Navigation – Plan du site
Mise en œuvre dans les palais royaux

Mosaïques de pierres dures

De la manufacture de Florence aux cours d’Europe
Semi-precious stone mosaics: From the Florentine manufacture to the courts of Europe
Annamaria Giusti

Résumés

Crée par Ferdinand Ier de Médicis en 1588, l’Opificio delle Pietre Dure a consacré son activité à la production de commessi et de mosaïques de pierres dures. Par leur fantaisie, leur perfection technique et la préciosité de leur matériau, ces œuvres sont particulièrement appréciées au-delà même des frontières du grand-duché de Toscane. En effet, les Médicis en ont fait cadeau aux souverains des autres cours d’Europe. Leur politique a provoqué une véritable émulation : Rodolphe II d’Augsbourg, enthousiasmé par les travaux qu’il commanda lui-même à Florence, décida le premier d’appeler des artisans florentins à Prague pour y créer une manufacture. Il est suivi par Louis XIV qui forme un atelier de pierres dures au sein des Gobelins, tandis qu’au xviiie siècle, Charles de Bourbon fonde deux manufactures sur le modèle de Florence, dans le royaume de Naples et en Espagne. Les mosaïques florentines continuent à jouir du prestige international sous le règne des Lorena (1737-1799). Pendant tout le xixe siècle, alors que Florence n’est plus le siège de la cour, l’Opificio compte parmi ses commanditaires Louis II de Bavière et le Tsar de Russie. Ces commandes sont les dernières d’une manufacture royale qui a duré pendant trois siècles. Désormais l’Opificio se consacre à la restauration des œuvres d’art.

Haut de page

Texte intégral

1Au cours du xvie siècle, le rôle de ville-phare de Florence connut un déclin certain, bien qu’encore glorieux, dans le domaine des arts figuratifs et de l’architecture, mais elle sut gagner et conserver fort longtemps une célébrité et un prestige international dans l’art élitaire des pierres dures.

2S’inspirant des modèles de l’antique opus sectile, la marqueterie de pierres polychromes connut un nouvel essor dans la Rome du xvie siècle, où les marbres colorés que la Rome impériale avait fait venir des contrées les plus diverses placées sous sa domination étaient récupérés dans l’immense « carrière en plein air » qu’offraient les ruines de l’Urbs, et réutilisés dans des marqueteries décoratives de style classique destinées à des revêtements architecturaux ou à de somptueuses tables d’apparat. C’est donc sur Rome que se fixèrent les regards et l’intérêt des amateurs et des collectionneurs, vite nombreux, de cette nouvelle typologie d’œuvres d’art.

3L’on ne saurait s’étonner que les cours de Catherine de Médicis, de François Ier de Médicis et de Rodolphe II de Habsbourg se soient disputées un lapicide d’origine française, Jean Meynard, dit le Franciosino, actif à Rome dans l’entourage de Michel-Ange et apprécié plus que tout autre pour ses tables marquetées. Le Franciosino opta pour son pays d’origine et se mit, en 1579, au service de la cour de France, où il mourut cinq ans plus tard. Ce que l’on sait de sa prédominance en tant que « maître de tables » n’a pu jusqu’à présent être démontré par des œuvres qui lui soient attribuables en toute certitude, mais il n’est pas exclu que l’avenir apporte de nouvelles découvertes, ce domaine de la production artistique pouvant encore réserver bien des surprises.

4Si c’est à Rome que furent jetées les bases du goût et de la diffusion internationale des marqueteries polychromes, c’est Florence qui, très vite, se distingua comme centre hautement spécialisé dans les mosaïques et intailles de pierres dures, dès l’époque de François de Médicis, prince d’une culture et d’un goût aussi vastes que raffinés, et expérimentateur passionné de nature et d’art. Dans sa résidence privée du Casino di San Marco, François avait regroupé, dès les années 1560, des ateliers d’artistes et d’artisans se consacrant à des manufactures rares et précieuses, jusqu’ici quasiment absentes de Florence, telles que les porcelaines imitant celles de Chine, les verres soufflés, les pierreries vraies et fausses, et par-dessus tout les pierres dures. Le succès que les pierres dures remportèrent à Florence et ailleurs est en partie dû à l’étendue des significations alchimiques, astrales et naturelles que l’on attribuait alors aux pierres. La beauté certaine de la matière, inaltérable, était mise en valeur par un travail artistique qui demandait à la fois de la fantaisie et une virtuosité technique, deux qualités pareillement appréciées dans le goût sophistiqué du maniérisme.

5Tous ces éléments firent que les ateliers florentins travaillant pour François de Médicis se distinguèrent bien vite de la production romaine basée sur des marbres archéologiques et sur d’élégantes – mais quelque peu répétitives – compositions de décorations abstraites. Ils attirèrent rapidement l’attention de l’Europe cultivée de l’époque sur la toute nouvelle manufacture de Florence. Nombreux furent ceux qui parlèrent dans leurs écrits de François de Médicis et des trésors qui naissaient dans ses ateliers. Parmi eux, Michel de Montaigne, bien sûr, et avant lui un autre voyageur français, l’Audebert, qui en 1577 vit dans le Casino di San Marco une « table couverte de pierres pretieuses rapportées ensemble, ce qui n’est encore achevé ». On serait tenté de reconnaître dans cette table en cours de réalisation le dessus de table carré du Museo degli Argenti (fig. 1), où, sur un fond de marbre blanc, est marquetée et « commessa » (c’est-à-dire rapportée) une géométrie énigmatique, peut-être un tracé astral chiffré, en jaspes polychromes.

Fig. 1 : Table en marbre blanc et jaspes polychromes, époque de François Ier de Médicis. Florence, Museo degli Argenti.

Fig. 1 : Table en marbre blanc et jaspes polychromes, époque de François Ier de Médicis. Florence, Museo degli Argenti.

© Foto Paolo Tosi-Firenze

6Giorgio Vasari, le « genius loci » de la cour médicéenne, mentionne lui aussi les « tables aux pierres précieuses rapportées » que, dans les années 60, François de Médicis faisait réaliser d’après ses dessins par ce même tailleur florentin, Bernardino di Porfirio, qui avait exécuté au cours de la décennie précédente pour Bindo Altoviti, sur un dessin de Vasari, un dessus de table à huit angles en bois marqueté de jaspes et d’ivoire.

7Le goût de la géométrie et les mystérieuses abstractions des mosaïques florentines prisées par François cédèrent le pas, sous le règne de son frère Ferdinand Ier, qui transforma les ateliers privés du Casino di San Marco en une manufacture d’État installée aux Offices en 1588, à d’ambitieuses œuvres figuratives, qui reprirent avec succès tous les thèmes représentés en peinture, de la nature morte, au paysage, au panorama, au portrait, à l’histoire sainte.

8Comme l’écrit le grand-duc Ferdinand, promoteur de ce tournant, cette « nouvelle façon de représenter avec des marbres rapportés » les sujets les plus divers valut dès la fin du xvie siècle, et pendant trois siècles encore, aux mosaïques florentines leur spécificité et leur indiscutable suprématie. On le doit à l’originalité et à la qualité de l’invention, toujours confiée à un artiste créatif, architecte ou plus souvent peintre ou sculpteur ; à l’habileté des artisans, qui traduisaient avec une extrême ductilité le modèle dans le langage expressif des pierres ; à la préciosité des matériaux accumulés par les premiers grands-ducs Médicis dans des réserves aujourd’hui encore non épuisées et qui comptaient une gamme unique de pierres provenant de tout le monde alors connu, de la Bohême à l’Allemagne, de la Corse à la Sicile, jusqu’à la Perse et à l’Inde, sans bien sûr oublier les terres du grand-duché de Toscane, d’où venaient les jaspes de Barga, les agates de Sienne et les calcédoines de Volterra.

9La virtuosité technique fut l’un des plus grands mérites de la manufacture de Florence. Dès ses débuts, elle atteignit un niveau d’excellence absolument sans égal. Elle fut à l’origine le patrimoine, plus tard partagé avec d’autres artisans, des ateliers des Caroni et des Gaffurri, que François de Médicis avait fait venir de Milan, ville spécialisée dès le Moyen Âge dans l’intaille des pierres dures. Mais à cette compétence initiale dans l’intaille des vases, les maîtres milanais surent bien vite ajouter la capacité de travailler les pierres dures aussi bien en ronde-bosse, selon la nouvelle typologie née justement dans la manufacture de Ferdinand Ier et que l’on peut appeler « sculpture en mosaïque » dans la forme à deux dimensions de la mosaïque, ou « commesso ».

10Mais il ne faudrait pas croire que les différentes façons de travailler les pierres silicieuses étaient alors chose courante : la preuve en est qu’un artiste aussi expérimenté dans l’art de la glyptique qu’Ottavio Miseroni, appelé de Milan à Prague par Rodolphe II de Habsbourg, ne se lança jamais dans les commessi, bien qu’il taillât les pierres aussi bien en forme de vases que de mosaïques en relief. Rodolphe II, grand amateur de ces œuvres, surtout après avoir fait faire dans la manufacture de Florence le dessus de table réalisé par Stefano Caroni et fort admiré de ses contemporains, fit venir de Florence à Prague Giovanni Castrucci pour disposer de sa propre manufacture de mosaïques florentines, que les descendants de Castrucci continuèrent à faire fonctionner pendant une trentaine d’années.

11Comme dans un jeu de miroirs renvoyant d’un endroit à l’autre l’éclat des pierres dures, Côme II, quant à lui, s’adressa à la manufacture de Prague pour y faire réaliser le Banquet d’Abraham destiné à l’autel de la chapelle des Princes, entièrement fait de jaspes de Bohême, Bohême présente également dans les vêtements d’Abraham que l’on peut difficilement penser avoir été imaginés par Bernardino Poccetti, auteur à Florence du modèle de ce commesso.

12La notoriété internationale qu’acquirent très vite les mosaïques florentines fut largement accentuée par ce que nous pourrions appeler la « politique des dons » menée par les grands-ducs de Toscane, lesquels, conscients de l’importance politique toute relative de leur petit État, prodiguaient aux autres souverains et aux puissants d’Europe les créations de leur manufacture exclusive, autant de témoignages de la richesse, de la magnificence et du raffinement des seigneurs de Toscane. Parmi les présents que Marie de Médicis apportait à son époux le roi de France, figurait un portrait d’Henri IV en commesso de pierres dures, aujourd’hui perdu, mais qu’on ne désespère pas de retrouver un jour, dont l’Opificio conserve le modèle à l’huile peint par Santi di Tito. En France, le magistral Franciosino, au service de Catherine de Médicis, n’a pas dû avoir de successeurs, puisque c’est de Rome que provient la table ayant appartenu au cardinal de Richelieu qui se trouve dans la galerie d’Apollon. Mazarin, grand amateur de marqueteries polychromes et propriétaire de tables et d’un nombre encore plus important de cabinets, mentionnés dans les inventaires de ses collections comme des « ouvrages de Florence », entretenait à ce sujet d’étroites relations avec l’abbé florentin Luigi Strozzi, chargé de lui procurer des ouvrages en mosaïque qu’il faisait monter en France, dans des ateliers nés, plus ou moins abusivement, à l’ombre de la manufacture des grands-ducs. Il est d’ailleurs notoire que pour lancer l’atelier des pierres dures créé par Louis XIV aux Gobelins en 1668, Colbert avait fait venir de Florence trois spécialistes conduits par Ferdinando Migliorini, qui, dans la manufacture médicéenne, s’était familiarisé autant avec l’intaille en relief qu’avec le commesso.

Fig. 2 : Les réserves des marbres archéologiques et des pierres dures, créées par les Médicis et conservées dans la Cour carrée de l’Opificio à Florence.

Fig. 2 : Les réserves des marbres archéologiques et des pierres dures, créées par les Médicis et conservées dans la Cour carrée de l’Opificio à Florence.

© Foto Paolo Tosi-Firenze

Fig. 3 : Saint Jean Évangéliste, sculpture composée de plusieurs pierres dures, début xviie siècle. Florence, Museo degli Argenti.

Fig. 3 : Saint Jean Évangéliste, sculpture composée de plusieurs pierres dures, début xviie siècle. Florence, Museo degli Argenti.

© Foto Paolo Tosi-Firenze

13Ce fut là la seconde manufacture royale, née au xviie siècle d’une « côte » de la fabrique florentine ; mais avant que le siècle ne s’achève, un autre épisode, plus circonscrit, verra Charles Ier, landgrave de Hesse-Cassel, de retour d’un séjour à Florence, obtenir de l’avant-dernier grand-duc Côme III – prodigue comme son bisaïeul Ferdinand Ier d’œuvres et d’artistes de pierres dures – de faire venir à sa cour Francesco Mugnai, spécialiste en intailles sculpturales que le goût plastique du baroque alors dominant dans la manufacture florentine avait portées à une extrême perfection. À une autre princesse allemande, Françoise-Sybille, margrave de Bade, Côme III envoya à la fin de son règne, vers 1720, une série d’une centaine de panneaux en mosaïque florentine, qui, dans le château de Rastatt, servirent à revêtir la « Florentiner Zimmer », seul témoignage parvenu jusqu’à nous de ces merveilleuses « boiseries » en pierres dont on orna un temps le palais Pitti et les villas médicéennes des environs de Florence.

14L’impulsion que les Médicis avaient donnée à leur atelier de cour ne se démentit jamais, même lorsque leur dynastie s’acheva en 1736. Ce fut pourtant par crainte d’une fermeture imminente que Charles de Bourbon parvint à convaincre une bonne dizaine d’artisans de quitter Florence pour créer à Naples un atelier de pierres dures, qui fonctionna jusqu’en 1860 avec des techniques et un style qui, du moins pendant tout le xviiie siècle, restèrent fidèles à leurs origines florentines. Héritier manqué des Médicis sur le trône de Toscane, Charles de Bourbon leur était proche non seulement par des liens de parenté, mais également par sa passion pour les pierres dures, si grande que lorsqu’il passa du royaume de Naples à celui d’Espagne, il fonda à Madrid en 1761 une seconde manufacture consacrée aux mosaïques florentines, faisant venir cette fois encore des artistes de Florence qui en constituèrent le noyau initial.

15Dans l’atelier du Buen Retiro, les sujets et les matériaux des mosaïques en pierres dures se présentèrent sous une forme assez différente de leurs prototypes florentins, comme le montre la magnifique série de huit consoles dont la fabrication occupa les dernières décennies du xviiie siècle. Les modèles en furent fournis par le peintre français Charles-Joseph Flipart, qui, par certains « caprices » de ruines et de décorations marines, montra qu’il connaissait bien les sujets que le florentin Giuseppe Zocchi avait créés au milieu du siècle pour la manufacture de Florence. Il se caractérise par ailleurs, de façon tout à fait autonome, par ses trompe-l’œil qui mettent efficacement en scène la double illusion de l’objet posé sur le dessus de table et devenu de pierre.

Fig. 4 : Banquet d’Abraham, créé pour Florence dans la manufacture de Rodolphe II à Prague. Florence, Museo dell’Opificio delle Pietre Dure.

Fig. 4 : Banquet d’Abraham, créé pour Florence dans la manufacture de Rodolphe II à Prague. Florence, Museo dell’Opificio delle Pietre Dure.

© Foto Paolo Tosi-Firenze

16Entre-temps, à Florence, la manufacture était passée sans coup férir de la cour des Médicis à celle de Vienne : la nouvelle dynastie des Lorraine, sur le trône de Toscane depuis 1737, avait certes mis en place une politique d’épargne qui la poussa à fermer d’autres manufactures des Médicis tout aussi prestigieuses, telle que celle des Tapisseries créée elle aussi au xvie siècle ; mais elle maintint et restructura l’atelier des pierres dures, lui passant commande de plus de 60 tableaux en mosaïque pour le château de Vienne, sur des modèles de Giuseppe Zocchi. Celui-ci s’attacha à renouveler le répertoire décoratif des commessi en privilégiant des sujets qui annonçaient le goût néoclassique et, de ce fait, emportèrent les faveurs des proches de Napoléon. Au cours de la domination française à Florence, une console ornée de coraux et de coquillages, dont un premier exemplaire avait été réalisé pour Vienne et une réplique pour le palais Pitti, fit un temps partie du mobilier de la Malmaison, pour finir ensuite dans les collections des empereurs de Russie, qui l’achetèrent à Hortense de Beauharnais.

17Le motif de coquillage sur fond de lapis-lazuli, courant dans les mosaïques florentines des xviiie et xixe siècles, fut celui que choisit Élise Bonaparte comme décoration d’une délicieuse parure de bijoux qu’elle fit monter en or à Paris et offrit à sa sœur Caroline, reine de Naples (fig. 5). Par contre, le surtout de lapis-lazuli orné de motifs guerriers commandé par Élise n’eut pas le temps d’arriver à son illustre destinataire, son frère Napoléon, car il ne fut achevé qu’en 1815.

Fig. 5 : Surtout de lapis-lazuli orné de motifs guerriers, fait par Elisa Bonaparte pour son frère l’Empereur. Florence, Galleria d’Arte Moderna.

Fig. 5 : Surtout de lapis-lazuli orné de motifs guerriers, fait par Elisa Bonaparte pour son frère l’Empereur. Florence, Galleria d’Arte Moderna.

© Foto Paolo Tosi-Firenze

18Après les dernières et moins brillantes années du grand-duché de Toscane, qui prit fin en 1859, d’autres souverains tels que Louis II de Bavière et le tsar de Russie, ultimes représentants d’un monde finissant, se servirent encore de la glorieuse manufacture de Florence. Sous la nouvelle appellation d’« Opificio delle Pietre Dure », ce qui avait été jusqu’alors un atelier de cour exclusif ouvrait ses portes à la vente au public avec des créations primées dans les Expositions universelles, mais trop importantes et trop onéreuses pour le goût et les moyens de la bourgeoisie fin de siècle. Plutôt que d’abandonner la voie de l’art pour emprunter les plus modestes sentiers de l’artisanat, l’Opificio a préféré consacré ses ressources de technique et de culture manuelles au domaine de la restauration, qui commençait à naître et dans lequel il n’a fait que se développer. Orientation que nous poursuivons dans l’espoir de transmettre aux générations futures un savoir et un art fort anciens, mais miraculeusement préservés, au service de la conservation d’un patrimoine artistique commun.

Haut de page

Bibliographie

Acidini Luchinat Cristina (dir.), 1997, Tesori dalle collezioni medicee, Florence, Octavo.

Alazard Jean, 1924, L’abbé Luigi Strozzi, correspondant artistique de Mazarin, de Colbert, de Louvois et de La Teulière, Paris, E. Champion.

Audebert Nicolas, 1981-1983, Voyage d’Italie, éd. A. Olivero, Rome, L. Lucarini, 2 vol.

Baldini Umberto, Giusti Anna Maria et Pampaloni Martelli Annapaula, 1979, La Cappella dei Principi e le pietre dure a Firenze, Milan, Electa.

Colle Enrico, 1997, I mobili di Palazzo Pitti: il periodo dei Medici, 1537-1737, Florence / Turin, Centro Di / U. Allemandi.

 2003, « Maria Luisa di Borbone e la Galleria dei Lavori in Pietre Dure di Firenze », DecArt, n. 0, 2003, p. 5-14.

Distelberger Rudolf (dir.), 2002, Die Kunst des Steinschnitts: Prunkgefäße, Kameen und Commessi aus der Kunstkammer, cat. exp. (Vienne, Kunsthistorisches Museum, 17 déc. 2002-27 apr. 2003), Vienne / Milan, Kunsthistorisches Museum / Skira Skira.

Giulianelli Andrea Pietro, 1753, Memorie degli intagliatori moderni in pietre dure, cammei e gioie, dal secolo X, fino al secolo XVIII, Livourne, G. P. Fantechi.

Giusti Annamaria, 1979, dans Umberto Baldini, Annamaria Giusti et Annapaula Pampaloni Martelli (dir.), La cappella dei Principi e le pietre dure a Firenze, Milan, Electa.

— (dir.), 1988, Splendori di pietre dure: arte di corte nella Firenze dei granduchi, cat. exp. (Florence, 1988-1989), Florence, Giunti.

 1989, Tesori di pietre dure: Palazzo Pitti, Uffizi e altri luoghi d’arte a Firenze, Milan, Electa.

 1992, Pietre Dure. Hardstone in furniture and decorations, Londres, Ph. Wilson.

 « Un manoscritto inedito del xviii secolo sulla lavorazione delle pietre dure », OPD Restauro, 1992, p. 180-188.

 1994, « Il pavimento del Battistero », dans Antonio Paolucci (dir.), Il Battistero di San Giovanni a Firenze, Modène, Panini, t. II, p. 373-393.

 1997a, « Le botteghe granducali al tempo di Ferdinando I e Cosimo II », dans Cristina Acidini Luchinat (dir.), Tesori dalle collezioni medicee, Florence, Octavo, p. 115-143.

— 1997b, « Un dorato crepuscolo: il regno di Cosimo III », dans Cristina Acidini Luchinat (dir.), Tesori dalle collezioni medicee, Florence, Octavo, p. 173-195.

 1999, « I marmi della Confessione e la tradizione del “commesso” romano », dans Alfredo Maria Pergolizzi (dir.), La confessione nella basilica di San Pietro in Vaticano, Cinisello Balsamo, Silvana, p. 72-87.

 2002a, « I fasti delle pietre dure », dans Ricardo Spinelli et Franco Cardini (dir.), La grande storia dell’artigianato: arti fiorentine, t. V : Il Seicento e il Settecento, Florence, Giunti, p. 37-57.

 2002b, « Origine e splendori delle botteghe granducali », dans L’ombra del genio: Michelangelo e l’arte a Firenze, 1537-1631, cat. exp. (Florence, Palazzo Strozzi, 13 juin-29 sept. 2002), Milan, Skira, p. 115-121.

 2003a, « Le opere e i giochi. Giuseppe Zocchi », FMR, no 156, fév.-mars 2003, p. 75-104.

 2003b, (dir.), Eternità e nobiltà di materia: itinerario artistico fra le pietre policrome, Florence, Polistampa.

 2003c, Da Roma a Firenze: gli esordi del commesso rinascimentale, dans Annamaria Giusti (dir.), Eternità e nobiltà di materia: itinerario artistico fra le pietre policrome, Florence, Polistampa, p. 197-230.

 2003d, Da Firenze all’Europa: i fasti delle pietre dure, dans Annamaria Giusti (dir.), Eternità e nobiltà di materia: itinerario artistico fra le pietre policrome, Florence, Polistampa, p. 231-270.

 2005, La marqueterie de pierres dures, trad. J.-Ph. Follet, Paris, Citadelles & Mazenod.

 2006, (dir.), Arte e manifattura di corte a Firenze: dal tramonto dei Medici all’Impero (1732-1815), cat. exp. (Florence, Palazzo Pitti, Palazzina della Meridiana, 16 mai-5 nov. 2006), Livourne.

Giusti Annamaria, Mazzoni Paolo et Pampaloni Martelli Annapaula (dir.), 1978, Il Museo dell’Opificio delle Pietre Dure a Firenze, Milan, Electa.

Gonzàlez-Palacios Alvar, 1981, Mosaici e pietre dure, Milan, Fabbri, 2 vol.

 1986, Il tempio del gusto: le arti decorative in Italia fra classicismi e barocco: il Granducato di Toscana e gli Stati Settentrionali, Milan, Longanesi, 2 vol.

 1993, Il gusto dei principi: arte di corte del XVII e del XVIII secolo, Milan, Longanesi, 2 vol.

 2001, Las colecciones reales españolas de mosaicos y piedras duras, Madrid, Museo Nacional del Prado.

Hochmann Michel (dir.), 1999, Villa Medici: il sogno di un cardinale. Collezioni e artisti di Ferdinando de’ Medici, cat. exp. (Rome, Accademia di Francia a Roma, 18 nov. 1999-5 mars 2000), Rome, De Luca.

Koch Ebba, 1988, Shah Jahan and Orpheus: The Pietre Dure Decoration and the Programme of the Throne in the Hall of Public Audiences at the Red Fort of Delhi, Graz, Akademische Druck- u. Verlagsanstalt.

Magnificenza alla corte dei Medici: arte a Firenze alla fine del Cinquecento, 1997, cat. exp. (Florence, Palazzo Pitti, Museo degli argenti, 24 sept. 1997-6 janv. 1998), Milan, Electa.

Massinelli Anna Maria, 2000, Hardstones: The Gilbert Collection, Londres, Ph. Wilson.

Przyborowski Claudia, 1982, Die Ausstattung der Fürstenkapelle an der Basilika von San Lorenzo in Florenz, thèse, Technische Universität Berlin, 2 vol.

 1998, « Commesso-Tafeln in Florentiner Kabinett in Schloss Favorite bei Rastatt: Studien zur Arbeiten der Galleria dei Lavori in Florenz zu Beginn der 18 Jahrunderts », Mitteilungen des Kunsthistorisches Institut in Florenz, no 42, p. 383-457.

Rossi Ferdinando, 1967, La pittura di pietra, Florence, Banca toscana.

Saule Béatrix, 1982, « Précisions sur la grande table en marqueterie de pierres dures du Museum d’histoire naturelle de Paris », Revue de gemmologie, no 73, p. 2-4.

Tosi Alessandro, 1997, Inventare la realtà: Giuseppe Zocchi e la Toscana del Settecento, Florence, Le Monnier.

Tuena Filippo, 1988, « Appunti per la storia del commesso romano: il “Franciosino maestro di tavole e il cardinale Giovanni Ricci” », Antologia di Belle Arti, no 33-34, p. 54-69.

Zobi Antonio, 1853, Notizie storiche sull’origine e progressi dei lavori di commesso in pietre dure che si eseguiscono nell’I. e R. Stabilimento di Firenze (1837), 2nde éd., Florence, Stamperia granducale.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Table en marbre blanc et jaspes polychromes, époque de François Ier de Médicis. Florence, Museo degli Argenti.
Crédits © Foto Paolo Tosi-Firenze
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11994/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 11M
Titre Fig. 2 : Les réserves des marbres archéologiques et des pierres dures, créées par les Médicis et conservées dans la Cour carrée de l’Opificio à Florence.
Crédits © Foto Paolo Tosi-Firenze
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11994/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 13M
Titre Fig. 3 : Saint Jean Évangéliste, sculpture composée de plusieurs pierres dures, début xviie siècle. Florence, Museo degli Argenti.
Crédits © Foto Paolo Tosi-Firenze
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11994/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 8,2M
Titre Fig. 4 : Banquet d’Abraham, créé pour Florence dans la manufacture de Rodolphe II à Prague. Florence, Museo dell’Opificio delle Pietre Dure.
Crédits © Foto Paolo Tosi-Firenze
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11994/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 6,9M
Titre Fig. 5 : Surtout de lapis-lazuli orné de motifs guerriers, fait par Elisa Bonaparte pour son frère l’Empereur. Florence, Galleria d’Arte Moderna.
Crédits © Foto Paolo Tosi-Firenze
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/11994/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 10M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annamaria Giusti, « Mosaïques de pierres dures », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 16 février 2016, consulté le 25 septembre 2016. URL : http://crcv.revues.org/11994 ; DOI : 10.4000/crcv.11994

Haut de page

Auteur

Annamaria Giusti

Diplômée en histoire de l’art à l’université de Florence en 1974, Annamaria Giusti travaille depuis 1976 pour le ministère des Biens et des activités culturels, auprès de l’Opificio delle Pietre Dure. Directeur du musée de l’Opificio, elle en a assuré les travaux de réaménagement en 1995 et dirige les ateliers de restauration des manufactures de pierre, de mosaïque et de bronze. Par ailleurs, elle enseigne l’histoire et la technique de la restauration à l’université de Pise. La plupart de ses travaux sont consacrés à la restauration des mosaïques et commessi du Moyen Âge et de la Renaissance.
Depuis 1978, année de la publication du catalogue complet du musée de l’Opificio (en collaboration avec P. Mazzoni et A. Pampaloni Martelli, Milan, Electa), Annamaria Giusti étudie la production artistique de l’Opificio entre les xvie et xixe siècles.
Elle est l’auteur de Splendori di Pietre Dure: Arte di Corte nella Firenze dei Granduchi (catalogue de l’exposition, Florence, Giunti, 1988) ; Pietre Dure: Hardstone in Furniture and decorations (Londres, Ph. Wilson, 1992) ; Il Museo dell’Opificio delle Pietre Dure (Venise, Marsilio, 1995) ; La marqueterie de pierres dures (Paris, Citadelles & Mazenod, 2012).

Haut de page

Droits d’auteur

© Annamaria Giusti / 2016 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org