne retiendra pas non plus notre attention. Celui qui nous intéresse est un marbre frasnien légèrement plus ancien que le rouge, à fond noir, sur lequel se détache un mélange de fleurs grises et de taches blanches cristallines.

33Il était très estimé grâce à son bel aspect, sa solidité et son prix abordable. Comme le marbre rouge il est d’origine corallienne mais ses bancs sont stratifiés et plus ou moins continus, contrairement aux récifs rouges qui formaient des monticules dans le paysage sous-marin. Il est formé d’un amas serré d’une innombrable quantité de polypiers (Favosites, Alvéolites, Cyathophyllum, etc) et de stromatopores allongés (Diapora), actuellement considérés comme des éponges fossiles. Ces organismes sont intimement soudés entre eux par un ciment calcaire grisâtre et les vides sont colmatés par de la calcite blanche. Suivant la grandeur de ces éléments, on parle de petit, moyen et grand mélange. L’épaisseur de cette formation varie d’une localité à l’autre de six à cinquante mètres. On l’a exploité à Labuissière, Gerpinnes, Gougnies, Biesme, etc.

34Ce matériau était d’abord exploité à Barbençon et Solre-Saint-Gery, près d’une chapelle dédiée à la sainte patronne qui lui a donné son nom.

35Les carrières de la localité de Labuissière, située sur la Sambre, un affluent de la Meuse, à proximité de Merbes-le-Château, fournissaient près de 1 000 mètres cubes de marbre par an. Une industrie de transformation de marbre s’est développée dans cette localité. On sait que l’impératrice Marie-Thérèse accorda à la fin du xviiie siècle l’autorisation d’ériger un moulin à eau pour scier du marbre. On peut raisonnablement penser qu’une activité existait déjà avant cette date. Rapidement, cette scierie sera développée par A.-J. Puissant et ses successeurs et cette société se diversifiera et étendra ses activités, non seulement en Belgique, mais aussi en Europe puisqu’elle installera, en 1871, une usine à Hambourg, en 1873 à Carrare et un magasin à Saint-Pétersbourg. À partir de 1922, sous le nom de Merbes-Sprimont, elle se transforme en multinationale et contrôle, entre autres, les sociétés Les Marbres français, Les Marbres du Boulonnais et S.-Henraux en Italie.

  • 16 Carbonifère inférieur : 345 millions d’années.
  • 17 É. Groessens, « L’origine et l’évolution de l’expression “petit-granit” », Bulletin de la Société b (...)

36C’est de ces ateliers que sortiront, à la fin du xviiie siècle, les premières tranches de calcaire encrinitique bleu-foncé d’âge tournaisien16 expédiées à Paris et qui seront très vite appelés « petit-granit17 ».

  • 18 G. Bresc-Bautier, H. Du Mesnil, « Le Marbre du roi, l’approvisionnement en marbre des Bâtiments du (...)

37Le marbre de Barbençon est cité à Paris en 1752-1756 par Dezallier d’Argenville et en 1783 par Buffon. On sait aussi que les six colonnes torses du baldaquin du Val-de-Grâce, fabriquées en 1664, sont en marbre de Barbençon « si parfaite que les spécialistes du marbre antique les considèrent comme des exemplaires du “Grand Antique” d’Aubert, la carrière romaine des Pyrénées la plus appréciée18 ».

  • 19 Idem.

38À Versailles la rampe du grand escalier pourrait être confectionnée dans ce matériau. On sait qu’en 1666, deux marbriers du roi, Hubert Misson, originaire de Charleville, et Laurent Descamps s’associèrent pour livrer du marbre de Rance et de Barbençon, et plus tard, en 1679, Misson et Derbais fournirent au roi pour 9 666 livres de marbres de Barbençon. Avec le marbre de Rance on réalisa des œuvres de grandes dimensions : les quatre colonnes du retable de la paroisse de Versailles en 1686, les bénitiers des Capucines à Paris en 1688, les colonnes du tombeau de Mazarin en 1689, et beaucoup plus tard, en 1714, le décor du nouveau salon de Versailles19.

39Ce marbre de Barbençon est connu sous le nom de « Brayelle ». Ce marbre est différent du Sainte-Anne, mais rien n’exclut que les deux variétés ne sortent des mêmes carrières et aient été expédiées conjointement vers Paris.

40La dernière carrière active de marbre Sainte-Anne est celle des Hayettes à Biesme. Elle était exploitée par MPG (Marbres, Pierres et Granits) et a cessé son activité en 1975.

  • 20 Dévonien moyen : 345 millions d’années.

41Avant de terminer ce paragraphe, signalons que l’on trouve quelques dalles de marbre « sainte-anne de Cousolre » et de marbre de Glageon dans les couloirs du parlement à Versailles. Elles furent probablement placées au xixe siècle pour remplacer des dalles défectueuses. Le cousolre se trouve dans la même région et un paléoenvironnement semblable au sainte-anne, auquel il succède stratigraphiquement. C’est un calcaire gris sombre à gris clair et veines blanches de calcite plus ou moins riche en stomatopores lamellaires et polypiers. Il est malheureusement fort terrasseux, ce qui a provoqué son abandon vers 1910. Le marbre de Glageon, d’âge givétien20 est gris foncé à noir et très riche en polypiers divers et stromatopores globuleux ressortant en boules pugilaires dans un matériaux très terreux. Le gisement est actuellement exploité pour du concassé.

Les marbres noirs belges

42Un certain nombre de couloirs, et surtout la salle de bain de Louis XV, sont pavés d’un damier de marbre blanc et noir. Le marbre banc est probablement italien. Le noir par contre est originellement du marbre noir de Dinant.

43Une des spécialités marbrières de la Belgique est le marbre noir. Ces marbres sont et ont été de tout temps hautement appréciés. Leur réputation était due à leur pureté et à l’homogénéité de la pâte, mais les bancs, d’allure régulière et parfaitement stratifiée, sont de faible épaisseur, ce qui provoquait des déchets importants. En effet, les lits de marbres noirs ne forment que des veines plus ou moins importan­tes dans un ensemble de calcaires de couleur et de granulométrie variables. Nous les définirons comme des calcaires-marbres à grain extrêmement fin, prenant un beau poli et présentant, après cette opération, une teinte uniforme d’un noir profond, sans taches ni veinage d’aucune sorte. Lithologiquement, ce sont des calcaires compacts dont la texture rappelle celle des calcaires lithographiques, pigmentés par une matière charbonneuse d’origine organique. En coupe mince, tous se montrent parfois relativement riches en microfossiles.

  • 21 Molinia­cien : 342 millions d’années.

44Tous les marbres noirs ayant été exploité en Belgique se rencontrent dans les terrains paléozoïques. Ce sont le marbre frasnien de Golzinne (dénommé marbre noir de Mazy ou noir belge par les marbriers), seul exploité à l’heure actuelle, les marbres dinantiens de Dinant ou de Denée, de Theux et de Basècles qui appartiennent au Viséen inférieur21. Le marbre à carreaux de Namur est un peu plus jeune (Livien ou Viséen moyen).

45La valeur marchande des différentes espèces de marbres noirs est non seulement proportionnelle aux dimensions des blocs, mais également tributaire d’un classement en quatre catégories relatives à la qualité du matériau, numérotées de 1 à 4 de la meilleure à la moins bonne qualité. Le marbre de Dinant et de Denée ont toujours été réputés comme marbres de première qualité, mais en blocs de petites dimensions. Celui de Mazy l’a été comme marbre de première et de deuxième qualité en toutes dimensions. Enfin, celui de Basècles a donné principalement des marbres de quatrième qualité, mais à un prix de revient souvent très bas.

  • 22 É. Groessens, « L’exploitation et l’emploi du marbre noir de Dinant sous l’Ancien Régime », 119e co (...)

46Le marbre noir de Dinant, partage avec son équivalent theutois le privilège d’être le mieux coté des marbres noirs. Son exploitation fut jadis fort prospère, comme l’attestent les nombreuses exploitations abandonnées aux abords de cette ville. Pourtant, il n’existe que peu de littérature au sujet de l’histoire de ce matériau22. De plus, les publications historiques ou relevant de l’histoire de l’art foisonnent d’approximations voire d’erreurs évidentes quant à l’attribution de la provenance des marbres noirs. Theux, par exemple, est auréolé d’une réputation que son marbre ne mérite certainement pas. Le transport depuis cette ville d’un matériau pondéreux devait présenter des difficultés que ne subissent pas les marbres noirs de Dinant et de Namur, dont les gisements sont situés le long d’un des grands fleuves européens.

47Il faut reconnaître que pour le spécialiste le plus averti, il est très difficile, voire impossible, de distinguer les différents marbres noirs, surtout s’ils sont très purs et d’un même âge géologique. Cette difficulté est évidemment accrue par le fait que l’on doive le plus souvent se contenter d’un examen visuel de l’objet présenté.

48Dinant signifie étymologiquement « vallée aimée des dieux » et l’on pourrait ajouter et « des hommes » car le site fut occupé dès les premiers âges de l’humanité. Le territoire dinantais a ensuite été occupé par les Romains, comme en témoignent les sépultures mises à jour en 1922 qui sont, à ma connaissance, le premier usage du marbre noir, bien qu’il soit probable que les Romains exploitaient déjà ce matériau, à l’instar de la pierre de Namur, pour laquelle nous possédons de nombreux témoignages d’utilisation et de commercialisation. Précisons également que jusqu’à la Révolution, Dinant était la seconde ville de la principauté de Liège, dirigée par un prince-évêque.

49Une fois encore, il est évidemment illusoire de vouloir retrouver des traces écrites anciennes concernant l’utilisation du marbre. Il faut donc se référer aux œuvres d’art qui sont arrivées jusqu’à nous.

50Courajod (1901), dans ses leçons professées au Louvre, nous livre plusieurs exemples et précise que dès les xive et xve siècles, les riches et les puissants érigeaient des Saintes-Chapelles, fondaient des monastères de religieux ou des collèges de chanoines pour prier sur leurs tombeaux. Les personnes moins riches avaient les mêmes goûts et les mêmes idées. Elles s’assuraient de leur vivant une sépulture honorable ou décente dans une église et s’adressaient pour la décorer aux fabriques de tombeaux tout confectionnés. Il y en avait pour les évêques, pour les prêtres, pour les moines, pour les chevaliers de petite importance. Il y avait des plaques gravées en pierre, en marbre et en cuivre, de toutes dimensions, pour toutes les convenances.

51Il existe heureusement des exemples dont les « bons de commande » sont arrivés jusqu’à nous. Tel sont les cas des célèbres tombeaux des ducs Philippe le Hardi et Jean-Sans-Peur dont nous pouvons retracer l’historique : le 10 avril 1385

le duc étant à Arras, le 10 avril, envoya Jean de Manreville, son valet de chambre, à Dinant pour achepter une grande pierre et plusieurs autres petites pour faire son tombeau et luy fit donner 340 l., tant pour son voyage que pour l’achapt et la voiture de ladite pierre de Dinant à Dijon.

52M. Drouot (1932) a aussi trouvé dans les archives de Côte-d’Or (1397-1403) la citation suivante :

À Claux Sluster varlet de chambre de mondit seigneur et son ouvrier destailleur d’ymages de pierre pour et en recompensacion de certains fraiz et despens qu’il lui a convenu feré extraordinairement ou voyaige de Dignant ou il a nagaires esté par l’ordonnance de mondit seigneur querir et amener a Dijon certaine quantité de grans pierres de marbre noir pour fere la sepulture dudit monseigneur, par mandement d’icellui seigneur donné le darrain jour d’aoust IIIIxx XVII et quictance cy rendue – C frans.

53Nous avons déjà cité l’achat de marbres de Dinant par le roi Christian VI du Danemark en 1591. Il n’est d’ailleurs pas douteux que les sculpteurs dinantais collaborérent intensément à l’introduction de l’art baroque où l’usage abondant de marbre – entre autre noir – donna un éclat particu­lier à l’ornementation somptueuse des demeures et sanctuaires.

54En France, par contre, la pureté et le rationalisme naissant du décor architectural, orienteront les goûts vers d’autres usages. Ce facteur, de même que le début du déclin économique de la cité mosane, auront, des répercussions néfastes sur l’importation du marbre de Dinant, notamment à Paris. Le contexte historique est lui-même fondamental : suite au mariage de Marie de Bourgogne en 1477, les provinces belges passèrent à la maison des Habsbourg et furent rattachées à la domination espagnole. La Belgique fût le théâtre de nombreuses guerres et insurrec­tions sanglantes pendant cette période qui ne s’achèvera qu’avec le congrès de Rastadt (1714).

55L’exubérance des décors baroques trouva des matériaux de choix en Belgique, les marbres rouges et noirs convenaient parfaitement pour extérioriser les deuils et les drames de la noblesse espagnole. La plupart des églises de Bruxelles se sont vues rehaussées de mémoriaux et autres monuments imposants comme les chapelles édifiées par la famille Tour-et-Taxis (1690) en l’église Notre Dame du Sablon.

56En outre, l’approvisionnement en marbres ne pouvait se faire que pendant les intervalles pacifiques. Geneviève Bresc-Bautier et Hélène Du Mesnil écrivent :

  • 23 G. Bresc-Bautier, H. Du Mesnil, 1993, op. cit., note 17.

Dinant offrait des carrières de marbres noirs, rouge et blanc. En 1669, le marbrier Jean Le Grue en livra 36 colonnes blanches et rouges pour le Louvre, et Jérôme Derbais l’année suivante fournit plus de 50 blocs aux magasins du roi. Ce marbre est utilisé à Versailles pour le pavé de la grande galerie, pour l’imposte rouge des lambris du grand cabinet du roi en 1681 et pour les lambris du salon de la reine dont le cadre en marbre rouge est fourni par Niccolas Mesnard. À ce moment, Dinant est, de par la paix de Nimègue, possession française23.

  • 24 Heer et Agimont sont, le long de la Meuse, à une quinzaine de kilomètres au sud. Givet et Charlemon (...)

57On peut évidemment épiloguer sur les variétés de marbres concernés. Sur le territoire de Dinant, on trouve essentiellement du marbre noir. On trouve également un marbre rouge, le marbre « de Leffe », mais il s’agit d’une brèche comme celle de Waulsort, dont nous parlerons plus loin. Il pourrait aussi s’agir de marbre rouge frasnien24. Tous ces gisements étaient probablement connus à l’époque. Quant au marbre blanc, il n’y en a pas de local. Il ne faut cependant pas oublier que si l’on travaillait des marbres blancs d’Italie à Rance, il n’y a pas de raison pour qu’on ne le fasse pas à Dinant, nettement plus facile d’accès grâce à la Meuse.

58De nombreux traités ou dictionnaires d’architecture voient le jour au cours du xviiie siècle. Concernant le marbre noir de Dinant, d’Aviler, dans son Dictionnaire d’architecture civile, cite quelques exemples d’utilisations à Paris :

  • 25 Ch.-A. d’Aviler, Dictionnaire d’architecture civile et hydraulique, et des arts qui en dépendent, P (...)

entre quantité d’ouvrages où il entre à Paris depuis près de 200 ans, il y en a quatre colonnes Corinthiennes au grand autel de l’Église de S. Martin des Champs, qui est du desseins de François Mansard ; six colonnes du même Ordre, au grand autel de Saint Louis des PP. Jésuites rue Saint Antoine ; quatre du même ordre au grand autel de l’Église des PP. Carmes déchaussés ; & quatre autres Composites à l’autel de Sainte Thérèse de la même Église. Mais les plus belles colonnes de ce Marbre, font les six colonnes Corinthiennes du grand autel de l’Église des PP. Minimes de la Place royale, à Paris25.

59D’Aviler précise que « le marbre noir, qui vient de Dinan, est plus parfait que celui de Namur, qui se débite la plupart en Hollande pour du Carreau, dont on fait un grand trafic ». En 1782, dans le Guide de ceux qui veulent bâtir de Nicolas Le Camus de Mézières, nous pouvons lire :

Aujourd’hui les antichambres, les paliers d’escaliers se font volontiers en carreau de pierre de liais à huit pans : on les remplit de petits carreaux de marbre ; en général c’est du noir. Il vient de Dinan, & il vaut mieux que celui de Namur. Les autres petits carreaux de couleur se tirent aussi de différens endroits de la Flandre.

  • 26 É. Groessens, « Les marbres du Nord de la France et du Boulonnais », Annales de la Société géologiq (...)

60Au cours du xixe siècle, d’autres marbres noirs, surtout celui de Golzinne dont les conditions de gisement rendaient l’extraction moins onéreuse, vont concurrencer le marbre noir de Dinant. La fabrication de carreaux, qui était progressivement devenue le principal débouché, va subir le contre-coup de la fabrication et de l’importation massive de carreaux artificiels en ciment et céramique. La déchéance de ces marbres va s’accentuer suite à l’instauration par la France, après Waterloo, de droits véritablement prohibitifs à l’entrée des produits œuvrés venant des Pays-Bas26.

61Pour résister à ce déclin, les marbriers vont progressivement se tourner vers la fabrication de produits spéciaux, tels que les pendules et autres bimbeloteries.

62Les comptes rendus d’excursions géologiques conduites dans la région de Denée, vers 1934 relatent la visite des dernières carrières en activité.

63Le marbrier Devouge de Falemprise semble encore avoir écrémé les terrils jusqu’à la fin de ses activités due à l’innondation de ses installations lors de la mise sous eaux des barrages de l’Eau d’Heure dans le début des années 1970.

64Le dallage du Grand Vestibule, damier de blanc de Carrare et d’un marbre d’un noir profond, qui datait de 1679, a été remplacé en 1986 par le noir belge ou marbre noir de Golzinne, probablement fourni par Merbes-Sprimont.

65De même, la célèbre cour de Marbre, qui formait dès 1679 l’entrée principale du château et dont le dessin original nous est inconnu, a été rehaussée vers 1990 et est actuellement constituée d’un damier en marbre blanc, en petit-granit provenant de la carrière Gauthier-Winqz de Soignies, et en noir de Tournai, livré par les carrières Lemay de Vaulx-lez-Tournai.

66Notons que ce qui fut exploité, essentiellement au cours de la seconde moitié du xixe siècle sous le nom de noir français est un calcaire noir du Dévonien de la région de Bavay, surtout du Givétien (375 millions d’années). Certains bancs présentent des fossiles de lucines (noir à amandes), de murchisonies (le fleuri ou blondeau) ou des géodes de calcite (boule-de-neige) et sont bien représentés dans des dallages du château et de la chapelle de Versailles. Ils datent probablement des aménagements de Louis-Philippe. En revanche, les pendules et bibelots, fabriqués essentiellement lors du Second Empire à Bellignies (Avesnois), le furent en marbre noir de Dinant. Le noir français, trop granuleux ne convenait pas à cet effet.

La brèche de Waulsort ou de Dourlers

67La formation géologique dénommée « grande brèche », qui se rencontre au sein du Viséen supérieur (330 millions d’années), résulte des effondrements consécutifs à la dissolution de masses importantes d’anhydrite. Du point de vue des roches ornementales, il en a résulté la formation d’un marbre-brèche formé de fragments de diverses couleurs baignant dans un ciment généralement rougeâtre. Cette brèche affleure en divers points. Il en résulte une multitude d’appellations qui rappellent les lieux d’exploitation : Waulsort, Fontaine-l’Évêque, Saint-Gérard, Leffe, Houx etc. en Belgique et Dourlers, Berlaimont, Limont-Fontaine en Avesnois. La brèche de Waulsort, ou Herculanum doit son nom à l’abbaye de Waulsort, propriétaire des carrières situées à Onhaye. Le marbre Napoléon du Boulonnais est strictement contemporain et résulte du même phénomène, mais les éléments, parfois des pseudomorphes de cristaux de gypse, sont encroûtés d’algues. L’ensemble ayant été délavé cela lui a donné sa couleur beige.

68Certaines variétés de cette brèche, dont le ciment peut varier du gris au rouge vif, en passant par le rose, ont aussi été appelés « marbre arlequin », le « prêcheur », le « marqueté ».

69Le marbre-brèche est parfois confondu avec le marbre rouge du Frasnien et ce n’est que grâce à la localisation, lorsqu’elle est donnée, que l’on peut corriger cette information. La célèbre rosace du palais de Charles de Lorraine, formée de 28 échantillons de marbres exploités dans nos régions en 1766, illustre correctement la brèche de « Dourlair » alors que l’indication « Vaulsort » est utilisée pour un beau marbre rouge frasnien, qui n’a jamais existé dans cette localité.

  • 27 G.-L. Leclerc, comte de Buffon, « Histoire naturelle des minéraux », Œuvres complètes de Buffon, t. (...)

70La formation qui surmonte la brèche est un calcaire fin noir, à double réseau de veines blanches, l’un étant plus prononcé que l’autre, formant idéalement un dessin en losanges. Ce marbre eut son heure de gloire sous le nom de « bleu belge », mais l’ancienneté de son exploitation, n’est pas attestée. En revanche, la brèche parfois appelée « brocatelle » est bien connue, au moins depuis la Renaissance et sa présence est attestée dans le pavement de la basilique Saint-Pierre à Rome ou à l’église Saint-Roch à Paris. L’origine des panneaux de cette brèche, que l’on voit, entre autres, dans le Salon d’Hercule et en d’autres endroits des appartements royaux, ne peut pas être déterminée sans passer par les archives. On peut évidemment penser en priorité à Dourlers, dont le gisement était probablement exploité à cette époque. Les plus anciennes références écrites sont L’Oryctologie des Sociétés royales des sciences de Londres et de Montpellier, qui, en 1755, décrit ce matériau comme « une brèche formée de taches cendrées, blanches, rougeâtres et autres », et Dezallier d’Argenville. Wirzing la cite la même année. Buffon signale dans les environs de Dinant une variété de marbre « d’un rouge pâle avec de grandes plaques et quelques veines blanches et une quatrième est de couleur grisâtre et blanche, mèlée d’un rouge couleur de sang27 ».

71A. Jennepin, en 1901, écrit qu’on exploitait à Dourlers un marbre nommé brèche de Hainaut à cause d’une vague ressemblance avec la brèche d’Alep. À Dourlers, il ne subsiste malheureusement aucun témoignage de cette industrie.

Le petit-granit

  • 28 Carbonifère inférieur ou Dinantien : 345 millions d’années.

72Le matériau de construction le plus exploité actuellement en Belgique est incontestablement un calcaire compact d’origine sédimentaire résultant de l’accumulation d’innombrables débris d’encrines (ou entroques) cimentés par une gangue microcristalline et commercialisé sous le nom de pierre bleue ou petit-granit (aussi dénommée pierre de Soignies et écaussinnes dans les documents douaniers). C’est un des meilleurs matériaux de construction d’Europe. Un des points forts de cette pierre bleue est la grande diversité de ses applications et, de ce fait, on la retrouve pratiquement à tous les niveaux de la construction. De plus, sa couleur varie suivant le traitement, du bleu-noir moucheté de blanc lorsqu’elle est polie au gris-bleu clair lorsqu’elle est adoucie ou façonnée. La teinte foncée provient essentiellement de la matière organique finement disséminée dans la masse. C’est un calcaire d’âge tournaisien28 qui, outre les encrines, contient aussi de grosses coquilles et des coraux solitaires en forme de petites cornes ou d’autres, plus grands et coloniaux, en forme de nids de guêpes (Michelinia) et les Syringopora, appelés « brins de souris » par les ouvriers carriers. La présence de ces différents fossiles renforce localement le caractère décoratif du matériau.

73La dénomination « petit-granit » est souvent mal perçue, car elle rappelle le granit. Une des caractéristiques des encrines est d’être formés de cristaux de calcite qui, lorsque l’on brise la roche, scintillent comme le quartz et le feldspath des granites, d’où assimilation.

74Ce terme qui nous est aujourd’hui tellement familier n’est apparu que peu avant le Premier Empire, c’est-à-dire l’époque à laquelle l’on commence à polir ce matériau et à le vendre à Paris. Le matériau, qui contrairement aux autres marbres belges, ne semble pas avoir été exploité par les Romains, est commercialisé bien au-delà de la région de production dès le Moyen Âge. On sait par exemple, grâce aux archives, que le petit-granit des Écaussinnes intervient en 1441 dans la construction du beffroi de Bruges et qu’en 1465 on en fournit pour l’hôtel de ville de Damme.

75L’exploitation de la pierre n’a débuté que tardivement à Soignies, puis longtemps après à Écaussinnes et Ligny. C’est d’ailleurs de cette dernière localité que les marbriers rançois cités plus haut vont importer le pavement du Panthéon et de bien d’autres monuments à Paris (Notre-Dame, la Madeleine, etc.).

76Les carrières de Soignies vont profiter d’abord de la création de la chaussée de Mons à Bruxelles au début du xviie siècle et surtout de l’arrivée du chemin de fer pour prendre réellement leur envol.

77Le petit-granit, qui est relativement bien représenté dans les pavements à Versailles, date donc probablement de restaurations postérieures aux règnes des rois de France. Nous avons déjà cité à ce propos le dallage de la cour de Marbre. On peut y ajouter celui, contemporain, de la Galerie basse, où alternent marbres blancs, petit-granit et noir marquina d’Espagne.

78Les paliers du grand escalier de la Reine possèdent également des éléments en petit-granit, dont la date de pose m’est inconnue.

79Actuellement, le petit-granit est exploité dans trois carrières à Soignies en Hainaut et dans une quinzaine de carrières de moindre importance au sud de Liège.

Haut de page

Notes

1 F. Tiberghien et al., « Sciences et techniques des bâtisseurs de Versailles », Les Cahiers de Science et Vie, no 74, avril 2003.

2 Fr. Gebelin, « Versailles », La France illustrée, Paris, Alpina, 1956.

3 A. de Montgon, Versailles, Paris, Nathan, 1970.

4 É. Groessens, « La diffusion du marbre de Rance en France », 117e congrès national des sociétés savantes, Clermont-Ferrand, 1992, Carrières et constructions, p. 193-211.

5 Dévonien supérieur : il y a environ 365 millions d’années.

6 F. Delhaye, « Les différences de facies des récifs à « Acervularia » de la bande de Fromellenne – Trélon et du Massif de Philippeville », Bulletin de la Société belge de géologie, Bruxelles, 1933, t. XLII, p. 86-94.

7 G. Ducarme, « Le marbre de Rance, son histoire et celle de l’industrie marbrière dans la localité », Société d’histoire régionale de Rance, t. II, 1957, p. 35-76.

8 Ch.-A. D’Aviler, Cours d’architecture, qui comprend les Ordres de Vignole, avec des commentaires, Paris, Ch.-A. Jombert, 1756.

9 R. Szmydki, « Netherlandic Stone-Masons Engaged by Sigmundus III (in the First Quarter of the 17th Century) », Kronika Zamkowa, The Castle Chronicle, Varsovie, 1999, 2.38.

10 G. Ducarme, 1957, op. cit., note 7.

11 A. Jennepin, Notice historique sur la commune de Cousolre, 1877 (réimpression de l’ouvrage en 2000 chez Le Livre d’histoire).

12 J. Mossay, « Le marbre de Rance dans la construction du château de Versailles », Mémoires de la Société archéologique de l’arrondissement d’Avesnes, Avesnes, 1969, t. XXII, p. 44-46.

13 M. Darras, La Marbrerie : caractéristiques des marbres, pierres et granits, étude des gisements et de l’exploitation des carrières, travail et façonnage, Paris, Dunod, 1912.

14 F. Dumont, « Aux marbres de Flandre » : une entreprise industrielle et commerciale sous l’Empire (1807-1817), Namur, Pierres & marbres Wallonie, 2007 [1956].

15 La Belgique ne produit pas de marbre blanc.

16 Carbonifère inférieur : 345 millions d’années.

17 É. Groessens, « L’origine et l’évolution de l’expression “petit-granit” », Bulletin de la Société belge de géologie, Bruxelles, 1993, t. CII, p. 271-276.

18 G. Bresc-Bautier, H. Du Mesnil, « Le Marbre du roi, l’approvisionnement en marbre des Bâtiments du roi, 1660-1715 », Eighteen Century Life, vol. 17, no 2, 1993, p. 36-54.

19 Idem.

20 Dévonien moyen : 345 millions d’années.

21 Molinia­cien : 342 millions d’années.

22 É. Groessens, « L’exploitation et l’emploi du marbre noir de Dinant sous l’Ancien Régime », 119e congrès national des sociétés d’histoire scientifique, Amiens, 1994, 3e coll. Carrières et constructions, p. 73-87 ; É. Groessens, « Le marbre noir, Boiseries et marbres sculptés en Namurois », Monographies du musée des arts anciens du namurois, 1997, p. 67-73.

23 G. Bresc-Bautier, H. Du Mesnil, 1993, op. cit., note 17.

24 Heer et Agimont sont, le long de la Meuse, à une quinzaine de kilomètres au sud. Givet et Charlemont ne sont qu’à 5 kilomètres.

25 Ch.-A. d’Aviler, Dictionnaire d’architecture civile et hydraulique, et des arts qui en dépendent, Paris, Ch.-A. Jombert, 1755.

26 É. Groessens, « Les marbres du Nord de la France et du Boulonnais », Annales de la Société géologique du Nord, Lille, 2003, t. X (2e série), p. 1-10.

27 G.-L. Leclerc, comte de Buffon, « Histoire naturelle des minéraux », Œuvres complètes de Buffon, t. III, 1785.

28 Carbonifère inférieur ou Dinantien : 345 millions d’années.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric Groessens, « Les marbres de Flandres et du Hainaut à Versailles », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 19 janvier 2016, consulté le 05 février 2016. URL : http://crcv.revues.org/11973 ; DOI : 10.4000/crcv.11973

Haut de page

Auteur

Éric Groessens

Université catholique de Louvain-la-Neuve - Service géologique de Belgique

Haut de page

Droits d’auteur

© Éric Groessens / 2016 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org