Navigation – Plan du site
2014

Le pavillon de la Perspective à Marly

Un bâtiment central aux fonctions multiples
The Pavillon de la Perspective at Marly. An important building with multiple functions
Virginie Bergeret

Résumés

Le pavillon de la Perspective ou pavillon des Offices est un édifice moins connu du château de Marly. Il s’avère pourtant être un bâtiment au rôle déterminant dans le fonctionnement des « Marlys », par le biais de ses multiples fonctions. Il était d’abord dédié aux usages domestiques et l’on y trouvait à la fois les services de la Bouche du roi et ceux du Garde-Meuble, ainsi que des logements pour un grand nombre de leurs employés. Le pavillon de la Perspective était aussi l’un des cadres de réception des invités, leur offrant appartements et salles destinées à dresser différentes tables en fonction de leur rang, ainsi qu’un café ou cabaret leur proposant des boissons tout au long de la journée.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article est issu d’un mémoire d’étude (1ère année de 2e cycle) de l’École du Louvre, réalisé sous la direction de Benjamin Ringot dans le cadre du groupe de recherche « Versailles » de l’École du Louvre en partenariat avec le Centre de recherche du château de Versailles (session 2012-2013).

Texte intégral

  • 1 Campan 1822, t. I, p. 222-223.

« Sur la ligne du pavillon d’en haut, se trouvait, à gauche, la chapelle ; à droite, un pavillon, dit la Perspective, qui masquait un long corps de commun où se trouvaient cent logemens destinés aux personnes attachées au service de la cour, des cuisines, et de vastes salles où plus de trente tables étaient splendidement servies1. »

Fig. 1 : Pierre-Denis Martin, Vue générale du château et des jardins des Marly (détail), vers 1723, huile sur toile, 1,37 × 1,55 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 741.

Fig. 1 : Pierre-Denis Martin, Vue générale du château et des jardins des Marly (détail), vers 1723, huile sur toile, 1,37 × 1,55 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 741.

Vue prise du côté nord. Au centre, le château ou Pavillon royal ; à gauche, les pavillons de la Salle des gardes et de la Chapelle ; à droite, le pavillon de la Perspective.

© Château de Versailles, Dist. RMN-Grand Palais / Droits réservés

  • 2 Le marché de maçonnerie est daté du 31 janvier 1684 : Paris, Archives nationales (AN), O1 1465, piè (...)
  • 3 Mention notamment dans les Comptes des Bâtiments du roi… 1881-1901, t. II, col. 1242 (« la perspect (...)
  • 4 Sur ce peintre et son œuvre, voir Bergeret 2014.
  • 5 Mention présente dans les Comptes des Bâtiments du roi… 1881-1901, t. II, et sur certains plans com (...)
  • 6 Par exemple sur la liste des invités au voyage de 1769 : AN, O1 1463, pièces 485 et 486, ou encore (...)
  • 7 Suppression due au percement des baies nécessaires aux nouveaux appartements : AN, O1 1465, pièces (...)

1Situé à l’ouest du château de Marly, le pavillon de la Perspective (fig. 1) fait partie des édifices bâtis à partir de 1684, lors de la seconde phase des travaux du domaine qui vit également la construction des pavillons de la Salle des gardes et de la Chapelle, ses symétriques du côté est, sur des plans de Jules Hardouin-Mansart2. Ce bâtiment de forme rectangulaire s’organisait autour d’une cour intérieure et était doté de deux grandes ailes, côté château et côté communs, reliées par deux plus petites. Celle donnant sur le château était en fait composée de deux pavillons d’angle, identiques à ceux de la Chapelle et de la salle des gardes, que l’on nommait les « pavillons des offices » ou encore le « pavillon de la Perspective du costé de la Demilune » et le « pavillon de la Perspective du costé du Jardin »3. Ils étaient reliés entre eux par une aile, aveugle du côté est, appelée la « Perspective » ou « aile de la Perspective ». En effet, outre les reliefs et les sculptures en trompe-l’œil présents sur les autres pavillons, cette aile fut peinte a fresco par Jacques Rousseau (1630-1693) d’une perspective architecturale feinte représentant un portique ouvrant sur des jardins4 (fig. 2). Au moment de son édification, l’ensemble du bâtiment était appelé « offices » ou « bâtiment des offices »5, mais c’est sous le nom de « pavillon de la Perspective », selon une dénomination qui existe depuis la seconde moitié du xviiie siècle6, que nous le connaissons aujourd’hui, bien que la fresque de Jacques Rousseau ait été supprimée dès 17057.

Fig. 2 : Anonyme, Élévation des pavillons et de la perspective (détail), entre 1697 et 1705, estampe. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, Va 425, t. IV, mf. H 186772.

Fig. 2 : Anonyme, Élévation des pavillons et de la perspective (détail), entre 1697 et 1705, estampe. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, Va 425, t. IV, mf. H 186772.

La façade principale du pavillon de la Perspective ou façade est.

© Virginie Bergeret / 2013

  • 8 Voir notamment : Guillaumot 1865, p. 21-22 ; Piton 1904, p. 200 ; Magne 1934, p. 27, 37, 39, 59, 85 (...)
  • 9 Piganiol de La Force 1701, p. 364-365, et Le Rouge 1716, p. 363.
  • 10 C’est également le cas des graveurs, qui, pour certains, représentèrent le pavillon de la Perspecti (...)

2À l’inverse du Pavillon royal et des douze pavillons des invités qui ont fait l’objet d’études plus ou moins récentes, le pavillon de la Perspective n’a jamais été le sujet de recherches particulières, étant le plus souvent abordé comme un édifice annexe voire secondaire8. Sous l’Ancien Régime, Jean-Aymar Piganiol de La Force ou encore Georges-Louis Le Rouge se sont contentés de citer le bâtiment dans leurs descriptions9. Le décor extérieur du pavillon de la Perspective est d’ailleurs ce qui retient le plus l’attention des auteurs, occultant toutes les fonctions de ce pavillon10. Or, les quelques lignes de Mme Campan, citées en préambule, esquissent une idée de ce que « masquait » la Perspective. Deux mondes opposés semblent en effet se côtoyer, l’un au service de l’autre : celui des offices et celui des courtisans. Nous proposons donc de procéder à l’étude de ce pavillon, depuis sa construction jusqu’à sa destruction à la fin de l’Ancien Régime. Pour cela, il nous faut contourner la perspective et entrer dans l’édifice, afin de reconstruire, pièce après pièce, ce bâtiment aux fonctions multiples.

  • 11 AN, O1 1460 à 1465.
  • 12 Les comptes louis-quatorziens ont été dépouillés (Comptes des Bâtiments du roi… 1881-1901), ainsi q (...)
  • 13 Les plans sont principalement d’époque louis-quatorzienne, on a seulement deux séries de plans post (...)
  • 14 AN, E* 1983 pour 1716, O1 3402 pour 1765 et O1 3403 pour 1788.
  • 15 AN, O1 1966-6, « Inventaire des esquisses tableaux inconnus et copies, sans date » ; O1 1975, « Inv (...)

3Cela a été possible grâce au dépouillement et à l’analyse des différents types d’archives administratives produites par les Bâtiments du roi comme la correspondance et les mémoires de travaux11, ainsi que les comptes12. Afin d’étudier l’historique du pavillon du point de vue de son architecture, de son décor extérieur mais aussi de son activité, nous avons consulté de nombreux plans et sources iconographiques aux Archives nationales, ainsi qu’au département des Estampes et de la photographie de la Bibliothèque nationale de France13. Une attention toute particulière a également été portée sur les inventaires du mobilier entre 1716 et 178814, et ceux spécifiques aux peintures entre 1706 et 173315. Enfin, les mémoires et journaux de contemporains ont été mobilisés pour mettre en lumière les usages de ces lieux.

4Il s’agit donc de tenter de restituer la distribution exacte du pavillon de la Perspective et d’en saisir toutes les fonctions, entre service et vie de cour, au travers de l’étude des espaces dédiés aux activités domestiques puis de celle des lieux d’accueil des courtisans.

Un bâtiment au service du château de Marly

Un espace dédié à la Bouche

  • 16 Le nombre de tables sera cependant réduit en 1688 (Sourches 1882-1893, t. II, p. 304-305). Sur l’or (...)
  • 17 Cela est visible sur le plan du réseau hydraulique de 1685, BNF, Est., Va 448d, mf. H 188516.
  • 18 Aviler 1755, p. 254.
  • 19 Il faut savoir que, jusqu’en 1699, trois pièces supplémentaires de cet ordre existaient dans l’aile (...)

5Sous Louis XIV, les invités à Marly disposaient dans leurs logements du strict nécessaire pour dormir et pour se changer, le roi les nourrissant tous à ses dépens16. La construction d’un bâtiment destiné aux offices était donc indispensable. Le pavillon de la Perspective fut conçu autour d’une « cour des offices » desservie en eaux bonnes à boire, nécessaires à la préparation des plats ou au lavage de la vaisselle17, et rassemblait toutes les pièces traditionnelles nécessaires au bon fonctionnement du département de la Bouche tel qu’on peut l’attendre à cette époque, c’est-à-dire « les cuisines, garde-manger, dépense, sommellerie, salle du commun, etc.18 ». Ces espaces s’étendaient, dans un premier temps, sur presque l’ensemble du rez-de-chaussée du bâtiment, comme nous l’indique le plan hydraulique de 1685 (fig. 3). Plus tard, les aménagements intérieurs ont peu à peu « grignoté » les pièces dédiées à ces fonctions, notamment à l’avant du bâtiment, afin d’installer de nouveaux logements pour les courtisans, ainsi que des espaces d’accueil. Trois zones principales dédiées au service de la Bouche perdurèrent jusqu’à la fin de l’Ancien Régime : les cuisines, les pièces destinées à la pâtisserie et à l’office et le Gobelet19.

Fig. 3 : Anonyme, Plan du rez-de-chaussée du pavillon de la Perspective (détail du pavillon sur le plan du réseau hydraulique du domaine de Marly), 10 mai 1685, aquarelle. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, Va 448d, mf. H 188516.

Fig. 3 : Anonyme, Plan du rez-de-chaussée du pavillon de la Perspective (détail du pavillon sur le plan du réseau hydraulique du domaine de Marly), 10 mai 1685, aquarelle. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, Va 448d, mf. H 188516.

L’aile arrière (ouest) correspond aux cuisines ; l’aile sud avec la grande pièce correspond à l’office/pâtisserie, et l’on voit bien les « salles des seigneurs » dans les pavillons latéraux, côté est. Le plan montre également le réseau hydraulique, notamment l’aqueduc passant sous la cour des Offices.

© Virginie Bergeret / 2013

  • 20 Les mesures des pièces ont été calculées à partir de l’échelle des plans AN, O1 1469, nos 10 et 12.
  • 21 La modification n’est pas encore présente sur le plan de 1692-1694 (AN, O1 1468, no 13), mais elle (...)
  • 22 BCMN, ms. 21, inv. 204 ; publié dans Nickler 1989.
  • 23 Comme préconisé dans les traités d’architecture : Le Camus de Mézières 1780, p. 204, cité dans Mori (...)
  • 24 Distinction faite notamment dans une description du bâtiment 1732, AN, O1 1460, pièce 209 (Bergeret (...)

6Pièces indispensables, les cuisines étaient concentrées dans l’aile ouest du pavillon de la Perspective. En 1685, elles formaient quatre grandes pièces d’un peu moins de 100 mètres carrés20 (fig. 3). Au centre de la même aile, au cœur des cuisines, se trouvaient un escalier menant à l’étage supérieur ainsi qu’une pièce dont on peut penser, étant donné son emplacement, qu’elle servait au stockage de certaines victuailles. Entre 1694 et 1696, la première salle au nord fut scindée en deux et un passage fut aménagé au centre, reliant la cour et le nouveau bâtiment du Gobelet (fig. 4 et 5)21. Ces pièces ne subirent aucune modification majeure jusqu’à la fin du xviiie siècle22. Chaque cuisine était dotée de une à deux grandes cheminées à hotte, ainsi que de réchauds ou potagers, placés de façon à être éclairés de manière optimale par les croisées, ce qui permettait de surveiller la cuisson des plats23. Des fours circulaires étaient également disposés contre les cheminées de chaque pièce, leur ouverture consciencieusement dirigée vers les croisées, pour les mêmes raisons que les potagers. Enfin, des plans de travail étaient disposés au centre des salles. Si l’on ne connaît pas la spécialisation de chacune de ces quatre cuisines, au xviiie siècle, on sait que l’une d’entre elles faisait partie de la Bouche du roi et une autre de la Bouche de la reine24.

Fig. 4 : Anonyme, Plan du rez-de-chaussée des offices de Marly (sans retombe), 1692-1694, encre noire et rouge. Paris, Archives nationales, O1 1468, no 13.

Fig. 4 : Anonyme, Plan du rez-de-chaussée des offices de Marly (sans retombe), 1692-1694, encre noire et rouge. Paris, Archives nationales, O1 1468, no 13.

Légende du document : au revers, « Plan du rez-de-chaussée des offices de Marly, janvier 1692 » ; au droit, « rez-de-chaussée des offices de Marly » et en bas à droite, « en mars 1694, faire ce qui est rouge ». Le nord est situé à droite. Ce plan présente les travaux prévus pour 1695 avec notamment l’installation des appartements dans les pavillons latéraux, le percement du mur aveugle supportant la perspective peinte pour leur créer des accès et aussi l’aménagement du couloir traversant les cuisines. Par ailleurs, l’aile sud a déjà été divisée en trois pièces distinctes pour l’office et la pâtisserie.

© Virginie Bergeret / 2013

Fig. 5 : Anonyme, Plan de l’aile du Gobelet, 3 mars 1696. Paris, Archives nationales, O1 1468, no 26.

Fig. 5 : Anonyme, Plan de l’aile du Gobelet, 3 mars 1696. Paris, Archives nationales, O1 1468, no 26.

Le bâtiment isolé à l’ouest (arrière) correspond au nouveau logement du suisse, avant qu’il ne soit intégré au Commun.

© Virginie Bergeret / 2013

  • 25 Dans l’inventaire de 1716 (AN, E* 1983, fo 49), on lit « No 13, au-dessus du Pâtissier du Roy ».
  • 26 Diderot et d’Alembert 1751-1777, t. XI, p. 419.
  • 27 AN, Va XXXV9, plan publié dans Morin 2008, p. 34.
  • 28 Newton 2006, p. 108.

7Outre les cuisines, le pavillon était pourvu, au rez-de-chaussée de l’aile sud, d’une (fig. 3) puis de trois pièces dédiées à la pâtisserie et à l’office (fig. 4). Celle qui était le plus à l’ouest comportait deux grands fours circulaires, aux angles côté sud, ainsi qu’un petit potager et un plan de travail. Cet espace était dédié à la pâtisserie25. Les deux autres pièces plus à l’est devaient former l’office, consacré à la préparation des desserts et à leur dressage26. Cette division en deux salles de cet espace se retrouve, par exemple, au château de Bellevue27. À Marly, la salle ouest servait à la confection des desserts, hors pâtisserie, comme l’indique la présence de potagers sur les plans (fig. 7). La pièce la plus à l’est disposait seulement de plans de travail et était destinée au dressage des assiettes prêtes à être apportées à table28.

  • 29 Pour la maçonnerie : Comptes des Bâtiments du roi… 1881-1901, t. IV, col. 85, AN, O1 1475, p. 542, (...)
  • 30 Newton 2006, p. 121-129.
  • 31 AN, O1 3402, notamment fo 142vo et O1 3403, fo 196.
  • 32 Newton 2006, p. 130-133.

8Enfin, à l’arrière du bâtiment des Offices, une nouvelle aile fut construite en 1696 pour servir au Gobelet29 (fig. 5). Elle était divisée en deux espaces : chaque extrémité était occupée par une pièce de grande taille, chacune complétée vers l’intérieur par une ou deux salles plus petites et entresolées. Les deux espaces étaient reliés par un couloir qui donnait également sur celui passant entre les cuisines, vers la cour des Offices. De plus, deux caves étaient accolées au bâtiment du côté ouest, chacune ayant une fonction de stockage spécifique, relative à chacune des grandes pièces. Le Gobelet était l’un des services constituant la Bouche du roi et il était divisé en deux corps distincts, ce que reflétait la distribution de l’aile en question à Marly. L’un de ces espaces était appelé « Gobelet-Pain », terme familier pour désigner la « Paneterie-Bouche30 ». Ce service était chargé de préparer le pain pour le lever du roi, pour ses encas ou « cantines » de la journée et au coucher, ainsi que des provisions pour les officiers de la Chambre du roi. En réalité, le personnel de la paneterie livrait plus qu’il ne préparait, ce qui peut expliquer l’absence de four sur les plans. Il était également chargé de dresser la table du roi et de lui fournir les serviettes. Celles-ci étaient, en dehors des repas, stockées chez le lavandier dans une « lingerie », citée dans les inventaires du pavillon de la Perspective31 . Nous pouvons d’ailleurs supposer que cette fonction correspondait à l’une des petites pièces entresolées de l’aile, pour lesquelles les plans montrent des meubles le long des murs qui pourraient être des armoires de rangement (fig. 9). Le second espace était appelé « Gobelet-Vin » pour désigner l’« Échansonnerie-Bouche32 ». Ce service concernait les boissons comme l’eau, le vin, mais aussi le café et le chocolat. Il gérait les différentes étapes, de l’achat à la distribution en passant par le contrôle de la qualité du vin. Une ou plusieurs caves, dites « du marchand de vin », devaient compléter ce lieu, l’une des deux caves du pavillon de la Perspective à Marly étant probablement destinée à cet usage.

9La conception et l’aménagement du pavillon de la Perspective dépendaient donc fortement de sa première fonction : servir d’offices. Chaque pièce avait son usage et avait été aménagée en conséquence. Néanmoins, le pavillon de la Perspective n’était pas seulement réservé aux offices de Marly. Le bâtiment prévoyait également des espaces dévolus à d’autres utilisations, directement liées, elles aussi, au service du roi.

Le garde-meuble

  • 33 Diderot et d’Alembert 1751-1777, t. VII, p. 511.
  • 34 Sur le fonctionnement du Garde-Meuble de la Couronne, voir Castelluccio 2004.
  • 35 Newton 2006, ill. 18 et 20.
  • 36 Si Stéphane Castelluccio, dans son ouvrage de 1996, est amené à évoquer les différentes activités d (...)
  • 37 Comptes des Bâtiments du roi… 1881-1901, t. II, col. 816 : paiement des ouvrages de menuiserie « au (...)
  • 38 AN, O1 1465, pièces 405, 406, 407 et 414 : sur l’aménagement des appartements, voir Bergeret 2013, (...)
  • 39 AN, O1 1465, pièce 414.

10Un garde-meuble, « c’est dans une maison une grande pièce ou galerie, le plus souvent dans le comble, où l’on serre les meubles d’été pendant l’hyver, et ceux d’hyver pendant l’été33 », c’est-à-dire un lieu de rangement pour des éléments de mobilier qui ne sont pas utilisés34. Toute demeure se devait, par nécessité, de posséder un tel espace. Fontainebleau, Compiègne, Versailles, au deuxième étage du Grand Commun35, et le château de Marly ne dérogeaient pas à cette règle36. Dès la construction du pavillon de la Perspective, un garde-meuble fut prévu, ce dont attestent les Comptes des Bâtiments du roi37. Il était alors situé au premier étage de l’aile de la Perspective et ne comportait qu’une seule pièce sur toute la longueur de l’aile, formant une galerie d’environ 100 mètres carrés (fig. 6). Quand des appartements furent installés à ce niveau en 170538, un nouveau garde-meuble fut aménagé au-dessus de l’aile du Gobelet. Il était cette fois composé de quatre pièces d’une surface plus que doublée par rapport au précédent garde-meuble (fig. 10). On accédait à ces pièces par une porte à deux vantaux39, permettant le passage d’objets encombrants.

Fig. 6 : Anonyme, Plan des pavillons de la Perspective, premier étage, détail du document « Partie des logemens de Marly, haut », vers 1703. BNF, Est., Va 425, mf. H 186751.

Fig. 6 : Anonyme, Plan des pavillons de la Perspective, premier étage, détail du document « Partie des logemens de Marly, haut », vers 1703. BNF, Est., Va 425, mf. H 186751.

© Virginie Bergeret / 2013

Fig. 7 : Anonyme, Plan des offices de Marly, rez-de-chaussée (sans retombe), légendé, vers 1715. Paris, Archives nationales, O1* 1469, no 10 (fac-similé).

Fig. 7 : Anonyme, Plan des offices de Marly, rez-de-chaussée (sans retombe), légendé, vers 1715. Paris, Archives nationales, O1* 1469, no 10 (fac-similé).

Le nord est à droite du document.

© Virginie Bergeret / 2013

  • 40 Comptes des Bâtiments du roi… 1881-1901, t. II, col. 816, AN, O1 1475, fos 33 et 34 ; O1 1490, fo 7 (...)
  • 41 Comptes des Bâtiments du roi… 1881-1901, t. II, col. 816, AN, O1 1475, fos 33 et 34 et O1 1490, fo  (...)
  • 42 AN, O1 1465, pièces 405 et 414.
  • 43 AN, O1 3403, fos 272-274.
  • 44 Certains sont visibles sur le plan AN, O1 1470A, no 5, et d’autres sont cités dans le même inventai (...)
  • 45 La construction de ce dernier est évoquée dans Castelluccio 1996b, p. 16.
  • 46 AN, O1 1464, pièce 338 : retranscrit dans Bergeret 2013, t. II, p. 50, doc IV.8.

11Ce garde-meuble, que ce soit dans son premier état ou dans son second, avait la particularité d’être pourvu de grandes armoires40. Dans l’aile de la Perspective, elles avaient été réalisées par le menuisier Louis Nivet dès les mois de février et de mars 168541 et étaient principalement adossées au mur aveugle (fig. 6). Cet ameublement prit de l’ampleur dans le second état du garde-meuble. En effet, il s’agissait alors de placards comportant des cloisons et fermés par des portes et serrures42, et qui tapissaient la plupart des murs des différentes pièces (fig. 10). Ce mobilier est incompatible avec un garde-meuble destiné à stocker des objets encombrants tels que des commodes, des bureaux ou des sièges. Grâce à l’inventaire de 1788, il est possible de déterminer que le « garde-meuble de la Perspective » était principalement destiné à entreposer des textiles comme des rideaux, des tapisseries, des carreaux et des couvertures, et seulement quelques meubles de petite taille tels des sièges ou des paravents, ainsi que des objets comme des flambeaux43. Marly disposait d’autres lieux de stockage aux Communs44, dénommés « garde-meuble des berceaux45 » ou encore « petit garde-meuble », pour conserver les autres types de mobilier. Plusieurs de ces espaces étaient nécessaires à Marly, car en plus de garder l’ameublement non utilisé à cause de la saison, ils stockaient des meubles d’autres maisons royales dans l’attente d’être triés46.

  • 47 Voir notamment AN, O1 3632, « États des ouvrages faits au Garde-Meuble de Marly » pour le mois de j (...)
  • 48 Elle est notamment citée dans l’inventaire de 1765, AN, O1 3402, par exemple pour des portières fo  (...)
  • 49 AN, O1 3632, exemples d’« États des ouvrages faits à la Boutique » pour avril, mai et juin 1784.
  • 50 AN, O1 3403 fos 196-198.

12Le garde-meuble de Marly était aussi un lieu d’entretien et de réparation du mobilier. En effet, des documents indiquent les différentes restaurations, fabrications ou montages de textiles à la charge du garde-meuble, et afin de réaliser ces ouvrages, d’importantes livraisons étaient faites au garde-meuble en toiles, rubans, galons, etc.47 Le garde-meuble du pavillon de la Perspective disposait également d’une pièce appelée « la boutique48 », dont la fonction complétait celle des autres espaces. En effet, nous disposons d’« États des ouvrages qui ont été faits à la Boutique » à Marly qui nous informent que les tâches effectuées dans cette pièce étaient mineures, s’agissant plutôt de raccommodages de traversins, de bourres de carreaux et d’installations de rideaux que de réelles retouches sur des meubles d’étoffe49. Grâce à l’inventaire de 178850, nous pouvons penser que cet espace se trouvait au-dessus du garde-meuble, au niveau du galetas. De plus, à la fin de la section consacrée au pavillon de la Perspective dans ce même registre, on trouve les mentions « lingerie », « linge de bain », « argenterie », « divers ustencils pour le jeu » et « boutique ». Il s’agit de cinq espaces de stockage spécifiques, dont on peut penser qu’ils étaient situés dans les cinq pièces au-dessus du garde-meuble (fig. 11). En effet, celles-ci ne sont pas citées dans les inventaires et les plans y montrent l’emplacement de placards, comme à l’étage du garde-meuble. La seule manière d’y accéder était d’emprunter l’escalier au milieu des pièces de stockage, ce qui confirme le lien entre les fonctions de ces pièces.

Les logements de service

  • 51 Morin 2008, p. 29.

13Les services installés dans le pavillon de la Perspective nécessitaient un personnel important qu’il fallait loger. Un certain nombre de ces officiers avaient ainsi un logement de fonction sur leur lieu de travail ou au moins un espace pour y dormir. Cette proximité était nécessaire au bon déroulement des tâches dont ils avaient la responsabilité51. L’étude des plans et des inventaires fait ressortir plusieurs types de logement : les logements de l’intendant et du concierge, ceux réservés au personnel de la Bouche, à celui du Garde-Meuble, et enfin des dortoirs destinés aux domestiques.

Les logements de l’intendant et du concierge

  • 52 Da Vinha 2004, p. 45-63 ; 2009, p. 77-91 ; et 2011.
  • 53 Comptes des Bâtiments du roi… 1881-1901, t. III, col. 160.
  • 54 Sur le plan AN, O1 1470A, no 2, elle est désignée par « à l’Intendant de Versailles », et les docum (...)

14Les logements les plus importants en taille et en prestige étaient ceux de l’intendant du domaine et celui du concierge et garde-meuble. Sous Louis XIV, Alexandre Bontemps (1626-1701), en tant qu’intendant du château de Marly52, disposait d’un appartement au premier étage du bâtiment des Offices depuis au moins 168853, ainsi que d’une cuisine personnelle au rez-de-chaussée de l’aile de la Perspective jusqu’en 169954 (fig. 8).

Fig. 8 : Anonyme, Plan des pavillons de la Perspective, détail du plan « Partie des logemens de Marly », vers 1697. Paris, Archives nationales, O1 1470A, no 2 (fac-similé couleur).

Fig. 8 : Anonyme, Plan des pavillons de la Perspective, détail du plan « Partie des logemens de Marly », vers 1697. Paris, Archives nationales, O1 1470A, no 2 (fac-similé couleur).

L’aile avant du bâtiment, côté est. Les appartements 1, 3, 4 et 5 étaient destinés aux courtisans. Dans l’aile de la Perspective, on trouve trois pièces, du sud au nord : la « décharge du chambellan », dont l’usage n’est pas vraiment déterminé, « pour faire les eaux », qui devait être une sorte de lavoir pour la vaisselle, et « à l’intendant de Versailles », une cuisine privée.

© Virginie Bergeret / 2013

  • 55 Trente-six mètres carrés.
  • 56 Da Vinha 2011, p. 142.
  • 57 Ibid., p. 143.
  • 58 Maroteaux 2002, p. 50.
  • 59 Da Vinha 2004, p. 53.
  • 60 Piton 1904, p. 247.

15L’emplacement exact de ce logement n’est pas documenté, mais nous pouvons avancer qu’il s’agissait du numéro 21 (fig. 10). Composé d’une pièce de grande taille comparée aux autres logements55, on ne pouvait y accéder sans traverser les appartements de courtisans du pavillon sud, ce qui témoignait du rang et des missions de son occupant. Elle permettait aussi l’accès à la grande salle nommée le « bureau » (fig. 6), dont Bontemps avait besoin pour remplir les tâches qui lui étaient attribuées. Il avait en effet à sa charge l’entretien du domaine et la gestion des terres, ainsi que du personnel. Il aidait le roi à élaborer la liste pour les « Marlys », qu’il se chargeait de recopier et de présenter aux courtisans56. Ensuite, il distribuait les logements et y déposait le nécessaire à la toilette des hôtes57. Jusqu’en 1693, Alexandre Bontemps avait aussi la responsabilité des tables du roi ainsi que du cabaret, offrant des rafraîchissements aux courtisans58. Il était également à la tête des suisses et des grisons, et à ce titre il était responsable de la surveillance des domaines de Versailles et de Marly59. Ces différentes charges rendaient nécessaire à Bontemps de disposer, lors des voyages de la cour, d’un logement à Marly proche du Pavillon royal, mais aussi à proximité du personnel et des cuisines. Le pavillon de la Perspective était le lieu idéal pour cela. Le fait que cet appartement ne soit utilisé que de manière ponctuelle lors des « Marlys » peut expliquer sa petite taille, comparée à celle du logement du concierge. À sa mort en 1701, c’est Louis Blouin qui devint intendant du château de Marly, mais il ne reprit pas cet appartement. Il fit construire une maison dans le domaine60, demeure annexe qui fut occupée par ses successeurs : le comte de Noailles en 1729 et le prince de Poix en 1769.

  • 61 Comptes des Bâtiments du roi… 1881-1901, t. IV, col. 92 : paiement à « Barthelemy Lechaudé, menuisi (...)
  • 62 Cela est indiqué dans l’inventaire de 1765 (AN, O1 3402), par exemple fo 36 : « 2 [lits] aux no 31 (...)
  • 63 AN, O1 1468, no 12.
  • 64 Diderot et d’Alembert 1751-1777, t. III, p. 805, et Morin 2008, p. 125-126 ; pour la liste des conc (...)
  • 65 Mentions dans les inventaires, notamment AN, O1 3402, fo 117, et O1 3403, fo 190.
  • 66 Morin 2008, p. 126-127.
  • 67 AN, O1 3402, fo 106.
  • 68 Bergeret 2013, p. 50.

16Le concierge et garde-meuble du château de Marly disposait également d’un logement de fonction, depuis au moins 169661. Celui-ci était numéroté 31 et s’étendait sur sept pièces au premier étage de l’aile nord du bâtiment (fig. 10)62. L’espace avait été remanié avant 1711, car, à l’origine, l’appartement n’était composé que de trois pièces63. L’ensemble était en outre surmonté d’un niveau en brisis, comprenant quatre nouvelles pièces, auquel on accédait par un escalier au centre de l’aile (fig. 11). Le rôle principal du concierge était la surveillance du château : il était à la tête des suisses et veillait à l’entretien64. À Marly, il était en outre responsable du garde-meuble, ce qui justifie l’emplacement de son logement, qui était ouvert sur les salles de stockage. Ses différentes fonctions imposaient au concierge de rester à temps plein au château de Marly. Il bénéficiait ainsi de tout le confort inhérent à un domicile permanent. Il avait une cuisine avec cheminée, potagers et point d’eau, située à l’extrémité est du logement, ce qui lui permettait de prendre son repas seul, à l’écart du reste du personnel du château, dans une salle à manger appelée aussi « salle du concierge » ou « salle de compagnie65 ». Comme au château de Bellevue, par exemple, cette pièce servait aussi de lieu d’accueil pour ses invités66, à qui l’on proposait des divertissements tels que des tables de trictrac et de quadrille67. Elle disposait d’une cheminée, tout comme la chambre principale, adjacente. Ce n’était pas le cas des autres pièces de l’étage, ni du galetas, dont il est difficile de déterminer la fonction exacte. L’inventaire de 1788 nous en donne une idée et indique plusieurs chambres et cabinets de travail. Les pièces du galetas portant le même numéro 31 (fig. 11) étaient sans doute des logements pour des domestiques au service du concierge ou de son département. Ces quelques éléments ainsi que l’ameublement68 attestent que le concierge bénéficiait d’un certain confort au sein du pavillon de la Perspective. Son logement lui permettait d’exercer sa fonction tout en étant assez isolé des autres membres du personnel. Il n’avait d’ailleurs pas à supporter les bruits et les odeurs émanant de la cour des Offices, car les baies de ce côté avaient été bouchées et remplacées par des croisées donnant sur le jardin côté nord.

  • 69 Newton 2006, p. 226-228.
  • 70 Précision donnée par les inventaires : en 1765, c’est le sieur Jaques qui occupait cette pièce (AN, (...)

17Secondant l’intendant et le concierge69, le garçon de château disposait également d’un logement au pavillon de la Perspective. Composé de deux pièces, celui-ci était placé en entresol entre le pavillon latéral sud et l’aile de la Perspective70 (fig. 9).

Fig. 9 : Anonyme, Plan des offices de Marly, rez-de-chaussée (avec retombes) : niveau de l’entresol, légendé, vers 1715. Paris, Archives nationales, O1* 1469, no 10 (fac-similé).

Fig. 9 : Anonyme, Plan des offices de Marly, rez-de-chaussée (avec retombes) : niveau de l’entresol, légendé, vers 1715. Paris, Archives nationales, O1* 1469, no 10 (fac-similé).

Le nord est à droite du document. L’entresol ne devait comporter que des logements domestiques, réservés au personnel du service de la Bouche (ici en jaune/orange) ou au service des seigneurs (rose). Les rayures noires signalent les pièces qui ne correspondent pas à l’entresol.

© Virginie Bergeret / 2013

Les logements du personnel de la Bouche

18Ces personnes essentielles au domaine de Marly avaient ainsi leur logement dans le pavillon de la Perspective, qui était occupé, par ailleurs, par des officiers dont les fonctions étaient plus spécifiques aux usages du bâtiment, comme les membres du personnel de la Bouche.

  • 71 AN, O1 3631, mémoire du papetier Robert pour l’année 1784, qui installe du papier peint dans la « c (...)
  • 72 Bergeret 2013, t. I, p. 54.

19À la tête du département, le contrôleur de la Bouche disposait du logement numéro 27, situé au premier étage, au niveau de l’escalier au centre des cuisines71 (fig. 10). Cet accès direct rendait la situation du logement idéale pour la réalisation du travail de contrôleur de la Bouche. Celui-ci devait en effet contrôler la dépense et les agissements des cuisiniers, ainsi que des écuyers de la Cuisine-Bouche, dont il était le supérieur. L’ameublement de 1765 était moins modeste que celui des pièces mitoyennes, ce qui confirme l’importance de l’officier logeant dans cet espace72.

Fig. 10 : Anonyme, Plan des Offices de Marly, premier étage (sans retombe) ; légendé, vers 1715. AN, O1* 1469, no 12 (fac-similé).

Fig. 10 : Anonyme, Plan des Offices de Marly, premier étage (sans retombe) ; légendé, vers 1715. AN, O1* 1469, no 12 (fac-similé).

Le nord est à droite du document. À cet étage, on distingue trois types d’activités : les salles de stockage (rouge), les logements domestiques (jaune/orange) et les appartements pour les invités (rose).

© Virginie Bergeret / 2013

  • 73 Une seule pièce est présente sur le plan AN, O1 1468, no 44, datable entre 1711 et 1714, et les aut (...)
  • 74 L’inventaire de 1788 évoque ce logement en entresol mais sans en préciser l’emplacement (AN, O1 340 (...)
  • 75 Newton 2006, p. 139.

20En 171573, il existait des pièces en entresol au-dessus des cuisines (fig. 9) comportant plusieurs lits et auxquelles on accédait en passant par un escalier situé au cœur des cuisines. C’étaient, au vu de leur emplacement, des logements pour des membres du personnel de la Bouche. On peut penser en premier lieu aux écuyers de la Cuisine-Bouche74, qui, après le contrôleur de la Bouche, étaient les chefs du département. Ils étaient responsables de la quantité d’ingrédients utilisés dans les plats, ainsi que de leur qualité75.

  • 76 À Versailles, il logeait au Grand Commun, au 20A : voir Newton 2006, p. 122.
  • 77 Newton 2006, p. 130-134.

21On trouvait de la même façon un groupe de pièces au-dessus du Gobelet. Chacune dépendait d’une partie du rez-de-chaussée, avec son escalier indépendant, et portait les numéros correspondants (fig. 9). Comme c’était le cas au château de Versailles76, le chef de la Paneterie-Bouche devait avoir un appartement de fonction dans l’un de ces espaces et il est possible que le deuxième logement ait été dédié à son homologue du Gobelet-Vin, le chef de l’Échansonnerie-Bouche ou sommelier du Gobelet77. Ces pièces leur permettaient de se reposer, mais également de surveiller le bon déroulement des opérations du rez-de-chaussée, grâce aux baies qu’elles comportaient, chacune ouvrant sur le département lui correspondant.

  • 78 Mention dans l’inventaire de 1765 (AN, O1 3402), notamment fo 55vo : une couchette au « no 17, gard (...)
  • 79 Newton 2006, p. 127-128.

22Par ailleurs, dans le même secteur, il est probable que la pièce numéro 17 (fig. 9), appelée « garde-vaisselle78 », soit le logement du garde-vaisselle de la Paneterie-Bouche. Celui-ci avait la charge de veiller au service de la table du roi, qui devait être rangé dans l’une des petites pièces d’en dessous. Cela nécessitait une grande attention, des comptages et inventaires réguliers, ce qui justifiait d’avoir un logement à proximité, comme c’était le cas au château de Versailles79.

  • 80 Ce que tend à suggérer le plan (AN, O1* 1469, no 10, avec retombes) où ces salles portent le même n (...)

23Il y avait également des logements au-dessus du « caffé », dans l’aile est du pavillon de la Perspective (fig. 9). En effet, la salle de préparation, les deux pièces accolées dans la cour ainsi que le vestibule étaient entresolés, et comme pour les autres espaces, on peut penser qu’ils étaient destinés au personnel correspondant80.

  • 81 Cela est suggéré par le plan où l’on retrouve les mêmes numéros 12 et 13.
  • 82 « Il doit y avoir une petite chambre à côté de l’Office pour la commodité de l’Officier, et autant (...)
  • 83 Newton 2006, p. 145.

24En entresol de l’aile sud, au-dessus de l’office (fig. 9), il existait aussi deux logements qui devaient être destinés au personnel de la pâtisserie et de l’office81. Ces ouvrages nécessitaient une attention particulière qui imposait au personnel de loger à proximité, ce sur quoi insiste Charles-Étienne Briseux dans son Architecture moderne82 et que l’on retrouve par exemple au château de Versailles83.

  • 84 Ibid., p. 112.
  • 85 Luynes 1860-1865, t. VI, p. 203.

25De l’autre côté, au nord, en entresol au-dessus de la salle du Chambellan, il existait un ensemble de pièces modestes (fig. 9). Nous n’avons pas d’information sur le ou les officiers qui y logeaient, mais étant donné leur localisation, on peut penser qu’il s’agissait d’appartements dédiés au personnel de la table du chambellan, et particulièrement au premier maître d’hôtel du roi qui en était à la tête à partir de 174384. Celui-ci était l’administrateur général de la Maison-Bouche du roi et gérait ses officiers, ce qui rendait sa présence indispensable pour le bon fonctionnement du bâtiment. Cependant, nous savons grâce au duc de Luynes qu’en 174485, le marquis de Livry, alors premier maître d’hôtel du roi, logeait dans l’appartement 5 et non pas dans cette aile. La question reste donc ouverte.

  • 86 BNF, Est., Va 78a, t. III, B7675, publié notamment dans Maroteaux 2002, p. 118.
  • 87 On a une liste de différentes loges de suisses à Marly dans AN, O1 1475, fo 128.

26Il convient pour finir de citer le logement du suisse des offices. Celui-ci figure notamment sur le plan de la Bibliothèque nationale de France, relevé vers 169286. Il s’agissait d’un édicule, accolé à l’aile arrière du bâtiment des Offices. Il fut détruit en 1696, lors de la construction de l’aile du Gobelet, pour être reconstruit de l’autre côté du chemin des offices et intégré par la suite au bâtiment du Commun (fig. 5). Chaque suisse disposait d’une habitation de ce type, proche de son lieu de surveillance, par exemple à chaque porte du domaine87.

Les logements du personnel du garde-meuble

27De la même façon, les membres du personnel du garde-meuble disposaient de logements à proximité de leur lieu de travail, comme c’est le cas du concierge, à la tête du garde-meuble, dont nous avons déjà évoqué l’appartement. Ses seconds, les garçons du garde-meuble, avaient également un logement de fonction. À l’origine, il était situé à l’étage du pavillon latéral sud, à côté de l’ancien garde-meuble (fig. 6). Il fut déplacé en même temps que les salles de stockage, au premier étage au-dessus du Gobelet, comme les plans le précisent (fig. 10). Ce logement était composé de deux pièces en porte-à-faux, augmentées chacune d’une petite salle en entresol. Le suisse du garde-meuble, chargé de la surveillance et de la sécurité du lieu, disposait du logement adjacent comparable.

  • 88 Castelluccio 2004, p. 143-161.
  • 89 Pièce localisée à côté des logements des garçons du garde-meuble dans une lettre de 1778 (AN, O1 14 (...)

28Le garde-meuble de Marly était également contrôlé par l’administration générale du Garde-Meuble de la Couronne et ses principaux représentants avaient, par conséquent, un appartement pour leurs séjours à Marly. Gaspard-Moïse-Augustin de Fontanieu, intendant du Garde-Meuble de la Couronne entre 1719 et 176788, possédait un logement près des salles de stockage, ce qui lui permettait certainement de jouer son rôle d’administrateur général sur celles-ci. Il s’agissait a priori du numéro 34 (fig. 10), un logement ponctuel qui lui servait uniquement lorsqu’il venait à Marly, c’est pourquoi il permit au garçon du garde-meuble de l’utiliser quelquefois89.

  • 90 Elles sont seulement évoquées clairement dans l’inventaire de 1788 (AN, O1 3403, fos 195 et 196).
  • 91 Castelluccio 2004, p. 296.
  • 92 AN, O1 3402, notamment pour un lit et des sièges assortis fo 29vo, attribués à « M. de Pommery ».

29On peut par ailleurs penser que les pièces numérotées 45 à 47, dans les combles (fig. 11), étaient également dépendantes de cet ensemble lié au garde-meuble. En effet, elles étaient accessibles par un escalier se trouvant à proximité immédiate des précédents logements. Ces pièces sont très peu documentées90, mais on pourrait y voir le logement de Pierre Randon de Pommery, garde général des meubles de la Couronne depuis 176491, cité dans l’inventaire de 176592. Il devait avoir besoin d’un logement de ce type pour jouer son rôle d’administrateur général sur le garde-meuble de Marly, au même titre que l’intendant du Garde-Meuble. Néanmoins, l’emplacement de son appartement n’est pas documenté précisément et il peut sembler douteux qu’un personnage aussi important ait un appartement au niveau du galetas.

Fig. 11 : Anonyme, Plan des offices de Marly, premier étage (avec retombes) : niveau du galetas, légendé, vers 1715. AN, O1* 1469, no 12 (fac-similé).

Fig. 11 : Anonyme, Plan des offices de Marly, premier étage (avec retombes) : niveau du galetas, légendé, vers 1715. AN, O1* 1469, no 12 (fac-similé).

Le nord est à droite du document. À nouveau trois types d’activités : les salles de stockage (en rouge), les logements domestiques (en jaune) et ceux réservés aux domestiques des seigneurs (en rose). Les rayures noires signalent les pièces qui ne correspondent pas au niveau du galetas.

© Virginie Bergeret / 2013

Le dortoir du premier étage et du galetas

30On peut considérer par ailleurs que les autres pièces situées à l’arrière du pavillon de la Perspective, au premier étage et au niveau du galetas, formaient un dortoir. Il s’agissait en effet d’un ensemble de petites pièces au mobilier sommaire, composé principalement de lits.

31Au premier étage, les logements numérotés de 22 à 30 étaient de cet ordre (fig. 10). Il s’agissait de neuf chambres, de 20 à 40 mètres carrés, desservies par un long corridor, qui disposaient d’un certain confort puisque chacune avait sa propre cheminée. Elles avaient en outre accès à des lieux communs dont l’entrée se trouvait au bout du corridor, côté sud. Le couloir desservait également deux escaliers menant aux galetas. On trouvait en effet à ce niveau un certain nombre d’autres pièces prolongeant le dortoir du premier étage, numérotées de 37 à 44 (fig. 11). On compte en réalité douze chambres réparties sous ces numéros, seules, par deux ou par trois. Elles étaient plus petites qu’au premier étage et mesuraient de 12 à 28 mètres carrés. Elles ne disposaient pas de cheminées mais le plan montre l’emplacement des conduits de celles des étages inférieurs, qui, en passant par les cloisons des chambres, devaient contribuer à les chauffer. Elles avaient en outre un accès limité aux lieux communs. Il s’agissait certainement de logements d’un rang inférieur à ceux du premier étage.

  • 93 Inventaires de 1716 (AN, E* 1983, fos 51vo-54vo), de 1765 (AN, O1 3402 : on a par exemple un grand (...)
  • 94 Cela est particulièrement détaillé sur le plan AN, O1 1468, no 44.
  • 95 Bergeret 2013, p. 59-60.

32Nous n’avons à ce jour aucune information précise sur les personnes ayant logé dans ces dortoirs. Néanmoins, l’étude de l’ameublement de ces espaces, grâce aux différents inventaires93, peut nous en donner une idée. Celui-ci était constitué de lits modestes comme des « couchettes », « lits de sangle » et « pavillons » que l’on trouvait par deux ou trois pour les petites pièces du galetas et par trois à huit pour les pièces du premier étage, selon une disposition visible sur les plans94. Le cadre, l’ameublement comme les dimensions étant relativement modestes95, seuls des membres du personnel du château devaient loger dans ces dortoirs. D’ailleurs, ils y dormaient plus qu’ils n’y logeaient car ces espaces ne bénéficiaient pas des commodités nécessaires pour y vivre de manière permanente. Il pouvait s’agir d’officiers travaillant dans le pavillon de la Perspective, aux cuisines ou au garde-meuble, ou encore de domestiques au service des seigneurs logeant à l’avant du bâtiment, mais les occupants de ce dortoir étaient peut-être également des ouvriers travaillant dans les jardins, des domestiques chargés de l’entretien ou d’autres membre du personnel.

33Le pavillon de la Perspective était donc principalement un lieu domestique où l’on préparait les plats, entretenait et stockait des meubles, et logeait de nombreux membres du personnel du bâtiment et du domaine. Ces usages rendaient cet édifice indispensable au bon fonctionnement du château de Marly. Néanmoins, ils ne concernaient globalement que les ailes de l’arrière du bâtiment, le reste étant destiné aux espaces d’accueil pour les invités, leur offrant logements et repas.

Un espace dédié également aux courtisans

Les salles à manger

  • 96 Dangeau 1854-1860, t. IV, p. 219-220 ; cité dans Castelluccio 1996b, p. 650.

34Dès l’origine, le pavillon de la Perspective comprenait des espaces destinés à accueillir les courtisans et à leur servir des repas. En effet, avant 1688, les seigneurs et courtisans invités à Marly étaient nourris aux dépens du roi soit au château, pour ceux qui étaient admis aux tables royales, soit au pavillon de la Perspective pour les autres96.

  • 97 Comptes des Bâtiments du roi… 1881-1901, t. II, col. 1246.
  • 98 Hartmann 1995, p. 128.

35Les pavillons latéraux étaient effectivement aménagés de manière symétrique, comprenant chacun une grande salle de plus de 100 mètres carrés au rez-de-chaussée, bordée de deux plus petites dont l’une abritait l’escalier (fig. 3). Ces grandes pièces, alors nommées « salles des seigneurs97 », semblent parfaitement proportionnées à l’accueil de courtisans attablés. On y accédait par des entrées latérales sur lesquelles débouchaient des berceaux de treillage reliés aux pavillons des invités. Assez proches des cuisines pour permettre d’apporter facilement les plats, ces salles en étaient aussi assez isolées pour éviter toute promiscuité entre courtisans et domestiques. Ces derniers ne pouvaient les traverser directement, et devaient d’abord passer par une des petites pièces adjacentes avant d’y entrer. En dehors des repas, ces salles étaient à la disposition des hôtes du roi, leur offrant la possibilité de se rencontrer en dehors des invitations officielles au pavillon principal98. On peut penser que ce second usage ait été conservé après 1688, date à laquelle le nombre de tables servies à Marly diminue, avant que ces pièces ne soient cloisonnées pour être remplacées par des appartements.

  • 99 Elle n’est pas encore aménagée sur le plan daté de 1711, AN, O1 1470A, no 5, mais elle l’est sur ce (...)
  • 100 Newton 2006, p. 159.
  • 101 Ibid., p. 159-164.
  • 102 La mention « Grand Maistre » les indique sur le plan AN, O1 1470A, no 5, aux numéros 61 et 62.
  • 103 Castelluccio 1996, p. 650.
  • 104 Luynes 1860-1865, t. II, p. 126-127.
  • 105 La clef du cabinet des princes de l’Europe, ou Recueil historique et politique sur les matières du (...)
  • 106 Voir l’« Inventaire des tableaux qui sont dans le pavillon des offices en 1733 », par Bailly : AN, (...)
  • 107 Certaines sont conservées : voir De chasse & d’épée… 1999.
  • 108 Castelluccio 1996, p. 34.
  • 109 AD 78, IIQ 73, procès-verbal no 64 cité dans Castelluccio 1996a, p. 34.

36Outre les « salles des seigneurs », d’autres pièces permettant aux hôtes de se restaurer furent aménagées par la suite. Parmi elles figurait la salle du Grand Maître, qui fut installée dans l’aile de la Perspective, à l’emplacement de l’ancien cabaret entre 1711 et 171499 (fig. 7). Cette pièce était une salle à manger où était dressée la table du grand maître, première table d’honneur de la cour. Celle-ci n’était préparée que dans les résidences officielles du roi, c’est-à-dire à Versailles, Marly, Compiègne et Fontainebleau100. Le repas était préparé par les cuisines du « Petit Commun101 », qui se trouvaient dans le bâtiment du Commun à Marly102. Les seigneurs et grands officiers de la Maison du roi qui n’étaient plus invités aux tables servies au Pavillon royal, pouvaient tout de même être conviés à manger dans cette salle103. En dehors des repas, ce lieu avait d’autres usages. En effet, le duc de Luynes nous apprend que, sous Louis XV, les répétitions pour les concerts se faisaient là, trois fois par semaine104. Il servit aussi pour un « bal magnifique » que donna le duc d’Antin la soirée du 30 janvier 1726105. Huit grandes toiles de Jean-Baptiste Martin (1659-1735) et d’Adam François Van der Meulen (1632-1690), peintres de batailles, décoraient la pièce en 1733106. Réalisées pour les vestibules ou l’appartement du roi du Pavillon royal, ces toiles représentaient de célèbres batailles louis-quatorziennes107. Ces œuvres prestigieuses témoignaient en réalité à quel point la pièce était secondaire. En effet, c’était parce qu’elles étaient devenues démodées qu’elles avaient été déplacées au pavillon de la Perspective. On leur avait préféré des scènes de la mythologie galante au Pavillon royal108. En outre, ces peintures restèrent en place jusqu’à la Révolution109, laissant ce décor démodé pendant tout le xviiie siècle.

  • 110 AN, E* 1983, fo 47vo.
  • 111 AN, O1 3403, fo 182.
  • 112 Newton 2006, p. 112.
  • 113 Castelluccio 1996, p. 650.
  • 114 Newton 2006, p. 161.

37Une deuxième table d’honneur, réservée aux courtisans, était dressée dans la salle du Chambellan, située au rez-de-chaussée de l’aile nord du pavillon de la Perspective. C’était dans les premiers temps une grande salle (fig. 4), mais elle fut divisée en deux espaces égaux par une mince cloison vers 1714 (fig. 7). Ce changement imposait de passer par la cour des Offices pour accéder à la deuxième pièce, ce qui donne à penser que ces espaces ont pu perdre leur fonction. D’ailleurs, dans l’inventaire de 1716, la pièce 10 est encore appelée « salle du chambellan », mais elle ne semble plus être une salle à manger, car on n’y trouve que des lits d’appoint, probablement pour des domestiques110. Cela s’explique par le fait qu’à la fin du règne de Louis XIV, les invités de Marly n’étaient plus tous nourris aux frais du roi. Cela changea sous Louis XVI et, effectivement, si l’inventaire de 1788 n’indique pas de table dans la pièce 10A, il mentionne de nombreux tabourets111, ce qui pourrait indiquer que la pièce avait retrouvé son rôle de lieu de réception. La table du chambellan fut en réalité tenue par le premier maître d’hôtel du roi à partir de 1743112. Ses plats étaient, comme ceux du grand maître, préparés par « le Petit Commun », mais on sait peu de chose sur les convives admis à cette table. Malgré sa localisation excentrée, cette pièce devait accueillir de grands officiers et certains invités non moins importants que ceux de la salle du Grand Maître113. À Versailles, par exemple, certains ambassadeurs dînaient à la table du chambellan114.

  • 115 AN, O1 1460, pièce 209.
  • 116 Campan 1822, t. I, p. 226 ; cité dans Castelluccio 1996, p. 17.
  • 117 Newton 2006, p. 166-167.

38La description du bâtiment en 1732 cite en outre la « sal à menger des mestre d’hôtel115 » que l’on retrouve évoquée par Mme Campan sous le règne de Louis XVI116. La table du maître d’hôtel était moins destinée aux courtisans qu’aux officiers du château. Y dînaient les membres de la Chambre du roi, comme le maître d’hôtel, les huissiers, etc., qui étaient accompagnés de militaires chargés de la surveillance du domaine comme des gardes du corps ou des suisses, ainsi que des officiers de la Bouche117. À Marly, cette pièce n’est localisée par aucun document, mais nous pouvons supposer que cette table était dressée dans la pièce au nord de l’aile des Cuisines (fig. 7). Celle-ci est en effet d’assez grande taille et à proximité des lieux de travail et de logement de ces officiers, ce qui paraît convenir à un tel usage.

  • 118 Par exemple dans l’appartement 3 et 4 : AN, O1 3403, fo 172.

39Les salles à manger communes étaient donc nombreuses à Marly, et particulièrement au pavillon de la Perspective. La recherche d’intimité du xviiie siècle avait pourtant fait naître le goût pour les tables plus privées, au sein même de l’appartement, ce qui explique que l’on voit apparaître la mention de « salle à manger » dans les logements du bâtiment, dans l’inventaire de 1788118. Malgré cela, les espaces dédiés aux invités du pavillon de la Perspective prenaient souvent la forme de salles à manger. Ces pièces avaient effectivement besoin de cette proximité avec les offices pour fonctionner, mais elles offraient également aux courtisans des espaces d’accueil au décor somptueux. Que ce soit dans une salle à manger ou une autre, des membres importants de la cour pouvaient se restaurer en bonne compagnie, comme en témoigne la comtesse de Motteville sous le règne de Louis XVI :

  • 119 Motteville 1843, p. 193.

… Arrivés à notre Pavillon de la Perspective, où se trouvent cent logemens destinés aux personnes attachées au service de la cour, nous fûmes frappés de la magnificence du service de trente tables splendidement préparées pour les personnes invitées. Les honneurs de celle où je fus priée de m’asseoir, ainsi que M. de Motteville, étaient faits par madame la princesse de Chimay… J’étais placée entre le comte de Saulx-Tavannes et le comte de Tessé ; en face de moi j’avais l’abbé de Vermond, que j’entendais déclamer, avec le marquis de Lameth […]119.

Le café ou cabaret de Marly

  • 120 Dangeau 1854-1860, t. V, p. 382 ; Magne 1934, p. 86 ; Castelluccio 1996b, p. 650, et Maroteaux 2002 (...)
  • 121 « Ôter le cabaret de l’apartement des jeux, et le transporter derière la perspective dans les pièce (...)

40Les courtisans pouvaient donc bénéficier d’espaces d’accueil au pavillon de la Perspective pendant les heures de repas mais pas seulement. En effet, au cœur de l’aile de la Perspective, un cabaret ou café fut également installé (fig. 12). Il avait d’abord été situé au rez-de-chaussée du château, dans l’antichambre de l’Appartement aurore ou de Monsieur120. Ce dernier, gêné par le bruit, préféra changer de logement et finalement, le roi demanda le déplacement du café en 1699121. Le nouveau cabaret était composé de deux pièces, l’une destinée au cabaret proprement dit, alors que la seconde, entresolée et indiquée sur le plan comme étant « pour le café et [le] chocolat », devait servir à la préparation, ce que semble confirmer la présence d’une cheminée, de deux réchauds et d’un point d’eau, visibles sur le plan.

Fig. 12 : Anonyme, Plan du rez-de-chaussée des pavillons de la Perspective (détail du document « partie des logemens de Marly, bas »), vers 1703. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, Va 425 (mf 186752).

Fig. 12 : Anonyme, Plan du rez-de-chaussée des pavillons de la Perspective (détail du document « partie des logemens de Marly, bas »), vers 1703. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, Va 425 (mf 186752).

L’aile avant du bâtiment, côté est. Les appartements 1, 2, 4 et 5 sont destinés aux appartements. Dans l’aile centrale, on voit l’emplacement du cabaret, associé à la salle de préparation « pour le café et chocolat ».

© Virginie Bergeret / 2013

  • 122 Diderot et d’Alembert 1751-1777, t. II, p. 529.
  • 123 Magne 1934, p. 120, et Maroteaux 2002, p. 50.
  • 124 Wheaton 1984, p. 123.

41C’est un lieu rarement évoqué par les mémorialistes, mais l’Encyclopédie nous éclaire sur la fonction de tels lieux : « Caffés : ce sont des lieux à l’établissement desquels l’usage du caffé a donné lieu : on y prend toutes sortes de liqueurs. Ce sont aussi des manufactures d’esprit, tant bonnes que mauvaises122. » En l’occurrence, le cabaret accueillait les courtisans qui se faisaient servir, par le service d’Alexandre Bontemps, du café mais aussi du thé, du chocolat et d’autres liqueurs123, apportant réconfort l’hiver et rafraîchissement l’été. En offrant du café à Marly, Louis XIV y transposait une mode versaillaise, introduite lors de la venue de l’ambassadeur de l’Empire ottoman en 1669124.

  • 125 AN, E* 1983, fo 49 pour 1716 ; O1 1460, pièce 209 pour 1732 ; O1 1460, pièces 337, 339 et 340 pour (...)
  • 126 Sur la question de la datation des petits pavillons dans la cour, voir Bergeret 2013, p. 32-33.
  • 127 Ces espaces portent le même numéro sur le plan, ce qui semble indiquer que leurs fonctions étaient (...)

42Le cabaret fut fermé avant la fin du règne de Louis XIV et remplacé par la salle du Grand Maître. Néanmoins, la pièce de préparation existait toujours et reste présente sur les plans sous le nom de « caffé », ainsi que dans les inventaires et documents d’archives, jusqu’au moins 1788125. L’espace avait par ailleurs été agrandi par les édicules construits entre 1711 et 1715126 contre cette aile (fig. 7)127. Il n’y avait plus a priori de pièce pour la dégustation du café, mais on peut penser qu’en dehors des heures de repas, la salle du Grand Maître gardait cet usage.

Les appartements pour les invités

  • 128 Maroteaux 2002, p. 47.
  • 129 Sur les travaux de 1695, voir les documents : AN, O1 1475, fo 482 ; O1 1490, fo 152, et les Comptes (...)
  • 130 Sur les travaux de 1705, voir les documents : AN, O1 1465, pièces 405, 406, 407 et 414.
  • 131 AN, O1 1463, pièces 34 à 36.
  • 132 Liste des invités en 1769 dans AN, O1 1463, pièces 485 et 486.

43Si le pavillon de la Perspective fut pensé en premier lieu comme un bâtiment dédié à la Bouche comprenant cuisines et salles à manger pour les seigneurs, ainsi que des logements pour les officiers, il comptait également des appartements pour les invités des Marlys. Le manque de place pour loger les invités à Marly était rapidement devenu un problème, le château et les douze pavillons d’hôtes ne suffisant plus à les accueillir128. C’est pourquoi, en 1695, sept nouveaux appartements furent aménagés au pavillon de la Perspective, dans les pavillons latéraux, à la place des « salles des seigneurs », au rez-de-chaussée (fig. 4 et 7) et au premier étage (fig. 6 et 10)129. Les appartements au premier étage de l’aile de la Perspective ne furent aménagés que dans un second temps, pendant l’année 1705130, à l’emplacement de l’ancien garde-meuble (fig. 10). Ces espaces subirent quelques changements au cours des époques suivantes. En 1761, on réaménagea le premier étage du pavillon latéral sud pour créer un appartement destiné au fils du dauphin, le duc de Berry, ainsi qu’à son gouverneur, le duc de La Vauguyon131 (fig. 13). Celui-ci disposait d’une salle à manger dans l’ancien bureau au numéro 1 et il est probable que le reste de son appartement ait été situé au numéro 21 de l’aile sud (fig. 10). La zone dédiée aux appartements de seigneurs semble en effet avoir été augmentée. En 1769, on a un logement numéroté 10 sur la liste d’invités, attribué au comte de Périgord132, mais qui ne figure pas sur les plans antérieurs. Son épouse étant au numéro 9, on peut penser que l’espace a été cloisonné différemment, afin d’y accueillir un couple. Cependant, il est également possible qu’une partie du logement du concierge soit devenue un appartement pour les invités. Nous n’avons malheureusement aucun plan de cette époque pour confirmer ces hypothèses.

Fig. 13 : Attribué à Ange-Jacques Gabriel, Plan de l’étage du pavillon latéral sud, 8 mars 1763, encre noire et rouge. Paris, Archives nationales, O1 1463, no 36.

Fig. 13 : Attribué à Ange-Jacques Gabriel, Plan de l’étage du pavillon latéral sud, 8 mars 1763, encre noire et rouge. Paris, Archives nationales, O1 1463, no 36.

Ce document est inversé par rapport aux précédents : le nord est ici à gauche. Légende du document : « Plan d’une partie du logement de Monseigneur le duc de Berry et de M. le duc de Lavauguière avec le changement demandé pour le voyage de 1763. À Marly, 8 mars 1763. [signé] Gabriel. »

© Virginie Bergeret / 2013

  • 133 Cabinet de Mme la duchesse du Maine, cité dans AN, O1 1966-6, fo 36vo, ou encore cabinet du duc de (...)
  • 134 Furetière 1690, t. I, p. 350.
  • 135 Ibid., t. II, p. 147.
  • 136 Morin 2008, p. 119.
  • 137 Ces pièces sont mentionnées notamment dans l’inventaire de 1788 : AN, O1 3403, fos 170 à 180.
  • 138 Voir le plan AN, O1 1468, no 14 : cet appartement a été occupé par le duc et la duchesse du Maine, (...)
  • 139 « Mars 1738 […] J’ai demandé la Perspective, où je crois que l’on nous donnera l’appartement qui se (...)

44Agencés différemment, tous ces appartements étaient organisés de façon similaire, avec deux pièces principales et, pour la plupart, un cabinet de chaise. En outre, ils étaient augmentés pour certains de une à deux pièces en entresol. La pièce la plus importante était la chambre qui mesurait entre 24 à 39 mètres carrés, alors que ces logements avaient une surface totale de 46 à 65 mètres carrés. Cela en faisait des appartements de plus petite taille que ceux des pavillons d’hôtes, qui mesuraient entre 70 et 77 mètres carrés. Ces derniers comportaient trois pièces et ainsi, la taille des chambres était en réalité comparable à celle du pavillon de la Perspective, dont les appartements ne comportaient que deux pièces. La plus grande était la chambre du seigneur, mais la fonction de la deuxième pose davantage de problèmes. En effet, elle servait parfois d’antichambre, car il fallait la traverser pour atteindre la chambre. Parfois appelée « cabinet »133, elle devait être un lieu où l’on se retire pour travailler134. Cette pièce devait également être utilisée comme garde-robe dans le sens d’une « Petite chambre voisine à celle où on couche, qui sert à serrer les habits et les hardes d’une personne, ou à coucher les valets qu’on veut avoir près de soy la nuit135 ». Cette interprétation est corroborée par les plans, qui indiquent parfois l’emplacement d’un lit, ainsi que par les inventaires, qui citent des couchettes ou autres lits d’appoint. C’est certainement la fonction que devaient avoir les quelques pièces situées en entresol (fig. 9) et au niveau du galetas (fig. 11), au-dessus de ces appartements. En effet, seuls des membres du personnel intime des seigneurs pouvaient être admis à loger à une telle proximité136. Néanmoins, il semble que l’usage des pièces principales ait quelque peu changé au cours des époques, laissant place à des salles à manger et à des salons137. Il convient également de préciser le statut particulier des appartements 1 et 2, décrits ensemble dans les inventaires. Ils ont été conçus conjointement comme logement pour un couple, Monsieur le duc et Madame la duchesse138, avec une antichambre commune (fig. 14). D’autres époux, comme le duc et la duchesse de Luynes, ont par ailleurs occupé cet espace139.

Fig. 14 : Anonyme Plan du rez-de-chaussée du pavillon latéral sud (sans retombe), 18 juin 1696, encre noire et rouge. Paris, Archives nationales, O1 1468, no 14.

Fig. 14 : Anonyme Plan du rez-de-chaussée du pavillon latéral sud (sans retombe), 18 juin 1696, encre noire et rouge. Paris, Archives nationales, O1 1468, no 14.

Le nord est à gauche. Légende : « […] dernier plan résolu le 18 juin 1696 pour Monsieur et Madame la Duchesse ».

© Virginie Bergeret / 2013

  • 140 Briseux 1761, t. I, p. 3.
  • 141 Cela est visible sur une coupe du pavillon (BNF, Est., Va 425, mf. H 186773) et indiqué sur le plan (...)
  • 142 AN, E* 1983, O1 3402 et O1 3403.
  • 143 Castelluccio 2013 et Maroteaux 2002, p. 92.
  • 144 Coupes des douze pavillons en 1715 (BNF, Est., Va 78a, t. III) publiées dans Maroteaux 2002, p. 101 (...)
  • 145 Saint-Simon 1856-1858, t. IV, chap. xxi, p. 426.

45Ces éléments conduisent à penser que l’organisation des appartements du pavillon de la Perspective offrait moins de régularité que celle des douze pavillons d’hôtes, pour lesquels l’agencement avait été prévu dès leur construction. En outre, ces logements de seigneurs restaient situés dans le bâtiment des Offices, et « lorsque les cuisines sont placées dans le Corps de Logis, il en transpire jusqu’aux appartemens une odeur dégoûtante ; et le bruit continuel qu’on y fait, est très incommode pour les maîtres140 ». C’est la raison pour laquelle le bâtiment était clairement divisé en deux zones. Cependant, la cour des Offices formait comme un espace de contact entre la partie du bâtiment réservée aux courtisans et celle dédiée aux tâches domestiques, rendant possible le passage de l’une à l’autre. On avait donc bouché les baies ouvrant dans cette direction afin d’isoler les courtisans de ces désagréments visuels, sonores et olfactifs. Par exemple, cinq croisées furent percées dans la perspective peinte par Jacques Rousseau, afin d’offrir une vue sur le château aux appartements 6 et 7, nouvellement aménagés. De l’autre côté, les baies existantes, donnant sur la cour des Offices, furent bouchées dans le but d’éviter les inconvénients du bâtiment que nous avons cités. Malgré cela, loger au pavillon de la Perspective était un réel privilège. Il s’agissait des logements les plus proches du Pavillon royal, sur lequel ils avaient vue. De plus, les murs des pièces principales comportaient des bas-lambris ou « lambry dapuy141 » composés de panneaux de bois simplement moulurés, complétés par une tenture d’étoffe que nous connaissons grâce aux inventaires142, alors que les petites pièces annexes, entresolées, étaient entièrement lambrissées. Le décor intérieur était conçu sur le même principe que dans le Pavillon royal, mais de manière moins ornementale143, alors que les pavillons des hôtes étaient, quant à eux, simplement lambrissés144. Cela témoigne de la promiscuité existant entre le pavillon principal et celui de la Perspective, qui jouissait donc d’un certain prestige. Saint-Simon nous dit d’ailleurs à propos de la princesse des Ursins, qui avait obtenu un appartement dans le pavillon de la Perspective, qu’il n’y avait « rien de pareil à l’air de triomphe qu’elle y prit145 ».

  • 146 Maroteaux 2002, p. 55.
  • 147 Voir la liste des invités en 1744 publiée dans Luynes 1860-1865, t. VI, p. 203.
  • 148 Liste AN, M 886, pièce 33, publiée dans Castelluccio 1996b, annexe II, p. 660-661.
  • 149 Maroteaux 2002, p. 47.
  • 150 Liste AN, M 886, pièce 33.
  • 151 Luynes 1860-1865, t. II, p. 425.
  • 152 AN, O1 1462, pièces 214, 216, 222, 224-226, 231, 239, 244, 252, et O1 1463, pièce 36.
  • 153 Liste des invités en 1769, AN, O1 1463, pièce 486, citée dans Denis 1992.
  • 154 Listes AN, O1 1463, pièces 485 et 486.
  • 155 Liste des invités en 1744, publiée dans Luynes, 1860-1865, t. VI, p. 203.
  • 156 Liste des invités en 1769, AN, O1 1463, pièce 485.
  • 157 Liste des invités en 1744, publiée dans Luynes, 1860-1865, t. VI, p. 203, et t. II, p. 126.

46Les places y étaient attribuées comme pour les autres pavillons. Après la diffusion de la liste des invités à Marly, chacun était placé146. L’attribution des appartements pouvait ainsi changer d’un voyage à l’autre. On constate toutefois qu’il arrivait qu’un invité logeât plusieurs fois dans le pavillon de la Perspective, parfois même dans le même appartement, comme si celui-ci devenait nominatif. C’est le cas par exemple du duc et de la duchesse de Luynes qui, en 1738, avaient demandé à y loger et avaient obtenu les appartements 1 et 2, qui leur furent à nouveau attribués en 1744147. Par ailleurs, après l’analyse des quelques listes d’attribution d’appartements, ainsi que de certains témoignages de mémorialistes (voir annexe), on observe que sous Louis XIV ce sont majoritairement des princes de sang qui logeaient au pavillon de la Perspective. Il s’agissait du duc et de la duchesse du Maine148, du comte de Toulouse149, ainsi que de Louise-Françoise de Bourbon et son époux Henri-Jules de Bourbon-Condé150. Le Pavillon royal n’étant pas assez vaste pour loger tous les membres de la famille royale, on peut penser que les appartements du pavillon de la Perspective furent construits comme une annexe du château. On retrouve en partie cette habitude sous les règnes suivants, car le dauphin Louis-Ferdinand de France y avait un logement en 1739151 et, plus tard, le jeune duc de Berry en 1761-1763152, ou encore la nouvelle favorite royale Mme Du Barry en 1769153. Néanmoins, il s’agit d’exceptions car les invités de cette période étaient pour la plupart des officiers des différentes Maisons royales, comme des dames d’honneur, telles que la duchesse de Beauvilliers ou la comtesse de Buzançois154, ou encore des maîtres d’hôtel du roi, tels que le marquis de Livry155 ou le comte d’Escars156. Certains ambassadeurs y étaient aussi logés157.

  • 158 AN, O1 1464, pièce 239.

47Le pavillon de la Perspective était – et ce malgré les inconvénients de sa première fonction – un lieu destiné principalement à des privilégiés, ce qui amenait la famille royale à rendre visite à leurs hôtes prestigieux et à passer eux aussi du temps dans le bâtiment158. Le pavillon de la Perspective était donc, en plus d’un lieu de service, le cadre des festivités marlychoises.

  • 159 Le Rouge 1716, p. 363.

48« Le Pavillon […] est le logement des princes. Derrière ce pavillon sont les offices…159 ». Les mots de Georges-Louis Le Rouge évoquent un seul et même édifice, ce qui témoigne de l’ambivalence de cette construction. Le pavillon de la Perspective était un bâtiment polyvalent qui faisait le lien entre deux mondes très différents qu’étaient celui des domestiques et celui des courtisans. Il était divisé en deux espaces à la fois opposés et intimement liés.

49Il était d’abord dédié aux fonctions domestiques, qui étaient concentrées dans les trois ailes arrière du bâtiment. On y trouvait en premier lieu les services de la Bouche du roi. Cette fonction principale du pavillon de la Perspective, d’ailleurs aussi appelé pavillon des Offices, était complétée par la présence, non moins importante, du garde-meuble. Cela nécessitait un grand nombre d’employés et ceux-ci bénéficiaient de logements au sein même du bâtiment. L’avant du pavillon de la Perspective avait par ailleurs un statut à part et servait, quant à lui, à la réception des courtisans. On y trouvait des appartements pour les invités, parmi les plus prestigieux du domaine, ainsi qu’un cabaret ou café offrant des rafraîchissements tout au long de la journée et des salles où étaient dressées les différentes tables en fonction du rang des courtisans.

50Finalement, le pavillon de la Perspective était le cadre d’usages apparemment opposés, à la fois domestiques et d’apparat. Mais l’un ne pouvait exister sans l’autre, ce qui en faisait un ensemble cohérent. De la même façon, les fonctions domestiques étaient indispensables au domaine de Marly, et le pavillon de la Perspective, loin d’être un bâtiment secondaire, contribuait aux « Marlys » dont il était l’un des cadres principaux après le château et les jardins.

Haut de page

Bibliographie

Sources

Aviler Augustin-Charles d’, 1755, Dictionnaire d’architecture civile et hydraulique et des arts qui en dépendent comme la maçonnerie, la charpenterie, la menuiserie, la serrurerie, le jardinage, etc. la construction des ponts et chaussées, des écluses, et de tous les ouvrages hydrauliques, Paris, C.-A. Jombert.

Bailly Nicolas, 1899, Inventaire des tableaux du roy : inventaires des collections de la Couronne, rédigé en 1709 et 1710, éd. F. Engerand, Paris, E. Leroux.

Briseux Charles-Étienne, 1728, Architecture moderne, ou l’Art de bien bâtir pour toutes sortes de personnes tant pour les maisons des particuliers que pour les palais, Paris, C. Jombert, 2 vol.

— 1761 [1743], L’art de bâtir des maisons de campagne […], Paris, J.-B. Gibert, 2 vol.

Campan Jeanne-Louise-Henriette, 1822, Mémoires sur la vie privée de Marie-Antoinette, suivis de souvenirs et anecdotes historiques sur les règnes de Louis XIV, Louis XV et de Louis XVI, Paris, Baudoin frères, 2 vol.

Comptes des Bâtiments du roi sous le règne de Louis XIV (1664-1715), 1881-1901, éd. J. Guiffrey, Paris, Imprimerie nationale, 5 vol.

Dangeau Philippe de Courcillon, marquis de, 1854-1860, Journal du marquis de Dangeau […] avec les additions inédites du duc de Saint-Simon, éd. E. Soulié et al., Paris, F. Didot, 19 vol.

Diderot Denis et Le Rond d’Alembert Jean, 1751-1777, Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers […], Paris [etc.], Briasson [etc.], 32 vol.

L’État de la France […], 1712, Paris, J. Trabouillet, 2 vol.

— 1722, Paris, C. Prudhomme, 5 vol.

 1749, Paris, Ganeau, 3 vol.

Furetière Antoine, 1690, Dictionnaire universel contenant generalement tous les mots françois tant vieux que moderne, & les termes de toutes les sciences et des arts […], La Haye / Rotterdam, A. et R. Leers, 3 vol.

Le Camus de Mézières Nicolas, 1780, Le génie de l’architecture, ou L’analogie de cet art avec nos sensations, Paris, B. Morin.

Le Rouge Georges-Louis, 1716, Les curiositez de Paris, de Versailles, de Marly, de Vincennes, de Saint-Cloud, et des environs […], Paris, Saugrain.

Luynes Charles Philippe d’Albert, duc de, 1860-1865, Mémoires du duc de Luynes sur la cour de Louis XV (1735-1758), éd. L. Dussieux et E. Soulié, Paris, F. Didot, 17 vol.

Motteville Françoise de, 1843, « Un séjour à Marly (extrait de la correspondance de la comtesse de Motteville) », Le Compilateur : revue des journaux français et étrangers, 5 sept., p. 193-196.

Piganiol de La Force Jean-Aymar, 1701, Nouvelle description des chasteaux et parcs de Versailles et de Marly, contenant une explication historique de toutes les peintures, tableaux, statues, vases et ornemens qui s’y voyent, leurs dimensions et les noms des peintres et des sculpteurs qui les ont faits, avec les plans de ces deux maisons royalles […], Paris, F. et P. Delure.

Saint-Simon Louis de Rouvroy, duc de, 1856-1858, Mémoires complets et authentiques du duc de Saint-Simon sur le siècle de Louis XIV et la Régence, éd. A. Chéruel, Paris, L. Hachette, 20 vol.

Sourches Louis-François DBouchet, marquis de, 1882-1893, Mémoires du marquis de Sourches sur le règne de Louis XIV, éd. G.-J. de Cosnac, A. Bertrand et É. Pontal, Paris, Hachette, 13 vol.

Études

Bergeret Virginie, 2013, Le pavillon de la Perspective à Marly, mémoire d’étude en histoire de l’art, sous la direction de Raphaël Masson et de Benjamin Ringot, Paris, École du Louvre, 3 vol.

— 2014, Jacques Rousseau (1630-1693), peintre de paysages et de perspectives, mémoire de recherche sous la direction d’Alexandre Gady, Paris, École du Louvre, 2 vol.

Castelluccio Stéphane, 1996a, Le château de Marly sous le règne de Louis : étude du décor et de l’ameublement des appartements du pavillon royal sous le règne de Louis XVI, Paris, Réunion des musées nationaux.

— 1996b, « Marly, un instrument de pouvoir enchanteur », xviie siècle, no 192, juil., p. 633-665.

— 2004, Le Garde-Meuble de la Couronne et ses intendants du xvie au xviiie siècle, Paris, Éd. du Comité des travaux historiques et scientifiques.

— 2013, « Mobilier et étiquette à Marly pendant le règne de Louis XIV », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles, en ligne : http://crcv.revues.org/11926 (consulté le 4 déc. 2014).

Da Vinha Mathieu, 2004, « Alexandre Bontemps, un homme au service de la monarchie », Revue de l’histoire de Versailles et des Yvelines, t. LXXXVII, p. 45-63.

— 2009, « L’intendant de Versailles au xviie siècle : un administrateur au service du château et de la ville », Revue de l’histoire de Versailles et des Yvelines, t. XCI, p. 77-91.

— 2011, Alexandre Bontemps : premier valet de chambre de Louis XIV, Paris, Perrin.

De chasse & d’épée : le décor de l’appartement du roi à Marly (1683-1750), 1999, cat. exp. (musée-promenade de Marly-le-Roi / Louveciennes, 10 avr.-11 juil. 1999), Paris, L’Inventaire.

Denis Marie-Amynthe (dir.), Madame Du Barry : de Versailles à Louveciennes, 1992, cat. exp. (musée-promenade de Marly-le-Roi / Louveciennes, 21 mars-29 juin 1992), Paris, Flammarion.

Guillaumot Auguste-Alexandre, 1865, Château de Marly-le-Roi : construit en 1676, détruit en 1798, dessiné et gravé d’après les documents puisés à la Bibliothèque impériale et aux archives, Paris, A. Morel.

Hartmann Claudia, 1995, Das Schloss Marly: eine mythologische Kartause: Form und Funktion der Retraite Ludwigs. XIV, Worms, Werner.

Magne Émile, 1934, Le château de Marly d’après des documents inédits, Paris, Calmann-Lévy.

Maroteaux Vincent, 2002, Marly : l’autre palais du Soleil, Genève, Vögele.

Morin Christophe, 2008, Au service du château : l’architecture des communs en Île-de-France au xviiie siècle, Paris, Publications de la Sorbonne.

Newton William Ritchey, 2006, La petite cour : services et serviteurs à la cour de Versailles au xviiie siècle, Paris, Fayard.

Nickler Pierre, 1989, « Autour d’un document inédit, Marly et l’histoire de l’art au milieu du xviiie siècle », Le Vieux Marly, t. IV, no 4, p. 9-70.

Piton Camille, 1904, Marly-le-Roi, son histoire (697-1904), Paris, A. Joanin.

Ringot Benjamin et Sarmant Thierry, 2013, « “Sire, Marly ?” : usages et étiquette de Marly et de Versailles sous le règne de Louis XIV », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles, en ligne : http://crcv.revues.org/11920 (consulté le 4 déc. 2014).

Wheaton Barbara Ketcham, 1984, L’office et la bouche : histoire des mœurs de la table en France, 1300-1789, Paris, Calmann-Lévy.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 Campan 1822, t. I, p. 222-223.

2 Le marché de maçonnerie est daté du 31 janvier 1684 : Paris, Archives nationales (AN), O1 1465, pièce 332 ; Maroteaux 2002, p. 28-29.

3 Mention notamment dans les Comptes des Bâtiments du roi… 1881-1901, t. II, col. 1242 (« la perspective qui est entre les pavillons des offices ») et sur certains plans, comme : AN, O1 1470A, no 2.

4 Sur ce peintre et son œuvre, voir Bergeret 2014.

5 Mention présente dans les Comptes des Bâtiments du roi… 1881-1901, t. II, et sur certains plans comme celui de 1692-1694 (AN, O1 1468, no 13) qui est légendé « rez-de-chaussée des offices de Marly ».

6 Par exemple sur la liste des invités au voyage de 1769 : AN, O1 1463, pièces 485 et 486, ou encore dans l’état descriptif de 1796 en tant que « bâtiment de la Perspective » : Montigny-le-Bretonneux, archives départementales des Yvelines (AD 78), 1Q 249.

7 Suppression due au percement des baies nécessaires aux nouveaux appartements : AN, O1 1465, pièces 405-407 et 414.

8 Voir notamment : Guillaumot 1865, p. 21-22 ; Piton 1904, p. 200 ; Magne 1934, p. 27, 37, 39, 59, 85, 87, 90, 95, 119, 120 et 183 ; Hartmann 1995, p. 126-129 et 139-142 ; Castelluccio 1996a, p. 15, 17 et 34 ; Maroteaux 2002, p. 110-112.

9 Piganiol de La Force 1701, p. 364-365, et Le Rouge 1716, p. 363.

10 C’est également le cas des graveurs, qui, pour certains, représentèrent le pavillon de la Perspective comme un simple mur porteur de la fresque : voir Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie (BNF, Est.), Va 78a, t. III (B7752), « Château de Marly du costé du jardin », gravure extraite de La géométrie pratique d’Allain Manesson-Mallet (t. I, 1702).

11 AN, O1 1460 à 1465.

12 Les comptes louis-quatorziens ont été dépouillés (Comptes des Bâtiments du roi… 1881-1901), ainsi que ceux qui sont plus spécifiques à Marly en AN, O1 1475 et 1490. De plus, des sondages ont été faits dans les comptes des règnes de Louis XV et Louis XVI (AN, O1 2216 à 2278B : trente années ont été consultées, à savoir les années 1716 à 1724, 1745 et 1746, 1750 à 1761, 1765, 1770 et 1774 à 1778).

13 Les plans sont principalement d’époque louis-quatorzienne, on a seulement deux séries de plans postérieurs qui ne révèlent pas de modification majeure au niveau de la distribution : un plan du niveau de galetas en 1727 (plan no 4 issu d’un recueil en collection particulière, réalisé par L’Écuyer) et les plans de 1747 issus du « Recueil des bâtiments, jardins, bosquets et fontaines du château de Marly, année 1747 », Paris, Bibliothèque centrale des musées nationaux (BCMN), ms. 21, inv. 204, publié dans Nickler 1989, p. 9-70.

14 AN, E* 1983 pour 1716, O1 3402 pour 1765 et O1 3403 pour 1788.

15 AN, O1 1966-6, « Inventaire des esquisses tableaux inconnus et copies, sans date » ; O1 1975, « Inventaire général des tableaux du roy faits avec soin en 1709 et 1710 par le sieur Bailly » et publié dans Bailly 1899, et enfin O1 1965-11, pièce 10, « Inventaire des tableaux qui sont dans le pavillon des offices, à Marly en 1733, par Bailly ».

16 Le nombre de tables sera cependant réduit en 1688 (Sourches 1882-1893, t. II, p. 304-305). Sur l’organisation des repas sous Louis XIV, voir Maroteaux 2002, p. 50 et 51 ; Castelluccio 1996, p. 650-651 ; Ringot et Sarmant 2013. Ce n’est que sous Louis XVI que l’ensemble des courtisans fut à nouveau nourri aux dépens du roi (Castelluccio 1996b, p. 17-18).

17 Cela est visible sur le plan du réseau hydraulique de 1685, BNF, Est., Va 448d, mf. H 188516.

18 Aviler 1755, p. 254.

19 Il faut savoir que, jusqu’en 1699, trois pièces supplémentaires de cet ordre existaient dans l’aile est du bâtiment. Leurs fonctions sont indiquées sur le plan AN, O1 1470A, no 2 (fig. 8) : la « décharge du chambellan », « pour faire les eaux » et « à l’intendant de Versailles » ; sur ces pièces, voir Bergeret 2013, p. 41-42.

20 Les mesures des pièces ont été calculées à partir de l’échelle des plans AN, O1 1469, nos 10 et 12.

21 La modification n’est pas encore présente sur le plan de 1692-1694 (AN, O1 1468, no 13), mais elle est déjà réalisée sur le plan de 1696 (AN, O1 1468, no 26).

22 BCMN, ms. 21, inv. 204 ; publié dans Nickler 1989.

23 Comme préconisé dans les traités d’architecture : Le Camus de Mézières 1780, p. 204, cité dans Morin 2008, p. 39.

24 Distinction faite notamment dans une description du bâtiment 1732, AN, O1 1460, pièce 209 (Bergeret 2013, t. II, p. 48, doc. IV.3) et dans les inventaires qui évoquent les pièces en entresol « au-dessus de la Bouche de la Reine » (AN, O1 3402 et O1 3403, fo 186).

25 Dans l’inventaire de 1716 (AN, E* 1983, fo 49), on lit « No 13, au-dessus du Pâtissier du Roy ».

26 Diderot et d’Alembert 1751-1777, t. XI, p. 419.

27 AN, Va XXXV9, plan publié dans Morin 2008, p. 34.

28 Newton 2006, p. 108.

29 Pour la maçonnerie : Comptes des Bâtiments du roi… 1881-1901, t. IV, col. 85, AN, O1 1475, p. 542, et O1 1490, p. 171.

30 Newton 2006, p. 121-129.

31 AN, O1 3402, notamment fo 142vo et O1 3403, fo 196.

32 Newton 2006, p. 130-133.

33 Diderot et d’Alembert 1751-1777, t. VII, p. 511.

34 Sur le fonctionnement du Garde-Meuble de la Couronne, voir Castelluccio 2004.

35 Newton 2006, ill. 18 et 20.

36 Si Stéphane Castelluccio, dans son ouvrage de 1996, est amené à évoquer les différentes activités du garde-meuble des offices de Marly sous Louis XVI (notamment le stockage de tapisseries, voir par exemple p. 229 et 236, et la réfection de sièges, voir p. 129), il ne fait aucun développement sur la variété et l’importance de ses fonctions. Le fonctionnement des garde-meubles de châteaux n’est par ailleurs pas le sujet de son ouvrage de 2004.

37 Comptes des Bâtiments du roi… 1881-1901, t. II, col. 816 : paiement des ouvrages de menuiserie « aux ormoires pour le garde-meuble de Marly ».

38 AN, O1 1465, pièces 405, 406, 407 et 414 : sur l’aménagement des appartements, voir Bergeret 2013, p. 71.

39 AN, O1 1465, pièce 414.

40 Comptes des Bâtiments du roi… 1881-1901, t. II, col. 816, AN, O1 1475, fos 33 et 34 ; O1 1490, fo 7 ; O1 1465, pièces 405 et 414, et elles sont aussi visibles sur les plans.

41 Comptes des Bâtiments du roi… 1881-1901, t. II, col. 816, AN, O1 1475, fos 33 et 34 et O1 1490, fo 7.

42 AN, O1 1465, pièces 405 et 414.

43 AN, O1 3403, fos 272-274.

44 Certains sont visibles sur le plan AN, O1 1470A, no 5, et d’autres sont cités dans le même inventaire O1 3403, fos 269-271 et 274.

45 La construction de ce dernier est évoquée dans Castelluccio 1996b, p. 16.

46 AN, O1 1464, pièce 338 : retranscrit dans Bergeret 2013, t. II, p. 50, doc IV.8.

47 Voir notamment AN, O1 3632, « États des ouvrages faits au Garde-Meuble de Marly » pour le mois de juillet 1784.

48 Elle est notamment citée dans l’inventaire de 1765, AN, O1 3402, par exemple pour des portières fo 84vo.

49 AN, O1 3632, exemples d’« États des ouvrages faits à la Boutique » pour avril, mai et juin 1784.

50 AN, O1 3403 fos 196-198.

51 Morin 2008, p. 29.

52 Da Vinha 2004, p. 45-63 ; 2009, p. 77-91 ; et 2011.

53 Comptes des Bâtiments du roi… 1881-1901, t. III, col. 160.

54 Sur le plan AN, O1 1470A, no 2, elle est désignée par « à l’Intendant de Versailles », et les documents concernant l’installation du cabaret à cet emplacement (AN, O1 1473-7, fo 58) désignent l’espace comme « les offices de M. Bontemps ».

55 Trente-six mètres carrés.

56 Da Vinha 2011, p. 142.

57 Ibid., p. 143.

58 Maroteaux 2002, p. 50.

59 Da Vinha 2004, p. 53.

60 Piton 1904, p. 247.

61 Comptes des Bâtiments du roi… 1881-1901, t. IV, col. 92 : paiement à « Barthelemy Lechaudé, menuisier, pour ses ouvrages à l’appartement des offices de Marly où loge le concierge » ; et AN, O1 1475, fo 537.

62 Cela est indiqué dans l’inventaire de 1765 (AN, O1 3402), par exemple fo 36 : « 2 [lits] aux no 31 et 32, concierge ».

63 AN, O1 1468, no 12.

64 Diderot et d’Alembert 1751-1777, t. III, p. 805, et Morin 2008, p. 125-126 ; pour la liste des concierges du château de Marly, voir Castelluccio 1996, p. 11.

65 Mentions dans les inventaires, notamment AN, O1 3402, fo 117, et O1 3403, fo 190.

66 Morin 2008, p. 126-127.

67 AN, O1 3402, fo 106.

68 Bergeret 2013, p. 50.

69 Newton 2006, p. 226-228.

70 Précision donnée par les inventaires : en 1765, c’est le sieur Jaques qui occupait cette pièce (AN, O1 3402, cité notamment fo 50).

71 AN, O1 3631, mémoire du papetier Robert pour l’année 1784, qui installe du papier peint dans la « chambre du controlleur de la Bouche no 27 », signalé par Castelluccio 1996.

72 Bergeret 2013, t. I, p. 54.

73 Une seule pièce est présente sur le plan AN, O1 1468, no 44, datable entre 1711 et 1714, et les autres sont ajoutées ensuite, et sont figurées sur le plan AN, O1* 1469, no 10, daté vers 1715.

74 L’inventaire de 1788 évoque ce logement en entresol mais sans en préciser l’emplacement (AN, O1 3403, fo 186).

75 Newton 2006, p. 139.

76 À Versailles, il logeait au Grand Commun, au 20A : voir Newton 2006, p. 122.

77 Newton 2006, p. 130-134.

78 Mention dans l’inventaire de 1765 (AN, O1 3402), notamment fo 55vo : une couchette au « no 17, garde-vaisselle, Bouche, cour des offices ».

79 Newton 2006, p. 127-128.

80 Ce que tend à suggérer le plan (AN, O1* 1469, no 10, avec retombes) où ces salles portent le même numéro 15, comme si elles faisaient partie d’un ensemble.

81 Cela est suggéré par le plan où l’on retrouve les mêmes numéros 12 et 13.

82 « Il doit y avoir une petite chambre à côté de l’Office pour la commodité de l’Officier, et autant qu’il est possible il faut mettre la chambre à coucher de l’Officier au-dessus de l’Office », Briseux 1728, t. I, p. 56-57, cité dans Morin 2008, p. 354-355.

83 Newton 2006, p. 145.

84 Ibid., p. 112.

85 Luynes 1860-1865, t. VI, p. 203.

86 BNF, Est., Va 78a, t. III, B7675, publié notamment dans Maroteaux 2002, p. 118.

87 On a une liste de différentes loges de suisses à Marly dans AN, O1 1475, fo 128.

88 Castelluccio 2004, p. 143-161.

89 Pièce localisée à côté des logements des garçons du garde-meuble dans une lettre de 1778 (AN, O1 1464, pièce 313, retranscrite dans Bergeret 2013, t. II, p. 50, doc. IV.7).

90 Elles sont seulement évoquées clairement dans l’inventaire de 1788 (AN, O1 3403, fos 195 et 196).

91 Castelluccio 2004, p. 296.

92 AN, O1 3402, notamment pour un lit et des sièges assortis fo 29vo, attribués à « M. de Pommery ».

93 Inventaires de 1716 (AN, E* 1983, fos 51vo-54vo), de 1765 (AN, O1 3402 : on a par exemple un grand nombre de couchettes signalées dans ce secteur fo 66vo) et de 1788 (AN, O1 3403, fos 186-188).

94 Cela est particulièrement détaillé sur le plan AN, O1 1468, no 44.

95 Bergeret 2013, p. 59-60.

96 Dangeau 1854-1860, t. IV, p. 219-220 ; cité dans Castelluccio 1996b, p. 650.

97 Comptes des Bâtiments du roi… 1881-1901, t. II, col. 1246.

98 Hartmann 1995, p. 128.

99 Elle n’est pas encore aménagée sur le plan daté de 1711, AN, O1 1470A, no 5, mais elle l’est sur celui de 1714, BNF, Est., Va 425, mf. H 186758. Les comptes n’indiquent pas précisément l’aménagement de cette pièce.

100 Newton 2006, p. 159.

101 Ibid., p. 159-164.

102 La mention « Grand Maistre » les indique sur le plan AN, O1 1470A, no 5, aux numéros 61 et 62.

103 Castelluccio 1996, p. 650.

104 Luynes 1860-1865, t. II, p. 126-127.

105 La clef du cabinet des princes de l’Europe, ou Recueil historique et politique sur les matières du tems, mars 1726, p. 197.

106 Voir l’« Inventaire des tableaux qui sont dans le pavillon des offices en 1733 », par Bailly : AN, O1 1965-11, pièce no 10, retranscrit dans Bergeret 2013, t. II, doc. V.5, p. 73-81.

107 Certaines sont conservées : voir De chasse & d’épée… 1999.

108 Castelluccio 1996, p. 34.

109 AD 78, IIQ 73, procès-verbal no 64 cité dans Castelluccio 1996a, p. 34.

110 AN, E* 1983, fo 47vo.

111 AN, O1 3403, fo 182.

112 Newton 2006, p. 112.

113 Castelluccio 1996, p. 650.

114 Newton 2006, p. 161.

115 AN, O1 1460, pièce 209.

116 Campan 1822, t. I, p. 226 ; cité dans Castelluccio 1996, p. 17.

117 Newton 2006, p. 166-167.

118 Par exemple dans l’appartement 3 et 4 : AN, O1 3403, fo 172.

119 Motteville 1843, p. 193.

120 Dangeau 1854-1860, t. V, p. 382 ; Magne 1934, p. 86 ; Castelluccio 1996b, p. 650, et Maroteaux 2002, p. 50.

121 « Ôter le cabaret de l’apartement des jeux, et le transporter derière la perspective dans les pièces où sont les offices de M. Bontemps et du Chambellan », AN, O1 1473, fo 58.

122 Diderot et d’Alembert 1751-1777, t. II, p. 529.

123 Magne 1934, p. 120, et Maroteaux 2002, p. 50.

124 Wheaton 1984, p. 123.

125 AN, E* 1983, fo 49 pour 1716 ; O1 1460, pièce 209 pour 1732 ; O1 1460, pièces 337, 339 et 340 pour 1752 ; O1 3402, fo 140vo pour 1765 ; O1 805, pièce 216 pour 1781, et O1 3303, fo 181 pour 1788.

126 Sur la question de la datation des petits pavillons dans la cour, voir Bergeret 2013, p. 32-33.

127 Ces espaces portent le même numéro sur le plan, ce qui semble indiquer que leurs fonctions étaient associées.

128 Maroteaux 2002, p. 47.

129 Sur les travaux de 1695, voir les documents : AN, O1 1475, fo 482 ; O1 1490, fo 152, et les Comptes des Bâtiments du roi… 1881-1901, t. III, col. 1161, ainsi que les plans AN, O1 1468, nos 12, 13 et 14.

130 Sur les travaux de 1705, voir les documents : AN, O1 1465, pièces 405, 406, 407 et 414.

131 AN, O1 1463, pièces 34 à 36.

132 Liste des invités en 1769 dans AN, O1 1463, pièces 485 et 486.

133 Cabinet de Mme la duchesse du Maine, cité dans AN, O1 1966-6, fo 36vo, ou encore cabinet du duc de Berry, inscrit sur le plan AN, O1 1463, no 36 (fig. 13).

134 Furetière 1690, t. I, p. 350.

135 Ibid., t. II, p. 147.

136 Morin 2008, p. 119.

137 Ces pièces sont mentionnées notamment dans l’inventaire de 1788 : AN, O1 3403, fos 170 à 180.

138 Voir le plan AN, O1 1468, no 14 : cet appartement a été occupé par le duc et la duchesse du Maine, mais il n’est pas certain que l’appellation désigne ici ce couple (voir annexe).

139 « Mars 1738 […] J’ai demandé la Perspective, où je crois que l’on nous donnera l’appartement qui servoit autrefois à M. le Duc et à Mme la Duchesse », dans Luynes 1860-1865, t. II, p. 82 ; voir aussi la liste des invités en 1744 publiée ibid., t. VI, p. 203.

140 Briseux 1761, t. I, p. 3.

141 Cela est visible sur une coupe du pavillon (BNF, Est., Va 425, mf. H 186773) et indiqué sur le plan AN, O1 1468 no 14 (fig. 14).

142 AN, E* 1983, O1 3402 et O1 3403.

143 Castelluccio 2013 et Maroteaux 2002, p. 92.

144 Coupes des douze pavillons en 1715 (BNF, Est., Va 78a, t. III) publiées dans Maroteaux 2002, p. 101-103.

145 Saint-Simon 1856-1858, t. IV, chap. xxi, p. 426.

146 Maroteaux 2002, p. 55.

147 Voir la liste des invités en 1744 publiée dans Luynes 1860-1865, t. VI, p. 203.

148 Liste AN, M 886, pièce 33, publiée dans Castelluccio 1996b, annexe II, p. 660-661.

149 Maroteaux 2002, p. 47.

150 Liste AN, M 886, pièce 33.

151 Luynes 1860-1865, t. II, p. 425.

152 AN, O1 1462, pièces 214, 216, 222, 224-226, 231, 239, 244, 252, et O1 1463, pièce 36.

153 Liste des invités en 1769, AN, O1 1463, pièce 486, citée dans Denis 1992.

154 Listes AN, O1 1463, pièces 485 et 486.

155 Liste des invités en 1744, publiée dans Luynes, 1860-1865, t. VI, p. 203.

156 Liste des invités en 1769, AN, O1 1463, pièce 485.

157 Liste des invités en 1744, publiée dans Luynes, 1860-1865, t. VI, p. 203, et t. II, p. 126.

158 AN, O1 1464, pièce 239.

159 Le Rouge 1716, p. 363.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Pierre-Denis Martin, Vue générale du château et des jardins des Marly (détail), vers 1723, huile sur toile, 1,37 × 1,55 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 741.
Légende Vue prise du côté nord. Au centre, le château ou Pavillon royal ; à gauche, les pavillons de la Salle des gardes et de la Chapelle ; à droite, le pavillon de la Perspective.
Crédits © Château de Versailles, Dist. RMN-Grand Palais / Droits réservés
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12579/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Fig. 2 : Anonyme, Élévation des pavillons et de la perspective (détail), entre 1697 et 1705, estampe. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, Va 425, t. IV, mf. H 186772.
Légende La façade principale du pavillon de la Perspective ou façade est.
Crédits © Virginie Bergeret / 2013
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12579/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Fig. 3 : Anonyme, Plan du rez-de-chaussée du pavillon de la Perspective (détail du pavillon sur le plan du réseau hydraulique du domaine de Marly), 10 mai 1685, aquarelle. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, Va 448d, mf. H 188516.
Légende L’aile arrière (ouest) correspond aux cuisines ; l’aile sud avec la grande pièce correspond à l’office/pâtisserie, et l’on voit bien les « salles des seigneurs » dans les pavillons latéraux, côté est. Le plan montre également le réseau hydraulique, notamment l’aqueduc passant sous la cour des Offices.
Crédits © Virginie Bergeret / 2013
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12579/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Fig. 4 : Anonyme, Plan du rez-de-chaussée des offices de Marly (sans retombe), 1692-1694, encre noire et rouge. Paris, Archives nationales, O1 1468, no 13.
Légende Légende du document : au revers, « Plan du rez-de-chaussée des offices de Marly, janvier 1692 » ; au droit, « rez-de-chaussée des offices de Marly » et en bas à droite, « en mars 1694, faire ce qui est rouge ». Le nord est situé à droite. Ce plan présente les travaux prévus pour 1695 avec notamment l’installation des appartements dans les pavillons latéraux, le percement du mur aveugle supportant la perspective peinte pour leur créer des accès et aussi l’aménagement du couloir traversant les cuisines. Par ailleurs, l’aile sud a déjà été divisée en trois pièces distinctes pour l’office et la pâtisserie.
Crédits © Virginie Bergeret / 2013
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12579/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Titre Fig. 5 : Anonyme, Plan de l’aile du Gobelet, 3 mars 1696. Paris, Archives nationales, O1 1468, no 26.
Légende Le bâtiment isolé à l’ouest (arrière) correspond au nouveau logement du suisse, avant qu’il ne soit intégré au Commun.
Crédits © Virginie Bergeret / 2013
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12579/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Titre Fig. 6 : Anonyme, Plan des pavillons de la Perspective, premier étage, détail du document « Partie des logemens de Marly, haut », vers 1703. BNF, Est., Va 425, mf. H 186751.
Crédits © Virginie Bergeret / 2013
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12579/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Fig. 7 : Anonyme, Plan des offices de Marly, rez-de-chaussée (sans retombe), légendé, vers 1715. Paris, Archives nationales, O1* 1469, no 10 (fac-similé).
Légende Le nord est à droite du document.
Crédits © Virginie Bergeret / 2013
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12579/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Titre Fig. 8 : Anonyme, Plan des pavillons de la Perspective, détail du plan « Partie des logemens de Marly », vers 1697. Paris, Archives nationales, O1 1470A, no 2 (fac-similé couleur).
Légende L’aile avant du bâtiment, côté est. Les appartements 1, 3, 4 et 5 étaient destinés aux courtisans. Dans l’aile de la Perspective, on trouve trois pièces, du sud au nord : la « décharge du chambellan », dont l’usage n’est pas vraiment déterminé, « pour faire les eaux », qui devait être une sorte de lavoir pour la vaisselle, et « à l’intendant de Versailles », une cuisine privée.
Crédits © Virginie Bergeret / 2013
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12579/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Titre Fig. 9 : Anonyme, Plan des offices de Marly, rez-de-chaussée (avec retombes) : niveau de l’entresol, légendé, vers 1715. Paris, Archives nationales, O1* 1469, no 10 (fac-similé).
Légende Le nord est à droite du document. L’entresol ne devait comporter que des logements domestiques, réservés au personnel du service de la Bouche (ici en jaune/orange) ou au service des seigneurs (rose). Les rayures noires signalent les pièces qui ne correspondent pas à l’entresol.
Crédits © Virginie Bergeret / 2013
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12579/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Titre Fig. 10 : Anonyme, Plan des Offices de Marly, premier étage (sans retombe) ; légendé, vers 1715. AN, O1* 1469, no 12 (fac-similé).
Légende Le nord est à droite du document. À cet étage, on distingue trois types d’activités : les salles de stockage (rouge), les logements domestiques (jaune/orange) et les appartements pour les invités (rose).
Crédits © Virginie Bergeret / 2013
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12579/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre Fig. 11 : Anonyme, Plan des offices de Marly, premier étage (avec retombes) : niveau du galetas, légendé, vers 1715. AN, O1* 1469, no 12 (fac-similé).
Légende Le nord est à droite du document. À nouveau trois types d’activités : les salles de stockage (en rouge), les logements domestiques (en jaune) et ceux réservés aux domestiques des seigneurs (en rose). Les rayures noires signalent les pièces qui ne correspondent pas au niveau du galetas.
Crédits © Virginie Bergeret / 2013
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12579/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Titre Fig. 12 : Anonyme, Plan du rez-de-chaussée des pavillons de la Perspective (détail du document « partie des logemens de Marly, bas »), vers 1703. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, Va 425 (mf 186752).
Légende L’aile avant du bâtiment, côté est. Les appartements 1, 2, 4 et 5 sont destinés aux appartements. Dans l’aile centrale, on voit l’emplacement du cabaret, associé à la salle de préparation « pour le café et chocolat ».
Crédits © Virginie Bergeret / 2013
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12579/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre Fig. 13 : Attribué à Ange-Jacques Gabriel, Plan de l’étage du pavillon latéral sud, 8 mars 1763, encre noire et rouge. Paris, Archives nationales, O1 1463, no 36.
Légende Ce document est inversé par rapport aux précédents : le nord est ici à gauche. Légende du document : « Plan d’une partie du logement de Monseigneur le duc de Berry et de M. le duc de Lavauguière avec le changement demandé pour le voyage de 1763. À Marly, 8 mars 1763. [signé] Gabriel. »
Crédits © Virginie Bergeret / 2013
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12579/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 784k
Titre Fig. 14 : Anonyme Plan du rez-de-chaussée du pavillon latéral sud (sans retombe), 18 juin 1696, encre noire et rouge. Paris, Archives nationales, O1 1468, no 14.
Légende Le nord est à gauche. Légende : « […] dernier plan résolu le 18 juin 1696 pour Monsieur et Madame la Duchesse ».
Crédits © Virginie Bergeret / 2013
URL http://crcv.revues.org/docannexe/image/12579/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 561k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Virginie Bergeret, « Le pavillon de la Perspective à Marly », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne], Articles et études, mis en ligne le 22 décembre 2014, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://crcv.revues.org/12579 ; DOI : 10.4000/crcv.12579

Haut de page

Auteur

Virginie Bergeret

Virginie Bergeret, titulaire des diplômes de premier et de deuxième cycle de l’École du Louvre. Actuellement étudiante en classe préparatoire pour le concours de conservateur du patrimoine à l’École du Louvre. Contact : vbergeret@laposte.net

Haut de page

Droits d’auteur

© Virginie Bergeret / 2014 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org