Navigation – Plan du site
2014

L’ameublement et le décor intérieur du salon de Mars (1673-1789)

The furnishings and interior décor of the Mars Salon (1673-1789)
Gaëlle Taxil

Résumés

Lorsque le roi et son gouvernement s’installent durablement à Versailles à l’automne 1682, le salon de Mars est la salle des gardes, première pièce de l’appartement du Roi. Alors que Louis XIV n’occupe plus son Grand Appartement et que celui-ci devient un appartement de parade, le salon de Mars, par ses belles dimensions, se voit adjoindre deux tribunes pour les musiciens. La pièce dénommée alors « Salle de bal » dans les inventaires va jouer un rôle central dans le Grand Appartement pendant plus d’un siècle. Quel usage en fait-on ? Quels événements marquants s’y déroulent ? C’est ce que cette étude tente de mettre en lumière dans un premier temps. Le caractère festif du lieu éclaire ainsi d’un autre jour les choix décoratifs qui y furent faits. L’étude des inventaires, du Journal du Garde-Meuble de la Couronne, complétée des descriptions des mémorialistes, permet alors d’avancer des suppositions d’agencement et de distribution des meubles d’étoffes, lumières, tables, guéridons et autres objets décoratifs. Quelques-unes des plus belles pièces du mobilier d’argent y resplendissaient, situant le salon de Mars juste derrière celui d’Apollon dans la hiérarchie du décor. Après la fonte de celui-ci, les brocarts d’or et d’argent et l’éclat du mobilier de bois doré se substituèrent aux reflets de l’argent pour toujours mieux célébrer la pompe et le faste du lieu. C’est dans le respect de cette tradition que Louis XV puis Louis XVI continuèrent à entretenir ici la mémoire de leur aïeul.

Haut de page

Plan

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article est issu d’un mémoire d’étude (1ère année de 2e cycle) de l’École du Louvre, réalisé sous la direction de Pierre-Xavier Hans dans le cadre du groupe de recherche « Versailles » de l’École du Louvre en partenariat avec le Centre de recherche du château de Versailles (session 2012-2013).

Texte intégral

1Dans le projet lancé en 1669, au sein de l’enveloppe de Le Vau, le grand appartement du Roi occupait la moitié nord de la construction nouvelle. Il comprenait sept pièces à l’origine : le vestibule (salon de Diane), la salle des gardes (salon de Mars), l’antichambre (salon de Mercure), la Grande Chambre (salon d’Apollon), le Grand Cabinet (salon de Jupiter), la petite chambre du Roi (dédiée à Saturne) et le petit cabinet du Roi (dédié à Vénus) (fig. 1). Cette dernière pièce ouvrait sur une terrasse qui occupait le centre de la façade principale sur jardin. Au-delà de la terrasse s’étendait le grand appartement de la Reine, conçu en parfaite symétrie avec celui du roi.

Fig. 1 : Dessinateurs des Bâtiments du roi, Plan du premier étage du château de Versailles (numéroté par l’auteur), vers 1676-1678. Stockholm, Nationalmuseum, collection Cronstedt, CC 74.

Fig. 1 : Dessinateurs des Bâtiments du roi, Plan du premier étage du château de Versailles (numéroté par l’auteur), vers 1676-1678. Stockholm, Nationalmuseum, collection Cronstedt, CC 74.

© Nationalmuseum, Stockholm

Grand appartement du Roi : 1. Salon de Vénus II (vestibule) ; 2. Salon de Diane (vestibule) ; 3. Salon de Mars (salle des gardes) ; 4. Salon de Mercure (antichambre) ; 5. Salon d’Apollon (chambre d’apparat) ; 6. Salon de Jupiter (Grand Cabinet) ; 7. Salon de Saturne (petite chambre) ; 8. Salon de Vénus I (cabinet particulier).
Grand appartement de la Reine
 : 9. Salon de Vénus (cabinet particulier) ; 10. Salon de Saturne (petite chambre) ; 11. Salon de Jupiter (Grand Cabinet) ; 12. Salon d’Apollon (chambre d’apparat) ; 13. Salon de Mercure (antichambre) ; 14. Salon de Mars (salle des gardes) ; 15. Salon de Diane (vestibule).
La distribution des pièces des deux Grands Appartements est symétrique par rapport à la terrasse sur jardin qui les relie. Les salons d’Apollon, dont celui du roi ouvre par deux fenêtres au nord, constituent alors les chambres d’apparat du roi et de la reine. Celle du souverain est ouverte par deux portes sur l’enfilade de pièces de son Grand Appartement.

  • 1 Conformément à l’explication pythagoricienne de l’univers (voir Maral 2009, p. 122).

2Le décor des plafonds ornés de peintures, dans des compartiments de stucs dorés, faisait référence, pour chacune des pièces, à une des divinités de l’Olympe, mais aussi à la planète qui lui était associée. Ce parti décoratif ne correspondait à aucun ordre astronomique établi mais consacrait la position centrale d’Apollon, image du soleil1. En outre, il présentait un lien entre la fonction de chaque pièce et son décor.

  • 2 Date des premiers paiements effectués aux sculpteurs des plafonds (les frères Marsy pour les salons (...)
  • 3 Paris, Archives nationales (désormais AN), O1 2151.

3La date d’élaboration du programme iconographique se situe avant mars 16712. Les stucs furent achevés au début de 1673 et le roi prit possession de son appartement avant la fin de cette même année. Les années 1675 à 1677 furent marquées par le ralentissement du chantier du fait de la guerre de Hollande. Avec la paix de Nimègue en août 1678, les travaux de décoration reprirent pour toutes les pièces, en même temps que la construction de la Grande Galerie remit en cause la distribution d’origine. Le salon de Jupiter fut modifié, le Petit Cabinet et la chambre privée furent supprimés. En contrepartie, deux nouvelles pièces furent créées à l’autre extrémité : le salon de l’Abondance et le salon de Vénus (fig. 2). Jusqu’en 1679, tous les plafonds vides étaient badigeonnés en blanc, ornements et stucs compris. La fin du chantier du Grand Appartement est attestée en avril 1681 et le 21 septembre 1681, La Baronnière fut payé pour avoir posé les tableaux des plafonds des grands appartements du Roi et de la Reine3.

Fig. 2 : Dessinateur des Bâtiments du roi, Plan du premier étage du corps central du château de Versailles (numéroté par l’auteur), vers 1685. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, Va 78e, fol., t. I.

Fig. 2 : Dessinateur des Bâtiments du roi, Plan du premier étage du corps central du château de Versailles (numéroté par l’auteur), vers 1685. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, Va 78e, fol., t. I.

© Bibliothèque nationale de France

Grand appartement du Roi et Grande Galerie : 1. Salon de l’Abondance ; 2. Salon de Vénus (pièce de Marbre) ; 3. Salon de Diane (salon du Billard) ; 4. Salon de Mars (salle de bal) ; 5. Salon de Mercure (chambre du Lit) ; 6. Salon d’Apollon (chambre du Trône) ; 7. Salon de la Guerre ; 8. Grande Galerie.
L’escalier des Ambassadeurs, achevé en 1680, constituait l’entrée solennelle du grand appartement du Roi ; les salons de Vénus et de Diane en étaient les vestibules. Dans le salon de Mars, les deux tribunes des musiciens créées à partir de 1684 sont figurées sur le plan. On distingue nettement leur emprise au sol avec les renfoncements dans lesquels s’inscrit une colonne de part et d’autre de chacune des tribunes. L’ancien escalier d’attique a été déplacé de manière à laisser toute la place aux tribunes qui communiquent derrière la cheminée. Le réduit sur la droite de la cheminée a également été supprimé. L’accès à la pièce ne se fait plus que par les deux portes de l’enfilade.

  • 4 Néanmoins, avant cette date, Louis XIV avait déjà commencé à étendre son appartement sur la cour de (...)

4À l’automne 1682, le roi et son gouvernement s’installèrent durablement à Versailles. Mais progressivement le Grand Appartement fut détourné de sa fonction d’habitation puisqu’en 1684, Louis XIV le quittait pour emménager dans son appartement donnant sur la cour de Marbre4.

  • 5 Guillou 1986, p. 14 : les salons de Vénus et de Diane étaient considérés comme des vestibules, exté (...)

5Jusqu’à cette date de 1684, le salon de Mars était la salle des gardes, première pièce de l’appartement du Roi5. Cette destination explique le caractère guerrier de la décoration ainsi que le choix du dieu Mars au plafond : au centre, Mars sur son char tiré par des loups accompagné du génie de la Guerre et de l’Histoire écrivant sous la dictée de la Renommée, par Claude II Audran ; à gauche, La Victoire soutenue par Hercule et suivie de l’Abondance et de la Félicité, par Jouvenet ; à droite, La Terreur, la Fureur et l’Ire poussent la Crainte et la Pâleur, par Houasse. Les bas-reliefs feints de bronze doré des voussures sont des allusions au rétablissement de la discipline et à la justice militaire du roi (Audran, Jouvenet, Houasse). Dans les angles des voussures, des trophées d’armes commémorent les hauts faits militaires du début du règne.

  • 6 Félibien 1674, p. 27. Voir annexe I, doc. 1.

6La pièce ouvre par trois croisées sur le parterre du Nord. André Félibien, dès 1674, décrit la polychromie et la richesse des marbres flambant neufs de la pièce6 : les encadrements des portes et des fenêtres sont de marbre du bourbonnais ; les embrasures des fenêtres ainsi que les bas-lambris sont en marqueterie, composée de ce même marbre tricolore, de marbre blanc et de petite brèche, qui est un marbre gris-brun. Les vantaux des portes sont en bois sculpté et doré, ornés de casques, boucliers, lauriers et trompes. Les murs étaient tendus d’étoffes sur lesquelles étaient accrochés les tableaux parmi les plus prestigieux de la collection de la Couronne.

  • 7 Cette toile a disparu de son emplacement d’origine (actuelle antichambre du Grand Couvert).

7Cette pièce a son exact pendant dans le grand appartement de la Reine, regardant sur le parterre du Midi. La salle des gardes de la Reine est de dimension rigoureusement identique. Là aussi, Le Brun a présidé à la décoration, mais c’est Vignon qui a peint au plafond Le Dieu Mars assis sur son char tiré par des loups7. En revanche, puisque nous sommes chez la reine, ce sont des figures de reines guerrières et de femmes fortes de l’Antiquité qui sont représentées dans les six grands camaïeux des voussures.

8Tant chez le roi que chez la reine, le salon de Mars, avec ses seize mètres de longueur sur neuf mètres de largeur, est la pièce la plus vaste. Ces belles dimensions désignèrent rapidement ces deux pièces pour en faire plus que de simples salles des gardes. Chez la reine, le salon de Mars devint antichambre du Grand Couvert, le roi et la reine y dînaient face aux musiciens, installés sur des gradins. Chez le roi, en 1684, l’ancienne salle des gardes fut dotée de deux tribunes pour accueillir la musique, alors que Louis XIV s’installait dans son appartement donnant sur la cour de Marbre. On devine, au travers de cette modification architecturale, que la pièce va tenir un rôle central au sein du Grand Appartement.

Fig. 3 : Le salon de Mars en 1999.

Fig. 3 : Le salon de Mars en 1999.

© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot

Fig. 4 : Le salon de Mars en 1991.

Fig. 4 : Le salon de Mars en 1991.

© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot

  • 8 En revanche, le décor peint a fait l’objet d’une étude approfondie de Nicolas Milovanovic (2005a, p (...)
  • 9 Verlet 1985.
  • 10 Marie 1968 et Marie et Marie 1972, 1976 et 1984.
  • 11 Arminjon 2007.
  • 12 Verlet 1985, p. 220.

9Or, aucune étude spécifiquement centrée sur cette pièce, et plus particulièrement sur son ameublement et son décor intérieur, n’a jamais été menée8. Les Grands Appartements dans leur ensemble ont, eux, été étudiés plusieurs fois, notamment par Pierre Verlet dans sa synthèse sur le château de Versailles, publiée en 19619. À partir de la fin des années 1960, Alfred et Jeanne Marie ont poussé plus avant les recherches dans les six volumes qu’ils ont consacrés au château sous les règnes de Louis XIV et de Louis XV10. Plus récemment, le mobilier d’argent a donné lieu à une étude approfondie à l’occasion de l’exposition de 200711. En matière de décor intérieur dans cette partie du château, c’est en effet le règne de Louis XIV qui est le mieux connu, et en particulier la période de 1682 à 1689, que Pierre Verlet a justement nommée « la page insolente » de l’histoire de Versailles, en référence au « luxe insensé du mobilier d’argent »12. Au-delà du règne du Grand Roi, l’ameublement et le décor du Grand Appartement ont été moins étudiés. L’idée que cet appartement était devenu « un appartement historique » ou d’apparat, figé une fois pour toutes dans son état du tournant du xviiie siècle, n’y est sûrement pas étrangère.

10Il nous a donc semblé doublement utile de mener cette étude, afin de dresser non seulement un portrait du salon de Mars sous le règne de Louis XIV, mais aussi de voir dans quelle mesure ce portrait avait évolué au fil du xviiie siècle.

  • 13 Maës 2012.

11Cette étude s’inscrit également dans la continuité de celles précédemment réalisées dans la perspective actuelle du remeublement des appartements royaux et princiers du château de Versailles, telle l’étude d’Antoine Maës sur l’ameublement du salon d’Apollon13. La restauration du salon de Mercure, inauguré en octobre 2012, accompagnée de son remeublement, a ainsi succédé à celle de l’antichambre du Grand Couvert, achevée en 2010. De cette façon, peu à peu, le Grand Appartement devrait pouvoir retrouver un aspect proche de celui qu’il avait à la veille de la Révolution.

  • 14 Saule 1992, p. 141-162.
  • 15 Comme toute salle des gardes elle servait sans doute à entreposer un certain nombre de meubles usue (...)

12Nous avons choisi de démarrer notre exploration en 1682, année de l’installation définitive de la Cour à Versailles. Béatrix Saule a étudié l’ameublement du château de Versailles avant cette date14. Il ressort de son analyse que les Grands Appartements n’étaient véritablement meublés que pour la durée des séjours du roi. Aucune source d’époque (ni description, ni inventaire) ne plaçant les objets dans les pièces, il est malaisé de reconstituer ce que fut le salon de Mars avant 1682, d’autant plus qu’il ne semblait pas à cette date faire l’objet d’une attention particulière15. Notre étude s’arrête en 1789, le 6 octobre, quand le roi et la Cour quittent Versailles pour n’y plus revenir.

  • 16 Voir annexe II, inventaire général des meubles de 1785, avec les estimations de chaque poste.
  • 17 À cette fin, nous nous sommes principalement fondée sur l’étude très détaillée de Claire Constans ( (...)

13Un siècle s’écoule ainsi, au cours duquel nous avons tenté de reconstituer les ensembles mobiliers avec une part prédominante accordée aux meubles d’étoffes (tentures, portières ainsi que sièges) qui constituaient en général le poste le plus important en matière de dépenses16. Nous avons ensuite passé en revue le reste du mobilier, puis la lumière et les autres objets décoratifs. Nous avons également évoqué l’accrochage des tableaux17, car ceux-ci étaient non seulement considérés comme des éléments décoratifs à part entière, mais reflétaient aussi le goût du roi.

  • 18 Inventaires topographiques de 1708, 1740, 1751, 1765, 1776 et 1786-1787.
  • 19 Nous avons à la fois travaillé sur la base de la publication de cet inventaire faite par Jules Guif (...)

14Les sources premières de notre recherche ont été les inventaires du Garde-Meuble de la Couronne, conservés aux Archives nationales. À partir de 1708, nous disposons d’inventaires topographiques du château de Versailles, à des dates relativement fréquentes18. Pour la période précédente de 1682 à 1708, c’est l’Inventaire général des meubles de la Couronne de 1664-170519 qui a fait référence. Les inventaires généraux de 1729 et 1775 ainsi que l’inventaire général des meubles par chapitres dressé en 1752 (avec mention des pièces pour ce dernier) nous ont permis d’enrichir notre étude d’éléments absents des seuls inventaires topographiques.

  • 20 AN, O1 3304 à O1 3323.

15Il a souvent été nécessaire de recourir au Journal du Garde-Meuble20, qui, en plus d’une description généralement plus détaillée des livraisons, mentionne le nom du fournisseur, la date de livraison et la destination du meuble. À partir d’août 1685, un numéro d’enregistrement unique et propre à chaque meuble y est systématiquement reporté, facilitant les rapprochements avec les différents inventaires ainsi que le suivi de ce meuble dans le temps. Ce numéro est resté la plupart du temps le même, de l’entrée au Garde-Meuble jusqu’à la réforme de cette administration par Thierry de Ville-d’Avray en 1784.

16Les mémoires des fournisseurs conservés également aux Archives nationales ainsi que les comptes des Bâtiments du roi tenus à jour depuis 1664 ont permis de compléter ponctuellement nos recherches.

17En outre, les mémoires et les descriptions de l’époque ont parfois enrichi et éclairé les données brutes de ces archives, en particulier pour la période précédant 1708, où les inventaires ne précisent pas le nom des pièces où vont les objets.

18Mais avant de nous intéresser au décor, il nous a paru opportun, pour mieux comprendre ce qu’était réellement cette pièce, de définir l’usage qui en était fait à partir de témoignages contemporains. Il s’agit de voir comment la vie de cour s’y déroulait au fil des événements ordinaires ou extraordinaires.

19Après avoir établi la fonction de la pièce et son évolution au cours du temps, il sera plus aisé de comprendre ce qui a présidé au choix des meubles, ce qui a dicté leur agencement et de faire des suppositions de distribution. Nous verrons dans un premier temps comment Louis XIV a conçu le décor de ce salon lors de la décennie où règne le mobilier d’argent puis après la fonte de celui-ci.

20Puis nous examinerons comment Louis XV s’accommoda du présent que lui fit son aïeul et nous tenterons de déterminer si le salon de Mars fut alors à jamais figé dans la tradition héritée du Grand Siècle ou si, au contraire, Louis XV y introduisit une touche de modernité comme il sut le faire dans ses appartements privés. Il s’agira ensuite de conclure sur l’état de la pièce à la veille de la Révolution.

Les usages : le salon de Mars, une pièce dédiée au divertissement et à la représentation

21Le Grand Appartement est habituellement ouvert à tous. Quotidiennement, le cortège royal le traverse, venant de la Grande Galerie pour se rendre à la Chapelle.

  • 21 Milovanovic 2005a, p. 74.

22De la Toussaint à Pâques, trois soirs par semaine, le roi y instaure les soirées d’appartement, divertissement offert à la cour. L’accès y est réservé, le souverain s’y montre en dehors de toute étiquette afin de célébrer « sa magnificence » et « son affabilité »21 à l’égard de ses sujets. C’est essentiellement à cette occasion que le salon de Mars s’anime. Mais au gré des événements ordinaires ou exceptionnels qui scandent la vie de la cour, l’usage de la pièce varie.

  • 22 Félibien 1674, p. 27.
  • 23 Combes 1681, p. 33.
  • 24 Monicart 1720, t. I, p. 188.

23Si les témoignages des mémorialistes de l’époque nous sont précieux pour esquisser le portrait du lieu, consacré très vite à la musique, l’évolution de la toponymie est également riche d’informations. Les changements d’appellation du salon de Mars depuis son origine ne suffisent pas à nous renseigner sur les différents usages que l’on a faits de la pièce mais nous donnent néanmoins une première indication de son affectation. En 1674, André Félibien la désigne comme « Salle des Gardes22 », alors que le décor est loin d’être achevé. En 1681, Combes également mentionne que « la troisiéme Piece de l’appartement du Roy, est la Salle des Gardes23 ». Le souvenir perdure encore en 1720 lorsque Monicart rappelle : « On me donna le nom de la Salle des Gardes24 ».

  • 25 Mercure galant, mai 1681, p. 277.
  • 26 Maral 2009, p. 127.
  • 27 Mercure galant, déc. 1682, p. 13-24.

24En 1681, le salon de Mars est élevé au rang d’antichambre quand le salon d’Apollon est transformé en salle du trône25 et quand le salon de Mercure devient chambre du Lit. Mais le véritable changement de statut du lieu doit être situé à la fin du mois d’octobre 1682, après le retour du roi de Fontainebleau, quand celui-ci institue les soirées d’appartement26. Au sein du Grand Appartement, les salons reçoivent alors des affectations précises qui ne correspondent plus au projet initial : le salon d’Apollon est dévolu à la musique, celui de Mercure au jeu de la reine et le salon de Mars au jeu des autres membres de la famille royale27. Salon du jeu, il le sera lors des premiers appartements de l’hiver 1682-1683. En revanche, il n’y eut pas d’appartement durant l’hiver suivant car la Cour était en deuil après la mort de la reine. Ensuite, le salon de Mars devient rapidement « Salle de bal » ou « de concert » (peut-être dès 1684 avec le début des travaux des tribunes), car c’est la pièce la plus grande du grand appartement du Roi. C’est ce que chante Monicart en 1720 :

  • 28 Monicart 1720, t. I, p. 188.

Et comme mon circuit est grand & spatieux, / Je suis le Rendez-vous des plaisirs & des jeux. / Quand Louis veut donner un Festin magnifique, / Des Bals, des Concerts de musique. / Pour voir & réjouir & rassembler la Cour, / Il choisit pour cela mon commode séjour28 […]

  • 29 Tessin 1926, p. 278.
  • 30 AN, O1 3453, O1 3454, O1 3446 à O1 3449, O1 3451, O1 3453, O1 3457, O1 3461, O1 3469, O1 3453, O1 3 (...)
  • 31 Luynes 1860-1865, t. V, p. 77 et t. VI, p. 304.
  • 32 Ibid., t. XI, p. 361.

25On y construit à cet usage des tribunes pour les musiciens entre 1684 et 1687. Bals et concerts y ont lieu. C’est ainsi que Nicodème Tessin, durant l’été 1687, visite « la chambre où le bal se fait29 ». Les inventaires, par ailleurs, confirment cette affectation puisque le premier inventaire topographique de Versailles, en 1708, désigne cette pièce comme le « Salon du bal ». Quelle que soit l’évolution ultérieure de la pièce, le Garde-Meuble conservera ce terme de « Salle du bal » pour la définir dans les inventaires30 pendant tout le xviiie siècle, même si cela ne reflète plus exactement son usage ordinaire. Bien souvent sous Louis XV, on parle par commodité de « la pièce aux deux tribunes ». C’est le cas du duc de Luynes, qui précise même parfois « la pièce des deux tribunes ou de la musique31 ». Et même après la destruction de ces tribunes, qui intervient en 1750, l’habitude est restée de la nommer ainsi, voire « la pièce où étaient ci-devant les deux tribunes32 ».

  • 33 Blondel 1752-1756, t. IV, p. 129.

26Ce n’est que dans la deuxième moitié du xviiie siècle que semble apparaître l’appellation « salle » ou « salon de Mars ». Blondel dit qu’elle se nommait « Salle du Concert », mais que, du fait de la destruction des tribunes, « on nomme communément cette pièce la salle de Mars »33.

Les usages sous Louis XIV : le rôle central de la musique avec la construction des tribunes

Le jeu en 1682-1683

  • 34 « Le jeu lui sert à tenir, voire à ruiner ses courtisans. » Verlet 1985, p. 272.

27L’hiver, le jeu constitue l’une des principales attractions des soirées d’appartement, conséquence du goût personnel du Grand Roi, mais aussi d’un calcul politique34. Le jeu bat son plein durant la première saison de 1682-1683. Il est possible que dès les premiers travaux d’aménagement des tribunes en novembre 1684, l’affectation de la pièce change et qu’elle devienne salle de bal ou de musique. Néanmoins, nous disposons de plusieurs témoignages sur cette première saison de jeu qui marqua les esprits.

  • 35 Mercure galant, déc. 1682, p. 24.
  • 36 Le salon de Mars.
  • 37 Sourches 1882-1893, t. I, p. 154.
  • 38 Bourdelot 1683, p. 15.
  • 39 Scudéry 1684, t. I, p. 21.

28Le Mercure galant de décembre 1682 fait référence en la matière : « Après la Chambre de Mercure, on trouve celle de Mars, choisie pour l’Assemblée des Joüeurs35. » Dans sa narration des « divertissements » qui avaient lieu à Versailles, le marquis de Sourches, dès octobre 1682, rapporte que « dans l’autre [chambre36], Madame la Dauphine jouoit avec des dames : Monseigneur jouoit de son côté, et Monsieur et Madame du leur37 ». L’abbé Bourdelot confirme également cette fonction en 1683 à l’occasion du carnaval : « Ce qui me surprit le plus, c’est la Chambre qui estoit pleine de tables couvertes de Dés & de Cartes. Elles étoient occupées par toutes sortes de Joüeurs & de Joüeuses38 ». Il avoue que les jeux étaient si nombreux qu’il n’en connaissait pas tous les noms. De la même façon, mademoiselle de Scudéry parle de la chambre « où l’on joüe à toutes sortes de jeux, où Mars est représenté au plafond39 ». Le Mercure galant de décembre 1982, encore une fois, dresse le décor de la pièce :

  • 40 Mercure galant, déc. 1682, p. 29-31.

Un Trou-Madame de marqueterie, posé sur une Table de Velours vert, entouré de Pentes de Velours cramoisy à Frange d’or, est au milieu de la Chambre. Une Table quarrée, quatre en triangle, & six à pans, sont autour. Toutes ces Tables sont couvertes de Velours vert, galonné d’or & garnies de Flambeaux d’argent à tous leurs Angles, posez sur de petits Guéridons. On jouë sur ces Tables à plusieurs sortes de Jeux de Cartes, ainsi qu’à divers Jeux de hazard. La Bassete & le Hoca en sont bannis, la prudence du Roy l’ayant ainsi jugé à propos pour le bien de ses Sujets. On voit encor dans la mesme Chambre des Tables pour plusieurs autres Jeux nouvellement inventez, & qui, selon toutes les apparences, n’ont point dequoy engager les Joüeurs à se servir d’une adresse qui n’est pas permise pour gagner40.

29Et le Mercure de poursuivre non sans flatterie, parlant du roi :

  • 41 Ibid., p. 48-49.

Il ne veut ny qu’on se leve, ny qu’on interrompe le Jeu, quand il approche. Sa présence console ceux qui perdent ; & ceux qui gagnent, ont tant de plaisir en le voyant, qu’ils oublient mesme leur gain, pour donner toutes leurs pensées à la gloire qu’ils reçoivent. On diroit d’un Particulier chez qui l’on seroit, qu’il fait les honneurs de chez luy en galant Homme41.

  • 42 Verlet 1985, p. 272.

30On jouait donc à des jeux de cartes tels le reversi et le lansquenet, jeux favoris du roi, mais aussi à des jeux de hasard (dés) ou à des jeux de boule comme le trou-madame (dérivé du jeu du portique42). Certains jeux étaient exclus, comme le hoca (sorte de loto, qui pourtant plaisait à la reine), car interdits par l’Église. En revanche, le billard, jeu d’adresse auquel excellait Louis XIV, se trouvait dans le salon qui suivait (salon de Diane).

31L’espace assez vaste de la pièce est donc encombré de douze tables à jeu dont une table de trou-madame au centre. Ces tables font partie du mobilier volant (ce qui est confirmé par leur absence totale dans les inventaires du Grand Appartement ou de la Grande Galerie).

  • 43 Saule 2007, p. 44.

32Plus tard, quand le salon de Mars devient salle de bal, toutes les tables à jeu sont installées dans le salon de Mercure43.

1684-1687 : construction des tribunes, le salon de Mars devient salon de musique

  • 44 Louvois 2007, p. 203 :.voir annexe IV, doc. 1. Il semble même que le projet soit envisagé dès septe (...)
  • 45 Il s’agit du futur degré d’Épernon. Cet escalier a dû être déplacé au moment de la construction des (...)
  • 46 Voir annexe III, doc. 3, Comptes des Bâtiments du roi.

33C’est en 1684 que l’on y conçoit des tribunes pour en faire un salon de musique. Nous avons trace des premiers travaux dans les comptes des Bâtiments du roi ainsi que dans la correspondance du marquis de Louvois en novembre 168444. Ainsi, le 5 novembre de cette même année, le plancher qui doit porter les musiciens dans la tribune est en cours de réalisation. Six jours plus tard, Louvois écrit au roi pour lui signaler que les quatre piédestaux de marbre qui doivent soutenir les colonnes de l’antichambre du Grand Appartement sont posés et que deux colonnes sont arrivées. Deux jours plus tard, le 13 novembre, il lui annonce que la troisième colonne de marbre est arrivée et que les deux premières sont en train d’être polies. Le roi marque son impatience en annotant la lettre de sa main : « Il faut presser » puis « il seroit fascheux qu’il ne fust pas achevé mercredy » à propos de l’escalier situé en arrière du salon de Mars45. Il est probable que le roi souhaite hâter les travaux de la tribune car ceux-ci doivent perturber les soirées d’appartement dont c’est la pleine saison. Malgré l’impatience de Louis XIV, il devra attendre 1687 pour voir l’achèvement complet des tribunes puisque le marbrier François Deschamps ne reçut son parfait paiement pour celles-ci qu’en mars de cette année-là, après la livraison des deux derniers chapiteaux de marbre d’ordre ionique par le sculpteur Antoine Coysevox46.

  • 47 Tessin 1926, p. 278.

34Ces livraisons prennent corps dans la description que fait Nicodème Tessin dès le mois de juillet 1687 : « Cette salle a trois croisées ; vis à vis de celle du milieu, est la cheminée, où l’on a fait des enfoncements de deux costès, rehaussés sur le devant des parapets de marbre, où la musique se fait dans le temps du bal, et où le Roy fait réciter de temps en temps des petits operas en musique47. »

  • 48 Félibien 1703, p. 131-132.

35Puis Félibien en 1703 complète cette description : « Deux tribunes aussi de marbre ornées chacune de deux colonnes d’ordre ionique sont aux côtés et se communiquent l’une à l’autre par derrière la cheminée48. »

  • 49 À l’exception de la gravure de Trouvain représentant la Quatrième chambre des appartements, qui est (...)
  • 50 Bruzen de La Martinière 1768, t. VI, p. 116. Voir annexe I, doc. 8 et les fig. 5 et 7 pour l’empris (...)
  • 51 Monicart 1720, t. I, p. 189.

36À la veille de leur destruction, en 1748, Ange-Jacques Gabriel apporte quelques précisions qui permettent de mieux visualiser ce qu’étaient ces tribunes dont on ne possède pas de représentation49 (fig. 5). Elles étaient surélevées d’environ 1,50 m au-dessus du sol, les parapets qui les soutiennent sont de marbre « décorés de panneaux et de cadres couronnés d’un appui ». Chacun des angles des tribunes forme un renfoncement dans lequel s’inscrit une colonne de marbre à chapiteau ionique50. C’est ce dont se souvient Monicart lorsqu’il en fait la description de mémoire plusieurs années après51.

Fig. 5 : Plan du salon de Mars vers 1738 avec les tribunes des musiciens. Paris, Archives nationales, O1 1766.

Fig. 5 : Plan du salon de Mars vers 1738 avec les tribunes des musiciens. Paris, Archives nationales, O1 1766.

© Archives nationales

Fig. 6 : Élévation du salon de Mars antérieure à 1750, Paris, Archives nationales, O1 1850, d. 11, p. 20.

Fig. 6 : Élévation du salon de Mars antérieure à 1750, Paris, Archives nationales, O1 1850, d. 11, p. 20.

© Archives nationales

  • 52 Cité par Constans 1976, p. 169, n. 34.

Sur cette élévation du mur ouest de l’antichambre du Grand Appartement, on distingue sur la gauche la coupe d’une des tribunes pour les musiciens. Cette élévation a été identifiée par Christian Baulez dans un dossier « Hôtels divers » aux Archives nationales52. C’est la seule représentation dont on dispose pour évoquer les tribunes.

Fig. 7 : Jean-François Blondel, Détail du plan du premier étage du château de Versailles avant 1750, dans Blondel 1752-1756, t. IV, pl. VIII.

Fig. 7 : Jean-François Blondel, Détail du plan du premier étage du château de Versailles avant 1750, dans Blondel 1752-1756, t. IV, pl. VIII.

Photo : Domaine public

On y lit au centre de la pièce : « Salle de Mars ou des Concerts » et verticalement : « Tribunes où se placent les musiciens ». Ceci démontre que tout l’espace situé en arrière du salon de Mars était occupé par les musiciens et que les deux tribunes communiquaient entre elles derrière la cheminée.
Ce plan est datable d’avant 1750 puisque les deux tribunes des musiciens y sont encore présentes. Pour cette pièce, le plan n’a pas varié par rapport au plan précédent de 1685 (fig. 2), si ce n’est qu’une porte a été ouverte dans la tribune de droite afin de permettre la communication avec l’appartement intérieur du roi.

Les concerts pour le roi

37Le Grand Appartement fut ainsi pourvu de la salle de concert qui lui manquait car Louis XIV aimait la musique. Joueur de guitare lui-même, ayant appris le luth, il impose là aussi ses goûts dans le choix du répertoire musical.

  • 53 Beaussant 1996, p. 397.
  • 54 Léris 1763, p. 555.

38On y donnait bien entendu les grands noms d’alors : Lully, Lalande, Philidor53, mais également Desmarets, qui fut page de la Musique du roi54. C’est ce que relate Dangeau les 21 puis 23 février 1686 :

  • 55 Dangeau 1854-1860, t. I, p. 298 et 300.

Le soir [21 février] il y eut appartement, et l’on y chanta le second et le troisième acte d’Endymion, opéra du petit Marais [Desmarest]. […] Le soir [23 février] […] on chanta les deux derniers actes d’Endymion, du petit Marais, et madame la Dauphine trouva la musique si belle, qu’elle a ordonné qu’on la fit rechanter aux premiers appartements55.

  • 56 Léris 1763, p. 537 : « Colasse […], maître de la Musique et de la Chapelle de la Chambre du roi. Il (...)
  • 57 Ibid., p. 426 : « Thétis et Pelée : Tragédie en 5 actes de Fontenelle, musique de Colasse, première (...)
  • 58 Beaussant 1996, p. 397.
  • 59 Léris 1763, p. 557 : Destouches est entré en 1692 dans la deuxième compagnie des mousquetaires, qu’ (...)
  • 60 Dangeau 1854-1860, t. VI, p. 204.
  • 61 Sourches 1882-1893, t. XII, p. 118.
  • 62 Ibid., t. XIII, p. 38.

39Colasse, un des meilleurs élèves de Lully56, fit jouer son opéra Thétis et Pelée57 à Trianon en 1689. « Le roi en parut si satisfait qu’il choisit les scènes qui lui plurent davantage pour être chantées dans les concerts qui se font à Versailles les jours d’appartement58 », rapporte le Mercure galant. Desmarest (dit le petit Marais), Colasse donc, mais aussi Destouches59, comme ce lundi 7 octobre 1697 où « le roi alla à l’appartement avec [Leurs Majestés britanniques] ; on y chanta un petit opéra dont un mousquetaire a fait la musique [Issé de Destouches] ; le roi et les courtisans convinrent qu’elle est aussi bonne que celle de Lully et qu’elle n’est point volée60. » Il est aussi question de Marin Marais, « ce célèbre joueur de basse de viole » que l’électeur de Bavière a pris « un plaisir extrême » à entendre le 14 novembre 1709, soir d’appartement61. Sourches évoque encore son nom la saison suivante : le 17 février 1711, « le soir, après souper du Roi, l’ouverture du bal se fit par la représentation de la Tempête de l’opéra d’Alcyone, fameux morceau de musique de Marais, joueur de basse de viole, pensionnaire du Roi, que Sa Majesté n’avait jamais entendu62… »

  • 63 Voir par exemple L’état de la France 1702, t. I, p. 231-232.
  • 64 Beaussant 1996, p. 315-317 : les vingt-quatre violons de la Chambre forment le plus ancien orchestr (...)
  • 65 Au sens où on l’entendait alors, c’est à dire notre déjeuner actuel.
  • 66 Cette fête est précisée par Beaussant 1996, p. 315-317.
  • 67 L’état de la France 1702, t. I, p. 232.
  • 68 Dangeau 1854-1860, t. XII, p. 44 ; Sourches 1882-1893, t. I, p. 154.
  • 69 Baumont 2007, p. 80-81 : les comptes des Menus Plaisirs du roi font état du paiement de frais de dé (...)

40Si au fil des témoignages il est possible de reconstituer le répertoire de ces concerts, en revanche, on sait peu de chose des musiciens qui interprétaient ces morceaux pour le roi. Les différentes éditions de L’état de la France63 publiées entre 1684 et 1708 mentionnent deux types de musiciens en fonction des événements. Les premiers sont les vingt-quatre violons de la Chambre64. Ils jouent pendant le dîner65 du roi, principalement trois ou quatre jours dans l’année (le 1er janvier, la fête des rois66, le 1er mai ou la Saint-Louis). Ils peuvent être sollicités pour des occasions extraordinaires. La seconde formation est constituée des violons du Cabinet (nommés avant 1687 les petits violons), « ils sont au nombre de 21 » et « servent ordinairement dans tous les divertissemens de Sa Majesté, tels que sont les Sérénades, Bals, Balets, Comédies, Opera, Appartemens, & autres concerts particuliers qui se font tant au souper du Roy que dans toutes les Fêtes magnifiques67… » Ils jouent aussi lors des événements extraordinaires tels les sacres, mariages, entrées de ville… Ainsi, en fonction des circonstances, l’une ou l’autre de ces formations était sollicitée pour se produire dans le salon de Mars. On pouvait y adjoindre les hautbois des mousquetaires selon les besoins. C’est ce qu’attestent les témoignages qui parlent fréquemment des violons et des hautbois68 ainsi que les comptes des Menus Plaisirs69.

Les bals de Louis XIV, parmi les plus beaux divertissements de la cour

  • 70 Ibid., p. 82 ; Beaussant 2009, p. 62.

41Ces bals devinrent l’un des symboles de la musique française dans l’Europe des Lumières, et toute l’Europe allait pratiquer la danse à la française70. Ils occupaient une grande place dans la vie du château. Dès octobre 1682, Sourches indique qu’il y avait à Versailles :

  • 71 Sourches 1882-1893, t. I, p. 154.

[…] un bal tous les samedis, et les trois autres jours tout ce qu’il y avoit d’hommes et de femmes de condition à la cour s’assembloit à six heures du soir dans le grand appartement du Roi […]. […] tous ceux qui y venoient avoient une liberté tout entière de se divertir à tout ce qui leur plaisoit. Dans une chambre, il y avoit des musiciens qui chantoient de temps en temps ; il y avoit des violons et des hautbois avec lesquels on dansoit quand on en avoit envie71.

  • 72 Baumont 2007, p. 80.
  • 73 Voir Benoit 1992, p. 39.
  • 74 Dangeau 1854-1860, t. XII, p. 44 : « Le roi demeura au bal jusqu’à une heure après minuit, et Monse (...)

42À compter de la construction des tribunes, c’est d’abord dans le salon de Mars que l’on dansait (et aussi plus rarement dans la Galerie72). Les dimensions rectangulaires de la pièce la désignaient d’emblée pour accueillir les évolutions des danseurs73. Les bals des jours d’appartements avaient lieu avant dix heures du soir. Les autres pouvaient être plus tard dans la nuit après le souper74.

  • 75 Saint-Simon (1879-1928, t. I, p. 75) précise qu’un bal réglé est un bal ouvert par un branle : « Le (...)
  • 76 Voir annexe IV, doc. 3.

43C’est Pierre Rameau dans Le maître à danser, en 1720, qui a laissé la description sans doute la plus précise, bien que tardive, du Grand Bal du roi. Les bals étaient « réglés » ou « rangés »75, et suivaient une organisation très rigide76. Ils se dansaient en deux temps. Un premier temps était réservé aux danses collectives (branle et gavotte), hiérarchisées à l’image de la société que le roi y avait réunie, le cercle de la danse étant réservé aux seules personnes désignées par le roi ; dans un second temps venaient les danses en couple telle la courante puis le menuet. L’ordre était régi de manière très stricte et un seul couple dansait à la fois. Mais la tradition de commencer le bal par un branle et une gavotte puis par une courante se perdait progressivement, ce dont témoigne Sourches en 1708 :

  • 77 Sourches 1882-1893, t. XI, p. 7-8, n. 11.

Le Roi avoit dit qu’il voulait qu’on rétablît l’ancienne coutume de commencer les bals par le branle à mener et par les courantes ; mais elle avoit été si bien abolie que les maîtres de danse qui se trouvèrent alors à Versailles ne purent pas même montrer le branle aux personnes qui voulurent l’apprendre, et ainsi on fut réduit à commencer le bal par le menuet77.

  • 78 Verlet 1985, p. 286.

44La lecture des mémoires de Dangeau et de Sourches, permet d’évoquer les bals les plus mémorables qui se sont tenus dans le salon de Mars. En mai 1685, c’est dans le cadre de « l’invraisemblable réception78 » du doge de Gênes, que :

  • 79 Dangeau 1854-1860, t. I, p. 177-178.

à neuf heures, [le doge et les sénateurs] entrèrent dans le grand appartement du roi, et trouvèrent dans la pièce où sont les tribunes toutes les dames parées et assises pour le bal. On dansa jusqu’à minuit […] ; le roi alla leur parler au commencement et à la fin du bal, et madame la Dauphine, en sortant du bal, alla à leur banc leur faire des honnêtetés79.

45Il était d’usage d’interrompre la danse pour servir collation et rafraîchissements, comme lors du bal de fiançailles du duc de Chartres et de mademoiselle de Blois, le dimanche 17 février 1692 :

  • 80 Mercure galant, fév. 1692, p. 313-317.

Au milieu du bal qui fut fait dans une tres-grande Salle du grand appartement du Roy, destinée pour ces divertissements, & dans laquelle il y a deux tribunes pour les violons, on vit paroistre une colation aussi galante, que magnifique […]. Il y avoit encore entre ceux qui portaient ces corbeilles, des Officiers, portant des liqueurs, des eaux glacées, & ce qu’il y a de surprenant, c’est qu’ils estoient plus de cent, tous Officiers du Chasteau de Versailles, & ayant des juste-au-corps de drap bleu, garnis de galon d’argent80.

  • 81 Sourches 1882-1893, t. IV, p. 11.

46Il n’y avait pas que des musiciens dans les tribunes. C’est ce que constate, lors de ce même bal, le marquis de Sourches qui y aperçut la princesse douairière de Conti. Elle ne « dansa pas, ayant une espèce d’abcès à l’œil droit », mais elle était venue « voir l’assemblée d’une tribune où étoient les violons »81. Et en mars 1699, à l’occasion des nombreux bals donnés pendant le carnaval :

  • 82 Dangeau 1854-1860, t. VII, p. 39-40.

Après souper il y eut un grand bal dans la salle ordinaire où sont les deux tribunes pour la musique ; les hommes et les dames étoient fort parés ; il n’y eut point de masques. L’ordre y fut fort beau par les soins du marquis de Gesvres, premier gentilhomme de la chambre en année. Le roi y fit danser le jeune prince d’Anspach, qui ne s’en est point retourné avec son frère aîné en Allemagne. Il y eut bien des jeunes gens qui n’avoient jamais eu l’honneur de danser devant le roi et que le roi fit prendre. Le bal commença à onze heures et finit à une heure et demie. Le roi y avoit fait convier le roi et la reine d’Angleterre ; mais ils s’en excusèrent, disant que dans l’état malheureux où ils sont ils avaient assez vu de bals ce carnaval en voyant ceux de Marly82.

47Un des bals les plus fastueux de la fin du règne de Louis XIV fut sans doute celui qui se tint dans le salon de Mars le jeudi 5 janvier 1708 après la fête des Rois :

  • 83 Ibid., t. XII, p. 44.

Après le souper on rentra dans la galerie et on passa dans le grand appartement du roi, où il y eut un bal magnifique dans la pièce où sont les tribunes, et dans ces tribunes étoient les violons et les hautbois. Les courtisans entroient par le bout de l’appartement du côté de la chapelle, hormis les grands officiers qui étoient entrés avec le roi. […] Les dames étoient en grand habit et en grandes boucles83.

  • 84 Voir annexe IV, doc. 2.
  • 85 Sourches 1882-1893, t. IV, p. 11.
  • 86 Recueil des relations des Cérémonies de la Cour de France, Paris, bibliothèque Mazarine, Mss. 2743- (...)

48Ce bal fut à ce point remarquable que le Mercure galant de janvier 1708 donne au lecteur abondance de précisions sur son déroulement84. Pour illustrer cette description, c’est le plan d’un autre bal qui nous est parvenu : celui donné dans cette même pièce pour le mariage du duc de Chartres le 18 février 1692 (fig. 8). Chacun est assis à la place que son rang lui assigne. À la différence de 1708, il n’y avait qu’un fauteuil pour le roi en 1692. Lorsqu’il y avait une reine, le fauteuil du roi et de la reine étaient côte à côte comme cela s’est fait pour le roi d’Angleterre. On y voit en effet le fauteuil du roi situé au centre d’une rangée de pliants. En 1692, ces pliants sont occupés par Monsieur et Madame ainsi que par les jeunes ducs de Bourgogne, d’Anjou et de Berry. Il est précisé que le duc de Bourgogne, qui dansait pour la première fois85, ouvrit le bal avec Mademoiselle, mais que les ducs d’Anjou et de Berry n’y dansèrent pas à cause de leur jeune âge86. On retrouve également une rangée de tabourets derrière le roi, puis encore une rangée de formes. Des pliants pour les princes et princesses du sang sont alignés sur les deux grands côtés du cercle du bal. Face au roi, une rangée de tabourets pour Monsieur le Duc, le prince de Conti, le duc du Maine et le comte de Toulouse ainsi que pour les « dames de la danse ». Des gradins sont disposés de la même façon qu’en 1708 dans les croisées et le long des petits côtés. La présence de ces gradins pour les spectateurs non admis dans le cercle de la danse montre que le bal est avant tout une représentation et non un simple divertissement.

Fig. 8 : Plan du bal donné dans le salon de Mars pour le mariage du duc de Chartres le 18 février 1692. Paris, bibliothèque Mazarine, Recueil des relations des Cérémonies de la Cour de France, Mss 2743 – 1848 F.

Fig. 8 : Plan du bal donné dans le salon de Mars pour le mariage du duc de Chartres le 18 février 1692. Paris, bibliothèque Mazarine, Recueil des relations des Cérémonies de la Cour de France, Mss 2743 – 1848 F.

© Bibliothèque Mazarine

Les tribunes des musiciens ne sont pas représentées sur ce plan. Cette pièce de 16 mètres de longueur sur 9 mètres de largeur offrait un espace rectangulaire qui convenait parfaitement à l’évolution des couples de danseurs, évolution qui répondait aux règles strictes du grand bal à la française.

La fête des Rois

  • 87 Ce qui fut fait en 1685, 1688 et 1691 selon les Mémoires du marquis de Dangeau.

49Jusqu’en 1701, le salon de Mars est la plus grande pièce du Grand Appartement et de l’appartement intérieur du roi réunis. C’est donc dans cette pièce, qui présente également l’avantage d’être munie de tribunes pour les musiciens, que l’on fête les rois quand la cour est à Versailles87.

  • 88 Dangeau 1854-1860, t. II, p. 89.
  • 89 Cité par Verlet 1985, p. 288.

50Amusante et bruyante, la fête de l’Épiphanie ou jour des Rois était une fête où l’étiquette se relâchait quelque peu. Dangeau, Sourches ou la Palatine en donnent de multiples témoignages. Nous apprenons grâce à Dangeau que, le 5 janvier 1688, « le repas se passa fort gaiement. On fit des rois à toutes les tables et il y avait musique dans les deux tribunes de la salle où l’on mangea. » Il poursuit en notant qu’« il y avait soixante-dix dames, outre les cinq personnes qui tenaient les tables, et cependant il y en eut à Versailles qui ne furent point priées88. » C’est aussi ce que relève Madame de Sévigné à propos de la fête des Rois de 1690 cette fois : « On me mande que plusieurs duchesses et grandes dames ont été enragées, étant à Versailles, de n’être pas du souper des Rois89. »

51La fête des Rois de 1691, en présence du roi et de la reine d’Angleterre, semble particulièrement gaie, et Dangeau s’y arrête plus longuement que les années précédentes :

  • 90 Dangeau 1854-1860, t. III, p. 270.

Dans les deux tribunes il y avoit toute la musique du roi avec des orgues, des trompettes et des timbales, et l’on crioit Vive le roi en musique. Le roi fut roi à sa table, madame la princesse de Conty fut reine à la table de Monseigneur, Monsieur fut roi à la sienne, madame de Dangeau fut reine à celle de Madame, et madame la duchesse de Noailles fut reine à celle de Mademoiselle. Outre ces cinq tables-là, il y en avoit une fort grande dans la salle du billard pour les seigneurs françois et anglois90.

  • 91 Sourches 1882-1893, t. III, p. 343.

52Le marquis de Sourches relate également cette fête des Rois du 6 janvier 1691 : « On fit un roi à chaque table et on cria : le roi boit en musique, qui fut accompagné de tambours, de timbales et de trompettes91 ».

53La Palatine, qui se plaisait à ces réjouissances, en donne une description très précise en 1706, sans en situer cependant la localisation :

  • 92 Orléans 1981, p. 366.

Voici comment les choses se passent. On coupe autant de morceaux qu’il y a de personnes à table ; on apporte alors le gâteau tout coupé et l’on a un enfant qui distribue les morceaux. En l’apportant on dit : Phibè ; l’enfant répond : Pour qui ? On répond : Pour le bon Dieu, et l’enfant tire un morceau ; ensuite on dit : pour la Sainte Vierge, et l’enfant tire un autre morceau ; puis on en donne un à la ronde à chacun de ceux qui sont à table. Si le bon Dieu a la fève, c’est le maître de maison qui est roi ; si c’est la Sainte Vierge, c’est la femme de plus haut rang qui est reine de la maison92.

  • 93 Voir annexe IV, doc. 2.

54En revanche, en 1708, la fête des Rois, qui fut particulièrement somptueuse, se déroula dans l’antichambre de l’Œil-de-Bœuf. Le Mercure galant de janvier la décrit avec force détails93. Il est vraisemblable que cette pièce créée en 1701, sensiblement de même dimension que le salon de Mars, mais au décor flambant neuf et novateur, convenait mieux à l’organisation d’un souper qui se voulait exceptionnel. Cette année-là, toujours selon Dangeau, le souper des rois fut suivi d’un bal dans le salon de Mars. Cette fête fut certainement mémorable puisque Saint-Simon à son tour rédige ces lignes :

  • 94 Saint-Simon 1879-1928, t. XV, p. 348-349.

L’année 1708 commença par les grâces, les fêtes et les plaisirs […]. Le Roi fit à Versailles de magnifiques rois, avec beaucoup de dames où la cour de Saint-Germain se trouva ; il y eut après le festin un grand bal chez le roi, qui en donna plusieurs parés et masqués tout l’hiver, à Marly et à Versailles, où il y en eut aussi chez Monseigneur et dans l’appartement de Mme la duchesse de Bourgogne94.

Les usages sous Louis XV : la musique cède peu à peu la place au jeu

Les concerts deviennent moins fréquents dans le salon de Mars

  • 95 Baumont 2007, p. 189.
  • 96 Mercure de France, déc. 1725, p. 3153.
  • 97 Baumont 2007, p. 179 : ultérieurement en 1751, les concerts de la reine se tinrent dans le salon de (...)
  • 98 Luynes 1860-1865, t. V, p. 203.

55Louis XV, dans le respect de la tradition qui le caractérise, maintint tout au long de son règne les soirées d’appartement instituées par le feu roi. Si les appartements étaient en grande partie consacrés au jeu, la cour y entendait parfois de la musique dans le salon de Mars95. L’hiver où Marie Leszczyńska arrive à Versailles, le Mercure de France de décembre 1725 note la reprise des concerts dans cette pièce : « … S. M. se rendit dans le grand Appartement, pour y entendre le Concert de la Reine. La Musique étoit placée dans les Tribunes, qui ont servi autrefois à cet usage96. » Ainsi donc, les concerts de la reine se font dans un premier temps dans le Grand Appartement. Puis, c’est le salon de la Paix qui devint salle de concert, hiver comme été97, même si celui de Mars fut conservé pour quelques occasions spéciales. Il est possible de retrouver mention de ces événements extraordinaires chez les mémorialistes du temps et en premier lieu chez le duc de Luynes, particulièrement attentif à la vie musicale de Versailles. Celui-ci rapporte que le jour du mariage du duc de Chartres en décembre 1743, « il y aura grand appartement, musique dans la pièce aux deux tribunes ; et dans les deux pièces qui sont entre celle-là et la galerie, il y aura un lansquenet et un cavagnole98 ». Un an plus tard, en décembre 1744, à l’occasion du mariage du duc de Penthièvre :

  • 99 Ibid., t. VI, p. 85.

La reine passa à six heures précises pour l’appartement. Mme la duchesse de Penthièvre n’étant pas encore arrivée ne put se trouver à la musique. Le concert était dans la pièce des deux tribunes ; la reine se mit dans son fauteuil dans cette pièce. Après la musique il y eut deux cavagnoles. Le Roi avait dit qu’il ne viendrait point à l’appartement ; il n’y vint effectivement qu’un moment avant le souper99.

  • 100 Ibid., p. 322-323.
  • 101 Ibid., p. 325.
  • 102 Ibid., t. V, p. 213-214.
  • 103 Ibid., p. 218.

56Pour le premier mariage du Dauphin, en février 1745, Luynes nous apprend qu’il y eut appartement le 25 février, mais que celui-ci finissait à la pièce des deux tribunes qui était en dehors et que les huissiers du roi y gardaient la porte qui permettait d’accéder au salon de Mercure100. En revanche, le lendemain, 26 février, « il n’y eut de divertissement que l’appartement et avant souper seulement. La musique étoit dans la pièce des deux tribunes. La Reine y fut en représentation101. » À ces occasions, Luynes relève le manque d’assiduité du roi à ces concerts. À la différence de la reine, Louis XV n’était pas mélomane et la représentation instaurée par Louis XIV lui pesait. Rapidement, le roi n’assiste plus aux concerts : en décembre 1743, « le Roi n’alla pas plus loin que la pièce du Trône, et commença son lansquenet aussitôt que la Reine fut passée pour la musique102 » et, plus loin, en ce même mois, « le Roi ne va jamais à la musique103 », nous dit Luynes.

  • 104 Ibid., t. VIII, p. 130.
  • 105 Il est possible de dater cette destruction avec précision par une lettre adressée le 14 juillet 175 (...)

57Au fur et à mesure des années, la musique, entendue par ailleurs deux ou trois fois par semaine, fut de moins en moins sollicitée aux appartements. Le jeu l’emportait, et elle devint même incommodante. C’est ainsi que Luynes écrit en février 1747 : « … le vendredi au commencement de l’appartement, il y eut une musique […]. Mais comme le bruit empêchait qu’on ne s’entendit au jeu on la fit cesser » et effectivement, quelques jours après, « il y eut donc hier appartement […]. Il n’y eut point de musique104 ». En 1750, la décision est prise de supprimer les tribunes des musiciens105 ; concerts et bals se font ailleurs.

58Néanmoins, dans le choix du répertoire, Louis XV était aussi fidèle à la tradition que dans le respect des usages et du décor imposé par le Grand Roi. Au gré des mémoires ou des chroniques de l’époque, nous découvrons que les morceaux joués avaient souvent été composés pour Louis XIV. En décembre 1728, le Mercure de France relate :

  • 106 Léris 1763, p. 257 : Iphigénie en Tauride est une tragédie en musique en cinq actes et un prologue (...)
  • 107 Mercure de France, déc. 1728, p. 2947.

Le 1er décembre il y eut à Versailles, appartement chez le roi ; on y chanta le 4ème et le 5ème acte d’Iphigénie106 ; la demoiselle Antier qui faisait le principal rôle et le sieur Dangerville celui d’Oreste y chantèrent parfaitement bien107.

  • 108 Luynes 1860-1865, t. V, p. 213. Léris 1763, p. 388 : Opéra de Quinault mis en musique par Lully, ex (...)
  • 109 Ibid., t. VI, p. 325. Léris 1763, p. 163 : poème de Roy, musique de Lalande et Destouches, première (...)

59Le jour du mariage du duc de Chartres, en décembre 1743, le duc de Luynes rapporte que « la musique commença à cinq heures un quart ou cinq heures et demie. On joua deux actes de Roland108 ». Et en février 1745, pour le premier mariage du Dauphin, il y eut « musique dans la pièce des deux tribunes. On joua le ballet des Éléments109 ».

À l’occasion des mariages princiers, les bals masqués animent à nouveau la pièce

  • 110 Il semble qu’on emploie indifféremment le terme bal paré ou bal rangé pour l’opposer au bal masqué, (...)

60Le bal paré (ou rangé110) est réservé au salon d’Hercule, dont les dimensions sont plus adaptées pour contenir tous les spectateurs. En revanche, les bals masqués se tiennent dans tout le Grand Appartement lorsque l’événement est extraordinaire, et le salon de Mars accueille alors des musiciens pour accompagner les danseurs. Ce sera le cas notamment en 1739, et pour les mariages princiers de 1745, 1747 et 1770.

  • 111 Le Mercure de France de février 1739, p. 378-386, le décrit avec force détails.

61En 1739, l’achèvement du salon d’Hercule dote le Grand Appartement d’une vaste et belle pièce de 18 mètres de longueur sur 14 mètres de largeur, soit une fois et demie plus vaste que le salon de Mars. C’est pour inaugurer cette nouvelle salle de bal qui faisait défaut au château de Louis XIV que Louis XV décide de donner ici, un bal à sa cour. Les festivités du carnaval en ce lundi 26 janvier commencèrent donc par un grand bal paré dans le salon flambant neuf111. Mais le salon de Mars n’en est pas délaissé pour autant, car ensuite :

  • 112 Ibid., p. 384.

vers les 11 heures le bal masqué commença dans tous les appartements […]. On dansa jusqu’à huit heures du matin, au son de plus de trois cents instruments placés sur les gradins dans toutes les pièces, excepté dans la galerie où on avait mis des banquettes pour reposer les masques112.

62C’est aussi la version du duc de Luynes :

  • 113 Luynes 1860-1865, t. II, p. 329.

On dansera au bal rangé dans le grand salon peint par Le Moyne auprès de la chapelle, et pour le bal en masque dans trois ou quatre pièces de l’appartement, la pièce du trône n’étant point propre pour la danse à cause du gradin, et celle du lit ne pouvant servir à cause de l’estrade ; les autres étant destinées à des buffets de rafraîchissements. L’on dit qu’il y aura six cents instruments pour le bal en masque113.

  • 114 Ibid., t. II, p. 332-343.

63Et effectivement, on continue de danser dans le salon de Mars qui conserva pour le Garde-Meuble son appellation de salle du Bal durant tout le xviiie siècle : « Dans la pièce d’après, où sont les 2 tribunes, il y avoit 2 orchestres de violons, et on y dansoit ; on dansoit aussi dans celle qui suit immédiatement celle-là114 ».

  • 115 Ibid., t. VI, p. 325, 29 fév. 1745.
  • 116 Croÿ-Solre 1906-1907, t. I, p. 78.
  • 117 Ibid., t. II, p. 414.

64Pour le premier mariage du Dauphin, fils de Louis XV, en 1745, il y eut bal masqué dans la Grande Galerie et le Grand Appartement. Ce bal du 27 février est resté fameux sous le nom de « Bal des ifs ». À cette occasion, on dansa également dans le salon de Mars : « On dansoit dans quatre endroits différents, le principal endroit étoit dans le salon d’Hercule […]. Il y avait aussi des gradins dans la pièce des deux tribunes et l’on y dansoit115 », relate Luynes. « Outre les musiciens du roi, on avoit pris beaucoup d’instruments de la ville. Le bal dura jusqu’à sept heures et demi ou huit heures du matin ». De la même façon, il y eut un grand bal masqué « dans tous les appartements116 » pour le second mariage du Dauphin en février 1747. Pour le mariage du futur Louis XVI en 1770, on reproduisit scrupuleusement le même schéma117 et, le 21 mai 1770 :

  • 118 Description et relation de tout ce qui a été fait et de ce qui s’est passé à l’occasion du mariage (...)

Il y avait trois orchestres composés de 190 symphonistes savoir un dans la salle d’Hercule contenant toute la façade depuis la porte d’entrée jusqu’à la croisée, vis-a-vis un très grand gradin destiné à la famille Roïale, un second orchestre dans la salle de Mars dans toute la longueur de cette pièce et le troisième dans la salle de Mercure118.

65On célébra ensuite selon la même organisation les mariages des comtes de Provence et d’Artois en 1771 et 1773. Ce furent les derniers bals princiers dans le salon de Mars.

Le jeu réinvestit le lieu

  • 119 Luynes 1860-1865, t. V, p. 213-214.

66Nous l’avons vu, au temps de Louis XV, les soirées d’appartement sont davantage consacrées au jeu qu’à la musique. Ainsi, à l’occasion du mariage du duc de Chartres en décembre 1743, il y eut appartement le 17 décembre. On joua tout d’abord dans les salons d’Apollon et de Mercure. Mais Luynes rapporte qu’« il y avoit une si prodigieuse quantité d’hommes et de femmes que l’on y étoit mal à son aise et fort pressé ». À tel point qu’après le concert on mit une table de cavagnole dans « la pièce de la musique [le salon de Mars], mais cela fut long et l’on attendit », ajoute Luynes119.

67Le roi à chaque saison établit le calendrier des divertissements. C’est ce qui se passe par exemple en 1747 :

  • 120 Ibid., t. VIII, p. 130.

Le Roi a réglé qu’il y auroit appartement tous les mardis […]. Il y eut donc hier appartement, non pas dans la galerie, comme ces jours derniers, mais dans la pièce aux deux tribunes et les deux pièces en deçà [les salons de Mercure et d’Apollon]. Il n’y eut point de musique ; beaucoup de tables de jeux dans la pièce aux deux tribunes. La première en deçà de cette pièce étoit celle où la Reine jouait à cavagnole, et dans l’autre, qui est la pièce du trône, était la table de lansquenet, où jouait le Roi avec M. le Dauphin, Mme la Dauphine et Mesdames120.

68On retrouve dans cette description l’organisation qui était celle des premières soirées d’appartement du Grand Roi, quand le salon de Mars était encore salon des Jeux.

  • 121 Ibid., t. XI, p. 361-362
  • 122 Ibid., t. XII, p. 433.

69Il est possible de multiplier les exemples à partir des seules mémoires du duc de Luynes : en janvier 1752, la répartition des jeux est un peu différente car « le Roi joua au lansquenet dans la pièce où étoient ci-devant les deux tribunes […]. Ce fut dans la pièce d’auparavant que la Reine joua à cavagnole. Il y avoit des tables de jeux dans la pièce du Trône121. » En mai 1753, à l’occasion du mariage du prince de Condé et de mademoiselle de Soubise, il y eut aussi appartement avec jeu dans ces trois salons122. On retrouve le lansquenet dans le salon d’Apollon, la table de cavagnole de la reine, qui raffolait de ce jeu, dans le salon de Mercure et également d’autres tables de jeu dans « la pièce aux deux tribunes », qui malgré la destruction de celles-ci continue à être désignée ainsi. On y apprend cette fois que l’on joua avant et après le souper, ce qui n’était pas le cas du temps du Grand Roi.

  • 123 Papillon de La Ferté 2004, p. 274 et 302-303.

70Avec l’avènement de Louis XVI, les témoignages se font rares sur la vie de cour d’un Versailles de plus en plus refermé sur lui-même. La représentation instaurée par le Grand Roi se vidait de son sens. Si Marie-Antoinette raffolait des bals, on ne trouve cependant pas mention du salon de Mars à ce propos. Il est plus souvent question de la petite salle de spectacle, voire du salon d’Hercule123. La seule tradition qui se perpétue, de manière immuable, est le passage du cortège royal qui se rend chaque jour à la Chapelle.

1682-1715 : la mise en place d’un décor à la gloire de Louis XIV

1682-1689 : le mobilier d’argent « page insolente de l’histoire de Versailles »

71Cette période de l’histoire décorative de Versailles éclipse toutes les autres. L’orgueil et la superbe des lieux sont les choix d’un souverain au faîte de sa gloire. Cela doit se savoir. Ces richesses réunies dans un même lieu et pour la première fois visibles de tous, magnifiées par ces espaces vastes et lumineux, suscitent de nombreux témoignages émerveillés. Le Mercure galant de décembre 1682 en premier lieu, puis l’abbé Bourdelot et mademoiselle de Scudéry peu de temps après ou encore, en 1687, l’architecte suédois Nicodème Tessin, tous vantent avec plus ou moins de détails la magnificence du mobilier d’argent ainsi que le cadre qui l’abrite, à commencer par la somptuosité des étoffes tendues sur les murs et les sièges.

Le décor textile : un écrin digne du mobilier d’argent

  • 124 Cette alternance n’est nommée de manière explicite dans les inventaires de Versailles qu’à partir d (...)

72On entend par meuble (ou « emmeublement ») l’ensemble composé des tentures murales, portières, couvertures des sièges et garniture des lits, faits d’une même étoffe et livrés par le tapissier. Il y en avait généralement deux : un meuble d’hiver en tissus épais, et un autre pour l’été en matériaux plus légers124.

Le meuble d’hiver : l’apparat du velours cramoisi et des dix-huit ployants d’étiquette en bois doré

  • 125 Félibien 1703, p. 139.
  • 126 AN, O1 3305, fos 89vo et 90 et O1 3305, fo 87vo pour la délivrance à Doublet, le 21 octobre 1681, d (...)

73Félibien en 1703 dit que cette pièce est tendue et meublée en hiver « de velours de couleur de feu avec des crépines et des galons d’or125 ». Il s’agit effectivement d’un meuble d’hiver de velours, bordé de molet d’or, livré le 24 février 1682 par Doublet, tapissier ordinaire du roi126, mais de velours cramoisi selon l’inventaire général qui le décrit ainsi, sous le numéro d’enregistrement 932 :

  • 127 AN, O1 3331, fo 234vo et Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. II, p. 325, n(...)

Une autre tapisserie de velours rouge cramoisy, pour servir dans l’antichambre dudit appartement, garnie de mollet d’or de Milan, contenant quarante-huit lez sur 3 aunes ½ [4,16 m], et trente-six lez sur ½ aune [0,60 m] de hault seulement, garnie d’un mollet d’or de Milan en dix pièces doublées de toille rouge127.

74Si l’inventaire topographique de 1708 n’en dit rien et cite, dans cette pièce, uniquement le meuble d’été à renommée (no 950 de l’Inventaire général du mobilier de la Couronne), on la retrouve cependant bien dans le salon de Mars tout au long du xviiie siècle dans les inventaires ultérieurs.

  • 128 Le no 1375 correspond bien à une séquence de 1689 dans le journal du Garde-Meuble, mais nous ne l’y (...)

75Par ailleurs, un complément de quatre pièces de tenture de velours rouge ainsi que deux dessus-de-porte du même velours est livré pour servir dans les tribunes. Cette livraison est inscrite sous le no 1375 de l’inventaire général au titre de l’année 1689 (peut-être s’agit-il d’une mise à jour ultérieure de l’inventaire car les tribunes sont achevées en 1687)128 :

  • 129 AN, O1 3332, fos 289vo et 290.

Une tapisserie de velours rouge contenant 38 lez faisant de cours 16 aunes ½ [19,63 m] sur 3 aunes ¼ [3,87 m] de hault en 4 pièces garnies par le hault de vieux mollet d’or ; deux dessus de porte dudit velours dont un de deux lez sur une aune 7/12 [1,88 m] et l’autre de 3 lez sur une aune 8/12 [1,98 m] de cours doublé de toille rouge fait pour servir dans les deux tribunes du grand appartement du Roy à Versailles129.

76Cette tenture est accompagnée de deux portières de velours cramoisi, faisant partie de la livraison en 1680 de :

  • 130 Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. II, p. 322, no 896 du chapitre des « L (...)

Dix-huit grandes portières de velours, chamarrées chacune de huit passemens tout or, fort large, garnies d’un grand mollet d’ore, de cinq lez de large sur 3 aunes de hault environ, doublées de taffetas, dont dix sont de velours rouge cramoisy et huit de velours vert130.

77Ces portières ne sont pas citées dans l’inventaire topographique de 1708 mais on les retrouve en 1751 dans cette pièce.

78De la même façon, les dix-huit tabourets de velours cramoisi qui s’y trouvent en 1740 y sont certainement présents dès 1680, date à laquelle ils sont inscrits dans l’Inventaire général du mobilier de la Couronne sous le no 897 :

  • 131 Ibid., no 897 du chapitre des « Lits et emmeublemens », année 1680.

Trente-six tabourets de velours, garnis d’un grand passement et d’une forte frange d’or, clouez sur leurs bois dorez et sculpez, avec leurs fausses housses de taffetas, doublées de serge, dont dix-huit de velours rouge et dix-huit de velours vert131.

79Dès l’origine, donc, les bois sculptés et dorés coexistent avec le mobilier d’argent.

Le meuble d’été d’octobre 1682 : somptuosité des brocarts d’or et d’argent

  • 132 Tessin 1926, p. 278.

80Tessin signale lors de sa visite de l’été 1687, un meuble « en bande des broccards d’or et argent132 » dans le salon de Mars. Le brocart est une étoffe particulièrement somptueuse faite de soie lamée ou brochée de fils métalliques précieux.

  • 133 AN, O1 3331, fo 236 et O1 3445, fo 2vo. Voir annexe III, doc. 1, no 950 du chapitre des « Lits et e (...)
  • 134 AN, O1 3305, fo 110.
  • 135 Le Guillou 1986, p. 10.

81Il s’agit du no 950 de l’inventaire général de 1664-1705, que l’inventaire topographique de 1708 situe effectivement dans cette pièce133. Cette tapisserie composée de deux brocarts d’or et d’argent, l’un à renommées d’or et l’autre à fleurs arabesques d’argent, est livrée par Doublet le 20 octobre 1682, selon le Journal du Garde-Meuble134. Elle comprend quatre dessus-de-porte et quatre portières, ce qui laisse entendre qu’en 1682 le salon de Mars comprenait quatre portes : les deux portes de l’enfilade le long du parterre du Nord, toujours en place, et deux portes de part et d’autre de la cheminée, probablement disparues lors de la construction des tribunes (fig. 7). Celle de gauche desservait l’escalier d’attique et servit d’accès au Grand Appartement jusqu’en 1680 tant que le Grand Escalier resta en travaux135 ; celle de droite ouvrait sur une pièce de faible dimension, destinée à entreposer le matériel de couchage des gardes, qui fut supprimée lors de la construction des tribunes.

82Ce sont ces étoffes brochées d’or et d’argent qu’admirent les ambassadeurs du Siam lors de leur visite du Garde-Meuble de la Couronne à l’hôtel du Petit-Bourbon. Le Mercure galant de septembre 1686 s’en fait le rapporteur :

  • 136 Voyage des ambassadeurs de Siam…, 1686, p. 305-308.

[…] Sa Majesté fait travailler à des Étoffes extraordinaires […] & l’on montra aux Ambassadeurs prés de cent pieces de Brocards d’or & d’argent, faites sur des desseins nouveaux, & auxquels on n’a rien veu encore de pareil. […] Ils sont de la Manufacture que le Roy a fait établir à S. Maur par Mr Charlier. […] Quant aux Brocards il y en a d’assez larges, pour faire des Pieces de Tenture de Tapisserie de Cabinet, tout d’un morceau. Le Roy s’en sert pour faire des Meubles d’Esté136 […].

  • 137 Coural et Gastinel-Coural 1984, p. 49.
  • 138 Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. II, p. 184-191, nos 48, 54, 65, 87, 11 (...)
  • 139 AN, O1 3305, fo 94, livraison du 16 mars 1682. Voir annexe III, doc. 2.
  • 140 Arizzoli-Clémentel et Gastinel-Coural 1988, p. 29.

83Cette relation mentionne donc les étoffes de Marcelin Charlier, qui fut le principal concurrent des fabricants lyonnais entre 1679 et 1698. Mais d’importantes livraisons de brocarts de Lyon étaient aussi effectuées régulièrement chaque année. Les brocarts de Lyon contribuèrent notamment entre 1674 et 1677 à créer le décor de « l’appartement neuf ». Jean Coural et Chantal Gastinel-Coural ont pu en attribuer certains aux marchands-fabricants Silvio et Bernardin Reynon, qui exécutèrent entre 1665 et 1675 quelques-uns des très riches brocarts employés à Versailles tels ceux des Renommées, des Bergers et Bergères ou celui des Amours137. De 1668 à 1674, Reynon effectue six livraisons du brocart à Renommées138. Ce brocart fut employé par le tapissier Delobel en alternance avec le brocart des Amours pour une tapisserie pour le cabinet de l’appartement des Bains en 1677. De la même façon, le tapissier Doublet, à partir de ces mêmes livraisons de Reynon, compose le meuble de deux brocarts (celui à renommées et un autre fond d’or à fleurs d’argent) pour le salon de Mars139. Le « brocart de Lion, fond d’or filé à petits carreau à fleurs arabesques d’argent » lui fut fourni par Marsolier, marchand parisien qui, avec Duc et Gautier, servait d’intermédiaire entre la fabrique lyonnaise et le tapissier140. C’est ainsi qu’en 1682, on utilise un brocart dont la conception remonte au moins à l’année 1668.

  • 141 Ibid., p. 29.

84Cependant, aucun témoin de cette production ne subsiste aujourd’hui car les meubles de brocarts, après avoir été en service pendant de longues années, étaient envoyés à la fonte. Les fournitures d’étoffes précieuses sous le règne de Louis XIV furent considérables et constituèrent une réserve que le Garde-Meuble utilisa tout au long du xviiie siècle141.

85En plus de la tenture et des portières, Doublet livre en même temps dix-huit tabourets de bois doré, sculpté recouverts du même double brocart et munis de « fausses housses ». Ces tabourets venaient se substituer l’été aux dix-huit tabourets couverts de velours cramoisi en place l’hiver.

  • 142 Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. II, p. 303, no 729 du chapitre des « L (...)

86En revanche, les rideaux servaient été comme hiver. Ils sont en damas blanc garnis de franges d’or. Ils ont été inscrits dans l’inventaire général en 1674 sous le no 729142. Ils appartiennent à une série de vingt rideaux identiques « pour servir aux fenestres du grand appartement du Roy ».

Les broderies de Saint-Joseph : un projet ambitieux mais tardif

87Il est un autre meuble d’étoffe dont on sait avec certitude que la fabrication fut destinée au salon de Mars : il s’agit d’une broderie réalisée à Saint-Joseph. Ce type d’ouvrage, d’une extrême magnificence, tant par la richesse des matériaux que par la virtuosité de leur traitement, rivalisait avec la sculpture ou l’architecture. Sa présence dans le Grand Appartement constituait un écrin à la hauteur du mobilier d’argent.

  • 143 Selon ses statuts, cité par Weigert 1949, p. 93.
  • 144 Saint-Simon 1879-1928, t. XXVIII, p. 232.
  • 145 Véron-Denise et Vittet 2008, p. 69.

88Le couvent des filles de Saint-Joseph, fondé au début du xviie siècle à Bordeaux, s’installa à Paris en 1640 pour « subvenir à l’éducation, nourriture ou entretien de filles d’honnête naissance, laissées sans instruction, pauvres et orphelines143 ». Leur principale occupation était de confectionner des ouvrages d’aiguilles. À la fin des années 1670, Madame de Montespan commença à s’intéresser à cette institution. En 1681, elle en prit la « direction ». Sous son impulsion, un atelier de broderie y fut installé, « dont il est sorti de parfaitement beaux [ouvrages] en toutes sortes d’ornements d’église, et d’autres meubles superbes pour le Roi et pour qui en a voulu faire faire144 », selon les propres mots de Saint-Simon. Cet atelier était dirigé par des brodeurs professionnels, tels Chevry, Desprez et Lallemand, dont on retrouve les noms dans les comptes et autres documents145. Les nombreux paiements faits à cet atelier témoignent de l’importance que l’on accorda à ces broderies dans l’ornementation du château de Versailles au temps de sa splendeur.

89L’Inventaire général des meubles de la Couronne de 1664-1705 ne laisse pas de doute sur la destination du no 1635 de la rubrique « Broderies faites à Saint Joseph » ; il s’agit bien du salon de Mars :

Un emmeublement de broderie or et argent, faveur et soye, façon de marbre, fait à St Joseph, pour servir dans la grande antichambre du grand appartement du Roy, à Versailles, où sont les tribunes, consistant en :

Une tapisserie enrichie de figures de broderie d’or avec colonnes, pilastres, architraves, frizes et corniches de broderie en manière de marbre, représentant des perspectives, le tout mis et cloué sur des planches de bois, composées de quatre pièces de différentes grandeurs ;

Deux petites perspectives pour mettre aux trumeaux derrière les miroirs de ladite antichambre, dont les portiques d’architecture sont de la susdite broderie, et les ciels ou perspectives, faits en demy rond, sont de soye platte ;

Deux cadres ou bordures avec leur fond de ladite broderie, manière de marbre noir et blanc, avec festons de broderie d’or sur les coins et milieux, faits pour servir au-dessus des portes de ladite antichambre ;

Deux cassolettes avec leurs pieds en broderie de faveur d’or, qui se mettent et s’attachent sur le fonds desdits cadres ;

  • 146 Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. II, p. 421, no 1635 du chapitre des «  (...)

Dix-huit dessus de tabourets de broderie assortissante à la susdite tapisserie, avec ornemens de broderie d’or et les chiffres du Roy dans le milieu de mesme broderie146.

90L’ensemble confectionné à Saint-Joseph comprend donc six pièces de broderie, dont quatre sont maintenues sur des planches de bois pour en faciliter l’accrochage et deux habillent les entrefenêtres où sont suspendus les miroirs. Deux dessus-de-porte viennent compléter le tout. Dix-huit dessus de tabourets sont destinés à recouvrir les dix-huit tabourets livrés en 1682 (soit ceux du meuble d’été ou bien ceux du meuble d’hiver). L’ensemble devait évoquer un cadre architectural illusionniste, imitant le marbre. Le vocabulaire ornemental était antiquisant.

  • 147 AN, O1 2984, dossier 6, no 54. Voir annexe III, doc. 4.
  • 148 AN, 259 AP 57, Restes de 1684, fo 47vo (cité par Véron-Denise et Vittet 2008, p. 83, n. 46).
  • 149 AN, 259 AP 58, Premier semestre 1685, fo 273ro (cité par Véron-Denise et Vittet 2008, p. 83, n. 47)

91Ce meuble a été commencé à la fin de l’année 1683, comme l’indique le paiement de 4 000 livres en faveur de la supérieure de Saint-Joseph daté du 18 septembre 1683147. En 1684, celle-ci reçoit également 16 022 livres pour « une pièce de tapisserie en broderie qu’elle a fait faire pour le service du roy148 », sans que l’on sache s’il s’agit de la tapisserie de la salle du Trône ou de l’antichambre. En revanche, en 1685, un paiement de 13 234 livres 18 sols 9 deniers lui est versé « pour le parfaict paiement de l’architecture et figures en broderie d’or et d’argent et soye faictes en deux pièces de tapisserie qui doivent servir dans l’antichambre et tribune du grand appartement du château de Versailles149 ».

  • 150 Tessin 1926, p. 278.
  • 151 C’est le no 950 de l’inventaire, livré en 1682.
  • 152 AN, 259 AP 44, Fonds et dépenses de 1689, fo 187ro (cité par Véron-Denise et Vittet 2008, p. 83, n. (...)
  • 153 Dans l’inventaire général de la Couronne, ce meuble (ainsi que les broderies de Saint-Joseph destin (...)
  • 154 Véron Denise et Vittet 2008, p. 55-59.
  • 155 Il est par ailleurs intéressant de noter que le 4 septembre 1696, le brodeur Pierre Chevry apporte (...)

92Cependant, il semble que cet ensemble ne soit pas achevé en 1687 lors de la visite de Tessin puisque, nous l’avons vu, celui-ci ne relève que la présence du « brocart en bande d’or et d’argent150 ». Durant l’été 1687, c’est donc le meuble d’été à deux brocarts (à Renommées et à fleurs arabesques d’argent) qui est encore en place151. Danièle Véron-Denise et Jean Vittet ont retrouvé effectivement trace d’un paiement tardif de 11 623 livres le 3 mai 1689, « pour la supérieure des filles [de] Saint-Joseph pour des estoffes à faire un tableau en broderie représentant la perspective du temple de Mars et pour journées d’ouvriers et autres frais pour lesdits ouvrages152 ». La mention de « perspectives » incite à rattacher ce paiement au meuble du salon de Mars. Cet élément apporte une information complémentaire puisqu’on apprend ainsi qu’il pourrait s’agir de la représentation du temple de Mars, écho des broderies à l’iconographie peinte de la pièce. Fabriquée entre 1683 et 1689 à destination du salon de Mars, nous ne savons pas quand cette tenture et les dessus de tabourets assortis furent exactement mis en place et même s’ils le furent jamais, car aucune description ni inventaire ultérieur ne la mentionne dans cette pièce153. S’agit-il d’un meuble d’été comme les broderies du salon d’Apollon, ou d’un meuble d’hiver comme le meuble brodé du cabinet des Glaces du Grand Dauphin, fabriqué également par le couvent de Saint-Joseph et livré en 1686 ? Quoi qu’il en soit, c’est un choix particulièrement somptueux qui est fait pour l’antichambre du Grand Appartement devenue salle de bal. Et dans le Grand Appartement, seul le salon d’Apollon disposera également des riches broderies livrées par les filles de Saint-Joseph154. L’ensemble du salon de Mars fut conçu peu de temps après l’installation du roi à Versailles et devait servir d’écrin au mobilier d’argent. Cependant, le délai de réalisation fit que ces borderies ne furent pas livrées avant 1689, date à laquelle le mobilier d’argent disparaissait155.

93Qu’advient-il de cette broderie ? À la différence des broderies du salon d’Apollon, dont la destruction remonte à l’été 1743, il n’y a pas de trace évidente de sa disparition dans le Journal du Garde-Meuble. Encore mentionnée dans l’inventaire général de 1729 sous le no 76, elle a cependant disparu de l’inventaire général par chapitre de 1752 ainsi que des inventaires généraux ultérieurs. On peut simplement supposer que considérablement usée, elle dut être déchargée entre 1729 et 1752 afin d’en récupérer l’or et l’argent, selon l’usage courant.

Les cabinets de pierre dure, survivance de la période précédente.

  • 156 Mercure galant, déc. 1682, p. 25-26.
  • 157 Scudéry 1684, t. I, p. 21.
  • 158 Castelluccio 2007, p. 86.

94Il fallait donc un mobilier digne de rivaliser avec un cadre textile aussi somptueux. La Grande Argenterie de Louis XIV était toute désignée. Néanmoins, survivance de la période précédente, on ne peut passer sous silence la présence (même fugace) des deux cabinets de pierre dure de l’ébéniste et bronzier Domenico Cucci. En décembre 1682, le Mercure galant mentionne « deux Cabinets de marqueterie d’une délicatesse merveilleuse156 » dans la « Chambre de Mars ». Ces cabinets ont sans doute été vus également par Madeleine de Scudéry, qui, dans ses Conversations éditées en 1684, fait remarquer à son interlocuteur « la beauté des Cabinets, des Tables, des Miroirs157 » de cette pièce. Il peut s’agir des deux cabinets réalisés par Cucci aux Gobelins158, qui figurent sous les nos 372 et 373 de l’inventaire général :

  • 159 Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. II, nos 372-373 du chapitre des « Cabi (...)

372-373 — Deux très grands cabinets d’ébeine, ornés dans le milieu d’un portique enrichy de deux tableaux de pierres de relief manière de Florence, entre deux Termes de cuivre doré, dont les chapiteaux sont d’ordre corinthe ; aux costez dudit portique, de quatre pilastres de marbre dont les bases et chapiteaux sont pareillement de cuivre doré d’ordre corinthe ; au-dessus, d’une attique au milieu de laquelle sont les chiffres du Roy de cuivre doré dans une bordure ronde aussy de cuivre doré, cizelée de fueüilles de laurier, sur la corniche, de trophées d’armes et de six vazes de cuivre doré, et, sur toutte la face, de douze autres tableaux de pierres de rapport, aussy manière de Florence, faits aux Gobelins, représentans des paysages, fleurs et oyseaux et animaux enfermez dans des moulures et ornemens de cuivre doré, portés sur un pied de bois doré, sculpé de pieds de bœuf et de festons ; lesdits cabinets haults, avec leur pied, de 7 pieds 5 pouces [2,38 m], larges de 5 pieds 4 pouces [1,70 m], sur 1 pied ½ [0,48 m] de profondeur159.

  • 160 Voir Verlet 1945-1990, t. III, p. 109. Ce qui expliquerait que le rédacteur du Mercure galant les a (...)
  • 161 Voir Rondot 2009, p. 242 et l’inventaire après décès de Jeanne Goujon, morte en novembre 1676, dres (...)
  • 162 Comptes des Bâtiments du roi 1881-1901, t. II, col. 269 et 373 (13 et 21 fév. 1683).

95Or, s’ils ne furent inscrits qu’en novembre 1683 dans le Journal du Garde-Meuble (inscription peut-être postérieure à leur livraison)160, ils furent entrepris dans l’atelier de l’ébéniste et bronzier Domenico Cucci aux Gobelins dès 1677161, et Pierre Verlet a retrouvé la trace de leur parfait paiement en février 1683162.

  • 163 AN, O1 3450, fo 123.
  • 164 Rondot 2012, p. 245.
  • 165 Castelluccio 2007, p. 104 et 107.

96Dans l’inventaire des meubles anciens de Versailles clos le 16 décembre 1684163, ces deux cabinets sont parmi les rares cabinets de pierre dure (inscrits cette fois sous les nos 197 et 198) encore présents à Versailles à cette date, les autres cabinets de pierre dure ayant été regroupés dans la galerie des Ambassadeurs aux Tuileries pour les plus remarquables. Ils devaient vraisemblablement quitter Versailles peu de temps après car, en 1687, ils ne sont plus mentionnés par Tessin. La vogue n’est plus à ce style de meuble. Ces cabinets n’avaient d’autre fonction que l’affirmation du faste royal, ils s’inscrivaient dans la tradition romaine du cabinet architecturé assimilée par Charles Le Brun dans les années 1660. Dans ce début des années 1680, ils ne sont plus au goût du jour. Ce sont d’ailleurs les derniers achevés par Cucci164. On préfère à leur polychromie l’éclat du mobilier d’argent. Probablement remisés au Garde-Meuble ou dans la galerie des Ambassadeurs aux Tuileries, ils furent vendus en 1751 lors des grandes ventes aux enchères organisées par Louis XV. Le Garde-Meuble se débarrassait ainsi des derniers cabinets de Louis XIV (dix-sept cabinets et une table de pierre dure mis aux enchères). Payés au total 16 000 livres à Cucci, ils furent vendus en 1751 pour seulement 455 livres au marchand-mercier Lemaignan, preuve du peu d’intérêt qu’ils éveillaient alors ! Malgré la présence du chiffre du roi, ils survécurent à la Révolution et furent acquis en 1824 par le troisième duc de Northumberland165. Ils sont toujours détenus par leurs descendants au château d’Alnwick (fig. 10, 11 et 12). Voilà probablement les deux seuls meubles du salon de Mars qui soient parvenus jusqu’à nous.

Le mobilier d’argent : huit années entrées dans la légende

97Rien de tel pour le mobilier d’argent : aucune pièce n’a survécu aux fontes de 1689-1690. Cependant, c’est cet ameublement qui, malgré la brièveté de son existence (huit ans), allait tant marquer les esprits et acquérir une renommée au-delà même des frontières, grâce aux « soirées d’appartement ».

  • 166 Tessin 1926, p. 275.

98L’usage ostentatoire de l’argent est lié aux modifications des espaces intérieurs, et en particulier à la prolifération des grandes fenêtres et des miroirs, qui marquent le xviie siècle et vont se poursuivre au siècle des Lumières. En cela, le Grand Appartement est particulièrement lumineux, et le salon de Mars, qui en est la pièce la plus vaste avec ses cinquante pieds de longueur sur vingt-huit pieds de largeur (16 m × 9 m), bénéficie de la luminosité apportée par ses trois croisées dont les fenêtres, comme le remarque Tessin, « montaient depuis les pavés jusque sous les corniches de l’appartement166 », nouveauté qui méritait ainsi une mention particulière de sa part. La présence de l’argent ne fait qu’amplifier les effets lumineux : reflets, diffractions, éclairages indirects se multiplient à l’infini.

99C’est dans le salon de Mars, considéré comme la première pièce du Grand Appartement, que sont placées quelques-unes des pièces insignes de la grande argenterie de Louis XIV livrées au Garde-Meuble dès la fin des années 1660. Le Mercure galant de décembre 1682 en donne une description assez précise :

  • 167 Mercure galant, déc. 1682, p. 26-30.

Six Groupes de Figures d’argent, quatre Statuës, & quatre Buires de mesme métal, hauts d’un pied & demy, ornent les deux Cabinets. Deux Cuvetes d’argent en ovale, de quatre pieds de haut, sur six de large, portent des Vazes de deux pieds ; & quatre Sceaux de mesme hauteur les accompagnent. Quatre grand[e]s Buires de six pieds de haut, sont aux Angles ; & deux grands Lustres, le tout d’argent, pendent aux deux bouts de la Chambre. Deux grands Miroirs, avec des Bordures d’argent à cartouche, sont au dessus de deux Tables, sur lesquelles posent deux grandes Corbeilles, quatre grands Chandeliers, & quatre petits aussi d’argent, ainsi que les Tables. Des Girandoles portées par quatre Guéridons de mesme richesse, accompagnent ces deux Tables, & parent les entre-deux des Fenestres. Des Chénets & des Vazes d’argent ornent la Cheminée […]. Toutes ces Tables [à jeu] sont […] garnies de Flambeaux d’argent à tous leurs Angles, posez sur de petits Guéridons167.

  • 168 Saule 2007, p. 27-59 ; Mabille 2007, p. 61-83.

100Les recherches effectuées à l’occasion de l’exposition de 2007 ont permis de rapprocher les objets décrits par le Mercure de ceux figurant dans l’inventaire général de 1664-1705168. Les quatre grandes buires sont identifiables dans l’Inventaire général du mobilier de la Couronne au chapitre de l’« Argent blanc ». Les deux premières sont livrées le 28 juin 1669 par l’orfèvre De Villers et sont décrites ainsi :

  • 169 Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. I, p. 77-78, nos 686-687 du chapitre d (...)

Deux grandes buires d’argent, faites par Villiers, dont les corps sont ciselez par le milieu des armes du Roy et de plusieurs Tritons et figures marines, par le bas, de grandes fueüilles d’accante, et par le hault, de festons de fueüilles de laurier et de deux aigles de relief avec leurs couvercles, au dessus desquels il y a une boulle à trois fleurs de lis, et leurs anses de deux cornes d’abondance soustenues par le bas de deux Tritons et par le hault de petits Satirs, haults de 4 pieds 10 pouces [1,55 m], pesans 1199m 3o 0g [290 kg]169.

101Deux mois plus tard, le 6 septembre 1669, l’orfèvre Jacques Dutel, travaillant aux Gobelins comme De Villers, livre à son tour :

  • 170 Ibid., p. 78, nos 688-689 du chapitre de l’« Argent blanc ».

Deux pareilles buires, […] dont les corps sont ciselez par le milieu des armes du Roy et de plusieurs Tritons et figures marines, par le bas, de grandes fueüilles d’accante, et par le hault, de festons de fueüilles de laurier et de deux testes de cignes de relief avec leurs couvercles, au dessus desquels il y a une pomme et une fleur de lis, et leurs anses de deux cornes d’abondance soustenues par le bas par deux Satyrs, et par le hault, par deux petits Amours qui sont assis dessus, haultes de 4 pieds 10 pouces [1,55 m], pesans ensemble 135200g [324 kg]170.

Fig. 9 : Charles Le Brun (atelier de), Buire aux aigles (à gauche), détail du carton pour la tenture des Maisons royales : Le château de Madrid, huile sur toile, 3,25 × 5,18 m, et Buire aux têtes de cygne (à droite), détail du carton pour la tenture des Maisons royales : Le palais du Louvre, 1667-1670, huile sur toile, 3,25 × 5,18 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 4682 et MV 4680.

Fig. 9 : Charles Le Brun (atelier de), Buire aux aigles (à gauche), détail du carton pour la tenture des Maisons royales : Le château de Madrid, huile sur toile, 3,25 × 5,18 m, et Buire aux têtes de cygne (à droite), détail du carton pour la tenture des Maisons royales : Le palais du Louvre, 1667-1670, huile sur toile, 3,25 × 5,18 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 4682 et MV 4680.

Photo de gauche : © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot. Photo de droite : © Gérard Mabille

Ces pièces d’orfèvrerie (comme les suivantes) sont polychromes sur la tenture des Maisons royales. Les cartons datent de 1667-1670. Ces objets insignes avaient donc été dessinés par Le Brun bien avant leur réalisation en argent massif.

Fig. 10 : Cabinet « au singe », après 1683, estampe. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 9614.

Fig. 10 : Cabinet « au singe », après 1683, estampe. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 9614.

© RMN-Grand Palais (Château de Versailles)

Une des deux estampes qui sont les seuls tirages connus de cuivres représentant les deux célèbres cabinets réalisés pour Louis XIV à l’atelier des Gobelins par l’ébéniste Domenico Cucci. Achevés probablement en 1682, ils sont aujourd’hui conservés dans les collections du duc de Northumberland. Ils furent les derniers grands meubles de ce type commandés par Louis XIV. Ces estampes donnent également une image de l’état d’origine des cabinets, avant les interventions réalisées en Angleterre dans les années 1820 lors de leur acquisition par le duc de Northumberland.

Fig. 11 : Les deux cabinets Cucci dans le salon de Mars. Photomontage réalisé à l’occasion de leur venue exceptionnelle à Versailles pour l’exposition Louis XIV : l’homme et le roi (2009-2010).

Fig. 11 : Les deux cabinets Cucci dans le salon de Mars. Photomontage réalisé à l’occasion de leur venue exceptionnelle à Versailles pour l’exposition Louis XIV : l’homme et le roi (2009-2010).

© Château de Versailles / Christian Milet

Fig. 12 : Les deux cabinets Cucci dans le salon de Mars. Photomontage réalisé à l’occasion de leur venue exceptionnelle à Versailles pour l’exposition Louis XIV : l’homme et le roi (2009-2010).

Fig. 12 : Les deux cabinets Cucci dans le salon de Mars. Photomontage réalisé à l’occasion de leur venue exceptionnelle à Versailles pour l’exposition Louis XIV : l’homme et le roi (2009-2010).

© Château de Versailles / Christian Milet

  • 171 Saule 2007, p. 43.

Si ces cabinets ont été réellement dans le salon de Mars, ils pouvaient être placés dans les trumeaux d’entrefenêtre comme ici. Mais une autre hypothèse (qui est celle de Béatrix Saule171) serait de les placer le long des murs latéraux (est et ouest). Ce qui correspondrait plus à la description du Mercure galant de décembre 1682, qui dépeint à la fois les deux tables d’entrefenêtre et les deux cabinets de marqueterie dans la même pièce.

102Ces buires sont reconnaissables sur la tenture des Maisons royales : sur Le Château de Madrid pour les premières, les buires aux aigles, et sur Le Palais du Louvre, les buires aux têtes de cygnes (fig. 9). Les descriptions sont parfaitement conformes aux représentations qui en sont faites, si ce n’est la polychromie. Cette distorsion s’explique vraisemblablement par le fait que Le Brun imagina cette tenture des Maisons royales dès 1665, avant même qu’il ne soit question de les réaliser en argent. C’est probablement pour assurer la stabilité de ces buires dont le pied était très étroit que furent livrés le 5 octobre 1683 :

  • 172 Ibid., p. 95, nos 1051-1054 du chapitre de l’« Argent blanc ».

quatre grands pieds d’estaux en forme de socles pour porter les quatre grandes buires inventoriées cy-devant no 686, et lesdits pieds d’estaux ornez dans les milieux des quatre faces d’un rond formé par une moulure unie, dans lesquels ronds sont les chiffres du Roy, pezans ensemble 1357m 1m 0g [328 kg]172.

  • 173 Voyage des ambassadeurs de Siam…, 1686, p. 193-195.

103Ces scabellons ne pouvaient donc pas encore figurer dans la description du Mercure de décembre 1682. Nous savons, grâce à la relation que fait le Mercure galant de la réception des ambassadeurs du Siam en septembre 1686, que les buires pouvaient être retirées du salon de Mars pour être disposées de part et d’autre du trône déplacé pour l’occasion au bout de la Grande Galerie173.

  • 174 Mercure galant, déc. 1682, p. 26.

104Le Mercure remarque également « deux Cuvetes d’argent en ovale, de quatre pieds de haut, sur six de large174 ». Il ne peut s’agir que des « deux très grandes cuvettes » livrées par De Villiers le 20 janvier 1668,

  • 175 AN, O1 3304, fo 87vo ; Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. I, p. 77, nos 6 (...)

avec leurs bassins dont le corps est orné des armes du Roy, porté par deux Syrennes, au dessus desquelles sont les portans dans un entrelas de deux serpens, le tout posé sur un pied d’estal porté par quatre griffons, haultes de 2 pieds 10 pouces [0,91 m], longues de 4 pieds 8 pouces [1,50 m], larges de 3 pieds 4 pouces [1,07 m], pesans 2311m 1o 0g [555 kg]175.

105Un de ces imposants rafraîchissoirs est esquissé par Le Brun sur le dessin préparatoire de la tapisserie de La visite aux Gobelins (fig. 13 et 14).

Fig. 13 : Charles Le Brun, Esquisse pour la visite aux Gobelins, 1667, pierre noire, 58,1 × 92,7 cm. Paris, musée du Louvre, département des Arts graphiques, INV 27655, ro.

Fig. 13 : Charles Le Brun, Esquisse pour la visite aux Gobelins, 1667, pierre noire, 58,1 × 92,7 cm. Paris, musée du Louvre, département des Arts graphiques, INV 27655, ro.

© Réunion des musées nationaux

Notice de l’inventaire du département des Arts graphiques du musée du Louvre.

Fig. 14 : Détail du précédent : projet pour les cuvettes d’argent en ovale.

Fig. 14 : Détail du précédent : projet pour les cuvettes d’argent en ovale.

© Réunion des musées nationaux

106Toujours d’après le même Mercure, les cuvettes sont flanquées de quatre seaux de même hauteur. Or, le 9 avril 1671, De Villiers livre « deux grands seaux »,

  • 176 Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. I, p. 78, nos 690-693 du chapitre de l (...)

avec leurs pieds d’estaux séparez, lesdits seaux ciselez par le milieu du corps de triomphes marins, par le bas, de godrons, et par le hault, de cocquilles et de deux masques d’où sortent des portans, avec leurs anses de deux enfans terminez en rinceaux qui tiennent une cocquille, haults de 3 pieds [0,96 m] sur 21 pouces [57 cm] de diamètre ; lesdits pieds estans octangles ciselez de godrons et des chiffres du Roy portez sur quatre pattes de lion, haults de 14 pouces [38 cm], pesans 1162m 2o 0g [279 kg]176.

  • 177 Ibid., p.78, nos 694-697.

107C’est Alexis Loir, orfèvre du roi aux Gobelins, qui livrait la seconde paire, semblable à la précédente, si ce n’est que des tritons en formaient les anses177. Cette fois, c’est sur Le château des Tuileries que l’on peut reconnaître le modèle de la première paire (fig. 15).

Fig. 15 : Charles Le Brun (atelier de), Seau, détail du carton pour la tenture des Maisons royales : le château des Tuileries, 1667-1670. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 4689.

Fig. 15 : Charles Le Brun (atelier de), Seau, détail du carton pour la tenture des Maisons royales : le château des Tuileries, 1667-1670. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 4689.

© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot

  • 178 Saule 2007, p. 43 et p. 58, no 100 : Les deux autres tables, plus riches, du chapitre de l’« Argent (...)
  • 179 AN, O1 3305, fo 104vo : « du 2 octobre 1682, apporté par le sieur Delaunay, deux dessus de table d’ (...)
  • 180 Mercure galant, déc. 1682, p. 26. B. Saule (2007, p. 43) a révélé que les quatre buires ont été acq (...)
  • 181 Ibid., p. 27.
  • 182 Voir annexe III, doc. 1, nos 1012-1015 du chapitre de l’« Argent blanc » de l’Inventaire général du (...)
  • 183 Ibid., nos 836-891 (Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. I, p. 85).

108En ce qui concerne les deux tables, le Mercure précise uniquement qu’elles occupent l’entre-fenêtre et qu’elles sont en argent, sans donner plus de détails. Il s’agit très vraisemblablement178 des deux tables dont les plateaux en argent sont unis, ainsi que des ornements des pieds qui ont été livrés par Delaunay le 2 octobre 1682 pour reposer sur des pieds de bois en gaine peints couleur « lie de vin et autres couleurs » et ornés de roses et d’entrelacs d’argent179. La polychromie est donc très présente aux côtés de l’argent puisqu’à cette date on trouve également les deux cabinets de marqueterie de Cucci, cabinets qui servent de faire valoir à « six groupes de figures d’argent, quatre statues et quatre buires de même métal, hauts d’un pied et demi [48 cm]180 ». Sur les plateaux de ces tables sont posées « deux grandes corbeilles, quatre grands chandeliers et quatre petits aussi d’argent181 ». Ces corbeilles appartiennent à un ensemble de quatre grandes corbeilles d’argent de 57 centimètres de diamètre182, ciselées à jour et qui étaient vraisemblablement garnies de fleurs puisqu’elles étaient pourvues de bassins pique-fleurs183. Ces corbeilles furent livrées par Merlin le 4 juillet 1682. Les deux autres corbeilles identiques de cette même livraison garnissaient les deux tables d’entrefenêtre des salons de Mercure et d’Apollon.

Fig. 16 : Comte Meiffren, dit aussi Le Conte, Deux aiguières et un flambeau de la série des Travaux d’Hercule en argent exécutés aux Gobelins, huile sur toile, 0,8 × 1,01 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 8919.

Fig. 16 : Comte Meiffren, dit aussi Le Conte, Deux aiguières et un flambeau de la série des Travaux d’Hercule en argent exécutés aux Gobelins, huile sur toile, 0,8 × 1,01 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 8919.

© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot

Fig. 17 : Comte Meiffren, dit aussi Le Conte, Nature morte « au chandelier des Travaux d'Hercule », huile sur toile, 0,85 × 1,08 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 8555.

Fig. 17 : Comte Meiffren, dit aussi Le Conte, Nature morte « au chandelier des Travaux d'Hercule », huile sur toile, 0,85 × 1,08 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 8555.

© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Droits réservés

  • 184 Ibid., nos 738-749 (Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. I, p. 79).
  • 185 Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. I, p. 79, nos 726-737 du chapitre de l (...)
  • 186 Ibid., p. 78, nos 702-713.
  • 187 Ibid., p. 79, nos 714-725.
  • 188 Mabille 1998, p. 76.
  • 189 Saule 2007, p. 37 ; Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. I, p. 90, nos 985- (...)

109Les huit flambeaux qui encadraient ces corbeilles (deux grands et deux petits sur chacune des tables) appartiennent aux séries de très grande taille (série des Travaux d’Hercule184 et des Mois185) et aux séries plus petites (des Amours186 et des Satyres187) livrées en 1669188. Sur les quarante-huit flambeaux de ces séries, seize étaient disposés sur les tables d’entrefenêtre dans des cuvettes d’argent destinées à protéger les plateaux contre l’écoulement de la cire189. Les quatre grands flambeaux du salon de Mars étaient sans doute ceux de la série des Travaux d’Hercule (fig. 16 et 17), réalisée par Thomas Merlin, orfèvre du roi logé au Louvre, Jacques Dutel, orfèvre aux Gobelins et par les orfèvres parisiens Jean de Viaucourt et René Cousinet. Les huit autres flambeaux de la série étaient alignés sur la balustrade du salon de Mercure. Quant aux douze autres flambeaux de la série des Mois, ils étaient répartis entre le salon de la Guerre (huit d’entre eux) et les tables d’entrefenêtre des salons de Mercure et d’Apollon.

110Ces deux tables étaient de plus surmontées chacune d’une grande glace enchâssée dans de très larges et riches bordures d’argent, fortement inclinée au-dessus de la table, toutefois moins riche et plus petite que les deux miroirs des pièces suivantes (salons de Mercure et d’Apollon), sculptés par Debonnaire. Ces deux miroirs sont dits « avec des bordures d’argent à cartouche » par le même Mercure. Il s’agit sans doute de ceux livrés par Cousinet :

  • 190 Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. I, p. 87, nos 933-934 du chapitre de l (...)

Un grand miroir, fait par Cousinet, de 36 pouces [97 cm] sur 26 pouces [70 cm] de glace, dans une bordure d’argent à godrons, aux quatre coins de laquelle il y a quatre grandes cocquilles eschancrées, aux costez deux grandes médailles, au hault les armes de France et de Navarre, et au bas un gros muffle de lion avec un anneau ; ladite bordure haulte de 5 pieds ½ [176 cm], large de 4 pieds 4 pouces [139 cm], pesant 384m 7o 0g [92 kg] [et] un autre […] pareil au précédent […]190.

  • 191 Saule 2007, p. 44. Voir annexe III, doc. 1, nos 47-50 (Inventaire général du mobilier de la Couronn (...)

111Quant aux deux paires de guéridons qui flanquent les deux tables, elles sont qualifiées « de même richesse » par le Mercure. Il semble que l’une d’elles soit en argent à figures d’homme et de femme et l’autre en poirier noirci, orné d’argent191.

Fig. 18 : Henri Gascard, Vue d’une galerie (dite autrefois de Clagny) représentée en arrière-plan du portrait de la marquise de Montespan, vers 1675. Collection particulière.

Fig. 18 : Henri Gascard, Vue d’une galerie (dite autrefois de Clagny) représentée en arrière-plan du portrait de la marquise de Montespan, vers 1675. Collection particulière.

© Droits réservés

Ce détail montre le mode d’accrochage du grand miroir d’argent au-dessus de la table, dans l’entrefenêtre. On distingue également, posées au sol, se faisant face, deux grandes corbeilles d’argent, disposées de manière symétrique. Elles sont flanquées chacune de deux vases d’argent contenant des petits orangers. Cette disposition des pièces d’argenterie monumentale suggère que, dans le salon de Mars, les grandes cuvettes d’argent encadrées de deux seaux devaient être disposées ainsi, se faisant face le long de chacun des petits côtés de la pièce. Elles devaient contenir comme ici des fleurs. Le Mercure galant de décembre 1682 précise d’ailleurs qu’elles portaient des vases de deux pieds (60 cm).

  • 192 Tessin 1926, p. 278.

112Ces compositions d’entrefenêtre meublaient ainsi l’enfilade du Grand Appartement (fig. 18). La vue de ces quatre tables qui se suivaient provoquait sans nul doute un sentiment de majesté et de somptuosité puisque, remarquait Nicodème Tessin, « dans le grand appartement, [les portes] sont toujours ouvertes192 ».

  • 193 Ibid..

113Où étaient disposées les autres pièces monumentales d’argent ? Si le Mercure a vu les quatre buires dans les angles, comment cohabitaient les deux imposantes cuvettes avec les cabinets de Cucci de largeur équivalente ? Sans doute ces cabinets ne restèrent-ils pas longtemps dans la pièce et cédèrent-ils la place aux larges cuvettes d’argent le long des petits côtés. C’est ce que vit ultérieurement Tessin, qui rapporte que « la salle est toutte entourée des grandes pièces, comme vases, cuves, cassettes et chenests d’argent, d’une pesanteur et grandeur prodigieuse193 ».

  • 194 Scudéry 1684, p. 2.
  • 195 Tessin 1926, p. 278.
  • 196 Mabille 1998, p. 63.
  • 197 Mercure galant, déc. 1682, p. 29-30.
  • 198 Selon les estimations de Béatrix Saule (2007, p. 38), on dénombrait : 88 bougies dans le salon de D (...)

114Cette orfèvrerie monumentale est en outre sublimée par l’éclairage, assuré par une profusion de bougies qui rendent « la Nuit plus belle que le Jour, & l’Hyver plus agreable que le Printemps194 », nous dit Mademoiselle de Scudéry. Chacun des guéridons supporte selon l’usage une girandole d’argent ou de cristal. Ces girandoles vont par paire dans le respect du principe de symétrie propre au Grand Siècle. Les grandes girandoles d’argent comptent fréquemment sept bobèches (huit paires dans l’inventaire général). Tessin remarque en 1687 que, dans le salon de Mars, « il y a deux beaux lustres d’argent, entourés de 12 autres des cristeaux195 ». Les lustres d’argent de l’inventaire sont le plus souvent à huit branches. Les plaques de lumière ne sont pas citées dans les descriptions de l’époque, néanmoins, très nombreuses dans l’inventaire, il est fort probable qu’elles ornaient les murs des salons tendus d’étoffes tels le salon de Mars. Apparus dès le xvie siècle, ces éléments d’éclairage étaient composés d’une large applique portant un bras en général unique196. À cela il fallait ajouter les huit flambeaux posés sur les tables d’entrefenêtre. Quand le salon de Mars était salle de jeu, les douze tables à jeu étaient garnies de flambeaux d’argent à chaque angle, posés sur des guéridons bas197. Ce qui faisait un total de cent lumières dans cette pièce, puis de cent quarante-huit quand la pièce devint salle de bal, avec ses douze lustres de cristal complémentaires décrits par Tessin. C’était donc la pièce la plus éclairée après la Grande Galerie198.

  • 199 Saule 2007, p. 39 ; Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. I, p. 86, nos 924- (...)
  • 200 Voir annexe III, doc. 1, nos 920-921 et 922-923 du chapitre de l’« Argent blanc » de l’Inventaire g (...)
  • 201 Ibid., nos 918-919 (Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. I, p. 86).

115Les chenets étaient en argent selon le Mercure. Il s’agit certainement de l’une des quatre paires de chenets d’argent dont les dimensions sont en accord avec les quatre cheminées du Grand Appartement. Si la plus grande (123 cm), réalisée par Ballin, est sans doute celle du salon d’Apollon199, les deux paires plus petites (100 cm), identiques, en forme d’urnes aux armes de France, faites par Viaucourt, sont peut-être celles du salon de Mars et du salon de Mercure200, à moins qu’il ne s’agisse de la paire de chenets aux sphinx nos 918 et 919 dans l’Inventaire général du mobilier de la Couronne201. Le Mercure mentionne également que des vases d’argent ornent la cheminée, sans plus de détail. Passées sous silence mais nécessairement présentes, grilles de feu, pelles, pincettes et tenailles étaient elles aussi faites d’argent.

  • 202 Dangeau 1854-1860, t. III, p. 33.
  • 203 Ibid., t. III p. 38.

116Mais tout ce luxe ostentatoire fut bien éphémère puisqu’en décembre 1689, afin de financer la guerre contre la ligue d’Augsbourg, Louis XIV prenait la décision d’envoyer à la Monnaie l’intégralité de son riche mobilier d’argent. Le marquis de Dangeau en est le témoin le 3 décembre 1689 (« Le roi veut que dans tout son royaume on fasse fondre et porter à la Monnoie toute l’argenterie qui servoit dans les chambres, comme miroirs, chenets, girandoles, et toutes sortes de vases, et pour en donner l’exemple il fait fondre toute sa belle argenterie, malgré la richesse du travail202 ») et le 11 décembre (« Le roi a fait emporter toute son argenterie […] ; il n’y en a plus du tout dans tous les appartements, et on travaille à la faire fondre203 »).

117Il fallut donc trouver un mobilier de substitution digne de la splendeur de l’Appartement. Un mobilier peut être aussi plus moderne que cette Grande Argenterie conçue près de vingt-cinq ans plus tôt.

1690-1715 : le mobilier de bois doré, un substitut plus au goût du jour

Les tables et guéridons

118Le rayonnement du mobilier d’argent n’est sans doute pas étranger à l’importance croissante que prit le mobilier de bois doré et sculpté. Cette technique, très répandue en Italie, était encore peu développée en France quand elle apparut dans les années 1660 aux Gobelins. L’éclat du mobilier d’argent incita sculpteurs et doreurs à rivaliser avec les orfèvres. Avec les grandes fontes de 1690, c’est donc naturellement vers le mobilier de bois doré que l’on se tourna pour remplacer la Grande Argenterie brutalement disparue.

  • 204 Mabille 1998, p. 65 : les dernières dépenses au titre de l’orfèvrerie datent de 1686 pour un total (...)
  • 205 Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. II, p. 170, nos 459 et 460 du chapitre (...)

119Néanmoins, cette décision de fonte avait certainement été anticipée par Louis XIV puisque, non seulement les livraisons au chapitre de la Grande Argenterie cessent en 1687204, mais aussi on enregistre dès le 22 décembre 1688 la livraison, pour la Grande Galerie, de cinq pieds de table de bois sculpté et doré pour des tables de marbre, ainsi que de huit guéridons de 1,70 m de hauteur, également de bois sculpté et doré205.

  • 206 Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. I, p. 165, nos 420-422 du chapitre des (...)

120C’est probablement la même anticipation qui justifie la livraison en décembre 1687 de « douze pieds de table de bois de chesne, sculptez et dorez de trois desseins différens, pour servir à des tables de marbre à Versailles206 ». Cette commande fut le fruit de la collaboration des sculpteurs Charmetton, Legrand, Belland et Goupil avec le menuisier Fressenet, les doreurs Sarrazin, Fournier, Petit et Chollier.

  • 207 AN, O1 3453, fo 19vo.

121Le Garde-Meuble disposait donc d’une réserve de tables afin de remeubler rapidement le Grand Appartement. C’est ainsi que les deux tables à plateaux d’argent et piètement lie de vin du salon de Mars, dont les plateaux furent envoyés à la fonte, furent remplacées par deux paires de tables à plateau de marbre et piétement de bois sculpté et doré, de tailles assorties, comme l’atteste ultérieurement l’inventaire topographique de 1740207 (l’inventaire de 1708 ne mentionne pas la présence de tables, considérées peut-être comme relevant des Bâtiments). C’est cependant l’inventaire général de 1729 qui décrit avec le plus de précision ces tables. On trouve inscrit sous le no 420 :

  • 208 AN, O1 3336, fo 165.

Deux tables de marbre Seracolin dans une bordure de marbre de portore veiné couleur d’or et gris de perle, portées sur leurs pieds a guaine et a thermes, ornés dans le milieu d’une tête soutenue de deux cornes d’abondance en consolles, longues de cinq pieds deux pouces [165 cm] sur deux pieds neuf pouces [88 cm] de large et trente trois pouces [89 cm] de haut208.

  • 209 Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. II, p. 165, no 420 du chapitre des « C (...)

122Ces deux tables sont montées sur deux piétements peut-être issus de la livraison de décembre 1687, bien que l’inventaire général de 1664-1705 ne décrive par les termes des pieds209. Sous le no 402 sont inscrites les deux autres tables :

  • 210 AN, O1 3336, fo 163.

deux tables de marbre de raport bleu et blanc dans une bordure de marbre blanc avec un listel de marbre noir, sur leur pied de bois sculté doré à quatre pilliers en guaine, orné dans le milieu du soubassement des chiffres du Roy couronnés, accompagnés de deux Soleils ; longues de quatre pieds neufs pouces et demy [154 cm] sur deux pieds cinq pouces [77 cm] de large et trente deux pouces [86 cm] de haut210.

  • 211 Voir annexe III, doc. 1, no 402 du chapitre des « Cabinets, tables et guéridons de diverses sortes  (...)

123De la même façon, les piétements de ces tables furent livrés séparément et figurent sans doute sous le même no 402 dans l’Inventaire général du mobilier de la Couronne211. Les dimensions des piétements sont légèrement moindres dans l’Inventaire car elles ne tiennent pas compte du plateau de marbre.

  • 212 Félibien 1703, p. 131.

124Chacune des tables repose sur un piétement constitué de quatre piliers en gaine (ces gaines sont constituées de termes pour la paire no 420). Leur décor sculpté à la gloire du roi (présence des chiffres du roi, de soleils et de lis) s’accordait avec le programme décoratif du Grand Appartement. La richesse des marbres des plateaux répondait aux lambris et aux seuils de marbre de la pièce. Et c’est surtout leur plateau de marbre (abusivement pris pour de la calcédoine) qui retient l’attention de Félibien en 1703 : « sous les miroirs l’on voit des tables de calcédoine accompagnées de part et d’autres de girandoles de cristal de roche, portées par des guéridons dorés212. »

125Félibien mentionne également des « guéridons dorés » placés de part et d’autre des tables, selon la formule désormais classique. Ces guéridons sont ceux de la grande commande de soixante pièces, passée à peine un mois après l’envoi à la Monnaie des guéridons d’argent. Ils sont inscrits sous le no 468 du chapitre « Cabinets, tables et guéridons de diverses sortes » de l’inventaire général de 1664-1705 :

  • 213 Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. II, p. 171, no 468.

Soixante grands guéridons de bois, sculptez et dorez, de 6 pieds [1,92 m] de hault, le pied de trois consoles, avec un triangle de fer doré dessous pour tenir lesdites consoles, la tige en forme de guaisne persée à jour, avec trois coquilles au hault entre trois consoles qui portent le plateau213.

  • 214 AN, O1 3445, fo 3, inventaire topographique de 1708.
  • 215 AN, O1 3445 ; Verlet 1986, p. 134.
  • 216 Mercure galant, janv. 1708, p. 267 : « Il y avoit dans la Salle du Bal […] douze Lustres, dix Torch (...)
  • 217 Verlet 1986, p. 129

126S’il n’y avait que quatre guéridons d’argent dans le salon de Mars, ce sont dix guéridons de bois doré qui les remplacent en 1690214 (les autres furent réparties de la façon suivante dans le Grand Appartement : quatre dans le salon de Vénus, huit dans le salon de Mercure, dix dans le salon d’Apollon, quatre dans le salon de la Guerre, seize dans la Grande Galerie et six dans le salon de la Paix, plus deux non localisés alors215). C’est le règne de Louis XIV qui vit se multiplier ce type de meubles, que l’on nommait aussi torchère216, dans les appartements royaux et spécialement à Versailles. Jusqu’à cette grande commande de soixante guéridons, les guéridons hauts de six pieds (1,92 m) étaient relativement rares à Versailles (on en dénombre sept livrés en 1676 pour la galerie de Trianon et huit en 1688)217.

  • 218 Ibid., p. 131 : Lange, Rondet, Le Maire, Jouvenet, Éloy, Cletelet, Hanard, De La Lande.
  • 219 Ibid., p. 136, note 19 : C’est déjà Charmetton qui avait travaillé à la sculpture des douze pieds d (...)
  • 220 Ibid., p. 131-132 : il s’agissait des sculpteurs Bellan, Legoupil, Legrand et Vaillant.

127Le premier marché pour la fabrication de ces guéridons fut contracté le 26 janvier 1690 pour trente guéridons. Il fut conclu avec huit sculpteurs, la plupart habitués du Garde-Meuble ou des Bâtiments218. Ceux-ci livrèrent trente-six guéridons entre le 17 juin et le 10 juillet 1690. Un premier guéridon fut réalisé par le sculpteur Charmetton pour servir de modèle219. Quatre autres sculpteurs furent appelés en renfort220 et livrèrent vingt-trois guéridons entre le 12 juin et le 6 juillet 1690, avec à chaque fois la collaboration du menuisier Fressenet. La ferrure qui maintenait les pieds et la tige fut réalisée par le serrurier Peillon. La dépense totale s’éleva à 8 465 livres.

  • 221 Ibid., p. 136, n. 31.

128Malgré l’absence d’emblèmes royaux qui aurait pu leur permettre de survivre au-delà de la Révolution, on ne connaît pas leur aspect exact. Afin de pouvoir les évoquer, Pierre Verlet avait identifié une paire de guéridons assez proches par leur richesse et leurs ornements malgré quelques variations importantes (le décor du couronnement et du plateau sont entièrement différents). Ces guéridons sont conservés actuellement au musée des Arts décoratifs221 (fig. 19).

Fig. 19 : Guéridon porte-luminaire d’une paire, modèle de torchères Louis XIV, vers 1700-1710, Paris ?, noyer sculpté et doré, H : 197 cm. Paris, musée des Arts décoratifs, inv. 4325 A.

Fig. 19 : Guéridon porte-luminaire d’une paire, modèle de torchères Louis XIV, vers 1700-1710, Paris ?, noyer sculpté et doré, H : 197 cm. Paris, musée des Arts décoratifs, inv. 4325 A.

© Les Arts Décoratifs, Paris / Jean Tholance

  • 222 Verlet 1985, p. 129-136.

Ce guéridon a été identifié par Pierre Verlet, qui l’a rapproché des soixante guéridons de la grande commande de 1690, à quelques nuances près néanmoins : « Guéridons de bois sculpté et doré, proches par leur richesse et leurs ornements des guéridons de 1690, malgré quelques différences importantes ».
Et effectivement, le décor du couronnement et du plateau est entièrement différent. D’après les divers mémoires des fournisseurs, ces guéridons avaient « trois consoles sous le plateau et trois autres formant le pied, une campane dans le bas des coquilles, des lauriers en festons, bouquets, guirlandes ou chutes, une tige repercée à jour et intérieurement décorée d’un gros fleuron, des feuillages désignés comme d’acante, de refente et de persil, des feuilles d’eau, un plateau rond orné de canaux, ou de godrons, de feuilles de refente et de fleurons ». La tige et les éléments du pied étaient liés par une ferrure dorée222.

Les miroirs

  • 223 Félibien 1703, p. 130.

129« Il y a deux grands miroirs de glace de cristal, et sous les miroirs l’on voit des tables de calcédoine223 », remarque simplement Félibien en 1703.

  • 224 AN, O1 3445, fo 3.

130L’inventaire de 1708 ne mentionne pas plus ces miroirs que les tables placées dessous. Cependant, ils doivent y être puisqu’on trouve dans cet inventaire la mention de « deux nœuds de cordon d’or avec chacun deux houpes aussy d’or servant aux deux miroirs224 ». Il faut attendre l’inventaire général de 1729 pour retrouver la description précise de ces miroirs (miroirs que les inventaires ultérieurs affecteront, sans doute possible, à cette pièce) :

  • 225 AN, O1 3336, fo 1.

Un grand miroir à bordure de glace, fond violet, chargée de feüilles de refend aiant aux milieux quatre bustes d’Empereur dans des cartouches ronds et a chaque coin, une grande fleur de lis. Le tout entre deux autres petites bordures de glace, peintes de rainceaux de grisaille. La glace de quarante huit pouces [130 cm] de haut sur trente [81 cm] de large [et] un autre miroir aussi à bordure de glace fond violet, pareil au précédent et de mêmes mesures225.

  • 226 Le no 155 est attribué aux deux miroirs en 1688. En revanche, ils sont inscrits sous les nos 2 et 3 (...)

131Les bordures de ces miroirs furent livrées avec deux autres paires par Delaroue, miroitier, le 8 novembre 1688 (soit un an avant la décision de fonte du mobilier d’argent, ce qui prouve une fois encore, s’il en était besoin, l’anticipation de Louis XIV). Description et dimensions des glaces correspondent, bien que les numéros d’inventaire aient changé entre 1688 et 1729226. Les bordures bleu lapis des miroirs s’harmonisaient avec les marbres bleu et blanc des tables, mais également avec le brocart à renommées « liseré de bleu » qui meublait la pièce en été.

132La polychromie des marbres et des miroirs nous rappelle que Louis XIV avait un goût prononcé pour la couleur. L’impression d’opulence renforcée par l’éclat du mobilier de bois doré demeure malgré la disparition du mobilier d’argent.

Le meuble d’étoffe

  • 227 Bonnet 2007, p. 42.

133En matière de décor textile, seuls les rideaux sont renouvelés pendant cette période. C’est un changement radical et de grande ampleur néanmoins, puisqu’il touche non seulement le salon de Mars mais aussi tout le Grand Appartement ainsi que l’appartement intérieur du roi : le taffetas cramoisi remplace le damas blanc. Ce remplacement systématique des rideaux fut inauguré par la livraison au Trianon de Marbre de décembre 1688 à avril 1689 de rideaux de fort taffetas cramoisi d’une « largeur extraordinaire227 ». Cette nouvelle conception de la garniture des fenêtres va s’imposer pendant tout le xviiie siècle dans le grand appartement du Roi, consacrant aux cramoisi et or ces pièces d’apparat.

  • 228 AN, O1 3307, fo 319vo. À noter que Guiffrey mentionne par erreur 105 rideaux de taffetas rouge sous (...)

134C’est le 24 octobre 1696 que Doublet, tapissier ordinaire du roi qui a l’exclusivité des livraisons de 1682 à sa mort en 1701, livre soixante-neuf rideaux de taffetas rouge garnis de galon doré « pour les grands et petits appartements du Roy à Versailles ». Les treize rideaux pour les treize fenêtres du Grand Appartement (du salon de Vénus à celui d’Apollon) sont inscrits sous le no 1737 dans le Journal du Garde-Meuble : « 13 autres rideaux de 5 lez chacun dudit Taffetas [rouge] sur 16 pieds trois pouces [520 cm] aussy garnis dudit galon [un petit galon d’or de six lignes (1,35 cm) de large] pour les grands appartements du Roy […] total soixante neuf rideaux, tous avec leurs cordons de soye cramoisy228. »

135En 1708, le meuble d’été no 950 (c’est à dire la tenture de deux brocarts d’or et d’argent à fleurs et à renommées livrée en 1682) comprend quarante-et-un lés fond d’argent et trente-huit lés fond d’or, soit respectivement huit et neuf lés de plus qu’en 1682. Parmi ces dix-sept lés supplémentaires, quatorze sont de hauteur moindre : 3,42 mètres (2 aunes 7/8) au lieu de 4,16 mètres. Ils viennent sans aucun doute habiller le fond des tribunes créées en 1684 : celles-ci étant surélevées, la hauteur des lez est inférieure. Deux portières sur les quatre initiales ont disparu avec la suppression des deux portes lors de la création des tribunes. De même, il ne reste en 1708 que deux dessus-de-porte plus un dessus-de-porte dans une des tribunes (destiné peut-être à la porte d’accès à la tribune de gauche, porte visible dans l’axe de la salle (fig. 5).

  • 229 AN, O1 3445, fos 2vo et 3.

136Les dix-huit ployants du même ensemble sont toujours en place l’été229, nous relevons sur cet état des précisions complémentaires : leurs bois sculptés sont non seulement dorés mais aussi argentés, de manière à s’harmoniser avec les deux brocarts. La jonction entre les deux brocarts est dissimulée sous un cordonnet d’or. La housse de taffetas qui protège en temps ordinaire ces tabourets est de couleur verte, couleur fort répandue dans le Grand Appartement avant que le cramoisi ne l’emporte.

137C’est cette tapisserie que Félibien décrit en 1703 de la façon suivante :

  • 230 Le point d’Espagne est une dentelle de fils d’or ou d’argent.
  • 231 Félibien 1703, p. 139-140.

Les salles et les chambres que nous venons de décrire [salons de Mars, de Mercure] sont tapissées en été de brocart à fleurs d’or, d’argent et de soie de diverses couleurs, avec des campanes de point d’Espagne230 d’or231.

  • 232 Voir supra, note 126.

138Quant au meuble d’hiver, également décrit par Félibien232, c’est toujours le velours cramoisi inscrit sous le no 932 de l’inventaire général et livré en février 1682. Il est désormais en harmonie avec la couleur des rideaux.

Lumières, vases, feux…

  • 233 AN, O1 3445, fo 3.
  • 234 AN, O1 3453, fo 19vo.
  • 235 AN, O1 3306 ; Maës 2012.

139En matière d’éclairage, on sait d’après l’inventaire de 1708 qu’il y avait « 6 cordons et 12 houpes d’or servan aux lustres233 ». Ce sont donc six lustres qui doivent être suspendus dans cette pièce. Or, c’est ce que confirme l’inventaire de 1740, qui mentionne « 6 chandelliers de cristal à 6 branches chacuns de différentes formes presque assortissantes avec leur cordons et deux houpes d’or faux et cramoisy à chacun234 ». S’agit-il des mêmes lustres ? Il n’est pas possible de l’assurer. Néanmoins, nous savons que le même Delaroue qui livra les bordures de glaces, livra en juin 1690 plusieurs chandeliers de cristal pour servir à la place de ceux qui ont été fondus par ordre du roi235.

140Les dix guéridons supportaient sans doute, comme en 1740, les dix girandoles à six branches que l’inventaire de 1740 mentionne. La pièce était donc éclairée par un minimum de quatre-vingt-seize bougies, ce qui est à peu près similaire à ce qui se faisait lors de la période précédente, les girandoles se substituant ici aux lustres.

  • 236 Félibien 1703, p. 132.
  • 237 Rondot 2012, p. 70.
  • 238 Félibien 1703, p. 155.
  • 239 Marie et Marie 1984, p. 478.

141Félibien, toujours, en 1703 remarque le premier que, sur l’appui des tribunes, « on a placé quatre vases de porphyre236 ». Ces vases appartenaient à la collection de vases d’ornement constituée par Louis XIV. Leur sculpture fut confiée à des ateliers romains et les commandes furent soutenues de 1683 à 1688. Une centaine de ces vases furent réunis par Louis XIV, dont une cinquantaine de porphyres (les autres d’albâtre et de marbres rares)237. C’est encore Félibien qui s’extasie sur cette collection disposée essentiellement dans le Grand Appartement et la Grande Galerie et qui n’hésite pas à dire que « tout ce qu’on voit d’agate, d’albâtre, de serpentin, de porphire et de cristal de roche […] semble d’un prix beaucoup plus considérable [que le mobilier d’argent disparu]238 ». Selon Alfred et Jeanne Marie, ces deux paires de vases étaient de dimension sensiblement identique, soit 56 centimètres de hauteur sur 40 centimètres de largeur. Les couvercles de la première paire, posée sur l’appui de l’une des tribunes, « sont sculptés, sur le haut de la panse il y a des feuilles d’eau avec d’autres ornements et d’autres moulures ornées. Les anses sont faites de têtes de lion ». Les vases de l’autre tribune sont sculptés sur leurs faces principales de « deux têtes ayant une draperie qui pend sous leur menton et qui est nouée aux oreilles du vase, leurs plinthes sont ovales239 ».

  • 240 AN, O1 3307.

142On peut par ailleurs mentionner la livraison par Perart, le 16 octobre 1700, de « huit belles grilles a gros vazes de fer poly de différentes grandeurs avec chacune leur pelle, pincette et tenaille de fer poly » pour les grands appartements de Versailles240. Il s’agissait vraisemblablement de remplacer celles garnies d’argent, fondues en 1689.

  • 241 AN, O1 3445, fo 3.
  • 242 Luynes 1860-1865, t. XI, p. 361-362 : une note renvoie à l’épisode de l’enlèvement du premier écuye (...)

143Pour finir, l’inventaire de 1708 mentionne la présence de cinq couchages (cinq matelas, cinq traversins et cinq couvertures) « servant aux gardes du corps » plus un « lit parterre composé de 2 matelas de laine un traversin et une couverture pour le brigadier » 241. Ces éléments devaient être entreposés dans les tribunes durant la journée quand celles-ci ne servaient pas. Leur présence trouve son explication à la lecture des Mémoires du duc de Luynes, qui nous apprend que cette pièce servait « salle des gardes pour la nuit depuis l’enlèvement de M. le Premier auprès de Billancourt », soit depuis janvier 1707242.

Les tableaux : ensemble décoratif et manifeste de l’école française

  • 243 Louvois 2007, p. 140. Lettre de Louvois à Le Brun, 16 juin 1684 : « Il est nécessaire que vous luy (...)
  • 244 Ibid., p. 272.

144Instruments de la symbolique développée dans le Grand Appartement, mais aussi éléments de décor, les tableaux choisis par le roi devaient s’adapter aux espaces disponibles dans les lambris243. Bon nombre des tableaux accrochés à Versailles ont dû subir des modifications de format afin de s’adapter aux dimensions des lambris ou pour s’insérer dans une logique d’ensemble244. Nous allons voir que le salon de Mars n’échappe pas à la règle.

145Le choix des tableaux suspendus aux cimaises du salon de Mars est tout aussi révélateur, si ce n’est plus, du goût du Grand Roi, que le choix du mobilier. Louis XIV aime le grand genre et la couleur. Les vénitiens sont nombreux à Versailles et dans cette pièce en particulier. Ils prolongent le décor des marbres.

  • 245 Constans 1976, p. 156-173.

146C’est Claire Constans, dans son étude sur « Les tableaux du Grand Appartement »245, qui nous renseigne avec précision sur les tableaux présents dans le salon de Mars. Il y eut plusieurs accrochages comme dans tout le Grand Appartement, et lors des changements de « meubles », on modifiait le choix et la disposition des peintures. Mais la transformation architecturale du salon de Mars avec la construction des tribunes devait modifier les choix initiaux.

147Le Mercure galant de décembre 1682 remarque que les vénitiens y figurent effectivement en bonne place puisque :

  • 246 Mercure galant, déc. 1682, p. 25-28.

Six Portraits du Titien sont sur les quatre Portes, & sur deux Cabinets de marqueterie […]. […] au dessus de [la cheminée] on voit un Tableau de Paul Véronese, représentant la Sainte Famille. […] Au costé droit est un grand Tableau, où le mesme Paul Véronese a peint Nostre-Seigneur avec les Pelerins d’Emmaüs246 […].

  • 247 Constans 1976, p. 160. Voir aussi sur le site des musées royaux des Beaux-Arts de Belgique, no Inv. (...)

148On ne sait pas aujourd’hui quels étaient ces tableaux attribués peut-être abusivement au Titien. En revanche, les deux Véronèse nous sont connus puisqu’ils sont inventoriés dans cette pièce de manière presque ininterrompue jusqu’à la Révolution. Il s’avère néanmoins que l’attribution de la Sainte Famille à Véronèse est erronée puisqu’aujourd’hui on y reconnaît l’œuvre de son fils Carlo Caliari247. Et le Mercure de poursuivre :

  • 248 Mercure galant, déc. 1682, p. 28-29.

De l’autre costé [de la cheminée] on voit la Famille de Darius aux pieds d’Aléxandre. Ce Tableau est de Mr le Brun ; Sa Majesté, dont le discernement est si juste en toutes choses, l’ayant choisy pour l’opposer à celuy de Paul Véronese248 […].

  • 249 Habert et Milovanovic 2004, p. 63-72.

149Le roi n’avait pas hésité à faire modifier considérablement le format de ces deux dernières toiles, au bénéfice d’une comparaison qui devait mettre l’école française au même rang que l’école italienne. Les Pèlerins et La Famille de Darius furent sans doute réunis pour la première fois aux Tuileries en 1667-1668, où ils furent placés face à face dans le grand cabinet du Roi. Ces toiles avaient alors des dimensions bien différentes, et il semble que ce soit à l’occasion de leur présentation dans le salon de Mars que Charles Le Brun se chargea de réduire La Famille de Darius de plus d’un mètre sur la largeur et sur la longueur, alors qu’il agrandissait sans doute lui-même Les Pèlerins pour le ramener à la même taille que son propre tableau249.

150Cette mise en parallèle des deux tableaux fut quelque peu affaiblie à partir de 1684 car, du fait de la construction des tribunes, les deux tableaux furent placés face à face, sur les murs est (La Famille de Darius) et ouest (Les Pèlerins). C’est ce que relève J.-F. Félibien en 1703 :

  • 250 Félibien 1703, p. 132.

Des cordons tissu [sic] d’or soutiennent dans les faces des extrémitéz de la sale deux autres tableaux d’une grandeur extraordinaire, & qu’il suffit de nommer pour les faire considérer. L’un vers l’Orient est la famille de Darius aux pieds d’Alexandre, peinte par le Brun, & l’autre vers l’Occident est celuy où Paul Véronèse a représenté J.-C. et deux de ses disciples assis à table avec lui dans l’hôtellerie du bourg d’Emaüs250.

  • 251 AN, O1 3445, fo 3.

151Comme le remarque également Félibien, les deux grands tableaux étaient suspendus au moyen de « 6 nœuds de cordon d’or avec chacun deux houpes ou demy houpes aussy d’or251 », éléments suffisamment remarquables pour être inventoriés séparément.

152Après cette translation, les tribunes ne restent cependant pas vides de tableaux puisqu’y figurent des grands noms de l’école italienne. Dans la tribune de gauche à partir de 1701 : La Visitation de Sebastiano del Piombo (Paris, musée du Louvre) et une Vierge attribuée aujourd’hui à Bonifazio ou à Lotto (Paris, musée du Louvre), et dans la tribune de droite, également à partir de 1701 : une Nativité de Pierre de Cortone. Ces tableaux devaient être suspendus sur le mur du fond des tribunes, en retrait par rapport à la cheminée qui les séparait. Surplombant, la cheminée, se trouvait toujours la Sainte Famille de Carlo Caliari.

  • 252 Comptes des Bâtiments du roi 1881-1901, t. II, col. 619-620, 25 mars 1685 : « à la Lande, sculpteur (...)
  • 253 Marie 1968, t. II, p. 625-626.

153Au-dessus des deux portes de l’enfilade, les tableaux restent les mêmes pendant toute la période (jusqu’au milieu du xviiie siècle). À l’ouest, vers le salon de Mercure, était accrochée la Vierge et saint Pierre du Guerchin (Paris, musée du Louvre). à l’est, vers le salon de Diane, on avait suspendu le Saint Jean-Baptiste de Raphaël (Paris, musée du Louvre), dont les bordures, toujours en place actuellement, furent sculptées par Lalande en 1685252 (fig. 20) peu après son entrée dans la collection de Louis XIV en 1683. De profil arrondi, en bois doré richement sculpté de coquilles, fleurons et arabesques, le cadre porte les chiffres du roi dans les écoinçons. C’est un témoignage précieux de l’art des bordures en cette fin de xviie siècle. Louis XIV fit en effet confectionner un nombre important de cadres par les sculpteurs des Bâtiments du roi pour remettre au goût du jour les bordures anciennes de ces nombreuses acquisitions, bordures qui devaient passer alors pour « gothiques ». Plusieurs profils de bordures de la main de Le Brun sont conservés au cabinet des Estampes et de la photographie de la Bibliothèque nationale de France253. Ces dessins illustrent l’omniprésence de Le Brun jusque dans les moindres détails.

Fig. 20 : Raffaello Santi, dit Raphaël, et son atelier, Saint Jean-Baptiste au désert, bois transposé sur toile au xviiie siècle, 1,35 × 1,42 m. Paris, musée du Louvre, INV 606.

Fig. 20 : Raffaello Santi, dit Raphaël, et son atelier, Saint Jean-Baptiste au désert, bois transposé sur toile au xviiie siècle, 1,35 × 1,42 m. Paris, musée du Louvre, INV 606.

© RMN-Grand Palais / Franck Raux

Peut-être peint en 1516 pour Adrien Gouffier, cardinal de Boissy, grand aumônier de France sous François Ier, puis placé en 1532 dans la collégiale d’Oiron par son neveu Claude Gouffier dont les armoiries ont été ajoutées en haut de la composition.
C’est à l’occasion de l’entrée dans la collection royale que le sculpteur Lalande réalisa le cadre en chêne doré qu’il a conservé jusqu’à aujourd’hui.

1722-1789 : le respect de l’héritage du Grand Roi

  • 254 Scudéry 1684, t. I, p. 54.

154Il faut louer la clairvoyance de Madeleine de Scudéry qui écrit en 1684, parlant du Grand Roi : « S’il fait des Palais superbes, s’il embellit tous ceux des Rois qui l’ont précédé, c’est un present qu’il fait à tous ses successeurs254. » Cette phrase illustre parfaitement l’état d’esprit du jeune Louis XV lorsqu’il réinvestit le château de son arrière-grand-père, le 15 juin 1722. Le respect de la tradition léguée par Louis XIV sera le mot d’ordre du règne (et même du suivant) dans cette partie du château.

1722-1742 : statu quo

  • 255 AN, O1 3453, fos 19vo et 20.

155Nous disposons d’un inventaire topographique pour la période, celui de 1740255. C’est le deuxième qui fut réalisé pour le château de Versailles, trente-deux ans après celui de 1708. La lecture de cet inventaire nous montre que les Grands Appartements, et donc le salon de Mars, semblent figés à la mort du Grand Roi. Malgré ces sept années d’inoccupation, Louis XIV est toujours présent ; il semble intimider ses successeurs, et ses choix restent respectés, qu’il s’agisse des meubles d’été ou d’hiver, des ployants, guéridons, tables ou miroirs.

Meubles d’été et d’hiver : pas de changement mais des projets

  • 256 Ces tabourets sont, en revanche, les seuls éléments d’« emmeublement » mentionnés dans l’inventaire (...)
  • 257 Baulez 2007, p. 88 : entre 1708 et 1740, on a également volé quatre dessus de tabourets en brocart (...)

156L’inventaire de 1740, qui est celui de l’ameublement d’hiver, ne dit mot des tentures. En ce qui concerne le meuble d’hiver de velours rouge de la période précédente, les inventaires topographiques ultérieurs (1751, 1765, 1776…) confirment sa présence de manière ininterrompue dans cette pièce. La tenture de velours cramoisi, bordée de molet d’or, livrée par Doublet en février 1682 (no 932) est donc toujours en place ; elle avait été augmentée en 1689 de quatre pièces de velours rouge ainsi que de deux dessus-de-porte du même velours pour servir dans les tribunes (no 1375). Elle est toujours accompagnée des deux portières de velours rouge livrées en 1680 (no 896), ainsi que des dix-huit tabourets de velours cramoisy (no 897) munis de leurs housses256. L’inventaire de 1740 précise que les larges galons d’or qui les bordaient autrefois ont été volés (excepté un), mais qu’ils ont conservé leurs franges d’or. Ceci nous rappelle que les vols sont fréquents à Versailles et que déjà du temps de Louis XIV, on déplorait ce type de désagrément257.

  • 258 Vittet et Brejon de Lavergnée 2010, p. 106-107.

157L’inventaire mentionne en revanche la présence dans cette pièce de deux portières en soie sur trois aunes [3,57 m] de hauteur, dites « portières de Mars », et il est précisé qu’elles sont sans numéro. Ces portières font partie, selon toute vraisemblance, d’une tenture comprenant six portières de tapisserie, représentant sous un portique d’architecture les armes de France et de Navarre, et la devise de Louis XIII. Mars est assis d’un côté sur des trophées, et la figure de la Paix de l’autre, dans une bordure d’oves et de godrons. Elles furent tissées aux Gobelins sur un dessin préparatoire de Le Brun. Jean Vittet reconnaît qu’il est difficile aujourd’hui d’identifier avec certitude les pièces de cette tenture258.

158C’est la première fois que de telles pièces d’ameublement sont placées dans le salon de Mars. Peut-être sont-elles accrochées l’hiver, en alternance avec celles de velours rouge selon les années. C’est en tout cas ce qui va se pratiquer ultérieurement.

  • 259 Castelluccio 2004, p. 148. Après l’impulsion donnée par la Chambre des comptes au récolement du mob (...)
  • 260 AN, O1 3339, fos 49vo et 50.
  • 261 AN, O1 3339, fo 151.

159Devant l’absence de meuble d’été dans ce même inventaire de 1740, nous devons nous tourner vers l’inventaire général de 1729259. Nous y trouvons non seulement la présence sous le no 76 du chapitre des « Meubles de broderie », des pièces de broderies de Saint-Joseph (autrefois inscrites sous le no 1635), avec toujours la mention « pour servir dans la grande antichambre du grand appartement du Roy à Versailles où sont les tribunes260 ». Mais aussi, quelques pages plus loin, nous retrouvons sous le no 56 du chapitre des « Meubles de brocat », le meuble de deux brocarts, « l’un fond d’argent trait à renommées d’or lizeré de bleu, l’autre fond d’or filé à fleurs d’argent, consistant en une tapisserie, deux portières et dix huit tabourets261 ». Il s’agit précisément du brocart qui portait le no 950 dans le premier inventaire général. Il est donc vraisemblable que ces deux meubles d’été étaient encore en place en alternance les étés où la Cour se trouvait à Versailles.

  • 262 Inscrits par erreur sous le le no 1337 dans l’inventaire de 1740, il s’agit bien des rideaux no 173 (...)

160Les rideaux en revanche sont inscrits à l’inventaire de 1740. Il s’agit toujours des rideaux de taffetas cramoisi datant de la grande livraison d’octobre 1696262.

  • 263 AN, O1 3298, dossier 12, chemise 6, pièce 1 ; ce projet est cité par Verlet 1985, p. 319.
  • 264 Coural et Gastinel-Coural 1983, p. 52-53.

161Néanmoins, si le décor semble figé depuis le tournant du siècle, il semble que Louis XV ait des projets pour cette partie du château, puisqu’un document de 1736263, présenté par Fontanieu au roi et approuvé par ce dernier, envisage d’utiliser les étoffes tissées à Lyon entre 1730 et 1735 (ces soieries appartenaient à la grande commande de 1730 destinée à relancer la fabrique lyonnaise). C’est ainsi que l’on apprend que le salon de Mars devait recevoir un brocart fond bleu à fleurs et compartiments d’or d’après Lallié. Les salons de Mercure et d’Apollon devaient également recevoir de riches brocarts avec pilastres fleurdelisés ou colonnes torses264. Néanmoins, ce projet novateur qui rompait avec le traditionnel et omniprésent taffetas cramoisi ne fut pas réalisé. Le brocart bleu et or sera utilisé plus tardivement pour d’autres résidences.

Les autres meubles

162Les dix guéridons de la grande commande de 1690 sont toujours en place avec leurs dix girandoles à six branches. Les quatre tables de marbre sont également mentionnées dans l’inventaire de 1740. Deux d’entre elles sont situées dans les entrefenêtres et surmontées des deux miroirs à bordure de glace sur fond de lapis, suspendus par leur cordon et deux houpes d’or chacun. Les deux autres tables étaient selon toute vraisemblance au centre des côtés latéraux, en dessous des deux grands tableaux des Pèlerins de Véronèse et de La Famille de Darius de Le Brun.

163L’éclairage est toujours assuré en plus des girandoles par six lustres de cristal à six branches chacun, de formes assorties. À une date ultérieure, qui n’est pas précisée, cordons et houppes d’or seront « renvoyés » car sans doute trop usagés. L’inventaire de 1740 mentionne également « une grille à 4 branches en deux parties de 24 pouces [65 cm] de profondeur à piédestaux, vases et piramides de fer poly ».

164Par ailleurs, on trouve aussi dans les tribunes le couchage pour les gardes du corps et pour un brigadier.

1743-1789 : entre tradition et modernité

  • 265 C’est en 1738 que Louis XV fait aménager son appartement intérieur.

165Cet immobilisme du Grand Appartement ne dura cependant qu’un temps. L’appétit de renouvellement et de perfectionnement de ses installations intérieures, manifesté par Louis XV dans ses Petits Appartements265, gagna l’appartement de parade.

  • 266 Verlet 1985, p. 319.
  • 267 Luynes, 1860-1865, t. V, p. 24, jeudi 30 mai 1743.

166Les riches broderies du Grand Roi avaient perdu leur fraîcheur, et Louis XV aimait la couleur266. En mai 1743, le décor du Grand Appartement fut donc renouvelé. Il fut décidé de refaire les tentures, sièges et rideaux de toute l’enfilade, du salon d’Hercule à la galerie des Glaces, comme en témoigne le duc de Luynes : « Le roi a fait changer il y a trois jours le meuble de son grand appartement : il est présentement tout tendu de damas cramoisi, avec un bordé d’or sur lequel on a mis les plus beaux tableaux de S. M. 267… »

Le renouvellement des étoffes dans le respect de la tradition

Le meuble d’été : les meubles de broderie et brocart d’été usagés sont remplacés par du damas cramoisi

  • 268 Claude Germain Sallior fut associé de 1733 à 1736 à Pierre-Germain Lallié, premier tapissier du Gar (...)
  • 269 AN, O1 3313, fo 114 : du salon de l’Abondance au salon d’Apollon.

167C’est donc tout le Grand Appartement qui est tendu à neuf de damas de Tours cramoisi au mois de mai 1743. Ce damas destiné à remplacer les meubles d’été est livré le 22 mai par Claude-Germain Sallior, tapissier ordinaire du roi de 1736 à 1754268. Cette livraison concerne « les 6 pièces du grand appartement du château de Versailles269 ». Il comprend pour la quatrième pièce, toujours dénommée « Salle du bal », inscrit sous le no 3070 :

Une tapisserie de 46 lez en 6 pièces de damas de Tour cramoisy sur 3 aunes 2/3 [4,36 m] de haut garnie de large galon et bordé d’or et doublée de toile.

  • 270 Le bas devait être caché par le bas lambris de marbre qui fermait les tribunes, comme on le constat (...)

Une autre tapisserie pour les 2 tribunes de 40 lez en 4 pièces de même damas sur 2 aunes ¾ [3,27 m] de haut garnie et doublée comme la précédente, à l’exception qu’il n’y a point de galon par en bas270.

Deux portières de 7 lez chacune de même damas, sur 3 aunes [3,57 m] de haut, garnies de galon et bordées et doublées de taffetas d’Angleterre cramoisy.

18 tabourets en banquettes couverts de même damas garnies de clouds dorés touchans, les bois sculptés dorés avec housse de gros de Tours cramoisy doublée de serge.

Trois rideaux de fenêtres de 4 lez de large gros de Tours cramoisy sur 3 aunes ½ [4,16 m] de haut garni autour de bordé d’or.

168On peut supposer que les dix-huit tabourets étaient d’un modèle rocaille, au goût du jour, comme le seront les guéridons livrés quelques jours plus tard (voir plus bas).

  • 271 AN, O1 3454, p. 30 et 38 et O1 3451, p. 50. L’inventaire de 1751 précise que ces rideaux no 3070 se (...)
  • 272 AN, O1 3453, fo 19.

169Les housses des tabourets ainsi que les rideaux sont en gros de Tours, étoffe plus résistante que le simple damas. Ce choix est sans doute lié au fait que tabourets et rideaux étaient destinés à servir été comme hiver271 : Les rideaux de taffetas rouge livrés par Doublet en 1696 sont rayés de l’inventaire de 1740 en date du 11 juin 1743 avec la mention « renvoyé272 » : suspendus aux croisées, été comme hiver depuis près d’un demi-siècle, il était temps de les changer !

170Le choix du damas relève sans doute d’un souci d’économie de la part de l’administration du Garde-Meuble, car c’est une étoffe beaucoup plus commune que les riches broderies et brocarts d’or et d’argent qu’elle remplace. Le Grand Appartement est désormais entièrement meublé de cramoisi, été comme hiver. Si notre regard moderne peut en éprouver un sentiment de monotonie, il ne faut pas perdre de vue que le rouge cramoisi, symbole du pouvoir et de l’aristocratie depuis l’Antiquité, évoquait traditionnellement la pompe propre aux pièces d’apparat. Par ailleurs, comme l’avait remarqué le duc de Luynes, les tentures cramoisies présentaient l’avantage de mettre en valeur la collection des peintures de la Couronne dans leurs bordures dorées.

  • 273 AN, O1 3454, p. 38 et O1 3446, p. 466 et 467 : confirmé par l’inventaire général de 1752 : « détrui (...)

171Les adaptations ultérieures apportées à ce meuble de damas nous permettent par ailleurs de suivre les évolutions architecturales de la pièce. L’inventaire de 1751 mentionne : « on a détruit la tapisserie des tribunes et on s’est servy des galons pour faire deux pièces de tapisserie de 13 lez chacunes sur 13 pieds [4,16 m] de haut pour servir dans la façade où étaient les tribunes273. »

  • 274 Néanmoins, les inventaires de 1765 et de 1775 mentionnent toujours les six plus quatre, soient dix, (...)

172La tenture comporte donc maintenant les six pièces d’origine plus les deux pièces issues du remaniement de la tenture des tribunes, ce qui fait huit pièces au total, contre dix initialement livrées en 1743274.

173Par ailleurs, ce sont quatre portières de damas cramoisi qui sont inscrites à l’inventaire à partir de 1751 : la suppression des tribunes en 1750 a conduit à créer deux fausses portes en pendant des deux portes déjà existantes afin de rétablir une symétrie plus conforme aux usages de la distribution moderne. Ces adaptations architecturales devaient être les dernières subies par le salon de Mars jusqu’à nos jours.

  • 275 AN, O1 3313, fo 123. Voir annexe III, doc. 2.

174Ce changement du meuble d’été était probablement devenu une nécessité, car le poids de toutes ces broderies de fils d’or et d’argent devait déchirer le fond des étoffes de soie qui leur servaient de support. Toutes les pièces du Grand Appartement furent concernées. La tenture de broderie livrée en 1682 pour le salon de Mars fut donc brûlée pour en récupérer le métal destiné à financer en partie le remeublement. Les étoffes qui ne contenaient pas de métal précieux et pouvaient être réemployées furent entreposées à cet effet, démontrant la gestion économe du Garde-Meuble. Quant aux bois des tabourets, ils furent vendus, comme cela est précisé dans le Journal du Garde-Meuble à la date du 27 juillet 1743275.

175Il est intéressant de noter que le même jour sont également consignés dans le Journal les fontes des meubles de broderies des salons de Mercure et d’Apollon. En revanche, le meuble de broderie de Saint-Joseph qui fut réalisé spécifiquement pour le salon de Mars ne fait pas partie des ensembles déchargés en 1743. Présent dans l’inventaire général de 1729 sous le no 76, il a disparu de l’inventaire général du château de Versailles réalisé en 1752 (et de l’inventaire général de la Couronne de 1775). Ce meuble de broderie de Saint-Joseph a donc été déchargé entre 1729 et 1752, à une date que nous ignorons.

Meuble d’hiver : l’alternance des tentures de haute-lisse et du velours cramoisi de Louis XIV

L’apparition des tapisseries de haute-lisse

176Les tapisseries de haute-lisse servent selon la vieille tradition française à rénover le décor et à lui donner un aspect différent à moindre coût. C’est certainement aussi pour épargner les soieries que certaines années, en hiver, des tentures de haute-lisse sont suspendues dans le salon de Mars (comme dans les autres pièces de l’appartement) en lieu et place du velours cramoisi qui reste alors au Garde-Meuble.

  • 276 Blondel 1752-1756, t. IV, p. 128.

177Jean-François Blondel est un témoin précieux de cette pratique, puisqu’il explique en 1756 que lorsque les murs étaient tendus de tapisseries des Gobelins l’hiver, les tableaux étaient alors déposés au cabinet des Tableaux de la surintendance276.

  • 277 À l’exception de l’apparition dès 1740 des deux portières de Mars citées plus haut.

178C’est la première fois, citée dans l’inventaire de 1751, qu’apparaît l’alternance entre meuble d’hiver en velours et meuble d’hiver en tapisserie de haute-lisse277.

  • 278 AN, O1 3454, p. 30.

179À cette date, on trouve dans la « Salle du bal » : « 2 portières de tapisserie des saisons, sans no ; 4 pièces des actes des apôtres, no 1 ; 3 petites pièces arthémise, no 12 ; une autre idem, no 16278. »

  • 279 Vittet et Brejon de Lavergnée 2010, p. 31.

180Les tapisseries citées par l’inventaire sont parmi les plus prestigieuses des tentures de la Couronne, par leur provenance et leur ancienneté. Et sans conteste, la tenture no 1 arrive en tête, (elle occupe, non sans raison, la première position du chapitre des « Tapisseries de hautes et basses lisses rehaussées d’or » dans l’inventaire général de la Couronne). Ce tissage fut destiné à François Ier et fut le second après l’édition princeps du Pape279, véritable manifeste de la Renaissance, tissé d’après les cartons originaux de Raphaël. Une pièce de cette tenture est visible partiellement sur la tenture de L’Histoire du roi intitulée Le Sacre du roi (fig. 21). Détruite en 1797, elle était en neuf pièces. Quatre pièces figuraient donc dans le salon de Mars, et les cinq autres pièces étaient dans celui d’Apollon. Un tel accrochage prouve, s’il en est besoin, que le salon de Mars suivait de peu le salon d’Apollon en matière de prestige.

  • 280 Ibid., p. 39.
  • 281 Une des pièces de cette tenture no 16, Le Colosse de Rhodes, a été présentée à l’exposition Versail (...)

181À ses côtés, on trouvait en 1751 les trois petites pièces d’Artémise (no 12), éléments d’une tenture de huit pièces sans doute tissées pour Marie de Médicis autour de 1606280. Neuf tentures sur ce thème étaient conservées dans les collections royales. C’est ainsi qu’une pièce d’une autre tenture d’Artémise (la no 16) figurait aussi dans le salon de Mars. La tenture no 16 était composée de sept pièces tissées pour Henri IV, qui traitaient toutes de l’éducation guerrière du jeune prince, fils du roi Mausole, thème en relation avec l’iconographie du salon de Mars. Cette tenture no 16 est le seul tissage à fil précieux qu’il nous reste d’Henri IV (fig. 22). Elle évoque l’éducation militaire du prince et la guerre menée par la reine contre Rhodes. Mais nous ignorons quelle est la pièce qui figurait dans le salon de Mars281.

182En revanche, dans les inventaires de 1765 et de 1776, seul le meuble de velours cramoisi est mentionné, et nous ne savons pas si on continuait à accrocher parfois ces tentures (ou d’autres) dans le salon de Mars, sous le règne de Louis XV.

Fig. 21 : Jean-Baptiste Mozin (atelier de), Le sacre de Louis XIV à Reims, le 7 juillet 1654, suite de l’Histoire du Roi, d’après les cartons de Bonnemer conservés au Louvre, 1665, 3,75 × 5,55 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, Vmb14190.

Fig. 21 : Jean-Baptiste Mozin (atelier de), Le sacre de Louis XIV à Reims, le 7 juillet 1654, suite de l’Histoire du Roi, d’après les cartons de Bonnemer conservés au Louvre, 1665, 3,75 × 5,55 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, Vmb14190.

© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Christian Jean / Jean Schormans

On aperçoit sur cette tapisserie les bordures de la tenture des Actes des apôtres, inscrite sous le no 1 de l’inventaire de la Couronne, et dont certaines pièces étaient accrochées l’hiver dans le salon de Mars autour des années 1750.

Fig. 22 : Manufacture du faubourg Saint-Marcel, De La Planche (atelier de), Une armée rangée en bataille, tenture de L’Histoire d’Artémise, après 1607, 4,87 × 6,58 m. Paris, Mobilier national, inv. GMTT 12/3 (no 16, or).

Fig. 22 : Manufacture du faubourg Saint-Marcel, De La Planche (atelier de), Une armée rangée en bataille, tenture de L’Histoire d’Artémise, après 1607, 4,87 × 6,58 m. Paris, Mobilier national, inv. GMTT 12/3 (no 16, or).

© Mobilier national / Lawrence Perquis

Le changement saisonnier des meubles d’étoffe permettait certaines années de suspendre des tapisseries de haute-lisse dans le salon de Mars. Nous savons qu’une pièce de cette tenture y a été accrochée parfois.

Le meuble d’hiver en velours cramoisi garni de mollet d’or de Louis XIV est en place depuis l’origine
  • 282 AN, O1 3354, p. 170.
  • 283 AN, O1 3446, fo 563.
  • 284 AN, O1 3454, p. 30.

183La pratique de cette alternance a certainement permis de prolonger la vie de la tenture no 932 livrée en dix pièces en février 1682, car elle est présente dans les inventaires du salon de Mars jusqu’en 1792282. Nous l’avons vu, elle fut complétée en 1689 par cinq pièces destinées à servir dans les tribunes. Elle subit ensuite de légers aménagements lorsque les tribunes furent détruites. Ces remaniements peuvent sembler anecdotiques mais sont néanmoins révélateurs de la recherche d’économie de l’administration du Garde-Meuble. On apprend ainsi dans l’inventaire général de 1752 que « le derrière des deux tableaux de la famille de Darius et des Pellerins d’Emmaüs n’est que de toille283 ». On n’a sans doute pas jugé utile de remettre du velours de soie à la place des tribunes puisque les tableaux masquaient leur emplacement. Le Garde-Meuble préférait réserver à un autre usage, malgré leur âge, les pièces de velours inemployées : en 1762, on utilisa une pièce de six lés devenue inutile pour recouvrir vingt tabourets de chez la reine284.

  • 285 AN, O1 3454, fo 30 et O1 3446, fo 558.
  • 286 AN, O1 3451, fo 49, O1 3457, fo 59 et O1 3354, fo 170.

184En toute logique, les deux portières de velours cramoisi garnies d’un large passement d’or et doublées de taffetas, issues de la grande livraison de 1680, sont toujours en place285. On leur en adjoint ensuite deux autres (entre 1752 et 1765), du fait de la création des deux fausses portes. Ces dernières sont doublées de serge, ce qui indique une confection ultérieure286.

  • 287 Qui se situe entre 1765 et 1775, car l’inventaire de 1775 mentionne les tabourets de Sallior à la f (...)

185Quant aux dix-huit tabourets de velours cramoisi qui servaient l’hiver depuis Louis XIV, on constate leur disparition après 1765. Ils sont en effet inscrits à l’inventaire de 1765, puis, à une date ultérieure287, ils ont été rayés de ce même inventaire et remplacés par les tabourets rocaille livrés par Sallior en 1743. Houssés de gros de Tours rouge, ces derniers servent désormais été comme hiver.

La livraison des dix guéridons de Roumier : l’alliance paradoxale de la nouveauté et de la tradition

  • 288 Verlet 1945-1990, t. III, p. 50.

186Dans le même temps, toujours en mai 1743, les anciens guéridons tripodes de la grande commande de 1690 furent remplacés par de nouveaux dans les trois salons de Mars, de Mercure et d’Apollon. Si le guéridon était un meuble nouveau à l’époque de Louis XIV, et parfois même de très grand luxe, celui-ci, tel que l’usage s’en maintient à la cour, devient un type de meuble suranné qui n’existe plus que là288. Lorsque ceux de Louis XIV sont trop usagés, le Garde-Meuble commande à des sculpteurs en vue – Roumier et les frères Slodtz – trente-six trépieds de cette espèce, mais dont le décor suit la mode. Il fallut sans doute un certain courage à Louis XV pour toucher à des pièces aussi illustres.

187Le 25 mai 1743, le Journal du Garde-Meuble enregistre la livraison « par les Sieurs Slotz frères et Roumier, sculpteurs, [de] guéridons de bois sculpté pour servir dans les Grands Apartemens du Roy au château de Versailles ». Il est indiqué en marge que les nos 1301 et 1303 sont des Slodtz (dix guéridons pour la « Chambre du trône » et huit guéridons pour la « Chambre de la pendule ») et que le no 1302, destiné au salon de Mars, est de Roumier. Au no 1302 sont inscrits :

  • 289 AN, O1 3313, fo 116 ; AN O1 3454, p. 28-30.

Dix guéridons de bois sculpté doré, de 6 pieds [192 cm] de haut, les plateaux travaillés en forme de rocaille au dessous desquels sont de plantes des fleurs et fruits chinois tournans autour de la tige. Ensuite sont trois cartouches des armes de France, entourés de rocailles et aiant sur les angles des branches de chêne, d’olive et de laurier. Au milieu qui est à jour, est un cul de lampe renversé, terminé d’une graine ; par bas sont trois cartouches ovales chargés des chiffres du Roy. Le pied formé par trois consolles, en dehors enrichi de feuilles, cannelures et autres ornemens289.

188Ces guéridons sont connus par un dessin conservé au cabinet des Estampes de la Bibliothèque nationale de France (fig. 23). On y voit un parfait exemple du style rocaille adapté à un type de meuble désormais dépassé : le piétement est composé de rocailles, de branchages et de fleurs, mêlés aux armes de France et aux chiffres royaux.

Fig. 23 : Modèles des guéridons pour les salons d’Apollon, de Mercure et de Mars.

Fig. 23 : Modèles des guéridons pour les salons d’Apollon, de Mercure et de Mars.

© Bibliothèque nationale de France

Les emblèmes royaux largement présents sur chacun de ces trois modèles expliquent vraisemblablement leur disparition à la Révolution.

  • 290 Pons 1986, p. 265 et 267 : ces tables aux armes du roi, réalisées en 1730, 1731 et 1737, sont repré (...)

189Le nom de Roumier, sculpteur des Bâtiments du roi, reste attaché au style rocaille qui s’épanouit dans les années 1730. Il est surtout connu pour avoir sculpté le piétement de trois des tables dites « des chasses », conservées aujourd’hui à Versailles290.

  • 291 AN, O1 3454, fo 30.
  • 292 Blondel 1752-1756, t. IV, p. 128.

190Dans l’inventaire de 1751, ces guéridons sont présents tous les dix dans le salon de Mars. Ils sont surmontés de dix girandoles à six branches291 qui, comme l’indique Blondel, « sont posées sur des torchères nouvellement exécutées292 ». La nouveauté est suffisamment importante pour que ce dernier la relève ! Néanmoins, l’esprit de tradition demeure, car le nombre des guéridons est le même qu’en 1708, et il est plus que probable que leur emplacement soit également le même : huit d’entre eux devaient être disposés de part et d’autre des quatre tables de marbre, selon la formule devenue poncif ; on peut supposer que les deux autres se trouvaient dans les deux angles moins éclairés de la pièce devant les fausses portes. Mais à partir de 1765, ces deux derniers guéridons disparaissent des inventaires, il n’en reste plus que huit jusqu’à la Révolution.

Les autres éléments de mobilier

Le mobilier d’architecture : rien ne change depuis la fonte du mobilier d’argent

  • 293 Les deux grands miroirs décrits dans l’inventaire de 1740 pour la première fois (sans numéro) se re (...)

191Les quatre tables de marbre, sur leurs pieds à gaines de bois doré, mentionnées en 1740 dans cette pièce, y sont toujours en 1752. On les trouve par ailleurs dans l’inventaire général de 1775, mais sans précision de leur implantation. Elles restent sans doute affectées au salon de Mars jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, ce que confirmerait la présence des deux grands miroirs, à bordure de glace couleur lapis, ornée de feuilles de refends et de bustes d’empereurs, qui sont présents dans cette pièce jusqu’au dernier inventaire de 1792293.

L’éclairage fluctue en fonction des événements

  • 294 Blondel 1752-1756, t. IV, p. 128.

192« Ces pièces sont éclairées la nuit par des lustres de cristal et des girandoles de même matière294 », relate Blondel dans sa description du Grand Appartement. Et c’est effectivement ce dont témoignent les inventaires.

  • 295 AN, O1 3446, p. 31.
  • 296 AN, O1 3446, p. 47.
  • 297 AN, O1 3448, p. 83 : qui affecte aux Grands Appartements huit cordons « de soye cramoisy et or faux (...)

193En 1751, dans le salon de Mars, il n’y a plus que deux lustres au regard des six lustres encore mentionnés en 1740. Ce sont des lustres en cristal de roche à six branches, aux corps en pyramide formés par des roses d’amande et terminés d’un bouquet295. Les dix girandoles sont aussi en cristal de roche, à six branches, de modèle sans doute assorti aux lustres car leurs corps sont aussi en pyramide formés par des roses d’amande et terminés d’un bouquet296. Les lustres sont suspendus au moyen d’un cordon de soie cramoisi et « or faux » avec deux gros glands à frange assortis. Ces éléments devaient être suffisamment précieux pour être inventoriés à part dans l’inventaire général de 1752297.

  • 298 Ils portent les numéros d’inventaire 50 pour les lustres et 51 pour les girandoles. Ces numéros fig (...)
  • 299 AN, O1 3343, fo 7.
  • 300 Ibid.

194À une date ultérieure, qui se situe entre 1752 et 1765 (date de l’inventaire suivant), les lustres et les girandoles sont changés et nous savons qu’ils restent en place jusqu’à la fin du règne de Louis XVI, puisqu’ils sont désormais identifiés par un numéro d’inventaire298. Les deux lustres sont à « 8 branches de cuivre doré à consoles et couronne de grains hauts de trois pieds 6 pouces [112 cm] sur 2 pieds un pouce [67 cm] de diamètre299 ». Il n’y a plus que huit girandoles (de la même façon qu’il n’y a plus que huit guéridons). Elles sont à « 6 branches de cuivre doré à bouquets, consoles et aigrettes de grains hautes de 2 pieds 4 pouces [75 cm] sur 1 pied 5 pouces [45 cm] de diamètre300 ».

195L’éclairage n’était donc plus que de 72 puis 64 bougies en temps ordinaire, mais nous savons que lors des réceptions les Menus fournissaient girandoles et lustres complémentaires, voire changeaient les lustres existants.

  • 301 Luynes 1860-1865, t. V, p. 213.
  • 302 Ibid., t. VI, p. 304.

196Le duc de Luynes en témoigne à plusieurs reprises. En premier lieu, à l’occasion de l’« appartement » du 17 décembre 1743, après le mariage du duc de Chartres : « M. de Gesvres n’avoit fait garder par les huissiers que ces trois pièces [les salons de Mars, Mercure et Apollon], qui étoient fort bien éclairées301. » Puis lors des préparatifs du premier mariage du dauphin en février 1745 : « On a établi dans la pièce des deux tribunes ou de la musique deux grandes girandoles argentées, fort hautes, qui font un très-bel effet302. »

  • 303 Indifféremment nommé salle des Tribunes, salle du Concert ou salle de Mars dans ce registre.
  • 304 Description et relation de tout ce qui a été fait et de ce qui s’est passé à l’occasion du mariage (...)
  • 305 Ibid., p. 43.

197C’est ce qu’illustre l’administration des Menus Plaisirs dans sa description du mariage du dauphin, futur Louis XVI. Ce manuscrit nous renseigne avec beaucoup de minutie sur l’organisation des fêtes qui se tinrent à cette occasion à Versailles. Les instructions étaient de se conformer aux décisions données par le roi à l’occasion du mariage de Madame Infante en 1739. Nous savons en particulier que dans le salon de Mars303, le jour même du mariage, 16 mai 1770, il y avait « 2 lustres à 10 lumières doubles bobèches, huit girandoles et leurs guéridons du Garde-Meuble304 ». On y installa vingt-quatre gradins et une grande balustrade en châssis de chêne, entoilée et peinte en marbre qui mesurait 50 pieds [16 m] de longueur, soit toute la longueur de la pièce, et qui était haute de 3 pieds [1 m]305. Le dispositif devait contenir le public du côté des gradins lors du passage du cortège vers la Chapelle.

198Ensuite on débarrassa prestement les gradins et balustrades du salon de Mars (ainsi que dans les autres pièces de l’enfilade) pour permettre l’installation du jeu qui devait avoir lieu le soir à six heures, conformément à l’usage des soirées d’appartement. Cependant, compte tenu du nombre élevé de participants, les tables à jeu furent dressées de manière exceptionnelle dans la Grande Galerie. Puis le festin se tint dans la nouvelle salle de spectacle. La relation de la journée met en évidence le rôle des Menus dans les aménagements provisoires, en particulier en matière d’éclairage :

  • 306 Ibid., p. 443.

La gallerie a été éclairée au jour tombant et présentait le plus beau spectacle, le reste des appartements était pareillement décoré par des morceaux de composition, des lustres et girandoles des Menus sur des torchères du Garde-Meuble ; toute la bougie a été fournie par le Gouvernement suivant l’usage306.

  • 307 Ibid., p. 239-240 : 20 lustres à 8 lumières, 12 lustres à 6 lumières, 8 morceaux de composition de (...)

199L’éclairage de la pièce peut nous paraître modeste au regard de ce qui se faisait au temps de Louis XIV (environ 70 bougies contre 100 auparavant, voire 150 au temps du mobilier d’argent), mais ce n’était qu’un lieu de passage le soir du mariage, et l’essentiel des lumières se concentrait dans la Grande Galerie, où étaient les joueurs. On n’y comptait pas moins de 680 bougies307 !

  • 308 Ibid., p. 249.
  • 309 Ces six guéridons devaient être disposés de part et d’autre des croisées comme cela est visible sur (...)
  • 310 Description et relation de tout ce qui a été fait et de ce qui s’est passé à l’occasion du mariage (...)

200Le 21 mai 1770, pour le bal masqué, l’éclairage du salon de Mars change à nouveau : « 2 lustres à 12 bobèches, six girandoles et leurs guéridons idem [sous-entendu du Garde-Meuble]308 ». On a changé les lustres et enlevé deux guéridons309 pour libérer l’espace pour les musiciens, car le bal devait se tenir dans tout le Grand Appartement, « lequel était éclairé de 1 700 lumières distribuées dans des lustres, morceaux de compositions et des girandoles que les Menus avaient fait placer sur des superbes guéridons qui avaient été fournis par le Garde-Meuble310 ».

Autres éléments

  • 311 AN, O1 3448, fo 83.

201La garniture de cheminée est en place jusqu’à la fin. C’est la même depuis l’inventaire de 1740 : une grille de feu « à quatre branches en deux parties de 24 pouces de profondeur, à pied d’estaux, vazes en piramide de fer poly311 » avec pelle, pincettes et tenailles. C’est très certainement l’ensemble livré par Perart en 1700.

  • 312 Luynes 1860-1860, t. VII, p. 197.

202Les inventaires ne mentionnent pas de tapis dans cette pièce, et il n’y en avait vraisemblablement pas. C’était une pièce de passage en dehors des grandes fêtes ou célébrations. On en mit cependant ponctuellement en 1746, et la chose est assez exceptionnelle pour que le duc de Luynes la relève le 9 janvier 1746 : « Depuis l’accouchement de Madame de Penthièvre [le 2 janvier], le roi a trouvé bon que l’on mit des tapis dans la pièce où sont les deux tribunes qui fait partie de l’appartement est qui est au dessus de la chambre de Madame de Penthièvre312. »

  • 313 Verlet 1985, p. 484.

203La pièce était donc particulièrement sonore, et le bruit des pas devait gêner les occupants des appartements situés au-dessous, dont madame de Pompadour, qui s’installa dans les anciens appartements du duc et de la duchesse de Penthièvre. C’est pourquoi, au cours de l’été 1751, celle-ci réclama le doublage des planchers au moyen de bourre et de carreau posés entre les lambourdes, car sa chambre était située sous une partie du salon de Mars313.

Fig. 24 : Élévation montrant le mur sud du salon de Mars après la destruction de la tribune des musiciens en 1750. Paris, Archives nationales, O1 1770.

Fig. 24 : Élévation montrant le mur sud du salon de Mars après la destruction de la tribune des musiciens en 1750. Paris, Archives nationales, O1 1770.

© Archives nationales

  • 314 Cité par Constans 1976, p. 169, note 34.

Ce dessin est conservé aux Archives nationales avec un autre dessin qui représente l’élévation du mur est de cette même pièce. On y trouve également une note qui mentionne : « les deux plans sont à garder pour lors du voyage de Compiègne ; établir les tableaux dans cette pièce de manière qu’ils sont désignés en faisant deux portes feintes pareilles à celles de l’enfilade. Ce 1er Xbre 1750314 ».

Les tableaux : la tradition dans l’accrochage

  • 315 Castelluccio 2009, p. 47.
  • 316 Constans 1976, p. 156-173 : à l’exception de l’année 1724, où ils sont remplacés par La Famille du (...)

204À la différence du règne précédent, ce n’est plus le roi mais la surintendance des Bâtiments du roi qui choisit les tableaux315. Jusqu’en 1750, le choix de l’accrochage se conforme aux choix édictés par Louis XIV. La Famille de Darius et Les Pèlerins d’Emmaüs se font toujours face sur les petits côtés de la pièce316. Aux autres emplacements (tribunes, cheminée et dessus-de-porte), on a suspendu exclusivement des sujets religieux choisis parmi les chefs-d’œuvre de l’Italie des xvie et xviie siècles. Ces tableaux sont à peu près les mêmes que précédemment, si ce n’est que, à partir de 1730, Mignard vient se confronter aux italiens avec un Ecce Homo et la Vierge à la grappe de raisin placés dans les tribunes.

  • 317 AN, O1 1770.
  • 318 Tuetey et Guiffrey 1909, p. 21.

205La suppression de celles-ci entraîne des changements importants. Seul le tableau de la cheminée ne bouge pas : la Sainte Famille de Véronèse reste en place de 1701 jusqu’à la Révolution. En revanche, on s’empresse de revenir au choix initial du Grand Roi : les deux œuvres monumentales de Le Brun et de Véronèse se retrouvent à nouveau juxtaposées à droite et à gauche de la cheminée, ainsi que l’atteste l’élévation conservée aux Archives nationales317 (fig. 24). Elles n’en bougeront plus jusqu’en 1791318. Le portrait de Marie Leszczyńska par Carle Van Loo prend la place de La Famille de Darius, et, face à la reine, on accroche le portrait de Louis XV par Rigaud (celui de Louis-Michel Van Loo l’aurait peut-être un temps remplacé, puisque l’Almanach de Versailles de 1774 le mentionne à cet emplacement et précise que « la bordure richement sculptée répond à la magnificence du reste »). Les souverains sont désormais célébrés sans détour sur les cimaises du salon de Mars. Les tableaux religieux sont relégués sur les dessus-de-porte : nous savons par Durameau en 1787 que La Vierge et saint Pierre ne quitte pas son emplacement d’origine au-dessus de l’entrée du salon de Mercure. La Vierge de Bonifacio lui fait face du côté du salon de Diane. Le Saint Jean-Baptiste de Raphaël, qui était à cet emplacement pendant toute la première moitié du xviiie siècle, est déplacé au-dessus de la fausse porte du mur est. Et, chose étonnante, on place en face de lui La Diseuse de bonne aventure de Valentin, œuvre caravagesque appréciée de Louis XIV mais dont l’iconographie n’est pas en harmonie avec les autres. C’est ainsi que, malgré la volonté de respecter ce qui avait été voulu à l’origine dans le choix des tableaux, la démonstration initiale perd quelque peu sa cohérence et sa force.

Le salon de Mars à la veille de la Révolution

206Après les changements du milieu du siècle, il semble que les efforts des souverains à l’égard du Grand Appartement (tant de Louis XV, dans la seconde partie de son règne, que de son petit-fils) aient principalement porté sur la préservation des lieux et la conservation de l’esprit que le Grand Roi y avait insufflé. De là à parler d’appartement « muséifié » il n’y a qu’un pas, que certains franchissent. Néanmoins, ce jugement mérite d’être nuancé.

  • 319 AN, O1 3461, p. 99 et O1 3454, p. 170 : les inventaires de 1785 à 1792 mentionnent tous ce même meu (...)

207Le meuble d’été de damas cramoisi bordé d’un large galon d’or livré par Sallior en 1743 reste en place jusqu’en 1792 avec ses huit pièces et quatre portières319. Les dix-huit pliants d’étiquette, de bois doré, recouverts du même damas, ont remplacé les deux jeux de pliants de Louis XIV, qui servaient autrefois en alternance l’été et l’hiver. Avec les huit hauts guéridons de Roumier, ce sont certainement les seuls éléments rocaille de la pièce.

  • 320 AN, O1 3461, p. 99.

208Aux croisées, sont accrochés les rideaux de gros de Tours cramoisi livrés également par Sallior. Ceux-ci ne sont pas non plus changés l’hiver lorsque l’on installe le meuble de velours cramoisi en huit pièces et quatre portières livrés pour Louis XIV par Doublet320.

  • 321 AN, O1 3461, p. 101 et O1 3463, p. 122.
  • 322 Vittet et Brejon de Lavergnée, 2010, p. 160.

209Toutefois, la pratique qui consistait à accrocher certaines années en hiver des tapisseries de haute-lisse ne s’est pas éteinte avec le règne de Louis XV. On en trouve à nouveau dans les inventaires à partir de 1785. Mais ce ne sont plus les pièces anciennes, hautement prestigieuses car héritées de François Ier et d’Henri IV, qui figurent dans la salle du Bal. Parce qu’elles étaient sans doute fort fragilisées, le Garde-Meuble leur a préféré des tissages plus récents de la manufacture des Gobelins : « 6 pièces d’Alexandre, 4 portières des saisons à or, 2 entrefenêtres doubles321 ». La tenture de l’Histoire d’Alexandre n’en est pas moins une création remarquable de Charles Le Brun. Celui-ci mit dix ans à concevoir les tableaux monumentaux à son origine. Pour élaborer ce cycle d’essence guerrière, il s’inspira des figures créées par Giulio Romano vers 1532 sur la célèbre tenture bruxelloise de l’Histoire de Scipion l’Africain. Il se posait ainsi en héritier du maître italien322. Ce n’est donc pas le fruit du hasard si cette tenture fut accrochée quelque fois dans le salon de Mars à la place notamment de La Famille de Darius, une des cinq toiles monumentales à l’origine de l’élaboration des cartons.

Fig. 25 : Paris, manufacture des Gobelins, Laurent ou Jans fils (atelier de), Bataille d’Arbelle, tenture de l’Histoire d’Alexandre, avant 1685, tissage, 4,80 × 8,70 m. Paris, Mobilier national, inv. GMTT 81/1 (no 96, or).

Fig. 25 : Paris, manufacture des Gobelins, Laurent ou Jans fils (atelier de), Bataille d’Arbelle, tenture de l’Histoire d’Alexandre, avant 1685, tissage, 4,80 × 8,70 m. Paris, Mobilier national, inv. GMTT 81/1 (no 96, or).

© Mobilier national / Philippe Sébert

  • 323 Ibid., p. 218.

Ce sont six pièces de la tenture de l’Histoire d’Alexandre en douze pièces (no 96) qui étaient suspendues dans le salon de Mars certains hivers dans les années 1780. Cependant, nous ne savons pas quelles étaient les pièces choisies pour ce lieu. Cinq autres pièces de cette tenture étaient parfois aussi accrochées dans le salon de Mercure.
Ce tissage no 96 fut réalisé aux Gobelins dans les ateliers de Jean Lefebvre et d’Henri Laurent. Quatre pièces furent livrées en 1670 et huit en 1685. La tenture fut restaurée en 1700323.

  • 324 AN, O1 3469, p. 89 et O1 3465, p. 7 : le numéro est mentionné dans l’inventaire de 1786-1787, ainsi (...)
  • 325 AN, O1 3463, p. 119.
  • 326 AN, O1 3468, p. 89 : « tenture et entrefenêtres Alexandre » en 1788.

210La tenture d’Alexandre porte le numéro d’inventaire 96324. Elle était en douze pièces et six d’entre elles étaient dans le salon de Mars (cinq autres pièces se trouvaient dans le salon de Mercure, alors dénommé « Pièce de la Pendule325 »). Elle est toujours conservée au Mobilier national (fig. 25). Les entrefenêtres, au nombre de quatre, avaient également pour sujet l’histoire d’Alexandre326.

211Par ailleurs, comme nous l’avons vu précédemment, les deux miroirs à bordure de glace et fond lapis livrés en 1688 pour cette pièce ornent toujours les entrefenêtres et surmontent vraisemblablement la même paire de tables de marbre depuis la fonte du mobilier d’argent. La deuxième paire de table de marbre, contemporaine de la précédente, occupe vraisemblablement toujours les petits côtés de la pièce.

  • 327 AN, O1 3461, p. 100

212Depuis au moins 1765, l’éclairage est assuré par les deux lustres à huit branches de cuivre doré, en grenaille de cristal de roche, ainsi que par les huit girandoles à six branches « à pied rond » en cuivre doré garnies en enfilage de cristal327.

  • 328 AN, O1 1802, fo 188, lettre de Durameau au comte d’Angiviller, 24 mai 1786.
  • 329 Milovanovic 2005, p. 176 ; AN, O1 1920-1, fo 69, lettre de Durameau au comte d’Angiviller, 3 mars 1 (...)
  • 330 Habert et al. 2005, p. 38.

213Si ces éléments, qui avaient souvent près de cent ans d’âge, survécurent jusqu’à la Révolution, c’est bien parce qu’ils firent l’objet d’un soin extrême et d’un entretien constant de la part du Garde-Meuble. De la même façon, la surintendance des Bâtiments veillait sur les tableaux suspendus aux cimaises, qu’il fallait parfois décrocher certains hivers pour laisser place aux tapisseries des Gobelins. Ainsi, en 1786, Louis-Jacques Durameau, garde des tableaux de Versailles, dans une lettre au comte d’Angiviller, signalait le très mauvais état des bordures de la Famille de Darius et des Pèlerins d’Emmaüs, qu’il fut très difficile de remonter sur les châssis avant de remettre en place les deux tableaux. Il demandait que M. Buteux puisse en faire d’autres328. Deux cadres identiques furent donc commandés en 1786 à Jean-Charles Buteux, sculpteur des Bâtiments du roi, mais ils ne furent pas mis en place avant juin 1788329. Ces bordures sont aujourd’hui visibles dans le salon de Mars, où celle des Pèlerins encadre une copie déposée au château de Versailles en 1957330. Elles sont de style néoclassique avec de puissants cartouches ornés de couronnes de laurier au sommet et une frise de feuilles d’acanthe sur le pourtour. Ainsi, par le biais des bordures des deux tableaux monumentaux, le néoclassicisme faisait une entrée discrète dans le salon de Mars en 1788.

  • 331 Almanach de Versailles 1789, p. 16.
  • 332 Hézecques 1873, p. 144-145.

214C’est également un tableau hautement célèbre qui allait clore la période et laisser l’empreinte du règne de Louis XVI dans la pièce. Le portrait de Marie-Antoinette et ses enfants par madame Vigée-Lebrun, surnommé non sans cynisme au salon de 1787 « Madame Déficit », fut accroché à la toute fin du règne dans cette pièce, à la place du portrait de Louis XV. Achevé pour le salon de 1787, il est remarqué à cet emplacement par l’Almanach de Versailles de 1789331. Le comte d’Hézecques confirme sa présence : « Dans le salon de Mars, on avait placé ce beau portrait de la reine, par madame Lebrun, dont j’ai déjà parlé. Je vis un jour la reine avec sa famille sous ce même tableau ; elle était habillée des mêmes couleurs, et nous pûmes juger de la parfaite ressemblance332. » Cependant, madame Vigée-Lebrun rapporte elle-même qu’il fut décroché après la mort du dauphin en juin 1789 :

  • 333 Vigée-Le Brun 1869, t. I, p. 30.

Mon tableau fut placé dans une des salles du château de Versailles, et la reine passait devant en allant et en revenant de la messe. À la mort de monsieur le Dauphin, au commencement de 1789, cette vue lui ranimait si vivement le souvenir de la perte cruelle qu’elle venait de faire, qu’elle ne pouvait plus traverser cette salle sans verser de larmes ; elle dit alors à M. d’Angivilliers de faire enlever ce tableau333.

215Le 6 octobre 1789, le roi et la Cour quittaient définitivement les lieux. Le Garde-Meuble continua son suivi et son entretien méticuleux des meubles jusqu’en 1792, dans la perspective d’un retour hypothétique du souverain. Quel fut ensuite le devenir des ployants, tables, miroirs, lustres et girandoles ? Dispersés certainement lors des grandes ventes de 1793-1794 et bûchés probablement pour les guéridons qui portaient haut les symboles du pouvoir honni. Seuls les tableaux échappant à la vindicte révolutionnaire furent envoyés au Museum central, ce qui permit plus tard à certains de regagner les cimaises du château devenu musée.

Ainsi la vie dans cette pièce insigne du Grand Appartement ne s’est-elle pas figée avec la mort du Grand Roi.

  • 334 Orléans 1981, p. 109, 1er oct. 1687 : « La cour devient si ennuyeuse qu’on n’y tient plus, car le r (...)

216Le salon des jeux des premières soirées d’appartement, où la foule se pressait parmi l’encombrement des tables volantes, installées là le temps d’une soirée, devint rapidement salon de concert ou salle de bal. La musique était omniprésente au temps de Louis XIV. La pièce accueillait alors le cérémonial du bal rangé. L’endroit était festif, n’en déplaise à la Palatine qui avoue s’ennuyer ferme aux appartements334, et les fêtes des rois qui y avaient lieu ont marqué les mémoires par leur gaieté débridée.

217La pièce se singularise en premier lieu par son beau volume. Même si le décor des pièces de l’appartement devait respecter une progression pour finir par culminer dans le salon central, la salle du Trône, il n’en reste pas moins que le salon de Mars était la première pièce de l’appartement : il fallait que le visiteur qui entrât, après avoir emprunté l’escalier des Ambassadeurs puis le vestibule, soit soudain stupéfié par l’abondance des richesses.

218Les plus belles, voire les plus récentes, pièces du mobilier d’argent y resplendissaient au même titre que dans les salons de Mercure et d’Apollon. Meuble de brocart d’or et d’argent ou étonnantes broderies de Saint-Joseph revêtaient les murs et les ployants d’étiquette. Ces réalisations virtuoses plaçaient le salon de Mars juste derrière celui d’Apollon dans la hiérarchie du décor. Les nombreux lustres, girandoles et bras de lumière en faisaient la pièce la plus éclairée après la Grande Galerie.

219Quelques-uns des plus fameux tableaux de la Couronne étaient suspendus aux cimaises. En guise d’introduction, l’intention de l’hôte du lieu était claire : interpeller le visiteur en lui prouvant la prééminence de l’école française de peinture.

220La disparition de la grande argenterie n’annonça pas pour autant une période d’éclipse, bien au contraire. Il fallut remeubler, vite, avec des pièces qui n’étaient peut être plus un trésor monétaire mais ne célébraient pas moins la pompe et le faste du lieu. Dans le décor mis au point précédemment, on plaça le nouveau mobilier de bois doré qui annonçait le siècle sur le point de naître. La modernité de ces meubles était telle qu’ils sont devenus synonymes du style Louis XIV pour nos regards du xxie siècle.

221Mais ils le furent aussi pour Louis XV, qui respectait infiniment l’œuvre de son arrière-grand-père. Il s’attacha à préserver cette pièce telle que la lui avait léguée son aïeul. Il s’inscrivait ainsi dans la tradition et affirmait son acceptation de l’héritage dynastique. S’il changea tentures et rideaux, ce fut pour mieux revenir à l’idée qu’il se faisait d’une pièce d’apparat, tout de cramoisi et d’or revêtue. Il conserva le mobilier d’étiquette en nombre et en emplacement. Dans ce contexte, l’initiative de remplacer les dix hauts guéridons par des modèles résolument rocaille prouve, s’il en était besoin, que l’ornement est vivant et progresse. Le salon de Mars prenait alors un visage composite où se mêlait au style du Grand Siècle, la légèreté du rocaille tellement évocatrice du xviiie siècle.

222Si Louis XV y maintint l’usage des soirées d’appartement avec concerts et bals, l’achèvement du salon d’Hercule vola au salon de Mars son rôle de salle de bal. Et cette fois le roi n’hésita pas à détruire les tribunes que Louis XIV avait fait élever dans la pièce, rendant l’endroit au jeu. Et c’est surtout lors des grands bals masqués que les lieux s’animaient à nouveau.

  • 335 Cité par Verlet 1985, p. 654.

223Louis XVI, empreint de timidité face au Grand Appartement de ses ancêtres, y toucha d’autant moins qu’il y voyait sans doute une sorte d’affirmation du pouvoir monarchique. Il s’empressa surtout de le préserver pour mieux le transmettre aux générations suivantes. L’accrochage des tentures de haute-lisse, certaines années, allait dans ce sens. Le 6 octobre 1789, en partant pour les Tuileries, le roi adressa cette phrase à La Tour-du-Pin, son ministre de la guerre : « Vous restez le maître ici ; tâchez de me sauver mon pauvre Versailles335 », témoignage de son profond attachement aux lieux qu’il ne reverrait plus.

224Une autre histoire serait à écrire sur le devenir du salon de Mars à l’issue de la Révolution. Comment le xixe siècle s’accommoda-t-il de cette belle pièce vidée de ses meubles, tentures et tableaux ? Les nouveaux maîtres des lieux eurent-ils le même souci de préservation qu’avait eu l’Ancien Régime ? De Napoléon, qui avait de grands projets pour Versailles puisqu’il alla jusqu’à passer commande à Lyon de riches soieries pour remeubler le Grand Appartement, jusqu’aux tentatives de Louis-Philippe de redonner vie aux appartements de Louis XIV, dont le souvenir était encore présent à son esprit, il faudrait pouvoir pousser plus loin notre étude pour mieux comprendre l’histoire du lieu que nous pouvons admirer aujourd’hui.

Haut de page

Bibliographie

Sources manuscrites

Paris, Archives nationales, sous-série O1 (Maison du roi) :

– Plans, élévations, détails, dessins divers. Plans et projets généraux (xviie-xviiie siècle) : O1 1766 ;
– Plans, élévations, détails, dessins divers. Corps principal du château : appartements du Roi, de la Reine, des Princesses, de Mme Du Barry, divers ; salons, galeries, escaliers ; petits appartements ; cours (xviiie siècle) : O1 1770 ;
– Bâtiments divers. Hôtels divers : plans, travaux (xviiie siècle) : O1 1850 ;
– Pièces justificatives et minutes des dépenses de tout le département : extraits, copies, mémoires, comptes de toute sorte, ordres de paiements, etc. : O1 2984 ;
– Journal du Garde-Meuble de la Couronne (entrées et sorties) : O1 3304 à O1 3323 ;
– Inventaire général des meubles de la Couronne et des Maisons royales (1664-1705) : O1 3330 à O1 3333 ;
– Inventaire général des meubles de la Couronne (1729) : O1 3334 à O1 3341 ;
– Inventaire général des meubles de la Couronne (1775) : O1 3342 à O1 3347 ;
– Inventaire général des meubles de la famille royale (1792) : O1 3354 ;
– Inventaire des meubles (1708) : O1 3445 ;
– Inventaire général des meubles, par chapitres (1752) : O1 3446 à O1 3449 ;
– Inventaire des meubles, ancien (1666-1684) : O1 3450 ;
– Inventaire des meubles (1740) : O1 3453 ;
– Inventaire des meubles (1751) : O1 3454 ;
– Inventaire des meubles (1765) : O1 3451 ;
– Inventaire des meubles du magasin de Versailles, par logements (1776) : O1 3457 ;
– Inventaire général des meubles : château et dehors (1785) : O1 3461 ;
– Autre inventaire général (1788) : O1 3463 ;
– Estimation des meubles. Famille royale (1787) : O1 3465 ;
– Inventaire des meubles du château par appartements (1786-1787) : O1 3469.

Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon :

– « Description et relation de tout ce qui a été fait et de ce qui s’est passé à l’occasion du mariage de Louis-Auguste, dauphin de France, avec Marie-Antoinette-Josèphe-Jeanne, archiduchesse d’Autriche, par M. de La Ferté, intendant des Menus » [1770] : Vms 45.

Sources imprimées

Almanach de Versailles pour l’année 1789, Versailles / Paris, Blaizot et al.

Blondel Jean-François, 1752-1756, Architecture françoise, ou Recueil des plans, élévations, coupes et profils des églises, maisons royales, palais, hôtels & édifices les plus considérables de Paris, ainsi que des châteaux et maisons de plaisance situés aux environs de cette ville ou en d’autres endroits de la France […], Paris, C.-A. Jombert, 4 vol.

Bourdelot Pierre Michon, dit l’abbé, 1683, Relation des assemblées faites à Versailles dans le grand appartement du roi pendant ce carnaval de l’an 1683 […], Paris, P. Cottard.

Bruzen de LMartinière Antoine-Augustin, 1768, Le grand dictionnaire géographique, historique et critique, Paris, chez les libraires associés, 6 vol.

Combes Laurent Morelet, dit le sieur, 1681, Explication historique de ce qu’il y a de plus remarquable dans la maison royale de Versailles et en celle de Monsieur à Saint Cloud, Paris, impr. de C. Nego.

Comptes des Bâtiments du roi sous le règne de Louis XIV (1664-1715), 1881-1901, éd. J. Guiffrey, Paris, Imprimerie nationale, 5 vol.

Croÿ-Solre Emmanuel de, 1906-1907, Journal inédit du duc de Croÿ (1718-1784), éd. E.-H. de Grouchy et P. Cottin, Paris, E. Flammarion, 4 vol.

Dangeau Philippe de Courcillon, marquis de, 1854-1860, Journal du marquis de Dangeau […] avec les additions inédites du duc de Saint-Simon, éd. E. Soulié et al., Paris, F. Didot, 19 vol.

L’état de la France, 1684, Paris, T. Guillain, 2 vol.

— 1702, Paris, C. Osmont, 3 vol.

[Félibien André], 1674, Description du chasteau de Versailles, Paris, s. n.

Félibien Jean-François, 1703, Description sommaire de Versailles, ancienne et nouvelle, Paris, A. Chrétien.

Hézecques Félix de France, comte d’, 1873, Souvenirs d’un page de la cour de Louis XVI, éd. C.-R.-M.-G. de France d’Hézecques, Paris, Didier.

Inventaire général du mobilier de la Couronne sous le règne de Louis XIV (1663-1715), 1885-1886, publié par J. Guiffrey, Paris, J. Rouam, 2 vol.

Léris Antoine de, 1763, Dictionnaire portatif des théatres, Paris, C.-A. Jombert.

Louvois François-Michel Le Tellier, marquis de, 2007, Architecture et beaux-arts à l’apogée du règne de Louis XIV : édition critique de la correspondance du marquis de Louvois, surintendant des Bâtiments du roi, arts et manufactures de France, 1683-1691, t. I : Années 1683 et 1684, éd. Th. Sarmant et R. Masson, Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques.

Luynes Charles-Philippe d’Albert, duc de, 1860-1865, Mémoires du duc de Luynes sur la cour de Louis XV (1735-1758), éd. L. Dussieux et E. Soulié, Paris, F. Didot, 17 vol.

Monicart Jean-Baptiste de, 1720, Versailles immortalisé par les merveilles parlantes des bâtimens, jardins, bosquets, parcs, statues dudit château de Versailles et de ceux de Trianon, de la Ménagerie et de Marly […], Paris, E. Ganeau et J. Quillau, 2 vol.

Orléans Charlotte-Élisabeth de Bavière, duchesse d’, 1981, Lettres de Madame, duchesse d’Orléans, née princesse palatine, éd. O. Amiel, Paris, Mercure de France.

Piganiol de La Force Jean-Aymar, 1701, Nouvelle description des chasteaux et parcs de Versailles et de Marly, contenant une explication historique de toutes les peintures, tableaux, statues, vases et ornemens qui s’y voyent, leurs dimensions et les noms des peintres et des sculpteurs qui les ont faits, avec les plans de ces deux maisons royalles […], Paris, F. et P. Delure.

Rameau Pierre, 1725, Le maître à danser, qui enseigne la maniere de faire tous les differens pas de danse dans toute la regularité de l’art, & de conduire les bras à chaque pas, Paris, J. Villette.

Saint-Simon Louis de Rouvroy, duc de, 1879-1928, Mémoires de Saint-Simon, éd. A. Michel de Boislisle, Paris, Hachette, 43 vol.

Scudéry Madeleine de, 1684, Conversations nouvelles sur divers sujets, dédiées au roy, Paris, C. Barbin, 2 vol.

Sourches Louis-François DBouchet, marquis de, 1882-1893, Mémoires du marquis de Sourches sur le règne de Louis XIV, éd. G.-J. de Cosnac, A. Bertrand et É. Pontal, Paris, Hachette, 13 vol.

Tessin Nicodème, dit le Jeune, 1926, « Relation de la visite de Nicodème Tessin à Marly, Versailles, Clagny, Rueil et Saint-Cloud en 1687 », éd. R. Josephson et P. Francastel, Revue de l’histoire de Versailles et de Seine-et-Oise, t. XXVIII, p. 149-167 et 274-300.

Vigée-LBrun Louise-élisabeth, 1869, Souvenirs de madame Vigée Le Brun, Paris, Charpentier, 2 vol.

Voyage des ambassadeurs de Siam en France, 1686, Paris, au Palais.

Études

Arizzoli-Clémentel Pierre et Gastinel-Coural Chantal, 1988, Soieries de Lyon : commandes royales au xviiie siècle, 1730-1800, cat. exp. (Lyon, musée historique des Tissus, déc. 1988-mars 1989), Lyon, musée historique des Tissus.

Arminjon Catherine, 1992, « L’étude de l’orfèvrerie de Versailles au travers des collections des dessins du Musée National de Stockholm », dans H. C. Collinson (dir.), Versailles : French Court Style and Its Influence, Toronto, University of Toronto School of Continuing Studies, p. 7-15.

— (dir.), 2007, Quand Versailles était meublé d’argent, cat. exp. (château de Versailles, 21 nov. 2007-9 mars 2008), Paris / Versailles, Éd. de la Réunion des musées nationaux / Établissement public du musée et du domaine national de Versailles.

Baulez Christian, 2007, « L’ameublement de la Grande Galerie, de Louis XIV à nos jours », dans La galerie des Glaces : histoire et restauration, Dijon, Faton, p. 84-95.

Baumont Olivier, 2007, La musique à Versailles, Arles / Versailles, Actes Sud / château de Versailles / Centre de musique baroque de Versailles.

Beaussant Philippe, 1996, Les plaisirs de Versailles : théâtre & musique, Paris, Fayard.

— 2009, « Le goût du roi », in Nicolas Milovanovic et Alexandre Maral (dir.), Louis XIV : l’homme & le roi, cat. exp. (19 oct. 2009-7 fév. 2010), Paris / Versailles, Skira-Flammarion / château de Versailles.

Benoît Marcelle, 1992, Dictionnaire de la musique en France aux xviie et xviiie siècles, Paris, Fayard.

Bonnet Xavier, 2007, « Claude-François Capin (1727-1789), tapissier ordinaire du roi et du Garde-Meuble de la Couronne : premiers éléments de recherche », mémoire de recherche sous la direction de Christian Baulez, Paris, École du Louvre.

Castelluccio Stéphane, 2004, Le Garde-Meuble de la Couronne et ses intendants du xvie au xviiie siècle, Paris, Éd. du Comité des travaux historiques et scientifiques.

— 2007, Les meubles de pierres dures de Louis XIV et l’atelier des Gobelins, Dijon, Faton.

Constans Claire, 1976, « Les tableaux du Grand Appartement du Roi », Revue du Louvre et des musées de France, 1976-3, p. 156-173.

Coural Jean et Gastinel-Coural Chantal, 1984, « La fabrique lyonnaise au xviiie siècle. La commande royale de 1730 », Revue de l’art, no 62, p. 49-64.

Demetrescu Calin, 1996, « Domenico Cucci, le plus baroque des ébénistes de Louis XIV », L’estampille/L’objet d’art, no 306, oct. 1996, p. 58-79.

Dufourcq Norbert, 1970, La musique à la cour de Louis XIV et de Louis XV, d’après les Mémoires de Sourches et Luynes, 1681-1758, Paris, A. et J. Picard.

Habert Jean et Milovanovic Nicolas, 2004, « Charles Le Brun contre Véronèse : la Famille de Darius et les Pèlerins d’Emmaüs au château de Versailles », Revue du Louvre et des musées de France, no 5, p. 63-72.

Habert Jean ; Lepage Anne ; Ravaud Élisabeth ; Rioux Jean-Paul et Volle Nathalie, 2005, « La lumière et la couleur, Les Pèlerins d’Emmaüs de Véronèse », Technè, no 21, p. 35-47.

LGuillou Jean-Claude, 1986, « Le Grand et le Petit Appartement de Louis XIV au château de Versailles, 1668-1684. Escalier, étage, attique et mansardes. Évolution chronologique », Gazette des beaux-arts, juil.-août, p. 7-22.

Mabille Gérard, 1998, « Les tables d’argent de Louis XIV », Versalia, no 1, p. 60-64.

Maës Antoine, 2012, « L’ameublement du salon d’Apollon, xviie-xviiie siècle », mémoire d’étude sous la direction de Raphaël Masson, Béatrix Saule et Pierre-Xavier Hans, Paris, École du Louvre, en ligne : < http://crcv.revues.org/12144 > (consulté le 10 juil. 2014).

Maral Alexandre, 2009, « Grande Galerie et appartement du roi à Versailles. Sens et usages sous Louis XIV », Versalia, no 12, p. 121-133.

Maral Alexandre et Milovanovic Nicolas (dir.), 2012, Versailles et l’antique, cat. exp. (château de Versailles, 13 nov. 2012-17 mars 2013), Paris / Versailles, Artlys / château de Versailles.

Marie Alfred, 1968, Naissance de Versailles : le château - les jardins, Paris, Vincent, Fréal, 2 vol.

Marie Alfred et Marie Jeanne, 1972, Versailles - son histoire, t. II : Mansart à Versailles, Paris, J. Fréal, 2 vol.

— 1976, Versailles au temps de Louis XIV, troisième partie : Mansart et Robert de Cotte, Paris, Imprimerie nationale.

— 1984, Versailles au temps de Louis XV, 1715-1745, Paris, Imprimerie nationale.

Milovanovic Nicolas, 2005a, Les Grands Appartements de Versailles sous Louis XIV : catalogue des décors peints, Paris / Versailles, Réunion des musées nationaux / château de Versailles.

— 2005b, « Le roi et son peintre : La Famille de Darius de Charles Le Brun », Versalia, no 8, p. 166-178.

Milovanovic Nicolas et Maral Alexandre (dir.), 2009, Louis XIV : l’homme & le roi, cat. exp. (château de Versailles, 19 oct. 2009-7 févr. 2010), Paris / Versailles, Skira-Flammarion / château de Versailles.

Pons Bruno, 1986, De Paris à Versailles, 1799-1736 : les sculpteurs ornemanistes parisiens et l’art décoratif des Bâtiments du roi, Strasbourg, Association les publications près les universités de Strasbourg.

Rondot Bertrand, 2012, « Les vases de pierres de couleur de Louis XIV », in Maral et Milovanovic 2012, p. 68-73.

Sabatier Gérard, 1999, Versailles ou la figure du roi, Paris, A. Michel.

Saule Béatrix, 1992, « L’ameublement du château de Versailles de 1668 à 1678 », in H. C. Collinson (dir.), Versailles: French Court Style and Its Influence, Toronto, University of Toronto School of Continuing Studies, p. 141-162.

— 2007, « Quand Versailles était meublé d’argent », in Catherine Arminjon (dir.), Quand Versailles était meublé d’argent, cat. exp. (château de Versailles, 21 nov. 2007-9 mars 2008), Paris / Versailles, Éd. de la Réunion des musées nationaux / Établissement public du musée et du domaine national de Versailles, p. 26-59.

Verlet Pierre, 1937, « L’ancien mobilier de Versailles, son étude et ses méthodes », Gazette des beaux-arts, mars 1937, p. 179-183.

— 1945-1990, Le mobilier royal français, [lieux divers], [éditeurs divers], 4 vol.

— 1985 [1961], Le château de Versailles, Paris, Fayard.

— 1986, « Les guéridons de la galerie des Glaces », Bulletin de la Société de l’histoire de l’art français, année 1985, p. 129-136.

Véron-Denise Danièle et Vittet Jean, 2008, « Versailles, les broderies de Saint-Joseph et Jean Lemoyne le Lorrain », Versalia, no 11, p. 55-84.

Vittet Jean et Brejon de Lavergnée Arnauld, 2010, La collection de tapisseries de Louis XIV, Dijon, Faton.

Walton Guy, 1985, Versailles à Stockholm : dessins du Nationalmuseum : peintures, meubles et arts décoratifs des collections suédoises et danoises, cat. exp. (Paris, Institut culturel suédois, hôtel de Marie, sept.-oct. 1985), Stockholm, Nationalmuseum.

Weigert Roger-Armand, 1930, « Le meuble brodé de la Salle du Trône de Louis XIV à Versailles », Revue de l’histoire de Versailles et de Seine-et-Oise, vol. 32, no 1, janv.-mars 1930, p. 199-206.

Haut de page

Notes

1 Conformément à l’explication pythagoricienne de l’univers (voir Maral 2009, p. 122).

2 Date des premiers paiements effectués aux sculpteurs des plafonds (les frères Marsy pour les salons de Mars, de Mercure et d’Apollon).

3 Paris, Archives nationales (désormais AN), O1 2151.

4 Néanmoins, avant cette date, Louis XIV avait déjà commencé à étendre son appartement sur la cour de Marbre. Cette annexion d’une partie de l’appartement de la Reine fut accélérée par la mort de Marie-Thérèse en juillet 1683 et rompait une fois pour toute la symétrie initiale.

5 Guillou 1986, p. 14 : les salons de Vénus et de Diane étaient considérés comme des vestibules, extérieurs à l’appartement et furent donc entièrement lambrissés et dallés de marbre.

6 Félibien 1674, p. 27. Voir annexe I, doc. 1.

7 Cette toile a disparu de son emplacement d’origine (actuelle antichambre du Grand Couvert).

8 En revanche, le décor peint a fait l’objet d’une étude approfondie de Nicolas Milovanovic (2005a, p. 116-125).

9 Verlet 1985.

10 Marie 1968 et Marie et Marie 1972, 1976 et 1984.

11 Arminjon 2007.

12 Verlet 1985, p. 220.

13 Maës 2012.

14 Saule 1992, p. 141-162.

15 Comme toute salle des gardes elle servait sans doute à entreposer un certain nombre de meubles usuels et hétéroclites (banquettes, tables…) sans caractère particulier. Béatrix Saule (1992, p. 155) n’a pas relevé de livraison affectée à cette pièce, à la différence des salons d’Apollon et de Mercure parfois mentionnés.

16 Voir annexe II, inventaire général des meubles de 1785, avec les estimations de chaque poste.

17 À cette fin, nous nous sommes principalement fondée sur l’étude très détaillée de Claire Constans (1976, p. 156-173.

18 Inventaires topographiques de 1708, 1740, 1751, 1765, 1776 et 1786-1787.

19 Nous avons à la fois travaillé sur la base de la publication de cet inventaire faite par Jules Guiffrey (Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886), complétée de la consultation de l’inventaire manuscrit conservé aux Archives nationales.

20 AN, O1 3304 à O1 3323.

21 Milovanovic 2005a, p. 74.

22 Félibien 1674, p. 27.

23 Combes 1681, p. 33.

24 Monicart 1720, t. I, p. 188.

25 Mercure galant, mai 1681, p. 277.

26 Maral 2009, p. 127.

27 Mercure galant, déc. 1682, p. 13-24.

28 Monicart 1720, t. I, p. 188.

29 Tessin 1926, p. 278.

30 AN, O1 3453, O1 3454, O1 3446 à O1 3449, O1 3451, O1 3453, O1 3457, O1 3461, O1 3469, O1 3453, O1 3465, O1 3463 et O1 3453.

31 Luynes 1860-1865, t. V, p. 77 et t. VI, p. 304.

32 Ibid., t. XI, p. 361.

33 Blondel 1752-1756, t. IV, p. 129.

34 « Le jeu lui sert à tenir, voire à ruiner ses courtisans. » Verlet 1985, p. 272.

35 Mercure galant, déc. 1682, p. 24.

36 Le salon de Mars.

37 Sourches 1882-1893, t. I, p. 154.

38 Bourdelot 1683, p. 15.

39 Scudéry 1684, t. I, p. 21.

40 Mercure galant, déc. 1682, p. 29-31.

41 Ibid., p. 48-49.

42 Verlet 1985, p. 272.

43 Saule 2007, p. 44.

44 Louvois 2007, p. 203 :.voir annexe IV, doc. 1. Il semble même que le projet soit envisagé dès septembre 1683 car le 14 septembre, Louvois mentionne des travaux de maçonnerie dans l’appartement des Bains, destinés peut être à consolider la structure qui doit soutenir les colonnes de marbre des tribunes situées au-dessus.

45 Il s’agit du futur degré d’Épernon. Cet escalier a dû être déplacé au moment de la construction des tribunes.

46 Voir annexe III, doc. 3, Comptes des Bâtiments du roi.

47 Tessin 1926, p. 278.

48 Félibien 1703, p. 131-132.

49 À l’exception de la gravure de Trouvain représentant la Quatrième chambre des appartements, qui est plus une évocation fantaisiste qu’une représentation fidèle. On dispose également d’une élévation du salon de Mars conservée aux Archives nationales sur laquelle on distingue la coupe d’une des tribunes (voir fig. 6).

50 Bruzen de La Martinière 1768, t. VI, p. 116. Voir annexe I, doc. 8 et les fig. 5 et 7 pour l’emprise au sol des deux tribunes.

51 Monicart 1720, t. I, p. 189.

52 Cité par Constans 1976, p. 169, n. 34.

53 Beaussant 1996, p. 397.

54 Léris 1763, p. 555.

55 Dangeau 1854-1860, t. I, p. 298 et 300.

56 Léris 1763, p. 537 : « Colasse […], maître de la Musique et de la Chapelle de la Chambre du roi. Il avait du génie et s’établit une réputation solide par les opéras d’Achille et Polixene, Thétis et Pelée […] et par plusieurs Motets ».

57 Ibid., p. 426 : « Thétis et Pelée : Tragédie en 5 actes de Fontenelle, musique de Colasse, première représentation le 11 janvier 1689 […]. C’est le meilleur ouvrage de Colasse ».

58 Beaussant 1996, p. 397.

59 Léris 1763, p. 557 : Destouches est entré en 1692 dans la deuxième compagnie des mousquetaires, qu’il quitta en 1696 pour s’adonner à la composition d’opéras. Il fut surintendant de la Musique du roi. Issé est son premier opéra.

60 Dangeau 1854-1860, t. VI, p. 204.

61 Sourches 1882-1893, t. XII, p. 118.

62 Ibid., t. XIII, p. 38.

63 Voir par exemple L’état de la France 1702, t. I, p. 231-232.

64 Beaussant 1996, p. 315-317 : les vingt-quatre violons de la Chambre forment le plus ancien orchestre constitué et leur réputation fut telle qu’ils furent imités dans d’autres cours d’Europe. La dénomination de « vingt-quatre violons » de la Chambre, dont le nombre fut fixé par Louis XIII, ne comprend pas uniquement l’instrument que nous connaissons mais recouvre la totalité de la famille (dessus, hautes-contre, quintes et basses de violon). Ils furent parfois plus nombreux (vingt-cinq en 1684 [L’état de la France 1684, t. II, p. 144]). Ces « vingt-quatre » sont officiers, titulaires de leur charge qu’ils achètent. Ils ne jouent pas toujours ensemble et peuvent être moins nombreux pour certains bals ou concerts. L’ensemble est supprimé lors de la réforme de 1761, qui réunit les musiciens de la Chapelle et de la Chambre en un corps unique et met ainsi fin à l’archaïsme de leur formation et de leurs coutumes.

65 Au sens où on l’entendait alors, c’est à dire notre déjeuner actuel.

66 Cette fête est précisée par Beaussant 1996, p. 315-317.

67 L’état de la France 1702, t. I, p. 232.

68 Dangeau 1854-1860, t. XII, p. 44 ; Sourches 1882-1893, t. I, p. 154.

69 Baumont 2007, p. 80-81 : les comptes des Menus Plaisirs du roi font état du paiement de frais de déplacement, de logement et de nourriture aux vingt-quatre violons du roi et aux hautbois des mousquetaires pour aller jouer aux bals du roi, ainsi que pour les répétitions de danse avant les bals (car les danseurs devaient s’entraîner auparavant).

70 Ibid., p. 82 ; Beaussant 2009, p. 62.

71 Sourches 1882-1893, t. I, p. 154.

72 Baumont 2007, p. 80.

73 Voir Benoit 1992, p. 39.

74 Dangeau 1854-1860, t. XII, p. 44 : « Le roi demeura au bal jusqu’à une heure après minuit, et Monseigneur y demeura jusqu’à la fin. Il n’étoit guère que trois heures et quart quand on en sortit. »

75 Saint-Simon (1879-1928, t. I, p. 75) précise qu’un bal réglé est un bal ouvert par un branle : « Le dimanche gras, il y eut grand bal réglé chez le roi, c’est-à-dire ouvert par un branle, suivant lequel chacun dansa après ». Pierre Rameau (1725, p. 56) nous apprend que le bal est réglé ou rangé quand il y a la présence d’un roi et d’une reine.

76 Voir annexe IV, doc. 3.

77 Sourches 1882-1893, t. XI, p. 7-8, n. 11.

78 Verlet 1985, p. 286.

79 Dangeau 1854-1860, t. I, p. 177-178.

80 Mercure galant, fév. 1692, p. 313-317.

81 Sourches 1882-1893, t. IV, p. 11.

82 Dangeau 1854-1860, t. VII, p. 39-40.

83 Ibid., t. XII, p. 44.

84 Voir annexe IV, doc. 2.

85 Sourches 1882-1893, t. IV, p. 11.

86 Recueil des relations des Cérémonies de la Cour de France, Paris, bibliothèque Mazarine, Mss. 2743-1848 F, cité par Marie 1968, t. II, p. 621.

87 Ce qui fut fait en 1685, 1688 et 1691 selon les Mémoires du marquis de Dangeau.

88 Dangeau 1854-1860, t. II, p. 89.

89 Cité par Verlet 1985, p. 288.

90 Dangeau 1854-1860, t. III, p. 270.

91 Sourches 1882-1893, t. III, p. 343.

92 Orléans 1981, p. 366.

93 Voir annexe IV, doc. 2.

94 Saint-Simon 1879-1928, t. XV, p. 348-349.

95 Baumont 2007, p. 189.

96 Mercure de France, déc. 1725, p. 3153.

97 Baumont 2007, p. 179 : ultérieurement en 1751, les concerts de la reine se tinrent dans le salon des Nobles de la reine car le double rôle du salon de la Paix, à la fois salle de concert et salon des jeux de la reine, créait des difficultés d’intendance.

98 Luynes 1860-1865, t. V, p. 203.

99 Ibid., t. VI, p. 85.

100 Ibid., p. 322-323.

101 Ibid., p. 325.

102 Ibid., t. V, p. 213-214.

103 Ibid., p. 218.

104 Ibid., t. VIII, p. 130.

105 Il est possible de dater cette destruction avec précision par une lettre adressée le 14 juillet 1750 au surintendant des Bâtiments Lenormand de Tournehem : « les deux parties de gros mur que l’on est obligé de reconstruire à neuf dans les emplacements où étaient les colonnes de la pièce des concerts des Grands Appartements seront achevées demain à peu de chose près […] » (AN, O1 1810, fo 47).

106 Léris 1763, p. 257 : Iphigénie en Tauride est une tragédie en musique en cinq actes et un prologue commencée par Desmarest aux environs de 1696 sur un texte de Duché. Elle fut achevée par Campra et Danchet et représentée pour la première fois en public à l’Académie royale de musique le 6 juillet 1704.

107 Mercure de France, déc. 1728, p. 2947.

108 Luynes 1860-1865, t. V, p. 213. Léris 1763, p. 388 : Opéra de Quinault mis en musique par Lully, exécuté pour le roi à Versailles le 8 janvier 1685 et donné au public à Paris un mois après.

109 Ibid., t. VI, p. 325. Léris 1763, p. 163 : poème de Roy, musique de Lalande et Destouches, première représentation à l’Académie royale de musique en 1725.

110 Il semble qu’on emploie indifféremment le terme bal paré ou bal rangé pour l’opposer au bal masqué, dont l’ordonnance était plus souple.

111 Le Mercure de France de février 1739, p. 378-386, le décrit avec force détails.

112 Ibid., p. 384.

113 Luynes 1860-1865, t. II, p. 329.

114 Ibid., t. II, p. 332-343.

115 Ibid., t. VI, p. 325, 29 fév. 1745.

116 Croÿ-Solre 1906-1907, t. I, p. 78.

117 Ibid., t. II, p. 414.

118 Description et relation de tout ce qui a été fait et de ce qui s’est passé à l’occasion du mariage de Louis Auguste Dauphin de France…, [1770], Vms 45, p. 486.

119 Luynes 1860-1865, t. V, p. 213-214.

120 Ibid., t. VIII, p. 130.

121 Ibid., t. XI, p. 361-362

122 Ibid., t. XII, p. 433.

123 Papillon de La Ferté 2004, p. 274 et 302-303.

124 Cette alternance n’est nommée de manière explicite dans les inventaires de Versailles qu’à partir de 1751 (AN, O1 3454, p. 30, 36, 38).

125 Félibien 1703, p. 139.

126 AN, O1 3305, fos 89vo et 90 et O1 3305, fo 87vo pour la délivrance à Doublet, le 21 octobre 1681, de 160 aunes de « velours rouge cramoisy chamarré de passement d’or de Millan » pour une tapisserie pour l’antichambre. Voir annexe III, doc. 2, Journal du Garde-Meuble.

127 AN, O1 3331, fo 234vo et Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. II, p. 325, no 932 du chapitre des « Lits et emmeublemens », année 1682.

128 Le no 1375 correspond bien à une séquence de 1689 dans le journal du Garde-Meuble, mais nous ne l’y avons pas trouvé.

129 AN, O1 3332, fos 289vo et 290.

130 Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. II, p. 322, no 896 du chapitre des « Lits et emmeublemens », année 1680.

131 Ibid., no 897 du chapitre des « Lits et emmeublemens », année 1680.

132 Tessin 1926, p. 278.

133 AN, O1 3331, fo 236 et O1 3445, fo 2vo. Voir annexe III, doc. 1, no 950 du chapitre des « Lits et emmeublemens » de l’Inventaire général du mobilier de la Couronne… (1885-1886, t. II, p. 326-327).

134 AN, O1 3305, fo 110.

135 Le Guillou 1986, p. 10.

136 Voyage des ambassadeurs de Siam…, 1686, p. 305-308.

137 Coural et Gastinel-Coural 1984, p. 49.

138 Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. II, p. 184-191, nos 48, 54, 65, 87, 119 et 132 du chapitre des « Brocats et autres estoffes d’or et d’argent », et Coural et Gastinel-Coural 1983, p. 58, note 6.

139 AN, O1 3305, fo 94, livraison du 16 mars 1682. Voir annexe III, doc. 2.

140 Arizzoli-Clémentel et Gastinel-Coural 1988, p. 29.

141 Ibid., p. 29.

142 Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. II, p. 303, no 729 du chapitre des « Lits et emmeublemens », année 1674 et AN, O1 3331.

143 Selon ses statuts, cité par Weigert 1949, p. 93.

144 Saint-Simon 1879-1928, t. XXVIII, p. 232.

145 Véron-Denise et Vittet 2008, p. 69.

146 Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. II, p. 421, no 1635 du chapitre des « Lits et emmeublemens » ; AN, O1 3332, fo 339.

147 AN, O1 2984, dossier 6, no 54. Voir annexe III, doc. 4.

148 AN, 259 AP 57, Restes de 1684, fo 47vo (cité par Véron-Denise et Vittet 2008, p. 83, n. 46).

149 AN, 259 AP 58, Premier semestre 1685, fo 273ro (cité par Véron-Denise et Vittet 2008, p. 83, n. 47).

150 Tessin 1926, p. 278.

151 C’est le no 950 de l’inventaire, livré en 1682.

152 AN, 259 AP 44, Fonds et dépenses de 1689, fo 187ro (cité par Véron-Denise et Vittet 2008, p. 83, n. 49).

153 Dans l’inventaire général de la Couronne, ce meuble (ainsi que les broderies de Saint-Joseph destinées au salon d’Apollon) fut inscrit sous l’année 1695. Il semblerait qu’il s’agisse d’un enregistrement tardif destiné à régulariser une livraison antérieure directement à Versailles sans passer par le Garde-Meuble (Véron-Denise et Vittet 2008, p. 82, n. 7).

154 Véron Denise et Vittet 2008, p. 55-59.

155 Il est par ailleurs intéressant de noter que le 4 septembre 1696, le brodeur Pierre Chevry apporte de Saint-Joseph au Garde-Meuble de la Couronne « une cassolette avec son pied de broderie d’or faite pour servir au-dessus des portes dans les grands appartemens de Versailles. Plus 2 dessus de tabourets dont le fond est de broderie d’argent peinte en manière de marbre vercampant avec ornemens de broderie de couchures d’or et les chiffres du roy dans le milieu de même broderie, aussy faits pour les grands appartemens de Versailles » (AN, O1 3307, fo 314vo). Il s’agissait peut-être alors de compléter la livraison antérieure destinée au salon de Mars.

156 Mercure galant, déc. 1682, p. 25-26.

157 Scudéry 1684, t. I, p. 21.

158 Castelluccio 2007, p. 86.

159 Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. II, nos 372-373 du chapitre des « Cabinets, tables et guéridons de diverses sortes », p. 160-162.
Les unités ont été converties suivant ces données :
Une ligne = 0,0023 mètre.
Un pouce = 0,027 mètre.
Un pied = 0,32 mètre.
Une aune = 1,19 mètre.
Un marc = 0,24 kilogramme.

160 Voir Verlet 1945-1990, t. III, p. 109. Ce qui expliquerait que le rédacteur du Mercure galant les ait vus en place en décembre 1682. Par ailleurs, la séquence des numéros d’inventaire laisse présumer qu’ils ont été inscrits en novembre 1683 car le fo 131, où ils pouvaient être notés, a disparu (O1 3305).

161 Voir Rondot 2009, p. 242 et l’inventaire après décès de Jeanne Goujon, morte en novembre 1676, dressé du 3 au 17 août 1677, cité par Demetrescu 1996, p. 66.

162 Comptes des Bâtiments du roi 1881-1901, t. II, col. 269 et 373 (13 et 21 fév. 1683).

163 AN, O1 3450, fo 123.

164 Rondot 2012, p. 245.

165 Castelluccio 2007, p. 104 et 107.

166 Tessin 1926, p. 275.

167 Mercure galant, déc. 1682, p. 26-30.

168 Saule 2007, p. 27-59 ; Mabille 2007, p. 61-83.

169 Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. I, p. 77-78, nos 686-687 du chapitre de l’« Argent blanc ».

170 Ibid., p. 78, nos 688-689 du chapitre de l’« Argent blanc ».

171 Saule 2007, p. 43.

172 Ibid., p. 95, nos 1051-1054 du chapitre de l’« Argent blanc ».

173 Voyage des ambassadeurs de Siam…, 1686, p. 193-195.

174 Mercure galant, déc. 1682, p. 26.

175 AN, O1 3304, fo 87vo ; Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. I, p. 77, nos 684-685 du chapitre de l’« Argent blanc ».

176 Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. I, p. 78, nos 690-693 du chapitre de l’« Argent blanc ».

177 Ibid., p.78, nos 694-697.

178 Saule 2007, p. 43 et p. 58, no 100 : Les deux autres tables, plus riches, du chapitre de l’« Argent blanc », sont affectées aux salons d’Apollon et de Mercure ; il en existe une autre paire dans l’inventaire, mais trop petite (Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. I, p. 39, nos 45 et 46).

179 AN, O1 3305, fo 104vo : « du 2 octobre 1682, apporté par le sieur Delaunay, deux dessus de table d’argent tout unis avec des ornements pour enrichir les pieds de bois faits en gaine, pesant 122m 0o 3g [29 kg] ». Voir annexe III, doc. 1, nos 1030 et 1031 du chapitre de l’« Argent blanc » de l’Inventaire général du mobilier de la Couronne… (1885-1886, t. I, p. 93).

180 Mercure galant, déc. 1682, p. 26. B. Saule (2007, p. 43) a révélé que les quatre buires ont été acquises en 1669 à la succession de la reine de Pologne.

181 Ibid., p. 27.

182 Voir annexe III, doc. 1, nos 1012-1015 du chapitre de l’« Argent blanc » de l’Inventaire général du mobilier de la Couronne… (1885-1886, t. I, p. 92).

183 Ibid., nos 836-891 (Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. I, p. 85).

184 Ibid., nos 738-749 (Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. I, p. 79).

185 Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. I, p. 79, nos 726-737 du chapitre de l’« Argent blanc ».

186 Ibid., p. 78, nos 702-713.

187 Ibid., p. 79, nos 714-725.

188 Mabille 1998, p. 76.

189 Saule 2007, p. 37 ; Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. I, p. 90, nos 985-987 du chapitre de l’« Argent blanc ».

190 Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. I, p. 87, nos 933-934 du chapitre de l’« Argent blanc », et p. 276, nos 121-122 du chapitre des « Miroirs et plaques de miroirs de diverses sortes ».

191 Saule 2007, p. 44. Voir annexe III, doc. 1, nos 47-50 (Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. I, p. 39-40).

192 Tessin 1926, p. 278.

193 Ibid..

194 Scudéry 1684, p. 2.

195 Tessin 1926, p. 278.

196 Mabille 1998, p. 63.

197 Mercure galant, déc. 1682, p. 29-30.

198 Selon les estimations de Béatrix Saule (2007, p. 38), on dénombrait : 88 bougies dans le salon de Diane, 72 dans le salon de Vénus, 88 dans le salon de Mercure, 74 dans le salon d’Apollon et au minimum 250 dans la Galerie.

199 Saule 2007, p. 39 ; Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. I, p. 86, nos 924-925 du chapitre de l’« Argent blanc ».

200 Voir annexe III, doc. 1, nos 920-921 et 922-923 du chapitre de l’« Argent blanc » de l’Inventaire général du mobilier de la Couronne… (1885-1886, t. I, p. 86).

201 Ibid., nos 918-919 (Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. I, p. 86).

202 Dangeau 1854-1860, t. III, p. 33.

203 Ibid., t. III p. 38.

204 Mabille 1998, p. 65 : les dernières dépenses au titre de l’orfèvrerie datent de 1686 pour un total de 111 000 livres ; Verlet 1986, p. 130 : les quatre lustres destinés à Monseigneur à Versailles, livrés en février 1687, constituent la dernière livraison au titre de la Grande Argenterie.

205 Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. II, p. 170, nos 459 et 460 du chapitre des « Cabinets, tables et guéridons de diverses sortes » ; Verlet 1986, p. 130.

206 Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. I, p. 165, nos 420-422 du chapitre des « Cabinets, tables et guéridons de diverses sortes » et AN, O1 3306, fo 86vo. Voir annexe III, doc. 2, 30 déc. 1687.

207 AN, O1 3453, fo 19vo.

208 AN, O1 3336, fo 165.

209 Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. II, p. 165, no 420 du chapitre des « Cabinets, tables et guéridons de diverses sortes » : « Quatre pieds de table représentant, sur le devant, les chiffres du Roy dans un cartouche ovalle, et, aux soubassements des costez, une fleur de lis au milieu » ; Christian Baulez (2007, p. 84-95) émet l’hypothèse que les quatre piétements de ce no 420 étaient destinés à la Grande Galerie ; néanmoins, les descriptions des tables de la Galerie dans l’inventaire de 1729 (nos 603 et 608) ne sont pas plus proches du no 420 de Guiffrey que nos tables du salon de Mars (no 420).

210 AN, O1 3336, fo 163.

211 Voir annexe III, doc. 1, no 402 du chapitre des « Cabinets, tables et guéridons de diverses sortes » de l’Inventaire général du mobilier de la Couronne… (1885-1886, t. II, p. 164).

212 Félibien 1703, p. 131.

213 Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. II, p. 171, no 468.

214 AN, O1 3445, fo 3, inventaire topographique de 1708.

215 AN, O1 3445 ; Verlet 1986, p. 134.

216 Mercure galant, janv. 1708, p. 267 : « Il y avoit dans la Salle du Bal […] douze Lustres, dix Torcheres, avec des Girandoles, & l’on avoit aussi placé plusieurs Girandoles, sur l’appuy des deux Tribunes, qui sont dans cette Salle, qui servent ordinairement à placer la Symphonie. »

217 Verlet 1986, p. 129

218 Ibid., p. 131 : Lange, Rondet, Le Maire, Jouvenet, Éloy, Cletelet, Hanard, De La Lande.

219 Ibid., p. 136, note 19 : C’est déjà Charmetton qui avait travaillé à la sculpture des douze pieds de table livrés en décembre 1687, il avait déjà collaboré avec le menuisier Fressenet et les sculpteurs Bellan, Goupil et Legrand.

220 Ibid., p. 131-132 : il s’agissait des sculpteurs Bellan, Legoupil, Legrand et Vaillant.

221 Ibid., p. 136, n. 31.

222 Verlet 1985, p. 129-136.

223 Félibien 1703, p. 130.

224 AN, O1 3445, fo 3.

225 AN, O1 3336, fo 1.

226 Le no 155 est attribué aux deux miroirs en 1688. En revanche, ils sont inscrits sous les nos 2 et 3 à partir de 1729. Ce changement de numérotation semble expliqué par une note en tête du chapitre des « Miroirs et plaques de miroirs de diverses sortes » dans l’inventaire général de 1664-1705, reproduite dans l’Inventaire général du mobilier de la Couronne (t. II, p. 269) et dans laquelle M.-A. Fontanieu, à la date du 24 janvier 1718, précise que le chapitre a été entièrement revu et renuméroté. C’est en effet M.-A. Fontanieu qui entreprit le récolement du mobilier royal. Voir également annexe III, doc. 2, Journal du Garde-Meuble, 8 nov. 1688.

227 Bonnet 2007, p. 42.

228 AN, O1 3307, fo 319vo. À noter que Guiffrey mentionne par erreur 105 rideaux de taffetas rouge sous les nos 1728 à 1741, alors que l’inventaire général est bien conforme au Journal du Garde-Meuble avec la mention de 69 rideaux (Inventaire général du mobilier de la Couronne… 1885-1886, t. II, p. 432 et O1 3332).

229 AN, O1 3445, fos 2vo et 3.

230 Le point d’Espagne est une dentelle de fils d’or ou d’argent.

231 Félibien 1703, p. 139-140.

232 Voir supra, note 126.

233 AN, O1 3445, fo 3.

234 AN, O1 3453, fo 19vo.

235 AN, O1 3306 ; Maës 2012.

236 Félibien 1703, p. 132.

237 Rondot 2012, p. 70.

238 Félibien 1703, p. 155.

239 Marie et Marie 1984, p. 478.

240 AN, O1 3307.

241 AN, O1 3445, fo 3.

242 Luynes 1860-1865, t. XI, p. 361-362 : une note renvoie à l’épisode de l’enlèvement du premier écuyer relaté par Dangeau (1854-1860, t. XI, p. 324) en janvier 1707.

243 Louvois 2007, p. 140. Lettre de Louvois à Le Brun, 16 juin 1684 : « Il est nécessaire que vous luy apportiez un mémoire des tableaux dont la grandeur peut convenir aux places que l’on a laissé dans les lambris pour mettre lesdits tableaux ».

244 Ibid., p. 272.

245 Constans 1976, p. 156-173.

246 Mercure galant, déc. 1682, p. 25-28.

247 Constans 1976, p. 160. Voir aussi sur le site des musées royaux des Beaux-Arts de Belgique, no Inv. 284 <http://www.fine-arts-museum.be> (consulté le 30 juin 2014).

248 Mercure galant, déc. 1682, p. 28-29.

249 Habert et Milovanovic 2004, p. 63-72.

250 Félibien 1703, p. 132.

251 AN, O1 3445, fo 3.

252 Comptes des Bâtiments du roi 1881-1901, t. II, col. 619-620, 25 mars 1685 : « à la Lande, sculpteur, pour trois grandes bordures de chesne sculptées et dorées assemblées avec des équaires de fer et des vis […] pour […] le saint Jean de Raphaël ».

253 Marie 1968, t. II, p. 625-626.

254 Scudéry 1684, t. I, p. 54.

255 AN, O1 3453, fos 19vo et 20.

256 Ces tabourets sont, en revanche, les seuls éléments d’« emmeublement » mentionnés dans l’inventaire de 1740.

257 Baulez 2007, p. 88 : entre 1708 et 1740, on a également volé quatre dessus de tabourets en brocart dans la Grande Galerie et, en 1741, afin de protéger les vingt autres restant, ils furent remplacés par du velours cramoisi avec un simple passepoil d’or.

258 Vittet et Brejon de Lavergnée 2010, p. 106-107.

259 Castelluccio 2004, p. 148. Après l’impulsion donnée par la Chambre des comptes au récolement du mobilier royal, Gaspard-Moïse-Augustin Fontanieu poursuivit le travail commencé par son père entre 1711 et 1725 et aboutit à ce qui sera qualifié de deuxième inventaire général : celui clos en 1729 (AN, O1 3339).

260 AN, O1 3339, fos 49vo et 50.

261 AN, O1 3339, fo 151.

262 Inscrits par erreur sous le le no 1337 dans l’inventaire de 1740, il s’agit bien des rideaux no 1737 qui sont également présents dans les autres pièces du Grand Appartement.

263 AN, O1 3298, dossier 12, chemise 6, pièce 1 ; ce projet est cité par Verlet 1985, p. 319.

264 Coural et Gastinel-Coural 1983, p. 52-53.

265 C’est en 1738 que Louis XV fait aménager son appartement intérieur.

266 Verlet 1985, p. 319.

267 Luynes, 1860-1865, t. V, p. 24, jeudi 30 mai 1743.

268 Claude Germain Sallior fut associé de 1733 à 1736 à Pierre-Germain Lallié, premier tapissier du Garde-Meuble. Il remplaça Lallié en 1736.

269 AN, O1 3313, fo 114 : du salon de l’Abondance au salon d’Apollon.

270 Le bas devait être caché par le bas lambris de marbre qui fermait les tribunes, comme on le constate aussi avec le meuble d’hiver no 1375.

271 AN, O1 3454, p. 30 et 38 et O1 3451, p. 50. L’inventaire de 1751 précise que ces rideaux no 3070 servent été comme hiver. Quant aux tabourets du no 3070, ils servent également été comme hiver après 1765 (puisque ceux de velours cramoisi no 897 sont rayés et remplacés par les no 3070 sur l’inventaire de 1765) ; AN, O1 3461, fo 100 : dans l’inventaire de 1785, on trouve la précision suivante : « les rideaux et sièges de ce meuble [de damas cramoisi] servent toute l’année ».

272 AN, O1 3453, fo 19.

273 AN, O1 3454, p. 38 et O1 3446, p. 466 et 467 : confirmé par l’inventaire général de 1752 : « détruire la tenture des tribunes [4 pièces] et en avoir fait deux grandes pièces de tapisserie ».

274 Néanmoins, les inventaires de 1765 et de 1775 mentionnent toujours les six plus quatre, soient dix, pièces initiales. Il faut attendre 1785 pour que les inventaires soient mis à jour avec la mention de huit pièces.

275 AN, O1 3313, fo 123. Voir annexe III, doc. 2.

276 Blondel 1752-1756, t. IV, p. 128.

277 À l’exception de l’apparition dès 1740 des deux portières de Mars citées plus haut.

278 AN, O1 3454, p. 30.

279 Vittet et Brejon de Lavergnée 2010, p. 31.

280 Ibid., p. 39.

281 Une des pièces de cette tenture no 16, Le Colosse de Rhodes, a été présentée à l’exposition Versailles et l’Antique, (château de Versailles, 2012). Voir à ce sujet Maral et Milovanovic 2012, p. 310-311.

282 AN, O1 3354, p. 170.

283 AN, O1 3446, fo 563.

284 AN, O1 3454, p. 30.

285 AN, O1 3454, fo 30 et O1 3446, fo 558.

286 AN, O1 3451, fo 49, O1 3457, fo 59 et O1 3354, fo 170.

287 Qui se situe entre 1765 et 1775, car l’inventaire de 1775 mentionne les tabourets de Sallior à la fois l’été et l’hiver.

288 Verlet 1945-1990, t. III, p. 50.

289 AN, O1 3313, fo 116 ; AN O1 3454, p. 28-30.

290 Pons 1986, p. 265 et 267 : ces tables aux armes du roi, réalisées en 1730, 1731 et 1737, sont représentatives de l’évolution du style rocaille.

291 AN, O1 3454, fo 30.

292 Blondel 1752-1756, t. IV, p. 128.

293 Les deux grands miroirs décrits dans l’inventaire de 1740 pour la première fois (sans numéro) se retrouvent en 1752, 1765, 1776 et en 1786/87 sous les nos 2 et 3, et sans mention de numéro en 1785, 1787, 1788 et 1792.

294 Blondel 1752-1756, t. IV, p. 128.

295 AN, O1 3446, p. 31.

296 AN, O1 3446, p. 47.

297 AN, O1 3448, p. 83 : qui affecte aux Grands Appartements huit cordons « de soye cramoisy et or faux de 4 pouces [11 cm] de circonférence et 18 pieds de long [576 cm] » avec leur « glands aussi d’or faux et à frange ».

298 Ils portent les numéros d’inventaire 50 pour les lustres et 51 pour les girandoles. Ces numéros figurent sur les trois inventaires de 1765 (AN, O1 3451, p. 49 et 50), de 1776 (O1 3457, p. 60) et 1786-1787 (O1 3469, p. 89).

299 AN, O1 3343, fo 7.

300 Ibid.

301 Luynes 1860-1865, t. V, p. 213.

302 Ibid., t. VI, p. 304.

303 Indifféremment nommé salle des Tribunes, salle du Concert ou salle de Mars dans ce registre.

304 Description et relation de tout ce qui a été fait et de ce qui s’est passé à l’occasion du mariage de Louis Auguste Dauphin de France …, [1770], Vms 45, p. 241.

305 Ibid., p. 43.

306 Ibid., p. 443.

307 Ibid., p. 239-240 : 20 lustres à 8 lumières, 12 lustres à 6 lumières, 8 morceaux de composition de 13 lumières, 8 morceaux de composition de 22 lumières et 28 girandoles à 6 lumières.

308 Ibid., p. 249.

309 Ces six guéridons devaient être disposés de part et d’autre des croisées comme cela est visible sur le plan du bal de 1692. Voir fig. 6.

310 Description et relation de tout ce qui a été fait et de ce qui s’est passé à l’occasion du mariage de Louis Auguste Dauphin de France… [1770], Vms 45, p. 487.

311 AN, O1 3448, fo 83.

312 Luynes 1860-1860, t. VII, p. 197.

313 Verlet 1985, p. 484.

314 Cité par Constans 1976, p. 169, note 34.

315 Castelluccio 2009, p. 47.

316 Constans 1976, p. 156-173 : à l’exception de l’année 1724, où ils sont remplacés par La Famille du Grand Dauphin et Le Triomphe de Neptune de Mignard.

317 AN, O1 1770.

318 Tuetey et Guiffrey 1909, p. 21.

319 AN, O1 3461, p. 99 et O1 3454, p. 170 : les inventaires de 1785 à 1792 mentionnent tous ce même meuble dont la tenture de huit pièces.

320 AN, O1 3461, p. 99.

321 AN, O1 3461, p. 101 et O1 3463, p. 122.

322 Vittet et Brejon de Lavergnée, 2010, p. 160.

323 Ibid., p. 218.

324 AN, O1 3469, p. 89 et O1 3465, p. 7 : le numéro est mentionné dans l’inventaire de 1786-1787, ainsi que dans l’estimation de 1787.

325 AN, O1 3463, p. 119.

326 AN, O1 3468, p. 89 : « tenture et entrefenêtres Alexandre » en 1788.

327 AN, O1 3461, p. 100

328 AN, O1 1802, fo 188, lettre de Durameau au comte d’Angiviller, 24 mai 1786.

329 Milovanovic 2005, p. 176 ; AN, O1 1920-1, fo 69, lettre de Durameau au comte d’Angiviller, 3 mars 1788.

330 Habert et al. 2005, p. 38.

331 Almanach de Versailles 1789, p. 16.

332 Hézecques 1873, p. 144-145.

333 Vigée-Le Brun 1869, t. I, p. 30.

334 Orléans 1981, p. 109, 1er oct. 1687 : « La cour devient si ennuyeuse qu’on n’y tient plus, car le roi s’imagine qu’il est pieux s’il fait en sorte qu’on s’ennuie bien. »

335 Cité par Verlet 1985, p. 654.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Dessinateurs des Bâtiments du roi, Plan du premier étage du château de Versailles (numéroté par l’auteur), vers 1676-1678. Stockholm, Nationalmuseum, collection Cronstedt, CC 74.
Crédits © Nationalmuseum, Stockholm
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12359/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 2 : Dessinateur des Bâtiments du roi, Plan du premier étage du corps central du château de Versailles (numéroté par l’auteur), vers 1685. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, Va 78e, fol., t. I.
Crédits © Bibliothèque nationale de France
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12359/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Fig. 3 : Le salon de Mars en 1999.
Crédits © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12359/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Fig. 4 : Le salon de Mars en 1991.
Crédits © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12359/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 5 : Plan du salon de Mars vers 1738 avec les tribunes des musiciens. Paris, Archives nationales, O1 1766.
Crédits © Archives nationales
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12359/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Fig. 6 : Élévation du salon de Mars antérieure à 1750, Paris, Archives nationales, O1 1850, d. 11, p. 20.
Crédits © Archives nationales
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12359/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 5,4M
Titre Fig. 7 : Jean-François Blondel, Détail du plan du premier étage du château de Versailles avant 1750, dans Blondel 1752-1756, t. IV, pl. VIII.
Crédits Photo : Domaine public
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12359/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Fig. 8 : Plan du bal donné dans le salon de Mars pour le mariage du duc de Chartres le 18 février 1692. Paris, bibliothèque Mazarine, Recueil des relations des Cérémonies de la Cour de France, Mss 2743 – 1848 F.
Crédits © Bibliothèque Mazarine
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12359/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 712k
Titre Fig. 9 : Charles Le Brun (atelier de), Buire aux aigles (à gauche), détail du carton pour la tenture des Maisons royales : Le château de Madrid, huile sur toile, 3,25 × 5,18 m, et Buire aux têtes de cygne (à droite), détail du carton pour la tenture des Maisons royales : Le palais du Louvre, 1667-1670, huile sur toile, 3,25 × 5,18 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 4682 et MV 4680.
Crédits Photo de gauche : © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot. Photo de droite : © Gérard Mabille
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12359/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 3,3M
Titre Fig. 10 : Cabinet « au singe », après 1683, estampe. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 9614.
Crédits © RMN-Grand Palais (Château de Versailles)
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12359/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Titre Fig. 11 : Les deux cabinets Cucci dans le salon de Mars. Photomontage réalisé à l’occasion de leur venue exceptionnelle à Versailles pour l’exposition Louis XIV : l’homme et le roi (2009-2010).
Crédits © Château de Versailles / Christian Milet
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12359/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 12 : Les deux cabinets Cucci dans le salon de Mars. Photomontage réalisé à l’occasion de leur venue exceptionnelle à Versailles pour l’exposition Louis XIV : l’homme et le roi (2009-2010).
Crédits © Château de Versailles / Christian Milet
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12359/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 13 : Charles Le Brun, Esquisse pour la visite aux Gobelins, 1667, pierre noire, 58,1 × 92,7 cm. Paris, musée du Louvre, département des Arts graphiques, INV 27655, ro.
Crédits © Réunion des musées nationaux
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12359/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 14 : Détail du précédent : projet pour les cuvettes d’argent en ovale.
Crédits © Réunion des musées nationaux
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12359/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 15 : Charles Le Brun (atelier de), Seau, détail du carton pour la tenture des Maisons royales : le château des Tuileries, 1667-1670. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 4689.
Crédits © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12359/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Fig. 16 : Comte Meiffren, dit aussi Le Conte, Deux aiguières et un flambeau de la série des Travaux d’Hercule en argent exécutés aux Gobelins, huile sur toile, 0,8 × 1,01 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 8919.
Crédits © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12359/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Fig. 17 : Comte Meiffren, dit aussi Le Conte, Nature morte « au chandelier des Travaux d'Hercule », huile sur toile, 0,85 × 1,08 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 8555.
Crédits © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Droits réservés
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12359/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Fig. 18 : Henri Gascard, Vue d’une galerie (dite autrefois de Clagny) représentée en arrière-plan du portrait de la marquise de Montespan, vers 1675. Collection particulière.
Crédits © Droits réservés
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12359/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 19 : Guéridon porte-luminaire d’une paire, modèle de torchères Louis XIV, vers 1700-1710, Paris ?, noyer sculpté et doré, H : 197 cm. Paris, musée des Arts décoratifs, inv. 4325 A.
Crédits © Les Arts Décoratifs, Paris / Jean Tholance
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12359/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Fig. 20 : Raffaello Santi, dit Raphaël, et son atelier, Saint Jean-Baptiste au désert, bois transposé sur toile au xviiie siècle, 1,35 × 1,42 m. Paris, musée du Louvre, INV 606.
Crédits © RMN-Grand Palais / Franck Raux
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12359/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Fig. 21 : Jean-Baptiste Mozin (atelier de), Le sacre de Louis XIV à Reims, le 7 juillet 1654, suite de l’Histoire du Roi, d’après les cartons de Bonnemer conservés au Louvre, 1665, 3,75 × 5,55 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, Vmb14190.
Crédits © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Christian Jean / Jean Schormans
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12359/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig. 22 : Manufacture du faubourg Saint-Marcel, De La Planche (atelier de), Une armée rangée en bataille, tenture de L’Histoire d’Artémise, après 1607, 4,87 × 6,58 m. Paris, Mobilier national, inv. GMTT 12/3 (no 16, or).
Crédits © Mobilier national / Lawrence Perquis
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12359/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 23 : Modèles des guéridons pour les salons d’Apollon, de Mercure et de Mars.
Crédits © Bibliothèque nationale de France
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12359/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Fig. 24 : Élévation montrant le mur sud du salon de Mars après la destruction de la tribune des musiciens en 1750. Paris, Archives nationales, O1 1770.
Crédits © Archives nationales
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12359/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Titre Fig. 25 : Paris, manufacture des Gobelins, Laurent ou Jans fils (atelier de), Bataille d’Arbelle, tenture de l’Histoire d’Alexandre, avant 1685, tissage, 4,80 × 8,70 m. Paris, Mobilier national, inv. GMTT 81/1 (no 96, or).
Crédits © Mobilier national / Philippe Sébert
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12359/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 3,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gaëlle Taxil, « L’ameublement et le décor intérieur du salon de Mars (1673-1789) », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne], Articles et études, mis en ligne le 16 juillet 2014, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://crcv.revues.org/12359 ; DOI : 10.4000/crcv.12359

Haut de page

Auteur

Gaëlle Taxil

Titulaire du diplôme de premier cycle (2009-2012) et d’un master I en muséologie (2012-2013) à l’École du Louvre. Actuellement en master II à l’École du Louvre (2013-2014), parcours professionnalisant médiation. Contact : gaelle.taxil@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Gaëlle Taxil / 2014 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org