Navigation – Plan du site

La couleur et la brique : les exemples du Sud-Ouest de la France et de Saint-Germain-en-Laye

Brickwork and colour: Examples in Southwest France and Saint-Germain-en-Laye
Bernard Voinchet

Résumés

La brique est le fruit du travail de l'homme, ce qui lui confère un statut singulier, bien différent de celui de la pierre. Elle peut être très résistante et d'une extrême sophistication. Mais, le plus souvent, faute d'une cuisson parfaitement contrôlée, elle est assez irrégulière voire d'une grande rusticité. Ces imperfections ont souvent suscité de la part des architectes et des maçons la volonté d'améliorer l’aspect et la pérennité des maçonneries de briques. C’est ainsi que dans tous les pays d’argile, la brique fait l’objet d’une multitude de traitements de surface et de recherche de décoration : surfaçages, peintures, enduits protecteurs animés par des briques feintes, etc. Parallèlement, les belles couleurs de la brique et sa souplesse d’utilisation ont généré une grande variété de mises en œuvre d’autant plus riches que les maîtres maçons ont utilisé de belle manière la polychromie brique et pierre, les jeux subtils des joints dont on sait l’importance qu’ils jouent dans les maçonneries de petit appareil, ou encore les assemblages les plus recherchés. Quelles soient apparentes, peintes ou totalement feintes, les briques ont partout suscité ce que l’on peut appeler une « culture de l’apparence ».

Haut de page

Texte intégral

1Traiter des problèmes de la brique et de la couleur nécessite de prendre en compte la caractéristique première de ce matériau : la brique est fabriquée par l’homme, contrairement à la pierre qui est un don de la nature.

2Cela lui confère une valeur symbolique forte ; les grands textes fondateurs y font référence : « puise l’eau, foule la terre, rétablis le four à brique, etc. » trouve‑t‑on dans la Bible.

3Mais si, depuis des millénaires, l’homme façonne l’argile, en retour elle l’a façonné. René Huyges précisait cette idée en écrivant : « Le Mésopotamien voué à l’argile, contrairement à l’Égyptien, aura un sens de la forme plus mou », et j’ajouterai un grand sens de l’effet de surface. Pourquoi un grand sens de l’effet de surface ? Parce que la fabrication de la brique a toujours été aléatoire. En effet, jusqu’à ce que l’on maîtrise le feu avec les fours industriels, une même fournée produisait à la fois de bonnes briques, des incuites et des surcuites ; cela s’accompagnait de tous les défauts y compris la mauvaise tenue aux intempéries.

4Pour éviter aux constructions d’être pénalisées par ces imperfections, il a fallu soit trier les briques de façon drastique (et donc coûteuse), soit s’engager dans des recherches incessantes afin qu’une fois mise en œuvre, la brique acquière la pérennité qui lui manquait au départ et qu’une fois agencée dans la paroi, elle apparaisse malgré tout régulière. Tout se passait comme si la fabrication de la brique se prolongeait jusqu’à sa mise en œuvre afin de lui donner son apparence définitive. Cela a généré ce que j’appellerai une « culture de l’apparence » ; pour l’illustrer, deux exemples : l’architecture de la plaine garonnaise et le château de Saint‑Germain‑en‑Laye.

La plaine garonnaise

5Les pays du bassin de la Garonne, comme presque toutes les grandes régions d’argile, n’ont pas échappé à cette quête de l’apparence. Et dans cette quête, l’alliée principale s’est avérée être la chaux. À cet égard, on pourrait multiplier les exemples à l’infini, de l’Europe au Mexique ou encore à l’Inde – pensez au palais des Vents à Jaipur. En effet, les maçons ont beaucoup utilisé la chaux en lait, en badigeon ou en enduit plus ou moins épais pour surfacer la brique (on saura seulement au xixe siècle de façon scientifique que la chaux constitue un mortier hydraulique protecteur en se combinant avec les particules d’argile des briques incuites).

Fig. 1 : Vue des quais de la Garonne à Toulouse.

Fig. 1 : Vue des quais de la Garonne à Toulouse.

© Bernard Voinchet

6Dès lors on comprend l’origine de la merveilleuse diversité des traitements de surface et de coloris que l’on rencontre dans la région toulousaine, depuis la brique laissée brute, comme dans le site urbain médiéval d’Albi, ou encore la brique légèrement badigeonnée, avec ou sans enduit, comme sur les quais de la Garonne traversant Toulouse (fig. 1 et 2), à la brique associée à d’autres matériaux, tels qu’ils apparaissent sur la façade du Capitole de la ville qualifiée de rose.

7Nous avons, avec les enduits et les badigeons, les éléments essentiels avec lesquels les maîtres maçons et les maîtres d’œuvre ont joué pour protéger, magnifier la brique et la colorer, soit dès la construction, soit postérieurement, lors des restaurations nécessitées par le développement d’altérations. Nous savons que tous ces savoir‑faire se sont développés dès les premiers siècles de notre ère pour s’épanouir au Moyen Âge jusqu’au début du xxe siècle. Et c’est dans cette continuité qu’il faut replacer la période qui nous occupe dans ce colloque. Durant tout le Moyen Âge, les exemples de traitement de surface (enduits peints) se développent à l’infini sur toutes les maçonneries de brique jugées trop irrégulières pour rester apparentes, tant pour les parements intérieurs que pour les parements extérieurs.

Fig. 2 : Vue du Pont Neuf et du quai de Tounis à Toulouse.

Fig. 2 : Vue du Pont Neuf et du quai de Tounis à Toulouse.

© Bernard Voinchet

8Cependant, le problème de la construction en brique va véritablement être renouvelé avec l’accélération de l’urbanisation et de l’accroissement du nombre de chantiers du xvie au xviiie siècle ; le coût du bois de feu augmente (les forêts se raréfiant) et avec lui celui de la brique correctement cuite, d’où l’emploi de briques de second choix. Il faudra alors systématiquement les enduire et les badigeonner pour leur conférer des qualités acceptables. Cela va être l’occasion de souligner l’architecture et de la magnifier en agençant habilement la brique et les enduits.

9Cette pratique deviendra presque une règle dans une ville comme Montauban. C’était le cas des façades de la Place Nationale (fig. 3), bâties au début du xviie siècle et malheureusement en quasi‑totalité décapées au milieu du siècle dernier. Néanmoins, l’analyse des quelques façades a révélé des parements très subtilement traités :

  • d’une part la brique de taille parfaitement cuite et régulière, réservée aux bandeaux et aux encadrements, a été mise en œuvre sans protection de surface,

  • d’autre part la brique de second choix, utilisée pour les « panneaux », a été largement badigeonnée d’une couleur généralement ocrée.

Fig. 3 : Travée de la place Nationale de Montauban.

Fig. 3 : Travée de la place Nationale de Montauban.

© Bernard Voinchet

10Entre ces deux zones, une petite bande d’enduit très clair souligne l’architecture. À noter que tous ces ouvrages très fragiles étaient déjà très défraîchis en 1806 lors du passage de Napoléon Ier en l’honneur de qui l’ensemble reçoit alors un badigeon gris clair dont il reste encore des traces. En analysant plus avant encore les maçonneries, on s’aperçoit que ces traitements de surface ont bien été prévus dès l’origine, comme le confirme le décalage des briques des harpages (entre les encadrements et le reste des murs) dont la seule fonction est d’améliorer l’accrochage de la petite bande d’enduit évoquée ci‑dessus et qui dissimule ainsi la cohabitation des briques de qualités différentes. Grande subtilité, donc, surtout quand on sait que les pilastres ont été ragréés et parfois badigeonnés couleur brique à l’occasion des différents travaux d’entretien.

11Une autre façon de parfaire et de régulariser les parements consiste à corriger et à éliminer les déformations et les épaufrures des arêtes des briques ; cela a également une incidence non négligeable sur la coloration des façades. Le procédé le plus abouti obéit au protocole suivant :

  • premièrement réaliser un jointoiement avec un mortier de couleur rouge, très garni, fait « à glace » comme le disent encore les vieux compagnons qui travaillent à Toulouse, cela afin d’uniformiser le mieux possible le parement ;

  • deuxièmement creuser des joints très réguliers sans chercher à les faire coïncider avec les joints de hourdage ;

  • troisièmement badigeonner la totalité du parement pour harmoniser briques et mortiers, ce qui permet d’obtenir la teinte générale souhaitée ;

  • quatrièmement « tirer » les joints à la chaux qui peuvent être de formes et de couleurs très variées ;

  • enfin retoucher la teinte de certaines briques, pour ôter la sécheresse induite par un badigeon trop uniforme.

12Cette technique a été couramment utilisée sur les bâtiments les plus prestigieux comme sur la façade du Capitole à Toulouse. Elle sera utilisée jusqu’à la fin du xixe siècle, comme le fera par exemple Boeswilwald pour la chapelle impériale de Biarritz. À la fin du xviiie siècle et durant tout le xixe siècle, les restaurations de façades ont toutes utilisé cette technique qui s’apparente en fait à celle du ragréage et qui permet de limiter le remplacement des briques altérées. Vous trouverez un tel travail de régularisation de joints sur les façades restaurées dans la cour de Marbre, à Versailles (badigeons en moins). Parfois il a été moins systématique : seuls les joints verticaux ont été régularisés, c’est‑à‑dire gravés et simplement soulignés par un trait blanc peint sur le badigeon général.

13Au xviiie siècle, l’architecture de Toulouse a parfois été très influencée par la mode venue d’Île‑de‑France qui imposait alors son architecture de pierre ; de ce fait, la brique mise en œuvre est alors peinte ton pierre. De nombreux exemples existent encore à Montauban (fig. 4) et à Toulouse. Mais, dans bien des cas, on reste fidèle au badigeon rose traditionnel appliqué sur un parement très fin. Ce badigeon parfois additionné d’huile de lin est appelé « chaffre » à Toulouse ; sa finition est obtenue par frottage du parement avec une brique.

Fig. 4 : Montauban, détail d’une façade xixe en terre cuite moulée, fabriquée par les frères Virebent de Toulouse.

Fig. 4 : Montauban, détail d’une façade xixe en terre cuite moulée, fabriquée par les frères Virebent de Toulouse.

© Bernard Voinchet

14Au milieu du xixe siècle, avec les nouvelles techniques de moulage et de cuisson industrielle, apparaît une architecture très décorative dont la coloration est extrêmement raffinée, réalisée à base d’éléments préfabriqués. Les terres et les adjuvants sont soigneusement sélectionnés pour obtenir une polychromie délicate. La majorité des produits sortent de la manufacture des Vireben qui fonctionnera jusqu’à la première guerre mondiale.

Le château de Saint‑Germain‑en‑Laye

15Univers tout autre que celui du château de Saint‑Germain‑en‑Laye.

  • 1 Jacques Androuet du Cerceau, Le premier [et second] volume des plus excellents bastiments de France (...)

16De retour d’Italie, François Ier demande à Pierre Chambiges de reconstruire le château et de le faire en brique – comme le précise Androuet du Cerceau dans son commentaire des Plus excellents bâtiments de France1. Á bien y regarder les façades de ce château (fig. 5) sont exceptionnelles dans le sens où elles prennent à contre‑pied tous les traités d’architecture savante jusqu’alors en circulation : en effet, la brique est ici première c’est‑à‑dire utilisée pour tous les éléments structurants : chaînages, pilastres, encadrements, arcs, etc. L’absence d’entretien durant une longue période puis une fâcheuse utilisation post‑révolutionnaire motivent la grande restauration demandée par Napoléon III à Eugène Millet dans les années 1860 ; les façades en seront quelque peu modifiées. En 1995, le château nécessite à nouveau une restauration ; une étude est alors lancée. Elle met en lumière une importante modification de parti architectural en début de campagne de construction : après quelques contreforts commencés en pierre, la décision est prise de poursuivre le travail en brique sur les autres ouvrages. En 1860, la brique était en bien moins bon état que la pierre. C’est pour cette raison que Millet choisit de restaurer en pierre toutes les zones inférieures des contreforts ; il s’en est suivi la superposition de deux ensembles, l’un en pierre et l’autre en brique.

Fig. 5 : Vue de la cour intérieure du château de Saint‑Germain‑en‑Laye.

Fig. 5 : Vue de la cour intérieure du château de Saint‑Germain‑en‑Laye.

© Bernard Voinchet

17En analysant plus en détail les parements, nous avons constaté que sur les vestiges des parements d’origine en pierre, subsistaient, à l’abri des intempéries, d’importantes traces de peintures figurant un revêtement de briques ; même constatation sur les pieds droits repérés par sondages et cachés depuis deux siècles au moins. Après analyse chimique, nous avons acquis la conviction qu’il s’agissait de décors du xvie siècle – parfois recouverts ou remplacés par deux ou trois repeints correspondant aux restaurations postérieures, notamment celle initiée par Louis XIV au début de son règne.

18Troisième constatation : la mise en œuvre très maîtrisée des briques après triage. Sur certaines zones des façades apparaissent très clairement des jeux de briques claires et de briques foncées ; c’est le cas notamment sur les entablements des frontons, où l’alternance de couleur évoque des métopes ou encore des modillons. Le tout a reçu des badigeons de protection à des époques indéterminées.

19Autre particularité enfin, celle de l’usage de la pierre pour les éléments difficiles à réaliser en brique, tels les jonctions entre formerets, les cloisonnements des voûtes, les chapiteaux ou simplement des parements droits ; là aussi la pierre est maquillée pour imiter la brique. Millet a lui‑même repris cette technique fin xixe pour la restauration des parties hautes de la chapelle.

20Devant l’intérêt de ces ouvrages et la singularité du monument, la Commission Supérieure des Monuments Historiques approuvait le projet restituant la polychromie des contreforts : ce n’est qu’après une travée d’essai jugée satisfaisante que la restauration de la totalité des façades sur cour a été engagée.

21Il y a quelques mois, le conservateur du château découvrait et achetait un dessin du xviiie, seul document polychrome ancien connu jusqu’ici. Le château y apparaît avec sa bichromie et les petites arcatures des balustrades du xvie malheureusement déposées au xixe. Un tel document ne peut que conforter tout l’intérêt que l’on doit avoir pour ce monument pour lequel le maître d’ouvrage royal eut à l’évidence un grand souci d’apparence, si ce n’est d’apparaître.

Haut de page

Notes

1 Jacques Androuet du Cerceau, Le premier [et second] volume des plus excellents bastiments de France…, Paris, impr. pour ledit J. Androuet du Cerceau, 1576‑1579, 2 vol.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Vue des quais de la Garonne à Toulouse.
Légende © Bernard Voinchet
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/120/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Fig. 2 : Vue du Pont Neuf et du quai de Tounis à Toulouse.
Légende © Bernard Voinchet
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/120/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Fig. 3 : Travée de la place Nationale de Montauban.
Légende © Bernard Voinchet
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/120/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Fig. 4 : Montauban, détail d’une façade xixe en terre cuite moulée, fabriquée par les frères Virebent de Toulouse.
Légende © Bernard Voinchet
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/120/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Fig. 5 : Vue de la cour intérieure du château de Saint‑Germain‑en‑Laye.
Légende © Bernard Voinchet
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/120/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Voinchet, « La couleur et la brique : les exemples du Sud-Ouest de la France et de Saint-Germain-en-Laye », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 15 juin 2007, consulté le 21 août 2017. URL : http://crcv.revues.org/120 ; DOI : 10.4000/crcv.120

Haut de page

Auteur

Bernard Voinchet

Architecte en chef des Monuments historiques. Contact : bvoinchet@w-architectures.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Bernard Voinchet / 2007 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org