Navigation – Plan du site
2014

Une mise en scène de la justice royale du premier Bourbon : la cérémonie du « théâtre de justice » de Mantes de 1594 pour la condamnation des meurtriers d’Henri III

A staging of royal justice by the first of the Bourbon Kings: the ceremony of the “theatre of justice” in Mantes in 1594 for the conviction of the murderers of the king, Henry III
Mathieu Mercier

Résumés

Depuis l’assassinat de son époux le roi de France Henri III en 1589, Louise de Lorraine ne cesse de réclamer la justice à son successeur Henri IV. Ce dernier, qui tente de conquérir par les armes son royaume divisé par la dernière guerre de Religion, organise alors une cérémonie unique dans l’histoire du cérémonial français : le théâtre de justice à Mantes en 1594. Inutile sur le plan judiciaire, en l’absence des accusés, cette manifestation est avant tout une réponse grandiloquente aux manifestations de la Ligue dans la capitale toujours révoltée. Elle permet de plus à Louise d’extérioriser une douleur toute baroque et d’engager publiquement, mais en vain, le nouveau souverain dans la poursuite des régicides, et au premier Bourbon de légitimer son statut et de s’afficher en roi justicier.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 La journée des Barricades désigne le soulèvement du peuple parisien qui éclate le 12 mai 1588 en fa (...)
  • 2 Leroux 2006, p. 17-22.
  • 3 Henri de Bourbon, dit « le Grand », roi de Navarre (9 juin 1572 – 14 mai 1610) et roi de France (2  (...)

1Émergeant de la Ligue parisienne qui tient la capitale depuis la journée dite « des sainctes barricades1 » dressées par les insurgés contre leur roi Henri III, un jeune moine jacobin, Jacques Clément, parvient à rencontrer le souverain le lundi 1er août 1589 en apaisant les soupçons du procureur général du parlement de Paris Jacques de La Guesle. Introduit dans la maison de Jérome de Gondi à Saint-Cloud où réside le monarque, aux portes de la capitale qu’il assiège, Clément agresse le dernier Valois d’un coup de couteau. Bernard de Montsérié, l’un des gardes de la compagnie des Quarante-Cinq, empoigne le moine et hurle, en vain, qu’on ne le touche pas. Anéanti, Jacques de La Guesle, qui a introduit Clément auprès de sa victime, se jette aux pieds du roi en le suppliant d’être tué2. Henri III meurt le lendemain et le roi de Navarre3 prend ses quartiers dans la maison de Saint-Cloud. Il fait rédiger des lettres aux principales villes du royaume dans lesquelles il annonce que Dieu l’appelle à la Couronne et où il promet de faire justice du régicide.

  • 4 Boucher 1995, p. 322.

2Néanmoins Louise de Lorraine (1553-1601), la veuve d’Henri III, éprouve le besoin de rappeler régulièrement ses engagements au nouveau monarque dans sa correspondance. Les juges royaux doivent cependant se contenter de condamner plusieurs prédicateurs accusés de louer le geste régicide. Ces sanctions ne satisfont pas Louise qui souhaite faire reconnaître la culpabilité de certains membres de la maison de Lorraine, dont son cousin germain Charles, duc de Mayenne, le chef de la Ligue. Ce dernier publie le 19 mai 1593 une déclaration d’innocence4, alors que se déroulent les conférences de Suresnes où se réunissent ses représentants et ceux d’Henri IV qui vient d’annoncer sa proche conversion. Louise de Lorraine veut donc hâter la procédure judiciaire pour empêcher un accord innocentant Mayenne du crime en échange d’une trêve voire de sa soumission au nouveau roi. Par l’intermédiaire de son chancelier Guillaume de L’Aubespine, sieur de Châteauneuf, et de son avocat Louis Buisson, avec le soutien de Jacques de La Guesle, elle obtient de pouvoir présenter solennellement une requête au roi qui déclare en son Conseil le 12 janvier 1594 attendre une « justice exemplaire ». La cérémonie que nous étudions ici se déroule le 20 janvier 1594 en la collégiale Notre-Dame de Mantes, aujourd’hui Mantes-la-Jolie, près de Paris.

3Cette cérémonie, dont les participants soulignent le caractère jusqu’alors unique dans l’histoire de la monarchie française, apparaît peu dans les mémoires du temps. On trouve dans une édition de 1736 du Journal de Pierre de L’Estoile une évocation de cette « grande cérémonie » et de la « très belle remontrance sur l’assassinat dudit feu roi » de Jacques de La Guesle, mais avec la date erronée du 9 janvier. Sans doute moins apocryphe, une remarque datée du mercredi 3 janvier 1607 y fait allusion :

  • 5 L’Estoile 1958, p. 276.

M. Du Puy m’a prêté la Harangue faite au roi, à Mantes […] qui est une bonne pièce et où il y a de beaux traits et de belles pointes. Et l’ai trouvé si belle, qu’encore qu’elle contienne demie main de papier d’écriture, l’ai baillée à Chausson à transcrire, pour en avoir une copie5.

  • 6 Ibid., p. 440. Fils d’un marchand de draps et ancien élève des Jésuites au collège de Clermont, Jea (...)
  • 7 L’Estoile 1958, p. 429.

4Il est vrai que l’essentiel de la cérémonie de Mantes consiste en la lecture des longues plaidoiries de Louis Buisson, avocat de la reine douairière, et de Jacques de La Guesle, procureur du roi, plaidoiries qui apparaissent comme des modèles de cette rhétorique parlementaire de la fin du xvie siècle, étayée de sentences et de citations antiques. Pierre de L’Estoile ne cache d’ailleurs pas son admiration pour ces deux grands orateurs. En décembre 1594, après l’attentat manqué de Jean Châtel, il s’indigne ainsi de l’anagramme semé dans Paris faisant de « Jacques de La Guaille » le « Laquais de la Ligue » après qu’il eut exprimé son regret de n’avoir pu prévoir les dangers du Louvre à Henri IV qui lui répond : « Voilà que c’est, M. le procureur ! Vous fûtes cause de la mort du roi mon frère, sans y penser : vous l’avez cuidé être de la mienne, tout de même »6. L’auteur signale également la mort de Louis Buisson le 4 février 1609 comme l’un « des anciens et fameux avocats du Parlement, regretté de tous et surtout, au Palais, de ceux de sa profession7 ».

5Les plaidoiries de 1594 sont imprimées in extenso, en juillet 1610, par H. Deboufflers, neveu de Louis Buisson, entrecoupées de remarques sur le déroulement de la cérémonie et son décor. Dans la dédicace à Marie de Médicis, il met en relation le décès de Buisson et celui d’Henri IV :

  • 8 La Guesle et Buisson 1610, fo 2vo.

Ainsi Dieu nous l’ayant osté du Palais où il fut (ie le puis dire sans interest) une des lumières de son temps : & depuis encor ceste irréparable perte nous estant advenuë, i’ay rompu toutes les barrieres de sa retenuë & de ma crainte, ne pouvant plus receller enclose depuis seize ans une chose si utile : Ainçois i’ay creu qu’il ne seroit point mal seant à son Nepueu, qui a eu l’honneur d’estre l’un des officiers de la deffuncte royne ; encore que ie n’y aye contribué que la diligence du recueil, de laisser aller ceste action au public toute qu’elle me fut baillée à cet effect par sa Maiesté8.

6À la sortie de l’ouvrage, Pierre de L’Estoile qui en fait l’acquisition le 12 août 1610 écrit :

  • 9 L’Estoile 1960, p. 169.

Ces remontrances sont belles, utiles et à propos pour le temps, et qui méritaient bien d’être imprimées, et, à la mienne volonté, que tout ce qui s’imprime et réimprime aujourd’hui leur ressemblât. Tout ce que je crains, c’est qu’elles ne nous échauffent guère à la poursuite et vengeance du dernier9.

7Par cette dernière remarque, le mémorialiste met l’accent sur l’inefficacité judiciaire de la cérémonie, dont la mise en espace élaborée, rivalisant avec les processions des ultra-catholiques parisiens, a surtout permis à la reine Louise d’exalter son veuvage et au nouveau roi de magnifier son image.

La mise en espace d’un rebondissement judiciaire

Un épisode spectaculaire dans un long parcours judiciaire

  • 10 Thou 1734, p. 671.
  • 11 Aubigné 1981-1999, t. VIII, p. 67.
  • 12 La Guesle et Buisson 1610, fo 5vo.
  • 13 Ibid., fo 7ro.

8Les responsables de l’exécution sommaire de Jacques Clément restent curieusement mal identifiés. Agrippa d’Aubigné, comme l’historien Jacques-Auguste de Thou10, incrimine La Guesle « troublé de desplaisir11 ». Le fait demeure peu probable quand on considère la fidélité sans faille du procureur à son roi. De peur de voir les complices et les commanditaires impunis, Louise manifeste très vite son désir de justice. Dans un discours en forme de requête qu’elle fait parvenir au premier Bourbon au début du mois de novembre 1589 et que l’on retrouve dans notre ouvrage de 1610, elle souhaite la « iuste punition, non telle que mérite un si détestable crime : mais pour le moins la plus exemplaire en horreur de tourment & supplice que l’on pourra apporter à la souvenance d’un si enorme forfaict12 ». La reine douairière y réclame au procureur général de « faire toutes les diligences requises & nécessaires, sans aucune discontinuation », et ce « d’autant que la première preuve & deposition que l’on eust peu avoir par la bouche du malheureux assassin est perduë par la trop prompte & soudaine mort que l’on luy a faict souffrir, non toutesfois avec assez de tourments & d’infamie »13.

  • 14 Leroux 2006, p. 332.
  • 15 La Guesle et Buisson 1610, p. 22.
  • 16 Ibid., p. 119.

9L’année suivante, elle sera satisfaite par la condamnation d’Edme Bourgoing, prieur des Jacobins de Paris et guide spirituel de Jacques Clément14. Après avoir subi en vain la « question » pour lui faire avouer le nom de ses comparses, Bourgoing est écartelé le 23 février 1590. Lors de la cérémonie de Mantes en 1594, Louis Buisson évoque les figures du prédicateur et de ses épigones : « Il s’est trouvé des âmes venales qui ont presché, & des plumes achetées des doublons d’Espagne, qui ont escript que c’estoit un coup du ciel15. » Mais ce succès reste sans lendemain comme l’avoue Jacques de La Guesle en cette même occasion : « Toutefois […], il ne m’a esté possible après la trop prompte mort de l’assassin, faire punir autre, que son Prieur, un des principaux mouvemens de la rage16. » En effet, le parlement ne peut qu’ordonner une « prise de corps » sans conséquence contre d’autres complices supposés qui sont hors de portée derrière les murailles de Paris assiégé.

  • 17 Ibid., p. 7.

10La procédure judiciaire piétine donc depuis quatre ans, comme le souligne Louis Buisson dès le début de sa plaidoirie où il déplore « l’orage & la tempeste de ces malheureux troubles […] si grands, qu’ils ont empesché iusques ici vostre commun desir17 ». La cérémonie spectaculaire de 1594 débute sur un constat d’échec et Louise en profite pour engager de nouveau et publiquement Henri IV dans une action judiciaire d’envergure. L’avocat de la veuve royale interpelle ainsi le premier Bourbon :

  • 18 Ibid., p. 27.

[V]ous en estes debiteur à vous mesme, Sire, à vostre propre sang & comme le plus proche parent du feu Roy, & comme son successeur, & comme son frère, & comme son heritier. Vous la debvez à la Royne sa veusve vostre sœur, qui vous la demande en toute humilité, & à toute la France qui assiste à sa très-humble requeste18.

  • 19 Ibid., p. 49.

11L’avocat de la reine douairière reformule alors l’appel à toutes les forces de l’État. Il demande également que soit requise l’aide des « Rois & Princes souverains estrangers » et offerte une prime de « dix mil escus » en échange des accusés19. Face à un crime exceptionnel, il exige des mesures d’exception à l’instar de cette cérémonie.

Une cérémonie unique

  • 20 Ibid., p. 52.
  • 21 Ibid. Pour critiquer cette interprétation très orientée du cérémonial français, on se reportera à G (...)

12Les orateurs ne cessent de souligner le caractère unique de cette cérémonie dans leurs discours. Jacques de La Guesle débute d’ailleurs ainsi sa harangue : « Ceste assemblée est fort differente de toutes celles que les Roys ont accoustumé d’honorer de leurs présences20. » En guise de comparaison, il évoque les cérémonies du sacre, de la convocation des états et du lit de justice qui ne sont que « resiouyssance, gratulations, acclamations & voix d’allegresse » qui se doivent, selon le cérémonial, d’accompagner la « présence des Roys », raison pour laquelle, rappelle-t-il, « ils n’ont accoustumé se trouver aux obsèques de leurs predecesseurs21 ». Face au roi, il déclame :

  • 22 La Guesle et Buisson 1610, p. 53.

Pour voix d’allegresse s’entre-entendent [ici] sanglots & gemissements, & au triste spectacle ou plustost à la dolente audience, dont l’heur de vostre dignité sembloit vous excuser, le devoir de vostre charge et vostre pieté envers le feu Roy vostre frère, vous appellent22.

  • 23 Ibid., p. 59.
  • 24 Chez Enguerrand de Monstrelet, dans le tome I de ses Chroniques (Monstrelet 1876, p. 357-358), on l (...)

13Cherchant un point de comparaison dans l’histoire de la monarchie française, La Guesle ne trouve que la requête de Valentine Visconti au roi Charles VI le 10 décembre 1407 pour le meurtre de Louis d’Orléans par les hommes de main de Jean sans Peur (1385-1404). Il dresse alors des parallèles audacieux : il évoque les docteurs en Sorbonne qui, tel Jean Petit au temps du duc de Bourgogne, justifient l’assassinat politique et sont donc promis à un châtiment comparable, le corps du théologien ayant été « tiré du tombeau & bruslé23 ». Toutefois, les deux magistrats ne déclinent pas plus avant la mise en parallèle des requêtes officielles afin d’éviter les rapprochements malheureux entre Henri III et Louis d’Orléans, tué le jour de la Saint-Clément par son cousin Jean sans Peur, entre Henri IV et Charles VI, affaibli par sa folie, ou même entre Louise de Lorraine et la très controversée Valentine Visconti, toujours suspectée d’être, en bonne Italienne, une empoisonneuse. De plus, le prestige monarchique n’est pas remis en cause par le meurtre de Louis d’Orléans car ses auteurs s’en réclament, contrairement au régicide de 1589. Enfin, la cérémonie de Mantes apparaît bien plus solennelle et théâtralisée24.

  • 25 La Guesle et Buisson 1610, p. 2.
  • 26 Ibid., p. 1-2.

14Nous le savons, l’usage du mot « théâtre », attesté en 1549 pour désigner une estrade dressée, destinée à une cérémonie publique, est lié à l’habitude ancienne de donner des représentations en plein air sur des tréteaux. Le mot peut également désigner les gradins où se placent ceux qui assistent à la cérémonie. À l’occasion de celle de Mantes, les commentaires contemporains décrivent un « théâtre de justice » et nous pouvons prendre le terme sous ses deux acceptions. Les portes de la collégiale, restées « tout le iour fermée[s] pour éviter la confusion du peuple assemblé pour voir ceste ceremonie », nous dit la relation de 1610, s’ouvrent à l’entrée de Louise et de sa suite, et découvrent une architecture éphémère de trois gradins superposés au sommet de laquelle, « tout au plus haut de la Nef sous un daiz de drap d’or frizé, siz en une chaise couverte de mesmes25 », trône le roi. Les officiers, les parlementaires et les proches du Bourbon prennent place sur ces trois degrés. Puis, devant le roi, à l’entrée « dudit theatre dans les barrières d’iceluy », se tiennent les magistrats alors que les secrétaires d’État s’affairent autour d’une table « couverte de velours ». L’assemblée est protégée par une haie composée des archers de la garde. Devant l’ampleur du dispositif engendré par le nombre des participants, on comprend vite l’intérêt pratique du choix de la collégiale Notre-Dame de Mantes. L’église de style gothique offre des dimensions imposantes : 57,70 m de longueur pour la nef et le chœur, 11,75 m de largeur et 29,90 m de hauteur sous les nefs. Le texte souligne d’ailleurs « qu’il n’y avoit autre lieu assez spatieux26 ». La deuxième raison de ce choix est politique. Henri IV poursuit en effet la conquête du royaume de France dont la population refuse un protestant sur le trône. Le successeur d’Henri III ne cesse obstinément, depuis novembre 1589, de se rapprocher de Paris : il s’empare de ses faubourgs, serrant l’étreinte qui coupe le ravitaillement, et installe la famine, puis sort victorieux de la bataille d’Ivry le 14 mars 1590 et récupère la région parisienne l’année suivante avec Chartres et Noyon. Évoquant la mise à mort du président Brisson en 1591 jugé trop modéré par les ligueurs, La Guesle s’adresse à Paris en ces termes :

  • 27 Ibid., p. 74-75.

& ce cercle qui t’entoure (i’entends ceste ville & autre voisines qui tiennent pour ton Roy) est en ton endroit ce qu’aux serpents le cercle de Betoine, dans lequel enclos ainsi qu’ils se tuent en se debattant, de mesme tes habitans s’entrecourrent les uns sur les autres, iusques à avoir, sans forme de Iustice, mis à mort indigne ceux que tenois pour chefs de la iustice27.

  • 28 Ibid., fo 2ro.
  • 29 Sur l’efficacité rhétorique de Jacques Davy du Perron dans la controverse relative à la conversion (...)

15La ville de Mantes est aussi la cité qui abrite, en juillet 1593, la conversion d’Henri IV. Louis Buisson s’exprime donc « au milieu d’une grande armée […] de plus de vingt mil hommes tant de noblesse Françoise qu’autres tous embesongnez au mestier de Mars28 », nous dit son neveu Deboufflers, mais aussi face à des prélats célèbres tel Jacques Davy du Perron29. La présence de ces derniers et le caractère religieux de l’édifice teintent alors la cérémonie d’un caractère sacré.

Une contre-manifestation face à la Ligue

  • 30 La Guesle et Buisson 1610, p. 71.
  • 31 Crouzet 1990, t. II, p. 492.
  • 32 On connaît une célèbre composition anonyme intitulée Procession dans Paris pour la canonisation de (...)
  • 33 La Guesle et Buisson 1610, p. 2-4.
  • 34 Mercier 2010, p. 315-333.

16En 1589, à l’annonce de la réussite de l’attentat contre Henri III, les ligueurs entament un « contre-deuil », une cérémonie festive ritualisant l’union sacrée autour de la cause divine. Les Parisiens se réunissent autour de feux de joie ou dans des processions retentissantes. Or, dans son discours de 1594, Jacques de La Guesle dénonce ces processions pourtant passées. De même, il s’horrifie de ces « estranges funérailles » parisiennes où s’est changée « la couleur noire & triste, en verte & gaye »30 . En effet, après le crêpe noir stigmatisant l’horreur et la détresse provoquées par l’exécution d’Henri de Guise et de son frère Louis de Lorraine en décembre 1588 sur l’ordre d’Henri III, les Parisiens se parent d’écharpes et de rubans verts31. Cette dénonciation tardive de la liesse régicide trahit la volonté des organisateurs de la cérémonie de Mantes d’élaborer une contre-manifestation royaliste. Les processions parisiennes qui glorifient Clément32 utilisent, comme le montrent les gravures contemporaines, le décor architectural de Notre-Dame de Paris qui leur sert le plus souvent de point de départ après une messe d’action de grâces (fig. 1). Les propagandistes du premier Bourbon, soucieux de célébrer la sacralité monarchique, vont donc lui opposer la cathédrale de Mantes et une procession tout aussi codifiée et spectaculaire. Le long cortège de la reine douairière sort de son logis de Mantes vers les 2 heures de l’après-midi et s’avance lentement, escorté d’une garde de suisses, jusqu’au chœur de la collégiale où, face au roi, il se sépare des deux côtés du théâtre. Une fois l’assistance installée, Louis Buisson, à genoux sur la seconde marche, commence sa plainte avant d’être relevé par le chancelier33 pour la poursuivre debout. Le discours de l’avocat de la reine exprime le souci d’une exposition judiciaire. En réponse aux pamphlets illustrés34, placardés sur les murs de la capitale rebelle, il réclame l’affichage du nom des accusés, en vue de leur interpellation, sur les portes de toutes les églises du royaume, sur celles de toutes les villes ainsi que sur des poteaux dans les havres, les ports de mer, sur les ponts et les passages des fleuves et rivières. Il demande également qu’un arrêt oblige tous les couvents dominicains à organiser une procession, chandelle ou cierge à la main, et qu’un service solennel à la mémoire d’Henri III soit gravé sur des lames de cuivre scellées sur leurs murs. Il exige enfin que l’appellation de Jacobin disparaisse et que les habits de tous les religieux de l’ordre soient définitivement changés. Quant au couvent dominicain de la rue Saint-Jacques à Paris, à l’origine de ce surnom de Jacobin et dont Clément est issu, il doit être vidé de ses occupants et remis à un autre ordre choisi par la veuve. On devine ici la volonté de Louise de mettre en scène les hommages rendus à son époux dont le deuil démonstratif à l’occasion de cette cérémonie est le premier.

Fig. 1 : Anonyme, Procession dans Paris pour la canonisation de Jacques Clément, plume et encre brune, 47,4 × 70 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, Qb4 (généralités à 1788) (P 69195).

Fig. 1 : Anonyme, Procession dans Paris pour la canonisation de Jacques Clément, plume et encre brune, 47,4 × 70 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, Qb4 (généralités à 1788) (P 69195).

© Bibliothèque nationale de France

La mise en scène d’une veuve royale

Celle qui sauve l’âme du roi défunt

  • 35 Boucher 1995, p. 314.
  • 36 La Guesle et Buisson 1610, p. 51.
  • 37 Ibid., p. 21.
  • 38 Ibid., p. 10-19.

17L’usage veut que le pape fasse célébrer à Rome des services funèbres après le décès d’un roi de France. Or il n’en est pas ainsi après le meurtre d’Henri III à cause d’un monitoire fulminé à son encontre par Sixte Quint au printemps de 1589. Louise de Vaudémont charge son premier écuyer, Montmorin, d’aller plaider à Rome la cause du défunt. Malheureusement, persuadée de son bon droit, la reine douairière demande plus que Sixte Quint ne peut lui accorder sans discréditer sa propre politique. Louise désire une déclaration pontificale sur « l’horreur d’un crime aussi énorme », des prières publiques par tous les catholiques pour l’âme d’Henri III, l’interdiction aux membres de l’Église de médire sur le souverain décédé, la célébration de la date du 2 août par les Jacobins de Paris et de Sens dans un service aux trépassés auquel ils se rendraient en corps, les uns à Saint-Cloud, les autres dans leur église, la récitation chaque mardi et chaque mercredi du De profundis et de l’oraison Inclina avant la postcommunion, et, bien sûr, les derniers honneurs rendus au roi par le pape35. La reine douairière ne reçoit qu’un bref le 22 décembre 1589 où une exhortation à la constance et quelques remarques d’ordre spirituel couvrent maladroitement le silence du Saint-Siège. Les successeurs de Sixte Quint, disparu en 1589, émettent des réponses semblables : Grégoire XIV, favorable à la Ligue, refuse les honneurs funèbres à la dépouille d’Henri III en 1591 et Clément VIII, l’année suivante, conseille à Louise de renoncer à cette entreprise. Elle reformule donc la demande de prières publiques et de processions lors de la requête de Mantes en 1594 et réclame à Henri IV la fondation d’une église collégiale expiatoire à Saint-Cloud pour que des chanoines y prient pour l’âme du roi36. Henri III est d’ailleurs présenté comme un martyr dans la plaidoirie de Louis Buisson qui clame : « Que ne puis-je faire venir son corps percé & plein de sang au milieu de vous, pour vous exciter & esmouvoir à poursuivre la iustice de ce détestable parricide37 ? » En l’absence de grandes funérailles publiques, faute de temps, de moyens et d’intérêt de la part du nouveau roi qui tient à escamoter la dépouille embarrassante de son prédécesseur, la cérémonie de Mantes offre également à l’avocat de la reine douairière l’opportunité de prononcer une longue oraison funèbre38 face à la société aulique. Les premières lignes en donnent le ton :

  • 39 Ibid., p. 10.

Ses divines louanges, ses hauts et généreux faicts d’armes sont si grands, si recents et si communs, qu’ils ne tombent point en la force ny en la vigueur de l’eloquence : Quand elle mesme l’entreprendroit, elle desroberoit quelque chose à l’honneur de sa memoire39.

  • 40 Ibid., p. 84.

18Le procureur du roi lui-même évoque la « bonté », la « clémence, qui reluisoit en son visage mesmes, & en sa façon non hautaine ny desdaigneuse, ains consistante en gravité modeste, accompagnée de grande douceur & affabilité40 ». La cérémonie de Mantes se poursuit d’ailleurs par une messe en présence de toute la cour et du roi fraîchement converti. André Favyn dans son Histoire de Navarre de 1612 écrit :

  • 41 Favyn 1612, p. 995-996.

En ce voyage ceste vertueuse & chaste Royne, s’estant un iour trouvée à la Messe du Roy, & à l’issue d’icelle ouy chanter l’Exaudiat te Deus, prière que le feu Roy faisoit tousiours dire pour luy, elle fut long-temps esvanoüie & tenüe pour morte : le Roy accourut, & tous les Princes & Seigneurs qui estoient avec luy, & la remirent au mieux qu’il leur fut possible. Ce fut une vive poincture de la douce souvenance du feu Roy son mary, qui luy ravit les sens oyant à l’improviste le psalme que ledict deffunct Roy avoit tant agréable. Ainsi à la moindre apprehension, ou représentation des choses bien aymées on en devient transporté : & se voyant à tout iamais privé de la iouissance d’icelles, la douleur surmonte quelque belle constance, dont nous nous puissions armer41.

Celle qui se montre exemplaire dans son rôle de veuve

  • 42 On lira sur ce point Tranié 2010.
  • 43 La Guesle et Buisson 1610, f3ro.
  • 44 Ibid., f2ro.
  • 45 Ibid., p. 4.
  • 46 Ibid., p. 6.
  • 47 On se reportera, à propos de ce thème de l’éloquence des larmes, à Le Person 2002.
  • 48 La Guesle et Buisson 1610, p. 55.

19La constance dans l’adversité du deuil revient régulièrement dans la correspondance de Louise de Lorraine dont la pensée se révèle fortement influencée par le stoïcisme42. Elle va vouloir donner à voir l’exemple édifiant d’un veuvage pleinement vécu. Deboufflers se souvient de l’expression publique de sa peine par Louise à qui il relit, « par son commandement lors qu’elle estoit à Bourges en la presence de Madame de Mercoeur & plusieurs Seigneurs & Dames », les discours prononcés à Mantes quelques années plus tôt. Elle fond en larmes après trois pages récitées si bien qu’il se voit contraint « de l’intermettre ou quitter du tout tant elle represente pathéticquement & au vif ceste cruelle desolation »43. Dès la quinzième ligne de sa dédicace, il présente d’ailleurs cette attitude comme une consolation morale à Marie de Médicis, la nouvelle veuve royale. Cette douleur spirituelle se manifeste parfois par des souffrances physiques : elle va ainsi retarder la cérémonie de Mantes de quelques jours, la reine douairière ne pouvant s’y rendre suite à une indisposition. Ces manifestations spectaculaires d’une émotion incontrôlable reviennent souvent sous la plume des magistrats. Alors que Deboufflers la décrit « d’une ame divinement touchée44 », « transie de douleur », son chancelier Guillaume de L’Aubespine excuse son silence face au roi, car elle est « empsechée par ses pleurs & larmes continuelles45 ». Son avocat, au début de sa plaidoirie, veut démontrer cette peine incommensurable par la transfiguration de Louise qui, « quand on la voyoit de loing elles monstroit un visage communément triste & larmoyant ; mais quand on l’approchoit de près, on trouvoit que c’estoit une face sans forme, & plustost une figure de mort que d’une créature vivante46 ». L’usage de la tristesse exacerbée de la reine douairière, rendue éloquente par ses représentants, est bien ici de motiver l’action judiciaire du roi face à sa cour réunie solennellement47. Jacques de La Guesle ne s’y trompe pas puisqu’il reprend cet argument pour justifier une action virulente et sévère. Il plaide sa « cause soustenue par ses larmes, defenduë par ses regrets, eslevée par ses souspirs », en démontrant que « ce sexe infirme » implore la justice par « son imbecilité »48.

  • 49 Ibid., p. 2.
  • 50 Ibid., p. 4.
  • 51 Ibid., p. 3.
  • 52 « Ces deux pièces étaient entièrement peintes de noir, avec des larmes d’argent, des ossements, des (...)

20On peut aisément saisir l’efficacité de cette rhétorique des larmes en la replaçant dans le décor funèbre de cette cérémonie de Mantes d’une exubérance toute baroque. La reine, dans une robe de grand deuil – sans doute coiffée d’un voile blanc – dont les queues sont portées par trois suivantes, s’avance jusqu’à la collégiale Notre-Dame de Mantes avec un cortège de serviteurs et d’officiers tous de noir vêtus49. À l’intérieur, elle rejoint le théâtre de justice « couvert de velours noir mis exprès » jusque sur le barreau des magistrats50 et s’installe « en une chaise preparée pour elle, couverte de noir » sous « un daiz au dessus de mesme parure »51. Nous n’avons pas retrouvé de gravure représentant ce théâtre de justice de 1594 mais on peut se faire une idée de l’effet obtenu en observant la chambre de Louise de Lorraine au château de Chenonceau, décorée sur ses indications après le meurtre de son mari, où les motifs macabres abondent52 (fig. 2). On obtient donc un tableau saisissant où se détache un couple royal recomposé par les circonstances dramatiques, formé d’un souverain auréolé de gloires militaires et de la veuve éplorée de son prédécesseur.

Fig. 2 : Chambre de Louise de Lorraine au château de Chenonceau.

Fig. 2 : Chambre de Louise de Lorraine au château de Chenonceau.

© Philippe Patingre / Phare Ouest

Celle qui compte sur l’échiquier politique du début du règne d’Henri IV

  • 53 La Guesle et Buisson 1610, p. 2.

21De 1589 à 1601, Louise de Lorraine demeure la seule reine de France reconnue comme telle face à Marguerite de Valois (1553-1615) devenue une adversaire politique qui vit recluse dans sa forteresse d’Usson et négocie âprement la dissolution de son mariage avec Henri IV à partir de 1592. Lors de la cérémonie de Mantes, les officiers du nouveau roi veillent donc à ne pas heurter sa susceptibilité et à assurer le respect qui est lui est dû dans le cadre du cérémonial français. La relation de 1610 évoque la présence de ses gardes-suisses, mais il semble incontestable qu’elle ne possède pas les moyens financiers d’entretenir un corps de soldats. Henri IV a donc probablement étoffé ce cortège funèbre afin de lui assurer une allure royale. De même, l’ampleur de l’entourage de la reine douairière sous-entendue dans la relation de l’événement étonne : un réseau de fidèles existe sans doute en Touraine et au-delà, ici désignés comme « Seigneurs serviteurs particuliers du deffunct Roy », mais les proportions de sa maison, assez désargentée en ces périodes de troubles, n’atteignent pas la quarantaine de personnes. On lit pourtant des noms éminents dans l’énumération du cortège endeuillé de la reine « soustenuë au costé gauche de Monseigneur le Prince de Conty cousin germain du Roy […] & après le Comte de Fiesque son Chevalier d’honneur ; Madame de Nevers, Madamoiselle sa fille, & Madame de Rohan portans la queuë de sa robbe53 ». Or, à l’inverse d’Henriette de Clèves et du comte de Fiesque, ni le prince de Conti ni la duchesse de Rohan ne partagent l’intimité de Louise de Lorraine. Leur présence à ses côtés indique là aussi le souci politique d’Henri IV de flatter ou de manipuler la veuve de son prédécesseur. Cette intention transparaît dans le traditionnel épisode des révérences royales :

  • 54 Ibid., p. 3.

[L]adicte Dame voyant le Roy luy fit une bien basse reverence, & ledit Seigneur Roy se levant de sa chaise, mit la main au chappeau, & elle s’approchant touisours, estant vers le milieu de son chemin, feit de rechef une autre reverence, & ledit Seigneur fit un pas pour s’advancer vers elle, qui ayant continué les siens, se trouvant au pied dudit theatre fleschit un genoil sur la première marche d’iceluy, & lors ledit Seigneur Roy s’estant pareillement advancé, luy tendit la main pour ayder à la relever & monter sur ledict theatre54.

  • 55 Ibid., p. 29.
  • 56 Ibid., p. 36.
  • 57 Ibid., p. 38.

22Le premier Bourbon sait donc utiliser Louise à des fins cérémonielles mais aussi politiques en vue de rallier certains membres ligueurs de sa famille. Alors que Louis Buisson en appelle successivement dans sa plaidoirie au clergé de France55, à la « brave, fidèle & invincible » noblesse56 et aux intérêts des « composants » du tiers état57 avec le soin de consolider l’unité nationale dans sa quête de justice, Louise, aspirant au même idéal, tente peu à peu en coulisse de rapprocher son demi-frère Philippe-Emmanuel de Lorraine, duc de Mercœur, du nouveau roi désormais bon catholique. Toutefois, ni le duc de Mayenne ni la duchesse de Montpensier qu’elle estime, avec raison, responsables du meurtre ne méritent, selon elle, la grâce royale. Leur condamnation tant espérée justifie sans aucun doute à ses yeux toute la cérémonie de Mantes, alors qu’Henri IV en attend surtout une légitimation symbolique avant le sacre programmé.

La dramatisation du nouveau souverain

Henri IV, un héritier légitime

  • 58 Ibid., p. 114.
  • 59 Sur la place du cérémonial dans les stratégies politiques, on lira Chatenet 1992, p. 133-139.
  • 60 « Copie des lettres de provision de l’institution de la charge de feu le sieur de Rhodes, Guillaume (...)

23L’héritage de la Couronne de France, confirmé par le dernier Valois sur son lit de mort, est contesté à Henri IV au nom de la foi catholique. Certes, comme le rappelle le procureur du roi, il échange avec « les Princes, Seigneurs & Gentils-hommes, qui lors estoient en [son] armée » un « solemnel serment » d’alliance et fidélité pour marquer la « saincte liaison du père avec ses enfans »58. Mais, parallèlement à la reconquête militaire et stratégique du royaume, il engage un parcours de légitimation dont la conversion de 1593 est la première étape et la cérémonie de Mantes de 1594 la deuxième avant son sacre à Chartres et son entrée dans Paris la même année. Il use ainsi de tous les outils symboliques de ses prédécesseurs pour séduire, ou convaincre, les membres de la noblesse dont l’influence néfaste sur le peuple peut s’avérer destructrice, ainsi que le souligne Jacques de La Guesle dans sa plaidoirie. Tout comme Henri III, dont il conserve la charge de grand maître des cérémonies que celui-ci a créée en 1585 et confiée à Guillaume Pot de Rhodes, Henri IV utilise le cérémonial afin de domestiquer son entourage, d’harmoniser les relations entre ses membres et de figurer dans l’espace l’échelle du pouvoir selon laquelle les rangs s’agencent les uns par rapport aux autres sous sa souveraineté59. Alors que son fils Henri meurt à la bataille d’Ivry, Guillaume Pot de Rhodes participera activement au sacre de 1594 et, peut-être, à la cérémonie de Mantes qui le précède. « L’ordre requis pour y faire connoistre la dignité et splendeur convenable à [la] Royalle grandeur60 », ainsi que le qualifient les lettres de provision de sa charge, y est scrupuleusement respecté :

  • 61 La Guesle et Buisson 1610, p. 2.

[…] lors on veid le Roy tout au plus haut de la Nef sous un daiz de drap d’or frizé, siz en une chaise couverte de mesmes, […] & à costé droict de sa Majesté estoient sur divers sièges assis, les Mareschaux de France & officiers de la Couronne, Chevalliers des Ordres & les Seigneurs du Conseil61.

24On observe que le rêve d’harmoniser la cour par le cérémonial autour du monarque, redevenu le temps d’une manifestation le centre de gravité de la vie politique du royaume, et d’apaiser durablement les esprits souvent prompts à la rébellion, en y imprimant une douleur propice à la soumission, transparaît dans la conclusion de ce théâtre de justice. On lit :

  • 62 Ibid., p. 122.

& toute ceste multitude de Noblesse & de peuple, sortant pleine de passion, de pitié & de regrets, assistoient par leurs voeux & suffrages l’affliction de ladite Dame, & le seul désir du Roy en la promesse qu’il faisoit de poursuivre & rendre ceste iustice62.

Henri IV, l’élu de Dieu

  • 63 Ibid., p. 2.
  • 64 Ibid., p. 5.

25Par son déroulement dans la collégiale Notre-Dame de Mantes, cette cérémonie vise à renforcer, voire rétablir, la dimension religieuse de la fonction royale. Le lieu convient en effet pour « sanctifier davantage cet acte à la face de Dieu & des saincts63 » parmi « ceste très-grande & très-illustre assemblée, ou plutost ceste saincte Congregation64 » comme n’hésite pas à la qualifier Louis Buisson. Là aussi, le théâtre de justice s’inscrit dans une entreprise de propagande de grande envergure entre la basilique de Saint-Denis et la cathédrale de Chartres, entre les funérailles officielles espérées pour Henri III et le sacre attendu par Henri IV, pour clamer le choix de Dieu, choix que rappelle l’avocat de la reine douairière dont il exprime la joie sincère dans la conclusion de son discours :

  • 65 Ibid., p. 46.

Dieu, qui avez voulu que vostre sainct esprit se soit saisi du sien, & en sa conversion nous ayt fait veoir ce beau iour, & ce beau soleil tant désiré : dont nous commençons à gouster les fruicts savoureux en la reduction de Meaux, par le brave Seigneur de Vitry ! continuez les effects aux autres villes, donnez la grâce à nostre Roy d’estre paisible en son Royaume, afin qu’en toute liberté il puisse rendre la iustice libre […]65.

  • 66 Ibid., p. 112.
  • 67 Ibid., p. 100.
  • 68 Ibid., p. 38.
  • 69 Ibid., p. 40.

26Ce n’est donc pas simplement la « grandeur & dignité Royalle66 », au nom de laquelle Jacques de La Guesle demande une juste réparation, qu’il convient de restaurer mais également l’alliance mystique entre le roi, sa terre et son peuple dont il a la garde au nom de Dieu. Le procureur exprime alors les lamentations du sol de France, obligé « d’ouvrir la bouche pour recevoir le sang de son Prince67 ». Le couteau de Clément qui vient en effet de rompre ce lien sacré a engendré le malheur de toute la nation sombrant dans la violence. Buisson affirme : « La mort, l’absence, ou l’empeschement de vostre Roy vous rend semblables au troupeau destitué de pasteur, qui est exposé à la furie & voracité des loups68. » La terre elle-même s’en trouve stérile, n’étant plus que « chardons, buissons, & brossailles », non plus émaillée de villages mais de « sepulchres & monumens de tant de millions d’hommes qui sont morts soubs les ruynes de ces miserables troubles »69.

27L’urgence semble d’autant plus grande de renouer cette alliance sacrée que les risques d’attentats sont loin d’être éteints et donnent lieu à une véritable psychose du régicide perceptible lors de la cérémonie. Outre la présence des gardes en haie d’honneur, Jacques de La Guesle exhorte Henri IV à la prudence au nom de la raison d’État :

  • 70 Ibid., p. 117. L’assassinat d’Henri III entretient en effet la psychose de l’attentat politique et (...)

L’assassin se trouve encores à la porte de vostre chambre, & ne cuidez-vous qu’il se puisse rencontrer dans les forests, lesquelles non Royallement aucunefois accompaigné, vous fréquentez ? Ce proche & lamentable exemple pour lequel V. M. est icy, n’est-il plus pour vous, devant vos yeux70.

  • 71 Chevallier, 1989, p. 123-124.
  • 72 L’Estoile 1948, p. 302.
  • 73 Ibid., p. 352.

28Il demande donc que la justice contre les régicides soit exemplaire pour dissuader d’autres funestes attentats éventuels. On ne cesse en effet de démasquer les entreprises régicides qui se multiplient : à Senlis au printemps 1591, à Paris le 8 juin 1593 puis à Saint-Denis, après sa conversion, en juillet71. Comme l’affirme, à cette occasion, à Pierre de L’Estoile un conseiller du Grand Conseil, « un des plus grands catholiques de Paris » : « Ah ! Monsieur mon ami, le roi est perdu, il est tuable, à cette heure, où auparavant il ne l’était pas72 ». La tentative de Pierre Barrière en août 1593, dénoncée à temps par le Jacobin lyonnais Séraphin Bianchi, confirme toutes les craintes. À la date du 3 janvier 1594, alors que la cérémonie se prépare, Pierre de L’Estoile écrit dans son journal : « Ce jour, on donna avis au roi de se garder d’un qui était à la reine douairière, qui parlait souvent à Sa Majesté pour les affaires de ladite dame sa maîtresse73. » Les soupçons n’épargnent donc pas l’entourage de la veuve d’Henri III composé de catholiques fervents et expliquent les précautions prises pour la cérémonie de Mantes.

Henri IV, un roi justicier

  • 74 La Guesle et Buisson 1610, p. 111.
  • 75 Ibid.
  • 76 Ibid., p. 82.
  • 77 Ibid., fo 5ro.
  • 78 Ibid., p. 99-100.

29Les thuriféraires du premier Bourbon reprennent bon nombre des métaphores déjà usitées pour glorifier la monarchie française. Jacques de La Guesle qualifie ainsi Henri IV de « nouveau Soleil » qui reluit pour conjurer le risque « d’une perpétuelle nuict de troubles, d’horreurs et de malheurs »74 consécutive au régicide de 1589. Il en fait aussi celui qui dispense le « vray antidot du poison de discorde75 » après avoir évoqué la figure d’un roi médecin – courante en ces temps de fièvre politique – qui délivre et purge son peuple d’une « fiebvreuse fureur76 ». Mais c’est surtout l’image d’un roi justicier qui se développe au fil de la cérémonie. Louise, dans la lettre ouverte adressée au roi à l’origine des solennités de 1594, commence d’ailleurs par affirmer que la justice est le premier commandement divin « après son honneur et service », « la principalle charge & function de la puissance Royale »77. Le procureur rappelle à son tour que le « glaive de sa Iustice » lui est remis à titre de « Lieutenant général du grand Dieu » et qu’il doit donc punir les « forfaicts, & notamment […] cestuy-cy qui porte par-dessus tous les autres, la couronne d’opprobre et d’infamie »78. Il se doit également de rendre la justice au nom de la mémoire de son prédécesseur et du droit qui assure l’harmonie dans le royaume :

  • 79 Ibid., p. 113.

Car si entre les particuliers ceux qui ne poursuivent la Iustice de la mort violente de ceux ausquels ils succedent, sont declarez indignes de la succession, combien d’avantage les Princes sont tenus à la punition d’un outrage commun à tout l’estat, veu qu’ils ne se doivent pas la Iustice à eux-mêmes seulement : mais encore plus au public79.

30Au nom de ce devoir, le premier Bourbon se fait roi de guerre comme semble le souligner la décoration intérieure de la collégiale de Mantes suggérée par la fin de la plaidoirie de Jacques de La Guesle qui glorifie les succès militaires de son souverain :

  • 80 Ibid., p. 115.

Si ie n’en parlois, ce sacré temple, auquel nous sommes, le disant à haute voix, condamneroit ce mien silence importun, temple orné des despouilles ennemies, et tendu des drapeaux rapportez des plaines d’Ivry. Et […] il semble que la providence a porté ceste action en ce lieu, afin […] [de] consacrer & comme immoler à la memoire du feu Roy, ces enseignes captives80.

  • 81 Ibid., p. 75.
  • 82 Bardon 1974, p. 39.
  • 83 La Guesle et Buisson 1610, p. 73.

31La suite de cette quête se situe aux portes de l’église, à quelques lieues de la ville de Mantes : assiéger Paris « devenuë cloaque de honte » où « tant de gens honorables qui sont encore enclos & enfermez » ont « tout oublié ce qu’ils estoient »81. Henri IV devient ici le libérateur armé, le Persée français, comme dans une gravure sur bois contemporaine destinée à être placardée après l’entrée dans la capitale qu’elle prolonge dans une dimension mythologique82 (fig. 3). Toutefois, la violence aveugle n’est pas la justice et Jacques de La Guesle annonce qu’elle « ne se pouvoit faire […] au milieu du sac d’une ville, qui ne met distinction entre l’innocence, & le crime83 ». Le procureur, jadis prisonnier des ligueurs, avoue alors regretter la trop grande douceur du monarque qui, par le seul désir d’épargner cette innocence, voit sa capitale « tirée d’entre [ses] mains, & par mesme moyen ruynée ».

Fig. 3 : Anonyme, Henri IV, nouveau Persée, délivrant la France-Andromède, gravure sur bois illustrant le placard La délivrance de la France par le Persée françois, anonyme, Paris, Jean Le Clerc, rue S. Jean de Latran, à la Salemandre [sic], avec privilège du Roy, 1594, gravure sur bois, 20 × 29 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, Réserve, Imprimés, Recueil de L’Estoile, Gd. Fo Rés. La25 6, F31.

Fig. 3 : Anonyme, Henri IV, nouveau Persée, délivrant la France-Andromède, gravure sur bois illustrant le placard La délivrance de la France par le Persée françois, anonyme, Paris, Jean Le Clerc, rue S. Jean de Latran, à la Salemandre [sic], avec privilège du Roy, 1594, gravure sur bois, 20 × 29 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, Réserve, Imprimés, Recueil de L’Estoile, Gd. Fo Rés. La25 6, Fo 31.

© Bibliothèque nationale de France

32La bonté du roi envers ses sujets, alors qu’il ne cesse lors des combats d’ordonner d’épargner le sang des Français, doit naturellement entraîner la réconciliation nationale, souhaitée par le procureur lors de ce théâtre de justice. Au détour de sa réflexion, ce dernier s’interroge ainsi sur la punition du peuple de Paris tout entier :

  • 84 Ibid., p. 76.

Seroit-il donc raisonnable que le crime de quelques uns fust estendu sur tous ? Vaut-il pas mieux donner à plusieurs bons, quelques meschans, que pour quelques meschans, perdre bons, & se conformer à l’exemple de la Iustice divine, qui eust pardonné à la ville […] si dix iustes s’y fussent peu rencontrer84 ?

  • 85 Ibid., p. 77.
  • 86 Ibid., p. 110.
  • 87 La Guesle et Buisson 1610, p. 117.

33Face à une veuve royale qui réclame la vengeance du régicide en exigeant la relance des procédures judiciaires avec le dessein, à peine voilé, d’atteindre les membres de sa lignée, Henri IV offre les gages d’une action plus ciblée, car « le fouldre qui a esclatté si dru & avec tant d’impetuosité sur ce Royaume est venu d’en hault, c’est-à-dire des grands85 », qu’il prend garde de ne jamais nommer. En effet, le roi traite alors avec Charles de Lorraine, duc de Mayenne, qui a fait échouer plusieurs sièges de la capitale grâce aux secours espagnols mais qui doit aussi affronter la lassitude générale des Parisiens et donc envisager une retraite honorable. Seul le moine Clément, mort depuis bientôt cinq ans, et l’Espagne, accusée à raison de financer les révoltés pour « [s’]establir […] dans les cendres du Royaume86 », sont offerts à la vindicte nationale lors de la cérémonie de Mantes. On retrouve ce souci d’épargner les ennemis d’hier dans une autre gravure sur bois destinée à être affichée en 1594 (fig. 4). Henri IV, l’épée à la main, sauve l’allégorie de la France en frappant un Jacques Clément désarmé, aisément indentifiable à son habit et sa tonsure, et dont la duplicité est soulignée par un masque de carnaval, à sa gauche, et un paquet, à sa droite, supposé contenir les instructions espagnoles. Sur ce sujet, le procureur s’enflamme : « Qu’Espagne l’orgueilleuse comme arrachée de son siège, se iette toute entière sur nous […] : Pour ce nous ne craindrons aucunement ses efforts, & vostre seule prouësse nous rendra invincibles87. »

Fig. 4 : Anonyme, Henri IV tenant la France par la main, gravure sur bois, origine germanique, fin xvie siècle, 27,5 × 19 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, inv. Qb 1589 Hennin 920.

Fig. 4 : Anonyme, Henri IV tenant la France par la main, gravure sur bois, origine germanique, fin xvie siècle, 27,5 × 19 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, inv. Qb 1589 Hennin 920.

© Bibliothèque nationale de France

  • 88 Si, dans une lettre datée du 8 avril 1603 et adressée de « Thoul » à « M. de Rosny », Henri IV prie (...)

34Un an plus tard, au jour près, la déclaration de guerre avec l’Espagne intervient comme un acte de grande politique en vue de discréditer les princes ligueurs encore à l’œuvre, les faisant passer pour traîtres à leur patrie. L’enquête concernant l’assassinat d’Henri III ne sera jamais reprise avec sérieux et seul Jacques Clément en est désigné coupable, les négociations avec Mayenne débouchant, au grand dam de Louise, sur l’édit de Folembray de 1596 qui déclare les princes de Lorraine innocents. Dès lors, le souvenir d’Henri III ne sera plus évoqué dans l’entourage de son successeur qui rechignera même à financer son inhumation dans la basilique de Saint-Denis88. Il faudra attendre le couteau de Ravaillac pour que Marie de Médicis décide en urgence la translation des cendres d’Henri III à la basilique quelques jours avant les funérailles de son époux, le cérémonial français affirmant en effet que le roi mort y rejoint son prédécesseur.

Haut de page

Bibliographie

Aubigné Théodore Agrippa d’, 1981-1999 [1616-1630], Histoire universelle, éd. A. Thierry, Genève, Droz, 10 vol., t. VIII.

Bardon Françoise, 1974, Le portrait mythologique à la cour de France sous Henri IV et Louis XIII : mythologie et politique, Paris, Picard.

Barnavi Élie et Descimon Robert, 1985, La Sainte Ligue, le juge et la potence : l’assassinat du président Brisson, 15 novembre 1591, Paris, Hachette.

Boucher Jacqueline, 1995, Louise de Lorraine et Marguerite de France : deux épouses et reines à la fin du xvie siècle, Saint-Étienne, Publications de l’université de Saint-Étienne.

— 2007, Société et mentalités autour de Henri III, Paris, H. Champion.

Chatenet Monique, 1992, « Henri III et l’ordre de la cour : évolution de l’étiquette à travers les règlements généraux de 1578 et de 1585 », dans R. Sauzet (dir.), Henri III et son temps, actes du colloque (Tours, Centre de la Renaissance, oct. 1989), Paris, Vrin, p. 133-139.

Chevalier Casimir, 1869, Le château de Chenonceau : notice historique, Tours, E. Mazereau.

Chevallier Pierre, 1989, Les régicides : Clément, Ravaillac, Damiens, Paris, Fayard.

 1992, « Les poursuites exercées par les parlements de Tours et de Châlons contre les religieux et tous autres apologistes de Jacques Clément, 1589-1594 », dans R. Sauzet (dir.), Henri III et son temps, actes du colloque (Tours, Centre de la Renaissance, oct. 1989), Paris, Vrin, p. 253-270.

Chronique de la Pucelle, ou Chronique de Cousinot […], 1859 [1661], éd. A. Vallet de Viriville, Paris, Delahays. Consultable en ligne sur Internet Archive : https://archive.org/details/chroniquedelapuc00cous

Crouzet Denis, 1990, Les guerriers de Dieu : la violence au temps des troubles de religion, vers 1525-vers 1610, Seyssel, Champ Vallon, 2 vol.

Descimon Robert, 1983, Qui étaient les Seize ? Mythes et réalités de la Ligue parisienne, 1585-1594, Paris, Klincksieck.

Favyn André, 1612, Histoire de Navarre, Paris, L. Sonnius. Consultable en ligne sur Google Livres : http://books.google.fr/books?id=yaNFAAAAcAAJ&

Giesey Ralph E., 1987 [1960], Le roi ne meurt jamais : les obsèques royales dans la France de la Renaissance, trad. de l’anglais par D. Ebnöther, Paris, Flammarion.

Girault Pierre-Gille et Mercier Mathieu (dir.), 2010, Fêtes et crimes à la Renaissance : la cour d’Henri III, cat. exp. (Blois, château royal, 8 mai-24 août 2010), Paris, Somogy.

Henri IV, 1853, Recueil des lettres missives de Henri IV, t. VI : 1603-1606, éd. J. Berger de Xivrey, Paris, Imprimerie nationale.

Jouanna Arlette ; Boucher Jacqueline ; Biloghi Dominique et Le Thiec Guy, 1998, Histoire et dictionnaire des guerres de Religion, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins ».

La Guesle Jacques de et Buisson Louis, 1610, Remonstrances faictes a Mantes en l’an M.D.XCIV. en la présence de deffunct Henry IIII., roy tres-chrestien de France & de Nauarre, avec l’acte et ceremonies qui y furent observees, Paris, impr. P. Chevalier. Consultable en ligne sur Google Livres : http://books.google.fr/books?id=MpLV-3truJkC

Lebigre Arlette, 1980, La révolution des curés, Paris 1588-1594, Paris, Albin Michel.

Lemoine Georges ; Sallois Jacques et Deschamps Didier (dir.), 1994, 1594, le sacre d’Henri IV à Chartres, cat. exp. (Chartres, musée des beaux-arts, 30 juin-31 oct. 1994 et Pau, musée national du château de Pau, 15 nov.-31 déc. 1994), Chartres, musée des beaux-arts.

Le Person Xavier, 2002, « Practiques » et « practiqueurs » : la vie politique à la fin du règne de Henri III (1584-1589), Genève, Droz.

Leroux Nicolas, 2006, Un régicide au nom de Dieu : l’assassinat d’Henri III (1er août 1589), Paris, Gallimard, coll. « Les journées qui ont fait la France ».

L’Estoile Pierre de, 1948, Journal de L’Estoile pour le règne de Henri IV, t. I : 1589-1600, éd. L.-R. Lefèvre, Paris, Gallimard.

— 1958, Journal de L’Estoile pour le règne de Henri IV, t. II : 1601-1609, éd. A. Martin, Paris, Gallimard.

— 1960, Journal de L’Estoile pour le règne de Henri IV, t. III : 1610-1611, éd. A. Martin, Paris, Gallimard.

Mercier Mathieu, 1996, Henri III, le roi imaginé : les outils symboliques de la politique royale. Cérémonial, cérémonies et majesté ou la mise en scène de la puissance monarchique, mémoire de maîtrise dirigé par Philippe Guignet, université Charles de Gaulle-Lille III.

 2001, « Un mythe politique à l’échelle de l’Europe du Nord-Ouest de la fin du xvie siècle : le fantasme d’une Internationale régicide », dans C. Villain-Gandossi (dir.), L’Europe à la recherche de son identité, Paris, Éd. du Comité des travaux historiques et scientifiques, p. 217-232.

 2010, « La représentation de l’assassinat d’Henri III à l’aube de l’absolutisme monarchique : de l’exposition du corps soumis à la violence théophanique à l’escamotage d’une victime embarrassante », dans C. Bouteille-Meister et K. Aukrust (dir.), Corps souffrants, sanglants et macabres, xvie-xviie siècle, actes du colloque (Oslo, juin 2008), Paris, Presses Sorbonne nouvelle, p. 315-333.

Monstrelet Enguerrand de, 1876, Chroniques, éd. J. A. Buchon, t. I, Paris, Verdière. Consultable en ligne sur Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6227999

Perot Jacques et Tucoo-Chala Pierre (dir.), 1989, Henri IV : le roi et la reconstruction du royaume, actes du colloque (Pau et Nérac, 14-17 sept. 1989), Pau, Association Henri IV / J & D.

Salliot Natacha, 2009, Philippe Duplessis-Mornay : la rhétorique dans la théologie, Paris, Éd. Classiques Garnier.

Thou Jacques-Auguste de, 1734 [1604], Histoire universelle de Jacques Auguste de Thou, depuis 1543 jusqu’en 1607, trad. sur l’édition latine, Londres, impr. Buckley, 16 vol., t. X.

Tranié Ghislain, 2000, Louise de Lorraine (1553-1601) : l’esprit et la lettre d’une reine de France, mémoire de maîtrise d’histoire moderne dirigé par Denis Crouzet, IRCOM / Centre Roland Mousnier, université de Paris-Sorbonne. Publié en ligne sur Cour de France.fr le 1er septembre 2010 : http://cour-de-france.fr/article1582.html

Haut de page

Notes

1 La journée des Barricades désigne le soulèvement du peuple parisien qui éclate le 12 mai 1588 en faveur du duc de Guise disgracié par Henri III durant la huitième guerre de Religion entre catholiques et protestants français et dont tente désespérément de se sortir la monarchie. Soupçonné de vouloir désigner son plus proche parent, le protestant Henri de Bourbon, comme successeur, Henri III suscite l’animosité des ultra-catholiques parisiens réunis dans la Ligue. Pour s’en protéger, le dernier Valois fait venir plusieurs régiments de gardes-suisses ce qui échauffe encore davantage les esprits. Craignant l’arrestation des chefs du parti catholique, notamment celle d’Henri de Guise, les parisiens dressent les premières fortifications de fortune composées de barriques – d’où le nom de « barricades » – place Maubert. Une soixantaine de soldats sont tués, le duc de Guise triomphe comme maître de Paris et Henri III doit s’enfuir de la capitale pour ne jamais y revenir. Barnavi et Descimon 1985, p. 46.

2 Leroux 2006, p. 17-22.

3 Henri de Bourbon, dit « le Grand », roi de Navarre (9 juin 1572 – 14 mai 1610) et roi de France (2 août 1589 – 14 mai 1610).

4 Boucher 1995, p. 322.

5 L’Estoile 1958, p. 276.

6 Ibid., p. 440. Fils d’un marchand de draps et ancien élève des Jésuites au collège de Clermont, Jean Châtel, alors âgé de dix-neuf ans, s’introduit le 27 décembre 1594 dans l’hôtel de Gabrielle d’Estrées pour une audience royale et porte un coup de couteau à la lèvre d’Henri IV. Sa condamnation à l’écartèlement s’accompagne de la mise sous séquestre du collège, du bannissement de deux pères et de la pendaison d’un troisième ainsi que de la construction d’un monument commémoratif antijésuite à l’emplacement de la maison familiale sur l’île de la Cité. Cette « pyramide » sera détruite avec le rappel de la Compagnie de Jésus en 1605.

7 L’Estoile 1958, p. 429.

8 La Guesle et Buisson 1610, fo 2vo.

9 L’Estoile 1960, p. 169.

10 Thou 1734, p. 671.

11 Aubigné 1981-1999, t. VIII, p. 67.

12 La Guesle et Buisson 1610, fo 5vo.

13 Ibid., fo 7ro.

14 Leroux 2006, p. 332.

15 La Guesle et Buisson 1610, p. 22.

16 Ibid., p. 119.

17 Ibid., p. 7.

18 Ibid., p. 27.

19 Ibid., p. 49.

20 Ibid., p. 52.

21 Ibid. Pour critiquer cette interprétation très orientée du cérémonial français, on se reportera à Giesey 1987.

22 La Guesle et Buisson 1610, p. 53.

23 Ibid., p. 59.

24 Chez Enguerrand de Monstrelet, dans le tome I de ses Chroniques (Monstrelet 1876, p. 357-358), on lit que la duchesse se rend à Paris, avec son fils, accompagnée de trois cents hommes d'armes environ. Viennent à leur rencontre le duc de Berry et d’autres membres de son lignage. Le duc d’Orléans entre par la porte Saint-Antoine et se rend au Louvre pour y rencontrer la reine et le dauphin – le duc d’Aquitaine – « auxquels il recommanda sa besogne et sa personne moult honorablement ». Puis il se rend auprès de la duchesse sa mère et de sa femme. Tous trois vont ensuite faire requête devant le Conseil du roi et en sa présence pour qu'on leur rende justice. Ils obtiennent du roi l’autorisation de « plaider » leur cause : « Et adonc le duc d’Aquitaine représentant la personne du roi avec sa mère, par le commandement du roi, étant en habit royal en la grand’ salle du châtel du Louvre, présents les ducs de Berri, de Bretagne et de Bourbon, les comtes d’Alençon, de Clermont, d’Eu, de Mortagne et de Vendôme, et plusieurs autres grands seigneurs dudit conseil, et aussi plusieurs autres chevaliers, le recteur de l’université de Paris, et très grand’ multitude d’autre gens, ladite duchesse douairière, accompagnée de son fils le duc d’Orléans, de maître Pierre l’Orfévre, son chancelier, de maître Pierre Cousinot, avocat en parlement, et de plusieurs autres gens et familiers, fit lire par l’abbé de Saint-Fiacre, de l’ordre de saint Benoît, les choses contenues en un livre écrit en françois, à lui baillé en sa main, devant tous qui là étoient […] ». Suivent de longs plaidoyers sans autre renseignement sur le décor ou la mise en scène. Dans la Chronique de la Pucelle, ou Chronique de Cousinot (1859, p. 118-119), on apprend seulement : « Si vient à Paris la dame accompaignée de haulx seigneurs en estat du plus hault deuil qui devant eust esté veu. Car avec ce que ses charrois et sa litière estoient couvers de noir dont les chevaulx furent blancs, estoit la dame et toutes ses femmes atournées de noirs atours, et en cellui estat vint faire sa complainte devers le roy, la royne, le duc de Guienne, le roy de Sécile, les ducs de Berry et de Bourbon, requérant justice lui estre administrée. Si reconfortèrent la dame les seigneurs à leur povoir soubz umbre de grans promesses et à tant prist congié et vint à Blois […] ».

25 La Guesle et Buisson 1610, p. 2.

26 Ibid., p. 1-2.

27 Ibid., p. 74-75.

28 Ibid., fo 2ro.

29 Sur l’efficacité rhétorique de Jacques Davy du Perron dans la controverse relative à la conversion d’Henri IV qui l’oppose aux théologiens protestants, on lira Salliot 2009.

30 La Guesle et Buisson 1610, p. 71.

31 Crouzet 1990, t. II, p. 492.

32 On connaît une célèbre composition anonyme intitulée Procession dans Paris pour la canonisation de Jacques Clément, plume et encre brune, 47,4 × 70 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, Qb4 (généralités à 1788) (P 69195) ; voir la notice no 94 dans Girault et Mercier 2010, p. 122.

33 La Guesle et Buisson 1610, p. 2-4.

34 Mercier 2010, p. 315-333.

35 Boucher 1995, p. 314.

36 La Guesle et Buisson 1610, p. 51.

37 Ibid., p. 21.

38 Ibid., p. 10-19.

39 Ibid., p. 10.

40 Ibid., p. 84.

41 Favyn 1612, p. 995-996.

42 On lira sur ce point Tranié 2010.

43 La Guesle et Buisson 1610, f3ro.

44 Ibid., f2ro.

45 Ibid., p. 4.

46 Ibid., p. 6.

47 On se reportera, à propos de ce thème de l’éloquence des larmes, à Le Person 2002.

48 La Guesle et Buisson 1610, p. 55.

49 Ibid., p. 2.

50 Ibid., p. 4.

51 Ibid., p. 3.

52 « Ces deux pièces étaient entièrement peintes de noir, avec des larmes d’argent, des ossements, des pelles, des pioches, des bières, des devises lugubres et une foule d’autres attributs funèbres attachés en festons, par des cordelières de veuve », Chevalier 1869, p. 54.

53 La Guesle et Buisson 1610, p. 2.

54 Ibid., p. 3.

55 Ibid., p. 29.

56 Ibid., p. 36.

57 Ibid., p. 38.

58 Ibid., p. 114.

59 Sur la place du cérémonial dans les stratégies politiques, on lira Chatenet 1992, p. 133-139.

60 « Copie des lettres de provision de l’institution de la charge de feu le sieur de Rhodes, Guillaume Pot Grand Maistre des cérémonies », dans Recueil de relations des cérémonies de la cour de France copié pour M. Desgranges sur les originaux appartenant au sieur de Sainctot, maître des cérémonies (15 vol.), Paris, bibliothèque Mazarine, ms. 2737, f336ro, vol. 1, cité dans Mercier 1996, annexe p. 30.

61 La Guesle et Buisson 1610, p. 2.

62 Ibid., p. 122.

63 Ibid., p. 2.

64 Ibid., p. 5.

65 Ibid., p. 46.

66 Ibid., p. 112.

67 Ibid., p. 100.

68 Ibid., p. 38.

69 Ibid., p. 40.

70 Ibid., p. 117. L’assassinat d’Henri III entretient en effet la psychose de l’attentat politique et la recherche, parfois justifiée, de ramifications terroristes à l’échelle de l’Europe de l’Ouest. On lira sur ce thème Mercier 2001, p. 217-232.

71 Chevallier, 1989, p. 123-124.

72 L’Estoile 1948, p. 302.

73 Ibid., p. 352.

74 La Guesle et Buisson 1610, p. 111.

75 Ibid.

76 Ibid., p. 82.

77 Ibid., fo 5ro.

78 Ibid., p. 99-100.

79 Ibid., p. 113.

80 Ibid., p. 115.

81 Ibid., p. 75.

82 Bardon 1974, p. 39.

83 La Guesle et Buisson 1610, p. 73.

84 Ibid., p. 76.

85 Ibid., p. 77.

86 Ibid., p. 110.

87 La Guesle et Buisson 1610, p. 117.

88 Si, dans une lettre datée du 8 avril 1603 et adressée de « Thoul » à « M. de Rosny », Henri IV prie son ministre « de faire un tour jusqu’à Sainct-Denis, pour voir ce qu’il reste à faire à la sépulture du feu roy Henry, afin d’y faire travailler comme nous avons aultrefois advisé […] », il n’ira jamais plus loin (Henri IV 1853, p. 69).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Anonyme, Procession dans Paris pour la canonisation de Jacques Clément, plume et encre brune, 47,4 × 70 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, Qb4 (généralités à 1788) (P 69195).
Crédits © Bibliothèque nationale de France
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12404/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Titre Fig. 2 : Chambre de Louise de Lorraine au château de Chenonceau.
Crédits © Philippe Patingre / Phare Ouest
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12404/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 812k
Titre Fig. 3 : Anonyme, Henri IV, nouveau Persée, délivrant la France-Andromède, gravure sur bois illustrant le placard La délivrance de la France par le Persée françois, anonyme, Paris, Jean Le Clerc, rue S. Jean de Latran, à la Salemandre [sic], avec privilège du Roy, 1594, gravure sur bois, 20 × 29 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, Réserve, Imprimés, Recueil de L’Estoile, Gd. Fo Rés. La25 6, F31.
Crédits © Bibliothèque nationale de France
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12404/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Titre Fig. 4 : Anonyme, Henri IV tenant la France par la main, gravure sur bois, origine germanique, fin xvie siècle, 27,5 × 19 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, inv. Qb 1589 Hennin 920.
Crédits © Bibliothèque nationale de France
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12404/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 293k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathieu Mercier, « Une mise en scène de la justice royale du premier Bourbon : la cérémonie du « théâtre de justice » de Mantes de 1594 pour la condamnation des meurtriers d’Henri III », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne], Articles et études, mis en ligne le 15 juillet 2014, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://crcv.revues.org/12404 ; DOI : 10.4000/crcv.12404

Haut de page

Auteur

Mathieu Mercier

Professeur d’histoire-géographie et d’histoire des arts dans l’académie du Nord, chargé de cours complémentaires à l’université de Valenciennes depuis 2001, Mathieu Mercier prépare une thèse sous la direction de Denis Crouzet à l’université Paris IV-Sorbonne intitulée « Imaginaire d’un roi : figures et histoires d’Henri III, 15891945 ». Contact : mathieu.mercier@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Mathieu Mercier / 2014 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org