Navigation – Plan du site

« Nottes sur le voyage de M. le comte et de Mme la comtesse du Nord en France au mois de may 1782 »

Paris, Archives nationales, K 161 nº 221, fos 1ro-13vo
“Notes on the journey of M. the Count and Mme the Countess of the North in France in the month of May 1782” (Paris, Archives nationales, K 161 nº 221, fol. 1r-13v)
Anonyme

Résumés

Lors de la visite en France en 1782, le « comte » et la « comtesse du Nord » (le grand-duc Paul de Russie et son épouse Marie Feodorovna) ont été somptueusement reçus et divertis tant par la famille royale que par les princes du sang et les grands seigneurs de la cour. Les « Nottes sur le voyage de M. le comte et de Mme la comtesse du Nord en France au mois de may 1782 » (Paris, Archives nationales, K 161 nº 221, fos 1ro-13vo) rapportent les principaux événements (cérémonies, fêtes et spectacles) qui ont eu lieu à Versailles à l’occasion de leur venue. Ce texte contient notamment des descriptions détaillées du grand bal du 8 juin et de la promenade à Marly en compagnie du roi et de la reine de France le 15 juin 1782. L’attention de l’auteur des « Nottes… » est focalisée avant tout sur les contacts que les voyageurs russes établissent avec le duc de Penthièvre et les membres de sa famille. Soucieux de retenir les moindres détails protocolaires de la visite, l’auteur nous offre une parfaite illustration du système d’échange de billets et de visites de civilité privées, comme par exemple la promenade et la collation à Sceaux ou la visite du duc de Penthièvre au couple grand-ducal dans l’hôtel parisien de l’ambassadeur russe, le comte de Bariatinski. La valeur documentaire du manuscrit s’accentue également par la présence du précieux témoignage sur le souper chez la princesse de Lamballe après le grand bal du 8 juin, de même que par le fait que ce texte est le seul connu qui nous permet de suivre pas à pas l’organisation de la rencontre des « illustres voyageurs » avec la princesse de Conti, peu avant leur départ de Paris.

Haut de page

Notes de la rédaction

La présente édition des « Nottes sur le voyage de M. le comte et de Mme la comtesse du Nord en France au mois de may 1782 » (Paris, Archives nationales, K 161 nº 221) a été réalisée par Ekaterina Bulgakova, doctorante à l’université d’État de Moscou Lomonossov, Russie. Cette édition de source accompagne la contribution d’Ekaterina Bulgakova, « “Voyager en sage, avant de régner en héros” : l’accueil du comte et de la comtesse du Nord à la cour de France en 1782 » (p. 239-258), publiée dans l’ouvrage Voyageurs étrangers à la cour de France, 1589-1789 : regards croisés, sous la direction de Caroline zum Kolk, Jean Boutier, Bernd Klesmann et François Moureau, coédition Presses universitaires de Rennes / Centre de recherche du château de Versailles, collection « Histoire », série « Aulica. L’univers de la cour », septembre 2014, ISBN 978-2-7535-3483-4.

Texte intégral

Présentation de la source

1Provenant de toute évidence des archives de la maison du duc de Penthièvre, les « Nottes sur le voyage de M. le comte et de Mme la comtesse du Nord en France au mois de may 1782 » (Paris, Archives nationales, K 161 nº 221) ont pour objectif d’enregistrer le déroulement des visites que le duc de Penthièvre et les membres de sa famille échangent avec les « illustres voyageurs » russes, Paul de Russie et son épouse Marie Feodorovna, au cours de leur séjour parisien en mai-juin 1782. Ce rapport s’inscrit dans la lignée des écrits similaires, relatifs notamment à la visite du « comte de Haga » (Gustave III de Suède) ou du « comte » et de la « comtesse de Nellembourg » (Ferdinand d’Autriche et Marie-Béatrice d’Este) dans les années 1780, également conservés dans le carton 161 de la série K des Archives nationales.

2Il faut souligner que pour tous les cas mentionnés, l’écart entre l’identité réelle et l’identité fictive des personnages voyageant sous l’incognito pose le problème de la prééminence du statut dans leurs rapports avec les princes du sang, question qui est traitée avec une attention particulière par l’auteur des « Nottes... ». Cette source propose un large éventail de solutions et de stratégies pour éviter d’éventuels malentendus et créer un espace adapté à l’essor des sociabilités princières sans trahir le « masque transparent » de l’incognito.

3Le texte transcrit est doté d’un corpus important de notes marginales qui non seulement apportent des détails supplémentaires, mais peuvent aussi mettre à jour le contenu du texte principal conformément aux informations nouvellement obtenues par l’auteur. En outre, la relation est complétée par des documents annexes, comme la liste des personnes russes établie par le comte de Bariatinski à la demande du duc de Penthièvre ou les billets échangés par le couple grand-ducal avec les princes et princesses du sang. Ces éléments font des « Nottes... » un des rapports les mieux documentés sur la visite du « comte » et de la « comtesse du Nord » à la cour de France.

4Les notes marginales sont transcrites ici en italique, précédées d’un astérisque comme dans la source, et suivies de la mention du numéro de folio concerné entre crochets. Les documents annexes n’ont pas été transcrits.

Texte

  • 1 Wurtemberg.
  • 2 Souligné par l’auteur du texte.
  • 3 Louis V Joseph de Bourbon-Condé, prince de Condé (1736-1818), grand maître de la maison de France ( (...)

5[fo 2ro] Monsieur le duc et Madame la grande-duchesse de Russie, héritiers présomptifs de ce throne – le mari de la maison d’Holstein régnante alors en Russie, et la femme de la maison de Virtemberg1 – sont arrivés à Paris le 18 may 1782, voyageant incognito2* sous le nom de comte et comtesse du Nord [;] ils ont été [le] 20 [mai] à Versailles où l’appartement de Monsieur le prince de Condé3** avoit été preparé pour les recevoir.

6*Monsieur le comte du Nord avoit quitté tous ses ordres, à l’instar de l’empereur qui en uze de même dans ses voyages. Les gardes du corps ne prenoient point les armes pour lui, et on ne lui ouvroit point les deux battants chez le roy. Il y a eu plusieurs fêtes et promenades à Versailles, Marly et Trianon, auxquelles les princes et princesse n’ont point été invités ; ils n’ont été avertis que pour le bal. [marge fo 2ro]
**L’appartement de Monsieur le maréchal de Duras a été prêté à Monsieur le prince de Condé pour le temps que le sien seroit occupé par Monsieur le comte et Madame la comtesse du Nord. [marge fo 2ro]

  • 4 Marie-Thérèse-Louise de Savoie-Carignan, princesse de Lamballe (1749-1792).
  • 5 Louis-Jean-Marie de Bourbon, duc de Penthièvre (1725-1793), amiral de France (1734-1790), et grand (...)

7Monsieur le comte du Nord a été chez le roi en arrivant accompagné des officiers chargés de la conduite des princes étrangers et ambassadeurs. On ne sçait point s’il s’est trouvé des officiers des cérémonies à sa visite chez le roi. Une chaise à porteurs de la reine a été prendre Madame la comtesse du Nord à son appartement, accompagnée de la livrée de la reine qui l’a conduite chez Sa Majesté ; cette princesse a été accompagnée par Madame de Vergennes, femme du ministre des Affaires étrangères. Monsieur le comte et Madame la comtesse du Nord ont vu de suite toute la famille royale, [fo 2vo] ont dîné* avec elle. Il il ne s’est trouvé ni princes ni princesses du sang chez le roi et chez la reine ; ils ne se sont point trouvés non plus à un concert qu’il y a eu le soir chez la reine. Le tout parce qu’ils ne devoient pas être nommés à Monsieur le comte et à Madame la comtesse du Nord et qu’on a cru qu’il étoit difficile qu’ils fussent dans la chambre sans être connus d’eux. Madame la princesse de Lamballe4 avoit demandé dispense de se trouver au concert à cause de son rang, mais la reine a voulu qu’elle y fut relativement à sa place de surintendante de la Maison de Sa Majesté ; au reste la reine a eu la bonté de concerter les choses de manière que tout s’est passé sans que le rang fut compromis. Monsieur le comte et Madame la comtesse du Nord ont envoyé dans l’après-midi à l’appartement de Madame la princesse de Lamballe les cartes qu’on trouvera attachées à ces notes, et Madame la princesse de Lamballe en a renvoyé chez eux des pareilles, moyennant cette précaution. [fo 3ro] La connaissance s’est trouvée faite quand Monsieur le comte et Madame la comtesse du Nord sont venus chez la reine, et Sa Majesté a simplement montré à Madame la comtesse du Nord que Madame la princesse de Lamballe étoit auprès de la dernière de Mesdames. Alors, Madame la comtesse du Nord a été à Madame Victoire la prier de la présenter à Madame la princesse de Lamballe, cette dernière s’est avancée pour répondre comme elle le devait à cette politesse, et elles se sont dit réciproquement qu’elles avoient été l’une chez l’autre. Monsieur la comte du Nord et Madame la princesse de Lamballe ne se sont point parlé. Ce même jour, Monsieur le comte et Madame la comtesse du Nord sont retournés à Paris, et le lendemain, 21 [mai], ils ont envoyé des cartes à la porte des princes et princesses, c’est-à-dire Monsieur le comte du Nord à la porte des princes et princesses, et Madame la comtesse du Nord à la porte des princesses seulement. Les princes** et princesses ont envoyé des cartes pareilles chez Monsieur le comte et Madame [fo 3vo] la comtesse du Nord, on[t] dit indéfiniment Monsieur le comte et Madame la comtesse du Nord, parce que les princes ont envoyé des cartes chez la femme comme chez le mari, quoiqu’elle ne fut pas venue chez eux par égard pour son sexe. Madame la princesse de Lamballe a renvoyé des cartes, quoiqu’elle eut été écrite à Versailles parce que Monsieur le comte et Madame la comtesse du Nord en avoient envoyé chez elle à Paris. La carte qui a été envoyée à la porte de Monsieur le duc de Penthièvre5 par Monsieur le comte du Nord se trouve attachée à ces nottes.

8*Dans le lieu qui précède la Chambre de la reine où Leurs Majestés ont coutume de manger le dimanche. [marge fo 2vo]

9**Monsieur le prince de Condé et Monsieur le duc de Bourbon ont été en personne chez Monsieur le comte et Madame la comtesse du Nord à Versailles. [marge fo 3ro]

10Le 23 [mai]* il y a eu opéra à la cour auquel les princes et princesses n’ont point accompagné Leurs Majestés parce qu’elles ont été dans une loge. La famille royale et les princesses** ont aussi été dans des loges. Ce spectacle étoit dans la grande salle.

  • 6 Louise-Marie-Adélaïde de Bourbon, duchesse de Chartres puis duchesse d’Orléans (1753-1821), princes (...)

11*Il y avoit eu soupé dans les cabinets le 22 [mai] où Monsieur le comte et Madame la comtesse du Nord se sont trouvés, on ne scait s’il y a eu des princes et princesses du sang, tous n’y ont pas été. [marge fo 3vo]
**
Madame la duchesse de Chartres6 étoit dans la première loge à gauche de celle du milieu de la salle occupée par la famille royale (le roi et la reine étoient au-dessus de cette loge du milieu de la salle dans une loge grillée) et Madame la princesse de Lamballe dans une loge après et à côté de celle de Madame la duchesse de Chartres ; elles n’étoient qu’elles deux de princesses au spectacle. Les uns disent que Monsieur le duc d’Angoulesme étoit dans la loge à droite de celle de la famille royale, d’autres prétendent qu’il étoit dans la loge du bout de la salle, toujours à droite, auprès de celle des gentilshommes de la Chambre. Monsieur le prince de Condé et Monsieur le duc de Bourbon ont été dans cette dernière loge, c’est-à-dire celles des gentilshommes de la Chambre. On croit qu’il n’y avoit qu’eux deux de princes au spectacle. [marge fos 3vo-4ro]

  • 7 Ivan Sergueevitch, prince de Bariatinski (?-?), ministre plénipotentiaire russe en France (1773-178 (...)

12Le 24 toujours du même mois de may, Monsieur le comte du Nord est venu en personne* chez Monsieur le duc de Penthièvre à dix heures du matin accompagné de Monsieur le prince Bariatinsky7, ministre de Russie, et ils ont laissé à la porte de l’hôtel de Toulouse [fo 4ro] les cartes qu’on trouvera attachées à cette notte. On trouvera aussi attaché à ces nottes le papier qui a été envoyé à Monsieur le duc de Penthièvre, alors à Sceaux, par le suisse de l’hôtel de Toulouse, ce même jour [le] 24 [mai]. L’invitation au bal que le roi devoit donner pour Monsieur le comte du Nord a été apportée encore à l’hôtel de Toulouse à Paris ; elle est attachée à ces nottes. Le lendemain, 28 [mai], Monsieur le duс de Penthièvre a retourné en personne chez Monsieur le comte du Nord, et a demandé aussi Madame la comtesse du Nord. Il a laissé à leur porte le billet dont la minutte est attachée à ces nottes, en priant de le remettre à Monsieur le prince de Bariatinsky.

13*Madame la comtesse du Nord est revenue en personne chez quelques princesses mais pas chez toutes, deux se sont trouvées dans le cas de n’avoir pas reçu de visite de sa part en personne. On croit que Monsieur le comte du Nord est revenu en personne chez tous les princes. Depuis cette notte écrite, Madame la comtesse du Nord a été en personne chez toutes les princesses. [marge fos 4ro-4vo]

14Le 29 may, il y a eu un second opéra auquel le roi, la reine et la famille royale ont assisté de la même manière qu’à celui du 23 [mai]. L’arrangement des loges des princesses a été mauvais encore. Madame la duchesse de Chartres, Madame la duchesse de Bourbon occupaient les trois premières auprès de celles où étoit la famille royale à la gauche et Mademoiselle de Condé la première à la droite. Monsieur le duc d’Orléans a été dans la loge de Madame la duchesse de Chartres.

15[fo 4vo] Le 1er juin au soir, Monsieur le duc de Penthièvre a été instruit que Monsieur le comte et Madame la comtesse du Nord devoient venir dîner à Sceaux le surlendemain 3 [juin], en conséquence il a envoyé sur le champ des billets d’invitation aux Russes dont la liste est ci-jointe. On trouvera dans cette liste la formule des billets qui ont été envoyés, on trouvera encore ci-joint la liste des Russes qui avoient été invités par le duc d’Orléans* contenant la formule du billet qu’il a envoyé et la liste générale des personnes de la nation russe se trouvant à Paris que Monsieur le duc de Penthièvre avoit fait demander à Monsieur le prince de Bariatinsky, ministre de Russie, par l’entremise de Madame la duchesse de Chartres. Monsieur le duc d’Orléans avoit usé de même par l’entremise d’une autre personne. Monsieur de Bariatinsky a été invité verbalement par un valet de chambre. Ce ministre s’est chargé de distribuer tous les billets des Russes.

  • 8 Louis-Philippe-Joseph d’Orléans, duc de Chartres (1747-1793), gouverneur du Dauphiné (1785-1791).

16*C’est au Raincy que Monsieur le duc d’Orléans a donné à dîner à Monsieur le comte et à Madame la comtesse du Nord, ses gentilshommes n’ont point mangé à la table où étoit cette princesse, mais ils ont mangé à une autre table tenue par Monsieur le duc de Chartres8 dans une pièce différente. Le Raincy étoit un lieu dans lequel Monsieur le duc d’Orléans avoit réglé que les gentilshommes mangeoient avec les princesses. Saint Cloud étoit la seule maison où il avoit maintenu l’ancien usage de ne point admettre les gentilshommes à la table des princesses. [marge fo 4vo]

  • 9 Prince de Noailles (1752-1819), intendant et gouverneur de Versailles (1778-1789), capitaine des ga (...)

17Monsieur le duc de Penthièvre a invité* en outre Monsieur le maréchal et Madame la [fo 5ro] maréchale de Noailles9, Monsieur le maréchal et Madame la maréchale de Mouchy, Madame la duchese de La Vallière seconde douairière, Madame la comtesse de Marek, Monsieur le duc d’Estissac, Monsieur et Madame d’Aubeterre, et Monsieur le duc de Crussol. Il y avoit en outre plusieurs personnes, hommes et femmes, qui sont venues à Sceaux ou qui s’y sont trouvées, accidentellement sans doute : les premiers officiers et les dames de la maison de Monsieur le duc de Penthièvre et Monsieur le vicomte de Lastic, son ancien premier gentilhomme de la chambre.

18*Monsieur le duc et Madame la duchesse de Chartres sont venus à Sceaux pour ce dîner. Madame la duchesse de Chartres n’avoit point de dame à elle, par raison d’absence ou de maladie, elle a mené avec elle Mademoiselle la baronne de Talleyrand. [marge fos 4vo-5ro]

  • 10 Marie Fortunée d’Este (1731-1803), épouse de Louis-François-Joseph de Bourbon-Conti, comte de La Ma (...)

19Madame la princesse de Conti10 et Madame la princesse de Lamballe ne se sont point trouvées à ce dîner, parce que Madame la comtesse du Nord n’étoit pas venue chez elles en personne. Le 3 [juin], lorsque Monsieur le comte et Madame la comtesse du Nord sont arrivés à Sceaux, Monsieur le duc de Penthièvre a reçu Madame la comtesse du Nord à la descente de sa voiture*, par égard pour son sexe. Monsieur le duc d’Orléans l’avoit rencontrée à la porte de la dernière antichambre, lorsqu’elle a été au Raincy, c’est-à-dire en l’antichambre la plus près de la cour. Elle a dit des choses très honnêtes à Monsieur le duc de [fo 5vo] Penthièvre, en le traitant d’« Altesse », et Monsieur le comte du Nord qui a été nommé à Monsieur le duc de Penthièvre par Monsieur de Bariatinski en a usé de même, en ajoutant le mot de « Monseigneur » pour mieux marquer son incognito. Monsieur le duc de Penthièvre lui a nommé ses trois premiers officiers et ensuite il a conduit Monsieur le comte et Madame la comtesse du Nord dans l’appartement du rez-de-chaussée, en leur donnant le pas qu’ils ne vouloient point prendre, surtout Monsieur le comte du Nord. Arrivés dans le salon, Monsieur le duc de Penthièvre a nommé à Madame la comtesse du Nord les dames** qui n’étoient point connues d’elle, et ses premiers officiers, ainsi que tous les hommes qui étoient dans la chambre. Il a aussi nommé tous les hommes à Monsieur le comte du Nord et lui a indiqué qu’elles [sic] étoient les dames qu’il voyoit***. Lorsque le moment de se mettre à table est venu, Madame la comtesse du Nord a passé avec Madame la duchesse de Chartres se tenant par la main, mais cependant Madame la duchesse de Chartres laissant le pas à Madame la comtesse du Nord. Toutes les dames ont passé ensuite, puis Monsieur le comte du Nord avec Monsieur le [fo 6ro] duc de Chartres, à peu près comme Madame la comtesse du Nord et Madame la duchesse de Chartres, ensuite Monsieur le duc de Penthièvre, et puis tous les hommes. On s’est placé à table, hommes et femmes sans rang. Monsieur le comte et Madame la comtesse du Nord étoient à peu près au milieu de la table, Monsieur le duc de Penthièvre entre eux deux. Madame la duchesse de Chartres étoit à côté de Madame la comtesse du Nord, à sa droite, puis une dame et ensuite Monsieur le duc de Chartres. Les princes et princesses ont été servis par des pages et les autres personnes par la livrée. Il va sans dire que Monsieur le comte et Madame la comtesse du Nord ont été compris parmi les princes et princesses, et par conséquent servis par des pages****.

  • 11 Types de robes féminines de la seconde moitié du xviiie siècle.

20*Il étoit environ deux heures après midy. Monsieur le duc de Chartres, Monsieur le duc de Penthièvre et les hommes qui étoient à Sceaux n’avoient point d’épées. Monsieur le comte du Nord et les personnes étrangères avoient la leur. Monsieur le comte du Nord quitta la sienne, et on l’a porta dans l’appartement qui lui étoit préparé. Monsieur de Bariatinsky quitta aussi la sienne. Madame la comtesse du Nord et les dames étoient en lévite ou en polonnoise11, il y avoit un appartement préparé pour Madame la comtesse du Nord. Les ecclésiastiques étoient en habit de campagne. [marge fos 5ro-5vo]
**
Titrées et non titrées. [marge fo 5vo]
***
Il n’a point été question de fauteuils ; tout le monde – princes, princesses et autres – s’est assis sur des chaises. [marge fo 5vo]
****
Les gentilshommes de Monsieur le duc de Penthièvre n’ont point mangé avec Madame la comtesse du Nord, Sceaux étoit excepté du nouvel usage établi à l’égard de ces messieurs, à l’instar de Saint-Cloud. [marge fo 6ro]

21[fo 6ro] Après le dîner, on a été à la promenade dans les calèches et différentes voitures. Monsieur le duc de Penthièvre a mené* Monsieur le comte et Madame la comtesse du Nord dans une petite calèche à un cheval. Madame la comtesse du Nord et Madame la duchesse de Chartres étoient dans le banc du fond. Monsieur le comte du Nord et Monsieur le duc de Penthièvre étoient sur le banc en avant. Monsieur le comte et Madame la comtesse du Nord ont monté [fo 6vo] en calèche avant Madame la duchesse de Chartres et Monsieur le duc de Penthièvre. Il s’est trouvé une collation sans table ni apparat au pavillon de la Ménagerie, et après cette collation, Madame la comtesse du Nord a voulu absolument que Madame la duchesse de Chartres passât avant elle pour remonter en calèche, et Monsieur le comte du Nord a terminé les compliments à cet égard en donnant la main à Madame la duchesse de Chartres et passant avec elle. Madame la comtesse du Nord a passé ensuite, donnant la main à Monsieur le duc de Penthièvre. Monsieur le comte du Nord voulut que Monsieur le duc de Penthièvre montât en calèche avant lui, mais ce dernier fit le tour de la calèche et monta par le côté opposé à celui par lequel Monsieur le comte du Nord y montoit. On revint au château, et après avoir resté un moment dans le sallon, Monsieur le comte et Madame la comtesse du Nord s’en retournèrent à Paris, il étoit environ 7 heures du soir. Monsieur le comte du Nord voulut s’échapper sans être vu, mais Monsieur le duc de Penthièvre, s’en étant apperçu, alla le reconduire. Madame la comtesse du Nord vint ensuite. L’un et l’autre [fo 7ro] ne voulurent pas absolument que Monsieur le duc de Penthièvre passât la porte de la dernière antichambre, où il avoit joint Monsieur le comte du Nord lorsqu’il avoit voulu s’échapper. Monsieur le duc de Penthièvre, ayant sçu que Monsieur le duc d’Orleans avoit retenu Monsieur le comte et Madame la comtesse du Nord à souper le jour qu’ils avoient été au Raincy, fit proposer la même chose à Madame la comtesse du Nord par Madame la duchesse de Chartres, mais les arrangements de Monsieur le comte et Madame la comtesse du Nord ne leur ayant pas permis d’accepter l’offre de Monsieur le duc de Penthièvre, la discrétion l’empêcha d’insister.

22*Le reste de la compagnie a été dans différentes calèches ou voitures. Monsieur le duc de Chartres menoit celle avec qui alloit immédiatement après celle de Madame la comtesse du Nord, il avait avec lui la principale dame de cette princesse et Monsieur de Bariatinsky. Monsieur de Guébriant, premier gentilhomme de la chambre de Monsieur le duc de Penthièvre, menoit une petite calèche dans laquelle se trouvaient les filles d’honneur de Madame la comtesse du Nord, Monsieur le duc de Crussol menoit une petite voiture dans laquelle se trouvoit Madame la duchesse de La Vallière et d’autres dames. [marge fo 6ro]

23Le lendemain 4 [juin], Monsieur le duc de Penthièvre a retourné chez Monsieur le comte et chez Madame la comtesse du Nord, ses arrangements ayant demandé qu’il ne différât pas cette visite. Il les a trouvé chez eux à l’hôtel de Monsieur le prince de Bariatinsky où ils se logeoient. Il étoit accompagné de Monsieur le chevalier Du Authier, son capitaine des gardes. Monsieur le prince de Bariatinsky et un autre monsieur l’ont reçu à peu près à sa voiture, et l’a [fo 7vo] conduit à l’appartement de Madame la comtesse du Nord où il a trouvé les battants ouverts. Madame la comtesse du Nord étoit en pied, et après quelques mots de politesse, elle a proposé à Monsieur le duc de Penthièvre de s’asseoir et a pris une chaise pareille à celle qu’elle lui a proposée. Elle a prié Monsieur le chevalier Du Authier et Monsieur le prince de Bariatinsky de s’asseoir aussi, mais ils sont restés debout. La principale dame de Madame la comtesse du Nord étoit assise vis-à-vis d’elle sur une chaise pareille à celle de la princesse. Monsieur le comte du Nord est arrivé par l’intérieur de l’appartement pendant la visite de Monsieur le duc de Penthièvre, et après des compliments, il s’est assis sur un canapé qui se trouvoit à portée des chaises occupées par Madame la comtesse du Nord et Monsieur le duc de Penthièvre, et hors de rang. Lors que la visite, qui a duré 4 ou 5 minuttes, a été finie, Monsieur le comte du Nord s’est avancé pour reconduire Monsieur le duc de Penthièvre. Ce dernier lui a dit qu’il désiroit avoir l’honneur de lui rendre ses devoirs dans son appartement. Monsieur le comte du Nord, après avoir répondu des [fo 8ro] honnêtetés générales, a encore insisté pour reconduire Monsieur le duc de Penthièvre, mais ce dernier, lui ayant demandé de ne point prendre garde à lui, Monsieur le comte du Nord est resté à la porte de la pièce où s’étoit passée la visite. Les mêmes personnes qui avoient reçu Monsieur le duc de Penthièvre et qui avoient pris les devants pendant les compliments avec Monsieur le comte du Nord se sont trouvées à peu près à la même place où ils étoient venus le recevoir, et se sont retirés un moment avant que la voiture de Monsieur le duc de Penthièvre partît, d’après ses instances.

24Le 5 de juin, Monsieur le comte et chez Madame la comtesse du Nord ont été en personne à l’appartement de Madame la princesse de Lamballe à Versailles. Elle a retournée chez eux le lendemain 6 [juin], et les a prié à souper pour le samedy 8 [juin], jour du bal donné par le roi à Monsieur le comte et à Madame la comtesse du Nord.

  • 12 La comtesse de Provence.
  • 13 Marie-Thérèse de Savoie, comtesse d’Artois (1756-1805).
  • 14 Charles X (1757-1836), comte d’Artois (1757-1824), roi de France (1824-1830).

25Le 8 [juin] jour du bal, les princes* se sont rendus chez le roi vers cinq heures trois quarts du soir, et les princesses chez la reine, et ont accompagné Leurs Majestés à la salle du bal. Les enfants de France se sont aussi rendus [fo 8vo] chez le roi, chacun de leur côté. La Salle du Bal étoit arrangée comme pour celui des gardes du corps donné en janvier 1782, à l’occasion de la naissance de Monsieur le Dauphin, dont le plan est dans le carton du cérémonial, excepté qu’on n’y avoit point mis de buffets, et qu’il y avoit un fort grand nombre de lumières. La famille royale et les princesses étoient placées dans le fond du quarré de la danse, en face de la porte d’entrée, sur des pliants, ainsi que toutes les danseuses, d’abord par rang – Madame la comtesse du Nord étant placée entre Madame12 et Madame la comtesse d’Artois13 –, et ensuite sans rang. Pendant le cours du bal, les princesses avoient leurs dames derrière elles, pas exactement dans le rang où elles auroient dû être placées, mais toujours de manière à marquer qu’elles devoient être derrière elles. Le roi et les princes alloient et venoient dans le bal, ainsi que Monsieur le comte du Nord. Le roi s’est assis quelques fois auprès de Madame la comtesse du Nord. Monsieur le Prince de Condé et Monsieur le duc de Penthièvre se sont assis un moment sur les pliants destinés aux danseuses, derrière une quantité d’hommes qui [fo 9ro] se trouvoient dans le milieu du quarré de la danse, et pendant que la reine dansoit une contredanse, Monsieur le comte du Nord s’est assis, ayant Monsieur le prince de Bariatinsky à côté de lui, sur un gradin au haut de la salle, à gauche en entrant, derrière deux rangées de dames, et à peu près derrière Madame la comtesse du Nord, un peu sur le côté. Les ambassadeurs étoient placés à droite, eu égard à la porte d’entrée de la salle, derrière les dames qui étoient à droite en entrant dans le quarré de la danse. Madame fille du roi étoit dans une loge donnant sur l’avant-scène, lorsque la salle est arrangée pour un spectacle, à droite en entrant dans la salle, et Monsieur le duc d’Angoulême et Mademoiselle – dans la loge vis-à-vis celle de Madame. Le bal a été ouvert par une contredanse, dans laquelle la reine dansoit avec Monsieur le comte d’Artois14. Les autres danseurs et danseuses étoient des personnes de la cour, titrés ou non titrés. Les pages du roi ont fait les honneurs du bal pour offrir les rafraîchissements aux dames, ce qu’on a dit être conforme à l’usage. Le bal a fini vers 9 heures. [fo 9vo] Les princes ont reconduit le roi chez lui, et ensuite s’en sont retournés chez eux.

26*Les princes ont été invités au bal par un gentilhomme ordinaire, suivant l’usage accoutumé. On trouvera ci-joint le billet d’invitation. [marge fo 8ro]

  • 15 Élisabeth-Philippine-Marie de France, dite Madame Élisabeth (1764-1794), princesse du sang.
  • 16 Charles Gravier, comte de Vergennes (1719-1787), ministre plénipotentiaire puis ambassadeur à Const (...)

27Ce même jour, Monsieur le comte et Madame la comtesse du Nord ont été souper chez Madame la princesse de Lamballe à Versailles. Ils sont arrivés à 10 heures moins un quart. Monsieur de Ravenel et Monsieur le chevalier d’Yauville* ont été à la porte de la première antichambre recevoir Monsieur le comte du Nord, qui étoit arrivé le premier. Peu de temps après Madame la comtesse du Nord est arrivée. Mesdames de Guébriant et de Pardaillan** ont été pareillement à la porte de la première antichambre la recevoir ; à 10 heures Madame la comtesse du Nord est passée à table, conduite par Madame la princesse de Lamballe qui la tenoit par la main. Madame la comtesse du Nord occupoit la place du haut de la table, à la droite de Madame la princesse de Lamballe, du côté de la cheminée de la salle à manger, et Monsieur le comte du Nord à la gauche de Madame la princesse de Lamballe, qui se trouvoit par ce moyen entre eux deux. Les princes et les princesses ont été servis par des pages. La table étoit de 21 couverts, il n’y avoit à cette table en hommes que Monsieur le comte du Nord et son ambassadeur, il y a eu [fo 10ro] 3 grandes tables et plusieurs petites. Après le souper, il y a eu bal, auquel sont venus la reine, Monsieur, Madame, Monsieur le comte d’Artois et Madame Élisabeth15. Le bal n’a fini qu’à 3 heures passées. Monsieur le comte du Nord est parti du bal avant une heure. Madame la comtesse du Nord s’est en allée à deux heures, Madame la princesse de Lamballe a voulu la reconduire, elle l’a empêché d’aller au-delà de la porte de son salon. La reine est restée jusqu’à la fin du bal. Madame la princesse de Lamballe a retourné chez Monsieur le comte et chez Madame la comtesse du Nord, à l’instar de Madame la duchesse de Bourbon, qui en avoit usé ainsi, après leur avoir donné à souper. Ce même jour, Monsieur le prince de Conty observa à Monsieur de Vergennes16 que Madame la comtesse du Nord avoit fait une seconde visite à toutes les princesses, hors à Madame la princesse de Conty, et le lendemain cette dernière princesse reçut un billet de Madame la comtesse du Nord, tourné de la manière la plus polie, qui lui témoignoit ses regrets de n’avoir pas encore pu la voir, et lui demandoit son jour [fo 10vo] et son heure pour lui rendre visite. La qualification d’« Altesse Sérénissime » se trouvoit dans ce billet, commencé sans « Madame » en vedette et fini par « De votre Altesse Sérénissime la bien dévouée servante ». Ces derniers mots étoient détachés du corps de la lettre d’une manière très marquée. Le billet étoit signé « La comtesse du Nord ». Madame princesse de Conty alloit tout de suite, quoi qu’elle fut à Sceaux, à la porte de Madame la comtesse du Nord, qu’elle ne trouva point. Elle y laissa un billet écrit de sa main, portant qu’elle étoit venue pour avoir l’honneur de voir Madame*** la comtesse du Nord et la remercier de toutes ses bontés. Monsieur [le duc] de Penthièvre fut avec elle parce qu’elle désira être accompagnée de quelqu’un connu de Monsieur le comte et de Madame la comtesse du Nord. Malgré cette visite, Madame la princesse de Conty envoya le lendemain matin son écuyer à Monsieur le prince de Bariatinsky pour savoir le jour et l’heure à laquelle elle pourroit voir Madame la comtesse du Nord ; il dit qu’il répondroit par écrit à cette princesse****.

  • 17 Vanves.

28*Avec les pages. [marge fo 9vo]
**La manière dont Madame la princesse de Lamballe a reçu Madame la comtesse du Nord a été réglée d’après ce que Madame la duchesse de Bourbon avoit pratiqué. [marge fo 9vo]
***« Madame » étoit écrit en toutes lettres. [marge fo 10vo]
****Le 10 [juin] Monsieur le comte et Madame la comtesse du Nord ont été à Chantilly. Monsieur le prince de Condé a laissé ses gentilshommes se mettre à table avec ses prince et princesse, s’ils ont trouvé place, attendu que Chantilly étoit un lieu où ils mangeoient avec les princesses du sang. Monsieur le prince de Condé avoit [raturé] excepté sa maison de Vanvres17, à l’instar de Saint-Cloud, et, on croit, celle de Saint-Maur. Monsieur le prince de Condé n’a point présenté ses gentilshommes à Monsieur le comte et à Madame la comtesse du Nord. [marge fo 10vo]

  • 18 Monceau.

29Le 13 [juin], Monsieur de Bariatinsky a répondu à Madame [fo 11ro] la princesse de Conty qu’il sçavoit que Madame la comtesse du Nord avoit beaucoup d’arrangements pris jusqu’au moment de son départ, mais qu’il sçavoit aussi que cette princesse avoit destiné la soirée du dimanche 16 [juin] à faire des visites, et que si Madame la princesse de Conty étoit chez elle ce jour-là, elle iroit la voir. Madame la princesse de Conty a repliqué à Monsieur de Bariatinsky qu’elle se rendoit avec empressement à Paris (Madame la princesse de Conty étoit à Sceaux) pour recevoir la visite de Madame la comtesse du Nord, mais qu’elle prioit de l’avertir, de lui à elle, du moment où cette princesse demandoit ses voitures, pour qu’elle pût lui rendre ses devoirs dans sa maison, ainsi qu’elle le devoit et le désiroit. Le billet de Madame la princesse de Conty finissoit en disant qu’elle étoit charmée d’avoir cette occasion d’assurer Monsieur de Bariatinsky de la véritable et parfaite considération qu’elle avoit pour lui ; Monsieur de Bariatinsky n’étoit que ministre plénipotentiaire. Ce même jour, [le] 13 [juin], Monsieur le duc et Madame la duchesse de Chartres ont donné à souper à Monsieur le comte et à Madame la comtesse du Nord, à une maison de Monsieur le duc de Chartres située à Monsseaux18, dans les fauxbourgs de [fo 11vo] Paris. Ils ont prié toutes les personnes de la nation russe dans le cas d’aller chez eux, d’après l’état qu’ils en ont demandé à Monsieur le prince de Bariatinsky, faute d’avoir les listes des personnes qui avoient été invitées par Monsieur le duc d’Orléans et Monsieur le duc du Penthièvre au Raincy et à Sceaux.

  • 19 Benkendorf.

30Le 14 [juin], Madame la princesse de Conty a reçu une réponse de Monsieur de Bariatinsky par le canal de son écuyer qu’elle avoit envoyé pour que le ministre de Russie n’eût pas la peine de lui écrire de nouveau, portant que Madame la comtesse du Nord avoit tous ses moments destinés et continuant à dire qu’elle iroit chez Madame la princesse de Conty le dimanche suivant, mais il s’y trouvoit néantmoins une phrase qui donnoit jour à voir que Madame la comtesse du Nord seroit chez elle ce même jour [le] 14 [juin], à l’issue de son dîner. D’après cette phrase, Madame la princesse de Conty s’est rendue chez Monsieur le comte et Madame la comtesse du Nord, et leur a rendu sa visite comme elle le désiroit. Monsieur de Bariatinsky est venu la recevoir au bas de l’escalier, et Monsieur de Soltikoff à la porte de la première antichambre. Les battants étoient [fo 12ro] ouverts. Madame de Berkendorf19, principale dame de Madame la comtesse du Nord, est venue à la porte du sallon où étoit cette princesse, et Madame la comtesse du Nord elle-même a fait plusieurs pas en avant*. Elle a conduit Madame la princesse de Conty, en lui donnant la main et passant la première – comme pour montrer où il falloit aller –, dans un cabinet qui étoit après le sallon où elle s’est assise avec elle sur un canapé, en la faisant placer au-dessus d’elle. Madame la comtesse du Nord a fait un compliment à Monsieur de Penthièvre qui étoit avec Madame la princesse de Conty, pour lui proposer de s’asseoir, et a fait une honnêteté à la dame d’honneur de Madame la princesse de Conty et à Madame de Berkendorf pour qu’elles s’assisent. Monsieur le duc de Penthièvre et ces dames ont pris des fauteuils, cabriolets qui étoient les seuls sièges qui fussent dans la chambre. Les battants se sont fermés pendant la visite et ont restés fermés lors qu’on est sorti. Madame la comtesse du Nord a reconduit Madame la princesse de Conty jusqu’à plus de moitié du sallon qui étoit avant le cabinet où la visite s’est passée, et Madame de Berkendorf [fo 12vo] jusqu’à la porte de ce sallon. Madame la princesse de Conty, n’ayant pas vu Monsieur le comte du Nord, a attendu Monsieur de Bariatinsky (lequel avoit disparu pendant la visite chez Madame la comtesse du Nord) dans l’antichambre de cette princesse. Monsieur le comte du Nord y est venu avec Monsieur de Bariatinsky. La visite s’y est passée de la manière la plus polie de la part de Monsieur le comte du Nord, et il a voulu reconduire absolument Madame la princesse de Conty jusqu’à sa voiture, et l’a vu partir. Monsieur le duc de Penthièvre s’est servi de cette occasion pour faire sa visite d’adieu** à Monsieur le comte et à Madame la comtesse du Nord. Il est resté debout dans la voiture de Madame la princesse de Conty, en sortant de la cour de Monsieur le comte du Nord, jusqu’à ce qu’il ait été hors de la vue de ce prince.

31*Madame la princesse de Conty a présenté sa dame d’honneur à Madame la comtesse du Nord, et Madame la comtesse du Nord a présenté la sienne à cette princesse. [marge fo 12ro]
**D’après la lettre de Madame la princesse de Conty ci-incluse. [marge fo 12vo]

  • 20 Marly.
  • 21 Philippe-Louis-Marc-Antoine de Noailles, prince de Poix (1752-1819), intendant et gouverneur de Ver (...)

32Le 15 du même mois, le roi et la reine ont été prendre Monsieur le comte et Madame comtesse du Nord dans leur appartement pour les mener à Marli20. Leurs Majestés sortoient de la messe, Monsieur le comte et Madame la comtesse du Nord occupoient le logement de Monsieur le [fo 13ro] prince de Condé qui est à costé de la chappelle. Les voitures attendoient devant la colonade de la chappelle, elles étoient à quatre places. Dans une, il y avoit la reine et Madame la comtesse du Nord dans le fond, et le roi et Monsieur le comte du Nord sur le devant. Madame la comtesse du Nord avoit voulu se placer sur le devant, à côté de Monsieur le comte du Nord ; et dans l’autre [voiture] une dame du palais de la reine, une dame de Madame la comtesse du Nord, le ministre de Russie et Monsieur de Poix21. Ce dernier joignoit à la qualité de gouverneur de Marli, celle de capitaine des gardes de quartier. La voiture de Leurs Majestés étoit accompagnée des gardes du corps. Le roi, la reine, Monsieur [le comte] et Madame la comtesse du Nord sont revenus dîner à Versailles chez la reine, avec toute la famille [royale], excepté Mesdames et les enfants de France.

33Le mercredy 19, toujours du même mois de juin, Monsieur le comte et Madame la comtesse du Nord sont repartis de Paris. Ils ont été à Brest et ont repassé ensuite en Allemagne par la Normandie et la Flandre. Monsieur le comte du Nord n’a point fait de visites d’adieux aux princes. Il a dit beaucoup de choses à Madame la duchesse de Chartres [fo 13vo] pour Monsieur le duc de Penthièvre et lui a même demandé s’il n’étoit point à Paris. Monsieur le duc de Penthièvre se trouvoit dans ce moment dans l’Isle-Adam. Madame la comtesse du Nord, qui n’avoit pas encore trouvé Madame la princesse de Lamballe chez elle, excepté quand elle y étoit venue souper, vint la voir l’avant-veille de son départ au soir.

Haut de page

Notes

1 Wurtemberg.

2 Souligné par l’auteur du texte.

3 Louis V Joseph de Bourbon-Condé, prince de Condé (1736-1818), grand maître de la maison de France (1740-1792), gouverneur de Bourgogne et de Bresse (1754-1791), colonel-général de l’infanterie (1780-1788).

4 Marie-Thérèse-Louise de Savoie-Carignan, princesse de Lamballe (1749-1792).

5 Louis-Jean-Marie de Bourbon, duc de Penthièvre (1725-1793), amiral de France (1734-1790), et grand veneur de France (1738-1792).

6 Louise-Marie-Adélaïde de Bourbon, duchesse de Chartres puis duchesse d’Orléans (1753-1821), princesse du sang.

7 Ivan Sergueevitch, prince de Bariatinski (?-?), ministre plénipotentiaire russe en France (1773-1784).

8 Louis-Philippe-Joseph d’Orléans, duc de Chartres (1747-1793), gouverneur du Dauphiné (1785-1791).

9 Prince de Noailles (1752-1819), intendant et gouverneur de Versailles (1778-1789), capitaine des gardes du corps du roi (1784-1791).

10 Marie Fortunée d’Este (1731-1803), épouse de Louis-François-Joseph de Bourbon-Conti, comte de La Marche puis prince de Conti (1734-1814).

11 Types de robes féminines de la seconde moitié du xviiie siècle.

12 La comtesse de Provence.

13 Marie-Thérèse de Savoie, comtesse d’Artois (1756-1805).

14 Charles X (1757-1836), comte d’Artois (1757-1824), roi de France (1824-1830).

15 Élisabeth-Philippine-Marie de France, dite Madame Élisabeth (1764-1794), princesse du sang.

16 Charles Gravier, comte de Vergennes (1719-1787), ministre plénipotentiaire puis ambassadeur à Constantinople (1754-1768), ambassadeur à Stockholm (1771-1774), secrétaire d’État des Affaires étrangères (1774-1787), chef du Conseil des finances (1783-1787).

17 Vanves.

18 Monceau.

19 Benkendorf.

20 Marly.

21 Philippe-Louis-Marc-Antoine de Noailles, prince de Poix (1752-1819), intendant et gouverneur de Versailles (1778-1789), capitaine des gardes du corps du roi (1784-1791).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anonyme, « « Nottes sur le voyage de M. le comte et de Mme la comtesse du Nord en France au mois de may 1782 » », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2014, mis en ligne le 28 octobre 2014, consulté le 26 mars 2017. URL : http://crcv.revues.org/12398 ; DOI : 10.4000/crcv.12398

Haut de page

Auteur

Anonyme

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org