Navigation – Plan du site

Un pouvoir sans objet ?

Power with no symbolic object?
Laurent Gervereau

Résumés

Pour les populations indigènes de l’Angola, Ngangela, Nyaneka-Nkhumbi, Ambo, Cokwe ou Ovimbundu, les objets de pouvoir se répartissent en deux grandes catégories : bâtons, massues, épées, haches et poignards d’un côté, sièges de l’autre. Ainsi avons-nous d’une part le pouvoir viril de la guerre et de la sanction, de l’autre le pouvoir pacifique des mots, de l’arbitrage assis, de l’observation et parfois même de la discussion. Pouvoir de guerre et pouvoir de paix, pouvoir militaire et pouvoir civil, pouvoir de la condamnation ou pouvoir de la conciliation.
Aussi loin dans le temps que l’anthropologue porte sa réflexion, il semble bien que des systèmes de délégation de pouvoir aient existé et que, bizarrement, ils aient finalement eu besoin d’objets symboliques pour se manifester. Même de demeures. À cet égard, pouvait‑on trouver un lieu plus en adéquation avec ce thème de réflexion que le château de Versailles, abritant encore le Congrès, les visites officielles de chefs d’État, le G7 ou la signature des traités ? Le château de Versailles parle, le château de Versailles est éloquent, c’est un monumental objet et insigne de pouvoir.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduction du résumé : Alexandra Keens

Texte intégral

1Pour les populations indigènes de l’Angola, Ngangela, Nyaneka‑Nkhumbi, Ambo, Cokwe ou Ovimbundu, les objets de pouvoir se répartissent en deux grandes catégories : bâtons, massues, épées, haches et poignards d’un côté, sièges de l’autre. Ainsi avons‑nous d’une part le pouvoir viril de la guerre et de la sanction, de l’autre le pouvoir pacifique des mots, de l’arbitrage assis, de l’observation et parfois même de la discussion. Pouvoir de guerre et pouvoir de paix, pouvoir militaire et pouvoir civil, pouvoir de la condamnation ou pouvoir de la conciliation.

2Aussi loin dans le temps que l’anthropologue porte sa réflexion, il semble bien que des systèmes de délégation de pouvoir aient existé et que, bizarrement, ils aient finalement eu besoin d’objets symboliques pour se manifester. Même de demeures. À cet égard, pouvait‑on trouver un lieu plus en adéquation avec ce thème de réflexion que le château de Versailles, abritant encore le Congrès, les visites officielles de chefs d’État, le G7 ou la signature des traités ? Le château de Versailles parle, le château de Versailles est éloquent, c’est un monumental objet et insigne de pouvoir.

3Le projet d’une telle réflexion est né voici quatre ans, alors que je présidais l’Association internationale des musées d’histoire et le Conseil français des musées d’histoire. Il devait accompagner une opération nationale dans tous les musées sur ce thème du « pouvoir », avec une exposition générique au musée‑château des ducs de Bretagne à Nantes. Immédiatement, Versailles nous apparut comme un lieu phare pour une telle opération et Béatrix Saule nous fit l’amitié de s’associer dès l’origine à cette organisation.

  • 1 Laurent Gervereau, Claire Constans (dir.), Le musée révélé : l’histoire de France au château de Ver (...)

4Aujourd’hui, c’est au titre de président de l’Institut des images que j’ai l’honneur d’ouvrir cette séance. En effet, ce colloque s’inscrit dans la collaboration active entre le Centre de recherche du château de Versailles et l’Institut des images. La semaine prochaine d’ailleurs aura lieu, avec l’université de Versailles Saint‑Quentin‑en‑Yvelines, la séance inaugurale de notre séminaire commun « Images et histoire ». Dans le cadre d’un grand plan de rénovation du château, sous l’autorité de la présidente, madame Christine Albanel, que je remercie chaleureusement pour son accueil et cette collaboration, se développent à la fois une forme « d’actualisation » de Versailles par des opérations grand public à fort succès et un travail de fond dont le Centre de recherche, mené par Béatrix Saule, est un des plus beaux fleurons. Enfin, parmi ces « connexions versaillaises », rappelons que j’ai l’honneur de faire partie du conseil scientifique du Centre de recherche, que j’ai eu le bonheur de travailler avec Claire Constans sur Le musée révélé : l’histoire de France au château de Versailles1, ouvrage apportant un regard européen et international sur les exceptionnelles collections picturales rassemblées par Louis‑Philippe et ses successeurs, et que récemment mes collègues du Réseau des musées de l’Europe, dont j’assure la présidence, ont eu le privilège de pouvoir visiter ces salles.

5Versailles reste un lieu unique au monde, à entrées multiples, toujours d’une forte actualité et objet légitime de passions. Voilà donc un creuset idoine pour une opération qui, n’en doutons pas, appellera des déclinaisons diverses.

6Ce colloque est en effet une première, par son sujet et par la manière dont il est abordé. Par son sujet, dans la mesure où il relève, dans notre monde de circulation planétaire des images, d’un intérêt toujours plus vif pour les questions de représentation. Au sein d’une forme de guerre mondiale médiatique, les symboles font sens. Pour s’en convaincre, il suffit, non seulement de constater comment les actes des dirigeants sont conçus en fonction du reflet médiatique, mais aussi de mesurer, comme je l’ai fait à travers le Baromètre européen des médias, combien s’opéraient de convergences de tous les vecteurs autour d’actes symboliques forts et également de contestations médiatiques de la part de groupes qui s’estiment pas ou mal représentés.

7Ce colloque est donc en pleine actualité. Et il a été conçu avec une grande ouverture d’esprit : j’en remercie Béatrix Saule, Hervé Pinoteau et tous les membres du Centre de recherche, ainsi que mes amis de l’Institut des images qui ont bien voulu participer à cette opération. En effet, il s’agit d’un colloque pluridisciplinaire, trans‑périodes et planétaire. Pluridisciplinaire, car, vous le verrez, les approches sont assez variées, depuis celle, savante, de l’inventaire des objets de pouvoir, jusqu’à la réflexion plus distanciée sur la nature même et l’existence de ces objets. Trans‑périodes, car, sans remonter à des supputations sur la préhistoire, de l’Antiquité à aujourd’hui, sont évoqués tous les types de pouvoirs : royal, militaire, religieux, juridique, scientifique, médiatique… Planétaire, car, partant du pouvoir royal avec un fort lien avec Versailles, nous avons élargi le cercle à la France, à l’Europe, et à tous les continents.

8Une telle démarche est très originale et, à ma connaissance, jamais réalisée à ce jour sur un tel sujet. Voilà bien notre souci : partir d’un lieu et de pratiques, pour mener des réflexions comparatistes élargies qui permettent d’en sérier les permanences génériques et les singularités. Versailles dans l’histoire, et dans le monde. Ne doutons pas alors que toutes celles et tous ceux qui sont venus, parfois de très loin, apporter leur éclairage, ne stimulent fortement notre compréhension du sujet par des regards décalés, décadrés, singuliers.

  • 2 Michèle Fogel, Les cérémonies de l’information dans la France du xvie siècle au xviiie siècle, Pari (...)

9Objets et insignes du pouvoir ? Michèle Fogel, travaillant sur Les cérémonies de l’information dans la France du xvie au xviiie siècle2, différenciait le « faire‑savoir pour être obéi » et le « faire‑savoir pour être admiré », participant tout deux d’un « faire croire » nécessaire à l’autorité. Les objets et insignes de pouvoir peuvent ainsi difficilement être séparés des cérémonies et rituels qui leur donnent sens et des représentations qui les démultiplient. L’objet ou l’insigne, isolé de son usage, peut avoir une valeur esthétique mais perd son aura, sa magie, son efficience, aussi bien pour le sceptre dans une vitrine que le bâton africain accroché au mur d’un collectionneur privé. L’objet ou l’insigne est lié à la scène, au lieu ou à la diffusion.

10Dans ce sens, la manifestation la plus éloquente du pouvoir n’est‑elle pas la disparition de toute trace symbolique dans son exercice, de tout objet, d’un quelconque insigne ? Une autorité, un imperium, la force d’un regard. Et même, allant plus loin, l’invisibilité ?

11Mais, avant d’envisager les pouvoirs occultes à l’ère des guerres d’opinion, des rumeurs, des buzzs sur le net, pratiqués pour tant d’intérêts économiques, politiques, culturels ou religieux, pour tant de querelles de pouvoir, regardons d’abord les truchements du faire croire, les accompagnements de la décision, le décorum de l’autorité, in situ et à distance.

Haut de page

Notes

1 Laurent Gervereau, Claire Constans (dir.), Le musée révélé : l’histoire de France au château de Versailles, Paris, R. Laffont / château de Versailles, 2005.

2 Michèle Fogel, Les cérémonies de l’information dans la France du xvie siècle au xviiie siècle, Paris, Fayard, 1989.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Gervereau, « Un pouvoir sans objet ? », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 30 mai 2007, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://crcv.revues.org/128 ; DOI : 10.4000/crcv.128

Haut de page

Auteur

Laurent Gervereau

Président de l’Institut des images et du réseau des Musées de l’Europe, Laurent Gervereau est spécialiste de l’analyse de tous les types d’images. Il a dirigé le musée d’histoire contemporaine et le musée du Cinéma Henri‑Langlois. Fondateur de l’association internationale des musées d’histoire et du Conseil français des musées d’histoire, il a bâti pour le ministère de l’Éducation nationale un site Internet d’éducation aux images destiné aux enfants et aux enseignants en liaison avec les musées. Contact : lager@noos.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Laurent Gervereau / 2007 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org