Navigation – Plan du site
De la carrière au magasin

L’importation du marbre de Carrare à la cour de Louis XIV : rivalités des marchands et échecs des compagnies

Geneviève Bresc-Bautier

Résumé

La difficulté d’approvisionnement en marbre statuaire a été un problème récurrent pour la sculpture, sauf évidemment en Italie, lieu d’exploitation de carrières, spécialement de celles de Carrare. La France a cherché à exploiter, difficilement, le marbre des Pyrénées, qui a mauvaise réputation auprès des sculpteurs. Les conditions d’extraction, de transport et de commerce du marbre de Carrare en France sous le règne personnel de Louis XIV seront présentées ici.

Vers 1660-1662, une première période voit la concurrence entre deux équipes rivales, l’une, envoyée par Fouquet, est composée de Girardin et de Pierre Puget, et celle de Colbert est dirigée par le marchand toulonnais Jacques Beuf, avec son commis Delamer. Cette dernière équipe réussit à débaucher Puget et va, évidemment, l’emporter. Puis Colbert installe deux autres équipes, officielles celles-ci, qui font tirer du marbre par des sculpteurs français envoyés en mission : Antoine André pour le grand banquier Pierre Formont et Nicolas Ménard pour Jacques Beuf - le premier réussissant à évincer le second. Mais Formont, qui avait fait arrêter son sculpteur André et l’avait remplacé par des Flamands, est évincé en raison de sa religion et meurt peu avant la Révocation de l’édit de Nantes (1685). Parallèlement des artistes génois, le peintre Borzone puis les sculpteurs Solaro père et fils, parviennent à imposer des cargaisons de marbre, de même que Puget continue à se procurer directement du marbre à Carrare et même à en vendre.

Louvois, prenant le contre-pied de la politique de Colbert, change le système. Il installe d’abord une seule compagnie des marbres officielle, puis lui retire sa charge pour en protéger une seconde, où se retrouvent les mêmes responsables, Haudiquer de Blancourt et André Lebrun. Cette compagnie s’arrête en 1687 devant les risques de la guerre.

Un nouvel épisode se situe durant la période d’accalmie entre la Paix de Ryswick et la guerre de Succession d’Espagne avec, en particulier, le transport des gros blocs pour les groupes de la Renommée du Roi de Coysevox, entre 1698 et 1701. Puis de nouveau, tout s’arrête jusqu'à ce que les préparatifs de la Paix permettent au sculpteur Jean Garavaque, en 1713, de visiter les carrières de Carrare et de préparer les derniers transports du règne en 1714-1715.

On soulignera les incidences des conditions politiques sur l’approvisionnement, en particulier de la guerre sur mer. On verra aussi comment les dimensions des blocs disponibles conditionnent les compositions.

Haut de page

Texte intégral

Geneviève Bresc-Bautier : L’importation du marbre de Carrare à la cour de Louis XIV : rivalités des marchands et échecs des compagnies

Enregistrement audio de la communication au colloque « Marbres de rois, XVIIe et XVIIIe siècles », vendredi 23 mai 2003, Galerie basse du château de Versailles.

Crédits : © Geneviève Bresc-Bautier/2003/CRCV

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Geneviève Bresc-Bautier, « L’importation du marbre de Carrare à la cour de Louis XIV : rivalités des marchands et échecs des compagnies », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 24 septembre 2012, consulté le 24 octobre 2014. URL : http://crcv.revues.org/12075 ; DOI : 10.4000/crcv.12075

Haut de page

Auteur

Geneviève Bresc-Bautier

Conservateur général du Patrimoine au département des Sculptures du musée du Louvre

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org