Navigation – Plan du site
2013

Être reçu en audience chez le roi

Being granted an audience with the king
Alice Camus

Résumés

L’audience royale s’intègre dans le rituel quotidien de la vie de cour au temps de Louis XIV. Selon que l’audience est destinée à un courtisan ou à un représentant politique étranger, son rôle et son organisation diffèrent. Les courtisans qui obtiennent audience grâce à la faveur royale dont ils jouissent ou grâce à l’entremise d’influents intermédiaires sont reçus le plus souvent après le lever du roi ou après son dîner, dans son cabinet. Ce sont des entretiens assez brefs et relativement informels. En revanche, les audiences accordées aux représentants politiques étrangers sont bien plus codifiées. Elles sont de trois sortes : publiques, particulières ou secrètes. L’audience publique prend tout son sens dans son cérémonial, minutieux et imposant. Celui-ci est pensé comme le révélateur du rang et de l’importance accordés au ministre étranger reçu à la cour. Ainsi, il est nuancé par de multiples variations selon l’État du représentant politique et selon son caractère. Quant aux audiences particulières et secrètes, elles sont utiles à la politique royale. Elles sont l’occasion pour les ambassadeurs ou les envoyés présents à la cour de négocier la politique de leur souverain directement avec le roi.

Haut de page

Texte intégral

1La vie de cour au temps de Louis XIV est souvent présentée comme l’incarnation la plus aboutie d’un rituel minutieux que le monarque impose aux courtisans aussi bien qu’à lui-même. Cette mécanique de cour se retrouve dans toutes les activités quotidiennes du souverain, parmi lesquelles l’audience royale.

2Celle-ci évoque au premier abord ces cérémonies fastueuses que le Grand Roi organisait pour recevoir les ambassadeurs de Siam ou pour accueillir l’envoyé de Perse. Mais si ces fêtes royales sont effectivement des audiences, celles-ci n’ont rien de commun avec l’audience que le roi donnait chaque jour. Cette dernière se définit comme un entretien particulier que le roi accorde à un individu ou à un groupe d’individus qui en a fait la demande. La personne reçue par le roi est invitée à entrer dans une pièce dans laquelle l’audience se déroule. On dit alors qu’elle est « reçue en audience ».

3L’audience royale apparaît comme un outil entre les mains du roi. Quelle est donc sa place au sein de la politique royale louis-quatorzienne ? Quel rôle le monarque lui attribue-t-il ? Pour le comprendre, il semble légitime de définir une typologie de l’audience, puisque à travers l’analyse de ses diverses formes il est permis de comprendre ses différents rôles. Dans cette étude, nous avons choisi de distinguer les audiences des sujets du roi de France de celles des représentants politiques étrangers, car selon le statut auquel il appartient, l’invité du roi n’est pas reçu de la même manière, et le rôle de l’audience s’en trouve également modifié.

4Enfin, il nous faut préciser que nous avons élaboré notre analyse à l’aide d’un corpus de sources diversifiées : pour les courtisans, les écrits des mémorialistes Dangeau, Saint-Simon et Sourches, ainsi que le Mercure galant nous ont apporté le plus grand nombre d’informations ; pour les représentants politiques étrangers, ce sont les manuscrits de Sainctot et la Gazette qui nous ont été les plus utiles.

Les sujets du roi

Les qualités des personnes reçues

5Nombreuses sont les personnes désireuses de s’entretenir avec le roi, mais peu d’entre elles y parviennent. Parmi les courtisans et les sujets que le roi reçoit, deux catégories distinctes apparaissent : d’une part les particuliers, d’autre part les représentants des corps et institutions du royaume.

  • 1 Louis XIV 1992, p. 53.

6Chaque sujet du roi peut pénétrer dans la résidence de Versailles, à condition de porter un chapeau et une épée. Il peut ainsi accéder aux salons d’apparat et voir le monarque à son passage. Louis XIV est donc visible. En théorie, tout particulier peut également rencontrer le roi1. En effet, nulle règle n’exige un statut social particulier ou une fortune personnelle pour obtenir une audience du roi de France. Mais en pratique, une telle chose est impossible. De fait, pour espérer obtenir du roi une audience, il est nécessaire, soit d’être un intime du roi, soit de connaître certains de ses proches pouvant introduire l’intéressé auprès de lui. Ainsi, les particuliers reçus en audience jouissent tous d’un statut social élevé – parmi eux des ducs, des comtes, des évêques, des cardinaux…

7Les corps constitués du royaume sont régulièrement reçus par le roi. Lors de leurs audiences, plusieurs députés représentant ces corps se présentent, mais un seul d’entre eux porte la parole. Il s’agit de la personne considérée comme la plus importante de la députation. Les états provinciaux bénéficient du plus grand nombre d’audiences, suivis des représentants du clergé, des parlements et des députés de villes. Puis, dans une proportion moindre, apparaissent les représentants des Chambres des comptes, des Cours des aides, des Cours des monnaies, de l’Université et de l’Académie française. Ces corps sont les principaux à être reçus en audience, mais ils ne sont pas les seuls. Le roi peut également recevoir les trésoriers de France ou la milice de Paris, par exemple, mais ces audiences restent rares.

Fig. 1 : Statuts des courtisans reçus en audience.

Fig. 1 : Statuts des courtisans reçus en audience.

© Alice Camus

  • 2 Dans notre mémoire de master (Camus 2012), nous avons recensé 816 audiences concernant les sujets d (...)

8Parmi les audiences que nous avons recensées2, la répartition s’organise selon le graphique ci-dessus : 46,2 % d’entre elles concernent les corps et institutions du royaume, et 53,8 % les particuliers. Les audiences des particuliers sont donc majoritaires, et sont même certainement bien plus nombreuses dans la réalité : en effet, peu de sources évoquent les entretiens que le roi donne aux particuliers, tandis que ceux accordés aux corps et institutions nous sont mieux connus.

9Si les audiences des sujets du roi sont assez peu retranscrites dans les sources, il est cependant possible d’analyser et de comprendre ce qui constitue leurs spécificités.

L’organisation de l’audience

10Les audiences des courtisans suivent les règles de l’étiquette de cour. Le Roi-Soleil est bien connu pour avoir organisé son emploi du temps quotidien avec une régularité de métronome. Ainsi, chaque jour, Louis XIV reproduit les mêmes gestes aux mêmes heures. En toute logique, les audiences royales n’échappent pas à cette règle. Nous retrouvons deux moments clairement établis dans la journée pendant lesquels le roi peut recevoir un particulier en audience.

  • 3 Saint-Simon 1983-1988, t. V, p. 603-614.
  • 4 Ibid., p. 606.

11Dans ses Mémoires, Saint-Simon décrit en détail la journée du roi3. Après le rituel du lever, il se rend dans son cabinet, où il donne ses ordres à différents officiers. Les courtisans ne le suivent pas, mais l’attendent en dehors de cette pièce. Après avoir donné ses instructions, le souverain peut recevoir quelques personnes en audience : « Cet entre-temps était celui des audiences quand le roi en accordait, ou qu’il voulait parler à quelqu’un4. » On notera ici que le roi ne donne pas nécessairement d’audiences tous les matins.

12En sortant de son cabinet, il se rend à la messe. Ensuite a lieu la réunion du Conseil. Puis vient le temps du dîner, le plus souvent servi à 13 heures. Le repas terminé, le roi regagne son cabinet et peut à nouveau accorder des audiences :

  • 5 Ibid., p. 609.

Au sortir de la table le roi rentrait tout de suite dans son cabinet. C’était là un des moments de lui parler, pour des gens distingués. Il s’arrêtait à la porte un moment à écouter ; puis il entrait, et très rarement l’y suivait-on, jamais sans le lui demander, et c’est ce qu’on n’osait guère. Alors il se mettait avec celui qui le suivait dans l’embrasure de la fenêtre la plus proche de la porte du cabinet, qui se fermait aussitôt, et que l’homme qui parlait au roi rouvrait lui-même pour sortir en quittant le roi5.

  • 6 Ibid., p. 607.
  • 7 Alexandre Ier Bontemps (1626-1701), premier valet de chambre ordinaire du roi. Sur la vie de cet ho (...)
  • 8 À l’évocation de son décès, Saint-Simon revient sur le parcours de cet homme : Saint-Simon 1879-192 (...)
  • 9 Ibid., p. 47.
  • 10 Au sujet du rôle des premiers valets de chambre, voir Da Vinha 2004.

13À ces deux moments quotidiens il faut ajouter la matinée du jeudi. Ce jour-là, le roi accorde d’autres audiences : « Le jeudi matin était presque toujours vide. C’était le temps des audiences que le roi voulait donner, et le plus souvent des audiences inconnues, par les derrières6. » Il faut comprendre ici que les invités n’entrent pas dans le Cabinet royal en passant par les salons attenants, réservés au roi et à ses familiers. Cet accès permet, de fait, de passer d’un lieu public à un lieu privé. Ainsi, à Versailles, l’individu qui en bénéficie peut passer du Grand Appartement, situé dans le Château-Neuf et donnant sur les jardins, au Petit Appartement, situé dans le Château-Vieux et donnant sur la cour de Marbre. Les courtisans présents dans les salons ne pouvant croiser les invités du roi, ces audiences restent donc secrètes. Pour se rendre dans le cabinet du Roi, en traversant les pièces intérieures, ces individus sont conduits par le premier valet de chambre du roi, dont le plus connu est Alexandre Bontemps7. Ce dernier cumule cette charge avec celle de gouverneur de Versailles et de Marly8. À la mort de Bontemps, c’est un autre premier valet de chambre du roi, Blouin, qui lui succède à la tête de l’intendance de Versailles et de Marly, et également comme introducteur des audiences cachées : « Blouin eut aussi la confiance des paquets secrets et des audiences inconnues9. » Il faut donc souligner le rôle de ces hommes auxquels le roi accorde une grande confiance10.

  • 11 Dangeau 1854-1882, t. IV, p. 439.
  • 12 Ibid., t. VII, p. 102 : « Madame de Nemours est revenue de Neuchâtel, et le roi lui donna audience (...)

14Même si ces règles sont le plus souvent respectées, ces audiences peuvent aussi se dérouler à d’autres moments de la journée. La fin d’après-midi est en effet propice à de nouveaux entretiens privés11. L’après-midi, le roi sort du palais, soit pour chasser, soit pour se promener dans ses jardins. De retour au château, il revient dans son cabinet pour voir ses proches, puis se rend dans l’appartement de Mme de Maintenon, jusqu’à l’heure de son souper qui est servi à 22 heures. Alors qu’il se trouve dans l’appartement de la marquise, le roi travaille avec ses ministres. Il arrive alors qu’il accorde une audience. Cependant, ces audiences données en début de soirée restent rares. En revanche, après le souper, Louis XIV ne donne jamais d’audience, sauf cas très exceptionnel12.

  • 13 Ibid., t. IX, p. 187.

15Si la place des audiences dans l’agenda quotidien du roi est définie, il n’en est pas de même pour leur déroulement. Ces audiences ne sont pas régies par un cérémonial spécifique puisqu’elles suivent les règles de l’étiquette. Par conséquent, nous ne pouvons décrire les principes organisateurs de leur déroulement, puisqu’ils n’existent pas. En revanche, certaines audiences sont régulières. Certains courtisans sont reçus par le souverain chaque semaine, à jour et à heure fixes. Ainsi, le cardinal de Noailles est reçu par le roi tous les mercredis13. Cependant, ces audiences hebdomadaires paraissant habituelles et donc anodines par leur fréquence et leur régularité, leur déroulement n’est pas un événement méritant de figurer dans les écrits des contemporains. Il est du coup d’autant plus difficile pour les historiens de se faire une idée juste du nombre de personnes que le roi avait pour habitude de recevoir, chaque semaine, en audience hebdomadaire.

  • 14 Ibid., t. VI, p. 110.

16Il n’est pas rare non plus que le roi accorde plusieurs audiences à l’un de ses sujets dans une même journée14. Cette caractéristique est propre aux audiences des courtisans et des sujets du roi. Contrairement aux audiences des représentants politiques, impliquant la mise en place d’un cérémonial particulier, les audiences des sujets royaux se déroulent dans un cadre beaucoup plus informel.

  • 15 Saule 2003, p. 29.
  • 16 La Courneuve, Archives des Affaires étrangères (AAÉ), Mémoires et documents, fonds France, vol. 182 (...)

17Parmi les courtisans reçus en audience, les représentants des corps et institutions du royaume constituent une particularité. En effet, leurs audiences sont régies par un cérémonial spécifique. Ce sont des audiences publiques et la cour est par conséquent présente. Tous ces députés sont menés à la salle dite « de descente », en arrivant au palais royal, afin d’attendre l’heure de leur audience. À Versailles, cette salle, située dans la partie sud du corps central, est meublée d’une grande table en son centre et de tabourets de velours rouge alignés contre les murs15. Les députés des cours supérieures sont introduits à l’audience royale par le gouverneur de Paris et une seconde personne de qualité. Ainsi, le samedi 6 août 1672, Louis XIV reçut en audience, successivement, les représentants du Parlement, de la Chambre des comptes, de la Cour des aides, de la Cour des monnaies et du Corps de ville de Paris16. Le duc de Mortemart, alors gouverneur de Paris, et le marquis de Seignelay présentèrent chaque corps politique au roi.

  • 17 Les députés remettent au roi des cahiers dans lesquels sont consignés les détails du montant et de (...)
  • 18 Le Mercure galant est une source très intéressante pour l’étude des audiences des états provinciaux

18Les députés des états provinciaux sont menés à leur audience par le gouverneur de leur province accompagné du grand maître et du maître des cérémonies. Enfin, le secrétaire d’État chargé de la province reçu en audience introduit également les députés. Ces derniers sont au nombre de trois, chacun représentant l’un des trois ordres de la société : le clergé, la noblesse et le tiers état. Le député du clergé est chargé de porter la parole : lui seul prononce une harangue à la gloire du souverain après lui avoir remis les cahiers17 de la province18.

19Enfin, lorsque l’assemblée du clergé est reçue par le roi en audience, elle bénéficie des honneurs militaires. En effet, les gardes se tiennent sous les armes et les deux battants de la chambre du Roi, où l’audience se déroule, sont ouverts. Les députés sont menés par le grand maître des cérémonies et le maître des cérémonies, ainsi que par un secrétaire d’État. Le président de l’assemblée porte la parole devant le roi.

20Être reçu par le souverain en audience constitue un grand privilège dans la vie du courtisan. Cet entretien représente souvent pour lui l’espoir d’obtenir une faveur du roi.

Le rôle de l’audience

  • 19 Saint-Simon 1983-1988, t. III, p. 709.
  • 20 Ibid., t. III, p. 321.

21Les courtisans sont reçus en audience particulière, et non publique. D’après le duc de Saint-Simon, le roi accorde rarement audience à ses courtisans : « Rien n’était plus rare qu’une audience du roi à ceux qui n’avaient point de particulier naturel avec lui19. » Saint-Simon précise également que ces audiences sont « rares et difficiles à obtenir20 ».

22Bien qu’elles soient rares, les audiences que Louis XIV accorde à ses courtisans sont d’un certain enjeu pour ces derniers. Ainsi Saint-Simon considère que la personne reçue en audience par le roi peut en tirer beaucoup d’avantages :

  • 21 Ibid., t. V, p. 485-486.

La vérité est pourtant que, quelque gâté que fût le roi sur sa grandeur et sur son autorité, qui avait étouffé toute autre considération en lui, il y avait à gagner dans ses audiences, quand on pouvait tant faire que de les obtenir, et qu’on savait s’y conduire avec tout le respect qui était dû à la royauté21.

23Malgré la critique ouverte envers le roi, le duc reconnaît l’intérêt pour le courtisan d’obtenir audience. Il se montre même élogieux envers le souverain quant à son comportement lors de ces entretiens :

  • 22 Ibid.

Là, quelque prévenu qu’il fût, quelque mécontentement qu’il crût avoir lieu de sentir, il écoutait avec patience, avec bonté, avec envie de s’éclaircir et de s’instruire ; il n’interrompait que pour y parvenir. On y découvrait un esprit d’équité, et de désir de connaître la vérité, et cela quoique en colère quelquefois, et cela jusqu’à la fin de sa vie. Là, tout se pouvait dire, pourvu encore une fois que ce fût avec cet air de respect, de soumission, de dépendance, sans lequel on se serait encore plus perdu que devant, mais avec lequel aussi, en disant vrai, on interrompait le roi à son tour, on lui niait crûment des faits qu’il rapportait, on élevait le ton au-dessus du sien en lui parlant, et tout cela non seulement sans qu’il le trouvât mauvais, mais se louant après de l’audience qu’il avait donnée, et de celui qui l’avait eue, se défaisant des préjugés qu’il avait pris ou des faussetés qu’on lui avait imposées, et le marquant après par ses traitements22.

24Le roi se montre donc toujours à l’écoute de son interlocuteur lors de ces audiences particulières. Il n’est plus en représentation et son unique souci est de connaître la vérité sur l’affaire qui lui est présentée. De tels éloges de la part de Saint-Simon, lui qui n’est guère habitué à en prodiguer, méritent d’être relevés.

  • 23 Ibid.

25Les faveurs que les courtisans peuvent obtenir lors de ces audiences pousseraient les ministres, toujours selon le duc, à freiner le roi dans sa volonté d’en accorder : « Aussi les ministres avaient-ils grand soin d’inspirer au roi l’éloignement d’en donner, à quoi ils réussirent comme dans tout le reste23. » Cette réticence des ministres à l’égard des audiences royales témoigne de l’avantage que les courtisans peuvent en retirer.

  • 24 Saint-Simon 1879-1928, t. XI, p. 365-366.

26Ces audiences sont le plus souvent très courtes. Dans ses Mémoires, Saint-Simon s’enorgueillit d’une audience qu’il obtint en 1703 d’une durée d’une demi-heure24. Selon lui, la majorité d’entre elles dure environ un quart d’heure au maximum. Même s’il est possible que le duc cherche à se mettre en valeur en insistant sur l’honneur que Louis XIV lui fait d’une audience plus longue qu’à l’accoutumée, il est très certainement vrai que les audiences royales accordées aux courtisans sont assez brèves. Le courtisan doit donc se montrer relativement direct, sans pour autant heurter le roi, pour espérer obtenir ce qu’il désire.

  • 25 Dangeau 1854-1882, t. II, p. 375-376 : « M. le prince de Conty a demandé audience, au roi, qui l’a (...)
  • 26 Ibid., t. I, p. 143.

27Le plus souvent, les courtisans cherchent à être reçus pour obtenir du roi une faveur ou pour se justifier auprès de lui d’une action quelconque dans l’espoir de revenir dans ses bonnes grâces. Ainsi, par exemple, le dimanche 17 avril 1689, le prince de Conti est reçu par Louis XIV afin de lui faire part de son souhait de servir dans son armée25. Les courtisans évoquent ainsi des sujets personnels avec le souverain. Le mercredi 28 mars 1685, le cardinal de Bouillon voit le roi en particulier pour une affaire également personnelle : « M. le cardinal de Bouillon eut une grande audience du roi, où il expliqua plusieurs choses sur lesquelles on avoit voulu lui rendre de mauvais offices, à l’occasion du départ précipité de son neveu avec MM. les princes de Conty26. »

28Si les audiences des courtisans se caractérisent par leur aspect informel, il n’en va pas de même pour les audiences des représentants politiques étrangers. Ces dernières sont définies de manière très précise puisqu’il existe trois types d’audiences selon l’objet de l’entretien.

La typologie des audiences des ministres étrangers

L’audience publique

  • 27 AAÉ, Mémoires et documents, fonds France, vol. 1830, fo 173vo, « Cérémonial - 1558 à 1704 - Mémoire (...)

29Les audiences publiques, également appelées « de cérémonie », concernent essentiellement la première audience et l’audience de congé, et sont purement formelles. Seul le cérémonial compte et aucune affaire politique n’y est abordée27. Le roi s’interdit tout discours qui s’étendrait au-delà des simples formalités habituelles. Le monarque exprima publiquement cette contrainte lors de l’audience de congé du connétable de Castille, qui était venu à la cour comme ambassadeur extraordinaire d’Espagne, le mardi 29 mars 1701. Dans son discours en réponse au compliment du connétable, le roi rappela que les audiences de cérémonie devaient se limiter à des paroles convenues :

  • 28 Mercure galant, mars 1701, p. 449.

C’est ici une cérémonie où je ne puis vous parler qu’en gardant certaines formalitez, vous direz donc au roy mon petit-fils combien je souhaite conserver l’étroite amitié et la bonne intelligence où nous devons toujours estre ; et comme vous devez avoir encore de moy avant vostre départ une audience particulière, c’est là que je vous diray tous mes sentimens pour le roy mon petit-fils, et toute mon estime pour vous28.

30Ces paroles révèlent clairement que lors de l’audience publique il y a une frontière qui ne doit pas être dépassée. Cette frontière est celle des apparences : elles seules doivent guider les discours du roi et de l’ambassadeur. Si bien que, quels que soient les ambassadeurs ou les envoyés reçus lors de ces audiences, les discours restent les mêmes. Ils font partie intégrante du cérémonial, et leur signification importe peu. Tant sur le fond que sur la forme, ils se ressemblent tous.

31L’audience de cérémonie est ainsi pensée comme un pur cérémonial dont seule la forme importe. Bien sûr, l’audience garde toujours un sens politique, et toute modification de son cérémonial relève d’une signification politique. Mais la forme de cette cérémonie suffit seule à épuiser la dimension politique de l’audience publique. Par conséquent, le discours de l’ambassadeur ou de l’envoyé est un discours convenu, célébrant les vertus et les grandeurs du roi de France.

L’audience particulière

  • 29 Paris, bibliothèque de l’Institut de France, Ms 725, p. 504, « Journal des réceptions, audiences, v (...)

32Pour aborder avec le roi un sujet politique précis, l’ambassadeur ou l’envoyé doit demander à être reçu lors d’une audience particulière. Celle-ci est destinée aux négociations politiques entre le monarque et les ministres étrangers. Les audiences particulières, qui ont le plus souvent lieu dans le cabinet du Roi, ne se déroulent pas toujours à la vue de tous les courtisans, dont la présence importe peu : l’audience particulière se distingue de l’audience publique dans la mesure où le fond l’emporte sur la forme. Elle n’est pas un pur cérémonial. Ce qui compte, ce sont les paroles échangées entre le roi et le représentant politique, et de fait, les courtisans ne prêtent pas l’oreille à ces dialogues. Même si ceux-ci sont présents dans la pièce de l’audience, le roi et son invité sont soigneusement laissés à l’écart afin que leur conversation demeure privée : « Il n’y a point à ces audiences particulières jamais aucun grand officier derière le fauteuil du roy ; mais le courtisan s’en éloigne pour n’estre point à portée de la voix29. »

  • 30 AAÉ, Mémoires et documents, fonds France, vol. 1830, fos 328ro à 358vo, « Cérémonial - 1467 à 1632  (...)

33L’audience particulière est un moment privilégié pour le ministre reçu par le souverain. Il peut alors s’acquitter de la charge que lui a confiée son maître : entretenir les relations entre les deux nations et veiller à défendre les intérêts de son prince. L’audience particulière prend la forme d’un vrai dialogue entre le monarque et l’ambassadeur. Leurs sujets de discussion peuvent être très divers. Ils portent le plus souvent sur des questions de politique internationale, mais ce n’est pas toujours le cas. En effet, il arrive que l’ambassadeur demande audience au roi pour une affaire plus personnelle : parmi les papiers de Nicolas de Sainctot, introducteur des ambassadeurs à la cour, se trouve un document témoignant des embarras matériels survenus en octobre 1692 à Pietro Venier, l’ambassadeur de la république de Venise à la cour de France, au sujet du logement de ses chevaux30. Cette anecdote témoigne d’un certain décalage entre l’importance de la fonction de Venier et la trivialité du sujet de ses négociations lors de l’audience. Il est étonnant que le roi lui-même eût à se mêler de problèmes qui peuvent nous paraître si dérisoires, mais il faut toujours garder à l’esprit l’importance de la question des honneurs dus aux ambassadeurs. Lorsque ceux-ci sont niés ou bafoués, les conséquences peuvent être dramatiques, et c’est la raison pour laquelle le roi préfère trancher toujours en dernier ressort ces questions épineuses.

34La conversation n’est ni formelle, ni convenue. Au contraire, elle s’engage sur des sujets précis sur lesquels chacun exprime son avis et cherche à connaître celui de son interlocuteur, à l’image des audiences données aux courtisans. Le roi est véritablement à l’écoute et se soucie sincèrement de connaître l’opinion et la position politiques du roi ou du prince qui lui est représenté par son ambassadeur ou son envoyé.

35L’audience particulière incarne à elle seule la pratique politique du Roi-Soleil. Même s’il s’appuie sur son secrétaire d’État des Affaires étrangères qui assure la majorité des audiences avec les représentants politiques étrangers, lui-même reçoit en particulier les ambassadeurs et les envoyés. Louis XIV règne en personne, ainsi qu’il l’avait annoncé dès la mort de Mazarin en 1661. Les audiences particulières apparaissent donc comme une composante de ce règne personnel louis-quatorzien. Pour le monarque, l’audience particulière joue un rôle spécifique dont elle doit conserver le monopole. Elle est l’unique moment au cours duquel un ambassadeur peut s’entretenir avec lui de politique. Louis XIV ne traite pas d’affaires politiques au détour d’une galerie ou d’un bosquet. Il entend le faire dans un cadre précis, celui de l’audience particulière. Le roi confère ainsi un statut spécifique à ce type d’entretien : il devient le seul moyen, pour les représentants politiques étrangers, de parler avec lui.

36Au cours de ces audiences, le souverain se montre le plus souvent maître de lui-même et prudent dans ses propos.

  • 31 Spanheim 1900, p. 68.

Aussi parle-t-il peu, mais à propos ; s’exprime avec justesse et avec dignité, et se ménage dans les rencontres d’éclat ou d’audience qu’il donne, pour s’y renfermer dans les bornes qu’il se prescrit, sans s’étendre au-delà et ainsi sans que rien lui échappe qui puisse lui faire tort ou donner aucune prise ; ce que j’ai pu remarquer, entre autres, en tant d’audiences publiques et particulières31.

L’audience secrète

37Cette intimité de l’audience est poussée à l’extrême lors des audiences secrètes puisque alors seul le secrétaire d’État des Affaires étrangères est présent avec le roi et l’ambassadeur dans le cabinet. Cependant, même si l’audience est dite secrète, les courtisans connaissent le plus souvent l’identité du ministre reçu par le roi. L’audience ne passe pas inaperçue, mais en revanche nul ne peut y assister, à l’exception du secrétaire d’État concerné.

  • 32 Saint-Simon 1879-1928, t. VII, p. 284-285.
  • 33 Ibid., t. VII, p. 212-213.
  • 34 Sourches 1882-1893, t. IX, p. 229.

38Nous avons relevé un cas qui semble rare : le mardi 29 juin 1700, l’ambassadeur d’Espagne, le marquis de Castel dos Rios, fut reçu par le roi en tête-à-tête lors d’une audience secrète. Le secrétaire d’État des Affaires étrangères, Torcy, ne fut pas présent à cette audience. Saint-Simon s’étonne de ce procédé dans ses Mémoires : « Cette audience si singulière qu’elle est sans exemple, dont il exclut Torcy, auquel, ni devant ni après, il ne dit pas un mot de la matière qu’il avoit à traiter seul avec le roi32. » Et le duc précise que « ce secret fut une chose tout à fait hors d’usage33 ». Nous avons retrouvé un cas similaire, plus tardif, qui fut l’audience du mercredi 29 avril 1705 donnée par le roi à la princesse des Ursins et à Jean Orry, à son retour d’Espagne. Le marquis de Sourches précise dans ses Mémoires que cette audience se déroula « sans aucuns ministres34 ».

39Les audiences des représentants politiques étrangers étant soumises au cérémonial de cour, elles suivent par conséquent des règles très précises.

Le cérémonial de l’audience pour les ministres étrangers

La première audience publique de cérémonie

  • 35 D’après Dangeau, il s’agit le plus souvent d’un prince issu des maisons de Lorraine ou de Savoie, s (...)
  • 36 Les honneurs du Louvre constituent un ensemble de privilèges : droit au tabouret en présence du roi (...)
  • 37 L’honneur des armes du dedans regroupe les gardes de la porte, les gardes de la prévôté de l’hôtel (...)

40Afin d’organiser le déroulement de la première audience publique de cérémonie, l’introducteur des ambassadeurs suit l’ordre du roi concernant le jour et l’heure de l’audience. Il présente également au souverain une liste de princes pour qu’il choisisse le nom de celui qui accompagnera l’ambassadeur lors de son audience. Les princes appartenant aux maisons étrangères sont privilégiés35. Le jour venu, le secrétaire ordinaire pour la conduite des ministres étrangers envoie les carrosses du roi et de la reine chez l’introducteur des ambassadeurs, puis chez le prince qui a été choisi par le roi, avant d’arriver dans la résidence royale. Lors de cette première audience publique, l’ambassadeur bénéficie de l’honneur des armes du dedans et du dehors. Ainsi, alors que le cortège arrive dans l’avant-cour du palais royal, les compagnies des gardes-françaises et des gardes-suisses se mettent sous les armes, avec à leur tête leurs capitaines et leurs officiers. Les tambours appellent afin de rendre tous les honneurs à l’ambassadeur. Il s’agit là de l’honneur des armes du dehors. Le droit d’accéder en carrosse jusqu’au pied du palais royal fait partie des honneurs du Louvre36. Dans cette cour, les gardes de la porte et ceux de la prévôté de l’hôtel se trouvent en haie et sous les armes, rendant ainsi les honneurs des armes du dedans37. Arrivé au château, l’ambassadeur descend du carrosse afin de se rendre dans la salle de descente. Le prince l’accompagne, pendant que l’introducteur se rend auprès du roi pour connaître ses ordres pour l’heure de l’audience.

  • 38 Ce règlement, appelé « Règlement pour la marche du prince ou du maréchal de France avec le capitain (...)
  • 39 Ibid., fo 172ro.

41Lorsque l’heure de l’audience est arrivée, l’ambassadeur est accompagné par l’introducteur qui se trouve à sa gauche et par le prince qui se trouve à sa droite. Le cortège est mené par le secrétaire ordinaire du roi suivi de la livrée de l’ambassadeur qui précèdent donc l’ambassadeur, le prince et l’introducteur. Sur le passage de l’ambassadeur, les deux battants des portes sont ouverts, signifiant ainsi l’importance des honneurs qui lui sont rendus. Pour rejoindre les appartements du roi, situés à l’étage noble, le cortège emprunte un escalier bordé, de chaque côté, par une haie de cent-suisses, vêtus de leurs habits de cérémonie, la hallebarde à la main. Arrivé à l’étage, le cortège aboutit dans la salle des gardes, à l’entrée de laquelle le capitaine des gardes du corps reçoit l’ambassadeur et l’accompagne, en se plaçant à sa droite, devant le prince. Un règlement spécifique a été rédigé en 1670 afin de définir clairement la place de chacun dans le cortège : le capitaine et le prince se trouvent tous deux à droite de l’ambassadeur, respectivement un demi-pas devant et un demi-pas derrière lui38. Dans la salle des gardes, tous les gardes se trouvent disposés en haie et sont sous les armes. Le cortège entre ensuite dans l’antichambre du roi, pièce dans laquelle la livrée de l’ambassadeur s’arrête. Dès lors, l’ambassadeur, le prince, l’introducteur et le capitaine des gardes se découvrent. Le cortège, désormais réduit, parvient dans la chambre du Roi où « la première audience se donne toujours39 ». Au fur et à mesure que les individus composant le cortège entrent dans la chambre royale, ils se rangent pour laisser la place libre à l’ambassadeur.

42Dans sa chambre, le roi est couvert et assis dans un fauteuil qui a été placé dans la ruelle de son lit. Les princes de la Maison royale, les princes du sang et les princes légitimés qui sont présents entourent le roi. Ils sont debout et découverts. Le roi est également accompagné des grands officiers de la Maison du roi, à savoir le grand chambellan, les premiers gentilshommes de la chambre, le grand maître de la garde-robe et les maîtres de la garde-robe. Tous sont placés derrière le fauteuil du roi.

43Dès que l’ambassadeur entre dans la chambre du Roi, il fait une première révérence. La chambre royale symbolise alors la sacralité du pouvoir monarchique, bien plus que le trône. Le roi répond en se levant de son fauteuil et en se découvrant, par politesse. L’ambassadeur s’avance, en effectuant une deuxième révérence, puis une troisième en passant derrière le balustre. Le roi répond à ces deux nouvelles révérences en s’inclinant légèrement. Seul l’ambassadeur a le privilège de passer derrière le balustre, les autres membres du cortège s’arrêtant avant. Il s’agit là d’un immense privilège, celui de se tenir dans le même espace sacré que celui du roi.

  • 40 Ibid., fo 173ro.
  • 41 Au sujet de l’origine de l’honneur des princes de se couvrir devant le roi lors de ces audiences de (...)
  • 42 AAÉ, Mémoires et documents, fonds France, vol. 1835, fo 128ro, « Cérémonial - 1601 à 1645 - Mémoire (...)
  • 43 Callières 2002, p. 143.

44Une fois que l’ambassadeur se trouve derrière le balustre, dans la ruelle du lit du roi, il prononce son discours, dans sa langue nationale, en restant debout. Alors qu’il entame son discours, le roi lui fait signe de se couvrir et se couvre lui-même. « L’honneur qu’il a de se couvrir vient de ce que le roy qu’il représente, se couvriroit40. » De même, toutes les personnes présentes ayant le titre de prince se couvrent41. Ainsi que nous l’avons souligné ci-dessus, aucune affaire politique n’est abordée au cours de cette audience. À la fin de son discours, l’ambassadeur présente au roi sa lettre de créance42. Une copie de cette lettre a été transmise au roi lorsque l’ambassadeur a demandé son audience, afin que le souverain, connaissant par avance son contenu, prépare sa réponse et ne soit pas pris de court au moment de l’audience publique. Cette lettre légitime la fonction et le caractère du nouvel ambassadeur43. Le roi répond ensuite au discours de son invité.

45L’audience est alors terminée : l’ambassadeur salue le roi par de nouvelles révérences, puis se retire en étant toujours accompagné du prince, de l’introducteur et du capitaine des gardes. Le roi le salue également et le regarde partir en restant debout et découvert. Une fois que le cortège s’en est allé, le roi sort du balustre et donne la lettre de créance au secrétaire d’État. L’ambassadeur, quant à lui, est reconduit à la salle de descente avec les mêmes honneurs, et dans l’ordre strictement inverse duquel il est venu à l’audience.

  • 44 Paris, bibliothèque de l’Institut de France, Ms 725, p. 523, « Journal des réceptions, audiences, v (...)

46Si le négociateur a le rang d’ambassadeur extraordinaire, l’audience se déroule de la même manière, à une exception près. En effet, le grand maître des cérémonies doit être présent et se trouver à la tête de la garde des cent-suisses pour accompagner l’ambassadeur à l’audience. Il se place, en toute logique, au bas de l’escalier menant au premier étage. Puis, lors du cortège menant à la chambre du Roi, il marche devant l’introducteur44.

Les distinctions de cérémonial pour les autres audiences

47À son arrivée à Paris, le premier devoir de l’ambassadeur est d’obtenir une première audience du roi de France. Cette audience est dite « particulière » et l’ambassadeur s’y rend avec le statut d’incognito. Un tel statut ne signifie pas que les courtisans ignorent alors la fonction de l’homme reçu en audience, mais que le nouvel ambassadeur n’est pas encore officiellement entré en fonctions. Par conséquent, il ne peut prétendre à tous les honneurs dus à son rang. En effet, aucun honneur particulier n’est rendu à l’ambassadeur lors de cette audience. C’est là la particularité de l’incognito.

  • 45 Paris, Bibliothèque nationale de France (BNF), Manuscrits, fonds Français, 14117, p. 540, « Mémoire (...)
  • 46 Dangeau 1854-1882, t. VIII, p. 25, 29 janvier 1701.
  • 47 Pour l’étude de ces divers officiers, voir Laverny 2002.

48Le jour venu, l’ambassadeur est accueilli à la descente de son carrosse par le secrétaire ordinaire à la conduite des ambassadeurs, qui le conduit à la salle de descente. Dans cette pièce, l’ambassadeur est accueilli par l’introducteur. Avant d’être reçu en audience par le roi, l’ambassadeur s’entretient avec le secrétaire d’État, chez lequel il est conduit par le secrétaire ordinaire, qui le ramène ensuite dans la salle des ambassadeurs. Lorsque le roi a donné ordre pour le début de l’audience, l’ambassadeur est conduit à l’appartement du Roi, toujours par le secrétaire ordinaire du roi. Ces deux hommes marchent côte à côte, le secrétaire se trouvant à la gauche de l’ambassadeur, ce dernier gardant la place d’honneur. L’audience a lieu dans le cabinet du Roi. Arrivé à la porte du Cabinet, l’ambassadeur est reçu par l’introducteur qui le conduit jusqu’au roi, en prenant la place du secrétaire à la gauche de l’ambassadeur. Le secrétaire se met à la tête du cortège45. À l’intérieur du cabinet, le roi est debout, sans chapeau, sans gants. Son chapeau se trouve alors sur la table, car « quand le roi veut être découvert, il ne prend jamais son chapeau à la main, et dès qu’il le prend à la main il se couvre46 ». Aucun fauteuil n’a été disposé derrière lui. Le roi est entouré du grand chambellan, des premiers gentilshommes de la chambre, du grand maître de la garde-robe, du secrétaire d’État, de l’introducteur et du secrétaire ordinaire qui rejoignent tous deux le souverain pour l’audience47. Les courtisans assistent également à l’audience.

  • 48 AAÉ, Mémoires et documents, fonds France, vol. 1830, fo 164ro, « Cérémonial - 1558 à 1704 - Mémoire (...)

49Lors de cette première audience, aucune affaire politique n’est évoquée entre le souverain et l’ambassadeur. C’est, en quelque sorte, la première présentation officieuse de l’ambassadeur au roi. C’est la raison pour laquelle l’ambassadeur ne présente pas sa lettre de créance. En effet, comme l’écrit Sainctot, « si le roy la reçevoit, l’ambassadeur seroit en droit de parler couvert, et ne seroit plus obligé de faire d’entrée48 ». En remettant sa lettre de créance, l’ambassadeur officialise ses fonctions et peut dès lors légitimement parler au roi de France en étant couvert, devenant son égal.

  • 49 Dangeau 1854-1882, t. IX, p. 160, 3 avril 1703.
  • 50 Louis Rousseau (L’idée du parfait ambassadeur, Paris, A. Pedone, 1912), cité dans Picavet 1930, p.  (...)

50Pendant toute la durée de sa charge, l’ambassadeur peut demander à être reçu par le roi en audience. Les audiences se déroulent le plus souvent le mardi, qui est le jour des ambassadeurs49. Les audiences dites « publiques » ont lieu à la vue de tous et selon un cérémonial conséquent, c’est pourquoi elles sont également appelées « audiences de cérémonie ». Ce sont essentiellement les premières audiences et les audiences de congé. En effet, lorsque l’ambassadeur, ordinaire ou extraordinaire, termine sa mission et s’apprête à quitter la cour, il est reçu par le roi lors d’une audience dite « de congé », qui se déroule exactement de la même manière que sa première audience publique. Lors de cette audience, l’ambassadeur reçoit la réponse à la lettre de créance remise à la première audience de cérémonie. Cette réponse, dite « lettre de récréance », ne contient que « des termes généraux d’amitié et de bonne correspondance, et des témoignages particuliers de la satisfaction qu’on a de la conduite que l’ambassadeur a tenue dans le cours de son emploi50 ». L’ambassadeur peut également présenter au roi son successeur.

51Les audiences dites « particulières » ont généralement lieu dans le cabinet du Roi, également à la vue de tous les courtisans, mais selon un cérémonial plus simple. En effet, l’ambassadeur bénéficie seulement de l’honneur des armes du dedans, et non du dehors, et aucun prince n’est chargé de le conduire au souverain. Aucun officier ne se trouve alors derrière le fauteuil du roi. Le monarque peut aussi les donner de manière plus informelle en étant debout, près d’une fenêtre, sans aucun fauteuil derrière lui.

  • 51 Au sujet de la diversité des audiences royales, voir Brouillet 2003, p. 269-292.
  • 52 Solnon 1987, p. 286.

52Enfin, les audiences secrètes ou privées se déroulent uniquement en présence du secrétaire d’État des Affaires étrangères, seule personne à assister à l’audience dans le cabinet avec le souverain et le ministre étranger51. La personne qui est reçue en secret par le roi accède au premier étage par un escalier intérieur, afin de ne pas croiser les courtisans. À Versailles, il s’agit du degré du Roi, qui mène le visiteur directement dans les appartements privés du souverain52.

Les distinctions de cérémonial selon le caractère du ministre et l’État qu’il représente

53Le cérémonial décrit ci-dessus est mis en place pour les ambassadeurs des têtes couronnées. Si le ministre étranger a un rang inférieur, les honneurs qui lui sont rendus sont également inférieurs.

  • 53 BNF, Manuscrits, Fonds français, 14118, fos 193ro à 201ro, « Mémoires de M. de Sainctot, introducte (...)
  • 54 Dangeau 1854-1882, t. VII, p. 204, 2 décembre 1699.
  • 55 Callières 2002, p. 110-111.

54Les envoyés ne sont pas reçus par le roi lors d’une première audience particulière. Ils doivent attendre la première audience publique pour le rencontrer53. L’envoyé bénéficie des honneurs du Louvre uniquement à ses première et dernière audiences54. Lors des autres audiences, il n’a pas le droit d’entrer dans la cour du palais royal avec ses carrosses et doit donc s’arrêter à la grille. Sur le passage de l’envoyé, un seul battant des portes doit être ouvert. De plus, il n’est conduit à l’audience par aucun prince, mais seulement par l’introducteur des ambassadeurs. Il ne bénéficie d’aucun honneur militaire. Enfin, il doit rester découvert durant toute l’audience55.

  • 56 BNF, Manuscrits, fonds Français, 14118, fo 193ro, « Mémoires de M. de Sainctot, introducteur des am (...)

55Ce cérémonial s’applique à tous les envoyés, quel que soit l’État qu’ils représentent : « L’envoyé de testes couronnées et de souverains, ou non souverains est receu également sans aucune distinction56. »

  • 57 Ibid., fo 225ro.
  • 58 Ibid., fo 226ro.

56Les résidents, dont le rang est inférieur à celui des envoyés, sont pourtant traités de la même manière lors de leurs audiences : « Les résidens des testes couronnées, et de souverains sont traités comme les envoyés à toutes les audiences que le roy leur donne57. » Sainctot précise qu’« il n’y a qu’en France où les résidens sont receus avec les mêmes honneurs que les envoyés58 ».

  • 59 Ibid., fo 227ro.

57Enfin, il peut également y avoir des négociateurs ayant le titre d’agents, envoyés à la cour par un souverain étranger. Cependant, l’agent obtient rarement des audiences du roi : « Il faut que les affaires de son maistre soient d’une grande importance à l’État pour obtenir du roy audience59. » En revanche, son infériorité de rang est clairement marquée dans le cérémonial de ses audiences. Il ne peut prétendre à être conduit à l’audience dans les carrosses du roi et de la reine, même si c’est toujours l’introducteur des ambassadeurs qui l’amène à la cour.

58La hiérarchie entre les États européens se retrouve dans les règles régissant les rangs et préséances entre leurs représentants. Cette hiérarchie a, bien entendu, des conséquences sur le cérémonial de l’audience royale. Celui-ci est intrinsèquement marqué par cette distinction de rang entre les ministres étrangers. Nous avons analysé ci-dessus le cérémonial de l’audience royale des ministres des têtes couronnées. Il s’agit donc des États dont le souverain a le titre de roi, ou bien également de l’Empire. Mais qu’en est-il des nations gouvernées par un prince, ou bien des républiques ?

  • 60 AAÉ, Mémoires et documents, fonds France, vol. 1830, fo 221ro, « Cérémonial - 1558 à 1704 - Mémoire (...)
  • 61 En 1696, la paix est signée entre la Savoie et la France, mettant fin à la participation de la Savo (...)

59Le cérémonial mis en place pour les ambassadeurs des princes italiens définit la règle générale pour tous les ministres de têtes non couronnées. Deux différences majeures par rapport au cérémonial adopté pour les ambassadeurs étrangers doivent être soulignées : l’ambassadeur d’un prince italien est conduit à l’audience par un maréchal de France, et non par un prince, et il ne bénéficie pas de l’honneur des armes du dehors, mais seulement de celles du dedans60. En revanche, pendant la durée de sa charge, les audiences qu’il peut requérir du roi se déroulent exactement de la même manière que celles des ambassadeurs de têtes couronnées. Seule exception à ces ambassadeurs de princes italiens : en 1696, la Savoie obtient les honneurs des têtes couronnées61.

  • 62 Ibid., fo 225ro et vo.
  • 63 Ibid., fos 188vo à 203ro.
  • 64 Ibid., fo 189vo.

60Les ambassadeurs de la république de Gênes bénéficient des mêmes honneurs que ceux des princes italiens62. Il en va de même pour les ambassadeurs de la république de Venise63, jusqu’en 1699, date à laquelle la Sérénissime obtient les honneurs des têtes couronnées64.

  • 65 Ibid., fos 222ro et 235ro, « Cérémonial - 1558 à 1704 - Mémoires et relations de Mr Sainctot, 4e vo (...)

61Les ambassadeurs de Lorraine et des Provinces-Unies sont également conduits à leurs audiences selon ces règles65.

  • 66 BNF, Manuscrits, fonds Français, 14117, p. 2, « Mémoires de M. de Sainctot, introducteur des ambass (...)
  • 67 Ibid., p. 3.
  • 68 Callières 2002, p. 117.
  • 69 AAÉ, Mémoires et documents, fonds France, vol. 1830, fo 58ro et vo, « Cérémonial -1558 à 1704 - Mém (...)

62Les ministres de la papauté constituent une autre exception. Ils sont de divers rangs : envoyés, nonces ordinaires, nonces extraordinaires et légats a latere. Les envoyés sont relativement rares, à en croire Sainctot lui-même66. Le plus souvent, le pape envoie un nonce à la cour. S’il y vient pour traiter d’une affaire particulière à laquelle le pape veut donner de l’importance, le ministre a le rang de nonce extraordinaire. Si ce n’est pas le cas, il est seulement nonce ordinaire. Le légat a latere est envoyé uniquement pour des actions d’éclat ou de grande importance67. C’est toujours un cardinal qui reçoit cette charge68. Les nonces ordinaires sont conduits à leur première audience particulière et à leur première audience de cérémonie selon le même cérémonial que les ambassadeurs des têtes couronnées. À cette audience de cérémonie, le nonce est revêtu d’un habit spécifique : il est en camail, en rochet et en mantelet. Il ne porte cet habit qu’aux audiences publiques qu’il a du roi. Les nonces extraordinaires sont reçus en audience par le roi selon le cérémonial mis en place pour les ambassadeurs extraordinaires des têtes couronnées69.

  • 70 En juillet 1664, le cardinal Chigi vint à Fontainebleau avec le rang de légat a latere et fut reçu (...)
  • 71 Pour la description du cérémonial de ces différentes audiences, voir AAÉ, Mémoires et documents, fo (...)

63Pour les représentants des souverains, il n’existe pas de caractère supérieur à celui de l’ambassadeur extraordinaire. En revanche, pour les ministres pontificaux, le légat a latere a un rang supérieur à celui du nonce extraordinaire. En effet, il est assimilé au pape lui-même, et par conséquent il reçoit les honneurs qui seraient attribués à ce dernier70. Il a le privilège d’être assis dans un fauteuil, et le monarque s’avance auprès de lui à son entrée dans la chambre71.

  • 72 Ibid., fo 226ro.

64L’ambassadeur de Malte, en revanche, n’est mené dans la chambre du roi pour sa première audience publique par aucune personne de qualité, prince ou maréchal. L’introducteur seul le conduit dans les carrosses du roi et de la reine au palais royal. Arrivé au palais, il ne bénéficie d’aucun honneur militaire, que ce soient les armes du dehors comme du dedans72.

65Les ambassadeurs non européens en visite à la cour de France sont beaucoup plus rares. Leur réception est l’occasion de déployer un luxe inhabituel pour une audience royale, afin de porter au monde entier les fastes de la cour de Louis le Grand. Pour ces réceptions, nul cérémonial n’est prévu par les spécialistes du temps, signe de leur caractère exceptionnel. Le roi les reçoit assis sur un trône, placé sur une estrade de plusieurs marches. Le plus souvent, ce trône est installé dans la chambre du Roi. Versailles apparaît alors comme une exception puisque seule cette résidence royale comprend une chambre du Trône, le salon d’Apollon, dans le Grand Appartement. Lorsque le roi est à Versailles, c’est dans ce salon qu’il reçoit ordinairement les ambassadeurs des nations lointaines.

  • 73 Voir Castelluccio 2006, p. 24-52. Sur les itinéraires de ces ambassades fastueuses, voir Sabatier 2 (...)

66Les audiences auxquelles le Roi-Soleil souhaite donner plus d’éclat et de magnificence, et un poids politique plus fort, ont lieu dans la galerie du palais où réside alors le souverain. À Saint-Germain, il peut s’agir, ainsi, de la galerie de l’appartement de la Reine. À Versailles, la galerie des Glaces est évidemment le lieu privilégié pour de telles cérémonies. Ces audiences fastueuses restent rares et ne sont pas représentatives du cérémonial habituel de l’audience. Elles s’inscrivent au contraire dans le cadre des fêtes de cour73.

67Les audiences sont en réalité multiples : il n’y a pas une audience royale, mais des audiences royales. Il faut en effet distinguer les audiences des courtisans de celles des représentants politiques étrangers, et parmi ces dernières, les audiences publiques, particulières ou secrètes. Selon le type d’audience, son cérémonial et son rôle diffèrent. À travers cette étude, nous comprenons le rôle politique de l’audience. Louis XIV l’utilise au service de sa politique personnelle. Cet entretien permet en effet de dialoguer directement avec le roi, sans intermédiaire, et sur un sujet précis. Le courtisan, tout comme l’ambassadeur d’un État voisin, peuvent espérer obtenir satisfaction de leur requête.

68L’analyse du cérémonial des audiences des ministres étrangers met en lumière la complexité de ces règles. Cependant, il serait intéressant de comprendre comment ces dernières se sont peu à peu développées pour devenir une mécanique bien huilée au temps de Louis XIV. De nouvelles recherches pourraient permettre d’analyser l’organisation de l’audience sous les règnes précédents. Le cérémonial des audiences permet aussi de faire apparaître aux yeux de tous le rang de chaque ministre reçu par le roi. Il est donc pensé comme l’empreinte visible par tous du rang du ministre, à travers les honneurs qui lui sont rendus. Ainsi se dessine une hiérarchie composée de plusieurs échelons entre les États européens. Enfin, la richesse de l’audience royale tient dans cette double réalité : témoin de la complexité du cérémonial de cour, elle incarne aussi un aspect de la politique personnelle du monarque.

Haut de page

Bibliographie

Bluche François, 1958, Les honneurs de la Cour, Paris, Les Cahiers nobles, 2 vol.

Brouillet Sylvia, 2003, « De Versailles à Paris : Nicolas de Sainctot, chorégraphe de la monarchie en représentation (1711-1716) », in M.-Fr. Auzépy et J. Cornette (dir.), Palais et pouvoir : de Constantinople à Versailles, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, p. 269-292.

Callières François de, 2002 [1716], De la manière de négocier avec les souverains. De l’utilité des négociations, du choix des ambassadeurs et des envoyés et des qualités nécessaires pour réussir dans ces emplois (1716), éd. A. Pekar Lempereur, Genève, Droz.

Camus Alice, 2012, S’entretenir avec le roi. Les audiences de Louis XIV, mémoire de master dirigé par Lucien Bély, 2 vol.

Castelluccio Stéphane, 2006, « La galerie des Glaces : les réceptions d’ambassadeurs », Versalia, no 9, p. 24-52.

Da Vinha Mathieu, 2004, Les valets de chambre de Louis XIV, Paris, Perrin.

— 2011, Alexandre Bontemps, premier valet de chambre de Louis XIV, Paris, Perrin.

Dangeau Philippe de Courcillon, marquis de, 1854-1882, Journal du marquis de Dangeau, éd. L. Dussieux et E. Soulié, Paris, Firmin Didot frères, 19 vol.

Laverny Sophie de, 2002, Les domestiques commensaux du roi de France au xviie siècle, Paris, Presses universitaires de Paris Sorbonne.

Levron Jacques, 1965, La vie quotidienne à la cour de Versailles aux xviie et xviiie siècles, Paris, Hachette.

Louis XIV, 1992, Mémoires pour l’instruction du dauphin, éd. P. Goubert, Paris, Imprimerie nationale.

Picavet Camille-Georges, 1930, La diplomatie française au temps de Louis XIV (1661-1715) : institutions, mœurs et coutumes, Paris, F. Alcan.

Sabatier Gérard, 2009, « Les itinéraires des ambassadeurs pour les audiences à Versailles au temps de Louis XIV », in R. Kauz, G. Rota et J. P. Niederkorn (dir.), Diplomatisches Zeremoniell in Europa und im Mittleren Osten in der frühen Neuzeit, Vienne, Österreichischen Akademie der Wissenschaften, p. 187-211.

Saint-Simon Louis de Rouvroy, duc de, 1879-1928 [1829], Mémoires, éd. A. Michel de Boislisle, Paris, Hachette, 43 vol.

— 1983-1988 [1829], Mémoires, éd. Y. Coirault, Paris, Gallimard, 8 vol.

Saule Béatrix, 2003 [1996], La journée de Louis XIV : 16 novembre 1700, Arles, Actes Sud.

Solnon Jean-François, 1987, La cour de France, Paris, Fayard.

Sourches Louis-François Du Bouchet, marquis de, 1882-1893, Mémoires du marquis de Sourches sur le règne de Louis XIV, éd. G.-J. de Cosnac, A. Bertrand et E. Pontal, Paris, Hachette, 13 vol.

Spanheim Ézéchiel, 1900 [1781], Relation de la cour de France en 1690, éd. E. Bourgeois, Paris, Picard et fils.

Torcy Jean-Baptiste Colbert, marquis de, 1884, Journal inédit de Jean-Baptiste Colbert, marquis de Torcy, ministre et secrétaire d’État des Affaires étrangères, pendant les années 1709, 1710 et 1711, éd. Fr. Masson, Paris, Plon.

Haut de page

Notes

1 Louis XIV 1992, p. 53.

2 Dans notre mémoire de master (Camus 2012), nous avons recensé 816 audiences concernant les sujets du roi de France entre 1643 et 1715, qui nous ont permis de créer ce graphique.

3 Saint-Simon 1983-1988, t. V, p. 603-614.

4 Ibid., p. 606.

5 Ibid., p. 609.

6 Ibid., p. 607.

7 Alexandre Ier Bontemps (1626-1701), premier valet de chambre ordinaire du roi. Sur la vie de cet homme, voir Da Vinha 2011.

8 À l’évocation de son décès, Saint-Simon revient sur le parcours de cet homme : Saint-Simon 1879-1928, t. VIII, p. 39-46.

9 Ibid., p. 47.

10 Au sujet du rôle des premiers valets de chambre, voir Da Vinha 2004.

11 Dangeau 1854-1882, t. IV, p. 439.

12 Ibid., t. VII, p. 102 : « Madame de Nemours est revenue de Neuchâtel, et le roi lui donna audience ces jours passés dans son cabinet après son souper. Il n’y a qu’elle qui prenne de pareilles heures pour parler au roi, et S. M. a l’honnêteté de lui donner ces audiences-là, qu’il ne donne à personne, dans son cabinet après son souper. »

13 Ibid., t. IX, p. 187.

14 Ibid., t. VI, p. 110.

15 Saule 2003, p. 29.

16 La Courneuve, Archives des Affaires étrangères (AAÉ), Mémoires et documents, fonds France, vol. 1824, fo 227ro, « Cérémonial - 1625 à 1690 - Entrées et réceptions ».

17 Les députés remettent au roi des cahiers dans lesquels sont consignés les détails du montant et de la répartition de l’impôt annuel que la province s’engage à verser au pouvoir royal.

18 Le Mercure galant est une source très intéressante pour l’étude des audiences des états provinciaux.

19 Saint-Simon 1983-1988, t. III, p. 709.

20 Ibid., t. III, p. 321.

21 Ibid., t. V, p. 485-486.

22 Ibid.

23 Ibid.

24 Saint-Simon 1879-1928, t. XI, p. 365-366.

25 Dangeau 1854-1882, t. II, p. 375-376 : « M. le prince de Conty a demandé audience, au roi, qui l’a d’abord fait entrer dans son cabinet ; il a prié S. M. de se souvenir de la grâce qu’il lui avoit demandée de le faire servir de brigadier. Le roi lui a répondu que cet emploi-là étoit au-dessous d’un homme de sa naissance, et lui a parlé très honnêtement ; il a un peu insisté, alléguant même l’exemple de M. le Prince, qui a passé par cet emploi-là. Il sera volontaire dans l’armée où il croira qu’il y aura plus de choses à voir. »

26 Ibid., t. I, p. 143.

27 AAÉ, Mémoires et documents, fonds France, vol. 1830, fo 173vo, « Cérémonial - 1558 à 1704 - Mémoires et relations de Mr Sainctot, 4e volume ».

28 Mercure galant, mars 1701, p. 449.

29 Paris, bibliothèque de l’Institut de France, Ms 725, p. 504, « Journal des réceptions, audiences, visites des princes et ambassadeurs étrangers à la cour de France et du cérémonial qui y fut observé ».

30 AAÉ, Mémoires et documents, fonds France, vol. 1830, fos 328ro à 358vo, « Cérémonial - 1467 à 1632 - Mémoires et relations de Mr Sainctot, 4e volume ».

31 Spanheim 1900, p. 68.

32 Saint-Simon 1879-1928, t. VII, p. 284-285.

33 Ibid., t. VII, p. 212-213.

34 Sourches 1882-1893, t. IX, p. 229.

35 D’après Dangeau, il s’agit le plus souvent d’un prince issu des maisons de Lorraine ou de Savoie, s’il s’en trouve alors à la cour. Voir Dangeau 1854-1882, t. VI, p. 307.

36 Les honneurs du Louvre constituent un ensemble de privilèges : droit au tabouret en présence du roi, droit d’entrer en carrosse dans la résidence du roi et droit d’avoir un carreau à l’église. Voir Solnon 1987, p. 329, et Bluche 1958.

37 L’honneur des armes du dedans regroupe les gardes de la porte, les gardes de la prévôté de l’hôtel et les cent-suisses. Cet honneur tient son nom du fait que ses gardes se trouvent au-delà de la grille marquant l’entrée de la résidence royale. Voir AAÉ, Mémoires et documents, fonds France, vol. 1819, fo 230ro et vo, « Cérémonial - 1380 à 1679 - Rangs et préséances ».

38 Ce règlement, appelé « Règlement pour la marche du prince ou du maréchal de France avec le capitaine des gardes et l’introducteur à une première et dernière audience d’un nonce et d’un ambassadeur », date du 17 novembre 1670. Sainctot l’a copié dans ses mémoires. Voir AAÉ, Mémoires et documents, fonds France, vol. 1830, fo 59ro et vo, « Cérémonial - 1558 à 1704 - Mémoires et relations de Mr Sainctot, 4e volume ».

39 Ibid., fo 172ro.

40 Ibid., fo 173ro.

41 Au sujet de l’origine de l’honneur des princes de se couvrir devant le roi lors de ces audiences de cérémonie des ambassadeurs, voir Saint-Simon 1879-1928, t. IX, p. 271-274.

42 AAÉ, Mémoires et documents, fonds France, vol. 1835, fo 128ro, « Cérémonial - 1601 à 1645 - Mémoires et relations de Mr Tolosan ». M. de Tolosan fut introducteur des ambassadeurs de 1773 à 1792.

43 Callières 2002, p. 143.

44 Paris, bibliothèque de l’Institut de France, Ms 725, p. 523, « Journal des réceptions, audiences, visites des princes et ambassadeurs étrangers à la cour de France et du cérémonial qui y fut observé ».

45 Paris, Bibliothèque nationale de France (BNF), Manuscrits, fonds Français, 14117, p. 540, « Mémoires de M. de Sainctot, introducteur des ambassadeurs ».

46 Dangeau 1854-1882, t. VIII, p. 25, 29 janvier 1701.

47 Pour l’étude de ces divers officiers, voir Laverny 2002.

48 AAÉ, Mémoires et documents, fonds France, vol. 1830, fo 164ro, « Cérémonial - 1558 à 1704 - Mémoires et relations de Mr Sainctot, 4e volume ».

49 Dangeau 1854-1882, t. IX, p. 160, 3 avril 1703.

50 Louis Rousseau (L’idée du parfait ambassadeur, Paris, A. Pedone, 1912), cité dans Picavet 1930, p. 114.

51 Au sujet de la diversité des audiences royales, voir Brouillet 2003, p. 269-292.

52 Solnon 1987, p. 286.

53 BNF, Manuscrits, Fonds français, 14118, fos 193ro à 201ro, « Mémoires de M. de Sainctot, introducteur des ambassadeurs ».

54 Dangeau 1854-1882, t. VII, p. 204, 2 décembre 1699.

55 Callières 2002, p. 110-111.

56 BNF, Manuscrits, fonds Français, 14118, fo 193ro, « Mémoires de M. de Sainctot, introducteur des ambassadeurs ».

57 Ibid., fo 225ro.

58 Ibid., fo 226ro.

59 Ibid., fo 227ro.

60 AAÉ, Mémoires et documents, fonds France, vol. 1830, fo 221ro, « Cérémonial - 1558 à 1704 - Mémoires et relations de Mr Sainctot, 4e volume ».

61 En 1696, la paix est signée entre la Savoie et la France, mettant fin à la participation de la Savoie à la guerre de la ligue d’Augsbourg. Louis XIV retire ses troupes des États du duc, restitue les places de Pignerol, Suse, Montmélian, Nice et Villefranche, et en contrepartie, les forces armées de la Savoie rejoignent celles de la France. Un mariage est convenu entre le duc de Bourgogne, fils aîné du Grand Dauphin, et Marie-Adélaïde, fille du duc de Savoie. C’est à la suite de cette paix retrouvée que la Savoie obtient cet honneur. Voir AAÉ, Mémoires et documents, fonds France, vol. 1830, fo 202ro, « Cérémonial - 1558 à 1704 - Mémoires et relations de Mr Sainctot, 4e volume ».

62 Ibid., fo 225ro et vo.

63 Ibid., fos 188vo à 203ro.

64 Ibid., fo 189vo.

65 Ibid., fos 222ro et 235ro, « Cérémonial - 1558 à 1704 - Mémoires et relations de Mr Sainctot, 4e volume ».

66 BNF, Manuscrits, fonds Français, 14117, p. 2, « Mémoires de M. de Sainctot, introducteur des ambassadeurs ».

67 Ibid., p. 3.

68 Callières 2002, p. 117.

69 AAÉ, Mémoires et documents, fonds France, vol. 1830, fo 58ro et vo, « Cérémonial -1558 à 1704 - Mémoires et relations de Mr Sainctot, 4e volume ».

70 En juillet 1664, le cardinal Chigi vint à Fontainebleau avec le rang de légat a latere et fut reçu en audience par le roi.

71 Pour la description du cérémonial de ces différentes audiences, voir AAÉ, Mémoires et documents, fonds France, vol. 1830, fos 71vo à 93ro, « Cérémonial - 1558 à 1704 - Mémoires et relations de Mr Sainctot, 4e volume ».

72 Ibid., fo 226ro.

73 Voir Castelluccio 2006, p. 24-52. Sur les itinéraires de ces ambassades fastueuses, voir Sabatier 2009, p. 187-211.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Statuts des courtisans reçus en audience.
Crédits © Alice Camus
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12206/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alice Camus, « Être reçu en audience chez le roi », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne], Articles et études, mis en ligne le 10 juillet 2013, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://crcv.revues.org/12206 ; DOI : 10.4000/crcv.12206

Haut de page

Auteur

Alice Camus

Titulaire d’un master 2 en histoire moderne portant sur les audiences de Louis XIV, réalisé sous la direction de Lucien Bély et soutenu en juin 2012 à l’université Paris-IV Sorbonne. Elle prépare en 2012-2013 le concours d’attaché territorial de conservation du patrimoine, dans la spécialité « musées ». Contact : alice.camus@chateauversailles.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Alice Camus / 2013 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org