Navigation – Plan du site

Monseigneur à la guerre

Monseigneur in war
Jean-Philippe Cénat

Résumés

Monseigneur prit part à plusieurs campagnes militaires entre 1688 et 1694. Alors que son père plaçait beaucoup d’espoirs en lui et malgré la prise glorieuse de Philippsburg en 1688, il ne montra cependant pas de grands talents dans la gestion des troupes, que ce soit au niveau de leur discipline ou à celui de la direction stratégique. Bien encadré par les généraux, les hommes de confiance de Louvois tels que Chamlay et Saint-Pouange, et le roi lui-même, sa liberté d’initiative était en fait très réduite, car on craignait pour sa sécurité et on voulait éviter au maximum les risques. Ne cherchant guère à s’extraire de ce cadre contraignant, il ne put participer à aucune bataille, ne réussit jamais à s’imposer face aux chefs d’armée et se désintéressa assez vite du détail des opérations militaires.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir la contribution de Pascal Mormiche dans le Bulletin du Centre de recherche du château de Versa (...)
  • 2 Sur l’éducation militaire du dauphin, voir la thèse de Matthieu Lahaye (Lahaye 2011).

1La guerre a toujours été un attribut essentiel du pouvoir des rois et des princes. Une grande partie de l’éducation de ces derniers était d’ailleurs consacrée aux aspects militaires1. Comme ses prédécesseurs, Louis XIV voulut initier ses enfants, petits-enfants et même bâtards légitimés aux choses de la guerre, en les amenant sur le front ou en leur faisant assister à de grandes manœuvres. Ce fut évidemment le cas pour Monseigneur qui tout jeune s’amusait avec des épées et dont l’enfance et l’adolescence furent bercées par le récit des exploits de son père pendant la guerre de Hollande (1672-1678). Plus concrètement, il accompagna Louis XIV dans sa tournée d’inspection des places fortes du nord du royaume en avril-juin 1670, ce qui lui permit d’observer par lui-même la puissance des armées et fortifications françaises. Quatre ans plus tard, le 6 juin 1674, il vint assister aux côtés du roi à la reddition de la ville de Dole en Franche-Comté. Après la guerre de Hollande, il accompagna également la Cour lorsque celle-ci se rendit à Strasbourg en octobre 1681 pour prendre symboliquement possession de la ville conquise dans le cadre de la politique des Réunions. Enfin, en mai 1684, le dauphin se déplaça quelques jours pour observer l’évolution du siège de Luxembourg, mais la place ne tomba que le 4 juin2.

Fig. 1 : Hyacinthe Rigaud (atelier de), Louis de France, dauphin, fils de Louis XIV, dit « le Grand Dauphin » (1661-1711) devant le siège de Philippsburg en octobre 1688, xviie siècle, huile sur toile, 77 × 67 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 3599.

Fig. 1 : Hyacinthe Rigaud (atelier de), Louis de France, dauphin, fils de Louis XIV, dit « le Grand Dauphin » (1661-1711) devant le siège de Philippsburg en octobre 1688, xviie siècle, huile sur toile, 77 × 67 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 3599.

© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot

  • 3 Une grande partie de cet article reprend ce que nous avons déjà présenté à propos de la présence du (...)

2Ce n’est qu’en 1688, donc assez tardivement (il avait alors vingt-sept ans), que Monseigneur obtint son premier commandement d’armée lors du déclenchement de la guerre de la ligue d’Augsbourg (fig. 1). En fait, il était trop jeune pour pouvoir participer à la guerre de Hollande et les années 1680 ne lui ont guère offert d’occasions de s’illustrer sur les champs de bataille. En effet, les Réunions et le conflit de 1683-1684 avec l’Espagne étaient plutôt considérés comme une stratégie d’intimidation pour faire accepter à l’Espagne et aux princes de l’Empire la trêve de Ratisbonne. Louis XIV voulut peut-être également attendre que la succession de Monseigneur soit assurée avant de risquer sa vie au combat. Se pose alors la question de sa présence à la tête des armées. Fut-elle purement symbolique, Monseigneur se contentant d’un commandement nominal sans intervenir dans les opérations, ou chercha-t-il à jouer un rôle important dans la direction de la guerre3 ?

Le siège de Philippsburg en 1688 : des débuts prometteurs

  • 4 Propos rapporté par Dangeau (1854-1860, t. II, p. 171) à la date du 22 septembre 1688 et repris par (...)
  • 5 Joseph de Pons et de Guimera, baron de Montclar (1625‐1690), était un lieutenant général de Louis X (...)
  • 6 Jules‐Louis Bolé de Chamlay (1650‐1719) était maréchal général des logis de l’armée, c’est-à-dire u (...)
  • 7 Gilbert Colbert de Saint‐Pouange (1642‐1706), bien qu’appartenant à la famille Colbert, était beauc (...)

3Au début de la guerre de la ligue d’Augsbourg, Louis XIV pensa qu’il était temps pour son fils d’aller à l’armée pour y faire son éducation militaire et marquer de son nom une nouvelle page de l’histoire glorieuse des Bourbons sur les champs de bataille. Il lui dit d’ailleurs cette phrase restée célèbre : « En vous envoyant commander mon armée, je vous donne des occasions de faire connoître votre mérite ; allez le montrer à toute l’Europe, afin que, quand je viendrai à mourir, on ne s’aperçoive pas que le roi soit mort4. » Le dauphin fut donc nommé commandant en chef de l’armée du Rhin, dont l’objectif était de prendre la place de Philippsburg à l’automne 1688 (fig. 2). Il était cependant sérieusement encadré, ayant autour de lui les meilleurs spécialistes de l’armée française : le maréchal de Duras, accompagné de Catinat et Montclar5 comme lieutenants généraux, Vauban pour la conduite des sièges, Chamlay6 pour les campements, les reconnaissances et les marches, et enfin Saint-Pouange7 pour le ravitaillement et l’intendance militaire.

Fig. 2 : « Plan du siège de Philisbourg, pris par Monseigneur le Dauphin le 29 octobre 1688 », plume, encre de Chine et aquarelle, 46,5 × 62,5 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, VD-31(1)-FT 4.

Fig. 2 : « Plan du siège de Philisbourg, pris par Monseigneur le Dauphin le 29 octobre 1688 », plume, encre de Chine et aquarelle, 46,5 × 62,5 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, VD-31(1)-FT 4.

© Bibliothèque nationale de France

  • 8 Vincennes, Service historique de la défense (désormais SHD), archives de la Guerre (désormais AG), (...)

4Ce dernier s’occupait avant tout des aspects matériels de la vie du prince. C’est lui qui tenait sa cassette et lui fournissait l’argent à donner aux uns et aux autres, Monseigneur se devant de faire preuve de libéralité pour montrer son haut rang. Il s’occupait également de la gestion de la garde personnelle du prince, de l’organisation de ses quartiers et de l’expédition de son courrier. Chaque matin, il lui lisait la correspondance échangée entre l’armée et la Cour. Avec Chamlay, Saint-Pouange était le principal relais de Louvois auprès du dauphin et il devait notamment s’assurer que les officiers ne se serviraient pas de leur proximité avec Monseigneur pour ne pas lui obéir ou changer les ordres de la Cour. Ainsi, lors de la campagne de 1690 (fig. 3), Louvois obtint que le dauphin ne pût signer aucun ordre sans que Saint-Pouange ne l’ait vu8.

5Quant à Chamlay, il le préparait aux réunions du conseil de guerre qui avaient lieu quotidiennement le matin et l’après-midi, et à la rédaction des ordres pour désigner par exemple les officiers en charge du service du jour. Les relations entre les deux hommes ne furent jamais très bonnes, Chamlay ne réussissant pas à parler avec franchise à l’héritier du trône. Ainsi, dès le 7 octobre 1688, il écrivit à Louvois :

  • 9 SHD, AG, A1 825, fo 50, lettre de Chamlay à Louvois, Philippsburg, 7 oct. 1688.

J’ai parlé aujourd’hui à M. de Beauvillier de beaucoup de choses que je croyais nécessaires, je lui dois donner demain matin un mémoire pour en parler en particulier à Monseigneur. […] Si j’avais osé je lui en aurais parlé moi-même mais j’ai cru bon que je ferais mieux de me servir de la voie de M. de Beauvillier9.

6Le duc de Beauvillier était le premier gentilhomme de la Chambre du roi. Il avait l’entière confiance du roi, qui lui confia l’éducation du duc de Bourgogne, puis du duc d’Anjou (futur Louis XV), et l’appela au Conseil d’en haut en 1691. Durant la campagne de 1688, il remplaça en quelque sorte Montausier, qui était le gouverneur de Monseigneur, mais n’avait pu l’accompagner pour des raisons de santé. Citons enfin un dernier personnage important, le marquis de Beringhen, premier écuyer, qui accompagna souvent le dauphin à l’armée et tint constamment la Cour informée de ses actions. Louvois comptait sur lui pour le persuader de suivre les avis de Chamlay et Saint-Pouange qui étaient ses hommes de confiance.

Fig. 3 : La campagne de 1690.

Fig. 3 : La campagne de 1690.

© Matthieu Lahaye

7Monseigneur arriva devant Philippsburg le 6 octobre, plein de fougue et d’enthousiasme, alors que la tranchée avait déjà été ouverte trois jours plus tôt. Il n’alla cependant visiter les tranchées pour la première fois que le 10 octobre, ce qui relativise son empressement ! Comme son père vingt ans plus tôt, il chercha à montrer son courage en méprisant le danger ; il accompagna Vauban dans les tranchées et suivit Chamlay dans sa reconnaissance des pays voisins. On n’attendait pas vraiment de lui qu’il prenne des initiatives militaires, son rôle devant se limiter à avaliser les décisions prises par la majorité du conseil de guerre, ce qu’il fit systématiquement. Il suivit en cela l’exemple de son royal père, qui lui aussi se ralliait à l’avis pris par la majorité des officiers généraux. Lors des sièges, il devait se fier au bon sens des ingénieurs. Ainsi, pour celui de Philippsburg, Monseigneur n’interféra nullement dans la conduite des opérations qui furent constamment dirigées par Vauban et La Frézelières, lieutenant général des armées et de l’artillerie du roi. Si la présence de Louis XIV à l’armée permettait d’affermir l’autorité de Vauban face à des officiers généraux parfois méprisants à l’égard des ingénieurs, dans le cas de Monseigneur, son autorité n’était pas suffisante pour jouer ce rôle et, à cette époque, la réputation de Vauban était désormais bien reconnue. L’importance du rang de Monseigneur lui faisait cependant endosser la responsabilité des ordres donnés, même si cela avait un côté largement fictif.

  • 10 Sur la campagne de 1688, voir Cénat 2005.

8Finalement, Philippsburg tomba le 29 octobre après un siège long et laborieux, dû notamment aux intempéries et aux maladies. Le fait que la place ait tenu aussi longtemps suscita des critiques à Versailles, certains estimant que les opérations auraient été mal conduites par Vauban. Le dauphin prit cependant la défense de l’ingénieur en lui accordant une gratification de 1 000 louis et deux canons qui vinrent orner son château à Bazoches dans le Morvan. Les armées françaises poursuivirent leur offensive en s’emparant de très nombreuses places sur le Rhin moyen. Monseigneur assista en personne à la prise de Mannheim, qui se rendit après seulement quatre jours de tranchée ouverte, le 12 novembre 1688. L’offensive se poursuivit avec la prise en trente-huit heures de Frankenthal. Parallèlement, les Français s’emparèrent de Kaiserslautern, Alzey, Neustadt, Oppenheim, Spire, Worms, Heilbronn, Heidelberg, Trêves et Mayence. La campagne fut donc considérée comme un grand succès et le dauphin reçut les éloges de son père et de toute la Cour. À l’annonce de la prise de Philippsburg, le roi fit donner un Te Deum lors de la messe à Fontainebleau et un autre fut chanté à Notre-Dame10.

9Louis XIV suivit attentivement l’évolution de la situation au moyen d’une correspondance directe avec son fils. Fier de lui, il lut même ses lettres à la Cour, chacun ne manquant pas de louer ses actions, son style concis ou sa bravoure. De même, la Gazette de France relaya les exploits du jeune héros, le siège de Philippsburg suscitant de nombreux récits hagiographiques. Finalement, Monseigneur quitta l’armée le 21 novembre 1688 pour rentrer à Versailles.

Le dilemme concernant la présence de Monseigneur à l’armée

  • 11 SHD, AG, A1 1183, no 14, « Mémoire pour la campagne de 1690 », par Chamlay.

10La campagne de 1689 fut occupée par le ravage du Palatinat. Cet épisode n’étant guère glorieux en faits d’armes, il ne se prêtait pas au retour du dauphin à l’armée d’Allemagne. Il fallut donc attendre la campagne de 1690 pour qu’il reprenne du service en tant que commandant en chef de l’armée, en compagnie du maréchal de Lorge et de l’inévitable Chamlay. Cependant, cette décision ne faisait pas l’unanimité parmi les militaires, comme en témoigne l’avis de Chamlay, exprimé clairement dans son mémoire adressé à Louvois pour la campagne de 169011 et qui nous permet de mettre en avant les principaux arguments en faveur ou en défaveur de la présence d’un membre de la famille royale à l’armée.

  • 12 Ibid.

11À propos du roi et de Monseigneur, Chamlay commence par rappeler qu’« il n’est pas besoin de s’étendre sur l’impression que leur présence, particulièrement celle de Sa Majesté, fait ordinairement sur ses troupes, et sur les ennemis mêmes. On en a vu les effets en tant d’occasions qu’on ne peut douter que les Français ne soient invincibles à la vue de leur souverain12 ». Si le maréchal général des logis se montre ici un habile courtisan, il est vrai que la présence des membres de la famille royale permettait de galvaniser le moral des généraux et des soldats, qui cherchaient à s’illustrer par leur courage pour obtenir également une éventuelle récompense de leur souverain.

12Chamlay évoque aussi la question importante de la réputation :

  • 13 Ibid.

La plupart des gens soutiendront que pour maintenir et même augmenter la réputation qu’il s’est déjà acquis, le roi ne doit rien ménager là-dessus et ne peut rien faire de plus avantageux pour son service, ni de plus glorieux pour son fils que de le mettre à la tête de ses armées et je conviens de toutes ces vérités13.

13Comme pour le roi, la présence de Monseigneur permettait d’accroître le prestige et la légitimité des Bourbons, les membres de la famille royale se devant de partager avec l’aristocratie les vicissitudes de la guerre en montrant l’exemple par leur courage et leur mépris du danger.

14Néanmoins, malgré ces avantages, Chamlay est réticent. Ne pouvant s’opposer brutalement à la venue du dauphin sur le front, il s’inquiète avant tout pour sa santé :

  • 14 Ibid.

Mais il s’agit de savoir s’il est de la prudence de commettre sa personne à une guerre aussi incertaine que celle-ci. Pour moi, je trouve cette tête si précieuse et si nécessaire au salut de l’État, et je connais si bien les inconvénients qui en peuvent arriver, que je ne crois pas qu’aucun homme bien sensé, si on lui en demande son avis, puisse consentir aisément à une semblable résolution. Je dis plus, les qualités qui portent les peuples à désirer que leur roi marche à la tête de ses armées, je veux dire la magnanimité, un mérite singulier, et un grand courage, sont celles mêmes, plus elles excellent dans un prince, qui doivent inspirer de la retenue dans ces sortes de désir, et en faire davantage appréhender l’événement14.

15Bref, les dangers de la guerre étaient réels et, à la fin du xviie siècle, on n’estimait plus qu’il fût nécessaire pour un membre de la famille royale de risquer sa vie comme l’avait fait autrefois un François Ier ou un Henri IV. La mort ou la capture de l’héritier du trône auraient constitué une catastrophe considérable, qui ne valait pas que l’on courre un tel risque.

16Un compromis fut donc trouvé : le roi ou son fils viendraient bien en personne sur le front, mais on s’efforçait de limiter au maximum les risques qu’ils pouvaient courir. Ainsi, quand le roi ou Monseigneur visitaient les tranchées lors des sièges, la propagande mettait en avant les dangers bravés pour montrer leur courage, mais en fait les risques restaient très limités. En outre, Monseigneur comme son père n’auront jamais l’occasion de livrer bataille, ni de participer à de sérieux combats. Cette prudence ne doit pas être considérée comme un manque de courage de la part du dauphin ou du roi, mais comme la prise de conscience que leur sécurité importait finalement davantage que de nouveaux exploits guerriers.

  • 15 Alors qu’elles assiégeaient Bouchain, le 10 mai 1676, les armées ennemies dirigées par le prince d’ (...)
  • 16 Saint-Simon 1879-1928, t. XXVIII, p. 12.

17En fait, on voit bien ici que la présence d’un membre de la famille royale au sein de l’armée entraîne également d’importantes conséquences stratégiques. La première concerne les batailles, qui deviennent pratiquement impossibles. En effet, Monseigneur, comme son père, n’a jamais livré de bataille, même s’il le souhaita à plusieurs reprises. Il se heurta aux mêmes réticences des généraux que lorsque Louis XIV dut renoncer à combattre en mai 1676 lors de l’affaire de la cense d’Heurtebise. À cette occasion, un conseil de guerre avait en effet dissuadé le roi d’attaquer Guillaume d’Orange, alors en mauvaise posture, car la majorité avait estimé que la sécurité du roi était plus importante que de remporter le combat et qu’on ne pouvait se permettre en sa présence d’essuyer la moindre défaite15. Si, pour la propagande et l’ego du souverain, une victoire aurait produit le plus bel effet, une défaite aurait été grave, car elle aurait remis en cause la légende de l’invincibilité de l’armée en présence du roi. Or, la bataille était un événement militaire très aléatoire et aucune n’était jamais gagnée d’avance. Aussi, par prudence, les généraux préférèrent jouer la sécurité et ne pas s’exposer à un revers. Saint-Simon, qui défend le point de vue de son beau-père Lorge, ajoute un autre élément révélateur en affirmant qu’à cette occasion « la personne du Roi les embarrassoit16 ».

18Il s’agit bien là du cœur du problème. En présence d’un membre important de la famille royale, les généraux ne pouvaient agir comme à leur habitude et voyaient leur liberté stratégique et tactique sérieusement réduite. Cette question fut également abordée en mai 1676 dans la correspondance échangée entre Luxembourg, qui commandait alors l’armée d’Allemagne, et Louvois, qui lui demandait si la venue de Louis XIV sur le Rhin serait une bonne chose. Or, là encore, la réponse de Luxembourg fut sans ambiguïté, puisque le maréchal se montra complètement hostile à cette idée. Son argumentation est développée dans sa lettre du 15 mai 1676, qu’il convient de citer en grande partie :

  • 17 SHD, AG, A1 508, no 44, Luxembourg à Louvois, 15 mai 1676.

Quand il est question au roi de prendre un parti comme celui dont vous me parlez, il y a tant de choses à éplucher qu’il est impossible qu’elles n’embarrassent pas. Il est constant que si les ennemis attaquent Philisbourg, il faut une bataille pour leur en faire lever le siège ; et vous savez mieux que moi, si le roi s’y trouvait en personne, à quel endroit il faudrait qu’il demeurât. Si c’était à une aile […], il y courrait trop de hasards, et je pense que vous ne consentiriez pas qu’il s’y mît ; il n’y aurait de poste pour la personne d’un roi que la réserve, à mon gré ; mais il faudrait la faire forte, et cela affaiblirait les ailes, qui n’ont pas besoin d’être amoindries pour combattre les troupes de l’Empereur, qui sont bonnes17.

19On voit bien dans cette lettre d’un expert militaire que la présence du roi à l’armée empêche en fait tout combat sérieux, car elle amène à prendre d’infinies précautions pour sa sécurité. L’armée doit donc adopter une attitude beaucoup plus défensive que s’il n’était pas là. Si les précautions furent moindres quand Monseigneur rejoignit l’armée, le débat de fond reste néanmoins le même. En outre, ce dernier étant entouré d’un équipage très important, cela ralentissait les mouvements de l’armée et compromettait tout effet de surprise. Sa présence pouvait également déséquilibrer la répartition des troupes au sein de l’armée, puisqu’il fallait toujours renforcer la partie où il se trouvait. Pourtant, lorsqu’un membre aussi important de la famille royale était à la tête de l’armée, celle-ci se devait de réaliser une action d’éclat pour rehausser sa réputation. Elle ne pouvait donc pas se contenter de petites actions ou d’un certain immobilisme. Elle devait se porter davantage vers l’offensive pour montrer la fougue et le courage des armées françaises. Or, paradoxalement, c’est justement ce qui n’était pas possible à cause des problèmes de sécurité de la personne royale. Les généraux se trouvaient alors devant une impasse stratégique.

  • 18 Bussy-Rabutin 1858-1859, t. VI, p. 168, lettre à Mme de Sévigné, Coligny, 28 sept. 1688.

20En fait, la meilleure solution qui puisse concilier les différents impératifs de la présence d’un membre de la famille royale au sein de l’armée consistait à privilégier la guerre de siège, qui, contrairement aux batailles, était beaucoup plus rationnelle et d’un résultat plus sûr et plus prévisible. C’est d’ailleurs pour cette raison que Chamlay estime, lors de la campagne de 1690, que si la situation devient plus favorable ou que l’on puisse investir une place, le dauphin pourrait alors éventuellement venir en campagne. La guerre de siège résolvait en effet le problème de la sécurité, car dans un siège un prince ne risquait a priori aucune mauvaise surprise s’il ne s’approchait pas trop près de la place ennemie. Le risque d’un revers militaire était également très faible, surtout si l’on y mettait les moyens. Or Louvois excellait dans l’organisation de tous les préparatifs, et lorsqu’un membre aussi important de la famille royale venait assister à un siège, c’était à la tête de forces considérables et avec des ingénieurs compétents, ce qui fait que la prise de la ville était quasiment assurée. Ainsi, la victoire renforçait le prestige des Bourbons et permettait à la propagande de mettre en avant leur invincibilité ou leur talent militaire. Dans ce contexte, il n’est donc pas étonnant que, lorsqu’il apprit la nomination de Monseigneur à la tête de l’armée chargée d’assiéger Philippsburg, Bussy-Rabutin écrivît à Mme de Sévigné le 28 septembre 1688 : « On va assiéger Philipsbourg et, je crois, le prendre, car puisque monseigneur le Dauphin va faire cette expédition, il faut que le roi soit assuré d’un heureux succès18 […] »

L’échec de la campagne de 1690 sur le Rhin

21Revenons maintenant au déroulement de la campagne de 1690, qui fut loin d’être aussi glorieuse que celle de 1688. En effet, elle fut marquée très vite par d’importantes dissensions entre les différents décideurs, que ce soit Louvois, Louis XIV, Monseigneur, le maréchal de Lorge, Chamlay ou Saint-Pouange. Face à ces querelles au sein du haut commandement, Monseigneur aurait dû normalement jouer le rôle d’arbitre, puisqu’il était le général en chef de l’armée. Mais, très vite, il se désintéressa de ces questions et refusa de trancher. En fait, il ne s’occupa pratiquement pas de la direction des opérations. Il s’ennuyait lors des conseils de guerre et refusait de s’impliquer personnellement dans les grandes décisions stratégiques. Il préférait passer son temps à chevaucher dans les environs ou à passer les troupes en revue. Cela déplaisait fort à Chamlay, qui le rapporta à Louvois le 16 juin, n’osant pas formuler directement ses critiques à Monseigneur et préférant que le roi s’en charge lui-même :

  • 19 SHD, AG, A1 974, no 161, Chamlay à Louvois, 16 juin 1690 (cité par Rousset 1862-1863, t. IV, p. 391 (...)

[…] Monseigneur se promène trop longtemps, trop régulièrement avec trop d’affectation. Ces sortes de promenades affectées et de commande et ces visites continuelles et journalières de gardes et de vedettes ne me paraissent pas convenir à la dignité de Monseigneur. Il serait bon que le roi lui en écrivît un mot. Il faut que lorsque Monseigneur s’ennuie et ne fait rien, le public croie qu’il est occupé et qu’il travaille et qu’en un mot Monseigneur ne fasse pas son capital de la promenade et croie avoir rempli tous les devoirs de général quand il s’est promené. Il serait bon aussi que Monseigneur n’allât pas au grand amble comme il va, ce train fatiguant trop les troupes. J’ay pensé prendre la liberté de lui dire mais il vaut mieux que le roi le fasse19.

22Trois jours plus tard, Chamlay, s’inquiétant cette fois pour la sécurité du dauphin, souhaitait qu’il n’aille pas aussi souvent en parti pour fourrager la campagne :

  • 20 Ibid., no 174, Chamlay à Louvois, 19 juin 1690.

Monseigneur fut encore hier à ce fourrage. Je crois que le roi devrait lui mander de n’y pas aller si souvent, particulièrement quand ces fourrages se font dans des pays où les ennemis peuvent venir, car si un jour ils venaient à tomber avec un corps de cavalerie sur des fourrageurs, faudrait-il que Monseigneur poussât les ennemis à la tête de l’escorte de cavalerie ou qu’il ne les poussât pas et s’en revînt au camp ? Tous ces deux partis ne me paraissent pas convenir. Je voudrais que Monseigneur ne s’exposât jamais à des affaires particulières mais seulement aux générales. D’ailleurs, ces sortes de voyages au fourrage fatiguent fort les troupes, parce que la présence de Monseigneur engage à de plus grosses escortes20.

23On voit là une nouvelle fois les inconvénients entraînés par la présence d’un prince et le dilemme de l’armée : l’honneur et le prestige imposaient de livrer un combat qui se devait d’être victorieux, mais les impératifs de sécurité prescrivaient une prise de risque minimale. Les conseils de Chamlay n’eurent guère d’effet sur le comportement du dauphin, qui poursuivit pendant toute la campagne ses grandes chevauchées.

  • 21 Dangeau 1854-1860, t. II, p. 172.

24D’autre part, quand ils venaient sur le front, les princes étaient généralement accompagnés d’une suite nombreuse de valets, courtisans… qui ne représentaient pas un atout militaire mais consommaient de la nourriture et du fourrage en grande quantité. Leur présence accroissait les besoins logistiques de l’armée et les généraux préféraient parfois se passer de ce poids supplémentaire. Ainsi, lorsque le dauphin partit en campagne en 1688, Dangeau rapporte qu’il était accompagné par 200 mousquetaires, 60 gardes du corps et 400 ou 500 exempts21.

25On retrouve le même problème à la fin de la campagne de 1694, lorsque Luxembourg demanda à Barbezieux le retour de Monseigneur et de sa suite :

  • 22 SHD, AG, 1 M 27, p. 117, Luxembourg à Barbezieux, Courtrai, 7 sept. 1694, cité par B. Fonck (2003, (...)

L’on croit dans le pays que le prince d’Orange partira bientôt. Il y a apparence que Monseigneur en fera de même, et quand il s’en ira, si tous Mrs les princes le suivaient, ce serait cinq grosses maisons dont on serait soulagé, les équipages desquelles consomment assurément plus de fourrages que 5 régiments. Ils ont des châteaux assignés pour leur en fournir, et vous savez que les valets en gaspillent beaucoup. C’est une proposition que je vous prie de vouloir faire au roi22.

  • 23 Nous connaissons le contenu de cette lettre par l’intermédiaire de la réponse de Chamlay à Louvois (...)

26Sur le plan strictement militaire, la campagne de 1690 ne fut guère marquée par des événements importants. L’armée resta en Alsace jusqu’au 16 août, où l’on se décida enfin à traverser le Rhin au niveau de Fort-Louis, mais sans pour autant rechercher le contact avec les Impériaux. Manquant de fourrage, l’armée remonta ensuite le cours du fleuve. Au début du mois de septembre, Monseigneur aurait voulu engager un glorieux combat comme l’avaient fait Luxembourg en Flandre avec la victoire de Fleurus (1er juillet), Tourville sur mer à Béveziers (10 juillet) et Catinat en Italie à Staffarde (18 août). Mais Louis XIV lui répondit que, « pour sa gloire particulière, il conviendrait de combattre, mais non pas pour le bien de l’État, et qu’il ne devait rien hasarder, à moins qu’il ne fût sûr d’une victoire certaine23 ». Usant de la raison d’État, le roi conseillait donc à son fils ce qu’on lui avait prescrit quinze ans plus tôt à la cense d’Heurtebise. Toujours soucieux de plaire à son père, il n’osa jamais s’opposer à la parole royale.

  • 24 SHD, AG, A1 965, Louvois à Lorge, 4 sept. 1690.

27Dans ces conditions, la position de Lorge et de Monseigneur devenait pourtant délicate : comment faire face aux ennemis sans les combattre et sans avoir l’air de les fuir ? Le maréchal et Chamlay demandèrent à Louvois de préciser les intentions du roi à ce sujet. Celui-ci reconnut avec Louvois que, dans ces circonstances, il était impossible et non souhaitable pour la réputation des armées françaises d’éviter le combat. Il ne fallait donc pas repasser le Rhin et plutôt attendre que les ennemis s’avancent imprudemment dans la vallée pour tomber alors sur leurs flancs24. Finalement, aucun combat n’eut lieu, car les ennemis préférèrent prendre leurs quartiers d’hiver plutôt que de risquer une bataille. Le 30 septembre 1690, Monseigneur rentra donc à la cour, après une campagne stérile et sans gloire.

La fin des illusions : les campagnes de 1691 à 1694

28En 1691, le dauphin accompagna l’armée royale qui alla assiéger Mons au début du mois de mars. Tous les matins, il allait avec son père inspecter la tranchée. Lorsque le roi fut pris par la goutte pendant quelques jours, Monseigneur le remplaça et continua ses visites pour galvaniser les troupes, distribuer des récompenses (mais moins que son père pour respecter la hiérarchie) et montrer l’implication de la famille royale. Finalement, la garnison ennemie se rendit le 9 avril et la Cour rentra ensuite à Versailles. L’année suivante, Monseigneur joua le même rôle auprès du roi lorsqu’il vint assister au siège de Namur.

Fig. 4 : La campagne de 1693.

Fig. 4 : La campagne de 1693.

© Matthieu Lahaye

29La campagne de 1693 (fig. 4) s’annonçait sous les mêmes auspices puisque le dauphin suivit son père à l’armée de Flandre, sous le commandement effectif du maréchal de Luxembourg. Mais le roi, fatigué, décida de rentrer précipitamment à Versailles et de ne plus apparaître à la tête de ses armées. Cette décision suscita une vive émotion parmi les généraux, mais aussi dans la troupe. Ayant appris la prise d’Heidelberg par l’armée d’Allemagne, sur les conseils de Chamlay le roi estima qu’il valait mieux donner la priorité à ce dernier théâtre d’opérations pour profiter de cet avantage. Malgré la fureur de Luxembourg, il décida donc d’envoyer un renfort de 20 000 hommes sur le Rhin et de charger Monseigneur, avec Chamlay, de conduire ces troupes jusqu’en Allemagne. La jonction se fit tardivement, le 25 juillet 1693, dans la Forêt-Noire.

30Comme en 1690, la collaboration du dauphin avec le maréchal de Lorge, Chamlay et Saint-Pouange fut à nouveau difficile. Au lieu de profiter de la prise d’Heidelberg, Lorge avait tergiversé et n’avait rien tenté de concret avant l’arrivée des renforts. En fait, les Français avaient laissé passer le bon moment, ce qui permit aux Impériaux de se renforcer et de se repositionner pour parer à la grande offensive française. Finalement, rien d’important ne fut tenté par les Français, et Monseigneur quitta l’armée le 1er septembre, sans doute déçu une nouvelle fois d’avoir été envoyé en Allemagne alors que Luxembourg, pourtant diminué, avait réussi à remporter une nouvelle victoire à Steinkerque le 29 juillet 1693.

  • 25 Sur les rapports de Luxembourg avec Monseigneur, voir Fonck 2003, t. II, p. 390-392.

31L’année suivante, le dauphin prit le commandement nominal de l’armée de Flandre, qui était en fait dirigée par Luxembourg. Sans doute espérait-il ainsi pouvoir livrer cette grande bataille qui lui échappait sans cesse depuis son arrivée à la tête des armées. En outre, il entretenait de bonnes relations avec le maréchal, qui, de son côté, misait sur l’héritier du trône pour se faire bien voir du roi et préparer éventuellement l’après-Louis XIV25. Sur le plan militaire, contrairement aux espérances du dauphin, les objectifs assignés à l’armée des Pays-Bas étaient cependant très modestes, puisque l’armée devait rester sur la défensive pour laisser la priorité au front italien. Luxembourg se trouvait d’ailleurs en nette infériorité numérique face aux alliés dirigés par Guillaume III d’Orange. En fait, la présence de Monseigneur avait pour but de tromper l’ennemi, en lui faisant croire que l’armée française serait forte et conquérante sur ce théâtre d’opérations. Il est possible que Louis XIV ait également cherché à contrôler l’impétueux Luxembourg en lui adjoignant son fils. Pour essayer néanmoins de préserver son autonomie de décision, le maréchal demanda et finalement obtint du roi de lui écrire directement sans avoir à passer par le dauphin. Malgré tout, volontairement ou non, la marge d’action de Luxembourg fut largement paralysée par la présence de Monseigneur. Avec une armée affaiblie, il ne voulut pas risquer un grand combat. Il se contenta de préserver les acquis de la campagne précédente, en réalisant notamment une marche très rapide pour déjouer les projets d’attaque de Guillaume III sur l’Escaut. La célérité de cette marche fut le principal événement de la campagne et fut universellement saluée comme un fait d’armes digne du Grand Dauphin et de Luxembourg. En revanche, le maréchal ne put empêcher la prise d’Huy le 27 septembre. Cette campagne fut la dernière apparition de Monseigneur à la guerre. Déçu, ce dernier préféra désormais s’abstenir d’aller commander les armées, d’autant plus que Luxembourg, décédé, fut remplacé par Villeroy, général qui était encore moins capable de lui offrir une belle victoire dans les Flandres.

  • 26 Par exemple, le 10 août 1695, Sourches raconte que le roi passa l’essentiel de la soirée à étudier (...)

32Au début de la guerre de Succession d’Espagne, il ne chercha pas non plus à obtenir de commandement d’armée, laissant cette tâche à son fils le duc de Bourgogne. En 1709, alors que la situation était dramatique pour les Français, Louis XIV pensa l’envoyer à nouveau en Flandre avec Villars, mais ce dernier l’en dissuada, préférant ne pas être encombré par le dauphin. Louis XIV l’a consulté néanmoins à plusieurs reprises pour étudier et préparer des plans d’opérations stratégiques à Versailles, notamment lors des campagnes où il était impliqué en 1690, 1693 et 1694, mais aussi en 1695 et 1696, et pour avoir son avis pendant la guerre de Succession d’Espagne26.

La gestion des hommes et la faible autorité du dauphin

33Au cours de ses campagnes militaires, Monseigneur dut également s’occuper de la gestion des hommes. En grand prince, et pour se faire bien voir des troupes, il se montra libéral en accordant des gratifications exceptionnelles aux officiers blessés durant le siège. Il dut également gérer des problèmes d’indiscipline qui furent fréquents pendant toutes les opérations menées en 1688-1689 dans le Palatinat, où les occasions de pillage étaient nombreuses. C’est ainsi que le 18 octobre on arrêta dix soldats partis en maraude. Monseigneur décida d’organiser un tirage au sort pour pendre l’un d’entre eux, ce qui était une pratique courante dans ce genre de situation. Mais comme l’heureux élu appartenait au régiment du roi et était d’une famille noble bien en cour, le dauphin lui accorda sa grâce. En revanche, lorsqu’une même affaire eut lieu moins d’une semaine plus tard, le malheureux désigné par le sort fut promptement exécuté. Le souci d’une justice égale n’était visiblement pas la préoccupation majeure de Monseigneur… On retrouve d’ailleurs ces problèmes d’indiscipline des troupes lors des campagnes suivantes.

34Ainsi, en juin 1690, Louvois affirme qu’il fut confronté à une quasi-« sédition » des troupes, en raison d’une suite de pillages et de désertions. Il dut alors réagir avec énergie pour satisfaire son père, qui tenait plus que tout à ce que la discipline soit bien assurée dans les armées. Après plusieurs emprisonnements et l’exécution de quelques soldats et officiers, l’ordre finit par se rétablir. Mais, en 1693, les mêmes maux réapparurent, comme en témoigne Villars dans ses Mémoires :

  • 27 Villars 1734, t. I, p. 245-246.

On vit sous l’autorité de Monseigneur le Dauphin, & sous les yeux de trois Maréchaux de France, le plus grand desordre & le plus licentieux libertinage qui ait jamais été. Toute l’Armée étoit en maraude, brulant les villages & les petites villes ; un nombre considérable de Soldats restoient enterrés dans les ruines de l’incendie, & les autres dans des caves remplies de vin. Les punitions étoient cependant fréquentes, & il arrivoit quelquefois de faire pendre jusqu’à vingt soldats dans un jour. Mais lorsque le Général n’établit pas une sévére discipline dès les premiers jours, les plus grands exemples deviennent inutiles dans la suite27.

  • 28 Voir à nouveau Fonck 2003.

35Un dernier exemple, tiré de la campagne de 1694 (fig. 5), montre la faiblesse de l’autorité du dauphin. En juillet 1694, le duc d’Elbeuf reçut l’ordre du maréchal de Luxembourg de suivre la marche de l’armée principale de Monseigneur avec un détachement sur l’aile droite. Considérant que cet ordre contrevenait à sa dignité et prenant ce prétexte pour défier l’autorité de Luxembourg qu’il détestait, Elbeuf refusa d’obéir. Fort de son statut officiel de commandant en chef de l’armée, le dauphin soutint Luxembourg. Cependant, cela ne suffit pas à calmer la colère d’Elbeuf, qui fit appel à l’arbitrage du roi. Ce dernier, après avoir reçu un rapport de son fils et du maréchal, trancha sans surprise le différend en faveur de Luxembourg, en passant par le canal du secrétaire d’État de la Guerre Barbezieux28. Cet épisode montre bien que l’autorité de Monseigneur ne pesait aucunement aux yeux d’Elbeuf, qui ne se soumit qu’à celle du roi. Au-delà, nous voyons bien à travers ces exemples que la gestion des hommes et de la discipline ne fut pas un des points forts du dauphin, qui ne réussit jamais à s’imposer réellement comme commandant en chef.

Fig. 5 : La campagne de 1694.

Fig. 5 : La campagne de 1694.

© Matthieu Lahaye

36La présence de Monseigneur à l’armée, après des débuts prometteurs et un certain courage, se révéla finalement décevante. Il ne montra guère de talents ni d’intérêt pour les questions militaires, et sa présence au front apporta à peu près les mêmes avantages et inconvénients que celle du roi, mais de manière plus atténuée. Son fils, le duc de Bourgogne, fut plus actif, mais son rôle fut encore plus négatif, puisqu’il fut responsable de graves erreurs tactiques et stratégiques au cours de la campagne de 1708. Ses dissensions avec Vendôme furent à l’origine de la défaite d’Audenarde et de leur incapacité à empêcher le siège de Lille à la fin de l’année. Cet échec scella le sort du duc, qui ne reparut plus à l’armée. Louis XIV envoya également sur le front ses bâtards légitimés, le duc du Maine et le comte de Toulouse, tous deux nés de ses amours avec Mme de Montespan. Le premier ne parvint jamais à s’illustrer, alors que le second, en tant qu’amiral de France depuis 1683, joua un rôle important lors de la bataille navale de Velez-Malaga le 24 août 1704. En fait, malheureusement pour Louis XIV, ce furent son frère et son neveu Orléans (Philippe et Philippe II) qui montrèrent les meilleures dispositions militaires dans la famille royale. Mais le roi ne les laissa pas toujours s’exprimer, car il se montrait jaloux de leurs talents qui pouvaient lui faire de l’ombre, et il chercha souvent à les écarter des honneurs de la guerre.

Haut de page

Bibliographie

Bussy-Rabutin Roger de Rabutin, comte de Bussy, dit, 1858-1859, Correspondance de Roger de Rabutin, comte de Bussy, avec sa famille et ses amis (1666-1693), éd. L. Lalanne, Paris, Charpentier, 6 vol.

Cénat Jean-Philippe, 2005, « Le ravage du Palatinat : politique de destruction, stratégie de cabinet et propagande au début de la guerre de la ligue d’Augsbourg », Revue historique, no 633, p. 97-132.

— 2010, Le roi stratège : Louis XIV et la direction de la guerre, 1661-1715, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

— 2011, Chamlay : le stratège secret de Louis XIV, Paris, Belin.

Dangeau Philippe de Courcillon, marquis de, 1854-1860, Journal du marquis de Dangeau […] avec les additions inédites du duc de Saint-Simon, éd. E. Soulié et al., Paris, F. Didot, 19 vol.

Fonck Bertrand, 2003, François-Henri de Montmorency-Bouteville, maréchal de Luxembourg (1628-1695) : commander les armées pour Louis XIV, thèse de l’École nationale des chartes.

Lahaye Matthieu, 2011, Le fils de Louis XIV (1661-1711) : essai sur l’autorité politique dans la France moderne, thèse de doctorat en histoire moderne, sous la direction de J. Cornette, université Paris VIII.

Rousset Camille, 1862-1863, Histoire de Louvois et de son administration politique et militaire jusqu’à la paix de Nimègue, Paris, Didier, 4 vol.

Saint-Simon Louis de Rouvroy, duc de, 1879-1928, Mémoires, éd. A. Michel de Boislisle, Paris, Hachette, 43 vol.

Sourches Louis-François DBouchet, marquis de, 1882-1893, Mémoires du marquis de Sourches sur le règne de Louis XIV, éd. G.-J. de Cosnac, A. Bertrand et É. Pontal, Paris, Hachette, 13 vol.

Villars Louis-Hector, 1734, Mémoires du duc de Villars, pair de France, maréchal-général des armées de Sa Majesté très-chrétienne, &c., La Haye, P. Gosse, 3 vol.

Haut de page

Notes

1 Voir la contribution de Pascal Mormiche dans le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles : http://crcv.revues.org/12368.

2 Sur l’éducation militaire du dauphin, voir la thèse de Matthieu Lahaye (Lahaye 2011).

3 Une grande partie de cet article reprend ce que nous avons déjà présenté à propos de la présence du roi et de la famille royale à la guerre dans Cénat 2010, p. 23-38.

4 Propos rapporté par Dangeau (1854-1860, t. II, p. 171) à la date du 22 septembre 1688 et repris par Camille Rousset (1862-1863, t. IV, p. 114).

5 Joseph de Pons et de Guimera, baron de Montclar (1625‐1690), était un lieutenant général de Louis XIV.

6 Jules‐Louis Bolé de Chamlay (1650‐1719) était maréchal général des logis de l’armée, c’est-à-dire une sorte de chef d’état-major d’armée, mais il était également un des collaborateurs les plus proches de Louvois, qui avait davantage confiance en lui qu’en certains généraux. Sur Chamlay, voir Cénat 2011.

7 Gilbert Colbert de Saint‐Pouange (1642‐1706), bien qu’appartenant à la famille Colbert, était beaucoup plus proche des Le Tellier et de Louvois, puisqu’il était premier commis dans les bureaux de la Guerre et le second de Louvois au sein du département de la Guerre.

8 Vincennes, Service historique de la défense (désormais SHD), archives de la Guerre (désormais AG), A1 974, fo 46, billet de Louvois à d’Estancheau, Versailles, 16 mai 1690.

9 SHD, AG, A1 825, fo 50, lettre de Chamlay à Louvois, Philippsburg, 7 oct. 1688.

10 Sur la campagne de 1688, voir Cénat 2005.

11 SHD, AG, A1 1183, no 14, « Mémoire pour la campagne de 1690 », par Chamlay.

12 Ibid.

13 Ibid.

14 Ibid.

15 Alors qu’elles assiégeaient Bouchain, le 10 mai 1676, les armées ennemies dirigées par le prince d’Orange s’avancèrent pour essayer de sauver la place. Le conseil de guerre réunissait Louis XIV, Louvois, les maréchaux de Créqui, Schomberg, Lorge et La Feuillade. Louvois déconseilla vivement de lancer l’attaque et fut suivi en cela par les autres membres du conseil, à l’exception de Lorge. Cet épisode est raconté en détail par Rousset 1862-1863, t. II, p. 220-227.

16 Saint-Simon 1879-1928, t. XXVIII, p. 12.

17 SHD, AG, A1 508, no 44, Luxembourg à Louvois, 15 mai 1676.

18 Bussy-Rabutin 1858-1859, t. VI, p. 168, lettre à Mme de Sévigné, Coligny, 28 sept. 1688.

19 SHD, AG, A1 974, no 161, Chamlay à Louvois, 16 juin 1690 (cité par Rousset 1862-1863, t. IV, p. 391).

20 Ibid., no 174, Chamlay à Louvois, 19 juin 1690.

21 Dangeau 1854-1860, t. II, p. 172.

22 SHD, AG, 1 M 27, p. 117, Luxembourg à Barbezieux, Courtrai, 7 sept. 1694, cité par B. Fonck (2003, t. II, p. 415).

23 Nous connaissons le contenu de cette lettre par l’intermédiaire de la réponse de Chamlay à Louvois du 1er septembre 1690 (SHD, AG, A1 976, no 8).

24 SHD, AG, A1 965, Louvois à Lorge, 4 sept. 1690.

25 Sur les rapports de Luxembourg avec Monseigneur, voir Fonck 2003, t. II, p. 390-392.

26 Par exemple, le 10 août 1695, Sourches raconte que le roi passa l’essentiel de la soirée à étudier la situation stratégique des Flandres avec le dauphin et le prince de Condé, le fils du Grand Condé (Sourches 1885, t. V, p. 27). Le même type d’événement est signalé pour le 29 février 1696 (ibid., p. 114).

27 Villars 1734, t. I, p. 245-246.

28 Voir à nouveau Fonck 2003.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Hyacinthe Rigaud (atelier de), Louis de France, dauphin, fils de Louis XIV, dit « le Grand Dauphin » (1661-1711) devant le siège de Philippsburg en octobre 1688, xviie siècle, huile sur toile, 77 × 67 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 3599.
Crédits © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12351/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 5,4M
Titre Fig. 2 : « Plan du siège de Philisbourg, pris par Monseigneur le Dauphin le 29 octobre 1688 », plume, encre de Chine et aquarelle, 46,5 × 62,5 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, VD-31(1)-FT 4.
Crédits © Bibliothèque nationale de France
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12351/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Fig. 3 : La campagne de 1690.
Crédits © Matthieu Lahaye
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12351/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Fig. 4 : La campagne de 1693.
Crédits © Matthieu Lahaye
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12351/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Fig. 5 : La campagne de 1694.
Crédits © Matthieu Lahaye
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12351/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 374k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Philippe Cénat, « Monseigneur à la guerre », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2014, mis en ligne le 15 juillet 2014, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://crcv.revues.org/12351 ; DOI : 10.4000/crcv.12351

Haut de page

Auteur

Jean-Philippe Cénat

Professeur agrégé d’histoire. Il est l’auteur du Roi stratège : Louis XIV et la direction de la guerre, 1661-1715 (Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010) et d’une biographie de Chamlay (Chamlay : le stratège de Louis XIV, Paris, Belin, 2011).

Haut de page

Droits d’auteur

© Jean-Philippe Cénat / 2014 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org