Navigation – Plan du site

Maison du dauphin : maison fantôme pour une fonction dans l’ombre ?

The house of the Dauphin: a phantom house to function in the shadows?
Matthieu Lahaye

Résumés

Le Grand Dauphin ne bénéficiait pas d’une maison séparée de celle du roi. Ce dernier avait la haute main non seulement sur la comptabilité, mais aussi sur la nomination des différents serviteurs et domestiques qui accompagnaient le prince dans son quotidien. Mais peu à peu, notamment au début du xviiie siècle avec l’agrandissement de son domaine de Meudon, le dauphin sut s’attacher des serviteurs grâce aux revenus de sa « cassette », mais aussi du domaine de Meudon. Autour de lui, une maison informelle se développa. Malgré tout, on est bien obligé de constater son extrême dépendance financière qui montre à quel point la fonction delphinale, durant le règne de Louis XIV, était vraiment une fonction sous contrôle.

Haut de page

Texte intégral

Question : « […] à qui appartient l’honneur d’ondoyer l’enfant de madame la Dauphine : si c’est au premier aumosnier de cette princesse ou au grand aumosnier de France ? »

  • 1 La Courneuve, archives des Affaires étrangères, Mémoires et documents, France 175, fos 81-82, mémoi (...)

Réponse : « L’honneur d’ondoyer les enfants d’un dauphin appartient à son premier aumosnier et en son absence au premier aumosnier de madame la Dauphine. […] les officiers du roy sont les officiers de Monseigneur et qu’ainsy le grand aumosnier est le premier aumosnier de Monseigneur1. »

  • 2 Le Roux 2007, p. 13-40.

1L’administration de la Maison du roi était l’un des piliers de l’État monarchique car elle était une institution à la fois domestique et relevant de l’État. En effet, si les services de la Bouche, de la Chambre, des Chasses servaient le roi, le secrétaire d’État de la Maison du roi contrôlait également la capitale par le truchement d’un lieutenant de police, sans parler de la Maison militaire, troupe d’élite, qui s’illustrait sur l’ensemble des champs de bataille. Des recherches récentes ont eu lieu ou sont en cours sur cette institution négligée et pourtant au cœur des jeux de pouvoir. On pense évidemment aux travaux précurseurs de Jacqueline Boucher poursuivis par les réflexions de Nicolas Le Roux sur la Maison du roi à la Renaissance2. Le champ de recherche demeure immense et devrait donner lieu à des enquêtes larges et approfondies tant, en ce domaine, les questions institutionnelles permettent d’appréhender avec une grande acuité les dimensions sociales et politiques de la monarchie.

  • 3 Boucher 2007, t. I, p. 196-244.

2En effet, lorsque les révolutionnaires voulurent définitivement briser le lien organique entre l’État et le roi, devenu représentant de l’État et non plus son incarnation, ils démantelèrent la Maison du roi tant ils avaient bien compris qu’elle était un outil administratif permettant au souverain d’énoncer la nature de son office. Elle fut remplacée par une simple liste civile dont le nom même traduisait un changement de nature3.

  • 4 Newton 2006, p. 315.
  • 5 Griselle 1912, p. 49-55.
  • 6 Boucher 1982, p. 367.

3Jusqu’au delphinat de Monseigneur, les dauphins possédaient, dès l’âge de sept ans, une maison particulière, qui servait à assurer leur rayonnement social4. Si Louis XIV fut roi avant même de pouvoir prétendre à une maison, son père, le futur Louis XIII, bénéficia pendant les deux ans que dura son delphinat d’une maison propre5. Mais, comme l’indique la réponse de Sainctot placée en exergue de cet article, le fils de Louis XIV ne pouvait pas s’en prévaloir. Cette décision avait été prise par Louis XIV pour des raisons tout autant budgétaires que politiques. C’était à la fois un moyen de contrôler l’entourage du dauphin, mais aussi de rehausser le prestige du prince qui était servi par les officiers du roi6. Selon la terminologie même employée par Ernst Kantorowicz, l’héritier du trône participait ainsi pleinement du corps symbolique du souverain.

  • 7 Ibid., p. 360.

4Cependant, l’État de la France semble moins catégorique sur l’inexistence d’une maison delphinale. Cet annuaire administratif, qui référençait les officiers de la Maison du roi à partir des documents conservés dans les services du département, fait explicitement référence, dans toutes ses éditions entre 1670 et 1711, à une « Maison du dauphin7 ». Faut-il en conclure que le dauphin possédait bel et bien une maison particulière ? Répondre à ces questions revient in fine à préciser encore un peu plus la nature de l’autorité delphinale et sa place si singulière dans l’organisation monarchique.

Une maison civile partagée avec le roi

5Après son passage aux hommes en 1668, le dauphin bénéficia d’un ensemble d’officiers beaucoup plus important.

Service et serviteurs du dauphin

  • 8 Sourches 1882-1893, t. XIII, p. 87-88.
  • 9 Paris, Archives nationales (désormais AN), Z1A 474 à 477.
  • 10 AN, O1 630, fos 4-89. Pour l’exemple de Gervais, voir AN, G7 1013.

6Les services de la Maison du roi mettaient à disposition 95 officiers pour s’occuper du service quotidien de Monseigneur. Ils étaient répartis comme chez le roi en une suite de départements, mais restaient sous la tutelle des officiers supérieurs de la Maison du roi. Les officiers qui passaient un trimestre (que l’on qualifiait alors de quartier) auprès du dauphin, après en avoir passé un premier auprès du roi, ne recevaient pas de lettres de provision d’office particulières pour ce service, seulement des lettres de commission. Même au service du dauphin, ils demeuraient donc toujours officiellement des officiers du roi. Le 16 avril 1712, après la mort du duc de Bourgogne, dont le service fonctionnait sur le même modèle que celui de Monseigneur, Dangeau note que « le soir, le roi conserva tous les officiers qui étaient par commission chez feu Monseigneur et chez M. le dauphin, comme les garçons de la chambre8 ». Pour cette raison, dans les registres de la Cour des aides, ils étaient donc mentionnés comme officiers du roi et jamais comme officiers du dauphin9. Pour ce service supplémentaire, leurs revenus étaient cependant augmentés de pensions, de récompenses et de gratifications. C’est ainsi que le chirurgien ordinaire de Monseigneur, Gervais, recevait par quartier 800 livres pour sa nourriture, 1 000 livres de gages, 150 livres de gratification et 200 livres de récompense, soit 2 150 livres pour le troisième trimestre de l’année 170810.

  • 11 AN, O1 3715, « État des charges de feu Monseigneur le duc de Berry oncle du roy avec l’évaluation d (...)

7La marque de dépendance la plus évidente à l’égard de la Maison du roi était l’absence d’officiers supérieurs qui avaient autorité sur les officiers inférieurs. Cette situation différenciait ainsi Monseigneur de son fils, le duc de Berry, à partir du moment où ce dernier accepta son apanage en juin 1710. Il obtint alors une maison indépendante avec, à sa tête, un premier écuyer et un premier maître d’hôtel11. En revanche, pour Monseigneur, son maître d’hôtel dépendait du premier maître d’hôtel de la Maison du roi, véritable administrateur des services, placé sous l’autorité du grand maître qui dirigeait ainsi à la fois la Bouche du roi et celle du dauphin (fig. 1).

Fig. 1 : Organisation de la Bouche de Monseigneur.

Fig. 1 : Organisation de la Bouche de Monseigneur.

© Matthieu Lahaye

  • 12 AN, O1 2985, « Mémoire pour messieurs les premiers gentilshommes de la chambre, au sujet du deuil »

8La Chambre du dauphin était l’autre grand service indispensable pour énoncer son autorité. Comme chez le roi, son chef véritable était le premier gentilhomme de la Chambre. La tradition voulait que, pour les enfants de France, le gouverneur serve aussi de premier gentilhomme. Aussi, jusqu’à sa mort en novembre 1690, le duc de Montausier fut-il titulaire de cette charge. Mais, pour ne pas laisser les serviteurs du prince gagner en autonomie par rapport à la Maison du roi, il fut remplacé par le premier gentilhomme de la Chambre qui sortait, à la fin de chaque trimestre, du service du roi. Cet officier était l’un des plus importants pour le service quotidien du roi et du dauphin. Sa place dans le cérémonial de cour était d’ailleurs centrale car il aidait le prince à se vêtir, contrôlait l’accès de l’appartement, dirigeait tous les officiers de la Chambre, dans tous ses services, notamment la Garde-Robe ; il engageait les dépenses de la Chambre, préparait les deuils du prince et réglait la journée de toute la domesticité12.

  • 13 Sourches 1882-1893, t. VI, p. 91.
  • 14 AN, O1 29, fo 428 et AN, Z1A 477, fo 5.

9Plus que la Bouche, la Chambre du dauphin ne constituait pas un noyau d’officiers homogène puisqu’une partie d’entre eux étaient détachés de la Maison du roi. Cette dualité s’expliquait en partie par le fait que les officiers qui avaient servi le prince depuis sa naissance n’étaient pas renvoyés au moment où l’héritier passait aux hommes13. D’une manière très étrange, le nom de ces officiers ainsi que le montant de leurs gages n’étaient pas inscrits sur les registres déposés à la Cour des aides, à l’exception de l’écuyer de Monseigneur, puis premier valet de chambre en 1706, Hyacinthe de Gauréault Dumont, indiqué comme écuyer ordinaire dans la Maison du roi14. Ce dernier avait été détaché de la Petite Écurie du roi pour s’occuper des chevaux de Monseigneur. Au fil des années, il était devenu un intime du prince, mais sans pour autant quitter son corps d’origine. L’entrée au service de Monseigneur ne donnait d’ailleurs pas lieu systématiquement à l’expédition des lettres par le secrétaire d’État de la Maison du roi. Si le précepteur, le sous-précepteur ainsi que le gouverneur-premier gentilhomme de la Chambre et le sous-gouverneur en recevaient, il n’en allait pas de même pour les autres officiers.

  • 15 Saint-Simon 1879-1928, t. XIII, p. 320.
  • 16 Ibid.
  • 17 AN, O1 38, fo 374.
  • 18 Nanterre, archives départementales des Hauts-de-Seine (désormais ADHS), 3E 33, liasse 1.

10C’est le cas du premier valet de chambre de Monseigneur, Michel Thomassin, dit Joyeux (1616?-22 avril 1706), choisi par le duc de Montausier pour devenir valet de chambre du dauphin. Il le rencontra dans l’entourage d’Anne d’Autriche dont il était le maître de la Garde-Robe. Ce « bel homme et fort bien fait15 », selon Saint-Simon, avait non seulement facilité les intrigues amoureuses du roi, mais avait su se faire remarquer grâce à ses qualités de danseur. Il en avait gardé un problème au bassin, qui l’obligeait, vieillissant, à marcher presque ployé en deux. Selon le « petit duc », le roi « l’avait mis auprès de Monseigneur comme un homme de confiance », chargé de surveiller l’entourage du prince et d’ailleurs « sa cour intérieure était en grand ménagement et fort en contrainte16 ». Monseigneur ne semble pas avoir nourri de proximité particulière avec lui. S’il n’eut pas de lettres de nomination particulières, lorsqu’il reçut des lettres d’état en 1694 le secrétaire d’État de la Maison du roi le qualifiait bien de « premier valet de Monseigneur17 ». De même, lorsque le 22 avril 1706 le bailli de Meudon, François de Vauclin de Lambreuil, apposa les scellés sur son appartement, il le qualifiait aussi de « premier vallet de chamb[re] de Monseigneur18 ».

  • 19 Dangeau 1854-1860, t. VIII, p. 60.

11Cette incertitude administrative ne devait pas diminuer ses responsabilités auprès du dauphin qui étaient identiques à celles de ses quatre collègues auprès du roi étudiées par Mathieu da Vinha. Le valet de chambre participait au lever du prince ainsi qu’aux repas pris en l’absence du roi. Il se tenait alors derrière le fauteuil de Monseigneur. Pour autant, le premier valet de chambre ne couchait pas dans la chambre du dauphin, à la différence de ceux du roi. Dangeau, en racontant l’indigestion dont fut pris le dauphin, le soir du samedi 19 mars 1701, se réjouissait que la crise ne soit pas survenue dans la nuit « parce qu’il ne fait coucher personne dans sa chambre19 ».

  • 20 Ibid., t. IV, p. 274 et t. V, p. 320. Sur cette question, voir Da Vinha 2004, p. 106-114.
  • 21 Mercure galant, avr. 1706, p. 369.

12Pour tout ce qui regardait la chambre et la cassette personnelle de Monseigneur, il était l’adjoint privilégié du premier gentilhomme de la Chambre. De même qu’Alexandre Bontemps, dont Michel Thomassin semble avoir été l’ami selon Saint-Simon, était gouverneur de Versailles et de Marly, lorsque Monseigneur acquit par héritage des maisons particulières, Thomassin en devint gouverneur. Ce fut le cas pour Choisy en 1693 et pour Meudon en décembre 169520. Sa tâche était relativement prenante, car le premier valet de chambre du dauphin servait toute l’année et non pas un trimestre par an comme ceux du roi. Pour cette raison, et parce que Michel Thomassin resta fort vieux dans sa charge, il fut très rapidement secondé par quatre valets de chambre ordinaires à la sortie de leur service auprès du roi21.

  • 22 Pour Étienne Romeur, voir AN, Y 275, fo 131. Pour le reste, voir ADHS, 333, 2nd dossier, testamen (...)

13Les deux premiers valets de chambre que Monseigneur eut à son service, Thomassin et Dumont, eurent à leur disposition, pour mener à bien cette lourde tâche, d’importants moyens matériels et humains. À sa mort, Michel Thomassin bénéficiait de deux carrosses et de sept chevaux. Quatre chevaux de selle lui permettaient d’inspecter le domaine de Meudon ou de faire rapidement des allers et retours entre Meudon et Versailles. Un postillon et un palefrenier nommé Étienne Romeur demeuraient d’ailleurs en permanence à son service. Il disposait aussi d’un valet de chambre, un dénommé Féron, qui, en 1706, reçut en héritage de son maître la rondelette somme de 4 000 livres. Le secondait dans son activité administrative un secrétaire, le sieur Cournay. Dans son logement, situé dans les communs du château de Meudon, étaient aussi installés ses bureaux où s’effectuait l’essentiel du travail de gestion du domaine et de la Chambre du dauphin. C’est ainsi qu’on s’explique la présence d’une petite dizaine de bureaux mentionnés dans son inventaire après décès, dont un seul seulement avait un tiroir fermé à clef dans lequel le domestique rangeait ses papiers personnels et ceux utiles à sa charge22.

Une maison informelle

14L’absence de provisions d’offices et de listes rigoureuses d’officiers servant le dauphin rend très difficile le décompte exact de domestiques à son service. À mesure que le prince vieillissait et qu’il s’attachait un nombre plus important de domestiques, notamment après l’acquisition de Meudon en 1695, l’étrange sentiment de voir se constituer une maison informelle, en parallèle à celle du roi, se dégage. Que penser en effet d’un dénommé François Sallentin, officier du département des Bâtiments, mais qui, lorsqu’il se maria avec Catherine Taupin, le 23 novembre 1706, déclarait être « officier de Monseigneur en son château de Meudon » ? Il avait d’autant plus raison de l’affirmer que Monseigneur signa son contrat de mariage, ne croyant pas devoir le soumettre préalablement au roi comme cela se faisait traditionnellement pour les officiers importants de la Maison du roi. Monseigneur le sollicitait aussi pour travailler dans son appartement de Versailles. Sourches affirme que le samedi 19 mars 1701, alors que le dauphin était pris d’une violente crise pendant la cérémonie de son coucher, « un garçon qui avait soin de ses chiens, nommé Salentin », lui desserra les dents à l’aide du couteau qu’il gardait dans sa poche.

  • 23 ADHS, 3E 33, 3E 35 (1708), 338 (1711), Sourches 1882-1893, t. VII, p. 34 ; Montigny-le-Bretonneux (...)

15Dans les archives notariales de Meudon (1708 et 1711), on rencontre une foule de domestiques appartenant à Monseigneur, pourtant jamais cités dans les états de la Maison du roi. Il en va ainsi de François Binet, garde à cheval des jardins de Monseigneur, de François Coulza et d’Alphonse Fournier, « gardes des plaisirs de Monseigneur en son parc de Meudon », ou Claude Renard, « jardinier de Monseigneur ». Mais d’autres qui travaillaient à Meudon relevaient bien du service des Bâtiments du roi, comme Valentin Loppin, Michel Loppin ou Julien Chevillard, « fontainiers de S. M. dans le parc de Meudon ». Comment expliquer cette nuance administrative ? Seulement parce que ces derniers recevaient leurs gages de la Maison du roi, tandis que les domestiques de Meudon étaient payés sur les revenus du domaine, qui s’élevaient à environ 40 000 livres23.

  • 24 Newton 2006, p. 194-195.
  • 25 État de la France 1698, t. II, p. 16.
  • 26 AN, O1 753, fo 29.
  • 27 AN, G7 1008, dossier avril-mai 1707, « Payement demandé du 3 mai 1707 ».

16Le caractère informel ou diffus de la Maison du dauphin était encore accentué par l’absence de communs chez le prince car seules douze personnes pouvaient manger « à la table de la desserte de Monseigneur le dauphin24 ». La plupart des officiers n’étaient pas nourris par les services de la Maison du roi. En compensation, ils recevaient des livrées en nature ou en argent. Ainsi les officiers du Gobelet percevaient 3 livres pour chaque repas que Monseigneur faisait à son Petit Couvert, mais rien lorsque le dauphin dînait avec le roi au Grand Couvert, car il était alors servi par les officiers en quartier auprès du souverain25. Pierre Ciez, garçon de la Garde-Robe du dauphin, reçut ainsi la somme très confortable de 730 livres « pour sa nourriture pendant l’année dernière 1680 à raison de 40 sols par jour26 ». Lorsque les livrées se faisaient attendre, les officiers n’avaient donc plus que leurs seuls gages pour subsister. C’est pourquoi, dans un contexte financièrement tendu comme celui du début du xviiie siècle, Dupuy, le trésorier général de la Maison du roi, n’hésitait pas à réclamer au contrôle général la « mise en fond » rapide des gages afin de procéder à leur paiement. Le 3 mai 1709, il intercéda pour les officiers « qui servent le quartier d’avril chez Monseigneur, lesquels en ont un extrême besoin pour subsister, n’ayant pas bouche à cour27 ».

17Il est donc clair que le nombre des officiers au service de Monseigneur dépassait très nettement les 120 officiers recensés par les États de la France (95 officiers prêtés par la Maison du roi et ses 25 officiers propres). Tous ces officiers supplémentaires constituaient une espèce de maison informelle, renforcée avec l’acquisition du domaine de Meudon. Cette anarchie comptable participait du statut ambigu du dauphin. Énoncer sa dignité de prince héritier et successeur nécessitait une domesticité importante, mais sa qualité de fils du roi le contraignait à dépendre de la même structure administrative que celle de son père. Appartenir à la Maison du roi était certes une source de grand prestige pour le dauphin, mais aussi une dépendance évidente. On lui avait demandé en somme de troquer son indépendance en échange d’un capital symbolique et financier important.

Une maison contrôlée par le roi

18Le roi gardait un droit sur les nominations des officiers ou des commissaires qui entouraient le dauphin. Il en allait de même pour ce que l’État de la France appelle la Maison militaire du prince.

Les nominations dans la Maison militaire du dauphin

  • 28 Vincennes, Service historique de la défense (désormais SHD), archives de la Guerre (désormais AG), (...)

19Elle se composait de trois régiments (infanterie, cavalerie et dragons) ainsi que de deux compagnies de gendarmes et de chevau-légers. À première vue, Monseigneur ne semble pas s’être impliqué personnellement dans la gestion du personnel de sa maison militaire. Le Service historique de la défense de Vincennes conserve un document très rare pour le règne de Louis XIV, un « État des services des officiers du régiment de cavallerie de Monseigneur le dauphin fait au camp de Rastat le 22 septembre 1707 » qui détaille le nom des officiers (maître de camp, lieutenant-colonel, capitaine et major) ainsi que leurs parcours et leurs faits d’armes28. D’une manière assez traditionnelle, il apparaît que, pour les officiers subalternes, l’entrée dans le régiment de cavalerie du dauphin se faisait par l’achat d’une compagnie ou à la suite d’une réorganisation des armées. Ainsi, Pierre Deydier, né en 1665, capitaine depuis le 29 avril 1692 et major du régiment le 11 février 1705, demeurant à Toulon, avait commencé sa carrière militaire à dix-huit ans dans la marine du roi. À vingt-deux ans, il entra dans la deuxième compagnie de mousquetaires du roi, d’où il sortit pour devenir cornette dans le régiment de cavalerie de Béthune à la faveur d’un brevet octroyé par le secrétaire d’État dont il fallait solliciter l’accord. En 1692, il acheta une compagnie dans le régiment avant d’être réformé avec la paix de Ryswick (1697). Alors que la guerre de Succession d’Espagne commençait, il fut réincorporé à nouveau dans l’armée, en 1702, dans le régiment Dauphin.

  • 29 SHD, AG, 1Yc 280.

20D’une manière générale, les capitaines de cavalerie Dauphin venaient très majoritairement d’autres régiments et obtenaient leur charge plutôt en fin de carrière. Pour le régiment d’infanterie du dauphin, créé en 1667, il semble que les officiers n’entretenaient pas plus de liens directs avec l’héritier du trône29. En allait-il de même pour les compagnies de gendarmes et de chevau-légers ?

  • 30 Sévigné 1972-1978, t. I, p. 1116.
  • 31 Ibid., p. 67, lettre de Mme de Sévigné à Mme de Grignan, Livry, 21 août 1675.
  • 32 Ibid., p. 147, lettre de Mme de Sévigné à Mme de Grignan, aux Rochers, 30 oct. 1675.
  • 33 Ibid., p. 157.
  • 34 Ibid., p. 1159.

21Le cas de Charles de Sévigné, fils de la célèbre épistolière, peut nous le laisser penser. Ce dernier acheta, le 18 avril 1670, à François Caumont de Lauzun, la charge de guidon des gendarmes Dauphin, créée en 1666, pour la somme de 75 000 livres. Le choix de cette compagnie s’explique par la présence de son cousin, La Trousse, qui en était capitaine-lieutenant. Il espérait ainsi pouvoir monter rapidement en grade30. Ses espoirs furent quelque peu trompés au point que sa mère lui reprocha d’avoir accepté de prendre cette place subalterne. En 1675, il avait du mal à trouver mieux car « tout ce qui vaque est demandé par des frères blessés, et par des familles si désolées qu’on est honteuse d’aller barrer leur chemin inutilement31 ». À la fin d’octobre 1675, une opportunité sembla pourtant se présenter. François Caumont de Lauzun, frère du célèbre Lauzun, avait reçu la permission de vendre sa charge d’enseigne, supérieure à celle de guidon. Mme de Sévigné aurait voulu que son fils l’obtienne32. En vain ! Charles de Sévigné ne fit l’acquisition de cette charge qu’en février 1677 en échange de celle de guidon à laquelle s’ajoutèrent 11 000 livres. Le 11 juin de la même année, il progressa dans la hiérarchie de la compagnie en rachetant la sous-lieutenance à Charles de La Fare contre sa charge d’enseigne en y ajoutant toutefois 36 000 livres33. Comme dans l’intervalle La Trousse avait été nommé lieutenant général, Sévigné se trouvait de fait à la tête du régiment des gendarmes Dauphin. Il courait cependant le risque que son cousin vende sa charge de capitaine-lieutenant, ce qui l’aurait à nouveau placé au second rang. Pour cette raison, en 1683, il était candidat à l’achat d’une sous-lieutenance des chevau-légers du roi. Comme on la lui refusa, il décida de quitter le service et, le 22 janvier, il vendit sa sous-lieutenance des chevau-légers du dauphin à Charles de L’Aubespine, sieur de Verderonne, moyennant 42 000 livres payées comptant et 42 000 livres payables sous un an, soit 84 000 livres34. À chaque vente ou achat, Charles de Sévigné devait demander l’autorisation du secrétaire d’État de la Guerre. Ce dernier en parlait-il avec le dauphin ?

22Malgré tout, on est bien obligé de conclure que la Maison militaire du dauphin existait surtout dans l’État de la France, mais le prince n’avait que peu d’autorité sur elle.

Une comptabilité contrôlée par le roi

23Plus encore que les nominations, l’ensemble des dépenses engagées par les officiers du dauphin restait sous le contrôle du roi. Pour cette raison, aucune dépense quotidienne du dauphin n’échappait au circuit administratif complexe au centre duquel se trouvait le souverain. Pour le comprendre, il est nécessaire de rappeler quelques points fondamentaux sur l’organisation financière de la maison.

  • 35 Mériot 1973, p. 90-91.

24Elle était composée d’un ensemble de onze caisses, dirigées chacune par un trésorier qui travaillait avec le Contrôle général d’une part et le Trésor royal d’autre part. Les trésoriers les plus importants étaient ceux des Bâtiments, des Menus Plaisirs, de l’Argenterie, de la Chambre aux deniers, des Écuries et celui de la Maison du roi qui réglait les gages des officiers. À côté, on trouvait des trésoriers qui brassaient moins d’argent, mais demeuraient néanmoins essentiels pour exprimer l’autorité du roi et du dauphin, puisqu’ils payaient les offrandes, la vénerie, la prévôté de l’hôtel, juridiction de la cour, enfin les Suisses de la garde du roi, les cent gentilshommes et les gardes du roi, qui assuraient la sécurité de la famille royale. Il n’existait donc pas une caisse spécifique pour le dauphin. Ses dépenses étaient payées par les onze caisses, de la même manière que pour le roi. Or, une dépense, avant d’être effectivement payée, devait d’abord être engagée, liquidée, ordonnancée puis assignée35.

  • 36 AN, O1 3095, « Argenterie, Menus Plaisirs et affaires de la chambre du roy ».

25Pour une plus grande clarté du propos, les différentes opérations comptables et les communications formalisées ou informelles entre les services nécessaires pour les dépenses du dauphin sont présentées sur ce schéma. Sa réalisation demande de sacrifier cependant la complexité d’une procédure qui tenait beaucoup plus de la coutume que d’une règle intangible. Par ailleurs, si ce schéma demeure un canevas utile, la pratique comptable différait assez sensiblement en fonction des départements de la Maison du roi, notamment pour ceux qui ordonnaient les dépenses et ceux qui les payaient effectivement. Elle variait aussi selon le caractère ordinaire ou extraordinaire de la dépense. Par ordinaire, les comptables de la Maison du roi entendaient les dépenses qui pouvaient se prévoir, et, par extraordinaire, celles qui n’étaient pas prévisibles ou dont le montant ne pouvait l’être au regard de l’inflation. Dans le premier cas, le circuit administratif était plus court puisque des états étaient dressés en début d’année, tandis que, dans le second, il nécessitait des jeux d’écritures comptables plus complexes36. Les dépenses extraordinaires constituaient plus des deux tiers de l’ensemble des dépenses.

Fig. 2 : Tentative de reconstitution des mécanismes de la dépense dans la Maison du roi.

Fig. 2 : Tentative de reconstitution des mécanismes de la dépense dans la Maison du roi.

© Matthieu Lahaye

  • 37 AN, O1 2815, fo 44.
  • 38 AN, O1 2985.

26Toutes les dépenses ordonnées pour le service de Monseigneur passaient plusieurs fois entre les mains du roi (fig. 2). En effet, depuis 1661 et la chute de Fouquet, Louis XIV signait toutes les ordonnances de paiement préparées par le Contrôle général. Ensuite, les trésoriers de la Maison du roi faisaient vérifier leurs comptes par le roi qui leur délivrait des « lettres de validation37 » avant qu’ils ne soient expédiés, avec tous les justificatifs, à la Chambre des comptes. Par ailleurs, les ordonnances de paiement ordinaire étaient émises en fonction d’états d’officiers ou de menus également signés par le roi. C’est pour cette raison que le Contrôle général refusait parfois d’accepter le paiement d’une dépense quand il constatait que les états ne correspondaient pas à ceux envoyés par les ordonnateurs. Le paiement en lui-même ne pouvait avoir lieu que si le bénéficiaire était muni de son ordonnance de paiement sur laquelle était indiquée l’assignation de la dépense, c’est-à-dire le nom de la caisse auprès de laquelle il pouvait retirer son argent. Il s’agissait la plupart du temps de l’une des onze caisses de la Maison du roi, ou bien du Trésor royal quand il était question d’une pension par exemple. Un officier du dauphin et du roi devait donc s’adresser à plusieurs caisses pour obtenir l’intégralité de ses revenus. Pour ses gages, il se rendait chez le trésorier de la Maison du roi, pour ses livrées auprès du trésorier de la Chambre aux deniers et pour ses pensions auprès du Trésor royal. Encore fallait-il que le trésorier ait reçu du Contrôle général l’ordre de payer. Cet ordre était donné par des documents que les sources appellent des « feuilles de distribution » ou des « états de paiement » qui permettaient de « faire un fond ». Alors seulement le trésorier délivrait la somme prévue en échange d’une quittance qu’il transmettait au Trésor royal afin d’être remboursé38.

  • 39 AN, G7 1013, lettre de Sourches à Desmarets, Versailles, 27 mars 1709.
  • 40 AN, G1013.

27La communication entre le Contrôle général et les officiers de la Maison du roi se faisait le plus souvent par écrit. Alors que le grand prévôt, Sourches, établit les détachements nécessaires pour assurer la sécurité de Monseigneur, pressenti pour diriger la campagne de 1709, il adresse au Contrôle général son mémoire accompagné d’une lettre dans laquelle il demande « la bonté de l’examiner et de donner vos ordres pour nous faire toucher de l’argent comme vous avez eu la bonté de le faire espérer à vostre très humble et très obéissant serviteur39 ». Comme le suggère la fin de cette lettre, il n’était pas rare non plus que ces contacts soient directs lors de l’audience ou bien du déjeuner public du contrôleur général. Il n’était pas rare que les officiers soient convoqués par les commis du contrôleur général à l’aide de petits billets dont la sous-série G7 conserve quelques exemples40.

  • 41 AN, G7 1011, « Garde-robe de madame la duchesse de Bourgogne ».

28Cet ensemble complexe de jeux d’écritures était nécessaire pour chacune des dépenses du dauphin, qui dépendait donc étroitement du bon vouloir du roi et du contrôleur général. Ils étaient nettement plus nombreux que pour la duchesse de Bourgogne, dont la maison bénéficiait de procédures administratives et de paiement autonomes. Les dépenses ordinaires était payées par le trésorier de la maison sur les simples quittances émises par la première dame d’atours, tandis que l’extraordinaire, correspondant à près de la moitié des dépenses, était payé par de simples ordonnances signées par la duchesse de Bourgogne avec l’indication du « trésorier qui donne en paiement de pareilles ordonnances sur le Trésor royal avec ses quittances41 ».

Tentative d’évaluation des dépenses de la Maison du roi pour le dauphin

29À la différence des dépenses ordinaires, les dépenses extraordinaires étaient variables, ce qui complique encore l’estimation des dépenses engagées par les trésoriers de la Maison du roi pour le service du dauphin. Pour l’année 1681, si l’on s’y essayait sur la base de la comptabilité Colbert, il faudrait ajouter aux dépenses déjà calculées celles-ci (fig. 3).

Fig. 3 : Tentative d’évaluation des dépenses du dauphin pour l’année 1681.

Trésoriers

Dépenses ordinaires

Dépenses extraordinaires

Total

Chambre aux deniers

117 597 l. 4 s.

Pas distingué du roi

117 597 l. 4 s.

Trésoriers de l’Argenterie et des Menus

61 140 l. 11 s. 2 d.

94 544 l. 10 s. 10 d.

155 685 l. 2 s.

Trésorier des Offrandes

néant

3 707 l. 4 s.

3 707 l. 4 s.

Trésorier de la Maison du roi

29 270 l.

néant

29 270 l.

Trésorier des Écuries

pas distingué du roi

2 962 l. 10 s.

2 962 l. 10 s.

Trésorier des Bâtiments

pas distingué du roi

142 l. 17 s.

142 l. 17 s.

Comptant dans la main du dauphin

66 000 l.

néant

66 000 l.

Trésor royal (pensions)

57 500 l.

néant

57 500 l.

Total

432 864 livres 15 sols

© Matthieu Lahaye

  • 42 Duma 1995, p. 403 ; Roche 1967, p. 242 ; et les corrections apportées par Béguin 1999, p. 278-281.
  • 43 Colbert 1861-1882, t. II, vol. 2, p. 774-783, notamment p. 782 et 783.

30Le total, qui demeure une estimation basse, dans la mesure où il a été difficile de toujours distinguer les dépenses du roi de celles du dauphin dans toutes les comptabilités des caisses, correspond à une somme considérable, alors même qu’en 1681 le prince ne fit pas beaucoup appel au trésorier des Bâtiments. Il est des années où ce poste de dépenses pouvait dépasser, notamment après l’acquisition de Meudon en 1695, 200 000 livres. Par ailleurs, le « comptant dans la main du dauphin », encore appelé « cassette de Monseigneur », passa à 600 000 livres par an à partir de mai 1699. En somme, il faut nous contenter pour le début du xviiie siècle d’une approximation entre un million et un million et demi de livres par an. Cette somme correspond à peu près au niveau de revenus des Condé au tout début du xviiie siècle et à ce que dépensaient, chaque année, les héritiers du comte de Toulouse, les Bourbon-Penthièvre, tout au long de ce siècle42. La différence notable avec ces lignages aristocratiques tenait au fait que ces revenus ne découlaient pas de propriétés mobilières et immobilières, le prince n’étant pas apanagé. Ils étaient tirés du seul prélèvement fiscal. En 1681, les recettes du Trésor royal avoisinant les 96 300 000 livres, les dépenses du dauphin équivalaient à 1,5 % des revenus de la royauté. Seules ses dépenses considérables permettaient au prince de maintenir son rang et d’affirmer son autorité43.

Une maison qui essaie de s’autonomiser au début du xviiie siècle

31Le dauphin ne possédait donc que peu de marge de manœuvre dans le fonctionnement financier de sa maison. Son autonomie comptable reposait uniquement sur ce que les comptes des Bâtiments du roi appelaient « la cassette de Monseigneur », et Jean-Baptiste Colbert, dans ses documents comptables, le « comptant dans la main du dauphin » pour « ses plaisirs ».

  • 44 Paris, Bibliothèque nationale de France, mélanges Colbert, vol. 306, fo 231.
  • 45 Dangeau 1854-1860, t. VII, p. 77.

32La ligne budgétaire prévue à cet effet ne cessa d’augmenter au cours de la vie du prince. Sur le dernier exercice comptable tenu par Colbert, en 1682, il était prévu de laisser à la libre disposition du prince 66 000 livres par an, soit 5 500 livres par mois, contre 144 000 livres par an pour le roi44. Entre 1682 et 1699, à une date que nous avons du mal à préciser, compte tenu de sources comptables moins rigoureusement tenues que sous Colbert, le comptant du prince atteignit 150 000 livres. Cette augmentation avait été décidée en partie pour compenser la dévaluation de la livre. Dangeau est plus précis quant à la dernière augmentation dont le prince bénéficia, le 3 mai 1699 : « […] Monseigneur n’avait que 1 500 pistoles par mois, et le roi présentement lui fera donner 50 000 francs par mois45 », soit 600 000 livres par an, ce qui est considérable. En comparaison, les 40 000 livres de revenus que le dauphin tirait de son domaine de Meudon depuis 1696 paraissaient quelque peu ridicules.

  • 46 Ibid., t. XIII, p. 437.

33Au regard de l’estimation que nous avons proposée quant aux dépenses engagées par la Maison du roi pour l’entretien du prince à la fin du xviie siècle, quasiment la moitié du budget du dauphin était gérée directement par le prince, même si ses revenus provenaient toujours du Trésor royal46.

34Cette montée en puissance de l’autonomie financière de l’héritier du trône vient confirmer l’émancipation de Monseigneur au tournant du xviiie siècle. Doté d’un domaine depuis 1695, de la libre disposition de fonds importants ainsi que d’une ligne politique claire sur la question espagnole, Monseigneur existait matériellement et politiquement de plus en plus indépendamment du roi. Au moment où le dauphin se préparait à incarner le corps symbolique de la monarchie, il prenait de la distance avec le corps réel du souverain comme pour mieux montrer sa capacité à succéder.

  • 47 Saint-Simon 1879-1928, t. XXI, p. 50.
  • 48 SHD, AG, A1 826, fo 129, lettre de Saint-Pouange à Louvois, s. l., 1er nov. 1688.

35Il est difficile d’aborder le fonctionnement de cette cassette, faute de comptabilité. À en croire Saint-Simon, celle-ci existait pourtant bien puisqu’elle aurait été tenue par le prince lui-même : « Son arrangement était extrême pour ses affaires particulières, nous apprend-il, il écrivait lui-même toutes ses dépenses prises sur lui ; il savait ce que lui coûtaient les moindres choses47. » Ces documents, comme les autres, ont le plus vraisemblablement disparu avec les très nombreux papiers du prince brûlés après sa mort. Les quelques sources éparses qui subsistent sur les cassettes des princes permettent néanmoins de schématiser un fonctionnement comptable. À la différence de la Maison du roi, il était aussi simple que souple et demeurait sous l’entier contrôle du dauphin. Ce n’était pas le premier gentilhomme de la Chambre qui était responsable de cette cassette, mais le premier valet de chambre. C’est lui qui, chaque mois, se rendait au Trésor royal pour percevoir l’argent en liquide. C’est lui aussi qui distribuait les fonds que Monseigneur dépensait, comme ce 1er novembre 1688 où le prince fit porter à « M. de Vauban par son premier valet de chambre48 » 1 000 louis pour le remercier de la magnifique campagne qu’il avait orchestrée pour lui, de la prise de Philippsburg à Mannheim.

  • 49 Dangeau 1854-1860, t. VII, p. 77.
  • 50 Ibid., t. XIII, p. 437.

36Les finances personnelles de Monseigneur demeuraient la plupart du temps déficitaires. Aussi, début mai 1699, avait-il déjà emprunté 500 000 livres, ce qui représentait alors plus de trois ans de revenus. Ce fut l’une des raisons qui justifièrent l’augmentation de la pension que le roi versait au prince49. À sa mort, le prince aurait laissé 300 000 livres de dettes selon Saint-Simon, ou 100 000 écus (500 000 livres) d’après Dangeau, ce qui, dans les deux cas, apparaît raisonnable compte tenu du capital de Monseigneur que Dangeau estimait à 500 000 écus, soit 2,5 millions de livres. Il est cependant difficile de trancher entre le mémorialiste et le diariste car les inventaires dressés à la mort du prince l’ont été sous seing privé et ne nous sont pas parvenus50.

  • 51 Ibid., p. 396.

37Cette cassette servait à Monseigneur à mobiliser les marqueurs sociaux capables de rendre plus lisible dans l’espace sa position d’héritier du trône. Outre le jeu, le dauphin consacra une part importante de sa cassette au mécénat, mais aussi à la collection des beaux chevaux. À partir de mai 1693, semble-t-il, le dauphin installa en Normandie, à la lisière de la forêt de Saint-Sauveur-le-Vicomte, non loin du fief de son écuyer, Hyacinthe de Gauréault Dumont, un haras qui abritait une dizaine d’étalons. En 1705, Dumont fut remplacé à la tête de l’établissement par son neveu, Henri de Casaus, qui devint d’ailleurs plus tard inspecteur des haras de la généralité. Il n’est pas possible de pousser très loin la connaissance de cet établissement car une bonne partie des archives de la Manche furent détruites durant la Seconde Guerre mondiale, mais aussi parce qu’il fut rapidement fermé après la mort de Monseigneur, comme l’écrit Dangeau le 26 avril 1711 : « Le roi ne conservera point le haras que Monseigneur avait en Normandie ; […] cela était d’une grande dépense et d’un assez difficile entretien51. »

  • 52 Paris, bibliothèque de l’Arsenal, Ms 6602, fos 5-13. Pour le nombre de chevaux, voir État de la Fra (...)

38À partir de 1695, Monseigneur avait besoin de place pour ses chevaux car, en 1682, il monta, sur ses fonds propres, un équipage de chasse au loup indépendant de celui du roi. Il était dirigé par Heudicourt qui disposait de quatre lieutenants ordinaires. La bibliothèque de l’Arsenal conserve un compte de cette louveterie de Monseigneur pour le mois de juillet 1710. Les dépenses y sont détaillées, que ce soit pour les achats de nourriture nécessaire aux vingt chevaux de selle ou encore les menues dépenses, notamment celle de chocolat dont Monseigneur était friand (10 sols en juillet 1710) et qu’il venait peut-être consommer avant ou après la chasse52. En ce mois d’été, Monseigneur dépensa 1 433 livres, 10 sols et 6 deniers pour son fonctionnement, sachant qu’il ne payait qu’une toute petite partie des bottes de foin (454 bottes) et de paille (251 bottes), le reste étant livré directement par les écuries du roi. Au risque d’une évaluation assez approximative, dans la mesure où les dépenses de cette louveterie fluctuaient de mois en mois en fonction des prix du setier d’avoine et d’orge, on peut cependant avancer que, sur la base des dépenses de juillet 1710, la louveterie coûtait au prince près de 17 214 livres, 15 sols, soit 11 % de ses revenus avant 1699 et moins de 3 % après leur augmentation au début du xviiie siècle. À la mort du dauphin, cet équipage, qui était considéré par Dangeau comme une simple excroissance de la Louveterie du roi, fut dissous.

  • 53 Saint-Simon 1879-1928, t. XXI, p. 51.
  • 54 Ibid.
  • 55 Ibid.

39En sus des dépenses pour ses Menus Plaisirs, Monseigneur allouait des petites pensions à quelques domestiques et des « aumônes au curé et aux capucins de Meudon53 », nous apprend Saint-Simon. Il donnait aussi une pension à Marie-Émily Joly de Choin. Selon Saint-Simon, elle recevait de Monseigneur, « avare au-delà de toute bienséance54 », la modique somme de 400 louis par trimestre « quoi qu’ils valussent55 ». En 1709, cette pension représentait 20 800 livres.

40Tout au long de sa vie, Monseigneur utilisa sa cassette personnelle pour compléter les revenus octroyés par le roi. Ce fut particulièrement probant pendant les quinze années où le dauphin put jouir du domaine de Meudon-Chaville car les services des Bâtiments inscrivaient dans des chapitres séparés les dépenses prises en charge par le trésorier des Bâtiments et celles payées sur la « cassette de Monseigneur » (fig. 4).

Fig. 4 : Dépenses pour le domaine de Meudon et de Chaville (en livres) d’après les Comptes des Bâtiments du roi sous le règne de Louis XIV, éd. J. Guiffrey, Paris, Imprimerie nationale, 1881-1901, 5 vol.

Fig. 4 : Dépenses pour le domaine de Meudon et de Chaville (en livres) d’après les Comptes des Bâtiments du roi sous le règne de Louis XIV, éd. J. Guiffrey, Paris, Imprimerie nationale, 1881-1901, 5 vol.

© Matthieu Lahaye

41Il apparaît clairement que jusqu’en 1698 l’administration des Bâtiments supportait seule les dépenses d’entretien et de travaux du château de Meudon. Lorsque la guerre de Succession d’Espagne tarit quelque peu les disponibilités financières de l’administration, le dauphin n’en renonça pas pour autant à ses projets d’aménagement de son domaine. Pour cette raison, il prit le relais et finança quasiment seul la construction de la chapelle, la réfection de l’aile des marronniers et l’aménagement de jardins splendides (1703). Il en fit de même lors de la deuxième campagne de travaux en 1709, qui permit la construction du château-neuf financée dans sa presque totalité par les deniers du prince.

42L’existence d’une Maison du dauphin reste une question complexe et ambiguë. Assurément le dauphin ne possédait pas de maison au sens administratif et symbolique du terme. Cependant, la pratique comptable montre que les gestionnaires de la Maison du roi distinguaient les dépenses du roi de celles du dauphin, ce qui laisse bien penser que la maison du prince existait, au moins d’un point de vue comptable. Mais cet enchevêtrement entre les intérêts domestiques du dauphin et ceux du roi montre les contraintes qui reposaient sur l’héritier du trône, une dépendance extrême à l’égard du roi, seigneur et père. Profondément marqué par la culture politique absolutiste, le dauphin ne contesta jamais cet ordre des choses car il était d’accord avec l’idée que Louis XIV devait disposer d’une liberté souveraine de décider. On comprend donc pourquoi ce prince effacé n’eut pas les faveurs des historiens, en dépit d’une certaine fascination persistante pour celui qui devait hériter de tout et n’eut rien. Saint-Simon résume, avec son génie habituel, cette ambivalence en une formule terrible :

  • 56 Ibid., p. 88-89.

Je me suis un peu longuement arrêté sur ce prince presque indéfinissable, parce qu’on ne peut le faire connaître que par des détails. On serait infini à les rapporter tous. Cette matière d’ailleurs est assez curieuse pour permettre de s’étendre sur un dauphin si peu connu, qui n’a jamais été rien, ni de rien, en une si longue et vaine attente de la Couronne56.

Haut de page

Bibliographie

Béguin Katia, 1999, Les princes de Condé : rebelles, courtisans, mécènes dans la France du Grand Siècle, Seyssel, Champ Vallon.

Boucher Jacqueline, 1982, « L’évolution de la Maison du roi : des derniers Valois aux premiers Bourbons », xviie siècle, no 137, oct.-déc., p. 359-377.

— 2007 [1981], Société et mentalités autour de Henri III, Paris, H. Champion.

Colbert Jean-Baptiste, 1861-1882, Lettres, instructions et mémoires de Colbert, éd. P. Clément, Paris, Imprimerie impériale, 10 vol.

Dangeau Philippe de Courcillon, marquis de, 1854-1860, Journal du marquis de Dangeau […] avec les additions inédites du duc de Saint-Simon, éd. E. Soulié et al., Paris, F. Didot, 19 vol.

DVinha Mathieu, 2004, Les valets de chambre de Louis XIV, Paris, Perrin.

Duma Jean, 1995, Les Bourbon-Penthièvre (1678-1793) : une nébuleuse aristocratique au xviiie siècle, Paris, Publications de la Sorbonne.

Griselle Eugène, 1912, État de la Maison du roi Louis XIII, de celles de sa mère, Marie de Médicis ; de ses sœurs, Chrestienne, Élisabeth et Henriette de France ; de son frère, Gaston d’Orléans ; de sa femme, Anne d’Autriche ; de ses fils, le dauphin (Louis XIV) et Philippe d’Orléans, comprenant les années 1601 à 1665, Paris, P. Catin.

Lahaye Matthieu, 2013, Le fils de Louis XIV : Monseigneur le Grand Dauphin, 1661-1711, Seyssel, Champ Vallon.

LRoux Nicolas, 2007, « La Maison du roi sous les premiers Bourbons : institution sociale et politique », dans Ch. Grell et B. Pellistrandi (dir.), Les cours d’Espagne et de France au xvie siècle, Madrid, Casa de Velázquez, p. 13-40.

Mériot Claude, 1973, La comptabilité publique au xviiie siècle, thèse de doctorat dactylographiée, université Paris II.

Newton William, 2006, La petite cour : services et serviteurs à la cour de Versailles au xviiie siècle, Paris, Fayard.

Roche Daniel, 1967, « Aperçus sur la fortune et les revenus des princes de Condé à l’aube du xviiie siècle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, no 14, p. 216-243.

Saint-Simon Louis de Rouvroy, duc de, 1879-1928, Mémoires de Saint-Simon, éd. A. Michel de Boislisle, Paris, Hachette, 43 vol.

Sévigné Marie de Rabutin-Chantal, marquise de, 1972-1978, Correspondance, éd. R. Duchêne, Paris, Gallimard, 3 vol.

Sourches Louis-François DBouchet, marquis de, 1882-1893, Mémoires du marquis de Sourches sur le règne de Louis XIV, éd. G.-J. de Cosnac, A. Bertrand et É. Pontal, Paris, Hachette, 13 vol.

Haut de page

Notes

1 La Courneuve, archives des Affaires étrangères, Mémoires et documents, France 175, fos 81-82, mémoire de Sainctot.

2 Le Roux 2007, p. 13-40.

3 Boucher 2007, t. I, p. 196-244.

4 Newton 2006, p. 315.

5 Griselle 1912, p. 49-55.

6 Boucher 1982, p. 367.

7 Ibid., p. 360.

8 Sourches 1882-1893, t. XIII, p. 87-88.

9 Paris, Archives nationales (désormais AN), Z1A 474 à 477.

10 AN, O1 630, fos 4-89. Pour l’exemple de Gervais, voir AN, G7 1013.

11 AN, O1 3715, « État des charges de feu Monseigneur le duc de Berry oncle du roy avec l’évaluation du prix auquel Sa Majesté jugea à propos que celles des charges dont les personnes n’étaient pas déjà placées auprès du prince avant son mariage, fussent vendues ».

12 AN, O1 2985, « Mémoire pour messieurs les premiers gentilshommes de la chambre, au sujet du deuil ».

13 Sourches 1882-1893, t. VI, p. 91.

14 AN, O1 29, fo 428 et AN, Z1A 477, fo 5.

15 Saint-Simon 1879-1928, t. XIII, p. 320.

16 Ibid.

17 AN, O1 38, fo 374.

18 Nanterre, archives départementales des Hauts-de-Seine (désormais ADHS), 3E 33, liasse 1.

19 Dangeau 1854-1860, t. VIII, p. 60.

20 Ibid., t. IV, p. 274 et t. V, p. 320. Sur cette question, voir Da Vinha 2004, p. 106-114.

21 Mercure galant, avr. 1706, p. 369.

22 Pour Étienne Romeur, voir AN, Y 275, fo 131. Pour le reste, voir ADHS, 333, 2nd dossier, testament de Michel Thomassin le 12 avril 1706 et inventaire après décès de Michel Thomassin le 11 mai 1706.

23 ADHS, 3E 33, 3E 35 (1708), 338 (1711), Sourches 1882-1893, t. VII, p. 34 ; Montigny-le-Bretonneux, archives départementales des Yvelines, 3E 43 et AN, Y 258, fo 436.

24 Newton 2006, p. 194-195.

25 État de la France 1698, t. II, p. 16.

26 AN, O1 753, fo 29.

27 AN, G7 1008, dossier avril-mai 1707, « Payement demandé du 3 mai 1707 ».

28 Vincennes, Service historique de la défense (désormais SHD), archives de la Guerre (désormais AG), Xc 42.

29 SHD, AG, 1Yc 280.

30 Sévigné 1972-1978, t. I, p. 1116.

31 Ibid., p. 67, lettre de Mme de Sévigné à Mme de Grignan, Livry, 21 août 1675.

32 Ibid., p. 147, lettre de Mme de Sévigné à Mme de Grignan, aux Rochers, 30 oct. 1675.

33 Ibid., p. 157.

34 Ibid., p. 1159.

35 Mériot 1973, p. 90-91.

36 AN, O1 3095, « Argenterie, Menus Plaisirs et affaires de la chambre du roy ».

37 AN, O1 2815, fo 44.

38 AN, O1 2985.

39 AN, G7 1013, lettre de Sourches à Desmarets, Versailles, 27 mars 1709.

40 AN, G1013.

41 AN, G7 1011, « Garde-robe de madame la duchesse de Bourgogne ».

42 Duma 1995, p. 403 ; Roche 1967, p. 242 ; et les corrections apportées par Béguin 1999, p. 278-281.

43 Colbert 1861-1882, t. II, vol. 2, p. 774-783, notamment p. 782 et 783.

44 Paris, Bibliothèque nationale de France, mélanges Colbert, vol. 306, fo 231.

45 Dangeau 1854-1860, t. VII, p. 77.

46 Ibid., t. XIII, p. 437.

47 Saint-Simon 1879-1928, t. XXI, p. 50.

48 SHD, AG, A1 826, fo 129, lettre de Saint-Pouange à Louvois, s. l., 1er nov. 1688.

49 Dangeau 1854-1860, t. VII, p. 77.

50 Ibid., t. XIII, p. 437.

51 Ibid., p. 396.

52 Paris, bibliothèque de l’Arsenal, Ms 6602, fos 5-13. Pour le nombre de chevaux, voir État de la France 1689, t. I, p. 601.

53 Saint-Simon 1879-1928, t. XXI, p. 51.

54 Ibid.

55 Ibid.

56 Ibid., p. 88-89.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Organisation de la Bouche de Monseigneur.
Crédits © Matthieu Lahaye
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12354/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Fig. 2 : Tentative de reconstitution des mécanismes de la dépense dans la Maison du roi.
Crédits © Matthieu Lahaye
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12354/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Fig. 4 : Dépenses pour le domaine de Meudon et de Chaville (en livres) d’après les Comptes des Bâtiments du roi sous le règne de Louis XIV, éd. J. Guiffrey, Paris, Imprimerie nationale, 1881-1901, 5 vol.
Crédits © Matthieu Lahaye
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12354/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Matthieu Lahaye, « Maison du dauphin : maison fantôme pour une fonction dans l’ombre ? », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2014, mis en ligne le 15 juillet 2014, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://crcv.revues.org/12354 ; DOI : 10.4000/crcv.12354

Haut de page

Auteur

Matthieu Lahaye

Professeur agrégé d'histoire. Docteur en histoire moderne. Professeur en CPGE au lycée Auguste Blanqui de Saint-Ouen.

Haut de page

Droits d’auteur

© Matthieu Lahaye / 2014 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org