Navigation – Plan du site
De la carrière au magasin

Les marbriers génois entrepreneurs et marchands

Les routes du marbre de l’Italie aux demeures d’Europe
Genoa marble: Entrepreneurs and masons: The routes of marble from Italy to the houses of Europe
Fausta Franchini Guelfi
Traduction de Elsa Guerci

Résumés

À Gênes, les sculpteurs de marbre forment à partir du xvie siècle une corporation à part, qui défend ses intérêts et réglemente ses activités. Jusqu’à la fin du xviiie siècle, les membres de cette corporation, presque tous d’origine lombarde (région qui correspond à l’actuelle Suisse italienne), ont le monopole de la production des sculptures et des décors en marbre pour les églises et les palais. Ils y ajoutent celui du commerce des marbres bruts et sculptés en provenance des carrières de Carrare et du territoire de la République de Gênes vers les autres États italiens, l’Espagne et la France. Les maîtres d’atelier, parmi les plus connus Orsolino, Carlone, Casella, Ferrandino, étroitement unis par des liens familiaux, constituent des sociétés très actives pour la réalisation des œuvres les plus complexes. Pour autant, ils ne rompent pas les relations avec leur pays d’origine, Bissone, Carona, Lugano, Scaria, Rovio dans le val d’Intelvi au sud du Tessin. En effet, leur origine lombarde, étrangère à Gênes, leur permet de profiter de privilèges particuliers. Parmi les marbres, ces entrepreneurs et marchands exportent le jaspe de Sicile, le rouge mischio di Narbona de France et le rouge d’Arzo de Lombardie pour les commandes génoises ; ils représentent les diffuseurs les plus importants en Europe des marbres de Carrare, aussi bien que des marbres colorés de Ligurie (le portor de Portovenere, l’albâtre de Sestri, le vert de Polcevera).

Haut de page

Texte intégral

Tous les documents inédits publiés en appendice ont été découverts et transcrits par Roberto Santamaria, que je remercie pour sa généreuse collaboration.

  • 1 Doc. 2.
  • 2 Le 12 octobre 1617, la Magistratura dei Padri del Comune di Genova (Magistrature des Pères de la Vi (...)

1Le 12 août 1716, les autorités portuaires de la République de Gênes exonérèrent du payement de la plupart des taxes portuaires une cargaison considérable de marbre destinée au roi de France. Par ordre du chevalier Blondel, envoyé par la cour de Paris, la liste des trente et un blocs de marbre, marqués du lys royal, était soigneusement vérifiée par le sculpteur français Honoré Pellé, résidant à Gênes depuis plusieurs années, et par le sculpteur génois Gaetano Quadro. Le document, jusqu’à ce jour inédit, énumère treize blocs de marbre blanc et seize de marbre blanc « avenato » (aux veinures grises) en provenance de Carrare, et deux blocs de marbre jaune et noir, c’est-à-dire de portor, qui arrivaient de l’île de Palmaria1. À partir de la deuxième moitié du xviie siècle, le roi de France avait fait appel aux services du peintre génois Francesco Borzone pour recevoir des marbres du port de Gênes. Les caisses de marbre étaient si nombreuses qu’elles avaient endommagé les quais du « Molo Nuovo », où elles avaient été placées en attente d’embarquement2.

  • 3 Il est impossible de mentionner ici toute la bibliographie existante sur le sujet. Jusqu’à 1988, el (...)

2Ces informations ne représentent qu’une faible partie des nombreux témoignages qui attestent que Gênes fut le centre du commerce des marbres de Carrare et de la Ligurie vers l’Europe. Les recherches d’archives les plus récentes ont permis de retrouver une importante documentation sur ce commerce3. Dans cet article, je reprendrai uniquement et brièvement certains aspects de l’activité des sculpteurs et des marbriers génois, en tant que fournisseurs de marbres bruts et travaillés, pour la réalisation des demeures d’Italie et d’Europe, ainsi que du Nouveau Monde.

  • 4 C. Klapisch-Zuber, Carrara e i maestri del marmo (1300 – 1600), Massa, 1973 (Paris, 1969), p. 185-1 (...)
  • 5 Le 20 juin 1191, La colonne devait arriver sanam et integram (intacte et entière) dans le port de G (...)
  • 6 C. Klapisch-Zuber, 1973, op. cit., p. 219-229.

3Les itinéraires de diffusion des marbres de Carrare, tracés sur la carte géographique publiée en 1969 par Christiane Klapisch-Zaber dans son étude fondamentale, coïncident avec les routes du commerce des marbriers génois4. Nous pouvons aujourd’hui compléter cette carte géographique en y insérant de nouvelles destinations : la Corse, la Sardaigne, Narbonne, les Iles Baléares, Lisbonne, Saint-Malo, les îles Canaries. Les premiers témoignages sur l’exploitation des carrières de Carrare se retrouvent dans des actes établis par des notaires génois : en 1191 un certain Durante de Carrare s’engage à remettre au génois Wilielmo une colonne de marbre5. À Gênes, le débouché commercial des marbres de Carrare fut aussi favorisé par la situation politique toute particulière : de très étroits rapports s’étaient en effet instaurés entre l’aristocratie génoise des marchands et les seigneurs de Carrare. Dans le courant du xve siècle, Carrare fut le fief des génois Fregoso, alors qu’au xvisiècle le génois Alberico Cybo fut investi par Charles Quint de la seigneurie de Massa et Carrare. Alberico donna un nouvel essor à l’extraction des marbres, favorisant ainsi les marbriers et les commerçants génois. En 1564, grâce à l’institution de l’Offitium Marmoris (Bureau du marbre), ce même Alberico conçut des règles précises pour l’extraction et la vente des marbres et il imposa une taxe sur les exportations. À partir de 1570, et au-delà, ce sont principalement les banquiers génois, tels les Grimaldi et les Sauli, qui purent s’adjuger le recouvrement des recettes de l’état et donc aussi les gains de l’Offitium Marmoris6.

« L’Arte degli scultori di Nazione Lombarda »

  • 7 Dans les documents médiévaux, la vallée Intelvi dicitur Antelamo. Aujourd’hui, certaines de ces loc (...)
  • 8 Le long processus de séparation entre les constructeurs et les sculpteurs d’origine lombarde travai (...)
  • 9 Pour les années 1715 à 1734, quelques procès-verbaux rédigés par Paolo Francesco Bacigalupo, chance (...)
  • 10 L. Alfonso, Tomaso Orsolino e altri artisti di « Natione Lombarda » a Genova e in Liguria dal sec. (...)
  • 11 Doc. 3. R. Santamaria, « Il marmo di Carrara e il porto di Genova nei secoli xvii e xviii », La Cas (...)

4À Gênes, grâce à la situation favorable qui existait au niveau des rapports politiques et économiques, l’activité des travailleurs du marbre, des sculpteurs et des commerçants, était strictement structurée dans l’« Arte degli scultori di Nazione Lombarda » (corporation des sculpteurs de nationalité lombarde). Les membres de cette corporation étaient les héritiers des Magistri Antelami qui, entre la fin du xie siècle et le début du xiie siècle à Gênes, formaient des équipes d’architectes, de menuisiers, de sculpteurs et de tailleurs de pierre, et qui étaient devenus les protagonistes des grandes réalisations architecturales, prenant très rapidement le contrôle de toutes les constructions d’édifices. Comme les Antelami, les sculpteurs lombards de l’Arte étaient originaires de villages situés dans la Vallée Intelvi, entre les lacs de Côme et de Lugano : Bissone, Carona, Casasco, Rovio, Scaria, Ramponio, Balerna7. Dans les procès-verbaux des assemblées de l’Arte, rédigés par les notaires génois et conservés auprès des archives d’État de Gênes, les élections des consuls et les noms de tous les sculpteurs lombards travaillant sur Gênes entre le xviie et le xviiisiècle sont enregistrés8. Voici les principaux noms de famille de ces sculpteurs : Gaggini, Carlone, Orsolino, Aprile, Casella, Solaro, Quadro, Ferrandino, Macetti, suivis de beaucoup d’autres9. Leurs ateliers étaient des entreprises familiales unies entre elles par d’étroits liens de parenté qui permettaient de renforcer et de témoigner de la solidarité du métier et de la Nazione : l’Arte était l’institution qui sauvegardait leur travail et leurs intérêts grâce à un règlement très protectionniste. Jusqu’à la deuxième moitié du xviiie siècle, ces familles, qui conservèrent toujours un rapport constant avec leur pays d’origine, eurent le monopole, non seulement de la fabrication de produits manufacturés sculptés, mais aussi du commerce des marbres et de la conduite des carrières sur le territoire Ligure. Souvent, ils firent des gains considérables grâce au transport des marbres, en soutenant financièrement les constructeurs de navires ligures pour le transport de ces matériaux. En 1644, Tomaso Orsolino détenait une quote-part du navire San Luca e San Giovanni Battista construit en 1643 auprès des chantiers navals d’Arenzano et destiné à la route de Toulon. En 1671, le même Orsolino détenait avec un autre sculpteur génois d’origine lombarde, Carlo Solaro, la moitié du navire Nostra Signora del Carmine construit à Lavagna10. Il est probable que l’on utilisa ces bâtiments pour le transport des marbres, tels les bateaux Nostra Signora del Carmine, Sant’Antonio da Padova, Santa Giulia et le Anime del Purgatorio, construit à Cavi di Lavagna et dont, en 1716, le sculpteur génois Gaetano Quadro acheta la quatrième part. À la fin de chaque voyage, le sculpteur devait recevoir un quart du gain du transport. Au contrat est joint un intéressant inventaire des équipements du navire qui énumère différents appareillages nécessaires pour « alzare i marmi » (soulever les marbres)11.

  • 12 Gênes, Archivio Storico del Comune, Padri del Comune, Atti, filza 29, n. 34, décret du 10 juillet 1 (...)
  • 13 Doc. 1.
  • 14 Gênes, Archivio Storico del Comune, Padri del Comune, Atti, filza 67, n. 37, 15 juin 1609.
  • 15 Doc. 4a et 4b.

5Parfois, deux ou plusieurs familles de ces marbriers formalisaient par acte notarié la création d’une societas (société) temporaire pour exploiter une carrière, pour commercer les marbres ou parfois encore pour réaliser des ouvrages particulièrement complexes et importants comme la décoration marmoréenne d’églises ou de palais. Chaque atelier pouvait fournir une gamme complète de produits manufacturés en marbre, en partant des sculptures sacrées et profanes jusqu’à l’aménagement architectonique : les autels pour les églises, les colonnes, les chapiteaux, les portails, les fenêtres et le dallage pour les églises et les demeures. Ces ateliers étaient situés, pour la plupart, à Ripa Maris (Rive de la Mer : l’actuelle rue de Sottoripa) devant les quais du port, où les navires abordaient et déchargeaient les marbres. À partir du 1532, la République avait promulgué de nombreux décrets afin d’obliger les marbriers à poser des craffe (grillages) en fer aux fenêtres et aux portes des ateliers, pour éviter que des éclats de marbre n’atteignent les passants et surtout pour empêcher que les déchets ne finissent dans les eaux du port12. Un décret de 1693 décrit cette situation : les « segature, sabbie e rottami » (sciures, sables et déchets) des marbres des ateliers « in tempo di pioggia scorrono con facilità nel porto, dal qual riesce quasi impossibile levarle facendosi una materia durissima » (lorsqu’il pleut ils glissent facilement dans l’eau du port et se transforment en matériau très dur qui devient par la suite presque impossible à enlever)13. En outre, les maisons proches des ateliers des marbriers étaient devenues inhabitables « per il tormento et impeto grande che costoro dal apparir del giorno sino alle 4 o 5 hore de notte per l’exercitio loro fanno » (à cause du bruit très fort et agaçant provoqué par le travail des sculpteurs dès l’aube jusqu’au coucher du soleil)14. La Ripa était en fin de compte un grand chantier en perpétuelle activité. Alors que dans les ateliers les marbriers sciaient, épannelaient et polissaient les marbres, dans le port les navires qui arrivaient de Carrare, des carrières de la Ligurie, de France, d’Espagne, de Sicile déchargeaient les marbres bruts pour embarquer les produits finis qui devaient rejoindre les ports d’Italie, d’Europe et d’Amérique. Un document de 1753, récemment découvert, atteste l’expédition de cinq cent carreaux pour des sols en marbre, expédiés de Gênes à New York par le sculpteur Stefano Quadro sur le navire du capitaine génois Francesco De Ferrari15.

6La carrata était l’unité de mesure pour le transport des marbres. Une carrata représentait le poids de marbre contenu dans une charrette tirée par deux bœufs, c’est-à-dire, environ trois quarts de tonne. Des navires avec des équipements spéciaux pouvaient transporter jusqu’à cent carrate.

Les marbres

  • 16 Alfonso, 1985, op. cit., p. 78.

7Le marbre blanc de Carrare a toujours été le matériau le plus demandé pour être travaillé et pour l’exportation. Le marbre statuaire des carrières de Polvaccio était le plus recherché et les actes notariés le décrivent marmoris boni, albi, pulchri ac sine pillis (de bonne qualité, blanc, beau et sans poil, c’est-à-dire sans veinures). Le marbre blanc « avenato » avec des veinures grises était moins cher. Il était employé pour la réalisation d’ornements architecturaux et pour les sols. Par contre, pour le dallage de la nef centrale de la cathédrale de Gênes, on utilisa un marbre blanc parfait « di ogni bellezza e bontà et senza alcun pelo », tel qu’il est écrit dans l’acte notarié de la commission confiée, en 1657, aux deux societates de marbriers, l’une formée par les frères Giuseppe et Giovanni Battista Ferrandino et Giovanni Battista Orsolino, l’autre constituée par Giulio De Ferrari et Francesco Chiarino (originaire de Lugano). L’aristocrate Giovanni Carlo Brignole, un de ceux qui avaient en charge de suivre la construction de la cathédrale, devait examiner et approuver un à un tous les carreaux de marbre16.

  • 17 Son emploi pour les décorations architectoniques est assez rare. Nous le retrouvons toutefois dans (...)

8Pour les sols, le « bardiglio » était le marbre le plus employé à Gênes et il était aussi exporté : il s’agissait d’un marbre gris foncé aux veinures gris clair qui était extrait près de Carrare (fig. 1)17. Un autre marbre toscan que les génois commerçaient était le superbe « mischio di Seravezza » ou « breccia medicea », un marbre aux taches violacées qui s’extrayait dans des carrières près de Forte dei Marmi.

Fig. 1 : Badiglio, marbre gris-bleu de Carrare.

Fig. 1 : Badiglio, marbre gris-bleu de Carrare.

© Fausta Franchini Guelfi

Fig. 2 : Colonne de mischio de San Siro.

Fig. 2 : Colonne de mischio de San Siro.

© Fausta Franchini Guelfi

  • 18 Ce marbre, cité aussi sous la dénomination de « rosso Svizzera » (rouge Suisse), fut employé pour l (...)

9Un cas tout particulier est celui du marbre d’Arzo qui s’extrayait dans les carrières des Préalpes suisses (l’actuel Canton Tessin). Il s’agit d’un très beau marbre « mischio » bigarré à taches et veinures rouges, jaunes, vertes, grises, parfaitement polissable et de grand effet. Au début du xviisiècle, ce marbre fut employé à Gênes pour d’imposantes colonnes de nombreuses chapelles dans les églises du Gesù et de San Siro (fig. 2). Le transport avait lieu par voie d’eau sur le lac de Côme puis le long de la rivière Adda jusqu’à la confluence du Pô, ensuite le long du Pô jusqu’à la mer Adriatique. Ici les navires embarquaient les marbres et commençaient le long voyage vers Gênes en effectuant l’entière circumnavigation de l’Italie. La beauté de ce marbre ne suffisait pas à justifier un aussi long voyage pour son transport. Il s’agissait évidemment d’une question d’initiative d’entrepreneurs : les sculpteurs de Nazione Lombarda favorisaient les carrières de leur pays d’origine en proposant aux commettants un matériau qui s’adaptait, par sa couleur bigarrée et vive, parfaitement au goût génois18.

10Un autre cas particulier est celui des jaspes de Sicile (dans les documents on parle souvent de « breccia di Palermo »), de splendides « mischi » aux taches et veinures rouges, jaunes, bleu ciel et violacées. Ces jaspes se trouvent fréquemment dans les aménagements marmoréens des églises et des palais génois des xviie et xviiie siècles.

  • 19 Pour la présence en Sicile du « bardiglio », du portor et du rouge de Levanto, un autre marbre ligu (...)
  • 20 F. Franchini Guelfi, « Genovesi in Sicilia. Imprese commerciali e finanziarie e committenza artisti (...)
  • 21 J.-L. Bonnet, « Les carrières aux marbriers de Caunes-Minervois (xviie siècle) », Bulletin de la So (...)
  • 22 Alfonso, 1985, op. cit., p. 66-68 ; Belloni, 1988, op. cit., p. 99. Dans les documents cités par Al (...)

11Les raisons de l’importation et du commerce génois de ces marbres sont liées aux rapports commerciaux très étroits qui existaient entre Gênes et la Sicile. Au xvsiècle une branche des Gaggini da Bissone, une des plus importantes familles de sculpteurs lombards qui travaillait à Gênes, s’était établie en Sicile où elle avait obtenu le monopole de la sculpture en marbre et de la fourniture des marbres de Carrare. Jusqu’au xviiisiècle, les mêmes navires génois qui transportaient en Sicile le marbre blanc de Carrare, le « bardiglio » et autres grands marbres de Ligurie comme le portor, effectuaient le voyage de retour à Gênes chargés de jaspes colorés ainsi que de deux autres marchandises siciliennes dont la production était entièrement contrôlée par les entrepreneurs et les commerçants génois qui habitaient sur l’île19. Il s’agissait du blé, indispensable en Ligurie où la céréaliculture était presque inexistante, et de la soie écrue, matière première précieuse pour la fabrication de tissus en soie et en velours dans les manufactures de Gênes et qui étaient ensuite exportés dans toute l’Europe20. Les marbres siciliens faisaient donc partie d’un échange commercial très intense qui encourageait leur importation et, par ailleurs, ils satisfaisaient par leurs couleurs vives, comme le marbre d’Arzo, le goût génois. C’est pour cet attrait de la couleur que les marbriers génois importèrent le magnifique marbre rouge de Caunes défini dans les documents comme « mischio di Francia » ou « rosso di Narbona » (rouge de Narbonne), un marbre rouge sang aux veinures grises ou blanches. Aux xviie et xviiie siècles, ce marbre fut employé dans toutes les églises génoises et son emploi se répandit dans toute l’Italie. Stefano Sormano, sculpteur d’origine lombarde implanté à Savone au début du xviisiècle, fut le premier à exploiter les carrières de Caunes pour l’extraction de ce marbre21. Mais très rapidement les génois mirent en œuvre un intense commerce de ce matériau. En 1645, Tomaso et Giovan Battista Orsolino, Gio. Giacomo Porta, Gio. Domenico Casella et Stefano Lombardelli fondèrent une societas pour importer les marbres de Caunes. En 1648, les associés firent rédiger par un notaire l’inventaire des « mischi di Francia bianchi e rossi » arrivés à Gênes : parmi des morceaux de différentes dimensions il y avait quarante colonnes. Il est clair que cette énorme quantité de colonnes n’était pas uniquement destinée aux églises et aux palais génois mais aussi à l’exportation. En 1661, une deuxième societas constituée par les deux Orsolino et par Gio. Giacomo Porta poursuivit l’exploitation des carrières de Caunes et, parmi de nombreuses commandes, elle fournit les matériaux nécessaires à l’église des jésuites de Naples22. Le port de Narbonne était devenu un des centres les plus actifs du commerce des marbriers génois.

  • 23 Le Ragguaglio, conservé auprès des archives d’État de Bologne, est publié dans M. Quaini, La conosc (...)

12Le territoire de la Ligurie était riche en marbres. Le plus employé et répandu dans toute l’Europe était le marbre vert Polcevera, un « mischio » vert foncé aux veinures vertes plus claires ou blanches (fig. 3) qui était extrait des carrières de Pietralavezzara, dans la haute vallée du Polcevera, quasiment à la frontière entre la Ligurie et le Piémont (fig. 4). Ce marbre « bellissimo e duro assai » (très beau et très dur) et « difficile al lavorare » (difficile à sculpter), possède une particularité essentielle quand on le travaille : « piglia bellissimo pulimento » (il peut être poli très facilement), comme l’affirme le Ragguaglio di alcune cave di pietre mischie, loro qualità e colori trovate nella Liguria sino all’anno presente 1610, le premier inventaire des marbres de Ligurie, rédigé en 1610 à la demande de la République23.

Fig. 3 : Colonne de vert Polcevera.

Fig. 3 : Colonne de vert Polcevera.

© Fausta Franchini Guelfi

Fig. 4 : Carrière de Pietra lavezzara.

Fig. 4 : Carrière de Pietra lavezzara.

© Fausta Franchini Guelfi

  • 24 Ragguaglio dans Quaini, 1981, op. cit., p. 212.
  • 25 « […] adesso che si è gustato il framettere nell’opera d’ architettura molte varietà di mischi, ogn (...)
  • 26 À partir de la liste de Giovanni Morello dans Mannoni, 1978, op. cit., p. 235, n. 23.
  • 27 F. Franchini Guelfi, « Ferrandino », Dizionario Biografico degli Italiani, Rome, 1996, t. 46, p. 44 (...)

13Cet important document cite non seulement le succès des exportations des marbres ligures à Rome, à Naples et surtout en France et en Espagne, mais aussi l’envoi au roi de France d’une colonne de 22 paumes (environ 5,50 m de hauteur) en marbre vert Polcevera, un marbre découvert dans le courant de la deuxième moitié du xvisiècle24. D’autre part, cet inventaire enregistre les transformations du goût qui portèrent, à partir de la deuxième moitié du xvisiècle, sur la recherche et le commerce des marbres colorés, préférés pour la variété et pour la vivacité des couleurs dans la décoration architectonique ; alors qu’au xvsiècle et dans la première moitié du xvisiècle la préférence allait au marbre blanc25. Les possibilités décoratives des marbres mischi sont accueillies dans le nouveau contexte du langage figuratif baroque : un document, daté 1626, signale à l’intérieur d’une carrière ligure un diaspro di diversi colori come l’arco celeste (un jaspe de différentes couleurs comme l’arc-en-ciel)26. Les carrières du marbre vert Polcevera furent exploitées pendant plusieurs années par la societas des familles de marbriers Ferrandino et Redi : Alessandro Ferrandino et Antonio Redi au début du xviisiècle, puis leurs enfants Giuseppe et Giovanni Battista Ferrandino et Lorenzo Redi jusqu’à la fin du siècle. Il s’agit d’un cas assez fréquent d’alliance d’affaires transmise par héritage familial entre les ateliers des sculpteurs lombards27.

Fig. 5 : Albâtre du Mont-Gazzo.

Fig. 5 : Albâtre du Mont-Gazzo.

© Fausta Franchini Guelfi

Fig. 6 : Balustres en portor.

Fig. 6 : Balustres en portor.

© Fausta Franchini Guelfi

  • 28 Raggiaglio dans Quaini, 1981, op. cit., p. 212.
  • 29 Alfonso, 1985, op. cit., p. 54.
  • 30 Ragguaglio dans Quaini, 1981, op. cit., p. 211.
  • 31 Alfonso, 1985, op. cit., p. 70.

14Parmi les carrières citées dans le Ragguaglio, il est difficile aujourd’hui de retrouver l’emplacement exact de toutes celles-ci. Certaines sont épuisées, comme celles du mont Gazzo à Sestri Ponente, découvertes en 1606, qui produisaient un très bel albâtre couleur jaune orangé enrichi de bigarrures : « très facile à polir, il est d’une couleur semblable à l’agate mais un peu plus rouge aux taches et aux jaspures variées et mouvementées extrêmement belles » (fig. 5)28. En 1635, les très entreprenants Tomaso Orsolino et Gio. Giacomo Porta, obtinrent l’adjudication de deux de ces carrières29. Le marbre de portor, extrait des carrières du promontoire de Portovenere et de la proche île de Palmaria, était précieux comme le magnifique albâtre de Sestri Ponente : un marbre noir profond veiné de jaune (fig. 6). Le Ragguaglio de 1610 décrit ce marbre « molto gentile al lavorare et che piglia lustro et polimento bellissimo » et d’une grande « saldezza » (ductile à la manufacture, aisément polissable et éclatant, de grande solidité et compacité). Ce marbre était parfait pour la réalisation de colonnes monolithes grandioses, de même que le Portargento des carrières de l’île du Tino, une de ses variétés : un marbre noir aux veines blanches « il bianco vi scherza assai graziosamente […] è pietra molto salda senza diffetti, e piglia bellissimo lustro » (les jaspures blanches ont des mouvements très beaux, c’est un marbre solide, sans défaut et qui peut être très facilement poli)30. En 1602, certaines carrières avaient été allouées aux frères Battista et Andrea Carlone, qui en avaient extrait le marbre et l’avaient ensuite vendu à Florence, Rome, Naples et en Sicile31. Les mêmes frères Carlone et d’autres marbriers génois exportèrent le marbre de portor et le portargento dans toute Europe.

  • 32 Le palais a été détruit et l’autel de la chapelle est devenu aujourd’hui le maître-autel de l’églis (...)

15Enfin, on cite encore, en plus des marbres, une pierre d’une couleur noire profonde et chaude : la pierre de Promontorio. Cette pierre, qui s’extrayait à Sampierdarena (Gênes) et qui était exportée en particulier en Espagne et en France pour l’exécution de portails, sols et cheminées, était employée, surtout à partir du xve et jusqu’au xviiie siècle, pour la réalisation d’aménagements architectoniques. Les superbes cheminées en pierre noire, arrivées de Gênes pour la luxueuse demeure du cardinal Gerolamo Grimaldi à Puyricard (Aix-en-Provence), étaient certainement en pierre de Promontorio. En 1655, Gerolamo Grimaldi, après une carrière politique et ecclésiastique remarquable favorisée sans doute par le cardinal Richelieu et Louis XIII, devint archevêque d’Aix et, entre 1665 et 1667 se fit bâtir un palais sur le modèle des grandes demeures génoises. Pour la réalisation de l’autel de la chapelle du palais, le marbre vert Polcevera fut employé alors que les cheminées des salons en pierre noire furent sculptées de dessins, festons floraux, colonnes et fronteaux32.

  • 33 M. Charageat, « Les armateurs malouins amateurs et collectionneurs de sculpture génoise au xviiie s (...)

16Le transport des marbres de Carrare et de Ligurie était essentiellement effectué aux xviie et xviiie siècles par les navires de Saint-Malo. Sur la route du marbre qui reliait par voie maritime Gênes aux ports de Toulon, Marseille, Cadiz, Lisbonne, Saint-Malo, Le Havre, et ensuite par voie fluviale Paris, les commerçants et les armateurs malouins – Le Fer, Picot, Dubois de Montmarin – se firent livrer les marbres pour la construction des grands escaliers, des sols, des statues et des fontaines des jardins de leurs demeures, rénovées et embellies. En 1744, à Saint-Malo, débarquèrent les marbres pour la décoration de la résidence de Pierre Gris à Colombier. Le même navire malouin, Le Saint-Jacques, transportait aussi trois grandes statues en marbre du sculpteur génois Francesco Maria Schiaffino pour l’église de Saint-Benoît33.

  • 34 La plupart du nouveau décor de La Calahorra fut exécuté en pierre locale par des sculpteurs espagno (...)

17Toutefois, du xve au xviiisiècle, la plupart des fournitures de marbre envoyées du port de Gênes étaient destinées aux commettants espagnols. Les études effectuées auprès des archives génoises et espagnoles mettent en évidence une grande quantité de documents. Ci-après, je signalerai très brièvement certaines des œuvres les plus importantes réalisées par les marbriers génois pour l’Espagne. La Reconquista, qui se termina en 1492, la richesse des colonies américaines et le tout récent rôle de grande puissance de la nation espagnole apportèrent à l’aristocratie ibérique une nouvelle prospérité et un grand prestige. De là naquit l’exigence de célébrer les gloires dynastiques au travers de monuments marmoréens. En outre, l’alliance rédigée en 1527 entre Andrea Doria et Charles Quint renforça les rapports entre Gênes et l’Espagne et de nombreux aristocrates espagnols ayant d’importants mandats politiques, militaires et financiers, se rendirent à Gênes. Dans la ville italienne, ils admirèrent les palais et les églises riches de monuments sépulcraux majestueux et se mirent en contact directement avec les ateliers des sculpteurs pour commander des œuvres en marbre. L’activité des banquiers génois, qui satisfaisait Charles Quint et l’aristocratie espagnole, servait aussi d’intermédiaire efficace pour payer les sculpteurs génois qui expédiaient leurs œuvres de Gênes mais qui souvent se rendaient eux-mêmes en Espagne pour s’occuper de la mise en place des sculptures et des aménagements en marbre. Les exigences des commettants espagnols reflétaient principalement leur besoin d’exaltation dynastique et de prestige familial : les commandes les plus importantes furent en effet la réalisation de monuments sépulcraux et la rénovation des palais. La première intervention des marbriers génois dans les résidences espagnoles fut celle de Michele Carlone et de son équipe au tout début du xvisiècle. Ils rénovèrent la décoration marmoréenne des intérieurs et de la cour du château de La Calahorra (Grenade) en y réalisant de très beaux chapiteaux et balustrades. Don Rodrigo Díaz de Vivar y Mendoza, premier marquis du Zenete, ordonna ces travaux après avoir visité Gênes en 150034. Don Fadrique Enriquez de Ribera, premier marquis de Tarifa, arriva à Gênes en 1520, où il contacta aussitôt les ateliers renommés des familles Aprile et Gaggini.

18En 1521, ces sculpteurs achevaient déjà dans la chartreuse de Las Cuevas à Séville les magnifiques tombeaux en marbre des parents du marquis et en 1533 Antonio Maria Aprile expédia de Gênes pour sa résidence de Séville, la maison de los Pilatos, les colonnes, les chapiteaux, la fontaine de la cour et le portail monumental en marbre de Carrare. Le palais de don Juan de Almansa à Séville fut enrichi d’un portail, de colonnes en marbre de Carrare et d’un sol de marbre blanc de Carrare et de pierre de Promontorio réalisés à Gênes. Même la maison royale s’adressa aux marbriers génois pour rénover l’Alhambra de Grenade et l’Alcázar de Séville. Au cours des années 1540-1550, les nouvelles et élégantes formes renaissances du marbre blanc de Carrare s’intégrèrent dans les magnifiques décors de l’architecture mudéjar, telle la cour des Donzelles de l’Alcázar de Séville. La nouvelle résidence d’Andrea Doria à Gênes fut le modèle qui servit aux sculpteurs génois pour rénover la décoration du palais Viso del Marqués. C’est le propriétaire de ce palais, don Alvaro de Bazán, commandant de la flotte espagnole, qui donna toutes les indications aux sculpteurs, car pendant ses séjours à Gênes, il avait pu admirer les palais génois et en particulier le palais d’Andrea Doria, avec qui il avait noué des rapports de grande amitié. Tous les ornements marmoréens – portails, fenêtres, colonnes, balustrades, fontaines, la cheminée monumentale en marbre blanc et pierre noire de Promontorio – furent exécutés à Gênes d’où ils furent expédiés.

  • 35 Alfonso, 1985, op. cit., p. 309, n. 11, tab. 19.
  • 36 L. Alfonso, « I Carlone a Genova », La Berio, XVII, 1977, no 1-2, p. 86-87.
  • 37 F. Franchini Guelfi, 2002, op. cit., p. 256, n. 6.
  • 38 Alfonso, 1985, op. cit., p. 71, 76.

19La documentation présente dans les archives fournit parfois des informations et des croquis sur des œuvres sculpturales destinées à des commenditaires espagnols mais n’ont à ce jour pas pu être identifiées ou ont été détruites. Ainsi, nous ne savons pas pour quel palais espagnol le sculpteur génois Giovan Battista Baguti exécuta en 1592 certaines cheminées dont on conserve encore aujourd’hui les plans et les dessins35 ; et très peu nous reste de la résidence imposante que don Juan Vivas, ambassadeur espagnol à Gênes dans les années 1605-1615, fit rénover à Benifairó de las Valls (Valence) en commandant à trois ateliers de sculpteurs génois (Matteo et Rocco da Novo, Giovanni Battista et Oberto Casella, Giovanni Battista et Giuseppe Carlone) les colonnes, les portails, les chapiteaux, les balustrades, les armoiries, les grands escaliers, les fontaines et les statues pour le jardin36. Le dessin de Matteo da Novo pour certains portails du palais, joint au contrat notarié rédigé en 1606, représente un des seuls témoignages figuratifs encore visible. Par contre, il reste à vérifier si le portail en marbre blanc « con le figure, colonne, intagli e sculture » réalisé en 1654 par Tomaso et Giovan Battista Orsolino pour le palais de don Juan Martínez à Cadiz existe encore37 et il serait intéressant de connaître la destination des deux mille « amandole » (carreaux de forme rhomboïdale) en marbre blanc et en marbre noir expédiés en Espagne en 1656 par Tomaso Orsolino pour réaliser un magnifique sol38. Tout au long des xviie et xviiisiècles, l’aristocratie espagnole continua à commander à Gênes les marbres blancs et les « mischi » pour la décoration des palais.

  • 39 Ibid., p. 306-307, tab. 20, 21. Après le colloque de Versailles, plusieurs études sur le commerce d (...)

20Pour conclure ce rapide compte rendu, je citerai les fournitures des aménagements et ornements marmoréens génois pour les résidences de l’aristocratie espagnole en Sicile. En 1587, Gio. Giacomo Valsoldo et Taddeo Carlone reçurent la commande de don Pedro de Mendoza, ambassadeur espagnol à Gênes, de nombreux ornements architectoniques pour la réalisation du palais royal de Messine : les dessins, d’une très grande précision, des balustrades et des colonnes, joints au contrat, demeurent le seul témoignage de ces travaux39.

21Il est certain qu’un approfondissement de ces études auprès des archives siciliennes pourrait nous donner de nouvelles informations sur le commerce des marbres génois en Sicile. En effet, si les études sur les sculpteurs génois apparaissent nombreuses, c’est la diffusion même dans toute l’Europe de leur activité et de leur commerce qui élargit considérablement le champ de recherche qui, pour certains territoires, n’en est seulement qu’à ses débuts.

Documents par Roberto Santamaria, Gênes, Archivio di Stato

Doc. 1 : Gênes, Archivio Storico del Comune, Padri del Comune, Atti, filza 230, doc 202

2228 janvier 1693. La Magistratura dei Padri del Comune di Genova propose de déplacer les ateliers des marbriers situés dans le port entre le Quai Spinola et le Quai Calvi dans le Molo vecchio pour faciliter, d’une part le débarquement des marbres et d’autre part pour déverser en mer, sans endommager le fond marin du port, les déchets du travail de ce matériau.

Serenissimi Signori
Il Prestantissimo Magistrato de Padri del Commune che non tralascia d’applicar l’animo per oviare l’inconvenienti e danni a publici affari raccomandati alla sua direttione, ha pensato di rimovere li Marmarari dal sito dove sono, che resta frà il Ponte de Spinoli e quello de Calvi, et ordinare che tutti di detta Arte si restringhino e si unischino al Muolo vecchio in vicinanza de magazzini del Sale e del Grano, dove sono case rotte che s’haverebbero a dolcissimi prezzi et ivi fabricar loro case d’habitazioni e boteghe; luogo per aponto a’ proposito per tal Arte, si per la larghezza del sito, si anche per la comodità della Porta di San Marco, dove li saranno portati e sbarcati i marmi con maggior facilità e senz’impedimento de gl’altri Ponti, con la consideratione anche di rendere più habitabili e frequentate le strade di quelle vicinanze, sperando altresì che tal pratica non debba essere senza profitto; ma sopra ogni cosa perché con ogni facilità si potrà far colare in mare da quella parte che è verso la Mala Paga tutte le segature, sabie e rotami che procedono da detti lavori: considera pure detto Prestantissimo Magistrato che si renderanno in appresso le strade de ponti de Spinoli e Calvi più capaci e atte al maneggio delle carozze di quello sono al presente ; ma quel che più le preme è che in questa maniera si schiverà il danno notabile che / apportano a questo Porto le arene e scagliami che procedono dalle segature de marmi, le quali in tempo di pioggia se ne scorrono con facilità nel medesimo Porto, dal quale riesce quasi impossibile di levarle, facendosi una materia durissima, oltre la consideratione di fabricar in detti siti rimesse, alla fabrica de quali quando detto Prestantissimo Magistrato, per qualche circostanza che potesse sopravvenire, non inclinasse, non mancheranno occasioni d’alienar detti siti a prezzi di consideratione per la loro comodità e qualità e del posto medesimo. Se ne portano per conto le notizie alle prudentissime riflessioni di Vostre Signorie Serenissime perché quando non occorra loro incontrario si possa venire all’esecutione di quanto sopra.

Doc. 2 : Gênes, Archivio Storico del Comune, Padri del Comune, Atti, filza 234, doc 78

2312 août 1716. La Magistratura dei Padri del Comune di Genova, sur demande du ministère de France, accorde l’exemption de la taxe de dépôt dans le port pour les marbres destinés au roi de France en souffrance depuis 22 ans.

Per li Marmi sopra il Mole nuovo 78
Sopra rappresentazione stata fatta a Serenissimi Collegi à 3 agosto corrente per parte del Segretario del Ministero di Francia è stato fatto da lor Signorie Serenissime decreto del tenor seguente :

1716 12 agosto
Si delibera che il Prestantissimo Magistrato de’ Padri del Commune faccia andar essenti fino al presente giorno, li pezzi 31 marmi che si trovano sopra l’uno e l’altro molo, ò sia sopra il molo nuovo, per conto di Sua Maestà Cristianissima, contenuti nella scrittura di Testimoni comparsi sotto li otto luglio caduto dal notaro Paul Francesco Bacigalupo, dal pagamento delli soldi 20 per pezzo di detti marmi a ragion d’anno, per la stalia ; e di questa deliberazione il Nostro Segretario ne dia notizia verbale a quello del Ministrero di Francia…

Nota delli marmi che sono sopra le Calade al nuovo mole
marmi senza marca pezzi n 58
altri tre neri in pezzi quattro senza marca n 3
altri marcati con marca DTE n. 26 compresi in detti pezzi due neri n 26
altri con giglio con detta marca n 6
altri con marca G.G. n 12
Al mole vecchio vi sono pezzi n 24 marmi essendosi compresi li pezzi sei segnati G.G. n 24

2423 mars 1716. Liste, rédigée sur demande de Monsieur Blondel, des marbres marqués du lys royal à expédier à Paris (portor, blanc et blanc veiné).

† 1716 a 23 marzo
Registro di Marmi del Re sopra del Muolo Novo fatto ad instanza di Monsieur Blondel, stato imviato dalla Corte per li affari delle Galee, con ordine anche di riconoscere detti marmi quali portavano la Marca del Giglio, et ad alcuni de quali, atteso che detta marca era cancelata fece imprimere il dicontro segno, o sia Marca FDT

Primo Pezzo di Marmo Avenato di n 17 di Misura palmi 5.6.4.5.2.3
2. Pezzo di Marmo Bianco di n 46 di Misura palmi 6.0.4.2.2.0
3. Pezzo di Giallo e Nero di n 12 di Misura palmi 10.1.2.9.2.0
4. Pezzo di detto spezzato in due pezzi n 10 di Misura palmi 8.10.3.4.1.10
5. Pezzo Marmo Avenato di n 30 di Misura palmi 6.8.2.10.1.7
6. Pezzo detto Avenato di n 5 di Misura palmi 7.7.4.4.2.6
7. Pezzo detto Avenato di n 32 di Misura palmi 8.3.4.0.4.0
8. Pezzo detto Avenato di n 3 di Misura palmi 7.3.4.8.2.4
9. Pezzo Marmo Bianco di n 39 di Misura palmi 13.3.8.3.2.6
10. Pezzo Avenato di n 19 di Misura palmi 9.10.3.2.1.9
11. Pezzo detto Avenato di n 18 di Misura palmi 13.3.8.3.2.6
12. Pezzo Marmo Bianco di n 42 di Misura palmi 14.0.9.1.1.7
13. Pezzo Avenato di n 24 di Misura palmi 5.9.2.11.2.0
14. Pezzo Avenato di n 17 di Misura palmi 6.10.2.8.1.10
15. Pezzo Marmo Bianco di n 79 di Misura palmi 8.10.2.8.1.10
16. Pezzo Avenato di n 30 di Misura palmi 6.9.2.8.1.4
17. Pezzo Avenato di n 6 di Misura palmi 8.4.3.7.1.9
18. Pezzo Avenato di n 36 di Misura palmi 8.0.4.5.3.6
19. Pezzo Marmo Bianco di n 58 di Misura palmi 10.6.4.10.3.0
20. Pezzo detto Bianco di n 31 di Misura palmi 11.6.6.4.2.0
21. Pezzo detto Bianco di n 8 di Misura palmi 11.2.6.4.2.8
22. Pezzo Avenato di n 4 di Misura palmi 8.11.5.9.2.4
23. Pezzo Avenato di n 34 di Misura palmi 10.6.5.2.2.2
24. Pezzo Marmo Bianco di n 3-21 di Misura palmi 8.7.5.4.4.4
25. Pezzo Marmo Bianco di n 49 di Misura palmi 6.0.3.3.1.10
26. Pezzo Avenato di n 26 di Misura palmi 5.11.4.0.2.6
27. Pezzo Marmo Bianco detto in 2 pezzi di n 2 di Misura palmi 13.6.5.1.1.3
28. Pezzo Avenato di n 40 di Misura palmi 14.10.2.10.1.8
29. Pezzo Marmo Bianco di n 324 di Misura palmi 6.0.2.3.2.1
30. Pezzo Marmo Bianco di n 7 e 37 di Misura palmi 12.6.3.10.2.2
31. Pezzo Marmo Bianco di n 109 di Misura palmi 6.8.4.2.2.5 /

25
8 juillet 1716. Le sculpteur français Honoré Pellé vérifie la précédente liste des marbres destinés au roi de France en attestant que les marbres proviennent tous de Carrare exception faite des deux pièces de portor venant de l’île de Palmaria. Le sculpteur génois Gaetano Quadro, pour le compte du chevalier Blondel, confirme la vérification de Pellé et appose la marque FDT sur les marbres où la marque royale s’est effacée.

1716 die mercurii octava Iuliii in vesperis ad bancum mei notarii infrascripti situm Genuam Platea Bancorum.
Dominus Honoratrus Pelle quondam Domini Alexandri testis productus […] testificando dixit: che tutti li marmi contenuti e de quali si fa la mention nella lista ò sia nota che voi notaro mi mostrate e leggete e che si ritrovano al giorno d’hoggi su la calata del molo nuovo della presente Città, sono tutti marmi stati fabricati nella Cava di Carrara ad esclusione di due pezzi di colore giallo e nero fabricati nella Cava di Porto Venere cioè nella Isola Palmara per conto et ordine della Felice memoria di Sua Maestà Christianissima e dalla dette cave trasportati saranno anni venti due circa sopra la calata del detto molo nuovo, per indi inviarli a Pariggi et hoc est. […] So quanto sopra per avere avuto io testimonio incombenza e carrico di ricevere detti marmi e riconsocerli, quando venivano da dette Cave per farle dar ricapito, et avendoli hora revisti ho riconosciuto essere li medesimi in corpo e sostanza, conforme sono venuti da 22 anni in qua, come ho detto, dalle dette cave et essere così la verità…
Successive in dicto loco
Dominus Caietanus Quadrus quondam Domini Anselmi… Io dico che sotto li 23 marmo prossimo passato fui richiesto dal Signor Cavaglier Blondel francese che si portò in questa Città per affari della Corte di Sua Maestà Christianissima acciò dovessi di compagnia del Signor Onorato Pellé del fu Alessandro andar a riconoscere certi marmi che erano, come tuttavia si trovano, sopra la calata del molo nuovo della presente Città, quali si disse spettavano a Sua Maestà Christianissima ; così detto giorno andai insieme con il detto Signor Onorato et il scrivano di detto Signor Blondel al detto molo nuovo, et ivi detto scrivano ci mostrò la nota che teneva di detti marmi di sua Maestà, e così riconoscessimo tutti li marmi enonciati in detta lista ò sia nota, e confrontati con essa tanto i numeri quanto le misure trovammo che erano gli istessi ; de quali tutti ne feccimo una nota distinta, come anche di tutti li pezzi e misure, quale nota è del tenore della medesima che voi notaro hora mi mostrate e leggete; dal che capii che tutti detti marmi spettavano a Sua Maestà Christianissima, come già per avanti più e più volte li avevo sentito dire, e successivamente il detto Signor Blondel mi ordinò che dovessi andare come andai di lì a due giorni ad imprimere sopra ogn’uno di detti marmi una nuova marca FDT, come in effetto ve la impressi…
[…] Paolo Francesco Bacigalupo notaro.

Doc. 3 : Gênes, Archivio di Stato, Notai Antichi, 9225, notaio Alessandro Alfonso, 7 aprile 1716, Quitatio et promissio

267 avril 1716. Le sculpteur génois Gaetano Quadro achète à l’armateur Santino Cadeviola la quatrième partie du navire, équipé pour le transport des marbres, en cours de construction dans les chantiers navals de Cavi di Lavagna. L’armateur s’engage à verser à Quadro la quatrième partie du gain de chaque voyage. Suit la liste (qui n’est pas transcrite ici) des équipements du navire pour le transport du marbre.

Nel nome del Signore Iddio sia

Il Patron Santino Codeviola quondam Angelo del luogo de Cavi di Lavagna, spontanemente et in ogni miglior modo confessa al nobile Gaetano Quadro quondam Anselmo presente et accettante, haver da esso (oltre le £ 570.4.4. de quali si fa menzione in altro instrumento di quitanza ricevuto da me notaro li 4 dicembre 1715) havuto e ricevuto, come ha e riceve in denari contanti alla presenza di me notaro et testimoni infrascritti, altre lire quattro cento sessant’uno e 9 moneta di Genova corrente che in tutto fanno la somma di £ 1031.12.4, quali ha accettato et accetta cioè £ 431.9 per resto e compimento di £ 1001.13.4, quarta parte di £ 4006.13.4, netto importare e prezzo d’un liuto dal detto Padrone Santino ultimamente fatto fabricare nella spiaggia dei detti Cavi, nominato Nostra Signora del Carmine, Sant’Antonio di Padova, Santa Giulia e le Anime del Purgatorio, di portata di mine 300 circa e degli atrezzi et apparati et altro contenuti in una lista che a me notaro si presenta da contenersi nel presente instrumento e le restanti £ 30 per quarta parte di £ 120 fondo e colonna del detto liuto, stato fabricato per detta quarta parte d’ordine e per conto del detto Nobile Quadro e così di esse gliene ha fatto e fa fine e quitanza. […] Successivamente detto Padrone Santino ha promesso e promette al detto Nobile Quadro […] di custodire, governare et amministrare bene e fedelmente detto liuto e suoi atrezzi […] e in fine d’ogni viaggio prontamente pagarle e sborzarle la portione ad esso spettante per la detta sua quarta parte di tutti quei utili e guadagni che si faranno in ogni viaggio respetivamente col detto liuto et impieghi del detto fondo o sia colonna.

27Dans la liste des équipements : […] altro scionco per far un lavoro d’alzare li marmi £ 25.10 […] 2 taglie grosse per alzare li marmi £ 19.

Doc. 4a : Gênes, Archivio di Stato, Notai Antichi, 13754, notaio Francesco Maria Carrozzo, doc 197, 4 aprile 1753, Procura

284 avril 1753. Le sculpteur génois Stefano Quadro, fils du défunt Gaetano, nomme Thomas Seymour, résidant à New York, son procureur pour le recouvrement de 507 lires génoises auprès du capitaine Francesco De Ferrari.

Au nom de Dieu
[…] le Sieur Étienne Quadro fils de feu Gaetan de cette ville de Genes […] fait et constitué son procureur general et special Monsieur Thomas Seymour demeurant a New Yorke, au quel il donne plein pouvoir et authorité de pour luy et en son nom demander, exiger et reçevoir de Capitain François De Ferrari genois, […] la somme de cinquecentsept livres.

Doc. 4b : Gênes, Archivio di Stato, Notai Antichi, 13754, notaio Francesco Maria Carrozzo, doc 202, 7 aprile 1753, Transumptum

297 avril 1753. Transcription d’un document daté 30 décembre 1750 dans lequel le capitaine Francesco De Ferrari déclare avoir reçu de la part de Quadro de la marchandise (d’une valeur de 507 lires génoises), dont cinq cents carreaux de marbre et sept mortiers qui doivent être transportés en Amérique du Nord.

Genova à 30 dicembre 1750
Io abasso infrascritto dichiaro e confesso aver ricevuto dal Signor Quadri la apiè nominata mercanzia, cioè quadretti di marmo cinquecento, pezze otto caranca fine, e mortai sette, il tutto valutato per il prezio di lire cinquecentosette e mezza moneta fuori banco, il quale tutto è per conto e risico del detto Signor Stefano Quadro per andata e ritorno in questo porto di Genova dal Norte d’America, obligandomi al mio ritorno a Dio piacendo, restituirli la sudetta partita con la metà dell’utile riccavato dalle sudette mercanzie, senza nessuno nolo et in fede.
Francesco de Ferrari

Haut de page

Notes

1 Doc. 2.

2 Le 12 octobre 1617, la Magistratura dei Padri del Comune di Genova (Magistrature des Pères de la Ville de Gênes), qui gérait les opérations du port, informa le Sénat de la République des « danni grandi » (dommages importants) provoqués au Molo Nuovo par la grande quantité de caisses de marbre déposées sous les ordres de Borzone et destinées à la « Maestà Christianissima ». Gênes, Archivio Storico del Comune, Padri del Comune, Atti, filza 228, n. 42. Le document, comme tous ceux cités sans références bibliographiques, a été découvert par Roberto Santamaria. À propos de Francesco Borzone (1625-1679), nommé par Louis XIV peintre du roi, de ses séjours à Paris et à Versailles et de ses voyages à Carrare et à Seravezza pour pourvoir en marbres les demeures royales : G. Biavati, « Identikit per Francesco Borzone », Bolletino dei musei civici genovesi, I, no 3, 1979, p. 42-63.

3 Il est impossible de mentionner ici toute la bibliographie existante sur le sujet. Jusqu’à 1988, elle est citée dans La scultura a Genova e in Liguria dalle origini al Cinquecento, Gênes, 1987 et dans La scultura a Genova e in Liguria dal Seicento al primo Novecento, Gênes, 1988. De 1988 à 2000, les mises à jour bibliographiques sont signalées dans R. Santamaria, Altari marmorei in Alta Valle Scrivia. Riferimenti e fonti per la conoscenza della scultura d’altare genovese nei secoli xvii e xviii, thèse de spécialisation en histoire de l’art médiéval et moderne, Université de Gênes, 1999-2000.

4 C. Klapisch-Zuber, Carrara e i maestri del marmo (1300 – 1600), Massa, 1973 (Paris, 1969), p. 185-186, fig. 4.

5 Le 20 juin 1191, La colonne devait arriver sanam et integram (intacte et entière) dans le port de Gênes. M. W. Hall, H. C. Krueger et R. L. Reynolds, Notai liguri del sec.XII. Guglielmo Cassinese, Turin, 1938, t. I, p. 299.

6 C. Klapisch-Zuber, 1973, op. cit., p. 219-229.

7 Dans les documents médiévaux, la vallée Intelvi dicitur Antelamo. Aujourd’hui, certaines de ces localités font partie du territoire suisse du canton du Tessin. A. Dagnino, « Maestranze e cantieri », La scultura a Genova e in Liguria, 1987, op. cit., p. 153-163 ; Magistri d’Europa. Eventi, relazioni, strutture della migrazione di artisti e costruttori dei laghi lombardi, Atti del Convegno di Como (1996) par S. Della Torre, T. Mannoni et V. Pracchi, Côme, 1996 ; S. A. Colombo, S. Coppa, I Carloni di Scaria, Lugano, 1997 ; M. Bartoletti, L. Damiani Cabrini, I Carlone di Rovio, Lugano, 1997.

8 Le long processus de séparation entre les constructeurs et les sculpteurs d’origine lombarde travaillant sur Gênes commença au xvie siècle. En 1576, un décret du Sénat de la République sanctionna l’autonomie de l’Arte degli Scultori de la séculaire alliance avec les architectes. En 1607, l’Arte degli Scultori di Nazione Lombarda bâtit une chapelle dans l’église génoise de Santa-Sabina, confirmant le prestige de la corporation au niveau de la vie publique. R. Santamaria, « L’Arte dei marmorari lombardi a Genova. Cultura figurativa e conflitti corporativi fra Cinquecento e Settecento », Studi di Storia delle Arti, 2003, n. 10, p. 63-76.

9 Pour les années 1715 à 1734, quelques procès-verbaux rédigés par Paolo Francesco Bacigalupo, chancelier de l’Arte, sont publiés dans V. Belloni, La grande scultura in marmo a Genova (secoli xvii e xviii), Gênes, 1988, p. 240-251.

10 L. Alfonso, Tomaso Orsolino e altri artisti di « Natione Lombarda » a Genova e in Liguria dal sec. xiv
al
xix, Gênes, 1985, p. 92.

11 Doc. 3. R. Santamaria, « Il marmo di Carrara e il porto di Genova nei secoli xvii e xviii », La Casana, XLVI, 2004, no 1, p. 28-39.

12 Gênes, Archivio Storico del Comune, Padri del Comune, Atti, filza 29, n. 34, décret du 10 juillet 1568.

13 Doc. 1.

14 Gênes, Archivio Storico del Comune, Padri del Comune, Atti, filza 67, n. 37, 15 juin 1609.

15 Doc. 4a et 4b.

16 Alfonso, 1985, op. cit., p. 78.

17 Son emploi pour les décorations architectoniques est assez rare. Nous le retrouvons toutefois dans l’église génoise de San Carlo et plus précisément dans la chapelle Franzone dont la réalisation commença en 1677 (Giovanni Battista Casella) et fut terminée des années plus tard par Giacomo Garvo. E. Agustoni, « Giovanni Battista Casella », dans F. Bianchi, E. Agustoni, I Casella di Carona, Lugano, 2002, p. 314-315.

18 Ce marbre, cité aussi sous la dénomination de « rosso Svizzera » (rouge Suisse), fut employé pour la décoration de la cathédrale de Gênes (1646). E. Agustoni, « Presenza di marmo d’Arzo a Genova », Bianchi, Agustoni 2002, p. 160-163. La fig. 2 ici reproduite est reprise de la fig. 84 du texte cité. Dans le Ragguaglio de 1610, publié dans Quaini 1981 (note 23), on cite un autre cas intéressant de matériau pierreux fourni par les carrières du territoire d’origine des sculpteurs lombards. Cette pierre, qui provenait des carrières près du lac de Côme, était employée pour construire « laveggi da cucinare » (des éviers) et était vendue à un prix si bas qu’on conseilla d’arrêter l’exploitation d’une cave près de Levanto en Ligurie, qui produisait une pierre similaire.

19 Pour la présence en Sicile du « bardiglio », du portor et du rouge de Levanto, un autre marbre ligure certainement importé par les génois, et des marbres siciliens, cf. G. Montana et V. Gagliardo Briuccia, I marmi e i diaspri del barocco siciliano, Palermo, 1998, p. 71-74.

20 F. Franchini Guelfi, « Genovesi in Sicilia. Imprese commerciali e finanziarie e committenza artistica di une nazione di mercatores », La Casana, 2001, n. 1 Speciale Sicilia, p. 38-45 (plus la bibliographie précédente).

21 J.-L. Bonnet, « Les carrières aux marbriers de Caunes-Minervois (xviie siècle) », Bulletin de la Société d’études scientifiques de l’Aude, XCVIII, 1998, p. 89-102 ; J.-L. Bonnet, « De la politique royale du marbre aux carrières de Caunes et Félines en Minervois (xviiie siècle) », Bulletin de la Société d’études scientifiques de l’Aude, CC, 2000, p. 53-62. À propos de la diffusion du marbre de Caunes : P. Julien « Décor et marbre de Caunes dans la nef de Saint-Pierre de Rome », Mélanges de l’École française de Rome, 106, 1994, no 2 ; F. Franchini Guelfi, « La scultura del seicento e del settecento. Statue e arredi marmorei sulle vie del commercio e della devozione », Genova e la Francia. Opere, artisti, committenti, collezionisti (P. Boccardo, C. Di Fabio, P. Sénéchal), Genova, 2007, p. 170-189 ; F. Franchini Guelfi, « La decorazione e l’arredo marmoreo », L’Annunziata del Vastato a Genova. Arte e restauro (G. Rossini), Venezia, 2005, p. 41-42.

22 Alfonso, 1985, op. cit., p. 66-68 ; Belloni, 1988, op. cit., p. 99. Dans les documents cités par Alfonso on peut retrouver les noms des deux marbriers envoyés à Caunes en 1645 par la societas des sculpteurs génois : Giuliano Secreti de Carrare et le génois Andrea De Rossi. De Rossi est le même sculpteur que celui cité dans les documents publiés par Bonnet, 1998, op. cit., p. 91-93.

23 Le Ragguaglio, conservé auprès des archives d’État de Bologne, est publié dans M. Quaini, La conoscenza del territorio ligure fra Medio Evo ed età moderna, Genova, 1981, p. 211-214. Une liste partielle et plus condensée des carrières, conservée auprès des archives d’État de Gênes, fut rédigée en 1626 par Giovanni Morello de Carrare. Dans sa demande au Sénat de la République, Morello sollicitait qu’on lui accorda le privilège d’extraire le marbre des carrières de la liste pendant 25 ans, après avoir obtenu l’accord des propriétaires des terrains où les carrières étaient implantées. Le document est publié dans L. T. Mannoni, Il marmo. Materia e cultura, Gênes, 1978, p. 234-235. À propos des matériaux pierreux du territoire ligure : M. Del Soldato, S. Pintus, Studio geologico-storico delle attività e delle tecniche estrattive nella Liguria Orientale, La Spezia, 1985 ; Pietre di Liguria. Materiali e tecniche dell’architettura storica, par P. Marchi, Gênes, 1993.

24 Ragguaglio dans Quaini, 1981, op. cit., p. 212.

25 « […] adesso che si è gustato il framettere nell’opera d’ architettura molte varietà di mischi, ogniuno s’industria d’andar cercando et […] è vero […] che ogni montagna ha i suoi mischi […] » (maintenant on aime beaucoup les œuvres architecturales avec de grandes variétés de marbres colorés, tout le monde cherche ces marbres et c’est aussi vrai que chaque montagne a ses marbres colorés). Ragguaglio dans Quaini, 1981, op. cit., p. 213-214.

26 À partir de la liste de Giovanni Morello dans Mannoni, 1978, op. cit., p. 235, n. 23.

27 F. Franchini Guelfi, « Ferrandino », Dizionario Biografico degli Italiani, Rome, 1996, t. 46, p. 445-451.

28 Raggiaglio dans Quaini, 1981, op. cit., p. 212.

29 Alfonso, 1985, op. cit., p. 54.

30 Ragguaglio dans Quaini, 1981, op. cit., p. 211.

31 Alfonso, 1985, op. cit., p. 70.

32 Le palais a été détruit et l’autel de la chapelle est devenu aujourd’hui le maître-autel de l’église paroissiale de Puyricard. J.-J. Gloton, « Une villa italienne en Provence au xviie siècle : le château Grimaldi de Puyricard », Provence historique, 1980, n. 119, p. 5-23.

33 M. Charageat, « Les armateurs malouins amateurs et collectionneurs de sculpture génoise au xviiie siècle », Actes du xixe congrès international d’histoire de l’art (Paris 1958), Paris, 1959, p. 316-319 ; F. Franchini Guelfi, « Sculture di Francesco Maria Schiaffino e di Annibale Casella a Saint-Malo e a Cadice », Bollettino dei Musei Civici Genovesi, XXII, 2000, n. 66, p. 7-18.

34 La plupart du nouveau décor de La Calahorra fut exécuté en pierre locale par des sculpteurs espagnols sur le modèle de l’architecture italienne de la Renaissance. Pour ce qui concerne les commettants espagnols et leurs rapports avec les sculpteurs génois : R. López Torrijos, «  La scultura genovese in Spagna », La scultura a Genova e in Liguria, 1987, op. cit., p. 366-381 ; J. M. Palomero Paramo, « Ars marmoris. Il commercio di opere d’arte tra Genova e Siviglia : gli artisti, i committenti, i contratti e la fortuna critica delle esportazioni da Carrara », Genova e Siviglia, l’avventura dell’Occidente, par G. Airaldi, J. Palomero Paramo, P. Stringa, C. Varela, G. N. Zazzu, Genova, 1988, p. 69-112 ; P. Boccardo, « Produzione e scambio in un emporio internazionale », p. 166-175 et F. Franchini Guelfi, « Il Settecento. Theatrum sacrum e magnifico apparato », p. 213-292, La scultura a Genova e in Liguria, 1988, op. cit. ; F. Marías, « La magnificenza del marmo, la scultura genovese e l’architettura spagnola », p. 56-71 ; R. López Torrijos, « Arte e storia condivisa nel Palazzo del Viso », p. 144-155 et F. Franchini Guelfi, « La scultura del Seicento e del Settecento. Marmi e legni policromi per la decorazione dei palazzi e per le immagini della devozione », p. 240-259, Genova e la Spagna. Opere, artisti, committenti, collezionisti, par P. Boccardo, J.-L. Colomer, C. Di Fabio, Gênes, 2002.

35 Alfonso, 1985, op. cit., p. 309, n. 11, tab. 19.

36 L. Alfonso, « I Carlone a Genova », La Berio, XVII, 1977, no 1-2, p. 86-87.

37 F. Franchini Guelfi, 2002, op. cit., p. 256, n. 6.

38 Alfonso, 1985, op. cit., p. 71, 76.

39 Ibid., p. 306-307, tab. 20, 21. Après le colloque de Versailles, plusieurs études sur le commerce des marbres entre Gênes et l’Europe ont été publiées. F. Franchini Guelfi, « La scultura genovese del Seicento e del Settecento in Corsica. Immagini sacre e arredi marmorei per il territorio del dominio », p. 258-277, Genova e l’Europa Mediterranea. Opere, artisti, committenti, collezionisti, par P. Boccardo, C. Di Fabio, Milan, 2005 ; F. Franchini Guelfi, « Artisti genovesi per il Poirtogallo. Committenze di prestigio per una nazione nuovamente protagonista sullo scenario europeo », p. 210-237, Genova e l’Europa Atlantica. Inghilterra, Fiandre, Portogallo. Opere, artisti, committenti, collezionisti, par P. Boccardo, C. Di Fabio, Milan, 2006 ; F. Franchini Guelfi, “Un altare dello scultore genovese Pasquale Bocciardo per il Seminario Maggiore di Coimbra”, p. 315-327, Estudos Italianos em Portugal, 2009, n. 4 ; R. Santamaria, « Carrara/Genova andata e ritorno. Marmi e maestranze tosco – liguri a Genova tra i secoli xvi e xviii », p. 340-374, Jacopo Antonio Ponzanelli scultore architetto decoratore, par F. Franchini Guelfi, Pontedera 2011 ; F. Franchini Guelfi, « Scultori lombardi da Genova in Sardegna nel Seicento e nel Settecento », Magistri d’Europa in Sardegna, Atti del Convegno, Cagliari 2009, in corso di stampa.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Badiglio, marbre gris-bleu de Carrare.
Crédits © Fausta Franchini Guelfi
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11983/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 2 : Colonne de mischio de San Siro.
Crédits © Fausta Franchini Guelfi
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11983/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 3 : Colonne de vert Polcevera.
Crédits © Fausta Franchini Guelfi
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11983/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 4 : Carrière de Pietra lavezzara.
Crédits © Fausta Franchini Guelfi
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11983/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Fig. 5 : Albâtre du Mont-Gazzo.
Crédits © Fausta Franchini Guelfi
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11983/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 6 : Balustres en portor.
Crédits © Fausta Franchini Guelfi
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11983/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fausta Franchini Guelfi, « Les marbriers génois entrepreneurs et marchands », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 19 janvier 2016, consulté le 30 septembre 2016. URL : http://crcv.revues.org/11983 ; DOI : 10.4000/crcv.11983

Haut de page

Auteur

Fausta Franchini Guelfi

Université de Gênes

Haut de page

Droits d’auteur

© Fausta Franchini Guelfi / 2016 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org