Navigation – Plan du site
2014

L’étiquette et la distribution des appartements officiels dans les palais baroques

Etiquette and the Planning of the State Apartments in Baroque Palaces
Hugh Murray Baillie
Traduction de Cédric Michon

Résumés

L’origine de cette étude remonte à l’époque où, après la guerre, je travaillais en Allemagne dans l’équipe engagée pour le programme de sauvegarde des Monuments, beaux-arts et archives. À l’occasion de l’inspection que je fis alors, en compagnie d’un collègue allemand, d’un vaste palais du xviiie siècle dont nous avions la charge, ce dernier, peut-être frappé par le terrible voire le scandaleux contraste entre ces splendeurs ternies et la désolation qui les entourait, me dit d’un air presque contrit : « Après tout, ce palais n’est qu’une imitation de Versailles. »

Haut de page

Notes de la rédaction

Ce texte est une traduction de : Hugh Murray Baillie, « Etiquette and the Planning of State Apartments in Baroque Palaces », Archeologia (Second Series), vol. 101, janvier 1967, p. 169-199. Copyright © The Society of Antiquaries of London 1967. Nous remercions Cambridge University Press de nous avoir aimablement autorisé à traduire cet article. Accéder à l’article original anglais : http://dx.doi.org/10.1017/S0261340900013813 (publié en ligne le 21 avril 2011).
Le texte que nous proposons ici est la traduction d’un article novateur de l’historien anglais Hugh Murray Baillie paru en 1967. Il présente en cela nécessairement quelques erreurs ou imprécisions qui, depuis les nombreuses recherches menées sur la cour et ses espaces ces dernières décennies, peuvent désormais être corrigées. C’est la raison pour laquelle, sans toucher à la teneur intrinsèque du texte, le Centre de recherche du château de Versailles a souhaité ajouter quelques notes d’éditeur apportant des précisions voire des corrections qui s’appuient sur les travaux parus depuis la rédaction de cet article. Malgré ces menues incorrections, cette étude exemplaire sur la distribution intérieure dans les résidences européennes demeure incontournable pour comprendre, par le biais d’une approche comparative, la topographie des appartements princiers et apporte des conclusions qui restent toujours valables aujourd’hui.
Note du traducteur : Les termes anglais ont souvent été conservés dans la partie traitant de l’Angleterre lorsqu’ils n’avaient pas d’équivalent en français. Une traduction littérale est proposée lorsque le sens n’est pas forcément évident (Withdrawing Chamber = chambre de retrait). Mais, par exemple, il n’est pas possible de traduire Presence Chamber par « salle d’audience » (ce qui serait pourtant correct), car il existe également en Angleterre des Audience Chambers qui sont aussi des « salles d’audience ». Les termes anglais ont également été conservés dans les cas où il n’a pas été possible de trouver le terme original en français ou en allemand. On trouve ainsi très souvent dans l’article, même pour la France ou l’Allemagne, les expressions State Bedchamber et Presence Chamber. L’existence d’une table de concordance à la fin de l’article, établie par Hugh Murray Baillie, permet de connaître les fonctions des pièces ainsi qualifiées par lui. En revanche, les termes anglais ont été traduits lorsqu’il a été possible de trouver avec certitude le terme original français (par exemple, le duc de Mayenne, qualifié de Great Chamberlain = grand chambellan ; ou le Lord Steward = grand maître de France). Enfin, les mots en français dans le texte original sont en italique suivis d’un astérisque.
Les notes, les citations et les légendes des illustrations ont été traduites par Alexandra Pioch.

Texte intégral

Le Centre recherche de recherche tient à remercier les personnes suivantes pour leur aide : Verena Friedrich, Eric Hartmann, Leonhard Horowski, Marc Jumpers, Robert Knecht, Philip Mansel, Friedrich Polleroß, Martin Pozsgai et Pamela Warner.

1Basé sur une communication donnée le 24 mars 1966.

2L’origine de cette étude remonte à l’époque où, après la guerre, je travaillais en Allemagne dans l’équipe engagée pour le programme de sauvegarde des Monuments, beaux-arts et archives. À l’occasion de l’inspection que je fis alors, en compagnie d’un collègue allemand, d’un vaste palais du xviiie siècle dont nous avions la charge, ce dernier, peut-être frappé par le terrible voire le scandaleux contraste entre ces splendeurs ternies et la désolation qui les entourait, me dit d’un air presque contrit : « Après tout, ce palais n’est qu’une imitation de Versailles. »

3Je m’arrêtai net, car je ne voyais aucune ressemblance réelle entre les deux palais, pas plus que, quelques instants plus tard, tandis que j’arpentais l’intérieur de l’édifice, ces plans ne me semblèrent avoir un quelconque rapport avec ceux du Versailles de mes souvenirs. À partir de ce moment, je commençai à relever, avec une application sans cesse croissante, les plans des appartements officiels de chaque palais qu’il m’était donné de visiter. Je découvris ainsi que très peu d’entre eux – voire aucun – correspondaient au modèle versaillais : par exemple, dans un cas, et dans un seul – celui du palais électoral de Bonn –, la chambre à coucher était, comme à Versailles, le point central et focal de l’enfilade. D’ailleurs, le plan de Versailles lui-même soulève quelques problèmes et il m’apparut de plus en plus clairement que si je voulais être en mesure d’établir des comparaisons utiles, il me faudrait, sur l’usage réel de chaque pièce, en savoir beaucoup plus que ce qu’évoquent des noms génériques tels que « le Salon rouge » ou « l’antichambre des Chasses ».

4Cet aspect du problème me frappa tout particulièrement lors d’une visite que je fis peu de temps après à Hampton Court, où je remarquai des différences dans l’ameublement de certaines pièces des appartements officiels du roi. En effet, après avoir monté l’escalier royal et traversé la King’s Guard Chamber (salles des gardes du roi), le visiteur entre dans ce qui est aujourd’hui appelé la King’s First Presence Chamber (fig. 1), où il voit un très beau trône surmonté d’un dais, tous deux récemment restaurés. La pièce suivante, aujourd’hui désignée sous le nom de King’s Second Presence Chamber, ne dispose ni d’un trône ni d’un dais. En revanche, celle d’après, qui contient un dais et un trône encore plus luxueux – bien que non restaurés – que dans la First Presence Chamber, est appelée The King’s Audience Chamber (fig. 2). Il est donc légitime de se demander ce que l’on entend par Presence Chamber et ce qu’est une Audience Chamber. En quoi diffèrent-elles ? Pourquoi l’une des Presence Chambers est-elle dotée d’un trône et l’autre non ?

Fig. 1 : La King’s First Presence Chamber au palais de Hampton Court.

Fig. 1 : La King’s First Presence Chamber au palais de Hampton Court.

© CC-BY-SA / Ser_Is_Snarkish

Fig. 2 : La King’s Audience Chamber au palais de Hampton Court.

Fig. 2 : La King’s Audience Chamber au palais de Hampton Court.

© Historic Royal Palaces

  • 1 Cloth of State ou of Estate : tissu brodé diposé sur un trône ou une chaise pour signifier le rang  (...)
  • 2 Horn 1959.
  • 3 Ambassadeur d’Angleterre en France, gouverneur de Jersey, Amias Paulet (1532-1588) fut nommé gardie (...)
  • 4 Ralph Sadler (1507-1587), homme d’État anglais, fut conseiller privé, secrétaire d’État et ambassad (...)
  • 5 « Wherein I have considered that, in my simple opinion, her Majesty’s subjects may not with their d (...)
  • 6 Ibid. p. 313-356. Marie Stuart fut exécutée au château de Fotheringhay le 8 février 1587 (N. d. É.)
  • 7 Sorte de roi de carnaval (N. d. T.).
  • 8 Middle Temple Hall, construit entre 1562 et 1573, était l’une des quatre auberges de la Couronne ; (...)
  • 9 Strafford 1739, vol. 1, p. 506-507. Cette référence m’a été aimablement communiquée par Mme M. P. G (...)

5Il n’est pas nécessaire d’insister sur l’importance du cloth of Estate1 (dais) à cette époque. Il a toujours symbolisé le rang le plus élevé au sein d’une société et impliqué l’idée de souveraineté. Dans les résidences du roi, il était réservé aux membres de la famille royale, mais l’usage en était concédé à certains aristocrates, dont on considérait que leurs origines ou leurs titres les autorisaient à partager certains privilèges royaux. Le dais faisait partie des objets – avec le portrait du monarque, le mobilier de la chapelle et la vaisselle – qui étaient remis à un ambassadeur pour signifier qu’il représentait son prince en personne2. Sir Amias Paulet3, lorsqu’il devint le gardien de Marie Stuart, reine d’Écosse, au château de Tutbury, en 1585, eut une querelle violente avec elle au sujet d’un dais qu’elle avait dressé dans la Great Chamber, où son prédécesseur4 avait l’habitude de dîner et que Paulet considérait comme territoire anglais et distinct des appartements de la reine d’Écosse5. Le lundi 21 novembre 1586, une fois la sentence d’exécution prononcée et Marie Stuart considérée comme légalement morte, Paulet eut la satisfaction de décrocher le dais et de le rapporter dans les appartements de l’ancienne reine d’Écosse au château de Fotheringhay6. En Angleterre, il est certain que le roi et la reine avaient chacun deux dais dans leurs appartements respectifs. D’ailleurs, le Prince of Misrule7, élu en janvier 1635-1636 à Middle Temple8, et qui prenait traditionnellement comme modèle pour son entourage la cour de Whitehall, recevait deux dais du Lord Chamberlain (grand chambellan)9. On ne peut donc ignorer le lieu où se trouve cet élément.

  • 10 Plan numérisé et numéroté à partir du plan reproduit dans l’article original de Hugh Murray Baillie (...)
  • 11 Law 1890-1891, vol. 3, p. 65.

6Une étude approfondie du plan de Hampton Court (fig. 310) souleva un autre point. Pourquoi, à une époque où l’on respectait strictement le plan symétrique, la King’s Audience Chamber (36) occupait-elle la position centrale chez le roi alors que c’était la Queen’s Drawing Room (salon de la Reine, 24) qui l’occupait chez la reine ? Le fait qu’Ernest Law ait montré, dans son excellente histoire de Hampton Court, qu’en 1699 Christopher Wren appelle King’s Drawing Room la King’s Audience Chamber – ce qui revient à donner à la Drawing Room du roi la même position centrale qu’à celle de la reine et suppose que le dais fut déplacé par la suite de la Second Presence Chamber (37) dans cette pièce (que Wren appelle Privy Chamber) – ne fait que compliquer le problème, sans répondre à la question initiale11.

Fig. 3 : Plan des appartements officiels du château de Hampton Court, premier étage, le nouveau bâtiment, 1689-1694 (architecte : Sir Christopher Wren).

Fig. 3 : Plan des appartements officiels du château de Hampton Court, premier étage, le nouveau bâtiment, 1689-1694 (architecte : Sir Christopher Wren).

1 : Clock Tower Entrance Courtyard ; 2 : Great Hall ; 3 : Withdrawing Room ; 4 : Round Kitchen Court ; 5 : Haunted Gallery ; 6 : Upper Part Chapel ; 7 : Court ; 8 : Queen’s Guard Chamber ; 9 : Queen’s Presence Chamber ; 10 : Chapel ; 11 : Closet ; 12 : Queen’s Private Dining Room ; 13 : Closet ; 14 : Queen’s Private Dressing Room ; 15 : King’s Dressing Room ; 16 : King’s Private Chamber ; 17 : Ante Room ; 18 : Area ; 19 : Attendants ; 20 : King’s Writing Closet ; 21 : Queen Mary’s Closet ; 22 : Queen’s Gallery ; 23 : Queen’s Bedroom ; 24 : Queen’s Drawing Room ; 25 : Queen’s Audience Chamber ; 26 : Public Dining Room ; 27 : Prince’s Stairs ; 28 : Prince’s Presence Chamber ; 29-30 : Prince’s Drawing Room ; 31 : Cloister Court ; 32 : Cartoon Gallery ; 33 : King’s Dressing Room ; 34 : King’s Bedroom ; 35 : King’s Drawing Room ; 36 : King’s Audience Chamber ; 37 : King’s Second Presence Chamber ; 38 : King’s First Presence Chamber ; 39 : Attendants ; 40 : Ante Room ; 41 : Area ; 42 : King’s Guard Chamber ; 43 : King’s Staircase ; 44 : Ionic colonnade under ; 45 : Court ; 46 : Cistern ; 47 : Communication Gallery ; 48 : Queen’s Staircase ; 49 : Fontispiece to the Park ; 50 : Privy Garden.

© CRCV / 2014

7Il me semblait qu’il y avait là un champ d’étude qui, bien qu’exigeant de ne pas s’appuyer exclusivement sur les livres de comptes, les inventaires et les plans, mais également sur une analyse subjective de matériaux aussi dispersés et fragmentaires que les mémoires et les correspondances, pourrait aider à mieux comprendre les principes régissant les plans intérieurs des palais et peut-être même la vie que l’on y menait.

  • 12 À l’étranger, les huissiers (Ushers) n’étaient pas des gentilshommes mais des yeomen – des serviteu (...)
  • 13 « The Amici (Augusti) were graded (by a practice which, in private families, dated from C. Gracchus (...)
  • 14 Dynastie des Tudors : Henri VII (regn. 1485-1509), Henri VIII (regn. 1509-1547), Édouard VI (regn(...)
  • 15 Read 1955, p. 88.

8Bien que les cours européennes des xviie et xviiie siècles présentent énormément de points communs aussi bien dans leur organisation que dans leurs coutumes, nous devrions veiller à ne pas surestimer ce qui relève de l’imitation. Sans doute faut-il plutôt attribuer ces similitudes à une origine commune : la Maison du roi telle qu’elle existait au Moyen Âge. Cette institution était constituée de départements organisés pour répondre à des besoins bien précis. Les conditions locales et les spécificités de chaque pays en matière de développement politique et social expliquent les différences de position sociale de certains officiers d’un pays à l’autre12. Toutefois, le même type de besoins suppose le même type d’organisations pour les satisfaire et peut-être engendre finalement le même type de cadre. Pour cette raison, je préfère traiter le moins possible du problème des origines lointaines et éviter autant que faire se peut d’aborder l’aspect sacré du cérémonial de cour et son anthropologie. Mon projet est autre : ce que je veux essayer d’établir, par le biais de la comparaison et dans la mesure du possible, c’est la logique à l’œuvre dans le cérémonial de cour. Il est très tentant de comparer les entrées* à Versailles avec la répartition des courtisans des Césars en fonction de leur appartenance à l’une des trois audiences (admissionis)13 ou de chercher les origines du lever* dans le salut matinal obligatoire des clients romains à l’égard de leur patron. Il serait toutefois difficile d’établir la continuité de ces coutumes et il est peut-être suffisant de rappeler qu’assister à la première apparition publique du prince avait une solide raison pratique : il s’agissait de saisir ses intentions, de s’efforcer de rester en sa compagnie et d’espérer pouvoir profiter des avantages réservés à ceux qui l’accompagnaient. Un autre point doit être souligné : si l’on parvient à établir un lien entre le cérémonial de cour et son cadre social, il est également possible de l’éclairer en le comparant avec ce qui se fait à l’extérieur de la cour. Par exemple, lorsque le roi d’Angleterre, à l’époque des Tudors14, dîne dans sa Presence Chamber, son Lord Chamberlain (grand chambellan) dans la Guard Chamber juste à côté et les courtisans, dans la mesure où ils ne sont pas à des tables séparées, dans le Great Hall, le schéma suivi par le souverain n’est pas différent de celui que l’on peut observer chez ce serviteur prometteur qu’est à l’époque Sir William Cecil. Ce dernier, à Wimbledon Manor, dîne dans la Great Chamber avec sa famille, tandis que ses serviteurs les plus anciens prennent leur repas dans le Parlour (salon) et tous les autres dans le Hall15.

Le système anglais

  • 16 En particulier dans A Collection of Ordinances… 1790.
  • 17 « The Arrangement of State-Rooms above Stairs in Royal Palaces (de suite), uniformly consists of Th (...)

9En Angleterre, le développement des appartements officiels peut être retracé relativement facilement grâce aux documents d’archives conservés16. Toutefois, comme nous ne disposons pas des plans des premiers étages des palais Tudor, il est souvent difficile de relier les descriptions de certaines pièces aux plans du rez-de-chaussée qui ont survécu ou qui ont été découverts au cours de fouilles archéologiques. La ligne chronologique générale est néanmoins claire, surtout si l’on envisage les State Rooms (appartements officiels) comme étant issues de la Great Chamber médiévale, qui se trouvait à l’arrière du Great Hall, au premier étage. Elles se sont multipliées au fur et à mesure que leurs fonctions se spécialisaient et se complexifiaient. Au xviie, les appartements officiels avaient atteint leur apogée et Pegge, un siècle plus tard, décrit ainsi leur organisation : « La distribution des appartements officiels (en enfilade), à l’étage, obéit toujours dans les résidences royales au modèle suivant : la Great Chamber, la Presence-Chamber, la Privy Chamber, la Withdrawing-Room, et la Bed-Chamber17. »

  • 18 « Estimate of Finishing Part of Hampton Court April 28 1699 », The Wren Society 1924-1943, vol. 4, (...)
  • 19 Ibid., vol. 4, p. 61.
  • 20 Ibid., vol. 7, 1930, p. 17-19.
  • 21 Ibid., vol. 4, pl. X.
  • 22 George III (1738-1820) [N. d. É]. Bickham ?1756, p. 535 et suiv. ; The Windsor Guide 1798.

10Cette disposition est confirmée par Sir Christopher Wren dans les devis qu’il fournit en 1699 pour terminer l’aménagement de l’appartement du roi à Hampton Court (Great Stairs, Guard Chamber, Presence Chamber, Privy Chamber, Drawing-Room, Ante-Room, Great Bedchamber, Gallery)18. On retrouve la même organisation dans les devis établis par William Talman en 1700 pour l’achèvement des cabinets et des salles desservies par un escalier privé19, ainsi que dans l’avant-projet de Wren « Explication of the Plan of Winchester Castle20 », dans différentes esquisses pour la transformation de palais21, et dans les descriptions du château de Windsor dont on dispose entre la mort de Charles II et les modifications intervenues sous George III22.

  • 23 A Collection of Ordinances… 1790, p. 110-111, « Articles Ordained by King Henry VII. for the Regula (...)
  • 24 L’ambassade « pénétra dans le Great Hall au rez-de-chaussée, tendu de tapisseries de choix, avec le (...)
  • 25 Dynastie des Stuarts : Jacques Ier (regn. 1603-1625), Charles Ier (regn. 1625-1649), Charles II (re (...)
  • 26 Survey of London 1930, p. 25 et 50.
  • 27 Comme en 1572, 1581 et 1613, Survey of London 1930, p. 61.
  • 28 « A deep sigh breathed through the lodgings at Whitehall » (« un profond soupir traversa les appart (...)
  • 29 La Banqueting House (« Maison des banquets ») fut construite au palais de Whitehall sous Élisabeth  (...)
  • 30 The Diary of John Evelyn 1955 : « Touching for the King’s Evil », vol. 3, p. 250 ; « Creation of Pe (...)
  • 31 1665. Survey of London 1930, p. 47, 53.

11Rappelons rapidement que le Great Hall était la principale salle d’apparat sous les premiers Tudors et qu’ils pouvaient y dîner en grande cérémonie lors de certaines occasions23. Aussi tardivement qu’en 1559, elle était décorée avec des tapisseries et un dais pour la réception de l’ambassadeur de France qui la traversa pour se rendre dans la Great Chamber puis dans la Presence Chamber24. Sous Élisabeth et sous les premiers Stuarts25, le statut du Hall déclina, même s’il était encore utilisé pour des cérémonies extraordinaires, comme l’investiture du prince de Galles en 161626. L’usage fréquent de constructions éphémères fabriquées pour les banquets est peut-être significatif27, et encore plus les références à des odeurs de cuisine et aux activités de marmitons couverts de taches de graisse dans un pamphlet du temps de la guerre civile28. Il semble établi que dans les palais, tout comme dans les résidences privées, le Hall s’était imposé comme la pièce où dînaient les serviteurs les moins importants. La Banqueting House29 permanente l’avait supplanté comme lieu le plus adéquat pour l’organisation de cérémonies publiques30, et la diminution des dépenses de bouche de la cour ainsi qu’une tendance accrue, sous Charles II, à rémunérer les serviteurs de rangs inférieurs en leur offrant le gîte et le couvert permirent la construction d’une salle de théâtre dans le Hall31 où, depuis Élisabeth, des représentations avaient été données avec une fréquence croissante.

  • 32 Pegge 1791, 3e partie, p. 63.
  • 33 Comme en 1553, 1607 et 1620-1621 ; Survey of London 1930, p. 67.
  • 34 Sur l’identification de la Great Chamber avec la Guard Chamber, voir Pegge 1791, 3e partie, p. 61-6 (...)
  • 35 The Windsor Guide 1798, p. 37.
  • 36 A Collection of Ordinances… 1790, p. 354.
  • 37 Pegge 1791, 3e partie, p. 90.

12À l’origine, et cela se reflétait dans l’organisation permanente de la Maison du roi, les appartements officiels de l’étage se répartissaient entre l’Outer Chamber (chambre extérieure) d’une part, et l’Inner ou Privy Chamber (chambre intérieure ou privée) d’autre part. L’Outer Chamber était la principale pièce publique pour les audiences et les assemblées, tandis que la Privy Chamber correspondait à la chambre privée et à la chambre à coucher. L’Outer Chamber, ou, comme on devait l’appeler plus tard, la Great Chamber, récupéra une grande partie des fonctions cérémonielles anciennement dévolues au Hall. C’est dans l’Outer Chamber que le grand chambellan dînait, d’abord quotidiennement, puis seulement lors de certaines journées importantes. Pendant longtemps, une estrade y figura, comme pour rappeler qu’un dais avait été suspendu au-dessus à l’époque où la pièce était la Great Chamber of Presence32. Dans cette même pièce, on organisait une fête aux dépens du prince pour les pairs le jour de leur création et les parlements y étaient souvent convoqués et prorogés33. C’était aussi l’endroit où se tenait le premier des deux corps de gardes du palais, les Yeomen of the Guard. C’est d’ailleurs pour cette raison que la pièce prit le nom de Guard Chamber34. À la fin du xviiie siècle, le seul témoignage qui atteste que cette pièce avait eu d’autres fonctions par le passé est le fait qu’à Windsor les cérémonies de l’ordre de la Jarretière se déroulaient toujours, en l’absence du roi, dans la King’s Guard Chamber35. Sous les Tudors, c’était le principal lieu de réunion de la cour, mais, à l’époque de Charles II, il suffisait d’être convenablement vêtu pour y avoir accès. Les suivantes des pairaisses et les suivants des pairs attendaient dans cette pièce, et les seuls serviteurs en livrée admis à aller plus loin étaient ceux de la famille royale36. De leur côté, les pairs et les membres du Conseil privé avaient un chemin ouvert au milieu de la foule grâce à ce que l’on appelait The Honours of the Great Chamber (fig. 4)37, ce qui leur permettait de pénétrer directement dans la pièce suivante, la Presence Chamber.

Fig. 4 : Thomas Rowlandson, A Drawing Room at St. James’, vers 1808. Londres, The Museum of London, D149 ; 211.

Fig. 4 : Thomas Rowlandson, A Drawing Room at St. James’, vers 1808. Londres, The Museum of London, D149 ; 211.

La Guard Chamber au palais de Saint-James avant qu’elle ne soit divisée en deux pièces. Malgré certaines inexactitudes, par exemple les uniformes des gardes du roi, ce dessin illustre assez bien le principe des Honours of the Guard ou Great Chamber (source : Museum of London Prints).

© Museum of London

  • 38 A Collection of Ordinances… 1790, p. 355, 371, 379.
  • 39 Pegge 1791, 2e partie, p. 69 ; A Collection of Ordinances… 1790, p. 357.
  • 40 A Collection of Ordinances… 1790, p. 338, 345, 347 (les deux dernières pour le côté de la reine).
  • 41 Ibid., p. 370.
  • 42 L’ambassadeur de Venise par exemple en 1610, Survey of London 1930, p. 68.
  • 43 Carey 1905, p. 35.

13La Presence Chamber, qui était servie par un personnel relevant de l’institution de l’Outer Chamber et dirigée par le Gentleman Usher Daily Waiter (huissier) – qui avait aussi la charge de la Great Chamber38 –, était certainement, jusqu’à l’époque de Charles II, la principale chambre d’audience du palais. C’est là qu’était placé le trône sous un dais – devant lequel on s’inclinait, même lorsqu’il était vide –, gardé par le second corps de garde du palais, les Gentlemen Pensioners (gentilshommes pensionnaires)39. Les Maids of Honour (les suivantes) et les courtisans devaient y assurer un service à certaines heures du jour40. C’est de là que partait la procession en direction de la chapelle41 ; c’est là encore que le roi dînait en public, recevait les ambassadeurs et, parfois, comme en 1610, organisait une fête en leur honneur42 ; c’est dans cette pièce enfin qu’il créait les pairs et divertissait la cour43. Comme je l’ai dit, les pairs et les conseillers privés avaient un accès direct à cette pièce et ce traitement de faveur allait avoir des conséquences intéressantes.

  • 44 A Collection of Ordinances… 1790, p. 154-157. Le 20 juillet 1550, le roi Édouard VI remarqua que l’ (...)
  • 45 Pegge 1791, 1re partie, p. 67 ; « Orders for the Bedchamber by James II », Oxfordshire County Recor (...)
  • 46 A Collection of Ordinances… 1790, p. 360-362.

14Sous Henri VIII, la Privy Chamber correspondait parfaitement à son nom : la chambre privée du roi. Il y passait le plus clair de son temps avec quelques favoris, les Gentlemen of the Privy Chamber, qui l’habillaient lorsqu’il sortait de sa chambre à coucher et qui le servaient lorsqu’il mangeait en privé. Assis sous un dais, il était servi à genoux, d’une manière extrêmement formelle. Seule une quinzaine de personnes avait accès à la Privy Chamber, tandis que l’accès à la Bedchamber était restreint aux serviteurs personnels du souverain44. L’institution de la Privy Chamber et son organisation furent maintenues par les filles d’Henri VIII, Marie Ire et Élisabeth Ire, même si, puisque le prince était une femme, le service était effectué par les Ladies of the Privy Chamber. La conséquence en fut que les Gentlemen devinrent purement décoratifs, moins utiles et plus nombreux. Leur statut commença à décliner au moment où la Bedchamber et son personnel devinrent distincts et où le principal officier, le Groom of the Stole (premier gentilhomme de la Chambre du roi), commença à avoir une grande importance. Par la suite, la reine consort conserva la Privy Chamber en plus de la Drawing Room. Cette dernière était soit une nouvelle pièce introduite entre la Bedchamber et la Privy Chamber, soit peut-être à l’origine l’équivalent féminin de la Privy Chamber. Quoi qu’il en soit, cette Withdrawing Room (chambre de retrait) s’imposa au début du xviie siècle comme l’une des composantes de l’appartement du roi et de l’appartement de la reine. Elle demeure – tout comme la Bedchamber et les cabinets privés situés à l’arrière – sous le contrôle du Groom of the Stole45, si bien qu’à partir du règne de Charles II les gentilshommes de la Privy Chamber finirent par ne plus être rattachés à la Bedchamber et à l’Outer Chamber et ne contrôlèrent plus que la Privy Chamber et la Privy Gallery, et aucune autre pièce des appartements privés (Privy Lodging)46.

  • 47 Ibid., p. 348.
  • 48 Ibid., p. 361.
  • 49 Malagotti 1821, p. 171.
  • 50 Ibid., p. 177-179.
  • 51 Survey of London 1930, pl. 8.

15Au départ, l’accès à la Withdrawing Room était extrêmement limité. Sous Charles Ier, si les pairs étaient autorisés à pénétrer dans la Privy Chamber, ils n’avaient pas le droit d’aller au-delà. Les conseillers privés pouvaient entrer dans la partie extérieure de la Withdrawing Room à Whitehall, mais seules les personnes autorisées pouvaient pénétrer dans la Withdrawing Room à proprement parler, appelée la Vane Room47. En conséquence, l’Outer Drawing Room prit progressivement le nom de Lords’ Room. À la Restauration (1660-1668), toutefois, ces pièces perdirent encore plus de leur caractère privé. Des officiers de l’armée ou de la marine et des personnes « de rang important et de bonne réputation » se virent autorisés à entrer dans la Privy Chamber48, tandis qu’à Whitehall, par exemple, ce fut dans la King’s Drawing Room – « Room of the Winds » ou Vane Room – que la suite du grand-duc de Toscane fut présentée à Charles II49 en 1669. Au même moment, le grand-duc prit soin de rejoindre le cercle vespéral de la reine Catherine de Bragance qui était assise près de la porte de sa Drawing Room (salon) pour recevoir ses visiteurs. Les ambassadeurs assistaient à ces réceptions et le roi et son frère ne manquaient jamais de s’y rendre50. L’importance croissante de cette pièce dans laquelle le roi et la reine recevaient est soulignée par les dimensions du nouveau bâtiment imaginé par Wren pour l’abriter à Whitehall51 et par la position centrale qu’il lui donna dans l’enfilade* à Hampton Court (voir fig. 3).

  • 52 The Diary of John Evelyn 1955, vol. 3, p. 406, 430, 465, 562. John Evelyn fut également reçu par la (...)
  • 53 Correspondence of the Family of Hatton 1878, vol. 2 (XXIII), p. 21.
  • 54 Oxfordshire County Record Office (Dil. XX/a/2).
  • 55 British Museum, Stowe MSS. 563.
  • 56 « What figure I shall make in the House and the Bedchamber… », dans Vernon 1841, vol. 1, p. 380.

16L’accès à la Bedchamber, limité jusqu’à la Restauration, semble avoir été plus ouvert dans les premières années du règne de Charles II. Ce dernier y recevait même à l’occasion. Ceci s’explique peut-être par son séjour en France, mais également par son souci d’être accessible au public le plus large possible52 et peut-être encore davantage par les nombreux et indispensables chantiers alors en cours à Whitehall. En 1683, toutefois, le roi limita l’accès à la Bedchamber à son frère, à ses ministres et aux secrétaires d’État. Aucun pair ou conseiller privé ne put dès lors y entrer, à moins d’y être appelé ou d’en faire la demande. Même le Lord Chamberlain (grand chambellan) s’en vit interdire l’entrée, tout comme le Lord Steward (grand maître)53. Le règlement de la Bedchamber de Jacques II confirma cette restriction et donna même des instructions très précises sur la fermeture de la porte de cette pièce et sur les personnes autorisées à en détenir les clés54. Des consignes tout aussi strictes furent émises par Guillaume III55. Une remarque de James Vernon, lorsqu’il fut nommé secrétaire d’État en 1697, sur l’attitude à adopter dans le palais et dans la Bedchamber56, semble attester le fait que la présence des ministres n’était pas tant requise au lever* que devant le King’s Closet (cabinet du roi) : ils devaient attendre l’autorisation d’entrer dans le King’s Closet qui était le bureau du roi et le siège effectif du gouvernement. Il n’y avait pas d’autre pièce adaptée pour réunir le Conseil des ministres, puisque le cabinet donnait sur les escaliers de service et sur les petites pièces privées.

  • 57 A Collection of Ordinances… 1790, p. 158.
  • 58 Sur l’attitude arrogante de la reine Élisabeth en public, voir Maisse 1931, p. 83.

17Que se passait-il donc ? Depuis les Tudors, la cour était principalement installée à Whitehall et ce centre de pouvoir, de faveurs et d’influence attirait inévitablement un grand nombre de personnes dont le principal objectif était de capter l’attention du prince, ou, mieux encore, de le prendre au dépourvu. Henri VIII dut d’ailleurs interdire à la cour de le suivre lorsqu’il chassait57. Quiconque a eu une position officielle, même secondaire, sait combien il est utile d’avoir un secrétaire, un dactylographe ou un assistant dans une pièce attenante à son bureau pour s’occuper des visiteurs. Le prince du xvie siècle, entouré, voire assiégé, par une cour traditionnellement importante et en augmentation constante, était contraint de réglementer la distance qui le séparait de ses courtisans. C’était une condition indispensable pour obtenir un tant soit peu d’intimité. Entre ses courtisans et lui-même, il plaça donc un nombre de plus en plus important de pièces dont il fit strictement garder l’accès. Il ne sortait de ses appartements privés que pour des raisons bien précises, par exemple pour aller à la chapelle, au Conseil, à des fêtes ou à des cérémonies publiques. Il prenait bien soin de rendre ces apparitions publiques quotidiennes aussi fastueuses que possible. Le processus connut son apogée avec les spectaculaires apparitions (au sens presque surnaturel) de la reine Élisabeth58. Quoi qu’il en soit, la cour maintint une pression incessante ; or il était moins facile pour un prince que pour une princesse d’y résister. C’est pourquoi, alors que la cour et le public pénétraient plus avant dans le palais, le roi se retirait plus loin dans son intérieur.

  • 59 Strong 1903, p. 213.
  • 60 Ibid., p. 262.

18L’accroissement de la cour et du nombre des parasites qui gravitaient autour d’elle se traduisit par un développement de la vie sociale centrée, en premier lieu, sur le monarque. Ainsi, à son rôle de chef de l’État et du gouvernement, le roi ajouta celui de chef de la société. Le duc de Newcastle dit clairement dans les notes qu’il rédige pour Charles II59 que son prédécesseur, peut-être en réaction à l’atmosphère scabreuse qui régnait à la cour de Jacques Ier, avait vécu de la manière la plus privée possible au sein d’une large Maison, ne s’entourant que d’un cercle restreint d’amis intimes. Selon le duc, Charles Ier n’avait absolument pas compris l’importance de la fonction sociale du monarque. Si Charles II, en revanche, n’eut guère besoin d’être encouragé en ce sens, ses successeurs furent peu nombreux à jouer ce rôle de manière satisfaisante. On peut ainsi distinguer différentes catégories de pièces à l’intérieur des appartements officiels suivant leurs fonctions : les pièces consacrées à l’exercice de l’État, les pièces publiques destinées à la société de cour, et enfin les pièces privées qui servaient d’ailleurs aussi aux fonctions de gouvernement. Nous essaierons donc de définir à quelle catégorie, en fonction des moments, chacune des pièces appartient. Nous pouvons être aidés dans cette tâche en observant quel est l’officier qui introduit les visiteurs auprès du souverain. Par exemple en 1700, c’est dans la Privy Chamber ou dans la Presence Chamber que Matthew Prior baisa la main du souverain afin d’obtenir une charge alors que le roi se rendait à la chapelle, parce qu’il fut présenté à ce dernier par le grand chambellan. Il aurait fallu qu’il fût présenté par le Lord of the Bedchamber-in-waiting pour être admis à faire son baisemain dans la Bedchamber ou dans la Drawing Room60.

  • 61 Par exemple Historical manuscripts commission… 1924, vol. 1, p. 79 : Dr. O. Wynne à Sir W. Trumbull (...)
  • 62 « The gentlemen ushers […] shall have a care to see the said (Presence) chamber well furnished with (...)
  • 63 Plan numérisé et numéroté à partir du plan reproduit dans l’article original de Hugh Murray Baillie (...)

19L’accroissement numérique de la cour avait une autre conséquence : il fallait être en mesure de distinguer, parmi tous les courtisans qui souhaitaient avoir accès au prince, entre ceux qui étaient importants et ceux qui l’étaient moins. Traditionnellement, les pairs et les conseillers privés avaient le droit de traverser librement la Great Chamber pour se rendre dans la Presence Chamber. Avant d’être reçus en audience, les ambassadeurs devaient patienter dans une pièce extérieure. Cela laissait au roi le temps de prendre place sur le trône61 et permettait aussi au pouvoir de se mettre en scène. Il était nécessaire que les ambassadeurs et les pairs puissent attendre dans une pièce où ils n’étaient pas mêlés à la masse des courtisans. Cela était particulièrement indispensable à une époque où aucun personnage d’importance n’apparaissait à la cour sans une suite conséquente de clients et où les souverains mettaient un point d’honneur à avoir une cour bien fréquentée62. On finit par appeler cette pièce particulière l’Entrée Room*. On peut d’ailleurs l’observer sur le plan des appartements officiels du palais de Saint-James réalisé par Henry Flitcroft en 1729 (fig. 563).

Fig. 5 : Plan des appartements officiels du palais de Saint-James, premier étage, milieu du xviiie siècle.

Fig. 5 : Plan des appartements officiels du palais de Saint-James, premier étage, milieu du xviiie siècle.

1 : French Chapel ; 2 : Yard ; 3 : Laundry ; 4 : Flat ; 5 : Pheasant Court ; 6 : Area ; 7 : Great Court ; 8 : Court ; 9 : King’s Bedchamber ; 10 : State Bedchamber ; 11 : Little Drawing Room ; 12 : The Garden ; 13 : Privy Chamber ; 14 : Presence Chamber ; 15 : King’s Guard Room ; 16 : Paradise Court ; 17 : Prince’s Guard Room ; 18 : Drawing Room ; 19 : Council Chamber ; 19a : Waiting Room and Stairs ; 20 : Engine Court ; 21 : Queen Wardrobe ; 22 : Cistern ; 23 : Kitchen Court ; 24 : Area ; 25 : Ballroom ; 26 : Green Cloth Court ; 27 : Chapel Royal ; 28 : Organ ; 29 : St James’s Street ; 30 : Cleveland Row.

© CRCV / 2014

  • 64 Public Record Office, Ministry of Public Building and Works G.A/S.J : Gen/3.
  • 65 Saussure 1903, lettre II « Londres. La cour. Palais de Saint-James. Westminster. Le Parlement. Cham (...)
  • 66 The Wren Society 1924-1943, vol. 7, pl. ХХХI.
  • 67 George III reçut les Quakers sous le dais dans la Privy Chamber. Hughson 1805-1809, vol. 4 (1807), (...)
  • 68 Saussure 1903, lettre II « Londres. La cour. Palais de Saint-James. Westminster. Le Parlement. Cham (...)
  • 69 « This apartment [i.e. the Council Chamber] is the Grand Drawing Room […] the nearer room being a k (...)

20Ce plan des appartements officiels de Saint-James montre l’ensemble habituel des pièces officielles. Toutefois, en raison de leur exiguïté, une nouvelle aile dut être ajoutée, formant un « T » avec la partie principale du bâtiment. C’est l’ancienne Privy Chamber (13) qui fait la jonction. On trouve à sa gauche la Drawing Room (« Little Drawing Room », 11) et la State Bedchamber (10). À sa droite se trouve une nouvelle et plus grande Drawing Room (18), suivie par la Council Chamber (19) et la pièce réservée au Clerk of the Council, une waiting room et ses propres escaliers (19a)64. En 1725, César de Saussure évoque la cour attendant dans la pièce centrale (la Privy Chamber, 13) l’ouverture des portes qui mènent à l’appartement du roi. Ainsi, l’ancienne et secondaire Drawing Room (11) était devenue l’Entrée Room qui menait à la Bedchamber (10). Saussure dit que la pièce centrale comportait un trône et un dais, tout comme la Great Drawing Room sur la droite : « À la droite de la grande antichambre, on trouve l’appartement où l’on tient le Drawing-Room ou le Cercle, dont je vous parlerai tout à l’heure & où le Roi donne audience aux ambassadeurs65. ». Ce positionnement des dais est confirmé sur un plan de l’époque66. En effet, la Privy Chamber, qui conserva son dais jusqu’à George III67, était devenue la pièce extérieure ou Presence Chamber, même si elle n’en portait pas le nom, tandis que la Great Drawing Room était devenue la Privy Chamber et la principale chambre d’audience, même si elle non plus n’en prit jamais le nom. Il est intéressant de noter que Saussure affirme que l’ancienne Presence Chamber était la pièce des Gentlemen Pensioners qui apparaissent donc à cette époque comme ayant été dispensés de leur devoir de présence dans l’Audience Chamber extérieure68. George III compléta ces changements en installant le trône et le dais dans la Council Chamber, transformant ainsi de ce côté la Great Drawing Room en Entrée Room69. Plus tard, les levers du roi devaient avoir lieu dans cette nouvelle salle du Trône et dans des Drawing Rooms. L’ancienne Presence Chamber avait ainsi perdu tout sens et devint une waiting room ou une ante-room (une salle d’attente).

  • 70 A Collection of Ordinances… 1790, p. 352 et suiv.
  • 71 The Diary of John Evelyn 1955 : « Touching for the King’s Evil », vol. 3, p. 250 ; « Creation of Pe (...)
  • 72 « Now did his Majestie again dine in the Presence in antient State with music and all the Court cer (...)
  • 73 A Collection of Ordinances… 1790, p. 370. Comme ces instructions sont données au Gentleman Usher Da (...)
  • 74 Ibid., p. 367.
  • 75 Ibid., p. 356.
  • 76 Ibid., p. 360.

21L’importance de la Presence Chamber a décliné brutalement après les ordonnances de Charles II70, dans lesquelles elle était encore considérée comme la principale pièce pour les audiences. Ces ordonnances se contentaient peut-être de faire la synthèse de pratiques anciennes plus qu’elles ne regardaient vers l’avenir. Alors même que Charles II utilisa la Banqueting House à Whitehall pour de nombreuses cérémonies qui étaient organisées auparavant dans la Presence Chamber71, il réinstaura la coutume qui consistait à dîner en public dans cette pièce72. C’est dans la Presence Chamber que le Yeoman (capitaine des gardes de la manche) donnait la Sword of State (l’épée d’État) au Gentleman Usher, qui la plaçait sur le trône avant de la remettre au pair chargé de la porter devant le roi au cours de la procession qui menait à la chapelle73. C’est ici également qu’on attendait des Gentlemen Ushers et des Gentlemen of the Privy Chamber qu’ils se rendissent en procession après le dîner pour rendre hommage au trône vide74. Il n’y eut jamais d’instructions de cette sorte pour la Privy Chamber. Lorsque l’Esquire of the Body dormait dans la Presence Chamber la nuit, il devait tourner le trône en direction du mur, le neutralisant ainsi, et dormait sous le dais75. Il n’y a aucune instruction de cette sorte pour les deux Gentlemen of the Privy Chamber qui dormaient dans cette pièce76. On retombe sur le problème soulevé au début de cet article : l’importance respective de la Presence Chamber et de la Privy Chamber à Hampton Court.

  • 77 Finet 1656, p. 181-185.
  • 78 Ibid., p. 187-189.
  • 79 Ibid., p. 187.
  • 80 15 déc. 1597, Maisse 1931, p. 36.
  • 81 The Wren Society 1924-1943, vol. 4, pl. X.
  • 82 Original chez Mme J. Keen, Londres, en 1953 ; photocopie chez l’auteur.
  • 83 Strange 1906.

22La principale explication du déclin de la Presence Chamber réside dans l’ouverture au public de la Great Chamber, avec l’introduction consécutive de la cour au sein de la Privy Chamber et la nécessité qui se fait alors jour de disposer d’une Entrée Room pour les pairs. La raison immédiate tient peut-être à la manière dont étaient organisées les réceptions d’ambassadeurs. Dans les relations sociales ordinaires, on accueille les personnes de rang supérieur à leur descente de carrosse ou au pied des escaliers ; les personnes de même rang sont reçues en haut de l’escalier ou dans une pièce intermédiaire, tandis que les personnes de rang inférieur se rendent seules jusqu’à la pièce de réception. Ces principes étaient appliqués aux ambassadeurs. En 1625, par exemple, l’ambassadeur danois fut reçu dans la Presence Chamber à Hampton Court77 et, en octobre, le maréchal de Bassompierre, ambassadeur du roi de France, fut reçu dans la même pièce78 ; mais en septembre, entre ces deux ambassades, les envoyés de Gábor Bethlen de Transylvanie, un lointain prince de deuxième catégorie, furent reçus dans la Privy Chamber79. Ce n’était pas la première fois que cette pièce était utilisée pour recevoir des ambassadeurs80. Il était devenu habituel, lors des réceptions solennelles des ambassadeurs, de les conduire à travers les palais par des circuits aussi indirects que possible, à la fois pour les impressionner par les dimensions des bâtiments et ménager un espace suffisant pour l’ensemble de l’assistance. Alors que la coutume se généralisait, la seconde des chambres d’audience, la Privy Chamber, devint naturellement la plus importante et finalement la seule. Non seulement la Drawing Room reprit les fonctions sociales de cette dernière, mais la création d’une pièce privée pour le dîner, comme à Windsor, par exemple, privait la Privy Chamber du dernier des usages privés qu’on faisait d’elle et la libérait pour l’utiliser comme State Bedchamber. Un plan de Wren concernant la partie inachevée de Hampton Court donnait le nom de Privy Chamber à ce qui est appelé à présent la Queen’s Audience Chamber81. Une liste des luminaires pour une représentation théâtrale donnée en 1718 dans le Great Hall à Hampton Court mentionne la First et la Second Presence Chamber (c’est toujours ainsi qu’on les appelle aujourd’hui) et la Privy Chamber82. Enfin, les comptes pour l’ameublement du palais en décembre 169983, quelques mois après le devis de Wren pour la fin de l’aménagement des appartements officiels, mentionnent la Bedchamber (c’est-à-dire la pièce qu’on appelle aujourd’hui « State Bedchamber » (voir fig. 3, no 34), la Drawing Room (que Wren appelle l’« Ante Room » et qui est l’actuelle « Drawing Room » [35]), la Privy Chamber (que Wren appelle « Drawing Room » et qui est l’actuelle « Audience Chamber » [36]), la Next Room (que Wren appelle la « Privy Chamber » et que nous appelons aujourd’hui la « Second Presence Chamber » [37]) et la Presence Chamber (qui est manifestement aujourd’hui la « First Presence Chamber » [38]). Ainsi, l’Audience Chamber actuelle correspond à la pièce qui était appelée la Privy Chamber ; le dais qui y est installé a toujours été là et n’y fut pas, comme cela a été suggéré, transporté à une date inconnue, depuis ce que l’on appelle à présent la « Second Presence Chamber » (laquelle est identifiée par Ernest Law, à partir des devis de Wren, comme étant la Privy Chamber).

  • 84 Digby 1939.
  • 85 Lysons 1800, pl. 4.

23Le fait que ce changement d’usage dans les pièces de Hampton Court se soit déroulé dans un court délai de huit mois – qui correspond à la période durant laquelle les pièces étaient préparées et meublées – est un exemple intéressant illustrant bien la divergence qui oppose souvent les idées de l’architecte et les besoins pratiques du commanditaire. Il faut peut-être en chercher la raison dans le besoin d’une Entrée Room en plus de la salle d’attente destinée à la majeure partie des courtisans. Signalons, même si la chose a été rendue moins visible par la restauration récente et très réussie du dais de la First Presence Chamber, que, des deux dais, celui de l’Audience Chamber est le plus élaboré et le plus riche84. De par son emplacement à l’extrémité de la galerie (47) qui communique avec l’escalier de la reine (48), la Second Presence Chamber est moins adaptée comme salle d’audience que comme salle d’attente ou d’assemblée et il n’est pas possible d’y installer un trône à sa place habituelle face à la porte de la pièce précédente, puisque cette place est occupée par la cheminée. En devenant la principale pièce pour les audiences, la Privy Chamber tend à perdre sa fonction première, puisqu’elle n’est plus privée. La relégation de la Presence Chamber au statut de salle d’attente fait que le mot Presence perd toute signification, à tel point que Lysons, dans son plan du premier étage de Hampton Court, utilise le mot comme synonyme d’ante-room85.

24Pour résumer, on observe qu’en 1700 les appartements officiels en Angleterre sont constitués par une chambre d’audience, précédée de deux antichambres (l’une d’entre elles étant réservée aux courtisans les plus importants) et suivie par une pièce réservée à la vie sociale, la Drawing Room. Au-delà de cette pièce, on trouve la State Bedchamber, accessible uniquement à quelques privilégiés, et le cabinet dans lequel le monarque traite les affaires. On décèle aussi une tendance à répartir la cour en grades ou classes et à avoir des salles d’attente spécifiques réservées à chaque groupe.

Fig. 6 : Plan des appartements officiels du château de Stirling (Écosse), premier étage, d’après un plan du xviie siècle.

Fig. 6 : Plan des appartements officiels du château de Stirling (Écosse), premier étage, d’après un plan du xviie siècle.

1 : The King’s Garde Hall ; 2 : Presence ; 3 : Bedchamber ; 4 : Queen’s Bedchamber ; 5 : Presence ; 6 : The Queen’s Garde Hall ; 7 : The Lyon’s Den ; 8 : Prince’s Tower ; 9 : Upper Terrace ; 10 : The Lady’s Hole ; 11 : The Inner Court ; 12 : The Great Hall ; 13 : The Chapel ; 14 : Officer’s Lodgings.

© CRCV / 2014

Fig. 7 : Plan des appartements officiels du palais de Linlithgow (Écosse), premier étage.

Fig. 7 : Plan des appartements officiels du palais de Linlithgow (Écosse), premier étage.

Zone noire : xve et xvie siècles. Zone hachurée : xviie siècle. 1 : King’s Oratory ; 2 : The Bedchamber ; 3 : « The Presence Chalmer [sic] of 1629 » ; 4 : The King’s Hall ; 5 : Sun Gallery over ; 6 : Hall ; 7 : Screen and Loft ; 8 : Chapel ; 9 : Position of High Altar ; 10 : « Chalmer of Deasb [sic] » over ; 11 : Fireplace ; 12 ; The Great Window ; 13 : The Great Hall or « Lyon Chalmer » ; 14 : The Screens ; 15 : The Court Kitchen ; 16 : Original position of stair ; 17 : Chase for portcullis ; 18 : Entresol floor below « A » ; 19 : Queen’s Oratory.

© CRCV / 2014

  • 86 Fig. 6, 7 et 8 : plans et croquis numérisés et numérotés à partir de ceux reproduits dans l’article (...)
  • 87 Richardson et Beveridge 1948 ; Richardson et Root 1948.
  • 88 Je remercie Mme R. Coope, F. S. A. (Fellow of the Society of Antiquaries), d’avoir attiré mon atten (...)
  • 89 Dimier 1925, p. 18-23.

25Dans quelle mesure cette disposition se conforme-t-elle à la répartition des pièces que l’on peut observer à l’étranger ? Il est intéressant de noter qu’en 1526, au moment où les ordonnances d’Eltham définissent la Privy Chamber comme étant la Private Living Room du roi et la distinguent de la Bedchamber et des cabinets, l’organisation contemporaine des appartements chez nos deux plus proches voisins est moins développée. En Écosse, le château de Stirling (fig. 6)86, achevé dans la décennie 1530, et le palais de Linlithgow (fig. 7), modifié à la même époque87, proposent l’un et l’autre un appartement royal qui consiste seulement en un Garde Hall, une Presence Chamber et une Bedchamber avec une garde-robe et un oratoire à l’arrière. Comme il n’y a pas de pièce pour agrandir ou développer ces cabinets, il est clair que l’on considère que le roi et la reine d’Écosse vivent, tout comme leurs ancêtres, dans la Bedchamber. En France, François Ier, qui disposait de tout l’espace qu’il pouvait désirer lors de la reconstruction du château de Fontainebleau en 1533 (fig. 8), éprouva simplement le besoin de disposer d’une salle* (1), ou grande chambre, dans laquelle il mangeait, d’une chambre* (2) dans laquelle il vivait et dormait et, derrière celle-ci, d’un grand cabinet* (3) dans lequel il pouvait se retirer88. Même s’il y passait beaucoup de temps, le fait que ce cabinet se trouvait derrière et non devant la chambre transforma inévitablement celle-ci en une antichambre pour le cabinet et en fit donc une pièce d’un caractère davantage public que privé. Cela est rendu très clair par le fait que la galerie (4) qu’il fit construire pour relier l’ancien château au nouveau et qu’il utilisait pour les bals et les distractions menait directement du vestibule d’entrée (5) du nouveau château à sa chambre89 (2). Dès cette époque, nous pouvons noter deux choses pour l’Angleterre : une tendance à la multiplication des pièces ayant chacune un usage spécifique et, l’élément qui frappait le plus à la cour de France, le fait que le roi vivait en public.

Fig. 8 : Croquis du plan du château de Fontainebleau, premier étage.

Fig. 8 : Croquis du plan du château de Fontainebleau, premier étage.

Les appartements de François Ier sont délimités par les traits en gras. 1 : Salle ; 2 : Chambre ; 3 : Cabinet (désigné par les pointillés) ; 4 : Galerie ; 5 : Vestibule ; 6 : Chapelle ; x : Chambre des gardes ajoutée par Charles IX. Les appartements de la reine : a : Salle ; b : Chambre ; c : Cabinet.

© H. M. Baillie

Le système français

  • 90 Gualteri Mapes… 1850, p. 216.
  • 91 Burchard 1963, p. 116.
  • 92 « Il y a des nations où la majesté des rois consiste à ne point se laisser voir et cela peut avoir (...)
  • 93 « In viewing the King’s apartment, which he had left not a quarter of an hour, with those slight tr (...)
  • 94 « Pendant le dîner du roi de France, presque tout le monde s’approche de lui et lui parle comme s’i (...)
  • 95 Hautecœur 1927, p. 77.

26La cour de France présentait un contraste saisissant avec celle d’Angleterre en ce qu’elle était, tout au moins superficiellement, moins cérémonieuse et souvent plus souple. Par contraste avec la richesse et la pompe de la cour d’Henri II d’Angleterre, le roi de France affirmait que tout ce qu’il était en mesure d’offrir, c’était du pain, du vin et de la gaieté90. Philippe le Bel, le plus puissant des rois d’Europe, est décrit comme se promenant dans Paris et parlant librement avec tous ceux qui désiraient l’approcher. « La familiarité n’a jamais fait de mal au roi de France » est l’une des formules du chancelier Michel de L’Hospital, et ces rois, bien qu’ils aient pu être magnifiques en certaines occasions, et jamais tant d’ailleurs que lorsqu’ils étaient dans une situation désespérée, avaient tendance à afficher des prétentions de supériorité politique et sociale extrêmement ambitieuses tout en ayant un comportement personnel d’une très grande simplicité. Le roi vivait au milieu de ses nobles. Johann Burchard, le maître des cérémonies à la cour pontificale, était choqué par la manière dont les Français, quel que soit leur rang, s’entassaient dans le consistoire convoqué par le pape Alexandre VI à la demande de Charles VIII91, et l’image qu’il donne du roi de France est celle d’un homme toujours largement entouré. Louis XIV fit observer dans ses Mémoires pour l’instruction du Dauphin que ce qui distinguait la monarchie française des autres monarchies était le libre accès dont bénéficiait n’importe quel sujet auprès de son prince92. Les étrangers étaient toujours frappés par la facilité avec laquelle les classes inférieures de la société française entraient dans les palais en France. Jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, les curieux pouvaient entrer dans chacune des pièces des appartements du roi dès qu’il les avait quittées93. Les jardins des demeures royales étaient ouverts au public et la foule se déversait systématiquement à l’intérieur du palais. Même un roi aussi distant et cérémonieux qu’Henri III pouvait être abordé par quiconque désirait le faire lorsqu’il dînait en public94 et, dans les moments de très forte affluence, la foule devenait littéralement insupportable. Les rapports de l’ambassadeur de Venise faisaient régulièrement la même constatation. Lors des festivités, la populace attendait sa part et la Grande Mademoiselle disait que tout le monde à Paris se rendait aux bals de la cour sans invitation et que la foule remplissait le tiers supérieur des bancs alignés dans la salle de bal95. C’était absolument inconcevable en Angleterre, y compris au début du règne de Charles II où l’on était plus tolérant. Les rois de France entendaient vivre sous le regard de leurs sujets, et ces derniers partageaient la même exigence. La publicité de la vie de Louis XIV, si souvent commentée, n’était ni neuve ni remarquable en France. À vrai dire, ce qui était remarquable, voire proprement extraordinaire, c’est qu’il n’essaya jamais de modifier cet état de fait. Jamais, jusqu’à ses toutes dernières années, il ne tenta de profiter des quelques heures d’intimité que la coutume lui accordait.

  • 96 « Les Anglois ne regardent pas leur Roi si fort au-dessus d’eux, qu’ils n’osent pas le saluer comme (...)
  • 97 Batifol 1930, p. 93.
  • 98 Pour les rapports officiels des ambassadeurs espagnols et vénitiens et les mémoires de Jacques-Augu (...)
  • 99 « The King begineth to reform marvellously the order of his house and maketh three chambers afore t (...)
  • 100 « Les tragiques exemples des rois, ses ancêtres, ont augmenté sa défiance naturelle […] Il est cert (...)
  • 101 Levron 1965, p. 215.

27Le respect qui entourait le roi de France s’exprimait par la manière avec laquelle on s’adressait à lui, plus que par les gestes. On ne s’agenouillait pas, comme en Angleterre, ou l’on ne s’inclinait pas lorsque l’on passait devant lui96 : tous les rangs disparaissaient en sa présence et personne, pas même ses héritiers, ne recevait une quelconque marque de respect, un titre ou toute autre forme de politesse. Les rois d’Angleterre, tout comme les empereurs, ouvraient et congédiaient leurs parlements assis sur leur trône, en grand habit de cérémonie, couronnés et portant le globe et le sceptre. Le roi de France ne portait ses regalia qu’à deux reprises : lors de son sacre et lorsque sa dépouille, ou plutôt son effigie, était exposée au public après sa mort. Il ne parlait du haut de son trône que lorsqu’il traitait avec ses turbulentes cours de justice ou lorsqu’il recevait d’importantes ambassades dont il pensait qu’il y avait intérêt à les impressionner. Les revendications de la noblesse et les troubles causés par les guerres de Religion avaient non seulement affaibli l’autorité de la Couronne, mais aussi altéré le respect que l’on témoignait à celui qui la portait. À la fin du xvie siècle, la coutume de s’agenouiller lorsque l’on s’adressait pour la première fois au roi avait disparu. Un salut extrêmement bas, que l’on exécutait comme si l’on essayait d’embrasser le bout de sa chaussure, l’avait remplacé. Toutefois, les rois jugèrent utile de maintenir cette pratique médiévale et insistèrent pour qu’elle soit appliquée dans un cas bien particulier : lors de la réception des délégations formelles des parlements. Cependant, même un roi aussi puissant et respecté qu’Henri IV avait la plus grande difficulté à faire appliquer la règle qui stipulait que personne ne pouvait entrer dans sa chambre de parade* avec son chapeau sur la tête97. Henri III, après avoir été frappé à la cour impériale de Vienne par la bienséance et l’ordre qui y régnaient ainsi que par la protection de l’intimité du prince, tenta à son retour en France en 1574 d’introduire certains de ces usages et de codifier le cérémonial français98. Il renouvela l’essai en 158499, mais sa tentative de répartition des courtisans en différents rangs ne réussit qu’à lui aliéner la noblesse, proprement scandalisée. Les Français ont en effet toujours très mal perçu le désir d’intimité de la famille royale. Dans ces circonstances, le cérémonial ne pouvait pas évoluer. Ce conservatisme s’explique aussi par la fréquence des minorités royales et des abus qui en découlaient. Une fois majeur, le roi devait réaffirmer son autorité et durcir le cérémonial, et revenait ainsi naturellement à des pratiques anciennes. En outre, comme tout rang social venait du roi, aucune innovation introduite par la régente n’était considérée comme véritablement acquise. Enfin, on ne doit pas oublier les strictes mesures de sécurité qui devaient être prises à la suite des assassinats d’Henri III et d’Henri IV. Le premier meurtre n’aurait pu avoir lieu si le roi n’avait pas reçu Jacques Clément alors qu’il se trouvait sur sa chaise percée. Au Louvre, Louis XIV ne pouvait se rendre d’un lieu du palais à l’autre sans que des gardes ne soient placés tout au long de son parcours100. Pendant longtemps, la chapelle se trouvait au Petit-Bourbon, à l’extérieur du palais, et lorsque le roi s’y rendait pour ses dévotions quotidiennes, ou lorsqu’il allait à la paroisse de Saint-Germain-L’Auxerrois un peu plus loin, la cour du palais et les rues voisines étaient bordées de troupes. Il n’est donc pas surprenant que les premiers Bourbons se soient sentis emprisonnés et confinés à Paris. On maintint cependant le principe du déploiement militaire à Versailles, alors même qu’il n’était plus nécessaire depuis longtemps, et l’abbé de Vermond, tuteur de la dauphine Marie-Antoinette, avait l’habitude de la taquiner sur le fait que le régiment de gardes qui lui était envoyé à chaque fois qu’elle partait en promenade lui présentait les honneurs comme à un général101. À l’extérieur de ses appartements, le roi était suivi par le capitaine des gardes qui ne le quittait pas jusqu’à ce qu’il retourne dans son cabinet devant lequel il montait alors la garde. La nécessité d’assurer la sécurité de la personne du roi au milieu de la foule et le fait que la cour ait dû se réfugier si souvent au Louvre furent probablement les principales causes de la stabilité des usages à la cour de France.

  • 102 La description qui suit s’appuie sur Batifol 1930 et Hautecœur 1927. (Plan numérisé et numéroté à p (...)
  • 103 Babeau 1895, p. 88.

28Lorsqu’il installa à nouveau sa résidence à Paris après la Fronde, Louis XIV emménagea au Louvre, dans le pavillon royal construit par Henri II sur le site de la tour médiévale, le long des quais (fig. 9)102. Sur l’un des côtés, les appartements de la reine s’étendaient vers l’est (b à e’), tandis qu’à l’ouest une courte galerie (la galerie d’Apollon*, G) descendait vers les berges de la Seine où elle rejoignait la grande galerie (GG) qui, suivant la ligne du fleuve, reliait le Louvre au château des Tuileries situé en dehors des murs d’enceinte de la ville et offrait un chemin pratique pour s’échapper en cas de nécessité. Les Valois avaient dépensé sans compter pour ces pièces, mais, en dépit de leur taille, elles étaient peu pratiques et exiguës. On pouvait les atteindre par le grand escalier d’Henri II (A) dans le pavillon central de la cour du palais, à l’extrémité de l’ancienne salle Saint-Louis au niveau du rez-de-chaussée (l’actuelle « salle des Cariatides »), alors appelée Salle basse*. L’escalier menait à la grande salle* du Roi ou Salle haute* (B), qui correspondait, en dimensions, à la Salle basse* juste en dessous. C’est là que se tenaient les gardes-suisses et que se déroulaient les cérémonies du jeudi saint. C’est là également qu’en 1593 le duc de Mayenne avait convoqué les états généraux, lorsqu’il avait essayé de faire passer la couronne de France à son neveu le duc de Guise103. Si on la transpose en Angleterre, cette pièce correspond à la Great Chamber ou Guard Chamber. La pièce suivante lorsque l’on va vers le fleuve était la grande antichambre (C) où le roi mangeait en public. Cette pièce donnait sur un passage sombre qui menait à la chambre du roi (D) et aux appartements de la reine et communiquait avec la Salle basse* au rez-de-chaussée et avec les étages supérieurs par un étroit escalier en spirale, le petit degré du Roi* (A’).

Fig. 9 : Croquis du plan des appartements officiels au premier étage du palais du Louvre sous Louis XIV.

Fig. 9 : Croquis du plan des appartements officiels au premier étage du palais du Louvre sous Louis XIV.

1 : Cour du Louvre ; 2 : Jardin ; A : Escalier du Roi ; A’ : Petit degré du Roi ; B : Salle des gardes ; C : Antichambre ; D : Chambre de parade ; D’ : Chambre d’alcôve ; E : Grand Cabinet ; E’ : Petit Cabinet ; F : Salon du Dôme ; G : Petite Galerie (galerie d’Apollon) ; GG : Galerie menant aux Tuileries ; a : Escalier de la Reine ; b : Antichambre ; c : Chambre de parade avec le dais ; d : Grand Cabinet ; e : Chambre de parade avec le « lit de parade » ; e’ : Chambre d’hiver.

© CRCV / 2014

  • 104 Batifol 1930, p. 25.
  • 105 Pour une description détaillée de la journée du roi enfant, voir Du Bois 1936.
  • 106 Ces travaux commencèrent au moment où la cour se réinstalla au Louvre en 1654.

29La chambre du roi ou chambre de parade* (D) occupait la totalité du pavillon d’angle du Louvre. Sous Henri IV un dais était suspendu au-dessus de la cheminée qui se trouvait à l’époque sur le mur du nord qui séparait la chambre du passage situé derrière l’antichambre (C). Louis XIV fit enlever le dais et déplacer la cheminée vers le mur ouest. Le long du mur est de la pièce, une balustrade entourait une estrade. Surmontée d’un dais, cette plateforme était appelée le parquet* sur lequel se trouvait le lit de parade. Cet arrangement, qu’on appelait en tribunal*, était la coutume jusqu’à l’introduction de l’alcôve, lorsque le dais fut abandonné et que l’on ne conserva plus que la balustrade. Quiconque entrait dans la pièce devait saluer le lit. La propre sœur du roi n’était pas exemptée de ce devoir. Un valet de chambre était en faction auprès de la balustrade pour s’assurer que personne ne la franchissait ou ne touchait le lit104. À l’est, la chambre de parade* donnait sur un cabinet transformé en chambre à coucher (D’) par Henri IV, qui y avait fait réaliser l’une des nouvelles alcôves à la mode. Louis XIII et Louis XIV utilisaient cette chambre à coucher qui donnait sur les appartements de la reine lorsqu’ils se rendaient dans la chambre de parade* pour s’habiller en public105. Le cabinet du roi, où Louis XIII avait vécu et conservait ses ateliers et ses collections, était à l’étage supérieur. C’était une pièce avec une vue magnifique mais qui était mal située pour qu’on puisse en faire une pièce où seraient traitées les affaires. En conséquence, le passage reliant la chambre de parade (D) à la petite galerie (G), qui avait contenu une volière, fut élargi pour former un grand cabinet (E) et joint à une pièce ronde (le salon du Dôme*, F) qui avait été construite à l’extrémité de la galerie106.

  • 107 Wilhelm 1962, p. 16.
  • 108 Lorsque le duc de Guise reconnut Tancrède en tant que duc de Rohan, « [...] il le mit dans son carr (...)
  • 109 « En la chambre d’une personne de grande qualité où le lit est clos, c’est une incivilité de s’asse (...)
  • 110 Batifol 1930, p. 218. On peut voir jusqu’où est allée l’identification du lit et du dais avec un ex (...)
  • 111 Les princes de Rohan-Soubise avaient tendance à donner beaucoup d’importance à leur statut princier (...)
  • 112 C’est-à-dire à l’intérieur de l’espace délimité par la balustrade (N. d. É.).
  • 113 Hautecœur 1927, p. 74.

30La chambre de parade* était la principale pièce de réception du palais. En cela, elle n’était pas différente des chambres de parade* des demeures des grands nobles qui étaient embellies par tous les moyens à leur disposition ; le duc de Chaulnes, par exemple, alla jusqu’à y introduire une grande fontaine107. Beaucoup utilisaient la chambre de parade* pour des dîners officiels. Le roi y mangeait en privé et cette pratique se poursuivit dans de nombreux châteaux des provinces reculées de France jusque tard dans le xviiie siècle. Tout comme le dais, la balustrade autour du lit était un privilège royal partagé par les princes du sang et les ducs108. Personne ne devait se pencher au-dessus ou s’y asseoir109 et l’espace qu’elle délimitait était sacré. Dans une certaine mesure, on considérait que le lit du roi et le trône devaient recevoir exactement les mêmes marques de respect. Le trône installé au Parlement lors des sessions royales était appelé lit de justice* et était en fait composé de cinq larges coussins au milieu desquels le roi s’allongeait plus qu’il ne s’asseyait ; et pour la cérémonie de fiançailles d’Henriette de France avec Charles Ier d’Angleterre, le State Bed (lit de parade) dans la chambre de parade* fut retiré du parquet* et un trône installé à la place avec des fauteuils pour la reine, la reine mère et les princesses110. Dans la vie sociale ordinaire, les princesses recevaient les visites de cérémonie allongées sur leur lit de parade. L’importance attachée au lit s’explique sans doute par un certain mépris pour le dais en tant que tel. Ceux qui avaient le privilège de posséder un dais prenaient soin de l’installer dans une antichambre où tout le monde pouvait le voir, mais, tout au moins parmi la noblesse, il ne semble pas avoir été fréquemment utilisé au cours des réceptions, lesquelles se tenaient dans le salon111. Il est certain que les ambassadeurs n’étaient pas reçus dans l’antichambre du roi, mais dans la chambre de parade. Par exemple, le contrat de mariage entre Louise-Marie de Gonzague-Nevers et le roi de Pologne (fig. 10) fut lu dans la chambre de parade du roi à Fontainebleau en 1645, la mariée et l’ambassadeur se tenant avec la famille royale derrière la balustrade112 qui séparait le lit du reste de la pièce. Dans la même chambre, assis avec le roi au-delà de la balustrade, le cardinal-neveu Chigi lut une apologie au sujet d’une rixe qui avait eu lieu à Rome en 1664 (fig. 11). Lorsque la couronne d’Espagne fut contrainte de s’excuser pour un incident survenu à Londres et reconnut la préséance diplomatique de la couronne de France, cette humiliation de 1662 fut commémorée par une tapisserie qui montrait le roi et l’ambassadeur d’Espagne au-delà de la balustrade dans le Grand Cabinet (voir fig. 9, E) au Louvre (fig. 12). Le roi reçut dans le même cabinet les lettres de créance de l’ambassadeur du duc de Savoie qui avait le même rang que les princes les plus puissants. Ce fut en revanche dans la pièce suivante, le salon du Dôme* (voir fig. 9, F), que l’ambassadeur du Danemark et ceux des cantons suisses furent reçus, toujours au-delà de la balustrade113. Comme nous l’avons déjà signalé, les ambassadeurs les plus importants étaient reçus dans une pièce extérieure et les moins importants dans une pièce intérieure, mais il est intéressant de noter que dans chaque cas une balustrade est mentionnée, ce qui signifie que l’audience se déroule dans une chambre à coucher. On pourrait presque dire que l’espace au-delà de la balustrade dans la chambre de parade* constitue une chambre à coucher symbolique à l’intérieur d’une pièce qui, en termes anglais, est à la fois une Bedchamber, une Privy Chamber et une Presence Chamber. En d’autres termes, la balustrade représente seulement une très légère progression par rapport à la chambre indifférenciée de l’époque médiévale.

Fig. 10 : Abraham Bosse, Lecture du contrat de mariage du roi de Pologne avec Louise-Marie de Gonzague-Nevers dans la chambre de parade du roi à Fontainebleau, le 25 septembre 1645, 1645, gravure, 27 × 33 cm. Londres, British Museum, Mm, 2.132.

Fig. 10 : Abraham Bosse, Lecture du contrat de mariage du roi de Pologne avec Louise-Marie de Gonzague-Nevers dans la chambre de parade du roi à Fontainebleau, le 25 septembre 1645, 1645, gravure, 27 × 33 cm. Londres, British Museum, Mm, 2.132.

Lecture du contrat de mariage entre le roi de Pologne Wladyslaw IV et Louise-Marie de Gonzague-Nevers le 25 septembre 1645, en présence de la mariée, de l’ambassadeur de Wladyslaw IV, de Louis XIII et Anne d’Autriche, du duc d’Anjou, du cardinal Mazarin, dans la chambre du roi à Fontainebleau. La famille royale, l’ambassadeur et la mariée sont derrière la balustrade avec le secrétaire d’État, le capitaine des gardes et la gouvernante du roi. À l’extrême droite : les Yeomen of the Bedchamber (huissiers de la Chambre) en service pour garder le lit à l’intérieur de la balustrade et la table au pied du lit. Le cardinal Mazarin se tient avec le reste de la cour à l’extérieur de la baslutrade.

© The Trustees of the British Museum

Fig. 11 : Tapisserie des Gobelins, atelier de Jean Lefebvre, Tenture de l’histoire du Roy, 7e pièce : L’Audience du légat, 1667-1672, fil d’or, haute lisse, 5,120 × 7,250 m. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, Vmb14189.

Fig. 11 : Tapisserie des Gobelins, atelier de Jean Lefebvre, Tenture de l’histoire du Roy, 7e pièce : L’Audience du légat, 1667-1672, fil d’or, haute lisse, 5,120 × 7,250 m. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, Vmb14189.

Le cardinal Chigi, neveu du pape, vient présenter des excuses au roi Louis XIV dans sa chambre à Fontainebleau. Le cardinal est assis face au roi, derrière la balustrade. L’ouverture sur le côté est peut-être due à des conventions esthétiques pour montrer les personnages principaux. On remarquera la table au pied du lit.

© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Christian Jean / Jean Schormans

Fig. 12 : Atelier de Jean de La Croix, d’après Pierre Ballin, Audience accordée par Louis XIV au comte de Fuenté, ambassadeur du roi d’Espagne, au Louvre le 24 mars 1662, 1732-1735, tapisserie, 3,760 × 5,730 m. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, Vmb14194.

Fig. 12 : Atelier de Jean de La Croix, d’après Pierre Ballin, Audience accordée par Louis XIV au comte de Fuenté, ambassadeur du roi d’Espagne, au Louvre le 24 mars 1662, 1732-1735, tapisserie, 3,760 × 5,730 m. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, Vmb14194.

Le grand cabinet du Roi au Louvre, entre la chambre de parade et le salon du Dôme. Le roi et l’ambassadeur se tiennent derrière la balustrade.

© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Christian Jean / Jean Schormans

  • 114 La description suivante s’appuie principalement sur Nolhac 1925a, 1925b, 1926 ainsi que sur les bio (...)
  • 115 Le croquis publié dans l’article original de Hugh Murray Baillie (fig. 7, p. 188) présentant deux é (...)
  • 116 Appelées « soirées d’appartement » (N. d. É.).

31On observe le même schéma à Versailles114. Durant la première phase de construction, lorsque la cour ne séjournait au château que très brièvement, en été, les appartements du roi et de la reine se trouvaient dans deux ailes opposées du bâtiment (fig. 13115) auxquelles on accédait par des escaliers placés symétriquement et reliés par une terrasse sur laquelle donnaient une série de chambres privées, organisées autour d’un salon. L’escalier du roi (A), qui n’était pas terminé, mais qui était déjà en usage, donnait sur le salon de Diane (C) puis sur le salon de Mars (D), où se tenaient les gardes, d’une manière assez logique. La pièce suivante était le salon de Mercure (E), dans lequel était placé un trône en argent extrêmement ouvragé, ainsi qu’un dais brodé. Ensuite venait le salon d’Apollon ou chambre de parade (F), et au-delà, dans le pavillon qui devait abriter par la suite le salon de la Guerre (G), se trouvait la véritable chambre à coucher du roi (I et I’), ainsi qu’un grand et un petit cabinet (J), lesquels donnaient sur la terrasse (K). Lorsqu’ils furent achevés, les salons de Diane, de Vénus et de l’Abondance furent ouverts et utilisés avec les autres pièces de l’appartement officiel pour les réceptions du soir116 (fig. 14, nos 8, 9 et 10). Il n’y a pas de changement fondamental dans l’agencement des chambres du roi à Versailles par rapport au Louvre. La seule différence est qu’à Versailles les pièces sont en enfilade*. Même si l’espace y est plus important, il n’y a eu aucune tentative pour augmenter le nombre de pièces entre la salle des gardes et la chambre du Roi.

Fig. 13 : Plan de l’appartement du roi à Versailles, premier étage (1676-1678). Stockholm, Nationalmuseum, CC74 (lettres ajoutées).

Fig. 13 : Plan de l’appartement du roi à Versailles, premier étage (1676-1678). Stockholm, Nationalmuseum, CC74 (lettres ajoutées).

A : Escalier du Roi ou escalier des Ambassadeurs ; B : Salon de Vénus ; C : Salon de Diane ; D : Salon de Mars ou salle des gardes ; E : Salon de Mercure ou Antichambre, avec le trône ; F : Salon d’Apollon ou chambre du Lit ; G : Grand Cabinet donnant sur un cabinet plus petit et sur la chambre ouvrant sur la terrasse (K), les rectangles en F et E indiquent respectivement le lit et le trône ; I : Premier cabinet particulier ou cabinet de Saturne (chambre à coucher du roi d’octobre 1673 à juin 1674) ; I’ : Chambre à coucher à partir de 1674 ; J : Second cabinet particulier ou cabinet de Vénus ; K : Terrasse.

© Stockholm, Nationalmuseum

Fig. 14 : Plan du premier estage du chasteau de Versailles, vers 1685. Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, Va 78e, fol t. I.

Fig. 14 : Plan du premier estage du chasteau de Versailles, vers 1685. Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, Va 78e, fol t. I.

Les numéros ont été agrandis. 1 : Salle des gardes du Roi ; 2 : Première antichambre ; 3 : Seconde antichambre ou antichambre des Bassans ; 4 : Chambre du Roi ; 5 : Salon du Roi ; 6 : Cabinet ou cabinet du Conseil ; 7 : Cabinet des Termes ou des Perruques ; A : Escalier du roi ou escalier des Ambassadeurs ; 8 : Salon de l’Abondance ; 9 : Salon de Vénus ; 10 : Salon de Diane ; 11 : Salon de Mars ou salle des Gardes ; 12 : Salon de Mercure ou chambre du Roi ; 13 : Salon d’Apollon ou salle du Trône ; 14 : Salon de la Guerre ; B : Escalier de la Reine ; 15 : Grande salle des gardes ; 16 : Salle des gardes de la Reine ; 17 : Appartement de la Reine (antichambre, grand cabinet avec le dais, chambre de la reine) ; 18 : Salon de la Paix ; 19 : Grande Galerie ou galerie des Glaces ; 20 : Cour de Marbre ; 21 : Chapelle.

© Château de Versailles

  • 117 Après la mort de la reine intervenue le 30 juillet 1683 (N. d. É.).
  • 118 Antichambre du Grand Couvert (N. d. T.).
  • 119 Les trois cabinets en fait : cabinet du Conseil, cabinet des Termes ou des Perruques, cabinet de Ga (...)
  • 120 « La chambre de parade du roi se trouve dans le salon d’Apollon de 1670 à 1673, puis dans le salon (...)
  • 121 À partir de novembre 1700 (N. d. É.).

32En 1682, alors que la terrasse avait été remplacée par la galerie des Glaces, Louis XIV s’installa à Versailles de manière permanente (fig. 14). Les appartements officiels étaient tout juste habitables en été. Inspirés de ceux de Pierre de Cortone au palais Pitti, ils convenaient simplement pour éblouir, et les murs et les sols en marbre excluaient toute occupation en hiver. Aussi le roi emménagea-t-il en 1684117 dans les vieux appartements de son père autour de la cour centrale. À la même époque, il commença à utiliser l’escalier de la Reine (B) qui menait à trois pièces destinées aux gardes (1, 15 et 16). La grande salle des gardes* (15) fut au départ utilisée comme chapelle temporaire, mais elle fut plus tard réservée aux grandes cérémonies comme celle du jeudi saint ou la tenue de lits de justice*. En cela, elle conservait les fonctions restantes de la Great Chamber. La salle des gardes de la Reine (16) donnait sur les appartements de la souveraine (17), tandis que la salle des gardes du Roi (1) surplombait la cour de Marbre. Celle-là donnait accès à la première antichambre118 (2), où le roi soupait en public et, les lundis, recevait les placets, d’abord en personne, puis par l’intermédiaire d’un secrétaire. Dans la seconde antichambre (3), décorée de peintures des Bassans, la cour se rassemblait en attendant d’être admise dans la chambre du Roi (4), qui se trouvait entre la seconde antichambre et le salon du Roi (5). Dans cette dernière pièce, le roi s’habillait en public, recevait la cour et prenait part à certaines cérémonies. C’est là par exemple qu’il reçut l’hommage du duc de Lorraine pour le duché de Bar. Le cabinet119 se trouvait en suite (6). Le système versaillais se mettait en place. À partir de ses appartements, le roi traversait la Grande Galerie (19) puis allait entendre la messe avec toute sa cour à la chapelle (21) qui se trouvait rejetée au début de l’aile du Nord, au-delà de l’escalier des Ambassadeurs (A). Ainsi, l’axe du palais était renversé du fait de la destruction de la terrasse et de la construction de la Grande Galerie. Ceci, et le fait que l’escalier des Ambassadeurs était désormais ouvert uniquement pour les occasions les plus solennelles, explique un changement dans les Grands Appartements* qui serait incompréhensible autrement. La chambre de parade avait été déplacée dans le salon de Mercure120 (12) et le trône avait été installé quant à lui dans le salon d’Apollon (13). Étant donné l’identification de Louis XIV avec le dieu-Soleil, l’installation du trône dans ce salon semble si appropriée qu’il est même possible d’omettre le fait que, si l’accès à ce salon à partir du salon de Mars (11) et l’escalier des Ambassadeurs avait été maintenu, la salle du Trône aurait été placée, contre toute logique, au-delà de la chambre à coucher. Mais cela n’est pas si surprenant en raison du respect que l’on témoignait en France pour le lit du roi. Lorsque le duc d’Anjou occupa le Grand Appartement* au moment où il devint roi d’Espagne121, le salon de la Guerre (14) devint la salle des gardes ; le salon d’Apollon (13), sa salle du Trône ou son antichambre ; il dormait sous la protection douteuse de Mercure (12) et, peut-être de manière prophétique, son cabinet se trouvait-il dans le salon de Mars (11). Par ce renversement, la succession logique des pièces était maintenue. Après la destruction de l’escalier des Ambassadeurs (A) par Louis XV, cette circulation était devenue la seule possible. En 1778, pour impressionner les ambassadeurs de Tippoo Sahib, on leur fit emprunter l’escalier de la Reine, puis traverser ses appartements, la galerie des Glaces*, et le grand appartement du Roi, tous garnis de tribunes chargées de spectateurs, avant d’être admis en présence du roi qui les attendait sur son trône placé dans la dernière pièce avant la chapelle, le salon d’Hercule* (fig. 15, n31).

Fig. 15 : Plan du premier étage et des apartemans du château royal de Versailles, en 1714-1715 (détail), estampe : 42 × 28 cm. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, invgravures_grosseuvre_1461_pl. 16.

Fig. 15 : Plan du premier étage et des apartemans du château royal de Versailles, en 1714-1715 (détail), estampe : 42 × 28 cm. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, invgravures_grosseuvre_1461_pl. 16.

Les numéros ont été agrandis. A : Escalier du Roi ou escalier des Ambassadeurs ; 29 : Grande salle de l’escalier du Roi ou salon de Vénus ; 28 : Salon de Diane ou chambre du Billard ; 27 : Salon de Mars ou salle de Concert ou de Bal ; 26 : Salon de Mercure ou chambre de parade оu du Lit ; 25 : Salon d’Apollon ou chambre du Trône ; 24 : Salon de la Guerre donnant sur la Grande Galerie ; 30 : Salon de l’Abondance ou petit salon du Cabinet ; 31 : Grand Salon ou salon d’Hercule ; 32 : Salon de la Chapelle. – B : Escalier de la Reine ; 4 : Grande salle des Gardes ; 5 : Salle des gardes de la Reine ; 6 : Appartement de la Reine : Antichambre, Grand Cabinet avec le dais, chambre de la Reine avec le lit de parade ; 7 : Salon de la Paix donnant sur la Grande Galerie ; 11 : Salle des gardes du Roi ; 12 : Antichambre ou salle du Grand Couvert où le roi mange en public ; 13 : Antichambre de l’Œil-de-Bœuf, constituée de l’ancienne antichambre des Bassans et de l’ancienne chambre du Roi ; 14 : Chambre du Roi (jusqu’en 1701, le salon où le roi s’habille) ; 15 : Grand cabinet ou cabinet du Conseil ; 16 : Cabinet des Termes ou des Perruques donnant accès aux cabinets privés (17), utilisés principalement pour conserver les collection de tableaux et d’objets précieux du roi.

© Château de Versailles

  • 122 Le cabinet du Conseil fut agrandi en 1678. Le cabinet du Conseil actuel est le résultat de la réuni (...)

33En 1701, la presse des courtisans étant devenue vraiment trop importante, Louis XIV déplaça sa chambre dans le salon du Roi (fig. 14, n5) et décida d’en faire sa véritable chambre à coucher. Son ancienne chambre fut réunie à la seconde antichambre qui doubla ainsi de superficie et prit le nom d’antichambre de l’œil-de-Bœuf* (fig. 15, n13). À la même époque, le cabinet (fig. 15, n15) au-delà de la nouvelle chambre du roi (fig. 15, n14) fut agrandi et redécoré122.

  • 123 Quelques années auparavant, ses mémoires évoquant les années 1673-1681 (N. d. É.).
  • 124 Visconti 1908, p. 75-76.
  • 125 L’auteur confond le Petit et le Grand Appartement. Le salon d’Apollon, chambre du Trône, servait d’ (...)
  • 126 Cf. Mlle de Scudéry décrivant un bal dans le salon d’Apollon (Mauricheau-Beaupré 1949, p. 39).

34Après être passé par la première antichambre (fig. 15, n12), le visiteur pénétrait dans l’antichambre de l’œil-de-Bœuf* (fig. 15, n13) et, s’il n’était pas d’un rang suffisant pour se joindre aux Grands près de la cheminée, il se voyait poliment poussé dans la Galerie pour attendre le passage du roi se rendant à la chapelle (fig. 15, n32). Il n’y avait pas d’autres distinctions pour attendre. Primi Visconti123 avait été horrifié de voir des cardinaux – qui étaient traités à Rome avec le plus grand respect – jouer des coudes pour se frayer un chemin dans la bousculade de la foule des courtisans qui emplissaient l’antichambre. On lui signifia qu’il y avait trop de personnes de haute dignité à la cour pour que l’on puisse tenir compte des distinctions de rang124. Pourtant, ces distinctions pouvaient être maintenues, et d’ailleurs elles l’étaient dans d’autres cours. La vraie raison résidait dans l’idée qu’en présence du roi personne n’avait droit à une quelconque distinction de rang. Au lever* du roi, les courtisans autorisés à être présents à l’étape particulière de la cérémonie où l’on passait la chemise et la veste au souverain, étaient appelés, stationnaient un moment dans la chambre tout en s’efforçant de se faire remarquer, puis passaient dans le cabinet pour laisser la place à ceux qui ne jouissaient pas du même privilège et pour former le cortège qui se rendait à la chapelle. Ainsi l’accès à la personne royale était-il mesuré non pas en termes spatiaux – c’est-à-dire, comme en Angleterre, par le nombre de pièces qu’il fallait traverser – mais en termes temporels : le moment auquel on assistait à l’habillement ou au déshabillement du roi. En effet, outre le problème posé par le nombre de courtisans, il n’y avait pas besoin de plus d’une antichambre dans laquelle faire attendre la cour. L’encombrement dans l’antichambre explique pourquoi il n’était pas possible d’accorder le même respect au trône dans cette pièce qu’au lit de parade125. Il est intéressant de noter que Louis XIV n’aimait pas les trônes. Lorsque sa mère ou son épouse étaient assises sur un trône lors des bals, il se contentait de s’asseoir sur des coussins disposés sur les marches de l’estrade. Il garda cette habitude tard dans sa vie lorsqu’il y avait bal dans le salon d’Apollon*126.

  • 127 En fait, Louis XIV avait fusionné en un seul et même lieu le cérémonial du Coucher et du Lever avec (...)
  • 128 Le terme est impropre, il s’agit en fait de la chambre ou du cabinet du Conseil (N. d. É.).

35Avec le déplacement de la chambre de parade* dans le salon du Roi (fig. 14, nos 4 et 5) à Versailles et la décision du roi d’en faire sa chambre à coucher, cette pièce devint, physiquement aussi bien que moralement, le point focal du palais (fig. 16)127. Même s’ils cessèrent d’y dormir, les successeurs de Louis XIV s’habillaient et se déshabillaient publiquement dans cette pièce. C’est là qu’ils mangeaient en privé, qu’ils recevaient les ambassadeurs et les souverains de second rang ainsi que leurs fils aînés et qu’ils écoutaient les adresses et les remontrances des cours de justice (fig. 17). C’est dans cette pièce également que se déroula la première création de chevaliers du nouvel ordre de Saint-Louis (fig. 18). Par contraste, la reine Anne créait ses chevaliers de la Jarretière dans sa Presence Chamber (fig. 19) au palais de Kensington. La chambre de parade* du Roi était ainsi la principale pièce pour les audiences en France. Au-delà, dans le Grand Cabinet*128 (voir fig. 15, n15), tapissé de miroirs pour mettre en valeur les objets rares qui se trouvaient sur ses étagères (idée qui devait être largement reprise par la suite), les rois vivaient et travaillaient. C’est là que se tenaient les conseils à différents jours de la semaine, que les ministres faisaient leurs rapports et que se réunissait le chapitre de l’ordre du Saint-Esprit. Dans cette pièce, les courtisans des deux sexes étaient présentés au roi qui leur faisait parfois l’honneur de signer leur contrat de mariage en tant que témoin. Les remontrances des cours de justice, lorsqu’elles étaient prononcées par un député, étaient également présentées au roi dans cette pièce. Au-delà de ce cabinet s’en trouvait un plus petit dans lequel, après le souper, et au su et au vu de toute la cour à travers les portes grandes ouvertes, Louis XIV s’asseyait, de manière plutôt inconfortable d’ailleurs, en compagnie de sa famille proche (voir fig. 15, n16). Les appartements privés entre la cour du palais et le Grand Appartement étaient utilisés pour abriter les collections privées et la bibliothèque du roi.

Fig. 16 : La chambre de parade du roi au château de Versailles.

Fig. 16 : La chambre de parade du roi au château de Versailles.

© Château de Versailles (Dist. RMN-Grand Palais) / Christophe Fouin

Fig. 17 : Louis Silvestre, Louis XIV reçoit à Fontainebleau le prince électeur de Saxe Frédéric-Auguste le 27 septembre 1714, vers 1714, huile sur toile, 1,220 × 1,550 m. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, MV 4344.

Fig. 17 : Louis Silvestre, Louis XIV reçoit à Fontainebleau le prince électeur de Saxe Frédéric-Auguste le 27 septembre 1714, vers 1714, huile sur toile, 1,220 × 1,550 m. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, MV 4344.

Comme la cour était en deuil pour la mort du duc de Berry (le 4 mai 1714), on avait retiré les tableaux et placé des rideaux devant les miroirs.

© RMN-Grand Palais (Château de Versailles)/ Gérard Blot / Christian Jean

Fig. 18 : François Marot, Première promotion des chevaliers de l’ordre de Saint-Louis par Louis XIV, à Versailles le 8 mai 1693, xviie siècle, huile sur toile, 51 × 76 cm. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, MV 2149.

Fig. 18 : François Marot, Première promotion des chevaliers de l’ordre de Saint-Louis par Louis XIV, à Versailles le 8 mai 1693, xviie siècle, huile sur toile, 51 × 76 cm. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, MV 2149.

Bien que la cérémonie se déroulât dans l’ancienne chambre à coucher au château de Versailles, désormais partie de l’antichambre de l’œil-de-Bœuf, elle est représentée dans cette reconstitution du début du xviiie siècle comme ayant lieu dans la chambre à coucher actuelle, qui en 1693 était le Salon où le roi s’habille.

© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot

Fig. 19 : Peter Angelis, La Reine Anne et les chevaliers de l’ordre de la Jarretière, 1720, huile sur toile, 62,2 × 74,9 cm. Londres, National Portrait Gallery, NPG 624.

Fig. 19 : Peter Angelis, La Reine Anne et les chevaliers de l’ordre de la Jarretière, 1720, huile sur toile, 62,2 × 74,9 cm. Londres, National Portrait Gallery, NPG 624.

La reine assise sur le trône dans la Presence Chamber au palais de Kensington.

© National Portrait Gallery, London

  • 129 À son retour d’exil après la Fronde, la Grande Mademoiselle fut choquée par la manière désinvolte a (...)
  • 130 « En retournant dormir » : il faut plutôt comprendre « en dormant dans la chambre de parade » (N. d (...)
  • 131 Cette affirmation est à nuancer : en réalité, le roi – par tradition de la monarchie française qui (...)

36La contribution de Louis XIV au développement du cérémonial de cour est vraiment très personnelle. Très souple dans sa jeunesse129, bohème pour ainsi dire, il devint, la quarantaine venant, de plus en plus rigide aussi bien dans ses habitudes que dans sa politique. Son installation permanente à Versailles coïncide avec les débuts de la persécution des protestants, la déclaration des Quatre Articles de l’Église gallicane contre la papauté, et des épisodes aussi honteux que l’agression de la république de Gênes. En retournant dormir dans la chambre de parade, il fit un pas en arrière130. De la même manière, il mangeait toujours avec un couteau et ses doigts, alors que les fourchettes se généralisaient, et interdisait à son petit-fils de les utiliser en public. Il ne fait aucun doute que, s’il l’avait voulu, il aurait pu préserver l’intimité de certains aspects de sa vie quotidienne, mais il ne le fit pas. Il confirma ainsi la tendance naturelle de la vie de cour au conservatisme, à une époque où les manières évoluaient rapidement, creusant le fossé – qui existait à peine dans son enfance – entre les usages de la cour et ceux de la société policée. À la fin du xviiie siècle, les Bourbons recevaient encore les gens sur leur chaise percée, tout comme leurs ancêtres l’avaient fait131. Ce n’était pas seulement choquant ; c’était devenu ridicule. Cette tendance archaïsante était d’autant plus dangereuse que Louis XIV avait empêché toute distinction entre les rôles politique, social et privé du prince. Plus qu’aucun roi de France, il remplissait les fonctions de tête de l’État, de tête de la société et de premier gentilhomme de France. Cette position présentait des dangers. Lorsque ses successeurs recevaient les remontrances des parlements, la tradition voulait que leurs porte-parole délivrassent leur discours à genoux. Cette convention pouvait déjà être considérée abusive devant un monarque couronné assis sur son trône ; c’était encore autre chose en présence d’un roi assis dans sa chambre à coucher au milieu d’une cour paressant nonchalamment devant la cheminée, quel que fût le degré de formalité de la situation.

  • 132 Un dais noir fut érigé pour la mort de la reine de Pologne en 1747 : « ... c’est l’usage, par la mê (...)

37Par contraste avec ceux du roi, les appartements de la reine (voir fig. 14, n17 et fig. 15, n6) se développèrent d’une manière plus logique. Son Grand Cabinet*, qui était doté à l’origine d’un dais, se trouvait entre l’antichambre et la chambre à coucher. Les présentations étaient faites à la reine dans ce cabinet et elle recevait la cour en certaines occasions sous un dais spécialement installé dans cette pièce132, qui remplissait la plupart des fonctions, puisqu’elle occupait dans la suite* la position de la Drawing Room anglaise.

38En France, à la différence de ce qui se passait en Angleterre, le roi était rarement hors de la vue du public. La principale pièce pour les audiences était la chambre du Roi, et non pas la salle du Trône ; la vie sociale et les affaires d’État étaient dirigées – du moins à Versailles et, sous Louis XIV au Louvre – dans le cabinet placé au-delà de la chambre. Il est intéressant de noter qu’à Fontainebleau, où les appartements officiels avaient été agrandis par Henri IV, le travail et la vie sociale du roi se déroulaient dans une grande pièce, le cabinet du Conseil*, et que, pour maintenir cette pièce au-delà de la nouvelle chambre du roi, un parcours circulaire compliqué à travers les anciens appartements de François Ier dut être créé. Il semble que ce changement d’organisation s’explique par la distribution très particulière du Louvre. De toute façon, seules les heures consacrées aux affaires peuvent être qualifiées de privées, même si Louis XV remédia en partie à cela. En fin de compte, l’accès à la personne royale est mesuré en termes temporels plus que spatiaux. C’est par des aspects aussi essentiels que ceux-là que l’étiquette française se distingue des autres, et non pas par toutes les questions superficielles qui occupaient tant de place à la cour à l’époque et que Louis XIV était si habile à multiplier, comme la question de savoir qui serait autorisé à s’asseoir en face de qui, ou quel coussin de la chapelle devait être placé droit et non pas obliquement.

39La personnalité de Louis XIV était à ce point dominante qu’il est naturel qu’elle ait constitué un modèle proposé à l’imitation des autres princes. Toutefois, l’étendue de son patronage est si grande qu’il est facile d’en ignorer ses limites. D’une part, entre la mort d’Henri IV et son règne, la cour de France s’était quasiment contentée de suivre le sillage des ministres et des aristocrates qui avaient déployé une grande activité de construction d’hôtels particuliers et de châteaux dans et autour de Paris. Les architectes tentaient des expériences pour faire coïncider le nombre de pièces traditionnellement exigé par le rang de leurs employeurs, avec le confort, la commodité et les exigences de sites souvent peu commodes. La théorie basée sur ces expérimentations devait avoir une grande influence au xviiie siècle, mais, de ce point de vue tout au moins, elle devait très peu aux palais royaux qui offraient peu d’opportunités pour la créativité dans la distribution, car la grandeur était toujours la première considération. En dehors de l’aménagement des jardins, les façades extérieures et la décoration intérieure étaient les principaux domaines qui intéressaient personnellement Louis XIV, et les changements continuels qu’il orchestra dans ses palais jouèrent un rôle important dans l’évolution rapide de la décoration intérieure. Ce qui frappait les contemporains à Versailles, c’était la taille du palais, son programme décoratif et, tout particulièrement, ses jardins. Il est vrai que la réputation de Versailles prit son essor dans les toutes premières années lorsque les jardins étaient le théâtre de fêtes grandioses dont on faisait une large publicité, tels les sept jours des Plaisirs de l’île enchantée qui furent reproduits et largement diffusés en gravure. La dernière de ces festivités fut organisée en 1674, soit dix ans avant que la cour ne vienne s’installer à Versailles. Plus rien d’équivalent ne devait avoir lieu par la suite au cours du règne. La vie à Versailles devint routinière, avec des réceptions de plus en plus guindées, et il n’y avait plus grand-chose susceptible de retenir quiconque ne dépendait pas particulièrement des bonnes grâces du souverain, comme les princes étrangers en visite par exemple.

  • 133 Les ambassadeurs n’avaient pas l’autorisation de résider à Versailles et, hormis pour les visites o (...)
  • 134 Pierre le Grand avait son propre Marly dans les jardins de Peterhof et les souverains des petites p (...)

40Ces derniers, en particulier les Allemands, n’étaient guère incités à prolonger leur séjour à Versailles. S’ils appartenaient à la famille royale, ils pouvaient être reçus avec amabilité ; néanmoins ils s’apercevaient que même s’ils appartenaient à des familles souveraines depuis des temps immémoriaux, ils devaient céder la préséance en public non seulement aux plus lointains et aux plus jeunes des cousins du roi, mais également aux ducs français de création plus récente, dont certains ignoraient notoirement qui étaient leurs aïeux. Aussi, d’une manière générale, une fois qu’ils s’étaient montrés, ils ne s’attardaient pas dans les réceptions guindées et formelles de Versailles qui ne leur apportaient que des humiliations. Ils préféraient se rendre à Paris où l’atmosphère était infiniment plus amusante et stimulante. S’ils jetaient là leur gourme, ils emportaient également avec eux le souvenir d’une vie élégante et confortable au milieu d’une société de financiers et de diplomates133. De Versailles, ils rapportaient des idées de grands projets architecturaux et de conception de jardins, ainsi qu’un intérêt pour des châteaux de campagne comme Trianon et Marly – ce dernier ayant probablement eu le plus d’influence en Europe à cette époque134. Plus que tout, cependant, ce qu’ils rapportaient était un exemple contagieux d’extravagance égoïste et ostentatoire. Toutefois, même s’ils pouvaient rapporter chez eux un peu des manières françaises, ils n’étaient, dans l’ensemble, pas tentés de modifier les usages en vigueur dans leur propre cour et cela pour deux bonnes raisons : heureux du confort dont ils jouissaient, ils ne désiraient en aucune manière sacrifier à la grandeur à longueur de journée ; et même s’ils pouvaient être tentés d’accepter cette corruption française, ces princes allemands avaient été élevés dans une forte tradition de loyauté personnelle à l’égard de l’empereur auquel ils devaient prêter hommage avant de pouvoir hériter de leurs terres. Même si elle se montrait quelque peu désuète, c’était donc encore la cour impériale qui demeurait la référence pour les princes du monde germanique. Ils faisaient venir à leur cour des maîtresses, des cuisiniers et des maîtres à danser français, voire des artisans et des architectes français ; en revanche, s’ils éprouvaient le besoin d’affirmer leur indépendance à l’égard de leur suzerain, ils ne le faisaient pas en suivant les usages de la cour de France, mais en imitant, encore plus fidèlement qu’auparavant, ceux de la cour impériale. Ce que la France exportait, c’était bien la mode et non le cérémonial.

Le système allemand

  • 135 (a) Letters of […] Joseph Clemens 1958. – (b) Hofordnung du 7 novembre 1717, promulgué dans le Cale (...)
  • 136 Le croquis publié dans l’article original de Hugh Murray Baillie p. 194 a été remplacé ici par un p (...)

41Le cas de l’électeur Joseph-Clément de Bavière, archevêque de Cologne (1671-1723) et prince-évêque de Liège, est particulièrement bien documenté puisque nous disposons de la correspondance qu’il échangea avec son architecte, du règlement de sa cour et de l’inventaire de ses successeurs au siège épiscopal de Cologne135. Tous ces éléments permettent de définir un profil qui montre les limites de l’influence de Versailles tout en soulignant très clairement les différences qui existent entre le système allemand et celui de Louis XIV. Les liens de Joseph-Clément avec la France étaient étroits : sa sœur Marie-Anne-Christine (1660-1690) était la belle-fille de Louis XIV et il avait, avec son frère Maximilien II Emmanuel, électeur de Bavière, perdu ses territoires en soutenant la France durant la guerre de Succession d’Espagne (1701-1714). Les deux frères avaient passé de longues années d’exil en France, tuant le temps en préparant la reconstruction de leurs palais ruinés ou inachevés. Lorsque, avec le soutien français, Joseph-Clément fut rétabli dans son électorat en 1715, il n’entreprit la reconstruction de son palais à Bonn (fig. 20136) – l’actuelle université – qu’en consultant son architecte à Paris, Robert de Cotte, le successeur de Jules Hardouin-Mansart. Toutefois, lorsqu’il promulgua ses ordonnances de cour en 1717, il affirma clairement dans le préambule qu’il s’inspirait pour leur rédaction de celles qui étaient en usage à la cour impériale et à la cour de Munich. Elles peuvent donc nous éclairer sur la manière dont les choses se passaient à Vienne. Le palais était divisé en six salles d’attente : le vestibule au rez-de-chaussée, celui du premier étage en haut des escaliers, la salle des gardes, la Ritter-Stube électorale ou salle des chevaliers, l’antichambre électorale et la salle du Trône électorale ou salle d’audience. Les courtisans étaient divisés en quatre grades ou types : ecclésiastiques, serviteurs et officiers de cour, militaires et voyageurs étrangers. Ces types étaient eux-mêmes divisés en classes, auxquelles était allouée une place d’attente et qui ne pouvaient pénétrer plus avant à moins d’y être invitées. Personne, à l’exception de quelques rares privilégiés, n’était autorisé à aller au-delà de la salle du Trône (h), dans la salle du Conseil (i) ou dans la chambre (j), où l’électeur était habillé par ses chambellans laïcs et vêtu de ses ornements sacerdotaux par ses chambellans ecclésiastiques.

Fig. 20 : Atelier Robert de Cotte, Plan du premier étage du palais du Buen Retiro à Bonn (détail), 1715, plume, encre et encre de Chine, aquarelle, 48,8 × 112,2 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, FT 6-HA-19 (Robert de Cotte, 110).

Fig. 20 : Atelier Robert de Cotte, Plan du premier étage du palais du Buen Retiro à Bonn (détail), 1715, plume, encre et encre de Chine, aquarelle, 48,8 × 112,2 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, FT 6-HA-19 (Robert de Cotte, 110).

a : Escalier ; b : Salle des gardes ; c : Première anti-salle pour le commun ; d : Seconde anti-salle pour les officiers ; e : Salle à manger ; e’ : Salle des Buffets menant à la galerie du Rhin ; f : Première antichambre ; g : Seconde antichambre ; h : Chambre d’audience avec le dais ; i : Salle du Conseil ; j : Chambre de parade ; k : Grand Cabinet ; l : Galerie ; m : Salon de musique donnant sur le Jardin privé et conduisant aux appartement privés dans l’aile du Buen Retiro ; n : chambre à coucher ; o : Oratoire ; pp : Cabinets ; qq : Chapelles ; r : Galerie du Rhin. On peut voir ici l’influence française dans la disposition de la chambre de parade, située au centre de l’enfilade ; cependant, les règles de base de la distribution allemande sont respectées comme on le voit : toutes les pièces publiques sont devant la chambre, tandis que la galerie et le salon de musique, considérés comme des pièces privées, sont placés derrière. Lorsqu’on les ouvrait à l’occasion d’une manifestation publique, les invités y accédaient non par la chambre de parade mais par un escalier menant directement au salon de musique (non indiqué sur le plan). Permalien : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b530608579

© gallica.bnf.fr / Biliothèque nationale de France

  • 137 Letters of […] Joseph Clemens 1958, p. 4-11.
  • 138 « Il m’a donc fait remarquer, que lorsque, suivant vôtre plan, je recevray au Rhin quelque Prince e (...)

42En somme, la cour était différenciée spatialement et l’accès au prince se déclinait en termes spatiaux. De plus, lorsque Joseph-Clément écrit à son architecte en 1713 que, pour être logé décemment, il doit avoir pour son usage au moins un « grand escalier, un vestibule, un salon, une salle des gardes, une autre pièce, deux antichambres, une salle du Trône ou d’audience, un grand cabinet pour servir de salle du Conseil, une chambre de parade, et quelques cabinets privés à l’arrière pour ses collections137 », il montre combien ses références sont éloignées de Versailles, même s’il se préoccupe par ailleurs de la décoration de ses chambres à la mode française. Il est vrai que la chambre de parade (j) est située au centre, face au jardin ; c’est probablement le seul exemple allemand qui imite aussi fidèlement la disposition versaillaise, mais toutes les pièces réservées à l’État, aux affaires et à la vie sociale sont placées devant elle et non derrière. Au-delà on trouve les logements privés, les galeries et les jardins en terrasse qui forment une sorte de résidence d’été au sein du même bâtiment. Ce point est exprimé plus clairement encore dans une lettre de 1714138. Le palais (fig. 21) devait être relié par une longue galerie à une résidence sur les rives du Rhin, où l’électeur pouvait confortablement attendre de recevoir les visiteurs qui arrivaient par le fleuve. Il utilisait également ce bâtiment comme villa d’été. De Cotte avait fait en sorte que la longue galerie ouvre directement sur la chambre à coucher de cette villa. Un courtisan remarqua que cette disposition impliquait que toute la cour ainsi que les gardes devaient traverser la chambre à coucher, laquelle – à la différence de ce qui se passait en France – était réservée à très peu de personnes. On ne saurait mieux résumer ce qui distinguait le système allemand du système français.

Fig. 21 : D’après un dessin de Johann Martin Metz, gravure de F. Mettely, Le Palais électoral de Bonn, vers 1755, aujourd’hui l’université. Cologne, Rheinisches Bildarchiv, Nr. RBA 127 499.

Fig. 21 : D’après un dessin de Johann Martin Metz, gravure de F. Mettely, Le Palais électoral de Bonn, vers 1755, aujourd’hui l’université. Cologne, Rheinisches Bildarchiv, Nr. RBA 127 499.

La façade sud, vue du jardin. Le palais, flanqué de quatre tours, fut édifié par Enrico Zucalli dans les années 1690. Après 1714, la façade fut modifiée et des ailes furent ajoutées d’après les plans de Robert de Cotte. Sur la gauche, l’aile du Buen Retiro avec les appartements privés et un jardin en terrasse. Sur la droite, une longue galerie, incluant l’une des portes de la ville, qui devait conduire au Rhin et à une villa mais qui, en définitive, ne fut jamais construite. Dans le cartouche à droite, sous l’étoile des rois mages, une vue de la cathédrale de Cologne.

© Rheinisches Bildarchiv, Bonn

  • 139 Letters and Journals of Lady Mary Coke 1889-1896, vol. 2, p. 80.
  • 140 Letters of […] Joseph Clemens 1958, p. 108.
  • 141 « Wann Ihro Churfuerstl. Durchl. des Abends auf die gewoehnliche Weise nicht oeffentlich speisen, s (...)
  • 142 La seule description qui nous est parvenue se trouve dans une étude et un inventaire datant des ale (...)

43Dans sa lettre de 1713, l’électeur ne pensait pas uniquement au nombre de pièces destinées aux suites de la résidence de Munich, qui comportaient ordinairement une salle des gardes, deux antichambres, une salle d’audience, un cabinet et une chambre à coucher. Par son souhait de disposer d’un vestibule et d’un salon en haut de l’escalier, il montrait combien il était influencé par ce qui se faisait dans les hôtels particuliers des villes françaises, où une telle disposition devenait de plus en plus commune. Toutefois, ces projets, si faciles à élaborer en exil, devaient être revus à la baisse dès lors qu’il s’agit de les mettre à exécution. Il y a très peu de Versailles en eux, sauf peut-être pour ce qui touche au luxe avec lequel les pièces furent décorées par Joseph-Clément et ses successeurs139. Dans les faits, l’électeur décida de sacrifier le salon en haut de l’escalier et d’agrandir la salle des gardes car il avait besoin d’une grande pièce dans laquelle réunir sa Diète et célébrer les cérémonies du jeudi saint. À Berlin et à Vienne, les pièces correspondantes étaient également utilisées pour l’ouverture des Diètes et des parlements jusqu’en 1918, de la même manière que les Tudors et les Stuarts ouvraient leurs parlements dans la Great Chamber ou la Guard Chamber à Whitehall. À Bonn, l’électeur se fit construire quatre antichambres (voir fig. 20), au lieu des deux ou trois habituelles, mais, s’il avait l’excuse d’avoir un très grand bâtiment à aménager, il avait aussi une légère tendance à l’exagération puisqu’il voulait avoir dans sa salle d’audience (h) un trône à huit marches (soit deux de plus que celui de Salomon). C’est assis sur ce trône qu’il accordait les fiefs et recevait les ambassadeurs140. La salle du Conseil adjacente (i) rappelait également Versailles puisqu’elle était couverte de miroirs. La chambre de parade (j) qui suivait était uniquement destinée à la parade ou à la réception des visiteurs. L’électeur dormait à l’arrière, dans une chambre plus petite et plus chaude (n). La salle à manger (e) se trouvait derrière les deux paires d’antichambres (c, d, f et g). Toutefois, le fait que le lieu initial où se déroulait le dîner ait été, comme à l’habitude, la première antichambre, est attesté par la règle qui stipulait que, lorsque l’électeur dînait en privé, seuls ceux qui avaient accès à la première antichambre étaient autorisés à être présents dans la salle à manger141. En dépit de la multiplication des pièces, le palais de Bonn est conçu sur le schéma habituel : la salle où l’on dîne est une pièce « extérieure » et celle où l’on reçoit une pièce « intérieure ». C’est en fait un simple développement des salles dont l’évêque de Münster se servait à ce moment-là, dans l’ancien couvent qui lui servait de palais (escalier, salle des gardes, salle à manger avec dais, salle d’audience avec dais, grand cabinet et chambre à coucher)142.

44Aucun autre palais en Allemagne, alors même que nombre d’entre eux étaient fort grands, ne comportait autant d’antichambres dans un seul appartement que le palais de Bonn. Mais ils suivaient tous le même plan avec une salle des gardes, deux ou parfois trois antichambres, une salle d’audience, un salon, une chambre à coucher. Ils introduisaient parfois en plus une salle du conseil entre la salle d’audience et le salon. Les résidences des électeurs de Saxe à Dresde, de ceux de Brandebourg à Berlin et de Bavière à Munich, se conformaient tous au même plan. Les margraves d’Ansbach, modernisant un vieux château, ou les margraves de Bayreuth transformant une rangée de maisons de ville réquisitionnées en un palais après la destruction de leur résidence par un incendie, ne dévièrent pas de ce schéma. Aussi loin qu’au Danemark et en Russie, les plans des appartements officiels sont les mêmes et ont peu à voir avec Versailles, même si un grand nombre de ces palais comportent des éléments à la mode tels que les grandes galeries ou les pièces ornées de miroirs (fig. 22) inspirées des exemples français.

Fig. 22 : Cabinet des glaces (Spiegelkabinett) dans la suite du margrave, résidence des margraves à Ansbach.

Fig. 22 : Cabinet des glaces (Spiegelkabinett) dans la suite du margrave, résidence des margraves à Ansbach.

Cabinet construit en 1737, sur les plans de Paul Amadée Biarelle, boiseries de J. Wezler de Munich et plafond de Johann Adolf Biarelle. Bien qu’il ne soit pas le plus récent, ce cabinet est l’un des plus beaux exemples ayant survécu de décor inspiré du cabinet du Conseil à Versailles.

© Munich, Bayerische Verwaltung der staatlichen Schlösser, Gärten und Seen

  • 143 Schmechel 1923, pl. 14.
  • 144 « Pour les appartemens des Princes de moіndre consequence Il ne faut seulement Qu’une Salle des Gar (...)
  • 145 Le croquis publié dans l’article original de Hugh Murray Baillie p. 197 a été remplacé ici par la p (...)

Les Allemands reprirent toutefois un élément de la distribution des châteaux français. Il s’agit du grand salon, souvent ovale ou circulaire, haut d’au moins deux étages, situé au centre de la maison, que l’on rejoignait par un large vestibule et qui était flanqué de deux ensembles identiques de chambres. Ce type de maison de plaisance* avait été popularisé par Vaux-le-Vicomte et sa version la plus aboutie, comme par exemple à La Malgrange, fut largement copiée en Allemagne. Mais ce ne sont pas ces imitations, que l’on retrouve au palais du Belvédère, à Sans-Souci, à Amalienburg, à la Solitude, à Mon-Repos et, le plus complexe de tous, à Benrath, qui nous intéressent ici, puisqu’il s’agit à chaque fois de petites résidences. Ce qui nous importe, c’est l’adaptation de ce type de maison de plaisance dans la construction de palais. Les princes allemands avaient toujours conservé les grandes salles de leurs anciens châteaux forts même lorsqu’ils les mettaient au goût du jour. Dans leurs nouveaux bâtiments, ils modernisèrent cette grande salle en la transformant en un salon français à l’italienne* et en firent le point focal des deux appartements qui les flanquaient. Cette idée est appliquée dans les palais de Mannheim et de Schleissheim (dans le second cas, l’ensemble est associé à une galerie), et développée d’une manière plus aboutie dans les plans de la reconstruction du château de Schwetzingen143. Mais le plus bel exemple qui nous soit parvenu est la Kaisersaal (salle impériale) de la résidence de Würzburg. Elle donne sur le jardin et est flanquée de deux ensembles de chambres d’invités, chacun composé d’une antichambre, d’une chambre d’audience, d’une chambre à coucher et d’un cabinet. On y accède par un grand escalier et une grande pièce (la Weisser Saal) dans le centre du palais (fig. 23) qui fait face à la ville. La Kaisersaal (fig. 24) et la Weisser Saal occupent à elles seules toute la profondeur du bâtiment central. La Weisser Saal donne d’un côté sur l’escalier et de l’autre sur les appartements du prince-évêque de Würzburg. À présent, les chambres des invités ne comportent plus qu’une antichambre chacune, ce qui constitue l’appartement le plus rudimentaire envisageable pour un prince allemand du xviiie siècle144. Lorsque l’empereur et l’impératrice, qui se rendaient à Francfort pour leur couronnement, séjournèrent à Würzburg, les gardes se tenaient dans la Weisser Saal, qui devint ainsi la salle des gardes commune à la fois aux suites impériales et à celle du prince-évêque (fig. 25145). Par cet arrangement, la Kaisersaal devint la première antichambre pour les deux suites des invités, qui comportaient alors les deux antichambres habituelles avant la chambre d’audience. Cette configuration était parfaitement normale, puisque l’autre usage de la Kaisersaal en faisait une salle de banquet et que c’était dans la première antichambre que les princes d’Europe mangeaient en public.

Fig. 23 : La grande salle des gardes (Weisser Saal) dans le palais du prince-évêque à Würzburg.

Fig. 23 : La grande salle des gardes (Weisser Saal) dans le palais du prince-évêque à Würzburg.

Connue sous le nom de Weisser Saal, son décor blanc éclatant devait contraster avec celui, élaboré et haut en couleurs, de la Kaisersaal vers laquelle elle conduisait. Les stucs d’Antonio Bossi furent réalisés en très peu de temps en 1744-1745 afin que la pièce soit prête pour la visite de l’empereur.

© Munich, Bayerische Verwaltung der staatlichen Schlösser, Gärten und Seen

Fig. 24 : Le Grand Salon (Kaisersaal) ou salle impériale dans le palais du prince-évêque à Würzburg.

Fig. 24 : Le Grand Salon (Kaisersaal) ou salle impériale dans le palais du prince-évêque à Würzburg.

Combinaison du grand hall et du salon à l’italienne, il fut construit par Balthasar Neumann en 1741 mais ne reçut son décor définitif qu’entre 1749 et 1753. Le décor fut réalisé par Neumann et Bossi ; ce dernier exécuta aussi les quatre figures en stuc grandeur nature dans les niches, représentant Neptune, Junon, Flore et Apollon. Les trois fresques au plafond, réalisées en 1751-1752, sont de Giovanni Battista Tiepolo ; son fils Giovanni Domenico Tiepolo réalisa les tableaux des dessus de portes sur les petits côtés du hall. Le thème du décor, le prince chrétien, est montré au travers des relations entre l’Empire et Würzburg. La peinture de G. B. Tiepolo représente le mariage de Frédéric Barberousse et Béatrice de Bourgogne, célébré par l’évêque de Würzburg, Gebhard von Henneberg, qui a les traits du mécène de Tiepolo, le prince-évèque Carl Philipp von Greiffenclau.

© Munich, Bayerische Verwaltung der staatlichen Schlösser, Gärten und Seen

Fig. 25 : Plan du premier étage de la résidence de Würzburg, 1731. Conservé dans l’ancien Mainfränkisches Museum Würzburg, Inv. Nr. SE 303, détruit en 1945 (lettres et couleurs ajoutées).

Fig. 25 : Plan du premier étage de la résidence de Würzburg, 1731. Conservé dans l’ancien Mainfränkisches Museum Würzburg, Inv. Nr. SE 303, détruit en 1945 (lettres et couleurs ajoutées).

1 : Appartements de l’Empereur ; 2 : Appartements de l’Impératrice ; 3 : Pièces du prince électeur ; A : Escalier ; B : Grande salle des gardes (Weisser Saal) ; B’ : Salle des gardes du prince-évèque ; C : Kaisersaal ou salle impériale ; D : Antichambres ; E : Chambres d’audience avec dais ; F : Chambre à coucher ; g : Cabinets ; H : Galerie ; J : Chapelle.

© Mainfränkisches Museum Würzburg

  • 146 « Sagt man jetzt Audienzkammer, zu meiner Zeit sagte man Presenz […] Alles aendert », Élisabeth-Cha (...)
  • 147 Letters of […] Joseph Clemens 1958.

45Le tableau de concordance qui se trouve à la fin de l’article a été réalisé pour montrer les similitudes et les différences qui existaient dans la répartition des pièces et les usages variés qui en étaient faits dans les différents pays d’Europe. Ce qui en ressort, ce sont les similitudes entre le système anglais et celui des principautés allemandes, des similitudes qui se sont étendues à la nomenclature, si l’on en croit Madame, princesse Palatine. « Si vous dites maintenant salle d’audience, de mon temps on disait [salle de] présence […] Tout change146. » Les similitudes s’étendent aussi à la cour d’Espagne dont on n’a rien dit jusqu’à présent parce qu’il semblait préférable de traiter de la cour de Cologne, dont l’ordonnance de cour de 1717 pouvait être comparée avec les plans contemporains du palais de Bonn et avec les inventaires qui en décrivent l’intérieur147. Nous savons que cette ordonnance était basée sur les usages de la cour impériale qui dérivaient eux-mêmes des usages de la cour d’Espagne. La cour d’Espagne, tout comme la cour impériale, avait développé son système à partir de la cour de Bourgogne du xve siècle. La maison d’York en Angleterre avait entretenu des liens étroits avec celle de Bourgogne, ce qui pourrait expliquer certaines similitudes entre les systèmes anglais et bourguignons. Mais l’explication la plus vraisemblable est que ces deux derniers se sont développés à la même période, tandis que le système français, diminué à l’époque, ne put se développer que plus tard et dans des conditions différentes. Les similitudes entre les trois systèmes, le bourguignon, l’anglais et le français, proviennent certainement d’une source commune, la Maison médiévale, qui était organisée de la même manière dans chaque pays d’Europe.

46Chacun de ces trois systèmes résolvait d’une manière différente le même problème : celui du contrôle de la cour. À la cour de Bourgogne et dans ses dérivés, le contrôle de la cour était aux mains du grand maître de France – ou du Mayordomo Mayor comme il était appelé en Espagne – tandis que l’office de grand chambellan disparut lorsque l’étiquette bourguignonne fut introduite dans la Péninsule, le Primer Sumiller de Corps ou First Gentleman of the Bedchamber prenant sa place. C’était le devoir du Mayordomo Mayor de maintenir les traditions contre vents et marées, même contre le roi le cas échéant. Cet officier était connu en Allemagne sous le nom de Landeshofmeister et était toujours un ministre, parfois le principal d’entre eux. Les pouvoirs du Landeshofmeister n’étaient jamais exercés de manière aussi rigide que ceux du Mayordomo Mayor, parce que les souverains dont il dépendait étaient, d’une manière générale, plus énergiques et moins disciplinés que les Habsbourg espagnols ; ainsi les princes allemands pouvaient, sous sa surveillance attentive et grâce au bouclier du cérémonial, mener une vie privée tranquille et souvent bourgeoise. Ce fut le cas de Philippe II d’Espagne et de Charles VI d’Autriche.

47En Angleterre, la personnalité du monarque était toujours trop forte pour permettre à un seul officier de prendre le contrôle de toute la cour, et la répartition des officiers et des serviteurs entre ceux qui étaient au rez-de-chaussée (below stairs), sous le contrôle du Lord Steward, et ceux à l’étage (above stairs), sous le contrôle du Lord Chamberlain, donnait la prééminence au second. Le contrôle exercé par le Lord Chamberlain fut encore davantage circonscrit aux affaires purement cérémoniales lorsque le contrôle des pièces privées des appartements du monarque fut totalement confié au Groom of the Stole, ou First Gentleman of the Bedchamber. Par cette répartition, les rois d’Angleterre pouvaient conserver leur indépendance d’action tout en utilisant en même temps ces officiers comme rempart contre les intrusions.

48De leur côté, les rois de France avaient fort bien appris à conserver leur indépendance à l’égard d’un maire du palais, presque trop bien pourrait-on dire. Les difficultés d’Henri III ne peuvent être complètement appréciées si l’on ne réalise pas que le contrôle de son palais était entre les mains de son grand maître de France*, le duc de Guise, qui intriguait pour obtenir la couronne pour lui-même et dont le frère, le duc de Mayenne, était grand chambellan. Louis XIV résolut le problème en réduisant les fonctions de ses grands officiers à des actes purement symboliques, en utilisant des subalternes (deputies) et en se faisant servir par des officiers de la Chambre issus de la classe moyenne et par des valets. Il se dispensa de la coutume qui consistait à avoir l’un de ses gentilshommes de la Chambre dormant au pied de son lit et le remplaça par l’un de ses valets. En même temps, il satisfit à la vanité de sa noblesse en convertissant en un honneur convoité le plus insignifiant des services rendus, comme par exemple le fait de tenir un bougeoir quelques instants. Excepté pour les grandes occasions, le contrôle du cérémonial du palais était entre les mains du premier gentilhomme de la Chambre, qui en référait au roi pour tout. En conservant le contrôle de toutes les décisions qui touchaient aux cérémonies, Louis XIV se priva tout seul d’un fusible fort utile contre la pression sociale. En conséquence, ses successeurs se virent entraînés dans des conflits sans fin à propos de la préséance et des privilèges, ne satisfaisant personne et perdant à la fois prestige et popularité.

49Le sujet de cet article est fort vaste, mais négligé. Il n’a pu être abordé que de manière superficielle. Il est toutefois permis d’espérer qu’en traitant les palais non plus comme des coquilles architecturales vides, mais comme des « machines » faites pour y vivre, et en suggérant les grands principes de la mécanique des différentes cours*, on pourra mieux comprendre les problèmes spécifiques posés par l’architecture, mieux évaluer les influences, et que, par l’accumulation de détails souvent triviaux, il sera possible, comme le disait Marc Bloch, d’écrire l’histoire à partir d’anecdotes.

Fig. 26 : Tableau comparatif de la distribution des appartements royaux dans les palais européens.

Espagne

[Sous Philippe II]

Allemagne

France

Royaume-Uni

1. Escalier

Escalier

Escalier

Escalier

2. Sala

[gardes, cérémonies du jeudi saint]

Hall
gardes, Diètes, cérémonies et fêtes

Salle des gardes
gardes, lits de justice, cérémonies

Great Chamber [Yeomen Guard, convocation du Parlement, cérémonies de l’ordre de la Jarretière]

3. Saleta

Première antichambre
dîner en public

Antichambre
dîner en public, trône, réception des placets, bals, salle d’attente pour la chambre de parade

Presence Chamber
Pensioner Guard, trône, dîner en public, réception des ambassadeurs, création des pairs, bals

4. Anticamera
trône, conseil, audiences

Seconde antichambre

Chambre de parade
lever, dîner en privé, réception publique des ambassadeurs et des parlements

Privy Chamber
dîner en privé, reprend les fonctions de la Presence Chamber qui devient une waiting room

5. Anticamarilla
salle d’attente pour les grands d’Espagne et les ambassadeurs les plus importants, dîner en public

Salle d’Audience
trône, réception des ambassadeurs, etc.

Grand Cabinet
fonctions sociales, présentations, audiences des ambassadeurs, hommages, conseils, Cabinet du roi

Drawing Room
fonctions sociales, salle d’attente pour les Levers

6. Aposento de S.M. Cabinet du roi, dîner en privé

Salon du Conseil

State Bedchamber
accès restreint, salle d’attente pour les ministres se rendant dans le Closet]

7. Chambre [accès restreint]

Chambre de parade
accès restreint

Closet
King’s Study

Haut de page

Bibliographie

A Collection of Ordinances and Regulations for the Government of the Royal Household, made in Divers Reigns from King Edward III to King William and Queen Mary, also Receipts in Ancient Cookery, 1790, Londres, imprimé par John Nichols pour la Society of Antiquaries. Version numérisée en ligne sur Internet Archive : <https://archive.org/details/collectionofordi00soci>.

Babeau Albert, 1895, Le Louvre et son histoire, Paris, Firmin-Didot.

Batifol Louis, 1930, Le Louvre sous Henri IV et Louis XIII : la vie de la cour de France au xviie siècle, Paris, Calmann-Lévy.

Benoist Luc, 1947, Versailles et la monarchie, Paris, Éditions de Cluny.

Bickham George, ?1756, Deliciæ Britannicæ, or, The Curiosities of Hampton-Court and Windsor-Castle, Delineated ; with Occasional Reflections, Londres, T. Cooper [etc.].

Braubach Max, 1953, « Von den Schloßbauten und Sammlungen der kölnischen Kurfürsten des 18. Jahrhunderts. Lesefrüchte aus politischen Akten », dans Annalen des Historischen Vereins für den Niederrhein (AHVN), vol. 153/154, p. 98-147.

Brocher Henri, 1934, À la cour de Louis XIV : le rang et l’étiquette sous l’Ancien Régime, Paris, Félix Alcan.

Burchard Johann, 1963, At the Court of the Borgia, being an Account of the Reign of Pope Alexander VI […] by Johann Burchard, édité par Geoffrey Parker, Londres, Folio Society.

Carey Robert, Earl of Monmouth, 1905, Memoirs of Robert Carey, Earl of Monmouth, édités par G. H. Powell, Londres, Alexander Moring, The De la More Press.

Castelluccio Stéphane, 1998-1, « Royales impériales », Revue de l’art, no 119, p. 43-55.

Champion Pierre, 1951, Henri III, roi de Pologne, Paris, B. Grasset, 2 vol.

Collection complète des Mémoіres relatifs à l’histoire de France, 1819-1829, 2e série (Depuis l’avènement de Henri IV jusqu’à la paix de Paris conclue en 1763), t. XLII (1825) : Mémoires de Mlle de Montpensier, éd. par C.-B. Petitot et L. Monmerqué, Paris.

Correspondence of the Family of Hatton : Being Chiefly Letters Addressed to Christopher, First Viscount Hatton, A. D. 1601-1704, 1878, éditée par Edward Maunde Thompson, Londres, Camden Society, 2 vol. (coll. « Camden Society. Publications », n. s., vol. XXII et vol. XXIII »).

Diary of John Evelyn (The), 1955, édité par E. S. de Beer, Oxford, Clarendon Press, 6 vol.

Digby Wingfield G. F., mai 1939, « Damasks and Velvets at Hampton Court », The Connoisseur, vol. 103, no 453.

Dimier Louis, 1925, Fontainebleau, Paris, H. Laurens.

Du Bois Marie, 1936, Mémoires de Marie Du Bois, sieur de Lestourmière et Du Poirier, gentilhomme servant du roi, valet de chambre de Louis XIII et de Louis XIV, 1647-1676, publiés par Louis de Grandmaison, Vendôme, impr. A. Launay & Fils.

Ennen Leonard, 1851, Der spanische Erbfolgekrieg und der Churfürst Joseph Clemens von Cöln, Iéna, F. Mauke.

Finet Sir John, 1656, Finetti Philoxenis : Som Choice Observations of Sr. John Finett Knight, and Master of the Ceremonies to the Two Last Kings, Touching the Reception, and Precedence, the Treatment and Audience, the Puntillios and Contests of Forren Ambassadors in England, Londres, imprimé par T. R. pour H. Twyford.

Föhl Walther, 1958, Gegenreformation im Kemperland. Die Visitationen 1608-1645 und die Kempener-Krefelder-Reformierten, dans Annalen des Historischen Vereins für den Niederrhein (AHVN), vol. 160 (1958). p. 111-165.

Franklin Alfred, 1908, La civilité, l’étiquette, le bon ton, la mode, du xiiie au xixe siècle, Paris, É. Paul, 2 vol.

Gualteri Mapes de Nugis curialium distinctiones quinque, 1850, édité par Thomas Wright, Londres, Camden Society (coll. « Camden Society », no 1).

Friedrich Verena, 2004, Rokoko in der Residenz Würzburg : Studien zu Ornament und Dekoration des Rokoko in der ehemaligen fürstbischöflichen Residenz zu Würzburg, Munich, Bayerische Verwaltung der staatlichen Schlösser, Gärten und Seen.

Hautecœur Louis, 1927, Le Louvre et les Tuileries de Louis XIV, Paris/Bruxelles, Van Oest.

Hézecques Félix de France d’, 1895, Souvenirs d’un page de la cour de Louis XVI, Paris, Perrin.

Historical Manuscripts Commission. Calendar of the Manuscripts of the Most Hon. the Marquis of Salisbury, K. G., preserved at Hatfield House, Hertfordshire. Pt. 3 & 4, 1889-1892, Londres, H. M, 2 vol.

Historical Manuscripts Commission. Twelfth Report : Appendix. Part VII The Manuscripts of S.H. le Fleming, Esq., of Rydal Hall, 1890, Londres, Her Majesty’s Stationery Office.

Historical Manuscripts Commission. Report on the Manuscripts of the Marquess of Downshire Preserved at Easthampstead Park, Berks. Vol. 1 : Papers of Sir William Trumbull, 1924, Londres, His Majesty’s Stationery Office, 2 vol.

Historical Manuscripts Commission. Calendar of the Manuscripts of the most Honourable the Marquess of Salisbury, Preserved at Hatfield House Hertfordshire. Part XV, 1603 (march-december), 1930, édité par M. S. Giuseppi, Londres, His Majesty’s Stationery Office.

Horn David Bayes, 1959, « Rank and Emoluments in the British Diplomatic Service, 1689-1789 », Transactions of the Royal Historical Society, 5e série, vol. 9, no 32. DOI : http://dx.doi.org/10.1017/S0080440100017539

Hughson David, 1805-1809, London, Being an Accurate History and Description of the British Metropolis and its Neighbourhood : To Thirty Miles Extent, from an Actual Perambulation, Londres, W. Stratford, 5 vol.

Journal of King Edward’s Reign, Written in his Own Hand. From the Original in the Cotton Library (The), 1884, Londres, Clarendon Historical Society.

Jumpers Marc, 2007, « Die Raumnutzung und Ausstattung des Bonner Schlosses vom Tode Kurfürst Joseph Clemens’ 1723 bis zum Grossen Brand 1777 : Versuch einer Rekonstruction », dans G. Satzinger, Das kurfürstliche Schloß in Bonn : Residenz der Kölner Erzbischöfe Rheinische Friedrich-Wilhelms-Universität, Berlin/Munich, Deutscher Kunstverlag, p. 83-97.

Kalnein Wend Graf, 1956, Das kurfürstliche Schloss Clemensruhe in Poppelsdorf : ein Beitrag zu den deutsch-französischen Beziehungen im 18. Jahrhundert, Düsseldorf, L. Schwann.

Kurfürst Clemens August, Landesherr und Mäzen des 18. Jahrhunderts, 1961, Cologne, M. DuMont Schauberg.

Langlois Charles-Victor, 1922, Les Hôtels de Clisson, de Cuise et de Rohan-Soubise, Paris, J. Schemit.

Law Ernest, 1890-1891, The History of Hampton Court Palace, Londres, G. Bell, 3 vol.

Letters and Journals of Lady Mary Coke (1756-1774) (The), 1889-1896, édités par J. Home, Édimbourg, D. Douglas, 4 vol (v. 1. 1756-1767 – v. 2. 1767-1768 – v. 3, 1769-1771 – v. 4. 1772-1774).

Letters of the Archbishop-Elector Joseph Clemens of Cologne to Robert de Cotte (1712-1720), 1958, éditées par John Finley Ogleve, Bowling Green State University.

Levron Jacques, 1965, La vie quotidienne à la cour de Versailles aux xviie et xviiie siècles, Paris, Hachette.

Luynes Charles-Philippe d’Albert, duc de, 1860-1865, Mémoires du duc de Luynes sur la cour de Louis XIV (1735-1758), Paris, Firmin-Didot, 17 vol.

Lysons Daniel, 1800, An Historical Account of those Parishes in the County of Middlesex which are not Described in the Environs of London, Londres, A. Strahan.

Maisse André Hurault, sieur de, 1931, Journal of All that was Accomplished by Monsieur de Maisse, Ambassador in England from King Henri IV to Queen Elizabeth [...] 1597, édité par G. B. Harrison et R. A. Jones, Londres, Nonesuch Press.

Malagotti Lorenzo, 1821, Travels of Cosmo the Third, Grand Duke of Tuscany, through England, during the Reign of King Charles the Second (1669), Londres, J. Mawman.

Mauricheau-Beaupré Charles, 1949, Versailles, l’histoire et l’art : guide officiel, Paris, Éditions des Musées nationaux.

Morris John, S. J., 1874, The Letter-Books of Sir Amias Poulet, Londres, Burns & Oates.

Nolhac Pierre de, 1925a, Versailles et la cour de France, t. I : La création de Versailles, Paris, L. Conard.

Nolhac Pierre de, 1925b, Versailles et la cour de France, t. II : Versailles, résidence de Louis XIV, Paris, L. Conard.

Nolhac Pierre de, 1926, Versailles et la cour de France : Versailles au xviiie siècle, Paris, L. Conard.

Ormesson Olivier Le Fèvre d’, 1860-1861, Journal d’Olivier Lefèvre d’Ormesson et extraits des mémoires d’André Lefèvre d’Ormesson, publiés par M. Chéruel, Paris, Imprimerie impériale, 2 vol.

Pegge Samuel, 1791, Curialia, or an Historical Account of some Branches of the Royal Household, Londres, imprimé par J. Nichols (vol. 1 en trois parties).

Picavet C. G., 1930, La diplomatie française au temps de Louis XIV (1661-1715), Paris, F. Alcan.

Read Conyers, 1955, Mr Secretary Cecil and Queen Elizabeth, Londres, J. Cape.

Relations des ambassadeurs vénitiens sur les affaires de France au xvie siècle, 1838, traduit et édité par N. Tommaseo, Paris, Imprimerie royale, 2 vol.

Renard Edmund, 1896, Die Bauten der Kurfürsten Joseph Clemens und Clemens August von Köln : ein Beitrag zur Geschichte des Rococo in Deutschland, Inaugural-Dissertation zur Erlangung des Doctorgrades der Philosophische Facultät der Universität Leipzig, Bonn, C. Georgi.

Richardson James Smith et Beveridge James A., 1948, Linlithgow Palace, Édimbourg, His Majesty’s Stationery Office.

Richardson James Smith et Root Margaret E., 1948, Stirling Castle, Édimbourg, His Majesty’s Stationery Office.

Saussure César de, 1903, Lettres et voyages de Monsr César de Saussure en Allemagne, en Hollande et en Angleterre (1725-1729), édités par Berthold Van Muyden, Lausanne, G. Bridel.

Schmechel Max, 1923, Nicolaus von Pigage’s Schwetzinger Entwürfe und Bauten, Darmstadt, Wittich.

Strafford Thomas Wentworth, Earl of, 1739, The Earl of Stafforde’s Letters and Dispatches : with an Essay towards his Life by Sir George Radcliffe. From the Originals in the Possession of his Great Grandson The Right Honourable Thomas Earl of Malton, Knight of the Bath. By William Knowler, LL. D. Rector of Irthlingborough, Londres, W. Bowyer, 2 vol.

Strange Е. F., mars 1906, « The Furnishing of Hampton Court in 1699 », The Connoisseur, vol. 14, no 55.

Strong Arthur, 1903, A Catalogue of Letters and other Historical Documents Exhibited in the Library at Welbeck, édité par S. Arthur Strong, Londres, J. Murray.

Survey of London, 1930, édité par Montagu H. Cox et Philip Norman, vol. 13 : St. Margaret, Westminster, 2e partie : Whitehall I, Londres, B. T. Batsford pour le London County Council (version électronique disponible sur le site British History Online : http://www.british-history.ac.uk/source.aspx?pubid=747).

Vehse Eduard, 1853, Geschichte der Höfe des Hauses Braunschweig in Deutschland und England : die Hofhaltungen zu Hannover, London und Braunschweig. Erster Theil, Hambourg, Hoffmann und Campe (version numérisée sur Google Books).

Vernon James, 1841, Letters Illustrative of the Reign of William III, from 1696 to 1708, Addressed to the Duke of Shrewsbury by James Vernon […], éditées par G. P. R. James, Londres, H. Colburn, 3 vol.

Visconti Primi, Mémoires sur la cour de Louis XIV, édité par Jean Lemoine, Paris, 1908.

Wilhelm Jacques, 1962, Le Marais, âge d’or et renouveau, Paris, musée Carnavalet.

Windsor Guide, Containing a Description of the Town and Castle […] (The), 1798, Windsor, C. Knight.

Wren Society (The), 1924-1943, édité par Sir Arthur T. Bolton, Oxford, Wren Society, 20 vol.

Young Arthur, 1889, Travels in France during the Years 1787, 1788, 1789, édités par M. Betharn-Edwards, Londres, George Bell & Sons.

Young Arthur, 1931, Voyages en France en 1787, 1788 et 1789, première traduction complète et critique par Henri Sée, Paris, A. Colin. En ligne sur Gallica.bnf.fr : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1192719.

Haut de page

Notes

1 Cloth of State ou of Estate : tissu brodé diposé sur un trône ou une chaise pour signifier le rang ; un dais (N. d. É.).

2 Horn 1959.

3 Ambassadeur d’Angleterre en France, gouverneur de Jersey, Amias Paulet (1532-1588) fut nommé gardien de Marie Stuart par Élisabeth en janvier 1585. Il fut le geôlier de la reine d’Écosse jusqu’à son exécution le 8 février 1587 (N. d. É.).

4 Ralph Sadler (1507-1587), homme d’État anglais, fut conseiller privé, secrétaire d’État et ambassadeur d’Écosse sous Henri VIII ; il fut le geôlier de Marie Stuart en 1584-1585 (N. d. É.).

5 « Wherein I have considered that, in my simple opinion, her Majesty’s subjects may not with their duties allow in this realm of any more cloths of Estate than that which is due to her Highness. And therefore this chamber being applied to the use of the governor here, and so employed in all this time, I could not but resolve with myself that the same was now to be accounted as her Majesty’s side, as they call it commonly in the Court, and therefore no cloth of Estate representing any foreign Prince to be allowed in the said chamber » (« Où j’ai considéré que les sujets de Sa Majesté ont obligation à mon humble avis, dans le cadre de leurs fonctions, de ne pas permettre d’autres dais dans ce royaume que celui dû à Son Altesse. Et par conséquent, cette chambre étant dévolue à l’usage du gouverneur ici présent, et utilisée ainsi durant tout ce temps, je ne pouvais que me résoudre à penser que désormais la même obligation était due du « côté » de Sa Majesté ‑ pour employer le mot communément utilisé à la cour –, et que, par conséquent, aucun dais représentant un prince étranger ne devait être autorisé dans ladite chambre »), Morris 1874, p. 11-12.

6 Ibid. p. 313-356. Marie Stuart fut exécutée au château de Fotheringhay le 8 février 1587 (N. d. É.).

7 Sorte de roi de carnaval (N. d. T.).

8 Middle Temple Hall, construit entre 1562 et 1573, était l’une des quatre auberges de la Couronne ; le lieu servait à l’enseignement du droit mais aussi d’auberge et de salle de spectacle (N. d. É.).

9 Strafford 1739, vol. 1, p. 506-507. Cette référence m’a été aimablement communiquée par Mme M. P. G. Draper, F. S. A (Fellow of the Society of Antiquaries). Sir Lewis Lewkenor, qui accompagnait l’ambassadeur espagnol, le connétable de Castille, à Oxford, a pensé utile de signaler à Lord Cecil que : « He is lodged in Christ’s Church, which he has already trimmed with his hangings and furniture. In 2 of his rooms he has hanged up cloths of estate, equal every way both in breadth and length, to those of the King which are usual in our court » (« Il est logé à Christ’s Church, qu’il a déjà fait décorer avec ses tentures et son mobilier. Dans deux de ses pièces, il a suspendu des dais, identiques en largeur et en longueur à ceux du roi qui sont d’usage dans notre cour »), Historical manuscripts commission… 1930, p. 245.

10 Plan numérisé et numéroté à partir du plan reproduit dans l’article original de Hugh Murray Baillie p. 171 (« Hampton Court, Plan of State Apartments, First Floor, the New Building, 1689-1694, Sir Chr Wren Architect » dans The Wren Society 1924-1943, vol. 4, p. 12) [N. d. É.].

11 Law 1890-1891, vol. 3, p. 65.

12 À l’étranger, les huissiers (Ushers) n’étaient pas des gentilshommes mais des yeomen – des serviteurs de condition roturière –, et par conséquent ils n’étaient pas en mesure de contrôler le personnel des chambres dont ils étaient responsables comme en Angleterre, où ces officiers étaient des gentilshommes. Le Senior Gentleman Usher Daily non seulement contrôlait la Presence Chamber et la Great Chamber, mais, en l’absence du Lord Chamberlain (grand chambellan) de la Maison et du Vice-Chamberlain (vice-chambellan), était leur remplaçant. Lorsqu’un grand nombre de nominations au service de la Maison – en particulier celles concernant la Chambre – devinrent politiques, les Gentlemen Ushers et les écuyers (Equerries) reprirent la plupart des fonctions qui étaient exercées dans les cours étrangères par les chambellans ou gentilshommes de la Chambre.

13 « The Amici (Augusti) were graded (by a practice which, in private families, dated from C. Gracchus and Livius Drusus (Sen. B. 6 34) as primae, secundae or tertiae admissionis » (« Les Amici (Augustes) étaient classés (selon une pratique qui, dans les familles privées, remontait à C. Gracchus et Livius Drusus [Sen. B. 6 34]), primae, secundae ou tertiae admissionis »), Oxford Classical Dictionary 1949, p. 43, « Amiens Augusti ».

14 Dynastie des Tudors : Henri VII (regn. 1485-1509), Henri VIII (regn. 1509-1547), Édouard VI (regn. 1547-1553), Marie Ire (regn. 1553-1558), Élisabeth Ire (regn. 1558-1603) [N. d. É.].

15 Read 1955, p. 88.

16 En particulier dans A Collection of Ordinances… 1790.

17 « The Arrangement of State-Rooms above Stairs in Royal Palaces (de suite), uniformly consists of The Great Chamber, The Presence-Chamber, The Privy Chamber, The Withdrawing-Room, and The Bed-Chamber », Pegge 1791, 3e partie, p. 61-62.

18 « Estimate of Finishing Part of Hampton Court April 28 1699 », The Wren Society 1924-1943, vol. 4, p. 58-59.

19 Ibid., vol. 4, p. 61.

20 Ibid., vol. 7, 1930, p. 17-19.

21 Ibid., vol. 4, pl. X.

22 George III (1738-1820) [N. d. É]. Bickham ?1756, p. 535 et suiv. ; The Windsor Guide 1798.

23 A Collection of Ordinances… 1790, p. 110-111, « Articles Ordained by King Henry VII. for the Regulation of his Household, A.D. 1494 » : https://archive.org/stream/collectionofordi00soci#page/110/mode/2up.

24 L’ambassade « pénétra dans le Great Hall au rez-de-chaussée, tendu de tapisseries de choix, avec le dais, le trône et les coussins royaux » (« entered the great hall on the ground floor, hung with very choice tapestries, with the canopy, throne and royal cushions »). Puis « gravissant l’escalier, ils allèrent […] rendre hommage à la reine, qui les reçut […] allant aussi loin que […] la Guard Chamber en haut de l’escalier, et furent conduits à la Presence Chamber où ils présentèrent leurs lettres de créance […] » (« mounting the Stairs they went to [...] do reverence to the Queen, who received them, [...] going as far as [...] the Guard Chamber at the head of the Stairs, and being conducted to the presence chamber, they presented their credentials [...] »), Survey of London 1930, p. 2.

25 Dynastie des Stuarts : Jacques Ier (regn. 1603-1625), Charles Ier (regn. 1625-1649), Charles II (regn. 1660-1685), Jacques II (regn. 1685-1688), Marie II et son mari Guillaume III (regn. 1689-1694), Guillaume III (regn. 1694-1702), Anne (1702-1714) ; la rupture entre 1649 et 1660 correspond à la prise de pouvoir de Cromwell (N. d. É.).

26 Survey of London 1930, p. 25 et 50.

27 Comme en 1572, 1581 et 1613, Survey of London 1930, p. 61.

28 « A deep sigh breathed through the lodgings at Whitehall » (« un profond soupir traversa les appartements à Whitehall »), 1642, Survey of London 1930, p. 30. [La première guerre civile, de 1641 à 1649, aboutit à la chute et à l’exécution du roi Charles Ier, et à l’établissement d’une république, le Commonwealth d’Angleterre, qui durera jusqu’en 1660, date de la restauration monarchique. (N. d. É.)]

29 La Banqueting House (« Maison des banquets ») fut construite au palais de Whitehall sous Élisabeth Ire en 1581 ; elle devait être temporaire mais fut conservée durant 25 ans. En 1606, James Ier d’Angleterre décida de la remplacer par un bâtiment permanent, qui fut achevé en 1609 (voir le site officiel des Historical Royal Palaces : Banqueting House, History and stories : http://www.hrp.org.uk/BanquetingHouse) [N. d. É.].

30 The Diary of John Evelyn 1955 : « Touching for the King’s Evil », vol. 3, p. 250 ; « Creation of Peers », vol. 3, p. 276 ; « Reception of Ambassadors », vol. 3, p. 256, 412, 506, 513.

31 1665. Survey of London 1930, p. 47, 53.

32 Pegge 1791, 3e partie, p. 63.

33 Comme en 1553, 1607 et 1620-1621 ; Survey of London 1930, p. 67.

34 Sur l’identification de la Great Chamber avec la Guard Chamber, voir Pegge 1791, 3e partie, p. 61-64 et Survey of London 1930, p. 64-66.

35 The Windsor Guide 1798, p. 37.

36 A Collection of Ordinances… 1790, p. 354.

37 Pegge 1791, 3e partie, p. 90.

38 A Collection of Ordinances… 1790, p. 355, 371, 379.

39 Pegge 1791, 2e partie, p. 69 ; A Collection of Ordinances… 1790, p. 357.

40 A Collection of Ordinances… 1790, p. 338, 345, 347 (les deux dernières pour le côté de la reine).

41 Ibid., p. 370.

42 L’ambassadeur de Venise par exemple en 1610, Survey of London 1930, p. 68.

43 Carey 1905, p. 35.

44 A Collection of Ordinances… 1790, p. 154-157. Le 20 juillet 1550, le roi Édouard VI remarqua que l’ambassadeur extraordinaire de France en Angleterre avait été présent lorsqu’on l’habillait et qu’on lui avait montré la Bedchamber, faisant bien comprendre que ceci était inhabituel. L’intention était probablement de permettre à l’ambassadeur de rendre compte à son futur beau-père de l’apparence et de l’état de santé du roi. The Journal of King Edward’s Reign 1884, p. 41.

45 Pegge 1791, 1re partie, p. 67 ; « Orders for the Bedchamber by James II », Oxfordshire County Record Office (Dil. XX/a/2).

46 A Collection of Ordinances… 1790, p. 360-362.

47 Ibid., p. 348.

48 Ibid., p. 361.

49 Malagotti 1821, p. 171.

50 Ibid., p. 177-179.

51 Survey of London 1930, pl. 8.

52 The Diary of John Evelyn 1955, vol. 3, p. 406, 430, 465, 562. John Evelyn fut également reçu par la princesse Henriette dans sa Bedchamber en 1660 (vol. 3, p. 261), et par le duc d’York dans la sienne en 1664 (vol. 3, p. 389). Evelyn n’avait pourtant que le statut de « jeune » ministre.

53 Correspondence of the Family of Hatton 1878, vol. 2 (XXIII), p. 21.

54 Oxfordshire County Record Office (Dil. XX/a/2).

55 British Museum, Stowe MSS. 563.

56 « What figure I shall make in the House and the Bedchamber… », dans Vernon 1841, vol. 1, p. 380.

57 A Collection of Ordinances… 1790, p. 158.

58 Sur l’attitude arrogante de la reine Élisabeth en public, voir Maisse 1931, p. 83.

59 Strong 1903, p. 213.

60 Ibid., p. 262.

61 Par exemple Historical manuscripts commission… 1924, vol. 1, p. 79 : Dr. O. Wynne à Sir W. Trumbull, 21 déc. 1685. Voir aussi Finet 1656 pour le déroulement du cérémonial de présentation au roi des lettres de créance par les ambassadeurs.

62 « The gentlemen ushers […] shall have a care to see the said (Presence) chamber well furnished with gentlemen that strangers and men of quality that shall resort unto his Highness’s court may not finde it emptie » (« Les gentlemen ushers [huissiers] […] veilleront à ce que ladite (Presence) chamber soit bien pourvue en gentilshommes de sorte que les étrangers et les hommes de qualité qui se rassemblent à la cour de Son Altesse ne la trouvent pas vide »), A Collection of Ordinances… 1790, p. 338.

63 Plan numérisé et numéroté à partir du plan reproduit dans l’article original de Hugh Murray Baillie p. 177 (« St James’s Palace as existing in 1729 from a survey by H. Flitcroft. Plan of the first floor », d’après Henry Flitcroft, The Wren Society 1924-1943, vol. 7, p. 245) [N. d. É.].

64 Public Record Office, Ministry of Public Building and Works G.A/S.J : Gen/3.

65 Saussure 1903, lettre II « Londres. La cour. Palais de Saint-James. Westminster. Le Parlement. Chambre des Pairs. Cérémonies, etc. », p. 51.

66 The Wren Society 1924-1943, vol. 7, pl. ХХХI.

67 George III reçut les Quakers sous le dais dans la Privy Chamber. Hughson 1805-1809, vol. 4 (1807), p. 321.

68 Saussure 1903, lettre II « Londres. La cour. Palais de Saint-James. Westminster. Le Parlement. Chambre des Pairs. Cérémonies, etc. », p. 50-51.

69 « This apartment [i.e. the Council Chamber] is the Grand Drawing Room […] the nearer room being a kind of anti-chamber in which the nobility are allowed to sit down while their Majesties are present in the further room […] » (« Cet appartement [c’est-à-dire le Council Chamber] est la Grand Drawing Room […] la pièce la plus proche étant une sorte d’antichambre où la noblesse a la permission de s’asseoir pendant que leurs Majestés sont présentes dans la pièce suivante […] »), Hughson 1805-1809, vol. 4 (1807), p. 321.

70 A Collection of Ordinances… 1790, p. 352 et suiv.

71 The Diary of John Evelyn 1955 : « Touching for the King’s Evil », vol. 3, p. 250 ; « Creation of Peers », vol. 3, p. 276 ; « Reception of Ambassadors », vol. 3, p. 256, 412, 506, 513.

72 « Now did his Majestie again dine in the Presence in antient State with music and all the Court ceremonies which had been interrupted since the late Warr » (« Maintenant sa Majesté dînait à nouveau dans la Presence [Chamber] suivant l’ancienne étiquette avec de la musique et toutes les cérémonies de la cour qui avaient été interrompues depuis la dernière guerre »), 7 août 1667, The Diary of John Evelyn, vol. 3, p. 490. Ceci eut lieu dans la Queen’s Presence Chamber et devait se répéter trois jours par semaine. Voir Historical Manuscripts Commission… 1890, p. 52. En Angleterre et en France, lorsque le roi dînait seul en public, c’était dans son appartement ; lorsque la reine dînait en public avec lui, ils mangeaient dans l’appartement de cette dernière. Voir la position de la Music Room ou Public Dining Room à Hampton Court, qui se trouve dans l’appartement de la reine.

73 A Collection of Ordinances… 1790, p. 370. Comme ces instructions sont données au Gentleman Usher Daily Waiter et non aux Gentlemen Ushers de la Privy Chamber, il est clair que cette cérémonie se déroulait dans la Presence Chamber.

74 Ibid., p. 367.

75 Ibid., p. 356.

76 Ibid., p. 360.

77 Finet 1656, p. 181-185.

78 Ibid., p. 187-189.

79 Ibid., p. 187.

80 15 déc. 1597, Maisse 1931, p. 36.

81 The Wren Society 1924-1943, vol. 4, pl. X.

82 Original chez Mme J. Keen, Londres, en 1953 ; photocopie chez l’auteur.

83 Strange 1906.

84 Digby 1939.

85 Lysons 1800, pl. 4.

86 Fig. 6, 7 et 8 : plans et croquis numérisés et numérotés à partir de ceux reproduits dans l’article original de Hugh Murray Baillie p. 181 (Stirling et Linlithgow) et p. 182 (Fontainebleau). Sur le château de Stirling, voir aussi les cartes et plans historiques disponibles sur le site « Archeological & Historical Research » : http://sparc.scran.ac.uk/ (N. d. É.).

87 Richardson et Beveridge 1948 ; Richardson et Root 1948.

88 Je remercie Mme R. Coope, F. S. A. (Fellow of the Society of Antiquaries), d’avoir attiré mon attention sur deux plans d’un Regia ou palais royal, probablement dessinés pour la cour de France par Sebastiano Serlio. [Sesto Libro delle Abitazioni di tutti gli gradi di Ňom ni, di Mario Rosci, presentazione di Anna Mario Brizio, Milan, I. T. E. C., 1966.] Bien qu’une grande attention soit portée, probablement pour la première fois, aux besoins d’une cour pour accueillir les gardes, les chevaux et les cuisines, ainsi que pour ménager des espaces de rassemblement, l’appartement consiste simplement en une avant-chambre (ante-camera), une chambre (camera) et une arrière-chambre (retro-camera).

89 Dimier 1925, p. 18-23.

90 Gualteri Mapes… 1850, p. 216.

91 Burchard 1963, p. 116.

92 « Il y a des nations où la majesté des rois consiste à ne point se laisser voir et cela peut avoir ses raisons parmi les esprits qu’on ne gouverne que par la crainte et la terreur ; mais ce n’est pas le génie de nos Français et s’il y a quelque caractère singulier dans cette monarchie, c’est l’accès libre et facile des sujets au prince », Benoist 1947, p. 29.

93 « In viewing the King’s apartment, which he had left not a quarter of an hour, with those slight traits of disorder that shewed that he lived in it, it was amusing to see the blackguard figures that were walking uncontrolled about the palace and even in his bedchamber; men whose rags betrayed them to be in the last stage of poverty, and I was the only person that stared and wondered how the devil they got there », Young 1889, p. 102 (voir la traduction dans Young 1931, p. 199 : « Lors de ma visite à l’appartement du Roi, qu’il avait quitté depuis à peine un quart d’heure, avec toutes ces légères marques de désordre qui montraient qu’il y vivait, c’était un amusant spectacle de voir les têtes de voyous, qui se promenaient, sans être surveillés, dans le palais et même dans la chambre à coucher du Roi, des hommes dont les haillons montraient qu’ils se trouvaient au dernier degré de la pauvreté, et j’étais la seule personne à se demander avec étonnement comment diable ils pouvaient s’y trouver »).

94 « Pendant le dîner du roi de France, presque tout le monde s’approche de lui et lui parle comme s’il le ferait à un simple particulier », Jeronimo Lippomano en 1577 (Relations des ambassadeurs vénitiens… 1838, vol. 2, p. 567).

95 Hautecœur 1927, p. 77.

96 « Les Anglois ne regardent pas leur Roi si fort au-dessus d’eux, qu’ils n’osent pas le saluer comme le font les Français », Saussure 1903, lettre II « Londres. La cour. Palais de Saint-James. Westminster. Le Parlement. Chambre des Pairs. Cérémonies, etc. », p. 50.

97 Batifol 1930, p. 93.

98 Pour les rapports officiels des ambassadeurs espagnols et vénitiens et les mémoires de Jacques-Auguste de Thou décrivant ces changements, voir Champion 1951, vol. 2, p. 173.

99 « The King begineth to reform marvellously the order of his house and maketh three chambers afore they come to his inner bedchamber; in the first, gentlemen to be modestly apparelled; in the next, men of great quality; in the last, Princes and Knights of the Holy Ghost, with himself when he cometh abroad. Into his private bedchamber nobody to be allowed, unless called in, but Epernon and Joyeuse » (« Le roi commença à réformer merveilleusement l’ordre de sa Maison et fit installer trois chambres avant qu’ils n’arrivent sa chambre à coucher intérieure ; dans la première les gentilshommes modestement vêtus, dans la suivante les hommes de qualité, dans la dernière les princes et chevaliers du Saint-Esprit, lui-même y étant présent lorsqu’il se montrait. Dans sa chambre à coucher privée, personne n’est admis – à moins d’y être appelé –, excepté [les ducs d’] Épernon et Joyeuse »), Historical Manuscripts Commission… 1889-1892, p. 75, Sir E. Stafford à Sir F. Walsingham, 8 déc. 1584. Voir aussi le résumé du Règlement royal de janvier 1585 dans Batifol 1930, p. 22-23.

100 « Les tragiques exemples des rois, ses ancêtres, ont augmenté sa défiance naturelle […] Il est certain que jamais aucun Souverain ne fut protégé avec une vigilance plus soigneuse. Les nombreuses gardes françaises et suisses qui gardent le Louvre, les gardes du corps répartis dans les salles, ne suffisent pas. Sa Majesté ne passe jamais d’un appartement dans un autre [sans] que ne soient disposés des gardes dans les corridors, dans les escaliers et dans les angles qui servent aux communications », dépêche de l’ambassade de Venise de 1683, cité dans Hautecœur 1927, p. 194.

101 Levron 1965, p. 215.

102 La description qui suit s’appuie sur Batifol 1930 et Hautecœur 1927. (Plan numérisé et numéroté à partir du plan reproduit dans l’article original de Hugh Murray Baillie p. 185 [N. d. É.].)

103 Babeau 1895, p. 88.

104 Batifol 1930, p. 25.

105 Pour une description détaillée de la journée du roi enfant, voir Du Bois 1936.

106 Ces travaux commencèrent au moment où la cour se réinstalla au Louvre en 1654.

107 Wilhelm 1962, p. 16.

108 Lorsque le duc de Guise reconnut Tancrède en tant que duc de Rohan, « [...] il le mit dans son carrosse et le mena à l’hostel de Guise, le fit passer devant luy, le mit dans une chambre avec le balustre et le dais, et le fit servir avec le cadenas […] », Ormesson 1860, vol. 1, p. 342.

109 « En la chambre d’une personne de grande qualité où le lit est clos, c’est une incivilité de s’asseoir sur la balustrade », Antoine de Courtin, Nouveau traité de la civilité, Paris, H. Josset, 1672 (2e éd.), cité dans Franklin 1908, vol. 2, p. 252.

110 Batifol 1930, p. 218. On peut voir jusqu’où est allée l’identification du lit et du dais avec un exemple précis : en 1747, à la mort de la belle-mère de Louis XV, la reine de Pologne Catherine Opalińska, les ambassadeurs présentèrent leurs condoléances au monarque dans la chambre de celui-ci, derrière le balustre*, alors que la reine, le Dauphin et Mesdames se tinrent sur une contre-marche noire sous un dais noir, dans leurs antichambres. Luynes 1860-1865, vol. 8 (1862), p. 180.

111 Les princes de Rohan-Soubise avaient tendance à donner beaucoup d’importance à leur statut princier et faisaient installer des dais dans les appartements de chacun des membres de leur famille ; cependant, les inventaires du xviiie siècle attestent que les chambres du dais* étaient utilisées comme salles d’attente pour les valets de pied. Voir Langlois 1922, p. 226-248.

112 C’est-à-dire à l’intérieur de l’espace délimité par la balustrade (N. d. É.).

113 Hautecœur 1927, p. 74.

114 La description suivante s’appuie principalement sur Nolhac 1925a, 1925b, 1926 ainsi que sur les biographies, du même auteur, de Louis XV, Mme de Pompadour et Marie-Antoinette. Hézecques 1895 et Brocher 1934 ont été tous deux régulièrement consultés. Mauricheau-Beaupré 1949 contient des résumés utiles de l’histoire de chaque pièce et des événements qui s’y sont déroulés.

115 Le croquis publié dans l’article original de Hugh Murray Baillie (fig. 7, p. 188) présentant deux états des appartements du roi (jusqu’en 1682 et après 1701) n’a pas été repris ici. À la place, trois plans ont été intégrés montrant trois états différents : en 1676-1678 (fig. 13), vers 1685 (fig. 14) et en 1714-1715 (fig. 15) [N. d. É.].

116 Appelées « soirées d’appartement » (N. d. É.).

117 Après la mort de la reine intervenue le 30 juillet 1683 (N. d. É.).

118 Antichambre du Grand Couvert (N. d. T.).

119 Les trois cabinets en fait : cabinet du Conseil, cabinet des Termes ou des Perruques, cabinet de Garde-Robe (N. d. T.).

120 « La chambre de parade du roi se trouve dans le salon d’Apollon de 1670 à 1673, puis dans le salon de Mercure de 1673 à 1684 » (Castelluccio 1998) (N. d. É.).

121 À partir de novembre 1700 (N. d. É.).

122 Le cabinet du Conseil fut agrandi en 1678. Le cabinet du Conseil actuel est le résultat de la réunion, en 1755, du cabinet de 1678 et du cabinet des Perruques (N. d. É.).

123 Quelques années auparavant, ses mémoires évoquant les années 1673-1681 (N. d. É.).

124 Visconti 1908, p. 75-76.

125 L’auteur confond le Petit et le Grand Appartement. Le salon d’Apollon, chambre du Trône, servait d’antichambre au salon de Mercure, chambre de parade du Grand Appartement du roi, dans laquelle il ne dormait pas (N. d. É.).

126 Cf. Mlle de Scudéry décrivant un bal dans le salon d’Apollon (Mauricheau-Beaupré 1949, p. 39).

127 En fait, Louis XIV avait fusionné en un seul et même lieu le cérémonial du Coucher et du Lever avec sa chambre à coucher. Le salon de Mercure (fig. 15, n26) était toujours désignée comme chambre de parade tandis que la chambre de Louis XIV de 1701 prendra aussi cette appellation sous les règnes de Louis XV et de Louis XVI lorsque ceux-ci auront déplacé leur véritable chambre à coucher dans l’ancien cabinet des Chiens de Louis XIV agrandi pour l’occasion en 1737 (fig. 15, n17) [N. d. É.].

128 Le terme est impropre, il s’agit en fait de la chambre ou du cabinet du Conseil (N. d. É.).

129 À son retour d’exil après la Fronde, la Grande Mademoiselle fut choquée par la manière désinvolte avec laquelle le roi s’attendait à être traité lors d’un repas donné après un bal chez la comtesse de Soissons et fut informée par la reine que le roi « n’aimait pas les cérémonies », Collection complète des Mémoіres relatifs à l’histoire de France 1819-1829, p. 275.

130 « En retournant dormir » : il faut plutôt comprendre « en dormant dans la chambre de parade » (N. d. É.).

131 Cette affirmation est à nuancer : en réalité, le roi – par tradition de la monarchie française qui se devait d’être accessible – autorisait les possesseurs de « brevets d’affaires » à voir le souverain assis sur sa chaise percée, posture simulée dans la mesure où, depuis le début des années 1670, le roi utilisait des lieux d’aisance privés et cachés de tous (N. d. É.).

132 Un dais noir fut érigé pour la mort de la reine de Pologne en 1747 : « ... c’est l’usage, par la même raison, il devroit toujours y avoir un dais de couleur », Luynes 1860-1865, vol. 8, p. 152.

133 Les ambassadeurs n’avaient pas l’autorisation de résider à Versailles et, hormis pour les visites officielles, ils ne venaient de Paris pour affaire qu’une fois par semaine. Picavet 1930, chap. ii, sur les envoyés étrangers en France.

134 Pierre le Grand avait son propre Marly dans les jardins de Peterhof et les souverains des petites principautés italiennes leur Marlia. On trouvera des imitations plus directes avec la Favorite de l’électeur de Mayence qui copiait la disposition du pavillon central et des bâtiments auxiliaires, aujourd’hui tous détruits, et dans des réalisations dérivées du bâtiment principal qui ont survécu à Clemenswerth en Westphalie, à Rastatt en Bade-Wurtemberg, et, en Bavière, à Fürstenried et avec le Pagodenburg dans les jardins de Nymphenburg près de Munich.

135 (a) Letters of […] Joseph Clemens 1958. – (b) Hofordnung du 7 novembre 1717, promulgué dans le Calendrier de la cour de Cologne de 1718 et publié dans Ennen 1851, p. 225 et suiv. – (c) Düsseldorf Staatsarchiv, Kurköln Erzbf. Clemens August Nr « Documentum Notariale super facta inventarisatione deren zu hiesiger Residenz befindlichen the Meublen und Effecten Bonn 17 Feb. 1761 f. ». – Ont également été consultés : Bonner Jahrbücher, p. 99-100, Bonn, 1896-1897 ; Renard 1896 ; Föhl 1958, p. 153-154 ; Braubach 1953. On trouvera aussi des informations très utiles dans Kalnein 1956.

136 Le croquis publié dans l’article original de Hugh Murray Baillie p. 194 a été remplacé ici par un plan conservé à la Bibliothèque nationale de France et disponible sur Gallica.bnf.fr. Depuis la parution de l’article de Baillie, il a été montré que ce plan (Robert de Cotte, 110), datant de 1715, ne fut pas réalisé. La distribution intérieure réellement exécutée correspond au plan no 127 du fond Robert de Cotte, datant de 1717, conservé également à la BNF (consultable sur gallica.bnf.fr : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b7200653k/f1.item) ; voir Jumpers 2007. Ce plan montre que l’appartement avait seulement trois antichambres et que la chambre de parade ne se trouvait pas au centre de l’aile. Nous remercions Eric Hartmann et Marc Jumpers pour ces informations (N. d. É.).

137 Letters of […] Joseph Clemens 1958, p. 4-11.

138 « Il m’a donc fait remarquer, que lorsque, suivant vôtre plan, je recevray au Rhin quelque Prince etranger, s’il veut venir a mon Palais par cette gallerie, il faut qu’il monte l’escalier, qu’il entre dans le Salon, et que de là il passe avec toute sa suite, et mes gardes qui l’accompagnent par honneur, par le Cabinet et par la Chambre de retraite de ma maison d’Été, qui pourtant doivent étre des lieux tout à fait de retraite, et ou peu de personnes doivent avoir accès. Il y a cette difference dans nos usages, qu’en France tout le monde entre et passe par les appartemens du Roi et des Princes, et que chez Nous tres peu de gens jouissent de cet honneur, et ont cet avantage. Je dois donc me conformer, étant en Allemagne, aux coutumes du Païs, pour ne point choquer la Nobless, qui est fort jalouse de ces sortes d’entrées, et qui pretend que ce privilege n’est dû qu’aux gentils hommes titrez… », Valenciennes, le 15 août 1714. Letters of […] Joseph Clemens 1958, p. 30-31.

139 Letters and Journals of Lady Mary Coke 1889-1896, vol. 2, p. 80.

140 Letters of […] Joseph Clemens 1958, p. 108.

141 « Wann Ihro Churfuerstl. Durchl. des Abends auf die gewoehnliche Weise nicht oeffentlich speisen, soll man keinen andern den Zugang zum Tisch gestatten, als jenen, so in die Churfuerstl. Anti-Camera kommen duerffen », (« Quand Son Altesse le prince électeur prend son repas du soir de façon habituelle, en privé, seules doivent pouvoir accéder à sa table les personnes admises dans son antichambre .»). Hofordnung, Nota xxiii, dans Ennen 1851.

142 La seule description qui nous est parvenue se trouve dans une étude et un inventaire datant des alentours de 1761 : Kurfürst Clemens August 1961, p. 268.

143 Schmechel 1923, pl. 14.

144 « Pour les appartemens des Princes de moіndre consequence Il ne faut seulement Qu’une Salle des Gardes. Une anti-chambre. La Chambre du Lict. Un Cabinet. Une Garderobbe », Joseph Clemens of Cologne à Robert de Cotte, Valenciennes 25 juin 1713, Letters of […] Joseph Clemens 1958, p. 8.

145 Le croquis publié dans l’article original de Hugh Murray Baillie p. 197 a été remplacé ici par la photographie d’un plan qui était conservé dans l’ancien Mainfränkisches Museum Würzburg et qui a été détruit en 1945. Nous remercions Martin Pozsgai de nous avoir signalé l’existence de ce plan ; voir Friedrich 2004, p. 54-55 (N. d. É.).

146 « Sagt man jetzt Audienzkammer, zu meiner Zeit sagte man Presenz […] Alles aendert », Élisabeth-Charlotte, duchesse d’Orléans, princesse Palatine, à la raugrave Louise, 10 février 1707, citée dans Vehse 1853, p. 164.

147 Letters of […] Joseph Clemens 1958.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : La King’s First Presence Chamber au palais de Hampton Court.
Crédits © CC-BY-SA / Ser_Is_Snarkish
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12137/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Titre Fig. 2 : La King’s Audience Chamber au palais de Hampton Court.
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12137/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Fig. 3 : Plan des appartements officiels du château de Hampton Court, premier étage, le nouveau bâtiment, 1689-1694 (architecte : Sir Christopher Wren).
Légende 1 : Clock Tower Entrance Courtyard ; 2 : Great Hall ; 3 : Withdrawing Room ; 4 : Round Kitchen Court ; 5 : Haunted Gallery ; 6 : Upper Part Chapel ; 7 : Court ; 8 : Queen’s Guard Chamber ; 9 : Queen’s Presence Chamber ; 10 : Chapel ; 11 : Closet ; 12 : Queen’s Private Dining Room ; 13 : Closet ; 14 : Queen’s Private Dressing Room ; 15 : King’s Dressing Room ; 16 : King’s Private Chamber ; 17 : Ante Room ; 18 : Area ; 19 : Attendants ; 20 : King’s Writing Closet ; 21 : Queen Mary’s Closet ; 22 : Queen’s Gallery ; 23 : Queen’s Bedroom ; 24 : Queen’s Drawing Room ; 25 : Queen’s Audience Chamber ; 26 : Public Dining Room ; 27 : Prince’s Stairs ; 28 : Prince’s Presence Chamber ; 29-30 : Prince’s Drawing Room ; 31 : Cloister Court ; 32 : Cartoon Gallery ; 33 : King’s Dressing Room ; 34 : King’s Bedroom ; 35 : King’s Drawing Room ; 36 : King’s Audience Chamber ; 37 : King’s Second Presence Chamber ; 38 : King’s First Presence Chamber ; 39 : Attendants ; 40 : Ante Room ; 41 : Area ; 42 : King’s Guard Chamber ; 43 : King’s Staircase ; 44 : Ionic colonnade under ; 45 : Court ; 46 : Cistern ; 47 : Communication Gallery ; 48 : Queen’s Staircase ; 49 : Fontispiece to the Park ; 50 : Privy Garden.
Crédits © CRCV / 2014
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12137/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 924k
Titre Fig. 4 : Thomas Rowlandson, A Drawing Room at St. James’, vers 1808. Londres, The Museum of London, D149 ; 211.
Légende La Guard Chamber au palais de Saint-James avant qu’elle ne soit divisée en deux pièces. Malgré certaines inexactitudes, par exemple les uniformes des gardes du roi, ce dessin illustre assez bien le principe des Honours of the Guard ou Great Chamber (source : Museum of London Prints).
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12137/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre Fig. 5 : Plan des appartements officiels du palais de Saint-James, premier étage, milieu du xviiie siècle.
Légende 1 : French Chapel ; 2 : Yard ; 3 : Laundry ; 4 : Flat ; 5 : Pheasant Court ; 6 : Area ; 7 : Great Court ; 8 : Court ; 9 : King’s Bedchamber ; 10 : State Bedchamber ; 11 : Little Drawing Room ; 12 : The Garden ; 13 : Privy Chamber ; 14 : Presence Chamber ; 15 : King’s Guard Room ; 16 : Paradise Court ; 17 : Prince’s Guard Room ; 18 : Drawing Room ; 19 : Council Chamber ; 19a : Waiting Room and Stairs ; 20 : Engine Court ; 21 : Queen Wardrobe ; 22 : Cistern ; 23 : Kitchen Court ; 24 : Area ; 25 : Ballroom ; 26 : Green Cloth Court ; 27 : Chapel Royal ; 28 : Organ ; 29 : St James’s Street ; 30 : Cleveland Row.
Crédits © CRCV / 2014
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12137/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 6 : Plan des appartements officiels du château de Stirling (Écosse), premier étage, d’après un plan du xviie siècle.
Légende 1 : The King’s Garde Hall ; 2 : Presence ; 3 : Bedchamber ; 4 : Queen’s Bedchamber ; 5 : Presence ; 6 : The Queen’s Garde Hall ; 7 : The Lyon’s Den ; 8 : Prince’s Tower ; 9 : Upper Terrace ; 10 : The Lady’s Hole ; 11 : The Inner Court ; 12 : The Great Hall ; 13 : The Chapel ; 14 : Officer’s Lodgings.
Crédits © CRCV / 2014
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12137/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 7 : Plan des appartements officiels du palais de Linlithgow (Écosse), premier étage.
Légende Zone noire : xve et xvie siècles. Zone hachurée : xviie siècle. 1 : King’s Oratory ; 2 : The Bedchamber ; 3 : « The Presence Chalmer [sic] of 1629 » ; 4 : The King’s Hall ; 5 : Sun Gallery over ; 6 : Hall ; 7 : Screen and Loft ; 8 : Chapel ; 9 : Position of High Altar ; 10 : « Chalmer of Deasb [sic] » over ; 11 : Fireplace ; 12 ; The Great Window ; 13 : The Great Hall or « Lyon Chalmer » ; 14 : The Screens ; 15 : The Court Kitchen ; 16 : Original position of stair ; 17 : Chase for portcullis ; 18 : Entresol floor below « A » ; 19 : Queen’s Oratory.
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12137/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Fig. 8 : Croquis du plan du château de Fontainebleau, premier étage.
Légende Les appartements de François Ier sont délimités par les traits en gras. 1 : Salle ; 2 : Chambre ; 3 : Cabinet (désigné par les pointillés) ; 4 : Galerie ; 5 : Vestibule ; 6 : Chapelle ; x : Chambre des gardes ajoutée par Charles IX. Les appartements de la reine : a : Salle ; b : Chambre ; c : Cabinet.
Crédits © H. M. Baillie
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12137/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 796k
Titre Fig. 9 : Croquis du plan des appartements officiels au premier étage du palais du Louvre sous Louis XIV.
Légende 1 : Cour du Louvre ; 2 : Jardin ; A : Escalier du Roi ; A’ : Petit degré du Roi ; B : Salle des gardes ; C : Antichambre ; D : Chambre de parade ; D’ : Chambre d’alcôve ; E : Grand Cabinet ; E’ : Petit Cabinet ; F : Salon du Dôme ; G : Petite Galerie (galerie d’Apollon) ; GG : Galerie menant aux Tuileries ; a : Escalier de la Reine ; b : Antichambre ; c : Chambre de parade avec le dais ; d : Grand Cabinet ; e : Chambre de parade avec le « lit de parade » ; e’ : Chambre d’hiver.
Crédits © CRCV / 2014
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12137/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 10 : Abraham Bosse, Lecture du contrat de mariage du roi de Pologne avec Louise-Marie de Gonzague-Nevers dans la chambre de parade du roi à Fontainebleau, le 25 septembre 1645, 1645, gravure, 27 × 33 cm. Londres, British Museum, Mm, 2.132.
Légende Lecture du contrat de mariage entre le roi de Pologne Wladyslaw IV et Louise-Marie de Gonzague-Nevers le 25 septembre 1645, en présence de la mariée, de l’ambassadeur de Wladyslaw IV, de Louis XIII et Anne d’Autriche, du duc d’Anjou, du cardinal Mazarin, dans la chambre du roi à Fontainebleau. La famille royale, l’ambassadeur et la mariée sont derrière la balustrade avec le secrétaire d’État, le capitaine des gardes et la gouvernante du roi. À l’extrême droite : les Yeomen of the Bedchamber (huissiers de la Chambre) en service pour garder le lit à l’intérieur de la balustrade et la table au pied du lit. Le cardinal Mazarin se tient avec le reste de la cour à l’extérieur de la baslutrade.
Crédits © The Trustees of the British Museum
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12137/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 5,2M
Titre Fig. 11 : Tapisserie des Gobelins, atelier de Jean Lefebvre, Tenture de l’histoire du Roy, 7e pièce : L’Audience du légat, 1667-1672, fil d’or, haute lisse, 5,120 × 7,250 m. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, Vmb14189.
Légende Le cardinal Chigi, neveu du pape, vient présenter des excuses au roi Louis XIV dans sa chambre à Fontainebleau. Le cardinal est assis face au roi, derrière la balustrade. L’ouverture sur le côté est peut-être due à des conventions esthétiques pour montrer les personnages principaux. On remarquera la table au pied du lit.
Crédits © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Christian Jean / Jean Schormans
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12137/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Fig. 12 : Atelier de Jean de La Croix, d’après Pierre Ballin, Audience accordée par Louis XIV au comte de Fuenté, ambassadeur du roi d’Espagne, au Louvre le 24 mars 1662, 1732-1735, tapisserie, 3,760 × 5,730 m. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, Vmb14194.
Légende Le grand cabinet du Roi au Louvre, entre la chambre de parade et le salon du Dôme. Le roi et l’ambassadeur se tiennent derrière la balustrade.
Crédits © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Christian Jean / Jean Schormans
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12137/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 5,8M
Titre Fig. 13 : Plan de l’appartement du roi à Versailles, premier étage (1676-1678). Stockholm, Nationalmuseum, CC74 (lettres ajoutées).
Légende A : Escalier du Roi ou escalier des Ambassadeurs ; B : Salon de Vénus ; C : Salon de Diane ; D : Salon de Mars ou salle des gardes ; E : Salon de Mercure ou Antichambre, avec le trône ; F : Salon d’Apollon ou chambre du Lit ; G : Grand Cabinet donnant sur un cabinet plus petit et sur la chambre ouvrant sur la terrasse (K), les rectangles en F et E indiquent respectivement le lit et le trône ; I : Premier cabinet particulier ou cabinet de Saturne (chambre à coucher du roi d’octobre 1673 à juin 1674) ; I’ : Chambre à coucher à partir de 1674 ; J : Second cabinet particulier ou cabinet de Vénus ; K : Terrasse.
Crédits © Stockholm, Nationalmuseum
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12137/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 14 : Plan du premier estage du chasteau de Versailles, vers 1685. Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, Va 78e, fol t. I.
Légende Les numéros ont été agrandis. 1 : Salle des gardes du Roi ; 2 : Première antichambre ; 3 : Seconde antichambre ou antichambre des Bassans ; 4 : Chambre du Roi ; 5 : Salon du Roi ; 6 : Cabinet ou cabinet du Conseil ; 7 : Cabinet des Termes ou des Perruques ; A : Escalier du roi ou escalier des Ambassadeurs ; 8 : Salon de l’Abondance ; 9 : Salon de Vénus ; 10 : Salon de Diane ; 11 : Salon de Mars ou salle des Gardes ; 12 : Salon de Mercure ou chambre du Roi ; 13 : Salon d’Apollon ou salle du Trône ; 14 : Salon de la Guerre ; B : Escalier de la Reine ; 15 : Grande salle des gardes ; 16 : Salle des gardes de la Reine ; 17 : Appartement de la Reine (antichambre, grand cabinet avec le dais, chambre de la reine) ; 18 : Salon de la Paix ; 19 : Grande Galerie ou galerie des Glaces ; 20 : Cour de Marbre ; 21 : Chapelle.
Crédits © Château de Versailles
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12137/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 15 : Plan du premier étage et des apartemans du château royal de Versailles, en 1714-1715 (détail), estampe : 42 × 28 cm. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, invgravures_grosseuvre_1461_pl. 16.
Légende Les numéros ont été agrandis. A : Escalier du Roi ou escalier des Ambassadeurs ; 29 : Grande salle de l’escalier du Roi ou salon de Vénus ; 28 : Salon de Diane ou chambre du Billard ; 27 : Salon de Mars ou salle de Concert ou de Bal ; 26 : Salon de Mercure ou chambre de parade оu du Lit ; 25 : Salon d’Apollon ou chambre du Trône ; 24 : Salon de la Guerre donnant sur la Grande Galerie ; 30 : Salon de l’Abondance ou petit salon du Cabinet ; 31 : Grand Salon ou salon d’Hercule ; 32 : Salon de la Chapelle. – B : Escalier de la Reine ; 4 : Grande salle des Gardes ; 5 : Salle des gardes de la Reine ; 6 : Appartement de la Reine : Antichambre, Grand Cabinet avec le dais, chambre de la Reine avec le lit de parade ; 7 : Salon de la Paix donnant sur la Grande Galerie ; 11 : Salle des gardes du Roi ; 12 : Antichambre ou salle du Grand Couvert où le roi mange en public ; 13 : Antichambre de l’Œil-de-Bœuf, constituée de l’ancienne antichambre des Bassans et de l’ancienne chambre du Roi ; 14 : Chambre du Roi (jusqu’en 1701, le salon où le roi s’habille) ; 15 : Grand cabinet ou cabinet du Conseil ; 16 : Cabinet des Termes ou des Perruques donnant accès aux cabinets privés (17), utilisés principalement pour conserver les collection de tableaux et d’objets précieux du roi.
Crédits © Château de Versailles
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12137/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 16 : La chambre de parade du roi au château de Versailles.
Crédits © Château de Versailles (Dist. RMN-Grand Palais) / Christophe Fouin
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12137/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 17 : Louis Silvestre, Louis XIV reçoit à Fontainebleau le prince électeur de Saxe Frédéric-Auguste le 27 septembre 1714, vers 1714, huile sur toile, 1,220 × 1,550 m. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, MV 4344.
Légende Comme la cour était en deuil pour la mort du duc de Berry (le 4 mai 1714), on avait retiré les tableaux et placé des rideaux devant les miroirs.
Crédits © RMN-Grand Palais (Château de Versailles)/ Gérard Blot / Christian Jean
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12137/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 18 : François Marot, Première promotion des chevaliers de l’ordre de Saint-Louis par Louis XIV, à Versailles le 8 mai 1693, xviie siècle, huile sur toile, 51 × 76 cm. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, MV 2149.
Légende Bien que la cérémonie se déroulât dans l’ancienne chambre à coucher au château de Versailles, désormais partie de l’antichambre de l’œil-de-Bœuf, elle est représentée dans cette reconstitution du début du xviiie siècle comme ayant lieu dans la chambre à coucher actuelle, qui en 1693 était le Salon où le roi s’habille.
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12137/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 19 : Peter Angelis, La Reine Anne et les chevaliers de l’ordre de la Jarretière, 1720, huile sur toile, 62,2 × 74,9 cm. Londres, National Portrait Gallery, NPG 624.
Légende La reine assise sur le trône dans la Presence Chamber au palais de Kensington.
Crédits © National Portrait Gallery, London
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12137/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Fig. 20 : Atelier Robert de Cotte, Plan du premier étage du palais du Buen Retiro à Bonn (détail), 1715, plume, encre et encre de Chine, aquarelle, 48,8 × 112,2 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, FT 6-HA-19 (Robert de Cotte, 110).
Légende a : Escalier ; b : Salle des gardes ; c : Première anti-salle pour le commun ; d : Seconde anti-salle pour les officiers ; e : Salle à manger ; e’ : Salle des Buffets menant à la galerie du Rhin ; f : Première antichambre ; g : Seconde antichambre ; h : Chambre d’audience avec le dais ; i : Salle du Conseil ; j : Chambre de parade ; k : Grand Cabinet ; l : Galerie ; m : Salon de musique donnant sur le Jardin privé et conduisant aux appartement privés dans l’aile du Buen Retiro ; n : chambre à coucher ; o : Oratoire ; pp : Cabinets ; qq : Chapelles ; r : Galerie du Rhin. On peut voir ici l’influence française dans la disposition de la chambre de parade, située au centre de l’enfilade ; cependant, les règles de base de la distribution allemande sont respectées comme on le voit : toutes les pièces publiques sont devant la chambre, tandis que la galerie et le salon de musique, considérés comme des pièces privées, sont placés derrière. Lorsqu’on les ouvrait à l’occasion d’une manifestation publique, les invités y accédaient non par la chambre de parade mais par un escalier menant directement au salon de musique (non indiqué sur le plan). Permalien : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b530608579
Crédits © gallica.bnf.fr / Biliothèque nationale de France
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12137/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Titre Fig. 21 : D’après un dessin de Johann Martin Metz, gravure de F. Mettely, Le Palais électoral de Bonn, vers 1755, aujourd’hui l’université. Cologne, Rheinisches Bildarchiv, Nr. RBA 127 499.
Légende La façade sud, vue du jardin. Le palais, flanqué de quatre tours, fut édifié par Enrico Zucalli dans les années 1690. Après 1714, la façade fut modifiée et des ailes furent ajoutées d’après les plans de Robert de Cotte. Sur la gauche, l’aile du Buen Retiro avec les appartements privés et un jardin en terrasse. Sur la droite, une longue galerie, incluant l’une des portes de la ville, qui devait conduire au Rhin et à une villa mais qui, en définitive, ne fut jamais construite. Dans le cartouche à droite, sous l’étoile des rois mages, une vue de la cathédrale de Cologne.
Crédits © Rheinisches Bildarchiv, Bonn
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12137/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Titre Fig. 22 : Cabinet des glaces (Spiegelkabinett) dans la suite du margrave, résidence des margraves à Ansbach.
Légende Cabinet construit en 1737, sur les plans de Paul Amadée Biarelle, boiseries de J. Wezler de Munich et plafond de Johann Adolf Biarelle. Bien qu’il ne soit pas le plus récent, ce cabinet est l’un des plus beaux exemples ayant survécu de décor inspiré du cabinet du Conseil à Versailles.
Crédits © Munich, Bayerische Verwaltung der staatlichen Schlösser, Gärten und Seen
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12137/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Titre Fig. 23 : La grande salle des gardes (Weisser Saal) dans le palais du prince-évêque à Würzburg.
Légende Connue sous le nom de Weisser Saal, son décor blanc éclatant devait contraster avec celui, élaboré et haut en couleurs, de la Kaisersaal vers laquelle elle conduisait. Les stucs d’Antonio Bossi furent réalisés en très peu de temps en 1744-1745 afin que la pièce soit prête pour la visite de l’empereur.
Crédits © Munich, Bayerische Verwaltung der staatlichen Schlösser, Gärten und Seen
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12137/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Fig. 24 : Le Grand Salon (Kaisersaal) ou salle impériale dans le palais du prince-évêque à Würzburg.
Légende Combinaison du grand hall et du salon à l’italienne, il fut construit par Balthasar Neumann en 1741 mais ne reçut son décor définitif qu’entre 1749 et 1753. Le décor fut réalisé par Neumann et Bossi ; ce dernier exécuta aussi les quatre figures en stuc grandeur nature dans les niches, représentant Neptune, Junon, Flore et Apollon. Les trois fresques au plafond, réalisées en 1751-1752, sont de Giovanni Battista Tiepolo ; son fils Giovanni Domenico Tiepolo réalisa les tableaux des dessus de portes sur les petits côtés du hall. Le thème du décor, le prince chrétien, est montré au travers des relations entre l’Empire et Würzburg. La peinture de G. B. Tiepolo représente le mariage de Frédéric Barberousse et Béatrice de Bourgogne, célébré par l’évêque de Würzburg, Gebhard von Henneberg, qui a les traits du mécène de Tiepolo, le prince-évèque Carl Philipp von Greiffenclau.
Crédits © Munich, Bayerische Verwaltung der staatlichen Schlösser, Gärten und Seen
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12137/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 976k
Titre Fig. 25 : Plan du premier étage de la résidence de Würzburg, 1731. Conservé dans l’ancien Mainfränkisches Museum Würzburg, Inv. Nr. SE 303, détruit en 1945 (lettres et couleurs ajoutées).
Légende 1 : Appartements de l’Empereur ; 2 : Appartements de l’Impératrice ; 3 : Pièces du prince électeur ; A : Escalier ; B : Grande salle des gardes (Weisser Saal) ; B’ : Salle des gardes du prince-évèque ; C : Kaisersaal ou salle impériale ; D : Antichambres ; E : Chambres d’audience avec dais ; F : Chambre à coucher ; g : Cabinets ; H : Galerie ; J : Chapelle.
Crédits © Mainfränkisches Museum Würzburg
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12137/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hugh Murray Baillie, « L’étiquette et la distribution des appartements officiels dans les palais baroques », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne], Articles et études, mis en ligne le 22 décembre 2014, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://crcv.revues.org/12137 ; DOI : 10.4000/crcv.12137

Haut de page

Auteur

Hugh Murray Baillie

Esq. (Esquire), M. B. E. (Member of the Order of the British Empire), M.A. (Master of Arts), F. S. A. (Fellow of the Society of Antiquaries)

Haut de page

Droits d’auteur

© Hugh Murray Baillie / 2014 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org