Navigation – Plan du site

Monseigneur le Dauphin, fils de Louis XIV : introduction

Monseigneur le Dauphin, son of Louis XIV: introduction
Mathieu da Vinha

Résumés

Brosser le portrait de Louis de France, dit « Monseigneur le Dauphin », ou plus simplement « Monseigneur », revient souvent à en faire un portrait en creux et à évoquer beaucoup plus Louis XIV. Il est vrai qu’être le fils de Louis le Grand constitue une gageure : comment – sans nécessairement le surpasser – égaler cet auguste père ? On peut dire, sans trop s’avancer, qu’il n’a sans doute pas eu assez de temps pour donner la pleine mesure de ses capacités, étant mort à quarante-neuf ans en 1711, soit quatre ans avant son père. La formation et le parcours qu’il a suivis voulaient toutefois qu’il succédât dignement au trône.

Haut de page

Texte intégral

1Brosser le portrait de Louis de France, dit « Monseigneur le Dauphin », ou plus simplement « Monseigneur », revient souvent à en faire un portrait en creux et à évoquer beaucoup plus Louis XIV. Il est vrai qu’être le fils de Louis le Grand constitue une gageure : comment – sans nécessairement le surpasser – égaler cet auguste père ? On peut dire, sans trop s’avancer, qu’il n’a sans doute pas eu assez de temps pour donner la pleine mesure de ses capacités, étant mort à quarante-neuf ans en 1711, soit quatre ans avant son père. La formation et le parcours qu’il a suivis voulaient toutefois qu’il succédât dignement au trône.

2Louis de France était le premier enfant de Louis XIV et de Marie-Thérèse d’Autriche. Son statut de fils aîné faisait de lui – selon la règle de la monarchie française de succession au trône (primogéniture mâle) – le dauphin, auquel on décerna pour la première fois le titre de « Monseigneur ». Destiné à succéder à son père, Monseigneur le dauphin bénéficia d’une éducation et d’une formation spécifiques que Louis XIV souhaitait les plus abouties. Le colloque « Monseigneur le Dauphin, fils de Louis XIV » qui s’est tenu les 24 et 25 mai 2013 à Meudon et au château de Versailles se proposait d’évoquer, à travers deux journées intitulées respectivement « La vie privée » et « La vie publique », la personnalité du prince, sa vie quotidienne, sa formation et sa place au sein de l’État. Né le 1er novembre 1661 au château de Fontainebleau d’un mariage où pesait une forte consanguinité (ses parents étaient cousins doublement germains), il fut le seul enfant du couple royal à atteindre l’âge adulte. Il s’agissait donc dans ce colloque d’envisager le personnage en tant que futur roi, et non plus seulement comme un simple dauphin décédé avant d’avoir régné, « pâle soleil de janvier » dans l’ombre du Grand Roi. Contrairement à Louis XIV qui fut très attendu, ce premier enfant – qui plus est un garçon – vit le jour moins d’un an après le mariage du roi et de la reine le 9 juin 1660. Cette naissance fut célébrée par de nombreuses festivités dont la plus importante reste le carrousel donné les 5 et 6 juin 1662 sur la place des Tuileries. Le souverain entendait offrir une éducation exemplaire à son fils et s’exerça même, avec l’aide de plusieurs plumes (Octave de Périgny et Paul Pellisson), à la rédaction de Mémoires pour l’instruction du dauphin. Cet ouvrage, véritable « miroir des princes », devait à travers l’énonciation de grands principes servir de guide au futur roi. Néanmoins, sa lecture nous en apprend plus, ici encore, sur Louis XIV que sur son fils.

  • 1 Le brouillon de ce recueil a été publié pour partie dans Duranton 1989.

3Pour se faire une idée aussi juste que possible de ce personnage, nous avons pris en compte les portraits faits de son vivant ainsi que ceux qui suivirent son décès. Nous avons retenu trois sources correspondant à trois périodes de sa vie : le portrait très complet dressé en 1690 par Ézéchiel Spanheim (l’envoyé de l’électeur de Brandebourg à la cour de France de 1680 à 1689), celui, anonyme, figurant dans le recueil Caracteres de la famille royale… édité en 17021 et, enfin, le portrait plus partial du duc de Saint-Simon au moment de sa mort en 1711. Ces trois exemples, loin d’être exhaustifs, fournissent néanmoins suffisamment d’éléments sur l’apparence physique, le caractère et la personnalité de Monseigneur pour permettre d’ores et déjà de dégager quelques principaux traits du personnage.

4Les mémorialistes s’intéressaient tout d’abord à l’apparence du dauphin. Malgré le caractère subjectif de ces descriptions, Monseigneur paraissait assez bel homme. Saint-Simon écrivait ainsi :

  • 2 Saint-Simon 1983-1988, t. IV, p. 78.

Monseigneur était plutôt grand que petit, fort gros, mais sans être trop entassé, l’air fort haut et noble, sans rien de rude, et il aurait eu le visage fort agréable, si M. le prince de Conti le dernier mort ne lui avait pas cassé le nez par malheur en jouant, étant tous deux enfants. Il était d’un fort beau blond, avait le visage fort rouge de hâle partout, et fort plein, mais sans aucune physionomie ; les plus belles jambes du monde ; les pieds singulièrement petits et maigres. […] Il était fort bien à cheval et y avait grand-mine. […] Presque tous ses portraits lui ressemblent bien2.

  • 3 Spanheim 1900, p. 111.

5Pour Spanheim, le dauphin « est d’une taille au-dessous de la médiocre [c’est-à-dire de la moyenne], ramassée, d’un visage plein, beau, et qui a également de la douceur et de la majesté3 ». Ces descriptions ne sont pas sans rappeler les portraits du roi son père, à qui l’on prêtait aussi cette majestueuse allure royale. De quoi douter de la partialité de leurs rédacteurs…

  • 4 Voir Vigoureux 2013.

6Marié assez jeune à l’âge de dix-neuf ans et arrivé « niais » selon les dires de la marquise de Sévigné, Monseigneur fut fidèle à la dauphine les premières années. Il adopta par la suite une conduite amoureuse proche de celle de Louis XIV, n’hésitant pas à séduire les demoiselles d’honneur de la princesse. Pour limiter les tentations, la charge de demoiselle d’honneur fut supprimée dans la maison de son épouse comme elle l’avait été quelques années auparavant du temps de sa mère Marie-Thérèse. Le souverain, en réprimant l’attitude de son fils, semblait avoir oublié dans les années 1680 sa propre jeunesse… Louis de France eut lui aussi sa « Maintenon » en la personne de Mlle Choin4.

  • 5 Pascale Mormiche, « Éduquer le Dauphin : exempla, image du père, éducation exemplaire ? » : http:// (...)

7On prêtait à l’héritier du trône une très bonne éducation, mais l’exigence fut telle qu’elle en dégoûta le dauphin. Louis XIV souhaitait donner à son fils une formation complète. Ce thème, traité en détail par Pascale Mormiche5, est évoqué par Spanheim qui rappelle que le duc de Montausier, gouverneur du dauphin, mit tout en œuvre pour pallier les insuffisances de l’éducation qu’avait reçue son père :

  • 6 Spanheim 1900, p. 112.

[Il] ne manqua pas d’y répondre à ce qu’on s’y attendait de lui, et d’y apporter tout le soin et l’attachement qu’une charge aussi importante que celle de former les mœurs et l’esprit d’un héritier de la couronne pouvoit exiger. Il s’y adonna aussi tout entier, et dans la vue de le faire également instruire dans la piété et dans les sciences dignes de l’application d’un grand et jeune prince, et de réparer par là le défaut qu’on avoit apporté à l’éducation du Roi, qui depuis s’en étoit plaint souvent6.

8Mais le duc fit preuve d’un tel zèle qu’il finît par décourager l’héritier :

  • 7 Ibid., p. 115.

Tout cela, et le grand soin qu’on y apportoit par les ordres et l’application particulière de son gouverneur, ne pouvoit que rendre le Dauphin fort éclairé, et au-delà même de ce qui s’étoit vu jusque-là dans les princes de son sang et de sa nation, et ce qui apparemment auroit eu aussi plus de succès, et lui en auroit laissé des impressions plus avantageuses, si on l’y avoit plus ménagé, si on se fût autant attaché à lui rendre l’étude agréable que nécessaire, à la lui faire goûter plutôt par inclination que par devoir, et ainsi à lui donner plus de relâche et moins de dégoût7.

  • 8 Ibid., p. 116.
  • 9 Saint-Simon 1983-1988, t. IV, p. 78. Nous renvoyons à la communication de Jean-Pierre Maget, « Le r (...)
  • 10 Saint-Simon 1983-1988, t. IV, p. 83.

9Malgré les efforts déployés pour éduquer le dauphin, on prétendit qu’il ne fut pas très intelligent. À en croire Spanheim, « Son esprit, dont on avoit publié ou attendu des merveilles, ne brilla par aucun endroit8 ». Et Saint-Simon d’ajouter : « De caractère, il n’en avait aucun ; du sens assez, sans aucune sorte d’esprit, comme il parut sans l’affaire du testament du roi d’Espagne9 », avant d’évoquer sans détour un peu plus loin « son peu d’intelligence10 ». Rappelons toutefois le portrait peu élogieux que le mémorialiste faisait déjà de Louis XIV :

  • 11 Saint-Simon 1983-1988, t. V, p. 469.

Né avec un esprit au-dessous du médiocre, mais un esprit capable de se former, de se limer, de se raffiner, d’emprunter d’autrui sans imitation et sans gêne, il profita infiniment d’avoir toute sa vie vécu avec les personnes du monde qui toutes en avaient le plus, et des plus différentes sortes, en hommes et en femmes de tout âge, de tout genre et de tous personnages11.

10Chacun de ses faits et gestes révèlent un homme timide et comme écrasé par la personnalité de son père. Saint-Simon relevait ainsi :

  • 12 Ibid, t. IV, p. 81.

Tout contribua donc en lui, timidité naturelle, dur joug d’éducation, ignorance parfaite et défaut de lumière, à le faire trembler devant le Roi, qui, de son côté, n’omit rien pour entretenir et prolonger cette terreur toute sa vie. Toujours roi, presque jamais père avec lui, ou, s’il lui en échappa bien rarement quelques traits, ils ne furent jamais purs et sans mélange de royauté, non pas même dans les moments les plus particuliers et les plus intérieurs12.

11Plus loin, la critique se faisait plus sévère :

  • 13 Ibid.

Ce peu d’onction et de considération, cette dépendance, jusqu’à la mort, de n’oser faire un pas hors de la cour sans le dire au Roi, équivalent de permission, y mettait Monseigneur en malaise. Il y remplissait les devoirs de fils et de courtisan avec la régularité la plus exacte, mais toujours la même sans y rien ajouter, et avec un air plus respectueux et plus mesuré qu’aucun sujet13.

  • 14 Spanheim 1900, p. 116.
  • 15 Saint-Simon 1983-1988, t. IV, p. 82-83.
  • 16 Voir la contribution de Jean-Philippe Cénat, « Monseigneur à la guerre » : http://crcv.revues.org/1 (...)
  • 17 Spanheim 1900, p. 121.
  • 18 Ibid.

12Le peu de considération que lui témoignait son père alla plus loin puisque Spanheim évoque « l’éloignement où on le tenoit des affaires14 ». Cette mise à distance était ce qui choquait le plus Saint-Simon : « La part entière que Monseigneur avait à tous les secrets de l’État depuis bien des années, n’avait jamais eu aucune influence aux affaires : il les savait, et c’était tout. […] pas un ministre n’allait jamais lui rendre compte de rien15 ». Pourtant, comme le rappelle Spanheim et nous le confirme Jean-Philippe Cénat16, « ce qu’on loua le plus en lui fut l’attachement qu’il y fit paroître à apprendre le métier de la guerre17 » ; Monseigneur faisait également preuve d’« humeur généreuse et libérale à assister d’argent, de son pur mouvement, les officiers qu’il crut ou apprenoit en avoir besoin, et en soulager les troupes18 ».

  • 19 Ibid., p. 63.

13Son éloignement des affaires le conduisit à ne se préoccuper que de futilités : d’après Spanheim il était « peu attaché ou sensible à aucun divertissement particulier, hors le penchant qu’on lui vit pour la chasse19 », et celle au loup en particulier. Pour Saint-Simon, il avait un goût immodéré et dispendieux pour la construction et l’aménagement de ses résidences :

  • 20 Saint-Simon 1983-1988, t. IV, p. 79.

[I]l écrivait lui-même toutes ses dépenses prises sur lui ; il savait ce que lui coûtaient les moindres choses, quoiqu’il dépensât infiniment en bâtiments, en meubles, en joyaux de toute espèce, en voyages de Meudon, et à l’équipage du loup, dont il s’était laissé accroire qu’il aimait la chasse. Il avait fort aimé toute sorte de gros jeu ; mais, depuis qu’il s’était mis à bâtir, il s’était réduit à des jeux médiocres20.

14Les travaux de Thomas Vernet révèlent toutefois le penchant du dauphin pour d’autres formes de divertissement, et notamment la musique qu’il encourageait. Très souvent il remplaçait son père pour le représenter, non seulement dans les fêtes parisiennes, mais aussi dans les divertissements versaillais. Enfin, les travaux de Stéphane Castelluccio l’ont montré, Monseigneur était un très grand collectionneur qui opérait des choix avisés.

  • 21 Ibid. C’est un aspect qu’a développé Matthieu Lahaye dans sa contribution : « Maison du dauphin : m (...)
  • 22 Saint-Simon 1983-1988, t. IV, p. 79.
  • 23 Ibid.

15Le couple Louis XIV/le dauphin ne serait-il pas, en définitive, une sorte de rendez-vous manqué ? Selon le portrait dressé par Saint-Simon en 1711, Monseigneur ressemblait en bien des points à son père, tout en lui étant inférieur. Le mémorialiste lui reprochait d’être « doux par paresse et par une sorte de stupidité, dur au fond, avec un extérieur de bonté qui ne portait que sur des subalternes et sur des valets, et qui ne s’exprimait que par des questions basses21 », « silencieux jusqu’à l’incroyable, conséquemment fort secret, jusque-là qu’on a cru qu’il n’avait jamais parlé d’affaires d’État, à la Choin22 » et aussi « glorieux à l’excès23 ». De nombreux points communs existent entre le père et le fils : ils étaient tous deux gros mangeurs, grands amateurs de chasse et de bâtiments, et très proches des bâtards et des valets intérieurs. Et malgré cela, ils avaient peu d’affinités. La seule présence du dauphin pesait terriblement à Louis XIV, qui préférait la compagnie de sa seconde famille, les légitimés. On dispose ainsi de témoignages où le souverain enfreignait sciemment l’étiquette pour ne pas avoir à manger seul avec le dauphin. En outre, il existait un point de désaccord profond : la position de Mme de Maintenon à la cour. Plutôt que l’affrontement, Monseigneur préférait se retirer longuement à Meudon, son domaine, où il pouvait vivre plus librement qu’à Versailles. Et en cela il ne transigeait pas comme nous le rapporte Saint-Simondans ses Mémoires :

  • 24 Ibid., p. 83.

Tout cela ensemble lui faisait trouver Meudon et la liberté qu’il y goûtait délicieuse, et, bien qu’il ne tînt qu’à lui de s’apercevoir souvent que le Roi avait peiné à ces fréquentes séparations, et par la séparation même, et par celle de la cour, surtout les étés qu’elle n’était pas nombreuse à cause de la guerre, il n’en fit jamais semblant, et ne changea rien en ses voyages, ni pour leur nombre, ni pour leur durée. Il était fort peu à Versailles, et rompait souvent par des Meudons de plusieurs jours les Marlys, quand ils s’allongeaient trop24.

16Malgré cet « affranchissement » et cette liberté apparente que laissait poindre Monseigneur, chacune de nos sources laisse de l’héritier du trône l’image d’un homme transparent. Spanheim préfère souligner ses défauts, tout en les atténuant :

  • 25 Spanheim 1900, p. 122-124.

Après tout, le grand et profond respect dans lequel il a été élevé et qu’il conserve pour le Roi, le peu de part qu’on lui donne des affaires du gouvernement, joint à son humeur naturellement posée et éloignée de tout emportement, ne lui a guère donné lieu d’aller plus loin et d’en venir là-dessus à des reproches et des marques de ressentiment, quoique justes, tels qu’on l’a publié quelquefois dans les nouvelles. Au reste, il a toujours bien vécu, comme j’ai déjà dit, avec Madame la Dauphine, malgré les attachements sus-mentionnés, ou plutôt le penchant qu’il en faisoit paroître, et a d’ailleurs une particulière liaison d’amitié et de confidence avec la princesse de Conti, fille du Roi et de la Vallière. […] Ce qu’on peut en dire ou recueillir jusques ici, c’est le caractère d’un grand fond de bonté, de douceur, de débonnaireté, d’une humeur libérale et bienfaisante, comme j’ai dit cy-dessus, peu emporté, et à quoi je puis ajouter peu remuant et inquiet, d’ailleurs d’un esprit médiocre et réservé plutôt que vif et fort enjoué, d’un attachement insatiable pour la chasse et d’une indifférence assez grande et peu réfléchie pour d’autre occupation sérieuse25.

17Le portrait dressé dans Caractères…, bien qu’il soit très court, apparaît quant à lui assez juste et évoque l’ensemble des thématiques étudiées au cours du colloque :

  • 26 Duranton 1989, p. 16.

Monseigneur / est un bon homme, incapable jusqu’à présent de se mêler d’affaires, insensible presque à tous les plaisirs, exceptés à la chasse qu’il aime fort. Quand il est obligé de la quitter, sa vie se passe à des riens et s’il n’avait l’appartement de Mme la princesse de Conti douairière, où il siffle fort souvent, il serait très embarrassé de son personnage. Un peu de liberté développera peut-être son caractère un peu davantage, car à travers ses rêveries innocentes on remarque beaucoup de bons sens accompagné de bonté. Il s’attache aux gens qui le servent bien et il ne veut point de mal à ceux qui font le contraire. On ne lui cache rien des affaires, mais comme il n’en décide point, il ne cherche pas à les savoir26.

18Saint-Simon, enfin, se montre le plus critique et dresse un « Portrait raccourci de Monseigneur » implacable, le présentant comme un homme falot, incompétent et dénué d’intérêt :

  • 27 Saint-Simon 1983-1988, t. IV, p. 96.

De ce long et curieux détail, il résulte que Monseigneur était sans vice ni vertu, sans lumières ni connaissances quelconques, radicalement incapable d’en acquérir, très paresseux, sans imagination ni production, sans goût, sans choix, sans discernement, né pour l’ennui, qu’il communiquait aux autres, et pour être une boule roulante au hasard par l’impulsion d’autrui, opiniâtre et petit en tout à l’excès, de l’incroyable facilité à se prévenir et à tout croire qu’on a vue, livré aux plus pernicieuses mains, incapable d’en sortir ni de s’en apercevoir, absorbé dans sa graisse et dans ses ténèbres, et que, sans avoir aucune volonté de mal faire, il eût été un roi pernicieux27.

  • 28 Henry de Montherlant, La Reine morte dans Théâtre, éd. J. de Laprade et P. de Saint-Robert, Paris, (...)

19Celui pour qui Louis XIV avait écrit ses Mémoires était le seul enfant légitime à avoir atteint l’âge adulte. Le roi avait misé tous ses espoirs sur ce fils aîné et unique héritier appelé à lui succéder un jour. Il lui avait même donné le titre de « Monseigneur ». Mais très vite, le dauphin semblait avoir déçu son père. Fut-il aussi médiocre que l’Histoire a bien voulu le faire croire ? L’écrasante personnalité du Roi-Soleil sur son fils est flagrante. En voulant trop bien l’éduquer, le monarque paraît avoir oublié qu’il n’était encore qu’un enfant. Nous pourrions lui prêter cette terrible réplique du roi Ferrante à son fils Pedro dans La reine morte : « Vous croyez que ce que je vous reproche est de n’être pas semblable à moi. Ce n’est pas tout à fait cela. Je vous reproche de ne pas respirer à la hauteur où je respire. On peut avoir de l’indulgence pour la médiocrité qu’on pressent chez un enfant. Non pour celle qui s’étale dans un homme28. »

20Morceaux choisis tirés d’Ézéchiel Spanheim, Relation de la Cour de France en 1690, éd. Émile Bourgeois, Paris/Lyon, A. Picard et fils/A. Rey, p. 111-124.

21(p. 111) « Le Dauphin, né dans l’année 1661, et ainsi qui se trouve dans la 29e année de son règne, est d’une taille au-dessous de la médiocre, ramassée, d’un visage plein, beau, et qui a également de la douceur et de la majesté. Il a été élevé en premier lieu par les soins de la maréchale de La Mothe, sa gouvernante, et ensuite, dès qu’il eut atteint l’âge de sept ans, par ceux du duc de Montausier, qu’on lui donna pour gouverneur et qui fut préféré à d’autres compétiteurs tant par la faveur de la duchesse sa femme, dame d’honneur de la Reine et alors la confidente des amours du Roi pour Mme de Montespan, que par la considération de la probité et du mérite particulier de ce duc, de son esprit droit, rigide, fort opposé à la foiblesse et complaisance ordinaire des courtisans ; il étoit d’ailleurs également recommandable par son courage, qu’il avoit signalé dans sa jeunesse et en des emplois et occasions considérables durant la grande guerre d’Allemagne, sous le règne passé, et par (p. 112) ses connoissances et lumières, particulièrement dans les belles-lettres : ce qui le rendoit, sans contredit, le seigneur le plus savant et le plus éclairé, comme il étoit d’ailleurs le plus vertueux, de la cour. Tout cela fit aisément déterminer le Roi à lui confier l’éducation du Dauphin, et d’autant plus qu’il jugea, par quelques traits d’une humeur opiniâtre et revêche de ce prince encore enfant, qu’il avoit besoin d’être tenu en bride et élevé avec plus de sévérité que de relâchement. Le duc de Montausier ne manqua pas d’y répondre à ce qu’on s’y attendait de lui, et d’y apporter tout le soin et l’attachement qu’une charge aussi importante que celle de former les mœurs et l’esprit d’un héritier de la couronne pouvoit exiger. Il s’y adonna aussi tout entier, et dans la vue de le faire également instruire dans la piété et dans les sciences dignes de l’application d’un grand et jeune prince, et de réparer par là le défaut qu’on avoit apporté à l’éducation du Roi, qui depuis s’en étoit plaint souvent.

22Le duc, à cet effet, se servit de l’aide de l’évêque de Condom, aujourd’hui évêque de Meaux, choisi pour précepteur, et de l’abbé Huet, à présent évêque de Soissons, pour sous-précepteur du Dauphin, l’un et l’autre déjà célèbre et recommandable (p. 113) par leur vertu, par leur esprit et par leur savoir, quoique dans un divers genre d’érudition. Leur occupation particulière, et à des heures diverses où ils y vaquoient séparément, fut d’instruire le Dauphin dans la religion et dans les devoirs qu’elle exige, de lui donner à mesure qu’il se fortifioit par l’âge, les principes de la langue latine, et lui en lire et expliquer les bons auteurs, de lui apprendre l’histoire ancienne et moderne, et de l’accoutumer à y faire de bonness heure des réflexions convenables à un prince qui les doit un jour mettre en pratique, ou qui doit s’en garantir. C’est dans cette même vue que le duc de Montausier prit le dessein, en l’an 1668 qu’il venoit d’être élevé à ce poste de gouverneur du Dauphin, je veux dire de faire publier les principaux anciens auteurs latins en prose et en vers, avec des paraphrases et des notes qui s’attachassent uniquement à en rendre et expliquer le sens littéral et la force, sans s’y étendre sur des remarques hors du sujet ou purement critiques, qu’il croyoit moins nécessaires pour l’étude d’un jeune prince, et être cependant la tâche ordinaire des commentateurs modernes sur les mêmes auteurs, et qu’on publioit entre autre en Hollande, sous le titre de Notae variorum. Ce dessein, en soi qui ne pouvoit (p. 114) être que très louable et très utile, et qui, dans la suite, a produit ce grand nombre d’anciens auteurs publiés en France sous le titre spécieux : cum interpretatione et notis in usum Delphini, n’a pas eu tout le succès qu’on s’en pouvoit promettre, ni répondu à l’attente publique, par le choix peu heureux des personnes (si l’on en excepte un fort petit nombre) qui y ont travaillé, et par la manière dont ils s’en sont acquittés. C’est ce que le même duc de Montausier n’a pas dissimulé plus d’une fois pendant mon dernier séjour en France, non plus que le déplaisir qu’il en avait. Mais, pour en revenir au Dauphin, on ajouta dans la suite, et à mesure qu’il se rendoit capable, ces instructions des habiles maîtres dans les mathématiques, particulièrement pour lui enseigner celles qui sont le plus requises pour l’instruction et l’usage d’un prince, telles que la géographie ancienne et moderne, les principes de la géométrie, et l’architecture civile et militaire, outre l’art de dessiner, à quoi il prenoit beaucoup de goût.

23(p. 115) Tout cela, et le grand soin qu’on y apportoit par les ordres et l’application particulière de son gouverneur, ne pouvoit que rendre le Dauphin fort éclairé, et au-delà même de ce qui s’étoit vu jusque-là dans les princes de son sang et de sa nation, et ce qui apparemment auroit eu aussi plus de succès, et lui en auroit laissé des impressions plus avantageuses, si on l’y avoit plus ménagé, si on se fût autant attaché à lui rendre l’étude agréable que nécessaire, à la lui faire goûter plutôt par inclination que par devoir, et ainsi à lui donner plus de relâches et moins de dégoûts. Ce qui a paru dans la suite, et dès qu’il est sorti, comme on dit, de tutelle par son mariage arrivé en 1680, et en la dix-neuvième année de son âge. On lui vit dès lors une assez grande adversion pour tout ce qui ressentait l’étude, peu d’inclination pour la lecture, et ainsi un éloignement visible à cultiver ou à approfondir davantage les diverses lumières et connoissances qu’on avait tâché de lui donner jusque-là, et, ce qui surprit davantage, peu de marques même d’en avoir profité. Son esprit, dont on avoit publié ou attendu des merveilles (p. 116), ne brilla par aucun endroit. Il paroissoit surtout bien médiocre dans les audiences des ministres publics, où il ne faisoit que prêter de l’attention, sans y répondre que par des signes de tête et deux ou trois mots prononcés d’un air timide, embarrassé, et sans même qu’on les pût bien entendre. Sa conversation familière ne paroissoit pas moins contrainte, peu libre ou accompagnée d’un air et entretien qui répondit à son rang et à son éducation. Il parut même, assez longtemps après son mariage, et dans une cour d’ailleurs aussi galante, peu attaché ou sensible à aucun divertissement particulier, hors le penchant qu’on lui vit pour la chasse, et qui s’est augmenté de plus en plus. Ce qui étoit attribué par les uns à défaut de génie, et par d’autres à la grande contrainte dans laquelle il avoit été élevé, au profond respect qu’il avoit pour le Roi, et à quelque défiance où il étoit pour ceux qui l’approchoient, et qu’il croyoit gagés à veiller sur ces discours et sur ses actions. À quoi ne put encore que contribuer l’éloignement où on le tenoit des affaires, en sorte que, jusqu’à mon départ même de Paris, au commencement de 1689, il n’avoit jamais été appelé au Conseil du ministère, le seul où se traitent toutes les grandes affaires, et n’y avoit que le Conseil de finances, qui se tient aussi devant le Roi, deux fois la semaine, où il avoit pouvoir de se trouve quand il vouloit, de même qu’à celui des dépêches, qu’on ne tient qu’une fois dans la quinzaine. D’ailleurs (p. 117), il vivoit fort régulièrement avec Madame la Dauphine, et en témoignant beaucoup d’égard et de considération pour elle. Ce n’est aussi que trois ou quatre ans en çà [vers 1685-1686] qu’on commença à s’apercevoir de quelque penchant pour une de ses filles d’honneur nommée Mlle de Rambures, qui sans avoir grande beauté, avoit un tour d’esprit adroit, insinuant, porté à l’intrigue, et ainsi capable d’entretenir l’inclination d’un amant de cet âge et de cette importance : ce qui fit prendre le parti, dans la suite, de la marier à un jeune gentilhomme de Guyenne, nommé le marquis de Polignac, et de l’éloigner de la cour, où on ne l’a vue depuis que très rarement. Le Dauphin, de son côté, fit succéder (p. 118) à cette première inclination une seconde, pour une autre fille d’honneur de Madame la Dauphine, qui avoit plus de jeunesse, plus de beauté et moins d’esprit : ce fut Mlle de la Force, fille du duc de ce nom, née et élevée, comme le reste de sa famille, dans la religion réformée, mais qui, ayant suivi l’exemple d’une sœur aînée, laquelle avoit embrassée la religion romaine en bigote, prit aussi le parti d’une véritable convertie, quoiqu’il n’en fût pas de même du duc son père, qui, après une longue résistance et des traitement assez rudes pour un seigneur de ce rang, avoit bien eu la foiblesse de signer, comme on parle en France, mais nullement d’abandonner par là sa créance, ou de consentir à aucun acte qui en pût servir de préjugé. Il put empêcher cependant que, comme on lui avoit enlevé ses enfants en assez bas âge, qu’il avoit de la duchesse vivante, sa seconde femme, et demeurée ferme jusques ici dans la profession de la religion réformée, cette fille qu’il avoit du (p. 119) premier lit ne fût prise pour fille d’honneur de Madame la Dauphine, dont on lui donna le poste avec une pension considérable. Le Dauphin, dans la suite, ayant conçu ou marqué de l’inclination pour elle, et dont il ne se cachoit guère, cela joint à quelque intrigue qui se passa avec deux autres filles d’honneur de la Dauphine et filles du comte de Gramont, et où le Dauphin étoit mêlé avec le marquis de Créqui, fils du maréchal de ce nom et qui en fut exilé, cela, dis-je, joint à une autre aventure d’ailleurs peu considérable, donna lieu, il y a environ deux ans [1688], sous un autre prétexte et du consentement de (p. 120) Madame la Dauphine, de lui ôter les filles d’honneur, qui furent renvoyées chez leurs parents, et sans qu’il y en ait plus qui occupent ce poste depuis ce temps-là. Et, comme Mlle de la Force étoit cependant restée à la cour, chez la duchesse d’Arpajon, dame d’honneur de la Dauphine, et ainsi dont la présence entretenoit l’inclination du Dauphin, on trouva moyen de la marier au comte du Roure, fils du lieutenant du roi de ce nom, de la province du Languedoc, et avec la survivance de la charge du père, qu’on donna au fils en considération de ce mariage.

24D’ailleurs outre ces inclinations susdites que le Dauphin fit paroître successivement, depuis trois ou quatre ans en ça, et une autre intrigue qui fut découverte par son premier valet de chambre, avec une des femmes de chambre de la Dauphine, et dont celle-là fut bientôt exilée, son plus grand attachement redoubla pour la chasse, et, entre autres, celle du loup, pour laquelle il se donnoit peu de relâches. À quoi succéda, dans l’automne 1688 (p. 121), la campagne du siège de Philisbourg, où il fut envoyé après l’épreuve que le roi fit du secret qu’on lui avoit confié de ce dessein quelques semaines auparavant, et qu’il avoit su garder religieusement. On lui donna pour surveillant de sa conduite le duc de Beauvillier, un des quatre premiers gentilshommes du roi et chef du Conseil royal des finances, dont il a été parlé ci-dessus, et ce, en considération du caractère de ce seigneur, que j’y ai touché, d’homme dévot, régulier et ennemi du vice. Le succès de ce siège, conduit d’ailleurs par les ordres du maréchal de Duras, et encore plus par ceux de l’intendant Vauban, ne manqua pas d’attirer au Dauphin les applaudissements inséparables des premiers exploits qui se font sous le nom et avec la présence des jeunes princes. Ce qu’on loua le plus en lui fut l’attachement qu’il y fit paroître à apprendre le métier de la guerre, à se trouver dans les ouvrages et les approches autant qu’on le lui permettoit, à rendre un compte exact et de sa main au Roi, presque par chaque jour, de tout ce qui se passoit au siège, mais encore plus son humeur généreuse et libérale à assister d’argent, de son pur mouvement, les officiers qu’il crut ou apprenoit en avoir besoin, et en soulager les troupes : ce qui aussi lui avoit gagné l’affection de l’armée, et n’a pas contribué peut-être à n’avoir pas continué à lui en donner le commandement. La conduite qu’on apporta (p. 122) depuis son retour à ne point tenir les capitulations solennelles faites sous son autorité et en sa présence, à la réduction de Heidelberg et de Manheim, et au contraire à les enfreindre avec autant de violence et de barbarie qu’on en a fait, ne lui donna pas lieu d’en demeurer ou d’en paroître satisfait, comme il donnoit assez à connoître dès lors que Madame lui parla des menaces ou premières vexations qu’on en faisoit avant mon départ de France. Après tout, le grand et profond respect dans lequel il a été élevé et qu’il conserve pour le Roi, le peu de part qu’on lui donne des affaires du gouvernement, joint à son humeur naturellement posée et éloignée de tout emportement, ne lui a guère donné lieu d’aller plus loin et d’en venir là-dessus à des reproches et des marques de ressentiment, quoique justes, tels qu’on l’a publié quelquefois dans les nouvelles. Au reste, il a toujours bien vécu, comme j’ai déjà dit, avec Madame la Dauphine, malgré les attachements sus-mentionnés, ou plutôt le penchant qu’il en faisoit paroître, et a d’ailleurs une particulière liaison d’amitié et de confidence avec la princesse de Conti, (p. 123) fille du Roi et de la Vallière. À l’égard de ses favoris ou des seigneurs de la cour qu’il fréquente le plus, on peut mettre le duc de Vendôme et son frère le Grand-Prieur, arrière-petits-fils de Henri IV, qui le régalèrent entre autres magnifiquement et avec le concours de toutes sortes de passe-temps de jeux, de chasse et de comédie, d’opéra, de bonne chère, qu’on faisoit succéder les uns aux autres, et ce, durant quelques jours, dans leur maison de campagne à Anet, il y a deux ans [en fait août 1685], et ce qui fut suivi, peu de temps après, par le prince de Condé d’aujourd’hui, dans la maison et parc de Chantilly. Enfin, il est difficile de répondre précisément par le peu d’occasion qu’on lui en donne ou qu’il en affecte, je veux dire de ce qu’on peut attendre ou se promettre du Dauphin au cas qu’il vienne un jour à la couronne. Ce qu’on peut en dire ou recueillir jusques ici, c’est le caractère d’un grand fond de bonté, de douceur, de débonnaireté, d’une humeur libérale et bienfaisante, comme (p. 124) j’ai dit cy-dessus, peu emporté, et à quoi je puis ajouter peu remuant et inquiet, d’ailleurs d’un esprit médiocre et réservé plutôt que vif et fort enjoué, d’un attachement insatiable pour la chasse et d’une indifférence assez grande et peu réfléchie pour d’autre occupation sérieuse. »

Haut de page

Bibliographie

Caracteres de la famille royale, des ministres d’État, et des principales personnes de la cour de France, avec une supputation abrégée des revenus de cette couronne, 1702, trad. de l’anglais, Villefranche, P. Pinceau ; version numérisée en ligne : http://starodruki.ihuw.pl/stWeb/single/497.

Duranton Henri, 1989, « Mémoires d’un inconnu sur le roi Louis XIV de France et sa cour, les princes royaux, les maréchaux et les hommes d'État de la France », Cahiers Saint-Simon, no 17, p. 7-30, portrait du dauphin, p. 16.

Saint-Simon Louis de Rouvroy, duc de, 1983-1988, Mémoires, éd. Y. Coirault, Paris, Gallimard, 8 vol.

Spanheim Ézéchiel, 1900, Relation de la cour de France en 1690, éd. É. Bourgeois, Paris / Lyon, A. Picard et fils / A. Rey ; version numérisée en ligne : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5477072j>.

Vigoureux Claude, 2013, « La “Maintenon” du Grand Dauphin », Château de Versailles, no 11 (oct-nov-déc.), p. 32-39.

Haut de page

Notes

1 Le brouillon de ce recueil a été publié pour partie dans Duranton 1989.

2 Saint-Simon 1983-1988, t. IV, p. 78.

3 Spanheim 1900, p. 111.

4 Voir Vigoureux 2013.

5 Pascale Mormiche, « Éduquer le Dauphin : exempla, image du père, éducation exemplaire ? » : http://crcv.revues.org/12368.

6 Spanheim 1900, p. 112.

7 Ibid., p. 115.

8 Ibid., p. 116.

9 Saint-Simon 1983-1988, t. IV, p. 78. Nous renvoyons à la communication de Jean-Pierre Maget, « Le rôle de Monseigneur dans l’accession de Philippe d’Anjou au trône d’Espagne » : http://crcv.revues.org/12362.

10 Saint-Simon 1983-1988, t. IV, p. 83.

11 Saint-Simon 1983-1988, t. V, p. 469.

12 Ibid, t. IV, p. 81.

13 Ibid.

14 Spanheim 1900, p. 116.

15 Saint-Simon 1983-1988, t. IV, p. 82-83.

16 Voir la contribution de Jean-Philippe Cénat, « Monseigneur à la guerre » : http://crcv.revues.org/12351.

17 Spanheim 1900, p. 121.

18 Ibid.

19 Ibid., p. 63.

20 Saint-Simon 1983-1988, t. IV, p. 79.

21 Ibid. C’est un aspect qu’a développé Matthieu Lahaye dans sa contribution : « Maison du dauphin : maison fantôme pour une fonction dans l’ombre ? » : <http://crcv.revues.org/12354>.

22 Saint-Simon 1983-1988, t. IV, p. 79.

23 Ibid.

24 Ibid., p. 83.

25 Spanheim 1900, p. 122-124.

26 Duranton 1989, p. 16.

27 Saint-Simon 1983-1988, t. IV, p. 96.

28 Henry de Montherlant, La Reine morte dans Théâtre, éd. J. de Laprade et P. de Saint-Robert, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1972, acte I, scène 3, p. 112. C’est nous qui soulignons.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathieu da Vinha, « Monseigneur le Dauphin, fils de Louis XIV : introduction », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2014, mis en ligne le 24 juillet 2014, consulté le 23 mars 2017. URL : http://crcv.revues.org/12465 ; DOI : 10.4000/crcv.12465

Haut de page

Auteur

Mathieu da Vinha

Directeur scientifique du Centre de recherche du château de Versailles. Contact : mathieu.da-vinha@chateauversailles.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Mathieu da Vinha / 2014 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org