Navigation – Plan du site
De la carrière au magasin

L’importation du marbre de Carrare à la cour de Louis XIV

Rivalités des marchands et échecs des compagnies
The importation of Carrara marble to the court of Louis XIV: Merchant rivalries and the failures of companies
Geneviève Bresc-Bautier

Résumés

La difficulté d’approvisionnement en marbre statuaire a été un problème récurrent pour la sculpture, sauf évidemment en Italie, lieu d’exploitation de carrières, spécialement de celles de Carrare. La France a cherché à exploiter, difficilement, le marbre des Pyrénées, qui a mauvaise réputation auprès des sculpteurs. Les conditions d’extraction, de transport et de commerce du marbre de Carrare en France sous le règne personnel de Louis XIV seront présentées ici.
Vers 1660-1662, une première période voit la concurrence entre deux équipes rivales, l’une, envoyée par Fouquet, est composée de Girardin et de Pierre Puget, et celle de Colbert est dirigée par le marchand toulonnais Jacques Beuf, avec son commis Delamer. Cette dernière équipe réussit à débaucher Puget et va, évidemment, l’emporter. Puis Colbert installe deux autres équipes, officielles celles-ci, qui font tirer du marbre par des sculpteurs français envoyés en mission : Antoine André pour le grand banquier Pierre Formont et Nicolas Ménard pour Jacques Beuf - le premier réussissant à évincer le second. Mais Formont, qui avait fait arrêter son sculpteur André et l’avait remplacé par des Flamands, est évincé en raison de sa religion et meurt peu avant la Révocation de l’édit de Nantes (1685). Parallèlement des artistes génois, le peintre Borzone puis les sculpteurs Solaro père et fils, parviennent à imposer des cargaisons de marbre, de même que Puget continue à se procurer directement du marbre à Carrare et même à en vendre.
Louvois, prenant le contre-pied de la politique de Colbert, change le système. Il installe d’abord une seule compagnie des marbres officielle, puis lui retire sa charge pour en protéger une seconde, où se retrouvent les mêmes responsables, Haudiquer de Blancourt et André Lebrun. Cette compagnie s’arrête en 1687 devant les risques de la guerre.
Un nouvel épisode se situe durant la période d’accalmie entre la paix de Ryswick et la guerre de Succession d’Espagne avec, en particulier, le transport des gros blocs pour les groupes de la Renommée du Roi de Coysevox, entre 1698 et 1701. Puis de nouveau, tout s’arrête jusqu'à ce que les préparatifs de la Paix permettent au sculpteur Jean Garavaque, en 1713, de visiter les carrières de Carrare et de préparer les derniers transports du règne en 1714-1715.
On soulignera les incidences des conditions politiques sur l’approvisionnement, en particulier de la guerre sur mer. On verra aussi comment les dimensions des blocs disponibles conditionnent les compositions.

Haut de page

Texte intégral

1Depuis le Moyen Âge, l’approvisionnement en marbre des chantiers français a toujours été un problème. Les carrières des Pyrénées donnent un matériau difficile à transporter au loin alors que le meilleur marbre statuaire provient des Alpes de Carrare. Même si les souverains français, Charles IX, plus tard Henri IV, et surtout Louis XIV, cherchèrent à développer la production nationale, ils se procuraient des marbres de couleur, vert, noir ou rouge, et peu de blanc statuaire, de qualité médiocre. Force était donc d’avoir recours aux carrières carraraises.

2Louis XIV entreprit une politique artistique dirigée avec efficacité par ses surintendants des Bâtiments du roi, successivement Colbert puis Louvois, avant Hardouin-Mansart et le duc d’Antin. Ils développèrent pour des raisons de prestige les chantiers royaux, et spécialement ceux de sculpture, jusqu’à ce que la faillite du royaume les contraignît à restreindre leurs ambitions. Cette commande d’État allait accroître notablement les besoins en marbre statuaire. À cette demande pressante de l’administration répondit l’offre de service de négociants empressés, qui se firent les intermédiaires obligés entre l’administration du souverain et les exploitants carrarais.

3L’histoire du commerce du marbre entre la France et Carrare met en scène divers personnages. Du côté italien, nous trouvons tout d’abord les exploitants de carrière, « tenenti » ou « capitani », qui tirent les blocs de la montagne et y apposent leur marque. Viennent ensuite les transporteurs, les « lizzatori » qui font glisser les blocs depuis l’alpe sur des sortes de traîneaux lors de la délicate opération de la « lizzatura », puis les charretiers qui charroient avec des bœufs jusqu’à la marine. Il y a aussi, bien entendu, l’administration carraraise, avec son duc Cybo, seigneur de Massa, et ses officiers. Il faut y ajouter quelques intermédiaires, tel le marquis Giustiniani, résident pour le roi de France à Gênes jusqu’à sa mort en 1673, qui fait le lien entre la cour de France et le duc de Massa, ou l’abbé Strozzi qui a le même rôle avec la cour du grand-duc de Toscane qui contrôle la partie sud du gisement carrarais. Du côté français, nous trouvons des sculpteurs envoyés par les Bâtiments du roi pour choisir les marbres dans les carrières, les faire tailler à la dimension des commandes requises, et en vérifier la qualité. Ils travaillent en collaboration avec une compagnie de commerce française chargée du transport et de la vente qui délègue un commis à Carrare. En général, les Bâtiments du roi, c’est-à-dire Colbert, puis Louvois, ont donné mission à deux commerçants, de façon concomitante, afin de faire jouer la concurrence. D’abord s’activèrent ainsi le banquier Pierre Formont et le négociant toulonnais Jacques Beuf, puis le peintre génois Francesco Borzone, la compagnie de Castille, Haudicquer de Blancourt, Baudelot et Cahouet, remplacée deux ans plus tard par celle du même Haudicquer de Blancourt, mais en société cette fois, avec Accault, Delaistre et Montgrand. Ils sont tous représentés à Gênes, Toulon et Carrare par leur procureur ou leur commis : Delamer pour Beuf, André pour Formont, Lebrun pour la première compagnie des marbres, Montgrand de Mazade pour la seconde compagnie. Quelques particuliers parviennent à glisser aussi leurs fournitures : des sculpteurs aux intérêts sans doute liés, Pierre Puget, Carlo Solaro et son fils Daniele, prête-nom du patricien génois Francesco Maria Sauli.

4Les compagnies organisent la collecte des blocs, les font épanneler selon les dimensions demandées, les payent, les font transporter sur la marine, puis supervisent le long transport par eau. Des barques portent les blocs à Gênes. Ils y sont transbordés sur des vaisseaux qui vont jusqu’au Havre, en effectuant ou non des escales techniques, Toulon ou Marseille. Ensuite, un nouveau transfert sur des allèges est nécessaire du Havre à Rouen. Enfin, ils remontent la Seine sur des péniches jusqu’aux chantiers de la région parisienne devant le Louvre, au port Saint-Nicolas ou à la porte de la Conférence, ou bien, plus tard, à Port-Marly.

5Les consuls de France à Gênes et à Livourne et les intendants de Marine sont donc chargés de prêter main forte aux négociants pour le transit des marbres d’Italie en France. Ils font parfois mieux en trouvant les fournisseurs. Testard de La Guette, intendant de la Marine du Levant, met en selle Beuf et Delamer en 1661 ; les Arnoul, père et fils, intendants à Marseille et Toulon, servent d’intermédiaires ; Nicolas Compans, consul à Gênes, expédie les Solaro vers la France.

6C’est ainsi que se nouent de terribles rapports de rivalité entre les sculpteurs, entre les commis, entre les compagnies, mais aussi à l’intérieur des compagnies, entre Français et Italiens, ou encore entre les producteurs carrarais. Cette concurrence pour assurer les fournitures de la cour de France est parallèle à celles qui mettent aux prises des marchands d’autres nations présentes à Gênes et à Carrare, essentiellement les Hollandais qui ont, de fait, le monopole du commerce vers l’Europe du Nord, et en particulier celui des carreaux de pavement. Cette collecte du marbre est une véritable « guerre du marbre », faite de batailles économiques et de jalousies de prestige qui opposent des compagnies, mais aussi des pays dans le contrôle du marché et du transport.

7Le temps des compagnies s’arrête avec la guerre de la Ligue d’Augsbourg. Après la paix de Ryswick, la surintendance d’Hardouin Mansart, plus pratique et sensible aux problèmes matériels, marque un tournant. La collecte est mieux contrôlée et dirigée. On décrète que le marbre est matériau régalien. On procède à la réorganisation des bureaux administratifs, à la création d’un système d’inspection des marbres, à la bonne gestion des magasins. La marine royale est désormais mieux mise à contribution pour effectuer les transports. Si la guerre de succession d’Espagne va brutalement arrêter tout ce fructueux négoce, il reprend dès la fin des hostilités sur d’autres bases. Une enquête préliminaire sur les ressources, en 1713, est un prélude aux dernières expéditions du règne, réalisées en collaboration avec la Marine royale.

8L’arrivée des marbres sur le port de Paris est donc rythmée par les grands soubresauts de la politique européenne de Louis XIV. La guerre, surtout celle sur mer, impose certes des sacrifices financiers, dont souffrent les commandes artistiques, mais elle bloque surtout le commerce. Elle va déterminer les temps forts ou au contraire l’arrêt de l’exploitation des carrières. Elle va faciliter ou empêcher les réalisations des sculpteurs français car les cycles du commerce du marbre, avec le temps de retard correspondant à l’écoulement des stocks, déterminent la vitalité de la création statuaire d’une époque essentielle.

Fouquet et Colbert, rivaux aux affaires, rivaux en affaire

9La première mention (assez obscure, il faut le reconnaître) d’un agent français en Italie est une lettre adressée à Fouquet en janvier 1661, mal transcrite par Th. Reff. L’auteur de la lettre a reçu un mémoire d’un certain sieur d’Arcé, lui donnant le prix des marbres destinés au « grand dessein », et proposant par la même occasion de s’occuper du « dessein particulier ». Le sieur d’Arcé est probablement Isaac Darcé, membre de la compagnie des marbres des Pyrénées qui passe contrat avec les Bâtiments du roi en 1668. La destination de l’entreprise concerne deux objets distincts : d’une part fournir les maisons royales, car le « grand dessein » est le terme d’usage pour désigner le chantier du Louvre alors que le « dessein particulier » s’applique sans doute aux constructions somptuaires de Fouquet, Vaux-le-Vicomte et Vincennes. Fouquet, surintendant des Finances, fait travailler pour son souverain et -d’ailleurs ce fut sa perte- en profite pour tirer quelque avantage. Son conseiller occulte, l’auteur de la lettre, lui conseille de contourner les circuits commerciaux ordinaires, d’aller découvrir les carrières, de laisser « ceux qui sont chargez du grand dessein d’envoier de leur chef audit endroit », et d’aller directement tirer pour le « dessein particulier ». Il y a donc déjà une mission officielle pour le « grand dessein », et l’on se propose de la doubler. D’ailleurs, l’auteur de la lettre a déjà presque engagé un sculpteur pour aller choisir des marbres et même les travailler.

10On considère en général que ce sculpteur était Puget, et que l’auteur de la lettre était l’agent officiel connu par la suite, le provençal François Delamer. En fait, l’auteur de la lettre n’est certainement pas lui, mais Claude Girardin. L’identification du sculpteur est en revanche renforcée par l’existence de plusieurs contrats notariés entre Puget, qualifié d’habitant de Gênes, et des propriétaires de carrières, à Carrare et à Portovenere en décembre 1660. Effectivement, le nom de Puget disparaît des documents toulonnais à la fin d’octobre 1660, pour réapparaître le 4 décembre suivant, à Gênes, puis à Portovenere. En 1661, Puget réside à Gênes.

11Bien avant la disgrâce de Fouquet, arrêté le 5 septembre 1661, mais après la mort de Mazarin, en mars, Colbert s’est aussi lancé dans la conquête du marbre d’Italie, probablement pour le compte du Roi (est-il parmi ceux qui sont « chargez du grand dessein » et dont parle le correspondant de Fouquet ?), et peut-être aussi pour son propre compte. Il agit certainement de façon officielle : petit commis, utilisant les canaux de l’État, il peut alors difficilement jouer exclusivement pour un dessein personnel. Dès juin-août 1661, l’intendant de la Marine du Levant à Toulon, Louis Testard de La Guette, s’emploie à fournir trente blocs de marbre à la demande de Colbert. C’est probablement lui qui met d’abord sur l’affaire de gros négociants marseillais, les frères Napollon. Le 18 juin 1661, par une lettre adressée à Colbert, les Napollon conseillent d’avoir recours à leurs correspondants de Gênes, David et Bernard, et de faire expédier les blocs à Toulon et à Marseille, pour les porter à Rouen en fret de retour de quelque bateau malouin venu vendre la morue salée à l’issue de la campagne de pêche en novembre. Ils recommandent aussi de « prendre l’advis en cest achept du Sr Puget, puisqu’il ce treuve présentemant à Gênes, et mesme de lui donner quelque douceur pour l’obliger à prandre soing de les fere couper à la plus belle mine ».

12Testard de La Guette ne va pas choisir les Napollon pour intermédiaires mais le marchand de Toulon qui alors lui fournissait les victuailles pour la flotte. Effectivement, le 3 octobre 1661, le munitionnaire toulonnais Jacques Beuf dirige à Carrare un de ses concitoyens, le marchand François Delamer, qui lui signe un reçu de 1 500 livres en acompte « sur le travail des marbres » qu’il va faire faire à Carrare. Peu après, le 26 octobre, un correspondant anonyme, probablement Delamer, établit à Carrare un rapport minutieux à l’adresse de Colbert et lui annonce qu’il a choisi des blocs. Colbert vient de succéder officieusement à Fouquet comme intendant des Finances, sans être encore officiellement chargé de la Marine, ni des Bâtiments.

13Très rapidement, une nouvelle charge incombe à Colbert. En novembre 1661, Tubœuf, l’intendant d’Anne d’Autriche, lui demande des marbres pour le grand chantier de l’église du Val-de-Grâce que la reine-mère fait ériger en souvenir de sa grossesse miraculeuse. Tout s’éclaire avec les actes suivants. En décembre 1661, on transmet à Colbert une lettre écrite à Carrare par Delamer et adressée à Jacques Beuf, banquier à Toulon, qui contient le récit de la difficile exploitation du marbre : une montagne de marbre s’est écroulée, tuant deux marchands, cependant que les chemins ont été défoncés par les pluies diluviennes de l’automne. Il poursuit, en réponse à une demande de marbres destinés au Val de Grâce, en critiquant la qualité des marbres tirés sur l’ordre de Girardin avant son arrivée et précisant que les blocs de cette commande sont à Gênes et que Puget doit les embarquer sur deux bateaux hollandais.

14En mai 1662, l’intendant de la marine transmet au ministre une nouvelle lettre de Delamer à Beuf, du mois précédent, faisant état de l’expédition depuis Carrare des trente blocs commandés l’été précédent. Effectivement, la flûte royale, le Cancre doré, préparé dès l’automne 1661, part vers juillet et arrive en août à Saint-Malo. Il n’y a plus de flûte disponible. La Guette recommande de profiter d’un bateau marchand. En juillet 1662, Beuf nolise à Toulon le Saint-Michel, un bateau rochelais, pour transporter des marbres au Havre « pour le compte et risque du Roy ». On commence aussi à préparer un nouveau vaisseau royal, le Terron, dont le nom rend hommage à Colbert de Terron, le marin de la famille Colbert, fondateur du site portuaire de Rochefort.

15Dès le 16 octobre, Colbert se plaint de la mauvaise qualité du matériau des douze premiers blocs arrivés. En novembre 1662, l’intendant de marine à Toulon, La Guette, pour se défendre de ces accusations, nomme enfin l’équipe française à Carrare : « le sieur Puget, le plus habille sculpteur de France, y a esté employé, et un autre nommé La Mer qui estoit à Gennes en ce temps-là, […] Beuf qui a esté le commissaire dont je me suis servy pour les marbres ».

16Cependant, une autre catastrophe guette le marbre du roi. Un bateau chargé de marbre – probablement le Rochellais qui avait été nolisé en juillet – est saisi par les pirates barbaresques en novembre 1662, quoiqu’il eût bénéficié d’une escorte de la marine royale. Cette dernière cargaison, forte de quinze blocs, devait donc prendre la route du Maroc : une perte sèche pour Colbert puisque Le Guette avait négligé d’assurer le marbre. Nous avons plus que le compte des trente blocs commandés par Colbert : douze ont été livrés -et sont de mauvaise qualité- et quinze terminent dans les entrepôts des pirates. Il reste cependant la cargaison d’un dernier bateau royal, le Terron, nolisé en octobre 1662 par Beuf, qui part pour Le Havre sous bonne escorte vers Noël. Mais il va encore rester des marbres au port de Toulon. Ce sont probablement ceux que Colbert cherche à faire venir en 1665-1667 et que finalement Beuf transporte en sus de son marché en janvier 1668. Il n’est pas impossible aussi que les blocs qui appartiennent au Roi et que Puget repère à Toulon en 1670, proviennent de cette première campagne de fourniture. Le sculpteur allait les utiliser pour y tailler le groupe de Milon de Crotone et le relief d’Alexandre et Diogène.

17En dehors du marbre royal que Colbert a fait porter, le seul chantier qui a su accumuler quelques réserves est celui du Val-de-Grâce. Jacques Tubœuf (1607-1670), intendant des Finances d’Anne d’Autriche, avait prévu la chose et demandé l’aide de Colbert dès 1661 puis avait manifestement utilisé les bons offices de Girardin. Une mention marginale dans un compte de paiements royaux, non datée, fait allusion à des marbres, de mauvaise qualité, acquis de Girardin par Tubœuf pour le Val-de-Grâce. On retrouve le même jugement dans un mémoire qui privilégie le marbre de Formont. Les marbres sont trop parcourus de « fils » et la plupart des blocs sont impropres à la sculpture. On en donnera aux « marbriers ». Il en fallait donc certainement d’autres.

Un nouveau fournisseur : Pierre Formont (1664-1665)

18Colbert avait vu les difficultés rencontrées en 1662, la mauvaise qualité des blocs, tirés tant par Beuf que par Girardin, et les aléas des voyages maritimes. Il va favoriser la concurrence en mettant d’abord en selle un grand marchand protestant, Formont, puis en reprenant après quelques années de purgatoire le même Beuf, comme second fournisseur attitré.

19Pierre Formont dispose d’une puissance commerciale nettement plus forte que celle de Beuf. Il va tenter de mettre la main sur le fructueux négoce des marbres du roi. Protestant normand, bien lié aux pays du Nord, il appartiendra à la Compagnie du Nord fondée par Colbert en 1669. Avec ses trois frères, Jean, Daniel et Louis, et ses trois fils, Pierre, Jean-François et Nicolas, il forme un lobby d’affaires très solidaire. Un frère établi à Rouen, lui permet de contrôler facilement la marchandise venue par mer et destinée à Paris. Les deux autres, Jean et Louis, sont établis à Dantzig, et son beau-frère, Dupré, à Hambourg. Un fils, Nicolas, sera commissaire de l’électeur de Brandebourg. Formont lui-même est au nom de l’électeur l’administrateur de sa maison au quartier du Louvre.

20Pierre Formont est l’un des hommes de Colbert pour les fournitures maritimes. Moins puissant que Dalies de La Tour, il apporte cependant au roi les matières premières stratégiques : plomb, étain et fer de Suède, mâts du Nord, cuivre de Barbarie. Il ne dédaigne pas les épices, le sel ou le vinaigre, et raffine du sucre à Rouen. Il importe aussi du goudron et fait venir de la pouzzolane italienne pour servir au ciment. Mais Formont fait aussi figure de marchand cultivé. Il collectionne les tableaux et possède à sa mort le Triomphe d’Amphitrite de Nicolas Poussin. On le voit plus tard servir d’intermédiaire dans l’achat de livres à Leyde pour la Bibliothèque royale pour l’avance des subsides à l’Académie de France à Rome. Il va livrer de la terre de Hollande, des oignons de tulipe et des orangers de Saint-Domingue, des ânes d’Angleterre et des chevaux de Barbarie. Il aurait bien voulu importer des cygnes d’Angleterre mais il fait trop froid quand il veut s’en saisir. Il va s’emparer du marbre.

21Dès le 14 novembre 1664, il passe un marché pour six ans, pour fournir de marbre les Bâtiments du roi. En 1670, ce marché sera reconduit à un tarif moins avantageux pour le négociant. Au même moment, il étend sa maîtrise aux marbres des Pyrénées pour lesquels il passe les marchés de 1664, 1670 et 1676 avec l’administration royale. En 1670, il s’attaque aux marbres rouges de Caunes-en-Minervois qu’exploite le marbrier Jean Baux. Il obtient en 1679 un passeport pour le transport de ces marbres français, spécialement protégés par le protectionniste qu’est Colbert. Il développe ainsi une énorme puissance commerciale, arrêtée épisodiquement par la guerre de 1672. En juin 1678, Formont est au faîte de sa puissance. Seigneur de Brévannes, il acquiert un office de secrétaire du roi. Administrateur de la maison de l’électeur de Brandebourg à Paris, il sert surtout de banquier pour transférer des sommes importantes (100 000 ou 150 000 livres) vers la Pologne, l’Allemagne ou l’Angleterre, par l’intermédiaire de son frère à Dantzig, de son beau-frère à Hambourg, ou de ses facteurs, qui payent des lettres de change au nom du roi. La chute est pourtant proche. Il doit arrêter ses fournitures par ordre de Colbert en 1680 lorsque les calvinistes sont interdits de toute fonction, ferme et commission royale. Il s’accroche néanmoins, livre encore des mâts de navire en 1681, du plomb pour les fontaines de Versailles en 1683, et de grosses fournitures de marbre. Mais à la fin de 1683, il doit cesser définitivement son activité lorsque la suspicion de Louvois contre ce protestant le met sur la touche. Certes, en février 1684, il est excepté de l’arrêt du conseil qui écarte les Protestants et garde encore ses fonctions de secrétaire du Roi, « à cause des services considérables qu’il rend à Sa Majesté ». Mais arrive la catastrophe finale qui va ruiner la maison de commerce : il meurt juste avant la Révocation de l’édit de Nantes qui contraint à l’exil ses deux frères, ses enfants et sa femme qui, n’adhérant pas à l’acte de soumission, voient leur héritage séquestré par le roi.

22Les débuts de Formont sont pourtant modestes : il fournit pour environ 40 000 livres de marbre en 1664 et 1665. C’est relativement peu. Il ne peut faire escale à Toulon où règne une longue épidémie d’août 1664 à juin 1665. L’un de ses premiers bateaux a probablementfait naufrage au printemps 1665 dans le golfe de Saint-Tropez. Il doit faire passer ses fournitures au printemps, puisqu’en juin, il se plaint des difficultés que l’administration de l’amirauté de Rouen fait lors de l’arrivée de ses bateaux. Enfin, au début du mois d’août Colbert se félicite de l’arrivée du marbre. En décembre, Formont a livré trente-sept blocs, mais dès la fin de 1665, il devient difficile de passer le détroit de Gibraltar. C’est la guerre avec l’Angleterre. La Marine de Méditerranée reconduit vers l’Atlantique les convois de Malouins sous escorte. Pendant trois années, jusqu’à la paix de Breda (26 janvier 1667) et même jusqu’à la paix d’Aix-la-Chapelle (2 mai 1668), les fournitures de marbre sont quasi interrompues. En 1667, le roi est contraint de se rabattre sur les marbres du Val-de-Grâce afin d’alimenter le chantier des maisons royales. Pendant ce temps se met en place une véritable concurrence avec Beuf.

La mission officielle du marbrier Nicolas Mesnard (1666)

23Après l’échec de 1662, Colbert et les Bâtiments du roi ont donc fait appel à Formont. Mais ils vont faire jouer la concurrence. En 1665, Colbert se sert de l’intendant des galères à Marseille, Nicolas Arnoul, pour rechercher de nouvelles sources d’approvisionnement, tant vers l’Italie que vers la Provence et le Languedoc. Colbert a manifestement confiance en Arnoul. Il avait été un des hommes de Richelieu dans la Marine de Provence en 1641-1643 puis avait administré le château de Fontainebleau pour les Bâtiments du roi. Cette double formation le prédisposait à allier l’administration de la Marine et le goût de la gestion de l’art royal. Colbert le place en 1665 intendant des galères de Marseille, en retirant cette charge à l’intendant du Levant, replié sur Toulon. Homme de confiance de Colbert, il lui fournit diverses choses rares, des chevaux barbes de Barbarie, des maroquins pour relier les livres de la Bibliothèque du roi, des oignons de fleurs, des plants d’acacias, etc.

24Sur ses conseils, Colbert va apprécier Beuf, le rencontrer à Paris et en faire un informateur précieux sur les intrigues marseillaises. Pour ne pas en être prisonnier probablement, Arnoul, établi à Marseille, se tourne vers Toulon, la ville de Beuf et de Delamer.

25Effectivement, peu après, nous allons retrouver Beuf installé dans le commerce du marbre royal en 1666. Il fait alors d’une pierre deux coups, ou plutôt trois : il unit la fourniture de marbre à celle du pain d’équipage, ce qui lui permet de se faire attribuer à titre plus ou moins de dédommagement une manufacture, « le privilège du savon ». Une triple entreprise royale qui va le ruiner.

26Les marbres apparaissent en toile de fond de ces accords politico-financiers. En avril 1666, Colbert expédie un marbrier royal, Nicolas Mesnard, flanqué comme Puget de l’inévitable Delamer, commis fidèle du négociant Beuf. Mesnard, Minardo en italien, est déjà un homme d’expérience (il a quarante ans), héritier d’une longue dynastie de marbriers du roi, actifs en Italie et en France depuis le xvie siècle. Les contacts avec le marbre italien faisaient partie de la tradition familiale : son père, Alphonse, et son cousin, Félix, avaient déjà monté des entreprises de fourniture de marbres italiens vingt ans plus tôt. Félix Ménard, sous le nom de Felice Minardo, était d’ailleurs né à Rome et avait été naturalisé français en 1612.

27L’ordre de mission de Colbert à Mesnard date du 16 avril 1666 et dès le 2 mai, voilà Beuf qui donne ses instructions à Mesnard : il doit faire extraire les blocs, en transmettre les mesures à Delamer qui les comptabilisera. Quand il y aura assez de matériau pour faire un chargement, il s’en remettra à Delamer, mais veillera à bien tenir le compte des blocs envoyés et à souscrire le nolis avec un patron de barque au nom du roi. Mesnard reste alors le sculpteur incontesté à Carrare jusqu’en juin 1671. Il est régulièrement payé par les Bâtiments du roi, avec des gages de 1 000 livres par an, payés par trimestre.

28Dans un premier temps, Beuf doit tenir compte de la guerre : il n’y a aucune arrivée de marbre à destination de la cour en 1666 et 1667. Les premières barques quittent Carrare pour la Provence à l’été 1667, avec difficulté en raison des menaces des corsaires de Majorque. Elles ne sont pas négligeables puisqu’elles empêchent aussi, à l’hiver de cette même année, le directeur de la toute nouvelle Académie de France à Rome, Charles Errard, d’expédier des statues en France « qu’il n’oze hazarder sur la mer à cause des corsaires espagnols qui sont sur les costes ».

29Pour commencer, Beuf fait charger, en janvier 1668, six blocs qui étaient restés à Toulon depuis les précédentes fournitures et que Colbert tentait en vain de faire expédier depuis. La paix d’Aix-la-Chapelle en mai libère vraiment la navigation. C’est seulement en 1668 que Beuf commence à fournir pour au moins 13 000 livres de marbre, un montant notablement inférieur au paiement de Formont. Sa surface commerciale s’est pourtant accrue : il reçoit maintenant la charge des fournitures, non seulement du marbre d’Italie, mais aussi de Provence et du Languedoc, c’est-à-dire de Trets, de la Sainte-Baume et de Caunes-en-Minervois. Arnoul avait été chargé d’explorer la région et de livrer des échantillons dès 1665. Beuf a peut-être profité de la guerre pour commercialiser ces nouvelles sources d’approvisionnement, nationales désormais ? Il va s’installer à Paris, près de la cour et ne revient qu’épisodiquement à Toulon. Il a aussi diversifié ses activités : il acquiert la ferme du tabac de Provence, ainsi que l’office de lieutenant général au civil et criminel de l’amirauté.

30Mais la fortune de Beuf est fragile. Munitionnaire de la Marine en 1667-1668, il n’arrive pas à trouver les fonds nécessaires, et c’est le roi qui doit fournir le biscuit des troupes. Il est soumis aux intrigues locales d’une Provence remuante et y participe sans doute largement. Déjà en 1667, Colbert avait demandé à Arnoul d’aider son munitionnaire « à vaincre les difficultez qui luy sont suscitées par l’intrigue des gens du pays qui s’eslèvent par un bas principe d’envie contre ceux qui se mettent en estat de se distinguer par leur travail et par leurs entreprises ». Les envieux auront raison de lui, d’autant que des savonneries rivales s’étaient installées aux portes du royaume, à Nice, pour échapper au monopole. Un groupe de pression, formé de petits savonniers provençaux et de marins malouins, sans doute poussés en sous-main par quelques concurrents, obtient la révocation du privilège du savon en octobre 1669. Bien que le roi ait accordé 180 000 livres pour dédommager Beuf, cet arrêt brutal va mettre la compagnie des associés en quasi cessation de paiement.

31Ainsi se détachent nettement les deux figures rivales : Jacques Beuf, gagne-petit, méditerranéen, lié au milieu de la Marine du Levant, qui essaie d’allier au marbre italien les ressources de la Provence et du Languedoc (à une époque où le canal des Deux-Mers n’existe pas encore !) ; et Pierre Formont, au large rayon commercial, grand brasseur d’affaires, en relation avec ses coreligionnaires du Nord, entrepreneur dans les carrières des Pyrénées, riches d’avenir. Le premier dépend des bateaux malouins et de ceux que l’administration de la Marine accepte de lui signaler ou de lui fournir ; le second dispose de ses bateaux et d’un plus large réseau de transports maritimes.

Le tournant de 1669 : la première guerre du marbre (1669-1672)

32À la fin de 1667 et au début de 1668, les livraisons de marbre recommencent timidement. La paix d’Aix-la-Chapelle en mai 1668 libère le commerce. À Carrare, en novembre 1668, les marbriers forment une compagnie commerciale et obtiennent le monopole de la commercialisation du marbre, et surtout des carreaux, vers les Pays-Bas et Londres. Mais la France reste en dehors du monopole, certainement afin de ne pas froisser le roi très chrétien.

33Formont et l’équipe Beuf-Mesnard commencent à expédier des blocs. Formont livre du marbre pour 47 400 livres en 1668, tout en servant de banquier pour la nouvelle Académie de France que Colbert vient d’installer à Rome. Il fallait donc les contrôler. En septembre 1668, les Bâtiments du roi envoient le sculpteur François Girardon en Italie pour un voyage d’étude et lui imposent de se rendre à Carrare pour visiter les carrières de Beuf et de Formont, conseiller Mesnard et vérifier que le marbre du roi de France est le meilleur possible. Cette visite de surveillance, pourtant exécutée à une mauvaise saison, janvier, se solda probablement par un compte-rendu critique. Car, coup sur coup, le roi donne mission à trois marbriers pour se rendre à Carrare : le peintre génois Francesco Maria Borzone en février ; un sculpteur ordinaire du Roi originaire de Calais, Antoine André en avril ; et toujours Nicolas Mesnard, confirmé en juillet, qui entre temps avait pu se replier quelque temps sur Gênes. Si Borzone doit faire équipe avec ses relations génoises, les deux autres marbriers français, bien que considérés comme artistes royaux, ont un patron de fait : Beuf pour Mesnard et Formont pour André ; quoique Mesnard puisse éventuellement agir pour tout autre négociant, comme semble le dire le consul de France à Gênes en 1670.

34L’action de Borzone, surtout impliqué dans le marbre décoratif, reste mineure et liée à la haute technicité des marbriers génois. Il livre des produits déjà transformés : balustres, colonnes, chambranles déjà sculptés. En revanche, les deux sculpteurs français sont chargés de dégrossir des blocs selon des mesures précises : il s’agit probablement surtout de marbre statuaire, mais aussi de « mischio », de blanc veiné et de brèche, telle celle de Seravezza.

35Le séjour conjoint de Mesnard et d’André tourne vite à la concurrence déloyale. Déjà en août 1667, Mesnard se plaint auprès du commis des Bâtiments, Charles Perrault, de ce que certains sculpteurs acquièrent des blocs en cachette auprès des carriers, sans qu’il ait pu en avoir connaissance. Il réussit même à obtenir du duc de Massa le séquestre des blocs ainsi subtilisés, et l’arrestation de ceux qui avaient cancellé la marque sur leurs blocs.

36André réussit cependant à empêcher les anciens fournisseurs de Mesnard de lui livrer des marbres. Il est soutenu de fait par le marquis Giannettino Giustiniani, qui joue le rôle de représentant officiel de la cour de France à Gênes (Girardon doit passer le voir en 1668), et surtout d’entremetteur auprès du duc de Massa, afin de faciliter les transactions. Giustiniani prend fait et cause pour Formont (qui lui a graissé la patte ?), et appuie en sous-main les entreprises d’André. Colbert s’en mêle qui veut faire intervenir le roi lui-même auprès de la république de Gênes afin d’autoriser André à déposer ses blocs sur le môle du port dans l’attente de les charger sur un bateau.

37En juillet 1670, le torchon brûle entre Delamer et André. Leurs patrons respectifs, qui semblent s’entendre, demandent au duc de Massa de faire cesser la querelle. Elle semble s’apaiser. André sort vainqueur : il réussit à se faire accorder le monopole d’extraction dans la meilleure carrière, celle de Diana, et les fournitures de Formont se font abondantes, alors que celles de Beuf se tarissent.

38À ce moment, le consul de France à Gênes, Nicolas Compans, veut faire naître une nouvelle concurrence : il trouve deux Français installés en Italie qui s’offrent à livrer du marbre aux mêmes conditions que Formont, mais sous le contrôle de Mesnard. D’un autre côté, un amateur d’art et marchand, le Liégeois Jean Valdor, qui semble en relation d’affaires avec Beuf en 1667, livre au Roi en 1671 pour 300 livres de marbre blanc, dont on ne connaît pas la provenance.

39Averti peut-être, Formont baisse notablement ses prix à l’occasion du renouvellement de son marché en août 1670. Alors que le prix du marbre augmente sur les carrières, il peut se permettre des marges bénéficiaires plus faibles que rattrape le volume des transactions. La concurrence tarifaire est parallèle à celle de l’approvisionnement. Formont exploite et livre beaucoup, le consul de Gênes précise en 1670 qu’il expédie aussi son marbre en Angleterre. En fait Delamer est vaincu. Mesnard doit rentrer en France : les Bâtiments du roi cessent de lui payer ses appointements au 30 juin 1671. Beuf arrête son négoce en 1672. Il a parallèlement connu un sévère échec avec la compagnie du savon, qui est assaillie par les créanciers après la cessation de son activité. Sous-traitant de la livraison de bois de Bourgogne pour la Marine, il échoue là encore, en 1673. Il replie ses affaires à Paris. Deux de ses fils proposèrent encore, en vain, leurs services en 1681, peu avant la mort du négociant en 1682.

40Le statut des trois fournisseurs était bien différent. Borzone est payé après livraison. Formont a passé un marché en 1664, renouvelé en 1670, mais il est payé rarement par acompte, le plus souvent après la livraison et son sculpteur, André, bien que portant le titre de sculpteur ordinaire du Roi, n’en reçoit aucun gage. Tous deux doivent donc accomplir au plus vite leur tâche et remplir les bateaux afin d’être remboursé. En revanche, Beuf est nettement privilégié, peut-être en souvenir de l’entreprise de 1661-1662, sans doute en raison de ses liens avec la Marine du Levant. Il dispose d’un marbrier royal pensionné, fort de ses 1 000 livres annuelles, et reçoit régulièrement des acomptes, qui obèrent moins sa trésorerie. Il sera pourtant le grand perdant face à la pugnacité de l’équipe d’André et de Formont.

41Le vainqueur, le sculpteur Antoine André, a-t-il voulu aller trop loin ? Formont se lasse de son subordonné qu’il soupçonne de malversations : il expédie à Carrare un homme de confiance, René Joysel, pour faire rendre des comptes au sculpteur. Il s’agit probablement d’un parent de Jean de Joisel, avocat au Parlement et banquier en cour de Rome. En janvier 1673, Formont obtient du roi une lettre au duc de Massa afin qu’il contraigne André à s’exécuter. On lui trouve même un remplaçant, le sculpteur Pierre Léonard. Peine perdue, André s’arc-boute. Louis XIV prie alors le duc de Massa de jeter le sculpteur en prison. Il va y croupir de mars à mai. À cette occasion, André, suppliant le duc de le faire élargir, avoue assez cyniquement qu’il a bien été envoyé à Carrare par Formont dans le dessein d’empêcher Beuf et Mesnard de continuer leur travail, et de ruiner Beuf. Le 18 mai enfin, André est tiré de sa prison et expédié dans une felouque à Marseille. Il arrive en fait à Toulon où il passe chez le notaire pour reconnaître que tous ses biens à Carrare sont la propriété de Formont. Il est probable qu’André réussit assez bien sa défense. Il revient à Carrare pour récupérer ses livres de comptes et se lave de tout soupçon. Il allait en effet dès 1676 vendre à Colbert une grande copie de la Flore Farnèse qui tiendra compagnie à l’Hercule gaulois de Puget dans le parc de Sceaux. Il va même repartir en Italie pour le compte des Bâtiments du roi en 1688, à une époque où la situation de la compagnie des marbres est difficile en raison de la présence d’un autre arriviste, André Le Brun. À Carrare, André est remplacé par les frères Léonard, Pierre et Corneille, deux sculpteurs flamands d’Anvers, arrivés dans les bagages de Joysel.

42Pendant ce temps, la guerre de Hollande avait interrompu les livraisons. La marine craint la flotte de Ruyter, même si Duquesne réussit quelques jolis coups en Méditerranée. Les corsaires hollandais rôdent. Ainsi, en 1674, deux capitaines malouins écrivent pour réclamer une escorte car ils redoutent les corsaires hollandais et zélandais sur les côtes d’Espagne. Mais les Génois sont aussi fort montés contre les Français. La flotte royale a fort à faire avec l’expédition de Sicile et la révolte de Messine, et se soucie peu de protéger les convois marchands. De 1672 à la paix de Nimègue (1678), les livraisons de marbre sont rares : trois bateaux en cinq ans.

43Beuf qui a tenté de se replier sur le marbre de Seravezza ne reçoit pas l’autorisation du grand-duc de Toscane pour exporter. Le marbre de Provence lui échappe aussi, mais pour une faible quantité, puisque son concurrent ne livrera que six blocs en août 1673, avant les hostilités.

44À la même date, Formont livre plus de quatre cents blocs en août 1673, pour la somme énorme de 100 000 livres. Puis Formont et Borzone réussissent à grand peine à faire passer de rares livraisons au cœur de l’hiver. Mais ici encore la percée du blocus par Formont a été rentable : 108 428 livres.

45Ceci ne veut pas dire que toute livraison s’arrête brusquement. La correspondance de Colbert et de Nicolas Arnoul, nouvel intendant de la Marine du Levant à Toulon, montre qu’en Méditerranée, les bateaux passent encore facilement en 1674, mais on doit éviter de faire le tour de l’Espagne et de passer par l’Atlantique. Arnoul permet d’alimenter les jardins royaux en oignons de jacinthes, de narcisses et de tubéreuse ; il fournit la ménagerie en animaux et la bibliothèque en maroquin d’Alexandrie. Il s’entremet pour faire venir d’Alep des livres syriaques, hébreux, arabes, chaldéens et grecs, ou encore et des « médailles », c’est-à-dire des monnaies antiques. Il se fait même rabatteur en proposant les camées d’un « curieux » d’Aix-en-Provence. Il apparaît donc comme un intermédiaire suffisamment adroit pour enrichir le cabinet de son protecteur et lui permettre de briller devant le roi. Mais point de marbre, trop pondéreux.

Toujours des rivaux : Formont, Borzone et leurs héritiers (1678-1683)

46La paix revenue, c’est de nouveau l’activité pour les deux seuls fournisseurs en lice, Borzone et Formont. Il est vrai qu’apparaît aussi fortuitement en 1679, un certain Guiraud, qui emploie sur place un sculpteur génois, Molciano, probablement l’un des deux frères, Domenico ou Giacomo, successeurs de la maison de Giorgio Scala. Il se prétend chargé de fournir des marbres pour le roi de France et se plaint au duc de Massa des procédés du carrier Daniele Pollina. Mais comme ce Giraud est déjà installé à Gênes en 1674-1675 et se fait livrer du marbre, on peut supposer qu’il s’agit d’un facteur de Formont, installé après le départ forcé d’André.

47Borzone, au témoignage de sa veuve, fait plutôt figure de distributeur de marbres divers, toujours sur un mode mineur : matériau de Carrare bien sûr, mais aussi de Sicile et du Milanais. Borzone meurt en juin 1679. Sa veuve reprend l’entreprise, se fait difficilement payer le marbre livré par son mari en 1678 et tente une grosse livraison en 1680, la plus importante qu’ait jamais fait la maison Borzone, plus de 69 000 livres. Elle doit attendre deux ans son paiement. Elle va alors récidiver avec l’aide financière de la compagnie du Sénégal, qui lui permet probablement de résister aux délais de paiement de l’administration. Cette fois, les pesanteurs administratives sont encore plus scandaleuses : suspendu par la mort de Colbert en 1683, le paiement se fera en deux temps, un acompte en 1685 et le solde en 1693 seulement.

48Les malheurs de la maison Borzone vont aller de pair avec la chute de la maison Formont. En 1679, tout va bien : au moins 500 blocs livrés au roi et, en outre, un gigantesque morceau de marbre qui doit servir à la statue royale de la place des Victoires, élevée par le maréchal de La Feuillade pour commémorer la paix de Nimègue. En 1680, la saison s’annonce belle : la cour doit payer dans l’année plus de 258 000 livres au banquier pour ses marbres. Mais en juillet, c’est la catastrophe. Colbert enjoint à Charles Perrault, commis des Bâtiments – et fabuliste à ses heures –, de signifier à Formont qu’il doit mettre fin à ses fournitures. Est-ce pour se libérer de sa dette ? Ou plutôt parce qu’est alors proclamée l’interdiction d’accorder tout office, ferme ou commission, aux Calvinistes ?

49La situation va s’apaiser. Formont est encore trop utile au pragmatique Colbert : n’a-t-il pas en main non seulement le commerce du marbre de Carrare, mais aussi celui des Pyrénées et du Languedoc, dont il contrôle le trafic maritime ? Comme banquier, il est le parfait messager financier vers les places du Nord de l’Europe. On le paye difficilement de l’énorme somme de 216 800 livres que la cour lui doit, 50 000 livres par les Bâtiments, mais plus de 150 000 livres sur les fermes. Il reprend ses livraisons en 1681 et 1682, pour 193 000 livres, dont il ne recevra que la belle somme de 100 000 livres.

50Le coup de grâce est consécutif à la mort de Colbert en septembre 1683. Louvois, on le sait, est bien plus hostile idéologiquement aux Protestants. Les commandes se tarissent brutalement. Le nouveau ministre accorde sa confiance à une nouvelle compagnie, spécialisée dans le marbre. Formont est perdu. Certes, il est exempté des arrêts qui interdisent les Protestants des emplois, mais ses affaires sont en crise. Prenant appui sur une décision unilatérale de payer tout bloc de quelque grosseur que ce soit au prix unitaire de 13 livres, le ministre réduit le paiement pourtant ordonnancé en 1683 de plus de 34 000 livres.

51Formont meurt peu après et sa veuve se débat dans des difficultés inextricables. Ce n’est qu’en 1695 qu’elle parviendra à vendre le reliquat de son stock de marbre des Pyrénées aux marbriers Misson et Derbais.

Le coup de poker des Génois : Carlo Solaro, son fils Daniele et leur commanditaire masqué, Francesco Maria Sauli

52Alors que les difficultés commençaient pour Formont, dès 1678, et que Borzone meurt en 1679, le consul de France à Gênes, Nicolas Compans, avait trouvé un nouveau fournisseur pour le roi : le sculpteur Carlo Solaro, épaulé par son fils Daniele. Le père, excellent marbrier et le fils, bon sculpteur, les Solaro sont complémentaires. Ils ont collaboré avec Puget sur le grand chantier de la basilique de Carignan. Ils font commerce de marbres, colonnes et balustres destinés au décor d’églises et de palais. Mais en fait, ce sont des hommes de paille d’un grand aristocrate génois, Francesco Maria Sauli, le commanditaire de Puget pour les grands marbres de Santa-Maria de Carignan. Compans le sait-il ? Il n’en fait pas mention. Sauli était-il déjà le banquier de Borzone ? Il faut bien reconnaître que seul un grand capital peut se lancer dans l’aventure d’extraire, transporter, assurer et revendre avec les aléas du marché une cargaison entière à l’aveuglette. De gros profits sont attendus, mais quels risques !

53En 1679, Nicolas Compans force la main à Colbert, et un bateau de Saint-Malo charge les marbres du Génois. Il y a sans doute de beaux blocs de la carrière du Polvaccio, auxquels aucun marbrier ne peut être insensible. Colbert s’incline et paye le chargement. Enhardis par le succès, Compans et Solaro recommencent la vente forcée. En juillet 1680, deux bateaux anglais quittent Gênes avec les marbres de Solaro, du statuaire et des « mischi ». Colbert cède encore mais refuse toute nouvelle livraison à moins que le fournisseur ne lui fasse une remise de 20 %.

54Saisissant l’occasion, les Génois obtempèrent tout en espérant bien ne pas avoir à exécuter cette promesse. Un dernier chargement part pour Le Havre. Pour placer ses marbres, Daniele Solaro se rend lui-même à Paris au début de 1682. Sa peine est récompensée : la cargaison est acceptée du vivant de Colbert, livrée en mars 1683. Mais le ministre meurt en septembre et le solde ne sera acquitté que dix ans plus tard.

55Les tarifs de Solaro (ou plutôt ceux de Sauli qui fixe les prix sous cape) sont compétitifs : le consul compare les prix avec ceux de marbres de Beuf et de Formont, au net avantage du Génois. En outre, comme tout bon marbrier génois, Solaro dispose d’un éventail de variétés : marbre blanc, portor, turquin, Seravezza, mais aussi des marbres éloignés comme jaspe de Sicile, brocatelle d’Espagne et même du Sarrancolin pyrénéen ; mais sa botte secrète est certainement le monopole de la commercialisation d’une bonne carrière. Nous savons qu’il s’agit de celle de Pollina au Polvaccio. Il s’y rend souvent, surveille l’exploitation, et Sauli paye le marbre comptant.

56En 1680 et 1681, Solaro père (qui meurt le 4 décembre 1680) et fils, livrent pour 320 000 livres de marbres : en 1681 la fourniture de Solaro représente 3 % du budget des Bâtiments. Mais ce succès est épisodique. Solaro et Sauli sont indépendants ; ils font porter le marbre à Paris sans aucune commande officielle. C’est en vain qu’ils demandent d’exécuter des ordres précis qui leur permettraient de mieux cibler leurs fournitures. Les correspondants français, Bensimon, la veuve Le Roy et son fils, se chargent de vendre le marbre selon sa qualité. Il est donc probable que le surplus est commercialisé à Paris pour des églises et des particuliers.

La première compagnie des marbres (1684-1686)

57Arrivé au pouvoir, Louvois prend le contre-pied de la politique de Colbert. À la cour, l’étoile de Charles Le Brun pâlit, celle d’Hardouin-Mansart s’affirme. De nouveaux administrateurs arrivent sur les chantiers, dont l’homme de confiance de Louvois, Henri de La Chapelle, sieur de Bessé, qui joue le rôle de Charles Perrault comme inspecteur et commis des Bâtiments. Louvois n’abandonne pas – bien au contraire – la politique somptuaire de Versailles. C’est l’époque où Hardouin-Mansart transforme les fontaines de Versailles en y introduisant le marbre. Au bassin de Latone, la statue des frères Marsy est juchée sur un ensemble très architecturé de bassins de marbre. Les fontaines des Saisons et des Couronnes requièrent des bordures de marbre. On prévoit de changer les vasques que supportent les marmousets de l’allée d’eau et les vasques de la Pyramide de Girardon, dont le bassin inférieur a douze pieds de diamètre. Comble du luxe, Mansart prévoit le somptueux bosquet de la Colonnade, tout orné de marbres, avec ses cuvettes qui crachent l’eau, et le bosquet des Dômes, que Girardon décore de longs trophées en bas-relief. Mais cette architecture du marbre d’Hardouin-Mansart qui se substitue à celle de verdure d’André Le Nôtre n’exclut pas, et au contraire privilégie, les statues et les vases. La mode est d’abord à la formule la plus architecturée de la statuaire : vases à l’antique et termes engainés. Mais il y a aussi un goût accentué pour l’imitation de l’antique et les copies en marbre d’après les moulages en plâtre conservés à Paris sont commandées aux meilleurs sculpteurs de la cour : Coysevox, Tuby, Lespingola, Van Cleve, etc. Mais, bien évidemment, à la différence de son prédécesseur, il ne peut plus s’appuyer sur l’administration de la Marine, restée entre les mains trop efficaces de Seignelay. Louvois veut résoudre personnellement le problème à la base. Il abandonne les hommes de Colbert. Immédiatement, il s’attaque à Formont, un de ces Protestants qu’il exècre ; il contrecarre son entreprise et l’accule à la ruine. Il ne donne pas suite à la mission de Derion qui pourtant livre à l’administration royale des propositions de tarifs extrêmement bas (de 6 livres 12 sols à 12 livres 4 sols le pied cube, selon la grosseur), sans réussir pourtant à trouver de transporteurs.

58Louvois essaie, en vain, de reprendre la collaboration avec Solaro. Dès novembre 1683, il reprend langue avec le Génois par l’intermédiaire d’un « Beuf », l’un des trois fils de Jacques Beuf, mort l’année précédente. Mais le bloc commandé, destiné à faire un vase dessiné par le sculpteur François Girardon, est monstrueux, 364 pieds cube (13 m3, 34 tonnes), et Solaro traîne manifestement les pieds, redoutant une telle commande. Il semble bien que deux gros blocs de marbre statuaire arrivent à Paris en 1687 et ont été payés à un certain « Le Beuf » qui doit être l’intermédiaire de Solaro. Mais l’affaire a été trop longue et Solaro n’est désormais plus sollicité.

59La situation est alors des plus délicates. Depuis octobre 1683, c’est la guerre entre la France et l’Espagne. Un bras de fer s’est engagé entre le roi et les Génois, fermes soutiens de l’Espagne, qui va se résoudre dramatiquement par le bombardement de Gênes par la flotte française, dirigée par Seignelay lui-même, en mai 1684.

60Une seule solution s’offre à Louvois, puisque les marchands génois se dérobent et que le calviniste Formont est à proscrire, il faut susciter une nouvelle compagnie, protégée par le roi.

61Le 11 février 1684, Louvois passe contrat avec trois personnes : Jean Haudicquer, sieur de Blancourt, « intéressé dans la ferme générale des Postes de Guyenne et Toulouse », le Toulonnais André Le Brun et André Castille. À ces trois principaux membres de la compagnie, il convient d’ajouter deux autres associés, qui ne passent pas le contrat avec les Bâtiments, mais sont partie prenante dans la société. Ils sont spécialistes de l’intendance des armées : Pierre Baudelot est aussi conseiller du Roi, commissaire ordinaire des guerres à Paris, et Jacques Cahouet, conseiller du roi, trésorier payeur de la gendarmerie. C’est en tant qu’intéressés « dans la fourniture généralle des marbres pour les maisons royales », qu’ils vont donner procuration à Castille pour gérer la société en Italie et en Provence, pendant que celui-ci et Lebrun donnent procuration aux associés parisiens. Sans doute s’agit-il de bailleurs de fonds liés à Louvois par la gestion de la Guerre, qui reste le point fort du pouvoir du ministre.

62Seuls Castille, Le Brun et Haudicquer de Blancourt semblent gérer la compagnie. Le Brun était, semble-t-il, déjà spécialiste du commerce des marbres puisque c’est lui qui avait, probablement en 1680, consigné dix-sept blocs de marbre de Gênes de la part des Solaro. Il est installé en Italie, prélève les échantillons et surveille l’extraction à Carrare. Castille agit à Toulon pour trouver des marbres en Provence et noliser des bateaux. Haudicquer de Blancourt s’occupe des relations publiques à Paris. Il est d’autant mieux introduit à la cour qu’il épouse, en avril 1684, Geneviève Duchesne, la fille de François Duchesne, fameux historiographe du roi, avec lequel il publiera l’histoire de l’ordre du Saint-Esprit. Curieux personnage que ce sieur de Blancourt à la noblesse incertaine, simple chapelier parisien. Sa rencontre avec d’Hozier bouleverse sa vie. Il devient généalogiste en copiant pour lui des mémoires. Puis, il va se livrer à des travaux personnels de généalogie, certains sérieux, comme sur la noblesse de Picardie. Mais il vit surtout du commerce de titres nobiliaires, d’autant que c’est l’époque où les nobles doivent se faire enregistrer pour obéir à une administration tatillonne qui veut désormais avoir une idée claire de la noblesse et des armoiries. Pour sa clientèle en mal d’ancêtres et d’armoiries, Blancourt produit tant de faux qu’il sera finalement embastillé en 1700, puis condamné à la prison à perpétuité l’année suivante.

63Blancourt, Le Brun et Castille doivent donc fournir au port de la Conférence à Paris « tous les marbres blancs d’Italie dont Sa Majesté aura besoin pour toutes les maisons royales ». Le contrat est particulièrement avantageux pour le roi. Les tarifs pratiqués sont supérieurs à ceux qu’avaient rapportés Derion de Gênes, mais largement inférieurs aux prix de Formont (de 11 livres 2 sols à 17 livres le pied cube). En outre, les Bâtiments ne prévoient aucune avance et s’engagent à payer les cargaisons à l’arrivée au Havre (pour les trois-quarts) et à Paris (pour le quart restant), ce qui réduit les risques. Pourtant dès septembre 1684, la compagnie reçoit sa première avance et le système des acomptes se met dès lors en place.

64En revanche, l’administration ne se prive pas de passer commande pour des blocs de dimensions bien précises sans bourse délier. De février à avril 1684, Haudicquer de Blancourt note soigneusement les mesures des marbres destinés à former les rebords des bassins du parc de Versailles, ceux des Saisons, des Couronnes et du parterre d’eau, ainsi que le diamètre des nouveaux bassins de la fontaine de la Pyramide. Mais il faut compter avec les hésitations d’Hardouin-Mansart : après avoir reçu commande de onze bassins carrés et treize ronds pour la Colonnade, il doit en août suivant les remplacer par vingt-quatre bassins ronds. Il faut dire qu’on a le temps, car au printemps 1684, la situation politique est sans doute trop tendue pour entreprendre les transports depuis l’Italie. En mai, la flotte de Louis XIV bombarde Gênes. Le Brun se contente de visiter des carrières et de prélever des échantillons.

65Ce n’est qu’à l’été 1684 que la compagnie se met véritablement à l’ouvrage. En juillet, Loui  XIV expédie une lettre de recommandation auprès du duc de Massa en faveur de Le Brun et Castille, comme il l’avait fait pour Mesnard et André. Dès la fin de juin, Castille s’était en effet mis en route à son tour, pourvu des procurations de ses associés. Du 22 juillet au 4 septembre, Castille s’installe à Toulon pour organiser les transports. Il passe d’abord contrat avec des fournisseurs de marbre de Provence : les frères Veyrier, qui exploitent le marbre de Trets, et Gaspard Desmion, spécialiste de celui du massif de la Sainte-Baume. Puis il nolise un bateau anglais et pose les jalons pour noliser un vaisseau royal de la flotte du Levant pour trois ans et demi. Vauvré ne veut pas lui donner la bonne flûte royale, la Baleine, sinon au prix de 11 livres par mois. Castille discute et prétend utiliser les bateaux malouins. Castille s’est trouvé deux alliés à Toulon. En août 1684, il a donné procuration à un marchand toulonnais, Joseph Jouve, qui, en février suivant, vient à Paris épouser sa nièce, Marguerite Castille. Cette alliance est donc fondée sur des liens matrimoniaux. Dans la prévision du mariage, Jouve confie les intérêts de la compagnie à un autre marchand toulonnais, Pierre Batarel, actif à Gênes, où il s’allie avec le consul de France Aubert. Cette complicité fait certainement les affaires de Seignelay, patron des consuls, et désavantage Louvois, qui en tirera peut-être les conséquences. Seignelay et Louvois font mine de s’entendre et de faciliter la tâche, mais en fait, Seignelay ne tient pas vraiment à assurer le transport du rival de son père.

66L’automne se passe probablement à tirer les marbres. C’est seulement au début de 1685 que s’effectue le transport, à un rythme accéléré. La compagnie contourne d’abord probablement Gênes et prévoit des transports par Livourne. L’administration donne l’ordre aux Malouins, puis aux capitaines marchands et aux vaisseaux du roi qui vont en Provence, à Livourne ou à Gênes de charger les marbres du roi, une mission bien délicate à laquelle ils cherchent manifestement à échapper. Les procureurs de Castille ont finalement nolisé deux flûtes royales à Toulon pour deux ans : la Royale le 30 décembre 1684, que va remplacer la Baleine le 16 février 1685. La Royale prend la mer le 21 janvier et se rend probablement en Italie, puisqu’on a mention d’une livraison entre février et avril à l’Académie de France à Rome. C’est une autre flûte royale, le Bienvenu, qui est préparée en mars et arrive au Havre en mai. Elle a certainement le temps de faire un autre voyage avant d’être congédiée par Castille en septembre suivant. La grosse flûte royale nolisée, la Baleine, partie de Gênes le 7 mai, arrive au Havre le 5 juillet. Puis se présentent encore au Havre des vaisseaux anglais, le Lyon qui arrive de concert avec la Baleine le 5 juillet, et le Daniel en septembre. Enfin, une troisième flûte royale, le Saint-Jean-Baptiste arrive au Havre le 12 novembre. La Baleine repart à Gênes, où elle est chargée du 15 décembre au 10 février avec aussi 120 caisses de marbres travaillés adressées au Roi et à Seignelay par leur fournisseur à Rome, Louis Alvarez. Elle y est suivie par une flûte de La Rochelle en avril qui partira au début juin. La flûte royale, le Saint-Jean-Baptiste, revient charger à Gênes en juin mais c’est un échec car elle doit quitter la Riviera ligure à vide, ayant besoin d’un bon radoub à Marseille. On comptabilise donc environ huit chargements en deux ans.

67Selon des documents postérieurs, par lesquels l’intendant de Toulon, Vauvré, conteste à la compagnie l’évaluation de ses nolis, la durée d’utilisation des bateaux royaux est relativement brève : la Baleine pendant dix-sept mois (4 mars 1685 - 4 août 1686), le Saint Jean-Baptiste pendant onze mois (probablement septembre 1685 - août 1686) et le Bienvenu six mois (mars - août 1685). La somme des transports connus n’est pas non plus considérable : 512 blocs pour 15 608 pieds cube (549 m3, 1482 tonnes), non compris le grand bassin exceptionnel de la pyramide du parc de Versailles, et des carreaux de pavement.

68Les Bâtiments du roi ont été particulièrement gourmands : ils ont demandé des marbres décoratifs pour les fontaines du parc de Versailles, la chapelle de Versailles, la Cascade, l’église des Invalides et les bassins de la Colonnade du parc de Versailles. Louvois a même passé commande, en octobre 1685, de 53 énormes blocs de marbre blanc pour tout un ensemble de statues. Quelle a été la réponse exacte des fournisseurs ? Sans doute ont-ils été en deçà de leur promesse ? On peut néanmoins considérer que les dix blocs, demandés pour de grands termes de près de 2,95 m de haut, ont bien été utilisés. Cette commande permit la réalisation des groupes de copies d’antiques les plus volumineux (Paetus et Arria, Paix des Grecs, Castor et Pollux, Laocoon) et des grandes scènes mélodramatiques mises en volume par Girardon (Ino et Mélicerte, Aristée et Protée, Achille à Scyros). En revanche, Versailles n’eut jamais les grandes figures couchées, inspirées des Fleuves du Vatican (Nil et Tibre), que Louvois avait prévues.

69Après novembre 1685, si les acomptes versés par l’administration se poursuivent, les livraisons semblent se tarir. Phénomène conjoncturel ? C’est l’hiver qui empêche le chargement ; mais il y a sans doute une autre raison, l’incapacité des capitaines. En septembre 1685, Castille congédie l’équipage du Bienvenu, met en cause sa vétusté (il a quatorze ans) et exige d’embarquer les marbres sur le Chariot. Vauvré refuse, nolise le Chariot à la nouvelle compagnie de la Méditerranée, et se plaint à Seignelay de l’incompétence des capitaines choisis par la compagnie des marbres. En octobre, il exige le renvoi du capitaine de la Baleine. En novembre, la compagnie ne s’est toujours pas exécutée. En décembre 1685, une déclaration royale est signifiée par voie notariale aux « intéressés dans la fourniture des marbres ». Ils sont priés de ne plus confier les bâtiments royaux à des capitaines inexpérimentés : François Jouve, qui est manifestement lié à Joseph Jouve, procureur de Castille à Toulon et son neveu par alliance, et surtout Jean Gros de La Ciotat, qui dirige la Baleine. Tous deux sont des Méditerranéens. Ont-ils eu des problèmes dans l’Atlantique ? Ou bien leurs méthodes n’ont-elles pas eu l’heur de plaire aux officiers et matelots de la Royale ? Pourtant, Gros continue à commander la Baleine qui, en février 1686, charge en Italie des sculptures fournies par Alvarez au roi et à Seignelay. Peut-être faut-il imaginer plus simplement un contentieux grave entre les associés de la compagnie, plus précisément un conflit entre ceux de Paris et Castille flanqué de ses alliés toulonnais ?

70En outre, en mars 1686, Louvois fulmine contre la qualité des marbres et refuse de payer les blocs défectueux où se trouvent des « fils ». La Marine et les Bâtiments vont donc s’unir contre la compagnie des marbres qui, prudemment, charge des marbres à Gênes sur un navire de La Rochelle en avril-juin 1686.

71La mauvaise qualité des blocs et les difficultés des relations avec la Marine agacent donc l’administration royale, tant la Marine que les Bâtiments. La rupture est désormais inévitable. Le responsable en paraît bien être Castille. Dans la mesure où l’entrepreneur principal à la cour, Haudicquer de Blancourt, va réussir à se maintenir par la suite, on peut supposer que son rôle a été apprécié par l’administration (à moins que ce ne soit lui qui ait cherché à se débarrasser de ses associés). Résiliant en août 1686 un contrat pourtant passé pour six ans en février 1684, Louvois va faire affaire avec une nouvelle compagnie, qu’il charge même d’acheminer les marbres déjà tirés.

72Petit à petit, acompte par acompte, malgré des divergences entre l’ancienne compagnie et l’intendant de Toulon, les Bâtiments du roi épongent la dette des transports de 1685. En février 1688, Blancourt, Castille et « ancienne compagnie », reçoivent leur parfait payement. Ils ont reçu en tout 270 846 livres, ce qui n’est pas mal pour deux ans d’exploitation.

73Parallèlement les anciens associés doivent payer leurs dettes envers leurs créanciers. Cela ne va pas sans mal. En Italie, les maîtres des carrières, le « pontonnier » qui embarque et débarque les blocs, et même le consul, réclamèrent leur dû. Il y eut procès ; on brada les marbres dont certains blocs restèrent à l’abandon à Gênes. Ils vont y séjourner jusqu’en 1714 pour le moins, époque où huit blocs vont enfin intéresser le sculpteur Chabry, chargé du piédestal de la statue équestre du roi à Lyon. À ce moment, le consul Aubert fils considérait qu’ils constituaient le gage de la dette contractée par l’ancienne compagnie vis-à-vis de son père.

74Mais cela va mal entre les associés aussi. En 1687, Pierre Batarel, leur ancien procureur à Toulon et à Gênes, fait assigner en justice certains associés et réussit même à faire jeter en prison Jacques Cahouet, qui proteste de sa bonne foi avec Haudicquer de Blancourt et prétend que les comptes de Batarel sont faux et truqués. Il est cependant manifeste que la compagnie a subi quelques petites malversations de ses associés. À peine un mois après la signature de l’accord avec Batarel, Pierre Castille doit partir dans les îles d’Amérique. A-t-il peur d’affronter les voyages en état de péché ? Le voilà qui vient déclarer devant notaire que deux lettres de change prétendument tirées sur Batarel en août 1685 n’ont jamais été réglées par ledit procureur de la compagnie. Il y en a pour 5 500 livres, ce qui n’est pas une bagatelle ; et comme par hasard, la reconnaissance de ce qui parait bien une fausse facture est entre les mains de Jouve qui la fait parvenir à Paris par sa femme, la nièce de Castille. Les Toulonnais Batarel et Jouve, et Castille leur allié, semblent bien avoir roulé les associés parisiens. Par scrupule aussi, Castille nomme encore un procureur pour régler André Le Brun et le consul Aubert de Gênes.

La nouvelle compagnie des marbres (1686-1688)

75Le 20 août 1686, Louvois passe un traité avec la « nouvelle compagnie des marbres », en la personne du même Jean Haudicquer de Blancourt, et d’autres entrepreneurs : Claude Accault, conseiller du roi, intéressé dans les fermes, Claude Delaistre, secrétaire et conseiller du roi et Simon de Montgrand, conseiller du roi, domicilié au Havre. Les conditions financières pour les marbres blancs statuaires et veinés sont identiques à celles de la première compagnie des marbres. Louvois lui promet aussi tous les sauf-conduits et les exemptions nécessaires. Mais, en outre, par un second marché, la nouvelle compagnie s’engage aussi à fournir les marbres de couleur, blocs, colonnes et carreaux de qualité variées : portor et turquin, brèche de Seravezza, vert de mer et de Polcevera, jaspé de Trapani et même la brocatelle d’Espagne et l’albâtre.

76Le personnage principal de la compagnie semble être Dominique de Montgrand, sieur de Mazade, qui n’apparaît pas dans le traité officiel mais reçoit procuration des associés dès le 4 août 1686 pour jouer le rôle qu’avait tenu Castille. Il va non seulement agir en Italie au nom de la compagnie mais protester en son nom propre contre les Bâtiments du roi lorsque le marché sera dénoncé, ce qui semble en faire un « intéressé » à la société. Ce noble provençal, fixé à Marseille, avait acquis la seigneurie de Mazade, avant celle de la Napoule en 1719. Signe de la décadence commerciale de Toulon, le relais passe à Marseille, devenu port franc. Le vieil antagonisme entre deux ports provençaux s’est accentué. Même si géographiquement, Toulon est mieux situé et permet un trajet plus court, le dynamisme commercial est désormais marseillais.

77Montgrand de Mazade doit d’abord se rendre en Italie, faire l’état des marbres tirés, de ceux qui sont autour des carrières, sur les plages et dans les ports car, comme Louvois l’avait imposé, la nouvelle compagnie doit reprendre à son compte les acheminements en cours de  l’ancienne compagnie. Dans la mesure où Haudicquer de Blancourt était partie prenante dans les deux sociétés successives, cette reprise était d’autant plus justifiée qu’elle assurait la continuité de la politique commerciale. De même, André Le Brun, installé à Carrare, était passé au service de la nouvelle compagnie. Les associés se méfiaient de lui et avaient explicitement imposé à Mazade de le congédier mais Le Brun s’était, dès qu’il avait eu connaissance de la rupture, précipité de Gênes vers Paris pour défendre sa cause. Il fut sans doute persuasif et on le voit continuer son travail à Carrare en tant que commis jusqu’à octobre 1687.

78La nouvelle compagnie fait donc venir les marbres préparés par l’ancienne compagnie. Les bateaux se succèdent au Havre en 1687 : des Anglais, le Tigre et le Lézard, suivis de peu par la flûte royale le Tardif, qui avait fait relâche à Toulon le 20 juillet ; encore un Anglais, la Virginie, puis un cinquième bateau, qui est peut-être l’Amitié, un bateau de trois cents tonneaux acheté à Toulon en mars 1687. Le dernier vaisseau d’un capitaine de Toulon part de Gênes en octobre 1688 sous la protection d’un navire de guerre de Hambourg.

79Pendant que la compagnie achemine ses marbres par ses moyens, l’administration de la Marine et le consul à Gênes pourvoient à la fourniture pour le secrétaire d’État, Seignelay, de blocs et des carreaux destinés au château de Sceaux, et de produits manufacturés fournis par Alvarez, qui sont acheminés par les mêmes navires en 1686-1687 : le Tardif, le Tigre et un autre Anglais. Louvois ne sera pas en reste et utilise les services de Lebrun et, surtout, de Louis Alvarez.

Les conflits de la nouvelle compagnie des marbres

80La nouvelle compagnie a donc repris à son service André Le Brun, toujours installé à Carrare, qui s’est inséré dans la meilleure société en épousant la fille du comte Bernardino Pisani, en juillet 1687. Le même mois de juillet et en août suivant, c’est Le Brun qui négocie au nom de la compagnie avec le duc de Massa afin de permettre dans de bonnes conditions les fournitures du capitano Luciani. C’est sur un pied d’égalité avec Montgrand de Mazade qu’il passe contrat en août 1687 avec un propriétaire de carrière, capitano Vannelli.

81Tout bascule à la fin de septembre 1687. Le Brun se met en tête d’intriguer contre le sculpteur Honoré Pelle ou Pellé, Provençal aussi, parti chercher fortune à Gênes, où il s’était taillé une certaine notoriété. S’agit-il d’un rapport de concurrence entre Le Brun et Pellé, bien italianisés, à la différence des négociants français et à même de négocier habilement – peut-être à leur profit – avec les carriers ? Toujours est-il que Le Brun demande au duc de Massa l’arrestation de Pellé pour malversation, tout en protestant immédiatement contre cette mesure. La compagnie en tire les conséquences. Le 24 novembre 1687, à Paris, elle constitue procureur pour régler toutes ses affaires, Jean-Baptiste Guichard, « directeur de la compagnie en Italie », résidant à Carrare. Cette fois encore, l’arrêt du commerce découle des aléas de la politique. La guerre de la ligue d’Augsbourg à l’automne 1688 précipite à la mer les flottes impériales et hollandaises contre Louis XIV, avant que l’Espagne se jette aussi dans la bataille. Le désastre de La Hougue en juin 1692 met à genoux la puissance maritime créée par Colbert et, dès lors, les succès français sont ceux des corsaires. Mais les Forbin, Jean Bart ou Duguay-Trouin sont les hommes des coups de main contre le commerce ennemi, alors que la politique royale est d’assurer la défense côtière. Évidemment, le transport du marbre somptuaire n’est plus une priorité. Au témoignage de Montgrand de Mazade, « la guerre de 1688 étant survenue, les entrepreneurs discontinuèrent la fourniture par ordre de Mr de Louvois, surintendant des Bastimens ».

82L’interruption est brutale. Dix blocs de la carrière Luciani partent de la plage de Lavenza pour Gênes le 31 octobre 1688 et n’arriveront jamais en France. Au printemps 1689, seules arrivent les premières colonnes de Leptis Magna, destinées à Seignelay ; le second envoi va rester à Toulon en 1690. En 1723, Caravaque rapporte qu’il y a encore à Toulon, « sous un tas de sable et de bois », quarante colonnes et douze tronçons de colonnes de cipolin banc mêlé de vert, plus un tronçon de rouge de Libye. Si certaines colonnes sont employées à la façade de l’Arsenal de Toulon, le gros de la livraison reste encore à Toulon en 1806. C’est alors que Dominique-Vivant Denon, directeur du musée Napoléon, se préoccupe – enfin ! – de l’acheminer.

83S’il est possible encore de traverser la Méditerranée en 1690, la guerre est dans l’Atlantique et la Manche. Cette année-là, des tambours de colonnes tirés à Caunes-en-Minervois, pour le chantier de l’église des Invalides, font un périple compliqué : canal du Midi, Bordeaux, cabotage jusqu’à Nantes, remontée de la Loire et canal de Briare. La statue de la Pudicité, venue de Benghazi, traverse la Méditerranée jusqu’à Toulon entre le 19 décembre 1694 et le 9 janvier 1695, en un temps record, mais est acheminée en neuf mois par Lyon pour rejoindre Versailles.

84Les dix années d’interruption ne vont donc pas complètement étrangler la production statuaire et décorative de la cour royale. Les fournitures des deux compagnies avaient été abondantes. Pendant longtemps les magasins du roi ne sont pas en manque de matériau.

Une exception : la Provence

85Pendant que les fournitures par l’Atlantique semblent complètement arrêtées de 1688 à la paix de Ryswick en 1697, la Méditerranée est plus tranquille. La Provence reste aussi toujours en contact maritime par cabotage avec la côte ligure. Exemple en est la fourniture du marbre nécessaire au piédestal de la statue équestre de Louis XIV, prévu par le conseil de ville de Marseille sur les dessins de Pierre Puget. Déjà en 1686, les échevins avaient envoyé une lettre de change à deux négociants marseillais installés à Gênes, David et Bernard, permettant l’achat de marbre. En juillet 1688 et en août 1689, ils demandent au duc de Massa de veiller à la bonne qualité de la fourniture et de protéger leur commis, Gouffre. Puis en 1691, les échevins et leurs négociants prient à nouveau le duc d’ordonner la livraison d’une dernière pièce de marbre. Les pièces sont donc tirées petit à petit sous l’autorité de David et Bernard et portées par Frugoni, rejoignant Gênes puis Marseille par cabotage, sans risques majeurs. Cette grosse entreprise est cependant inutile : la dissension qui oppose Puget à la ville de Marseille va empêcher la réalisation.

De la paix de Ryswick à la guerre de Succession d’Espagne, la livraison des marbres de Marly

86Avant même la paix, dès février 1696, les vaisseaux de la Marine royale qui vont de Toulon en Ponant, chargent chacun quelques blocs, comme l’est probablement, conciliant ainsi les exigences de la guerre navale et l’approvisionnement des Bâtiments. Douze vaisseaux, une véritable escadre, emportent 52 blocs. À la même époque, le port de Brest aligne sur son quai des blocs envoyés par un certain Pellé, qui est très certainement Honoré Pellé, sculpteur provençal qui va bientôt servir d’intermédiaire pour la fourniture des grosses pièces nécessaires au décor du parc de Marly.

87La paix de Ryswick signée en septembre 1697, les Français peuvent reprendre le chemin de Carrare. Ils le font probablement pour leur compte personnel, tel Jourdan, secrétaire du roi, qui se sert de marbre pour lest, et que dénonce le directeur des marbres, M. de Beaufort, bien persuadé que le marbre est monopole royal. Effectivement, en février 1700, un arrêt du conseil d’État accorde aux magasins du Roi le monopole de la commercialisation, réservant au souverain le meilleur matériau, un luxe régalien.

88La chose n’est pas vraiment nouvelle : les sculpteurs ont pris l’habitude de se fournir aux magasins du roi. En 1689, Coysevox ainsi doit prendre les marbres nécessaires à la sépulture de Mazarin « des magasins de Sa Majesté en payant par eux aux trésoriers des Bâtiments le prix qu’ils auront cousté ». Et c’est tout naturellement que Louis de Lorraine fournira le même Coysevox des matériaux nécessaires au mausolée du comte d’Harcourt en 1704.

89Le nouveau surintendant des Bâtiments du roi, l’architecte Jules Hardouin-Mansart, prend en main lui-même la fourniture du marbre. Il est probablement responsable de l’établissement du monopole royal. Sa grande entreprise est alors le décor du parc de Marly, séjour préféré du monarque vieillissant. L’architecture générale de la perspective et des bosquets est déjà bien arrêtée et les premières statues de marbre déjà en place lorsqu’on décide de ne pas se contenter de remployer des œuvres venues de Versailles ou d’acheter sur le marché des marbres déjà faits. La paix va permettre de nouveau de commander des œuvres d’importance, aux dimensions correspondant à l’espace. La première statuaire de Marly était achetée en prêt-à-porter. Désormais le surintendant peut se permettre la haute-couture, des marbres spécialement tirés à Carrare. En 1698, il est décidé de rehausser la grande perspective d’une série de statues de marbre qui se détacheraient sur les frondaisons. Le sculpteur Antoine Coysevox s’est engagé à la réalisation de deux immenses groupes équestres de la Renommée du roi, la Renommée et Mercure montés sur le cheval Pégase. Il doit les placer au sommet de l’abreuvoir du parc, dans la perspective du château. Le marché pour la fourniture de blocs monolithes est passé en juillet 1699 avec un vieux marbrier qui, depuis trente ans, est spécialiste du marbre de Belgique, Jérôme Derbais. Non seulement il doit fournir les deux gros blocs de 300 pieds cube (11 m3 ; 29 tonnes), mais aussi le matériau pour quatre vases des escaliers de la cascade de Marly et du marbre de couleur, en tout 2 000 pieds cube de marbre, au prix de 12 000 livres. Un envoyé de Mansart est déjà prêt à choisir les marbres à Carrare. C’est probablement le sculpteur provençal Honoré Pellé, fort de son expérience et bien inséré dans le milieu génois, que le duc de Massa cherche encore à protéger des agissements d’André Le Brun, toujours posté à l’affût des commandes royales. De janvier à avril 1700, Pellé s’occupe à Carrare de tirer les deux énormes blocs.

90Le plus long est de les transporter. Mansart demande à Pontchartrain d’armer un vaisseau royal dès septembre 1699. À cette époque, les relations entre les Bâtiments et la Marine ont changé avec le renouvellement des responsables. Entre Mansart et Pontchartrain, la collaboration est tranquille alors que des rivalités opposaient Louvois à Seignelay. Pontchartrain charge Vauvré d’envoyer une flûte de Toulon. Le Chariot arrive à Gênes en novembre. Mais on ne trouve pas de ponton suffisant pour porter les blocs de la plage de Lavenza jusqu’à Gênes et le temps est mauvais. Des petits blocs arrivent par mer à Gênes en janvier, mais les deux gros blocs se font attendre jusqu’en avril 1700. L’embarquement est délicat. Il faut une mer calme, charger à fond la coque pour baisser le niveau du pont pendant l’embarquement, puis se délester de petits blocs pour reprendre de la hauteur. La manutention ne sera possible qu’à la fin avril. En mai, le bateau part de Gênes ; il fait escale à Toulon et arrive au Havre en août. Le sculpteur se mit rapidement au travail et dès août 1702, les deux immenses groupes sont hissés sur l’abreuvoir de Marly.

91Il était donc plus facile de se trouver un négociant bien disposé pour assurer la livraison des marbres, sans avoir recours aux pesanteurs administratives de la marine royale, pourtant savamment administrée par Pontchartrain. Marché est donc passé le 6 août 1700 avec un gentilhomme italien, Michel-Ange Sarti, lieutenant d’infanterie au régiment du second étranger. Le tarif est très avantageux pour le Roi qui ne prend aucun risque. Il n’aura manifestement pas le temps de se mettre au travail. La conjoncture politique va de nouveau changer.

92Encore une fois la guerre se déclenche. C’est l’embrasement de l’Europe lors de la succession d’Espagne. Louis XIV et son petit-fils Philippe V sont isolés, alliés encore à la Savoie (qui va faire défection), à Mantoue et à Massa, la principauté du marbre ! En face sont dressés la Hollande, l’Empire et l’Angleterre. Sur terre, le prince Eugène porte la guerre en Milanais, avant d’envahir la Provence en 1707. Sur mer, la situation est intenable. De 1701 à 1713, on ne peut risquer des vaisseaux chargés de marbre en Méditerranée. Les seuls achats possibles sont réalisés sur les prises de guerre, tels les carreaux acquis aux enchères à Dieppe en 1710. Les Bâtiments du roi ont cependant suffisamment de marbre pour réaliser encore quelques grands travaux pour Trianon et surtout pour le parc de Marly.

93De 1701 à 1713, Carrare est abandonné par les Français, et probablement aussi par les autres étrangers, comme semble en témoigner le rapport de Caravaque à l’issue de cette période de stagnation. Seul reste André Le Brun qui, après avoir servi de conseiller au duc de Massa sur le fait du commerce avec la France, vers 1691, entre en conflit ouvert avec lui en 1699.

Un dernier effort : la mission de Caravaque (1713-1714) et les transports de la Bellone (1714-1715)

94Dès le début de 1713, le duc d’Antin réorganise le service des marbres. Le 15 janvier, il signe une « commission » confiant à Jean III Caravaque ou Garavaque (1673-1754) l’inspection des marbres de Provence. Petit-neveu de Puget par sa mère, il appartient à une dynastie de sculpteurs de navires, actifs à Toulon et à Marseille et très liés à Puget de son vivant. Il est lui-même sculpteur des galères à Marseille et en dirige l’atelier, sous l’autorité du secrétaire d’État à la Marine qui accepte de lui voir endosser cette seconde responsabilité. Dès sa nomination, Caravaque a l’ordre de rédiger un rapport sur les marbres de Provence et aussi de se rendre en Italie pour examiner les carrières.

95En avril 1713, des paix séparées sont signées entre la France, l’Angleterre, la Hollande, la Savoie. En juin, les hostilités avec l’Empire sont suspendues en Italie, dans l’attente de la paix qui sera signée en mars 1714. Il était temps de renouer avec le marbre italien et d’acquérir l’énorme bloc transporté à Marseille par Puget pour réaliser un pendant au groupe de Persée et Andromède. Mieux vaut tard que jamais – seize ans après la mort de l’artiste.

96Dès avril 1713, Jean III Caravaque se rend à Gênes et à Carrare, une mission dangereuse : à l’aller, il doit contourner les garnisons impériales encore en guerre. Au retour, il est un temps retenu à San Remo par les Génois, avec un officier italien des troupes de France, qui pourrait être Michel-Ange Sarti, qu’on soupçonne de vouloir lever des troupes pour le compte du roi.

97L’enquête de Caravaque a été complète et fructueuse. Après avoir visité les carrières de vert de Polcevera, il se rend à Carrare, inspecte le Polvaccio et Pianello, mesure, déguisé en mineur, les blocs laissés sur la plage de Lavenza, passe à Portovenere et revient à Gênes prendre langue avec les négociants. Le constat est amer. Carrare apparaît comme ruinée par la guerre : carriers, ouvriers, transporteurs et charrons ont été frappés de plein fouet par la crise. Le peu qu’on tire encore, du blanc veiné, pour des carreaux sans doute, est destiné aux Anglais et aux Hollandais et coûte très cher. Mais Caravaque parie sur une reprise consécutive à la paix prochaine et par conséquent sur une augmentation de la production qui entraînerait une diminution des prix. Il engage donc les Bâtiments du roi à attendre avant de passer de nouveaux marchés.

98Caravaque se met en besogne. Il avait déjà reçu un acompte en 1713. En mars 1715, un bateau quitte Gênes, lesté de marbres blancs et de marbre portor. Caravaque, à Marseille, veille à l’embarquement de quarante blocs destinés au roi sur la Bellone. Le 8 juin, elle arrive au Havre ; le 26 juin, elle est déjà déchargée. Durant l’été 1715, ce transport, pour une fois rapide et tranquille, constitue le dernier mouvement commercial du règne de Louis XIV en fait de marbre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Geneviève Bresc-Bautier, « L’importation du marbre de Carrare à la cour de Louis XIV », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 19 janvier 2016, consulté le 31 août 2016. URL : http://crcv.revues.org/12075 ; DOI : 10.4000/crcv.12075

Haut de page

Auteur

Geneviève Bresc-Bautier

Conservateur général du patrimoine au département des sculpteurs du musée du Louvre

Haut de page

Droits d’auteur

© Geneviève Bresc-Bautier / 2016 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org