Navigation – Plan du site

Le rôle de Monseigneur dans l’accession de Philippe d’Anjou au trône d’Espagne

Monseigneur’s role in the accession of Philippe d’Anjou to the Spanish throne
Jean-Pierre Maget

Résumés

Le 1er novembre 1700, Charles II d'Espagne mourait sans descendance directe, en précisant par testament : « […] je déclare le Duc d’Anjou pour mon Successeur, & comme tel je l’appelle à la succession de tous mes Royaumes, sans nulle exception […] ». Anjou était le deuxième fils de Monseigneur, successeur légitime du feu roi d'Espagne : en effet, sa mère était la demi-sœur aînée de Charles II, l'infante Marie-Thérèse, épouse de Louis XIV. En excluant le Dauphin et son fils aîné le duc de Bourgogne destinés l'un et l'autre à régner en France, Charles II proclamait son refus que France et Espagne puissent jamais être réunies sous un même roi. Or, bien que le choix du duc d'Anjou l’ait spolié de ses droits incontestables sur l'Espagne, Monseigneur fut d'avis, dès que le testament fut connu, de l'accepter car il espérait ainsi que serait évitée une guerre internationale.

Haut de page

Texte intégral

1Le 1er novembre 1700, Charles II d’Espagne mourait enfin, lui dont, depuis sa naissance en 1661, on annonçait qu’il allait passer prochainement. Malgré deux mariages, il n’avait eu ni fille ni garçon, qui l’un ou l’autre aurait pu régner puisque la loi salique n’existait pas en Espagne. Aussi, par testament du 2 octobre 1700, le roi stipulait :

  • 1 Charles II 1700, art. XIII, p. 16-17.

[…] je déclare le Duc d’Anjou pour mon Successeur, & comme tel je l’appelle à la succession de tous mes Royaumes, sans nulle exception […]. […] comme […] il importe beaucoup au repos de la Chrétienté & de l’Europe, & à la tranquillité de mesdits Royaumes, que cette Monarchie soit toûjours separée de la Couronne de France ; je déclare que, si le Duc d’Anjou vient à mourir, ou, qu’héritant de cette Couronne, il la préfere à celle d’Espagne ; en ce cas la succession d’Espagne passera au Duc de Berry, son frere, troisiéme fils du Dauphin, en la même maniere ; & au cas que ce Duc meure aussi, ou qu’il vienne à succeder aussi à la Couronne de France ; j’appelle, en ce cas, à la succession d’Espagne, l’Archiduc, second fils de l’Empereur, mon Oncle, excluant, pour la même raison de la paix de l’Europe & de mes sujets, le fils aîné de l’Empereur. Et si ledit Archiduc vient à mourir aussi, en ce cas j’appelle à la succession le Duc de Savoie, & ses enfans ; & c’est ma volonté que cela s’execute […], sans soufrir qu’une Monarchie fondée par mes Peres avec tant de gloire, soit démembrée, ni diminuée en aucune maniére1 […].

2Le roi d’Espagne avait-il le droit de disposer ainsi de son royaume ? S’il en était le propriétaire, il n’était soumis qu’aux lois successorales de droit privé ; mais, n’en étant que le dépositaire, il devait se soumettre aux lois successorales de droit public relatives à la dévolution de la couronne. Charles II en était conscient : en constatant que « le droit de la succession subsiste en la personne du plus proche parent, conformément aux loix de ces Royaumes », il soulignait qu’il n’entendait pas disposer du royaume mais, au contraire, le transmettre à son parent le plus proche.

3Effectivement, le duc d’Anjou, désigné comme nouveau roi d’Espagne, était le deuxième petit-fils de Louis XIV et de l’infante Marie-Thérèse, demi-sœur aînée de Charles II. Légitimement, le trône d’Espagne devait revenir à Marie-Thérèse, mais comme elle était décédée, il revenait au Dauphin, son fils.

4Il était toutefois inconcevable que les royaumes d’Espagne et de France puissent être gouvernés par un seul et même roi. C’est pourquoi Charles II désigna, pour lui succéder, le deuxième fils du Dauphin, qui, comme son premier fils, était destiné à régner en France.

Les prétentions de la France à l’égard de l’Espagne

5Depuis le mariage de Louis XIV avec l’infante, la succession d’Espagne était à l’arrière-plan de toute la politique étrangère française. Certes, en épousant le roi de France, Marie-Thérèse avait renoncé à ses droits sur l’Espagne, mais Louis XIV estimait que cette renonciation était nulle car la dote convenue n’avait pas été payée.

6À la mort de Philippe IV d’Espagne, père de la reine de France, Louis XIV allégua le droit privé brabançon qui stipulait que seuls les enfants du premier lit étaient héritiers. Il entreprit la guerre de Dévolution pour sauvegarder les droits de la reine, et le traité d’Aix-la-Chapelle, en 1668, accorda douze villes de Flandre à la France.

  • 2 Recueil des instructions données aux ambassadeurs… 1894-1899, vol. 11, p. 453.

7En 1697, Louis XIV s’empressa de signer la paix de Ryswick pour se consacrer à la question espagnole car la santé de Charles II laissait entrevoir l’ouverture prochaine de sa succession. Malgré les négociations avec l’Angleterre et la Hollande sur un traité de partage de l’Espagne, il envoya le marquis d’Harcourt à Madrid avec pour mission de « pénétrer la véritable disposition des principaux seigneurs d’Espagne et en général de toute la nation sur la succession du Roi Catholique, si ce prince venait à mourir2 ». Harcourt révéla que

  • 3 Harcourt 1875, t. I, p. xlv.

la disposition des peuples était si favorable à Monseigneur le Dauphin et aux princes, ses enfants, que l’on était persuadé qu’il y avait un parti formé pour les légitimes héritiers. […] les Espagnols regardent présentement en cette qualité monseigneur et les princes, ses fils, qu’ils sont persuadés que quand même la renonciation de la reine aurait été valable, elle ne pouvait s’étendre jusqu’aux enfants à naître ; que leurs jurisconsultes conviennent que, puisqu’un mineur peut revenir lorsqu’il est en âge de majorité contre ce qui a été fait à son préjudice, à plus forte raison, des enfants peuvent revenir contre un acte fait avant leur naissance, qui les prive d’une succession aussi considérable, et contre un testament dont les dispositions sont entièrement contraires aux lois3.

  • 4 Loyau, dans Maintenon et Ursins 2002, p. 14.

8L’Espagne, en déconfiture, ne pouvait effectivement s’opposer ni militairement ni économiquement à l’hégémonie de Louis XIV : mieux valait donc se faire de la France une amie plutôt qu’une ennemie, ce pays étant de surcroît en 1700 le plus peuplé d’Europe, avec 23 millions d’habitants, alors que l’Angleterre n’en comptait que 6, l’Espagne 6, les États germaniques 12, la péninsule italienne 13, les Provinces-Unies 1,5. Paris et Londres étaient des capitales de plus de 500 000 habitants, tandis que Madrid n’en comptait que 130 000 et Amsterdam 200 0004. Seul d’ailleurs un prince français était capable de maintenir l’intégrité du royaume espagnol, à laquelle, farouchement, s’accrochait le roi.

9Charles II admit que la situation de l’Espagne imposait le choix d’un prince français. En quarante ans, Louis XIV était donc parvenu à créer en Espagne un climat si favorable aux intérêts français que le roi d’Espagne lui-même était persuadé de la nécessité, pour sauvegarder l’intégrité de son royaume, de le céder à un Français. Or, logiquement, tout attirait Charles II vers la branche autrichienne des Habsbourg : sa mère Marie-Anne d’Autriche était la sœur de l’empereur Léopold Ier,dont il avait lui-même épousé la fille cadette, Marguerite-Thérèse, morte en 1675 ; et sa seconde épouse, Marie-Anne de Bavière-Neubourg, était la belle-sœur de l’empereur.

  • 5 Joseph-Ferdinand, prince électoral de Bavière (1692-1699), fils de Maximilien, électeur de Bavière, (...)
  • 6 Crespo Solana 2006, p. 77-104.

10En 1697, dans son premier testament, Charles II avait choisi pour héritier le petit-fils de Léopold Ier, le jeune prince électoral de Bavière5, mais celui-ci était mort en 1698. Des accords secrets de partage de l’Espagne étaient intervenus entre diverses nations européennes en octobre 1698 et en mars 17006. Mais comme l’empereur voulait recueillir l’intégralité de l’héritage espagnol au profit de l’archiduc Charles, il refusa d’y souscrire.

  • 7 Saint-Simon 1879-1928, t. VII, p. 268-288.
  • 8 La Courneuve, archives diplomatiques du ministère des Affaires étrangères, Correspondance politique (...)
  • 9 Art. XIII du testament (Maquart 2003).
  • 10 Bluche 1986, p. 767.

11Lorsque Charles II eut connaissance de ce projet de partage, il entra dans une violente colère et, le 7 juin 17007, il convoqua le Conseil d’État pour connaître son opinion. Tous ses membres lui suggérèrent de consulter le pape Innocent XII et, à l’unanimité moins une voix, ils se prononcèrent en faveur de l’héritier français, qui leur paraissait le seul garant du maintien de l’intégrité du royaume. Innocent XII, francophile, avait suivi avec attention l’éducation de Monseigneur à travers les lettres de Bossuet : il approuva donc ce choix8, mais ce n’est que du fait d’une nouvelle faiblesse, le 1er octobre, que, sur injonction du Conseil de Castille, le roi signa enfin le 2 octobre le testament qui instituait le duc d’Anjou héritier de tous ses royaumes9. Même si le cœur de Charles II allait aux Habsbourg, sa volonté de conserver ses royaumes dans leur intégralité fut la plus forte. Les ministres de Louis XIV ne furent pas surpris de la teneur du testament lorsqu’il fut officiellement révélé, mais ils durent prendre, dans des délais très brefs, l’une des décisions les plus graves du règne10.

L’acceptation du testament par Louis XIV11

  • 11 L’importance de l’événement n’avait pas échappé à Louis XVIII, qui, pour son cabinet au palais des (...)
  • 12 Dangeau 1854-1860, t. VII, p. 411, lundi 8 nov. 1700.
  • 13 Charles II 1701, art. XIII, reproduit plus haut.

12Le 7 novembre, alors qu’il tenait son Conseil à Fontainebleau, Louis XIV reçut un courrier du 29 octobre annonçant que le roi d’Espagne était « à la dernière agonie, qu’il avait reçu l’extrême onction et perdu la parole ». Le 8, une lettre du marquis d’Harcourt, son ambassadeur à Madrid, avisait Louis XIV que le 30 octobre, à midi, le roi d’Espagne « n’était pas encore expiré » mais que son testament instituait le cardinal Portocarrero régent du royaume et donnait ordre à tous les vice-rois et gouverneurs de lui obéir comme à lui-même. Le testament ne disant rien de la reine, à Madrid personne ne doutait que le testament ne soit en faveur des ducs d’Anjou et de Berry12. Une lettre d’Harcourt, envoyée de Bayonne, avisa Louis XIV le mardi 9 que le roi d’Espagne était décédé « le jour de la Toussaint, à trois heures après midi ». Un extrait du testament y était joint13.

  • 14 Louis Phélypeaux, comte de Pontchartrain (1643-1727). Il avait succédé à Boucherat en 1699.
  • 15 Breteuil 1992, p. 254.
  • 16 Saint-Simon 1879-1928, t. VII, p. 295-312.
  • 17 Torcy 1857, p. 551. Dangeau (1854-1860, t. VII, p. 411-412, mardi 9 nov. 1700) affirme : « Madame d (...)

13Dès qu’il eut connaissance de la mort du roi d’Espagne, Louis XIV réunit le Conseil chez Mme de Maintenon : outre le Dauphin, y assistèrent le chancelier de France14, le duc de Beauvillier et le marquis de Torcy, tous trois ministres15. Le Conseil se prolongea jusqu’à 7 heures mais, en l’absence de procès-verbal et eu égard aux contradictions des récits qui en furent faits ultérieurement, il n’est pas possible de savoir avec certitude dans quel sens intervinrent les participants. Saint-Simon, qui n’assistait pas à ce Conseil, prétend que Mme de Maintenon était intervenue aux débats16, alors que Torcy le nie17.

  • 18 Torcy 1857, p. 549.
  • 19 Ibid., p. 551.
  • 20 Bluche 1986, p. 768, et Frostin 1971.

14Les opinions furent recueillies dans l’ordre hiérarchique inversé : Torcy, entré au Conseil en 1699, parla en premier ; il était d’avis d’exécuter les dispositions du traité de partage car il redoutait que l’acceptation du testament n’entraînât une guerre générale18. Le duc de Beauvillier, ministre d’État depuis 1691, était du même avis19. En revanche, le chancelier Pontchartrain, ministre depuis 1689, opta pour l’acceptation du testament car il pensait que l’empereur était trop faible pour contraindre ses vassaux à adhérer à son parti et que la marine française, en protégeant l’Espagne dans ses relations avec ses colonies20, en tirerait de grands profits pour ses propres importations vers l’Amérique.

  • 21 Torcy 1857, p. 551.

15Le Dauphin, deuxième personnage après le roi au sein du Conseil, parla en dernier : « […] sans hésiter, il conclut à l’acceptation du testament21. » Il est toujours allégué que, s’il adopta sans hésiter cette position, c’est qu’il « voulait assurer à son fils un grand royaume ». La réalité est plus subtile car, en optant pour que l’Espagne revienne au duc d’Anjou, le Dauphin allait à l’encontre tant de son intérêt personnel que du droit successoral d’Ancien Régime, car le trône d’Espagne, stricto sensu, lui revenait à lui.

  • 22 Dangeau 1854-1860, t. VII, p. 413-414, jeudi 11 nov. 1700.
  • 23 Ibid., p. 415-416, samedi 13 nov. 1700.

16Eu égard à la divergence des opinions, Louis XIV réserva sa décision. Pourtant, « entre son lever et sa messe du jeudi 11 », il donna audience à l’ambassadeur d’Espagne qui lui apporta une copie authentique du testament original : Monseigneur et Torcy y assistaient. Après quoi le roi fit entrer le duc de Bourgogne, ce qui persuada la Cour que le roi avait pris sa décision mais qu’il ne voulait pas la révéler22. Le soir, après son souper, Louis XIV demanda en badinant, aux princesses ses filles, quel parti elles prendraient au sujet des affaires d’Espagne : Madame la Duchesse et la princesse de Conti répondirent qu’elles « enverraient promptement monseigneur le duc d’Anjou et que, par le raisonnement qu’elles entendaient faire au public, c’est ce qui serait le plus approuvé ». Louis XIV observa alors : « Je suis sûr que quelque parti que je prenne que beaucoup de gens me condamneront23 », preuve qu’il ne badinait guère.

  • 24 AECP, Espagne, 85, fo 350-2, « Lettre de Blécourt du 4 novembre 1700 ».
  • 25 Ibid., fo 343, « Lettre de Blécourt du 3 novembre 1700 ».

17Le marquis d’Harcourt, ambassadeur de France à Madrid, était naturellement pour l’acceptation du testament. Des courriers révélèrent l’enthousiasme témoigné tant par les grands que par le peuple espagnol lorsque furent connues les dispositions testamentaires du défunt roi. L’enthousiasme de Portocarrero24, du marquis d’Harcourt ou de Blécourt allait de soi car tous les trois se considéraient comme les artisans de ce dénouement en faveur de la France. Moins prévisibles, en revanche, étaient l’acceptation formelle du testament par le prince de Darmstadt ou le calme qui régnait tant à Milan qu’à Barcelone25.

18Au nouveau Conseil réuni le 10 novembre au soir, les membres, à l’unanimité, votèrent pour l’acceptation ; même Torcy – si catégoriquement opposé lors du premier Conseil – avait changé d’avis, ce dont il s’explique dans ses Mémoires. Louis XIV, dès lors, devait reconnaître officiellement son petit-fils roi d’Espagne sous le nom de Philippe V.

  • 26 Désos 2009, p. 73.

19En reniant ainsi les dispositions du partage de mars 1700, Louis XIV acceptait la perspective d’une guerre inévitablement programmée car les puissances européennes ne pouvaient pas admettre que « son autorité s’étendît à donner des lois, sous le nom de son petit-fils, aux États soumis à la couronne d’Espagne dans l’ancien et le nouveau Monde26 ».

  • 27 Torcy 1857, p. 550-551.

20La paix n’aurait cependant pas été sauvée si le testament avait été refusé car l’empereur, en invoquant la clause subsidiaire en faveur de l’archiduc, aurait reconstitué l’empire de Charles Quint, perspective inacceptable pour la France. Dès lors qu’il était impensable d’espérer un règlement de la succession sur la base du dernier projet de partage avec les puissances maritimes et que la guerre était inévitable, « il fallait la faire pour soutenir le parti le plus juste27 », celui du duc d’Anjou, dont la légitimité était réelle.

  • 28 Dangeau 1854-1860, t. VII, p. 416, dimanche 14 nov. 1700.

21Tout avait été arrêté le dimanche 14 à Fontainebleau, où, après s’être longuement entretenu avec Torcy, le roi avait fait avertir l’ambassadeur d’Espagne d’avoir à se trouver le lendemain soir à Versailles. Avant cela, le vendredi 12, Louis XIV s’était longuement entretenu avec le duc d’Anjou, en présence du Dauphin et du duc de Bourgogne : la Cour était donc persuadée que le roi lui avait appris qu’il était roi d’Espagne, mais le jeune prince ne fit ni ne dit rien qui révélât qu’il le sut. Lorsqu’on tenta de l’interroger, il répondit habilement « qu’après l’honneur que le roi d’Espagne lui avait fait de le nommer pour son successeur, sa mémoire lui serait toujours bien précieuse28 ».

  • 29 Saint-Simon 1879-1928, t. VII, p. 319-320.
  • 30 Louis XIV, en 1701, fit transformer ce cabinet en l’actuelle « chambre du Roi ».

22Louis XIV quitta Fontainebleau le lundi 15 et Monseigneur partit en chaise de poste pour dîner à Meudon, où il devait passer quelques jours. « La cour se trouva fort grosse à Versailles que la curiosité y avoit rassemblée dès le jour même de l’arrivée du Roi29. » Le 16 novembre, dans son cabinet ouvrant sur la Grande Galerie30, Louis XIV présenta officiellement son roi à l’ambassadeur d’Espagne Castel dos Rios, qui s’agenouilla devant lui, lui baisa la main et lui fit un long compliment auquel répondit Louis XIV, car Philippe ne comprenait pas encore l’espagnol.

  • 31 Saint-Simon 1879-1928, t. VII, p. 320-325 ; Sourches 1882-1893, t. VI, p. 308-311, 16 nov. 1700 : « (...)

23Monseigneur n’assista pas, à Versailles, à cette présentation de son fils comme roi d’Espagne : l’événement donna lieu à de nombreuses relations31.

24Après quoi le nouveau roi d’Espagne se devait d’aller saluer son père à Meudon :

  • 32 C’est donc par erreur que la Gazette de Hollande prétendit que le roi d’Espagne s’était assis dans (...)
  • 33 Breteuil 1992, p. 258.

L’après-dîner, le roi d’Espagne alla dans le carrosse du roi, seul avec le duc de Beauvillier, ci-devant son gouverneur, voir Mgr le dauphin en son château de Meudon où il était allé coucher le lundi en revenant de Fontainebleau. Mgr le dauphin, étant logé dans un appartement bas, vint jusque sur le haut du perron qui de sa salle des gardes donne sur la cour, recevoir le roi d’Espagne son fils, et après la visite qui se passa debout32, il le reconduisit jusqu’au même endroit, le vit monter en carrosse et vit partir le carrosse33.

25Puis :

  • 34 Ibid. : « […] le roi d’Espagne soupa avec le roi qui le fit asseoir au-dessus de lui à table. On le (...)
  • 35 Ibid., p. 262.

Le vendredi 19, Monseigneur le dauphin revint de Meudon et soupa avec le roi. Le roi d’Espagne et le roi étaient placés comme je l’ai dit ci-dessus dans des fauteuils34, Monseigneur le dauphin était au bout de la table à droite sur un siège pliant35.

26Jusqu’au départ du roi d’Espagne, les visites protocolaires se multiplièrent selon un cérémonial rigoureux. Louis XIV en profita pour rédiger et remettre à son petit-fils des Instructions en trente-trois articles, dont il est vraisemblable que le Dauphin reçut copie ; de toute manière, ces prescriptions reflétant la pensée politique du roi, il est certain que Monseigneur en eut connaissance par écrit ou oralement car, dans leur ensemble, elles concernaient autant le roi d’Espagne que l’héritier au trône de France.

  • 36 Levantal 1996 et 2001.

27Au moment du départ36, Monseigneur surprit la Cour tant il était ému :

  • 37 Orléans 1981, p. 287, lettre à la duchesse de Hanovre, Versailles, 5 déc. 1700.

Monsieur le dauphin, qui paraît d’ordinaire très indifférent était horriblement touché, et il embrassait son fils avec une telle tendresse, que je pleure encore rien que d’y songer. Je croyais que le père et le fils mouraient de douleur, tant ils étaient profondément émus37.

Le rôle et la place de Monseigneur aux Conseils

Son entrée aux Conseils du roi

  • 38 Le futur Louis XV.
  • 39 Sarmant et Stoll 2010, p. 551.

28Fidèle à sa règle de gouvernement absolu, Louis XIV fit preuve d’une exclusive presque totale à l’encontre des princes. Monsieur n’entra qu’au Conseil des dépêches ; le duc de Berry n’entra au Conseil des dépêches qu’en 1714, après la mort et de son père et de son frère Bourgogne, à une date où la santé précaire du jeune duc d’Anjou, dauphin38, pouvait faire de Berry l’héritier au trône. En revanche, le duc d’Orléans, les princes de Condé et de Conti n’entrèrent jamais dans aucun conseil de gouvernement39.

29L’association tardive aux affaires du Dauphin choqua les contemporains :

  • 40 Sourches cité par Sarmant et Stoll 2010, p. 106.

Il y avait trop longtemps que le roi le laissait sans dire son avis dans le Conseil, et même […] il aurait été bon qu’il eût été dans tous les Conseils d’État ; car, ayant à être un jour roi de France, n’était-il pas bon qu’il apprît de bonne heure l’art de régner, et pouvait-il l’apprendre d’un plus excellent maître que du roi son père40 ?

30Ce n’est effectivement que le 25 juillet 1691 que le Dauphin prit séance :

  • 41 Sourches 1882-1893, t. III, p. 442, 26 juil. 1691 ; Dangeau 1854-1860, t. III, p. 370, mardi 24 jui (...)

Le Roi dit à Monseigneur qu’il vouloit dorénavant qu’il fût de tous ses conseils, […] il commença par instruire Monseigneur, en bon père et en monarque très juste et très habile, de tous ses devoirs et de la manière dont il devoit entrer dans les affaires pour devenir un jour un grand roi, qui gouvernât ses peuples avec justice et avec piété, et qui fût plutôt le père que le maître de ses sujets. Il parla à Monseigneur avec tant de force et de tendresse, que Monseigneur ne put s’empêcher de se jeter à ses genoux pour lui témoigner son respect et sa reconnaissance41.

  • 42 Sarmant et Stoll 2010, p. 147.

31Les participants ne sont pas d’un grand secours pour les historiens lorsqu’il s’agit de déterminer les attributions et le fonctionnement des différents Conseils car, pour les désigner (Conseil d’en haut, Conseil royal des finances, Conseil des dépêches, Conseil privé), ils écrivent indifféremment « le Conseil ». Plus rarement, on trouve dans les correspondances l’expression « Conseil royal », qui désigne toujours le Conseil royal des finances, encore que Dangeau parle de « Conseil royal » pour « Conseil d’en haut ». L’expression « Conseil de(s) dépêche(s) » est encore moins fréquente, et ce que les historiens désignent comme le « Conseil d’en haut » n’apparaît presque jamais sous ce nom. Spanheim parle du « Conseil du ministère » ; Le Peletier dit « Conseil de ministère » ou « ministère » tout court ; les quelques textes officiels disent « Conseil d’État » et les ministres « Conseil » tout court. Les conseils de gouvernement tenaient leurs séances dans le cabinet du Roi, ou cabinet du Conseil : il se trouvait dans l’appartement du Roi, aussitôt après sa chambre, dans la partie privée, celle qui échappait aux regards du public. Louis XIV y recevait les ambassadeurs et y signait les contrats de mariage. Il s’agissait, à Versailles, de la pièce située entre le salon du Roi (devenu sa chambre en 1701) et le cabinet des Perruques : il s’ouvre sur la cour de Marbre. Une grande table rectangulaire, perpendiculaire aux fenêtres, était recouverte d’un drap de brocart vert tissé de fils d’argent et bordé d’un large galon d’or, avec, par-dessus, un tapis de cuir rouge bordé de taffetas et d’un galon d’or et d’argent. Ce cabinet était également meublé d’un lit de repos – qui servait au roi lorsqu’il était indisposé – et de deux grands écritoires42.

32Le roi était assis dans le fauteuil placé au haut bout qui regardait vers la cour de Marbre, le Dauphin se trouvait à sa droite, sur une chaise pliante, et les ministres prenaient place sur des tabourets, remplacés par des sièges à dos lorsque l’âge et les infirmités s’accroissaient. Ils siégeaient dans un ordre protocolaire, selon leur date de promotion comme ministres d’État : le plus ancien à la gauche du roi, le suivant à côté du Dauphin et ainsi de suite. Toutefois, un ployant restait toujours vide entre le Dauphin et le ministre qui siégeait à côté de lui :

  • 43 Dangeau 1854-1860, t. VII, p. 148, jeudi 10 sept. 1699.

Voici la séance : le roi est au bout de la table ; Monseigneur à un des côtés ; M. le Chancellier, du côté de Monseigneur, mais laissant un siège vide entre Monseigneur et lui ; M. de Torcy est au bout de la table, vis-à-vis du roi, qui lit les dépêches des ambassadeurs et en même temps les réponses qui ont été résolues au Conseil précédent et qu’il fait lui seul43.

  • 44 Sarmant et Stoll 2010, p. 148.

33En 1684-1685, Dangeau précise le rythme hebdomadaire ou bihebdomadaire auquel se tenaient les Conseils : le Conseil d’en haut les mercredis, jeudis et dimanches matin, ainsi que le lundi matin, tous les quinze jours ; le Conseil des dépêches le lundi matin quand il n’y avait pas Conseil d’en haut ; le Conseil royal des finances les mardis et samedis matin, et le Conseil de conscience le vendredi matin. Le lundi après-midi se tenait le « Conseil pour les affaires des gens de la religion » et, le mardi matin et après-midi, se tenaient le Conseil privé, la Grande et la Petite Direction, mais le roi n’y assistait pas44.

L’acceptation du testament par le Dauphin

  • 45 Torcy 1857.
  • 46 Saint-Simon 1879-1928, t. VI, p. 225 et 372 ; t. VIII, p. 366 ; t. X, p. 384 ; t. XIV, p. 153 et 31 (...)

34Monseigneur n’était pas harangueur45, mais il intervint efficacement lors des délibérations sur les affaires d’Espagne46.

35Les contemporains estimèrent ainsi que l’une de ses plus nobles actions avait été de plaider en faveur de l’acceptation du testament du feu roi d’Espagne. En revanche, certains historiens contemporains considèrent que si ce testament n’avait pas été accepté, le trône d’Espagne serait échu au neveu autrichien du défunt roi, l’archiduc Charles. À l’époque, le dilemme était apparu différemment car il était admis que, si Louis XIV n’avait pas accepté le testament de Charles II, le trône d’Espagne serait légitimement revenu au Dauphin qui, en sa qualité de fils aîné de la fille aînée du roi Philippe IV, et de petit-fils d’Anne d’Autriche, sœur de Philippe IV, descendait doublement de la dynastie espagnole. En l’absence de descendants successibles, Charles ne pouvait pas, même par testament, disposer de la couronne qui revenait à sa demi-sœur aînée Marie-Thérèse, respectivement à son unique ayant droit, le Dauphin. L’Espagne ne connaissant pas la loi salique, Monseigneur venait automatiquement aux droits de sa mère, dont la renonciation au trône d’Espagne était invalide puisqu’elle contrevenait aux lois dynastiques auxquelles personne n’était en droit de déroger ; bien plus, elle n’était intervenue que moyennant paiement d’une dot de 500 000 écus jamais versés ; enfin, dans son testament, Charles II précisait que les renonciations des deux reines de France au trône d’Espagne étaient sans valeur puisqu’elles ne concernaient que leurs époux, rois de France, qui ne pouvaient pas cumuler les couronnes de France et d’Espagne. Or, en 1700, ces renonciations étaient devenues caduques puisqu’elles ne concernaient plus un prince régnant en France. Il est vrai que le problème se serait posé, dans des termes identiques, si, à la mort de Louis XIV, Monseigneur, roi d’Espagne, avait voulu faire valoir ses droits sur la couronne de France.

36Dans son éloge funèbre de Monseigneur, Jacques Maboul, évêque d’Alet, s’était écrié à Notre-Dame de Montpellier le 16 janvier 1712 :

  • 47 Emporté par son éloquence, Maboul, l’évêque d’Alet, oubliait que Charles II avait d’autres neveux q (...)
  • 48 La paix de Ryswick.
  • 49 Maboul 1712, p. 16 (exemplaire consulté : Paris, Bibliothèque nationale de France, département des (...)

Quelle preuve […] plus éclatante pouvoit-il donner de son amour pour les Peuples, que de sacrifier à leur repos des Couronnes que les droits de sa Naissance lui avoient justement acquises ? […] Les Couronnes d’Espagne devoluës par les Loix fondamentales de l’État au plus proche Heritier du Sang, ne pouvoient être contestées à Louis dauphin Petit-Fils de Philippe IV, & seul Neveu de Charles II47, dernier Roi decedé sans Enfans ; ni le fameux partage pratiqué par la Politique d’un Prince qui, sous pretexte de Paix, preparoit à l’Europe de nouvelles semences de Guerre ; ni le Testament même de Charles II quoique dicté par des motifs plus religieux et plus purs, ne pouvoit entrer en parallele avec des droits si superieurs ; & la justice du Roi, sans même en être sollicitée par sa tendresse, ne pouvoit refuser de les soûtenir de toute la puissance de ses Armes. Mais, ô amour des Peuples, qui presidiez toûjours aux Conseils du Père & du Fils, vous leur inspirez d’autres vûes ; et pour tâcher de maintenir une Paix48 dont à peine on avoit goûté les premices, vous decidez en faveur du Donataire au prejudice de l’Heritier49.

  • 50 La réunion des royaumes de France et d’Espagne.
  • 51 La jalousie des ennemis de la France.
  • 52 Maboul 1712, p. 17.

Ce fut […] pour ôter tous les pretextes de Guerre qu’une Puissance trop formidable50 auroit pû lui51 fournir, que la sagesse du Roi toûjours attentive au bien public lui fit desirer que le dauphin, content de remplir aprés lui le Trône de ses Ayeuls paternels, renonçât en faveur du Duc d’Anjou à celui dont il étoit par les droits de la Reine sa Mere le legitime Heritier ; & que par ce moyen les deux Couronnes partagées parussent moins redoutables à nos Ennemis […] Le dauphin, Messieurs, prévient les desirs du Roi son Pere ; ses interêts propres ne balancent pas un moment dans son cœur les interêts publics ; et pour faire regner la paix, il refuse de regner lui-même. Magnanime effort de la Vertu la plus héroïque52 !

  • 53 La Rue 1712, p. 4-5.

37De même, le père jésuite Charles de La Rue, trois mois après la mort de Monseigneur : « […] à qui s’est-il rendu plus cher […] aux Princes ses enfans, par l’abandonnement de ses droits propres et naturels, sur tant de nobles couronnes53 ? » La Rue reconnaissait donc que le trône d’Espagne revenait par droit de nature à Louis de France qui, de son plein gré, y avait renoncé au profit de son fils d’Anjou.

Le soutien de Monseigneur à Philippe V

38Outre le sacrifice de ses droits personnels sur le trône d’Espagne, le Dauphin soutint son fils lorsque Louis XIV envisagea de rappeler ses troupes en France, ce qui aurait signifié la perte du royaume d’Espagne pour les Bourbons.

39Alors que Monseigneur était plutôt libéral, la logique dynastique l’avait entraîné vers le parti le plus intransigeant car il estimait de son devoir de soutenir le roi d’Espagne, son fils : ainsi, pendant la guerre de Succession d’Espagne, se rangea-t-il dans le clan des jusqu’au-boutistes qui demandaient le maintien, à tout prix, des troupes françaises au risque de continuer indéfiniment une guerre ruineuse pour la France. La fin du conflit leur donna raison, mais au prix fort.

  • 54 Bourgogne 1912-1916.
  • 55 Madrid, Archivo Histórico Nacional, Estado, leg. 2975.

40Le soutien inconditionnel de Monseigneur à la politique de Philippe V résulte de la correspondance échangée entre le roi d’Espagne et le duc de Bourgogne54. Flotte et Regnault avaient été arrêtés en 170955 à la suite de leurs menées en faveur du duc d’Orléans, qui envisageait d’occuper le trône d’Espagne si Philippe V ne s’y maintenait pas. Monseigneur, furieux, saisit le roi de cet incident mais, préoccupé de savoir s’il poursuivrait ou pas son aide à son petit-fils, Louis XIV ne sévit pas ; bien plus, sous prétexte de réconcilier tous les membres de la famille royale, il fit épouser à son troisième petit-fils, le duc de Berry, Mademoiselle, la fille du duc d’Orléans.

  • 56 Saint-Simon 1879-1928, t. XVIII, p. 26 ; Maintenon et Ursins, p. 205, lettre de la princesse des Ur (...)

41Monseigneur, au soutien de Philippe V, avait contre lui la cour de Madrid avec ses ambassadeurs français successifs et la cour de Versailles avec le duc d’Orléans et son entourage ; son seul partisan, outre les souverains espagnols, était la princesse des Ursins qui batailla pour convaincre Louis XIV de continuer son appui à l’Espagne et obtint qu’il laissât en Catalogne vingt-cinq bataillons (environ 17 000 hommes). Le roi donnait ainsi partiellement satisfaction au clan pacifiste Colbert-Beauvillier-Bourgogne, partisan du retrait ; et partiellement au groupe dominant (Monseigneur, Voysin, Boufflers, Villeroy, La Rocheguyon, Desmarets), naturellement belliciste, qui restait favorable au maintien56.

  • 57 Les archives madrilènes possèdent 410 lettres autographes de Louis XIV à Philippe V. Les archives d (...)
  • 58 Louville 1818 (œuvre d’un compilateur d’après AECP qui donne une vue d’ensemble du rôle tenu par le (...)

42La correspondance de Louis XIV avec Philippe V a été reconstituée57. Elle complète celle échangée entre le duc de Bourgogne et Philippe V. Cette correspondance à trois voix révèle les hésitations et les tergiversations de Louis XIV. Au contraire, jusqu’à sa mort, Monseigneur ne cessa d’œuvrer au soutien de son fils58.

  • 59 Vincennes, Service historique de la défense, série A1, 6 M LIB 506, Malplaquet (1709).
  • 60 Maintenon et Ursins 2002, p. 309, lettre du 20 oct. 1709 de Mme de Maintenon à Mme des Ursins.

43Malplaquet59, finalement, fut une grande bataille, non par ses résultats immédiats mais par le sursaut national qu’elle concrétisa. Le 11 septembre 1709, sur un petit espace au sud-est de Mons, de 7 heures du matin à 4 heures de l’après-midi, 180 000 hommes s’affrontèrent : 110 000 hommes et 120 canons sous les ordres de Marlborough et du prince Eugène ; 70 000 hommes et 80 canons sous les ordres de Villars et de Boufflers. Le combat, d’une extrême violence, fit près de 40 000 victimes : 7 800 tués et 16 400 blessés du côté des alliés, 4 500 tués et 8 000 blessés du côté français. C’est à partir de la bataille de Malplaquet que les armées de Louis XIV et de Philippe V retrouvèrent l’espoir. Les Français et les Espagnols gagnèrent à nouveau des batailles (dont celle, décisive, de Villaviciosa le 10 décembre 1710) qui les conduisirent aux traités d’Utrecht (1713) et de Rastatt (1714). Ces traités, toutefois, intervinrent trop tard pour que le Dauphin ait pu se féliciter de son obstination, puisqu’il était mort le 14 avril 1711 ; trop tard aussi pour que puisse les déplorer l’empereur Joseph Ier, mort le 17 avril 1711, trois jours après Monseigneur. C’est du reste la mort de Joseph Ier et la victoire remportée par Villars à Denain en 1712 qui entraînèrent la fin des hostilités, car le successeur de l’empereur fut son frère Charles, cet archiduc qui à Barcelone s’était proclamé roi d’Espagne sous le nom de Charles III. Or ni les Anglais ni les Hollandais ne pouvaient continuer à le soutenir, de crainte qu’en réunissant sur sa tête la couronne impériale et la couronne d’Espagne il ne reconstitue à son profit l’empire honni de Charles Quint : ils signèrent donc la paix à Utrecht. Et comme le nouvel empereur Charles VI ne pouvait pas poursuivre seul la guerre, force lui fut de traiter à Rastatt. Ainsi, ce long conflit se terminait presque selon le souhait de la marquise : « Plût à Dieu […] que l’Espagne pût se conserver pour Philippe V, pourvu […] que la France n’en souffrît pas trop60. »

Incongruités et omissions du testament

44Il est étrange que Charles II n’ait pas envisagé que le duc d’Anjou pourrait refuser le royaume qu’il lui léguait en sa qualité de successeur légitime. En effet, pour que le royaume d’Espagne puisse passer à un autre éventuel successeur, le feu roi n’envisageait que deux cas : soit la mort du duc d’Anjou, soit que, la couronne de France lui revenant, il ne la préfère à celle d’Espagne. Cette condition, double mais exclusive, était reprise textuellement pour le duc de Berry et pour l’archiduc Charles.

45Il faut voir dans cette carence à envisager un éventuel refus du bénéficiaire la conception essentiellement divine que Charles II, le Roi Catholique, se faisait de la monarchie. Dès lors que Dieu, par le jeu incontestable des successions dynastiques, avait désigné le Dauphin, voire son fils, pour être roi d’Espagne, il n’était pas envisageable que le bénéficiaire puisse y renoncer, ce qui équivaudrait à s’opposer à la volonté divine.

46Cette conception correspond exactement à celle du Dauphin qui, au mépris de ses propres intérêts, fut d’avis, dès que la question fut posée, d’accepter le testament, « sans aucune hésitation ». Monseigneur était le digne fils du Roi Très Chrétien.

47Ce n’est qu’au cas où le duc d’Anjou serait mort avant Charles II – et sans postérité – ou au cas où, le duc de Bourgogne étant mort, le trône de France serait échu à Anjou qui l’aurait préféré à celui d’Espagne, que la couronne espagnole aurait pu échoir au duc de Berry. De même, pour que l’archiduc puisse la recueillir, il aurait fallu que le duc de Berry décédât sans postérité, ou qu’il devînt roi de France.

48Les dispositions testamentaires pèchent ainsi par une rédaction précipitée. Il est vrai que les conditions dans lesquelles elles intervinrent nécessitaient une régularisation urgente, puisque le malaise du roi d’Espagne menaçait d’être le dernier.

49Dans l’esprit de Charles II, si à sa mort le duc d’Anjou était décédé, la succession devait revenir au duc de Berry. Cette même disposition aurait été applicable si Anjou était mort après Charles II mais avant d’avoir gagné l’Espagne, ou d’avoir « prêté le serment qu’il doit faire, d’observer leurs Loix et Privilèges ».

50Cette disposition ne souffre aucune interprétation si, à la mort de Charles II – ou avant qu’il n’ait rejoint l’Espagne, ou prêté serment –, le duc d’Anjou, célibataire ou marié, n’était père d’aucun enfant légitime, fille ou garçon.

  • 61 Charles II 1701, art. XIII, p. 17. C’est nous qui soulignons.

51En revanche, si, à l’ouverture du testament – ou avant qu’il n’ait gagné l’Espagne ou prêté serment –, Philippe d’Anjou était décédé mais qu’il eût été père légitime, il est certain que le problème se serait posé : Berry serait-il venu aux droits d’Anjou, comme le stipulait l’article XIII du testament du feu roi, ou n’est-ce pas l’enfant du duc d’Anjou qui, légitimement, aurait recueilli la couronne d’Espagne ? Si le duc de Berry avait voulu arguer de ses droits sur le trône d’Espagne, il est vraisemblable qu’il aurait fait état, pour contester les droits de ses éventuels neveux, enfants du duc d’Anjou, de ce que Charles II, lorsqu’il avait envisagé la transmission du trône au duc de Savoie, avait spécifié – ce qu’il n’avait pas fait pour les autres éventuels héritiers : « […] en ce cas, j’appelle à la succession le Duc de Savoie, & ses enfants61 […] ».

52En fait, le 2 octobre 1700, date de la rédaction du testament, seul le duc de Savoie avait des enfants, contrairement aux autres éventuels successeurs, les ducs d’Anjou et de Berry ainsi que l’archiduc, trop jeunes pour être mariés.

53Il est certain que si, au décès de Charles II, le duc d’Anjou, décédé par hypothèse, avait laissé une ou plusieurs filles mais aucun garçon, c’est à sa fille aînée que serait revenu le trône d’Espagne, qui ignorait et ignore toujours la loi salique.

54En revanche, si le duc d’Anjou avait eu un fils, même puîné, c’est à lui que serait revenu le trône puisqu’en Espagne la loi salique imparfaite écarte du trône la fille, même aînée, en cas de survenance d’un héritier mâle : dans ce cas, c’est au garçon qu’échoit le trône. Cette disposition est toujours applicable en Espagne : son abrogation avait été envisagée au cas où le second enfant des actuels princes des Asturies, né en 2008, aurait été un garçon ; mais comme leur est née une seconde fille, les Cortès ont estimé inopportun de légiférer sur un problème qui n’existait pas. La Suède, en revanche, qui connaissait elle aussi la loi salique imparfaite, a modifié sa loi successorale et a déclaré princesse héréditaire l’enfant première-née du roi Charles XVI Gustave. Cette disposition est intervenue après la naissance de Carl Philipp, héritier du trône à sa naissance puis dépouillé de ce titre au profit de sa sœur aînée la princesse Victoria. La primogéniture a aussi été adoptée officiellement en Angleterre le 25 avril 2013.

55Quant à l’omission, elle concerne les Orléans : Monsieur, frère de Louis XIV, et son fils, le futur Régent. Monsieur était en effet plus proche parent de Charles II que l’archiduc, puisque, comme Louis XIV, il était le petit-fils d’Anne d’Autriche, tante de Charles II. Une protestation avait d’ailleurs été enregistrée officiellement à Madrid à ce sujet et, dès son accession au trône, Philippe V avait envoyé l’ordre de la Toison d’or à son frère Berry et à son cousin germain Philippe d’Orléans en leur qualité de ses plus proches successibles.

56Il est souvent allégué que Monseigneur n’a jamais formellement renoncé au trône d’Espagne qui lui revenait de droit. Il est exact qu’aucun acte authentique n’a été rédigé dans ce sens. Il n’est pourtant pas douteux que cette renonciation fût effective puisque :

57– les mémorialistes soulignent que, lorsque au Conseil du roi s’est posée la question de l’acceptation du testament en faveur du duc d’Anjou, Monseigneur – et c’est l’un des seuls – s’est immédiatement prononcé en faveur de l’acceptation ;

58– les oraisons funèbres prononcées au décès de Monseigneur ont toutes repris le thème de son désintéressement et de sa renonciation au trône d’Espagne ;

59– enfin, dans sa lettre du 12 novembre 1700 adressée à la reine douairière, veuve de Charles II, Louis XIV précise sans aucune ambiguïté la situation de droit et la raison pour laquelle le Dauphin accepte d’abandonner ses droits sur l’Espagne :

  • 62 AECP, Espagne, 85, fos 337-339, « Lettre de Louis XIV à la reine douairière d’Espagne du 12 novembr (...)

Nous acceptons pour notre petit-fils, le Duc d’Anjou, le Testament du feu Roy Catholique : Nôtre fils unique le Dauphin l’accepte aussi, il abandonne sans peine les justes droits de la feuë Reine sa mère, & notre très-chère Epouse, reconnus incontestables, aussi bien que ceux de la feuë Reine, nôtre très-honorée Dame & mère, par les avis des différens Ministres d’État & de Justice, consultez par le feu Roy d’Espagne. Loin de se réserver aucune partie de la Monarchie, il sacrifie ses propres intérêts au désir de rétablir l’ancien lustre d’une Couronne, que la volonté du feu Roy Catholique, & la voix de ses peuples, deferent unanimement à nôtre petit-fils62.

Haut de page

Bibliographie

Bluche François, 1986, Louis XIV, Paris, Fayard.

Bourgogne Louis de France, duc de, 1912-1916, Correspondance du duc de Bourgogne avec Philippe V et la reine d’Espagne, éd. A. Baudrillart et L. Lecestre, 2 vol.

Breteuil Louis-Nicolas LTonnelier, baron de, 1992, Mémoires, éd. É. Lever, Paris, Fr. Bourin.

Charles II d’Espagne, 1700, Testament et codicille de Charles II, roy d’Espagne, fait le 2 d’octobre 1700, Bruxelles, L. Marchant.

Constans Claire, 1995, Musée national du château de Versailles : les peintures, Paris, Réunion des musées nationaux, 3 vol.

Crespo Solana Ana, 2006, « Guillermo III de Orange y la sucesión de monarquía hispánica (1689-1702) », dans J.-M. de Bernardo Ares (dir.), La sucesión de monarquía hispánica, 1665-1725, Cordoue, université de Cordoue, vol. 1, p. 75-104.

Dangeau Philippe de Courcillon, marquis de, 1854-1860, Journal du marquis de Dangeau […] avec les additions inédites du duc de Saint-Simon, éd. E. Soulié et al., Paris, F. Didot, 19 vol.

Désos Catherine, 2009, Les Français de Philippe V : un modèle nouveau pour gouverner l’Espagne, 1700-1724, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg.

Frostin Charles, 1971, « Les Pontchartrain et la pénétration commerciale française en Amérique espagnole, 1690-1715 », Revue historique, no 245 (janv.-juin), p. 307-336.

Harcourt Henri, marquis d’, 1875, L’avènement des Bourbons au trône d’Espagne : correspondance inédite du marquis d’Harcourt, éd. C. Hippeau, Paris, Didier, 2 vol.

La Rue Charles de, 1712, Oraison funebre de tres-haut tres-puissant et excellent prince Monseigneur Louis dauphin et de tres-haute tres-puissante et vertueuse princesse madame Marie-Adelaide de Savoye son épouse, prononcée dans la Sainte Chapelle de Paris le 24. de may 1712, Paris, É. Papillon.

Levantal Christophe, 1996, La route royale : le voyage de Philippe V et de ses frères de Sceaux à la frontière d’Espagne (décembre 1700 - janvier 1701) d’après la relation du Mercure galant, Paris, Communication & Tradition.

 2001, La route des princes : le voyage des ducs de Bourgogne et de Berry de la frontière espagnole jusqu’à Versailles (1701), d’après le Mercure galant, Paris, Sicre.

Louville Charles-Auguste d’Allonville, marquis de, 1818, Mémoires secrets sur l’établissement de la maison de Bourbon en Espagne […], Paris, Maradan, 2 vol.

Maboul Jacques, 1712, Oraison funèbre de très haut, très puissant & excellent prince, Monseigneur Louis dauphin, prononcée dans l’église de Notre-Dame, au service que les états de Languedoc assemblez à Montpellier ont fait faire le 16 janvier 1712, Toulouse, impr. Cl.‑G. Lecamus.

Maintenon Françoise d’Aubigné, marquise de, et Ursins Marie-Anne de LTrémoille, princesse des, 2002, Correspondance de Mme de Maintenon et de la princesse des Ursins, 1709 : une année tragique, éd. M. Loyau, Paris, Mercure de France.

Maquart Marie-Françoise, 2003, « Le dernier testament de Charles II d’Espagne », dans L. Bély (dir.), La présence des Bourbons en Europe, xvie-xxie siècle, actes de la table ronde (Paris, 1er-2 déc. 2000), Paris, Presses universitaires de France, p. 111-124.

Noailles Adrien-Maurice, duc de, 1776-1777, Mémoires politiques et militaires pour servir à l’histoire de Louis XIV et de Louis XV, éd. Cl.‑Fr.‑X. Millot, Paris, N.‑L. Moutard, 6 vol.

Orléans Charlotte-Élisabeth de Bavière, duchesse d’, 1981, Lettres de Madame, duchesse d’Orléans, née princesse palatine, éd. O. Amiel, Paris, Mercure de France.

Recueil des instructions données aux ambassadeurs et ministres de France depuis les traités de Westphalie jusqu’à la Révolution française, 1894-1899, vol. 11 : Espagne, t. I : 1649-1700, éd. A. Morel-Fatio : vol. 12 : Espagne, t. II : 1701-1722, éd. A. Morel-Fatio et H. Léonardon ; vol. 12 bis : Espagne, t. III : 1722-1793, éd. A. Morel-Fatio et H. Léonardon, Paris, F. Alcan.

Saint-Simon Louis de Rouvroy, duc de, 1879-1928, Mémoires de Saint-Simon, éd. A. Michel de Boislisle, Paris, Hachette, 43 vol.

Sarmant Thierry et Stoll Mathieu, 2010, Régner et gouverner : Louis XIV et ses ministres, Paris, Perrin.

Sourches Louis-François DBouchet, marquis de, 1882-1893, Mémoires du marquis de Sourches sur le règne de Louis XIV, éd. G.-J. de Cosnac, A. Bertrand et É. Pontal, Paris, Hachette, 13 vol.

Torcy Jean-Baptiste Colbert de Croissy, marquis de, 1857, Mémoires pour servir à l’histoire des négociations, depuis le traité de Riswick jusqu’à la paix d’Utrecht, dans Nouvelle collection des mémoires relatifs à l’histoire de France depuis le xiiie siècle jusqu’à la fin du xviiie siècle, Paris, Didier, vol. XXXII, p. 517-735.

Ursins Marie-Anne de LTrémoille, princesse des, 1859, Lettres inédites de la princesse des Ursins, éd. A. Geoffroy, Paris, Didier.

— 1865, « La princesse des Ursins : lettres inédites à M. de Pontchartrain », éd. A. Jal, Le cabinet historique, t. XI, p. 303-313.

 1879, Lettres inédites de la princesse des Ursins au maréchal de Tessé, éd. G. Masson, Nogent-le-Rotrou, impr. Daupeleu-Gouverneur.

— 1902-1907, Madame des Ursins et la succession d’Espagne, fragments de correspondance, éd. L. de La Trémoille, Nantes, impr. É. Grimaud [puis Paris, H. Champion], 6 vol.

Haut de page

Notes

1 Charles II 1700, art. XIII, p. 16-17.

2 Recueil des instructions données aux ambassadeurs… 1894-1899, vol. 11, p. 453.

3 Harcourt 1875, t. I, p. xlv.

4 Loyau, dans Maintenon et Ursins 2002, p. 14.

5 Joseph-Ferdinand, prince électoral de Bavière (1692-1699), fils de Maximilien, électeur de Bavière, et de Maria-Antonia, fille de Léopold Ier et de Marguerite-Thérèse de Habsbourg.

6 Crespo Solana 2006, p. 77-104.

7 Saint-Simon 1879-1928, t. VII, p. 268-288.

8 La Courneuve, archives diplomatiques du ministère des Affaires étrangères, Correspondance politique des consuls (désormais AECP), Espagne, 85, fo 128 et suiv., lettre du 12 juin 1700 de Charles II à Innocent XII et réponse du pape du 6 juil. 1700.

9 Art. XIII du testament (Maquart 2003).

10 Bluche 1986, p. 767.

11 L’importance de l’événement n’avait pas échappé à Louis XVIII, qui, pour son cabinet au palais des Tuileries, avait fait tisser aux Gobelins une réplique du tableau de François Gérard (Rome, 1770-Paris, 1837), MV 2108, actuellement en dépôt au château de Chambord (Constans 1995, t. I, p. 361, no 2056). Versailles possède une Allégorie de la reconnaissance du duc d’Anjou comme roi d’Espagne par Henri de Favanne (Londres, 1668-Paris, 1752), MV 6890, toile, 144 × 187 cm (Constans 1995, t. I, p. 305, no 1707).

12 Dangeau 1854-1860, t. VII, p. 411, lundi 8 nov. 1700.

13 Charles II 1701, art. XIII, reproduit plus haut.

14 Louis Phélypeaux, comte de Pontchartrain (1643-1727). Il avait succédé à Boucherat en 1699.

15 Breteuil 1992, p. 254.

16 Saint-Simon 1879-1928, t. VII, p. 295-312.

17 Torcy 1857, p. 551. Dangeau (1854-1860, t. VII, p. 411-412, mardi 9 nov. 1700) affirme : « Madame de Maintenon, chez qui il se tenoit, y étoit présente. »

18 Torcy 1857, p. 549.

19 Ibid., p. 551.

20 Bluche 1986, p. 768, et Frostin 1971.

21 Torcy 1857, p. 551.

22 Dangeau 1854-1860, t. VII, p. 413-414, jeudi 11 nov. 1700.

23 Ibid., p. 415-416, samedi 13 nov. 1700.

24 AECP, Espagne, 85, fo 350-2, « Lettre de Blécourt du 4 novembre 1700 ».

25 Ibid., fo 343, « Lettre de Blécourt du 3 novembre 1700 ».

26 Désos 2009, p. 73.

27 Torcy 1857, p. 550-551.

28 Dangeau 1854-1860, t. VII, p. 416, dimanche 14 nov. 1700.

29 Saint-Simon 1879-1928, t. VII, p. 319-320.

30 Louis XIV, en 1701, fit transformer ce cabinet en l’actuelle « chambre du Roi ».

31 Saint-Simon 1879-1928, t. VII, p. 320-325 ; Sourches 1882-1893, t. VI, p. 308-311, 16 nov. 1700 : « Ce fut ce jour-là que se passa dans Versailles la plus grande et la plus extraordinaire scène qui se fût jamais passée dans l’Europe » (ici, p. 308) ; Dangeau 1854-1860, t. VII, p. 417-422, mardi 16 nov. 1700.

32 C’est donc par erreur que la Gazette de Hollande prétendit que le roi d’Espagne s’était assis dans un fauteuil et Monseigneur sur un tabouret.

33 Breteuil 1992, p. 258.

34 Ibid. : « […] le roi d’Espagne soupa avec le roi qui le fit asseoir au-dessus de lui à table. On leur servit pour laver les mains une double serviette sur un même plat, qu’ils prirent tous deux en même temps. Le roi d’Espagne et le roi étaient d’un même côté de la table, qui est carrée longue, sur deux fauteuils, le roi d’Espagne ayant la droite […] »

35 Ibid., p. 262.

36 Levantal 1996 et 2001.

37 Orléans 1981, p. 287, lettre à la duchesse de Hanovre, Versailles, 5 déc. 1700.

38 Le futur Louis XV.

39 Sarmant et Stoll 2010, p. 551.

40 Sourches cité par Sarmant et Stoll 2010, p. 106.

41 Sourches 1882-1893, t. III, p. 442, 26 juil. 1691 ; Dangeau 1854-1860, t. III, p. 370, mardi 24 juil. 1691 : « S.M. veut que Monseigneur le Dauphin entre dans tous les conseils ; jusqu’ici il n’étoit entré que dans les conseils des finances et des dépêches ; le roi l’avoit dit à Monseigneur samedi passé, mais cela n’a été public qu’aujourd’hui. »

42 Sarmant et Stoll 2010, p. 147.

43 Dangeau 1854-1860, t. VII, p. 148, jeudi 10 sept. 1699.

44 Sarmant et Stoll 2010, p. 148.

45 Torcy 1857.

46 Saint-Simon 1879-1928, t. VI, p. 225 et 372 ; t. VIII, p. 366 ; t. X, p. 384 ; t. XIV, p. 153 et 315 ; t. XVII, p. 383-385 et 424 ; t. XXI, p. 59-60.

47 Emporté par son éloquence, Maboul, l’évêque d’Alet, oubliait que Charles II avait d’autres neveux que le Dauphin, en l’occurrence les fils de sa sœur Marguerite-Thérèse, épouse de l’empereur Léopold Ier.

48 La paix de Ryswick.

49 Maboul 1712, p. 16 (exemplaire consulté : Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits, Clairambault 1178).

50 La réunion des royaumes de France et d’Espagne.

51 La jalousie des ennemis de la France.

52 Maboul 1712, p. 17.

53 La Rue 1712, p. 4-5.

54 Bourgogne 1912-1916.

55 Madrid, Archivo Histórico Nacional, Estado, leg. 2975.

56 Saint-Simon 1879-1928, t. XVIII, p. 26 ; Maintenon et Ursins, p. 205, lettre de la princesse des Ursins à Mme de Maintenon, 16 juin 1709.

57 Les archives madrilènes possèdent 410 lettres autographes de Louis XIV à Philippe V. Les archives des Affaires étrangères à La Courneuve possèdent copie de la majorité de ses réponses, classées à la date à laquelle elles furent écrites. Quant aux lettres secrètes, Baudrillart en a établi des copies aux Archives nationales de Madrid : elles figurent actuellement au fonds Baudrillart des archives de l’Institut catholique de Paris.

58 Louville 1818 (œuvre d’un compilateur d’après AECP qui donne une vue d’ensemble du rôle tenu par le marquis dans les affaires madrilènes entre 1700 et 1703, puis en 1716) ; Noailles 1776-1777 (œuvre d’un compilateur, rédigée à partir des documents conservés par les maréchaux Anne-Jules et Adrien-Maurice de Noailles, actuellement aux AECP : la seconde partie de ces Mémoires a trait à une histoire générale de la cour d’Espagne et à ses rapports avec la France de 1700 à 1711) ; Ursins 1902-1907, complété par les différentes éditions : Ursins 1859, 1865 et 1879, et Maintenon et Ursins 2002.

59 Vincennes, Service historique de la défense, série A1, 6 M LIB 506, Malplaquet (1709).

60 Maintenon et Ursins 2002, p. 309, lettre du 20 oct. 1709 de Mme de Maintenon à Mme des Ursins.

61 Charles II 1701, art. XIII, p. 17. C’est nous qui soulignons.

62 AECP, Espagne, 85, fos 337-339, « Lettre de Louis XIV à la reine douairière d’Espagne du 12 novembre 1700 ». Un autre exemplaire figure à la Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits, Fr. 22579.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Maget, « Le rôle de Monseigneur dans l’accession de Philippe d’Anjou au trône d’Espagne », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2014, mis en ligne le 15 juillet 2014, consulté le 26 juin 2017. URL : http://crcv.revues.org/12362 ; DOI : 10.4000/crcv.12362

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Maget

Après des études de lettres classiques et de droit, Jean-Pierre Maget mène une double carrière d'avocat et de professeur de droit. Il reprend ses études en 1993 et obtient notamment un doctorat en sciences de l'antiquité (La Domus aurea de Néron à Rome, 2004), un doctorat en histoire (Monseigneur, dit le Grand Dauphin, fils de Louis XIV, 2010) et un doctorat en histoire du droit (Le testament de Charles II d'Espagne, 2013). Il prépare actuellement à l’université de Strasbourg une thèse en philosophie sur l'œuvre de Gaetano Pesce, sous la direction de Jean-Claude Chirollet.

Haut de page

Droits d’auteur

© Jean-Pierre Maget / 2014 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org