Navigation – Plan du site
Les carrières

Rouges du Languedoc

L’exploitation des carrières de Caunes et de Félines en Minervois
Languedoc Red: Quarrying in Caunes and Félines in Minervois
Jean-Louis H. Bonnet

Résumés

Sollicité par le seigneur et abbé de Caunes, le sculpteur génois Sormano rouvre des carrières de marbre, dans les années 1610. Six maîtres italiens s’installent à Caunes et font envoyer les marbres du Languedoc à Carrare, de même qu’ils font transporter du marbre blanc depuis l’Italie. Vers 1658, un architecte français, Jean Baux, se charge de fournir des pièces sculptées aux églises du sud-ouest, seul ou en association avec les marbriers italiens. L’importance des commandes pour les bâtiments royaux favorise le sculpteur caunois et provoque l’arrivée de nombreux travailleurs du marbre, du sculpteur à l’ouvrier. Les documents d’archives permettent de mettre en valeur la situation privilégiée des carrières de Caunes et de Félines, de préciser les moyens de transport et les techniques, d’analyser le rôle des intermédiaires dans le commerce vers l’Italie et les Bâtiments du roi.

Haut de page

Texte intégral

1Sur le versant ensoleillé de la montagne Noire, le bourg de Caunes-Minervois doit sa renommée actuelle à l’abbaye romane fondée par les bénédictins en 780 et à son vignoble entretenu de longue date. Depuis peu, les responsables politiques et économiques s’efforcent de faire connaître une autre richesse négligée : les marbres qui décorent les bâtiments royaux de l’Île-de-France et la plupart des monuments méridionaux (fig. 1).

Fig. 1 : Caunes-Minervois, carrière Dervillé-Rocamat-Cyrnos en exploitation.

Fig. 1 : Caunes-Minervois, carrière Dervillé-Rocamat-Cyrnos en exploitation.

© Jean-Louis Bonnet

2La richesse et le nombre de documents conservés aux archives de Toulouse, Carcassonne et Montpellier permettent de retracer l’histoire de l’exploitation des carrières de Caunes et de Félines en Minervois. Ainsi est-il intéressant d’avoir une vue particulière depuis les lieux mêmes d’où sont partis les marbres du Languedoc vers l’Italie, les provinces méridionales du royaume et les bâtiments royaux. À ces destinations correspondent trois grandes périodes qui marquent les deux siècles : celles des Italiens, des Français et du monopole royal.

L’installation des Italiens

3Au début du xviie siècle, à Caunes, gros bourg d’un millier d’habitants, on ignore encore la valeur du marbre, utilisé seulement comme élément de construction. Le terroir, abondamment arrosé par les ruisseaux et les torrents, offre une variété de cultures : des céréales dans les plaines, des vignes de blanquette et de muscat sur les sols pierreux. De nombreux troupeaux de chèvres et d’ovins parcourent les terrains pauvres. Le textile occupe une grande partie des habitants dans les emplois manuels, le reste comme artisans.

  • 1 J.-L. H. Bonnet, « Des carrières aux marbriers de Caunes-Minervois (xviie s.) », Bulletin de la Soc (...)

4Nommé en 1598 par le roi, Jean d’Alibert devient abbé commendataire et seigneur de Caunes, entouré d’une dizaine de moines. En voyage à Rome, vers 1615, il rencontre un sculpteur italien qu’il emmène à Caunes. Avec six autres maîtres de son pays, Estienne Sormano, né vers 1590 à Savonne, prospecte « les mines de marbre jaspe ». Il souligne la durée et le coût excessif des recherches et le besoin important de main-d’œuvre locale. Il découvre des sites intéressants dans les terroirs de la Malacasse et des Moulins1.

5Comme Louis XIII se préoccupe de faire rechercher le marbre, le surintendant et réformateur des mines de France transmet une commission au duc de Montmorency, alors gouverneur de Languedoc, en 1622 : un maître maçon de Saint-Pierre-des-Conils, près d’Albi, prépare une association avec trois Narbonnais (un marchand, un entrepreneur et un bourgeois) pour découvrir « les pierrines de marbre jaspe ».

  • 2 Carcassonne, archives départementales de l’Aude (ci-dessous ADA), 3 E 14194, fo 11.

6À Caunes, Estienne Sormano fait extraire des blocs de la meilleure qualité, qu’il destine à l’Italie. Les documents soulignent l’importance du chantier : en 1628, jusqu’au port de Narbonne, il commande le transport de vingt charrettes de marbre jaspé comprenant des colonnes de 3 m de longueur2. Il conclut un bail de société avec Antoine Lignani, maître tailleur de marbre natif de Lucques en Toscane, « pour achepter, fere transporter et travailler du marbre de ce pays » pendant quinze ans. Les deux maîtres taillent, exploitent et négocient le marbre. Tandis que Sormano vient à Caunes de juin à octobre, Lignani s’y installe. La présence d’un marchand de Gênes comme témoin montre déjà l’organisation commerciale des Italiens.

7Le nouveau seigneur et abbé de Caunes confirme la confiance accordée par son prédécesseur. En octobre 1633, l’exploitation intensive des carrières par les Italiens nécessite un nouvel acte : l’abbé veut développer cette activité aussi profitable à l’abbaye qu’aux habitants et cherche des personnes capables de diriger le travail. Les frais excessifs et le manque de qualification dissuadent les caunois, qui se satisfont d’un travail agricole moins rentable, mais plus durable sur l’année.

8Le contrat définit les conditions d’un bail « en inféodation noble et perpétuelle » à Estienne Sormano dans les carrières où affleurent les marbres de couleur incarnat et vert. Les échanges lucratifs entre la France et l’Italie permettent au contractant de régler comptant les 240 livres de droits et une albergue annuelle de 15 livres. Le monopole du commerce apparaît avec l’interdiction de sortir des blocs du royaume sans l’accord de Sormano.

9Comme le maître sculpteur n’apparaît à Caunes que jusqu’en 1635, il faut assurer la continuité du contrat : une équipe de marbriers reste en place autour d’Antoine Lignani, maître tailleur de marbre. Estienne Sormano a laissé son fils sur le chantier : Jean-Pol Sorman, marbrier de Savonne, mort à Narbonne, est enseveli dans l’église Saint-Sébastien. Le dictionnaire Benezit signale Stefano Sormani comme sculpteur travaillant de 1640 à 1647 pour le maître-autel de l’Annonciation de Naples.

  • 3 Ibid., 3 E 14214, fos 34 et 4.
  • 4 Ibid., 3 E 14216, fo 199.

10De même, Lignani, résidant à Caunes, associe son fils Vincent aux signataires du bail des carrières par l’abbé vers 1645. Il fournit en marbre de Caunes et de Carrare le chapitre Saint-Étienne de Toulouse. Lignani emploie des traceurs de pierre locaux. Lui-même assure la finition des pièces commandées par ses compatriotes : André Rossi, jeune maître sculpteur de Gênes, lui signe une police privée à Narbonne pour six colonnes de marbre et une pièce carrée3. Ensuite, Rossi s’entend avec Jacques Garino, son compatriote, pour travailler dans les carrières. Ils commandent des garnitures de fer et des outils au maréchal local et règlent les droits de tirage à l’abbaye pour trois charrettes de marbre destinées au port de Narbonne4.

  • 5 Ibid., 3 E 8648, fo 242.

11Constatant l’importance des charrois de pièces définies, les Narbonnais s’intéressent au marbre de Caunes : les marguilliers de l’église Notre-Dame de La Major commandent la réalisation de fonts baptismaux « en marbre jaspe blanc et rouge » à un maître tailleur de la ville5. Vincent Lignani et André Rossi s’associent en 1659 pour travailler « dans le présent royaume » et s’engagent à rémunérer les ouvriers et les compagnons locaux.

  • 6 P. Julien, « Un disciple du Bernin : Gervais Drouet, sculpteur toulousain », Bulletin de la Société (...)
  • 7 ADA, 3 E 14219, fo 194 ; Toulouse, archives départementales de la Haute-Garonne, 3 E 5234, fo 128.

12À cette époque arrive le premier maître qualifié français qui, marié à Caunes, construit le portail de la chapelle Notre-Dame du Cros en pierre de taille grise. Jean Baux va s’engager en 1662 avec un artiste toulousain, Gervais Drouet, marbrier statuaire à Rome, disciple du Bernin. Lors des travaux exécutés à Saint-Pierre de Rome, il a certainement découvert et apprécié les marbres de Caunes6. Lors de sa venue à Caunes, en juillet 1662, Drouet choisit des marbres qu’il commande à Jean Baux pour participer à l’embellissement du jubé dans la cathédrale d’Auch : des pointes de diamant en incarnat, un grand cœur et des entablements en cervelas, des pilastres et autres pièces. Vincent Lignani et André Rossi fournissent six colonnes de 3,10 m de hauteur7.

  • 8 Ibid., 3 E 14220, fos 77 et 19.

13Ces divers documents définissent le rôle dévolu à chacun des intervenants : Gervais Drouet, architecte, fournit les plans et surveille le chantier ; Raymond Niel, traceur de Caunes, tire les blocs, tandis que les trois marbriers, Lignani, Rossi et Baux, règlent les droits d’extraction à l’économe de l’abbaye. Les italiens se chargent du levage des colonnes et du transport jusqu’à Auch, où ils les poliront, lustreront et installeront. Jean Baux, « architecte tailleur de marbre », réalise les ouvrages de sculpture pour obtenir les pièces d’ornementation et les motifs. Peu après, il exécute douze pièces de marbre dans son atelier de sculpture à Caunes et les confie au syndic des Chartreux d’Escoussens8.

Les marbriers français

  • 9 Montpellier, archives départementales de l’Hérault (ci-dessous ADH), G 2488.
  • 10 ADA, 3 E 12303, fo 46.

14L’association de Lignani avec Baux marque la fin de la domination des italiens sur l’extraction marbrière. Devant l’importance des commandes à destination du royaume que prend Jean Baux, les marbriers italiens se font plus rares à Caunes, en dehors des résidents. Ils n’assurent plus la continuité du bail d’inféodation signé en 1633 et préfèrent régler les droits correspondant aux marbres tirés. Ils développent leur zone de chantier vers Béziers et Montpellier et commercent avec leur pays d’origine9. Les neveux de Lignani assurent la réception des marbres dans le port de Gênes. Un marchand de Marseille et une compagnie de deux marchands français, David et Bernard, résidant à Gênes, s’occupent des affaires financières10.

  • 11 Ibid., 3 E 6130, fo 291 ; 3 E 14220, fo 180.

15Déjà réputé pour la qualité de son travail, Baux signe une convention exclusive avec l’économe de l’abbaye pour le droit de tirage des carrières en 1664. Les bénédictins de Montolieu commandent des colonnes incarnat, des piédestaux et des stèles. Un an auparavant, le supérieur du même monastère avait confié à l’atelier de Louis Parant et Jean-Jacques Melair un retable en bois avec des colonnes torses. Pour la première fois dans la région se joignent les deux matériaux, bois et marbre, mêlés à des éléments architecturaux11.

  • 12 Ibid., 3 E 14220, fo 264 ; 3 E 14221, fo 170 ; 3 E 14234, fo 42.
  • 13 Ibid., 3 E 14234, fo 33.

16En 1666, François Mercier, maître tailleur de pierre toulousain, demande à Jean Baux la fourniture de colonnes pour l’église des Jésuites et pour le retable de la cathédrale Saint-Étienne12. La région commence à apprécier les marbres de Caunes. Par l’intermédiaire des bénédictins de Saint-Chinian, un maître maçon de Narbonne fait réaliser un ensemble architectural pour le couvent des Célestins de Verdelais, dans le diocèse de Bordeaux. Des traceurs locaux extraient les blocs pour les colonnes et les ornements, des tailleurs de pierre originaires de La Rochelle, Marennes et Paris taillent, polissent et lustrent le tout jusqu’à entière perfection13.

  • 14 Ibid., 3 E 14236, fos 7 et 77 ; 3 E 1083, fo 105 ; 3 E 14237, fo 76.
  • 15 Comptes des Bâtiments du roi sous le règne de Louis XIV, éd. J Guiffrey, Paris, Imprimerie national (...)

17Les traceurs locaux répondent aux sollicitations croissantes des marbriers : Jean Tautil, natif de Saint-Pons, fournit un retable à quatre colonnes pour l’église des Jésuites de Carcassonne. Pierre Charton, maître sculpteur résidant à Alet, commande des marbres pour les églises de Cesseras, Espéraza et Alet14. Le marbrier Nicolas Mesnard, envoyé par Colbert à Gênes, à Carrare, en Provence et en Languedoc, choisit les meilleures qualités à extraire. La grotte de Versailles s’orne de quatre demi-coquilles que Nicolas Pinasel « fait faire à Caunes ». L’économe du monastère, établi par le roi pour la régie des revenus temporels, s’appelle alors Denis Pinasel15. Le maître marbrier a choisi lui-même les blocs qu’il a fait transporter avant d’assurer la finition sur place.

18Selon la convention passée avec l’économe de l’abbaye en janvier 1664, Jean Baux, architecte, marbrier et bourgeois de Caunes, retire tous les marbres pour ses chantiers particuliers. Comme lui, les italiens extraient des blocs dans les carrières de la Malacasse et des Moulins. Le premier site offre une qualité inégalée d’incarnat, variété recherchée pour son fond rouge que fouettent de grandes taches blanches et grises. Cette couleur convient agréablement en complément du blanc de Carrare. Le deuxième site, le long de la rivière de l’Argent-Double, procure un marbre caractérisé par un rouge pâle tacheté de gris. Des intermédiaires parisiens comme Beuf et Formont se chargent, dès 1665, d’avancer l’argent correspondant à l’achat des marbres d’Italie, de Provence et de Languedoc. Pour cette dernière province, l’appellation couvre en très grande partie les extractions faites dans les carrières de Caunes et Félines en Minervois (fig. 2).

Fig. 2 : Caunes-Minervois, carrière du Roi.

Fig. 2 : Caunes-Minervois, carrière du Roi.

© Jean-Louis Bonnet

19Jean Baux, qui a déjà fourni en son propre des pièces après le règlement des droits, va obtenir une sorte de privilège royal. En 1671, le roi, « ayant résolu d’employer desdits marbres pour l’embellissement du Louvre et autres maisons royales », envoie une commission à Jean Baux par l’entremise de Pierre Formont, banquier et négociant à Paris. Ce dernier se trouve déjà en liaison avec les italiens qui lui facilitent les achats à Carrare. Le rapprochement des provenances mentionnées dans les comptes du roi marque l’intervention des italiens installés en France qui peuvent aider Formont à Carrare.

20En voyant la correspondance des dates, on peut assurer que Jean Baux fournit les nombreuses colonnes et pilastres nécessaires aux bâtiments royaux, en particulier pour édifier le péristyle du Grand Trianon en incarnat du côté des jardins. Un différend financier oppose le marbrier à l’économe de l’abbaye dans une requête au Grand Conseil du roi en 1678 : Jean Baux a souvent confondu ses besoins personnels et les commandes royales. Dans le premier cas, il doit verser l’indemnité appelée « droit de fortage » alors que le roi en est exempté. L’abbé seigneur de Caunes possède l’entière propriété du terroir, y compris le sous-sol des carrières. Par l’intermédiaire de son économe, aussi nommé par le roi, il fait prélever des droits sur chaque bloc brut extrait. Quelques rares marbriers ont loué des terrains où affleure le marbre et payent seulement la taxe foncière précisée au compoix. On comprend mieux pourquoi les habitants ne se lancent pas dans l’exploitation marbrière, si ce n’est dans les travaux les plus durs et rudimentaires qui font appel aux brassiers.

  • 16 ADA, 3 E 14764, fos 43 et 44.

21L’abondance des commandes royales et les exigences plus importantes sur le choix des couleurs incitent à la recherche de nouveaux sites : sur le terroir noble de Villerambert, un traceur de pierre italien, Jean Pianede, crée une société avec le seigneur François de Vernon et Jean Baux, « marbrier ordinaire du roi ». Cette nouvelle carrière sert les intérêts d’un marchand de Carrare et du marbrier français : on y découvre des couleurs originales comme le cervelas, à fond rouge taché de spirales noires et blanches, et surtout le rouge antique, plus foncé16.

  • 17 Ibid., 3 E 1088, fo 362 ; 3 E 14238, fo 141 ; AD Hérault, 7 H 7.

22La réputation des marbres dépasse les limites de la région et permet à l’art d’évoluer. Le retable baroque, réalisé uniquement en bois sculpté, s’accommode de ce nouveau matériau. Jean-Jacques Melair, spécialiste de cette production dans l’Aude et le Roussillon, utilise l’incarnat pour décorer le retable monumental qu’il construit dans la cathédrale de Perpignan. Philibert Chaillou, sculpteur de Toulouse, dresse un retable en marbre. François Laucel délaisse la pierre au profit du marbre pour l’abbaye de Saint-Thibéry17.

  • 18 Ibid., 3 E 14238, fos 60, 259 et 271 ; 3 E 14225, fo 32 ; 3 E 14239, fo 107.

23Des sculpteurs viennent à Caunes pour choisir les pièces, comme Jacques Masset de Lugano, qui travaille alors à Montpellier. Des compagnons et des maîtres traversent le royaume pour s’installer à Caunes : Jean Laurans « L’Espérance », originaire de Loudun ou Michel Fore « La Palme », de Lyon. Pour résister à la concurrence et à l’abondance des commandes provenant du sud-ouest, les marbriers s’associent et mettent en chantier des cheminées et des colonnes pour l’évêché de Montauban et pour les Carmes de Toulouse. Michel Fore fournit au sculpteur Philibert Chaillou une dizaine de colonnes pour la cathédrale Saint-Étienne de Toulouse puis érige un retable à deux corps en incarnat et turquin dans la chapelle Notre-Dame du Cros, au pied des carrières18.

  • 19 Paris, Archives nationales (ci-dessous AN), O1 14, archives des magasins du roi.

24Durant les dix dernières années de sa vie, Jean Baux continue la livraison du matériau selon la qualité souhaitée. Le marchand-banquier Formont, déjà intéressé aux carrières des Pyrénées, reçoit un passeport en juin 1670. Avec le marbrier Hubert Misson, il s’occupe de l’extraction et du transport à partir du Languedoc, « chargé de tirer du marbre de toute couleur pour le Louvre et autres maisons royalles19 ». Le marbre ainsi appelé « de Languedoc » correspond aux carrières de Caunes, de Villerambert et de Félines. L’absence de documents d’archives dans cette commune la tient à l’écart des études possibles.

  • 20 ADA, 3 E 14224, fo 77.
  • 21 Ibid., 3 E 14239, fo 173 ; 3 E 14238, fo 130.

25Colbert, surintendant des Bâtiments du roi de 1664 à 1683, crée l’administration royale du marbre et favorise ainsi l’achat des marbres français. Les négociants doivent être contrôlés, ainsi que les transporteurs et les marbriers. Après avoir séjourné à Toulouse, Étienne Ducrot, « commissaire du roi pour la directe des marbres », réside à Caunes, près du marbrier du roi Baux20. L’année 1684 voit la disparition de ce précurseur français alors que l’ouverture du Canal du Midi entraîne une évolution notable dans l’exploitation marbrière. Avant la mise en eau de cette voie, les déplacements se font par route jusqu’aux ports de Toulouse, d’Agde et de Narbonne. Deux maréchaux-ferrants d’origine franc-comtoise ne peuvent suffire au travail que leur commande Antoine Chaussé, un des entrepreneurs généraux : ils doivent fournir toutes les pièces de fer nécessaires à équiper les charrettes et les chariots et se chargent de ferrer les chevaux et les mules (fig. 3). Les charretiers craignent d’entreprendre de tels voyages malgré la force des bœufs qui tirent plus d’une demi-tonne par charrette21.

Fig. 3 : Caunes-Minervois, chemin des carrières, xviie siècle.

Fig. 3 : Caunes-Minervois, chemin des carrières, xviie siècle.

© Jean-Louis Bonnet

  • 22 Ibid., 3 E 1115, fo 566.

26Le canal du Midi améliore les déplacements, et dès 1684, les états de Languedoc se préoccupent du passage des voitures. Suivant les ordres du roi, le cardinal de Bonzy, alors président, fait voter un crédit par l’assemblée « pour un chemin que le roy a dessein de faire faire depuis les carrières de Caunes jusques au canal ». Le bail des travaux profite à Marc-François Petit, qui se déclare « entrepreneur général du tirage des marbres pour les batimens du roi », sous la réserve d’assurer l’entretien22. Le nouveau chemin, en pente plus régulière, aboutit au port d’embarquement de Puichéric. À l’écluse de l’Aiguille, un quai bas est construit pour faciliter l’accès au niveau des péniches.

  • 23 Ibid., 3 E 14239, fos 171 et 67 ; B 407.

27À partir de 1684, les marchands Beuf et Formont laissent la place à une compagnie de quatre associés : Claude Leseur, sieur de Chantemerle, demeurant à Nangis ; Jean Escorole, sieur du Bois et bourgeois de Paris ; Marc-François Petit et Antoine Chaussé, bourgeois de Gray. Ils restent les seuls à percevoir du garde du Trésor royal des acomptes et des versements pour les marbres. Les deux derniers viennent en Languedoc pour signer des actes notariés comme « interesses au party de la fourniture des marbres pour les bastimens du roy ». En octobre 1686, le responsable des transports, Marc-François Petit, confie l’entreprise à Jacques Jacob et à Jean-François Leseur pour les Pyrénées depuis Montréjeau, pour le Languedoc depuis Caunes jusqu’à Rouen. Des intermédiaires, Blanc, Romieux et Camus, assurent le déplacement des blocs sur le canal, sur la Garonne et à Bordeaux. D’autres associés figurent dans les contrats, comme Jean-Baptiste Maire, natif de Salins, et Louis Rochefort du comté de Foix. À Caunes se tient en permanence Claude Bouquet, « soubs entrepreneur en marbre pour Sa Majesté23 ».

28Le fils de Jean Baux dirige le transport des marbres depuis les carrières jusqu’au port de Puichéric. La difficulté du trajet lui procure une somme de 14 sols par pied. Le chaland sur le Canal revient à 7 sols et demi, la descente de la Garonne à 13 sols et le trajet maritime à 30 sols en raison des exigences des équipages non qualifiés pour de tels chargements.

  • 24 Ibid., 3 E 14239, fo 122.

29Profitant de la facilité du transport, la vogue du marbre atteint la région et le royaume entier. Les associations se multiplient entre des maçons locaux, des sculpteurs italiens et des marbriers français. Collaborant avec les entrepreneurs généraux chargés du tirage, Michel Martin, « ingénieur des marbres du roi », réside à Caunes de 1684 à 1689. Il commande directement aux ouvriers les pièces brutes, les blocs et les tranches, ce qui provoque un regroupement de traceurs en société. Ces spécialistes viennent de l’Albigeois, une région qui connaît le travail de la pierre, tout comme les ouvriers arrivés de Savoie. On ouvre de nouveaux sites qui nécessitent un matériel adapté : un contrat est signé entre des ouvriers et des marbriers de Franche-Comté, « associés a la machine du chargement des marbres24 ». Dès 1689, les marbriers s’intéressent aux moulins pour le sciage des pièces.

30Les baux de besogne précisent davantage la qualité requise et la couleur : la carrière de la Malacasse offre à profusion l’incarnat, rouge et blanc, et la griotte, grenat presque uni ; le turquin, orangé veiné de gris, se trouve à la carrière du Moulin. Les délais de livraison et d’installation s’étendent de quinze jours à neuf mois. Les versements d’acomptes et le solde suivent cette lenteur. Il faut résister à la lourdeur des droits de tirage, au contrôle tatillon des moines. Même si les marbriers ne s’enrichissent guère, leur condition est appréciée par les Caunois qui les respectent et les Caunoises qui les épousent.

Le monopole royal

  • 25 J.-L. H. Bonnet, « De la politique royale du marbre aux carrières de Caunes et Félines en Minervois (...)

31L’année 1700 marque la publication d’un arrêt par lequel le conseil d’État assure au roi le monopole du commerce du marbre. Tant à Paris qu’en province, sous la responsabilité du duc d’Antin, directeur des bâtiments du roi, l’administration décide de l’ouverture des carrières, des autorisations de transport, de la valeur des pièces25.

  • 26 AN, O1 2067. Remerciements à Marie Michaud-Luppi pour son aide précieuse.

32Marbrier d’origine comme ses ancêtres, Claude Tarlé répond à une commission royale pour visiter les marbrières des Pyrénées, de Languedoc et de Provence. Son voyage va relancer l’exploitation des marbres de Caunes. Accompagné de Pierre Lassus, contrôleur des marbres, et de Cordier, compagnon marbrier, il arrive en septembre 1712 dans le Minervois et note : « toutes ces carrières ouvertes et qu’on y travaille pour l’Italie et pour les gens du canton26 ».

33Au-dessus de la carrière du Moulin, Tarlé fait dégager les abords d’un rocher et découvre un marbre inconnu qui s’éloigne de l’incarnat commun entassé sur les quais du Canal à Toulouse. Il recommande aux entrepreneurs « le marbre vert blanc et rouge fort vif qui a du raport au vert d’Égypte ».

34Le rapport Tarlé propose une organisation améliorée pour le tirage des marbres en interdisant aux particuliers de faire travailler dans les carrières de griotte à la Malacasse et de vert au roc de Buffens. Pour limiter les coûts du tirage, il faut donner la préférence aux ouvriers payés à la journée et éviter les marbriers désignés par le duc d’Antin (fig. 4). De même, l’intervention des entrepreneurs et des banquiers revient fort cher.

Fig. 4 : Caunes-Minervois, front de taille du xviie siècle.

Fig. 4 : Caunes-Minervois, front de taille du xviie siècle.

© Jean-Louis Bonnet

  • 27 G. Bresc-Bautier et H. Du Mesnil, « Le Marbre du roi : l’approvisionnement en marbre des Bâtiments (...)

35Comme au siècle précédent, les entrepreneurs réunis en compagnie, Chantemerle et Chausset, suivent la livraison des marbres vers les magasins de Paris. Le dernier paiement date de novembre 1703, avant la liquidation de la société. Le service central des marbres fait appel à des particuliers et aux contrôleurs qui achètent les plus beaux blocs pour le roi27. Les marbriers extraient des pièces après avoir payé le droit de fortage à l’abbaye.

  • 28 AN, O1 2067 (4).

36Dans le protocole signé par le duc d’Antin, Tarlé propose deux marbriers pour tirer les marbres pour le roi : Guillaume Gillard, originaire de Franche-Comté, et Jacques Fevre, du diocèse de Genève, qui travaillent à Caunes depuis 1686 et connaissent les techniques et le transport. Ils extraient les blocs, les font voiturer par le Canal jusqu’au port des Roques à Toulouse : ils ont convenu des dimensions, depuis quatre pieds jusqu’à dix (de 1,20 à 3 m)28.

  • 29 ADH, C 3681, C 5670.

37Dans les années 1730, Jean Galinier devient entrepreneur des marbres du roi. Le traité annuel passé avec Claude Tarlé, contrôleur général, détermine l’importance des commandes, tant en griotte qu’en incarnat. En 1739, la livraison concerne 600 à 700 pieds cubes. Des éléments complémentaires existent dans le contrat de fourniture des marbres signé en 1748 à Toulouse par Claude Tarlé et approuvé par Le Normant : Jean Galinier, marbrier de Caunes, et ses trois fils Jean, Paul et Bernard, s’engagent envers le conseiller du roi, « directeur et ordonnateur général des bâtiments, jardins, arts et manufactures de Sa Majesté » à livrer les marbres de Languedoc nécessaires, bien équarris, marqués et numérotés, sous forme de blocs et de colonnes29. Les entrepreneurs voitureront les marbres par le canal jusqu’au port de Toulouse, moyennant le prix de 4 livres le pied cube, pendant six années. Le marbre des Pyrénées vaut alors 15 livres.

38Pourtant, dix ans après, le même Jean Galinier se plaint encore des mauvaises conditions d’exploitation dues aux exigences des seigneurs. En effet, l’entrepreneur doit traiter avec le marquis de Hautpoul pour les carrières de Félines, dans le diocèse de Saint-Pons, et avec les religieux de Caunes qui souhaitent faire travailler les marbriers locaux sur les mêmes sites. Il se heurte aussi au pouvoir des consuls qui recommandent la liberté du travail. Le dossier parvient à Versailles d’où le directeur général des bâtiments du roi Le Normant écrit à l’intendant de Languedoc : sur l’ordre de la Cour, il conviendrait « que personne autre ne puisse tirer des marbres des carrières dont le choix a été fait pour le service de Sa Majesté ». De même, il faudrait lui accorder la préférence de prendre tous les traceurs et ouvriers dont il a besoin.

39Dans un court délai, le seigneur de Hautpoul, propriétaire des carrières de griotte, indique les sites réservés au service du roi. En avril 1749, après communication au directeur général Le Normant, une ordonnance de l’intendant de Languedoc assure une protection particulière à Jean Galinier, seul entrepreneur des fournitures pour le roi en Languedoc. Jean-Joseph Grimes et Henry Bernac, maîtres marbriers, le remplacent en 1751. Une importante somme leur est encore due en 1783, avec un retard de plus de trente ans.

  • 30 ADA, H 1, fo 122vo ; 3 E 14269, fo 149.

40Conscient des besoins indispensables de marbres, le seigneur abbé de Caunes décide d’augmenter les droits de fortage en 1736, ce qui provoque la révolte et l’inquiétude des ouvriers. Après discussion, il est décidé 18 deniers par pied cube taillé dans leurs boutiques, en plus du droit de carrière fixé à 20 livres par an. Les religieux se réservent les droits dus pour les blocs bruts qui sortent directement de Caunes et ne sont pas travaillés par les ouvriers locaux30. Régulièrement, les registres notariés mentionnent le bail passé au corps des marbriers et les noms des responsables chargés de contrôler le contenu des charrettes.

  • 31 ADH, C 1967.
  • 32 J.-L. H. Bonnet et Pascal Julien, « Un temporel de marbre : marbriers, administration royale et rel (...)

41Les marbres « que le roi fait tirer en Languedoc » supportent le paiement du droit de fortage au profit de l’abbaye au-dessus du prix fixé par l’arrêt du Conseil de 1700. Les prétentions des religieux et leurs menaces obligent une intervention de l’Intendant de Languedoc. Ils devraient se souvenir « qu’ils tiennent tous leurs biens des bienfaits et de la libéralité de nos Rois ». Le contrôleur général Orry ne se prive pas de marquer sa mauvaise humeur : il fait savoir « que le Roy est fort mécontent de leurs procédés à ce sujet31 ». Dorénavant, l’entrepreneur du roi payera 1 sol et demi par pied cube et les marbriers locaux, 8 puis 12 sols32.

42Dans ces conditions, la situation des marbriers n’est guère enviable. De plus, le nombre croissant des nouveaux arrivés rend jaloux les Caunois qui les traitent de « coquins et bannis de leur pays ». Les habitants ne semblent pas disposés à gérer une entreprise. Ils préfèrent travailler à la journée pour le compte des fournisseurs du roi.

43Parmi les bénéficiaires des commandes royales figurent plusieurs marbriers nés à la fin du xviie siècle : Jean Galinier, né à Caunes en 1690 d’un ouvrier en marbre de Viviers arrivé et marié dans le lieu, est choisi pour devenir le fournisseur des marbres pour le roi. Sa nombreuse descendance poursuivra le métier. Jean-Joseph Grimes naît à Caunes en 1698 d’un compagnon tailleur de pierres du Vivarais. Travaillant surtout pour la région occidentale du Languedoc, il achète une charge de conseiller du roi et second consul. Leur richesse relative dans le milieu artisanal place les marbriers parmi les plus imposés du lieu. Sur quatre générations, les familles Galinier, Grimes et Molinier dominent la vie économique de Caunes : l’importance du nombre de garçons entraîne leur installation à Montpellier et Marseille.

44Le xviiie siècle confirme ainsi que l’exploitation des carrières repose sur des étrangers ou leurs descendants. Des marbriers arrivent en équipe, comme Martin Demanes et Jean-Joseph Joineaux, du diocèse de Liège. Quelques rares sculpteurs italiens ont fait souche et d’autres sont arrivés récemment : Ferdinand Buzzi et Jean-Baptiste Ferreti de Côme ou Jean-Félix de Carrare. Certains viennent choisir les blocs de marbre, comme Isidore Barata, architecte et marchand de Montpellier, Joseph et Étienne Nelli de Carrare. Ces sculpteurs servent d’intermédiaires pour vendre des blocs bruts aux marbriers caunois : avec du blanc statuaire ou veiné, ils réalisent de nombreux autels-tombeaux et fournissent les anges adorateurs et les chérubins.

45L’activité économique masque les difficultés qui apparaissent dans les années 1760 : la pression exercée par l’administration royale, les procédures engagées par les commanditaires, l’augmentation des droits d’extraction par les religieux. Les marbriers résistent en montrant leur solidarité. L’esprit de corps leur permet de prendre en adjudication les carrières comme biens nationaux le 5 juin 1807. Grâce à un des leurs, Antoine Grimes (certainement un prête-nom) crée une société huit jours après.

46Au cours de deux siècles d’intense exploitation, la région de Caunes et de Félines a constitué un centre international important sur le plan économique. Les carrières ont permis la réalisation de remarquables œuvres d’art en France et en Italie. Les marbriers, puis l’administration royale, ont facilité l’importation des marbres de Carrare. Les échanges réguliers entre les deux pays ont entraîné l’installation de marchands et de sculpteurs sur l’axe Caunes-Carrare, à Narbonne, à Béziers, à Montpellier, à Marseille. Les études entreprises à Versailles, dans le Midi et à Gênes, pourraient permettre une meilleure connaissance des relations économiques et des déplacements des sculpteurs et artistes dans le royaume.

Haut de page

Notes

1 J.-L. H. Bonnet, « Des carrières aux marbriers de Caunes-Minervois (xviie s.) », Bulletin de la Société d’études scientifiques de l’Aude, Carcassonne, 1998, t. XCVIII.

2 Carcassonne, archives départementales de l’Aude (ci-dessous ADA), 3 E 14194, fo 11.

3 Ibid., 3 E 14214, fos 34 et 4.

4 Ibid., 3 E 14216, fo 199.

5 Ibid., 3 E 8648, fo 242.

6 P. Julien, « Un disciple du Bernin : Gervais Drouet, sculpteur toulousain », Bulletin de la Société de l’histoire de l’art français, Paris, 1994, p. 67-98.

7 ADA, 3 E 14219, fo 194 ; Toulouse, archives départementales de la Haute-Garonne, 3 E 5234, fo 128.

8 Ibid., 3 E 14220, fos 77 et 19.

9 Montpellier, archives départementales de l’Hérault (ci-dessous ADH), G 2488.

10 ADA, 3 E 12303, fo 46.

11 Ibid., 3 E 6130, fo 291 ; 3 E 14220, fo 180.

12 Ibid., 3 E 14220, fo 264 ; 3 E 14221, fo 170 ; 3 E 14234, fo 42.

13 Ibid., 3 E 14234, fo 33.

14 Ibid., 3 E 14236, fos 7 et 77 ; 3 E 1083, fo 105 ; 3 E 14237, fo 76.

15 Comptes des Bâtiments du roi sous le règne de Louis XIV, éd. J Guiffrey, Paris, Imprimerie nationale, 1881, t. I.

16 ADA, 3 E 14764, fos 43 et 44.

17 Ibid., 3 E 1088, fo 362 ; 3 E 14238, fo 141 ; AD Hérault, 7 H 7.

18 Ibid., 3 E 14238, fos 60, 259 et 271 ; 3 E 14225, fo 32 ; 3 E 14239, fo 107.

19 Paris, Archives nationales (ci-dessous AN), O1 14, archives des magasins du roi.

20 ADA, 3 E 14224, fo 77.

21 Ibid., 3 E 14239, fo 173 ; 3 E 14238, fo 130.

22 Ibid., 3 E 1115, fo 566.

23 Ibid., 3 E 14239, fos 171 et 67 ; B 407.

24 Ibid., 3 E 14239, fo 122.

25 J.-L. H. Bonnet, « De la politique royale du marbre aux carrières de Caunes et Félines en Minervois (xviiie s) », Bull. Société d’Études scientifiques de l’Aude, Carcassonne, 2000, t. CC.

26 AN, O1 2067. Remerciements à Marie Michaud-Luppi pour son aide précieuse.

27 G. Bresc-Bautier et H. Du Mesnil, « Le Marbre du roi : l’approvisionnement en marbre des Bâtiments du roi, 1660-1715 », Eighteenth-Century Life, 1993, t XVII.

28 AN, O1 2067 (4).

29 ADH, C 3681, C 5670.

30 ADA, H 1, fo 122vo ; 3 E 14269, fo 149.

31 ADH, C 1967.

32 J.-L. H. Bonnet et Pascal Julien, « Un temporel de marbre : marbriers, administration royale et religieux de l’abbaye de Caunes », Actes du Colloque de Caunes-Minervois, 2003, Centre d’archéologie médiévale du Languedoc, 2010, p. 143-151.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Caunes-Minervois, carrière Dervillé-Rocamat-Cyrnos en exploitation.
Crédits © Jean-Louis Bonnet
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11976/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Fig. 2 : Caunes-Minervois, carrière du Roi.
Crédits © Jean-Louis Bonnet
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11976/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre Fig. 3 : Caunes-Minervois, chemin des carrières, xviie siècle.
Crédits © Jean-Louis Bonnet
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11976/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Fig. 4 : Caunes-Minervois, front de taille du xviie siècle.
Crédits © Jean-Louis Bonnet
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11976/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Louis H. Bonnet, « Rouges du Languedoc », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 19 janvier 2016, consulté le 30 juillet 2016. URL : http://crcv.revues.org/11976 ; DOI : 10.4000/crcv.11976

Haut de page

Auteur

Jean-Louis H. Bonnet

Professeur de lettres retraité et conservateur délégué des Antiquités et des Objets d’art de l’Aude, à la suite de recherches approfondies dans les archives du Languedoc, Jean-Louis Bonnet a profité de documents originaux et inédits mis au jour à la suite de recherches approfondies dans les archives du Languedoc pour développer l’histoire régionale dans sa grande variété (xvie-xviiie siècle). Ses nombreuses études publiées concernent la vie quotidienne et l’architecture, les artistes du Languedoc et leurs œuvres ainsi que des compositeurs de musique baroque.

Haut de page

Droits d’auteur

© Jean-Louis H. Bonnet / 2016 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org