Navigation – Plan du site

Éduquer le Dauphin : exempla, image du père, éducation exemplaire ?

Educating the Dauphin: exemplary education through the example of the father?
Pascale Mormiche

Résumés

L’éducation du dauphin est indéniablement intégrée dans la culture politique de l’Ancien régime et dans le processus de représentation royale de la monarchie absolue. Cet article analyse le choix du personnel éduquant le fils du roi comme un choix essentiel pour le royaume, et tendant à l’équilibre des courants intellectuels dans la deuxième partie du xviie siècle. Ce choix fait apparaître les enjeux sous-jacents à la mise en œuvre d’un programme éducatif innovant depuis la petite enfance, les sept ans entre les mains des femmes suivis des sept ans entre les mains des hommes. Sont alors structurés pour le dauphin, les savoirs nécessaires à un prince qui, désormais, doit apprendre à régner. Dans le contexte de la réflexion sur les Anciens et les Modernes, se pose alors la question des modèles à proposer au dauphin, entre héros antiques, rois de la dynastie des Bourbons et image de son propre père.
L’éducation du dauphin entraîne une rupture dans l’histoire de l’éducation des élites, entre le prince que ses vertus aident à régner et le prince qui acquière des savoirs, par des pratiques éducatives qui sont autant de premières missions confiées par le roi à son fils auprès de la cour, de l’armée, des artistes… L’éducation du dauphin a un périmètre beaucoup plus large que le sous-entend l’enseignement scolaire des collèges, par exemple.
Ainsi créée, cette éducation devient un modèle pour les princes, ses contemporains, avant de déterminer un cadre pour l’éducation delphinale jusqu’à la fin de l’Ancien Régime. Elle se constitue également en modèle pour ses sujets en diffusant des outils pédagogiques et des ouvrages pour les éducations suivantes.

Haut de page

Texte intégral

1Depuis la Renaissance, il est admis que l’éducation du prince est fondamentale pour lutter contre les défauts de sa jeunesse, de son caractère et pour l’instruire des arcanes du pouvoir, secrets qui se transmettent entre puissants.

  • 1 Mormiche 2009.

2Les Valois avaient déjà entrepris une modification des connaissances et des valeurs dans l’éducation des princes. Henri IV avait tenté d’associer de grands intellectuels à l’éducation du futur Louis XIII, mais, après la mort d’Henri IV, le modèle proposé ne convenait pas aux barons de la cour ni au courant catholique. Quant au futur Louis XIV, son éducation, pensée et réfléchie, organisée par les intellectuels, les académiciens qui entourent Richelieu, aurait pu être innovante si ceux qui en avaient conçu le programme avaient pu l’appliquer et si le contexte politique ne l’avait pas rendue itinérante, saccadée. Au moins fut-elle dense et concrète. Mazarin, qui enseigne au jeune Louis XIV, l’enrichit d’éléments concrets d’art politique colorés de culture italienne au contact des cours européennes1.

3L’éducation d’un futur roi se formalise véritablement avec l’éducation du Grand Dauphin, qui a connu un contexte favorable. C’est pourquoi il faut avoir présent à l’esprit que l’éducation du dauphin se met en place au moment même où Louis XIV prend le pouvoir personnellement, consacrant du temps et des hommes à cette éducation et la menant à son terme.

4Aîné d’une fratrie de six enfants, le dauphin Louis prit de l’importance lorsqu’il émergea des deuils des maillots qui caractérisent les familles même royales de l’Ancien Régime. Le dauphin eut des frères et des sœurs dont la plupart vécurent quelques mois. Il se retrouva vite enfant unique après la mort d’un frère puis d’une sœur qu’il connut pendant trois ans.

  • 2 Louis n’est pas le seul fils de Louis XIV. Ce dernier a un garçon avec Mlle de Lavallière, Vermando (...)

5Ainsi, si le dauphin reste seul survivant de sa fratrie, il y a à la cour une pépinière de princes à élever, ses demi-frères, ses cousins Orléans, Condé, Conti, autant de modèles qui s’élaborent à une même époque2. Tous bénéficient des meilleurs pédagogues et de moyens financiers quasiment illimités. Beaucoup de ceux qui entendent faire carrière dans la pédagogie rivalisent de créativité pour bénéficier du mécénat princier et royal.

6Dans les projets éducatifs princiers, la dimension exemplaire du préceptorat est fréquemment soulevée. Cordemoy, sous-précepteur du dauphin, en précise plusieurs connotations qui réorganisèrent l’éducation du Grand Dauphin :

  • 3 Cordemoy 1691, p. 179-180 et 201.

[…] les enfans se gouvernant aisément par l’exemple (ce qui marque qu’ils refléchissent beaucoup sur tout ce qu’ils voyent) il suffit de leur en donner de bons, pour les exciter à bien faire. […] il [Louis XIV] ne laissera point prendre de fausses idées au jeune Prince, dont il luy [le duc de Montausier] a confié la conduite. Il a toute la force qu’il faut pour resister à ce torrent, qui emporte la plupart du monde, & sur tout les jeunes Princes, à suivre plutôt une mauvaise coûtume, que la raison, & si quelqu’un peut trouver de grands moyens pour rendre la France heureuse, par l’éducation de toutes les personnes qui la doivent soûtenir un jour, c’est de luy sans doute, qu’on peut attendre ce secours3.

7Suivant ce texte, on se propose d’étudier successivement trois idées autour du thème de l’exemplarité de l’éducation. Dans un premier point, l’éducation du Grand Dauphin est exemplaire car Louis XIV entend avec elle renouveler le genre même de l’éducation princière. Elle est exemplaire par l’attention portée au choix du personnel dans le contexte de transition de ces années 1660-1670, alors qu’émerge la querelle des Anciens et des Modernes et que s’établit également une nouvelle définition du pouvoir absolu. Ensuite, dans un deuxième point, cette éducation est construite à partir d’exempla, de modèles qui influencent le modèle politique du futur prince régnant. Sur quels nouveaux exemples s’appuie cette éducation ? En dernier lieu, dans un troisième point, cette éducation fut exemplaire pour les sujets, car diffusée et montrée en exemple selon la volonté jusque-là inédite du roi et de ses précepteurs.

Une éducation exemplaire en raison du personnel choisi dans le contexte des années 1660-1670

  • 4 Mormiche 2011.

8L’éducation du Grand Dauphin est la clé qui permet de comprendre les liens entre le mécénat princier et l’État organisateur de la culture entre 1663 (création de la Petite Académie de Colbert), 1666 (création de l’Académie royale des sciences) et 1674 (début de la querelle des Anciens et des Modernes). C’est la période durant laquelle les groupes savants, comme celui entourant Richelieu, les cercles intellectuels apparus dans les années 1640, les salons comme celui de l’hôtel de Rambouillet, celui de Mme de La Sablière, les cercles scientifiques et littéraires comme le cabinet Dupuy, l’académie de Caen de Pierre-Daniel Huet ou l’académie Bourdelot patronnée par Condé, sont dissous par le pouvoir royal4. Les clientèles privées d’artistes et de gens de lettres disparaissent pour se mettre au service de l’État. L’éducation qui s’annonce permet de rallier ces cercles intellectuels au pouvoir politique.

Le choix avisé d’une gouvernante lettrée

  • 5 « Ce choix, qu’il [le roi] avoit fait de son propre mouvement, reçut d’abord une approbation univer (...)

9L’éducation du dauphin est d’abord confiée dès 1661 à Mme de Montausier, la femme de lettres parisienne la plus célèbre de son temps. Le choix d’une intellectuelle devenant gouvernante de prince est emblématique. Elle est l’émanation des cénacles mondains où se sont élaborés dans les années 1640-1655 les styles littéraires, les modes de sensibilité et d’expression, en dehors de la surveillance des créatures de Richelieu et à l’écart de la politique culturelle officielle. Elle entre à la cour à cinquante-quatre ans pour élever le dauphin. C’est un choix singulier5 : Mme de Montausier est moins connue pour ses qualités d’éducatrice de jeunes enfants que pour sa culture élégante. À ce titre, la reine mère le réprouve en contestant le fait que l’esprit et la conversation de la gouvernante lui donneraient des aptitudes à s’occuper d’un jeune enfant.

10Du côté du roi, qui a effectué ce choix, distinguer cette gouvernante indique clairement la manière dont il entend orienter l’éducation de son fils. Ce choix est révélateur du changement culturel qu’effectue le roi dans le domaine de l’éducation. Dans la conduite de sa cour, le roi donne à son fils la femme qui symbolise la parole féminine à cette époque. Dans ses fonctions à la cour, la gouvernante représente et parle à la place du dauphin enfant. Aux discours des ministres, des grands, des ambassadeurs qui viennent le saluer dans ses appartements, elle doit répondre avec la grandeur et l’autorité inhérentes à cette jeune souveraineté émergente. Mme de Montausier est parfaite pour cette fonction curiale dont elle s’acquitte avec grâce et éloquence. Bien au-delà du simple maternage et de la surveillance de l’héritier du trône dans ces premières années entre les mains des femmes, il s’agit donc, en intégrant à la cour les nouveaux modes de pensée et d’expression français, de donner au jeune dauphin une place de choix dans la représentation monarchique. Dès son plus jeune âge, le dauphin est associé à la majesté de Louis XIV. Il est un élément supplémentaire de l’autorité royale dont il assure la pérennité politique. Son éducation doit l’élever à la place à laquelle la naissance l’a prédestiné, mais qui n’est plus une condition suffisante pour régner.

  • 6 Fléchier 1835, p. 19.

[…] ne reconnaîtriez-vous pas dans ce portrait que je viens de faire, tous les traits d’une dame illustre, capable de former l’esprit et le cœur des enfants du plus grand monarque du monde, de leur inspirer des paroles et des pensées dignes de leur rang et de leur naissance, d’imprimer dans leurs âmes encore tendres ces sentiments élevés qui distinguent les âmes royales des âmes du commun, de leur apprendre l’art de se faire aimer de leurs sujets avant qu’ils sachent se faire craindre de leurs ennemis, de soutenir la gloire et l’espérance d’un grand royaume ; en un mot d’être gouvernante d’un dauphin de France6 ?

11dira Fléchier de Mme de Montausier dans son éloge funèbre.

  • 7 Fine de Brianville 1664, préface de l’éditeur.

12Mme de Montausier utilise les talents de son confesseur Brianville pour réfléchir à la première éducation du dauphin et « tâcher [de l’instruire] en le divertissant7 ». Elle commande des ouvrages pour le plus jeune âge de l’enfant, où Brianville dessine une suite de portraits de rois auxquels il associe une légende de ce qu’il faut retenir sur leurs règnes : alliances, généalogie, réflexion morale et maximes. Cette galerie des rois de France est imprimée sous forme de jeux de cartes. Il s’agit de développer les sens du jeune enfant pour favoriser son apprentissage précoce par l’éducation visuelle. Vers 1664, encouragé par l’abbé de Vertus, Nicolas, frère de Colbert, Brianville publie ensuite pour le dauphin l’Abrégé méthodique de l’histoire de France.

  • 8 Ibid., introduction.

Ainsi je me donnay l’honneur il y a cinq ans de vous offrir les portraits de nos rois vos augustes ayeuls & l’abrégé de leur histoire. Rien n’est sans doute plus grand, ni digne de vous, Monseigneur, que de vous proposer les exemples domestiques des potentats les plus fameux de l’univers mais rien a t-il jamais surpris plus agréablement toute la France que vos premières démarches sur leurs pas glorieux & sur ceux principalement du roy votre invincible père8 ?

  • 9 Fine de Brianville 1670-1675. Cet ouvrage a sans doute servi aux autres princes, puisque l’exemplai (...)

13De même, le dauphin est initié à l’histoire sainte par un livre simple et clair conçu par l’abbé de Brianville avec des gravures de Sébastien Leclerc9. Cet ouvrage, qui joint des illustrations à un texte court, identifie des modèles bibliques de l’Ancien et du Nouveau Testament. Il présente une première chronologie en âge du monde et en âge chrétien. Il reçoit l’approbation de Bossuet, de l’archevêque d’Arles et de François Faure, l’évêque d’Amiens, ancien précepteur de Louis XIV, le 2 octobre 1669. Ainsi, une éducation par l’image naît à cette période, adaptée à la petite enfance, comparable à l’éducation par l’image des collèges des Jésuites à l’usage des adolescents.

  • 10 Le roi change de maîtresse, délaissant Mlle de La Vallière pour Mme de Montespan. Mme de Montausier (...)
  • 11 « La maréchale de La Motte, honnête femme et de bonne maison, fut mise gouvernante de monseigneur l (...)

14Mme de Montausier abandonne ses fonctions lorsque l’enfant a trois ans, en août 166410. Elle quitte le jeune prince pour devenir la dame d’honneur de la reine Marie-Thérèse, utilisant ses talents pour renouveler l’activité intellectuelle de la Maison de la reine. En 1664, la place de gouvernante est attribuée à Louise de La Mothe-Houdancourt et l’on assiste à l’ancrage de cette famille au poste de gouvernante grâce à l’intervention de Louvois jusqu’au milieu du xviiie siècle11.

  • 12 Le dauphin est âgé de quatre ans en juillet 1665 (Du Bois 1936, p. 399).

15Si l’on fait le bilan des connaissances du dauphin vers 1665, on s’aperçoit qu’il a un maître d’italien, qu’il est capable de répondre lorsqu’un ambassadeur lui parle en espagnol12. Il a une bonne connaissance des prières et des cérémonies liturgiques à la cour. Il a appris par cœur un certain nombre de maximes morales. Il sait parfaitement se comporter à la cour en se présentant en couple princier avec sa cousine derrière ses parents lors de cérémonies. Ses goûts militaires se sont affirmés puisqu’il a déjà reçu des cadeaux tels que des épées, un pistolet et même, de la part du duc de Savoie, un tambour garni de diamants estimé 100 000 livres qui fit l’admiration de la cour pendant plusieurs mois. Son éducation est donc précocement orientée socialement et sexualisée par l’usage d’objets qui se veulent masculins et objets du pouvoir.

  • 13 Le Dieu 1856-1857, t. I, p. 130.

16Alors que le dauphin est encore entre les mains des femmes, le roi fait intervenir un homme pour continuer cette éducation précoce, Octave de Périgny, qui est lecteur de la Chambre du roi depuis mars 1663. Bien que proche de Fouquet, le choix est encouragé par Colbert et Mme de Montausier, qui est l’amie de Mme de Périgny13. Périgny travaille avec le roi, dont il transcrit alors les Mémoires, tout en écrivant des vers pour les fêtes royales qui firent alors la gloire des jardins de Versailles. D’un point de vue stratégique, placer Périgny, président aux enquêtes du parlement de Paris, auprès de son fils permet à Louis XIV de satisfaire à la fois Condé, Colbert et les parlementaires. Périgny travaille en équipe avec ses « conseillers » : Pellisson, Richelet, Fléchier, rédigeant un plan d’éducation, des maximes. Périgny obtient officiellement la charge de précepteur du dauphin le 9 septembre 1666. L’enfant a moins de cinq ans. Une instruction de prince commence tôt.

Une dizaine d’hommes pour éduquer le dauphin

17À quelques semaines de ses sept ans, le dauphin passe entre les mains des hommes. Contrairement aux candidats gouverneurs précédents, Louis XIV ne se contente plus de brillants militaires. Il choisit Montausier qui prend ainsi le relais de son épouse, la gouvernante.

  • 14 Montausier est porté par des familiers de l’enfance de Louis XIV, les Navailles. Il assure aussi la (...)

18Montausier est un homme de cour, certes, mais il est aussi le candidat des salons et celui des nouveaux convertis14. Ainsi le roi ne nomme pas de gouverneur dans le réseau des Souvré-Villeroi ni des grands de la cour. Peut-être se méfie-t-il désormais de l’emprise de Colbert.

19Grâce à Montausier, le roi assure un équilibre entre plusieurs groupes qui lui sont également nécessaires pour assurer son autorité : par sa fréquentation de l’hôtel de Rambouillet, Montausier est un représentant des milieux les plus cultivés de la capitale et celui de la haute société protestante qui est passé par le service de Fouquet dans les années 1650. Habile administrateur, il est également un excellent militaire, de cette moyenne noblesse d’épée qui a fait le choix de la culture et non plus des seules armes. Fidèle lors de la Fronde, nouveau converti, il appartient à la moyenne noblesse sur laquelle le roi entend s’appuyer au début de son règne personnel pour contrebalancer le courant politico-catholique. À partir du 21 septembre 1668, Montausier est aidé par deux sous-gouverneurs et deux gentilshommes de la manche dont le plus remarquable est Millet de Jeure, qui a servi personnellement Mazarin.

  • 15 Halévi 2000.

20Cette équipe éducative est passionnée de pédagogie. Ce premier personnel d’éducation du dauphin est cohérent sur le plan politique, issu du milieu des parlements et de la jurisprudence. En même temps que Louis XIV a pris en charge personnellement le gouvernement de la France après la mort de Mazarin, il a entrepris la rédaction d’un témoignage politique, les Mémoires pour l’instruction du dauphin, de façon à consigner les faits politiques qu’il entend transmettre à son fils une dizaine d’années plus tard15. L’équipe qui met en forme ces Mémoires d’un roi de trente ans, en même temps qu’elle instruit le dauphin de sept ans, aide Louis XIV à définir les axes importants de sa réflexion sur l’État. Réflexion politique, rédaction et éducation du successeur sont concomitantes.

21Les choix opérés révèlent la liberté que Louis XIV s’autorise dans la première décennie de son règne, n’abordant pas de la même manière les affaires officiellement publiques (procès de Fouquet, secrétaires d’État, création d’organismes servant à la gloire du roi) et les affaires particulières traitées en retrait (comme l’éducation du dauphin avec des représentants de la noblesse seconde, proches de lui par la rédaction des Mémoires). Cela prouve que Louis XIV sait juger la valeur intellectuelle des hommes, indépendamment de ce qui aurait pu contribuer à les écarter : la religion, le caractère, les réseaux.

  • 16 Cité dans Mormiche 2009, p. 50.
  • 17 C’est dans ce milieu très restreint du parlement de Paris, de Toulouse et de Metz qu’est choisi le (...)

22Rapidement en 1669, alors que le gouverneur Montausier vient d’être nommé, un conflit l’oppose au précepteur Périgny. Montausier prétend n’avoir pas trouvé dans le juriste Périgny le fin philologue souhaité (« ayant presqu’oublié les lettres humaines qui luy estoient plus nécessaires que la poésie françoise16 », dit Millet de Jeure). Ce prétexte énoncé permet de donner un emploi d’éducation à Pierre-Daniel Huet, fin philologue, celui de sous-précepteur de culture littéraire. Il dissimule un affrontement sur la nature de la culture latine entre les juristes et les projets littéraires et philologiques de Montausier. Quel latin doit parler le dauphin ? Un latin pour comprendre les textes religieux ou de loi, ou un latin pour s’exprimer avec la finesse rhétorique des Anciens ? Périgny, aidé de son ami Richelet (qui rédige le premier dictionnaire français) et du président du parlement, Nicolaï, s’insurge contre cette mise en cause. Finalement, le parlementaire Jean Doujat, historien du droit, spécialiste de langues et auteur d’une grammaire d’espagnol, est nommé sous-précepteur supplémentaire sans brevet pour contrebalancer Huet17. L’équipe préceptorale, de ce fait, s’est élargie, prenant sa forme définitive pour un dauphin : un précepteur et deux sous-précepteurs puis des maîtres pour des interventions ponctuelles.

  • 18 Rouen, bibliothèque municipale, Ms 140 (2627), fonds Martainville, « Sur l’instruction de Mgr le Da (...)

23Mais Périgny meurt brutalement le 1er septembre 1670 à quarante-cinq ans. Cordemoy dirige la continuité des études du dauphin en attendant la nomination d’un précepteur que recherche Colbert. Il devra être d’une piété exemplaire, « il lui siérait mieux d’être de profession ecclésiastique que de toute autre profession ». Il doit être « universel dans toutes les langues et dans les sciences », mais pas « à la manière du Collège ». Ses pensées doivent tenir plus de « l’air de la cour que de celui de l’Université »18. On sent à travers ces lignes la critique du précédent précepteur et l’ambition affichée alors que l’enfant a près de dix ans.

24Le 5 septembre 1670, Bossuet est officiellement choisi. Bien qu’il ne soit pas le candidat favori de Montausier, celui-ci le connaît de longue date : il l’a en effet rencontré dès 1643 à l’hôtel de Rambouillet, salon fréquenté également par le Grand Condé. En 1670, Bossuet est, à quarante-trois ans, l’orateur sacré, le théologien et le controversiste le plus en vue à la cour. Il vient d’assurer dix années de prédication qui lui ont apporté les honneurs et ont modifié le style oratoire à la cour.

  • 19 Preyat 2007.

25À partir de ces années 1670, Bossuet s’entoure d’intellectuels qui créent un cercle d’études bibliques nommé le Petit Concile. Il mobilise des membres du clergé, des laïcs dévots et des érudits dans le but de renouveler l’exégèse des écrits testamentaires, de définir une nouvelle apologétique et, au-delà, de déboucher sur l’avènement d’une société donnant la prépondérance aux principes chrétiens19.

26Le Petit Concile entreprend entre 1673 et 1682 une réflexion autour des problèmes d’éducation. Un troisième projet pour l’éducation du Dauphin, qui insiste sur l’aspect concret du contenu de l’enseignement, sur l’aspect utilitariste de l’éducation, s’est ainsi élaboré, préparant le renouvellement de l’éducation de type humaniste qui persistait en ce milieu de xviie siècle. Ainsi les vertus et la naissance ne suffisent plus à être un bon prince. Il faut une éducation dont les finalités politiques et religieuses, notamment, sont définies, et dont les savoirs, choisis avec soin, ont une utilité pour régner. Le Petit Concile met en place des hommes qui sont d’accord sur quelques points que l’on peut résumer sommairement : le passage obligé par le latin, une éducation en français, l’exemplarité des personnages antiques et bibliques, un ancrage historique des connaissances.

  • 20 Fleury 1686.

27Cependant, malgré son crédit, le précepteur Bossuet ne parvint pas à nommer un homme à lui. Huet est un homme du gouverneur Montausier. Le théologien Claude Fleury est admis comme sous-précepteur après avoir fait ses preuves chez les princes de Conti. Il est avec Cordemoy le théoricien de l’éducation du Grand Siècle20. Resté discret, c’est lui qui conduit un travail de fond alimenté par ses lectures, ses résumés et ses réflexions. Le Petit Concile rêvait d’instaurer une royauté chrétienne idéale par l’instrumentalisation de l’éducation des princes. Mais, avec mesure, Louis XIV contrôla son influence dans l’éducation du Grand Dauphin.

28Le personnel d’éducation du dauphin, choisi en fonction des circonstances, se révèle finalement éclectique, intégrant les salons, le Petit Concile, des membres du clergé, des militaires, de membres de l’Université et du parlement. La représentativité sociale est large. Parmi ce personnel d’éducation, Louis XIV chercha nettement à équilibrer les courants d’idées et les influences théoriques et politiques.

29En juillet 1669, alors que le jeune dauphin de huit ans tombe malade, l’ambassadeur Saint-Maurice juge l’éducation en cours :

  • 21 Saint-Maurice 1911-1912, t. I, p. 324, le 26 juil. 1669.

[…] ce prince a été en péril […] l’on croit que son mal lui est venu de trop étudier et de ce que l’on le fait appliquer à trop de choses ; enfin il n’a que sept ans et demi et il en sait autant qu’un docteur ; il ne faut jamais presser les jeunes enfants comme celui-là, on ne doit rien attendre d’eux avant l’âge21.

30Une éducation qui se veut être exemplaire par sa spécificité a été bâtie, mais l’enfant est assommé par les connaissances.

Exemplaire pour la monarchie : définir le modèle d’un nouveau roi

Dans la monarchie française, le prince doit être un prince chrétien

31L’apprentissage chrétien du fidèle commence dès le plus jeune âge par l’imitation, par la pratique des prières quotidiennes, de la liturgie, par le suivi du rythme des fêtes religieuses à la cour auxquelles le prince est associé. L’assistance aux sermons, lors des grandes périodes religieuses, Avent et Carême, instruit le prince de façon spectaculaire. En tant que prince, il a la particularité d’être personnellement impliqué dans les cinq communions annuelles, mais aussi dans les grandes cérémonies de la monarchie française : les messes des ténèbres qui durent plus de trois heures, la Cène royale à Pâques à laquelle il est associé enfant et le toucher des écrouelles auquel il assiste en regardant officier son père.

32Le prince, futur roi, doit être exemplaire en matière religieuse. Toute faute religieuse pourrait avoir des conséquences politiques et rejaillir sur le royaume. Son éducation religieuse rigoureuse est confiée à Bossuet mais également à tous les hommes qui l’entourent, dont la plupart sont membres du clergé. Il reçoit une éducation identique à tout fidèle mais avec une rigueur et une pratique portées à leur maximum. Tout précepteur de prince rédige en outre un catéchisme pour l’enfant, puis un traité de vertus.

33La connaissance des prières doit être irréprochable. C’est ce qui motive la colère de Montausier devant l’inattention de son élève à la prière devant la Cour. Le principal informateur est Du Bois de Lestourmière, le valet du roi par quartier qui a tenu un journal de son service à la cour. Dans la soirée du mardi 4 août 1671 précédant la Transfiguration, « au prier-Dieu », une prière publique « où tout le monde était à l’ordinaire », l’enfant se trompa : « ce précieux enfant disoit l’oraison dominicale en français, il manqua un mot ». Il reçut « des coups de poing » de Montausier puis, traîné dans sa chambre, cinq coups de férule. Du Bois, ne comprenant pas qu’un dauphin soit ainsi maltraité, espérait une réaction du roi. Or, les parents royaux, parfaitement au courant, n’intervinrent pas, soutenant la pratique des férules dans l’éducation. À plus de soixante-dix ans, le valet Du Bois retranscrit son malaise entre la violence faite à l’enfant et une pratique parentale somme toute banale à l’époque, entre la sacralité populaire du dauphin enfant et la forme de correction physique qu’impose sa future fonction.

  • 22 Du Bois 1936.
  • 23 L’Estoile 1837, p. 599.

34Beaucoup de témoignages s’appuient sur cette unique source, connue seulement en 1848 et publiée intégralement à partir de 193222. Or, un autre enfant royal avait été fouetté avant lui, pour les mêmes raisons : en mai 1610, quelques jours après la mort de son père, Louis XIII, âgé de dix ans, « fust fouetté […] par commandement exprès de la Roine régente sa mère, pour s’estre opiniastré à ne point vouloir prier Dieu23. » L’historiographie a oublié cet épisode, se focalisant uniquement sur le Grand Dauphin, ce qui entraîna la détestation du gouverneur Montausier mais pas celle du précepteur Bossuet, tout aussi responsable.

35Plus encore que pour un simple fidèle, la connaissance des affaires religieuses doit être parfaite pour un prince, et ce sont Claude Fleury ainsi que Bossuet qui l’instruisent des relations avec le pape, les évêques et la hiérarchie ecclésiastique.

Un prince lettré

  • 24 Bruter 1997.
  • 25 La Mothe Le Vayer 1668.

36Le dauphin est un prince qui connaît l’histoire, c’est-à-dire, selon la conception de l’époque, les lettres24. À l’époque moderne, lire les historiens correspond à faire le commentaire d’un style de rédaction particulier, le style des historiens, opposé à celui des rhéteurs, des juristes, des poètes… Faire de l’histoire, c’est alors faire la lecture d’un style littéraire. D’ailleurs, la rédaction des Histoires de France, ces grands textes synthétiques, commence à peine au milieu du xviie siècle, car la chronologie elle-même n’est pas complètement établie. Les abrégés d’histoire de France servent de repères pour retrouver des épisodes fameux. Ils ne sont jamais appris dans l’ordre, l’apprentissage de l’histoire n’ayant rien à voir avec la chronologie. Certains précepteurs proches de Richelieu qui ont participé aux réflexions sur l’éducation princière avaient même soutenu qu’il fallait supprimer la lecture des historiens, voyant le peu de certitudes que l’histoire offrait25.

37Dans l’entourage de Bossuet se trouvent les meilleurs spécialistes d’histoire et de lettres : Huet, qui entre dans la querelle de la fiction en soutenant la valeur des romans, Cordemoy, qui se lance dans une recherche approfondie sur Charlemagne, Bossuet, qui tente une synthèse des histoires du monde. Ils font lire les auteurs latins au dauphin, qui les explique et les reformule en français. Pour avoir des éléments de comparaison avec d’autres éducations, on a listé les textes étudiés :

Fig. 1 : Comparaison des auteurs en latin selon l’âge : Jésuites – Port-Royal – Le Grand Dauphin

  • 26 Grell 1995 et 2000, p. 32.

Classe

Règlement des collèges jésuites26

Port-Royal : Règlement des études, Arnaud

Œuvres (identifiées) étudiées par le Grand Dauphin

1668 : 7 ans

Phèdre, Ovide

1670, 1671, 1672 ?

6e

Phèdre

Cicéron (lettres), Caton

Phèdre

Lubérius (Mîmes)

5e

Cicéron (lettres), Virgile, Ovide, Phèdre

Cornélius Nepos, Quinte-Curce (extraits), Térence, Florus, Eutrope, Justin, Hérodien

1673 : 12 ans

Adelphes de Térence

4e

Cicéron

Ovide

Virgile

Aurélius Victor

Eutrope

Tite-Live (2e déc.)

Cicéron (lettres choisies)

Salluste

Virgile (Énéide II, IV, VI)

César

1674 : 13 ans

Ovide

Salluste

Cornélius Nepos

3e

Cicéron

Ovide

Virgile

Quinte-Curce, Justin, César

Tacite

Ovide, Horace (Satires, Épîtres)

Virgile, Suétone, Juvénal

1675 : 14 ans

Virgile

2e

Cicéron, César, Virgile, Saluste Florus, Horace, Ovide

Pline (Panégyrique)

1676 : 15 ans

Cicéron

Rhétorique :

Cicéron, Pline, Tite-Live, Vellius Paterculus, Valère Maxime, Tacite, Suétone, Virgile, Horace, Sénèque, Claudien, Juvénal, Perse, Martial

Quintilien

Sénèque

Élien

Cicéron (Oraisons)

1677 ?

1678 : 18 ans

Virgile, Plaute

Cicéron, Pro Ligario

Térence, Héautontimorouménos

1679 : 19 ans

Térence, L’Eunuque

Florus

© Pascale Mormiche

  • 27 Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits, naf 4123, Mélanges sur Port-Ro (...)

38Notons que dans ce corpus des sources des versions delphinales il manque de nombreux textes comme ceux de César, dont il semble impossible que le dauphin ne les ait pas étudiés. La Ratio Studiorum du Grand Dauphin paraît, au regard des lectures que l’on a pu reconstituer, moins dense que celle que les collèges des Jésuites et des Oratoriens ont mise au point depuis une cinquantaine d’années. Elle s’apparente plus au Règlement des études de Port-Royal. Il faut vraisemblablement y voir l’influence de Claude Fleury qui, enseignant aux princes de Conti, avait réfléchi sur le corpus proposé par le précepteur Lancelot et fait des choix de lecture utile au pouvoir27.

  • 28 Du Bois 1936, p. 421.
  • 29 D’après le témoignage de Daniel Crespin, dans la préface de Salluste, imprimé avant le 6 novembre 1 (...)

39La Ratio Studiorum pourrait être plus légère, selon le principe de l’utilité des savoirs pour exercer le métier de roi, qui prévaut dans l’éducation du dauphin. Aussi apprend-il du latin et non le latin afin d’obtenir une formation littéraire, une qualité d’expression, tandis que les vertus lui sont enseignées par l’exemple, la métaphore dans les modèles historiques ou bibliques. Le dauphin se doit de connaître certains auteurs latins, historiens, orateurs ou poètes pour comprendre les doctrines politiques, les conditions d’exercice du pouvoir, les modalités du choix politique, mais également décrypter les références dans les pièces de théâtre contemporaines, les opéras et les grandes fêtes de la cour. L’apprentissage du latin l’occupe beaucoup au début de l’éducation, pour s’amenuiser ensuite. Ainsi, en 1667, en voyage vers Amiens et Compiègne, Périgny ne perd pas de temps : « Monseigneur en se promenant dit sa leçon qui était certains mots en latin que M. le président de Périgny, son précepteur, lui apprenoit28. » À treize ans, le Grand Dauphin peut déchiffrer quarante vers d’Ovide au pied levé, mais ses précepteurs lui conseillent de s’appliquer à construire des phrases bien souples29.

  • 30 Cordemoy 1691, « Exercice des enfans depuis cinq ans jusqu’à dix », p. 168-169 et « Pour les jeunes (...)

40Toutefois, le dauphin ne doit pas devenir un spécialiste de textes latins. Dans le débat des Anciens et des Modernes s’affirme la notoriété croissante des auteurs français. À côté des orateurs romains, le dauphin découvre désormais la force du français écrit, mais également la qualité d’orateurs de la cour. La primauté de l’éloquence sacrée française (Bossuet, Fléchier, Bourdaloue, puis Massillon) et celle de l’éloquence juridique s’affirment. Le dauphin apprend encore le latin pour arrondir le style de ses phrases en français, mais il est désormais appelé à devenir un prince éloquent, un prince qui s’exprime bien. Ainsi Cordemoy, sous-précepteur, a prévu pour chaque âge des exercices proportionnés favorisant l’énonciation : « l’on a grand soin de former leur prononciation en lisant », « depuis huit heures jusqu’à dix, on les exerce à l’éloquence »30.

L’histoire comme réserve de modèles historiques

  • 31 Sabatier 1985 et 2010.
  • 32 Grell et Michel 1988.
  • 33 La Mothe Le Vayer 1668, p. 257-269.
  • 34 La Fontaine 1668, dédicace. Il s’agit de la conquête éclair de la Franche-Comté avec le prince de C (...)
  • 35 Quinte-Curce 1678. L’édition française en latin précédente datait de 1615.

41L’éducation princière a abordé, dès le plus jeune âge, les modalités de gouvernement à partir d’exemples historiques. Les Antiquités ont fourni des héros qui sont entrés dans l’iconographie du pouvoir31. Le mythe apollinien, efficace au début des années 1660, est désormais dépassé. Dans sa petite enfance, dans les années 1670, le dauphin voit se dessiner devant lui à la cour l’image idéale du père identifié à Alexandre : un jeune combattant glorieux, providentiel, animé de fougue et de courage32. La Mothe Le Vayer, s’appuyant sur Juste Lipse, avait recommandé pour les princes la lecture d’Alexandre à partir de Quinte-Curce33. La Fontaine, dans la dédicace de ses Fables au Grand Dauphin, identifie Louis XIV à Alexandre, « quand au retour de cette expédition, où il a vaincu comme Alexandre, vous le voyez gouverner comme Auguste34 ». Mais déjà le jeune conquérant le dispute au grand chef politique. À la demande de Montausier, paraît à la fin de l’éducation du Grand Dauphin, dans la collection des Ad usum Delphini, une édition latine de Quinte-Curce réalisée par le jésuite Michel Le Tellier35. L’épître dédicatoire y compare alors le dauphin à Alexandre, issu de la race des héros et d’un père glorieux. Mais ces modèles sont destinés à la cour.

  • 36 Bossuet fait travailler le dauphin sur les premières batailles peu célèbres d’Alexandre en 335 cont (...)

42S’opposant à eux, les précepteurs utilisent peu Alexandre dans ce qui est réellement enseigné au dauphin. Brianville ne prend pas Alexandre comme modèle en 1665 ni en 1670, pas plus que Bossuet plus tard36.

  • 37 Burke 1995, p. 79-89.

43Le Grand Dauphin est instruit à partir d’exempla nouveaux qui ne sont plus des héros antiques. Le roi sort vainqueur de la guerre de Hollande. Désormais, la querelle des Anciens et des Modernes anime le monde intellectuel. Le thème de la Grande Galerie de Versailles est le reflet public de ce changement, dont l’iconographie est révolutionnaire car contemporaine : le gouvernement personnel du roi avec des devises en français. L’éducation des princes est au cœur de cette controverse. Le modèle à imiter est moderne, c’est désormais, à la suite des autres princes de la dynastie, Louis XIV lui-même. Comme le dit Peter Burke, « dans la guerre de Dévolution, Louis XIV prit des peintres, dans la guerre de Hollande, il prit des historiens37 ».

  • 38 Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits, fr 12839, papiers Bossuet, rec (...)
  • 39 Le roi rend aux catholiques le libre exercice du culte (fo 56).
  • 40 La Gazette consacra deux numéros à ce passage du Rhin et aux victoires. L’Académie de peinture en f (...)
  • 41 Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits, fr 12839, fos 60 et suiv.

44Et en 1672, âgé de onze ans, le dauphin devient historien. Il rédige le récit contemporain de la campagne de Hollande, qui fait suite à son histoire de France écrite en français. Il participe à sa manière à la mise en scène monarchique du roi victorieux, en rédigeant à la main un texte sur 68 feuillets, dans l’ordre chronologique, qui commence par : « Le roi partit le vingt-septième jour d’avril38 […] ». Il donne les mêmes causes que la version officielle des historiographes du roi Boileau, Racine et Corneille, invoquant l’insolence de ces provinces qui ont provoqué le roi : ce dernier mène une guerre juste qui sert la religion39. Il raconte, sans détails superflus cependant, les combats de son père, en insistant sur le choix stratégique des lieux. Il invoque le modèle qu’était Jules César. Si le passage du Rhin est l’exercice obligé de la propagande monarchique officielle et de la littérature encomiastique, le dauphin reste quant à lui très en deçà de l’exaltation du triomphe40. En conclusion, le prince retient les vertus morales de son père : « […] quiconque lira cecy, verra que les empires sont deffendus non par la multitude de soldats […] mais par la vertu et la prudence des chefs […] car Louis […] avoit pourvu à toutes les choses avec une si grande prévoyance, & avoit été servi par les siens avec tant d’affection41. »

  • 42 Louis de France 1994.

45Le manuscrit du dauphin, toujours majoritairement inédit, n’était pas destiné à être rendu public mais à être un exercice de composition en histoire contemporaine dont le père est l’exempla, le héros prudent, prévoyant et aimé de ses sujets42. Le dauphin est le premier prince à écrire l’histoire ou plus exactement à écrire un abrégé, à savoir une synthèse de la lecture des historiens jusqu’à la période pendant laquelle il vit et où son père gouverne.

Un prince de guerre qui connaît son royaume

  • 43 Cornette 2000.
  • 44 Lahaye 2013.

46Le dauphin est également le dernier prince à accompagner son père en campagne, et cela très jeune. Cet aspect de roi de guerre fut mis en évidence par Joël Cornette43. Cependant, il s’agit ici d’intégrer dans la notion d’éducation cet apprentissage de la souveraineté combattante, cet apprentissage de savoirs non scolaires qui forment son comportement et fabriquent une autorité44. À la lecture de la Gazette, on suit ses déplacements. En 1667 et 1668, il voyage dans le Vexin et l’Oise. Il se rend à Chambord en automne. Au printemps 1670, entre le 25 avril et le 7 juin, le dauphin part, avec ses maîtres et la Cour, faire le tour des fortifications et des troupes du Nord, en Flandre, au Quesnoy, à Mardyck, Gravelines, Dunkerque, Boulogne… Il voit la mer. Du fait de ces déplacements, ce prince apprend à connaître le territoire du royaume.

47Quand il passe aux hommes, l’élève s’immobilise pendant une période d’intense travail de trois longues années. Il s’échappe très peu de Saint-Germain et de Versailles, dans les maisons royales. Des « sorties scolaires » sont cependant instituées. Il est autorisé à faire des visites à Paris, aux Académies… Les voyages accomplis à Chantilly chez ses cousins sont autant d’initiations aux réceptions et à la magnificence. Ses déplacements publics et éducatifs sont largement diffusés dans les journaux.

  • 45 Laurent 1682, sonnet acrostiche.

48Jeune homme, il est à nouveau associé aux grands moments militaires du royaume pendant lesquels il fait concrètement connaissance avec les troupes et les provinces : en avril-juin 1674, il participe avec Bossuet à la campagne de Flandre puis de Franche-Comté et séjourne à Dijon. Son éducation s’achève par le voyage en Alsace en septembre 1681 pour la réunion de Strasbourg à la France45. Le dauphin, âgé de vingt ans, passe alors deux mois à Strasbourg avec Montausier qui lui fait partager ses connaissances militaires et administratives sur cette région frontière dont il fut gouverneur quarante ans auparavant.

49La connaissance du territoire s’accompagne de la science des cartes et des globes. Dès son plus jeune âge, les murs de son cabinet d’éducation sont couverts de cartes et de plans :

  • 46 Lettres du contrôleur Petit à Colbert, 6 déc. 1673, Louis XIV à Saint-Germain, 1638-1682 1988, p. 6 (...)

J’ay desmonter la menuiserie des tables et champs que j’ay cy devant faict poser dans la salle des Ballais [ballets] pour ranger la petite armée et attacher les cartes géographiques [sic] de monseigneur le Dauphin affin de rendre la salle en estat de jouer la comédie46.

50Bossuet fait lui-même les leçons de géographie, cette description des lieux saints ou historiques, travaillant avec le dauphin sur différentes cartes et atlas. Bossuet prend des informations auprès du géographe du roi Guillaume Sanson le fils (?-1703). Pierre-Daniel Huet, qui possédait une bibliothèque riche de livres de géographie et notamment des ouvrages de Thévenot dont il a annoté un exemplaire, envisage d’organiser cet enseignement :

51Ces traités [du géographe Thévenot] eussent été plus avantageux aux Lettres, si au lieu de les publier pour ainsi dire au hasard et confusément, on eut appliqué une méthode régulière, uniforme à cette opération […]. Lorsqu’il avait été nommé garde de la bibliothèque royale, il avait formé le projet de réunir en un seul corps tous les auteurs qui ont écrit sur l’art militaire […]

  • 47 Huet 1993, p. 120.

52mais Huet n’aura pas le temps47. Le géographe Nicolas de Fer (1646-1720), qui a accompagné le dauphin lors de la première campagne, reprend l’idée de Huet. Protégé du Grand Dauphin, il travaille pour lui, assurant la notoriété du jeune combattant en gravant la carte des conquêtes de la Franche-Comté en 1689. En remerciement, il est nommé géographe du dauphin, puis auprès de ses enfants « géographe des Enfants royaux », puis « géographe du roi d’Espagne et du Dauphin » après 1702. On a souvent dit que les plans-reliefs ont servi à l’éducation du Grand Dauphin. Rien n’est moins sûr.

Le dauphin est initié dès l’enfance aux affaires militaires

  • 48 Registre du trésor royal. Dans le registre des comptes des Bâtiments du roi, 1669, p. 281, 313 et 3 (...)

53L’environnement dans lequel il vit l’y encourage. Il passe ses journées entouré de jeunes ou anciens militaires et de gardes royaux. Depuis qu’il a quatre ans, il accompagne son père qui passe en revue les troupes, comme en 1665 à la plaine de Colombes, revue à laquelle assiste le Bernin. À huit ans, en 1669, dans une salle de Saint-Germain, le dauphin apprend la stratégie en manipulant une armée miniature mue par des ressorts, d’une vingtaine d’escadrons de cavalerie et de dix bataillons d’infanterie, en argent et en plomb, sur des décors construits par Couturier et Henri Gissey (décorateur des fêtes royales)48.

  • 49 Louis XIV 1992, p. 240, année 1667.

54Le dauphin assiste aux innovations dans l’art militaire en allant au fort Saint-Sébastien en 1669. Le roi modifie alors considérablement la stratégie militaire et élabore un nouvel art de la guerre : la stratégie de prise de villes et de forteresses, dont le caractère spectaculaire et relativement peu meurtrier convient parfaitement à la mise en scène de la gloire royale. La guerre de siège est affaire d’infanterie et d’artillerie, où la cavalerie n’est plus déterminante. L’artillerie se développe tandis que s’allonge la portée des tirs. La science constitue désormais un volet essentiel de l’art de la guerre. À cette époque, dans ses Mémoires, le roi use même de la métaphore de la nouvelle stratégie militaire en prévenant son fils contre ses écarts amoureux : « On attaque le cœur d’un prince comme on attaque une place. Le premier soin est de s’emparer de tous les postes par où on y peut approcher49. »

  • 50 Les fouilles archéologiques ont débuté en octobre 2011 pour une durée de cinq ans sous la direction (...)

55Pour entraîner ses troupes à ce nouvel art de la guerre, le roi fait construire à partir de 1669 successivement deux camps d’entraînement (de 32 et de 192 hectares) et deux forts en terre remblayée et en bois au lieu dit « Fort-Saint-Sébastien » dans la plaine d’Achères. La taille du second camp indique l’importance du déploiement des troupes royales vers 167050. Le roi et la reine suivent les travaux. La Cour s’y déplace pour admirer les manœuvres des régiments et des troupes du roi, environ 30 000 soldats commandés par 5 000 officiers. Le 2 juin 1669, le dauphin de huit ans s’y rend. À la tête de son régiment d’infanterie créé en 1667, il le fait manœuvrer sur les conseils du lieutenant-colonel, le marquis de Beringhen, premier écuyer. Puis il assiste à la prise du fort d’Achères fin juillet 1669, combat d’entraînement grandeur nature où l’on tire sans doute à blanc.

56Rien ne dit que ces forts Saint-Sébastien aient expressément servi à l’éducation du dauphin. En effet, ils avaient comme premier objectif l’entraînement avant les combats sur la frontière en Lorraine d’abord, puis aux Pays-Bas, dans ce qui fut la guerre de Hollande. Les stratèges envisageaient l’attaque de forteresses, à laquelle l’armée royale n’était pas encore prête, et qu’il fallait entraîner en coordonnant les phases des opérations militaires. Mais le dauphin fut présent, instruit de ce nouvel art guerrier qui représentait l’avenir de la stratégie militaire française, avec les hommes mêmes qui l’élaborent : son maître de mathématiques, spécialiste de balistique, l’architecte François Blondel.

  • 51 Gravure : « L’art de vaincre et de régner enseigné par Sa Majesté à Monseigneur le Dauphin », chez (...)
  • 52 Fort de sa nouvelle technique de prise de ville, Vauban a pris la ville en six jours.

57Mais « Qui peut Lui mieux enseigner l’art de vaincre et de régner » que l’exemple de son père, selon le titre d’une gravure51 ? Pour l’étape suivante de son enseignement martial, le Grand Dauphin participe à la reddition d’un vrai siège, où il reçoit le baptême du feu, c’est-à-dire le tir à balle réelle, l’année de ses treize ans, en 1674, pendant la campagne de Franche-Comté. Il est vraisemblable que la prise de Besançon, le 15 mai, n’a pu être coordonnée à temps52. En revanche, celle de Dole permet la mise en scène envisagée. Le dauphin, qui loge à deux lieues de Dole avec la reine, les princes de Conti et le duc de Montausier, arrive exactement au moment de l’investissement de la forteresse. Le 7 juin 1674, les troupes du roi et celles du régiment Dauphin entrent ensemble dans la ville, tandis que la Gazette proclame :

  • 53 Gazette, juin 1674, p. 542.

On ne doit pas oublier que la fortune s’est déclarée ici en faveur de Mgr le Dauphin, comme elle s’est déclarée tant de fois en faveur de notre grand monarque ayant voulu que cette conquête se soit achevée en la première visite qu’il fit au camp de S M […] ce qu’on prend pour un très favorable augure pour ce jeune prince53.

  • 54 Le Grand Dauphin est représenté à côté de son père dans la série de tapisseries de L’histoire du ro (...)

58Cette fois, Louis XIV délègue à son jeune fils la réputation de conquérant, montrant par la reddition du siège de Dole que l’héritier du trône est un prince de guerre54. Sur le plan purement éducatif, c’est l’occasion de montrer au dauphin les dernières innovations technologiques de Vauban.

59Neuf ans plus tard, le roi lui confie le commandement de l’infanterie sous la tutelle de Villeroi, et le sous-gouverneur Millet de Jeure rapporte :

  • 55 Aix-en-Provence, bibliothèque Méjanes, fo 472 : Millet de Jeure, Mémoires, manuscrit.

Mgr le Dauphin s’en acquitta avec toute la satisfaction que le roi devoit espérer de grandes et rares qualités de ce prince, l’admiration et l’amour s’il faut ainsi dire des troupes qui le regardèrent & le vénérèrent comme un jeune héros, la douceur de son commandement, l’exactitude de la discipline qu’il fit observer, la bonté avec laquelle il traita les officiers & la ponctualité à s’acquitter de ce glorieux devoir sous les yeux du plus éclairé de tous les rois et du plus grand des capitaines, Sa Majesté quoique fort réservée sur les louanges de Mgr le Dauphin lui rendit néanmoins justice publiquement et le loua dignement de ses soins, de son application & de son intelligence55.

60Il confirme que l’on attend du dauphin des qualités militaires, techniques, mais surtout des qualités humaines, qu’il possède à la fin de son éducation militaire commencée en rédigeant les exploits de son père. Si l’art militaire est une technique en constante évolution, il n’est rien sans la morale et les vertus du prince.

Sa magnificence dans l’art des ambassades et dans celui de la cour

61Le dauphin a appris à représenter l’avenir de la dynastie dès son plus jeune âge. Il reçoit à côté de son père et de sa mère, puis seul dans ses appartements, les corps représentés, les ambassades diverses, sous le contrôle de sa gouvernante puis de son gouverneur. Pendant que son père est en campagne en Flandre et en Franche-Comté, c’est lui (à douze ans) qui reçoit seul les ambassadeurs. Il connaît le protocole et apprend les réponses adaptées à chacun que lui dicte son gouverneur. Il connaît les familles à la cour, la hiérarchie des ordres et des préséances. Il sait également prendre en charge des enfants qui lui sont recommandés pour leur baptême.

  • 56 En effet, le carrousel des 5 et 6 juin 1662, qui fête sa naissance, se déroule à Paris entre le Lou (...)
  • 57 Y participent le duc de La Feuillade (né en 1631) qui gagne « une boette à portrait », le marquis d (...)
  • 58 Avec Conti, La Roche-sur-Yon, le comte de Brionne, le prince de Commercy, le marquis de Bellefons, (...)
  • 59 Mercure galant, mai 1680, p. 76-79. Les participants sont Conti, La Roche-sur-Yon, le comte d’Armag (...)

62Le dauphin fait valoir ses qualités artistiques lors des carrousels et des spectacles. Si un carrousel magnifique où le roi avait combattu à cheval avait marqué la naissance de Monseigneur les 5 et 6 juin 166256, un carrousel marque la fin de l’éducation de celui-ci en 1685, qui montre ainsi son aptitude à commander, à monter à cheval et à être adroit. Il est le fruit d’un long processus d’apprentissage tant de l’équitation à la française que du combat en public. Au début de l’année 1678, à dix-sept ans, le dauphin court la bague lors de trois combats publics avec les princes de Conti, ses cousins et les seigneurs de la cour. Six mois plus tard, le dauphin organise à Saint-Germain une course de bague en présence du roi57. Quinze jours après, il court la bague à Fontainebleau58. En février 1680, lors du carnaval, une course de bague l’oppose aux plus grands seigneurs à Saint-Germain. Le 2 mai 1680, quatre courses réunissent vingt-sept cavaliers en l’honneur de la dauphine59.

  • 60 Du 8 janvier au 3 mars 1685, un opéra Orlando en français est d’ailleurs joué à la cour sur une mus (...)
  • 61 Dangeau 1854-1860, t. I, p. 129-131, dimanche 4 mars 1685.
  • 62 La brillante journée […] 1685 ; La Gorce 1998, p. 276-285.

63Le roi peut alors déléguer à son fils l’organisation des fêtes à la cour. C’est le cas des spectacles du carnaval de 1685 avec comme thème le Roland furieux, avant que ne commencent les entraînements pour un nouveau carrousel60. En mars, le dauphin court la bague sous le regard de son père dans un premier carrousel à deux quadrilles, dans la carrière située derrière les Grandes Écuries61. Puis en mars 1685, les répétitions du grand carrousel commencent. Le duc de Saint-Aignan (soixante-treize ans), aidé par Jean Berain, conseille le jeune homme comme il a conseillé le père. Les 4 et 5 juin 1685, le grand « carrousel des galans Maures » déploie une grande cavalcade en quadrille dans les rues de Versailles, un défilé public de chars suivis de ballets équestres, tandis que des jeux de bague et de tête ponctuent cette très grande fête de cour aux décors et aux costumes magnifiques62. L’élégance, l’habilité dans les exercices de guerre du dauphin et des autres princes royaux sont honorées. Ainsi, pendant sept ans, la Cour a admiré l’adresse et l’élégance du dauphin qui se couvre de gloire dans ces fêtes éphémères.

  • 63 Dangeau 1854-1860, t. I, p. 212.

64Sa capacité à organiser les spectacles est également admirée puisque, outre ce carrousel, il donne son avis sur le livret de l’opéra de Quinault en le faisant lire en particulier dans son cabinet, « opéra que Quinault prépare pour Fontainebleau, par l’ordre de Monseigneur63 ». Il en suit les répétitions et assiste à la générale. Malgré la variole de Mlle de Conti, qui ne put danser, toute la Cour apprécia l’opéra Le temple de la paix joué le samedi 20 octobre à Fontainebleau, premier opéra supervisé par Monseigneur, aidé par son sous-gouverneur devenu premier valet de chambre Hyacinthe Gauréault de Dumont. Bon chasseur, bon cavalier, bon danseur et capable d’organiser les spectacles qui font la renommée de la cour, Monseigneur est un prince accompli puisqu’il possède en outre l’art de constituer des collections.

65Très tôt, ses éducateurs l’ont sensibilisé à l’importance de l’art de la collection pour un prince. L’un, Huet, lui offrait un ouvrage rare par son format, l’autre une gravure ou une monnaie. Enfant, il visite les collections des valets de chambre de son père, notamment Denis Moreau. Colbert favorise la collecte d’œuvres d’art par le biais des ambassadeurs, les encourageant en 1674 à faire rechercher des textes latins manquants, des manuscrits inédits dans les bibliothèques du monde entier :

  • 64 Lettre du 13 avril 1674 de Carcavi à Vansleb parti en expédition en Éthiopie depuis 1671, dans Colb (...)

66Soyez persuadé que Monseigneur a plus d’instruction de toutes choses en un jour que les particuliers ne sçauroient en avoir en plusieurs années. J’en ai fait moy-mesme l’expérience, et me suis mis au repos de ce costé-là. […] Quel plaisir auroit Monseigneur si vous trouviez ce qui nous manque de Tite-Live, de Tacite, ou quelque autre ouvrage que le temps nous a volé de ces illustres anciens, tant grecs que romains64 !

67Le Grand Dauphin vit également dans les chantiers de rénovation de Saint-Germain et de construction de Versailles. Il côtoie donc les plus grands artistes, architectes, jardiniers du Grand Siècle. Devenu un amateur averti, son père lui donne un premier fonds de collection princière à partir de 1681.

68Il apparaît nettement que le roi entend faire de son fils un prince instruit des multiples connaissances de son temps. Le dauphin reçoit un enseignement des sciences alors que l’Académie royale des sciences se constitue à peine, la physique étant encore peu séparée de la philosophie. Il est entouré de précepteurs et de maîtres partisans du cartésianisme, qui cherchent à rendre compatible la réflexion méthodique avec les sciences, les lettres et la religion, alors que dans le même temps, en public, le roi condamne le cartésianisme et interdit son enseignement dans les collèges et à l’Université. Le dauphin bénéficie du mécénat royal à l’Académie, où des scientifiques de l’Europe entière lui consacrent quelques leçons (Roemer, Stenon, Rohault, Du Verney…). Il se rend à l’Académie des sciences pour valider par sa présence des expériences uniques et non reproductibles. Il est le premier membre de la famille royale à venir constater l’achèvement des travaux de l’Observatoire royal et à se faire expliquer l’installation et le fonctionnement des instruments.

69À l’issue de cette éducation, pendant laquelle le dauphin a été élevé par des intellectuel(le)s du Grand Siècle, il a acquis de nombreux savoirs et comportements qui en ont fait un prince complet. En plus de cette nécessité pour la monarchie française d’avoir un prince chrétien, le dauphin a acquis par l’éducation des qualités et des vertus importantes. À ce titre, il est exemplaire d’avoir à cette époque, en Europe, une éducation aussi complète, des matières aussi adaptées au futur métier de roi, développées par les précepteurs les plus brillants du moment. Le contenu de son éducation est non seulement complètement en phase avec son époque mais en avance sur les idées de son temps, car le dauphin est appelé à régner dans un avenir incertain, auquel il doit être adapté grâce à de nouvelles représentations politiques. À la lecture de ce qui précède, il est largement temps d’abandonner le mythe longtemps rabâché d’une éducation bâclée et gâchée.

Exemplaire pour le peuple ?

  • 65 Fléchier 1825-1828, t. IX, p. 433-440.
  • 66 Louis XIV 1992, p. 45.

70Le modèle éducatif du Grand Dauphin est à mettre au compte des grandes réussites du règne de Louis XIV. Au moment où l’éducation du dauphin commence, le président Périgny établit un plan d’étude en 1668 : Desseins de M. de Périgny pour l’éducation du Dauphin65, en même temps que Louis XIV entreprend de rédiger un « mémorial de ses décisions » (Goubert), contrairement à son propre père, Louis XIII, qui ne lui a rien transmis. Ce que le roi exprime avec ses Mémoires, c’est l’importance de transmettre directement des principes théoriques et pratiques à son fils. Plus aucune autre institution du prince ne fait désormais autorité face à la forme donnée à l’éducation du dauphin : « […] la lecture de ces Mémoires pourrait suppléer en quelques sortes toutes les autres lectures66. » C’est la fin des miroirs du prince où l’exaltation des vertus servait de viatique à l’éducation.

  • 67 Goyet 1965, t. II, p. 219-240.

71Ensuite, Bossuet rédige des ouvrages pour l’éducation du dauphin67. Des « manuels scolaires » s’élaborent avec des intentions, des savoirs variés, un contenu et des mises en page pédagogiques, et c’est la première fois dans l’histoire de l’éducation. Bossuet rend cette éducation exemplaire, tandis que dans les autres domaines œuvrent Colbert, Louvois, Le Brun, Le Nôtre pour la plus grande gloire de Louis XIV.

72Une formule d’éducation princière a été mise au point qui intègre les plus récentes connaissances, les ouvrages les mieux choisis, servis par les plus prestigieux intellectuels. Entre éducation et pouvoir, un lien s’est mis en place.

  • 68 « Le récit de l’histoire ou comment écrire l’histoire », dans Marin 1981, p. 49-107, analyse le « p (...)

73Ayant conscience d’avoir renouvelé de façon considérable le modèle d’éducation princière, Louis XIV se permet de critiquer sa propre éducation et de proposer le modèle conçu pour son fils aux autres princes. Grâce au Petit Concile constitué d’une vingtaine de personnes, ayant défini le modèle d’éducation pour un prince chrétien, huit de ses membres sont recrutés dans les autres éducations princières68. Le Petit Concile oriente ainsi le modèle éducatif de toute une génération de princes et fait des émules, comme le raconte Le Dieu, biographe de Bossuet :

  • 69 Le Dieu 1856-1857, t. I, p. 147.

Non seulement les princes mais les jeunes gens suivirent ce plan et se portèrent avec ardeur à l’étude sous des maîtres habiles la plupart choisis par l’évêque de Condom. Ce fut une nouvelle manière de faire sa cour et de se rendre agréable au roi. Le nonce et les ambassadeurs étrangers témoins des succès de cette belle éducation, en parurent émerveillés et avouèrent que l’on en prennoit pas de pareils soins chez leurs maîtres. La réputation s’en répandit partout et les savans, appliqués particulièrement aux belles lettres dans les États voisins se firent l’honneur de travailler aux auteurs de la plus pure latinité pour en dédier les éditions à Monseigneur le Dauphin69.

74L’impact du préceptorat du Grand Dauphin modifie définitivement l’éducation des princes français élevés après lui, en l’adaptant selon leur proximité au pouvoir. Plus le prince est éloigné de la potentialité de régner, plus son personnel d’éducation décroît en nombre, ce qui se comprend par une moindre disponibilité financière des familles princières, mais également par une moindre participation aux actes quotidiens de représentation à la cour. Ainsi en fut-il pour la plupart des princes français jusqu’aux enfants de Louis XVI, où une nouvelle formule d’éducation apparaîtra.

  • 70 C’est ce que l’on trouve dans un document produit dans Griselle 1900, p. 140 : « Une grande marque (...)
  • 71 Bossuet 1747.
  • 72 Louis de France 1994.

75Rien d’étonnant donc que les précepteurs des princes utilisent les mêmes documents. Les manuscrits des thèmes latins, de l’abrégé d’histoire de France, que le dauphin a rédigés sous la dictée de Bossuet, sont recopiés, transformés, adaptés pour le duc de Chartres, Toulouse, Vermandois et pour la génération suivante, le duc de Bourgogne et ses frères70. C’est seulement en 1747, lors de l’éducation de Louis le dauphin, fils de Louis XV, que ce texte est publié en quatre volumes sous le titre Abrégé de l’histoire de France71. Cette publication a pour objectif de montrer les œuvres rédigées par le premier dauphin et d’établir une filiation dynastique entre les dauphins72.

76Enseignée méthodiquement, l’histoire se constitue en science des princes. Son enseignement, élément de prestige et de majesté, témoigne d’un degré important d’abstraction dans les connaissances et dans la perception du pouvoir royal. Le dauphin est le symbole vivant de la somme exhaustive des connaissances qui se transmettent dans la dynastie.

  • 73 Bernard de La Monnoye (1641-1713), correcteur de la Chambre des comptes de Dijon, remporte ce prix (...)

77Après s’être diffusée aux princes, l’éducation du dauphin se veut exemplaire pour les sujets. Sa diffusion est nécessaire pour le bien du royaume selon l’idée humaniste qu’une bonne éducation du prince empêche la tyrannie en favorisant le bonheur des peuples. Alors que l’éducation s’achève, l’Académie française propose un prix pour un éloge en vers ayant comme sujet « L’éducation de Monseigneur le dauphin & le soin que Sa Majesté prend d’écrire elle-mesme les Mémoires de son règne pour l’instruction de ce jeune prince » (séance du 2 janvier 1677)73. Ainsi affirme-t-on au public que les Mémoires participent à la fabrication du dauphin. Le roi affiche aux yeux de tous son rôle d’éducateur, seul habilité à transmettre à son successeur les connaissances pour gouverner.

  • 74 Dans les registres de la Secrétairerie d’État : Paris, Archives nationales, E 3375.

78Mais l’exemplarité signifie plus désormais. Il faut dévoiler le contenu, l’apprentissage du pouvoir. À Colbert qui lui écrit : « Sire, il est de votre magnificence que tous les enfants de vos sujets aient part à l’instruction de votre fils. Son éducation particulière doit devenir en quelque sorte générale », Louis XIV répondit : « […] qu’on fît part au public de tout ce qui était fait pour l’instruction du prince afin que tout le monde pût en profiter »74.

79Jusque-là, les principes d’éducation princière et leur contenu restaient secrets. Désormais, les réflexions sur l’éducation sont divulguées et publiées. Ainsi, la monarchie, devenue créatrice d’une pédagogie spécifique, finance la publication d’ouvrages éducatifs de qualité sous l’impulsion de Montausier. La collection cum interpretatione et notis ad usum Delphini devient publique entre 1673 et 1682. Elle n’a pas servi à l’éducation du dauphin sous la forme que nous lui connaissons puisque les ouvrages sont publiés à la fin de son éducation, mais elle est le prototype des éditions de poètes latins publiées par le père Jouvancy à l’usage des classes de collèges jésuites. De même, si l’histoire de Bossuet fut considérablement remaniée avant de devenir la grande histoire universelle, ses bases et les principes sont ceux appris par le dauphin. Ainsi les sources didactiques, les ouvrages créés par le préceptorat, furent remaniés, amendés, corrigés, discutés par les participants à l’éducation avant d’être publiés à la fin du préceptorat à destination d’un espace social plus large que celui de l’éducation des princes.

80Exemplaire, l’éducation du dauphin le fut à plusieurs titres. Elle est exceptionnelle par sa qualité et son adaptation à la modernité de cette deuxième partie du xviie siècle. Elle sert de réflexion sur la forme de l’éducation princière, élabore un contenu, constitue une méthode pédagogique et publie des ouvrages d’éducation au moment où explosent les savoirs du Grand Siècle. Les trois genres qui définissent une volonté pédagogique – programme d’éducation, littérature encomiastique et littérature de jeunesse – sont réformés pour et par l’éducation du dauphin. Une nouvelle organisation des savoirs utiles aux princes est menée par la réflexion approfondie de ces hommes de lettres catholiques, de ces membres du clergé menant une carrière littéraire et enseignante dans le dessein d’ancrer un nouvel ordre politique tiré de l’Écriture sainte. Ils élaborent une éducation delphinale exemplaire, spécifique, qui se mue en modèle d’éducation réformé et innovant. Avec le Grand Dauphin, l’art du gouvernement n’est plus envisagé comme dépendant des seules vertus du prince administrant les affaires de l’État. L’art de gouverner se base sur une conception technique du pouvoir et sur de multiples savoirs que le prince se doit d’acquérir.

81Il reste cependant à inventer une pédagogie adaptée à l’âge de l’enfant et respectant ses rythmes de croissance. Cela fut examiné lors de l’éducation suivante, celle de ses fils. Toutefois, le préceptorat du Grand Dauphin est un exercice de légitimation de la nouvelle éducation princière pensée au Grand Siècle.

Haut de page

Bibliographie

Sources imprimées :

Bossuet Jacques-Bénigne, 1747, Abrégé de l’histoire de France, Paris, Desaint & Saillant, 4 vol.

— 1909-1925, Correspondance de Bossuet, éd. Ch. Urbain et E. Levesque, Paris, Hachette, 15 vol.

Colbert Jean-Baptiste, 1861-1868, Lettres, instructions et mémoires, éd. P. Clément, Paris, Imprimerie impériale, 7 vol.

Cordemoy Géraud de, 1691, « De la réformation d’un État », dans Id., Divers traitez de métaphysique, d’histoire et de politique, éd. L.-G. de Cordemoy, Paris, Vve J.-B. Coignard et J.-B. Coignard, p. 99-222.

Dangeau Philippe de Courcillon, marquis de, 1854-1860, Journal du marquis de Dangeau […] avec les additions inédites du duc de Saint-Simon, éd. E. Soulié et al., Paris, F. Didot, 19 vol.

DBois Marie, 1936 [1932-1935], Mémoires de Marie Du Bois, sieur de Lestourmière et du Poirier, gentilhomme servant du roi, valet de chambre de Louis XIII et Louis XIV, 1647-1676, éd. L. de Grandmaison, Vendôme, A. Launay.

Fine de Brianville Claude-Oronce, 1664, Abrégé méthodique de l’histoire de France par la chronologie, la généalogie, les faits mémorables & le caractère moral & politique de tous nos rois, ensemble leurs portraits enrichis de symboles & d’autres monuments prises fidèlement sur leurs monnaies, leurs sceaux et divers autres monuments, avec leurs véritables devises, le tout accompagné d’un nouveau Jeu de cartes de ces mêmes portraits, Paris, Ch. de Sercy.

— 1670-1675, Histoire sacrée en tableaux avec leurs explications suivant le texte de l’Écriture, Paris, Ch. de Sercy, 3 vol.

Fléchier Esprit, 1825-1828, Œuvres complètes de Fléchier, éd. A.-V. Fabre de Narbonne, Paris, Boiste, Berquet, Dufour, 9 vol.

— 1835, Oraisons funèbres de Fléchier, Paris, A. Hiard.

Fleury Claude, 1686, Traité du choix et de la méthode des études, Paris, P. Aubouin.

Goyet Thérèse, 1965, L’humanisme de Bossuet, Paris, Klincksieck, 2 vol.

Huet Pierre-Daniel, 1993, Mémoires : 1718, éd. P.-J. Salazar, trad. Ch. Nisard, Paris/Toulouse, Klincksieck/Société de littérature classique.

La brillante journée, ou Le carrousel des galans Maures, entrepris par Monseigneur le Dauphin, avec la comparse, les courses et des madrigaux sur les devises […], 1685, Paris, Vve Blageart.

LFontaine Jean de, 1668, Fables choisies, mises en vers par M. de La Fontaine, Paris, Cl. Barbin.

LMothe LVayer François de, 1668, Deux discours : le premier, du peu de certitude qu’il y a dans l’histoire ; le second, de la connoissance de soy-mesme, Paris, L. Billaine.

Laurent Jacques, 1682, « Sonnet acrostiche », dans Les hommages rendus au roy à Strasbourg et Cazal, villes soumises à l’obéissance de Sa Majesté en mesme jour, le 30 septembre 1681, Paris, G. Jollain.

LDieu François, 1856-1857, Mémoires et journal sur la vie et les ouvrages de Bossuet, éd. W. Guettée, Paris, Didier, 4 vol.

L’Estoile Pierre de, 1837, Mémoires et journal de Pierre de Lestoile : règne de Loys XIII, roy de France et de Navarre, dans Nouvelle collection des mémoires pour servir à l’histoire de France, éd. J.-Fr. Michaud et J.-J.-Fr. Poujoulat, Paris, Éd. du Commentaire analytique du Code civil, 2e série, t. I, 2e partie, p. 590-672.

Louis de France, 1994, Charles IX : récit d’histoire par Louis dauphin et Bossuet, éd. R. Pouzet, Clermont-Ferrand, Adosa.

Louis XIV, 1992, Mémoires pour l’instruction du dauphin, éd. P. Goubert, Imprimerie nationale.

Motteville Françoise de, 1838, Mémoires de Mme de Motteville, dans Nouvelle collection des mémoires pour servir à l’histoire de France, éd. J.-Fr. Michaud et J.-J.-Fr. Poujoulat, Paris, Éd. du Commentaire analytique du Code civil, 2e série, t. X, p. 1-572.

Perrault Charles, 1670, Courses de testes et de bagues faittes par le roy et par les princes et seigneurs de sa cour en l’année 1662, Paris, Imprimerie royale.

Quinte-Curce, 1678, Q. Curtii Rufi, de Rebus gestis Alexandri Magni, cum supplementis Freinshemii, éd. M. Le Tellier, Paris, Fr. Léonard.

Saint-Maurice Thomas-François Chabod, marquis de, 1911-1912, Lettres sur la cour de Louis XIV, éd. J. Lemoine, Paris, C. Lévy, 2 vol.

Études :

Bruter Annie, 1997, L’histoire enseignée au Grand Siècle : naissance d’une pédagogie, Paris, Belin.

Burke Peter, 1995, Louis XIV : les stratégies de la gloire, trad. P. Chemla, Paris, Éd. du Seuil.

Castelluccio Stéphane 2002, Les carrousels en France, du xvie au xviiie siècle, cat. exp. (Versailles, 15 déc. 2002-1er mars 2003), Paris / Versailles, L’Insulaire / Éd. de l’Amateur / bibliothèque municipale de Versailles.

Cornette Joël, 2000 [1993], Le roi de guerre : essai sur la souveraineté dans la France du Grand Siècle, Paris, Payot.

Grell Chantal, 1995, Le dix-huitième siècle et l’Antiquité en France, Oxford, Voltaire Foundation, 2 vol.

 2000, Histoire intellectuelle et culturelle de la France du Grand Siècle : 1654-1715, Paris, Nathan.

Grell Chantal et Michel Christian, 1988, L’école des princes ou Alexandre disgracié : essai sur la mythologie monarchique de la France absolutiste, Paris, Les Belles Lettres.

Griselle Eugène, 1900, « Un fragment inédit de Ledieu sur l’éducation du Dauphin », Revue d’histoire littéraire de France, t. VII, p. 126-143.

Halévi Ran, 2000, « Savoir politique et “mystères de l’État” : le sens caché des Mémoires de Louis XIV », Histoire, économie et société, vol. 19, no 4, p. 451-468.

LGorce Jérôme de, 1998, « Le premier grand spectacle équestre donné à Versailles : le Carrousel des galants maures », dans Daniel Roche (dir.), Les écuries royales du xvie au xviiie siècle, Paris / Versailles, Association pour l’académie d’art équestre de Versailles / Établissement public du musée et du domaine national de Versailles, p. 246-285.

Lahaye Matthieu, 2013, Le fils de Louis XIV : Monseigneur le Grand Dauphin, 1661-1711, Seyssel, Champ Vallon.

Louis XIV à Saint-Germain, 1638-1682, 1988, cat. exp. (Saint-Germain-en-Laye, 24 sept.-27 nov. 1988), Saint-Germain-en-Laye, musée des Antiquités nationales.

Marin Louis, 1981, Le portrait du roi, Paris, Éd. de Minuit.

Mormiche Pascale, 2009, Devenir prince : l’école du pouvoir en France, xviie-xviiie siècles, Paris, Éd. du CNRS.

 2011, « Les Condé et les sciences : entre l’académie Bourdelot et l’éducation de Monsieur le Duc (1670-1700) », dans Virginie Fonteneau et Renaud d’Enfert (dir.), Espaces de l’enseignement scientifique et technique : acteurs, savoirs, institutions, xviie-xxe siècle, actes du congrès (Paris, 2008), Paris, Hermann, p. 15-29.

Perez Stanis, 2004, « Les brouillons de l’absolutisme : les “mémoires” de Louis XIV en question », XVIIe siècle, no 222, 1, p. 25-50.

Preyat Fabrice, 2007, Le Petit Concile de Bossuet et la christianisation des mœurs et des pratiques littéraires sous Louis XIV, Berlin, Lit.

Sabatier Gérard, 1985, « Versailles, un imaginaire politique », dans Culture et idéologie dans la genèse de l’État moderne, actes de la table ronde (Rome, 15-17 oct. 1984), Rome, École française de Rome, p. 295-324.

— 2010, Le prince et les arts : stratégies figuratives de la monarchie française de la Renaissance à l’âge baroque, Seyssel, Champ Vallon.

Haut de page

Notes

1 Mormiche 2009.

2 Louis n’est pas le seul fils de Louis XIV. Ce dernier a un garçon avec Mlle de Lavallière, Vermandois, et deux autres avec l’une des femmes les plus brillantes de son époque, Mme de Montespan : Maine et Toulouse. Ils sont pris en charge par une non moins grande intellectuelle qui va s’affirmer dans la pédagogie : Mme de Maintenon. Ses cousins élèvent également des fils : les princes de Conti et de La Roche-sur-Yon.

3 Cordemoy 1691, p. 179-180 et 201.

4 Mormiche 2011.

5 « Ce choix, qu’il [le roi] avoit fait de son propre mouvement, reçut d’abord une approbation universelle, parce que cette dame étoit estimée généralement de tout le monde. Elle avoit été dans sa jeunesse favorite de feu madame la princesse, et la plus chère des amies de la duchesse d’Aiguillon, quand, par la faveur du cardinal de Richelieu son oncle, elle étoit idolâtrée des gens de la cour. […] On vit donc cette dame, dans la place que le Roi lui avoit donnée, avec espoir qu’elle contribueroit, par ses soins et sa raison, à rendre monseigneur le Dauphin aussi grand en vertus qu’il l’étoit par sa naissance », Motteville 1838, p. 522-523.

6 Fléchier 1835, p. 19.

7 Fine de Brianville 1664, préface de l’éditeur.

8 Ibid., introduction.

9 Fine de Brianville 1670-1675. Cet ouvrage a sans doute servi aux autres princes, puisque l’exemplaire de la bibliothèque municipale de Versailles (FA in-16o I 128b) possède un ex-libris de la bibliothèque de Madame Victoire. Il présente une première chronologie en âge du monde et en âge chrétien.

10 Le roi change de maîtresse, délaissant Mlle de La Vallière pour Mme de Montespan. Mme de Montausier comprend qu’elle a beaucoup de choses à gagner avec la nouvelle maîtresse, tant sur le plan matériel que sur le plan intellectuel.

11 « La maréchale de La Motte, honnête femme et de bonne maison, fut mise gouvernante de monseigneur le Dauphin. Ce ne fut nullement pour ses éminentes qualités ; car, à dire vrai, elles étoient médiocres en toutes choses. Elle étoit petite-fille de madame de Lansac, qui l’avoit été du Roi. C’étoit un grand titre ; mais il n’auroit pas été suffisant pour l’appeler à cette dignité si elle n’avoit été dans l’alliance de M. Le Tellier, comme parente proche de l’héritière de Souvré, qu’il avoit depuis peu fait épouser à son fils, le marquis de Louvois. Par cette protection, le souvenir des fautes du maréchal de La Motte, qui avoit été contre le service du Roi pendant les guerres de la régence, fut entièrement effacé ; et ce qui manquoit à sa veuve pour être propre à ce grand emploi ne fut pas remarqué », Motteville 1838, p. 537, année 1664.

12 Le dauphin est âgé de quatre ans en juillet 1665 (Du Bois 1936, p. 399).

13 Le Dieu 1856-1857, t. I, p. 130.

14 Montausier est porté par des familiers de l’enfance de Louis XIV, les Navailles. Il assure aussi la continuité avec les Vivonne-Pisani-Angenne, famille paternelle de Julie, gouverneur des enfants d’Henri IV.

15 Halévi 2000.

16 Cité dans Mormiche 2009, p. 50.

17 C’est dans ce milieu très restreint du parlement de Paris, de Toulouse et de Metz qu’est choisi le sous-précepteur du Grand Dauphin. La branche aînée des Doujat servait Catherine de Médicis puis l’hôtel de la reine, depuis plusieurs générations. Ils sont alliés avec un secrétaire du roi, Louis Targer, beau-frère du gentilhomme de la Chambre de Gaston d’Orléans, Nicolas Goulas. Sa sœur, Françoise Doujat (morte en mai 1667), est la femme de l’avocat général au parlement de Paris, Omer Talon. Doujat est très lié avec Pierre Halley, professeur de droit à l’université de Paris ; tous deux ont formé Huet. Doujat est choisi avant la nomination de Bossuet.

18 Rouen, bibliothèque municipale, Ms 140 (2627), fonds Martainville, « Sur l’instruction de Mgr le Dauphin », copié par l’abbé Alary le 30 juillet 1733.

19 Preyat 2007.

20 Fleury 1686.

21 Saint-Maurice 1911-1912, t. I, p. 324, le 26 juil. 1669.

22 Du Bois 1936.

23 L’Estoile 1837, p. 599.

24 Bruter 1997.

25 La Mothe Le Vayer 1668.

26 Grell 1995 et 2000, p. 32.

27 Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits, naf 4123, Mélanges sur Port-Royal, fo 34, « Plan d’études qui a été suivi par Lancelot pour l’éducation de Louis de Bourbon, et François Louis, princes de Conti », en 1672.

28 Du Bois 1936, p. 421.

29 D’après le témoignage de Daniel Crespin, dans la préface de Salluste, imprimé avant le 6 novembre 1674, cité par Goyet 1965, t. II, p. xx, note 77 et ibid., note 78, cahiers d’exercices de Saint-Sulpice après le 22 mai 1674.

30 Cordemoy 1691, « Exercice des enfans depuis cinq ans jusqu’à dix », p. 168-169 et « Pour les jeunes hommes de quinze ans jusqu’à vingt », p. 189.

31 Sabatier 1985 et 2010.

32 Grell et Michel 1988.

33 La Mothe Le Vayer 1668, p. 257-269.

34 La Fontaine 1668, dédicace. Il s’agit de la conquête éclair de la Franche-Comté avec le prince de Condé et de la fin de la guerre de Dévolution contre l’Espagne. Or, dans la fête qui célèbre la victoire, Le grand divertissement royal de Versailles du 18 juillet 1668, le roi utilise pour la première fois Apollon dominant la nature et le cosmos, modifiant ainsi le programme iconographique monarchique.

35 Quinte-Curce 1678. L’édition française en latin précédente datait de 1615.

36 Bossuet fait travailler le dauphin sur les premières batailles peu célèbres d’Alexandre en 335 contre les Gettes (Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits, fr 11912, thèmes et versions, p. 105 et suiv.). Dans l’Histoire universelle, il ne s’étend pas sur Alexandre, dont il critique la volonté de puissance, cause de la perte de son empire.

37 Burke 1995, p. 79-89.

38 Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits, fr 12839, papiers Bossuet, recueil de pièces pour l’éducation du dauphin : la campagne de Hollande de 1672 décrite en français par le dauphin. De Bello Batavico, fo 2vo.

39 Le roi rend aux catholiques le libre exercice du culte (fo 56).

40 La Gazette consacra deux numéros à ce passage du Rhin et aux victoires. L’Académie de peinture en fit le thème de son concours. Ce passage du Rhin est encore exploité puisque l’architecte François Blondel le représente sur la porte qu’il fait construire à Paris, en 1684. L’historiographe du roi, Boileau, écrit à la commande une Ode sur le passage du Rhin.

41 Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits, fr 12839, fos 60 et suiv.

42 Louis de France 1994.

43 Cornette 2000.

44 Lahaye 2013.

45 Laurent 1682, sonnet acrostiche.

46 Lettres du contrôleur Petit à Colbert, 6 déc. 1673, Louis XIV à Saint-Germain, 1638-1682 1988, p. 60.

47 Huet 1993, p. 120.

48 Registre du trésor royal. Dans le registre des comptes des Bâtiments du roi, 1669, p. 281, 313 et 366. La fabrication et l’entretien de cette armée coûtent 30 000 livres. Réalisée en 1664 à Nuremberg sous la surveillance de Vauban, elle est mue par des ressorts (lettre de Colbert du Terron à Colbert, 13 août 1664). Un armurier est payé 247 journées en 1669 « pour gouverner la machine de la petite armée » (Louis XIV à Saint-Germain, 1638-1682 1988, p. 60).

49 Louis XIV 1992, p. 240, année 1667.

50 Les fouilles archéologiques ont débuté en octobre 2011 pour une durée de cinq ans sous la direction de l’INRAP et de Séverine Hurard. C’est actuellement le plus grand chantier européen de fouilles du xviie siècle.

51 Gravure : « L’art de vaincre et de régner enseigné par Sa Majesté à Monseigneur le Dauphin », chez Pierre Landry, rue Saint-Jacques à saint François de Sales, Paris, 1681 (Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la Photographie, fonds Henin, 4780 et 5183).

52 Fort de sa nouvelle technique de prise de ville, Vauban a pris la ville en six jours.

53 Gazette, juin 1674, p. 542.

54 Le Grand Dauphin est représenté à côté de son père dans la série de tapisseries de L’histoire du roi, 3e série, 12e pièce : « Prise de Dole en Franche-Comté par le Roi, le 16 février 1668 », d’après le carton de Melun.

55 Aix-en-Provence, bibliothèque Méjanes, fo 472 : Millet de Jeure, Mémoires, manuscrit.

56 En effet, le carrousel des 5 et 6 juin 1662, qui fête sa naissance, se déroule à Paris entre le Louvre et les Tuileries, avec la mobilisation de toute la Cour et dans des décors de Gissey (Perrault 1670). L’exemplaire du roi est conservé à la bibliothèque municipale de Versailles : RES grand fo A 21a (Castelluccio 2002).

57 Y participent le duc de La Feuillade (né en 1631) qui gagne « une boette à portrait », le marquis de Dangeau (né en 1638), le prince d’Harcourt et le comte de Marsan (nés en 1648), le comte de Brionne et ses cousins les princes de Conti et La Roche-sur-Yon (Mercure galant, août 1678, p. 241-243).

58 Avec Conti, La Roche-sur-Yon, le comte de Brionne, le prince de Commercy, le marquis de Bellefons, le comte de Tonnerre, M. de Bouligneux, le chevalier de Mailly. Mercure galant 1678, sept. 1678, p. 361-362.

59 Mercure galant, mai 1680, p. 76-79. Les participants sont Conti, La Roche-sur-Yon, le comte d’Armagnac, de Brionne, de Marsan, le prieur de France, le prince d’Harcourt, les ducs de Vendôme, de Villeroi, de Lesdiguières, de La Trémoille, de Gramont, le marquis de Dangeau.

60 Du 8 janvier au 3 mars 1685, un opéra Orlando en français est d’ailleurs joué à la cour sur une musique de Lully.

61 Dangeau 1854-1860, t. I, p. 129-131, dimanche 4 mars 1685.

62 La brillante journée […] 1685 ; La Gorce 1998, p. 276-285.

63 Dangeau 1854-1860, t. I, p. 212.

64 Lettre du 13 avril 1674 de Carcavi à Vansleb parti en expédition en Éthiopie depuis 1671, dans Colbert 1861-1868, t. VII, p. 456.

65 Fléchier 1825-1828, t. IX, p. 433-440.

66 Louis XIV 1992, p. 45.

67 Goyet 1965, t. II, p. 219-240.

68 « Le récit de l’histoire ou comment écrire l’histoire », dans Marin 1981, p. 49-107, analyse le « projet de l’histoire de Louis XIV » de Pellisson à Colbert vers 1670. Parmi les membres fondateurs qui gravitent autour de Bossuet, figurent Pierre de La Broue, Louis d’Espinay de Saint-Luc, Claude Fleury, Géraud de Cordemoy, Paul Pellisson, Eusèbe Renaudot. Au fur et à mesure, le cercle mouvant dans sa composition s’étoffe avec Jean Gallois, Louis-Géraud de Cordemoy, Fénelon, Langeron, Esprit Fléchier, Charles-Claude Genest, Pierre-Daniel Huet, Feydeau de Brou, l’abbé de Brianville, le maréchal de Bellefonds, le comte de Troisville. On remarque des spécialistes des idiomes de l’Orient et des hébraïsants comme Barthélemy d’Herbelot, Nicolas Toinard, les frères de Veil, Louis de Compiègne, Charles-Caton de Court (Preyat 2007).

69 Le Dieu 1856-1857, t. I, p. 147.

70 C’est ce que l’on trouve dans un document produit dans Griselle 1900, p. 140 : « Une grande marque de cordialité dans laquelle M. de M. uiuoit avec M. l’abbé de fenelon fut sans doute de luy abandonner tout ce trauail pr s’en seruir auprez de Mgr le duc de Bourgogne et des princes ses frères. J’en suis bien instruit, puisque j’ay moy mesme donné les manuscrits et que je les ai retirez. La bonté de M. de M. a esté jusqu’à permettre à M. l’abbé de fenelon de tirer une copie de toute l’histoire de france. » Une première copie (conservée à Bruxelles) fut faite entre novembre 1686 et novembre 1687. Les historiens ne s’accordent pas sur le bénéficiaire, le duc de Bourgogne ou le duc de Chartres. L’éducation du duc Louis III de Bourbon (1668-1710) s’inspire également de celle de Bossuet, par l’insistance sur l’histoire comme science des causes morales. Lettre de Bossuet à Condé du 14 août 1685, le 20 février 1685 (Bossuet 1909-1925, t. IV, p. 18, note 3).

71 Bossuet 1747.

72 Louis de France 1994.

73 Bernard de La Monnoye (1641-1713), correcteur de la Chambre des comptes de Dijon, remporte ce prix de poésie qui lui est remis le 25 août 1677, avec un Traité de l’éducation du dauphin, qu’il publie en 1677 (Paris, Bibliothèque nationale de France, département Littérature et art, YE-3248).

74 Dans les registres de la Secrétairerie d’État : Paris, Archives nationales, E 3375.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascale Mormiche, « Éduquer le Dauphin : exempla, image du père, éducation exemplaire ? », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2014, mis en ligne le 15 juillet 2014, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://crcv.revues.org/12368 ; DOI : 10.4000/crcv.12368

Haut de page

Auteur

Pascale Mormiche

Agrégée d’histoire, docteur en histoire moderne, Pascale Mormiche enseigne comme PRAG à l’université de Cergy-Pontoise. Elle est l’auteur de Devenir prince : l’école du pouvoir en France, xviiexviiie siècles (Paris, Éd. du CNRS, 2009). Elle poursuit ses recherches sur l’éducation princière et l’éducation des élites, l’histoire de l’enfance et de l’éducation, les réseaux intellectuels à la cour de France, ainsi que sur les sciences à la cour aux xviie et xviiie siècles. Elle collabore avec de nombreux organismes de recherche, notamment avec le Centre de recherche du château de Versailles. Contact : pascale.mormiche@free.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Pascale Mormiche / 2014 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org