Navigation – Plan du site
2013

Les copistes du Cabinet des tableaux de la surintendance des Bâtiments du roi au xviiie siècle

The copyists of the Cabinet of Paintings of the superintendence of the Bâtiments du Roi in the eighteenth century
Claire Aubaret

Résumés

Créé vers 1670 par Louis XIV, le Cabinet des tableaux détient l’exclusivité de la reproduction des portraits du roi et de la famille royale conservés à la surintendance des Bâtiments du roi, administration dont il dépend. Pour les corps constitués comme pour les particuliers, posséder un original ou une copie d’un portrait du roi est un véritable enjeu ; les demandes sont nombreuses et, pour y faire face, le Cabinet emploie jusqu’à sept copistes à l’apogée du règne de Louis XVI. Déconsidérés – et mal rémunérés –, les copistes du Cabinet des tableaux peuvent toutefois faire preuve d’une grande habileté. Réalisant également des originaux destinés aux appartements royaux, certains d’entre eux se distinguent par leur talent, à l’instar de Jean-Martial Frédou, qui acquiert une certaine notoriété avec ses portraits du duc de Bourgogne.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article est issu d’un travail mené sous la direction de Juliette Trey dans le cadre du groupe de recherche « Versailles » de l’École du Louvre en partenariat avec le Centre de recherche du château de Versailles (session 2009-2010).

Texte intégral

  • 1 L’intendant des Menus Plaisirs Denis-Pierre-Jean Papillon de La Ferté en 1771, cité par Hugues (200 (...)

1La Maison du roi employait de nombreux artistes chargés de copier les portraits du souverain et de la famille royale. Ils dépendaient soit de la surintendance des Bâtiments du roi, soit de l’administration des Menus Plaisirs. Les Bâtiments, chargés de l’image officielle du roi, faisaient exécuter des portraits originaux du souverain, des copies de ceux-ci et des copies des portraits des membres de la famille royale – les originaux étaient conservés au Cabinet des tableaux –, tandis que les Menus Plaisirs s’occupaient des « présents faits par le roi [et] la famille royale […], portraits soit en grand, soit en mignature [sic]1 ».

Fig. 1 : Alexandre Roslin, Abel-François Poisson de Vandières, marquis de Marigny (1727-1781), huile sur toile, 1,26 × 1,12 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 4447.

Fig. 1 : Alexandre Roslin, Abel-François Poisson de Vandières, marquis de Marigny (1727-1781), huile sur toile, 1,26 × 1,12 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 4447.

© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot

  • 2 Castelluccio 2009, p. 22.
  • 3 Marigny 1904-1905.

2Placé sous l’autorité des Bâtiments du roi, le Cabinet des tableaux fut créé par Louis XIV vers 1670-16712. Au xviiie siècle, la charge de « directeur et ordonnateur général des bâtiments, jardins, arts, académies et manufactures royales » fut occupée successivement par Louis-Antoine de Pardaillan de Gondrin, duc d’Antin (1708-1736), par Philibert Orry, comte de Vignory (1736-1745), par Charles-François-Paul Lenormant de Tournehem (1746-1751), puis par Abel-François Poisson de Vandières, marquis de Marigny (1751-1773) (fig. 1). L’administration de ce dernier différa peu de celle de son prédécesseur, mais les problèmes financiers s’accrurent durant les dernières années de sa charge ; les plaintes et les retards de paiement s’accumulèrent, et le contrôleur général des finances, l’abbé Joseph-Marie Terray, refusa ses demandes par souci d’économie3.

Fig. 2 : Guillaume Voiriot, Jean-Baptiste-Marie Pierre (1714-1789), huile sur toile, 130 × 97,5 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 5824.

Fig. 2 : Guillaume Voiriot, Jean-Baptiste-Marie Pierre (1714-1789), huile sur toile, 130 × 97,5 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 5824.

© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot

  • 4 Journal politique, ou Gazette des gazettes, juillet 1773 (première quinzaine), p. 50.
  • 5 Lettre de d’Angiviller à la duchesse de La Vauguyon datée du 26 février 1777, citée par Beaurain (2 (...)

3Ce dernier se vit confier la charge en 1773, lorsque Louis XV décida de « réunir au Contrôle général de ses finances la charge de Directeur & Ordonnateur-général de ses bâtimens4 ». La direction générale des Bâtiments du roi devint alors un simple bureau de contrôle dirigé par Jean-Baptiste-Marie Pierre, premier peintre du roi (fig. 2). Elle redevint indépendante en 1774 lorsque Louis XVI nomma à sa tête Charles-Claude de Flahaut de La Billarderie, comte d’Angiviller (fig. 3) – anciennement attaché à l’éducation des enfants de France –, fonction qu’il occupera jusqu’en 1789. D’Angiviller hérita d’une situation désastreuse, critiquant la gestion de l’abbé Terray, dont « la principale [cause] [fut] la suspension totale des ouvrages du Cabinet5 ».

Fig. 3 : Joseph-Siffred Duplessis, Charles-Claude de La Billarderie, comte d’Angiviller (1730-1809), huile sur toile, 1,44 × 1,06 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 3926.

Fig. 3 : Joseph-Siffred Duplessis, Charles-Claude de La Billarderie, comte d’Angiviller (1730-1809), huile sur toile, 1,44 × 1,06 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 3926.

© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot

  • 6 Castelluccio 2009, p. 23-25.

4Principal lieu de conservation des collections royales de peinture – les magasins de Paris et de Fontainebleau n’abritant que des œuvres estimées secondaires6 –, le Cabinet des tableaux du roi se situait dans l’hôtel de la Surintendance, construit en 1692 à l’angle des rues de la Surintendance, de l’Orangerie et du Vieux-Versailles. D’emblée, un garde général fut placé à sa tête : tout d’abord Charles Le Brun, premier peintre du roi, puis, à sa mort en 1690, Louvois, surintendant des Bâtiments, qui délégua la charge au peintre Christophe Paillet. Au xviiie siècle se succèderont François Stiémart, lui aussi peintre, de 1715 à 1740, Jacques-André Portail (fig. 4), puis, à sa mort en 1759, Jean-Baptiste Massé, aidé par Étienne Jeaurat (fig. 5), qui prendra la suite de ce dernier en 1767. En 1783, Jeaurat vieillissant, il est secondé par Hugues Taraval puis par Louis-Jacques Durameau, qui lui succédera à sa mort en 1789.

Fig. 4 : Jean-Martial Frédou, Jacques-André Portail, dessinateur et peintre (1695-1759), crayon noir, craie blanche et sanguine sur papier. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 6052.

Fig. 4 : Jean-Martial Frédou, Jacques-André Portail, dessinateur et peintre (1695-1759), crayon noir, craie blanche et sanguine sur papier. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 6052.

© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot

Fig. 5 : Alexandre Roslin, Étienne Jeaurat, peintre, huile sur toile, 128 × 96 cm. Paris, musée du Louvre, Inv. 7712.

Fig. 5 : Alexandre Roslin, Étienne Jeaurat, peintre, huile sur toile, 128 × 96 cm. Paris, musée du Louvre, Inv. 7712.

© RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Michel Urtado

  • 7 Paris, Archives nationales (AN), O1 1908, pièce 165, lettre de Portail à Marigny datée du 5 novembr (...)
  • 8 Voir Destrain 1937.
  • 9 AN, O1 1909B, pièce 72, lettre de Jeaurat à Marigny datée de juin 1761.
  • 10 Montigny-le-Bretonneux, archives départementales des Yvelines, registres paroissiaux et d’état civi (...)

5En 1753, Jacques-André Portail note qu’il « occupe quatre personnes toute l’année à copier les tableaux, et qu’ils ont beaucoup d’ouvrage7 ». Ces quatre peintres sont Prévost, Coqueret, La Roche et Frédou. La vie de Louis Prévost est peu documentée. Henri-Philippe-Bon Coqueret naît à Versailles en 1735 et meurt à Alençon en 18078. Jean-Philippe de La Roche est le « beau-frère de Mr Nattier9 », dont il réalise souvent des copies. Il meurt à Versailles le 1er juin 1767, « âgé d’environ soixante ans10 ». Quant à Jean-Martial Frédou, il naît le 28 janvier 1710 à Fontenay-Saint-Père, et son parrain lui enseigne l’art du dessin. Il s’installe à Versailles avec sa femme et son fils en 1752, tout d’abord rue du Vieux-Versailles, puis au 55 rue de l’Orangerie. À cette période, il entre au Cabinet des tableaux du roi, dirigé par Jacques-André Portail. Il meurt à Versailles le 8 ventôse an III (26 février 1795).

  • 11 AN, O1 1907B, pièce 261,  « Règlement concernant les salles et cabinets des tableaux du roy à la su (...)
  • 12 AN, O1 1912, observation de Montucla, commis des Bâtiments du roi, sur la demande des sieurs Thémir (...)
  • 13 Ibid.
  • 14 Ibid.

6Chargés de fournir toutes les copies pour le service du roi, ils détiennent l’exclusivité de la reproduction des originaux conservés à la surintendance des Bâtiments du roi. Le plus souvent, les personnes étrangères au service du roi n’obtiennent pas l’autorisation d’accéder au Cabinet des tableaux : le règlement rédigé par Lenormant de Tournehem prend ainsi le prétexte du « respect et de la décence dus aux Maisons Royales11 » pour en limiter strictement l’accès. En effet, autoriser des peintres extérieurs au Cabinet à venir y copier pourrait nuire aux peintres qui y sont employés et à leur « petit revenant bon12 », et si « une manufacture de portraits du roy et de la famille royale autre que celle du Cabinet13 » était créée, cela avilirait « par leur multiplication excessive le don que le Roy en a fait14. »

  • 15 AN, O1 19101, pièce 163, lettre de madame Mallard à Marigny datée du 26 mai 1763.

7Si les copistes du Cabinet des tableaux arrivent tant bien que mal à répondre aux commandes sous le règne de Louis XV, le directeur des Bâtiments du roi se voit obligé de faire ponctuellement appel à des peintres extérieurs au service du roi : dans une lettre adressée au marquis de Marigny le 26 mai 1763, Mme Mallard, « nourrice du duc de Berry », remercie ce dernier pour « la bonté qu’[il] a eu d’accorder à [son] frère la permission de travailler […] aux copies du portrait du Roy »15.

  • 16 Beaurain 2002, p. 352-388.
  • 17 AN, O1 1137, pièce 159, lettre de d’Angiviller à Pierre datée du 22 septembre 1780.
  • 18 Ibid. : « Je sens d’ailleurs que le prix de ces copies fixé jusqu’à présent à 1 000 livres est asse (...)

8D’abord efficace, l’organisation du Cabinet des tableaux se délite peu à peu à la fin du règne de Louis XV, puis surtout sous le règne de Louis XVI. L’administration, qui jusque-là n’employait que quatre copistes et quelques autres peintres de façon ponctuelle, se voit obligée d’augmenter ses effectifs pour faire face aux demandes. D’Angiviller, sur les conseils de Jean-Baptiste-Marie Pierre, recrute le 22 septembre 1780 Jean-François Lassave, de Toulouse, qui a exposé des paysages place Dauphine16. D’Angiviller le qualifie de « bon copiste17 » et accepte même de payer ses copies 1 200 livres, au lieu des 1 000 livres ordinairement accordées aux copistes du Cabinet18.

  • 19 AN, O1 1138, pièce 163, lettre de d’Angiviller à Pierre datée du 16 avril 1781 : « Vous sentez aisé (...)
  • 20 Ibid.

9Cependant, ce dernier ne suffit pas à la tâche19, et ne pouvant plus « compter ni sur le sieur Prévost à cause de sa vieillesse, ni sur le sieur Coqueret à cause de ses occupations », d’Angiviller souhaite « monter le Cabinet des tableaux de Versailles au moins d’un couple de peintres copistes médiocres pour exécuter des copies du portrait de Louis XVI »20.

  • 21 AN, O1 1916, pièce 53, lettre de Pierre à d’Angiviller datée du 22 février 1782.
  • 22 Beaurain 2002, p. 352-388.
  • 23 AN, O1 1143, pièce 228, lettre de d’Angiviller à Pierre datée du 18 novembre 1785.
  • 24 Ibid.

10Le choix de Pierre se porte sur les deux fils de Carle Van Loo : « Je présume que vous approuverez ce choix, parce que ces deux jeunes gens sont dans l’habitude de copier21. » L’aîné, Louis-Amédée, et le cadet, François, sont tous deux employés au Cabinet des tableaux de Versailles dans un premier temps, puis François est envoyé à Paris. Louis-Amédée, au bout de trois ans, se voit refuser l’autorisation de rejoindre son frère et son père à Paris22, et quitte le Cabinet des copistes en 178523. D’Angiviller engage alors « les sieurs Moulinneuf et Fournier, dont le premier a déjà fourni pour essai une copie […], et l’autre est un élève de monsieur Durameau24 ».

  • 25 Hugues 2004, p. 135-175.

11Sous le règne de Louis XVI, le nouveau directeur des Bâtiments du roi, qui cherche à réduire les dépenses et à diminuer la tâche des copistes, n’a plus à sa charge que la réalisation des portraits royaux, de leurs copies et des copies des portraits de la famille royale, dont les originaux sont conservés à la surintendance. En effet, jusque respectivement en 1771 et 1773, les comtes de Provence et d’Artois dépendent de la Maison du roi, mais à leurs mariages ils sont dotés de maisons en propre, avec une administration des Bâtiments et une pour les Menus Plaisirs, que financent à la fois le Trésor royal et leurs revenus fonciers. Ils règlent alors leurs portraits sur leur cassette personnelle. Le comte d’Angiviller refuse également de faire exécuter des copies des portraits de la reine, celles-ci n’ayant pas les mêmes fonctions que celles du roi, mais il accepte les copies des portraits du dauphin, de la dauphine ou de Madame Henriette, décédés prématurément25. Dès 1774, les copistes sont donc surtout employés à copier le portrait officiel du roi d’après Duplessis (fig. 6).

Fig. 6 : Joseph-Siffred Duplessis, Portrait officiel du roi Louis XVI (1754-1793) en grand manteau royal, huile sur toile, 2,27 × 1,84 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et Trianon, MV 7083.

Fig. 6 : Joseph-Siffred Duplessis, Portrait officiel du roi Louis XVI (1754-1793) en grand manteau royal, huile sur toile, 2,27 × 1,84 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et Trianon, MV 7083.

© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot

  • 26 AN, O1 1922A/1, mémoire de Fournier, années 1785 à 1788, AN, O1 1922A/2, extrait du mémoire de Lass (...)
  • 27 AN, O1 1922B/2, extrait du mémoire de François Van Loo, année 1785.

12Les derniers copistes recrutés exécutent jusqu’à quatre ou cinq copies de ce portrait chaque année26, et François Van Loo en réalise même six copies en 178527.

  • 28 AN, O1 1912, note d’un commis des Bâtiments du roi, publiée par Furcy-Raynaud (Marigny 1904-1905, v (...)
  • 29 AN, O1 1912, note d’un commis des Bâtiments du roi, publiée par Furcy-Raynaud (Marigny 1904-1905, v (...)

13Malgré les recrutements successifs, le Cabinet des tableaux se révèle à nouveau incapable de faire face aux demandes, ce qui occasionne des retards dans les livraisons. Une « nouvelle fabrique28 » employant des copistes plus médiocres semble avoir été créée sous le règne de Louis XVI afin d’augmenter la production de copies29, mais paraît toutefois être destinée à répondre aux demandes les plus communes.

De le commande d’une copie à sa réalisation

  • 30 Beaurain 2002, p. 241-260.
  • 31 AN, O1 19101, pièce 57, lettre du maire et des échevins de la ville de Nantes à Marigny datée du 27 (...)

14Le portrait du roi, ou la copie de son portrait, se substitue véritablement au monarque et l’incarne dans toutes les provinces du royaume. Cette intention symbolique est marquée par le choix d’une effigie royale en pied, grandeur nature, afin de donner l’illusion de sa présence30. Il est par conséquent extrêmement important de posséder une représentation fidèle du souverain. Ainsi, le maire et les échevins de Nantes voient comme une compensation le fait de posséder un portrait du roi à défaut de le voir en personne : « Puisque nous n’avons pas lieu d’espérer d’être honorés de son auguste présence, ce sera grande consolation pour d’aussi fidèles sujets de pouvoir comparer l’image de ce monarque chéri qu’ils ont dans leurs cœurs à celle dont il nous honore31. »

15Dès lors, la possession d’un portrait du roi ou de sa copie devient un véritable enjeu, que ce soit pour les particuliers ou pour les corps constitués du royaume. De même, détenir un portrait ou une copie du portrait d’un membre de la famille royale est un très grand privilège, marque de la faveur du prince.

  • 32 AN, O1 1911, note de Jean-Étienne Montucla, commis des Bâtiments du roi, publiée par Furcy-Raynaud (...)

16Un commis des Bâtiments du roi note « qu’ordinairement, la demande [d’un portrait du roi] [est] faite ou recommandée soit par le ministre ayant le département de la province, soit par le gouverneur ou le commandant », mais « trouve néanmoins que la ville de Strasbourg l’obtint en 1761 sans l’intervention du commandant ou du gouverneur »32.

17En ce qui concerne les particuliers, ils adressent leurs demandes au directeur des Bâtiments du roi – parfois avec l’appui d’un protecteur –, ou bien un membre de la famille royale prend l’initiative de la commande.

18Pour les copies des portraits royaux, le Cabinet des copistes est systématiquement employé. Les membres de la famille royale peuvent quant à eux s’adresser à l’artiste de leur choix, qu’il soit académicien ou non : les Bâtiments du roi ou les Menus Plaisirs commandent alors les portraits, et les paient. Mais s’il s’agit d’une commande de sa propre initiative, le prince la règle sur sa cassette personnelle.

  • 33 AN, O1 19081, pièce 41, lettre de Marigny à Monsieur de La Marche datée du 19 mars 1753 : « Je suis (...)

19Une fois que le souverain a accordé la copie de son portrait par bon du roi, le directeur des Bâtiments prévient l’heureux bénéficiaire de cette faveur par lettre. Cependant, dès la direction de Marigny, les retards s’accumulent, et ce dernier se voit peu à peu contraint d’annoncer d’emblée le retard de livraison33.

  • 34 AN, O1 1909B, pièce 31, lettre de monsieur La Moignon de Malesherbes à Marigny, datée du 16 mai 175 (...)
  • 35 AN, O1 19092, pièce 14, « Un autre portrait du roy […] pour monsieur le cardinal de Tavanes, reste (...)
  • 36 AN, O1 19081, pièce 165, lettre de Portail à Marigny datée du 5 novembre 1753 : «Vous avez un portr (...)

20Face à l’afflux croissant des demandes de copies de portraits, les directeurs des Bâtiments se voient obligés de les hiérarchiser. Les membres de la famille royale sont bien entendu prioritaires et ne souffrent aucun retard dans l’exécution des ouvrages qu’ils réclament. Marigny presse donc le garde des tableaux d’exécuter au plus vite leurs commandes. En raison de ce système de préséances, certaines demandes ne sont pas honorées avant plusieurs années. Monsieur de La Moignon de Malesherbes, par exemple, écrit à Marigny pour lui « demander l’exécution d’une grâce qui a été promise depuis longtemps à la Cour des aydes » : un portrait du roi dont la livraison accuse un retard considérable, puisqu’« il y a près de dix ans qu’[il] est à la tête de la compagnie et [que] c’est du temps de [son] père que la promesse a été faite34. » Il peut d’ailleurs arriver que le destinataire meure avant que sa copie ne lui soit livrée. Elle est alors attribuée à un autre35, mais ces réajustements ne sont pas toujours possibles36.

21Les peintres du Cabinet des tableaux travaillent à partir des portraits originaux. Les copies des portraits du roi sont exécutées sur ordre du directeur des Bâtiments du roi au garde des tableaux de Versailles après la présentation du portrait officiel à la cour. Les peintres doivent donc fournir ou bien l’original, ou bien des répliques pour que les copistes du Cabinet des tableaux puissent travailler.

22Sous la direction du marquis de Marigny, les conditions de travail des copistes déclinent :

  • 37 AN, O1 19101, pièce 50, lettre de Jeaurat, non datée.

Il n’y a encore dans les salons aucune des copies faites du portrait du roy d’après Michel Van Loo. On travaille à une de ces copies d’après cet original qu’on a réduit d’après la copie qui a été faite pour madame de Pompadour, et cette copie, à laquelle travaille actuellement le sieur Prévost, doit servir désormais de modèle dans les salons de Versailles pour les copies qui en seront ordonnées à l’avenir37.

  • 38 AN, O1 1922A/2, mémoire de Lassave.

23Les copistes se trouvent donc obligés d’exécuter des copies qui serviront à leur tour de modèles : en 1785, Lassave peint « une autre copie du même portrait », c’est-à-dire celui de Louis XVI par Duplessis, « destinée à rester au magasin pour servir d’original lorsque deux copistes sont employés en même temps à faire des copies38. »

  • 39 Lettre de d’Angiviller à Pierre datée du 12 octobre 1779, publié par Furcy-Raynaud (Pierre 1906-190 (...)

24Le manque de portraits originaux disponibles occasionne des retards, les copistes ne pouvant disposer du modèle que chacun leur tour. Ils sont de plus totalement dépendants du bon vouloir des peintres des originaux. Le portrait officiel de Louis XVI par Joseph-Siffred Duplessis, exposé au Salon en 1777 puis rendu au peintre dans l’espoir de retouches, tarde à être répliqué, ce qui compromet la production des copies. D’Angiviller, assailli de demandes, se résout donc à utiliser l’original, d’ordinaire réservé au roi, pour servir de modèle aux copistes39.

25La réalisation d’une copie est longue, ce qui explique les difficultés du Cabinet des tableaux à faire face à la demande croissante. Portail s’en justifie auprès de Vandières, décrivant à ce dernier le processus de réalisation d’une copie :

  • 40 AN, O1 19081 pièce 165, lettre de Portail à Vandières datée du 5 novembre 1753.

Il ne faut pas moins de quatre grands mois de jours d’été pour faire avec soin une copie du portrait du roy d’après M. Van Loo, combien ne faut-il pas de temps en sus dans une saison aussi ingrate que celle où nous sommes. […] Il faut que chaque copiste ait son modèle, et qu’après avoir l’ébauché, d’après une copie, il repeigne et retouche pour finir cette même copie d’après l’original, il est même nécessaire qu’ils ayent quelqu’autres ouvrages pour s’occuper et pour laisser à ceux qui sont en possession de l’original [le] temps de perfectionner leurs ouvrages, après quoi les autres le reprennent à leur tour, […] mais il ne faut pas moins que l’original et une bonne copie pour soutenir cet arrangement40.

  • 41 AN, O1 1907B, pièce 261, « Règlement concernant les salles et cabinets des tableaux du roy à la sur (...)

26Les copistes sont tenus de travailler sans cesse pour répondre aux commandes, « savoir les jours ordinaires de travail en été commencent à sept heures du matin et en hiver entre huit et neuf jusqu’à midi ; le soir depuis deux heures jusqu’à sept en été et jusqu’à la fin du jour en hiver41. »

  • 42 Ibid.

27Les copies ne sont jamais expédiées roulées car le temps de séchage, trop long, retarderait la livraison. Les toiles sur châssis sont « mis[es] en caisse par les ouvriers même[s], qui [ont] intérêt à la conservation de leur ouvrage42 ». Le directeur des Bâtiments du roi prévient ensuite le garde des tableaux par lettre afin qu’il fasse livrer le tableau.

  • 43 « Projet d’une sorte de tarif pour régler le prix des tableaux relativement à leur grandeur » (Mari (...)
  • 44 AN, O1 1922B/2, extrait du mémoire de Carle Van Loo, exercice 1747.
  • 45 Ibid., exercice 1748.
  • 46 AN, O1 1137, pièce 159, lettre de d’Angiviller à Pierre datée du 22 septembre 1780.

28Dans un « Projet d’une sorte de tarif pour régler le prix des tableaux relativement à leur grandeur », les portraits originaux sont « estim[és] valoir 150 livres le pied quarré. […] Les copies [sont] payées, selon l’usage, la moitié de la somme des originaux »43 . Cependant, dans les faits, les copies sont payées moins que cela. En 1747, Carle Van Loo est rémunéré 4 000 livres « plus 2 000 livres de gratification » pour un « portrait en pied de la reine, femme de Louis XV »44, et 4 000 livres également en 1748 pour un « portrait du roi, en pied45 », alors qu’une copie ne vaut que 1 000 livres à la même période, avant d’être réévaluée à 1 200 livres sous la direction de d’Angiviller46.

Fig. 7 : Jean-Marc Nattier, Marie Leszczyńska, reine de France (1703-1768), lisant la Bible, vers 1748, huile sur toile, 1,39 × 1,07 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 5672.

Fig. 7 : Jean-Marc Nattier, Marie Leszczyńska, reine de France (1703-1768), lisant la Bible, vers 1748, huile sur toile, 1,39 × 1,07 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 5672.

© RMN-Grand Palais (château de Versailles) / Gérard Blot

Fig. 8 : Jean-Marc Nattier (d’après), Portrait en buste de Marie Leszczyńska, xviiie siècle, huile sur toile. Paris, musée du Louvre, Inv. 6290.

Fig. 8 : Jean-Marc Nattier (d’après), Portrait en buste de Marie Leszczyńska, xviiie siècle, huile sur toile. Paris, musée du Louvre, Inv. 6290.

© RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Jean-Gilles Berizzi

  • 47 AN, O1 1921B/2, extrait du mémoire de Coqueret, année 1768.
  • 48 Ibid.
  • 49 AN, O1 1922A/1, extraits du mémoire de Hellart années 1749 et 1751.

29Les copies « fidèles », c’est-à-dire identiques à l’original, constituent la majorité de la production. Le « portrait de la reine en pied grandeur nature d’après Nattier47 » (fig. 7), exécuté en 1768 par Coqueret, est par exemple qualifié de « copie conforme à l’original48 » par Jeaurat en marge du mémoire. Ce portrait a été dupliqué plusieurs fois49 : une copie conservée à la Wallace Collection est quant à elle de dimensions inférieures à l’original, et le musée du Louvre possède une autre copie de ce portrait, mais en buste (fig. 8).

  • 50 AN, O1 1934B/1, extraits des mémoires de Frédou de Coqueret.

30Les copies sont parfois commandées à des fins décoratives : en 1764, Frédou et Coqueret livrent deux copies des portraits de Mesdames Sophie et Louise (fig. 10 et 12) d’après les originaux de Drouais (fig. 9 et 11), mais dont les dimensions sont augmentées pour servir de dessus de porte dans le cabinet de Madame Victoire à Versailles50. Si la copie réalisée par Coqueret est fidèle à l’original, celle de Frédou est « interprétée », la paire de gants que tient Madame Louise dans la main gauche n’étant pas présente dans l’original.

Fig. 9 : François-Hubert Drouais, Sophie-Philippine-Élisabeth de France, dite Madame Sophie (1734-1782), huile sur toile, 71 × 59 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 8379.

Fig. 9 : François-Hubert Drouais, Sophie-Philippine-Élisabeth de France, dite Madame Sophie (1734-1782), huile sur toile, 71 × 59 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 8379.

© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Droits réservés

Fig. 10 : Henri-Philippe Coqueret, d’après François-Hubert Drouais, Sophie-Philippine-Élisabeth de France, dite Madame Sophie (1734-1782), huile sur toile, 1,09 m × 1,52 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et Trianon, MV 2182.

Fig. 10 : Henri-Philippe Coqueret, d’après François-Hubert Drouais, Sophie-Philippine-Élisabeth de France, dite Madame Sophie (1734-1782), huile sur toile, 1,09 m × 1,52 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et Trianon, MV 2182.

© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Daniel Arnaudet

Fig. 11 : François-Hubert Drouais, Louise-Marie de France, dite Madame Louise (1737-1787), huile sur toile, 69 × 58 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 3810.

Fig. 11 : François-Hubert Drouais, Louise-Marie de France, dite Madame Louise (1737-1787), huile sur toile, 69 × 58 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 3810.

© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot

Fig. 12 : Jean-Martial Frédou, d’après François-Hubert Drouais, Louise-Marie de France, dite Madame Louise (1737-1787), huile sur toile, 1,09 × 1,52 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 2183.

Fig. 12 : Jean-Martial Frédou, d’après François-Hubert Drouais, Louise-Marie de France, dite Madame Louise (1737-1787), huile sur toile, 1,09 × 1,52 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 2183.

© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Daniel Arnaudet

Fig. 13 : Carle Van Loo, Louis XV, roi de France et de Navarre, en armure, huile sur toile, 2,71 × 1,93 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et Trianon, MV 3751.

Fig. 13 : Carle Van Loo, Louis XV, roi de France et de Navarre, en armure, huile sur toile, 2,71 × 1,93 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et Trianon, MV 3751.

© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot

  • 51 AN, O1 1934A, pièce 53, extrait du mémoire de Hellart, exercice 1756.
  • 52 Ibid.
  • 53 Hughes 2004, 135-175.
  • 54 Castelluccio 2009, p. 36.

31Les modifications apportées dans les copies « interprétées » peuvent être de différentes sortes : la copie du portrait de Louis XV réalisée par Hellart d’après le portrait de Carle Van Loo pour l’hôtel des Mousquetaires noirs (fig. 13) reçoit par exemple quelques « augmentations51 » pour la personnaliser : « Le roi […] prenant son chapeau, donnant l’ordre à un mousquetaire dont le cheval est tenu par un de leurs gens, le fond du tableau représentant un camp52. » Cependant, l’image du roi autorise moins de modifications que celle des membres de la famille royale. Le but principal de ces copies « interprétées » est d’éviter la monotonie que suscite la répétition des portraits pour leurs commanditaires53, mais elles permettent également une part d’invention au copiste, qui peut réaliser une étude d’après nature des vêtements ou du décor, ou même mélanger ses sources. Dans deux portraits de Marie Leszczyńska exécutés par Stiémart (fig. 16 et 17), le visage est copié sur le portrait peint par Jean-Baptiste Van Loo (fig. 14), mais la composition d’ensemble est celle du portrait de la duchesse de Bourgogne par Santerre (fig. 15), qui était conservé au Cabinet des tableaux54. L’arrière-plan est néanmoins modifié, et la couronne de France vient remplacer le bouquet de fleurs sur le coussin que tient l’Amour.

Fig. 14 : Jean-Baptiste Van Loo, Marie Leszczyńska, reine de France, vers 1725, huile sur toile, 81 × 55 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et Trianon, MV 9020.

Fig. 14 : Jean-Baptiste Van Loo, Marie Leszczyńska, reine de France, vers 1725, huile sur toile, 81 × 55 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et Trianon, MV 9020.

© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot

Fig. 15 : Jean-Baptiste Santerre, Marie-Adélaïde de Savoie, duchesse de Bourgogne (1685-1712), 1709, huile sur toile, 2,75 × 1,84 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 2117.

Fig. 15 : Jean-Baptiste Santerre, Marie-Adélaïde de Savoie, duchesse de Bourgogne (1685-1712), 1709, huile sur toile, 2,75 × 1,84 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 2117.

© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot / Christian Jean

Fig. 16 : François-Albert Stiémart, d’après Jean-Baptiste Van Loo et Jean-Baptiste Santerre, Marie Leszczyńska, reine de France, huile sur toile, 1,98 × 1,47 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 3754.

Fig. 16 : François-Albert Stiémart, d’après Jean-Baptiste Van Loo et Jean-Baptiste Santerre, Marie Leszczyńska, reine de France, huile sur toile, 1,98 × 1,47 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 3754.

© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot

Fig. 17 : François-Albert Stiémart, d’après Jean-Baptiste Van Loo et Jean-Baptiste Santerre, Marie Leszczyńska, reine de France, huile sur toile, 1,57 × 1,30 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 6878.

Fig. 17 : François-Albert Stiémart, d’après Jean-Baptiste Van Loo et Jean-Baptiste Santerre, Marie Leszczyńska, reine de France, huile sur toile, 1,57 × 1,30 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 6878.

© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Jean Popovitch

  • 55 AN, O1 1922A/1, extrait du mémoire de Frédou, année 1770.

32De la même manière, comme il n’existe aucun portrait en pied récent du dauphin à sa mort, survenue en 1765, Frédou reprend en mai 1769 la composition de Natoire de 1747, à laquelle il adjoint le pastel d’Alexandre Roslin, le dernier portrait du dauphin : « la tête [est] copiée du pastel de monsieur Rosselin, le fond et l’attitude [sont] d’après monsieur Natoire55 ».

33Enfin, le copiste peut aussi totalement modifier l’esprit de l’œuvre originale : dans une copie du portrait de Marie Leszczyńska d’après Nattier conservée au château de Versailles (fig. 18), l’auteur a agrandi la composition d’origine en lui adjoignant un fond d’architecture et en plaçant à gauche de la reine la couronne de France et le manteau fleurdelisé. Alors que Nattier avait conçu une œuvre intimiste – le rang du modèle discrètement évoqué par des fleurs de lis ornant le siège –, le copiste réalise au contraire un véritable portrait d’apparat.

Fig. 18 : Jean-Marc Nattier (d’après), Marie Leszczyńska, reine de France, huile sur toile, 2,74 × 1,95 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 2096.

Fig. 18 : Jean-Marc Nattier (d’après), Marie Leszczyńska, reine de France, huile sur toile, 2,74 × 1,95 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 2096.

© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot

Les copistes du Cabinet des tableaux du roi : de « vrais » peintres ?

  • 56 Claude-Henri Watelet, Encyclopédie méthodique, Paris, 1788-1791, t. I, p. 494-495, article « Copier (...)
  • 57 AN, O1 1933B, lettre de Cochin à Marigny datée du 17 mai 1768 (Marigny 1904-1905, vol. 2, p. 148).

34L’Encyclopédie méthodique56 définit ainsi les copistes : « Des hommes qui n’ont pas assez de talent pour produire de bons ouvrages se consacrent à copier les ouvrages des autres : ce sont les copistes. » Une anecdote permet de constater la véracité de cette appréciation au xviiie siècle : en 1768, monsieur de Mondran désire que l’Académie de Toulouse puisse disposer de « trois ou quatre copies des meilleurs tableaux du roy, et d’après les plus grands coloristes, tels que Titien, Rubens et Van Dyck57. » Se pose alors la question de l’exécution de ces copies :

Il n’est sans doute rien de plus aisé que de faire faire des copies de ces tableaux, et même en prenant des copistes ordinaires, la dépense ne seroit pas grande ; mais elle seroit en pure perte si ces copies n’étoient pas faites par ce que nous avons de mieux. […] Il reste une autre difficulté : c’est le dégoust qui résultera pour d’habiles gens de copier, sans pouvoir se contenter soy-même, des tableaux coloriés par de grands maîtres et encore plus par le temps […], tandis que, dans le même intervalle, ils auroient fait avec succès un beau morceau dans leur propre manière.

35Les tâches auxquelles sont employés les copistes du Cabinet des tableaux, outre la reproduction des portraits du roi et de ses proches, comme l’entretien des tableaux conservés dans les demeures royales, illustrent également le peu de considération dont ils jouissent. Ainsi, dans un extrait de son mémoire daté du 28 avril 1751, Hellart, copiste employé jusqu’en 1753, note :

  • 58 AN, O1 1922A/1, extrait du mémoire de Hellart.

Avoir été à Marly avec un homme nettoyer tous les tableaux dudit château […]. Plus avoir nettoyé quatre tableaux de la chambre à coucher de madame de Pompadour, avoir augmenté et repeint toutes les parties écaillées, lesdits tableaux représentant l’histoire de Minerve. […] Plus avoir peint les augmentations et rétabli toutes les deffectuositez de deux tableaux de vases de fleurs de Baptiste58.

  • 59 Ibid.

36Les copistes peuvent également s’occuper du transport des œuvres des collections royales entre les différents châteaux appartenant à la Couronne : dans le même mémoire, Hellart note « avoir été à Bellevue rendre deux marines, original de monsieur Vernet venant de Rome, et les avoir mises en place sur les portes de la grande antichambre du Roy59. »

  • 60 AN, O1 1934B/1, extrait du mémoire de Frédou, exercice 1761 : « Sieur Frédou, autre peintre du Cabi (...)
  • 61 AN, O1 19091, pièce 58, lettre de Marigny à Portail datée du 13 août 1758 : « Vous aurez agréable, (...)

37En plus de les entretenir et de les « restaurer », les peintres du Cabinet des tableaux copient les œuvres des collections royales. Ils peuvent reproduire un tableau pour le remplacer lorsqu’il est détérioré : Frédou copie par exemple un Parrocel « qui dépérissoit60 », « afin de conserver l’original dans les Cabinets61. »

  • 62 AN, O1 1922A/1, extrait du mémoire de Frédou, année 1778 : « Ce tableau […] représente une Sainte F (...)
  • 63 AN, O1 1922B/2, extrait du mémoire de Stiémart.
  • 64 AN, O1 1934B/1, extrait du mémoire de Coqueret, exercice 1761.
  • 65 AN, O1 19091, pièce 23, lettre de Marigny à Portail datée du 28 mars 1759 : « Vous aurez agréable, (...)
  • 66 AN, O1 1934B/1, extrait du mémoire de Frédou.

38Ces copies des collections royales peuvent être destinées à décorer les paroisses ou les couvents chers à la famille royale – en 1778, Madame Louise demande la copie d’une Sainte Famille « d’après le Gennari62 » pour les Carmélites de Saint-Denis –, ou leurs propres appartements. Vers 1740, Stiémart réalise ainsi « une copie d’après la série représentant Moïse au buisson ardent dans un fond de paysage accompagné de différents animaux63 » pour servir de « devant de cheminée du cabinet de la Reine à Marly », tandis que Coqueret peint en 1761 un « tableau d’après monsieur Le Brun composé de sept figures […] représentant le Silence, destiné pour la princesse de Talmont64. » Concernant cette copie, dans la demande qu’il en fait à Portail, Marigny précise qu’il la donnera à faire « à une bonne main65. » Les copies des œuvres conservées dans les collections royales ne sont donc pas confiées à n’importe quel copiste, et sont parfois facturées plus cher qu’une copie de portrait, comme le Parrocel répliqué par Frédou, payé 1 500 livres car il s’agit d’un « sujet très chargé d’ouvrage66. »

  • 67 AN, O1 19101, pièce 71, lettre de Jeaurat à Marigny datée du 8 juin 1763.
  • 68 AN, O1 1921B/2, extrait du mémoire de Coqueret, exercice 1755.

39Les copistes du Cabinet des tableaux réalisent également quelques œuvres originales, pour la plupart destinées aux appartements royaux : en 1763, Jeaurat reçoit « deux petits châssis de la part de Madame Adélaïde et de Madame Sophie », qui désirent que « l’on fasse promptement dessus deux tableaux de paysages pour servir de devant de cheminée pour leurs cabinets de retraite67 », et Coqueret peint en 1755 un tableau de Fleurs et fruits68.

  • 69 AN, O1 1922A/1, extrait du mémoire de Hellart, exercice 1754.
  • 70 Ibid., exercice 1751.
  • 71 Inventaire des tableaux commandés et achetés par la direction des Bâtiments du roi, p. 268-269.

40Dans l’ensemble, les œuvres originales réalisées par les copistes du Cabinet des tableaux s’inscrivent dans des genres dits « mineurs » : paysage et nature morte. Cependant, Hellart réalise un « portrait de la bienheureuse Chantal69 » ainsi qu’« un tableau original […] pour le cabinet de la Reine […], représentant sainte Rose du Pérou70. » De même, La Roche réalise deux tableaux de dévotion pour la tribune de la chapelle de Versailles, que le roi accorde à madame de Pompadour le 25 septembre 175371.

  • 72 AN, O1 1922A/1, extrait du mémoire de Hellart, daté du 7 octobre 1751.
  • 73 Inventaire des tableaux commandés et achetés par la direction des Bâtiments du roi, p. 103-104.

41Les copistes du Cabinet des tableaux peuvent en outre réaliser des décors pour certaines pièces du château de Versailles : en 1751, Hellart est chargé de peindre « onze plafonds des bas-côtés de la chapelle de Versailles72 » et, en 1762, les quatre copistes du Cabinet des tableaux exécutent huit tableaux dans le goût chinois pour « l’atelier où la reine s’amus[e] à peindre et à imprimer73 ».

  • 74 Lettre de Marigny citée par Beaurain (2002, p. 352-388).
  • 75 Beaurain 2002, lettre de d’Angiviller à Jeaurat datée du 22 avril 1777.

42Non seulement il est déconsidéré, mais le travail des copistes est aussi mal rémunéré : dès 1769, Marigny observe « le défaut absolu de paiement [des copies] depuis un grand nombre d’années », qui a pour conséquence que les copistes, « n’étant point payés, cherchent à subsister comme ils peuvent au moyen d’ouvrages étrangers74 ». En 1777, d’Angiviller reproche ainsi à Jeaurat d’avoir laissé Frédou faire une copie pour le comte de Vergennes – donc extérieure au service du roi –, contrairement au règlement du Cabinet, et lui demande d’arrêter son travail, sauf s’il est en mesure de présenter l’ordre du ministre75.

  • 76 AN, O1 1916, pièce 38, lettre de Pierre à d’Angiviller datée du 7 mars 1782.
  • 77 AN, O1 1916, pièce 161, lettre de Pierre à d’Angiviller datée du 5 juin 1782.

43Dans une lettre adressée à d’Angiviller en 1782, Pierre annonce que Lassave « est revenu [lui] dire qu’il seroit obligé de quitter [le Cabinet des tableaux] pour se livrer à des demandes qui lui vaudroient quelqu’argent76 ». Cependant, Lassave reste, puisque trois mois plus tard, Pierre écrit à d’Angiviller que le copiste « désireroit un acompte qui pourroit aller jusqu’à 60 livres77 ».

  • 78 Beaurain 2002, p. 352-388.

44En effet, bien que mal payés, les copistes du Cabinet du roi ont une activité régulière et, surtout, ils peuvent exercer librement le métier de peintre, échappant ainsi au système des maîtrises78. De plus, l’exclusivité de la reproduction des portraits conservés à la surintendance leur garantit une source de revenus supplémentaire, car il leur arrive d’honorer des commandes de particuliers.

  • 79 Cité par Beaurain (2002, p. 352-388).

45Les opportunités en dehors du Cabinet des tableaux sont plutôt rares : la copie, travail ingrat et prenant, semble mettre un terme aux ambitions des artistes. Certains parviennent tout de même à faire carrière : Hellart, par exemple, demande la survivance de « l’école académique » créée par son père « dans la ville de Reims »79.

  • 80 Castelluccio 2009, p. 52, n. 48.

46La fonction de garde des tableaux apparaît également aux copistes comme une promotion : cette place était en effet enviable, puisque le garde des tableaux de Versailles recevait 3 600 livres d’appointements annuels, plus 300 livres de frais de bureau80.

  • 81 AN, O1 1907, pièce 197, lettre de Prévost non datée.
  • 82 AN, O1 1907, pièce 197, lettre de Hellart.
  • 83 Castelluccio 2009, p. 52, n. 39.
  • 84 Lettre de d’Angiviller refusant d’accorder une pension à Prévost datée de 1775, citée par Beaurain (...)
  • 85 Salmon 1996.
  • 86 Ibid.
  • 87 AN, O1 1909B, pièce 99, lettre de Jeaurat à Marigny datée du 15 septembre 1761.
  • 88 AN, O1 19101, pièce 123, lettre de Jeaurat à Marigny datée du 6 septembre 1762 : « J’ay chargé selo (...)

47À la mort de François Stiémart en 1740, deux copistes briguent cette charge. Le premier, Prévost, affirme qu’il a « profité [des] bonnes leçons » de Stiémart et que « le Cabinet du roy est tout [son] but et [sa] solidité »81. Le second, Louis Hellart, rappelle le talent de son père, également copiste, et souligne qu’« il est élève de l’Académie royale82. » Mais ni l’un ni l’autre ne succèdent à Stiémart. Le choix se porte sur Jacques-André Portail, peintre de portraits, de paysages, de fleurs et de fruits, miniaturiste et dessinateur du Cabinet du roi83, protégé de Philibert Orry, plus prestigieux qu’un « simple copiste des portraits au Cabinet du roi à Versailles84 ». Portail sera agréé et reçu à l’Académie royale de peinture et de sculpture six ans plus tard85. Prévost n’occupera la charge de garde des tableaux qu’avec Frédou, « selon l’usage ordinaire86 », en remplacement de Jeaurat, parti faire ses vendanges en Bourgogne en 176187 et 176288.

  • 89 Inventaire des tableaux commandés et achetés par la direction des Bâtiments du roi, p. 197.
  • 90 AN, O1 1922A/1, extrait du mémoire de Frédou, année 1760.
  • 91 Bruel 1908.

48De tous les copistes du Cabinet des tableaux, Frédou apparaît comme celui dont la carrière est la plus brillante. Lorsque la dauphine demande des portraits aux trois crayons de ses enfants en 1760, Portail suggère son nom à Marigny89. Frédou réalise trois études « aux trois crayons mêlés de pastels90 » : un portrait du duc de Berry, un du comte de Provence et un du comte d’Artois. En 1761, Frédou réplique ces trois portraits, mais à l’huile cette fois : il en réalise trois du duc de Berry, cinq du comte de Provence et trois du comte d’Artois. Trois de ces portraits à l’huile étaient dans la collection du baron d’Elfau de Pontalba en 190891, de même qu’une variante du portrait du duc de Berry.

Fig. 19 : Jean-Martial Frédou, Louis-Joseph-Xavier de France, duc de Bourgogne (1751-1761), craie blanche, sanguine, pierre noire, rehauts de pastels, papier brun marouflé sur toile : 39 × 29,8 cm. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, MV 8380.

Fig. 19 : Jean-Martial Frédou, Louis-Joseph-Xavier de France, duc de Bourgogne (1751-1761), craie blanche, sanguine, pierre noire, rehauts de pastels, papier brun marouflé sur toile : 39 × 29,8 cm. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, MV 8380.

© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot

Fig. 20 : Jean-Martial Frédou, Louis-Joseph-Xavier de France, duc de Bourgogne (1751-1761), craie blanche, pierre noire, sanguine, rehauts de pastels, papier brun, 40,7 × 32,4 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 4398.

Fig. 20 : Jean-Martial Frédou, Louis-Joseph-Xavier de France, duc de Bourgogne (1751-1761), craie blanche, pierre noire, sanguine, rehauts de pastels, papier brun, 40,7 × 32,4 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 4398.

© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot

  • 92 AN, O1 1922A/1, extrait du mémoire de Frédou, année 1760.
  • 93 Ibid.
  • 94 Ibid.
  • 95 AN, O1 1922A/1, extrait du mémoire de Frédou, année 1761.
  • 96 Beaurain 2002, p. 352-388.

49Mais ce sont surtout ses portraits du duc de Bourgogne qui établiront sa réputation, comme son « étude aux trois crayons mêlés de pastels92 » en 1760, qu’il répliquera en 1761 (fig. 19). Le portrait, également « aux trois crayons mêlés de pastels93 », du petit duc agonisant « en robe de chambre et bonnet de nuit94 » (fig. 20) est celui qu’il reproduira le plus. Très aimé de la cour, le duc de Bourgogne meurt le 22 mars 1761 à l’âge de dix ans, et c’est cette œuvre touchante, ainsi qu’un « portrait de Monseigneur le duc de Bourgogne peint à l’huile, en habit de velours cerise brodé en argent95 », en buste, qui sera répétée plus de vingt fois par Frédou entre le 6 février 1760 et le 17 juillet 176196.

  • 97 AN, O1 1143, pièce 71, lettre de d’Angiviller à Pierre datée du 13 avril 1785.

50Ces œuvres établissent à la cour sa réputation de peintre au « genre soigné97 ». Il réalise par la suite de nombreux portraits de la famille royale : celui du dauphin, vers 1760 (fig. 21), et celui du comte d’Artois, en 1773. La même année, il exécute deux portraits en buste du comte de Provence (fig. 22), ainsi que son effigie en pied, dont l’esquisse est conservée à Versailles (fig. 23), pour le régiment de Provence en garnison au Havre-de-Grâce. En 1788, il réalise même un portrait du roi d’après nature (fig. 24).

Fig. 21 : Jean-Martial Frédou, Louis de France, dauphin, fils de Louis XV (1729-1765), vers 1760, craie blanche, sanguine, pierre noire, rehauts de pastels, papier, 41,5 × 31,5 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 9109.

Fig. 21 : Jean-Martial Frédou, Louis de France, dauphin, fils de Louis XV (1729-1765), vers 1760, craie blanche, sanguine, pierre noire, rehauts de pastels, papier, 41,5 × 31,5 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 9109.

© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot

Fig. 22 : Jean-Martial Frédou, Louis-Stanislas-Xavier de France, comte de Provence (1755-1824), 1773, huile sur toile, 79 × 62 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 3896.

Fig. 22 : Jean-Martial Frédou, Louis-Stanislas-Xavier de France, comte de Provence (1755-1824), 1773, huile sur toile, 79 × 62 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 3896.

© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Daniel Arnaudet

Fig. 23 : Jean-Martial Frédou, Louis-Stanislas-Xavier de France, comte de Provence (1755-1824) en costume de colonel de son régiment, esquisse à l’huile sur toile. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 4532.

Fig. 23 : Jean-Martial Frédou, Louis-Stanislas-Xavier de France, comte de Provence (1755-1824) en costume de colonel de son régiment, esquisse à l’huile sur toile. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 4532.

© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Jean-Marc Manaï

Fig. 24 : Jean-Martial Frédou, Portrait de Louis XV exécuté d’après nature à Versailles le 22 septembre 1788, fusain, sanguine, craie blanche, rehauts de pastels, papier bistre, 40 × 30 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et Trianon, MV 8410.

Fig. 24 : Jean-Martial Frédou, Portrait de Louis XV exécuté d’après nature à Versailles le 22 septembre 1788, fusain, sanguine, craie blanche, rehauts de pastels, papier bistre, 40 × 30 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et Trianon, MV 8410.

© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot

  • 98 Dortia 1951.
  • 99 AN, O1 1907, pièce 197, lettre de Hellart à Orry, non datée.

51Jean-Martial Frédou n’a jamais tenté d’entrer à l’Académie royale de peinture et de sculpture98, de même que les autres copistes du Cabinet des tableaux, bien que certains d’entre eux, comme Louis Hellart, y furent élèves99.

  • 100 AN, O1 1921, cité par Beaurain (2002, p. 352-388).
  • 101 Hugues 2004, p. 151.

52D’autres copistes, employés par les Menus Plaisirs, ont eu des carrières plus brillantes, comme Guillaume Voiriot, qui réalisera des copies pour le service du roi et sera néanmoins agréé et reçu à l’Académie de peinture et de sculpture en 1752100. Anne-Rosalie Filleul et Élisabeth Vigée-Lebrun furent également des copistes ponctuelles pour les Menus Plaisirs vers 1776101 : la première réalisera par la suite des portraits des enfants du comte d’Artois, et la seconde les effigies officielles de la reine Marie-Antoinette. Élisabeth Vigée-Lebrun sera en outre reçue à l’Académie de peinture et de sculpture en 1783.

  • 102 AN, O1 1143, pièce 71, lette de d’Angiviller à Pierre datée du 13 avril 1785.
  • 103 AN, O1 1137, pièce 159, lettre de d’Angiviller à Pierre datée du 22 septembre 1780.

53Si les copistes du Cabinet des tableaux n’ont pas eu de grandes carrières, ce n’est certes pas par manque de talent : quelques-unes des copies réalisées par les membres du Cabinet des tableaux attestent d’une grande habileté, et d’Angiviller lui-même reconnaît les capacités de Frédou102 ou de Lassave103.

54Contrairement aux copistes des Menus Plaisirs, employés ponctuellement, les copistes travaillant au Cabinet des tableaux étaient attitrés au service du roi. Ce statut trop contraignant explique sans doute leur carrière en demi-teinte. Le règlement très strict du Cabinet des tableaux et l’ampleur de leur tâche, considérablement accrue sous le règne de Louis XVI, leur ont laissé peu d’occasions de prouver leur talent par des ouvrages originaux. Cependant, bien que son ampleur rende difficile l’établissement d’un catalogue, la production des copistes du Cabinet des tableaux de la surintendance des Bâtiments du roi offre un vaste champ de recherches propre à revaloriser ces artistes méconnus.

Haut de page

Bibliographie

Beaurain David, 2002, « La propagande royale à travers la diffusion des portraits du roi », in L’art du portrait en France au dix-huitième siècle : l’image de la société et l’histoire d’un genre à travers la pratique, la critique et la diffusion, Lille, A.N.R.T. / université de Lille III.

Bruel François, « Note sur Jean-Martial Frédou et sur trois portraits inédits du duc de Bourgogne, du comte de Provence et du comte d’Artois peints en 1761 », Bulletin de la Société d’histoire de l’art français, 1908, p. 100-108.

Castelluccio Stéphane, 2009, « Le Cabinet des tableaux de la Surintendance des Bâtiments du roi à Versailles », Versalia, no 12, p. 21-54.

Destrain Gaston, 1937, « Coqueret, peintre du Roy, officier municipal (1735-1807) », Revue de l’histoire de Versailles et de Seine-et-Oise, 39ème année, no 1, janvier-mars 1937, p. 1-18.

Doria Arnauld, 1951, Le portraitiste Frédou, peintre du Cabinet du roi, premier peintre de Monsieur, Paris, D. Rapilly.

Hughes Laurent, 2004, « La famille royale et ses portraitistes sous Louis XV et Louis XVI », De soie et de poudre : portraits de cour dans l’Europe des Lumières, Versailles / Arles, château de Versailles / Actes Sud, p. 135-175.

Inventaire des tableaux commandés et achetés par la direction des Bâtiments du roi, publié par F. Engerand, Paris, E. Leroux, 1901.

Marigny Abel-François Poisson, marquis de, 1904-1905, Correspondance de M. de Marigny avec Coypel, Lépicié et Cochin, publiée par M. Furcy-Raynaud, Nouvelles archives de l’art français, troisième série, t. XIX, année 1903 et t. XX, année 1904.

Pierre Jean-Baptiste-Marie, 1906-1907, Correspondance de l’abbé Terray […] et de M. d’Angiviller […] avec le premier peintre du roi Jean-Baptiste-Marie Pierre, publiée par M. Furcy-Raynaud, Nouvelles archives de l’art français, troisième série, t. XXI, année 1905 et t. XXII, année 1906.

Salmon Xavier, 1996, Jacques-André Portail (1695-1759), le correspondant de cour d’Antoine Watteau, Cahiers du dessin français, no 10.

Haut de page

Notes

1 L’intendant des Menus Plaisirs Denis-Pierre-Jean Papillon de La Ferté en 1771, cité par Hugues (2004, p. 137).

2 Castelluccio 2009, p. 22.

3 Marigny 1904-1905.

4 Journal politique, ou Gazette des gazettes, juillet 1773 (première quinzaine), p. 50.

5 Lettre de d’Angiviller à la duchesse de La Vauguyon datée du 26 février 1777, citée par Beaurain (2002, p. 241-260).

6 Castelluccio 2009, p. 23-25.

7 Paris, Archives nationales (AN), O1 1908, pièce 165, lettre de Portail à Marigny datée du 5 novembre 1753.

8 Voir Destrain 1937.

9 AN, O1 1909B, pièce 72, lettre de Jeaurat à Marigny datée de juin 1761.

10 Montigny-le-Bretonneux, archives départementales des Yvelines, registres paroissiaux et d’état civil, Versailles, Saint-Louis, sépultures, 1767, fo 20 vo.

11 AN, O1 1907B, pièce 261,  « Règlement concernant les salles et cabinets des tableaux du roy à la surintendance de ses Bâtiments à Versailles, 24 juin 1748 ».

12 AN, O1 1912, observation de Montucla, commis des Bâtiments du roi, sur la demande des sieurs Thémire et Nizard, peintres, datée du 11 avril 1773 : « Il y auroit, ce me semble, deux inconvénients : le premier, de nuire aux peintres du Cabinet, à qui appartient naturellement ce petit revenant bon, si quelqu’un désire se procurer à ses frais des portraits du roy et de la famille royale […]. [L’]autre, c’est d’établir une manufacture de portraits du roy et de la famille royale autre que celle du Cabinet et avilir, par leur multiplication excessive, le don que le roy en a fait. »

13 Ibid.

14 Ibid.

15 AN, O1 19101, pièce 163, lettre de madame Mallard à Marigny datée du 26 mai 1763.

16 Beaurain 2002, p. 352-388.

17 AN, O1 1137, pièce 159, lettre de d’Angiviller à Pierre datée du 22 septembre 1780.

18 Ibid. : « Je sens d’ailleurs que le prix de ces copies fixé jusqu’à présent à 1 000 livres est assez médiocre quand elles ont un certain degré, et par les détails où vous êtes entré au sujet de ce peintre j’ai lieu de croire que ses ouvrages y atteindront et vaudront mieux que la plus grande partie de ceux qui se sont faits au Cabinet. Vous pouvez donc lui promettre ce prix de 1 200 livres en lui recommandant de la célérité car vous savez combien d’engagements j’ai à cet égard. »

19 AN, O1 1138, pièce 163, lettre de d’Angiviller à Pierre datée du 16 avril 1781 : « Vous sentez aisément qu’un seul copiste comme le sieur Lassave ne peut à beaucoup près me mettre à portée de remplir les promesses déjà faites, et dont chaque jour on réclame auprès de moi l’exécution. »

20 Ibid.

21 AN, O1 1916, pièce 53, lettre de Pierre à d’Angiviller datée du 22 février 1782.

22 Beaurain 2002, p. 352-388.

23 AN, O1 1143, pièce 228, lettre de d’Angiviller à Pierre datée du 18 novembre 1785.

24 Ibid.

25 Hugues 2004, p. 135-175.

26 AN, O1 1922A/1, mémoire de Fournier, années 1785 à 1788, AN, O1 1922A/2, extrait du mémoire de Lassave, années 1783 et 1784.

27 AN, O1 1922B/2, extrait du mémoire de François Van Loo, année 1785.

28 AN, O1 1912, note d’un commis des Bâtiments du roi, publiée par Furcy-Raynaud (Marigny 1904-1905, vol. 2, p. 245) : « J’ai laissé dans l’ordre un mot en blanc afin que Monsieur le Directeur général le remplisse, suivant que son intention sera de donner à l’Académie françoise une bonne copie ou une de la nouvelle fabrique qui sont de franches croûtes. Le mot anciennement indique à Monsieur Jeaurat les bonnes copies, et celui de nouvellement les dernières. »

29 AN, O1 1912, note d’un commis des Bâtiments du roi, publiée par Furcy-Raynaud (Marigny 1904-1905, vol. 2, p. 245) : « J’ai laissé dans l’ordre un mot en blanc afin que Monsieur le Directeur général le remplisse, suivant que son intention sera de donner à l’Académie françoise une bonne copie ou une de la nouvelle fabrique qui sont de franches croûtes. Le mot anciennement indique à Monsieur Jeaurat les bonnes copies, et celui de nouvellement les dernières. »

30 Beaurain 2002, p. 241-260.

31 AN, O1 19101, pièce 57, lettre du maire et des échevins de la ville de Nantes à Marigny datée du 27 avril 1762.

32 AN, O1 1911, note de Jean-Étienne Montucla, commis des Bâtiments du roi, publiée par Furcy-Raynaud (Marigny 1904-1905, vol. 2, p. 133).

33 AN, O1 19081, pièce 41, lettre de Marigny à Monsieur de La Marche datée du 19 mars 1753 : « Je suis obligé de vous prévenir que Sa Majesté ayant fait la même grâce à plusieurs personnes dont la demande se trouve antérieure à la vôtre, son portrait ne pourra pas vous être envoyé aussi tôt que je le souhaiterais. Soyez bien persuadé de la diligence que je ferai faire au peintre pour répondre à votre impatience. »

34 AN, O1 1909B, pièce 31, lettre de monsieur La Moignon de Malesherbes à Marigny, datée du 16 mai 1759.

35 AN, O1 19092, pièce 14, « Un autre portrait du roy […] pour monsieur le cardinal de Tavanes, reste au Cabinet par la mort de ce prélat. » En marge est écrit : « L’employer pour un autre. »

36 AN, O1 19081, pièce 165, lettre de Portail à Marigny datée du 5 novembre 1753 : «Vous avez un portrait du roi, fini pour l’hôtel de la Chancellerie, qui ne peut avoir d’autre destination, étant contourné pour la place. »

37 AN, O1 19101, pièce 50, lettre de Jeaurat, non datée.

38 AN, O1 1922A/2, mémoire de Lassave.

39 Lettre de d’Angiviller à Pierre datée du 12 octobre 1779, publié par Furcy-Raynaud (Pierre 1906-1907, vol. 1, p. 266) : « Vous savez, Monsieur, que plusieurs personnes ont déjà obtenu de S. M. des copies de son portrait en pied. J’espérois obtenir du roy quelques séances pour le retoucher en quelques parties. Mais cela n’étant pas possible, j’ai résolu de faire servir l’original tel qu’il est à l’exécution des copies dont j’ai besoin. Il est même nécessaire que monsieur Duplessis s’occupe sans tarder des moyens de me fournir plusieurs de ces copies le plus tôt qu’il luy sera possible. »

40 AN, O1 19081 pièce 165, lettre de Portail à Vandières datée du 5 novembre 1753.

41 AN, O1 1907B, pièce 261, « Règlement concernant les salles et cabinets des tableaux du roy à la surintendance de ses Bâtiments à Versailles », article II.

42 Ibid.

43 « Projet d’une sorte de tarif pour régler le prix des tableaux relativement à leur grandeur » (Marigny 1904-1905, vol. 1, p. 108-109).

44 AN, O1 1922B/2, extrait du mémoire de Carle Van Loo, exercice 1747.

45 Ibid., exercice 1748.

46 AN, O1 1137, pièce 159, lettre de d’Angiviller à Pierre datée du 22 septembre 1780.

47 AN, O1 1921B/2, extrait du mémoire de Coqueret, année 1768.

48 Ibid.

49 AN, O1 1922A/1, extraits du mémoire de Hellart années 1749 et 1751.

50 AN, O1 1934B/1, extraits des mémoires de Frédou de Coqueret.

51 AN, O1 1934A, pièce 53, extrait du mémoire de Hellart, exercice 1756.

52 Ibid.

53 Hughes 2004, 135-175.

54 Castelluccio 2009, p. 36.

55 AN, O1 1922A/1, extrait du mémoire de Frédou, année 1770.

56 Claude-Henri Watelet, Encyclopédie méthodique, Paris, 1788-1791, t. I, p. 494-495, article « Copier ».

57 AN, O1 1933B, lettre de Cochin à Marigny datée du 17 mai 1768 (Marigny 1904-1905, vol. 2, p. 148).

58 AN, O1 1922A/1, extrait du mémoire de Hellart.

59 Ibid.

60 AN, O1 1934B/1, extrait du mémoire de Frédou, exercice 1761 : « Sieur Frédou, autre peintre du Cabinet, un tableau […] représentant la bataille de Leuse où le brave Vignori se distingua sur les Espagnols, d’après Parrocel le père, dont le tableau original qui dépérissoit dans la salle des gardes du roi a été retiré pour rester au dépôt aux Cabinets pour y être conservé et la susdite copie mise en place, sujet très chargé d’ouvrage estimé […] 1 500 livres. »

61 AN, O1 19091, pièce 58, lettre de Marigny à Portail datée du 13 août 1758 : « Vous aurez agréable, Monsieur, de faire faire une copie du tableau de monsieur Parrocel père qui estoit placé sur la cheminée de la salle de messieurs les gardes du corps pour la placer sur cette même cheminée afin de conserver l’original dans les Cabinets. »

62 AN, O1 1922A/1, extrait du mémoire de Frédou, année 1778 : « Ce tableau […] représente une Sainte Famille composée de l’Enfant Jésus, la Sainte Vierge, saint Joseph, sainte Anne et saint Jean d’après le Gennari, l’un des tableaux du cabinet du Roi. »

63 AN, O1 1922B/2, extrait du mémoire de Stiémart.

64 AN, O1 1934B/1, extrait du mémoire de Coqueret, exercice 1761.

65 AN, O1 19091, pièce 23, lettre de Marigny à Portail datée du 28 mars 1759 : « Vous aurez agréable, Monsieur, de faire faire une copie de la Sainte Famille de Le Brun nommée Le Silence ou Le Repos. […] Nous donnerons cette copie à faire à une bonne main. »

66 AN, O1 1934B/1, extrait du mémoire de Frédou.

67 AN, O1 19101, pièce 71, lettre de Jeaurat à Marigny datée du 8 juin 1763.

68 AN, O1 1921B/2, extrait du mémoire de Coqueret, exercice 1755.

69 AN, O1 1922A/1, extrait du mémoire de Hellart, exercice 1754.

70 Ibid., exercice 1751.

71 Inventaire des tableaux commandés et achetés par la direction des Bâtiments du roi, p. 268-269.

72 AN, O1 1922A/1, extrait du mémoire de Hellart, daté du 7 octobre 1751.

73 Inventaire des tableaux commandés et achetés par la direction des Bâtiments du roi, p. 103-104.

74 Lettre de Marigny citée par Beaurain (2002, p. 352-388).

75 Beaurain 2002, lettre de d’Angiviller à Jeaurat datée du 22 avril 1777.

76 AN, O1 1916, pièce 38, lettre de Pierre à d’Angiviller datée du 7 mars 1782.

77 AN, O1 1916, pièce 161, lettre de Pierre à d’Angiviller datée du 5 juin 1782.

78 Beaurain 2002, p. 352-388.

79 Cité par Beaurain (2002, p. 352-388).

80 Castelluccio 2009, p. 52, n. 48.

81 AN, O1 1907, pièce 197, lettre de Prévost non datée.

82 AN, O1 1907, pièce 197, lettre de Hellart.

83 Castelluccio 2009, p. 52, n. 39.

84 Lettre de d’Angiviller refusant d’accorder une pension à Prévost datée de 1775, citée par Beaurain (2002, p. 352-388).

85 Salmon 1996.

86 Ibid.

87 AN, O1 1909B, pièce 99, lettre de Jeaurat à Marigny datée du 15 septembre 1761.

88 AN, O1 19101, pièce 123, lettre de Jeaurat à Marigny datée du 6 septembre 1762 : « J’ay chargé selon l’usage ordinaire les sieurs Prévost et Frédou de veiller à toutes choses pendant mes absences. »

89 Inventaire des tableaux commandés et achetés par la direction des Bâtiments du roi, p. 197.

90 AN, O1 1922A/1, extrait du mémoire de Frédou, année 1760.

91 Bruel 1908.

92 AN, O1 1922A/1, extrait du mémoire de Frédou, année 1760.

93 Ibid.

94 Ibid.

95 AN, O1 1922A/1, extrait du mémoire de Frédou, année 1761.

96 Beaurain 2002, p. 352-388.

97 AN, O1 1143, pièce 71, lettre de d’Angiviller à Pierre datée du 13 avril 1785.

98 Dortia 1951.

99 AN, O1 1907, pièce 197, lettre de Hellart à Orry, non datée.

100 AN, O1 1921, cité par Beaurain (2002, p. 352-388).

101 Hugues 2004, p. 151.

102 AN, O1 1143, pièce 71, lette de d’Angiviller à Pierre datée du 13 avril 1785.

103 AN, O1 1137, pièce 159, lettre de d’Angiviller à Pierre datée du 22 septembre 1780.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Alexandre Roslin, Abel-François Poisson de Vandières, marquis de Marigny (1727-1781), huile sur toile, 1,26 × 1,12 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 4447.
Crédits © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12223/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 2 : Guillaume Voiriot, Jean-Baptiste-Marie Pierre (1714-1789), huile sur toile, 130 × 97,5 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 5824.
Crédits © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12223/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 3 : Joseph-Siffred Duplessis, Charles-Claude de La Billarderie, comte d’Angiviller (1730-1809), huile sur toile, 1,44 × 1,06 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 3926.
Crédits © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12223/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 4 : Jean-Martial Frédou, Jacques-André Portail, dessinateur et peintre (1695-1759), crayon noir, craie blanche et sanguine sur papier. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 6052.
Crédits © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12223/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Fig. 5 : Alexandre Roslin, Étienne Jeaurat, peintre, huile sur toile, 128 × 96 cm. Paris, musée du Louvre, Inv. 7712.
Crédits © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Michel Urtado
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12223/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 6 : Joseph-Siffred Duplessis, Portrait officiel du roi Louis XVI (1754-1793) en grand manteau royal, huile sur toile, 2,27 × 1,84 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et Trianon, MV 7083.
Crédits © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12223/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Fig. 7 : Jean-Marc Nattier, Marie Leszczyńska, reine de France (1703-1768), lisant la Bible, vers 1748, huile sur toile, 1,39 × 1,07 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 5672.
Crédits © RMN-Grand Palais (château de Versailles) / Gérard Blot
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12223/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 8 : Jean-Marc Nattier (d’après), Portrait en buste de Marie Leszczyńska, xviiie siècle, huile sur toile. Paris, musée du Louvre, Inv. 6290.
Crédits © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Jean-Gilles Berizzi
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12223/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 9 : François-Hubert Drouais, Sophie-Philippine-Élisabeth de France, dite Madame Sophie (1734-1782), huile sur toile, 71 × 59 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 8379.
Crédits © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Droits réservés
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12223/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Fig. 10 : Henri-Philippe Coqueret, d’après François-Hubert Drouais, Sophie-Philippine-Élisabeth de France, dite Madame Sophie (1734-1782), huile sur toile, 1,09 m × 1,52 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et Trianon, MV 2182.
Crédits © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Daniel Arnaudet
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12223/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 11 : François-Hubert Drouais, Louise-Marie de France, dite Madame Louise (1737-1787), huile sur toile, 69 × 58 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 3810.
Crédits © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12223/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Fig. 12 : Jean-Martial Frédou, d’après François-Hubert Drouais, Louise-Marie de France, dite Madame Louise (1737-1787), huile sur toile, 1,09 × 1,52 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 2183.
Crédits © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Daniel Arnaudet
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12223/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Fig. 13 : Carle Van Loo, Louis XV, roi de France et de Navarre, en armure, huile sur toile, 2,71 × 1,93 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et Trianon, MV 3751.
Crédits © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12223/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Fig. 14 : Jean-Baptiste Van Loo, Marie Leszczyńska, reine de France, vers 1725, huile sur toile, 81 × 55 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et Trianon, MV 9020.
Crédits © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12223/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Fig. 15 : Jean-Baptiste Santerre, Marie-Adélaïde de Savoie, duchesse de Bourgogne (1685-1712), 1709, huile sur toile, 2,75 × 1,84 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 2117.
Crédits © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot / Christian Jean
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12223/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Fig. 16 : François-Albert Stiémart, d’après Jean-Baptiste Van Loo et Jean-Baptiste Santerre, Marie Leszczyńska, reine de France, huile sur toile, 1,98 × 1,47 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 3754.
Crédits © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12223/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Fig. 17 : François-Albert Stiémart, d’après Jean-Baptiste Van Loo et Jean-Baptiste Santerre, Marie Leszczyńska, reine de France, huile sur toile, 1,57 × 1,30 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 6878.
Crédits © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Jean Popovitch
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12223/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Fig. 18 : Jean-Marc Nattier (d’après), Marie Leszczyńska, reine de France, huile sur toile, 2,74 × 1,95 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 2096.
Crédits © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12223/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Fig. 19 : Jean-Martial Frédou, Louis-Joseph-Xavier de France, duc de Bourgogne (1751-1761), craie blanche, sanguine, pierre noire, rehauts de pastels, papier brun marouflé sur toile : 39 × 29,8 cm. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, MV 8380.
Crédits © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12223/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Fig. 20 : Jean-Martial Frédou, Louis-Joseph-Xavier de France, duc de Bourgogne (1751-1761), craie blanche, pierre noire, sanguine, rehauts de pastels, papier brun, 40,7 × 32,4 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 4398.
Crédits © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12223/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Fig. 21 : Jean-Martial Frédou, Louis de France, dauphin, fils de Louis XV (1729-1765), vers 1760, craie blanche, sanguine, pierre noire, rehauts de pastels, papier, 41,5 × 31,5 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 9109.
Crédits © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12223/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 22 : Jean-Martial Frédou, Louis-Stanislas-Xavier de France, comte de Provence (1755-1824), 1773, huile sur toile, 79 × 62 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 3896.
Crédits © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Daniel Arnaudet
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12223/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Fig. 23 : Jean-Martial Frédou, Louis-Stanislas-Xavier de France, comte de Provence (1755-1824) en costume de colonel de son régiment, esquisse à l’huile sur toile. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 4532.
Crédits © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Jean-Marc Manaï
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12223/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Fig. 24 : Jean-Martial Frédou, Portrait de Louis XV exécuté d’après nature à Versailles le 22 septembre 1788, fusain, sanguine, craie blanche, rehauts de pastels, papier bistre, 40 × 30 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et Trianon, MV 8410.
Crédits © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12223/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Aubaret, « Les copistes du Cabinet des tableaux de la surintendance des Bâtiments du roi au xviiie siècle », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne], Articles et études, mis en ligne le 18 décembre 2013, consulté le 31 août 2016. URL : http://crcv.revues.org/12223 ; DOI : 10.4000/crcv.12223

Haut de page

Auteur

Claire Aubaret

Documentaliste-recenseur à la Conservation régionale des monuments historiques (CRMH), DRAC Rhônes-Alpes. Contact : claire.aubaret@culture.gouv.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Claire Aubaret / 2013 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org