Navigation – Plan du site
Les carrières

Du vent pour scier le marbre

Le moulin de Biot à Félines-Minervois (Hérault)
Wind for cutting marble: The Biot mill in Félines-Minervois, Hérault
Sandrine Claude

Résumés

Au cœur des Causses, à quelques kilomètres à l’est de Félines en Minervois, un moulin à scier le marbre s’insère dans une zone d’extraction du marbre griotte : on y en repère plusieurs carrières et sondages d’exploitation, des habitations de carriers et un chemin de charroi pour les blocs dégrossis. Le moulin, qui se dresse sur un socle artificiel aménagé en bordure d’une éminence naturelle, est entièrement réalisé à partir des déchets de taille de la carrière contiguë. Surprenante est ici l’utilisation de l’énergie éolienne pour activer le mécanisme, aujourd’hui disparu, des scies lisses qui entraînent du sable et, par abrasion, débitent des plaques de marbre d’une épaisseur comprise entre 1,5 et 2,5 cm : ce mode d’actionnement fait la spécificité et tout l’intérêt du moulin de Félines. Tout aussi étonnant est le silence des archives qui ne permet aujourd’hui d’avancer aucune datation précise pour cet ensemble dont les auteurs signalent l’état de ruine en 1892 ; seuls des indices d’ordre toponymique trahissent sinon une construction, du moins une utilisation du moulin au milieu du xixe siècle.

Haut de page

Texte intégral

1Au cœur des Causses, à proximité de Caunes-Minervois, situé quelques kilomètres à l’ouest, le site du moulin de Biot à Félines-Minervois est localisé sur le versant sud de la montagne Noire, dans un vaste secteur marbrier bien connu, ponctuellement exploité durant l’Antiquité et au Moyen Âge, avant de l’être plus systématiquement à partir du xviie siècle. Il occupe les franges méridionales du plateau de La Matte, dominant un vallon, le Rec de Canet.

  • 1 L’étude de ce complexe a bénéficié d’aides multiples. Ma gratitude va ainsi au propriétaire des lie (...)

2La spécificité du site tient en la présence d’un moulin à vent élevé pour le débitage en plaques des blocs de marbre extraits de carrières contiguës. Dans cet ensemble, pour lequel aucune documentation scripturaire ne vient asseoir précisément les observations de terrain, sont mis en œuvre des procédés de sciage mécanique antérieurs aux innovations de l’ère industrielle. Il s’agit là du seul exemple de moulin à vent construit pour scier le marbre connu et étudié à ce jour1.

Environnement et histoire

3Le moulin de Biot s’insère dans une zone d’exploitation marbrière densément mise en valeur. Sur un espace limité, on repère ainsi immédiatement au sud du complexe de sciage quatre carrières de marbre griotte, rosé, incarnat et plus loin rouge antique, plus quelques sondages d’exploitation. À l’opposé, en contrebas du moulin, se sont installées dans le vallon des habitations de carriers (parcelles B398 et B399 du cadastre napoléonien). La canalisation d’une source captée à une soixantaine de mètres à l’est du site approvisionnait cette zone et ses jardins. Enfin, en direction du sud, avait été pratiqué un chemin de charroi pour le marbre. Il forme un plan incliné régulier aujourd’hui partiellement envahi par une végétation arbustive, qui depuis la zone d’extraction descend le long du vallon et du plateau de La Matte jusqu’à la route de Trausse. Un puissant mur de soutènement réalisé avec les déblais des carrières, assure côté vallon la stabilité de ce chemin encore jonché de blocs en partance. Parmi les aménagements bâtis, il est encore à noter la présence, à l’angle nord-est du moulin, d’une construction maçonnée qu’une mise en œuvre très soignée distingue des autres bâtiments du site. La qualité de cette structure appareillée, au jointoiement taloché, qui n’est que partiellement observable aujourd’hui, ainsi que sa proximité avec la canalisation de la source, pourraient peut-être en faire la réserve d’eau nécessaire au débitage du marbre et aux carriers.

4La densité du bâti dans ce secteur contraste fortement avec le silence des archives, et en particulier l’image très agricole qu’en donne le cadastre de 1813.

  • 2 Montpellier, archives départementales de l’Hérault, 6GE CC1-4.
  • 3 Bresc-Bautier et Du Mesnil 1986.

5Sous l’Ancien Régime, cette zone, qui n’apparaît logiquement pas dans les documents cadastraux2 (xviie-xviiie siècles), est au cœur des terres du seigneur de Hautpoul ; celui-ci tient notamment les métairies de La Matte au nord-ouest du site de Biot, de Brama au sud-est et de Boriette au sud-ouest, ainsi que les bois de La Matte, possédant également une carrière de marbre griotte, dont 310 pieds cubes sont signalés dans les magasins royaux en 16973.

  • 4 Ibid., Q169 (18 brumaire an II) ; Q168 (1793-an III) ; Q496 (1792).
  • 5 Montpellier, archives départementales de l’Hérault, 1Q1002.

6Les inventaires des biens nationaux dressés à la Révolution, pourtant précis, ignorent eux aussi le secteur de Biot et son moulin4. Il est difficile d’envisager ici l’omission d’un tel complexe, qui ne pouvait échapper au seigneur. Aussi, cette absence invite-t-elle davantage à placer la mise en valeur du secteur à une époque ultérieure. Une confirmation vient quelques années plus tard dans une demande d’indemnités adressée au préfet par le marquis d’Hautpoul, pour les biens qui lui avaient été confisqués par la Révolution (juillet 1825)5. L’énumération, rapide mais précise, des propriétés seigneuriales, fait alors état des moulins, « deux à eau et un à huile » seulement.

7Le bâti dense repéré dans le secteur de Biot ne figure pas sur le plan du cadastre napoléonien (1813) et n’est pas plus enregistré dans les premières matrices que dans celles des mutations (1823 à 1882) ; les carrières ne font quant à elles l’objet d’aucune mention particulière. La cartographie systématique des occupations des sols, réalisée à partir des mêmes documents, apporte toutefois quelques indications sur le secteur au xixe siècle (fig. 1). Y sont naturellement prédominants les terres de pâture, les terrains agricoles et, à moindre échelle, les vignes, parmi lesquelles il convient de noter la présence très localisée, précisément sur les deux parcelles contiguës situées en contrebas du moulin et irriguées par la source (B398-B399), de jardins potagers ; ce sont là les seuls témoins d’une mise en valeur de cette zone avant 1844. Dans ces premières matrices cadastrales, la parcelle B370 du moulin est qualifiée de pâture, propriété de la commune de Félines, qui dut l’acquérir à la Révolution.

Fig. 1 : Nature de l’occupation des sols sur le plateau de La Matte au xixe siècle d’après le cadastre de 1813.

Fig. 1 : Nature de l’occupation des sols sur le plateau de La Matte au xixe siècle d’après le cadastre de 1813.

Cliché : © Sandrine Claude

  • 6 Montpellier, archives départementales de l’Hérault, 8S150 (affiches imprimées). Une borne marquée e (...)

8Il faut attendre les années 1840 et Louis Viot pour mieux connaître l’organisation du secteur de Biot. Ce négociant de Saint-Pons opère dans cette zone au moins depuis 1841. Dès le 26 septembre, avec Jean-Baptiste-Marie Pitorre, juge suppléant, et Hypolite Pitorre, médecin membre de la Société géologique de France, Viot demande que leur soit accordée la concession des gisements de manganèse sur la commune de Félines au quartier de La Matte, dont il avait pressenti l’existence. La zone qui nous occupe se situe au cœur de ce territoire, dont l’emprise de 645 hectares est reportée sur un extrait du cadastre en octobre 1841. Les trois demandeurs obtiennent satisfaction le 4 novembre 1843 par une ordonnance royale qui leur impose le nom de « Concession de la Matte6 ». Il n’est pas encore question des carrières de marbre, auxquelles on ne s’intéresse qu’à partir de 1844. Plusieurs documents attestent dès lors la présence de Louis Viot sur le site du moulin. Le 12 mai, alors qualifié de négociant et actionnaire des mines, il prend la ferme des carrières de marbre, moyennant une rente annuelle de 500 francs. Le 11 août 1844, le bail lui est prorogé pour une durée totale de douze ans, dont le terme est porté au 1er septembre, et, le 14 juin 1846, une nouvelle adjudication de cette même « carrière de marbre griotte ou autre sise dans les vacans de la commune de Felines, au terme de La Matte au tenement du rec de Canet sur le no 370 section B du plan cadastral de la dite commune », réduit le montant du bail à 80 francs. Bien plus intéressant est un courrier au conseil municipal, où Viot demande le droit d’élargir sa carrière sur la même parcelle B370. S’il n’est pas question du moulin dans cette correspondance datée du 11 juin 1855, sont évoqués en revanche très clairement la réalisation d’un chemin et l’engagement de fortes dépenses :

Je soussigné Louis Viot, négociant domicilié à St. Pons (Hérault), a l’honneur de vous éxposer […] que depuis son adjudication à ce jour il à depencées de fortes sommes pour déblaiement confection de chemin & sans avoir encore pu rentrer dans une partie de ses débours et qu’il y a encore de fortes sommes à depencer avant d’arriver a se resultat ; pour facilliter ces traveaux l’exposant aurait besoin d’un agrandissement de perimetre de demi-hectare à prendre sur le méme no quil à affermé qui est d’une hectare pour quatre vingt francs par années il offre pour la moitié de l’hectare qu’il sollicite à prendre à l’ouest des carrières ouvertes quarante francs annuellement à couvrir du jour ou il sera autorisé et cela pendant toute la durée du bail ou prolongation du bail qui finiront le premier 7bre 1863.
Vous considérerez messieurs les revenus que j’ai crées à la commune et tous les traveaux que j’y ai fait faire depuis 1834 [sic] à ce jour vous ferez justice.

  • 7 Ces plans ont été établis pour le procès Galinier, relatif aux carrières de marbre rouge, parcelle (...)

9Cette extension d’un demi-hectare lui fut accordée, et l’on retrouve ainsi la concession de Louis Viot désignée sur deux plans de 1867, avec le no 7 et la légende « carrière griotte et verte. 1 hect. 50 ares d’étendue7 ». En 1859, une ultime prorogation maintient Viot, alors qualifié de régisseur des carrières de marbre de La Matte, sur le site jusqu’au 1er septembre 1868, et, dès le 27 septembre, le conseil municipal expose le renouvellement de la concession. Le cahier des charges établi à cet effet pour l’adjudication de la ferme, le 20 décembre de la même année, ne signale pas l’existence du moulin. Il n’est dès lors – hormis une tentative manquée avec un certain B. Rieussec – plus question d’aucun concessionnaire sur les carrières de La Matte.

  • 8 Sicard 1892, p. 159.

10Dès 1892, Germain Sicard signale les vestiges du moulin à vent et les ruines de la scierie8.

11Le site est aujourd’hui connu sous le micro-toponyme « Moulin de Biot », formation anthroponymique manifestement tardive. La délibération du 27 septembre 1868 désigne en effet explicitement la carrière, dont la concession, exploitée depuis 1841 par Louis Viot, doit alors être renouvelée comme « carrière dite Viot » : dès lors, ce patronyme est passé à la toponymie. Un phénomène fréquent d’alternance entre l’occlusive bilabiale B et la spirante V – nous sommes ici proche de la Catalogne – a fait glisser par la suite le nom Viot vers la forme Biot.

La scierie

12Le complexe de Biot a été édifié sur un socle artificiel aménagé sur la rupture de pente d’un vallon. Il s’organise autour du moulin, qui capte l’énergie éolienne, et de deux salles de sciage du marbre, élevées de part et d’autre. Exposé aux vents qui parcourent d’est en ouest le Rec de Canet, il surplombe les habitations qui occupent le creux du vallon au nord, au contact direct de trois carrières ouvertes immédiatement au sud.

Fig. 2 : Moulin de Biot, vue générale depuis le sud-est. Félines-Minervois.

Fig. 2 : Moulin de Biot, vue générale depuis le sud-est. Félines-Minervois.

© Robert Marty

13Tout cet ensemble architectural remarquablement conservé a été exécuté à partir des déchets de débitage des carrières proches, matière première à l’évidence abondante, mise en œuvre dans des maçonneries non appareillées et liées au mortier de chaux (fig. 2). Les parements sont ainsi structurés par des pierres de formats et d’épaisseurs très variables, généralement non travaillées, entre lesquelles se glissent en blocage des éclats de taille. Avec quelques blocs équarris ou simplement dégrossis, des dalles de grand module assurent ponctuellement – c’est le cas en façade de l’espace Ia – la stabilité de la construction ; seules les arêtes de l’édifice ont reçu un soin particulier, renforçant la structure du bâtiment par des chaînes irrégulières de moellons aux angles et dans les encadrements des baies. En dépit de techniques de construction très comparables, l’ensemble de la mise en œuvre du moulin reste ainsi rudimentaire et hétérogène.

14Les travaux ont débuté par l’aménagement d’une terrasse. Ce puissant massif apparemment non maçonné a permis de donner des fondations stables au complexe de sciage, tout en lui restituant, sur la pente du Rec de Canet, une assiette parfaitement horizontale. Il ménageait également une position avancée au moulin sur un promontoire artificiel exposé aux vents, en même temps qu’il débarrassait le site d’une partie des encombrants rejets de carrières, utilisés tant dans les parements que dans le comblement interne du massif. L’emprise au sol de cette semelle de fondation couvre une surface de 21,25 m d’est en ouest, sur environ 8,50 m du nord au sud. Son adaptation à la topographie accidentée du terrain a imposé des élévations variables qui, de 1,20 m au sud-ouest, atteignent la hauteur maximale de 3,80 m au nord-ouest du massif. Ici, la stabilité est assurée par la pose de très gros blocs de marbre équarris, directement produits par la carrière, ainsi que par un léger fruit des parements.

Fig. 3 : Sandrine Claude d’après un relevé de Robert Fabre, architecte, Plan et section des vestiges du moulin de Biot (Félines Minervois).

Fig. 3 : Sandrine Claude d’après un relevé de Robert Fabre, architecte, Plan et section des vestiges du moulin de Biot (Félines Minervois).

© Sandrine Claude

15Sur cette plate-forme, le complexe de sciage est établi de plain-pied au sud avec le chemin d’accès et les carrières. Le pivot central en est le moulin (esp. I), qui recelait les mécanismes moteurs et transmettait leur mouvement aux scies actionnées dans deux salles latérales (esp. II et III). Ces bâtiments seront successivement présentés ici (fig. 3).

16Le volume intérieur du moulin est divisé en trois espaces superposés par deux planchers simples, qui font à l’évidence partie des dispositions initiales : le plancher inférieur s’aligne en effet sur le seuil de la porte d’accès à l’étage Ib, tandis que le second, entre les espaces Ib et Ic, porte les traces de mécanismes. Le niveau inférieur (Ia) de plan circulaire (diamètre intérieur 3,20 m) s’inscrit dans un imposant massif maçonné de plan quadrangulaire régulier de 8 m de longueur hors œuvre sur 6,65 m de largeur. L’accès au sud se fait depuis les carrières par une étroite porte (0,59 × 1,81 m), dont l’embrasure, profonde d’1,60 m, très légèrement ébrasée, présente les traces manifestes de reprises ; une épaisse dalle sciée de marbre rose constitue le linteau de ce passage. La mise en œuvre du parement intérieur est dans l’espace Ia plus soignée qu’ailleurs, utilisant des pierres, la plupart grossièrement équarries, disposées en assises irrégulières et noyées dans un mortier abondant. De manière symétrique et parallèle à l’axe longitudinal est-ouest du bâtiment, quatre longues fentes verticales (1,25 à 1,37 m de longueur × 0,30 à 0,38 m de largeur), par lesquelles se mouvaient les bielles qui actionnaient les châssis de lames, se répartissent deux à deux dans les murs latéraux de l’espace Ia. Chacune est façonnée de moellons et couverte de dalles sur toute la profondeur de l’embrasure (environ 2,80 m). La transformation tardive du bâtiment a entraîné leur condamnation.

17Au sol, un revêtement grossier dallé de pierres de modules variés s’organise autour d’un bloc massif solidement enchâssé dans le soubassement ; y a été pratiquée, dans l’axe exact de l’arbre vertical du moulin, une cavité circulaire destinée à recevoir un mécanisme tournant (diam. 6,5 cm, prof. 6 cm).

18Dès le second niveau, le moulin adopte un plan circulaire intérieur comme extérieur, l’épaisseur du massif sous-jacent permettant ici de dégager la place d’une terrasse de circulation périphérique, nécessaire pour déplier ou orienter les ailes du moulin. La tour émerge ainsi au centre du complexe sur une hauteur de 4,62 m, élévation qui exclut le rehaussement dû à l’aménagement tardif d’une toiture à double pente. À ce niveau, son diamètre extérieur atteint 4,15 m pour un diamètre intérieur de 2,85 m, dégagé entre des maçonneries de 0,65 m d’épaisseur. Un très léger fruit du parement a été réservé pour des raisons évidentes de stabilité structurelle.

19Intérieurement, le volume de la tour est divisé en deux niveaux superposés planchéiés (esp. Ib et Ic). L’étage sommital, inaccessible, n’a fait l’objet d’aucune observation. L’accès à l’espace médian Ib est donné, depuis la terrasse périphérique, par une petite porte ouverte au sud-ouest, de facture tout à fait comparable à celle du niveau inférieur (embrasure extérieure 1,93 × 0,75 m). On y accède par l’extérieur, à l’aide d’un grand degré, qui, sur la façade sud, débouche à 1,30 m du sol. Cette porte a conservé son système de fermeture, où fut récupéré, en guise de ferrure sur laquelle était cloué le vantail, le fragment d’une lame de scie à marbre usagée. Le plancher qui limite son extension et le sépare de l’espace Ic porte les traces d’anciens mécanismes disparus (voir infra).

20Les salles de sciage sont au nombre de deux, disposées de part et d’autre du moulin. Une parfaite liaison des maçonneries trahit la simultanéité de l’édification du corps de bâtiment central (esp. Ia) et de la salle orientale (esp. II). Cette dernière dégage une surface de travail régulière de 5,70 m de côté, dans laquelle les blocs de marbre étaient acheminés depuis la carrière par un large passage (1,41 m), disposés face au débouché des deux hautes fentes du moulin (fig. 4) et posés sur des cales pour être sciés. La nature même du comblement hétérogène qui constitue l’assiette du moulin, laissant entre des pierres de blocage anguleuses et de dimensions variables, des vides importants, explique l’absence de tout résidu du sable siliceux nécessaire au sciage du marbre. Ce corps de bâtiment, ajouré par trois fenêtres, était couvert d’une toiture en bâtière.

Fig. 4 : Moulin de Biot, détail des fentes de bielles dans la salle de sciage orientale.

Fig. 4 : Moulin de Biot, détail des fentes de bielles dans la salle de sciage orientale.

© Sandrine Claude

21Diamétralement opposée, la seconde salle de sciage (esp. III), à l’inverse de la salle orientale, correspond à une extension du complexe. Deux coups de sabre verticaux marquant, aux angles sud-ouest et nord-ouest du moulin, le départ de l’espace III, trahissent bien l’aménagement ultérieur de cette salle, dont cependant la construction avait été prévue dès l’origine : l’assurance en est donnée par les fentes de passage des bielles ménagées ici comme à l’est, ainsi que par l’emprise de la plate-forme de fondation, réalisée en une seule phase de construction, qui réserva la place de la salle III. Les dispositions de cette dernière avec des dimensions sensiblement identiques (5,7 × 6,30 m) et une couverture charpentée en bâtière renforcée ici par un pilier central, sont ainsi tout à fait comparables à celles de l’espace II. Le bâtiment III a toutefois subi des modifications tardives qui ont conduit à l’obturation des fentes de bielles comme à l’est, et surtout au cloisonnement de l’espace intérieur par un mur-de-refend dans lequel furent réemployés en abondance des fragments de plaques et ratés de sciage.

La production

22La maigre documentation d’archive disponible sur ce site n’a livré aucune information sur la production qui en était issue. Près d’une vingtaine de débris sciés ainsi qu’un bloc fragmentaire, ébauche ratée du sciage d’au moins cinq plaques, apportent toutefois quelques précisions à cette question. Tous ces éléments ont été retrouvés aux abords du site, dans le moulin ou dans les pièces adjacentes, et surtout en remploi dans le refend postérieur de la salle occidentale. Enfin, deux éléments proviennent d’une réfection de l’embrasure de la porte basse du moulin. Ces matériaux semi-finis, qui affectent deux faces travaillées, pouvaient être utilisés en placage, pour les pavements ou en tablette.

Numéro d’inventaire

Localisation

Épaisseur (en cm)

001

Esp. Ia, ébrasement de la porte

2,5

002

Esp. II, décombres du sol

1,3 à 2,1

003

Esp. IIIb, mur-de-refend

2,0

004

Idem

1,4

005

Idem

1,65

006

Idem

2,4 à 2,5

007

Esp. IIIb, mur sud

2,4

008

Esp. III, mur-de-refend

1,6 à 1,7

009

Esp. IIIa, décombres du sol

2,0 à 2,1

010

Idem

1,4 à 1,8

011

Idem

1,5 à 2,3

012

Esp. IIIb, réfection du mur occidental

2,2

013

Esp. Ia, décombres du sol

2,3 à 2,4

014

Idem

2,55

015

Idem

2,35

016

Idem

2,5

017

Idem

2,5 - 21,6 de large

018

Bâtiment sud

2

019

Esp. Ia, décombres du sol

2,55

020

Esp. III, mur-de-refend

Inaccessible

021

Idem

Inaccessible

022

Chemin d’accès

2,1 à 2,2

022

Idem

1,2 à 1,35

022

Idem

1,8 à 2,2

022

Idem

3

23L’épaisseur variable des plaques produites oscille entre 1,3 et 3 cm, avec plus de 50 % des occurrences comprises entre 2 et 2,5 cm. Ces débris ne donnent en revanche qu’une idée imprécise du volume des blocs avant débitage et des produits finis, qui pouvaient, dans certains cas, affecter des dimensions réduites si l’on considère la pièce 017, dont les deux bords parallèles sciés donnent une largeur inférieure à 0,22 m, et le bloc fragmentaire 022 (0,57 × 0,15 × 0,18 m3).

24L’échec du sciage semble souvent dû à une déviation des scies, qui produit des plaquettes dont l’épaisseur inégale finit par bloquer le mécanisme.

La restitution des mécanismes

L’eau et le vent : les caprices d’Éole

  • 9 Bonnet 1998, p. 98-99.

25Il convient de rappeler ici les principes très anciens du sciage du marbre, restés inchangés même après l’introduction du fil hélicoïdal. Manuelle ou mécanique, l’opération nécessite le passage lent et régulier de scies non dentées, qui, entraînant du sable siliceux associé à de l’eau dans un mélange homogène, attaquent par abrasion la pierre. Liée à l’utilisation de nouvelles forces motrices (eau et vent), l’introduction de la machine dans cette opération est la principale innovation apportée à l’époque moderne. Jean-Louis Bonnet signale ainsi à Caunes l’existence de moulins à scier le marbre dès 16899. La force motrice était alors l’eau, largement préférée au vent, pour son débit plus régulier et maîtrisable, et parce qu’elle générait une puissance supérieure. Tout l’intérêt du moulin de Biot résulte de fait de l’utilisation de la très aléatoire énergie éolienne, que seule peut expliquer ici l’absence d’eau courante en débit suffisant.

  • 10 Ballot 1923, p. 411-412.

26On dispose pour les années 1861-1865 d’une large enquête menée sur les industries françaises, qui, bien que non exhaustive, met en lumière la nette prééminence de l’eau comme force motrice. Y sont recensées 62 marbreries et 51 scieries de marbre, soit 113 établissements dans lesquels on relève alors 66 moulins à eau et 6 scies hydrauliques, pour seulement 12 moulins à vents, 4 à manège et 5 machines à vapeur, moteur pourtant largement employé à divers usages dans les mines dès la fin du xviiie et le début du xixe siècle10. Le vent n’a manifestement ici qu’une place anecdotique. Il est cependant intéressant de noter que les douze moteurs à vent recensés dans les années 1860 le sont dans les arrondissements proches de Montpellier et de Toulouse. Si on leur ajoute le moulin de Biot, que l’enquête a omis de relever dans l’arrondissement de Saint-Pons, peut-être pour la taille réduite de cet établissement, il est possible que l’utilisation de l’énergie éolienne dans l’exploitation et le débitage du marbre soit une particularité vernaculaire du sud-ouest.

27Quoiqu’il en soit, la difficile maîtrise de cette force motrice au débit trop inégal et aléatoire incita de toute évidence à privilégier l’eau chaque fois que cela était possible. Le cas échéant, le choix du vent imposait de résoudre par la technique ces contraintes de régulation. Le remarquable état de conservation de la scierie de Biot ne peut que faire regretter ici la disparition quasi totale des mécanismes du moulin et de l’actionnement des scies, pour lesquels les archives ne livrent, de surcroît, aucun indice de restitution. Plusieurs systèmes sont ici en relation (fig. 5) : il y a d’abord les mécanismes du moulin à vent ; en deuxième lieu, ceux de la transmission du mouvement rotatif du moulin aux châssis de sciage des blocs de marbre, mus par un mouvement rectiligne continu horizontal ; puis les modes de régulation du mouvement des lames et de leur vitesse et, enfin, un système de démultiplication.

Fig. 5. : Sandrine Claude d’après un relevé et une proposition de Robert Fabre, architecte, Restitution des mécanismes du moulin et de mise en mouvement des scies.

Fig. 5. : Sandrine Claude d’après un relevé et une proposition de Robert Fabre, architecte, Restitution des mécanismes du moulin et de mise en mouvement des scies.

© Sandrine Claude

Des ailes…

28Le moulin de Biot est de type moulin-tour : sa toiture seule pivote autour de l’axe vertical sur un chemin de roulement situé au faîte du mur, permettant de présenter les ailes au vent dominant. Aucune observation n’a pu être faite sur les parties sommitales du bâtiment, et rien n’interdit de restituer ici un système plus simple, non mobile, orienté sur le vallon. Des ailes qui captent l’énergie du vent, seules demeurent deux lattes de bois d’une longueur de 0,72 m et 0,88 m. Ces pièces transversales étaient fixées aux antes en leur milieu et reliées entre elles, par leurs extrémités, à l’aide des coterets.

  • 11 Par ses dimensions et les entailles de sa surface, la pièce en châtaignier de 4,10 m de longueur re (...)

29Les ailes transmettaient un mouvement circulaire vertical à l’arbre moteur11 sur lequel était fixé un rouet qui s’engrenait sur la lanterne installée au sommet de l’arbre vertical : le couple rouet/lanterne permettait ainsi de passer d’un mouvement rotatif vertical au niveau supérieur à un mouvement rotatif horizontal dans l’espace Ia. Là, l’arbre vertical du moulin était reçu et maintenu au sol dans l’encastrement circulaire pratiqué dans le dallage.

…aux châssis de lames

30Si la restitution des mécanismes du moulin à vent, bien connus dans leur application à la meunerie est aisée, celle de l’actionnement des châssis de lames ne repose que sur de maigres éléments, essentiellement architecturaux, et relève souvent de la conjecture. Ici, le recours essentiel aux manuels anciens d’ingénierie permet de proposer des modèles dont rien toutefois n’étaye l’hypothèse d’une application au moulin de Biot.

31La présence des hautes fentes dans les murs latéraux de l’espace Ia invite à restituer un système de bielle-vilebrequin ou de bielle-manivelle, mécanisme le plus fréquent de la transformation du mouvement rotatif en mouvement horizontal continu. Plusieurs assemblages sont ici possibles. Le premier dispositif, de loin le plus probable, consiste à restituer sur l’arbre vertical une roue dentelée horizontale couplée à deux lanternes ou à des engrenages ; ces derniers, de part et d’autre de la roue, généraient un mouvement rotatif vertical transmis à des vilebrequins ou à des manivelles, sur lesquels s’accrochaient les bielles, exactement dans l’axe des fentes murales. Rien n’a été conservé de ces pièces, ni même les reliquats de leur ancrage, qu’il faut nécessairement imaginer dans le sol ou dans les murs, et indépendant de l’arbre vertical. Une variante inverse le schéma de la fig. 5, positionnant la roue horizontale à la base de l’arbre et l’enclenchement des deux rouages verticaux par-dessus.

32Une came pouvait également transmettre un mouvement de va-et-vient aux scies. Ces dernières étaient alors reliées par des tiges à un cadre mobile sur roulement, à l’intérieur duquel une roue désaxée solidaire de l’arbre vertical, permettait la mise en mouvement du système. Plus simple à mettre en place, ce dispositif pose en revanche le problème délicat du réglage de la position verticale des châssis de lames au cours du sciage, problème résolu par l’utilisation de bielles.

  • 12 Encyclopédie… 1751-1772, t. XIV, p. 780.

33Un troisième mécanisme, donné par l’Encyclopédie, permet une transmission perpendiculaire du mouvement à l’aide d’un balancier, qui ne convient pas aux vestiges de Félines12.

  • 13 Branca 1629, fig. XXVII
  • 14 Bélidor 1737, t. I, p. 343

34Dans les salles de sciage, à travers les hautes fentes latérales, chaque bielle actionnait une armure de scies, qui, pour rester parfaitement horizontale, devait nécessairement s’articuler au niveau du pied de bielle. Ces châssis étaient suspendus à la charpente ou maintenus par un chevalet afin de pouvoir être relevés aisément. L’aide de contrepoids  – un bloc de marbre percé retrouvé sur le site put faire office de leste – et de poulies devenait ici nécessaire pour assurer la stabilité et la maniabilité de l’ensemble. Pour Giovanni Branca, les contrepoids devaient également maintenir la position de la scie13, et Bélidor, dans son traité sur l’architecture hydraulique, signale la nécessité de lester les lames afin d’optimiser leur action, et préconise d’en charger les extrémités par un cube de plomb14.

35On ignore presque tout des châssis mis en mouvement à Félines, qui, à l’examen du bloc no 022, pouvaient porter au moins six lames. Les fragments de deux d’entre elles, peut-être quatre, retrouvés dans le moulin ou à proximité, sont des objets longs de 0,56 à 0,64 m pour environ 0,12 m de largeur, dont le fil est usé sur 0,36 à 0,46 m. Leur extrémité est traversée par un orifice pour le maintien de la lame en tension dans le châssis. L’Encyclopédie en propose un système de montage.

Carrier tu dors, ton moulin, ton moulin va trop fort… les régulations

36Des régulations de puissance nécessaires au maintien et au fonctionnement du système peuvent être envisagées à différents niveaux. Le premier régulateur, indispensable à tout moulin à vent, agit sur l’arbre moteur, où un frein est appliqué au rouet. Un contrôle de la vitesse pouvait également s’opérer à l’aide d’un volant d’inertie ou par le leste progressif des roues horizontales, une fois le système lancé, afin d’en ralentir le mouvement. Il faut enfin envisager un contrôle permanent du sciage par les ouvriers, qui, au jugé, versaient sable et eau sur les blocs.

37Le cas échéant, lorsque le système s’emballait, un débrayage, par relèvement des deux roues latérales dans la salle basse du moulin, par exemple, constituait une ultime sécurité.

Un système de démultiplication

  • 15 Il s’agit d’une pièce fondue dont la surface est altérée par des piqûres dues à des occlusions gaze (...)

38Au deuxième niveau du moulin, le plancher supérieur (entre les espaces Ib et Ic) a gardé les traces ténues d’un système de démultiplication dont on ignore aujourd’hui la fonction. Le mécanisme est solidaire de la poutre nord dans l’extrémité est de laquelle a été logé un palier métallique vertical destiné à recevoir un second arbre vertical sans doute de même matériau15. Le dessous de la poutre présente des traces d’usure noircie par la rotation répétée d’un pignon horizontal dont le diamètre a pu être évalué à 0,60 m. Il faut ainsi nécessairement restituer sur l’arbre principal du moulin une grande roue (diamètre 1,50 m) au sommet du niveau Ib, qui engrenée avec le pignon, permettait d’entraîner un second système parallèle.

39Cette présentation, à son terme, appelle plusieurs remarques. Il est d’abord certain que l’exploitation des carrières a précédé la construction du moulin, dont les parements réutilisent les débris et des blocs d’extraction. Sur ce constat, l’attribution de la scierie à Louis Viot, seul concessionnaire des carrières, à qui il faut reconnaître la mise en valeur du secteur entre 1844 à 1868, n’était, il y a peu encore, que l’hypothèse la plus vraisemblable. Elle est aujourd’hui confirmée par la découverte récente aux archives départementales de l’Hérault d’une délibération datée du 8 novembre 1849, intervenue suite à une demande de Viot pour obtenir concession à La Matte d’un terrain sur lequel il envisageait l’installation d’une scierie pour le marbre : « Considérant – entre autres – qu’une scierie pour le marbre ayant le vent pour moteur, dans une localité ou le manque absolu d’eau empêche d’établir toutes autres usines, serait un établissement très avantageux et pourrait devenir profitable aux intérêts des dites carrières », le conseil de Félines délibère alors la concession gracieuse à Viot d’un terrain « impropre à toute espèce de production » de 200 m2, durant toute la durée de son bail, à savoir jusqu’en 1868. La réalisation de l’établissement se fera aux « frais, risques et périls » du preneur et, au terme du bail, la commune pourra acquérir la scierie.

40La construction du moulin de Biot doit donc être placée au milieu du xixe siècle, époque de plein essor du machinisme, où déjà les perfectionnements de la turbine à eau et de la machine à vapeur atteignent leurs limites et sont sur le point d’être dépassés par d’autres énergies et d’autres moteurs. Pourtant, si l’on considère les douze exemples de scieries à vent recensés dans le sud-ouest dans les mêmes années, l’existence du moulin de Biot n’a plus rien d’anachronique ; elle trahit simplement la persistance dans ce domaine de systèmes archaïques hérités des travaux des ingénieurs de la Renaissance, moins onéreux à mettre en œuvre dans des structures sans doute davantage adaptées à des exploitations individuelles de dimensions plus modestes.

41En dépit des nombreuses questions laissées en suspens par les lacunes de documentation, l’étude de cette scierie à marbre tout à fait unique donne l’assurance, à la fois par l’agrandissement qu’elle a subi et la présence de nombreux remplois, que de tels complexes ont pu exister et fonctionner en parvenant à la maîtrise de l’énergie éolienne, cette dernière restant toutefois – la délibération du 9 novembre 1849 le montre bien – une solution de substitution lorsque l’eau courante fait défaut. Balayant une idée reçue, le moulin de Biot montre que les systèmes décrits dans les manuels techniques ont eu leur application non seulement dans des complexes importants, ce dont témoigne l’enquête des années 1860, mais également dans de petites exploitations privées.

Haut de page

Bibliographie

Ballot Claude, 1923 L’introduction du machinisme dans l’industrie française, éd. Cl. Gérel, Paris, Lille, O. Marquant.

Bélidor, Bernard Forest de, 1737-1739, Architecture hydraulique, ou L’art de conduire, d’élever et de ménager les eaux pour les différens besoins de la vie, Paris, Ch.-A. Jombert, 2 vol.

Bonnet Jean-Louis, 1998, « Des carrières aux marbriers de Caunes-Minervois (xviie siècle) », Bulletin de la Société d’études scientifiques de l’Aude, t. XCVIII, p. 89-102.

Branca Giovanni, 1977 [1629] Le macchine, éd. L. Firpo, Turin, Unione tipografico-editrice torinese.

Bresc-Bautier Geneviève et Du Mesnil Hélène, 1986, « La politique royale du marbre français (1700-1789) », dans François Braemer (dir.), Les ressources minérales et l’histoire de leur exploitation, actes du colloque (Grenoble, 5-9 avr. 1983), Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques, p. 425-442.

Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, par une société de gens de lettres, 1751-1772, éd. D. Diderot et D’Alembert, Neuchâtel, 28 vol.

Sicard Germain, 1892, « Le plateau de La Matte », Bulletin de la société d’études scientifiques de l’Aude, t. III, p. 149-172.

Statistique de la France : industrie. Résultats généraux de l’enquête effectuée dans les années 1861-1865, 1873, Nancy, impr. Berger-Levrault.

Haut de page

Notes

1 L’étude de ce complexe a bénéficié d’aides multiples. Ma gratitude va ainsi au propriétaire des lieux, qui nous a permis avec bienveillance l’accès à son domaine. Que soient aussi amicalement remerciés Robert Marty et ses amis de Félines pour la diligence et l’énergie avec lesquelles ils ont, de longues journées durant, dégagé le site de sa végétation envahissante pour m’en permettre l’étude, et surtout pour m’avoir si chaleureusement reçue et guidée. Enfin, je remercie Robert Fabre, architecte, qui a généreusement mis à ma disposition ses relevés du moulin de Biot.

2 Montpellier, archives départementales de l’Hérault, 6GE CC1-4.

3 Bresc-Bautier et Du Mesnil 1986.

4 Ibid., Q169 (18 brumaire an II) ; Q168 (1793-an III) ; Q496 (1792).

5 Montpellier, archives départementales de l’Hérault, 1Q1002.

6 Montpellier, archives départementales de l’Hérault, 8S150 (affiches imprimées). Une borne marquée en grandes lettres majuscules « CONCESSION DE LA MATTE » a été retrouvée dans l’espace III du moulin. Il est possible que cette pierre parallélépipédique soigneusement équarrie (1,18 × 0,42 × 0,20m3) désigne la concession des mines de manganèse plutôt que celle des carrières, qui n’apparaissent jamais sous cette appellation.

7 Ces plans ont été établis pour le procès Galinier, relatif aux carrières de marbre rouge, parcelle B438 (Félines-Minervois, archives communales, 4D7).

8 Sicard 1892, p. 159.

9 Bonnet 1998, p. 98-99.

10 Ballot 1923, p. 411-412.

11 Par ses dimensions et les entailles de sa surface, la pièce en châtaignier de 4,10 m de longueur retrouvée dans l’espace IIIb, pourrait être cet arbre.

12 Encyclopédie… 1751-1772, t. XIV, p. 780.

13 Branca 1629, fig. XXVII

14 Bélidor 1737, t. I, p. 343

15 Il s’agit d’une pièce fondue dont la surface est altérée par des piqûres dues à des occlusions gazeuses. L’analyse de la composition de cet objet pourrait préciser s’il s’agit de fer ou d’acier.

10 Montpellier, archives départementales de l’Hérault, 2 O 97/7. Document transcrit et transmis par Robert Marty.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Nature de l’occupation des sols sur le plateau de La Matte au xixe siècle d’après le cadastre de 1813.
Crédits Cliché : © Sandrine Claude
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11980/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0M
Titre Fig. 2 : Moulin de Biot, vue générale depuis le sud-est. Félines-Minervois.
Crédits © Robert Marty
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11980/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Fig. 3 : Sandrine Claude d’après un relevé de Robert Fabre, architecte, Plan et section des vestiges du moulin de Biot (Félines Minervois).
Crédits © Sandrine Claude
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11980/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 4 : Moulin de Biot, détail des fentes de bielles dans la salle de sciage orientale.
Crédits © Sandrine Claude
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11980/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 5. : Sandrine Claude d’après un relevé et une proposition de Robert Fabre, architecte, Restitution des mécanismes du moulin et de mise en mouvement des scies.
Crédits © Sandrine Claude
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11980/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandrine Claude, « Du vent pour scier le marbre », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 19 janvier 2016, consulté le 25 août 2016. URL : http://crcv.revues.org/11980 ; DOI : 10.4000/crcv.11980

Haut de page

Auteur

Sandrine Claude

Mission archéologique d'Aix-en-Provence

Haut de page

Droits d’auteur

© Sandrine Claude / 2016 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org