Navigation – Plan du site
2012

L’appartement de Marie Leszczyńska (1725-1768)

Marie Leszczyńska’s apartment (1725–1768)
Manuel Lalanne

Résumés

Marie Leszczyńska ne prit jamais part au pouvoir qui était entre les mains de son époux et du cardinal de Fleury ; elle n’eut pas non plus l’occasion d’exercer une régence pour renforcer sa position à la cour. Son règne semble démontrer le déclin du rôle de la reine au sein du système absolutiste. Celle que l’on a choisie comme épouse du roi pour sa capacité à donner un héritier à la Couronne se trouve reléguée à des fonctions domestiques, tout en devant se conformer à l’étiquette en raison de son statut. Au cours de son règne, toutefois, des mutations importantes ont lieu dans le mode de vie de la souveraine, qui s’écarte de la vie publique pour se replier dans la sphère « privée ». L’évolution de la distribution de ses appartements, analysée à la lumière des témoignages donnés par le duc de Luynes sur les usages de la Cour, permet d’expliquer les aménagements qui sont entrepris à Versailles, Fontainebleau ou Compiègne, ainsi qu’à Choisy. Arrivée à la cour après un interrègne de plus de quarante années dû à l’extrême longévité de Louis XIV, Marie Leszczyńska doit « reconquérir » un espace pour la reine. Des travaux sont conduits tout au long de son règne pour réagencer les appartements royaux, les rendant au fur et à mesure plus confortables et propices à la « vie dans les cabinets » qu’affectionnait la souveraine. À la fin de sa vie, celle-ci put en effet jouir de libertés exceptionnelles pour une reine régnante. En tenant compte du contexte dans lequel se déroulèrent ces changements, il s’agira de décrire les évolutions principales des appartements de la reine et d’analyser le rôle de Marie Leszczyńska dans ce processus.

Haut de page

Plan

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article est issu d’un mémoire d’étude (1re année de 2e cycle) de l’école du Louvre, réalisé sous la direction de Raphaël Masson et Monique Chatenet dans le cadre du groupe de recherche « Versailles » de l’école du Louvre en partenariat avec le Centre de recherche du château de Versailles (session 2011-2012).

Texte intégral

  • 1 Cosandey 2000, p. 10.

1« Si Anne de Bretagne ouvre le cycle des reines “modernes”, Marie-Thérèse annonce le déclin du modèle royal féminin1. » Cette idée, énoncée par Fanny Cosandey, semble se vérifier avec Marie Leszczyńska, qui a laissé à la postérité le souvenir de sa présence discrète à la cour. Cela est d’autant plus éloquent si on la compare à d’autres personnages féminins, comme à Mme de Pompadour, qui joua un grand rôle à la cour, ou à Marie-Antoinette, qui marqua les mémoires par sa personnalité.

2Pourtant, de 1725 à 1768, durant les quarante-trois années de son règne, Marie Leszczyńska tient dignement son rôle d’épouse du roi et de reine de France. Plusieurs circonstances, il est vrai, la différencient de reines comme Marie de Médicis ou Anne d’Autriche, qui ont marqué l’histoire. À aucun moment, en effet, Marie Leszczyńska n’a eu l’occasion d’exercer une régence, ce qui n’a pas contribué à la rapprocher d’un pouvoir dont son époux la maintenait écartée. Comme Marie-Thérèse, elle n’a été que reine consort et jamais reine mère, ce qui a restreint ses libertés pendant toute sa vie.

  • 2 Ibid., p. 373.
  • 3 Ibid., p. 11.

3Par ailleurs, lorsqu’elle arrive à Versailles en 1725, cela fait plus de quarante ans que le château n’a pas connu de reine – la mort de Marie-Thérèse remonte à 1683 – et, d’une certaine manière, la monarchie semble avoir appris à s’accommoder de cette absence2. Désormais, la reine n’exerce plus un contre-pouvoir – qu’il soit effectif comme celui de la régente, ou de conseil comme celui de la reine mère –, car « en réservant au roi seul le devant de la scène politique, l’absolutisme relègue la reine à des fonctions familiales et domestiques qui ne lui permettent plus de mobiliser tous les acquis de la souveraineté ; […] Elle tend à redevenir une princesse ordinaire3. »

  • 4 Dans sa biographie de Louis XV, Michel Antoine rapporte l’opinion de Barbier dans son Journal : « C (...)

4Cette absence de la reine dans l’État se vérifie aussi dans le château. À son avènement, les anciens appartements de Marie-Thérèse dans les résidences royales ne sont pas restés vides et ont été attribués à des dames importantes de la Cour. À Versailles, ce sont les dauphines qui les occupèrent : la dauphine de Bavière puis la duchesse de Bourgogne. À Marly, Mme de Maintenon prend possession de l’appartement qui avait été prévu pour la reine, mais qu’elle n’eut pas le temps d’occuper avant de mourir. Ainsi, en arrivant à la cour, Marie Leszczyńska doit se faire une place à la fois dans l’opinion, qui désapprouve le mariage polonais4, et dans la géographie des châteaux.

5Bien que les résidences royales soient étudiées indépendamment les unes des autres et que des travaux importants concernant le cérémonial de cour existent, aucun ouvrage transversal et général ne met en rapport la distribution des appartements de Marie Leszczyńska avec l’usage qu’elle en avait. Les aménagements effectués dans les appartements royaux, en prenant en compte le contexte historique dans lequel ils ont été réalisés, permettent en effet de révéler la place accordée à la reine de France.

6Nous proposons donc de présenter brièvement les appartements de Marie Leszczyńska dans quelques résidences royales significatives – soit parce qu’elle y habita un certain temps, soit parce que des modifications importantes y furent réalisées pour elle – et de faire quelques remarques du point de vue de la distribution afin de voir quelles ont été les grandes évolutions du règne. Pour son arrivée à Versailles, des aménagements sont réalisés pour reconstituer un appartement digne d’une reine de France après le long interrègne qui a suivi la mort de Marie-Thérèse. Jusque dans les années 1730, la reine demeure surtout à Versailles, d’où elle ne s’éloigne pas en raison de ses grossesses régulières. Les aménagements des résidences royales autour de Paris, qui sont le lieu de séjour de la Cour, ont donc lieu dans un second temps. Enfin, à partir des années 1740, le mode de vie de la reine évolue et cela se traduit par l’aménagement de nouveaux espaces et des bouleversements dans l’étiquette.

L’installation de la reine à Versailles

La reconstitution d’un appartement pour la reine après un long interrègne

  • 5 Marie Leszczyńska est de sept ans l’aînée du roi, qui avait quinze ans au moment de leur mariage en (...)
  • 6 Le malaise du roi survenu à la fin de février 1725 suscita une vive inquiétude, notamment de la par (...)

7Marie Leszczyńska fut choisie parmi les princesses d’Europe ni pour sa fortune – le roi de Pologne, Stanislas Leszczyński, a perdu son trône et vit désormais en exil – ni pour sa naissance – la Pologne est une monarchie élective et les Leszczyński ne sont qu’une famille aristocratique élue par les autres pour exercer le pouvoir. Elle le fut parce que l’on pensait que son âge5 et sa bonne condition physique lui permettraient de donner un héritier au roi, dont la santé fragile faisait craindre pour la lignée6. Elle était très consciente de l’honneur qui lui était fait et de son devoir. Ainsi, pendant près de dix années, elle fut presque toujours enceinte et ne s’éloigna donc guère de Versailles.

L’appartement de Marie-Thérèse en héritage

Fig. 1 : Anonyme, Plan du premier étage du château de Versailles, vers 1673. Stockholm, Nationalmuseum, NMH THC 3 [plan coloré et numéroté par l’auteur].

Fig. 1 : Anonyme, Plan du premier étage du château de Versailles, vers 1673. Stockholm, Nationalmuseum, NMH THC 3 [plan coloré et numéroté par l’auteur].
  • 7 Les légendes des plans figurant dans cet article reproduisent les annotations de distribution inscr (...)

Salon des Planètes (d’après Milovanovic 2005)

Fonction en 1673 (d’après Reynaud 1970)

Modifications vers 1680 (d’après Verlet 1985)

Appartement du Roi

1

Salon de Vénus II

[Première antichambre]7

2

Salon de Diane

[Antichambre]

[Deuxième antichambre]

3

Salon de Mars

4

Salon de Mercure

[Antichambre]

[Chambre de parade à partir de 1678]

5

Salon d’Apollon

[Grande chambre du Roi]

[Chambre du Trône à partir de 1678]

6

Salon de Jupiter

[Grand cabinet d’angle ou cabinet du Conseil]

[Salon de la Guerre]

7

Salon de Saturne

[Petit cabinet]

(intégré à la Grande Galerie)

8

Salon de Vénus

[Petite chambre du Roi ?]

(intégré à la Grande Galerie)

Appartement de la Reine

9

Salon de Vénus

[Petit cabinet]

(intégré à la Grande Galerie)

10

Salon de Saturne

[Petite chambre de la Reine ?]

(intégré à la Grande Galerie)

11

Salon de Jupiter

[Grand cabinet d’angle]

[Salon de la Paix]

12

Salon d’Apollon

[Grande chambre de la Reine]

13

Salon de Mercure

[Antichambre]

[Salon de la Reine]

14

Salon de Mars

[Salle des gardes]

[Antichambre du Grand Couvert]

15

Salon de Diane

[Chapelle de 1672 à 1680]

[Salle des gardes de la reine]

16

[Escalier de la Reine]

17

[Chapelle à partir de 1676]

[Salle des gardes du roi et de la reine]

19

[Terrasse]

  • 8 Voir Plan du premier étage du château de Versailles, vers 1673, Stockholm, Nationalmuseum, reprodui (...)

8Donnant sur le parterre du Midi, l’enfilade de cinq pièces du grand appartement de la Reine correspond à l’enveloppe créée par Le Vau pour agrandir le petit château de Louis XIII. Cette série de salons, primitivement dédiés aux planètes, constituait un pendant symétrique à ceux de l’aile du Roi, aussi bien sur le plan de la décoration que sur celui de la distribution (fig. 1). La reine disposait alors d’une salle des gardes (actuelle antichambre du Grand Couvert) (14), d’une antichambre (13), d’une grande chambre (12), d’un grand cabinet à l’angle du bâtiment (l’actuel salon de la Paix) (11), et en retour d’une petite chambre (10) et d’un petit cabinet (9)8. Une terrasse (8) permettait de rejoindre l’appartement du roi. La symétrie est rapidement rompue lorsque l’on ajoute un vestibule (1) correspondant à l’arrivée de la volée droite de l’escalier des Ambassadeurs (18), qui vient augmenter l’enfilade du roi vers 1672. La construction d’une nouvelle chapelle (17) en haut de l’escalier de la Reine à partir de 1676 – dans ce qui deviendra la salle des gardes du roi et de la reine après l’achèvement de la Chapelle royale – permet d’allonger l’enfilade de la reine d’une pièce et d’introduire, après la nouvelle salle des gardes (15) et l’antichambre du Grand Couvert (14), un salon pour la reine (13), avant sa grande chambre (12). Vers 1678-1680, la construction de la Grande Galerie et des salons de la Guerre et de la Paix à ses extrémités bouleversera cette organisation : l’appartement de la reine, tout comme celui du roi, sera dépourvu de ses trois dernières pièces : le grand cabinet d’angle (11), la petite chambre (10) et le petit cabinet (9).

Fig. 2 : Restitution des appartements du Roi et de la Reine au château de Versailles après la mort de Marie-Thérèse, vers 1693, d’après le plan dans Verlet 1985 (p. 208) [plan coloré et renuméroté par l’auteur].

Fig. 2 : Restitution des appartements du Roi et de la Reine au château de Versailles après la mort de Marie-Thérèse, vers 1693, d’après le plan dans Verlet 1985 (p. 208) [plan coloré et renuméroté par l’auteur].

Grands appartements du Roi

Appartement intérieur du Roi

A  [Escalier des Ambassadeurs ou Grand Escalier]

19 [Cabinet du Billard ou des Chiens]

1  [Salon de l’Abondance]

20  [Salon sur le Petit Escalier]

2  [Cabinet des Médailles]

21  [Degré du Roi]

3  [Salon de Vénus ou pièce de Marbre]

22  [Cabinet aux Tableaux]

4  [Salon de Diane ou du Billard]

23  [Cabinet des Coquilles ; futur cabinet aux Livres]

5  [Salon de Mars ou du Bal]

24  [Salon ovale]

6  [Salon de Mercure ou chambre du Lit]

25  [Premier salon de la galerie]

7  [Salon d’Apollon ou chambre du Trône]

26  [Petite Galerie]

8  [Salon de la Guerre]

27  [Dernier salon de la galerie]

9  [Grande Galerie]

Ancien appartement de la Reine

10  [Salon de la Paix]

B  [Escalier de la Reine]

Grand appartement de Louis XIV

28  [Salle des gardes]

11  [Vestibule]

29  [Antichambre]

12  [Salle des gardes]

30  [Grand Cabinet]

13  [Antichambre du Grand Couvert]

31  [Chambre]

14  [Seconde antichambre ou salon des Bassans]

15  [Chambre du Roi en 1684]

16  [Salon du Roi ; puis chambre du Roi en 1701]

17  [Cabinet du Conseil]

18  [Cabinet des Termes ou des Perruques]

9Après la mort de Marie-Thérèse en 1683, Louis XIV déplace sa chambre devenue trop petite pour accueillir tous les courtisans admis aux entrées (fig. 2). À partir de 1684, elle occupe une pièce du corps central (15 puis 16). Rompant définitivement avec le projet des deux appartements symétriques pour les souverains de l’enveloppe de Le Vau, on va créer une enfilade constituée d’un vestibule (11), d’une salle des gardes (12) et de deux antichambres (13 et 14) pour la desservir depuis l’escalier de la Reine (B), désormais l’escalier d’accès ordinaire au grand appartement du Roi.

  • 9 Verlet 1985, p. 251.

10L’absence de la reine à ce moment capital, où se réorganise la distribution du château à la suite de l’installation de la Cour à Versailles en 1682, explique en partie la disproportion entre l’appartement dont hérite Marie Leszczyńska et celui du roi qui n’a cessé de s’agrandir pendant ce temps, notamment en « grignotant » de l’espace dans l’aile de la Reine. On peut même dire que cela contribue à accélérer le déclin du modèle royal féminin dans l’étiquette louis-quatorzienne, qui se met en place de façon concomitante avec la réorganisation du château. Pierre Verlet écrit ainsi qu’« en enflant démesurément la personne du monarque et en faisant de ses appartements comme de ses actes le centre de la France, [il semble que l’on] ait contribué à écraser plus que jamais la reine elle-même. Une sorte de fatalité va peser sur l’appartement que celle-ci occupe9. »

La transformation de l’ancien « appartement de nuit » du duc de Bourgogne et des cabinets intérieurs de la duchesse de Bourgogne

11En guise de fatalité, la reine hérite surtout d’un appartement qui ne correspond plus à sa dignité, car il a été occupé par des princesses de rang inférieur. En effet, on a adapté à leur besoin l’appartement de Marie-Thérèse laissé inachevé à sa mort en 1683. En 1690, c’est la dauphine de Bavière, épouse du Grand Dauphin, qui y loge, puis, entre 1697 et 1712, c’est la duchesse de Bourgogne, l’épouse du dauphin Louis de France. À cette date, le Grand Dauphin occupe toujours l’appartement du rez-de-chaussée en dessous de celui de la reine. Comme il ne souhaite pas le quitter, le problème se pose de savoir où loger le duc de Bourgogne pour qu’il soit à proximité de son épouse. Une nouvelle aile est donc bâtie dans la cour de la Reine afin de constituer ce que l’on appelle l’« appartement de nuit du duc de Bourgogne », en complément de son « appartement de jour » qui se trouve au-delà de l’escalier de la Reine et de l’appartement de Mme de Maintenon.

12L’appartement dont hérite Marie Leszczyńska profite de ces aménagements dans ces espaces qui n’ont pas été investis par Louis XIV. Lorsqu’elle arrive à la cour, après le séjour à Fontainebleau où se sont déroulées les festivités du mariage, la reine trouve son appartement de Versailles composé, d’une part, d’une enfilade de pièces publiques constituant le grand appartement – avec une salle des gardes, une antichambre du Grand Couvert, un « cabinet avant la chambre », une grande chambre et un autre « cabinet après la chambre » –, et, d’autre part, des cabinets privés – les anciens cabinets intérieurs de la duchesse de Bourgogne et un cabinet de retraite et une pièce des Bains aménagés dans l’aile de l’appartement de nuit du duc de Bourgogne.

  • 10 Voir le plan général complet du premier étage du château de Versailles sur Gallica.

13Des travaux sont donc bien réalisés avant l’arrivée de la reine pour lui offrir un appartement qui corresponde à sa dignité. Toutefois, cela ne suffit pas pour combler l’écart avec les appartements dont dispose Louis XV qui, lui, a hérité de l’appartement d’apparat dans l’aile du nord, du grand appartement dans le corps central, ainsi que d’un petit appartement constitué au revers de l’appartement de parade. Le plan du premier étage du château réalisé par Blondel10 (fig. 3) vers 1735 montre bien cette situation.

Fig. 3 : Jean-François Blondel, Plan du premier étage et de l’avant-cour du château de Versailles dans lequel sont compris les appartements du Roi et ceux de la Reine (détail), vers 1735, in C.-N. Cochin (graveur) et J. F. Blondel, Architecture françoise […], Paris, C. A. Jombert, 1752-1756 (plan coloré et numéroté par l’auteur).

Fig. 3 : Jean-François Blondel, Plan du premier étage et de l’avant-cour du château de Versailles dans lequel sont compris les appartements du Roi et ceux de la Reine (détail), vers 1735, in C.-N. Cochin (graveur) et J. F. Blondel, Architecture françoise […], Paris, C. A. Jombert, 1752-1756 (plan coloré et numéroté par l’auteur).

Appartement du Roi

1 Escalier des Ambassadeurs

18 Chambre à coucher du Roi

2 Salle de Vénus

19 Chambre du Conseil

3 Petit salon de l’Abondance

20 Salle à manger

4 Cabinet des Médailles

21 Salon ovale ou cabinet

5 Salle de Diane […]

22 Cabinet

6 Salle de Mars […]

23 Antichambre

7 Salle de Mercure ou Chambre de parade

24 Chambre des Bains

8 Salon d’Apollon ou chambre du Trône

25 Bains

9 Salon de la Guerre

26 Cabinet

10 Grande Galerie

27 Petite Galerie

11 Vestibule

28 Grande salle des gardes

12 Salle des gardes du Roi

Appartement de la Reine

13 Première antichambre

29 Escalier de la Reine

14 Grande antichambre du Roi

30 Salle des gardes de la Reine

15 Chambre de parade

31 Antichambre

16 Chambre du Conseil

32 Grand cabinet

17 Cabinet des Termes ou des Perruques

33 Chambre à coucher de la Reine

34 Salon de la Paix

Usages et étiquette dans les pièces du grand appartement de la Reine à Versailles

14Une reine de France se doit de passer la plupart de son temps en représentation avec ses dames du palais et les courtisans. Consciencieusement, Marie Leszczyńska se soumet au cérémonial de la cour qui attend d’elle une vie entièrement publique. C’est donc dans les pièces de son grand appartement que la reine passe ses journées, acceptant d’évoluer parmi tous ceux qui y sont présents par le droit qu’ils ont d’entrer.

  • 11 Antoine 1997, p. 464.

Elle ne se déroba pas à ses obligations d’apparat […] elle se fit instruire avec minutie des usages de l’ancienne cour, se pénétra des honneurs qui lui étaient dus et posséda bientôt à fond les subtilités du cérémonial, au point d’en être quelque peu prisonnière [si bien qu’elle] sut forcer le respect par sa dignité de vie et par sa piété11.

15En ce sens, Marie Leszczyńska a parfaitement assuré son rôle de reine dans le bon fonctionnement de la cour.

La salle des gardes

  • 12 Luynes 1860-1865, t. I, p. 228.
  • 13 Ibid., t. I, p. 228.

16La salle des gardes est une pièce où se rend peu la reine en temps ordinaire. En effet, c’est un espace encombré qui sert à remiser les chaises et d’autres éléments du mobilier dont on ne se sert pas présentement. Le duc de Luynes l’appelle ainsi « magasin12 ». Toutefois, elle est utilisée dans des occasions extraordinaires comme la cène de la reine, cérémonie pendant laquelle Marie Leszczyńska lave les pieds et sert à manger à treize petites filles pauvres du royaume13.

L’antichambre retrouve sa fonction d’antichambre du Grand Couvert

17L’antichambre, également appelée antichambre du Grand Couvert, car elle est le lieu où se déroule la cérémonie du Grand Couvert lorsque le roi et la reine soupent en public, retrouve ainsi la fonction qu’elle avait sous Marie-Thérèse. En effet, après la mort de la reine, le Grand Couvert du roi avait lieu dans la première antichambre de son appartement.

Usages et statut du « cabinet avant la chambre » et du « cabinet après la chambre »

18Le statut et l’usage de la pièce qui se trouve avant la chambre de la reine sont plus difficiles à définir. Elle est notée « Grand Cabinet » par Blondel sur son plan de 1735 (fig. 3). C’est dans cette pièce que sont organisées les audiences publiques de la reine :

  • 14 Ibid., t. VII, p. 125.

Hier, M. Doria, envoyé de Gênes, prit son audience de congé : ce fut audience publique ; la Reine le reçut dans le grand cabinet avant sa chambre14.

19À l’époque de Marie Leszczyńska, l’étiquette qui doit s’appliquer dans ce cabinet semble toutefois sujette à des controverses dont se fait l’écho le duc de Luynes à plusieurs reprises :

  • 15 Ibid., t. I, p. 261.

Les états de Bourgogne ont harangué aujourd’hui, présentés par M. le Duc. M. l’abbé de Périgny portoit la parole. Le tiers état était à genoux à l’ordinaire. La Reine les a reçus dans le cabinet avant sa chambre […] Comme c’étoit un moment avant que la Reine entrât dans son cabinet je ne l’ai point dit à Mme de Luynes ; mais j’ai assuré à M. de Nestier que les usages et exemples étaient contraires, et que ce cabinet étant regardé comme la chambre de la Reine, la place derrière le fauteuil de la Reine appartenoit au chevalier d’honneur et en son absence au valet de chambre15.

  • 16 Ibid., t. II, p. 222.

Aujourd’hui les États de Languedoc ont eu audience. […] L’une et l’autre audience étoient dans le cabinet avant la chambre de la Reine. MM. les officiers des gardes prétendent que cette pièce ne peut être réputée le cabinet puisqu’ils conduisent la Reine jusqu’à la porte de la chambre du lit avec leurs bâtons. Mais ils conduisent de même LL. MM. de l’autre côté jusqu’à la porte de la chambre du lit avec leurs bâtons, et cependant le salon du bout de la galerie du côté de la Reine est sans contredit le cabinet de la Reine. Chez le Roi ils conduisent S. M. jusqu’à la porte de la chambre du lit, et cependant dans la chambre du lit, en dehors du balustre, aux audiences du Parlement et de la Ville, le capitaine partage le fauteuil. Ces exemples font voir que la conduite avec le bâton ne prouve rien16.

20Si le duc considère bien cette pièce comme un cabinet, il semble que cela ne soit pas tout à fait évident au vu de ses remarques sur le respect de l’étiquette. En effet, d’après les usages, les officiers des gardes la tiennent pour une antichambre, tandis que pour Luynes, c’est l’étiquette de la chambre qui devrait s’y appliquer. L’origine de cette confusion est peut-être à chercher dans le fait que cette pièce servit d’antichambre dans l’appartement de Marie-Thérèse jusqu’à ce que l’enfilade fût décalée d’une pièce avec le déménagement de la chapelle à partir de 1676. Néanmoins, le duc de Luynes semble justifier la volonté propre de la reine qui est de faire de cette pièce un cabinet, comme en témoigne le règlement qu’elle modifie concernant les personnes qui se feront porter en chaise jusqu’à la porte :

  • 17 Ibid., t. II, p. 89.

Hier, la Reine régla que Mesdames ne se feroient plus porter dans leurs chaises jusqu’au cabinet qui est avant sa chambre, comme elles ont toujours fait jusqu’à présent ; mais qu’elles descendroient de leurs chaises à la porte de l’antichambre du côté dudit cabinet17.

21Il était en effet d’usage que les membres de la famille royale et les gouverneurs des enfants de France se fassent porter jusque dans l’antichambre, mais cela y était contraire dès lors que l’on considère cette pièce comme un cabinet. On voit donc que la reine organise la manière de vivre dans ses appartements et intervient pour faire respecter sa volonté.

Le déroulement des « audiences particulières » dans la chambre à coucher de la Reine

22La chambre à coucher, outre la fonction matrimoniale évidente qu’elle revêt puisque c’est la chambre dans laquelle le roi vient dormir avec la reine, est aussi un lieu où Marie Leszczyńska peut recevoir pendant la journée. La reine y tient en effet ses « audiences particulières » qui obéissent à une étiquette précise, détaillée par le duc de Luynes :

  • 18 Ibid., t. I, p. 262.

Il y a eu deux audiences chez la Reine, toutes deux particulières, c'est-à-dire la Reine debout auprès de la table qui est entre les deux fenêtres, après sa toilette et avant la messe. L’une étoit don Louis d’Acunha, ambassadeur de Portugal, homme de beaucoup d’esprit et fort connu ; il est âgé de quatre-vingt-quatre ans. L’autre pour M. de Van Hoey, ambassadeur de Hollande, qui s’en va pour six semaines en Hollande18.

23Être reçu lors d’une audience particulière est une marque d’honneur, ce à quoi correspond l’introduction dans la chambre et non dans le cabinet avant la chambre. La reine les accorde donc à des ambassadeurs, comme celui de Portugal et de Hollande, ou encore au nonce du pape, qui vient le 30 octobre 1736 lui remettre une rose d’or bénie par le pontife en hommage à sa piété.

  • 19 Ibid., t. I, p. 113-114.

C’étoit une audience particulière après la toilette. La Reine étoit debout auprès de sa table avec sa dame d’honneur et ses dames du palais seulement et M. le Cardinal [de Fleury]. Le nonce, introduit par M. de Sainctot, est entré en habit court et a présenté à la Reine M. l’abbé Lercari, qui arrivoit de Rome pour apporter à la Reine la rose d’or ; c’est un honneur qu’il ne donne qu’aux souveraines. Sa Sainteté en bénit une tous les ans, et les envoie ensuite suivant les différentes occasions. Il n’en étoit point venu en France depuis 1668, que le pape Clément IX en envoya une à la Reine Marie-Thérèse19.

  • 20 Ibid., t. I, p. 358.

24Sous le règne de Louis XV, si les repas pris en public – au Grand Couvert – se tenaient dans l’antichambre, lorsqu’ils ne mangent pas en public pour le petit couvert, « c’est dans la chambre de la Reine que soupent Leurs Majestés20 ».

Le rattachement du salon de la Paix à l’appartement de la Reine

  • 21 « Le cavagnole est un jeu pour lequel la reine nomme ceux ou celles qu’elle veut qui aient l’honneu (...)
  • 22 Ibid., t. II, p. 82.
  • 23 Verlet 1985, p. 399.

25Il faut également compter au nombre des pièces du grand appartement le salon de la Paix. En effet, depuis la duchesse de Bourgogne, qui l’a utilisé la première comme salon des jeux, il semble de plus en plus se rattacher à l’appartement de la Reine qu’à l’ensemble formé avec la Grande Galerie et le salon de la Guerre. La réalisation d’une cloison mobile qui l’isole de la galerie en témoigne. Le duc de Luynes rapporte ainsi que « la Reine a pris le parti de jouer à cavagnole21 sur la table de lansquenet dans le cabinet du bout de la galerie22. » Quelques années plus tard, un détail vient nous révéler le rattachement de cette pièce à l’appartement de la Reine : en 1737, lorsque l’on refait le meuble, on prend soin de l’accorder avec celui de l’appartement de la souveraine23.

26Il est donc difficile de se prononcer sur le statut de cette pièce. Sa jonction avec la Grande Galerie, qui est publique à Versailles, semble faire de ce cabinet une pièce également publique. C’est là que se tient le jeu de la reine, que se déroulent les concerts, et c’est le chemin qu’emprunte le roi pour rendre visite à la reine le jour. Toutefois, sa situation, dans l’enfilade après la chambre, pourrait laisser penser que l’accès est plus restreint. En réalité, l’étiquette de cette pièce varie selon le moment :

  • 24 Luynes 1860-1865, t. VII, p. 14-15.

Ceux qui ont les entrées chez la Reine ne lui font point leur cour après souper ; il n’y avoit tout au plus que les grandes et il faudroit en user avec discrétion. Lorsque la Reine joue après souper cela est regardé comme une heure particulière et de familiarité, quoiqu’elle joue dans le même salon qu’avant le souper24.

  • 25 On voit l’évolution de cette enfilade dans l’appartement des reines mères au Louvre. Voir Gady 2005 (...)

27Quoi qu’il en soit, nous pouvons constater que la Grande Galerie a modifié le système de l’enfilade de pièces de moins en moins publiques à mesure que l’on avance, comme c’était le cas dans l’appartement de Marie-Thérèse dans l’enveloppe originelle de Le Vau. Depuis l’annexion de la petite chambre et du petit cabinet, que l’on voit sur le plan de 1673, les pièces privées se trouvent désormais au revers du grand appartement, sur les cours intérieures. Cela bouleverse le système de l’enfilade qui s’était mis en place avec une grande régularité dans les appartements d’Anne d’Autriche25. Face à cette spécificité dans la distribution de son grand appartement, la reine intervient donc pour faire appliquer l’étiquette qu’elle souhaite dans ces deux cabinets avant et après la chambre. Cet exemple nous montre que la reine doit donc habiter son espace et définir le statut et la fonction des pièces de son appartement dans les cas concrets qu’elle doit affronter. C’est une manière d’affirmer sa dignité de reine et il semble que Marie Leszczyńska se soit intéressée à l’étiquette pour cette raison.

L’aménagement des grandes résidences royales au cours du règne

28Marie Leszczyńska voyage peu pendant sa vie, et seulement aux alentours de Paris. Le roi refuse qu’elle le suive à la frontière, où il part faire la guerre. Aussi, comme une reine doit toujours se déplacer avec sa suite, ce qui est onéreux, le cardinal de Fleury, économe, s’oppose tant que possible aux voyages. Ainsi la reine doit attendre 1732 pour effectuer son pèlerinage à Chartres afin de rendre grâce de la naissance du dauphin, né en 1729. Enfin, elle ne commence véritablement à fréquenter les différentes résidences royales autour de Paris que dans une seconde partie de son règne ; une fois libérée des grossesses, elle peut à nouveau se rendre à Fontainebleau et découvrir Compiègne. Dans ces résidences, ainsi qu’à Marly, des travaux d’aménagement sont réalisés à partir des années 1730 afin qu’elle dispose d’appartements plus confortables, dignes d’une reine.

Le réaménagement de l’appartement de Mme de Maintenon pour Marie Leszczyńska à Marly

Fig. 4 : Plan des appartements du rez-de-chaussée du Pavillon royal du château de Marly, 1766, d’après le plan dans Castellucio 1996 (p. 48) [plan coloré, renuméroté et annoté par l’auteur].

Fig. 4 : Plan des appartements du rez-de-chaussée du Pavillon royal du château de Marly, 1766, d’après le plan dans Castellucio 1996 (p. 48) [plan coloré, renuméroté et annoté par l’auteur].

Appartement du Roi

Appartement de la Reine

1a  [Antichambre ou pièce à la Poudre]

2a  [Antichambre]

1b  [Cabinet du Conseil]

2b  [Salle des gardes]

1c  [Chambre]

2c  [Cabinet haut]

2d  [Cabinet de chaise]

2e  [Oratoire]

  • 26 Voir le plan du rez-de-chaussée du Pavillon royal du château de Marly conservé à la Bibliothèque na (...)

29La situation géographique du château de Marly, à proximité de Versailles, explique que la reine s’y soit rendue dès le début de son règne. Avec Louis XV, les séjours ne sont plus fixés par la volonté royale comme au xviie siècle, mais ont lieu régulièrement, à la manière de ceux de Compiègne, de Fontainebleau ou de Choisy. De même, l’étiquette particulière instaurée par Louis XIV disparaît et Marly devient en quelque sorte une résidence royale parmi les autres. Si Marie-Thérèse n’a jamais connu Marly, puisqu’elle est morte avant que n’eût lieu le premier séjour, un appartement avait néanmoins été prévu pour elle. Il a finalement été donné à Monsieur, frère du roi, qui l’échangea avec Mme de Maintenon, que l’on avait logée dans l’attique difficilement accessible au roi vieillissant. Marie Leszczyńska hérite donc de cet appartement (fig. 4) composé d’une antichambre (2a), d’un grand cabinet (2b) et d’une chambre dans une pièce entresolée (2c)26.

  • 27 Castelluccio 1996, p. 127.
  • 28 Ibid., p. 150.
  • 29 Ibid., p. 151.

30Peu d’aménagements y sont réalisés. Toutefois, la distribution évolue en 1731, lorsque la reine décide de déplacer sa chambre dans la pièce d’angle (2b) et que l’ancienne chambre de la marquise de Maintenon retrouve son ancienne fonction de cabinet (2c). Il s’agit probablement pour Marie Leszczyńska de bénéficier d’un plus grand espace pour sa chambre. En 1746, son antichambre est entresolée, mais cela ne profite pas à la reine, car il s’agit de loger la nourrice de la fille du dauphin27. Lorsque l’enfant meurt en 1748, cet espace échappe à nouveau à la reine puisqu’on y crée un appartement pour la première femme de chambre. À Marly, la reine ne dispose donc pas de petit appartement28. Elle doit se contenter de deux cabinets étroits en entresol, au-dessus du cabinet bas, tandis que le roi, comme le rappelle Stéphane Castelluccio, « possède trois cabinets entresolés spacieux et un petit appartement au premier étage29. »

Les travaux menés dans l’appartement de la Reine à Fontainebleau

  • 30 Paris, Archives nationales (désormais AN), O1 1422, no 8 et O1 3310.
  • 31 Bottineau 1955, p. 224.

31À Fontainebleau, il s’agit tout d’abord de remettre au goût du jour un appartement qui n’avait pas été modernisé depuis Anne d’Autriche. En effet, vers 1713-1714, lorsque Louis XIV décide de renouveler son logement, les travaux ne sont pas étendus à l’appartement de la défunte Marie-Thérèse. Pour le mariage du roi en 1725, le seul aménagement dans l’appartement de la Reine a probablement été l’installation d’un oratoire, comme le remarque Yves Bottineau. En effet, les plans jusqu’en 1737 témoignent de la régularisation du pan coupé du cabinet des Empereurs d’Anne d’Autriche et de la présence d’un petit escalier qui conduirait à une pièce en entresol30, laquelle serait un oratoire à en juger par les fournitures du Garde-Meuble qui envoie un prie-Dieu de Guillemard31.

Les modifications apportées dans la circulation des grands appartements

Fig. 5 : Plan du château de Fontainebleau entre 1714 et 1725, extrait de Yves Bottineau, L’art d’Ange-Jacques Gabriel à Fontainebleau (1735-1774), Paris, E. de Boccard, 1962, pl. 7.

Fig. 5 : Plan du château de Fontainebleau entre 1714 et 1725, extrait de Yves Bottineau, L’art d’Ange-Jacques Gabriel à Fontainebleau (1735-1774), Paris, E. de Boccard, 1962, pl. 7.

Fig. 6 : Plan des appartements de la Cour ovale au premier étage du château de Fontainebleau, extrait de Yves Bottineau, L’art d’Ange-Jacques Gabriel à Fontainebleau, Paris, E. de Boccard, 1962, pl. 9 (plan coloré par l’auteur).

Fig. 6 : Plan des appartements de la Cour ovale au premier étage du château de Fontainebleau, extrait de Yves Bottineau, L’art d’Ange-Jacques Gabriel à Fontainebleau, Paris, E. de Boccard, 1962, pl. 9 (plan coloré par l’auteur).
  • 32 Voir les plans respectifs aux Archives nationales, O1 1420, no 12 (fig. 5) et 01 1425, no 12 (fig.  (...)

32Le 18 juin 1737, le duc de Luynes rend compte des travaux qui se déroulent au château de Fontainebleau. Dans les grands appartements des souverains, on a ouvert des portes de communication entre l’antichambre de Saint-Louis et le Cabinet ovale, ce qui améliore les circulations dans le château (fig. 5 et 6)32. En effet, auparavant, on ne pouvait accéder à l’appartement de la Reine que par l’escalier donnant sur la Cour ovale, relié à l’appartement du Roi par une coursive extérieure. L’ouverture de portes permettant de passer vers le Cabinet ovale, qui n’est plus désormais un cabinet privé pour le roi mais devient la seconde antichambre de son appartement, permet de rejoindre les pièces publiques de l’appartement de la Reine tout en demeurant à l’intérieur :

  • 33 Luynes 1860-1865, t. I, p. 264.

J’allai jeudi 13 de ce mois faire un voyage à Fontainebleau […]. J’ai vu dans ce voyage les ouvrages que le Roi a fait faire dans le château. Le passage par le balcon découvert pour aller de l’antichambre du Roi à celle de la Reine étoit une grande incommodité à laquelle on a remédié en ouvrant une porte entre la cheminée et la fenêtre dans l’antichambre du Roi, qui est au bout de la galerie des Réformés [galerie François Ier]. Par cette porte, on entre dans le cabinet ovale qui étoit le cabinet du Roi, et qui devient la seconde antichambre, et de là on passe dans l’antichambre de la Reine ; on n’a point changé la porte de communication à l’antichambre de la Reine qui est fort petite33.

33L’antichambre de la Reine qui communique directement avec le Cabinet ovale sert pour les concerts. Étant donné la double enfilade caractéristique du château de Fontainebleau, celle-ci ouvre directement sur la chambre de la Reine (sans passer par un grand cabinet), ce qui permet à Marie Leszczyńska d’entendre le concert qui a lieu dans l’antichambre, depuis sa chambre, sans avoir à s’habiller pour sortir en représentation :

  • 34 Ibid., t. VIII, p. 439.

La musique est ordinairement placée dans l’antichambre de la reine qui l’entend dans sa chambre, parce que, si elle était dans la même pièce où se fait la musique, il faudrait qu’elle y fût en représentation, et par conséquent en grand habit34.

L’aménagement d’un premier cabinet de retraite en 1737

Fig. 7 : Plan du cabinet de retraite de Marie Leszczyńska au château de Fontainebleau, 1737-1745. Paris, Archives nationales, 01 1422, no 18 (plan numéroté par l’auteur).

Fig. 7 : Plan du cabinet de retraite de Marie Leszczyńska au château de Fontainebleau, 1737-1745. Paris, Archives nationales, 01 1422, no 18 (plan numéroté par l’auteur).
  • 35 Herbet 1937, p. 391.

34Du côté du jardin de Diane, une pièce fait la jonction entre la chambre de la Reine et celle du Roi : c’est le cabinet des Empereurs. Il a été aménagé pour Anne d’Autriche et surnommé ainsi en raison de sa décoration composée de douze bustes d’empereurs en grisaille, en forme de médailles35. Amputé d’une partie de sa superficie au profit de la chambre du Roi en 1714, puis modifié pour ajouter un escalier permettant de se rendre à l’entresol afin de communiquer avec l’oratoire installé pour la reine lors du séjour de 1726, il n’avait cependant jamais fait l’objet d’un réel réaménagement avant celui de 1737.

  • 36 Bottineau 1955, p. 223.
  • 37 AN, O1 1422, no 18.

35À cette date, on réalise pour Marie Leszczyńska un cabinet de retraite36, ce qui lui permet de disposer d’une pièce privée, uniquement accessible depuis la chambre. La reine manquait en effet dans son appartement d’un cabinet intime où se retirer, comme le cabinet à niche aménagé pour elle à Versailles en 1725. Ainsi, à partir de 1737, Marie Leszczyńska dispose dans son appartement de Fontainebleau, à l’emplacement de l’ancien cabinet des Empereurs, d’un cabinet à niche, d’une garde-robe et d’un petit oratoire, comme l’explique le duc de Luynes. Un plan conservé aux Archives nationales (fig. 7) permet de restituer la distribution précisément décrite par le duc de Luynes37 :

  • 38 Cité par Herbet 1937, p. 393.

La Reine s’est habillée aujourd'hui dans son cabinet [1], comme elle fait souvent, et en ce cas, sa dame d’honneur et sa dame d’atours y entrent. Ce cabinet est la seule pièce de l’appartement de la Reine, qui soit accommodée à la moderne ; il y a une niche [2] avec un lit dans lequel la reine ne couche point, à côté de la niche un petit oratoire [3], de l’autre côté un escalier [5] qui monte à un petit entresol. Au-dessous de l’entresol est une garde-robe de commodité [4]. Ce cabinet joint immédiatement la Chambre du Roi [8], et il y a une porte de communication, dont le Roi faisait usage autrefois quand il couchait chez la Reine [6]. La Reine a remarqué il y a longtemps que l’on a fait plusieurs trous à cette porte de communication38.

36Il s’agit alors de la seule pièce de l’appartement de la Reine à Fontainebleau aménagée « à la moderne », selon le mot du duc de Luynes. La réduction de la taille du cabinet des Empereurs est caractéristique des aménagements dans la distribution du xviiie siècle : on crée des pièces confortables et mieux chauffées, car elles sont plus petites, en les « redécoupant » au moyen de cloisons et en les entresolant pour gagner de l’espace.

L’agrandissement de la chambre à coucher

  • 39 Bottineau 1955, p. 226.

37L’agrandissement de la chambre à coucher de la Reine dans les années 1745-1747 met en œuvre des travaux d’une tout autre ampleur. En réalité, le projet ne concerne pas seulement la chambre de la souveraine ; il a été motivé par la nécessité de rebâtir le mur de façade du côté du jardin de Diane après que l’on a constaté des lézardes qui fissuraient le mur et menaçaient de faire s’écrouler l’édifice39. Lorsque le roi s’est résolu à cette reconstruction, la transformation de la chambre de la Reine fut incluse dans le plan général de réfection touchant toutes les salles donnant sur le jardin.

38En effet, cette chambre, qui n’avait pas été rénovée depuis le xviisiècle et conservait son plafond ancien en marqueterie de bois, était trop étroite et mal conçue, de l’avis même de la reine, comme le rapporte le duc de Luynes dans ses Mémoires à la date du 1er novembre 1745, où il annonce également les travaux prévus :

  • 40 Luynes 1860-1865, t. VII, p. 114 (1er novembre 1745).

Il y avoit bien longtemps que la Reine se plaignait de sa chambre à coucher ici, qui est en effet petite et singulière. Le lit est dans un coin auprès de la cheminée, sur une espèce d’estrade fort belle et fermée par un balustre. Le roi a enfin arrêté ce voyage-ci les plans pour accommoder cette chambre. On n’y laissera des ornements qui y sont aujourd'hui que le plafond. Le Roi ne veut point qu’on change rien au plafond qui est formé tout entier par un gros cintre, fort bien doré à la vérité. On prendra sur la pièce qui fait aujourd'hui le cabinet particulier de la Reine [ou cabinet de retraite] pour augmenter sa chambre et pour rendre au cabinet une grandeur convenable ; le Roi donne une petite pièce faite en clavecin qui séparait ce cabinet d’avec sa chambre à coucher40.

39Deux ans plus tard, en octobre 1747, le duc rend compte de l’ouvrage effectué dans toutes les salles ouvrant sur le jardin de Diane :

  • 41 Ibid., t. VIII, p. 309.

On n’a rien changé dans le grand cabinet de la Reine où elle dîne et où elle joue. Dans la pièce qui est entre ce cabinet et le commencement de la galerie de Diane, et que l’on appeloit le cabinet de Clorinde, il y a eu quelques petits changements : des retranchements, des entre-sols pour les femmes de chambre et pour les garçons de la chambre de la Reine ; mais les changements les plus considérables sont dans la chambre à coucher et dans les cabinets de la Reine. La chambre à coucher a été allongée d’environ la grandeur de l’alcôve, qui est actuellement dans le fond de ladite chambre ; le plancher a été relevé ; les ornements anciens qui étoient au plafond y ont été remis à la vérité ; mais la grandeur de la pièce, l’élévation du plancher et ce qu’on a ajouté pour interrompre la masse d’or qu’ils formoient les rendent actuellement beaux et agréables […] Cette augmentation dans la chambre est un ouvrage considérable ; il a fallu démolir un gros mur pour agrandir la chambre ; sur ce qui composoit le cabinet, on a diminué de beaucoup la largeur des trumeaux, et l’on a mis une fenêtre d’augmentation41.

  • 42 Gallet et Bottineau 1982, p. 225.
  • 43 AN, O1 1422, no 2« Plan des changements dans les cabinets de la reine. Premier étage ».

40L’architecte Gabriel a conçu la décoration de cette chambre en harmonie avec le plafond ancien. La nouvelle alcôve, prise sur le cabinet adjacent, dans laquelle trouve place le lit de la reine, s’accorde ainsi parfaitement dans sa composition générale avec les éléments du xviie siècle que Louis XV entend conserver dans ce château marqué par la mémoire de ses ancêtres. Ce sont les détails, comme les motifs de palmes et d’agrafes, qui révèlent l’art rocaille contemporain de Marie Leszczyńska42. Un plan (fig. 8) conservé aux Archives nationales43 montre le nouvel aménagement de la chambre, ainsi que celui du cabinet particulier adjacent, qui subit lui aussi des modifications.

Fig. 8 : Plan des changements dans les cabinets de la Reine, premier étage du château de Fontainebleau, 1745. Archives nationales, O1 1422, no 2 (plan numéroté par l’auteur).

Fig. 8 : Plan des changements dans les cabinets de la Reine, premier étage du château de Fontainebleau, 1745. Archives nationales, O1 1422, no 2 (plan numéroté par l’auteur).

Fig. 9 : Plan des changements dans les cabinets de la Reine, entresol du premier étage du château de Fontainebleau, 1747. Paris, Archives nationales, O1 1422, no 7 (plan numéroté par l’auteur).

Fig. 9 : Plan des changements dans les cabinets de la Reine, entresol du premier étage du château de Fontainebleau, 1747. Paris, Archives nationales, O1 1422, no 7 (plan numéroté par l’auteur).

Restitution de la distribution des cabinets entresolés d'après la description donnée par le duc de Luynes dans ses Mémoires : 1 [Chambre de la Reine] ; 2 [Alcôve de la chambre de la Reine] ; 3 [Cabinet de la Reine] ; 4 [Garde-robe de commodité] ; 5 [Escalier montant à l’entresol] ; 6 [Alcôve de la chambre du Roi] ; 7 [Second cabinet de la Reine] ; 8 [Oratoire de la Reine] ; 9 [Pièce pour la femme de garde] ; 10 [Garde-robe pour la femme de garde].

Remaniement des cabinets intimes de la Reine

41Un autre plan, représentant le niveau d’entresol (fig. 9), permet de suivre les aménagements réalisés dans les cabinets intimes de la Reine à côté de la chambre, tandis que la description précise du duc de Luynes nous en donne la distribution :

Malgré ce changement, le Cabinet [3] est encore assez grand, parce que l’on a pris pour l’augmenter un passage qui était entre ce cabinet et l’alcôve où est le lit du Roi [6]. A côté de ce cabinet est une fort jolie garde-robe de commodité pour la Reine [4], et un peu plus loin un escalier [5] qui monte à deux pièces en entresol, fort clair et fort bien meublées, l’une peinte en petit vert, qui sert de second cabinet à la Reine [7], et l’autre, qui joint celle là, est un oratoire [8] en couleur de bois, comme la Reine les aime, avec des tableaux de dévotion.

  • 44 Luynes 1860-1865, t. VIII, p. 310.

Entre l’escalier et les deux pièces en entresol, il y a une première pièce qui est destinée pour la femme de chambre de garde [9], et à laquelle est jointe une petite garde-robe pour elle [10]44.

42Poursuivant les aménagements de 1737, où l’arrière de la pièce avait été entresolé pour créer une niche, en 1745, toute la surface est entresolée pour créer un second cabinet et un oratoire pour la Reine. On voit donc que dans l’appartement de la Reine à Fontainebleau se développent des petits cabinets privés sur le modèle de ceux dont Marie Leszczyńska dispose à Versailles.

Le projet pour le nouvel accès à l’appartement de la Reine

  • 45 Gallet et Bottineau 1982, p. 225.
  • 46 AN, O1 1412, no 18, « Plan des Changemens proposés à Faire pour Construire un degré à la Reyne et F (...)

43Toutefois, peu de temps avant la mort de la reine, des travaux concernant l’accès à l’appartement sont également engagés. L’escalier du xvie siècle, permettant d’entrer par la Cour ovale, était situé derrière un portique ouvert à tous les vents et aboutissait à un palier étroit45. Après la mort du dauphin et de la dauphine, on décida donc de construire une nouvelle cage d’escalier à l’emplacement de leur salle des gardes. Un plan attribué à Gabriel (fig. 10), daté du 6 octobre 1767, montre le projet des travaux qui ne seront réalisés qu’après la mort de Marie Leszczyńska46. L’espace gagné permit de développer l’enfilade de l’appartement de la Reine qui comptait désormais une salle des gardes (2) (décalée à l’emplacement de l’ancienne cage d’escalier), une première antichambre (3) (aménagée à la place de la salle des gardes) et une seconde antichambre (4). Le fait que l’on agrandisse les pièces d’apparat de l’appartement, parallèlement aux pièces privées, montre que l’on s’attacha tout autant à rendre la résidence confortable qu’à offrir à la reine un appartement qui corresponde à sa dignité.

Fig. 10 : Ange-Jacques Gabriel, Plan des Changemens proposés à Faire pour Construire un degré à la Reyne et Former une Salle des Gardes dans la cage de l’Ancien degré […]. Plan du premier étage [du château de Fontainebleau], [6 octobre 1767]. Paris, Archives nationales, O1 1412, no 18 (plan numéroté par l’auteur).

Fig. 10 : Ange-Jacques Gabriel, Plan des Changemens proposés à Faire pour Construire un degré à la Reyne et Former une Salle des Gardes dans la cage de l’Ancien degré […]. Plan du premier étage [du château de Fontainebleau], [6 octobre 1767]. Paris, Archives nationales, O1 1412, no 18 (plan numéroté par l’auteur).

1 Escalier de la reine ; 2 Salle des gardes ; 3 Première antichambre ; 4 Deuxième antichambre ; 5 Chambre de la Reyne ; 6 Grand cabinet ; 7 Arrière Cabinet ; 8 [Pièces pour le service] ; 9 [Galerie de Diane] ; 10 [Boudoir de la Reine] ; 11 [Deuxième antichambre du Roi ou Grand Salon ovale] ; 12 Cour ovale ; 13 [Jardin de Diane].

L’installation de la reine dans l’aile sud du château de Compiègne

Le projet d’agrandissement de Jacques V Gabriel

  • 47 Thiveau-Le Hénand 1970, p. 5.
  • 48 Muratori-Philip 2010, p. 244.
  • 49 AN, O1 1408, no 1, « Plan du Château de Compiègne au temps de Louis XIV. Premier étage ».
  • 50 AN, O1 1413, no 13, « Plan du premier Etage au Rez-de-chaussée de la Terrasse avec les Entresolles (...)

44Tandis que Louis XV découvre Compiègne en 172847, Marie Leszczyńska, contrainte de demeurer à Versailles en raison de ses grossesses, ne s’y rend qu’en 173948. Deux ans auparavant, le roi, qui s’y plaisait beaucoup, avait commencé des travaux pour agrandir le château encore très modeste de Louis XIV (fig. 11)49 afin de pouvoir y abriter la Cour qui y séjournait régulièrement. Jacques V Gabriel fut chargé du chantier et est probablement l’auteur d’un plan (fig. 12) présentant le projet retenu50.

Fig. 11 : Plan du château de Compiègne au temps de Louis XIV, premier étage [retombe relevée], Paris, Archives nationales, O1 1408, no 1 (plan coloré et numéro par l’auteur).

Fig. 11 : Plan du château de Compiègne au temps de Louis XIV, premier étage [retombe relevée], Paris, Archives nationales, O1 1408, no 1 (plan coloré et numéro par l’auteur).

Appartement du Roi

Appartement de la Reine

1  Cour royale ou cour d’honneur

5  [Antichambre]

10  [Antichambre]

2  Cour des Cuisines

6  [Deuxième antichambre]

11  [Chambre]

3  Petit jardin du Roi

7  [?]

12  [Cabinet]

4  [Salle des gardes commune au roi et à la reine]

8  [Chambre]

9  [Cabinets entresolés]

Fig. 12 : Jacques V Gabriel ?, Plan du premier étage au rez-de-chaussée de la Terrasse avec les entresolles, du chateau de Compiègne, premier étage [retombes relevées], détail des appartements royaux, vers 1737. Paris, Archives nationales, O1 1413, no 13 (plan coloré et numéroté par l’auteur).

Fig. 12 : Jacques V Gabriel ?, Plan du premier étage au rez-de-chaussée de la Terrasse avec les entresolles, du chateau de Compiègne, premier étage [retombes relevées], détail des appartements royaux, vers 1737. Paris, Archives nationales, O1 1413, no 13 (plan coloré et numéroté par l’auteur).

Pièces communes au roi et à la reine :

1 [Grand escalier]

2 [Salle des gardes]

3 [Antichambre commune]

Appartement de la Reine :

4 « Antichambre de la Reyne »

5 « Grand Cabinet de la Reyne »

6 « Chambre de la Reyne »

7 « Cabinet particulier » [ou cabinet de retraite ?]

8 [?]

9 « Corridor »

10 « Cabinet particulier » [ou cabinet du Jeu]

11 « Bains »

12 « Antichambre »

13 « 1re femme de chambre »

Appartement du Roi :

14 « Antichambre du Roy »

15 « Chambre du Roy »

16 « Cabinet du Conseil »

17 « Cabinet » [cabinet du Jeu]

18 « Salon » [ou salle à manger]

19 « Petite antichambre du Roi » [ou salon des Buffets]

20 « Cabinet particulier »

21 « Bains »

22 « Cabinet du 1er valet de chambre »

45La comparaison entre le plan du château au temps de Louis XIV et le projet de Gabriel montre que la distribution est largement modifiée. En effet, l’appartement de la reine, situé dans l’aile nord-est à l’époque de Marie-Thérèse, se trouve déménagé dans l’aile sud-est, entre le jardin et la cour d’honneur, à la place qu’occupait l’appartement du Roi. L’appartement de Marie-Thérèse disposait d’une distribution très simple (fig. 11). Il était composé d’une antichambre (10), d’une chambre (11) et d’un cabinet (12). L’antichambre était reliée par un passage à une grande salle des gardes (4) située dans le corps central sur la cour d’honneur, que la reine partageait avec le roi.

46Dans le projet de Gabriel mis à exécution à partir de 1737, Marie Leszczyńska dispose d’une enfilade plus développée. Des annotations à la mine de plomb sur le plan représentant le château du temps de Louis XIV permettent de restituer la distribution envisagée dans le projet de Gabriel (fig. 12). On accède toujours à l’appartement de la Reine par une salle des gardes commune avec le roi (2), puis on entre dans une première antichambre (3), puis dans une seconde sur la droite (appelée sur le plan « Antichambre de la reyne ») (4), qui communique avec le « Grand Cabinet de la Reyne » (5), puis la « Chambre de la Reyne » (6). Derrière, du côté de la cour d’honneur, se trouvent un « Cabinet particulier » (7) et, côté jardin, un autre cabinet particulier (10) et une pièce des Bains (11). Marie Leszczyńska bénéficie donc d’un appartement plus grand que l’ancien appartement du Roi, auquel on a encore ajouté des petits cabinets privés. Cet agrandissement s’inscrit certainement dans le projet de Louis XV de faire de Compiègne, où la Cour vient régulièrement séjourner pendant l’été, une véritable résidence royale. Le duc de Luynes se fait l’écho de ces transformations dans ses Mémoires :

  • 51 Luynes 1860-1865, t. II, p. 193.

L’appartement qu’avoit le Roi a été accommodé pour la Reine ; il est grand et commode. De la chambre à l’alcôve du Roi on a fait un cabinet très-grand pour la Reine, et derrière une chambre à coucher avec un petit cabinet à côté, et un autre cabinet et des bains. Le Roi a pris pour lui l’appartement destiné pour la Reine, qui est composé d’une seconde antichambre, d’une grande chambre à coucher, un grand cabinet pour le conseil, un autre grand cabinet par delà où l’on joue, et plus loin une très grande salle à manger où le Roi mange quand il soupe dans ce que l’on appelle les cabinets51.

  • 52 Thiveau-Le Hénand 1970, p. 143.
  • 53 Ibid., p. 259-260.

47Toutefois, il ne détaille pas les raisons qui ont conduit le roi à échanger son appartement avec celui de la reine. En effet, s’il n’avait voulu qu’agrandir l’appartement de Marie-Thérèse, il aurait pu le faire dans le prolongement de l’aile que celui-ci occupait. Sur le projet de Gabriel (fig. 12), on voit tout d’abord que la reine s’installe dans la partie ancienne du bâtiment, tandis que les appartements du roi sont aménagés dans des maçonneries nouvelles (représentées en rouge sur le plan). Par ailleurs, ce changement dans la distribution s’effectue à un moment où le roi songe à étendre le château vers le nord, c’est pourquoi Françoise Thiveau-Le Hénand souligne que « le nouvel appartement se prêtait davantage à des travaux d’agrandissement52 ». À l’inverse, les possibilités d’agrandissement futures pour l’appartement de la Reine, dans le corps de logis traditionnel, se trouvaient nécessairement limitées. Ironie du destin, c’est la mort de la reine qui va libérer l’espace et permettre de détruire cette aile pour que soit construite l’aile neuve dans laquelle seront installés les appartements de Marie-Antoinette à partir de 1774 et l’appartement double pour les enfants royaux53.

Le goût de la reine pour la résidence de Compiègne

48Bien qu’elle découvre Compiègne à une époque malheureuse de sa vie – le roi la délaisse après qu’elle lui a donné un héritier –, Marie Leszczyńska semble apprécier ce château. L’environnement bucolique en est peut-être la raison, mais c’est plus probablement la proximité d’une maison religieuse, le couvent du carmel de l’Annonciation, que la pieuse reine se réjouit de retrouver.

  • 54 Muratori-Philip 2010, p. 261.

49Le carmel de Compiègne entretient en effet un rapport privilégié avec la monarchie depuis qu’Anne d’Autriche, durant sa régence, a permis à la communauté d’occuper le château le temps que soit construit le monastère. En remerciement, les religieuses accordent aux membres de la famille royale le privilège de pouvoir franchir les grilles de la clôture monastique. C’est ce qui permet à la reine de pouvoir un temps se libérer de sa charge et de vivre comme les religieuses, suivant les offices et filant avec les carmélites. Lorsqu’elle se rend en retraite au carmel, elle n’est accompagnée que d’une petite suite constituée de deux ou trois dames54. Il est intéressant de noter qu’elle dispose d’un appartement qu’elle s’est fait aménager, dans lequel elle se fait parfois apporter son dîner du château, mais où elle ne passe pas la nuit.

50Dans toutes les résidences royales fréquentées par la reine, les aménagements sont marqués d’une part par la volonté de créer ou de recréer une enfilade qui redonne à l’appartement de l’importance pour correspondre à la dignité de la reine, et d’autre part par les nouvelles exigences en termes de confort qui incitent à aménager des alcôves, des niches et des petits cabinets pour la vie intime de la souveraine. Toutefois, l’élément déclencheur de ces travaux n’est jamais en premier lieu la volonté de pourvoir la reine de pièces majestueuses ou même confortables. Ainsi à Fontainebleau on profite de la reconstruction du mur de la façade sur le jardin qui menaçait ruine pour agrandir la chambre de la Reine. De même, à Compiègne, Louis XV échange son appartement avec celui de la reine pour lui faire bénéficier d’une enfilade plus développée, à laquelle on ajoute des petits cabinets, mais ce projet s’inscrit dans celui de la reconstruction de ses propres appartements dans une aile neuve. La reine bénéficie ainsi d’aménagements et d’agrandissements au hasard des travaux engagés par le roi pour lui-même ou dans un projet général. Enfin, c’est toujours le roi qui décide des travaux à faire, et la reine semble étrangère aux évolutions apportées dans ses appartements, comme à Fontainebleau où le roi impose le maintien du plafond en bois d’Anne d’Autriche. Il semble ainsi qu’on ne puisse voir l’influence de la reine que dans les petits cabinets et oratoires où elle se retire et qui sont aménagés au fur et à mesure dans toutes les résidences qu’elle occupe.

La vie de Marie Leszczyńska à la fin du règne

51Ce sont dans les cabinets, à l’écart des appartements d’apparat où se déroule sa vie de reine de France en représentation devant la Cour, que s’exprime le mieux le mode de vie souhaité par Marie Leszczyńska. À Versailles, elle contribue, avant Marie-Antoinette, à développer les cabinets intérieurs qui se spécialisent et changent de nom en fonction des activités qu’y exerce la reine. Car le souhait véritable de Marie Leszczyńska, bien qu’elle s’acquitte consciencieusement de son rôle de reine, c’est de vivre comme une « particulière ». Elle y parvient à la fin du règne, grâce à son dévouement pendant toute son existence enfin reconnu par le roi qui lui accorde des libertés, dont aucune reine de France n’avait pu bénéficier jusqu’alors. Exemplaire lorsqu’elle est en représentation, Marie Leszczyńska fait néanmoins évoluer la condition de la reine et l’étiquette à la fin de son règne. La vie qu’elle mène dans les cabinets intérieurs de Versailles, ou retirée avec son père dans le château de Trianon que le roi lui a donné pendant un temps, ou encore invitée à Choisy chez le roi et sa maîtresse, constitue des exemples éloquents d’un bouleversement concernant son statut, son rôle et ses rapports avec le roi et la Cour.

La vie dans les cabinets particuliers à Versailles

L’aménagement du cabinet à niche

  • 55 Hézecques 1987, p. 150.
  • 56 Cosandey 2000, p. 374.
  • 57 Bottineau 1955, p. 226.
  • 58 Verlet 1985, p. 404-405.

52« On appelait petits appartements, écrit le comte d’Hézecques à la fin de l’Ancien Régime, une suite de pièces où les princes se dérobaient à la représentation, où ils se désennuyaient dans la solitude, du poids de la grandeur55. » Au fondement d’un petit appartement se trouve donc un cabinet de retraite où le souverain peut se retirer. Pour les reines de France, l’oratoire a pu faire office de lieu de retraite. Anne d’Autriche passait ainsi de nombreuses heures par jour en prière dans les oratoires qu’elle avait fait aménager dans toutes les résidences royales. Il en va de même pour Marie Leszczyńska. Toutefois, au xviiie siècle, il est reconnu aux souverains « une certaine intimité56 » ; aussi avait-on, avant son arrivée à Versailles en 1725, aménagé pour la reine un cabinet de retraite avec une niche dans l’appartement de nuit du duc de Bourgogne, à l’écart des pièces d’apparat du grand appartement57. Pour compléter son appartement privé, Marie Leszczyńska disposait également d’une pièce des Bains, tandis que dans les cabinets de la duchesse de Bourgogne, au revers de sa chambre, un oratoire avait été aménagé. Toutefois, il était de taille réduite par rapport à celui du roi et se trouvait autour d’une cour obscure. Marie Leszczyńska fut ainsi confrontée avant Marie-Antoinette au manque de place pour étendre ses cabinets ; c’est pourquoi elle s’installa aussi dans les entresols, d’où elle délogea son service, qui se retrouva déplacé dans l’espace que l’on aménagea au-dessus de la voûte du salon de la Paix, comme on l’avait déjà fait pour Louis XV du côté du salon de la Guerre58.

Le réaménagement des cabinets en 1746-1748

  • 59 Antoine 1997, p. 464.

53En 1746, pendant le séjour de la cour à Fontainebleau, le roi ordonne le réaménagement et l’embellissement des cabinets de la Reine, « soit pour se faire pardonner ses infidélités, soit parce qu’il juge que la reine a besoin comme lui d’un recoin de liberté, ou pour les deux raisons à la fois59 ». Dès lors, la reine dispose d’un petit appartement privé, tel qu’on peut le voir sur le plan qui montre l’agencement définitif des cabinets (fig. 13).

Fig. 13 : Anonyme, Plan de l’appartement intérieur de Marie Leszczyńska, non daté. Paris, Archives nationales, O1 17333, no 71.

Fig. 13 : Anonyme, Plan de l’appartement intérieur de Marie Leszczyńska, non daté. Paris, Archives nationales, O1 17333, no 71.
  • 60 Déconstruit pour laisser place à un escalier, l’actuel cabinet de la Méridienne a été aménagé pour (...)

54Au revers de la chambre, à l‘emplacement de l’ancien oratoire, on crée un cabinet de la Méridienne pour la sieste, aussi appelé « pièce à niche et à pans60 ». Un nouvel oratoire est constitué à la place de la bibliothèque qui est transférée à l’entresol.

  • 61 Muratori-Philip 2010, p. 236.

55La pièce longue et étroite aux extrémités arrondies, adossée au grand cabinet de la Reine, aussi appelée « Petite Galerie », est redécorée et devient le « cabinet des Chinois ». Elle est entièrement consacrée à l’Extrême-Orient, alors très à la mode. Avec l’aide d’artistes, la reine participe elle-même à la peinture des boiseries représentant « des chinois ainsi que des jésuites, héros de l’évangélisation de l’Empire céleste61 ». La pièce accueille également, dans des meubles en laque, sa collection de porcelaines de Chine et du Japon.

  • 62 À l’emplacement de l’actuelle bibliothèque de Marie-Antoinette. Voir Salmon 2011, p. 92.
  • 63 En référence à son père, Stanislas Leszczynski, qui appelait ainsi les peintres qui corrigeaient se (...)

56Marie Leszczyńska dispose également d’un cabinet appelé le « laboratoire62 », où elle s’adonne à ses activités : la musique, la tapisserie, la broderie et surtout la peinture. En effet, chaque matin, elle travaille avec un peintre qui tient le rôle d’assistant et qu’elle a surnommé son « teinturier63 ». Il lui prépare sa palette, dessine au crayon les personnages sur la toile et parfois même peint leur visage, ne laissant à la reine que les morceaux de draperies.

La journée d’une « particulière »

57Le président Hénault, ami intime de la reine, décrit dans ses Mémoires une journée de la reine :

La Reine ne vit point au hasard : ses journées sont réglées et remplies au point que, quoiqu’elle passe une grande partie toute seule, elle est toujours gagnée par le temps. La matinée se passe dans les prières, des lectures morales, une visite chez le Roi, et puis quelques délassements. Ordinairement c’est la peinture. Elle n’a jamais appris, et l’on peut voir ses tableaux, car on ne croirait pas […].

L’heure de la toilette est à midi et demi ; la messe et puis son dîner. J’y ai vu quelquefois une douzaine de dames, tout ensemble ; aucune n’échappe à son attention ; elle leur parle à toutes ; ce ne sont point des généralités que l’on connoit, ce sont des choses personnelles, qui sont les seules qui flattent.

Son dîner fini, je la suis dans ses cabinets. C’est un autre climat ; ce n’est plus la Reine, c’est une particulière. Là, on trouve des ouvrages de tous les genres, de la tapisserie, des métiers de toutes sortes ; et pendant qu’elle travaille, elle a la bonté de raconter ses lectures. Elle rappelle les endroits qui l’ont frappée, elle les apprécie. Autrefois elle s’amusoit à jouer de quelques instruments, de la guitare, de la vielle, du clavecin, et elle se moquait d’elle-même, quand elle se méprenoit, avec cette gaieté, cette douceur, cette simplicité, qui siéent si bien à de si illustres personnages.

Elle me renvoie vers les trois heures pour aller dîner, et alors commencent ses lectures. Ce sont ordinairement celles de l’histoire ; et, en vérité, il ne lui en reste plus à lire ; elle les lit dans leur langue : la françoise, la polonoise, l’allemande, l’italienne, etc., car elle les sait toutes.

  • 64 Hénault, 1971, cité dans Luynes, 1860-1865, p. 26-27.

[…] La cour se rassemble chez elle vers les six heures pour le cavagnole ; elle soupe à son petit couvert depuis la mort de M. de Luynes (car auparavant il avait l’honneur de lui donner à souper chez lui, où il la servoit), et de là elle se rend chez madame la duchesse de Luynes vers les onze heures. Les personnes qui ont l’honneur d’y être admises se réduisent à cinq ou six personnes au plus, et à minuit et demi, elle se retire64.

  • 65 En 1747, la reine soupe chez les Luynes 198 fois, soit plus de la moitié de l’année. Voir Muratori- (...)
  • 66 Luynes 1860-1865, t. VII, p. 28.
  • 67 Ibid., cité dans Muratori-Philip 2010, p. 220.

58À la fin de sa vie, l’étiquette qui règle l’existence de Marie Leszczyńska s’assouplit. La reine se trouve libérée de certaines obligations publiques, notamment les repas. Elle les prend en effet chez la duchesse de Luynes65, sa dame d’honneur, jusqu’à la mort du duc de Luynes, puis ensuite à son petit couvert. Contrairement à Louis XV, qui rappelle à tous qu’il est le roi y compris dans les soupers qu’il tient dans ses petits appartements, Marie Leszczyńska semble vouloir oublier sa couronne lorsqu’elle se rend chez sa dame d’honneur, comme l’écrit à plusieurs reprises le duc de Luynes : « La Reine vint souper chez moi avant-hier mercredi. Depuis quelques temps elle nous fait cet honneur deux fois la semaine ; elle veut bien que l’on ne fasse point de préparatifs66 » ; ou : « Elle a la bonté de nous dire souvent que dans ce moment elle n’est point reine67. »

  • 68 Luynes 1860-1865, t. I, p. 39.
  • 69 Muratori-Philip 2010, p. 220.

59Le cérémonial de la cour se trouve donc bouleversé par les nouvelles habitudes de la reine : « Depuis que Sa Majesté ne mange plus chez elle avec les dames, il est d’usage que d’avoir l’honneur de souper chez Madame de Luynes avec Sa Majesté est la même chose68. » Néanmoins, lorsque la duchesse reçoit la reine, l’étiquette n’est pas totalement oubliée puisque la reine et les dames sont assises à table, tandis que les hommes font leur cour debout et mangent dans une pièce voisine69.

Le cercle de la reine

  • 70 Ibid., p. 219.

60Dans ses cabinets, la reine peut inviter une société choisie et n’a pas l’obligation de recevoir ceux qui selon leur rang ont le droit d’entrer dans son grand appartement. Toutefois, les cabinets de la Reine se révèlent rapidement trop petits, c’est pourquoi le cercle de la reine s’installe chez la duchesse de Luynes dans son appartement, au premier étage de l’aile du Midi, et lorsque celle-ci séjourne à Dampierre, chez la comtesse de Saint-Florentin70.

61À la fin de sa vie, la liberté dont jouissait la reine sembla extraordinaire même à ses contemporains. Le duc de Luynes l’explique par le comportement vertueux de Marie Leszczyńska, ainsi que par sa piété, qui lui valurent de gagner la confiance du roi :

  • 71 Luynes 1860-1865, t. I, p. 29.

Sa grande piété et sa vertu qui viennent du tempérament et de l’éducation, l’ont mise à portée de jouir d’une liberté que jamais reine n’avait eue jusqu’à présent ; elle a au moins deux heures de temps à être dans ses cabinets le matin et trois ou quatre les après-dîners, les jours qu’elle ne va point l’après-dîner à l’église ; dans ses heures particulières, elle voit qui elle veut, hommes et femmes à son choix ; mais quoiqu’elle aime le ton de la galanterie accompagnée d’esprit et de prudence et qu’elle entende parfaitement ce langage, elle n’a nulle idée du mal, elle n’en a que de l’horreur. Ce caractère naturel, soutenu par une piété vraie et éclairée, est le plus sur de tous les préservatifs71.

62Le cercle de la reine n’était pas une assemblée de bigots comme on l’a souvent décrit. En réalité, seule la reine et la duchesse de Villars étaient particulièrement pieuses. Il se composait en majorité de gens bien introduits dans la société parisienne, par leur appartenance à l’Académie française ou par leur participation aux salons de Mme de Tencin ou de Mme Du Deffand, ce qui permettait à la reine de s’informer sur l’état du royaume, car le roi ne lui en disait mot et elle se tenait volontairement éloignée de la politique, selon le conseil que lui avait donné son père :

  • 72 Leszczynski 2005, cité par Salmon 2011, p. 13.

Aucune affaire essentielle ne vous regarde sur le Trône que celle de vous faire aimer […] N’essayez point à percer les voiles qui couvrent les secrets de l’État. L’autorité ne veut point de compagne. Laissez au roi et à son Conseil à ménager les intérêts qui divisent ou rapprochent les Nations, et à donner à l’Univers selon les temps et les besoins, ces secousses puissantes qui l’ébranlent72.

  • 73 Muratori-Philip 2010, p. 217.
  • 74 Ibid., p. 224.

63Le groupe des intimes de la reine qui se trouve constitué vers 1743 se compose alors du président Hénault, du duc et de la duchesse de Luynes, de Mme Du Villars, dame du palais puis dame d’atours de la reine, de Mme de Boufflers, des cardinaux de Tencin et de Rohan, de l’écrivain Paradis de Montcrif, du comte d’Argenson, de Maurepas, du comte de Tressan et du marquis de Nangis, le chevalier d’honneur de la reine73. Malgré tout, le cercle de la reine n’était pas un cercle fermé et accueillait notamment les nouveaux arrivants à Versailles, qui le considéraient comme une école de formation aux usages de la cour, où l’on y défendait l’étiquette74.

64Que le roi autorise la reine à vivre dans ses cabinets comme une particulière constitue, aux yeux du duc de Luynes, un honneur extraordinaire. Il semble en effet lui octroyer cette vie intime dont lui-même profite dans ses petits appartements. Mais ce mode de vie ne va pas sans présenter de difficultés en raison du rôle principal de la reine au sein de la monarchie qui est de donner un héritier au roi. C’est pourquoi traditionnellement les reines ne profitent d’une liberté accrue qu’à la mort de leur époux, lorsqu’elles deviennent reines mères. À la fin de sa vie, ayant donné un héritier au roi et fait preuve de sa piété, Marie Leszczyńska ne met pas en péril la dynastie. Elle bénéficie d’une plus grande liberté que celle traditionnellement accordée aux reines consorts. L’étiquette se trouve modifiée pour elle, comme le montre le fait qu’elle est libérée de l’obligation de prendre ses repas en public, qu’elle peut passer de nombreuses heures à se consacrer à ses activités à l’intérieur de ses cabinets et se rendre tous les soirs causer chez la duchesse de Luynes.

La reine se retire au Grand Trianon

  • 75 Luynes 1860-1865, t. III, p. 452.
  • 76 Benoît 2009, p. 133.

65En 1741, le duc de Luynes rapporte dans ses Mémoires un autre fait qui montre que l’on concède à la reine plus de liberté pour sa vie privée : « On sut hier que le roi avoit donné à la Reine le château de Trianon, c'est-à-dire la permission d’en faire l’usage qu’elle voudra75. » On ne sait si les raisons du roi sont louables ou non, mais cela montre qu’il accorde à la reine de pouvoir se retirer comme lui-même aime le faire à La Muette ou à Choisy. Pour Jérémie Benoît, c’est surtout un moyen pour le roi, qui s’estime déjà libre depuis quelque temps envers Marie Leszczyńska, puisqu’elle lui a donné un héritier, de l’éloigner de la cour76.

  • 77 Ibid., p. 133

66Le roi donne à la reine le choix entre Trianon, Marly, Meudon et la Ménagerie de Versailles77. Celle-ci, conseillée par le cardinal de Fleury, choisit Trianon dans l’idée de pouvoir loger son père auprès d’elle lorsqu’il se rend à Versailles. En effet, en juin 1740, Stanislas Leszczyński et son épouse Catherine Opalinska, venus consoler leur fille de ses déboires conjugaux, furent installés dans le château de Trianon. Le duc de Lorraine revint rendre visite à sa fille en août 1743, puis à nouveau en avril 1747 et en août 1748. Il est alors installé dans les anciens appartements de Mme de Maintenon, tandis que la reine choisit pour elle-même l’ancien appartement de Louis XIV et du Grand Dauphin.

67Peu de travaux seront réalisés dans cette résidence pendant la courte période où la reine l’occupe, même si le duc de Luynes note qu’on y effectue des réparations en 1743. En 1744, après la mort de sa maîtresse, Mme de Châteauroux, le roi très affecté et cherchant un lieu d’intimité reprend possession de Trianon pour s’y retirer. Il commence dès lors à s’intéresser à nouveau à la résidence et c’est pour lui que sont lancés des travaux de réaménagement à partir de 1749.

68Il faut donc nuancer l’importance du « don de Trianon » fait à la reine : d’une part, le roi lui permet de s’y retirer un moment lorsque lui-même ne l’utilise pas, mais il ne fait pas réaliser d’aménagements pour les appartements de la Reine, et, d’autre part, il ne transmet pas à la reine la propriété du château comme le fera plus tard Louis XVI avec Marie-Antoinette pour le château de Saint-Cloud, acheté au nom de la reine.

La reine invitée chez le roi à Choisy

  • 78 Luynes 1860-1865, t. III, p. 67.

69Les voyages que Marie Leszczyńska effectue au château de Choisy, résidence qui abrite les amours extraconjugaux du roi, montrent une évolution dans les rapports entre le roi et la reine. Choisy, en effet, n’aurait jamais dû recevoir la reine, c’est pourquoi aucun appartement ne fut aménagé pour elle lorsque le roi fit l’acquisition du château. Toutefois, sous l’influence de Mme de Pompadour, le roi y convia la famille royale : le dauphin, puis la reine et Mesdames. D’un pavillon de chasse acquis en 173978 pour venir se cacher avec sa maîtresse, Choisy se transforme sous le règne de Louis XV en résidence familiale de campagne.

70En effet, en juillet 1740, la reine n’est pas du tout conviée à Choisy et le roi ne s’y rend qu’avec sa favorite, Mme de Mailly :

  • 79 Ibid., t. III, p. 212.

Le Roi ne devoit aller à Choisy qu’aujourd’hui ; il prit tout d’un coup le parti hier de s’en aller après la chasse. Mme de Mailly qui étoit de semaine ne put partir en même temps. […] elle a demandé ce matin son congé à la Reine, non seulement pour aller à Choisy, mais même pour ne pas la suivre à Compiègne, et la Reine ne lui a point répondu79.

71En décembre 1745, le duc de Luynes rapporte dans ses Mémoires une anecdote qui montre une évolution dans le comportement du roi avec la reine, dans laquelle il faut certainement voir l’influence de Mme de Pompadour, qui a toujours ménagé la reine :

  • 80 Ibid., t. VII, p. 125.

Dimanche dernier, le Roi, après le salut, étant encore dans la tribune, s’approcha de la Reine et lui dit quelque chose tout bas […]. La Reine vint le soir même chez Mme de Luynes lui dire que ce secret étoit une attention du Roi pour elle, le Roi lui ayant dit qu’il avanceroit son départ d’un jour, pour lui donner à dîner à Choisy en passant, si cela lui convenoit80.

72Malgré tout ce que la demeure peut représenter pour elle, Marie Leszczyńska apprécie les séjours de Choisy. D’abord simple invitée dans le château, elle n’a pas d’appartement. Aussi le roi lui cède le sien :

  • 81 Ibid., t. X, p. 348-349.

Mme de Luynes me mande que la Reine arriva vers les six heures à Choisy ; elle loge dans l’appartement du Roi, à l’ordinaire, et le Roi prend l’appartement au-dessus dans ces occasions81.

Fig. 14 : Jean Mariette, Plan du rez-de-chaussée du château de Choisy, in J. Mariette, L’architecture françoise, Paris, J. Mariette, 1728, t. II, pl. 297. Paris, Bibliothèque nationale de France, Estampes et photographies, HD- 9 (E) -FOL (plan numéroté par l’auteur).

Fig. 14 : Jean Mariette, Plan du rez-de-chaussée du château de Choisy, in J. Mariette, L’architecture françoise, Paris, J. Mariette, 1728, t. II, pl. 297. Paris, Bibliothèque nationale de France, Estampes et photographies, HD- 9 (E) -FOL (plan numéroté par l’auteur).

Distribution en 1728

Hypothèse de distribution entre 1739 et 1750 (daprès Chamchine 1910)

1 Vestibule

[Vestibule]

Appartement 1

[Appartement du Roi]

2 Antichambre

[?]

3 Grande salle

[Première antichambre du Roi ou salle de billard]

4 Salle d’assemblée

[Seconde antichambre du Roi]

5 Chambre à coucher

[Chambre à coucher]

6 Cabinet

[Cabinet]

7 Garde-robe

[Garde-robe]

Appartement de parade

[Appartement de parade]

8 Antichambre

[Antichambre]

9 Chambre à coucher

[Cabinet du Jeu]

10 Garde-robe

11 Grand Cabinet

[Salon ou second salon des Jeux]

12 Grande antichambre

[Grand cabinet d’assemblée ou salon d’assemblée]

13 Galerie

[Galerie]

14 Salle à manger

[Salle à manger]

15 Buffet

[Salle des Buffets]

16 Passage

17 Chapelle

18 Chambre des officiers

  • 82 Ibid., t. IV, p. 274.
  • 83 Chamchine 1910.

73L’appartement du Roi se situe au rez-de-chaussée dans l’aile à droite82. Le plan gravé par Mariette en 1728 nous montre la distribution du château de Choisy à l’époque de la « Princesse Marie-Anne de Bourbon, 1re douairière de Conti » (fig. 14). Bien qu’antérieur aux travaux d’aménagement que fait réaliser le roi, il permet de visualiser l’organisation des espaces en tenant compte des travaux décrits par Béatrice Chamchine dans sa monographie sur le château83. Au rez-de-chaussée, la distribution évolue peu et le plan de 1728 est conforme aux descriptions du duc de Luynes. Après le vestibule (1), en entrant dans l’aile à droite, se trouve l’appartement du Roi, qui comporte une première antichambre ou salle de Billard (2), puis dans la pièce à l’angle du bâtiment une seconde antichambre (3) et, en retour, la chambre à coucher du Roi (4) et son cabinet (5). De l’autre côté du vestibule central sont les appartements d’apparat composés de salons des Jeux (6 à 9) et, à la suite d’une galerie (10), une salle à manger (11) et une salle des Buffets (12).

  • 84 Ibid., p. 99.
  • 85 Ibid., p. 95.

74Au premier étage, cependant, les appartements de parade ont été modifiés afin de créer des petits appartements pour y loger les dames de la Cour. Ce n’est qu’en 1755, après les travaux d’agrandissement du château, qu’un appartement est aménagé pour la reine à l’étage, où loge toute la famille royale. Marie Leszczyńska partage son antichambre avec Madame Victoire ; au-delà de cette antichambre se trouve un appartement simple, composé d’une chambre, d’un grand cabinet et d’une garde-robe84. Son appartement se situe avec celui de Mesdames Adélaïde et Louise, au-dessus de la salle des gardes et de l’antichambre du Roi85.

75L’appartement de la reine à Choisy, après l’épisode manqué de Trianon, montre que la reine peut agrandir ses appartements en dehors des grandes résidences traditionnelles. Elle peut venir suivre le roi dans ses voyages a priori privés. Car si la reine doit attendre la fin du règne pour disposer d’un appartement à Choisy, c’est aussi parce qu’à cette époque la résidence devient de plus en plus une résidence officielle, à la manière de Compiègne. Toutefois, il semble qu’il s’agisse d’une réelle évolution : à la fin de sa vie, la reine dispose d’appartements distribués avec des petits cabinets comme elle le souhaite, dans un plus grand nombre de résidences.

76Le règne de Marie Leszczyńska est une étape fondamentale dans l’évolution de l’appartement de la Reine. Après la seconde partie du règne de Louis XIV, qui s’est faite en l’absence de reine, Marie Leszczyńska tente de reconquérir un espace. On ne lui accorde que des lieux privés : un oratoire en entresol, des petits cabinets et même pendant un temps le château de Trianon pour se retirer. Mais les travaux qui sont faits pour les appartements de la Reine sont d’un tout autre ordre que ceux que le roi réalise pour lui-même, ou même que ceux qu’il fait faire pour les appartements de la marquise de Pompadour. Ainsi, comme à Fontainebleau ou à Compiègne, la reconstruction de parties de l’appartement de la Reine est subordonnée à des travaux qui intéressent tout d’abord le roi.

77Alors que le statut de la reine connaît un changement majeur qui l’écarte définitivement de l’exercice du pouvoir à partir de Marie-Thérèse, on voit s’affirmer avec Marie Leszczyńska le droit à une vie intime, soulagée de la lourde étiquette de la cour de France qui obligeait les souveraines à une représentation permanente. Bien qu’elle s’appuie sur la tradition et l’étiquette pour maintenir et défendre sa dignité, Marie Leszczyńska bénéficie d’un assouplissement des règles en sa faveur tout à fait extraordinaire pour une reine consort. Même si certaines circonstances comme son âge, le fait qu’elle ait déjà donné naissance à un héritier ou les preuves qu’elle a données de sa piété et de son dévouement viennent expliquer qu’on lui ait concédé plus de liberté, cela constitue une véritable nouveauté. Le scandale que provoqua quelques années plus tard Marie-Antoinette, qui entendait également avoir une vie privée, recevoir une assemblée d’amis et sortir librement, montre bien que ce qui avait été accordé à Marie Leszczyńska était l’effet d’une faveur personnelle plutôt qu’une évolution durable du statut de la reine de France. Comme l’écrit Fanny Cosandey :

  • 86 Cosandey 2000, p. 375.

[Marie-Antoinette] est cependant reine de France et cet affranchissement apparaît incompatible avec sa dignité. Mère de l’héritier du trône, elle ne peut se soustraire à la vie publique sans remettre en cause la légitimité du dauphin. Lancinante, la question dynastique ressurgit pour rappeler à la reine ses devoirs d’épouse86.

78Malgré tout, Marie-Antoinette put bénéficier de certains acquis, à commencer par des petits appartements déjà constitués à Versailles ou Fontainebleau, et les évolutions qu’elle imposa à l’étiquette de la cour de France trouvèrent leur origine dans les exceptions qui furent faites pour Marie Leszczyńska d’une tout autre manière.

79En ce sens, l’existence de Marie Leszczyńska semble caractéristique du xviiie siècle, même si en raison de son statut de souveraine cette nouvelle liberté était loin d’aller de soi. Ce qui montre le mieux le développement de la vie personnelle de la souveraine, surtout dans la seconde moitié du règne, c’est la multiplication des petits cabinets qui commencent à se spécialiser selon leur fonction : cabinet des Chinois pour les collections d’Extrême-Orient, cabinet des Bains, salon des Jeux, méridienne pour la sieste et « laboratoire » qui lui sert d’atelier pour la peinture et les travaux d’aiguille.

  • 87 Bottineau 1955, p. 229.

80La description de cette vie dans les cabinets à la fin du règne nous permet de mieux en comprendre le début, lorsque Marie Leszczyńska subissait la rigueur de l’étiquette de la Cour à laquelle elle devait se conformer et alors que n’existaient pas encore ces lieux de retraite et de délassement. Ainsi, dans le désir affirmé par Marie Leszczyńska de devenir une « particulière », on peut se demander s’il ne révèle pas, comme l’a décrite Yves Bottineau, « une souveraine dont le cœur ne fut pas brisé par une Révolution, mais plus simplement, par la vie inhumaine de la cour de France87 ».

Haut de page

Bibliographie

Sources imprimées

Barbier Edmond-Jean-François, 1847-1856, Journal historique et anecdotique du règne de Louis XV, éd. A. de La Villegille, Paris, J. Renouard, 4 vol.

Hénault Charles-Jean-François, 1971, Mémoires du président Hénault, éd. F. Rousseau, Genève, Slatkine.

Hézecques Félix, comte de France d’, 1987, Souvenirs d’un page à la cour de Louis XVI, Paris, Tallandier.

Leszczyňski Stanislas, 2005, Stanislas Leszczyński, aventurier, philosophe et mécène des Lumières, éd. A. Muratori-Philip, Paris, R. Laffont.

Luynes Charles-Philippe d’Albert, duc de, 1860-1865, Mémoires du duc de Luynes sur la cour de Louis XV (1735-1758), éd. L. Dussieux et E. Soulié, Paris, Firmin-Didot, 17 vol.

Mariette Jean, 1927 [1727], L’architecture française, éd. L. Hautecœur, Paris / Bruxelles, G. Vanoest, 3 vol.

Études

Antoine Michel, 1997, Louis XV, Paris, Hachette Littératures.

Benoît Jérémie, 2009, Un palais privé à l’ombre de Versailles, de Louis XIV à Napoléon et de Louis-Philippe au général de Gaulle, Lathuile / Versailles, Éditions du Gui / château de Versailles.

Bottineau Yves, 1955, « L’appartement de Marie Leszczyńska à Fontainebleau », La revue des arts, no 4, p. 223-230.

— 1962, L’art d’Ange-Jacques Gabriel à Fontainebleau (1735-1774), Paris, E. de Boccard.

Castellucio Stéphane, 2006, « La vie au château de Choisy », Versalia, no 9, p. 54-75.

— 1996, Le château de Marly sous le règne de Louis XVI, Paris, Réunion des musées nationaux.

Chamchine Béatrice, 1910, Le château de Choisy, Paris, Jouve.

Cosandey Fanny, 2000, La reine de France : symbole et pouvoir, Paris, Gallimard.

Gady Alexandre, 2005, Jacques Lemercier : architecte et ingénieur du roi, Paris, Éd. de la Maison des sciences de l’homme.

Gallet Michel et Bottineau Yves (dir.), 1982, Les Gabriel, Paris, Picard.

Gallet-Guerne Danielle, 1983, Versailles : le château, les jardins, le parc, Trianon : dessins d’architecture de la Direction générale des Bâtiments du roi, Paris, Archives nationales.

Herbet Félix, 1937, Le château de Fontainebleau : les appartements, les cours, les jardins, Paris, H. Champion.

Louis XVI et Marie-Antoinette à Compiègne, 2006, cat. exp. (Compiègne, musée national du château, 25 oct. 2006-27 janv. 2007), Compiègne / Paris, musée national du château de Compiègne / Réunion des musées nationaux.

Milovanovic Nicolas, 2005, Les grands appartements de Versailles sous Louis XIV : catalogue des décors peints, Versailles-Paris, Musées nationaux des châteaux de Versailles et de Trianon-Réunion des musées nationaux.

— 2005, Du Louvre à Versailles : les grands décors monarchiques, Paris, Les Belles Lettres.

Moulin Jean-Marie, 1987, Le château de Compiègne, Paris, Réunion des musées nationaux.

Muratori-Philip Anne, 2010, Marie Leszczyńska : épouse de Louis XV, Paris, Pygmalion.

Newton William Ritchey, 2000, L’espace du roi : la cour de France au château de Versailles (1682-1789), Paris, Fayard.

Raïssac Muriel de, 1967, Richard Mique, architecte du roi de Pologne, de Mesdames et de Marie-Antoinette, mémoire de recherche présenté à l’École du Louvre, Paris.

Robiquet Jacques, 1938, Pour mieux connaître le palais de Compiègne, Compiègne, Société historique de Compiègne.

Roy Marie-Marguerite, 2011, Les appartements de Marie Leszczyńska et de Louis XVI à Compiègne : périmètre et topographie des grands et petits appartements, décor et ameublement, mémoire d’étude de l’École du Louvre sous la direction d’Emmanuel Starcky et d’Hélène Meyer.

Sabatier Gérard, 1999, Versailles ou la Figure du roi, Paris, Albin Michel.

Reynaud Nicole, 1970, « Fragments retrouvés de la décoration du grand appartement de la reine Marie-Thérèse à Versailles », Revue du Louvre, no 4, p. 231-238.

Salmon Xavier, 2011, Parler à l’âme et au cœur : la peinture selon Marie Leszczyńska, cat. exp. (château de Fontainebleau, 18 juin-19 sept 2011), Fontainebleau / Dijon, château de Fontainebleau / Faton.

Starcky Emmanuel, 2011, Compiègne royal et impérial : le palais de Compiègne et son domaine, Paris, Réunion des musées nationaux.

Tadgell Christopher, 1978, Ange-Jacques Gabriel, Londres, A. Zwemmer.

Thiveau-Le Hénand Françoise, 1970, La reconstruction du château de Compiègne au xviiisiècle, thèse de l’École des chartes, Paris.

Verlet Pierre, 1985, Le château de Versailles, Paris, Fayard.

Haut de page

Notes

1 Cosandey 2000, p. 10.

2 Ibid., p. 373.

3 Ibid., p. 11.

4 Dans sa biographie de Louis XV, Michel Antoine rapporte l’opinion de Barbier dans son Journal : « Celui-ci étonne tout le monde. Il ne convient en effet en aucune façon au roi de France, d’autant que la maison Leszczyński n’est pas une des plus grandes noblesses de Pologne. Cela fait de simples gentilshommes, et c’est une fortune étonnante pour cette princesse. » Quant à la cour, selon le biographe, elle « se reput de potins colportant que Marie était laide, scrofuleuse, épileptique, sotte et incapable d’avoir des enfants ». Voir Antoine 1997, p. 155.

5 Marie Leszczyńska est de sept ans l’aînée du roi, qui avait quinze ans au moment de leur mariage en 1725.

6 Le malaise du roi survenu à la fin de février 1725 suscita une vive inquiétude, notamment de la part du duc de Bourbon qui craignait que le pouvoir ne passât aux Orléans si le roi venait à mourir. Une fois le roi rétabli, il fit renvoyer l’infante d’Espagne, promise au roi mais trop jeune pour lui donner un héritier, et demanda à Morville, secrétaire d’État aux Affaires étrangères, de dresser une liste des princesses en âge d’être mariées. Voir Antoine 1997, p. 152.

7 Les légendes des plans figurant dans cet article reproduisent les annotations de distribution inscrites sur les plans originaux lorsqu’elles existent ; les mentions entre crochets sont une restitution de l’auteur. Par ailleurs, les parties des plans colorées en rouge correspondent à l’appartement de la Reine, celles colorées en bleu à l’appartement du Roi.

8 Voir Plan du premier étage du château de Versailles, vers 1673, Stockholm, Nationalmuseum, reproduit dans Milovanovic 2005, p. 15. Pour la restitution de la distribution, voir Reynaud 1970, p. 231-238.

9 Verlet 1985, p. 251.

10 Voir le plan général complet du premier étage du château de Versailles sur Gallica.

11 Antoine 1997, p. 464.

12 Luynes 1860-1865, t. I, p. 228.

13 Ibid., t. I, p. 228.

14 Ibid., t. VII, p. 125.

15 Ibid., t. I, p. 261.

16 Ibid., t. II, p. 222.

17 Ibid., t. II, p. 89.

18 Ibid., t. I, p. 262.

19 Ibid., t. I, p. 113-114.

20 Ibid., t. I, p. 358.

21 « Le cavagnole est un jeu pour lequel la reine nomme ceux ou celles qu’elle veut qui aient l’honneur de jouer avec elle, comme au quadrille, au lieu qu’au lansquenet, il suffit d’y avoir joué une fois pour se présenter quand on le juge à propos. Lorsque la reine joue au quadrille ou au piquet dans sa chambre, les dames n’ont pas le droit d’être assises devant S. M. et ne s’assoient point. » Ibid., t. III, p. 81.

22 Ibid., t. II, p. 82.

23 Verlet 1985, p. 399.

24 Luynes 1860-1865, t. VII, p. 14-15.

25 On voit l’évolution de cette enfilade dans l’appartement des reines mères au Louvre. Voir Gady 2005, p. 239.

26 Voir le plan du rez-de-chaussée du Pavillon royal du château de Marly conservé à la Bibliothèque nationale de France, Estampes, Va 78a, tome III, B 7728 (reproduit dans Castelluccio 1996, fig. 34, p. 102).

27 Castelluccio 1996, p. 127.

28 Ibid., p. 150.

29 Ibid., p. 151.

30 Paris, Archives nationales (désormais AN), O1 1422, no 8 et O1 3310.

31 Bottineau 1955, p. 224.

32 Voir les plans respectifs aux Archives nationales, O1 1420, no 12 (fig. 5) et 01 1425, no 12 (fig. 6).

33 Luynes 1860-1865, t. I, p. 264.

34 Ibid., t. VIII, p. 439.

35 Herbet 1937, p. 391.

36 Bottineau 1955, p. 223.

37 AN, O1 1422, no 18.

38 Cité par Herbet 1937, p. 393.

39 Bottineau 1955, p. 226.

40 Luynes 1860-1865, t. VII, p. 114 (1er novembre 1745).

41 Ibid., t. VIII, p. 309.

42 Gallet et Bottineau 1982, p. 225.

43 AN, O1 1422, no 2« Plan des changements dans les cabinets de la reine. Premier étage ».

44 Luynes 1860-1865, t. VIII, p. 310.

45 Gallet et Bottineau 1982, p. 225.

46 AN, O1 1412, no 18, « Plan des Changemens proposés à Faire pour Construire un degré à la Reyne et Former une Salle des Gardes dans la cage de l’Ancien degré […] Plan du premier étage ».

47 Thiveau-Le Hénand 1970, p. 5.

48 Muratori-Philip 2010, p. 244.

49 AN, O1 1408, no 1, « Plan du Château de Compiègne au temps de Louis XIV. Premier étage ».

50 AN, O1 1413, no 13, « Plan du premier Etage au Rez-de-chaussée de la Terrasse avec les Entresolles du Château de Compiègne ».

51 Luynes 1860-1865, t. II, p. 193.

52 Thiveau-Le Hénand 1970, p. 143.

53 Ibid., p. 259-260.

54 Muratori-Philip 2010, p. 261.

55 Hézecques 1987, p. 150.

56 Cosandey 2000, p. 374.

57 Bottineau 1955, p. 226.

58 Verlet 1985, p. 404-405.

59 Antoine 1997, p. 464.

60 Déconstruit pour laisser place à un escalier, l’actuel cabinet de la Méridienne a été aménagé pour Marie-Antoinette. Voir Salmon 2011, p. 28.

61 Muratori-Philip 2010, p. 236.

62 À l’emplacement de l’actuelle bibliothèque de Marie-Antoinette. Voir Salmon 2011, p. 92.

63 En référence à son père, Stanislas Leszczynski, qui appelait ainsi les peintres qui corrigeaient ses tableaux. Voir Muratori-Philip 2010 p. 235.

64 Hénault, 1971, cité dans Luynes, 1860-1865, p. 26-27.

65 En 1747, la reine soupe chez les Luynes 198 fois, soit plus de la moitié de l’année. Voir Muratori-Philip 2010, p. 219.

66 Luynes 1860-1865, t. VII, p. 28.

67 Ibid., cité dans Muratori-Philip 2010, p. 220.

68 Luynes 1860-1865, t. I, p. 39.

69 Muratori-Philip 2010, p. 220.

70 Ibid., p. 219.

71 Luynes 1860-1865, t. I, p. 29.

72 Leszczynski 2005, cité par Salmon 2011, p. 13.

73 Muratori-Philip 2010, p. 217.

74 Ibid., p. 224.

75 Luynes 1860-1865, t. III, p. 452.

76 Benoît 2009, p. 133.

77 Ibid., p. 133

78 Luynes 1860-1865, t. III, p. 67.

79 Ibid., t. III, p. 212.

80 Ibid., t. VII, p. 125.

81 Ibid., t. X, p. 348-349.

82 Ibid., t. IV, p. 274.

83 Chamchine 1910.

84 Ibid., p. 99.

85 Ibid., p. 95.

86 Cosandey 2000, p. 375.

87 Bottineau 1955, p. 229.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Anonyme, Plan du premier étage du château de Versailles, vers 1673. Stockholm, Nationalmuseum, NMH THC 3 [plan coloré et numéroté par l’auteur].
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12078/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Titre Fig. 2 : Restitution des appartements du Roi et de la Reine au château de Versailles après la mort de Marie-Thérèse, vers 1693, d’après le plan dans Verlet 1985 (p. 208) [plan coloré et renuméroté par l’auteur].
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12078/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Fig. 3 : Jean-François Blondel, Plan du premier étage et de l’avant-cour du château de Versailles dans lequel sont compris les appartements du Roi et ceux de la Reine (détail), vers 1735, in C.-N. Cochin (graveur) et J. F. Blondel, Architecture françoise […], Paris, C. A. Jombert, 1752-1756 (plan coloré et numéroté par l’auteur).
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12078/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Titre Fig. 4 : Plan des appartements du rez-de-chaussée du Pavillon royal du château de Marly, 1766, d’après le plan dans Castellucio 1996 (p. 48) [plan coloré, renuméroté et annoté par l’auteur].
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12078/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Fig. 5 : Plan du château de Fontainebleau entre 1714 et 1725, extrait de Yves Bottineau, L’art d’Ange-Jacques Gabriel à Fontainebleau (1735-1774), Paris, E. de Boccard, 1962, pl. 7.
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12078/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Fig. 6 : Plan des appartements de la Cour ovale au premier étage du château de Fontainebleau, extrait de Yves Bottineau, L’art d’Ange-Jacques Gabriel à Fontainebleau, Paris, E. de Boccard, 1962, pl. 9 (plan coloré par l’auteur).
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12078/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Fig. 7 : Plan du cabinet de retraite de Marie Leszczyńska au château de Fontainebleau, 1737-1745. Paris, Archives nationales, 01 1422, no 18 (plan numéroté par l’auteur).
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12078/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 8 : Plan des changements dans les cabinets de la Reine, premier étage du château de Fontainebleau, 1745. Archives nationales, O1 1422, no 2 (plan numéroté par l’auteur).
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12078/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Titre Fig. 9 : Plan des changements dans les cabinets de la Reine, entresol du premier étage du château de Fontainebleau, 1747. Paris, Archives nationales, O1 1422, no 7 (plan numéroté par l’auteur).
Légende Restitution de la distribution des cabinets entresolés d'après la description donnée par le duc de Luynes dans ses Mémoires : 1 [Chambre de la Reine] ; 2 [Alcôve de la chambre de la Reine] ; 3 [Cabinet de la Reine] ; 4 [Garde-robe de commodité] ; 5 [Escalier montant à l’entresol] ; 6 [Alcôve de la chambre du Roi] ; 7 [Second cabinet de la Reine] ; 8 [Oratoire de la Reine] ; 9 [Pièce pour la femme de garde] ; 10 [Garde-robe pour la femme de garde].
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12078/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Fig. 10 : Ange-Jacques Gabriel, Plan des Changemens proposés à Faire pour Construire un degré à la Reyne et Former une Salle des Gardes dans la cage de l’Ancien degré […]. Plan du premier étage [du château de Fontainebleau], [6 octobre 1767]. Paris, Archives nationales, O1 1412, no 18 (plan numéroté par l’auteur).
Légende 1 Escalier de la reine ; 2 Salle des gardes ; 3 Première antichambre ; 4 Deuxième antichambre ; 5 Chambre de la Reyne ; 6 Grand cabinet ; 7 Arrière Cabinet ; 8 [Pièces pour le service] ; 9 [Galerie de Diane] ; 10 [Boudoir de la Reine] ; 11 [Deuxième antichambre du Roi ou Grand Salon ovale] ; 12 Cour ovale ; 13 [Jardin de Diane].
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12078/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Titre Fig. 11 : Plan du château de Compiègne au temps de Louis XIV, premier étage [retombe relevée], Paris, Archives nationales, O1 1408, no 1 (plan coloré et numéro par l’auteur).
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12078/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Titre Fig. 12 : Jacques V Gabriel ?, Plan du premier étage au rez-de-chaussée de la Terrasse avec les entresolles, du chateau de Compiègne, premier étage [retombes relevées], détail des appartements royaux, vers 1737. Paris, Archives nationales, O1 1413, no 13 (plan coloré et numéroté par l’auteur).
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12078/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 13 : Anonyme, Plan de l’appartement intérieur de Marie Leszczyńska, non daté. Paris, Archives nationales, O1 17333, no 71.
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12078/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Titre Fig. 14 : Jean Mariette, Plan du rez-de-chaussée du château de Choisy, in J. Mariette, L’architecture françoise, Paris, J. Mariette, 1728, t. II, pl. 297. Paris, Bibliothèque nationale de France, Estampes et photographies, HD- 9 (E) -FOL (plan numéroté par l’auteur).
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12078/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 692k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Manuel Lalanne, « L’appartement de Marie Leszczyńska (1725-1768) », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne], Articles et études, mis en ligne le 21 décembre 2012, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://crcv.revues.org/12078 ; DOI : 10.4000/crcv.12078

Haut de page

Auteur

Manuel Lalanne

Étudiant de l’école du Louvre en 2e année de 2e cycle (2012-2013).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org