Navigation – Plan du site
2013

Pour une histoire comparée des cours européennes. Norbert Elias et Louis Marin : deux modèles d’interprétation

In favour of a comparative history of European courts. Norbert Elias and Louis Marin: two models of interpretation
Maria Antonietta Visceglia

Résumés

Norbert Elias et Louis Marin ont disparu tous deux au début des années 1990 : le sociologue allemand en 1990, à l’âge de quatre-vingt-treize ans ; le philosophe-sémiologue français en 1992, à l’âge de soixante-et-un ans seulement. Les travaux qui leur ont été consacrés ne font pas mention de contacts entre eux et n’établissent pas de relations entre leurs œuvres respectives. Bien que n’étant pas historiens, tous deux élaborèrent, dans le cadre de leur discipline respective, une lecture originale du xviie siècle français, de la société de cour et de l’absolutisme. Ces deux approches influencèrent de manière inégale (Elias beaucoup plus que Marin) la recherche historique et constituent, encore aujourd’hui, des interprétations fondamentales de cette période qui intéressent tous ceux qui se passionnent pour les méthodes et les catégories permettant d’interpréter l’histoire de la cour.

Haut de page

Notes de la rédaction

Ce texte est issu d’une communication donnée à la journée d’étude « Représentation et civilisation : Norbert Elias, Louis Marin et l’histoire des sociétés de cour », organisée le 22 novembre 2008 par le Centre de recherche du château de Versailles en collaboration avec l’École des hautes études en sciences sociales, sous la direction de Pierre-Antoine Fabre et Roger Chartier.

Texte intégral

  • 1 Blaise Pascal, Pensées, VII/9.

La puissance des rois est fondée sur la raison et sur la folie du peuple, et bien plus sur la folie1.

1J’essaierai dans cette contribution de comparer les œuvres de ces deux chercheurs et de structurer ma réflexion autour des conditions qui ont accompagné leur réception.

2Il n’est pas inutile de rappeler, tout d’abord, la diversité des contextes et des références théoriques de ces deux auteurs.

  • 2 Elias 1991.
  • 3 Ibid., p. 43 : « À mon avis, on ne peut pas mettre sur pied une théorie [...] de l’activité humaine (...)
  • 4 Ibid., p. 49.
  • 5 Heinich 1997 ; Delzescaux 2002, p. 225-236 ; Smith 2001.

3L’œuvre d’Elias plonge ses racines dans la culture allemande des années 1920-1930, mais aussi dans sa propre histoire, très complexe. L’expérience intellectuelle de Norbert Elias est décrite, dans tout ce qu’elle a d’atypique, à travers les matériaux biographiques publiés en hollandais en 1987, puis traduits en anglais, en allemand et en français2. Étudiant en médecine (expérience à laquelle il accordera toujours une grande importance sur le plan de la formation3) et en philosophie à Breslau, le jeune Elias opte pour la philosophie et la psychologie, et termine ses études en 1923-1924. Précédé par une de ces fréquentes parenthèses de travail dues à des contraintes économiques qui se représenteront tout au long de sa vie, son séjour à Heidelberg le conduit à choisir définitivement la sociologie. Heidelberg en effet avait été transformé par l’héritage de Max Weber en une sorte de « Mecque de la sociologie4 », et c’est là qu’enseignaient des sociologues prestigieux comme Karl Mannheim et Alfred Weber. Elias y reste jusqu’en 1930, année où il se fixe à Francfort. Durant ce qui constitue son dernier passage en Allemagne avant l’exil (il n’y retournera qu’une seule fois, en 1935, pour un bref séjour), Elias élabore la plupart des notions et concepts sociologiques qui seront ensuite au centre de son œuvre, tels que les dépendances réciproques qui lient les individus et le jeu des chaînes d’interdépendances qui innervent la société5.

4Entre 1930 et 1933, le jeune professeur juif se rapproche encore plus de la psychanalyse freudienne qui l’avait intéressé dès les premières années de sa formation et engage sa réflexion sur le rapport entre État et violence et sur les stratégies de la violence, alors que l’Allemagne démocratique est balayée par la montée du national-socialisme. Comme beaucoup de Juifs, Elias quitte Francfort en 1933 pour se rendre en Suisse, puis en France et enfin, en 1935, en Angleterre où il reste sans exercer aucune fonction universitaire jusqu’en 1954, année où il est nommé maître de conférences en sociologie à Leicester.

5Über den Prozess der Zivilisation est publié à Bâle en deux volumes en 1939 grâce à l’aide de réfugiés juifs à Londres et à une contribution financière que sa famille lui fait parvenir en Suisse de manière rocambolesque. Il avait écrit l’ouvrage peu avant de fuir l’Allemagne nazie (à Francfort, Elias avait soutenu une Habilitationsschrift [thèse d’habilitation] sur la société de cour en France), mais pour la rédaction finale, les années passées à la British Library à étudier les traités d’étiquettes et les contacts avec le groupe de travail de psychanalyse qui se réunissait autour de Sigmund Heinrich Fuchs (qui changera son nom pour Foulkes une fois en Angleterre), qu’Elias avait déjà rencontré à Francfort, se révélèrent déterminants. Il reste cependant indiscutable que Über den Prozess... a été fortement influencé par les problèmes débattus par la culture de langue allemande avant même la Première Guerre mondiale et qu’il est en rapport avec le développement politique et social particulier du Reich. Sur ce point, l’Interview autobiographique apporte des indications extrêmement précises. À la question :

Est-ce que vous aviez également l’intention, par cette analyse historique [celle de Über den Prozess...], de montrer quelque chose sur l’Allemagne des années trente ?

6Elias aurait répondu :

  • 6 Elias 1991, p. 75-76.

Oui… un peu, oui. J’ai toujours eu l’impression que le manque de retenue extrême dont on est capable en Allemagne est lié, entre autres, au fait que la culture des classes moyennes et du prolétariat n’était que peu influencée par un stade du processus de civilisation qui, en revanche, a été très important en France et en Angleterre : le stade aristocratique. [...] Tandis qu’une fusion s’est produite en France et en Angleterre entre la morale bourgeoise et les bonnes manières aristocratiques, la barrière qui séparait les deux classes en Allemagne était beaucoup plus élevée. [...] Le surmoi et le moi idéal allemand ouvraient un espace toujours plus vaste pour des explosions de violence dans les classes moyennes, le prolétariat et les paysans que, par exemple, le modèle anglais ou français6.

  • 7 Ibid., p. 76.

7Über den Prozess... est écrit par un Juif allemand exilé à Londres à la veille de la Seconde Guerre mondiale et propose d’utiliser la société d’Ancien Régime comme un laboratoire pour développer une théorie du contrôle des pulsions et du rapport avec le pouvoir, « dont la portée dépasserait la simple explication des événements de l’époque7 ». Ce livre s’adressait à de nombreux lecteurs mais surtout aux sociologues et aux psychologues :

  • 8 Ibid., p. 71-72.

Je commençai donc mon livre intitulé Sur le processus de civilisation en ayant parfaitement conscience qu’il constituait une attaque implicite contre la vague des études portant sur les mentalités et les comportements faites par les psychologues de l’époque. Car les psychologues académiques – et non les freudiens – croyaient fermement qu’il fallait avoir une personne devant soi, ici et maintenant, qu’il fallait évaluer sa mentalité grâce à des formulaires ou d’autres méthodes quantitatives. […] Ils faisaient toujours comme s’ils étaient capables, grâce aux résultats des tests effectués sur les hommes d’aujourd’hui, de tirer des conclusions immédiates sur les hommes en général8.

  • 9 Ce concept, qui s’ébauche avec la fin de la Première Guerre mondiale, favorise le développement d’u (...)

8Ces déclarations faites longtemps après la rédaction de l’ouvrage ne sont pas des reconstructions a posteriori ; elles trouvent confirmation dans ses textes. Über den Prozess... est présenté par l’auteur lui-même dans sa préface comme le développement d’un mémoire de fin d’études, amplement repris ensuite, sur la noblesse, la monarchie et la société de cour en France, et qui part du constat essentiel que la civilisation occidentale traverse une crise profonde (une idée qui marqua une génération entière d’intellectuels, de Johan Huizinga à Marc Bloch)9.

9Les deux premiers chapitres du premier volume d’Über den Prozess... comparent la genèse sociale de la relation société-culture en Allemagne et en France, et insistent sur l’inégale diffusion des mœurs aristocratiques et bourgeoises dans les deux pays. La division du territoire allemand en un grand nombre d’États souverains et le relatif isolement de la noblesse des groupes sociaux bourgeois auraient empêché la formation d’une société de cour « centralisée », unitaire et exemplaire. A contrario, en France, l’intelligentsia bourgeoise et les groupes dominant du tiers état auraient pénétré la société de cour beaucoup plus rapidement.

  • 10 Burguière 2004, p. 71-81.

10Dans le second volume, la France du xviie siècle est présentée comme le pays où il est possible de comprendre, mieux qu’en Allemagne, la différenciation progressive des fonctions des groupes sociaux (« noblesse » et « bourgeoisie »). La puissance de l’absolutisme repose sur la gestion de l’interdépendance entre ces deux groupes rivaux, c’est-à-dire la balance que les souverains doivent maintenir en équilibre pour assurer la continuité du monopole de l’État et leur propre survie. Dans ce jeu, la cour est l’arène où les tensions et les compétitions trouvent un équilibre fragile, toujours précisément formalisé, et où les relations d’interdépendance se structurent grâce à de stricts mécanismes de contrôle des émotions et de codifications précises des comportements10. L’archétype du comportement, qui, à l’exemple de la France, se construit dans les cours, influence tout le processus de construction de la civilisation occidentale. Un processus que Norbert Elias considère encore, dans les années 1930, ouvert et en équilibre, dans une compétition qui a pour enjeu la formation d’un monopole mondial de la coercition.

  • 11 Bonny, Neveu, Queiroz 2003 ; Déchaux 1995.

11Dans l’œuvre de 1939 donc, la genèse de la société de cour est placée au cœur du processus de construction de l’État absolu et de ses formes politiques. Ces dernières sont étudiées à travers les catégories sociologiques de « configuration », « interdépendance », « processus », « transformation sociale »11, mais avec l’objectif de lier le grand thème de la sociogenèse de l’État à celui du renforcement de l’autocontrainte des pulsions.

  • 12 Colliot-Thélene 1997.
  • 13 Delmotte 2007, p. 41.

12Le dernier chapitre du second volume propose une véritable théorie de la civilisation dans laquelle la division toujours plus poussée des fonctions, l’extension toujours plus ample des interdépendances et de la compétition, la stabilisation des monopoles de la violence et de la fiscalité entre les mains du monarque, constituent les aspects fondamentaux du processus de civilisation. Ce modèle dessine une dynamique de longue durée de la société où s’instaure, entre les sociétés du passé et celles d’aujourd’hui, une différence de degré mais non de nature. Il s’agit d’une approche globalisante qui se propose non seulement de lier sociologie, histoire et psychologie mais ambitionne également d’offrir une interprétation exhaustive et générale des grandes transformations de la société occidentale, à partir du thème de la rationalisation des comportements12. Ce processus de civilisation se refuse à tomber dans le piège de l’évolutionnisme et la notion de progrès, puisque les transformations des structures psychiques de l’individu et l’économie pulsionnelle et émotive suivent une progression qui n’est pas linéaire13.

  • 14 Elias 1969.

13Le troisième volume de Norbert Elias sur la cour – Die Höfische Gesellschaft14 – reprend, avec une ample introduction rédigée en 1968, des travaux précédents, datant en particulier de la période de Francfort. Avec la réédition à Berne, la même année, de Über den Prozess..., ce troisième volume peut être considéré comme le début d’une nouvelle phase de l’œuvre d’Elias, celle qui m’a plus particulièrement intéressé.

  • 15 Aron 1941.
  • 16 Elias et Scotson 1965 [trad. fr : 1997].

14Jusqu’à la fin des années 1940, l’œuvre d’Elias n’avait pas joui d’une grande visibilité, si l’on excepte un compte rendu de Raymond Aron dans les Annales sociologiques15. Ses propres intérêts semblent d’ailleurs l’éloigner de ses recherches sur la cour. Ou, pour mieux dire, certains thèmes qui semblent lointains trouvent des concordances avec l’étude de la cour. Ainsi, la compétition – une notion fondamentale pour comprendre comment s’organisent les représentations de la concurrence à la cour que les « civilités » et les hiérarchies de pouvoir tendent à fixer de manière rigide – est au centre de travaux importants sur la sociologie du sport menés par Norbert Elias au cours des années 1960 et 1970. Il en va de même des dynamiques d’inclusion et d’exclusion sur lesquelles il publie un ouvrage, en 1965, avec son élève de Leicester, John L. Scotson16, et qui peuvent également s’appliquer à la cour.

  • 17 Je me réfère aux observations de Burguière et al. 1995. André Burguière souligne la grande continui (...)

15Le recours à la sociologie et à l’anthropologie politique pour étudier la cour montre, sous l’apparente variété des thèmes et des époques historiques, combien la pensée d’Elias, animée par un grand intérêt pour la comparaison, est homogène et structurée. La comparaison entre l’Allemagne, la France et l’Angleterre sera un des fils conducteurs de ses recherches avec, comme objectif, de parvenir à une généralisation mais aussi, comme le suggérait André Burguière, un des premiers lecteurs d’Elias en France, de préciser les contextes et leur singularité17.

  • 18 C’est en Hollande que naît une école de figurational sociology. La reprise de l’œuvre d’Elias se fi (...)
  • 19 Dans Elias 1973 et Elias 1975 ; Die höfische Gesellschaft traduit dans Elias 1974, toujours chez le (...)
  • 20 Le Nouvel Observateur, 26 novembre 1973.
  • 21 Le Monde, 27 décembre 1973.
  • 22 Introduction : « Norbert Elias : le travail d’une œuvre », in Garrigou et Lacroix 1997, p. 7-27, en (...)
  • 23 Smith 2001, p. 13.

16C’est, comme nous le savons, à travers la Hollande18, puis la France, que l’œuvre d’Elias fut, en quelque sorte, redécouverte. En France, un des artisans de ce retour fut un élève et collaborateur de Raymond Aron, Jean Baechler, qui aida à la traduction des deux volumes de 193919. Les comptes rendus de François Furet (Le Nouvel Observateur20) et d’Emmanuel Le Roy Ladurie (Le Monde21), et la mise au programme de La civilisation des mœurs à l’agrégation de 1974, consacrèrent le retour de l’œuvre22. Des traductions en anglais et en italien suivirent dans les années 1970-1980. La période de « canonisation » d’Elias commençait ; elle fut même quantifiée à travers le Social Science Citations Index : de 1981 à 1996, les citations de l’œuvre auraient été multipliées par cinq23.

  • 24 Sur le contexte culturel de cette réception, voir Chartier 1988 ; Dosse 1999.
  • 25 Burguière et al. 1995,  p. 216.

17On a souligné à plusieurs reprises – je pense en particulier aux réflexions de Roger Chartier qui avait rencontré Elias plusieurs fois aux séminaires organisés par l’Institut Max-Planck d’histoire à Göttingen à partir de 1979 – comment la chronologie de la réception de l’œuvre d’Elias en avait conditionné les modalités24. Les deux volumes de 1939 – qui constituaient une seule œuvre – furent traduits séparément, aussi bien en français qu’en italien (en 1982 et 1983). Cet émiettement a « beaucoup brouillé la perception de la construction et de l’architecture théorique de l’œuvre d’Elias25 ». En outre, la réception française a été « oblique », filtrée à travers les lectures de Michel Foucault et Philippe Ariès, motivée par les inquiétudes historiographiques de l’école des Annales et la crise du courant et de l’interprétation purement socio-économique de l’histoire. Le modèle d’Elias permet alors de replacer le rôle de l’État dans une perspective de dynamiques sociales qui s’auto transforment tout en modifiant les habitudes et les mentalités. Elias apparaît ainsi comme un représentant de ce nouveau courant historiographique qui étudie l’histoire culturelle, la vie privée, l’usage des civilités, la maîtrise du corps, l’étiquette et les comportements, alors que sa réflexion sur la violence se trouve, d’une certaine manière, mise entre parenthèses.

18Ainsi détachée du contexte intellectuel dans lequel ses idées s’étaient développées, la recherche d’Elias sur la cour, ses hiérarchies, ses méthodes de manipulation, se présentait plus comme un modèle général pour l’étude de la concurrence et de l’imitation sociale que comme une analyse historique ponctuelle.

19Alberto Tenenti insistait clairement sur cet aspect dans son introduction à l’édition italienne :

  • 26 Alberto Tenenti, « Introduzione all’edizione italiana », in Elias 1980, p. 8-9.

Ce livre ne concerne pas la cour en soi, ni même les configurations sociales auxquelles on pourrait attribuer ce nom. Non seulement l’auteur n’a pas voulu prendre en considération des cours extra-européennes mais il ne les a même pas considérées comme des éléments de comparaison. Il n’a pas traité de la plus grande partie des cours européennes, a ignoré celles du Moyen Âge et de la Renaissance et a focalisé son regard sur celles de la France aux xviie et xviiie siècles pour s’y installer de l’intérieur, en étudier les mécanismes et en faire un observatoire des sociétés précédentes et successives26.

20Le jugement d’Alberto Tenenti tenait compte, très certainement, d’un autre chantier de recherche engagé en Italie par le groupe de l’Europa delle Corti dans la seconde moitié des années 1970, et pour lequel il avait rédigé, en 1978, une introduction au premier volume de la collection. Ce texte s’intitulait La Corte nella storia dell’Europa moderna (1300-1700) et se voulait une sorte de manifeste soulignant comment l’historiographie avait reconstruit les cadres de la vie de cour autour des personnes des souverains et mis en lumière certains aspects du fonctionnement de la cour, mais n’avait pas reconstruit le phénomène en soi. Il proposait une perspective de type comparatiste qui lui semblait cependant encore prématurée :

  • 27 Tenenti 1978, p. xii. Sur le problème de l’influence d’Elias en Italie, voir également Crifò 1985.

Les cours présentèrent certainement, selon les différentes phases de l’histoire européenne, des caractères généraux de fonctionnement et d’action, mais elles offrirent aussi des physionomies très différentes d’une civilisation à une autre et d’une région à une autre. Des comparaisons entre les unes et les autres sont souhaitables mais la détermination des rythmes d’ensemble et de ceux propres à chacune en est le préliminaire27.

21Tenenti ajoutait :

  • 28 Tenenti 1978, p. xviii.

L’objectif principal n’est pas de classer mais bien de comprendre les dimensions et le poids spécifique de la présence et de l’action de la cour dans chacun des contextes objectifs28.

  • 29 Pour une présentation de l’historiographie italienne sur les cours, voir : Visceglia 2006.

22Je ne peux dresser ici un bilan de la longue activité de ce groupe et de son apport à l’historiographie européenne ; je voudrais simplement souligner comment, dès le début, tout en considérant l’importance décisive de l’auteur, l’Europa delle Corti prit rapidement ses distances par rapport aux positions d’Elias29.

23Le tournant des années 1970-1980 peut donc être considéré comme une période prolixe pour les études sur la cour. Ce sont, comme nous l’avons dit, les années des traductions d’Elias (la traduction anglaise de La civilisation des mœurs paraît en 1978), mais également de la création de la société italienne Europa delle Corti. Ce sont également les années pendant lesquelles Louis Marin, après d’importantes recherches sur La logique de Port-Royal et les Pensées de Pascal, commence à explorer, en sémiologue, le rapport entre représentation et pouvoir.

  • 30 Marin 1980.

24Dans un essai publié en 1980 dans la revue Noroit (« Le pouvoir et ses représentations30 ») Louis Marin écrivait :

  • 31 Marin 2005, p. 74 (nous avons souligné) ; même passage dans Marin 1981b, p. 11.

Autrement dit, représentation et pouvoir sont peut-être de même nature. Qu’est-ce donc que le pouvoir ? Qu’est-ce donc que pouvoir ? Pouvoir, c’est être en état d’exercer une action sur quelqu’un ou sur quelque chose ; non pas agir ou faire mais avoir la puissance, avoir la force de faire ou d’agir […]. Pouvoir ainsi signifie d’abord avoir puissance mais c’est aussi et de surcroît valoriser cette puissance comme contrainte obligatoire, génératrice de devoir comme loi […]. Et c’est ici que la représentation va jouer son rôle parce qu’elle va être à la fois le moyen de la puissance et son fondement. Autrement dit je propose comme hypothèse de travail que le dispositif représentatif opère la transformation de la force en puissance, de la force en pouvoir […]31.

  • 32 Marin 1971.
  • 33 Marin 1975.

25Les racines théoriques de cette réflexion sur le pouvoir comme représentation et sur la représentation du pouvoir sur laquelle Louis Marin méditera longuement doivent être recherchées dans Études sémiologiques32 et surtout dans La critique du discours sur « La logique de Port-Royal » et les « Pensées » de Pascal33. Ce dernier ouvrage croise deux textes – La logique de Port-Royal et les Pensées de Pascal – dans le but d’en dénouer réciproquement le sens et d’en mesurer les écarts.

  • 34 Chez les protestants, la présence n’est pas réelle, mais seulement figurative (consubstantiation) [ (...)

26Un des thèmes forts de l’œuvre de Louis Marin réside, selon moi, dans la relation signe-mot-chose. Il démontre comment, dans les additions de 1683 à La logique de Port-Royal de Pierre Nicole et Antoine Arnauld, en conséquence aussi de la reprise de la polémique avec les protestants sur la doctrine de la transsubstantiation34, le problème du langage et du sacrement de l’eucharistie se trouve étroitement lié à l’art de rendre une représentation réelle. La phrase Hoc est corpus meum (« Ceci est mon corps »), énoncée de manière rituelle par le prêtre, détermine une transformation ontologique : le pain et le vin, une fois consacrés, sont encore pain et vin sans l’être, tandis que le corps et le sang du Christ, absents, sont réellement pain et vin grâce à la parole qui les a transformés. On entre alors dans une sémiologie de l’efficacité, où le fait d’énoncer ne signifie pas la chose, mais la produit. Ainsi la formule eucharistique ne désigne pas la transsubstantiation, mais la fait advenir.

  • 35 Marin 1975, p. 59-60.

On peut alors poser le premier élément du modèle théorique : l’opposition du mot-signe et de la chose-signe est construite elle-même par une double opposition que l’on peut résumer dans les catégories de la présence et de l’absence et de la visibilité et de l’invisibilité : par rapport à ce dont le signe est la représentation, le mot est le signe d’une présence, mais qui est sans rapport visible avec ce qu’il représente. La chose de son côté est le signe d’une absence, mais qui a un rapport visible avec ce qu’elle représente35.

  • 36 Sur la parole « transformante » et « autotransformante » instituant un sacrement, ibid., p. 82-85.
  • 37 Ibid., p. 64.

27Si la parole sacramentelle36 opère une substitution qui est un dédoublement, « un double jeu de la présence-représentation », « le procès de substitution peut s’inverser et des signes peuvent remplacer les objets qu’ils signifient et en tenir lieu avec infiniment plus de puissance et d’efficacité »37.

28Pour illustrer ce second cas de figure dans lequel « l’objet vient s’aliéner dans son signe », Louis Marin s’appuie sur un passage de La logique... d’Antoine Arnauld et Pierre Nicole dans lequel les exemples choisis ne sont pas d’ordre linguistique mais concernent les cartes géographiques et les portraits :

  • 38 Ibid., p. 65-66.

Ainsi on dira, sans préparation et sans façon, d’un portrait de César que c’est César et d’une carte de l’Italie que c’est l’Italie38.

29Dans ce cas, le langage ne « substitue » pas la signification au signe mais il annule la distance entre la figure (la carte géographique, le portrait, la médaille) et la chose figurée.

30L’application de ces figures de la représentation au corps du roi et à l’analyse du pouvoir dans la France de l’absolutisme est le fil conducteur de l’ouvrage Le portrait du roi (1981), qui constitue, comme le déclare Marin lui-même, dès le début du texte, la suite de La critique du discours.

  • 39 Marin 1981b, p. 14.

Ainsi la réflexion à la fois philosophique et historique que tente cet ouvrage sur les relations du pouvoir et de la représentation conduit-elle directement dans le champ que cette relation articule, l’imaginaire et le symbolique politiques du monarque absolu, à retrouver le motif eucharistique dont notre travail sur la logique de Port-Royal avait montré le rôle central. Cette rencontre pourrait paraître l’effet d’un hasard ou l’illusion d’une obsession théorique et philosophique si le grand livre de Ernst H. Kantorowicz, The King’s Two Bodies: A Study in Medieval Political Theology, n’avait démontré de la façon la plus rigoureuse la fonction fondamentale de modèle juridique et politique jouée par la théologie catholique du Corpus Mysticum dans l’élaboration de la théorie de la royauté, de la couronne et de la dignité royale. Mais peut-être eût-il été fructueux de scruter avec des instruments d’analyse plus raffinés les complexités et les déplacements d’une théologie du sacrement qui, comme l’a montré H. de Lubac, renvoie simultanément à un rituel et à une liturgie, à un commentaire et une exégèse, à un récit et une histoire, à une institution et une société, tout en étant par définition et essence la répétition d’un mystère sacré du signe et du secret39.

  • 40 Lubac 2008 [1949]. Le livre fut traduit en italien en 1982 (Milan, Jaca Book). Voir Wagner 1997 ; W (...)

31Je voudrais souligner l’importance, pour Louis Marin, des deux auteurs cités dans ce long passage. Dans l’œuvre du jésuite Henri de Lubac, professeur de théologie à Lyon jusqu’à son interdiction d’enseigner en 1950, Marin pouvait trouver, en particulier dans le volume paru chez Aubier en 194940 comme il le dit lui-même, une analyse linguistique extrêmement précise de certaines paroles clés comme sacramentum, mysterium, corpus mysticum utilisées par la communauté ecclésiale des origines, les Pères de l’Église (la définition classique et fondamentale de saint Augustin, sacramentum est signum), et présentes dans la pensée théologique médiévale. Ce qui permet à Louis Marin de transposer le principe eucharistique à la représentation du roi.

32La référence à Kantorowicz et à son livre, paru en anglais en 1957, est aussi lourde d’implications : le dogme de la présence du corps du Christ dans l’eucharistie est, comme on sait pour Kantorowicz, la matrice de la théorie de la présence et de la représentation des deux corps du roi, une matrice liturgique et sacramentelle. Mais alors que Kantorowicz élabore sa réflexion sur la royauté comme une réflexion sur l’État et sur le droit, Louis Marin centre son analyse sur les représentations du roi, qui le rendent présent même lorsqu’il est absent, et sur le pouvoir des formules linguistiques et des images.

  • 41 Kantorowicz 1984, p. 31-57, en particulier, p. 35.

33D’autre part, la science juridique médiévale que Kantorowicz a étudiée était ars boni et æqui, et consiste dans l’imitation de la nature mais aussi dans la création de fictions, comme le concept de personne légale. Pour Kantorowicz, il existe de fortes analogies entre les théories poético-artistiques de la Renaissance d’une part et les doctrines des professionnels du droit qu’étaient les juristes médiévaux d’autre part41.

  • 42 Boureau 1988.

34La vision du droit comme création, donc comme poésie (poiein : « faire, créer ») qui caractérise la réflexion achevée de Kantorowicz, le distinguait nettement de ses élèves, Ralph E. Giesey, Lawrence M. Bryant, Sarah Hanley, représentants d’une legal history fondée sur une conception institutionnelle du droit. Ces derniers seront par ailleurs la cible de sévères critiques de la part de l’historiographie française42. Marin inscrit sa réflexion sur la royauté directement dans le sillage de celle de Kantorowicz, mais avec une différence importante.

  • 43 Hobbes 1651.

35Dans le prolongement diachronique que Marin effectue par rapport à la périodisation proposée par Kantorowicz (xiiie-xvie siècle), le modèle juridico-politique des deux corps se transforme. La crise de la philosophie aristotélicienne-thomiste et de la conception organique de la société sous les coups du rationalisme mécanique et du jansénisme transformait profondément le scénario philosophique de la seconde moitié du xviie siècle. Le roi de l’âge de Thomas Hobbes43 et de Pascal, le roi de l’absolutisme, n’a qu’un seul corps et Marin le dit clairement :

  • 44 Marin 1981b, p. 20-21.

À prolonger en toute modestie l’œuvre accomplie par Kantorowicz pour le Moyen Âge, notre étude proposerait l’hypothèse suivante pour l’absolutisme « classique » : le roi n’a plus qu’un seul corps, mais ce corps unique en vérité en réunit trois, un corps historique physique, un corps juridique politique et un corps sacramentel sémiotique, le corps sacramentel, « le portrait », opérant l’échange sans reste (ou tentant d’en éliminer tout reste) entre le corps historique et le corps politique44.

  • 45 Ibid., p. 163 ; « Chaque médaille est un monument historique et leur ensemble ordonné est celui de (...)

36Partant de ces préalables théoriques, Louis Marin, dans Le portrait du roi et dans d’autres essais, nous a laissé des analyses très fines sur la représentation du corps de Louis XIV comme monarque absolu : dans le portrait naturellement, mais aussi dans les médailles historiques – considérées comme des « hosties royales45 » –, dans la topographie du palais de Versailles, dans l’historiographie contemporaine…, analyses dans lesquelles il articule toujours les deux niveaux du vu et du dit.

37Raconter l’histoire d’un roi dans un récit, c’est la faire voir ; montrer l’histoire du roi dans une icône, dans un tableau, dans une tapisserie, c’est la faire raconter.

38Le long chapitre intitulé « Le récit du roi ou comment écrire l’histoire » propose une analyse éblouissante de l’histoire en tant que machine narrative, à partir du Projet de l’histoire de Louis XIV adressé à Colbert par Pellisson. Les maximes sur lesquelles le récit doit s’articuler sont peu nombreuses mais précises :

  • 46 Ibid., p. 50. Les réflexions de Louis Marin sur le discours historique, dans ses différentes œuvres (...)

[…] louer le Roy partout, mais pour ainsi dire sans louange, par un récit de tout ce qu’on lui a vu faire, dire et penser, qui paraisse désintéressé mais qui soit vif, piquant et soutenu, évitant dans les expressions tout ce qui tourne vers le panégyrique. Pour en être mieux cru, il ne s’agit pas de lui donner là les épithètes et les éloges magnifiques qu’il mérite ; il faut les arracher de la bouche du lecteur par les choses mêmes46.

39Il faut aussi construire un texte avec des réflexions brèves et évidentes en rapportant des discours particuliers, des négociations secrètes, en y insérant toujours des descriptions des pays dans lesquels l’action se déroule et des peuples qui y vivent avec leurs coutumes et leurs sentiments :

  • 47 Marin 1981b, p. 50-51.

[…] si l’on ne sait fondre et allier tout cela ensemble en un corps solide, plein de variété, de force et d’éclat, peindre plutôt que raconter, faire voir à l’imagination tout ce qu’on met sur le papier, attacher par là les lecteurs et les intéresser à ce qui ce passe, ce n’est plus Histoire, c’est registre ou chronique tout au plus47.

  • 48 Ibid., p. 254. Sur la « figurabilité », voir Marin 1994. Sur ce tableau que Le Brun peignit pour le (...)
  • 49 Marin 1981b, p. 230.

40Si nous confrontons, comme le fait Louis Marin, ces « instructions » sur la manière d’écrire une histoire avec deux autres textes de Félibien – Description de divers ouvrages des peintures faites pour le Roi (1671) et Description sommaire du château de Versailles (1673) –, nous nous apercevons que les trois écrits reprennent les mêmes valeurs théoriques et politiques. Félibien décrit le célèbre tableau de Le Brun, Les reines de Perse aux pieds d’Alexandre, et dans cette description, le premier modèle, Alexandre, est seulement mémoire et les trois figures de l’Abondance, de la Renommée et de la Victoire ne sont pas la substance allégorique du tableau mais sont placées à l’écart de ce qui est l’objet même du tableau : le roi, dont le pouvoir dépasse la possibilité d’une représentation picturale48. Parallèlement, la topographie de Versailles de Félibien est écrite pour ceux qui iront visiter la maison royale, pour les guider dans un parcours narratif permettant de concevoir l’ordre rationnel qui y règne : « procès “théorique” de la raison dont le principe est le prince, la règle le roi et la norme le monarque absolu49 ».

  • 50 Louis Marin, « Baroque classique : Versailles ou l’architecture du prince », in Marin 2005, p. 259- (...)
  • 51 Louis Marin, « La gestualité du monarque dans les tapisseries dites de l’Histoire du Roi », in Mari (...)

41Le roi est l’acteur politique unique dans les médailles, dans les portraits mais aussi dans l’immobilité silencieuse de Versailles, conçu comme un espace universel où « le Roi est à la fois partout et nulle part50 », dans les tapisseries présentées comme les parties d’un programme articulé, élaboré par le roi lui-même, par Colbert et par Le Brun, en particulier, dans ce qu’on appelle les tapisseries « guerrières » (Entrée à Dunkerque, La prise de Lille, Le canal de Bruges). Les mouvements qui définissent la constitution du dispositif scénique sont articulés « dans la figure du Roi comme leur corps d’origine, figure placée dans son lieu, parfaitement défini dans l’espace représenté comme site stratégique royal à partir duquel les mouvements s’effectuent51 ».

42La représentation de l’absolutisme s’articule ainsi autour de la réversibilité du récit dans l’image et de l’image dans le récit, dans une mise en scène du pouvoir qui acquiert une efficacité grâce à l’enchevêtrement entre dispositif ostentatoire et identification juridique du pouvoir.

  • 52 Louis Marin, « L’acteur politique baroque », in Marin 2005, p. 287-295.

43Dans un de ses derniers textes, une conférence de 1991, intitulée « L’acteur politique baroque », Louis Marin offre une synthèse de son parcours de recherche52 en se référant au chapitre initial du Portrait du roi. Ces pages donnent la clef d’interprétation de l’ouvrage – dans lequel, à travers une relecture des Pensées de Pascal, Louis Marin réfléchit sur le problème du rapport force/justice. La force peut contredire la justice, la justice sans la force est impuissante ; la justice est souhaitable, la force est reconnaissable :

  • 53 Pascal, Pensées, Br. 298.

La justice est sujette à dispute. La force est très reconnaissable et sans dispute. Aussi on n’a pu donner la force à la justice, parce que la force a contredit la justice et a dit qu’elle était injuste, et a dit que c’était elle qui était juste. Et ainsi, ne pouvant faire que ce qui est juste fût fort, on a fait que ce qui est fort fût juste53.

  • 54 Pascal, Pensées, IV/100. « Il est dangereux de dire au peuple que les lois ne sont pas justes, car (...)
  • 55 Marin 1981b, p. 46.

44À travers cette contradiction, la force s’approprie la justice et devient un mécanisme de coercition du pouvoir dont l’efficacité dépend largement de la croyance qu’on lui porte : « il est juste que ce qui est juste soit suivi54 ». Il est juste, comme l’avait écrit Pascal, que les nobles soient honorés, non parce qu’il est vrai que naître noble représente un privilège naturel mais parce qu’il a été ainsi établi : « la naissance n’est pas un avantage réel, naturel, mais elle est un avantage effectif, elle est l’effet réel d’une institution, un pouvoir et une croyance […]55 ».

  • 56 Pascal, Pensées, VII/9.

45De la même manière, la force qui émane de la personne du roi n’est pas crédible sans la pompe dont il s’entoure et l’appareil militaire qui le soutient. « Il faudrait, avait encore noté Pascal, avoir une raison bien épurée pour regarder comme un autre homme le grand Seigneur environné dans son superbe sérail de quarante mille janissaires […]56 ».

  • 57 Marin 1988, réédité in Marin 2005, p. 191-232.

46Le thème de la violence du pouvoir et du pragmatisme de la politique constitue le fil conducteur des dernières réflexions de Louis Marin. Un texte important, en ce sens, est l’essai Pour une théorie baroque de l’action politique, publié en introduction à une réédition de l’œuvre célèbre de Gabriel Naudé parue en un nombre limité d’exemplaires à Rome en 1639, alors que Naudé était secrétaire du cardinal Guido di Bagni et fréquentait l’entourage des Barberini. Chez Naudé, Marin trouve une classification des actions politiques assimilées à des coups d’État, lui permettant de comprendre le sens profond de la politique baroque57.

  • 58 Naudé 1988, p. 101.

47Les « coups d’État », écrivait Naudé, « sont actions hardies et extraordinaires que les princes sont contraints d’exécuter aux affaires difficiles et comme désespérées, contre le droit commun, sans garder même aucun ordre ni forme de justice, hasardant l’intérêt du particulier pour le bien du public58 ».

  • 59 Ibid., p. 159.

48Le coup d’État naît non pas du caprice mais d’une décision nécessaire du prince et de son ministre, un homme politique qui a une « certaine trempe et disposition d’esprit toujours égale en soi, ferme, stable, héroïque, capable de tout voir, de tout ouïr et tout faire sans se troubler, se perdre, s’étonner59… ».

  • 60 Louis Marin, « L’acteur politique baroque », in Marin 2005, p. 291.
  • 61 Marin 1988, p. 230.
  • 62 Cavaillé 2003.

49Cette action rapide comme la foudre, qui frappe avant même d’éclater, doit être préparée dans le secret le plus absolu. Secret d’État et coup d’État sont donc les deux volets d’une même action politique qui est au-delà de la justice et est mystérieuse parce qu’elle relève de la sphère sacrée des Mystères d’État60. Le secret et l’extrême rapidité font du coup d’État une réalité qui ne peut être théorisée. C’est une action politique qui ne peut être enfermée dans les coordonnées de la pensée classique : elle est protéiforme, métamorphique, insaisissable. Dans le texte de Naudé, qui représente une variable originale et laïque des traités sur la raison d’État et sur le ministre, les vertus de la tradition classique – platoniciennes/aristotéliciennes et stoïciennes (Justice, Prudence) – sont évoquées, mais avec une signification nouvelle : la Justice n’est plus universelle et naturelle mais particulière, artificielle et politique, et sert les besoins de l’État61. Quant à la Prudence, elle n’est rien d’autre que la capacité à s’enfermer dans la logique du secret62.

50Comme Norbert Elias, Louis Marin a choisi la cour baroque, Versailles, comme le lieu par excellence du pouvoir et de sa représentation. Mais là où le sociologue allemand voyait un modèle de compétition courtisane dans laquelle les nobles de cour apparaissent pris entre deux fronts, entre le marteau du pouvoir royal et l’enclume des classes moyennes montantes, Louis Marin s’intéresse surtout à la royauté et à ses langages, au rapport entre liturgie et sacralité royale, entre sacralité royale et croyance.

51La rencontre entre les deux interprétations se situe, à mon avis, dans le rôle central que chacune accorde à la réflexion sur la violence du pouvoir. Mais là où Elias voit dans la civilisation de cour et dans son modèle français un processus exemplaire de contrôle des passions et d’autodiscipline, la lecture que Louis Marin fait du xviie siècle est beaucoup plus corrosive et propose des instruments pour déconstruire les codes de représentation du pouvoir.

  • 63 Marin 1981b, p. 226, note 5.

52Il est inutile de souligner encore une fois combien les formations culturelles des deux auteurs expliquent, en partie, ces différences d’appréciation : la sociologie allemande des années 1920 et 1930, et la psychanalyse pour Elias ; la sémiotique, la philosophie du langage (Barthes, Benveniste, Chomsky, Jakobson) mais aussi Foucault et Freud pour Marin. Dans les deux cas, les références historiographiques sont limitées, bien qu’un peu plus importantes chez Marin qui se réfère souvent directement à Kantorowicz. En revanche, Louis Marin ne s’appuie jamais sur Elias, qu’il connaissait certainement très bien, comme le prouve le passage du Palais du prince où il renvoie à « l’indispensable Norbert Elias63 ».

53Ces extraordinaires lectures du xviie siècle français offrent toutes deux, peut-être parce qu’elles ne se caractérisent pas par une approche historique, de fortes hypothèses de généralisation : chez Elias, les dynamiques de la civilisation de cour apparaissent exemplaires des interconnexions entre structure psychique et structure sociale, au-delà des époques historiques prises en considération, tandis que pour Marin l’analyse de l’absolutisme tente de comprendre l’aspiration de tout pouvoir à l’absolu et l’usage des représentations.

  • 64 Norbert Elias et le xxe siècle : le processus de civilisation à l’épreuve, numéro spécial de la rev (...)

54Après avoir constitué une référence indispensable pour les historiens et les sociologues64, et avoir connu un grand succès au niveau européen, faisant de la cour un sujet commun de l’historiographie, l’œuvre de Norbert Elias a fait l’objet de dures critiques.

  • 65 Le Roy Ladurie 1997.
  • 66 Ibid., p. 517.
  • 67 Ibid., p. 105.
  • 68 Ibid., p. 115.

55Emmanuel Le Roy Ladurie – dans une série d’articles publiés dans les années 198065 – justifiait l’absence de cet auteur dans son volume, critiquant l’usage qu’Elias fait des Mémoires de Saint-Simon, détachés de leur contexte immédiat, « traduits et retraduits de français en allemand puis à nouveau en français66 ». Le Roy Ladurie privilégie encore Saint-Simon comme source (avec la correspondance de la princesse Palatine), en posant aux textes les questions qui lui permettent d’accéder au système de valeurs d’un groupe restreint, pour lequel les problèmes de statut, de rang, de hiérarchie tiennent un rôle central. « Hiérarchiser, c’est sacraliser67 » : la logique du rang et de l’étiquette ne peut être déchiffrée qu’en montrant comment le sacré non seulement « pénètre la vie cérémonielle des rois, mais [comment] il infiltre aussi leur existence quotidienne68 ». Tout en déclarant qu’il s’intéresse avant tout au problème des rangs et de la hiérarchie à la cour de Versailles, de la fin du règne de Louis XIV à la Régence (1690-1715), Emmanuel Le Roy Ladurie cite Louis Marin dans les premières pages de son volume, pour souligner que l’approche de ce dernier propose une analyse non fonctionnelle de l’étude de la société de cour.

  • 69 Ibid., p. 43-44.

Notre entreprise diffère de celle de Louis Marin, en son ouvrage intitulé Le Portrait du roi et conçu dans la ligne de Kantorowicz. Cet auteur a pris pour centre de son analyse le corps du roi. L’objet est pertinent mais étriqué par rapport aux questions que nous voulons évoquer. Oserons-nous dire, quant à l’idéologie des résidents de Versailles, que le corps du roi « habille trop court », même si le monarque lui-même est principe suressentiel, au cœur d’un centralisme aristocratique ? Ce corps représente tout au plus un « point focal », voire une tête d’épingle69.

  • 70 Duindam 1994, p. 7, et Duindam 2000.
  • 71 Dickens 1977.
  • 72 Asch et Birke 1991.

56Dans les années 1990, d’autres voix se sont levées, en dehors de l’historiographie française. En 1994, l’historien hollandais Jeroen Duindam publie à Amsterdam Myths of Power: Norbert Elias and Early Modern European Court, un ouvrage qui confronte de manière systématique les thèses sur la société de cour d’Elias avec ce que Duindam définit comme des recherches historiques empiriques sur les cours70. Ces recherches, en particulier dans les pays anglo-saxons, se sont développées en dehors de l’influence de Norbert Elias. C’est le cas par exemple de The Courts of Europe, sous la direction de Arthur G. Dickens71, qui contient d’excellentes contributions mais sans un schéma théorique qui les relie. On peut citer également le volume dirigé par Ronald Asch et Adolf Birke, Princes, Patronage and the Nobility: The Court at the Beginning od the Modern Age c.1450-165072, où Elias est cité mais n’est pas considéré comme un modèle de référence.

  • 73 Duindam 1994 : « on this point, Elias’ model fits well with recent court studies, for one of their (...)

57L’historien hollandais montre comment les notions d’État et de civilisation de cour avaient conservé, dans la pensée d’Elias, un sens, une « saveur » de xixe siècle. Tout en reconnaissant ce que les recherches récentes devaient aux interprétations sur le rôle des bonnes manières dans la société de cour et à la conception du pouvoir comme système de relations, Jeroen Duindam arrive à la conclusion que de nombreux aspects du phénomène de la cour avaient échappé au sociologue (l’aspect religieux notamment)73.

58L’œuvre de Louis Marin, à la différence de celle de Norbert Elias, n’a pas donné lieu à un courant révisionniste ; l’influence de Louis Marin est restée, d’autre part, plus limitée. Connu en Italie plus par les sémiologues et les philosophes du langage que par les historiens, Marin est resté, en France, une référence importante, non seulement pour ses élèves qui ont continué à développer son œuvre mais également pour de nombreux historiens de l’État et de la culture du pouvoir pendant la première période moderne, comme Christian Jouhaud, Robert Descimon ou encore Joël Cornette pour ne citer que quelques noms.

  • 74 Voir, par exemple, Descimon 1996, plus particulièrement p. 81.
  • 75 Monod 1999.
  • 76 Ibid., p. 205-271.

59L’aspect le plus fécond de ses recherches réside sans doute dans l’analyse de la représentation du corps politique comme réplique du sacrifice de l’eucharistie74 et d’avoir mis le sacré au centre de la problématique baroque du politique. Dans un ouvrage paru en 199975, Paul Kléber Monod insiste sur la prééminence du sacré en se concentrant sur le passage de la royauté de la Renaissance à celle de l’âge baroque et de la culture de l’allégorie à celle du signe à l’échelle de l’Europe. Le chapitre intitulé « The Sign of the Artificial Man (1660-1690) » concerne les langages de la royauté de la seconde moitié du xviie siècle et est très redevable aux travaux de Louis Marin sur La logique de Port-Royal et sur la représentation du roi dans la peinture (Le portrait du roi avait été traduit en anglais en 1988). Dans la lignée de Louis Marin, Monod considère les travaux de Charles Le Brun comme discursifs et non figuratifs. À la différence de ceux de Rubens, ils ne cachent pas, à travers des allégories, un programme moral. Chez eux, le roi est signe, le caractère visible de la majesté qui dénote l’ordre politique du royaume et en même temps les qualités incomparables du roi lui-même76.

60Il est difficile de savoir si le regain d’intérêt du thème de la royauté dans les recherches actuelles doit être attribué à l’influence de Louis Marin ou à celle de l’historiographie anglo-saxonne (historiens et anthropologues ont toujours travaillé sur ce thème), mais il n’apparaît plus possible aujourd’hui d’étudier la cour sans se poser la question de la religio regis et du symbolisme du pouvoir. Cela constitue un point de départ fondamental pour une approche comparative – qui semble être le point d’ancrage du débat historiographique en cours – de l’histoire des sociétés de cour.

Haut de page

Bibliographie

Aron Raymond, 1941, Compte rendu de lecture de N. Elias, Über den Prozess der Zivilisation, vol. 1 : Wandlungen des Verhaltens in der weltlichen Oberschichten des Abendlandes, Annales sociologiques, série A, fasc. 4, p. 54-56.

Asch Ronald G. et Birke Adolf M., 1991, Princes, Patronage and the Nobility: The Court at the Beginning of the Modern Age c. 1450-1650, Oxford, Oxford University Press.

Bonny Yves ; Neveu Érik et Queiroz Jean-Manuel de (dir.), 2003, Norbert Elias et la théorie de la civilisation : lectures et critiques, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Boureau Alain, 1988, Le simple corps du roi : l’impossible sacralité des souverains français, xve-xviiie siècle, Paris, Éd. de Paris.

Burguière André et  al., 1995, « L’œuvre de Norbert Elias, son contenu, sa réception », table ronde avec Roger Chartier, Arlette Farge, Georges Vigarello, Les cahiers internationaux de sociologie, vol. 99, p. 213-235.

— 2004, « Le concept d’autocontrainte et son usage historique », in Sophie Chevalier et Jean-Marie Privat (dir.), Norbert Elias et l’anthropologie : « Nous sommes tous si étranges », Paris, Éd. du CNRS, p. 71-81.

Cantillon Alain, 2003, « “Tout se passe comme si” : historiographie et simulacre », in Signes, histoires, fictions. Autour de Louis Marin, textes réunis par Fr. Pousin et S. Robic, Paris, Arguments, p. 1-19.

Cavaillé Jean-Pierre, 2003, « Pouvoirs du secret et secret du pouvoir dans quelques textes de Louis Marin », in Signes, histoires, fictions : autour de Louis Marin, textes réunis par Fr. Pousin et S. Robic, Paris, Arguments, p. 108-135.

Chartier Roger, 1988, Cultural History: between Practices and Representations, trad. du français par Lydia G. Cochrane, Ithaca (N.Y.), Cornell University Press.

Colliot-Thélene Catherine, 1997, « Le concept de rationalisation de Max Weber à Norbert Elias », in Alain Garrigou et Bertrand Lacroix (dir.), Norbert Elias : la politique et l’histoire, Paris, La Découverte, coll. « Armillaire », p. 52-74.

Cornette Joël, 1996, « La tente de Darius », in L’État classique : regards sur la pensée politique de la France dans le second xviie siècle, textes réunis par H. Méchoulan et J. Cornette, Paris, J. Vrin, p. 9-41.

Crifò Giuliano, 1985, « Tra sociologia e storia. Le scelte culturali di Norbert Elias », in Sergio Bertelli et Giuliano Crifò (dir.), Rituale, ceremoniale, etichetta, Milan, Bompiani, p. 261-278.

Déchaux Jean-Hugues, 1995, « Sur le concept de configuration : quelques failles dans la sociologie de Norbert Elias », Les cahiers internationaux de sociologie, vol. 99, p. 293-314.

Delmotte Florence, 2007, Norbert Elias : la civilisation et l’État, enjeux épistémologiques et politiques d’une sociologie historique, Bruxelles, Éd. de l’université de Bruxelles.

Delzescaux Sabine, 2002, Une sociologie des processus, préface de P. Ansart, Paris, L’Harmattan.

Descimon Robert, 1996, « Le corps de ville et le système cérémoniel parisien au début de l’âge moderne », in Marc Boone et Maarten Prak (dir.), Statuts individuels, statuts corporatifs et statuts judiciaires dans les villes européennes (Moyen Âge et Temps modernes), Louvain, Garant, p. 73-128.

Dickens Arthur Geoffrey (dir.), The Courts of Europe: Politics, Patronage and Royalty, 1400-1800, 1977, Londres, Thames and Hudson.

Dosse François, 1999, Empire of Meaning: The Humanization of the Social Sciences, Minneapolis, University of Minnesota Press.

Duindam Jeroen, 1994, Myths of Power: Norbert Elias and the Early Modern European Court, Amsterdam, Amsterdam University Press.

— 2000, « Norbert Elias e la corte d’età moderna », Storica, no 16, p. 7-30.

Elias Norbert, 1939, Über den Prozess der Zivilisation. Soziogenetische und psychogenetische Untersuchungen, vol. 1 : Wandlungen des Verhaltens in den weltlichen Oberschichten des Abendlandes; vol. 2 : Wandlungen der Gesellschaft; Entwurf zu einer Theorie der Zivilisation, Bâle, Verlag Haus zum Falken.

 1969, Die höfische Gesellschaft. Untersuchungen zur Soziologie des Königtums und der höfische Aristokratie mit einer Einleitung: Soziologie und Geschichtswissenschaft, Neuwied-Berlin, Luchterhand.

 1973, La civilisation des mœurs, trad. de l’allemand par Pierre Kamnitzer, Paris, Calmann-Lévy.

 1974, La société de cour, trad. de l’allemand par Pierre Kamnitzer, Paris, Calmann-Lévy.

 1975, La dynamique de L’Occident, trad. de l’allemand par Pierre Kamnitzer, Paris, Calmann-Lévy.

 1980, La società di corte, trad. de l’allemand par Giuseppina Panzieri, Bologne, Il Mulino.

 1991, Norbert Elias par lui-même, trad. de l’allemand par J.-Cl. Capèle, Paris, Fayard.

Elias Norbert et Scotson John L., 1997 [1965], Logiques de l’exclusion : enquête sociologique au cœur des problèmes d’une communauté, trad. de l’anglais par P.-E. Dauzat, Paris, Fayard.

Garrigou Alain et Lacroix Bertrand (dir.), 1997, Norbert Elias : la politique et l’histoire, Paris, La Découverte, coll. « Armillaire ».

Guibert Étienne, 2006, Le mystère du Christ d’après Henri de Lubac, Paris, Éd. du Cerf.

Heinich Nathalie, 1997, La sociologie de Norbert Elias, Paris, La Découverte.

Hobbes Thomas, 1651, Leviathan, or the Matter, Forme, and Power of a Common-Wealth, Ecclesiasticall and Civill, Londres, A. Crooke.

Kantorowicz Ernst H., 1984, « La souveraineté de l’artiste. Note sur quelques maximes juridiques et les théories de l’art à la Renaissance », in id., Mourir pour la patrie, trad. de l’américain et de l’allemand par L. Mayali et A. Schütz, Paris, Presses universitaires de France, 1984, p. 31-57.

Le Roy Ladurie Emmanuel, 1997, Saint-Simon ou Le système de la cour, avec la collaboration de Jean-François Fitou, Paris, Fayard.

Lubac Henri de, 2008 [1949], Corpus Mysticum. L’Eucharistie et l’Église au Moyen Âge, étude historique, Paris, Éd. du Cerf.

Marin Louis, 1971, Études sémiologiques : écritures, peintures, Paris, Klincksieck.

 1975, La critique du discours sur « La logique de Port-Royal » et les « Pensées » de Pascal, Paris, Éd. de Minuit.

 1978, Le récit est un piège, Paris, Éd. de Minuit.

 1980, « Le pouvoir et ses représentations », Noroit, no 249, p. 3, 10-15 ; no 250, p. 16-19.

 1981a, La voix excommuniée : essais de mémoire, Paris, Éd. Galilée.

 1981b, Le portrait du roi, Paris, Éd. de Minuit.

 1988, « Pour une théorie baroque de l’action politique, Lecture des “Considérations politiques sur les coups d’État” de Gabriel Naudé », in Gabriel Naudé, Considérations politiques sur les coups d’État, éd. par L. Marin, notes, annexes et index, Fr. Marin et M.-O. Perulli, Paris, Éd. de Paris.

— 1994, « Le concept de figurabilité ou la rencontre entre l’histoire de l’art et la psychanalyse », in De la représentation, recueil établi par Daniel Arasse et al., Paris, Gallimard / Le Seuil, 1994, p. 62-70.

— 2005, Politiques de la représentation, édition posthume établie par Alain Cantillon et al., Paris, Kimé.

Monod Paul Kléber, 1999, The Power of Kings: Monarchy and Religion in Europe, 1589-1715, Yale, Yale University Press.

Naudé Gabriel, 1988, Considérations politiques sur les coups d’État, éd. L. Marin, notes, annexes et index, Fr. Marin et M.-O. Perulli, Paris, Éd. de Paris.

Norbert Elias et le xxe siècle : le processus de civilisation à l’épreuve, 2010, numéro spécial de la revue Vingtième siècle, no 106, avril-juin.

Smith Dennis, 2001, Norbert Elias and Modern Social Theory, Londres, Thousand Oaks (Calif.) / Sage Publications.

Tenenti Alberto, 1978, « La corte nella storia dell’Europa Moderna (1300-1700) », in Mario A. Romani (dir.), Le corti farnesiane di Parma e Piacenza, 1545-1622, vol. 1 : Potere e società nello stato farnesiano, Rome, Bulzoni, p. xi-xix.

Visceglia Maria Antonietta, 2006, « Corti italiane e storiografia europea. Linee di lettura », in Frederica Cengarle (dir.), L’Italia alla fine del Medioevo: i caratteri originali nel quadro europeo, Florence, Firenze University Press, p. 37-85.

Wagner Jean-Pierre, 1997, La théologie fondamentale selon Henri de Lubac, Paris, Éd. du Cerf.

Wood Susan K., 1998, Spiritual Exegesis and the Church in the Theology of Henri de Lubac, Grand Rapids (Mich.), Eerdmans Michigan.

Haut de page

Notes

1 Blaise Pascal, Pensées, VII/9.

2 Elias 1991.

3 Ibid., p. 43 : « À mon avis, on ne peut pas mettre sur pied une théorie [...] de l’activité humaine, sans savoir comment l’organisme est construit et comment il travaille [...]. »

4 Ibid., p. 49.

5 Heinich 1997 ; Delzescaux 2002, p. 225-236 ; Smith 2001.

6 Elias 1991, p. 75-76.

7 Ibid., p. 76.

8 Ibid., p. 71-72.

9 Ce concept, qui s’ébauche avec la fin de la Première Guerre mondiale, favorise le développement d’une histoire « totale », non plus seulement factuelle, politique ou militaire, mais également sociale, et ouvre la voie à une transversalité des disciplines [N.d.R.].

10 Burguière 2004, p. 71-81.

11 Bonny, Neveu, Queiroz 2003 ; Déchaux 1995.

12 Colliot-Thélene 1997.

13 Delmotte 2007, p. 41.

14 Elias 1969.

15 Aron 1941.

16 Elias et Scotson 1965 [trad. fr : 1997].

17 Je me réfère aux observations de Burguière et al. 1995. André Burguière souligne la grande continuité du modèle sociologique d’Elias (voir p. 217), mais considère également que sa sociologie « s’attache à expliquer des singularités […] elle nous oblige même à nous écarter quelque peu du statut scientifique des sciences sociales tel que le définissait Simiand, et qui visait à trouver sinon des lois, du moins des régularités » (p. 222).

18 C’est en Hollande que naît une école de figurational sociology. La reprise de l’œuvre d’Elias se fit dans le cadre d’« une réception proprement sociologique ».

19 Dans Elias 1973 et Elias 1975 ; Die höfische Gesellschaft traduit dans Elias 1974, toujours chez le même éditeur.

20 Le Nouvel Observateur, 26 novembre 1973.

21 Le Monde, 27 décembre 1973.

22 Introduction : « Norbert Elias : le travail d’une œuvre », in Garrigou et Lacroix 1997, p. 7-27, en particulier, p. 19.

23 Smith 2001, p. 13.

24 Sur le contexte culturel de cette réception, voir Chartier 1988 ; Dosse 1999.

25 Burguière et al. 1995,  p. 216.

26 Alberto Tenenti, « Introduzione all’edizione italiana », in Elias 1980, p. 8-9.

27 Tenenti 1978, p. xii. Sur le problème de l’influence d’Elias en Italie, voir également Crifò 1985.

28 Tenenti 1978, p. xviii.

29 Pour une présentation de l’historiographie italienne sur les cours, voir : Visceglia 2006.

30 Marin 1980.

31 Marin 2005, p. 74 (nous avons souligné) ; même passage dans Marin 1981b, p. 11.

32 Marin 1971.

33 Marin 1975.

34 Chez les protestants, la présence n’est pas réelle, mais seulement figurative (consubstantiation) [N.d.R].

35 Marin 1975, p. 59-60.

36 Sur la parole « transformante » et « autotransformante » instituant un sacrement, ibid., p. 82-85.

37 Ibid., p. 64.

38 Ibid., p. 65-66.

39 Marin 1981b, p. 14.

40 Lubac 2008 [1949]. Le livre fut traduit en italien en 1982 (Milan, Jaca Book). Voir Wagner 1997 ; Wood 1998 ; Guibert 2006.

41 Kantorowicz 1984, p. 31-57, en particulier, p. 35.

42 Boureau 1988.

43 Hobbes 1651.

44 Marin 1981b, p. 20-21.

45 Ibid., p. 163 ; « Chaque médaille est un monument historique et leur ensemble ordonné est celui de l’histoire du roi, sa mémoire totale et une. »

46 Ibid., p. 50. Les réflexions de Louis Marin sur le discours historique, dans ses différentes œuvres, en particulier Marin 1978 et 1981a, n’ont pas fait l’objet d’une discussion suffisamment attentive de la part des historiens. Sur le problème de l’écriture de l’histoire chez Louis Marin, voir Cantillon 2004.

47 Marin 1981b, p. 50-51.

48 Ibid., p. 254. Sur la « figurabilité », voir Marin 1994. Sur ce tableau que Le Brun peignit pour le jeune roi, « valeur de manifeste pour ce qu’on appelle le classicisme », voir Cornette 1996.

49 Marin 1981b, p. 230.

50 Louis Marin, « Baroque classique : Versailles ou l’architecture du prince », in Marin 2005, p. 259-260. « Ici apparaît la production du lieu symbolique du pouvoir, du pouvoir d’État, du pouvoir absolu par l’appropriation de l’espace universel à ce lieu au moyen du regard. À la différence des conceptions du Bernin, ainsi à Rome avec la colonnade de la place Saint-Pierre, où l’espace universel est saisi dans une sorte d’embrassade physique comme avec des bras qui l’envelopperaient en développant le grand geste ostentatoire baroque de la charité catholique et romaine, à Versailles, le Roi est à la fois partout et nulle part. »

51 Louis Marin, « La gestualité du monarque dans les tapisseries dites de l’Histoire du Roi », in Marin 2005, p. 232-245, en particulier p. 240.

52 Louis Marin, « L’acteur politique baroque », in Marin 2005, p. 287-295.

53 Pascal, Pensées, Br. 298.

54 Pascal, Pensées, IV/100. « Il est dangereux de dire au peuple que les lois ne sont pas justes, car il n’y obéit qu’à cause qu’il les croit justes. C’est pourquoi il lui faut dire en même temps qu’il faut obéir parce qu’elles sont lois comme il faut obéir aux supérieurs non parce qu’ils sont justes, mais parce qu’ils sont supérieurs. »

55 Marin 1981b, p. 46.

56 Pascal, Pensées, VII/9.

57 Marin 1988, réédité in Marin 2005, p. 191-232.

58 Naudé 1988, p. 101.

59 Ibid., p. 159.

60 Louis Marin, « L’acteur politique baroque », in Marin 2005, p. 291.

61 Marin 1988, p. 230.

62 Cavaillé 2003.

63 Marin 1981b, p. 226, note 5.

64 Norbert Elias et le xxe siècle : le processus de civilisation à l’épreuve, numéro spécial de la revue Vingtième siècle, 2010, no 106, avril-juin.

65 Le Roy Ladurie 1997.

66 Ibid., p. 517.

67 Ibid., p. 105.

68 Ibid., p. 115.

69 Ibid., p. 43-44.

70 Duindam 1994, p. 7, et Duindam 2000.

71 Dickens 1977.

72 Asch et Birke 1991.

73 Duindam 1994 : « on this point, Elias’ model fits well with recent court studies, for one of their general characteristic can be found in the perception of power. Power is increasingly conceived as the power of the network, the group, the forms and contacts » (p. 189).

74 Voir, par exemple, Descimon 1996, plus particulièrement p. 81.

75 Monod 1999.

76 Ibid., p. 205-271.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria Antonietta Visceglia, « Pour une histoire comparée des cours européennes. Norbert Elias et Louis Marin : deux modèles d’interprétation », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne], Articles et études, mis en ligne le 10 avril 2013, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://crcv.revues.org/12183 ; DOI : 10.4000/crcv.12183

Haut de page

Auteur

Maria Antonietta Visceglia

Maria Antonietta Visceglia est professeur d’histoire moderne à l’université de Rome La Sapienza (Facoltà di Filosofia, Lettere, Scienze umanistiche e Studi orientali). Contact : mariantonietta.visceglia@uniroma1.it

Haut de page

Droits d’auteur

© Maria Antonietta Visceglia / 2013 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org