Navigation – Plan du site
2013

L’ameublement du salon d’Apollon, XVIIe-XVIIIe siècle

The furnishings of the Salon d’Apollon in the seventeenth and eighteenth centuries
Antoine Maës

Résumés

Si le salon d’Apollon brillait par sa fonction de salle du Trône, il rayonnait par l’ameublement qui s’y trouvait sous l’Ancien Régime. Reflet de l’orgueil des souverains qui rivalisèrent de luxe et de prodigalité, il fut le miroir de la grandeur du royaume. Admirée en son temps, imaginée à présent, car vidée par les révolutionnaires, la salle du Trône fascinait, tant par le luxe qui s’y déployait que par les événements qui s’y déroulèrent. Si l’ameublement des résidences royales exprimait le faste du pouvoir, celui du salon d’Apollon en fut le parangon : l’exubérance du mobilier d’argent puis la magnificence du mobilier de bois doré n’eurent d’égale que la somptuosité des textiles qui contribuèrent à faire de cette pièce un écrin digne de la Couronne, dont elle exaltait le prestige. Archives et témoignages de contemporains éblouis par tant de splendeur permettent aujourd’hui d’appréhender les différents états que connut l’ameublement du salon d’Apollon des années 1680 à la veille de la Révolution.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article est issu d’un mémoire d’étude (1re année de 2e cycle) de l’École du Louvre, réalisé sous la direction de Pierre-Xavier Hans dans le cadre du groupe de recherche « Versailles » de l’École du Louvre en partenariat avec le Centre de recherche du château de Versailles (session 2011-2012).

Texte intégral

1L’étude de l’ameublement du salon d’Apollon, en tant que salle du Trône, n’a jusqu’à présent jamais fait l’objet d’une synthèse. En effet, c’est davantage l’état du grand appartement du Roi dans son ensemble qui a été étudié, qui plus est essentiellement sous le règne de Louis XIV. Dans sa synthèse sur le château de Versailles, publiée en 1961, Pierre Verlet dressait un rapide panorama de l’ameublement du Grand Appartement sous l’Ancien Régime. Il revient à Alfred et Jeanne Marie d’avoir approfondi cette question dans les quatre volumes qu’ils ont consacrés au château de Versailles sous les règnes de Louis XIV et de Louis XV, parus dans les années 1960-1980. Lors du colloque qui s’était tenu à Versailles en 1985, Béatrix Saule avait présenté le cadre que le Grand Roi s’était fait aménager à Versailles de 1661 à 1668, date à laquelle il décidait du premier agrandissement du château. Poursuivant cette étude, elle a retracé, dans un article paru en 1992 dans Versailles: French Court Style and its Influence, l’état de l’ameublement du château de 1668 à 1678, période de transition durant laquelle furent créés les Grands Appartements, avant l’installation définitive du roi à Versailles. Plus récemment, l’exposition sur le mobilier d’argent, qui a eu lieu à Versailles en 2007-2008, a permis de faire le point sur l’ameublement du grand appartement du Roi dans les années 1680. Le sujet de cette étude s’inscrit dans le cadre de la politique de remeublement des appartements royaux et princiers du château de Versailles. Dernier exemple en date, la campagne de travaux de 2009-2010 a permis à l’antichambre du Grand Couvert de la reine de retrouver l’état qu’elle pouvait présenter à la veille de la Révolution. Dans une étude publiée en 1937 dans la Gazette des beaux-arts consacrée à « L’ancien mobilier de Versailles, son étude et ses méthodes », Pierre Verlet affirmait que pour parvenir au remeublement de Versailles, il faudrait pouvoir répondre à trois questions : comment étaient meublés les appartements de Versailles avant la Révolution ? Quels en étaient les meubles ? Où sont aujourd’hui ces meubles ? Ce sont ces trois points que cet article va tenter d’éclaircir, en prenant comme objet d’étude le salon d’Apollon durant la période 1680-1789.

Fig. 1 : Muséographie du salon d’Apollon en décembre 2006.

Fig. 1 : Muséographie du salon d’Apollon en décembre 2006.

© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot

Fig. 2 : Muséographie du salon d’Apollon en décembre 2006.

Fig. 2 : Muséographie du salon d’Apollon en décembre 2006.

La mise en place d’une estrade reconstituée et d’un fauteuil d’époque Louis XIV, au milieu du mur face aux deux fenêtres, permet d’évoquer leur situation sous l’Ancien Régime. La broderie accrochée derrière suggère la place du dais qui s’y trouvait autrefois, et dont on voit encore les pitons. De même, les guéridons de bois doré, qui ont été réalisés en 1769 pour la Grande Galerie, ainsi que des pliants, ont été placés dans cette pièce de part et d’autre de l’estrade, afin d’imaginer ceux qui étaient présents avant la Révolution. Du lambris d’appui de marbre à la corniche du plafond d’origine, la pièce est tendue d’un damas rouge cramoisi qui évoque celui qui s’y trouvait en été sous le règne de Louis XV. Des tableaux des collections royales y étaient accrochés, ce qui est rappelé ici, avec notamment le portrait de Louis XIV en costume royal, peint par Rigaud en 1702, placé au-dessus de la cheminée comme autrefois.

© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot

2Avant de procéder à l’étude de l’ameublement du salon d’Apollon, il convient d’apporter un éclairage préliminaire sur trois points : la topographie de la pièce, sa toponymie et son utilisation.

  • 1 Verlet 1985a, p. 148-149.
  • 2 Clément 1868, t. V, p. 287.
  • 3 Perrault 1688, p. 116.

3Louis XIV fixa à Versailles sa résidence le 6 mai 1682 : les nombreux travaux qu’il avait entrepris auparavant laissaient présager cette installation qui semblait irrévocable1. Les Grands Appartements, tels qu’ils existent aujourd’hui, sont situés au premier étage de l’« enveloppe » de pierre élevée autour du vieux château de brique et ardoise de Louis XIII. Celui-ci fut bâti en 1626, puis agrandi au début des années 1630. Vers la fin de 1668, Louis XIV décida d’agrandir ce château devenu trop exigu. Le projet qui consistait à faire raser la vieille bâtisse de son père fut abandonné au profit de la construction d’une « enveloppe » de pierre de taille venant ceinturer sur trois côtés le Château-Vieux. Le plan fut proposé par l’architecte Louis Le Vau en 1669 : Colbert y louait la « suite du grand appartement du roi » qu’il jugeait « belle et bien proportionnée »2. Lorsque l’iconographie et le décor furent élaborés, à partir de 1671, la distribution avait été modifiée. Reliés par une terrasse sur jardin à l’ouest, l’appartement du Roi (au nord) et celui de la Reine (au sud) comprenaient sept pièces chacun, suivant une parfaite symétrie : vestibule, salle des gardes, antichambre, chambre d’apparat, Grand Cabinet, petite chambre et cabinet particulier (fig. 3). C’est ce nombre de sept qui, selon Charles Perrault, « donna la pensée de consacrer chacune de ces pieces à une des sept Planettes3 », suivant le modèle des « salles des Planètes » du palais Pitti à Florence.

Fig. 3 : Dessinateurs des Bâtiments du roi, Plan du premier étage du château de Versailles (numéroté par l’auteur), vers 1676-1678. Stockholm, Nationalmuseum, collection Cronstedt, CC 74.

Fig. 3 : Dessinateurs des Bâtiments du roi, Plan du premier étage du château de Versailles (numéroté par l’auteur), vers 1676-1678. Stockholm, Nationalmuseum, collection Cronstedt, CC 74.

Grand appartement du Roi : 1. Salon de Vénus II (vestibule) ; 2. Salon de Diane (vestibule) ; 3. Salon de Mars (salle des gardes) ; 4. Salon de Mercure (antichambre) ; 5. Salon d’Apollon (chambre d’apparat) ; 6. Salon de Jupiter (Grand Cabinet) ; 7. Salon de Saturne (petite chambre) ; 8. Salon de Vénus I (cabinet particulier).
Grand appartement de la Reine
 : 9. Salon de Vénus (cabinet particulier) ; 10. Salon de Saturne (petite chambre) ; 11. Salon de Jupiter (Grand Cabinet) ; 12. Salon d’Apollon (chambre d’apparat) ; 13. Salon de Mercure (antichambre) ; 14. Salon de Mars (salle des gardes) ; 15. Salon de Diane (vestibule).
Les deux Grands Appartements sont conçus à l’origine en parfaite symétrie. Les deux salles des gardes (ou salons de Mars) sont les pièces les plus vastes. Le salon de Mars de l’appartement du roi ouvre par trois croisées sur le parterre du Nord.

© Nationalmuseum, Stockholm

  • 4 Milovanovic 2005, p. 14.
  • 5 Verlet 1985a, p. 221.

4La date de l’élaboration du programme iconographique doit se situer avant mars 1671, lorsque les premiers paiements furent versés aux sculpteurs qui réalisèrent les stucs des plafonds. Si toutes les sculptures étaient achevées en avril 1673, ce ne fut pas le cas des peintures, la guerre de Hollande commencée en 1672 ayant provoqué un ralentissement des travaux4 : le roi dut ainsi se contenter d’un appartement partiellement décoré pour son premier séjour dans le nouveau Versailles en novembre 1673. Le salon d’Apollon, qui formait alors le centre de l’appartement, était la grande chambre du Roi, le salon de Mars étant la salle des gardes et le salon de Mercure l’antichambre. La signature du traité de Nimègue en 1678 entraîna la reprise des chantiers de décors pour toutes les pièces des Grands Appartements, jusqu’en avril 1681, date de l’achèvement des travaux. La distribution initiale de ces appartements fut remise en cause en 1678, lorsque fut entreprise la construction de la Grande Galerie et de ses deux salons annexes, de la Guerre côté nord et de la Paix côté sud : elle impliquait en effet la destruction de la terrasse et des salons de Jupiter, de Saturne et de Vénus chez le roi et la reine. Vers 1680 furent achevés le salon de l’Abondance et celui de Vénus à l’entrée du grand appartement du Roi, de même que l’escalier des Ambassadeurs qui en constituait désormais l’entrée solennelle. La Grande Galerie et ses deux salons furent entièrement décorés en 1684, terminant de façon définitive les travaux du Grand Appartement. Entre-temps, l’année 1683 fut endeuillée par la mort de la reine Marie-Thérèse le 30 juillet : Louis XIV prit alors possession des pièces de son épouse qui ouvraient sur la cour de Marbre. Il fit ainsi aménager, dès 1684, à l’étable noble du Château-Vieux, un nouvel appartement qu’il habita jusqu’à sa mort, et ses successeurs après lui. Aussi au début des années 1680 le grand appartement du Roi changea-t-il d’affectation, ne servant désormais qu’aux réceptions et aux fêtes. Si le décor des salons de cet appartement de parade ne subit pas de modifications, en revanche leur affectation changea : le salon de Mars devint le salon du Bal, le salon de Mercure la chambre du Lit, le salon d’Apollon la chambre du Trône5 (fig. 4).

Fig. 4 : Dessinateur des Bâtiments du roi, Plan du premier étage du corps central du château de Versailles (numéroté par l’auteur), vers 1685. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, Va 78e, fol., t. I.

Fig. 4 : Dessinateur des Bâtiments du roi, Plan du premier étage du corps central du château de Versailles (numéroté par l’auteur), vers 1685. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, Va 78e, fol., t. I.

Grand appartement du Roi et Grande Galerie : 1. Salon de l’Abondance ; 2. Salon de Vénus (pièce de Marbre) ; 3. Salon de Diane (salon du Billard) ; 4. Salon de Mars (salle de bal) ; 5. Salon de Mercure (chambre du Lit) ; 6. Salon d’Apollon (chambre du Trône) ; 7. Salon de la Guerre ; 8. Grande Galerie.
Récemment achevé, l’escalier des Ambassadeurs constituait l’entrée solennelle du grand appartement du Roi ; les salons de Vénus et de Diane en étaient les vestibules. Le salon d’Apollon est devenu la chambre du Trône, formant de fait le nouveau pendant de la chambre de parade de la Reine qui n’a pas changé. Le passage situé à l’arrière de la Grande Galerie permettait au roi de pouvoir se rendre de son nouvel appartement sur la cour de Marbre vers le salon d’Apollon.

© Bibliothèque nationale de France

Fig. 5 : Vue générale du plafond du salon d’Apollon depuis le côté des fenêtres, peintures de Charles de La Fosse et de Gabriel Blanchard, sculptures de Gaspard et de Balthazar Marsy, entre 1672 et 1681.

Fig. 5 : Vue générale du plafond du salon d’Apollon depuis le côté des fenêtres, peintures de Charles de La Fosse et de Gabriel Blanchard, sculptures de Gaspard et de Balthazar Marsy, entre 1672 et 1681.

La composition centrale, peinte par Charles de La Fosse, représente Apollon sur son char accompagné des allégories des Saisons, de la Magnificence et de la Magnanimité. La bordure circulaire semble être soutenue par les huit figures féminines en stuc réalisées par Gaspard et Balthazar Marsy. Les tableaux des voussures représentent Auguste faisant bâtir le port de Misène (peint par La Fosse), Coriolan supplié par sa famille d’épargner Rome, Vespasien faisant bâtir le Colisée, Alexandre et Porus (peints par Gabriel Blanchard). Dans les angles sont figurées les allégories des quatre continents, à savoir l’Europe, l’Afrique (peints par Blanchard), l’Amérique et l’Asie (peints par La Fosse).

© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot

  • 6 Milovanovic 2005, p. 36.
  • 7 Ibid., p. 134.
  • 8 Louis XIV 2007, p. 172.
  • 9 Milovanovic et Maral 2009, p. 36.
  • 10 Maral 2009, p. 122.

5Pour chaque pièce du Grand Appartement, la peinture centrale du plafond comprend la représentation du dieu associé à la planète dans un char tiré par les animaux qui lui conviennent6. Le salon d’Apollon tire son nom du décor de Charles de La Fosse au centre du plafond, peint entre 1672 et 1681, représentant Apollon sur son char accompagné des allégories des Saisons, de la Magnificence et de la Magnanimité ; celles-ci symbolisent les vertus « solaires » par excellence du souverain ; la France est évoquée par le sceptre et la couronne fermée (fig. 5). Il faut y voir le repos de la France grâce aux « soins du Soleil dans sa course, c’est-à-dire du roi dans l’exercice du gouvernement7 ». Cette métaphore fait écho à la destination de la pièce, à l’origine chambre du Roi. Pour illustrer sa devise « officielle », Louis XIV avait choisi en 1662 l’image du soleil éclairant la terre avec le mot : Nec Pluribus Impar. La signification en a été donnée par le roi dans ses Mémoires : le soleil éclaire la terre mais sa lumière suffirait à éclairer plusieurs autres mondes ; de même le roi gouverne la France mais il serait capable de gouverner plusieurs royaumes8. En se comparant au soleil (Apollon), le roi se porte garant de la prospérité de son royaume : le soleil exerce ses influences favorables en tous lieux, il est le principe de la fécondité du monde. En outre, l’image du char d’Apollon dans sa course journalière autour de la terre symbolise l’assiduité du roi à ses conseils après sa décision de gouverner par lui-même9. Si l’enchaînement des pièces du grand appartement du Roi, du salon de Diane à celui de Vénus (avant les travaux de 1678), ne correspondait à aucun ordre astronomique, il consacrait toutefois la position centrale d’Apollon, image du soleil, conformément à l’explication pythagoricienne de l’univers10. Ainsi, bien que la fonction de la pièce ait changé au début des années 1680, le décor de La Fosse s’accordait parfaitement avec la nouvelle affectation du salon d’Apollon, qui accueillait désormais le trône royal. En outre, le langage établi entre ce décor et l’ameublement de la pièce devait produire un effet tout à fait saisissant.

6Il convient par ailleurs de préciser le vocable par lequel le salon d’Apollon était désigné sous l’Ancien Régime. À la cour, on l’appelait habituellement la « chambre du Trône », tandis que les étrangers parlaient plus volontiers de « chambre d’audience ». L’architecte suédois Nicodème Tessin, venu à Versailles à l’été 1687, la désignait en effet comme « sale ou Chambre d’Audience ». Quant à la première appellation, elle est utilisée dans les inventaires du château de 1708 à 1788 ; à cette date, la pièce est mentionnée comme « Pièce du Trône », de même que dans l’inventaire de 1792. Cependant, à la lecture des mémoires ou des descriptions, on remarque que l’appellation de la pièce varie selon les auteurs. Le rédacteur du Mercure galant de décembre 1682, Jean-François Félibien (1703), Dangeau (1708) ou encore Luynes (1744) l’appelaient « Chambre du Trône » ; Dezallier d’Argenville (1755), Luynes (1755) et Luc-Vincent Thiéry de Sainte-Colombe (1788) employaient l’expression « Salle du Trône » ; Piganiol de La Force (1701), Jean-Baptiste de Monicart (1720) et Jean-François Blondel (1756) parlaient quant à eux de « Salle d’Apollon », et l’Almanach de Versailles de 1785 de « Sallon d’Apollon ». On constate donc qu’il n’existait pas à l’époque une manière conventionnelle de désigner le salon d’Apollon.

  • 11 Verlet 1985a, p. 221.
  • 12 Versailles à Stockholm 1985, p. 176.
  • 13 En décembre 1682, ces soirées ont eu lieu le lundi, le mercredi et le jeudi (Mercure galant, décemb (...)
  • 14 Bourdelot 1683, p. 272.

7Dès 1682, l’ancien « appartement des Planètes » tendait à devenir ce que nous appellerions aujourd’hui un appartement « historique », note Pierre Verlet, c’est-à-dire un appartement que l’on montrait avec orgueil et dont on se servait assez peu11. De toutes les résidences royales, seul Versailles possédait une salle du Trône avec le salon d’Apollon. Mais contrairement à la chambre du Roi, la salle du Trône n’avait aucune importance dans la vie de cour : Louis XIV n’y prenait jamais place et, lors des soirées d’« appartement » qui réunissaient toute la Cour dans le Grand Appartement, il s’asseyait sur les marches de l’estrade. En effet, lors de la réception de l’ambassade de Perse en 1715, on disait que le roi ne s’était pas assis sur son trône depuis trente ans12. Les soirées d’« appartement » furent lancées par le roi dès la saison d’hiver 1682-1683 : se déroulant trois fois par semaine13, de six heures à dix heures du soir, elles avaient lieu tous les ans de la Toussaint à Pâques. Le célèbre « reportage » du Mercure galant de décembre 1682 retrace le cadre de ces soirées pendant lesquelles le roi « traitait » sa cour. C’est lors de ces réceptions que le mobilier d’argent de Louis XIV acquit sa renommée. Mme de Sévigné, l’abbé Bourdelot ou Mlle de Scudéry venaient en effet voir les « illuminations » de Versailles, relatées par le Mercure galant. Notons que le deuil de la reine en 1683 avait supprimé les « appartements » de la saison 1683-1684. Lors de ces soirées, le salon de Mars fut utilisé comme salle de jeu, jusqu’à la saison de 1684-1685, puis comme salle de bal, dont il garda le nom jusqu’à la fin de l’Ancien Régime. Bien qu’officiellement chambre de parade, le salon de Mercure était consacré au jeu : on prit ainsi l’habitude d’ôter le lit au début de novembre, lorsque l’on remplaçait les « meubles » d’été par ceux d’hiver, afin de pouvoir y installer les tables. Quant au salon d’Apollon, il était dévolu à la danse et à la musique, et l’on y voyait le roi assis sur un carreau sur le bord de l’estrade du trône « sans façon14 ». Les trois autres jours, il y avait comédie, et rien le dimanche. Le grand appartement du Roi fut toujours le cadre de divertissements sous les règnes de Louis XV et de Louis XVI : une table de lansquenet fut ainsi placée dans le salon d’Apollon pour la soirée d’« appartement » du 3 décembre 1725, ou lors de la soirée du 17 décembre 1743 après le mariage du duc de Chartres et de Mlle de Conti.

  • 15 Castelluccio 2006, p. 27, 44 et 49.
  • 16 Ibid., p. 50.

8En outre, le Grand Appartement fut le cadre privilégié des cérémonies diplomatiques extraordinaires, destinées à laisser une impression durable. Aussi les audiences de réception et de congé des ambassadeurs étrangers eurent-elles lieu dans le salon d’Apollon, où le roi recevait assis sur son trône surmonté d’un dais. Ce fut le cas pour celles des envoyés de Moscovie, venus en mai 1681, juin 1685 et septembre 1687, celle du Maroc en février 1699, celle du shah de Perse Mehemet Reza Beg le 13 août 1715, ou de l’ambassadeur turc Mehemet Zaïd Effendy le 12 juin 174215. Notons que l’audience de congé du doge de Gênes s’y déroula le 26 mai 1685, contrairement à l’usage pour le représentant d’une nation européenne, normalement reçu dans la chambre du Roi. En revanche, Louis XVI ne reçut plus les ambassadeurs dans le salon d’Apollon mais dans la chambre du Roi, les envoyés des nations non chrétiennes recevant dès lors le même traitement que celui autrefois réservé aux ambassadeurs européens16. Le trône royal fut transféré à quatre reprises à l’extrémité sud de la Grande Galerie, pour la réception de ces ambassades extraordinaires. Celles-ci firent l’objet de nombreuses représentations, grâce auxquelles il est possible d’appréhender le trône ; toutefois ce dernier est généralement fantaisiste, puisque ces images n’étaient pas destinées à donner une vision réelle, mais s’attachaient plutôt à évoquer la splendeur de la cérémonie.

9Les sources sur lesquelles nous pouvons nous appuyer pour tenter de « reconstituer » l’ameublement de la pièce du trône à différentes époques sont multiples. Les inventaires topographiques du château, tout d’abord, rendent compte de l’état figé de l’ameublement du salon d’Apollon à certaines dates, entre 1708 et 1792. Leur étude doit être complétée par le dépouillement de l’Inventaire général du mobilier de la Couronne sous Louis XIV (1663-1715), publié en deux volumes par Jules Guiffrey en 1885-1886, dans lequel sont décrits très précisément les meubles livrés pour les intérieurs du Grand Roi, ainsi que des inventaires généraux des meubles de la Couronne de 1729 et de 1775, et de l’inventaire général des meubles par chapitre dressé en 1752. Les comptes des Bâtiments du roi, consignés depuis 1664, nous révèlent la nature des commandes passées par cette administration. Tenu à jour à partir de 1666, le journal du Garde-Meuble nous fournit jour après jour le détail des livraisons et l’identité des fournisseurs, pour lesquels les mémoires existent à peu près tous pour les années 1764 à 1771, 1774 à 1780 et 1784 à 1792. Le recoupement de ces archives, conservées aux Archives nationales, se révèle essentiel dans la mesure où certains de leurs feuillets ont disparu. En outre, quelques informations nous sont révélées à la lecture des descriptions, mémoires et journaux d’époque. Enfin, les représentations contemporaines, plus ou moins fidèles, permettent de mieux appréhender certains éléments qui composaient l’ameublement du salon d’Apollon.

10Cet article a pour but de démontrer en quoi la salle du Trône a présenté un caractère immuable dans son ameublement. Comment s’est articulé l’ancien mobilier « Louis XIV » avec les nouveaux éléments introduits par Louis XV ? De quelle manière ce langage entre tradition et modernité s’est-il établi ? En quoi a-t-il contribué à la splendeur du salon d’Apollon ? Après avoir présenté les deux visages qu’a connus l’ameublement de la salle du Trône sous Louis XIV, nous évoquerons la « modernisation » de cette pièce sous le règne de Louis XV, puis le caractère figé de son ameublement jusqu’à la Révolution.

11Il convient avant tout de reconstituer des ensembles. C’est pourquoi, dans un souci de cohérence, nous avons adopté la démarche suivante : l’analyse du trône et de sa garniture nous a amené à étudier le « meuble » de la pièce en été puis en hiver, avant d’appréhender le reste du mobilier et le luminaire.

L’ameublement du Grand Roi : du mobilier d’argent au mobilier de bois doré (1680-1715)

Une décennie d’exception : l’époque du mobilier d’argent (1680-1689)

12Imaginer l’ameublement du salon d’Apollon dans les années 1680, c’est penser d’emblée au mobilier d’argent. Ayant fait l’objet d’une exposition en 2007-2008, rappelons seulement qu’il fut réalisé pour Louis XIV à l’instigation de Colbert et sous la direction artistique de Charles Le Brun, dès les années 1660 : destiné à l’origine au Louvre, aux Tuileries ou à Saint-Germain, le roi avait certainement été influencé par les exemples qu’il avait vus chez sa mère Anne d’Autriche et chez son parrain Mazarin.

  • 17 Clément 1868, t. V, p. 357.
  • 18 Paris, Archives nationales (AN), O1 3305, fo 16 vo.
  • 19 Saule 1992, p. 158-159.
  • 20 Les « grandissimes » pièces d’argent furent réservées aux salles les plus prestigieuses de l’enfila (...)
  • 21 Arminjon 2007, p. 35.
  • 22 Scudéry 1684, t. I, p. 21.

13« Je seray bien ayse de trouver mon grand logement à Versailles en estat d’estre meublé », écrivait le roi à Colbert17 : Louis XIV souhaitait en effet pouvoir habiter son Grand Appartement, pour la première fois, à son retour d’Alsace à la fin de l’année 1673. Lorsqu’il s’y installa en novembre 1673, le premier ameublement qu’il connut devait être essentiellement constitué des apports du Garde-Meuble, composé notamment de « la plus grande partie des grandes argenteries de céans pour mettre dans les grands appartements neufs18 ». Cependant, Béatrix Saule a remarqué que « personne ne souligne le caractère exceptionnel de l’ameublement de Versailles à cette époque », établissant un lien entre ce silence et l’absence de l’abondante quantité d’argenterie qui allait bientôt s’y trouver19. En effet, ce n’est qu’à partir de 1680 que Versailles bénéficia de commandes spécifiques de mobilier d’argent, et lorsque, deux ans plus tard, le château devint le siège officiel de la Cour, toute la « Grande argenterie » fut rassemblée dans le grand appartement du Roi20. La réunion, enfin pérenne, dans ce lieu accessible à tous durant la journée et sublimé les soirs d’« appartement » par les illuminations qui rendaient « la nuit plus belle que le jour et l’hiver plus agréable que le printemps », selon Mlle de Scudéry, suscita un émerveillement renouvelé21. Sous la fiction d’une conversation, cette dernière mentionnait en 1684 « la Chambre où l’on voit un Trône si magnifique, accompagné de tout ce qui peut y convenir22 ».

Les vicissitudes du trône « d’argent »

  • 23 Paul Goujon, sieur de La Baronnière, avait été employé par Fouquet à Vaux une dizaine d’années aupa (...)
  • 24 Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. II, p. 111, no 117, et p. 275, no 504, (...)
  • 25 Castelluccio 2006, p. 29.
  • 26 Mercure galant, mai 1681, p. 277-278.
  • 27 Nous avons effectué la conversion des unités utilisées pendant l’Ancien Régime, suivant ces données (...)
  • 28 Mercure galant, décembre 1682, p. 13-14 ; voir annexe 1, document 1 ; la description du trône d’arg (...)
  • 29 Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. I, p. 53, no 309 du chapitre de l’« Ar (...)
  • 30 Ibid., no 312.
  • 31 Ibid., no 313.
  • 32 Ibid., p. 84, nos 799-802 du chapitre de l’« Argent blanc ».

14Le trône que signale Mlle de Scudéry était placé sur une estrade, au milieu du mur faisant face aux fenêtres. Il avait été commandé dans le second semestre 1669 à Philippe Caffieri, « sculpteur ordinaire des meubles de la Couronne », qui en avait sculpté le bois, argenté par La Baronnière23. Aussi ce trône de bois sculpté et argenté abusa-t-il quelques spectateurs peu perspicaces, tels Tessin, Saint-Simon ou les rédacteurs du Mercure, qui décrivaient un trône d’argent. Inscrit aux nos 117 du chapitre des « Diverses sortes de meubles » et 504 de celui des « Lits et emmeublemens » de l’Inventaire général du mobilier de la Couronne publié par Guiffrey, il s’agissait d’un grand fauteuil de bois, taillé de plusieurs ornements et argenté, avec un marchepied en bois argenté « pour servir de trosne au Roy lorsqu’il donne ses audiences aux ambassadeurs24 ». En effet, ce trône, le premier de Louis XIV, fut placé dans la galerie du Roi au Château-Neuf de Saint-Germain pour la réception de l’envoyé du sultan ottoman Mehmed IV, le 5 décembre 1669. Par la suite, il fut placé aux Tuileries, où devaient se tenir les audiences solennelles, avant de partir pour Versailles25. En mai 1681, Louis XIV reçut, dans le salon d’Apollon, les envoyés de Moscovie « dans un trône d’argent orné de plusieurs grandes figures de mesme matière26 ». Ces dernières sont mentionnées avec plus de précision dans le Mercure galant de décembre 1682 : le « trône d’argent, de huit pieds de haut [2,60 m]27 », était soutenu par « quatre Enfans portant des Corbeilles de Fleurs » et, « sur le haut du Ceintre que [formait] le Dossier, Apollon [était] en pied, ayant une Couronne de Laurier sur la teste, & tenant la Lyre. La Justice & la Force [étaient] assises sur les deux Tournans »28. Seules ces sept figures étaient d’argent. Elles sont plus précisément décrites dans l’Inventaire général du mobilier de la Couronne : sur le dossier, la figure d’« Apollon enveloppé d’une draperie, tenant sa lyre de la main gauche, posé sur un piédestal d’argent carré », pesait près de 39 marcs (9,5 kilos)29 ; celle assise, plus petite, de « la Justice tenant d’une main une balance et de l’autre une espée » pesait environ 12 marcs (3 kilos)30 ; l’autre, « de mesme grandeur, assise comme la précédente, qui [représentait] la Force, tenant d’une main une massue et de l’autre un baston de commandement », pesait près de 14 marcs (3,5 kilos)31. Le piètement était formé de « quatre figures de Cupidons avec leurs arcs et leur carquois, assis sur des Dauphins, portans des panniers de fleurs et fruits sur leurs testes, avec leurs pieds d’estaux carrez ciselez de gouttes d’eau en forme de rustiques » ; chaque figure mesurait 0,91 m et pesait 42 kilos32.

  • 33 Arminjon 2007, p. 32-33.
  • 34 Paris, Bibliothèque nationale de France (BNF), mélanges Colbert, 268, fo 00.
  • 35 AN, O1 3304, fo 156 vo.
  • 36 Louis XIV s’était fait aménager au printemps de 1669, au premier étage du Château-Vieux de Saint-Ge (...)
  • 37 BNF, mélanges Colbert, 307, fo 36.

15Le trône a sans doute été exécuté hâtivement, puisque ces sept figures d’argent provenaient des réserves du Garde-Meuble33. Si les trois figures du dossier avaient été payées à la dame Verbeck dans le premier quart de 166434, les quatre autres ont été livrées par l’orfèvre Claude Ballin le 5 juillet 1669 à Saint-Germain35, pour la grotte du roi où elles prirent place jusqu’à sa destruction en 168036. L’arrangement de ce meuble extraordinaire s’était fait aux Gobelins : en effet, l’ébéniste et bronzier Domenico Cucci fut chargé de raccommoder le grand fauteuil puisqu’il reçut, dans les six derniers mois de 1681, un paiement « pour trente-six journées de lui et de ses garçons qui ont travaillé à nettoyer et raccommoder […] un grand fauteuil37 ». Les sept figures d’argent agrémentaient le trône avant mai 1681. Celui-ci fut utilisé à Saint-Germain à l’occasion de la réception des ambassadeurs du Maroc en janvier 1682 ; il retourna de nouveau à Versailles avant décembre de cette année. Désormais, il ne quitta plus cette résidence, devenue entre-temps le siège officiel du gouvernement : prenant place dans le salon d’Apollon, il fut occasionnellement transporté dans la Grande Galerie pour les réceptions d’ambassades extraordinaires.

Fig. 6 : Dessiné par Jean Berain et gravé par Dolivar, La galerie des Glaces avec le trône et le mobilier d’argent, aménagement pour l’ambassadeur du Siam en 1686. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, INV.GRAV 111.

Fig. 6 : Dessiné par Jean Berain et gravé par Dolivar, La galerie des Glaces avec le trône et le mobilier d’argent, aménagement pour l’ambassadeur du Siam en 1686. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, INV.GRAV 111.

Le trône de bois argenté est placé sur une estrade à l’extrémité sud de la galerie des Glaces. On distingue deux des quatre figures d’argent représentant Cupidon qui forment le piétement, ainsi que les trois autres figures d’argent sur le dossier cintré. Les guéridons à figures, ainsi que les torchères, tables et vases témoignent de la richesse du mobilier d’argent qui ornait la galerie mais aussi le grand appartement du Roi.

© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot

Fig. 7 : Charles Le Brun, Louis XIV recevant les ambassadeurs de Siam dans la galerie des Glaces, le 1er septembre 1686, entre 1686 et 1690. Paris, École nationale supérieure des beaux-arts, inv. PM2533.

Fig. 7 : Charles Le Brun, Louis XIV recevant les ambassadeurs de Siam dans la galerie des Glaces, le 1er septembre 1686, entre 1686 et 1690. Paris, École nationale supérieure des beaux-arts, inv. PM2533.

Le trône est ici visible de trois quarts. Tel qu’il est mis en situation, on peut appréhender sa grande taille, puisqu’il mesurait 8 pieds de hauteur, soit 2,60 m. On distingue la figure en pied d’Apollon sur le dossier cintré, dominant celui qui a pris ce dieu pour image, Louis XIV. Le choix du roi d’utiliser cette figure d’argent n’était donc pas anodin, de même que sa position au sommet du trône.

© École nationale supérieure des beaux-arts

  • 38 Arminjon 1992, p. 11.

16Aussi ce trône de bois argenté, avec ses trois figures d’argent sur le haut du dossier, est-il bien reconnaissable sur la gravure de Jean Dolivar et sur le dessin de Le Brun, représentant l’audience des ambassadeurs de Siam en 1686 (fig. 6 et 7). La figure d’Apollon qui surmontait le trône renvoyait au roi, dont le pouvoir rayonnait au-delà de son royaume, et faisait écho au décor de La Fosse ; quant à la Justice et à la Force, elles constituaient les vertus essentielles du « roi de guerre » qu’incarnait Louis XIV. En revanche, comme l’affirme Catherine Arminjon, le dessin d’un trône appartenant à la collection Cronstedt à Stockholm (fig. 8) n’est pas à rapprocher avec le siège d’apparat de Louis XIV38.

Fig. 8 : Anonyme, Trône en argent massif de Louis XIV, crayon et encre noire, 37,2 × 24,6 cm. Stockholm, Nationalmuseum, collection Cronstedt, CC 3218.

Fig. 8 : Anonyme, Trône en argent massif de Louis XIV, crayon et encre noire, 37,2 × 24,6 cm. Stockholm, Nationalmuseum, collection Cronstedt, CC 3218.

Contrairement à ce qu’indique le titre de ce dessin, qui avait été présenté à l’exposition « Versailles à Stockholm » en 1985, il ne s’agit pas d’une esquisse réalisée d’après le trône de Louis XIV. Les têtes de lion au niveau des accotoirs, la forme ovale du dossier ou encore l’absence de la figure d’Apollon ne sont conformes ni aux descriptions du trône, ni aux représentations que nous ont laissées Dolivar et Le Brun.

© Nationalmuseum, Stockholm

  • 39 Castelluccio 2006, p. 28.
  • 40 Comptes des Bâtiments du roi… 1881-1901, t. II, col. 1172.
  • 41 Mabille 1998, p. 64, n. 6.

17Stéphane Castelluccio a fort justement noté que le trône, « bien que simplement de bois argenté, participait à l’expression de la pompe royale et à l’exposition des richesses du royaume, donc de sa puissance39 ». On peut supposer que l’exécution d’un véritable trône d’argent fut projetée puis peut-être abandonnée au moment où survinrent les fontes de mobilier en 1689. On relève en effet, dès le 6 avril 1687, dans les Comptes des Bâtiments du roi, la mention d’un nouveau projet de trône : le marchand-orfèvre Sylvestre Bosc reçut 1 400 livres, « pour la somme qu’il a payée au nommé Collignon, sculpteur, pour les ouvrages faits à divers esquices et modèles pour le trône du Roy40 ». Mais comme le souligne Gérard Mabille, rien ne prouve un lien direct entre ces quelques travaux et le domaine de l’orfèvrerie41.

  • 42 Tessin 1926, p. 280 ; voir annexe 1, document 2.
  • 43 Afin de faciliter la lecture et dans une volonté de ne pas multiplier les sous-parties, nous avons (...)
  • 44 Comptes des Bâtiments du roi… 1881-1901, t. II, col. 209.

18Lors de sa visite à Versailles durant l’été 1687, Nicodème Tessin signalait sur le trône « un grand coussin rouge et or dessus, etc.42 ». La garniture d’été43 de ce siège d’apparat fut sans doute réalisée dans le courant de l’année 1682 : on trouve en effet un paiement de 350 livres aux peintres Jean Lemoyne et François Bonnemer, le 9 août 1682, pour des « desseins du fauteuil, dais et sièges plians du Roy44 ». Dans l’inventaire de Versailles de 1708, cette garniture est signalée dans le garde-meuble du château, laissant supposer qu’elle était amovible :

  • 45 AN, O1 3445, fo 107 vo, sans numéro.

les étoffes du siège du trône, de riche broderie d’or relevée, chenillée de rouge sur fond de broderie d’argent gauffré, consistant en un dossier ceintré représentant les chiffres et la devise du Roy ; les deux costés brodés d’une grande coquilles [sic], cornes d’abondance d’où sortent des fleurs et fruits en chenille au naturel, palmes et cassolettes. Haut de 5 pieds 4 pouces [1,70 m] sur 21 pouces [0,57 m] de large, garni par bas de riche campanne d’or. Le carreau de plume et coutil, couvert par-dessus et les côtés seulement de ladite broderie représentant une grande coquille et une fleur de lis enfermées de rinceaux de fleurs de chenille au naturel, garny par devant de deux rangs de campanne à chaque côté45.

19L’absence d’emblèmes royaux sur le trône était ainsi compensée par leur présence sur sa riche garniture d’été.

  • 46 BNF, mélanges Colbert, 282, fo 15 ; AN, O1 2816, art. 23 ; Inventaire général du mobilier de la Cou (...)
  • 47 Mercure galant, mai 1681, p. 278.
  • 48 Mercure galant, décembre 1682, p. 14.
  • 49 Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. II, p. 111, no 117, année 1672.
  • 50 Ibid., p. 324-325, no 929, année 1681.

20En 1672, le trône était couvert l’hiver de « velours vert brodé de très riche broderie d’or et d’argent et garny de campanes aussy de broderie, avec sa fausse housse de tabis doublé de serge verte et un marchepied de bois argenté46 ». En mai 1681, il était toujours couvert « de velours vert en broderie d’or47 ». Si cette garniture s’harmonisait avec le damas vert de la galerie des Ambassadeurs aux Tuileries, elle ne convenait plus avec le velours à fond cramoisi du Grand Appartement et fut changée avant décembre 1682. Ce mois-ci, le Mercure galant signalait que le siège et le dossier du trône étaient « garnis de velours cramoisy avec une campanne d’or en relief48 », et Guiffrey notait que le trône était « garny de velours enrichy de broderie d’or et d’argent49 ». Par ailleurs, le meuble livré en 1681 et inscrit au no 929 du chapitre des « Lits et emmeublemens » de l’Inventaire général du mobilier de la Couronne signale que ce « grand fauteuil extraordinaire » était couvert de « velours rouge cramoisy, chamarré d’un large passement d’or de Paris »50.

Les somptueux « meubles » d’été et d’hiver

  • 51 Cette alternance est explicitée pour la première fois dans les inventaires du château de Versailles (...)

21Il était d’usage en effet d’adapter le « meuble », c’est-à-dire l’ensemble de ce que livrait le tapissier pour une même pièce, en fonction de la saison : les étoffes dites « légères » convenaient aux mois tempérés, alors que les étoffes dites « lourdes » étaient plus adaptées aux rigueurs de la saison froide. Cette alternance avait lieu durant les intersaisons, à Pâques et à la Toussaint51.

  • 52 AN, O1 3332, fos 340-341, année 1695 ; Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. (...)
  • 53 Véron-Denise et Vittet 2008, p. 59 ; ce meuble a été enregistré tardivement, en 1695 : il a peut-êt (...)
  • 54 « Madame de Montespan avoit bâti, à Paris, une belle maison des filles de Saint-Joseph, qu’elle avo (...)
  • 55 Concernant l’histoire de l’atelier de Saint-Joseph, voir Véron-Denise et Vittet 2008, p. 66-71.

22Le meuble d’été du salon d’Apollon est inscrit au no 1638 chez Guiffrey. Il s’agissait d’« un emmeublement de riche broderie pour la chambre du Trône du grand appartement du Roy à Versailles, consistant en une tapisserie, dix-huit pilastres, quatre portières, deux fauteuils, douze sièges plians, un daix et un tapis pour l’estrade du Trône52 », pour lequel Danièle Véron-Denise et Jean Vittet situent la confection et la livraison entre 1680 et 168453. Ces broderies avaient été exécutées à Paris, dans l’atelier de Saint-Joseph qu’avait fondé Mme de Montespan dans les années 1670 pour l’instruction des jeunes filles54 ; la favorite royale en était devenue la fondatrice et supérieure en 168155. Les modèles de ces broderies avaient été essentiellement fournis par les peintres François Bonnemer et Jean Lemoyne le Lorrain, que nous avons déjà cités.

23Sur les murs, entre le lambris d’appui de marbre et la corniche, était tendue

ladite tapisserie de riche broderie de relief, en huit pièces, au milieu de chacune desquelles est un pavillon de broderie d’or, sous lequel sont différentes figures des suites de la Paix, dont leur draperie sont de broderie or, argent et chenille, et les testes, bras et pieds d’argent mat appliqué ; autour desquelles pièces règne un ornement de branchages de broderie or et chenille, et au bas des trophées d’armes auxquels de petits Amours d’argent mat mettent le feu, et aux costez deux autres petits enfans aussy d’argent mat, tenant des attributs de Mars, le tout sur un fond de broderie d’argent à grain d’orge. Lesdites pièces ont deux aunes 5/6 de hault [3,37 m], dont 7 pièces ont deux aunes 1/3 [2,78 m] de large, et la huitième, qui se met derrière le miroir et qui n’a point les deux petits enfans d’argent mat aux costez des trophées d’armes, n’a qu’une aune 1/3 [1,59 m] de large.

24L’iconographie de cette « tenture de la Paix » renvoie clairement aux victoires obtenues par Louis XIV, le « roi de guerre », ce que signalent les attributs de Mars et les trophées d’armes. Quant aux Amours, ils font écho à ceux qui forment le piètement du trône.

  • 56 Ibid, p. 58-59.
  • 57 BNF, mélanges Colbert, 305, comptes du premier semestre 1680, fo 319 vo.
  • 58 BNF, mélanges Colbert, 307, comptes du second semestre 1681, fo 35 vo ; AN, O1 2984, dossier 4.
  • 59 BNF, mélanges Colbert, 305, comptes du premier semestre 1680, fo 320 ro.
  • 60 BNF, mélanges Colbert, 307, comptes du second semestre 1681, fos 20 v°-21 r°.
  • 61 Ibid.

25Danièle Véron-Denise et Jean Vittet ont retrouvé les noms des intervenants qui élaborèrent et exécutèrent ces décors56. Les éléments d’argent rapportés sur la tapisserie furent fournis par l’orfèvre Alexis Loir : au second semestre de 1680, il fut payé 2 462 livres 15 sols « pour son payement de 18 grands enfans d’argent ciselez de relief extrêmement légers pour estre raportez sur les broderies d’or et d’argent fort riches57 ». Au second semestre de 1681, il reçut encore 2 106 livres 10 sols et 3 deniers pour « douze grands enfans, 5 testes, 9 bras et 6 jambes d’argent ciselez de relief extrêmement légers pour estre reportez sur des broderies d’or et d’argent fort riches58 ». Les trente enfants d’argent que Loir a livrés correspondent bien aux sept pièces de tapisserie qui comportent chacune quatre enfants, plus la pièce « qui se met derrière le miroir » qui n’a que deux enfants ; les têtes, bras et jambes d’argent étaient destinés aux « différentes figures des suites de la Paix, dont les draperies sont de broderie or, argent et chenille, et les testes, bras et pieds d’argent mat appliqué ». Au second semestre de 1680, le marchand tireur d’or Laleu fut payé 27 381 livres 15 sols 6 deniers pour ses fournitures d’or et d’argent filés, ainsi que pour des fournitures et des travaux qu’il avait lui-même payés à une « dame Le Roy pour plusieurs sortes de soye et divers morceaux de broderies par elle fournies pour le service du roy59 » ; il s’agissait de Marthe Le Roy, responsable de l’atelier de Saint-Joseph. En 1681, Laleu reçut encore 19 135 livres 9 sols 3 deniers pour des fournitures de matériaux (or, argent et soie) et des services payés à diverses personnes : 567 livres au sieur Lucy « pour plusieurs ouvrages qu’il a modelé60 » (le relief donné aux broderies nécessitait un modelage avant d’être recouvert de broderie) et 825 livres au sieur Chevry brodeur « pour neuf mois de ses gages qu’il a employez à broder plusieurs ouvrages61 ».

26Sous cette tenture se trouvait « un cours de lambry de pareille broderie servant au-dessous de pièces de la susd. tapisserie, à l’exception de celle de dessus la cheminée qui est seulement terminée par une grosse baguette de broderie d’or ornée de fleurs de lis qui se met séparément. La broderie dud. lambris représentant différens ornemens et trophées d’armes d’or et chenilles en onze morceaux de différentes grandeurs, sur deux pieds quatre pouces de hault [0,75 m] » : ce lambris brodé recouvrait celui de marbre. Les trophées d’armes accentuaient le caractère martial du décor de ce « meuble » d’été qui rendait hommage au « roi de guerre ».

27Il était aussi question de « deux bandes de broderie pareille sur un fond d’argent dans le milieu desquelles est une tige entourée de fleurs et rameaux de broderie or et chenille au naturel ayant environ demie aune [0,60 m] de large, sur deux aunes 5/6 [3,37 m] de hault pour servir dans deux coins de lad. chambre », sans doute aux extrémités du mur face au trône.

  • 62 AN, 259 AP 56, fo 8 vo.

28Le meuble était en outre constitué de « dix-huit pilastres cannelez de broderie d’or, avec leurs bazes et chapiteaux, ayant dans la base un casque de broderie or et chenille sur un fonds de broderie d’argent à grain d’orge, haults de 3 aunes 1/2 [4,17 m] chacun, sur 14 pouces [0,38 m] de large ». Au cours du premier semestre de 1684, 22 700 livres avaient été payées à la supérieure des filles de Saint-Joseph pour « 18 pilastres en broderie d’or à XIIcI pièces y compris les bases et chapiteaux, et XIcI pour dépence extraordinaire qu’elle a esté obligée de faire pendant que lesdites filles ont travaillé ausd. pilastres62 ». La hauteur de ces pilastres indique qu’ils encadraient chaque pièce de tapisserie et son lambris de broderie.

  • 63 Véron-Denise et Vittet 2008, p. 57.
  • 64 Weigert 1930, p. 201, n. 2 : « Chaque pièce de la broderie était destinée à un panneau strictement (...)
  • 65 Tessin 1926, p. 279-280.

29C’est ce que confirme un dessin aquarellé appartenant à la collection Tessin-Hårleman et conservé au cabinet des Dessins du Nationalmuseum de Stockholm (fig. 9). Acquis par Tessin, ce dessin, que Roger-Armand Weigert avait repéré, correspond à une représentation d’une partie de la salle du Trône : Jean Vittet et Danièle Véron-Denise pensent qu’il s’agit d’un projet, non exécuté, pour une des pièces de la tapisserie de cette salle. Cette hypothèse est confirmée par le fait que les deux enfants sur les côtés des trophées d’armes, décrits dans l’inventaire général, ne sont pas représentés sur le dessin. Tessin aurait donc acquis un projet non exécuté, mais dont l’esprit correspond à l’une des pièces de tapisserie de la salle du Trône63. En outre, Weigert a expliqué l’absence, sur le dessin, des « deux autres petits enfans aussy d’argent mat » aux côtés des trophées d’armes, par le fait que, en fonction de leur emplacement dans la salle, les panneaux ne devaient pas tous avoir la même largeur64. Tessin, qui avait en effet vu et décrit tous ces éléments lors de son passage à Versailles durant l’été 1687, trouvait « surprenante » la « magnificence de cette pièce », qu’il nomme « sale ou Chambre d’Audience65 ».

Fig. 9 : Jean Lemoyne le Lorrain et Jean-Baptiste Monnoyer (attribué à), Panneau de la « tenture de la Paix » brodée et enrichie de plaques d’argent, réalisée pour le salon d’Apollon, fin du xviie siècle, encre noire, aquarelle, 66,7 cm × 49,1 cm. Stockholm, Nationalmuseum, collection Tessin-Hårleman, THC 1554.

Fig. 9 : Jean Lemoyne le Lorrain et Jean-Baptiste Monnoyer (attribué à), Panneau de la « tenture de la Paix » brodée et enrichie de plaques d’argent, réalisée pour le salon d’Apollon, fin du xviie siècle, encre noire, aquarelle, 66,7 cm × 49,1 cm. Stockholm, Nationalmuseum, collection Tessin-Hårleman, THC 1554.
  • 66 Véron-Denise et Vittet 2008, p. 56.

L’inscription en bas du dessin, « Meuble Brodée dans la Sale d’Audience de l’Apartement a Versailles », indique que la broderie était destinée au salon d’Apollon. Il s’agit d’un projet, non exécuté, pour une des pièces de la tapisserie de cette salle, puisqu’il présente notamment des divergences avec la description fournie par l’inventaire des meubles de la Couronne. On y voit deux des dix-huit pilastres avec leurs bases et chapiteaux, qui encadrent une des huit pièces de la tapisserie, elle-même surmontant un élément de lambris brodé. Danièle Véron-Denise et Jean Vittet ont souligné cette « sorte de rivalité affichée entre la broderie, technique de décoration des étoffes habituellement en deux dimensions, et la sculpture dont elle empruntait des éléments en relief (les visages et les membres des personnages de la tapisserie, ainsi que les figures entières d’enfants et d’Amours étaient en argent probablement repoussé et appliqué), ainsi que l’architecture dont elle imitait les effets par d’autres éléments tels que colonnes, pilastres, termes, cadres, lambris, architraves, frises et corniches66 ».

© Nationalmuseum, Stockholm

30Les quatre portières de la pièce étaient décorées en leur centre

[d’]un vaze de broderie or et soye, d’où sortent des fleurs de broderie de chenille au naturel, et autour règne un ornement d’un double feuillage qui forme un portique. Le tout sur un fond de broderie d’argent à grain d’orge, garnies autour de mollet d’or et doublées de mohère blanche, haultes de 2 aunes 7/8 [3,42 m] sur 2 aunes [2,38 m] de large.

  • 67 Comptes des Bâtiments du roi… 1881-1901, t. I, col. 1278.
  • 68 AN, O1 2984, dossier 6, no 17.

31Elles ont sans doute été réalisées sur des dessins de Jean Lemoyne, pour lequel est mentionné un paiement de 394 livres, daté du 23 juillet 1680, pour « des ouvrages de peintures faits pour un dessein de la portière de la Paix67 ». Le salon d’Apollon n’ouvrant que par deux portes sur l’enfilade du Grand Appartement, deux de ces portières avaient peut-être été déposées au Garde-Meuble, où elles sont signalées dans l’inventaire de 1708. Ce chiffre de quatre est d’autant plus surprenant que le 3 mars 1683, un paiement de 12 718 livres est ordonné aux filles de Saint-Joseph, « pour les ouvrages de broderye et estoffes fournis, [entre autres], pour deux pièces de tapisseries destinées pour servir de portières » dans cette pièce68.

32Il n’y avait d’ailleurs que deux dessus-de-porte. Non mentionnés par Guiffrey, ils sont décrits dans l’inventaire général comme étant « de lad. broderie au milieu desquels est un pavillon de broderie d’or sous lequel est un vaze de mesme broderie d’où sortent des fleurs de broderie de chenille au naturel haults chacun d’une aune 1/3 [1,59 m] sur une aune 3/4 [2,08 m] de large ».

33Les deux fauteuils étaient couverts de

ladite broderie ayant les milieux du fonds un pannier de fleurs de broderie de chenille et dans les dossiers les chiffres du Roy en broderie d’or entourez d’une guirlande de fleurs de chenille sur un fonds de broderie d’argent à grain d’orge, garnis de campanne de broderie aux fausses housses de taffetas, et les bois sculptez et dorez.

  • 69 AN, O1 3305, fo 115 vo ; Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. II, p. 332, n(...)

34Inscrits au no 999 chez Guiffrey, ils ont été livrés le 20 octobre 1682 « pour servir dans le Cabinet d’audience »69, tout comme les douze sièges pliants « pareils, dont six ont dans le milieu un pannier de fleurs et les six autres les chiffres du Roy comme aux fauteuils avec campannes de broderie pareille et les bois de mesme ». Guiffrey ajoute que leurs fausses housses sont garnies de campane de broderie de taffetas vert. La présence de tels sièges dans une salle du Trône était conforme à l’étiquette. Les chiffres du roi faisaient écho à ceux qui étaient brodés sur la garniture du trône.

  • 70 Sourches 1882, t. I, p. 223.
  • 71 Comptes des Bâtiments du roi… 1881-1901, t. II, col. 314.
  • 72 AN, O1 2984, dossier 6, no 36.

35Le tapis placé sur l’estrade suscita l’admiration du marquis de Sourches lorsqu’il décrivit la réception de l’ambassade de Moscovie en mai 1685 : « Le Roi étoit […] assis sur une chaise d’argent, posée en forme de trône, sur une estrade couverte d’un magnifique tapis d’or, d’argent et de soie », ajoutant en note qu’il « avoit autrefois été fait chez Mme de Montespan »70, c’est-à-dire dans l’atelier de Saint-Joseph. Nous savons, concernant ce tapis, que le 3 juillet 1683, le peintre Jean Lemoyne reçut un paiement de 1 100 livres « pour ouvrages faits à un grand dessin qui doit servir à broder le tapy de pied du trône du Roy71 ». L’inventaire général signale qu’il était « de broderie pareille auxdites portières, remply de rinceaux, trophées et ornemens de broderie d’or et chenilles, et au milieu les armes du Roy sur un fonds bleu et argent », et entouré « d’une bordure par trois costez qui forme une pante garnie autour de campanne de broderie, et aux deux coins du devant les chiffres du Roy couronnez, contenant trois aunes 1/8 [3,72 m] de profondeur sur quatre aunes [4,76 m] de large, compris la campanne ». Le 25 mai 1683, un paiement de 9 982 livres fut effectué à l’atelier de Saint-Joseph « tant pour les ouvrages de broderie faits par lesd. Filles que pour estoffes d’or et d’argent et chenilles par elles fournies pour un tapis de pied qui accompagne la tapisserie et le daix de l’Histoire de la Paix72 ». Ce dernier, qui surmontait le trône, était aussi de riche broderie. Il était composé

  • 73 AN, O1 3331 ; AN, O1 3332, fos 340-341 ; Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, (...)

d’un fonds et de six pantes, trois desquelles pour le dehors sont sur un fond pareil à la tapisserie, et les trois autres de dedans sur un fonds de brocat d’argent gauffré, garnies de campanne de broderie. Le fonds de pareille broderie sur un fonds de brocat d’argent gauffré, ayant dans le milieu un ornement ovale qui enferme une Renommée, dont les draperies sont de broderie et brocat à fleurs, et la teste, les bras, les pieds et les deux trompettes d’argent mat appliqué73.

  • 74 AN, O1 2984, dossier 6, no 17.

36L’inventaire général précise qu’il ne comportait ni pommes ni plumes, et que son châssis mesurait 8 pieds 2 pouces (2,61 m) de largeur et 9 pieds (2,88 m) de longueur. Le paiement de 12 718 livres ordonné aux filles de Saint-Joseph le 3 mars 1683, déjà mentionné pour les portières, comprenait aussi la livraison des « ouvrages de broderye et estoffes [...] pour achever le fond d’un daix, six pantes, un dossier et les deux costez du trosne dont les campannes et houppes ont aussy esté fournis74 ».

37On remarque ainsi que ces broderies, confectionnées par les filles de Saint-Joseph au début des années 1680, étaient d’une très grande richesse, tant par les matériaux utilisés que par la virtuosité qu’elles impliquaient. Au sein d’une luxuriante composition végétale, les attributs guerriers et royaux concouraient à l’exaltation de la figure du « roi de guerre », qu’incarnait Louis XIV.

  • 75 Tessin 1926, p. 278-279.

38Alors que Tessin signalait, durant l’été 1687, la présence de « broccards d’or et argent » dans les salons de Mars et de Mercure75, Guiffrey mentionne à la date de 1686

  • 76 Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. II, p. 198, no 95 du chapitre des « Br (...)

cinq pièces ou lez de riche brocat, d’une aune [1,19 m] de large, fonds de satin rouge cramoisy, à compartimens, cornet, rinceaux et fleurs brochez or et argent, nuez de soye violet, vert et bleu, à la Persienne, fabrique du sieur Charlier de Paris, destinez pour servir à faire une tapisserie pour une des chambres du grand appartement du Roy à Versailles, où est le Trosne de Sa Majesté, contenant ensemble 18 aunes 11/12 [22,51 m]76.

39Marcelin Charlier, qui avait établi sa manufacture à Paris avant de s’installer à Saint-Maur, avait en effet fabriqué des tissus somptueux destinés au Grand Appartement, signalés chez Guiffrey. Sans doute le roi renonça-t-il à utiliser ces étoffes dans la salle du Trône, récemment tendue des broderies de Saint-Joseph.

  • 77 Mercure galant, décembre 1682, p. 13.
  • 78 Weigert 1930, p. 204, n. 2.
  • 79 AN, O1 3331 ; Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. II, p. 220, no 87 du cha (...)
  • 80 Mercure galant, décembre 1682, p. 14 : « Le Daiz est de mesme la Tapisserie. »

40En hiver, le Mercure galant de décembre 1682 nous apprend que l’estrade était couverte d’un « tapis de Perse à fonds d’or, d’une richesse et d’un travail particulier77 ». Selon Weigert, il s’agirait du même tapis que celui décrit par Sourches en mai 1685 ; il aurait donc servi hiver comme été78. Le trône était surmonté d’un dais « de velours rouge cramoisy, plein de broderie à ramages d’or et d’argent, avec camoyeux, garny de campannes de broderie partout, doublé de riche brocat d’or, d’argent79 ». Il s’harmonisait avec la tenture murale qui était de velours rouge cramoisi enrichi d’un gros galon d’or80, étoffe qui garnissait en outre les douze pliants et les deux fauteuils de la pièce.

41Cette tenture était encadrée de dix-huit pilastres et de dix-huit termes, là encore produits par l’atelier de Saint-Joseph. Ils sont inscrits respectivement aux nos 1639 et 1640 de l’inventaire général, dans lequel ils sont ainsi décrits :

  • 81 AN, O1 3332, fo 341 vo, nos 1639 et 1640 ; Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886 (...)

dix huit pilastres cannelez de broderie d’or avec leurs bazes et chapiteaux sont pareils à ceux cy dessus [servant l’été, no 1638] de mesme hauteur et largeur [et] dix huit termes en figures de broderie d’argent, avec draperie et ornemens d’or, portant sur leurs testes des manières de corbeilles aussy de broderie d’or, terminées par des volutes qui forment des chapiteaux ; le tout porté sur des piédestaux aussy de broderie or et argent, dans lesquels sont des bas-reliefs représentant partie de l’Histoire du Roy, haults chacun de 3 aunes 1/2 [4,17 m]81.

  • 82 Bourdelot 1683, p. 28-30.

42Ces broderies suscitèrent l’admiration de l’abbé Bourdelot, qui affirmait que « le trône du roi […] élevé [et] la tapisserie de velours cramoisi avec des pilastres d’or broché et rebroché impriment du respect82 ». Ainsi, en hiver comme en été, le décor des broderies était dédié à la gloire du roi.

  • 83 Milovanovic, 2005, p. 46.
  • 84 Constans 1976, p. 156-173.
  • 85 Mercure galant, décembre 1682, p. 15-17.
  • 86 Hercule tuant l’hydre de Lerne, Hercule et Acheloüs, Enlèvement de Déjanire, Hercule sur le bûcher.
  • 87 Comptes des Bâtiments du roi… 1881-1901, t. II, col. 170.

43Entre ces somptueux éléments de broderies et au-dessus des portes étaient accrochés huit tableaux. Louis XIV avait en effet fait placer dans son Grand Appartement les tableaux les plus prestigieux du cabinet du Roi83. Étant donné que ceux-ci changeaient suivant les saisons et les ameublements, nous renvoyons à l’article de Claire Constans concernant l’histoire de leur accrochage sous l’Ancien Régime84. Indiquons seulement l’emplacement des tableaux dans le salon d’Apollon tel qu’il est mentionné dans le Mercure galant de décembre 168285 : à droite du trône était accroché un David jouant de la harpe du Dominiquin, et à gauche Thomyris sur son trône peinte par Rubens. Sur les grands côtés étaient disposés quatre grands tableaux de Guido Reni représentant les travaux d’Hercule86, pour lesquels les comptes des Bâtiments du roi font état, le 10 juin 1682, d’un paiement de 1 817 livres et 10 marcs perçu par le sculpteur Caffieri « pour quatre grandes bordures pour les Travaux d’Hercule, du Guide87 ». Enfin, les deux portes étaient surmontées d’un tableau de Van Dyck, l’un représentant le Portrait des princes palatins, l’autre la Vierge aux donateurs.

  • 88 Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. II, p. 303, no 729 du chapitre des « L (...)

44Concernant les rideaux des deux fenêtres, ils avaient été livrés en 1674. Inscrits au no 729 chez Guiffrey, ils faisaient partie d’une série de « vingt rideaux de damas blanc garnis d’un frangeron d’or tout autour, pour servir aux fenestres du grand appartement du Roy88 ».

L’exubérant mobilier d’argent

  • 89 Alfred Marie (1968, vol. 2, p. 344) désigne le mobilier d’argent du Grand Appartement comme étant u (...)
  • 90 Scudéry 1684, t. I, p. 14-15.
  • 91 Mercure galant, mai 1681, p. 277-278.
  • 92 Mercure galant, décembre 1682, p. 13.

45C’est dans cet écrin de broderie que prenait place, toute l’année89, un mobilier d’argent tout aussi somptueux, dont le but était principalement de faire jouer la lumière et l’argent afin d’éblouir le visiteur ; cela fit dire à Mlle de Scudéry en 1684 qu’« il est de l’Apartement comme du Soleil90 ». En effet, en mai 1681, le rédacteur du Mercure galant faisait remarquer que « cette Chambre [le salon d’Apollon] aussi bien que toutes celles par lesquelles les Ambassadeurs devaient passer étaient ornées de candélabres, de miroirs, d’urnes, de tables, de cuvettes, de torchères et d’une infinité d’autres ouvrages d’argent et d’or massif91 » ; de même, le Mercure galant de décembre 1682 signalait que la table, les guéridons, la garniture de cheminée et le lustre étaient d’argent92.

  • 93 AN, O1 3304, fo 187 vo.

46Ponctuant les angles au-devant de l’estrade se dressaient les deux « grandissimes torchères » d’argent livrées par Claude Ballin le 10 juillet 167093 (fig. 10) : elles étaient

à cinq bobesches, dont le corps est un balustre posé sur une corniche, aux quatre coins de laquelle il y a quatre petittes lampes à l’antique, ladite corniche portée par quatre Satyres, le tout sur un pied d’estal ayant quatre lions aislez aux quatre coins posez sur une grande base de fleurs de lis par dessus.

  • 94 Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. I, p. 83, nos 794-795 du chapitre de l (...)

47Hautes de 8 pieds 4 pouces (2,70 m), elles pesaient chacune près de 1440 marcs (350 kilos)94. Un dessin, fidèle à cette description, rend compte de la magnificence de ces torchères qui précédaient le trône (fig. 11).

Fig. 10 : Photomontage tiré du catalogue d’exposition Quand Versailles était meublé d’argent, représentant le trône et, aux coins de l’estrade, les « grandissimes torchères » qui étaient dans le salon d’Apollon.

Fig. 10 : Photomontage tiré du catalogue d’exposition Quand Versailles était meublé d’argent, représentant le trône et, aux coins de l’estrade, les « grandissimes torchères » qui étaient dans le salon d’Apollon.

Le trône « d’argent » est extrait de la gravure de Jean Dolivar de 1686. Les « grandissimes torchères » sont représentées doublées à partir du dessin ci-après. Ces trois éléments, hauts de plus de 2,70 m, étaient disposés de cette manière sur l’estrade de la pièce, ce qui en augmentait la somptuosité.

© Atelier Rosier

Fig. 11 : Claude Ballin, Torchère pour la salle du Trône de Versailles, vers 1672. Londres, Victoria & Albert Museum, Inv 8938.2.

Fig. 11 : Claude Ballin, Torchère pour la salle du Trône de Versailles, vers 1672. Londres, Victoria & Albert Museum, Inv 8938.2.

Les deux torchères avaient sans doute été commandées pour la galerie des Ambassadeurs aux Tuileries. Le dessin est conforme à la description fournie par l’inventaire des meubles de la Couronne : on reconnaît en effet les quatre lampes à l’antique sur la corniche portée par des satyres, et les lions ailés sur le piédestal.

© Victoria & Albert Museum

  • 95 Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. I, p. 83-84, nos 796-797 du chapitre d (...)

48Elles étaient accompagnées de deux crachoirs d’argent, toujours réalisés par Ballin : « plus longs que larges, [ils étaient] ciselés de godrons par le bas, et par dessus d’un bord de leurs de lys, avec des portans par les bouts qui sortent des deux muffles de lion, porté par quatre consoles terminées en pattes de bouc, sur lesquelles il y a quatre testes de bouc » ; hauts chacun de 11 pouces (0,30 m), ils étaient longs de 23 pouces (0,62 m), larges de 17 pouces (0,46 m), et pesaient chacun « avec leur bassin auquel il y a aussi des portants » près de 225 marcs (54 kilos)95. Il est surprenant que, dans les descriptions, personne ne mentionne ces crachoirs. Comme sur les torchères, les fleurs de lys associées aux lions évoquaient la puissance du roi et de la monarchie.

  • 96 Mercure galant, décembre 1682, p. 14-15.
  • 97 Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. II, p. 324-325, no 929 du chapitre des (...)

49Toujours sur l’estrade, de part et d’autre du trône, le Mercure galant signale « deux Scabelons d’argent [qui] portent des Carreaux de Velours96 », ces derniers faisant partie du meuble inscrit au no 92997. En été, ces scabelons étaient peut-être surmontés d’une statuette ou d’un luminaire.

  • 98 AN, O1 3304, fo 87 ; Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. I, p. 77, nos 678 (...)
  • 99 Mercure galant, décembre 1682, p. 14.
  • 100 AN, O1 3305, fo 154 ; Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. I, p. 96, nos 10 (...)
  • 101 AN, O1 3305, fo 173 ; ibid., p. 98, nos 1106-1108 ; Comptes des Bâtiments du roi… 1881-1901, t. II, (...)

50Dix guéridons d’argent encadraient le trône. Leur livraison fut échelonnée en trois temps. Quatre grands guéridons furent d’abord livrés par Girard Debonnaire le 20 janvier 1668 : leur corps était formé de « trois figures qui portent un vase, au dessus duquel est le plateau, lesdites figures portées sur un pied à trois consoles terminées en pattes de lion, au milieu desquelles il y a une cassolette cizelée de godrons » ; chacun d’eux mesurait 6 pieds (1,92 m) de hauteur et pesait près de 367 marcs (88 kilos)98. Il s’agissait très certainement des « guéridons d’argent de six pieds [1,92 m] de haut, [qui paraient] les quatre coins de la Chambre », que signale le Mercure galant de décembre 1682, précisant qu’ils portaient quatre girandoles99. Le modèle de ces guéridons avait été imaginé par Le Brun, dont nous conservons un projet dessiné. Un dessin du Nationalmuseum de Stockholm nous offre une image précise de ces guéridons, puisqu’on y distingue les attributs des trois figures féminines : la Guerre, casquée, la Victoire, tenant une palme et couronnée de laurier, la Renommée avec sa trompette, toutes trois dressées sur les casques des nations vaincues (fig. 12). La vertu militaire du « roi de guerre » est ici mise en exergue, la victoire du roi à la guerre lui permettant d’acquérir la renommée. La deuxième livraison intervint le 20 novembre 1684 : Alexis Loir et Claude de Villers furent payés 50 114 livres le 6 décembre 1684 pour la fourniture de trois grands guéridons « dont le corps est de trois figures de femme qui portent le plateau, posées sur un pied à trois consoles terminées en patte de lion », pesant environ 432 marcs chacun (103 kilos)100. Les trois derniers guéridons, identiques aux précédents, furent livrés le 19 août 1685 par la veuve Germain, Thomas Merlin et Nicolas Delaunay, qui furent payés 49 297 livres le 14 octobre suivant101.

Fig. 12 : Projet et représentations de guéridons.

Fig. 12 : Projet et représentations de guéridons.

Le dessin de Le Brun correspond au premier projet de quatre guéridons monumentaux : si la partie haute est conforme à ce qui a été réalisé, en revanche les trois sphinges du piétement ont été substituées par trois consoles terminées en pattes de lion. Quant au dessin de Stockholm, il correspond parfaitement à la description des quatre premiers guéridons, livrés en 1668, ainsi que des six autres réalisés en 1684-1685. Il est d’autant plus fidèle à ce qui a été réalisé qu’un guéridon identique est figuré sur la tapisserie représentant L’Audience du légat. Les attributs que tiennent les trois figures féminines permettent d’identifier la Renommée, la Victoire et la Guerre, triptyque qui renvoie aux vertus essentielles du « roi de guerre » qu’incarne Louis XIV.

© De gauche à droite : RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Thierry Le Mage ; Nationalmuseum, Stockholm ; RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Gérard Blot / Jean Popovitch

  • 102 Verlet 1985b, p. 129.

51Ces dix guéridons d’argent avaient donc été réalisés par les plus illustres orfèvres des Gobelins et des ateliers de la galerie du Louvre. Bien que dix-huit années séparaient la livraison des premiers et des derniers guéridons, on constate que ceux-ci formaient un ensemble homogène : pesant chacun environ 100 kilos, ils étaient de plan triangulaire, portés par trois pattes de lion, le fût orné de trois figures de femme, et supportaient chacun une grande girandole d’argent. Notons que la figure de la Renommée faisait écho à celles du miroir, du lustre et du fonds du dais, conférant une harmonie décorative qui devait produire un des meilleurs effets au sein du salon d’Apollon. Pierre Verlet pense que ces dix guéridons étaient parfois provisoirement transportés dans la Grande Galerie pour former un décor fastueux, comme lors de la réception du doge de Gênes en 1685102.

  • 103 Tessin 1926, p. 280.

52Dans l’enfilade du Grand Appartement étaient accrochés, entre les fenêtres, d’immenses miroirs à grandes glaces enchâssées dans de larges et riches bordures d’argent, fortement inclinés au-dessus de tables : quatre ensembles de tables, miroirs et guéridons portant des girandoles meublaient ainsi les salons de Mars, de Mercure et d’Apollon. L’arrangement des entrefenêtres des deux dernières pièces était d’ailleurs identique, puisqu’il présentait le même miroir, la même table, les mêmes corbeilles et flambeaux (fig. 13). Lors de sa venue en 1687, Tessin s’étonnait de trouver dans une chambre d’audience « table, miroir et guéridons », trouvant cela « extraordinaire103 ».

Fig. 13 : Photomontage issu du catalogue d’exposition Quand Versailles était meublé d’argent, p. 46.

Fig. 13 : Photomontage issu du catalogue d’exposition Quand Versailles était meublé d’argent, p. 46.

De gauche à droite : Charles Le Brun, Projet pour un flambeau de la série des Mois, vers 1670, plume, encre brune, pierre noire, lavis gris : 46,7 cm × 29,4 cm. Paris, musée du Louvre, département des Arts graphiques, Inv. 29559 ; Claude Ballin, Dessin de la table aux amours et aux dauphins, vers 1670, encre noire, lavis : 40 cm × 56 cm. Stockholm, Nationalmuseum, THC 1098 ; Charles Le Brun, Projet pour un miroir, vers 1677, sanguine, pierre noire : 38,1 cm × 23,6 cm. Paris, musée du Louvre, département des Arts graphiques, Inv. 29555 ro ; Charles Le Brun, Projet pour un flambeau aux amours, vers 1670, plume, encre noire, pierre noire, lavis gris : 47,7 cm × 29,5 cm. Paris, musée du Louvre, département des Arts graphiques, Inv. 29558.
Ce montage, tiré du catalogue d’exposition Quand Versailles était meublé d’argent, permet d’imaginer ce à quoi pouvaient ressembler les entrefenêtres des salons de Mercure et d’Apollon, lorsqu’ils étaient meublés du mobilier d’argent. Au-dessus de chacune des tables étaient placés deux grands flambeaux « aux mois » et deux petits flambeaux « aux amours », posés dans des cuvettes d’argent ; chaque table était surmontée d’un miroir accroché au mur. Tous ces éléments sont conformes aux descriptions fournies par l’inventaire des meubles de la Couronne.

© Atelier Rosier

  • 104 AN, O1 3304, fo 249.
  • 105 Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. I, p. 86, no 926 du chapitre de l’« Ar (...)

53Identique à celle du salon de Mercure, la table du salon d’Apollon était probablement la première des deux tables de Ballin, livrée le 16 avril 1672, à savoir « une grande table d’argent cizelée ou sont tracées les 4 Parties du Monde et un Apollon dans le Milieu sur six piliers104 ». Enregistrée chez Guiffrey sous le no 926, elle est décrite comme étant « une grande table d’argent, ciselée par dessus d’Apollon qui conduit ses quatre chevaux et autres figures qui représentent les quatre Parties du monde, par les bouts, des armes du Roy, et par les milieux, du soleil et de la médaille de Sa Majesté entourée d’une campanne et portée par quatre Cupidons assis sur des dauphins » ; elle était longue de 4 pieds 7 pouces (1,49 m), large de 3 pieds (0,97 m), haute de 2 pieds 10 pouces (0,92 m), et pesait plus de 1 515 marcs (380 kilos)105. On constate que les figures du piètement faisaient écho à celles du trône, que le même Ballin avait livrées le 5 juillet 1669 pour Saint-Germain : peut-être le roi avait-il décidé de réutiliser ces quatre figures afin d’être assorties avec celles du piètement de la table qui, rappelons-le, se trouvait face au trône. L’harmonie était donc recherchée, d’autant plus que le décor du plateau répondait à celui du plafond et à la figure en pied d’Apollon sur le trône. Or c’est précisément le motif central du plateau qui différenciait cette table de celle livrée pour la chambre de parade dix ans plus tard. L’association d’Apollon avec quatre figures symbolisant les quatre parties du monde montre la capacité qu’aurait Louis XIV à gouverner plusieurs royaumes, comme l’indique la présence de ses armes et de sa médaille. Si tous les éléments du piètement sont visibles sur un dessin conservé au Nationalmuseum de Stockholm, nous pouvons déplorer qu’aucun détail du plateau ne soit représenté (fig. 13).

  • 106 Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. I, p. 79, nos 726-737 du chapitre de l (...)
  • 107 Ibid., p. 78, nos 702-713.

54Au-dessus de chacune des tables étaient placés deux grands flambeaux « aux mois » et deux petits flambeaux « aux amours ». Les premiers faisaient partie d’une série de douze flambeaux d’argent représentant les douze mois ; réalisés par Jean de Viocourt, René Cousinet, Thomas Merlin et Jacques Dutel, ils avaient été livrés en 1669. Hauts de 23 pouces (0,62 m) et pesant chacun près de 72 marcs (17 kilos), les douze mois étaient figurés par « douze figures aislées qui portent les bobesches, au dessous desquelles sont les signes des Mois et les armes de France et de Navarre, portez sur un pied à triangle de trois Sphinx aislez terminez en poissons106 ». Les seconds, exécutés par les mêmes orfèvres et livrés à la même date, appartenaient à une série de douze flambeaux d’argent représentant des amours. Hauts de 17 pouces (46 cm) et pesant chacun environ 30 marcs (7,2 kilos), leurs « bobesches sont portées chacune par un group [sic] de trois petits Amours, les pieds desdits flambeaux ronds ciselez de cartouches et masques de Satyrs107 ». Les dessins de Le Brun, représentant un projet de flambeau pour chacune des deux séries, sont conformes à ces descriptions (fig. 13).

  • 108 BNF, mélanges Colbert, 307, comptes du second semestre 1681, fo 20 ; AN, O1 3305, fos 79 vo et 88 v(...)

55Ces flambeaux étaient posés dans des cuvettes d’argent, afin d’épargner aux plateaux de tables les coulures de cire : il convenait en effet de préserver ces supports qui présentaient un décor à la gloire du roi. Nicolas Delaunay reçut un paiement pour la livraison de « 18 petites caisses d’argent à mettre des flambeaux sur des tables […] pour servir dans les appartements du château de Versailles », les 21 juin 1681 et 20 janvier 1682. Certaines de ces caisses étaient rondes, d’autres étaient carrées et gravées des armes du roi108.

  • 109 AN, O1 3305, fo 102 vo ; Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. I, p. 92, nos(...)
  • 110 Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. I, p. 85, nos 836-891 du chapitre de l (...)

56Sur la table du salon d’Apollon était aussi posée une grande corbeille ronde, « cizelée à jour, dont le bord d’en hault est chantourné manière de douze godrons, et cizelée de petittes testes de femmes avec des fleurons », haute de 8 pouces (0,22 m) sur 21 pouces de diamètre (0,57 m), pesant environ 64 marcs (15 kilos). Réalisée par Merlin puis envoyée à Versailles le 4 juillet 1682, elle était identique aux trois autres qui se trouvaient sur les tables des salons de Mars et de Mercure109. La corbeille du salon d’Apollon, comme les autres, était probablement garnie de bouquets, car elle était pourvue de bassins pique-fleurs d’argent, dont le Garde-Meuble conserve, aux nos 836-911, soixante-seize exemplaires « de différentes formes et grandeurs, avec des tuyaux à mettre des fleurs dans des vases et mannes ou corbeilles d’argent », pesant ensemble plus de 261 marcs (62,64 kilos)110.

  • 111 AN, O1 3305, fo 104.

57Les deux « grandissimes miroirs » placés au-dessus des tables des salons de Mercure et d’Apollon avaient été livrés le 16 août 1677 par Debonnaire111. Les glaces, qui mesuraient chacune 40 pouces 1/2 sur 30 pouces 1/2 (1,09 × 0,82 m), étaient

dans une bordure d’argent ciselée de divers ornemens, aux costez de deux grandes figures de femmes [l’Abondance et la Magnificence] derrière lesquelles il y a une draperie [le manteau royal] qui forme un pavillon, sur le hault des armes du Roy entre deux Renommées, la couronne portée par deux petits Anges, et par le bas, de deux autres petits Anges qui portent des massues sur des festons de fleurs et de fruits.

  • 112 Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. I, p. 87, nos 950-951 du chapitre de l (...)

58Au total, chaque miroir mesurait 10 pieds (3,25 m) de hauteur sur 6 pieds 4 pouces (2,05 m) de largeur et pesait près de 1740 marcs (420 kilos)112. Le miroir du salon d’Apollon était exceptionnel tant par ses dimensions que par l’opulence de ses ornements, ciselés ou en quasi ronde bosse. Un projet dessiné par Le Brun permet d’en appréhender l’extrême richesse (fig. 13). Les armes du roi faisaient face à la figure en pied d’Apollon sur le trône, de même que les Renommées étaient en regard des figures de la Justice et de la Force : l’iconographie à la gloire du roi atteignait là son paroxysme.

  • 113 AN, O1 3305, fo 47 vo.
  • 114 Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. I, p. 87-88, nos 954-955 du chapitre d (...)
  • 115 La réparation d’un des lustres par Delaunay à la suite d’un accident survenu le 26 octobre 1686 nou (...)

59Le lustre, accroché un temps dans le salon d’Apollon, était identique à celui du salon de Mercure. Ciselés par Ballin, ils avaient été livrés par son neveu et successeur Nicolas Delaunay le 13 juillet 1678113. Il s’agissait de « deux très grands chandeliers d’argent, à six branches en cornets, d’où sortent six Thermes de femmes qui portent chacun trois bobesches ; les corps desdits chandeliers portez sur six consoles et couronnez d’une couronne royalle soustenüe par trois petits Amours » ; ils pesaient chacun près de 250 kilos114. La couronne royale, qui était surmontée d’une figure de Renommée, omniprésente dans l’ameublement de la pièce, prend tout son sens lorsqu’on sait que ces lustres étaient destinés à être placés dans la chambre de parade et dans la salle du Trône. Ils furent ensuite placés, vers 1686, dans les deux salons de la galerie115. On peut les rapprocher d’un dessin de l’atelier de Nicolas Delaunay conservé au Nationalmuseum de Stockholm (fig. 14).

Fig. 14 : Nicolas Delaunay (atelier de), Lustre « à la Renommée », vers 1678. Stockholm, Nationalmuseum, collection Cronstedt, CC 1549.

Fig. 14 : Nicolas Delaunay (atelier de), Lustre « à la Renommée », vers 1678. Stockholm, Nationalmuseum, collection Cronstedt, CC 1549.

Ce lustre faisait partie d’une paire originellement placée dans les salons de Mercure et d’Apollon. Chacun d’eux fut transporté ultérieurement dans les salons de la Guerre et de la Paix. Ce dessin est conforme à la description du lustre dans l’inventaire du mobilier de la Couronne : on reconnaît en effet les termes de femmes portant des bobèches ou encore la couronne royale portée par les trois petits Amours.

© Nationalmuseum, Stockholm

  • 116 Bourdelot 1683, p. 5.

60Nous pouvons appréhender, à la lecture des récits des « appartements », la grande quantité de bougies de cire blanche qui garnissaient les lustres accrochés par des cordons à houppes d’or, les girandoles posées sur des guéridons, les flambeaux posés sur les tables ; l’abbé Bourdelot affirmait ainsi, non sans exagération, qu’« un grand soleil au mois de juillet est moins étincelant116 ». Notons qu’aucune description ne mentionne des plaques de lumière, qui figurent pourtant en nombre dans l’inventaire général. Cela n’exclut pas leur présence dans les salons tendus d’étoffes, notamment le salon d’Apollon.

  • 117 Mercure galant, décembre 1682, p. 13.

61Le Mercure galant de décembre 1682 signale que les cheminées du Grand Appartement étaient garnies, sur leurs tablettes, d’objets précieux, mentionnant ainsi pour le salon d’Apollon une « garniture de cheminée117 ».

  • 118 Arminjon 2007, p. 57, n. 67.

62Les chenets livrés le 16 avril 1672 par Ballin, en même temps que la table, seraient ceux du salon d’Apollon, en raison de leurs similitudes de décor avec les « grandissimes torchères » du même orfèvre qui étaient disposées de part et d’autre du trône118. Il s’agissait d’une

grande paire de chenets, dont le corps est un vase ciselé par le bas de grandes feüilles d’accante et fleurs, et par la gorge de godrons creux tournoyans, aux costez de deux testes de griffon servans d’anses, et une grosse flame au dessus, posez sur un pied d’estal en forme de pavois antique ciselé des armes du Roy, porté par des Satyrs, posé sur une grande plante ornée d’entrelas.

  • 119 AN, O1 3304, fo 249, 16 avril 1672 ; Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. I (...)

63Chaque chenet mesurait près de 0,60 m de hauteur et pesait plus de 60 kilos119. Les emblèmes royaux, nombreux dans le salon d’Apollon, étaient présents jusque dans la cheminée.

  • 120 Ces ensembles de métal précieux étant considérés comme des réserves monétaires en cas de difficulté (...)
  • 121 Dangeau 1854, t. III, p. 33.
  • 122 Ibid., p. 38.

64Dans ces années 1680, l’ameublement du salon d’Apollon formait un ensemble homogène : des textiles au mobilier en passant par le décor peint, rien n’était trop beau pour exalter la figure royale, omniprésente sous les traits d’Apollon. Mais afin de se procurer des liquidités pour soutenir la guerre dite de la ligue d’Augsbourg, commencée en 1688, Louis XIV fut contraint d’envoyer à la fonte ce mobilier prodigieux, dépouillant d’un seul coup son Grand Appartement120. Dans son Journal, Dangeau note le samedi 3 décembre 1689 que « le roi veut que dans tout son royaume on fasse fondre et porter à la Monnoie toute l’argenterie qui servoit dans les chambres, comme miroirs, chenets, girandoles, et toutes sortes de vases, et pour en donner l’exemple il fait fondre toute sa belle argenterie, malgré la richesse du travail, fait fondre même les filigranes121 ». Le dimanche 11 décembre 1689, le mobilier d’argent n’était plus : « Le roi a fait emporter toute son argenterie qui étoit chez Monseigneur et chez madame la Dauphine, à Paris ; il n’y en a plus du tout dans tous les appartements, et on travaille à la faire fondre122 ». Pour le remplacer, le roi se tourna vers les menuisiers, les sculpteurs, les doreurs et les ébénistes au détriment des orfèvres ; le bois doré supplanta ainsi l’argent, entraînant un changement important de la polychromie du Grand Appartement et une relative perte de luminosité. La fonte du mobilier d’argent fut aussi accompagnée d’un changement dans l’iconographie royale, Louis XIV ayant renoncé, dans les années 1690, à la figure du « roi de guerre », ce qui ne fut pas sans conséquence pour le décor sculpté du nouveau mobilier.

De l’exubérance à la magnificence : le règne du mobilier de bois doré

  • 123 Par exemple, huit guéridons de bois dorés réalisés pour la Grande Galerie sont enregistrés le 22 dé (...)
  • 124 Verlet 1985a, p. 127.

65La décision de Louis XIV d’envoyer ses meubles d’argent à la Monnaie fut longuement pensée. En effet, le roi ne voulait sans doute pas être pris au dépourvu s’il lui fallait renoncer à la réalisation des meubles d’argent : son anticipation se lit à travers certaines commandes réalisées avant décembre 1689123. À partir de cette date, Louis XIV fut donc contraint de remplacer l’argent ciselé par le bois doré, qu’il fit travailler avec une perfection presque égale124. Les meubles de bois doré étaient en effet dignes de rivaliser avec le mobilier d’argent, tant par la finesse de leurs sculptures que par la qualité de leur dorure.

D’un trône à un autre

  • 125 Voir annexe 3, document 1.
  • 126 Félibien 1703, p. 142 ; voir annexe 1, document 3.
  • 127 Mabille 1998, p. 62.
  • 128 AN, O1 3330, f° 49, nos 309-311 ; ces figures ont été enregistrées sur le premier folio du procès-v (...)
  • 129 Castelluccio 2006, p. 40.

66Il est surprenant que l’inventaire de 1708125, le premier que nous possédons pour le château de Versailles, ne signale pas de trône dans la pièce, alors que Jean-François Félibien en faisait mention en 1703126. Peut-être avait-il été envoyé au Garde-Meuble entre-temps. Quoi qu’il en soit, le trône en bois argenté avait perdu ses sculptures d’argent, envoyées à la fonte en 1690 (les quatre figures du piètement)127 et 1709 (les trois figures du dossier)128 ; Stéphane Castelluccio suggère qu’à cette date un nouveau siège a alors été commandé129. L’inventaire général de 1729 le décrit ainsi :

  • 130 AN, O1 3339, fo 73, no 117.

un grand fauteuil pour le trône de riche broderie d’or relevé sur fond d’argent gauffré, le dossier ceintré représentant la devise et les chiffres de Louis XIII, terminé par une couronne royalle de bois sculté doré, les accotoirs de bois sculpté doré terminés de deux têtes de lion ; le carreau couvert par-dessus et les côtez de ladite broderie représentant une coquille et une fleur de lis enfermée de rainceaux et fleurs de chenille au naturel, garny par devant et les côtés d’une grande campanne de broderie d’or ; le pied sculté doré formé par trois consolles130.

  • 131 Breteuil 1992, p. 131.

67C’est donc très certainement ce nouveau trône qui prit place au fond de la galerie des Glaces pour la réception de l’ambassadeur du shah de Perse, Mehemet Reza Beg, le 19 février 1715, puis dans le salon d’Apollon pour l’audience de congé le 13 août suivant, où il était placé sur une estrade d’une marche et surmonté d’un dais131. Pour son tableau représentant cette audience, Antoine Coypel ne s’inspira que de très loin du trône postérieur à 1709 (fig. 16). La description de ce dernier est proche du fauteuil représenté par Hallé en 1710 pour le tableau rétrospectif de l’audience du doge de Gênes en 1685 (fig. 15) : on y voit en effet le haut dossier cintré, la couronne royale à son sommet et le soleil rayonnant de la devise royale dans le dossier, ce qui laisse suggérer que le peintre a pris comme modèle le nouveau trône de 1709.

  • 132 AN, O1 3339, fo 29, no 35.

68En été, la garniture de broderie d’or sur fond d’argent gaufré avait été réutilisée pour ce nouveau trône au haut dossier, comme l’indique l’inventaire général de 1729. Si le trône est décrit avec sa première garniture de velours vert brodé d’or au no 35 de ce même inventaire132, il était toutefois garni l’hiver de la même étoffe que le trône « d’argent », à savoir un velours cramoisi avec une campane d’or en relief. Ces garnitures n’avaient pas changé, car les « meubles » de la pièce étaient toujours les mêmes, en été comme en hiver.

Fig. 15 : Claude-Guy Hallé, Réparation faite à Louis XIV par le doge de Gênes dans la galerie des Glaces, le 15 mai 1685, 1710, carton de tapisserie : 3,42 m × 6,03 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 2107.

Fig. 15 : Claude-Guy Hallé, Réparation faite à Louis XIV par le doge de Gênes dans la galerie des Glaces, le 15 mai 1685, 1710, carton de tapisserie : 3,42 m × 6,03 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 2107.

Cette toile a été commandée au peintre vingt-cinq ans après l’événement représenté, pour servir de carton de tapisserie pour une pièce supplémentaire de la tenture de L’histoire du roi, qui ne fut jamais tissée. Dans cette œuvre rétrospective, Hallé a tenté de représenter le mobilier d’argent, qui avait été fondu vingt ans auparavant. Le trône, placé sur l’estrade au fond de la galerie des Glaces, ne correspond pas à celui sur lequel était assis Louis XIV au moment de l’événement. Il semblerait que pour sa peinture Hallé se soit inspiré du trône de bois sculpté doré qui avait été réalisé après 1709.

© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot / Christian Jean

Fig. 16 : Antoine Coypel (attribué à), Louis XIV recevant l’ambassadeur de Perse dans la galerie des Glaces, le 19 février 1715, début du xviiie siècle, huile sur toile, 0,70 m × 1,53 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 5461.

Fig. 16 : Antoine Coypel (attribué à), Louis XIV recevant l’ambassadeur de Perse dans la galerie des Glaces, le 19 février 1715, début du xviiie siècle, huile sur toile, 0,70 m × 1,53 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 5461.

L’événement représenté constitue la dernière réception officielle de Louis XIV, qui mourut le 1er septembre suivant. Comme en 1685 et en 1686, le trône était placé sur une estrade à l’extrémité sud de la galerie des Glaces. Pour le représenter, le peintre s’est inspiré de très loin du trône postérieur à 1709.

© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot

La permanence des « meubles » précédents

  • 133 Félibien 1703, p. 141.

69Lorsque Félibien décrit la chambre du Trône en 1703, elle lui « paroît encore ornée plus magnifiquement » que la chambre du Lit, car elle était « tapissée en été d’un ouvrage si riche qu’on a peine à l’exprimer »133. Le meuble qu’il admire n’est autre que celui brodé vingt ans plus tôt à Saint-Joseph. Ainsi, même après la fonte du mobilier d’argent, la richesse de l’ameublement, composé de ces magnifiques broderies d’or et d’argent, culminait dans la salle du Trône : comme dans les années 1680,

  • 134 Ibid., p. 142-143.

les intervales des pilastres d’or sont remplis par de grandes piéces de broderie d’or, d’argent et de soye d’un relief extraordinaire où l’on a représenté des festons, des vases remplis de fleurs, des trophées d’armes, des chiffres & des devises du Roy, de jeunes Amours & des figures de Femmes assises comme à l’entrée de plusieurs pavillons avec des attributs qui servent à les distinguer. Le nud des figures est d’argent ciselé, & les draperies sont brodées d’or, d’argent et de soye134.

70La description de Félibien permet en outre de conforter l’idée selon laquelle le dessin de la tapisserie qu’avait acquis Tessin n’était qu’un projet non exécuté, puisqu’il note, concernant les figures féminines dans les pavillons :

  • 135 Ibid., p. 143.

Quelques-unes des figures expriment la gloire qui s’acquiert par les armes & par les sciences. D’autres figures représentent Mars & la Paix, la Richesse avec l’Abondance, la Vertu militaire ; Minerve avec l’Immortalité. Une derrière le Trône est la Victoire figurée par une autre Femme qui a des ailes au dos, & et qui porte en les mains une palme & une couronne de laurier135.

  • 136 Ibid.

71Or, sur le dessin, la femme tient une sorte de racine, attribut qui ne correspond à aucune des figures représentées. Le dais, le tapis d’estrade et les deux portières étaient les mêmes que précédemment, puisqu’ils étaient travaillés « de même que le reste, mais avec moins de relief136 ».

72L’inventaire de 1708 confirme la présence de ce « meuble » puisqu’il mentionne l’« ameublement de riche broderie consistant en une tapisserie, dix-huit pilastres, quatre portières, deux fauteuils, douze sièges plians, un dais et un tapis pour l’estrade du trône », inscrit au no 1638, qui était en place depuis le début des années 1680. Il apporte cependant quelques nuances : la tapisserie n’était plus composée que de sept pièces, une pièce étant signalée au Garde-Meuble (peut-être s’agissait-il de celle qui était au-dessus de la cheminée, où l’on accrochait l’été le portrait en pied de Louis XIV qu’avait peint Rigaud en 1702), de même que deux des quatre portières (la pièce ne comprenant que deux portes dans l’enfilade des salons) et un des deux fauteuils. De plus, le tapis était doté d’une « housse de cuir doublée de serge aurore, fort usée ».

  • 137 Le dessin correspond à celui des vingt-cinq lés de riche brocart réalisés par la fabrique de Lyon p (...)

73Le roi avait peut-être un moment songé à remplacer ces riches broderies. En effet, le 16 mai 1691, Gautier livrait, pour meubler la chambre du Trône, « 14 lez de riche brocart de la fabrique de Lion de 7/8 [1,04 m] de large et de pareil dessein que 25 autres lez mis cy devant [inscrits au no 123 chez Guiffrey] en recepte le 7 octobre et 29 novembre 1688 », c’est-à-dire « à grands compartimens d’or uny, avec rinceaux, cornet et grandes fleurs, brochez or et argent retord et uny, nuez de soye cramoisy et muse, sur fonds violet et rouge cramoisy dans les compartimens »137 ; enregistré sous les nos 132, 133 et 134, cet ensemble était constitué respectivement de

  • 138 Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. II, p. 202, no 123 du chapitre des « B (...)

6 grands lez pour la tapisserie dont 2 contiennent 3 aunes 3/4 [4,46 m] de long chacun, et les 4 autres ne contiennent que 3 aunes 11/16 [4,39 m] de long chacun ; 6 autres lez pour 2 portières contenant 2 aunes 7/8 [3,42 m] de long chacun ; et 2 autres lez en 4 morceaux faits et destinez pour deux dessus de portes chaque morceau contient 1 aune 1/3 [1,59 m] de long138.

74Après avoir sollicité la fabrique parisienne de Charlier en 1686, le roi s’adressa désormais à la fabrique lyonnaise. Ces lés ne furent probablement pas utilisés, du fait de la permanence des broderies de Saint-Joseph.

  • 139 Félibien 1703, p. 141-142.

75En hiver, la pièce était toujours tendue de velours rouge, sur lequel étaient disposés, en symétrie, « dix-huit grands pilastres d’un tissu d’or posé sur des piédestaux tous bordez en cartisane de deux pouces de relief139 », qui correspondaient à ceux inscrits au no 1639 de l’inventaire général ; notons que les dix-huit termes en figures de broderie d’argent, qui figuraient au no 1640, ne sont pas mentionnés par Félibien. L’inventaire de 1708 ne nous permet pas de savoir s’ils étaient toujours présents, puisqu’il ne fait état que du « meuble » d’été. Quoi qu’il en soit, entre les pilastres prenaient place les tableaux que l’on a vus précédemment, à l’exception du tableau du Dominiquin, remplacé par un Saint François d’Assise peint par Seghers. Nous pouvons supposer que le tapis de Perse de l’estrade et le dais de velours rouge cramoisi, inscrit au no 30, étaient toujours présents.

  • 140 AN, O1 3307, 24 octobre 1696 ; AN, O1 3332, fo 257 ; Inventaire général du mobilier de la Couronne…(...)

76L’inventaire de 1708 fait état de « deux rideaux de fenêtres de cinq lez chacun de taffetas cramoisy sur 4 aunes 1/4 [5,06 m] de haut bordés de petit galon d’or » : livrés par le tapissier Antoine Doublet le 24 octobre 1696, ils faisaient partie d’un ensemble de « cent-cinq rideaux de fenestres de taffetas rouge pour les grands et petits appartements du Roy à Versailles », enregistré sous les nos 1728-1748, et plus précisément de la série de « 13 rideaux de 5 lez chacun dudit taffetas sur 16 pieds 3 pouces [5,20 m] aussy garnis dudit galon » pour le grand appartement du Roi, inscrite au no 1737140.

Le magnifique mobilier de bois doré

77Le Mercure galant de janvier 1708 rapporte que

  • 141 Mercure galant, janvier 1708, p. 244-288

la chambre du lit et celle du trône […] étoient éclairées par plusieurs torchères garnies de girandoles et par plusieurs autres girandoles qui étoient sur les tables. On doit remarquer qu’il y a au milieu de chacune de ces chambres un lustre d’une très grande beauté, et que les lumières de ces deux lustres et celles de girandoles faisoient briller les cristaux, qui jetoient un éclat si éblouissant que la vue ne pouvoit s’arrêter longtemps à les regarder141.

  • 142 AN, O1 3333 ; Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. II, p. 171, no 468 du ch (...)
  • 143 Verlet 1985b, p. 130-131.

78Le remplacement du mobilier d’argent par celui de bois doré entraîna la fabrication de dix guéridons de menuiserie pour le salon d’Apollon. Livrés en 1690, ils faisaient partie d’un ensemble de « soixante grands guéridons de bois, sculptez et dorez, de 6 pieds de hault [1,92 m], le pied de trois consoles, avec un triangle de fer doré dessous pour tenir lesdites consoles, la tige en forme de guaisne persée à jour, avec trois coquilles au hault entre trois consoles qui portent le plateau », destinés au Grand Appartement et à la Grande Galerie142. Le marché concernant la réalisation de cette série fut passé le 26 janvier 1690 entre huit sculpteurs, à savoir Michel Lange, Estienne Rondet, Jean Le Maire, Isaac Jouvenet, Pierre Éloy, Gaspard Cletelet, Jean Hanard et Robert de La Lande : ils devaient se conformer « au modelle par eux vu et examiné dans la maison dudit sieur Du Metz143 », c’est-à-dire Gédéon Berbier Du Metz, intendant et contrôleur général des meubles de la Couronne depuis 1663. Richement sculptés, ces guéridons demeuraient de grande taille (ils étaient aussi hauts que ceux d’argent) et étaient, comme leurs prédécesseurs, traités sur un plan triangulaire : c’est pourquoi dans l’inventaire de 1708 ils sont dits « pareils aux précédents ». L’absence des figures de la Guerre, de la Victoire et de la Renommée est à mettre en rapport avec l’abandon par Louis XIV de l’image du « roi de guerre ». Ces dix guéridons restèrent dans la pièce du Trône pendant un peu plus d’un demi-siècle, de même que les girandoles qui les surmontaient.

  • 144 AN, O1 3306, fo 173 vo°, décembre 1690 ; Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, (...)

79En décembre 1690, le marchand Delaroue, miroitier à Versailles, livra pour les chambres du Trône et du Lit, dix grandes girandoles de cristal à six branches, réparties en trois groupes : les deux premières girandoles étaient « à consolles et corbeilles de cristal garnies de poires et pendeloques », les quatre suivantes « à consolles et aigrettes de cristal garnies aussi de poires et pendeloques », et les quatre dernières « à couronnes garnies de poires, boulles et pendeloques de cristal144 ». Ces somptueuses girandoles de cristal devaient compenser la perte de luminosité qu’avait induite la fonte du mobilier d’argent.

80Entre les deux fenêtres prit place une nouvelle table, d’une richesse inouïe. L’inventaire de 1708 fait en effet état d’une

  • 145 AN, O1 3333 ; Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. II, p. 138, no 56 du cha (...)

table de pierre de parangon, sur laquelle dans les quatre coins sont des écussons de lapis dans des cartouches d’amatistes profilés de marbre jaune, desquels cartouches sortent des bouquets de fleurs avec leurs feuillages, sur lesquels il y a des oiseaux et papillons ; le tout de lapis, calcédoine, cornaline et jaspes de diverses couleurs, et au milieu est un grand cartouche dans lequel il y a un trophée d’armes de mêmes pierres, et sur la bande qui règne autour de ladite table sont huit cartouches de diverses pierres ; ladite table posée sur un pied de bois doré de quatre griffons ailés, au milieu du marchepied un fleuron et sur le devant une teste de Mercure ailée avec deux serpens, ledit pied soutenu par quatre vases de bois noircy. Longue de quatre pieds dix pouces 1/2 [1,56 m] et sur deux pieds onze pouces [0,94 m] de large145.

81Les dimensions de cette table étaient quasiment identiques à celles de la précédente. Sa somptuosité, dont l’abondance des pierres dures devait conférer une polychromie extraordinaire, témoigne de la virtuosité des artisans qui s’étaient appliqués à faire oublier le mobilier d’argent.

  • 146 AN, O1 3306.

82Il semblerait qu’aucun miroir n’était accroché au-dessus de cette table, entre les deux fenêtres. En effet, l’inventaire de 1708 n’en signale pas la présence, d’une part, et mentionne, d’autre part, que « quatre houpes d’or et deux galons d’or enveloppent les tringles du miroir », sans doute pour cacher ces dernières et agrémenter cette surface de mur vide. Notons toutefois que, le 19 juin 1690, Delaroue livra à Versailles plusieurs chandeliers de cristal et des bordures de miroirs et plaques pour servir à la place de ceux qui ont été fondus par ordre du roi146. Le 23 mai 1691, ce même Delaroue livra le lustre de la pièce. Il s’agissait

  • 147 AN, O1 3306, fo 181 ; Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. II, p. 99-100, n(...)

[d’]un grand et riche chandelier de cristal à couronne de 6 pieds [1,92 m] de haut sur 4 pieds [1,28 m] de large à seize branches et seize bobèches de cristal composé de huit consolles de cuivre doré garnies de pierreries, vazes dessus et boulles de cristal par les côtez qui portent une couronne Royalle ; entre lesdites consolles sont huit grosses pièces de cristal taillées en cœur, le tout posé sur un entablement suporté par huit autres consolles et huit demies consolles enrichies de cristaux et au dessous deux cercles dorez garnis de pierreries et enrichis de belles boulles de cristal dont une très grosse termine147.

83L’inventaire de 1708 mentionne pour ce chandelier « une grosse corde recouverte d’un galon d’or avec deux grosses houpes ». Orné comme le précédent d’une couronne royale, ce lustre devait le surpasser en somptuosité afin de compenser la perte de luminosité causée par la fonte du mobilier d’argent. L’absence d’une figure de Renommée s’explique peut-être, là encore, par le changement de l’image royale déjà signalé.

  • 148 AN, O1 3307.

84Mentionnons enfin la livraison par Perart, le 16 octobre 1700, de « huit belles grilles a gros vazes de fer poly de différentes grandeurs avec chacune leur pelle, pincette et tenaille de fer poly », pour les Grands Appartements de Versailles148 : sans doute étaient-elles destinées à remplacer celles garnies d’argent fondues onze ans plus tôt.

85Cet ameublement fut le dernier que Louis XIV connut pour sa chambre du Trône, avant sa mort le 1er septembre 1715. Ce fut aussi le premier que connut Louis XV. En effet, les riches étoffes des années 1680 et l’extraordinaire mobilier de bois doré des années 1690 subsistèrent en place longtemps après l’intermède de sept ans durant lequel la famille royale et la Cour délaissèrent Versailles pour Paris.

La « modernisation » de l’ameublement sous le règne de Louis XV (1722-1760)

Un relatif respect de l’ameublement (1722-1742)

  • 149 Verlet 1985a, p. 305.

86Le roi et la Cour furent de retour à Versailles le 15 juin 1722. Louis XV s’installa dans ses appartements meublés par son arrière-grand-père. Le caractère conservateur du nouveau roi se manifesta à de nombreuses reprises : le relatif maintien du Grand Appartement tel que l’avait laissé Louis XIV fournit un excellent exemple de cet état d’esprit149. Aussi, pendant une vingtaine d’années, l’esprit « Louis XIV » resta-t-il très présent dans la salle du Trône, le roi ne procédant qu’à de timides changements.

Un trône démodé

  • 150 Voir annexe 3, document 2.

87L’inventaire de 1740, qui succède à celui de 1708, ne mentionne pas non plus de trône dans la pièce150. Or, nous avons relevé plus haut la mention d’un trône dans l’inventaire général de 1729, pour lequel nous pensons qu’il avait été réalisé vers 1709. A-t-il été envoyé au Garde-Meuble peu avant la rédaction de l’inventaire de 1740 ? Ce qui est sûr, c’est qu’un trône, peut-être celui que nous datons de 1709, était placé dans la galerie des Glaces puis dans le salon d’Apollon le 12 juin 1742 pour l’audience de congé de l’ambassadeur turc.

88Quant aux garnitures d’été et d’hiver, il s’agissait probablement des mêmes que celles utilisées sous le règne de Louis XIV, puisque les « meubles » de la pièce n’avaient pas encore été changés.

Une certaine persistance des anciens « meubles »

  • 151 AN, O1 3339.
  • 152 Voir annexe 1, document 4.
  • 153 Monicart 1720, t. I, p. 254.

89Les broderies de Saint-Joseph mises en place l’été ne sont pas mentionnées dans l’inventaire de 1740, qui présente l’état de l’ameublement en hiver. Elles figurent toutefois dans l’inventaire général de 1729, inscrites au no 79 (et non plus au no 1638) du chapitre des « Emmeublemens de broderie151 ». De même, elles sont signalées par Jean-Baptiste de Monicart dans la description qu’il fit de la pièce en 1720 et qui est à peu près identique à celle qu’avait faite Félibien en 1703152. Il y fait l’éloge de la tapisserie, tant elle lui parut extraordinaire, osant affirmer que ni « Pallas qui préside aux Arts, ni la fière Arachné son habile rivale, dans le défi fameux qui fut fait des deux parts, ne firent au mêtier jamais rien qui l’égale153 ». Il décrit les dix-huit pilastres surmontant des piédestaux et qui encadrent les tapisseries, ainsi que les portières, le dais et le tapis.

  • 154 Dirigée par Noinville depuis 1721.
  • 155 AN, O1 3310, fo 100 vo ; AN, O1 3338.

90Ce dernier a cependant été changé quelques années plus tard, en 1727. En effet, le journal du Garde-Meuble signale, à la date du 10 juin 1727, la livraison d’un nouveau tapis par Duvivier, inspecteur de la manufacture de la Savonnerie154, « fait exprès aux mesures convenables pour servir sur l’estrade du trône à Versailles155 ». Enregistré au no 309, il s’agissait

[d’]un tapis d’ouvrage de la Savonnerie, fond chamois, aiant au milieu un compartiment chantourné fond bleu, chargé d’une grande rose moresque, dans une guirlande de fleurs. Le cartouche environné de huit fleurs de lys, huit cornes d’abondance et autres ornemens ; aux deux coins d’en bas du tapis, il y a une main de justice et un sceptre passés en sautoir dans les chiffres du Roy, et à chaque coin une fleur de lys sur fond bleu ; la petite bordure par 3 côtés seulement, est ornée d’entrelacs et fleurons, renversés sur fond bleu. Le tapis a trois aunes 1/16 [3,64 m] de large, sur 2 aunes 9/16 [3,05 m] de profondeur. Il y a, pour encastrer par trois côtés, le tapis cy dessus, une autre bordure détachée fond bleu et chamois, ornée de festons de fleurs et de rinceaux, ayant aux coins d’en bas deux grandes roses moresques sur fond cramoisy, accompagnées de palmes vertes ; laquelle bordure a neuf aunes [10,71 m] de pourtour, sur cinq huit [0,75 m] de large.

  • 156 Jarry 1966, p. 32 et 1968, p. 9.
  • 157 Verlet 1994, p. 43.
  • 158 Verlet 1982, p. 102.
  • 159 Engerand 1900, p. 191-192.

91Madeleine Jarry a noté que cette description est conforme au modèle de la maquette qu’avaient réalisée en 1724 Blain de Fontenay fils et Pierre-Josse Perrot, probablement sous la direction du premier architecte Robert de Cotte156. Ce dernier avait reçu en 1712 la charge de la direction de la manufacture de la Savonnerie, qui connut dès lors un nouvel essor, « multipliant les spécimens de tapis aux couleurs éclatantes157 ». C’est ce que rend compte la maquette en couleurs de ce tapis, conservée au département des Estampes et de la photographie de la Bibliothèque nationale de France (fig. 17). L’inscription « Bon » sur le dessin laisse supposer qu’il a été approuvé par Louis XV lui-même158. Notons que le détail des travaux des deux peintres est mentionné par Engerand159 : le coût total fut de 2 638 livres ; le tapis couvrait le dessus de l’estrade du trône, qui mesure 8 pieds 11 pouces (2,86 m) de profondeur sur 10 pieds (3,24 m) de face, ainsi que l’épaisseur de sa marche, haute de 7 pouces (0,19 m) et longue de 28 pieds (9 m) sur les trois faces, et enfin le parquet sur 2 pieds 2 pouces (0,70 m) de largeur et sur 32,5 pieds (10,40 m) de longueur pour les trois côtés.

Fig. 17 : Blain de Fontenay fils et Pierre-Josse Perrot, probablement sous la direction de Robert de Cotte, Maquette du tapis de la Savonnerie pour l’estrade du trône dans le salon d’Apollon à Versailles, 1724, dessin. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, fonds Robert de Cotte, Ha 18.

Fig. 17 : Blain de Fontenay fils et Pierre-Josse Perrot, probablement sous la direction de Robert de Cotte, Maquette du tapis de la Savonnerie pour l’estrade du trône dans le salon d’Apollon à Versailles, 1724, dessin. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, fonds Robert de Cotte, Ha 18.

L’inscription « Bon » sur le dessin de ce tapis laisse supposer que la décision de sa réalisation est revenue à Louis XV lui-même. On voit combien, au sein d’une composition rigoureuse, les chiffres du roi, les attributs royaux et les nombreuses fleurs de lys s’insèrent dans une riche ornementation végétale qui rappelle que le roi est le garant de la prospérité du royaume.

© Bibliothèque nationale de France

  • 160 AN, O1 3298, dossier 12, chemise 6, pièce 1, « Précis de la dépense d’un meuble d’été pour le grand (...)
  • 161 Le brocart du dessin de Ringuet prévu pour le salon d’Apollon ne fut utilisé qu’en 1786 pour la con (...)

92Malgré cette relative permanence du « meuble » d’été, le désir de changement était déjà présent dans l’esprit de Louis XV. En effet, dès 1736, le roi envisageait d’utiliser les étoffes récemment tissées à Lyon dans le cadre de la commande de 1730160 : les trois premières pièces du Grand Appartement de Versailles devaient recevoir le brocart cramoisi à fleurs or et argent livré en 1726 par Bron et Ringuet pour la chambre de la Reine ; le brocart bleu et or d’après Lallié était réservé à la salle de bal (salon de Mars) ; les riches brocarts de Barnier d’une part, de Bron et Ringuet de l’autre, étaient destinés respectivement à la chambre du Lit (salon de Mercure) avec les pilastres fleurdelysés d’après Thomas Germain, et à la salle du Trône (salon d’Apollon) avec des colonnes torses. Ce projet, présenté par Gaspard-Moïse-Augustin de Fontanieu, fut approuvé par le roi le 1er décembre 1736 : il ne fut cependant pas réalisé et Louis XV attendit 1743 pour transformer ce décor161.

  • 162 Félibien 1703, p. 141-142.
  • 163 Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. II, p. 424, no 1639.

93L’inventaire de 1740 révèle qu’en hiver la pièce était toujours tendue de velours cramoisi. Sur cette tenture étaient probablement encore accrochés les « dix-huit grands pilastres d’un tissu d’or posé sur des piédestaux tous bordez en cartisane de deux pouces de relief162 », qui correspondaient à ceux inscrits au no 1639 du chapitre « Lits et emmeublemens » de l’Inventaire général du mobilier de la Couronne de Guiffrey163 et au no 80 de l’inventaire général des meubles de 1752. Entre ceux-ci étaient accrochés les mêmes tableaux que précédemment.

  • 164 AN, O1 3446.

94Le dais qui surmontait le trône était sans doute le même que celui présent sous Louis XIV, inscrit au no 30 de l’Inventaire de Guiffrey. En effet, l’inventaire général des meubles de 1752 mentionne, au chapitre des meubles brodés qui sont au château de Versailles, un dais de velours rouge en broderie or et argent reçu le 16 mars 1723164 : il était

composé du fond où est représenté le Soleil dans un char tiré par quatre chevaux et quatre petits camayeux aux coins ; au milieu de la queüe est une statüe d’Apollon de broderie d’or adorée par des peuples, avec camayeux autour représentant les arts, les vertus ; lesdites pentes de même broderie garnies de campanes or et argent en broderie.

95L’iconographie faisait écho au décor peint par La Fosse au plafond de cette pièce et mettait en valeur une des facettes du roi, celle de mécène des arts. L’inventaire de 1740 note que ce dais provenait du meuble inscrit au no 1383. Or à ce numéro il n’est pas fait mention de dais, puisque ce « meuble » était destiné à l’origine au salon de Mercure.

  • 165 AN, O1 3313, fo 127 ; Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. II, p. 388, no 1 (...)
  • 166 Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. II, p. 324-325, no 929 du chapitre des (...)

96En revanche, les douze pliants présents dans la pièce provenaient de ce « meuble ». Leur présence ici est surprenante puisque ce dernier avait été livré en juin 1689 pour la grande chambre du grand appartement du Roi. Guiffrey le décrit ainsi : « un emmeublement de velours rouge cramoisy consistant en un grand lit, deux fauteuils, douze siéges ployans, deux carreaux et une tapisserie165 ». Ces douze pliants étaient garnis de velours rouge cramoisi « remplis de compartimens et feuillages de taillure de toille d’or et des petites rozes et liens de toille d’argent garnis de frange, molet et galon d’or, avec leurs fausses housses de taffetas cramoisi, les bois peints de rouge avec un filet d’or ». Ils avaient donc été transférés du salon de Mercure au salon d’Apollon, ce que confirme la présence d’un nouveau meuble dans la chambre du Lit, livré en 1681 et inscrit au no 929166. L’inventaire de 1740 ajoute que les franges de ces pliants « manquent à quelques endroits à rétablir ».

  • 167 Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. II, p. 220, no 87 du chapitre des « Li (...)
  • 168 AN, O1 3305, fo 115 vo ; Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. II, p. 332, n(...)

97L’inventaire de 1740 signale la présence d’un troisième fauteuil de velours en broderie, provenant de l’ancienne chambre du roi. Il s’agissait certainement d’un des trois fauteuils inscrits au no 87 faisant partie d’un « emmeublement de velours rouge cramoisy, plein de broderie à ramages d’or et d’argent, avec camoyeux, garny de campannes de broderie partout, doublé de riche brocat d’or, d’argent, le tout consistant en un lit complet, trois fauteuils, douze siéges plians, un escran, deux carreaux, un daix167 », et pour lequel nous avons vu que le dais fut utilisé dans la pièce du Trône. Ce fauteuil venait certainement remplacer l’un des deux fauteuils livrés le 20 octobre 1682 et signalé « au garde-meuble » dans l’inventaire de 1708168.

98Les fenêtres étaient toujours garnies des rideaux qui avaient été livrés le 24 octobre 1696.

99Dans cette pièce se trouvaient aussi en hiver deux portières des Saisons, l’une inscrite au no 112, l’autre au no 122. Elles étaient peut-être déjà présentes dans cette pièce sous Louis XIV puisqu’elles figurent chez Guiffrey. Ces portières provenaient chacune d’une suite de « quatre portières de tapisserie de basse lisse, laine et soye, rehaussées d’or et d’argent », tissées à la manufacture des Gobelins, sur des dessins d’Audran et représentant les Quatre Saisons, sur différents fonds. Chacune était ornée

d’un portique grotesque dans lequel est le Dieu ou la Déesse de la saison, avec guirlandes et festons de fleurs, oyseaux et animaux, et par le hault, le bas et les costez, les signes et attributs convenables à la saison, la bordure couleur de bronze rehaussée d’or, remplie d’ornemens à la mosayque, et aux coins, une palmettes fleuronnée […].

  • 169 Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. I, p. 320 et 323, nos 112 et 122 du ch (...)
  • 170 Vittet et Brejon de Lavergnée 2010, p. 230-250.

100Chacune des séries contenait « ensemble 9 aunes de cours [10,71 m], sur 3 aunes 1/2 de hault [3,67 m] »169. Elles avaient été tissées à partir de 1700-1701 dans les ateliers de Jean et Dominique de La Croix, Jean Souet et Jean de La Fraye, et livrées au Garde-Meuble dès 1701170.

L’ancien mobilier « Louis XIV » légèrement étoffé

101Louis XV ne s’intéressa pas à son mobilier avant 1738. À cette date, il commanda à Versailles les premiers travaux d’importance, à savoir la transformation d’une partie de l’appartement de collectionneur de Louis XIV en Petit Appartement, conformément à la nouvelle façon de vivre ; en revanche, il respecta son Grand Appartement.

102C’est ainsi que l’on retrouvait les dix guéridons de bois sculpté doré inscrits au no 468, surmontés des dix girandoles enregistrées aux nos 221, 222 et 223.

103De même, entre les fenêtres se trouvait encore la table de pierre de parangon.

104Cette dernière était surmontée du miroir mentionné dans l’inventaire de 1740 ; il s’agit probablement du miroir inscrit au no 5, que l’inventaire général de 1729 décrit comme étant

  • 171 AN, O1 3336.

un grand et beau miroir à bordure de glace peinte fond de couleur de lapis et de différentes figures, portiques, et ornemens grotesques couleur d’or, encastrée de cuivre doré d’or moulu, ciselée d’ornemens et godrons. Le chapiteau de glace blanche, chantourné, accompagné de deux aigles éployés surmontés de deux zéphirs qui tiennent des guirlandes de fleurs, terminé d’une tête de femme sous une palmette fleuronnée. Le miroir soutenu de deux portans revêtus de cuivre doré, ciselé de feüilles et terminé en cul de lampe. La glace de soixante trois pouces [1,70 m] de haut, sur trente neuf pouces [1,05 m] de large171.

105D’une richesse exceptionnelle, il était à l’image du trône dont il magnifiait le reflet.

106Le lustre à seize branches avec sa corde couverte de galon d’or faux et les houppes d’or est certainement celui qui éclairait la pièce depuis 1691.

107La grille « à quatre branches en 2 parties de 26 pouces de profondeur [0,70 m], a piédestaux vases et piramide de fer poly » signalée en 1740 était probablement celle livrée en 1700, accompagnée d’une pelle, d’une pincette et d’une tenaille.

La mise au goût du jour de l’ameublement (1743-1760)

  • 172 Louis XV : un moment de perfection de l’art français, 1974, p. 289.
  • 173 Ibid., p. 290-291.

108Pierre Verlet a souligné combien Louis XV fut « moderne », à la fois créateur de neuf et partisan d’un art décoratif original ; les grandes commandes qu’il passa dès la fin des années 1730 montrent assez le besoin qu’il eut d’être de son temps172. Son appétit de renouvellement se manifeste par l’ampleur des commandes de meubles d’ébénisterie et de menuiserie, tels ceux créés pour sa chambre et son cabinet de Versailles en 1739 ou pour le Grand Appartement en 1743173.

Un trône « moderne » : le règne de la rocaille

  • 174 AN, O1 3345, fo 215, no 11.
  • 175 Voir annexe 3, document 3.
  • 176 AN, O1 3447, fo 49.

109Au début de l’année 1743, le trône présent dans la pièce était toujours celui qui avait été livré en 1709. Toutefois, l’inventaire général de 1775 le mentionne, toujours garni de sa riche broderie d’or sur fond d’argent, « À Paris », autrement dit dans les magasins du Garde-Meuble de la Couronne174. Entre-temps, l’inventaire de 1751 signale la présence d’un nouveau trône175 : il s’agit de la première mention, dans les inventaires du château, d’un trône dans le salon d’Apollon. Il est décrit dans l’inventaire général de 1752 au chapitre des meubles de brocart sans numéro qui sont au château de Versailles176 :

un trône de riche sculpture doré chantourné et bombé de 8 pieds 2 pouces [2,61 m] de haut sur 4 pieds 3 pouces [1,36 m] par le plus large, couvert de brocart fond cramoisy à fleurs d’or, le dossier formé par des palmes terminé d’un casque, sur lequel est un lyon accompagné d’un sabre et de faisceaux, les bras en consolles, d’où partent les palmes ; les pieds aussy en consoles dont les devant sont orné de mufles de lyons.

110Un dessin conservé au département des Estampes et de la photographie de la Bibliothèque nationale de France est conforme à la description de ce trône (fig. 18). Il porte la signature de l’un des frères Slodtz auxquels le roi, soucieux d’encourager le style moderne en dépit de ses goûts plutôt conservateurs, fit appel.

Fig. 18 : Slodtz, Le trône surmonté d’un dais de damas de Tours cramoisi dans le salon d’Apollon à Versailles, 1752, dessin. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, Hd 64, fo 11.

Fig. 18 : Slodtz, Le trône surmonté d’un dais de damas de Tours cramoisi dans le salon d’Apollon à Versailles, 1752, dessin. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, Hd 64, fo 11.

Par son vocabulaire décoratif, le trône illustre parfaitement l’attachement de Louis XV au style rocaille. Les têtes de lion à la ceinture et le trophée d’armes en haut du dossier font écho aux ornements du dais : les armes de France et de Navarre couronnées, de même que le sceptre et la main de justice en broderie d’or sur la queue, ainsi que les casques aux angles du couronnement, sont en accord avec la fonction de la pièce. En effet, tous ces éléments renvoient aux vertus royales par excellence que sont la justice et la force.

© Bibliothèque nationale de France

  • 177 Le titulaire de cette fonction était alors Juste-Aurèle Meissonnier (1726-1750) mais elle fut rempl (...)
  • 178 Le dessin pour la commode de la nouvelle chambre du Roi à Versailles, livrée le 15 avril 1739 par G (...)
  • 179 Luynes, t. V, p. 24.

111Sébastien-Antoine et Paul-Ambroise Slodtz, sculpteurs des Menus Plaisirs depuis la mort de leur père Sébastien Slodtz en 1726, remplissaient la fonction de dessinateurs de la chambre et du cabinet du Roi177 : fournissant notamment des projets pour des objets mobiliers, ils contribuèrent à orienter le goût officiel vers le style rocaille. C’est la raison pour laquelle ils furent si souvent sollicités par Louis XV178. Le nouveau trône fut mis en place dans le salon d’Apollon en 1743. En effet, le 30 mai de cette année, Luynes jugea favorablement ce siège d’apparat, le trouvant « riche et de bon goût179 ».

  • 180 Louis XV : un moment de perfection de l’art français 1974, p. 302.
  • 181 Souchal 1967, p. 488.

112Le roi disposait ainsi d’un trône à la dernière mode. Les motifs de palmes ou de chutes de fleurs ainsi que les éléments chantournés sont autant d’éléments qui conféraient au trône un caractère rocaille très prononcé. D’un point de vue iconographique, les lions, les casques, les armes de France et de Navarre ainsi que les attributs royaux que constituent la couronne, le sceptre et la main de justice, faisaient écho au rôle même de la pièce, salle du Trône, et renvoyaient aux vertus essentielles du roi que sont la justice et la force. Dessiné par les Slodtz, le trône a pu être aussi sculpté par eux ; Daniel Alcouffe a en effet remarqué que les quatre têtes de lion saillantes qui ornent la ceinture rappellent les têtes de bélier du médaillier livré le 10 janvier 1739 par Gaudreaus pour le cabinet intérieur de Louis XV, pour lequel les frères Slodtz avaient exécuté les bronzes180. Pour son dessin représentant la réception de l’ambassadeur turc en 1742, Cochin prit pour modèle le trône des Slodtz, qui n’avait pas encore été livré (fig. 19). Notons que le trône du Palais royal de Stockholm, dessiné par l’architecte décorateur de la cour de Suède, Jean Eric Rehn, qui était venu étudier en France ce qu’était l’art français, est l’image presque exacte de celui du salon d’Apollon : cela fit dire à François Souchal que « le trône ou son dessin exerça sa séduction à l’étranger181 ».

  • 182 AN, O1 3345 ; AN, O1 3446, fo 139.

113L’inventaire de 1751 précise que le trône était couvert l’été de brocart fond cramoisi à fleurs d’or, et l’hiver de velours cramoisi ; notons que le tapis d’estrade était toujours celui de 1727182.

Fig. 19 : Charles-Nicolas Cochin le fils, Louis XV recevant l’ambassadeur turc dans la galerie des Glaces, le 11 janvier 1742, 1744-1745. Paris, musée du Louvre, département des Arts graphiques, RF 41257 ro.

Fig. 19 : Charles-Nicolas Cochin le fils, Louis XV recevant l’ambassadeur turc dans la galerie des Glaces, le 11 janvier 1742, 1744-1745. Paris, musée du Louvre, département des Arts graphiques, RF 41257 ro.

L’audience de 1742 rappelait les fastes du règne de Louis XIV. C’est à cette occasion que le trône fut déplacé, pour la dernière fois, dans la galerie des Glaces. En effet, l’effet d’un tel déploiement qui accompagnait les ambassades semble s’essouffler au cours du xviiie siècle, le roi comprenant que désormais sa gloire résidait plutôt dans sa capacité à faire prospérer son royaume. Cela expliquerait pourquoi ce dessin préparatoire à la gravure ne fut jamais gravé. Pour représenter le trône, Cochin s’est inspiré de celui livré par les frères Slodtz en 1743, soit un an après l’événement représenté, où prit place en réalité l’ancien trône de Louis XIV. Le dessin semble assez fidèle puisqu’on distingue les palmes et les formes chantournées, « rocailles », de ce fauteuil « moderne », qui était surmonté pour l’occasion du « dais de Jupiter ».

© Musée du Louvre / M. Beck-Coppola

La question des étoffes : entre tradition et modernité

  • 183 Luynes, t. V, p. 24.
  • 184 Coural et Gastinel-Coural 1984, p. 50 ; Arizzoli-Clémentel et Gastinel-Coural 1988, p. 92.

114Comme nous l’avons souligné, le projet de 1736 qui prévoyait d’utiliser les étoffes tissées à Lyon en 1730 ne fut pas réalisé. Ce n’est que sept ans plus tard que Louis XV décida de transformer le décor de la salle du Trône, comme le note le duc de Luynes le jeudi 30 mai 1743 : « Le Roi a fait changer, il y a trois jours, le meuble de son grand appartement ; il est présentement tout tendu de damas cramoisi, avec un bordé d’or sur lequel on a mis les plus beaux tableaux de S. M.183 » En effet, les fontes de 1743 avaient détruit le décor textile des Grands Appartements, entraînant la perte définitive de ces riches étoffes tissées dans le dernier tiers du xviie siècle184. Les broderies de Saint-Joseph qui servaient l’été étaient probablement alors fort usées et d’un style désormais dépassé. Le métal récupéré permit de financer de nouvelles commandes ou de régler les dépenses courantes du Garde-Meuble de la Couronne.

  • 185 Claude-Germain Sallior était associé depuis 1733 à Pierre-Germain Lallié, premier tapissier du Gard (...)
  • 186 AN, O1 3313, fo 115 manquant.
  • 187 AN, O1 3616, année 1743, mémoire de Sallior.
  • 188 Blondel 1756, t. IV, p. 128.
  • 189 Arizzoli-Clémentel et Gastinel-Coural 1988, p. 50.

115Louis XV fit ainsi le choix d’un damas de Tours cramoisi pour tendre le salon d’Apollon. En effet, le journal du Garde-Meuble mentionne, à la date du 22 mai 1743, la livraison par le tapissier Claude-Germain Sallior du « meuble » d’été pour les six pièces du grand appartement du Roi à Versailles, à savoir un damas de Tours cramoisi galonné d’or185 ; nous pouvons toutefois déplorer l’absence du folio no 115, qui concerne les « meubles » de la chambre du Lit et de celle du Trône, pour laquelle il était inscrit au no 3072186. Néanmoins, nous conservons le projet de règlement du mémoire de Sallior pour l’année 1743, dans lequel il est indiqué que, pour la sixième pièce, qui constitue la chambre du Trône, Sallior confectionna « 8 pièces de tapisserie de 61 lez sur 3 aunes 1/2 [4,17 m] [pareillement que pour la cinquième pièce ou chambre du Lit] pour la somme de 950 livres ; deux rideaux de fenêtres pour 60 livres ; douze pliants pour 240 livres ; le dais du trône pour 1 100 livres ; et le siège du trône pour 50 livres187 ». Au total, Sallior fut payé 2 400 livres pour le « meuble » d’été de cette pièce. Le prix élevé du dais révèle que celui-ci était d’une grande richesse, ce que confirme Jean-François Blondel lorsqu’il note en 1756 que « sur un gradin on y voit un siège d’étoffe de prix, placé sous un dais de même espèce, orné de crépines en or, de panaches, etc.188 ». Ce dais, qui représentait la tradition louis-quatorzienne, remplaçait ainsi celui de « l’Histoire de la Paix » qui avait été confectionné soixante ans plus tôt dans l’atelier de Saint-Joseph. Notons que le cramoisi était, depuis le xviie siècle et jusqu’aux dernières années de l’Ancien Régime, la couleur officielle dans les intérieurs royaux189.

116Ces éléments livrés par Sallior se retrouvent dans l’inventaire de 1751 et sont décrits dans l’inventaire général de 1752, au chapitre des meubles de damas. Le « meuble » d’été, inscrit au no 3072, était constitué

  • 190 AN, O1 3446, fo 468.

[d’]une tapisserie en six pièces de 61 lez de damas de Tours cramoisy sur 3 aunes 2/3 [4,36 m] de haut garnie de large galon, et bordé d’or, et doublée de toile ; 2 portierres de 7 lez chacune de mesme damas sur 3 aunes [3,57 m] de haut garnies comme les précédents ; 2 fauteuils [non signalés dans le mémoire de Sallior] et 12 pliants pareils aux précédents, avec housses semblables ; 2 carreaux couverts des deux costés de même damas, pareils aux précédents, avec housses semblables ; 2 rideaux de fenêtres de 4 lez chacun de large en gros de Tours cramoisi, sur 4 aunes 1/2 [5,36 m] de haut garnis autour de bordé d’or190.

117Ces derniers, qui servaient en hiver et en été, remplaçaient les rideaux que Doublet avait livrés en 1696. En effet, un ajout dans la marge de l’inventaire de 1740 signale que les deux rideaux inscrits au no 1737 ont été renvoyés au Garde-Meuble le 11 juin 1743.

  • 191 Luynes, t. V, p. 24.

118Quant au « dais en baldaquin » que mentionnait Luynes191, il est inscrit au no 3073 du même chapitre : il s’agissait d’un

  • 192 AN, O1 3446, fo 469 ; AN, O1 3447, fos 62-63.

daix de damas de Tours cramoisy de 9 pieds [2,88 m] de long par le bombage, et chantourné sur le devant, sur 8 pieds 1/2 [2,72 m] de large, composé de pentes de dehors et de dedans, festonnées et ornées de palmettes et fleurons de broderie d’or, et garnies de grandes franges d’or. La corniche, fond glacé d’or, chargée d’oves de broderie d’or ayant au milieu du devant une grande palmette de broderie coiffée d’un double rang de plumes blanches. Aux quatre coins sont des casques de broderie accompagnés de palmes, et surmontés d’un bouquet de trois rangs de plumes terminés d’une aigrette. La queüe de 3 aunes 2/3 [4,36 m] de haut festonnés garnie de galon bordé et franges d’or, et attachée des deux costés, avec cordons et glands d’or. Au milieu est un cartouche de broderie d’or, représentant les armes de France et de Navarre couronnées soutenues de palmes, et ayant le sceptre et la main de justice passés en sautoir192.

119Notons que ces derniers faisaient écho au décor du tapis livré par Duvivier en 1727, toujours présent dans la pièce. Ces attributs royaux ainsi que les casques empanachés aux angles du baldaquin sont visibles sur le dessin du trône par Slodtz (fig. 18).

  • 193 Luynes, t. V, p. 372.
  • 194 AN, O1 3616, année 1760, mémoire de Lhéritier frères.

120La richesse de ce « meuble » réalisé avec des fils d’or suscita des convoitises. Luynes mentionne en effet le samedi 28 mars 1744 le vol de « bouts de galon à des rideaux de la chambre du Trône193 ». Il ajoute d’ailleurs qu’on en vola aussi dans la pièce d’après. Le 29 avril 1760, Lhéritier frères, marchands de dorure établis rue Guénégaud à Paris, furent chargés de « raccommoder la queue et les deux bonnes graces du dais des Grands appartements, laquelle frange avoit été volée l’anné dernière par un soldat de la garde suisse194 ».

121Les nombreux vols, dans le château comme dans les jardins, étaient une des conséquences du caractère public de Versailles : les voleurs constituèrent l’une des plaies du château jusqu’à la fin de l’Ancien Régime.

122La cheminée était toujours surmontée du portait de Louis XIV. Lui faisait face le portrait de Louis XV, peint par Rigaud en 1729.

123En hiver, l’inventaire de 1751 distingue deux meubles, l’un en tapisseries de haute lisse, l’autre en velours.

  • 195 Castelluccio, 2004, p. 24 ; Vittet et Brejon de Lavergnée 2010, p. 31-33.

124Lorsque la pièce était meublée l’hiver en tapisseries de haute lisse, elle comportait cinq portières des Actes des apôtres et un entrefenêtre de Scipion. Elles sont respectivement inscrites au no 1 et au no 3 chez Guiffrey. En effet, sous le règne de Louis XIV, le Garde-Meuble de la Couronne conservait de nombreuses tentures de tapisseries acquises par François Ier, dont les plus célèbres étaient les Actes des apôtres et l’Histoire de Scipion195. Les cinq portières faisaient partie d’une

  • 196 AN, O1 3331 ; Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. I, p. 293, no 1 du chapi (...)

tenture de tapisserie de laine et soye, relevée d’or, dessein de Raphael, fabrique de Bruxelles, représentant les Actes des Apostres, dans une bordure des deux costez et par le bas fonds d’or, remplie de diverses figures énigmatiques et de crotesques, environnée des deux costez d’un jonc ou feston de fleurs qui règne aussi par le hault ; en dix pièces, dont une petitte de trois aunes de hault ; contenant les dix 53 aunes de cours [63,07 m] sur 4 aunes de hault [4,76 m] ; doublée à plain de toille bleüe196.

125Notons qu’au même moment, quatre portières identiques se trouvaient dans le salon de Mars. Quant à l’entrefenêtre, il provenait d’une

  • 197 Ibid., no 3.

tenture de tapisserie de laine et soye, relevée d’or, fabrique de Bruxelles, dessein de Jules Romain, représentant l’Histoire de Scipion, dans une bordure fond bleu avec rinceaux d’or ombragez de rouge ; contenant 120 aunes de cours [142,8 m] sur 4 aunes de hault [4,76 m], en vingt-deux pièces doublées de toille verte à plein197.

  • 198 AN, O1 3446, fo 375 ; AN, O1 3447, fo 61.
  • 199 AN, O1 3446, fos 572-573.

126En outre, l’inventaire de 1751 mentionne deux termes doubles, ainsi que deux portières des Saisons qui étaient déjà signalées en 1740. Il en est de même pour le dais brodé, inscrit au no 30198, et pour les douze pliants, couverts de velours cramoisi brodés d’or, inscrits au no 1383199.

  • 200 Blondel 1756, t. IV, p. 128.

127En 1756, Jean-François Blondel faisait remarquer que lorsque « par intervalle on […] étale [sur les murs] de belles tapisseries des Gobelins, ainsi qu’on l’a fait cette année, [les] ouvrages de peinture se déposent au cabinet des tableaux de la Surintendance », avant d’ajouter que ces tapisseries « occupent toute la hauteur de la pièce, à l’exception d’un lambris d’appui de marbre200 ».

  • 201 AN, O1 3305 ; Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. II, p. 324-325, no 929 d (...)

128Quand la pièce était meublée l’hiver en velours, elle était tendue de six pièces de tapisserie de velours cramoisi garnie d’un mollet d’or autour. Celles-ci provenaient d’un meuble inscrit au no 929 consistant en « un emmeublement de velours rouge cramoisy, chamarré d’une large passement d’or de Paris, consistant en un daiz, deux fauteuils, deux carreaux, douze siéges plians, un escran, deux portières, et un grand fauteuil extraordinaire, avec une tapisserie garnie seulement de mollet d’or201 », livré en 1681. Les deux fauteuils et les douze pliants de ce meuble se trouvaient alors dans la chambre du Lit, où ils étaient déjà mentionnés en 1740.

  • 202 Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. II, p. 467, no 36 du chapitre des « Da (...)

129Le dais provenait de ce « même » meuble : inscrit au no 36 du chapitre des dais chez Guiffrey, il était « de velours rouge cramoisy, chamaré de large passement d’or de Paris, composé du fond, de la queüe et de sept pentes202 ». Sur la tapisserie prenaient place douze termes en figure de broderie réalisés à Saint-Joseph, qui ornaient déjà la pièce dans les années 1680. Entre eux étaient accrochés les tableaux des collections royales.

  • 203 AN, O1 3331 ; Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. II, p. 322, no 896 du ch (...)

130Enfin, il y avait deux portières de velours cramoisi garnies de larges passements d’or. Inscrites au no 896, elles faisaient partie d’un ensemble livré en 1680 pour le Grand Appartement comprenant « dix-huit grandes portières de velours, chamarées chacune de huit passemens tout or, fort large, garnies d’un grand mollet d’or, de cinq lez de large, sur 3 aunes de hault environ, doublées de taffetas, dont dix sont de velours rouge cramoisy et huit de velours vert203 ». Signalons que deux portières de velours vert se trouvaient alors dans le salon de l’Abondance, quatre autres étaient dans le salon de Vénus, deux en velours cramoisi étaient dans le salon de Mars et deux autres dans le salon de Mercure.

L’« intrusion » d’un mobilier au goût du jour

  • 204 Blondel 1756, t. IV, p. 128.

131Blondel, qui nous a laissé un plan général du premier étage du château (fig. 20), indique dans son Architecture françoise de 1756 que le salon d’Apollon, ainsi que les autres pièces, « sont éclairées la nuit par des lustres de cristal & des girandoles de même matiere ; celles-ci sont posées sur des torchieres nouvellement exécutées204 ».

Fig. 20 : Jean-François Blondel, Plan général du premier étage du château de Versailles (détail), 1756, estampe, 55 cm × 42 cm (planche 476 du tome IV de l’Architecture françoise, Paris, Ch.-A. Jombert, 1756). Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, invGrosseuvre108.

Fig. 20 : Jean-François Blondel, Plan général du premier étage du château de Versailles (détail), 1756, estampe, 55 cm × 42 cm (planche 476 du tome IV de l’Architecture françoise, Paris, Ch.-A. Jombert, 1756). Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, invGrosseuvre108.

Si le lit n’est plus représenté dans le salon de Mercure (K 4), en revanche le trône et son estrade figurent toujours dans le salon d’Apollon (K 3). On remarque que Louis XV a procédé à de nombreux aménagements dans ses appartements intérieurs, contrairement au Grand Appartement qui semble en apparence immuable.

© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot

  • 205 Voir annexe 2.

132Louis XV trouvant trop vieillis les guéridons livrés sous Louis XIV décida en effet de les remplacer par d’autres dont le style était alors à la mode. Les dix guéridons de bois sculpté doré que signale l’inventaire de 1751 sont inscrits au no 1301. Le journal du Garde-Meuble indique qu’ils ont été livrés le 25 mai 1743 pour servir dans le grand appartement du Roi, en même temps que dix-huit autres guéridons, et mentionne les noms des sculpteurs205. D’une part, Roumier a exécuté les dix guéridons inscrits au no 1302, destinés au salon de Mars ; d’autre part, les frères Slodtz ont réalisé les huit guéridons inscrits au no 1303, affectés au salon de Mercure, de même que les dix guéridons du salon d’Apollon, qui sont ainsi décrits :

dix guéridons de bois sculpté doré, de 6 pieds 1 pouce [1,94 m] de haut, composés chacun sur un plan triangulaire, enrichis de consolles avec volutes, portant en haut un globe chargé sur 3 faces des armes de France entourées de palmes qui supportent le plateau, posé sur un vaze cannelé. Le corps du guéridon orné de festons et chutes de fleurs, le pied formé par trois consolles, au milieu desquelles est un cul-de-lampe cannelé.

  • 206 Verlet 1937, p. 183.

133Le département des Estampes et de la photographie de la Bibliothèque nationale de France conserve les dessins de ces différents guéridons, que Verlet avait déjà repérés206 (fig. 21). On peut établir de nombreux parallèles entre ces trois ensembles : déclinant les ornements propres au style rocaille, comme les chutes de fleurs ou les palmes qui s’enroulent et se chevauchent, ces guéridons étaient très chargés en attributs royaux ; cette luxuriance décorative devait conférer une impression d’extrême somptuosité.

Fig. 21 : Modèles des guéridons pour les salons d’Apollon, de Mercure et de Mars.

Fig. 21 : Modèles des guéridons pour les salons d’Apollon, de Mercure et de Mars.

Nous sommes bien renseignés concernant la livraison de ces guéridons qui devaient orner les trois pièces principales de l’enfilade du grand appartement du Roi. Précisément décrits dans le journal du Garde-Meuble, ils se distinguent par leur riche décor, sculpté des principaux motifs « rocailles » : comme le trône, ces guéridons étaient donc au goût du jour, « modernes ». Le foisonnement des attributs royaux contribuait à l’opulence de ces guéridons qui subsistèrent jusqu’à la Révolution, date à laquelle ils disparurent très certainement.

© Bibliothèque nationale de France

  • 207 Verlet 1994, p. 37-38.
  • 208 Souchal 1967, p. 487.
  • 209 AN, O1 3448.

134Il n’est pas surprenant que Louis XV, soucieux de posséder un ameublement à la dernière mode, fit là encore appel aux frères Slodtz, désignés par Pierre Verlet comme « les plus fougueux apôtres du “rocaille”207 ». Souchal a toutefois souligné que les Slodtz apparaissaient comme des « tenants assagis du style rocaille, […] le mobilier royal se devant […] de ne point verser dans l’extravagance208 ». L’inventaire général de 1752 signale les anciens guéridons, inscrits au no 468, dans « différents endroits209 » du château.

  • 210 Blondel 1756, t. IV, p. 128.
  • 211 Verlet 1985a, p. 320.

135Blondel indique que ces guéridons nouvellement exécutés côtoyaient d’autres meubles « d’un goût déjà assez ancien, […] néanmoins d’une grande beauté210 ». Cela fit dire à Pierre Verlet qu’« une époque fière de ce qu’elle produit ne renie pas forcément son passé211 ». En effet, à côté de ce mobilier rocaille totalement novateur subsistaient çà et là des éléments commandés sous Louis XIV.

  • 212 AN, O1 3446, fo 47.
  • 213 AN, O1 3449.

136Il est question dans l’inventaire de 1751 de dix girandoles à six branches terminées par une couronne. Sans numéro dans l’inventaire, il semblerait qu’il s’agisse de celles livrées en décembre 1690, inscrites aux nos 221, 222 et 223 chez Guiffrey. Mais l’année suivante, en 1752, elles sont mentionnées au Garde-Meuble de Versailles212, pendant que dix girandoles inscrites au no 47 sont signalées dans la pièce du Trône : elles étaient « à six branches, de cuivre doré, à tige de cristal découvertes et à bouquets, terminées au sommet par une fleur de lys de cuivre doré, hautes de deux pieds quatre pouces [0,75 m] sur un pied six pouces de diamètre [0,48 m]213 ». Les fleurs de lys faisaient écho à celles qui ornaient les nouveaux guéridons, livrés neuf ans plus tôt, conférant une harmonie décorative dont l’effet produit devait être remarquable.

  • 214 AN, O1 3446, fo 11.

137L’inventaire de 1751 ne signale plus la table de pierre de parangon ; toutefois, l’inventaire général de 1752 mentionne dans la chambre du Trône une « table en pierre de rapport », inscrite au no 56, qui correspond à celle qui se trouvait dans la pièce depuis la fin du règne de Louis XIV214.

138Accroché au-dessus de cette table entre les fenêtres, le miroir « à bordure fond lapis et ornemens d’or » est le même que celui qui se trouvait dans la pièce en 1740.

  • 215 AN, O1 3446, fo 31 ; la corde est signalée à part dans l’inventaire de 1752 (AN, O1 3448, fo 83).

139L’inventaire de 1751 mentionne un grand lustre à seize branches, avec la corde couverte d’un galon d’or faux et houppes d’or. Il s’agit toujours du lustre livré en 1691 inscrit au no 227. Il est décrit au chapitre des lustres de l’inventaire général de 1752 comme étant « un grand et beau lustre de cristal de roche à seize branches terminé d’une couronne orné de consolles, amandes, pierreries, boulles à facettes et boulles lisses, le cul de lampe terminé par une grosse boulle de cristal de roche lisse215 ».

  • 216 AN, O1 3616, année 1749, mémoire de Jérémie Delaroue.
  • 217 Ibid., année 1750.

140En 1749, Jérémie Delaroue, lustrier ordinaire du roi, fut chargé de nettoyer et de rétablir les chandeliers et girandoles du Grand Appartement : il reçut 84 livres pour les vingt-huit girandoles (dix dans cette pièce, huit dans la chambre du Lit et dix dans la salle du Bal) et 30 livres pour s’être occupé du lustre de la pièce du Trône216. On le retrouve l’année suivante, payé pour ce même travail 70 livres pour les vingt-huit girandoles, et 30 livres pour le même lustre217. Les mémoires des fournisseurs du Garde-Meuble étant lacunaires pour les années antérieures à 1764, nous ne retrouvons Jérémie Delaroue qu’à partir de cette date.

141Enfin, la cheminée possédait toujours une grille de fer poli avec sa garniture constituée d’une pelle, d’une pincette et d’une tenaille.

Le caractère immuable de l’ameublement (1760-1789)

Un état figé de l’ameublement dès les années 1760

  • 218 Verlet 1985a, p. 532.

142Louis XV ayant procédé à des renouvellements dans l’ameublement durant la première partie de son règne, il n’effectua plus de changements importants jusqu’à sa mort. L’attitude de son petit-fils fut pleine de respect et de conservatisme en face du Grand Appartement. Le décor de tout ce qui existait entre le salon de l’Abondance et la Grande Galerie fut maintenu sous le règne de Louis XVI, aussi bien dans les plafonds, les boiseries et les marbres que dans l’esprit même de l’installation218.

Les nouveaux couronnements du trône

  • 219 Voir annexe 3, documents 4 à 6.
  • 220 Hézecques 1873, p. 144.

143Dans la dernière décennie du règne de Louis XV on assiste, non pas à la livraison d’un nouvel ameublement, mais à la réalisation de deux nouveaux couronnements pour le trône, d’abord en 1764, puis en 1767. Le siège d’apparat, décrit dans l’inventaire de 1765 comme étant « un grand trône de bois sculpté couvert l’été de brocart fond cramoisy à fleurs d’or, et l’hiver de velours cramoisy garny de large galon d’or », est le même que celui signalé en 1751, tant pour les bois que pour les garnitures. Ce trône, réalisé par les frères Slodtz en 1743, est signalé dans le salon d’Apollon jusqu’en 1792219. Comme au début du xviiie siècle, il n’était pas souvent utilisé. En effet, sous le règne de Louis XVI, le comte d’Hézecques remarque que, « dans le salon d’Apollon, était un trône sous un dais de damas cramoisi, mais qui ne servait jamais. Il était très-rare que le roi donnât des audiences du haut du trône, et ce n’était jamais sous celui-là220. »

  • 221 AN, O1 3318, 31 juillet 1764.

144Le dais chamarré de large galon d’or inscrit au no 929, qui figurait dans l’inventaire de 1751, n’est plus mentionné dans celui de 1765. Pour cause, il avait été envoyé au Garde-Meuble avec son châssis le 2 juin 1764. Le journal du Garde-Meuble signale d’ailleurs, à la date du 31 juillet 1764, la destruction de ce dernier dans le courant du mois de juillet221. C’est sans doute la raison pour laquelle un nouveau couronnement a alors été réalisé.

145Les mémoires des fournisseurs du Garde-Meuble de la Couronne conservés pour l’année 1764 fournissent les noms des artisans qui sont intervenus dans la réalisation du nouveau couronnement pour la chambre du trône.

  • 222 Arizzoli-Clémentel et Gastinel-Coural, 1988, p. 21.
  • 223 AN, O1 3616, année 1764, mémoire de Peyrotte.

146Le premier d’entre eux fut le peintre et dessinateur Alexis Peyrotte. Sa nomination comme dessinateur du Garde-Meuble en 1749 avait marqué le début du règne des dessinateurs « parisiens », qui commença officiellement pour les commandes royales222. C’est ainsi qu’en 1764 il fut payé 300 livres « pour avoir composé, dessiné et fait modeller sous mes yeux [Gaspard-Moïse-Augustin de Fontanieu, intendant et contrôleur général des Meubles de la Couronne], le couronnement du throsne du Roi à Versailles223 ».

147Peu après, le 15 septembre 1764, le sculpteur Toussaint Foliot, qui exécuta au même moment le couronnement du lit de la reine à Versailles, reçut la somme de 5 000 livres pour avoir sculpté le couronnement du trône, à savoir :

  • 224 Ibid., mémoire de Foliot.

trois trophé, deux de dix pieds [3,20 m] de long et un de huit [2,56 m]. Lesdites trophé composé, dans les milieux, de cartel en forme de bouclier, sur deux des quelles sont les chiffre du roy entrelacé avec une branche de laurier quy forme un sautoire, et sur l’autre une teste de méduse avec des branche de laurier qui forme la couronne. Au dessus des bouclier, au cottez sont des drapeaux enrichis de gland et de rubans accompagnier d’instrument de guerre, scavoire trompette, carquoy, bellier, faiseaux d’arme, et autre de différente façon, au devant desquelles il y a de grande guirlande de chaine noué avec des rubans quy s’attache au bouclier, et vienne finire a lenroulement du coin. Sur lesdits, sont des enfans assy de grandeur de nature, quy porte des casquë sure leurs teste pour recevoire des plumes enrichis de drapperie224.

148Tous ces éléments décoratifs sont issus du vocabulaire martial, mettant l’accent sur la vertu militaire du roi.

149Ce couronnement fut ensuite doré par Charles Bardou, peintre-doreur ordinaire du roi : il reçut 120 livres pour

  • 225 Ibid., mémoire de Bardou.

avoir doré d’or jaune toillée et argentée tout les rubans et flèches d’argent moulu bruni, et avoir doré d’or jaune et or vert le tour du dais du trosne du Roi, consistant en deux grande pièces de devant très riches de sculpture, et ornée par devant de guirlandes de laurier, et les quatre draperies des enfants or et argent moulu employé sur lesdites traverses […] ; plus avoir argenté les quatre enfants par quatre soins différents225.

150Le jeu sur la polychromie des ors devait provoquer un effet saisissant.

  • 226 Ibid., mémoire de Lescuyer.

151Enfin, deux mois après la réalisation du couronnement intervint un certain Lescuyer, « pannacher ordinaire ». Le 16 novembre 1764, il fut payé 1 764 livres pour avoir fourni, pour le trône du roi, « une garniture de plumes montée en casque au nombre de quatre à deux rangs et à la romaine, composé de cent vingt six branches ». Lescuyer était déjà intervenu le 19 mai 1764 pour avoir « accommodé et monté la garniture de plumes sur le trône d’été du roi », pour la somme de 15 livres226 . Nous reparlerons de ce panacher plus tard puisque c’est lui qui, deux fois par an, au moment où les « meubles » étaient changés, était chargé de garnir de plumes le couronnement du trône.

152Trois ans plus tard, on fit appel à certains de ces artisans, ainsi qu’à d’autres, pour réaliser un nouveau couronnement pour le trône.

  • 227 AN, O1 3619, année 1767, mémoire de Peyrotte.

153Encore sollicité, Peyrotte reçut 900 livres dans le courant de 1767 « pour le dessein du throsne exécuté par M. Dupré, donné la forme de l’Imperialle et les racords de la broderie227 ». C’est en effet Dupré, et non plus Foliot, qui fut chargé de réaliser le couronnement du « dais de Jupiter ». Il fut ainsi payé 3 500 livres pour avoir sculpté

  • 228 Ibid., mémoire de Dupré.

quatre trophé isolés et placée à chaque angle du daix, composé chacun de la couronne de Jupiter, du caducé de Mercure, d’un carquois, et d’un brandon d’amour, destiné à recevoir les plumes accompagné de branches de palme, attaché ensemble par un ruban enrichi de glands. Sur les côtés du daix, dans les millieux sont placées deux cassolettes isolées, décorées de draperies de pommes de pins et de têtes de chèvres tenant des annaux pour soutenir lesdittes draperies, qui ensuite vont en formant le feston faire le tour du daix, et sont attachés de distance en distance par des nœuds enrichis de glands. En face du daix, sur l’extrémité d’un globe est l’aigle de Jupiter plus fort que nature, les ailes déployées tenant un foudre dans les serres228.

  • 229 Ibid., mémoire de la veuve Bardou.
  • 230 Ibid.

154Charles Bardou étant mort en 1765, c’est sa veuve Marie Bouteiller qui fut chargée, par ordre du 1er octobre 1767, de dorer le couronnement. Elle dora les attributs qui ornaient le trône, « dont en or soit sur carton, ouvrage très ingrat et qui a couté bien des faux frais par la grande promptitude que l’on y a exigé », à savoir : les « deux trophées sur les angles » (sur lesquels sont dorés le dessus de la tige portant l’aigrette, la tige, la palme autour de la tige, la couronne, les trois parties de palme de derrière, le bâton du caducée, les serpents, les deux ailes du caducée, le carquois et les flèches, le plateau), « deux autres trophées sur la face joignant le fond, chacun idem en tout à ceux sur l’angle cy dessus, l’aigle et les deux cassolettes229 ». Deux mois plus tard, elle fut envoyée à Versailles, par ordre du 17 décembre 1767, « pour faire les réparations nécessaires à la dorure des attributs qui ornent le trône du Roy230 ».

  • 231 AN, O1 3619, année 1767, mémoire de Lescuyer.

155Le couronnement fut déjà mis en place le 19 décembre 1767, date à laquelle Lescuyer reçut 2 280 livres pour la fourniture, « pour le trône du Roy sur le dais de Jupiter, d’une garniture de plumes constituée de cent vingt branches de plumes blanches et de quatre aigrettes fines231 ».

Les « meubles » utilisés jusqu’à la Révolution

  • 232 Voir annexe 3, documents 4 à 6.

156Le « dais de Jupiter », pour lequel a été réalisé ce couronnement, est mentionné pour la première fois dans le salon d’Apollon en 1765. Cet inventaire, ainsi que les suivants (jusqu’en 1792), signalent la présence de ce « daix de broderie d’or, sur un fond argent et bleü », inscrit au no 39, dans le salon d’Apollon où il était utilisé certaines années en hiver232.

  • 233 Comptes des Bâtiments du roi… 1881-1901, t. I, col. 1281.
  • 234 AN, 259 AP 62, Restes de 1687, fo 53 ro.
  • 235 AN, O1 2825, Année 1691, Argenterie, fo 8 vo.

157Le modèle de ce dais avait été fourni par François Bonnemer, qui reçut le 14 avril 1680 un paiement de 400 livres « pour un tableau de Jupiter foudroyant les géants233 ». Sa confection fut entreprise en 1687 dans l’atelier de Saint-Joseph puisque, à la fin de cette année, la supérieure des filles de Saint-Joseph perçut la somme de 28 934 livres 13 sols « pour le payement de la broderie du platfonds et de 6 plantes [sic] du dais de l’histoire de Jupiter faite par lesd. filles en 1687 y compris touttes les estoffes, façons et journées d’ouvriers234 ». La guerre de la Ligue d’Augsbourg avait certainement interrompu la confection du dais. En effet, la dernière pente ne fut achevée qu’en 1691, en témoigne la somme de 15 037 livres 13 sols remise le 10 janvier 1692 à la supérieure de Saint-Joseph pour la réalisation, entre autres, de « la 7e pente du daix de l’histoire de Jupiter235 ».

158Ce dais est précisément décrit au no 39 dans l’inventaire général de 1729 : il s’agissait

  • 236 AN, O1 3339, fo 10 vo-11.

[d’]un riche dais de broderie d’or, sur fond argent et bleu, composé du fond, queüe, sept pentes et quatre pommes. La queüe représente la naissance de Jupiter en broderie de soie platte rehaussée or et argent, et à chaque coin, un cartouche de ses attributs, avec les armes de France par le haut. Le fond représente Jupiter foudroyant les Géants, avec ses attributs aux coins et milieux de la bordure, dans des cartouches dont les tableaux sont peints sur moire rehaussée or et argent ; le reste remply de rinceaux de broderie d’or. Les pentes garnies de grande campanne de broderie d’or, festonnées, représentent aussy les attributs de Jupiter dans des cartouches, dont ceux des pentes de dehors sont de broderie de soie platte, et ceux des pentes de dedans sont peintes sur moire comme au fond. Les quatre pommes sont de broderie assortissante236.

159Ce magnifique dais mesurait 9,5 pieds (3,04 m) de longueur sur 9 pieds (2,88 m) de largeur et 11 pieds (3,52 m) de hauteur. Il avait été conçu pour surmonter le trône lorsque celui-ci était placé dans la galerie des Glaces : en effet, le dais « de l’Histoire de la Paix » ayant été spécialement confectionné pour le salon d’Apollon (où il prit place l’été jusqu’en 1743), il n’était probablement pas facilement adaptable. Le « dais de Jupiter » fut donc utilisé à deux reprises dans la galerie, en 1715 et en 1742.

  • 237 AN, O1 3313, fo 76 vo, 5 janvier 1742.

160Aussi le journal du Garde-Meuble mentionne-t-il, à la date du 5 janvier 1742, « un riche dais de broderie d’or sur fond d’argent et bleu appelé le dais de Jupiter, composé du fond, queue et sept pentes, long de 9 pieds 1/2 [3,04 m] sur 9 pieds [2,88 m] de large et 11 pieds [3,52 m] de haut, et quatre pommes de broderie d’or », pour servir à la décoration du trône dans le cadre de la réception de cet ambassadeur turc dans la Grande Galerie le 11 janvier 1742237. Ce dais est visible sur un dessin qui présente l’élévation du projet de décor du « dais du trône de Jupiter » pour cette audience (fig. 22).

Fig. 22 : Élévation du projet de décor du « dais du trône de Jupiter », dressé sur une estrade dans la galerie des Glaces pour l’audience de l’ambassadeur turc, le 11 janvier 1742. Paris, Archives nationales, O1 1772².7.

Fig. 22 : Élévation du projet de décor du « dais du trône de Jupiter », dressé sur une estrade dans la galerie des Glaces pour l’audience de l’ambassadeur turc, le 11 janvier 1742. Paris, Archives nationales, O1 1772².7.

Le « dais de l’histoire de Jupiter » avait été réalisé entre 1687 et 1692 dans l’atelier de Saint-Joseph : il était destiné à surmonter le trône lorsque celui-ci était placé dans la galerie des Glaces, le « dais des suites de la Paix » confectionné spécialement pour le salon d’Apollon n’étant pas facilement adaptable. Après avoir été utilisé pour la première fois lors de l’audience de 1715, il servit une seconde fois à cette occasion en 1742. On distingue notamment sur le fond du dais la représentation de Jupiter foudroyant les géants, conformément à la description de l’inventaire général de 1729.

© Antoine Maës

  • 238 AN, O1 3447, fos 63-64.

161L’inventaire général de 1752 fournit une description identique de ce dais, à la différence qu’il ne s’agit plus de géants mais de titans. En outre, une mention postérieure signale que ce dais a été reçu du Garde-Meuble de la Couronne le 15 octobre 1765, date à laquelle il remplaçait le dais inscrit au no 929 qui avait été envoyé au Garde-Meuble l’année précédente238. Le « dais de Jupiter » surmonta le trône certains hivers jusqu’à la Révolution.

162En matière d’ameublement, les seuls changements importants à signaler concernent le tapis d’estrade. En effet, un nouveau tapis fut commandé en 1760, destiné à remplacer celui qui se trouvait dans la pièce depuis 1727, sans doute fort usé. Inscrit au no 359, il est décrit dans l’inventaire général de 1775 comme étant

  • 239 AN, O1 3445, fos 77-78.

[un] tapis d’ouvrage de la Savonnerie fond bleu, aiant un grand compartiment fond citron au milieu duquel est un tournesol entouré d’une guirlande de fleurs et accompagné de quatre coquilles et quatre fleurs de lys ; la bordure aussi fond bleu avec différents ornemens entrelassés long de 2 aunes 1/2 [2,98 m] sur 3 aunes 1/8 [3,72 m] de large239.

  • 240 AN, O1 3445.

163Il était accompagné d’une « platte bande de même ouvrage à guirlandes, coquilles et fleurs de lys aiant 10 aunes [11,9 m] de pourtour sur 2/3 [0,80 m] de haut ». Ses dimensions correspondaient à peu près à celles du tapis de 1727. Si ce dernier et celui de 1760 figurent dans l’inventaire général de 1775, ils ne se trouvaient toutefois plus dans la pièce à cette date240.

  • 241 AN, O1 3499 ; ce tapis et cette date ont été ajoutés postérieurement dans l’inventaire de 1765.
  • 242 Verlet 1982, p. 441, n. 66.

164En effet, dix ans plus tard, un nouveau tapis fut livré : il s’agissait du troisième que connut Louis XV sur son estrade du trône. Ce changement est confirmé dans un document conservé aux Archives nationales concernant les états divers de tapisseries et tapis de tenture (1783-1792), au chapitre des tapis de Savonnerie : alors que le tapis et sa plate-bande inscrits au no 359 sont signalés au magasin, un autre, enregistré au no 380, est mentionné dans la « chambre du throsne », depuis le 15 mai 1770241. Le journal du Garde-Meuble note en effet, à la date du 15 avril 1770, la livraison, par le sieur Gibert, inspecteur de la manufacture de la Savonnerie, d’un « tapis d’ouvrage de la Savonnerie fond bleu […] et une plate bande de même ouvrage », pour servir pour la pièce du Trône à Versailles. La description de ces nouveaux éléments révèle que ces derniers étaient identiques à ceux livrés dix ans plus tôt, jusque dans leurs dimensions. Ces deux tapis semblent d’ailleurs dériver de la maquette de 1724, avec toutefois quelques variations, notamment au niveau des couleurs242. Le tapis de 1760, probablement défraîchi, avait certainement beaucoup plu à Louis XV au point qu’il fit réaliser un tapis identique pour le remplacer. Le tapis de 1770 couvrit l’estrade du trône jusqu’à la Révolution, puisqu’il est encore signalé dans le salon d’Apollon en 1792.

  • 243 Voir annexe 3, documents 4 à 6.

165À la lecture de l’inventaire de 1765, on constate que le « meuble » d’été était le même que celui signalé en 1751 : on retrouve en effet le « meuble » livré par Sallior inscrit au no 3072 et le dais inscrit au no 3073. En revanche, on ne sait pas ce qu’il advint des deux fauteuils, qui ne sont plus mentionnés dans les inventaires à partir de cette date. Là encore, les deux rideaux « de gros de tours cramoisy bordés d’un galon d’or de 4 lez chacun sur 16 pieds 1/2 [5,28 m] de haut » servaient en été comme en hiver. C’est ce même « meuble » qui tapissait la salle du Trône lorsque la famille royale quitta Versailles le 6 octobre 1789 : la tenture, les deux portières, les douze pliants et le dais de damas cramoisi qui avaient été livrés en 1743 furent présents dans le salon d’Apollon jusqu’en 1792, comme en témoignent les inventaires243.

166La même analyse peut être faite concernant le « meuble » d’hiver. Le salon d’Apollon était toujours tendu d’une « tenture de velours cramoisy garny de molet d’or autour », inscrite au no 929, à la différence qu’il y avait désormais sept pièces de tapisseries, et non plus six. De même les « deux portières de velours cramoisy garnies de large passemens d’or et d’un grand molet doublées de taffetas », inscrites au no 896, étaient toujours présentes, tout comme les « douze plians de velours cramoisy brodé d’or » inscrits au no 1383. Quant aux douze termes en figure de broderie, inscrits au no 1640, ils étaient désormais huit. À l’origine dix-huit, les dix autres de ces « cariatides en figure de broderie d’argent avec draperie et ornemens d’or, sur des pieds d’etaux », étaient mentionnées en 1765 dans le salon de Mercure. Enfin, alternant chaque hiver avec le « dais de Jupiter », celui de velours cramoisy brodé or et argent, inscrit au no 30, figurait toujours dans la pièce, l’inventaire de 1765 le signalant dès lors avec son nouveau couronnement de 1764, à savoir « un couronnement détachés [sic] de trophés d’armes de bois sculpté et doré or et argent, ayant aux quatre coins quatre enfants aislés de carton argenté portant chacun un casque garny de plumes et aigrette ». Les tableaux des collections royales prenaient toujours place sur les murs de la pièce.

  • 244 Ibid.

167Ces deux « meubles » d’été et d’hiver, mentionnés dans l’inventaire de 1765, étaient encore présents à la Révolution. En effet, les inventaires postérieurs, ceux de 1776, 1785, 1786-1787, 1788 et 1792 signalent les mêmes « meubles » pour ces deux saisons244. Il y a cependant une exception : à partir de 1786, les pliants inscrits au no 1383 ne figuraient plus dans le salon d’Apollon, puisque ceux inscrits au no 3072 servaient désormais toute l’année (de la même manière que les rideaux). Cet état figé de l’ameublement dès les années 1760 est aussi perceptible pour le mobilier.

Le mobilier présent à la veille de la Révolution

168L’inventaire de 1765 apporte quelques précisions, indiquant désormais le numéro de trois éléments importants.

169Les dix guéridons de bois sculpté, inscrits au no 1301, étaient toujours ceux qu’avaient livrés les Slodtz en 1743. Il est précisé que les dix girandoles à six branches étaient inscrites au no 47. Nous avions signalé leur présence dans l’inventaire général de 1752, qui les mentionnait sous ce numéro dans la salle du Trône, à la place de celles qui avaient été livrées en 1690.

170De la même manière qu’en 1751, aucune table n’est mentionnée dans l’inventaire. Cependant l’inventaire général de 1775 signale la table en pierre de rapport, inscrite au no 56, qui était déjà signalée dans le salon d’Apollon en 1708.

171Le miroir à bordure fond de lapis et ornements d’or était toujours présent, mais cette fois figuré avec son numéro d’enregistrement, à savoir le no 5.

  • 245 AN, O1 3343.

172Quant au lustre, inscrit au no 46, il semblerait qu’il soit différent de celui que signalaient les précédents inventaires, sans numéro. En effet, il est décrit dans l’inventaire général de 1775 comme étant « un très grand et beau lustre à consoles et couvert de pierreries à seize bassins et bobèches de cristal de six pieds trois pouces [2 mètres] sur trois pieds huit pouces de diamètre [1,18 m]245 ». Cette description différant de celle fournie par l’inventaire général de 1752, on peut supposer que ce lustre a été livré peu après cette date, afin de s’harmoniser avec les nouveaux guéridons et girandoles récemment livrés.

173Enfin, la cheminée présentait une garniture habituelle à savoir une grille de fer poli avec pelle, pincette et tenaille.

  • 246 Hézecques 1873.

174De la même manière que les « meubles », tous ces éléments furent présents dans le salon d’Apollon jusqu’à la Révolution. Une anecdote racontée par le comte d’Hézecques sous Louis XVI signale la présence d’un objet particulier : dans la salle du Trône « était attaché, à la fenêtre, un thermomètre de cristal, où le roi venait, plusieurs fois par jour, constater les degrés de la température. En outre, un garçon du château en prenait note sur son registre trois fois le jour246. »

175L’ameublement présenta ainsi un caractère immuable durant les trente années qui précédèrent la Révolution. Si la plupart des éléments dataient des années 1740-1750, certains perpétuaient le souvenir du Grand Roi, conférant ainsi à cet ameublement un caractère hétérogène.

L’entretien d’un ameublement d’une grande richesse

Les restaurations d’un ameublement ancien

176Il n’est donc pas étonnant que plusieurs artisans soient intervenus dans les années 1760 pour restaurer cet ameublement, afin d’en assurer la magnificence. Le premier d’entre eux, Nicolas Aleau, brodeur du roi, fut sollicité à de nombreuses reprises afin de rafraîchir les broderies qui ornaient la salle du Trône.

  • 247 AN, O1 3616, année 1764, mémoire d’Aleau.

177En 1764, au moment où était réalisé le nouveau couronnement du trône, il fut en effet chargé du « raquemodage de la broderie pour le trosne du Roy à Versailles247 ». Il perçut au total 3 000 livres pour

avoire applicqué la pente du pied et avoire rebrodé tout le tour et les dedans de la frange brodée et liserée avec de la friture d’or, et avoire remis des fleurs d’or qui y manquoit. Pour le grand dossier du dais du trosne, avoire fait à neuf deux bordures et cadres de deux médaillons du bas, et avoire racquemodé et recouseü toute la broderie du plin de l’étoffe. Plus pour l’impérial du dais avoire recouseü une partie de la broderie.

178Le travail dut être effectué rapidement puisque les ouvriers reçurent un pourboire de 48 livres « à cause de la grande presse donné [sic] ». Il s’agissait probablement du rafraîchissement du dais de velours cramoisi brodé or et argent, inscrit au no 30, qui surmontait le trône en hiver depuis les années 1680 et pour lequel un nouveau couronnement venait d’être exécuté.

  • 248 AN, O1 3618, année 1766, mémoire d’Aleau.

179Depuis cette date se trouvait aussi dans le salon d’Apollon, en hiver, une partie des cariatides en figure de broderie d’argent qui avaient été réalisées dans l’atelier de Saint-Joseph. Elles étaient certainement en mauvais état puisque le 18 juillet 1766 Aleau effectua « les réparations nécessaires aux broderies des cariatides de la salle du trosne à Versailles248 ». Il reçut ainsi 19 800 livres

pour les réparations des dix huite cariatides [les huit du salon d’Apollon et les dix du salon de Mercure], les avoir fait lizerée avec des très gros cordons d’or, par mes ouvriers que jay envoyé à Versailles, et avoir lizeré les dossiers, avec des clous d’épingle et des cordons d’or, ce qui a teneü beaucoup de temps, plus dix huite pieds d’estaux qui sont au pied des cariatides. Avoir fait des bandes de broderie d’or et d’autre d’argent, brodée à neuf, et lizeré le tout en cordon d’or et d’argent.

180Le coût élevé de ces réparations témoigne de l’opulence de ces broderies qui faisaient la splendeur du salon d’Apollon en hiver.

  • 249 AN, O1 3619, année 1767, mémoire d’Aleau.

181Quelques mois plus tard, le 1er décembre 1766, Aleau perçut la somme impressionnante de 139 000 livres pour avoir effectué la restauration des broderies du « dais de Jupiter », qui ornait la salle du Trône depuis peu : « les cinq tableaux ne sont que racquemodée, et presque toutes la broderie d’or a neuf attendeü qu’en defesant l’ancienne broderie se trouvant usée n’a peü servis comme toutes les franges et les bordures des pentes249. » Avec des ouvriers, il restaura la soie, les fils d’or et parfois ceux d’argent des différentes parties du dais, ainsi décrit avec précision :

la grande pente de fasce a trois médaillons brodés en cartouche d’or, et le fond des médaillons brodée en soye, qui ont déjà servie, et le plin de la pente avec la frange, et la bordure de toute la pente brodée en or, et clinquan d’une broderie très riches [sic], avec le fond d’argent brodée [sic] en très petits points de soye bleue en grenade. Deux autres pentes de costé brodé dans les mesme goût que celle de fasce. Quatres petites pentes brodée dans le mesme goût que les grandes pentes. Pour l’impérial, les quatres courbes, fesant montant pour gagner les tableaux du milieu étant brodée comme les petites pentes avec les quatre parties de fond d’argent et soye bleue brodée à très petits points, et toute la broderie d’or et clinquan, avec médaillons avec les couronnes, aux quatre coins. Plus le tableau du milieu qui fait fond de l’impérial, représentant Jupiter foudroyant les Tytans, brodée de tout point en soye de couleur de chaire nuancée, et autres couleurs, rehaussée nuancée d’or et d’argent, suivant les tableaux de sieur Le Brun. Plus huit tableaux servant dans les médaillons de l’impérial, les quatres coins, et les quatres médaillons des quatres milieux servant à l’histoire de Jupiter, brodée dans le mesme goût du grand tableau du milieu de l’impérial. Plus le grand dossier du trosne du Roi, qui représente la naissance de Jupiter, avec quatre autres médaillons de broderie de soye racquemodée, et toutes les dorures brodée ; avec le fond ou plin, et l’arme du Roi au haut, le tout très richement brodée, avec le fond d’argent brodée en très petits points de soye bleue en grenades, ayant onze pieds [3,52 m] de haut sur neuf pieds [2, 88 m] de large. le globe eyant brodée tout le fond en vernie bleu et argent, et marqué en or toute la sphère et mer du Nord, sur quoy est apuyée l’aigle de Jupiter. Les vingt six tableaux de soye tant grands que petits, et toutes les aunes de vermeille qui sont entré dans tout les cadres des médaillons ou bordure des tableaux, tant dans la queue, pente et impérial.

  • 250 AN, O1 3617, année 1765, mémoire de Picault.
  • 251 AN, O1 3619, année 1767, mémoire de Lhéritier frères.

182On comprend mieux dès lors l’énormité du coût de cette restauration, proportionnel à la somptuosité de ce dais constitué de matériaux précieux. L’année précédente, le peintre Picault avait d’ailleurs reçu 1 400 livres pour « avoir netoyé et fait revivre la broderie or et argent du daix et la queue, plus les sept pentes brodées250 ». Enfin, le 13 octobre 1767, Lhéritier frères intervinrent pour le « rétablissement du Dais de Jupiter qui doit servir dans les grands appartements du Roy au château de Versailles251 ».

  • 252 Almanach de Versailles, année 1785, p. 26.

183L’entretien de ces dais se révélait nécessaire pour en assurer la magnificence dans le temps. C’est ainsi que l’Almanach de Versailles de 1785 signale que « le trône de Sa Majesté est placé sous un magnifique dais en forme de baldaquin252 ».

184Si les textiles firent l’objet d’une attention particulière, le mobilier et le luminaire ne furent pas oubliés.

  • 253 AN, O1 3618, année 1766, mémoire de la veuve Bardou.

185La veuve Bardou était ainsi intervenue à Versailles en septembre 1766, pour « avoir redoré à neuf à douze pliants touttes les parties usées », ainsi que « pour avoir doré vingt-quatre clous desdits pliants », et pour « avoir doré à neuf tout ce qui était gaté et écaillé a deux fauteuils253 ».

186D’autres opérations étaient destinées à assurer sur le long terme la splendeur du mobilier du salon d’Apollon. À partir de 1764, les mémoires des fournisseurs du Garde-Meuble de la Couronne mentionnent régulièrement les noms de Jérémie Delaroue, « lustrier ordinaire du Roy », et de Lescuyer, « pannacher ordinaire ».

  • 254 AN, O1 3616 à 3624, années 1764-1771 et 1774, mémoires de Jérémie Delaroue.
  • 255 AN, O1 3624 à 3628, années 1775 à 1782, mémoires d’Alexis Delaroue.
  • 256 AN, O1 3635, année 1785, mémoire de Joinot.

187Les Delaroue, dont nous avons déjà rencontré le nom en 1690, étaient des marchands-merciers spécialisés dans la miroiterie et la lustrerie. Dans un premier temps, de 1764 à 1771 et en 1774, c’est Jérémie Delaroue qui intervint dans le salon d’Apollon254, avant d’être remplacé de 1775 à 1782 par Alexis Delaroue, « lustrier ordinaire du Roy255 ». Deux fois par an, ils furent chargés de « nettoyer et essuyer toutes les pièces en fonte du grand lustre du trône », ainsi que de « démonter dix grandes girandoles a tige découverte et a bouquets, essuyer les pièces, blanchir les fils en faisant revenir la dorure, dans la pièce du trône ». L’entretien régulier du luminaire permit au salon d’Apollon de ne rien perdre de sa splendeur. Après 1782, les mémoires ne signalent plus ces interventions. Notons toutefois l’intervention, le 3 juin 1785, du doreur Joinot, établi Petite-Place à Versailles, pour « avoir doré en or de feuille une tige en fillage du lustre en fer de la pièce du trône256 ».

  • 257 AN, O1 3616 à 3623, années 1764-1771, mémoires de Lescuyer.
  • 258 AN, O1 3624, année 1774, mémoire de Lescuyer et Donnebecq.
  • 259 AN, O1 3625 à 3629, 3631 et 3634, années 1776-1785, mémoires de Donnebecq.
  • 260 AN, O1 3645, année 1787, mémoire de Donnebecq et Dathy.
  • 261 AN, O1 3646-3647 et 3649-3650, années 1788-1789, mémoires de Dathy.

188Quant à Lescuyer, il est mentionné de 1764 à 1771 pour avoir « accommodé et monté la garniture de plumes sur le trône du Roy dans le Grand Appartement257 ». Il intervenait deux fois par an, généralement lorsque était changé le « meuble » de la pièce pour l’adapter à la saison. En 1774, il effectua cette même opération avec un certain Donnebecq, « pannacher ordinaire du Roy258 ». Ce dernier effectua seul ce travail de 1776 à 1785259. En 1787, il fut associé à Dathy, « marchand fabricant de plumes et pannacher ordinaire du Roy260 », qui intervint seul de 1788 à 1789261. La somptuosité du couronnement du trône était ainsi garantie toute l’année.

189Toute ces interventions de restauration et de rafraîchissement des étoffes concouraient à pérenniser la somptuosité de l’ameublement du salon d’Apollon, qui était de loin le plus riche du Grand Appartement.

Le plus riche des ameublements du Grand Appartement

  • 262 AN, O1 3465, fos 2-4.
  • 263 AN, O1 3461, fos 87-94 ; voir annexe 3, document 6.
  • 264 AN, O1 3354, fos 155-163.

190C’est en effet ce que démontre l’estimation des meubles de la famille royale à Versailles établie en 1787262, dont les chiffres sont rapportés dans l’inventaire général des meubles de la famille royale en 1785263 et dans l’inventaire de 1792264.

191Le meuble d’hiver en velours de soie cramoisi orné de dorure consistait en : un dais de même velours brodé or et argent (no 30), estimé à 20 000 livres ; un grand fauteuil du trône en bois sculpté doré (livré par les Slodtz), 1 500 livres ; sept pièces de tapisserie dudit velours (no 929), 5 700 livres ; deux portières de même velours (no 896), 2 600 livres ; huit cariatides de broderie d’argent (no 1640), 24 000 livres ; enfin les deux rideaux de croisées de gros de Tours qui servaient été et hiver (no 3072), sont estimés à 600 livres. Ajoutons que le riche dais en broderie d’or sur fond argent qui sert l’hiver l’autre année (no 39) est estimé à 30 000 livres, soit un peu moins de la moitié de tout le « meuble » d’hiver, témoignant de son haut degré de réalisation et de la richesse de ses matériaux. Ce « meuble » était d’une extrême richesse, surtout lorsqu’on le compare avec le mobilier de la pièce, pourtant lui-même exceptionnel : le tapis de Savonnerie pour l’estrade et sa contre-marche (no 380), estimés à 1 500 livres ; dix guéridons de bois sculpté doré (no 1301), 6 000 livres ; dix belles girandoles à six branches (no 47), 1 000 livres ; un grand lustre à seize branches (no 46), 10 000 livres ; son cordon et ses deux glands en or faux, 120 livres ; un grand miroir (no 5), 700 livres ; et enfin une grille de fer poli à quatre branches estimée à 240 livres.

  • 265 AN, O1 3465, fos 4-5.

192L’ensemble est ainsi estimé à 73 960 livres. À titre de comparaison, l’ensemble des éléments qui composaient l’ameublement de la pièce de la Pendule (salon de Mercure) en hiver en 1787 est estimé est à 53 740 livres, les dix cariatides en broderie d’argent inscrites au no 1640 étant estimées à elles seules 30 000 livres265. Cela montre bien le degré d’opulence qui sépare la pièce du Trône de celle de la Pendule.

  • 266 AN, O1 3465, fos 6-7.

193La même observation peut être faite en comparant les « meubles » d’été pour cette même année. Celui en damas cramoisi du salon d’Apollon est composé de : un dais de damas de Tours cramoisi (no 3073), estimé à 16 000 livres ; une tenture de tapisserie en sept pièces de même damas avec galon d’or (no 3072), 5 200 livres ; deux portières dudit damas et galon d’or (ibid.), 1 800 livres ; douze pliants anciens en bois sculpté doré de damas cramoisi (ibid.), 2 100 livres. Le total est estimé à 25 100 livres, alors qu’il est de 7 000 livres pour la pièce de la Pendule, qui ne possédait alors ni dais ni pliants. On peut élargir la comparaison à la salle du bal (salon de Mars), toujours en 1787266 : tendue l’hiver d’un « meuble » de velours de soie cramoisi, son ameublement est estimé à 18 900 livres, soit une somme beaucoup moins élevée que pour les deux autres salons ; quant au meuble d’été en damas cramoisi, il est estimé à 8 800 livres, soit une somme légèrement supérieure à celle du cabinet de la Pendule. Tous ces chiffres rendent compte de la richesse des textiles pour ces trois pièces, aussi bien en été qu’en hiver.

194On remarque ainsi que la richesse de l’ameublement s’accroît au fur et à mesure que l’on progresse dans le Grand Appartement, pour culminer dans le salon d’Apollon. Celui-ci fut épargné des vicissitudes de la Révolution, du moins durant les premières années.

Les derniers feux de cet ameublement hétérogène

  • 267 Castelluccio 2004, p. 236-237.
  • 268 Voir annexe 3, document 6.

195Marc-Antoine Thierry de Ville-d’Avray brûla en 1784 et en 1785, avec l’aval de Louis XVI, de nombreuses étoffes des règnes précédents pour en récupérer les métaux précieux ; il organisa également des ventes de meubles en 1785 et 1786. Il avait notamment prévu de vendre les meubles de menuiserie de la salle du Trône et du salon de la Pendule à Versailles267. Cela ne fut pas réalisé, étant donné que l’inventaire de 1792 pour ces pièces est identique à celui de 1785268. Non seulement l’ameublement du salon d’Apollon conserva son intégrité durant les premières années de la Révolution, mais aussi il continua d’être entretenu, même après le départ de la famille royale le 6 octobre 1789.

196La réception des trois ambassadeurs du nabab Tipoo Saïb, le 10 août 1788, fut l’occasion d’un dernier déplacement du trône, du salon d’Apollon au salon d’Hercule. En effet, les difficultés financières de la fin des années 1780 ne permettaient plus de déployer les fastes passés dans la galerie des Glaces. Une gravure du xixe siècle conservée à Versailles représente Louis XVI et Marie-Antoinette recevant cette ambassade (fig. 23) ; le trône sur lequel est assis le roi est en partie visible. Il ne correspond évidemment pas à celui utilisé au moment de l’événement, puisqu’il s’agissait toujours du trône que les Slodtz avaient livré en 1743.

Fig. 23 : Gustave Staal, Louis XVI et Marie-Antoinette recevant l’ambassade de Tipoo Saïb dans le salon d’Hercule, le 10 août 1788, vers 1850, eau-forte, 15,8 × 11,6 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, INV.GRAV 1067.

Fig. 23 : Gustave Staal, Louis XVI et Marie-Antoinette recevant l’ambassade de Tipoo Saïb dans le salon d’Hercule, le 10 août 1788, vers 1850, eau-forte, 15,8 × 11,6 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, INV.GRAV 1067.

Le grand appartement du Roi ayant perdu son entrée solennelle depuis la destruction de l’escalier des Ambassadeurs en 1752, la foule emprunta l’escalier des Princes et traversa les deux Grands Appartements pour se rendre dans le salon d’Hercule, où se déroula la dernière audience à Versailles sous l’Ancien Régime. La gravure étant postérieure à l’événement représenté, le trône est une invention de l’artiste, puisqu’il ne correspond pas à celui livré en 1743, ce dernier ayant été utilisé jusqu’à la Révolution.

© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot

  • 269 AN, O1 3647, 2e semestre 1788, mémoire de Bidard.

197Ce siège insigne fut d’ailleurs restauré un mois plus tard par Bidard, peintre-doreur établi rue Neuve-Notre-Dame à Versailles. Il intervint le 9 septembre 1788 pour « regrater plusieurs parties d’or brunie et redorer en totalité sur les vieux aprêts du siège du trône269 ». Les différentes parties du trône restaurées sont très détaillées dans son mémoire, indiquant les dimensions de chacun des éléments, ce qui est d’autant plus intéressant que nous pouvons confronter cette description exhaustive avec le dessin des Slodtz (fig. 18) :

la guirlande d’olive à gauche depuis le casque jusque la branche de palmier de 3 pieds [0,96 m] sur 2 pieds 6 pouces [0,80 m] de développement. Le palmier ensuitte formant montant du dossier pris jusque la partie brunie de la rocaille de 5 pieds 9 pouces [1,84 m] de haut sur 2 pieds [0,64 m] de développement. La partie de palme à droite prise à leurs naissances près du casque jusqu’au palmier formant montant du dossier de 2 pieds 6 pouces [0,80 m] sur 1 pied 9 pouces [0,56 m]. Le palmier et olive ensuitte formant montant du dossier ensuitte pris jusque la partie brunie de la rocaille de 5 pieds [1,60 m] sur 2 pieds [0,64 m]. La partie de manchette prie depuis la rocaille compris l’enroulement de 2 pieds [0,64 m] sur 1 pied 3 pouces [0,40 m]. L’autre côtté de pareil mesure. Le faisceau d’armes à droite du casque idem de 1 pied [0,32 m] de long sur 1 pied 6 pouces [0,48 m]. Le bouclier de l’autre côtté de 1 pied [0,32 m] sur 10 pouces [0,27 m] ; la poignée du cimetere de 9 pouces [0,24 m] sur 5 pouces [0,14 m]. Les feuilles d’olives dans le casque idem de 1 pied [0,32 m] sur 7 pouces [0,19 m] de tour. Le casque idem de 1 pied 2 pouces [0,37 m] sur 2 pieds 10 pouces [0,91 m] de tour. Le lion au dessus idem de 10 pouces [0,27 m] sur 10 pouces [0,27 m]. La coquille au dessous idem de 3 pieds 4 pouces [1,07 m] réduit sur 1 pied 2 pouces [0,37 m]. La traverse d’en bas du dossier de 2 pieds [0,64 m] de long sur 4 pouces [0,11 m]. La gorge au dessous idem de 2 pieds 9 pouces [0,88 m] de long sur 5 pouces [0,14 m]. La gorge des montants du dossier prie du dessus des palmettes de 4 pieds [1,28 m] sur 2 pouces 6 lignes [0,07 m]. Les deux moulures de chacune 2 pouces 6 lignes de proffille [0,07 m] sur 5 pieds de haut [1,6 m]. Les deux palmettes idem de chacune 1 pied 4 pouces [0,43 m] sur ensemble 1 pied [0,32 m] réduit. La partie à droite souttenant l’enroulement de la manchette prie de la tête du lion de 9 pouces [0,24 m] sur 1 pied [0,32 m] de refouillement. L’autre de pareil mesure. La tête de lion idem de 9 pouces [0,24 m] sur 1 pied [0,32 m]. L’autre idem. Le pied idem de 1 pied 6 pouces [0,48 m] sur 9 pouces [0,24 m]. L’autre idem. La face de la ceinture idem de 3 pieds 2 pouces [1,01 m] sur 10 pouces [0,27 m]. Le côtté de ceinture à droite de 1 pied 3 pouces [0,40 m] sur 11 pouces [0,30 m]. L’autre côtté idem. La feuille d’ornement et le garderon brunie pris du milieu de la palmette jusqu’au dessus du pied de derrière de 1 pied 10 pouces [0,59 m] sur 1 pied [0,32 m]. L’autre idem. Le pied ensuitte pris du fleuron au dessous de la feuille d’ornement de 1 pied 8 pouces [0,54 m] de haut sur 1 pied 3 pouces [0,40 m]. L’autre idem. Ledit fauteuil doré d’or fort fait avec soin sur les vieux aprêts grattés les gros garderons et d’autre partie brunie.

198Cette description permet de rendre compte à la fois de la profusion des ornements végétaux tout en courbes qui relèvent de la rocaille, et aussi de l’importance des attributs guerriers (casque, cimeterre, faisceau d’armes) qui renvoient à la vertu militaire du roi, la tête de lion renvoyant à sa force et à son courage. Elle nous montre en outre à quel point les parties sculptées étaient très fouillées, témoignant de la virtuosité du travail des Slodtz.

  • 270 AN, O1 3650, 1er semestre 1789, mémoire de Vincent.

199Au cours du premier semestre de 1789, Vincent, peintre sur étoffe établi rue Saint-François à Versailles, reçut 1 000 livres pour avoir « nétoyé la broderie or, argent et soie du dais brodé de velours cramoisi », inscrit au no 30 dans les inventaires, qui surmontait le trône en hiver depuis les années 1680270. La description très précise de ce dais permet d’en imaginer les dimensions exceptionnelles, qui conféraient au trône qu’il surmontait une majesté grandiose. Il était composé de sept pentes, dont

2 pentes en dedans de 9 pieds 8 pouces [3,01 m] de long sur 22 pouces [0,60 m] de haut, 2 pentes de 8 pieds [2,56 m] de long sur 22 pouces [0,59 m] de haut, 2 pentes en dehors de 9 pieds 10 pouces [3,15 m] de long sur 24 pouces [0,65 m] de haut, 1 pente en dehors de 8 pieds 2 pouces [2,61 m] de long sur 24 pouces [0,65 m] de haut [ainsi que de] la queüe et du fond [qui] donnent [chacun] en surface 5 pentes 1/2 sur 22 pouces [0,59 m] de haut.

200La somme qu’il perçut comprenait aussi le nettoyage de ce couronnement.

  • 271 Ibid., 2e semestre 1789, mémoire de Mahieu.

201Le 1er juillet 1789, le marchand de dorure Mahieu reçut l’ordre de fournir « 2 glands pour le tapis du trône en or faux surdoré garny à passementerie argent », pour lesquels il fut payé 54 livres271.

202Le trône, le tapis et son dais firent donc l’objet d’un soin particulier à la veille de la Révolution. Celui-ci se révélait nécessaire puisque le dais était présent dans la pièce depuis les années 1680, le trône depuis 1743 et le tapis depuis 1770. Il fallait donc entretenir ces trois éléments insignes qui concouraient à la splendeur du salon d’Apollon.

  • 272 AN, O1 3650, 2e semestre 1789, mémoire de Dathy.
  • 273 AN, O1 3652, 1er semestre 1790, mémoire de Dathy.

203Le départ précipité de la famille royale laissait croire qu’il ne serait que provisoire. C’est pourquoi, le 14 novembre 1789, le panacher Dathy reçut 16 livres pour avoir « blanchy la garniture du trône d’hiver des grands appartements272 ». Il s’agissait là de sa dernière intervention à Versailles : dès le premier semestre 1790, Dathy ne fut plus mentionné qu’à Paris et à Saint-Cloud273.

  • 274 AN, O1 3653, 2e semestre 1790, mémoire de Crochet.

204Dans le courant du second semestre 1790, un certain Crochet de La Caillette reçut 10 800 livres pour la « restauration des meubles en broderies et dorures des Grands appartements du Roy à Versailles, scavoir : le dais de Jupiter, le dais du trône pour les ambassadeurs, les cariatides ainsi que le meuble de la chambre à coucher du Roy274 ». Il s’agissait des étoffes les plus précieuses du Grand Appartement, certaines ayant été tissées à la fin du xviie siècle, comme le « dais de Jupiter » ou les cariatides. C’est sans doute la raison pour laquelle Louis XVI, assumant parfaitement l’héritage de ses prédécesseurs, leur portait une attention particulière.

205Le roi imaginait alors qu’il retournerait un jour à Versailles, dans son Grand Appartement, là où, pendant plus d’un siècle, s’étaient déployés les fastes de la monarchie. Ce n’était qu’illusion : Versailles avait perdu son âme ; la salle du Trône avait perdu son roi.

  • 275 AN, O2 464, dossier 1, pièce 22.

206L’ameublement du salon d’Apollon avait quant à lui perdu sa raison d’être : façonné par les hommes et sublimé par les rois, il fut dispersé par les premiers pour effacer le souvenir des seconds. Les ventes publiques des meubles de Versailles, qui se déroulèrent du 25 août 1793 au 11 août 1794, vidèrent presque la totalité du château. Y furent cependant soustraits les meubles très somptueux, dont une partie fut envoyée au Muséum central des arts. Un document conservé aux Archives nationales signale que « le trône des Grands Appartements de Versailles » est « rentré au Garde-Meuble national » le 20 mars 1793, soit quelques mois avant le début de la mise à l’encan du mobilier : décrit « de bois sculpté et doré de 8 pieds [2,56 m] de hauteur sur 4 pieds [1,28 m] de large », il correspond au trône que les frères Slodtz avaient livré un demi-siècle plus tôt275 . Bien que très chargé d’attributs royaux, il survécut à la Révolution, ce qui ne fut probablement pas le cas des dix guéridons qu’ils avaient livrés au même moment. Ni du reste de l’ameublement.

207Le Grand Roi s’était fait façonner un premier ameublement à son image, rayonnant, resplendissant, où l’exaltation du « roi de guerre » était portée à son paroxysme. Le second n’en était pas moins exceptionnel : de l’argent ciselé au bois sculpté, la virtuosité des artisans était la même. Les étoffes, tout aussi somptueuses, perpétuaient le souvenir des glorieuses années 1680.

208Soucieux de conserver mais désireux d’être à la mode, Louis XV modernisa en partie l’ameublement que lui avait laissé son arrière-grand-père. Au règne du nouveau roi correspondait celui de la « rocaille ». Le renouvellement partiel des étoffes et du mobilier conféra à l’ameublement du salon d’Apollon un caractère hétérogène, établissant un langage entre tradition et modernité qui contribua à la splendeur du salon d’Apollon.

209Avec Louis XVI, le respect de l’héritage l’emporta sur tout désir de changement, conférant à l’ameublement son caractère immuable. Les nombreux rafraîchissements d’étoffes et les fréquentes restaurations du mobilier et du luminaire étaient destinés à pérenniser l’éclat de la salle du Trône, dont le rayonnement ne pouvait qu’émerveiller le spectateur, voire éblouir Apollon.

210Admirée en son temps, imaginée à présent, car vidée par les révolutionnaires, la salle du Trône fascinait, tant par le luxe qui s’y déployait que par les événements qui s’y déroulèrent. Si l’ameublement des résidences royales exprimait le faste du pouvoir, celui du salon d’Apollon en fut le parangon : l’exubérance du mobilier d’argent puis la magnificence du mobilier de bois doré n’eurent d’égale que la somptuosité des textiles qui contribuèrent à faire de cette pièce un écrin digne de la Couronne, dont elle exaltait le prestige.

Haut de page

Bibliographie

Sources manuscrites

Paris, Archives nationales, sous-série O1 (Maison du roi) :

– Plans, élévations, détails, dessins divers. Corps principal du château : appartement du Roi, de la Reine, des Princesses, de Mme Du Barry, divers ; salons, galeries, escaliers ; petits appartements ; cours (xviiie siècle) : O1 1772 ;
– Registre et contrôle général de la recette et dépense ordinaire et extraordinaire des Menus : O1 2816 et O1 2825 ;
– Pièces justificatives et minutes des dépenses de tout le département : extraits, copies, mémoires, comptes de toute sorte, ordres de paiements, etc. : O1 2984 ;
– Journal du Garde-Meuble de la Couronne (entrées et sorties) : O1 3304 à O1 3319 ;
– Inventaire général des meubles de la Couronne et des Maisons royales (1664-1705) : O1 3330 à O1 3333 ;
– Inventaire général des meubles de la Couronne (1729) : O1 3336 à O1 3341 ;
– Inventaire général des meubles de la Couronne (1775) : O1 3343 à O1 3347 ;
– Inventaire général des meubles de la famille royale (1792) : O1 3354 ;
– Inventaire des meubles (1708) : O1 3445 ;
– Inventaire général des meubles, par chapitre (1752) : O1 3446 à O1 3449 ;
– Inventaire des meubles (1765) : O1 3451 ;
– Inventaire des meubles (1740) : O1 3453 ;
– Inventaire des meubles (1751) : O1 3454 ;
– Inventaire des meubles du magasin de Versailles, par logement (1776) : O1 3457 ;
– Inventaire général des meubles : château et dehors (1785) : O1 3461 ;
– Autre inventaire général (1788) : O1 3463 ;
– Estimation des meubles. Famille royale (1787) : O1 3465 ;
– Inventaire des meubles du château par appartement (1786-1787) : O1 3469 ;
– États divers de tapisseries et tapis de tenture (1783-1792) : O1 3499 ;
– Comptes, mémoires, relevés, factures de toutes sortes, des fournisseurs et des ouvriers du Garde-Meuble : O1 3616 à O1 3656 ;

Paris, Archives nationales, sous-série O² (Maison de l’Empereur) :

– Garde-Meuble. Administration générale. Correspondance, rapports, ordres, devis, marchés, inventaires : O² 464.

Paris, Bibliothèque nationale de France, cabinet des Manuscrits :

– Mélanges Colbert, manuscrits 268, 282, 305 et 307.

Sources imprimées

Almanach de Versailles, année 1785, Versailles / Paris, Blaizot et al.

Blondel Jean-François, 1756, Architecture françoise, ou Recueil des plans, élévations, coupes et profils des églises, maisons royales, palais, hôtels & édifices les plus considérables de Paris, ainsi que des châteaux et maisons de plaisance situés aux environs de cette ville ou en d’autres endroits de la France […], Paris, Ch.-A. Jombert, 4 vol.

Bourdelot Pierre Michon, dit l’abbé, 1683, Relation des assemblées faites à Versailles dans le grand appartement du roi pendant ce carnaval de l’an 1683 […], Paris, P. Cottard.

Breteuil Louis-Nicolas de, 1992, Mémoires du baron de Breteuil, éd. É. Lever, Paris, F. Bourin.

Clément Pierre, 1861-1873, Lettres, instructions et mémoires de Colbert, Paris, Imprimerie impériale, 10 vol.

Comptes des Bâtiments du roi sous le règne de Louis XIV (1664-1715), 1881-1901, publiés par J. Guiffrey, Paris, Imprimerie nationale, 5 vol.

Dangeau Philippe de Courcillon, marquis de, 1854-1860, Journal du marquis de Dangeau, avec les additions du duc de Saint-Simon, éd. E. Soulié et al., Paris, F. Didot, 19 vol.

Dezallier d’Argenville Antoine-Nicolas, 1755, Voyage pittoresque des environs de Paris ou description des maisons royales […], Paris, De Bure l’aîné.

Engerand Fernand, 1900, Inventaire des tableaux commandés et achetés par la direction des Bâtiments du roi (1709-1792), Paris, E. Leroux.

Félibien André, 1687 [1674], La description du château de Versailles, Paris, A. Vilette.

Félibien Jean-François, 1703, Description sommaire de Versailles, ancienne et nouvelle, Paris, A. Chrétien.

Hézecques Félix de France, comte d’, 1873, Souvenirs d’un page de la cour de Louis XVI, éd. Ch.-R.-M.-G. de France d’Hézecques, Paris, Didier.

Inventaire général du mobilier de la Couronne sous le règne de Louis XIV (1663-1715), 1885-1886, publié par J. Guiffrey, Paris, J. Rouam, 2 vol.

Louis XIV, 2007 [1806], Mémoires pour l’instruction du Dauphin, éd. J. Cornette, Paris, H. Champion.

Luynes Charles-Philippe d’Albert, duc de, 1860-1865, Mémoires du duc de Luynes sur la cour de Louis XV (1735-1758), éd. L. Dussieux et E. Soulié, Paris, F. Didot frères, fils et Cie, 17 vol.

Monicart Jean-Baptiste de, 1720, Versailles immortalisé par les merveilles parlantes des bâtimens, jardins, bosquets, parcs, statues dudit château de Versailles et de ceux de Trianon, de la Ménagerie et de Marly […], Paris, E. Ganeau / J. Quillau, 2 vol.

Perrault Charles, 1688, Parallele des Anciens et des Modernes, en ce qui regarde les arts et les sciences […], Paris, J.-B. Coignard.

Piganiol de La Force Jean-Aymar, 1701, Nouvelle description des chasteaux et parcs de Versailles et de Marly, contenant une explication historique de toutes les peintures, tableaux, statues, vases et ornemens qui s’y voyent, leurs dimensions et les noms des peintres et des sculpteurs qui les ont faits, avec les plans de ces deux maisons royalles […], Paris, F. et P. Delure.

Saint-Simon Louis de Rouvroy, duc de, 1879-1931, Mémoires du duc de Saint-Simon : nouvelle édition collationnée sur le manuscrit autographe, augmentée des additions de Saint-Simon au Journal de Dangeau, éd. A. Michel de Boislisle, avec la collaboration de L. Lecestre (à partir du t. XV) et de J. Michel de Boislisle (à partir du t. XXI), Paris, Hachette, 43 vol.

Scudéry Madeleine de, 1684, Conversations nouvelles sur divers sujets, dédiées au roy, Paris, Cl. Barbin, 2 vol.

Sourches Louis-François de Bouschet, marquis de, Mémoires sur le règne de Louis XIV, 1882-1893, Paris, G.-J. de Cosnac et A. Bertrand, 13 vol.

Tessin Nicodème, dit le Jeune, 1926, « Relation de la visite de Nicodème Tessin à Marly, Versailles, Clagny, Rueil et Saint-Cloud en 1687 », éd. R. Josephson et P. Francastel, Revue de l’histoire de Versailles et de Seine-et-Oise, t. XXVIII, p. 149-167 et 274-300.

— 1932, « Notes de Nicodème Tessin le jeune relatives à son séjour à Paris en 1687 », publiées par R.-A. Weigert, Bulletin de la Société de l’histoire de l’art français, année 1932, p. 220-279.

Thiéry de Sainte-Colombe Luc-Vincent, 1788, Guide des amateurs et des étrangers voyageurs dans les maisons royales, châteaux, lieux de plaisance, établissemens publics, villages & séjours les plus renommés aux environs de Paris […], Paris, Hardouin et Gattey.

Études

Arizzoli-Clémentel Pierre et Gastinel-Coural Chantal, 1988, Soieries de Lyon : commandes royales au xviiie siècle, 1730-1800, cat. exp. (Lyon, musée historique des Tissus, déc. 1988-mars 1989), Lyon, musée historique des Tissus.

Arminjon Catherine, 1992, « L’étude de l’orfèvrerie de Versailles au travers des collections des dessins du Musée national de Stockholm », in H. C. Collinson (dir.), Versailles: French Court Style and Its Influence, Toronto, University of Toronto School of Continuing Studies, p. 7-15.

— (dir.), 2007, Quand Versailles était meublé d’argent, cat. exp. (château de Versailles, 21 nov. 2007-9 mars 2008), Paris / Versailles, Éd. de la Réunion des musées nationaux / Établissement public du musée et du domaine national de Versailles.

Castelluccio Stéphane, 2004, Le Garde-Meuble de la Couronne et ses intendants du xvie au xviiie siècle, Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques.

— 2006, « La galerie des Glaces. Les réceptions d’ambassadeurs », Versalia, no 9, p. 24-52.

Constans Claire, 1976, « Les tableaux du Grand Appartement du Roi », Revue du Louvre et des musées de France, 1976-3, p. 156-173.

Coural Jean et Gastinel-Coural Chantal, 1984, « La fabrique lyonnaise au xviiie siècle. La commande royale de 1730 », Revue de l’art, no 62, p. 49-64.

Jarry Madeleine, 1966, The Carpets of the Manufacture de la Savonnerie, Leigh-on-Sea, F. Lewis.

— 1968, « Les tapis du roi », L’Œil, no 162-163, juin-juil. 1968, p. 7-13.

Louis XIV à Saint-Germain, 1638-1682 : de la naissance à la gloire, 1988, cat. exp. (Saint-Germain-en-Laye, chapelle du château, musée des Antiquités nationales, 24 sept.-27 nov. 1988), Saint-Germain-en-Laye, Ville de Saint-Germain-en-Laye.

Louis XV : un moment de perfection de l’art français, 1974, cat. exp. (Paris, hôtel de la Monnaie, 1974), Paris, hôtel de la Monnaie.

Mabille Gérard, 1998, « Les tables d’argent de Louis XIV », Versalia, no 1, p. 60-64.

Maral Alexandre, 2009, « Grande Galerie et appartement du roi à Versailles. Sens et usages sous Louis XIV », Versalia, no 12, p. 121-133.

Marie Alfred, 1968, Naissance de Versailles : le château, les jardins, Paris, Vincent, Fréal, 2 vol.

Marie Alfred et Marie Jeanne, 1984, Versailles, son histoire : Versailles au temps de Louis XV, 1715-1745, Paris, Imprimerie nationale.

Milovanovic Nicolas, 2005, Les Grands Appartements de Versailles sous Louis XIV : catalogue des décors peints, Paris / Versailles, Réunion des musées nationaux / château de Versailles.

Milovanovic Nicolas et Maral Alexandre (dir.), 2009, Louis XIV : l’homme & le roi, cat. exp. (château de Versailles, 19 oct. 2009-7 févr. 2010), Paris / Versailles, Skira-Flammarion / château de Versailles.

Saule Béatrix, 1992, « L’ameublement du château de Versailles de 1668 à 1678 », in H. C. Collinson (dir.), Versailles: French Court Style and Its Influence, Toronto, University of Toronto School of Continuing Studies, p. 141-162.

Souchal François, 1967, Les Slodtz, sculpteurs et décorateurs du roi (1685-1764), Paris, E. de Boccard.

Verlet Pierre, 1937, « L’ancien mobilier de Versailles, son étude et ses méthodes », Gazette des beaux-arts, mars 1937, p. 179-183.

— 1982, The Savonnerie: Its History, the Waddesdon Collection, Londres, Fribourg.

— 1985a [1961], Le château de Versailles, Paris, Fayard.

— 1985b, « Les guéridons de la galerie des Glaces », Bulletin de la Société de l’histoire de l’art français, 1985, p. 129-136.

— 1994, Le mobilier royal français, t. III : Meubles de la Couronne conservés en Angleterre et aux États-Unis, Paris, Picard.

Véron-Denise Danièle et Vittet Jean, 2008, « Versailles, les broderies de Saint-Joseph et Jean Lemoyne le Lorrain », Versalia, no 11, p. 55-84.

Versailles à Stockholm : dessins du Nationalmuseum, peintures, meubles et arts décoratifs des collections suédoises et danoises, 1985, cat. exp. (Paris, hôtel de Marle, sept.-oct. 1985), Stockholm, Nationalmuseums Skriftserie.

Vittet Jean et Brejon de Lavergnée Arnauld, 2010, La collection de tapisseries de Louis XIV, Dijon, Faton.

Weigert Roger-Armand, 1930, « Le meuble brodé de la salle du Trône de Louis XIV à Versailles », Revue de l’histoire de Versailles et de Seine-et-Oise, vol. 32, no 1, janv.-mars 1930, p. 199-206.

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Notes

1 Verlet 1985a, p. 148-149.

2 Clément 1868, t. V, p. 287.

3 Perrault 1688, p. 116.

4 Milovanovic 2005, p. 14.

5 Verlet 1985a, p. 221.

6 Milovanovic 2005, p. 36.

7 Ibid., p. 134.

8 Louis XIV 2007, p. 172.

9 Milovanovic et Maral 2009, p. 36.

10 Maral 2009, p. 122.

11 Verlet 1985a, p. 221.

12 Versailles à Stockholm 1985, p. 176.

13 En décembre 1682, ces soirées ont eu lieu le lundi, le mercredi et le jeudi (Mercure galant, décembre 1682, p. 2).

14 Bourdelot 1683, p. 272.

15 Castelluccio 2006, p. 27, 44 et 49.

16 Ibid., p. 50.

17 Clément 1868, t. V, p. 357.

18 Paris, Archives nationales (AN), O1 3305, fo 16 vo.

19 Saule 1992, p. 158-159.

20 Les « grandissimes » pièces d’argent furent réservées aux salles les plus prestigieuses de l’enfilade (salons de Mars, de Mercure, d’Apollon, de la Guerre) jusqu’à la galerie, les trois premiers salons (de l’Abondance, de Vénus et de Diane), dallés de marbre, étant considérés comme des vestibules.

21 Arminjon 2007, p. 35.

22 Scudéry 1684, t. I, p. 21.

23 Paul Goujon, sieur de La Baronnière, avait été employé par Fouquet à Vaux une dizaine d’années auparavant ; Castelluccio 2006, p. 29.

24 Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. II, p. 111, no 117, et p. 275, no 504, année 1672.

25 Castelluccio 2006, p. 29.

26 Mercure galant, mai 1681, p. 277-278.

27 Nous avons effectué la conversion des unités utilisées pendant l’Ancien Régime, suivant ces données :
1 ligne : 0,0023 m ;
1 pouce : 0,027 m ;
1 pied : 0,32 m ;
1 aune : 1,19 m ;
1 marc : 0,24 kg.

28 Mercure galant, décembre 1682, p. 13-14 ; voir annexe 1, document 1 ; la description du trône d’argent est identique dans le Mercure galant de novembre 1686 (p. 280-281), qui relate la visite des ambassadeurs de Siam.

29 Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. I, p. 53, no 309 du chapitre de l’« Argent blanc ».

30 Ibid., no 312.

31 Ibid., no 313.

32 Ibid., p. 84, nos 799-802 du chapitre de l’« Argent blanc ».

33 Arminjon 2007, p. 32-33.

34 Paris, Bibliothèque nationale de France (BNF), mélanges Colbert, 268, fo 00.

35 AN, O1 3304, fo 156 vo.

36 Louis XIV s’était fait aménager au printemps de 1669, au premier étage du Château-Vieux de Saint-Germain, un petit appartement composé d’une grotte consacrée à Neptune, d’une antichambre, d’une chambre et d’un cabinet. La face principale de la grotte était ornée d’une fontaine d’argent où le dieu paraissait sur son char porté par des tritons, tandis que les autres faces, couvertes de rocaille composant des « jeux d’amours », abritaient des niches pour lesquelles Ballin avait ciselé ces quatre figures (Louis XIV à Saint-Germain… 1988, p. 127 ; plan : p. 122, no 85).

37 BNF, mélanges Colbert, 307, fo 36.

38 Arminjon 1992, p. 11.

39 Castelluccio 2006, p. 28.

40 Comptes des Bâtiments du roi… 1881-1901, t. II, col. 1172.

41 Mabille 1998, p. 64, n. 6.

42 Tessin 1926, p. 280 ; voir annexe 1, document 2.

43 Afin de faciliter la lecture et dans une volonté de ne pas multiplier les sous-parties, nous avons pris le parti de mettre en caractères gras le nom des éléments essentiels qui composent le mobilier. De même, afin de distinguer aisément les « meubles » d’été et d’hiver, nous avons mis ces deux termes en valeur.

44 Comptes des Bâtiments du roi… 1881-1901, t. II, col. 209.

45 AN, O1 3445, fo 107 vo, sans numéro.

46 BNF, mélanges Colbert, 282, fo 15 ; AN, O1 2816, art. 23 ; Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. II, p. 111, no 117 et p. 275, no 504, année 1672.

47 Mercure galant, mai 1681, p. 278.

48 Mercure galant, décembre 1682, p. 14.

49 Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. II, p. 111, no 117, année 1672.

50 Ibid., p. 324-325, no 929, année 1681.

51 Cette alternance est explicitée pour la première fois dans les inventaires du château de Versailles en 1751.

52 AN, O1 3332, fos 340-341, année 1695 ; Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. II, p. 423-424, no 1638 du chapitre des « Lits et emmeublemens », année 1695. Signalons que l’inventaire général du mobilier de la Couronne sous Louis XIV (1664-1705) nous donne une description plus exhaustive du meuble que celle publiée par Guiffrey, c’est pourquoi nous citons ci-après les descriptions fournies par l’inventaire, dont nous ne rappelons plus les références, indiquées ici.

53 Véron-Denise et Vittet 2008, p. 59 ; ce meuble a été enregistré tardivement, en 1695 : il a peut-être été livré directement à Versailles, sans passer par le Garde-Meuble, et leur entrée n’a été régularisée qu’en 1695, année qui correspond probablement à l’achèvement complet des broderies ; notons que les informations à leur sujet sont lacunaires puisque les pages correspondantes du journal du Garde-Meuble ont été arrachées (AN, O1 3306, fos 275-277 sont manquants).

54 « Madame de Montespan avoit bâti, à Paris, une belle maison des filles de Saint-Joseph, qu’elle avoit fondée pour l’instruction des jeunes filles, & pour leur apprendre toutes sortes d’ouvrages ; il en étoit sorti [...] des meubles superbes pour le Roi » (Saint-Simon, 1879-1931, t. XXVIII, p. 128) ; si les inventaires royaux ne précisent pas la provenance des broderies de la salle du Trône, en revanche les comptes du Trésor apportent la preuve de leur fabrication à Saint-Joseph.

55 Concernant l’histoire de l’atelier de Saint-Joseph, voir Véron-Denise et Vittet 2008, p. 66-71.

56 Ibid, p. 58-59.

57 BNF, mélanges Colbert, 305, comptes du premier semestre 1680, fo 319 vo.

58 BNF, mélanges Colbert, 307, comptes du second semestre 1681, fo 35 vo ; AN, O1 2984, dossier 4.

59 BNF, mélanges Colbert, 305, comptes du premier semestre 1680, fo 320 ro.

60 BNF, mélanges Colbert, 307, comptes du second semestre 1681, fos 20 v°-21 r°.

61 Ibid.

62 AN, 259 AP 56, fo 8 vo.

63 Véron-Denise et Vittet 2008, p. 57.

64 Weigert 1930, p. 201, n. 2 : « Chaque pièce de la broderie était destinée à un panneau strictement délimité. Suivant les dimensions des futurs emplacements, les parties accessoires de la composition subsistaient ou étaient supprimées. »

65 Tessin 1926, p. 279-280.

66 Véron-Denise et Vittet 2008, p. 56.

67 Comptes des Bâtiments du roi… 1881-1901, t. I, col. 1278.

68 AN, O1 2984, dossier 6, no 17.

69 AN, O1 3305, fo 115 vo ; Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. II, p. 332, no 999 du chapitre des « Lits et emmeublemens », année 1682.

70 Sourches 1882, t. I, p. 223.

71 Comptes des Bâtiments du roi… 1881-1901, t. II, col. 314.

72 AN, O1 2984, dossier 6, no 36.

73 AN, O1 3331 ; AN, O1 3332, fos 340-341 ; Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. II, p. 467, no 38 du chapitre des « Daiz ».

74 AN, O1 2984, dossier 6, no 17.

75 Tessin 1926, p. 278-279.

76 Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. II, p. 198, no 95 du chapitre des « Brocarts et autres estoffes d’or et d’argent », année 1686.

77 Mercure galant, décembre 1682, p. 13.

78 Weigert 1930, p. 204, n. 2.

79 AN, O1 3331 ; Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. II, p. 220, no 87 du chapitre des « Lits et emmeublemens », et p. 467, no 30 du chapitre des « Daiz ».

80 Mercure galant, décembre 1682, p. 14 : « Le Daiz est de mesme la Tapisserie. »

81 AN, O1 3332, fo 341 vo, nos 1639 et 1640 ; Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. II, p. 424, nos 1639 et 1640 du chapitre des « Lits et emmeublemens », année 1695 ; l’inventaire général signale qu’à deux des pilastres il manque « deux morceaux de broderie gaudronée qui termine le chapiteau ».

82 Bourdelot 1683, p. 28-30.

83 Milovanovic, 2005, p. 46.

84 Constans 1976, p. 156-173.

85 Mercure galant, décembre 1682, p. 15-17.

86 Hercule tuant l’hydre de Lerne, Hercule et Acheloüs, Enlèvement de Déjanire, Hercule sur le bûcher.

87 Comptes des Bâtiments du roi… 1881-1901, t. II, col. 170.

88 Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. II, p. 303, no 729 du chapitre des « Lits et emmeublemens », année 1674.

89 Alfred Marie (1968, vol. 2, p. 344) désigne le mobilier d’argent du Grand Appartement comme étant un « ameublement ordinaire ».

90 Scudéry 1684, t. I, p. 14-15.

91 Mercure galant, mai 1681, p. 277-278.

92 Mercure galant, décembre 1682, p. 13.

93 AN, O1 3304, fo 187 vo.

94 Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. I, p. 83, nos 794-795 du chapitre de l’« Argent blanc ».

95 Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. I, p. 83-84, nos 796-797 du chapitre de l’« Argent blanc ».

96 Mercure galant, décembre 1682, p. 14-15.

97 Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. II, p. 324-325, no 929 du chapitre des « Lits et emmeublemens », année 1681.

98 AN, O1 3304, fo 87 ; Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. I, p. 77, nos 678-681 du chapitre de l’« Argent blanc ».

99 Mercure galant, décembre 1682, p. 14.

100 AN, O1 3305, fo 154 ; Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. I, p. 96, nos 1085-1087 du chapitre de l’« Argent blanc » ; Comptes des Bâtiments du roi… 1881-1901, t. II, col. 482.

101 AN, O1 3305, fo 173 ; ibid., p. 98, nos 1106-1108 ; Comptes des Bâtiments du roi… 1881-1901, t. II, col. 667.

102 Verlet 1985b, p. 129.

103 Tessin 1926, p. 280.

104 AN, O1 3304, fo 249.

105 Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. I, p. 86, no 926 du chapitre de l’« Argent blanc ».

106 Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. I, p. 79, nos 726-737 du chapitre de l’« Argent blanc ».

107 Ibid., p. 78, nos 702-713.

108 BNF, mélanges Colbert, 307, comptes du second semestre 1681, fo 20 ; AN, O1 3305, fos 79 vo et 88 vo ; Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. I, p. 90-91, nos 985-987 et 999-1000 du chapitre de l’« Argent blanc ».

109 AN, O1 3305, fo 102 vo ; Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. I, p. 92, nos 1012 à 1015 du chapitre de l’« Argent blanc ».

110 Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. I, p. 85, nos 836-891 du chapitre de l’« Argent blanc ».

111 AN, O1 3305, fo 104.

112 Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. I, p. 87, nos 950-951 du chapitre de l’« Argent blanc », et p. 277, nos 123-124 du chapitre des « Miroirs et plaques de miroirs de diverses sortes ».

113 AN, O1 3305, fo 47 vo.

114 Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. I, p. 87-88, nos 954-955 du chapitre de l’« Argent blanc ».

115 La réparation d’un des lustres par Delaunay à la suite d’un accident survenu le 26 octobre 1686 nous apprend qu’ils étaient alors placés dans les salons de la Guerre et de la Paix.

116 Bourdelot 1683, p. 5.

117 Mercure galant, décembre 1682, p. 13.

118 Arminjon 2007, p. 57, n. 67.

119 AN, O1 3304, fo 249, 16 avril 1672 ; Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. I, p. 86, nos 924-925 du chapitre de l’« Argent blanc ».

120 Ces ensembles de métal précieux étant considérés comme des réserves monétaires en cas de difficultés, leur fonte constituait la seule exception au principe de rachat des biens aliénés de la Couronne, en vertu de l’article 1 de l’édit de Moulins de février 1566 (Castelluccio 2004, p. 43-44).

121 Dangeau 1854, t. III, p. 33.

122 Ibid., p. 38.

123 Par exemple, huit guéridons de bois dorés réalisés pour la Grande Galerie sont enregistrés le 22 décembre 1688 dans le journal du Garde-Meuble (AN, O1 3306, fo 112 vo).

124 Verlet 1985a, p. 127.

125 Voir annexe 3, document 1.

126 Félibien 1703, p. 142 ; voir annexe 1, document 3.

127 Mabille 1998, p. 62.

128 AN, O1 3330, f° 49, nos 309-311 ; ces figures ont été enregistrées sur le premier folio du procès-verbal de fonte du 11 janvier 1709 ; Guiffrey marque avec des astérisques les pièces fondues en 1709-1710 (tels les nos 309-311).

129 Castelluccio 2006, p. 40.

130 AN, O1 3339, fo 73, no 117.

131 Breteuil 1992, p. 131.

132 AN, O1 3339, fo 29, no 35.

133 Félibien 1703, p. 141.

134 Ibid., p. 142-143.

135 Ibid., p. 143.

136 Ibid.

137 Le dessin correspond à celui des vingt-cinq lés de riche brocart réalisés par la fabrique de Lyon pour faire des tapisseries à Versailles, livrés en 1688 et enregistrés au no 123 (Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. II, p. 202, no 123 du chapitre des « Brocarts et autres estoffes d’or et d’argent », année 1688).

138 Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. II, p. 202, no 123 du chapitre des « Brocarts et autres estoffes d’or et d’argent », année 1688 ; AN, O1 3306, 16 mai 1691 ; Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. II, p. 203, nos 132, 133 et 134 dudit chapitre, année 1691.

139 Félibien 1703, p. 141-142.

140 AN, O1 3307, 24 octobre 1696 ; AN, O1 3332, fo 257 ; Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. II, p. 432, nos 1728-1741 du chapitre des « Lits et emmeublemens », année 1696 ; trois de ces rideaux avaient été livrés pour le salon de Mars, deux pour le salon de Mercure (AN, O1 3445).

141 Mercure galant, janvier 1708, p. 244-288

142 AN, O1 3333 ; Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. II, p. 171, no 468 du chapitre des « Cabinets, tables et guéridons de diverses sortes » ; il y en avait dix dans le salon de Mars, huit dans le salon de Mercure, quatre dans le salon de la Guerre et seize dans la Grande Galerie (AN, O1 3445).

143 Verlet 1985b, p. 130-131.

144 AN, O1 3306, fo 173 vo°, décembre 1690 ; Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. II, p. 99, nos 221, 222 et 223 du chapitre des « Chandeliers et girandoles de cristal ».

145 AN, O1 3333 ; Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. II, p. 138, no 56 du chapitre des « Cabinets, tables et guéridons de diverses sortes ».

146 AN, O1 3306.

147 AN, O1 3306, fo 181 ; Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. II, p. 99-100, no 227 du chapitre des « Chandeliers et girandoles de cristal ».

148 AN, O1 3307.

149 Verlet 1985a, p. 305.

150 Voir annexe 3, document 2.

151 AN, O1 3339.

152 Voir annexe 1, document 4.

153 Monicart 1720, t. I, p. 254.

154 Dirigée par Noinville depuis 1721.

155 AN, O1 3310, fo 100 vo ; AN, O1 3338.

156 Jarry 1966, p. 32 et 1968, p. 9.

157 Verlet 1994, p. 43.

158 Verlet 1982, p. 102.

159 Engerand 1900, p. 191-192.

160 AN, O1 3298, dossier 12, chemise 6, pièce 1, « Précis de la dépense d’un meuble d’été pour le grand appartement de Versailles » : ce document a été signalé pour la première fois par Pierre Verlet.

161 Le brocart du dessin de Ringuet prévu pour le salon d’Apollon ne fut utilisé qu’en 1786 pour la confection du meuble d’hiver de la chambre de Marie-Antoinette à Versailles.

162 Félibien 1703, p. 141-142.

163 Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. II, p. 424, no 1639.

164 AN, O1 3446.

165 AN, O1 3313, fo 127 ; Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. II, p. 388, no 1383 du chapitre des « Lits et emmeublemens », année 1689, « pour la grande chambre du Grand Appartement du Roy ».

166 Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. II, p. 324-325, no 929 du chapitre des « Lits et emmeublemens », année 1681.

167 Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. II, p. 220, no 87 du chapitre des « Lits et emmeublemens ».

168 AN, O1 3305, fo 115 vo ; Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. II, p. 332, no 999 du chapitre des « Lits et emmeublemens », année 1682.

169 Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. I, p. 320 et 323, nos 112 et 122 du chapitre des « Tapisseries de haulte et basse lisse rehaussées d’or » ; AN, O1 3338.

170 Vittet et Brejon de Lavergnée 2010, p. 230-250.

171 AN, O1 3336.

172 Louis XV : un moment de perfection de l’art français, 1974, p. 289.

173 Ibid., p. 290-291.

174 AN, O1 3345, fo 215, no 11.

175 Voir annexe 3, document 3.

176 AN, O1 3447, fo 49.

177 Le titulaire de cette fonction était alors Juste-Aurèle Meissonnier (1726-1750) mais elle fut remplie par les Slodtz.

178 Le dessin pour la commode de la nouvelle chambre du Roi à Versailles, livrée le 15 avril 1739 par Gaudreaus et considérée comme un chef-d’œuvre d’ébénisterie du style rocaille, est en effet attribué aux Slodtz.

179 Luynes, t. V, p. 24.

180 Louis XV : un moment de perfection de l’art français 1974, p. 302.

181 Souchal 1967, p. 488.

182 AN, O1 3345 ; AN, O1 3446, fo 139.

183 Luynes, t. V, p. 24.

184 Coural et Gastinel-Coural 1984, p. 50 ; Arizzoli-Clémentel et Gastinel-Coural 1988, p. 92.

185 Claude-Germain Sallior était associé depuis 1733 à Pierre-Germain Lallié, premier tapissier du Garde-Meuble au xviiie siècle : il remplaça ce dernier à ce poste à partir de 1736.

186 AN, O1 3313, fo 115 manquant.

187 AN, O1 3616, année 1743, mémoire de Sallior.

188 Blondel 1756, t. IV, p. 128.

189 Arizzoli-Clémentel et Gastinel-Coural 1988, p. 50.

190 AN, O1 3446, fo 468.

191 Luynes, t. V, p. 24.

192 AN, O1 3446, fo 469 ; AN, O1 3447, fos 62-63.

193 Luynes, t. V, p. 372.

194 AN, O1 3616, année 1760, mémoire de Lhéritier frères.

195 Castelluccio, 2004, p. 24 ; Vittet et Brejon de Lavergnée 2010, p. 31-33.

196 AN, O1 3331 ; Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. I, p. 293, no 1 du chapitre des « Tapisseries de haulte et basse lisse rehaussées d’or » ; AN, O1 3338.

197 Ibid., no 3.

198 AN, O1 3446, fo 375 ; AN, O1 3447, fo 61.

199 AN, O1 3446, fos 572-573.

200 Blondel 1756, t. IV, p. 128.

201 AN, O1 3305 ; Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. II, p. 324-325, no 929 du chapitre des « Lits et emmeublemens », année 1681 ; AN, O1 3446, fos 560-561.

202 Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. II, p. 467, no 36 du chapitre des « Daiz » ; AN, O1 3446, fo 61.

203 AN, O1 3331 ; Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. II, p. 322, no 896 du chapitre des « Lits et emmeublemens », année 1680 ; AN, O1 3446, fo 358.

204 Blondel 1756, t. IV, p. 128.

205 Voir annexe 2.

206 Verlet 1937, p. 183.

207 Verlet 1994, p. 37-38.

208 Souchal 1967, p. 487.

209 AN, O1 3448.

210 Blondel 1756, t. IV, p. 128.

211 Verlet 1985a, p. 320.

212 AN, O1 3446, fo 47.

213 AN, O1 3449.

214 AN, O1 3446, fo 11.

215 AN, O1 3446, fo 31 ; la corde est signalée à part dans l’inventaire de 1752 (AN, O1 3448, fo 83).

216 AN, O1 3616, année 1749, mémoire de Jérémie Delaroue.

217 Ibid., année 1750.

218 Verlet 1985a, p. 532.

219 Voir annexe 3, documents 4 à 6.

220 Hézecques 1873, p. 144.

221 AN, O1 3318, 31 juillet 1764.

222 Arizzoli-Clémentel et Gastinel-Coural, 1988, p. 21.

223 AN, O1 3616, année 1764, mémoire de Peyrotte.

224 Ibid., mémoire de Foliot.

225 Ibid., mémoire de Bardou.

226 Ibid., mémoire de Lescuyer.

227 AN, O1 3619, année 1767, mémoire de Peyrotte.

228 Ibid., mémoire de Dupré.

229 Ibid., mémoire de la veuve Bardou.

230 Ibid.

231 AN, O1 3619, année 1767, mémoire de Lescuyer.

232 Voir annexe 3, documents 4 à 6.

233 Comptes des Bâtiments du roi… 1881-1901, t. I, col. 1281.

234 AN, 259 AP 62, Restes de 1687, fo 53 ro.

235 AN, O1 2825, Année 1691, Argenterie, fo 8 vo.

236 AN, O1 3339, fo 10 vo-11.

237 AN, O1 3313, fo 76 vo, 5 janvier 1742.

238 AN, O1 3447, fos 63-64.

239 AN, O1 3445, fos 77-78.

240 AN, O1 3445.

241 AN, O1 3499 ; ce tapis et cette date ont été ajoutés postérieurement dans l’inventaire de 1765.

242 Verlet 1982, p. 441, n. 66.

243 Voir annexe 3, documents 4 à 6.

244 Ibid.

245 AN, O1 3343.

246 Hézecques 1873.

247 AN, O1 3616, année 1764, mémoire d’Aleau.

248 AN, O1 3618, année 1766, mémoire d’Aleau.

249 AN, O1 3619, année 1767, mémoire d’Aleau.

250 AN, O1 3617, année 1765, mémoire de Picault.

251 AN, O1 3619, année 1767, mémoire de Lhéritier frères.

252 Almanach de Versailles, année 1785, p. 26.

253 AN, O1 3618, année 1766, mémoire de la veuve Bardou.

254 AN, O1 3616 à 3624, années 1764-1771 et 1774, mémoires de Jérémie Delaroue.

255 AN, O1 3624 à 3628, années 1775 à 1782, mémoires d’Alexis Delaroue.

256 AN, O1 3635, année 1785, mémoire de Joinot.

257 AN, O1 3616 à 3623, années 1764-1771, mémoires de Lescuyer.

258 AN, O1 3624, année 1774, mémoire de Lescuyer et Donnebecq.

259 AN, O1 3625 à 3629, 3631 et 3634, années 1776-1785, mémoires de Donnebecq.

260 AN, O1 3645, année 1787, mémoire de Donnebecq et Dathy.

261 AN, O1 3646-3647 et 3649-3650, années 1788-1789, mémoires de Dathy.

262 AN, O1 3465, fos 2-4.

263 AN, O1 3461, fos 87-94 ; voir annexe 3, document 6.

264 AN, O1 3354, fos 155-163.

265 AN, O1 3465, fos 4-5.

266 AN, O1 3465, fos 6-7.

267 Castelluccio 2004, p. 236-237.

268 Voir annexe 3, document 6.

269 AN, O1 3647, 2e semestre 1788, mémoire de Bidard.

270 AN, O1 3650, 1er semestre 1789, mémoire de Vincent.

271 Ibid., 2e semestre 1789, mémoire de Mahieu.

272 AN, O1 3650, 2e semestre 1789, mémoire de Dathy.

273 AN, O1 3652, 1er semestre 1790, mémoire de Dathy.

274 AN, O1 3653, 2e semestre 1790, mémoire de Crochet.

275 AN, O2 464, dossier 1, pièce 22.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Muséographie du salon d’Apollon en décembre 2006.
Crédits © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12144/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Fig. 2 : Muséographie du salon d’Apollon en décembre 2006.
Légende La mise en place d’une estrade reconstituée et d’un fauteuil d’époque Louis XIV, au milieu du mur face aux deux fenêtres, permet d’évoquer leur situation sous l’Ancien Régime. La broderie accrochée derrière suggère la place du dais qui s’y trouvait autrefois, et dont on voit encore les pitons. De même, les guéridons de bois doré, qui ont été réalisés en 1769 pour la Grande Galerie, ainsi que des pliants, ont été placés dans cette pièce de part et d’autre de l’estrade, afin d’imaginer ceux qui étaient présents avant la Révolution. Du lambris d’appui de marbre à la corniche du plafond d’origine, la pièce est tendue d’un damas rouge cramoisi qui évoque celui qui s’y trouvait en été sous le règne de Louis XV. Des tableaux des collections royales y étaient accrochés, ce qui est rappelé ici, avec notamment le portrait de Louis XIV en costume royal, peint par Rigaud en 1702, placé au-dessus de la cheminée comme autrefois.
Crédits © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12144/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Fig. 3 : Dessinateurs des Bâtiments du roi, Plan du premier étage du château de Versailles (numéroté par l’auteur), vers 1676-1678. Stockholm, Nationalmuseum, collection Cronstedt, CC 74.
Légende Grand appartement du Roi : 1. Salon de Vénus II (vestibule) ; 2. Salon de Diane (vestibule) ; 3. Salon de Mars (salle des gardes) ; 4. Salon de Mercure (antichambre) ; 5. Salon d’Apollon (chambre d’apparat) ; 6. Salon de Jupiter (Grand Cabinet) ; 7. Salon de Saturne (petite chambre) ; 8. Salon de Vénus I (cabinet particulier).Grand appartement de la Reine : 9. Salon de Vénus (cabinet particulier) ; 10. Salon de Saturne (petite chambre) ; 11. Salon de Jupiter (Grand Cabinet) ; 12. Salon d’Apollon (chambre d’apparat) ; 13. Salon de Mercure (antichambre) ; 14. Salon de Mars (salle des gardes) ; 15. Salon de Diane (vestibule).Les deux Grands Appartements sont conçus à l’origine en parfaite symétrie. Les deux salles des gardes (ou salons de Mars) sont les pièces les plus vastes. Le salon de Mars de l’appartement du roi ouvre par trois croisées sur le parterre du Nord.
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12144/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 4 : Dessinateur des Bâtiments du roi, Plan du premier étage du corps central du château de Versailles (numéroté par l’auteur), vers 1685. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, Va 78e, fol., t. I.
Légende Grand appartement du Roi et Grande Galerie : 1. Salon de l’Abondance ; 2. Salon de Vénus (pièce de Marbre) ; 3. Salon de Diane (salon du Billard) ; 4. Salon de Mars (salle de bal) ; 5. Salon de Mercure (chambre du Lit) ; 6. Salon d’Apollon (chambre du Trône) ; 7. Salon de la Guerre ; 8. Grande Galerie.Récemment achevé, l’escalier des Ambassadeurs constituait l’entrée solennelle du grand appartement du Roi ; les salons de Vénus et de Diane en étaient les vestibules. Le salon d’Apollon est devenu la chambre du Trône, formant de fait le nouveau pendant de la chambre de parade de la Reine qui n’a pas changé. Le passage situé à l’arrière de la Grande Galerie permettait au roi de pouvoir se rendre de son nouvel appartement sur la cour de Marbre vers le salon d’Apollon.
Crédits © Bibliothèque nationale de France
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12144/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Fig. 5 : Vue générale du plafond du salon d’Apollon depuis le côté des fenêtres, peintures de Charles de La Fosse et de Gabriel Blanchard, sculptures de Gaspard et de Balthazar Marsy, entre 1672 et 1681.
Légende La composition centrale, peinte par Charles de La Fosse, représente Apollon sur son char accompagné des allégories des Saisons, de la Magnificence et de la Magnanimité. La bordure circulaire semble être soutenue par les huit figures féminines en stuc réalisées par Gaspard et Balthazar Marsy. Les tableaux des voussures représentent Auguste faisant bâtir le port de Misène (peint par La Fosse), Coriolan supplié par sa famille d’épargner Rome, Vespasien faisant bâtir le Colisée, Alexandre et Porus (peints par Gabriel Blanchard). Dans les angles sont figurées les allégories des quatre continents, à savoir l’Europe, l’Afrique (peints par Blanchard), l’Amérique et l’Asie (peints par La Fosse).
Crédits © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12144/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Fig. 6 : Dessiné par Jean Berain et gravé par Dolivar, La galerie des Glaces avec le trône et le mobilier d’argent, aménagement pour l’ambassadeur du Siam en 1686. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, INV.GRAV 111.
Légende Le trône de bois argenté est placé sur une estrade à l’extrémité sud de la galerie des Glaces. On distingue deux des quatre figures d’argent représentant Cupidon qui forment le piétement, ainsi que les trois autres figures d’argent sur le dossier cintré. Les guéridons à figures, ainsi que les torchères, tables et vases témoignent de la richesse du mobilier d’argent qui ornait la galerie mais aussi le grand appartement du Roi.
Crédits © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12144/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Fig. 7 : Charles Le Brun, Louis XIV recevant les ambassadeurs de Siam dans la galerie des Glaces, le 1er septembre 1686, entre 1686 et 1690. Paris, École nationale supérieure des beaux-arts, inv. PM2533.
Légende Le trône est ici visible de trois quarts. Tel qu’il est mis en situation, on peut appréhender sa grande taille, puisqu’il mesurait 8 pieds de hauteur, soit 2,60 m. On distingue la figure en pied d’Apollon sur le dossier cintré, dominant celui qui a pris ce dieu pour image, Louis XIV. Le choix du roi d’utiliser cette figure d’argent n’était donc pas anodin, de même que sa position au sommet du trône.
Crédits © École nationale supérieure des beaux-arts
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12144/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Fig. 8 : Anonyme, Trône en argent massif de Louis XIV, crayon et encre noire, 37,2 × 24,6 cm. Stockholm, Nationalmuseum, collection Cronstedt, CC 3218.
Légende Contrairement à ce qu’indique le titre de ce dessin, qui avait été présenté à l’exposition « Versailles à Stockholm » en 1985, il ne s’agit pas d’une esquisse réalisée d’après le trône de Louis XIV. Les têtes de lion au niveau des accotoirs, la forme ovale du dossier ou encore l’absence de la figure d’Apollon ne sont conformes ni aux descriptions du trône, ni aux représentations que nous ont laissées Dolivar et Le Brun.
Crédits © Nationalmuseum, Stockholm
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12144/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 9 : Jean Lemoyne le Lorrain et Jean-Baptiste Monnoyer (attribué à), Panneau de la « tenture de la Paix » brodée et enrichie de plaques d’argent, réalisée pour le salon d’Apollon, fin du xviie siècle, encre noire, aquarelle, 66,7 cm × 49,1 cm. Stockholm, Nationalmuseum, collection Tessin-Hårleman, THC 1554.
Légende L’inscription en bas du dessin, « Meuble Brodée dans la Sale d’Audience de l’Apartement a Versailles », indique que la broderie était destinée au salon d’Apollon. Il s’agit d’un projet, non exécuté, pour une des pièces de la tapisserie de cette salle, puisqu’il présente notamment des divergences avec la description fournie par l’inventaire des meubles de la Couronne. On y voit deux des dix-huit pilastres avec leurs bases et chapiteaux, qui encadrent une des huit pièces de la tapisserie, elle-même surmontant un élément de lambris brodé. Danièle Véron-Denise et Jean Vittet ont souligné cette « sorte de rivalité affichée entre la broderie, technique de décoration des étoffes habituellement en deux dimensions, et la sculpture dont elle empruntait des éléments en relief (les visages et les membres des personnages de la tapisserie, ainsi que les figures entières d’enfants et d’Amours étaient en argent probablement repoussé et appliqué), ainsi que l’architecture dont elle imitait les effets par d’autres éléments tels que colonnes, pilastres, termes, cadres, lambris, architraves, frises et corniches66 ».
Crédits © Nationalmuseum, Stockholm
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12144/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Fig. 10 : Photomontage tiré du catalogue d’exposition Quand Versailles était meublé d’argent, représentant le trône et, aux coins de l’estrade, les « grandissimes torchères » qui étaient dans le salon d’Apollon.
Légende Le trône « d’argent » est extrait de la gravure de Jean Dolivar de 1686. Les « grandissimes torchères » sont représentées doublées à partir du dessin ci-après. Ces trois éléments, hauts de plus de 2,70 m, étaient disposés de cette manière sur l’estrade de la pièce, ce qui en augmentait la somptuosité.
Crédits © Atelier Rosier
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12144/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 11 : Claude Ballin, Torchère pour la salle du Trône de Versailles, vers 1672. Londres, Victoria & Albert Museum, Inv 8938.2.
Légende Les deux torchères avaient sans doute été commandées pour la galerie des Ambassadeurs aux Tuileries. Le dessin est conforme à la description fournie par l’inventaire des meubles de la Couronne : on reconnaît en effet les quatre lampes à l’antique sur la corniche portée par des satyres, et les lions ailés sur le piédestal.
Crédits © Victoria & Albert Museum
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12144/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 12 : Projet et représentations de guéridons.
Légende Le dessin de Le Brun correspond au premier projet de quatre guéridons monumentaux : si la partie haute est conforme à ce qui a été réalisé, en revanche les trois sphinges du piétement ont été substituées par trois consoles terminées en pattes de lion. Quant au dessin de Stockholm, il correspond parfaitement à la description des quatre premiers guéridons, livrés en 1668, ainsi que des six autres réalisés en 1684-1685. Il est d’autant plus fidèle à ce qui a été réalisé qu’un guéridon identique est figuré sur la tapisserie représentant L’Audience du légat. Les attributs que tiennent les trois figures féminines permettent d’identifier la Renommée, la Victoire et la Guerre, triptyque qui renvoie aux vertus essentielles du « roi de guerre » qu’incarne Louis XIV.
Crédits © De gauche à droite : RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Thierry Le Mage ; Nationalmuseum, Stockholm ; RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Gérard Blot / Jean Popovitch
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12144/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Fig. 13 : Photomontage issu du catalogue d’exposition Quand Versailles était meublé d’argent, p. 46.
Légende De gauche à droite : Charles Le Brun, Projet pour un flambeau de la série des Mois, vers 1670, plume, encre brune, pierre noire, lavis gris : 46,7 cm × 29,4 cm. Paris, musée du Louvre, département des Arts graphiques, Inv. 29559 ; Claude Ballin, Dessin de la table aux amours et aux dauphins, vers 1670, encre noire, lavis : 40 cm × 56 cm. Stockholm, Nationalmuseum, THC 1098 ; Charles Le Brun, Projet pour un miroir, vers 1677, sanguine, pierre noire : 38,1 cm × 23,6 cm. Paris, musée du Louvre, département des Arts graphiques, Inv. 29555 ro ; Charles Le Brun, Projet pour un flambeau aux amours, vers 1670, plume, encre noire, pierre noire, lavis gris : 47,7 cm × 29,5 cm. Paris, musée du Louvre, département des Arts graphiques, Inv. 29558.Ce montage, tiré du catalogue d’exposition Quand Versailles était meublé d’argent, permet d’imaginer ce à quoi pouvaient ressembler les entrefenêtres des salons de Mercure et d’Apollon, lorsqu’ils étaient meublés du mobilier d’argent. Au-dessus de chacune des tables étaient placés deux grands flambeaux « aux mois » et deux petits flambeaux « aux amours », posés dans des cuvettes d’argent ; chaque table était surmontée d’un miroir accroché au mur. Tous ces éléments sont conformes aux descriptions fournies par l’inventaire des meubles de la Couronne.
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12144/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Fig. 14 : Nicolas Delaunay (atelier de), Lustre « à la Renommée », vers 1678. Stockholm, Nationalmuseum, collection Cronstedt, CC 1549.
Légende Ce lustre faisait partie d’une paire originellement placée dans les salons de Mercure et d’Apollon. Chacun d’eux fut transporté ultérieurement dans les salons de la Guerre et de la Paix. Ce dessin est conforme à la description du lustre dans l’inventaire du mobilier de la Couronne : on reconnaît en effet les termes de femmes portant des bobèches ou encore la couronne royale portée par les trois petits Amours.
Crédits © Nationalmuseum, Stockholm
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12144/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Fig. 15 : Claude-Guy Hallé, Réparation faite à Louis XIV par le doge de Gênes dans la galerie des Glaces, le 15 mai 1685, 1710, carton de tapisserie : 3,42 m × 6,03 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 2107.
Légende Cette toile a été commandée au peintre vingt-cinq ans après l’événement représenté, pour servir de carton de tapisserie pour une pièce supplémentaire de la tenture de L’histoire du roi, qui ne fut jamais tissée. Dans cette œuvre rétrospective, Hallé a tenté de représenter le mobilier d’argent, qui avait été fondu vingt ans auparavant. Le trône, placé sur l’estrade au fond de la galerie des Glaces, ne correspond pas à celui sur lequel était assis Louis XIV au moment de l’événement. Il semblerait que pour sa peinture Hallé se soit inspiré du trône de bois sculpté doré qui avait été réalisé après 1709.
Crédits © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot / Christian Jean
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12144/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Titre Fig. 16 : Antoine Coypel (attribué à), Louis XIV recevant l’ambassadeur de Perse dans la galerie des Glaces, le 19 février 1715, début du xviiie siècle, huile sur toile, 0,70 m × 1,53 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 5461.
Légende L’événement représenté constitue la dernière réception officielle de Louis XIV, qui mourut le 1er septembre suivant. Comme en 1685 et en 1686, le trône était placé sur une estrade à l’extrémité sud de la galerie des Glaces. Pour le représenter, le peintre s’est inspiré de très loin du trône postérieur à 1709.
Crédits © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12144/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre Fig. 17 : Blain de Fontenay fils et Pierre-Josse Perrot, probablement sous la direction de Robert de Cotte, Maquette du tapis de la Savonnerie pour l’estrade du trône dans le salon d’Apollon à Versailles, 1724, dessin. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, fonds Robert de Cotte, Ha 18.
Légende L’inscription « Bon » sur le dessin de ce tapis laisse supposer que la décision de sa réalisation est revenue à Louis XV lui-même. On voit combien, au sein d’une composition rigoureuse, les chiffres du roi, les attributs royaux et les nombreuses fleurs de lys s’insèrent dans une riche ornementation végétale qui rappelle que le roi est le garant de la prospérité du royaume.
Crédits © Bibliothèque nationale de France
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12144/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Fig. 18 : Slodtz, Le trône surmonté d’un dais de damas de Tours cramoisi dans le salon d’Apollon à Versailles, 1752, dessin. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, Hd 64, fo 11.
Légende Par son vocabulaire décoratif, le trône illustre parfaitement l’attachement de Louis XV au style rocaille. Les têtes de lion à la ceinture et le trophée d’armes en haut du dossier font écho aux ornements du dais : les armes de France et de Navarre couronnées, de même que le sceptre et la main de justice en broderie d’or sur la queue, ainsi que les casques aux angles du couronnement, sont en accord avec la fonction de la pièce. En effet, tous ces éléments renvoient aux vertus royales par excellence que sont la justice et la force.
Crédits © Bibliothèque nationale de France
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12144/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 19 : Charles-Nicolas Cochin le fils, Louis XV recevant l’ambassadeur turc dans la galerie des Glaces, le 11 janvier 1742, 1744-1745. Paris, musée du Louvre, département des Arts graphiques, RF 41257 ro.
Légende L’audience de 1742 rappelait les fastes du règne de Louis XIV. C’est à cette occasion que le trône fut déplacé, pour la dernière fois, dans la galerie des Glaces. En effet, l’effet d’un tel déploiement qui accompagnait les ambassades semble s’essouffler au cours du xviiie siècle, le roi comprenant que désormais sa gloire résidait plutôt dans sa capacité à faire prospérer son royaume. Cela expliquerait pourquoi ce dessin préparatoire à la gravure ne fut jamais gravé. Pour représenter le trône, Cochin s’est inspiré de celui livré par les frères Slodtz en 1743, soit un an après l’événement représenté, où prit place en réalité l’ancien trône de Louis XIV. Le dessin semble assez fidèle puisqu’on distingue les palmes et les formes chantournées, « rocailles », de ce fauteuil « moderne », qui était surmonté pour l’occasion du « dais de Jupiter ».
Crédits © Musée du Louvre / M. Beck-Coppola
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12144/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Fig. 20 : Jean-François Blondel, Plan général du premier étage du château de Versailles (détail), 1756, estampe, 55 cm × 42 cm (planche 476 du tome IV de l’Architecture françoise, Paris, Ch.-A. Jombert, 1756). Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, invGrosseuvre108.
Légende Si le lit n’est plus représenté dans le salon de Mercure (K 4), en revanche le trône et son estrade figurent toujours dans le salon d’Apollon (K 3). On remarque que Louis XV a procédé à de nombreux aménagements dans ses appartements intérieurs, contrairement au Grand Appartement qui semble en apparence immuable.
Crédits © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12144/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Fig. 21 : Modèles des guéridons pour les salons d’Apollon, de Mercure et de Mars.
Légende Nous sommes bien renseignés concernant la livraison de ces guéridons qui devaient orner les trois pièces principales de l’enfilade du grand appartement du Roi. Précisément décrits dans le journal du Garde-Meuble, ils se distinguent par leur riche décor, sculpté des principaux motifs « rocailles » : comme le trône, ces guéridons étaient donc au goût du jour, « modernes ». Le foisonnement des attributs royaux contribuait à l’opulence de ces guéridons qui subsistèrent jusqu’à la Révolution, date à laquelle ils disparurent très certainement.
Crédits © Bibliothèque nationale de France
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12144/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Fig. 22 : Élévation du projet de décor du « dais du trône de Jupiter », dressé sur une estrade dans la galerie des Glaces pour l’audience de l’ambassadeur turc, le 11 janvier 1742. Paris, Archives nationales, O1 1772².7.
Légende Le « dais de l’histoire de Jupiter » avait été réalisé entre 1687 et 1692 dans l’atelier de Saint-Joseph : il était destiné à surmonter le trône lorsque celui-ci était placé dans la galerie des Glaces, le « dais des suites de la Paix » confectionné spécialement pour le salon d’Apollon n’étant pas facilement adaptable. Après avoir été utilisé pour la première fois lors de l’audience de 1715, il servit une seconde fois à cette occasion en 1742. On distingue notamment sur le fond du dais la représentation de Jupiter foudroyant les géants, conformément à la description de l’inventaire général de 1729.
Crédits © Antoine Maës
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12144/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 23 : Gustave Staal, Louis XVI et Marie-Antoinette recevant l’ambassade de Tipoo Saïb dans le salon d’Hercule, le 10 août 1788, vers 1850, eau-forte, 15,8 × 11,6 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, INV.GRAV 1067.
Légende Le grand appartement du Roi ayant perdu son entrée solennelle depuis la destruction de l’escalier des Ambassadeurs en 1752, la foule emprunta l’escalier des Princes et traversa les deux Grands Appartements pour se rendre dans le salon d’Hercule, où se déroula la dernière audience à Versailles sous l’Ancien Régime. La gravure étant postérieure à l’événement représenté, le trône est une invention de l’artiste, puisqu’il ne correspond pas à celui livré en 1743, ce dernier ayant été utilisé jusqu’à la Révolution.
Crédits © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12144/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 441k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Maës, « L’ameublement du salon d’Apollon, XVIIe-XVIIIe siècle », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne], Articles et études, mis en ligne le 26 mars 2013, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://crcv.revues.org/12144 ; DOI : 10.4000/crcv.12144

Haut de page

Auteur

Antoine Maës

Titulaire du diplôme de premier cycle (2008-2011) et d’un master I en muséologie (2011-2012) à l’École du Louvre, ainsi que d’une licence d’histoire à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (2009-2012). Actuellement en classe préparatoire aux concours de conservateur du patrimoine à l’École du Louvre (2012-2013). Contact : antoinemaesedl@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Antoine Maës / 2013 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org